Version classiqueVersion mobile

Tombes et pratiques funéraires protohistoriques des Grands Causses du Gévaudan

 | 
Bernard Dedet

Seconde partie. Les pratiques funéraires

Chapitre 8. Signes d’un traitement social de la mort

Résumé

Les signes d’un traitement social de la mort sont mis en évidence dans le chapitre 8, qui fait la synthèse des développements précédents et explore plusieurs pistes : caractère sélectif du « recrutement » des individus découverts dans ces tombes, différenciation du mobilier en fonction du sexe des défunts, émergence de personnes particulières : femmes d’âge mûr avec torque, femmes avec parure surabondante ou précieuse, hommes avec armes et, le plus souvent en sus, coupe métallique. Il apparaît ainsi une incontestable hiérarchisation des individus en plusieurs strates qui tient compte à la fois de critères purement naturels, comme l’âge et le sexe, mais sans doute aussi de la position dans la société.

Texte intégral

1Pour les sociétés traditionnelles, missionnaires, sociologues et ethnologues ont maintes fois souligné l’importance de multiples facteurs dans la forme que peuvent prendre les rites et pratiques funéraires, ou même dans la cause de leur absence. Ces critères concernent essentiellement l’identité du défunt, la place que celui‑ci occupait de son vivant, les volontés qu’il a pu exprimer, les conditions ou les circonstances de son trépas, ou encore l’idée que s’en font les survivants. Si les trois dernières séries d’éléments ne peuvent être appréhendées dans les sociétés passées sans écriture, il n’en va pas de même du mort lui‑même. Celui‑ci peut en effet être partiellement connu à travers plusieurs ensembles de renseignements, ostéologiques, mode de dépôt du cadavre, matériel d’accompagnement, forme de la tombe, etc., dont le croisement est susceptible de permettre une approche du traitement social de la mort dans un groupe humain déterminé. On tentera ici de dégager les différences qui, dans les pratiques funéraires, peuvent résulter de l’âge au décès, du sexe du mort, et de conditions probablement sociales non liées à ces critères naturels. Tout cela devrait nous permettre d’entrevoir une certaine image sociale de ces groupes humains peuplant les Grands Causses du Gévaudan et de ses abords à la fin du Bronze final et au premier âge du Fer.

8.1 Âge au décès et pratiques funéraires

  • 1 Si l’on prend en compte à la fois les sujets étudiés et ceux, non examinés mais dont l’âge, très ap (...)

2Toutes périodes confondues, et en considérant uniquement les 67 individus qui ont fait l’objet d’un examen ostéologique, les morts en période périnatale ne forment que 3 % de la population étudiée, les tout petits (6 mois‑2 ans), 1,5 %, les petits enfants (3‑9 ans), 4,5 %, les grands enfants (10 à 14 ans), 3 %, les adolescents (15 à 20 ans), 4,5 %, et les adultes, sans distinction d’âge, 83,5 % cf. supra ş 6.3)1. On l’a vu, le recrutement des tombeaux ne semble pas varier fondamentalement durant le laps de temps considéré. La seule nuance, mais la faiblesse de l’échantillon ne permet pas d’être catégorique pour le moment, concerne les plus petits, périnataux, bébés et très jeunes enfants. Ceux‑ci ne sont attestés qu’après le viiie s. (mais l’un des trois cas attestés, celui du fœtus ou du prématuré de Pomeyrol, relève peut‑être du dépôt d’une femme enceinte) et ne figurent pas dans les sépultures actuellement connues du Bronze final, de la transition Bronze final/premier âge du Fer et du tout début du premier âge du Fer. Pour être validé, ce fait méritera cependant confirmation par des fouilles plus nombreuses.

3La courbe de mortalité que suggère la répartition des défunts par grandes classes d’âge au décès (tabl. viii) n’est pas du tout conforme, et de très loin, à ce que l’on peut attendre d’une population « préjennérienne ». Dans une société qui ignore les règles de l’hygiène et la médecine moderne, la mortalité infantile est au moins cinq fois plus élevée : un quart des enfants meurent à la naissance ou au cours de leur première année, et un autre quart avant la fin de la dixième année (Leclerc, Masset 1982 : 56). Ainsi, avec près de 9 % à peine d’individus de moins de 10 ans dans les tumulus, dolmens réutilisés et autres tombes protohistoriques, les Grands Causses du Gévaudan montrent un très fort déficit de tous ces jeunes morts.

4Le sort de ces décédés en phase périnatale est maintenant relativement bien connu dans le sud de la France. Cette classe d’âge est en effet absente ou également très faiblement représentée dans les nécropoles languedociennes dont l’étude ostéologique a été menée à bien : 1 % seulement des défunts pour l’ensemble des tumulus des Garrigues héraultaises et gardoises (Dedet 1992a : 107 ; 2000a : 178‑180 ; 2000b : 135‑137 ; à paraître a), 1,2 % au Peyrou (Agde, Hérault) au vii s. (Duday 1989), 1,9 % à Las Peyros (Couffoulens, Aude) au vie s. av. J.‑C. (Duday 1981), et une proportion du même ordre au Moulin de Mailhac (Aude) au Bronze final IIIb (Taffanel, Janin 1998 : 320), mais aucun au Camp d’Alba (Réalville, Tarn‑et‑Garonne) au Bronze final IIIb et au début du premier âge du Fer (Janin et al. 1997 : 132). En revanche, on trouve ces très jeunes morts inhumés dans la sphère domestique dans beaucoup d’agglomérations protohistoriques du Languedoc, ensevelis sans offrande ni équipement, le plus souvent individuellement, dans une petite fosse creusée dans le sol des habitations ou à leurs abords immédiats, et sans que celle‑ci ne soit signalée en surface. Et si rituel il y a eu, celui‑ci était sans doute affaibli (Dedet, Schwaller 1990 ; Dedet et al. 1991).

5Sur l’oppidum de Gailhan, dans les Garrigues gardoises, qui est l’agglomération languedocienne où actuellement le phénomène est le plus complètement étudié, on rencontre, dans la seconde moitié du ve s. av. J.‑C., en moyenne deux enterrements d’enfants morts en période périnatale par unité domestique, correspondant chacune à une famille nucléaire, sur une durée de l’ordre du quart de siècle. Cela paraît correspondre au taux de mortalité naturelle que l’on est en droit d’attendre d’une société ancienne pour cette classe d’âge (Dedet 1990d).

6Sur les Grands Causses du Gévaudan, les habitats protohistoriques sont trop mal connus pour que l’on puisse déceler semblables usages. Les rares fouilles effectuées y sont presque toutes anciennes, remontant à une époque où ces restes passaient inaperçus. Et les seules recherches récentes n’ont connu qu’une extension limitée (Puech de Las Cours à Palhers, Lozère, sur un avant‑causse du Sauveterre ; Thomas‑Beeching 1979 ; 1980) ou bien n’ont intéressé que le système défensif (Clapio à Banassac, sur le rebord du Sauveterre ; Fages 2000). Cependant, dans le nord du causse du Larzac tout proche, les recherches dans l’habitat du Puech de Mus à Sainte‑Eulalie‑de‑Cernon (Aveyron) ont permis de mettre au jour sept sépultures d’enfants morts en phase périnatale à l’intérieur ou aux abords immédiats d’un bâtiment de la seconde moitié du ve s. av. J.‑C., ainsi que des os dispersés d’autres individus du même âge (Gruat, Marty 1998 : 15 ; Dedet et al. à paraître). On commence donc à pouvoir soupçonner dans les Grands Causses des coutumes semblables à celles du Languedoc concernant la mort de ces très jeunes individus.

7Le déficit touchant les enfants entre 6 mois et 10 ans est également très important dans les tombes caussenardes et le sort réservé à leur cadavre, pour l’immense majorité d’entre eux que l’on ne trouve pas dans les tombes, nous échappe complètement. La situation est semblable presque partout en Languedoc et en Provence. Certes, au Moulin de Mailhac au Bronze final IIIb, 26,4 % de défunts ont entre 6 mois et 6 ans, et 17,6 % entre 7 et 14 ans, proportions qui peuvent correspondre à la normale dans ce type de société (calculs sur 102 individus d’âge déterminé d’après les chiffres donnés par Taffanel, Janin 1998 : 320). Mais cette exception mise à part, le déficit est le même dans les autres régions proches :
– dans les rumulus des Garrigues, dans la première moitié du premier âge du Fer, les sujets de 6 mois à 10 ans ne comptent que pour 12,7 % du total (Dedet 2000a) ;
– dans les nécropoles du Peyrou à Agde (viie s. av. J.‑C.) et de Las Peyros à Coufifoulens (vie s. av. J.‑C.), la proportion est semblable : environ 15 et 16 % d’infans I et II (soit les enfants morts entre 6 mois et 14 ans ; calculs d’après les données de Duday 1981 ; 1989) ;
– au Camp d’Alba à Réalville (fin du Bronze final IIIb et début du premier âge du Fer), le déficit est même beaucoup plus important (entre 6 mois et 6 ans : 0 %, et entre 7 et 14 ans : 0,6 % ; Janin et al. 1997 : 131‑132).

8Or la majeure partie de ce gros contingent d’enfants que la mort devait emporter, on ne la trouve pas en d’autres lieux, en particulier, à la différence des tout petits, dans les très nombreux habitats protohistoriques qui ont été fouillés dans cette région (Dedet à paraître a). Seule parfois la découverte d’un crâne isolé, à Camp Redon (Lansargues, Hérault) au Bronze final III ou au premier âge du Fer (enfant de moins de 5 ans ; Duday 1985 : 117) ou à Lattes (Hérault) au iiie s. av. J.‑C. (enfant d’environ un an et demi ; Fabre 1990 : 411), peut témoigner de leur présence. Mais s’agit‑il alors véritablement de tombes ? Là encore, la méconnaissance des habitats caussenards ne permet pas d’apporter d’élément sur la question du traitement des morts de moins de 10 ans dans cette région. Cependant, la découverte d’un germe de dent d’un enfant d’environ 5‑6 ans dans l’habitat du ive s. av. J.‑C. du Puech de Las Cours à Palhers, à proximité immédiate du causse de Sauveterre (Dedet, Schwaller 1990 : 148), pourrait indiquer un état proche de celui du Languedoc en ce domaine.

