Version classiqueVersion mobile

Corseul (Côtes-d’Armor), un quartier de la ville antique

 | 
Hervé Kerébel

Chapitre 4. Le quartier de Monterfil II

4 The Monterfil II quarter

Hervé Kerébel, Vincenzo Mutarelli, Pierre André et Romuald Ferrette

Résumé

La synthèse de ces données permet de proposer un schéma d’évolution cohérent de l’intégralité du quartier. Par ailleurs, malgré l’état des vestiges parfois fortement arasés, un certain nombre d’informations intéressantes permettent d’aborder des questionnements novateurs pour le site de Corseul, ayant trait au parcellaire urbain et même à l’aspect architectural de cette partie de la cité L’analyse du quartier est complétée par une recherche comparative élargie à des parallèles existant dans le reste de l’Empire. Ainsi, à Verulamium, en Bretagne insulaire, un édifice de grande taille ressemble fortement à celui de l’îlot nord de Monterfil II : il semble s’agir d’un bâtiment artisanal et commercial construit par des vétérans. À Xanten, en Allemagne, un édifice aussi très proche a été, quant à lui, identifié comme une auberge. Ces quelques éléments confortent l’hypothèse, pour Monterfil II, d’un quartier commercial implanté de part et d’autre d’une rue importante menant vers le centre monumental de Fanum Martis, l’antique Corseul. Quelques vestiges permettent aussi d’aborder la question de la destruction et de l’abandon de ce quartier dont les phases chronologiques sont étayées par l’étude de quelques lots de mobilier.

Texte intégral

1L’évolution générale du quartier de Monterfil II apparaît relativement homogène, les cinq horizons se retrouvant en effet dans les deux îlots. Les vestiges de l’horizon I sont relativement nombreux. Une certaine organisation semble même pouvoir être discernée entre eux, mais l’urbanisme du quartier apparaît surtout au cours de l’horizon II. À partir de ce moment, la trame viaire orthogonale définit des îlots eux‑mêmes divisés en plusieurs propriétés dont les limites sont globalement respectées tout au long de l’occupation du quartier.

2À l’intérieur de ces parcelles, les constructions évoluent tout au long des différents horizons. L’horizon IV constitue l’aboutissement de toutes ces évolutions. Le quartier de Monterfil présente alors un urbanisme très compact où chaque entité spatiale est exploitée au mieux. Les fonctions de chaque espace sont aussi bien différenciées : les activités économiques en bordure de la rue no 1 et les habitations en retrait, à l’intérieur de l’îlot.

4.1 Évolution urbanistique du quartier

3h.k.

4La qualité des vestiges du site de Monterfil II permet d’entrevoir, sans trop de lacunes, l’évolution globale d’un quartier de la ville antique depuis ses premières occupations jusqu’à ses dernières transformations. Les différentes constructions sont certes fortement arasées ou perturbées mais la chronologie relative permet, sans trop de difficultés, de regrouper les différentes structures dans les cinq grands horizons définis précédemment.

4.1.1 L’horizon I 
(15‑10 a v. J.‑C. – 30‑40 ap. J.‑C.)

5Les vestiges de l’horizon I sont souvent très ténus. L’urbanisme postérieur a en effet fortement perturbé ces niveaux. Malgré ces lacunes, certaines grandes tendances sont perceptibles dans le paysage urbain : entre autres, l’orientation des structures implantées de part et d’autre de la rue est‑ouest no 1 qui constitue l’axe charnière du site.

4.1.1.1 La rue no 1

6L’élément important du site réside sans conteste dans la présence de la rue est‑ouest no 1 qui, au cours de ce premier horizon, constitue l’axe directeur de la colonisation de l’espace et du développement du site. La rue semble influer sur la disposition des structures avoisinantes. La majorité d’entre elles dispose en effet d’une orientation est‑ouest similaire à celle de la grande rue centrale. Ceci est bien sûr le cas pour les fossés qui, au nord et au sud de cette rue, délimitent l’emprise globale de la voirie car ils en longent le tracé (chaussée + espaces de circulation latéraux) (fig. 124, c, d, e et f). Mais, une telle influence se retrouve également pour des fossés ou structures plus éloignés. Ainsi au nord, l’essentiel du fossé 60 est parallèle à la rue (fig. 124, i). La bifurcation de ce fossé vers le nord lui est perpendiculaire. Au sud de la rue, le fossé 143, quoique légèrement incliné vers le sud‑ouest, tend aussi à suivre l’orientation fixée par cette rue (fig. 124, o). À proximité, le fossé 124 est implanté à la perpendiculaire de la chaussée (fig. 124, n).

7La direction de la rue est‑ouest influe également sur des structures plus restreintes comme les fosses d’extraction de matériaux. Au sud, dans le noyau C, les fosses longitudinales 86, 130, 173 et 351 présentent ainsi la même orientation (fig. 124, m). Au nord, dans le noyau A, les deux grandes fosses 16 et 18 sont aussi alignées par rapport à la rue (fig. 124, g et h). Un tel schéma est moins perceptible dans les noyaux B et D à l’est du site. Les fosses y sont plutôt circulaires et leur position semble plus aléatoire.

FIG. 124 ‒ Plan d’ensemble simplifié des vestiges de l’horizon I.

H. Kerébel

4.1.1.2 Les noyaux d’occupation

8Les premières installations se sont principalement développées de part et d’autre du premier axe est‑ouest, au‑delà des limites du domaine public matérialisées dans le paysage urbain par les fossés longeant l’axe viaire. Deux noyaux sont parfaitement perceptibles à l’ouest du site. Ils sont établis en vis‑à‑vis de chaque côté de la rue est‑ouest no 1 (noyau A au nord et noyau C au sud). Le quartier connaît alors une première phase d’implantation caractérisée par un habitat relativement épars où les activités domestiques cohabitent avec un artisanat métallurgique modeste et probablement aussi avec des activités agricoles ou pastorales si l’on en juge par les espaces peu densément occupés vers l’est.

9L’hypothèse d’un deuxième noyau dans la partie est, au sud de la rue, a aussi été envisagée (noyau D). On doit reconnaître que les indices sont très faibles mais cette hypothèse trouve un certain intérêt si l’on envisage une possible continuité entre ce premier noyau de l’horizon I et la domus orientale (bâtiment 13) qui, lors de l’horizon II, est édifiée à ce même endroit de l’îlot sud. Dans cette même optique, on peut envisager un schéma similaire à l’ouest de l’îlot sud. Au noyau C de l’horizon I, aurait alors succédé le bâtiment 12, dit à mosaïque, de l’horizon II. La partie du quartier au sud de la rue est‑ouest pourrait alors se diviser, dès l’horizon I, en deux propriétés implantées à l’ouest et à l’est de Monterfil II. Chacune serait caractérisée, lors de cette première période, par un habitat léger remplacé ensuite, lors de l’horizon II, par des constructions maçonnées plus importantes (bâtiment à mosaïque ou no 12 dans la parcelle occidentale et domus orientale ou no 13 dans la parcelle orientale). Ainsi, l’évolution urbanistique de l’îlot sud du quartier de Monterfil II respecterait, lors des horizons II et postérieurs, une situation parcellaire définie dès l’horizon I. Il ne semble cependant pas que le parcellaire de l’îlot sud soit totalement défini dès l’horizon I. Le noyau C, et plus particulièrement le bâtiment 10, s’étend en effet jusqu’à la rue no 1. La parcelle de façade qui constitue ultérieurement une zone de respect dans laquelle les constructions auront un caractère commercial, ne sera en fait définie que lors de l’horizon II. Rien n’empêchait donc d’étendre le bâtiment 10 jusqu’à la rue no 1. Lorsque cette parcelle de façade est enfin définie, les maisons d’habitation sont repoussées à l’intérieur de l’îlot. Un schéma similaire est envisageable au nord de la rue. Le noyau A se développe également jusqu’à la rue lors de l’horizon I. Ensuite, l’espace est occupé par le bâtiment 16 à vocation commerciale.

4.1.2 Les évolutions de l’horizon II 
(30‑40 ap. J.‑G – fin
ier s.)

10L’horizon II débute dès la fin du règne de Tibère et s’étend jusque sous les Flaviens. Ce deuxième horizon du site de Monterfil II voit surtout la mise en place de la trame viaire orthogonale. Le troisième état de la rue est‑ouest no 1 est aménagé et les rues nord‑sud A et B délimitent désormais les deux îlots sur leurs côtés ouest et est. La rue est‑ouest no 2 doit probablement être créée à ce même moment (fig. 125).

FIG. 125 ‒ Plan d’ensemble simplifié des vestiges de l’horizon II.

H. Kerébel

11Les premières grandes constructions maçonnées apparaissent dans les deux îlots divisés semble‑t‑il en plusieurs parcelles (cf infra, § 4.2). Une, occupant toute la façade, est identifiée dans l’îlot central et trois sont reconnues dans l’îlot sud : une parcelle nord en façade, une en retrait de la rue no 1 à l’ouest et une autre, également en retrait de cette rue, à l’est de l’îlot.

12Dans la parcelle de façade de l’insula sud, seul le bâtiment de l’angle de l’îlot (bâtiment 10) est à signaler. Il est apparu dès la fin de la phase précédente en remplacement du premier noyau d’occupation C. Les premières grandes constructions maçonnées apparaissent au sud de l’ambitus est‑ouest A (bâtiment à mosaïque ou no 12 et bâtiment 13 ou domus primitive dans les parcelles occidentale et orientale). Ces deux constructions semblent exister avant le milieu du ier s. À ce moment, l’îlot sud ne comprend que trois constructions. Une grande partie de sa façade est non bâtie.

13La façade de l’insula centrale n’est pas encore bâtie au début de l’horizon II, mis à part les quelques petites constructions implantées depuis quelques décennies en bordure du fossé de la rue. Le premier grand projet architectural apparaît élaboré au plus tôt à la fin du règne de Claude. Un grand bâtiment artisanal et commercial occupe alors la totalité de la façade (bâtiment 16). Pendant quelques dizaines d’années, l’imposante construction fait face à un secteur en friche en attente de construction. L’édifice s’ouvre à l’arrière sur la grande cour intérieure de l’îlot qui peut être cernée par d’autres corps de bâtiments appartenant peut‑être à un seul et unique grand ensemble commercial occupant toute l’insula.

4.1.3 Les évolutions de l’horizon III (fin ier – début iie s. – fin iies.)

14Le commencement de cette période est délicat à cerner. Au plus tôt, nous retiendrons une datation au cours de la période flavienne. Il est cependant plus probable qu’elle soit à fixer au début du iie s. L’emprise du bâti devient plus importante au cours de ce nouvel horizon (fig. 126). Le bâtiment commercial de l’îlot central subit des premières transformations. Les tours d’angle sont agrandies et les pièces quadrangulaires de la terrasse occidentale sont remplacées par une grande halle. Le portique B, ouvert sur la cour intérieure n’est plus accessible depuis l’entrée située dans le pignon est du bâtiment. Un accès est, semble‑t‑il, conservé sur la terrasse occidentale à l’est de la nouvelle halle. Cette construction à désormais en vis‑à‑vis une façade entièrement restructurée.

FIG. 126 ‒ Plan d’ensemble simplifié des vestiges de l’horizon III.

H. Kerébel

15En effet, un premier projet architectural est édifié dans la parcelle de façade de l’îlot sud. Le bâtiment 10 dans l’angle nord‑ouest de l’îlot est détruit et la façade est dorénavant occupée par trois constructions séparées par des espaces restés toujours non bâtis. Seules deux d’entre elles, à chaque extrémité de la façade, disposent d’un portique ouvert sur la rue principale. La troisième, au centre de la façade, est installée immédiatement en bordure du fossé de la rue no 1 sans portique intermédiaire.

16Ce projet architectural semble répondre à celui élaboré de l’autre côté de la rue. Ainsi, aux deux grandes tours d’angle du bâtiment de l’îlot central, font maintenant face deux constructions, certes plus petites, équipées de portiques. Les modifications de l’insula centrale et l’élaboration du projet de l’îlot sud sont contemporaines. Elles concrétisent une volonté d’aménagement homogène des abords immédiats de la rue no 1. Ceci se retrouve par exemple dans les portiques des terrasses orientales des deux îlots où les rythmes et les hauteurs des colonnades sont identiques. L’architecte qui conçoit le projet de l’îlot sud tient compte des proportions de l’édifice de l’îlot central édifié quelques décennies plus tôt. Cette démarche peut éventuellement résulter de prescriptions décidées par l’autorité municipale et inscrites dans le cahier des charges transmis à l’architecte.

17Les deux constructions de l’îlot sud, en retrait de l’ambitus est‑ouest, sont également détruites. La domus primitive de la parcelle orientale (bâtiment 13) est fortement arasée et remplacée par un nouvel édifice (bâtiment 6) dont l’emprise ne diffère que très peu de celle de l’ancienne construction. Les parois nord et ouest respectent toujours les deux ambitii qui délimitaient la parcelle. L’organisation en U ou en L de la demeure de la parcelle orientale devient plus claire lors de cette nouvelle phase architecturale.

18À l’ouest, l’horizon III se singularise par de plus fortes modifications. Ici aussi, la première construction, le bâtiment à mosaïque no 12, est entièrement détruite. À l’inverse de la parcelle est, son emplacement est scindé en deux espaces distincts désormais occupés par deux constructions bien différenciées, séparées par un nouvel ambitus est‑ouest (ambitus C). Le premier bâtiment, le bâtiment à la cave (no 2), occupe la partie nord de l’ancienne propriété alors que la partie sud est occupée par le bâtiment à galeries (no 3) partiellement conservé sur le site fouillé. Cette construction se poursuit à l’est jusqu’à l’ambitus nord‑sud (ambitus B) alors que la première s’interrompt pour conserver l’espace vierge au centre de l’îlot.

19Ces évolutions des deux parcelles de l’îlot sud apparaissent contemporaines du projet architectural de la façade.

4.1.4 Les évolutions de l’horizon IV 
(fin
iie s. – iiie s.)

20Toutes les évolutions de l’horizon IV semblent se produire au plus tôt à l’extrême fin du iie s. ou au début du iiie s. Dans l’îlot central, la terrasse centrale est modifiée (fig. 127). Un couloir assure maintenant une liaison entre le portique de façade et l’arrière‑cour. Il remplace le passage de la terrasse occidentale, condamné au profit de la halle voisine. À l’est du couloir, une nouvelle construction comprend trois salles distinctes.

FIG. 127 ‒ Plan d’ensemble simplifié des vestiges de l’horizon IV.

H. Kerébel

21Dans l’îlot sud, cet horizon voit l’extension maximale du bâti. Les dernières évolutions architecturales concernent surtout deux secteurs : la façade et le centre de l’îlot. Une nouvelle construction (bâtiment 4), au centre de la façade, est créée en remplacement du bâtiment 9. La nouvelle halle dispose désormais d’un portique ouvert sur la rue. Au même moment, deux nouvelles entités commerciales (bâtiment 7) sont implantées, entre le bâtiment 4 et la construction plus ancienne de l’angle nord‑est de l’îlot (bâtiment 8). L’espace non bâti est conservé à l’ouest de la nouvelle halle centrale qui, de part sa stature, constitue l’élément le plus imposant de la façade de cette insula. Des massifs de fondation à l’intérieur de l’édifice ne semblent pas prendre part à l’architecture de l’édifice. Il faut peut‑être y voir des fondations d’autels ou de socles pour des statues. Une telle présence pourrait s’expliquer dans un lieu de réunion ou de culte réservé à un collège quelconque, peut‑être celui des commerçants de ce secteur de la ville. Il s’agirait alors d’une basilique privée.

