Version classiqueVersion mobile

Les habitats carolingiens de Montours et La Chapelle-Saint-Aubert (Ille-et-Vilaine)

 | 
Isabelle Catteddu

Chapitre 1. Introduction

1 Einleitung

1 Introduction

Isabelle Catteddu et Cécilia Rapine

Résumé

Trois habitats du haut Moyen Âge ont été fouillés sur une même commune au cours des opérations préventives réalisées à Montours, sur l’autoroute des estuaires (A84) reliant Rennes à Avranches. Un quatrième site, répondant aux mêmes problématiques, se situe plus au sud sur la commune de La Chapelle‑Saint‑Aubert. Les résultats présentés ici enrichissent des données archéologiques encore peu nombreuses pour le haut Moyen Âge en Ille‑et‑Vilaine. L’étude de ces habitats ruraux, carolingiens, laisse entrevoir une gestion structurée et dynamique de l’environnement, qui a été analysé avec le concours d’une équipe de paléoenvironnementalistes. Ainsi, le fond de vallon tourbeux qui sépare les sites a fourni de précieuses données sur l’évolution de la végétation.

Texte intégral

1.1 Historique de l’opération et méthodologie

1Les fouilles réalisées sur les communes de Montours et de La Chapelle‑Saint‑Aubert ont eu lieu dans le cadre des travaux archéologiques effectués sur le tracé de la future autoroute des estuaires reliant Rennes à Avranches (fig. 1).

FIG. 1 ‒ Localisation des sites.

dessins P. Nogues

2Les premiers diagnostics sur la commune de Montours (section 4), réalisés sous la direction de Gilles Leroux (Afan) en 1995‑1996, ont permis de repérer trois gisements aux lieux‑dits Le Teilleul, Louvaquint et La Talvassais, datés essentiellement de l’époque carolingienne (fig. 2, 4). Les diagnostics effectués sur la commune de La Chapelle Saint‑Aubert au lieu‑dit La Chaîne (section 3) par Laurent Aubry (Afan) ont révélé un nouveau site du haut Moyen Âge (fig. 3).

FIG. 2 ‒ Localisation des lieux‑dits Le Teilleul, Louvaquint, La Talvassais, sur la commune de Monteurs.

dessins P. Nogues

FIG. 3 ‒ Localisation du lieu‑dit La Chaîne sur la commune de La Chapelle‑Saint‑Aubert.

dessins P. Nogues

FIG. 4 ‒ Localisation des sondages du diagnostic pratiqué par G. Leroux sur Le Teilleul et Louvaquint (Leroux 1996).

dessin G. Leroux

3À l’exception des nombreux écofacts et chablis, le potentiel archéologique dégagé par G. Leroux et son équipe au cours des diagnostics s’est confirmé lors de nos travaux. Les prospections aériennes n’avaient donné aucun résultat.

  • 1 Un exposé détaillé des méthodes d’investigation et des conditions d’intervention est indu dans le d (...)

4La fouille1 s’est déroulée d’avril 1996 à janvier 1997. La stratégie et les méthodes d’investigation appliquées sur les habitats ruraux de Montours et de La Chapelle‑Saint‑Aubert ont été adaptées à chaque site en fonction des différentes contraintes. Toutefois, les quatre habitats ont fait l’objet d’une appréhension méthodologique identique et ont été intégrés dans une même problématique visant :
‒ une fouille exhaustive des habitats du haut Moyen Âge mal connus en Ille‑et‑Vilaine et en Bretagne ;
‒ une étude détaillée de l’organisation spatiale et de son évolution dans le temps ;
‒ une étude, la plus complète possible, d’un mobilier céramique fort peu connu dans le cadre des sites de consommation ;
‒ une étude comparative de sites fouillés simultanément et selon des méthodes identiques ;
‒ l’intégration des sites dans une étude paléoenvironnementale.

5Une attention particulière a été portée au décapage mécanique, afin de ne négliger aucun indice de conservation de niveau de sol. Plusieurs dépressions au Teilleul avaient en effet piégé une certaine épaisseur de sédiments et des empierrements, mais il est apparu que ces limons étaient stériles. Quant aux empierrements, il s’agissait de niveaux de scellement et de solins arrachés par les labours, qui ont fait l’objet d’une fouille fine. L’ensemble des structures a été fouillé, l’une des priorités étant l’étude de l’ensemble des relations stratigraphiques.

