Version classiqueVersion mobile

Le quartier antique des Bénédictins à Nîmes (Gard)

 | 
Pierre Garmy
, 
Martial Monteil

Chapitre 3. Les maisons

Claire‑Anne de Chazelles, Jean‑Pierre Darmon, Maryse Sabrié, Raymond Sabrié, Sébastien Barberan, Danièle Terrer, Michel Christol, Dominique Darde, Pierre Garmy, Martial Monteil et Victor Lassalle

Résumé

Perçue dans sa globalité, l’architecture domestique du quartier des Bénédictins doit s’analyser à deux niveaux : distinguer les grands types de construction d’après les matériaux utilisés et leurs modes de mise en œuvre ; démêler au sein de l’architecture gallo‑romaine ce qui revient au vieux fonds indigène et à son évolution technique et ce qui relève d’emprunts. Le décor des sols est révélateur d’une condition sociale et d’une ambition culturelle. Son étude apporte d’utiles confirmations et suscite quelques questions touchant l’histoire de la mosaïque en Gaule romaine. On reconnaît par l’étude des décors muraux du quartier les grandes tendances observées à Nîmes même et en Narbonnaise : influence du 4e style à partir du milieu du ier s. ap. J.‑C. puis son prolongement et la mode des imitations de marbre au début du iie. La ville occupait une place non négligeable dans l’économie agricole par l’apport de l’industrie des fleurs, de l’hortillonnage, de la vigne ou des vergers intra‑urbains ; l’une des maisons reconnues a par ailleurs révélé les vestiges d’un jardin d’agrément. Toutes les sculptures découvertes sont en calcaire local et ont en commun la modestie de leurs dimensions, à l’exception notable d’une statue dont la tête amovible paraît bien représenter Antonia Minor. Le corpus des inscriptions lapidaires se compose de trois gaines d’Hermès, manifestations du culte domestique, adressées au Genius du maître ou à la luno de la maîtresse. Au regard des niveaux de richesse et de développement apparents des maisons, le quartier des Bénédictins est organisé selon un gradient socio‑économique pour partie conforme aux lignes de pente, aux courbes altimétriques et à l’implantation des infrastructures hydrauliques publiques mais il subit également la contrainte de phénomènes d’attraction/répulsion exercés par les pôles urbains majeurs.

Texte intégral

3.1 Techniques et matériaux, éléments d’architecture

1c.‑a.c.

3.1.1 Les murs

3.1.1.1 Les bases de murs en pierre

2Bien que le fait n’ait pas été observé à La Marseillaise ni à La Fontaine des Bénédictins, l’ancrage des murs dans le sol semble être une règle générale au vu des nombreux exemples relevés sur les deux autres sites. Il relève d’ailleurs d’une nécessité dans ce quartier à forte pente. Murs extérieurs et murs de refend sont systématiquement fondés dans des tranchées dont la profondeur varie de 10/18 cm à 60 cm aux Villégiales et de quelques centimètres à 45 cm aux Hespérides. Ce sont pour la plupart des « tranchées‑coffrages » de même largeur que le mur à bâtir, dans lesquelles les matériaux sont plus ou moins régulièrement disposés. La règle souffre des exceptions et quelques parois ont été élevées directement sur le rocher dénudé, leur base étant ensuite stabilisée par un apport de remblais : dans le secteur 5 des Hespérides, trois murs bâtis de la sorte sont scellés par une couche de terre de 60 cm d’épaisseur ; aux Villégiales, les murs gouttereaux du bâtiment C1 (MR176 et MR179) sont fondés de la même manière sur le substrat calcaire alors que le mur de terrasse MR 14 repose sur un ressaut taillé dans le rocher.

  • 1 Le nombre de sites auxquels je me réfère pour des comparaisons d’ordre technologique étant limité à (...)

3Le principe même de la tranchée creusée dans le sous‑sol peut être considéré comme une acquisition récente des constructeurs indigènes, car il se généralise seulement à partir du milieu du ier s. av. n.è. : à Brignon (Souq inédit), Vié‑Cioutat (Sabrié et al. 1984), Vaison (Goudineau 1979), etc., bien que quelques antécédents existent auparavant, notamment à Espeyran (Saint‑Gilles, Gard) au ve s. av. n.è. (Barruol, Py 1978 : 88) et au ive s. à Lattes (Garcia 1994 : 441)1. Dans certains contextes, cette technique n’est autre qu’une des composantes de l’architecture en cours de romanisation, au même titre que le mortier de chaux ou la tuile. La fondation en tranchée‑coffrage, à l’intérieur de laquelle les matériaux sont soit disposés en assises, soit jetés pêle‑mêle dans un bain de mortier, est signalée par exemple à Vaison à la fin de la République ou à Lunel‑Viel jusque dans la seconde moitié du ier s. de n.è. (Raynaud 1990b). Marginalement, le procédé d’origine autochtone consistant à élever les murs directement sur le sol de construction et à enterrer leur partie inférieure se maintient, surtout pour des parois n’ayant pas à assumer de rôle architectonique important. À Nîmes, cet usage est attesté entre autres à la propriété Solignac et dans la domus A de la Zac des Halles (Manniez, Recolin 1993 : 96).

4Habituellement, fondation et élévation possèdent une largeur identique mais aux Hespérides, quelques spécimens comportent une fondation plus large de 10 ou 12 cm : dans un cas il s’agit d’une façade sur rue (MR41) et, dans l’autre, du cloisonnement secondaire de l’espace 14 (MR25). Il semble que le léger empattement donné à la partie enterrée ait ainsi permis de monter des élévations relativement étroites (respectivement 41 et 22 cm).

5La largeur des bases de murs en pierre est dépendante de leur position et de leur rôle architectonique (tabl. vii). Quelques murs puissants –trois façades aux Hespérides (MR43, MR142 et MR146) et un soutènement entre deux terrasses aux Villégiales (MR49)– ont des épaisseurs égales ou supérieures à 60 cm mais, globalement, les dimensions des murs porteurs périmétraux se situent entre 45 et 50 cm, celles des refends entre 30 et 40 cm et celles des cloisons sont de l’ordre de 20 à 25 cm. Le fait que les murs attribués à la fermeture d’une cage d’escalier (C8), aux Villégiales, mesurent seulement de 20 à 26 cm oriente la restitution vers un type d’escalier plutôt léger, comme on le verra plus loin (cf. infra § 3.1.5.3), car il est douteux qu’une de ces parois ait servi de mur d’échiffre. Les observations partielles et/ou approximatives effectuées sur les deux autres sites confirment la validité de ces mesures moyennes, les trois refends de La Fontaine des Bénédictins ayant de 33 à 35 cm d’épaisseur et les relevés en plan de La Marseillaise indiquant des valeurs proches de 40 cm pour les murs extérieurs et de 25 à 30 cm pour les murs de refend. Ces données sont conformes aux normes de l’époque car on trouve les mêmes fourchettes de mesures à la Zac des Halles (Monteil 1993c), à la propriété Solignac ou à Ambrussum (Fiches 1986 : 51‑52 ; Chazelles et al. 1989 : 77), par exemple, et elles concordent à peu près avec les prescriptions des théoriciens antiques : Caton conseille de donner un pied et demi d’épaisseur aux murs de fermes et aux clôtures (Caton, Goujard 1975 : XV), mais selon Vitruve, si cette largeur convient pour un rez‑de‑chaussée, il faut compter au moins deux pieds de large pour les parois des maisons à étages (Vitruve, Caillebat 1973 : II, 8).

TABL. VII – Dimensions (en m) et position des murs étudiés dans le quartier des Bénédictins. Dans la rubrique « position », E correspond à « mur extérieur », R à « mur de refend » ; dans les rubriques « liant » et « enduit », lire terre pour T et mortier pour M ; quand l’indication était connue, on a donné la hauteur de la fondation.

6D’un ensemble à l’autre on constate une différence foncière entre des maçonneries entièrement liées au mortier de chaux –maison C des Villégiales, celles de La Marseillaise et, pour ce que l’on en sait, de La Fontaine des Bénédictins, alors que ce matériau n’intervient aux Hespérides que dans trois cloisons (MR143, MR171 et MR173) ainsi que dans un tronçon de mur tardif (MR151)– et des maçonneries ne connaissant que la terre comme liant : les maisons A et B des Villégiales et la quasi‑totalité des parois de l’îlot principal des Hespérides. Dans ce dernier cas, la distinction va de pair avec un mode de construction hérité de la Protohistoire : appareil irrégulier à base de moellons et de pierres de différents calibres, retouchés mais non équarris, auxquels se mêlent des fragments de tuiles. Les deux parements sont soigneusement imbriqués, laissant peu d’espace pour un blocage interne et cette technique aboutie n’est pas sans évoquer celle des îlots de la propriété Solignac également datés du ier s. de n.è. D’une façon générale dans le midi de la Gaule, la construction privée fait encore appel aux mortiers de terre jusqu’au milieu du ier s. de n.è. dans les contextes urbains et jusqu’à la fin du Haut‑Empire au moins dans des agglomérations secondaires. Les toutes premières utilisations de la chaux dans ce domaine remontent au troisième quart du ier s. av. n.è. à Vaison et Glanum (Rolland 1946 : 66), aux années 30 à Brignon et au dernier quart du siècle à Nîmes (rue Nationale en particulier : Barruol 1979 : 545), Ensérune, Narbonne et peut‑être Magalas. Même sous le règne d’Auguste les murs liés à la terre restent courants dans des villes comme Fréjus, sur les sites des Aiguières (Goudineau 1981), de la Cathédrale (Fixot, Rivet 1981), du Clos de la Tour (Goudineau 1973) ou comme Aix‑en‑Provence, sur les sites de l’Archevêché (Fixot et al. 1985 : 14) et de l’Enclos Laugier (Kauffmann 1979‑1980) alors que le mor tier de chaux a déjà fait son apparition : domus primitive de la place Formigé (Jacob 1990) et site de la Plate‑forme (Février 1962) à Fréjus, impasse des Chartreux à Aix (NIL 1988). À Nîmes, la concurrence entre maçonneries à la terre et à la chaux, déjà observée rue Nationale, a été particulièrement bien appréhendée sur le chantier des Halles à travers deux domus d’époque augustéenne utilisant chacune l’une de ces techniques. Il semble quand même qu’à partir du deuxième quart du ier s. de n.è. le procédé de tradition indigène soit en nette régression, sauf dans l’architecture de quartiers modestes qu’illustrent les fouilles des Hespérides ou de la propriété Solignac. La même distinction se note dans le vicus de Lunel‑Viel au cours du troisième quart du ier s. de n.è., entre des maisons à deux pièces de plan « protohistorique », dont les murs en pierre sont montés à la terre, et des habitations plus aisées, construites avec du mortier de chaux. À l’inverse, les maçonneries à la terre restent majoritaires jusqu’au début du iiie s., tant à Ambrussum que dans le village de potiers de Sallèles‑d’Aude (observation personnelle).

7Dans le quartier des Bénédictins, l’appareillage des murs liés au mortier est tantôt soigné : petits moellons bien parementés à La Fontaine des Bénédictins, appareil relativement « assise » faisant un usage étendu des dalles aux Villégiales et parements réguliers pour les refends de La Marseillaise, tantôt fruste : moellons irréguliers enserrant un blocage grossier pour les murs périmétraux de La Marseillaise. Les modules atteignent rarement la taille du bloc, sauf dans les chaînages d’angle, et les fragments de tuiles interviennent dans des proportions variables, quasiment nulles aux Villégiales et à La Fontaine des Bénédictins, notables aux Hespérides et élevées dans les murs porteurs de La Marseillaise.

8L’épierrement très poussé de la plupart des structures aux Villégiales et à La Fontaine des Bénédictins n’a pas permis d’examiner les rapports des murs entre eux, sauf sur la cage d’escalier C8 du premier site, dont les parois sont liées les unes aux autres. Par contre, les chaînages entre façade et principaux murs de refend sont assez systématiquement employés dans l’îlot central des Hespérides.

3.1.1.2 Les élévations en adobe

9La ruine complète des parties hautes des édifices et le fort arasement des bases de murs (les tronçons les mieux conservés atteignent 60 cm de hauteur aux Hespérides et 70 à 80 cm aux Villégiales où il s’agit des murs de la cage d’escalier) n’autorisent pas une restitution précise des élévations et, en particulier, la distinction entre les parois qui pouvaient s’élever en pierre jusqu’à la toiture et celles qui comportaient une partie en terre crue. Le seul indice dont on dispose est la présence d’éboulis de briques crues au pied de certains murs ou à l’intérieur de quelques pièces, mais cet argument ne peut être utilisé a contrario car l’absence de ce type de couches n’a aucune valeur dans la mesure où l’on ne rencontre pas non plus d’effondrement de pierres.

10Si l’on ignore, par conséquent, l’importance quantitative de l’adobe dans l’architecture du quartier aux ier et iie s., il est en tout cas bien présent sur tous les sites. On doit en effet imputer à la désagrégation de structures en briques une couche de terre argileuse rougeâtre qui remplissait la pièce I de la maison de La Marseillaise. On a également l’assurance que les deux murs de terrasse qui limitent du côté nord les domus A et C des Villégiales (MR14 et MR49) s’élevaient en briques au‑dessus de soubassements en pierre. Sur le même site, les murs du vaste bâtiment C1 possédaient des parties hautes en adobe dont le démantèlement a produit un remblai de 90 cm d’épaisseur, au sein duquel des éléments moulés étaient identifiables. Enfin, aux Hespérides, des adobes ont été repérées dans la plupart des niveaux datant de la phase d’abandon, grâce à leur matériau très argileux, de couleur jaune à orange. Quelques‑unes ont pu être mesurées, permettant de dégager un module possible de 32 x 16 x 8‑10 cm (tabl. viii).

Longueur

Largeur

Épaisseur

25
22
20
30
32

16
14
16
12
16

9 à 10
7 à 8
9 à 10
10
10

TABL. VIII – Les Hespérides. Dimensions des adobes (en m).

11Pour tout le quartier, un seul vestige en élévation a pu être étudié dans la domus de La Fontaine des Bénédictins. Mesurant à l’origine une longueur supérieure à 5 m, ce mur de refend a été observé sur 2,98 m de long pour une hauteur variant de 0,50 à 1 m. Il comportait, de bas en haut, une semelle de petites pierres liées à la terre, haute de 0,10 m, et cinq assises de briques crues ; la base en pierre avait été mise en place au cours de la même phase que le hérisson du terrazzo de la pièce 2 que bordait ce mur puisque la chape de béton remontait contre son parement (fig. 123). Les briques étant plus étroites que la semelle, celle‑ci débordait de 1 à 3 cm mais un enduit de terre crue compensait la différence de largeur (cf. infra § 3.1.4). Malgré des variations assez importantes sur la longueur, les briques appartiennent à ce que l’on peut considérer comme un module unique de 32/39 x 16/18 x 8,5 cm ; elles sont placées en panneresses couchées, reliées entre elles par des joints verticaux étroits et croisés d’une assise à l’autre et par des joints de lit de 3 à 5 mm d’épaisseur. L’horizontalité rigoureuse des assises, la minceur des joints et la rectitude du parement confèrent à cette paroi l’aspect d’une construction soignée. Ses deux parements étant revêtus d’épais enduits de terre et de mortier, le mur possède une largeur totale de 33 cm (fig. 124).

FIG. 123 – La Fontaine des Bénédictins. Coupe schématique du mur de refend en adobe.

dess. Cl.-A. de Chazelles/CNRS

FIG. 124 – La Fontaine des Bénédictins. Vue des assises d’adobes du mur de refend.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes

12Les briques sont moulées dans un matériau de texture argileuse, de couleur verdâtre et contenant de nombreux graviers calcaires. Elles sont jointoyées avec une terre brun foncé dépourvue de cailloux.

  • 2 La notion d’atelier, qui doit d’ailleurs être sérieusement envisagée dans le cadre des grandes aggl (...)

13Bien que le format des adobes soit proche de celui que l’on a mis en évidence sur le site voisin des Hespérides, l’observation n’a qu’une portée limitée car, d’une part, les deux ensembles ont été construits à un demi‑siècle, voire trois quarts de siècle, d’écart et, d’autre part, des modules différents sont attestés à Nîmes sous le Haut‑Empire. À la propriété Solignac, une cloison à pans de bois datée de la première moitié du ier s. était hourdée de grandes briques de 40 x 33/36 x 6/8 cm et une baie avait été occultée dans la seconde moitié du ier ou le courant du iie s. au moyen d’adobes dont la longueur dépassait 60 cm pour une largeur égale à 36 cm. On sait pertinemment que les dimensions des adobes ne constituent ni un critère de datation universel ni la preuve de l’appartenance à telle ou telle civilisation. Par contre, à l’échelle d’une agglomération, des modules s’avèrent manifestement liés à des époques données, comme cela s’est vérifié aussi bien à Lattes qu’à Martigues pour le second âge du Fer (Chausserie‑Laprée, Nin 1987 ; Chazelles, Roux 1988). Sous l’Empire, avec la standardisation des matériaux de construction et la centralisation des moyens de leur production –y compris vraisemblablement pour les adobes–, la variabilité des modules peut être attribuée à la pluralité des ateliers tout autant (et en complément) qu’à une probable évolution dans le temps2.

