Version classiqueVersion mobile

Marseille, du Lacydon au faubourg Sainte-Catherine (Ve s. av. J.-C.-XVIIIe s.)

 | 
Marc Bouiron

Chapitre 5. La vaisselle de la fin du xiie s. à la fin du xive s. : essai de typo‑chronologie

5 Pottery from the end of the 12th century to the end of the 14th century: a suggested typo‑chronology

5 La ceràmica de fines del siglo XII a fines del XIV: ensayo de tipo‑cronología

5 La ceramica dalla fine del xii s. alla fine del xiv s.: tipocronologia

Catherine Richarté

Résumé

L’étude de la céramique médiévale s’intègre dans le contexte archéologique provençal. Le faible nombre de tessons (7 186 dont 2 792 résiduels) ne permet pas d’établir des courbes fines des productions par phase. Toutefois, la qualité et la diversité des céramiques éclairent de façon convaincante la consommation d’un grand port de la Méditerranée, en relation avec l’Espagne, l’Italie, l’Afrique du Nord ou l’Orient. Elles offrent également la possibilité d’aborder l’utilisation de la vaisselle produite dans un autre quartier, Sainte‑Barbe, récemment étudié.

Texte intégral

1L’étude du mobilier céramique, menée en parallèle à l’étude stratigraphique, s’est concentrée sur l’évolution de chaque catégorie durant le xiiie s., moins connu que les années 1300‑1360 (états 4C1 et 4C2). La fouille a livré très peu de mobilier céramique, le faubourg n’ayant jamais connu de destruction brutale avant 1360. De même, l’arasement volontaire du faubourg à cette date nous prive du mobilier des espaces puisque les vases ont été emportés par les habitants. Seul le puits S 77, dans la maison B3, a permis la découverte d’une série de vases entiers (cruches et récipients liés à la métallurgie).

5.1 Le mobilier céramique et les données archéologiques

2Cette étude s’inscrit dans le cadre des recherches menées par le laboratoire d’Archéologie médiévale méditerranéenne (LAMM/CNRS) depuis plusieurs décennies sur la céramique médiévale retrouvée dans les chantiers de fouille de la région ; la méthodologie comme la détermination des productions doivent tout à ce travail collectif. La quantification des différentes productions, couplée à un phasage stratigraphique affiné au quart de siècle, permet de dégager des faciès de consommation et des évolutions dans l’approvisionnement des foyers marseillais.

5.1.1 Fouilles récentes et contextes médiévaux en Provence

3Le développement de la céramologie médiévale, dont l’étude a été initiée en Provence grâce à l’important travail consacré aux fouilles du castrum de Rougiers (Démians d’Archimbaud 1980), a permis depuis quelques années d’alimenter la réflexion sur la recherche régionale. Ainsi la succession des travaux portant sur l’archéologie médiévale a fait progresser de loin en loin les connaissances et dissipe graduellement les incertitudes. En Basse‑Provence, les données restent encore souvent lacunaires et les contextes rares pour les périodes du haut Moyen Âge et du Moyen Âge (du ixe au xiiie s.). Cette vacuité tend progressivement à se combler avec le développement de l’archéologie préventive. À Marseille, le faciès céramologique de la fin du xiie s. et du début du xiiie s. s’esquisse peu à peu grâce au mobilier issu des fouilles urbaines des années 1992‑1993 des places du Général‑de‑Gaulle (Bouiron 1993) et Jules‑Verne (Hesnard et al. 1993 ; Démians d’Archimbaud, Vallauri à paraître) et plus récemment celle du chantier César (phase I) (Thernot 1997a). Cependant, la découverte en 1991 d’une partie du bourg des olliers (îlot Sainte‑Barbe) a été fondamentale puisqu’elle a permis de reconnaître un atelier polyvalent ayant produit diverses catégories de céramiques durant tout le xiiie s. jusqu’au début du siècle suivant. La récente publication de cette production marseillaise jusqu’alors ignorée est un ouvrage de référence (Marchesi et al. 1997). Pour la seconde moitié du xiiie s., les données marseillaises provenant essentiellement de sondages ou de petites opérations restent ponctuelles : îlot 55 , rue de la Cathédrale (Moliner 1994), îlot Puget III (Gantés, Moliner 1990 : 53‑58) et chantiers inédits de l’avenue Vaudoyer et du parvis de l’église Saint‑Laurent.

4À Aix‑en‑Provence, plusieurs chantiers récents ont livré du matériel de cette époque. Dans la cour du palais archiépiscopal furent découverts des contextes datés de la seconde moitié du xiiie s. (Fixot et al. 1989). Quelques années plus tôt, des recherches archéologiques autour et dans la cathédrale avaient déjà permis une étude des céramiques médiévales (Vallauri 1980). Enfin, la fouille des maisons médiévales de la rue des Magnans révéla des contextes inédits de la fin du xiiie s. Généralement, en Provence, la fin du xiiie s. et le xive s. sont mieux documentés, les informations sont plus abondantes et proviennent le plus souvent de fouilles d’édifices majeurs (abbayes de Montmajour, du Thoronet, de Silvacane, de Saint‑Pierre de l’Almanarre à Hyères [Parent 1991] et du palais épiscopal de Fréjus [Vallauri 1989]) ; d’autres sont issues d’études de séries plus conséquentes comme celle du couvent des dominicaines d’Aix‑en‑Provence (Richarté 1991 ; Richarté et al. à paraître). La multiplication des études dans la vallée du Rhône notamment, à Arles (Leenhardt et al. 1996), à Avignon (Carru et al. 1995) et à Beaucaire (Schneider 1995 ; Vallauri 1995), fournit d’utiles comparaisons.

5À la fin du xiiie s. et au début du xive s., les céramiques semblent avoir été plus largement diffusées (axes de communication, expansion économique) ou les produits plus répandus (peut‑être du fait d’une production plus massive ?). Le mobilier exhumé lors de la fouille de la place du Général‑de‑Gaulle permet de cerner la consommation de céramiques médiévales à Marseille sur une période de deux siècles et demi, de le comparer avec les premières données anciennement recueillies et d’élargir le panel des vaisselles utilisées dans la cité phocéenne. En outre, le mobilier céramique révèle aussi les aspects de la vie quotidienne des habitants de ce quartier et renseigne sur l’approvisionnement en production d’origine régionale ou importée. La présence de différentes catégories de céramiques importées témoigne de l’importance des échanges commerciaux interméditerranéens et montre une cité très largement ouverte sur l’extérieur (Italie, Espagne, Maghreb, Méditerranée orientale, Proche‑Orient...).

5.1.2 La masse documentaire

6Un essai de quantification a permis d’appréhender la part revenant à chaque officine dont la production est attestée. Parmi la multiplicité des produits régionaux et importés, une part non négligeable d’inconnus individualisés demeure, lesquels ne peuvent être attribués à des ateliers ou à des aires de production identifiés. Le but de cette étude est de tenter de présenter une typologie périodisée des produits céramiques régionaux et d’importations utilisés pendant deux siècles et demi et de noter, lorsque cela est possible, l’évolution de ces produits.

7L’étude porte sur l’exploitation de 3 804 contextes et sur un total de 7 186 fragments de céramique duquel il faut retrancher 2 792 tessons résiduels. Cette part considérable de fragments de céramique résiduelle (fig. 172) est importante dans les unités stratigraphiques correspondant aux premières phases d’occupation du quartier (4B1 à 4B4) où l’on observe que leur nombre va croissant (de 36 à 71 %). En effet, les aménagements occasionnés par la mise en place des constructions perturbent les niveaux archéologiques appartenant à la phase précédente. La répartition de ce matériel par zone est relativement homogène et bien en corrélation avec les différentes phases du site.

FIG. 172 ‒ Pourcentage de résiduel par rapport à l’ensemble des tessons par phase

DAO C. Richarté/Afan, M. Bouiron/Ville de Marseille

8Le lot de 4 394 fragments de céramique médiévale trouvés en contexte est relativement faible pour un cadre urbain. Mais ce chiffre est à nuancer si l’on prend en considération les problèmes inhérents à la fouille (choix stratégiques compte tenu des délais de fouille ; certains espaces sont partiellement fouillés) et eu égard au type de structures étudiées (pas ou peu de dépotoirs domestiques à l’exception du comblement d’un puits, seul ensemble clos, qui a livré des objets complets et fait l’objet d’une présentation particulière). L’essentiel du mobilier a été recueilli dans trois types de structures : les comblements de fossés, quelques niveaux de sols ainsi que dans les remblais d’installation préalables aux constructions.

9La répartition du mobilier par période est très variable (tabl. ii). Si pour les périodes les plus anciennes (4B1, 4B2, 4B3) les ensembles restent numériquement très faibles (0,3 à 3,25 %), c’est qu’ils correspondent aux phases de mise en place du faubourg, à un moment où l’habitat est inexistant voire peu développé. Pour la période 4B4 correspondant au troisième quart du xiiie s., on enregistre un accroissement de 12 % ce qui traduit une forte occupation des espaces. En 4B5 on ne peut que s’étonner du recul du pourcentage qui tombe à 3,2 %. Les périodes 4C1 et 4C2 regroupent 60 % de la globalité du matériel recueilli. Enfin, la baisse du nombre de céramiques qui marque la phase 4D est imputable à la désaffectation du quartier intervenant dans les années 1360.

TABL. II ‒ Comptage des catégories de céramique médiévale par phase.

5.1.3 Vaisselle de table et céramique culinaire

10La diversité des origines d’approvisionnement caractérise cet ensemble. D’un point de vue général, on note, dans toutes les phases distinguées, une prédominance des céramiques culinaires par rapport à la vaisselle de table (fig. 173). Par ailleurs, la répartition des produits en fonction de leur origine montre que ce sont les produits régionaux, voire locaux, qui ont la préférence des utilisateurs, couvrant 72 % des besoins alors que les importations ne représentent que 28 % de la masse (fig. 174). Ce dernier chiffre est cependant conséquent par rapport aux sites provençaux et à ceux de la vallée du Rhône. Cette spécificité marseillaise, liée à la situation et à l’activité portuaire, a déjà été observée sur d’autres chantiers de la ville (Gantés, Moliner 1990 ; Hesnard et al. 1993 ; Parent, Abel 1997).

FIG. 173 ‒ Rapport entre céramique culinaire et vaisselle de table

DAO C. Richarté/Afan, M. Bouiron/Ville de Marseille

FIG. 174 ‒ Proportion des vaisselles régionales et importées par phase

DAO C. Richarté/Afan, M. Bouiron/Ville de Marseille

11L’approvisionnement régional domine pour les céramiques de cuisine comme pour la vaisselle de table. Les céramiques culinaires régionales regroupent des céramiques à pâte grise, rouge, brune micacée, des céramiques claires glaçurées de l’Uzège, quelques éléments languedociens (céramique à pâte rouge polie) occupant ici une place très anecdotique et enfin certains produits en pâte calcaire provenant des ateliers de Marseille. Les apports extérieurs sont essentiellement constitués par des produits en pâte rouge glaçurée venant de Catalogne, de Ligurie et d’autres vases dont l’origine n’est pas encore clairement définie mais qui sont vraisemblablement issus de l’aire méditerranéenne (Afrique du Nord et/ou Méditerranée orientale ?).

12En ce qui concerne la vaisselle de table, durant les périodes anciennes, la répartition entre les productions locales ou régionales et les productions importées est sensiblement équivalente (4B1, 4B2, 4B3). Dès l’état 4B5 on note une augmentation des produits de tradition locale ou régionale qui représentent 77 % de l’ensemble. Ces proportions sont inversées à partir de la fin du xiiie s. et tout au long du xive s. (4C1, 4C2, 4D) avec l’arrivée massive sur le marché des faïences italiennes et espagnoles qui se concurrencent.