  • 2 Dont quatre mois pour Louvaquint et deux pour La Talvassais.

6Le vallon et la zone humide séparant Le Teilleul de Louvaquint ont été sondés dans un autre contexte2. Une première tranchée pilote a été réalisée entre les deux sites, au centre de l’emprise, afin d’obtenir rapidement des informations sur le vallon. Cette tranchée a été étudiée en collaboration avec Dominique Marguerie afin de répondre simultanément aux questions archéologiques et paléoenvironnementales. C’est à ces informations stratigraphiques que nous avons pu nous rattacher pour la compréhension des coupes des autres décapages et sondages. Des tranchées de sondage ont tout d’abord été réalisées dans les secteurs non étudiés lors du diagnostic. Elles se sont révélées stériles sauf dans le bas du site de Louvaquint. Dans ce secteur plus particulièrement, nous avons procédé à l’ouverture de fenêtres plus larges, pour obtenir une vision stratigraphique et spatiale simultanée. Le mobilier mis au jour a été traité au fur et à mesure afin de cerner de façon systématique les distinctions ou les rapprochements entre les sites et à l’intérieur de ceux‑ci de manière à mieux vérifier la contemporanéité des structures ou leur décalage chronologique.

7Des prélèvements ont été réalisés dans toutes les structures, en vue des analyses paléoenvironnementales. Aucune matière osseuse n’a été conservée en raison d’une importante acidité du substrat. Pour les mêmes raisons, seuls quelques éléments métalliques ont été conservés. Des analyses 14C ont été engagées sur des échantillons de charbons ou de bois et de tourbes conservés en zone humide. Ces mêmes échantillons de bois ne nous offraient toutefois pas l’opportunité de datation par la dendrochronologie.

1.2 Approche topographique, archéologique et historique

8L’espace étudié entre la commune de Saint‑Sauveur‑des‑Landes et la limite du département de la Manche traverse la région du Coglais, territoire dont le relief est relativement mouvementé et qui se caractérise par une succession de petites collines et de vallées assez encaissées.

9L’altitude des hauts‑reliefs du département d’Ille‑et‑Vilaine est généralement inférieure à 120 m ; mais elle culmine à 258 m en forêt de Paimpont. Le Pays de Fougères et le Coglais sont situés dans le nord de ce département, là où les collines atteignent une altitude de 240 m. Au sud de Fougères, elles s’abaissent dans un espace plus humide, au sol schisteux (dans l’ancien diaconé du Vendelais). Alors que le Coglais se caractérise par un substrat granitique, le sud du secteur de Fougères correspond à une série de roches primaires plissées, alternant grès durs et schistes plus tendres.

10Le bocage du Coglais, et du Pays de Fougères en général, est composé de champs et de prairies sertis de haies vives plantées sur les talus. Malheureusement, ce bocage est aujourd’hui effacé sur de grands espaces. Relativement arrosée, cette région, voisine de la Normandie, s’est consacrée très tôt à l’élevage bovin, tout en puisant des ressources dans la forêt de Fougères, qui constitue l’une des plus belles futaies domaniales du département.

11Actuellement, le canton du Coglais est composé de onze communes dont sept se distinguent, au nord de l’axe Fougères/Mont Saint‑Michel, par un bocage de châtaigniers et de chênes pédoncules sur un sol limono‑argileux, en opposition avec le paysage plus plat du sud, caractérisé plutôt par le chêne pédonculé, sur un sol argilo‑sableux. Montours fait partie de ces sept communes, à une quinzaine de kilomètres au nord‑ouest de Fougères.

12Les sites de Montours (celui de La Chaîne est localisé à une quinzaine de kilomètres au sud‑ouest de Fougères) ont une implantation identique : ils sont installés sur un rebord de plateau, en rupture de pente, séparés les uns des autres par des vallons traversés par des ruisseaux. Ils sont établis sur un important socle granitique dont la couverture de lœss est importante. Le socle granitique de ce secteur possède des facultés propres de drainage assurant des sols sains et riches en sources.

