Version classiqueVersion mobile

Corseul (Côtes-d’Armor), un quartier de la ville antique

 | 
Hervé Kerébel

Chapitre 5. Le mobilier : études spécialisées

Specialised finds studies

Paul‑André Besombes, Philippe Borgard, Gaétan Le Cloirec, Romuald Ferrette et Hervé Kerébel

Résumé

Les fouilles ont livré une quantité importante et très variée de mobilier. La céramique, comme à l’accoutumée, y est largement majoritaire. Les études spécialisées de céramologie portent sur deux types de mobilier bien particuliers rencontrés en abondance sur le site. Ainsi, le quartier de Monterfil II a fourni un nombre non négligeable d’estampilles italiques par rapport à ce que l’on a pu observer sur les autres sites fouillés dans Corseul, soit 72 individus sur un total de 95 recensés. Par l’importance même de cet ensemble d’estampilles italiques, Fanum Martis se distingue des autres agglomérations armoricaines, ce qui peut peut‑être s’expliquer par une fondation très ancienne, remontant aux années 15‑10 avant n.è. D’autre part, il apparaît nettement que la céramique retrouvée sur le site de Monterfil II, et dans une moindre mesure dans le reste de l’agglomération, se caractérise par une forte présence d’amphores de Lipari. Par ailleurs, des activités artisanales, liées à la teinturerie ou à la tannerie, peuvent tout à fait être envisagées à l’échelle du quartier, voire de l’agglomération antique. Ce caractère commercial semble aussi confirmé par les nombreuses découvertes de monnaies. Celles‑ci sont présentées sous forme d’un corpus complet car elles apportent des informations significatives sur la spécificité de ce secteur de la ville. Enfin, les éléments métalliques mis au jour à Monterfil II sont également présentés en raison, notamment, de la grande variété des petits objets de la vie quotidienne.

Texte intégral

1Le mobilier archéologique issu des fouilles de Monterfil II représente une quantité d’informations importantes et variées difficiles à traiter intégralement dans le cadre d’une telle monographie. Une sélection d’objets, susceptibles d’apporter de nouvelles indications quant à la chronologie ou à la spécificité du site a donc été effectuée.

2La chronologie du quartier de Monterfil II, traitée dans les chapitres 3 et 4, est principalement établie à partir du matériel céramique de quelques ensembles sélectionnés pour leur position stratigraphique particulière. Cette réflexion sur la datation des horizons du site est complétée dans ce chapitre 5, par une étude portant sur les nombreuses estampilles italiques qui ont été recueillies dans le quartier, auxquelles ont été ajoutés les quelques exemplaires mis au jour sur les autres fouilles de Corseul. Ce travail a surtout pour objectif de définir le début des importations des sigillées à Corseul et, par là même, de proposer une datation pour les premières occupations sur le site de Monterfil II et, par extension, pour la création de l’agglomération.

3Suivent des études concernant :
– des amphores de Lipari, particulièrement abondantes ; la présence, en grand nombre, d’éléments de cette production particulière pourrait laisser présager des activités spécifiques, telle la teinturerie ;
– des monnaies, à l’exclusion des individus provenant des dépôts monétaires qui seront présentés dans une publication ultérieure ;
– du mobilier métallique.

5.1 Les timbres italiques

4r.f., h.k.

  • 1 Quelques amphores Dressel 1 ont été signalées par le passé. Au Champ Mulon, B. Chiché mentionne la (...)

5La question de la datation des premières occupations du site de Monterfil II, et en général de la ville de Corseul, reste difficile à élucider du fait de l’absence de documents épigraphiques et d’éléments chronologiques pertinents recueillis lors des différentes interventions archéologiques. Les quelques ensembles parmi les plus anciens du site permettent de proposer un terminus mais la quantité restreinte d’éléments datants fragilise la démonstration. Les timbres italiques, relativement nombreux, sont susceptibles d’apporter un complément d’informations et sont à même de valider ou non les données fournies par les ensembles les plus anciens. Le but de cette étude est donc de préciser la chronologie des premières importations de céramiques sigillées italiques qui devraient, a fortiori, refléter le début de l’occupation humaine sur le site de Corseul puisque la ville a été créée ex nihilo1.

  • 2 On recense un minimum de deux cent quarante timbres à Corseul. Les estampilles du Clos Julio sont d (...)

6Le site a livré soixante‑douze timbres italiques depuis 1986. Les estampilles découvertes lors d’opérations précédentes sont aussi intégrées à cette étude (tabl. xix et xx). Une partie d’entre elles a déjà fait l’objet de publications (Fichet de Clairfontaine 1986 ; Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 ; 1991). Au total, les opérations menées, depuis une trentaine d’années, sur la ville antique ont livré quatre‑vingt‑quinze marques, soit environ 40 % de la totalité des timbres mis au jour (tabl. xix)2.

TABL. XIX ‒ Répartition des estampilles italiques par site.

TABL. XX ‒ Répartition des timbres italiques sur les différents sites de Corseul.

TABL. XXI ‒ Origine supposée des estampilles du groupe 1.

7Les disparités quantitatives entre les sites ne résultent peut‑être pas de l’extension progressive de la ville car quelques opérations ne concernaient que des superficies très limitées : Clos Julio, Cabinet Médical, Chemin du Ray et Courtil Saint‑Antoine. Pour certains sites, localisés aux franges de la ville du Haut‑Empire (Monterfil I, Pont Brûlé, Chemin du Ray et Cabinet Médical), l’argument d’une implantation humaine plus tardive peut tout de même être avancé afin d’expliquer l’absence ou la faible représentation des estampilles italiques. Cette hypothèse mériterait cependant d’être confirmée. Le cas du Champ Mulon est plus problématique puisque la superficie fouillée avoisine les 1 000 m2. La limite occidentale de la ville du Haut‑Empire étant incertaine dans ce secteur, le site du Champ Mulon se trouve peut‑être déjà en situation périphérique.

8Quelle valeur faut‑il accorder à cette série ? Au début des années quatre‑vingts, P. Galliou recensait seulement une quinzaine d’estampilles de tradition italique sur les sites urbains de l’Ouest de la Gaule (Galliou 1982b). Il indiquait alors que ce matériel était absent à Vannes, à Quimper et qu’il était anecdotique à Carhaix. La proportion plus importante de timbres italiques dans des villes comme Angers, Rezé, Rennes et Corseul amenait l’auteur à envisager une romanisation plus rapide de la partie orientale de l’Armorique. Le développement récent des fouilles préventives sur les anciennes capitales de Cité contribuera sans nul doute à modifier ce schéma. Ainsi, les différents sites abordés à Vannes, entre 1981 et 1991, ont livré trente et un timbres italiques et lyonnais –chiffre très en dessous cependant de Corseul–, soit environ 20 % de l’ensemble des estampilles recensées (Martin, Triste 1997 : 113). Pour des villes comme Carhaix ou Rennes, l’absence de synthèse récente sur le sujet ne permet pas de disposer de données complémentaires, mais la fouille de la rue de Saint‑Malo à Rennes a permis la découverte d’un lot de sigillées italiques non négligeable (Labaune et al. 1997).

9La série des estampilles de Corseul soulève plusieurs questions. Le nombre relativement élevé d’éléments contredit l’idée d’une Armorique restée en marge de la romanisation au début de l’Empire. Cette importance numérique pose surtout le problème de la datation de la création de la ville antique et des conditions de cette fondation.

5.1.1 Catalogue des estampilles3

  • 3 Les numéros du catalogue renvoient aux numéros des planches 1, 2 et 3.

10fig. 152

11Conventions épigraphiques :
[ ] : restitution
^ ligature
—: lacune de longueur indéterminée
{x} : lettre incomplète mais restituable
/ : passage d’une ligne à l’autre

ACASTUS

121. Inv. 22 048 043 1991 133/1
palme ITSAC (S rétrograde) A / ACASTI palme, sur fond d’assiette indéterminée, inscription Cursonos sous le fond (fig. 152no 1).

13O.‑C. 8 ne comporte pas de graphie similaire et aucun parallèle ne peut être établi avec les marques lyonnaises de La Muette (Schnurbein 1982 : 89 ; Genin et al. 1996, pl. 89, 1‑4). Oxé envisageait la possibilité d’une entreprise de légions dont les timbres reproduisent parfois sur deux lignes le même nom écrit en « boustrophédon » sur l’une d’entre elles (Goudineau 1968 : 41). C’est le cas de l’exemplaire de Corseul.

ANNIUS

142. Inv. 22 048 043 1989 227/1
{A^NN}[I] dans un cadre dentelé sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 2).

15Cette marque mutilée semble correspondre à O.‑C. 77‑tt signalée à Rome et à Neuss (O.‑C. 16). L’absence de prénom ne permet pas d’attribuer cette estampille à un potier particulier. P. Vanderhoeven remarque que les estampilles Anni apparaissent principalement sur des formes du service I (Vanderhoeven 1989 : 152).

CERDO C. ANNI

163. Inv. 22 048 043 1992 62/31
CERDO / {C. A} NNI ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 3).

17Des marques de Cerdo C. Anni sont connues à Arezzo ainsi qu’une unique estampille sur l’atelier de La Muette à laquelle semble correspondre l’exemplaire de Monterfil II (La Muette IV‑1, O.‑C. 83‑h). Il semble en effet que Cerdo C. Anni ait créé à Lyon une filiale qui n’aurait rencontré qu’un succès limité (Schnurbein 1982 : 91). Des marques similaires ont été découvertes notamment à Poitiers (Lombard 1971, pl. 2, 70), à Haltern (Schnurbein 1982, pl. 72, no 34).

SEXT. ANNIUS

184. Inv. 22 048 043 1992 306/12
SEX palme / AN{NI} ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152, no 4).

19O.‑C. 88 ne reproduit pas de graphie équivalente. Oxé avait émis l’hypothèse que Sextus Annius et Sextus... Afer étaient une seule et même personne (O.‑C. 26‑27). Or l’examen des supports montre que les marques de Sextus Annius sont apposées le plus souvent sur des récipients du service I, contrairement à celles du second, principalement retrouvées sur des formes du service II (Schnurbein 1982 : 49‑51). Pour s. Von Schnurbein, il s’agit de deux firmes différentes dont la plus ancienne, celle de Sextus Annius est, contrairement à Haltern, très bien représentée à Dangstetten (Fingerlin 1986) et à Neuss (Ettlinger 1983).

ANTIHCI

205. Inv. 22 048 043 1989 219/3
ANTIHCI, en cercle ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 5).

21O.‑C. répertorie une marque similaire seulement à Narbonne (O.‑C. 99 : 33 ; voir aussi Poncin, Guy 1968, pl. I, 2, no 5 ; Fiches 1972 : 255).

ATEIUS

Atei sans ligature

226. Inv. 22 048 043 1992 116/1
ATEI ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 6).

237. Inv. 22 048 059 1985 201/2
ATEI, sur fond de bol du service II (fig. 152, no 7).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine 1986 : 41, no 4 ;
Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 144, no 6.

248. Inv. 22 048 043 1991 56/1
ATEI / palme ; sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152, no 8).

259. Inv. 22 048 043 1992 136/2
palme / ATEI ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152, no 9).

2610. Inv. 22 048 067 1971 0/1
ATE{I) ; sur fond de bol indéterminé.
Bibliographie : Mau 1985 : 21, no 12. Estampille perdue.

27Concernant les nos 6 et 7, de nombreux exemples sont présentés dans O.‑C. 144. Ces marques peuvent provenir soit de Lyon, soit de Pise (Schnurbein 1982). Plusieurs estampilles très proches du no 8 sont aussi répertoriées (O.‑C. 48). Trois timbres de graphie similaire sont signalés à Haltern (Schnurbein 1982, pl. 73, nos 114‑116). L’analyse de l’un d’entre eux a permis de conclure à une origine pisane. Une estampille de Neuss, de graphie identique, est également attribuée à Pise (Ettlinger 1983, pl. 64, no 77). La marque no 9 n’a qu’un seul équivalent : O.‑C. 144‑ 145 sans fac‑similé. Elle est signalée entre autres à Bavay (Vanderhoeven 1989 : 154, sans reproduction), Saint‑Marcel (Allain et al. 1966, pl. 1, no 1).

Atei avec ligature AT

2811. Inv. 22 048 043 1989 99/1
A^TEI {palme} ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 11).

2912. Inv. 22 048 043 1992 98/1
{A^T}EI palme ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152, no 12).

3013. Inv. 22 048 043 1992 342/2
A^TEI palme ; sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 13).

3114. Inv. 22 048 043 1990 0/4
A^TE{I palme} ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152, no 14).

3215. Inv. 22 048 043 1989 16/1
A^TEI dans un cadre rectangulaire dentelé (?) ;
sur fond de bol du service II (fig. 152, no 15).

33De nombreuses variantes des estampilles nos 11 à 14 sont présentes à Haltern (Schnurbein 1982, pl. 74, nos 189‑218) et à Neuss (Ettlinger 1983, pl. 64, nos 102‑108). Les estampilles de Haltern qui ont fait l’objet d’une analyse sont attribuées à Lyon (Schnurbein 1982 : 141) tout comme celles de Neuss (Ettlinger 1983 : 75). Pour la marque no 15, les analyses pratiquées sur le matériel de Haltern témoignent d’une double origine possible : Lyon ou Pise (Schnurbein 1982 : 141).

Atei avec la ligature TE

3416. Inv. 22 048 043 1989 189/1
AT^EI ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152, no 16).

3517. Inv. 22 048 071 1970 0/1
AT^EI ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152, no 17).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 144, no 3.
Estampille perdue.

3618. Inv. 22 048 067 1971 0/1
AT^EI ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152, no 18).
Estampille conservée au musée de la Société archéologique de Corseul.
Bibliographie : Chiche 1973, fig. 47, no 9‑1 ; Mau 1985 : 21, no 7.

37Il existe de nombreuses variantes de cette graphie (O.‑C. 144 : 51‑52). Les marques de Haltern avec une ligature TE sont attribuées à Pise ou à Lyon (Schnurbein 1982 : 141 et pl. 74, nos 232‑233).

CN. ATEIUS

3819. Inv. 22 048 068 1986 137/3
CN(N rétrograde). A^T^EI ; sur fond d’assiette indéterminée
(fig. 152no 19).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 144, no 9.

3920. Inv. 22 048 043 1989 219/1
palme ? CN. A^TEI ; sur fond d’assiette indéterminée dont l’extérieur est dépourvu de revêtement (fig. 152, no 20).

4021. Inv. 22 048 067 1971 ?
CN. A^TEI ; sur fragment (fig. 152, no 21).
Bibliographie : Mau 1985 : 24, no 5.

4122. Inv. 22 048 043 1992 193/1
CN A^T^EI, sur fond de bol du service II (fig. 152, no 22).

4223. Inv. 22 048 043 1991 140/1
[C]{N}. couronne dentelée / palme / [A] {T} EI ; sur fond d’assiette indéterminée et dépourvue de revêtement sur sa partie extérieure (fig. 152no 23).

4324. Inv. 22 048 071 1970 0/2 (provenance incertaine).
Palme CN. A^T^E palme ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152, no 24). Bibliographie : Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 144, no 2.

44O.‑C. ne reproduit pas de graphie comparable à l’estampille 19 (O.‑C. 145‑2b, 350 est sans fac‑similé). Trois marques avec un N rétrograde et la ligature ATE sont signalées à Haltern (Schnurbein 1982 : pl. 75, nos 334‑ 336). L’analyse chimique de deux d’entre elles traduit une origine pisane. La marque no 20 n’a pas de véritable parallèle dans O.‑C. 145. Par contre, il y existe de nombreuses marques comparables au no 21 par leur graphie (O.– C. 57). Les travaux menés à Haltern mettent en évidence deux origines possibles : Lyon et Pise (Schnurbein 1982 : 142).
O.‑C. reproduit, p. 57 et 58, plusieurs variantes de l’estampille no 22. Les marques de Haltern avec une telle ligature sont attribuées à Pise (Schnurbein 1982 : 142, nos 327‑328). La marque 23 est signalée par O.‑C. à Narbonne (O.‑C. 57 ; voir aussi Poncin, Guy 1968, pl. X, 6, no 4) et à Neuss. L’estampille no 24, aujourd’hui perdue, semble correspondre de par sa reproduction à une marque trouvée à Neuss (Ettlinger 1983, pl. 64, no 144) et à deux autres mises au jour à Haltern (Schnurbein 1982, pl. 76, nos 347‑ 348). L’analyse de l’une d’elles démontre une origine pisane (Schnurbein 1982 : 142).

Divers Ateius

4525. Inv. 22 048 043 1989 118/1
{AT^EI} ou {A^TEI} ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 25).

CN. ATEUS CRESTI

4626. Inv. 22 048 043 1989 212/1
CN. ATE / CRESTI ; sur fond d’assiette indéterminée. (S rétrograde) (fig. 152no 26).

47Cette marque peut correspondre à O.‑C. 155‑ 21 sans fac‑similé (Cologne). Deux timbres de Saintes mais de graphie différente sont attribués à Pise (Tilhard 1988 : 172, nos 32‑33).

CN. ATEIUS EUHODUS

4827. Inv. 22 048 043 1992 523/6
CN [A^T]EI. EUHOD{I}, en cercle ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 27).

49O.‑C. 160 p. 68 recense une douzaine de marques similaires : entre autres Tarragone, Séville, Poitiers (Lombard 1971, pl. 1, no 41), Saintes (Tilhard 1976, pl. 1, no 7), Autun, Xanten, Bâle. Cette graphie est également attestée à Colchester (Hawkes, Hull 1947, pl. XLI, no 11) et à Neuss (Ettlinger 1983 : 75 et pl. 65, nos 169‑170 ; deux exemplaires originaires de Pise d’après des critères qualitatifs).

CN. ATEIUS MAHES

5028. Inv. 22 048 043 1989 202/1
[ATEI] M^A^E^S palme ; timbre circulaire sur fond de bol indéterminé (fig. 152, no 28).

51Cette estampille correspond à O.C.168‑1a signalée à Rome, Tarragone, Poitiers, (voir aussi Lombard 1971, pl. 1, no 52), Lyon, Oberwinterthur, Mayence, Neuss (Collection Sels). Elle se rencontre également au Mas d’Agenais, (Cadenat 1982, fig. 2, no 2), à Narbonne (Poncin, Guy 1968, pl. XI, 8, nos 1 et 2), Saintes (Tilhard 1988, fig. 45 et 46). Les deux timbres analysés du site de « Ma Maison » à Saintes sont d’origine pisane.

MAHES

5229. Inv. 22 048 043 1989 21/2 
M^A^H^E^TIS ; sur fond de plat indéterminé (fig. 152, no 29).

53O.‑C. 169 ne présente pas de reproduction de cette marque. La graphie est identique à une marque de Bavay (Vanderhoeven 1989, pl. VI, no 185) et à un timbre de Neuss (Ettlinger 1983, pl. 65, no 185). Dans les deux cas cependant, le cartouche possède une forme différente et les lettres sont plus petites. Les estampilles de Haltern et de Neuss, au seul nom de Mahes qui ont fait l’objet d’une analyse, proviennent de Pise (Schnurbein 1982 : 142, no 381 ; Ettlinger 1983 : 70, no 183) au même titre que celles de Saintes (Tilhard 1988 : 172, nos 47 et 50).

CN. ATEIUS XANTHUS

5430. Inv. 22 048 043 1992 11/1
A^T^EI. XA^N^TI ; dans un cartouche rectangulaire à queue d’aronde sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 30).

5531. Inv. 22 048 043 1996 605/1
CN AT^EI / palme / XA^N^THI ; sur fond de calice Drag. 11 (fig. 152no 31).

5632. Inv. 22 048 043 1991 42/1
AT^EI XA ? ; dans un cartouche rectangulaire à queue d’aronde sur fond de bol du service II (fig. 152no 32).

5733. Inv. 22 048 017 1984 0/12
Cn. Ateius Xanthus ; cette estampille, signalée dans le rapport de fouille, est aujourd’hui perdue (Fichet de Clairfontaine et al. 1984 : 57).

58La marque no 30 est signalée sur de nombreux sites (O.‑C. 176 : 79). Les estampilles identiques de Neuss sont attribuées à Pise par le biais d’analyses (Ettlinger 1983, pl. 165, nos 195‑199 et p. 75). La marque présente sur calice Drag 11 (no 31) correspond à O.‑C. 176‑21. Déjà recensée à Corseul (Cloastre, Merlat 1954 : 319, no 7), elle est aussi connue à Ampurias, à Autun mais sans la palme, à Neuss (voir aussi Ettlinger 1983, pl. 65, nos 194‑194a), à Haltern et à Xanten (O.‑C. 78). Elle se rencontre également à Angers sur le site de La Gaumont‑Saint‑Martin (Mortreau 1997b, fig. 14, no 5) ou encore à Langres (Drouhot 1977, pl. 1, no 1). Comme la précédente, il s’agit, d’après une analyse pratiquée sur un exemplaire de Neuss, d’une production pisane (Ettlinger 1983 : 70). Enfin, la marque du no 32 pourrait avoir son équivalent à Besançon (Lombard 1978 : 99, no 11).

XANTHUS

5934. Inv. 22 048 043 1992 87/2
XA{N^T}[^HI] ou XA{N^T}^ [H] ou XA{N^T}[I] ; sur fond d’assiette indéterminée. Première proposition la plus probable (fig. 152, no 34).

6035. Inv. 22 048 043 1992 90/4
XAN^T^{H}[I] ou XAN^T^{H} ; sur fragment. Première proposition la plus probable (fig. 152no 35).

6136. Inv. 22 048 043 1996 601/1
XA^N^T^H ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 36).

6237. Inv. 22 048 043 1996 601/2
XA^N^T^ H ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 37).

6338. Inv. 22 048 043 1992 316/2
XA^N^T^HI palme ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 38).

6439. Inv. 22 048 043 1992 356/4
{X}[AN] THI (en cercle) ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 39).

6540. Inv. 22 048 068 1986 81/2
[X] {A} N^T^HI ; sur fond de bol du service II (fig. 161no 29).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 152, no 40.

6641. Inv. 22 048 043 1989 0/42
XA{N} (THI) ; sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 41).

67O.‑C. 177 présente de nombreux parallèles concernant les marques nos 36 et 37, qui se singularisent par une ligature entre ANTH. Les estampilles de graphie similaire trouvées à Haltern traduisent une origine pisane (Schnurbein 1982 : 142, nos 411 et 413 et pl. 76). Celles de Neuss sont également attribuées à Pise, mais par comparaison avec le matériel d’Haltern (Ettlinger 1983 : 75). Le timbre no 38 est comparable par sa graphie à une marque de Glanum (Bémont 1976 : 135, no 53) et à une seconde découverte à Poitiers (Lombard 1971, pl. 2, no 63). L’estampille circulaire no 39 est signalée quant à elle par O.‑C., sans fac‑similé, à Paris, Mayence et à Neuss (coll. Sels, voir aussi Ettlinger 1983, pl. 65, no 218). Elle se rencontre également à Colchester (Hawkes, Hull 1947, pl. 41, no 41). La marque no 40, avec un I plus petit, semble correspondre à O.‑C. 177‑287 répertoriée à Vechten. Quant aux estampilles nos 35, 36 et 41, leur état de conservation n’autorise pas l’établissement de parallèles certains.

MAHES et ZOELUS

6842. Inv. 22 048 043 1989 19/6
AT^EI M^A^H^E / ET. ZOEL ; sur fond d’assiette indéterminée. Z rétrograde (fig. 152no 42).

6943. Inv. 22 048 068 1986 202/1
AT^EI M^A^H^E / ET. ZOEL ; sur fond d’assiette indéterminée. Z rétrograde (fig. 152no 43).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 144, no 8.

70S. Von Schnurbein a noté l’existence de deux variantes de cette marque (Schnurbein 1982 : 74) : la première avec le L de Zoelus au même niveau que les autres lettres, comme c’est le cas pour les nos 42 et 43 ; la seconde avec un L plus en hauteur. L’unique timbre de Haltern qui a fait l’objet d’une analyse est d’origine pisane (Schnurbein 1982 : 142, no 439). Ces estampilles sont le plus fréquemment apposées sur de grands bols du service II. Une seule marque est signalée à Haltern sur un grand plat du service I (Schnurbein 1982 : 74). Elles sont signalées entre autres à Neuss (Ettlinger 1983, pl. 66, nos 238‑239), Bavay (Vanderhoeven 1989, pl. 6, no 137), Narbonne (Poncin, Guy 1968, pl. XI, no 4), Langres (Drouhot 1977, pl. 1, no 39).

P. ATTIUS

7144. Inv. 22 048 059 1985 201/2
{P.} A^TTI ; timbre radial sur font de plat indéterminé (fig. 152, no 44).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine 1986 : 41, no 2 ;
Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 144, no 5.

72O.‑C. présente plusieurs variantes de cette graphie (O.‑C. 209 : 94‑96). L’analyse de trois marques de Haltern comportant une ligature identique a permis de conclure à une origine pisane (Schnurbein 1982). À Neuss, la majorité des marques de P. Attius est aussi attribuée à Pise (Ettlinger 1983). Par contre, un timbre de Saintes, de graphie différente, provient d’Arezzo (Tilhard 1988 : 172, no 58).

ANTEROS AVILLI

7345. Inv. 22 048 043 1989 89/1
AN^TE^R / palme / A^VILL^I ; barre supérieure du T illisible, sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 45).

74Le timbre no 45 est proche de O.‑C. 236b. II s’en distingue par la présence d’un I ligaturé avec le second L de Avilli à moins qu’il ne s’agisse d’un défaut.

FIG. 152 ‒ nos 1 à 45 Timbres italiques et leurs supports, découverts sur les différents sites archéologiques de Corseul.

H. Kerébel

MENA AVILI

7546. Inv. 22 048 043 1989 219/2
MENA / AVI [LI] ; timbre circulaire sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 46).

7647. Inv. 22 048 043 1989 19/5
{M) ENA / {A}VILI ; timbre circulaire sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 47). Les marques nos 46 et 47 correspondent à O. ‑C. 292‑a‑g. Des graphies similaires sont connues à Rome (O.‑C. 110‑11), Haltern (Schnurbein 1982, pl. 77, no 474), Neuss (Ettlinger 1983, pl. 66, nos 276‑277) ou encore à Bavay (Vanderhoeven 1989, pl. 6, no 188). Présente également sur l’atelier de La Muette en un seul exemplaire (La Muette VII‑1), cette estampille semble être en fait une production viennoise (Desbat et al. 1996 : 237).

SYNHISTOR (CALEDI)

7748. Inv. 22 048 059 1985 199/3
SINI dans un cadre rectangulaire ; sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 48).

78L’estampille no 48 peut correspondre à O.‑C. 391‑r, p. 127‑128 (sans fac‑similé). Synhistor est connu comme ouvrier de la firme de Calidius Strigo d’Arezzo.

CRESTUS

7949. Inv. 22 048 043 1992 523/1
CRESTI ; sur fond de bol Conspectus 25.1.1 (avec une estampille similaire à Vindonissa : Conspectus 1990, pl. 23) (fig. 152, no 49).

8050. Inv. 22 048 067 1971 0/2
C[RE]{ST}I ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 50). Estampille conservée au musée de la Société archéologique de Corseul.

81La marque no 49 est proche de O.‑C. 425‑3. La seconde est trop mutilée pour autoriser une comparaison. O.‑C. 425 semble regrouper plusieurs homonymes dont un fut esclave d’Ateius avant d’être affranchi. Les timbres de Haltern au seul nom de Crestus sont d’origine pisane pour trois d’entre eux (Schnurbein 1982 : 143, nos 482‑484) et d’Arezzo pour le dernier (Schnurbein 1982 : 143, no 485). À Neuss, la plupart des timbres paraissent pisans (Ettlinger 1983, nos 154‑168) ce qui est le cas à Saintes (Tilhard 1988 : 172, nos34‑37). Des marques, assez rares, au seul nom de Crestus sont également connues à Lyon sur des bols du service II (La Muette X ; Genin et al. 1996 : 198).

C. CISPIUS

8251. Inv. 22 048 043 1992 473/1
C. CISPI ; sur fragment (fig. 152no 51).

83II n’existe pas de reproduction de graphie similaire dans O.‑C. 436. Trois timbres de C. Cispius se rencontrent à Neuss mais avec une palme pour terminaison (Ettlinger 1983, pl. 66, nos 288‑290). La diffusion de cette firme (O.‑C. 435‑438) localisée au nord‑ouest d’Arezzo (Conspectus 1990 : 6) est large puisque ses produits se retrouvent aussi bien en Italie (Rome, Rimini, Turin) qu’en Espagne (Tarragone, Ampurias), sur le limes (Neuss), en Gaule (Mont‑Beuvray, Paris, Lyon) ou encore en Afrique (Guéry 1992 : 63).

CLARUS

8452. Inv. 22 048 059 1985 201/1
CLARI ; sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152, no 52).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine 1986 : 41, no 3 ; Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 144, no 7.

85Cette marque correspond à O.‑C. 444. Aucune estampille de Clarus n’a été retrouvée sur l’atelier de La Muette. L’analyse de marques de Haltern montre cependant qu’il a exercé à Lyon (Schnurbein 1982 : 143, nos 489, 490 et 495) et qu’il a vraisemblablement surtout produit des assiettes des services I et II. Le no 52 équivaut par sa graphie aux nos 493‑495 de Haltern (Schnurbein 1982, pl. 78 ; Desbat et al. 1996, pl. 90, no 8).

CLARI ATEIANI

8653. Inv. 22 048 043 1989 211/4 
– – – / A{TEIA}^ [N], dans un cadre rectangulaire (fig. 152, no 53).

87L’interprétation de ce timbre est rendue délicate de part sa conservation mais aussi en raison de sa terminaison peu lisible. L’encadrement plaide toutefois en faveur d’une estampille sur deux lignes dont la première est manquante. La restitution du second A, partiellement conservé, permet de l’attribuer à Clari Ateiani, le N final étant mal imprimé ainsi que l’encadrement. Cette estampille, correspondant à O.‑C. 446‑b, se rencontre notamment à Haltern. Les analyses effectuées attribuent ces marques à Lyon bien qu’elles soient absentes sur le site de La Muette (Schnurbein 1982 ; Genin et al. 1996 : 198). O.‑C. répertorie des estampilles similaires, outre à Haltern, à Neuss et à Trêves (O.‑C. 147).

COR

8854. Inv. 22 048 068 1986 112/1
COR ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 54).

89Cette estampille, trouvée sur le site du Courtil Saint‑Antoine, avait été considérée comme une production du groupe de Montans (Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1991 : 283). L’examen de la pâte plaide plutôt en faveur d’une production de tradition italique. Ce timbre correspond à O.‑C. 467g, répertoriée à Pompéi, Lyon, Vechten (O.‑C. 153). Malgré son absence sur l’atelier de La Muette, il s’agit d’une production lyonnaise ainsi qu’en témoigne une analyse (Genin et al. 1996 : 194 et pl. 90, 11).

EROS

9055. Inv. 22 048 043 1992 62/22
ERO [S], dans un cadre rectangulaire sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 55).

91O.‑C. répertorie plusieurs homonymes qui ont exercé dans des centres différents (O.‑C. 639‑647) : Arezzo (ancien esclave d’Ateius ?), Pouzzoles, Pise entre autres. L’analyse d’un timbre de Saintes tend aussi à traduire une origine extérieure aux grands centres actuellement connus (Tilhard 1988 : 173 et fig. 23, no 62).

FONTEIANUS

9256. Inv. 22 048 043 1992 256/3
FO^N^T ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 56).

9357. Inv. 22 048 043 1996 605/2
FON^T ; en cercle sur fond de bol du service II (fig. 152no 57).

9458. Inv. 22 048 043 1989 256/1 FON˄T ; en cercle sur fond de bol du service II (fig. 152no 58).

9559. Inv. 22 048 068 1986 13/1
FON^T ; en cercle sur fond de bol du service II (fig. 152no 59). Bibliographie : Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 144, no 12.

96Ces quatre estampilles sont attribuables au potier lyonnais Fonteianus. La marque no 56 correspond à O.‑C. 703‑28 dont seize exemplaires sont connus à Haltern (Schnurbein 1982 : nos 530‑546). P. Vanderhoeven signale également un timbre identique à Bavay (Vanderhoeven 1989, pl. 5, no 132), ainsi que R. Lombard à Poitiers (Lombard 1971 : 2, no 90) et M. Genin à Lyon (Genin 1993, fig. 23, no 207). Les nos 57, 58 et 59, correspondant à O.‑C. 703‑3, se retrouvent à Lyon, Haltern et Asberg (Schnurbein 1982 : 99) ou encore à Saintes (Tilhard 1988, fig. 23, no 65).

TITUS MALLIUS FORTUNATUS

9760. Inv. 22 048 043 1989 245/1
T. ML tiret / FORT / FECI ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 60).

98Cette marque, équivalant à la variante V de O.‑C. 942, est une production de l’atelier de La Muette où elle est très abondante (La Muette XXIII‑1) et imprimée exclusivement sur des bols du service II (Genin et al. 1996 : 201). Vingt‑huit estampilles de ce type sont présentes à Haltern, huit (?) à Neuss, six à Mayence, deux à Cologne, quatre à Xanten (Schnurbein 1982 : 102), une à Poitiers (Lombard 1971, pl. 2, no 93) et à Angers (Provost 1981 : 12). D’une manière générale, cette graphie est absente des sites au sud de Lyon ce qui est conforme à la diffusion des produits de ce centre.

C. MEMMIUS

9961. Inv. 22 048 043 1992 396/5
{ (M^E}MM ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152, no 61).

100O.‑C. 984 signale 7 marques identiques : quatre à Arezzo, une à Fiesole, à Rome et à Ampurias (O.‑C. 984‑31). L’activité de C. Memmius fut assez longue puisque sont connues quelques marques radiales et in planta pedis.

P. MESSENIUS AMPHIO

10162. Inv. 22 048 043 1992 238/10 
P. MESS / A^MP{H} ou P. MESS[E] / A^MP{IO} ; sur fond d’assiette du service Ib (fig. 152no 62).

102La marque no 62, incomplète, peut correspondre à O.‑C. 1013‑b ou d. Les graphies de P. Messenius Amphio avec deux S sont les plus anciennes et sont fréquemment radiales (O.‑C. 265).

M. PERENNIUS

10363. Inv. 22 048 043 1992 128/1
La lecture de cette estampille est délicate car les dernières lettres sont peu marquées :
M. PERE{NI} ; en cercle et rétrograde sur fond de bol du service II (fig. 152no 63).

104O.‑C. 1239 ne reproduit pas de marque similaire. Des estampilles circulaires associant le praenomen et le gentilice sont cependant connues (O.‑C. 1239‑8 ; sans fac‑similé) mais elles semblent peu fréquentes et antérogrades.

PRINCEPS

10564. Inv. 22 048 043 1991 10/1
PRINC ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 64).

106Princeps est connu comme ouvrier de N. Naevius de Pouzzoles (O.‑C. 289). Des marques au seul nom de Princeps sont attestées (O.‑C. 1102 et 1404). Le no 63 avec un C plus petit et en hauteur peut correspondre à O.‑C. 1102 c1‑3‑d (sans fac‑similé).

RASINIUS

10765. Inv. 22 048 068 1986 172/1
[R]ASIN(rétrograde) I encadrement de petits points ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 65).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 145, no 10.

108Cette estampille, correspondant à O.‑C. 1485‑197, 206, 207 (sans fac‑similé), est attribuable au potier Rasinius de Lyon (La Muette XXVII‑3). Il s’agit de la seule marque rectangulaire de celui‑ci sur bol (Genin et al. 1996 : 202).

C. SENTIUS

10966. Inv. 22 048 043 1989 245/4
C. {SE}..., sur fragment (fig. 152no 66).

11067. Inv. 22 048 043 1992 124/2
SE^N^T^I ; sur fond de bol du service II (fig. 152, no 67).

11168. Inv. 22 048 043 1989 249/1
SE^N^T^I ; sur fond de bol du service I (fig. 152no 68).

112L’estampille 66 est attribuable à O.‑C. 1732 sans plus de précision compte tenu de sa fragmentation.

113Les nos 67 et 68 correspondent à O.‑C. 1729‑g. dont aucun parallèle n’est signalé sur le site de La Muette (La Muette XXIX). L’analyse chimique d’une marque similaire trouvée à Haltern traduit une origine italienne sans plus de précision (Schnurbein 1982 : 143 et pl. 80, no 699). Trois estampilles de Neuss de graphie identique sont classées parmi les productions arétines (Ettlinger 1983 : 71 et pl. 68, nos 411‑413).

SENTIUS

11469. Inv. 22 048 043 1992 109/1
SE{N}[TI] ; graphie bordée de lignes perlées sur fond de bol du service II (fig. 152no 69).

11570. Inv. 22 048 043 1992 310/3
SENTI, graphie bordée de lignes perlées ; sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 70).

116Cette graphie se retrouve à Lyon, principalement sur des bols du service II (O.‑C. 1730a‑ i ; La Muette XXIX, 3, Genin et al. 1996 : 203). Un exemplaire est apposé sur une assiette et un second sur une tasse du service I. Sept marques identiques sont signalées à Haltern (Schnurbein 1982, pl. 80, nos 700‑707), deux à Neuss (Ettlinger 1983, pl. 68, nos 414‑415).

L. TETTIUS SAMIA

11771. Inv. 22 048 043 1992 309/12
L˄TETTI / SA^MIA ; marque radiale sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 71).

11872. Inv. 22 048 059 1985 201/3
L. TETI / {SA^M}IA ; marque radiale sur fond de plat indéterminé. L’extérieur du fond est dépourvu de revêtement (fig. 152, no 72).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine 1986 : 41, no 1 ; Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 144, no 4.

11973. Inv. 22 048 043 1989 60/1
L. TETTI / SAMIAE ; marque radiale sur fond de plat indéterminé, anneau guilloché et trace de support de cuisson. La face interne du pied et l’extérieur du fond sont dépourvus de revêtement (fig. 152, no 73).

120La marque no 71, qui présente une ligature entre le L et le T de Tetti, n’a pas d’équivalence dans le Corpus.
O.‑C. 1968 présente plusieurs variantes d’estampilles caractérisées par un seul T et une ligature AM. Cependant, le timbre no 72 s’en distingue par un espace important entre le T et le E de Tetti, le M et le I de Samia. L’estampille no 73 correspond à O.‑C. 1970 (a, b, d, g) qui se caractérise par un E plus petit (ici peu marqué) et en hauteur. Elle est recensée notamment à Tarragone, Narbonne et à Septs‑Fonts (Mauné 1997 ; marque radiale sur fond de plat).
L. Tettius Samia est connu par de nombreux timbres à Arezzo. Pourtant, les marques de Haltern, au nombre de trois, proviennent d’Italie sans plus de précision suggérant ainsi l’existence d’une ou plusieurs filiales encore inconnues. Il faut cependant signaler que les pièces de Haltern sont des productions tardives puisque deux marques se retrouvent sur des bols du service II (Schnurbein 1982 : 79). Or, les trois timbres de Corseul sont radiaux et appartiennent selon toute logique au début du fonctionnement de la firme.

C. TIGRANUS

12174. Inv. 22 048 068 1986 55/1
Ligne ondulée C. TIG palme / RAN^I ; sur fond de grand bol ? (fig. 152no 74).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 145, no 11.

122L’estampille no 74, correspondant à O.‑C. 1995‑11, est à classer parmi les productions lyonnaises (La Muette XXXIV‑1). Cette graphie est apposée exclusivement sur des bols, principalement du service I (Desbat et al. 1996 : 60, 207 et fig. 50).

L. TITIUS

12375. Inv. 22 048 043 1989 130/2
L. TITII ; sur fond d’assiette du service I (fig. 152, no 75).

124La marque no 75 peut correspondre à O.‑C. 2052‑67, 69, 70 (sans fac‑similé), mentionnée à Vechten et à Haltern (voir aussi Schnurbein 1982, pl. 81, nos 790‑791).

IOTHUR / L. THYRSUS

12576. Inv. 22 048 068 1986 137/1 (fig. 152, no 76).
Bibliographie : Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 145, no 13.

126Le problème soulevé par cette graphie a été abordé lors de la publication du catalogue de La Muette puisque ces marques peuvent appartenir au potier L. Thyrsus (La Muette XXXIII ; Genin et al. 1996 : 204‑205). Le timbre no 72 correspond à O.‑C. 831‑eh et à la seconde variante de La Muette XXIII, caractérisée par des ligatures TH, VR et un encadrement de petits points serrés.

L. TITIUS THYRSUS

12777. Inv. 22 048 043 1992 351/1
L. TITI. TY, bordé de traits sur ses côtés les plus larges ; sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152, no 77).

12878. Inv. 22 048 043 1992 76/7
L^T. TY^RSI dans un cadre rectangulaire sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 78).

12979. Inv. 22 048 043 1989 0/43
{L. ^TY^RSI} ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 79).

13080. Inv. 22 048 043 1992 157/5
L. TIT^H^YRSI, empreinte rectangulaire en queue d’aronde ; sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 80).

131La marque no 77 correspond à O.‑C. 2061‑76 dont un exemplaire est signalé à Xanten (O.‑C. 480). La no 79 est sans doute similaire, par sa graphie, à la no 78
(O.‑C. 2061‑65). Cette dernière est présente à Xanten et à Haltern (Schnurbein 1982, pl. 81, no 793) ou encore à Neuss (Ettlinger 1983, pl. 70, 514). La marque no 80 correspond à O.‑C. 2061‑29, répertoriée seulement à Rome. Il est intéressant de constater qu’aucune de ces quatre estampilles n’est susceptible de provenir de l’atelier de La Muette puisque ces graphies n’y sont pas recensées.

BLANDUS L. TITI

13281. Inv. 22 048 043 1989 89/2
BLA{N} / L. TITI ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 81).

133Cette marque correspond à O.‑C. 2074‑f signalée à Neuss.

M. TULLIUS FECIT

13482. Inv. 22 048 043 1991 104/18
{M}TV^L{I} [US] / palme / {F) E{C}[IT étoile] ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 82).

  • 4 Pour Poitiers, voir également, Lombard 1971, pl. 3, no 121. Pour Narbonne : Poncin, Guy 1968, pl. I (...)

135L’estampille no 82 correspond à O.‑C. 2157b, la bordure du cartouche est mal imprimée. Les produits de cette firme sont cités par O. ‑C. en Espagne (Tarragone, Séville), en Gaule (Nîmes, Mont Beuvray, Narbonne, Poitiers4) ou encore sur le limes (Neuss, Oberaden).

L. VMBRICIUS

13683. Inv. 22 048 043 1989 155/1
L V^M / {B}RICI ; encadrement de palme sur les petits côtés ; sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 83).

13784. Inv. 22 048 043 1992 162/1
[L] {V^M} / [BR]ICI ; encadrement de palmes sur les petits côtés ; sur fragment (fig. 152no 84).

138Ces deux marques identiques ne comportent pas de parallèle dans O.‑C. et l’absence de mention du cognomen ne permet pas de les rattacher à L. Vmbricius Scaurus ou L. Vmbricius Mancianus (O.‑C. 2395).

THYRSUS L. VMBRICI

13985. Inv. 22 048 071 1970 0/3
(provenance incertaine) ; THYR[S] / V^MBR ; marque radiale sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 85).

