Version classiqueVersion mobile

Histoire d’un quartier de Montbéliard (Doubs)

 | 
Sylvie Cantrelle
, 
Corinne Goy
, 
Claudine Munier

Chapitre 2. Étude et évolution des structures archéologiques (xiiiexxe s.)

Sylvie Cantrelle, Corinne Goy, Olivier Girardclos, Catherine Lavier, Hervé Richard et Claudine Munier

Texte intégral

2.1 Justification et problématique de la fouille

1c.g.

2En 1989, la municipalité de Montbéliard programme la construction d’un centre commercial et immobilier avec parking souterrain dans le quartier « Gare‑Alliés‑Velotte » (fig. 1). Elle charge alors la cellule d’archéologie urbaine de la ville, placée sous la responsabilité du service régional de l’Archéologie de Franche‑Comté, d’y étudier le potentiel archéologique. Ce secteur est en grande partie inscrit dans le périmètre de l’agglomération médiévale et précisément en limite du bourg Saint‑Martin, derrière l’hôtel de ville actuel. Il est peu perturbé par des constructions. Urbanisé au xiiie s., il sera en grande partie occupé par des vergers et des jardins à la fin du xive s. et au début du xviie s. et il faudra attendre la fin du xixe s. pour que s’installent un collège (1873) et une gendarmerie (1889) de part et d’autre de la rue de Velotte, bâtiments actuellement rasés.

3Quelques sondages, menés en 1991 sur environ 4000 m2 par la cellule d’archéologie urbaine de Montbéliard, ont permis de circonscrire la surface occupée par les vestiges archéologiques : aucun vestige n’a été repéré au‑delà du rempart situé sur la partie est de la rue de Velotte (mur encore visible sur les plans du xviiie s.). Du côté ouest de cette rue, en revanche, des sondages, puis une fouille restreinte effectuée en 1992, ont permis l’étude de maisons du xive s. (Fuhrer, Tchirakadzé 1994).

4Ces découvertes ont abouti à la fouille extensive de 3 000 m2 dans la zone concernée par les futurs aménagements urbains, du 15 avril 1993 au 31 janvier 1994. Cette opération de sauvetage s’est déroulée en deux phases, de part et d’autre de la rue de Velotte, sur les parcelles BX 54 à l’est et BX 81 à l’ouest, sous la direction du service régional de l’Archéologie de Franche‑Comté (Madame Élise Boucharlat alors conservateur régional). Elle a été menée par cinq archéologues (dont un était chargé de l’étude du mobilier) et un dessinateur de l’Afan (Association pour les fouilles archéologiques nationales). L’exploitation des résultats a été réalisée par quatre membres de cette équipe, pendant sept mois, à partir de février 1994. Durant la totalité de l’opération de terrain, huit ouvriers de fouille en moyenne ont été mis à la disposition des archéologues par le Centre communal d’action sociale de Montbéliard.

5Deux problématiques principales ont guidé la recherche. Il fallait tout d’abord parvenir à saisir l’urbanisation du quartier, tenter de discerner l’évolution des constructions privées ou publiques, restituer l’orientation des maisons par rapport à la rue et par rapport au mur d’enceinte, déterminer les techniques de construction des structures retrouvées. Parallèlement, la même approche devait être effectuée pour l’architecture militaire. Le dégagement du mur d’enceinte sur une distance de 50 m devait permettre de localiser précisément son tracé, de vérifier la présence d’un deuxième mur de fortification découvert dans une autre zone de la ville, de définir les méthodes de construction et de dater ce système de défense.

6D’autre part, l’analyse des témoins matériels issus des différents contextes devait alimenter l’étude de la vie quotidienne de certains habitants de ce quartier et permettre de saisir sur le vif des gestes de travail ou des habitudes alimentaires par exemple.

7Les vestiges archéologiques présents sur le site sont caractérisés par une stratigraphie d’épaisseur moyenne pour un site urbain, entre 0,60 et 2 m de hauteur, et par la diversité des édifices relevant de l’architecture privée, publique et militaire.

8Un décapage à la pelle mécanique effectué sur l’ensemble du terrain a permis d’éliminer les niveaux de destruction des édifices contemporains (gendarmerie et collège) et les niveaux de mise en culture des deux parcelles (jardins ou vergers).

9L’occupation commence au xiiie s. Son évolution chronologique jusqu’au xxe s. a été divisée en six états correspondant à des modifications importantes et bien datées de l’occupation à l’échelle du site. Il s’agit en général de la construction d’un édifice ou d’un groupe d’édifices. À l’intérieur de chaque édifice, les remaniements importants apparaissent sous la forme d’état bis ou ter ; les remaniements de détails sont consignés à l’intérieur de phases.

10Les sources historiques concernant le quartier de Velotte, appartenant au bourg Saint‑Martin constitué au xiiie s., sont pauvres ou tardives. Elles concernent essentiellement les fortifications de la fin du Moyen Âge et le quartier aux époques moderne et contemporaine. Les fortifications, dont les comptes municipaux permettent d’appréhender la réalité à partir du xve s., y sont décrites, dans le secteur de Velotte, comme une enceinte double, comprenant un rempart et une fausse‑braie. Le plan Hittel, établi entre 1715 et 1717, est le document graphique le plus ancien permettant de reconstituer l’aspect du quartier à l’Époque moderne ; les deux parcelles sont alors des zones quasi non bâties où apparaissent seulement des limites parcellaires et la ferme de la Souaberie, édifiée à partir de 1592 à l’extrémité N‑O du terrain. Les parcelles demeurent dans cet état jusqu’au xixe s. époque à laquelle on y construit un collège et une gendarmerie, détruits récemment.

11Une fouille archéologique et des sondages ont amené des éléments nouveaux concernant le potentiel archéologique de la zone concernée. Trois sondages effectués par la cellule d’archéologie urbaine de la ville de Montbéliard, en mars 1991, en bordure de la rue de Velotte, ont précédé une fouille archéologique de 300 m2. Elle a révélé deux habitats médiévaux construits en terre et bois, présents du xiiie au xve s. et l’extrémité d’un bâtiment public antérieur à ces maisons. Des sondages, réalisés en mars 1992 sur la parcelle BX 54, ont confirmé la présence d’une enceinte double.

12Un plan général du chantier de fouille permet de visualiser la totalité des structures découvertes, tous états confondus (fig. 2).

FIG. 2 – Plan général des structures tous états confondus.

dessin Jean Gelot/Afan

2.2 Au xiiie s., l’état I

13fig. 3

14s.c.

15Une rue bordée à l’est par un mur d’enceinte en blocs de grande dimension fait partie des éléments les plus anciens conservés sur le site de Velotte. Cet ensemble a été partiellement fouillé en raison de contraintes techniques. À l’ouest de cette rue a été reconnu un vaste bâtiment (A), peut‑être à caractère public. C’est une construction quadrangulaire allongée d’est en ouest qui connaîtra plusieurs remaniements.

FIG. 3 – Plan des structures de l’état I.

dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan

2.2.1 Le mur d’enceinte et la rue

16Une maçonnerie (US 577), constituée d’un parement de blocs de calcaire liés au mortier de chaux (dim. des blocs : L. 0,60 m, 1. 0,50 m, h. 0,30 m), a été assimilée à un mur dont seule la moitié ouest serait conservée. Reconnu sur une douzaine de mètres de long et sur une seule assise, il a été observé sur 5,80 m. Si on restitue un second parement à ce mur à l’est, symétrique à celui qui a été trouvé, celui‑ci pourrait atteindre une largeur de 1,50 m. La technique mise en œuvre pour réaliser ce mur et sa position topographique en limite orientale de la ville permettent de l’attribuer à un système défensif.

17Le long de ce mur, on a pu observer à l’ouest un niveau de chaussée fait de cailloutis et de graviers calcaires montrant un niveau d’occupation fonctionnant avec ce mur. À l’est, si aucun vestige contemporain du mur n’a été découvert, un sondage profond a permis de mettre en évidence les niveaux naturels marécageux. En effet, la couleur sombre du paléosol*, constitué d’alluvions composées de sable et de gravier, pourrait indiquer l’existence d’une zone naturelle marécageuse, comme le confirme par ailleurs la présence de matières organiques en décomposition.

2.2.2 Le bâtiment A

Phase 1

18fig. 4

19C’est un édifice de 14 m de large, connu sur 17,20 m de long, qui devait s’étendre à l’ouest, au‑delà des limites de fouille. Il est installé sur un remblai limoneux brun clair, épais de 0,10 m, servant à préparer le sol avant la construction. Le bâtiment est limité par deux murs en calcaire liés entre eux, un mur N‑S long de 11,20 m (US 703), interrompu au sud par un piédroit matérialisant peut‑être un passage, et son retour E‑O conservé sur 4,80 m de long (US 704). Les divisions internes, des solins* en calcaire crayeux (US 954, 967, 1121, 1122, 1123, 1138, 1176) larges de 0,60 m environ, conservés sur deux assises et parementés des deux côtés, organisent six pièces. Un solin orienté E‑O (US 1123), restitué dans sa partie centrale, divise ce bâtiment en deux. Deux pièces (1 et 2) occupent l’espace au nord de ce solin, alors qu’au sud une pièce ouverte (3) permet d’accéder par un couloir à deux pièces plus petites (4 et 5) jouxtant une quatrième pièce dont on ne connaît qu’une partie (6).

FIG. 4 – Bâtiment A : état I, phase 1.

dessin Jean Gelot/Afan

20Le mur en pierre E‑O (US 704) possède des fondations en pierre sèche présentant deux parements étroits en appareil irrégulier de blocs et de moellons ébauchés et un blocage interne. Elles se divisent en une partie inférieure, de 1,05 m de large et 0,72 m de haut, et une partie supérieure de 1,30 m de large et 0,75 m de haut, en surplomb* au nord. Au sud, il existe une retraite* entre les fondations et l’élévation. Cette dernière, large de 1 m, est conservée sur une seule assise. Sa technique de construction est analogue à celle des fondations, hormis le liant en mortier de chaux. Le mur E‑O, perturbé par les réaménagements du bâtiment, devait se prolonger à l’ouest. Le mur en pierre N‑S (US 703), mis partiellement au jour lors des fouilles effectuées en 1991‑1992, n’est conservé qu’en fondations. Larges de 1,30 m, elles n’ont été observées que sur 0,80 m de hauteur. Leur technique de construction est identique à celle des fondations du mur E‑O. À l’angle des deux murs, la partie supérieure des fondations est également liée au mortier de chaux. Ce mur se termine au sud par un piédroit, créant un éventuel passage.

21À l’intérieur du bâtiment, les solins possèdent deux parements larges en appareil irrégulier de blocs et de moellons ébauchés et un blocage interne peu important. Le liant, abondant, est un mélange de sable et de limon de couleur blanc‑rosé.

22La première pièce, rectangulaire, est limitée au nord et à l’est par les murs en pierre (US 703, 704) et au sud par un mur peu fondé de 0,10 m environ (US 1138), large de 0,50 m, dont les matériaux ont été récupérés. Il pourrait s’agir d’un solin. L’existence de celui‑ci est encore matérialisée par l’arrêt des sols intérieurs et extérieurs à cette pièce. À l’ouest, un mur peut‑être détruit à l’état Il refermait sans doute cette pièce (US 1191). En effet, son niveau de sol, un remblai argilo‑limoneux jaune épais de 0,20 m, ne se prolongeait pas au‑delà de cette limite. Dans ce cas, la pièce aurait des dimensions de 5,90 x 6,30 m, soit 37 m2.

23On ne connaît de la deuxième pièce qu’un solin partiellement conservé la fermant au sud (US 1123) et un mur restitué à l’est (US 1191). Elle a pu utiliser comme limite nord le mur E‑O restitué (US 1192). Aucun sol construit n’a été mis en évidence à l’intérieur de cette pièce, qui sera entièrement remaniée à l’état II Elle mesure 9,60 x 6,60 m pour sa partie connue, soit 63,36 m2, et s’étendrait à l’ouest des limites de fouilles. Rien ne permet d’affirmer que cette partie du bâtiment était fermée sur tous ses côtés et qu’elle était couverte.

24La troisième pièce est limitée à l’est par le mur en pierre possédant un piédroit (US 703). À l’ouest, un solin large de 0,55 m ne referme pas complètement la pièce (US 954). Il est appuyé contre un solin E‑O long de 1,50 m (US 1122) qui lui est perpendiculaire et dont le parement nord a été détruit à l’état II. Ce solin fait un retour à l’intérieur de la pièce 3 et aménage donc un passage de 0,90 m de large donnant accès à la pièce 4. Quatre rechapages superposés composés successivement de torchis cuit, de cailloutis, d’argile et de sable, et de limons recouvraient le sol sur quelques mètres carrés à l’entrée de ce passage. Ils attestent l’existence d’une zone de circulation à cet endroit. Cette pièce n’est pas fermée au sud, ou tout au moins pas dans sa partie sud‑est. Sur le côté sud‑ouest, un empierrement inorganisé de 1,60 m de long sur 0,20 m de large, comprenant quelques blocs disposés sur chant, pourrait constituer les vestiges d’un solin. C’est en fait la limite très nette du sol de cette pièce qui en montre l’extension (7,10 x 6 m, soit 42,60 m2). Le sol est un remblai argilo‑limoneux jaune de 0,10 m d’épaisseur, de nature assez semblable au sol de la pièce 1. Il recouvre la totalité de la surface, en ménageant cependant une bande large d’environ 0,30 m à l’est du solin fermant la pièce vers l’ouest. Ce sol s’arrête contre un alignement de moellons bruts conservés sur 1,50 m de long qui possède un parement à l’est (US 1176). On ne connaît pas la destination de cet aménagement.

25La quatrième pièce carrée de 3,80 m de côté (14,44 m2) a été amputée au nord par le réaménagement de l’état II Elle est limitée à l’est et à l’ouest par deux solins à deux parements (US 954, 967), alors qu’au sud, c’est un solin à deux assises sans parement, large de 0,25 m en appareil de moellons bruts liés à la terre, qui la referme (US 1121). Quelques blocs épars, recouverts de sable et mêlés à de l’argile jaune, constituent les seuls vestiges d’un solin fermant cette pièce au nord (US 1123). Le sol est constitué d’un remblai argilo‑limoneux jaune contenant des nodules d’argile verte, épais de 0,20 m. Il subit un rechapage de sable et de galets de couleur brun‑roux de 2 à 7 cm d’épaisseur.

26Une cinquième pièce, rectangulaire et de petites dimensions (2,10 x 3,80 m, soit 7,98 m2), la jouxte au sud. Elle est fermée sur trois côtés par des solins (US 954, 967, 1121), alors que sur le quatrième côté, au sud, elle est limitée par une tranchée de récupération, large de 0,55 m et profonde de 0,58 m (US 1168). Du sable semblable à celui liant les solins, présent au fond de cette tranchée, indique qu’un mur de ce type refermait la pièce au sud. Le sol de cette pièce est un remblai argilo‑limoneux jaune.

27La sixième pièce s’étend à l’ouest au‑delà des limites de fouille. Ses dimensions reconnues sont de 5 x 5 m (25 m2). Elle est limitée au nord et à l’est par des solins (US 967, 1123), au sud par la tranchée de récupération déjà décrite. Elle est recouverte d’un sol argilo‑limoneux jaune.

Phase 2

28fig. 5

29Au centre de la pièce 1, une fosse (US 1151) est creusée pour en extraire, semble‑t‑il, le sol naturel dont la composition est bien adaptée à la réalisation de sols ou de remblais. Cette fosse est rapidement comblée par deux couches compactes et stériles. Il semble que pendant cette phase le sol de la pièce 3 est réaménagé et qu’on y installe trois calages de poteaux.

FIG. 5 – Bâtiment A : état I, phase 2.

dessin Jean Gelot/Afan

30Dans le sol argilo‑limoneux de la pièce 1, on creuse une fosse ovoïde de 1,90 x 3,15 m, profonde de 1 m, qui montre en coupe un profil tronconique. Son creusement entame largement le sol naturel sur 0,60 m de profondeur. Cette fosse, sans trace d’aménagement ni d’utilisation, est ensuite remblayée ; le premier remblai, déposé sur 0,90 m de hauteur, est un mélange extrêmement dense d’éclats calcaires beiges et gris, de quelques centimètres à 0,20 m de long (peut‑être des déchets de taille), et d’argile de couleur rousse. Le second remblai, épais de 0,10 m, comble la partie supérieure dont les parois sont évasées. Il est composé d’une argile de couleur jaune liant un cailloutis calcaire de plus petite dimension que celui du remblai inférieur.

31C’est seulement l’analogie du matériau utilisé (argile rousse et éclats de calcaire beige et gris) avec un des remblais de la fosse qui incite à attribuer le rechapage du sol de la pièce 3 à cette phase, et par conséquent les trois calages de poteaux creusés dans ce sol. Le premier comprend encore deux pierres sur chant installées dans un creusement de 0,40 m de diamètre. Dans le deuxième, quatre pierres sur chant installées dans un creusement de 0,30 m de diamètre ménagent un espace central de 0,15 m de diamètre. Le troisième est matérialisé par une petite fosse de 0,20 m de diamètre sans structure en place.

Phase 3

32fig. 6

33On établit dans l’angle nord‑ouest de la pièce 1 deux petites pièces juxtaposées, appuyées sans doute au solin ouest (US 1191), restitué à la phase 1. Ce même solin est sans doute supprimé dans sa moitié sud à la suite de la construction d’un mur N‑S (US 1110), entre ces pièces et le solin sud déjà existant (US 1138). La surface de cette pièce est donc réduite par rapport à la phase 1. Les murs nouvellement édifiés (US 1109, 1117, 1118), conservés au maximum sur 1 m de hauteur, sont larges de 0,60 à 0,70 m. Ils possèdent deux parements en appareil irrégulier de moellons et de blocs. L’ensemble de la maçonnerie est lié par du sable beige.

FIG. 6 – Bâtiment A : état I, phase 3.

dessin Jean Gelot/Afan

34La pièce 1b située au sud est connue sur trois côtés ; le côté ouest est restitué, car cette partie a été détruite par les réaménagements de l’état II La pièce est conservée sur 1,80 x 1,40 m, soit 2,52 m2. Ses dimensions maximales pourraient être de 2 x 1,80 m. Dans l’angle nord‑est, une fosse de 0,85 x 1,05 m, profonde de 0,50 m, est creusée dans le terrain naturel alluvionnaire. Après son comblement par un mélange de sable lié à de l’argile et à du limon, assez semblable au terrain naturel, on recouvre l’ensemble de la pièce d’un remblai de même nature qui sert peut‑être de sol. La maçonnerie de l’angle sud‑est, plus profondément fondée que les autres murs, utilise quelques blocs de grande dimension.

35On ne possède de la seconde pièce (la) que les murs est et sud (US 1117, 1118) et on restitue une limite à l’ouest. Si on conserve au nord la limite du bâtiment de la phase 1, il s’agirait d’une pièce rectangulaire de petites dimensions (2 x 1 m). Le mur N‑S (US 1110) a été entièrement détruit, peut‑être récupéré pendant l’état II. Il n’en subsiste qu’un peu de sable recouvrant le fond de la tranchée d’installation et quelques blocs conservés sur une assise au sud. Le sol de la pièce 1 est partiellement réaménagé après la construction de ce mur. La limite du nouveau sol, bien conservée, aide à en préciser le tracé et montre qu’il ne se poursuivait pas au sud, au‑delà des blocs en place. Le nouveau sol est formé de trois remblais, épais de 0,05 m chacun, installés à l’est et contre ce mur : un remblai de sable et de graviers brun‑rouge compact, puis un remblai de limon et de sable brun‑rouge et, enfin, un remblai de sable, galets et cailloutis. Ces rechapages, utilisant trois matériaux différents, ont probablement été déposés à plusieurs moments de cette phase. Ils matérialisent peut‑être une zone de circulation préférentielle nécessitant des recharges fréquentes. Ils peuvent également avoir servi, après la construction du mur, à rattraper le niveau de sol de l’état II, épargné à l’est par le creusement de la fosse d’extraction. Ce mur (US 1110) est établi moins profondément que les trois autres murs de cet état. Ces deux éléments conduisent à l’interpréter comme étant un seuil entre les pièces 1 et 2.

Phase 4

36fig. 7

37Un solin N‑S non parementé (US 1108), lié à l’argile, est construit pour former un couloir large de 1 m et long de 6,30 m à l’est de la pièce 1. Une pierre de taille* carrée est installée au sud de cette pièce. Les sols de la pièce et du couloir sont rechapés. Aucune relation stratigraphique n’existe entre les aménagements des phases 4 et 5 et le bâtiment A de l’état II Ces phases peuvent donc appartenir à l’état I ou à l’état II Dans ce dernier cas, elles pourraient correspondre à des réorganisations contemporaines à la reconstruction de la pièce 2.

FIG. 7 – Bâtiment A : état I, phase 4.

dessin Jean Gelot/Afan

38Dans le sol limono‑argileux recouvrant encore la pièce 1, on installe un solin (US 1108) de 0,38 m de large constitué de deux assises de dalles, de cailloux ou de blocs bruts. Sa surface est à peu près horizontale. Il est lié par l’argile du sol, récupérée lors du creusement de la tranchée de fondation. Ce solin est interrompu sur 1,40 m au nord de la pièce. Il n’a pas été possible de préciser s’il s’agissait d’une limite de conservation ou d’une limite réelle. Dans ce dernier cas, une fosse au creusement irrégulier, de 1 x 0,30 m et située à son extrémité, constitue peut‑être le négatif d’une structure le limitant au nord. Au sud, le solin empiète sur la pièce 3 d’une cinquantaine de centimètres. Une pierre de taille en calcaire de 0,56 m de côté et de 0,17 à 0,20 m de hauteur est posée sur le sol contre le mur sud de la pièce 1. Il pourrait s’agir d’un socle soutenant un support vertical. Le sol de la pièce subit ensuite un rechapage de cailloutis liés à de la terre, épais de 0,15 m, à l’ouest du nouveau solin. À l’est, le sol du couloir est revêtu, sauf à l’extrémité nord, d’un remblai sableux brun‑rouge semblable aux alluvions naturelles présentes sur place. Il s’étend au sud, à l’intérieur de la pièce 3, sur 1,70 m.