1.2.1 Le contexte archéologique :
état de la recherche

13Les fouilles d’habitats ruraux du haut Moyen Âge, réalisées ces dernières années le plus souvent dans un contexte de grands travaux, ont permis d’éclairer l’aspect socio‑économique de cette période en Europe occidentale. Les études de ces gisements, dont la plupart sont encore en cours, tendent vers une meilleure compréhension de l’espace rural. La région Île‑de‑France illustre parfaitement les progrès réalisés dans ce domaine, à travers les nombreux sites qui y ont été découverts ces vingt dernières années. C’est toutefois pour le mobilier céramique que les lacunes sont les plus importantes, en particulier en ce qui concerne leurs datations. En Bretagne, si plusieurs ateliers de potiers ont été mis au jour, dont deux au moins en Ille‑et‑Vilaine, Guipel et Trans (dans les Côtes‑d’Armor, nous citerons le site de Planguenoual), les sites de consommation (fig. 5) du haut Moyen Âge en Ille‑et‑Vilaine, sont peu représentés. Il s’agit des gisements de Tinténiac/La Cocherais (Provost 1989) et Janzé/La Tullaye (Leroux 1995). La Normandie, voisine de notre région, a livré un plus grand nombre de sites significatifs avec lesquels des comparaisons pourront être faites. Quant au domaine des nécropoles, il reste également peu connu (fig. 5).

FIG. 5 ‒ Répartition des sites carolingiens de production et de consommation en Ille‑et‑Vilaine.

dessins T. Arnoux

  • 3 Chargé de recherche à l’UMR 153 du CNRS, Rennes 1.
  • 4 Nous remercions Stéphane Hinguant (Afan) pour son aide dans l’identification des pièces néolithique (...)

14Les premières occupations humaines (fig. 6) mises en évidence dans le Coglais sont celles du gisement néolithique du Haut‑Mée à Saint‑Étienne‑en‑Coglès, fouillé sous la direction de Serge Cassen3. Cette même époque est représentée sur les fouilles de Montours. Plusieurs haches polies néolithiques ainsi qu’un petit outillage lithique ont été découverts au Teilleul et à proximité de la ferme du même nom. Quelques pièces lithiques plus anciennes ont été relevées sur le site de Louvaquint4.

FIG. 6 ‒ Les sites de toutes périodes mis au jour dans le Coglais.

dessins T. Arnoux

15Un site du Bronze final, témoignant également d’une petite occupation du tout premier âge du Fer, a été fouillé dans le contexte de l’autoroute A 84, aux Champs Blancs sur la commune de Saint‑Sauveur‑des‑Landes, sous la direction de Stéphane Blanchet (Afan).

  • 5 Informations de M. Aussant. Nous remercions Pierre Aussant, propriétaire du manoir de Bonteville, p (...)

16Sur la commune de Montours, les seuls témoins de l’époque gallo‑romaine sont représentés par quelques rares tessons roulés, mais le gisement le plus proche est localisé au lieu‑dit Bonteville. Il s’agit d’une villa gallo‑romaine ayant livré un mobilier abondant (céramique sigillée, tegulae et imbrices, monnaies...), sur des terrains déjà repérés pour leur outillage lithique important. Au lieu‑dit Loisière ou Lecouassière en Poilley, à environ 600 m du manoir de Bonteville, lors de travaux d’arasement d’un talus, la découverte de pilettes, tegulae et imbrices a motivé la réalisation d’un sondage permettant la mise au jour d’un sol d’hypocauste et de fragments de mosaïque, ainsi que de la sigillée des ier et iie s. ap. J.‑C.5. C’est également sur le territoire de la commune de Poilley, à une cinquantaine de mètres de l’église, que dans les années 30, deux sarcophages ont été mis au jour lors de travaux de nivellement d’un jardin privé. Ces sarcophages en calcaire coquillier ont été attribués à l’époque romaine. Les prospections aériennes menées dans ce secteur ont été malheureusement toutes négatives.

17Quant au haut Moyen Âge, il est essentiellement représenté par des monuments (églises, manoirs...).

1.2.2 Le contexte historique

18i.c., c.r.

1.2.2.1 Introduction et rappel historique6

  • 6 Afin de brosser un bref rappel des événements qui marquent le haut Moyen Âge dans la région qui nou (...)

19Environ trois mois ont été consacrés à une première recherche documentaire historique afin d’établir un état des lieux de la documentation existante et d’essayer ensuite de l’exploiter en fonction d’axes d’étude prédéterminés. Le principal d’entre eux était directement lié à la problématique de la fouille : comprendre un espace rural et sa mise en valeur à une époque donnée. Bien évidemment, il n’était pas question dans ce délai, de rechercher tous les textes du haut Moyen Âge mais plutôt d’orienter la recherche vers des sources permettant d’appréhender l’origine d’une organisation territoriale (laïque et/ou ecclésiastique) et sa mise en valeur dès après la période carolingienne. L’histoire du pays de Fougères, du Coglais et de ses environs, est étroitement liée à celle des terres de marche, entre la Bretagne, la Normandie et l’Anjou.