140Cette marque, correspondant selon toute vraisemblance à O.‑C. 2457‑b‑d, est recensée à Rome et à Neuss (Ettlinger 1983, pl. 71, no 563). Elle se rapporte à la période où Thyrsus exerce chez L. Vmbricius Scaurus (O.‑C. 483). Il travailla ensuite pour L. Titius avant d’avoir sa propre firme à Arezzo.

VRBANUS

14186. Inv. 22 048 043 1991 104/6
V {R} B{A] ^ [N] ; sur fond d’assiette indéterminée (fig. 152no 86).

142Des estampilles d’Vrbanus sont connues à Pouzzoles (O.‑C. 2496 et 2497) ainsi qu’à Lyon (La Muette, XVII, Schnurbein 1982 : 115‑116). L’exemplaire de Corseul, certes mal conservé, semble correspondre de part sa graphie à O.‑C. 2497‑b de Pouzzoles.

Marque de lecture conjecturale

14387. Inv. 22 048 043 1989 155/12 (fig. 152no 87).

144Cette marque, non répertoriée dans le Corpus, correspond à La Muette XLI‑4, dont sept exemplaires sont connus. Sa lecture est délicate et J. Lasfargues et H. Vertet propose Vlon ou Elon.

Estampille anépigraphique

14588. Inv. 22 048 043 1992 238/10
couronne de laurier ; sur fond de bol du service II (fig. 152no 88).

146Cette marque correspond à O.‑C. 2522, signalée seulement à Rome. Ce timbre figure également parmi les estampilles anépigraphiques utilisées à Montans (LA. Gallia 1974 : 492, fig. 35 ; Tilhard 1988, pl. 146, no 205).

Indéterminées

14789. Inv. 22 048 043 1992 287/2
SY^LL ; sur fond de bol indéterminé (fig. 152no 89).

14890. Inv. 22 048 043 1992 464/1
... ETI ; sur fond de plat indéterminé dont l’extérieur est dépourvu de revêtement (fig. 152no 90).

149L’état de conservation de cette estampille rend son interprétation hasardeuse. Elle peut correspondre à une marque de L. Tettius (O.‑C. 1965 : 452) ou de L. Tettius Samia (O.‑C. 1969 : 458) s’il s’agit d’un timbre sur deux lignes. L’aspect de la pâte et du revêtement semble en tout cas souligner une production italique au sens strict.

15091. Inv. 22 048 059 1985 146/1
– L... ; sur fragment (fig. 152no 91).

15192. Inv. 22 048 043 1992 88/2
M ? puis lettres difficiles à déterminer ; sur fragment (fig. 152no 92).

152À l’instar de la marque 90, les caractéristiques du vernis et de la pâte plaident en faveur d’une production italique au sens restreint.

15393. Inv. 22 048 043 1992 336/1
FA{S}...? ; sur fragment (fig. 152no 93). La lecture des deux premières lettres n’est pas assurée.

15494. Inv. 22 048 059 1985 201/4 (fig. 152, no 94).

155Cette estampille avait été classée précédemment parmi les productions d’Ateius (Fichet de Clairfontaine 1986 : 41, no 5). Son état de conservation nous paraît cependant trop dégradé pour l’affirmer avec certitude (fig. 162, no 68).

15695. Inv. 22 048 043 1992 67/1 Une lettre mal conservée, peut‑être un C (fig. 152, no 95).

157La graphie semble encadrée par des traits horizontaux et verticaux. Fond de bol du service II.

FIG. 152nos 46 à 95 Timbres italiques et leurs supports, découverts sur les différents sites archéologiques de Corseul.

H. Kerébel

5.1.2 Les approvisionnements

  • 5 Une origine de production ne peut être proposée pour les estampilles 91 et 93 à 95, trop fragmentai (...)

158Il est souhaitable de rappeler, avant d’examiner en détail l’origine des timbres trouvés à Corseul, qu’aucune analyse chimique n’a été pratiquée. L’attribution à tel centre ou région de production est basée avant tout sur les travaux réalisés sur le matériel de Haltern, de Neuss, du site de « Ma Maison » à Saintes ainsi que sur les données réunies par Oxé. Afin d’aborder cette question, les estampilles de Corseul ont été classées en deux groupes : un premier rassemble les estampilles autres que les Ateiana réunis quant à eux dans le groupe 2. Le premier comprend cinquante marques, le second quarante et une5. Concernant les premières, certaines sont bien attestées dans un unique centre ou dans une seule région de production. Par contre, le problème des Ateiana est plus délicat puisque leur origine peut‑être plurielle.

Les estampilles du premier groupe

159Il se compose de cinquante timbres (tabl. xxi) qui attestent des relations avec deux zones principales de production : Arezzo et Lyon/Vienne. L’attribution à Arezzo des timbres d’Anteros Avili, de Synhistor, de C. Cispius, de M. Perennius Tigrannus, de C. Memmius, des Annii (nos 2 et 4), des Vmbricii, des Titii (dont aucun parallèle n’existe à La Muette), ne pose pas de problème. Les marques de L. Tettius Samia, toutes radiales, doivent également en provenir même si l’analyse des timbres de Haltern suggère l’existence probable d’un ou de plusieurs autres centres de production. Quant à la marque de Cerdo C. Anni, malgré sa similitude avec celle trouvée sur La Muette, l’hypothèse d’une provenance arétine ne peut être totalement exclue. Au total, dix‑neuf timbres minimum témoignent de manière certaine d’importations d’Arezzo soit 38 % du groupe 1 et 20 % de l’ensemble des marques.

160Les ateliers lyonnais et viennois rassemblent quant à eux quinze marques. De Vienne sont originaires les deux timbres de Mena Avili (Desbat et al. 1996 : 228). Huit estampilles sont issues de l’atelier de La Muette : une de Fonteianus, de Titus Mallius Fortunatus, de Rasinius, de Tigranus, de lothur, de Vlon/Elon et deux de Sentius. Trois autres marques de Fonteianus, une de Clarus et l’estampille Cor peuvent provenir d’un atelier lyonnais non localisé à ce jour. Elles peuvent aussi être issues de La Muette dont la fouille ne fut que partielle (Desbat et al. 1996 : 39‑40). Au total, les productions des deux ateliers rhodaniens, hors Ateiana, constituent 30 % du premier groupe et 16 % environ de la série. À Vannes, la proportion des estampilles lyonnaises est légèrement supérieure. Elle atteint, avec seulement sept timbres, 22 % de l’effectif (Martin, Triste 1997 : 113).

161Hormis ces deux provenances majeures, quelques timbres témoignent de relations avec d’autres parties de l’Italie. La marque de P. Attius semble provenir de Pise si l’on se réfère au matériel analysé de Haltern. Les timbres d’Vrbanus et de Princeps paraissent être les seuls attribuables à Pouzzoles. P. Messenius Amphio et Antihci ont exercé en Italie centrale selon Oxé (O.‑C. 265) et le timbre de M. Tullius Fecit serait originaire de cette même région (Tilhard 1988 : 177). Quant aux marques de Sentius nos 67 et 68, elles proviennent sans doute d’Italie, puisque leur graphie apparaît absente à Lyon. Cela semble aussi être le cas, d’après les caractéristiques des pâtes et des vernis, des estampilles mutilées nos 90 et 92. Enfin, l’origine de quelques timbres demeure inconnue : estampille d’Acastus, d’Eros et les timbres nos 66 (C. Sentius), 88 et 89.

Les estampilles du groupe d’Ateius

  • 6 Les deux timbres de Crestus ont été comptabilisés dans le groupe d’Ateius.

162Le groupe d’Ateius réunit quarante et une estampilles soit environ 43 % de l’ensemble des marques de Corseul. Il se compose, dans le détail, de :
‒ vingt timbres au seul nom d’Ateius, soit un peu moins de 49 % de ce groupe ;
‒ dix timbres associant Ateius et un ou des esclaves, ou bien un ou des affranchis (24,5 %) ;
‒ onze timbres au nom d’affranchis, soit environ 27 % des Ateiana parmi lesquels les marques de Xanthus sont les plus abondantes (8 sur 11)6.

163L’appréciation de la provenance de ces timbres est rendue délicate en raison de la pluralité des origines possibles. La maison mère, installée à Arezzo, où furent retrouvés un four et des céramiques au seul nom d’Ateius, essaima à Pise avant le début de notre ère (Conspectus 1990 : 7‑8 ; Kenrick 1996 : 40). Les travaux sur le matériel de Haltern et de Neuss ont permis d’y reconnaître les ouvriers Crestus, Euhodus, Mahes, Zoilus et Xanthus. La firme installa également une succursale à Lyon, identifiée à ce jour par le biais d’analyses chimiques (Picon, Garmier 1974). Sur l’atelier de La Muette, sont également connues des estampilles de Crestus, de Xanthus et Zoilus (La Muette X, XXXIX et XL ; Genin et al. 1996). Force est de constater qu’il est alors délicat d’attribuer ces estampilles à un centre ou à une zone de production précise. Plus que pour les marques précédentes, les attributions doivent s’entendre comme des propositions et non comme des affirmations (tabl. xxii).

TABL. XXII ‒ Origine supposée des estampilles du groupe d’Ateius.

164Une origine lyonnaise ne concernerait que quatre timbres au seul nom d’Ateius (nos 11 à 14) et un dernier de Clarus Ateiani dont l’attribution à Lyon paraît certaine. Le nombre de timbres pisans s’élèverait au moins à 22. Sont ainsi attribués à ce centre, trois timbres d’Ateius avec mention du prénom (nos 19, 22 et 24), les timbres associant Ateius à Crestus (no 26), à Mahes (no 28), à Euhodus (no 27), et 3 timbres Cn. Ateius Xanthus (nos 30 à 32). Peuvent provenir également de Pise, l’estampille au nom de Mahes seul (no 29) et les nos 42 et 43. Quant aux marques de Xanthus, il est bon de souligner qu’aucune ne semble, d’après leur graphie, de Lyon (La Muette, XXIX). Pour les timbres de Crestus, le no 49 pourrait être pisan puisque son support n’est pas recensé parmi le mobilier des dépotoirs de l’atelier de La Muette. L’origine du second reste indéterminée.

165Sept autres estampilles peuvent aussi bien provenir de Pise que de Lyon. Il s’agit de marques au nom d’Ateius avec ou sans prénom (nos 6, 7, 15‑18 et 21). Deux autres assiettes signées Cn. Ateius sont italiques et pourraient provenir d’Arezzo (nos 20 et 23). L’absence de revêtement à l’extérieur de leur fond plaide en effet en faveur de productions anciennes (Goudineau 1968).

166En tout, les Ateiana d’origine lyonnaise représenteraient au minimum 12 % du groupe, ceux de Pise un peu plus de 53 %, le reste étant d’origine incertaine ou indéterminée (douze timbres dont deux perdus et sans reproduction).

167L’analyse du tableau xxiii révèle que les timbres d’Arezzo occupent une place non négligeable. La proportion des estampilles pisanes du groupe d’Ateius apparaît aussi importante mais pourrait être à nuancer. Pour les productions lyonnaises, il est difficile de se faire une idée précise de leur représentation car bon nombre de marques d’Ateius seul peuvent provenir de Pise ou de Lyon.

TABL. XXIII ‒ Origine supposée des estampilles italiques de Corseul.

5.1.3 Importation et chronologie

168L’une des informations qu’est susceptible d’apporter l’étude des estampilles italiques de Corseul se rapporte à la datation des premières importations de sigillées et donc à la datation des premières occupations.

169La proportion conséquente des marques du groupe d’Ateius, qui constitue 43 % de la série livre déjà une donnée majeure. Cette importance quantitative est classique et se retrouve sur la plupart des sites occupés dès la dernière décennie avant notre ère, période durant laquelle la firme commence à diffuser en masse : Haltern, Neuss, Saintes, Bavay... (tabl. xxiv).

TABL. XXIV ‒ Proportion du groupe d’Ateius sur quelques sites de référence.

170À l’inverse, le camp de Oberaden, dont l’occupation est certes assez courte (11‑9 av. J.‑C.), n’a livré aucune estampille d’Ateius sur un total de quarante‑six timbres. À Dangstetten (15‑9 av. J.‑C.), une seule marque est répertoriée (Fingerlin 1986). Sur le site de Vieille‑Toulouse, M. Labrousse recense seulement quatre marques d’Ateius dont deux radiales pour un total de cinquante‑quatre estampilles (Labrousse 1977 : 150). On peut également se référer à l’exemple d’Amiens, qui a fourni un ensemble de sigillées antérieures, pour la plupart, à 12‑10 av. J.‑C. d’où sont absentes les marques du groupe d’Ateius (Massy, Molière 1979).

171La comparaison de la série des timbres de Corseul avec les ensembles du limes apporte également de précieuses informations (tabl. xxv et xxvi). Pour les estampilles du groupe 1, quinze graphies sont communes à Haltern et Corseul (au total, vingt timbres sur cinquante). Il ressort également de cette comparaison que les estampilles de Lyon/Vienne ou potentiellement lyonnaises si l’on tient compte de la marque de Cerdo C. Annius, offrent la plupart des parallèles puisque toutes les graphies de Corseul se retrouvent à Haltern, hormis les marques Cor et Vlon/Elon (treize estampilles). Un même constat est formulé pour les ensembles augustéens du Verbe‑Incarné (Genin 1993 : 74). Concernant le groupe d’Ateius, les parallèles sont également nombreux tant à Haltern qu’à Neuss : onze graphies communes entre Corseul et Haltern soit dix‑huit estampilles et quinze entre Corseul et Neuss (vingt‑deux estampilles). D’une manière générale, les similitudes que l’on peut établir avec le matériel de Neuss sont moins riches d’enseignements en raison d’une occupation plus longue sur ce site référent.

TABL. XXV ‒ Recherche de graphies similaires des estampilles du groupe 1 sur quelques sites de référence.

172La comparaison de la série de Corseul avec celle de Dangstetten dont l’occupation prend fin en 9 av. J.‑C., offre peu de parallèles. Seules les marques de P. Attius et de Memmius sont communes aux deux sites. On note en particulier l’absence de parallèles de graphies d’estampilles lyonnaises entre les deux. A. Desbat et M. Genin soulignent que seuls sept timbres de Dangstetten proviendraient de Lyon. Cette faible représentation est d’autant plus surprenante que les premières productions de La Muette sont de peu antérieures à l’installation de ce camp. Elles sont cependant commercialisées en grande quantité seulement à partir de la dernière décennie avant notre ère (Desbat et al. 1996). Saintes présente également peu d’éléments de comparaison. La raison essentielle semble imputable à des courants commerciaux différents. J.‑L. Tilhard n’y répertorie, par exemple, que deux timbres lyonnais : un de Fonteianus et un second de Clarus (Tilhard 1988 : 175).

173Les comparaisons avec le matériel des camps du limes, principalement Haltern et Dangstetten, tendent à démontrer que les premières occupations à Corseul sont datables au plus tôt de la dernière décennie avant notre ère. On rappellera cependant que certains sites coriosolites ont également livré quelques timbres radiaux dont la fin de l’utilisation est fixée vers 15‑10 av. J.‑C. (Conspectus 1990 : 147). Au nombre de cinq, ils constituent un peu plus de 5 % de la série : trois marques de L. Tettius Samia (nos 71 à 73), une de P. Attius (no 44) et une dernière de L. Thyrsus Vmbrici (no 85).

174La découverte de ces timbres laisse à penser que les premières relations commerciales entre l’Italie et Corseul se sont développées au plus tôt, au cours de l’avant dernière décennie avant notre ère, probablement entre 15 et 10 av. J.‑C. L’activité des firmes de L. Tettius Samia et de P. Attius se poursuivra par la suite : les timbres centraux sont en effet plus nombreux que les sigles radiaux. L’exercice de Thyrsus se prolongera également. On note par ailleurs, à l’inverse du site de Loyasse à Lyon (Genin 1994), l’absence de marques antérieures à cette période. Les premières occupations pourraient donc être, de peu, antérieures à 10 av. n.è. Quelques timbres témoignent également d’arrivées de sigillées autour de 10 av. J.‑C. : estampilles de P. Messenius Amphio, de Sextus Annius, de... ETI (no 90) ou encore deux marques d’Ateius (nos 20 et 23). À partir de 10 av. n.è., les produits du groupe d’Ateius arrivent en quantité importante sur le marché coriosolite. C’est également le cas des productions lyonnaises dont la distribution connaît un essor à partir de cette période (Desbat et al. 1996).

175On peut aisément fixer l’arrêt des importations d’Italie avant la fin du règne d’Auguste car, à ce jour, aucune découverte d’estampille in planta pedis n’est à signaler. L’emploi de ce type de cartouche débute vers 10‑15 ap. J.‑C. La diffusion lointaine des productions lyonnaises semble aussi vers 10 ap. J.‑C. (Desbat et al. 1996).

TABL. XXVI ‒ Recherche de graphies similaires des estampilles du groupe d’Ateius sur quelques sites du limes.

5.1.4 Conclusion

176L’information fournie par les estampilles prises isolément est limitée. Considérés dans leur globalité, les timbres sont source de plusieurs enseignements. La série du site de Monterfil II, complétée par les quelques timbres découverts sur le reste de l’agglomération de Corseul, et les parallèles établis avec les camps du limes permettent tout d’abord de fixer les premières occupations du site au cours de la dernière décennie avant notre ère voire quelques années auparavant compte tenu de la présence de quelques sigles radiaux. Ce terminus valide les données chronologiques des ensembles les plus anciens de Monterfil II et les données recueillies sur le site voisin du Courtil Saint‑Antoine (Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 ; 1991).

177Cette création avant le changement d’ère n’est pas un cas unique en Bretagne. La fondation de Darioritum (Vannes) semble devoir être aussi à situer au cours de la dernière décennie avant notre ère (Martin, Triste 1997) et non plus à la fin du règne d’Auguste (Galliou 1996). Il est fort probable que la fondation de Rennes s’insère également dans ce schéma au vu des découvertes récentes, notamment sur le site de la rue de Saint‑Malo (Labaune et al. 1997).

178La série étudiée confirme ensuite la diffusion des productions lyonnaises en Armorique (Fichet de Clairfontaine 1989a) et invalide l’idée d’une région demeurée en marge de l’Empire et des principaux courants commerciaux.

179Le nombre important de timbres italiques pose enfin la question des modalités de la fondation de Corseul. Plusieurs indices tendent à souligner l’existence de militaires à l’époque augustéenne (cf. infra, l’étude numéraire et le mobilier métallique). On peut se demander si la quantité de timbres ne reflète pas également cette présence de troupes à Corseul. Les militaires, demandeurs de tels produits, ont pu favoriser leur diffusion auprès de la population locale.

5.2 Les amphores romaines de Lipari

180p.b.

5.2.1 Les amphores romaines de Lipari

181Un vaste dépotoir lié à une officine de potier a été découvert en 1993 au sud de la ville de Lipari, dans la principale des îles de l’archipel éolien (Italie) (Cavalier 1994). Le matériel de cette décharge témoigne de l’existence d’une importante production locale d’amphores dont quelques spécimens avaient été individualisés en Angleterre dès le début des années soixante‑dix puis, ultérieurement, dans l’ouest de la France. Le nom de « Richborough 527 » leur avait alors parfois été donné (Borgard et al. 1991 : 327).

182On sait désormais que ces « amphores romaines de Lipari » ont été largement diffusées entre le ier s. av. J.‑C. et le iiie s. de n.è. dans toute la partie occidentale de l’Empire ; elles suivent durant cette période une évolution typologique dont les grandes lignes ont également été mises en évidence (fig. 153) (Borgard 1994). Ces objets se caractérisent –entre autres– par l’extrême hétérogénéité, en termes quantitatifs, de leur distribution. Elle est assurément liée à la nature particulière de leur contenu : l’alun (Borgard 1994), minéral astringent d’une grande utilité en médecine, pour la teinture des tissus et pour le tannage de certaines peaux. Les amphores de Lipari représentent en moyenne 1 à 2 % de l’ensemble du matériel amphorique d’une région donnée ; cependant, tel site, où un artisanat comme celui du textile ou du cuir est plus particulièrement développé, en aura importé un très grand nombre, tandis que tel autre, où ces activités sont absentes, en sera au contraire totalement dépourvu.

FIG. 153 ‒ Évolution morphologique des amphores romaines de Lipari entre le Ier s. av. J.‑C. et le IIIe s. de n.è.

P. Borgard

183Corseul est l’un de ces gisements où les productions éoliennes constituent une part exceptionnellement importante des importations amphoriques. Faute d’une étude générale de la céramique, la proportion exacte de ce type de matériel ne peut être donnée ; toutefois, un examen rapide du mobilier de l’ensemble des fouilles récentes, montre qu’il est extrêmement fréquent.

184Nous nous attacherons à préciser la répartition de ces amphores sur l’ensemble de l’agglomération coriosolite, à les quantifier, puis nous tenterons d’expliquer les raisons de leur présence.

5.2.2 Les amphores liparotes du site de Corseul

  • 7 Philippe Bogard, Centre Camille‑Jullian. UMR 6573. « Il m’est agréable, à l’occasion de cette note, (...)

185L’image que nous pouvons avoir de la répartition des amphores de Lipari sur le site de Corseul est nécessairement influencée par l’avancement inégal des recherches effectuées dans l’emprise de l’agglomération. L’essentiel de l’information relève de la fouille programmée ouverte sur le gisement de Monterfil II7. Cependant, de nombreux sondages et quelques fouilles préventives autorisent une approche plus large, quoique ponctuelle, de l’ensemble de la cité.

Le site de Monterfil II

186Les deux îlots de Monterfil II, mis au jour de part et d’autre d’une rue de direction est‑ouest, ont livré l’essentiel du mobilier amphorique découvert à Corseul. C’est donc sans surprise que les productions liparotes s’y révèlent les plus nombreuses. De l’insula centrale en proviennent deux mille neuf cent trente‑neuf fragments, répartis en dix‑neuf unités stratigraphiques ; l’îlot sud en a produit cent soixante‑quatorze, répartis en dix‑sept unités. Trois unités de la rue en ont également fourni, avec un total de trente et un tessons.

187Deux des quatre principaux sous‑groupes d’amphores liparotes sont représentés : le sous‑groupe 1b, bien attesté dans l’intervalle 30‑80 ap. J.‑C., et le sous‑groupe 2a qui chronologiquement lui succède et perdure vraisemblablement jusque dans la seconde moitié du iie s. Ce dernier ensemble est très minoritaire puisque seuls trois fragments s’y rattachent assurément.

  • 8 Ceci, quelle que soit la datation retenue pour la mise en place du « bâtiment commercial », peu apr (...)

188Quelques tessons isolés, attribuables au sous‑groupe Lipari 1b (US 155), pourraient être antérieurs à la construction du bâtiment 16, à vocation artisanale et commerciale. Leur faible nombre n’autorise aucune certitude. Les autres tessons relevant du même groupe sont plus vraisemblablement en rapport avec le début de la période de fonctionnement de cet ensemble architectural8. Le doute résulte de l’arasement prononcé de la majeure partie du secteur : les sols du « bâtiment commercial », à de rarissimes exceptions près, ne sont pas conservés. Toutefois, la concentration quasi exclusive des tessons liparotes dans les niveaux supérieurs de la stratigraphie plaide en faveur de cette association.

  • 9 L’US 139, couche de remplissage intermédiaire du puits 144‑109 n’incluant encore aucun tesson d’amp (...)

189On note que les tessons sont répartis de façon assez régulière sur l’ensemble du site, pour l’essentiel à l’extérieur des bâtiments (fig. 154). Ce sont vraisemblablement des fragments d’emballages perdus rejetés après utilisation du contenu primaire, dispersés en périphérie des zones de consommation. Des concentrations particulières, situées dans certaines parties de l’îlot sud ainsi que dans l’une des « boutiques » de l’aile orientale du « bâtiment commercial », suggèrent d’y rechercher quelques‑uns de ces lieux d’utilisation. Le cas de la « boutique », du fait de sa potentielle vocation artisanale, semble toutefois le mieux assuré. Surtout, d’autres concentrations apparaissent immédiatement en arrière de l’établissement, dans l’emprise de ce qui est vraisemblablement une cour : une fosse (US 626) et un épandage de surface (US 62) réunissent plusieurs dizaines de tessons liparotes ; la concentration la plus remarquable est liée à deux puits (?) situés à quelques mètres de cette même « boutique », convertis dans une ultime phase d’utilisation –à partir de 40 ap. J.‑C. au plus tôt pour l’un9– en dépotoirs. Les fragments semblent, dans un cas (US 104), répartis sur l’ensemble du remplissage. Ils apparaissent uniquement, dans le second cas (US 125), dans la partie supérieure du comblement. D’autres fragments, plus nombreux encore, sont éparpillés autour de l’ouverture de ces fosses (US 174) ainsi que dans la « couche de destruction », très remaniée, qui scelle cet ensemble (US 109 et US 92) : pas moins de deux mille huit cent quarante‑six tessons sont ainsi réunis dans ce secteur très restreint du gisement tandis que le seul comblement superficiel du second puits rassemble les restes de vingt amphores distinctes au moins.

FIG. 154 ‒ Répartition des fragments d’amphores de Lipari sur le site de Monterfil II (plan d’ensemble simplifié des vestiges de l’horizon II).

H. Kerébel

190La répartition des conteneurs liparotes les plus récents (sous‑groupe 2a), trop peu nombreux, n’est pas significative. On note cependant qu’elle concerne des points différents du site, et aussi bien l’îlot central que l’insula sud.

L’agglomération de Corseul, hors Monterfil II

  • 10 Ces tessons ont été une première fois examinés par Cécile Bossard, en 1991‑1992, dans le cadre d’un (...)

191La médiocre connaissance de l’agglomération coriosolite, si l’on excepte le secteur de Monterfil II, se traduit par la pauvreté relative du mobilier provenant de la périphérie de ce quartier. Le nombre relativement élevé de tessons liparotes qui, cependant, s’y rattache est d’autant plus remarquable. Sur la dizaine d’opérations de quelque importance pratiquées dans l’emprise de la cité, près de la moitié ont révélé ce type de matériel : si les interventions du Chemin du Ray et de Monterfil I, qui toutes deux concernent la partie nord‑est de l’agglomération antique, n’en ont pas fourni, les amphores de Lipari sont en revanche présentes aussi bien dans le secteur nord‑ouest de la ville, sur les sites de la Salle des Fêtes et du Champ Mulon, que plus au sud, sur celui du Cabinet Médical, et à l’est, au Courtil Saint‑Antoine10. Ce matériel, insuffisamment étudié, n’est pas daté.

5.2.3 Une agglomération importatrice d’alun ?

192La fréquence du matériel amphorique liparote, compte tenu de la nature particulière du contenu que nous lui attribuons, implique que l’agglomération de Corseul ait été une importante consommatrice d’alun. On peut s’interroger sur les raisons de ce phénomène.

193Il est peu vraisemblable que les fonctions thérapeutiques de ce minéral, ne nécessitant pas de quantités importantes de matière, soient à l’origine d’une telle demande. Les vertus particulières de l’alun ont plus vraisemblablement été recherchées dans un contexte artisanal.

  • 11 Un aperçu de l’importance relative de cet élevage est fourni, en marge de la cité, par l’étude de l (...)
  • 12 Information orale communiquée par Hervé Kerébel.

194Ce que l’on devine des ressources du terroir environnant renforce cette présomption. Loïc Langouët et Guy Jumel, étudiant la répartition des pesons de tisserand, démontrent l’existence de corrélations indéniables et identifient les secteurs granitiques de la cité comme étant des zones où l’élevage des ovins occupait une place importante (Langouët, Jumel 1991)11. L’agglomération même de Corseul, qui a notamment fourni à elle seule plusieurs dizaines de pesons12, est implantée au cœur de l’une de ces zones.

195Il est donc tentant de reconnaître dans ce chef‑lieu un centre artisanal drainant la laine de la région proche, où se concentraient non seulement des activités de tissage mais également (surtout ?) de teinture. L’alun employé à Corseul n’était toutefois peut‑être pas réservé à ce seul artisanat. Il ne faut pas omettre que ce produit est également à la base d’un type spécifique de préparation des cuirs (le travail de « mégisserie ») : un procédé technique appliqué aux peaux des petits animaux et notamment... à celles des moutons et des chèvres.

5.2.4 Conclusions

196Comme nous l’indiquions en introduction, la proportion d’amphores de Lipari par rapport à l’ensemble des importations amphoriques de Corseul ne peut, faute d’étude générale de la céramique, être précisée ; elle dépasse assurément, et de façon large, le seuil classique des 1 à 2 %. Les tessons liparotes présents sur le site –plus de trois mille fragments inventoriés– constituent en effet une masse de matériel tout à fait exceptionnelle ; seules de très rares agglomérations offrent des chiffres approchants, telles que Cavaillon, Arles ou Nîmes. Encore, ces villes, concentrées dans le Midi de la France, sont‑elles de taille beaucoup plus grande ; les investigations archéologiques y ont également été menées sur des surfaces plus larges. Par ailleurs, les tessons n’y ont été recensés que dans des zones ponctuelles restreintes.

197Car une autre particularité de la cité coriosolite réside dans la dispersion de son mobilier : si des concentrations apparaissent, et notamment à proximité du bâtiment 16 de Monterfil II, les amphores de Lipari sont également présentes sur la majeure partie de l’agglomération. Peut‑être ne faut‑il y reconnaître que le résultat d’un système déficitaire d’évacuation des déchets urbains. Je pense qu’il faut avant tout y trouver une preuve du large développement, touchant toute la ville, de certaines activités nécessitant l’importation de nombreuses amphores de Lipari ou, plus précisément, d’importantes quantités d’alun.

198À quoi était employé cet alun ? Faute de découvertes d’aménagements explicites et compte tenu de l’existence d’un cheptel ovicaprin sans doute important, on peut hésiter entre un artisanat de la teinture tourné vers le traitement de la laine et un travail du cuir de type « mégisserie ». Quoi qu’il en soit, l’une ou l’autre de ces activités, ou peut‑être les deux conjointement, constituaient assurément un point fort de l’économie de la cité.

199Il reste à situer dans le temps le développement de cette spécialisation : en dépit des incertitudes évoquées, ses débuts doivent être placés, tout comme la création du grand « bâtiment commercial et artisanal » de Monterfil II, vers les années 50 ou, au plus tard, dans le courant de la seconde moitié du ier s. de n.è. Les importations d’amphores liparotes sont en effet essentiellement attestées par les productions du sous‑groupe 1b, lesquelles apparaissent sur les sites consommateurs à partir de 30 ap. J.‑C. et disparaissent peu après 80. La rareté des amphores éoliennes de la fin du ier s. ainsi que du iie s. pourrait correspondre à une baisse réelle de ces activités. Elle n’est cependant peut‑être due qu’à l’érosion des couches les plus récentes de la stratigraphie : les contextes flaviens –voire plus tardifs encore– de Monterfil II sont très peu nombreux. Mais eux aussi contiennent du matériel liparote et, qui plus est, des objets relevant du groupe 2 exporté à partir des dernières décennies du ier s.

200Corseul s’avère, en définitive, être l’un des principaux centres gaulois importateurs des productions amphoriques de l’archipel de Lipari. Si l’on retient l’hypothèse selon laquelle ces conteneurs transportaient de l’alun, il faut également admettre que la capitale des Coriosolites s’est distinguée dans le courant de la seconde moitié du ier s. de n.è., et peut‑être également après cette date, par le développement d’activités artisanales spécifiques, grandes consommatrices de ce minéral, telles que la teinture – vraisemblablement de la laine – ou la mégisserie.

5.3 Les monnaies

201p.‑a.b.

  • 13 Olivier Polard, mémoire de maîtrise dirigé par Jean‑Yves Éveillard, septembre 1994.

202Les fouilles menées sur le site de Monterfil II depuis 1986 ont livré un abondant mobilier monétaire. Nous avons été amené à étudier deux lots d’importance à peu près égale ; le premier lot provenant des fouilles dirigées par Hervé Kerébel avait fait l’objet d’un mémoire de maîtrise réalisé par Olivier Polard13, le second lot était issu des fouilles conduites par François Fichet de Clairefontaine et avait été examiné par J. Pilet‑Lemière.

203Nous avons entièrement revu les identifications faites par nos prédécesseurs, à l’exception des monnaies gauloises confiées à Katherine Gruel et dont nous reprenons telles quelles les identifications.

  • 14 Deux monnaies n’avaient pas été retrouvées. Il s’agit des nos 1992 0/1 (sesterce de Faustine II) et (...)
  • 15 On peut estimer que des lots de cette importance ne sont pas suffisamment étudiés et surtout publié (...)

204Avec plus de sept cents monnaies antiques (au total sept cent trente exemplaires14) la série monétaire de Monterfil fait partie de ces ensembles numériquement assez importants pour constituer un véritable échantillon de la circulation monétaire dans un quartier d’une ville gallo‑romaine15.

205Toutes ces monnaies ou presque ont été découvertes en contexte archéologique. Il est possible de les exploiter en termes de circulation monétaire sans tomber dans le piège classique d’une étude des volumes de monnaies par émission ou par règne.

206Toutefois cette observation doit être nuancée. En effet, le site a été fortement remanié tout au long de son histoire et les différents horizons n’ont pas donné un degré de sédimentation égal. Il suffit pour s’en convaincre de considérer les monnaies livrées par la couche superficielle remaniée par les labours. On s’aperçoit alors que toutes les époques sont représentées.

  • 16 Inversement, on constate la présence de monnaies intrusives.

207Si l’on écarte le phénomène bien connu de la circulation prolongée des espèces et les quelques cas de monnaies résiduelles16, le nombre de monnaies anciennes dans chaque horizon paraît anormalement élevé.

208Ce qui signifie que les résurgences de monnaies antérieures sont nombreuses et que certaines périodes seront sous‑représentées sur le plan numismatique alors qu’elles présentent par ailleurs une importance capitale pour le site, je pense en particulier à la période claudienne (Kerébel, Fichet de Clairfontaine 1997). D’après les fouilleurs, les niveaux claudiens se limitent à quelques fosses et les niveaux flaviens présentent eux aussi une faible puissance stratigraphique : ils ne pouvaient donc livrer qu’une quantité limitée de monnaies.

209Pour retrouver une puissance stratigraphique comparable à celle de l’époque tibérienne il faut attendre l’époque sévérienne.

210Dans ces conditions une étude des monnaies par horizon doit être tempérée par une étude des masses de monnaies par règne ou période chronologique.

211On a pu observer, au moins pour le numéraire de bronze de faible valeur, qu’une fois parvenues dans une région, ces monnaies de bronze n’en sortent plus jusqu’à ce qu’elles soient perdues ou retirées (Richard, Duncan‑Jones 1989). Ce sont donc bien les mêmes monnaies qui sont réutilisées de façon continue ou éventuellement après avoir été redécouvertes. Ce stock se renouvelle régulièrement ou stagne selon les périodes et les circonstances.

212Ainsi, le tableau donnant la répartition des espèces par grandes périodes chronologiques (tabl. xxvii) montre‑t‑il deux anomalies par rapport à un profil monétaire gaulois « normal » : la faiblesse de la représentation des règnes de Claude/ Néron et des Flaviens, faiblesse dont nous venons de donner une explication contingente et la rareté des monnaies du ive s. qui, elle, s’explique par des faits historiques : la translation du site de Corseul vers celui déjà occupé d’Alet.

TABL. XXVII ‒ Répartition des monnaies par périodes chronologiques.

  • 17 Par exemple le site du lycée militaire d’Autun où les artisans bronziers ne résidaient manifestemen (...)

213Nous devons aussi tenir compte de la nature du site pour mettre correctement en perspective les données livrées par l’étude de son profil monétaire. Le site de Monterfil est un quartier à vocation artisanale et commerciale et, au moins partiellement, de résidence, ces deux fonctions étant souvent mais pas toujours liées17. Les activités qui ponctuent la vie du site sont par conséquent marquées par l’échange et la production, ce qui n’est pas, comme nous le verrons, sans incidence sur le bilan qualitatif de la série monétaire de Monterfil.

  • 18 Le site a, de tout temps, livré une abondante moisson de monnaies. Ce n’est pas ici le lieu pour tr (...)

214Il est donc important de dire que l’étude de ce lot ne reflète pas forcément la circulation monétaire de l’ensemble du site de Corseul18.

  • 19 Cette documentation a été rassemblée à partir des identifications et des publications de Gérard Aub (...)

215Pour qu’une étude de circulation monétaire ait un sens, il faut bien sûr disposer de sites de comparaison. Pour la Gaule, ils ont rarement fait l’objet de publications ou bien ils font défaut ainsi que nous l’avons dit. Régionalement, nous disposons d’une documentation personnelle et parfois inédite concernant des sites armoricains, documentation que nous utiliserons largement19. Nous avons toutefois la chance d’avoir pour le site d’Alet un matériel numismatique abondant dont l’importance est évidemment capitale pour l’étude de monnaies provenant de Corseul, dans la mesure où Alet succède, au ive s., à l’ancienne capitale de la cité des Coriosolites.

5.3.1 Bilan quantitatif et qualitatif

216La répartition des monnaies par régne est donnée par le tableau xxviii.

TABL. XXVIII ‒ Répartition des monnaies par règnes.

217Le nombre et la qualité des monnaies exhumées du site de Monterfil s’expliquent sans doute par la nature du site fouillé : un quartier à vocation commerciale d’une capitale de cité (tabl. xxx).

TABL. XXX ‒ Répartition des monnaies du Haut‑Empire par dénominations.

218Le site de Monterfil était un quartier où l’on produisait, échangeait des biens et où l’on vivait. Toutes ces activités donnaient lieu à des maniements de monnaies et donc à des pertes dans une économie complètement monétarisée en milieu urbain.

219Le nombre des monnaies est donc conforme à ce que l’on peut trouver dans une ville gallo‑romaine. Corseul, en tant que capitale de cité, est au sommet de l’organisation urbaine et rurale de sa civitas. Elle assure les fonctions administratives et économiques supérieures d’un territoire qu’elle domine.

220Le site a livré un aureus. S’agit‑il du reliquat d’une thésaurisation ou d’une monnaie isolée, nous ne serions le dire. Toujours est‑il que cet aureus est une belle illustration de l’irrigation en or de régions excentrées de la Gaule par le très actif atelier gaulois de Lyon. Cette découverte complète la concentration d’aurei relevée dans la bande côtière septentrionale de la Bretagne. Cette zone côtière, à laquelle participe Corseul, est particulièrement bien irriguée en numéraire d’or au ier s., probablement pour les besoins d’un actif commerce de cabotage mais également d’un commerce plus lointain avec la Bretagne insulaire (Callu, Loriot 1990 : 95).

  • 20 Les deniers ne sont plus frappés après le règne de Gordien III et sont refondus. Les antoniniens ju (...)

221Le pourcentage des deniers (et quinaires) du Haut‑Empire, c’est‑à‑dire jusqu’à Gordien III, présents sur le site est également un bon indicateur de la richesse de celui‑ci20. En effet le denier est une monnaie à fort pouvoir libératoire. Dans le tableau xxix nous donnons ce pourcentage pour différents sites armoricains, gaulois (Besombes 1994 ; Popovitch 1996) et occidentaux (Pereira et al. 1974 ; Bost et al. 1987 ; Esparraguera 1985).

TABL. XXIX ‒ Pourcentages comparés des deniers de Monterfil et d’autres sites de référence.

222La comparaison avec les sites de la Gaule de l’Ouest met en relief une parenté entre Corseul et deux autres chefs‑lieux de cité : Jublains et Le Mans. Par contre, le profil monétaire de Corseul Monterfil diffère sur ce point de celui de deux sites plus méridionaux et ligériens : Angers, capitale des Andécaves, et Rezé, l’actif port des Pictons sur l’estuaire de la Loire.

223Les deux exemples de sites de la Gaule de l’Est, Alésia et Mâlain, deux bourgades situées en pays lingon, donnent des pourcentages élevés mais trompeurs puisque les monnaies gauloises circulant à l’époque gallo‑romaine précoce n’ont pas été prises en compte. Si tel était le cas, le pourcentage serait plus proche de 7 à 8 % que de 10.

224Les sites de la péninsule ibérique donnent des pourcentages contrastés. Celui du municipe flavien de Conimbriga est très proche de celui de Corseul/Monterfil. Les deux cités ont en commun d’avoir été abandonnées, l’une au ive s., l’autre partiellement au ve s. après avoir été détruite par les Suèves.

225Au total, le chiffre élevé de deniers retrouvés sur le site de Monterfil peut avoir deux explications ; l’une tient au caractère commercial du quartier, l’autre, factuel, à l’ampleur de la fouille sur un site vierge de toute occupation postérieure à l’époque romaine et donc relativement protégé.

5.3.2 La circulation augustéenne

Les monnaies gauloises

226Les monnaies gauloises sont au nombre de seize. Cet ensemble numériquement modeste est assez hétérogène dans sa composition.

227Les monnaies coriosolites, souvent en très mauvais état de conservation, ne sont qu’au nombre de six ou sept exemplaires. Il s’agit d’espèces frappées avant ou pendant la guerre des Gaules. Ces statères coriosolites ne représentent même pas la moitié du lot.

228Les monnaies frappées par d’autres peuples comptent dix individus avec des espèces tardives comme le bronze de Contoutos frappé bien après la Conquête (Hiernard 1984). Cet échantillon est le pâle reflet du brassage des espèces gauloises qui intervient pendant et après la Conquête.

229Tout indique une circulation secondaire tardive (Colbert de Beaulieu 1973). Cela n’est pas pour nous étonner puisqu’il est maintenant bien établi par les archéologues que le chef‑lieu de la cité des Coriosolites s’est implanté sur un site vierge de toute occupation gauloise structurée.

230Sur les sites gallo‑romains qui succèdent à un établissement gaulois, les monnaies gauloises peuvent représenter jusqu’au tiers des monnaies circulant dans les horizons gallo‑romains précoces (Mâlain). Dans certains cas extrêmes les monnaies romaines peuvent être pratiquement absentes, c’est le cas de l’habitat gallo‑romain précoce du château d’Angers où le numéraire romain est quasiment absent.

231Rien de tel dans le quartier de Monterfil, où les monnaies gauloises devaient fournir un appoint limité en numéraire à l’époque augustéenne.

  • 21 Deux deniers de Togirix à Mordelles (85) et 129 à Dol‑de‑Bretagne (35).

232La présence d’un nombre très significatif de quinaires d’argent gaulois, souvent fourrés, pose problème. En effet, ce n’est pas moins de 6 de ces monnaies qui ont été découvertes, soit près du tiers de l’ensemble des monnaies gauloises. On peut être surpris de l’éloignement géographique des peuples émetteurs de ces espèces (Séquanes, peuples de la Provincia)21.

233Ces peuples appartenaient à la fameuse « zone du denier » mise en évidence par Colbert de Beaulieu (Colbert de Beaulieu 1973). Dans un article récent Louis‑Pol Delestrée a émis une hypothèse intéressante qui pourrait expliquer la présence de ces quinaires en Armorique fort loin de leur lieu d’émission (Delestrée 1997). Dans certains sites et dépôts où ce type de monnaies est présent de façon importante, voire massive, il pourrait s’agir des vestiges d’une occupation militaire par des auxiliaires gaulois de l’armée romaine pendant et après la guerre des Gaules.

