Version classiqueVersion mobile

Tombes et pratiques funéraires protohistoriques des Grands Causses du Gévaudan

 | 
Bernard Dedet

Première partie. Les tombes

Chapitre 3. Causse Méjan, Can d’Artigues (Lozère)

Texte intégral

1À l’exception d’un seul tumulus fouillé à Saint‑Laurent‑de‑Trèves sur la Can d’Artigues, séparée du causse Méjan par la vallée du Tarnon (site no 216), les gisements funéraires étudiés ici se trouvent sur le causse Méjan.

3.1 Florac

Site no 161. Tumulus du Moulin à Vent du Pradal

2Bibliographie
Fages 1990a.

3Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

4Situation et fouille
Le moulin à vent du Pradal, aujourd’hui en ruine, est juché sur un tumulus qui déborde tout autour de la construction circulaire. Il est situé à 2180 m à l’ouest‑sud‑ouest de l’église de Florac, à 650 m au sud‑sud‑ouest de la ferme du Pradal, à quelque 900 m de la bordure orientale du causse Méjan, et à 1 km au sud du dolmen réutilisé de Pierre Plate (fig. 152). À 1055 m d’altitude, ce tertre occupe la partie sommitale d’un léger ressaut d’une ligne de crête culminant à un peu plus de 250 m au sud (cote 1 071 qui porte un menhir en dolomie, couché et cassé en deux morceaux ; Fages 1977 : 14). Il est érigé sur un calcaire blanc massif et marno‑calcaire en plaquettes du Kimméridgien supérieur. Ce tumulus a été signalé dès 1977 par G. Fages (1977 : 14). Celui‑ci y a ensuite mené une intervention de sauvetage en août 1990, rendue nécessaire par un projet de consolidation des ruines du moulin à vent.

FIG. 152 – Causse Méjan. Florac (Lozère). Localisation du tumulus du Moulin à Vent du Pradal (site no 161), et de Valbelle C3 (site no 163), et du dolmen réutilisé de Pierre Plate (site no 162).

5Structures et observations de fouille
Le tumulus se présente sous l’aspect d’une calotte très aplatie, de plan légèrement ovale, de 22 m d’axe est‑ouest à 19 m d’axe nord‑sud, et de 0,6 m seulement d’élévation. Sa surface est constituée par un cailloutis de gélifractionnement des pierres superficielles. Il est ceinturé par un montage de pierres et de blocs formant une couronne, parfois même en légère surélévation. Le moulin à vent, d’un diamètre de 7,5 à 7,8 m, a été construit dans la partie centrale du tumulus, un peu excentré vers le nord‑ouest (fig. 153no 1). Une très faible éminence en calotte de sphère, de 7 m environ de diamètre et de 0,5 m environ de hauteur est accolée au bord du tumulus. De sa surface engazonnée émergent quelques pierres plates redressées selon une disposition concentrique. L’observation externe de cet aménagement permet d’envisager deux hypothèses : soit il s’agit de deux tumulus tangents, de dimensions très inégales, soit d’un grand tumulus pourvu d’une antenne méridionale.

6La fouille a porté sur un secteur du grand tumulus, d’environ 55 m2 de superficie, à l’est‑sud‑est de l’édifice. Elle intéresse la partie libre la plus étendue du tumulus, du fait de l’implantation excentrée de la tour du moulin, et qui permet aussi une meilleure approche du centre (fig. 153, nos 1 et 2).

FIG. 153 – Causse Méjan. Florac (Lozère). Tumulus du Moulin à Vent du Pradal ; 1 plan d’ensemble ; 2 relevé et coupe de la partie fouillée ; R1R2 et R3 relevés successifs de la région sépulcrale (d’après Fages 1990a).

7Dans la partie fouillée, le tertre est constitué d’une couche de pierres et de terre enrobant un cailloutis. Les pierres, de volumes très divers, formées du tout‑venant de calcaire local, sont disposées en vrac. La couronne de maintien ne bénéficie pas d’un mode d’assemblage spécifique ; toutefois, le volume de l’apport rocheux y est plus important (maillage plus serré dû surtout à l’accroissement de la taille des pierres). Cependant, le bord même du tertre n’est pas matérialisé et le contour originel est difficile à établir avec assurance. L’ensemble, du moins pour le secteur exploré, repose sur le substrat formé par les strates horizontales calcaires fissurées (fig. 153, no 2).
Le squelette incomplet et partiellement désorganisé d’un individu adulte a été découvert dans la zone fouillée, à environ 3,5 m à l’est‑sud‑est du centre du tumulus. Il gisait sans protection décelable ni aménagement particulier de cette région, à une profondeur moyenne de 20 cm au‑dessous de la surface du tertre, parmi le cailloutis, la pierraille et les pierres aux arêtes vives constituant la masse du monument.
Beaucoup de pièces osseuses reposaient directement sur le support naturel formé par une alternance de bancs calcaires irréguliers et de larges fissures colmatées par de la terre meuble de couleur noire dans laquelle plusieurs d’entre elles se sont enfoncées par soutirage.
Bien qu’aucune connexion stricte ne soit observable, beaucoup d’os, et en particulier ceux dont les dimensions sont les plus importantes, sont découverts dans leur région anatomique et montrent que le corps a été déposé selon une orientation générale nord‑nord‑ouest/sud‑sud‑est (fig. 153, relevés 1 à 3).
Bien que la calotte crânienne soit absente, les vestiges se rapportant à la tête ont été découverts au nord : la mandibule, écrasée sur sa face latérale droite, la grande corne gauche de l’os hyoïde et plusieurs dents libres, dont quatre dents supérieures qui ont glissé en direction du nord‑ouest. Des restes de vertèbres cervicales et thoraciques et de la scapula droite se trouvaient à proximité, au sud de la mandibule. Les extrémités proximales des humérus sont sensiblement en situation anatomique. L’humérus gauche vient au contact de la partie supérieure de la diaphyse du droit. Ce dernier est allongé dans l’axe général du squelette. Les avant‑bras ne sont plus en liaison anatomique étroite avec les bras ; toutefois, les parties distales de l’ulna droite et des radius sont dressées côte à côte dans une fissure du substrat un peu plus au sud, à 40 cm de la mandibule. À proximité immédiate se trouvent les restes du coxal gauche, seul conservé. Quelques débris de côtes et de vertèbres s’échelonnent entre eux et les têtes humérales. Les deux fémurs font suite au coxal. Ils sont croisés, le droit passant sur le gauche, et la tête du premier à proximité du coxal gauche. Les tibias, avec leur fibula respective accolée, sont sensiblement à la même hauteur à la suite des fémurs, mais légèrement décalés latéralement. La patella droite, tout en étant plus basse dans la fissure précitée, se situe entre le fémur et le tibia droits. Rares sont les os des pieds découverts dans le prolongement ou vers l’extrémité des os des jambes : le calcanéum gauche avait glissé dans une fissure sous la diaphyse tibiale droite, le talus gauche et le cunéiforme I droit sont dans le prolongement du tibia gauche. En revanche, divers os des pieds et des mains ont été découverts en position remaniée dans le comblement de la fissure centrale, ce que peut expliquer aisément, vu les dimensions de ces pièces, l’action des petits animaux fouisseurs. En revanche, d’autres remaniements sont plus troublants. Ainsi, aucun vestige de la calotte crânienne et de l’atlas n’est présent ; la clavicule droite a été découverte à 50 cm au nord‑ouest de la mandibule, et la gauche est fichée verticalement contre le coxal droit ; l’axis, de même qu’un os du tarse (naviculaire droit) et la patella gauche se trouvent également sous ce coxal.
De l’ensemble de ces observations, on peut conclure que le sujet a été déposé en décubitus dorsal. Les conditions de gisement sont sans doute responsables de l’absence des connexions strictes entre les pièces osseuses, mais aussi du désordre des petits os des mains et des pieds. En revanche, la disparition de la boîte crânienne et de l’atlas, l’éparpillement des clavicules et le regroupement de plusieurs ossements des pieds, des mains, de l’axis, d’une clavicule et d’une patella sous le coxal doivent être imputés à une intervention humaine ultérieure.
L’absence de l’atlas et de la boîte crânienne, alors que les clavicules et l’axis ont été retrouvés fortement déplacés, pourrait indiquer que cette reprise s’est faite non seulement après décomposition des parties molles, mais à la fin du processus de décomposition du corps, les ligaments maintenant l’atlas au crâne étant les plus longs à disparaître.
La construction du moulin n’est certainement pas la cause de ces remaniements. Si cela avait été le cas, les bouleversements auraient été différents, à la fois plus brutaux et plus rationnels : le squelette serait tronqué et les os rejetés les uns sur les autres sans aucun souci des liaisons anatomiques. Il semble donc que nous soyons en présence de pratiques rituelles qui se sont déroulées après les funérailles, en fin de décomposition du cadavre.
Le mobilier accompagnant le corps est réduit. Deux parties d’un (ou de deux) bracelet(s) en fer ne sont pas en position fonctionnelle sur le squelette mais placées au nord‑ouest de la tombe, près de pièces osseuses déplacées. Dans ce secteur, de petits tessons et éclats de céramique non tournée étaient dispersés sur une surface de moins d’un mètre carré ; ils se rapportent à deux ou trois vases, une coupe extrêmement incomplète, représentée par dix‑huit tessons ou éclats, une urne attestée par un fragment de panse et peut‑être un troisième vase, coupe ou urne, signalé par un unique morceau (mais on ne peut exclure qu’il s’agisse du même vase que le précédent). Par ailleurs, ce tumulus n’ayant pas pu être fouillé entièrement, il est possible que d’autres dépôts nous échappent encore.

8Os humains
Les os humains, non brûlés, se rapportent à un adulte très robuste, âgé d’au moins 25 ans d’après la soudure du listel sur les corps vertébraux et la présence des quatre dents de sagesse, et sans doute plus si l’on en croit les dégénérescences osseuses au niveau des vertèbres et la résorption alvéolaire de M1g. Les os coxaux sont mal conservés. Le gauche montre toutefois qu’il s’agit très probablement d’un homme : le départ de la grande échancrure sciatique du coxal gauche semble relativement large, mais le sillon pré‑auriculaire est absent. Toutes les régions du squelette sont représentées, à l’exception notable de la boîte crânienne. Toutefois, quatre dents supérieures isolées sont présentes (11, 12 et M3d, M3g) (fig. 154 no 1).

9Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen)
NR dét = NR total = 2.
– Bœuf : NR = 1 (1 deuxième incisive) ; NMI = 1 adulte.
– Porc : NR = 1 (1 f. d’incisive inf.) ; NMI = 1 adulte.

10Mobilier (fig. 154A, B)
A. Deux morceaux non jointifs d’un (ou de deux) bracelet(s) en fer, ouvert, à tige en ruban plat (section : 7 x 2 mm) ; l’extrémité conservée comporte un tampon en forme de T ; diam. int. : 7 cm ; diam. ext. : 7,4 cm.
B. Dix‑huit fragments ou esquilles d’une coupe non tournée très incomplète, à panse arrondie convexe, bord parallèle et lèvre amincie F09 ; diam. max. : 15,6 cm.
C. Un fragment de panse d’urne non tournée.
D. Un fragment de panse d’urne ou de coupe non tournée (peut‑être même vase que le précédent).

FIG. 154 – Causse Méjan. Florac (Lozère). Tumulus du Moulin à Vent du Pradal ; 1 état de conservation du squelette ; A bracelet (?) en fer ; B céramique non tournée.

11Datation
Premier âge du Fer (750‑500).
Le bracelet A n’est pas d’un type attesté dans la Protohistoire. On lui rapprochera cependant un exemplaire à extrémités très grossièrement bouletées du tumulus des Gardes ou de Concoules à Montjaux (Aveyron), associé à deux bracelets en bronze à jonc mince non décoré, ensemble daté du premier âge du Fer (Gruat 1988 : 33 et pl. 8, nos2 à 4). La coupe B est également caractéristique de cette période, et les autres tessons non tournés ne démentent pas une telle datation, mais il n’est pas possible d’être plus précis.

Site no 162. Dolmen réutilisé de Pierre Plate

12Bibliographie
Lagrave, Fages 1971 ; Gallia Préhistoire, 15, 1972 : 526 ; Gallia Préhistoire, 21, 1978 : 690.

13Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

14Situation
Le dolmen de Pierre Plate, à 1010 m d’altitude, occupe une position de col sur le rebord du causse Méjan qui domine la vallée du Tarnon à sa confluence avec celle du Tarn (fig. 152) (coordonnées Lambert III, zone sud : 698,150 X ; 3226,225 Y ; 1010 Z).

15Monument et dépôt de réutilisation
Ce monument mégalithique comprend une chambre rectangulaire au centre d’un tertre circulaire très arasé. Il a été anciennement fouillé et ruiné : un des côtés de la chambre était brisé et effondré, et la dalle de couverture cassée en deux morceaux inégaux. En 1970, le tamisage des déblais rejetés sur le tertre procura à L. Lagrave des objets du Néolithique final/Chalcolithique, mais également quelques tessons de plusieurs vases non tournés du Bronze final II et d’époque gallo‑romaine. En 1976, à l’occasion de travaux de consolidation et de restauration du monument, G. Fages découvrit, à la base du remplissage de la chambre, quelques éléments mobiliers remontant à la phase initiale de la sépulture collective ou au Bronze final II qui avaient échappé aux fouilleurs de la fin du siècle dernier.
La chambre du monument a donc été réutilisée au Bronze final II, mais on ignore tout des conditions de dépôt des objets de cette époque et des éventuels restes des défunts qu’ils accompagnaient.

16Mobilier de la réutilisation (fig. 155A‑F)
A. Un fragment de col cylindrique et bord éversé D09 d’urne de forme 2 du Bronze final, de facture grossière ; pâte rouge brique à gris‑beige en surface et en épaisseur ; dégraissant abondant de calcite broyée mal calibrée (jusqu’à 1,5 mm).
B. Un bord C01 d’urne ; pâte rouge brique à grise en surface et en épaisseur ; dégraissant de calcite broyée mal calibré (jusqu’à 1,9 mm).
C. Un bord C01 d’urne ou de gobelet ; surfaces polies ; pâte rouge brique à grise en surface et en épaisseur ; dégraissant très fin de calcite broyée.
D. Un fragment de panse d’urne ; pâte beige à rouge brique en surface et en épaisseur ; dégraissant abondant de calcite broyée (jusqu’à 1 mm).
E. Un bord élargi E08 de coupe arrondie convexe de forme 43 A du Bronze final, avec méplat portant deux rainures ; surface extérieure grossièrement lissée ; surface intérieure polie ; pâte grise en surface et en épaisseur ; dégraissant très abondant de calcite broyée mal calibrée (jusqu’à 1,3 mm).
F. Un bord éversé D01 de coupe arrondie convexe de forme 43 B du Bronze final ; pâte brune à rouge brique en surface et en épaisseur ; dégraissant abondant de calcite broyée mal calibrée (jusqu’à 2 mm).

FIG. 155 – Causse Méjan. Florac (Lozère). Dolmen réutilisé de Pierre Plate ; céramique non tournée.

17Datation
Bronze final II.
On se reportera à la classification des vases de cette époque dans Dedet, Roudil 1994 : 170‑171, fig. 27 à 29.

Site no 163. Tumulus de Valbelle C3

18Bibliographie
CRA Chênes Verts 1959 : 173.

19Lieu de conservation
Les objets et les os humains et animaux sont déposés au Musée languedocien à Montpellier (Société archéologique de Montpellier, coll. du CRA des Chênes Verts).

  • 1 À 300 m de ce tumulus, le CRA des Chênes Verts a fouillé également un tertre de 20 m de diamètre, V (...)

20Situation et fouille
Le tumulus Valbelle C3 a été fouillé en 1939 au « nord‑ouest de la ferme de Valbelle » (fig. 152), par le Centre de recherches archéologiques des Chênes Verts, qui n’a fourni que très peu de précisions1.

21Structures et observations de fouille
Seules les dimensions du tertre sont signalées : 7 m de diamètre et 0,5 m de hauteur. Des restes osseux incinérés ont été « trouvés mêlés à de nombreux fragments de charbon de bois » : cela semble indiquer l’absence d’ossuaire ou de tout autre contenant pour les os ; toutefois, il est impossible de savoir si on est en présence d’une incinération sur place ou sur ustrinum, les charbons ayant pu être prélevés sur ce dernier en même temps que les os.

22Os humains
71 g d’os humains incinérés ont été recueillis. Ils se rapportent à un sujet de taille adulte. En l’absence de doublon, il semble que nous ayons affaire à un seul individu. Les morceaux de diaphyses sont très souvent fissurés en ondes concentriques, indice d’une crémation d’os frais. Les couleurs varient du noir et du gris bleuté (rares) au blanc crayeux (le plus fréquent), et ces différentes teintes peuvent être observées dans la même région du squelette (crâne et membres notamment). Selon le barème de E. Bonucci et G. Grazziani (1975), la température de la crémation aurait oscillé, selon les endroits, entre 300‑350 oC et plus de 650 oC. Peu de pièces peuvent être identifiées avec précision ; toutefois, différentes parties du squelette du défunt sont représentées : crâne (4 g) (3 f. de pariétal et 2 de temporal ?) ; membres (67 g) (fragments de diaphyses d’os longs des bras, avant‑bras, cuisses ou jambes, et fragments de diaphyses de MTC, MTT ou phalanges).

23Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét. = 5 ; NR total = 15.
– Ovicapriné (mouton ou chèvre) : NR = 3 (3 f. dentaires) ; NMI = 1 adulte.
– Canidé (cf. chien) : NR = 1 (1 extrémité distale de première phalange) ; NMI = 1 adulte.
– Lagomorphe (cf. lièvre) : NR = 1 (1 calcanéum très altéré) ; NMI = 1 adulte. – Esquilles indéterminées : NR = 10.

24Mobilier (fig. 156)
A. Deux tessons de bord C11 d’une petite urne non tournée, à pâte rouge brique incluant un fin dégraissant de calcite broyée bien calibré (jusqu’à 0,5 mm) ; bord à méplat C11‑C19 (fig. 156).
B. Trois tessons de la panse d’une coupe non tournée arrondie convexe, assez fine, à pâte incluant un dégraissant abondant de calcite broyée (jusqu’à 2 mm et exceptionnellement 6 mm).
A ou C. Un tesson de panse non tournée peut appartenir à l’urne A ou à un troisième vase C.

FIG. 156 – Causse Méjan. Florac (Lozère). Tumulus de Valbelle C3 ; céramique non tournée.

25Datation
Premier âge du Fer (750‑500).
La coupe fine B et le bord d’urne A sont des formes caractéristiques du premier âge du Fer au sens large, sans qu’il soit possible de préciser davantage.

3.2 Fraissinet‑de‑Fourques

Dévois de Villeneuve

26Le Dévois de Villeneuve s’étend entre le hameau de Villeneuve à l’est, celui du Veygalier à l’ouest, le rebord de causse au sud et le front ruiniforme du chaos de Nîmes‑le‑Vieux au nord. C. Hugues y a fouillé, avant 1937, un dolmen à couloir réutilisé à l’époque protohistorique et avant 1950, trois tumulus. Le dolmen à couloir du Dévois de Villeneuve est édifié à quelque 700 m de la bordure méridionale du causse dominant la vallée du ruisseau de Fraissinet, en bordure du chemin de Villeneuve au Veygalier, à la limite de la commune de Vébron. Les tertres 1 et 2 se trouvent sur une croupe, à 200 m environ de la lisière des rochers de Nîmes‑le‑Vieux et à quelques mètres au sud du chemin de Villeneuve au Veygalier (Dévois de Villeneuve 2 vers la cote IGN 1 083 ; Dévois de Villeneuve 1 à une dizaine de mètres au nord). Le tertre 3 est localisé « entre le dolmen du Dévois et le hameau de Villeneuve » (étiquette manuscrite de C. Hugues accompagnant le mobilier) (fig. 157).

FIG. 157 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Localisation du dolmen à couloir réutilisé et des tumulus 1 à 3 du Dévois de Villeneuve (sites nos 164 à 167), du tumulus de la Plaine de Villeneuve (site no 168) et du tumulus du Vevqalier (site no 169).

Site no 164. Dolmen à couloir réutilisé du Dévois de Villeneuve

27Bibliographie
Hugues 1950 : 372 ; Hugues 1977 : 113.

28Monument et dépôt de réutilisation
Ce monument a livré un matériel remontant à la phase initiale de fonctionnement de la sépulture collective (Néolithique final/Chalcolithique), ainsi qu’un « mince débris de bronze » et « certaines poteries [qui] ne doivent remonter qu’à l’âge du Fer ». Ce matériel a disparu, et faute d’observations de fouille circonstanciées et de description des objets, la datation et les modalités de ce réemploi ne peuvent être précisées.

Site no 165. Tumulus du Dévois de Villeneuve 1

29Bibliographie
Hugues 1950 : 381 ; Hugues, Lorblanchet 1970 : 8‑9.

30Lieu de conservation
Os et mobilier au dépôt archéologique de Banassac (Lozère). Des objets sont également exposés au musée de La Borie à Hures‑la‑Parade.

31Structures et observations de fouille
(D’après Hugues 1950 : 381 ; Hugues, Lorblanchet 1970 : 8.)
Tumulus « plat » (hauteur 0,3 m) « recouvrant une aire d’incinération » de 1,5 m de diamètre, formée d’un dallage de pierres plates portant les marques d’un feu violent, « tout comme les pierres jetées pour étouffer le brasier ». Cette aire inclut de nombreux charbons de bois, certains volumineux, provenant de grosses bûches. Hormis les tessons du vase A signalés « dans tout le dépôt », la localisation du reste du mobilier et des ossements n’est pas précisée, pas plus que le diamètre d’ensemble du monument. Une analyse anthracologique effectuée en 1948 à la demande de C. Hugues par le Centre de documentation et de recherche préhistoriques du Laboratoire d’ethnologie du musée de l’Homme indique l’existence d’une espèce dominante, le hêtre, et un débris de conifère. Selon les auteurs de la fouille, nous aurions donc affaire à une incinération sur place, une partie des pièces de parure et d’habillement en bronze portant des traces plus ou moins importantes de l’action du feu.

32Os humains
37 g d’os incinérés proviennent d’un sujet de taille adulte, probablement âgé de moins de 30 ans si l’on en croit les restes crâniens montrant des sutures libres sur les deux faces. Toutes les parties du squelette sont représentées : crâne (16 g), tronc, membres supérieurs et inférieurs (squelette post‑céphalique 21 g).
Les caractères particuliers des cassures (lignes transversales sur les diaphyses, fissurations en ondes concentriques) indiquent que les os ont été brûlés frais. La température de crémation a semble‑t‑il été élevée : la plupart des fragments sont blancs crayeux ; quelques‑uns, plus rares, sont gris. Les deux teintes s’observent dans une même région du squelette (crâne).

  • 2 Il s’agit d’une estimation qui tient compte à la fois des exemplaires suffisamment bien conservés p (...)
  • 3 Le décor des exemplaires C, D, F et G ne peut être complètement apprécié à cause de la corrosion.

33Mobilier (fig. 158A‑AA)
A. Coupe non tournée très incomplète, à panse tronconique ou légèrement arrondie, bord D01, et pied mi‑haut 52A (haut. : de l’ordre de 16 cm ; diam. max. : 26,2 cm) ; surfaces intérieure et extérieure lissées avec soin.
B‑X. Au moins 28 bracelets fins en bronze, rarement complets, le plus souvent fragmentaires2. La moitié de cet ensemble montre des traces de déformation à la chaleur ou de fusion. Dans ce lot, on distingue les pièces suivantes.
– Six exemplaires fragmentaires décorés de groupes d’incisions fines, parallèles, séparés par des plages lisses (B‑G)3 :
B. section ovalaire (1,3 à 1,4 x 1,9 mm) ;
C. section quadrangulaire (1,4 x 1,4 mm) ;
D. section circulaire (diam. : 1,2 à 1,7 mm) ;
E. section circulaire (diam. : 0,9 à 1,4 mm) ;
F. section quadrangulaire (1,1 x 1,1 mm) ;
G. section ovalaire (1,4 x 2 mm).
– Huit exemplaires non décorés (H‑O) : H. section ronde (diam. : 1 mm) ;
I. section subquadrangulaire (1 x 1,3 mm) ;
J. section subquadrangulaire (1,4 x 1,4 mm) ;
K. section circulaire (diam. : 0,6 à 0,8 mm) ;
L. section circulaire (diam. : 1,2 mm ; diam. int. du bracelet : 5,1 à 6,3 cm) ;
M. section circulaire (diam. : 1,2 mm) ; un fragment d’un autre bracelet fin est collé par l’oxyde à cet objet ;
N. section circulaire (diam. : 1 mm) ;
O. section ovalaire (diam. : 1 à 2 mm).
– Huit exemplaires groupés en faisceau par un fil de bronze perpendiculaire ; tous ont une section ronde (diam. : 1,5 mm) ; quatre d’entre eux sont décorés sur la face extérieure de groupes de trois incisions fines verticales séparées par des plages lisses (PW).
– Un exemplaire ouvert, non décoré, de section ronde (diam. : 1,4 mm), terminé à chaque extrémité par une petite protubérance globulaire de 2,6 mm de diamètre (X).
– Sept fragments tordus par le feu (deux d’entre eux sont soudés par la fusion à un autre fragment de bracelet fin) (poids total 5 g).
– Cinq petites masses de morceaux de bracelets fins fondus, pesant respectivement 1 g (4 petits fragments soudés entre eux par la fusion), 1 g (deux fragments soudés par la fusion), 1,5 g (deux fragments soudés par la fusion, retenant un petit morceau d’os incinéré), 9 g et 12 g (nombreux petits fragments collés par la fusion).
Y. Un fragment de tige de bronze de section ronde (diam. : 1,5 mm), recourbée, munie d’une protubérance globuleuse à l’une de ses extrémités : pied de fibule ou extrémité de bracelet fin ouvert ?

34Z. Une fibule fragmentaire en bronze, à arc de section aplati et pied relevé à angle droit auquel on peut probablement attribuer un bouton terminal conique et un ressort bilatéral soit court (type Tendille 3a), soit long (type Tendille 3b). Cet objet a été transformé : la courbure de l’arc a été aplatie, le pied a fait l’objet d’une torsion inverse à la forme normale ; son extrémité, de même que le ressort et l’ardillon, ont disparu. Malgré cela, cette fibule ne porte pas trace d’un passage sur le bûcher.
AA. Une fibule en bronze fragmentaire déformée et tordue par le feu ; arc de section aplatie et probablement pied relevé à angle droit terminé par un bouton conique. Cet objet peut appartenir aux mêmes types que le précédent et admettre donc une datation semblable.

