Version classiqueVersion mobile

Marseille, du Lacydon au faubourg Sainte-Catherine (Ve s. av. J.-C.-XVIIIe s.)

 | 
Marc Bouiron

Chapitre 4. De la destruction du faubourg médiéval à la place actuelle

4 From the destruction of the medieval suburb to the modern square

4 De la destrucción del barrio medieval a la plaza actual

4 Dalla distruzione del sobborgo medievale alla piazza attuale

Marc Bouiron, Michel Maurin, Nadine Scherrer et Bernard Sillano

Résumé

Les nouveaux sièges de la ville au cours du xvie s. (1524, 1536 et 1591) entraînent de nouvelles transformations des espaces suburbains : la voie principale décline avec la fermeture de la porte de la ville tandis que la fortification est périodiquement remise en état avec en particulier le curage du fossé. Il faut attendre le deuxième quart du xviie s. pour voir à nouveau des maisons s’élever. Le processus s’accélère et trouve son aboutissement dans l’agrandissement décidé par Louis XIV. Dès lors, à partir de 1670/1680, le quartier est intégré dans la ville. Des projets longtemps actifs de place Royale empêchent toutefois de vastes transformations. Leur abandon, vers le milieu du xviiie s., est suivi d’un réalignement de l’ancienne voie médiévale et de la reconstruction d’un îlot de maisons. Sa destruction, au début du xixe s., créera la place du Général‑de‑Gaulle telle que nous la connaissons de nos jours.

Texte intégral

1Les niveaux d’Époque moderne ont été pris en compte dès le début de la campagne de reconnaissance. Cependant, la richesse des niveaux médiévaux n’a pas permis de consacrer beaucoup plus de temps à leur fouille et les données sont parfois un peu lacunaires. Ces niveaux étant proches de la surface, ils ont également été arasés par les aménagements de la place aux xixe et xxe s.

4.1 L’abandon du faubourg

2Des traces d’une destruction assez complète du faubourg médiéval ont été retrouvées sur l’ensemble du site. Les maisons sont arasées, parfois incendiées ; les matériaux sont récupérés et les murs présentent des tranchées d’épierrement de façon quasi systématique. La voie principale continue d’être utilisée jusqu’à l’Époque moderne ; aucune construction n’est venue empiéter sur l’espace de circulation. Ce n’est pas le cas en revanche de la ruelle, qui disparaît sous les gravats. Enfin, la fortification n’est pas touchée par cette destruction généralisée. Cet abandon est daté par la céramique du milieu du xive s. et plus précisément par l’étude des archives aux années 1357‑1360 (cf. infra § 8.6).

3La description ci‑dessous reprend l’ordre des anciens îlots, mais l’aspect stratigraphique ne doit pas faire oublier la quasi‑contemporanéité de tous les phénomènes observés lors de la fouille. Ceux‑ci sont d’ailleurs presque exclusivement à mettre sur le compte de la récupération des matériaux, puisque les maisons sont démolies sur l’ordre de la municipalité.

4.1.1 La ruelle et l’îlot nord

4La ruelle S6 est recouverte d’une couche de destruction relativement homogène (2‑140), reposant directement au contact de la calade et sur le niveau contenant des scories métalliques (2‑139) (cf. supra § 3.2.3). Ce niveau de destruction est composé presque exclusivement de tuiles canal, mélangées à une terre brunâtre ; il est en tout point semblable à 2‑135 retrouvé dans la maison A2. La présence de tuiles en grande quantité sur la ruelle a laissé penser à un possible encorbellement des bâtiments. Il est plus vraisemblable d’imaginer une destruction volontaire des bâtiments environnants, avec récupération des matériaux ; les tuiles, certainement très abondantes, auraient été jetées volontairement dans la rue. À l’approche de la rue principale S 23, le remblai de démolition est d’une composition différente, puisque l’on trouve un amas de blocs, possible trace de la destruction de M 5 au nord (fig. 142). Une limite rectiligne sépare les niveaux de démolition recouvrant la ruelle de la rue principale, ce qui témoigne de la désaffection de la ruelle à ce moment. On a également noté sur son emplacement la présence de deux fosses contenant des scories, ayant recoupé le niveau de tuiles jusqu’à la calade. Il s’agit certainement de petites structures liées à la récupération des métaux après la démolition des maisons.

FIG. 142 ‒ Détail d’un amas de blocs sur la ruelle S 6, à proximité de la voie principale

Cliché F. Cognard/Afan

5Dans l’îlot nord, ces niveaux de destruction ont des aspects très différents suivant les espaces. La maison A3, au nord, est recouverte d’un épais niveau de remblais hétérogènes, caillouteux, avec des poches de sable (2‑119 puis 2‑108). Dans la maison Al, on a dégagé un niveau hétérogène (2‑ 128) contenant des pierres, des tuiles et du mortier. Il recouvrait partiellement un amas de mortier (2‑133) sans doute lié à la récupération des pierres des murs de l’espace. À l’est, la maison A2 a livré des restes de poutres carbonisées (2‑162) à la surface d’un sol rubéfié (2‑138) (fig. 143). Une épaisse couche (2‑ 135), contenant essentiellement des tuiles canal plus ou moins fragmentées, du mortier, des charbons et très peu de terre, se dépose ensuite. Son épaisseur maximale se situe au sud de l’espace et elle déborde sur la ruelle. Dans la maison A4, la couche 2‑279 mêle des mottes d’argile et des pierres.

FIG. 143 ‒ Maison A2 : détail de deux éléments carbonisés

Cliché F. Cognard/Afan

4.1.2 L’îlot central

  • 1 Peut‑être s’agit‑il de mallons de couverte, que l’on dispose sous les tuiles. Trois modules ont été (...)