20Vers la fin du ve s., la pression exercée sur les marges armoricaines par les Bretons des îles à l’ouest et les Francs à l’est reflète encore le mouvement des peuples. Selon les textes, jusqu’au milieu du vie s., les relations entre ces populations semblent plutôt pacifiques, mais elles dégénèrent autour de cette date. Les Bretons avancent en effet, encore plus nombreux sur le sol armoricain et tentent de repousser davantage vers l’est leur zone d’influence.

21Dans sa forme primitive, la marche dite franco‑bretonne couvre une large partie de l’est armoricain, de part et d’autre du bassin de la Vilaine. Ainsi, aux alentours du viiie s., nous nous situons dans un espace qui n’est pas encore occupé par les Bretons, mais qui doit s’unir à la Bretagne armoricaine dès le siècle suivant. Plus à l’est, le royaume mérovingien est morcelé et ne constitue plus une menace. Toutefois, dès le viiie s., les Carolingiens engagent massivement la réunification du royaume franc et Pépin le Bref accède au trône. Cette réunification va alors contraindre les Bretons à s’unir davantage. On assiste alors, entre le viiie et le ixe s., à la réorganisation d’un vaste territoire. La marche est un lieu stratégique et les carolingiens s’attachent à son renforcement afin de faire face aux Bretons menaçants. Un premier changement politique important intervient sous Louis le Pieux, successeur de Charlemagne. Pour la première fois, Nominoë, un Breton, est désigné pour gouverner la région et ses marches afin de favoriser l’intégration de la Bretagne dans « l’univers carolingien ». Mais à la mort de Louis en 840, l’éclatement de l’Empire carolingien pousse Nominoë à la rébellion, alors qu’il avait été jusque‑là fidèle à l’empereur. Vaincu à Ballon en 845, Charles le Chauve signe la paix et reconnaît l’indépendance de la Bretagne, dont Nominoë et ses successeurs Erispoë et Salomon repoussent ensuite les frontières en envahissant la Normandie, l’Anjou et le Maine. Dans le même temps, les invasions normandes font rage et révèlent progressivement les nouveaux pouvoirs féodaux qui semblent être en train de se constituer. À la fin du ixe s., le royaume breton est en place, débordant sur les provinces voisines. Les conquêtes ont en effet été menées jusqu’à la Mayenne, la Vire, l’Avranchin et le Contentin, ainsi que sur une large partie du bas Maine. Elles se sont toutefois heurtées aux puissantes maisons d’Anjou et de Normandie. La pression bretonne semble avoir été plus déterminante au sud de la Loire, même si l’extension maximale de ce côté ne fut atteinte que vers les années 930‑950. C’est à cette date que s’instaure le régime d’Alain Barbetorte, vainqueur des pirates Scandinaves et roi des Bretons. Il succède à son père, héros de la lutte contre les Normands.

22Dès la seconde moitié du xe s., et surtout à partir du début du xie s., commence un nouveau mouvement d’expansion qui durera deux siècles. Une nouvelle géographie politique se dessine sur ce qu’il reste de l’Empire carolingien. Des principautés se développent mais restent fragiles, la Bretagne continue en effet d’être convoitée par ses puissants voisins (duc de Normandie et comte d’Anjou). Les ducs de Bretagne résistent et les importants conflits qui en découlent concernent plus particulièrement notre région en raison de sa position frontière. Vers la fin du xe s. la reconstruction s’amorce, la féodalité assurant un meilleur encadrement des hommes. Vers le xiie s., la multiplication des implantations monastiques donne un nouveau souffle de vie aux campagnes, tout en contribuant à l’expansion économique qui atteint son apogée aux alentours du xiiie s.

1.2.2.2 Méthodes de travail

23Une première bibliographie des ouvrages historiques généraux, des monographies régionales ou communales et des articles de périodiques a permis de dégager les éléments de géographie historique indispensables au travail en archives. Cette première étape a été suivie par le travail fastidieux de dépouillement des index et inventaires des séries concernées, lorsqu’ils existent.

Les inventaires

24Pour des études concernant un espace rural, on en vient rapidement à se limiter à l’inventaire d’aveux et dénombrement et à constater la citation de tel ou tel nom de lieu.