22Une extension du bâti est aussi perceptible dans la parcelle occidentale. Le jardin intérieur disparaît complètement et est remplacé par une nouvelle construction, le bâtiment 5. Cette construction est probablement liée au bâtiment à la cave, proche, qui subit aussi quelques transformations dont la création de salles sur hypocauste. La domus orientale n’est pas épargnée par les modifications. Une partie de son aile ouest est rognée par la grande halle ou basilique, située au centre de la façade, afin d’établir un escalier assurant l’accès à l’étage de cet édifice. À ce moment, et avant la crise du iiie s., l’îlot sud connaît son occupation maximale. L’insula a subi tout au long de son histoire d’importantes modifications qui, malgré tout, semblent plus ou moins respecter l’organisation mise en place dès l’horizon II.

4.2 Le parcellaire du quartier

23h.k.

24L’étendue de la fouille de Monterfil II permet, pour la première fois dans la ville antique de Corseul, d’entrevoir sur une grande étendue l’organisation des vestiges les uns par rapport aux autres et ce, dès l’horizon I. Des limites apparaissent très tôt ; elles sont ensuite conservées jusqu’à l’abandon du quartier.

4.2.1 Les limites de l’horizon I

25La présence de fossés est‑ouest et nord‑sud pourrait indiquer l’existence d’un parcellaire défini relativement tôt. Certaines structures semblent en effet jouer un rôle important dans l’organisation de l’espace au cours de l’horizon I.

26Parmi les nombreux fossés, nous retenons plus particulièrement les trois fossés alignés au sud de la rue no 1 qui peuvent, en plus de leur rôle dans l’assainissement de ce quartier, délimiter dès l’horizon I des espaces de la ville bien distincts (fossés 157, 417 et 624). On émet avec prudence l’hypothèse d’un « plan d’urbanisme » qui, fixé dès la colonisation du plateau, aurait prévu des espaces publics et d’autres privés. Ce plan serait matérialisé sur le site fouillé, par ces trois fossés dont l’axe commun subsiste tout au long de son occupation. Il est, en effet, parfaitement repris plus tard par les murs de fond des galeries à portiques de la façade nord de l’insula sud (fig. 128). À ce moment, les portiques des bâtiments de cet îlot sud s’ouvrent sur le troisième état de la rue est‑ouest no 1. Ils remplacent le trottoir latéral de cette rue de l’horizon I en occupant exactement la même emprise. Cette continuité dans l’emplacement et l’emprise de cet espace de circulation est tout à fait nette au sud de la rue no 1. Il existe bien une limite particulière matérialisée lors de l’horizon I par des fossés plus importants qu’à l’accoutumée puis, lors des horizons III et IV, par les murs de fond des portiques des différentes constructions de la façade nord de l’îlot sud. Cette idée d’organisation peut aussi être confortée par la position particulière de ces trois fossés : le premier (157), à l’ouest, sépare le noyau d’occupation C de la rue no 1 et le second (417), plus à l’est, le noyau D de cette même rue. Au centre, là où il n’y a pas de fossé reconnu, aucune installation ne semble s’être développée lors de l’horizon I.

FIG. 128 ‒ Vue du fossé 417 au‑dessus duquel s’installe le mur de fond du portique de l’horizon III.

H. Kerébel

27Les implantations des autres structures de l’horizon I n’apparaissent pas non plus fortuites. D’autres limites susceptibles de correspondre à un parcellaire mis en place très tôt sont en effet perceptibles.

28On s’intéressera plus particulièrement à un axe nord‑sud matérialisé au sol de part et d’autre de la rue est‑ouest par, au sud, le fossé 124 et le mur de soutènement de la terrasse du bâtiment 10 (M 64), et au nord, par le retour du fossé 60 ou de son talus adjacent. Celui‑ci est ensuite remplacé lors de l’horizon II par le mur du portique arrière de l’aile ouest du grand bâtiment de l’îlot central (M 118). Cet axe particulier se trouve à environ 71 m (240 pieds de 0,296 m) du petit fossé nord‑sud 801 qui s’appuie à l’est contre le fossé sud de la rue no 1. Il est probable que, dès l’horizon I, ce fossé 801 délimitait, avec le fossé 802 à l’ouest, une emprise prévue pour l’implantation ultérieure de l’îlot sud et probablement également de la voirie attenante. Un tel schéma peut être aussi envisagé pour l’îlot central. Ces limitent n’empêcheront cependant pas une exploitation de ces espaces réservés pour les voiries nord‑sud. Ainsi, les fosses d’extraction d’argile 642, 644, 645 et 646 sont creusées à l’emplacement de la rue orientale (rue B). À l’ouest du site, l’emprise de la future rue nord‑sud A apparaît respectée sur le peu d’espace abordé lors de la fouille. Il est cependant probable que le fossé 60 du noyau A empiète sur cette emprise réservée. Dans le noyau d’occupation C, le bâtiment 10 s’installe à distance du petit fossé 802. Il respecte parfaitement l’emprise prévue pour l’installation de la rue A.

29Tous ces éléments tendent à démontrer une volonté d’organiser l’espace urbain dès l’horizon 1. Cette structuration s’accompagne apparemment d’un souci de répartition calculée de cet espace. En effet, la distance de 240 pieds entre l’axe nord‑sud défini précédemment et le petit fossé à l’est de l’îlot sud n’apparaît pas fortuite. Il nous semble qu’elle témoigne de l’existence de limites de parcelles fixées à partir d’une unité de mesure précise correspondant au côté de l’actus quadratus (120 pieds de 0,296 m). Nous serions tentés de proposer une hypothèse de modélisation de l’espace établie à partir de cette unité de surface dès l’horizon I mais les arguments restent encore peu précis. On retiendra en tout cas que, sur le site de Monterfil II, de nombreux éléments témoignent apparemment d’une volonté très rapide d’organiser l’espace urbain.

4.2.2 Le parcellaire de l’îlot sud

30Au cours de l’horizon I les grands fossés est‑ouest au sud de la rue no 1 pouvaient constituer une limite forte dans le paysage. Ces fossés sont comblés au plus tôt au cours du règne de Tibère mais la limite qu’ils matérialisaient est conservée. En effet, lorsque des bâtiments sont installés en façade de l’îlot au début du iie s. lors de l’horizon III, les murs de fond des portiques reprennent l’axe des anciens fossés, pérennisant ainsi la limite entre, au nord, un secteur dévolu au domaine public et, au sud, des espaces privés. Il est probable que cette limite importante était toujours matérialisée dans le paysage urbain au cours de l’horizon II. Rien ne nous indique cependant la nature de cette marque.

31D’autres limites apparaissent également nettement au cours des horizons III et IV (fig. 129). Ainsi, à l’est et à l’ouest de l’îlot sud, un grand ambitus est‑ouest (ambitus A) sépare les constructions de la façade nord de l’îlot de celles implantées plus au sud. Cette nouvelle limite devait exister également dès l’horizon II. En effet, les deux constructions de cette période sont implantées immédiatement au sud de cette limite (domus primitive no 13 et bâtiment à mosaïque no 12). Les terrains au nord restent non bâtis. De fait, cette limite ne sera réellement matérialisée dans le paysage urbain que lorsque des constructions contiguës créeront un ambitus.

FIG. 129 ‒ Plan schématique du parcellaire de l’îlot sud.

H. Kerébel

32Au cours de l’horizon IV, un nouvel ambitus (ambitus B), cette fois‑ci orienté nord‑sud, apparaît dans le paysage entre la domus à portique (bâtiment no 6) et le bâtiment no 5. Là encore, cette limite, qui prend appui sur le grand ambitus A, devait exister dès les phases précédentes, même si sa matérialisation dans l’espace n’apparaît pas encore clairement. Lors des horizons II et III, les constructions de la parcelle orientale (domus primitive puis domus à portique) respectent déjà cette limite mais, à ce moment, le centre de la parcelle n’étant pas encore construit, aucun autre mur ne vient constituer l’ambitus. Il faut attendre la création du bâtiment 5, lors de l’horizon IV, pour voir enfin l’ambitus dans le paysage.

33Il est fort probable que les deux limites que représentent les ambitii A B sont mises en place dès l’horizon II. Elles sont ensuite conservées malgré les transformations architecturales que subit l’insula lors des horizons III et IV. Ces deux éléments nous semblent suffisants pour envisager l’existence d’un parcellaire urbain définissant très tôt des espaces bien différenciés dans l’îlot. Ces espaces sont ensuite progressivement occupés.

34D’abord, un espace d’environ 30 pieds de large est défini en façade, le long de la rue est‑ouest, au nord de la limite B matérialisée par l’ambitus A (parcelle nord ou de façade). Cet espace ne sera pas bâti avant l’horizon III, sauf dans l’angle nord‑ouest de l’îlot où le bâtiment 10 semble antérieur à cette division parcellaire. Au sud de l’ambitus A et à l’est de l’ambitus nord‑sud B, une parcelle est occupée dès l’horizon II par une domus partiellement conservée (parcelle orientale). Cette propriété semble délimitée à l’est par le mur de fond du portique qui borde l’îlot le long de la rue nord‑sud orientale (rue B). Elle dispose d’une largeur est‑ouest équivalente à environ 35,5 m, soit 120 pieds.

35La délimitation de la parcelle, à l’ouest de l’ambitus nord‑sud B est plus délicate car, vers l’ouest, à partir de cette limite, la distance jusqu’au mur de fond du portique ouest de l’îlot est plus importante : 150 pieds, soit 30 pieds de plus que la parcelle orientale. Une mesure de 120 pieds pourrait éventuellement s’appliquer à cette parcelle occidentale comme pour la parcelle orientale. La distance de 30 pieds supplémentaires correspondrait alors à une bande de retrait le long de la façade ouest comme cela était déjà le cas au nord de l’îlot où la parcelle de façade de 30 pieds a été réservée à des édifices, à caractère commercial, installés en bordure d’un axe majeur. De telles activités peuvent être aussi envisagées dans cette bande de respect de 30 pieds conservée à l’ouest de l’îlot. La fouille ne s’étant pas étendue vers la façade occidentale de l’insula, rien ne vient confirmer une telle division et organisation. L’hypothèse est intéressante, mais ces 150 pieds peuvent aussi correspondre à une seule parcelle.

36Les deux parcelles orientale et occidentale évoluent différemment. Alors que la première semble conserver son intégrité tout au long de l’occupation du site, la seconde est scindée en deux propriétés différentes limitées tout de même à l’emprise de la parcelle occidentale d’origine. Les deux nouvelles constructions y sont alors séparées par un nouvel ambitus (ambitus C).

37La persistance des limites parcellaires tend à démontrer une organisation spatiale réfléchie de l’îlot sud. Il n’est pas impossible que les mesures de 120 pieds reconnues dans l’insula sud de Monterfil II témoignent d’une modélisation originelle basée sur l’unité de surface que serait l’actus quadratus, de 120 pieds de côté, étalonné sur le pes monetalis de 0,296 m (35,52 m de côté). L’organisation spatiale de cet îlot découle aussi peut‑être d’un « plan d’urbanisme » prévoyant, longtemps à l’avance, les lieux d’implantation des activités, commerciales par exemple, nécessaires au développement de l’agglomération. Il apparaîtrait alors probable que ce « plan d’urbanisme » soit contemporain de l’élaboration de la trame viaire orthogonale.

4.2.3 L’îlot central

38Une évolution similaire n’est pas perceptible au nord de la rue est‑ouest car nous ne disposons pas de suffisamment d’informations pour identifier un tel schéma. De l’îlot central, nous ne connaissons avec précision que la parcelle de façade qui s’étend sur la totalité de l’espace occupé précédemment par le noyau d’occupation A et par les quelques sols et structures à l’est du site de Monterfil II. Cette parcelle de l’îlot central, délimitée lors de l’horizon II, répond probablement à celle qui, au même moment, est constituée en façade de l’îlot sud. Ces deux parcelles semblent le résultat d’un projet d’urbanisme prévoyant des espaces pour le développement d’activités économiques. Il est possible, qu’en retrait de cette parcelle de façade de l’îlot central, nous puissions retrouver, comme dans l’îlot sud, une persistance entre des noyaux d’occupation de l’horizon I et des propriétés bien différenciées au cours de l’horizon II. Ces propriétés peuvent très bien être, comme dans l’îlot sud, occupées par des habitations.

4.3 L’architecture du quartier

39v.m., h.k.

40Les différentes opérations archéologiques organisées à Corseul jusqu’en 1986 n’avaient jamais permis d’aborder l’intégralité des constructions de la ville antique. Les surfaces dégagées étaient le plus souvent très restreintes ; seules les fouilles du Champ Mulon s’étendaient sur une superficie suffisamment importante pour permettre l’étude, malgré tout partielle, d’une domus (Chiché 1972). La grande étendue du site de Monterfil II a offert, pour la première fois, une telle possibilité.

41Le site comprend de nombreux bâtiments répartis de part et d’autre de la grande rue est‑ouest no 1. Seuls les plans des constructions en bordure immédiate de la rue no 1 sont entièrement conservés. Il faut rappeler que tous ces édifices sont fortement arasés. Dans l’îlot central, le corps de bâtiment qui s’étend sur toute la façade méridionale est intégralement reconnu (bâtiment 16). Il peut appartenir à un ensemble plus vaste occupant l’intégralité de l’îlot. L’aile ouest, le long de la rue A, n’a été abordée que par sondages. Les différents états de l’aile méridionale sont bien perçus lors des horizons II, III et IV. Dans l’îlot sud, les deux premières constructions de l’horizon II se poursuivent au‑delà des emprises de la fouille (bâtiments 12 et 13). Les plans des constructions qui apparaissent en façade lors de l’horizon III sont complets (bâtiments 1, 8 et 9). Dans cette même parcelle de façade, les édifices de l’horizon suivant sont également bien identifiés (bâtiments 4 et 7). Pour les constructions établies en retrait de cette parcelle de façade, au cours des horizons III et IV, seul le plan du bâtiment 2 dans la parcelle occidentale est complet. Enfin, la domus de la parcelle orientale (bâtiment 6) et le bâtiment à galeries de la parcelle occidentale (bâtiment 3) ne sont qu’en partie conservés.

42Les études architecturales se sont principalement concentrées sur les bâtiments des deux façades qui longent la grande rue no 1. Qui plus est, l’étude architecturale se limite aux états terminaux de ces façades, qui apparaissent les plus instructives. Cependant, pour la façade de l’îlot central, il s’avère également intéressant de présenter l’architecture du bâtiment 16 initial apparu lors de l’horizon II. Son étude enrichit d’autant celle des états suivants.

43Les hypothèses de restitution graphique des édifices sont nées grâce à une analyse attentive de toutes les données fournies par la fouille. Le travail le plus important a été réalisé sur le relevé général du site, par l’étude de tous les détails structurels qui donnent des informations permettant de définir avec certitude l’aspect et le contenu de chaque construction prise en compte individuellement.