234Nous ne voulons pas dire qu’une présence militaire est forcément décelable à Corseul à cette époque, mais plutôt que la présence de corps d’auxiliaires gaulois à proximité du site de Corseul pourrait expliquer la proportion relativement importante à l’époque augustéenne de ces monnaies. En d’autres termes, une circulation secondaire caractérisée par des monnaies « errantes » ne rendrait pas compte à elle seule de la présence anormalement élevée de ce type de monnaies à Corseul et en Armorique en général.

Les monnaies républicaines

235Les fouilleurs ont mis en évidence la présence d’une cachette de trois deniers (nos 22, 23, 24) découverts dans les restes d’un petit coffret de bois enfoui dans l’argile vierge. L’hypothèse d’une petite bourse égarée doit être exclue puisque les monnaies ont visiblement été enfouies intentionnellement.

236Il est peu vraisemblable qu’il s’agisse d’un petit trésor, même si, au ier s., les exemples de petite thésaurisation sont fréquents. On verrait plutôt là un petit dépôt de fondation destiné à commémorer la création d’un bâtiment (?). Les exemples de ces petits dépôts en milieu urbain, dépôts dont le caractère votif n’est pas évident, ont été relevés à deux reprises à ma connaissance. C’est d’abord le petit trésor de quatre aurei de Mâlain découvert à Mâlain dans un quartier à vocation artisanale et commerciale (Roussel 1975) et ensuite le dépôt de Besançon associant dans une petite boite en bronze quelques aurei à deux bagues en or (Giard 1992). Si l’hypothèse d’un dépôt de fondation est retenue, nous serions en présence de l’un des premiers témoignages de l’occupation du site, il est important par conséquent de préciser la date de l’enfouissement.

237Malheureusement, il est impossible d’être précis sur ce point. D’une manière générale, on sait que les deniers républicains circulent tard dans le ier s. (Meissonnier, Popovitch 1993). Peut‑être n’ont‑ils fait l’objet d’un retrait systématique qu’à partir du règne de Trajan (Desnier 1979).

238L’un des deniers est daté de la fin du iies. av. J.‑G, les deux autres du ier s. av. J.‑C., mais les deniers anciens de la République romaine (antérieurs au ier s.) se retrouvent aussi bien dans les trésors datés de la fin du ier s. av. J.‑C. que dans ceux enfouis à l’époque augustéenne ou tibérienne.

239Les monnaies républicaines du siège d’Alésia au nombre de cent trente‑quatre, comprennent cinquante et une monnaies du iie s. av. J.‑C. (Popovitch 1996). Ainsi, à Sauvessange dont le terminus est fixé à 36 av. J.‑C., on relève la présence d’au moins un denier du iie s. av. J.‑C., les plus nombreux deniers étant ceux frappés entre 48 et 36 av. J.‑C. Le trésor du Mans compte neuf monnaies du iie s. av. J.‑C. pour quarante‑neuf monnaies républicaines d’argent, et il a été dissimulé à l’époque tibérienne (Amandry, Aubin 1993).

240En l’absence de certitudes sur ce point, il convient de placer ce petit « trésor » à l’époque augustéenne sans plus de précision.

241Six deniers et cinq quinaires complètent le numéraire républicain d’argent de Monterfil.

242La pénétration des quinaires romains en Gaule est postérieure à la conquête et caractérise en général des horizons augusto‑tibériens (Popovitch 1996). De plus, tous présentent un degré d’usure extrêmement élevé.

243Par ailleurs, les deniers de Marc Antoine au nom de ses légions doivent être traités à part. En effet ces deniers contiennent un taux de métal fin assez bas, ce qui explique qu’ils aient circulé très tard, parfois jusqu’au iiie s. En tout cas, ils se rencontrent fréquemment dans les trésors de deniers du iie s.

244Deniers et quinaires républicains circulent avec la petite monnaie de bronze. Le monnayage de bronze républicain, quand il parvient en Gaule, a déjà circulé depuis plusieurs décennies. Ce fait explique que les bronzes républicains de Corseul, au nombre de vingt‑quatre exemplaires, soient tous très usés et au surplus coupés en deux, à l’exception d’un unique exemplaire.

245Ce monnayage ancien va circuler en même temps qu’un numéraire frappé spécialement pour les besoins en monnaies divisionnaires de la Gaule.

246Dans le tableau xxxi nous donnons la répartition entre les grandes masses du numéraire de bronze qui circulent à l’époque augustéenne.

TABL. XXXI ‒ La circulation monétaire à l’époque augustéenne.

  • 22 13 % des monnaies romaines à Haltern (Kunisz 1976 : 112) ; 7,8 % à Condé‑sur‑Aisne (Giard 1968 : 76 (...)

247Les bronzes sénatoriaux de Rome sont parvenus en nombre très limité à Corseul, rien d’étonnant à cela : au fur à mesure que l’on s’éloigne du limes rhénan, ces monnaies deviennent de plus en plus rares22.

248Le premier apport massif de monnaies sur le site consiste en dupondii de Nîmes (trente‑quatre monnaies), puis, en 7 av. J.‑C., commence la frappe des as de Lyon du premier groupe. L’étude des trésors de Port‑Haliguen a montré combien ce monnayage est parvenu rapidement jusqu’en Armorique (Giard 1967 : 119‑139 ; Goulpeau 1985 : 83‑93). Le deuxième apport déterminant pour la circulation monétaire du site intervient à la fin du règne d’Auguste avec l’émission pour Tibère César salué empereur pour la septième fois.

  • 23 Seulement 2 % de ces monnaies dans le dépôt de gué à Saint‑Léonard près de Jublains et seulement qu (...)

249Avec ces monnaies débute le phénomène des frappes d’imitation, en fait des monnaies de faussaires. L’absence de toute contrefaçon des monnaies de Lyon du premier groupe n’est pas surprenante. En effet, ces contrefaçons sont rares23. Par contre, neuf monnaies (sept as et deux semis) de Lyon au nom de Tibère César sont l’œuvre de faux‑monnayeurs.

250L’activité de ces faux‑monnayeurs ne s’est pas limitée aux monnaies de bronze. Ils se sont en effet attaqués à un numéraire beaucoup plus attractif du point de vue des gains : les deniers. Sur les quatre deniers d’Auguste retrouvés sur le site, deux sont fourrés. Là aussi rien d’étonnant : la part des faux deniers en circulation au ier s. est étonnamment élevée. Les trésors de deniers de la même époque ne nous donneraient évidemment pas la même image avec leurs monnaies soigneusement choisies et contrôlées par des changeurs.

251En raison de la rareté d’une telle découverte, la présence d’un aureus isolé appelle quelques commentaires. Cet aureus appartient à l’une des plus abondantes séries d’aurei frappées par Auguste à Lyon au tournant du changement d’ère. Et de fait, une recherche de liaison de coins sur les exemplaires conservées à la Bibliothèque nationale de Paris s’est révélée infructueuse.

252La perte d’une monnaie de grande valeur (vingt‑cinq deniers, cent sesterces) et de ce fait n’étant pas utilisée dans les échanges quotidiens, laisse supposer que des transactions importantes ont pu s’effectuer sur le site (Aubin 1984) : paiement de redevances, de loyers d’emplacement commerciaux ou achat de grandes quantités de denrées ?

  • 24 On rencontre le même phénomène à Rezé, ville augustéenne créée ex nihilo, où la part des monnaies d (...)

253Au total, la masse écrasante des monnaies augustéennes, en quantité mais aussi en valeur, soit près de deux cents monnaies (cent quatre‑vingt‑six exemplaires dont un aureus et quatre deniers, sans compter les monnaies d’appoint gauloises et républicaines), montre à quel point cette période fut décisive pour le site. À cela rien d’étonnant, on peut imaginer les besoins en numéraires d’une ville créée de toutes pièces24.

5.3.3 De Tibère à la fin du ier s.

254Le contraste entre la période augustéenne et le reste du ier s. est frappant. De Tibère à Domitien, soixante‑cinq monnaies nouvelles seulement sont parvenues sur le site. Si la faiblesse de l’apport de monnaies sous Tibère et Caligula est conforme à un modèle de circulation propre à la Gaule civile, le faible nombre de monnaies de Claude, de Néron et des Flaviens ne peut s’expliquer que par des remaniements profonds affectant le site et nous privant par là même des monnaies auxquelles on pouvait s’attendre.

255Le site n’a évidemment pas connu une désaffection pendant cette période comme le prouve une remarquable monnaie émise pendant la guerre civile de 68‑69 (denier no 277), dont il faut ici dire un mot. Les deniers des guerres civiles étant des monnaies très rares, on peut estimer que leur présence sur un site n’est pas anodine.

  • 25 Les deniers des guerres civiles sont très souvent fourrés. Il s’agit certainement de l’un des rares (...)

256Le denier de Corseul est fourré. Il ne s’agit pas, pour autant, d’une monnaie de faussaire, mais d’une monnaie officielle émise par des insurgés pendant une période exceptionnelle. Ces circonstances expliquent le recours à une technique utilisée habituellement par des faux‑monnayeurs25.

257Il s’agit d’un monnayage militaire comme le rappelle l’iconographie de ce type. Sur l’exemplaire de Corseul est célébrée la fidélité de l’armée et des Prétoriens. Ce denier a également une origine provinciale et gauloise car son type (les mains jointes) invoque la fidélité des troupes rhénanes et gauloises après l’insurrection de C. Julius Vindex, propréteur de Gaule lyonnaise contre l’autorité de Néron au printemps 68 (Giard 1998).

  • 26 Il faut également signaler un denier trouvé lors de fouilles récentes à Paris ainsi qu’un autre den (...)

258Or, la carte de répartition de ce type de monnaies dans la Gaule de l’Ouest s’est récemment étoffée. Un denier a été retrouvé dans les collections numismatiques du musée de Bretagne de Rennes ; il fait probablement partie des trouvailles faites lors des travaux de construction des quais de la Vilaine à Rennes au xixe s. (Toulmouche 1847). Deux deniers « insurrectionnels » sont également présents dans l’important dépôt monétaire du gué de Saint‑Léonard près de Jublains, où nous avons de bonnes raisons de soupçonner la présence de troupes romaines pendant l’époque julio‑claudienne et flavienne26.

  • 27 Nous développerons ce point lors de la publication du dépôt de gué de Saint‑Léonard.

259Ces deniers, émis pendant une période très courte, ont servi essentiellement à payer la solde de militaires ; c’était leur raison d’être. Par conséquent, ils n’ont pu être perdus que pendant un laps de temps très limité, par des militaires, soit lors de déplacements, soit dans leur cantonnement. Cela pose le problème de la présence militaire en Armorique pendant le Haut‑Empire. Cette présence, pour être faiblement documentée jusqu’à présent, n’en est pas moins réelle. Elle doit être mise en rapport avec les préparatifs de la conquête de la Bretagne sous Claude et la pacification d’une région mal intégrée dans l’Empire27.

5.3.4 Le iie s.

260Avec le iie s., nous trouvons de nouveau un profil monétaire normal. Sans être abondante, la série monétaire du iie s. (soixante‑quatorze monnaies auxquelles il faut probablement ajouter quinze monnaies indéterminées du Haut‑Empire), est importante, avec un nombre de deniers toujours assez élevé (neuf exemplaires).

  • 28 Monnaies du Tibre : deux cent vingt‑cinq Trajan pour trois cent vingt‑sept Hadrien (Kaenel 1984 : 9 (...)

261On décèle toutefois une première anomalie. Le nombre de monnaies de Trajan est plus élevé que celui des monnaies d’Hadrien. Or, si les deux empereurs ont régné sensiblement le même nombre d’années (20 ans environ), le volume de leurs émissions monétaires n’est pas le même, loin s’en faut. On peut estimer qu’Hadrien a fait frapper une fois et demi plus de monnaies que son prédécesseur et, de fait, sur les sites occupés sans interruption durant le iie s., on trouve toujours une proportion de monnaies d’Hadrien supérieure à celles de Trajan28. À Monterfil nous avons vingt‑trois monnaies de Trajan pour seulement dix‑huit d’Hadrien, le ratio est inversé.

262Autre singularité, la présence significative d’imitations de bronzes du iie s. : six bronzes, dont cinq pour le règne d’Antonin. Ces imitations frappées sont présentes en très faible quantité dans les trésors de sesterces enfouis au iiie s. et parmi les monnaies de site. Pour cette raison, elles ont longtemps été considérées comme les témoins d’un phénomène presque anecdotique au regard de l’ampleur qu’avaient prise ces frappes au ier s. À Corseul, ils représentent plus de 9 % des bronzes des Antonins, pourcentage proche de ceux rencontrés pour le ier s.

263À y regarder de plus près, les deux phénomènes précédemment décrits sont probablement liés. En effet, on constate que l’approvisionnement du site en monnaies ne cesse de décroître tout au long du iie s. : 1,2 monnaie par an pour Nerva/Trajan ; 0,85 pour Hadrien ; 0,8 pour Antonin (0,57 sans les imitations) ; 0,42 pour Marc Aurèle ; 0,4 pour Commode.

264Sur le plan numismatique, on observe les premiers signes, précoces, d’un certain essoufflement du site. Après le dynamisme constaté au ier s., sa croissance semble marquer le pas dès le début du iie s. L’Armorique, située à l’écart des grands courants commerciaux et des mouvements de troupes, aurait pu vivre dans une certaine autarcie dès cette époque.

5.3.5 Le iiie s.

265La stagnation observée sur le site pour le iie s. se poursuit sous les Sévères. Certes, les monnaies sévériennes sont peu abondantes sur tous les sites gaulois. La Gaule n’est plus approvisionnée en bronzes depuis la fin du iie s., elle vit sur le stock des Antonins (Callu 1969 : 125 ; Buttrey Jr 1972 : 48). Or, le site disposait, on l’a vu, d’un stock très limité de bronzes des Antonins. Si les deniers sont encore présents sur le site comme à l’époque antonine, le bronze, monnaie des échanges quotidiens, devait faire largement défaut.

266La pénurie en monnaies a dû être particulièrement sensible dans la période qui suit la disparition du denier, à partir du règne de Gordien III (238‑244). De 238 à 260, on ne compte que six monnaies nouvelles (0,27 monnaie par an) et un stock de bronzes anciens forcément de plus en plus réduit.

  • 29 Nous avons péniblement réuni dix monnaies dans les séries monétaires de plusieurs sites de l’Ouest. (...)

267Avec l’empire gaulois nous assistons à un renversement complet de conjoncture. Les monnaies frappées au nom des empereurs gallo‑romains sont en effet assez abondantes sur le site. Postume est représenté par onze monnaies (neuf antoniniens officiels, un antoninien imité et un double sesterce imité). Il est remarquable de trouver autant de monnaies de Postume sur un site armoricain29.

  • 30 Pour affiner cette analyse, il faut toutefois distinguer entre les sesterces frappés avant la réfor (...)

268Pour analyser le sens que revêt la présence de ces monnaies sur le site, il est nécessaire d’établir une distinction entre le bronze (sesterces et doubles sesterces) qui pénètre très difficilement en Armorique30, et l’argent, véhiculé par les soldats.

  • 31 Exemple du trésor de Plouhinec (André 1975a : 15‑20 ; 1975b : 23‑32 ; Bourgeois et al. 1981 : 41‑46 (...)
  • 32 Le nombre élevé de milliaires des empereurs gaulois en Armorique témoigne d’une reprise en mains de (...)

269La monnaie de bronze étant celle des menus échanges quotidiens, on peut conclure à une certaine déconnexion entre l’Armorique et le reste de la Gaule, le phénomène d’isolement économique de Corseul et de sa région persistant donc après 260. Ce qui change, c’est que les excellents antoniniens frappés par Postume, excellents par le poids et le titre, pénètrent en Armorique, mais pas partout31. Ces monnaies servant avant tout à payer les troupes, il faut donc admettre une présence militaire en Armorique à cette époque. On pense bien sûr à des garnisons côtières dont la fonction aurait été de protéger le littoral breton des incursions de pirates francs, voire irlandais32.

270Nous sommes très mal renseignés sur la genèse du système de défense côtier de la Gaule, qu’on appellera plus tard litus saxonicum. Il ne nous semble pas absurde d’imaginer que les antoniniens de Corseul soient un témoignage de la présence de militaires sur le site pendant la durée de l’empire gaulois.

  • 33 Le site a également livré deux trésors d’antoniniens des années 270‑274 (probablement un enfouissem (...)

271De fait, l’approvisionnement en antoniniens officiels sous les successeurs de Postume se maintient à un bon niveau avec trente antoniniens pour les règnes de Victorin et Tétricus33, et le numéraire des empereurs de Rome parvient sur le site en quantités non négligeables : dix‑sept antoniniens de Gallien, neuf de Claude II.

272La période qui suit la chute de l’empire gaulois, en 274, jusqu’à la fin du iiie s., se caractérise par la présence massive de petites monnaies frappées à l’imitation des antoniniens du dernier des empereurs gaulois, Tétricus. La masse énorme de ces monnaies, plus de deux cents exemplaires, ne doit pas nous impressionner, chacune devait représenter une valeur dérisoire. Le site survit et ses habitants tentent de créer par eux même les instruments d’une économie monétaire, comme en témoigne la présence d’un dépôt de ces piécettes.

273Découvert dans une pièce, à proximité d’un bâtiment où on a relevé les traces de l’activité d’un bronzier, ce dépôt compte mille quarante‑trois exemplaires. Un échantillon de cinquante monnaies a été pesé. Le poids moyen est de 0,35 g. Le diamètre des flans varie de 7 à 10 mm. Un écart‑type élevé, de 2,4 g., indique que la population est hétérogène et que l’ajustage des flans est approximatif, alors que le diamètre relativement homogène des flans laissait supposer le contraire.

274Le nombre important des liaisons de coins de droit et de revers nous conduit à penser que ces monnaies ont été produites sur place. La production de ce type de monnaies est généralement éclatée en une multitude de petits ateliers localisés en milieu urbain ou rural (villas).

275La production de ces misérables petites monnaies s’explique par le besoin en numéraires après la chute de l’empire gaulois. Une région excentrée comme l’actuelle Bretagne a dû particulièrement souffrir de la rupture des réseaux d’alimentation en numéraires. Dans les quartiers commerçants des capitales de cités comme dans les grands sanctuaires de petites bourgades, le besoin en petite monnaie, nécessaire aux échanges et aux dévotions quotidiennes, devait cruellement se faire sentir. Ce besoin de monnaies a été à l’origine de la production massive de ces minimi en de multiples lieux de production (Meyer 1993 : 335‑344).

276Le début de la frappe des imitations des monnaies de Tétricus se situe à la fin de son règne. Mais le poids très réduit des minimi de Corseul et leur faible diamètre militent en faveur d’une production très tardive, dans la décennie 290, voire au début du ive s.

277J.‑M. Doyen a tenté de définir une typologie classificatoire à valeur chronologique de ces monnaies (Doyen 1980). Les minimi du trésor de Corseul rentreraient dans la classe IV, dont la production est située vers 290‑300, et la circulation jusque vers les années 320.

  • 34 Le temple du Haut‑Bécherel est situé en dehors de l’agglomération de Corseul dont il ne fait pas pa (...)

278La présence d’au moins trois minimi de ce dépôt, présentant au revers la figuration d’un temple, doit être relevée. Il n’existe, apparemment, aucun prototype dans les monnaies susceptibles d’avoir été copiées par les artisans ; nous serions en présence d’une véritable création. Il semble toutefois imprudent d’en faire une représentation du temple du Haut‑Bécherel, dans la mesure où des revers de ce type ont été relevés sur des minimi provenant de sites différents34.

279Peut‑on faire de ce dépôt un véritable trésor ? Il serait abusif de l’affirmer tant la valeur de ce millier de minimi devait être faible. Ces monnaies minuscules étaient d’ailleurs, pour des raisons pratiques évidentes (manipulation et faible valeur unitaire), acceptées au poids, d’où certaines accumulations souvent beaucoup plus considérables que celle de Corseul. La refonte, à une époque plus tardive (ives.), pourrait également expliquer de tels groupements.

  • 35 Excepté cinq exemplaires qui manifestement ont été séparés du dépôt.

280Il est intéressant d’observer que très peu des deux cent quatre minimi recueillis isolément sur le site s’apparente aux minimi du trésor35. C’est la preuve que ce monnayage, dit local, est extrêmement brassé et que les échanges ne sont pas uniquement locaux.

281La présence massive de ce type de monnaies prouve de façon certaine que le quartier de Monterfil n’a pas été délaissé à la charnière des iiie et ive s. Dans tous les sites qui connaissent une occupation sans hiatus à la charnière des deux siècles, le nombre des minimi est considérable. Rappelons qu’à Corseul, près de 28 % des monnaies romaines, toutes périodes confondues sont des minimi. À l’inverse, sur les sites qui sont abandonnés à la fin du iiie s., comme Mâlain en Côte‑d’Or, les minimi sont en nombre anormalement réduit.

5.3.6 Les monnaies tardives et le problème de l’abandon du site

282Nous avons regroupé dans ce chapitre les monnaies frappées à partir du règne de Dioclétien, après 284. La série s’ouvre par deux aureliani (antoniniens lourds) frappés à Lyon au début des années 290. Ces deux exemplaires sont les premières monnaies officielles postérieures à 274 à être parvenues sur le site. Cela signifie que pendant près de 20 ans le site n’a pas été alimenté en numéraire frais. Cette situation n’a rien d’étonnant, car les antoniniens réformés d’Aurélien et de ses successeurs frappés à Lyon ont eu beaucoup de mal à arriver jusqu’en Gaule du Nord, a fortiori dans l’actuelle Bretagne, région excentrée à l’écart des grands mouvements de troupes.

283Il est peu fréquent que ce type de monnaies apparaisse sur les sites, car elles étaient immédiatement thésaurisées. Leur présence sur le site de Monterfil prouve, encore une fois, que le site a bien été occupé sans interruption de la fin du iiie au début du ive s.

284Les monnaies postérieures à la réforme monétaire de Dioclétien en 294 sont ventilées, par périodes et par ateliers, dans le tableau xxxii.

TABL. XXXII ‒ Monnaies frappées après 294.

285Exception faite de la monnaie d’Arcadius qui est un isolat, aucune monnaie n’est contemporaine ou postérieure à la réforme de 348. Et même si le volume des émissions des ateliers gaulois pour la période 348‑362 (Depeyrot 1982) est plus faible que celui de la période précédente, cela n’explique pas l’absence totale des abondantes frappes Valentiniennes (364‑378).

  • 36 D’une manière générale, il faut observer que les monnaies de la deuxième moitié du ive s. sont rare (...)

286En fait, les circuits monétaires s’interrompent dans les années 340 sur le site. L’examen des monnaies d’Alet (Brenot 1969 ; 1974 ; Goulpeau 1975) montre, à l’évidence, que la série monétaire de ce site prend une ampleur significative dans les années où l’approvisionnement en monnaies de Corseul cesse. Dans le lot étudié par Claude Brenot en 1969, par exemple, soixante et onze monnaies sur cent six sont postérieures à 341, comme si le site d’Alet prenait le relais de celui de Corseul36.

287Les ateliers rencontrés à Corseul sont au nombre de cinq. Outre les trois ateliers gallo‑britanniques (Trèves, Lyon, Londres), on relève la présence d’une monnaie de Thessalonique et d’une de Rome. L’absence d’Arles n’est pas étonnante, les ateliers de Trèves, et de Lyon dans une moindre mesure, l’éclipsent durant cette période.

288Londres, atelier frappant jusqu’en 325 environ, confirme son importance dans son aire d’influence de la Gaule du Nord et des côtes de la Manche (Huvelin 1980). La présence d’une monnaie de Thessalonique doit être mise en relation avec les sept monnaies du même atelier dont on avait relevé la présence en 1969 à Alet (Brenot 1969). S’agit‑il du témoignage de relations avec la Méditerranée orientale ?

289Enfin, les imitations sont nombreuses avec huit exemplaires, soit plus que les monnaies de tout autre atelier. Ce phénomène s’explique par l’importance tenue par Trêves dans l’alimentation en numéraire de l’Armorique comme de la Gaule du Nord. Comme l’a montré Georges Depeyrot, le double phénomène de la baisse du volume des émissions trévires après 336 et de l’approvisionnement préférentiel de la Bretagne insulaire de 330 à 341 crée une pénurie en Armorique, zone éloignée des autres ateliers gaulois en activité, Lyon et Arles, d’où cette première vague d’imitations largement présente à Corseul (Depeyrot 1982 : 172‑174).

5.3.7 Catalogue des monnaies

290fig. 155

291La description de chaque monnaie comprend le poids en grammes, l’axe des coins donné d’après le cadran horaire.

Bibliographie

292Bastien 1967 : BASTIEN (P.). — Le monnayage de bronze de Postume. Wetteren, 1967.

293Bastien 1972 : BASTIEN (P.). — Le monnayage de l’atelier de Lyon. Dioclétien et ses corégents avant la réforme monétaire (285‑294). Wetteren, 1972.

294BNC I : GIARD (J.‑B.). — Catalogue des monnaies de l’Empire romain, I Auguste. Paris, 1988.

295Cunetio : BESLY (E.), BLAND (R.). — The Cunetio Treasure/Roman Coins of the Third Century AD. Londres, 1983.

296Elmer = Elmer 1941 : ELMER (G.). — Die Münzpragung der gallischen Kaiser in Kôln, Trier und Mailand. Darmstatd, 1941 (Bonner Jahrbücher, 146).

297Giard = Giard 1983 : GIARD (J.‑B.). — Le Monnayage de l’atelier de Lyon. Des origines au règne de Caligula (43 av. J.‑C‑ 41 ap. J.‑C). Wetteren, 1983.

298LT = La Tour 1892 : LA TOUR (H. de). — Atlas des monnaies gauloises. Paris, 1892.

299LRBC : CARSON (R.A.G.), KENT (J.P. C.). — Late Roman Bronze Coinage. Londres, 1960.

300RIC : MATTINGLY (H.), SYDENHAM (E.A.), SUTHERLAND (C.H.V.), CARSON (R.A.G.), KENT (J.P. C.), BURNETT (A.M.). — The Roman Impérial Coinage, Londres, I (1984), II (1926), III (1930), IV/1 (1936), V/1 (1927), VII (1966), VIII (1981), X (1994).

301RPC I : BURNETT (A.), AMANDRY (M.), RIPOLLES (P.P.). — Roman Provincial Coinage, vol I. Londres/Paris, 1992.

302RRC : CRAWFORD (M.H.). — Roman Republican Coinage. Cambridge, 1974, 2 vol.

303Strack 1931 : STRACK (P. L.). — Untersuchugen zür römischen Reichsprägung des zweiten Jahrhunderts, I. Die Reichsprägung zur Zeit des Traian. Stuttgart, 1931.

GAULE

Coriosolites

304(Statères présentant au droit une tête humaine stylisée, au revers un cheval au galop à droite et guidé par un aurige.)

3051. Inv. 22 048 043 118b/6 (fig. 155-1)
Statère coriosolite, classe II, LT 6587.
5,93.

3062. Inv. 22 048 043 1992 233/1
Statère (demi), classe II (identification K. Gruel).
2,26.

3073. Inv. 22 048 043 1992 288/2
Statère, classe I ou III (identification K. Gruel).
4,65.

3084. Inv. 22 048 043 1992 205/1
Statère, classe III (identification K. Gruel).
6,39.

3095. Inv. 22 048 043 1989 19/47
Statère, classe ?
2,78 fourré ?

3106. Inv. 22 048 043 1989 118b/7
Statère, classe ?

3117. Inv. 22 048 043 1989 118b/7
Idem, collé au précédent (les nos 6 et 7 ne font peut‑être qu’une seule et même monnaie).

Pictons

3128. Inv. 22 048 043 1992 306/3
Bronze.
CONTOUTOS ; tête masculine à droite. Louve à droite,
derrière elle un arbre.
1,41 ; 11 h.
LT 4316.

Sequani ?

3139. Inv. 22 048 043 1996 618/2
Denier fourré. Illisible.
Cheval à droite [q doc]. dessous.
0,93.
LT 5405‑5411.

31410. Inv. 22 048 043 1991 113/1
Denier.
1,86 ; 5 h.
LT 5405‑5411 (identification K. Gruel).

Remi

31511. Inv. 22 048 043 1992 74/5
Potin.
(0,73, fragmentaire).
LT 8124.

Région de Meaux

31612. Inv. 22 048 043 1992 425/2
Bronze.
3,68 ; 6 h.
LT 7617 et LV D16 (identification K. Gruel).

Deniers au cavalier de la vallée du Rhône

317(Tête casquée de Rome à droite au droit, cavalier à droite au revers.)

31813. Inv. 22 048 043 1989 41/4
Denier fourré.
0,77 ; 12 h.
LT, pl. XVII et XVIII.

31914. Inv. 22 048 043 1992 138/1 (fig. 155-1)
Denier.
1,82 ; 11 h.
LT, pl. XVII et XVIII.

Monnaies gauloises non identifiées

32015. Inv. 22 048 043 1992 225/2
Denier.
0,75.

32116. Inv. 22 048 043 1989 118/10
Débris d’une monnaie d’argent gauloise fourrée ?

32217. Inv. 22 048 043 1989 47/1 (fig. 155-1)
Bronze frappé.
Tête à droite.
Sanglier à gauche ; dessous, une croix bouletée.
Le revers est semblable à LT 7352 mais le sanglier est à droite.
1,04 ; 12 h.
(Probablement un bronze de type DVBNO des Véliocasses.
Identification Louis Pol Delestrée.)

RÉPUBLIQUE

323 Deniers

32418. Inv. 22 048 043 1989 155/7
A. POST A.F s.N ALBIN.
Denier serratus fourré.
Tête voilée de l’Hispania à droite ; derrière, HISPAN.
Personnage en toge debout à gauche, levant la main droite ; à gauche, une aigle légionnaire, à droite, faisceaux avec une hache ; [a po]ST A [s f n] ALBIN.
3,13 ; 2 h.
RRC 372/2. Rome, 81 av. J.‑C.

32519. Inv. 22 048 043 1992 0/3
BRUTUS.
Tête de L. lunius Brutus à droite ; derrière BRVTVS.
Tête de C. Servilius Ahala à droite ; derrière AHALA.
3,24 ; 10 h.
RRC 433/2. Rome, 54 av. J.‑C.

32620. Inv. 22 048 043 1989 125/2
M. CATO PROPR.
Buste de femme à droite ; derrière ROMA ; devant [m cato] PRO PR.
Victoire assise à droite, tenant une couronne et une palme ; à l’exergue, VICTRIX.
3,38 ; 12 h.
RRC 462/1b. Afrique, 47‑46 av. J.‑C.

327● Petit dépôt de trois deniers contenus dans une cassette en bois

32821. Inv. 22 048 043 1989 56/2 (fig. 155-1)
L. CAESI.
Denier.
Buste de trois quarts arrière à gauche d’Apollon tenant de la main gauche un foudre ; derrière la tête à droite AP ligaturés. Coup de poinçon sur la joue.
Les Lares Praesistes assis à droite, entre eux, un chien ; au‑dessus, buste de Vulcain.
3,13 ; 5 h.
RRC 298/1. Rome, 112 ou 111 av. J.‑C.

32922. Inv. 22 048 043 1989 56/1
L. CASSI LONGIN.
Tête de Vesta voilée à gauche.
Un citoyen debout à droite, jetant une tablette dans une ciste ;
[lo]NGIN [iii v].
3,41 ; 6 h.
RRC 413/1. Rome, 63 av. J.‑C.

33023. Inv. 22 048 043 1989 56/3
BRUTUS et CASSIUS.
Hache, culullus et couteau ; en dessous, [br]VT[US]. et lituus.
3,50 ; 12 h.
RRC 500/7. Orient, atelier itinérant suivant Cassius et Brutus, 43‑42 av. J.‑C.

331● Deniers des légions de Marc Antoine

33224. Inv. 22 048 043 1992 601/1
ANT [aug] au‑dessus ; III VIR R P C au‑dessous ; galère à droite.
Aquila entre deux étendards ; au‑dessous [l]EG II.
2,79 ; 6 h.
RRC 544/14. Atelier itinérant,
32‑31 av. J.‑C.

33325. Inv. 22 048 043 1989 48/1
[ant aug] au‑dessus ; III VIR RPC au‑dessous ; galère à droite.
Aigle entre deux étendards ; au‑dessous [I]EG XXIII.
2,83 ; 7 h.
RRC 544/39. Atelier itinérant,
32‑31 av. J.‑C.

33426. Inv. 22 048 043 1989 242/6 (fig. 155-1)
ANT AVG au‑dessus ; idem.
Idem. LEG II.
3,02 ; 6 h.
RRC 544/14. Atelier itinérant,
32‑31 av. J.‑C.

335● Quinaires

33627. Inv. 22 048 043 1992 64/8
Tête de Liber à droite ; [m c]ATO [pro p r].
Victoire assise à droite, tenant une patère et une palme ;
en dessous [vict]RIX.
1,70 ; 7 h.
RRC 462/2.

33728. Inv. 22 048 043 1992 62/25
Tête de Liber à droite.
Victoire assise à droite.
1,46 ; 4 h.
RRC 462/2.

33829. Inv. 22 048 043 1992 431/1
Tête de Liber à droite.
Victoire assise à droite.
1,36 ; 9 h.
RRC 462/2.

33930. Inv. 22048 043 1991 20/1
Tête laurée d’Apollon à droite.
Victoire debout à droite.
1,10 ; 12 h.
RRC 340a. Rome, 90 av. J.‑C.

34031. Inv. 22 048 043 1992 2/2
Illisible.
1,17.

341● As

34232. Inv. 22 048 043 1996 605/1
Illisible
Proue de navire.
16,74.
RRC ? Perforation centrale.

343● Demi‑as républicains illisibles

34433. Inv. 22 048 043 1992 270/1
13,63.

34534. Inv. 22 048 043 1992 114/26
7,01.

34635. Inv. 22 048 043 1992 117/4
9,26.

34736. Inv. 22 048 043 1992 59/12
11,83. Trace d’une perforation centrale.

34837. Inv. 22 048 043 1992 72/6
10,36.

34938. Inv. 22 048 043 1992 390/17
10,72.

35039. Inv. 22 048 043 1991 136/1
11,12.

35140. Inv. 22 048 043 1991 62/12
11,02.

35241. Inv. 22 048 043 1991 105/5
7,20.

35342. Inv. 22 048 043 1989 118/53
9,08.

35443. Inv. 22 048 043 1989 211/3
8,74.

35544. Inv. 22 048 043 1989 20/2
10,39.

356● Semis républicains illisibles

35745. Inv. 22 048 043 1992 99/1
Droit illisible.
Superstructure d’un navire.
4,92.

35846. Inv. 22 048 043 1992 205/8
Illisible.
6,49.

359● Demi‑as républicains ?

36047. Inv. 22 048 043 1992 5/2
6,13.

36148. Inv. 22 048 043 1992 234/1
5,43.

36249. Inv. 22 048 043 1992 396/4
5,41.

36350. Inv. 22 048 043 1992 8/5
6,56.

36451. Inv. 22 048 043 1992 4/6
Demi‑quadrans ?
1.72.

36552. Inv. 22 048 043 1989 ¾
4.44.

36653. Inv. 22 048 043 1989 0/8
10,69.

36754. Inv. 22 048 043 1989 53/1
6,40.

36855. Inv. 22 048 043 1989 11/7
10,55.

HAUT‑EMPIRE

OCTAVE/AUGUSTE

Bronzes coloniaux de Gaule

36956. Inv. 22 048 043 1992 74/11
Bronze, demi.
Tête à gauche, à droite palme. Illisible.
5,58.
RPC I, 515. Lyon, 36 av. J.‑G ?

37057. Inv. 22 048 043 1991‑73/4
Bronze, demi.
Tête d’Octave à droite.
Proue de navire à droite.
8.64 ; 6 h.
RPC I, 515. Lyon, 36 av. J.‑C.

37158. Inv. 22 048 043 1992 138/3
Bronze, demi.
Tête d’Octave à droite.
[c i v] ; proue de navire avec superstructure à droite.
10,71.
RPC I, 517. Vienne, 36 av. J.‑C ?

37259. Inv. 22 048 043 1991 105/4
Bronze, demi.
[i]MP ; tête d’Octave à droite.
[c i v] ; proue de navire avec superstructure à droite.
8,16 ; 12 h.
RPC I, 517. Vienne, 36 av. J.‑C.?

37360. Inv. 22 048 043 178/2
Bronze, demi.
Tête de César à gauche.
[c] I [v] ; proue de navire avec superstructure à droite.
9,39 ; 1 h.
RPC I, 517. Vienne, 36 av. J.‑C.?

Nîmes

374● Dupondii du premier groupe
RPC I, 523. c. 16/15 ?– 10 av. J.‑C.

37561. Inv. 22 048 043 1992 138/2
Tête d’Agrippa avec la couronne rostrale à gauche, tête nue d’Octave à droite, adossées. Au‑dessus, IMP ; dessous DIVI F. Crocodile à droite, attaché par une chaîne à un palmier, orné de rubans. Dans le champ, à gauche, COL, à droite, NEM.
9,43 ; 9 h.

37662. Inv. 22 048 043 1992 246/20
Même description.
10 h ; 12,56.

37763. Inv. 22 048 043 1989 16/5
IMP/DIVI F ; idem.
COL NEM ; idem.
10 h ; 6,42.

37864. Inv. 22 048 043 1989 242/8
IMP/[divi f] ; idem.
[col nem] ; idem.
10 h ; 10,40. Exemplaire coulé.

37965. Inv. 22 048 043 1989 118b/12
[imp]/DIVI F ; idem.
COL/[nem] ; idem.
5 h ; 9,57.

380Demis

38166. Inv. 22 048 043 1992 390/13
Tête d’Agrippa à gauche.
Idem.
3,96.

38267. Inv. 22 048 043 1992 14/6
Tête d’Agrippa à gauche.
Idem.
4,99.

38368. Inv. 22 048 043 1992 260/6
Tête d’Octave à droite.
Idem.
4,07.

38469. Inv. 22 048 043 1991 171/1
IMP [divi f] ; tête d’Octave à droite.
[col ne]M ; crocodile.
5,52 ; 6 h.

38570. Inv. 22 048 043 1989 18/5
3,35. Tête d’Octave à droite.

38671. Inv. 22 048 043 1989 0/16
Tête d’Agrippa à gauche.
Illisible.
3,61.

38772. Inv. 22 048 043 1989 211/2
[i]MP/[div]I ; tête d’Octave à droite.
[col] NEM ; crocodile et palme.
5,67 ; 7 h.

38873. Inv. 22 048 043 1989 113/1
Illisible.
2,33.

38974. Inv. 22 048 043 1989 22/1
Illisible.
2,72.

39075. Inv. 22 048 043 1989 170/1
IM[p]/[divi f] ; idem.
CO[I nem] ; idem.
4,75 ; 8 h.
Fabrique locale

391● Dupondii du deuxième groupe RPC I, 524. c. 9/8‑3 av. J.‑C.

39276. Inv. 22 048 043 1992 74/1
Même description que précédemment mais Auguste porte la couronne de lauriers.
12,66 ; 3 h.

39377. Inv. 22 048 043 1992 223/1
Idem.
11,13 ; 12 h.

39478. Inv. 22 048 043 1992 12/2
Idem.
14,23 ; 2 h.

39579. Inv. 22 048 043 1992 381/2
Idem.
13,35 ; 6 h.

39680. Inv. 22 048 043 1989 242/7
IMP/DIVI F ; idem.
COL/NEM ; idem.
13,13 ; 7 h.

39781. Inv. 22 048 043 1989 54/1
IMP/DIVI F ; idem.
COL/NEM ; idem.
12,14 ; 2 h.

398Demis

39982. Inv. 22 048 043 1992 133/1
Tête d’Octave à droite.
5,99.

40083. Inv. 22 048 043 1991 72/4
Tête d’Agrippa à gauche.
Crocodile.
6,01 ; 9 h.

40184. Inv. 22 048 043 1989 118b/11
Tête d’Agrippa à gauche.
[col]/NEM ; idem.
6,00 ; 12 h.

402● Dupondii du troisième groupe RPC I 525. 10‑14 ap. J.‑C.

40385. Inv. 22 048 043 1989 15/1
[i]M[p]/[divi f]/P [p] ; même type mais Auguste est lauré et les lettres PP ont été rajoutées au droit.
COL/[nem] ; idem.
11,81 ; 9 h.

404● Dupondii de groupes indéterminés

40586. Inv. 22 048 043 1992 390/12
12,15. Nîmes I ?

40687. Inv. 22 048 043 1992 260/1
10,85. Nîmes II ?

407Demis indéterminés

40888. Inv. 22 048 043 1992 270/4
5,09. Nîmes I ?

40989. Inv. 22 048 043 1992 418/1
5,91.

41090. Inv. 22 048 043 1992 157/3
9,66.

41191. Inv. 22 048 043 1992 417/1
5,09.

41292. Inv. 22 048 043 1991 117/2
2,80.

41393. Inv. 22 048 043 1991 59/4
7,09.

41494. Inv. 22 048 043 1989 0/10
2,43.

41595. Inv. 22 048 043 1989 247/2
7.38.

Atelier auxiliaire de Lyon

416● Quadrans à l’aigle RPC I, 508.

41796. Inv. 22 048 043 1992 238/1 (fig. 155-1)
[imp] CAESAR ; tête laurée à droite.
[august]VS ; aigle debout de face, ailes déployées, tête à gauche.
2,24 ; 6 h.

41897. Inv. 22 048 043 1992 205/6
[imp caesar] ; tête laurée à droite [augustus] ; idem.
2,42 ; 9 h.

AUGUSTE (27 av. J.‑C.‑14 ap. J.‑C.)

Rome

419As

42098. Inv. 22 048 043 1992 260/16
Tête à droite.
S [c] au centre.
RIC I, p. 61‑76.

42199. Inv. 22 048 043 1991 150/1
Demi as.
[caesar augustus] TRIBVNIC [potest] ; tête nue à droite.
[, ... ii]I VIR A A [f f] autour de S [c].
4,59 ; 7 h.
RIC I, 373, 376 ou 379. 16 av. J.‑C.

422100. Inv. 22 048 043 1989 4/2
[ti c]AESAR A[ugust f imperat v] ; tête nue à droite.
[pontifex tribun potestate xii] autour de 5 C.
7,86 ; 3 h. Semble avoir été surfrappé.
RIC I, 469. Tibère César, 10‑12 ap. J.‑C.

Colonia Patricia

423● Denier

424101. Inv. 22 048 043 1989 155/2
CAESAR AVGVSTVS ; tête nue à droite.
[si]GNIS en haut, RECEPTIS, S/P/Q/R ; en bas, aigle à gauche et étendard à droite encadrant un bouclier où il est inscrit CL v.
3,27 ; 7 h.
RIC I, 86a ; BNC I 1132. 19 av. J.‑C.

Lyon

425● Aureus

426102. Inv. 22 048 043 1992 356/1 (fig. 155-1)
CAESAR AVGVSTVS DIVI F PATER PATRIAE ; tête laurée à droite.
[c] L CAESARES à l’exergue, AVGVSTI F COS DESIG PRINC IWENT ; Gaius et Lucius, en toge, debout de face à gauche et à droite, posant chacun la main sur un bouclier ; derrière chaque bouclier une lance ; au‑dessus, à droite un lituus, à gauche, un simpulum.
7,88 ; 11 h.
RIC I, 206. 2 av.?‑4 ap. J.‑C.