Phase 5

39fig. 8

40La cloison (US 1108) formant un couloir à l’est de la pièce 1 est arasée. On dépose successivement au sud de cette pièce trois remblais, servant sans doute de sol, dans lesquels on creuse trois trous de poteaux. Le solin (US 1108), dont la partie supérieure a peut‑être été arasée, est recouvert par des remblais.

FIG. 8 – Bâtiment A : état I, phase 5.

dessin Jean Gelot/Afan

41La moitié sud de la pièce 1 est occupée par ces remblais (1,60 m du nord au sud), limités au sud par le solin (US 1138) fermant la pièce, qui recouvrent le solin (US 1108) formant un couloir. Leurs contours sont très irréguliers. Un remblai argilo‑limoneux jaune d’épaisseur très inégale (de quelques centimètres à 0,10 m environ), contenant des cailloutis et revêtu par endroit de dalles calcaires, recouvre la moitié sud de la pièce 1. Les dalles, épaisses de plusieurs centimètres, parfois de grandes dimensions (0,15 x 0,18 m à 0,50 x 0,65 m), sont posées à plat. Elles sont dispersées ou disposées de manière jointive. Quelques‑unes sont brisées en place. Il est vraisemblable que ces dalles ont appartenu à un aménagement de sol. Un deuxième remblai de même nature que celui servant de support à ces dalles est ensuite déposé sur ce sol. Il est surmonté d’un troisième remblai brun‑rouge issu du terrain naturel composé de limon, de sable et de graviers, dont l’épaisseur ne dépasse pas 0,18 m. Un cailloutis serré, constitué d’éclats calcaires et de galets, le recouvrait par endroit. Si ces remblais sont limités au sud par un solin, on ne connaît pas de structure les limitant au nord. La partie nord de la pièce 1 conserve le sol en cailloutis installé dans la phase 4.

42Trois calages sont creusés dans les remblais précédents. Deux d’entre eux, installés à l’emplacement du couloir mis en place pendant la phase 4, sont constitués de pierres sur chant fichées à l’intérieur d’un creusement de 0,30 m de diamètre. Le mieux conservé possède six pierres de calage, réservant un espace central d’environ 0,15 m qui correspond à peu près au diamètre du poteau qu’il devait recevoir. Le troisième est installé dans un creusement un peu plus petit, de 0,20 m de diamètre.

2.2.3 Le puits

43Une fosse circulaire (US 952) aux parois verticales de 1,50 m de diamètre et profonde de 1,60 m, creusée au sud de la pièce 3, est comblée de blocs. La nappe phréatique est présente sur 0,50 m de hauteur au fond de cette fosse. L’hypothèse la plus vraisemblable est donc celle d’un puits dont le parement serait détruit.

2.2.4 Synthèse

Le mur d’enceinte

44Le mur découvert correspond aux vestiges d’une fortification, bordée à l’extérieur de la ville d’un espace marécageux (fossé ?) et à l’intérieur d’une rue aménagée en cailloutis. C’est une maçonnerie de gros blocs calcaires, dont la largeur restituée est de 1,50 m. La rue n’ayant pas pu être fouillée en raison de contraintes techniques, la datation de cet ensemble est donc relative ; il est toutefois antérieur à l’édification du mur d’enceinte de l’état III. La présence du bâtiment A, bâtiment public ou maison de notable, corrobore l’hypothèse de l’existence de ce mur d’enceinte dès l’état I.

Le bâtiment A

45Il n’existe aucune relation stratigraphique entre ce mur d’enceinte et le bâtiment A. La datation de celui‑ci repose sur le mobilier céramique présent dans les sols et dans les remblais, ainsi que sur des éléments de chronologie relative : antériorité du bâtiment A sur la maison C dont la construction est datée de la seconde moitié du xiiie s. (Fuhrer, Tchirakadzé 1994 : 247). Ce bâtiment est un édifice dont la partie orientale, la seule mise au jour, est de plan rectangulaire et mesure 14 x 17,20 m. Il est limité sur deux côtés par des murs en pierre liés au mortier, larges de 1 m, installés sur des fondations massives de 1,50 m de hauteur qui ont pu de toute évidence soutenir une élévation en pierre sur un ou plusieurs étages. Les divisions intérieures et l’élévation sud du bâtiment, peu fondées mais soigneusement réalisées, ont dû supporter des murs de refend en terre et bois. Le côté sud du bâtiment n’est pas limité par un mur en pierre semblable aux murs nord et est ; le plan de cet édifice est donc assez particulier, avec une élévation sud utilisant probablement des matériaux périssables et des élévations est et nord en pierre. Parmi les six pièces individualisées, quatre au moins étaient couvertes, comme l’indique la nature des sols (terre battue) ; de plus, l’absence de niveau d’occupation prouve qu’ils étaient régulièrement nettoyés, ce qui confirmerait l’hypothèse de pièces couvertes. Le sol de la pièce 2 n’étant pas conservé, nous ne savons pas si cette pièce était couverte. Le sol de la pièce 3 pourrait convenir à une pièce couverte ou non. Dans ce dernier cas, il s’agirait d’une petite cour par laquelle on accède au bâtiment. Il n’a pas été mis en évidence d’espace de circulation de type ruelle ou place pouvant donner accès à cette cour ou à un autre côté du bâtiment. Il est possible que l’entrée soit située dans la partie occidentale, non fouillée. Aucun vestige à vocation domestique –foyer, silo, puits...– n’ayant été découvert, cette partie du bâtiment ne semble pas avoir vocation d’habitat. De plus, on peut remarquer que la moitié des pièces fouillées (pièces 1, 2 et 3) ont des surfaces relativement importantes : 37, 63 et 42 m2.

46Aucun indice ne permet d’attribuer une utilisation particulière à la fosse creusée dans le bâtiment durant la phase 2. Son contour irrégulier et son profil évasé ne contredisent pas une fonction primaire d’extraction. Le matériau extrait, quelques mètres cubes de sable aggloméré à de l’argile et à du limon, formait un mélange compact. C’est ce type de matériau qui sera utilisé pour un sol de la phase 4, comme remblai dans la phase 5 ou comme remblai dans l’état II La fosse n’a pas été utilisée comme dépotoir* et a donc été comblée en une seule fois, sans doute très rapidement après son creusement. Ceci pourrait s’expliquer par sa position à l’intérieur d’un édifice, peut‑être dans un espace de circulation. Le creusement de cette fosse à l’intérieur d’un bâtiment peut sembler d’autant plus incohérent que le sol naturel extrait est identique à celui présent à l’extérieur du bâtiment. Si l’utilisation primaire de cette fosse n’est pas l’extraction, elle n’a laissé ni vestige d’aménagement des parois ou du fond, ni mobilier à l’intérieur ou sur le sol environnant en rapport avec une activité domestique ou artisanale.

47Il n’a pas été possible de déterminer la fonction des deux petites pièces créées pendant la phase 3 ainsi que la destination des aménagements de la phase 4. Les transformations apportées au bâtiment initial pendant les phases 2, 3, 4 et 5 ne donnent pas de précisions quant à sa destination, mais ne remettent pas non plus en cause une possible fonction économique ou politique.

48Ce bâtiment diffère des habitats des xive et xve s. découverts sur le site de Velotte par son architecture et ses aménagements. Il s’en distingue tout d’abord par l’utilisation d’un matériau « de prestige », la pierre. De plus, contrairement aux autres maisons, les pièces sont de grandes dimensions et dépourvues de structures domestiques. Ces caractéristiques en font un bâtiment imposant, peut‑être une maison de notable ou un bâtiment public, dont l’aspect monumental pourrait relever tout autant d’une fonction symbolique qu’architecturale. En France, au xiiie s., la maison de pierre est le signe des catégories sociales les plus élevées (Gauthiez 1993 : 140 ; Duby 1980 : 391). Les structures découvertes ne permettent pas cependant de préciser la nature de sa fonction : économique, politique ou religieuse. Mis partiellement au jour lors des fouilles effectuées en 1991‑1992, il a été interprété comme un édifice à « usage plutôt public (premier hôtel de ville ? ancienne halle ?) ou religieux » (Fuhrer, Tchirakadzé 1994 : 246).

49Les archives concernant Montbéliard apportent des informations sur l’hôtel de ville et sur les halles à partir du xive s., mais ne donnent pas de renseignements sur les édifices religieux de cette époque. Au xiiie s., le bourg Saint‑Martin, dont la première mention remonte à 1293 (Pégeot 1986 : 26), est un quartier neuf, quartier de l’artisanat et du commerce, opposé au premier bourg des xiexiie s. situé au pied du château. Le comte a concédé en fief des portions de la ville à des familles qui avaient des possessions et des demeures en ville. Il semble qu’un noyau dirigeant existe vers 1260‑1300 : laïcs, lettrés, notaires, marchands et artisans. Ces prud’hommes, bourgeois avant la lettre, conseillent le comte et l’aident dans sa gestion de la ville (Voisin et al. 1980 : 19‑20). Cette maturité de la population urbaine et un état économique avancé sont confirmés par l’octroi de franchises en mai 1283. La première mention d’un hôtel de ville remonte à 1398, date à laquelle le conseil urbain acquiert « une maison de particulier qu’il transforme en hôtel de ville ». Au xve s., l’édifice est agrandi ; il comporte alors un étage et des dépendances (caves, greniers, arsenal). « Il n’a point de beffroi, mais de vastes dimensions (15 m de façade), il impose et symbolise le pouvoir bourgeois. » (Voisin et al. 1980 : 33.) Il est situé face au chevet de l’église Saint‑Martin, à proximité de l’hôtel de ville actuel, et non loin du bâtiment A. La première mention d’une halle en bois remonte à 1301. Elle est située à l’emplacement des halles construites au xvie s. à l’ouest de la ville (Ducouret 1988 : 50). Les sources d’archives exploitées à ce jour ne mentionnent pas de tels édifices –hôtel de ville et halle– au xiiie s. Il est possible que les vestiges découverts appartiennent à l’un ou l’autre de ces édifices du xiiie s.

2.2.5 Le paléoenvironnement

50h.r.

Méthode d’analyse palynologique

51Seize échantillons, destinés à l’analyse palynologique et prélevés dans différents milieux, ont été préparés par une méthode physico‑chimique faisant appel à une liqueur lourde : la solution de Thoulet. Malgré les performances de cette méthode de concentration, seuls deux échantillons (US 544 et US 117, cf. infra § 2.7.5) se sont révélés suffisamment riches ; bien que la totalité du culot obtenu après préparation chimique ait été lue au microscope, les autres échantillons sont beaucoup trop pauvres en matériel sporo‑pollinique pour faire l’objet d’un commentaire précis.

Environnement avant la première occupation

52Les échantillons prélevés dans les couches vierges situées entre le paléosol et les structures archéologiques sont beaucoup trop pauvres pour pouvoir être interprétés correctement : seul l’échantillon US 427 dépasse juste cent grains de pollen. Il faut seulement noter la présence constante et en grande quantité de pollens de Chenopodiaceae. Ceci confirmerait le fait que ces échantillons paraissent très marqués par des apports provenant de zones abandonnées, envahies par une végétation typique des « terrains vagues ». Aucune conclusion plus précise ne peut être avancée.

53Ces seize échantillons résument bien les difficultés de la palynologie en milieu urbain :
– une pauvreté souvent importante des échantillons ;
– une prédominance des apports polliniques locaux issus de la végétation liée aux zones abandonnées par l’homme ;
– et surtout, lorsque certains échantillons se révèlent suffisamment riches en matériel sporo‑pollinique, ils sont très fortement marqués par des apports polliniques anthropiques qui occultent presque complètement la vision qu’on pourrait avoir de l’environnement végétal du site. Mais ceci paraît absolument normal puisque ces sites urbains sont par définition ceux pour qui l’influence de l’homme est la plus marquée, avec tout ce que cela comporte de remaniements lors de la mise en place des sédiments analysés et, plus tard, d’incertitudes pour le palynologue.

2.3 De la fin du xiiie s. au xive s., l’état II

54fig. 9

55s.c., c.g.

56Le bâtiment public A fonctionnant pendant l’état précédent est largement remanié, après destruction et arasement d’une partie de ses structures. La pièce 2 est reconstruite après avoir été agrandie à 8,80 m de large, murs compris. S’étendant hors des limites de la fouille, sa longueur n’est connue que sur 10,60 m. Cette pièce est limitée par de larges murs en pierre liés au mortier de chaux, aux fondations profondes, dont l’orientation est décalée de 3° par rapport aux structures de l’état I. L’intérieur de la pièce est remblayé sur au moins une cinquantaine de centimètres de hauteur. Dans l’angle N‑E, une petite structure excavée lui est associée, faisant office de fosse de latrines. Les pièces sud (4, 5 et 6) sont abandonnées, alors que les pièces 1 et 3 sont réutilisées sans modification dans le nouveau bâtiment.

FIG. 9 – Plan des structures de l’état II.

dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan

57Au sud du bâtiment A, une construction (B) est édifiée. L’habitation perdurera à cet emplacement jusqu’à la seconde moitié du xve s. avec plusieurs étapes de reconstruction ; elle sera perturbée par la construction d’un collège au xixe s. La partie avant de ce bâtiment, donnant sur la rue de Velotte, a également été étudiée en 1991‑1992 (Tchirakadzé 1992 : 1‑8) et nous nous référerons au rapport de fouille et à la publication de É. Fuhrer et C. Tchirakadzé en 1994 (p. 239‑284) pour compléter les résultats de la fouille actuelle.

58Une habitation (C) est installée en avant du bâtiment public A. Cette maison a été fouillée en 1991‑1992 sous la direction de la cellule d’archéologie urbaine de Montbéliard ; les résultats de cette fouille, publiés dans le bulletin de la Société d’Émulation de Montbéliard, servent de base à l’étude de cette maison (Fuhrer, Tchirakadzé 1994 : 239‑284).

59De l’autre côté de la rue, deux palissades parallèles sont édifiées à l’extrême fin du xiiie s. (date dendrochronologique : 1299).

2.3.1 Les palissades

60fig. 10 a et b

61Vers l’extérieur de la ville, deux palissades de bois (US 495, 496) maintiennent un remblai argileux très compact. La première palissade (US 495) est distante de 0,88 m de la seconde. Chacune d’elles est formée d’une rangée de pieux battus en hêtre (diam. : 0,03 à 0,10 m, L. 1,20 m) reliés entre eux par un clayonnage (US 576) de branches de noisetier de diamètre régulier (0,02 m) (fig. 10b). Il est possible qu’un contrefort (US 531) fait d’un empilement régulier de cailloutis et de blocs calcaires liés à l’argile sur 0,15 m d’épaisseur, qui recouvrait le remblai argileux et la palissade ouest, constitue un aménagement contemporain des palissades. Ce contrefort, large de 1,28 m, possède un pendage de 25 % vers l’extérieur de la ville. Il s’arrête au niveau de la seconde palissade. Il ne semble pas avoir existé de façon continue sur la totalité du tracé des palissades.

FIG. 10 a palissades de bois surmontées d’un contrefort en pierre, longeant le rempart à l’est (US 495 et 496). Vue de l’est ; b élévation d’une palissade en bois : détail des pieux et du clayonnage.

cl. David Watts/Afan

2.3.2 Le bâtiment A

Phase 1

62Le bâtiment A est l’objet d’une restructuration qui entraîne la disparition des pièces 4, 5 et 6 et la reconstruction de la pièce 2 à l’extérieur de laquelle une petite construction servant de fosse de latrines est adjointe.

63La nouvelle pièce rectangulaire, connue sur 9 x 6,70 m (60,30 m2), est bordée par trois murs (US 962, 963, 1154) larges de 1,10 à 1,40 m. Ils possèdent, en élévation comme en fondation, deux parements et un blocage interne. L’appareil de type irrégulier est en moellons et en blocs ébauchés. Les fondations, larges de 1,15 m et hautes d’une soixantaine de centimètres, sont à certains endroits sans liant, alors qu’à d’autres les parements sont liés au mortier de chaux beige. Ces murs sont construits en tranchées de fondations étroites qui n’excèdent jamais 0,05 m de part et d’autre du mur. La partie supérieure des fondations, large de 1,10 à 1,40 m et haute de 0,55 m, est liée par un mortier blanc, compact et abondant, débordant sur les parements. Quelques blocs liés au mortier, parfois de grandes dimensions (0,54 x 0,40 x 0,30 m) conservés dans l’angle S‑E du bâtiment, constituent une partie de l’élévation du mur N‑S. Celle‑ci, large d’environ 1,10 m, est alignée sur le parement extérieur du bâtiment ; la retraite ainsi constituée, large de 1,40 m, est recouverte par des remblais amenés à l’intérieur de la pièce avant la construction du sol. Sa technique de construction semble identique à celle de la partie inférieure. Le sol de cette pièce ne subsiste pas. Seuls les remblais ayant servi à exhausser le niveau de la pièce avant la construction du sol sont conservés ; il s’agit en fait de plusieurs remblais différenciés. Quatre, constitués d’un mélange de limon, de sable et de gravier, sont issus des niveaux naturels présents sur place, légèrement remaniés. Deux autres, de couleur jaune, formés d’argile et de limon, proviennent sans doute des structures –sols ou murs– de l’état I, détruites en partie par l’installation de cette pièce. Un de ces deux remblais contient de nombreux fragments d’enduit* de mortier, épais de 2 cm, ayant dû recouvrir un mur ; une des faces est lissée, l’autre possède une surface irrégulière. Cette dernière ne présente pas les reliefs caractéristiques d’un support en terre. Bien qu’associés à un remblai pouvant provenir de murs en matériaux périssables, rien ne permet d’affirmer que ces enduits ont été appliqués sur des murs en terre et non sur des murs en pierre. Parmi ces remblais, un niveau d’occupation, localisé sur quelques mètres carrés, est formé d’une couche de cendre épaisse de 0,03 à 0,05 m ; il renferme des ossements d’animaux et repose sur un remblai argileux consolidé par des éclats de pierres. Ces ossements témoigneraient d’activités domestiques lors de la construction du bâtiment. Une quinzaine de blocs de grande dimension, semblables à ceux utilisés pour la construction de ce bâtiment, ont été abandonnés dans ces remblais.

64Dans l’angle N‑E du bâtiment, entre les pièces 1 et 2, on accole des latrines, dont la fosse maçonnée (US 982) de forme approximativement rectangulaire présente des dimensions maximales de 1,10 x 1,20 m. L’angle N‑E est droit, alors que celui au S‑O est arrondi. Les murs, conservés sur 2 m de hauteur, ne possèdent qu’un parement vers l’intérieur, maintenant un blocage en arrière. L’appareil, de type assisé ou irrégulier, est fait de blocs et de moellons ébauchés (fig. 11). Les parements et le blocage sont liés au mortier de chaux. Des tranchées de fondations, plus larges que la maçonnerie, existent à l’est et au sud, aux endroits où des creusements ont détruit les murs de l’état I. Elles ont été remplies par un remblai brun‑rouge de sable lié à l’argile et au limon, issu du terrain naturel.

FIG. 11 – Élévation de la maçonnerie des latrines (US 982).

cl. David Watts/Afan

Phase 2

65Un niveau de destruction observé dans la pièce 1, ainsi que l’utilisation de la fosse des latrines comme dépotoir, témoignent de l’abandon du bâtiment A après destruction d’une partie au moins de ses installations.

66Un niveau de destruction, épais de 0,10 à 0,15 m, observé dans la pièce 1, n’existe pas sur la totalité de la pièce. Il s’agit d’une couche composée de charbons de bois (au maximum quelques centimètres de largeur et quelques dizaines de centimètres de longueur) et de torchis.

67La fosse des latrines est comblée de remblais noirs contenant du sable et des cailloutis, du mortier, du bois, de la cendre, du charbon de bois et des matières organiques. Une vingtaine de morceaux de torchis brûlés ont été recueillis dans ce dépotoir. Leur coloration –ocre, ocre‑rouge, grise ou noire– montre qu’ils n’ont pas tous été soumis à la même température. Celle‑ci a été suffisamment élevée pour entraîner, dans deux cas, la vitrification de l’argile. Deux morceaux possèdent une surface grossièrement lissée, trois autres des empreintes en négatif de section circulaire et quatre enfin les deux types de caractéristiques. Celles‑ci nous indiquent qu’il s’agit de fragments de paroi de torchis appliqués sur un clayonnage et ayant subi le feu. L’épaisseur maximale conservée est de 8 cm. Le diamètre des branches utilisées dans le clayonnage est compris entre 1,3 et 1,9 cm. Si l’on restitue la position du clayonnage à l’intérieur de la paroi, il pourrait s’agir de cloisons épaisses d’une dizaine de centimètres. Une couche d’argile grise stérile tapissait le fond de la structure.

2.3.3 La maison B

68Elle est installée directement sur le terrain naturel composé de limon, sable et graviers. À la différence de ce qui a été observé à l’est de la rue, ici le terrain naturel n’a jamais été marécageux.

Phase 1

69La première occupation de cette maison n’a laissé que des traces fugaces, car elle a été largement bouleversée par les réaménagements successifs de l’habitat. Pour cette phase, seule la partie arrière de la maison a été étudiée, celle en bordure de rue n’a pas été fouillée en 1991‑1992. La partie arrière de la construction, composée de deux pièces dont les dimensions complètes ne sont pas connues, couvre une superficie de 26,40 m2. Ces pièces, caractérisées par des sols de nature différente, sont séparées par un négatif matérialisé par l’arrêt des sols qui correspond vraisemblablement à un solin. Aucun mur maçonné ne borde cette construction et ce sont les sols qui permettent d’en tracer les limites à l’est et à l’ouest ; on ne peut restituer de la maison que sa limite sud qui se situe à l’emplacement du mur gouttereau construit durant la phase 2.