6La maison B1 est scellée par la couche 2‑318, composée de mottes d’argile de couleur jaune‑beige, mélangée à une très grande quantité de mortier, de plaques d’enduit, de moellons de calcaire blanc et de tuiles. La couche 2‑317, dans la maison voisine B2, est identique, et sans doute consécutive à la destruction du bâti (fig. 144). La maison B3 est comblée par une importante couche de gravats, constituée de plusieurs unités (fig. 145). La couche 2‑438, présente au centre de l’espace, très épaisse au niveau du puits, s’atténue vers le sud et le nord. Elle est constituée d’argile, de sable, de mortier jaune et de charbons. Au sud, sur cette couche, se trouve un amas d’enduit (2‑570) le long du mur M 59 et une épaisse lentille cendreuse contenant de nombreuses tuiles et de la céramique de la première moitié du xive s. (2‑358). Le reste de l’espace est comblé au sud par 2‑353, forte concentration de tuiles et de briques (ou mallons de couverte), mêlées d’argile fortement rubéfiée. À la base de cette couche se trouvaient des bois calcinés. Au nord, l’espace est recouvert par un amas hétérogène de moellons et blocs dont certains brûlés, mêlés de cendres et de mortier (2‑285). Enfin, au centre de l’espace s’est déposée 2‑354, composée de terre grise assez sableuse contenant des pierres, quelques gros fragments de tuiles et de nombreux clous. Ces couches sont scellées par 2‑349 (= 2‑269), constituée en grande partie de tuiles, de briques, de mortier et de quelques clous. Certaines tuiles ont des trous pour les clous et portent des traces de mortier, tout comme des briques1. Cette couche présente de fortes traces de rubéfaction et contient de nombreux charbons et fragments de bois. La destruction semble ici consécutive à un incendie.

FIG. 144 ‒ Maison B2 : couche de tuiles et de mallons de couverte

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 145 ‒ Maison B3 : niveau de destruction

Cliché F. Cognard/Afan

7Dans la maison B4, l’amas de pierres 2‑393 scelle partiellement l’arase de M 67. Il peut être rattaché à la destruction du bâti. L’ultime occupation est fossilisée par la couche 2‑266, qui comble tout l’espace. La couche 2‑267, argile jaune en mottes mêlées de matériaux de construction, recouvre 2‑266. Elle a été interprétée comme consécutive à la destruction du bâti.

  • 2 Sessino ou quart de gros frappé en Avignon sous Urbain V (1362‑1370), inv. nos 31.92‑54, 31.92‑974  (...)

8La dernière occupation de la maison B5 est le sol 2‑367 (= 2‑375). C’est un niveau damé sableux qui contient de la céramique de la seconde moitié du xive s. Il est scellé par la couche 2‑362, contexte très hétérogène contenant des matériaux de construction (briques, tuiles, moellons et du mortier) dans de l’argile jaune en mottes, liée à la destruction du bâti. Dans la maison B6, une poche cendreuse mêlée de fragments de briques (3‑492), localisée dans l’angle N‑O de l’espace a livré deux formes de céramiques attribuables à la seconde moitié du xive s. À cet endroit, le mur de façade est nettement repris en élévation par la création du mur M 81 (cf. infra § 4.2.1). Lors du démontage de ce dernier, trois monnaies d’argent agglomérées ont été découvertes ; elles permettent de dater cet état de la seconde moitié du xive s.2 L’ultime occupation de cet espace est le sol 3‑429, fine couche damée argileuse contenant du mortier et des fragments de tuiles. Elle est affectée par le creusement d’une tranchée de récupération du mur M 114 (3‑428), dont le comblement (3‑383) contenait de la céramique du xive s. La couche 3‑251 (=3‑249), qui scelle l’espace, est un niveau très hétérogène composé de mottes d’argile et de pierres. À cette couche était associé un amas de tuiles fragmentaires (3‑248). Il s’agit peut‑être d’un tas de tri contemporain de la destruction et de la probable récupération des matériaux mis en œuvre dans le bâti. Ces deux espaces montrent une durée de vie légèrement plus longue que les autres s’étalant sur la seconde moitié du xive s. Ce sont les seuls espaces de cet îlot qui ont livré une occupation postérieure à la destruction de 1360 ; sans doute ces deux maisons sont‑elles restées plus longtemps intactes.

  • 3 Patac ou double provençal noir, frappé en Avignon à partir de 1339 sous Robert d’Anjou (1309‑1343), (...)

9Le dernier niveau de la maison B7 est scellé par une couche hétérogène, très comparable aux niveaux de destruction des maisons voisines. Cet espace a subi un recreusement au siècle dernier, dont la nature n’a pas été identifiée, mais qui a fourni du matériel céramique. La dernière couche d’occupation de la maison B8 est recouverte d’une fine pellicule de charbons (3‑369) qui contient de la céramique de la première moitié du xive s. ainsi qu’une monnaie émise à partir de 13393. Cette couche est peut‑être le résultat d’un incendie dont les traces auraient été nettoyées par la suite. La totalité de l’espace est ensuite recouverte de gravats (3‑251) provenant certainement de la destruction du bâti. Dans l’espace B9, la couche hétérogène 3‑257, constituée d’argile marron mêlée de pierres et de mortier, constitue la couche de destruction de l’espace. La présence d’une poche d’argile pure pose la question de l’existence d’architecture en terre. Cette couche comble l’espace jusqu’au niveau de l’arase des murs ; elle est scellée par les remblais modernes.