427● Denier

428103. Inv. 22 048 043 1992 2/1 (fig. 155-1)
CAESAR AVGVSTVS DIVI F PATER PATRIAE ; tête laurée à droite.
C L CAESARES à l’exergue, AVGVSTI F COS
DESIG PRINC IVVENT ; idem.
3,75 ; 1 h.
RIC I, 207. 2 av.?‑4 ap. J.‑C.

Atelier de faussaires

429● Deniers fourrés

430104. Inv. 22 048 043 1989 202/7
CAESAR AVGVSTVS [divi f pater patriae] ; tête laurée à droite.
[augusti f] COS DESIGL (sic) [princ iuvent] ; à l’exergue [cl caesares] (tous les S sont en miroir) ; idem.
2,03 ; 11 h.
Prototype : RIC I, 207. 2 av.?‑4 ap. J.‑C.

431105. Inv. 22 048 043 1989 155/9
CAESAR AVGVSTVS [divi f] PATER PATRIAE ; tête laurée à droite.
AVGVSTI F [cos design princ iuvent] ; idem.
2,55 ; 8 h.
Prototype : RIC I, 207. 2 av.?‑4 ap. J.‑C.

Lyon

432Monnayage de bronze, émission de 7 av. J.‑C.– 3 av. J.‑C. RIC I, 203. (Giard, J. Van Heesch, BSFN, 48, 1993, p. 535‑538.)

433● As

434106. Inv. 22 048 043 1992 18/1 (fig. 155-1)
CAESAR PONT MAX ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; l’autel de Lyon.
10,52 ; 2 h.

435107. Inv. 22 048 043 1992 357/2
CAE[sar pont max] ; tête laurée à droite.
[ro]M[et aug] ; idem.
10,61 ; 11 h.

436108. Inv. 22 048 043 1992 33/1
CAESAR PON[t max] ; tête laurée à droite.
ROM ET A[ug] ; idem.
9,48 ; 3 h.

437109. Inv. 22 048 043 1992 342/1
CAESA[ar pont max] ; tête laurée à droite.
[ro]M [et aug] ; idem.
10,69 ; 3 h.

438110. Inv. 22 048 043 1992 429/1
CAESAR [pont max] ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
9,35 ; 9 h.

439111. Inv. 22 048 043 1992 260/13
CAE[sar pont max] ; tête laurée à droite.
ROM E[t aug] ; idem.
10,15 ; 7 h.

440112. Inv. 22 048 043 1992 344/2
[caesar pont max] ; tête laurée à droite.
[ro]m et [aug] ; idem.
10,03 ; 1 h.

441113. Inv. 22 048 043 1992 156/1
[caesar] PON[t max] ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
10,33 ; 2 h.
Double frappe au droit.

442114. Inv. 22 048 043 1992 260/18
[caesar pont] MAX ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
8,25 ; 10 h.

443115. Inv. 22 048 043 1992 106/7
[caesar pont max] ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
6,05 ; 7 h.

444116. Inv. 22 048 043 1992 226/1
[caesar pont ma]X ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
7,90 ; 12 h.

445117. Inv. 22 048 043 1992 62/8
CAE[sar pont ma]X ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
6,90 ; 12 h.

446118. Inv. 22 048 043 1992 246/13
[caesar pont max] ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
9,96 ; 6 h.

447119. Inv. 22 048 043 1992 335/1
CAES[ar pont max] ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
9,42 ; 12 h.

448120. Inv. 22 048 043 1992 74/7
[caesar] PO[nt max] ; tête laurée à droite.
[ro]M E[taug] ; idem.
8,96 ; 10 h.

449121. Inv. 22 048 043 1992 356/3
[caesar pont max] ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
7,92 ; 12 h.

450122. Inv. 22 048 043 1992 449/2
CA[esar pont max] ; tête laurée à droite.
8,20 ; 5 h.

451123. Inv. 22 048 043 1996 609/1
CAESAR [pont max] ; tête laurée à droite,
[rom e]T AV[g] ; l’autel de Lyon.
9,65 ; 2 h.

452124. Inv. 22 048 043 1996 638/1
CAESAR [pont max] ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; l’autel de Lyon.
10,25 ; 12 h.

453125. Inv. 22 048 043 1992 8/10
[caesar pont] MAX ; tête laurée, à droite.
ROM [et aug] ; idem.
9,17 ; 3 h.

454126. Inv. 22 048 043 1992 287/1
Illisible.
[rom et aug] ; idem.
10,00.

455127. Inv. 22 048 043 1992 74/9
Tête laurée à droite.
Idem.
8,82 ; 12 h.

456128. Inv. 22 048 043 1992 8/9
Tête laurée à droite.
Idem.
6,81 ; 12 h.

457129. Inv. 22 048 043 1991 129/1
Tête laurée à droite.
Idem.
8,97 ; 3 h.

458130. Inv. 22 048 043 1991 106/1
CAESAR [pont max] ; tête laurée à droite.
Idem.
10,64 ; 5 h.

459131. Inv. 22 048 043 1991 105/6.
CAESAR [pont max] ; tête laurée à droite.
Idem.
10,88.

460132. Inv. 22 048 043 1991 32/1.
CAESAR [pont max] ; tête laurée à droite.
Idem.
9,80 ; 2 h.

461133. Inv. 22 048 043 1989 178/1
CAE[sar pont ma]X ; tête laurée à droite.
[ro]M ET AVG ; idem.
10,54 ; 6 h.

462134. Inv. 22 048 043 1989 132/1
[caesar] PONT MAX ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
7,13 ; 3 h.

463135. Inv. 22 048 043 1989 18/2
CAESAR PONT [max] ; tête laurée à droite.
[rom]ET AV[g] ; idem.
9,43 ; 2 h.

464136. I nv. 22 048 043 1989 11 /4
[caesar] PONT MAX ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
10,03 ; 1 h.

465137. Inv. 22 048 043 1989 199/2
[cae]SA[r pont max] ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
8,68 ; 1 h.

466138. Inv. 22 048 043 1989 118/79
[caesar pont max] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
8,87 ; 12 h.

467139. Inv. 22 048 043 1989 102/2
[caesar pont ma]X ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
6,45 ; 3 h.

Atelier auxiliaire de J.‑B. Giard Giard 117

468● As

469140. Inv. 22 048 043 1989 104/2
CAESAR PONT [max] ; tête laurée à droite.
ROM ET AV[g] ; idem.
9,71 ; 6 h.

470141. Inv. 22 048 043 1989 244/1
CAES[ar pont ma]X ; tête laurée à droite.
[r]OM ET AV[g] ; idem.
9,69 ; 7 h.

471142. Inv. 22 048 043 1989 87/2
CAESAR PONT [max] ; tête laurée à droite.
[ro]M ET AVG ; idem.
10,57 ; 2 h.

472143. Inv. 22 048 043 1989 3/6
[caesar pont max] ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
7,95 ; 5 h.

473144. Inv. 22 048 043 1989 0/21
CAE[sar] PO[nt max] ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
5,93 ; 1 h.

474145. Inv. 22 048 043 1989 0/17
[caesar pont max] ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
9,32 ; 1 h.

475Demi

476146. Inv. 22 048 043 1992 356/2
[cae]SAR [pont max] ; tête laurée à droite,
[rom et avg] ; idem.
3,73 ; 6 h.

Lyon

477Émission de 10‑14 ap. J.‑C. RIC I 244, Giard 113 (dupondius) ; RIC I 233, Giard 97 (as) ; Giard 97 (semis).

478 Dupondius

479147. Inv. 22 048 043 1989 54/2
CAE[sar augustus divi f pater patriae] ; tête laurée à droite.
[r]OM ET AV[g] ; l’autel de Lyon.
10,72 ; 12 h.

480● As

481148. Inv. 22 048 043 1992 298/1
[caesar augus]TVS DIVI F PATER PATRIAE ; tête laurée à droite.
[ro]M ET A[ug] ; l’autel de Lyon.
10,83 ; 5 h.

482149. Inv. 22 048 043 1992 212/2
[caesar augustus divi f] PA[ter patriae] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
9,22 ; 3 h.

483150. Inv. 22 048 043 1992 90/1
[caesar august]VS DIVI F [pater patriae] ; tête laurée à droite.
ROM E[t aug] ; idem.
9,78 ; 1 h.

484151. Inv. 22 048 043 1992 307/3
[caesar augustus divi f] PATER [patriae] ; tête laurée à droite.
8,54 ; 3 h.
[rom et aug] ; idem.
8,54 ; 12 h

485152. Inv. 22 048 043 1992 344/1
CAE[sar augustus divi f pater patri]AE ; tête laurée à droite.
Illisible.
12,01.

486153. Inv. 22 048 043 1992 322/1
[caesar augustus] DIVI [f pater patriae] ; tête laurée à droite.
[rom et au]G ; idem.
9,11 ; 10 h.

487154. Inv. 22 048 043 1989 13/1
[caesar augustus] DIVI F PATER[patriae] ;
tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
9,72 ; 7 h.

488155. Inv. 22 048 043 1989 0/1
[caesar augustus divi f pater patriae] ; tête laurée à droite.
ROM ET AV[g] ; idem.
9,85 ; 1 h.

489● Semis

490156. Inv. 22 048 043 1992 168/1 (fig. 155-1)
CAESAR [augustus] DIVI F PATER PATRIAE ; tête laurée à droite.
[rom] ET AVG ; idem.
5,00 ; 3 h.

491157. Inv. 22 048 043 1992 309/9
[caesar augustus] DIVI F PATER [patriae] ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
3,66 ; 5 h.

492158. Inv. 22 048 043 1992 407/7
CAESAR [augustus divi f p]ATER [patriae] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
3,96 ; 2 h.

493159. Inv. 22 048 043 1992 61/1
CA[esar augustus divi f pater patr]IAE ; tête laurée à droite.
[ro]M [et aug] ; idem.
3,21 ; 3 h.

494160. Inv. 22 048 043 1992 246/19
[caesar augustus divi f pa]TER P[atriae] ; tête laurée à droite.
illisible.
2,61.

495161. Inv. 22 048 043 1992 156/2
[caesar augustus] DIVI [f pater patriae] ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
3,91 ; 8 h.

496162. Inv. 22 048 043 1989 18/1
[caesar] AVGVSTVS DIVI F PATER PATRIAE ; tête laurée à droite.
[ro]M e[t aug] ; l’autel de Lyon.
4,87 ; 6 h.

497163. Inv. 22 048 043 1989 125/3
[caes]AR AVGVSTVS DIVI F PATER
PATRIAE ; tête laurée à droite,
[rom et aug] ; idem.
4,26 ; 1 h.

498164. Inv. 22 048 043 1989 11/3
[caesar augustus divi f pater patriae] ; tête laurée à droite.
ROM ET [aug] ; idem.
3,07 ; 1 h.

499165. Inv. 22 048 043 1989 50/1
[caesar augustus divi f pater patriae] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
3,96 ; 9 h.

500166. Inv. 22 048 043 1989 0/12
Idem.
2,94 ; 7 h.

Lyon, monnaies au nom de Tibère

501IMP VII (13 ap. J.‑C.‑14 ap. J.‑C.).
RIC I 245, Giard 114 (as),
RIC I 246, Giard 115 (semis).

502● As

503167. Inv. 22 048 043 1992 234/2
[ti caesar august f im]PERAT VII ; tête laurée à droite.
[rom et avg] ; l’autel de Lyon.
10,63 ; 10 h.

504168. Inv. 22 048 043 1992 4/10
[ti caesar august f] IM[perat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et] AV[g] ; idem.
9,73 ; 12 h.

505169. Inv. 22 048 043 1992 307/23
[ti caesar august] F IMPER[at vii] ; tête laurée à droite.
[rom e]T AVG ; idem.
6,21 ; 9 h.

506170. Inv. 22 048 043 1992 212/1
[ti caesar august f] IM[perat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
10,49 ; 2 h.

507171. Inv. 22 048 043 1992 14/7
Tl CAESAR [august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom e]T AVG ; idem.
8,72 ; 8 h.

508172. Inv. 22 048 043 1992 357/1
[ti caesar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[ro]M ET AVG ; idem.
8,70 ; 12 h.

509173. Inv. 22 048 043 1992 3/1
Tl CAESAR [august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom e]T AVG ; idem.
9,98 ; 5 h.

510174. Inv. 22 048 043 1992 225/1
[ti cae]SAR AVGVS[t f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et] AG (sic) ; idem.
11,30 ; 9 h.

511175. Inv. 22 048 043 1991 45/1
Tl CAESAR AVGVST [f imperat vii] ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; l’autel de Lyon.
10,91 ; 11 h.

512176. Inv. 22 048 043 1991 83/2
[ti caesar] AVGVST F IMP[erat vii] ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; l’autel de Lyon.
10,16 ; 12 h.

513177. Inv. 22 048 043 1989 155/3
[ti caesa]R AVGVST F IMP[erat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
9,21 ; 6 h.

514178. Inv. 22 048 043 1989 0/5 (fig. 155-1)
Tl CAESAR AVGVST F IMPERAT VII ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
9,61 ; 12 h.

515179. Inv. 22 048 043 1989 172/2
[ti caesar] AVGVST [f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[r]OM ET AVG ; idem.
8,13 ; 6 h.

516180. Inv. 22 048 043 1989 53/4
[ti caesar august f] IMPERAT VII ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
9,14 ; 12 h.

517181. Inv. 22 048 043 1989 21/1
TI CA[esar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
9,13 ; 12 h.

518182. Inv. 22 048 043 1989 41/2
TI CAESAR AVGVST F IMPE[rat vii] ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
9,01 ; 11 H.

519183. Inv. 22 048 043 1989 18/4
[ti caesar august f imperat] VII ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
9,13 ; 3 h.

520184. Inv. 22 048 043 1989 61/3
[ti caesar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
7,96 ; 6 h.

521185. Inv. 22 048 043 1991 58/3
[ti caesar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et] AVG ; idem.
9,88 ; 4 h.

522186. Inv. 22 048 043 1991 76/2
[ti caesar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
8,19 ; 1 h.

523187. Inv. 22 048 043 1991 88/1
Idem.
6,97 ; 11 h.

524188. Inv. 22 048 043 1992 114/6
Idem.
7,20 ; 3 h.

525189. Inv. 22 048 043 1992 134/3
Idem.
8,01 ; 3 h.

526190. Inv. 22 048 043 1992 8/8
Idem.
9,92 ; 11 h.

527191. Inv. 22 048 043 1992 307/21
Idem.
10,36 ; 1 h.

528192. Inv. 22 048 043 1992 309/14
Idem.
6,14 ; 8 h.

529193. Inv. 22 048 043 1989 217/2
Idem.
7,24 ; 11 h.

530194. Inv. 22 048 043 1989 155/6
Idem.
9,50 ; 10 h.

531195. Inv. 22 048 043 1989 118/83
Idem.
9,54 ; 9 h.

532196. Inv. 22 048 043 1989 51/2
Idem.
6,95 ; 12 h.

533● Semis

534197. Inv. 22 048 043 1992 309/16
TI CAESAR [august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
3,80 ; 8 h.

535198. Inv. 22 048 043 1992 74/4
[ti caesar august f]IMPERAT VII ; tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
3,94 ; 3 h.

536199. Inv. 22 048 043 1992 0/2
[ti caesar] AVGVST F IMPERAT[vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
3,12 ; 5 h.

537200. Inv. 22 048 043 1992 61/2
[ti caesar a]VGVST F IMPERA[t vii] ; tête laurée à droite.
[r]OM ET A[ug] ; idem.
3,11 ; 5 h.

538201. Inv. 22 048 043 1992 227/5
[ti cae]SAR AVGVST F [imperat vii] ; tête laurée à droite.
[r]OM E[t aug ; idem.
3,85 ; 9 h.

539202. Inv. 22 048 043 1992 260/14
[ti caesar augustus f] IMP[erat vii] ; tête laurée à droite.
4,07 ; 7 h.

540203. Inv. 22 048 043 1992 307/22
TI CA[esar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
2,65 ; 9 h.

541204. Inv. 22 048 043 1992 124/1
[ti caesar au]GVST F IMPERA[t vii] ; tête laurée à droite.
3,74 ; 8 h.

542205. Inv. 22 048 043 1992 316/5
[ti caesar august f] IM[perat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
3,06 ; 9 h.

543206. Inv. 22 048 043 1996 618/1
TI [caesar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; l’autel de Lyon.
3,70 ; 11 h.

544207. Inv. 22 048 043 1989 41/3
[ti caesar august f imp]ERAT VII ; tête laurée à droite.
ROM[et aug] ; idem.
3,94 ; 9 h.

545208. Inv. 22 048 043 1989 4/1
Tl [caesar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
2,50 ; 6 h.

546209. Inv. 22 048 043 1989 18/3
[ti caesar august] F IMPERAT VII ; tête laurée à droite.
[rom] ET [aug] ; idem.
2,11 ; 9 h.

547210. Inv. 22 048 043 198911/2
[ti caesar august f imper]AT VII ; tête laurée à droite.
[rom et] AVG ; idem.
3,18 ; 12 h.

548211. Inv. 22 048 043 1992 61/4
[ti caesar august fl IMPERAT VII tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
3,11 ; 12 h.

549212. Inv. 22 048 043 1992 220/9
[ti caesar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
3,14 ; 9 h.

550213. Inv. 22 048 043 1992 446/1
Idem.
2,63 ; 1 h.

551214. Inv. 22 048 043 1992 449/1
Idem.
4,06 ; 3 h.

552215. Inv. 22 048 043 1992 74/12
Idem.
1,61 ; 9 h.

553216. Inv. 22 048 043 1991 72/6
Idem.
3,15.

554217. Inv. 22 048 043 1992 223/2
Idem.
2,40 ; 8 h.

555218. Inv. 22 048 043 19890/19
Idem.
1,90 ; 6 h.

Fabrique locale, monnaies au nom de Tibère IMP VII.

556● As

557219. Inv. 22 048 043 1992 134/2
[ti caesar august f impe]RAT VII ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
8,71 ; 5 h.

558220. Inv. 22 048 043 1992 346/2
[ti caesar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et avg] ; idem.
4,42 ; 1 h.

559221. Inv. 22 048 043 1996 608/1
[ti caesar] AVGVST [f imperat vii] ; tête laurée à droite.
Illisible.
6,90.

560222. Inv. 22 048 043 1 989 20/3
[ti caesar august] F IMP[erat vii] ; tête laurée à droite.
[ro]M ET AVG ; idem.
9,30 ; 9 h.

561223. Inv. 22 048 043 1996 633/2
[ti caesar] AVGVST [f imperat VII] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; idem.
6,88 ; 12 h.

562224. Inv. 22 048 043 1989 67/1
[ti caesar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom et aug] ; l’autel de Lyon.
6,43 ; 3 h.

563225. Inv. 22 048 043 198962/1
Idem.
7,96 ; 1 h.

564● Semis

565226. Inv. 22 048 043 1992 8/7
Tl CA[esar august f imperat vii] ; tête laurée à droite.
[rom] ET AVG ; idem.
3,29.

566227. Inv. 22 048 043 1992 452/1
Légende illisible. Tête laurée à droite.
ROM ET AVG ; idem.
2,94 ; 11 h.

As et semis à l’autel de Lyon de type indéterminé

567● As

568228. Inv. 22 048 043 1992 14/13
7,89.

569229. Inv. 22 048 043 1992 205/2
9,60

570230. Inv. 22 048 043 1992 269/1
8,40.

571231. Inv. 22 048 043 1992 8/19
8,55.

572232. Inv. 22 048 043 1992 14/3
5,53.

573233. Inv. 22 048 043 1989 199/1
7,91.

574234. Inv. 22 048 043 1989118b/10
5,79.

575235. Inv. 22 048 043 1992 217/1
9,17.

576236. Inv. 22 048 043 1992 309/3
6,19.

577237. Inv. 22 048 043 1992 205/5
9,60.

578● Semis

579238. Inv. 22 048 043 1992 62/21
2,91.

580239. Inv. 22 048 043 1992 160/7
2,41.

581240. Inv. 22 048 043 1992 62/30
8,59.
241. Inv. 22 048 043 1992 8/13
2,36.

582242. Inv. 22 048 043 1989 16/4
2,21.

TIBÈRE (14‑37)

Lyon

583● Denier

584243. Inv. 22 048 043 1989 12/1
[ti caesar divi aug fl AVGVSTVS tête laurée à droite.
[pontif] MAXI[m] personnage féminin assis à gauche, tenant un sceptre vertical et un rameau.
2,97 ; 3 h.
RCI, 26. Non daté, 14‑37.

585● Semis

586244. Inv. 22 048 043 1992 260/2
[ti caesar divi fl AVGVSTVS ; tête laurée à droite.
ROM ET A[ug] ; l’autel de Lyon.
4,39 ; 6 h.
RIC I, 32. 14‑21 ?

Atelier de faussaires

587● Denier fourré

588245. Inv. 22 048 043 1992 306/15 (fig. 155-1)
[ti] CAESAR DIVI AVG F [aug]VSTVS ; tête laurée à droite.
PONTIF MAXIM personnage féminin assis à gauche, tenant un sceptre vertical et un rameau.
2,00 ; 6 h.
RIC I, 26. Non daté, prototype Lyon, 14‑37.

CALIGULA (37‑41)

Rome

589● As

590246. Inv. 22 048 043 1991 35/1 (fig. 155-1)
GERMANICVS CAESAR TI AVG F DIVI AVG
N ; tête nue à gauche.
C C[aesar divi] AVG [pron aug p m tr p] III P P autour de S C.
11,35 ; 6 h.
BNC I, 106. 39 ap. J.‑C.

591247. Inv. 22 048 043 198954/3
[m agrippa] COS III ; tête d’Agrippa à gauche.
[s] C ; Neptune debout à gauche.
7,98 ; 6 h.
RIC I, 58. Agrippa, 37‑41.

Fabrique locale

592● As

593248. Inv. 22 048 043 1992 270/3
Tête nue à gauche de Caligula.
[s] C ; Vesta assise à gauche.
4,77 ; 7 h.
RIC I, 38 ou 47. 37‑39.

594249. Inv. 22 048 043 1992 10/1.
Tête d’Agrippa à gauche.
[s] C ; Neptune debout à gauche.
6,50 ; 7 h.
RIC I, 58. 37‑41.

CLAUDE (41‑54)

Atelier de faussaires

595● Denier fourré

596250. Inv. 22 048 043 1992 0/9 (fig. 155-1)
TI CLAVDIVS CAESAR AVG P M TR P XI IMP P [p cos v] ; tête laurée à droite.
SPQR/P P/ OB C S sur trois lignes dans une couronne de chêne.
2,44 ; 9 h.
RIC I, 64. 51‑52.

Rome

597● Dupondius

598251. Inv. 22 048 043 1989 155/5
[ti claudius caesar] AVG P M [tr p im p p] tête nue à gauche.
[ceres augusta] Cérès assise à gauche.
10,22 ; 6 h.
RIC I, 110. 42‑43.

599● As

600252. Inv. 22 048 043 1992 14/11
[ti claudius] CAESAR AVG P M TR P IMP P
P ; tête nue à gauche ;
S C ; Minerve debout à droite, brandissant un javelot et tenant un bouclier.
7,47 ; 6 h.
RIC I, 116. 42‑43.

Atelier gaulois

601● Dupondius

602253. Inv. 22 048 043 1989 0/13
[ti claudius cae]SAR A[ug p m tr p imp] ; tête nue à gauche.
[ceres augusta s c] ; Cérès assise à gauche.
9,82 ; 6 h.
RIC I, 94. 41‑42.

603254. Inv. 22 048 043 1989 0/9
TI CLAVDIVS CAESAR AVG P M TR P IMP ; tête nue à gauche.
C[eres augusta] S C ; idem.
9,46 ; 6 h.
RIC I, 94. 41‑42.

604255. Inv. 22 048 043 1992 62/1 (fig. 155-1)
ANTONIA AVGVSTA ; buste drapé à droite, tête nue.
Tl CLAVDIVS CAESAR AVG P M TR P IMP ; Claude, voilé et en toge, debout à gauche, tenant un simpulum.
12,40 ; 7 h.
RIC I, 92. Antonia, 41‑42.

605● As

606256. Inv. 22 048 043 1992 260/5
Tl CLAVDIVS CAESAR AVG P M TR P IMP ; tête nue à gauche.
CONSTANTIAE AVGVSTI S C ; Constantia, casquée et en habit militaire, debout à gauche, levant la main droite et tenant une lance de la main gauche.
9,88 ; 6 h.
RIC I, 95.41‑42.

607257. Inv. 22 048 043 1989 3b/1
TI CLAVDIVS CAESAR AVG P M TR P IMP ; tête nue à gauche.
CONSTANTIAE [augusti] S C ; idem.
11,22 ; 6 h.
RIC I, 95. 41‑42.

608258. Inv. 22 048 043 1992 14/2
[ti d]AVDIV][s caesar] AVG [p m tr p imp] ; tête nue à gauche.
Illisible.
6,71.
RIC I ? 41‑42.

609259. Inv. 22 048 043 1989 11/1
[ti clau]DIVS CAESAR [aug p m tr p imp] ; tête nue à gauche.
S [c] ; Minerve marchant à droite.
8,94 ; 3 h.
RIC I, 100.41‑42.

610260. Inv. 22 048 043 1989 118/76
[ti claudius caesar] AVG P M [tr p imp] ; tête nue à gauche.
S C ; idem.
6,49 ; 5 h.
RIC I, 100.

Atelier espagnol ?

611 As

612261. Inv. 22 048 043 1992 346/3
[ti claudius] CAESAR AVG P M TR P IMP ; tête nue à gauche.
S C ; Minerve à droite.
9,60 ; 6 h.
RIC I, 100. 41‑42.

Fabrique locale

613Dupondius

614262. Inv. 22 048 043 1992 12/1
[ti] CLAVDIVS CAESAR [aug p m tr p imp] ; tête nue à gauche.
[ceres] AVG[usta s c] ; Cérès voilée assise à gauche, tenant des épis de blé et une longue torche.
10,44 ; 11 h.
RIC I, 94. 41‑42.

615 As

616263. Inv. 22 048 043 1992 68/5
Tl CLAVDIVS [caesar avg p m tr p imp] ; tête nue à gauche.
CONSTANTIA [augusti] S C ; Constantia, casquée et en habit militaire, debout à gauche, levant la main droite et tenant une lance de la main gauche.
8,42 ; 6 h.
RIC I, 95. 41‑42.

617264. Inv. 22 048 043 1989 118/74
[ti claudius] CAESAR AVG P M [tr p imp] ; tête nue à gauche. Surfrappé sur un as d’Auguste RIC I 233.
LI[bertas august]A ; Libertas debout de face, tête à droite, tenant le pileus.
8,20 ; 6 h.
RIC I, 97. 41‑42. Graveur D de J.‑B. Giard.
Pouvoir central et libertés locales. Le monnayage en bronze avant 50 après J.‑C.
RN, 1970, p. 33‑61.

618265. Inv. 22 048 043 1989 11/5
Tl CLAVD[ius caesar aug p m tr p imp] ; tête nue à gauche.
[libertas augusta] S C ; Libertas, drapée, debout de face.
8,35 ; 4 h. Graveur A de J.‑B. Giard.
RIC I, 97.

619266. Inv. 22 048 043 1992 220/8
[ti claudius caesar aug] P M [tr p imp] ; tête nue à gauche.
[s] C ; Minerve à droite.
10 h ; 7,99. IGT.
RIC I, 100.

NÉRON (54‑68)

Rome

620● As

621267. Inv. 22 048 043 1992 68/2 (fig. 155-1)
[nero] CAESAR AVG GERM IMP. ; tête laurée à droite.
S C ; Victoire volant à droite tenant un bouclier où il est inscrit SPQR.
10,53 ; 6 h.
RIC I, 312. c. 65.

Lyon

622● Dupondius

623268. Inv. 22 048 043 1992 4/3
NERO CLAVD CAESAR AVG GER P M
[imp p (ou imp p p] ; buste lauré à gauche, globe à la pointe du cou.
[Victoria] AV[gusti] S C, à l’exergue II ; la Victoire marchant à gauche, tenant une palme et une couronne.
11,07 ; 6 h.
RIC I, 410 ou 412. c. 65.

624● As

625269. Inv. 22 048 043 1989 10/1
NERO CLAVD CAESAR AVG GERMANICVS tête nue à droite, globe à la pointe du cou.
[pontif] MAX TR POT [imp p p] S C Néron marchant à droite, jouant de la lyre.
10,53 ; 7 h.
RIC I, 416. c. 65.

626270. Inv. 22 048 043 1992 390/10
NERO CLAVD CAESAR AVG GERMANICVS ; tête nue à gauche.
GE[nio] AVGVSTI S C ; Genius debout à gauche, sacrifiant à l’aide d’une patère au‑dessus d’un autel et tenant une corne d’abondance.
9,31 ; 6 h.
RIC I, 420. c. 65.

627271. Inv. 22 048 043 1992 4/2
IMP [nero] CAESAR AVG P M[ax tr p p] ; tête nue à droite.
[genio augusti s c] ; idem.
6,80 ; 6 h.
RIC I, 533. c. 66.

628272. Inv. 22 048 043 1991 78/1
IMP NERO CAESAR AVG P MAX TR P P P ; tête nue à droite.
S C ; Victoire volant à gauche, tenant des deux mains un bouclier où il est inscrit SPQR.
8,84 ; 6 h.
RIC I, 605. c. 67.

629273. Inv. 22 048 043 1989 19/41
IM[p nero.........]TR P[ ; tête nue à gauche, globe à la pointe du cou.
S C ; Victoire volant à gauche, tenant un bouclier.
9,27 ; 6 h.
RIC I, 543/605. 66.

630274. Inv. 22 048 043 1989 3/5
IMP NERO CAE[ ; tête à droite.
Illisible.
9,30.
RIC I, p. 180 sq. À partir de 66.

Fabrique locale

631● As

632275. Inv. 22 048 043 1992 14/8
Tête laurée de Néron à droite.
Victoire marchant à gauche.
4,19 ; 6 h.
RIC I ?

GALBA (68‑69)

Rome

633● As

634276. Inv. 22 048 043 1992 220/10
IM[p ser sulpic] GAL‑BA CAES (tr p] ; tête laurée à droite.
[s] C ; illisible.
9,16 ; 6 h.
RIC I ? 68‑69.

GUERRE CIVILE (68‑69)

635Denier fourré

636277. Inv. 22 048 043 1989 16/3 (fig. 155-1)
FIDES/EXERCITVM deux mains jointes.
FIDES PRAETORIANORVM ; idem.
0,89 ; 5 h.
RIC I, 121.

VESPASIEN (69‑79)

Rome

637Deniers

638278. Inv. 22 048 043 1992 390/3 (fig. 155-1)
[imp cae]SAR VESPASIANVS AVG ; tête laurée à droite.
COS I[ter tr pot] ; Aequitas assise à gauche tenant une balance et une baguette.
6 h ; 2,72. Monnaie coulée.
RIC II, 5. Prototype : Rome, 69‑71.

639279. Inv. 22 048 043 1991 94/4
[imp caesar] VESPASIAN[US AUG] ; tête laurée à droite.
[cos vii (ou viii)] ; deux boeufs sous un joug.
2,31 ; 6 h.
RIC II, 99A ou 107.

FIG. 155-1 ‒ nos 1 à 278 Les monnaies de Monterfil.

Bibliothèque nationale/Cabinet des médailles

Atelier de faussaires

640280. Inv. 22 048 043 1992 369/4
Tête de Vespasien à gauche.
Illisible.
0,79.
RIC I ? Moitié de denier fourré.

641281. Inv. 22 048 043 1989 19/45
IMP C[aesar vespasian]VS AVG ; tête laurée à droite.
[cos viii] ; Mars nu debout à gauche. Fourré et fragmentaire.
1,01 ; 6 h.
RIC II, 103. Prototype, Rome, 77‑78.

Lyon

642● Dupondii

643282. Inv. 22 048 043 1992 307/28
[imp c]AES VESPASIANI[..... ; tête laurée à droite.
Personnage féminin debout à gauche ;
11,05 ; 6 h.
RIC II ?

644283. Inv. 22 048 043 1989 264/12
IMP CAES VESPASIAN AVG COS VIII P P ;
tête laurée à droite, globe à la pointe du cou.
[fid]ES PVBLICA S C ; Fidès debout à gauche, tenant une patère et une corne d’abondance.
12,06 ; 7 h.
RIC II.

645As

646284. Inv. 22 048 043 1991 68/7
[imp caesar vesp]ASIAN AVG COS [iiii] ; tête laurée à droite, globe à la pointe du cou.
[s c] ; aigle debout sur un globe, ailes éployées, tête à droite.
9,36 ; 6 h.
RIC II, 747. 72.

647285. Inv. 22 048 043 1992 4/1
IMP CAES VESPASIAN AVG COS VIII P P ; tête laurée à droite, globe à la pointe du cou.
5 C ; aigle debout de face sur un globe, ailes déployées, tête à droite.
9,93 ; 6 h.
RIC II, 764b. 77‑78.

648286. Inv. 22 048 043 1992 307/26
IMP CAES VESPASIAN[aug cos viii p p] ; tête laurée à droite, globe à la pointe du cou.
[aequitas augusti] S C ; Aequitas debout à gauche, tenant une balance et une corne d’abondance.
8,54 ; 7 h.
RIC II, 758. 77‑78.

649287. Inv. 22 048 043 1992 306/4
[imp caes ves]PASIAN AVG [cos viii p p] ; tête laurée à droite.
Personnage debout à droite.
6 h ; 8,33.
RIC II ? 77‑78.

650288. Inv. 22 048 043 1992 309/17
Tête laurée à droite, globe à la pointe du cou.
Personnage debout.
6 h ; 8,13.
RIC II ?

651289. Inv. 22 048 043 1991 24/2
.....]SP[... ; tête laurée à droite. Illisible.
9,53.
RIC II ?

652290. Inv. 22 048 043 1992 307/14
Tête laurée à droite.
Lisse.
6,99.
RIC II ?

653291. Inv. 22 048 043 1992 220/5
Tête laurée à droite.
Lisse.
7,81.
RIC II ?

654292. Inv. 22 048 043 198919/44
T CAES IMP AVG [f tr p cos vi censor] ; tête laurée à droite, globe à la pointe du cou.
S C ; Spes marchant à gauche, tenant une fleur et relevant un pan de sa robe.
7,05 ; 6 h.
RIC II, 786. Titus César, 77‑78.

655293. Inv. 22 048 043 1992 62/16
CAE5[ar aug f]DO[mitia]NVS COS V ; tête laurée à droite, globe à la pointe du cou.
S C ; Spes marchant à gauche, tenant une fleur et relevant un pan de sa robe.
8,74 ; 6 h.
RIC II, 791. Domitien César, 77‑78.

656294. Inv. 22 048 043 1989118b/9
CAESAR DOMITIANVS COS V ; tête laurée à droite, globe à la pointe du cou.
S C ; idem.
7,67 ; 6 h.
RIC II, 791. Domitien César, 77‑78.

TITUS (79‑81)

Rome

657 Denier

658295. Inv. 22 048 043 1992 110/1 (fig. 155-2)
IMP TITVS CAESAR VESPASIAN AVG P M ; tête laurée à gauche.
TR P IX IMP XV COS VIII P P ; trône avec dossier rond sur lequel se trouvent des épis de blé.
5 h ; 3,18.
RIC II, 24b.

Atelier de faussaires

659● Denier fourré

660296. Inv. 22 048 043 1991 83/1 (fig. 155-2)
DIVVS AVGVSTVS [vespa]SIANVS ; tête laurée de Vespasien à droite.
EX S C ; Victoire debout à gauche, posant un bouclier sur un trophée au pied duquel se trouve un captif assis à gauche.
1,93 ; 6 h.
RIC II, 59 : prototype, 80‑81.

661● Sesterces

662297. Inv. 22 048 043 1992 308/2
[imp t caes] VESP AVG PM [ ; tête laurée à gauche.
Lisse.
20,55.
RIC II ?

663298. Inv. 22 048 043 1991 94/6
Tête laurée à gauche de Titus. Illisible.
18,92.
RIC II ? Percé à 3 h.

664● Dupondius

665299. Inv. 22 048 043 1996 633/1
[imp t cae]S VES[p] AVG [p m tr pc]OS V[iïi] ; tête radiée à droite.
[securitas p r s c] ; Securitas assise à gauche.
11,71 ; 7 h.
RIC II, 118 : Rome, 80‑81.

DOMITIEN (81‑96)

Rome

666Sesterces

667300. Inv. 22 048 043 1991 24/1
IMP CAE[s divi ves]SP F DOMIT[ian aug p m] ; tête laurée à droite.
[tr p cos vii des viii (ou cos viii des viiii) p p s c] ; Minerve debout à gauche, tenant une lance.
23,70 ; 6 h.
RIC II, 233a ou 240a. 81‑82.

668301. Inv. 22 048 043 1992 0/4
Tête laurée à droite.
Lisse.
19,88.
RIC II ?

669● Dupondii

670302. Inv. 22 048 043 1992 446/2 (fig. 155-2)
IMP CAES DOMIT AVG GERM COS XV CENS
PER P P ; tête radiée à droite.
FORTVNAE AVGVSTI S C ; Fortuna debout à gauche, tenant un gouvernail et une corne d’abondance.
11,33 ; 6 h.
RIC II, 392. 90‑91.

671303. Inv. 22 048 043 1989 62/2
[imp caes domit aug] GERM COS XV [cens per p p] ; tête radiée à droite.
[fortunae] AVGVSTI S C ; idem.
9,59 ; 6 h.
RIC II, 392. 90‑91.

672304. Inv. 22 048 043 1992 333/1
Tête radiée à droite.
Illisible.
9,36.
RIC II ?

673305. Inv. 22 048 043 1991 0/8
Tête radiée à droite.
Illisible.
9,41.

674306. Inv. 22 048 043 1989 0/14
Tête radiée à droite.
Illisible.
9,82.

675As

676307. Inv. 22 048 043 1992 62/5
[imp caes di]VI VESP F DOMITIAN AVG [p m] ; tête laurée à droite.
[tr p cos vii] DES VIIII P P ; Minerve debout à droite, brandissant un javelot et tenant un bouclier.
10,50 ; 6 h.
RIC II, 237. 81.

Fabrique locale

677Dupondius

678308. Inv. 22 048 043 1989 0/15
Tête radiée à droite.
S C ; Virtus debout à droite.
9,0 ; 6 h.

NERVA (96‑98)

Rome ?

679Denier

680309. Inv. 22 048 043 1991 92/4 (fig. 155-2)
[imp nerva caes]AVG P M TR P COS III P P ; tête laurée à droite.
CONCORDIA EXERC[ituum] ; deux mains serrées.
3,11 ; 6 h.
RIC II, 14. 97.

681Dupondius

682310. Inv. 22 048 043 1992 258/1
IMP NERVA CAES AVG P M TR P COS III P P ; tête radiée à droite.
FORTVNA AVGVST S C ; Fortuna debout à gauche, tenant un gouvernail et une corne d’abondance.
11,32 ; 6 h.
RIC II, 83. 97.

TRAJAN (98‑117)

Atelier de faussaires

683● Deniers fourrés

684311. Inv. 22 048 043 1991 94/1 (fig. 155-2)
[imp traiano] AVG GER DAC [p m tr p cos v p p) ; tête laurée à droite.
SPQR OPTIMO PRINC[ipi] ; Abundantia debout à droite, tenant des épis de blé et une corne d’abondance ; à ses pieds à gauche, un modius et derrière elle, une proue de navire.
2,08 ; 6 h.
RIC II, 165 : atelier clandestin, coins de faussaire, probablement hybride, troncature du buste début du cinquième consulat.

685312. Inv. 22 048 043 1989 118/75
[imp caes ner traiano opti]MO AVG GER
DAC ; buste lauré et drapé à droite.
[p m tr p cos vi] SP[qr] ; Félicitas debout à gauche, tenant un caducée et une corne d’abondance.
1,94 ; 6 h. Ébréché.
RIC II, 343. Atelier clandestin.
Prototype 114‑117.

Rome

686● Sesterces

687313. Inv. 22 048 043 1991 96/2
[imp caes nervae traia]NO AVG GER DAC P
M [tr p cos v p p] ; tête laurée à droite, troncature du buste du milieu du cinquième consulat.
[spqr optimo principi s c] ; la Dacie assise à gauche aux pieds d’un trophée.
21,48 ; 6 h.
RIC II, 560. 103‑111.

688314. Inv. 22 048 043 1991 50/1
[imp caes nervae traia]NO AVG GER [dac p m tr p cos v p p] ; tête laurée à droite.
[spqr optimo principi s c] ; la Dacie assise à gauche aux pieds d’un trophée.
21,81 ; 5 h.
RIC II, 560. 103‑111.

689315. Inv. 22 048 043 1989 4/3
IMP [caes nervae tr]AIANO AVG GER DAC [p m tr p cos v p p] ; tête laurée à droite.
SPQR OPTIMO PRINCIPI S C ; idem.
25,48 ; 6 h.
RIC II, 560. 103‑111.

690316. Inv. 22 048 043 1991 0/9
Tête laurée à droite, troncature B3.
Illisible.
23,57.
RIC II ?

691317. Inv. 22 048 043 1991 95/8
Tête laurée à gauche.
Illisible.
21,60.
RIC II ?

692318. Inv. 22 048 043 1992 246/18
Tête laurée à droite.
Personnage debout à gauche, Spes ?
6 h ; 24,98.
RIC II ?

693319. Inv. 22 048 043 1992 14/5
Tête à droite.
Illisible.
20,33.
RIC II ?

694320. Inv. 22 048 043 1989 19/46
Tête laurée à droite. Portrait du début du règne.
] TR [ ; illisible.
22,98.

695● Dupondii

696321. Inv. 22 048 043 1992 1/1 (fig. 155-2)
IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM P M ; tête radiée à droite.
TR POT COS III P P S C ; Abundantia assise à gauche dans un siège formé de deux cornes d’abondance croisées et tenant un sceptre.
6 h ; 13,94.
RIC II, 411 ; Strack 327. 99‑100.

697322. Inv. 22 048 043 1992 362/1
[imp caes ne]RVA TRAIAN AVG GERM [p m] ; tête radiée à droite.
[tr pot cos ii (ou iii ou iiii) s c] ; idem.
10,97 ; 6 h.
RIC II, 382, 411 ou 433 ; Strack 303, 327 ou 339. 98‑102.

698323. Inv. 22 048 043 1992 134/1
IMP [caes nerva traian aug germ] ; tête radiée à droite.
Idem.
10,42 ; 6 h.
RIC II, idem.

699324. Inv. 22 048 043 1989 0/11
Tête radiée à droite.
Illisible. 9,81.

700325. Inv. 22 048 043 1989 92/1
] TRAIAN[ ; tête radiée à droite. Portrait du début du règne.
Illisible.
8,61.

701326. Inv. 22 048 043 1989 19/43
] TRAIAN A[ ; tête radiée à droite. Portrait du début du règne.
Illisible.
9,00.

702327. Inv. 22 048 043 1989 ½
Tête radiée à droite.
Illisible.
7,34.

703328. Inv. 22 048 043 1989 78/1
Tête radiée à droite.
Illisible.
11,09.

704● As

705329. Inv. 22 048 043 1992 129/2
[imp caes] NERVA TRAIAN AVG GERM P M TR P ; tête laurée à droite.
[....] S C ; Victoire marchant à gauche, tenant un bouclier.
9,87 ; 6 h.
RIC II, p. 272 à 274. 98‑100.