70La pièce nord, connue sur 3,40 x 4,30 m (14,62 m2), possède un sol d’argile jaune très compacte sans niveau d’occupation. La présence de quelques pierres calcaires sur le sol marque une probable subdivision N‑S de la pièce.

71Le sol de la pièce sud, composé de graviers et de sable, n’a été repéré que dans la partie ouest. Les dimensions de cette pièce sont de 3,46 x 3,40 m, soit 11,76 m2. Une limite matérialisée par l’arrêt du sol semble exister dans le prolongement de la cloison de la pièce précédente.

Phase 2

72fig. 12

73Les aménagements précédents sont recouverts d’une couche argilo‑limoneuse de couleur verte, épaisse de 0,34 m, sur laquelle s’installent de nouvelles structures. Ne sont connus de ce réaménagement que quelques solins et deux calages de poteaux ; aucun sol n’a pu être mis en évidence pour cette phase. Très lacunaires, ces constructions aux orientations orthogonales structurent l’espace ; l’absence de sols et les solins très endommagés ne permettent pas de restituer les dimensions du bâtiment.

FIG. 12 – Maison B : état II, phase 2.

dessin Sylvie Cantrelle, Jean Gelot/Afan

74Six solins ont été retrouvés, trois orientés E‑O (US 1001, 1062, 1069), les trois autres N‑S (US 1057, 1063, 1070). La limite sud de l’habitat est constituée d’un solin E‑O. Il possède des fondations composées de cailloux calcaires liés à la terre, larges de 0,60 m pour une hauteur conservée de 0,30 m, comblant une tranchée. L’élévation, parementée au sud, est constituée de moellons et blocs calcaires, généralement de petite dimension. La longueur du solin, restituée grâce à sa tranchée de fondations, atteint 3 m, sa largeur est de 0,40 m. Les autres solins orientés E‑O, moins bien conservés, sont montés en pierres sèches et ne présentent pas de parement. Les trois solins axés N‑S sont très semblables ; chacun présente un parement à l’est et se compose de moellons calcaires sans liant. Le solin sud s’appuie sur les deux premiers solins E‑O, le troisième est perturbé par un creusement postérieur.

75Les deux calages de poteaux, constitués de trois pierres sur chant, ont des dimensions assez proches, 0,24 x 0,26 m pour le calage est, 0,30 x 0,30 m pour celui à l’ouest.

Phase 3

76fig. 13, 14, 15

77Les vestiges du bâtiment B, mieux conservés pour cette phase, permettent d’appréhender la totalité de la construction. Il s’agit d’une maison de plan rectangulaire, perpendiculaire à la rue de Velotte. Totalement restructurée à cette époque, elle ne conserve des aménagements antérieurs que le mur gouttereau sud (US 1001) et un des solins N‑S. Cet habitat, de 20 x 11,68 m (233,60 m2), se compose de dix pièces et d’un espace ouvert en arrière d’assez vaste dimension. L’avant de la maison, dégagé en 1991‑1992, comporte quatre pièces (2, 7, 8, 9) et un couloir (1), partiellement tronqués par deux des murs du collège du xixe s. ; si leurs largeurs sont connues, les longueurs en revanche sont incomplètes. Ces dernières peuvent néanmoins être restituées grâce au mur de façade et au mur arrière de la maison, dégagés en 1993‑1994. Le mur de façade ouest est édifié lors de l’état IV, mais il est possible qu’il ait détruit celui constituant la façade de la maison B pendant l’état II. Trois des pièces en façade et le couloir devaient posséder un accès sur la rue de Velotte. Cinq petites pièces en enfilade (3, 4, 5, 10, 11) et un espace de plus grande dimension (12) constituent la partie arrière de la construction. Les sols sont souvent de même nature d’une pièce à l’autre ; avant de construire les solins séparant les différentes pièces, l’espace a en effet été recouvert par divers matériaux (argile, cailloutis ou alluvions). Ces pièces sont limitées à l’est par un solin qui devait, à l’origine, se poursuivre jusqu’au mur gouttereau sud de la construction. Seule une partie de ses fondations est encore en place. L’espace arrière de la maison est redivisé par des solins orientés E‑O, les deux premiers s’achevant par un négatif N‑S. Il s’agit vraisemblablement d’un espace ouvert, aucune structure ne le fermant à l’ouest.

FIG. 13 – La maison B à l’état II, phase 3.

dessin Jean Gelot/Afan

FIG. 14 – Maison B : état II, phase 3.

dessin Jean Gelot/Afan

FIG. 15 – Maison B en terre et bois pendant l’état II. Vue du sud.

cl. David Watts/Afan

78La pièce 7, dont la largeur est de 3,60 m et la longueur actuelle de 3 m, devait occuper à l’origine une superficie de 19,44 m2 (L. restit. 5,40 m). Cette pièce, bordée au sud par le mur gouttereau de la maison, possédait un plancher, comme l’indiquent les traces de planches retrouvées dans l’angle S‑E. Elle est séparée de la suivante (9) par un solin N‑S composé de moellons calcaires.

79La pièce 9, dont la surface fouillée est de 4,75 x 3,80 m (dim. restit. 5,95 x 3,80 m, soit 22,61 m2), possède un foyer central de 1,50 m de diamètre, cerné de moellons de petite dimension. Un pavage en terre cuite « posé à joints alternés » (Fuhrer, Tchirakadzé 1994 : 257) entoure ce foyer ; constitué de carreaux d’argile cuite de 0,18 x 0,18 m pour 4 cm d’épaisseur, il est conservé sur environ 2 m2 (0,95 x 2,20 m). À certains endroits, ce pavage présente des traces de réparation, « il est alors posé à joints alignés et les carreaux anciens sont chapés d’argile aux endroits les plus abîmés » (Fuhrer, Tchirakadzé 1994 : 257). Au nord du foyer, un espace de petite dimension (1,25 m2) recouvert de cailloutis pourrait correspondre à une zone de passage entre les pièces 8 et 9. Dans l’angle N‑O de la pièce, une petite structure rectangulaire, montée en pierres sèches et creusée jusqu’au paléosol, présente un parement vers l’intérieur ; ses dimensions connues sont de 0,80 x 1,15 m pour 0,60 m de profondeur. Entourant cette structure excavée qui pourrait être assimilée à un puits ou à une citerne, des dalles posées à plat devaient constituer un niveau de circulation. Les différents aménagements de cette pièce –foyer, puits/citerne– semblent indiquer une vocation de cuisine.

80Un solin E‑O, composé de moellons, forme une limite entre ces deux pièces et la suivante (8). Cette pièce rectangulaire de 7,50 x 3,20 m (dim. restit. 11,10 x 3,20 m) est perpendiculaire à la rue. Elle comporte un sol en argile au centre duquel est installé un foyer composé de pierres plates. Dans l’angle S‑O, une autre structure a été découverte. Elle est constituée « d’une sole convexe en argile, chapant des pierres concassées » (Fuhrer, Tchirakadzé 1994 : 257), délimitée par une double rangée de pierres sur chant ; cette structure en forme de fer à cheval, accolée au mur séparant les pièces 8 et 9, présente une rubéfaction importante qui pourrait la désigner comme « un four ou une base de poêle » (Fuhrer, Tchirakadzé 1994 : 258), l’alimentation en bois s’effectuant vraisemblablement depuis la cuisine.

81Un espace long et peu large (1) de 2,50 x 0,80 m, perpendiculaire à la rue, présente deux murs parallèles parementés au nord, constitués d’une seule largeur de moellons. Cet espace pourrait être interprété comme un couloir.

82La dernière pièce en façade (2), de 11,10 x 1,50 m, est largement perturbée par le collège du xixe s. Les niveaux de sols étant totalement arasés, seules les fondations du solin nord ont pu être étudiées. Elles sont constituées de cailloux calcaires liés à la terre. Long de 6 m et large de 0,40 m, ce solin présente un parement au nord.

83La pièce 10 mesure 2,30 x 3,05 m, soit 7,015 m2. Elle est limitée au sud par le mur gouttereau de la maison (US 1001), décrit plus haut. Le solin ouest de la pièce (US 1002), d’orientation N‑S, large de 0,30 m, a été reconnu sur une longueur de 0,40 m. Formant un angle droit avec le mur gouttereau, il n’est conservé que dans son extrémité sud. Il devait également servir de limite ouest aux pièces 3 et 11. Le sol de cette pièce, épais de 0,18 m, est composé d’argile et de cailloutis. Un rechapage, limité au centre de la pièce, est formé d’une couche d’alluvions de couleur rouge. Un solin (US 829), d’orientation E‑O, sépare cette pièce de la suivante. Il est monté en pierres calcaires assisées, sans liant, et ne présente pas de parement. Sa longueur connue est de 3 m, sa hauteur conservée de 0,10 m et sa largeur varie de 0,20 à 0,30 m.

84La pièce 11 occupe une surface intérieure de 4,16 m2 (1,30 x 3,20 m). Elle est limitée au nord par un solin (US 876), large de 2 m, composé de moellons calcaires. Sa largeur atteint 0,25 m, sa hauteur conservée 0,06 m. Son sol est constitué d’argile et de cailloutis. Installé dans l’angle S‑O de la pièce, un empierrement carré de moellons calcaires (0,50 m de côté) pourrait correspondre à une base de foyer.

85La pièce suivante (3) mesure 1,40 x 3,20 m (4,48 m2). Un solin non parementé en moellons calcaires liés à la terre la referme au nord (US 1010). Ce solin est long de 3 m, pour une largeur de 0,20 m. Cette pièce comporte deux sols de nature différente, un à l’est composé d’alluvions rouges et un autre à l’ouest fait d’argile mêlée de cailloutis.

86La pièce 4 occupe une surface de 5,44 m2 (1,70 x 3,20 m). Le solin nord de la pièce (US 1011) est long de 3 m et sa largeur varie de 0,20 à 0,30 m. Ce solin très perturbé est constitué de moellons calcaires liés à la terre. Cette pièce compte également deux sols, limités aux angles S‑O et S‑E. Le premier est de même nature qu’un de ceux de la pièce précédente (alluvions rouges), le second est composé d’argile et de cailloutis.

87La dernière pièce (5) mesure 3 x 3,20 m, soit 9,60 m2. Elle est subdivisée par le solin orienté N‑S construit à la phase précédente. Le solin nord (US 1016), qui constitue le deuxième mur gouttereau de la construction, a été en partie détruit par un mur postérieur. Sa longueur actuelle est de 1,10 m, sa largeur de 0,40 m. Il est constitué de moellons calcaires liés à la terre. Il semblerait qu’il ait été parementé au nord. Aucun sol n’a été retrouvé dans cette pièce, seul un remblai gris foncé, constitué d’un mélange argilo‑limoneux, reposait sur le paléosol et a été interprété comme un niveau de préparation pour l’installation du sol.

88L’espace 12, de plan rectangulaire, est ouvert vers l’arrière de la maison. Il est subdivisé en trois, formant ainsi deux « pièces » allongées dans le sens de la maison et une pièce perpendiculaire ; elles mesurent successivement 13,47 m2 (3,85 x 3,50 m), 9,75 m2 (3,90 x 2,50 m) et 14,04 m2 (5,85 x 2,40 m). Le solin qui les sépare (US 1002), constitué de moellons calcaires liés à la terre, est installé dans une tranchée de fondations. De 0,40 m de large, elle est conservée sur 0,40 m de hauteur, la longueur actuelle étant de 7,56 m. Les deux premiers espaces sont limités à l’ouest par un négatif, emplacement probable d’une cloison en matériaux périssables. Le solin (US 1015), construit dans le prolongement du mur gouttereau, le limite au sud ; long de 5,80 m et large de 0,20 m, il est constitué de moellons calcaires assisés et ne présente pas de parement. Sa technique de construction n’est pas très soignée. Une subdivision E‑O est constituée par un solin léger (US 1012) composé de moellons calcaires, large de 0,20 m et reconnu sur une longueur de 3 m. Dans l’espace sud, un niveau de sol lacunaire au nord est composé d’argile jaune compacte. L’espace nord est limité au nord par un solin installé dans le prolongement de celui séparant les pièces 7 et 8. Il s’agit d’un solin léger dont il ne subsiste que quelques moellons calcaires et qui constitue le deuxième mur gouttereau de la maison. Un sol, limité à la partie orientale, est de même nature que celui trouvé dans la pièce 3, une argile mêlée de cailloutis. Ces deux espaces précédents, ouverts à l’ouest, sont limités par un négatif N‑S, matérialisé par un creusement dans les couches en place qui s’interrompt au sud et au nord, ménageant un passage par pièce ; ils ouvrent ainsi sur le dernier espace, perpendiculaire à la construction. Les deux premiers espaces sont partiellement recouverts par un niveau de remblai composé de blocs mêlés d’un peu de mortier, recouvert par une couche argileuse rouge contenant du sable et des graviers. Ce remblai plus récent correspond sans doute à un niveau de circulation. À l’intérieur du dernier espace, aucun sol en relation avec la construction n’a été mis en évidence.

2.3.4 La maison C

89fig. 9

90L’espace compris entre la rue de Velotte et le bâtiment A est occupé par une habitation qui connaît deux états.

Phase 1

91Au cours de ce premier état, la maison occupe une surface au sol de 23 m2. Elle réutilise directement comme mur de fond le mur est du bâtiment A. Ses traces, très lacunaires, sont constituées d’une sablière* orientée E‑O, de vestiges de solins, de sols d’argile brune et de trois foyers. Sept monnaies ont permis d’attribuer ce premier habitat à une période comprise entre le milieu du xiiie s. et le début du xive s.

Phase 2

92Lors de la seconde phase, cette habitation, orientée E‑O, s’étend sur 180 m2. Un mur de fond s’appuie sur le mur est du bâtiment A et doit posséder une façade sur la rue de Velotte. Elle semble avoir été détruite par un incendie qui a plus ou moins touché les dix pièces qui la composent.

93Au nord, deux pièces séparées par une cloison semblent former une unité d’habitation. Celle‑ci est limitée à l’ouest et au sud par des murs en torchis sur solins, au nord par un solin composé d’une ou plusieurs assises de pierres calcaires irrégulières non taillées, de 0,15 à 0,20 m de hauteur. La deuxième pièce de 3,60 x 9,70 m doit donner sur la rue. Son sol est formé d’argile jaune. Elle est séparée en deux dans sa longueur par une cloison en clayonnage dont ne subsistent que les trous de poteaux. Une cloison de même type double le mur nord à l’intérieur de cette pièce. En arrière, une troisième pièce, au sol de terre battue, possède un foyer autour duquel ont été retrouvés les restes de douze couvre‑feux. Au sud de cette première unité d’habitation, une seconde unité incomplètement connue se compose de huit pièces, organisées comme pour la première unité entre la rue et le mur du bâtiment A. Ses murs sont en torchis. Les sols sont formés de sable mêlé à des graviers, d’argile rouge ou encore d’argile posée sur un remblai de cailloutis. Une des pièces possède un foyer. Une autre pièce, dont le sol est recouvert d’un plancher posé sur un vide sanitaire, est interprétée comme étant une pièce de stockage. Elle possède un escalier à l’ouest. Enfin, dans une autre pièce, une structure excavée de 1 m de diamètre et 0,50 m de profondeur, parementée dans sa partie supérieure, a sans doute été utilisée comme silo.

2.3.5 Synthèse

Les palissades

94Une double palissade en bois, formée de pieux reliés par un clayonnage, est construite à l’extérieur du mur d’enceinte (US 577) dans un terrain marécageux. Située à 20 m de l’enceinte, elle est sans doute destinée à renforcer l’efficacité de celle‑ci.

Le bâtiment A

95Après cette restructuration, le nouveau bâtiment conserve presque la même emprise au sol que le précédent. Seules les petites pièces S‑O du bâtiment de l’état I, dont plusieurs solins sont arasés (US 967, 1121, 1123), n’existent vraisemblablement plus. D’ailleurs, leurs sols de terre battue, construits pendant l’état I, ne sont pas rechapés. À l’inverse, les pièces 1 et 3, dont plusieurs niveaux de sols sont installés sur les sols en terre de cette phase, semblent avoir perduré.

96Alors que seuls les murs extérieurs étaient en pierre dans le bâtiment de l’état I, la majorité des structures du nouvel édifice sont en maçonnerie de pierre liée au mortier de chaux. La technique de construction mise en œuvre –murs épais et fondations profondes– signifie que l’élévation, peut‑être de plusieurs étages, était en pierre. L’adjonction de latrines, que ne semblait pas posséder le premier bâtiment, et la présence de vitreries (découverte de fragments de verre plat dans les niveaux de destruction) montrent un souci de confort, absent des habitats voisins à la même époque, et étayent le caractère de prestige de ce bâtiment.

97La fosse maçonnée des latrines réemployée en dépotoir contenait dans son comblement des fragments de bois qui ont été analysés en vue d’une datation dendrochronologique. Cinq morceaux de planches en sapin et quatre morceaux de hêtre appartenant à trois pieux, dont l’un a une extrémité en biseau, ont été analysés. Seules les planches en résineux ont fourni une date probable d’abattage des arbres ; cette date de 1303 (laboratoire de Chrono‑Écologie, Besançon) est confortée par l’étude du mobilier céramique qui leur est associé.

La maison B

98Les informations apportées par le premier niveau d’occupation de la maison (phase 1) sont très lacunaires. Les murs de ces pièces étaient sans doute construits en matériaux périssables, probablement en bois, car ils n’ont laissé aucune trace. Ces pièces de petite dimension pourraient évoquer des appentis, aménagés en arrière de la maison. Les quelques renseignements concernant cette construction ne permettent pas de connaître sa localisation dans la parcelle, à savoir si elle était placée en cœur d’îlot ou en bordure de voie. En revanche, son orientation générale, visiblement dictée par la rue de Velotte, sera conservée tout au long de l’occupation.

99Les structures maçonnées de la phase 2 livrent des renseignements très insuffisants pour donner une vision cohérente de l’habitat. Seule sa limite sud sera conservée tout au long de l’occupation et peut, dès lors, être considérée comme le mur gouttereau de la maison.

100La phase 3 de la maison permet d’appréhender la construction dans sa totalité ; elle comportait des murs en terre et bois posés sur des solins de faible largeur. La largeur du bâtiment, fixée pendant cet état, correspond peut‑être à une parcelle et sera conservée durant toute l’occupation. L’organisation des pièces et l’orientation des murs gouttereaux définissent une maison perpendiculaire à la rue de Velotte, dont le plan général dessine trois travées et une galerie d’accès (?). Des destinations particulières peuvent être attribuées à certaines pièces. Ainsi, la pièce 2, qui devait donner accès sur la rue pourrait correspondre à une galerie sans doute desservie par un escalier accolé à la maison, comme c’est le cas dans les maisons en pans de bois conservées dans divers écomusées – notamment l’Écomusée d’Alsace. Le reste de la maison serait organisé en pièces d’habitation et en lieux de stockage. La pièce 1, dont le sol en terre battue contenait peu de vestiges mobiliers, pourrait être interprétée comme étant un atelier donnant sur la rue. La pièce suivante (9) est sans doute la cuisine de la maison avec un foyer central installé sur un sol pavé, utilisé pour la cuisson des aliments ; de cette pièce provient un pot à cuire complet en céramique commune sombre qui pourrait accréditer l’hypothèse d’une cuisine. La pièce contiguë (8), qui contient une base de poêle, pourrait correspondre à une autre pièce à vivre, désignée encore de nos jours en Franche‑Comté sous le terme de « poêle ». Les pièces de petites dimensions en arrière étaient vraisemblablement destinées au stockage ; leurs sols devaient être dallés –des dalles calcaires plates ont été retrouvées dans les couches de démolition de la maison (état IV). Les espaces arrière correspondraient à des appentis accolés à la maison. Ces appentis ne comportaient pas de mur à l’ouest et étaient ouverts ou fermés par une ou des portes en matériaux périssables.

2.3.6 Analyse du comblement du dépotoir du xive s.

101Le dépotoir correspond à une fosse d’évacuation de déchets, maçonnerie (US 982) attenante à un gros bâtiment (A). Il possède un comblement (US 1116) daté par la dendrochronologie du début du xive s. mais a peut‑être été utilisé durant tout ce siècle.

Présentation

102ci. m.

103Situation : à l’angle du bâtiment A (fig. 9).

104Description : structure approximativement rectangulaire avec l’angle N‑E droit et l’angle S‑E arrondi. Altitude inférieure : 314,25 m ngf.

105Dimensions : max. 1,10 x 1,20 m. Murs à un seul parement (intérieur) et blocage en arrière, conservés sur 2 m de haut. Appareil assisé ou irrégulier en moellons et blocs bruts ou équarris liés au mortier de chaux. Capacité 2,64 m3.

106Comblement : remblais noirs avec sable et cailloutis, torchis, mortier, bois, cendre, charbon de bois et matériaux organiques (US 1115 et 1116). Argile grise au fond.

107En surface, les US 966 et 981, datées de la fin xvexve s., correspondent à des blocs de pierre, du sable, de la cendre et du mortier servant de remblai comblant l’espace laissé par l’affaissement des couches antérieures organiques.

108Phases d’utilisation : construction fin xiiie ou début xive s., comblement xive s., scellement définitif après tassement fin xve s.‑début xvie s.

109Mobilier : céramique (86 fragments dont 5 NMI), céramique d’architecture (8 fragments dont 3 NMI), verre creux (20 fragments dont 2 NMI), verre plat (197 fragments), bois (43 fragments dont 24 NMI), métal (12 fragments dont 11 NMI), lapidaire (1 fragment, 1 NMI), ossements animaux (1 748 fragments pour 15 espèces représentées), macrorestes (4 espèces représentées).