5.1.4 Le mobilier et le phasage stratigraphique

13L’étude stratigraphique a permis de mettre en évidence une structuration progressive du faubourg, par phase d’environ 25/30 ans. Le mobilier céramique est trop pauvre pour analyser les données par quart de siècle ; les différentes catégories de céramique sont étudiées par demi‑siècle.

5.1.4.1 De la fin du xiie s. au milieu du xiiie s.

14Le matériel, très fragmenté, est peu abondant pour les phases 4B1, 4B2 et 4B3. Ce mobilier, qui compte une cinquantaine de tessons, est issu du comblement des structures en creux (fosses et fossés) ; peu de mobilier se rattache à des niveaux d’habitat. On raisonne sur un petit lot, sans avoir la possibilité de donner le nombre minimum d’individu (NMI) et, curieusement, le rapport entre les céramiques régionales et les importations paraît équivalent. La phase 4B3 est marquée par une série de constructions et de sols domestiques dont la mise en place et l’occupation sont situées dans la première moitié du xiiie s. Le mobilier y est plus abondant et a l’avantage de comporter des éléments moins fragmentés dont les profils sont présentables.

15Pour ces périodes, les contextes comportent quasi systématiquement les mêmes associations de matériel, c’est‑à‑dire en moyenne 50 à 70 % de céramiques antiques résiduelles (amphores africaines et orientales tardives), des céramiques à pâte calcaire avec ou sans glaçure ainsi que des barres d’enfournement (les sept barres qui pourraient provenir d’un atelier de potier voisin ?), des fragments de céramique à pâte rouge glaçurée catalane, des tessons informes de céramique commune à pâte grise, ainsi que de la céramique commune à pâte brune micacée. Sont également présentes dans ces niveaux quelques céramiques monochromes à glaçure verte ou brune. Pour la vaisselle de table, la dernière phase d’occupation (4B3) est marquée par l’apparition de céramiques décorées : sgraffito ligure sur engobe, majoliques à décor bleu et brun du Maghreb et coupelle en pâte siliceuse sur glaçure alcaline venant du Proche‑Orient.

5.1.4.2 La seconde moitié du xiiie s.

16Par rapport aux phases évoquées précédemment, on enregistre pour la phase 4B4 (troisième quart du xiiie s.) une augmentation du nombre des céramiques sans doute liée à l’installation des populations dans le quartier. On peut d’ores et déjà noter une importante diversification, la prolifération des céramiques fines de genres variés et surtout l’introduction plus affirmée du sgraffito occidental et des majoliques archaïques : céramique bleu et/ou lustre d’Espagne du Sud et à décor vert et brun pisanes qui faisaient pratiquement défaut au stade précédent. L’infiltration de nouvelles catégories de céramique systématiquement présentes constitue un excellent marqueur chronologique.

17Vers les années 1270‑1290 (phase 4B5) le taux des céramiques présentes sur le site est en baisse ; cela est‑il fortuit ? La tendance observée en 4B4 se confirme avec l’entrée sur le marché des majoliques catalanes tandis que le déclin des céramiques communes grises et brunes est amorcé au profit des vases en pâte claire glaçurée de l’Uzège. Les productions de Marseille, en pâtes calcaires glaçurées ou sans revêtement, atteignent plus de 30 % de l’ensemble des vaisselles. Cette forte représentation des produits marseillais n’a rien d’étonnant car elle correspond à la pleine période d’activité de l’atelier potier de Sainte‑Barbe.

5.1.4.3 Le xive s.

18À la phase 4C1, le mobilier demeure très abondant. Il regroupe les associations fréquemment retrouvées sur la plupart des grands sites provençaux : Rougiers, Saint‑Pierre de l’Almanarre à Hyères, ou le site du couvent des dominicaines d’Aix‑en‑Provence (Richarté 1991).

19Durant la phase 4C2 les céramiques régionales de l’Uzège représentent une masse de plus de 57 % et les productions marseillaises disparaissent. Les céramiques à décor vert et brun de la vallée du Rhône sont assez peu représentées, sans doute pour des raisons de distribution, le marché paraissant plus ouvert aux faïences catalanes, pisanes ou Valenciennes.

20Pour la phase 4D, on observe une augmentation notable des vaisselles du service bleu et/ou lustre de Valence, de même qu’un léger accroissement des céramiques à décor vert et brun déjà bien présentes dans la phase précédente.

5.2 Les productions

21La répétition des mêmes catégories au sein des différentes phases nous a incitée à faire une présentation du mobilier par type de pâte et de revêtement, critères qui correspondent dans la plupart des cas à une origine : soit à un atelier connu, à une production régionale ou importée, soit encore à une aire géographique attestée. La classe des indéterminées, qui réunit des productions mal cernées, n’est pas négligeable à Marseille et on la retrouve constamment dans les différentes phases ; elle témoigne de la multiplicité de l’approvisionnement et de la vitalité du port de Marseille tout au long du Moyen Âge.

5.2.1 Les vaisselles régionales

22Cette grande classe regroupe des céramiques communes à pâte grise ou brune, les productions de l’atelier de Sainte‑Barbe (culinaires à pâte rouge et vaisselle de table en pâte calcaire) et de l’Uzège (céramiques à pâte claire glaçurée). On note à l’intérieur de cette classe la prédominance progressive des céramiques à pâte claire en remplacement de la vaisselle à pâte brune ou grise (fig. 175).

FIG. 175 ‒ Évolution des catégories de céramique culinaire régionale

DAO C. Richarté/Afan, M. Bouiron/Ville de Marseille

5.2.1.1 La céramique à pâte grise

23fig. 176

24La céramique commune à pâte grise non glaçurée est une catégorie bien représentée dans les dernières décennies du xiie s., devenant prépondérante à partir de la seconde moitié du xiiie s. Ces pâtes, obtenues grâce au procédé de cuisson réductrice, se distinguent par des textures plus ou moins grossières. Elle est constituée d’objets de diverses qualités de pâte apparues au tri et appartenant globalement à deux grands groupes. Le premier a une texture fine, micacée et d’une extrême dureté à rattacher aux productions de l’arrière‑pays marseillais (Pelletier, Vallauri 1992 : 236) ; le second, majoritaire, est une pâte à inclusions ferrugineuses rappelant le type varois d’Ollières. Ce dernier type est particulièrement bien diffusé à Marseille, comme l’illustre l’étude du matériel utilisé par les potiers de Sainte‑Barbe (Pelletier 1997 : 68‑76). Le répertoire à vocation essentiellement culinaire se compose exclusivement de couvercles ainsi que de formes fermées : marmites, pégaus et plus exceptionnellement jattes et une chope‑mesure.

FIG. 176 ‒ Céramique à pâte grise (fin XIIe‑XIIIe s.)

DAO C. Richarté, J. Isnard, S. Bien/Afan

Les pégaus

25Une première série, correspondant au type a2 rencontré à Rougiers (Démians d’Archimbaud 1980 : 293), est caractérisée par des petits fragments dont la pâte est assez fine, dure et micacée avec de nombreuses inclusions de calcite. La lèvre forme un bandeau au profil parfois très rectiligne ou bien un peu plus évasé, marquée par une gorge presque en forme de poulie. Le premier fragment porte un décor sur l’épaulement composé d’une série de stries. Ces derniers semblent être les pièces les plus archaïques (fig. 176, no 5).

26Une seconde famille, correspondant au type b de Rougiers (Démians d’Archimbaud 1980 : 295), est formée par des pots à cuire à pâte fine, dure, micacée, à inclusions blanches. Ils semblent correspondre à une forme très globulaire avec une lèvre dont l’ouverture n’excède pas 14 cm, à gorge interne et au profil lancéolé (fig. 176, no 7). L’anse, lorsqu’elle existe, est sans doute directement rattachée à la lèvre, comme tend à le prouver l’amorce qui parfois subsiste sur certains fragments. L’épaulement est le plus souvent orné d’un décor (guillochis ou roulette). Des variantes sont observées au niveau de la lèvre, qui peut avoir un profil plus ou moins anguleux, et du profil qui paraît plus élancé. Le diamètre est en général compris entre 12 et 14 cm. Un seul petit vase de 8 à 10 cm de hauteur restituable et de 5 cm de diamètre est répertorié, il a une anse rubanée rattachée de façon classique à la lèvre dont le profil renvoie au type b décrit ci‑dessus (fig. 176, no 4).

Les marmites

27Les marmites recensées sur le site forment également deux groupes que distingue la nature des pâtes utilisées. La constante morphologique est la panse globulaire avec des anses souvent disposées horizontalement ou des préhensions verticales directement rattachées à la lèvre.

28Quatre exemplaires de type a étudiés possèdent une lèvre formant un rebord oblique, incliné vers l’intérieur, et un col convexe orné de décor d’impressions (fig. 176, nos 1, 2). Un fragment suggère un système d’attache horizontal des anses, fixées sur la partie supérieure de la panse. Les profils de type a ont des diamètres d’ouverture compris entre 18 et 21 cm.

Les jattes à listel

29Un type est recensé. Il correspond à la seule forme ouverte de cette catégorie. Il comporte une lèvre arrondie, formant une ouverture de 23 cm de diamètre, que prolonge horizontalement un listel.

Les couvercles

30Un exemplaire de couvre‑feu (fig. 176, no 8) à pâte kaolinitique ferrugineuse et à l’aspect grossier (nombreuses inclusions) possède une lèvre à section triangulaire. D’une hauteur d’environ 5 cm et d’un diamètre d’ouverture de 20 cm, ses parois sont décorées de motifs à la roulette formant une succession de motifs carrés. Cet objet, datable de la seconde moitié du xiiie s., se rapproche, par ses caractéristiques techniques, des productions des ateliers varois du bassin de Saint‑Maximin et d’Ollières (Démians d’Archimbaud 1980 : 308, fig. 266 no 6).

31Dans cette série, un autre exemplaire (fig. 176, no 11) a été mis au jour ; il correspond au genre des couvercles décorés en pâte kaolinitique du Var à décor composé de cannelures concentriques. Ses dimensions sont assez importantes (diamètre de 24 cm). Il est muni d’un bouton de préhension évidé (pour l’évacuation de la vapeur) qui occupe la partie centrale de l’objet. La lèvre au profil biseauté est légèrement inclinée vers l’extérieur. Un exemplaire similaire a été retrouvé dans des niveaux anciens de Rougiers, antérieurs au milieu du xiiie s. (Démians d’Archimbaud 1980 : 306, fig. 264 nos 2‑4).

Autres types

32On notera aussi la découverte tout à fait exceptionnelle d’une chope‑mesure (fig. 176, no 10) en céramique grise à pâte fine, dont subsistent la partie basse conique et le départ de l’anse unique qui en permettait l’utilisation. Cette forme est identique à celle découverte dans les ateliers de Sainte‑Barbe (forme « chope‑mesure 1 », Marchesi et al. 1997 : 268‑269). Enfin, un vase reste non identifié (fig. 176, no 9), dont le fragment conservé possède un décrochement à l’intérieur, sans doute en partie basse, évoquant la forme d’un alambic ou plus exactement d’un chapiteau d’alambic (Marchesi et al. 1992 : 296‑302 ; Thomas 1998 : 168).

Le décor à la molette

33Plusieurs types de décors ont été observés. Tout d’abord les motifs géométriques réguliers (largeur de l’impression 1 cm) :
‒ roulette simple avec une succession de petits traits verticaux (entre 0,2 et 0,5 cm de large) (fig. 176, nos 5, 7, 8) ;
‒ motif de chevrons imbriqués. Ensuite les combinaisons de motifs complexes :
‒ combinaison de motifs horizontaux, verticaux et obliques ;
‒ motif de points réguliers de section carrée et rouelle (fig. 176, no 2) ;
‒ mélange de traits « pétales » et décor ocellé ;
‒ alternance de lignes horizontales et verticales avec rouelles et petits carrés (fig. 176, no 1) ;
‒ petite roulette avec alternance de traits verticaux et de croix de Saint‑André.