9Ce n’est qu’avec les grands enfants (11‑15 ans) et les adolescents (16‑20 ans) que la proportion des défunts placés dans les tombes des Grands Causses devient à peu près conforme à la courbe de mortalité préjennérienne type : on enregistre normalement les taux de décès les plus faibles entre 10 et 20 ans, une fois surmontés les dangers de la naissance et de la petite enfance, et avant les risques auxquels sont confrontés les adultes. Ainsi, dans l’état brésilien du Paranà au début du xixe s., en milieu rural, les taux de mortalité sont de 1,6 % pour les 10‑15 ans et 2,1 % pour les 15‑20 ans (Henry, Pilatti‑Balhana 1975 : 184) ; et à Genève au xviie s., dans un contexte urbain pourtant favorable à la propagation des maladies infectieuses, ces taux sont respectivement de 2,5 et 2,2 % (Perrenoud 1975 : 230‑231).

10Quant aux adultes, ils forment l’essentiel de la population de ces morts, avec plus de 83 % des individus rencontrés ; mais il n’est pas possible de préciser de manière fiable à quel âge ils sont décédés.

11Il est clair que le « recrutement » de cet ensemble de trépassés déposés dans les tombeaux caussenards traduit d’abord un choix des survivants en fonction de l’âge au décès. Il nous montre que, selon l’âge auquel ils sont morts, tous les individus n’ont pas accès au même type de sépulture. Il nous renvoie l’image d’une société où chaque phase de l’existence, naissance, enfance, adolescence et âge adulte, serait marquée par un changement de statut social. C’est là un schéma classique des sociétés anciennes ou traditionnelles. Et la question qui se pose finalement n’est pas tant l’absence de la très grande majorité des jeunes morts dans ces lieux que la présence de certains d’entre eux au sein de ces monuments. Pourquoi quelques‑uns seulement des enfants de moins de 10 ans bénéficient‑ils d’une sépulture ? Auraient‑ils par exemple hérité, par leur naissance, de certains droits ? On ne peut donner de réponse à ces questions, mais on peut néanmoins tenter de préciser les modalités de ce phénomène.

12Écartons d’emblée le Bronze final pour lequel la documentation disponible est trop réduite pour permettre toute conclusion. En revanche, pour le premier âge du Fer, plusieurs tendances se dégagent qui différencient les rares sépultures de ces jeunes morts, jusqu’à 15 ans, de celles des adultes et adolescents.

13La première tendance se rapporte au traitement du cadavre. Alors que près du tiers (30,2 %) des 43 adultes et adolescents du premier âge du Fer dont les os ont pu être examinés est incinéré, aucun des sept enfants de moins de 15 ans étudiés n’a été brûlé. Seul le Dr Morel, dans une sépulture non datée, du Bronze final ou du premier âge du Fer, signale les « os incinérés » d’un « enfant » (sans précision d’âge) ; toutefois, ce fait n’a pas pu être vérifié.

14Un autre fait est le caractère multiple des sépultures d’enfants. La grande majorité des adultes et adolescents (25 sur 43, soit 58,1 %) bénéficie d’une tombe individuelle, tandis que 18 (soit 41,8 %) admettent à leurs côtés un, ou parfois deux ou trois autres défunts. À l’inverse, 6 enfants de moins de 15 ans sur 7 sont dans des tombes multiples, toujours en compagnie d’un ou plusieurs adultes. Un enfant repose avec un adulte à Combe Sévène 10, Les Conques 1 et Pomeyrol, et avec quatre adultes au Vayssas 1, tandis qu’au Serre de Cabrié 1, ce sont deux enfants qui côtoient un adulte. Une seule tombe d’enfant est individuelle, mais elle est bien particulière. Il ne s’agit pas d’un tumulus comme pour ses semblables, mais d’une grotte‑abri, celle des Arcs de Saint‑Pierre sur le Noir (site no 205), lieu exceptionnel pour une telle fonction à cette époque et dans cette région, nous l’avons vu (cf. supra § 5.1). Au demeurant, c’est une tombe tardive, de la fin du vie ou du ve s. av. J.‑C.

15À l’exception de ce dernier cas, les particularités du traitement de la mort des enfants ne se reflètent pas dans l’architecture des monuments eux‑mêmes. Les tumulus qui accueillent un ou deux enfants, en compagnie d’un ou plusieurs adultes, ne se singularisent pas des autres par leurs dimensions. Sur chacun des causses, les diamètres de ces tertres s’insèrent parfaitement parmi l’ensemble des tombes d’adultes, individuelles ou doubles, dont les cadavres ne sont pas brûlés. Leur construction ne présente pas non plus de tendance particulière, pas plus que l’aménagement de la région sépulcrale (fig. 243).

FIG. 243 – La place des tumulus abritant des enfants parmi les tumulus accueillant un ou plusieurs adultes (tumulus dont le matériel ostéologique a pu être étudié). Le classement est ordonné selon le diamètre, par causse.

16Un autre domaine où la faiblesse de l’échantillon ne permet pas de discerner de tendance est celui du matériel accompagnant les enfants ; s’agissant de tombes multiples, il est souvent impossible de savoir à quel défunt se rapportent les objets (Villeplaine 2, Le Freyssinel XV, Bac II supérieure, Pomeyrol, Combe Sévène 10, Les Conques 1). Dans deux cas cependant, les données observées signalent des usages différents. Le sujet no 3 du Vayssas 1 (site no 20), au tout début du premier âge du Fer, âgé d’environ 10 ans, était paré de deux spirales à cheveux, d’une pendeloque et d’une épingle en bronze. Les tombes individuelles d’adultes des Grands Causses renfermant en moyenne 3,7 objets chacune, l’équipement de cet enfant est conforme à cette moyenne. Quant aux deux enfants (2‑10 ans et 4‑13 ans) du Serre de Cabrié 1 (site no 218), dans la première moitié du premier âge du Fer, ils sont dépourvus de tout objet ayant pu laisser des traces. Mais ce dénuement n’est pas exceptionnel ; il affecte également quelques adultes, comme c’est d’ailleurs le cas du sujet no 2 du même tumulus du Vayssas 1. Et l’exemple de ce monument, où se côtoient au même moment un enfant moyennement équipé, un adulte sans matériel d’accompagnement, et d’autres adultes plus ou moins bien pourvus, montre sans doute que l’âge au décès n’est pas déterminant sur ce plan et que d’autres critères ont dû intervenir.

17Seules trois sépultures peuvent être rapportées à des sujets adolescents, décédés entre 15 et 20 ans. Aucun d’entre eux n’est incinéré, mais tous trois sont dans des situations différentes, ce qui ne permet guère de soupçonner quelque tendance concernant leur traitement. À Combe Sévène 2 (site no 112), à la transition Bronze final/premier âge du Fer, l’adolescent est seul dans sa tombe, mais à Villeplaine 2 (site no 19), au Bronze final ou au premier âge du Fer, il se trouve avec un enfant de 10‑12 ans, tandis que dans le tumulus réutilisé de Dignas (site no 121), au Bronze final IIIb, il est en compagnie d’une jeune femme. Notre connaissance de l’architecture des monuments qui les abrite est très lacunaire, notamment celle des deux tumulus neufs, Combe Sévène 2 et Villeplaine 2. De ce dernier, nous ignorons tout, tandis que pour Combe Sévène 2, seule est signalée une loge bâtie délimitant la région sépulcrale. Et il n’est peut‑être pas anodin de constater que le seul adolescent en tombe individuelle bénéficie d’un tel aménagement, qui ne concerne qu’une minorité d’adultes. Quant au matériel accompagnant ces défunts, seuls Combe Sévène 2 et le tumulus réutilisé de Dignas fournissent des renseignements. L’adolescent de Combe Sévène 2 ne dispose que de morceaux d’une écuelle non tournée incomplète, mobilier modeste si on le compare à la moyenne de celui que possèdent les adultes (3,7 pièces par adulte en tombe individuelle), mais néanmoins fréquent puisqu’il équipe une proportion non négligeable de ceux‑ci. Celui de Dignas n’est muni que d’un bracelet en bronze, en total contraste avec la richesse de la parure de la jeune femme qui gît à ses côtés.

18En définitive, toutes ces différences de traitement entre périnataux, petits enfants, grands enfants, adolescents ou adultes montrent que l’âge au décès est un paramètre de première importance dans le rituel funéraire des Grands Causses. Si les tombes tumulaires d’enfant sont réservées à une minorité jouissant peut‑être d’un privilège héréditaire, elles marquent cependant un certain nombre de particularités par rapport à celles de leurs aînés : cadavres jamais incinérés, jamais déposés seuls sauf exception, matériel d’accompagnement absent ou peu abondant. Ces différences vont dans le sens d’un rituel sans doute amoindri, reflet d’un probable statut propre aux enfants. Le tumulus semble donc en priorité réservé aux adultes et aux adolescents, sans que l’on puisse percevoir, en l’état actuel de la documentation, de différence entre les premiers et les seconds, comme si le statut d’adulte n’attendait pas la maturité biologique de l’individu. Mais tous les adultes et adolescents bénéficient‑ils d’un tumulus ?