Liste des inventaires ou index consultés

25Archives départementales :
‒ série B, Parlement, cours et juridictions seigneuriales ;
‒ série C, Intendance du domaine et administration provinciale avant 1790 ;
‒ série E, féodalité et familles ;
‒ série F, fonds privés ;
‒ série Fi, documents figurés, cartes et plans ;
‒ série G, clergé séculier ;
‒ série H, clergé régulier ;
‒ série J, documents entrés par voie extraordinaire ;
‒ série Q, archives révolutionnaires (enregistrement, hypothèques, biens nationaux).

26Archives nationales :
‒ série H1, pays d’états, pays d’élections, intendances ;
‒ séries L, monuments historiques, cartons et liasses ;
‒ séries N et NN, cartes et plans ;
‒ série P, Chambre des comptes et comptabilité ;
‒ série Q1, titres domaniaux.

  • 7 BN ms – Dupuis 635, 774, 804.

27Bibliothèque nationale, département des manuscrits : entre autres, le « fonds breton » des Manuscrits français 22308 à 22359 et les manuscrits des fonds Dupuy, Moreau7, etc.

Les chroniques

28Hormis les archives manuscrites, les chroniqueurs bretons ont été également consultés. Bouchart, Gurel (s.d.), Argentré (1586), Le Baud (1907), Le Doyen ne donnent pas de renseignements sur cette partie de la Bretagne.

1.2.2.3 Premiers résultats

  • 8 Concernant des affaires ecclésiastiques du xviiie s.
  • 9 BN nal 1203 et nal 2500.
  • 10 AN L966‑978.
  • 11 Si ces sources sont fort utiles, leur exploitation demande toutefois un très long travail d’analyse

29À l’issue des recherches, le bilan est modeste : très peu de mentions anciennes originales ont été retrouvées. La première raison tient à l’histoire même de la constitution des archives bretonnes. Lors de la création des archives départementales en 1796, les archives des petites seigneuries bretonnes étaient déjà dispersées ou détruites. Seuls les grands fonds ont conservé une relative intégrité. D’autre part, les recherches bibliographiques ont rapidement mis en évidence l’immense influence qu’avait l’abbaye de Savigny dans cette région. Fondée par les seigneurs de Fougères, cette abbaye normande a toujours bénéficié d’importantes donations. Toutes ses archives étaient déposées aux archives départementales de Saint‑Lô. Malheureusement, les bombardements de 1944 n’ont épargné ni le fonds de Savigny, ni celui des autres abbayes bas‑normandes. De plus l’inventaire n’en avait pas encore été fait, nous savons seulement que ce fonds regroupait plus de 3 000 liasses et qu’à la suite du bombardement, il n’en restait plus que deux8. Seules quelques donations importantes avaient fait l’objet d’une retranscription partielle par L. Delisle9, certainement en vue d’une étude qui n’est jamais parue. Quelques originaux, des chirographes de donations du xiie s. notamment, sont également conservés aux Archives nationales10, mais en très petit nombre et ils concernent surtout la Normandie. Ces chartes sont classiques pour cette période. Le nom du donateur, son état et le nom de la terre qu’il donne, mais sans localisation bien précise, y sont mentionnés. Le recours à ces chartes dans le cadre de notre travail est anecdotique11.

30D’autres abbayes avaient des possessions dans cette région de Bretagne : Saint‑Florent de Saumur, Marmoutier entre autres. Malheureusement, là aussi les pièces conservées sont peu nombreuses et concernent le plus souvent des diplômes de présentation à la cure.

  • 12 On citera également M. René Cintré, qui s’est essentiellement attaché à l’étude des effets de la gu (...)

31Les fonds laïques sont principalement conservés dans les séries E (féodalité) et B (juridictions seigneuriales) des archives départementales. Le fonds le plus important pour la région de Montours est relatif à la seigneurie de la Motte à Saint‑Brice‑en‑Coglès. Ce fonds a déjà fait l’objet d’une étude universitaire d’histoire économique (Kessedjuan 1972). Malheureusement, peu de choses, aussi bien dans l’étude que dans les archives elles‑mêmes, peuvent concerner Montours. En effet, les seigneurs de Saint‑Brice n’avaient que très peu de terre dans cette paroisse. Cela dit, Marc Kessedjuan12 montre bien combien la région a souffert des affrontements guerriers qui se sont déroulés dans le Coglais à la fin du xve s.

