Version classiqueVersion mobile

Le quartier antique des Bénédictins à Nîmes (Gard)

 | 
Pierre Garmy
, 
Martial Monteil

Conclusion

Pierre Garmy et Martial Monteil

Résumé

Le quartier a acquis, dès le Haut‑Empire, une originalité qui permet de le distinguer aisément des voisins, notamment au sud et a l’ouest où il vient s’articuler sur les ensembles monumentaux du centre antique. Ici, les maisons jouent un rôle structurant quasi exclusif du paysage urbain, même si on y observe une variation accusée du niveau socio-économique des installations et de leurs occupants. Cette étude se revendique comme une contribution au rééquilibrage nécessaire en faveur de la maison et du quartier, trop rarement étudiés. Elle permet en outre d’observer les évolutions sur une longue période, de la Protohistoire a l’Époque moderne, a l’échelle de temps de l’histoire urbaine.

Texte intégral

1La publication des fouilles du quartier des Bénédictins, dont certaines restées inédites depuis plusieurs décennies, s’imposait. L’idée d’en grouper les résultats au sein d’une entreprise commune a d’abord paru commode pour une simple raison de proximité géographique des gisements concernés qui rendait la chose naturelle. Ce n’est qu’au fil du temps, avec l’avancement du travail en commun, que la cohérence interne du sujet s’est imposée peu à peu et que la pertinence d’une approche globale a pu s’organiser autour de l’existence d’un « quartier » spécifique, ce mot étant alors employé dans un sens plein. Il apparaît, en effet, que ce morceau de ville a acquis, dès le ier s. de n. è., une personnalité qui permet de le distinguer assez aisément de ses voisins, notamment au sud et à l’ouest où il vient s’articuler sur les deux principaux ensembles monumentaux du centre antique : l’augusteum (Gros 1984) et le forum. Ici, les maisons distribuées le long des rues jouent un rôle structurant quasi exclusif du paysage urbain, même si, du bas en haut de la pente, du centre vers les confins, on observe une variation accusée du niveau socio‑économique des installations et de leurs occupants. Le récent colloque d’Avignon consacré à la maison urbaine (Borgard 1996) a montré toute la fécondité des recherches sur l’habitat urbain considéré en lui‑même et dans tous ses aspects, mais il a permis aussi de constater, avec P. Gros, que celui‑ci était encore trop systématiquement négligé dans les études urbaines : « [...] aucune section importante n’apparaît réservée aux questions d’habitation, l’effort portant presque exclusivement sur la ville comme ensemble, sur la monumentalisation progressive de ses organes [...] » (Borgard 1996 : 14). Cette étude se revendique comme une contribution nîmoise au rééquilibrage nécessaire en faveur de la maison et du quartier. D’autant plus que ce quartier des Bénédictins conserve, au‑delà de l’Antiquité, une unité, consacrée dans un destin tourmenté mais commun de tout l’espace urbain considéré jusqu’à ce qu’il prenne, au cours de l’époque moderne, le nom de « quartier de la Boucarié ».

2Un autre intérêt du dossier réside dans l’opportunité qui s’offrait d’observer les évolutions sur une longue période, de la Protohistoire à l’Époque moderne, à une échelle de temps qui prend en compte l’histoire complète de la ville.

3Le quartier des Bénédictins, adossé au versant S‑E du mont Cavalier et au contact d’un long piémont qui s’étend en pente douce vers le S‑E, bénéficie d’une situation bien abritée et bien orientée. Situé à moins de 300 m à l’ouest de la source et dominant son émissaire principal, qui circulait au droit des actuels quai de la Fontaine et boulevard Gambetta, le secteur a vécu, jusqu’à la construction des premières maisons romaines, une alternance de crises érosives –liées à l’action du climat, mais aussi de l’homme– et de périodes de relative stabilité. Certains des paramètres de son géosystème –en particulier les sols, très variés– ont certainement contribué au choix d’installation des premiers agriculteurs protohistoriques. Mais avant même cette époque, dès le courant du Néolithique et sans doute plus précisément au Chasséen, des paysans ont cultivé le bas des pentes et, au‑delà, une partie du piémont.