44Ainsi, il a été possible d’obtenir une répartition des édifices en différentes typologies. Ensuite, la confrontation de ces ensembles typologiques avec la chronologie déterminée par la fouille a permis d’arriver à une vision cohérente des deux îlots.

45Un autre élément fondamental a été pris en considération : la stratigraphie des murs, mise en relation avec les diverses phases de la construction et avec les techniques mises en œuvre dans les différentes parties du quartier.

46Peu d’éléments de construction sont conservés. On notera surtout quelques blocs intégrés dans les fondations de certains édifices et quelques vestiges lapidaires. Tous les blocs travaillés recueillis constituent cependant un ensemble très homogène car tous les fûts, bases et chapiteaux retrouvés sont à rattacher au style toscan (tuscunicae dispositiones, Vitruve, De Architectura IV, VII, 2‑3). En cela, le quartier de Monterfil II ne diffère nullement du reste de l’agglomération pour laquelle nous disposions déjà d’un nombre important d’éléments architecturaux majoritairement d’ordre toscan.

47Tous les bâtiments semblent conçus avec des parois en argile et en bois (opus craticium) comme le démontrent les quelques éléments rubéfiés retrouvés dans les niveaux de destruction et, les incrustations d’argile au revers de nombreux fragments d’enduits peints.

48Les couvertures sont en terre cuite (tegulae et imbrices). Les mesures des tegulae varient, sur les quelques individus complets recueillis, de 0,30 m à 0,32 m de largeur pour 0,40 m à 0,42 m de longueur.

4.3.1 Tuscanicae dispositiones

49v.m., p.a.

50Il convient tout d’abord de rappeler succinctement les règles des proportions qui régissent l’architecture antique. Cela permettra de situer et de préciser les fondements du raisonnement qui a permis d’élaborer notre hypothèse de restitution. Une fois ce cadre défini, nous nous attarderons sur les caractéristiques de l’ordre toscan, puisque tous les éléments du lapidaire trouvés à Corseul jusqu’à ce jour appartiennent à ce style.

4.3.1.1 Les proportions dans la construction antique

51Vitruve commence ainsi le chapitre ier du Livre III du De Architectura, consacré à la construction des temples : « L’ordonnance d’un édifice consiste dans la proportion qui doit être soigneusement observée par les architectes. Or la proportion dépend du rapport, que les Grecs appellent analogie ; et par rapport, il faut entendre la subordination des mesures au module, dans tout l’ensemble de l’ouvrage, ce par quoi toutes les proportions sont réglées ; car jamais un bâtiment ne pourra être bien ordonné s’il n’a cette proportion et ce rapport, et si toutes les parties ne sont, les unes par rapport aux autres, comme le sont celles du corps d’un homme bien formé. » (Vitruve, Gros 1990‑92.)

52La proportion consiste en l’utilisation d’une unité définie qui sert de référence pour déterminer la mesure de chaque composante de la construction. Elle ne s’obtient que grâce à une relation précisément définie entre ces composantes. C’est l’observation par les Anciens des rapports de proportion existant entre les différentes parties du corps humain qui leur a fait appliquer cette règle à l’élaboration des édifices architecturaux : « Dans les ouvrages accomplis, il faut également qu’existe une parfaite correspondance modulaire entre les composantes prises individuellement et la configuration de l’ensemble. » Toutes les unités de mesure transmises par les Grecs se réfèrent d’ailleurs à une partie du corps humain : doigt, palme, pied, coudée (III, 1, 5). Et la mesure du pied se retrouve 6 fois dans la hauteur du corps d’un homme (III, 1, 7), ce qui, d’après Vitruve, est une des raisons de la perfection accordée à ce chiffre.

53Définissant les différents types de temples, au chapitre III, Vitruve montre alors que la hauteur de la colonne varie en fonction de chaque typologie et du rythme de la colonnade. C’est le diamètre de la colonne qui sert de module. Dans les temples aérostyles, le diamètre correspond au 1/8 de la colonne ; dans le diastyle, le rapport est de 8 fois 1/2 ; dans le systyle, on retrouve 9 fois 1/2 la mesure du diamètre dans la hauteur de la colonne et dans le pycnostyle, 10 fois.

54Le module, défini par la mesure du diamètre de la colonne, sert également à établir le calcul des entrecolonnements. Le non‑respect de ces règles crée un déséquilibre entre la hauteur et le rythme des colonnes.

55Dans le Livre IV, Vitruve illustre ainsi la naissance des différents ordres architecturaux : les Ioniens voulant construire un temple à Apollon, à l’imitation des temples grecs, mais ignorant quelle proportion donner à la colonne, choisirent le rapport de 1 à 6 entre son diamètre et sa hauteur : ils se référaient ainsi à la mesure du pied d’un homme qui correspond à 1/6 de sa taille et déterminaient le premier rapport régissant l’ordre dorique.

56Puis, désireux de construire un temple en l’honneur de Diane, ils utilisèrent cette fois un rapport de 1 à 8 entre le diamètre et la hauteur de la colonne, donnant un effet plus élancé et féminin à l’édifice. Les volutes du chapiteau ionique évoquant les boucles de la chevelure et le tore de la base correspondant à l’attache de la chaussure renforcent encore cette impression.

57Le rapport régissant ces ordres devait plus tard évoluer dans une proportion de 1 à 7 pour le dorique et de 1 à 8 1/2 pour l’ordre ionique.

4.3.1.2 L’ordre toscan

58Vitruve n’utilise pas, pour définir l’ordre toscan et sa colonne, les termes qui désignent un ordre : genus, mot ou ordo, mais l’expression tuscanicae dispositiones. En effet, si on le compare aux « ordres » traditionnels, le toscan offre un entablement incomplet où la frise est inexistante et la corniche réduite au minimum. L’architrave (trabes) et le débord de la toiture reposant sur des poutres (traiecturae mutulorum) en deviennent les éléments essentiels, mais ils apparaissent comme autant de parties isolées, décrites séparément de la colonne. Une fois assemblés, ils créent un mode de construction « à l’étrusque », sans toutefois pouvoir constituer un véritable « ordre » architectural.

59Le point de départ de cette manière de construire reste imprécis. Dans des édifices réalisés en bois ou en briques crues, les colonnes, elles‑mêmes en bois, n’ont pas résisté au temps. Les quelques indices de traces de colonnes existants (cf. temple A de Pyrgi, Latium, Italie) ne permettent pas d’en tirer une typologie. Les seuls témoignages sont les représentations retrouvées dans les tombes, sculptées ou peintes. Leurs proportions sont faussées, mais elles permettent de définir les éléments distinctifs de la colonne toscane d’origine : une base annelée, un fût lisse à profil galbé, un chapiteau simple à échine renflée.

60Tandis qu’en Grèce, la construction des temples ionique et dorique suit des règles strictes, déterminées par l’utilisation d’un module de référence et par le jeu des rapports de proportion entre les différents éléments, le temple étrusque semble régi par un système en perpétuelle évolution, à la recherche de nouvelles solutions technologiques et stylistiques (Morolli 1992).

61À l’époque d’Auguste, pour répondre à l’hégémonie des temples périptères grecs par l’invention d’un modèle italique antérieur, Vitruve cherche à inscrire l’ordre toscan dans un système modulaire proche de celui des ordres grecs : au rapport entre la largeur et la longueur de l’édifice, il donne une proportion de 5 à 6. Et il attribue à la colonne toscane le même rapport que celui de l’ordre dorique évolué : ses proportions sont fondées sur un rapport de 1 à 7 entre le diamètre de la colonne et sa hauteur. Le module ainsi défini sert de référence pour calculer également l’entrecolonnement ou la saillie des mutules de la corniche. Mais contrairement à l’ordre dorique, la colonne toscane est dotée d’une base (plinthe circulaire surmontée d’un tore). Les chapiteaux toscan et dorique sont eux‑mêmes très voisins, avec une division en trois parties qui se répondent : abacus, echinus et hypotrachelion cum apophysi pour le premier ; plinthus cum cymatio, echinus cum anulis et hypotrachelion pour le second.

62Dans l’architecture romaine, l’ordre dorique grec perd progressivement, semble‑t‑il, ses caractéristiques pour disparaître au profit de l’ordre toscan :
‒ le chapiteau dorique qui avait évolué en Grèce en tronc de cône renversé reprend avec les Romains sa forme initiale d’échine en 1/4 de rond, analogue au chapiteau toscan ;
‒ le fût dorique perd ses cannelures pour devenir lisse, comme le fût toscan ;
‒ la colonne dorique romaine se dote d’une base, absente de la colonne dorique grecque, à l’image de la colonne toscane.

63La seule trace du dorique subsiste alors à l’entablement, avec le maintien du rythme métopes‑triglyphes.

Le destin de l’ordre toscan

64Redécouvrant Vitruve et l’Antiquité à la lumière des monuments subsistants ou récemment découverts, les architectes de la Renaissance ont tenté de théoriser à propos de l’ordre toscan, le considérant comme un « ordre » à part entière, en marquant son antériorité par rapport au dorique. Ils proposent des variantes aux règles de Vitruve dont on peut supposer qu’elles s’appuyaient sur l’observation autant que sur la théorie. Tous soulignent la simplicité et la rusticité de ce style qui en font aussi la robustesse.

65Serlio, le premier, présente le toscan comme un ordre distinct, qu’il différencie totalement du dorique. Pour ce faire, il attribue au toscan un rapport de 1/6 entre le diamètre du fût et la hauteur de la colonne avec la base et le chapiteau, contestant ainsi le rapport de 1 à 7 défini par Vitruve. D’autre part, il le dote de tous les attributs d’un ordre véritable : un piédestal apparaît sous l’ensemble entablement/colonne, tandis qu’une frise s’introduit entre l’architrave et la corniche.

66Vignole, au contraire, rétablit la proportion de 1 à 7 entre le diamètre du fût et la hauteur de la colonne. Pour les autres éléments, architrave, frise et corniche, il applique la règle trouvée dans les autres ordres.

67Andrea Palladio propose deux versions du toscan. L’une conforme à Vitruve, avec plinthe circulaire à la base de la colonne, architrave en bois, absence de frise et fort débord des mutules de la corniche. L’autre moderne, avec ajout du piédestal, plinthe carrée à la base de la colonne, frise au‑dessus de l’architrave et corniche très peu saillante.

68Enfin Vincenzo Scamozzi propose une augmentation de la hauteur des colonnes. « Elles doivent être, écrit‑il, hautes de 7 modules et demi, et ne perdront rien à être de 8 modules. »

69Les caractéristiques des tuscamcae dispositiones ainsi définies se retrouvent dans la restitution architecturale du site de Monterfil II, confirmées par les données de fouille. Le rapport modulaire identifié dans les portiques qui longent les bâtiments sur la rue –il est ici de 1/8, comme nous en ferons la démonstration–, donne une construction aérée et élancée, empreinte d’une certaine élégance susceptible d’attirer la clientèle de ce quartier probablement commerçant.

70L’utilisation de l’architrave et des mutules en saillie, sans frise et sans corniche, aboutit à une structure à la fois simple et robuste, qui a permis au cours de l’évolution de ces deux îlots une souplesse d’adaptation, aussi bien lors des modifications des portiques que des ajouts successifs de bâtiments.

4.3.2 Les blocs de Monterfil II

71Les fragments de chapiteaux sont les plus nombreux. Ils présentent tous un profil similaire, à quelques détails près : abaque carré, échine (listel plat, doucine), couronnement du collet (cavet, listel plat) et collet (fig. 130, nos 1, 2 et 3).

72Les fûts sont lisses et parfois galbés. Sous le collet, un astragale termine le fût. Il se compose à chaque fois d’un tore au‑dessus d’un listel plat. Parfois, un cavet sous le listel complète cet ornement (fig. 130, nos 1 et 4). À la base du fût, l’apophyge est parfois bien marquée.

FIG. 130 ‒ Blocs d’architecture de Monterfil II.

Y. Maligorne

73Une base toscane sans plinthe, composée seulement d’un tore sous un listel plat, semble avoir été préférée dans les constructions du chef‑lieu de la cité des Coriosolites. Deux fragments de base recueillis sur Monterfil II présentent avec certitude ce profil (fig. 130nos 6 et 7). Un troisième fragment (fig. 130no 8), plus abîmé, présente un profil de base attique caractérisé par deux tores surmontés chacun d’un listel et séparés par une gorge ou scotie également sous un listel. L’association de cette dernière base avec une colonne toscane témoigne d’une utilisation à Corseul d’un style toscan probablement ionisé.

74Les différences de mensuration entre les blocs témoignent de l’appartenance de ces éléments à plusieurs colonnades. Sous les chapiteaux, les diamètres des fûts varient de 0,275 m à 0,388 m (no 1 : 0,275 m ; no 2 : 0,325 m ; no 3 : 0,308 m ; no 4 : 0,288 m ; no 5 : 0,388 m). La seule base complète (no 6) présente un diamètre de 0,60 m au niveau du tore et de 0,465 m au départ du fût, au‑dessus de l’apophyge. Cette base et le chapiteau no 5, qui proviennent des niveaux de destruction du bâtiment 2, appartiennent probablement à une même colonne. Un rapport de 1,2 s’applique alors entre le haut et le bas du fût de cette colonne (0,388 x 1,2 = 0,465).

75Les éléments de grand appareil de Monterfil II témoignent tous d’une maîtrise affirmée du travail de la pierre malgré quelques imperfections. L’analyse des matériaux utilisés permet de mettre en lumière une très grande homogénéité des sources d’approvisionnement en pierre. À l’exception de deux éléments provenant du massif de Brusvily, au sud de Corseul, tous les autres blocs utilisent un matériau tiré du massif de Languédias situé à une dizaine de kilomètres au sud‑est de l’agglomération, distance peu importante évitant un charroi long et onéreux. Cette roche, qui se caractérise par un grain très fin, à l’inverse de la première, se prête bien à la taille d’éléments moulurés. La couleur claire de la roche témoigne d’une exploitation des couches superficielles du massif granitique. En profondeur, le granité de Languédias revêt une couleur bleutée.

76Un tambour de colonne lisse dispose d’une console moulurée (fig. 130no 9). Sur celle‑ci, se succèdent, sous un large bandeau bipartite, deux doucines surmontant chacune un listel et l’amorce d’une dernière moulure que l’on ne peut identifier. Si les deux moulures supérieures ont un plan rectiligne, les deux moulures inférieures ont un plan courbe et servent de transition entre la console et le fût. Le lit d’attente du tambour est percé d’un trou de scellement quadrangulaire (5 x 3,7 x 3 cm). Il peut s’agir d’un bloc retravaillé dont les proportions d’origine ne peuvent être retrouvées.

77Les autres éléments architecturaux recueillis ne sont pas travaillés. Quelques blocs, bruts de taille en général, renforcent les fondations des constructions aux emplacements des colonnes des portiques ou des piliers des ossatures en bois des constructions.

4.3.3 Les colonnes de Monterfil II

78Dans les tuscanicae dispositiones de Vitruve, le rapport entre le diamètre inférieur du fût et la hauteur de la colonne est de 1/7. Cette rigueur n’est nullement généralisée. Un rapport variant entre 1 à 6 et 1 à 8 se rencontre couramment sur différents sites.