110Datation du mobilier : xive s. par la céramique et par la dendrochronologie.

111Analyses : faune, dendrochronologie et détermination des essences du bois, carpologie, parasitologie.

112Remarque : problèmes d’eau (fouille avec pompe).

Commentaires

113Lors de la fouille du comblement de ce dépotoir, de nombreux problèmes ont été rencontrés, dus en particulier à la présence constante d’eau. Les pluies (fouille en hiver) et la récupération de toutes les eaux environnantes ont déterminé des conditions de travail désastreuses. Malgré l’utilisation d’une pompe, le niveau en cours de fouille était toujours inondé, d’où une extrême difficulté à apprécier la nature du remplissage.

114La structure maçonnée correspondant à ce dépotoir a sans doute été édifiée à la fin du xiiie s. ou au début du xive s., lors de la réfection du gros bâtiment contre lequel elle est accolée. Son utilisation comme fosse d’évacuation des déchets est mise en évidence par la composition du comblement. Il reste cependant difficile de préciser sa fonction d’origine, bien que son emplacement contre le bâtiment attesterait un rôle de fosse de latrines. Une étude dendrochronologique a été effectuée sur des échantillons de bois issus de l’US 1116. Seules trois planches en résineux ont pu être datées, l’abattage des bois étant situé au tout début du xive s. (cf. infra). Associé à ce bois, le mobilier céramique, bien typique du xive s., permet de dater l’US 11 16 du xive s.

115Les niveaux superficiels (US 966 et 981), très cendreux et d’épaisseur réduite, présentaient un pendage de la paroi sud vers la paroi nord ; ils étaient limités par un niveau de cailloutis au‑dessous duquel se trouvait le remplissage proprement dit de la dernière utilisation de la fosse au xive s. Ces niveaux superficiels définissent une recharge déposée à la fin du xve ou au xvie s., pour compenser le tassement des matières organiques dans la structure et ainsi conserver un niveau plan au terrain.

116Ce phénomène de tassement a été étudié au Louvre (fouilles de la cour Napoléon) où une des fosses montre un remplissage d’utilisation diminué de moitié par rapport à son volume d’origine. L’espace libéré par ce tassement des matières est ensuite comblé, soit par l’apport de nouveaux déchets, soit par celui de gravats afin d’égaliser l’ensemble (Monnet 1992 : 31).

117Dans notre fosse, un siècle au moins sépare le remplissage d’utilisation (US 1115 et 1116) et le scellement définitif (US 981 et 966).

118En ce qui concerne le mobilier, la catégorie des récipients est représentée par cinq individus en céramique dont trois seulement sont déterminés, il s’agit de pots à cuire en céramique commune sombre bien typiques du xive s. Si l’on excepte les deux verres à boire du niveau de scellement du xvie s., seuls une burette (?) et un gobelet en verre, très fragmentaires et altérés, représentent ce matériau. Deux écuelles et un bol en bois, ainsi que des éléments de deux tonneaux et d’un seau, accompagnaient ces objets. D’autres objets sont liés à la vie agricole ; il s’agit d’essieux de charrettes en bois, d’un équignon et d’une faucille en fer, d’une pierre à aiguiser en grès. Deux fragments de tuile et un de carreau de sol en céramique, un peu de verre plat, des sertis en plomb pour vitrage, des planches, des pieux et des clous sont liés au bâtiment. En plus des objets, cette fosse a accueilli des déchets organiques, ossements d’animaux consommés ou non et noyaux de fruits. L’étude de la faune a déterminé une forte proportion d’animaux non consommés (souris essentiellement). Parmi les animaux consommés, la majorité des restes appartient à la volaille et aux anguilles. L’ensemble de ces déchets (objets et os) atteste principalement la fonction de poubelle de cette structure. C’est l’analyse parasitologique qui a permis de préciser la présence d’excréments humains, en montrant que les formes parasitaires rencontrées correspondent à des déjections humaines, et que la fonction de fosse de latrines est également plausible.

119L’ensemble des éléments étudiés pourrait situer cette structure dans un contexte agricole (faune, outils), peut‑être dépendant d’un bâtiment collectif (aspect du bâtiment associé au dépotoir, présence de verre à vitre, de plombs et de tuiles pour une période aussi ancienne) ; elle était destinée à recevoir des déchets, peut‑être en tant que réceptacle de latrines, dont la fonction est ensuite détournée. Le dernier remplissage d’utilisation de ce dépotoir serait daté du xive s. ; peut‑être laissé en état d’abandon au xve s., le comblement a été totalement scellé à la fin du xve ou au xvie s.

Datation et caractérisation des bois

120o.g., c.l.

Introduction et méthode

121L’analyse dendrochronologique du sire a porté sur une centaine d’éléments en bois provenant des remparts et des dépotoirs. Les résultats les plus significatifs sont présentés par unités stratigraphiques (US), unités définies par les archéologues. L’analyse montre d’abord une relative diversité des bois au sein même des unités : les différents genres trouvés sont le sapin (Abies alba), le chêne (Quercus sp.) et le hêtre (Fagus silvatica).

122Une collecte presque exhaustive d’échantillons permet de choisir les bois les plus prometteurs de résultats. Dans notre cas, cette attitude s’est révélée nécessaire dans le sens où la majorité des échantillons contenaient moins de cinquante cernes mesurables ce qui est largement en dessous du seuil de tolérance habituelle pour les traitements statistiques que nous leur faisons subir. La fiabilité de ces tests dépend à la fois du nombre de cernes obtenus et du nombre de bois corrélés : ainsi plus le nombre d’années est faible plus le nombre d’échantillons de bois d’arbres différents doit être grand. Cela garantit la mise en place d’années caractéristiques marqueurs d’années typées (bonnes ou mauvaises) que l’on retrouve généralement sur la majorité des arbres pour une période donnée quel que soit son âge. Elles peuvent constituer ce que le dendrochronologue appelle des signatures qui sont spécifiques à un laps de temps du passé (Becker, Giertz‑Siebenlist 1970 ; Schweingruber 1988 ; Lambert et al. 1988 ; Lambert, Lavier 1990 ; 1991 ; 1992a et b).

123Étant tous humides, les échantillons ont été calibrés, préparés à la lame de rasoir avant de passer sous la binoculaire de la chaîne de mesure où la largeur des cernes a été mesurée au centième de millimètre. Chaque courbe obtenue, supérieure à trente années, a subi des tests statistiques (Guibal et al. 1991) couplés à une comparaison optique sur table lumineuse à cause des problèmes précédemment cités. Les moyennes par unité obtenue ont également été traitées de la même manière sur des chronologies de références correspondant à leur genre végétal. Il convient ici de les citer afin de ne pas avoir à les répéter au cours du texte.

124Les chronologies du chêne utilisées dans cette étude sont celles de Trêves (Hollstein 1980), de Munich (Huber, Giertz‑Siebenlitz 1969 ; 1978), du laboratoire du musée cantonal d’Archéologie de Neuchâtel (inédit), Boll. QU du DendroLabor Egger (inédit), Meuse5 du laboratoire de Liège (Hoffsummer, inédit) et du laboratoire de Chrono‑Écologie de Besançon (inédits ou partiellement publiés dans Lambert, Lavier 1992a et b ; Lambert, Maurice 1992) tels que BASPAR4 et de l’est de la France ainsi que sur des moyennes locales.

125Les étalons des résineux sollicités sont Boll. CO du DendroLabor Egger (inédit), ceux du laboratoire du musée cantonal d’Archéologie de Neuchâtel (inédit), celui de Munich (Becker, Giertz‑Siebenlist 1970) ainsi que des moyennes régionales et locales du laboratoire de Chrono‑Écologie de Besançon (inédits ou partiellement publiés dans Heck et al. 1992 ; Lambert, Lavier 1991 ; 1992a et b ; Lambert et al. à paraître).

126Quant à la datation des hêtres, les chronologies spécifiques à cette espèce sont dispersées et sporadiques dans le temps et l’espace géographique français. Aussi a‑t‑on recours, avec toutes les précautions que cela suppose (Bourquin‑Mignor 1993 ; Perrault 1993), à l’hétéro‑corrélation* entre les séries du hêtre et les moyennes et chronologies du chêne.

127Toujours pour éviter les répétitions inutiles, les différents tests utilisés sont cités ici. Cela concerne le W de Eckstein (Eckstein 1969) et une adaptation de la distance euclidienne (Lambert et al. 1988), tous deux appliqués sur les valeurs naturelles des séries dendrochronologiques et sur la transformation de ces données en indices de Hollstein (Hollstein 1980) et en indice E (xcept) de Besançon (Lambert, Lavier 1992a et b).

Datation

128Neuf morceaux de bois de l’US 1116 ont été analysés. Deux genres végétaux ont été trouvés : il s’agit d’Abies alba (sapin blanc) pour cinq d’entre eux et de Fagus silvatica (hêtre) pour les quatre autres.

129Considérons d’abord les résineux. Ces bois ont fourni des séquences de 37 à 135 cernes consécutifs. Ils ont été inter‑corrélés sans difficulté pour donner une moyenne synthétique de 150 années appelée Velotte US1116. M9.

130Cette moyenne a alors été confrontée à divers référentiels dendrochronologiques : Neuchâtel. RS du laboratoire du musée cantonal d’Archéologie de Neuchâtel (non publié), BOLL. RS de DendroLabor Egger (non publié), celui du laboratoire de Munich, Franche‑Comté. FRC5 et la moyenne locale de Metz (laboratoire de Chrono‑Écologie de Besançon, non publié) ; ceci sur la période allant de l’an 800 à nos jours. Les résultats sont unanimes : une seule date est proposée par tous les étalons, celle de 1298 pour la dernière valeur de la moyenne.

131La date de 1298 n’est pas forcément celle de la date d’abattage des arbres. En effet les bois ne possédaient pas leur dernier cerne sous écorce, mais sachant que les hommes ont toujours utilisé les résineux sans se soucier de l’aubier (généralement non visible) et qu’ils équarrissaient et coupaient ces bois de façon à ne perdre que le minimum, on peut largement supposer qu’il ne manque que quelques cernes. Ainsi peut‑on proposer une date d’abattage à 1300 plus ou moins trois années.

132Voyons maintenant si les hêtres peuvent nous apporter des renseignements complémentaires. Dans cette structure, il n’y avait que quatre hêtres qui n’ont pas fourni de longues séries de cernes : 45 pour le plus âgé ; ce qui est largement en dessous du seuil de tolérance pour les tests de datations absolues. Dans un premier temps, les intercorrélations se sont faites sans problèmes majeurs pour donner une moyenne appelée US1116.M13.Fg longue de 45 années seulement. Ce qui est intéressant dans cette moyenne, c’est que l’un des bois possédait son dernier cerne élaboré de son vivant (appelé par raccourci cambium) et que les trois autres ont leur dernier cerne mesuré cette même année relative 45. Cette dernière année est donc l’année d’abattage des arbres. La courte série de la moyenne 13 ne nous autorise pas à tenter des calculs de datation absolue, moyenne pouvant se situer dans une période longue de plusieurs siècles entre l’installation du quartier au xiiie s. et sa transformation en jardins. Sur les conseils de l’archéologue, nous supposons toutefois que ces bois peuvent être contemporains des résineux et une tentative de corrélation sur la courbe M9 du résineux a été faite.

133Il ne faut pas oublier que les intercorrélations entre genres différents doivent être considérées avec beaucoup de précautions et que les résultats obtenus ne le seront que sous forme de propositions. Le hêtre peut être corrélé avec des référentiels du chêne (Perrault 1993 ; Bourquin‑Mignot 1993) ou du sapin (hêtraie‑sapinière), mais à condition qu’il s’agisse du même site (à cause de la provenance identique probable des bois).

134La proposition la plus intéressante donne une date de 1303 pour le dernier cerne de la moyenne 13 : cette date tombe dans la fourchette d’estimation des résineux de la moyenne 9. Cela ne veut pas forcément dire qu’il y a renforcement de la date de 1303, mais nous obtenons cette date de 1303 comme la date probable d’abattage des bois de la structure US 1116.

Caractérisation

135Dans le dépotoir daté du xive s., les restes se répartissent de façon très inégale en dix taxons. Dans le cas d’un dépotoir, le spectre floristique n’a de sens que s’il est expliqué par une caractérisation des restes. Aussi avons‑nous défini des types de restes, ici au nombre de huit : les planches représentent la grande majorité de ce qui est trouvé dans ce dépotoir (cf. infra § 3.2.4). Des traces de carbonisation se notent sur les planches, les baguettes (ou branches) et des restes dont on n’a pu définir le type. Des xylophages ont laissé des vermiculations (ou vermiculures)* sur une partie des planches et sur des restes de type inconnu. Même si la majorité des restes est de petite dimension, les planches, les chevilles, les éclats et les extrémités sciés donnent une représentation des taxons utilisés dans les constructions et pour le mobilier en bois sur le site. Le faible nombre de baguettes, copeaux et pieux ne permet pas une discussion complète des taxons identifiés. Les objets sont à considérer individuellement, car ils font l’objet de spécifications importantes.

136La diversité des types de restes dans le dépotoir est assez importante mais les planches sont en plus grand nombre. Ce nombre peut être surestimé par la fragmentation de planches de taille initiale assez importante mais il semble clair que le rejet se caractérise par davantage de bois issus des constructions et du mobilier que de bois en baguettes ou en copeaux, déchets du bois destiné à la combustion.

2.3.7 Analyse des pieux et du clayonnage des palissades

Datation des pieux de fondation des palissades

137Les trois unités qui suivent représentent les deux palissades devant le mur du rempart sur l’extérieur de la ville : l’US 495 se trouve contre le mur du rempart et l’US 496 au nord. Par contre, l’US 381 a été ainsi nommée car cela correspond au début des fouilles de ce secteur et les deux palissades n’avaient pas été distinguées (elle ne concerne en fait que deux bois de hêtre). Les trois unités stratigraphiques avaient dont été étudiées séparément.

13812 petits pieux dont 3 en chêne et 8 en hêtre constituent l’unité stratigraphique 496. Les bois de chêne ont des diamètres allant de 5,5 à 7,4 cm pour des séries contenant de 8 à 21 cernes. Ils possèdent tous leur moelle et leur aubier complet. Leur corrélation optique permet de les agglomérer en une moyenne longue de vingt et une années avec la dernière correspondant à l’année d’abattage des arbres. Les hêtres ont des diamètres allant de 5,5 à 7,5 cm pour des séries comportant de 12 à 32 cernes. Ces bois ont tous leur moelle, mais un seul dispose de son écorce. Les intercorrélations permettent l’association des bois en une moyenne longue de trente années. Les tests de datation par calculs ne sont pas possibles, il faut donc comparer les deux séquences entre elles et avec les autres moyennes du site. Les résultats les plus intéressants montrent une possibilité à 1290 pour le hêtre et à 1297 pour le chêne. Ces bois ne seraient pas contemporains : il peut s’agir de bois préparés, stockés et employés plus tardivement.

139Dans l’US 495, les sept pieux sont de deux essences différentes : on trouve des chênes et un seul hêtre. Les diamètres vont de 4,8 à 5,9 cm pour les extrêmes. Les bois possèdent tous leur moelle, leur aubier pour les chênes et les derniers cernes sous écorces. Ils ne fournissent toutefois que de 8 à 22 cernes au total. Les intercorrélations optiques ne posent pas de problèmes et une moyenne longue de vingt‑deux années est constituée : tous les bois de chêne se terminent la même année sur leur dernier cerne. Il est à noter que le hêtre se corréle également sans difficulté avec son dernier cerne à la même année que celle des chênes. Aucune datation par calculs n’étant possible, nous avons procédé par corrélation optique sur les différentes moyennes du site déjà datées avec toutes les réserves que cela suppose car il n’y a pas de recouvrement pour la période entre 1303 (US 1116) et 1374 (US 254) et que les moyennes locales du secteur concernent notamment le musée du château de Montbéliard (chronologie allant de 1315 à 1568). Une seule possibilité donnerait la date de 1299 pour la moyenne du chêne et le bois de hêtre. Cette proposition est toutefois très risquée bien que très plausible. Nous poserons comme hypothèse la date de 1299 pour l’US 495.

140Remarquons que les deux bois en hêtre de l’US 381 ont un diamètre de 9 cm avec une trentaine de cernes mesurés. Leur intercorrélation est correcte et ils correspondent parfaitement aux bois de l’US 495 en positionnant leurs derniers cernes mesurés à 1298, derniers cernes qui ne sont pas la date d’abattage. Il est donc plausible de penser que ces deux bois font partie de cette palissade US 495.

141Il n’est pas réellement possible de dire si ces deux palissades ont été réalisées en même temps, on peut seulement avancer que les bois de l’US 496 (la plus extérieure) ont été coupés avant ceux de l’US 495 (contre le mur du rempart).

Études du bois constituant les palissades

142Dans les deux palissades (US 381,496, 495) élevées vers 1299, en avant du rempart, les pieux de sections les plus importantes, environ 10 cm de diamètre, sont aussi en hêtre et des pièces plus petites (5 cm) en chêne complètent la structure. Les billes ont également été utilisées brutes. Les pieux sont reliés par des éléments en clayonnage (US 576). Au début du xive s., le hêtre et le chêne ont donc été sélectionnés pour réaliser ces structures probablement presque totalement enfouies. Le sédiment est composé d’alluvions parfois sableuses ou argileuses où la nappe alluviale est très souvent présente. Le hêtre n’est pas le taxon le plus couramment employé pour les fondations ou les constructions dans les terrains humides. L’aulne, l’orme et le chêne lui sont souvent préférés. La longévité des réalisations en hêtre exposées aux intempéries est très courte mais dans une humidité constante ce bois est plus pérenne (Beauverie 1910). Cette adaptation aux conditions humides a peut‑être motivé le choix. La fouille du rempart nord de la ville de Rouen (fouille du rectorat P. Calderoni et D. Pitre) a livré un grand nombre de pieux très densément répartis en radiers de fondation constamment ennoyés. Ces pieux datés par dendrochronologie de 1413, 1415 et 1416 (non publié) sont en chêne et en hêtre dont on sous‑estime peut‑être la valeur dans ces conditions.

143En ce qui concerne le clayonnage reliant les pieux, deux taxons seulement sont identifiés : le chêne et le noisetier. Les diamètres mesurés sont en moyenne de 2 cm et s’échelonnent assez régulièrement de 0,7 à 3,6 cm. Les deux taxons ne se répartissent pas équitablement dans ces diamètres. Les noisetiers font en moyenne 1,6 cm et mesurent de 1 à 2,1 cm. Les chênes sont en moyenne plus gros (2,2 cm) et surtout de tailles plus variées allant de 0,8 à 3,6 cm. Les derniers cernes élaborés du vivant des arbres présentent des degrés de développement différents. Les noisetiers ont tous été coupés alors qu’ils élaboraient du bois final mais avant que le cerne ne soit complet, le parenchyme de repos n’est pas observé. Certains chênes sont coupés dans les mêmes conditions alors que d’autres sont prélevés avec leur dernier cerne totalement terminé donc en phase de repos. Les chênes notés « bois final » (BF) sont les individus pour lesquels il n’a pas été possible de distinguer si la phase de repos était atteinte ou pas.

144Les deux taxons sont sélectionnés pour la réalisation du clayonnage. Les chênes de diamètres les plus élevés peuvent être considérés comme étant une part des éléments de soutien verticaux. Ceux dont le diamètre est plus petit semblent participer avec le noisetier au tressage horizontal. Les baguettes ont été prélevées en plusieurs temps. Celles dont le dernier cerne est incomplet présentent cependant du bois final : elles ont donc été coupées dans l’été. Par contre, les branches en chêne, avec un dernier cerne terminé, ont été coupées entre l’automne et la fin de l’hiver suivant. Il est possible que les branches coupées en été présentent une souplesse supérieure à celles coupées pendant l’arrêt de sève. Il ne semble cependant pas que les éléments horizontaux aient été plus prélevés en été. Si tous les noisetiers présentent effectivement un dernier cerne incomplet, les chênes qui ont ce caractère sont indifféremment de petit ou gros diamètre. Le clayonnage est réalisé avec une partie de bois qui était stockée et qu’il a fallu compléter. L’utilisation de baguettes coupées à deux moments de l’année ne semble pas avoir été dictée par des impératifs techniques.

145Les datations dendrochronologiques des palissades font apparaître que pour une même structure jusqu’à neuf années peuvent séparer l’abattage des arbres fournissant les pieux. Il est donc probable que ces pieux sont utilisés après une période de stockage voire dans quelques cas récupérés. De même, les baguettes de chêne et de noisetier utilisées pour le clayonnage ont été coupées à des périodes de l’année différentes, et ont probablement été, au moins en partie, stockées. Ces périodes de stockage nous semblent être le reflet de l’existence d’un marché du bois qui comporte des intermédiaires. De même, les bois de résineux sont importés de régions proches. Selon les périodes, ces importations peuvent nécessiter des interventions diplomatiques. En conclusion, la xylologie et la dendrochronologie à Montbéliard, agglomération urbaine de taille réduite, montrent que les bois utilisés en construction proviennent d’un négoce plutôt que d’un approvisionnement direct.

2.4 La première moitié du xve s., l’état III

146fig. 16, 17

147s.c.

148On arase le mur identifié comme mur d’enceinte primitif et on modifie de 8° le tracé de la rue qui le bordait. Un nouveau mur d’enceinte maçonné s’installe sur le site, à l’est du précédent. Les limites du quartier se voient ainsi repoussées d’une quinzaine de mètres vers l’extérieur de la ville. La présence du mur de façade est archéologiquement attestée pour l’état III ; bordant la nouvelle rue située à 3 m plus à l’ouest de son ancien tracé, il est lié à deux retours. Parallèlement à la construction du mur d’enceinte et du mur de façade est, on procède à un important remblaiement de l’espace gagné à l’extérieur de la ville, afin de l’urbaniser.