4Il faut attendre ensuite la fin du vie s. av. J.‑C. pour que le petit bâtiment sur poteaux du site des Villégiales –une annexe à vocation agricole– illustre la naissance de l’agglomération nîmoise. Au ve s., dans un contexte encore très agreste, l’habitat se densifie mais reste étroitement lié aux terres cultivées alentours, comme le montrent plusieurs aires d’ensilage. C’est durant ce siècle que la ville s’étend non seulement sur les pentes mais aussi, largement, sur le piémont. Vers la fin du ve s., les habitations du quartier sont abandonnées et leurs occupants vont sans doute s’installer en plaine, là où l’agglomération, désormais dotée d’une vaste enceinte, va s’étendre progressivement sur une trentaine d’hectares. Aux Villégiales des Bénédictins, et sans doute ailleurs sur le bas du mont Cavalier, les terres délaissées par le bâti mais incluses dans l’enceinte sont aménagées en terrasses de culture limitées par des murs de soutènement. Ce n’est pas la moindre des originalités de cette étude que d’avoir montré que l’agglomération nîmoise, qui s’étend largement en plaine dès le ve s. av. J.‑C. à l’encontre d’une tradition régionale de perchement de l’habitat (Py 1990a), comprend en son sein des espaces libres de bâti et destinés à l’agriculture.

5L’habitat ne réinvestit progressivement le quartier que dans le courant du iie s. av. J.‑C., sous une forme qu’il reste difficile de restituer faute de plans de maisons complets ou de tronçons de rues sûrement attestées. Enfin, au ier s. av. J.‑C., alors que partout ailleurs la ville se développe, tant du point de vue de son emprise que de ses équipements urbains, quelques indices montrent que le quartier des Bénédictins subit une déprise dont l’ampleur reste cependant impossible à estimer.

6La période augustéenne, qui, par ailleurs, constitue une étape décisive dans l’essor urbain nîmois, laisse le secteur des Bénédictins à l’écart du mouvement général. Il faut, en effet, attendre le plein deuxième tiers du ier s. pour voir s’installer les maisons urbaines qui forgeront peu à peu la particularité du quartier. Ce caractère, somme toute assez tardif, de l’urbanisation romaine est à la vérité un peu surprenant. On aurait pu s’attendre, au contraire, à ce qu’un secteur si voisin des centres monumentaux, forum et ensemble de la Fontaine, figure parmi les premiers investis par la ville nouvelle. S’il n’en fut rien, c’est probablement parce que le quartier des Bénédictins, installé malgré tout sur les premières pentes des collines du nord, fait partie du second cercle de réinvestissement des hauteurs qui se développe seulement dans le courant de la première moitié du ier s. À la Zac des Halles (Monteil 1993c), le secteur situé, lui, réellement en plaine est urbanisé vers –10/+ 10, le long d’un axe de circulation ancien et fort repris par le decumanus issu de la porte d’Auguste ; à Villa Roma, les constructions les plus proches de la Fontaine datent de l’époque augustéenne, mais le gain progressif sur les pentes s’étale entre 20 et 50 ap. J.‑C., de manière à peu près synchrone avec ce qui se produit parallèlement aux Bénédictins.

7À partir du milieu du ier s., le quartier se caractérise par la permanence générale des structures dans leurs composantes principales. L’évolution se fait lentement par petites touches qui toutes traduisent un enrichissement apparent et se manifestent surtout dans le décor des maisons : ici réfection de peintures murales, là surcharge d’un sol par incrustation d’un médaillon, etc. L’apogée de cette vague d’embellissement des intérieurs se place à la période flavienne, en même temps donc que la ville tout entière connaît une nouvelle étape de développement et d’équipement urbains, couronnée par la construction de l’amphithéâtre mais dont on trouve trace aussi dans bien d’autres domaines, en particulier dans la voirie.