79L’état de conservation des vestiges des deux îlots autorise une analyse métrologique approfondie aboutissant à la définition de rythme d’architecture tant dans les portiques que dans les constructions en retrait.

80Les portiques des bâtiments 1 et 8, installés aux deux extrémités de la façade de l’îlot sud, sont les mieux conservés. De nombreux blocs entrecoupent à intervalles réguliers les murs en petit appareil. Ils correspondent à chaque fois aux emplacements des colonnes. Ils fournissent ainsi les rythmes de ces colonnades :
‒ 3m environ pour le portique du bâtiment 1 longeant la rue A ;
‒ 3,70 m environ pour le portique du bâtiment 8 ouvert sur la rue no 1 ;
‒ 2,65 m environ pour le portique du bâtiment 8 donnant sur la rue B.

81Dans le portique nord du bâtiment 8, les dimensions des blocs de soutènement des colonnes varient entre 0,60 m et 0,65 m, mesures correspondant à celles de la base toscane découverte dans ce même îlot (fig. 130no 6). Le toscan se caractérise par une hauteur de la colonne égale à l’entraxe. Il faut donc envisager pour cette colonnade, une hauteur proche de 3,70 m. Dans ce cas, le rapport entre le diamètre inférieur du fût de colonne du bloc no 6 (0,465 m) et la hauteur de la colonne est de 1 pour 8 (0,465 x 8 = 3,72 m) (fig. 131).

FIG. 131 ‒ Proposition de restitution d’une colonne de Monterfil II.

V. Mutarelli

82De l’autre côté de la rue, le portique A du bâtiment 16, ne conserve aucun bloc de colonne. L’étude métrologique des vestiges permet cependant de retrouver une même mesure de 3,70 m entre l’entraxe du mur de soutènement du portique (M 110) et l’entraxe du mur du bâtiment 16 en retrait (M 112). L’utilisation, dans un portique toscan, d’une même mesure pour la hauteur de la colonne, le rythme de la colonnade et l’entraxe entre les murs du portique constitue le schéma idéal généralement rencontré. Vu la mesure de 3,70 m évoquée précédemment, il faut envisager pour le portique du bâtiment 16 de Monterfil II, un rythme de colonnade de 3,70 m. Ceci nécessiterait alors l’utilisation d’une colonne d’une hauteur également de 3,70 m et d’un diamètre, à la base du fût, de 0,465 m comme dans le bâtiment 8.

4.3.4 Le bâtiment 16 (horizon II)

83Il faut attendre quelques décennies et le règne de Néron pour voir enfin l’édification d’un grand ensemble architectural occupant la totalité de la façade de l’îlot central. Ce premier projet de l’îlot central constitue le point de départ du développement de l’urbanisme des abords de la rue no 1 (fig. 27).

84Le bâtiment 16 est le résultat d’un seul programme architectural qui peut concerner la totalité de l’îlot. L’édifice n’est cependant pas connu dans son intégralité mais, il semble se composer de trois parties :
‒ une partie principale le long du grand axe de communication que constitue la rue no 1 ;
‒ une seconde aile installée le long de la rue secondaire A ;
‒ et vraisemblablement une troisième aile, le long de la rue B. Il est probable qu’une quatrième aile borde la rue no 2 en amont de l’îlot.

85La construction s’ouvre sur les rues no 1, A et B à l’aide d’un portique continu présentant des proportions différentes en fonction de l’importance des rues adjacentes. À l’arrière, un péristyle s’ouvre sur une cour intérieure. Seule la partie principale, ouverte sur la rue no 1, peut faire l’objet d’une étude architecturale approfondie car les données sur les prolongements de l’édifice dans le reste de l’îlot sont encore trop lacunaires.

4.3.4.1 Les principes de base de la construction

86Le premier corps de bâtiment de la façade méridionale se décompose en cinq espaces bien différenciés répartis sur les trois terrasses définies à partir des données de terrain et de l’étude des structures :
‒ chaque extrémité est occupée par une pièce quadrangulaire (à l’ouest, pièce a et, à l’est, pièce h) ;
‒ au milieu, sur l’intégralité de la terrasse centrale, un ensemble de superficie plus grande est divisé en trois parties : deux grandes salles rectangulaires (pièces c et d) séparées par deux pièces (e et f) ;
‒ de part et d’autre de cette partie centrale, l’espace est occupé par deux alignements de pièces quadrangulaires (pièces b1 à b 14) (cf. supra, chap. 2).

87Les principes généraux du projet architectural du bâtiment 16 ressortent clairement à travers l’étude métrologique. La philosophie du bâti antique y apparaît nettement. Le bâtiment est en effet conçu selon des règles architecturales précises issues d’une vision de l’espace basée sur des rapports proportionnels.

88L’étude métrologique montre que l’emprise du bâtiment 16 ne prend pas en compte les murs de soutènement des portiques longeant les trois rues. L’édifice s’intègre en effet dans un rectangle, de longueur cinq fois supérieure à sa largeur, s’appuyant contre les parements internes de ces murs. Il semblerait en fait que les murs des portiques appartiennent à l’espace public. Ceci expliquerait alors que ces structures ne sont jamais modifiées tout au long de l’occupation du site car elles représentaient des limites immuables.

89L’étude aboutit aussi à la définition de rapports dans la répartition interne de cette emprise rectangulaire. Ainsi, on constate à nouveau l’utilisation d’un rapport de 1 à 5 dans la division de la largeur de la construction où trois ensembles bien distincts sont perceptibles :
‒ le portique A de façade occupant 1/5 de la largeur ;
‒ les pièces du bâtiment, 3/5 de la largeur ;
‒ et le portique B ouvert sur la cour, 1/5 de la largeur (mur compris).

90Un même système est appliqué dans le sens de la longueur (est‑ouest) :
‒ pièces des extrémités, 3/5 de la largeur chacune ;
‒ partie centrale, 6/5 de la largeur (double des pièces des extrémités) ;
‒ toutes les pièces quadrangulaires réunies, 11/5 ;
‒ portiques ouest, est et passage g, 2/5.

4.3.4.2 Les dimensions du bâtiment 16

91Dans le sens est‑ouest, le projet s’étend entre les deux murs qui, à l’est (M 136) et à l’ouest (M 111) délimitent l’îlot, soit sur une longueur d’environ 81,40 m (275 pieds). De même, dans le sens nord‑sud, le mur du portique A (M 110) est exclu des mesures du bâtiment 16. À l’inverse, le mur du portique B, au nord de la construction (M 125), est comptabilisé dans cette mesure car appartenant au projet. Dans cette optique, la largeur de l’édifice équivaut à près de 16,30 m (55 pieds) représentant le cinquième de sa longueur (55 pieds x 5 = 275 pieds). Compte tenu de ces dimensions, le bâtiment 16 couvre une superficie supérieure à 1 300 m2 ce qui en fait l’édifice connu le plus important de la ville antique. Tous les murs de l’édifice ont une largeur d’environ 0,46/0,47 m.

92La métrologie générale permet de trouver un même rapport entre toutes les mesures du bâtiment et le diamètre inférieur du fût de la colonne proposée pour le portique : 0,465 m (tabl. xv). Cette mesure du fût de la colonne constitue alors le module de base de toute la construction. La découverte de ce rapport idéal témoigne de l’utilisation dans ce bâtiment des règles d’architecture préconisées par Vitruve (De Architectura, IV).

TABL. XV ‒ Mesures du bâtiment 16 calculées en fonction du module de 0,465 m.

4.3.4.3 Les portiques

93Le portique le plus important borde la grande rue est‑ouest no 1 (portique A) (fig. 27). Il se poursuit le long des façades occidentale et orientale tout en étant plus étroit (portique C à l’ouest et D à l’est). À l’arrière de l’édifice, le portique B s’ouvre sur la cour intérieure de l’îlot. Il se prolonge le long de l’aile ouest par le portique E.

Le portique A

94Le portique A longe la totalité de l’édifice. Il est entrecoupé par des escaliers assurant le lien entre les trois terrasses sur lesquelles s’est installée la construction. Il dispose d’une longueur de 175 modules de 0,465 m ou 275 pieds de 0,296 m (environ 81,40 m). La largeur utile du portique équivaut à 7 modules (11 pieds pour environ 3,25 m). La largeur du portique A correspond au 1/5 de la largeur totale de l’édifice.

95L’état d’arasement important des murs n’a guère permis de reconnaître les emplacements des colonnes du portique A qui auraient pourtant facilité l’identification du rythme de la colonnade. L’étude métrologique pallie cette difficulté grâce à la découverte d’une mesure de 3,70 m environ entre l’entraxe du mur de soutènement du portique (M 110) et l’entraxe du mur du bâtiment 16 en retrait (M 112). Par déduction, le rythme de la colonnade du portique A et la hauteur des colonnes est également de 3,70 m environ. Dans cette optique, le portique A du bâtiment 16 respecte le schéma idéal généralement rencontré dans le style toscan où, une même mesure s’applique pour la hauteur de la colonne, le rythme de la colonnade et l’entraxe entre les murs du portique. Comme pour le bâtiment 8 de l’îlot sud, ceci implique alors l’utilisation d’une colonne dont le fût à la base a un diamètre de 0,465 m (rapport de 1 pour 8 : 0,465 x 8 = 3,72 m). Cette mesure correspond au module constaté dans toute l’architecture du bâtiment 16.

96Un rythme d’environ 3,70 m pour la colonnade s’applique parfaitement sur la terrasse orientale où, depuis le pilier de l’angle sud‑est du portique, huit colonnes se succèdent à intervalles réguliers jusqu’au mur de soutènement de la terrasse centrale (dépl. IIa). Cette mesure se confirme également sur la terrasse centrale. Là, un pilier à l’est, suivi de cinq colonnes, prolonge le portique vers la terrasse occidentale où, à l’inverse des deux premières terrasses, le rythme de 3,70 m environ ne semble pas s’appliquer. Les contraintes du terrain, les structures et les rythmes de symétrie de l’édifice (harmonie générale du bâtiment) y imposent en effet un portique dont la colonne a une hauteur de 3,25 m environ équivalant à seulement 7 modules de 0,465 m au lieu de 8 pour les colonnades des deux autres terrasses.

97Le projet de l’architecte est conçu de manière à donner à l’édifice une forte homogénéité, en particulier à travers l’utilisation du même module dans l’ensemble de la construction. Ce souci est également présent dans la physionomie générale de l’édifice. Ainsi, on retrouve, pour les toitures des portiques, un même décalage entre les terrasses. À chaque fois, le sommet du toit du portique en aval se trouve dans l’alignement du sommet de l’architrave du portique en amont. Cette volonté d’harmonie a obligatoirement été confrontée au problème de l’importance du dénivelé naturel du terrain qui nécessita l’édification d’une terrasse occidentale plus élevée que les deux autres. Le respect de l’harmonie de la toiture du portique impose alors l’utilisation, sur la terrasse occidentale, d’une colonne de portique d’une hauteur inférieure d’un module à celle des deux autres terrasses (7 modules de 0,465 m au lieu de 8, 3,25 m au lieu de 3,70 m environ).

Le portique B

98La deuxième galerie, à l’arrière de l’édifice, s’ouvre sur la cour intérieure de l’îlot central (portique B) (fig. 27). Du côté ouest, elle est prolongée par un portique secondaire qui, orienté vers le nord, longe l’aile ouest de la construction (portique E).

99Comme le portique A, cette nouvelle galerie correspond au 1/5 de la largeur de l’édifice (7 modules, 11 pieds, 3,25 m). Sa surface utile est cependant moindre (6 modules) car l’espace réservé à ce portique intègre également l’épaisseur de son mur correspondant à 1 module.

100L’aspect du portique B est sans doute complètement différent de celui du portique A. L’organisation interne de l’édifice préconise en effet l’existence, à l’étage, d’une deuxième galerie desservant toutes les pièces du niveau supérieur, salles non accessibles semble‑t‑il depuis les pièces du rez‑de‑chaussée. Il faudrait alors restituer, à l’arrière de l’édifice, une double galerie dont le niveau supérieur était accessible depuis l’escalier f (fig. 27) à l’arrière de la salle e, pièce centrale assurant le lien entre le portique A et la rue no 1 et la cour à l’intérieur de l’îlot. Cet aménagement serait semblable à celui perçu sur l’auberge de Xanten (Heimberg, Rieche 1986).

Les portiques C et D

101Le portique A se poursuit vers le nord en longeant les deux tours d’angle du bâtiment 16 (portique C à l’ouest et portique D à l’est) (fig. 27). Les deux galeries, ouvertes sur les deux rues nord‑sud A et B, ne semblent pas se prolonger au‑delà de la construction. Chacune dispose d’une largeur utile de 4 modules (1,86 m environ).

102La colonnade du portique C, à l’ouest, débute par une colonne implantée dans l’alignement du mur de fond du portique A. Les emplacements des soubassements des colonnes sont conservés malgré l’arasement des murs. L’écartement entre chaque bloc, d’entraxe à entraxe, est d’environ 3 m (6,5 modules). Les colonnes devaient, en toute logique, avoir une hauteur de 3 m environ.

103Aucun bloc de la colonnade de la galerie D n’est conservé. Il semble cependant que l’écartement entre chaque colonne soit aussi de 3 m. Ce portique contiendrait alors cinq colonnes entre les deux piliers des extrémités (fig. 134).

FIG. 134 ‒ Restitution de l’extrémité orientale du bâtiment 16 lors des horizons III et IV.

V. Mutarelli

Le portique E

104Enfin, le dernier portique prolonge la galerie B le long de l’aile ouest (portique E). Aucun élément ne permet d’envisager son aspect.

4.3.4.4 Le corps du bâtiment

La terrasse occidentale

105Sur la terrasse occidentale, la première salle (salle a), à l’extrémité ouest de la construction, s’intégre parfaitement dans un espace quadrangulaire de 21 modules (9,75 m environ) (fig. 28). Vers l’est, le reste de la terrasse est occupé par les huit salles alignées sur deux rangs. Ces pièces sont réparties sur une emprise de 44 modules dans le sens est‑ouest (20,50 m environ) pour 21 modules dans le sens nord‑sud. L’espace interne de chaque pièce de l’alignement sud correspond à un carré de 10 modules de côté (4,65 m environ). Les pièces de l’alignement nord sont plus réduites (10 modules d’est en ouest pour 8 modules du nord au sud, soit 3,72 m environ) (fig. 132).

FIG. 132 ‒ Coupe transversale nord‑sud du bâtiment 16 de l’horizon II au niveau des pièces quadrangulaires b2 et b6.

V. Mutarelli

La terrasse centrale

106La superficie de la terrasse centrale correspond à 42 modules dans le sens est‑ouest (19,50 m environ) sur 21 modules dans le sens nord‑sud. La terrasse se divise en trois espaces (fig. 29). À chaque extrémité, des grandes salles s’étendent sur toute la largeur de la construction. La pièce c à l’ouest mesure 14 modules de large (6,50 m environ), la pièce d à l’est, 13 modules (6,05 m environ). Les pièces e et f, au centre, occupent un espace de 11 modules dans le sens est‑ouest (5,10 m environ) pour, dans le sens nord‑sud, 12,5 modules pour la première (5,80 m environ) et 5,5 modules pour la seconde (2,55 m environ).