149Les niveaux de chaussée situés sous l’actuelle rue de Velotte ont été largement amputés par divers réseaux mis en place aux xviiie et xixe s.

FIG. 16 – Plan des structures de l’état III.

dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan

FIG. 17 – Photographie aérienne de la parcelle BX 54.

cl. David Watts/Afan

150Trois maisons sont construites dans l’espace situé entre le mur de façade, qui va leur imposer son orientation, et le mur d’enceinte. Il ne subsiste des maisons en matériaux périssables D et E que quelques vestiges de sols et de murs qui n’ont pas permis de reconstituer l’intégralité de leurs plans. Nous ne connaissons de la troisième maison (F) en pierre qu’une seule pièce située le long de la rue.

151De l’autre côté de la rue, le bâtiment B va subir de légères modifications, avec la construction de trois murs en arrière qui créent des pièces de plus vaste dimension que les précédentes.

2.4.1 Le mur d’enceinte

152Ce mur (US 5), large de 1,50 m et profondément fondé, constitue la nouvelle limite de la ville. Conservé sur 2,90 m de hauteur et observé sur 46 m de long, il possède deux parements constitués par un appareil assisé de blocs et de moellons équarris et par un blocage interne composé de déchets de taille (fig. 18). Les parements et le blocage sont liés au mortier de chaux blanc ou rose pour l’élévation, à la terre pour les fondations. L’élévation est recouverte à l’intérieur comme à l’extérieur d’un enduit à la chaux de texture assez fine. Cet enduit, à vocation peut‑être esthétique, servait plus certainement de protection contre les effets du gel sur le calcaire fragile du mur d’enceinte. Le calcaire utilisé est un matériau d’origine locale de qualité médiocre, un calcaire difficile à tailler, parfois monté « en délit » et fournissant un volume considérable de déchets de taille. Ces déchets de taille sont utilisés dans la construction même du mur d’enceinte, pour servir de blocage interne, et pour le remblaiement du site.

FIG. 18 – Élévation du mur d’enceinte (US 5).

cl. David Watts/Afan

153Un décapage profond d’environ 50 m2 de part et d’autre du mur d’enceinte a permis d’observer ses fondations et les aménagements de bois destinés à la stabilisation du paléosol alluvionnaire avant occupation (US 573). Le mur d’enceinte est installé directement sur ce niveau, les constructeurs n’ont pas pu ou n’ont pas cherché à atteindre le rocher calcaire qui affleure 1 m environ en dessous du paléosol.

154Le paléosol humide a obligé les constructeurs à employer des techniques de stabilisation préalable du terrain. En avant du mur d’enceinte, côté ville, on a dénombré sur 40 m2 une soixantaine de pieux de chêne battus (US 573 datée par la dendrochronologie de 1396, date préférée statistiquement à 1322, également proposée) ; leurs diamètres varient de 4 à 10 cm pour une longueur pouvant atteindre 1,20 m. Leurs extrémités épointées ont été enfoncées dans le paléosol, vraisemblablement jusqu’à atteindre le substrat calcaire. Leur disposition selon une trame serrée ne répond pas à une réelle organisation. Mêlé à un remblai inorganisé de cailloutis et de blocs calcaires, un entrelacs très dense de branches bien calibrées (diam. de 1 à 1,5 cm) était posé à plat entre les extrémités supérieures des pieux. Il pourrait s’agir des vestiges de claies. Ces vestiges, ainsi qu’un tronc (US 582 : 3,77 m de long et 0,16 à 0,20 m de diamètre daté par la dendrochronologie de 1453) abandonné dans les niveaux contemporains de la construction du mur d’enceinte, appartiendraient peut‑être aux échafaudages ou aux aménagements du sol pendant le chantier de construction. Aucun trou de boulin n’a été mis en évidence sur les parements du mur d’enceinte, même si dans un premier temps l’utilisation d’échafaudages encastrés est possible. Dans cette hypothèse, ces trous auraient été rebouchés ensuite lors de l’application de l’enduit sur le mur qui nécessite l’emploi d’échafaudages indépendants (Coppola 1991 : 38‑40).

155Le mur d’enceinte repose lui‑même sur des fondations de rondins de hêtre horizontaux, placés perpendiculairement à l’axe du mur d’enceinte (US 574), rondins qui n’ont pu être datés par la dendrochronologie (cf. infra § 2.4.9) (fig. 19). Leurs diamètres varient de 0,07 à 0,23 m. Ils sont empilés de façon lâche sur 0,20 m d’épaisseur et les interstices remplis de pierres. Ce dispositif est sans doute destiné à renforcer et à niveler le terrain sous la future construction. Au nord, le mur d’enceinte a subi une réparation de 3,80 m de long sur la totalité de sa largeur. Le matériau utilisé est très différent de celui d’origine. Les blocs et les moellons, en calcaire crayeux, sont liés à la chaux. La reprise est enduite à l’est.

FIG. 19 – Mur d’enceinte (US 5) : élévation maçonnée (B, sur la fig. 2) et fondation en rondins de hêtre (US 574).

dessin Sylvie Cantrelle, Jean Gelot/Afan

156Il faut noter qu’en 1996, lors du terrassement définitif, une opération de surveillance archéologique a permis de prélever des rondins appartenant, d’après les fouilles, à ce même mur d’enceinte. Ces rondins ont été datés de 1257 (pic de probabilité maximale) par une analyse au radiocarbone (Fuhrer 1996). Le fait que ces rondins soient en aulne, alors que ceux prélevés en 1993 (19 exemplaires) sont en hêtre, nous incite à penser qu’ils ne font pas partie du mur d’enceinte fouillé en 1993 mais plutôt d’éléments de fortifications plus anciens, peut‑être contemporains des palissades de l’état II.

157Deux pierres de taille, prolongées par deux parements, formant un ébrasement triangulaire, constituent les seuls vestiges d’une archère, arasée lors de la destruction du mur d’enceinte (fig. 20). L’ébrasement interne, profond de 0,95 m pour un mur large de 1,45 m, possède une ouverture de 52°. Il débouche sur l’extérieur par une fente large de 0,10 m et conservée sur 0,24 m de hauteur. Le niveau du sol à l’intérieur des fortifications se situe donc au niveau des vestiges conservés ou plus bas. Il est possible que le contrefort en pierre décrit plus haut (cf. supra § 2.3.1) ait encore existé à cette époque, constituant le niveau de sol à l’extérieur des fortifications. On ne sait pas si un tel contrefort existait en contrebas de l’archère. Si on en restitue un au niveau de celui qui est connu, le point bas de l’archère surplomberait de 1,80 m le sol extérieur aux fortifications, ce qui est conforme aux conditions de fonctionnement d’une archère. Cette fente de tir indique qu’à cette époque le mur d’enceinte constituait l’ultime limite de la ville.

FIG. 20 – Archère vue en plan.

cl. David Watts/Afan

158Un lit de mortier entre deux assises, plus épais que d’ordinaire (4 cm), était visible sur le parement ouest. Le démontage d’une petite portion du mur d’enceinte, à cet endroit, nous a montré qu’il s’agissait d’un lit présent sur toute la largeur du mur. Il pourrait correspondre à une marque de maçon indiquant la fin d’une journée de travail et servant de justificatif pour sa rémunération.

2.4.2 La rue

159On a pu observer sur 25 m de long cinq niveaux de rue le long du mur de façade est. Les informations concernant ces mêmes niveaux, conservés de façon fragmentaires le long du mur de façade ouest, n’ont pas pu être exploitées. La chaussée, d’extension réduite pour les niveaux les plus anciens, s’élargit pour les niveaux récents.

160Le niveau de chaussée le plus ancien est constitué d’un cailloutis calcaire gris‑bleu, posé de manière jointive, à la surface très usée. L’extension des niveaux d’occupation sur ce niveau de construction nous permet de restituer une chaussée qui n’est pas utilisée jusqu’au mur de façade ; cet espace vierge d’occupation est large de 1,40 m. Cette zone le long du mur de façade est constituée d’un remblai de cailloutis anguleux et de graviers mêlés à du sable et à du mortier. Ce remblai meuble, sans trace d’usure ni de piétinement, ne présente pas de niveau d’occupation.

161Le deuxième niveau de chaussée, très semblable au précédent, s’élargit ; l’espace au pied du mur de façade n’est plus que de 0,70 m.

162Le troisième niveau de chaussée, constitué d’un cailloutis jointif de 0,02 à 0,10 m de côté, est utilisé jusqu’au mur de façade.

163Le quatrième niveau de chaussée a fait l’objet d’une fouille extensive. Il révèle une rue à la surface irrégulière constituée de matériaux hétérogènes (blocs, quelques galets et fragments de tuiles et surtout cailloutis calcaire gris‑bleu de 0,01 à 0,10 m de côté). Ces matériaux sont disposés de manière très serrée et forment un revêtement très compact qui présente de nombreuses traces d’usure. Le profil légèrement concave de la rue a entraîné l’accumulation des niveaux d’occupation, riches en matières organiques et en mobilier, en son centre ; ils peuvent y atteindre une vingtaine de centimètres d’épaisseur et vont en s’amenuisant vers le mur de façade. Il n’a pas été possible de déterminer la largeur totale de cette rue, conservée seulement sur 4,80 m de large. Il semble qu’elle ait été utilisée jusqu’au mur de façade.

164Le cinquième niveau (le plus récent), une chaussée en galets jointifs posés sur chant, était conservé sur environ 1 m2. Les galets étaient posés sur un remblai de sable et de graviers, épais de 0,25 m. Ce dernier niveau, très perturbé, contenait un tronçon de canalisation en bois (US 556) de 1,56 m de long. Il s’agit d’un tronc d’aulne non écorcé, d’un diamètre de 0,14 à 0,16 m, qui possède en son centre un évidement ovale de 0,53 x 0,08 m. L’aulne est impropre aux réalisations devant être exposées à l’air mais il est très durable en conditions d’humidité forte et constante. Dans un sol ne s’asséchant pas trop, la canalisation peut être bien adaptée.

2.4.3 Le mur de façade et le remblaiement

165fig. 21

166À l’est, la rue est longée par un mur large et maçonné (US 57) possédant deux retours (US 144/527, 571, 572), entre lesquels est creusée une fosse peu profonde (US 507). Ce mur, observé sur 41,70 m de long, comprend deux tronçons homogènes, un au sud et un au nord du retour nord. Dans un second temps, une partie de ce mur est détruite afin d’aménager un accès aux maisons qui sont construites contre le mur d’enceinte.

FIG. 21 – Mur de façade (US 57) et fosse (US 507).

cl. David Watts/Afan

Phase 1

167Au nord (US 57 nord), le mur est conservé sur 1,83 m de hauteur et l’élévation est large de 0,95 m. Il possède deux parements constitués d’un appareil assisé de blocs et de moellons ébauchés et un blocage interne (fig. 22). L’ensemble de la construction est lié au mortier de chaux de couleur beige ou rosée. Au sud (US 57 sud), la technique de construction est similaire et la largeur, plus importante, n’est pas toujours connue : 1,10 m ou plus pour l’élévation, et plus de 1,30 m pour les fondations. Liés au mur de façade, deux murs (US 144/527, 571), distants de 14,80 m et longs de 4,50 m, font des retours vers l’est. Ils sont terminés par des piédroits. Ce sont des murs à deux parements assisés, de moellons et de blocs calcaires équarris avec un blocage interne. L’ensemble est lié au mortier de chaux. Le retour sud (US 571), large de 1,02 m, possède un contrefort trapézoïdal (US 572), long de 2,40 m, large de 0,84 à 1,06 m. La technique de construction du retour nord (US 144/527), dont la largeur n’est pas connue, est identique.

FIG. 22 – Plan et élévation (C, sur la fig. 2) du mur de façade (US 57).

cl. David Watts/Afan

168Pour remblayer l’espace entre le mur de façade et le mur d’enceinte, on apporte, sur 1 m d’épaisseur, des couches d’alluvions naturelles et des couches d’argile auxquelles on incorpore des déchets de taille du mur d’enceinte. On dispose alors entre les deux murs d’une zone vierge de 774 m2. Le pendage des différentes couches constituant ce remblai indique que celui‑ci a été déposé dans un premier temps à l’ouest du mur d’enceinte, puis progressivement en direction du mur de façade (fig. 23). L’étude palynologique d’un de ces remblais (US 117) montre un environnement de terrains vagues, fréquent dans un milieu urbain (cf. infra § 2.7.5). On ne peut pas appréhender le laps de temps qui s’est écoulé entre la construction du mur d’enceinte et le remblaiement. Il est possible que ces remblais aient été apportés pendant l’édification du mur d’enceinte ou entre l’édification des fondations et celle de l’élévation, afin d’assainir le sol du chantier.

FIG. 23 – Stratigraphie du remblaiement entre le mur d’enceinte et le mur de façade.

dessin Sylvie Cantrelle/Afan

169Après le remblaiement de l’espace entre le mur de façade et le mur d’enceinte, une fosse (US 507) est creusée le long et à l’est du mur de façade (fig. 21). Cette fosse rectangulaire (3,20 x 14 m) peu profonde (0,50 à 0,80 m) occupait l’espace entre les deux retours.

Phase 2

170Afin de constituer un accès pour la maison E, on arase une partie du mur de façade ainsi que le retour sud. Une ruelle perpendiculaire à la rue principale est ainsi constituée.

2.4.4 La maison D

171fig. 16

172On ne connaît de cette maison que deux pièces, aux dimensions incomplètes, dont l’une possède un foyer.

173La première pièce est conservée sur 2,80 x 3,20 m (9 m2). Deux de ses limites ont été reconnues. Au sud, on peut restituer un mur (US 620) contre lequel le foyer a dû s’appuyer. Sur le côté est, la pièce est délimitée par l’arrêt d’un sol contemporain du foyer qui témoigne de l’existence d’une cloison (US 423). La limite nord a été restituée à l’emplacement d’un mur du xixe s. Le sol est constitué de plusieurs rechapages de terre battue de 9 à 20 cm d’épaisseur (mélange argilo‑limoneux ocre‑brun) recouverts de fines couches d’occupation très cendreuses contenant des ossements et de la céramique. Le foyer quadrangulaire posé à même le sol mesure 1,17 x 1,25 m ; il est fermé par quatre murets, larges de 0,17 m, parementés uniquement sur le côté intérieur de la structure. La surface utile du foyer est de 0,76 m2. Le parement sud, plus haut de 0,10 m, a peut‑être été appuyé contre un mur. À l’origine, le fond du foyer devait être recouvert de dalles calcaires dont ne subsiste qu’un élément. L’existence d’une pièce contemporaine, à l’est de la cloison, est attestée par la présence d’un sol mal conservé. Au sud de cette construction, un solin parementé à l’est (US 483), conservé sur 2,50 m de long, définit peut‑être une autre pièce.

2.4.5 La maison E

174fig. 16

175Les structures appartenant à cette deuxième maison, deux murs longs de 6,50 m (US 549, 566) et une cloison en bois, délimitent un espace rectangulaire dont la surface totale est de 58,50 m2. Un cailloutis calcaire lié à l’argile recouvre le sol des deux pièces. Rien ne nous permet d’affirmer que cette maison se limite à ces deux seules pièces ; d’autres vestiges lui appartenant ont pu être détruits par le réaménagement de l’état V. On accède sans doute à la maison par une ruelle perpendiculaire à la rue de Velotte, après création dans le mur de façade d’une ouverture ; pour cela on arase le retour sud et son contrefort. La ruelle sud est constituée d’un mélange de galets, de sable, de limon et de cailloutis calcaires.

176Un solin en calcaire crayeux (US 549), large de 0,10 à 0,28 m, parementé à l’ouest, formé d’une assise de cailloux de quelques centimètres d’épaisseur, constitue la limite occidentale de cette maison. Il est détruit dans sa partie centrale. La limite du sol intérieur indique qu’il a pu supporter une sablière large de 0,25 m. La limite orientale est composée de deux solins de nature différente, un au nord (US 566) et un au sud (US 435), dont les parements respectifs sont décalés de 0,10 m. La liaison entre les deux n’existe plus. Le solin nord parementé à l’ouest (US 566), long de 4,20 m, est formé d’une assise de moellons bruts et de cailloux liés au mortier de chaux. Au sud, le solin parementé à l’ouest (US 435), long de 1,60 m, est constitué d’une assise de dalles de petite taille. On sait que pendant l’état V, ce dernier solin perdure et supporte une sablière, large de 0,25 m, dont seul le négatif est conservé dans le sol de l’habitat. Cette sablière existe peut‑être dès l’état III. Trois calages de poteaux matérialisent la façade sud du bâtiment donnant sur la ruelle sud. Une division de cet espace a dû exister, comme le suggère la présence d’un fragment de bois de 0,18 m de large conservé sur 0,65 m de long et de quelques centimètres de hauteur appartenant à une planche ou une sablière. On ne connaît pas la façade nord de cette construction.

2.4.6 La maison F

177L’unique pièce connue dans cette maison réutilise le mur de façade (US 57) auquel est accolé un mur (US 18), dont l’élévation, large de 1 m, est conservée sur 1,07 m. Elle possède deux parements et un blocage interne. L’appareil des parements, de type assisé, est constitué en majorité de blocs (0,60 x 0,50 x 0,38 m). L’ensemble est lié au mortier de chaux. Un négatif de 0,18 m de long par 0,12 m de large, conservé sur 0,42 m de hauteur, est visible sur le parement nord. Il pourrait s’agir de la place réservée au montant d’une porte. La construction de ce mur s’est accompagnée d’une réfection du parement est du mur de façade dans la pièce 1. Le nouveau parement est installé en retrait d’une quinzaine de centimètres. Ce mur possède un retour (US 30) de technique identique qui lui est lié. Leur angle est formé de blocs rectangulaires d’environ 0,60 x 0,40 m. Les structures de cet îlot sont orientées par rapport au mur de façade.

2.4.7 La maison B

178fig. 16

179Seul l’espace arrière du bâtiment va subir des modifications (espace 12). Deux murs plus larges ferment alors la maison sur les côtés ouest (US 833) et nord (US 870). Au sud, un nouveau mur (US 806) est édifié sur le solin désigné comme mur gouttereau à la phase précédente. On remarque qu’à la différence de la majorité des constructions antérieures, ces murs possèdent tous des élévations en pierre. Les trois murs créent un nouvel espace de 29,84 m2 (6,35 x 4,70 m), soit une superficie à peine inférieure à celle de la pièce qui la jouxte (6). Aucun sol n’a été reconnu dans cet espace.

180Le mur nord (US 870), orienté E‑O, est construit dans le prolongement d’un des murs gouttereaux de la maison. Il présente deux parements de type irrégulier avec un blocage interne. Les fondations, larges de 0,80 m pour 0,20 m de haut, sont installées dans une tranchée étroite. L’élévation de même largeur n’est conservée que sur une hauteur de 0,20 m. Sa longueur connue est de 7,40 m. Les moellons du mur sont liés au mortier de chaux pour l’élévation et les fondations.

181Le retour de ce mur, d’orientation N‑S, présente des dimensions légèrement inférieures (US 833). Sa technique de construction est identique au mur précédent et il est également composé de fondations et d’une élévation en pierre. Les fondations, larges de 0,60 m et hautes de 0,20 m, sont constituées de deux parements et d’un blocage interne ; elles sont liées au mortier de chaux comme l’élévation (1. : 0,60 à 0,70 m, h. act. : 0,40 m). Ce mur, qui est installé sur un remblai d’alluvions rouges –probable sol de la phase précédente– est détruit dans sa partie sud ; sa partie nord est connue sur 4,80 m.

182Au sud, les fondations et l’élévation du mur US 806 mesurent 0,60 m de large ; les premières ont une hauteur de 0,20 m, alors que l’élévation n’est connue que sur 0,40 m de haut.

2.4.8 Conclusion

Le mur d’enceinte

183Si les documents d’archives fournissent peu de renseignements sur les fortifications avant le xve s., la comptabilité municipale permet à partir de cette date d’éclairer certaines réalités liées à la défense de la ville. Pendant la seconde moitié du xive s. et le xve s., Montbéliard connaît des périodes de crise marquées par des épidémies de peste, des famines et des guerres qui entraînent une récession démographique et économique. Les comptes municipaux du xve s. mentionnent fréquemment « des travaux aux murailles, aux portes, aux fossés, des dépenses pour le guet, la garde, l’armement. Une étude plus approfondie à partir d’une dizaine de comptes a permis d’évaluer en pourcentage de la dépense totale les frais occasionnés par la défense de la ville : ils varient entre un maximum de 88,6 % (année 1426), presque les 9/10 du budget de la ville ! [parmi lesquels 33,73 % pour les murailles] et un minimum de 22 % (année 1454‑1455). Dans la première moitié du xve siècle, la part du budget consacrée à la défense est toujours supérieure à 50 %, proportion considérable. » (Bouvard, Voisin 1989 : 192). C’est à cette époque sans doute que « la muraille ou “baillot” du xiiie s. est en grande partie reconstruite » (Bouvard, Voisin 1994 : 3). Il semble que ce soit au xiiie s. que le cours de la Lizaine est dévié, afin de contourner la ville plus au nord. Le canal de la Mouche reprend son tracé et le relie désormais à la Schliffe (Atlas urbain 1986 : 6). Il est tout à fait possible que la Mouche ait servi au xve s. à alimenter en eau un fossé placé au‑delà du glacis. Le plan cadastre de Pawlowski en 1859 est le premier document où il est représenté ; sur ce plan, il est précisé qu’il est couvert. Il est situé plusieurs mètres à l’extérieur des fortifications qu’il longe dans le secteur de Velotte.

La rue

184La zone réservée le long de la façade se réduit progressivement du xive au xve s. Rien ne nous permet de lui attribuer une fonction précise : trottoir, avancée de porche, étal... ou tout autre aménagement en bord de rue qui a nécessité peut‑être l’emploi d’un matériau périssable ou récupérable : bois ou pierre. Au Moyen Âge, l’empiétement des riverains sur les rues et les problèmes qu’il engendre sont largement connus.