10La destruction, manifestement volontaire, de la quasi‑totalité des bâtiments du quartier intervient au milieu du xive s. Les bâtiments semblent nettoyés (fig. 146) ; la relative pauvreté des ultimes sols d’occupation en témoigne. Certains bâtiments sont détruits par le feu, comme les maisons A2 et A3 ainsi que la ruelle. C’est aussi le cas des espaces B8 et B9 situés au sud. Par la suite, l’emplacement de la maison B8 semble avoir été nettoyé. Ces couches d’incendie n’ont pas piégé un matériel plus important que celui retrouvé dans les espaces non incendiés, ce qui semble confirmer l’hypothèse d’un incendie volontaire précédé d’un déménagement des biens. La pauvreté des couches de destruction, où ne subsistent que quelques moellons mêlés à de la pierraille, et la quasi‑absence de tuiles, de pierres de taille et d’éléments de charpente semblent indiquer une récupération des matériaux, voire un démontage des constructions.

FIG. 146 ‒ Îlot central après la fouille des niveaux de destruction

Cliché F. Cognard/Afan

4.1.3 L’îlot sud

11Les séquences de la disparition du faubourg ont été également reconnues sur l’ensemble de l’îlot. Un premier remblai sableux de couleur jaune‑brun à verdâtre, avec de nombreuses inclusions de particules de rouilles, des poches de graines carbonisées, des déchets bruts de corail et de nombreux clous rouillés (4‑245 = 4‑647) recouvre les espaces des maisons. Ce remblai est pauvre en matériel céramique et celui‑ci est très fragmenté. Au‑dessus, s’échelonnent un niveau d’incendie (4‑215 équivalent à 1‑113) présentant des éléments ligneux carbonisés (rondins, planches, etc.), une couche de démolition de tuiles brisées mêlées de charbons de bois et de mortier (4‑235 = 4‑178) (fig. 147) et enfin un remblai de nivellement (4‑216) qui recouvre les murs médiévaux arasés et sur lequel sont bâties les structures modernes. La couche d’incendie est liée à une destruction volontaire des structures médiévales, ce qui explique le peu de matériel céramique retrouvé dans ce niveau ; les maisons ont été entièrement vidées de leur contenu avant l’incendie. La couche a fait l’objet d’un prélèvement, lequel une fois tamisé n’a pas révélé de graines carbonisées.

FIG. 147 ‒ Espace C16 : coupe montrant l’importance du niveau de destruction 4‑178 (cffig. 133)

DAO J. Isnard/Afan

12On peut supposer que le contexte rubéfié en surface des espaces C10 et Cl 1 est de la même période que les couches d’incendie retrouvées plus au sud. Les blocs du seuil S 239 (maison C6) portent des traces de rubéfaction sans doute dues à l’incendie. Dans la maison C17, des fragments de poteau en bois calciné ont été retrouvés dans le niveau d’incendie qui scelle l’ensemble. Ces structures ont été observées dans la partie est de l’espace, jusqu’à la limite formée par les piliers adossés aux murs M 25 et M 28. Il ne semble pas y en avoir eu vers l’ouest. Ces pieux et poteaux devaient soutenir un étage ou une charpente. Leur absence à l’est suppose soit un aménagement supérieur différent, soit leur récupération. Le niveau d’occupation charbonneux de l’espace C19 est surmonté d’un remblai qui scelle l’arase de M 28. Au‑dessus se trouvent le contexte d’incendie et une importante couche de démolition composée de moellons équarris vers M 100. Ils proviennent peut‑être de l’écrêtement de M 28 et ont été conservés en tas dans le but d’une éventuelle réutilisation.

4.2 De la fin du Moyen Âge au xviie s.

13Les niveaux de la fin du Moyen Âge, sans doute très ténus et liés à une activité de type agricole, ont presque tous disparu lors des aménagements des xviie et xviiie s. Dans ce contexte suburbain non bâti, la fortification reste un des seuls éléments dont le fonctionnement nous est connu. C’est en particulier durant le xvie et la première moitié du xviie s. que se comble le fossé du Plan Fourmiguier. Jusqu’au siège de Marseille par les troupes de Charles Quint en 1524 (cf. infra § 8.6), la voie principale reste en usage. Par la suite, le dépôt de terre d’alluvionnement montre que son entretien n’est plus assuré, même si son tracé est encore présent dans le paysage. Mais c’est surtout la période suivant l’agrandissement par Louis XIV qui va laisser le plus de traces dans la stratigraphie moderne puisque le bâti est alors reconstruit.

4.2.1 La voie principale

14Bien que la calade médiévale soit recouverte par des niveaux de terre, l’axe de circulation perdure. Cette rue n’est plus en relation avec la ville à partir de 1524, néanmoins elle subsiste pour donner accès aux fossés et aux terrains de l’ancien îlot méridional.

15Au sud, par suite des remaniements modernes, aucune trace de circulation postérieure à la voie caladée n’a pu être observée ; seule la partie nord de la rue a permis de suivre l’évolution stratigraphique pour cette période. Un épais niveau de chaux, de mortier et de terre très compacte est bordé à l’est par un nouveau mur (fig. 148 ; cf. supra § 4.1.2). Ce mur (M 81) est de construction très fruste, avec des cailloux, des blocs et de la pierraille rarement équarris. Généralement parementé, il se présente parfois sous la forme d’un tas de pierres. Quelques traces de mortier pauvre y ont été observées. Il reprend plus ou moins au nord l’orientation du mur médiéval arasé M 9 et s’en sépare nettement vers le sud. Au vu de sa longueur, il s’agit certainement d’un mur de clôture. Un nouveau niveau de circulation (2‑122) recouvre la calade médiévale. C’est une couche constituée de gravats divers très damés ; très épaisse à l’est, elle vient mourir à l’ouest sur les galets de l’ancienne calade. Elle est associée au mur M 1, prolongement de M 81 au nord. La venelle n’existe plus, les remblais de démolition laissés en place formant un talus.

FIG. 148 ‒ Mur M 81, reprenant le tracé de l’ancienne façade du mur de l’îlot central.