FIG. 158 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Tumulus du Dévois de Villeneuve 1 ; A céramique non tournée ; B à X armilles en bronze ; Y à AA fragments de fibules en bronze.

35Datation
vies. av. J.‑C.
La coupe A n’apparaît pas au Bronze final III languedocien. Elle est par contre bien connue en Languedoc occidental dans les trois derniers quarts du viies., dans les nécropoles du Peyrou à Agde (Nickels et al. 1989 : passim), et du Grand Bassin I à Mailhac. En revanche, à la même époque, les tumulus des Garrigues en semblent dépourvus. Cette forme est pourtant attestée au premier quart du vies. à La Liquière (Py et al. 1984 : 178, fig. 131, no 4), ou avec un pied sensiblement plus haut dans le tumulus Frouzet B1, dans la seconde moitié de ce siècle. Elle est encore connue, avec un pied sensiblement plus bas, au siècle suivant, par exemple sur l’oppidum de Gailhan, Gard (Dedet 1987 : 115, fig. 125, no 11).
Le bracelet filiforme de section carrée, non décoré ou orné de fines stries (ici les exemplaires C, F et I), existe déjà au Bronze final IIIb dans la nécropole du Moulin (Taffanel et al. 1998 : 282‑283). Il n’est pas représenté en Languedoc au début du premier âge du Fer, et n’est attesté, en Languedoc oriental, qu’au vies. dans le tumulus de Molentie à Soubès (Gascó 1980a : 86, no 7) et dans les oppida de Font du Coucou et de La Liquière (Tendille 1979 : 62).
Avec une section circulaire, décoré de stries ou non, un tel objet –comme ici les spécimens les plus nombreux, D, E, H, J à N et P à W– est attesté à différentes périodes. Quoique très rare, on le trouve à la fin du Bronze final IIIb dans quatre tombes du Moulin de Mailhac, où n’apparaît pas le décor typique mailhacien I (Taffanel et al. 1998 : 285, 286) ; on le trouve également en Languedoc occidental, au viies., dans les tombes 15 et 16 du Grand Bassin I, et dans les tombes 101 et 141 d’Agde (Nickels et al. 1989 : 149, fig ; 121, no 101e, 217, fig. 184, no 141b). En Languedoc oriental, il est attesté, avec un décor de stries, dans le tumulus de Cazevieille G6, sans contexte datable cependant, et surtout au vies. et au début du ves. dans divers habitats : La Liquière, Font du Coucou et le Mont Cavalier de Nîmes (Tendille 1979 : 61‑62).
Avec une section lenticulaire ou ovalaire, et décoré ou non de fines stries (comme ici les objets B, G et O), de tels bracelets fins proviennent du tumulus de Molentie, daté des trois derniers quarts du vies. (Gascó 1980 : 87, nos 8 et 9). Par ailleurs, un passant de brassard de bracelet‑armille, de forme semblable à ceux qui relient ensemble les bracelets fins P à W, a été découvert à La Liquière sur un sol du second ou troisième quart du vies. (Tendille 1979 : 63, no 11).
Enfin, si l’on restitue à la fibule Z un ressort bilatéral court, sa datation entre dans le vies. ; dans le cas d’un ressort long, cet objet relèverait plutôt de la seconde moitié de ce siècle (Tendille 1978 : 81‑83).
L’ensemble de ces éléments permet de dater la sépulture du Dévois de Villeneuve 1 du VIes.

Site no 166. Tumulus du Dévois de Villeneuve 2

36Bibliographie
Hugues 1950 : 380‑381

37Lieu de conservation
Mobilier et matériel osseux au dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

38Structures et observations de fouille
(D’après Hugues 1950 : 380‑381.)
Qualifié de « plat » par son fouilleur, ce tumulus mesure 0,4 m de haut ; son diamètre n’est pas précisé. « Des dalles calcaires disposées soigneusement en toiture à double pente abritaient un squelette couché sur d’autres dalles, la tête au sud. Des débris de crâne avaient été déplacés au niveau du ventre. » Des tessons d’un vase en terre noire ont été découverts « sur la poitrine » ; d’autres, d’un vase en terre jaune, « aux pieds » du défunt. Celui‑ci « portait à la main droite » (mais seule la gauche est représentée dans les restes osseux conservés) une bague en bronze. Des dents de chien et de bœuf l’accompagnaient, ainsi qu’un morceau de schiste et un débris d’écorce de pin carbonisé.

39Os humains
165 g d’os humains non brûlés ont été recueillis, ceux d’un adulte très robuste, de sexe non déterminable, probablement âgé de plus de 30 ans (un fragment de suture crânienne synostosée en face endocrânienne et en cours de synostose en face exocrânienne). Les fragments se répartissent de la manière suivante (fig. 159no 1). 
– Crâne (85 g) : 8 f. de calotte épaisse : 2 f. de temporal, 1 f. de partie droite de frontal avec rebord orbitaire ; 1 f. de partie supérieure de frontal ; 1 f. de partie supérieure d’occipital sous le bregma ; 13 dents isolées, moyennement usées, toutes avec apex fermés : 11 d, 11 d, C’d, P1g, M1d, M2d, M1g, M2g, P1d, 4 morceaux de racines dont deux appartenant à des molaires.
– Membres supérieurs : extrémité proximale d’ulna droite et extrémité proximale de radius droit, très robustes ; MTC IIg.
– Membres inférieurs : épiphyse distale de tibia gauche ; tête fémorale droite ou gauche ; phalanges : 1 proximale I gauche (hallux) et 1 proximale II à V droite ou gauche (tous ces os sont très robustes). C. Hugues, à propos de ce défunt, parle « d’inhumation ». Mais s’agit‑il d’un dépôt primaire ou d’un dépôt secondaire après décharnement ? La seconde hypothèse pourrait être confirmée par trois indices.
– La faible quantité d’ossements découverts.
– Le désordre constaté des os ne permet pas d’observer de connexions anatomiques ; en cas de dépôt primaire, on retrouverait au moins une répartition des pièces osseuses conforme à l’organisation générale du squelette, ce qui n’est pas le cas ici. C. Hugues signale des débris du crâne au niveau du ventre. Il indique aussi la présence d’une bague à la main droite alors que le seul os de main conservé est un métacarpien gauche. Sans doute ce dernier se trouvait‑il à l’emplacement où le fouilleur pensait rencontrer la main droite.
– Les phénomènes de conservation différentielle : ce sont les épiphyses, c’est‑à‑dire les parties les plus fragiles des os longs des membres, qui ont été découvertes, et non les diaphyses qui se conservent beaucoup mieux.
Toutefois, faute d’observations directes précises, on ne peut exclure la possibilité de remaniements postérieurs au dépôt primaire.

40Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét. = 41 ; NR total = 45.
– Cheval : NR = 1 très altéré (1 deuxième prémolaire sup.) ; NMI = 1 adulte.
– Bœuf : NR = 1 (1 molaire sup.) ; NMI = 1 adulte.
– Ovicapriné (mouton ou chèvre) : NR = 1 (f. de diaphyse de métacarpe) ; NMI = 1 très jeune.
– Chien : NR = 38 (15 dents isolées, 2 métacarpiens, 4 métatarsiens, 10 phalanges, 1 talus, 1 scapholunaire, 1 patella, 4 vertèbres caudales) ; NMI = 1 adulte.
– Microfaune diverse : NR = 4 d’origine intrusive.
On ne remarque pas de traces de découpage. Pour le chien, l’assemblage correspond à une peau : tête cassée, extrémités des pattes et queue.

41Mobilier (fig. 159A)
A. Une lamelle de bronze de 0,57 cm de large, 5,25 cm de long et 0,5 mm d’épaisseur, recourbée pour former un anneau ouvert ou une bague grossièrement circulaire de 1,55 à 1,85 cm de diamètre.
B. Un tesson informe de vase non tourné à pâte grise, incluant un abondant dégraissant de calcite broyée. Il s’agit sans doute du tesson signalé « sur la poitrine ».
C. Deux petits tessons informes de céramique non tournée à pâte rouge orangée, incluant un abondant dégraissant de calcite broyée. Ils peuvent faire partie des tessons découverts aux pieds du mort, mais nous n’avons pas retrouvé le fond à pied concave signalé par C. Hugues.
D. Un fragment de schiste (7,9 x 4,9 x 0,7 cm).

FIG. 159 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Tumulus du Dévois de Villeneuve 2 ; 1 état de conservation du squelette ; A anneau en bronze.

42Datation
Âge du Bronze ou âge du Fer sans précision possible.

Site no 167. Tumulus du Dévots de Villeneuve 3

43Bibliographie
Inédit.

44Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).
Sur ce tumulus inédit, probablement fouillé par C. Hugues, fort peu de données nous sont parvenues : des tessons de poterie accompagnés d’une étiquette manuscrite de C. Hugues. L’étiquette porte les mentions suivantes : « tumulus du Dévois de Villeneuve, entre le dolmen du Dévois et le Hameau. Inhumation. Hauteur 0,30 m ». Le mobilier comprend les restes de trois vases céramiques (fig. 160A, B).
A. Vingt tessons d’une grande urne non tournée très incomplète, à col probablement évasé, bord C01, panse globuleuse et pied annulaire bas ; pâte ocre en surface et grise en épaisseur, surfaces altérées, dégraissant abondant et mal calibré de calcite amorphe.
B. Un fragment de fond plat 12B d’urne non tournée, à surface très altérée, pâte vacuolée.
C. Un tesson informe d’un vase non tourné fin, à surface vacuolée et très altérée, de couleur gris sombre homogène.

45Datation
Premier âge du Fer (750‑500).
Même si la forme exacte du vase « cratéroïde » ne peut être précisée, sa présence permet de situer ce tertre au premier âge du Fer.

Plaine de Villeneuve

Site no 168. Tumulus de la Plaine de Villeneuve

46Bibliographie
Hugues 1950 : 381, § c ; Hugues, Lorblanchet 1970 : 10‑11.

47Lieu de conservation
Os humains et animaux au dépôt archéologique de Banassac (Lozère), mobilier au musée de La Borie à Hures‑la‑Parade (Lozère).

48Situation et fouille
La plaine de Villeneuve s’étend entre le chemin de Villeneuve au Veygalier et la couronne du causse Méjan dominant le village de Fraissinet‑de‑Fourques. Le tumulus est situé dans un bas‑fond, à proximité de la cote 1 064 (fig. 157). Il a été fouillé par C. Hugues en 1948, qui avait remarqué qu’un tas d’épierrement agricole « de modeste apparence cachait encore un tumulus de quelques dizaines de centimètres ». Ce chercheur indique par ailleurs que d’autres « tertres funéraires », la plupart « déjà fouillés » et établis sur des pointements dolomitiques, parsèment cette plaine.

49Structures et observations de fouille
(D’après Hugues, Lorblanchet 1970 : 10.) « Une simple couche de gros blocs de dolomie recouvrait un squelette très décomposé, allongé sur un pavé de plaques calcaires, la tête à l’est. Les intempéries et les racines avaient contribué à sa destruction ; seules les dents avaient mieux résisté. » Deux bracelets en fer sont indiqués « à la hauteur du bras gauche ». Le reste du mobilier, d’assez nombreux fragments de schiste et une dent de bœuf, est signalé sans indication de la position. Les dimensions du tertre ne sont pas précisées.

FIG. 160 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Tumuius du Dévois de Villeneuve 3 ; céramique non tournée.

50Os humains
25 g d’os humains non brûlés appartenant à deux sujets adultes :
– sujet no 1 : partie antérieure g de mandibule, avec C1, P, et P2g en place ;
– sujet no 2 : une dent faisant doublon (C1g, apex fermé).
Les autres restes peuvent se rapporter à l’un ou l’autre de ces sujets : 11 dents isolées très usées (l1 probablement g, C1d, P1 ou P2d ou g, P2d, M1g, M2g, M3g), et 4 molaires supérieures extrêmement usées (ordre et latéralisation impossibles à préciser ; un fragment de diaphyse de MTC). Le texte de C. Hugues et de M. Lorblanchet suggère la présence d’un seul individu en dépôt primaire. Or, même si l’on attribue l’ensemble du lot découvert, exceptée la canine en double du sujet no 1, la quantité d’os apparaît extrêmement faible pour un tel dépôt ; d’autant que sont présentes, en dehors des dents, des pièces osseuses fragiles.
Pour les deux sujets, on pourrait donc fort bien envisager :
– un dépôt secondaire après décharnement ;
– le reliquat d’un dépôt primaire enlevé pour être placé dans la sépulture définitive ;
– un dépôt secondaire (sujet no 1) et la présence accidentelle d’une dent d’un autre individu (sujet no 2) qui a pu être prélevée involontairement avec le sujet no 1 sur un lieu de décharnement collectif ou utilisé à différentes reprises.

51Mobilier (fig. 161 A, B)
A. Un bracelet en fer, ouvert, à extrémités non élargies (diam int. : 5,45 à 6,5 cm ; diam. ext. : 6,8 à 7,7 cm) ; section demi‑circulaire de 0,7 cm de diamètre et 0,6 cm de flèche.
B. Un bracelet en fer, ouvert, à extrémités non élargies (diam. int. : 5,1 à 6,6 cm ; diam. ext. : 5,8 à 7,5 cm) ; section demi‑circulaire de 0,65 cm de diamètre et 0,4 cm de flèche.
C. Des plaquettes de schiste.

FIG. 161 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Tumulus de la Plaine de Villeneuve ; bracelets en fer.

52Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét. = NR total = 4 (ossements très altérés).
– Bœuf : NR = 1 (1 prémolaire sup.) ; NMI = 1 adulte.
– Chien : NR = 3 (1 f. de première molaire inf. ; 1 extrémité distale de métapode cf. métatarse, 1 première phalange) ; NMI = 1 adulte.

53Datation
Première moitié du premier âge du Fer (750‑600).
Les bracelets appellent les mêmes remarques et comparaisons chronologiques que pour Combe Sévène 4, sur le Sauveterre (site no 114).
Des bracelets en fer semblables proviennent de la tombe 5 d’Agde, du troisième quart du viies. (Nickels et al. 1989 : 28, no 5d) et du tumulus Cazevieille C4, que les pendeloques triangulaires en bronze interdisent de placer postérieurement au début du vies. Ils sont également présents dans d’autres tumulus des Garrigues au contexte moins bien daté (Cazevieille A7, B6 et Vedel 1). On placera donc cette sépulture au début du premier âge du Fer (750‑600).

Le Veygalier

Site no 169. Tumulus du Bronze moyen réutilisé du Veygalier

54Ce tumulus se trouve à environ 900 m au sud du hameau du Veygalier, entre le sommet du Serre Pointu (cote 1 151) et la couronne du causse (fig. 157). Il fut fouillé en 1947 par G. de Chambrun (1947).
Ce tertre, dépourvu, semble‑t‑il, d’aménagement ou de structure particuliers, abritait quatre sujets inhumés vers la fin du Bronze moyen, deux hommes, une femme et un enfant, accompagnés de deux vases carénés et d’objets personnels de parure : une épingle, un bracelet ouvert, deux pendants d’oreilles, trois anneaux en bronze, ainsi que deux coquillages marins percés d’un trou de suspension.
Ce monument a semble‑t‑il été réutilisé au premier âge du Fer. Le dépôt de Banassac conserve un petit lot de tessons ramassés par C. Hugues sur des déblais de fouilles.

55Mobilier (fig. 162A, B)
A. Un fragment de bord à méplat C21 d’urne non tournée à grand col.
B. Treize tessons d’une urne non tournée incomplète, à panse moyenne peu galbée, col bas divergent, bord évasé à lèvre arrondie C01, et fond légèrement creux 22A.

FIG. 162 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Tumulus réutilisé du Veygalier ; céramique non tournée.

56Datation de la réutilisation
Premier âge du Fer (750‑500).
Ces deux vases peuvent marquer deux époques de réutilisation du monument au premier âge du Fer. Les urnes à bord à méplat existent surtout dans la première partie du premier âge du Fer, tandis que l’urne B est plutôt caractéristique de la seconde moitié de cette période.

3.3 Gatuzières

Site no 170. Tertre d’Aures

57Bibliographie
Inédit.

58Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).
Ce tertre a simplement été repéré par J.‑Y. Boutin en 1984, à 625 m environ à l’ouest‑sud‑ouest de la ferme d’Aures, à 1 050 m d’altitude (690,250 X ; 212,900 Y) (fig. 163). Quatre tessons, peut‑être d’un même vase non tourné, y furent trouvés. L’un d’eux se rapporte à une grande urne « suspendienne » à grand col évasé et panse arrondie. Celle‑ci permet de dater ce tertre du premier âge du Fer, mais, en l’absence de fouille, la nature exacte de cette structure ne peut être précisée.

FIG. 163 – Causse Méjan. Gatuzières (Lozère), localisation des tertres d’Aures (site no 170), de Galy 2 et 3 (sites nos 171 et 172) et des dolmens réutilisés de Galy A et B (sites nos 173 et 174). Meyrueis (Lozère), localisation de la sépulture mégalithique réutilisée de Frépestel 3 (site no 201).

Galy

59Avant 1950, C. Hugues fouilla « trois petits tumulus de grosses pierres au sud de la ferme de Galy » (Galy 1 à 3), ainsi que deux dolmens réutilisés (dolmens A et B) (fig. 163). Galy 1 a fourni quelques pièces osseuses d’un individu adulte non incinéré, ainsi qu’un mobilier, dans sa totalité semble‑t‑il, gallo‑romain (as de Nîmes du type I ou II, as de Néron de l’atelier de Lyon, tête de clou en fer). Seuls sont retenus ici Galy 2 et 3, qui ont livré des objets protohistoriques et d’époque gallo‑romaine. Galy 2 est localisé à 20 m du premier, et Galy 3, d’après une étiquette manuscrite de C. Hugues jointe au matériel, « sur la hauteur au sud de la ferme, entre la ferme et le Segala ».

60Bibliographie
Hugues 1950 : 373‑374, 381‑382 ; 1977.

61Lieu de conservation
Matériel au dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

Site no 171. Tertre de Galy 2

62Structures et observations de fouille
(D’après Hugues 1950 : 382.)
Il est seulement indiqué que ce tertre « est composé de gros blocs dolomitiques et de dalles calcaires imbriquées ».

63Os humains
Absents.

64Mobilier (fig. 164A, B)
A. Quarante‑quatre tessons d’une urne non tournée incomplète, à panse moyenne pourvue d’un méplat à son niveau de diamètre maximum, col moyen à bord C07 ; le fond, manquant, devait être un pied bas (diam. max. 23,4 cm) ; toutes les surfaces sont lissées avec soin ; pâte noire homogène, incluant un abondant dégraissant de calcite broyée fine.
B. Un bracelet en fer, fragmenté et incomplet (ouvert, fermé ?) ; diam. int. : 6,3 cm ; diam. ext. : 7,4 cm ; section ronde de 0,54 cm de diamètre.
C. Un bord de gobelet de sigillée gauloise Déchelette 67.
D. Un galet de quartz roulé (3 x 2,25 x 1,4 cm).

FIG. 164 – Causse Méjan. Gatuzières (Lozère). Tertre de Galy 2 ; A céramique non tournée ; B bracelet en fer.

65Datation
Première moitié du premier âge du Fer et iers. ap. J.‑C.
Le mobilier ressortit à deux périodes différentes, premier âge du Fer et iers. ap. J.‑C. Le bracelet en fer à tige ronde signe même une phase du premier âge du Fer antérieure au vies. av. J.‑C. Le tesson de sigillée date des années 60‑80 ap. J.‑C. et marque une fréquentation du lieu vers la fin de ce siècle.

Site no 172. Tertre de Galy 3

66Structures et observations de fouille
(D’après Hugues 1950 : 382.)
Ce tumulus « est fait de terre et de gros blocs imbriqués sur les bords, dressés au centre, ce qui indiquerait une violation ancienne ».

67Os humains
Absents.

68Mobilier
Le matériel de ce tumulus peut également être rapporté à deux périodes distinctes :
– âge du Fer : dix petits tessons informes d’un vase non tourné très incomplet, à fin dégraissant de calcite broyée ;
– époque gallo‑romaine : un tesson de céramique tournée commune à pâte grise. Non datable : un fragment de schiste.

Site no 173. Dolmen réutilisé de Galy A

69Lieu de conservation
Pour partie au dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

70Situation
Le dolmen A de Galy est édifié sur une hauteur bordant au nord la plate‑forme du Ségala, sur le versant méridional de la cote 1118 (fig. 163).

71Monument et dépôt de réutilisation
Ce dolmen comprend une chambre rectangulaire, privée de sa dalle de couverture, implantée au milieu d’un tertre de forme tronconique construit en pierres plates empilées et dont il ne reste plus que la base. Fouillée par C. Hugues avant 1950, la chambre a livré des documents se rapportant à la phase initiale de son fonctionnement (Néolithique final/Chalcolithique). C. Hugues signale qu’une « seconde dalle posée à plat à l’intérieur du monument recouvre des restes humains avec un fragment de bracelet en fer ». Il a en outre découvert « une tige en fer cassée et tordue (bague ou clou ?) » et de rares tessons de poteries « grossières » de l’âge du Fer se rapportant, selon lui, à trois vases dont un à fond plat. De ce matériel, seul est conservé un fragment recourbé de tige en fer, mais il n’est pas possible de savoir s’il s’agit d’un morceau de bracelet.

72Datation
La datation de ce réemploi ne peut être précisée à l’intérieur de l’âge du Fer et, faute d’observations circonstanciées, l’association de la tige de fer avec des restes humains ne peut être établie.

Site no 174. Dolmen réutilisé de Galy B

73Conservation
Le matériel n’a pas été retrouvé.

74Situation
Le dolmen B de Galy est édifié sur une hauteur bordant au nord la plate‑forme du Ségala, sur la pente méridionale d’un mamelon, entre les cotes 1 131 et 1053 (fig. 163).

75Monument et dépôt de réutilisation
Ce dolmen, très dégradé, comprend une chambre rectangulaire, ouverte à l’ouest, incluse dans un petit tumulus. La dalle de couverture, en dolomie, a été rejetée sur le côté. Les supports sont en calcaire feuilleté pris sur place ; celui du nord s’est incliné et fendu. La chambre, fouillée par C. Hugues avant 1950, a procuré un mobilier se rapportant à la phase initiale de son fonctionnement (Néolithique final/Chalcolithique), ainsi qu’un récipient grossier à fond plat décoré de coups d’ongles, et un vase plus soigné, « à col évasé de l’âge du Fer ».
Ces objets ayant disparu, la datation de ce réemploi est difficile à préciser ; cependant, l’indication pour le vase du « col évasé » paraît indiquer le premier âge du Fer. Par ailleurs, on ignore tout des conditions de gisement, de dépôt et des éventuels restes du ou des défunts.

3.4 Hures‑la‑Parade

76Deux tumulus ont été fouillés aux abords de l’aven Armand (sites nos 175 et 176).

77Bibliographie
Delisle, Viré 1899 : 612‑614.

78Lieu de conservation
Matériel disparu.

79Situation et fouille
Le tumulus 1 « est situé à deux cents mètres de l’aven Armand, dans un col peu prononcé, au voisinage de la cote 990, qui sert de ligne de partage des eaux superficielles entre les versants du Tarn et de la Jonte ». Le tumulus 2 est seulement indiqué « à 100 mètres » de l’aven Armand (fig. 165). Tous deux ont été fouillés en 1898 par le Dr F. Delisle et A. Viré qui en ont donné une description circonstanciée. Ils ne sont pas isolés. Les auteurs signalent au voisinage plusieurs autres « grands tumulus » déjà éventrés (tas de forme tronconique, de 6 à 7 m de diamètre et 1 à 2 m de hauteur, composés de blocs calcaires ou dolomitiques de moyenne grosseur, entassés les uns sur les autres sans ordre apparent) avec débris de poterie et d’ossements humains gisant épars aux alentours, témoignant de « fouilles » plus anciennes. D’autres tas plus petits (3 à 5 m2 de superficie), fouillés par F. Delisle et A. Viré, n’ont fourni aucun document archéologique.

FIG. 165 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Localisation destumulus Aven Armand 1 et 2 (sites nos 175 et 176).

Site no 175. Tumulus Aven Armand 1

80Structures et observations de fouille
(D’après Delisle, Viré 1899 : 612‑613.)
Le diamètre du tertre n’est pas indiqué. Celui‑ci entre toutefois dans la catégorie des « grands tumulus » distinguée par les auteurs, donc entre 6 et 7 m de diamètre. Sa hauteur est de 1,5 m « au‑dessus d’une couche de terre végétale qui pouvait avoir de 45 à 50 centimètres d’épaisseur ».
Ce tertre « se composait de blocs de dolomie et de calcaire variant de 1 à 8 ou 10 décimètres cube, posés sans ordre les uns sur les autres. Ayant fait enlever les pierres du centre, on arriva à une couche végétale, en partie rapportée, fine et légèrement sableuse ».
« À quelques centimètres de profondeur gisait un squelette, mal conservé, un peu replié et à moitié couché sur le côté gauche, la tête à l’occident, les pieds à l’orient. Une grande dalle avait été placée sous le thorax et la tête. La main droite tenait une épée très oxydée, brisée en plusieurs morceaux qui furent tous recueillis. La pointe était dirigée vers l’épaule et la poignée à trois rivets en bronze, qui en retenaient la garniture en bois ou en corne, dans la main du défunt. Continuant de dégager la sépulture jusqu’aux pieds, nous avons trouvé accolées l’une dans l’autre des coupelles en métal, l’ouverture en haut, placées sur le bord externe du pied gauche. »
« Les restes du squelette étaient en très mauvais état. Les os ayant été presque complètement brisés ou écrasés par le poids des pierres formant le dessus de la sépulture. »

81Os humains
D’après la description fournie par Delisle et Viré (1899 : 613), ce tumulus a livré les restes non brûlés d’un adulte robuste âgé d’au moins 30 ans. Des renseignements précis nous sont donnés :
« Une partie des os du crâne a pu être recueillie et, une fois les fragments rapprochés, il est possible de constater que le guerrier enseveli sous ce tumulus était un homme d’un âge avancé, ainsi qu’il résulte de l’état des sutures de la région postérieure du crâne, et de l’examen des dents dont l’usure est très prononcée. Malheureusement, toute la moitié antérieure du crâne et la base manquent. Il n’est pas possible de donner une mensuration, quelle qu’elle soit. La pièce la plus complète est la mâchoire supérieure, réduite au plancher du nez et des limes maxillaires avec l’arcade dentaire dans son entier, sauf un certain nombre de dents. La voûte palatine est profonde, étroite. »
« Les dents sont manifestement usées, à l’exception de la deuxième grosse molaire de chaque côté dont les cuspides sont intactes. De chaque côté, la dent de sagesse est absente. »
« Le fémur droit a été recueilli en deux morceaux, il mesure 435 millimètres de longueur. Les saillies osseuses sont très développées et la ligne âpre présente une véritable colonne extrêmement rugueuse. »
D’après l’aspect de la région pariéto‑occipitale, le crâne se rapprocherait de la brachycéphalie (Ibid. : p. 614).
La description des auteurs suggère un sujet en dépôt primaire, malgré le mauvais état de conservation des restes. Nous n’avons aucun élément permettant de confirmer ou de remettre en cause cette interprétation.