  • 13 AD44 : B2450 – n° 8 : déclarations de Pierre le Sénéchal, seigneur du Rocher en Saint‑Brice, de Ber (...)
  • 14 AD44 : B2450 – nos 12 et 13 (mars 1437).
  • 15 AD44 : B2450 – nos16 et 16bis.

32Plusieurs textes de la fin du xive ou du xve s. montrent que la région de Montours a été très fortement touchée par les guerres au cours de cette période. On a ainsi plusieurs déclarations sur la « stérilitez des blés »13, sur le « chômage des moulins de Coaynon et de Loaysance » en Coglais14 ou du moulin de Valaine15.

  • 16 Le plus ancien date de 1512 (AD35 – 2 Eg 126).

33Concernant Montours et le secteur des fouilles, peu de sources sont disponibles et elles sont malheureusement toutes tardives. Il s’agit d’aveux ou de terriers du xvie s.16, mentionnant les fiefs du Teilleul, de Louvacain et de La Talvassais. Ces fiefs sont des tenues de la seigneurie du Rocher Portail (ou Rocher Sénéchal), seigneurie appartenant aux seigneurs de Saint‑Brice, au moins au xvie s. Le terrier de 1512 recense l’ensemble du fief du Teilleul, signalé comme étant un petit fief : son centre semble être une exploitation composée d’une maison avec une cour à l’avant et un jardin. S’ajoutent à cela six pièces de terre. Les types de cultures pratiquées ne sont jamais indiqués.

  • 17 648AD35 – 2 Eg 126.

34Tous les documents nous montrent un secteur fortement agricole pour lequel sont dues des corvées ou des rentes en monnaie ou nature (systématiquement de l’avoine). Hormis une mention de tanneries présentes à Louvacain17, et quelques moulins signalés dans le secteur (moulin de Cleinchart, de Quincampoix, de Valaine...), il n’y a pas d’autres activités que l’agriculture.

1.2.2.4 Conclusions

35Cette première étude n’a pu fournir que des indications, des pistes éventuelles d’études futures et non des études finies et exhaustives. Une étude de terroir à partir d’archives demande un long travail d’analyse post‑documentaire. Notre premier souhait, dans les délais qui nous étaient impartis, visait la recherche d’indices sur la mise en valeur de ce terroir dès après le haut Moyen Âge. S’il s’est avéré que nous ne disposions pas de données médiévales, il est intéressant de constater qu’à l’époque moderne, Le Teilleul, Louvaquint ainsi que La Talvassais sont toujours des unités d’exploitations agricoles, unités attachées au xvie s. à l’une des grandes seigneuries du secteur.

Bibliographie

Mentions bibliographiques

5 Morice 1746 : MORICE (Dom Hyacinthe). — Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne. Paris, 1746, 5 vol.

54 BN ms Baluze 77 : Extraits des cartulaires de Marmoutier et de Saint Martin de Tours dont « Ex cartulario Britannico ». (s.d., xie s. ?).

71 AD 35 1F 501‑1 : Collections et grands fonds. Cartulaire de Saint‑Melaine (1138).

145 AD35-1F 516 : Collections et grands fonds. Saint‑Florent de Saumur : prieurés bretons : pièces diverses, titres généraux (28 décembre 1186).

146 AD35-1F516 : Collections et grands fonds. Saint‑Florent de Saumur : prieurés bretons : pièces diverses, titres généraux (février 1142).

149 AD35-1F519 : Collections et grands fonds. Saumur : Saint‑Florent : prieuré du diocèse de Rennes dont Saint‑Brice‑en‑Coglès (1050).

559 Renard et al. 1990 : RENARD (C.), BARDET (J.‑P.), MOTTE (C.). — Paroisses et communes de France : dictionnaire d’histoire administrative et démographique : Ille‑et‑Vilaine. Paris : CNRS, 1990.

629 AD35‑1F 501‑1 : Collections et grands fonds. Cartulaire de Saint‑Melaine (1170).

705 AD35‑1F 546 : Collections et grands fonds. Abbaye du Mont Saint‑Michel : prieurés bretons. Extraits du cartulaire lui‑même extrait du ms Blancs‑Manteaux 86B (BN) (s.d.).

726 AN‑L974 : Clergé régulier. Diocèse d’Avranches : Abbaye de Savigny de l’ordre de Citeaux. Fondations, privilèges, possessions en général, personnel...