Le mur de façade

185L’interprétation de cet ensemble long de plus de 40 m, comportant le mur de façade et ses deux retours, pose problème. Tous ces murs, massifs, ont des fondations profondes. Le façonnage du calcaire, le type d’appareil et la nature du liant employé présentent des analogies avec les techniques mises en œuvre pour la construction du mur d’enceinte. Entre le mur d’enceinte et cet ensemble, il n’existe pas de relation stratigraphique permettant de définir si l’un est antérieur à l’autre ou s’ils sont contemporains ; cependant ils préexistent au remblaiement de l’espace qui les sépare. Si l’on suppose la construction du mur de façade antérieure à celle du mur d’enceinte, son assimilation à une fortification est possible. Dans cette hypothèse, la fosse entre les deux retours serait interprétée comme un fossé défensif.

186Il se pourrait donc que cette fortification primitive soit doublée dans un second temps par un autre mur ; ces deux constructions constitueraient alors une enceinte double. La distance importante séparant les deux murs (distance maxi. 24,20 m) et leurs tracés divergents pourraient s’expliquer par certaines contraintes techniques. On a peut‑être cherché à suivre le tracé de la Mouche (dérivation de la Lizaine) pour l’utiliser comme élément défensif pour l’enceinte la plus extérieure.

187Dans l’hypothèse où la construction des murs serait contemporaine, le mur de façade constituerait alors une ligne de fortification secondaire, placée en retrait, maintenant une zone vierge d’habitation ou peu urbanisée le long du mur d’enceinte proprement dit.

Les maisons

188Il n’a pas pu être mis en évidence de relation de contemporanéité entre les habitations D et E. Ces premiers témoins d’urbanisation sont caractérisés par une organisation parallèle à la rue avec façade ouvrant sur un axe secondaire. La technique de construction de la maison F –murs maçonnés et larges– suggère qu’il s’agit d’une maison en pierre. Elle contraste avec les maisons D et E en matériaux périssables établies à proximité.

2.4.9 La dendrochronologie

189o.g., c.l.

Essai de datation des bois servant de fondations au mur d’enceinte

190Les bois de l’US 574 se trouvent sous le mur de rempart et cette unité stratigraphique est composée de dix‑neuf bois de hêtre en section complète ou fendue (demi et quartier) de diamètre allant de 5,5 à 16 cm pour les extrêmes, ayant généralement la moelle, quelquefois l’écorce et des derniers cernes supposés pour neuf autres bois. Les intercorrélations sont difficiles malgré le relatif grand nombre de cernes par échantillon (de l’ordre de 80) à cause de la reconnaissance et par conséquent de la mesure de nombreux cernes. L’analyse dendrologique des cernes des hêtres pose encore d’énormes difficultés de détermination de limite et il semble que cela se produise plutôt sur les bois dits « longs » et à cernes « étroits » : les bois « courts » sont généralement à croissance forte et leur mesure ne présente pas de difficultés. Les bois sont contemporains et ils montrent tous le même type de croissance mais ces problèmes de limites ne permettent pas de constituer une moyenne totalement fiable pour la réalisation des tests. Il semblerait que ce type de cernes très minces ne soit pas forcément très significatif et représentatif d’une année difficile de l’arbre. (Des travaux complémentaires réalisés par C. Bourquin‑Mignot sont en cours et certaines observations ont déjà été communiquées lors du colloque de Hambourg en 1994.)

Datation des US 573 et 582

191Un seul bois compose l’US 582 : il s’agit d’un tronc de chêne d’environ 17 cm de diamètre avec moelle, aubier, cambium et écorce. Malheureusement, ce bois ne comporte que 40 cernes d’une moyenne annuelle de 2,4 mm/an, ce qui est beaucoup et témoigne d’un arbre vivant en milieu ouvert à très ouvert, donc peu sensible aux variations et stress de son environnement et du climat entre autres.

192Une tentative de datation par calcul montre le peu d’efficacité dans les résultats quand il s’agit d’un bois aussi court. À part tous les référentiels déjà cités, les moyennes régionales et locales proviennent du laboratoire de Chrono‑Écologie et ne sont pas publiés. Après des séries de tests, de vérifications, de modifications et de discussions, une seule date a été retenue comme dendrochronologiquement possible : celle de 1453. Elle n’est pas certifiée mais en la comparant avec ses référentiels de datation elle apparaît comme la seule plausible. On proposera donc que le tronc US 582 a pu être abattu à cette date.

19329 bois de chênes et 1 hêtre forment l’US 573 : ce sont des pieux qui stabilisent le terrain à l’intérieur du rempart. Ces pieux ont un diamètre variant entre 3,8 et 8,5 cm pour les extrêmes avec une moyenne vers 5,8 cm. Aucun ne possédait d’écorce mais le dernier cerne est supposé pour quasiment tous les bois dont on a pu mesurer de 11 à 38 cernes. Ces séquences sont très courtes mais les corrélations optiques proposent une agglomération possible de ces 29 chênes en une moyenne de 39 années. Les tests de datation sont tentés, avec prudence du fait de la très faible longueur de la séquence, sur les mêmes référentiels du chêne ainsi que sur les moyennes locales du laboratoire et notamment celles du xiiie s. de charbons de la place Velotte (Lambert, Lavier 1993) et de bois provenant de la Tour en Éperon (fin du xiiie s., non publié) mais sans aucun succès. Il s’avère que deux propositions sortent en concurrence. Il s’agit de 1322 et 1396 avec toutefois une préférence statistique pour 1396. Les corrélations optiques sur les moyennes du site sont trop courtes pour l’évaluer, nous nous contenterons de suivre les calculs et de proposer la date de 1396 comme date d’abattage des arbres. En tout cas, aucune possibilité ne s’est présentée pour une datation antérieure aux dates des palissades.

2.5 La seconde moitié du xve s., l’état IV

194fig. 24

195s.c., c.g.

196Dans la seconde moitié du xve s. ou au début du xvie s., on construit un mur de boulevard à l’extérieur du rempart édifié dans la première moitié du xve s. On bouche peut‑être l’archère à cette époque, la présence du mur de boulevard, parallèle et distant de 2 m, lui ôtant toute possibilité de fonctionnement.

FIG. 24 – Plan des structures de l’état IV.

dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan

197À la même époque, la partie habitable de la maison B ainsi que la majorité des pièces de stockage vont être abandonnées. De la maison ne subsiste alors que l’arrière avec les trois murs en pierre construits à la fin de l’état III. On connaît à cet état le mur de façade ouest longeant la rue de Velotte.

2.5.1 Le boulevard

198fig. 25

199Les fondations de ce mur (US 370), hautes de 1,90 m et larges de 1,50 m, sont constituées de deux parements en appareil irrégulier de blocs de grandes dimensions, bruts de taille, et d’un blocage interne. Le liant est un mélange d’argile et de mortier. Le calcaire est identique à celui utilisé pour le rempart. Son élévation, large de 0,76 m, conservée sur deux assises n’est visible que sur la partie nord du tracé. Elle est faite de deux parements en appareil de blocs et de moellons équarris et d’un blocage interne. L’ensemble est lié au mortier de chaux. L’élévation est enduite seulement sur l’intérieur. Son parement extérieur est aligné sur celui des fondations alors que le parement intérieur est en retrait de 0,75 m environ.

FIG. 25 – Plan et élévation (D, sur la fig. 2) du mur de boulevard (US 370).

dessin Sylvie Cantrelle, Jean Gelot/Afan

200L’espace ouvert entre les deux murs est comblé par une série de remblais de 0,20 à 0,30 m d’épaisseur, jetés depuis le rempart. Il s’agit de mélanges argilo‑limoneux contenant du sable, des graviers, du mortier et des déchets de taille. Sur ces niveaux est construit un sol, épais de 0,30 m, en sable, galets et mortier, qui recouvre la semelle de fondations du mur de boulevard et qui fonctionne avec les deux murs. Lorsque le mur de boulevard est arasé, on aménage à l’emplacement de l’ancien boulevard, un nouveau sol de circulation de limon et de galets le long du rempart qui existe toujours en élévation et qui sert peut‑être de limite parcellaire.

2.5.2 L’abandon de la maison B

201La maison ne semble pas avoir été détruite violemment, par un incendie par exemple ; il s’agit plutôt d’un abandon pendant lequel on récupère une partie des matériaux et du mobilier, laissant le reste se dégrader peu à peu. Il se forme ainsi une couche de remblai qui scelle les aménagements antérieurs. Ce remblai, constitué de deux couches argileuses, contient de nombreux artefacts (fragments de tuile et de céramique culinaire, mortier de chaux) qui proviennent manifestement de la démolition des élévations des murs en terre de la construction. Il faut noter la quasi‑absence de bois dans ces couches : s’agit‑il là aussi d’une récupération ou plus simplement d’une mauvaise conservation de ce matériau ? Ces couches ont été repérées sur l’intégralité de la maison, mais fouillées plus finement dans la partie arrière (fouille 1993‑1994).

202Les couches de remblais épaisses de 0,35 m, parfois difficiles à individualiser, sont constituées d’un mélange argilo‑limoneux de couleur jaune sombre. À certains endroits, notamment sur le côté ouest à l’arrière de la maison, les deux couches n’ont pu être différenciées à la fouille. À l’est de ces pièces arrière, au contraire, ces couches de même nature sont séparées par quelques dalles éparses et par une fine pellicule de cailloutis qui va en s’amenuisant vers l’ouest pour disparaître totalement. Les dalles calcaires aux contours irréguliers, larges de 0,25 à 0,30 m et épaisses de 9 cm, sont posées à plat entre les deux couches. Elles pourraient correspondre au reste d’un dallage en pierre. La nature même de tels sols pourrait expliquer l’absence de niveaux d’occupation dans la majorité des pièces ; lors de l’abandon de la maison, les habitants ont dû récupérer une partie du pavement, abandonnant les dalles inutilisables. De plus, le remblai contenait de très nombreux fragments d’enduit de mortier dont l’épaisseur varie de 8 mm à 2,3 cm. Ce mortier de chaux de couleur blanche et de texture fine comporte une face plane et lissée. II pourrait s’agir des restes d’un crépi* protégeant des intempéries l’extérieur des murs. Ces couches contenaient également quelques fragments de bois (planchettes ?).

2.5.3 Les murs de parcelle

203On implante à cette époque deux limites parcellaires perpendiculaires, dont l’une longe la rue. La seconde sépare deux parcelles, une au nord où subsistent les vestiges de la maison B et une au sud vierge de construction.

204Le mur (US 1088) situé en bordure de rue est constitué d’une maçonnerie liée au mortier, large de 0,51 m, composée de deux parements en appareil assisé de moellons équarris et d’un blocage interne.

205La seconde limite est installée sur l’ancien mur gouttereau sud de la maison B (US 806). Dans le prolongement de ce mur vers l’est, un mur en pierre (US 1056) est édifié sur les niveaux de démolition du précédent bâtiment. Ses fondations ont une longueur actuelle de 6,18 m et une largeur de 0,55 m. Vers l’ouest, un autre mur (US 1076) s’appuie à l’ancien mur gouttereau de la maison. Il s’agit d’un mur constitué de fondations et d’une élévation. Les fondations, longues de 14,75 m et larges de 0,60 m, sont construites en appareil irrégulier, lié au mortier de chaux. L’élévation comporte deux parements irréguliers et un blocage interne, liés au mortier de chaux ; sa largeur est de 0,60 m, sa hauteur de 0,30 m.

2.5.4 Conclusion

206Le développement des armes à feu au début du xve s., parallèlement au maintien de l’usage de l’arbalète, conduit les villes à adapter leurs fortifications. La construction d’un mur extérieur au rempart déjà existant permet de protéger la base de la première muraille et d’installer les pièces d’artillerie sur le boulevard créé entre les deux murs. Il semble que ces transformations soient progressivement adoptées tout au long de ce siècle. Il est vraisemblable que l’enceinte de la ville de Montbéliard s’inscrive dans ce cadre général. Les comptes de la ville mentionnent dès 1436 une enceinte double (cf. supra chap. 1). « La fin du siècle, riche en troubles et en conflits, avait fait prendre conscience du danger de la position de Montbéliard dans ce corridor obligé entre l’Empire, le Royaume de France et les états bourguignons. Dès 1470, la ville entreprend de réorganiser son système de défense. Les fortifications existantes sont renforcées : des boulevards et de nouvelles tours sont édifiés, les portes réaménagées. » (Bouvard, Voisin 1989 : 214.) Les archives font mention pour l’année 1476 de missions pour les « boulevers » (AMM 14). En ce qui concerne l’enceinte dans le secteur de Velotte, on sait qu’entre 1469 et 1472 elle est rénovée ; il s’agit d’une double enceinte précédée d’un fossé (cf. supra chap. 1). Ces travaux correspondent peut‑être au doublement de l’enceinte par la construction du boulevard. « Dans la première moitié du xvie siècle, une part importante des efforts financiers de la ville est consacrée au renforcement de la première ligne de défense pour l’adapter à l’artillerie à feu : édification du boulevard des Graviers (1548‑1551), reconstruction de la porte des Graviers (1497, 1556‑1557). » (Bouvard 1993 : 239.)

2.6 Au xvie s., l’état V

207fig. 26

208s.c., c.g.

209La maison D est arasée, alors que la maison E est reconstruite ; la maison F perdure. Au nord est aménagée une nouvelle ruelle ouvrant sur la rue de Velotte, parallèle à celle déjà existante. Ces deux ruelles délimitent trois îlots s’étendant entre la rue de Velotte et le rempart : un îlot nord, un îlot sud et un îlot central. La maison E, reconstruite sans modification d’orientation, occupe la quasi‑totalité de l’îlot central. Sa façade donne sur la ruelle sud. L’autre ruelle donne accès à l’arrière de la maison E et à la maison G de l’îlot nord, dont trois pièces seulement ont été identifiées.

FIG. 26 – Plan des structures de l’état V.

dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan

210À l’ouest de la rue, une nouvelle construction, interprétée comme une grange, est édifiée en conservant l’emprise de l’ancienne maison B.

2.6.1 L’îlot nord

211Les informations concernant la maison G sont très fragmentaires. En effet, une partie se situe hors des limites de fouille, et quant à la partie qui a pu être étudiée, la moitié environ de sa surface a été détruite par un important creusement au xviie s. Cette maison s’appuie contre le rempart. On ne connaît pas le mur de façade qui devait donner sur la rue de Velotte. Les trois pièces individualisées ont des dimensions qui varient de 15 à 28,50 m2 (pièce 1 : 3 x 9,50 m, pièce 2 : 3 x 5 m, pièce 3 : 6,50 x 4 m). Elles sont limitées par deux solins (US 277, 346) à une assise de dalles ou de pierres calcaires, parementés au sud. Les sols comportent un radier de cailloutis calcaires utilisant, comme dans les remblais précédents, des déchets de taille. Le niveau de sol proprement dit, un mélange limono‑sableux brun‑rouge très compact, provient de certains niveaux naturels présents dans le secteur de Velotte. La limite sud de cet habitat peut être restituée à l’emplacement d’un mur du xixe s.

2.6.2 L’îlot central

212La maison E est reconstruite. Pour cela, on arase les solins et la cloison. Seule la partie sud du mur gouttereau oriental (US 435) est réutilisée comme division intérieure. Le plan du nouvel édifice est un trapèze, dont le petit côté mesure 9,60 m, le grand 17 m et la hauteur 17,20 m (220 m2). Cet édifice est appuyé contre le rempart et limité sur les trois autres côtés par des espaces non bâtis, rue et ruelles en graviers. Son orientation est légèrement modifiée par rapport à l’habitat auquel il succède (5°). Le bâtiment est divisé en trois unités dont les murs porteurs sont des solins parementés sur un seul côté (US 40, 168, 227/286/288) possédant deux assises de blocs et reposant sur des fondations de cailloutis (fig. 27). Le solin en façade (US 155), large de 0,70 à 0,85 m, possède un parement de moellons ébauchés et de blocs équarris et un blocage interne. On peut proposer l’hypothèse d’une limite nord de cet habitat se situant approximativement à l’emplacement d’un mur contemporain. Une ouverture d’une largeur de 2,20 m, pratiquée dans le mur de façade au nord, pourrait dès cette époque donner accès à cet îlot.

FIG. 27 – Plan et élévation (E, sur la fig. 2) du solin (US 40) de la maison E.

dessin Sylvie Cantrelle, Jean Gelot/Afan

213L’unité 1 comporte deux ensembles organisés sur le même mode, un à l’est utilisant le rempart en mur gouttereau et un à l’ouest. Séparés par un mur porteur (US 227/286/288), ils comportent chacun une petite pièce en façade et une pièce allongée, plus vaste, à l’arrière, précédant un appentis (fig. 28).

FIG. 28 – Maison en terre et bois E : pièces de façade donnant sur la ruelle à gauche. Vue de l’est.

cl. David Watts/Afan

214L’ensemble est possède une pièce rectangulaire de 16 m2 en façade. Son sol, un mélange d’argile et de cailloutis calcaires, présentait une zone fortement rubéfiée sur environ 0,30 x 0,30 m entourée d’une partie moins rubéfiée. La structure de combustion elle‑même n’était pas conservée, mais il pourrait s’agir d’un foyer appuyé contre le parement du rempart. La rubéfaction observée sur environ 0,25 m d’épaisseur témoigne d’une chauffe intense ou répétée. Cette première pièce est séparée par une sablière carrée (US 161) de 0,13 m de large sur 0,13 m au minimum de hauteur, d’une seconde pièce de forme trapézoïdale de 24 m2 recouverte d’un sol de graviers à l’extrémité sud. Elle précède une troisième pièce exiguë de 2,22 m2, sorte de réduit sans sol construit.

215La pièce en façade de l’ensemble ouest (17,50 m2) possède une structure de chauffage. Il s’agit d’un empierrement carré de 1,40 m de côté, formé de blocs et de dalles grossièrement empilés sur 0,20 m d’épaisseur, créant un niveau approximativement plan. Les blocs calcaires fortement chauffés indiquent peut‑être à cet emplacement le soubassement d’une structure de combustion de type poêle en céramique ou foyer de cuisine. Située à l’angle de plusieurs pièces, elle permet peut‑être de chauffer celle située en arrière, avec laquelle elle communique par une ouverture large d’environ 0,80 m, aménagée dans une cloison parementée au sud dont ne subsiste que le solin (US 391) formé d’une assise de dalles et de blocs. Cette seconde pièce, conservée très partiellement sur 8,75 m2, mais dont la surface d’origine devait être de 47,5 m2, est recouverte d’un remblai argilo‑limoneux brun‑rouge mêlé à un cailloutis. Ce sol subit un rechapage en argile, ménageant une bande large de 0,20 m le long du solin est. Dans un second temps, on installe au sud une séparation en bois, attestée par les vestiges d’une planche horizontale, pour former une petite pièce de 3,50 x 1 m dont on recouvre le sol de graviers. Une pièce en appentis, aménagée par un remblai d’argile et de limon brun‑rouge, existe au‑delà d’un solin E‑O qui semble constituer le mur de fond de cet habitat.

216L’unité 2 est constituée de trois espaces, limités par des sols de nature différente que ni mur ni négatif ne séparaient. Deux de ces pièces ouvrent en façade, alors qu’une pièce unique occupe le reste de l’habitat. Un porche est accolé à l’arrière du bâtiment.

217À l’est, une première pièce rectangulaire, de 3 x 5 m, recouverte d’un sol en terre battue de 0,20 m d’épaisseur est juxtaposée à une seconde pièce à l’ouest, de 2 x 5,90 m, dont le sol en terre battue de même nature que la pièce précédente mais plus fin (0,10 m) repose sur de solides fondations de blocs et de cailloutis calcaires. Les sols sont constitués d’un remblai argilo‑limoneux contenant des fragments de terre cuite et de chaux de très petite taille. Une tranchée de récupération, conservée sur une dizaine de centimètres de long, indique l’existence probable d’un solin fermant dans un premier temps l’unité 2. Dans un second temps, il semble qu’aucune structure fondée ne referme ces pièces sur la ruelle sud. L’épandage de graviers, provenant de cette ruelle, sur les sols en terre battue situés à l’intérieur des pièces confirme la circulation entre les deux, et donc la présence d’une ouverture ou d’une structure mobile de type portail. Une troisième pièce, de 10,50 x 5 m, occupe le reste de la surface de cette unité. En terre battue à l’origine, son niveau de circulation subit un rechapage de sable et de graviers.

218Plusieurs rechapages (cailloutis, grès, alluvions), très compacts et très localisés, attestent l’existence d’une zone de passage au‑delà du solin servant de mur de fond, sorte de porche à l’arrière du bâtiment donnant sur la ruelle.

219Le remblaiement de la fosse creusée pendant l’état III permet de créer une unité 3, composée d’une pièce (5,10 x 15 m) limitée à l’ouest par le mur de façade (US 57) qui est alors enduit d’un mortier de chaux vers l’intérieur de la pièce ; son retour nord (US 144/527) est réutilisé comme mur de fond. L’absence de structure fermant cet espace en bordure de la ruelle nord implique l’existence d’un passage ouvert ou d’un portail. L’absence de couches de destruction à cet emplacement nous oriente vers la restitution d’un espace découvert (cour ?).

2.6.3 La maison B

220À l’emplacement de la maison B (fig. 25), une nouvelle construction va s’implanter ; elle conserve les murs en pierre précédents (US 806, 833, 870). À ces murs, on adjoint un solin qui coupe le bâtiment dans le sens N‑S, tandis que des poteaux alignés créent une séparation longitudinale du nouveau bâtiment. La surface connue de ce bâtiment est de 90,13 m2, les dimensions de certaines pièces sont en effet lacunaires ; la pièce sud‑ouest mesure 6,17 x 4,47 m, la pièce nord‑ouest 6,20 x 5,55 m. Les deux autres sont fragmentaires (pièce sud‑est, dim. act. : 2,80 x 4,55 m, pièce nord‑est, dim. act. : 2,80 x 5,50 m). Toutes ces constructions s’installent sur le remblai de démolition de la précédente habitation qui est relativement plan et doit servir de sol à ce nouvel état.