3.1.1.3 Des cloisons de types marginaux

14À côté des constructions toutes simples en pierre ou en adobe, se trouvent des exemplaires isolés de cloisons relevant de types plus difficilement interprétables.

Des cloisons moulées dans des coffrages

15Aux Hespérides, une courte cloison de 2,50 m intervient dans une seconde phase de construction pour diviser l’espace 14 (MR25). On a déjà évoqué à son sujet la présence d’une fondation en pierre plus large que l’élévation, celle‑ci mesurant à peine 22 cm, enduits compris (fig. 125). Elle est composée principalement de terre crue et de galets, des matériaux qui la différencient des autres murs du site et qui évoquent deux possibilités de montage : le façonnage direct, qui est mal adapté aux structures étroites, et le banchage. Il est possible en effet que cette paroi résulte du coffrage du matériau plastique entre des planches, selon un procédé que l’on connaît encore mal dans l’architecture domestique gallo‑romaine.

FIG. 125 – Les Hespérides. La cloison de terre (peut‑être coffrée) MR25.

cl. H. Pomarèdes/Afan

  • 3 Communication orale de L. Lambert sur les fouilles de la villa de Cucuron (Vaucluse) lors de la tab (...)

16Le principe du coffrage étant répandu dans la construction monumentale, en particulier pour élever de puissantes fondations de béton, il n’y a rien de surprenant à ce qu’il ait été adopté au moins ponctuellement dans l’habitat pour réaliser de minces parois en coulant dans un moule un mortier de terre ou de chaux renforcé de pierrailles. Aussi rapide qu’économique, le procédé convient à des éléments non porteurs, de toute façon consolidés par des revêtements au mortier. Il peut même s’appliquer à des parois très étroites (7 à 12 cm) à condition qu’elles soient étayées par des poteaux raidisseurs, on a alors affaire à une variante du pan de bois dans laquelle les montants servent aussi à fixer le coffrage et sont de ce fait complètement inclus dans la maçonnerie. La démonstration probante de cette technique a pu être faite à partir de trois cloisons mises au jour dans une villa du ier s. à Cucuron (Vaucluse)3 ; édifiées à l’aide d’un mortier de chaux enrichi par des fragments de tuiles et des cailloux, ces parois avaient conservé les négatifs des poteaux et l’empreinte du coffrage sur leurs parements.

17Quoique plus large –35 cm–, un mur de refend sans doute non porteur de La Fontaine des Bénédictins a pu également être coffré. À la différence du mur en adobe précédemment décrit et des rares tronçons maçonnés au mortier restant en élévation sur le site, montés pour leur part en petit appareil parementé à blocage interne, celui‑ci montre des matériaux disparates pris dans un bain de mortier. Ici aussi le rôle du liant est prépondérant par rapport au volume des agrégats qu’il contient, ce qui suggère à nouveau le recours à un moule au moment du montage.

Une cloison en bois

18Tout autre devait être la paroi séparant du côté ouest la pièce à exèdre B4 d’un réduit annexe, dans la domus B des Villégiales. Son négatif, large de 1 à 2 cm et long de 4,20 m, correspond à un hiatus entre deux sols, le terrazzo décoré de la salle B4 et le terrazzo uni d’un petit espace de 1 m de large (fig. 126). De toute évidence, cette séparation était prévue dans le programme de construction, comme en témoigne la différence de traitement des pavements. La découverte de deux clous dans la rainure conforte l’hypothèse qu’il s’agissait d’une structure de bois, mais on a du mal à imaginer de quelle manière les panneaux se maintenaient verticaux et s’ils étaient fixes ou partiellement mobiles. Bien que la fouille n’ait pas révélé la présence de poteaux aux extrémités, ni de poteaux d’huisserie pouvant encadrer une baie, il faut restituer au minimum un linteau rainuré assurant la fixation par le haut ainsi, vraisemblablement, que des montants jouant le rôle de bâti dormant. À l’intérieur de ce cadre, les panneaux pouvaient être inamovibles, ménageant seulement une ouverture (que la continuité de la rainure au sol ne permet pas de localiser), ou inclure sur une partie de la longueur des vantaux articulés sur des gonds. On peut également penser que la rainure accueillait une pièce de bois formant comme un « seuil » sur lequel pivotaient les éléments de la cloison. Réduits aux hypothèses les moins fondées quant à la structure organique de cette étonnante cloison, on peut néanmoins se référer à un exemple issu d’Herculanum où la maison, dite précisément de la cloison de bois, comporte une séparation de plusieurs mètres de longueur, entre un atrium et un tablinum ; elle est formée de plusieurs vantaux mobiles, articulés sur des panneaux fixes servant de dormants (Adam 1984 : 329, fig. 693 et 694).

FIG. 126 – Les Villégiales des Bénédictins. Négatif d’une cloison de bois large de 2 cm entre deux sols de terrazzo. Au premier plan, base de pilastre gauche de la salle B4.

cl. X. Belougne/Afan

3.1.2 Les baies et leurs systèmes de fermeture

19Les informations relatives à la localisation des baies, à leurs dimensions et à leurs aménagements sont d’importance inégale selon les sites. L’épierrement des murs à La Fontaine des Bénédictins et aux Villégiales nous prive de la plupart des données, le premier site livrant une seule ouverture mais dotée d’un seuil et le second uniquement trois baies, dont deux à exèdre, sur l’ensemble des trois domus. Aux Hespérides, sur un total de six ouvertures, trois étaient munies de seuils monolithiques, les autres ne comportant pas d’aménagement visible. C’est la maison de La Marseillaise qui a fourni les renseignements les plus intéressants grâce à dix baies bien conservées, dont huit pourvues de seuils aux caractéristiques variées (cf infra § 3.1.2.2 et 3.1.2.4).

3.1.2.1 Localisation et dimensions des baies

20La position des portes par rapport à la longueur des murs et au périmètre des pièces qu’elles desservent n’a pas été mise en évidence partout dans la mesure où plusieurs salles sont connues de façon incomplète. D’une manière générale, et principalement d’après le plan du site de La Marseillaise (fig. 46), les portes d’angle apparaissent en nombre supérieur à celui des portes centrées dans les murs. Le second type correspond uniquement, dans cette maison, à la communication entre les deux salles de service G et H ainsi qu’à l’ouverture de la salle G sur le péristyle. Dans ce cas précis, le choix se justifie par des raisons d’ordre architectonique. La façade occidentale étant déjà affaiblie par la présence de deux portes tout juste séparées par l’épaisseur d’un mur de refend, on a préféré décaler la baie plutôt que de répéter cette disposition au niveau du refend suivant. Deux autres exemples de portes centrées proviennent de La Fontaine des Bénédictins (pièce 1) et du passage reliant les espaces 7 et 9 dans l’îlot des Hespérides.

21Partout ailleurs, les baies se situent près des angles des pièces. Cette position a d’ailleurs de quoi surprendre, s’agissant des pièces B et D de La Marseillaise qui encadrent la salle à exèdre, car pour obtenir un effet harmonieux, on a décentré les ouvertures symétriquement, vers la droite pour la pièce de gauche et inversement : en conséquence, la façade nord se trouve complètement évidée dans sa partie inférieure sur une longueur de 7 m. Dans ce cas de figure, tout porte à croire que l’égout du toit reposait essentiellement sur les piliers d’antes de l’exèdre, faisant ainsi de la façade un simple mur de remplissage. Une distribution similaire caractérisait probablement les ouvertures de l’aile nord, dans la domus B des Villégiales, où un seuil d’angle (pièce B3) jouxte également la base d’un des piliers d’antes de la pièce B4, mais on ne la retrouve pas dans la maison A du même site.

TABL. IX – Dimensions (en m) et position des ouvertures répertoriées sur les quatre sites du quartier. Dans la rubrique « position », C signifie « centrée » et D « décentrée » ; dans la colonne « localisation », E et I correspondent à « porte extérieure » et « porte intérieure ». Les types de seuils sont ceux que l’on a définis dans le texte.

22Les dimensions des ouvertures se répartissent en quatre classes (tabl. ix). La première se distingue à la fois par l’étroitesse des baies et par leur rareté dans la documentation du quartier : le passage entre les secteurs 7 et 9 des Hespérides mesure à peine 80 cm et celui qui relie les pièces G et H de La Marseillaise atteint 1 m. La deuxième catégorie est la mieux représentée avec huit portes extérieures, larges de 1,10 à 1,30 m, ouvrant soit sur une rue (pièce L de La Marseillaise), soit sur un péristyle (pièces E, F et G du même site ; 1 de La Fontaine des Bénédictins), soit sur une cour (locaux 8 et 10 des Hespérides). À ces exemplaires, tous munis de seuils en pierre, il faut adjoindre une baie de mêmes dimensions mais non aménagée qui relie la cour 11 à un autre lieu non couvert (espace 13) dans l’îlot principal des Hespérides. Le troisième type est constitué de portes larges de 1,50 à 1,60 m donnant accès aux pièces résidentielles de La Marseillaise (B, D et E bien que dans ce dernier cas il s’agisse d’un seuil intérieur) ainsi qu’à la cour J qui assure la transition entre le péristyle de la maison et ses sorties vers les rues. Privée de contexte archéologique clair, la pièce qui constitue le secteur 3 des Hespérides se démarquait des locaux de l’îlot principal par un sol de béton et par une baie large de 1,60 m à seuil monolithique. Enfin, le dernier type d’ouvertures correspond aux exèdres de La Marseillaise (3,40 m, pièce C) et des Villégiales (respectivement 3,60 pour A2 et 3,80 m pour B4).

23Dans l’architecture méridionale du Haut‑Empire, les pièces des maisons à cour qui communiquent rarement entre elles ont nécessairement une ouverture percée dans leur mur de façade, dont la position et la largeur concilient les exigences de la construction avec celles des besoins en lumière propres à chaque espace. Un nombre à peu près équivalent de portes centrées et décalées est attesté à Ambrussum, tant dans les domus de l’oppidum que dans la ferme du Sablas. Leurs dimensions, conformément à ce que l’on a observé dans le quartier des Bénédictins, se répartissent en deux grandes catégories pour les salles d’habitation : des petites portes de 1 à 1,20/1,30 m et des moyennes de 1,50 à 1,65 m, plus une large exèdre de 5,10 m.

3.1.2.2 Description et classification des pierres de seuil

  • 4 À cet égard, il est regrettable que tous les seuils n’aient pas pu être dessinés précisément à l’in (...)
  • 5 Les seuils sont décrits dans le sens de l’entrée vers la pièce à laquelle chacun appartient, par co (...)

24Aux 14 pierres de seuils provenant des quatre sites principaux s’ajoute un élément isolé, mis au jour au cours d’une opération rapide au 11 rue des Bénédictins. Ces pièces se regroupent par grands types, mais chacune possède des caractères qui la différencient des autres et c’est d’ailleurs en cela que réside l’attrait d’une étude minutieuse car elle permet de restituer divers systèmes de fermeture des baies4. Cette diversité rend presque impossible un classement hiérarchisé des informations de façon manuelle, mais, de toute manière, une classification de ce genre serait sans doute d’un intérêt limité pour une série aussi courte. Il m’a paru plus efficace d’opérer un simple tri d’après la morphologie des pierres de seuil et d’étudier indépendamment de celle‑ci les modes de fermeture. Les pierres de seuils se répartissent en cinq ensembles distincts décrits ci‑dessous5.

Type 1. Les seuils à feuillure intérieure rectiligne fig. 127

25Les blocs de ce groupe ont une forme simple, composée d’un large plan démaigri du côté intérieur et d’un pas de porte surélevé, que sépare une feuillure rectiligne occupant toute la longueur du seuil. Ce type comporte deux variantes : l’une, qui rassemble la majorité des éléments, se caractérise par un pas de porte dépassant de quelques centimètres de part et d’autre de la baie sur le parement externe des murs ; la seconde a une forme de parallélépipède régulier, dépourvu de crochets en façade. Sur le site de La Marseillaise, six seuils sur sept appartiennent à ce groupe qui est également représenté à la Fontaine des Bénédictins.

26– Pièce L de La Marseillaise : la porte de cette pièce correspond probablement à l’une des entrées de la maison (fig. 127, no 1 et fig. 128). Le seuil parallélépipédique ne déborde pas en façade. Long. 1,10 m ; larg. 0,40 m. ; larg. du pas 0,18 m. Aux deux extrémités du pas sont creusées des mortaises quadrangulaires, celle de droite dans une partie déprimée de la pierre. Le lit d’attente de la partie basse comporte deux crapaudines dans les angles internes et un trou de gâche rectangulaire, très large, situé au milieu de la longueur.

FIG. 127 – Les seuils du type 1 à feuillure rectiligne continue et retours latéraux en façade (sauf 1, 8) : 1, 3‑4 avec tableaux en bois rapportés ; 1, 3, 7 avec montants couvre‑joints ; 3, 7 avec trou de fixation pour barre oblique ; 7, 8 avec trou de gâche décentré.

dess. Cl.-A. de Chazelles/CNRS

FIG. 128 – La Marseillaise. Seuil de la pièce L : type 1 à deux battants égaux et montants couvre‑joints faisant peut‑être office de tableaux dans l’embrasure extérieure ; usure du côté droit (à gauche sur le cliché).

cl. V. Lassalle

27– Pièce G : bloc à pas de porte débordant (fig. 127, no 2 et fig. 129). Long, du pas 1,35 m ; larg. du pas 0,15 m ; long, utile du seuil 1,10 m ; larg. 0,40 m. Le plan démaigri porte deux crapaudines dans les angles proches de la feuillure et un petit trou de fixation carré, centré. Un espace de quelques centimètres sépare la pierre du piédroit gauche de la baie.

FIG. 129 – La Marseillaise. Seuil de la pièce G : type 1 à deux battants égaux.

cl. V. Lassalle

28– Pièce D : bloc débordant en façade, cassé du côté droit (fig. 127, no 3 et fig. 130). Long, du pas 1,40 m ; larg. du pas 0,25 cm ; long, utile du seuil 1,30 m ; larg. : 0,60 m. Du côté gauche, le pas est creusé d’une longue mortaise rectangulaire dont le symétrique a disparu à droite. Deux autres, également rectangulaires mais plus petites, se placent contre les premières, près de la feuillure. Deux crapaudines occupent les angles internes de la partie basse et, à peu près au milieu de leur axe, deux petits trous de gâche carrés sont creusés l’un derrière l’autre.

FIG. 130 – La Marseillaise. Seuil de la pièce D : type 1 à deux battants égaux, tableaux rapportés dans l’embrasure extérieure et montants couvre‑joints ; usure du côté droit.

cl. V. Lassalle

29– Vestibule F : bloc débordant en façade mais, de manière visible, uniquement du côté gauche car l’autre extrémité du seuil est dissimulée sous un mur plus récent (fig. 127, no 4). Long, utile du seuil supérieure à 1 m ; larg. 0,50‑0,52 m ; larg. du pas de porte 0,22 m. Deux crapaudines occupent les angles internes de la feuillure et il n’y a pas de trou de fixation. Un espace est vacant entre la pierre et le piédroit gauche de la porte.

30– Pièce B : bloc débordant latéralement non seulement en façade mais aussi sur le parement interne des murs, ce qui donne à ses faces latérales une forme de U (fig. 127, no 5). Long, du pas 1,90 m ; larg. du pas 0,35 m. Long, utile du seuil 1,60 m ; larg. 0,45 m. La partie basse qui est très étroite (0,10 m) se trouve entièrement à l’intérieur de la pièce et s’achève par un demi‑cercle à chaque extrémité ; elle est creusée de deux larges crapaudines peu profondes mais il n’y a pas de mortaise pour la gâche.