La terrasse orientale

107Cette terrasse débute à l’est par la salle h (fig. 30) qui s’intégre, comme la pièce a, dans une emprise quadrangulaire de 21 modules de côté. Le bâtiment se poursuit vers l’ouest par une pièce longitudinale (pièce g), passage entre les deux côtés du bâtiment, occupant 6 modules de 0,465 m (2,80 m environ). Ensuite, le reste de la terrasse comprend deux nouvelles rangées de trois salles (pièces b9 à b 14) de dimensions identiques à celles de la terrasse occidentale.

4.3.4.5 Les caractéristiques architecturales de l’édifice

108Les deux extrémités, plus hautes que le reste de l’édifice, dominent l’ensemble de la construction (dépl. IIa). Entre ces deux parties, l’équilibre général du bâtiment est assuré par une seule couverture effaçant ainsi les ruptures occasionnées par les terrasses. À l’avant du bâtiment, le portique A présente une homogénéité malgré les différences de niveaux. La double galerie ouverte sur la cour intérieure participe pleinement à cette conception en rejetant à l’arrière du bâtiment les éléments fonctionnels de l’édifice (escalier, coursive, portes de l’étage...). L’architecte a en fait conçu son projet afin de masquer les contraintes du terrain et d’assurer à la façade principale, en bordure de la grande rue no 1, une physionomie harmonieuse et « monumentale ».

109La caractéristique la plus importante réside dans l’organisation de la construction entre les deux extrémités. Le bâtiment se singularise par la présence, en son milieu, d’une pièce constituant le centre « névralgique » du système (pièce e). Cette salle assure l’accès, depuis le portique principal, à l’escalier menant à l’étage (pièce f). Elle assure aussi une transition entre l’extérieur et la cour au centre de l’îlot. Elle constitue probablement une salle commune à tous les utilisateurs du bâtiment.

110Le bâtiment se distingue également par la présence de quatorze salles quadrangulaires desservies par les portiques A et B (fig. 27). Un nombre similaire de pièces de superficie identique est envisageable à l’étage. Elles sont desservies par le deuxième niveau de la double galerie à l’arrière de l’édifice. L’accès à celui‑ci s’effectue depuis le premier niveau par l’escalier de la pièce f. Au rez‑de‑chaussée, l’ouverture de chaque pièce vers les portiques s’effectue par de larges et hautes portes toscanes.

111Dans nos propositions de restitution, les hauteurs des différentes parties du bâtiment sont calculées afin de donner à l’édifice une parfaite harmonie, en compensant les différences de niveaux entre les trois terrasses. La partie centrale de l’édifice, entre les deux tours des extrémités, atteint une hauteur totale, sur la terrasse occidentale, d’environ 9,77 m soit 21 modules, sur la terrasse centrale, d’environ 12 m soit 26 modules et sur la terrasse orientale, d’environ 13,50 m soit 29 modules. À chaque extrémité, le sommet du toit vient s’appliquer sous la corniche qui, avant la toiture, surplombe les parties plus élevées du bâtiment que constituent les tours d’angles. À l’ouest, la hauteur totale de la tour de l’extrémité du bâtiment est d’un peu plus de 12 m (26 modules), celle à l’est d’environ 16,30 m (35 modules).

112Toutes ces dispositions témoignent bien de l’application à Corseul d’un plan conçu par des architectes. Cet édifice apparaît être le résultat d’une commande prévoyant dès le départ une organisation particulière et un certain nombre de pièces, peut‑être ensuite réparties entre différents utilisateurs.

4.3.5 Les évolutions finales des façades des deux îlots

113L’horizon III voit le développement d’un projet architectural prenant en compte la globalité des abords immédiats de la rue no 1. Au nord, dans l’îlot central, le bâtiment 16 fait l’objet de quelques transformations sur les terrasses orientale et occidentale. Au sud de la rue, l’îlot connaît un premier projet architectural concernant l’intégralité de la façade. Ce projet semble répondre à celui conçu quelques décennies auparavant pour la façade de l’îlot central. Il comprend, à chacune des extrémités de la façade, un bâtiment rectangulaire disposant d’un portique et au centre, une halle dépourvue de galerie de façade.

114L’horizon IV connaît les dernières évolutions des deux projets architecturaux. Les nouveautés de l’horizon III sont conservées. Les salles du bâtiment 16 qui occupent la terrasse centrale sont entièrement revues ainsi, semble‑t‑il, que la circulation interne de l’édifice. Au sud de la rue, la halle centrale (bâtiment 9) du projet de l’horizon III est remplacée par une construction plus importante disposant cette fois‑ci d’un portique ouvert sur la rue no 1 (bâtiment 4). Enfin, de nouvelles entités sont construites sur la partie de la terrasse orientale restée non bâtie lors de l’horizon III.

4.3.5.1 Les modifications du bâtiment 16

115Les modifications qui affectent le bâtiment 16 au début du iie s. concernent principalement les deux extrémités et l’ensemble de huit pièces de la terrasse occidentale qui disparaît (fig. 39).

116Le portique B est en partie détruit par les restructurations de l’horizon III. À l’est, il ne se prolonge plus jusqu’au portique D. Il vient désormais buter contre le nouvel ensemble de l’extrémité orientale du bâtiment qui dispose de deux salles distinctes (salles m et n). À l’ouest, sur la terrasse occidentale, il est condamné par la nouvelle grande salle k qui remplace les huit pièces quadrangulaires de la terrasse occidentale. Cette nouvelle salle, d’une superficie supérieure à 200 m2 est divisée en trois nefs par deux alignements de trois poteaux, distants l’un de l’autre, d’entraxe à entraxe, d’environ 4,30 m (14,5 pieds) pour l’allée centrale et d’un peu moins pour les deux nefs latérales car la mesure de 4,30 m prend également en compte l’épaisseur des murs de la salle (fig. 133). L’accès à cette halle s’effectue par deux ou trois portes ouvertes sur le portique A (dépl. IIb). Des fenêtres sont aménagées dans le mur de fond de la salle (M 150). Le rez‑de‑chaussée est secondé à l’étage par une salle identique accessible soit par un escalier, dans la pièce 1 à l’est de la salle k, soit par un escalier droit à l’intérieur même de la salle. La présence des six piliers du rez‑de‑chaussée indiquerait volontiers une nécessité de résistance importante témoignant alors peut‑être d’un stockage, à l’étage, de divers produits (fig. 133).

FIG. 133 ‒ Coupe transversale nord‑sud de la pièce k de la terrasse occidentale.

V. Mutarelli

117L’aspect extérieur de la construction change peu (dépl. IIb). L’édifice garde les mêmes dimensions, en largeur et hauteur, que celles de la construction d’origine. Les emplacements des portes et des fenêtres sont modifiés et, sur la façade arrière, le portique double ne longe plus que les pièces de la terrasse centrale et la série de six pièces quadrangulaires de la terrasse orientale.

118Sur la terrasse orientale, les données stratigraphiques n’apportent aucune indication sur l’évolution des six pièces quadrangulaires. Elles peuvent très bien exister encore ou, comme celles de la terrasse occidentale, avoir été remplacées par une unique grande salle. Les plus grands changements concernent en fait l’extrémité orientale de la construction. La nouvelle construction couvre une superficie au sol plus importante que la précédente. Elle comporte toujours trois étages et mesure encore environ 16,30 m de haut (fig. 135). La salle m, au sud, se singularise par deux piliers implantés sur l’axe médian est‑ouest. Comme pour la grande salle k de la terrasse occidentale, ces piliers témoignent de la nécessité de renforcer le plancher de l’étage (fig. 135 et fig. 136) qui, ici aussi, peut aussi recevoir des charges importantes. Une disposition similaire peut être envisagée entre le premier et le second étage.

FIG. 135 ‒ Coupe nord‑sud des pièces de l’extrémité orientale du bâtiment 16 des horizons III et IV.

V. Mutarelli

FIG. 136 ‒ Coupe est‑ouest des pièces de l’extrémité orientale du bâtiment 16 des horizons III et IV.

V. Mutarelli

119D’ultimes modifications affectent le bâtiment 16 lors de l’horizon IV. Les pièces de la terrasse centrale sont transformées ; le portique B disparaît. La pièce d’entrée e et l’escalier f attenant sont remplacés par un simple couloir assurant la transition entre le portique A en façade et la cour intérieure de l’îlot (passage q). L’accès aux étages s’effectue désormais depuis les rez‑de‑chaussée de chaque bâtiment. Un nouvel escalier (pièce v) est installé sur la terrasse orientale à l’arrière des six pièces quadrangulaires ou de la grande salle à piliers (pièce u). Il implique la présence d’un étage au‑dessus de la salle du rez‑de‑chaussée.

120Toutes les modifications du bâtiment 16, lors des horizons III et IV, reflètent une évolution progressive de sa fonction et probablement aussi des propriétés. Répartis au départ entre plusieurs propriétaires ou locataires, les espaces ont progressivement été regroupés pour constituer des ensembles plus grands ne reflétant plus nécessairement des activités artisanales :
‒ les huit pièces quadrangulaires b1 à b8 sont regroupées en une seule et même grande salle (salle k) ;
‒ la nouvelle entité de l’angle oriental couvre désormais l’ancienne pièce h et le passage g voisin ;
‒ un ensemble de trois pièces (r, s et t) remplace les anciennes salles d, e et f ; le passage q pérennise tout de même le lien entre l’extérieur et l’intérieur de l’îlot au centre de la façade ;
‒ enfin, il est probable qu’une seule salle remplace les six pièces quadrangulaires (b9 à b 14) de la terrasse orientale.

121La pensée architecturale du bâtiment 16 de l’horizon II ne se retrouve plus aussi nettement. Le module de 0,465 m n’est plus strictement respecté même si les emprises de l’édifice ne sont que très peu modifiées. L’édifice garde malgré cela une physionomie harmonieuse très proche de celle de la construction d’origine, les modifications concernant essentiellement l’organisation interne du bâtiment.

4.3.5.2 La façade de l’îlot sud

122La façade de l’îlot sud se caractérise, comme celle de l’insula centrale, par la présence de trois terrasses constituées par un apport de remblai important. Restée non bâtie lors de l’horizon II, la façade est dotée, lors de l’horizon III, de trois constructions. Aux deux angles, deux édifices rectangulaires comportent chacun une façade ouverte sur la rue principale est‑ouest no 1 et un côté donnant sur la rue nord‑sud adjacente (bâtiment 1 à l’ouest ouvert sur la rue A et bâtiment 8 à l’est donnant sur la rue B). Au centre, une halle quadrangulaire ne dispose pas de portique ouvert sur la rue no 1 (bâtiment 9).

123L’horizon IV voit le remplacement du bâtiment 9 par une nouvelle construction plus importante (bâtiment 4) avec un portique ouvert sur la rue no 1. La terrasse orientale est dotée de nouvelles salles (bâtiment 7) disposant chacune d’un puits intérieur comme le bâtiment 8 dans l’angle de l’îlot. Le bâtiment 1 à l’ouest de la façade ne semble faire l’objet d’aucune modification (fig. 59).

DÉPL. IIa ‒ Restitution de la façade sud du bâtiment 16 lors de l’horizon II.

V. Mutarelli

DÉPL. IIb ‒ Restitution de la façade sud du bâtiment 16 lors de l’horizon IV.

V. Mutarelli

DÉPL. IIc ‒ Restitution de la façade de l’îlot sud lors de l’horizon IV.

V. Mutarelli

Les portiques le long de la rue no 1

124Comme pour le bâtiment 16 de l’îlot central, les colonnades de la façade de l’insula sud ne présentent pas, sur les trois terrasses, des rythmes identiques (dépl. IIc). À l’est, devant les bâtiments 7 et 8, l’écartement entre chaque axe des colonnes est de 3,72 m environ (12,5 pieds) alors qu’à l’ouest, devant le bâtiment 1, il n’est plus que d’environ 3 m (10 pieds). Au centre, le portique du grand bâtiment 4, a ses colonnes espacées de 4,75 m environ (16 pieds). À l’inverse de la façade de l’îlot central, la façade de l’insula sud n’est pas le résultat d’un projet unique aboutissant à une physionomie harmonieuse. Les changements de rythme aboutissent à des différences de hauteur importantes entre les colonnades sur les trois terrasses. Ceci se traduit alors par un aspect discontinu de cette façade.

125L’étude des écartements entre les blocs de l’ensemble de la terrasse orientale montre clairement que le rythme utilisé lors de la construction du premier édifice (bâtiment 8) dans l’angle de l’îlot est préservé lors de l’édification des salles du bâtiment 7 qui s’étendent vers le bâtiment 4 au centre de la façade (rythme de 3,72 m). On peut envisager que le projet architectural de cette terrasse a été conçu dès l’horizon III mais qu’il n’a été achevé que plus tardivement, lors de l’horizon IV. Ce souci d’homogénéité du portique est cependant quelque peu contrarié par quatre blocs, non conservés mais dont les emplacements sont perceptibles, implantés devant les deux nouvelles salles du bâtiment 7. Ces blocs sont seulement distants d’environ 2,06 m (7 pieds) au lieu de 3,72 m pour ceux installés de part et d’autre. Ce rapprochement des colonnes pourrait s’expliquer par l’existence, à cet endroit, d’une élévation plus importante. Ceci indiquerait alors qu’un ou plusieurs étages débordent au‑dessus de cette partie du portique alors que de part et d’autre, là où le rythme de 3,72 m est parfaitement respecté, la colonnade ne soutient qu’un simple pan de toiture appuyé contre le corps des bâtiments en retrait (dépl. IIc).

126Les dimensions du portique de la terrasse orientale de la façade de l’îlot sud correspondent exactement à celles de celui du bâtiment 16, situé en vis‑à‑vis de l’autre côté de la rue no 1. En effet, le portique de l’îlot sud présente également un rythme de 3,72 m, d’un entraxe de colonne à l’autre. Les colonnes ont, comme en face, une hauteur équivalente à cette mesure et, malgré un resserrement des colonnes devant la partie plus élevée du bâtiment 7, cette hauteur est conservée d’un bout à l’autre du portique afin d’obtenir un entablement bien horizontal. L’analyse métrologique montre que les deux portiques, de part et d’autre de la rue no 1, sont disposés sur un même plan horizontal. Ceci renforce l’idée de la prise en compte d’un souci d’harmonie dans l’urbanisme de ce secteur de la ville. Cette similitude entre les deux côtés de la rue ne s’applique qu’aux portiques. En effet, les constructions en retrait de ces galeries sont complètement différentes, le bâtiment 16 de l’îlot central étant beaucoup plus imposant que les bâtiments 7 et 8 de l’insula sud.

127La première construction de la terrasse centrale ne dispose pas de portique ouvert sur la rue principale. La deuxième (bâtiment 4), plus grande, se caractérise par la présence, en bordure du fossé de la voie, de cinq fondations importantes marquant l’emplacement des colonnes d’un portique (fig. 60). Les deux fondations est et ouest sont parfaitement alignées dans l’axe des murs pignons de la construction ; elles sont distantes, d’entraxe à entraxe, d’un peu plus de 19 m soit environ 64 pieds. L’écartement entre chaque colonne avoisine 4,75 m (16 pieds). On peut envisager que, comme sur la terrasse précédente, la hauteur des colonnes équivaut à cette même mesure (dépl. IIc).