82Mobilier (fig. 166A‑C)
A. Une épée en fer avec languette incomplète (il en manque la partie proximale) pourvue de trois rivets en bronze. Les auteurs ne fournissent ni description ni dimensions de cet objet, mais en donnent un dessin (sans échelle). D’après celui‑ci, il semblerait que l’on ait affaire à une épée à languette tripartite plate, dérivant des épées en bronze des types de Gündlingen et de Mindelheim.
B. Une coupelle en tôle de bronze en forme de calotte basse, décorée sur les flancs de quatre paires de doubles ronds concentriques, repoussés et saillants à l’intérieur, et sur le fond, d’un motif de svastika aux branches tournées vers la gauche, « en pointillé » ; dimensions non indiquées.
C. Une coupelle en tôle de bronze en forme de calotte basse, non décorée ; dimensions non indiquées.

FIG. 166 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tumulus Aven Armand 1 ; A épée en fer ; B et C coupelle en tôle de bronze (d’après Delisle, Viré 1899, sans échelle).

83Datation
Première moitié du premier âge du Fer (750‑600).
L’épée est datable d’une période couvrant la fin du viiie et le viies. av. J.‑C. On renverra aux remarques faites à propos de l’exemplaire de Roumagnac 1 à Séverac‑le‑Château (site no 12). Les coupelles hémisphériques en bronze qui ont le plus d’affinités avec l’exemplaire de l’Aven Armand 1 admettent la même chronologie. C’est en particulier le cas de deux exemplaires : celui du dolmen du Genévrier à Salles‑la‑Source (Aveyron), également décoré de huit cercles au repoussé, et associé à une grande épée en fer (Gruat 1994 : 127‑128), et celui du tumulus d’Ayroles à Alzon (Gard), orné du même nombre de cercles, accompagné d’un poignard à antennes du viies. (Cazalis de Fondouce 1906 : 208‑214).

Site no 176. Tumulus Aven Armand 2

84Structures et observations de fouille
(D’après Delisle, Viré 1899 : 613‑614).
Ce tumulus « avait 1,5 m de hauteur, 7 m de diamètre à la base. Sa composition était la même que pour le précédent. Au centre, une dépression d’environ 1,6 m de long indiquait qu’il y avait eu là un tassement ».
« Ayant fait enlever les roches sur une longueur de 1,8 m et sur une largeur de 1,3 m, nous mîmes à découvert une couche de terre brune, un peu rougeâtre par places, onctueuse au toucher, dans laquelle avait été inhumé un sujet de sexe masculin, très vigoureux et de grande taille, d’après la position des os et la longueur de la sépulture. Malheureusement, ce qui restait du squelette était réduit à de rares débris extrêmement friables. » « Ici, la sépulture était très bien délimitée. On avait disposé les pierres régulièrement, de façon à circonscrire exactement la sépulture, sur les quatre côtés, formant de véritables murs verticaux en pierre sèche et bien appareillés par rangées sur une hauteur de 70 à 80 cm. Le grand axe de cette tombe était dirigé du nord‑ouest au sud‑est, et le sujet couché sur le dos, la tête penchée sur le côté droit, ainsi que l’indiquait le temporal gauche. Aux pieds était placée une grande dalle de 80 cm de long sur 25 de large et 15 d’épaisseur, sur laquelle se trouvaient disposées cinq rangées de pierres de moindre volume. »

85« Le bassin et les cuisses avaient été écrasés par les roches plates qui avaient formé primitivement la voûte de la sépulture effondrée depuis. »
« Autour de la tête se trouvaient de nombreux débris de poterie appartenant à plusieurs vases du même genre et dont nous présentons un spécimen. Ces poteries étaient ornées de peintures. Autour d’un fragment de l’humérus gauche se trouvait un bracelet de fer fortement oxydé. »

86Os humains
D’après la description des fouilleurs, les restes osseux découverts, rares et très mal conservés, non brûlés, correspondent à un adulte de sexe masculin (les critères de cette diagnose ne sont toutefois pas présentés), très vigoureux et de grande taille. Différentes parties du squelette sont signalées : crâne, vertèbres lombaires, bassin et cuisses. Le crâne, dont la moitié droite a pu être reconstituée, haut, étroit et assez allongé est dolichocéphale. Par ailleurs, l’un des corps de vertèbre lombaire présente des dégénérescences osseuses (« stalactites ») montrant que le sujet était atteint d’une affection de la colonne vertébrale.
Ici aussi, la description des fouilleurs suggère un individu en dépôt primaire mal conservé, et là encore, nous n’avons aucun élément permettant de confirmer ou de remettre en question cette hypothèse.

87Mobilier (fig. 167A, B)
(Disparu.)
A. De nombreux tessons de poterie se rapportant à « plusieurs vases » décorés de « peintures ». S’agit‑il de céramique non tournée peinte, graphitée ou encore de céramique tournée d’importation méditerranéenne ? Le croquis publié de l’un de ces tessons fait plutôt penser à de la céramique non tournée : un vase à panse arrondie surbaissée très galbée, col moyennement haut vertical et bord déversé ; le fond n’apparaît pas : pied bas ou fond ombiliqué ? (dimensions non indiquées).
B. Deux morceaux d’un bracelet en fer, non décrit ; ils sont figurés jointifs, mais il est bien difficile de conclure si nous avons affaire à un spécimen fermé, ou bien ouvert à extrémités non différenciées rapprochées (dimensions non indiquées).

FIG. 167 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tumulus Aven Armand 2 ; A céramique non tournée ; B bracelet en fer (d’après Delisle, Viré 1899, sans échelle).

88Datation
Première moitié du premier âge du Fer (750‑600).
Le bracelet en fer marque le premier âge du Fer avant le vies. ; quant au vase, pourvu d’un fond creux ou annulaire, il présente une forme datable du premier âge du Fer.

Site no 177. Tumulus de Drigas 2

89Bibliographie
Hugues, Lorblanchet 1970 : 10‑14 ; Riquet 1970 : 17‑20.

90Lieu de conservation
Le mobilier se trouve au dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

91Situation et fouille
Le tumulus Drigas 2 se dresse à 800 m au sud‑ouest du hameau de Drigas et à 60 m au nord de la route de Drigas à La Parade, en pied de versant bordant la combe du Cerrière. Il a été fouillé par M. Lorblanchet en 1960. La sépulture 1 de Drigas, ou coffre de L’Espital, est une tombe du Néolithique final réutilisée à diverses reprises à l’âge du Bronze, à 1 200 m à l’est de ce hameau (site no 180) (fig. 168).

FIG. 168 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Localisation du tumulus de Drigas 2 (site no 177), du dolmen réutilisé du Cerrière (site no 179), du coffre réutilisé de L’Espital (site no 180) et du tertre du Plo de Saubert (site no 182).

92Structures et observations de fouille
(D’après Hugues, Lorblanchet 1970 : 10‑12.)
De plan légèrement ovale, de 6,6 m de diamètre est‑ouest, de 7 m de diamètre nord‑sud, haut de 1 m, ce tertre est composé de pierres sèches plates de dimensions presque identiques, soigneusement choisies (30 à 40 cm de côté et 5 à 8 cm d’épaisseur), de provenance locale (fig. 169, nos1‑3). Les éléments ont été prélevés dans les strates de calcaire rauracien‑séquanien qui affleurent à cet endroit, et rarement dans la dolomie kim‑méridgienne qui couronne les sommets voisins.
« Ces petites dalles plates sont régulièrement empilées les unes sur les autres sur une hauteur de 80 cm, puis sont revêtues d’une chape de terre rouge, épaisse aujourd’hui de 20 cm en moyenne ; cependant, elle devait être primitivement plus puissante, car une partie de cette terre, recueillie dans le fond d’une doline voisine, s’est infiltrée peu à peu entre les pierres, sous l’effet de la pluie et des petits animaux fouisseurs, et elle garnit actuellement tous les interstices qui s’ouvraient entre les pierres. »
« Sur le bord ouest, à la périphérie du tertre, se dresse une stèle de forme triangulaire, épaisse de 15 cm, haute de 50 cm et large de 60 cm à la base. Cette stèle était plantée exactement aux pieds du mort qui fut inhumé dans le tumulus. Une autre petite dalle plantée, large de 30 cm, affleure à peine, toujours à la périphérie, au nord‑est. Elle représente peut‑être le dernier vestige d’un péristalithe, tandis que celle qui signalait la présence de la sépulture à l’ouest est véritablement une stèle. » (Fig. 169, nos 1‑3).
Un « squelette, orienté exactement nord‑est/sud‑ouest (tête au nord‑est), reposait à 50 cm de la surface, sur un lit de pierres recouvertes de terre ; il était d’ailleurs lui‑même tout enrobé de terre ». Il « était allongé sur le dos, les bras étendus le long du corps. L’arrière du crâne était appuyé contre une grosse pierre, et la face était tournée vers le sud, en direction du mont Aigoual qui se profile à l’horizon ».
Le croquis publié par les fouilleurs signale que les membres inférieurs sont également en extension, dans l’axe du corps. « Au‑dessus de la sépulture, les dalles calcaires, rangées en couches superposées, se relevaient en formant une sorte de voûte. La sépulture occupait une position nettement excentrique. Le crâne gisait à 4 m du bord est et seulement à 2,20 m du bord ouest où se dressait la stèle ; il était à 3 m de l’extrémité nord. » « La fouille et le tamisage des débris ont livré seulement dix‑neuf petits fragments de céramique qui avaient été volontairement éparpillés lors de l’édification du tumulus », ainsi que trois morceaux de fer découverts à une trentaine de centimètres du bras gauche.

93Os humains
(D’après Riquet 1970 : 17‑20.)
Les restes découverts sont ceux d’un adulte de moins de 30 ans (présence des troisièmes molaires, mais de sortie récente car modérément abrasées, sutures crâniennes libres). Le sexe n’est pas déterminable : « La faiblesse des insertions musculaires crâniennes, le petit volume de la calotte, la longueur apparemment modeste des membres évoquent le sexe féminin. Mais la mandibule, le fémur et le tibia ne confirment guère la féminité à laquelle nous donnons pourtant la préférence à cause du crâne ». Les caractères métriques et descriptifs indiquent un sujet dolichocrâne plutôt petit qui « appartient sans doute à l’humanité indigène des Grands Causses, telle que nous la connaissons par les squelettes chalcolithiques ».
Décrit comme un dépôt primaire, ce squelette est représenté par des éléments du crâne, du tronc, des ceintures scapulaires et pelviennes, des membres supérieurs et inférieurs à l’exception des extrémités.

94Os d’animaux
(Détermination A. Gardesein.)
NR total = 2.
Esquilles indéterminées : NR = 2.

95Mobilier (fig. 169A‑D)
A. Un bord mouluré 108 de coupe arrondie convexe non tournée (1 fragment), de facture très soignée (diam. à l’ouverture : 19,5 cm) ; décor d’une ligne horizontale et d’une ligne brisée, tracées à la pointe mousse après séchage mais avant cuisson, à l’extérieur, sous le bord ; surfaces extérieure et intérieure polies, pâte noire homogène en surface et rouge à marron sombre en épaisseur, à dégraissant extrêmement fin.
B. Un fragment de panse d’urne non tournée.
C. Un fragment de panse d’urne non tournée carénée.
D. Un petit fragment de tôle de fer incurvé, de 1 mm d’épaisseur.
E. Un tesson informe de vase non tourné à dégraissant de quartz.
F, G. Quinze tessons informes de céramique non tournée à dégraissant de calcite broyée, appartenant au moins à deux récipients différents.

FIG. 169 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tumulus de Drigas 2 ; 1 à 3 plan général et coupes (d’après Hugues, Lorblanchet 1970) ; A à C céramique non tournée ; D fragment de tôle de bronze.

96Datation
Bronze final IIIa et premier âge du Fer. Le vase A est datable du Bronze final IIIa. On rencontre des exemplaires comparables à bord élargi et mouluré dans les Grands Causses et en Languedoc oriental dans plusieurs sites homogènes de cette époque :
– Castelvielh I à Sainte‑Anastasie (Gard) : Dedet, Pêne 1991 : 105, fig. 19, no 34, 109, fig. 33, no 10 ;
– Sariot à Cabrières (Gard) : Dedet, Pène 1995 : 104, fig. 5, no 17 ;
– Rochefort à Florac (Lozère) : Costantini et al. 1985 : 71, fig. 78, no 6, 73, fig. 81, nos 21 et 22.
Les vases B et C ne s’opposent pas à une telle datation. La présence des trois petits morceaux de fer pose donc un problème, d’autant que, selon le fouilleur, ces fragments ont été « découverts bien en place ». Il ne paraît guère possible d’abaisser la datation du vase A au premier âge du Fer comme le font C. Hugues et M. Lorblanchet pour qui les vases A, B et C marqueraient une « influence de la civilisation des C.U. [Champs d’Urnes] ».
Ces éléments ferreux signent‑ils une réutilisation du monument postérieure au Bronze final IIIa, à laquelle se rapporterait le squelette, qui occupe une position « suspendue » dans le tertre ? Ou bien, vu leurs petites dimensions, doit‑on considérer leur présence comme intrusive ou accidentelle, fait très souvent constaté dans ce type de gisement ? Il est impossible de répondre a posteriori et seule une datation au 14C du squelette serait susceptible de préciser l’époque de ce dépôt funéraire.

97Commentaire
Les auteurs suggèrent un sujet en dépôt primaire. De fait, la photo publiée (Hugues, Lorblanchet 1970 : 13, fig. 10) montre bien l’existence de connexions plus ou moins strictes concernant les os longs des deux bras et des deux avant‑bras ; au‑dessus de l’humérus gauche (en haut et à droite du cliché), la scapula gauche, vue par son bord externe (bord axillaire, glène et acromion), figure bien dans sa région anatomique. Il en va de même de l’autre scapula, au‑dessus de l’humérus droit (en haut et à gauche du cliché), et sans doute des fragments de corps de côtes visibles sur la photographie. Malgré le net déplacement subit par la vertèbre cervicale, on souscrira à l’opinion des auteurs.

Site no 178. Tertre du Buffre

98Bibliographie
Inédit.

99Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).
Ce tertre a simplement été repéré par G. Fages, qui y a découvert en surface un bord de vase non tourné (fig. 170). En l’absence de fouille, sa nature exacte ne peut être précisée.

FIG. 170 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tumulus du Buffre ; céramique non tournée.

Site no 179. Dolmen réutilisé du Cerrière

100Bibliographie
Lorblanchet 1960 : 47 ; Hugues, Lorblanchet 1963 : 14‑22.

101Lieu de conservation
Matériel conservé au musée Ignon‑Fabre à Mende (Lozère).

102Situation
À 700 m à l’ouest du hameau de Drigas, le dolmen du Cerrière est situé en pied du versant bordant une longue combe orientée est‑ouest, ancienne vallée sèche dont la formation fut interrompue par le creusement de l’aven de Hures (fig. 168).

103Monument et dépôt de réutilisation
Ce monument, en très mauvais état et surmonté d’un tas d’épierrement, a été découvert par M. Lorblanchet qui l’a fouillé en 1960. Il comprend une chambre rectangulaire de 2,4 m de long sur 1,1 m de large, orientée exactement est‑ouest, enserrée dans un tumulus de 8 m de diamètre et 1 m de hauteur. La chambre est délimitée par une grande dalle dressée au nord et sans doute au sud (mais cette dernière manque), et à l’ouest par un mur grossier de gros blocs empilés. Vers l’est, elle est précédée par un couloir ou coffre de 1,2 m de long sur 0,7 m de large, dont l’axe détermine un angle de 15o avec celui de la chambre. Ce coffre ou couloir est limité au nord et au sud par une dalle dressée. Il est séparé de la chambre par un petit mur. Le tumulus est formé de grosses pierres recouvertes de terre et de cailloutis. La dalle de couverture de la chambre a été rejetée sur le dessus du tertre (fig. 171, nos 1 et 2).
Des tessons de verre et de céramique sigillée découverts au sommet du remplissage de la chambre paraissent indiquer que la démolition du monument remonte à l’époque gallo‑romaine. Le remplissage de la chambre a livré un abondant mobilier Néolithique final/Chalcolithique, associé à de nombreux ossements humains non brûlés appartenant à au moins dix‑neuf individus dont onze enfants. S’y trouvaient également quelques tessons de vases non tournés du Bronze final II.
Pour sa part, le couloir ou coffre situé à l’est « renfermait un seul squelette de jeune enfant dont les mandibules gardaient encore les dents de lait ». Il procura également un tesson de petit vase non tourné du Bronze final II et une gaine d’outil en bois de cerf. Selon le fouilleur, cette dernière structure aurait été construite alors pour accueillir ce dépôt. Il s’agirait donc plutôt d’un coffre. Et on ne peut exclure que les tessons du Bronze final II découverts dans la chambre trahissent également une réutilisation de cette dernière à cette époque.

104Matériel du dépôt de réutilisation de la chambre (fig. 171A‑C)
A. Un fragment de panse d’urne carénée, décorée d’une rangée horizontale d’impressions digitales.
B. Un fragment de panse d’urne décorée d’un cordon lisse.
C. Un fragment de panse d’urne décorée de deux rangées horizontales d’impressions digitales.

FIG. 171 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Dolmen réutilisé du Cerrière ; 1 et 2 plan et coupe (d’après Hugues, Lorblanchet 1963) ; A à D céramique non tournée ; E bois de cerf.

105Matériel du dépôt de réutilisation du coffre (fig. 171D, E)
D. Un fragment de panse de petit récipient très fin, à surfaces polies, de couleur noir à brun sombre, décorée de trois légères cannelures horizontales.
E. Une gaine d’outil en bois de cerf ; long. : 13 cm ; larg. : 4 cm ; perforation : 3 cm de diamètre.

106Datation
Bronze final II.

Site no 180. Coffre réutilisé de L’Espital

107Bibliographie
Lorblanchet 1960 : 49 ; Hugues, Lorblanchet 1963 : 5‑14, fig. Il, nos 1 à 15 ; Fages 1990b : 62, fig. en bas à g.

108Lieu de conservation
Le matériel n’a pas été retrouvé.

109Situation
Le coffre de L’Espital se trouve à 1 200 m à l’est du hameau de Drigas. À 1 030 m d’altitude, sur les calcaires du Rauracien, il est placé en pied de versant, sur la bordure de la longue combe du Cerrière (fig. 168).

110Monument et dépôt de réutilisation
Ce monument comprend un coffre rectangulaire de 2 m de long sur 0,9 m de large et 0,8 m de profondeur maximum, orienté nord‑nord‑ouest/sud‑sud‑est (140o est pour l’azimut magnétique du grand axe). Cette structure est délimitée sur ses quatre côtés par des dalles d’épaisseurs variables, et la roche en place en forme le fond. Elle se trouve au centre d’un tertre rond, de 7 m de diamètre et 0,8 m de hauteur, formé de gros blocs surmontés de pierrailles et de terre (fig. 172, nos 1 et 2). Le contenu du coffre a été en partie bouleversé en 1947 par l’excavation d’un berger de Drigas en quête de trésor. En 1961, M. Lorblanchet en tamisa les déblais et acheva la fouille du fond du remplissage encore en place sur une dizaine de centimètres d’épaisseur. Ce niveau de base livra un mobilier datable de la fin du Chalcolithique, associé aux os non brûlés d’au moins sept individus. Quant au tamisage de la « fouille » du berger, il procura un matériel hétérogène : des documents pouvant être rapportés à l’utilisation chalcolithique du lieu, mais aussi 200 g d’os humains calcinés, six petits anneaux en bronze et des tessons de plusieurs vases non tournés fins, bien cuits et aux surfaces soigneusement lustrées, de couleur brun foncé à noire et incluant un fin dégraissant de calcite ou de mica. Ces objets signent une réutilisation du lieu au Bronze final II, à laquelle on peut sans doute rapporter les ossements humains incinérés. Toutefois, du fait des conditions de découverte, on ignore tout des modalités de ce dépôt. L’incinération, quant à elle, en l’absence d’indication contraire, a dû être effectuée en un autre lieu.

111Matériel du dépôt de réutilisation (fig. 172A‑U)
A‑F. Six anneaux fermés, en bronze, de section losangique, coulés dans un moule bivalve ; bavures de fonte ; diam. : de 8 à 10 mm.
G. Un fragment de partie supérieure d’urne de forme 5CD du Bronze final, à col bas divergent, à profil légèrement concave, et bord biseauté E05.
H. Un fragment de partie supérieure d’urne 5CD, à col bas divergent, à profil légèrement concave, et bord biseauté E05 ; décor d’au moins quatre cannelures horizontales sur la partie supérieure de la panse.
I‑K. Des fragments de partie supérieure de trois urnes 5CD, à col bas divergent, à profil légèrement concave, et bord biseauté E05.
L. Un fragment de panse d’urne carénée, décorée de quatre sillons horizontaux.
M. Un fragment de panse d’urne arrondie, décorée de deux fines cannelures horizontales.
N. Un fragment de panse d’urne carénée, décorée d’une fine cannelure horizontale.
O. Un fragment de partie supérieure de panse d’urne, décorée de trois larges cannelures horizontales.
P. Un bord C09 d’urne.
Q. Un bord E04 de coupe 43A.
R,s. Deux bords 101 de deux coupes 41 A. T. Un bord D04 d’urne.
U. Un fond ombiliqué d’urne ou de coupe.

FIG. 172 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Coffre réutilisé de L’Espital ; 1 et 2 plan et coupe (d’après Fages 1990b) ; A‑F anneau en bronze ; G à U céramique non tournée (d’après Hugues, Lorblanchet 1963).

112Datation
Bronze final II.
L’ensemble de ce matériel céramique entre dans la classification établie pour le Bronze final II (Dedet, Roudil 1994 : 170‑171, fig. 27 à 29).

Site no 181. Tumulus de Nivoliers

113Bibliographie
Inédit.

114Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).
Les données sont ici extrêmement minces. Ce tumulus, situé sur une crête au sud du hameau de Nivoliers, a fait l’objet d’une fouille anonyme, inédite. En septembre 1951 (selon une étiquette manuscrite accompagnant le matériel), C. Hugues y a ramassé 19 g d’ossements humains non brûlés se rapportant à un sujet adulte (7 f. de calotte crânienne épaisse, dont 1 f. de pariétal, et 1 f. avec suture libre).

Site no 182. Tertre du Plo de Saubert

115Bibliographie
Fages 1977 : 87‑89.

116Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

117Situation et fouille
Ce tertre est situé au pied du versant sud d’un bombement (cote 1051) limitant vers le nord la vallée sèche dite Plo de Saubert (fig. 168). Il se trouve à 25 m d’un menhir couché, à proximité d’un groupe d’au moins cinq tertres rocailleux qui ont subi des fouilles anciennes. Il fut repéré par M. Lorblanchet, qui y pratiqua une fouille partielle, en collaboration avec G. Fages, en mai 1965.

118Structures et observations de fouille
Sur un support calcaire à faible pendage nord‑sud, ce tertre, entièrement recouvert par la pelouse du causse, forme une éminence légèrement ovalisée, de 7 à 8 m de diamètre pour 0,55 m de hauteur (fig. 173, nos 1 et 2). Sous la terre d’humus, il est formé par une carapace hémisphérique de 6,7 à 7,3 m de diamètre, composée de blocs volumineux, coincés les uns contre les autres. Cette calotte repose sur la terre rouge formant le sol naturel du causse.
Une partie seulement du monument a été fouillée en profondeur, en pratiquant deux tranchées en croix. À un mètre du centre se trouvait une dalle placée de chant dans l’épaisseur de la calotte du tertre (70 x 45 x 25 cm), orientée est‑ouest. Contre sa face orientale gisaient cinq petits tessons d’un fond de vase du Haut‑Empire. Un petit tesson d’un gros vase non tourné a été découvert à 70 cm au sud‑ouest du centre. Aucun reste osseux n’a été rencontré dans la partie fouillée, et aucun problème de conservation ne peut être évoqué.

119Os humains
Absents dans la partie fouillée.

120Mobilier protohistorique (fig. 173A)
A. Un tesson d’une grande urne non tournée décorée d’un rang horizontal de coups incisés obliques.

FIG. 173 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tertre du Plo de Saubert ; 1 coupe ; 2 plan (1 : terre rouge du causse : 2 : limites de la couche superficielle ; 3 : limites de la carapace de blocs ; 4 : débris de fond de vase sigillé ; 5 : tesson rougeâtre) (d’après Fages 1977) ; A céramique non tournée.

121Datation
Premier âge du Fer ou début du second, et Haut‑Empire.

122Commentaire
S’agit‑il d’un tombeau dont la sépulture, décentrée, n’a pas été fouillée ? Ou bien d’un monument cultuel annexe à caractère parafunéraire ? Ou encore d’une construction d’époque gallo‑romaine recèlant un tesson plus ancien ? Le caractère partiel de cette fouille ne permet pas de répondre à ces interrogations.

Site no 183. Tertre de Saubert

123Le musée municipal de Millau (coll. Diaz) conserve cinq bracelets en bronze dont l’étiquette est ainsi libellée : « bracelets en bronze trouvés à Saubert dans un tumulus 1892 don de M. Philippe de Nogaret ». Ils proviennent des fouilles faites par les frères des écoles chrétiennes de Meyrueis, sur lesquelles nous ne possédons aucun renseignement. Le monument ne peut être localisé précisément.