31– Pièce E : précisons qu’il s’agit de la porte de communication entre la pièce E et le couloir F, puisque l’on ne possède pas de document sur la baie extérieure, et que la description du bloc pose un problème car le relevé ne concorde pas avec les photographies : les dimensions en particulier ne sont pas fiables (fig. 127, no 6 et fig. 131). Il déborde latéralement sur la droite mais pas sur la gauche, où il est accolé à un mur. Long, du pas 1,80 m ; larg. du pas 0,10 m d’après le relevé, mais il semble plus large sur les clichés (environ 0,15 m) ; Long, utile du seuil 1,60 m ; larg. 0,55 m. La partie démaigrie comporte deux séries de mortaises : l’association habituelle contre la feuillure de deux crapaudines et d’un trou de gâche central quadrangulaire, mais également trois grandes mortaises rectangulaires, identiques, placées sur une ligne en retrait de la première série. Deux d’entre elles se trouvent aux extrémités du seuil, la troisième au milieu.

FIG. 131 – La Marseillaise. Seuil intérieur entre la pièce E et le vestibule F : type 1 à deux battants égaux ; trois mortaises alignées, du côté intérieur, indiquent la présence d’un système de fermeture complexe ou peut‑être celle d’une clôture (?).

cl. V. Lassalle

32– Pièce 1 de La Fontaine des Bénédictins : les mesures ne sont qu’approximatives car elles sont tirées du plan global et des photographies (fig. 127, no 7 et fig. 132). Long. utile du seuil environ 1,30 m. Le pas de porte dépasse à peu près de 0,20 m de chaque côté de l’ouverture sur la façade et paraît étroit par rapport à la largeur du seuil qui pénètre profondément dans la pièce. Deux petites mortaises carrées se placent aux angles internes du pas, contre la feuillure. La partie basse comporte deux rainures longues et étroites dans ses angles internes, parallèles à la feuillure contre laquelle elles sont creusées ; un petit trou de gâche décentré se place à proximité de l’encoche de gauche. Deux autres mortaises quadrangulaires, distantes entre elles de 30/40 cm, sont situées contre l’arête postérieure du seuil et dans l’axe du passage repérable à l’usure de la pierre.

FIG. 132 – La Fontaine des Bénédictins. Seuil de la pièce 1 : type 1 à deux battants inégaux, système de fixation à l’aide de barres obliques, cadre couvre‑joints ; les crapaudines sont remplacées par de longues mortaises.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes

33– Pièce B3 des Villégiales : seuil incomplet dans sa partie droite. Long. conservée 0,61 m ; larg. 0,38 m ; larg. du pas 0,16 m. Le plan démaigri présente une crapaudine dans l’angle gauche et un trou de gâche rectangulaire, placé à 0,20 m de celle‑ci (fig. 127, no 8 et fig. 133).

FIG. 133 – Les Villégiales des Bénédictins. Seuil de la pièce B3 : type 1 à battants inégaux.

cl. X. Belougne/Afan

Type 2. Les seuils à feuillure en Π avec un cadre surélevé sur trois côtés du plan démaigri

34Ce type est illustré par deux spécimens des Hespérides, taillés dans des blocs parallélépipédiques, sans crochets en façade (fig. 134, nos 1, 2, fig. 135).

FIG. 134 – Différents types de seuils : 1‑2 seuils du type 2 à feuillure en Pi et retours latéraux (le seuil 1 possède deux battants inégaux, barre oblique de fixation, tableaux rapportés, deux paires de crapaudines et deux trous de gâche indiquant une possible réfection de la porte) ; 3 seuil de type 3 à retours latéraux semi‑circulaires ; 4 seuil de type 4 sans feuillure (à deux battants égaux et possible tableau à gauche) ; 5, 6 seuils de type 5 (5 à rainure étroite pour élément fixe et 6 à large glissière permettant à deux panneaux de coulisser l’un derrière l’autre).

dess. Cl.-A. de Chazelles/CNRS

FIG. 135 – Les Hespérides. Les trois seuils de l’îlot principal : 1 seuil à coulisse ; 2 seuil à feuillure en Pi ; 3 fragment de seuil de type 3 en remploi.

cl. H. Pomarèdes/Afan

35– Espace 3 (MR173) : long, du seuil 1,57 m ; larg. 0,36 m ; larg. du pas 0,20 m. La partie basse, longue de 1,16 m et large de 0,16 m, est encadrée par deux ressauts latéraux liés au pas de porte ; à chaque angle que forme le pas avec l’un des retours se trouve une mortaise en forme de L. La partie basse présente deux paires de mortaises de diamètres différents, dans les angles internes proches de la feuillure, ainsi que deux trous de gâche rectangulaires, ce qui évoque une possible réfection de la fermeture de la baie au cours de l’utilisation de ce seuil. On est en effet tenté d’associer les plus petites crapaudines, qui sont également les plus externes, à la petite mortaise de fixation, l’ensemble pouvant convenir dans un premier état à des vantaux minces ; dans cette hypothèse la modification de la porte irait de pair avec un épaississement des battants, nécessitant le creusement de mortaises plus importantes. Une dernière cavité rectangulaire se trouve contre l’arête postérieure du bloc, au milieu de la longueur.

36– Pièce 10 (MR142) : bloc irrégulier, légèrement trapézoïdal. Long, de l’arête antérieure 1,12m ; long, de l’arête postérieure 1,08 m ; larg. moyenne 0,48 m. La partie basse qui mesure approximativement 0,98 x 0,34 m est bordée par les retours du pas de porte ; celui de gauche est étroit et régulier, l’autre est abîmé. Une crapaudine se place dans l’angle interne gauche de la partie déprimée.

Type 3. Les seuils à feuillure en Π et ressauts latéraux semi‑circulaires

37Ce modèle n’apparaît pas à La Marseillaise. On le trouve sous une forme quasi complète au 11, rue des Bénédictins et sous une forme fragmentaire aux Hespérides, à travers un bloc remployé dans une maçonnerie.

38– Bloc de la rue des Bénédictins : les dimensions ne sont pas connues mais la photographie donne l’impression qu’il s’agit d’un élément trapu, large par rapport à sa longueur, et dont la largeur se divise à peu près équitablement entre le pas de porte et la partie basse (fig. 136). Occultée par une détérioration partielle, la symétrie des aménagements ne fait pourtant pas de doute. Le pas de porte se prolonge vers l’intérieur du seuil par deux ressauts arrondis, au centre géométrique desquels sont creusées les crapaudines circulaires. Aux deux extrémités du pas se trouvent des mortaises longues et étroites.

FIG. 136 – Seuil du 11, rue des Bénédictins, de type 3 à deux battants égaux et tableaux rapportés.

cl. V. Lassalle

39– Bloc en remploi dans le mur MR142 des Hespérides (fig. 134, no 3) : le fragment mesure 0,70 m de long ; larg. Du pas 0,20 m ; larg. de la partie basse 0,12 m ; larg. du ressaut arrondi 0,42 m. Une mortaise rectangulaire est taillée à l’extrémité du pas, c’est‑à‑dire au départ du demi‑cercle ; ici, la crapaudine est située dans l’angle interne de la partie basse, contre la feuillure, et non sur la partie surélevée comme dans l’exemple précédent.

Type 4. Les seuils sans feuillure

40Ce type est uniquement représenté par l’aménagement de la baie reliant la courette J au péristyle de la maison de La Marseillaise (fig. 134, no 4 et fig. 137). La pierre de seuil repose en partie sur une marche monolithique, un peu plus longue en l’état actuel de conservation car le seuil est cassé aux extrémités. Long, de la marche 2,25 m ; pas de la marche 0,25 m ; long, du seuil supérieure à 1,60 m ; larg. 0,65 m ; haut. 0,10 m. Deux mortaises semi‑circulaires correspondent vraisemblablement aux crapaudines, un trou de fixation quadrangulaire est à peu près centré entre elles et une mortaise de forme carrée est accolée à la crapaudine gauche (son éventuel symétrique ayant disparu à droite en raison de la cassure du bloc).

FIG. 137 – La Marseillaise. Communication entre la cour et le péristyle : seuil de type 4 à deux battants égaux et probable tableau à gauche.

cl. V. Lassalle

  • 6 16 des 22 seuils mentionnés dans l’article de J.-C. Bessac et J.‑L. Fiches (1979) sont représentés (...)

41Le tableau x montre à quel point les dimensions de ces pierres de seuils sont variées, surtout celles des largeurs, mais il convient de rappeler que les mesures des éléments de La Marseillaise ont été prises sur un plan à grande échelle qui, en certains cas, ne paraît pas fidèle aux réalités visibles sur les clichés (notamment pour le seuil de type 1 entre les pièces E et F). Malgré tout, en s’en tenant aux valeurs « justes » issues des Hespérides, les largeurs vont quand même de 0,32 à 0,48 m pour des pas de porte de 0,14 à 0,20 m. La comparaison avec les maisons d’Ambrussum est intéressante puisque l’on y remarque une grande variabilité parmi les longueurs et parmi les largeurs, tous types de seuils confondus. De même, les pas de porte se cantonnent également dans une fourchette étroite de 0,14 à 0,19 m. Enfin, il n’est pas indifférent de constater que la classification des pierres de seuil effectuée dans le quartier des Bénédictins opère assez efficacement aussi à Ambrussum, sauf en ce qui concerne un type non représenté sur les quatre sites nîmois6. Il s’agit d’un seuil qui associe un battant mobile butant contre une feuillure rectiligne et un panneau fixe maintenu à la base dans une rainure.

TABL. X – Dimensions des seuils (en m) à La Marseillaise et aux Hespérides ainsi qu’à Ambrussum dans les maisons du Devès. La longueur du pas diffère de la longueur utile dans le cas des seuils de type 1 qui débordent de part et d’autre de la baie.

42À Nîmes, lorsque la documentation graphique (Hespérides) ou photographique (Marseillaise) le permettait, on a pu enregistrer le fait que les pierres de seuil n’étaient jamais engagées sous les tableaux des murs mais enfoncées entre eux, laissant même parfois un espace vide. Dans l’ensemble, une usure assez prononcée se remarque à l’emplacement du passage préférentiel c’est‑à‑dire soit dans la partie centrale du lit d’attente (elle est spécialement nette à La Fontaine des Bénédictins), soit sur l’un de ses côtés. En effet, sur certains exemplaires les tronçons latéraux conservent souvent un aspect fraîchement taillé, tandis que sur d’autres une usure asymétrique signale que l’un des battants était rarement ouvert : c’est le cas en particulier des vantaux gauches des salles D ou L de La Marseillaise.

Type 5. Les seuils à coulisse

43Les seuils de cette série se différencient des autres par leur étroitesse et par la présence d’une rainure en long traversant tout ou partie du lit d’attente. Suivant leur longueur, ils sont constitués d’un ou de plusieurs blocs.

44– Pièce 8 des Hespérides : monolithe fragmenté sur place et incomplet à l’extrémité droite (fig. 134, no 5 et fig. 135). Long. conservée 1,16 m ; larg. 0,30 m. La rainure mesure 1,06 m de long et 3 cm de large.

45– Pièce A2 des Villégiales : le seuil à coulisse est implanté en avant du nu de la façade (fig. 134, no 6 et fig. 138). Long de 4,04 m, il dépasse de quelques centimètres de part et d’autre de l’exèdre de la pièce (large de 3,60 m) devant l’extrémité des murs de refend. Il est formé de quatre blocs accolés : trois d’entre eux sont taillés dans un calcaire dur de couleur bleutée et ont des dimensions du même ordre (Long. 1,18, 1,15 et 1,16 m ; larg. de 0,14 m à la base et de 0,18 m au sommet ; haut, totale 0,09 m), le dernier mesure seulement 0,55 m de long et il est fait d’un calcaire tendre blanc. Une rainure, évasée de bas en haut et mesurant à la base 8,5 à 9 cm pour une profondeur de 1,5 cm, occupe la moitié de la largeur du seuil. Tous les éléments montrent une excellente finition de la taille dans leur partie supérieure, c’est‑à‑dire sur les différents plans de la glissière et de ses bordures ainsi que sur une hauteur de 1,5 à 2,5 cm sur les deux faces latérales. Au‑dessous, la taille est plus sommaire tandis que le lit de pose est au contraire rigoureusement aplani. Aux extrémités de chaque bloc, on observe aussi une finition parfaite des 2 ou 3 cm supérieurs permettant un ajustement impeccable, la partie inférieure beaucoup plus fruste étant taillée légèrement en dépouille.

FIG. 138 – Les Villégiales des Bénédictins. Seuil à coulisse de la pièce à exèdre A2.

cl. X. Belougne/Afan

  • 7 Les seuils du macellum de Belo ont été étudiés de façon détaillée, ce qui nous procure quelques com (...)

46Si les deux exemples correspondent bien à des « seuils à rainure », seule le second mérite l’appellation de « seuil à glissière » avec une entaille assez large pour permettre à deux panneaux de bois de coulisser l’un devant l’autre. Ce procédé est en effet difficile à restituer dans le cas d’une rainure de 3 cm de largeur et l’on évoquera plus volontiers la présence d’un panneau fixe, mais amovible à volonté. Une des extrémités du seuil des Hespérides étant détruite, on ignore s’il comportait également un battant pivotant, ce qui le classerait dans une catégorie bien connue, attestée notamment au ier s. de n.è. par l’une des portes de maison à Ambrussum (pièce 8, maison C) et par celle d’un œcus au Clos de la Lombarde à Narbonne (Sabrié et al. 1987). À Pompéi comme au macellum de Belo (Portugal), ce type de porte est caractéristique des boutiques7. Un véritable seuil à glissière a été identifié et daté vers 80‑100 de n.è. dans la maison au Dauphin de Vaison, où il permettait de fermer le triclinium 23. Il était formé d’au moins quatre blocs jointifs et mesurait 2,60 m de longueur, ce qui laissait un passage de 1,30 m quand un des panneaux était glissé derrière l’autre (Goudineau 1979 : 166‑167, fig. 73, pl. 75).

47Il convient peut‑être de ranger dans la catégorie des « seuils à rainure », malgré son caractère très marginal, le négatif de la cloison séparant la salle B4 de son annexe sur le site des Villégiales, en ce sens que les dimensions et l’aspect de la baie pouvaient être modifiés à la demande par le démontage des panneaux.

3.1.2.3 Essai de restitution des systèmes de fermeture des baies

48Les lits d’attente des pierres de seuil présentent un certain nombre de caractères dont la nature, le nombre et la position sont révélateurs du mode de fermeture de chaque baie ; de surcroît, ils apportent parfois des renseignements sur les éléments en bois rapportés dans les embrasures de portes pour améliorer l’isolation des pièces.

49Le trait le plus facilement mis en évidence est le nombre de vantaux puisqu’il suffit de compter les crapaudines. Sur les 15 portes équipées de seuils étudiées au quartier des Bénédictins, une seule se fermait par un vantail unique : celle de la pièce 10 des Hespérides, avec un seuil de type 2 à feuillure et retours latéraux. Les autres possédaient deux battants, soit d’égales longueurs (9 exemplaires), soit un court et un long (2 cas assurés et un troisième probable) dont les mesures sont indiquées par l’emplacement du trou de fixation. Le seuil incomplet du 11, rue des Bénédictins devait se rallier à la catégorie dotée de battants symétriques.

50Il est curieux a priori d’observer que les portes à battants asymétriques ne sont pas spécialement larges (1,30 m) mais le fait se comprend par les dimensions du passage ménagé en ouvrant un seul côté. On remarque en effet dans la maison de La Marseillaise que si l’on ouvre un seul des deux battants des portes étroites (pièces G et L), le passage mesure à peine 0,50 m, alors qu’il atteint 0,70 ou 0,80 m dans les mêmes conditions aux portes larges des salles de séjour (B, D et E). Or on parvient à un résultat identique avec des portes moyennes (1,30 m au lieu de 1,10 ou 1,60 m) munies de battants de tailles différentes, en ouvrant le plus large. Un des vantaux peut d’ailleurs rester fixe, comme le cas se présente avec la salle 8 de la maison A d’Ambrussum dont le seuil comporte un panneau inséré dans une rainure et un vantail mobile donnant une ouverture de 0,80 m. C’est également à un seuil mixte de ce type –panneau amovible et battant pivotant– que me fait penser l’élément incomplet des Hespérides fermant la pièce 8. Une parenthèse mérite d’être ouverte au sujet de ces panneaux de porte fixes. D’une part, bien qu’aucun vestige archéologique ne l’atteste, on peut imaginer qu’ils comportaient à leur tour une partie mobile, comme un guichet, permettant d’aérer ou d’éclairer commodément une pièce sans ouvrir complètement la porte. D’autre part, les panneaux entiers pouvaient être enlevés en cas de nécessité d’un passage plus large ou durant l’été. Ce dispositif ingénieux permettait de fermer complètement ou d’ouvrir très largement un local en fonction des saisons et des activités qui s’y déroulaient. De véritables « façades » en bois, démontables matin et soir, assuraient la clôture des boutiques d’Ostie ou de Pompéi (Adam 1984 : 346, fig. 730, 731) et c’est dans le sens de cette grande souplesse que j’ai eu envie d’interpréter la cloison de bois de la salle B4 des Villégiales, dont la présence ou l’absence modulait différemment l’espace.