Cliché F. Cognard/Afan

16Par la suite, plusieurs niveaux de ruissellement et d’abandon recouvrent ces remblais. Au milieu de la zone, on trouve sur 3‑220 une couche de pierres (fig. 149) due sans doute à un éboulement de M 81 (3‑232), puis les niveaux 3‑218 et 3 –219, limoneux et homogènes, provenant peut‑être d’un colluvionnement, ce qui pourrait témoigner d’une absence d’entretien de la voie. Ils sont surmontés d’une couche très pierreuse (3‑230) issue certainement de la destruction de M 81. Sur 2‑122, au nord, deux couches d’argile homogène (2‑321 et 2‑144) évoquent encore le même phénomène de colluvionnement et sont certainement équivalentes aux précédents. À la surface de ces couches, un niveau de circulation est attesté. Observée dans les niveaux argileux, une dépression linéaire d’une soixantaine de centimètres de large (3‑231), orientée selon l’axe de la rue et comblée par un niveau compact et riche en cailloux et mortier (3‑217), évoque une ornière, dont le pendant, à plus de 1,40 m de distance, aurait disparu dans la partie occidentale érodée. À l’est de cette dépression, 3‑217 se présente sous la forme d’un épandage peu épais. Ce niveau de circulation semble être le dernier avant l’abandon définitif du secteur.

FIG. 149 ‒ Destruction du mur de façade sur la rue. Au premier plan, vestige de la calade médiévale

Cliché F. Cognard/Afan

17La phase d’abandon est matérialisée par le dépôt des couches 3‑236 et 3‑216, alternance de limon et d’argile. Le mur M 19 est ensuite partiellement démonté (fig. 150). Il s’ensuit une période de ravinement (3‑297) qui entame les sédiments en place sur la rue, scellée par les couches 3‑238, sable grossier et 3‑215, datés du milieu du xviie s.

FIG. 150 ‒ Carcasse d’animal retrouvée dans la tranchée de récupération du mur de contrescarpe

Cliché F. Cognard/Afan

4.2.2 Les îlots avant l’agrandissement

18Après la phase d’abandon, la trame du faubourg médiéval subsiste dans la zone sud. Les parcelles semblent perdurer, l’emplacement des anciens murs des maisons continuant de servir de limite de parcelle. Par endroits, des maisons sont construites en se superposant à certains murs médiévaux et complétées par des murs qui suivent les mêmes orientations. Aucun bâtiment n’a été retrouvé lors de la fouille dans la moitié nord du chantier.

4.2.2.1 Les anciens îlots nord et central

19Les deux îlots n’en forment plus qu’un depuis la disparition de la ruelle. Le nouvel îlot fonctionne comme un vaste enclos, et il n’est plus guère habité. Son mur de façade sur la rue a été dégagé, M 1 au nord (fig. 151) et M 81 plus au sud. Aucune trace de mur n’a été retrouvée à l’emplacement de la ruelle ; il a pu exister là une ouverture. Un niveau de sol (2‑116, fin niveau compact sableux de couleur rouille) contenant une dizaine de fragments de céramique du xvie ou du début du xviie s. a été très partiellement conservé à l’emplacement de l’ancien îlot nord (espaces A1, A2 et A3). Peut‑être sommes‑nous en présence du reste d’un sol d’habitat, mais les traces conservées sont très fugaces. Aucun niveau n’a pu être mis en évidence dans l’ancien îlot central, où le préterrassement en début de fouille a peut‑être fait disparaître d’éventuels témoins de l’Époque moderne subsistants.

FIG. 151 ‒ Mur limitant l’ancien îlot nord sur la rue à l’Époque moderne

Cliché F. Cognard/Afan

4.2.2.2 Des maisons au xve s.?

20fig. 152

21Un nouveau mur (M 54) est construit en deux tronçons sur le niveau d’incendie 1‑113 : d’une part entre M 53 et M 61, qui devaient être encore visibles, et d’autre part au sud de M 53 ; il n’en subsiste qu’une assise de fondation. Le mur pourrait former la limite occidentale de deux bâtiments partiellement appuyés sur le bâti médiéval, à moins qu’il ne s’agisse du cloisonnement de constructions très allongées reprenant à l’ouest les structures du xiiie s. M 86, prolongé par une tranchée de récupération (1‑241), constitue la limite orientale de ces maisons. Le négatif 1‑461 (fig. 153) est certainement la tranchée d’épierrement d’un mur qui a prolongé M 61 vers l’est formant ainsi le mur mitoyen entre deux des maisons. Enfin, l’ancien mur M 65 fait l’objet d’une récupération entre M 27 et M 53 (fig. 154). Ces murs sont peu profonds car les maçons se sont appuyés sur des structures déjà existantes. Ces deux bâtiments sont antérieurs à la phase de construction des puits du xviiie s. (cf. infra § 4.3.2) : S 85 est postérieur à M 86 et aux comblements de 1‑461 et 1‑241, S 52 a recoupé M 54.

FIG. 152 ‒ Plan des maisons du XVe s. dans l’îlot sud

DAO M. Bouiron/Ville de Marseille

FIG. 153 ‒ Tranchée 1‑461, probable vestige d’un mur empiétant sur la rue dans le prolongement de M 61

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 154 ‒ Tranchée d’épierrement du mur M 65, entre M 27 et M 53

Cliché F. Cognard/Afan

22À l’est de M 86, on observe une grande fosse circulaire (1‑237) qui a percé la calade de la voie médiévale et dont le comblement (1‑236) date du début du xvie s. La destination de cette fosse reste énigmatique ; elle est peut‑être liée à des travaux agricoles attestés sur le site par les textes d’archives (cf. infra § 8.6). Les bâtiments et la fosse circulaire sont stratigraphiquement contemporains. Cela permet de proposer le courant du xve s. comme date pour le bâti et le creusement de la fosse. Il s’agit vraisemblablement d’un groupe isolé de trois maisons. Les autres murs de l’îlot font l’objet de récupérations aux xve et xvie s., en particulier au contact de M 65.