706330. Inv. 22 048 043 1992 526/1
[imp caes] TRAIAN AVG [germ p m] ; tête laurée à droite.
[tr pot cos ii (ou iii ou iiii) s c] ; la Victoire marchant à gauche, tenant une palme et un bouclier où il est inscrit [spqr],
7,83 ; 6 h.
RIC II, 402, 417 ou 434. 98‑102.

707As d’orichalque

708331. Inv. 22 048 043 1989 104/3
Buste radié et drapé à droite.
S C dans une couronne de lauriers.
7,78 ; 12 h.
RIC II, p. 290 et 292.

709● As ou dupondius

710332. Inv. 22 048 043 1992 220/6
Illisible.
10,28.

Fabrique locale

711Dupondius

712333. Inv. 22 048 043 1992 0/5 (fig. 155-2)
Tête radiée de Trajan à droite.
Illisible.
3,94.
RIC II ?

HADRIEN (117‑138)

Rome

713Deniers

714334. Inv. 22 048 043 1992 0/12
HADRIANVS AVG COS III[p p] ; buste drapé à gauche, tête nue.
ANNONA AVG ; modius avec épis.
3,19 ; 6 h.
RIC II, 230. 134‑138.

715335. Inv. 22 048 043 1991 62/6 (fig. 155-2)
HADRIANVS AVGVSTV5 ; tête laurée à droite, draperie sur épaule gauche.
COS III ; Genius debout à gauche, tenant une corne d’abondance de la main gauche et sacrifiant de la main droite avec une patère au‑dessus d’un autel.
2,60 ; 5 h.
RIC II, 173. 125‑128.

716● Sesterces

717336. Inv. 22 048 043 1989 3/7
Buste lauré à droite.
Type Concordia exercituum. Concordia debout à gauche, tenant un aigle dans la main droite et une enseigne de la main gauche.
19,18 ; 6 h.
RIC II, 581. Rome, 119‑123.

718337. Inv. 22 048 043 1992 410/1 (fig. 155-2)
HADRIANVS AVG COS III P P ; buste lauré à droite, draperie sur épaule gauche.
S C ; Diane debout à gauche, tenant une flèche et un arc.
22,28 ; 6 h.
RIC II, 777. 134 ‑138.

719338. Inv. 22 048 043 1992 0/6
Buste lauré et drapé à droite.
Hadrien, debout à droite, serrant la main de la personnification d’une province.
22,70 ; 6 h.
RIC II, p. 451 ssq. 134‑138.

Émissions indatables

720339. Inv. 22 048 043 1992 76/5
Buste lauré, drapé et cuirassé à droite.
Personnage féminin debout à droite ; à ses pieds, un autel.
24,95 ; 6 h.

721340. Inv. 22 048 043 1992 0/7
Tête laurée d’Hadrien à droite.
Illisible
26,66.

722341. Inv. 22 048 043 1992 76/2
Tête laurée à droite.
Roma assise à gauche.
23,28 ; 6 h.

723342. Inv. 22 048 043 1992 199/1
Buste drapé à droite, tête nue.
S [c] ; Allégorie debout à gauche, tenant un rameau (?) et une corne d’abondance.
22,94 ; 5 h.

724343. Inv. 22 048 043 1992 246/17
Tête laurée d’Hadrien à droite.
Allégorie debout à gauche, sacrifiant avec une patère au‑dessus d’un autel et tenant une corne d’abondance.
20.81 ; 12 h.

725344. Inv. 22 048 043 1989 1/5
Tête laurée à droite.
Illisible.
23,77.

726345. Inv. 22 048 043 19891/6
Buste lauré et drapé à droite. Portrait du début du règne.
Illisible.
25,17.

727 Dupondii

728346. Inv. 22 048 043 1989 186/1
[imp t]RAIANVS HAD[rianus aug] ; buste radié à droite.
[pont max tr pot cos ii] S C à l’exergue FORT RED ; Fortuna assise à gauche sur un trône, tenant un gouvernail et une corne d’abondance.
10.81 ; 8 h. Coups de poinçon sur le droit.
RIC II, 557. 118.

729347. Inv. 22 048 043 1989 118b/5
HADRIANVS [avg cos] III P P ; buste nu et drapé à droite.
S C ; Diane debout à gauche, tenant des flèches et un arc.
13,74 ; 6 h.
RIC II, 825. 134‑138.

730348. Inv. 22 048 043 1991 142/4 (fig. 155-2)
HADRIANVS AVG COS III ; tête nue, buste drapé à droite.
S C ; Diane debout à gauche, tenant une flèche et un carquois.
12,80 ; 5 h.
RIC II, 825. 134‑138.

731349. Inv. 22 048 043 1992 407/4
Buste radié d’Hadrien à droite.
Personnage debout.
10,61 ; 6 h.

732350. Inv. 22 048 043 1992 290/4
Tête laurée à droite.
Allégorie debout à gauche.
13,77 ; 6 h.

733As

734351. Inv. 22 048 043 1992 246/14
Tète laurée à droite.
Roma assise à gauche sur une cuirasse.
7,70 ; 6 h.

ANTONIN (138‑161)

Rome

735Deniers

736352. Inv. 22 048 043 1991 16/4 (fig. 155-2)
ANTONINVS AVG PIVS P P TR P XII ; tête laurée, buste drapé à droite.
[cos iiii] ; Fortuna debout à gauche, tenant un gouvernail et une corne d’abondance.
2,33 ; 6 h.
RIC III, 179 : denier coulé, prototype, Rome,
148‑149.

737353. Inv. 22 048 043 1989 118b/3 (fig. 155-2)
ANTONINVS AVG PIVS P P TR P XXIII ; tête laurée à droite.
FORTVNA COS IIII ; Fortuna debout à droite, tenant un gouvernail et une corne d’abondance.
2,62 ; 6 h.

738Sesterces

739354. Inv. 22 048 043 1992 222/1 (fig. 155-2)
ANTONINVS AVG PI‑VS P P TR P XVII ; tête laurée à droite.
LIBERTAS COS IIII S C ; Libertas debout à droite, tenant un pileus de la main gauche et étendant la main droite.
20,42 ; 12 h.
RIC III, 916a. 153‑154.

740355. Inv. 22 048 043 1992 62/35
]AVG[ ; tête laurée à droite.
Personnage debout à gauche, tenant un globe (?) et une lance.
23,84 ; 12 h.
RIC III ?

741● Dupondii

742356. Inv. 22 048 043 1991 106/7
Tête radiée d’Antonin à droite.
L’empereur, voilé, debout à gauche, sacrifiant au‑dessus d’un autel.
9,89 ; 1 h.
RIC III ?

743357. Inv. 22 048 043 1989 118b/8
[antoninus au]G PI‑VS [p p tr p...] ; tête radiée à droite.
] S C ; Salus debout à gauche, nourrissant un serpent enroulé autour d’un autel et tenant une corne d’abondance.
11,14 ; 6 h.
RIC III ?

744● Denier

745358. Inv. 22 048 043 1991 68/3. (fig. 155-2)
DIVA FAVSTINA ; buste diadémé et drapé de Faustine I à droite.
CERES ; Cérès, voilée, debout à gauche, tenant des épis et une torche.
2,91 ; 6 h.
RIC III, 378b. Diva Faustina.

746Sesterces

747359. Inv. 22 048 043 1989 118b/2
DIVA AVGVS‑TA FAVSTINA ; buste diadémé et drapé.
[pieta]S AVG S C ; Pietas debout à gauche, jetant un grain d’encens dans un candélabre et tenant une boîte à parfums.
23,96 ; 11 h.
RIC III, 1192A. Diva Faustina.

748360. Inv. 22 048 043 1989 139/2
[div]A FAVSTINA ; buste diadémé et drapé à droite.
[au]G[usta] S C ; Cérès debout à gauche, tenant deux torches.
26,10 ; 12 h.
RIC III, 1174. Diva Faustina.

749361. Inv. 22 048 043 1989 0/18
[di]VA FAVSTINA ; buste diadémé et drapé à droite.
[aeternitas] S C ; Aeternitas assise à gauche, tenant un phœnix sur un globe et un sceptre.
23,47 ; 6 h.
RIC III, 1103A. Diva Faustina.

750As

751362. Inv. 22 048 043 1989 146/1
DIVA FAV[stina] ; buste drapé et diadémé A[ugustal S C ; Aeternitas avançant à gauche.
7,98 ; 1 h.
RIC III, 1182. Diva Faustina.

752● Sesterces

753363. Inv. 22 048 043 1992 300/1
[fau]STI[a aug]VSTA ; buste drapé, tête nue à droite.
AVGVSTI PII FIL S C ; Spes debout à gauche, tenant une fleur et relevant un pan de sa robe.
23,39 ; 11 h.
RIC III, 1371. Faustine II.

754364. Inv. 22 048 043 1992 223/3
FAVSTINA AV[gusta] ; buste drapé, tête nue à droite.
[augusti pii] FIL S C ; idem.
22,94 ; 12 h.
RIC III, 1371. Faustine II.

Fabrique locale

755● Sesterces

756365. Inv. 22 048 043 1992 390/4 (fig. 155-2)
ANTONINVS AVG PIVS P P TR P COS II[i] ; tête laurée à droite.
[hil]A[ri]TAS S C ; Hilaritas debout à gauche, tenant une longue palme et une corne d’abondance.
17,65 ; 6 h.
RIC III, 606. 140‑144.

757366. Inv. 22 048 043 1991 34/1 (fig. 155-2)
[antoni]NVS AVG PIVS [... tête laurée à droite.
t]R POT S C ; allégorie debout à droite tenant un sceptre.
RIC III ?
17,97 ; 6 h.

758367. Inv. 22 048 043 1992 246/5 (fig. 155-2)
]AVG[ ; tête laurée à droite.
]III[S C ; Salus debout à gauche, nourrissant avec une patère un serpent enroulé autour d’un autel, et tenant un sceptre.
20,42 ; 5 h.
RIC III ?

759368. Inv. 22 048 043 1992 2/4 (fig. 155-2)
[faustina] AV‑G PII AVG FIL ; buste drapé, tête nue à droite.
S [c] ; Libertas debout à gauche, tenant le pileus et un sceptre.
18,97 ; 5 h.
RIC III ? Faustine II. Hybride type de revers d’Antonin.

FIG. 155-2 ‒ nos 295 à 368 Les monnaies de Monterfil.

Bibliothèque nationale/Cabinet des médailles

760Dupondius

761369. Inv. 22 048 043 1989 0/20
ANTONINVS AVG PIVS P P IMP II ; tête laurée à droite.
TR POT XV COS [iiii] ; Providentia debout à gauche, tenant une baguette au‑dessus d’un globe à ses pieds, et une corne d’abondance.
8,87 ; 11 h.
Hybride.

MARC AURÈLE (161‑180)

Rome

762Dupondii

763370. Inv. 22 048 043 1992 257/1
[m antoni]NVS AVG GERM[ ; buste drapé à droite, tête radiée.
[tr p x]XX IMP VIII C[os iii] S C ; Aequitas debout à gauche, tenant une balance et une corne d’abondance.
9,30 ; 6 h.
RIC III, 1175. 175‑176.

764371. Inv. 22 048 043 1992 59/10
]AVG[ ; tête radiée à droite.
Roma assise à gauche.
9,50 ; 2 h.
RIC III ?

765372. Inv. 22 048 043 1992 407/8
]INVS AVG GERM[ ; tête radiée à droite.
Personnage casqué debout à gauche.
11,88 ; 12 h.
RIC III ?

766373. Inv. 22 048 043 1991 126/1
[antoni]NVS [..... ; tête radiée à droite.
Jupiter assis à gauche, tenant une Victoire et un sceptre.
9,48 ; 6 h.
RIC III ?

767374. Inv. 22 048 043 1989 118/81
FAVSTINA AVG[usta] ; buste drapé à droite.
IVNONI LVCINAE S C ; Junon (ou Faustine) debout à gauche, entre deux jeunes filles, et tenant un enfant dans ses bras.
14,52 ; 12 h.
RIC III, 1649. Faustine II.

768Sesterces

769375. Inv. 22 048 043 1989 118/69
[lucill]AE AVG AN[tonini aug f] ; buste drapé à droite.
[piet]A[s] S C ; Pietas debout à gauche, levant la main droite au‑dessus d’un autel allumé et tenant une boîte à parfums de la main gauche.
20,24 ; 12 h.
RIC III, 1576. Lucille.

770376. Inv. 22 048 043 1989 56/4
LVCILLAE AVG ANT[onini f aug] ; buste drapé à droite.
[pietas] S C ; idem.
25,53 ; 11 h.
RIC III, 1734. Lucille.

771377. Inv. 22 048 043 1989 3/8
LVCILLAE AVG ANTONINI F AVG ; buste drapé à droite.
[diana lucifera] S C ; Diane debout à gauche, portant des deux mains une torche.
24,23 ; 11 h.
RIC III, 1734. Lucille.

COMMODE (180‑192)

Rome ?

772● Denier

773378. Inv. 22 048 043 1989 19/40 (fig. 155-3)
Denier.
DIVVS M ANTONINVS PIVS ; tête nue à droite.
CONSECRATIO ; aigle debout sur un foudre à droite, tête à gauche.
3,50 ; 11 h.
RIC III, 269. Marc Aurèle divinisé.

774Sesterce

775379. Inv. 22 048 043 1992 396/1
[m comm]ODVS ANT[p felix aug brit] ; tête laurée à droite.
[nobilitas aug p m tr p xii imp viii cos v p p s c] ; Nobilitas debout de face, tête à droite, tenant un long sceptre vertical dans la main droite et le palladium dans la main gauche.
16,87 ; 11 h.
RIC III, 501. 186.

776380. Inv. 22 048 043 1992 106/1 (fig. 155-3)
CRISPINA AVG[US]TA ; buste drapé à droite, tête nue.
[salus] S C ; Salus assise à gauche, nourrissant un serpent qui s’élève d’un autel avec une patère.
25,26 ; 6 h.
RIC III, 672a. Crispine.

777381. Inv. 22 048 043 1991 176/2
CRISPINA AVGVSTA ; buste drapé à droite.
VEN[US] FEL[ix] S C ; Vénus assise à gauche, tenant une Victoire et un sceptre.
26,66 ; 12 h.
RIC III, 673. Crispine.

778Dupondii

779382. Inv. 22 048 043 1992 299/1 (fig. 155-3)
M ANTONINVS COMMODUS AVG ; tète laurée à droite.
PROV DEOR TR P VII IMP III COS III P P S C ; Providentia.
9,75 ; 6 h.
RIC III, 341. 181‑182.

780383. Inv. 22 048 043 1992 8/11
Tête radiée à droite de Commode.
Allégorie debout à gauche, tenant une corne d’abondance.
11,35 ; 6 h.
RIC III ?

SEPTIME SÉVÈRE (193‑211)

Rome

781● Deniers

782384. Inv. 22 048 043 1989 1/1 (fig. 155-3)
L SEPT SEV AVG IMP XI PART MAX ; tête laurée à droite.
AEQUITATI AVGG ; Aequitas debout à gauche, tenant une balance et une corne d’abondance.
3,30 ; 12 h.
RIC IV, 122c. 199‑200.

783385. Inv. 22 048 043 1989 0/22
SEVERVS PI[US aug] ; tête laurée à droite,
[p m tr] P XIII COS III P P ; Annona debout à gauche, tenant des épis de blé et une corne d’abondance.
2,39 ; 1 h. Manque un quart de la monnaie.
RIC IV, 198.

784386. Inv. 22 048 043 1991 95/2 (fig. 155-3)
IVLIA AVGVSTA ; buste drapé à droite.
CERERI FRVGIF ; Cérès assise à gauche, tenant des épis de blé et une torche.
2,89 ; 12 h.
RIC IV, I. Julia Domna, 196‑211.

785● Sesterce

786387. Inv. 22 048 043 1991 94/5
[I sept sev] PE‑RT AVG IMP III ; buste lauré à droite.
[monet aug cos ii p p s c] ; les trois Monnaies debout à gauche, tenant chacune une balance et une corne d’abondance.
18,52 ; 6 h.

787388. Inv. 22 048 043 1992 184/1
IVLIA [augusta] ; buste drapé à droite, tête nue.
[hilaritas aug] S C ; Hilaritas debout à gauche tenant une longue palme et une corne d’abondance.
21,78 ; 6 h.
RIC III, 855. Julia Domna, 196‑211.

CARACALLA (211‑217)

Rome

788● Denier

789389. Inv. 22 048 043 1992 293/1)
ANTONINVS [plus] AVG BRIT ; tête laurée à droite.
[m]ONETA [aug] ; Moneta debout à gauche, tenant une balance et une corne d’abondance.
2,56 ; 12 h.
RIC III, 224. 210‑213.

SÉVÈRE ALEXANDRE (222‑235)

Rome

790● Denier

791390. Inv. 22 048 043 1992 200/1 (fig. 155-3)
IMP ALEXANDER PIVS AVG ; tête laurée à droite.
PROVIDENTIA AVG ; Providentia debout à gauche, tenant des épis de blé et une corne d’abondance ; à ses pieds, à gauche, un modius.
2,23 ; 6 h.
RIC IV, 250. 231‑235.

GORDIEN III (238‑244)

Rome

792● Denier

793391. Inv. 22 048 043 1989 118b/4 (fig. 155-3)
IMP GORDIANVS PIVS FEL AVG ; buste drapé et cuirassé vu de trois quarts arrière.
AETERNITATI AVG ; le Soleil debout de face, tête à gauche, levant la main droite et tenant un globe de la main gauche.
1,18 ; 6 h.
RIC IV, 111. 241‑244.

794● Antoninien

795392. Inv. 22 048 043 1992 299/2
IMP GORDIANVS PIVS FEL AVG ; buste drapé et cuirassé à droite, tête radiée.
P M TR P COS II P P ; Gordien, en habit militaire, debout à droite, tenant une lance oblique et un globe.
4,90 ; 5 h.
RIC IV, 91. 241‑243.

Monnaies du Haut‑Empire non identifiées

796● Denier fourré

797393. Inv. 22 048 043 1989 118/80
Tête à droite.
Illisible.
1,47.
République ou Auguste.

798● Sesterce

799394. Inv. 22 048 043 1992 344/3.
Entaillé. Domitien ?
Tête à droite.
Personnage debout.
18,52 ; 12 h.

800As

801395. Inv. 22 048 043 1992 220/4.
As ou dupondius du iie s. Marc Aurèle ?
Droit lisse.
TR POT [personnage debout à droite tenant une lance.
10,09.

802396. Inv. 22 048 043 1992 316/1
7,69.

803397. Inv. 22 048 043 1991 0/2.
9,47.

804398. Inv. 22 048 043 1991 86/1.
Tête laurée à droite.
Allégorie debout.
7,09 ; 6 h.

805399. Inv. 22 048 043 1989 118/71
7,40.

806400. Inv. 22 048 043 1992 8/4
Débris d’une monnaie.
2,15 (3 fragments).

807401. Inv. 22 048 043 1992 14/4
Fragment d’une monnaie (?) ayant subi l’action du feu.
1,35.

808402. Inv. 22 048 043 1992 62/23
4,93.

809403. Inv. 22 048 043 1992 205/7
8,12.

810Semis

811404. Inv. 22 048 043 1989 11/6
1,99.

812405. Inv. 22 048 043 1989 118/78
2,54.

813406. Inv. 22 048 043 1992 62/19
1,17.

814407. Inv. 22 048 043 1992 114/18
2,71.

PÉRIODE 253‑285

815(Toutes les monnaies sont des antoniniens sauf indications contraires.)

VALÉRIEN (253‑260)

Rome

816408. Inv. 22 048 043 1992 184/2
Tête laurée à droite.
[oriens aug]G ; le Soleil debout à gauche, levant la main droite et tenant de la main gauche un fouet.
1,89 ; 5 h. Monnaie tordue et ébréchée.
RIC V, 1, 106.
2e émission, printemps‑fin 254.

817409. Inv. 22 048 043 1989 149/3
[sal]ONINA AV[g] ; buste diadémé à droite.
IVNO RE[gina] ; Junon debout à gauche, tenant une patère et un sceptre.
2,06 ; 11 h. Flan cassé ; fourré ?
RIC V, 1, 29. Cunetio 651. Gallien,
1re émission, 253‑début 254

GALLIEN (260‑268) (Règne seul)

Rome

818● 2e émission, 261.

819410. Inv. 22 048 043 1992 72/5
[gallienus aug) ; buste radié et cuirassé vu de trois quarts en avant à droite.
P[ax aug] dans le champ à gauche V ;
Pax debout à gauche, brandissant de la main droite un rameau et tenant de la main gauche un sceptre oblique.
3,21.
RIC V, 1, 256. Cunetio 965.

820● 5e émission « du 6‑ consulat », 266.

821411. Inv. 22 048 043 1989 149/10
GALLIENVS AVG ; tête radiée à droite.
LIBERT[Fidès] AVG dans le champ à droite XI ; Libertas debout à gauche, tenant le pileus et un sceptre oblique.
1,89 ; 12 h.
RIC V, 1, 233. Cunetio 1292.

822412. Inv. 22 048 043 1989 149/4
[g]ALL[ienus aug] ; tête radiée à droite,
[salus aug] ; Salus debout à gauche, nourrissant un serpent.
1,26 ; 6 h.
RIC V, 1, 274a. Cunetio 1308 ?

823413. Inv. 22 048 043 1992 48/6
GAL[lienus aug] ; tête radiée à droite.
[Pax] AETERN[a] ; Pax debout à gauche, tenant un rameau et un sceptre oblique.
1,56 ; 6 h.
RIC V, 1, 253. Cunetio 1183.

824414. Inv. 22 048 043 1992 303/9
[ga]LLIENVS [aug] ; tête radiée à droite.
[abun]DANTI[a aug] dans le champ à gauche B ; Abundantia debout à droite, vidant une corne d’abondance qu’elle tient des deux mains.
1,87 ; 12 h.
RIC V, 1, 157. Cunetio 1159.

825415. Inv. 22 048 043 1992 307/4
GALLIENVS AVG ; tête radiée à droite.
ABUNDANTIA AVG dans le champ à gauche B ; idem.
2,30 ; 12 h.
RIC V, 1, 157. Cunetio 1159.

826416. Inv. 22 048 043 1992 322/2
[gallienu]S AVG ; tête radiée à droite.
FORTVNA REDVX ; Fortuna debout à gauche, tenant un gouvernail et une corne d’abondance.
2,71 ; 7 h.
RIC V, 1, 193. Cunetio 1217.

827417. Inv. 22 048 043 1992 370/1
GALLIENVS AVG ; tête radiée à droite.
[la]ETITIA AVG ; Laetitia debout à gauche, tenant une bourse et une ancre.
1,73 ; 6 h.
RIC V, 1, 266. Cunetio 1078.

828● 6e émission « du bestiaire », 267‑268.

829418. Inv. 22 048 043 1989 118/11
[g]ALLIENVS AVG ; tête radiée à droite.
[apo]LLINI CON[s aug] ; centaure marchant à gauche.
1,62 ; 6 h.
RIC V, 1, 164. Cunetio 1386.

830419. Inv. 22 048 043 1989 118/73
GALLIENVS AVG ; tête radiée à droite,
[apollini cons aug] ; idem.
2,13 ; 6 h.
RIC V, 1, 164. Cunetio 1386.

831420. Inv. 22 048 043 155/2
G[allienus au]G ; tête radiée à droite.
APOLLINI [cons aug] à l’exergue Z ; centaure marchant à droite et tenant un arc.
3,01 ; 12 h.
RIC V, 1, 163. Cunetio 1378.

832421. Inv. 22 048 043 1992 270/5
IMP GALLIENVS AVG ; tête radiée à droite.
APOLLINI CONS AVG à l’exergue Δ ; griffon marchant à droite.
2,22 ; 12 h.
RIC V, 1, 165. Cunetio 1348.

833422. Inv. 22 048 043 1992 303/1
[imp] G[allienus p f au]G ; tête radiée à droite.
[libero p cons aug] ; panthère marchant à gauche.
2,26 ; 10 h.
RIC V, 1, 229. Cunetio 1340.

834● Émissions non identifiées

835423. Inv. 22 048 043 1992 129/1
Tête radiée à droite. Illisible.
1,72. Monnaie cisaillée pour en prélever un tiers.
RIC V, 1 ?

836424. Inv. 22 048 043 1992 114/19
Tête radiée à droite.
[Securitas au]G ; Securitas debout à gauche, appuyée sur une colonne.
1,64 ; 12 h.
RIC V, 1 ?

837425. Inv. 22 048 043 1989 145/4
Buste de Salonine à droite.
Personnage debout à gauche.
2,13 ; 6 h.
RIC V, 1 ?

Milan

838427. Inv. 22 048 043 1989 144/1 (fig. 155-3)
IMP GALLIENVS AVG ; buste radié, draperie devant et à l’arrière de la troncature.
[fortun]AE AVG à l’exergue S ; Fortuna assise à gauche, tenant un gouvernail et une corne d’abondance.
2,26 ; 6 h. RIC V, 1, 483. Cunetio 1691.
6e émission, 266‑267.

CLAUDE II (268‑270)

Rome

839● 2e émission, 268‑270

840428. Inv. 22 048 043 1989 118/12
IMP C [cl]AVDIVS AVG ; buste radié et cuirassé à droite vu de trois quarts en avant.
VICTORIA AVG ; la Victoire debout à gauche, tenant une couronne et une palme.
3,18 ; 5 h.
RIC V, 1, 104. Cunetio 1944.

841429. Inv. 22 048 043 1989 149/11
[imp] C [clau]DIVS AVG ; buste radié et cuirassé à droite vu de trois quarts en avant.
VIRTVS AVG ; Virtus debout à gauche, tenant un rameau et une lance ; à ses pieds à gauche, un bouclier appuyé sur sa jambe.
1,63 ; 6 h.
RIC V, 1, 109. Cunetio 1968.

842430. Inv. 22 048 043 1992 299/4
Tête radiée à droite.
[virtus aug] ; idem.
2,33 ; 7 h.
RIC V, 1, 109.

843431. Inv. 22 048 043 118/13
[imp c cla]VDIVS AVG ; tête radiée à droite,
[felic]ITAS AVG dans le champ à droite S ;
Félicitas debout à gauche, tenant un long caducée et une corne d’abondance.
0,69 ; 5 h. Ébréché.
RIC V, 1, 32.

844432. Inv. 22 048 043 203/5
IM[p c claudius au]G ; buste radié et cuirassé à droite, vu de trois quarts en avant.
[fides exer]CI ; Fides debout à gauche, portant un étendard de la main droite et un autre étendard oblique de la main gauche.
2,19 ; 12 h.
RIC V, 1, 34/6.

845433. Inv. 22 048 043 1992 309/1
IMP C CLAVDIVS AVG ; buste radié et cuirassé vu de trois quarts en avant à droite.
LIBERALITAS AVG ; Liberalitas debout à gauche, tenant l’abaque et une corne d’abondance.
2,41 ; 11 h.
RIC V, 1, 57.

846434. Inv. 22 048 043 1992 114/1
[imp c clau]DIVS AVG ; tête radiée à droite.
FIDES EXER[ci] dans le champ à droite XI ;
Fides debout à gauche, tenant deux enseignes dont une oblique.
2,39 ; 12 h.
RIC V, 1, 34/36.

847435. Inv. 22 048 043 1992 64/1
[imp c] CLAVDIVS AVG ; buste radié et cuirassé vu de trois quarts en avant à droite.
PA[x aug] ; idem.
RIC V, 1, 57.
2,33 ; 9 h.

Milan

848436. Inv. 22 048 043 1991 95/10
IMP CLA[udius p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts arrière à droite.
FEL[ix tempo] ; Félicitas debout à gauche, tenant un caducée court et un long sceptre.
3,11 ; 11 h.
RIC V, 1, 145. Cunetio 2247.

DIVUS CLAUDIUS

Rome, 270

849437. Inv. 22 048 043 155/4
[divo claud]IO ; tête radiée à droite.
[consecr]AT[io] ; autel à quatre caissons.
1,59. 12 h.
RIC V, 1, 261.

850438. Inv. 22 048 043 1992 303/3
[divo c]LAVD(io] ; tête radiée à droite.
CONSE[cratio] ; autel à quatre caissons.
1,34 ; 6 h.
RIC V, 1, 261.

Fabrique locale

851439. Inv. 22 048 043 1989 149/5
[divo] CLA[udio] ; tête radiée à droite.
CO[nsecratio] ; autel avec guirlande.
1,18 ; 6 h.
RIC V, 1, 261.

852440. Inv. 22 048 043 1989 118/14
Tête radiée à droite.
Autel avec guirlande.
1,09 ; 5 h.
RIC V, 1, 261.

853441. Inv. 22 048 043 1989 118/15
Tête radiée à droite.
Autel avec guirlande.
0,87 ; 7 h.
RIC V, 1, 261

854442. Inv. 22 048 043 1997‑3
Tête à droite.
Autel à guirlande.
0,35 ; 6 h. Imitation très grossière.
RIC V, 1, 261.

855443. Inv. 22 048 043 1992 16/5
Tête radiée à droite.
Autel à guirlande.
0,55 ; 4 h.
RIC V, 1, 261.

856444. Inv. 22 048 043 1989 118/16
[d]IVO C[laudio] ; tête radiée à droite.
CON[secratio] ; autel à quatre caissons.
1,07 ; 4 h.
RIC V, 1, 261.

857445. Inv. 22 048 043 1992 299/5
Tête radiée à droite.
Autel à quatre caissons.
0,80 ; 4 h.
RIC V, 1, 261.

858446. Inv. 22 048 043 1992 391/6
Tête radiée à droite, non barbue (hybride avec imitation de Tétricus II ?).
Autel.
2,41 ; 8 h.
RIC V, 1, 261.

859447. Inv. 22 048 043 1992 220/3
Tête radiée à droite.
Autel à quatre caissons.
1,15 ; 12 h.
RIC V, 1, 261.

860448. Inv. 22 048 043 1992 64/4
Tête radiée à droite.
[con]SECRATIO ; autel.
1,15 ; 2 h.
RIC V, 1, 261.

861449. Inv. 22 048 043 1992 227/2
Tête radiée à droite.
Aigle debout à gauche, tête à droite.
0,80 ; 6 h.
RIC V, 1, 266.

862450. Inv. 22 048 043 1992 114/9
Tête radiée à droite.
Aigle debout à gauche, tête à droite.
0,92 ; 12 h.
RIC V, 1, 266.

863451. Inv. 22 048 043 1991 72/1
Tête radiée à droite.
Aigle debout à gauche, tête à droite.
0,70 ; 6 h.
RIC V, 1, 266.

QUINTILLE (270)

Rome, 270

864452. Inv. 22 048 043 1992 309/2
IMP C M AVR CL QVINTILLVS AVG ; tête radiée à droite.
CONCORDIA AVG dans le champ à droite Δ ;
Concordia debout à gauche, tenant une patère au‑dessus d’un autel et une corne d’abondance.
2,01 ; 12 h.
RIC V, 1, 13.

POSTUME (260‑268)

Trêves

8653e émission, fin 262‑266 1re phase, fin 262, fin 263

866453. Inv. 22 048 043 1992 309/6
IMP C [postumus p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant, tête à droite.
[p] M TR P ii[ii cos iii p p] ; Mars marchant à gauche, tenant une lance de la main droite et un trophée sur l’épaule gauche.
1,76 ; 6 h. Fragment de monnaie.
Elmer 332.

867454. Inv. 22 048 0431989 149/7 (fig. 155-3)
IMP C POSTVMVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
P M TR P IIII [cos iii p p] ; Mars marchant à droite, tenant une lance et un trophée.
2,05 ; 6 h.
Elmer 332.

868455. Inv. 22 048 043 1989 149/2 (fig. 155-3)
IMP C POSTVMVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant, tête à droite.
MONETA AVG ; Moneta debout à gauche, tenant une balance et une corne d’abondance.
3,18 ; 1 h.
Elmer 336.

869456. Inv. 22 048 043 1991 54/1
IMP C POSTVMVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant, tête à droite.
MONETA AVG ; idem.
2,87 ; 12 h.
Elmer 336.

870● 3e émission, fin 262‑266 2e phase, janvier 264‑266

871457. Inv. 22 048 043 1992 43/1
IMP C POSTVMVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
PR[ovidentia aug] ; Providentia debout à gauche, tenant un globe et un sceptre oblique.
2,76 ; 12 h.
Elmer 337.

872● 4e émission, 265‑267

873458. Inv. 22 048 043 1989 149/6
IMP C POSTVMVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
SAECVLI FELICITAS ; Postume, en habit militaire, debout à droite, tenant un globe et une lance.
2,83 ; 2 h.
Elmer 593.

874● 5e émission, 268

875459. Inv. 22 048 043 1989 118/17
IMP C POSTVMVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant, à droite.
ORIENS AVG dans le champ à gauche P ; le Soleil courant à gauche, la main droite levée et tenant un fouet de la main gauche ; son manteau flottant derrière lui.
2,48 ; 12 h.
Elmer 568.

876460. Inv. 22 048 043 1992 407/3
IMP C POSTVMVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant, à droite.
ORIENS AVG dans le champ à gauche P ;
idem
2,04 ; 12 h. Coulé ?
Elmer 568.

877● 7e émission, 269.

878461. Inv. 22 048 043 1989 149/8
IMP C POSTVMVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant, à droite.
CO‑S V ; Némésis à demi nue, debout de face, tête à droite, la main droite levée vers la tête et tenant un une palme de la main gauche.
2,15 ; 12 h.
Elmer 591.

Atelier de faussaires

879462. Inv. 22 048 043 1989 145/5
[imp c p]OSTVM[US p f aug] ; buste radié à droite.
[p m tr p co‑]S II P P ; Postume debout à gauche, tenant un globe et une longue lance.
2,36 ; 7 h. Fourré.
Elmer 129/185. Trèves, 1re série, 260‑261.

880● Double sesterce

881463. Inv. 22 048 043 1991 95/9 (fig. 155-3)
Tête radiée de Postume à droite.
Victoire marchant à gauche, tenant une couronne de la main droite et une palme sur le bras gauche.
12,55 ; 8 h.
Bastien 379. Exemplaire coulé, années 267‑ 268. Voir Daniel Gricourt et Dominique Hollard : Le trésor de bronzes romains de Méricourt‑l’Abbé, TM, XIII, p. 26.

VICTORIN (269‑271)

Trêves, 269‑271

882● 2e émission

883464. Inv. 22 048 043 1989 149/1
IMP C VICTORINVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant à droite.
FIDES MILITVM ; Fides debout à gauche, tenant un étendard dans chaque main.
1,33 ; 12 h.
Elmer 654, 2e émission.

884● 3e émission

885465. Inv. 22 048 043 1989 149/9
[imp c victorinus p f aug] ; buste radié drapé et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant à droite.
[pax a]V[g] ; Pax debout à gauche, tenant un rameau et un long sceptre oblique.
1,27 ; 6 h.
Elmer 682.

886466. Inv. 22 048 043 1989 118/18
IMP C VICTO[rinus p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant, tête à droite,
[pax aug] ; idem.
1,56 ; 6 h.
Elmer 682.

887467. Inv. 22 048 043 1989 0/7
[imp c victorinus]P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant, tête à droite,
[pax aug] ; idem.
1,77 ; 7 h.
Elmer 682.

888468. Inv. 22 048 043 1991 16/5
[imp] C VICTORINVS [p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant, tête à droite. P[ax a]V[g] dans le champ à droite * ; idem.
1,28 ; 6 h.
Elmer 682.

889469. Inv. 22 048 043 1989 118/19
IMP C VICTORINVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant, tête à droite.
[inv]ICTVS dans le champ à gauche ★ ; le Soleil courant à gauche, la main droite levée et tenant un fouet de la main gauche ; son manteau flottant derrière lui.
3,24 ; 11 h.

890Elmer 676.

891470. Inv. 22 048 043 1989 118/54
[imp c victorinus p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant, tête à droite,
[invictus] ; idem.
1,58 ; 12 h.
Elmer 676.

892471. Inv. 22 048 043 1992 48/1
[imp c victorinus p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant, tête à droite,
[invictus] dans le champ à gauche ★ ; idem.
2,48 ; 1 h.
Elmer 676.

893● 5e émission

894472. Inv. 22 048 043 1992 106/6
[imp c victorinus p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant, tête à droite.
SALV[s aug] ; Salus debout à gauche, nourrissant un serpent qui s’élève d’un autel et tenant un sceptre vertical.
2,71 ; 11 h.
Elmer 697.

Cologne, 269‑271

895● 1re émission

896473. Inv. 22 048 043 1992 16/4
IMP C VICT[orinus p f] AVG ; buste radié et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
[Aequitas aug] ; Aequitas debout à gauche, tenant une balance et une corne d’abondance.
2,32 ; 12 h.
Elmer 702.

897● 2e émission

898474. Inv. 22 048 043 1989 118/20
[imp c victori]NVS P [f aug] ; buste radié et cuirassé vu de trois quarts avant à droite,
[salus au]G ; Salus debout à gauche, nourrissant un serpent qu’elle tient dans la main droite avec une patère dans la main gauche.
1,35 ; 12 h.
Elmer 732.

899475. Inv. 22 048 043 1992 256/4
IMP C VIC[torinus p f aug] ; buste radié et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
S[alus] AVG ; idem.
2,51 ; 12 h.
Elmer 732.

900● 3e émission

901476. Inv. 22 048 043 1989 149/12
IMP C VICTORINVS P F AVG ; buste radié et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
[pieta]S AVG ; Pietas, voilée, debout à gauche, sacrifiant au‑dessus d’un petit autel à gauche.
1,35 ; 12 h.
Elmer 741.

902● 5e émission

903477. Inv. 22 048 043 1992 43/4
IM[p c victorinus] P F AVG ; buste radié et cuirassé vu de trois quarts avant à droite,
[providentia aug] ; Providentia debout à gauche, tenant un bâton qu’elle pointe vers le sol et une corne d’abondance.
1,53 ; 12 h.
Elmer 743.

904478. Inv. 22 048 043 1992 307/20
[imp c victorinus p f aug] ; buste radié à droite.
[providentia aug] ; Providentia debout à gauche, pointant un bâton vers le sol et tenant une corne d’abondance.
1,89 ; 6 h.
Elmer 743.

TÉTRICUS I et II (271‑274)

Trêves

905● 3e émission, 272

906479. Inv. 22 048 043 1991 59/1
[imp c tetricus p f aug] ; tête radiée à droite.
[victor]I‑A [aug] ; Victoire marchant à gauche, tenant une couronne et une palme.
1,02 ; 12 h.
Elmer 765/768.

907480. Inv. 22 048 043 1991 95/6
[im]P C [tetricus p f aug] ; tête radiée à droite.
[Victoria aug] ; idem.
1,52 ; 6 h.
Elmer 765/768.

908● 4e émission, 272‑273

909481. Inv. 22 048 043 1989 143/1
IMP C TETRICVS P F AVG ; buste radié et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant à droite.
[p]A[x aug] ; Pax debout à gauche, brandissant un rameau et tenant un sceptre.
1,47 ; 7 h.
Elmer 775.

910482. Inv. 22 048 043 1991 0/3
IMP C TE[tricus p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé avec le paludamentum vu de trois quarts avant à droite.
PA[x aug] ; idem.
1,88 ; 1 h.
Elmer 775.

Cologne

911483. Inv. 22 048 043 1992 40/1
[imp] G P ESV TETRICVS[p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
FID[es militum] ; Fidès debout à gauche, tenant deux enseignes dont l’une d’elles oblique.
2,40 ; 6 h.
Elmer 782. 2e émission, 271‑272.

912484. Inv. 22 048 043 1992 168/2
IMP TETRICVS [p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
[laetiti]A AVG N ; Laetitia debout à gauche, tenant une bourse et une ancre.
2,01 ; 12 h.
Elmer 786. 5e émission, 272‑273.

913485. Inv. 22 048 043 1992 390/18
IM[p tet]RICV[s p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
[I]AETI[tia augg] ; idem.
1,59 ; 7 h.
Elmer 787. 6e émission, 273.

914486. Inv. 22 048 043 1992 66/3
[imp tetric]VS [p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
LAETIT[ia augg] ; idem.
1,86 ; 12 h.
Elmer 787. 6e émission, 273.

915487. Inv. 22 048 043 1992 307/27
[imp tetr]ICVS P F A[ug] ; tète radiée à droite.
[I]AE[titia a]VG ; idem.
2,05 ; 6 h.
Elmer 787. 6e émission, 273.

916488. Inv. 22 048 043 1992 255/13
IMP TETRICVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
HILARITAS AVGG ; Hilaritas debout à gauche, tenant une longue palme et une corne d’abondance.
2,02 ; 12 h.
Elmer 789. 7e émission, 273‑274.

917489. Inv. 22 048 043 1989 145/1
[c piu es]V TETRICVS [caes] ; buste radié à droite, avec cuirasse et paludamentum, vu de trois quarts arrière.
[spes augg] ; Spes marchant à gauche, tenant une fleur et relevant un pan de sa robe.
1,65 ; 1 h.
Elmer 791.7e émission, 273‑274.

918490. Inv. 22 048 043 1991 54/5
[c piu esu tetr]ICVS CAES ; buste radié à droite, avec cuirasse et paludamentum, vu de trois quarts arrière.
[s]PES [augg] ; idem.
1,85 ; 12 h.
Elmer 791. 7e émission, 273‑274.

919491. Inv. 22 048 043 1991 54/4
[imp tet]RIC[US p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite, [salus augg] ; idem.
1,51 ; 12 h.
Elmer 788. 8e émission, 274.

920492. Inv. 22 048 043 1992 62/4
IMP TETRICVS P F AVG ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
SALVS AVGG ; Salus debout à gauche, nourrissant à l’aide d’une patère un serpent qui s’élève d’un autel et tenant un gouvernail.
2,24 ; 6 h.
Elmer 788. 8e émission, 274.

921493. Inv. 22 048 043 1992 171/1
[imp tetricus p f aug] ; buste radié, drapé et cuirassé vu de trois quarts avant à droite.
[salus augg] ; idem.
1,75 ; 6 h.
Elmer 788. 8e émission, 274.

Fabrique locale

922● Type Aequitas

923494. Inv. 22 048 043 1992 106/8 0,71.
Tétricus II.

924● Type Fides militum
495. Inv. 22 048 043 1992 390/6
2,20.
Tétricus II.

925● Type Félicitas

926496. Inv. 22 048 043 1989 118/21
0,39.

927● Type Hilaritas

928497. Inv. 22 048 043 1989 130/6
Type Hilaritas ?
1,86.

929498. Inv. 22 048 043 1989 118/82
D/]TETRICVS P F AVG. R/ IIHE‑RI‑A AVG.
1,37.

930499. Inv. 22 048 043 1992 62/11
1,53.

931500. Inv. 22 048 043 1992 114/2
1,53.

932501. Inv. 22 048 043 1992 150/1
1,41. Style barbare.

933502. Inv. 22 048 043 1992 62/26
0,87.

934503. Inv. 22 048 043 1992 390/2
D/]VS P F AVG. R/ HIL[....]AVG ; Hilaritas tient une couronne (?) et une corne d’abondance.
1,51.