51Le nombre des éléments fixes ou articulés composant la fermeture de chaque baie est indubitablement lié à la fonction de la pièce qu’elle commande. Bien qu’en ce qui concerne les maisons du quartier des Bénédictins on soit souvent réduit aux conjectures quant à la destination des différents locaux, on ne peut s’empêcher de noter, avec toutes les réserves qui s’imposent, qu’à La Marseillaise les seuils larges sont le propre des salles de la partie résidentielle (B, D, E et J correspondant à l’entrée du péristyle). Bornons‑nous aussi à enregistrer la différence existant entre les seuils des espaces 8 et 10 de l’îlot principal des Hespérides, l’un caractérisant peut‑être une habitation, l’autre un local technique. Par contre, il est clair que les portes à vantaux dissymétriques des Hespérides et de La Fontaine des Bénédictins étaient celles de salles de séjour. Elles ne se distinguent pas seulement par les dimensions spéciales des battants mais également par une autre particularité qui a trait à leur articulation. Contrairement aux autres blocs qui montrent simplement deux crapaudines, le spécimen des Hespérides en comporte deux paires de tailles différentes, et sur celui de La Fontaine des Bénédictins, elles sont remplacées par de longues mortaises, destinées à recevoir une pièce sans doute plus complexe qu’un simple gond ou tourillon. Il est vraisemblable que le seuil incomplet de la salle B3 des Villégiales était lui aussi muni de battants inégaux.

52La plupart des portes se fermaient de l’intérieur en fixant l’un des battants dans le seuil à l’aide d’un verrou vertical, puis en maintenant les deux ensemble, par un système quelconque ; mais il devait exister d’autres moyens car les pierres de seuil des pièces B et F, à La Marseillaise, ne comportent pas de trou de gâche. De plus, certaines portes, nécessitant peut‑être un verrouillage plus sûr, devaient être bloquées à l’aide d’une voire deux barres obliques ancrées dans le seuil : on trouve en effet sur deux des exemplaires à vantaux asymétriques, ainsi que sur le seuil de la salle D de La Marseillaise, des mortaises creusées contre l’arête postérieure du lit d’attente, centrées par rapport à la longueur du seuil. Pour en finir avec les cas atypiques, signalons encore deux systèmes originaux de fermeture. Tout d’abord celui du seuil du 11, rue des Bénédictins qui semble appeler une découpe spéciale du bord inférieur des vantaux. De fait, cette hypothèse est suggérée par la position même des crapaudines qui sont creusées dans la partie surélevée de la pierre, au centre des demi‑cercles formant les retours latéraux car, si l’on veut malgré tout bénéficier de l’avantage de la feuillure, il est impératif que le bas des vantaux soit taillé en baïonnette afin de pouvoir pivoter autour des arrondis (fig. 139, no 1). Deuxièmement, à La Marseillaise, la porte de communication entre la salle E et le vestibule F a pu pour sa part bénéficier d’une double fermeture constituée d’une porte ordinaire et d’une clôture intérieure fixée sur trois montants (fig. 131). L’interprétation est naturellement sujette à caution et l’on pourrait aussi envisager que les trois grandes mortaises alignées sur le plan démaigri du seuil participaient à un système d’assujettissement des vantaux, de l’intérieur de la pièce.

FIG. 1391 restitution de la porte correspondant au seuil du 11, rue des Bénédictins avec découpe en baïonnette de la base des vantaux : a pierre de seuil, b vantail, c tableaux. 2 restitution de l’aménagement complet d’une baie (d’après la porte de la salle D de La Marseillaise) : a seuil, b vantail, c tableaux, d cadre couvre‑joint, e barre oblique de fixation.

dess. Cl.-A. de Chazelles/CNRS

53En plus de leurs modes de fermeture, les baies se différencient par la présence éventuelle de pièces de bois rapportées dans l’embrasure. Il peut s’agir d’un cadre fixé en avant des battants, c’est‑à‑dire du côté extérieur de la porte, servant de couvre‑joints sur l’intervalle laissé entre les jambages de l’ouverture et le bord des vantaux. Mais il peut s’agir aussi de panneaux de bois plaqués contre les tableaux de la baie dont l’épaisseur vient précisément réduire cet espace générateur de courants d’air ; les deux types d’aménagements peuvent être utilisés de façon complémentaire ou indépendamment l’un de l’autre. L’existence de tableaux en bois aurait peut‑être pu être vérifiée sur le terrain mais il n’a pas été possible de la déterminer pour chacune des baies d’après les plans et les photographies. Elle semble toutefois assurée au moins pour les ouvertures des salles D, L et F de La Marseillaise car, aux extrémités des seuils, se trouvent des logements longs et étroits susceptibles d’accueillir des planches dressées. De même, les baies munies de seuils du groupe 3 à avancées semi‑circulaires devaient être agrémentées de tableaux rapportés fixés dans les mortaises longilignes du pas de porte, le dispositif étant simplifié du fait que les battants s’ouvraient complètement à l’intérieur de la pièce et non dans l’épaisseur des murs. Des attestations un peu moins claires proviennent du seuil de l’espace 3 des Hespérides qui montre des mortaises en forme de L creusées sur le pas de porte contre les crapaudines, et du bloc sans feuillure qui fait communiquer le péristyle de la maison de La Marseillaise avec la cour J, également porteur d’une mortaise à côté d’une crapaudine.

54La pose de cadres couvre‑joints est trahie par des mortaises quadrangulaires situées sur le pas de porte, devant les crapaudines. On a pu ainsi la prendre en compte pour les ouvertures des pièces L (entrée) et D (séjour) de la domus de La Marseillaise, ainsi que pour celle de la pièce 1 à La Fontaine des Bénédictins. Sur l’oppidum d’Ambrussum, où les maisons offrent aussi un éventail varié de seuils, l’étude a montré que 7 éléments, sur les 13 qui livrent les renseignements voulus, étaient complétés par des cadres couvre‑joints, mais qu’un seul présentait des rainures destinées à la pose de tableaux en bois (Bessac, Fiches 1979 : fig. 2, no 1). La figure 139, no 2, qui s’inspire du seuil de la salle D de La Marseillaise, propose une restitution complète d’un système de fermeture comprenant des tableaux en bois rapportés dans l’embrasure extérieure de la baie, des montants couvre‑joints également en bois, un seuil de type 1 à feuillure continue, un verrou vertical et une barre oblique de sûreté. Les portes de cette domus présentent diverses combinaisons de tous ces éléments : deux vantaux maintenus par un verrou vertical (pièces G, E, J), ou d’un autre type (B, F) ; deux vantaux et des tableaux de bois masquant toute l’épaisseur des piédroits (F) ; deux vantaux et des couvre‑joints faisant office de tableaux extérieurs (L) ; enfin deux vantaux avec couvre‑joints et tableaux extérieurs (D).

3.1.2.4 Les baies des pièces à exèdre

55L’architecture du quartier des Bénédictins illustre à deux reprises l’équipement décoratif des baies de salles à exèdre, sous la forme de bases de pilastres.

La salle B4 des Villégiales

56D’une largeur de 3,60 m, l’ouverture de la salle B4 est encadrée par deux bases de calcaire blanc moulurées. L’une est placée, à l’est, à l’extrémité du mur de refend séparant la salle de sa voisine B3 (fig. 133) ; l’autre se trouve par l’une de ses faces dans le prolongement de la cloison en bois qui ferme l’annexe de B4 du côté occidental. Seul le bloc de droite a pu être étudié directement. Ses dimensions théoriques sont de 62,5 x 41,3 cm pour le lit de pose et de 46,2 x 24,5 cm pour le lit d’attente. La moulure qui orne les faces, haute de 14 cm, se compose d’une plinthe, puis d’un tore surmonté d’un listel et d’un cavet (fig. 140). En fait, le tailleur de pierre a su économiser son travail en laissant brute une partie non visible, peut‑être masquée par l’enduit du mur de refend du côté de la pièce contiguë B3 (fig. 141). On remarque la présence d’un trou circulaire vertical, d’un diamètre de 4 cm, creusé dans la moulure au contact entre la partie taillée et celle qui ne l’est pas. Cet élément se prête à diverses hypothèses selon qu’on le met en relation avec la pièce B4 à exèdre ou avec la salle B3, dont le seuil est précisément accolé à la base moulurée : dans le premier cas, il pourrait correspondre à l’emplacement d’une crapaudine et il s’agirait alors d’un remploi du bloc au cours d’un réaménagement de la baie ; dans le second cas, plus plausible à mes yeux, cette mortaise participe à la fermeture de la pièce voisine B3 et peut s’interpréter comme étant le négatif d’un montant destiné à occulter le vide laissé entre la tête du mur de refend, le pilastre et la porte. Le lit de pose du bloc est percé presque en son centre d’un trou de louve ovale (7,5 x 6 cm) d’une profondeur de 10 cm.

FIG. 140 – Les Villégiales des Bénédictins. Modénature de la base de pilastre est (salle B4).

dess. Cl.-A. de Chazelles/CNRS

FIG. 141 – Les Villégiales des Bénédictins. Base moulurée du pilastre est (salle B4).

cl. Y. Manniez/Afan

57Les lits d’attente des bases, soigneusement taillés, devaient recevoir des piliers de pierre (ou de bois ?) de même section, réunis à leur sommet soit par un linteau, soit plus probablement par la panne‑sablière du toit, selon qu’un versant unique ou que deux versants (de même orientation mais étagés) couvraient l’aile nord de la maison et la galerie du péristyle.

La salle C de La Marseillaise

58L’ouverture de la salle C mesure environ 3,80 m entre les deux refends qui la délimitent. Ceux‑ci ne sont pas appareillés en moellons jusqu’à la façade de la pièce sur la galerie mais se terminent par des blocs taillés (L x 1 = 55 x 20‑25 cm) qui possèdent à peu près la même largeur. Du côté oriental, ce dispositif relativement faible a été doublé par un second mur de moellons qui permet en particulier de chaîner la façade de la salle contiguë (B) à un retour perpendiculaire. Ces blocs situés de chaque côté de l’exèdre sont eux‑mêmes à demi embrassés par deux grands monolithes en forme de L qui rétrécissent l’ouverture (3,30 m) et viennent se plaquer sur le nu théorique de la façade (fig. 142). Les deux ensembles symétriques ont été bâtis au moment de la construction des murs, antérieurement à la mise en place des sols bétonnés qui affleurent au niveau des lits d’attente.

FIG. 142 – La Marseillaise. Blocs destinés à la mise en place des pilastres d’angle de la salle à exèdre C : a ensemble de gauche ; b ensemble de droite.

cl. V. Lassalle

59Chacun des blocs comprend deux branches perpendiculaires mesurant 65 à 70 cm le long de l’arête externe et 20‑25 cm de largeur. Deux mortaises rectangulaires, creusées le long de l’arête interne de la branche parallèle à la façade, encadrent le bloc indépendant. L’élément de gauche –en entrant dans la salle– est intact mais celui de droite montre une large plage démaigrie en façade qui a pu servir à améliorer le calage du bloc supérieur. L’emplacement des trous de fixation, et notamment de celui qui occupe l’intersection des deux branches du L, invite à restituer sur cette première assise une seconde, identique, et, par extension, de véritables pilastres d’angle. Leur partie supérieure, peut‑être surmontée de chapiteaux, se substituait aux extrémités des murs de refend pour porter la charge du toit ou d’un linteau.

60Que ce soit à La Marseillaise ou aux Villégiales, rien n’évoque un système de fermeture de l’exèdre, mais il est certain que ces salles ne restaient pas toujours ouvertes, comme le montre aux Villégiales le seuil à glissière de la pièce A2. La maison du Clos de la Lombarde à Narbonne en a apporté aussi deux bonnes illustrations concernant l’œcus, l’une d’époque augustéenne, l’autre du ier s. Dans un premier état, cette salle large de 3 m se fermait par des vantaux scellés sur les bases de colonnes qui encadrent la baie (des encoches creusées sur les bases l’attestent) ; après réfection, le nouveau système se composait de trois battants articulés mais pouvant être fixés au sol. Ce témoignage prouve que les pierres de seuil n’étaient pas indispensables à la fermeture des baies et que les crapaudines devaient être éventuellement remplacées par des gonds de métal, scellés dans des montants de pierre ou de bois. À Glanum, les piliers hauts de 2,58 m qui bordent l’exèdre de la maison des Antes montrent des cavités profondes, creusées dans les tableaux à mi‑hauteur, que H. Rolland attribuait à la fixation d’une « poutrelle mobile » servant en fait de tringle à rideau (Rolland 1946 : 79) mais qui pourraient convenir à l’emplacement de gonds. Il faut effectivement envisager un système de ce type car le seuil de la salle, contrairement aux six autres de la maison, ne présente pas de mortaise en liaison avec le mode de fermeture.

61On ne peut pas clore ce sujet en éludant la question des baies sans pierre de seuil. À La Marseillaise, la seule de ce type correspond à la communication entre les salles G et H mais, à défaut de monolithe, le sol de l’ouverture était formé par l’arase supérieure de la fondation du mur de refend (fig. 143) ; celle‑ci est en effet continue, alors que l’élévation se divise en deux tronçons de part et d’autre de la baie. Sur le site des Hespérides, la transition entre les espaces 7 et 9 est marquée par quelques pierres et l’arrachement d’un seuil. Enfin, la création d’un escalier dans la cour 11 a conduit à percer le mur de façade d’une ouverture permettant l’accès depuis la rue ; ce remaniement a abouti à la formation d’un seuil appareillé en moellons à l’emplacement du pan de mur abattu. En revanche, la construction de la cloison MR25 pour diviser la salle 14 n’a pas occasionné de modification du sol en terre qui passe sans solution de continuité d’une pièce à l’autre (fig. 125).

FIG. 143 – La Marseillaise. Porte de communication entre les pièces G et H dont le seuil est formé par la fondation continue du mur de séparation.

cl. V. Lassalle

3.1.3 Les sols en terre et les pavements bétonnés

3.1.3.1 Les sols de terre battue

62Minoritaires au sein des domus des Villégiales et de La Marseillaise, absents à La Fontaine des Bénédictins où manquent les sols de plusieurs pièces, les sols de terre battue sont de règle dans tous les espaces de l’îlot principal des Hespérides, alors que des pavements de béton sont attestés par des sondages dans les îlots voisins (espaces 3 et 15).

63La texture des sols varie peu et on note la prédominance des terres argilo‑sableuses, compactes et homogènes, dont la couleur brun‑jaune et la structure peuvent signaler des apports volontaires de matériaux. Quant au mélange textural d’argile et de sable, qu’il résulte d’une intention ou du hasard géologique, sa composition granulométrique le rend particulièrement apte au damage tandis que la présence des argiles augmente la cohésion des grains. Il n’y a aucune différence de traitement entre les sols intérieurs et ceux de la cour 11, mais deux aménagements se distinguent par un caractère nettement plus « construit ». Ce sont les sols des espaces 9 et 12, respectivement constitués d’argile compacte étendue sur un lit de cailloutis et d’argile sur une couche d’éclats de taille ; dans le dernier exemple, l’apport d’argile peut éventuellement correspondre à l’amélioration du niveau de circulation après des travaux de maçonnerie. Les sols de terre battue rencontrés à La Marseillaise caractérisent des locaux de la domus pouvant être interprétés comme étant des lieux de travail et de remisage (G et H) ou des communs (I, K, L). Aux Villégiales, la répartition des sols de terre et des pavements bétonnés entre les différents espaces est moins évidente du fait d’une érosion poussée des niveaux romains. L’absence de sols en dur est néanmoins certaine pour les petites salles A3 et B3 qui, chacune, jouxtent la pièce à exèdre de la maison correspondante. On ne sait malheureusement pas quels types de pavement possédaient leurs symétriques, de l’autre côté des exèdres. Dans la maison C, le vaste bâtiment à étage C1 ainsi qu’un diverticule de la cour C6/C7 qui borde la cage d’escalier C8 se distinguent par leurs sols de terre battue.