4.2.2.3 Le bassin en usage dans l’îlot sud

23Le bassin C4 est toujours en usage. Il semble isolé car aucune structure n’a pu être repérée lors de la fouille au sud de cet espace. Il perdure jusqu’au xve s., puis est progressivement comblé. Un premier niveau, non daté, est constitué de gravillons ayant subi un ruissellement ; il correspond peut‑être à la dernière utilisation de ce bassin. Quatre comblements se succèdent ; le premier est composé d’argile noire, sans doute colorée par des matières organiques, et contient des sarments de vigne et du bois. Au‑dessus se trouvait une couche sableuse et gravillonneuse, puis à nouveau de l’argile noire contenant des pierres et des éléments organiques ; les trois premiers comblements contiennent du matériel céramique du xive s., sans doute résiduel. Le dernier niveau, daté du xvie s., est constitué d’un sédiment argilo‑ limoneux marron (4‑237) et a fait l’objet d’un prélèvement qui, après étude des restes d’insectes, a fourni de précieux renseignements (cf. infra § 9.5.3.4) : les espèces d’insectes reconnues proviennent d’horizons liés notamment aux céréales, aux excréments divers, aux poulaillers, aux détritus végétaux et aux bois aussi bien morts et imbibés de sel que travaillés. La structure a dû servir de dépotoir au xvie s. Il est vraisemblable que ces comblements proviennent des environs proches et correspondent aux activités développées aux alentours. Or on sait qu’un fustier est établi au sud de cet espace au début du xvie s. (cf. infra annexe 1, doc. 12). Le dernier comblement est surmonté par la démolition d’une partie de la structure (fig. 155), puis recouverte par le remblai de nivellement sous‑jacent aux murs de calcaire rose modernes.

FIG. 155 ‒ Comblement définitif du bassin C4

Cliché F. Cognard/Afan

4.2.3 Le Plan Fourmiguier et sa fortification

24fig. 156

25La construction d’un bâtiment à l’intérieur du Plan Fourmiguier, plaqué contre l’enceinte, intervient à l’Époque moderne. Il s’agit vraisemblablement d’une tour. À l’extérieur, le fossé se colmate lentement, piégeant dans ses comblements de nombreuses matières organiques. Le démantèlement du système défensif, attesté en 1666, a laissé des traces dans le comblement du fossé sous la forme d’une accumulation de gravats tout à fait comparables aux matériaux mis en œuvre dans les maçonneries. Cette destruction est suivie par une phase de creusements et comblements successifs, dont certains sont d’origine naturelle. Les autres, très marqués par la présence de gravats de construction, résultent sans doute de la démolition de maisons.

FIG. 156 ‒ Plan de la fortification à l’Époque moderne

DAO M. Bouiron/Ville de Marseille

4.2.3.1 L’intérieur du Plan Fourmiguier

26Cet espace est situé à l’ouest du mur d’escarpe. La fouille y a révélé la présence de deux murs perpendiculaires, M 44 orienté E‑N/E et M 45 orienté N‑S, vestiges vraisemblables d’une tour située au niveau de l’infléchissement du rempart (fig. 157). Seule la partie supérieure des murs a été observée. Ils se composent de moellons de calcaire blanc taillés, maçonnés au mortier blanc qui semblent en constituer l’élévation (fig. 158). L’extrémité du mur M 44 est appuyée sur le parement ouest du mur d’escarpe. Ce mur a une largeur de 90 cm, celle du mur M 45 n’a pas été observée, car hors de l’emprise de la fouille. L’angle des deux murs est constitué par un chaînage de blocs de pierre de taille.

FIG. 157 ‒ Vestige de la tour construite au XVIe s. à l’intérieur du Plan Fourmiguier. À gauche, égout contemporain

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 158 ‒ Intérieur de la tour du Plan Fourmiguier

Cliché F. Cognard/Afan

27La fouille de cet espace très réduit n’a pas permis de collecter un matériel datant très significatif. Les relations stratigraphiques entre la tranchée d’installation du mur d’escarpe et celle des murs M 44 et M 45, ainsi que la découverte de céramique dans cette dernière, permettent toutefois de situer la construction de ces murs dans le courant du xvie s. Cette époque se caractérise par de nombreux réaménagements du Plan Fourmiguier, avec la fermeture de la porte de la Calade et la création d’un accès au sud (cf. infra § 8.1.2.1). Les aménagements retrouvés semblent s’inscrire dans cette phase de remodelage de l’espace en bord de mer. Il faut noter l’absence de construction à cet endroit sur la gravure d’Ercole Nigra, vers 1591, ce qui témoigne peut‑être d’une destruction rapide (fig. 2).