34Enfin le décor incisé (système de stries) exécuté à main levée.

5.2.1.2 Les céramiques à pâte brune micacée

35fig. 177

36Le groupe est caractérisé par une pâte de teinte variable : rouge orangé, grise ou beige et contenant des inclusions de chamotte, de calcite et de nombreuses écailles de mica. Cette inégalité de couleur qui caractérise la surface des vases est peut‑être attribuable à une cuisson irrégulière mi‑oxydante mi‑réductrice. Les récipients ne portent pas de revêtement glaçuré. Leur fonction pouvait tout aussi bien correspondre à la cuisson des aliments qu’au stockage des denrées. La plupart des pièces ont en effet toujours été retrouvées noircies par le feu.

FIG. 177 ‒ Céramique à pâte brune micacée (fin XIIe‑XIIIe s.)

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

37Cette céramique commune à pâte brune micacée fait son apparition dans les contextes marseillais à la charnière des xiie et xiiie s. (Parent, Abel 1997 : 7 ; Pelletier 1997 : 66‑68 ; Gantès, Moliner 1990 : 55‑56). Elle est également omniprésente dans les niveaux anciens (4B1 à 4B4). De provenance vraisemblablement régionale, peut‑être même varoise (Pelletier 1997 : 68), on la rencontre aussi en Languedoc et à Arles (Leenhardt et al. 1996 : 107, fig. 9 nos 3‑5). Pour les phases 4B1 et 4B2, les quelques fragments recueillis sont informes mais sont vraisemblablement apparentés à des pots. Pour les phases 4B4 et 4B5, le répertoire de cette catégorie est limité à trois types de formes dont deux fermées : couvercle, pot et pégau. Ces vases paraissent quelque peu archaïques, les profils adoptés sont traditionnellement reproduits sans grand changement depuis le xiie s. et sont familiers des niveaux datés du xiiie s. dans lesquels ils sont souvent majoritaires. Deux vases complémentaires dans leurs usages sont présents sur le site : les pots et les pégaus.

38Les pots, retrouvés en plus grand nombre que les pégaus, sont des vases à panse globulaire munis d’un large fond bombé dont le diamètre de base (17 cm) correspond presque à celui de l’ouverture compris entre 20 et 25 cm. Ce pot au col court, concave, est terminé par une lèvre en amande complètement déversée vers l’extérieur (fig. 177, no 4). Une sorte de carène commence aux deux tiers de la hauteur du vase qui oscille entre 20 (fig. 177, no 5) et 25 cm. Cette carène est précédée par une gorge que l’on retrouve sur le haut de la panse de la plupart des exemplaires (fig. 177, no 3). Ces pots de grande contenance et à l’allure trapue comportent une base présentant des traces de modelage mais des parois d’une grande finesse (de 0,4 à 0,6 cm), preuve d’un tournage bien maîtrisé. L’absence d’éléments de préhension et la présence d’un fond lenticulaire laissent penser que cette pièce pouvait être posée sur un trépied ou à même le foyer.

39Les pégaus ou cruches, moins nombreux que les pots, sont parvenus incomplets. On ne connaît que le bord qui semble, d’après les amorces de panses que l’on possède, être caractérisé par une ligne tout aussi globulaire que les pots. Le pégau, qui peut être ici considéré comme l’archétype des cruches, comporte un bec verseur pincé, à l’aspect parfois un peu « mou », auquel est diamétralement opposée une anse rubanée (fig. 177, no 2) d’environ 3,5 à 4 cm de largeur. L’ouverture de ce vase est comprise entre 12 et 13 cm. Il est probable, d’après un fragment retrouvé, que cette forme a été parfois ornée d’un décor réalisé à la molette réparti sur trois registres au niveau de l’épaulement.

40Un seul couvercle a été mis au jour (fig. 177, no 1) et, compte tenu de son diamètre de 22 cm, il semble être plutôt lié aux pots qu’aux pégaus. Son épaisseur est très régulière et son profil, assez plat, est terminé par une lèvre biseautée. Le centre de la pièce est marqué par un bouton de préhension, dont on devine le départ mais qui n’a pas été retrouvé.

5.2.1.3 Les céramiques à pâte rouge polie

41La présence de deux fragments de vases obtenus en atmosphère oxydante n’est connue que dans les niveaux anciens. Cette catégorie, que particularise une pâte rouge orangée à ocre avec de nombreuses inclusions de chaux (Leenhardt et al. 1995 : 34‑35 ; Leenhardt, Vallauri 1998), est illustrée par des formes de pots à bord rentrant dont la surface polie donne aux pièces un aspect lustré (fig. 178). Un décor de cordon rapporté est parfois placé sous la lèvre et doit vraisemblablement se développer sur toute la hauteur du vase (fig. 179). Ce type de céramique, dont le plus grand nombre se retrouve dans les garrigues montpelliéraines dans les contextes xiiexiiie s., est mieux cerné grâce à des études typologiques récentes confrontées à des analyses géochimiques (Leenhardt à paraître). Ces recherches proposent comme aire de production le Languedoc. Ce type, assez rare outre‑Rhône, n’est cependant pas isolé, puisqu’un autre exemplaire a été identifié sur le chantier César à Marseille (Parent, Abel 1997).

FIG. 178 ‒ Céramique à pâte rouge polie (fin XIIe‑XIIIe s.)

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 179 ‒ Céramique à pâte rouge polie (fin XIIe‑XIIIe s.)

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

5.2.1.4 Les céramiques à pâte rouge du bourg des olliers et de Provence centrale

42fig. 180, 181

43Cette série est composée de vases culinaires réalisés dans une argile rouge, siliceuse, dont on ne connaît toujours pas l’origine du gisement, et qui pourrait fort bien être un mélange de plusieurs composants argileux. La nouveauté de ce produit consiste dans le fait qu’il est cuit en atmosphère oxydante, procédé qui, à cette époque et en Provence, reste marginalement utilisé. En effet, la majeure partie des ustensiles culinaires connus à cette période sont cuits en milieu réducteur. Mais la récente découverte d’une production à pâte rouge au sein de l’atelier des olliers nuance et enrichit le propos. À cela s’ajoute une autre évolution technique : la présence d’une glaçure au plomb qui donne à l’objet son étanchéité. Le répertoire présenté dans ce chapitre montre une certaine parenté avec les vases marseillais, mais renvoie également aux productions montpelliéraines (Leenhardt 1995a : 43‑44). Il est limité à des formes de marmites dont le bord est épaissi et la panse ornée de stries horizontales ainsi qu’à des jattes et des pégaus (fig. 180, nos 1, 4, 5). D’autres pièces sont avec plus d’assurance identifiées aux productions de Marseille.

FIG. 180 ‒ Céramique à pâte rouge glaçurée.

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

44Les céramiques culinaires à pâte rouge glaçurée produites dans l’atelier du bourg des olliers sont toujours caractérisées par une pâte siliceuse rougeâtre avec une couverte plombifère assez maigre et par la présence systématique d’inclusions blanches formant une sorte de masse à l’intérieur des cassures. Les formes encore en usage en ce début du xive s. sont des marmites à bord renflé (fig. 181, no 1) de type 2 de l’atelier de Marseille (Vallauri, Leenhardt 1997 : 200‑201), des pégaus, quelques jattes ainsi que des ustensiles vraisemblablement réservés à la vapeur (fig. 181, nos 2‑4). Les jattes, trouvées en plus grand nombre, ont un profil qui rappelle étrangement celui des jattes en pâte claire glaçurée de l’Uzège (Vallauri, Leenhardt 1997 : 210‑214). Une jatte à tétons de préhension (fig. 181, no 3) se rattache aux formes fabriquées dans le bourg des olliers (Vallauri, Leenhardt 1997 : 207, fig. 178 nos 11‑13).

FIG. 181 ‒ Céramique à pâte rouge glaçurée (atelier de Sainte‑Barbe)

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

45Les fonds percés appartenant vraisemblablement à des ustensiles réservés à la cuisson à la vapeur (fig. 181, no 5) font aussi référence aux multiples formes de vases percés fabriqués dans l’atelier de Sainte‑Barbe (Vallauri, Leenhardt 1997 : 272, fig. 240 no 2).

46Les formes à listel (fig. 180, nos 2, 3) ne renvoient à aucun modèle marseillais mais font penser à un exemplaire d’origine indéterminée trouvé à Sainte‑Barbe (Vallauri, Leenhardt 1997 : 80, fig. 52 no 2). À côté de ces éléments de tradition régionale se distingue un pot de grand diamètre (fig. 180, no 6), à col resserré et épaulement marqué par des stries auxquelles s’ajoute un curieux décor de points. La facture de cette pièce évoque un produit importé dont l’origine reste à déterminer.

47Pour les périodes plus récentes, et notamment pour les phases 4C1 et 4C2, les céramiques glaçurées à cuisson oxydante de Provence centrale (de type Ollières, Var) sont systématiquement retrouvées en association avec les productions marseillaises. On peut rattacher à cette famille de céramiques, bien connue dans la région, quelque 40 tessons au total, somme toute assez peu. Ces vases sont fabriqués dans une argile kaolinitique que l’on localise autour d’Ollières. En général, les fragments portent à l’extérieur un lissage formant une « peau » et un revêtement interne et parfois externe plombifère. Le répertoire morphologique ne comprend que des jattes et des marmites.

48Les jattes sont à fond plat, à lèvre déversée et portent vraisemblablement une anse. Les marmites possèdent un rebord aplati en forme de T. Seules la couleur claire de la pâte et la présence d’une glaçure les distinguent des premières générations (en cuisson réductrice).

5.2.1.5 Les céramiques à pâte claire glaçurée de l’Uzège

49fig. 182‑184

50La céramique à pâte claire glaçurée de Provence occidentale (Uzège) regroupe 1 258 éléments, c’est‑à‑dire la majorité du lot des céramiques culinaires. Elle est caractérisée par une pâte de nature réfractaire que l’on trouve surtout à l’ouest du Rhône (Saint‑Quentin‑la‑Poterie, Uzès). La texture feuilletée de la pâte, la couleur claire (beige rosé à lie‑de‑vin), ainsi que la glaçure au plomb sont autant de critères qui permettent d’identifier cette production. Très répandues, il semble que ces pièces aient été très appréciées pour leur bonne résistance aux chocs thermiques. Ceci en a fait, dès la fin du xiiie s., l’ustensile culinaire par excellence, qui concurrence toute autre marchandise. Dans la seconde moitié du xive s., la batterie en usage est presque exclusivement constituée de céramiques à pâte claire glaçurée de l’Uzège.

51Pour la phase 4B2, les céramiques communes à pâte claire glaçurée de l’Uzège sont représentées par deux fragments informes. La production, qui ne semble pas encore très diffusée, en est peut‑être à ses balbutiements. L’absence d’éléments morphologiques ne permet pas de fournir plus d’information. Durant les phases 4B3 et 4B4, la céramique à pâte claire de l’Uzège reste peu importante sur le plan quantitatif à la différence de la phase suivante (4C) où elle est un peu plus représentée (68 tessons). Elle est assez mal conservée avec peu de formes restituables. Pour les périodes anciennes, cette catégorie est caractérisée par la blancheur de la pâte, la minceur des parois et la belle qualité du vernis de couleur miel ou vert qui la recouvre. À l’intérieur de ce lot, nous retrouvons essentiellement des formes de marmite avec des profils en bandeau. C’est au tournant du xiiie s. que l’on constate une nette prédominance des pâtes claires glaçurées de l’Uzège avec un taux de 38 % du total des vaisselles. Les couvercles disparaissent de la vaisselle en usage laissant la prépondérance aux marmites et aux jattes. Les vases à liquide tels que les cruches, les pichets et les gargoulettes viennent aussi grossir le nombre des pièces destinées à la table comme à la cuisine. Le matériel découvert s’apparente à celui retrouvé dans une maison du xive s. dans le quartier du Panier à Marseille (Reynaud 1990).