124Mobilier (fig. 174A‑E)
A. Un bracelet en bronze, ouvert, à tige massive de section sub‑triangulaire et extrémités indifférenciées abruptes. La face extérieure de la tige porte un décor gravé de traits transversaux groupés, séparés par des plages rythmées de deux ou trois groupes de trois traits. Près des extrémités, les traits sont plus profondément gravés (diam. ext. : 7,3 à 9 cm ; diam. int. : 6,5 à 8,2 cm).
B. Un bracelet en bronze, ouvert, à tige massive de section triangulaire et extrémités légèrement amincies. La face extérieure de la tige est décorée de côtes peu profondes vers les extrémités, et, vers le centre, de traits gravés obliques, groupés en faisceaux opposés ; diam. ext. : 6,7 à 7,1 cm ; diam. int. : 6,6 à 6,6 cm.
C. Un bracelet en bronze, ouvert, à tige mince de section sub‑triangulaire, et extrémités légèrement amincies. La face externe de la tige est ornée de côtes très peu profondes vers les extrémités (diam. ext. : 7 à 7,2 cm ; diam. int. : 6,3 à 6,6 cm).
D. Un bracelet en bronze, ouvert, à tige massive de section sub‑rectangulaire et extrémités indifférenciées abruptes. La face extérieure de la tige est ornée de deux côtes très peu profondes près des extrémités (diam. ext. : 5,5 à 8,1 cm ; diam. int. : 4,5 à 7,1 cm).
E. Un bracelet en bronze, déformé, ouvert, à tige de section demi‑circulaire et extrémité conservée indifférenciée abrupte ; la face extérieure de la tige est lisse (diam. ext. : 7,3 à 8,8 cm ; diam. int. : 6,7 à 8,1 cm).

FIG. 174 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tertre de Saubert ; bracelets en fer.

125Datation
Première moitié du premier âge du Fer (750‑600).
Les bracelets A et D sont caractéristiques, dans les Garrigues languedociennes, de la première moitié du premier âge du Fer (La Forêt à Belvezet, Gard ; Cazevieille C4, G9, pont de la Bénovie à Buzignargues, Lebous H4 à Saint‑Mathieu‑de‑Tréviers, Hérault : Dedet 1992a). En revanche, les exemplaires B et C présentent une forme méconnue à ce jour dans la région, qui rappelle la typologie des bracelets du Bronze final. Si l’ensemble du lot est homogène, il convient d’admettre une datation au début du premier âge du Fer.

3.5 La Malène

Site no 184. Tumulus du Champ Rond

126Bibliographie
Fages, Lorblanchet 1964 : 15‑24

127Lieu de conservation
Os et mobilier sont conservés pour partie au dépôt archéologique de Banassac et pour partie au musée de La Borie à Hures‑la‑Parade (Lozère).

128Situation et fouille
Le tumulus du Champ Rond se trouve à mi‑chemin entre les hameaux de Montignac (commune de La Malène) et d’Anilhac (commune de Mas‑Saint‑Chély), à 900 m au nord‑nord‑est de Montignac, au pied du flanc sud‑ouest de la cote 882 (fig. 175). Il fait partie du « semis tumulaire d’Anilhac » (site no 187). Il fut fouillé au début des années 1960 par G. Fages.

FIG. 175 – Causse Méjan. La Malène (Lozère), localisation des tumulus du Champ Rond (site no 184), et du Serre del Moussu (site no 185). Mas‑Saint‑Chély (Lozère), localisation des tertres du col de Coperlac 1 (site no 186), des Boïres (site no 188), et de la Couronne 1 (site no 190), et des tumulus du Débès de Caussignac (site no 187) et des Conques 1 (site no 189).

129Structures et observations de fouille
(D’après Fages, Lorblanchet 1964 : 15‑17) Différents éléments structurels ont été distingués par les fouilleurs (fig. 176, nos 1 et 2).
Un tumulus inférieur en forme de calotte sphérique mesurant, d’après le plan publié, 3,6 m de diamètre et 0,6 m d’épaisseur, est formé d’un mélange de petites pierres, de gravier et de terre, surmonté par une chape d’argile. Dans la partie orientale de la calotte est plantée une pierre calcaire oblongue à sommet aminci, de 70 cm de haut, 45 cm de large et 25 cm d’épaisseur (mesures calculées d’après Fages, Lorblanchet 1964 : pl. II). Les auteurs se demandent s’il s’agit d’une stèle ou d’une borne signalétique. À la base de la calotte se trouve « un dallage circulaire, plus ou moins jointif, noirci de cendres et de charbons de bois (épaisseur du dallage 20 cm). En dessous, le sol de terre a été rougi par le feu cinéraire ».
Le plan fourni par les fouilleurs apporte des indications supplémentaires : un cercle de 2,5 m de diamètre, légèrement décentré vers le sud‑est par rapport à la calotte, forme la « limite du sol jonché de cendres, charbons de bois et os ». Il inclut un cercle plus petit, de 1,85 m de diamètre, qualifié d’ustrinum.
Plusieurs objets sont positionnés sur ce plan, à l’intérieur du cercle de l’ustrinum : des grains de blé, deux « bagues », une fibule à pied conique, une « boucle d’oreille », des fragments d’armilles, une perle, une pierre à aiguiser et un vase brisé mais déposé entier sur le dallage. D’autres éléments sont indiqués hors de cet ustrinum mais à l’intérieur du cercle figurant la limite du « sol jonché de cendres, charbons de bois et os » : une autre fibule, à fausse corde et à bouclettes, des fragments d’armilles, un anneau moulé et une dent (homme, animal ?).

130Par ailleurs, des tessons appartenant au moins à huit vases non tournés sont signalés « éparpillés dans la blocaille ».
Ce tumulus inférieur est partiellement surmonté par une calotte sphérique de 4,2 m de diamètre, formée d’un amoncellement de pierres recouvert par un cailloutis dû à la gélifraction. Cette calotte, qualifiée de « tumulus supérieur », est fortement décalée vers l’ouest par rapport au tumulus inférieur. Elle inclut en son sein « quelques tessons d’une poterie rouge grossière » à dégraissant de gros grains de calcite, indatables selon les auteurs de la fouille. Ceux‑ci se demandent si ce « tumulus supérieur » ne serait pas en fait « une recharge de matériaux contemporaine de l’incinération dans laquelle les Hallstattiens semèrent des tessons de poterie commune ». Mais on pourrait tout aussi bien penser à une recharge plus récente et sans rapport avec la fonction sépulcrale du tumulus inférieur.
Fages (1969 : 25) a reconstitué ainsi les différentes étapes de l’élaboration de ce tertre, qu’il a retrouvées identiques dans le tumulus voisin du Serre del Moussu (La Malène) (site no 185) :
1. incinération sur le sol du causse ;
2. collecte des résidus de la combustion (cendres, charbons, fragments osseux) ;
3. pavage sur l’ustrinum ;
4. dépôt des résidus de la combustion sur ce pavage et mise en place de la stèle ;
5. édification du tertre protecteur avec des pierres, pierrailles et de la terre, dans lequel on a éparpillé des tessons de poterie.

  • 4 Dans Fages, Lorblanchet 1964 : 16, il est question de 1 250 g d’os incinérés.

131Os humains
Les os humains provenant du tumulus inférieur se répartissent en deux lots : 764 g d’os incinérés4 et un fragment d’os non brûlé (1,5 g).
● Os incinérés : ils se rapportent à un adulte, probablement âgé de plus de 30 ans (sutures synostosées en face endocrânienne mais non sysnotosées en face exocrânienne), de sexe non déterminé, incinéré sur place selon les auteurs de la fouille. Toutes les régions du squelette sont représentées : crâne (105 g) (deux racines de dents montrent un apex fermé). tronc (côtes et vertèbres), membres supérieurs (humérus, radius, ulna) et inférieurs (fémur, tibia) y compris les mains et les pieds (659 g pour le squelette post‑céphalique). Parmi les éléments reconnaissables, on soulignera toutefois l’absence de morceau de coxal.
D’après les lignes transversales sur les diaphyses et les fissurations en ondes concentriques, il s’agit d’une crémation d’os frais. Les couleurs des fragments osseux indiquent une température élevée : l’immense majorité des os a une couleur blanc crayeux ; la couleur gris‑bleu apparaît quelquefois, tandis que le noir est exceptionnel (racine de la molaire). L’incinération est homogène car aucune différence systématique de couleur entre telle ou telle région du squelette n’apparaît, et, en particulier, les trois teintes sont observables au niveau du crâne.
● Os non brûlé : il s’agit d’une unique pièce, un fragment de crête iliaque de coxal appartenant à un adulte gracile.
Ce tumulus du Champ Rond a semble‑t‑il abrité deux défunts, l’un incinéré, l’autre non. En effet, le squelette incinéré est bien représenté par des pièces osseuses encadrant le coxal (tronc et membres inférieurs) ; quant à l’os non brûlé, il ne fait pas partie d’une extrémité du corps qui, par sa position, aurait pu échapper à l’ustion sur un bûcher de dimensions réduites. Le dépôt parmi le mobilier de deux fibules renforce cette hypothèse de dualité. Cependant, la présence du coxal n’a pas été notée parmi les vestiges incinérés, et, en l’absence de doublon, on ne peut écarter l’hypothèse d’un seul sujet dont le cadavre aurait fait l’objet d’un découpage en plusieurs morceaux, les uns incinérés, les autres non. Par ailleurs, cette incinération a semble‑t‑il été pratiquée à l’emplacement même du tumulus, avant son édification.

132Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét. = NR total = 1.
Ovicapriné (mouton ou chèvre) : NR = 1 (1 f. de tibia juvénile) ; NMI = 1 jeune.

133Pas de traces de découpage.

134Mobilier (fig. 176A‑J et 177K‑W)
A. Un gobelet non tourné complet, à panse ovoïde surbaissée, col bas évasé à bord C09 et fond creux 21 A, (haut. : 11,8 cm ; diam. max. : 13 cm) ; surface lissée ; pâte noire à dégraissant de calcite.
B. Trois tessons d’un gobelet non tourné, à panse ovoïde très surbaissée et col bas évasé à bord C01 (diam. max. : 8,1 cm) ; surfaces lissées avec soin ; pâte grise à rouge brique incluant un fin dégraissant de calcite broyée (1 mm).
C. Un tesson d’une coupe non tournée à panse arrondie convexe et bord déversé C01 (diam. max. : 14,3 cm) ; surfaces extérieure et intérieure lissées avec soin ; pâte gris sombre en surface, gris clair en épaisseur, renfermant un abondant dégraissant de calcite broyée.
D. Trois tessons de vase non tourné, bord B01.
E. Un tesson de gobelet non tourné, bord C01.
F, G. Deux tessons de vase(s) non tourné(s), bord F01.
H. Un fond 12A de vase non tourné.
I. Un tesson de panse de vase non tourné.
J. Un tesson de jatte non tournée à bord D04 portant sur le dessus de la lèvre aplatie des impressions obliques (diam. max. : 20,4 cm) ; surfaces extérieure et intérieure grossièrement lissées ; pâte rougeâtre incluant un dégraissant de calcite broyée mal calibrée (jusqu’à 2 mm).
K. Une fibule en bronze à fausse corde et bouclettes, complète : pied à timbale hémisphérique portant en son centre un évidement pour recevoir une incrustation de corail (disparue) ; arc aplati et élargi, décoré de deux traits incisés parallèles aux bords ; ressort bilatéral à sept spires enroulées autour d’un axe en fer, avec corde intérieure ; fausse corde extérieure ornée de cinq bouclettes, s’enroulant aux deux extrémités de l’axe par trois spires ; long, totale : 6 cm.
L. Quatre fragments d’une fibule en bronze à pied relevé et bouton conique, arc de section aplati, et ressort bilatéral court, probablement à quatre spires (deux spires conservées à droite du départ de l’arc) autour d’un axe en bronze de section quadrangulaire.
Ont également été découverts au moins vingt‑et‑un bracelets fins, en bronze, tous incomplets. Six d’entre eux portent des traces de passage sur le bûcher. Dans ce lot, on distingue quatre ensembles typologiques :
M. Deux fragments d’un bracelet fin (diam. ext. : 5,9 cm), de section ovalaire (1,5x3 mm), décoré en surface extérieure de faisceaux obliques et de sens alterné composés chacun de six traits incisés.
N. Cent trente six fragments de bracelets fins, de section triangulaire à demi‑circulaire (1 à 1,5 x 1,5 à 2,1 mm), décorés en surface extérieure de groupes de quatre ou cinq impressions séparées par des incisions fines disposées en faisceaux obliques et de sens alterné (4 à 6 faisceaux de 8 ou 9 incisions fines) ; un seul de ces morceaux montre une déformation par la chaleur. La totalité de ces fragments pèse 46 g. Le poids moyen d’un de ces bracelets étant de 3,3 g, l’ensemble représente donc environ 14 bracelets fins.
O. Dix‑neuf fragments d’un (ou deux ?) bracelet très fin, de section ronde (diam. : 0.9 mm), non décoré.
P. Vingt fragments d’au moins cinq bracelets plus épais, de section rectangulaire (3 x 1,8 mm), empilés, tordus et collés entre eux par le feu. Trois d’entre eux sont décorés sur la tranche : hachures finement incisées pour deux d’entre eux, triangles emboîtés et remplis de traits incisés parallèles à l’un des côtés du triangle pour le troisième. L’ensemble pèse 18 g.
Q. Une bague en bronze ou cerclage de manche périssable ou passant servant à relier entre eux les bracelets fins, fait d’un ruban de bronze (long. : 6 cm ; larg. : 0,4 cm ; ép. : 0,08 cm), recourbé, aux extrémités arrondies rapprochées ; décor à l’extérieur de deux filets incisés parallèles aux bords.
R. Deux fragments d’un ruban de bronze semblable à celui formant l’objet précédent (long. cons. : 4,75 cm ; larg. : 0,3 à 0,35 cm ; ép. : 0,08 cm) ; décor, sur une petite partie de la surface extérieure, de deux filets incisés parallèles aux bords.
s. Un anneau en bronze coulé dans un moule bivalve, non ébarbé, prolongé par une tige cassée (diam. ext. : 1,64 cm) ; section ovalaire : 0,5 cm x 0,25 cm ; endommagé par le feu ; probablement partie d’un anneau double servant d’applique ornementale (pour une ceinture ?).
T. Un fil de bronze enroulé sur lui‑même. U. Une perle en pâte de verre bleue, en sphère aplatie ; diam. : 0,9 cm ; haut. : 0,65 cm.
V. Un fragment de pointe de flèche en silex blanc bleuté à bords rectilignes ; long, cons. : 2,1 cm ; larg. max. cons. : 1,65 cm ; ép. max. : 0,5 cm.
W. Un fragment de lissoir ou de pierre à aiguiser en schiste ; long. cons. 9 cm ; larg. max. 4,2 cm ; ép. : 3 cm.

FIG. 176 – Causse Méjan. La Malène (Lozère). Tumulus du Champ Rond ; 1 et 2 coupe et plan (1 ; anneau ; 2 et 4 : fibules ; 3 et 8 : armilles ; 5 : pierre à aiguiser ; 6 : poterie ; 7 : boucles d’oreille) ; A à J céramique non tournée (d’après Fages, Lorblanchet 1964).

FIG. 177 – Causse Méjan. La Malène (Lozère). Tumulus du Champ Rond ; K et L fibules ; M à P bracelets‑armil les ; Q et R bague ; S anneau ; T fil (K à T : bronze) ; U perle en pâte de verre ; V armature de flèche en silex ; W aiguisoir en schiste.

135Macrorestes végétaux carbonisés
– Cinq grains de blé touzelle Triticum vulgare vill. (identification de M. Coquillat de la Société linnéenne de Lyon) ;
– Deux fragments de chêne à feuilles caduques (Quercus sp.) ;
– Un fragment de pin sylvestre (Pinus sp.) (déterminations du Centre technique du Bois, Paris).

136Datation
Fin vie‑début ves. av. J.‑C.
La fibule à fausse corde et bouclettes est datée en Champagne du « Hallstatt final » (Joffroy 1955), soit du dernier quart du vie ou du premier quart du ves. av. J.‑C. La fibule à pied relevé conique et ressort bilatéral court appartient au type 4A de Tendille (1978 : 83‑84), daté du vie et du début du ves. av. J.‑C. Les bracelets filiformes admettent une telle datation (cf. supra les remarques chronologiques faites à propos des exemplaires du Dévois de Villeneuve, site no 165). On doit donc assigner celle‑ci également au mobilier céramique, et en particulier au gobelet A déposé entier sur le dallage de base du tertre et qui a souffert du bûcher. Le tumulus du Champ Rond peut donc être daté de la fin du vie ou du début du ves.

Site no 185. Tumulus du Serre del Moussu

137Bibliographie
Fages 1969 : 22‑26

138Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

139Situation et fouille
Ce tumulus est situé à « 0,5 km à l’est du hameau de Montignac, sur la crête dénommée Serre del Moussu entre la cote 854 et l’ancien chemin reliant Montignac au Mas de Val » (fig. 175). Il a été fouillé dans les années 1960 par G. Fages.

140Structures et observations de fouille
(D’après Fages 1969 : 22‑24.)
Ce tumulus, très plat, mesure 8 m de diamètre pour 0,4 m de hauteur. De haut en bas, les éléments suivants ont été distingués (fig. 178, nos 1 et 2).
– Une fine couche de terre recouvrant la calotte d’où émerge, sur 30 cm de hauteur, une pierre verticale, solidement plantée près du bord sud du tertre, jouant sans doute le rôle de stèle (haut. : 50 cm, larg. : 46 cm, ép. : 10 cm ; mesures prises sur la fig. 1 de Fages 1969 : 23).
– Une calotte de pierres plates, disposées horizontalement, avec de la terre comblant les interstices. Celle‑ci inclut tous les tessons de poterie découverts dans ce tumulus, à l’exception de l’un d’entre eux qui se trouve sur le pavage sous‑jacent. 
– « Une sorte de pavage assez grossier » recouvrant la calotte, formé de dalles calcaires de 10 cm d’épaisseur moyenne sur une aire circulaire d’environ 7 m de diamètre. Toutes ces pierres sont légèrement relevées vers le centre du tertre ; chacune prend appui sur la précédente. La base de la « stèle » repose sur ce pavage. Dans la partie centrale de ce sol sont éparpillés des cendres, des charbons, des os humains brûlés et le mobilier, sur une aire grossièrement ovalaire de 3 à 3,7 m de diamètre. Les pierres du pavage sont noircies par les charbons, mais non altérées par le feu.
– Au‑dessous, la terre rouge du causse a durci et est devenue marron, sur une surface circulaire de 2,2 m de diamètre et 3 à 5 cm d’épaisseur, sous l’effet d’un feu violent. Elle inclut un éclat de silex et un fragment de schiste.
G. Fages a pu reconstituer ainsi les diverses étapes du rituel :
1. incinération sur le sol du causse ;
2. collecte des résidus de la combustion (cendres, charbons, fragments osseux) ;
3. pavage sur l’ustrinum ;
4. dépôt des résidus de la combustion sur ce pavage et mise en place de la stèle ;
5. édification du tertre protecteur avec des pierres et de la terre, dans lequel on jette quelques tessons de poterie.

  • 5 Fages (1969 : 22) signale 20 g d’os humains.

141Os humains
150 g d’os humains5 incinérés se rapportent à un sujet de taille adulte, de sexe non déterminable. Différentes régions du squelette sont attestées : crâne (une racine de dent, probablement incisive inférieure), tronc (côtes, vertèbres), membres supérieurs et inférieurs (radius ou ulna, fémur, fibula, MTC, MTT ou phalange).
Les caractères particuliers des cassures, lignes transversales sur les diaphyses et fissurations en ondes concentriques, sont le signe que les os ont été brûlés frais. La température d’ustion a été élevée car les fragments osseux de couleur blanc crayeux dominent largement ; la couleur gris‑bleu est assez rare et le noir brillant exceptionnel. Deux teintes peuvent être observées dans une même région squelettique, colonne vertébrale ou fémur.

142Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR total = 10.
Indéterminés : éléments d’un très jeune animal ou fœtus auxquels sont associés des restes de côtes de petite taille.

143Mobilier (fig. 178A‑D)
A‑C. Trente‑cinq tessons de céramique non tournée paraissant appartenir à autant de vases différents. Tous, sauf un, ont un dégraissant de calcite broyée plus ou moins bien calibré (jusqu’à 0,3 mm). Dans ce lot, il n’y a que deux formes : 1 fond 23 A (fig. 178A), et 1 fond 11A (fig. 178B). Un tesson muni d’un téton de préhension dégradé a une pâte différente, incluant un dégraissant de pisolites ferrugineux (fig. 178C).
D. Un silex éclaté sous l’action du feu (fig. 178D).
E. Un fragment de schiste présentant une face plane (4 x 3 x 0,3 à 0,4 cm).

FIG. 178 – Causse Méjan. La Malène (Lozère). Tumulus du Serre del Moussu ; 1 et 2 plan et coupe ; A à C céramique non tournée ; D éclat de silex (d’après Fages 1969).

144Datation
Fin du vie‑début du ves. av. J.‑C.?
Le matériel recueilli ne saurait livrer d’information précise sur la datation de ce tertre. Tout au plus les fonds de vases présents indiquent‑ils une époque postérieure au Chalcolithique. Remarquant la similitude dans les différentes étapes du déroulement des pratiques funéraires avec le tumulus voisin du Champ Rond, situé à 1 km seulement, G. Fages (1969 : 25‑26) propose une datation contemporaine, soit la fin du vie ou le début du ves. Rien dans le mobilier ne s’y oppose, mais cela reste cependant une hypothèse.

3.6 Mas‑Saint‑Chély

Site no 186. Tertre du col de Coperlac 1

145Bibliographie
Inédit.

146Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).
Ce tertre est situé sur le rebord du causse dominant le Tarn, au col de Coperlac, à 915 m d’altitude (coordonnées Lambert III zone sud : 663,440 X ; 3 224,950 Y) (fig. 175). Il n’a fait l’objet que d’un repérage en 1989 de la part de J.‑Y. Boutin. Sa partie sommitale a été arasée jusqu’à la bordure. Quatorze tessons provenant d’au moins deux vases non tournés ont été découverts en surface de l’arasement.

147Mobilier (fig. 179)
A. Onze tessons d’une urne non tournée incomplète, à panse arrondie convexe ornée de quatre cannelures horizontales, à grand col, de type « suspendien » (fig. 179).
B. Trois tessons de panse non tournée pouvant appartenir à un même récipient, de forme non déterminée.

FIG. 179 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tertre du col de Coperlac 1 ; céramique non tournée.

148Datation
Premier âge du Fer (750‑500).

Site no 187. Tumulus du Débès de Caussignac

149Bibliographie
Fages 1969 : 26‑30.

150Lieu de conservation
Os humains et animaux au dépôt archéologique de Banassac (Lozère) ; mobilier au musée de La Borie à Hures‑la‑Parade (Lozère).

151Situation et fouille
Le tumulus du Débès de Caussignac est situé à 2 km au nord‑ouest du hameau de Caussignac, non loin du rebord du causse, sur un petit col entre les cotes 980 et 967, dominant les gorges du Tarn au nord et au nord‑ouest et la vallée sèche d’Anilhac‑Carnac au sud (fig. 175). Il prend place dans un ensemble très lâche de 41 « tumulus » dispersés sur environ 1 500 ha (quadrilatère de 5 x 3 km de côté), que G. Fages et M. Lorblanchet ont recensés lors de prospections au sol effectuées au début des années 1960 dans la vallée d’Anilhac et ses abords (Fages, Lorblanchet 1964 : 10‑13). La plupart de ces tertres présentent une dépression témoignant de violations plus ou moins anciennes (Fages 1969 : 22). Mais parmi eux, outre le Débès de Caussignac, seuls quatre tertres ont été fouillés : trois ont livré un dépôt sépulcral protohistorique (Les Conques 1, site no 189 ; le Champ Rond et le Serre del Moussu, sites nos 184 et 185), et le quatrième un dépôt sépulcral d’époque gallo‑romaine (Les Conques 2, à moins de 20 m des Conques 1) (Fages 1970 : 3‑8). Pour le reste, une datation durant la Protohistoire demeure encore hypothétique.

152Le tumulus du Débès de Caussignac a été partiellement détruit par deux fouilles « clandestines » qui ont affecté la partie centrale du tertre dans les années 1940 et 1960. Une calotte crânienne y aurait alors été trouvée. G. Fages a effectué la fouille de sauvetage de ce qu’il restait du monument en 1965 ; mais la connaissance de ce gisement sépulcral ne peut donc être qu’incomplète.

153Structures et observations de fouille
(D’après Fages 1969 : 26‑29.)
Le tumulus est limité par une bordure circulaire discontinue de dalles très minces, provenant d’un étage géologique distant d’environ 200 m. Celles‑ci sont plantées verticalement ou en oblique, et calées dans des fissures du substratum rocheux. Le diamètre de cette structure est en moyenne de 6,6 m. À l’intérieur de cette couronne, le remplissage de la calotte du tumulus est composé d’un amoncellement, sans ordre lisible, de pierres provenant du substratum local, souvent volumineuses, et de terre. Cette calotte a une hauteur maximum de 0,6 m (fig. 180, nos 1 et 2). Elle inclut un morceau de meule dormante en grès (E). Au niveau du sol primitif, sous un gros bloc calcaire, a été trouvé un tesson d’un vase non tourné caréné et décoré (A). Ce sont les seuls vestiges découverts en place. Le reste du matériel –ossements humains et animaux, tessons de poterie, fragment d’objet en bronze– a été recueilli sur la couche supérieure des déblais des fouilles clandestines et procède certainement du fond du tumulus.

  • 6 Fages (1969 : 28) signale 100 g d’os humains.