64L’impression qui se dégage et à laquelle on pouvait s’attendre est que, dans le cadre des domus, les sols ont été traités différemment en fonction de la destination des lieux. Un tel partage a également été reconnu dès l’époque augustéenne dans la domus de la place Formigé, à Fréjus, où les « communs » étaient pourvus de sols en terre et de seuils en bois, tandis que la partie résidentielle s’ornait de seuils en pierre et de pavements de mosaïque ou de tuileau ; de même au Clos de la Lombarde, à Narbonne, où la maison ne comporte qu’une pièce à sol de terre, les autres étant mosaïquées (Sabrié et al. 1987). Dans le courant du ier s., de semblables distinctions ont encore cours dans la villa de Montmaurin entre la pars rustica et la pars urbana (Fouet 1969) ainsi qu’à Ambrussum avec des pièces de service et des couloirs privés de sols en dur. Quant aux maisons entièrement dotées de sols de terre battue, on en connaît d’autres à Nîmes dans la partie haute de la Propriété Solignac (ier et iie s.) ou à la Zac des Halles sous le règne d’Auguste ; il en existe également dans certains quartiers d’Aix‑en‑Provence (ier s.), de Lunel‑Viel (iieiiie s.) ou d’Orange (fin iie s. ; Thollard 1986 : 158) pour ne citer que quelques exemples.

3.1.3.2 Les sols dallés

65Rares sont les secteurs munis de sols dallés. On ne peut guère signaler que la cour J, située en avant du péristyle de la maison de La Marseillaise et un local de la maison C des Villégiales (C7) qui comporte deux niveaux successifs de dallage en lauzes. Les données ne permettent pas de déterminer si l’espace était à ciel ouvert ou protégé par une couverture (voire un étage, cf. infra § 3.1.5) mais il restait en tout cas largement ouvert sur deux de ses côtés. Par ailleurs, une petite surface pavée liée à la rue doit peut‑être s’interpréter comme une entrée secondaire de la maison donnant directement accès à l’escalier menant à l’étage (SB72). Ces quelques empierrements occupent des espaces extérieurs et il est étonnant que la cour 11 des Hespérides n’ait pas été aménagée de la sorte.

3.1.3.3 Les sols de terrazzo et de béton de tuileau

66D’emblée précisons que les sols de terrazzo ne doivent pas être confondus avec les sols d’opus signinum, si l’on veut bien s’en tenir aux définitions de Ginouvès et Martin (1985). Les premiers sont faits d’un béton dans lequel se mélangent sable, chaux, graviers et éclats de calcaire ou d’autres roches, qui peuvent d’ailleurs être mis en évidence pour obtenir un effet décoratif en surface. Les sols d’opus signinum ne sont pas non plus des bétons de tuileau car, si leurs compositions sont proches, elles diffèrent radicalement par la taille des agrégats. Aux matériaux de base –sable et chaux– se mêlent de la poudre fine de céramique dans le cas de l’opus signinum (encore appelé mortier de tuileau), ou de gros fragments d’amphores et de tuiles concassées dans le cas des bétons de tuileau. Le décor superficiel de ces pavements s’obtient en incrustant des éléments minéraux bruts (galets, petits cailloux) ou taillés (tesselles), souvent de couleur blanche ou noire, qui se distribuent soit de façon aléatoire soit selon des motifs géométriques.

67Les pavements de tuileau apparaissent en Gaule au cours de la période hellénistique dans des contextes bien particuliers, ainsi à Marseille (Gantès 1992 : 85), Olbia ou Lattes (Chazelles 1990 : 116), et commencent à se multiplier à la fin de la République (Glanum, Brignon, Ermitage d’Alès). Ils restent représentés tout au long du règne d’Auguste et du ier s. de n.è., à Vié‑Cioutat (Sabrié et al. 1984), à Nîmes (rue Saint‑Laurent, rue Pelloutier, Zac des Halles), à Ambrussum, etc., mais paraissent néanmoins s’effacer devant le développement des terrazzo et des mosaïques au cours du ier s. Dans le quartier des Bénédictins, sous le Haut‑Empire, la seule attestation provient du secteur 3 des Hespérides. Plus généralement, le béton et le mortier de tuileau restent employés comme revêtements étanches de cuves et de bassins (cf. infra § 3.1.4.2).

68Les pavements de terrazzo sont au contraire courants dans les domus des Villégiales où en sont pourvues plusieurs salles des ailes nord des maisons A et B ainsi que leurs galeries de péristyles. La surface présente une couleur blanche qui reste sans décor, même dans la salle à exèdre A2, ou s’orne de croisillons de tesselles (fig. 144). La construction sur radier de pierres de chant a été mise en évidence à partir d’un lambeau de terrazzo préservé dans un secteur sans structures de la maison C.

FIG. 144 – Les Villégiales des Bénédictins. Détail du semis de tesselles ornant le sol de terrazzo de la salle B5 (SL 157).

cl. X. Belougne/Afan

69Inconnu dans l’îlot principal des Hespérides, ce type de sol blanc constitue une alternative aux mosaïques pour certains espaces de La Fontaine des Bénédictins. Leur structure a été étudiée dans la galerie 6, où la partie supérieure épaisse de 2 cm en moyenne reposait sur un empierrement de moellons à plat ; dans la pièce 2, pavée d’un terrazzo blanc composé de poudre et d’éclats de marbre et orné d’un emblema en opus tessellatum, la chape était fondée sur un hérisson de moellons de chant d’un calibre moyen de 15 cm (fig. 123).

70À partir de ces exemples mal conservés et succinctement décrits, il est malgré tout possible de dégager une constante concernant la structure des pavements, à savoir la présence d’un radier sous la chape de béton, ainsi que quelques variantes soit dans la composition (présence facultative de marbre), soit dans le décor (présence ou absence d’inclusions de tesselles). Mais, à défaut d’informations techniques sur cette catégorie, on peut se référer à celles que fournissent les sols mosaïqués dont les fondations sont habituellement mieux décrites. La structure idéale comprend, de bas en haut, un remblai de nivellement, puis un hérisson de pierres (statumen) noyé dans une première couche de béton grossier (rudus), elle‑même recouverte de mortier fin qui peut être de tuileau (nucleus) et qui selon les cas constitue le lit de pose des tesselles ou le précède (Ginouvès, Martin 1985). En ce qui concerne les pavements « modestes » non revêtus de tesselles, c’est au niveau du nucléus que s’établit la distinction entre terrazzo et sols de tuileau. Parmi nos documents, un seul met en évidence une phase de nivellement préalable à la construction de la mosaïque, à travers l’étalement d’un remblai égalisant le substrat dans la pièce C4 des Villégiales, mais il est possible que les couches de limon brun‑jaune signalées sous toutes les mosaïques et les revêtements en terrazzo de La Fontaine des Bénédictins relèvent aussi de ce type d’opération. Aux Villégiales, également mais dans la maison A, on a pu en faire l’économie en installant la mosaïque de la galerie sur le terrazzo de l’état précédent. Le niveau de statumen représenté par des radiers ou des hérissons de pierres de chant était présent sous tous les pavements bétonnés de La Fontaine des Bénédictins, ainsi que dans la salle C4 des Villégiales. Par contre, il semble bien que l’on se soit contenté partout en guise de rudus‑nucleus d’une couche unique de faible épaisseur, ce qui explique que des pierres du hérisson parviennent à pointer à la surface du tessellatum de certaines mosaïques de La Fontaine des Bénédictins ! Sur ce même site, à l’exception du terrazzo très solide de la pièce 2, le rudus‑nucleus qui sert également de lit de pose aux tesselles possède une structure peu compacte et une épaisseur de 2 cm seulement. En revanche une couche supplémentaire en mortier de tuileau (1,5 à 2 cm) supportait l’opus tessellatum de la galerie A8 aux Villégiales (SL47).

71Dans l’ensemble, tous ces pavements sont réalisés avec un soin médiocre qui contraste, par exemple, avec la construction plus conformiste remarquée dans les domus de la rue Pelloutier et de la rue Saint‑Laurent. Dans la première maison, un sol de terrazzo à croisillons de tesselles noires et une mosaïque comportaient chacun un hérisson, haut de 8 cm pour l’un et de 26 cm pour l’autre, une couche de mortier de 7 cm et un nucleus‑mortier de pose de texture fine, de 3‑4 cm d’épaisseur (Genty 1979 : 86, 89). Quant au pavement de la rue Saint‑Laurent, il se composait d’un hérisson de 8 cm, d’une chape de mortier grossier de 2 à 6 cm et du lit de pose en mortier fin de 2,5 cm d’épaisseur (Genty et al. 1980 : 115). Plus simples, les sols en béton de tuileau d’Ambrussum (maisons A et B) étaient formés d’une chape de 10 cm d’épaisseur répandue sur un hérisson de pierres dressées.

3.1.4 Les revêtements de mortier

3.1.4.1 Les enduits muraux

72Des murs revêtus de mortier lissé, peint ou laissé blanc, se rencontrent dans tous les bâtiments du quartier des Bénédictins. Leurs décors sont étudiés dans le chapitre suivant (cf infra § 3.3). Bornons‑nous ici à constater qu’au sein des domus des Villégiales ainsi qu’à La Fontaine des Bénédictins, pratiquement tous les espaces connus possédaient des murs enduits, y compris ceux dont les sols étaient en terre battue, alors qu’à La Marseillaise, seules les pièces résidentielles pavées de mosaïques bénéficiaient de ce genre de finition. À l’intérieur de l’îlot principal des Hespérides, il est clair que l’absence de revêtement mural caractérise les espaces non couverts.

73On ne dispose d’aucune indication technologique sur la composition et la mise en place des revêtements à La Marseillaise et aux Villégiales et seulement de renseignements parcimonieux concernant ceux des autres sites. On ignore par conséquent si l’intercalation d’une couche de terre entre les parements des solins et les enduits à la chaux, notée à deux reprises à La Fontaine des Bénédictins, était de rigueur dans la construction des autres domus, contrastant ainsi avec les murs pourtant liés à la terre mais directement enduits à la chaux des Hespérides.

74Le premier exemple de La Fontaine des Bénédictins correspond naturellement au mur de refend en adobe. Chaque parement était enduit d’une couche de terre limoneuse, de couleur brune, contenant des petits cailloux dont l’épaisseur ne dépassait pas 1 à 2,5 cm à l’ouest mais atteignait 5 à 6 cm à l’est. La surface avait été striée à l’aide d’une lame selon un motif en épis afin d’offrir une meilleure adhérence au revêtement de mortier. Sur le parement ouest, la composition de ce dernier variait sur la longueur du mur, ne comportant qu’une couche de 5 à 6,5 cm d’épaisseur et armée de fragments de tuiles par endroits ou deux couches successives ailleurs ; celles‑ci étaient séparées par un lit clairsemé de végétaux, étendu à la surface de la première strate pour en absorber une partie de l’humidité et favoriser la prise de la seconde. Le mortier se composait de sable, de chaux, de gros nodules pulvérulents de calcaire, de petits fragments d’enduit peint rouges et jaunes et d’une bonne proportion de végétaux. La couche picturale mesurait 0,5 cm d’épaisseur.

75La présence d’une couche intermédiaire de terre est autrement attestée par un solin de pierres maçonnées au mortier dont l’élévation (probablement en adobe) et le revêtement de mortier avaient disparu. L’enduit de terre, épais de 4 à 6 cm, était strié comme dans l’exemple précédent pour faciliter l’accrochage du mortier (fig. 145).

FIG. 145 – La Fontaine des Bénédictins. Surface rainurée d’un épais enduit de terre qui s’intercale entre la maçonnerie au mortier du mur et un revêtement à la chaux.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes

76Ce sont les seules descriptions disponibles pour l’ensemble du quartier mais, de toutes façons, les comparaisons possibles sont également rares dans tout le Midi. Concernant la présence de végétaux dans le mortier, on connaît cependant des parallèles pour le ier s., tant à Nîmes (une maison de la propriété Solignac) qu’à Ambrussum. Ce procédé ayant pour but d’accroître la cohésion interne du matériau en augmentant ses qualités plastiques et de permettre ainsi une application épaisse tout en allégeant sa densité, on comprend qu’il ait participé à l’isolation d’un grenier dans la cour de ferme d’Ambrussum.

77Contrairement aux recettes assez mal connues des mortiers, une particularité de leur mise en place sur les parements est souvent signalée : c’est l’introduction de tessons de tuiles ou d’amphores dans l’une des couches préparatoires, soit celle de terre, soit la première de mortier. Le dernier cas, illustré par plusieurs murs des Hespérides, est attesté dans la région dès la seconde moitié du ier s. av. n.è. à l’Ermitage d’Alès et à Brignon et, à la fin de ce siècle, à Nîmes (Zac des Halles). Le placage de tessons à la surface d’une couche de terre correspond à une pratique protohistorique peu courante mais néanmoins utilisée en cas de réfection ou d’applications très épaisses (à Lattes notamment). À l’époque romaine cette solution se justifie parfaitement sur les couches intermédiaires entre murs et mortiers car elle constitue une alternative à celle du rainurage déjà évoquée. D’une façon plus large, des strates de terre ont été reconnues très souvent dans l’architecture du Haut‑Empire : à Nîmes, dans le secteur haut de la Propriété Solignac, rue Saint‑Laurent, à la Zac des Halles..., mais aussi au Clos de la Lombarde, à Ambrussum, à Fréjus (place Formigé), Olbia, Marduel, etc. Pour les deux derniers sites mentionnés, il faut préciser que l’on n’avait pas exactement affaire à une couche intermédiaire, appliquée séparément, mais à une sorte de gobetis léger obtenu en étalant sur les parements des murs le matériau débordant des joints entre les pierres.

3.1.4.2 Les revêtements étanches de bassins

78Relativement délaissé dans la construction des sols à partir du milieu du ier s. de n.è., le mortier de tuileau reste employé pour ses qualités hydrofuges dans l’équipement de structures liées à l’eau, soit appliqué en revêtement, soit uniquement modelé à la jonction entre fond et parois en guise de joint d’étanchéité. Le premier de ces emplois s’applique à des bassins ornant certains péristyles des Villégiales et de La Fontaine des Bénédictins ; le fond était tapissé de béton de tuileau à gros tessons de céramiques, étendu en une couche de 4 cm d’épaisseur sur un hérisson de pierres de chant. Dans l’exemplaire des Villégiales, ce matériau revêtait aussi les parois et formait un bourrelet d’étanchéité au profil semi‑circulaire, mais ce détail était absent sur l’autre site.

79Deux structures complexes et d’interprétation plus délicate montraient également des raccords de ce type (cf. infra § 4.2.3.1). L’une d’elles, aux Villégiales (SB141 dans l’espace B2), s’interprète comme une sorte d’évier ou de lavoir composé d’un plan horizontal, formé par une grande pierre, bordé d’un joint de tuileau en quart‑de‑rond et pourvu d’un trou d’évacuation vers la rue. La seconde, située sous l’escalier d’une cour, aux Hespérides, pourrait correspondre à des latrines ou à un bassin ; elle comporte aussi une surface plane, dallée de tuiles, entourée par un bourrelet de tuileau à profil arrondi et un orifice pour évacuer l’eau vers un caniveau. Les comparaisons ne manquent pas dans le Midi pour cette époque car la plupart des bassins et des aménagements hydrauliques divers sont étanchés au mortier de tuileau, selon un procédé déjà utilisé à l’époque hellénistique en particulier pour les revêtements de citernes. Citons juste pour mémoire plusieurs bassins dont un impluvium au Clos de la Lombarde, un grand bassin avec joint à la base des parois dans un édifice public de Lunel‑Viel, différents bassins, impluvium et viviers dans la villa de Montmaurin. Une illustration plus spectaculaire est offerte par la piscine des thermes publics mis au jour à la Zac des Halles : là, le tuileau utilisé pour ses propriétés isolantes fut ensuite dissimulé sous de luxueux placages.

3.1.4.3 Des bourrelets d’isolation en béton de tuileau

80Des utilisations moins classiques du béton de tuileau interviennent dans l’architecture des Villégiales (maison A) et des Hespérides. Pour les Villégiales, on observe deux choses distinctes ; en premier lieu, le comblement à l’aide de béton de tuileau de larges rigoles d’écoulement longeant le mur de fond de la domus A (MR49, qui constitue en même temps un mur de soutènement pour la maison C située au‑dessus) ainsi que certains murs de refend qui lui sont perpendiculaires (fig. 68). Ces tranchées avaient été creusées à travers les sols de terrazzo pour permettre le drainage du mur et des pavements, sans doute victimes d’importantes infiltrations d’eau. En second lieu, le doublage de ce même mur MR49 au moyen d’un large contrefort, coulé au mortier de chaux dans une tranchée au niveau de la terrasse supérieure. En fait, il est probable que ces derniers travaux ayant eu pour résultats d’isoler efficacement la maison A, les rigoles ont perdu leur raison d’être ; mais on note avec intérêt le fait qu’elles ont quand même été condamnées à l’aide d’un matériau étanche à l’eau.