8.2 Le tumulus est‑il la marque d’un traitement solennel de la mort ?

19Les tombeaux du Bronze final et du premier âge du Fer fouillés sur les Grands Causses du Gévaudan abritent presque tous un nombre très limité de défunts : 70 % sont des sépultures individuelles, 23 % n’ont accueilli que deux individus et 6 % trois à cinq sujets. Les tertres édifiés au Bronze final ou au premier âge du Fer, surtout, et les monuments à tumulus plus anciens réutilisés alors apparaissent comme le mode architectural de sépulture le plus courant et le plus habituel pour les habitants de cette région. D’autres formules ne laissant pas de traces aussi durables en surface du sol sont aussi attestées, mais de manière tout à fait exceptionnelle : grotte sépulcrale, fosse, enclos à bustum. Mais cette prééminence des tumulus, neufs ou réemployés, était‑elle réelle, ou bien faut‑il envisager l’existence conjointe d’autres modes de sépulture ne laissant pas de vestiges aussi visibles ? Puisque l’examen de l’âge au décès montre que les tombeaux découverts ici sont le signe d’un statut social du trépassé, ceux‑ci ne seraient‑ils pas en fait la marque d’un traitement solennel de la mort, réservé à une partie de la société, non seulement infantile mais aussi adulte ?

20Pour le Bronze final, la réponse est claire. Onze tombes seulement peuvent être rapportées à l’ensemble de cette période : trois au Bronze final II, une au Bronze final II ou IIIa, trois au Bronze final IIIa, deux au Bronze final IIIb et deux au Bronze final IIIa ou IIIb. Cette rareté n’est pas seulement remarquable par rapport au nombre des sépultures connues sur ces mêmes terroirs pour le premier âge du Fer. Elle l’est d’autant plus que les habitats contemporains repérés sont nombreux dans les Grands Causses : un bilan dressé au milieu des années 1980 en comptait trente‑sept au moins pour l’ensemble du Bronze final (vingt pour le Bronze final II, six pour le Bronze final IIIa et un pour le Bronze final IIIb ; Costantini et al. 1985 : 107). Ce sont cependant, pour la plupart, des implantations de faible étendue : quelques dizaines de mètres carrés, soit sans doute une seule unité domestique, pour les sites d’habitat en grotte, qui sont les plus nombreux à avoir été repérés dans cette région ; quelques centaines de mètres carrés pour les habitats de plein air, plus rares (une dizaine cependant sur les causses ou dans les vallées en contrebas), avec un maximum de l’ordre d’un hectare pour celui de Rochefort à Florac au Bronze final IIIa (Dedet 1990 : 411). Il n’empêche que, dans une région et pour des époques où les traces d’habitat ne sont pas rares, le déficit de tombes reconnues est flagrant. Nul doute qu’alors la majorité des défunts n’ont pas bénéficié d’une sépulture laissant des traces durables et perceptibles de nos jours.

21Le premier âge du Fer paraît, au premier abord, mieux loti. Parmi les tombes fouillées, 127 relèvent de cette époque. Mais là encore, s’agissant pour la plupart de tombeaux individuels, ou très rarement doubles ou triples, le nombre de défunts retrouvés paraît très faible compte tenu de l’étendue de pays concernée, 1 250 km2 environ, et aussi de la quantité d’habitats attestés. Ces derniers sont en effet aussi nombreux qu’au Bronze final, et, pour la plupart, possèdent des superficies plus vastes. Plusieurs d’entre eux ont fait l’objet de recherches permettant de les dater. Ce peut être des habitations isolées, comme celle de Caousou Viel 1 au ve s. sur le plateau des Bondons ; ce peut être aussi des groupements plus ou moins importants, apparemment non retranchés, de maisons à poteaux porteurs : butte de Séverac‑le‑Château, au Bronze final IIIb et au premier âge du Fer ; Puech de Las Cours (Palhers), sur une butte détachée du Sauveterre, au début du premier âge du Fer et au ive s. av. J.‑C. ; Les Conques (Mas‑Saint‑Chély), Larquet (La Malène) et Saubert (Hures‑la‑Parade), sur le Méjan, au vie s. av. J.‑C. ; et Aures (Gatuzières), sur le même causse au siècle suivant. On a aussi affaire à des agglomérations entourées d’une enceinte, comme Clapio (Banassac), au viie s. av. J.‑C., et Le Truc de Roussac (Sainte‑Énimie), au premier âge du Fer, sur le Sauveterre, ou encore La Rode (Hures‑la‑Parade), sur le Méjan, à partir du vie s. av. J.‑C. Une vingtaine d’autres sites entourés d’une enceinte ont été repérés, mais leur chronologie n’est pas encore assurée (Fages 2000). On a donc le sentiment d’un déficit de tombes, mais on ignore évidemment le nombre de celles qui ont été détruites ou qui restent à découvrir, de même que notre connaissance des habitats demeure encore très lacunaire. Cette impression peut cependant être quelque peu précisée pour le causse Méjan.

22En effet, ce causse a fait l’objet d’une prospection au sol systématique dans les années 1950 par Michel Lorblanchet, qui en a fourni une relation circonstanciée (Lorblanchet 1960). Sur les 330 km2 de ce plateau, ce chercheur a repéré 302 tertres pouvant correspondre à des tumulus, soit une densité proche d’un « tumulus » par kilomètre carré. Un approfondissement de l’enquête dans la région d’Anilhac (communes de La Malène et de Saint‑Chély‑du‑Tarn) a permis de comptabiliser 41 tertres (tumulus ?) disséminés sur environ 40 km2, soit une densité semblable (Fages, Lorblanchet 1964 : 5). Bien entendu, il ne s’agit que de tumulus possibles, et comme le souligne l’auteur de l’enquête, « l’identification d’un tumulus fait quelquefois partie des hypothèses lorsqu’elle n’est pas basée sur une fouille » (Lorblanchet 1960 : 19) ; de plus, des tumulus sont édifiés dans cette région dès le Chalcolithique et durant les âges du Bronze. Ces deux éléments tendent donc à réduire le nombre de monuments pour le premier âge du Fer.

23Mais même en considérant, par hypothèse, que tous ces tertres abritent un, et parfois deux ou trois individus uniquement du premier âge du Fer, la densité de population dont ils témoigneraient serait très faible : en tout, 300 à 350 personnes auraient pu s’échelonner sur une durée de l’ordre de deux siècles à deux siècles et demi. Si, pour cette population, on admet une durée de vie moyenne de 25 ans (chiffre donné pour les campagnes françaises sous Louis XIV), on obtient trente à trente‑cinq personnes vivant simultanément dans ce secteur, soit 0,1 habitant au kilomètre carré. Mais comme nous avons affaire, dans leur immense majorité, à des individus ayant dépassé l’enfance, donc ayant une durée de vie moyenne beaucoup plus élevée, nous devons doubler ce chiffre, soit 0,2 habitant par kilomètre carré ; mais cela reste encore fort modeste.

24Certes, toute estimation à partir d’un tel ensemble de tombes est sujette à caution : la durée précise d’utilisation des nécropoles est impossible à apprécier correctement ; on ne connaît évidemment pas tous les tumulus, un certain nombre d’entre eux ayant dû disparaître depuis l’Antiquité ou restant encore à découvrir. Mais même en doublant le nombre de tombes repérées et celui des individus, nous n’atteindrions guère qu’une centaine de personnes vivant sur ce territoire de 330 km2 de superficie. Dans ces conditions, ne conviendrait‑il pas d’imaginer une population plus nombreuse au sein de laquelle le dépôt des morts sous tumulus ne constituerait qu’une formule funéraire réservée à une part des individus parmi d’autres procédés laissant des traces moins visibles ou moins durables ? Étant donné la pérennité de ces vestiges qui marquent le paysage jusqu’à nos jours, le tumulus pourrait ainsi refléter, sur les Grands Causses du Gévaudan au premier âge du Fer comme au Bronze final, un traitement solennel de la mort, ainsi que cela a déjà été remarqué dans les Garrigues du Languedoc oriental (Dedet 2000a).

8.3 Sexe et pratiques funéraires

8.3.1 Le sexe anthropologique

25Sur cette population des Grands Causses du Gévaudan la diagnose sexuelle, envisageable seulement, et sauf exception, pour les adultes et les adolescents, n’a pu être effectuée que pour 22 des 67 défunts dont les os ont été examinés. Pour cette détermination, en effet, nous n’avons retenu que le critère le plus sûr, celui de la forme de la grande échancrure sciatique, de la surface auriculaire et de la gouttière rétro‑auriculaire des os coxaux. Or dans le cas des incinérations, l’extrême fragmentation des pièces osseuses interdit toute observation de cet élément. Et pour les morts non incinérés, les coxaux ont souvent beaucoup souffert du mode de dépôt des corps sous des pierres, et sont rarement suffisamment conservés pour permettre cette reconnaissance.

26Nous ne pouvons donc appréhender le « sexe anthropologique » que de dix hommes, un adolescent, neuf femmes, une adolescente et, fait très rare chez les grands enfants, une fille d’environ 10 ans (cf supra ş 6.3.1). Mais cette base s’éparpille sur un vaste territoire, les causses de Sauveterre, Méjan et Noir, et durant un long laps de temps, du Bronze final IIIa à la fin du viie ou du vie s. av. J.‑C. Elle est bien évidemment trop faible pour que l’on en tire des conclusions concernant l’accès des deux sexes aux tumulus et d’éventuelles différences dans les pratiques funéraires, tant au niveau du matériel d’accompagnement que sur le plan des dimensions et de la morphologie du tombeau. On en jugera néanmoins sur deux points précis : la représentation générale des hommes et des femmes, et le matériel accompagnant ces morts.