52Le groupe des marmites est représenté par des objets de différents modules :
– les marmites de petite taille qui n’excèdent pas 15 cm de hauteur et dont l’ouverture du col est de 12 cm (fig. 182). Elles comportent toutes une panse globulaire, un épaulement haut, un col vertical, une lèvre plate, élargie, tendant à devenir triangulaire et plus ou moins débordante vers l’intérieur de la pièce pour les formes tardives. Deux anses cannelées, verticales, diamétralement opposées, sont attachées sur la lèvre ou sur la partie médiane du col ;
– les marmites de grande taille qui peuvent avoir une hauteur allant jusqu’à 24 cm et un diamètre d’ouverture du col de 20 cm (fig. 184, no 4). Les anses horizontales viennent s’attacher sur la panse très arrondie et sur le col. Ce dernier est souvent haut et légèrement incurvé vers l’extérieur.

FIG. 182 ‒ Marmite à pâte claire glaçurée de l’Uzège (début XIVe s.)

Cliché F. Cognard/Afan

53Les jattes sont aussi des récipients glaçurés au plomb, à fond plat et paroi fine que termine une lèvre en amande inclinée vers l’intérieur (fig. 184, no 5). On peut les comparer aux exemplaires trouvés à Sainte‑Barbe (Leenhardt 1997b : 78‑79 ; Richarté et al. à paraître). La lèvre est séparée de la panse par une gorge formant un saillant externe. Ce type d’objet a le plus souvent deux anses et un bec verseur.

54Les gargoulettes et les cruches ont elles aussi une pâte claire et portent un revêtement au plomb jaune‑vert à brun (fig. 183). Cette glaçure, en général de belle qualité, est épaisse et recouvre avec soin essentiellement les parties extérieures des vases. La gargoulette fait partie des vases à liquide de taille réduite et de forme trapue. Elle se distingue de la cruche par l’adjonction d’un bec tubulaire placé sur la partie haute de la panse. Le col resserré à la base s’évase largement vers le sommet de la pièce. La lèvre est souvent horizontale et saillante, son profil trapézoïdal tend à se compliquer au niveau du rebord, formant un véritable bandeau. L’anse, fixée sur le col, au point de jonction entre ce dernier et la panse, est placée du côté opposé au bec tubulaire, qui porte parfois un décor plastique foliacé. Quant à la cruche de forme ovoïde, elle est caractérisée par un col très élancé s’élargissant vers l’extérieur. La lèvre présente un bourrelet ; elle est dotée d’un bec pincé également placé à l’opposé de l’anse.

FIG. 183 ‒ Cruche à pâte claire glaçurée de l’Uzège (début XIVe s.)

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

55Enfin, deux autres objets, moins fréquemment retrouvés dans les contextes de cette période, sont présents. Il s’agit d’un petit pot à une anse (fig. 184, no 1) (Leenhardt 1997b : 79 ; Richarté et al. à paraître) et d’une coupe possédant un court marli (fig. 184, no 2).

FIG. 184 ‒ Céramique à pâte claire glaçurée de l’Uzège (début XIVe s.)

Cliché F. Cognard/Afan

5.2.1.6 Les poteries à pâte calcaire du bourg des olliers

56fig. 185, 186

57La production de céramiques fines marseillaises des périodes anciennes (4B1 à 4B3) est faiblement attestée. Sont présents sur le site, quelques fragments de bassin en pâte calcaire sans revêtement et quelques tessons de vases à liquide glaçurés au plomb venant attester l’activité de l’atelier à cette époque. Cette faiblesse de la distribution paraît cohérente car ce n’est que dans la seconde moitié du xiiie s. que l’atelier connaît une période d’extension qui se traduit dans les faits par une diversification de la production et par un rayonnement de la diffusion jusqu’à l’intérieur des terres. Parmi les objets également réalisés dans les ateliers de Marseille figurent des éléments en terre cuite liés à la construction des fours de potier : les barres d’enfournement. Elles correspondent à un dispositif utilisé pour la cuisson des céramiques. Sept fragments de barre d’enfournement ont été rencontrés dans les contextes anciens (4B1 à 4B3) liés au comblement des fossés de drainage ainsi que dans un niveau domestique de l’espace C15. Le matériel d’enfournement qui a été découvert pour la première fois dans le sud de la France sur le site de Sainte‑Barbe (Thiriot 1997b : 128‑133) se rapporte au travail de la terre et surtout à la mise en place des pièces lors de la cuisson. En effet, les bâtons d’enfournement font partie intégrante de certains fours d’origine islamique dont la technique très particulière est connue depuis le xe s. Il s’agit, en fait, de fours dits « arabes » dont les exemples les plus remarquables ont été observés dans les aires géographiques sous influence musulmane (Thiriot 1997a : 348‑368) : en Espagne (à Saragosse, à Balaguer, à Cordoue et à Murcie), en Italie du Sud, en Sicile ainsi qu’en Afrique du Nord. Ces barres (birlas) étaient plantées dans les parois du four en plusieurs rangées et servaient à disposer les pièces lors de la cuisson (Thiriot 1997b : 130, fig. 104). Les fragments retrouvés lors de la fouille indiquent vraisemblablement la présence voisine d’un site potier.

Les pâtes calcaires

58Les pâtes calcaires sans revêtement retrouvées sur le site et produites dans les officines marseillaises sont essentiellement pour les phases anciennes (milieu du xiiie s.) (fig. 185, nos 19) des formes de bassins (Vallauri, Leenhardt 1997 : 284‑287) à l’exception toutefois d’une tirelire (fig. 185, no 6 ; Vallauri 1997 : 283, fig. 286 et 250‑251). Pour les séquences suivantes, et notamment au début du xive s., on note que le profil a quelque peu évolué (fig. 185, nos 358). Les pièces repérées dans les espaces domestiques du début du xive s. correspondent en majorité à des formes ouvertes : plats, coupelles, écuelles basses (fig. 185, no 7) et coupelles ou minicoupelles avec ou sans marli (fig. 185, nos 2, 11 ; Vallauri, Leenhardt 1997 : 238‑239, fig. 205). Des vases de stockage (fig. 185, no 4 ; Vallauri, Leenhardt 1997 : 255‑ 256) et un pot à anse de panier (fig. 185, no 10 ; Vallauri, Leenhardt 1997 : 298‑281, fig. 247) complètent le panel des articles marseillais fabriqués du milieu du xiiie s. jusqu’à la première moitié du xive s. Enfin, une chope‑mesure (fig. 185, no 12), datée de la première moitié du xive s., constitue, avec l’adjonction d’un bec pincé, une variante du type 2 ou 3 de l’atelier (Vallauri 1997 : 268‑271).

FIG. 185 ‒ Céramique à pâte calcaire sans revêtement (atelier de Sainte‑Barbe). 1, 2, 4, 6, 9 première phase (milieu XIIIe s.) ; 3, 5, 7, 8, 10‑12 deuxième phase (1re moitié du XIVe s.)

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

Les pâtes calcaires glaçurées

59Cent dix fragments sont en pâte calcaire glaçurée. Ils sont le plus souvent recouverts d’une glaçure au plomb d’un vert assez pâle ou couleur miel et parfois même de couleur blanche, c’est‑à‑dire opacifiés à l’étain. Cette catégorie compte une multitude de vases à verser, pichets, cruches, bouteilles ainsi qu’un mobilier luminaire abondant constitué de lampes apodes et sur pied (type 2 de l’atelier de Sainte‑Barbe ; Vallauri, Leenhardt 1997 : 330, fig. 289). Les formes fermées, sans être totalement absentes, restent plus faiblement représentées ; le pichet (fig. 186, no 8) renvoie avec certitude au type 1 de Marseille (Vallauri, Leenhardt 1997 : 239, fig. 206). Les écuelles (fig. 186, no 3) forment une série très incomplète et peu abondante ; la forme plus courante, dotée d’un marli et d’un fond annulaire (fig. 186, nos 5, 6), renvoie au type marseillais (Vallauri, Leenhardt 1997 : 230, fig. 199). De petite taille (de 14 à 16 cm de diamètre) et aux parois hémisphériques, elles sont terminées par une lèvre arrondie, légèrement rentrante soulignée par une gorge (fig. 186, no 3). Enfin, on notera parmi ces productions la présence d’un couvercle creux (fig. 186, no 7) d’un type qui n’est pas répertorié dans l’atelier des Olliers.

FIG. 186 ‒ Faïences (atelier de Sainte‑Barbe). 1‑4 à décor vert et brun ; 5‑8 monochrome

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

Majoliques opacifiées à l’étain et à décor vert et brun

60Les majoliques à décor peint de cuivre et manganèse sur émail stannifère sont les premières de ce type connues à ce jour dans le sud de la France. Cela suffit‑il pour expliquer leur extrême rareté, de manière générale, mais particulièrement dans nos contextes, où seuls trois fragments, dont un fond de coupelle à décor floral, ont pu être rattachés au groupe marseillais. Les formes et les décors en usage depuis le xiiie s. trouvent quelques parités avec les majoliques vauclusiennes.

61Un fond plat de coupe, percé de trous de suspension, porte un décor floral polychrome représentant une rosace à huit branches de couleur verte cernées de brun (fig. 186, no 1 ; Le Vert et le Brun 1995 : 211, no 236). Ce type de motif central trouve son inspiration dans la région, et notamment à Avignon (Démians d’Archimbaud 1980 : 371, fig. 358 nos 2, 3). Il renvoie directement aux productions de Sainte‑Barbe dont le répertoire et le mode d’exécution, très hâtif, sont autant de critères d’identification (Vallauri, Leenhardt 1997 : 234 fig. 202 nos 19, 20).

62Les plats à marli de grande taille peuvent se subdiviser en deux catégories : les plats dont le diamètre d’ouverture est supérieur ou égal à 48 cm, et dont la hauteur est de 4,5 cm de forme plus basse ; et ceux dont le diamètre d’ouverture est de 40 cm et dont la hauteur varie entre 7,5 et 8 cm. Ils se définissent par la présence systématique d’une lèvre à bourrelet, d’un marli toujours incliné vers le centre du plat et d’une panse peu profonde évasée vers l’extérieur. Le fond est souvent plat, formé d’un talon plus ou moins accentué. Le décor est concentré sur le rebord et sur le fond, et il est essentiellement composé de motifs en S ou d’ondulations effectués à l’oxyde de cuivre et de chevrons bruns (manganèse). Sur la panse se trouvent également des alternances de traits verts et bruns. Le fond est décoré d’un motif floral. On note une certaine rapidité dans le style et l’exécution du décor.

63Les coupes tronconiques sont de grandes pièces, assez profondes, aux parois épaisses. Leurs hauteurs oscillent entre 9,5 et 11 cm et leurs diamètres d’ouverture varient entre 24 et 32 cm. Les fonds sont habituellement plats, à pieds verticaux, saillants ou aigus. La présence de trous percés au stylet indique la fonction de suspension de l’objet. Les bords comportent un épaississement à l’intérieur de la coupe. Le décor est concentré sur sa partie interne uniquement. Un émail stannifère sert de support à la pose des oxydes. Le décor est basé sur une alternance de motifs stylisés, rendus au cuivre ou au manganèse, dont les tonalités sont spécifiques par rapport aux productions catalanes. Il s’organise de manière tripartite sur le rebord, la panse et le fond. Le vocabulaire ornemental emprunte des thèmes purement géométriques ou végétaux, quadrillage traité en damier, composition de fuseaux rayonnants ou motifs floraux.