128Enfin, pour la dernière terrasse et le bâtiment de l’angle nord‑ouest (bâtiment 1), seuls deux soubassements de colonnes du portique, situés le long de la rue principale et distants de près de 2,70 m (9 pieds), sont conservés. L’étude métrologique montre que cet écartement ne peut être retenu car calculé entre le pilier d’angle et la colonne implantée dans le prolongement du mur de fond du portique longeant la rue nord‑sud A. Le rythme du portique du bâtiment 1 correspond en fait à environ 2,97 m, soit 10 pieds. Cette mesure peut aussi être retenue pour la hauteur des colonnes (dépl. IIc).

129À chaque extrémité de la façade, les portiques se poursuivent vers le sud pour longer les deux axes nord‑sud A et B de Monterfil II. À l’est, la galerie est large de 10 pieds (2,96 m), l’entraxe comme la hauteur des colonnes avoisinent 2,40 m (environ 8 pieds) (fig. 137). De l’autre côté, le portique le long de la rue nord‑sud occidentale dispose de blocs écartés de 2,76 m, la profondeur du portique est de 9 pieds.

FIG. 137 ‒ Restitution du pignon est du bâtiment 8.

V. Mutarelli

Les constructions de la façade

130Les trois entités qui constituent les bâtiments 7 et 8 sur la terrasse orientale apparaissent très proches. Elles ont toutes les trois un plan rectangulaire et chacune dispose d’un puits installé contre le mur séparant la pièce du portique de façade. Le bâtiment 8, dans l’angle de l’îlot, est le plus ancien car il apparaît dès l’horizon III. C’est aussi le plus grand ; il couvre une superficie de plus de 55 m2. Les deux autres entités à l’ouest sont plus petites. Elles sont séparées par un couloir uniquement matérialisé par quelques blocs de fondation disparus qui étaient insérés dans le mur de fond des pièces. Il peut s’agir d’un hall à partir duquel on pouvait accéder à l’étage par un escalier. Les cloisons de cette pièce d’entrée reposent, semble‑t‑il, sur des solins légers.

131L’architecture du bâtiment 8 est régie par un module correspondant au 1/7 de la hauteur de la colonne : 3,72/7 = 0,53 m environ. On ne retrouve pas ici le module de 0,465 m défini dans le bâtiment 16 de l’îlot central mais une unité un peu supérieure (fig. 138). Dans cette optique, l’édifice mesure 20 modules (10,63 m) dans le sens est‑ouest et 9 dans le sens nord‑sud (4,78 m). La profondeur utile du portique serait de 5 modules (2,65 m environ), mesure équivalant à 9 pieds. L’élévation totale de la construction correspond à 17 modules (9 m environ) répartis entre un rez‑de‑chaussée de 8 modules (4,25 m du sol au plafond), un étage de 6 modules (3,2 m environ) et une charpente plus la toiture de 3 modules (1,60 m environ) (tabl xvi).

FIG. 138 ‒ Coupe transversale nord‑sud du bâtiment 8.

V. Mutarelli

TABL. XVI ‒ Récapitulatif des mesures du bâtiment 8 calculées en module de 0,53 m.

132Plusieurs rapports sont perceptibles dans l’ensemble de l’édifice. La hauteur des murs correspond aux 3/4 de la mesure est‑ouest (20 x 3/4 = 15 modules) ou aux 5/3 de la largeur (9 x 5/3 = 15 modules). Les mesures additionnées du rez‑de‑chaussée et de l’étage (14 modules) constituent le double de la hauteur de la colonne (7 modules). La toiture du portique vient s’appuyer contre le mur du bâtiment à une hauteur d’environ 5,60 m, mesure correspondant à 1,5 fois la dimension de la colonne.

133Le module de 0,53 se retrouve également dans le portique longeant le pignon est du bâtiment 8 (fig. 137). La première colonne se situe à 5 modules du pilier de l’angle nord‑est de l’îlot, mesure correspondant à la largeur utile du portique de la façade nord. Cette même mesure de 5 modules se rencontre à nouveau à deux reprises dans le portique : hauteur des trois colonnes et espacement des colonnes d’entraxe à entraxe.

134Les mesures des deux salles du bâtiment 1 sur la terrasse ouest semblent plutôt faire appel, comme pour les portiques, au pied classique de 0,296 m. Elles ont toutes les deux un plan quadrangulaire de 20 pieds de côté, d’entraxe de mur à entraxe de mur. Le portique, à l’ouest, a une surface utile de 2,36 m (8 pieds). L’ensemble de l’édifice mesure un peu moins de 15 m dans le sens est‑ouest, soit environ 50 pieds.

135Le bâtiment 4, au centre de la façade, est plus important. Dans le sens est‑ouest, l’édifice mesure au total près de 20 m de long pour plus de 13 m dans l’autre sens. Comme pour les autres constructions, le projet de l’architecte prend en compte des mesures calculées à partir des entraxes des murs, en utilisant le pied de 0,296 m. La construction mesure alors, dans le sens est‑ouest, 64 pieds et, dans le sens nord‑sud, 28,5 pieds auxquels s’ajoute le portique de 13,5 pieds (42 pieds au total) (fig. 139). La prise en compte des entraxes se retrouve parfaitement dans le portique de façade où la longueur de 64 pieds se divise parfaitement en quatre intervalles de 16 pieds entre chaque entraxe de colonne permettant ainsi de conserver une parfaite harmonie à la façade (dépl. IIc). La largeur importante des murs (0,90 m soit 3 pieds) plaide pour l’existence d’un étage.

FIG. 139 ‒ Coupe transversale nord‑sud du bâtiment 4.

V. Mutarelli

136Contrairement au schéma mis en évidence pour le bâtiment 16 de la façade de l’îlot central, il apparaît clairement dans la métrique de la façade de l’îlot sud que les unités de mesure retenues diffèrent d’une construction à l’autre (module de 0,53 m pour le bâtiment 8 et pied de 0,296 m pour les bâtiments 1 et 4). Ces deux mesures ne sont cependant pas si éloignées l’une de l’autre, 5 modules de 0,53 m équivalant à 9 pieds de 0,296 m. Cette différence explique peut‑être l’absence d’harmonie dans la façade de l’îlot sud par rapport à celle de l’îlot central.

137Le travail présenté ci‑dessus constitue un état de nos réflexions à la date de la parution de ce volume. On ne peut affirmer avec certitude avoir percé les secrets de la logique des architectes qui ont conçu ces édifices. Certaines propositions nécessiteront sans doute à l’avenir des recherches plus approfondies qui pourront confirmer ou non les hypothèses proposées aujourd’hui. Les logiques architecturales des bâtiments de Monterfil II nous semblent cependant déjà bien reconnues.

4.4 Un quartier commercial de Fanum Martis

138h.k.

139Le quartier commercial de Monterfil II est le résultat d’un projet d’urbanisme important mis en place relativement tôt et respecté dans ses grandes lignes jusqu’à l’abandon du site. Son organisation spatiale montre clairement une volonté de préserver les abords immédiats de la grande rue est‑ouest no 1. Les parcelles de façade des deux îlots sont apparemment vouées aux activités économiques et les secteurs résidentiels sont repoussés à l’intérieur des insulae. L’état d’arasement des vestiges n’a pas permis de retrouver des traces tangibles des activités commerciales et artisanales qui étaient exercées dans les constructions de façade. Mais, quelques propositions peuvent tout de même être faites.

140L’élément essentiel de ce quartier est sans conteste le grand bâtiment 16 de la façade méridionale de l’îlot central. Nous ne connaissons peut‑être qu’une partie de cette construction. Il n’est pas impossible que le bâtiment dégagé fasse partie d’un ensemble architectural beaucoup plus vaste occupant l’ensemble de l’îlot central. Les sondages réalisés dans la parcelle AB 432 montrent bien que les constructions se développent le long des quatre rues qui ceinturent l’îlot et qu’il ne semble pas y avoir de bâtiment en son centre. Des bâtiments construits le long de la rue no 2 peuvent correspondre à des halles ou entrepôts, similaires à ceux de la façade méridionale. D’autres, comprennent des pièces de modules identiques pouvant être interprétées comme des boutiques. Deux entrées charretières sont aussi identifiées le long des rues A et B, à l’ouest et à l’est. À l’ouest, un édifice se compose de plusieurs pièces dont au moins une est chauffée par un hypocauste. À côté, une cour est dotée d’un puits central. À l’est, le plan du bâtiment 17 se rapproche fortement de celui du bâtiment à la cave de l’îlot sud (bâtiment 2). Une première série de salles s’ouvre sur la rue nord‑sud B (fig. 44). Un deuxième corps de bâtiment, installé en retrait, est flanqué d’un portique de façade ouvert sur une petite cour intérieure. Ces quelques constructions identifiées dans la parcelle AB 432 apparaissent bien séparées les unes des autres. Il n’y aurait alors pas un projet unique. Mais, ces bâtiments appartiennent tous à l’état final de l’insula et rien n’empêche que l’îlot central de Monterfil II puisse constituer, au cours du ier s., un vaste ensemble commercial édifié en un seul programme et comprenant plusieurs corps de bâtiments répartis autour d’une cour centrale. Nous ne disposons malheureusement d’aucune donnée sur l’état originel de cet ensemble apparu lors de l’horizon II. Comme pour la façade méridionale, cette construction d’origine peut avoir considérablement évolué lors des horizons III et IV.

141Le corps de bâtiment dégagé présente une physionomie tout à fait particulière pour laquelle il est difficile de trouver des parallèles architecturaux dans le reste de l’Empire. En Angleterre, les édifices de l’insula XIV du site de Verulamium (Saint‑Albans), fouillés par Sheppard s. Frere, ont des plans d’ensemble présentant des similitudes avec celui du bâtiment 16 de Monterfil (fig. 140). On retiendra entre autres, l’existence d’un grand portique de façade homogène d’un bout à l’autre de l’édifice. Pour le reste, l’organisation de l’édifice de Monterfil II apparaît plus régulière que celle des constructions de Verulamium. L’édifice coriosolite dispose de plus d’un portique ouvert au nord sur une cour au centre de l’îlot. Le système coriosolite paraît tout de même plus complexe.

FIG. 140 ‒ Plan du bâtiment de l’insula XIV de Verulamium (extrait de Frere 1983).

H. Kerébel

142D’autres différences sont aussi à noter. Le premier état de l’édifice de Verulamium apparaît entre 49 et 61 de n.è. Il peut donc très bien être contemporain de celui de Corseul. Pour S.S. Frere, le plan de cette construction est complètement nouveau en Angleterre (Frere 1977 : 146). Ce plan, d’origine extérieure, serait à mettre en parallèle avec des constructions militaires, cette hypothèse étant confortée par l’utilisation dans l’architecture du pes drusianus. Cette dernière disposition ne s’applique pas au bâtiment de Monterfil II pour lequel l’utilisation du pes monetalis semble plus appropriée. L’édifice de Verulamium pourrait avoir été conçu pour d’anciens militaires. S.S. Frere privilégie l’existence d’activités artisanales dans ce bâtiment.

143Un autre parallèle, tout aussi intéressant, peut être effectué avec les constructions du camp de Valkenbourg sur le limes rhénan (Pays‑Bas) (fig. 141). Là, de grands édifices longitudinaux se caractérisent par plusieurs pièces quadrangulaires alignées sur deux rangs et ouvertes, semble‑t‑il pour certaines, sur des portiques de façade de chaque côté du bâtiment. Par moment, ces rangées sont interrompues au profit de salles plus grandes occupant la totalité de la largeur de la construction. L’organisation de ces constructions de Valkenbourg est très proche de celle de l’édifice de Monterfil II. Ces constructions sont cependant plus grandes et se situent dans un contexte militaire. Ces bâtiments du camp de Valkenbourg sont interprétés comme étant des magasins de stockage de grains.

FIG. 141 ‒ Plan des horrea de Valkenbourg (extrait de Groenman ; Van Waateringe 1986).

H. Kerébel

144D’autres comparaisons peuvent aussi être proposées avec le site de Xanten (Colonia Ulpia Traiana) (Heimberg, Rieche 1986) (fig. 142). L’angle de l’îlot 38 de cette ville est occupé par une construction de plus de 80 m de longueur, constituée de deux ailes. Seule l’aile orientée au sud‑est est dotée d’un portique ouvert sur une rue. Dans l’autre aile, des pièces quadrangulaires, fonctionnant par paires, et des salles plus importantes occupant toute la largeur de l’édifice donnent directement sur la rue adjacente. À l’arrière, un portique apparemment double comme à Corseul, s’ouvre sur une cour intérieure. Cette organisation particulière rappelle volontiers celle du bâtiment de Monterfil II, hormis l’absence de portique de façade longeant la rue. Dans ce bâtiment de Xanten, des latrines et des thermes viennent compléter l’ensemble architectural interprété comme étant une auberge.

FIG. 142 ‒ Plan de l’auberge de Xanten (extrait de Heimberg, Rieche 1986).

H. Kerébel

145Faute de document épigraphique ou faute de données réellement pertinentes, il est délicat d’attribuer définitivement une fonction à cette construction. Notre préférence va pour un édifice à caractère commercial dans lequel des activités artisanales, liées à un commerce particulier, peuvent être développées. Mais, que pouvait‑on y produire, y vendre ou y stocker ?

146Sur la terrasse occidentale, un puits a livré de nombreux éléments organiques, dont des taxons de céréales. Un stockage de grain peut donc y être envisagé. La présence des restes d’un petit four en cloche avait aussi incité François Ficher de Clairfontaine à voir une activité de boulangerie (pistrinum) dans la pièce b3 de la terrasse occidentale. Cette activité expliquerait alors la présence des taxons de céréales dans le puits tout proche. L’alandier qui traverse le mur de la pièce b7 témoigne en plus d’une activité artisanale se développant en dehors de la pièce, au rez‑de‑chaussée du portique B.

147À l’arrière de la terrasse centrale, un autre puits et une fosse dépotoir ont fourni une quantité importante de fragments d’amphores de Lipari (anciennement Richborough 527) (cf. infra, § 5.2). Ces conteneurs servaient entre autres au transport de l’alun utilisé dans l’artisanat de la tannerie et de la teinturerie pour fixer les couleurs. Une telle activité, qui ne réclame pas d’énormes moyens techniques ni de grands espaces, pouvait très bien s’opérer dans les grandes salles du bâtiment de la terrasse centrale. Cette présence importante d’amphores de Lipari est une particularité notable du site de Monterfil II, l’essentiel des fragments connus à Corseul provenant de ce site. La répartition de ces éléments principalement à proximité du bâtiment de la façade méridionale de l’îlot central tendrait à signaler une activité artisanale, peut‑être textile, dans ce secteur du site. Les fouilles n’ont pas permis de déceler des structures pouvant identifier avec certitude une telle activité dans les pièces du bâtiment 16. Rien n’interdit cependant que ces installations soient implantées dans la cour centrale de l’îlot, juste au nord du bâtiment.