27La répartition des 22 sujets dont le sexe anthropologique est connu donne certes une impression d’équilibre : autant d’hommes que de femmes auraient accès au monument tumulaire. Cet équilibre paraît concerner tous les Grands Causses puisque l’on remarque sept hommes, un adolescent masculin, six femmes, un adolescent féminin et une fille sur le Sauveterre, deux hommes et deux femmes sur le Méjan, un homme et une femme sur le Noir. Et cette population est bien répartie du Bronze final IIIa à la fin du premier âge du Fer, indice possible d’une absence de variations chronologiques.

28Le matériel accompagnant ces défunts se distribue de la manière suivante.

Sujets masculins

Hommes

29– Combelongue 1 (site no 7), sujet no 1 : un gobelet ;
– Le Crès II (site no 9) : une coupe ;
– Vayssas 1 (site no 20), sujet no 4 : une coupe, une urne ;
– Vayssas 1 (site no 20), sujet no 5 : une coupe, une spirale à cheveux ;
– Combe Sévène 1 (site no 111) : une coupe, un rasoir, un bracelet, une trousse de toilette, un aiguisoir ;
– Combe Sévène 10 (site no 115) : tessons de cinq à huit vases dont deux coupes ;
– Les Lacs III (site no 142) : une coupe ;
– Moulin à Vent du Pradal (site no 161) : tessons de trois vases dont une coupe, un bracelet ;
– Chamblon A8 (site no 197) : tessons de deux vases, un bracelet ;
– Serre de Cabrié 5 (site no 222) : une coupe.

Adolescent

30– Tumulus réutilisé de Dignas (site no 121), sujet no 2 : un bracelet.

Sujets féminins

Femmes

31– Roumagnac 6 (site no 15), sujet no 1 : une urne, une pendeloque, une spirale à cheveux ;
– Villeplaine 1 (site no 18) : deux coupes, un torque, trois spirales à cheveux ;
– Vayssas 1 (site no 20), sujet no 1 : une coupe, un torque, une épingle, deux bracelets, une fusaïole ;
– Vayssas 1 (site no 20), sujet no 2 : pas d’objets d’équipement ou d’accompagnement ;
– Combe Sévène 3 (site no 113) : une urne, un scalptorium, un anneau ;
– tumulus réutilisé de Dignas (site no 121), sujet no 1 : une résille de tête (56 éléments), un collier (65 éléments), un bracelet de perles ;
– Drigas 2 (site no 177) : tessons de six vases dont une coupe et deux urnes ;
– Chamblon A2 (site no 192) : une urne, un gobelet, une coupe, un bracelet ;
– Serre de Cabrié 3 (site no 220) : tessons de trois urnes et une coupe.

Adolescente

32– Combe Sévène 2 (site no 112) : une coupe.

Fille (environ 10 ans)

33– Vayssas 1 (site no 20), sujet no 3 : deux spirales à cheveux, un collier de perles, une épingle.

34Cette base est bien évidemment trop faible pour que l’on en tire une quelconque conclusion concernant la composition du matériel d’accompagnement du mort en fonction de son sexe, d’autant que, sur ces vingt‑deux sujets, six hommes (Combelongue 1, sujet no 4 du Vayssas 1, Le Crès II, Combe Sévène 10, Les Lacs III et Serre de Cabrié 5) et trois femmes ou adolescentes (Drigas 2, Serre de Cabrié 3 et Combe Sévène 2) disposent uniquement de tessons de vases de mêmes types, et qu’une femme (sujet no 2 du Vayssas 1) est complètement dépourvue de tout objet.

8.3.2 Discrimination sexuelle par le mobilier

35Cette question mérite également d’être abordée en recherchant s’il existe, dans les tombes individuelles, des catégories de mobilier s’excluant les unes les autres, et en confrontant ces résultats aux données anthropologiques sûres (diagnoses sexuelles sur les coxaux) et aux indications beaucoup moins précises que fournit le degré de robustesse des os. Robustesse ou gracilité des os d’adultes ne constituent pas des critères discriminants sûrs pour la détermination du sexe. Toutefois, un squelette très robuste a plus de chance de correspondre à un homme et des os graciles d’appartenir à une femme, et pour ce qui concerne la population des Grands Causses, peu nombreuse, ce sont là des indices non négligeables.

36Pour mettre en évidence des groupes de tombes individuelles aux objets spécifiques, j’ai utilisé la méthode des matrices graphiques ordonnables élaborée par J. Bertin. La réalisation d’une matrice globale prenant en compte la totalité des éléments du matériel d’accompagnement ainsi que l’ensemble des défunts, incinérés ou non, s’est révélée inopérante. Les diverses formes et décors de vases non tournés et les différentes espèces de faune empêchent que des groupes ne se dégagent. Certaines tombes à incinération contribuent à brouiller les résultats. Ce dernier point peut s’expliquer aisément. Les dénombrements d’individus par tombe, effectués selon la méthode de la présence de doublets dans un même lot d’os ou de pièces incompatibles entre elles par leur morphologie, ne correspondent évidemment qu’à des minima. En effet, un certain nombre de tombes à incinération considérées comme individuelles pourraient être des tombes multiples non signalées par des doublets. Pour cerner et limiter ces inconvénients, il est donc nécessaire d’établir des matrices partielles concernant les défunts non incinérés d’une part, et les incinérés d’autre part, et de ne prendre en compte que les pièces de parure, d’habillement, les ustensiles, la vaisselle métallique, les outils et les armes.

La matrice des défunts non incinérés

37La matrice graphique ordonnée concernant les morts non brûlés permet d’individualiser trois groupes (tabl. xlviii) : deux, A et B, dont les objets s’excluent totalement, et un, C, associant des objets de A et de B.

TABL. XLVIII – Matrice ordonnée du mobilier des tumulus à défunt non incinéré.

38● Le groupe A compte onze défunts accompagnés d’un ou plusieurs des objets suivants :
– scalptorium,
– résille de tête,
– collier complexe,
– bracelet de perles,
– fusaïole,
– parure de deux bracelets métalliques ou plus,
– torque,
– collier simple (une à trois perles),
– spirale à cheveux,
– épingle.

39Lorsque le sexe anthropologique a pu être déterminé, ce qui est le cas pour six individus, il apparaît que ces sujets sont féminins ; aucun défunt masculin ni même robuste n’est attesté.

40● Le groupe B comprend vingt‑huit morts qui sont pourvus d’une ou plusieurs des pièces suivantes :
– parure d’un unique bracelet métallique,
– un vase métallique,
– une épée ou un poignard,
– deux anneaux et plus,
– une fibule,
– un couteau,
– un ustensile en pierre (meule, aiguisoir, percuteur),
– un rasoir,
– une trousse de toilette,
– une bague.

41D’après les données anthropologiques disponibles, quatre de ces sujets sont de sexe masculin et cinq autres des adultes robustes. On trouve également un individu féminin, celui de Chamblon A2, mais équipé d’un seul objet du groupe B, le bracelet unique : s’agit‑il d’une anomalie au milieu de ces défunts masculins ou robustes, d’une question de conservation du matériel ferreux (car ce bracelet est en fer, et de plus il est incomplet), voire d’un problème de fouille (celle‑ci est relativement ancienne : 1936) ?

42● Le groupe C, fort de trois tombes, associe des objets de A (collier simple, épingle) et de B (parure de bracelet unique, vase métallique, fibule). Pour deux des sites qui le composent, L’Aumède Basse et Bac VII, le matériel osseux n’a pas pu être examiné. Peut‑être comprenait‑il en fait les restes de deux individus chacun, non discernés par le fouilleur ? Le problème reste entier pour le troisième, qu’on pourrait considérer comme une anomalie : Pomeyrol (adulte de sexe non déterminé accompagné d’un objet du groupe A, l’épingle, et d’un du groupe B, la fibule ; mais ce tumulus a aussi procuré des restes d’un fœtus).

La matrice des défunts incinérés

43Pour sa part, la matrice graphique ordonnée des sépultures à incinération permet d’individualiser deux groupes, A et B (tabl. xlix).

TABL. XLIX – Matrice ordonnée du mobilier des tumulus à défunt incinéré.

44● Dans le groupe A, fort de six tombes, on trouve les objets suivants :
– ceinture sur laquelle sont fixés de nombreux anneaux,
– parure de deux bracelets métalliques ou plus,
– une ou plusieurs armilles,
– un pendant d’oreille,
– une fibule.

45● Le groupe B, qui comprend cinq tombes, présente les pièces suivantes :
– collier simple (une à trois perles) ;
– bague,
– parure d’un unique bracelet métallique,
– un couteau,
– une épée ou un poignard,
– un vase métallique.

46Ces deux groupes de tombes sont globalement superposables aux groupes A et B des défunts non incinérés, à deux exceptions près : la fibule du Dévois de Villeneuve 1 dans le groupe A des incinérés, alors que, pour les non‑incinérés, toutes les fibules se trouvent dans les groupes B et C ; et, à l’inverse, le collier simple du Bac I dans le groupe B des incinérés, tandis qu’il ne figure que dans les groupes A et C des non‑incinérés. Mais ces deux tombes abritaient peut‑être deux sujets ou plus chacune. Les os du Bac I n’ont pas pu être étudiés, et au Dévois de Villeneuve 1, on n’a pu constater que l’absence de doublon.