154Os humains
De ce tumulus proviennent 142 g d’os humains6 non brûlés, appartenant à un adulte assez robuste, probablement âgé de plus de 30 ans (les sutures crâniennes sont synostosées en face endocrânienne, et en cours de synostose avancée en face exocrânienne) ; mais ce lot est sans doute incomplet (les fouilles clandestines auraient d’ailleurs procuré une calotte crânienne). Toutes les régions du squelette sont attestées : crâne, très incomplet (16 petits fragments de calotte à la paroi très épaisse, parmi lesquels 1 d’occipital, 2 de pariétal et 1 de temporal), tronc (fragments vertébraux dont un corps avec listel soudé, et fragments de côtes), ceinture scapulaire, membres supérieurs (fragments d’ulna droite ou gauche, capitatum gauche, extrémité distale de MTC IId, 1 phalange proximale II à V, ceinture pelvienne (un fragment d’épine iliaque de coxal droit ou gauche) et membres inférieurs (fragment de fémur et peut‑être de tibia).
Les circonstances de découverte ne permettent pas d’appréhender le mode de dépôt de cet individu.
Le lot d’os conservés du tumulus du Débès de Caussignac contient en outre un petit fragment de diaphyse d’os long très brûlé. Il est impossible de dire si ce fragment se rapporte à un homme ou à un animal. On ne peut donc exclure que ce tumulus ait abrité les restes d’un autre défunt, incinéré celui‑là.

155Mobilier (fig. 180A‑C)
A. Un tesson d’une coupe biconique non tournée, à carène vive ; décor géométrique d’incisions fines en traits doubles, tracés avant cuisson au moyen d’une pointe simple et non bifide (ligne brisée horizontale entre deux doubles lignes droites horizontales) ; surfaces polies ; pâte beige‑marron à fin dégraissant de calcite.
B. Un bord D04 d’urne ou de coupe non tournée, à pâte gris‑noir contenant un fin dégraissant de calcite broyée.
C. Un fragment de lamelle en bronze ; long. cons. : 1,2 cm ; larg. : 0,55 cm ; ép. : 0,2 cm.
D. Trente très petits tessons de céramique non tournée à dégraissant de calcite broyée fine. Ils paraissent appartenir à des vases différents, mais le décompte est impossible à faire.
E. Un fragment de meule dormante en grès (20 x 18 x 15 cm).

FIG. 180 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus du Débès de Caussignac. 1 et 2 plan et coupe ; A et B céramique non tournée ; C lamelle en bronze (d’après Fages 1969).

156Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen)
NR total = 2.
Esquilles indéterminées : NR = 2.

157Datation
Bronze final IIIa ou IIIb.
Par sa forme et son décor, le vase A est datable du Bronze final IIIa ou IIIb (comparer par exemple avec Tonnerre I pour le Bronze final IIIa ; Py 1985 : 72, fig. 43, no 54 ; et pour le Bronze final IIIb avec Tonnerre II ; Dedet 1985b : 123, fig. 71, no 1). Cependant, l’absence de la lèvre ne permet pas de trancher entre les deux périodes. Le reste du matériel ne dément pas cette datation, mais ne permet pas non plus de la préciser.

Site no 188. Tertre des Boïres

158Bibliographie
Inédit.

159Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).
Sur un tertre détruit, au lieu‑dit Les Boïres, non loin de Coperlac, 25 tessons de plusieurs vases non tournés furent recueillis. Cinq d’entre eux appartiennent à une grande urne de type « suspendien » à grand col divergent et bord C01 (fig. 181). Aucune autre donnée ne permet de préciser la forme et la nature de ce tertre dont l’origine paraît remonter au premier âge du Fer. En outre, un tesson de vase tourné fermé, à pâte gris blanchâtre et surface extérieure striée, témoigne d’une réutilisation durant l’Antiquité tardive ou le haut Moyen Âge.

FIG. 181 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tertre des Boïres ; céramique non tournée.

Site no 189. Tumulus des Conques 1

160Bibliographie
Fages, Lorblanchet 1964 : 25‑31.

161Lieu de conservation
Os humains au dépôt archéologique de Banassac (Lozère) ; mobilier au musée de La Borie à Hures‑la‑Parade (Lozère).

162Situation et fouille
Deux tumulus ont été fouillés au lieu‑dit Les Conques. Les Conques 1 a livré un dépôt funéraire protohistorique, tandis que Les Conques 2 renfermait une sépulture d’époque gallo‑romaine. Seul le premier sera pris en compte ici.
Au cœur du semis tumulaire d’Anilhac évoqué à propos du Débès de Caussignac, le tumulus 1 des Conques est édifié à 900 m au sud du hameau d’Anilhac, dans le poljé de Carnac‑Anilhac, sur un pointement rocheux formant le pied du Serre del Moussu (fig. 175). Il a été fouillé au début des années 1960 par G. Fages.

163Structures et observations de fouille
(D’après Fages, Lorblanchet 1964 : 25‑27.) « Sa forme primitive, qui devait être circulaire, est aujourd’hui déformée par des apports récents. C’est un amoncellement de grosses pierres aux dimensions imposantes : diamètre 13 m, hauteur 1,30 m. L’absence de pellicule de terre protectrice, la résistance à l’érosion des matériaux employés (calcaire dolomitisé) lui donnent un aspect extérieur inhabituel pour notre région » (fig. 182no 1).
Ce tumulus a livré deux sépultures, l’une du ives. av. J.‑C. (sépulture no 1), l’autre d’époque gallo‑romaine tardive (sépulture no 2) (fig. 182, no 2).
● Sépulture no 1 : « Quelques restes d’un homme âgé gisaient sur la terre à peu près au centre du tas de cailloux. Malgré l’extrême dispersion des débris osseux, nous pensons que le défunt était orienté sud‑ouest/nord‑est, la tête au sud‑ouest. À la hauteur de l’épaule droite de cette sépulture, que nous appelons sépulture no 1, nous avons dégagé, écrasé sous une pierre volumineuse, le vase no 1 (fig. 182C). À gauche et au niveau du bassin se trouvaient une fibule et un objet en fer, peut‑être agrafe de ceinture (fig. 182A, B). Vers la tête et les pieds, nous avons noté la présence d’offrandes alimentaires (dents et os de sanglier, cheval, mouton) ».
● Sépulture no 2 : « À environ 1 mètre au sud de la première inhumation, une deuxième inhumation en mauvais état, orientée exactement ouest‑est, portait sur la poitrine un vase (vase no 2) cassé en plusieurs morceaux. La crâne dolichocéphale, assez bien conservé, avait roulé au bas d’un bloc parallélépipédique de plus de 100 kg qui relevait la partie supérieure du corps ou, plus exactement, le cercueil de bois dont l’existence est attestée par 21 clous en fer éparpillés autour du squelette ».
Ces deux sépultures étaient implantées sur les ruines d’une cabane ou abri de la fin du Bronze final ou du premier âge du Fer établie sur le substrat rocheux, délimitée à sa base par des dalles plantées. Le tamisage des terres recouvrant et colmatant les fissures de la roche en place a livré « une dizaine d’éclats de silex, de la céramique extrêmement fragmentée, quelques esquilles d’os d’animaux portant des traces d’ustion ».

  • 7 La liste des pièces osseuses donnée ici pour le sujet no 1 est un minimum. Il n’est pas à exclure q (...)

164Os humains
Il n’a pas été possible de déterminer avec certitude à quel dépôt funéraire se rapporte chaque os humain conservé de ce tertre. L’ensemble du lot, qui correspond donc aux deux sépultures observées à la fouille, comporte en fait les restes d’au moins quatre sujets :
– sujet no 1 : adulte robuste, probablement assez âgé si l’on se réfère à l’état de la denture (usure et perte de certaines dents ante mortem avec résorption alvéolaire) ;
– sujet no 2 : individu décédé en période périnatale, mort‑né ou nouveau‑né ;
– sujet no 3 : adulte très robuste, âgé de plus de 30 ans d’après les sutures crâniennes, et probablement plus au vu de l’état de la denture (usure et perte de certaines dents avec résorption alvéolaire) ;
– sujet no 4 : adolescent âgé d’environ 18 ans.
Le sujet no 2 n’est signalé que par une unique pièce osseuse. À l’adolescent se rapporte une phalange distale I du pied. Quant aux deux adultes, ils sont attestés par un grand nombre d’ossements, parfois en double ou présentant des incompatibilités entre eux. Le crâne de l’adulte no 3 est en grande partie conservé. De celui de l’adulte no 1 ne subsistent en revanche que quelques éléments.
Le décompte de l’ensemble des dents fait bien apparaître la présence de trois individus adultes ou de taille adulte : deux l1d, trois l2d, trois C1d, deux P1d, une P2d (et une alvéole de P2d colmatée), une M2d, une M3d, une P1 ou P2d, une l1g, une l2g, une et peut‑être deux P1g, une alvéole colmatée de M1g, deux M2g, une M3g (et une alvéole de M3g colmatée), une P1 ou P2d ou g, une C, d, deux P1d, deux P2d, deux M1d, deux M2d, une M3d (et une alvéole colmatée), une l2g, deux C, g, une P1g (et une alvéole de P1g colmatée), une alvéole colmatée de P2g, deux M1g, deux M2g, une M3g, deux l1d ou g, quatre racines de dents uniradiculées.
La plupart des pièces osseuses sont blanches, légèrement concrétionnées, dépourvues de traces terreuses. Elles ont apparemment séjourné dans une couche pierreuse et semblent devoir être rapportées au dépôt funéraire supérieur d’époque gallo‑romaine (sépulture no 2). Certains os, en revanche, sont colorés en jaune par la terre et présentent encore des restes de gangue terreuse. Ils ont manifestement été découverts dans une couche de terre et doivent appartenir au dépôt inférieur (sépulture no 1), daté du ives. av. J.‑C. Les os de ce lot, trouvés en contact avec la terre, se rapportent en presque totalité à l’adulte no 1, et dans un cas seulement au sujet no 2.
● Os ayant séjourné dans une couche de terre et appartenant au sujet no 1 :
– crâne : f. de maxillaire gauche avec M2 et M3g en place ;
– thorax : 9 f. de côtes ; 5 f. de vertèbres thoraciques et 3 f. de vertèbres lombaires (listel soudé, dégénérescences osseuses très importantes) ;
– ceinture scapulaire : moitié externe de clavicule droite ;
– membres supérieurs : MTC IIId, MTC IVd, capitatum gauche ;
– membres inférieurs : f. d’épiphyse distale (condyle externe) et épiphyse proximale (tête) de fémur gauche très robuste ; 2 f. de diaphyse de fémur ; diaphyse de tibia droit ; 1 f. de diaphyse de fibula droite ; f. de patella gauche très robuste ; calcanéum gauche ; cuboïde droit et gauche ; naviculaire droit très robuste ; MTT IVg ; MTT III(?) g.
● Os ayant séjourné dans une couche de pierres et pouvant appartenir au sujet no 1 (en double par rapport au sujet no 3)7 :
– crâne : 1 f. de frontal, 1 f. de pariétal droit, 3 f. de pariétal, 1 f. de temporal droit (avec rocher droit), 1 rocher gauche ; 1 f. de maxillaire avec l2d, C1d et P1d en place, très usées et cassées, et alvéoles vides et non colmatées de l2g, l1g, l1d et P2d ; mandibule presque complète (il manque les deux condyles), avec P2d, M1d, M2d, M2g et M1g, en place, très usées, avec racine en place de l2g, avec résorption alvéolaire de M3d, P1d et P2g, avec alvéoles vides et non colmatées de M3g, P1g, C1g, l1g, l1d, l2d et C1d.
– tronc : 2 f. de sacrum ;
– membres supérieurs : moitié distale de radius droit robuste ; épiphyse proximale d’ulna droite robuste ; 2 phalanges moyennes de la main, Il à V, droites ou gauches.
● Os appartenant au sujet no 2 (périnatal) : moitié distale de fémur gauche.

165Mobilier de la sépulture no 1 (fig. 182A‑C)
A. Un fragment d’un objet en fer : plaque incomplète, ajourée à une extrémité, munie d’un départ d’anneau à l’autre, percée au centre d’un trou secondaire de 2,2 mm de diamètre, épaisse de 2,5 mm vers le centre, amincie vers les bords latéraux ; long. cons. : 4,2 cm ; larg. cons. : 3,1 cm. Peut‑être s’agit‑il d’une agrafe de ceinture ?
B. Une fibule en fer complète, à pied replié sur un arc surbaissé de section ronde, ressort bilatéral à quatre spires, corde extérieure ; type 10 de Tendille (1978 : 92‑94), daté du ives.‑début du iiies. av. J.‑C.
C. Une coupe non tournée complète, à panse arrondie convexe, bord convergent 101 et pied bas 62A (haut. : 9 cm ; diam. max. : 17,7 cm) ; surfaces soigneusement lissées à l’extérieur et à l’intérieur.

FIG. 182 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus des Conques 1 ; 1 et 2 coupe et plan ; A agrafe de ceinture (?) en fer ; B fibule en bronze ; C céramique non tournée (d’après Fages, Lorblanchet 1964).

166Datation
ives. av. J.‑C.
Le type 10 de fibule en fer, comme son homologue en bronze (type 9), est daté en Languedoc et en Catalogne au ives. et au début du iiies. av. J.‑C. Une telle datation n’est pas contredite par la présence de la coupe C à panse arrondie et pied bas. En effet, si une telle forme apparaît en Languedoc dès la transition Bronze final/premier âge du Fer (ainsi dans les tombes les plus tardives du Moulin de Mailhac ; Taffanel et al. 1998 : 270), elle persiste jusqu’au second âge du Fer, comme par exemple sur l’oppidum de Roque de Viou dans le dernier quart du ives. (Py 1990 : 361, doc. 61, nos10 et 11). La sépulture no 1 des Conques a donc été mise en place durant le cours du ives. av. J.‑C.

Site no 190. Tertre de La Couronne 1

167Bibliographie
Inédit.

168Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).
Ce tertre est situé à 1 km au nord‑ouest du hameau d’Anilhac, sur un plateau très légèrement incliné vers l’ouest, à 250 m seulement de la bordure du causse (fig. 175). Détruit, il a livré quinze tessons de céramique non tournée pouvant être rapportée à la fin du premier âge du Fer, et six tessons de vases gallo‑romains. Le premier lot comprend sept tessons informes appartenant à des récipients différents et huit morceaux de bord ou de fond de cinq vases (fig. 183A‑E).
A. Une partie supérieure d’urne non tournée à col rentrant, bord G01, décorée au contact col‑panse d’un rang horizontal de coups incisés obliques.
B. Un fragment d’urne non tournée à col divergent et bord facetté A11.
C. Un col rentrant d’urne non tournée, à bord G07.
D. Un bord B01 d’urne non tournée.
E. Une partie inférieure d’urne à pied annulaire bas 62A.
Nous ne disposons d’aucune autre donnée sur ce tertre permettant de caractériser ses deux phases d’utilisation.

FIG. 183 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tertre de La Couronne 1 ; céramique non tournée.

169Datation
vieves. av. J.‑C. et époque gallo‑romaine.

Site no 191. Coffre réutilisé de La Téouliére

170Bibliographie
Costantini, Fages 1971 ; Costantini et al. 1985 : 89.

171Lieu de conservation
Matériel au dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

172Situation et fouille
Le coffre de La Téouliére est situé en plein causse, à 700 m à l’ouest du hameau de Vallongue, en bordure septentrionale de la route actuelle reliant ce hameau au Mas‑Saint‑Chély (fig. 185). Il se trouve sur une ligne de crête, sur le calcaire kim‑méridgien, et les constructeurs ont facilement rencontré sur place les dalles nécessaires à son édification. Ce coffre, presque complètement vidé anciennement, fit l’objet d’une fouille de sauvetage par G. Fages en 1969.

173Monument et dépôt de réutilisation
Ce monument comprend un coffre de plan trapézoïdal de 2 à 2,2 m de long pour 0,85 à 1,35 m de large à la base, dont le grand axe est orienté est‑ouest, enserré par un tumulus de 7 à 8 m de diamètre et 0,8 m de haut, composé essentiellement de pierrailles. Chacune des parois du coffre est formée par une dalle plantée de chant. Les dalles sud, ouest et est sont légèrement inclinées vers l’intérieur. Celle du nord, très fortement penchée, a fait l’objet d’un remaniement dès la phase initiale de fonctionnement de la sépulture, à la fin du Chalcolithique. Cassée en deux verticalement, sa moitié est a été écrêtée et doublée vers l’extérieur par une dalle parallèle. Cette réparation était destinée à reformer le caisson. Le tumulus était sans doute circulaire à l’origine, mais déformé par le double pendage du sol, est‑ouest et surtout nord‑sud, il mesure désormais 8 m sur son grand axe et 7 m sur le petit. Sa hauteur est de 0,8 m (fig. 184, nos 1 et 2).
Seule subsistait une petite partie inférieure du remplissage. Elle livra, ainsi que le tamisage des déblais des fouilles anciennes, de nombreux fragments osseux humains non brûlés correspondant à au moins cinq adultes et un enfant, des objets de la fin du Chalcolithique et du Bronze ancien‑moyen, mais également quelques documents –tessons de céramique non tournée et objets en bronze– attestant une réutilisation plus récente, sans doute du Bronze final II d’après le vase le mieux représenté. Plusieurs tessons de cette époque ont été trouvés dans le lambeau de remplissage encore en place à la base de la paroi orientale, près du coin sud‑est, ou entre le montant nord et sa doublure. D’autre part, 15 g d’os humains incinérés, morcelés, éclatés et noircis, dont trois fragments de crâne très fins, étaient dispersés jusqu’à la base du remplissage. Sont‑ils à mettre en relation avec cette réutilisation du Bronze final II ?

174Mobilier du dépôt de réutilisation (fig. 184A‑I)
A. Une pointe de flèche en os, à pédoncule et ailerons.
B. Une pointe de flèche en bronze, à pédoncule et ailerons.
C, E. Deux anneaux fragmentaires en bronze, à section lenticulaire ou ronde.
D. Un fragment de fil de bronze recourbé appartenant peut‑être à un anneau en spirale.
F. Dix tessons d’une petite urne non tournée à panse à profil arrondi très galbée, col divergent et fond creux (mais la partie supérieure du col et le bord manquent) ; décor de fines cannelures très peu profondes tracées avant séchage : trois cannelures horizontales au contact col‑panse, des groupes de cinq à sept segments de cannelures verticales sur la partie supérieure de la panse. La surface extérieure est soigneusement lissée ; la surface intérieure présente un lissage ébauché.
G. Un bord facetté C11 d’urne non tournée à col divergent.
H. Une trentaine de fragments très érodés d’une urne non tournée à panse à profil arrondi, au contact col‑panse souligné par une cannelure horizontale de largeur et profondeur variables.
I. Un fragment de panse de vase non tourné avec départ d’anse.
Tous ces tessons incluent un dégraissant de calcite. Les couleurs des surfaces varient selon les exemplaires du noir au grisâtre et au rougeâtre.

FIG. 184 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Coffre réutilisé de La Téoulière ; 1 et 2 plan général et coupe ; A armature de flèche en os ; B armature de flèche en bronze ; C et E anneaux en bronze ; D fil de bronze ; F à I céramique non tournée (d’après Costantini, Fages 1971).

Chamblon

  • 8 Dans cet article, ces tertres sont numérotés de 1 à 8 dans la série A, mais les objets et le condit (...)

175Huit tertres ont été explorés en 1936 par le Centre de recherches archéologiques des Chênes Verts aux environs de la ferme de Chamblon (Chamblon Al à A8) (fig. 185). Ils ont fait l’objet d’une relation sommaire (CRA Chênes Verts 1959 : 167‑172)8. Le tertre A1 a livré des objets gallo‑romains et médiévaux, sans trace avérée d’une utilisation antérieure. Le tertre A5 est un caisson qui n’a semble‑t‑il pas livré de matériel postérieur au Chalcolithique ou au Bronze ancien. Nous ne prendrons donc en considération ici que les tertres A2, A3, A4, A6, A7 et A8 (sites nos 192 à 198) ; parmi eux, seuls les tumulus A2, A4, A6 et A7 peuvent être rapportés sûrement au premier âge du Fer.

FIG. 185 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Localisation du coffre réutilisé de La Téoulière (site no 191), des tumulus de Chamblon A2, A3, A4, A6, A7 et A8 (sites nos 192 à 197), ciste réutilisée A4 de Chamblon (site no 198) et tertre de Prunet (site no 199).

Site no 192. Tumulus de Chamblon A2

176Bibliographie
CRA Chênes Verts 1959 : 169‑170.

177Situation
Ce tertre est « situé près de la ferme de Chamblon au lieu‑dit Les Cabanes ».

178Lieu de conservation
Les objets, os humains et animaux sont déposés au musée languedocien de Montpellier (Société archéologique de Montpellier, coll. du CRA des Chênes Verts).

179Structures et observations de fouille
Ce tumulus a un diamètre de 4 m et une hauteur de 0,7 m. Selon les fouilleurs, le défunt était un adulte « inhumé en décubitus dorsal ». Le croquis (ibid. : p. 169, fig. 4) montre une orientation du corps nord‑sud, tête au nord. Il indique également que les vases A et B étaient déposés près de la tête, le premier à l’ouest, à la droite du mort, le second à l’est, à sa gauche. Le bracelet D est signalé « près de l’avant‑bras gauche ».

180Os humains
1 120 g d’os humains non brûlés proviennent de ce tertre. Ils appartiennent à un individu adulte peu robuste, très probablement de sexe féminin (la grande échancrure sciatique, bien visible sur le coxal droit, est largement ouverte). Toutes les parties du squelette sont représentées, crâne, tronc et membres, à l’exception des pieds (fig. 186, no 1). Les sutures crâniennes sont en cours de synostose en face endocrânienne seulement ; toutes les dents présentent un apex fermé, et, à l’exception de M1d, elles sont peu usées ou pas du tout. La quantité d’os conservés et leur répartition dans les différentes parties du squelette ne permettent pas de mettre en doute l’identification faite par les fouilleurs d’un sujet en dépôt primaire. L’absence totale des os des pieds peut provenir soit d’une mauvaise conservation de cette partie du corps (mal protégée par un tumulus n’ayant que 4 m de diamètre et une hauteur, vers la périphérie, sans doute très inférieure au 0,7 m indiqué, correspondant probablement au centre du monument), soit d’une fouille incomplète.

181Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét. = 11 ; N R total = 14.
– Porc : NR = 2 (1 scapula, 1 diaphyse de fémur) ; NMI = 1 nouveau‑né.
– Ovicapriné (mouton ou chèvre) : NR = 8 (divers f. dentaires, 1 molaire sup., 2 f. de diaphyse d’humérus, 1 f. de diaphyse de métacarpe, 1 f. de diaphyse de tibia, 1 première phalange rongée, 1 f. d’épine thoracique) ; NMI = 1 jeune adulte.
– Oiseau (type galliforme) : NR = 1 (1 diaphyse d’humérus rongé) ; NMI = 1.
– Esquilles indéterminées : NR = 3.
Pas de traces d’origine anthropique, mais marques de dents de rongeur et altération importante.

182Mobilier (fig. 186A‑D)
A. Une grande urne non tournée, incomplète, à panse arrondie haute, col haut évasé, bord C01, et pied bas 62A ; gorge à la jointure du col et de la panse (haut. : 28 cm ; diam. max. : 33,9 cm) ; pâte rouge‑marron à grise en surface, incluant un dégraissant de calcite broyée localement abondant (jusqu’à 2 mm).
B. Un gobelet non tourné, incomplet (il manque environ un quart du vase), à panse arrondie surbaissée, grand col évasé, et fond rond 81 (haut. : 10,8 cm ; diam. max. : 15,4 cm) ; pâte rouge brique avec dégraissant de calcite broyée abondant et mal calibré (jusqu’à 2 mm) ; gros éclats thermiques arrondis sur le fond à l’extérieur.
C. Seize tessons d’une coupe non tournée, très incomplète, à panse arrondie convexe, bord divergent E01 ; pâte rose brique à beige en surface et rouge brique à noire en épaisseur, avec abondant dégraissant de calcite broyée fine (jusqu’à 0,6 mm).
D. Un bracelet en fer incomplet (ouvert, fermé ?), à tige de section circulaire de 0,4 cm d’épaisseur ; diam. int. : 6,4 cm.

FIG. 186 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus de Chamblon A2 ; 1 état de conservation du squelette ; A‑C céramique non tournée ; D bracelet en fer.

183Datation
Milieu du premier âge du Fer (650‑600). Présente discrètement dès la transition Bronze final/premier âge du Fer à Mailhac (Taffanel et al. 1998 : 261‑262), l’urne A appelle de nombreuses comparaisons avec le mobilier des tumulus des Garrigues durant le premier âge du Fer, antérieurement au vies. On se reportera aux remarques chronologiques faites à propos d’une urne de forme semblable du tumulus du Bac II (site no 126), sur le Sauveterre méridional, face à Chamblon, de l’autre côté de la coupure du Tarn.
De même, les bracelets en fer à section circulaire sont présents dans la première partie du premier âge du Fer, comme dans la seconde moitié du viies. dans de nombreuses sépultures du Peyrou d’Agde (Nickels et al. 1989 : passim), mais absents des nécropoles du vies. comme Saint‑Julien de Pézenas ou Grand Bassin II de Mailhac. Le gobelet B invite, pour sa part, à resserrer la fourchette de datation de ce tumulus à la seconde moitié du viies. En effet, malgré l’absence d’ombilic au fond, il se rapproche plutôt des gobelets carénés présents à Agde dans la seconde moitié du viies. (tombe 65 ; Nickels et al. 1989 : 125), à Carsac, à la fin du viies. et au début du vies. (surtout fosse 30 ; Guilaine et al. 1986 : 128, 129, no 14), à la fin du viies. à Saint‑Julien de Pézenas (Dedet 1974 : 350‑351, pl. 73, no 154) et au début du vies. dans la tombe 19 de Couffoulens (Solier et al. 1976 : 28, fig. 36 ; pour la datation, Passelac et al. 1981 : 53).

Site no 193. Tumulus de Chamblon A3

184Bibliographie
CRA Chênes Verts 1959 : 170.

185Situation
Ce tertre est « situé près de la ferme de Chamblon au lieu‑dit Les Escouffins‑Hauts ».

186Lieu de conservation
Les objets, os humains et animaux sont déposés au musée languedocien de Montpellier (Société archéologique de Montpellier, coll. du CRA des Chênes Verts).

187Structures et observations de fouille
Ce tertre a un diamètre de 2,5 m et une hauteur de 0,4 m. « Un petit caisson de dalles levées, orienté est‑ouest occupait le centre du tumulus ». Les fouilleurs signalent la découverte de « 10 grammes incinérés ». En l’absence d’indication contraire, nous pouvons supposer qu’il s’agit là d’une incinération secondaire.

