Version classiqueVersion mobile

Tombes et pratiques funéraires protohistoriques des Grands Causses du Gévaudan

 | 
Bernard Dedet

Première partie. Les tombes

Présentation

Texte intégral

1Cette première partie regroupe toutes les données relatives aux tombes protohistoriques des Grands Causses du Gévaudan, disponibles en janvier 1998. Ce corpus est présenté causse par causse. À l’intérieur de chacune de ces unités géographiques, les sépultures ont été classées par commune, sous le nom de leur lieu‑dit, dans l’ordre alphabétique. Pour le causse de Sauveterre et le causse Noir, qui s’étendent sur le territoire de deux ou trois départements, l’inventaire est établi par département. Un numéro progressif a été affecté à chaque site. Ce numéro figure sur la carte générale de la région prise en compte (fig. 2). Par ailleurs, nous avons tenu compte du redécoupage communal intervenu dans cette région depuis la réalisation des fouilles.

2Pour chaque gisement funéraire, la dénomination de l’auteur de la fouille a été conservée. Toutefois, dans ses publications, le Dr Prunières a numéroté les tumulus qu’il a fouillés en continu de 1 à N, en recommençant à 1 à chaque fois. J’ai donc dû compléter ce numéro par l’indication de l’année de parution de l’article (par exemple : causse de Sauveterre, commune de Chanac, Lozère, tumulus du Grand Lac 20‑1883). Par ailleurs, comme je l’ai indiqué dans l’introduction, l’appellation « Freyssinel » des tertres fouillés par le Dr Morel dans la partie orientale du causse de Sauveterre ne correspond pas à un regroupement topographique au sens strict du terme. Tout en conservant chaque fois l’appellation et le numéro donnés par ce fouilleur, j’ai inventorié ces tertres par commune, ce qui a évidemment pour conséquence de bouleverser l’ordre de description de ces monuments.

3Pour chaque sépulture, les données sont classées selon les rubriques suivantes, qui figurent dans la mesure où elles sont documentées :
– bibliographie ;
– lieu de conservation du matériel ;
– situation et fouille ;
– structures et observations de fouille ;
– os humains ;
– mobilier ;
– os d’animaux ;
– datation.

4D’autres rubriques, si nécessaire, apportent des compléments (découverte, commentaires, interprétation...).

5La situation de chacun des gisements funéraires est donnée sur fond topographique au 1/25 000 réalisé à partir de la carte IGN. Leur répartition sur le terrain permet presque toujours de regrouper plusieurs d’entre eux sur un même plan de situation. Toutefois, la localisation précise des tumulus n’est connue qu’à partir des travaux effectués durant les années 1960, avec la notation des coordonnées du système Lambert. La plupart des tertres fouillés par P.‑B. Prunières, Fr. Delisle, A. Viré, C. Hugues, le CRA des Chênes Verts ou Ch. Morel ne peuvent plus être localisés exactement faute d’indication précise, de plan ou même de croquis. Et si, dans quelques rares cas, le Dr Morel indique les coordonnées Lambert, c’est toutefois à une seule décimale près, soit une imprécision de 100 m. Les recherches sur le terrain pour identifier les monuments sont presque toujours vouées à l’échec par des causes diverses : destruction complète par les travaux agricoles ou, à l’inverse, risque de confusion dû à la multiplicité des tertres apparemment plus ou moins fouillés, et pour certains non signalés. Pour tous ces sites, nous avons donc dû nous contenter d’indiquer par des hachures la zone approximative signalée par les fouilleurs. Seuls, parmi les monuments fouillés anciennement, de nombreux dolmens réutilisés peuvent être identifiés sur le terrain et situés avec précision.

6Dans la description du matériel céramique non tourné, j’ai utilisé la codification des bords et des fonds mise au point dans Dedet, Py 1975, et celle des motifs et des techniques des vases excisés établie dans Dedet 1980a. Plus particulièrement, les formes des récipients du Bronze final sont classées selon le système que j’ai établi dans Dedet, Roudil 1994 : 170‑171, fig. 27 à 29.

7L’examen des séries d’os humains encore conservées provenant de ces sépultures m’a permis de dénombrer les individus, de déterminer leur âge et éventuellement leur sexe.

8Le dénombrement des sujets par tombe est fondé sur les doublons ou doublets, c’est‑à‑dire les os en double dans une même sépulture, les incompatibilités entre les pièces osseuses, les différences de stade de maturation des divers os ou les différences flagrantes de dimensions.

9La détermination de l’âge au décès procède de l’observation du stade de maturation du squelette. Pour les sujets les plus jeunes (fœtus, nouveau‑nés, nourrissons), elle repose sur le degré de calcification des germes dentaires par rapport aux données de référence publiées par Ubelaker (1978). L’estimation de la stature est effectuée à l’aide des dimensions prises sur la plupart des os mesurables à partir des équations établies par Fazekas et Kosa (1978) et des observations morphologiques sur le squelette (voir Dedet et al. 1991). Pour les autres sujets immatures, cette détermination de l’âge résulte du développement de la dentition et/ou du degré d’ossification des os. Pour les adultes, on ne peut être précis. L’absence de synostose des sutures crâniennes ne saurait être qu’un indice en faveur d’un adulte jeune, mais sans certitude. L’usure des dents n’a pas été retenue comme critère de détermination de l’âge puisqu’elle varie grandement selon les époques, les populations, et le régime alimentaire dont nous ignorons tout pour les habitants des Grands Causses du Gévaudan protohistorique. Des adultes très âgés peuvent être distingués lorsque plusieurs critères sont réunis : sutures entièrement synostosées, absence de dents avec résorption des alvéoles dentaires, dégénérescences osseuses. Pour l’étude synthétique, j’ai regroupé les sujets dans les classes d’âge suivantes :
– fœtus, nouveau‑nés et nourrissons, de la naissance à 6 mois ;
– petit enfant, de 6 mois à 5 ans ;
– enfant, de 6 à 10 ans ;
– grand enfant, de 11 à 15 ans ;
– adolescent, de 16 à 20 ans ;
– adulte, au‑delà de 20 ans.