8.3.3 Des femmes et des hommes

47Qu’il s’agisse des morts non incinérés comme des incinérés, on pourrait donc proposer de voir dans le groupe A des tombes d’individus de sexe féminin et dans le groupe B des sépultures de sujets de sexe masculin, distinction fortement raffermie par les données anthropologiques concernant le sexe, lorsque les défunts ne sont pas brûlés. L’équipement des morts du groupe A (féminin ?) comprend un ou plusieurs des éléments suivants : le torque, le collier composé d’un grand nombre d’éléments, mais aussi le collier simple de deux ou trois perles, la résille de tête richement ornée, ou les spirales à cheveux, la parure d’au moins deux bracelets métalliques, le bracelet de perles, la ceinture à anneaux multiples, l’épingle, et, au niveau des ustensiles, le scalptorium et surtout la fusaïole servant au filage de la laine, activité traditionnellement considérée comme féminine. Celui du groupe B (masculin ?) inclut une parure limitée au bracelet unique et à la bague, une arme (épée ou poignard), des objets tranchants, couteau ou rasoir, la trousse de toilette, pour ce qui est des ustensiles, le percuteur ou l’aiguisoir en pierre, et en biens de prestige, la vaisselle métallique.

48Entre ces deux ensembles, aucune différence significative dans l’architecture du tumulus ne peut être notée. Certes, le diamètre moyen des tertres abritant des défunts non incinérés est plus élevé dans le groupe A sur le Sauveterre, seul documenté sur ce plan (12,3 m), que dans le groupe B, aussi bien pour ce qui concerne le Sauveterre (11,15 m), que le Méjan (11,2 m) ou l’exemplaire unique des Bondons (9,2 m) (fig. 244). En revanche, l’inverse se produit chez les incinérés : sur le Sauveterre, le diamètre moyen dans le groupe A est plus faible (10,5 m) que dans le groupe B (12,1 m). Mais ces comparaisons n’agissant pas sur les mêmes ensembles de tombes, on se gardera de toute interprétation hâtive de ces différences, d’autant que l’exemple des Garrigues languedociennes a montré que les diamètres moyens des tertres pouvaient varier d’une nécropole à une autre (Dedet 2000a).

FIG. 244 – Comparaison des diamètres des tumulus des groupes A et B.

49Par ailleurs, dans l’un comme dans l’autre de ces deux groupes, la zone sépulcrale est presque aussi rarement délimitée ou bâtie. Quatre sur onze tumulus dans le groupe A, soit environ le tiers, et six sur vingt‑sept dans le groupe B des non‑incinérés, soit environ le quart, possèdent une loge, une logette, un coffre ou un caisson.

50Mais ces deux groupes sont toutefois numériquement déséquilibrés, 16 pour les groupes A, incinérés et non‑incinérés, et 33 pour les groupes B, incinérés et non‑incinérés. Par ailleurs, ces deux ensembles ne représentent que la moitié des 96 adultes et adolescents étudiés ou signalés au total sur les Grands Causses du Gévaudan. Deux constatations s’imposent donc, si les sériations A et B correspondent bien respectivement aux femmes et aux hommes.

51D’une part, le dépôt d’objets symbolisant l’un et l’autre sexe n’est pas une règle. Une moitié des adultes et des adolescents serait mise au tombeau sans ces signes, ou du moins, pour cette moitié‑là, la discrimination sexuelle ne se laisserait pas saisir à ce niveau. Rappelons d’ailleurs ici les six individus masculins et les quatre féminins, d’après l’examen anthropologique, dont l’accompagnement n’est constitué que de tessons d’urnes ou de coupes non tournées, sans différence aucune en fonction du sexe, ainsi que la femme du Vayssas 1 (sujet no 2) dépourvue de tout équipement ou mobilier.

52Par ailleurs, le dépôt dans la sépulture d’objets différents en fonction du sexe serait plus fréquent pour les hommes que pour les femmes.

8.4 Des défunts particuliers

53Nous l’avons vu, le mobilier déposé auprès des trépassés caussenards n’est pas standardisé, et, en général, il est très limité en nombre. La moyenne s’établit à 3,7 objets par individu adulte. Toutefois, sur l’ensemble de cette population, quelques défunts ressortent particulièrement, dans un sens ou dans l’autre, soit par la nature et/ou la quantité du matériel qui est déposé avec eux, soit par l’absence de tout accompagnement. Malheureusement l’éparpillement géographique et topographique des tombeaux, qu’on ne peut appréhender par nécropoles ou par rassemblements, ne permet pas une approche précise de la structuration des groupes humains protohistoriques vivant sur les Grands Causses du Gévaudan. Tout au plus pourrons‑nous isoler ces morts particuliers par période.

8.4.1 Le Bronze final

54Sur les onze tombes et défunts avérés qui s’échelonnent du Bronze final IIb au Bronze final IIIb, deux ressortent particulièrement.

55Tout d’abord, au Bronze final IIIa, le défunt incinéré (ou la défunte ?) du Freyssinel IV (site no 22) que l’on a accompagné de deux urnes complètes et de trente‑trois dents de cheval. Si le dépôt des deux vases est banal, celui des dents de cheval est en revanche tout à fait exceptionnel au Bronze final dans tout le sud de la France. Seule une sépulture de la phase ancienne, Bronze final IIIb, de la nécropole du Moulin à Mailhac, la tombe no 220, a livré une dent de cheval, à l’exclusion de tout autre élément de cet animal (Taffanel, Janin 1998 : 181, 338).

  • 2 En attendant l’étude détaillée du Grand Bassin I de Mailhac, sous la direction d’O. et J. Taffanel (...)

56Et par la suite, au cours de l’âge du Fer, le cheval reste extrêmement discret dans les tombes. Il peut encore apparaître sous la forme de dents ou d’os isolés : des dents d’équidés (mais peut‑être un âne ?) dans la tombe 150 du Peyrou à Agde au viie s. av. J.‑C. (Columeau 1989 : 477) ; une dent de cheval incinérée dans la tombe 1 de Gros Ped aux Arcs‑sur‑Argens, Var, au vie s. av. J.‑C. (Bérato et al. 1991 : 127‑ 129) ; un morceau de phalange dans la tombe 248 de Saint‑Julien de Pézenas à la fin du viie s. av. J.‑C. (Gardeisen 1995a). Mais on le trouve aussi sous la forme de dépôt moins symbolique. Au vie s. av. J.‑C., le tumulus 1 du Frau à Cazals (Tarn‑et‑Garonne) renfermait un squelette complet, et la tombe 7 de la même nécropole, un avant‑train. Complet, on le rencontre également harnaché, signant l’existence d’un cavalier, dans le tumulus 3 de Chabestan, dans les Hautes‑Alpes, à la fin du viie ou au vie s. av. J.‑C. (Courtois 1968 : 99‑106), tandis que dans chacune des sépultures 68 et 99 du Grand Bassin I de Mailhac, aux viiieviie s. av. J.‑C., on avait déposé les éléments de harnachement d’un cheval, à l’exclusion de toute pièce osseuse de cet animal (Taffanel 1962)2.

57Si le cheval harnaché du premier âge du Fer, trahissant désormais une fonction de monture, possède sans conteste un rôle de prestige qui peut s’étendre au dépôt des restes partiels de cet animal dans la tombe, qu’en est‑il de la présence de dents au Bronze final IIIa dans une tombe des Grands Causses ? Le rôle de cet animal dans la société caussenarde de cette époque est parfaitement méconnu, aussi bien en ce qui concerne l’alimentation, que l’utilisation comme animal de trait ou comme monture.

  • 3 Même absence également dans le seul habitat provençal du Bronze final IIIa dont la faune a été étud (...)

58Le cheval n’est en effet pas présent dans les déchets culinaires du seul habitat du Bronze final III des Grands Causses qui ait fait l’objet d’une étude faunistique, Rochefort à Florac, sur le rebord du Méjan, mais il est vrai que le nombre de restes identifiés est trop faible pour autoriser toute conclusion sûre (Columeau 1985a). Les données que fournit le Languedoc voisin à ce sujet sont contradictoires. En Languedoc oriental au Bronze final IIIa, le cheval est absent de tous les spectres fauniques connus à ce jour, de ceux des habitats des rivages de l’étang de Mauguio (Columeau 1985b : 124) et de celui de la grotte de Castelvielh I à Sainte‑Anastasie, dans les Garrigues gardoises (Dedet, Pène 1991 : 115‑118, étude d’A. Gardeisen)3. Il n’apparaît qu’au Bronze final IIIb, modestement sur les mêmes sites du bord de la lagune de Mauguio (8,6 % du total en poids de viande), et en plus grande quantité (14 à 16 % du total) en Vaunage à Roque de Viou (Columeau 1985b : 128). En revanche, au Laouret (Floure, Aude), en Languedoc occidental, le cheval est bien attesté au Bronze final IIIa où il assure 34 % de l’alimentation carnée. Sur ce site, la structure d’abattage indique une double utilisation, pour le travail et pour la viande (Vigne 1986 : 207, 213). On le rencontre également à la même époque dans l’habitat du Baous de la Salle à Bize, Aude (Guilaine et al. 1986 : 262). Plus tard, au Bronze final IIIb, dans la même région, à Carsac (Carcassonne), cet animal a la même importance (Vigne 1986 : 237).

59Dans le sud de la France, la fonction d’animal de trait n’est prouvée qu’à partir du Bronze final IIIb. Les représentations gravées sur céramique du domaine mailhacien I la montrent bien à cette époque, de même qu’un mors provenant de Carsac (Guilaine et al. 1986 : 50, fig. 14, no 2). Mais le rôle de monture n’est pas attesté avant le premier âge du Fer et dans l’iconographie du Mailhacien I, le cheval n’apparaît jamais enfourché par un cavalier.

60Si donc les dents de cheval du Freyssinel IV constituent un dépôt remarquable, l’interprétation de ce geste reste obscure. Signale‑t‑il la tombe d’un cavalier ? On peut en douter vu le contexte régional. Ou bien est‑il la marque plus simplement d’un possesseur de cheval ? À moins que ces vestiges aient une autre valeur symbolique, du genre cheval psychopompe bien connu chez les peuples indo‑européens et méditerranéens, ou cheval de la mort, présage de mort, qui abonde de l’Antiquité grecque au Moyen Âge et s’étend à tout le folklore européen (Chevalier, Gheerbrant 1973 : 351‑ 355). On notera à ce propos que la légende du Drac, beau coursier qui invite les vivants à une chevauchée avant de les précipiter dans le vide des gorges de la Jonte, est attestée encore au début du siècle à Veyreau, sur le causse Noir (Bloch, Frayssenge 1994 : 159‑160).