188Os humains
Non retrouvés dans la collection du CRA des Chênes Verts au siège de la Société archéologique de Montpellier.

189Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR total = 4.
Esquilles indéterminées : NR =4.

190Mobilier
Un petit tesson de vase non tourné, de forme non déterminée.

191Datation
Le tesson ne permet pas de proposer une datation précise à l’intérieur de la Protohistoire. Cependant, par sa nature et son contenu, ce monument paraît pouvoir être rapporté au premier âge du Fer.

Site no 194. Tumulus de Chamblon A4

192Bibliographie
CRA des Chênes Verts 1959 : 170‑171.

193Situation
Ce tumulus est « situé à 50 m du précédent ».

194Lieu de conservation
Les objets, os humains et animaux sont déposés au musée languedocien de Montpellier (Société archéologique de Montpellier, coll. du CRA des Chênes Verts).

195Structures et observations de fouille
Ce tumulus a un diamètre de 7 m pour 1,4 m de haut. Les os humains, incinérés, ont été « trouvés mêlés à de nombreux fragments de végétaux brûlés ». Les os d’animaux, qui ne présentent aucune trace d’ustion, sont placés en un « dépôt nettement séparé des restes humains ». En l’absence de toute trace de feu signalée sur le paléosol ou sur les structures, et vu la faible masse d’os, on considérera qu’il s’agit d’une incinération secondaire. Les restes végétaux brûlés proviendraient de l’ustrinum, prélevés en même temps que les os. Ce serait ainsi une petite partie du bûcher funéraire qui aurait été déversée dans la tombe et non des os triés seuls.

196Os humains
47 g d’os humains incinérés se rapportant à un sujet adulte ont été recueillis. En l’absence de doublon, il semble que nous n’ayons affaire qu’à un seul individu. Les morceaux de diaphyses sont très souvent fissurés en ondes concentriques, indice d’une crémation d’os frais. Tous les fragments ont une couleur blanche, indice d’une température de crémation supérieure à 650 oC selon le barème de E. Bonucci et G. Grazziani (Bonucci, Grazziani 1975).
Peu de pièces peuvent être identifiées avec précision ; cependant, différentes parties du squelette du défunt sont attestées : calotte crânienne (5 g), tronc (axis) et membres, notamment tibia (squelette post‑céphalique : 42 g).

197Mobilier (fig. 187A, B)
A. Plusieurs morceaux d’une grande urne non tournée, très incomplète (environ un quart seulement de la partie supérieure du vase est présent), à panse arrondie, col haut divergent et bord C11 ; diam. max. : 34 cm) ; pâte rose brique à grise avec un abondant dégraissant de calcite broyée mal calibrée (jusqu’à 2 mm).
B. Une coupe non tournée, incomplète (il manque les deux tiers de la partie supérieure et un tiers du fond), à panse carénée très surbaissée, bord déversé C09, pied moyen 51A ; haut. : 10,7 cm ; diam. max. : 23 cm) ; décor de groupes de trois larges bandes verticales excisées (technique A2 à stries très larges) : deux groupes sont conservés mais le vase devait en comporter quatre diamétralement opposés ; pâte grise à ocre brun et à jaune à dégraissant de calcite broyée (jusqu’à 2 mm).
C. Trois tessons d’un vase non tourné, sans doute une autre urne, à parois plus épaisses (0,8 à 1,2 cm), pâte rougeâtre brique incluant un dégraissant de calcite broyée mal calibré.

FIG. 187 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus de Chamblon A4 ; céramique non tournée.

198Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét. = NR total = 17.
– Cheval : NR = 1 (1 f. de bourgeon dentaire de dent jugale) ; NMI = 1 jeune adulte.
– Porc : NR = 2 (2 f. d’incisives) ; NMI = 1 adulte.
– Ovicapriné (mouton ou chèvre) : NR = 4 (1 f. de mandibule avec déciduales, 1 f. de quatrième déciduale inf., 1 f. de molaire inf., 1 troisième molaire sup.) ; NMI = 2 : un jeune et un jeune adulte.
– Chien : NR = 10 (2 canines inf., 1 f. de canine sup., 2 incisives inf., 1 incisive sup., 3 prémolaires sup., 1 première molaire inf.) ; NMI = 1 adulte.
Ce matériel est uniquement constitué de dents (en particulier des restes d’une tête de chien), mais le milieu est peu propice à la conservation des os.

199Datation
Milieu du premier âge du Fer (650‑600). L’urne A est tout à fait comparable à celle du tertre voisin de Chamblon A2, et renvoie au même horizon chronologique. La coupe B est semblable à un vase de la tombe 212 de Saint‑Julien de Pézenas daté de la fin du viies., également orné d’excisions, selon le même motif et au même endroit (Dedet 1974 : 101, no 265), et à un exemplaire du tumulus VII de Glandon (Haute‑Vienne), que le mobilier métallique associé situe au vies. (Boisseau, Lambert 1975 : 16, fig. 14, no 31 ; Roulière‑Lambert 1986 : 177, fig. 3‑1, 182, fig. 7, no 3).

Site no 195. Tumulus de Chamblon A6

200Bibliographie
CRA Chênes Verts 1959 : 171.

201Situation
Ce tumulus se trouve « à 200 m du précédent ».

202Lieu de conservation
Les objets et os humains et animaux sont déposés au musée languedocien de Montpellier (Société archéologique de Montpellier, coll. du CRA des Chênes Verts).

203Structures et observations de fouille
Ce tertre, « formé de gros blocs », mesure 4 m de diamètre pour 0,7 m de hauteur. Selon les fouilleurs il avait été « très anciennement fouillé ».

  • 9 Le CRA des Chênes‑Verts (1959 : 171) parle d’os incinérés, mais le poids très voisin qu’il indique (...)

204Os humains
340 g d’os humains non brûlés mais très mal conservés, notamment les diaphyses, très fragmentées dans le sens de la longueur, ont été recueillis9. Ils se rapportent à un individu adulte gracile, probablement âgé de plus de 30 ans (sutures crâniennes en cours de synostose), dont le sexe ne peut être précisé. Toutes les parties du squelette sont attestées (fig. 188, no 1) : crâne, tronc (deux fragments de côtes), membres supérieurs (fragment, de diaphyse de radius droit ou gauche ; une phalange proximale II à V ; une phalange distale I), membres inférieurs (fragments de diaphyse de fémur et de tibia droit ou gauche, de talus, cuboïde gauche gracile, un cunéiforme IIId gracile et moitié proximale de MTT). On ne possède aucune information concernant le mode de dépôt du défunt.

205Mobilier (fig. 188A)

206A. Des fragments d’une grande urne non tournée, très incomplète (moins du quart du vase est représenté, mais l’on ignore si cela procède d’une pratique funéraire ou de la « fouille » antérieure), panse arrondie très galbée, col haut évasé, bord C11 et pied bas 62C (diam. à l’ouverture 36 cm) ; décor en haut de la panse d’une rangée horizontale d’impressions en coin de règle ; pâte rouge brique à marron en surface, gris sombre en épaisseur, incluant un abondant dégraissant de calcite broyée bien calibré (jusqu’à 1 mm).

FIG. 188 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus de Chamblon A6 ; 1 état de conservation du squelette ; A céramique non tournée.

207Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét. = 37 ; N R total = 54.
– Ovicaprinés (mouton ou chèvre) : NR = 3 (1 f. de troisième molaire inf., 1 première phalange, 1 f. de diaphyse d’humérus altéré) ; NMI = 1 adulte.
– Chien : NR = 34 appartenant à 3 individus : 1 jeune (1 f. de maxillaire, 1 dent déciduale) ; 1 jeune adulte (1 atlas, 6 premières phalanges, 2 talus, 1 calcanéum, 2 métatarses, 2 carpiens, 2 canines inf., 2 canines sup., 2 incisives inf., 2 incisives sup., 1 prémolaire sup., 3 molaires inf., 2 molaires sup.) ; 1 adulte de petite taille (1 première molaire inf., 2 métacarpes, 1 métatarse).
– Foetus indéterminé : NR = 2.
– Esquilles indéterminées : NR = 17.
Les restes de chiens correspondent à des dépôts de crânes et de peaux.

208Datation
Milieu du premier âge du Fer (650‑600). L’urne présente une forme tout à fait semblable à celle de ses homologues des tertres voisins, Chamblon A2 et A4. Sans autre élément d’information, il convient donc d’assigner à Chamblon A6 la même datation.

Site no 196. Tumulus de Chamblon A7

209Bibliographie
CRA Chênes Verts 1959 : 172.

210Situation
Ce tumulus est « à 900 m au sud‑ouest de la ferme de Chamblon, lieu‑dit Les Bouys‑sières ».

211Lieu de conservation
Les objets, os humains et animaux sont déposés au musée languedocien de Montpellier (Société archéologique de Montpellier, coll. du CRA des Chênes Verts).

212Structures et observations de fouille
Le diamètre de ce tumulus est de 3 m. Un « petit caisson de dalles levées de 1,4 m sur 0,9 m » est inclus au sein du monument. Les restes osseux, incinérés, sont signalés « mêlés à des fragments de charbon de bois ». Comme pour Chamblon A4, et pour les mêmes raisons, on considérera qu’il s’agit d’une incinération secondaire.

213Os humains
12 g d’os humains incinérés ont été recueillis. Ce sont, en tout, 18 esquilles de diaphyses d’os longs se rapportant à un sujet adulte ou adolescent. Seul le squelette post‑céphalique est représenté. Les morceaux de diaphyses sont très souvent fissurés en ondes concentriques, indice d’une crémation d’os frais. Les couleurs varient du gris bleuté (rare) au blanc crayeux (le plus fréquent). Selon le barème de E. Bonucci et G. Grazziani (1975), la température de la crémation aurait oscillé, selon les endroits, entre 550o C et plus de 650 oC.

214Mobilier (fig. 189A‑C)
A. Un tesson d’un gobelet non tourné, à panse probablement carénée, col rentrant et bord évasé D01 (diam. à l’ouverture : 14 cm) ; pâte orangée, incluant un très rare dégraissant de calcite broyé (jusqu’à 1,4 mm), mais très vacuolée.
B. Un tesson de coupe non tournée arrondie convexe à bord convergent 101 (diam. à l’ouverture : 30 cm) ; pâte rouge brique à très fin dégraissant de calcite broyée.
C. Un fond annulaire de vase non tourné ; pâte orangée en surface, gris sombre en épaisseur, avec un abondant et fin dégraissant de calcite broyée (jusqu’à 0,4 mm).
D. Un tesson de panse d’un vase non tourné de forme non déterminable (non figuré).
E ou B. Deux tessons de panse de coupe non tournée (peut‑être même récipient que la coupe B ?).

FIG. 189 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus de Chamblon A7 ; céramique non tournée.

215Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
– Ovicapriné (mouton ou chèvre) : NR = 2 (2 f. dentaires).
– Microfaune : NR = 1.
– Esquilles indéterminées : NR = 5.

216Datation
Milieu du premier âge du Fer (650‑600). La forme de la coupe B est particulièrement fréquente au premier âge du Fer. Le gobelet A est également bien présent dans les tumulus des Garrigues au viies. et dans plusieurs tumulus du causse Méjan, parfois en association avec des objets en bronze des viievies. (Jas de Racoules 3, site no 213). Par sa forme, il est très comparable au vase excisé de la tombe 168 du Peyrou d’Agde datée de la seconde moitié du viies. (Nickels et al. 1989 : 243, no 168B).

Site no 197. Tumulus de Chamblon A8

217Bibliographie
CRA Chênes Verts 1959 : 172.

218Situation
Ce tumulus est « à 500 m au nord‑est de la ferme de Chamblon » près d’un ancien chemin.

219Lieu de conservation
Les objets, os humains et animaux sont déposés au musée languedocien de Montpellier (Société archéologique de Montpellier, coll. du CRA des Chênes Verts).

220Structures et observations de fouille
Le diamètre de ce tumulus est de 4 m et sa hauteur de 0,6 m. Il est « composé de grosses pierres ». Les os humains sont simplement signalés « inhumés », sans autre détail.

221Os humains
1 801 g d’os humains non brûlés ont été recueillis. Ils appartiennent à un individu robuste, de sexe masculin (d’après la forme étroite de la grande échancrure sciatique visible sur le coxal droit). L’état des sutures crâniennes, effacées en face endocrânienne et en cours de synostose en face exocrânienne, et l’usure prononcée des dents plaident en faveur d’un âge au décès supérieur à 30 ans. Toutes les régions anatomiques sont représentées (fig. 190, no 1) : crâne (calotte, mandibule, dents), tronc (axis, fragments vertébraux et costaux), membres supérieurs et inférieurs, y compris les mains et les pieds. Les dents sont usées et montrent un apex fermé ; M1, M2 et M3g sont tombées ante mortem et les alvéoles dentaires sont colmatées. Le listel des vertèbres est soudé.
Nous ne disposons d’aucun élément pour juger du mode de traitement du corps.

222Mobilier (fig. 190C)
A. Trois tessons de très petite taille appartenant à un vase non tourné de forme non déterminable, à pâte rouge à l’extérieur, gris sombre à l’intérieur, incluant un dégraissant très abondant de calcite broyée.
B. Un tesson d’un autre vase non tourné de forme non déterminable, à pâte gris sombre en surface et en épaisseur et dégraissant abondant de calcite broyée. C. Un anneau ouvert en fer à extrémités élargies (intrusion ?).

FIG. 190 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus de Chamblon A8 ; 1 état de conservation du squelette ; C anneau en fer.

223Os d’animaux
(D’après A. Gardeisen.)
NR dét. = 3 ; NR total = 6.
– Ovicapriné (mouton ou chèvre) : NR = 1 (1 calcanéum) ; NMI = 1 fœtus ou nouveau‑né.
– Chien : NR = 1 (1 première phalange) ; NMI = 1.
– Oiseau (cf. taille du pigeon) : NR = 1 (1 tibia) ; NMI = 1 adulte.
– Esquilles indéterminées : NR = 3

224Datation
Premier âge du Fer (750‑500).
Ce matériel ne permet pas de proposer une datation précise à l’intérieur de la Protohistoire. Cependant, par sa nature et son contenu, ce tertre peut être placé au premier âge du Fer.

Site no 198. Ciste A4 réutilisée de Chamblon

225Bibliographie
CRA Chênes Verts 1954 : 32‑34.

226Lieu de conservation
Os humains et animaux sont déposés au musée languedocien de Montpellier (Société archéologique de Montpellier, coll. du CRA des Chênes Verts).

227Situation
Cette sépulture se trouve sur le flanc occidental de la hauteur de Petit Bataillès, vers 1050 m d’altitude, à 1,5 km au sud‑sud‑est du hameau de Chamblon (fig. 185). Elle a été fouillée en 1936 par les membres du Centre de recherches archéologiques des Chênes Verts.

228Monument et dépôt de réutilisation
Le monument se compose d’un caisson de dalles levées, de plan rectangulaire de 2,1 m de long sur 0,9 m de large, orienté nord‑est/sud‑ouest. Cette structure a livré essentiellement un matériel néolithique final/chalcolithique associé à de nombreux restes humains non brûlés, mais également une urne du Bronze final ou du premier âge du Fer (« Bronze IV » de J. Déchelette selon les auteurs), qui renfermait des os incinérés. La localisation exacte et le mode de dépôt de ce vase ne sont pas précisés. Et cet objet et son contenu ont disparu, ce qui ne permet ni de dater cette réutilisation ni d’examiner les restes osseux.

Prunet

Site no 199. Tertre de Prunet

229Bibliographie
Inédit.

230Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).
Ce tertre se trouve à la cote 1009, sur le bord du causse, à 500 m au nord‑ouest de la ferme de Prunet (fig. 185). Il porte la trace d’une fouille ancienne inconnue. Une prospection de G. Fages procura onze tessons se rapportant à, au moins, deux vases non tournés du premier âge du Fer (fig. 191A, B).
A. Un fragment de base de col d’urne non tournée.
B. un fragment d’épaulement d’urne non tournée.
Nous n’avons aucune autre donnée permettant de mieux appréhender ce tertre.

FIG. 191 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tertre de Prunet ; céramique non tournée.

231Tumulus non localisé
Le muséum d’histoire naturelle de Nîmes conserve un bracelet en bronze dont l’étiquette est libellée « dans un tumulus Mas St Chély causse Méjan. Don de M. Robert, maire 1904 » (coll. G. Fabre, achat 1950). Bracelet en bronze, fermé, à tige de section sub‑triangulaire. La face extérieure de la tige, très usée, montre des traces de fins traits gravés, obliques ou transversaux (fig. 192).

FIG. 192 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tertre non précisé de la commune de Mas‑Saint‑Chély ; bracelet en bronze.

232Ce type de parure est attesté du Bronze final IIIb (tombes 114 et 268 du Moulin de Mailhac ; Taffanel et al. 1998 : 285, 286) au milieu du vies. (La Liquière ; Tendille 1980 : 65, 66, fig. 3, no 19), et durant le cours du premier âge du Fer dans les tumulus des Garrigues (Buzignargues, Belvezet ; Dedet 1992a).

3.7 Meyrueis

Tumulus et sépulture mégalithique réutilisés de Frépestel

233Il existe, près de la ferme de Frépestel située sur le rebord méridional du causse Méjan, un peu en amont de Meyrueis, plusieurs tertres de forme circulaire, parfois assez importants et souvent pourvus d’une dépression centrale, indice d’une fouille ancienne. Ils voisinent avec quelques petites sépultures mégalithiques (fig. 163). On ne connaît guère qu’un objet provenant d’un de ces tertres, tandis que la fouille de la sépulture no 3 a procuré des vestiges protohistoriques.

Site no 200. Tertre de Frépestel

234Dans la collection Ph. de Nogaret conservée au musée de Millau figure un scalptorium dont l’étiquette est ainsi libellée : « fibule en bronze Tr dans un tumulus de Frépestel avril 1902 les F... ». Il s’agit d’un scalptorium en bronze, de 7,5 cm de long, à tête en anneau formé par la tige enroulée, pointe bifide, tige de section quadrangulaire plate (fig. 193) (Costantini et al. 1985 : 85‑86). C’est un objet typique du premier âge du Fer (Soutou 1959). Nous ne disposons d’aucune autre donnée concernant ce tumulus.

FIG. 193 – Causse Méjan. Meyrueis (Lozère). Tertre de Frépestel ; scalptorium en bronze.

Site no 201. Sépulture mégalithique réutilisée de Frépestel 3

235Bibliographie
Fages 1986b.

236Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

237Situation
Cette sépulture se trouve au lieu‑dit La Couronne, à 300 m au sud de la ferme de Frepestel, à 1 m à peine de la falaise du rebord du causse Méjan qui domine la vallée de la Jonte (fig. 163). Elle repose sur l’étage dolomitisé du Bathonien inférieur qui constitue cette falaise. Deux autres sépultures mégalithiques, non réemployées semble‑t‑il, Frepestel 1 et 2, sont édifiées à quelque 200 m à l’est‑nord‑est.

238Monument et dépôt de réutilisation
Cet édifice comprend une chambre rectangulaire (1,7 à 1,8 m x 0,7 m) orientée est‑ouest, avec ouverture à l’ouest, enserrée dans un tertre peu proéminent d’environ 6 m de diamètre, dont la moitié méridionale a été emportée par l’érosion. La couverture est absente (fig. 194). Cette chambre, jusqu’alors intacte, a été fouillée en 1979 par G. Fages. Elle recélait un niveau sépulcral chalcolithique où seule l’inhumation paraît avoir été en usage. Au sommet du remplissage, dans l’angle nord‑est, une tige d’épingle en bronze cassée près de la tête, recourbée pour former un anneau, était plaquée contre une diaphyse tibiale fichée verticalement, donc déplacée (long. cons. : 6,7 cm) (fig.194A). Cet objet témoigne d’une réutilisation du lieu au Bronze final ou à l’âge du Fer, l’absence de la tête ne permettant pas plus de précision ; mais il est impossible de savoir s’il a accompagné un éventuel dépôt de restes humains.

FIG. 194 – Causse Méjan. Meyrueis (Lozère). Sépulture mégalithique réutilisée de Frépestel 3 ; 1 et 2 plan et coupe ; A épingle recourbée en bronze (d’après Fages 1986b).

3.8 Montbrun

Site no 202. Dolmen réutilisé du Cros de l’Asé

239Bibliographie
Fages 1976

240Lieu de conservation
Dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

241Situation
Le dolmen du Cros de l’Asé occupe une position de col sur un fléchissement d’une ligne de crête bordant à l’ouest la dépression de La Condamine, non loin de la bordure septentrionale du causse dominant les gorges du Tarn, au‑dessus du village de Montbrun. Il se trouve à 400 m environ au sud‑sud‑ouest de la ferme de La Condamine et à 10 m à l’est de la route reliant la départementale 16 Florac‑les‑Vignes au village de Montbrun. Il est implanté sur les calcaires du Séquanien‑Rauracien. À proximité, de l’autre côté de la route, se trouve le tumulus de La Condamine B1 (fig. 195).

FIG. 195 – Causse Méjan. Montbrun (Lozère). Localisation du dolmen réutilisé du Cros de l’Asé (site no 202) et du tumulus de La Condamine B1 (site no 203).

242Monument et dépôt de réutilisation
Ce monument mégalithique se compose d’une chambre rectangulaire de 2,1 m de long sur 1,2 m de large, d’orientation nord‑ouest/sud‑est, avec entrée au sud‑est. Délimitée par trois dalles dressées, deux montants et un chevet, cette chambre est noyée dans un tumulus de pierres, avec pierrailles et terre interstitielles, de 6 m environ de diamètre (fig. 196, no 1). En partie ruiné –la dalle de couverture et le montant méridional ont disparu tandis que le chevet a été arasé– et théâtre de « fouilles clandestines » répétées, cet édifice a fait l’objet d’une opération de sauvetage par G. Fages en 1976. Ce qu’il restait du remplissage de la chambre a livré des os humains non brûlés, très mal conservés et réduits le plus souvent à l’état d’esquilles, et un mobilier pour l’essentiel chalcolithique. Une armature de flèche à soie en bronze indique la fin des ensevelissements au Bronze ancien‑moyen. Cinq tessons appartenant à autant de vases non tournés, dont un bord d’urne de forme C16 (fig. 196A), témoignent d’une réutilisation du lieu au Bronze final ou au premier âge du Fer. Ces derniers vestiges ont été découverts dans la chambre et dans le tertre, aux abords et de part et d’autre du chevet. On ne peut exclure que la cassure de cette dalle ait été occasionnée par cette intervention. Les seules parties importantes de diaphyses d’os longs découvertes dans ce monument proviennent de ce secteur et il est possible qu’elles appartiennent à des restes humains déposés alors. Par ailleurs, six fragments d’ossements calcinés ont peut‑être la même origine.

FIG. 196 – Causse Méjan. Montbrun (Lozère). Dolmen réutilisé du Cros de l’Asé ; 1 plan (d’après Fages 1976) ; A céramique non tournée.

Site no 203. Tumulus de La Condamine B1

243Bibliographie
CRA Chênes Verts 1959 : 172.

244Situation et fouille
Ce tumulus a été fouillé en 1937 par le Centre de recherches archéologiques des Chênes Verts, qui n’a fourni qu’une relation extrêmement brève de ces travaux. Il se trouve à environ 500 m au sud‑sud‑ouest de la ferme de La Condamine, en position de col sur un fléchissement de la ligne de crête bordant à l’ouest la dépression de La Condamine (fig. 195).

245Lieu de conservation
Les objets sont déposés au musée languedocien de Montpellier (Société archéologique de Montpellier, coll. du CRA des Chênes Verts) ; les os humains ne figurent pas dans cette collection et n’ont pas été retrouvés.

246Structures et observations de fouille
Seules les dimensions sont indiquées par les fouilleurs : 10 m de diamètre et 1,4 m de hauteur.

247Os humains
Non conservés ; les fouilleurs signalent 350 g d’os humains « inhumés », parmi lesquels trois incisives, une canine et six molaires appartenant à un individu adulte.

248Mobilier (fig. 197A‑C)
A. Une coupe non tournée incomplète (il manque le tiers de la vasque et le fond), à arrondie convexe à bord parallèle F01 (haut. : 6,8 cm ; diam. max. : 22,8 cm) ; pâte gris‑noir, à dégraissant de calcite broyée très fin et très abondant (mais quelques inclusions pouvant atteindre 2 mm) ; surfaces extérieure et intérieure polies ; décor excisé à gros motifs couvrant la majeure partie de la paroi extérieure : trois bandes crénelées emboîtées (motif 24b ; techniques A1 et A2) ; dans les champs supérieurs, soit doubles lignes brisées emboîtées (motif 3b ; techniques A1 et A2), soit deux rangs horizontaux de triangles opposés par le sommet délimitant des losanges champlevés (techniques B3 et B6) ; dans les champs inférieurs, deux rangs verticaux de triangles opposés par le sommet délimitant des losanges champlevés (techniques B3 et B6).
B. Un petit tesson de bord E01 de coupe non tournée, arrondie convexe ou tronconique ; pâte rouge brique avec abondant dégraissant de calcite broyée mal calibrée (jusqu’à 2 mm).
C. Un rasoir en bronze, en croissant à dos légèrement concave, coulé dans un moule monovalve ; sur le dos, deux ergots paraissent correspondre au départ d’un anneau sectionné anciennement ; long. : 7,8 cm ; larg. max. de la lame : 2,4 cm ; les surfaces et le tranchant sont très corrodés (le fil a disparu). Il est classé dans le type « Saint‑Étienne‑du‑Valdonnez » par A. Jockenhövel (1980 : 181‑182, no 697‑704).
D‑F. Trois tessons de panses de trois autres vases non tournés, de facture assez soignée (non figurés).

FIG. 197 – Causse Méjan. Montbrun (Lozère). Tumulus de La Condamine B1 ; A céramique non tournée à décor excisé ; B céramique non tournée ; C rasoir en bronze.