148Ces quelques données sur des possibilités d’activités dans le bâtiment 16 restent assez limitées. Elles semblent cependant témoigner d’activités artisanales tout à fait envisageables dans les pièces quadrangulaires du rez‑de‑chaussée (pièces b1 à b 14). L’activité commerciale, liée à ces activités artisanales, devait se dérouler, dans ce cas, dans les portiques, espaces couverts protégés des intempéries et pouvant être fermés par des panneaux pendant la période hivernale. Les pièces des étages étaient probablement réservées à l’habitat.

149Les indications sur les activités exercées dans les bâtiments de la façade de l’îlot sud sont inexistantes. À l’ouest, les deux salles du bâtiment 1 doivent correspondre à deux boutiques bordées par un portique de façade. Un schéma similaire peut être proposé pour les pièces des bâtiments 8 et 7 sur la terrasse orientale. Comme pour le bâtiment 1, nous voulons y voir des boutiques et ateliers pour lesquels cependant, aucune activité ne peut être proposée. On notera juste que les trois salles de la terrasse orientale sont chacune dotée d’un puits peut‑être nécessaire aux travaux exercés.

150Les données pour les deux constructions au centre de la façade (bâtiment 9 lors de l’horizon III, puis bâtiment 4 lors de l’horizon IV) sont tout aussi lacunaires. On pourrait, comme pour les autres constructions, y proposer une activité commerciale ou artisanale mais, nous envisageons une fonction plus importante pour ces édifices. On aimerait en effet voir dans ces deux constructions successives des édifices collectifs, lieu de réunion (basilica) des commerçants du quartier de Monterfil II.

151Les données sur le bâtiment 9 sont quasi inexistantes. Malgré un état d’arasement important, celles sur le bâtiment 4 laissent présager un édifice totalement différent des constructions voisines. En effet, le bâtiment 4 s’en distingue par sa taille largement supérieure et par la largeur de ses murs (0,90 à 1 m de largeur) qui témoignent d’élévations maçonnées plus importantes que pour les constructions attenantes. On remarque aussi, à l’intérieur, des massifs de fondation qui ne participent nullement à l’architecture de l’édifice. Ces massifs pouvaient très bien supporter des éléments d’ornementation.

152L’originalité de la construction se retrouve également dans son positionnement. Le bâtiment 9 se situe parfaitement au centre de la façade. Son plan quadrangulaire rappellerait volontiers celui d’une curie. Le bâtiment 4 est plus grand et, de ce fait, déborde des limites de la parcelle de façade de l’îlot sud (cf. supra, chap. 2). Au nord, le portique ne respecte pas la rue no 1, les piliers empiétant largement sur le bord sud de la chaussée. Au sud, le bâtiment ne respecte pas non plus l’ambitus A qui séparait cette parcelle des autres propriétés en aval. Le bâtiment s’étend au‑delà de la limite au détriment des deux parcelles orientale et occidentale. Il impose même une modification importante de la domus de la parcelle orientale (bâtiment 6).

153Il nous semble donc que tous ces éléments confèrent une plus grande importance à ces deux constructions qui peuvent avoir une même fonction de lieu de rendez‑vous, de basilique privée réservée peut‑être à une corporation de commerçants de ce quartier de l’agglomération. À l’intérieur, les massifs de fondation pourraient alors correspondre à des emplacements d’autels ou de socles de statues qui devaient très certainement orner un tel endroit.

4.5 La destruction du quartier lors de l’horizon V

154h.k.

155L’état d’arasement des vestiges ne permet pas de disposer de nombreux niveaux de destruction. Le plus souvent aussi, ceux‑ci correspondent plus à des couches remaniées lors de récupérations de matériaux qu’à de véritables niveaux de destruction caractérisés par des toitures et parois effondrées sur les sols des constructions.

156Ce constat négatif ne s’applique cependant pas à l’ensemble du site. Quelques unités stratigraphiques de l’horizon V ont pu être abordées car conservées dans des secteurs peu ou pas du tout touchés par les travaux ultérieurs aux destructions : puits, cave... Peu perturbées, ces couches ont alors livré un mobilier archéologique suffisamment riche pour pouvoir proposer des datations assez fiables. L’essentiel des niveaux de l’horizon V se situe dans l’îlot sud, surtout dans les parcelles orientale et occidentale (fig. 143).

FIG. 143 ‒ Plan de localisation des niveaux de destruction.

H. Kerébel

4.5.1 L’îlot central

157Les niveaux de destruction sont peu abondants dans cet îlot. Dans l’entrepôt de la terrasse occidentale, une couche contenant de nombreux éléments de parois de torchis rubéfié de tuiles calcinées et de cendres recouvre en partie les niveaux antérieurs. Dans la terrasse centrale, le petit atelier de métallurgie est également en partie détruit, mais son activité reprend ultérieurement si l’on en juge par le mobilier issu d’une couche de cendres qui recouvrait le sol. Enfin, dans l’angle sud‑est de l’îlot, le bassin accolé contre le portique est entièrement comblé de fragments de parois de torchis rubéfiés tout comme les deux puits à chaque extrémité de l’édifice (US 203 et US 142). Il ne fait aucun doute que le grand bâtiment de la façade sud de l’îlot central est détruit par un incendie.

158Les éléments de datation de cette destruction sont peu nombreux. Le matériel céramique présente un faciès très atypique et peu parlant. Les nombreuses monnaies découvertes dans ces niveaux représentent alors les principaux éléments de datation retenus pour cette période. Deux dépôts monétaires sont à signaler dans le puits 203. Ils correspondent probablement à deux bourses jetées dans ce puits. Le premier se compose de 217 monnaies groupées entre les règnes de Valérien et d’Aurélien. On note d’autre part la présence de deux exemplaires isolés frappés à la fin du iie s. : un denier de Marc Aurèle et un dupondius de Commode (Fichet de Clairfontaine 1989a : 20). Le deuxième, quelque peu différent, contient en majeure partie des antoniniens de Tétricus ou des imitations. Malgré les dissemblances de composition entre les deux lots, on peut toutefois estimer que l’époque de leur enfouissement est très voisine. Pour chacun d’eux, le terminus post quem est fourni par une monnaie d’Aurélien frappée dans l’atelier de Milan avant la réforme.

159Le second puits, no 142, situé dans la tour est de la façade de l’îlot central, n’a pas fourni de monnaie de cette période. On note, dans le comblement de la structure, la présence de deux chapiteaux d’ordre toscan. On peut aussi mentionner au fond du puits, dans la couche d’utilisation constituée de limon vaseux, la découverte d’un grand plat ovale en verre de forme Isings 97, caractéristique de la fin du iiie s. (fig. 144). Cette forme à larges anses imite les plats métalliques de cette période.

FIG. 144 ‒ Plat en verre du puits 142 (forme Isings 97).

H. Kerébel

160Un troisième dépôt monétaire, composé principalement de minimi, a été retrouvé dans l’îlot central, au pied d’un mur et en partie dans ses fondations. Oublié là, ce dépôt s’est progressivement éparpillé dans les interstices conservés entre les blocs des fondations du mur. Cet ensemble de plus de mille monnaies présente un intérêt tout particulier car il est composé presque essentiellement de minimi comportant un nombre restreint de coins, plusieurs coins se retrouvant ainsi sur plusieurs dizaines voire centaines de monnaies. On peut s’interroger sur la présence d’un atelier de frappe de ce type de monnaies à proximité de ce dépôt. Un autre intérêt de ce dépôt réside dans la frappe apparemment tardive du numéraire. En effet, certains coins ne semblent apparaître qu’à l’extrême fin du iiie, voire au début du ive s. Aucune information ne permet d’attribuer ces monnaies à un ou des ateliers connus. On pense éventuellement à l’atelier de métallurgie qui est toujours en fonction dans une salle du bâtiment 16 à la fin du iiie s. Cependant, aucun coin n’y a été retrouvé.

4.5.2 L’îlot sud

161Les ensembles de l’horizon V sont plus nombreux dans l’insula sud. La datation de la destruction de cet îlot peut être examinée à partir du numéraire et du mobilier céramique de dix contextes.

162Dans la parcelle de façade, seule la galerie portique du bâtiment 1, dans l’angle nord‑ouest de l’îlot, fournit une unité stratigraphique correspondant à cette période (US 106/151). Il s’agit d’un pierrier comblant une fosse longitudinale creusée dans la galerie (fig. 145). On ignore la destination de cette fosse.

FIG. 145 ‒ Vue du pierrier du portique ouest du bâtiment 1.

H. Kerébel

163Dans la parcelle orientale, l’aile ouest de la domus à portique (bâtiment 6) est recouverte d’une couche de terre très rubéfiée contenant de nombreux fragments de tuiles et de parois en torchis (US 299). Ce niveau recouvre par endroits des éléments de plancher carbonisé de la pièce 6b de la domus (fig. 75).

164Enfin, la parcelle occidentale apporte le plus grand nombre de niveaux. Dans le bâtiment à la cave (bâtiment 2) cinq niveaux caractérisent cette dernière période. Ils se situent dans les deux hypocaustes (US 7 et US 114), dans le puits de la cour (US 59), dans la cave (US 108) (fig. 146) et dans la cour attenante (US 200) (fig. 147). Le bâtiment 5, au centre de l’îlot fournit deux ensembles : US 263 dans le puits de la cour et US 248 à l’emplacement du petit bâtiment cultuel de cette même cour. Enfin, la galerie nord du bâtiment 3 conserve un épais niveau de destruction (US 66/90). Les murs de ce bâtiment étaient aussi en partie conservés dans l’angle nord‑ouest de la cour intérieure (fig. 148). Tous ces niveaux de l’îlot sud fournissent, comme ceux de l’insula centrale, des éléments de parois de torchis rubéfié témoignant d’une destruction par incendie des constructions. Un élément d’architecture, retrouvé dans la tranchée de récupération de la canalisation en plomb, argumente également en ce sens. Le bloc comprend deux parties. La première, très usée, correspond au seuil de l’entrée de la galerie de façade du bâtiment à la cave. La seconde, brute de taille, constitue un soubassement sur lequel reposait une des colonnes dressées de part et d’autre de l’entrée. Le bloc a fortement rougi sous l’effet du feu sauf à l’emplacement de la colonne en pierre encore en place. Son empreinte est de ce fait visible sur la pierre. Le diamètre de la base de cette colonne correspond à celui de l’élément retrouvé dans le comblement de la cave qui présente aussi une rubéfaction importante, preuve de l’incendie de l’édifice.

FIG. 146 ‒ Vue du niveau de destruction comblant la cave du bâtiment 2.

H. Kerébel

FIG. 147 ‒ Vue, depuis l’intérieur de la cave, du niveau de destruction de la cour du bâtiment 2.

H. Kerébel

FIG. 148 ‒ Vue des niveaux d’effondrement des murs du bâtiment 3.

H. Kerébel

4.5.2.1 Les données du numéraire

165Le pierrier du bâtiment 1 comprend trois imitations d’antoniniens (nos 530, 559 et 657) associées à une monnaie officielle de Victorin (no 473), à un dupondius de Crispine (no 380) et à un demi‑as d’Auguste (no 115). Le niveau de destruction de l’aile ouest de la domus à portique (bâtiment 6) fournit des monnaies de Crispine (no 382), de Gordien III (241‑243) (no 392), de Claude II (no 430) et de Divus Claudius (no 445).

166Dans la parcelle occidentale, l’US 114, niveau de destruction du grand hypocauste du bâtiment 2, a aussi révélé vingt‑quatre monnaies. Toutes, à l’exception d’un denier républicain (no 34) et d’un as de Tibère César (no 188), sont postérieures au début du règne de Claude II (268‑270). Il s’agit pour la très grande majorité d’imitations (dix‑neuf monnaies). Deux sont des antoniniens officiels de Claude II (nos 434 et 450). Le petit hypocauste ne livre aucune monnaie. Le comblement du puits dans la cour (US 59) contient une monnaie républicaine (no 36), une de Marc Aurèle (no 371) et une imitation d’antoninianus (no 479). Celui de la cave du bâtiment 2 (US 108) révèle deux imitations (nos 642 et 665) et celui de la cour attenante (US 200), un denier de Sévère Alexandre (no 390). L’aile nord du bâtiment à galeries (bâtiment 3) présente un monnayage similaire : imitations d’antoniniens (no 654), monnaie de Tétricus (no 519) et as à l’autel de Lyon d’Auguste (no 150). Les niveaux de destruction du bâtiment 5 ne livrent aucune monnaie.

4.5.2.2 Les données fournies par la céramique

167r.f.

168La masse documentaire des dix ensembles considérés est constituée d’environ six mille six cents tessons. Nous résumons dans le cadre de cette présentation les grandes tendances qui se dégagent du matériel importé (tabl. xviii).

169On constate une raréfaction générale de celui‑ci qui témoigne d’une désorganisation des axes commerciaux et sans doute d’un repli économique. Si l’on excepte les éléments résiduels, la céramique sigillée regroupe encore principalement des récipients des ateliers du Centre produits à partir de la seconde moitié du iie s. : mortiers Drag. 45 (fig. 149no 9), Curie 21 et L. 096 (fig. 149no 10), assiettes et plats Walter 79/80 (fig. 149no 11) et surtout des gobelets Déch. 72 (fig. 149nos 6‑8). Quelques Drag. 37 du iiie s. ont aussi été recueillis et se trouvent associés à des compositions décoratives plus anciennes (fig. 149nos 1‑5). Les productions d’Argonne sont peu nombreuses (tabl. xvii). On recense seulement un plat Chenet 304 (fig. 149no 17), un mortier Chenet 330 (fig. 149no 16) et un bol Chenet 320 dont la mollette n’est pas conservée (fig. 149no 15). À l’inverse, la céramique d’Argonne est fréquente à Alet, « réactivé » à la fin du iiie s. (Langouët 1987). Un recensement effectué en 1977 a permis l’identification de plus de 100 mollettes, le floruit des importations se plaçant vers 350/370 (Langouët 1977). La céramique métallescente est, quant à elle, marginale et se résume à quelques individus découverts dans le niveau de destruction des bâtiments 2 et 3 (fig. 149no 18).

TABL. XVII ‒ Répartition par type de céramiques de l’horizon V : céramiques sigillées à revêtement grésé du centre de la Gaule, céramiques d’Argonne, céramiques Black‑Burnished ou assimilées et céramiques marbrées d’Aquitaine.

TABL. XVIII ‒ Comptage par catégorie de céramiques des US de l’horizon V.

FIG. 149nos 1 à 5 Céramiques de l’horizon V.

R. Ferrette

FIG. 149nos 6 à 25 Céramiques de l’horizon V.

R. Ferrette

170Quelques céramiques Black Burnished d’ assimilées ont aussi été recueillies dans les niveaux de destruction de cet édifice. Il s’agit de bols à collerette en BB1 (fig. 149nos 21 et 22), d’un pot en BB2 (fig. 149no 23), d’une assiette (fig. 149no 24) et d’un dernier bol qui pourraient correspondre à des productions continentales (fig. 149no 25). Ces éléments viennent ainsi s’ajouter au récipient découvert sur le site de la Salle des Fêtes (Fichet de Clairfontaine, Le Potier 1987). De nouveau, le décalage quantitatif entre Corseul et Alet est indéniable puisque plus de cent récipients en BB1 sont attestés sur ce dernier site (Wood 1991).