61Dans le tumulus réutilisé de Dignas (site no 121), au Bronze final IIIb, c’est une jeune femme que l’on a cherché à mettre en valeur par une parure abondante et tout à fait exceptionnelle dans la région. Cette défunte était en effet coiffée d’une résille de tête richement parée de cinquante‑quatre éléments en bronze, dont certains décorés au repoussé ou ornés de ciselures, maintenue par une épingle en bronze ; elle portait un opulent collier de soixante‑quatre pièces, en bronze pour la plupart d’entre elles, mais aussi en jayet pour l’une, en ambre pour trois autres et en argent pour une dernière ; et son poignet s’ornait d’un bracelet fait de onze perles en bronze. Cette richesse traduit sans doute un rôle social supérieur, privilège qui, dans ce cas, ne saurait provenir de l’âge puisque cette femme n’avait guère plus de 25 ans. En outre, la présence, aux côtés de la morte, du corps d’un adolescent d’une quinzaine d’années, paré d’un seul bracelet, enseveli en même temps qu’elle, pose d’autres questions d’ordre social. Plutôt qu’un lien de parenté ou d’alliance, ne faudrait‑il pas voir ici, grâce au contraste dans les équipements, l’indice d’une relation de dépendance entre les deux individus ?

8.4.2 De la transition Bronze final/premier âge du Fer au ve s. av. J.‑C.

62De tels rapports sociaux hiérarchisés, la documentation, plus abondante, les marque bien à partir de la transition Bronze final/premier âge du Fer. Plusieurs séries de sépultures contemporaines ou chronologiquement décalées sont à cet égard significatives et ressortent nettement de l’ensemble caussenard : des tombes à torque, à la transition Bronze final/premier âge du Fer et au tout début du premier âge du Fer, des tombes à épée ou poignard, essentiellement datables de la première moitié du premier âge du Fer, et des tombes à parure surabondante ou en métal précieux, argent ou or, que l’on peut rapporter à la première comme à la seconde moitié du premier âge du Fer. Par ailleurs, la tombe de groupe du Vayssas 1, près de Séverac‑le‑Château, permet de soupçonner la complexité de ces relations (fig. 245, 246, 247).

FIG. 245 – Quelques exemples de tombes caussenardes « normales » du premier âge du Fer. 1 Combe Sévène 2 ; 2 Serre de Cabrié 3 ; 3 Serre de Cabrié 2 ; 4 Combes de L’Aumède Haute ; 5 Chamblon A7 ; 6 Le Freyssinel XVII ; 7 Combe Sévène 4 ; 8 Chamblon A2 ; 9 Combe Sévène 1 ; 10 Gargo 1.

FIG. 246 – Quelques exemples de tombes à arme et coupe métallique (1 à 4), une tombe à arme, sans vaisselle métallique (5), et une tombe à torque (6), du premier âge du Fer ; 1 col de La Vache ; 2 Aven Armand 1 ; 3 Rasiguette ; 4 Roumagnac 1 ; 5 Charn des Bondons 1 ; 6 Villeplaine 1.

FIG. 247 – Deux exemples de tombes caussenardes du premier âge du Fer à parure surabondante. 1 Dévois de Villeneuve 1 ; 2 Champ Rond.

8.4.2.1 Les tombes à torque

63Seules deux sépultures à défunt pourvu d’un torque sont sûrement attestées dans la région prise en compte, toutes deux à une époque ancienne, la transition Bronze final/premier âge du Fer et le début du premier âge du Fer, et dans le même pays, le Sévéragais : Villeplaine 1 et le sujet no 1 du Vayssas 1. Dans les deux cas, d’après l’étude ostéologique, il s’agit d’une femme, très probablement d’âge mûr. Celle du Vayssas I, comme nous le verrons ci‑dessous, paraît nettement prééminente au sein du groupe des cinq morts que renfermait le tombeau. Quant à la défunte de Villeplaine 1, le caractère exceptionnel de la décoration de la coupe non tournée qui l’accompagnait, pourrait laisser présager quelqu’un également insigne ou particulier. Outre la confirmation du rôle d’ornement féminin que joue le torque à cette époque ancienne –alors qu’à partir du iiie s. av. J.‑C., cet objet devient l’attribut de certains guerriers (Eluère 1987b : 165‑168)– nous avons là sans doute aussi la manifestation d’une position prépondérante de certaines femmes dans la société, du moins dans le secteur de Séverac‑le‑Château.

8.4.2.2 Les tombes à épée ou poignard

64On connaît neuf sépultures qui ont livré une arme de poing, sur soixante‑quatre tombes dont le matériel a été étudié, soit une proportion de 14 %. Chacune contenait soit une épée en bronze du type de Gündlingen, avec sa bouterolle (Rocherousse), soit une grande épée en fer (Roumagnac 1, Le Freyssinel VIII, Le Freyssinel XII, Cham des Bondons 1, Les Bondons I, Aven Armand 1 et Rasiguette), soit une épée ou un poignard en fer, objet que le mauvais état de conservation ne permet pas de mieux définir (col de La Vache). À l’exception de cette dernière dont on ne peut préciser la datation à l’intérieur du premier âge du Fer, ces sépultures se placent au tout début du premier âge du Fer (Rocherousse, Le Freyssinel XII, Cham des Bondons 1, Rasiguette), ou du moins dans la première moitié du premier âge du Fer (Roumagnac 1, Le Freyssinel VIII, Les Bondons I, Aven Armand 1). À ce lot, il convient d’ajouter trois autres tumulus signalés par le Dr Prunières, mais dont le matériel a disparu et ne peut être caractérisé ni daté (Prunières 1883 : 637‑638) : Brousse 6 (« épée de fer »), Laval 10 (« poignard de fer ») et midi de Saint‑Georges 16 (« un beau poignard en bronze et un tronçon de large épée en bronze » ; mais ces deux objets proviennent‑ils bien du même tumulus, « fouillé par un paysan » et non par le Dr Prunières lui‑même ?).

65À côté de ces armes, on remarque dans quatre cas la présence d’une ou deux coupes en tôle de bronze (Roumagnac 1, col de La Vache, Rasiguette : une coupe ; Aven Armand 1 : deux coupes). Mais dans toutes ces tombes, le reste du matériel associé est fort modeste ; il ne comprend guère que des tessons d’un à trois vases non tournés, urnes et/ou coupes, et Aven Armand 1, Laval 10 et midi de Saint‑Georges 16 sont même dépourvus de tels vestiges (cependant, s’agissant de fouilles anciennes, la présence de ceux‑ci a fort bien pu ne pas être notée). Le couteau du Freyssinel VIII et le rasoir des Bondons I font figure d’exceptions.

66Ces armes accompagnent des adultes, et si nous n’avons pas de données anthropologiques permettant d’affirmer qu’il s’agit d’hommes, trois des quatre sujets qui ont pu être examinés sont robustes, et le dernier n’est pas gracile.

67L’équipement de ces individus ne correspond pas à une panoplie de guerrier élaborée : pas d’armes de jet ni d’armes défensives, ni casque, cuirasse ou cnémide, seule cette épée qui est parfois simplement complétée par son fourreau, dont on a retrouvé la bouterolle en bronze (Rocherousse, Rasiguette) ou des traces de tissus (Cham des Bondons 1), et par une pierre dure qui a peut‑être servi à son affûtage (Rocherousse et Cham des Bondons 1). Sans doute avons‑nous là le reflet du caractère sommaire de l’armement du caussenard du début du premier âge du Fer, lorsque les circonstances inclinaient au combat. Et on peut d’ailleurs se poser la question de savoir si tous les hommes, quand cette situation se présentait, disposaient d’une telle épée ?

68En effet, si l’on considère que ces tombes sont bien celles d’hommes, on remarquera que tous les hommes ne sont pas mis au tombeau avec cette arme. Aucun des onze sujets masculins dont le sexe a pu être déterminé par l’anthropologie n’est pourvu d’une telle épée ou poignard, et dans le groupe B des matrices ordonnées, sur trente‑trois individus, incinérés ou non, seuls sept sont armés d’une épée.

69Ces sépultures à arme ne sont pas seulement rares ; elles se répartissent aussi de manière relativement équilibrée sur l’ensemble de la région prise en compte (fig. 248). Aucune concentration n’apparaît, ni, à l’inverse, de vide trop important, sauf peut‑être dans la partie septentrionale du Méjan. Au contraire c’est plutôt un semis relativement homogène qui se dégage de cette distribution. Rareté et densité relativement régulière sont peut‑être les indices de tombes d’individus prééminents, voire de petits chefs locaux, plutôt que de simples hommes armés.

FIG. 248 – Situation des tombes à arme(s) (épée ou poignard), à parure surabondante ou à parure en métal précieux.

  • 4 Dinas 9 (site no 117) a cependant livré, selon le Dr Prunières « deux pointes de javelot à douille  (...)