10Pour les immatures, la correspondance entre la détermination de l’âge et l’attribution à une classe d’âge a été résolue suivant le principe de « minimalisation des anomalies » préconisé par P. Sellier pour obtenir la distribution la moins éloignée d’une mortalité naturelle de type préjennérien (Sellier 1996 : 191‑192).

11L’identification du sexe, qui ne peut concerner que les adultes, est fondée uniquement sur la forme de l’os coxal, et en particulier celle de la grande échancrure sciatique, donnée permettant d’atteindre un degré de sûreté satisfaisant (Ferembach et al. 1979). L’examen de la forme de la surface auriculaire, de l’élévation de celle‑ci, et du développement de la gouttière rétro‑auriculaire, selon la méthode mise au point par J. Bruzek (Bruzek et al. 1996), n’a pas permis de détermination supplémentaire, car il ne s’est pas trouvé, dans la série étudiée, de portion de coxal comprenant cette région sans la grande échancrure sciatique. Quoi qu’il en soit, compte tenu de la rareté et de la fragmentation des restes de cette pièce fragile dans les tombes étudiées, cette détermination n’a été qu’assez rarement possible. Tout autre critère tel que certains caractères du crâne, la gracilité ou la robustesse des os, n’a pas été retenu pour cette diagnose, car le dimorphisme sexuel ne peut être apprécié correctement sur des pièces osseuses autres que le bassin sans une méthode statistique, ce qui est difficilement envisageable ici, étant donnée la fragmentation du matériel. Toutefois, un squelette très robuste a plus de chances de correspondre à un homme, et des os graciles d’appartenir à une femme, et ce sont là des indices non négligeables que l’on pourra croiser avec, par exemple, certains types d’objets dits discriminants sur le plan sexuel.

12Dans la notation des os et des dents, un certain nombre d’abréviations a été utilisé.

13d = droit(e)
g = gauche
sup = supérieur(e)
inf = inférieur(e).

14Dents définitives :
I = incisive
C = canine
P = prémolaire
M = molaire

15Dents de lait ou déciduales :
di = incisive déciduale ;
dc = canine déciduale ;
dm = molaire déciduale.

16Dans chacune des quatre demi‑arcades dentaires, un chiffre indique l’ordre des incisives, prémolaires et molaires ; placé en exposant ou en indice, ce chiffre caractérise respectivement une dent supérieure ou une dent inférieure. Le signe ’ en exposant ou en indice situe de la même façon la canine de chaque demi‑arcade dentaire.
Exemple : P2d = deuxième prémolaire supérieure droite.

17Numérotation occasionnelle des vertèbres :
– cervicales : C1 à C7 ;
– thoraciques : T1 à T12 ;
– lombaires : L1 à L5.

18Métacarpiens = MTC. Un chiffre romain de I à V indique leur rang, pour chaque main, du pouce vers le petit doigt.
Exemples : MTC I d = premier métacarpien de la main droite ; MTC III g = troisième métacarpien de la main gauche.

19Métatarsiens = MTT. Même système de notation que pour les MTC.
Exemple : MTTIV d = quatrième métatarsien du pied droit.

20Phalanges : par rayon (proximal, moyen et distal), même système de notation que pour les MTC et MTT.

21Légende des dessins des squelettes :
– en noir : région présente ;
– en hachuré : situation exacte incertaine ;
– en blanc : région absente.
Schéma dentaire :
– L : élément isolé ;
– I : élément in situ ;
– X : perte ante mortem ;
– (L) : germe isolé ;
– (I) : germe in situ.

22Dans la détermination des os d’animaux, on a utilisé les abréviations suivantes :
NR : nombre de restes ;
NMI : nombre minimum d’individus.

23Le matériel pris en compte, objets et, dans les meilleurs des cas, os humains et animaux, est réparti dans plusieurs collections publiques.
● Aveyron : Centre archéologique départemental de Montrozier et musée municipal de Séverac‑le‑Château (antenne du musée du Rouergue, fouilles P.‑M. Blanquet, Ph. Gruat et F. Pons) ; musée Fenaille (fouilles J.‑L. Lescure) et dépôt de fouilles de Rodez (fouilles F. Pons) ; dépôt archéologique de La Graufesenque et musée municipal de Millau (fouilles des frères des écoles chrétiennes de Meyrueis et de J.‑Y. Boutin). ․ Lozère : dépôt archéologique de Banassac (fouilles Ch. Morel, C. Hugues, G. Fages, J.‑Y. Boutin, J.‑P. Hours et J. Vacquier) ; musée Ignon‑Fabre à Mende (fouilles Ch. Morel, R. Pauc) ; Maison du Mont‑Lozère (parc national des Cévennes) au Pont‑de‑Monvert (fouilles G. Fages) ; musée de La Borie à Hures‑la‑Parade (fouilles C. Hugues et G. Fages).
● Gard : muséum d’histoire naturelle de Nîmes (fouilles C. Hugues).
● Hérault : musée languedocien (fouilles du Centre de recherches archéologiques des Chênes Verts) et institut d’Archéologie de la faculté des Lettres, université Paul‑Valéry, à Montpellier (fouilles C. Hugues).
● Haute‑Garonne : dépôt du service régional de l’Archéologie de Midi‑Pyrénées à Toulouse (fouilles J.‑Y. Boutin et J.‑CL Roux).
● Paris : musée de l’Homme (fouilles P.‑B. Prunières).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search