4.2.3.2 Le comblement du fossé

28fig. 159

29Les comblements médiévaux du fossé sont détruits par un premier creusement (3‑504) presque aussi important que le creusement initial puisqu’il atteint la cote –1 m ngf au centre du fossé. Ce nettoyage est suivi par un comblement anthropique rapide et uniforme qui s’est déposé sur l’ensemble du fond du fossé. Il s’agit d’une couche homogène marron (3‑354), totalement différente des niveaux inférieurs, caractérisée par l’abondance de boules de posidonies et d’aiguilles de pin. Cette couche contenait, en outre, quelques semelles en cuir. Une couche d’argile noire (3‑269), nauséabonde (xvie s.?), contenant de nombreux petits galets et cailloux, semble isochrone de 3‑354. Ces niveaux constituent l’ultime comblement du fossé avant le démantèlement de la fortification. La partie haute du mur M 19 est alors démontée, comme en témoigne la couche de destruction 3‑250 présente dans le fossé. Elle est composée de cailloux divers et de mortier semblables aux constituants du blocage interne de M 19. Cette couche, observée uniquement en coupe, a livré un fragment de bord d’écuelle de Fréjus (seconde moitié du xvie‑début du xviie s.) qui peut donner un terminus post quem. L’endroit finit alors de se combler avec le dépôt de la couche 3‑353, niveau lité fait d’une alternance d’argile gris clair (épaisseur 5 cm environ) et d’argile noire (épaisseur 2 cm environ) qui semble résulter d’un dépôt lent de fond de lagune sur un fond irrégulier ; cette couche présente ponctuellement des circonvolutions évoquant un phénomène de slumping. La couche 3‑352, terre argileuse marron contenant quelques blocs, précède un dépôt rapide de couches ayant livré de la céramique du xviie s. À cet épisode succède un dépôt lent sous la forme d’un niveau horizontal régulier (3‑350 = 3‑128) de la première moitié du xviie s., d’une épaisseur d’environ 10 cm, microlité et évoquant un dépôt naturel de type varve. Cette phase de comblement est recoupée par un nouveau creusement (3‑297) suivi d’une période de ravinement qui en a entaillé les bor dures, créant des rigoles depuis le comblement argileux de la rue jusqu’au fond du fossé. L’érosion a entraîné le dépôt d’un important colluvionnement grossier : 3‑246, terrain graveleux dans un liant très noir dont la partie supérieure a été dissociée et 3‑238, niveau sablonneux homogène, en pente vers l’axe du fossé. La couche d’argile pure, homogène et grise 3‑323, située plus à l’ouest et dont les limites avec la partie grossière sont floues, semble s’être déposée dans un même temps et correspond à la partie fine qui a subi un transport plus long. Les couches 3‑238 et 3‑246 contenaient de la céramique du milieu du xviie s. La suite du comblement, peut‑être davantage anthropique, est toujours plus ou moins grossière et a livré de la céramique datée du milieu du xviie s. : 3‑239, couche graveleuse en dépôt lenticulaire, recouvre 3‑240, composée d’argile pure (environ 10 cm d’épaisseur). Au‑dessus, on trouve une couche de sable (3‑241) d’environ 20 cm d’épaisseur, puis 3‑242, constituée de sable grossier. Cette séquence est entaillée par un nouveau creusement (3‑298) assez réduit (sa largeur ne dépasse pas 5 m). Il a un profil en cuvette, une profondeur de 70 cm et est situé sur l’axe du fossé. Son comblement est stratifié de la façon suivante :
‒ 3‑210, lentille de mortier emballant de gros éléments lithiques et de la céramique datée de la fin du xvie s. ;
‒ 3‑209, terre argileuse contenant des pierres ;
‒ 3‑208, terre brune très hétérogène. Ce contexte est composé de plusieurs microcouches formant un ensemble cohérent, daté du deuxième quart du xviie s. ;
‒ 3‑206, mortier désagrégé mélangé à du sable, daté du milieu du xviie s. ;
‒ 3‑205, sédiment sablo‑graveleux homogène ;
‒ 3‑222, terre marron hétérogène riche en morceaux de mortier, avec la présence de huit fragments de céramique datés du milieu du xviie s.

FIG. 159 ‒ Coupe partielle du comblement du fossé, contre le mur M 19 et au‑dessus d’un des murs de refend M 24

Cliché F. Cognard/Afan

30Les études géomorphologiques du fossé (Morhange 1994a : 341) ne concernent que les comblements massifs de la période moderne avant le démantèlement du fossé. Elles montrent la présence de marqueurs d’un milieu d’eau douce dans plusieurs remplissages. Ainsi les couches 2‑107 et 2‑106 ont livré une « faune d’ostracodes [...] caractéristique des herbiers d’eau douce » et la couche 2‑109 une « faune d’ostracodes [...] caractéristique d’un milieu d’eau douce [...] en communication avec la mer [...] ». De plus la présence de nombreuses balanes (Balanus amphitrite Darwin) accrochées aux murs atteste la présence d’eau de mer et permet de restituer le niveau de l’eau à ‑0,20 m ngf.

4.2.3.3 Un nouveau mur d’enceinte et la disparition du fossé

31L’arasement général du comblement du fossé est consécutif à l’installation d’un nouveau mur d’enceinte M 40, associé à un niveau de construction, 3‑502. Le mur M 40, parallèle à l’ancien rempart M 42, est fondé à 40 cm de profondeur (fig. 160). Conservé sur une hauteur de 70 cm et large de 80 cm, il est constitué de moellons et de blocs équarris ou non, maçonnés avec un mortier blanc contenant de petits galets. Sa tranchée de fondation (3‑268), observée du côté ouest, est comblée par la couche 3‑254 (équivalence 3‑273 = 3‑187, 3‑153), qui contenait du matériel céramique daté du milieu du xviie s. Dans sa partie sud, il présente une reprise dans sa construction (1‑468, moellons équarris ou bruts liés au mortier de chaux avec de petits galets), remployant un chaperon identique à ceux recouvrant les murs de refend du fossé (fig. 161). Les derniers comblements viennent colmater l’espace entre ce nouveau mur d’enceinte du Plan Fourmiguier et le mur de contrescarpe.

FIG. 160 ‒ Coupe stratigraphique montrant le comblement du fossé (cffig. 156)

DAO J. Isnard/Afan

FIG. 161 ‒ Élévation du rempart M 42. La partie supérieure, remployant un chaperon, a été refaite au XVIIe s

DAO J. Isnard/Afan

32Un premier égout (S 41 ; fig. 162) est installé dans le comblement du fossé. De direction N‑S, nous l’avons suivi jusqu’à son contact avec le mur M 40. Il disparaît à cet endroit, sans que l’on ait pu déterminer avec certitude s’il avait été recoupé par ce mur ou s’il le longeait avant de bifurquer vers l’est. Néanmoins, nous pensons qu’il est antérieur à la construction du nouveau mur d’enceinte. Haut de 1,30 m, il est constitué de deux parements de moellons de calcaire blanc non taillés, liés par un mortier de chaux maigre, se rejoignant en formant une voûte. Son fond n’étant pas dallé, il a pu fonctionner plus comme un drain que comme un véritable égout. Il était comblé par une épaisse couche d’argile grise compacte et homogène (3‑160).

