Version classiqueVersion mobile

L’épave de Port Berteau II (Charente-Maritime)

 | 
Éric Rieth
, 
Catherine Carrière-Desbois
, 
Virginie Serna
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

1La fouille de l’épave de Port Berteau II, commencée en 1992, s’est achevée au cours du mois d’octobre 1997. Elle marque le terme d’un long programme de recherches subaquatiques, qui a débuté à la fin de l’été 1971 avec les premiers travaux d’évaluation archéologique du site portuaire médiéval et moderne de Port Berteau, à une cinquantaine de mètres en amont de l’épave. De ce fait, l’étude ici présentée ne peut être dissociée des recherches antérieures menées dans les eaux de la Charente sur des embarcations, des aménagements du lit mineur ou encore des zones de mouillage : celles‑ci ont influé de manière déterminante sur les méthodes et les problématiques de la fouille de l’épave de Port Berteau II.

2Comme le suggère le titre de cet ouvrage, la recherche a été orientée dans deux directions : la première concerne l’épave proprement dite et s’inscrit dans le cadre, désormais classique, des études d’archéologie navale ; la seconde porte sur le contexte nautique et le milieu sur lequel a navigué le bateau ; elle se rattache au champ, plus récent, de l’archéologie nautique. Au regard de ces deux axes, l’étude est articulée en quatre chapitres. C’est tout d’abord le cadre de la recherche qui, dans un premier chapitre, est examiné en soulignant notamment les problématiques de l’archéologie nautique et les choix méthodologiques qui y sont liés. Le deuxième chapitre a pour objet essentiel l’étude du site dans ses rapports avec le milieu fluvial, le contexte archéologique et l’épave : il semblait important, en effet, d’essayer de retrouver, derrière l’aspect actuel du fleuve –la morphologie de ses berges, sa hauteur d’eau...–, le paysage contemporain du caboteur, de cerner ses éventuelles relations avec le gisement de céramiques qui marque les limites du site portuaire localisé à proximité, tout comme de caractériser le processus de formation du site archéologique. Le troisième chapitre est entièrement consacré à l’analyse du bateau : de l’étrave à l’étambot, des membrures au bordé, des baux au calfatage, chaque élément préservé de la coque est décrit et étudié d’une manière systématique dans la perspective d’établir un « portrait architectural » aussi complet et précis que possible de l’épave. Le quatrième et dernier chapitre s’attache, en premier lieu, à la restitution des caractéristiques architecturales –forme et structure– et fonctionnelles du bâtiment. Sur la base de cette restitution est envisagé ce que peut apporter la connaissance de ce caboteur à l’histoire des techniques de la construction navale et à celle des échanges sur la Charente et le long du littoral atlantique.

3À la fin de l’ouvrage ont été regroupées plusieurs études particulières qui, en dépit de leur emplacement, ne sont nullement des pièces justificatives. Chacune de ces analyses a étroitement participé à la compréhension de l’épave et de son contexte.

4N.B.
Vous trouverez tout au long de l’ouvrage des astérisques qui signalent la première occurrence des mots explicités dans le lexique.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search