8À une urbanisation tardive, suivie par une période de stabilité urbaine, répond un abandon précoce et rapide. Un siècle à peine après la construction, les premiers signes de déprise urbaine se manifestent et les choses vont ensuite très vite puisqu’on quelques dizaines d’années la totalité des maisons a disparu. Certes, le phénomène n’est pas spécifique au quartier –d’autres à Nîmes connaissent un sort comparable (Monteil 1996 : 158‑162)–, il correspond en outre à ceux identiques que l’on peut observer dans les agglomérations secondaires voisines, Ambrussum et Brignon par exemple (Fiches 1996b : 183‑184) ; mais dans le contexte urbain nîmois, et une fois encore en raison de la place privilégiée des Bénédictins, si près du cœur de la ville, cette désertion prématurée pose problème. Il faut sans doute pour la comprendre la mettre en perspective avec l’enrichissement du domaine public et les programmes monumentaux qui lui sont contemporains, illustrés notamment par les travaux de la Fontaine –construction des portiques, des propylées, peut‑être du théâtre– et avec l’apparition en plaine de quelques très riches et vastes demeures. Tous signes qui interdisent assurément de laisser penser à une quelconque crise urbaine généralisée : la ville est bien là dans son opulence et elle continue à être équipée, monumentalisée, à s’enrichir alors même que ses marges paraissent s’étioler. Les Bénédictins sont placés exactement sur l’estran des prises et déprises urbaines successives : touchés tardivement par l’urbanisation, le quartier est également parmi les premiers désertés. Constater le fait pose d’ailleurs autant de questions que cela n’en résout. Que deviennent les habitants des quartiers abandonnés ? Peut‑on croire à un enrichissement suffisant de ces représentants des classes moyennes pour penser les voir s’installer en centre ville ?... à la campagne ? Doit‑on, au contraire, accréditer l’idée d’un déséquilibre –économique (?), démographique (?)– suffisamment profond du corps social pour que les habitants du quartier en aient été mis en difficultés et chassés ? Et dans ce cas, vers quels nouveaux lieux ?

9Quoi qu’il en soit, il apparaît que, très rapidement, on a fait place nette et que les ruines des maisons abandonnées ne sont pas restées longtemps apparentes. Les traces de spoliation des architectures, de récupération des matériaux qui ont été observées aux Hespérides, aux Villégiales et à La Fontaine des Bénédictins peuvent correspondre à cette phase de nettoyage du terrain. La condamnation physique de la plupart des rues, même si leur tracé est perpétué par une fréquentation continue, participe du même souci urbain : déblayer les abords du centre des bâtiments tombés en déshérence et ruinés mais en covisibilité directe avec les monuments du forum et de la Fontaine.

10La situation du quartier reste ensuite en l’état pendant plusieurs siècles sans qu’on puisse préciser nettement l’utilisation qui a pu être faite des lieux. L’installation aux xexie s. d’une zone d’ensilage rend compte d’un nouveau mode d’occupation du sol caractérisé par une reprise agricole. Par référence à ce qu’on observe pour la période moderne, on doit sans doute imaginer davantage une activité de jardinage, de culture vivrière que d’agriculture à proprement parler.

11Cette publication des fouilles d’un quartier dans son ensemble est la première du genre qui ait pu être menée à terme sur Nîmes. Il est utile de rappeler ici que la dimension du secteur traité, à l’échelle de la ville, reste bien réduite puisqu’on n’a appréhendé que 0,75 % de l’agglomération préromaine et à peine 1,4 % de la surface enclose par l’enceinte augustéenne. Mais cette monographie a au moins le mérite d’ouvrir des perspectives sur le type des recherches qui pourront/ devront être entreprises sur d’autres secteurs de la ville où une masse documentaire très abondante permet d’ores et déjà de s’atteler à la tâche. L’expérience faire sur le quartier des Bénédictins, à partir de fouilles disparates, très largement étalées dans le temps, et d’une documentation hétéroclite et d’inégale utilité, montre que l’entreprise est réalisable dans la mesure où sont mobilisées les compétences scientifiques requises pour une approche globale des questions posées par ce type de milieu.

12Nîmes, mai 1997

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search