70Le rôle prépondérant de ces personnages paraît souligné par l’association fréquente, sinon systématique, dans la partie méridionale des Grands Causses jusqu’en Sévéragais, de l’arme et de la coupe hémisphérique en tôle de bronze (fig. 248), d’autant que rares sont les sépultures ayant livré un tel récipient non accompagné d’une épée ou d’un poignard (Dinas 9 et Mallet 29)4. Ce vase est lié au service de la boisson, puisoir et/ou coupe à boire. À Mallet 29, il a été trouvé « déposé comme une coupe à boire à l’intérieur d’un vase noir en terre fine » (Fruitières 1887 : 703). Certes, le vase à boire figure dans de très nombreuses tombes caussenardes, mais en règle générale, c’est une simple coupe en céramique non tournée, d’ailleurs le plus souvent incomplète, sous forme de fragments. La rareté des coupes métalliques accroît donc la signification symbolique de leur dépôt.

71La datation haute de la plupart de ces objets (fin du viiie ou viie s. av. J.‑C.), empêche d’y voir des importations transméditerranéennes par la côte provençale ou languedocienne, car les premiers contacts des navigateurs étrusques ou grecs sur ce littoral ne sont pas antérieurs à la seconde moitié du viie s., et qu’aucune céramique coloniale ou grecque d’Occident ne franchit les Cévennes avant la fin du vie s. (Dedet 1990c : 90‑91). Mais de tels récipients sont par ailleurs connus dans le domaine hallstattien, par exemple dans les rumulus du Monceau‑Milon et du Monceau‑Laurent à Magny‑Lambert, en Côte‑d’Or, datés également de la première moitié du premier âge du Fer (Henry 1933 : 44, fig. 13, 73, 146, 147). Et des relations entre Grands Causses et secteur nord‑alpin existaient déjà au Bronze final IIIa ou IIIb, comme le montre la présence des six tasses en bronze de type de Fuchsstadt ou de Kirken‑drup dans le dépôt de Carnac sur le Méjan (Millotte 1959). Cependant, on ignore si ces coupes hémisphériques ont été fabriquées dans ce domaine ou bien en Étrurie ou dans le Caput Adriae, à l’instar d’autres pièces de vaisselle comme celles des tumulus de Poiseul‑la‑Ville, également en Côte‑d’Or (Chaume, Feugère 1990 : 33‑46). On en rencontre également en pays viganais sur le causse de Blandas dans le tumulus d’Airoles, dans la deuxième moitié du viie s. (Cazalis de Fondouce 1906 : 207‑213) et dans les tumulus des Garrigues languedociennes, antérieurement aux premières importations méditerranéennes (Cazevieille E1, et J1, Ravin des Arcs 3 ; Vallon 1984 : pl. 20, no 199, pl. 41, no 275, pl. 53, no 362), comme au vie s. (Frouzet B1 : Vallon 1984, pl. 67). La question de l’origine des coupes métalliques caussenardes, comme de leurs homologues languedociennes, reste donc posée : fabrication locale ou bien importation du domaine hallstattien occidental ou encore plus lointaine à travers l’arc alpin ?

72Dans les deux tumulus de Magny‑Lambert, Monceau‑Milon et Monceau‑Laurent, comme sur les Grands Causses, la coupe en bronze accompagne un sujet armé de la grande épée en fer. Dans ce dernier, elle prend place à côté d’une situle en bronze à cordons qui renfermait une autre coupe en tôle de bronze pourvue d’un manche. Cet exemple illustre clairement l’existence, dans le domaine hallstattien du début du premier âge du Fer, de la « cérémonie du banquet où l’on boit » (Bouloumié 1988 : 353‑354). Les coupes métalliques caussenardes peuvent traduire une telle coutume, même si l’urne non tournée remplace modestement la situle ou le chaudron en bronze, et ne contient qu’une boisson indigène. Elles peuvent servir à marquer l’acte de boire, à ce niveau social, comme un important geste symbolique que l’on cherche à perpétuer dans la tombe pour des individus prépondérants.

73La mise en scène de cette catégorie de défunts est dans les Grands Causses une coutume propre au début du premier âge du Fer, deuxième moitié du viiie s. et viie s. Elle est absente des sépultures du Bronze final et elle disparaît au vie s. av. J.‑C.

8.4.2.3 Les tombes à parure surabondante ou en métal précieux

74D’ordinaire, les tombes à parure des Grands Causses ne renferment qu’un nombre très limité d’objets de cette catégorie, un à trois, voire huit bracelets ou anneaux de jambes, ou un collier simple, ou une spirale à cheveux, et la matière est presque toujours le bronze ou le fer. Quelques sépultures ressortent cependant du lot par l’abondance et/ou par la nature des pièces de parure ou d’habillement qu’elles ont livrées. Elles sont cependant très rares, et même exceptionnelles si l’on prend en compte le fait qu’elles s’échelonnent sur l’ensemble du premier âge du Fer caussenard. Les tombes à parure surabondante actuellement connues sont au nombre de cinq : l’un des deux corps des Sarragats, Blachères 2, Le Freyssinel XXXIV, Dévois de Villeneuve 1 et Champ Rond (fig. 247 et 248).

75Le tumulus des Blachères 2, daté de la première moitié du premier âge du Fer (750‑600), paraît être le plus ancien de cette série. Le Dr Prunières qui a fouillé ce monument signale « quatre bracelets en bronze », un « collier composé de plus de cent cinquante tout petits annelets de bronze mêlés à des grains d’ambre », un vase excisé renfermant une offrande animale, avec un second vase renversé faisant couvercle (Prunières 1883 : 637).

76Le Freyssinel XXXIV est à rapporter à la seconde moitié du viie s. Le défunt (ou la défunte), incinéré sur place, était pourvu d’une urne et d’une coupe non tournées, paré de plusieurs bracelets et surtout, il portait, « vers milieu du corps », une ceinture ou un baudrier en cuir sur lequel étaient fixés une centaine d’anneaux doubles en bronze (Morel 1961 : 108).

77Le tumulus des Sarragats est de la même époque. L’un des deux adultes était paré, à chacune de ses jambes, de six gros anneaux décorés en bronze, et on ne peut exclure que tout ou partie des douze anneaux retrouvés « comme une traînée entre les deux squelettes » lui appartienne (Lescure 1837‑1838). Et il semble bien dans ce cas que l’on a cherché à établir une différence ostensible entre les deux individus.

78Dans le tumulus du Dévois de Villeneuve 1, un peu plus tard, au vie s., un adulte également incinéré, sans doute sur place, était accompagné d’une coupe non tournée, d’au moins 28 bracelets‑armilles en bronze et de trois fibules du même métal.

79Enfin au Champ Rond, cas le plus récent, fin du vie ou début du ve s., le mort, là encore incinéré sur place, était équipé d’un gobelet et des tessons de neuf vases non tournés, d’au moins 21 bracelets‑armilles, de deux fibules, d’une perle en pâte de verre et d’un anneau.

80Trois autres sépultures, Clapas des Pessaments, Les Lacs 14 et Les Fonds, ont livré un bijou en or (fig. 248). Le Clapas des Pessaments renfermait une perle biconique creuse en or datable, sans doute, du vie s., mais également de « très nombreux bracelets », une perle en ambre et une coquille non perforée (Prunières 1883 : 638 ; Simanjuntak 1998 : 284, 353). Aux Lacs 14, il s’agit d’un anneau d’or ciselé, d’un poids de 3 g, parmi un mobilier assez abondant, une fibule en bronze, une « très belle » fibule en fer, trois bracelets « à nœuds » et un rasoir en bronze, ainsi que des morceaux d’un vase excisé (Prunières 1887 : 701), l’ensemble étant daté de la seconde moitié du viie s. Mais dans ces deux cas, le matériel osseux a disparu et l’on ignore le nombre de sujets que ces tombes à incinération, fouillées anciennement par Prunières, abritaient en fait. Aux Fonds, incinération sur place datable dans les trois derniers quarts du vie s., c’est une pièce de parure du genre pendentif ou pendant d’oreille. Le reste du matériel est modeste : petit objet en bronze non identifiable à cause de la fusion du métal, et morceaux de deux urnes non tournées.

81Bien réparties dans le temps, les tombes à parure particulière le sont aussi dans l’espace, sur le causse de Sauveterre, depuis la dépression de Séverac‑le‑Château à l’ouest (Les Fonds) jusque dans ses contrées centrale (Les Blachères 2, Clapas des Pessaments) et orientale (Le Freyssinel XXXIV, Les Lacs 14), ainsi qu’aux deux extrémités du Méjan (Champ Rond au nord‑ouest de ce causse et Dévois de Villeneuve 1 au sud‑est).

82Ces trépassés richement parés sont‑ils des femmes ? Aucune donnée ostéologique ne permet de l’affirmer. Les seules fouilles récentes dont le matériel osseux a pu être étudié, Dévois de Villeneuve 1, Champ Rond et Les Fonds, ne fournissent pas d’indication sur le sexe, ce qui n’a rien d’étonnant s’agissant d’incinérations. Tout au plus peut‑on noter que, dans les trois cas, on a affaire à des individus adultes ou de taille adulte. Cependant, dans les matrices ordonnées, les tombes pourvues de parures de plusieurs bracelets se classent dans le groupe A qui, d’après le sexe anthropologique, comprend des femmes mais aucun homme. Par ailleurs, le coquillage non perforé du Clapas des Pessaments n’est pas sans rappeler la présence de tels objets dans les tombes féminines du Peyrou d’Agde au viie s. (Nickels et al. 1989 : 387‑388). L’hypothèse de tombes de femmes est donc à prendre en compte. On aurait ainsi, à côté d’une catégorie d’hommes prééminents, quelques femmes également hors du commun. Mais contrairement aux premiers, cette coutume de mettre en valeur certains sujets féminins ne se cantonnerait pas à la première partie du premier âge du Fer. Elle existait déjà, on l’a vu, au Bronze final IIIb dans le tumulus réutilisé de Dignas, et à la transition Bronze final/premier âge du Fer et au début du premier âge du Fer dans les tombes à torque de Villeplaine 1 et du Vayssas 1, et elle se prolongerait jusqu’à l’aube du ve s. av. J.‑C.