64Très peu de cruches ont été retrouvées. Elles ne permettent pas de déduire beaucoup d’informations sur les dimensions et sur la structure de l’objet. Elles comportent sur leur paroi un décor qui s’organise en motifs concentriques (alternance de traits verts et bruns) entre lesquels s’insèrent des écoinçons de spirales brunes. Un carreau de type zélige (fig. 186, no 4 ; Le Vert et le Brun 1995 : 212‑213, no 238), évoquant par sa forme une étoile à huit branches, provient sans doute de cet atelier. Il porte en son centre une autre étoile à huit branches, peinte au brun de manganèse. Un petit albarello (fig. 186, no 2) est également à mettre au compte de ces productions (Vallauri 1997 : 265‑268).

5.2.2 Les importations

65Quelques importations méditerranéennes viennent enrichir ce faciès par un apport de poteries culinaires provenant principalement d’Italie et de Catalogne. Elles s’introduisent sur les marchés marseillais et cela dès le tournant du xiie s. Dans la catégorie des céramiques culinaires importées, nous rencontrons, principalement pour les périodes hautes, des séries à pâte rouge glaçurée ligures et d’autres originaires de Catalogne, ainsi que des céramiques à pâte rouge glaçurée dont la provenance reste indéterminée. Les produits ligures et catalans se partagent le marché, sans qu’il y ait de changement très important au niveau de la morphologie des pièces. En effet, il semble que le style des produits perdure sans grande modification pendant environ une centaine d’années, car il n’est pas rare de les rencontrer en quantité moindre dans des contextes provençaux datés de la première moitié du xive s.

5.2.2.1 La céramique à pâte rouge glaçurée méditerranéenne

66fig. 187‑189

67Les céramiques à pâte rouge glaçurée d’origine indéterminée regroupent en fait plusieurs types de céramiques dont la détermination est encore incertaine lorsqu’elle n’est pas complètement inconnue. La vaisselle d’importation paraît avoir des sources d’approvisionnement multiples mais néanmoins localisées dans le bassin méditerranéen. Les analyses actuellement en cours vont certainement permettre de préciser l’origine de ces productions.

Les céramiques à pâte rouge et glaçure monochrome verte

68Les céramiques provenant des séries monochromes à glaçure verte ou brune sont parvenues altérées et irisées. La pâte, paraissant toujours bien cuite (sonnante et dure), varie du rouge brique, plus au moins orangé, au rouge lie‑de‑vin. Elle est compacte avec des inclusions jaunes de différentes dimensions. Ces nodules de dégraissant de taille importante semblent à la fusion s’être recristallisés laissant ainsi place à des vacuoles. Tous les exemplaires examinés portent une glaçure verte intense composée d’oxyde de plomb additionné de cuivre dont la couleur est plus ou moins dense. À l’intérieur de la pièce est posé un vernis plombifère de couleur miel. Cette catégorie regroupe des coupelles, des petits vases globulaires et des lampes sur pied.

69On a dénombré 48 fragments de vases à liquide et de coupelles à marli monochromes. À l’intérieur de ce lot, les formes ouvertes sont majoritaires. Elles sont dans la plupart des cas dotées d’un marli redressé dont le profil est varié, effilé (fig. 187, nos 6, 7) ou nervuré (fig. 187, nos 9, 10) et sont vraisemblablement pourvues d’un pied annulaire (Vallauri 1997 : 81, fig. 53, nos 8‑12). Un exemplaire de coupelle (inv. no 31 92 2271) apparenté à ce type (fig. 187, nos 1, 2) a été retrouvé dans la fondation d’un mur qui, en position stratigraphique, appartient aux phases les plus anciennes du faubourg, c’est‑à‑dire la seconde moitié du xiie s. Cette coupe à marli porte un revêtement au plomb de couleur brune. D’autres fragments se rattachant à cette catégorie sont couverts d’un vernis vert sombre. Il s’agit de vases à liquide aux parois cannelées sur la partie supérieure ou médiane de la panse.

FIG. 187 ‒ Céramique à pâte rouge et glaçure verte d’origine indéterminée. 1‑2 fin du XIIe‑début du XIIIe s. ; 3‑14 XIIIe s

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

70Parmi ces vases, une petite bouteille à col et parois cannelés (fig. 187, no 14) a été repérée, ainsi qu’un pied de lampe avec départ de l’anse de préhension (fig. 187, no 11). Ces types apparaissent déjà dans les niveaux de la seconde moitié du xiie s. à Marseille (Parent, Abel 1997 : 4‑5) et sont aussi bien attestés au xiiie s. (Vallauri 1997 : 82, fig. 53).

71Cette même catégorie a été individualisée sur d’autres sites du pourtour méditerranéen où elle apparaît un peu plus tôt, vers le début du xiie s., en Italie, notamment au Palais ducal de Gênes. Des analyses géochimiques ont été tentées sur cette catégorie et donnent trois aires de production possibles : l’Afrique du Nord, la Sicile et la région byzantine (Carbona et al. 1986).

Les céramiques à pâte rouge glaçurée catalanes

72Cette catégorie est composée de fragments de bassins glaçurés découverts sur le site. C’est un type particulièrement bien représenté dans les niveaux du courant du xiiie s. Il est caractérisé par une pâte de couleur rougeâtre. De texture fine, elle présente quasi systématiquement de nombreux dégraissants rouges résultant de l’adjonction de nodules de chamotte et de fer dans l’argile. Cette pâte porte un revêtement glaçure de couleur généralement miel mais qui peut également être verdâtre et qui ne couvre que la partie interne du vase. Le corpus réunit, en général, de grands récipients de type bassin, appelés en Espagne lebrillo, trouvés à l’état de tessons informes dans les niveaux les plus anciens (4B1‑4B2).

73Dans le courant du xiiie s. les productions à pâte rouge glaçurée de Catalogne, et en particulier les bassins ou lebrillo, sont attestées par 210 fragments. Ils s’apparentent à des récipients d’environ 40 cm de diamètre d’ouverture et d’environ 12 cm de hauteur, de type jatte ou bassin, que caractérise un bord formé par une lèvre déversée à ressaut interne (fig. 188, no 8). Certains exemplaires (fig. 188, no 7 ; Vallauri 1997 : 89, fig. 59, nos 12‑13) portent à l’intérieur un revêtement stannifère avec décor au manganèse ou au cuivre. Un autre module a été isolé, de taille plus modeste (27 cm de diamètre) et dont les parois sont plus fines (de 0,8 cm) (fig. 188, nos 5, 6). D’apparentes similitudes avec certaines majoliques pourraient indiquer une origine ibérique (Richarté et al. à paraître).

74Pour la période 4B3, des éléments clairement identifiés se rattachent aux productions catalanes en raison de la nature de leur pâte et de leur facture (traces de tournassage). Il s’agit de fragments de coupe monochrome verte portant en motif central un décor d’impression (fig. 188, no 2). Il s’agit là d’un type rare et ancien, inspiré des productions d’Espagne du Sud (ou du Maghreb ?).

FIG. 188 ‒ Production à pâte rouge glaçurée catalane

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

Les céramiques à pâte rouge glaçurée de Ligurie

75Les importations ligures sont de deux types : les jattes et les pots à cuire.

76Parmi les vases culinaires d’importation figurent les jattes dites « ligures » (Mannoni 1975 : 59, fig. 49, no 4), très abondantes à Marseille (Gantés, Moliner 1990 : 56 ; Vallauri 1997 : 89, fig. 59, 1‑11). Ce groupe de céramiques est caractérisé par une pâte plus ou moins siliceuse d’un rouge très vif qui contient fréquemment de grosses inclusions de fer et de calcite. Elles sont revêtues intérieurement et sur leur face externe (sous la forme de coulures) d’un vernis transparent au plomb. Si cette catégorie est retrouvée en faible nombre pour les périodes hautes, en revanche, elle est plus abondante à partir du xiiie s. et semble faire partie intégrante de la batterie culinaire jusqu’au milieu du xive s. (Gantès, Moliner 1990 ; Vallauri 1997 : 11 ; Richarté et al. à paraître : fig. 17, no 9). On ne remarque pas de grands changements au niveau de la morphologie des pièces rencontrées dans les niveaux médiévaux les plus récents. Toutefois, on pourra peut‑être noter une légère tendance à la simplification du système de préhension des jattes modelées ligures (fig. 189, nos 5‑7). Il semble, en effet, que l’on ne retrouve pas à la fin du xiiie s. et surtout au début xive s. des anses doubles ou semi‑circulaires, avec un décor de perforation ou à l’estèque (fig. 189, nos 1, 2) comme c’était le cas pour les périodes précédentes.

FIG. 189 ‒ Évolution des céramiques culinaires à pâte rouge glaçurées de Ligurie. 1‑4 types en usage au XIIIe s. ; 5‑7 évolution de la forme (fin XIIIe‑début XIVe s.)

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

77Les jattes sont représentées par 60 tessons. Il semble d’après les traces d’utilisation que ces pièces aient surtout été utilisées pour la cuisson des aliments. Cette appellation de « jatte » ne paraît pas satisfaisante et on lui préférerait plus volontiers le terme de « fait‑tout » ou de « cassole ». Ces récipients de facture particulière sont tantôt tournés tantôt rectifiés au tour lent, ce qui leur a valu le qualificatif de « céramique modelée ligure ». D’autres fois, les deux techniques sont utilisées, ce qui confère à l’objet un aspect particulièrement lourd. Des variantes morphologiques sont observées tant au niveau de l’épaisseur des parois, parfois d’une exceptionnelle finesse, que sur le type de préhension choisi : protubérances (fig. 189, no 7), préhensions doubles avec impressions à l’estèque (fig. 189, no 1) ou anse semi‑circulaire perforée (fig. 189, no 2). La forme est généralement ouverte, d’un module rarement supérieur à 24 cm et d’une hauteur ne dépassant guère les 8 cm. La panse, légèrement évasée vers l’extérieur, est terminée par une lèvre en amande sur laquelle vient se greffer l’anse.

78Les pots à cuire, plus rarement représentés, sont de même pâte et de même facture que les jattes. Cet objet semble familier des contextes du xiiie s. Ils sont globulaires avec un resserrement aux trois quarts de l’objet, au niveau du col. La hauteur des pièces est estimée à environ 25 cm et le diamètre d’ouverture à 18 cm. La base est évaluée à une vingtaine de centimètres. La seule différence notable dans le procédé de fabrication est la présence d’une glaçure plombifère assez épaisse, posée non seulement sur la face interne mais également sur l’extérieur de la pièce (fig. 189, nos 3, 4).

5.2.2.2 Les « sgraffito archaïques »

79fig. 190

80Les « sgraffito archaïques », au nombre de 62 fragments, ont été retrouvés dans les niveaux anciens (4B3‑ 4B4). Cette catégorie se distingue par des pâtes d’un rouge vif, revêtues sur leur face interne d’un engobe blanc et d’une glaçure au plomb (Varaldo 1997). Cette vaisselle de table polychrome provient essentiellement de deux centres ligures importants : Savone et Albisola. Un décor géométrique incisé est préalablement réalisé avant la pose des oxydes de cuivre pour l’obtention du vert et de fer pour le brun. Cet ensemble regroupe tantôt des écuelles à marli (fig. 190, nos 1, 2, 4) qui semblent majoritaires, tantôt des plats légèrement carénés ou de grandes coupes (fig. 190, nos 3, 5‑7) qui comportent de nombreuses variantes dimensionnelles et décoratives. Toutes ces pièces ont été rencontrées dans des contextes du deuxième quart, voire du milieu du xiiie s.