763 Guillotin de Corson 1881 : GUILLOTIN DE CORSON (Abbé). — Pouillé historique de l’archevêché de Rennes. Rennes ; Paris : Fougeray ; Haton, 1881, 6 vol.

768 AD35‑1F 296 : Collections et grands fonds. Abbaye de Savigny : ms du xviie s. renfermant la transcription du xiie au xve s. concernant Fougères et les paroisses voisines (septembre 1270).

790 AD35‑1F213 : Collections et grands fonds. Prieurés bretons de l’abbaye de Marmoutier : Saint‑Sauveur‑des‑Landes. Compromis entre Étienne évêque de Rennes et Marmoutier à propos de la présentation à Romagné (xiie s.).

791 AD35‑1F213 : Collections et grands fonds. Prieurés bretons de l’abbaye de Marmoutier : Saint‑Sauveur‑des‑Landes. Cimetière de la Chapelle‑Saint‑Aubert (xiie s.).

Annexes

Annexe Première mention des paroisses

Notes

1 Un exposé détaillé des méthodes d’investigation et des conditions d’intervention est indu dans le dossier d’opération remis au SRA de Bretagne. Nous nous contenterons ici de résumer ces données.

2 Dont quatre mois pour Louvaquint et deux pour La Talvassais.

3 Chargé de recherche à l’UMR 153 du CNRS, Rennes 1.

4 Nous remercions Stéphane Hinguant (Afan) pour son aide dans l’identification des pièces néolithiques.

5 Informations de M. Aussant. Nous remercions Pierre Aussant, propriétaire du manoir de Bonteville, pour son aide dans nos recherches sur le cadre archéologique des environs de Montours et pour avoir accepté de nous montrer ce mobilier. Ce site gallo‑romain se trouve à 600 m environ du manoir, section C du cadastre, parcelle 18, bordant dans l’angle no 19 le Clos de la rue, no 17 le pré des tanneries. Cette découverte a eu lieu en 1974.

6 Afin de brosser un bref rappel des événements qui marquent le haut Moyen Âge dans la région qui nous concerne, nous avons consulté bon nombre d’ouvrages que nous ne listerons pas ici. Pour information nous citerons quelques‑uns des auteurs qui nous ont permis de résumer ce contexte historique (La Borderie 1961 ; Lanoë 1985 ; Cintré 1989 ; Tonnerre 1994).

7 BN ms – Dupuis 635, 774, 804.

8 Concernant des affaires ecclésiastiques du xviiie s.

9 BN nal 1203 et nal 2500.

10 AN L966‑978.

11 Si ces sources sont fort utiles, leur exploitation demande toutefois un très long travail d’analyse.

12 On citera également M. René Cintré, qui s’est essentiellement attaché à l’étude des effets de la guerre dans le pays fougerais.

13 AD44 : B2450 – n° 8 : déclarations de Pierre le Sénéchal, seigneur du Rocher en Saint‑Brice, de Bertrand du Hallay, seigneur de Bonteville en Montours, d’Olivier Lebatours, du Châtellier et de Raoulle Lebatours de Poilley : extrait de l’enquête dans le pays de Fougères (avril 1438) : déclaration du curé de Coglès.

14 AD44 : B2450 – nos 12 et 13 (mars 1437).

15 AD44 : B2450 – nos16 et 16bis.

16 Le plus ancien date de 1512 (AD35 – 2 Eg 126).

17 648AD35 – 2 Eg 126.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 ‒ Localisation des sites.
Crédits dessins P. Nogues
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 2 ‒ Localisation des lieux‑dits Le Teilleul, Louvaquint, La Talvassais, sur la commune de Monteurs.
Crédits dessins P. Nogues
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47910/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 3 ‒ Localisation du lieu‑dit La Chaîne sur la commune de La Chapelle‑Saint‑Aubert.
Crédits dessins P. Nogues
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47910/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 4 ‒ Localisation des sondages du diagnostic pratiqué par G. Leroux sur Le Teilleul et Louvaquint (Leroux 1996).
Crédits dessin G. Leroux
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47910/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 5 ‒ Répartition des sites carolingiens de production et de consommation en Ille‑et‑Vilaine.
Crédits dessins T. Arnoux
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47910/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 6 ‒ Les sites de toutes périodes mis au jour dans le Coglais.
Crédits dessins T. Arnoux
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47910/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47910/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search