Version classiqueVersion mobile

Histoire d’un quartier de Montbéliard (Doubs)

 | 
Sylvie Cantrelle
, 
Corinne Goy
, 
Claudine Munier

Conclusion générale

Sylvie Cantrelle, Corinne Goy et Claudine Munier

Texte intégral

1L’origine de l’occupation du quartier révélée par l’archéologie apparaît chronologiquement conforme aux mentions d’archives qui attestent l’existence du bourg Saint‑Martin à la fin du xiiie s. Celui‑ci est protégé par une enceinte dont les quelques éléments découverts ne permettent de connaître précisément ni le tracé ni l’aspect de son élévation. Ce mur d’enceinte est bordé intérieurement par une rue au‑delà de laquelle est édifié un vaste bâtiment. Ce dernier est caractérisé par une architecture de pierre qui dénote son appartenance à une catégorie sociale élevée ou à un pouvoir politique ou spirituel. Parallèlement à sa reconstruction, deux maisons en pan de bois sont édifiées le long de la rue de Velotte. Ce sont des habitats de plan rectangulaire et de vastes dimensions (20 x 11,70 m et 15 x 12 m) ayant pignon sur rue et dont seuls les solins de fondations sont conservés. Ils abritent des pièces d’habitat, possédant des foyers et des silos, et des locaux à usage agricole à l’arrière. C’est le concept de la « ferme‑bloc » connue en Alsace dans le Sundgau à partir du xvie s., où cohabitent à l’intérieur d’un même bâtiment les pièces d’habitation et les locaux liés à des activités agricoles, comme par exemple le stockage des céréales. L’absence de bâtiments annexes, à proximité de ces maisons, confirme cette hypothèse. La taille de ces bâtiments, ainsi que le confort révélé par les nombreuses structures de combustion, évoquent des habitats cossus. Leur nombre et leur répartition laissent supposer l’existence d’un bâti dense, tout au moins en bordure immédiate de la rue. La présence de ces maisons suggère qu’au xiiie s. et au xive s., le quartier du bourg Saint‑Martin, protégé par une fortification, est occupé par des bâtiments dont l’organisation répond à des besoins de type rural. En arrière des maisons vers le fond de l’îlot, de vastes espaces non bâtis sont vraisemblablement à mettre en relation avec les exploitations agricoles : champs, jardins, vergers... On peut donc avancer que ce secteur du bourg Saint‑Martin est à cette époque à forte dominante rurale et qu’il est peut‑être déjà un des centres de la vie politique de la ville.

2Après l’arasement de l’enceinte primitive et l’édification d’une nouvelle fortification dans la première moitié du xve s., une partie des bâtiments à l’ouest de la rue est abandonnée ; c’est le cas du bâtiment public et de la maison qui lui est adossée. Seule la seconde habitation perdure sans modification apparente. Un boulevard est ensuite construit, à l’extérieur du rempart déjà existant, peut‑être dans le courant de xve s. ou au début du xvie s., pour adapter les moyens de défense aux progrès de l’artillerie. On peut affirmer qu’à cette époque un mur de façade, interprété comme étant un élément de défense, existe en bordure est de la rue de Velotte. Le souci défensif reste l’élément déterminant du xve s. pour la ville de Montbéliard. La construction de deux remparts, voire de trois, suppose un effort financier sans doute considérable de la part de la ville, attesté par ailleurs par certaines sources d’archives. Ces constructions révèlent le climat d’insécurité du siècle. En effet, Montbéliard est prise tout au long du xve s. dans des guerres successives et soumise à d’incessants pillages, sièges et occupations. Au cours du xve s., l’espace dégagé par le déplacement du rempart vers l’extérieur de la ville va être remblayé, parcellisé, puis urbanisé. Trois parcelles séparées par des ruelles s’étendent entre la rue de Velotte et le rempart. Une seule a été reconnue en totalité. La parcelle la plus au sud montre l’extrémité d’un bâtiment construit en pierre. Sur les deux autres parcelles, à deux habitats vraisemblablement en matériau périssable, connus seulement partiellement et dont on ne peut pas préciser le plan et l’extension, succèdent deux maisons. On ne connaît que l’extrémité de celle occupant la parcelle le plus au nord. Elle semble posséder un pignon sur rue au contraire de la maison occupant la parcelle centrale qui est organisée parallèlement à la rue, avec pignon donnant sur une ruelle transversale. L’organisation et les dimensions de cette dernière lui confèrent une vocation d’habitat et de stockage, agricole probablement. Il s’agit encore d’habitat à pans de bois. Les ruelles, très rapprochées, limitent des parcelles densément bâties et permettent de surcroît l’accès aux fortifications. À cette époque la maison à l’ouest de la rue de Velotte est réaménagée en un bâtiment de stockage agricole, une grange peut‑être. Au xve s. l’occupation du secteur de Velotte s’intensifie sans toutefois perdre sa coloration rurale.

3À la fin du xve s. ou au début du xvie s., si l’occupation le long des fortifications reste dense, la grange, seule construction occupant la zone à l’ouest de la rue de Velotte, est démolie. Il ne subsiste à cet endroit qu’un mur, divisant l’espace en deux parcelles non bâties. Entre la rue de Velotte et l’enceinte, l’agrandissement du bâtiment en pierre, occupant l’îlot sud, désorganise le découpage régulier en îlots. En effet, l’adjonction d’une petite cour condamne la ruelle donnant accès aux fortifications et à la maison en terre et bois, et monopolise désormais l’accès par la rue de Velotte. Cette maison, bien qu’amputée, continue néanmoins d’exister.

4La fin du xvie s. est marquée par la disparition progressive du bâti entre la rue et l’enceinte. Dans un premier temps, la maison en terre et bois, ensuite le bâtiment en pierre et sa cour, sont tour à tour détruits pour laisser place à une parcelle sans construction, entre le mur de façade longeant la rue et le rempart. C’est à cette époque qu’à l’ouest de la rue de Velotte le prince Frédéric de Wurtemberg décide la construction d’une ferme modèle, la Souaberie, dont seuls quelques vestiges appartenant au bâtiment le plus au sud ont été retrouvés. Le bâtiment nord, en pierre, à usage d’habitation subsiste actuellement le long de la rue du Collège. Au début du xviie s., il n’existe plus que ce bâtiment sur la totalité de cette zone de part et d’autre de la rue. À l’organisation de type village des xive, xve et xvie s., caractérisée par une succession de maisons en bordure de rue donnant sur des champs en arrière, succèdent des parcelles vides d’habitat dont on ne peut que supposer la destination : prés, jardins... À l’ouest de la rue, de nombreux drains parallèles mis en place dans la parcelle sud, témoignent de son exploitation comme verger ou vignoble.

5Les fortifications, ou tout au moins le rempart proprement dit, continuent d’exister en élévation, réutilisées peut‑être comme limite de propriété.

6La confrontation des structures découvertes et du mobilier recueilli apporte quelques éléments d’information sur un quartier de Montbéliard, ses maisons et ses habitants dont l’histoire contribue à mieux cerner celle de la ville. Si la société montbéliardaise de cette période est généralement étudiée à travers les archives et les textes anciens, l’archéologie nous rend sensible son cadre privé.

7Les témoignages récupérés, vestiges de nature mobilière ou immobilière (constructions, artefacts et écofacts) détruits, rejetés ou perdus, mais dans tous les cas utilisés à un moment donné entre le xiiiexive s. et le xviie s., définissent une certaine qualité de vie, une recherche constante du confort, du mieux‑être, en fonction des moyens alors accessibles.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search