221Les fondations du solin N‑S sont constituées de moellons calcaires liés à la terre et forment un parement à appareil non assise à l’ouest. La largeur du solin varie de 0,20 à 0,30 m, sa hauteur de 0,20 à 0,40 m. Il est conservé sur une longueur de 3,50 m, mais devait vraisemblablement s’appuyer aux murs gouttereaux du bâtiment.

222Quatre calages de poteaux, irrégulièrement répartis, séparent le bâtiment en deux dans le sens de la longueur. Le calage situé le plus à l’ouest est composé de six pierres sur chant dont une est posée à plat et doit correspondre à une pierre tombée lors de la récupération du poteau de bois ou de la démolition de la construction. Les dimensions intérieures de ce calage sont de 0,16 x 0,12 m. Du deuxième calage ne subsistent que trois pierres sur chant délimitant un espace de 0,20 x 0,14 m. Le calage suivant est constitué de quatre pierres sur chant et de deux pierres posées à plat. Elles déterminent un espace interne de 0,15 x 0,08 m. Le dernier calage, enfin, mesure 0,15 m de large et se compose de trois pierres sur chant.

223Ces trous de poteaux sont prolongés au sud par deux doubles rangées parallèles de pierres posées également sur chant ; elles créent un espace interne de 0,10 m en moyenne et devaient servir de calage à une sablière basse.

224Le mur gouttereau nord n’a été reconnu qu’en fondations. Celles‑ci, remplissant une tranchée, sont constituées de moellons calcaires liés à la terre. Large de 0,40 m, le mur n’était conservé que sur 1 m de long.

2.6.4 Conclusion

L’îlot nord

225La présence d’une division N‑S (US 353) continue dans cet habitat suggère une orientation de cette maison perpendiculaire à la rue de Velotte. En l’absence de niveau de destruction, seule la nature des solins permet de restituer une maison en matériaux périssables.

L’îlot central

226Les couches de destruction, localisées sur les unités 1 et 2, très homogènes (mélange argilo‑limoneux brun‑jaune avec petits fragments de terre cuite, de chaux et de charbons de bois) provenant de la destruction des superstructures, et l’étude des solins conservés indiquent qu’il s’agit d’un bâtiment en terre et en bois. Ces niveaux de destruction, stériles, sont semblables par le matériau aux sols de l’unité 2 et pourraient donc provenir de l’effondrement d’un plancher de terre battue situé à l’étage.

227L’absence généralisée de niveaux d’occupation, particulièrement inhabituelle dans des pièces d’habitat avec foyer, indique peut‑être l’existence d’un plancher recouvrant le sol des pièces de façade. La présence d’un premier foyer dans la pièce située le long du rempart et l’existence probable d’une base de poêle dans l’autre pièce de façade détermine une fonction d’habitat pour ces deux pièces. La taille des pièces situées en arrière suggère d’avantage une vocation de stockage. L’affectation des pièces de l’unité 2, largement arasée à l’état VI, n’a pas pu être définie. Les deux petites pièces de façade et une vaste pièce quadrangulaire à l’arrière pourraient constituer une seconde habitation cohérente, appuyée à la première, comme dans un premier temps l’existence d’un mur de façade E‑O semble le confirmer.

228Cette maison s’inscrit à l’intérieur d’un cadre imposé semble‑t‑il par les deux murs retour du mur de façade qui ont dû servir de limite parcellaire, matérialisée aussi par les ruelles.

229Les techniques de construction et les matériaux mis en œuvre démontrent l’appartenance des deux unités à un même programme édilitaire. La surface imposante de la partie couverte reste voisine des habitats du xive s. implantés à l’ouest de la rue de Velotte. Les deux unités d’habitation correspondent peut‑être à deux logements. L’organisation des maisons à pignon sur rue du xive s. (ouest de la rue de Velotte) fait place au xvie s. (dans l’îlot central) à une implantation avec combles parallèles à la rue et façade sur ruelle secondaire. On peut s’interroger sur les motivations de cette organisation. On a cherché à lotir la parcelle en profondeur. La présence du mur de façade constitue peut‑être un des éléments déterminants empêchant une disposition avec pignon sur rue. Elle garantit de plus un accès libre au rempart pour les besoins de la défense par exemple. Ceci pourrait expliquer que les ruelles soient si rapprochées (30 m).

La maison B

230Cette construction dont les murs extérieurs sont en pierre et les divisions intérieures en matériaux périssables –terre et bois pour le solin, poteaux pour la division E‑O– pourrait être interprétée comme étant une grange. Ses niveaux de démolition ne contenaient en effet que peu de mobilier. De plus, ses dimensions l’apparentent plus à une zone de stockage que d’habitat. Cette grange ne sert que peu de temps et sera rapidement démolie.

2.7 À la fin du xvie s., l’état V bis

231fig. 29

232s.c.

233Durant cette phase, la configuration générale du quartier change peu. La maison F, agrandie à cette époque, occupe désormais une partie de la ruelle sud qui perd par conséquent sa vocation. L’unité 3 longeant la rue de Velotte est réaménagée et l’accès au bâtiment s’effectue dorénavant par la ruelle nord. Aucune donnée archéologique ne nous permet de savoir si le bâtiment G, au nord du site, est encore utilisé. À l’ouest de la rue de Velotte ne subsiste que le mur de parcelle E‑O (US 1076).

FIG. 29 – Plan des structures de l’état V bis.

dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan

2.7.1 Les aménagements de la maison F

234fig. 30

235On agrandit l’îlot sud, avec la création d’une cour à l’angle de la ruelle sud et de la rue de Velotte et la construction de latrines, accolées au bâtiment. L’ouverture pratiquée dans le mur de façade tient lieu désormais d’entrée à la maison. Les nouveaux aménagements empiètent sur certaines pièces de façade des bâtiments de l’îlot central, réduisant leurs surfaces. Dans une seconde phase la fosse des latrines est utilisée comme dépotoir.

FIG. 30 – Maison en pierre F (cour et latrines). Vue du sud.

cl. David Watts/Afan

Phase 1

236L’espace créé en avant de la maison couvre une superficie de 60,76 m2. Il est délimité par trois murs (US 27, 29, 39) qui s’appuient sur des structures antérieures (mur de façade US 57 et mur de la maison F, US 30). Larges de 0,56 à 0,70 m, ces murs ne sont conservés qu’en fondations (h. act. 0,30 m). Ils sont constitués de deux parements à appareil assise de blocs calcaires et d’un blocage interne. Un enduit peu épais recouvrait partiellement l’intérieur de deux des murs. Aucun niveau de sol fonctionnant avec cette construction n’a été retrouvé. On peut s’interroger sur la destination de cette construction. L’absence de sol ne permet pas de savoir s’il s’agit d’un espace couvert ou non ; toutefois, la présence des latrines fait pencher pour la seconde hypothèse. Il s’agirait alors d’une petite cour fermée donnant accès à la maison.

237Une fosse de latrines, de 2,35 x 2,30 m (US 28), est adossée à la maison. Ses murs, d’une largeur de 0,36 à 0,55 m pour 1,65 m de hauteur conservée, étaient montés en moellons calcaires liés au mortier de chaux ; ils présentaient un parement vers l’intérieur et un blocage à l’arrière. Quelques traces de mortier de chaux, retrouvées sur les rangs supérieurs de la structure, suggèrent que les murs étaient enduits sur l’intérieur. Nous ne connaissons pas le système de couverture de la structure très arasée. La situation et les caractéristiques de cette structure maçonnée ne laissent guère de doute sur son utilisation primaire de fosse à latrines.

Phase 2

238La fosse des latrines est utilisée comme dépotoir (cf. infra § 2.7.5). Elle renferme un remblai homogène de couleur noire, scellé par une couche de démolition composée de blocs, de cailloutis et de mortier. Cette dernière provient vraisemblablement de la destruction des superstructures. Le comblement très organique de la structure, épais de 0,67 m, est composé de dépôts d’origine végétale et animale, principalement de matière fécale. Il repose sur une couche perméable d’éclat de pierre et de graviers, sensée au Moyen Âge filtrer le remplissage pour éviter de polluer la nappe phréatique. Ce type d’aménagement a été étudié dans les fosses à fond perdu du site de la cour Napoléon du Louvre (Monnet 1992 : 12).

2.7.2 L’îlot central

239Une partie de la façade sud de l’îlot central est perturbée par la création de la cour de la maison F. La surface de trois des pièces de cet îlot est ainsi réduite ; les pièces au centre occupent désormais une surface au sol de 12 m2, pour 27 m2 précédemment.

240La pièce longeant la rue de Velotte est réaménagée. Le sol de cette pièce se compose de sable et de graviers rouges, mêlés de quelques cailloutis. Ce type de sol, de même nature que les chaussées des ruelles, convient mieux à un extérieur. Dans l’hypothèse d’une pièce couverte, la surface conséquente de la pièce (70 m2) la déterminerait comme une aire de stockage (grange ?).

2.7.3 La maison B

241La grange édifiée à l’état précédent va être détruite et il ne reste sur le côté ouest de la rue de Velotte que le mur de parcelle (US 1076).

2.7.4 Conclusion

242La configuration du quartier change peu à cette époque. On voit l’agrandissement d’une maison implantée à l’est de la rue et, de l’autre côté, la destruction de la grange. Cet aspect du quartier va perdurer jusqu’au début du xviie s. où la totalité du secteur sera alors transformée en jardins.

2.7.5 Le comblement de la fosse des latrines réutilisée comme dépotoir

243Ce dépotoir (US 28) a été comblé dans la seconde moitié du xvie s. –peut‑être vers 1585 lorsque, selon les archives, la maison Virot à laquelle il pourrait appartenir est reconstruite. Le mobilier, en particulier le verre, est à la base de cette datation. Le comblement (US 544) correspond au dernier remplissage d’utilisation de cette petite structure maçonnée, que la construction mais aussi les analyses parasitologiques et faunistiques permettent d’interpréter comme le réceptacle d’une fosse d’aisances* ou de latrines.

244Cette fosse possède des parois non étanches qui laissent filtrer les eaux pluviales. Si la présence constante d’eau était incommode lors de la fouille, elle a permis durant plusieurs siècles la conservation des matières organiques.

Présentation

245ci. m.

246Situation : au nord de la maison (fig. 29).

247Description : structure en moellons calcaires liés au mortier de chaux (US 28). Parement intérieur et blocage à l’arrière. Murs intérieurs enduits au mortier de chaux. Fosse à fond perdu, fosse de latrines transformée en dépotoir après abandon.

248Dimensions : 2,35 x 2,30 m, h. conservée : 1,65 m. Largeur des murs : 0,36 à 0,55 m.

249Comblement : Remblai organique homogène de couleur noire (US 544) (0,67 m) scellé par une couche de démolition composée de blocs, de cailloutis et de mortier (destruction des superstructures).

250Phases d’utilisation : construction xve s., utilisation jusqu’à la fin du xvie s., date du comblement définitif.

251Mobilier : céramique (421 fragments dont 23 NMI), céramique d’architecture (365 fragments dont 40 NMI), verre creux (523 fragments dont 29 NMI), verre plat (plus de 1 000 fragments dont 30 NMI), bois (24 fragments dont 20 NMI), métal (152 fragments dont 143 NMI), os gravé (1 fragment, 1 NMI), cuir, tissu, ossements animaux (3 934 fragments pour 26 espèces représentées), macrorestes (13 espèces représentées), mousses.

252Datation du mobilier : seconde moitié du xvie s.

253Analyses : faune, dendrochronologie et détermination des essences du bois, carpologie, parasitologie, palynologie.

254Remarque : problème d’eau (fouille avec pompe). Récupération de l’intégralité du comblement et tamisage (mailles de 5 et 2 mm).

Commentaires

255Cette petite structure carrée, interprétée comme une fosse de latrines, appartient à une maison peut‑être construite au xve s. Cette dernière, une demeure en pierre appelée aussi « hôtel » dans les archives, est décrite comme une construction de caractère, avec deux corps d’habitation, une cour, des écuries, un jardin et des vergers. À la fin du xve s., le propriétaire de cette bâtisse est Jean de Velotte, qui a donné son nom à la rue et à la place qui desservent la maison. Autour de 1500, la propriété est vendue à la famille Virot (ou Virod). La maison est reconstruite à la fin du xvie s., peut‑être en 1585 (?) date reportée sur le bâtiment actuel (Ducouret 1986). C’est peut‑être à ce moment que la fosse est abandonnée et comblée avec des objets brisés ou obsolètes et des déchets divers. Elle est située dans un espace qui pourrait être une cour fermée.

256Malgré la présence d’eau qu’il fallait continuellement pomper, la fouille de ce dépotoir a pu être effectuée de manière satisfaisante. Un niveau de blocs de démolition scellait un remblai organique, haut de 0,67 m, qui contenait des objets et des résidus variés. Ce remblai très homogène, qui correspond au remplissage progressif du dépotoir, a sans doute été réalisé sur une courte période. L’intégralité du comblement a été tamisé (1,75 m3), permettant ainsi la récupération de la quasi‑totalité des déchets rejetés. On peut les diviser en deux catégories, les objets mobiliers (artefacts) et les résidus d’origine organique (écofacts). Les premiers regroupent quelques récipients en céramique, peu nombreux mais très complets, des formes creuses en verre, paradoxalement en nombre plus important que celles en céramique, des objets en bois, en métal, de nombreux fragments de verre à vitres et quelques plombs de sertissage, un châssis de guichet vitré, des tuiles en fer de lance, quelques fragments de cuir et de tissu... Certains objets marquent le statut aisé des propriétaires de cette maison.

257Ce statut a surtout été démontré de manière flagrante à travers les résidus alimentaires, rejetés ou digérés. Des analyses en laboratoire, effectuées à partir des ossements animaux, des parasites de déjections ou de macrorestes végétaux, attestent une nourriture riche et variée, mais également un manque absolu d’hygiène qui a provoqué des maladies chez les membres de la famille Virot. On voit ainsi se dessiner les habitudes, alimentaires mais aussi culturelles, d’une famille aisée de Montbéliard à la fin du xvie s.

258L’étude des restes végétaux fait apparaître une grande diversité de fruits cultivés ou cueillis dans les haies, mais également des plantes aromatiques ou médicinales, cultivées ou spontanées. Il semble que le verger attenant devait compter des cerisiers ou des merisiers, tant est important le nombre de noyaux de cerises ou de merises retrouvés dans ce dépotoir. L’étude palynologique montre la présence de 31 taxons de pollens différents. L’abondance de céréales atteste un stockage ou un travail sur place ou dépend peut‑être des excréments humains (aliments à base de farine). Au Louvre par exemple, quatre taxons prédominent dans les fosses d’aisances (céréales, graminées, chénopodiacées, crucifères) et sont définis comme des marqueurs caractéristiques des rejets organiques (Monnet 1992 : 26).

259Les résultats obtenus par les diverses études de ce petit dépotoir prouvent tout l’intérêt de multiplier les analyses, de croiser les données afin d’apprécier au mieux la phrase de R. Topor « c’est au travers des déchets qu’on a le sens de l’histoire ». Ainsi a‑t‑on pu, en associant le travail en archives, l’étude du mobilier, les analyses scientifiques, fixer un instantané de la vie de la famille Virot.

Caractérisation des restes de bois de construction

260o.g., c.l.

261Du dépotoir du xvie s. proviennent des éclats de bois. Ce sont des morceaux fendus sans volonté de leur donner une forme particulière. Ils peuvent avoir été obtenus volontairement pour réduire l’encombrement d’une pièce ou involontairement en la cassant. Dans le cas de ce dépotoir, la présence de 41 restes de ce type fait penser que des planches notamment ont été détruites. Les éclats peuvent provenir de pièces variées mais les planches sont beaucoup plus nombreuses. Les éclats, les pièces à extrémité sciée et une planche montrent que le sapin, le chêne et l’épicéa, en quantité plus faible, ont été choisis. Le sapin et l’épicéa doivent être importés car ils ne se développent pas dans les forêts proches de Montbéliard.

Le paléoenvironnement : les échantillons US 544 et US 117

262h.r.

263Les échantillons prélevés dans ces deux unités stratigraphiques sont relativement riches en grains de pollen et en spores qui sont dans l’ensemble assez bien conservés. Les spectres polliniques de ces deux échantillons sont très proches, la différence principale réside surtout dans le nombre de taxons représentés : les taxons arboréens sont plus nombreux dans l’US 544 (dépotoir du xvie s.) alors que ce sont les taxons d’herbacées qui sont plus nombreux dans l’US 117 (remblai entre le mur d’enceinte US 5 et le mur de façade) (tabl. i).

TABL. I – Répartition (en pourcentage) des échantillons palynologiques des US 544 et 117.

264Les grains de pollen d’arbres et d’arbustes (AP = Arboreal Pollen) montrent une image classique pour les sites urbains de cette époque, ils ne sont en fait que l’écho lointain de l’environnement forestier du site ; à noter pourtant la présence de Vitis (vigne) dans US 544 et surtout la bonne représentation du type Humulust Cannabis dans les deux échantillons, dans ce dernier type pollinique se retrouvent les pollens de houblon et de chanvre.

265Les grains de pollen d’herbacées (NAP = Non Arboreal Pollen) sont largement dominés par les pollens de céréales (37 et 38,9 %). Des taux aussi élevés ne peuvent pas être dus à la seule pluie pollinique naturelle (Richard 1985). L’interprétation classiquement avancée pour expliquer ces taux élevés est celle d’un stockage ou d’un travail de ces céréales sur place. La fouille a montré que l’US 544 correspondait à une fosse de latrines dont le remplissage est daté de la seconde moitié du xvie s. ; la présence de ces pollens de céréales pourrait en partie s’expliquer ainsi. D’autres pollens présents dans ce niveau pourraient avoir la même origine : Fagopyrum (sarrasin), dont la présence dans les spectres polliniques est assez rare ; mais aussi d’autres espèces consommables qui peuvent se retrouver dans les différentes familles représentées comme les Apiaceae, les Papilionaceae, les Chenopodiaceae...

266Pourtant, l’US 117, qui présente un spectre pollinique équivalent, correspond à un remblai sans doute contemporain de la construction du rempart. Si l’US 544 correspond effectivement –et exclusivement– au remplissage d’une fosse de latrines, il faut alors supposer que le remblai (US 117) est constitué du remplissage d’anciennes fosses de latrines. La solution est probablement beaucoup plus nuancée, il existe plutôt un mélange d’apports polliniques : apport provenant du remplissage de latrines et apport plus « naturel » provenant d’une pluie pollinique issue de la végétation locale certainement dominée par places par un couvert végétal lié aux zones abandonnées (aux terrains vagues) si fréquentes en environnement urbain (Bravard et al. 1992). Cette solution moyenne expliquerait en partie les taux élevés de Chenopodiaceae, de Plantago major/media, d’Urticaceae, Polygonum type Persicaria... Car, mis à part le taux très élevé de céréales, ces deux spectres expriment bien ce type d’environnement urbain.

2.8 Au début du xviie s., l’état V ter

267fig. 31

268s.c.

269Cet état est illustré par des vestiges groupés à l’ouest de la rue de Velotte et couvrant 56 m2. Ils appartiennent à un bâtiment connu, la ferme de la Souaberie, qui s’étendait au nord, à l’ouest et à l’est hors des limites de fouille. Sa limite sud a pu être restituée à l’emplacement d’un mur du collège Cuvier, construit au xixe s. Les structures ont connu deux états. Dans un premier temps, deux socles (US 946, 947) ayant dû supporter des piliers fonctionnent avec un sol de dalles calcaires mal conservé. Ensuite deux murs parallèles (US 787, 788) sont implantés symétriquement de part et d’autre de l’axe formé par l’alignement des socles qui subsistent après quelques modifications. De chaque côté du passage délimité par les deux murs, deux pièces symétriques dont le revêtement de sol a été récupéré nous sont partiellement connues. Un pavage de grandes dalles (US 776) est conservé dans l’angle N‑E.

FIG. 31 – Plan des structures de l’état V ter.

dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan

270La fosse dépotoir (F7) découverte au centre de l’îlot nord renferme du mobilier de la fin du xvie s. ou du début du xviie s.

271Les maisons G et E ne montrent plus de traces d’occupation à cette époque alors que la maison F perdure.

2.8.1 La Souaberie

Phase 1

272Les deux socles (US 946, 947) et le sol de dalles sont installés sur un remblai argilo‑limoneux brun sombre épais de 0,25 m recouvrant directement le terrain naturel alluvionnaire.

273Chacun des socles est constitué de fondations maçonnées grossièrement carrées de 0,85 m de côté et de 0,37 m de hauteur. Il s’agit d’un blocage de deux ou trois assises de pierres calcaires constitué de gros éléments et de quelques morceaux de brique liés au mortier de chaux. Sur ces fondations repose un bloc de pierre de taille en calcaire de forme rectangulaire (socle ouest, US 920 : 0,55 x 0,43 x 0,13 m ; socle est, US 922 : 0,49 x 0,48 x 0,12 m) qui devait supporter un élément vertical : poteau ou colonne. Un remblai de cailloutis calcaires, de mortier et d’argile a servi de fondations à un sol de dalles calcaires (0,18 x 0,20 m à 0,57 x 0,42 m) dont seulement quelques éléments étaient conservés (US 921). Ce sol de circulation affleure jusqu’au niveau supérieur des pierres de taille.