FIG. 190Sgraffito archaïque occidental

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

5.2.2.3 Les majoliques pisanes à décor vert et brun ou monochromes

81fig. 191

82Comptant 201 fragments, ce groupe de céramique, que l’on rencontre sur le site à partir du début du xive s., comprend deux variantes, l’une à décor vert et brun et l’autre monochrome. Ces poteries ont la particularité d’être toujours revêtues, au revers, d’un vernis plombifère. Elles ont une pâte assez dure, allant du rouge au brun, et semblent être de filiation pisane, génoise ou de Savone. Cette catégorie réunit des formes de cruches à décor géométrique vert et brun d’exécution rapide. Elles ont un profil élancé, un large fond à surface plane et sont dotées d’une anse de section ovale, plate. Font également partie de l’inventaire des coupes à petit marli (fig. 191, no 2) et des écuelles de 14 à 15 cm de diamètre (fig. 191, no 4). Ces dernières, à lèvre épaissie, portent une ornementation de traits verticaux bruns rehaussés de lignes horizontales vertes couramment appelé « décor à la croix » (fig. 191, no 3). Ce dernier élément est couramment introduit dans les contextes provençaux à partir de la seconde moitié du xive s.

FIG. 191 ‒ Majoliques pisanes à décor vert et brun ou monochromes

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

83Les majoliques pisanes les plus anciennes sont représentées, dans les niveaux du milieu du xiiie s., par des plats carénés (fig. 191, no 5) comportant sur leur face interne un abondant décor peint polychrome vert et brun sur fond blanc représentant un décor d’écailles pointées largement emprunté au répertoire islamique, et par quelques très rares fragments de cruches polychromes, dont la base est caractérisée par un piédouche très évasé typique de ces productions anciennes.

5.2.2.4 Les céramiques de l’aire siculo‑maghrébine

84fig. 192‑196

85Les jarres estampées d’Afrique du Nord ou d’Andalousie (fig. 192‑194) sont encore une fois des produits hérités d’une technique issue du monde musulman qui caractérise cette série de grandes jarres appelées en Espagne tinajas, et dont trois fragments ont été recueillis sur le site dans des séquences datées de la fin du xiiie s. et du début du xive s. C’est une production assez ancienne dont certains exemplaires ont été trouvés à Séville dans des niveaux datés du xexie s. (Thiriot 1991 : 290) et que l’on retrouve à la même époque au Maghreb. Ces jarres, que caractérise la présence d’un décor estampé, portent des motifs organisés en registres assez stéréotypés, reproduisant des éléments géométriques et épigraphiques. Les estampilles sont appliquées sous une glaçure plombifère, généralement de couleur verte. Un très bel exemplaire (fig. 194) a été trouvé enfoncé dans le sol dans la maison B2 (cf. supra § 3.4.2.1 et fig. 115).

FIG. 192 ‒ Jarre estampée (Espagne du Sud ou Maghreb)

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 193 ‒ Jarre estampée : détail d’un fragment décoré

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 194 ‒ Jarre estampée (Espagne du Sud ou Maghreb)

DAO F. Parent/Afan

86Les productions d’Afrique du Nord, qui regroupent des majoliques monochromes du Maghreb, comptent 17 fragments retrouvés dans les niveaux datés du xiiie s. Elles sont caractérisées par l’aspect vacuolaire de la pâte, le plus souvent de nature siliceuse, recouverte par un épais vernis de couleur verte allant des teintes les plus sombres au turquoise (fig. 195, no 1). Les formes représentées semblent plutôt correspondre à des coupes et des coupelles à marli (fig. 195, no 4), soit à glaçure monochrome, soit à décor interne bleu et brun (fig. 195, no 3). Un vase fermé au niveau de l’ouverture, sans couverte glaçurée, se rattache à ces productions maghrébines (fig. 195, no 5). La catégorie des majoliques d’Afrique du Nord, considérée comme une importation de luxe, n’est cependant pas rare ; elle est en effet très fréquente à Marseille (Moliner 1994 : 213, fig. 113 ; Vallauri 1997 : 87, fig. 57).

FIG. 195 ‒ Céramiques du nord de l’Afrique

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

87Une dizaine de fragments de protomajoliques siculo‑maghrébines, dont une pièce presque complète représentée par la coupelle à marli (salsiera) de type Gela (fig. 196, no 4 ; Richarté 1993 : 18, fig. 6), sont présents dans la première phase d’occupation du quartier. Un fond de coupe (fig. 196, no 3), à pied annulaire percé d’un trou de suspension, est décoré, au centre, d’un damier composé d’alternance de carrés verts colorés à l’oxyde de cuivre. Ce décor est peint sur un engobe blanc léger ; il était recouvert initialement d’une glaçure au plomb. Les autres fragments sont à rapprocher des plats avec ou sans marli ou des vases à verser (fig. 196, no 2) qui portent un décor bleu vif parfois rehaussé de brun sur émail stannifère typique des productions d’Italie méridionale (Pouilles normandes, Sicile et Naples) et que l’on date en Italie du deuxième quart du xiiie s. (Moliner 1994).

FIG. 196 ‒ Productions siculo‑maghrébines

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

5.2.2.5 La céramique catalane

88fig. 197‑200

89Les faïences catalanes, que l’on voit apparaître au tournant du xiiie s. et du xive s., comptent 116 éléments (fig. 198). Elles se caractérisent par une pâte beige rosé avec de nombreuses inclusions ferrugineuses et par des traces extérieures de tournassage. Le répertoire des formes comprend essentiellement des coupes tronconiques. Elles sont individualisées par la présence d’une lèvre arrondie sans aucune inflexion et par la présence quasi systématique d’un pied annulaire. Elles se répartissent en trois groupes :
– les coupes basses dont la taille n’excède pas 6,5 cm de hauteur et dont le diamètre d’ouverture est de 26 cm ;
– les coupes dont le diamètre d’ouverture est de 30 cm ;
– les coupes de grande taille dont le diamètre est de 36 cm. Le répertoire ornemental s’inspire de motifs géométriques (fuseaux, triangles, chevrons, losanges, arceaux), végétaux (rameaux de pins, fleurs et feuilles polylobées) et zoomorphes (oiseaux, poissons) disposés de manière symétrique entre la bordure et le centre de la coupe (fig. 198). Ces décors sont obtenus grâce à l’application d’oxydes de cuivre et de manganèse sur l’émail. La belle qualité du décor polychrome et celle de la glaçure stannifère peu épaisse mais très brillante, laissant transparaître la couleur rosée de la pâte (Démians d’Archimbaud 1980 : 379‑384), sont autant de signes distinctifs de cette production qui, dès la fin du xiiie s., est introduite en Provence mais qui connaît surtout une diffusion massive au début du xive s. et dans la seconde moitié de ce siècle pour les pièces monochromes.

FIG. 197 ‒ Productions hispaniques (Catalogne)

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

FIG. 198 ‒ Majoliques catalanes à décor vert et brun du début du XIVe s

Cliché F. Cognard/Afan

90La série en émail monochrome comporte 126 fragments (fig. 197, 199, 200), pour la phase 4C ?, ayant les mêmes caractéristiques techniques que la catégorie précédente (Démians d’Archimbaud 1980 : 384‑385). La seule dissemblance concerne le décor qui n’est pas, ou peu, reproduit dans ce groupe. Ces pièces uniquement revêtues sur leur face interne d’une couverte stannifère sont principalement des coupelles à marli et des écuelles, à l’exception d’une cruche (fig. 197, no 1 et 200). Les premières présentent deux modules déterminés par rapport au diamètre d’ouverture (15 et 22 cm). Ce sont des formes plutôt basses (H : 4 cm), définies par des marlis légèrement incurvés et terminés par un ressaut interne. Ils sont surmontés d’une lèvre formant un bourrelet à l’intérieur du plat. Les secondes, d’un diamètre d’ouverture de 14 cm, ont une hauteur de 5,5 cm. Elles portent parfois un motif central géométrique, végétal ou héraldique, peint à l’oxyde de cuivre et au manganèse (fig. 197, no 2 et 199).

FIG. 199 ‒ Majolique monochrome catalane à décor central (1er quart du XIVe s.)

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 200 ‒ Cruche monochrome catalane (début XIVe s.)

Cliché F. Cognard/Afan

5.2.2.6 La céramique à décor vert et brun des officines de Paterna

91fig. 201‑203

92À ces ateliers sont rattachés quelques objets au style très soigné, à la pâte de couleur ocre et de texture fine. L’origine de cette production semble, d’après de récents travaux espagnols (Lerma et al. 1986 : 190‑193, fig. 6 et 195, fig. 8), bien antérieure aux années 1300. Il semblerait que ces ateliers aient connu un important développement durant la seconde moitié du xiiie s. et que, dans la première moitié du siècle suivant, leur production ait considérablement régressé. Les différentes pièces étudiées ont des profils effilés et sont décorées aux oxydes de cuivre et de manganèse sur un émail stannifère de très belle qualité (fig. 201‑203). Le revers, resté sans couverte, est exempt de décor. Ce groupe est essentiellement représenté par de petites coupelles de 20 cm de diamètre et par des bols dont le diamètre est compris entre 14 et 16 cm. L’ornementation dite « classique » emprunte des thèmes très nettement islamisants (fig. 202), traités à la mode gothique, des sujets figuratifs (végétaux, poissons et oiseaux) ou encore héraldique (fig. 203).

93Trois groupes se dessinent :
– le Paterna « classique », le plus ancien, bien représenté par des formes de plat dit de série A‑1, plutôt antérieures aux années 1300 (fig. 201, 202) ;
– le Paterna « évolué » dont le style est quelque peu « dégénéré » (Lerma et al. 1986 : 190, fig. 8) avec en particulier des formes d’écuelles légèrement carénées qui ne sont rencontrées en Espagne que vers les toutes premières années du xive s. avec également l’utilisation fréquente de motifs héraldiques (fig. 203) ;
– le style dit « schématique », correspondant à la seconde moitié du xive s., voire à la fin de ce siècle, n’est guère présent sur le site.

FIG. 201 ‒ Faïence à décor vert et brun de Paterna (Fin XIIIe‑début XIVe s.)

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 202 ‒ Production de Paterna

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 203 ‒ Faïence à décor vert et brun de Paterna : fond de plat à décor héraldique

Cliché F. Cognard/Afan

5.2.2.7 Le groupe de Malaga

94Ce groupe est très minoritaire par rapport au reste des productions hispaniques. Il ne comprend qu’une dizaine de fragments. Il est caractérisé par une pâte siliceuse et par des formes aux parois très minces. Il porte très souvent un décor au cobalt d’un bleu souvent très altéré. Le répertoire morphologique décrit essentiellement des formes ouvertes : coupe à bord droit dont le module peut être variable. Des exemplaires similaires ont été retrouvés plutôt dans des contextes seigneuriaux ou monastiques datés des premières décennies du xive s. (Richarté et al. à paraître).

5.2.2.8 Les majoliques à décor bleu et/ou lustre de la région de Valence

95La céramique décorée au bleu cobalt et/ou lustre métallique comprend des objets de belle qualité, de filiations différentes mais présentant des parités ornementales avec les productions malagueniennes. Le décor au lustre métallique vient en complément de deux autres revêtements, la pose d’oxyde de cobalt sur un émail stannifère préalablement posé. Les objets rattachés au type valencien représentent 150 tessons. Leur pâte est fine, rose, typique des ateliers valenciens. Les analyses géochimiques et une étude typologique (Démians d’Archimbaud, Lemoine 1980) ont permis de mettre en évidence deux groupes (b et c). Ces productions sont datées de la seconde moitié du xiiie s. ou de la première moitié du xive s. Elles comprennent essentiellement des formes ouvertes : bols ou écuelles ou plats à marli. Quelques rares fragments de cruche ont été identifiés comme appartenant au type dit de Pula (Blake 1986 : 365‑407). Les écuelles hémisphériques à pied annulaire ont une lèvre arrondie plus effilée. Le diamètre d’ouverture est compris entre 14 et 15 cm et la hauteur est de 6 cm. Les faces internes et externes sont recouvertes d’une glaçure à l’étain sur laquelle est peint un décor bleu cobalt organisé en panneau, de manière tripartite ou concentrique. Cette ornementation ne figure qu’à l’intérieur de la pièce. Le lustre, plus fragile, a souvent disparu laissant, dans le meilleur des cas, une légère trace jaune sur les deux faces de l’objet. Les plats à marli sont des coupelles comportant une lèvre à bourrelet redressé, à panse évasée, terminée par un pied annulaire. Elles présentent des analogies de pâte et de décor avec la forme évoquée précédemment.