81On possède un second exemple de mur isolé extérieurement par un doublage de béton sur le site des Hespérides (fig. 146). Le mur MR24 qui limite l’espace 14 est en effet longé par une construction en tuileau, fondée en tranchée, d’une hauteur incomplète de 0,60 m et un peu plus étroite dans sa partie aérienne (30 cm) qu’en fondation (38 cm).

FIG. 146 – Les Hespérides. Doublage en béton de tuileau du mur MR24 de l’îlot principal.

cl. H. Pomarèdes/Afan

3.1.5 Les escaliers

82Il est permis d’envisager l’existence d’étages, sinon complets du moins couvrant certaines pièces, au‑dessus des ensembles suivants : domus de La Marseillaise, maison C des Villégiales et espace 14 des Hespérides, car on y rencontre des vestiges particuliers qui évoquent des cages d’escalier. En aucun cas il ne s’agit de bases maçonnées semblables à celles que l’on connaît dans l’architecture protohistorique juste antérieure à la Conquête, par exemple à Entremont, Ruscino ou La Cloche, et qui appellent un prolongement en bois ou plus simplement une échelle. Mais à l’instar de ces quelques précédents, la plupart des escaliers du quartier des Bénédictins sont des constructions hors d’œuvre que l’on trouve accolées à un mur de bâtiment (Hespérides, bâtiment C1 des Villégiales) ou aménagées dans un local indépendant (cour C8 des Villégiales) ; seul l’escalier de la maison de La Marseillaise est intégré dans le bâti. Les caractères communs à toutes ces constructions sont, tout d’abord, un plan rectangulaire très étroit, des murs assez minces et, dans deux cas sur quatre, la présence d’un monolithe au point de départ présumé de la première marche.

3.1.5.1 L’escalier des Hespérides

83L’ensemble identifié comme étant une cage d’escalier s’élève contre le mur nord de la cour 11 pour conduire à un niveau supérieur couvrant l’espace 14 (fig. 147). La « cage » est fermée sur trois côtés par les parois MR28 (mur porteur de la pièce 14, épais de 40‑45 cm), MR30 qui lui est parallèle (20 cm) et MR29 chaîné au précédent qui relie les deux autres (épaisseur : 40 cm) ; elle s’ouvre en façade sur la rue par une ouverture percée dans le mur MR43 (épaisseur : 45 cm). Le local mesure donc, épaisseur du mur MR29 comprise, près de 2,20 m pour une largeur de 0,70 m entre les murs MR30 et MR28. En mesurant de la sorte, on reconnaît d’office un rôle non porteur à MR30 qui clôt simplement la cage, on admet que MR29 peut constituer le point d’appui supérieur de l’escalier et on fait de MR43 arasé le seuil d’entrée. À l’extrémité du réduit, côté rue, deux monolithes placés côte à côte parallèlement à la façade, et qui empiètent sur toute l’épaisseur de MR30, marquent vraisemblablement le départ de l’escalier (fig. 148). Le bloc externe formait sans doute la première marche tandis que le suivant, en contrebas de 6 cm, devait servir à caler la base d’une volée de marches en bois, du type échelle de meunier. En effet plusieurs indices techniques éliminent l’hypothèse d’un escalier en pierre : le vide laissé à l’intérieur de la cage prouvant qu’il ne pouvait pas être maçonné et l’étroitesse de MR30 qui ne permet pas de l’admettre comme mur d’échiffre supportant les extrémités de marches monolithiques ; enfin, la longueur au sol est trop courte pour recevoir une volée de marches pleines à recouvrement, même avec une pente très raide. La seule solution envisageable est celle d’une échelle de meunier car, la largeur du giron étant réduite au minimum par l’absence de contremarche, la pente peut atteindre jusqu’à 65o, comme l’atteste un spécimen « extrême » d’une boutique d’Herculanum (Adam 1984 : 220‑221 et fig. 481). Dans le cas nîmois, si l’on veut tenter une restitution en prenant pour mesures de base une longueur au sol de 1,80 m –qui s’obtient en retranchant la largeur de la première marche en pierre et la moitié de l’épaisseur du mur d’appui MR29– et une hauteur de 2,50 m, on obtient une pente voisine de 53o, ce qui reste tout à fait acceptable.

FIG. 147 – Les Hespérides. Plan de la cage d’escalier située dans la cour 11.

dess. Cl.-A. de Chazelles/CNRS

FIG. 148 – Les Hespérides. La cage d’escalier.

cl. H. Pomarèdes/Afan

84Cette reconstruction très théorique, qu’il serait inutile d’étendre à chaque cas, démontre simplement que l’hypothèse de l’escalier mérite d’être retenue sérieusement pour tous les vestiges similaires du quartier des Bénédictins, même s’ils sont a priori peu explicites ou si les dimensions relevées paraissent peu compatibles avec une telle interprétation. Les témoignages heureusement plus clairs de Pompéi et Herculanum mettent l’accent sur le recours préférentiel à des escaliers de bois, facilement mis en œuvre et bien adaptés à des espaces réduits.

3.1.5.2 L’escalier de La Marseillaise

85Contrairement à l’exemple qui précède, l’escalier de la maison de La Marseillaise s’inscrit dès l’origine dans le plan général de la construction, mais il présente quand même quelques analogies avec le premier (cf. supra § 2.1.4.2). D’abord par sa situation au droit d’une porte donnant sur l’extérieur, dont il n’est séparé que par une quarantaine de centimètres ; ensuite en s’appuyant d’un côté à un mur maître alors que la cage se ferme du côté opposé par une cloison (épaisseur d’environ 20 cm) ; enfin avec une longueur hors tout de la cage avoisinant les 2 m, pour une largeur intérieure de 0,80 ou 0,90 m. Ces similitudes autorisent ici aussi la restitution d’une échelle de meunier dotée d’une pente de 50o environ.

3.1.5.3 L’escalier du bâtiment C1 des Villégiales

86Il s’agit, comme aux Hespérides, d’un escalier extérieur appuyé contre un mur porteur du bâtiment (cf. supra § 2.2.5.1). Un espace rectangulaire très allongé, clos de murs sur trois côtés, conviendrait à une cage d’escalier dont le départ serait matérialisé par un massif de maçonnerie. Bien que les vestiges rencontrés n’en suggèrent pas l’éventualité, la longueur de 4 m de ce local serait suffisante pour accueillir un escalier de pierre mais, en l’absence de traces, on pense plutôt à une volée de marches en bois qui ne serait pas forcément d’ailleurs une échelle de meunier.

3.1.5.4 L’escalier C8 de la maison C des Villégiales

  • 8 Il faut ouvrir une parenthèse pour aborder le problème, rarement évoqué, de l’existence de logement (...)

87Si la construction C8 correspond effectivement à une cage d’escalier, elle constitue un nouveau cas de figure car la montée se trouve intégrée dans un local indépendant des principaux corps de bâtiments de la maison (cf. supra § 2.2.5.5). On ignore naturellement si cet escalier conduisait uniquement à une pièce située au‑dessus de C7 ou à un niveau supérieur couvrant les salles de l’aile nord, auquel cas il faudrait sans doute restituer une galerie légère en façade desservant les différents espaces8. Une fois encore, le vide constaté à l’intérieur de la cage présumée écarte la possibilité que l’escalier ait été maçonné en pierre et oriente la restitution vers une structure en bois qui prendrait appui sur le radier SB71 (fig. 149).

FIG. 149 – Les Villégiales des Bénédictins. La cage d’escalier C8 de la maison C.

cl. X. Belougne/Afan

88Ces quelques contributions nîmoises au problème des escaliers dans l’architecture gallo‑romaine soulignent le fait que ceux‑ci étaient ordinairement protégés par une cage bâtie, à la différence des escaliers protohistoriques. Les quatre exemples étudiés devaient présenter des caractères similaires, à savoir des limons obliques en bois accusant une forte pente, reposant à la base sur un bloc de pierre ou sur une aire maçonnée et au sommet sur un mur d’appui, ainsi que des marches courtes. Dans au moins deux cas, il est probable qu’ils donnaient accès à des locaux de service plutôt qu’à des pièces d’habitation, ce qui expliquerait en partie leur localisation hors‑d’œuvre. On dispose d’un parallèle intéressant à la Propriété Solignac, avec l’escalier extérieur en pierre d’une petite maison, non couvert et qui pouvait mener à un étage indépendant. Dans l’ensemble la documentation régionale fait plutôt état d’escaliers inclus dans le bâti, avec quelques exemplaires très précoces à Glanum (maison des Antes) ou à Vaison (maison au Dauphin) ; pour ce dernier, une longueur de 8 m et une largeur de 1,50 m permettaient de construire un escalier à la pente confortable et pas nécessairement en bois ni en forme d’échelle de meunier. Dès le règne d’Auguste, les grandes domus de la place Formigé à Fréjus ou du Clos de la Lombarde à Narbonne possédaient des cages d’escalier intérieures. Celle de Narbonne commençait par une marche dans le péristyle et contenait un massif de maçonnerie correspondant aux sept premières marches.

3.1.6 Aménagements divers

3.1.6.1 Les petits massifs de maçonnerie

89Des petits massifs de maçonnerie, pleins ou creux, ont été rencontrés à plusieurs reprises sans pouvoir être toujours interprétés. Par exemple, dans la cour 11 des Hespérides, la fonction d’un « local » délimité par quatre murs, à l’emplacement de la future cage d’escalier, n’a pas pu être identifiée. La domus de La Marseillaise a livré deux petits massifs pleins, bien appareillés, l’un situé dans un angle de la pièce de service G, l’autre dans l’angle S‑O de la salle M. Le premier, de plan carré, mesurait environ 25 cm de côté ; le second, de plan trapézoïdal, possédait quatre côtés inégaux : 1 m, 80, 70 et 50 cm. Faute d’indications relatives à leur utilisation, ces constructions se rangent dans la catégorie aussi vague que réaliste des « supports ». L’un de ces supports indéterminés, formé de plusieurs monolithes, a été considéré comme le soubassement possible d’une banquette ou d’une élévation en matériaux périssables, dans l’îlot des Hespérides (espace 8). Le seul massif maçonné interprétable est celui sur lequel reposait l’évier ou le lavoir du local B2 des Villégiales.

3.1.6.2 Les éléments de pierre taillée en place et en remploi dans l’architecture

90La rareté des éléments de pierre taillée retrouvés en place dans les domus du quartier des Bénédictins s’explique par une récupération dévastatrice de ce type de matériaux après l’abandon. Quelques pièces mises au jour viennent quand même enrichir le caractère cossu de certaines maisons que dénote la qualité des pavements et des peintures murales. Au premier rang de celles‑ci se placent les installations en rapport avec la fermeture et/ou la mise en valeur des baies de pièces à exèdre : seuil à coulisse et bases moulurées de pilastres aux Villégiales, attentes de pilastres d’angle également à La Marseillaise. Malgré leur extrême discrétion, il faut mentionner aussi les indices ténus de colonnades : de grandes dalles entourant le bassin de la cour qui évoquent un stylobate à La Marseillaise, une base de colonne à l’angle d’une vaste cour théoriquement située à l’arrière des bâtiments d’habitation dans la maison C des Villégiales, une petite maçonnerie circulaire interprétée comme étant la fondation d’une colonne ou d’un pilier en limite de la galerie qui longe l’aile nord à La Fontaine des Bénédictins.

91Paradoxalement, l’architecture de l’îlot principal des Hespérides, qui ne recourt apparemment pas à ces pièces taillées ou sculptées pour l’ornementation, montre divers remplois d’éléments brisés : une grande meule en basalte, une base ou un chapiteau mouluré, un fragment de fût de colonne et une partie de seuil, tous inclus dans la maçonnerie des murs, certains ayant même servi de bases de piédroits dans le mur de façade. Ces remplois témoignent de remaniements architecturaux constants dans le quartier, au cours desquels tous les éléments de quelque valeur sont récupérés, les moins utilisables sans doute par les constructeurs les plus pauvres qui parviennent à leur trouver une utilisation ; la manière dont des fragments assez informes de colonne et de base ont été remployés comme piédroits aux Hespérides est à cet égard tout à fait révélatrice des inégalités sociales que l’on perçoit à tous les niveaux de la construction.

3.1.7 Les couvertures

92Ce paragraphe se rédige en quelques lignes : tous les bâtiments étudiés dans le quartier des Bénédictins possédaient une couverture de tuiles, comme l’attestent les débris et les amas mis au jour çà et là. La forme des toitures et l’orientation des versants sont difficiles à restituer, particulièrement dans le cas de plans complexes comme celui de la maison C des Villégiales.

93Concernant les autres catégories de terres cuites architecturales, on note leur absence totale sur les differents sites : ni brique, ni carreau de sol, ni canalisation, ni antéfixe n’ont été signalés. En revanche les tegulae cassées sont largement employées dans la maçonnerie des murs et constituent à l’occasion un petit pavage étanche (latrines ou bassin des Hespérides).

3.1.8 Conclusion

  • 9 Pourquoi le nier ? l’analyse architecturale du quartier des Bénédictins a posteriori, c’est-à-dire (...)

94Perçue dans sa globalité et replacée dans le contexte nîmois du Haut‑Empire, l’architecture domestique du quartier des Bénédictins se révèle sans surprise notable ; elle confirme ou précise, selon les domaines, des observations faites ailleurs dans la ville, contribuant par le poids que représente la quantité des informations à rendre ordinaires certains traits qui pouvaient encore paraître marginaux9. La synthèse s’élabore à deux niveaux, le premier consistant à distinguer deux grands types de construction d’après les matériaux utilisés et leurs modes de mise en œuvre, le second s’attachant à démêler au sein de l’architecture « symbiotique » gallo‑romaine ce qui revient au vieux fonds indigène –ou peut en découler par le jeu naturel de l’évolution technique– et ce qui relève ouvertement d’emprunts à l’étranger.

95À première vue et sans même aborder la question du plan des habitations, on identifie deux genres de bâtiments qui diffèrent radicalement par la manière dont ils sont construits. L’îlot principal des Hespérides se trouve de la sorte à l’écart d’un groupe composé des différentes domus du quartier, celles de La Fontaine des Bénédictins et de La Marseillaise et les trois des Villégiales, édifiées « à la romaine », quoique cet ensemble lui‑même montre des gradations dans la qualité d’exécution des travaux et le choix des matériaux ou du décor. Les caractères architecturaux qui distinguent l’îlot principal des Hespérides (comme d’ailleurs certaines maisons de la Propriété Solignac situées sur le même versant du mont Cavalier) des domus contemporaines sont, d’une part, des bases de murs liées à la terre et des sols de terre battue dans la tradition protohistorique et, d’autre part, des revêtements muraux à la chaux posés sans soin particulier et laissés bruts, des couvertures en tuiles et des seuils en pierre taillée qui témoignent de l’assimilation des éléments les plus pratiques de la construction romaine, ceux dont l’acquisition procure une amélioration immédiate du confort domestique. Il s’agit avant tout d’une architecture fonctionnelle, sans luxe inutile ; une preuve supplémentaire en est donnée par le fait que les rares structures liées à l’eau sont utilitaires et non ornementales.

96En schématisant un peu, c’est‑à‑dire en réduisant le domaine des comparaisons strictement aux matériaux, on peut dire qu’une différence fondamentale s’établit entre des constructions modestes (ou rustiques, à la campagne) utilisant de manière très modérée le mortier de chaux et d’autres, plus aisées, où son usage est étendu à toutes les parties du bâtiment. Que traduit cette distinction d’apparence tellement anodine, sinon un important clivage socio‑économique ? Pour une part de la population urbaine –et ce, à partir de la fin de la République– l’architecture privée ressortit entièrement à des professionnels depuis le tracé du plan jusqu’à la décoration des murs et des sols. Les divers corps de métiers, formés aux techniques romaines, emploient les matériaux de base produits à grande échelle qui leur sont facilement accessibles : moellons de carrière, sable, chaux, tuileau, adobe, tuiles et autres terre cuites. Les inégalités importantes relevées entre les domus nîmoises, que ce soit à l’égard de leurs superficies ou de leur ornementation, reflètent l’étendue de la gamme que couvre cette catégorie sociale. Une autre frange de la population, qui n’est d’ailleurs pas rejetée dans des ghettos mais voisine avec la première aussi bien en plein centre de la ville qu’à sa périphérie, fait de toute évidence appel à un autre « réseau » de construction de l’habitat. Et si ces maçons, professionnels ou non, perpétuent les techniques ancestrales qu’ils maîtrisent parfaitement, ce n’est probablement pas par attachement plus profond aux traditions locales mais en raison de leur moindre coût. En effet, une substantielle économie pouvait être réalisée simplement en choisissant la terre de tout‑venant comme liant de maçonnerie et comme matériau constitutif des sols, non seulement en évitant l’achat de sable et de chaux (voire de graviers et de tuileaux), mais également en épargnant de la main‑d’œuvre puisque les pavements de bétons ne pouvaient guère être coulés que par des spécialistes. Naturellement, il se peut que la modeste situation économique de ces familles (petits artisans, commerçants ?) soit allée de pair avec un mode de vie traditionaliste ; malheureusement aucun plan complet de ces maisons pouvant trahir une conception de l’espace et des aménagements domestiques « archaïques » ou typiquement « indigènes » ne nous est parvenu pour en juger, à Nîmes en particulier ou dans le Midi en général. Que le choix de ce type de construction soit ou non lié aux mentalités, il reste banal durant le règne d’Auguste sous lequel la tendance traditionnelle et la tendance romaine sont en balance. Passé le premier quart du ier s., la survivance de ces particularismes indigènes dans un cadre urbain stigmatisera soit un habitat relativement pauvre, soit des locaux de travail ou de remisage. À la campagne, ce faciès architectural singularise les constructions rustiques ou artisanales par rapport aux villae (la ferme d’Ambrussum, la pars rustica de la villa de Montmaurin, le centre artisanal de Sallèles‑d’Aude, etc.).