FIG. 162 ‒ Collecteur S 41 installé dans le comblement du fossé. Au premier plan, à gauche, le rempart M 42

Cliché F. Cognard/Afan

4.3 Après l’agrandissement par Louis XIV

33Plusieurs événements sont à mettre en relation avec la métamorphose que subit ce quartier devenu intra muros à partir de 1670. La voie retrouve une fonction naturelle de circulation avec la destruction de l’enceinte médiévale de la ville. Son tracé en diagonale est alors discordant par rapport à l’axe de la Canebière. Au milieu du xviiie s., l’espace dégagé par le réalignement de la rue Paradis permet d’aménager une véritable place avec une fontaine, tandis que l’ancien îlot sud est totalement reconstruit selon les nouveaux axes de la voirie.

4.3.1 Les espaces publics, les réseaux d’eau et les fontaines

34fig. 163

35Les niveaux de la voie ou des places successives n’ont pas laissé de traces stratigraphiques. En revanche, les aménagements hydrauliques, enfouis dans le sous‑sol, ont pu être fouillés. Un nouvel égout est construit (S 20 ; fig. 164, 165) ; au sud, il passe sous l’ancienne rue Paradis, dans son tracé d’avant 1764, et au nord, il court sous la partie occidentale de la place. Il a d’ailleurs été aperçu au‑delà, sous le trottoir de la Canebière, lors d’une observation de voirie (Bouiron 1995b). Il est haut d’environ 2,10 m (1,30 m intérieur) et large de 2 m. Ses piédroits sont construits en calcaire blanc et en poudingue, le tout lié par un béton hydraulique de couleur rose. La voûte est bâtie en briques. Le fond est constitué de deux épaisseurs de dalles de calcaire blanc ; seule l’assise supérieure est liée avec un béton hydraulique.

FIG. 163 ‒ Plan des ouvrages hydrauliques et des fontaines

DAO M. Bouiron/Ville de Marseille

FIG. 164 ‒ Détail d’une adduction secondaire se déversant dans l’égout moderne S 20

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 165 ‒ Détail de la partie inférieure de l’égout S 20, recoupé par le mur M 64 de l’îlot moderne

Cliché F. Cognard/Afan

36Une première fontaine (S 12 ; fig. 166) est installée à la fin du xviiie s., alors que la place est encore limitée par l’îlot sud. Cette fontaine, réalisée par Fossati vers 1778, se trouve aujourd’hui sur la place des Capucines où elle a été déplacée au xixe s. Sa fondation est constituée d’une maçonnerie maigre mêlée à une terre argileuse de couleur jaune, parementée sur quatre côtés par d’énormes blocs de calcaire grossièrement taillés. Cet ensemble maçonné reposait sur une multitude de pieux très longs, ayant perforé et très largement détruit les espaces médiévaux. Sa construction a nécessité une adduction complémentaire pour déverser le trop‑plein dans l’égout voûté courant sous la place. Cette canalisation (S 21 ; fig. 167) est constituée de dalles de pierre quadrangulaires assemblées à joints vifs, et parementées par des blocs de poudingue liés par un mortier de couleur blanche. Lorsque la place prend sa configuration actuelle (après 1820), une nouvelle fontaine (sculptée par Penchaud) est construite en son centre. Seuls les pieux de bois constituant sa fondation (S 22 ; fig. 168) ont été retrouvés, de part et d’autre du collecteur pluvial séparant le chantier en deux.

FIG. 166 ‒ Soubassement de la fontaine de Fossati (S 12)

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 167 ‒Vestige de la canalisation provenant de la fontaine de Fossati S 12, à son contact avec l’égout S 20

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 168 ‒ Pieux supportant la fontaine du XIXe s., située au centre de la place

Cliché F. Cognard/Afan

4.3.2 Un nouvel îlot de maisons aux xviie et xviiie s.

37fig. 169

38On a observé en plusieurs endroits de l’îlot sud des remblais identiques (4‑104, 1‑104...) recouvrant les niveaux de destruction médiévaux. Ce sont des terres de couleur rouille, antérieures aux constructions de la fin du xviie s. Elles semblent avoir été déposées intentionnellement, comme remblai de préparation. Immédiatement après, des puits sont construits. Ceux‑ci (sept ont été retrouvés : S 52, S 49, S 70, S 84, S 85, S 80 et S 96) sont bâtis avec des pierres mal appareillées et non liaisonnées. Très arasés, ils ne sont connus que dans leur partie basse, peu profonde en raison de la hauteur de la nappe phréatique. Ils sont supposés globalement contemporains les uns des autres. Leurs comblements semblent antérieurs à la fin du xviiie s., ce qui peut laisser penser qu’ils ont été comblés avant la reconstruction de l’îlot qui accompagne le réalignement de la rue Paradis vers 1765. Le comblement du négatif de fondation de S 70 est daté du milieu du xviie s. C’est le seul élément de datation dont nous disposons ; les autres contextes contiennent du matériel résiduel du milieu du xive s. Il est étonnant de ne pas retrouver trace des édifices qui devaient fonctionner avec ces puits ; sans doute étaient‑ils superposés aux anciens murs médiévaux.

FIG. 169 ‒ Plan de la reconstruction de l’îlot sur vers 1765 et des puits des XVIIe‑XVIIIe s

DAO M. Bouiron/Ville de Marseille

39Cet ensemble correspond à la reconstruction de l’îlot entamée à partir de 1620/1630. On peut penser que chaque maison disposait de son propre puits, ce qui explique leur nombre important.