Phase 2

274Sur le sol de la phase précédente, on installe trois murs (US 787, 788, 933) et des sols fonctionnant avec eux. Deux murs E‑O (US 787, 788), parallèles, dont l’un possède un retour au nord (US 933), déterminent un passage. Le premier mur E‑O (US 787), au nord du couloir, large de 0,30 m, est parementé au sud. Il possède deux assises de dalles, liées à un mélange de terre et de mortier, qui présentent des traces d’usure au niveau du parement. Il comporte un retour perpendiculaire vers le nord. Le second mur E‑O (US 788), au sud du passage, large de 0,25 m et parementé au nord, est fait d’une seule assise de blocs souvent ébauchés posés en boutisse, liés à un mélange de terre et de mortier. Ces deux murs, parallèles, délimitent trois bandes E‑O recouvertes par un remblai de cailloutis, de blocs calcaires, de mortier et de tuiles, avant d’installer les sols. On rehausse le socle est d’une dalle de calcaire de 0,41 x 0,54 x 0,08 m (US 780) et on consolide la base des deux supports. Pour cela, on applique par‑dessus la nouvelle dalle mise en place sur le socle est, et par‑dessus la pierre de taille maintenue sur le socle ouest depuis la phase 1, une maçonnerie qui vient entourer la base des poteaux, aujourd’hui disparus. C’est un blocage de pierre lié au mortier de chaux haut de 0,14 m et large de 0,15 m, ménageant un espace central. Ces négatifs indiquent qu’il s’agirait de poteaux quadrangulaires de 0,40 à 0,50 m de côté, maintenus sur les socles par du mortier. Ces transformations ont peut‑être été accompagnées du remplacement d’un ou des poteaux verticaux.

275La partie centrale, large de 2,30 à 2,40 m, est recouverte d’un sol de 0,10 m d’épaisseur, constitué par du sable lié avec du limon et de l’argile, de couleur brun‑rouge, meuble lorsqu’il est humide et extrêmement compact quand il est sec. Ce remblai, très compacté à certains endroits, affleure au niveau supérieur de la réfection des socles. Au contraire, un remblai meuble de sable et de galets, de quelques centimètres d’épaisseur, recouvrait la surface des bandes latérales. Ce type de matériau est habituellement utilisé comme fondations pour des sols de pierre ou de terre cuite, tels que galets, pavés, dalles ou carreaux. Il est donc vraisemblable que les deux bandes latérales étaient recouvertes d’un revêtement de ce type, limité par les trois murs retrouvés. Il s’agit donc de murets qui ne devaient pas être beaucoup plus hauts que les vestiges mis au jour. Lors de la récupération du revêtement de sol, seuls ces murets ont été laissés en place.

Pavage

276Un sol formé de deux assises de dalles calcaires (US 776), conservé seulement sur 1,80 m2, devait s’étendre au‑delà de la limite ouest de la fouille. Il est limité à l’est par le mur N‑S et au sud par le passage. De taille et de forme très variées, les dalles sont disposées de façon jointive et assemblées par un liant argilo‑sableux brun‑rouge. Elles montrent uniformément de fortes traces d’usure. Il est possible qu’un revêtement de ce type ait recouvert les bandes latérales, bien qu’il ne repose pas sur un lit de sable. Un calage de poteau constitué de pierres sur chant borde le mur nord. Son creusement a un diamètre de 0,4 m.

2.8.2 Le dépotoir au nord du site

277La fosse quadrangulaire (F7) de grandes dimensions (28,20 m2) a été partiellement fouillée, la partie nord se trouvant hors des limites du chantier. Cette fosse, bouleversée par l’installation de la gendarmerie au xixe s., sert de dépotoir. Le mobilier qui la remplit est daté de la fin du xvie s. ou du début du xviie s.

278Cette fosse non maçonnée présente la particularité d’avoir des limites de creusement quasi rectangulaires, alors que les structures de même type ont généralement des bords plus irréguliers. Ce phénomène pourrait s’expliquer de deux façons ; le comblement de la fosse peut avoir été si rapide que les parois n’ont pas eu le temps de s’effondrer ou bien cette fosse utilise le creusement laissé par l’enlèvement des murs d’une structure de fonction indéterminée. La première hypothèse semble corroborée par le mobilier qui comble la structure. Composé de matériaux hétérogènes, il provient en effet d’un dépôt secondaire. Ce type de comblement peut s’effectuer rapidement.

2.8.3 Conclusion

279Les structures isolées ont été identifiées comme appartenant à la ferme de la Souaberie construite par l’architecte wurtembergeois Henrich Schickhardt de 1592 à 1602. Cette ferme modèle appartenant au prince Frédéric comprenait plusieurs bâtiments (ADD 7). Celui qui nous concerne, à l’angle de la rue du Collège et de la rue de Velotte, est composé de deux corps de bâtiments séparés par une cour intérieure. C’est ainsi du moins qu’il est représenté sur le plan Hittel en 1715‑1717, sur le plan relief de Wild (1826‑ 1829), sur le plan cadastre de 1859 ou sur le cadastre non daté conservé aux archives municipales de Montbéliard (AMM 15). Le premier bâtiment mesure 11 x 25 m et possède un porche sur la rue du collège et une tour d’escalier circulaire (ou viorbe) situé hors œuvre sur la façade arrière. Le second bâtiment de l’autre côté de la cour, de plan rectangulaire, mesure 10 x 27 m. Il est doté d’une ouverture sur la rue de Velotte et d’une autre sur la cour intérieure. Le cadastre non daté lui attribue une fonction d’écurie. Les structures découvertes appartiennent à ce second bâtiment, arasé dans la seconde moitié du xixe s.

2.8.4 Le comblement de la fosse réutilisée comme dépotoir

280Le dernier dépotoir (F 7) est très différent des précédents. Il se présente sous la forme d’un simple creusement rectangulaire d’assez grande dimension (bien qu’incomplet) mais peu profond. Situé en limite nord du chantier, il n’a pu être que partiellement fouillé. Plusieurs niveaux le composent et ont livré divers types de matériaux. Malgré une datation dendrochronologique plaçant certains bois au xve s., la céramique est homogène et ne peut être antérieure à la fin du xvie ou au début du xviie s. Il semble que ce remplissage soit secondaire, issu d’un ou plusieurs autres dépotoirs.

Présentation

281ci. m.

282Situation : situé entre le rempart et la rue de Velotte, au nord du mur de parcelle (fig. 31).

283Description : fosse quadrangulaire non maçonnée mais aux limites de creusement nettes, sur trois côtés au moins puisque les limites du chantier n’ont pas permis de découvrir le petit côté nord.

284Dimensions : L. act. 6,41,1. 4,40 m (28,20 m2).

285Comblement : rapide avec des matériaux hétérogènes (dépôt secondaire).

286Phases d’utilisation : creusement et comblement fin xvie – début xviie s.

287Mobilier : céramique (3 209 fragments dont 304 NMI), céramique d’architecture (190 fragments dont 26 NMI), verre creux (173 fragments dont 15 NMI), verre plat (78 fragments dont 10 NMI), bois (18 fragments dont 17 NMI), métal (69 fragments dont 69 NMI), lapidaire (4 fragments dont 3 NMI), ossements animaux, rares macrorestes.

288Datation : début du xviie s.

289Analyses : dendrochronologie et détermination des essences du bois.

290Remarque : comparaisons avec le mobilier provenant des fouilles du cabaret de l’hôtel de ville (céramique) (Goëtz 1995a : 149).

Commentaires

291Cette grande fosse est très différente des deux dépotoirs précédemment décrits. Elle n’est pas maçonnée et ne correspond pas à un réceptacle de latrines. Sa fonction primaire n’est pas connue (fosse d’extraction d’argile ? structure démolie dont on a récupéré les pierres ?), mais son contour régulier laisse penser que le remplissage a été effectué très rapidement. La succession de dépôts montre un comblement de type secondaire composé de matériaux hétérogènes. De plus, cette structure a été en partie perturbée au xixe s. par la construction d’un des murs de la gendarmerie.

292Le mobilier retrouvé est très fragmentaire ; les perturbations de la structure ne peuvent expliquer à elles seules l’aspect incomplet des objets en céramique et en verre. Il semble là aussi que le remplissage ait été effectué par dépôts successifs et non de façon uniforme. La céramique est très abondante, en nombre de tessons et en nombre d’individus, et donne un aperçu de quelques formes utilisées au début du xviie s. À l’inverse du dépotoir du xvie s. où le verre dominait la céramique en nombre d’individus, il est ici très mal représenté, avec peu de formes, toutes très fragmentaires donc souvent indéterminables. Le bois regroupe la catégorie des objets du quotidien et celle des objets liés au bâtiment avec essentiellement des planches et des poutres. Le métal est représenté par de nombreux clous et quelques instruments issus de domaines divers.

293Au début du xviiie s., la parcelle au nord de la propriété Florimont (achetée aux Virot en 1672), appartient à la famille de l’Espérance. En 1731, la maison prend le nom de Ferme de la Souaberie lorsque la ferme de ce nom, située de l’autre côté de la rue, est transformée en collège (Ducouret 1986). Ce terrain appartenait‑il déjà à cette famille de l’Espérance au début du xviie s.? Le mobilier découvert sur cette parcelle ne permet pas de préciser le statut de ses habitants, sauf peut‑être deux pots à plante en céramique ornés de l’écusson présentant les armes de la ville (bars et cornes de rennes) qui pourraient dépendre des biens communaux.

Caractérisation des restes de bois de construction

294o.g., c.l.

295Plusieurs restes de planches ont été étudiés dans ce dépotoir. L’US 217 a livré neuf restes en bois à partir desquels trois taxons ont été identifiés : le chêne, le sapin, l’épicéa. Ces restes sont ici des indicateurs de l’utilisation de ces trois essences dans les constructions et dans le mobilier. Les restes en chêne sont des planches, d’épaisseur et de largeur assez standard autour des valeurs de 2,5 et 10 cm. Elles portent des rainures et des languettes et étaient destinées à être assemblées. Seules les extrémités de ces planches ont été rejetées, sciées pour un ajustement lors de leur pose. En effet, il est très improbable que ces pièces soient entières car le fil du bois aurait été utilisé a contrario. Le débitage est presque exclusivement réalisé sur des quartiers ce qui peut être expliqué par les dimensions assez faibles des pièces. Cependant, ce choix économique n’est pas le plus approprié pour réaliser des planches assemblées qui risquent de se déformer. D’autres planches semblables proviennent de l’US 238.

2.9 Entre le xviie et le xixe s., l’état VI

296fig. 32

297s.c.

298On a peu de renseignements sur le quartier pour cet état, les niveaux de démolition des bâtiments étant très arasés. Il est possible que cette partie du quartier, à l’est de la rue de Velotte, soit nivelée dans le courant du xviie s. pour être transformée en jardins et en vergers. L’arasement conséquent des couches archéologiques de cette période ne permet pas toujours de dater précisément les structures retrouvées. Ainsi, le mur de parcelle à l’est de la rue de Velotte et la fosse au sud de celui‑ci pourraient appartenir à cette époque, bien qu’aucun mobilier archéologique ne permette de l’affirmer.

FIG. 32 – Plan des structures de l’état VI.

dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan

2.9.1 Le mur de parcelle et son puits

299fig. 33

300Le plan Hittel, établi à des fins fiscales au tout début du xviiie s. (1715‑1717), montre à l’est de la rue de Velotte une vaste propriété appartenant au comte de Florimont. La longueur totale de la parcelle atteint 320 pieds le long de la rue, soit 92,80 m jusqu’à la place Albert‑Thomas. Le mur nord, limitant cette propriété avec les « cour et jardin de Les peranes [l’Espérance] » (AMM 15), se situe à l’emplacement de celui retrouvé sur la fouille. Il délimitera encore la parcelle jusqu’en 1859 au moins, date du cadastre dressé par Pawlowski.

FIG. 33 – Le mur de parcelle et le puits.

cl. David Watts/Afan

301Ce mur (US 125/126) s’appuie à l’ouest sur le mur de façade, à l’est son retour s’adosse au rempart du xve s. Il possède deux parements très grossiers, constitués de blocs et de dalles calcaires de toutes tailles (fig. 34). Ils sont liés par un mortier à la chaux très compact, gris‑blanc, contenant une proportion importante de sable et quelques galets. Les fondations, hautes de 0,50 m, présentent un appareil de type irrégulier. Les pierres constituant les parements sont pour la plupart brutes de taille ou ébauchées. Les joints de mortier sont épais ; ils débordent largement sur les parements, ce qui semble indiquer que le mur a été édifié à l’intérieur d’une tranchée étroite. L’élévation, séparée des fondations par un lit de mortier grossièrement lissé de quelques centimètres d’épaisseur, forme un ressaut au sud. Elle n’est conservée que sur trois assises. Le matériau qui la compose est un calcaire gélif, de même nature que celui du rempart. Les blocs, assez gros, sont noyés dans un mortier de chaux très compact. Cette partie du mur possède un important pendage vers le nord. Son retour N‑S s’appuie au rempart. Le parement ouest, seul visible, est constitué de pierres de petite dimension, alors que le blocage interne, assisé, comporte des pierres de toutes dimensions.

FIG. 34 – Plan et élévation (F) du mur de parcelle et du puits.

dessin Sylvie Cantrelle, Jean Gelot/Afan

302Sur le cadastre de Pawlowski de 1859, un petit carré placé au milieu du mur pourrait indiquer la position du puits retrouvé sur le site. Ce puits, d’environ 0,80 m de diamètre, est installé à l’intérieur du mur, qu’il détruit donc en partie. Il mesure 0,70 m de haut et son fond est dallé. Le puits possède deux types de parements très distincts : le parement inclus dans le mur de parcelle est confectionné dans le blocage interne de celui‑ci, l’autre moitié du puits est monté en pierres sèches et possède au nord une petite tranchée de fondations, remplie de cailloutis et de pierres. Le parement intérieur, taillé dans le mur, n’est pas très soigné. Le matériau utilisé est un calcaire comparable à celui du rempart, travaillé de manière semblable (rapidité d’exécution). Le mortier qui lie les assises déborde largement sur le parement sans constituer pour autant un véritable enduit. Dans la deuxième portion, le parement régulier est composé de moellons calcaires de petite dimension.

2.9.2 La fosse

303Au sud du mur de parcelle, une fosse (F 30) de 7,80 m de long, large de 4 m et profonde de 0,22 à 0,45 m était remplie de blocs et de cailloutis calcaires, bruts ou sous forme de déchets de taille. Ce calcaire est de même nature que celui utilisé pour la construction du rempart. De petits éclats de taille, de 5 mm à 3 cm de côté, étaient concentrés sur quelques mètres carrés. La fonction de la fosse n’a pas été déterminée.

2.9.3 Les drains

304À l’ouest de la rue de Velotte, deux séries de tranchées perpendiculaires sont creusées au sud du mur de parcelle. Au S‑O du site, neuf tranchées parallèles d’une largeur de 1 m séparées de quelques dizaines de centimètres ont été observées sur 18 m de long. Profondes d’une quarantaine de centimètres, elles étaient comblées de blocs, de mortier de chaux de couleur jaune et de cailloutis, sans aucun mobilier archéologique. Les quatre dernières tranchées, parallèles à la rue, étaient comblées par un remplissage de même type que les précédentes (blocs, mortier, cailloutis). Ces tranchées pourraient correspondre à des drains (jardin ? verger ? vignoble ?). Deux murs maçonnés (US 831 et 831b) délimitent des parcelles à l’intérieur de cet espace de jardin.

2.9.4 Conclusion

305L’exploitation des comptes, des recettes et dépenses de Montbéliard entre 1645 et 1665 permet de mesurer le soin et sans doute les dépenses apportés à l’entretien des murailles, des tours, des portes et des fausses braies. Celles‑ci sont l’objet chaque année de plusieurs missions de la part des « massons », des « toitots », des « charpentiers » et des « thuiliers ». Les maçons sont employés à « la réparation et au restablissement de la muraille, de la fausse braye », les « toitots » à « recouvrir, relatter à neuf le couvert des murailles, aux réparations des couvertures des murailles et tours de la dite ville », les charpentiers « à faire et posir quantité de chevirons sur les murailles de laditte ville » (ADD 8).

306Après la prise de Montbéliard par les armées de Louis XIV en novembre 1676, l’ordre est donné l’année suivante de démanteler l’enceinte urbaine. « Malgré l’avis de Vauban, on commence à démolir la citadelle le 10 janvier 1677, puis à partir du 20 janvier, l’enceinte urbaine et le fort Saint‑Nicolas sont démantelés au pic et à l’explosif. » (Bouvard, Voisin 1994 : 4.) Dans le secteur de Velotte, les sources d’archives –comptes, recensements et documents graphiques– permettent de suivre du xviie s. au xixe s. la destruction effective du rempart et du boulevard. On sait que la plupart des portes de la ville ne seront détruites qu’au xixe s. (Bouvard, Voisin 1989 : 195). Les fortifications sont encore visibles sur le plan Hittel de 1715‑1717. Le boulevard est un chemin de graviers sur le plan Fallot (1815). Sur le plan de Pawlowski (1859), le rempart est arasé mais continue d’imposer une limite cadastrale, matérialisée par un mur maçonné. Le tracé des fortifications médiévales est encore aujourd’hui nettement perceptible sur le cadastre du secteur de Velotte.

2.10 Aux xixe et xxe s., l’état VII

307fig. 35

308c.g.

309L’édification du collège Cuvier dans les années 1 876‑1878, à l’ouest de la rue de Velotte, et d’une gendarmerie en 1889 à l’est de cette rue va perturber les niveaux archéologiques anciens. Les fondations profondes de ces deux bâtiments ont occasionné la destruction de structures médiévales et modernes. La figure 35 permet de localiser ces destructions contemporaines.

FIG. 35 – Plan des structures de l’état VII.

dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan

310Un tonneau d’un diamètre de 0,95 m, conservé sur 0,60 m de hauteur, a été trouvé à proximité du collège ; situé dans la cour, il est représenté sur la figure 35 par un cercle. Il est constitué de douves maintenues par au moins deux cerclages de bois. Un autre tonneau est installé dans une des pièces de la gendarmerie. Le fond, d’un diamètre de 0,80 m, est formé de six planches jointives, sa hauteur conservée est de 0,70 m. Un cerclage métallique à 0,12 m du fond est placé à l’intérieur du tonneau. Ces deux tonneaux étaient comblés de matériaux hétérogènes (tissus, bois, blocs de pierre...) et pourraient avoir servi de réceptacle de latrines, comme l’indiquent les nombreux fragments de mousse trouvés dans leurs comblements, utilisée comme « papier » hygiénique. Au sud du collège, un puits conservé sur une seule assise haute de 0,15 m mesure 1 m de diamètre ; il est parementé à l’intérieur et son mur mesurait 0,60 m de large.

Table des illustrations

Légende FIG. 2 – Plan général des structures tous états confondus.
Crédits dessin Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende FIG. 3 – Plan des structures de l’état I.
Crédits dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 4 – Bâtiment A : état I, phase 1.
Crédits dessin Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 5 – Bâtiment A : état I, phase 2.
Crédits dessin Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 6 – Bâtiment A : état I, phase 3.
Crédits dessin Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 7 – Bâtiment A : état I, phase 4.
Crédits dessin Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 8 – Bâtiment A : état I, phase 5.
Crédits dessin Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Crédits FIG. 9 – Plan des structures de l’état II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 10 a palissades de bois surmontées d’un contrefort en pierre, longeant le rempart à l’est (US 495 et 496). Vue de l’est ; b élévation d’une palissade en bois : détail des pieux et du clayonnage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 11 – Élévation de la maçonnerie des latrines (US 982).
Crédits cl. David Watts/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 12 – Maison B : état II, phase 2.
Crédits dessin Sylvie Cantrelle, Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 7,4k
Légende FIG. 13 – La maison B à l’état II, phase 3.
Crédits dessin Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 14 – Maison B : état II, phase 3.
Crédits dessin Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 15 – Maison B en terre et bois pendant l’état II. Vue du sud.
Crédits cl. David Watts/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 16 – Plan des structures de l’état III.
Crédits dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 17 – Photographie aérienne de la parcelle BX 54.
Crédits cl. David Watts/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 18 – Élévation du mur d’enceinte (US 5).
Crédits cl. David Watts/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 19 – Mur d’enceinte (US 5) : élévation maçonnée (B, sur la fig. 2) et fondation en rondins de hêtre (US 574).
Crédits dessin Sylvie Cantrelle, Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 20 – Archère vue en plan.
Crédits cl. David Watts/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 21 – Mur de façade (US 57) et fosse (US 507).
Crédits cl. David Watts/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 22 – Plan et élévation (C, sur la fig. 2) du mur de façade (US 57).
Crédits cl. David Watts/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 23 – Stratigraphie du remblaiement entre le mur d’enceinte et le mur de façade.
Crédits dessin Sylvie Cantrelle/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 24 – Plan des structures de l’état IV.
Crédits dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 25 – Plan et élévation (D, sur la fig. 2) du mur de boulevard (US 370).
Crédits dessin Sylvie Cantrelle, Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 26 – Plan des structures de l’état V.
Crédits dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 27 – Plan et élévation (E, sur la fig. 2) du solin (US 40) de la maison E.
Crédits dessin Sylvie Cantrelle, Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 28 – Maison en terre et bois E : pièces de façade donnant sur la ruelle à gauche. Vue de l’est.
Crédits cl. David Watts/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 29 – Plan des structures de l’état V bis.
Crédits dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 30 – Maison en pierre F (cour et latrines). Vue du sud.
Crédits cl. David Watts/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende TABL. I – Répartition (en pourcentage) des échantillons palynologiques des US 544 et 117.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 31 – Plan des structures de l’état V ter.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 32 – Plan des structures de l’état VI.
Crédits dessin Corinne Goy, d’ap. Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Crédits FIG. 33 – Le mur de parcelle et le puits.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 34 – Plan et élévation (F) du mur de parcelle et du puits.
Crédits dessin Sylvie Cantrelle, Jean Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Crédits FIG. 35 – Plan des structures de l’état VII.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46813/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search