97Toutefois, les deux styles d’architectures sont loin d’être hermétiques l’un à l’autre : dans les domus comme dans les villae, les propriétaires soucieux d’économiser sur tous les chapitres possibles ont souvent fait bâtir les communs et les pièces de service selon les bons vieux procédés avec sols de terre damée, murs dépourvus d’enduit ou laissés blancs et seuils en bois. Ainsi, deux des trois domus des Villégiales (A et B) possèdent‑elles des soubassements en pierres liées à la terre, masqués par des enduits peints et associés à des sols de bonne qualité. À l’opposé, une petite maison de la Propriété Solignac s’offrait le luxe d’une courte galerie portée par une (ou deux) colonne(s) sur base attique, à l’imitation des péristyles des domus voisines.

98Dans le domaine de l’architecture plus franchement gallo‑romaine, des données intéressantes relatives aux escaliers, à la fermeture des baies et à l’aménagement différencié des sols émanent des cinq domus du quartier des Bénédictins. La description des quatre cages d’escalier, identifiées dans des contextes variés, peut désormais servir de référence à ce genre de découverte : cage rectangulaire, étroite et plutôt courte, construite hors‑d’œuvre dans trois cas sur quatre, avec un départ en dur sous la forme d’une maçonnerie ou de monolithes et un mur d’appui sur lequel devait reposer le sommet de l’escalier ; escaliers en bois façonnés en échelles de meunier pour au moins trois d’entre eux ; pente raide. L’absence de traces archéologiques concrètes concernant la nature des niveaux supérieurs incite à penser que les marches conduisaient à des combles ou à des greniers plutôt qu’à des pièces de vie. Le doute est quand même permis au sujet de l’escalier intérieur de la domus de La Marseillaise, bien qu’il se trouve dans la partie attribuée aux communs, ainsi que pour la cage d’escalier indépendante de la maison C des Villégiales qui pouvait mener à un « appartement » situé au‑dessus de l’aile résidentielle8. Les escaliers encloisonnés doivent être considérés comme des emprunts à la construction romaine, pas tant d’un point de vue technologique que sur le plan conceptuel. Tous les exemples protohistoriques connus correspondent effectivement à des escaliers extérieurs non couverts, donnant accès à des lieux de stockage, exception faite du bâtiment public d’Entremont disposant d’une salle collective au‑dessus de la salle hypostyle du rez‑de‑chaussée (Arcelin 1992). Aussi, la notion d’étage habitable qui semble devoir être perçue à La Marseillaise et aux Villégiales trahit‑elle un changement profond dans la conception de l’espace habité. Mais il est non moins vrai que l’évolution des mentalités est intimement liée au progrès technique, qu’il soit endogène ou introduit ; en ce sens, la transformation des niveaux supérieurs en locaux utilisables résulte également du perfectionnement des maçonneries (fondations, liant de mortier), de l’amélioration des charpentes et des planchers ainsi que de l’apparition des plafonds.

99Concernant la fermeture des baies, l’analyse des pierres de seuil a mis en évidence une variété de formules combinant la morphologie du bloc, le nombre, l’emplacement et les dimensions des battants, leur caractère fixe, pivotant ou coulissant, la présence possible de tableaux en bois dans l’embrasure de la baie ou celle de cadres couvre‑joints contribuant à l’isolation. Dans ce registre aussi, la richesse de la documentation, qui n’a d’égale que celle en provenance d’ Ambrussum (publiée mais non analysée sous cet angle), offrira de multiples points de comparaison. Loin d’imaginer que les portes des maisons protohistoriques étaient démunies de battants avant la fin de l’âge du Fer (contra Garcia 1994 : 442), je pense que les témoignages de leur existence nous échappent en raison de la nature périssable des seuils et des éventuels dormants : dans une agglomération comme Martigues, les niveaux incendiés des ve et ive s. av. n.è. ont révélé l’omniprésence des cadres et des seuils en bois. Le fait est que l’on ignore de quelle manière pivotaient les vantaux car les quelques pierres de seuils répertoriées pour le second âge du Fer ne comportent pas de trous de crapaudines ; force est de restituer soit des crapaudines indépendantes ou creusées dans les sols, soit des traverses en bois rapportées sur les seuils en pierre, soit encore des systèmes à base de paumelles fixées aux montants de la baie (Chazelles 1996 : 291‑301). Il paraît en tout cas exclu que les seuils à feuillure et crapaudines qui se répandent en Gaule à partir du changement d’ère dérivent des prototypes indigènes (Bouet 1994‑1995). Les seuls exemplaires de types comparables appartiennent à l’architecture hellénistique (ou italique précoce) de Glanum où on les trouve dans les maisons des Antes et d’Atys datées du iie s. av. n.è. On a donc encore affaire à un élément emprunté, tout au moins dans le principe de fermeture, mais dont toutes les variantes sont autant d’adaptations à des cas particuliers.

100Dernière partie de la construction abondamment illustrée dans le quartier des Bénédictins, les sols des domus sont traités différemment selon leur localisation. Alors que les sols de terre sont absents dans la zone fouillée de La Fontaine des Bénédictins, ils correspondent visiblement aux parties non résidentielles de la domus de La Marseillaise et interviennent dans des petites pièces mal caractérisées avoisinant les salles à exèdres des maisons A et B des Villégiales. Selon le contexte, les pavements de terrazzo blanc signalent des ensembles relativement modestes, comme la maison B des Villégiales, ou bien des secteurs de moindre importance au sein de maisons plus aisées, comme les galeries de péristyles notamment (maison C des Villégiales, Fontaine des Bénédictins). Sur un plan concret ils participent à la notion de confort mais, par leur simplicité, ils mettent en valeur les pièces de séjour ou de réception ornées de mosaïques, à La Fontaine des Bénédictins, dans la domus C des Villégiales et à La Marseillaise. La façon dont chaque sol est traité ne constitue pas en elle‑même un critère d’interprétation de la salle qu’il décore, seule la comparaison entre les différents pavements d’une unité domestique étant à même de traduire une hiérarchie entre les espaces.

101Si les domus diffèrent entre elles par maints détails et si cette catégorie d’habitations se distingue d’îlots du type de celui des Hespérides par des choix technologiques bien tranchés, il convient de mettre aussi en exergue les traits qu’ils ont tous en commun car ils sont fort nombreux. Parlant de la construction même, ce sont la présence quasi généralisée des fondations, des largeurs de murs identiques, des élévations en adobe ; à cela s’ajoutent des revêtements muraux à base de chaux, quelle qu’en soit la qualité, des portes se fermant sur des pierres de seuil, des couvertures en tuiles et des systèmes d’évacuation de l’eau. On note avec intérêt l’utilisation constante de l’adobe qui n’est pas ici réellement concurrencé par d’autres procédés de mise en œuvre de la terre crue –on n’a pas observé par exemple de structures à pans de bois. L’ensemble de ces caractères définit la base ordinaire de l’architecture nîmoise des deux premiers siècles de notre ère, faisant la synthèse de l’expérience indigène et d’une part considérable de nouveautés romaines qui parviennent à moderniser au moins l’apparence des maisons, même lorsqu’elles restent bâties de façon traditionnelle.

3.2 Les sols en dur

102j.‑p.d.

3.2.1 Les documents récents

103Les fouilles des Villégiales, de la domus de la rue Pasteur (Fontaine des Bénédictins) et d’une façon générale du quartier antique des Bénédictins ont mis au jour, dans les habitations découvertes, de nombreux revêtements de sol, soit simple mortier blanc lissé incluant des graviers de taille et de nature diverses (ce que l’on continuera à appeler par convention terrazzo monochrome blanc), soit pavements plus élaborés comportant l’usage de tesselles : sols à incrustation de tesselles sur un fond de terrazzo blanc, ou véritables mosaïques, en opus tessellatum sans décor, à décor géométrique, à décor figuré enfin (cf supra § 2.1 à 2.4). Les sols en terrazzo monochrome ont été signalés dans leur contexte archéologique. On regroupera d’abord ici l’ensemble des données recueillies sur les pavements à tesselles.

3.2.1.1 La Marseillaise

104La domus à cour ou péristyle central découverte dans la partie sud du terrain comportait au nord plusieurs pièces (C, D, E, F) pavées en tessellatum, ce qui était aussi le cas des galeries 4, 5 et 6 du pourtour de la cour A. On n’a de renseignements que sur les mosaïques des espaces A et C (fig. 46).

105En A, les galeries ouest, nord et est de la cour, quadrilatère trapézoïdal de 12 m environ d’ouest en est sur 9 environ du nord au sud, présentaient un tessellatum monochrome blanc, sur une largeur très variable selon les galeries (1,50 m environ à l’ouest, 2 m environ au nord, près de 4 m à l’est).

106L’exèdre C, pièce profonde de 5 m environ et large de 4, donnant au sud et complètement ouverte sur la galerie nord de la cour, avait reçu un pavement à semis de croisettes noires sur fond en tessellatum blanc (Décor, 108 c), relié sans solution de continuité à celui de la galerie nord de la cour.

107Aucune datation précise n’a été proposée par V. Lassalle, sinon qu’il s’agissait d’une construction du Haut‑Empire. L’emploi abondant du tessellatum, qui occupe la majeure partie de la superficie fouillée, suggère de ne pas remonter trop haut, mais l’extrême simplicité du décor, largement monochrome, et l’usage du semis de croisettes suggèrent de ne pas descendre trop avant vers le iie s. Sauf données archéologiques contraires, on proposera pour ces pavements une datation dans le courant de la seconde moitié du ier s. ap. J.‑C.

3.2.1.2 Les Villégiales

La mosaïque SL47, domus A

108Ce revêtement a pavé le second état de la galerie nord A8 de la cour de la maison A, face à la pièce A2, dont l’axe longitudinal est à peu près dans le prolongement de l’axe transversal de notre pavement.

109Il s’agit d’une mosaïque très oblongue dont les dimensions maximales reconnues sont de 2,60 m en largeur et de 7,56 m en longueur. Les extrémités ouest et est en étaient perdues. C’est un opus tessellatum pour l’essentiel en noir et blanc, très sobre, où le fond blanc domine. Les tesselles sont légèrement supérieures au centimètre (fig. 138, fig. C).

FIG. C – Les Villégiales des Bénédictins. Le panneau axial du sol de la galerie A8, maison A

cl. X. Belougne/Afan

110Selon la longueur, une bande de raccord d’une vingtaine de centimètres séparait le tapis de l’ouverture (seuil à glissière) de la pièce A2, d’une part, et d’autre part de la limite sud de la galerie A8. La pose des tesselles est parallèle à la bordure du tapis. Cette bordure, aussi simple que possible, est formée seulement d’un filet double noir sur les longs côtés et sans doute en allait‑il de même sur les petits côtés ouest et est, perdus.

111Le champ blanc, de 1,74 m de large, dont les tesselles étaient également disposées en files parallèles aux bordures, était décoré d’un semis droit de croisettes bichromes (Décor, 108), espacées de plus de 20 cm les unes des autres. Le champ était interrompu, face au milieu de l’ouverture de l’espace A2, par un panneau (fig. C) se développant sur toute la largeur du tapis (soit 1, 74 m) et sur une longueur de 2, 25 m environ. Il porte, sur fond blanc, une représentation figurée : deux fauves rampants, réalisés en noir ocellé de taches blanches, qui évoquent un pelage de panthère, sont affrontés, en position héraldique de part et d’autre d’un cratère central à godrons, dont ils touchent les anses à volutes de leur patte levée. La seule polychromie, très discrète, affecte les deux animaux : leurs langues sont traitées en tesselles rouges et des tesselles vertes parsèment leur pelage. Le cratère est rempli à ras bord d’un liquide, suggéré par de petits tirets noirs, qui semble jaillir du centre et retombe en pluie. Le semis de croisettes bichromes sur fond blanc est un décor d’origine fort ancienne, et constitue par lui‑même une marque d’archaïsme. Le traitement en noir et blanc de l’image, rare en Gaule, est un hommage au goût italien de la fin du ier et du iie s.

112L’association de la panthère et du cratère a un caractère dionysiaque très marqué, et constitue une forte évocation de ce dieu. Elle est fréquente, et le système des deux panthères affrontées de part et d’autre d’un cratère qu’elles touchent est attesté ailleurs (par exemple en Espagne, à Complutum, Blázquez et al. 1989 : no 2). Ce qui est original, c’est que ce dispositif comprenne aussi l’image du jaillissement du liquide au centre du cratère : on a ici comme un archétype dionysiaque du futur motif chrétien des animaux (dans ce cas cerfs, paons) affrontés de part et d’autre d’un cratère ou d’une vasque d’où jaillit la Source de vie.

113La place de ce panneau, dans la galerie A8 et face à l’entrée d’une grande pièce, le désignait déjà comme un « carré de triclinium », pour reprendre l’expression de R. Rebuffat (1974 : 447). La thématique dionysiaque, particulièrement chère aux pièces de réception, et le symbole, ici privilégié, du cratère, instrument par excellence du banquet, achèvent de suggérer un usage convivial pour ce qui est de la grande pièce A2 donnant sur cette galerie par une large ouverture.

114Le graphisme du grand cratère, avec ses anses à volute et son embouchure évasée traitée en fuseau, ainsi que sa mise en page, au milieu d’un panneau blanc s’enlevant sur un semis de croisettes, renvoient aux procédés décoratifs mis en œuvre dans la salle 3 de l’édifice découvert à Nîmes sous l’immeuble des AGF (Darmon 1990b : 63‑68) pour un espace lui aussi situé devant l’entrée de ce qui dut être une salle de banquet (Darmon 1990b : 68‑74). On pourrait penser à l’intervention de la même équipe de mosaïstes, l’usage quasi exclusif du noir et blanc dans le cas qui nous occupe pouvant s’expliquer par le caractère plus modeste du décor de cette maison ; on est tenté, en tout cas, de proposer une contemporanéité pour ces deux pavements, vers la fin du ier ou le début du iie s., date suggérée pour le premier état des mosaïques des AGF. Cette réfection de la galerie A8 se situerait donc vers le milieu de la fourchette chronologique définie par les données de fouille (entre 40‑50 et 130‑150 ap. J.‑C.).

Le pavement SL116, domus B

115Il revêtait le sol de la pièce B4, de 4,80 x 3,80 m environ, appartenant à la maison B, située à l’extrémité orientale de la zone fouillée. Cette pièce en exèdre s’ouvrait, au sud, sur une galerie (B5) et un jardin (B8).

116Sur un fond uniforme de terrazzo blanc, sont dessinés, au moyen de filets simples noirs incrustés sur ce fond, deux tapis distincts (fig. 73) :

117– un tapis de seuil, au sud, se développant sur presque toute la largeur de la pièce, marque l’entrée à partir de la galerie B5 ; il mesure 3,16 x 0,48 m environ ; il est bordé par un filet simple noir et porte une composition triaxiale de losanges adjacents (Décor, 211 a), faisant apparaître des étoiles de 8 losanges et des lignes brisées opposées de losanges adjacents ; 
– un tapis principal carré (fig. 150) de 3,04 m de côté, également délimité par un filet simple noir et portant une composition orthogonale d’octogones réguliers sécants et adjacents déterminant des carrés droits (Décor, 169), sur 8 rangs.