40Le 6 février 1764 le projet de place Royale initié vers 1680 est abandonné, mais l’agrandissement et le réalignement de la rue Paradis sont confirmés. Les propriétaires récupèrent la jouissance de leurs biens (cf. infra § 8.7.2.3) ; dès lors, les campagnes de constructions reprennent. L’îlot est entièrement reconstruit. Les habitations ne suivent plus la trame médiévale, mais sont orthonormées par rapport à la rue Paradis. En fondation, les murs sont constitués de gros blocs de calcaire rose qui reposent sur des pieux de bois (fig. 170). Sur cette double fondation est édifiée une élévation en blocage grossier de pierres irrégulières, confortée, comme c’est l’habitude à Marseille à cette époque, par un fort enduit de mortier sur les deux faces. Quelques traces de carrelages ont été conservées au nord de M 47 (fig. 171) et dans l’angle formé par M 48 et M 51. Aucun autre sol n’a pu être observé, les murs étant très arasés. Le plan du nouvel îlot laisse apparaître une série de maisons ouvrant à l’est ou à l’ouest. Au milieu, un espace allongé sert de puits de lumière pour éclairer la partie arrière des différentes maisons. Fort heureusement pour l’archéologie, ces maisons n’ont jamais disposé de cave car cela nous aurait privés à tout jamais de la connaissance des niveaux médiévaux sous‑jacents. L’ensemble de l’îlot est rasé au début du xixe s. pour constituer la place de la Bourse.

FIG. 170 ‒ Alignement de pieux servant de support à la fondation en calcaire rose des murs de l’îlot moderne

Cliché F. Cognard/Afan

FIG. 171 ‒ Détail du départ de l’élévation de M 47 et du carrelage marquant le niveau de sol

Cliché F. Cognard/Afan

Notes de fin

1 Peut‑être s’agit‑il de mallons de couverte, que l’on dispose sous les tuiles. Trois modules ont été mis en évidence : 14 x 27 x 3 cm ; 14 x 20 x 2 cm ; 14 x 27 x 2 cm. Les tuiles ont une taille moyenne de 48 x 22 x 2 cm. La totalité des tuiles et « briques » de cet espace a été prélevée pour une éventuelle étude sur les éléments de couverture.

2 Sessino ou quart de gros frappé en Avignon sous Urbain V (1362‑1370), inv. nos 31.92‑54, 31.92‑974 et 31.92‑ 975.

3 Patac ou double provençal noir, frappé en Avignon à partir de 1339 sous Robert d’Anjou (1309‑1343), inv. no 31.92‑48.

Table des illustrations

Légende FIG. 142 ‒ Détail d’un amas de blocs sur la ruelle S 6, à proximité de la voie principale
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 143 ‒ Maison A2 : détail de deux éléments carbonisés
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 144 ‒ Maison B2 : couche de tuiles et de mallons de couverte
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 145 ‒ Maison B3 : niveau de destruction
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 146 ‒ Îlot central après la fouille des niveaux de destruction
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 147 ‒ Espace C16 : coupe montrant l’importance du niveau de destruction 4‑178 (cffig. 133)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 148 ‒ Mur M 81, reprenant le tracé de l’ancienne façade du mur de l’îlot central.
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 149 ‒ Destruction du mur de façade sur la rue. Au premier plan, vestige de la calade médiévale
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 150 ‒ Carcasse d’animal retrouvée dans la tranchée de récupération du mur de contrescarpe
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 151 ‒ Mur limitant l’ancien îlot nord sur la rue à l’Époque moderne
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 152 ‒ Plan des maisons du XVe s. dans l’îlot sud
Crédits DAO M. Bouiron/Ville de Marseille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 153 ‒ Tranchée 1‑461, probable vestige d’un mur empiétant sur la rue dans le prolongement de M 61
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 154 ‒ Tranchée d’épierrement du mur M 65, entre M 27 et M 53
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 155 ‒ Comblement définitif du bassin C4
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 156 ‒ Plan de la fortification à l’Époque moderne
Crédits DAO M. Bouiron/Ville de Marseille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 157 ‒ Vestige de la tour construite au XVIe s. à l’intérieur du Plan Fourmiguier. À gauche, égout contemporain
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 158 ‒ Intérieur de la tour du Plan Fourmiguier
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 159 ‒ Coupe partielle du comblement du fossé, contre le mur M 19 et au‑dessus d’un des murs de refend M 24
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 160 ‒ Coupe stratigraphique montrant le comblement du fossé (cffig. 156)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 161 ‒ Élévation du rempart M 42. La partie supérieure, remployant un chaperon, a été refaite au XVIIe s
Crédits DAO J. Isnard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 162 ‒ Collecteur S 41 installé dans le comblement du fossé. Au premier plan, à gauche, le rempart M 42
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 163 ‒ Plan des ouvrages hydrauliques et des fontaines
Crédits DAO M. Bouiron/Ville de Marseille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 164 ‒ Détail d’une adduction secondaire se déversant dans l’égout moderne S 20
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 165 ‒ Détail de la partie inférieure de l’égout S 20, recoupé par le mur M 64 de l’îlot moderne
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 166 ‒ Soubassement de la fontaine de Fossati (S 12)
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 167 ‒Vestige de la canalisation provenant de la fontaine de Fossati S 12, à son contact avec l’égout S 20
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 168 ‒ Pieux supportant la fontaine du XIXe s., située au centre de la place
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 169 ‒ Plan de la reconstruction de l’îlot sur vers 1765 et des puits des XVIIe‑XVIIIe s
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 170 ‒ Alignement de pieux servant de support à la fondation en calcaire rose des murs de l’îlot moderne
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 171 ‒ Détail du départ de l’élévation de M 47 et du carrelage marquant le niveau de sol
Crédits Cliché F. Cognard/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47578/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search