935● Type Pax

936504. Inv. 22 048 043 1989 118/22
Sceptre vertical.
1,00.

937505. Inv. 22 048 043 1989 118/23 1,33.

938506. Inv. 22 048 043 1989 118/24
Sceptre vertical.
1,41.

939507. Inv. 22 048 043 1989 118/25
R/]AVG. Sceptre vertical.
1,11.

940508. Inv. 22 048 043 1989 118/26
Sceptre vertical.
0,60.

941509. Inv. 22 048 043 1989 118/27
Type Pax ?
0,85.

942510. Inv. 22 048 043 1989 118/28
Type Pax ?
1,00.

943511. Inv. 22 048 043 1989 118/29
Sceptre vertical.
0,35.

944512. Inv. 22 048 043 1989 118/30
Type Pax ?
0,35.
Pourrait s’apparenter aux exemplaires du trésor de minimi.

945513. Inv. 22 048 043 1989 118/31 (fig. 155-3)
Sceptre vertical.
1,14.
Semble avoir été frappé sur un quart d’antoninien.

946514. Inv. 22 048 043 1989 0/2
Sceptre oblique.
1,86.

947515. Inv. 22 048 043 1989 ¼
R/ JAX. Sceptre oblique
1,71.

948516. Inv. 22 048 043 1992 390/16
D/]TETRICVS P F AVG. R/]A‑X[. Sceptre vertical. Proche de 1992 43/2.
1,97.

949517. Inv. 22 048 043 1992 62/27
Sceptre vertical.
2.14.

950518. Inv. 22 048 043 1992 14/9
Tétricus II. R/ AV[.
2,08.

951519. Inv. 22 048 043 1992 66/1
D/]AVG. R/]AVG.
1,17.

952520. Inv. 22 048 043 1992 43/2
D/ IIII[.....]S P F AVG ; buste atelier I. R/]AX.
2,60.

953521. Inv. 22 048 043 1992 390/1 (fig. 155-3)
Tétricus II. Excellent style.
1.72.

954522. Inv. 22 048 043 1992 62/28
D/S P F AVG. Type Pax ?
1,36.

955523. Inv. 22 048 043 1992 220/2
R/]T[.
0,18.

956524. Inv. 22 048 043 1992 390/14 0,14.

957525. Inv. 22 048 043 1991 62/2
D/]ETRCVS p[.

958526. Inv. 22 048 043 1992 0/7
IAA[.
0,60 ; 2 h.

959● Type Pietas

960527. Inv. 22 048 043 1989 118/32 1,65.

961528. Inv. 22 048 043 1992 48/11
1,43.
Tétricus II.

962529. Inv. 22 048 043 1992 290/6
1,37.
Tétricus II.

963530. Inv. 22 048 043 1992 16/6
0,84.
Tétricus II.

964531. Inv. 22 048 043 1992 306/2
D/]RC[.
1,40.
Style barbare.

965532. Inv. 22 048 043 1992 303/2 0,29.

966533. Inv. 22 048 043 1991 95/7 0,25.

967● Type Salus

968534. Inv. 22 048 043 1989 118/33
Type Salus ?
1,34.

969535. Inv. 22 048 043 1989 118/34
D/ IMP[. R/]GG.
1,65.

970536. Inv. 22 048 043 1989 118/35
Type Salus ?
0,71.

971537. Inv. 22 048 043 1989 0/3
Tétricus II.
0,39.

972538. Inv. 22 048 043 1992 114/27
D/]VII TETR[R/] AVGG.
0,89.

973539. Inv. 22 048 043 1992 62/29
D/]TRICVS[. Salus ?

974540. Inv. 22 048 043 1992 114/3
D/ IMP TETRICVS P[. R/]ALV[.
0,72.

975541. Inv. 22 048 043 1992 48/3 1,89.

976542. Inv. 22 048 043 1992 150/4
D/ IMP TER[.]S P F A[. R/ AL[.
1,28.

977543. Inv. 22 048 043 1992 150/2
0,18.

978Type Spes

979544. Inv. 22 048 043 1989 118/36
1,31.

980545. 0,98. Inv. 22 048 043 1989 118/37
D/]C PIV[. Type Spes ?
Tétricus II.

981546. 40. Inv. 22 048 043 1989 118/38
D/]ESV S CA. R/ E[....]S.
Tétricus II.

982547. Inv. 22 048 043 1992 307/6
D/]RICVS[. R/ IN[.
1,57.

983548. Inv. 22 048 043 1992 62/9
1,36.

984549. Inv. 22 048 043 1992 106/5
1,56.

985550. Inv. 22 048 043 1992 446/3
D/ PIV ESV TETRIC[.
3,13.
Tétricus II.

986551. Inv. 22 048 043 1992 195/1
1,25.

987552. Inv. 22 048 043 1992 150/9
R/E[.
0,65.

988553. Inv. 22 048 043 1992 114/12
R/ ]AVGG.
0,68.

989554. Inv. 22 048 043 1992 184/3
2,23.

990● Type Victoria

991555. Inv. 22 048 043 1992 309/4 D/]VS P F AVG. R/]AVG.
0,96.

992● Type Virtus

993556. Inv. 22 048 043 1989 118/39
0,72.
R/]G.

994557. Inv. 22 048 043 1989 118/40
0,25.

995558. Inv. 22 048 043 1989 118/41
0,53.

996● Type indéterminé

997559. Inv. 22 048 043 1992 16/2
1,88.

998560. Inv. 22 048 043 1989 118/62
0,44.

999561. Inv. 22 048 043 1989 118/42
1,68.

1000562. Inv. 22 048 043 1989 118/43
0,49.

1001563. Inv. 22 048 043 1989 118/44
1,26.

1002564. Inv. 22 048 043 1989 118/45
1,09.

1003565. Inv. 22 048 043 1989 118/46
0,45.

1004566. Inv. 22 048 043 1989 118/47
0,90.

1005567. Inv. 22 048 043 1989 118/48
0,37.

1006568. Inv. 22 048 043 1989 118/49
0,43.

1007569. Inv. 22 048 043 1989 118/50
0,62.

1008570. Inv. 22 048 043 1989 118/51
0,79.

1009571. Inv. 22 048 043 1989 118/52
0,28.

1010572. Inv. 22 048 043 1989 118/53
0,33.

1011573. Inv. 22 048 043 1989 118/54
0,46.

1012574. Inv. 22 048 043 1989 118/55
0,39.

1013575. Inv. 22 048 043 1989 118/56
0,34.

1014576. Inv. 22 048 043 1989 118/57
0,11.

1015577. Inv. 22 048 043 1989 118/58
0,32. Tétricus II.

1016578. Inv. 22 048 043 1989 118/59
0,27.

1017579. Inv. 22 048 043 1989 118/60
0,23.

1018580. Inv. 22 048 043 1989 118/61
0,45.

1019581. Inv. 22 048 043 1989 118/62
0,39

1020582. Inv. 22 048 043 1989 118/63
0,10.

1021583. Inv. 22 048 043 1989 118/64
0,10.

1022584. Inv. 22 048 043 1989 118/65
0,08.

1023585. Inv. 22 048 043 1989 118/66
0,20.

1024586. Inv. 22 048 043 1989 118/67
0,22.

1025587. Inv. 22 048 043 1989 118/68
0,10.

1026588. Inv. 22 048 043 1989 118/69
0,16.

1027589. Inv. 22 048 043 1989 118/70
0,12.

1028590. Inv. 22 048 043 1989 118/71 0,06.

1029591. Inv. 22 048 043 1989 118/72
Autel ou temple ?
1,30.

1030592. Inv. 22 048 043 1989 118/73
0,59.

1031593. Inv. 22 048 043 1989 118/74
0,59.

1032594. Inv. 22 048 043 1989 118/75
0,71.

1033595. Inv. 22 048 043 1989 118/76
1,07.

1034596. Inv. 22 048 043 1989 118/77
0,42.

1035597. Inv. 22 048 043 1989 118/78
0,88.

1036598. Inv. 22 048 043 1989 118/79
0,49.

1037599. Inv. 22 048 043 1989 118/80
0,21.

1038600. Inv. 22 048 043 1989 118/81
0,48.

1039601. Inv. 22 048 043 1989 118/82
0,20.

1040602. Inv. 22 048 043 1989 118/83
0,28.

1041603. Inv. 22 048 043 1989 118/84
0,09.

1042604. Inv. 22 048 043 1989 118/85
0,21.

1043605. Inv. 22 048 043 1989 118/86
Fragment.
0,09.

1044606. Inv. 22 048 043 1989 118/87
0,15.

1045607. Inv. 22 048 043 1989 118/88
0,40.

1046608. Inv. 22 048 043 1989 118/89
0,76.

1047609. Inv. 22 048 043 1989 118/90
0,14.

1048610. Inv. 22 048 043 1989 118/91
0,78.

1049611. Inv. 22 048 043 1989 118/92
0,74.

1050612. Inv. 22 048 043 1989 118/93
1,56.

1051613. Inv. 22 048 043 1989 118/94
1,56.

1052614. Inv. 22 048 043 1989 118/95
1,20.

1053615. Inv. 22 048 043 1989 118/96
0,98.

1054616. Inv. 22 048 043 1989 118/61
0,10.

1055617. Inv. 22 048 043 1989 118/63
0,57.

1056618. Inv. 22 048 043 1989 118/65
0,14.

1057619. Inv. 22 048 043 1989 131/1
0,24.

1058620. Inv. 22 048 043 1989 118 118/66
0,26.

1059621. Inv. 22 048 043 1989 118/67
0,10.

1060622. Inv. 22 048 043 1989 118/70
0,69.

1061623. Inv. 22 048 043 1989 145/3
1,95.

1062624. Inv. 22 048 043 1989131/2
0,11.

1063625. Inv. 22 048 043 1989 19/42
D/]TETRICVS[. R/]X[.
0,78.

1064626. Inv. 22 048 043 1989 118/72
0,56.

1065627. Inv. 22 048 043 1989 0/4
0,36.

1066628. Inv. 22 048 043 1989 0/15
0,09.

1067629. Inv. 22 048 043 1989 1/3
0,85

1068630. Inv. 22 048 043 1989 118b/13
1,79.

1069631. Inv. 22 048 043 1992 431/2
0,43.

1070632. Inv. 22 048 043 1992 114/21
2,23.

1071633. Inv. 22 048 043 1992 114/8
2,01.

1072634. Inv. 22 048 043 1992 76/4
D/]NS PV[.
1,83.

1073635. Inv. 22 048 043 1992 307/19
D/]P T[.
1,92.

1074636. Inv. 22 048 043 1992 307/20
D/]C T[.
1,89.
1992 62/17.

1075637. Inv. 22 048 043 1992 390/15
1,15.

1076638. Inv. 22 048 043 1992 220/7
0,90.
Tétricus II.

1077639. Inv. 22 048 043 1992 114/29
0,78.
Tétricus II.

1078640. Inv. 22 048 043 1992 114/7
0,97.

1079641. Inv. 22 048 043 1992 383/4
0,56.

1080642. Inv. 22 048 043 1992 108/5
1,09.

1081643. Inv. 22 048 043 1992 383/6
0,51.

1082644. Inv. 22 048 043 1992 306/1
R/]AX[.
0,56.

1083645. Inv. 22 048 043 1992 48/7
D/]X ICI. Tête à gauche.
2,69.

1084646. Inv. 22 048 043 1992 114/25
0,97.

1085647. Inv. 22 048 043 1992 227/3
0,80.

1086648. Inv. 22 048 043 1992 383/1
0,82.

1087649. Inv. 22 048 043 1992 290/8
1,15.

1088650. Inv. 22 048 043 1992 114/11
1,11.

1089651. Inv. 22 048 043 1992 227/1
1,16.

1090652. Inv. 22 048 043 1992 114/20
0,81.
Tétricus II.

1091653. Inv. 22 048 043 1992 114/23
0,60.

1092654. Inv. 22 048 043 1992 66/4
0,61.

1093655. Inv. 22 048 043 1992 114/22
0,31.

1094656. Inv. 22 048 043 1992 106/4
1,08.

1095657. Inv. 22 048 043 1992 16/7
0,26.

1096658. Inv. 22 048 043 1992 64/5
0,56.

1097659. Inv. 22 048 043 1992 150/3
0,74.

1098660. Inv. 22 048 043 1992 390/11
R/]AVGG.
0,63.

1099661. Inv. 22 048 043 1992 309/5
0,15.

1100662. Inv. 22 048 043 1992 16/3
Liaison de coin de droit avec un des coins de revers du trésor de minimi. (R2).
0,31.

1101663. Inv. 22 048 043 1992 16/1
0,22. (brisé).

1102664. Inv. 22 048 043 1992 114/17
0,33.

1103665. Inv. 22 048 043 1992 108/2 0,45.

1104666. Inv. 22 048 043 1992 390/9
Liaison de coin de droit avec un des coins de revers du trésor de minimi. (R2).
0,15.

1105667. Inv. 22 048 043 1992 88/1
0,09.

1106668. Inv. 22 048 043 1992 62/18
Personnage courant à droite.
0,44.

1107669. Inv. 22 048 043 1992 307/7
Flan du même type que ceux du trésor de minimi.
0,30.

1108670. Inv. 22 048 043 1992 369/2
0,06.

1109671. Inv. 22 048 043 1992 369/3
0,23.

1110672. Inv. 22 048 043 1992 414/2
1,48.
Style barbare.

1111673. Inv. 22 048 043 1992 114/14
0,20.

1112674. Inv. 22 048 043 1992 383/5
Flan du même type que ceux du trésor de minimi.
0,46.

1113675. Inv. 22 048 043 1992 114/13 0,18.

1114676. Inv. 22 048 043 1992 64/7
Flan du même type que ceux du trésor de minimi.
0,20.

1115677. Inv. 22 048 043 1992 150/5 0,22.

1116678. Inv. 22 048 043 1992 303/7
R/]XS[.
0,31.

1117679. Inv. 22 048 043 1992 150/8
0,16.

1118680. Inv. 22 048 043 1992 439/1
0,17.

1119681. Inv. 22 048 043 1992 114/16
R/]TI[.
0,25.

1120682. Inv. 22 048 043 1992 290/7
D/]IRR[.
0,16.

1121683. Inv. 22 048 043 1992 398/2
0,32.
Tétricus II.

1122684. Inv. 22 048 043 1992 150/10
0,63 (brisé).

1123685. Inv. 22 048 043 1992 114/15
Flan du même type que ceux du trésor de minimi.
0,27.

1124686. Inv. 22 048 043 1992 184/4
0,36.

1125687. Inv. 22 048 043 1992 43/5
0,30.

1126688. Inv. 22 048 043 1992 373/4
0,16.

1127689. Inv. 22 048 043 1991 176/1
2,93.

1128690. Inv. 22 048 043 1991 95/11
0,64.

1129691. Inv. 22 048 043 1991 72/5
0,76.

1130692. Inv. 22 048 043 1991 62/4
0,28.

1131693. Inv. 22 048 043 1991 16/6
0,43.

1132694. Inv. 22 048 043 1991 62/8
0,46.

1133695. Inv. 22 048 043 1991 145/4
0,25.

1134696. Inv. 22 048 043 1992 59/13
1,62.

1135697. Inv. 22 048 043 1992 150/7
0,24.

Monnaies non identifiées, période 253‑285

1136698. Inv. 22 048 043 1989 118/78
Tête radiée à droite.
2,54.
Claude II ?

1137699. Inv. 22 048 043 1989 149/13
0,66.

1138700. Inv. 22 048 043 1992 133/2
Fragments.

TÉTRARCHIE, IVe s.

MAXIMIEN (286‑305)

Lyon

1139● Antoniniens

1140701. Inv. 22 048 043 1991 75/1
IMP MAXI[mianus aug] ; buste consulaire radié à gauche.
PAX AVGG ; Pax debout à gauche, tenant un sceptre et un globe nicéphore.
2,80 ; 6 h.
RIC VI, 399, Bastien 385. 7e émission, printemps 290‑291.

1141702. Inv. 22 048 043 1992 62/2 (fig. 155-3)
IMP MAXIMIANVS AVG ; buste radié et cuirassé vu de trois quarts avant à droite. P M TR P VIII COS IIII P P à l’exergue B ★ ;
lion marchant à gauche, portant la couronne radiée et tenant un foudre dans sa gueule.
4,19 ; 1 h.
RIC IV, 345. Bastien 479. 9e émission, début‑1er mars 293.

Londres

1142Nummus

1143703. Inv. 22 048 043 1989 144/6 (fig. 155-3)
IMP C MAXIMIANVS P F AVG ; buste lauré et cuirassé vu de trois quarts en avant à droite.
GEN[io po]PV‑LI ROMAN[i] ; le génie du Peuple romain debout à gauche, tenant une patère et une corne d’abondance.
7,15 ; 6 h.
RIC VII, 1b. 297.

LICINIUS PÈRE (308‑324)

Trêves

1144Nummi

1145704. Inv. 22 048 043 1996‑5
IMP LICINIVS P F AVG ; buste lauré et cuirassé vu de trois quarts avant.
GENIO POP ROM à l’exergue STR dans le champ T I F ; le génie du Peuple romain debout à gauche, tenant une patère et une corne d’abondance.
3,76 ; 6 h.
RIC VII, 58. 313‑315.

1146705. Inv. 22 048 043 1991 95/4
IMP LICINIVS P F AVG ; buste lauré et cuirassé vu de trois quarts avant.
GENI[o po]P ROM à l’exergue ATR dans le champ T I F ; idem.
1,83 ; 12 h.
RIC VII, 121. 316.

1147706. Inv. 22 048 043 1989 118/68 (fig. 155-3)
IMP LICI‑NIVS AVG ; buste lauré, drapé et cuirassé à gauche ; la mappa dans la main droite et le sceptre sur l’épaule gauche.
IOVI CONSER‑VATORI AVG à l’exergue STR ; aigle sur une ligne ondulée, portant l’empereur debout à gauche, un foudre dans la main droite et un sceptre sur l’épaule gauche.
2,56 ; 5 h.
RIC VII, 212. 318‑319. P. Bastien : L’émission de billon au début de 313, Quaderni Ticinesi, XI, 1982, p. 271‑277.

CONSTANTIN I (307‑337)

Lyon

1148Nummi

1149707. Inv. 22 048 043 1997‑7 (fig. 155-3)
CONSTANTINVS P F AVG ; buste lauré et cuirassé vu de trois quarts avant.
SOLI INVIC‑TO COMITI à l’exergue [pl]G dans le champ S I F ; le Soleil debout à gauche, chlamyde sur épaule gauche, levant la main droite et tenant un globe de la main gauche.
3,66 ; 12 h.
RIC VII, 5. 313‑314.

1150708. Inv. 22 048 043 1991 72/2
IMP CONSTANT[inus] AVG ; buste lauré et cuirassé vu de trois quarts avant.
SOLI IN[vic]‑TO COMITI à l’exergue PLG dans le champ TF I ★ ; idem.
2,83 ; 6 h.
RIC VII, 34. 315‑316.

1151709. Inv. 22 048 043 1992 220/1
Secteur VIV.
CONSTAN‑TINVS AVG ; tête laurée à droite.
PROVIDEN‑TIAE AVGG à l’exergue PLG ;
porte de camp avec deux tourelles ;
au‑dessus, une étoile.
3,31 ; 5 h.
RIC VII, 225. 324‑325.

1152710. Inv. 22 048 043 1991 16/8
CONSTANTI‑NVS MAX AVG ; buste lauré (avec rosettes) et cuirassé à droite.
[gloria exercitus] à l’exergue P[LG] ; deux soldats debout, casqués, tenant une lance et appuyés sur un bouclier ; entre eux un étendard sur lequel est le chrisme.
1,52 ; 12 h.
LRBC, 222. 335‑337.

Trêves

1153● Nummi

1154711. Inv. 22 048 043 1992 309/11
IMP CONSTANTINVS P F AVG ; buste lauré et cuirassé vu de trois quarts avant.
SOLI INVICTO COMITI ; buste radié et drapé du Soleil vu de trois quarts en arrière à droite.
4,02 ; 12 h.
RIC VI, 886. Émission sans marque,
310‑mai 313.

1155712. Inv. 22 048 043 1992 307/1
CONSTAN‑TINVS AVG ; buste casqué et cuirassé vu de trois quarts en avant.
BEATA TRAN‑QVILLITAS à l’exergue STR ; globe sur un autel où il est inscrit VO/TIS/XX ; au‑dessus, trois étoiles.
2,81 ; 6 h.
RIC VII, 368. 322‑323.

Londres

1156● Nummus

1157713. Inv. 22 048 043 1992 73/1
IMP CONSTANTINVS AVG ; buste lauré et cuirassé vu de trois quarts avant.
SOLI INVIC‑TO COMITI à l’exergue PLN dans le champ S I F ; le Soleil debout à gauche, chlamyde sur épaule gauche, levant la main droite et tenant un globe de la main gauche.
3,42 ; 6 h.
RIC VII, 6. 313‑314.

Fabrique locale

1158Nummi

1159714. Inv. 22 048 043 1992 307/5
CO[n]STAN[tinus aug] ; buste lauré et cuirassé vu de trois quarts avant.
[glori]A EXERCTVS (sic) à l’exergue VSCV ; deux soldats debout, casqués, tenant une lance et appuyés sur un bouclier ; entre eux un étendard.
0,47 ; 6 h.
Prototype, période 335‑337.

1160715. Inv. 22 048 043 1992 309/15
[co]NSTAN‑[ ; tête diadémée à droite.
Idem à l’exergue TR.
0,70 ; 6 h.
Prototype, période 335‑337.

Trêves

1161● Nummus

1162716. Inv. 22 048 043 1997‑6
CO[nstan]INVS IVN NOB C ; buste lauré drapé et cuirassé à gauche.
[providen]‑TIAE CAESS à l’exergue TR (croissant point).
1,97 ; 6 h.
RIC VII, 479. Constantin II, 326.

Londres

1163Nummi

1164717. Inv. 22 048 043 1992 309/11 (fig. 155-3)
CONSTANTI‑NVS IVN [n c] ; buste casqué et cuirassé vu de trois quarts en avant.
BEAT TRA‑[n]QLITAS ; globe sur un autel où il est inscrit VO/TIS/XX à l’exergue PLON ; au‑dessus, trois étoiles.
2,62 ; 7 h.
RIC VII, 286. Constantin II, 323‑324.

1165718. Inv. 22 048 043 1997‑4)
CONSTANTINVS IVN NOB C ; buste lauré à droite.
C[aesa]RVM NOSTRORVM couronne de lauriers où il est inscrit VOT/X, à l’exergue PLON.
1,99 ; 6 h.
RIC VII, 292. Constantin II, 323‑324.

Fabrique locale

1166Nummus

1167719. Inv. 22 048 043 1997‑2 (fig. 155-3)
CONSTANTINVS IVN NOB C ; buste lauré, drapé et cuirassé à gauche.
[vir]TVS EXERCIT ; trophée où il est inscrit VOT XX avec un captif assis de chaque côté. Au‑dessus du captif de gauche, +.
3,59 ; 12 h.
RIC VII. Période 320.

Trèves

1168Nummus

1169720. Inv. 22 048 043 1997‑1
IVL CRIS‑PVS NOB C ; tête laurée à droite.
CAESARVM NOSTRORVM couronne de lauriers où il est inscrit VOT/X, à l’exergue PTR.
1,99 ; 12 h.
RIC VII, 440. Crispus, 323‑324.

Thessalonique

1170Nummus

1171721. Inv. 22 048 043 1992 220/11 (fig. 155-3)
FL IVL CRISPVS NOB CAES ; buste lauré et cuirassé vu de trois quarts arrière à gauche.
CAESARVM NOSTRORVM couronne de lauriers où il est inscrit VOT / V, à l’exergue TSAVI.
2,72 ; 5 h.
RIC VII, 120. Crispus, 320‑321.

Fabrique locale

1172Nummi

1173722. Inv. 22 048 043 1992 220/14
]IENIF A ; tête diadémée à gauche.
Personnage féminin debout à droite, tenant un enfant dans ses bras.
Type Securitas reipublicae.
0,44 ; 5 h.
LRBC. Hélène ou Fausta, prototype,
période 324‑330.

1174723. Inv. 22 048 043 1991 95/1
Tête casquée de Rome à gauche.
La louve et les jumeaux à gauche, à l’exergue TP.
0,69 ; 10 h.
LRBC. Urbs Roma, prototype, période 324‑ 330.

CONSTANT (337‑350) ou CONSTANCE II (337‑361)

Atelier officiel indéterminé

1175Nummus

1176724. Inv. 22 048 043 1992 369/1
Buste diadémé et drapé à droite.
Deux Victoires se faisant face et brandissant chacune une couronne de lauriers. Type Victoriae dd auggq nn.
0,97 ; 12 h.
RIC VIII ? Période 341‑346.

Fabrique locale

1177Nummi

1178725. Inv. 22 048 043 1992 309/11
Tête diadémée à droite.
Deux Victoires se faisant face et brandissant chacune une couronne de lauriers, entre les deux, une palme.
Type Victoriae dd auggq nn.
0,43 ; 12 h. Prototype, période 341‑346.

1179726. Inv. 22 048 043 1992 303/4
] P F AVG ; tête diadémée à droite.
Idem.
0,37 ; 12 h.
Prototype, période 341‑346.

ARCADIUS (395‑408)

Rome

1180Aes 4

1181727. Inv. 22 048 043 1992 303/8
Tête diadémée à droite.
[sa) LVS [reipublicae] dans le champ à gauche, chrisme ; Victoire marchant à gauche, tenant un trophée et traînant un captif.
1,28 ; 6 h.
RIC X, 1245. 395‑403.

Monnaie du ive s. non identifiée
Fabrique locale

1182Aes 4

1183728. Inv. 22 048 043 1992 64/6
Tête diadémée (?) à droite.
Personnage debout à gauche.
0,40 ; 6 h.

FIG. 155-3 ‒ nos 378 à 721 Les monnaies de Monterfil.

Bibliothèque nationale/Cabinet des médailles

5.4 Objets et éléments métalliques

1184g.l.c.

5.4.1 Présentation du lot

1185Le site de Corseul a livré une quantité importante d’objets métalliques retrouvés au gré des travaux divers entrepris sur l’emprise de la ville antique. Les seules découvertes en bronze constituent un ensemble qui regroupe plus de cinq cents pièces aujourd’hui dispersées dans des collections privées et publiques, quand elles n’ont pas disparu depuis leur dernière mention. L’approche d’un tel ensemble est pourtant complexe car elle doit tenir compte d’une histoire archéologique pendant laquelle les méthodes de fouille, les intérêts des inventeurs et les objectifs des chercheurs ont nécessairement évolué.

1186On peut difficilement admettre, en effet, que les objets issus des fouilles anciennes puissent se limiter aux statuettes, balances, clefs ou fibules habituellement signalées dans les collections des érudits du xixe s. Ces vieux inventaires, qui sélectionnent souvent les plus belles pièces, ne peuvent être représentatifs de tous les objets réellement retrouvés à Corseul. Les fouilles récentes montrent effectivement que de nombreux petits éléments de toutes sortes, mais moins « spectaculaires », se rencontrent fréquemment.

1187Par conséquent, il n’est pas surprenant que la majorité des pièces de ce lot provienne du site de Monterfil II où les deux cent soixante‑seize éléments répertoriés composent plus de 50 % de l’ensemble des bronzes antiques de Corseul. La taille de la fouille et la densité des vestiges dégagés depuis 1986 expliquent ce constat qui découle surtout d’une prise en compte de tous les éléments mis au jour.

1188On remarque ici que le matériel en bronze domine largement dans l’ensemble puisqu’il constitue 89 % des éléments métalliques mis au jour à Monterfil II (fig. 156). Cette proportion s’explique notamment par la variété des petits objets de la vie quotidienne fabriqués dans cet alliage. Certains d’entre eux sont des petits objets à part entière, mais la plupart ne sont que des éléments d’un ensemble plus grand dans lequel ils correspondent à une pièce bien spécifique. Le nombre élevé d’éléments métalliques qu’on rencontre sur un char ou sur un simple coffret par exemple explique la profusion de petites pièces de natures diverses. La facilité à modeler le bronze justifie son emploi pour des décorations ou pour des pièces fonctionnelles qui ne nécessitent pas la résistance du fer.

FIG. 156 ‒ Proportion des différents matériaux métalliques utilisés.

H. Kerébel

  • 37 Aucun bord de récipient n’a été mis au jour à Monterfil II, mais on en connaît sur les sites du Cha (...)
  • 38 Annuaire dinannais. Voir, Bizeul 1858 : 54‑55 ; Bulletin archéologique de l’Association bretonne 18 (...)
  • 39 Bizeul 1858 : 69, no 20 ; Harmois 1909 : 63 ; Guennou 1965 : 31.
  • 40 Le Cloirec 1995.

1189Dans ce domaine, les objets de grandes dimensions restent particulièrement rares. Les trois éléments de vaisselle retrouvés au fond d’un puits constituent un ensemble exceptionnel à Corseul. La refonte d’une quantité intéressante de matière première est une explication probable à ce phénomène. Mais l’état de conservation des objets est aussi à mettre en cause car les grandes pièces en bronze sont généralement réalisées en tôle dont la fine épaisseur favorise la dégradation. Les pièces de vaisselle ont d’ailleurs été retrouvées dans un milieu (humide et privé d’oxygène) favorable à leur conservation, alors que l’essentiel des contextes géologiques du site entraîne une dégradation rapide des métaux. Des anses, des supports ou des fragments de bords de récipients37 rappellent toutefois l’existence d’autres pièces de vaisselle dont seuls ces éléments, plus denses que le reste, peuvent encore témoigner. Peu d’objets plus grands qu’une casserole sont signalés à Corseul. La découverte d’un bouclier ornemental a bien été rapportée par les auteurs anciens38 mais l’objet a aujourd’hui disparu. Enfin, la mention d’un « pied de cheval »39 rappelle une découverte effectuée à Bayeux (Calvados) où un élément similaire, de 40 cm de long, a été retrouvé40, évoquant ainsi l’existence d’une statue équestre dédicacée à César. Bien qu’on ignore la taille du « pied » de Corseul, la possibilité qu’il ait pu appartenir à une œuvre aussi importante mérite d’être notée.

1190Les objets en fer ne représentent que 10 % du lot et concernent seulement trois domaines bien particuliers : l’outillage, les clefs et les fixations. La taille des pièces est plus grande et leur réalisation en fer répond clairement à un besoin de résistance bien spécifique.

1191Les métaux précieux sont représentés par deux bagues, vraisemblablement perdues. L’une est en or et l’autre est en argent. Deux éléments en plomb ont également été retrouvés.

1192Nous nous attacherons ici à présenter les pièces identifiées, les fragments indéterminés n’ayant qu’un intérêt quantitatif. En plus des cent quatre‑vingt‑quatorze objets présentés, il faut donc signaler qu’il existe également vingt‑trois plaques de conceptions diverses, dix‑neuf éléments tubulaires ou filiformes et seize pièces dont nous ne pouvons actuellement définir l’usage. Vingt‑quatre anneaux complètent enfin l’ensemble de ce lot mais leur fonction peut être tellement variée que leur présentation n’offrait qu’un intérêt très limité. Mieux valait concentrer notre étude sur la présentation des éléments dont l’usage est connu ou, tout au moins, fortement supposé.

1193Dans le catalogue qui suit, les objets sont d’abord différenciés selon le métal utilisé avant d’être regroupés par grands domaines d’activités. Ils sont ensuite classés d’après leur fonction. Leurs caractéristiques majeures et leur intérêt éventuel par rapport au site sont développés par catégories.

1194Enfin, nous ne saurons terminer cette présentation sans remercier Michel Feugère pour ses précieux conseils.

5.4.2 Catalogue du mobilier métallique

1195fig. 157 

Métaux précieux

11961. Inv. 22 048 043 1991 73/2
Bague en or, type Guiraud 2a.
Haut. (déformée) : 21,5 mm ;
larg. (déformée) : 22 mm ;
ép. : (chaton déformé) 10,5 mm.

1197L’anneau comporte des épaules qui se fondent dans un chaton de forme ovale aujourd’hui déchiré et déformé. L’incrustation a disparu mais l’importance de son emplacement suppose qu’elle devait présenter des dimensions proches de 14 mm sur 10 mm, la profondeur étant de 5 mm.
Ce bijou appartient à un modèle des plus courants dans la Gaule de l’Est entre le ier et le iiie s. de n.è. (Guiraud 1989 : 181). On retrouve des exemplaires tout le long de l’axe Rhône‑Saône et des concentrations sont à noter sur le limes rhénan (Guiraud 1989 : 182, fig. 12).

11982. Inv. 22 048 043 1992 390/5
Bague en argent avec intaille type Guiraud 3.
Haut. : 21 mm ; larg. : 21 mm ; ép. (chaton déformé) : 10 mm.

1199Objet en argent pourvu d’une intaille, vraisemblablement en Cornaline, sur laquelle figure un personnage, une Fortune sans doute. La nature du motif, ainsi que sa stylisation extrême sont à rapprocher d’un exemplaire conservé à Douai (Guiraud 1988 : 109, no 203, pl. XIV).
Le type se rencontre entre la fin du iie s. et le troisième quart du iiie s. de n.è. (Guiraud 1989 : 185).

Bronze

Vie personnelle

● La parure

12003. Inv. 22 048 043 1989 67/1
Bague type Guiraud 2c.
Diam. (incomplet) : 18 mm ; larg. : 6 mm ;
ép. : 3 mm.

1201Cette bague coriosolite incomplète correspond à un modèle très fréquent en Gaule. Elle se compose d’un anneau à épaules convexes, surmonté d’une intaille en pâte de verre. De couleur verte, celle‑ci présente un motif très grossier figurant, semble‑t‑il, deux personnages qui se font face. L’incrustation est mise en valeur par sa largeur égale à la partie haute de l’anneau. Le type se rencontre entre le ier s. de n.è. et la première moitié du iiie s. ap. J.‑C. (Guiraud 1989 : 181).

12024. Inv. 22 048 043 1992 310/1
Bague type Guiraud 6d.
Diam. (déformé) : 22 mm ; larg. : 7 mm ;
ép. : 3 mm.

1203Ce bijou est constitué d’un fil de bronze dont les extrémités, enroulées l’une dans l’autre, composent un motif spiralé. Le modèle est bien connu dans l’ensemble de la Gaule où il se rencontre pendant toute l’époque romaine (Guiraud 1989 : 193‑194, fig. 39).

12045. Inv. 22 048 043 1992 7/1
Anneau polygonal type Guiraud 9a.
Diam. : 22 mm ; larg. : 4,5 mm ;
ép. : 1,5 mm.

1205Ce bijou présente une forme circulaire à l’intérieur et octogonale à l’extérieur. Il correspond de cette façon à un modèle bien diffusé en Gaule mais se retrouve surtout dans les régions du Nord‑Est (Guiraud 1989 : 197‑198, fig. 47). Les exemplaires réalisés en matériaux précieux sont fréquents. La fouille du centre hospitalier de Carhaix‑Plouguer (Finistère) a d’ailleurs récemment livré un beau spécimen en argent.

12066. Inv. 22 048 043 1991 16/2
Fragment de bracelet.
Long. : 39 mm ; ép. : 2 mm.

1207L’objet se compose de deux fils de bronze torsadés l’un dans l’autre. L’extrémité, conservée ici, se termine par une boucle qui servait à maintenir le crochet placé à l’autre bout du bracelet.
Un bijou du même type, mais d’un style plus fruste, a été retrouvé dans un puits fouillé en 1947 dans la cour de l’école de Corseul (Le Cloirec 1995 : 38, no 16).
Si le principe du bracelet torsadé est connu avant l’époque romaine, le type de fermeture qui lui est associée ici désigne bien un modèle du ive s. ap. J.‑C. (Velay 1989 : 140 ; Feugère 1993b : 143). On le rencontre de façon relativement fréquente dans les provinces septentrionales de l’Empire : en Gaule (Devauges 1988 : 179, 257 ; Velay 1989 : 139‑140, no 87 et no 88), en Suisse (Vicus gallo‑romain de Lausonna‑Vidy 1987 : 170, 227) ou en Bretagne insulaire (Cunliffe 1971 : 107, fig. 41, 47‑49, no 1628 ; Allason‑Jones, Miket 1984 : 134‑135).

● La toilette

12087. Inv. 22 048 043 1992 246/1
Specillum
Long, (restituée) : 16,5 mm ;
larg. (cuilleron) : 8 mm ;
diam. (manche) : 2,8 mm.

12098. Inv. 22 048 043 1992 438/1
Specillum
Long, (incomplète) : 13,8 mm ;
larg. (cuilleron) : 7 mm ;
diam. (manche) : 4,8 mm.

12109. Inv. 22 048 043 1991 129/5
Specillum
Long, (incomplète) : 56 mm ;
larg. (cuilleron) : 8 mm ;
diam. (manche) : 4 mm.

121110. Inv. 22 048 043 1992 72/7
Fragment de manche de specillum
Long, (incomplète) : 42 mm ;
diam. : 4,8 mm.

1212Ces quatre instruments se composent d’un manche effilé de section circulaire pourvu de moulures transversales d’aspects différents. Les trois premières pièces, mieux conservées que la dernière, sont équipées d’un cuilleron allongé. Deux d’entre elles conservent encore leur extrémité opposée en forme d’olive.
Des découvertes réalisées en contexte funéraire montrent que de tels instruments se rattachent au domaine chirurgical comme à celui de la toilette. En effet, les trousses d’oculistes contiennent généralement un ou plusieurs de ces specillii dont l’extrémité en olive pouvait servir de sonde ou de broyeur d’ingrédients. La spatule permettait de préparer les collyres puis de les introduire dans l’œil. L’usage personnel est révélé par la présence d’instruments identiques dans certaines tombes féminines. Ils pouvaient permettre dans ce cas la préparation et l’application de produits cosmétiques parfaitement courants à l’époque (Bailly 1994 : 39‑49 ; Boucher et al. 1980 : 118, nos 647‑664 ; Velay 1989 : 287‑ 290, nos 265‑269).

121311. Inv. 22 048 043 1992 248/9
Pince à épiler.
Long, (incomplète) : 96 mm ;
larg. (extrémité) : 5 mm ;
diam. : 3 mm.

1214Les instruments de ce type sont habituellement composés d’une simple plaque repliée et mise en forme (Cunliffe 1971 : 110, fig. 42, nos 61‑66 ; Brulet, Coulon 1977, pl. 19, no 36 ; Metzler et al. 1981, pl. 140, no 2 ; Tendille 1981 : 62‑63, fig. 1, nos 6‑12 ; France, Gobel 1985 : 82‑83, nos 13‑16 ; Rome face aux Barbares...). Cet exemplaire est beaucoup plus élaboré car il a été moulé. De cette façon, l’artisan a pu réaliser un manche nettement distinct de la partie fonctionnelle de l’instrument. Comme pour les specilli, la séparation est soulignée par une série de moulures transversales d’où se séparent les deux branches dont l’une a été arrachée.
Ce type d’instrument de toilette, courant à l’époque romaine, est attesté depuis la fin de l’âge du Bronze (Tendille 1981 : 63).

121512. Inv. 22 048 043 1992 407/2
Curette.
Long. : 11,5 mm ; larg. : 9 mm ;
diam. (tige) : 3,5 mm.

1216Tige de section circulaire, dont l’une des extrémités se termine en pointe alors que l’autre est aplatie en forme de spatule circulaire.
Le seul instrument coriosolite comparable est conservé dans une collection privée, mais les objets de ce type sont fréquents sur les sites d’habitats (Schaub, Petit 1984 : 56, fig. 101 ; Pinette 1985 : 169, no 302 [a‑d] ; Velay 1989 : 292, nos 274‑276).

121713. Inv. 22 048 043 1991 11/1
Rasoir.
Long, (incomplète) : 38,5 mm ;
larg. (extrémité) : 17 mm ;
ép. : 11 mm.

1218Élément composé d’une lame en fer maintenue par un rivet central entre deux plaques en os. Celles‑ci présentent un côté biseauté alors que l’extrémité opposée est brisée. À cet endroit, une plaque en bronze appartenait peut‑être à un décor plaqué sur le reste du manche. Le mauvais état de conservation de l’objet rend toutefois sa compréhension bien incertaine.
Son interprétation ne fait cependant guère de doute puisque les exemples sont nombreux dans les tombes du Haut‑Empire (Feugère 1993b : 136). Plusieurs spécimens avec plaques en os rivetées sur une lame en fer ont été retrouvés à Colchester (Crummy 1981 : 109, nos 2933‑2935). La partie biseautée renvoie à un modèle courant qui existe également en bronze et dont la caractéristique principale est de prendre la forme d’un bonnet phrygien.

121914. Inv. 22 048 043 1992 2/3
Manche de patère de bain.
Long. : 37 mm ; larg. : 20 mm ; ép. : 6 mm.

1220Les manches dont l’extrémité présente une perforation « en entrée de serrure » correspondent à un modèle de patères connu par plusieurs autres exemplaires (Tassinari 1975 : 33, no 21, pl. VI). L’un d’entre eux est conservé au musée de Bretagne à Rennes et provient de la collection de Robien. On suppose que le marquis de Robien, président à Mortier du Parlement de Bretagne, a effectué plusieurs fouilles dans la région, notamment à Locmariaquer et à Corseul. On sait effectivement que plusieurs pièces de sa collection n’ont pas été retrouvées par hasard mais proviennent bien de recherches volontaires (Nadaud 1823 : 405 ; Prieur des Moulins 1743 : 1500‑1505). Le manque d’information n’autorise pourtant aucune conclusion particulière. Il faut même rappeler que le grand collectionneur du xviiie s., a vraisemblablement acheté la majorité de ses « œuvres d’art », ce qui ne privilégie nullement une provenance coriosolite, ni même régionale, pour la patère du musée rennais.
Quelques trouvailles similaires sont datées des ieriie s. de n.è. (Tassinari 1975 : 33).