5.2.2.9 Les pâtes siliceuses à décor bleu et noir sous glaçure alcaline (Proche‑Orient ou Égypte)

96Ces pièces se distinguent du reste des céramiques « émaillées » par des caractéristiques techniques. La nature des pâtes blanches et siliceuses permet d’élaborer des formes d’une finesse remarquable, essentiellement représentées par des petits vases et des coupes à parois hémisphériques. La qualité des décors peints aux coloris vifs et subtils en fait des pièces que leur aspect et la rareté de leur diffusion rendent particulièrement précieuses (Thiriot 1995a).

97Une forme d’albarello (fig. 204, no 1) à décor bleu turquoise et noir sur fond blanc sous glaçure transparente (dimension : 10 cm ; diam. col. H. conservée : 4 cm) est datée du milieu du xiiie s. (4B3). Seule la face externe porte une ornementation ; la face interne est couverte d’une glaçure plus maigre. Le décor se compose de taches disposées en registres vraisemblablement horizontaux que sépare un épais bandeau noir. L’ensemble du décor, de couleur noire, est apparemment uniformément revêtu d’une glaçure alcaline avec une légère adjonction de cuivre qui lui confère une belle couleur turquoise (Richarté, Bouiron 1995 : 35, 47 no 37).

FIG. 204 ‒ Céramique à pâte siliceuse et décor bleu et noir sous glaçure alcaline (Proche‑Orient ou Égypte)

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

98Quelques fragments indéterminés de céramique en pâte siliceuse blanche à décor noir sous glaçure bleu turquoise sont datés de la seconde moitié du xiiie s. (4B4). Les deux faces de ces tessons de très petite taille sont glaçurées. Il s’agit peut‑être d’une forme fermée. Il semble que la face externe de la pièce ait été ornée d’un décor au manganèse recouvert d’une glaçure alcaline d’un bleu turquoise assez soutenu. Ce revêtement est assez épais. Le répertoire décoratif représente des motifs floraux (fig. 204, no 4). Ce tesson rappelle les produits rencontrés en Syrie, notamment à Raqqa.

99Un fragment à décor noir sous glaçure bleu turquoise, appartenant à une coupe à marli, a été retrouvé dans un contexte du début du xive s. (4C1). La lèvre est soulignée par un large trait noir sous une glaçure alcaline transparente et incolore (fig. 204, no 2). Un motif quadrifolié est dessiné en noir, rehaussé de cercles bleu cobalt (Richarté, Bouiron 1995 : 36, 47 no 40).

100Une petite coupe hémisphérique (fig. 204, no 3), dotée d’un décor bleu et noir sur fond blanc, a un diamètre d’ouverture de 20 cm et des parois d’une extrême finesse. L’intérieur est orné de fleurs de lotus et de feuilles peintes en bleu cobalt avec un remplissage de traits légers noirs formant des insertions dont le thème est un jeu de spirales, de cernes et de « mouchetures » tracés au manganèse. Le décor, au style presque calligraphique, semble envahir toute la surface de la pièce. Un motif de bordure composé d’un cerne, simple à l’intérieur et double à l’extérieur, souligne le bord de la coupe. La face externe est décorée de filets verticaux au cobalt formant un décor radiant se rejoignant deux à deux sous le rebord de la coupe. Les trois fragments composant ce vase présentent des affinités avec une production proche‑orientale retrouvée à Sultanabad (Iran).

101Le dernier fragment (fig. 204, no 5) est un pied annulaire de forme fermée. La pâte calcaire sableuse jaune est recouverte d’une glaçure alcaline transparente verte, interne et externe. À l’intérieur, quelques taches noires sont peut‑être le témoin d’un décor qui se développait sur le reste du vase. Il est d’usage de lire que « ces récipients ont servi au transport de denrées rares comme des drogues, onguents, et épices en provenance de l’Orient [...] et cela principalement en raison de leurs caractéristiques techniques : résistance aux chocs, étanchéité et propriétés des glaçures alcalines non plombifères » (Soustiel 1985). Les céramiques siliceuses semblent, en effet, appropriées à ce type d’utilisation mais il n’est pas inintéressant de les considérer comme un témoignage de l’importante activité portuaire de Marseille, est‑il besoin de le rappeler, avec les contrées aussi lointaines que le Proche‑Orient.

5.2.2.10 Les importations rares

102On peut séparer ces importations en deux grandes catégories : celles provenant de Méditerranée occidentale (Espagne, Italie, Afrique du Nord) et les vases de Méditerranée orientale.

De Méditerranée occidentale

103fig. 205, 206

104Ce groupe, très minoritaire, comprend des éléments décorés au cobalt et au manganèse sur émail stannifère, provenant probablement d’Italie du Sud ou d’Afrique du Nord. Un type inconnu de céramique a été retrouvé dans le contexte le plus ancien du site (phase 4B1). Il s’agit d’une petite écuelle à marli et à fond annulaire (fig. 205, no 5). La pâte paraît très fine et très homogène, son profil caréné n’est pas sans rappeler des coupelles élégantes du Haut‑Empire, mais la trace d’un revêtement (verdâtre ?) s’interrompant au niveau du pied ne plaide pas en faveur d’un produit résiduel. L’origine de cette production est sans doute à rechercher vers l’Italie du Sud.

FIG. 205 ‒ Importations rares. 1‑4 céramiques de type « RMR » ; 5 Italie du Sud ? ; 6‑7 Cuerda seca (Espagne du Sud)

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

105Quelques fragments de vases à décor peint et/ou esgrafiés (fig. 206) sont attribuables aux ateliers du sud de l’Espagne et s’apparentent à ceux retrouvés à Sainte‑Barbe (Vallauri, Leenhardt 1997 : 85, fig. 55). Ce sont vraisemblablement de petites pièces aux parois relativement fines (vases à verser ?) portant tantôt un décor d’incision réalisé à la pointe sèche (fig. 206, no 3), tantôt un décor peint au brun de manganèse (fig. 206, nos 1, 2) selon une technique d’origine islamique en usage en Espagne au xiiie s. (Navarro Palazon 1986).

FIG. 206 ‒ Importations rares : vases à décor peint ; vase à décor « esgrafié » (Espagne du Sud ?)

Cliché Y. Rigoir

  • 1 RMR est l’abréviation de Ramina (vert). Manganese (brun) et Rosso (rouge).

106Une petite série de tessons polychromes appartient au groupe des céramiques dites « RMR »1 (Dufournier et al. 1986). Ces productions, que l’on retrouve surtout en Italie du Sud (Pouilles, Campanie, Basilicate), sont caractérisées par l’emploi d’un oxyde (cuivre) donnant un rouge de couleur ocre assez soutenu, utilisé en aplat ou pour peindre des motifs que rehaussent un cerne au brun de manganèse et du vert (fig. 205, nos 1‑4).

107Des exemplaires de céramiques à cuerda seca complètent cet ensemble. Cette céramique, aussi appelée à émail réservé ou émail cloisonné, est assez rare en Provence. Ces productions trouveraient leur origine en Espagne du Sud (Almeria ou Tolède) ou au Portugal (Vallauri 1989 : 85). Le plus grand fragment (fig. 205, no 6) est un bord de grande jarre ou de bassin. Le rebord est orné d’un liseré émaillé vert ; sur la panse, le décor s’organise en registre avec un réseau émaillé vert tracé sur l’engobe blanc, bien délimité par les cernes bruns. Le marli porte une série de taches d’émail vert disposées assez régulièrement. Un deuxième fragment (fig. 205, no 7), appartenant peut‑être au même vase, porte un décor complexe brun et vert sur la pâte nue (cuerda seca partiel).

De Méditerranée orientale

108fig. 207‑209

109Les quelques rares exemplaires de céramiques provenant assurément de la partie orientale de la Méditerranée feront l’objet d’une étude spécifique (Démians d’Archimbaud et al. à paraître), nous n’en donnons ici que le catalogue.

Sgraffito de Méditerranée orientale (Saint‑Simeon Ware ?)

110Il s’agit de deux coupes à marli marqué par un ressaut et à pied annulaire (fig. 207‑208). La pâte, dure et de couleur beige rosé, a de nombreuses inclusions blanches et noires et points de chaux. Le décor interne repose sur un engobe jaune très couvrant. Le travail du trait (épaisseur régulière) est précis et soigné. Les oxydes aux coloris vifs et diffus verts et bruns sont posés à l’intérieur des motifs dessinés (rinceaux, écus barrés, cercles...). Le vernis au plomb, très épais, est de belle facture (fig. 207). Un second exemplaire est de même facture (fig. 208).

FIG. 207 ‒ Céramique orientale à décor incisé. Coupe Port Saint‑Simeon Ware

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 208 ‒ Céramique orientale à décor incisé. Coupe Port Saint‑Simeon Ware

Cliché F. Cognard/Afan

Majolique engobée incisée (Aegean Ware)

111Deux fragments de coupe sont apparentés par leur technique de fabrication aux productions de la mer Égée. Les deux pièces sont caractérisées par une lèvre biseautée avec un décor ondé incisé sur engobe blanc et un vernis plombifère (fig. 209, no 1). La pâte est de couleur rougeâtre, fine, à inclusions blanches et points de chaux. L’extérieur porte des traces de tournassage ainsi que des coulures d’engobe. Ces fragments ont été retrouvés dans un niveau d’occupation de la seconde moitié du xiiie s. (Pringle 1985 : fig. 11, no 56).

Céramique à décor d’engobe sous glaçure plombifère

112Cet objet complet pose quelques problèmes d’identification mais renvoie, avec quelques réserves, aux vaisselles chypriotes. Cette minicoupelle à fond plat et à marli a une pâte rouge vif, grossière, avec des inclusions de calcites et des points de chaux. Elle porte un décor radiant de traits peints à l’engobe blanc sur le marli et une couverte glaçurée qui recouvre toute la pièce. La facture de cet objet est assez fruste (fig. 209, no 4). Une cruche piriforme a une origine moins contestable. Par son décor d’engobe sous glaçure plombifère, sa pâte de couleur rouge‑gris, fine et dure (bien cuite), à inclusions noires et blanches, elle se rattache aux productions découvertes à Paphos (Papanikola‑Bakirstzis 1996 : 62, pl. V). L’extérieur du vase est décoré d’un jeu de lignes et d’ondulations verticales d’engobe blanc qui se détachent sur la pâte rouge de la panse (fig. 209, no 3). La pièce est totalement glaçurée au plomb.

FIG. 209 ‒ Importations rares : Méditerranée orientale. Aegean Ware et production de Paphos (Chypre)

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

5.3 Le comblement du puits

113fig. 210, 211

114Cet ouvrage très soigné, au profil très nettement conique, est un des rares ensembles clos à avoir été intégralement fouillé. Il a servi de dépotoir dans son dernier état d’utilisation. Des paliers arbitraires ont été créés lors de la fouille, mais les différents niveaux montrent une grande homogénéité chronologique dans le comblement.