249Datation
Milieu du premier âge du Fer (650‑600). La coupe A est bien représentée en Languedoc occidental dès la phase de transition Bronze final/premier âge du Fer à Mailhac (Taffanel et al. 1998 : 270, forme Wa), et durant toute la période de faciès Grand Bassin I (Louis et al. 1958 : passim ; Nickels et al. 1989 : passim). Elle est également bien connue en Languedoc oriental à la même époque dans le complexe suspendien, à la grotte Suspendue de Collias comme à La Liquière ou dans les tumulus des Garrigues (Coste et al. 1976 : 150, fig. 21, no 68 ; Py et al. 1984 : passim ; Dedet 1992a : passim). Mais cette coupe A et le rasoir C se retrouvent dans deux autres tumulus du Sauveterre, associés à des objets de la seconde moitié du viies. Le Freyssinel XVII et Les Lacs 14‑1887 (site nos 45 et 139). C’est donc à cette période que l’on placera ce tumulus.

3.9 Saint‑Laurent‑de‑Trèves

Site no 204. Tumulus de la Cabassude

250Ce tumulus, situé sur un col entre les bergeries de La Cabassude et la ferme de La Fajole Basse (fig. 200), est particulièrement mal connu et le matériel qui en est issu ayant disparu, sa datation à l’âge du Fer n’est pas assurée. Il semble avoir été fouillé par C. Hugues avant 1950, qui le décrit ainsi : « épais de 1,10 m, il est constitué par de la pierraille surmontant une couche de grosses pierres. La pierraille contient quelques éclats d’os, un galet de quartz, des fragments de vase en terre grise et de la poterie samienne (sigillée). Au niveau de la terre noire du causse, sous une grande dalle, apparaissent des morceaux de fer très oxydés, alignés sur 0,60 m de longueur, qui ont pu faire partie d’une lame d’épée, sans que nous puissions affirmer la présence de deux sépultures superposées, l’une hallstattienne, l’autre gallo‑romaine, ou d’une seule gallo‑romaine » (Hugues 1950 : 377‑378).

3.10 Saint‑Pierre‑des‑Tripiers

Site no 205. Abri‑ossuaire des Arcs de Saint‑Pierre

251Bibliographie
Fages 1977 : 43‑49.

252Lieu de conservation
Mobilier conservé au dépôt archéologique de Banassac (Lozère) ; les os humains, confiés à un spécialiste pour étude, ne nous ont pas été accessibles.

253Situation
Cet abri se trouve à 1,2 km au sud‑ouest du village de Saint‑Pierre‑des‑Tripiers, dans la partie supérieure du ravin de Rouzenas qui ourle la bordure méridionale du causse Méjan dominant les gorges de la Jonte. À 895 m d’altitude, il s’ouvre au pied de la face orientale d’un rocher ruiniforme faisant partie du chaos dolomitique des Arcs de Saint‑Pierre (fig. 198). Le gisement funéraire que comporte ce site a été découvert en mars 1971 par G. Fages lors de prospections systématiques, et fouillé par ce même chercheur.

FIG. 198 – Causse Méjan. Saint‑Pierre‑des‑Tripiers (Lozère). Localisation de l’abri‑ossuaire des Arcs de Saint‑Pierre (site no 205).

254La cavité et le gisement funéraire
Précédée par un talus d’effondrement, cette petite cavité comprend deux parties distinctes (fig. 199, nos 1 à 3). La partie antérieure, largement ouverte sur l’extérieur à l’est par un porche, est constituée par une salle triangulaire de 1,55 m de large, autant de hauteur au centre et 1,3 m de longueur au centre. Elle est prolongée vers l’ouest par une étroite fissure longue de 2,6 m mais dont la largeur n’excède pas 20 cm.

255La fouille révéla deux niveaux sépulcraux superposés, en pente assez prononcée du fond de la cavité vers l’entrée, et de ce fait, ayant subi l’action de ruissellements anciens.
Dans la salle, le niveau inférieur (couche 2), qui repose sur une couche sableuse stérile, recélait les ossements, peu abondants et non en place, d’un individu adulte accompagné d’un mobilier du Bronze moyen. L’ensemble a glissé vers l’extérieur sous l’effet des ruissellements. Le niveau supérieur (couche 1b), qui surmonte immédiatement le précédent, a livré les restes, non en place également, d’un enfant avec une trentaine de tessons de céramique non tournée se rattachant à au moins six vases différents datables de la fin du premier âge du Fer (vie ou ves.). Cet enfant avait, selon G. Fages, entre 2 et 6 ans, les dents permanentes n’ayant pas encore fait éruption. Le fouilleur a aussi observé que les os n’étaient pas en place, mais auraient été charriés dans la salle et mélangés au dépôt inférieur par des ruissellements. Le défunt aurait donc été placé à l’origine au fond de la salle et dans la partie antérieure de la fissure. On ignore tout des modalités précises de son dépôt ; cependant, l’abondance des grosses pierres dans la couche de surface 1a sus‑jacente pourrait résulter d’une protection disposée sur le cadavre ou à l’entrée de la fissure à la manière d’une fermeture.

256Mobilier du dépôt de la fin du premier âge du Fer (fig. 199A‑F)
A. Un fragment de bord F02 d’urne non tournée.
B. Un fragment de bord C01 d’urne non tournée.
C. Plusieurs tessons d’une coupe non tournée, à panse tronconique, bord épaissi E08 et fond plat 13A.
D. Un fragment de coupe non tournée arrondie convexe à bord divergent E01. E. Un fragment de fond à talon d’urne non tournée.
F. Un fragment de fond 22A d’urne non tournée.

FIG. 199 – Causse Méjan. Saint‑Pierre‑des‑Tripiers (Lozère). Abri‑ossuaire des Arcs de Saint‑Pierre ; 1 plan général de la cavité ; 2 et 3 coupes (d’après Fages 1977) ; A à F céramique non tournée.

257Datation
Fin du vieves. av. J.‑C.
D’après les comparaisons avec la céramique non tournée connue dans les habitats du Languedoc oriental, par exemple ceux de Vaunage (Py 1990 : 354‑358) ou de Gailhan (Dedet 1987 ; Dedet 1990b), ce lot céramique doit être rapporté à la fin du vie ou au ves. av. J.‑C.

3.11 Vébron

Gargo

258Bibliographie
Hugues 1950 : 378‑379 ; Hugues, Lorblanchet 1963 : 28‑29 ; Hugues, Lorblanchet 1970 : 3‑7.

259Situation et fouille
Sur le flanc septentrional de la hauteur de Gargo, point culminant du causse Méjan (1 247 m d’altitude), sur un col qui met en communication, à l’est, le rebord du causse dominant Salgas avec, à l’ouest, la combe de La Fajole, se trouvent trois tumulus : Gargo 1 et 3, fouillés par C. Hugues en août 1945 et en 1946 et Gargo 2, exploré en 1945 par un berger chercheur de trésor. La position relative de ces trois tertres n’est pas indiquée de manière précise ; on signale seulement que Gargo 2 est situé à l’ouest de Gargo 1, et que Gargo 3 se trouve à 200 m des précédents (fig. 200).

FIG. 200 – Causse Méjan. Saint‑Laurent‑de‑Trèves (Lozère), localisation du tumulus de la Cabassude (site no 204). Vébron (Lozère), localisation des tumulus de Gargo 1, 2 et 3 (sites nos 206 à 208), des Jas de Racoules 1, 2 et 3 (sites nos 211 à 213), des Jas de Salgas (site no 214) et de La Fajole C1 (site no 215).

260Lieu de conservation
À l’exception de quelques tessons conservés au dépôt archéologique de Banassac (Lozère), le mobilier de Gargo 1 a été déposé par C. Hugues dans les collections de l’institut d’archéologie de la faculté des Lettres et Sciences humaines de Montpellier ; mais en 1991, seule une partie de celui‑ci s’y trouvait encore. Le mobilier de Gargo 2 et 3 est au dépôt de Banassac. Les os du tumulus 2 ne semblent pas avoir été ramassés ; quant à ceux des tumulus 1 et 3 nous n’avons pu en retrouver la trace.

Site no 206. Tumulus de Gargo 1

261Structures et observations de fouille
(D’après Hugues 1950 ; Hugues, Lorblanchet 1970.)
Composé de pierrailles puis de gros blocs, le tumulus de Gargo 1 mesure 16 m de diamètre pour 1,2 m de hauteur. « Dans la pierraille de couverture gisaient déjà un tesson délité de poterie ancienne et un éclat de verre mince, vraisemblablement gallo‑romain. Les fragments de deux vases se retrouveront ensuite sur toute la hauteur du tumulus, plus nombreux entre 0,80 et 1,20 m. Les ossements humains, rompus par le tassement des blocs, dont certains pèsent une vingtaine de kilos, n’occupent plus leur position naturelle. Quelques menus tessons, ayant appartenu vraisemblablement à un troisième récipient, reposent au niveau de la terre noire. À 0,90 m nous découvrons deux tiges de bronze, instruments de toilette. Dans une fente de pierre plate délitée se dissimule une moitié de rasoir en bronze ajouré dont deux fragments complémentaires seront recueillis plus bas. [...] Enfin, quelques débris de fer très oxydés étaient mêlés à la terre noire. [...] Un sondage poussé jusqu’à 1,40 m devait montrer que la terre noire était stérile en profondeur. »

262Os humains
Égarés. Ils avaient été remis par les fouilleurs, pour examen, à Paul Royer qui « avait déclaré ne pouvoir en tirer aucune conclusion, à cause de leur mauvais état ». La pauvreté des observations de terrain et la perte du matériel ostéologique limitent grandement l’identification du mode de dépôt mis en œuvre et nous privent de toute connaissance concernant le (ou les) défunt(s). Des propos des fouilleurs, il résulte que le cadavre n’a pas été incinéré. Ceux‑ci admettent implicitement un dépôt primaire : ils indiquent que les os, en mauvais état, « n’occupent plus leur position naturelle », mais imputent cela aux conditions de gisement, et notamment au « tassement des blocs ». Il est donc impossible de savoir s’il s’agit d’un dépôt primaire ou d’un dépôt secondaire après décharnement.

263Mobilier (fig. 201A‑E)
A. Une coupe non tournée (complète, incomplète ?) à panse arrondie convexe, bord convergent 101 et fond plat 11B (objet conservé).
B. Une coupe non tournée, à panse arrondie convexe, bord parallèle et fond creux, décorée à l’extérieur, dans la partie moyenne de la panse, d’une frise excisée. Celle‑ci se compose de lignes obliques, groupées en faisceaux de sens alternés délimitant des plages triangulaires, base vers le haut ou vers le bas, occupées chacune par deux triangles emboîtés. Diam. à l’ouverture : 17,5 cm ; haut. : 9 cm. (objet égaré).
C. Un ustensile en bronze composé d’une tige de section quadrangulaire, terminée à une extrémité par une languette recourbée et pointue, et à l’autre par une pointe à épaulement évoquant le pied de biche (long. : 7,4 cm).
D. Un ustensile en bronze semblable au précédent (long. : 8 cm), à cette différence près que la languette de l’une des deux extrémités est moins développée. Nous ne connaissons pas d’équivalent pour ces deux objets. Il peut s’agir d’instruments de toilette du genre cure‑oreille ou cure‑ongles, ou bien d’outils pour graver.
E. Un rasoir en bronze, en forme de croissant, à dos concave, ajouré de huit fenêtres de formes diverses (cercle, demi‑cercles, triangles, croissants), disposés symétriquement. Il peut être classé dans le type Chabestan‑Berrias, variante Berrias d’A. Jockenhövel (1980 : 179‑180, nos 687‑690) (objet égaré).
F. Plusieurs petits tessons informes d’un vase non tourné.

FIG. 201 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus de Gargo 1 ; A céramique non tournée ; B céramique non tournée à décor excisé ; C et D ustensiles en bronze ; E rasoir en bronze (B et E : d’après Hugues, Lorblanchet 1970).

264Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét. = 2 ; NR total = 7.
– Ovicapriné (mouton ou chèvre) : NR = 2 (1 f. d’épiphyse distale de fémur ; 1 f. de calcanéum) ; NMI = 1 adulte.
– Espèce indéterminée : NR = 1 (1 f. de scapula) ; NMI = 1 fœtus.
– Esquilles indéterminées : NR = 4.Pas de traces de découpage.

265Datation
Première moitié du premier âge du Fer (750‑600).
La coupe A existe en Languedoc occidental, mais en faible quantité, dès la phase de transition Bronze final/premier âge du Fer (Taffanel et al. 1998 : 270, forme Wa à fond plat), et dans le complexe Grand Bassin I (tombe 68 ; Taffanel 1962 : 20, fig. 18, no 21 ; tombe 25 d’Agde ; Nickels et al. 1989 : 64, fig. 49, 25 A2). En Languedoc oriental, c’est une forme courante dans le faciès suspendien (La Liquière ; Py et al. 1984 : 18, fig. 6, forme H1, 230 ; grotte Suspendue ; Coste et al. 1976 : 146, fig. 18, no 53) ; mais elle est rarement attestée dans les tumulus des Garrigues (Cazevieille F3, en contexte avec un vase excisé ; Vallon 1984 : 375, fig. 120). La coupe B appelle les mêmes remarques chronologiques que son homologue voisin de La Condamine B1, daté de la deuxième moitié du viies. (site no 203). Les rasoirs de la variante Berrias sont mal datés, souvent par l’absence de contexte signifiant comme dans le tumulus de Ceyrac à Conqueyrac (Gard) et le dolmen du Crès à Saint‑André‑de‑Cruzières (Ardèche). Les deux défunts du tumulus des Granges à Berrias (Ardèche) se situent à deux moments bien différents de l’âge du Fer, l’un, auquel il faut sans doute rapporter le rasoir, marqué par le torque torsadé, objet présent au début du vies. (La Liquiére), et l’autre, par une fibule à timbale en bronze de la première moitié du ves. En revanche, la variante Chabestan est bien attestée au viies., dans la tombe 175 du Grand Bassin I (Taffanel 1973 : 192‑193), dans le tumulus de La Lavagnasse à La Couvertoirade (Gruat 1988 : 28, pl. 6B), dans le tumulus 5 de Chabestan (Courtois 1968 : 82‑91 ; 1976 : 712), et sans doute aussi à Cazevieille A2, avec de la céramique excisée (Dedet 1992a : 374, fig. 119).

Siteno 207. Tumulus de Gargo 2

266Structures et observations de fouille
(D’après Hugues 1950 : 21 ; Hugues, Lorblanchet 1963 : 28 ; Hugues, Lorblanchet 1970 : 3.)
Nous ignorons à peu près tout de Gargo 2, fouillé clandestinement et auquel C. Hugues a fait simplement allusion dans les trois articles cités ci‑dessus. Il s’agit d’un « petit » tumulus « plat » d’une hauteur de 50 cm, dans lequel un berger a creusé « un trou ». Au bord de celui‑ci, C. Hugues a trouvé le matériel abandonné par le découvreur : « quelques débris d’ossements incinérés », des tessons d’un vase et « quelques morceaux de fer modernes ». On ignore si cela représente la totalité du matériel exhumé.

267Os humains
Non conservés ; ont‑ils été ramassés ?

268Mobilier (fig. 202)
A. Dix tessons de la partie supérieure d’une urnette non tournée très incomplète, à panse ovoïde moyenne, col très bas divergent, bord D01 (diam. max. 22 cm) ; décor sur la partie supérieure de la panse de trois cannelures horizontales, étroites et à fond arrondi.

FIG. 202 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus de Gargo 2 ; céramique non tournée.

269Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét. = NR total = 3
– Bœuf : NR = 2 (1 f. de diaphyse d’os long brûlé, 1 deuxième phalange) ; NMI = 1 adulte.
– Ovicapriné : NR = 1 (1 talus entier) ; NMI = 1 adulte.
Pas de traces de découpage.

270Datation
Milieu du premier âge du Fer (650‑600). On rapprochera la forme du vase de celle de son homologue du tumulus de Pomeyrol sur le Sauveterre (site no 71), daté par le contexte de la seconde moitié du viies.

Site no 208. Tumulus de Gargo 3

271Structures et observations de fouille
(D’après Hugues 1950 : 378‑379 ; Hugues, Lorblanchet 1970 : 5‑7.)
Couvert de pierraille, ce tumulus se compose de blocs calcaires volumineux, certains dépassant un mètre d’arête (diam. : 14 m ; haut. : 2 m). Une rangée de dalles plantées en terre délimite sa base. « Trois sépultures par inhumation superposées » ont été distinguées.
« Première sépulture à 0,50 m de profondeur : limitée à l’ouest par un bloc allongé, elle s’est en partie abîmée dans la sépulture sous‑jacente. Sépulture médiane, formée d’un caisson à fond pavé (2 m de long ; 0,75 m de large ; 0,50 m de haut), couverte de grandes dalles qui reposent sur les pierres du tumulus sans murettes pour consolider les parois, de sorte que la toiture a basculé au nord, brisant le crâne. [...] Les animaux fouisseurs qui circulent avec facilité entre les gros blocs ont dérangé les ossements humains. Sous le dallage du caisson, on trouve dans la terre noire gluante les débris d’un troisième squelette aplati. Il est certain que les trois cadavres avaient été inhumés la tête au nord. »
Un broyeur a été trouvé en surface du tertre ; les tessons du vase A étaient dispersés entre 0,75 et 2 m de profondeur ; ceux du vase B ont été découverts enfouis à la base du monument, dans la sépulture inférieure.

272Os humains
Égarés. Ils avaient été remis, pour examen, à Paul Royer qui « avait déclaré ne pouvoir en tirer aucune conclusion, à cause de leur mauvais état ».

273Mobilier (fig. 203A‑D)
A. Trente‑quatre tessons d’une urne non tournée, très incomplète, à panse ovoïde moyenne, col très bas, bord D01 (diam. max. : 22,2 cm) ; décor excisé à l’extérieur sur la panse comprenant, de bas en haut : une ligne droite horizontale (motif 1, technique A1) ; une double rangée de triangles excisés emboîtés bases inversées, déterminant une bande brisée champlevée (motif 2, technique B1) ; deux lignes droites horizontales (motif 1, technique A1) ; une double rangée de triangles excisés emboîtés bases inversées, déterminant une bande brisée champlevée (motif 2, technique B1) ; deux lignes droites horizontales (motif 1, technique A1) ; pâte de couleur gris sombre en surface et en épaisseur renfermant un abondant dégraissant de calcite broyée.
B. Deux tessons d’une urne non tournée décorée d’excisions très fines avec, de haut en bas : un faisceau de segments obliques entrant peut‑être dans une composition de chevrons ; deux lignes horizontales ; une double rangée de triangles excisés emboîtés, bases inversées, déterminant une bande brisée champlevée ; des chevrons emboîtés. Les droites ressortent de la technique A1, et les triangles d’une technique B7 non encore définie : coup de lame sur chacun des bords du triangle et grattage vers le centre. La pâte est gris sombre en surface et gris rougeâtre en épaisseur ; le dégraissant, calcite broyée fine (jusqu’à 0,8 mm), est abondant.
C. Un tesson de panse d’une troisième urne non tournée, décorée de quatre lignes horizontales excisées ; pâte de couleur gris‑marron sombre en surface et en épaisseur, renfermant un abondant dégraissant de calcite broyée fine (jusqu’à 1 mm).
D. Un tesson de panse d’une quatrième (?) urne non tournée excisée. Le décor comprend, de bas en haut : un rectangle excisé occupé par deux segments horizontaux champlevés ; une droite horizontale ; une double rangée de triangles excisés emboîtés, bases inversées, déterminant une bande brisée champlevée ; deux droites horizontales. Technique A1 pour les droites et segments de droite, B7 pour les triangles supérieurs, et B1 pour les triangles inférieurs. Ce tesson présente les mêmes caractéristiques techniques que le vase A, mais la composition du décor semble exclure son appartenance à ce récipient (fig. 203D).
– Un broyeur (72 x 88 x 34 à 43 mm) (non figuré).

FIG. 203 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus de Gargo 3 ; céramique non tournée à décor excisé.

274Datation
Milieu du premier âge du Fer (650‑600). Par sa forme, le vase A de Gargo 3 est très proche de son homologue de Gargo 2 et surtout de celui de Pomeyrol (site no 71) qui présente le même décor. On lui attribuera donc la même datation.

Hameau de Villeneuve

275Bibliographie
Hugues 1950 : 380, d.

276Lieu de conservation
Mobilier au dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

277Situation et fouille
Deux tumulus, fouillés en 1945 par C. Hugues, sont « situés de part et d’autre » du hameau de Villeneuve, à l’extrémité orientale du chaos de Nîmes‑le‑Vieux. Une étiquette manuscrite de C. Hugues accompagnant le mobilier du tumulus 1 précise que ce dernier est à l’est du hameau (fig. 157). Aucun de ces deux tertres n’est décrit par le fouilleur. Celui‑ci indique seulement qu’ils « n’ont livré que quelques tessons de poteries grossières ».

Siteno 209. Tertre du hameau de Villeneuve 1

278Mobilier
– Dix tessons informes d’une grosse urne non tournée à col haut et panse galbée ; surface extérieure grossièrement lissée ; abondant dégraissant de calcite broyée mal calibrée (jusqu’à 1,8 mm).
– Un petit fragment de plaque de fer droite (16 x 6,5 x 1,5 mm) ; morceau de lame de couteau ?

279Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét.= 1 ; NR total = 5.
– Bœuf : NR = 1 sous réserve (1 f. de calcanéum) ; NMI = 1 adulte.
– Esquilles indéterminées : NR = 4.

280Datation
Premier âge du Fer (750‑500).
Même si la forme exacte de ce vase « cratéroïde », récipient caractéristique des faciès languedociens de la phase initiale du premier âge du Fer, ne peut être précisée, sa présence et celle d’un objet non déterminé en fer permettent de situer ce tertre au premier âge du Fer.

Site no 210. Tertre du hameau de Villeneuve 2

281Mobilier
Treize tessons informes de céramique non tournée semblant se rapporter à deux vases différents très incomplets, une grosse urne à dégraissant abondant de calcite broyée et un vase plus petit à dégraissant de calcite broyée fine.

282Datation
Âge du Bronze ou du Fer.

Jas de Racoules

283Situation et fouille
C. Hugues a fouillé trois tumulus (sites nos 211 à 213) avant 1950, près des Jas de Racoules, sur le rebord du causse dominant la vallée du Tarnon et le hameau de Racoules, à environ 1 300 m au nord‑ouest de celui‑ci. On ignore leur position exacte (fig. 200).

Site no 211. Tumulus des Jas de Racoules 1

284Bibliographie
Hugues 1950 : 380.

285Lieu de conservation
Matériel osseux, seul conservé, au dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

286Structures et observations de fouille
Hugues signale seulement : tumulus « formé en surface et en profondeur de blocs volumineux, surmonté d’une quille (tourelle de berger). Il recouvre une sépulture par inhumation, sans autre mobilier que des tessons de poterie. »

287Os humains
De ce tumulus proviennent 230 g d’os non brûlés appartenant à un adulte probablement âgé de plus de 30 ans (suture coronale synostosée en face endocrânienne, en cours de synostose en face exocrânienne). Seuls subsistent un crâne très fragmentaire, un élément du tronc (fragment de côte) et plusieurs fragments de diaphyse de tibia, notamment gauche (fig. 204). Les dents sont usées et leur apex est fermé.

FIG. 204 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus des Jas de Racoules 1 ; état de conservation du squelette.

288Mobilier
« Tessons de poterie » non conservés. En l’absence d’indication contraire du fouilleur, on peut considérer qu’il s’agit de tessons protohistoriques.

Site no 212. Tumulus des Jas de Racoules 2

289Bibliographie
Hugues 1950 : 380 ; Hugues, Lorblanchet 1963 : 30‑31.

290Lieu de conservation
Le matériel n’a pas été retrouvé.

291Structures et observations de fouille
(D’après Hugues 1950 : 380 ; Hugues, Lorblanchet 1963 : 30‑31.)
Ce « petit tumulus, formé de terre noire et de blocs volumineux, a été grossi, d’une part, de cailloux d’épierrement et rogné, d’autre part, sur un bord, au moment de la mise en culture du champ limitrophe. Il n’a conservé aucun reste humain apparent, mais il a livré les fragments d’une écuelle en poterie grossière qui a pu tenir lieu d’urne cinéraire » (Hugues, Lorblanchet 1963 : 380).

292Os humains
Absents.

293Mobilier (fig. 205)
(Non retrouvé ; ici d’après Hugues, Lorblanchet 1963.)
Fragments d’une coupe non tournée (complète, incomplète ?), à panse arrondie convexe, col court et évasé et fond creux (haut. : 9 cm) ; décor, sous le bord, de deux traits incisés horizontaux ; au niveau du diamètre maximum de la panse, rangée horizontale d’impressions ovales peu profondes.

FIG. 205 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus des Jas de Racoules 2 ; céramique non tournée (d’après Hugues 1950).

294Datation
Bronze final ou premier âge du Fer ? En l’absence de l’objet, et étant donné l’imprécision du dessin dont nous disposons, il est impossible de proposer une datation précise de ce vase.

Site no 213. Tumulus des Jas de Racoules 3

295Bibliographie
Hugues 1950 : 380 ; Hugues, Lorblanchet 1970 : 7.

296Lieu de conservation
Os et mobilier au dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

297Structures et observations de fouille
(D’après Hugues 1950 : 380 ; Hugues, Lorblanchet 1970 : 7.)
Haut de 0,8 m, ce tumulus se compose surtout de grandes pierres plates. Installé sur un promontoire en pente, ses matériaux ont tendance à glisser. Ce tertre « recouvre une aire d’incinération de 1,75 m de diamètre ». La position du mobilier, fragments de deux vases et d’un bracelet‑armille, n’est pas indiquée. Selon l’auteur de la fouille, nous aurions donc affaire à une incinération sur place.

298Os humains
76 g d’os incinérés appartenant à un adulte, probablement âgé de plus de 30 ans (suture sagittale synostosée en face endocrânienne et en cours de synostose en face exocrânienne), de sexe non déterminable. Peu de fragments peuvent être identifiés avec précision. Le crâne est représenté par 16 g d’os (quatre fragments de voûte dont un de pariétal et deux de suture sagittale), le squelette post‑céphalique par 60 g (dont deux fragments d’ulna, un de fémur et trois de tibia).
Les fissurations en ondes concentriques et les lignes transversales sur les diaphyses montrent qu’il s’agit d’une crémation d’os frais. Les fragments sont le plus souvent de couleur grise ou blanche, et parfois les deux teintes se retrouvent sur le même élément ; en revanche, la couleur noire est très rare.

299Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NR dét. = 7 ; NR total = 9.
– Ovicapriné : NR = 7 (2 f. de diaphyse d’humérus, 1 f. de diaphyse de métacarpe, 1 f. de coxal, 1 quatrième déciduale sup., 1 première molaire sup., 1 f. de côte) ; NMI = 1 très jeune (âge estimé à 3‑6 mois).
– Esquilles indéterminées : NR = 2

300Mobilier (fig. 206A, B)
A. Quatre fragments jointifs d’un bracelet fin en bronze ne portant pas trace de passage sur le bûcher ; diam. int. : 6 cm ; section sub‑triangulaire, face externe carénée, face interne plane ; décor composé d’impressions ovalaires et de segments de ligne brisée réservés sur fond de hachures transversales.
B. Des fragments d’une petite urne non tournée, très incomplète, à panse ovoïde, col très bas, bord D09 et fond creux 21A (haut. : 12,1 cm ; diam. max. : 14,1 cm) ; décor sur la partie supérieure de la panse de trois cannelures horizontales, très peu profondes, à fond arrondi.
C. Une urne non tournée grossière, très incomplète, représentée seulement par neuf petits tessons informes ; les parois sont irrégulières mais ne portent pas de cannelures, contrairement à ce qu’indiquent Hugues, et Lorblanchet (1970 : 7) (objet non figuré).

FIG. 206 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus des Jas de Racoules 3 ; A bracelet en bronze ; B céramique non tournée.

301Datation
Milieu du premier âge du Fer (650‑600). Les bracelets en bronze fins, de section demi‑circulaire ou sub‑triangulaire, avec un décor semblable ou proche, sont peu présents dans la région, mais couvrent une large plage chronologique, depuis le Bronze final IIIb (tombes 114 et 268 du Moulin de Mailhac ; Taffanel et al. 1998 : 285‑286) au vies. (La Liquière ; Tendille 1980 ; 65, 66, fig. 3, no 19), en passant par de rares tumulus des Garrigues dépourvus de contexte mobilier (Pont de la Bénovie, La Forêt 2 ; Dedet 1992a).
Le vase B est très semblable à celui de Gargo 2, tant par sa forme et son décor que par sa facture, bien que ses dimensions soient moindres. Cette forme est par ailleurs bien datée de la deuxième moitié du viies. à Pomeyrol sur le Sauveterre (site no 71). C’est donc cette datation que l’on attribuera à ce tertre.

Jas de Salgas

Site no 214. Tumulus des Jas de Salgas

302Bibliographie
Hugues 1950 : 379 ; Hugues, Lorblanchet 1963 : 29‑30.

303Situation et fouille
Le tumulus des Jas de Salgas est situé sur un mamelon, à proximité du rebord du causse, à 2 km au nord‑ouest du hameau de Salgas. Il a été fouillé avant 1950 par C. Hugues qui n’a fourni que des renseignements très succincts.

304Lieu de conservation du mobilier
Muséum d’histoire naturelle de Nîmes (Gard).

305Observations de fouille
(D’après Hugues, Lorblanchet 1963 : 29‑ 30.)
« Le tertre, haut d’un mètre, est formé de blocs et de pierraille. À l’exception d’une phalange et d’un éclat d’os, il n’a donné que les tessons d’un grand récipient sans ornement qui doit représenter l’urne cinéraire. »

306Os humains
Non conservés.

307Os d’animaux
(Détermination A. Gardeisen.)
NRdét. = 5 ; NR total = 7.
– Cheval : NR = 1 (1 f. de troisième molaire sup.) ; NMI = 1 adulte.
– Bœuf : NR = 1 (1 troisième molaire sup.) ; NMI = 1 jeune adulte.
– Ovicapriné (mouton ou chèvre) : NR = 3 (1 f. de quatrième prémolaire sup., 1 f. de molaire sup., 1 f. d’extrémité distale d’humérus) ; NMI = 1 adulte.
– Esquilles indéterminées : NR = 2.

308Mobilier (fig. 207)
A. Une urne non tournée incomplète (seule la moitié du vase environ est représentée), à panse ovoïde haute, col haut, bord C11 et pied bas 41 C (haut. : 26,1 cm ; diam. max. : 18,8 cm). La pâte est de couleur gris‑noir à gris‑jaune. Ce vase a subi l’action d’un feu secondaire sur lequel il (ou une portion) a été brisé, car un tesson de la région du col à surface jaune recolle avec un tesson à surface gris‑noir.

FIG. 207 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus des Jas de Salgas ; céramique non tournée.

309Datation
Première moitié du premier âge du Fer (750‑600).
La forme de l’urne est caractéristique du faciès suspendien du Languedoc oriental antérieur au vies. :
– tumulus Cazevieille A3, D13, Cazarils 6, Viols 8 (Dedet 1992a : 374, fig. 119, 375, fig. 120, 381, fig. 126 ; Philippot et al. 1989 : 345, fig. 4, no 644) ;
– grotte Suspendue (Coste et al. 1976 : 142, fig. 12, no 13) ;
– Saint‑Martin de Collorgues (Dedet, Goury 1987‑1988 : 5, fig. 5, no 1).
Elle est aussi attestée à la même époque en Languedoc occidental, à Agde. Absente du complexe Bronze final IIIb dans l’ensemble languedocien, cette forme apparaît toutefois, à un seul exemplaire, dans une tombe du Moulin, à la transition Bronze final/premier âge du Fer (Taffanel et al. 1998 : 258, fig. 368, no 6).

310Commentaire
Les auteurs ne précisent pas si les deux os ou fragments d’os découverts sont brûlés ou non. Ils parlent « d’urne cinéraire » et ce vase porte les stigmates d’une cassure sur un feu. Ces indices sont cependant trop minces pour que l’on puisse être sûr que le défunt a bien été incinéré.

La Fajole

Site no 215. Tumulus de La Fajole C1

311Bibliographie
CRA Chênes Verts 1959 : 173.

312Situation et fouille
Le tumulus de La Fajole C1 a été fouillé en 1939 par le Centre de recherches archéologiques des Chênes Verts, « près de la ferme de La Fajole » (fig. 200). Les fouilleurs n’ont donné que fort peu de précisions sur cette fouille.

313Lieu de conservation
Objets, os humains et animaux sont déposés au musée languedocien à Montpellier (Société archéologique de Montpellier, coll. du CRA des Chênes Verts).

314Structures et observations de fouille
Seules les dimensions sont indiquées : 3 m de diamètre et 0,4 m de hauteur.

315Os humains
Ce tertre a livré 15 g d’os humains non brûlés se rapportant à un sujet adulte (fig. 208). Ce défunt est représenté par une dent (l1g) à l’apex fermé, un manubrium sternal avec partie supérieure de l’appendice xiphoïde, un MTC Id assez gracile et un MTC Vg.

FIG. 208 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus de La Fajole C1 ; état de conservation du squelette.

316Mobilier
A. Un tesson de panse de vase non tourné, dont la pâte contient un très abondant dégraissant de calcite broyée (avec quelques gros éléments, jusqu’à 2,5 mm) (non figuré).

317Datation
Premier âge du Fer (750‑500) ?
Le tesson ne permet pas d’avancer une datation précise à l’intérieur de la Protohistoire. Cependant, par sa nature et son contenu, ce monument semble pouvoir être rattaché au premier âge du Fer.

3.12 Tumulus non précisé(s) du causse Méjan

318Au musée municipal de Millau, dans la collection Diaz, figurent deux objets provenant d’un ou deux tumulus non précisé(s) du causse Méjan.
– Bracelet en bronze, ouvert, à extrémités indifférenciées abruptes, à tige présentant une section en portion de cercle irrégulière ; face extérieure de la tige gravée de stries transversales groupées par trois ou par faisceaux (diam. ext. : 7,1 à 9,1 cm ; diam. int. : 6,4 à 8,3 cm) (fig. 209A). Cet objet est bien datable du premier âge du Fer. On se reportera aux comparaisons faites à propos d’exemplaires semblables du tumulus 10 de Laval‑du‑Tarn sur le Sauveterre (site no 55).
– Anneau en bronze, de section ovalaire, coulé dans un moule monovalve (fig. 209B).

FIG. 209 - Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus non précisé(s) du causse Méjan ; A bracelet en bronze ; B anneau en bronze.

3.13 Saint‑Laurent‑de‑Trèves

Site no 216. Tumulus du col de La Vache

319Bibliographie
Hugues 1960 : 71‑72.

320Situation et fouille
Le col de La Vache est situé à 1,5 km au nord de la ferme du Rey, entre les cotes 1 012 et 1 035, dans un des secteurs les plus étroits de la Can d’Artigues, entre le ravin de Tardonnenche au nord‑ouest et celui de Ferrières à l’est. Le tumulus se dresse au carrefour du chemin de Barre à Florac par Tardonnenche et de celui de Ferrières (fig. 210). Il a été repéré par C. Hugues qui l’a fouillé vers 1949.

FIG. 210 – Can d’Artigues et de Ferrières. Saint‑Laurent‑de‑Trèves (Lozère). Localisation du tumulus du col de La Vache (site no 216).

321Lieu de conservation
L’ensemble du matériel, os humains et mobilier, est conservé au dépôt archéologique de Banassac (Lozère).

322Structures et observations de fouille
(D’après Hugues 1960.)
Ce tertre, de plan allongé, mesure 14 m sur 10 m ; aplani, il a une hauteur de 0,8 m. « La couche supérieure, épaisse d’une trentaine de centimètres, est formée à peu près uniquement de terre avec quelques rares blocs. Elle contient des dents et des os de mouton, une molaire de porc et des morceaux de schiste », ainsi que « deux fragments de briques à rebords et quelques petits tessons de poterie grise tournée ». Des fragments d’un vase non tourné sans décor se trouvaient également dans cette couche.
« À 80 centimètres de profondeur gisait un squelette en mauvais état, inhumé du nord‑est au sud‑ouest, sur un pavé. De part et d’autre, des dalles plantées de chant limitaient la sépulture et se dressaient plus haut qu’un second dallage de lourdes pierres plates qui avaient écrasé les os. On se demande s’il représentait un couvercle effondré ou si le défunt, de propos délibéré, avait été paralysé en le surchargeant de pierres. Bien qu’épais, le crâne, aux dents usées, était brisé. Un cailloutis complétait le remplissage du caisson. » Un fragment d’épée ou de poignard en fer a été découvert « contre la jambe gauche », et une coupelle en bronze « à côté du pied droit ».

323Matériel du niveau supérieur
– Un bord de pot en céramique tournée gris bleu, très dure (fig. 211D) ;
– cinquante‑sept tessons d’une urne en céramique tournée grise (fig. 211E) ;
– quatre fragments de panse d’un vase tourné à pâte blanchâtre très dure et surface extérieure striée ;
– un tesson de panse d’un vase tourné à pâtre tendre, de couleur gris clair.
Le matériel du niveau supérieur date du Bas‑Empire et témoigne d’une réutilisation du tertre à des fins non précisées.

FIG. 211 – Can d’Artigues et de Ferrières. Saint‑Laurent‑de‑Trèves (Lozère). Tumulus du col de La Vache ; 1 état de conservation du squelette ; A coupe en bronze ; B épée en fer ; C céramique non tournée ; D et E céramique tournée grise de la couche supérieure.

324Matériel du niveau inférieur
Os humains
552 g. d’os conservés, non brûlés, se rapportant à un sujet adulte très robuste, probablement âgé de plus de 30 ans (sutures crâniennes presque complètement synostosées en face endocrânienne et en cours de synostose en face exocrânienne), de sexe non déterminable. Toutes les pièces de ce lot présentent des cassures fraîches et certains morceaux cassés de frais sont absents ; il est manifeste que tous les os découverts n’ont pas été ramassés. Seuls sont représentés des éléments du crâne (voûte crânienne et mandibule presque complètes, fragment de maxillaire), un fragment de vertèbre lombaire, une diaphyse de fémur gauche très robuste (cassée de frais aux deux extrémités), présentant une attache musculaire puissante sur la ligne âpre, des morceaux de diaphyse des deux tibias (fig. 211,  no 1). Toutes les dents sont moyennement usées et présentent un apex fermé.
Le mode de traitement du défunt protohistorique, en dépôt primaire, comme semble le suggérer le fouilleur, ou en dépôt secondaire après décharnement, est impossible à déterminer. Aucune indication sur la position des os n’est fournie ; d’autre part, on ignore si l’absence d’os qui se conservent bien, comme les os longs des bras ou de tous ceux des mains et des pieds, est réelle ou résulte d’un ramassage incomplet.
● Os de faune
Néant.
● Mobilier (fig. 211A‑C)
A. Une coupelle en tôle de bronze martelée, à profil arrondi, fond rond (il a été enfoncé par les pierres entre lesquelles cet objet se trouvait), et bord parallèle à lèvre épaissie ; diam. à l’ouverture : 11,6 cm ; haut, restituée : 6 cm ; ép. du bord : 2,8 mm ; ép. de la feuille de bronze à la cassure : 0,6 mm.
B. Un fragment d’une lame d’épée ou de poignard en fer ; larg. : 3,1 cm ; long, cons. : 5,4 cm.
C. Un fragment de coupe non tournée, à panse arrondie convexe et bord convergent F01 ; pâte de couleur gris sombre à noire, érodée, vacuolaire.
D. Huit tessons de céramique non tournée très érodés pouvant appartenir à quatre récipients différents ; pâte vacuolaire, dégraissant de calcite broyée (non figuré).

325Datation
Premier âge du Fer (750‑500 av. J.‑C.).
Si le morceau d’épée ou de poignard n’apporte pas d’élément de datation, la coupe arrondie convexe C est une forme courante au premier âge du Fer. Quant aux coupes hémisphériques en tôle de bronze, elles sont attestées dans la région :
– au début du premier âge du Fer, en association avec la grande épée en fer « hallstattienne » : Roumagnac 1 à Séverac‑le‑Château (site no 12), Aven Armand sur le Méjan (site no 175), Rasiguette sur le Noir (site no 235) et au dolmen de Genévrier sur le causse Comtal (Gruat 1993) ;
– dans les trois derniers quarts du viies. : Airoles sur le Blandas (Cazalis de Fondouce
1906 : 207‑213) ;
– au vies. av. J.‑C. : Frouzet B1 dans les Garrigues (Dedet 1995b : 280‑282) ;
– au milieu du ves. av. J.‑C : un exemplaire possédant un bord semblable se trouvait dans la tombe de Font de la Vie à Saint‑Bauzille de Montmel (Dedet 1995c).

Notes

1 À 300 m de ce tumulus, le CRA des Chênes Verts a fouillé également un tertre de 20 m de diamètre, Valbelle C2, dont la fonction funéraire n’est pas avérée. Ce gisement a en effet livré des os d’animaux « déposés contre un petit mur » et quatre tessons en céramique non tournée appartenant à autant de vases. Il pourrait s’agir des restes d’un habitat (CRA Chênes Verts 1959 : 173).

2 Il s’agit d’une estimation qui tient compte à la fois des exemplaires suffisamment bien conservés pour être individualisés, et de l’ensemble des petits morceaux en cours de fusion, le poids total de ces derniers étant divisé par le poids moyen des premiers.

3 Le décor des exemplaires C, D, F et G ne peut être complètement apprécié à cause de la corrosion.

4 Dans Fages, Lorblanchet 1964 : 16, il est question de 1 250 g d’os incinérés.

5 Fages (1969 : 22) signale 20 g d’os humains.

6 Fages (1969 : 28) signale 100 g d’os humains.

7 La liste des pièces osseuses donnée ici pour le sujet no 1 est un minimum. Il n’est pas à exclure que d’autres os d’adulte, non découverts en double, ne puissent lui appartenir.

8 Dans cet article, ces tertres sont numérotés de 1 à 8 dans la série A, mais les objets et le conditionnement dans le dépôt de la collection des Chênes Verts, au musée languedocien, portent mention de la série D, adoptée pour distinguer ces sites de la série A des tombes préhistoriques (Chênes Verts 1954). Ces documents correspondent en tous points à ceux signalés dans l’article sous la rubrique série A, tandis que la série D n’existe pas dans celui‑ci. Pour éviter toute confusion, j’ai conservé la dénomination utilisée par le CRA des Chênes Verts dans sa publication.

9 Le CRA des Chênes‑Verts (1959 : 171) parle d’os incinérés, mais le poids très voisin qu’il indique (365 g), de même que la liste des dents, montrent bien qu’il s’agit du même lot. C’est très certainement le très mauvais état de conservation des pièces osseuses qui est à l’origine de la confusion sur l’os incinéré.

Table des illustrations

Légende FIG. 152 – Causse Méjan. Florac (Lozère). Localisation du tumulus du Moulin à Vent du Pradal (site no 161), et de Valbelle C3 (site no 163), et du dolmen réutilisé de Pierre Plate (site no 162).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 153 – Causse Méjan. Florac (Lozère). Tumulus du Moulin à Vent du Pradal ; 1 plan d’ensemble ; 2 relevé et coupe de la partie fouillée ; R1R2 et R3 relevés successifs de la région sépulcrale (d’après Fages 1990a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende FIG. 154 – Causse Méjan. Florac (Lozère). Tumulus du Moulin à Vent du Pradal ; 1 état de conservation du squelette ; A bracelet (?) en fer ; B céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 155 – Causse Méjan. Florac (Lozère). Dolmen réutilisé de Pierre Plate ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende FIG. 156 – Causse Méjan. Florac (Lozère). Tumulus de Valbelle C3 ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7k
Légende FIG. 157 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Localisation du dolmen à couloir réutilisé et des tumulus 1 à 3 du Dévois de Villeneuve (sites nos 164 à 167), du tumulus de la Plaine de Villeneuve (site no 168) et du tumulus du Vevqalier (site no 169).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 158 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Tumulus du Dévois de Villeneuve 1 ; A céramique non tournée ; B à X armilles en bronze ; Y à AA fragments de fibules en bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 159 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Tumulus du Dévois de Villeneuve 2 ; 1 état de conservation du squelette ; A anneau en bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 160 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Tumuius du Dévois de Villeneuve 3 ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7k
Légende FIG. 161 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Tumulus de la Plaine de Villeneuve ; bracelets en fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 162 – Causse Méjan. Fraissinet‑de‑Fourques (Lozère). Tumulus réutilisé du Veygalier ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 163 – Causse Méjan. Gatuzières (Lozère), localisation des tertres d’Aures (site no 170), de Galy 2 et 3 (sites nos 171 et 172) et des dolmens réutilisés de Galy A et B (sites nos 173 et 174). Meyrueis (Lozère), localisation de la sépulture mégalithique réutilisée de Frépestel 3 (site no 201).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 164 – Causse Méjan. Gatuzières (Lozère). Tertre de Galy 2 ; A céramique non tournée ; B bracelet en fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 165 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Localisation destumulus Aven Armand 1 et 2 (sites nos 175 et 176).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 166 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tumulus Aven Armand 1 ; A épée en fer ; B et C coupelle en tôle de bronze (d’après Delisle, Viré 1899, sans échelle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 167 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tumulus Aven Armand 2 ; A céramique non tournée ; B bracelet en fer (d’après Delisle, Viré 1899, sans échelle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 168 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Localisation du tumulus de Drigas 2 (site no 177), du dolmen réutilisé du Cerrière (site no 179), du coffre réutilisé de L’Espital (site no 180) et du tertre du Plo de Saubert (site no 182).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 169 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tumulus de Drigas 2 ; 1 à 3 plan général et coupes (d’après Hugues, Lorblanchet 1970) ; A à C céramique non tournée ; D fragment de tôle de bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 170 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tumulus du Buffre ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8k
Légende FIG. 171 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Dolmen réutilisé du Cerrière ; 1 et 2 plan et coupe (d’après Hugues, Lorblanchet 1963) ; A à D céramique non tournée ; E bois de cerf.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 172 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Coffre réutilisé de L’Espital ; 1 et 2 plan et coupe (d’après Fages 1990b) ; A‑F anneau en bronze ; G à U céramique non tournée (d’après Hugues, Lorblanchet 1963).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 173 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tertre du Plo de Saubert ; 1 coupe ; 2 plan (1 : terre rouge du causse : 2 : limites de la couche superficielle ; 3 : limites de la carapace de blocs ; 4 : débris de fond de vase sigillé ; 5 : tesson rougeâtre) (d’après Fages 1977) ; A céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 174 – Causse Méjan. Hures‑la‑Parade (Lozère). Tertre de Saubert ; bracelets en fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 175 – Causse Méjan. La Malène (Lozère), localisation des tumulus du Champ Rond (site no 184), et du Serre del Moussu (site no 185). Mas‑Saint‑Chély (Lozère), localisation des tertres du col de Coperlac 1 (site no 186), des Boïres (site no 188), et de la Couronne 1 (site no 190), et des tumulus du Débès de Caussignac (site no 187) et des Conques 1 (site no 189).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. 176 – Causse Méjan. La Malène (Lozère). Tumulus du Champ Rond ; 1 et 2 coupe et plan (1 ; anneau ; 2 et 4 : fibules ; 3 et 8 : armilles ; 5 : pierre à aiguiser ; 6 : poterie ; 7 : boucles d’oreille) ; A à J céramique non tournée (d’après Fages, Lorblanchet 1964).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 177 – Causse Méjan. La Malène (Lozère). Tumulus du Champ Rond ; K et L fibules ; M à P bracelets‑armil les ; Q et R bague ; S anneau ; T fil (K à T : bronze) ; U perle en pâte de verre ; V armature de flèche en silex ; W aiguisoir en schiste.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 178 – Causse Méjan. La Malène (Lozère). Tumulus du Serre del Moussu ; 1 et 2 plan et coupe ; A à C céramique non tournée ; D éclat de silex (d’après Fages 1969).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 179 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tertre du col de Coperlac 1 ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2k
Légende FIG. 180 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus du Débès de Caussignac. 1 et 2 plan et coupe ; A et B céramique non tournée ; C lamelle en bronze (d’après Fages 1969).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 181 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tertre des Boïres ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Légende FIG. 182 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus des Conques 1 ; 1 et 2 coupe et plan ; A agrafe de ceinture (?) en fer ; B fibule en bronze ; C céramique non tournée (d’après Fages, Lorblanchet 1964).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 183 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tertre de La Couronne 1 ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 184 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Coffre réutilisé de La Téoulière ; 1 et 2 plan général et coupe ; A armature de flèche en os ; B armature de flèche en bronze ; C et E anneaux en bronze ; D fil de bronze ; F à I céramique non tournée (d’après Costantini, Fages 1971).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 185 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Localisation du coffre réutilisé de La Téoulière (site no 191), des tumulus de Chamblon A2, A3, A4, A6, A7 et A8 (sites nos 192 à 197), ciste réutilisée A4 de Chamblon (site no 198) et tertre de Prunet (site no 199).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 186 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus de Chamblon A2 ; 1 état de conservation du squelette ; A‑C céramique non tournée ; D bracelet en fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 187 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus de Chamblon A4 ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 188 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus de Chamblon A6 ; 1 état de conservation du squelette ; A céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 189 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus de Chamblon A7 ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 190 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tumulus de Chamblon A8 ; 1 état de conservation du squelette ; C anneau en fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 191 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tertre de Prunet ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6k
Légende FIG. 192 – Causse Méjan. Mas‑Saint‑Chély (Lozère). Tertre non précisé de la commune de Mas‑Saint‑Chély ; bracelet en bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 193 – Causse Méjan. Meyrueis (Lozère). Tertre de Frépestel ; scalptorium en bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 7,2k
Légende FIG. 194 – Causse Méjan. Meyrueis (Lozère). Sépulture mégalithique réutilisée de Frépestel 3 ; 1 et 2 plan et coupe ; A épingle recourbée en bronze (d’après Fages 1986b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 195 – Causse Méjan. Montbrun (Lozère). Localisation du dolmen réutilisé du Cros de l’Asé (site no 202) et du tumulus de La Condamine B1 (site no 203).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 196 – Causse Méjan. Montbrun (Lozère). Dolmen réutilisé du Cros de l’Asé ; 1 plan (d’après Fages 1976) ; A céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 197 – Causse Méjan. Montbrun (Lozère). Tumulus de La Condamine B1 ; A céramique non tournée à décor excisé ; B céramique non tournée ; C rasoir en bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 198 – Causse Méjan. Saint‑Pierre‑des‑Tripiers (Lozère). Localisation de l’abri‑ossuaire des Arcs de Saint‑Pierre (site no 205).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 199 – Causse Méjan. Saint‑Pierre‑des‑Tripiers (Lozère). Abri‑ossuaire des Arcs de Saint‑Pierre ; 1 plan général de la cavité ; 2 et 3 coupes (d’après Fages 1977) ; A à F céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 200 – Causse Méjan. Saint‑Laurent‑de‑Trèves (Lozère), localisation du tumulus de la Cabassude (site no 204). Vébron (Lozère), localisation des tumulus de Gargo 1, 2 et 3 (sites nos 206 à 208), des Jas de Racoules 1, 2 et 3 (sites nos 211 à 213), des Jas de Salgas (site no 214) et de La Fajole C1 (site no 215).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 201 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus de Gargo 1 ; A céramique non tournée ; B céramique non tournée à décor excisé ; C et D ustensiles en bronze ; E rasoir en bronze (B et E : d’après Hugues, Lorblanchet 1970).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 202 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus de Gargo 2 ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 203 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus de Gargo 3 ; céramique non tournée à décor excisé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 204 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus des Jas de Racoules 1 ; état de conservation du squelette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 205 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus des Jas de Racoules 2 ; céramique non tournée (d’après Hugues 1950).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Légende FIG. 206 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus des Jas de Racoules 3 ; A bracelet en bronze ; B céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 207 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus des Jas de Salgas ; céramique non tournée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 208 – Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus de La Fajole C1 ; état de conservation du squelette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 209 - Causse Méjan. Vébron (Lozère). Tumulus non précisé(s) du causse Méjan ; A bracelet en bronze ; B anneau en bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 210 – Can d’Artigues et de Ferrières. Saint‑Laurent‑de‑Trèves (Lozère). Localisation du tumulus du col de La Vache (site no 216).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 211 – Can d’Artigues et de Ferrières. Saint‑Laurent‑de‑Trèves (Lozère). Tumulus du col de La Vache ; 1 état de conservation du squelette ; A coupe en bronze ; B épée en fer ; C céramique non tournée ; D et E céramique tournée grise de la couche supérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/47010/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search