122115. Inv. 22 048 043 1989 261/2
Manche de miroir ?
Long. : 81,5 mm ; larg. (incomplète) :
42 mm ; ép. : 13 mm.

122216. Inv. 22 048 043 1991 155/1
Manche de miroir ?
Long. : 86 mm ; larg. : 62 mm ; ép. : 12 mm.

122317. Inv. 22 048 043 1992 14/10
Manche de miroir ?
Long. : 63 mm ; larg. (incomplète) : 38 mm ;
ép. : 3 mm.

1224Bien que leur identification reste incertaine, ces trois pièces comptent parmi les plus intéressantes du lot car aucun parallèle ne semble connu en dehors de Corseul où nous avons pu repérer un quatrième exemplaire dans une collection privée.
Ces pièces ont toutes un aspect similaire même si deux tailles différentes existent. Elles forment un « 8 » surmonté d’une extrémité bifide percée de trous. Des moulures transversales sont visibles sur un côté aux deux endroits où la largeur de la pièce se resserre. D’autre part, la facture maladroite de nos exemplaires nos 15 et 16 fait penser à des objets ratés ou des surmoulages. L’absence de traces de finition, l’aspect brut de certaines parties ou la présence d’un trou de fixation à peine amorcé sur le no 15 suggèrent le rejet de ces pièces avant leur commercialisation. En plus de la concentration coriosolite de ces objets par ailleurs inconnus, toutes ces observations permettent donc d’envisager ici une production locale.
Interpréter ces éléments comme des manches de miroir reste délicat en l’absence d’indices convaincants. Il n’empêche que des similitudes existent avec une série d’objets de ce type produits par des ateliers du sud‑ouest de l’Angleterre entre la fin du ier s. av. J.‑C. et le ier s. de n.è. (Brailsford 1975 : 62‑68). Destinés à être suspendus pour servir d’ornements, ces miroirs de grande taille sont richement décorés de motifs celtiques se développant de façon symétrique autour de leur axe.
La forme ajourée de nos manches correspond au style des miroirs britanniques, même si les exemplaires coriosolites sont de facture beaucoup plus maladroite. La fixation de la plaque par un cerclage riveté ou un rivetage direct conforte ce lien puisque les miroirs antiques ont habituellement un manche fixé par brasure.
En tant qu’imitations maladroites d’objets celtiques, ces éléments pourraient témoigner de liens culturels particuliers entre le sud de la Bretagne insulaire et la partie nord de l’Armorique romaine. On peut toutefois s’interroger sur la dimension réelle de ces contacts et se demander si les découvertes de Corseul ne correspondent pas seulement aux essais limités d’un bronzier local cherchant à imiter, pour une raison inconnue, un objet prestigieux d’outre Manche.

● Les accessoires vestimentaires

122518. Inv. 22 048 043 1992 306/8
Épingle.
Long, (incomplète) : 68 mm ; diam. : 3 mm.

1226Objet incomplet, de section carrée, équipé d’une tête moulurée se prolongeant par un effet de torsade sur une partie de la tige. Une épingle disposant d’une tête semblable est conservée au musée de Lyon (Boucher et al. 1980 : 116‑117).

122719. Inv. 22 048 043 1992 76/3
Épingle.
Long, (incomplète) : 76 mm ; diam. : 3 mm.

1228Objet de section circulaire présentant une tête cylindrique se terminant par un bouton sphérique. Des décors peuvent exister mais l’état de conservation de la pièce ne permet pas de les apprécier.

FIG. 157nos 1 à 19 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

122920. Inv. 22 048 043 1991 62/10
Boucle.
Long, (déformée) : 33 mm ;
larg. (déformée) : 20,5 mm ; diam. : 4 mm.

123021. Inv. 22 048 043 1989 155/5
Ardillon de boucle.
Long. : 36,5 mm ; larg. (charnière) : 5 mm ;
diam. : 4 mm.

123122. Inv. 22 048 043 1992 246/23
Ardillon de boucle.
Long. : 27,5 mm ; larg. : 3 mm ;
ép. : 1,2 mm.

● Les fibules

1232L’identification de ces petits accessoires vestimentaires, très nombreux à Monterfil II, se réfère à la typologie établie par Michel Feugère en 1985 pour les exemplaires de Gaule méridionale. L’analyse s’appuie également sur le travail de maîtrise, malheureusement inédit, réalisé par Jean‑Yves Cotten pour les fibules armoricaines.

123323. Inv. 22 048 043 1989 249/3
Fibule type Feugère 3b1b.
Long, (incomplète) : 41 mm ; larg. (arc) :
5 mm.

123424. Inv. 22 048 043 1989 52/1
Fibule type Feugère 3b1 b.
Long, (incomplète) : 45 mm ; larg. (arc) :
5 mm.

123525. Inv. 22 048 043 1992 347/3
Fibule type Feugère 3b1 (b).
Long, (déformée) : 54 mm ; larg. (ressort) :
8 mm.

123626. Inv. 22 048 043 1992 238/6
Fibule type Feugère 3b1.
Long, (incomplète) : 28 mm ; larg. (ressort) :
12 mm.

123727. Inv. 22 048 043 1989 260/7
Fibule type Feugère 3b1b (var.).
Long, (incomplète) : 36 mm ; larg. (ressort) :
10 mm.

123828. Inv. 22 048 043 1989 16/2
Fibule type Feugère 3b1 (var.).
Long, (incomplète) : 63 mm ; larg. : 7 mm.

1239Le type Feugère 3b1 correspond à des fibules composées d’un arc filiforme se prolongeant par un ressort bilatéral à quatre spires et corde interne. Le porte‑ardillon présente une gouttière permettant de maintenir l’ardillon. Enfin, l’extrémité du fil de bronze qui compose entièrement l’objet est martelée pour former une bague qui vient se fixer au milieu de l’arc.
Nos six exemplaires présentent ces caractéristiques générales, mais des variantes existent au niveau de l’ornementation de la bague principalement. Les nos 23 et 24 appartiennent sans conteste au sous‑type Feugère 3b1b car leurs bagues présentent des cannelures transversales nettement visibles. Le mauvais état de conservation des exemplaires nos 25 et 26 ne permet pas d’être aussi catégorique.
Les fibules nos 27 et 28 sont beaucoup plus énigmatiques car leur section est ovale. L’ornementation particulière de la bague du spécimen no 28 contribue encore plus à en faire un modèle à part. La mise au jour d’un exemplaire de section identique sur le site du Champ Mulon (Galliou 1977a : 19, no 8, fig. 1 ; Cotten 1985 : 9, 80, pl. 12, no 108) est à noter bien qu’il soit prématuré d’envisager une production locale. Très répandu en Gaule, ce type de fibule admet une datation allant de la fin du règne d’Auguste aux années 75 ap. J.‑C.

124029. Inv. 22 048 043 1989 10/1
Fibule type Feugère 3b2 (a).
Long. : 56 mm ; larg. (ressort) : 12 mm.

124130. Inv. 22 048 043 1992 426/1
Fibule type Feugère 3b2c.
Long. : 11 mm ; larg. (ressort) : 63 mm.

1242Les fibules du type Feugère 3b2 présentent une forme générale comparable au modèle précédent, mais diffèrent principalement par leur arc rubané décoré de cannelures longitudinales. Nos exemplaires appartiennent à des sous‑types bien connus, caractérisés l’un par une bague lisse et l’autre par une bague estampillée. Ce dernier modèle est également représenté à Corseul sur les sites du Champ Mulon et du Courtil Saint‑Antoine. La corrosion ne permet pas de lire l’estampille de notre exemplaire.
Largement répandu en Gaule, ce type de fibule était produit par de nombreux ateliers locaux. Certains exemplaires coriosolites portant l’estampille ACCU(S) et (T) ITUR ont pu être fabriqués dans les Pays de la Loire où ces marques se rencontrent fréquemment (Cotten 1985 : 82‑83).
Apparaissant après le modèle Feugère 3b1 dont elles représentent une évolution, ces fibules se rencontrent essentiellement à l’époque claudienne.

124331. Inv. 22 048 043 1992 271/1
Fibule type Feugère 6b
Long. : 53 mm ; larg. (ressort) : 9 mm

1244Cette pièce se compose d’un ressort bilatéral à quatre spires et corde interne, d’un arc rubané aux bords échancrés et d’un porte‑ardillon plein de forme triangulaire.
Toutes ces caractéristiques correspondent au type classique des fibules Feugère 6b dont la période de production concerne exclusivement le ier s. av. J.‑C.

124532. Inv. 22 048 043 1992 207/2
Fibule type Feugère 14a.
Long. : 59 mm ; larg. (ressort incomplet) : 15 mm.

124633. Inv. 22 048 043 1992 118/3
Fibule type Feugère 14a.
Long. : 63 mm ; larg. (ressort) : 17 mm.

124734. Inv. 22 048 043 1992 307/12
Fibule type Feugère 14a.
Long. : 73 mm ; larg. (ressort incomplet) : 21 mm.

124835. Inv. 22 048 043 1989 10/3
Fibule type Feugère 14a (var.).
Long, (incomplète) : 23 mm ; larg. (ressort) : 8 mm.

1249Le modèle Feugère 14a se compose d’un ressort à six ou huit spires maintenu par une griffe et protégé par deux plaquettes qui émanent du sommet de l’arc. Ce dernier forme généralement un coude au niveau de la tête et se prolonge ensuite de façon rectiligne. L’exemplaire no 32 montre cependant que certains spécimens peuvent arborer une courbure régulière et atténuer ainsi une forme quelque peu rigide.
De nombreux spécimens de ce type ont été mis au jour sur des sites à vocation militaire en Allemagne, en Suisse et en Grande Bretagne (Feugère 1985 : 264 ; Cotten 1985 : 97). La possibilité que ces fibules puissent suggérer la présence de soldats n’est pas à écarter.
Leur présence dans l’Ouest, si elle demeure limitée, est parfaitement attestée dans les niveaux les plus anciens de l’époque romaine. Ce constat s’accorde avec la datation augustéenne qu’on retient habituellement pour ce modèle mais la période d’utilisation peut également se prolonger sous le règne de Tibère.

125036. Inv. 22 048 043 1991 105/1
Fibule type Feugère 14b1b.
Long. : 53 mm ; larg. (couvre‑ressort) : 26 mm.

125137. Inv. 22 048 043 1989 104/1
Fibule type Feugère 14b1b.
Long, (incomplète) : 35 mm ; larg. (couvre‑ressort) : 21 mm.

125238. Inv. 22 048 043 1989 118/3
Fibule type Feugère 14b1b.
Long. : 42 mm ; larg. (couvre‑ressort) : 17 mm.

125339. Inv. 22 048 043 1991 126/2
Fibule type Feugère 14b1b.
Long, (incomplète) : 31 mm ; larg. (couvre‑ressort) : 16 mm.

125440. Inv. 22 048 043 1991 73/5
Fibule type Feugère 14b1b.
Long. : 19 mm ; larg. (couvre‑ressort) : 17 mm.

FIG. 157nos 20 à 40 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

125541. Inv. 22 048 043 1989 155/4
Fibule type Feugère 14b1b.
Long. : 38 mm ; larg. (couvre‑ressort) : 15 mm.

125642. Inv. 22 048 043 1989 60/2
Fibule type Feugère 14b1b.
Long, (incomplète) : 32 mm ; larg. (couvre‑ressort) : 19 mm.

125743. Inv. 22 048 043 1992 158/1
Fibule type Feugère 14b1b.
Long. : 48 mm ; larg. (couvre‑ressort) : 18 mm.

1258Ces fibules comportent un arc rubané et cannelé longitudinalement qui peut présenter des bords droits ou convexes et une tête droite ou légèrement bombée. Une variante, qui voit sa largeur se resserrer vers le pied, a aussi été retrouvée à Monterfil II. Dans ce type, le ressort est dorénavant protégé par un couvre‑ressort tubulaire qui est souvent décoré de cannelures latérales et d’une incision longitudinale sur la partie haute.
Il n’y a rien de surprenant à constater la place majoritaire que ce type occupe dans le lot des fibules de Monterfil II puisque le modèle est effectivement très répandu en Gaule entre les années 20‑10 av. J.‑C. et les années 70 de n.è. L’Armorique n’échappe pas au phénomène puisque ces fibules comptent parmi les plus fréquemment découvertes dans la région.

125944. Inv. 22 048 043 1992 279/1
Fibule type Feugère 14b3.
Long. : 51 mm ; larg. (ressort) : 24 mm.

1260Ce modèle se distingue du précédent par un arc de section polyédrique relativement fin. La tête est marquée par une moulure dont l’épaisseur garantit la jonction avec un couvre‑ressort fermé sur les côtés.
Bien qu’il reste encore unique à Corseul, ce type de fibule est pourtant bien attesté en Armorique par plusieurs autres découvertes (Cotten 1985 : 99, nos 178‑183). La Gaule du Centre‑Est a livré de nombreux exemplaires et des ateliers sont notamment attestés à Autun (Feugère 1985 : 265).
Enfin, ce modèle paraît avoir été en vogue dans la période qui va du règne de Tibère à la seconde partie du ier s. ap. J.‑C.

126145. Inv. 22 048 043 1989 211/1
Fibule type Feugère 16a1.
Long. (incomplète) : 40 mm ; larg. (disque) : 24 mm.

126246. Inv. 22 048 043 1992 82/1
Fibule type Feugère 16a2.
Long. : 52 mm ; larg. (disque) : 32 mm.

126347. Inv. 22 048 043 1992 260/3
Fibule type Feugère 16a2.
Long. : 64 mm ; larg. (disque incomplet) : 30 mm.
Fil de fer autour du couvre‑ressort.

126448. Inv. 22 048 043 1989 244/1
Fibule type Feugère 16a2.
Long, (incomplète) : 31 mm ; larg. (disque incomplet) : 26 mm.

126549. Inv. 22 048 043 1989 266/1
Fibule type Feugère 16a2.
Long, (incomplète) : 54 mm ; larg. (disque) : 42 mm.

126650. Inv. 22 048 043 1989 257/1
Fibule type Feugère 16a2.
Long. : 49 mm ; larg. (disque) : 24 mm.

1267Le site de Monterfil II a livré quelques très beaux spécimens du type Feugère 16 dont l’aspect ornemental de l’objet est particulièrement mis en valeur. Un seul de nos exemplaires appartient au sous‑type 16a1 qui se différencie du modèle 16a2 par un disque nettement séparé du pied.
Il est curieux de constater que tous les exemplaires de ce type retrouvés à Corseul proviennent du site de Monterfil II où leur nombre est relativement important. Largement diffusé, ce modèle admet une datation essentiellement augustéenne.
Pour l’anecdote, on notera que le couvre‑ressort du no 47 a été entouré avec un fil de fer. Ce « bricolage » pourrait correspondre à un renfort qui impliquerait une volonté de prolonger la durée de vie de l’objet au mépris de son esthétique.

126851. Inv. 22 048 043 1992 74/6
Fibule type Feugère 18a.
Long, (incomplète) : 23 mm ; larg. : 19 mm.

1269Ce modeste élément triangulaire pourvu d’un porte‑ardillon est le seul témoignage de la découverte d’une fibule « à queue de paon sans plaque » à Corseul.
Le type 18a se rencontre généralement dans les régions de la Gaule de l’Est et du Centre‑Est et la mise au jour d’un exemplaire à Corseul reste pour l’instant anecdotique. Le modèle est d’ailleurs rare dans le reste de l’Armorique où on le retrouve cependant dans chacune des civitas, à Vannes (56), Saint‑Pierre‑Quiberon (56), Rennes (35), et Saint‑Jean‑Trolimon (29) (Cotten 1985, 108).
Si le sous‑type 18a1 se rattache essentiellement au règne d’Auguste, les autres variantes ne semblent pas antérieures aux années 20 ap. J.‑C. Dans notre cas, nous ne pouvons malheureusement pas déterminer le modèle exact car la caractérisation se fait en fonction de l’aspect du couvre‑ressort et de l’ornementation de l’arc qui manquent totalement ici. On peut seulement constater que l’Armorique n’a livré, pour l’instant, que des spécimens des types 18a2 et 18a4 (Cotten 1985 : 108).

127052. Inv. 22 048 043 1989 4/1
Fibule type Feugère 19a1.
Long, (incomplète) : 26 mm ; larg. (disque) : 22 mm.
Objet doré à la feuille et incrusté de fils d’argent ou d’étain.

127153. Inv. 22 048 043 1989 228/1
Fibule type Feugère 19a1.
Long. : 37 mm ; larg. (couvre‑ressort incomplet) : 16 mm.

127254. Inv. 22 048 043 1989 ?
Fibule type Feugère 19a1.
Long, (incomplète) : 44 mm ; larg. (couvre‑ressort) : 22 mm.

127355. Inv. 22 048 043 1989 102/1
Fibule type Feugère 19a2.
Long. : 56 mm ; larg. (disque) : 32 mm.

127456. Inv. 22 048 043 1991 144/1
Fibule type Feugère 19d2.
Long. : 61 mm ; larg. (plaque) : 42 mm.
Incrustée de fils d’étain ou d’argent.

127557. Inv. 22 048 043 1992 74/2
Fibule type Feugère 19d2.
Long. : 53 mm ; larg. (plaque) : 39 mm.
Traces d’un métal blanc sur le pied, (étain ?)

127658. Inv. 22 048 043 1992 41/1
Fibule type Feugère 19e.
Long, (incomplète) : 26 mm ; larg. : 12 mm.

1277Les fibules « à queue de paon » retrouvées à Monterfil II sont parfaitement représentatives des modèles de ce type qu’on rencontre à Corseul. Dans l’ensemble, le type 19a est majoritaire, reflétant en cela une situation qui est générale en Armorique (Cotten 1985 : 110). À ce niveau régional et à l’inverse de Corseul, il semble pourtant que la forme où le pied est fondu dans la même pièce que le disque soit largement plus courante que celle qui dissocie nettement ces deux parties. Mais nos spécimens sont trop peu nombreux pour conférer une réelle valeur statistique à ces simples observations. La finesse technique de ces fibules, composées de plusieurs éléments assemblés, et le soin apporté à leur décoration, laissent imaginer la valeur particulière qu’elles devaient revêtir. Leur découverte fréquente en contexte funéraire conforte cette idée. De même, l’incrustation de fils d’argent ou d’étain sur nos exemplaires nos 52 et 56 leur confère une valeur marchande non négligeable. La dorure du premier et l’utilisation du laiton pour la seconde pourraient même imiter l’or massif de parures encore plus riches.
Les fibules du type 19 se rencontrent fréquemment dans l’ensemble des Trois Gaules alors que leur diffusion semble plus limitée en Gaule méridionale (Feugère 1985 : 289‑290). Leur datation concerne essentiellement les 2e et 3e quart du ier s. ap. J.‑C

FIG. 157nos 41 à 58 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

127859. Inv. 22 048 043 1989 217/1
Fibule type Feugère 20a2.
Long. : 33 mm ; larg. (pied) : 18 mm.
Verre bleu pâle dans le motif central.

127960. Inv. 22 048 043 1989 240/1
Fibule type Feugère 20.
Long, (incomplète) : 26 mm ; larg. (plaque) : 15 mm.

1280Avec deux autres fibules du type 20 mises au jour au Clos Julio en 1970 (Galliou 1977a : 15, no 2, 16, no 5), les deux exemplaires retrouvés à Monterfil II attestent bien la présence de ce modèle dans la capitale des Coriosolites.
Le sous‑type 20a, relativement rare, semble caractéristique des régions septentrionales de la Gaule où il apparaît vers le milieu du ier s. de n.è.

128161. Inv. 22 048 043 1992 118/2
Fibule type Feugère 22a2a.
Long. : 53 mm ; larg. (charnière) : 15 mm.

128262. Inv. 22 048 043 1989 248/1
Fibule type Feugère 22b1.
Long, (incomplète) : 44 mm ; larg. (charnière) : 16 mm.

128363. Inv. 22 048 043 1989 601/1
Fibule type Feugère 22b1.
Long. : 50 mm ; larg. (charnière incomplète) : 12 mm.

128464. Inv. 22 048 043 1989 125/1
Fibule type Feugère 22b (1).
Long, (incomplète) : 46 mm ; larg. (charnière incomplète) : 13 mm.

128565. Inv. 22 048 043 1991 57/2
Fibule type Feugère 22b (2).
Long. : 54 mm ; larg. (charnière) : 19 mm.

128666. Inv. 22 048 043 1989 10/2
Fibule type Feugère 22b.
Long, (incomplète) : 35 mm ; larg. (arc) :
11 mm.

1287Si les fibules du type 22a ont pu être utilisées par les militaires, leur présence est également reconnue sur des sites à vocation domestique (Feugère 1985 : 318). Bien que leur diffusion soit très vaste, M. Feugère soupçonne une fabrication essentiellement « gauloise ou sud‑gauloise » (Feugère op. cit. : 319), rejoignant en cela les spécimens du type 22b1, également bien présent à Corseul. La rareté, voire l’absence, du type 22b2, pourtant produit de façon industrielle, peut surprendre. Il reste possible que les exemplaires nos 65 et 66, mal définis, correspondent à ce modèle qui semble cependant aussi peu reconnu dans l’ensemble de la région (Cotten 1985 : 121).
Le type 22a2 se rapporte à la période la plus ancienne du principat et se retrouve jusqu’à la fin du règne d’Auguste. Les fibules 22b1 sont légèrement plus récentes puisque la période de production généralement admise va des années 20‑10 av. J.‑C. jusqu’au début du règne de Tibère.

128867. Inv. 22 048 043 1992 426/2
Fibule type Feugère 23a.
Long. : 46 mm ; larg. (charnière) : 17 mm.
Objet étamé.

128968. Inv. 22 048 043 1992 204/2
Fibule type Feugère 23a.
Long. : 32 mm ; larg. (charnière) : 11 mm.

129069. Inv. 22 048 043 1991 104/3
Fibule type Feugère 23a ?
Long, (incomplète) : 25 mm ;
larg. (charnière) : 15 mm.

129170. Inv. 22 048 043 1989 189/2
Fibule type Feugère 23a ?
Long, (incomplète) : 31 mm ; larg. (charnière) : 19 mm.

129271. Inv. 22 048 043 1989 87/2
Fibule type Feugère 23c.
Long. : 50 mm ; larg. (charnière incomplète) : 13 mm.

129372. Inv. 22 048 043 1992 40/2
Fibule type Feugère 23d1.
Long. : 60 mm ; larg. (arc incomplet) : 22 mm.

129473. Inv. 22 048 043 1989 0/6
Fibule type Feugère 23d1.
Long. : 37 mm ; larg. (arc) : 21 mm.
Le dessin a été réalisé par Jean‑Yves Cotten.

129574. Inv. 22 048 043 1989 49/1
Fibule type Feugère 23d1.
Long. : 34 mm ; larg. (arc) : 15 mm.

129675. Inv. 22 048 043 1989 55/1
Fibule type Feugère 23d1.
Long, (incomplète) : 21 mm ; larg. (arc incomplet) : 16 mm.

1297Le type Feugère 23 regroupe les fibules « dérivées d’Aucissa » parmi lesquelles les variantes sont nombreuses. Le modèle 23d1, qui se caractérise par un arc côtelé pourvu d’excroissances latérales, est cependant le mieux représenté à Corseul puisque nous avons pu y recenser huit exemplaires. Les fibules du sous‑type 23a, bien que légèrement moins nombreuses, sont également bien présentes. Ces rapports sont identiques à ceux qu’on retrouve pour l’ensemble de l’Armorique (Cotten 1985 : 124).
Le type 23 est caractéristique des régions septentrionales de la Gaule où il correspond à un modèle des plus courants. Sur un plan chronologique, on le rencontre au ier s. de n.è., entre le début du règne de Tibère et la période flavienne.

129876. Inv. 22 048 043 1992 381/1
Fibule type Feugère 24a (var.).
Long. : 35 mm ; larg. (plaque) : 26 mm.

1299Fibule à charnière présentant une plaque de forme circulaire associée à un pied en queue d’aronde. Trois petites excroissances apparaissent sur le pourtour de l’objet dont la surface est étamée à l’instar de tous les exemplaires de ce type (Feugère 1985 : 335). Deux groupes de moulures concentriques composent un décor extrêmement simple. Le premier orne le bord de la pièce alors que le second met en valeur un cabochon de bronze placé au centre et fixé par un rivet. L’émail ou la pâte de verre qui devait incruster cet élément a complètement disparu. Comme beaucoup de modèles coriosolites, le sous‑type 24a se rencontre surtout dans les régions de la Gaule du Centre, du Nord et de l’Est ; dans l’Ouest sa présence reste unique et seuls deux autres exemplaires du type 24 sont signalés par J.‑Y. Cotten à Tronoën en Saint‑Jean‑Trolimon dans le Finistère (Cotten 1985 : 131). La période de fabrication de ces fibules est bien cernée entre les années 30‑40 et 60‑70 ap. J.‑C.

130077. Inv. 22 048 043 1991 94/13
Fibule type Feugère 28b2.
Long. : 35 mm ; larg. : 9 mm.

1301Dans la famille des fibules skeuomorphes, le modèle 28b, qui se caractérise par un arc en forme de semelle, est de loin le plus abondant. On le rencontre surtout dans la Gaule du Nord, en Bretagne insulaire, en Germanie et en Suisse (Feugère 1985 : 376 [carte de répartition]). Cet exemplaire appartient à la variante 28b2, toujours décorée d’émail champlevé, mais dépourvue d’anneau. On rencontre ce type de fibules au cours du iie s., à partir du règne d’Hadrien.
Pour l’Armorique, certaines fouilles récentes ont porté le nombre de fibules du type 28b à cinq exemplaires. En plus du spécimen coriosolite et des exemplaires signalés à Combrit et à Saint‑Jean‑Trolimon dans le Finistère (Cotten 1985 : 143), deux autres fibules en forme de semelle ont effectivement été retrouvées dans les fouilles de la rue de Saint‑Malo à Rennes (35) en 1994‑95 et du Centre hospitalier de Carhaix (29) en 1995‑96.

FIG. 157nos 59 à 77 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

130278. Inv. 22 048 043 1992 383/2
Fibule type Feugère 30g1.
Long. : 20 mm ; long, ardillon : 18 mm.

130379. Inv. 22 048 043 1992 401/2
Fibule type Feugère 30g2.
Long. : 27 mm.

130480. Inv. 22 048 043 1992 309/8
Ardillon de fibule type Feugère 30.
Long. : 30 mm ; larg. : 4 mm.

1305Le sous‑type 30g1, caractérisé par des extrémités simplement repliées sur elles‑mêmes, se rencontre dès le ier s. de n.è. Notre exemplaire coriosolite semble, pour l’instant, unique dans la région. La variante 30g2, qui présente des extrémités enroulées sur elles‑mêmes, est beaucoup plus tardive puisque les exemplaires connus sont associés à des contextes du ive s. ap. J.‑C. voire, beaucoup plus rarement, du iiie s. ap. J.‑C. Le modèle est courant en Bretagne insulaire mais se rencontre aussi dans les régions rhénanes et danubiennes. Il est bien attesté en Armorique par quatre autres découvertes localisées à Carnac (56), à Saint‑Servan‑sur‑Mer (35), à Pléhérel (22) et à Guer (56) (Cotten 1985 : 149). Dans ce dernier cas, l’objet a été retrouvé dans une sépulture qui a également livré des armes ainsi qu’une plaque boucle ornée de style germanique (Cotten 1985 : 150). P. Galliou a émis l’hypothèse qu’une telle association pouvait révéler l’implantation de contingents de Lètes dans la région (Galliou 1977a : 30 ; Galliou 1983 : 266‑267). La répartition habituelle de ces fibules dans les secteurs à défendre au Bas‑Empire pose effectivement la question d’une diffusion de ce modèle par des troupes éventuellement constituées d’unités barbares. La Notitia dignitatum conforte cette idée puisqu’elle indique la présence de contingents de ce type en Armorique (Brulet 1996 : 236).

Vie domestique

● La vaisselle

130681. Inv. 22 048 043 1992 59/2
Plat argenté.
Haut. : 44 mm ; diam. (irrégulier) : 300 à 303 mm.

1307Plat creux à marli très légèrement mouluré et à pied annulaire. La surface interne est recouverte d’une pellicule d’argent qui confère à l’objet une finition de grande qualité. Il contraste en cela avec l’aspect médiocre des deux autres pièces de vaisselle qui l’accompagnaient au fond d’un puits. On notera cependant que la différence ne va pas jusqu’à l’utilisation massive d’un métal luxueux bien que la volonté d’en donner l’illusion soit ici manifeste. La présence d’un point central au revers du fond témoigne de la réalisation de la pièce à l’aide d’un tour.
Ces plats à marli, bien connus dans les collections muséographiques (Tassinari 1975 : 47, nos 79, 80, 81 et 82) sont particulièrement répandus en Gaule du Nord au cours du iiie s. ap. J.‑C. (Feugère, Prilaux 1995 : 39‑40). Certains d’entre eux présentent un décor gravé sur la lèvre et le fond (Bigeard 1992 : 157‑158, fig. 1).

130882. Inv. 22 048 043 1992 59/3
Plat en tôle martelée.
Haut. : 39 mm ; diam. (irrégulier) : 27,7 mm.

1309D’aspect beaucoup plus fruste que l’objet précédent, cette pièce présente une technique de fabrication pourtant très courante. En dépit de la simplicité de la forme et d’une finition quelque peu grossière, l’intérieur est souvent étamé comme on peut le constater sur notre exemplaire. C’est également le cas de deux plats similaires conservés au musée des Antiquités nationales de Saint‑Germain‑en‑Laye (Tassinari 1975 : 49, no 92 et no 93, pl. XX et pl. XXI).

131083. Inv. 22 048 043 1992 59/1
Casserole en tôle martelée.
Haut. : 141 mm ; long. : 475 mm ; larg. : 238 mm.

1311Pièce de vaisselle de taille importante se composant d’un bassin hémisphérique et d’un manche en queue d’aronde à terminaison en éventail. Une pellicule d’argent ou d’étain semble avoir recouvert la surface originelle. Un choc violent a défoncé la tôle et a créé une déchirure horizontale à la base de la panse. Une réparation grossière a été réalisée grâce à une petite plaque de bronze fixée par six rivets. La queue s’est également désolidarisée de la panse. Elle a été ressoudée mais sans finesse là aussi.

1312Des casseroles de ce type, souvent associées à des passoires, correspondent à des productions gauloises ou rhénanes du iiie s. ap. J.‑C. (Tassinari 1975 : 41‑43, nos 50‑57, pl. XI‑XIII).

FIG. 157nos 81 à 83 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

131384. Inv. 22 048 043 1989 97/1
Support de récipient.
Long. : 37 mm ; larg. : 20 mm ; ép. : 6 mm.
Élément étamé.

131485. Inv. 22 048 043 1992 2/3
Support de vase.
Long. : 48 mm ; larg. : 22 mm ; ép. : 7,2 mm.

1315Ces deux éléments correspondent à de petits pieds qui étaient soudés par quatre sous certains récipients en tôle de bronze. L’exemplaire no 84 appartient à un type qu’on retrouve fixé à des casseroles. Le modèle représenté par le no 85, quant à lui, est plutôt associé à des vases (Tassinari 1975 : 36, no 31 et no 32).

131686. Inv. 22 048 043 1991 72/3
Anse.
Long. : 52 mm ; larg. : 29 mm ; ép. : 6 mm.

131787. Inv. 22 048 043 1992 4/5
Anse.
Long. : 91 mm ; larg. : 27 mm ; diam. : 4 mm.

1318Ces deux éléments témoignent des différences techniques qui peuvent exister dans la réalisation et la mise en place de pièces comparables. La première est moulée et devait être fixée au récipient par brasure. La seconde est obtenue à partir d’un gros fil de bronze mis en forme et aplati à chacune de ses extrémités. La présence d’un trou de fixation indique qu’elle était rivetée sur le récipient. La finition recherchée justifie probablement la technique utilisée.

131988. Inv. 22 048 043 1991 0/1
Bec verseur ?
Haut. : 46,5 mm ; long. : 52 mm ; larg. (incomplète) : 67 mm.
Pièce vraisemblablement rivetée sur un récipient circulaire dont elle devait composer le bec.

● Serrurerie

132089. Inv. 22 048 043 1989 261/1
Clef.
Long. : 59 mm ; larg. (anneau) : 19,5 mm.

132190. Inv. 22 048 043 1989 265/1
Clef.
Long, (incomplète) : 50 mm ; larg. (panneton) : 12 mm.

132291. Inv. 22 048 043 1989 61/2
Manche de clef.
Long, (tige brisée) : 32,5 mm ; larg. : 19,5 mm.

132392. Inv. 22 048 043 1989 249/2
Manche de clef.
Long, (tige brisée) : 40 mm ; larg. : 19 mm.

1324Conséquence logique du contexte urbain, beaucoup de clefs ont été retrouvées à Corseul. Leurs qualités techniques et esthétiques sont particulièrement variées et révèlent, dans certains cas, une maîtrise très aiguisée du travail métallurgique. Le plus bel exemple est certainement la clef à protomé de chien retrouvée dans un puits fouillé en 1947 (Bulletin archéologique de l’Association bretonne 62, 1953 : 22) et conservée aujourd’hui au musée de la Société archéologique de Corseul (Le Cloirec 1995 : 40‑41, no 21). Les exemplaires mis au jour à Monterfil II constituent un échantillonnage assez représentatif des différentes techniques de fabrication. On trouve ainsi des clefs moulées (no 89) alors que d’autres ont pu être obtenues par simple découpage d’une tôle de bronze (no 90). Une méthode plus complexe consiste à insérer la tige dans le manche afin de réserver la résistance du fer à la partie la plus sollicitée et permettre une décoration fine de la zone de préhension grâce à l’emploi du bronze. Les exemplaires nos 91 et 92 ont été réalisés selon cette technique. Les deux clefs qui présentent encore leur panneton (nos 89 et 90) correspondent à des systèmes d’ouverture où le pêne est déplacé transversalement (Halbout et al. 1987 : 64‑ 65). Le no 89, plus élaboré, devait libérer auparavant le pêne des éléments (ressort ou chevilles) qui le maintenaient en position fermée. Le simple enclenchement des dents du panneton dans les gardes déverrouillait la serrure.

132593. Inv. 22 048 043 1989 5/1
Cabochon de serrure de coffret.
Haut. : 17 mm ; diam. : 25 mm.

1326Cet élément est particulièrement mal conservé. Il présente un éclatement important dû à une oxydation du métal qui le remplit. Son aspect général le rapproche de ces petits éléments semi‑sphériques qui ornent les plaques de serrures quadrangulaires de certains coffrets (Médiolanum, une bourgade gallo‑romaine 1988, pl. 81, nos 698b et 698c). Une fiche de section carrée permet habituellement de fixer l’élément. Elle est ici brisée mais sa trace reste bien visible dans la corrosion. Les fouilles du Champ Mulon ont livré un spécimen classique en meilleur état (Le Cloirec 1995 : 41, no 24). Pourtant, la base de notre exemplaire présente des moulures qui devaient lui conférer un relief plus développé.

● Éclairage

132794. Inv. 22 048 043 1991 3/1
Anneau de suspension.
Diam. : 28 mm ; ép. : 5 mm.

1328Les extrémités de cet anneau sont enroulées l’une sur l’autre afin de pouvoir les faire coulisser et régler ainsi la hauteur d’une lampe, d’une lanterne...
Le type se rencontre couramment sur les sites à vocation domestique (par exemple : Cunliffe 1971 : 112, fig. 45, no 99 ; Frere 1972 : 127, no 86 ; Depeyrot et al. 1986 : 145, fig. 37, no 41.7).

132995. Inv. 22 048 043 1991 53/2
Pied de lanterne.
Haut. : 18,5 mm ; larg. : 17,5 mm.

1330Les lanternes d’époque romaine sont composées de nombreuses pièces assemblées (Feugère, Garbsch 1993). Cette conception explique qu’on en repère très rarement dans les collections archéologiques car on ne sait guère identifier leurs composants lorsqu’ils sont isolés. Certains d’entre eux sont pourtant assez caractéristiques pour témoigner de l’existence d’une lanterne. C’est le cas de l’élément no 95 qui présente les particularités bien spécifiques de certains pieds clairement associées à ce type d’objet (Feugère, Garbsch 1993 : 147, fig. 2).

● Les éléments fonctionnels de coffrets

133196. Inv. 22 048 043 1992 14 janvier Anse.
Long. : 59 mm ; larg. : 17 mm ; diam. : 3 mm.

133297. Inv. 22 048 043 1992 110/2 Anse.
Long, (déformée) : 39 mm ; larg. (déformée) : 22 mm ; diam. : 3 mm.

133398. Inv. 22 048 043 1989 42/2 Anse ?
Long. : 48 mm ; larg. (incomplète) : 11 mm ; ép. : 3 mm.

133499. Inv. 22 048 043 1989 10/6 Attache d’anse.
Long. : 33 mm ; larg. : 13 mm.

FIG. 157nos 78 à 99 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

1335100. Inv. 22 048 043 1992 8/2 Charnière.
Long. : 7,5 mm ; larg. : 19 mm.

1336101. Inv. 22 048 043 1989 3/1 Élément de charnière.
Long. : 31 mm ; larg. : 7,5 mm.

1337102. Inv. 22 048 043 1992 362/7 Élément de charnière.
Long. : 26 mm ; larg. : 10,5 mm.

1338103. Inv. 22 048 043 1992 303/6 Renfort.
Long. : 55 mm ; larg. (incomplète) : 30 mm.

1339104. Inv. 22 048 043 1992 255/7 Fragment de renfort.
Long. : 42 mm ; larg. : 11 mm.

1340105. Inv. 22 048 043 1992 307/11 Fragment de renfort.
Long. : 32 mm ; larg. : 9 mm.

1341106. Inv. 22 048 043 1991 55/1 Pied ?
Haut. (fiche en fer comprise) : 23 mm ; larg. : 16,5 mm.

1342107. Inv. 22 048 043 1989 242/2 Pied ?
Haut. : 20 mm ; larg. : 17,5 mm.

1343108. Inv. 22 048 043 1992 316/3 Pied ?
Haut. : 15 mm ; larg. : 16 mm.

1344Toutes ces petites pièces de bronze témoignent de la variété des éléments pouvant entrer dans la confection d’un coffret. À chaque fois, l’utilisation du métal se justifie par un besoin de résistance nécessité par la fonction de ces parties spécifiques de l’objet. Le bronze permet en même temps la réalisation de pièces relativement fines et travaillées, pouvant présenter un caractère ornemental complémentaire. Sur ce plan, nos éléments restent pourtant très sobres, s’accordant probablement en cela avec le style des objets auxquels ils se rattachent.
Si les charnières, les anses et les renforts appartiennent tous à des séries largement répandues, le cas des trois dernières pièces est beaucoup moins explicite. Leur forme générale en bobine, leur taille et la présence habituelle d’une fiche en fer de section carrée nous ont incité à y voir des pieds de coffret d’un style bien caractérisé. Les parallèles sont rares. On retiendra deux exemplaires comparables sur le site de Villeneuve‑Saint‑Germain (Aisne) interprétés comme des clous décoratifs (Debord 1998 : 67 et 68, fig. 10, nos 15 et 17).

● Éléments décoratifs

1345109. Inv. 22 048 043 1989 19/4 Clou mouluré.
Haut. (sans pointe) : 18,5 mm ; larg. (incomplète) : 14 mm

1346110. Inv. 22 048 043 1989 0/3 Clou mouluré.
Haut. (sans pointe) : 15 mm ; larg. (incomplète) : 10,5 mm.

1347111. Inv. 22 048 043 1992 369/5 Clou mouluré.
Haut. : 15 mm ; larg. (incomplète) : 10.5 mm.

1348112. Inv. 22 048 043 1992 297/1
Clou à tête sphérique.
Haut. : 89 mm ; larg. (tête) : 20 mm ; larg. (pointe) : 9 mm.
Pointe en fer ; étamé ; traces de martelage sur le dessus.

1349113. Inv. 22 048 043 1992 255/5
Clou à tête sphérique.
Haut. : 25,5 mm ; larg. (tête) : 6,5 mm.

1350114. Inv. 22 048 043 1991 62/3
Clou à tête sphérique.
Haut. : 18 mm ; larg. (tête) : 6 mm.

1351115. Inv. 22 048 043 1991 62/17
Clou à tête sphérique.
Haut. : 18,5 mm ; larg. (tête) : 4,5 mm.

1352116. Inv. 22 048 043 1989 5/2
Clou à tête plate.
Haut. : 5 mm ; larg. : 13 mm.

1353117. Inv. 22 048 043 1992 290/3
Clou à tête bombée.
Haut. : 25 mm ; larg. : 22 mm.

1354118. Inv. 22 048 043 1989 138/1
Clou à tête bombée.
Haut. (tête) : 6,5 mm ; larg. (déformée) : 26.5 mm.

1355119. Inv. 22 048 043 1989 347/2
Clou à tête bombée.
Haut. : 8 mm ; larg. : 15 mm.

1356120. Inv. 22 048 043 1989 5/2bis
Clou à tête bombée.
Haut. : 9 mm ; larg. : 12,5 mm.

1357121. Inv. 22 048 043 1992 27/1
Clou à tête bombée.
Haut. (déformée) : 9 mm ;
larg. (incomplète) : 19 mm.

1358122. Inv. 22 048 043 1989 391/1 bis
Clou à tête bombée.
Haut. : 7 mm ; larg. : 14 mm.

1359123. Inv. 22 048 043 1989 8/3
Clou à tête bombée.
Haut. : 14 mm ; larg. : 14 mm.

1360124. Inv. 22 048 043 1991 96/1
Applique décorative.
Haut. (pointe brisée) : 5 mm ;
long. : 19,5 mm ; larg. : 12 mm.

1361125. Inv. 22 048 043 1989 71/1
Élément décoratif en forme de canard.
Haut. : 32 mm ; long. : 33 mm ;
larg. : 15 mm.

1362126. Inv. 22 048 043 1992 8/3
Élément décoratif en forme de tête animale stylisée.
Long. : 35 mm ; diam. : 40,5 mm.

1363En dehors des clous, dont la taille et la forme de la tête ne laissent aucun doute sur leur fonction ornementale, les appliques et les deux éléments en ronde‑bosse, témoignent de la façon dont le bronze peut être utilisé dans un but uniquement décoratif.
La présence d’une cheville sous le canard indique qu’il devait être fixé sur un élément en bois. Le sujet est courant à l’époque romaine. On le retrouve par exemple sur les couvercles de cruches des iieiiie s. ap. J.‑C. Mais ce thème animal se rencontre déjà dans des contextes hallstatiens et étrusques où des petites figurations de ce genre étaient utilisées comme ornements de char (Le Cloirec 1995).

1364La gueule animale, par contre, est trop stylisée pour identifier la représentation avec certitude. La présence d’un collier pourrait cependant désigner un chien. Certains couteaux présentent des manches dont l’extrémité est ornée de telles figurations schématiques (Manning 1986, pl. 53, Q3) ; mais des têtes animales peuvent également décorer l’extrémité des manches de patère. Dans ce cas cependant, il s’agit habituellement de béliers (Feugère 1994 : 141‑143, fig. 10).

FIG. 157nos 100 à 126 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

Vie économique et sociale

● L’écriture

1365127. Inv. 22 048 043 1989 264/1
Couvercle d’encrier ?
Haut. : 11,5 mm ; diam. : 38,5 mm.

1366Couvercle circulaire disposant d’une charnière et d’un fermoir pivotant. Un petit couvercle hémisphérique, également pourvu d’une charnière, masque une ouverture légèrement excentrée. La forme de cet élément suppose sa fixation sur un corps cylindrique. L’objet présente une forme générale et une taille qui évoquent une pyxide. Sa conception a permis au fouilleur de l’interpréter comme un encrier. Selon cette idée, le grand couvercle pourrait permettre de recharger le récipient alors que le petit serait simplement destiné à tremper une plume.

1367128. Inv. 22 048 043 1992 68/1
Fond de boite à sceau.
Haut. : 7 mm ; long. : 22,5 mm.

1368129. Inv. 22 048 043 1989 263/1 Couvercle de boite à sceau. Haut. : 4,5 mm ; long. : 31 mm ; larg. (incomplète) : 16 mm. Le dessin a été réalisé par Jean‑Yves Cotten.