171De rares coupes à collerette en céramique marbrée d’Aquitaine (Sireix, Convertini 1997), type Raimbault 6 (Raimbault 1973), sont aussi à mentionner (fig. 149, nos 19 et 20). Les niveaux de l’horizon V en ont livré seulement cinq éléments alors qu’au moins une vingtaine de céramiques à l’éponge est répertoriée à Alet (Galliou 1977a). Le mobilier amphorique se singularise quant à lui par l’existence de quelques conteneurs plus ou moins bien conservés principalement des Dressel 20 et des G 4. Pour le reste, il s’agit d’éléments résiduels représentés par quelques tessons.

4.5.2.3 Discussion chronologique

172La présence d’imitation du monnayage de Tétricus dans quelques contextes de l’horizon V autorise à fixer la destruction des différents bâtiments de Monterfil II au plus tôt au cours du dernier quart du iiie s. et plus vraisemblablement au début du siècle suivant si l’on tient compte de la durée de circulation de ce type de numéraire. La présence de monnaies du ive s., notamment de Constantin, peut aussi indiquer une occupation du site encore importante au début du ive s. Retrouvées surtout sur la rue no 1 ou dans des niveaux de récupération, elles peuvent aussi témoigner d’une fréquentation du site à un moment où les bâtiments de Monterfil II sont déjà désertés et pour partie ruinés. La céramique se caractérise avant tout par la rareté de la sigillée d’Argonne surtout lorsque l’on compare les données de Monterfil II avec celles d’Alet. Les mêmes constats s’observent pour la céramique dite Black Burnished d’ marbrée d’Aquitaine. Un faisceau d’indices tend donc à placer l’abandon et la destruction du site entre la fin du iiie s. et les trois premières décennies du ive s.

173Les autres catégories de mobilier ne permettent pas d’affiner cette proposition de datation. Dans le puits du bâtiment à la cave, trois éléments de vaisselle métallique ont été retirés du comblement : un plat circulaire et une grande casserole en tôle martelée et un plat tourné rond à marli, recouvert d’une couche d’argent (cf. infra, l’étude du mobilier métallique, § 5‑4.2, nos 81, 82 et 83). Les deux premiers éléments étaient probablement recouverts d’une couche d’étain. Cette vaisselle métallique témoigne, au même titre que les dépôts monétaires de l’îlot central, d’une volonté de thésaurisation reflétant le climat d’insécurité qui caractérise cette période. Ces niveaux livrent aussi des éléments d’architecture : base de colonne dans l’US 199‑108, fûts dans les US 106/151 et 59 et chapiteaux dans l’US 263.

4.6 Le Bas‑Empire

174h.k.

175Du fait de l’arasement des vestiges, il est difficile de repérer des occupations postérieures à la crise du iiie s. Une reprise d’activités sur le site est probable si l’on se fie aux découvertes de François Ficher de Clairfontaine (Fichet de Clairfontaine 1989a). En effet, l’atelier de métallurgie au centre de la façade de l’îlot central semble toujours en fonction à la fin du iiie s., comme en témoigne la couche cendreuse qui recouvrait son sol et qui a livré un follis de Maximien Hercule frappé vers 295 ap. J.‑C. (no 702). Il était associé à de la sigillée d’Argonne et à de la céramique à l’éponge. L’essentiel des niveaux tardifs correspond cependant à des récupérations de matériaux. Les niveaux supérieurs de la stratigraphie du site ont fourni aussi, régulièrement associé à un tel mobilier céramique, du monnayage de la fin du iiie ou du premier quart du ive s. Le mur effondré de l’aile ouest du bâtiment à galeries (bâtiment 3) (fig. 148) contenait une monnaie de Constantin frappée à Londres en 317 (no 712). L’US 307 recouvrant les entités commerciales de la terrasse orientale de l’îlot sud (bâtiment 7) a aussi donné une monnaie de Constantin frappée à Trêves entre 322 et 323 (no 711), associée à une autre monnaie de Constantin I ou II datée de 335‑337 (no 713). L’aile nord du bâtiment 6 a livré une monnaie plus récente d’Arcadius (395‑403) (RIC X 10245, no 726). Dans l’îlot central, le niveau d’effondrement d’un bâtiment de la façade orientale fournit également plusieurs monnaies de Constantin (nos 706 et 718). Dans cet îlot, de tels constats sont aussi à signaler pour d’autres niveaux du sommet de la stratigraphie : monnaies de Constantin frappées à Lyon en 315‑316 et 337 dans les niveaux 72 et 16 (nos 707 et 709).

176Le numéraire retrouvé sur la grande rue est‑ouest no 1 est plus intéressant pour aborder la poursuite de la fréquentation de ce secteur de l’agglomération antique. Il témoigne d’une utilisation de cet axe jusqu’au milieu du ive s. Plusieurs monnaies des empereurs de la première moitié du ive s. ont ainsi été retrouvées : Licinius (Trêves, 316, no 704), Crispus (Thessalonique, 320, no 720), Constantin (Lyon, 324‑325, no 708) ; Fausta, (324‑330, no 721), Constant (341‑346, no 724) et Constance II (no 723). La trame viaire du Haut‑Empire semble donc rester en usage au moins jusqu’au milieu de ce siècle. Sa désaffection au profit d’un axe plus orienté vers le sud‑ouest et repris aujourd’hui par la RD 794 est difficilement datable. La nouvelle rue traverse la domus à portique désaffectée (bâtiment 6) dont le niveau de destruction a livré la monnaie d’Arcadius (no 726). Cette monnaie définit peut‑être un terminus post quem pour la désaffection de la rue no 1 et pour son remplacement par la nouvelle rue. Elle fournit également peut‑être une indication chronologique pour la création, dans l’îlot sud du quartier de Monterfil, d’une petite construction installée dans les niveaux de destruction des bâtiments à galeries no 3 et no 5. De cette construction, seuls subsistent deux bouts de murs constituant l’angle nord‑ouest d’une salle (fig. 150 et fig. 151). Son intérêt réside surtout dans son orientation qui ne respecte plus celle de la ville du Haut‑Empire mais qui est définie cette fois‑ci en fonction du tracé de la nouvelle rue menant vers la place de l’église. Cette habitation peut éventuellement apparaître dès le ve s.

FIG. 150 ‒ Plan des vestiges du bâtiment tardif (bâtiment 15).

H. Kerébel

FIG. 151 ‒ Vue du muret du bâtiment 15 installé dans les niveaux de destruction des bâtiments 3 et 5.

H. Kerébel

177La crise du iiie s. n’a nullement épargné le site. La plupart des édifices sont probablement abandonnés. Ceux‑ci ne sont cependant pas immédiatement détruits après leur abandon et une réoccupation des lieux jusqu’au ive s. ne peut être exclue. Le niveau d’effondrement du mur de l’aile ouest du bâtiment à galeries fournit du monnayage du début du ive s., témoignant ainsi d’une certaine persistance des constructions malgré leur désaffection (monnaies de Constantin, nos 710 et 712). Il en est de même pour la construction de la façade orientale de l’îlot central où plusieurs monnaies du ive s. sont aussi à signaler (nos 706, 715, 717, 718 et 719).

178Il apparaît en fait que des activités reprennent dans le quartier de Monterfil II dès la fin du iiie s. L’atelier de métallurgie du bâtiment 16 qui connaît alors un regain d’activité en serait le parfait témoignage. On aurait aimé y distinguer une activité de frappe monétaire matérialisée entre autres, par le lot de minimi trouvé à proximité (cf. infra, chap. 5). Mais, rien n’appuie cette hypothèse. Il est plus délicat d’affirmer une véritable reprise pour les autres constructions.

179Les premiers travaux de récupération qui suivent l’abandon définitif des édifices s’opèrent peut‑être dès ce moment dans des constructions sans doute encore en élévation. Il faudrait alors imaginer un secteur en chantier où des édifices en cours de démolition côtoient d’autres constructions dans lesquelles des activités économiques ont pu reprendre. Des travaux de nettoyage sont aussi à signaler. Le puits 203 est ainsi comblé avec des éléments provenant de la destruction du bâtiment 16 adjacent. Les reprises d’activités apparaissent cependant limitées. Rien ne permet de distinguer une forte renaissance constantinienne comme cela avait été perçu sur le site du Champ Mulon où un ensemble thermal succédait, après la crise du iiie s., à une domus.

180La dernière construction de Monterfil II n’appartient sans doute plus à l’Antiquité. Postérieure à l’abandon de la rue no 1, elle peut très bien correspondre à une occupation du haut Moyen Âge, voire d’une période plus récente.

4.7 Conclusion

181h.k.

182Les données issues des fouilles programmées conduites sur le site depuis 1986 sont nombreuses et variées. L’intérêt de ce site réside surtout dans la possibilité d’aborder sur une grande étendue de nombreux vestiges archéologiques. Cette situation nous amène aujourd’hui à disposer des informations importantes et nouvelles sur ce secteur de la ville antique de Corseul. L’étude des niveaux archéologiques a déjà conduit à affiner la chronologie du site. Les grandes phases d’évolution déjà reconnues sur le reste de l’agglomération y sont validées. On bénéficie cependant, à présent, d’une quantité plus importante de données favorisant ainsi des propositions de datation plus fiables.

183Ensuite, le site de Monterfil II témoigne d’une volonté précoce d’organiser le développement urbain. La structuration de l’espace est ainsi définie très tôt. La spécification de l’espace public est effective dès la période augustéenne si l’on admet que les deux premiers états de la rue no 1 s’installent au nord de fossés (157, 417, 624) séparant bien le domaine public d’un espace privé. L’horizon II voit probablement la mise en place de disposition programmant l’urbanisme de part et d’autre de la grande rue est‑ouest. Ceci s’effectue dès la délimitation des îlots par la trame viaire orthogonale, c’est‑à‑dire peut‑être dès la fin du règne de Tibère. Cet horizon voit alors aussi, à l’intérieur de ces îlots, l’élaboration de parcelles dont les limites ne seront que très peu bouleversées tout au long de l’occupation. Très rapidement, les premières constructions importantes apparaissent dans ces propriétés nouvellement délimitées mais l’essor du bâti se fait progressivement comme le montre l’établissement un peu ultérieur d’un grand édifice artisanal et commercial en façade de l’îlot central. L’îlot sud connaît lors de l’horizon III un nouveau projet architectural concernant cette fois‑ci la totalité de la façade. Comme au nord de la rue, il s’agit probablement d’édifices commerciaux. Dans cette insula, les constructions en retrait de la parcelle de façade peuvent être apparentées à des habitations.

184Pour la première fois, il nous était offert la possibilité d’entrevoir l’évolution d’un quartier après la crise du iiie s. Comme ailleurs dans la ville de Corseul, le site de Monterfil II est durement affecté par cette crise. Quelques niveaux archéologiques existent. Ils témoignent le plus souvent de destructions importantes. Il ne semble pas y avoir ici de renouveau architectural comme cela avait été pressenti sur le site du Champ Mulon (Chiché 1972). Ce constat est cependant à relativiser car la seconde moitié du iiie s. et l’Antiquité tardive restent sans conteste les périodes les moins bien représentées sur le site du fait de la disparition de nombreux niveaux archéologiques.

185On regrettera bien sûr cet arasement important des niveaux archéologiques. Cet état de fait est surtout préjudiciable pour l’analyse des constructions. Quelques données existent pourtant. Elles permettent déjà de proposer des reconstitutions intéressantes de ces édifices.

Table des illustrations

Légende FIG. 124 ‒ Plan d’ensemble simplifié des vestiges de l’horizon I.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 125 ‒ Plan d’ensemble simplifié des vestiges de l’horizon II.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 126 ‒ Plan d’ensemble simplifié des vestiges de l’horizon III.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 127 ‒ Plan d’ensemble simplifié des vestiges de l’horizon IV.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 128 ‒ Vue du fossé 417 au‑dessus duquel s’installe le mur de fond du portique de l’horizon III.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 129 ‒ Plan schématique du parcellaire de l’îlot sud.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 130 ‒ Blocs d’architecture de Monterfil II.
Crédits Y. Maligorne
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 131 ‒ Proposition de restitution d’une colonne de Monterfil II.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k
Légende TABL. XV ‒ Mesures du bâtiment 16 calculées en fonction du module de 0,465 m.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 134 ‒ Restitution de l’extrémité orientale du bâtiment 16 lors des horizons III et IV.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 132 ‒ Coupe transversale nord‑sud du bâtiment 16 de l’horizon II au niveau des pièces quadrangulaires b2 et b6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 133 ‒ Coupe transversale nord‑sud de la pièce k de la terrasse occidentale.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 135 ‒ Coupe nord‑sud des pièces de l’extrémité orientale du bâtiment 16 des horizons III et IV.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 136 ‒ Coupe est‑ouest des pièces de l’extrémité orientale du bâtiment 16 des horizons III et IV.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende DÉPL. IIa ‒ Restitution de la façade sud du bâtiment 16 lors de l’horizon II.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende DÉPL. IIb ‒ Restitution de la façade sud du bâtiment 16 lors de l’horizon IV.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende DÉPL. IIc ‒ Restitution de la façade de l’îlot sud lors de l’horizon IV.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende FIG. 137 ‒ Restitution du pignon est du bâtiment 8.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 138 ‒ Coupe transversale nord‑sud du bâtiment 8.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende TABL. XVI ‒ Récapitulatif des mesures du bâtiment 8 calculées en module de 0,53 m.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 139 ‒ Coupe transversale nord‑sud du bâtiment 4.
Crédits V. Mutarelli
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 140 ‒ Plan du bâtiment de l’insula XIV de Verulamium (extrait de Frere 1983).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 141 ‒ Plan des horrea de Valkenbourg (extrait de Groenman ; Van Waateringe 1986).
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 142 ‒ Plan de l’auberge de Xanten (extrait de Heimberg, Rieche 1986).
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 143 ‒ Plan de localisation des niveaux de destruction.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 144 ‒ Plat en verre du puits 142 (forme Isings 97).
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 145 ‒ Vue du pierrier du portique ouest du bâtiment 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 146 ‒ Vue du niveau de destruction comblant la cave du bâtiment 2.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 147 ‒ Vue, depuis l’intérieur de la cave, du niveau de destruction de la cour du bâtiment 2.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 148 ‒ Vue des niveaux d’effondrement des murs du bâtiment 3.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende TABL. XVII ‒ Répartition par type de céramiques de l’horizon V : céramiques sigillées à revêtement grésé du centre de la Gaule, céramiques d’Argonne, céramiques Black‑Burnished ou assimilées et céramiques marbrées d’Aquitaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende TABL. XVIII ‒ Comptage par catégorie de céramiques des US de l’horizon V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 149nos 1 à 5 Céramiques de l’horizon V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 149nos 6 à 25 Céramiques de l’horizon V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 150 ‒ Plan des vestiges du bâtiment tardif (bâtiment 15).
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 151 ‒ Vue du muret du bâtiment 15 installé dans les niveaux de destruction des bâtiments 3 et 5.
Crédits H. Kerébel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47790/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search