115Ce puits a livré un matériel archéologique composé d’un ensemble de céramiques à usage domestique (culinaires et vaisselles de table) ainsi qu’une série de vases liés à la métallurgie fournissant une sorte d’instantané de la consommation de céramique. Les 245 fragments de céramiques prélevés correspondent à dix‑neuf vases se répartissant en culinaires et vaisselles de table. La vaisselle de table comprend cinq vases à liquide parmi lesquels se trouvent trois cruches dont deux en pâte calcaire glaçurée, deux écuelles catalanes monochromes ou à décor vert et brun et deux ligures à décor incisé. La batterie de cuisine est représentée par des productions de l’Uzège (trois marmites et deux jattes) et des bassins en pâte calcaire non glaçurée vraisemblablement marseillais.

  • 2 Information orale de Roger Boiron.

116Les instruments de métallurgie se composent de creusets, au nombre de six, et d’une cucurbite avec couvercle. Tous ces vases ont été fabriqués dans une argile kaolinitique ferrugineuse qui rappelle étrangement les argiles du bassin d’Ollières (Leenhardt 1997a : 297‑298). Ces pièces ne portent pas de revêtement et doivent plutôt leur aspect grisâtre au fait qu’elles ont été soumises à de fortes températures. Cet outillage comprend une coupelle hémisphérique à fond plat dont le col est légèrement rentrant de manière à recevoir un couvercle (fig. 210, no 5). Ce récipient est fermé par un couvercle à gorge percé en son centre (fig. 210, no 6). L’ensemble devait être maintenu fermé par un textile et du lut, dont on a retrouvé les traces calcinées, permettant l’étanchéité du dispositif. Cette découverte était accompagnée d’un lot de six creusets à fond plat et à panse tronconique dont le bord pincé constituait un bec verseur (fig. 210, nos 1‑4 et fig. 211). Les creusets de la place du Général‑de‑Gaulle présentent des différences de taille et deux modules ont été distingués. Le premier est défini par quatre petits récipients dont la hauteur oscille entre 4 et 5,5 cm pour un diamètre d’ouverture de 7,5 cm. Le second module est représenté par deux pièces de 7,5 cm de hauteur et dont le diamètre à l’ouverture est compris entre 9,5 et 10,5 cm. Ces objets, à l’exception de deux éléments, présentent des altérations similaires, c’est‑à‑dire des traces d’échauffement et une face interne recouverte d’une croûte vitrifiée ou de résidus métalliques. Des exemples comparables ont souvent été signalés en Provence, en particulier à Avignon, sur le chantier de l’Oratoire2, lié au travail des métaux précieux, et sur celui de l’îlot de Sainte‑Barbe, à Marseille, en relation avec l’activité potière (Leenhardt 1997a : 304, fig. 268).

FIG. 210 ‒ Instruments métallurgiques

DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan

FIG. 211 ‒ Instruments liés à la métallurgie en pâte kaolinitique ferrugineuse

Cliché F. Cognard/Afan

117Il ne fait donc aucun doute que ces objets sont les instruments d’un atelier et qu’ils ont dû également servir à la distillation ou à la transformation des métaux (Thomas 1998 : pl. 16). La boîte décrite ci‑dessus est un objet connu dans l’iconographie et dans les textes médiévaux que l’on trouve, en particulier dans les anciens traités d’alchimie, désigné sous le terme de « boîte à cémenter ». Sans en connaître encore très précisément l’utilisation, on sait, d’après les travaux d’Isabelle Rouaze (1989), que cet objet rempli de cendre et fermé hermétiquement avec de la laine et de l’argile permettait de rendre fusibles certains métaux. On retirait le bouchon placé au centre du couvercle pour introduire une tige de contrôle (Rouaze 1989 : 223) et l’on pouvait vérifier la perfection de l’œuvre.

118Ces pièces témoignent d’une activité peut‑être sporadique mais qui est liée, comme tendent à le prouver les analyses de laboratoire effectuées par J.‑N. Barandon et B. Gratuze (Bouiron 1994a : 514‑518), à la pratique d’un petit atelier métallurgique de type bronzier ou orfèvre ; le travail du cuivre, de l’argent et de l’or est attesté par les résultats des analyses du contenu des creusets. Cet artisanat doit être envisagé, d’après le riche matériel céramique provenant du comblement, dans les premières décennies du xive s.

5.4 Conclusion

119Cette approche du mobilier permet de dégager un classement révélateur des aires de diffusion des produits céramiques pour la fin du xiie s. et le début du xiiie s., la seconde moitié du xiiie s. et le premier quart du xive s.

120Le matériel de la fin du xiie s. et du début du xiiie s. constitue à lui seul un aspect novateur du fait de la rareté des découvertes en contextes urbains. Il permet de procéder à quelques comparaisons avec d’autres sites fouillés à Marseille et confirme les premières observations faites pour le xiiie s. (Moliner 1994 ; Vallauri 1997). Il offre, malgré son faible nombre de tessons, une certaine diversité, étant donné la précocité de la période ; il donne l’occasion d’observer l’introduction de certaines céramiques méditerranéennes en contexte, en particulier les importations de céramiques modelées ligures et de bassins glaçurés catalans, et de mettre en évidence quelques types régionaux mal connus comme par exemple les céramiques brunes micacées. Ce travail permet également d’observer comment s’opère la diffusion des poteries du bourg des olliers, à Marseille, du tournant du xiie s. jusqu’au milieu du xiiie s., où le mobilier est à la fois plus riche et mieux stratifié. Le milieu du xiiie s. est l’occasion de faire un constat concernant la diversification des céramiques ; en effet nous assistons à une plus grande spécialisation des fonctions des récipients et par conséquent à une multiplication des types. Diversification qui se traduit déjà entre les catégories dont le nombre a dès lors triplé : seize groupes de céramiques sont dénombrés pour le milieu du xiiie s., alors que l’on en compte sept à la fin du xiie s. et au début du siècle suivant. La deuxième phase de l’état 4 (fin du xiiie s.) est aussi la marque d’une commercialisation massive du produit céramique que l’on retrouve déjà en plus grande quantité.

121Au début du xive s., le matériel présente des associations typiques avec un accroissement des productions de Catalogne, Pise, Valence et d’Uzège et un net fléchissement des céramiques à pâte grise, du sgraffito et des produits originaires d’Afrique du Nord plus représentatifs du xiiie s. En ce qui concerne les culinaires, on note une multiplication des productions interrégionales alors que les importations exclusivement méditerranéennes maintiennent leur croissance. Les apports proviennent d’officines diverses dont certaines ne sont pas encore localisées.

122La céramique de table, souvent luxueuse, montre toujours une grande variété et vient parfois d’horizons lointains (Méditerranée orientale, Proche‑Orient, etc.). À l’omniprésence des majoliques régionales (marseillaises et du Comtat Venaissin) s’ajoutent des importations venant des rives de la Méditerranée. Ainsi, on constate une commercialisation massive des productions pisanes qui supplantent les sgraffito, en voie d’extinction. Cette ouverture sur des apports extérieurs se traduit, de manière assez classique, par une introduction de produits d’origine ibérique et siculo‑maghrébine mais toujours en retrait à Marseille par rapport aux produits italiques. Cette vitalité commerciale, dont la culture matérielle se fait le reflet, est bien sûr liée à la situation portuaire de la ville et à l’entretien des liens politico‑économiques parfois privilégiés qu’elle tisse avec certaines cités du royaume angevin.

Notes

1 RMR est l’abréviation de Ramina (vert). Manganese (brun) et Rosso (rouge).

2 Information orale de Roger Boiron.

Table des illustrations

Légende FIG. 172 ‒ Pourcentage de résiduel par rapport à l’ensemble des tessons par phase
Crédits DAO C. Richarté/Afan, M. Bouiron/Ville de Marseille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende TABL. II ‒ Comptage des catégories de céramique médiévale par phase.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 173 ‒ Rapport entre céramique culinaire et vaisselle de table
Crédits DAO C. Richarté/Afan, M. Bouiron/Ville de Marseille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 174 ‒ Proportion des vaisselles régionales et importées par phase
Crédits DAO C. Richarté/Afan, M. Bouiron/Ville de Marseille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 175 ‒ Évolution des catégories de céramique culinaire régionale
Crédits DAO C. Richarté/Afan, M. Bouiron/Ville de Marseille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 176 ‒ Céramique à pâte grise (fin XIIe‑XIIIe s.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 177 ‒ Céramique à pâte brune micacée (fin XIIe‑XIIIe s.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 178 ‒ Céramique à pâte rouge polie (fin XIIe‑XIIIe s.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 179 ‒ Céramique à pâte rouge polie (fin XIIe‑XIIIe s.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7k
Légende FIG. 180 ‒ Céramique à pâte rouge glaçurée.
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 181 ‒ Céramique à pâte rouge glaçurée (atelier de Sainte‑Barbe)
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 182 ‒ Marmite à pâte claire glaçurée de l’Uzège (début XIVe s.)
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 183 ‒ Cruche à pâte claire glaçurée de l’Uzège (début XIVe s.)
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 184 ‒ Céramique à pâte claire glaçurée de l’Uzège (début XIVe s.)
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 185 ‒ Céramique à pâte calcaire sans revêtement (atelier de Sainte‑Barbe). 1, 2, 4, 6, 9 première phase (milieu XIIIe s.) ; 3, 5, 7, 8, 10‑12 deuxième phase (1re moitié du XIVe s.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende FIG. 186 ‒ Faïences (atelier de Sainte‑Barbe). 1‑4 à décor vert et brun ; 5‑8 monochrome
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 187 ‒ Céramique à pâte rouge et glaçure verte d’origine indéterminée. 1‑2 fin du XIIe‑début du XIIIe s. ; 3‑14 XIIIe s
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 188 ‒ Production à pâte rouge glaçurée catalane
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 189 ‒ Évolution des céramiques culinaires à pâte rouge glaçurées de Ligurie. 1‑4 types en usage au XIIIe s. ; 5‑7 évolution de la forme (fin XIIIe‑début XIVe s.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 190Sgraffito archaïque occidental
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 191 ‒ Majoliques pisanes à décor vert et brun ou monochromes
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 192 ‒ Jarre estampée (Espagne du Sud ou Maghreb)
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 193 ‒ Jarre estampée : détail d’un fragment décoré
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 194 ‒ Jarre estampée (Espagne du Sud ou Maghreb)
Crédits DAO F. Parent/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 195 ‒ Céramiques du nord de l’Afrique
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 196 ‒ Productions siculo‑maghrébines
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 197 ‒ Productions hispaniques (Catalogne)
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 198 ‒ Majoliques catalanes à décor vert et brun du début du XIVe s
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 199 ‒ Majolique monochrome catalane à décor central (1er quart du XIVe s.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 200 ‒ Cruche monochrome catalane (début XIVe s.)
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 201 ‒ Faïence à décor vert et brun de Paterna (Fin XIIIe‑début XIVe s.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 202 ‒ Production de Paterna
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 203 ‒ Faïence à décor vert et brun de Paterna : fond de plat à décor héraldique
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 204 ‒ Céramique à pâte siliceuse et décor bleu et noir sous glaçure alcaline (Proche‑Orient ou Égypte)
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 205 ‒ Importations rares. 1‑4 céramiques de type « RMR » ; 5 Italie du Sud ? ; 6‑7 Cuerda seca (Espagne du Sud)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 206 ‒ Importations rares : vases à décor peint ; vase à décor « esgrafié » (Espagne du Sud ?)
Crédits Cliché Y. Rigoir
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 207 ‒ Céramique orientale à décor incisé. Coupe Port Saint‑Simeon Ware
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 208 ‒ Céramique orientale à décor incisé. Coupe Port Saint‑Simeon Ware
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 209 ‒ Importations rares : Méditerranée orientale. Aegean Ware et production de Paphos (Chypre)
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 210 ‒ Instruments métallurgiques
Crédits DAO C. Richarté, J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 211 ‒ Instruments liés à la métallurgie en pâte kaolinitique ferrugineuse
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47583/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search