1369Bien que les boîtes à sceau se rencontrent régulièrement en contexte urbain, elles correspondent à des objets encore peu nombreux en Armorique. Celles qui ont été retrouvées à Monterfil II sont les seuls exemplaires repérés à Corseul.
Le principe de ces objets est simple, mais imparable, pour garantir le respect de la confidentialité d’un message : la tablette ou le parchemin sur lequel est inscrit le texte est entouré d’une cordelette dont le nœud est placé dans la boîte. De la cire est ensuite coulée par‑dessus afin d’y apposer un sceau. En même temps, les trous placés au fond de la boîte permettent de fixer cette dernière au support du message grâce à la cire qui s’en écoule. On ne pourra donc lire le texte sans couper la cordelette ou décoller la boîte. Généralement ronds ou en forme de goutte, ces objets, directement liés à l’écriture, ont été apportés par les romains. Ils témoignent en même temps de l’existence d’une classe instruite. La qualité atteinte par la décoration du couvercle peut également refléter le statut social de l’expéditeur. On notera à ce sujet que l’exemplaire no 129 arborait un décor d’émail rouge. Il faut également rappeler que des motifs zoomorphes rivetés sur le dessus sont bien connus sur les modèles circulaires (Feugère, Abauzit 1995).

● Instruments de mesure

1370130. Inv. 22 048 043 1989 0/41 Poids monétaire. Long. : 13,5 mm ; ép. : 3 mm ; poids : 3,15 g.

1371Petite plaque carrée présentant des arêtes supérieures abattues. Sur le dessus, des points en creux dessinent un motif indéterminé qui devait symboliser graphiquement la valeur du poids. La surface inférieure présente des traces de limes nettement visibles. Elles correspondent vraisemblablement à l’ajustage du poids de la pièce après sa coulée.
Les poids monétaires byzantins auraient servi dans les transactions importantes depuis le règne de Constantin (306‑337 ap. J.‑C.) jusqu’au xviiie s. (Dürr 1964 : 65‑66).
La valeur théorique de l’once romaine est de 27,28 g. En considérant les pertes de matières engendrées par la corrosion et la restauration de ce poids, on peut envisager que sa valeur réelle pouvait approcher les 3,40 g pour atteindre les 1/8 d’once. L’élément pouvait alors servir d’étalon pour vérifier la conformité pondérale d’une seule monnaie.

1372131. Inv. 22 048 043 1992 87/1
Plateau de balance estampillé.
Diam. : 26 mm ; ép. : 1 mm.

1373Fine plaque circulaire concave percée de trois trous équidistants près du bord. Au centre l’estampille BAVINA (?) se lit dans un cartouche rectangulaire. La taille de la balance suppose son utilisation dans un cadre monétaire ou pharmaceutique. Le musée de Rennes conserve d’ailleurs deux fléaux de balance de petite taille trouvés à Corseul (Banéat 1932, nos 2345‑2348).

● La pêche

1374132. Inv. 22 048 043 1992 383/3
Navette à filet.
Long. : 14 mm ; larg. : 9 mm ; diam. (tige) : 3 mm.

1375Relativement rare en Armorique, ce type d’objet permettait de confectionner les bobines de fils utilisées dans la réparation des filets de pêche (Feugère, Abauzit 1992 : 144). La fabrication en bronze de ces éléments, qui devaient également exister en matériaux périssables, ne semble pas antérieure au ier s. av. n.è.

1376La découverte d’un exemplaire à Corseul, loin de la mer et de toute rivière importante, pourrait témoigner plus facilement de l’activité d’un bronzier que de celle d’un pêcheur.

● Décoration de harnais

1377133. Inv. 22 048 043 1989 6/1
Bouton décoratif circulaire.
Haut. : 8 mm ; diam. : 25 mm.

1378134. Inv. 22 048 043 1989 245/3
Bouton décoratif circulaire.
Haut. : 9 mm ; diam. : 25 mm.

1379135. Inv. 22 048 043 1991 58/1
Bouton décoratif circulaire.
Haut. : 8 mm ; diam. : 25 mm.

1380136. Inv. 22 048 043 1989 62/6
Bouton décoratif circulaire.
Haut. : 8 mm ; diam. : 22,5 mm.

1381137. Inv. 22 048 043 1992 258/7
Bouton décoratif circulaire.
Haut. : 8 mm ; diam. : 17,5 mm.

1382138. Inv. 22 048 043 1989 0/7
Bouton décoratif mouluré.
Haut. : 15,5 mm ; diam. : 8 mm.

1383139. Inv. 22 048 043 1989 0/15
Bouton décoratif émaillé.
Haut. : 7 mm ; diam. : 13 mm.

1384140. Inv. 22 048 043 1992 204/3
Bouton décoratif en pelta.
Haut. : 9 mm ; long. : 27 mm ;
larg. : 20,5 mm.

1385141. Inv. 22 048 043 1992 72/4
Applique décorative.
Haut. : 5 mm ; long. : 38 mm ; larg. : 16 mm.
Les tenons de fixation ont perdu leur tête.

1386142. Inv. 22 048 043 1989 0/13
Applique décorative « anthropomorphe ».
Haut. : 6 mm ; long. : 20 mm ; larg. : 8 mm.

1387143. Inv. 22 048 043 1991 54/2
Applique décorative en forme de coquille.
Haut. : 14 mm ; long. : 37 mm ;
larg. : 42 mm.

1388144. Inv. 22 048 043 1992 346/4
Applique de harnais moulurée.
Haut. : 11 mm ; long. : 62 mm ;
larg. : 16 mm.

1389145. Inv. 22 048 043 1989 391/1
Applique de harnais circulaire à 3 tenons.
Haut. (déformée) : 10 mm ; diam. (déformé) : 63 mm.

FIG. 157nos 127 à 145 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

1390146. Inv. 22 048 043 1989 118/9
Décor de lanière.
Long. : 21,5 mm ; larg. : 11 mm ; ép. (plaque) : 2 mm.

1391La plupart de ces petits éléments ornent des harnais, mais certains d’entre eux sont également utilisés comme accessoires vestimentaires (Depeyrot et al. 1986 : 129‑130, no 20). Bien qu’elle ne soit pas exclusive, la découverte de certaines de ces pièces est fréquente en contexte militaire. C’est le cas des nos 140 et 143 (Cunliffe 1968, pl. XXXVII, nos 128‑131 ; Les cultes... 1990 ; 92, no 605 ; Feugère 1983 : 53). Leur diffusion très large dans le monde romain est probablement liée à ce domaine d’utilisation bien particulier.

1392147. Inv. 22 048 043 1992 204/4
Agrafe de pendant.
Long. : 45 mm ; larg. : 14 mm.

1393148. Inv. 22 048 043 1989 59/1
Agrafe de pendant.
Long, (incomplet) : 33,5 mm ; larg. : 13 mm.

1394149. Inv. 22 048 043 1992 37/1
Attache de suspension de pendant.
Long. : 41 mm ; larg. : 18 mm ; ép. (avec tenons) : 13 mm.

1395150. Inv. 22 048 043 1989 152/1
Attache de suspension de pendant.
Long. : 38 mm ; larg. : 13 mm ; ép. : 3 mm.

1396151. Inv. 22 048 043 1989 20/1
Pendant en forme de feuille de laurier. Long. : 52 mm ; larg. : 20 mm ; ép. (plaque) : 1 mm.
Objet étamé.

1397Les harnais sont décorés de nombreuses appliques fixées aux lanières par des rivets et des tenons placés au revers. Des pendants sont également accrochés à des attaches garnissant les courroies.
Ce type d’ornement est fréquent en contexte militaire (Ulbert 1959 ; Webster 1971 ; Galliou 1979 : 8 ; Rabeisen 1990), mais un usage civil n’est pas à exclure (Feugère 1993a : 181).

● L’équipement militaire

1398152. Inv. 22 048 043 1989 290/2
Boucle de cingulum.
Long. : 36 mm ; larg. : 29,5 mm ; ép. (plaque) : 4 mm.

1399Cette pièce est à rapprocher d’un exemplaire comparable conservé à Montpellier et daté par M. Feugère du ive ou du ve s. ap. J.‑C. (Feugère 1996 : 277, no 12).

1400153. Inv. 22 048 043 1992 283/2
Plaque de cingulum.
Long. : 55 mm ; larg. : 37 mm.

1401Ce type d’applique orne les ceinturons servant à supporter le fourreau du glaive. Plusieurs exemplaires identiques sont alignés sur toute la longueur du cingulum en masquant intégralement le cuir. Ce système est bien attesté par les représentations de militaires qu’on retrouve sur certaines stèles funéraires ; mais des ceinturons parfaitement conservés, tel celui de Rheigönheim (Feugère 1993a : 225), confirment cette identification. La plaque de Corseul appartient à un modèle relativement simple qui présente toutefois la particularité d’avoir bénéficié, semble‑t‑il, d’un décor central rapporté. Dans certains cas, en effet, la surface de ces éléments donne l’occasion d’élaborer un décor très riche souvent réalisé au repoussé (pour exemples, voir Feugère 1993a : 227).
Les caractéristiques de cet exemplaire le rapprochent de spécimens comparables mis au jour en Bretagne insulaire (Crummy 1981 : 133, no 4210, no 4211).

1402154. Inv. 22 048 043 1992 255/4
Attache de cuirasse segmentée ?
Long. : 53 mm ; larg. : 14 mm.

1403Cet élément se compose d’une plaque présentant une extrémité qui se termine en crochet fermé. Deux trous permettaient sa fixation grâce à des rivets en fer dont l’un d’entre eux est encore en place.
Bien que la corrosion empêche une lecture adéquate de la pièce et que certaines charnières arborent une forme très proche (Manning 1995 : 284, nos 5 et 6 [fer]), l’aspect général et l’utilisation du bronze nous permettent d’envisager très sérieusement l’identification que nous proposons ici.
Une cuirasse segmentée se composait de nombreuses petites pièces de ce genre pour permettre l’articulation et les liens entre les plaques de protection qui la composaient. Les attaches du type de cet exemplaire étaient fixées sur la partie avant et permettaient de fermer la cuirasse par des liens en cuir. De conception romaine, la cuirasse segmentée semble apparaître autour du règne de Claude et reste destinée aux légionnaires (Feugère 1993a : 129‑134).

1404155. Inv. 22 048 043 1992 4/4
Fragment de barrette de fourreau de glaive.
Long. : 20,5 mm ; larg. : 10 mm.

1405156. Inv. 22 048 043 1992 4/4bis
Fragment de barrette de fourreau de glaive.
Long. : 15 mm ; larg. : 11 mm.

1406Ces petits éléments, anodins au premier abord, présentent pourtant un intérêt bien spécifique et témoignent ainsi du bon sens à ne négliger aucun objet au moment de la fouille. Leur forme bien caractéristique se retrouve sur des fourreaux particulièrement bien conservés et mis au jour dans les régions des limes rhénan et danubien ainsi qu’en Bretagne insulaire. Des exemplaires sont par exemple signalés à Mayence (Allemagne), Wiesbaden (Allemagne), Vindonissa (Suisse), Fulham (Angleterre), Vrhnika (Slovénie), etc. (Feugère 1993a : 138, 139, 144, 145, 257).

● Les objets de croyance

1407157. Inv. 22 048 043 1989 109/7
Clochette.
Haut. : 40 mm ; long. : 44 mm ; larg. : 30 mm.

1408158. Inv. 22 048 043 1991 125/1
Clochette. Haut. : 28 mm ; larg. : 31 mm.

1409159. Inv. 22 048 043 1992 209/1
Clochette. Haut. : 23,5 mm ; larg. : 25 mm.

1410Ces petits objets, fréquents sur les sites gallo‑romains, pouvaient être montés sur une console, suspendus par des chaînes ou accrochés en grappe pour s’entrechoquer. Plusieurs variantes existent mais on distingue d’abord les modèles avec ou sans battant. Seul l’exemplaire no 157 disposait de cet élément rapporté qui était fixé dans les trous visibles de part et d’autre de l’anneau de suspension. Les deux autres clochettes appartiennent à un type bien connu, qui se caractérise par sa surface étamée, son décor de moulures transversales et son anneau polygonal.
Une vertu prophylactique était attribuée à ces éléments qu’on peut rencontrer en abondance dans certains sanctuaires. Celui de Beire‑le‑Châtel en a ainsi livré quarante‑deux exemplaires et le site de Mandeure environ trois cents (Rabeisen 1998 : 140, fig. 99). L’association de clochettes avec certaines représentations divines renforce ce rôle protecteur supposé. On peut évoquer ici le buste de Mercure, conservé au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, et auquel sept clochettes sont suspendues par des chaînettes (Rolland 1965 : 53, no 65). Sans remettre en cause cette fonction protectrice, les fouilles de Pompéi ont révélé qu’il était courant de suspendre des clochettes au plafond des boutiques. Leur tintement aurait alors été destiné à éloigner les mauvais esprits qui pouvaient nuire à la bonne marche du commerce (Jelski 1984 : 268). En suivant cette idée, il est tentant d’imaginer que les activités économiques du quartier antique de Monterfil II puissent expliquer la découverte de tels objets.

● Divers

1411160. Inv. 22 048 043 1992 8/18
Petit récipient cylindrique.
Long. : 45 mm ; haut. : 29 mm.
Deux perforations en vis‑à‑vis dans la partie haute.

1412161. Inv. 22 048 043 1992 279/2
Fragment de chaînette.
Long. : 32 mm ; larg. : 4,5 mm.

1413162. Inv. 22 048 043 1992 48/5
Fragment de chaînette.
Long. : 35 mm ; larg. : 9 mm.

1414163. Inv. 22 048 043 1992 362/8
Passe‑courroie.
Long. : 32,5 mm ; larg. : 14,5 mm.

Plomb

1415164. Inv. 22 048 043 1989 130/1
Tessère.
Diam. : 14 mm ; ép. : 3 mm.

1416Petit jeton circulaire présentant une coquille en creux sur une face et deux lettres rétrogrades en relief de l’autre côté. L’usage pouvait être multiple et varié (entrée au spectacle, vote, marque de fabrique, etc.).

1417165. Inv. 22 048 043 1989 0/8
Rondelle.
Diam. : 35 mm ; ép. : 2 mm.

1418Élément plat et circulaire percé d’un trou en son centre. Des traces rectilignes et convergentes marquent le plomb comme si l’élément avait été intercalé entre deux pièces assemblées.

FIG. 157nos 146 à 165 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

Fer

Vie personnelle

● La toilette

1419166. Inv. 22 048 043 1989 41/1
Strigile (2 fragments).
Manche : long. : 106 mm ; larg. (virole) : 116 mm ; ép. (base) : 11,5 cm.
Fragment de gouge :
long. : 72 mm ; larg. : 13,5 mm.

1420L’instrument est incomplet. Il se compose d’un manche de section carrée séparé de la gouge par une zone plane ayant permis la soudure de deux plaques de bronze. De nombreuses traces de ficelle ont été identifiées au moment de la restauration de l’objet par le laboratoire UTICA (no d’enregistrement 91.243).
Clairement lié à des usages gréco‑romains, le strigile permettait de se nettoyer la peau en raclant l’huile dont on s’était enduit avant de pratiquer un sport, de profiter d’un massage ou de se détendre dans un bain de vapeur.

1421Cet instrument est bien diffusé en Gaule mais se rencontre surtout en Narbonnaise, province où la romanisation est beaucoup plus ancienne (Pinette 1985 : 168, no 299bis ; Le Cloirec 1995 ; Corrocher et al. 1989 : 143 ; Revue de la Saintonge et de l’Aunis, XVIII, 1898 : 48 ; Revue de la Saintonge et de l’Aunis, 1899 : 133 ; Boucher 1971 : 197, nos 610 et 611 ; Tendille 1981 : 67‑69, nos 22‑ 34, fig. 4‑5 ; Feugère 1993b : 131).

Vie domestique

● La serrurerie

1422167. Inv. 22 048 043 1996 620/1
Clef.
Long. : 118 mm ; larg. (anneau) : 22 mm ;
ép. (manche) : 3,5 mm ; haut, (panneton) : 27,5 mm.

1423168. Inv. 22 048 043 1992 109/2
Clef.
Long. : 114 mm ; larg. (manche) : 27 mm ;
ép. (manche) : 13 mm ; haut, (panneton) : 38 mm.

1424169. Inv. 22 048 043 1992 109/3
Clef.
Long. : 139 mm ; larg. (manche) : 22 mm ;
ép. (manche) : 19 mm ; haut, (panneton) : 35 mm.

1425170. Inv. 22 048 043 1992 263/3
Clef.
Long. : 152 mm ; larg. (anneau) : 19 mm ;
ép. (manche) : 11 mm ; haut, (panneton) : 35 mm.

1426171. Inv. 22 048 043 1992 205/3
Manche de clef.
Long. : 208,5 mm ; larg. (anneau) : 39 mm ;
ép. (manche) : 20 mm.

1427Le fer est particulièrement utilisé dans le domaine de la serrurerie qui se développe considérablement à l’époque romaine.
La clef no 167 est la seule à fonctionner par translation ou retrait. Elle devait être introduite dans le passage de la serrure qui traversait également le pêne. On la faisait ensuite pivoter d’un quart de tour pour disposer l’axe du panneton à la perpendiculaire de celui du pêne. Les dents du panneton étaient alors enfoncées dans les gardes du pêne afin de faire coulisser ce dernier et le dégager ainsi de la gâche qui assurait la fermeture. Des lames métalliques faisant ressort pouvaient être libérées de leur butée par l’enclenchement de la clef.
Les trois autres clefs permettaient le déverrouillage d’une serrure par soulèvement des chevilles qui bloquaient l’ouverture.

FIG. 157nos 166 à 171 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

● Les instruments tranchants

1428172. Inv. 22 048 043 1992 473/1
Couteau à soie.
Long, (incomplet) : 156 mm ; larg. : 53 mm ;
ép. : 4 mm.

1429La lame présente un dos arrondi placé dans le prolongement de la soie. Celle‑ci, de section plate, est percée par un rivet destiné à la fixation du manche.

1430173. Inv. 22 048 043 1989 227/3
Couteau à douille.
Long, (incomplet) : 186 mm ; larg. : 57 mm ;
ép. : 20 mm.

1431Le dos de la lame est légèrement arrondi. Il se trouve dans le prolongement d’une douille qui enserre toujours les vestiges d’un manche en bois.

1432174. Inv. 22 048 043 1992 376/1
Couteau à douille.
Long. : 220 mm ; larg. : 65 mm ; ép. : 4 mm.

1433La lame présente un dos droit dans le prolongement d’une douille mais les deux parties ne sont pas disposées selon un même alignement. Le tranchant arbore une courbure régulière. L’ouverture visible dans la douille résulte de la dégradation du métal.

1434175. Inv. 22 048 043 1992 205/2
Couperet à dépecer.
Long. (incomplète) : 294 mm ; larg. : 132 mm ; ép. : 30 mm.

1435La largeur importante de la lame, en comparaison de sa longueur limitée, permet d’utiliser cet outil comme un tranchoir avec lequel on découpe par coups secs. Des parallèles sont bien connus pour l’époque romaine (Hofmann 1959, pl. I, nos 28, 29 et nos 35‑40). La douille qui maintenait le manche présente une ouverture longitudinale pouvant correspondre à une échancrure initiale ou résulter d’une déchirure accidentelle.

Vie économique et sociale

● L’écriture

1436176. Inv. 22 048 043 1992 10/2
Stylet.
Long. : 120 mm ; larg. (spatule) : 7 mm ;
diam. (manche) : 4 mm.

1437Tige séparée en deux parties. La première, de section circulaire, présente une extrémité en palette émoussée ; l’autre est facettée et se termine par une pointe. Ce type d’instrument servait à graver des messages sur de la cire étalée dans des tablettes en os, en ivoire ou en bois. La spatule permettait de gommer les erreurs en remodelant la matière.
Le site de Corseul a également livré des exemplaires en bronze (Le Cloirec 1995 : 42, no 27) souvent plus riches car le matériau se prête mieux à une mise en forme décorative. Mais la grande majorité des stylets devait être en bois comme en témoignent les innombrables découvertes réalisées dans les dépotoirs du camp de Vindonissa en Suisse (Rome face aux Barbares... 1993 : 80, no 43.05.03).

● L’outillage

1438177. Inv. 22 048 043 1992 188/1
Hachette ou ciseau.
Long, (incomplet) : 79 mm ; larg. : 16,5 mm.

1439Outil présentant une panne triangulaire et un tranchant courbé. Lors de la restauration de l’objet, le laboratoire UTICA a constaté que le volume de ce dernier est augmenté du fait de fissurations non réversibles dans l’épaisseur du métal (no d’enregistrement UTICA 95.250).
Au premier abord, cet élément évoque une petite hachette dont la douille d’emmanchement aurait été arrachée. Mais il peut également correspondre à un ciseau court utilisé pour tailler la pierre (Hofmann 1959, pl. VI, no 11).

1440178. Inv. 22 048 043 1989 152/4
Ciseau à bois.
Long. (fragment de manche compris) :
282 mm ; larg. : 31 mm ; diam. (manche) : 8 mm.

1441Outil présentant un tranchant étroit et une douille qui s’élargit dans le prolongement de la lame. Un fragment du manche en bois est encore conservé à l’intérieur. Cet outil de charpentier, allongé et étroit, a pu servir à creuser des mortaises par exemple. Des exemplaires comparables sont conservés au musée des Antiquités nationales (Hofmann 1959, pl. VI, nos 25 et 28).

FIG. 157nos 172 à 178 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

1442179. Inv. 22 048 043 1992 142/1
Polka.
Haut. (manche) : 44 mm ; long. : 303 mm ;
larg. : 38,5 mm.

1443Outil de tailleur de pierre, à deux tranchants horizontaux, séparés par un trou d’emmanchement placé au centre. De manière générale, la polka est utilisée pour dégrossir le matériau là où le marteau taillant ne peut être employé correctement. Plusieurs variantes existent selon la position des tranchants et leur combinaison éventuelle avec une breture, un marteau ou un ciseau. Notre exemplaire à deux tranchants horizontaux appartient à un modèle essentiellement reconnu sur les sites gallo‑romains. Il pouvait être utilisé pour donner du mordant au meule ou cliver le schiste (Bessac 1986 : 57).

1444180. Inv. 22 048 043 1992 74/3
Pelle de foyer.
Long. : 349 mm ; larg. : 95 mm ;
ép. : 10 mm.

1445Petit outil composé d’un manche allongé de section carrée se prolongeant par une plaque trapézoïdale.
Des instruments comparables sont bien attestés pour l’époque romaine (Hofmann 1959, pl. V, nos 16, 17 et 22).
Un exemplaire retrouvé à Lisieux présente un manche torsadé se terminant par un anneau de suspension (Halbout et al. 1987 : 82, no 102).

● Les éléments de fixation

1446181. Inv. 22 048 043 1996 645/1
Clou à tête plate.
Long. : 67 mm ; larg. (tête) : 17 mm ; larg. (section) : 6 mm.

1447182. Inv. 22 048 043 1996 645/1
Clou à tête plate.
Long, (tordue) : 72. mm ; larg. (tête) : 14 mm ; larg. (section) : 6 mm.

1448183. Inv. 22 048 043 1996 645/1
Clou à tête plate.
Long. : 84 mm ; larg. (tête) : 18 mm ; larg. (section) : 7 mm.

1449184. Inv. 22 048 043 1996 645/1
Clou à tête plate.
Long, (tordue) : 91 mm ; larg. (tête) : 18 mm ; larg. (section) : 9 mm.

1450185. Inv. 22 048 043 1996 645/1
Crampon.
Long. : 129 mm ; larg. (tête) : 28 mm ; larg. (section) : 7 mm.

1451186. Inv. 22 048 043 1992 243/1
Crampon.
Long. : 150 mm ; larg. (tête) : 42 mm ; larg. (section) : 13,5 mm : ép. (section) : 9 mm.

1452187. Inv. 22 048 043 1992 243/1
Crampon à crochet.
Long. : 182 mm ; larg. (section) : 10,5 mm.

1453188. Inv. 22 048 043 1992 243/1
Crampon à crochet.
Long. : 168 mm ; larg. (section) : 14 mm.

1454189. Inv. 22 048 043 1992 243/1
Crampon à patte.
Long. : 164 mm ; larg. : 56 mm ; larg. (section) : 12,5 mm.

1455190. Inv. 22 048 043 1992 243/1
Crampon à patte.
Long. : 161 mm ; larg. : 62 mm ; larg. (section) : 12 mm.

1456La taille de toutes ces pièces suppose leur utilisation dans le domaine de la construction. Certains clous à tête plate et section carrée ont été retrouvés dans les vestiges de charpentes incendiées (Halbout et al. 1987 : 56, fig. 14).
Les crampons, quant à eux, permettent de fixer des panneaux aux murs ou aux plafonds. Ils peuvent également servir à maintenir les tuiles lorsqu’ils ont une forme en T. Les nos 189 et 190 présentent un aspect bien spécifique, qui peut s’expliquer par la volonté d’isoler du mur l’élément ainsi fixé, mais ils peuvent également permettre de rattraper les imperfections d’une élévation lors de la pose d’un placage contre celle‑ci.
Les nos 187 et 188 correspondent à des éléments parfois interprétés comme des dents de herse à soie (Hofmann 1959, pl. XV, 8‑9, no 12).

FIG. 157nos 179 à 190 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

● Indéterminés

1457191. Inv. 22 048 043 1989 221/1
Instrument.
Haut. (manche) : 23 mm ; long. : 222 mm ; larg. : 20 mm.

1458Pièce de métal allongée présentant une extrémité en spatule. L’autre est repliée pour former un manche rudimentaire tel qu’on en connaît sur certains strigiles (Tendille 1981 : 68, fig. 4, nos 22a, 22b, 23).

1459192. Inv. 22 048 043 1992 129/2
Anneau avec fixation.
Long, (plaque) : 80 mm ; ép. (plaque) : 8 mm ; diam. (anneau) : 51 mm.

1460Cet ensemble correspond vraisemblablement à un système d’attache. Les traces de coups visibles sur la tête de la fiche en fer indiquent qu’elle a pu être enfoncée dans une maçonnerie ou dans une poutre en bois. L’anneau qui s’y rattache maintenait une chaîne dont seul un fragment de maillon est conservé. La fonction précise est difficile à déterminer car les applications possibles sont nombreuses.

1461193. Inv. 22 048 043 1992 306/14
Élément arqué.
Long. : 125 mm ; larg. : 36 mm ; ép. : 6 mm.

1462Pièce plate et cintrée en demi‑cercle. Chaque extrémité se termine par une ouverture vaguement rectangulaire alors que la partie centrale est marquée par un renflement soulignant un trou circulaire.

1463194. Inv. 22 048 043 1992 407/1
Tige.
Long, (incomplète et arquée) : 308 mm ; larg. : 11 mm.

1464Élément allongé et brisé de section carrée à laquelle sont fixés, par corrosion et au même niveau, trois petits anneaux de section rectangulaire.

FIG. 157nos 191 à 194 Objets métalliques.

G. Le Cloirec

5.4.3 Conclusion

1465Si la diversité des éléments présentés rend toute analyse synthétique difficile à entreprendre, l’importance du lot et son association avec une emprise bien limitée de la ville antique imposent cependant quelques remarques.

  • 41 Nous avons pu recenser vingt‑sept figurations en bronze parmi lesquelles on reconnaît notamment Mer (...)

1466On constate d’abord que tous les domaines de la vie quotidienne apparaissent dans cet ensemble. Le seul manque important concerne le monde cultuel puisque la statuaire, pourtant bien représentée à Corseul41, fait complètement défaut ici. La découverte d’une grande quantité d’objets personnels et domestiques témoigne de la présence d’habitats, mais les nombreux éléments liés à la vie économique et sociale supposent en même temps des activités d’ordre commercial et artisanal. La présence de quelques objets de luxe rappelle, par ailleurs, le statut privilégié d’une certaine classe sociale dont la romanisation transparaît à travers l’adoption d’usages importés (écriture, thermalisme, etc.).

1467Plusieurs pièces témoignent également d’une présence militaire au début du principal (fragment de barrette de suspension de fourreau de glaive no 155 et no 156), dans le courant du Haut‑Empire (plaque de cingulum no 153, attache de cuirasse segmentée no 154), et au Bas‑Empire (boucle de cingulum no 152). L’ensemble paraît encore anecdotique à moins que les nombreuses décorations de harnais retrouvées sur le site ne soient à prendre en compte. Mais, si ces ornements sont effectivement très nombreux en contexte militaire, ils se rencontrent aussi couramment sur les sites à vocation civile. Il en est de même pour certains modèles de fibules comme celles du type Feugère 14a ou 22a par exemple.

1468D’autre part, si la valeur chronologique de nos objets reste très limitée, certains d’entre eux, comme les fibules, offrent malgré tout des informations pertinentes. On peut notamment remarquer que la quasi‑totalité des exemplaires correspond à des modèles du ier s. ap. J.‑C, reflétant en cela une situation qui est générale à Corseul. Leur nombre, qui s’accroît depuis l’avènement d’Auguste, culmine entre le règne de Tibère et la période flavienne.

1469Quelques objets révèlent également une occupation au ive s. ap. J.‑C. (bracelet torsadé no 6, boucle de cingulum no 152, fibule type Feugère 30g2 no 79, poids monétaire no 130).

1470Certains éléments posent enfin la question des fabrications locales. Ils se caractérisent dans l’ensemble par leur diffusion limitée à la cité coriosolite, leur grande similitude entre eux et, dans certains cas, des traces de façonnage qui ont nécessairement constitué un handicap à leur commercialisation. Mais ces indices restent encore bien isolés pour définir des spécificités culturelles ou artisanales réellement prononcées. Dans le cas des manches de miroirs supposés, l’absence de parallèle connu tend pourtant à révéler une certaine originalité, mais elle ne permet pas, en même temps, de garantir l’interprétation que nous proposons. Pour ce qui concerne les fibules, variantes du modèle Feugère 3b1, les exemplaires coriosolites sont encore trop peu nombreux pour attester une production locale. Dorénavant, conscients de l’intérêt précis de ces pièces peu communes dans la capitale des Coriosolites, il conviendra surtout de prêter une attention particulière au contexte des découvertes futures.

Notes

1 Quelques amphores Dressel 1 ont été signalées par le passé. Au Champ Mulon, B. Chiché mentionne la découverte de deux individus dont une lèvre (Chiché 1973, t. 1 : 26). Or, l’examen des reproductions souligne qu’il s’agit d’amphores Pascual 1 (Chiché 1973, t. 2, fig. 19, nos 68‑1740 et 68‑469). En 1982, P. Galliou mentionne une lèvre de Dressel 1 (aujourd’hui disparue ?) au musée de Corseul. La reproduction laisse planer une incertitude typologique (Galliou 1982a, pl. VIII‑5). Plus récemment, des éléments d’amphores Dressel 1, aujourd’hui perdus, auraient été découverts sur les sites de Monterfil II et du Courtil Saint‑Antoine (Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1991 : 288).

2 On recense un minimum de deux cent quarante timbres à Corseul. Les estampilles du Clos Julio sont de provenance incertaine (Fichet de Clairfontaine, Kerébel 1989 : 145). B. Chiché ne mentionne aucune découverte d’estampilles italiques lorsqu’il a effectué des sondages dans cette partie de la ville antique (Chiché 1973 : 76). Elles pourraient provenir d’une collection privée (collection Ricordel, mais G. Guennou (1981) ne signale aucune intervention du Frère Ricordel dans ce secteur.

3 Les numéros du catalogue renvoient aux numéros des planches 1, 2 et 3.

4 Pour Poitiers, voir également, Lombard 1971, pl. 3, no 121. Pour Narbonne : Poncin, Guy 1968, pl. IX, 5, nos 5 et 6.

5 Une origine de production ne peut être proposée pour les estampilles 91 et 93 à 95, trop fragmentaires.

6 Les deux timbres de Crestus ont été comptabilisés dans le groupe d’Ateius.

7 Philippe Bogard, Centre Camille‑Jullian. UMR 6573. « Il m’est agréable, à l’occasion de cette note, de pouvoir exprimer ma reconnaissance, pour son accueil comme pour la qualité des informations qu’il m’a communiquées, au conservateur du site de Corseul, Hervé Kerébel. Lors d’un premier séjour, en juillet 1992, j’ai ainsi eu la possibilité d’étudier et dessiner dans de très agréables conditions une partie du matériel liparote de Monterfil II. Lors d’une seconde visite, en août 1998, Hervé Kerébel et Romuald Ferrette ainsi que Virginie Arzoumanian ont eu l’extrême obligeance de m’aider à recenser l’ensemble des fragments de provenance éolienne découverts à Corseul. Je les en remercie très vivement. »

8 Ceci, quelle que soit la datation retenue pour la mise en place du « bâtiment commercial », peu après 67 ou, mieux encore, dès le milieu du ier s. (information orale, Hervé Kerébel).

9 L’US 139, couche de remplissage intermédiaire du puits 144‑109 n’incluant encore aucun tesson d’amphore de Lipari, contenait notamment des tessons de sigillée de la forme Drag. 15/17, diffusée à partir de la fin de la première moitié du ier s. Une fibule à queue de paon, caractéristique des années 25‑75, provient du niveau le plus bas de ce puits : elle correspond peut‑être encore à la période de fonctionnement normale de cet aménagement. Ces objets ne permettent malheureusement pas de préciser l’époque de rejet du matériel liparote sus‑jacent.

10 Ces tessons ont été une première fois examinés par Cécile Bossard, en 1991‑1992, dans le cadre d’un travail universitaire demeuré inachevé. Leur identification lui est redevable.

11 Un aperçu de l’importance relative de cet élevage est fourni, en marge de la cité, par l’étude de la villa de Châtillon‑sur‑Seiche (Rennes, Ille‑et‑Vilaine). Entre le ier et le iiie s. de n.è., les restes osseux d’ovicaprins représentent de 20 à 25 % de l’ensemble du matériel faunique recueilli sur le site (Provost 1990).

12 Information orale communiquée par Hervé Kerébel.

13 Olivier Polard, mémoire de maîtrise dirigé par Jean‑Yves Éveillard, septembre 1994.

14 Deux monnaies n’avaient pas été retrouvées. Il s’agit des nos 1992 0/1 (sesterce de Faustine II) et 1992 346/6 (as de l’autel de Lyon). Depuis, le sesterce de Faustine II a été retrouvé : (18,54 ; 6h). RIC III, 1638.

15 On peut estimer que des lots de cette importance ne sont pas suffisamment étudiés et surtout publiés en France. Les monnaies romaines de Bliesbruck vont cependant faire l’objet d’un numéro spécial de la revue Trésors monétaires. Signalons également les monnaies du site de Genainville publiées par P.‑H. Mitard : Les monnaies du sanctuaire gallo‑romain des Vaux‑de‑la‑Celle à Genainville (Val‑d’Oise), Trésors monétaires, XV, p. 169‑213, pl. XVIII‑XXV.

16 Inversement, on constate la présence de monnaies intrusives.

17 Par exemple le site du lycée militaire d’Autun où les artisans bronziers ne résidaient manifestement pas sur leur lieu de travail comme le montre, avec d’autres indices, la faible quantité de monnaies découvertes (Chardron‑Picault, Ducreux 1993). Contra Mâlain, quartier situé le long de la grande place assimilée à un forum, qui a livré un riche et abondant matériel monétaire.

18 Le site a, de tout temps, livré une abondante moisson de monnaies. Ce n’est pas ici le lieu pour traiter de ces découvertes anciennes, au demeurant souvent imprécises et inexploitables.

19 Cette documentation a été rassemblée à partir des identifications et des publications de Gérard Aubin, Jacques Meissonnier, Jean Siraudeau et Paul‑André Besombes. Voir Aubin 1981 ; 1997.

20 Les deniers ne sont plus frappés après le règne de Gordien III et sont refondus. Les antoniniens jusqu’en 244 sont également inclus dans ce calcul.

21 Deux deniers de Togirix à Mordelles (85) et 129 à Dol‑de‑Bretagne (35).

22 13 % des monnaies romaines à Haltern (Kunisz 1976 : 112) ; 7,8 % à Condé‑sur‑Aisne (Giard 1968 : 76‑130) ; 5 % des monnaies augustéennes à Alésia ; à Rennes (dépôt de la Vilaine) et à Saint‑Léonard le pourcentage devient négligeable, respectivement 0,52 % et 1 %.

23 Seulement 2 % de ces monnaies dans le dépôt de gué à Saint‑Léonard près de Jublains et seulement quarante‑sept sur les mille quatre cent trente et une monnaies de Lyon I, personnellement recensées dans les monnaies de la Vilaine à Rennes, soit 3,3 %.

24 On rencontre le même phénomène à Rezé, ville augustéenne créée ex nihilo, où la part des monnaies de Lyon, notamment du premier groupe dans la circulation du ier s., est écrasante.

25 Les deniers des guerres civiles sont très souvent fourrés. Il s’agit certainement de l’un des rares exemples de monnaies fourrées qui soient l’œuvre d’ateliers officiels.

26 Il faut également signaler un denier trouvé lors de fouilles récentes à Paris ainsi qu’un autre denier exhumé du site d’Eu (informations inédites aimablement fournies par Michel Amandry).

27 Nous développerons ce point lors de la publication du dépôt de gué de Saint‑Léonard.

28 Monnaies du Tibre : deux cent vingt‑cinq Trajan pour trois cent vingt‑sept Hadrien (Kaenel 1984 : 93) ; trésor de Garonne : mille cent trois pour mille six cent cinquante‑cinq (Étienne, Rachet 1984).

29 Nous avons péniblement réuni dix monnaies dans les séries monétaires de plusieurs sites de l’Ouest. Guérande (44) un sesterce officiel ; Rezé (44) un antoninien ; Château d’Angers (49) quatre antoniniens tardifs présents dans des couches du ive s. ; Le Mans (72) deux antoniniens ; Souligné‑Flacé (72) deux doubles sesterces imités.

30 Pour affiner cette analyse, il faut toutefois distinguer entre les sesterces frappés avant la réforme du monnayage de bronze par Postume, et qui circulent en faible quantité, et les doubles sesterces de la réforme qui, eux, sont presque totalement absents. On ne retrouve des monnaies de bronze au nom de Postume qu’à la fin de son règne, avec les mauvaises imitations de faible poids, comme l’exemplaire de Monterfil, qui à la limite pouvaient passer pour des antoniniens. L’ensemble de ces remarques bénéficie des observations qui m’ont été faites par D. Hollard, mon collègue du Cabinet des médailles, spécialiste du monnayage romain du iiie s., que je remercie vivement.

31 Exemple du trésor de Plouhinec (André 1975a : 15‑20 ; 1975b : 23‑32 ; Bourgeois et al. 1981 : 41‑46).

32 Le nombre élevé de milliaires des empereurs gaulois en Armorique témoigne d’une reprise en mains de la péninsule bretonne à partir de 269 et sans doute dès 260. (Gricourt 1988 : 9‑43).

33 Le site a également livré deux trésors d’antoniniens des années 270‑274 (probablement un enfouissement multiple) qui feront l’objet d’une étude séparée. La date d’enfouissement de ce dépôt ne peut être, pour le moment, fixée avec précision, les imitations locales n’ayant pas été vues.

34 Le temple du Haut‑Bécherel est situé en dehors de l’agglomération de Corseul dont il ne fait pas partie. Il se pourrait bien que le nom de Fanum Martis sur la table de Peutinger s’applique à ce temple et non à Corseul dont le nom nous serait jusqu’à présent inconnu.

35 Excepté cinq exemplaires qui manifestement ont été séparés du dépôt.

36 D’une manière générale, il faut observer que les monnaies de la deuxième moitié du ive s. sont rares en Armorique. Ainsi à Jublains, où les monnaies du ive s. ne représentent que 8 % des monnaies antiques que nous recensons, seulement 2,3 % sont des monnaies frappées après 348. Seuls des sites comme Alet semblent échapper à cette pénurie, en raison du stationnement de garnisons.

37 Aucun bord de récipient n’a été mis au jour à Monterfil II, mais on en connaît sur les sites du Champ Mulon (fouille de 1965 à 1971) et sur celui de la Salle des fêtes (fouille de 1985). On en retrouve également dans les collections du musée de la Société archéologique de Corseul.

38 Annuaire dinannais. Voir, Bizeul 1858 : 54‑55 ; Bulletin archéologique de l’Association bretonne 1883 : 70 ; Harmois 1909 : 63 ; Ruelland s.d. : 42.

39 Bizeul 1858 : 69, no 20 ; Harmois 1909 : 63 ; Guennou 1965 : 31.

40 Le Cloirec 1995.

41 Nous avons pu recenser vingt‑sept figurations en bronze parmi lesquelles on reconnaît notamment Mercure, Minerve, Isis, Harpocrate, Cybèle, etc.

Table des illustrations

Légende TABL. XIX ‒ Répartition des estampilles italiques par site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende TABL. XX ‒ Répartition des timbres italiques sur les différents sites de Corseul.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende TABL. XXI ‒ Origine supposée des estampilles du groupe 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende FIG. 152 ‒ nos 1 à 45 Timbres italiques et leurs supports, découverts sur les différents sites archéologiques de Corseul.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 152nos 46 à 95 Timbres italiques et leurs supports, découverts sur les différents sites archéologiques de Corseul.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende TABL. XXII ‒ Origine supposée des estampilles du groupe d’Ateius.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende TABL. XXIII ‒ Origine supposée des estampilles italiques de Corseul.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende TABL. XXIV ‒ Proportion du groupe d’Ateius sur quelques sites de référence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende TABL. XXV ‒ Recherche de graphies similaires des estampilles du groupe 1 sur quelques sites de référence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende TABL. XXVI ‒ Recherche de graphies similaires des estampilles du groupe d’Ateius sur quelques sites du limes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIG. 153 ‒ Évolution morphologique des amphores romaines de Lipari entre le Ier s. av. J.‑C. et le IIIe s. de n.è.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 154 ‒ Répartition des fragments d’amphores de Lipari sur le site de Monterfil II (plan d’ensemble simplifié des vestiges de l’horizon II).
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende TABL. XXVII ‒ Répartition des monnaies par périodes chronologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende TABL. XXVIII ‒ Répartition des monnaies par règnes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende TABL. XXX ‒ Répartition des monnaies du Haut‑Empire par dénominations.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende TABL. XXIX ‒ Pourcentages comparés des deniers de Monterfil et d’autres sites de référence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende TABL. XXXI ‒ La circulation monétaire à l’époque augustéenne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende TABL. XXXII ‒ Monnaies frappées après 294.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 155-1 ‒ nos 1 à 278 Les monnaies de Monterfil.
Crédits Bibliothèque nationale/Cabinet des médailles
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 155-2 ‒ nos 295 à 368 Les monnaies de Monterfil.
Crédits Bibliothèque nationale/Cabinet des médailles
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende FIG. 155-3 ‒ nos 378 à 721 Les monnaies de Monterfil.
Crédits Bibliothèque nationale/Cabinet des médailles
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 156 ‒ Proportion des différents matériaux métalliques utilisés.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k
Légende FIG. 157nos 1 à 19 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 157nos 20 à 40 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 157nos 41 à 58 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 157nos 59 à 77 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 157nos 81 à 83 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 157nos 78 à 99 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 157nos 100 à 126 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 157nos 127 à 145 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 157nos 146 à 165 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 157nos 166 à 171 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 157nos 172 à 178 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 157nos 179 à 190 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 157nos 191 à 194 Objets métalliques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47795/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search