8.4.2.4 Le groupe du tumulus du Vayssas 1 à Séverac‑le‑Château

83Un tumulus du Sévéragais à inhumations multiples, Vayssas 1, reflète une image de rapports sociaux complexes où une femme d’âge mûr paraît jouer un rôle dominant. Il renfermait cinq défunts déposés simultanément ou dans un laps de temps très court, au tout début du premier âge du Fer, dans un coffre construit juste aux dimensions nécessaires pour accueillir les cinq corps allongés côte à côte, prenant place, du nord au sud, de la façon suivante (fig. 26, 27 et 249).
– Sujet no 1 : une femme âgée de plus de 30 ans, en décubitus dorsal, tête au nord‑ouest. Près du côté droit du crâne était disposée une coupe non tournée complète (1a) ; un torque en fer entourait la mandibule 1b) et deux bracelets en fer étaient disposés autour des os des avant‑bras (1e, 1f) ; une épingle à tête enroulée en bronze a été découverte au niveau de l’épaule droite (1e), et une fusaïole en céramique modelée au niveau de l’épaule gauche 1d).
– Sujet no 2 ; une femme âgée entre 20 et 30 ans, vraisemblablement en décubitus latéral droit, tête au sud‑est, dépourvue de tout matériel d’équipement ou d’accompagnement.
– Sujet no 3 : un enfant âgé de 9 à 10 ans, probablement de sexe féminin, en décubitus dorsal, tête au nord‑ouest. Une épingle à tête enroulée (3f), deux spirales de tresse de cheveux (3c et 3d) et une perle tubulaire (3e), en bronze, ainsi que deux perles en ambre (3a et 3b) gisent autour de la partie supérieure du crâne.
– Sujet no 4 : un adulte âgé de plus de 30 ans, probablement de sexe masculin, qui semble avoir été placé en décubitus dorsal, tête au nord‑ouest. Une coupe hémisphérique non tournée est posée complète à gauche du crâne (4a) et une urne non tournée, également complète, sur les tibias (4b).
– Sujet no 5 : un homme âgé d’environ 30 ans qui semble avoir été disposé sur le côté gauche, tête au nord‑ouest, adossé au mur du coffre. Un anneau‑spirale en bronze adhérait par ses oxydes à une vertèbre thoracique ; une grande coupe tronconique non tournée complète, renfermant une phalange proximale du pied (de cet individu ou du voisin ?), est posée sur les tibias (5a).

FIG. 249 – Schéma d’organisation des cinq défunts du groupe du tumulus du Vayssas 1 à Séverac‑le‑Château (Aveyron) (M : sujet masculin ; F : sujet féminin)

84Il n’est pas question de tenter d’expliquer cette sépulture multiple, d’autant que, s’il semble bien établi que les cinq cadavres ont été mis au tombeau en même temps ou presque, il n’est pas certain en revanche que les décès de ces cinq personnes soient intervenus en même temps ou dans un court espace de temps, des corps ayant pu être conservés dans des enveloppes de tissus pendant plusieurs mois avant d’être déposés simultanément dans le coffre. Des observations de fouille précises font ici défaut. Mais de ce regroupement transparaissent toutefois un certain nombre de données d’ordre social.

85En premier lieu, le type de recrutement, avec deux adultes de chaque sexe et une enfant, paraît plus familial que communautaire. Et une étude de l’ADN fossile à partir des os pourrait peut‑être établir d’éventuelles relations de parenté entre ces sujets. On remarque par ailleurs que les sujets féminins occupent l’une des moitiés du caisson, les hommes l’autre partie : s’agit‑il d’un rangement fondé sur le sexe ? Enfin le mobilier, joint ou non joint, marque, au‑delà d’une distinction sexuelle, des différences probables.

86L’équipement le plus important, le plus ostentatoire, est celui de l’adulte féminin le plus âgé (sujet no 1). Le port du torque signale la prééminence de cette femme. Sa situation dans le coffre, à l’opposé de l’homme placé en dernier, indique que ce sujet a été déposé le premier : priorité due au rang ? L’autre adulte féminin (sujet no 2) n’a droit à aucun objet de parure ou d’accompagnement ; c’est le seul des cinq morts dans ce cas. Et, autre circonstance particulière, sa position est inversée par rapport à celle des autres cadavres. Sans doute a‑t‑on cherché par ces deux moyens à marquer une différence avec les autres défunts, soit dans le domaine du social (servante ?), soit dans celui plus proprement rituel. La jeune fille (sujet no 3) se distingue nettement du sujet no 2 par son équipement et son orientation, mais également du sujet no 1 : sa parure est en effet moins abondante et elle ne dispose pas du symbole de haut rang qu’est le torque à cette époque, ni de celui du filage que représente la fusaïole, autant de faits qui marquent une différence d’âge et de statut avec la femme la plus âgée. Quant aux deux hommes, aucune discrimination ne nous apparaît entre eux puisque leur position et leur mobilier sont semblables (mais qu’en était‑il des offrandes contenues dans ces vases ?), et aucun objet personnel ne vient symboliser une activité particulière. Et si l’équipement des sujets féminins est nettement différencié selon les individus, en revanche, celui des hommes apparaît uniforme.

8.5 Une image de l’organisation sociale

87Toutes ces différences remarquées dans les pratiques funéraires constituent autant de signes d’un traitement social de la mort, et donnent une certaine image de la société des Grands Causses à la fin du Bronze final et au premier âge du Fer. La population apparaît répartie en communautés humaines peu différentes les unes des autres quant à la richesse et aux pratiques funéraires. Dans toutes ces communautés, divers caractères des pratiques funéraires reflètent une certaine hiérarchisation des individus, qui tient compte à la fois de critères purement naturels, âge et sexe, et sans doute aussi de la position dans la société.

88On peut y distinguer plusieurs strates :
– les nouveau‑nés et tous petits enfants, enterrés ou déposés ailleurs, peut‑être en habitat ;
– la grande majorité des enfants jusqu’à 15 ans, dont on ignore tout du mode de sépulture ;
– une minorité d’enfants jusqu’à 15 ans, privilégiés en ce sens qu’ils ont droit à l’accès au tumulus ;
– les hommes et les femmes qui ne bénéficient pas d’un tumulus, et feraient l’objet de pratiques ne laissant pas de traces durables, strate dont l’existence ne peut être que soupçonnée ;
– les hommes et les femmes pouvant être déposés sous tumulus, mais sans la possibilité d’afficher dans le costume ou l’équipement mortuaire les marques de leur appartenance sexuelle ;
– les hommes et les femmes ayant également droit au tumulus et pouvant signaler, dans leur costume ou leur équipement, les symboles de cette appartenance sexuelle ;
– enfin, les hommes et les femmes placés sous tumulus, socialement dominants si l’on en croit la quantité et/ou la qualité des accessoires les accompagnant ; cette strate est très réduite par rapport à la précédente.

Notes

1 Si l’on prend en compte à la fois les sujets étudiés et ceux, non examinés mais dont l’âge, très approximatif, a été signalé (ou suggéré) par les fouilleurs, soit en tout 110 individus, on obtient des proportions très proches (tabl. VIII), celles un peu plus faibles pour les plus jeunes résultant sans doute des méthodes de fouilles anciennes.

2 En attendant l’étude détaillée du Grand Bassin I de Mailhac, sous la direction d’O. et J. Taffanel et Th. Janin, on ignore si d’autres tombes de cette nécropole ont livré des restes faunistiques de cet animal.

3 Même absence également dans le seul habitat provençal du Bronze final IIIa dont la faune a été étudiée, Le Bastidon à Sillans‑la‑Cascade (Var) (Bérato, Degaugue 1999 : 135).

4 Dinas 9 (site no 117) a cependant livré, selon le Dr Prunières « deux pointes de javelot à douille » (aujourd’hui disparues).

Table des illustrations

Légende FIG. 243 – La place des tumulus abritant des enfants parmi les tumulus accueillant un ou plusieurs adultes (tumulus dont le matériel ostéologique a pu être étudié). Le classement est ordonné selon le diamètre, par causse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende TABL. XLVIII – Matrice ordonnée du mobilier des tumulus à défunt non incinéré.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47040/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende TABL. XLIX – Matrice ordonnée du mobilier des tumulus à défunt incinéré.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 244 – Comparaison des diamètres des tumulus des groupes A et B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47040/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 245 – Quelques exemples de tombes caussenardes « normales » du premier âge du Fer. 1 Combe Sévène 2 ; 2 Serre de Cabrié 3 ; 3 Serre de Cabrié 2 ; 4 Combes de L’Aumède Haute ; 5 Chamblon A7 ; 6 Le Freyssinel XVII ; 7 Combe Sévène 4 ; 8 Chamblon A2 ; 9 Combe Sévène 1 ; 10 Gargo 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47040/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende FIG. 246 – Quelques exemples de tombes à arme et coupe métallique (1 à 4), une tombe à arme, sans vaisselle métallique (5), et une tombe à torque (6), du premier âge du Fer ; 1 col de La Vache ; 2 Aven Armand 1 ; 3 Rasiguette ; 4 Roumagnac 1 ; 5 Charn des Bondons 1 ; 6 Villeplaine 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47040/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 247 – Deux exemples de tombes caussenardes du premier âge du Fer à parure surabondante. 1 Dévois de Villeneuve 1 ; 2 Champ Rond.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47040/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 248 – Situation des tombes à arme(s) (épée ou poignard), à parure surabondante ou à parure en métal précieux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47040/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende FIG. 249 – Schéma d’organisation des cinq défunts du groupe du tumulus du Vayssas 1 à Séverac‑le‑Château (Aveyron) (M : sujet masculin ; F : sujet féminin)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47040/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search