FIG. 150 – Les Villégiales des Bénédictins. Détail du contact entre le tapis central et le seuil figuré du sol 5L116 de la pièce B4, maison B.

cl. X. Belougne/Afan

118On notera, sur tout le flanc ouest de cette pièce B4, un renfoncement (de service ?) de 1 m de large en terrazzo blanc (SL166) séparé du reste par une rainure (glissière ?), dispositif très original.

119Le décor est exécuté avec beaucoup de maîtrise, produisant un effet de parfaite régularité et de réelle élégance. Le dispositif d’ensemble, avec tapis de seuil s’étendant sur toute la largeur d’une pièce en exèdre, comme la technique de tessellatum sur fond en mortier s’inspirent de modèles italiens anciens et ne dépareraient pas une maison de Pompéi ni d’Herculanum. En Narbonnaise, on trouve le même motif d’octogones sécants dessinés par un filet noir sur un fond en terrazzo blanc à Orange (Lavagne 1979 : no 38) et plusieurs exemples d’autres motifs réalisés comme ici en filet noir sur terrazzo blanc, ainsi un nid d’abeille à Avignon (Lavagne 1979 : no 23) : ces exemples sont attribués par H. Lavagne à la fin du ier ou au iie s., mais rien n’interdit une datation un peu plus ancienne ; à Nîmes même, un motif de nid d’abeille sur terrazzo blanc, trouvé rue Bigot (Darde 1990 : 104), n’est pas précisément daté.

120Les données archéologiques ne fournissant qu’une trop large fourchette chronologique pour la datation (entre 40 et 150), ces données techniques et esthétiques permettent de situer ce pavement plutôt vers le commencement de cette période, peut‑être vers le milieu, ou au plus tard au cours de la seconde moitié du ier s. ap. J.‑C.

Le pavement SL 157, domus B

121Il recouvrait le sol de la galerie B5 située entre la pièce B4 et le jardin B6. Il semble qu’il n’y ait pas de solution de continuité entre le pavement SL116 et celui‑ci. Il est reconnu sur 6,20 x 2,10 m.

122Il comporte un semis de grosses tesselles noires sur fond de terrazzo blanc. Ce type de décor très ancien s’accorde tout à fait avec celui du pavement 116 et se retrouve à plusieurs reprises en Gaule pour des pavements souvent attribués au ier s.

123Ce pavement est certainement contemporain du sol SL116, dont il n’est que le prolongement.

La mosaïque SL9, domus C

124Elle appartenait à la domus C et pavait la grande pièce très oblongue C4 qui vraisemblablement donnait vers la cour C6 au sud. Deux importants fragments en ont été découverts en place (fig. 151), qui permettent aux fouilleurs de proposer des dimensions restituées de 4,40 x 9,40 m environ, ce qui est anormalement oblong (plus grande largeur conservée : 2,62 m ; plus grande longueur observable : 8,60 m). Ces grands fragments permettent aussi de reconstituer hypothétiquement, mais avec une forte l’ensemble du décor (fig. 152).

FIG. 151 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue générale du sol mosaïqué de la pièce C4, maison C.

cl. X. Belougne/Afan

FIG. 152 – Les Villégiales des Bénédictins. Proposition de restitution du pavement SL9 de la pièce C4, maison C.

dess. P. Raynaud/ENS-CNRS

125Il s’agit d’une mosaïque de bonne facture, aux tesselles jointives et relativement petites (inférieures au centimètre, ce qui donne une densité générale assez constante de 120 tesselles au décimètre carré environ, sauf pour les représentations figurées où la densité est légèrement supérieure) ; son ornementation est réalisée avec sûreté et régularité pour ce qui est du décor géométrique, avec habileté et élégance pour ce qui est du décor figuré.

126Une étroite bande de raccord, dont les tesselles sont disposées en files parallèles aux murs et aux bordures, relie le tapis aux limites architecturales de la pièce, apparemment sans en corriger beaucoup le caractère très oblong.

127Le tapis est délimité par une bordure multiple : à une bande noire succède une bande blanche, puis une seconde bande noire (bandes de 6 rangs de tesselles), ensuite un guillochis serré à âme droite (Décor, 74 e), polychrome, sur fond blanc (de 25 cm environ) (fig. D), suivi d’une bande noire puis d’une bande blanche (de même largeur que les premières).

FIG D – Les Villégiales des Bénédictins. Détail d'une bande polychrome de la bordure multiple du sol SL9 de la pièce C4, maison.

cl. X. Belougne/Afan

128À l’intérieur de cette bordure, le champ est occupé par une composition de cercles sécants en opposition de couleurs, à quatre feuilles blancs sur fond noir, les carrés concaves chargés d’un carré inscrit (Décor, 238 b) (diamètre des cercles, assez irréguliers : 25 cm environ) (fig. E) portant en général une tesselle rouge dans chaque coin.

FIG. E – Les Villégiales des Bénédictins. Vue de détail du champ du sol SL9 de la pièce C4, maison C.

cl. X. Belougne/Afan

129Ce motif de champ est interrompu par un panneau carré de 1,25 m environ (fig. F), encadré lui aussi par une bordure multiple : bande blanche (6 rangs de tesselles), bande noire (4 rangs), filet triple blanc, dents de scie dentelées (5 rangs de tesselles) (Décor, 10g), filet double noir. Dans ce cadre carré est inscrite une bande circulaire également multiple, à double filet noir, triple filet blanc, double filet noir, bande à méandre de svastikas contigus (Décor, 35 b), bichrome (noir et ocre) sur fond blanc, enfin filet noir et filet ocre. Ce cercle inscrit détermine quatre écoinçons aux quatre angles du panneau carré : un seul de ces écoinçons, au coin N‑O, est entièrement conservé et comporte un dauphin et un coquillage (fig. G) ; un autre, au coin N‑E, partiellement conservé, montre la queue d’un dauphin ; par raison de symétrie on peut supposer qu’un dauphin figurait dans chaque écoinçon, avec ou sans coquillage ou autre petit motif marin adventice. Ce qui reste de l’intérieur du cercle montre que celui‑ci était occupé par un cheval marin sur fond blanc (fig. H) (les nageoires au creux des jambes antérieures et sous le poitrail sont bien visibles, l’élément marin est suggéré par des traits bleus) ; les fouilleurs ayant décelé des restes (à vrai dire, très douteux) d’un personnage monté sur le cheval marin, on peut supposer que celui‑ci transportait une Néréide allongée sur son dos, selon un dispositif très fréquent. La façon dont l’hippocampe est mis en page, au centre du cercle, exclut la possibilité d’une figuration plus complexe, et peut‑être l’hippocampe était‑il représenté seul.

FIG. F – Les Villégiales des Bénédictins. Le panneau figuré du sol SL9 de la pièce C4, maison C.

cl. X. Belougne/Afan

FIG. G – Les Villégiales des Bénédictins. Dauphin à l'angle du panneau figuré du sol SL9 de la pièce C4, maison C.

cl. X. Belougne/Afan

FIG. H – Les Villégiales des Bénédictins. Détail de la partie conservée de l'hippocampe du panneau figuré du sol SL9 de la pièce C4, maison C.

cl. X. Belougne/Afan

130Ce panneau carré était probablement unique, et en position axiale, à 75 cm environ des bordures nord et sud du tapis, à 1,25 m environ de sa bordure ouest et à 4,50 m environ de sa bordure est (c’est la solution qui a été adoptée pour la restitution graphique).

131Ceci se déduit des comparaisons que l’on peut invoquer. Parmi celles qui comportent le même système de panneau carré interrompant le même motif de champ, citons notamment la mosaïque de Mandeure (Stern 1963 : no 325) (datée par H. Stern de l’époque de Trajan) ou celle de Reims (Stern 1979 : no 1) (datée par H. Stern du iie s.), ainsi que celle de Nîmes même (Lafaye 1909 : no 301) ; dans tous ces cas, l’unique panneau carré est en position centrale. Mais la position axiale, décentrée, est, comme ici, attestée sur deux mosaïques elles aussi très oblongues de Saint‑Paul‑Trois‑Châteaux (Lavagne 1979 : nos 111 et 118) ; les panneaux carrés s’y enlèvent sur un champ géométrique différent du nôtre mais également traité en noir et blanc ; et dans le cas de la mosaïque no 111, le panneau est frappé comme ici d’un cercle inscrit comportant des dauphins en motif d’écoinçon (mais en noir et blanc) (mosaïque datée vers 130‑150 par H. Lavagne). Noter aussi, ici même, la position axiale décentrée du panneau carré de la mosaïque voisine SL74 (cf. infra). Cette disposition à panneau décentré convient particulièrement à un décor de triclinium, le panneau venant décorer l’espace laissé libre entre les bras du U formé par les lits ; on peut noter que dans cette hypothèse, le cheval marin était destiné à être vu depuis le lit central.

132Les panneaux carrés à décor de dauphins en écoinçons, traités, comme ici, en polychromie, sont fréquents dans la mosaïque du Haut‑Empire, notamment en Narbonnaise : citons l’exemple d’Orange (Lavagne 1979 : no 38) (attribuée par H. Lavagne à la fin du ier ou au début du iie s.), où le panneau s’enlève sur un motif d’octogones sécants en tessellatum sur signinum qu’on retrouve attesté ici même dans la mosaïque voisine SL116.

133Le décor du champ, pris isolément, est également fréquent dans le même contexte : cf., outre les exemples mentionnés plus haut, la mosaïque de Carpentras (Lavagne 1979 : no 89) (« première moitié du iiie s. » ?). Mais on a noté qu’il existait déjà à Pompéi (Lavagne 1979 : 87).

134Le traitement du cheval marin et des dauphins renvoie à nombre de mosaïques nîmoises attribuables au iie s., notamment le pavement des Néréides, découvert rue Sainte‑Marguerite, aujourd’hui au musée archéologique de Nîmes.

135Les données de fouilles plaçant ce pavement entre 40 ap. J.‑C. et 130‑150, ces comparaisons suggèrent plutôt de le situer vers les dernières décennies de cette période.

Le pavement SL74, domus D

136Il couvrait le sol d’une pièce D2, de 3,73 m sur plus de 5,76 m, appartenant à un habitat D, très partiellement reconnu, situé à l’extrême nord du secteur fouillé.

137Il s’agit, établi à même la plate‑forme rocheuse sous‑jacente, d’un pavement de mortier blanc, d’un type fréquent dans cette zone d’habitat, dans lequel était inséré un panneau axial carré, en tessellatum polychrome, de 1,10 m de côté environ (fig. 153). Les tesselles en sont petites, nettement inférieures au centimètre, extrêmement jointives et disposées avec une parfaite régularité.

FIG. 153 – Les Villégiales des Bénédictins. Panneau carré du sol SL74 de l’espace D.

cl. X. Belougne/Afan

138Ce panneau est délimité par une bordure multiple mais encore assez simple, d’environ 20 cm de large : filet double noir, filet double blanc, tresse à deux brins polychrome sur fond noir (Décor, 70 j), filet double blanc, filet double noir (fig. I).

FIG. I – Les Villégiales des Bénédictins. Détail de la bordure multiple du sol SL74 de l'espace D

cl. X. Belougne/Afan

139Le champ est occupé par une composition centrée : faux bouclier en damier de triangles rectangles rayonnant en quatre directions (Répertoire, no 539), faisant apparaître des épines selon les médianes, le centre occupé par un petit carré droit en filet double noir, lui‑même chargé d’un fleuron inscrit.

140Ce carré était placé sur l’axe longitudinal N‑S de la pièce D2, mais décentré et placé plus près du fond de la pièce, situé au nord, que de son ouverture, au sud. Cette position suggère que ce tapis marquait peut‑être l’espace laissé visible entre les bras du U dessiné par les lits d’un triclinium et autorise donc une hypothèse pour la fonction de cette pièce, malgré ses dimensions modestes.

141L’usage dominant du revêtement en simple mortier blanc conduit à la fois à supposer un niveau de richesse médiocre chez les propriétaires et à préférer une datation plutôt haute. Même s’il ne s’agir pas des mêmes motifs ornementaux, on peut comparer ce décor avec celui du premier état ornemental de la pièce 5 de l’ensemble découvert sous le bâtiment des AGF (Darmon 1990b : 69, mais le champ blanc sur lequel s’enlevait le panneau carré y est réalisé en tessellatum), ou celui de la pièce N‑E 2 de la maison toute proche fouillée rue Pasteur (Darmon 1990a : 123‑124, le fond blanc sur lequel s’enlève le panneau central rectangulaire est aussi réalisé en terrazzo, mais le décor du panneau en tessellatum a des caractéristiques plus archaïques que le nôtre ici).

142On pourrait tirer de ces comparaisons l’hypothèse qu’ici, dans un sol en mortier blanc préexistant, on aurait inséré, vers la fin du ier ou au début du iie s., un panneau en tessellatum destiné à enrichir le décor de la pièce.

3.2.1.3 Domus de la rue Pasteur (La Fontaine des Bénédictins)

Le pavement de la pièce 2

143Le pavement (fig. J) s’étend aux dimensions de la pièce, qui avait à l’origine 3,80 m de large environ, sur une longueur inconnue supérieure à 4,50 m (la limite nord n’a pas été reconnue).

FIG. J – La Fontaine des Bénédictins. Le pavement de la pièce 2, pris du nord.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes,

144Il est réalisé dans une technique mixte alternant terrazzo‑signinum et opus tessellatum. Le terrazzo, d’aspect blanchâtre, comme aux Villégiales (cf. supra SL116), était fait de chaux comportant des éclats et de la poussière de marbre blanc ; le tessellatum était composé de tesselles noires, blanches, rouges et ocre de dimensions variables, de l’ordre du centimètre (densité de 120 environ au dm2).

145Une bande de raccord en terrazzo‑signinum, d’une vingtaine de centimètres de large, relie le tapis aux murs. La bordure extérieure de celui‑ci, en opus tessellatum, est formée d’une bande noire de 6 rangs de tesselles bordée à l’extérieur et à l’intérieur d’un filet simple de tesselles blanches.

146Le champ est en terrazzo‑signinum, à l’exception du panneau qu’il comporte en son milieu. C’était un panneau axial (ou central ?), de 1,30 x 2,25 m environ, en opus tessellatum quadrichrome. La bordure du panneau est constituée d’un filet blanc et d’une bande noire de 5 rangs de tesselles.

147Le champ du panneau est organisé selon un système centré à dispositif d’inclusions : un grand losange inscrit (long, des axes : 2,10 et 1,15 m), dessiné par une bande noire de 4 rangs de tesselles, porte un cercle inscrit (diam. 95 cm), en tresse à deux brins sur fond blanc entre deux filets doubles noirs. Ce cercle inscrit à son tour une étoile à huit pointes, dessinée par un cercle de petits carrés tangents sur la pointe (portant chacun un carré inscrit en opposition de couleurs) et chargée en son centre d’un fleuron inscrit à huit pétales fuselés. Les quatre triangles en encoignure déterminés par le grand losange sont chargés chacun d’un triangle au trait, emboîté, en filet triple et bande monochrome rouges, portant un dauphin noir inclus, sur fond blanc. Les deux écoinçons aigus déterminés à l’intérieur du losange inscrit par le cercle sont chargés chacun d’un fleuron à douze pétales (six fuselés, six lancéolés). Fleurons et tresse utilisent le même jeu de dégradé en blanc, ocre, rouge et noir.

148L’usage du terrazzo‑signinum conjointement à l’opus tessellatum se situe dans la continuité d’une tradition très ancienne, celle du signinum à incrustations de tesselles, attesté à Carthage et en Italie au moins dès le iiie s. av. J.‑C., et en Gaule, en particulier à Glanum, dès le iie s. av. J.-C. Sur ce dernier site, on trouve, dans la maison dite du Capricorne, un pavement de ce type à emblema ou pseudo‑emblema central en opus tessellatum, de type très archaïque il est vrai, attribué également au iie s. av. J.‑C. (sur les mosaïques de Glanum, voir notamment Lavagne 1989 : 58‑59). Cette technique mixte est par la suite attestée sur de nombreux sites de la Gaule romaine, et les divers exemples sont considérés comme étant assez anciens : ainsi à Bonnieux, avec silhouettes de dauphins en tessellatum noir (iers. ap. J.‑C., cf. Lavagne 1979 : no 210), Avignon et Orange (où les exemples, avec panneau de tessellatum médian, sont attribués à la fin du ier ou au début du iie s. ap. J.‑C., cf. Lavagne 1979 : nos 23, 38), Saint‑Bertrand‑de‑Comminges (bel exemple à panneau médian, attribué au ier s. ap. J.‑C., Balmelle 1980 : no 14), Saintes (milieu ier s. ap. J.‑C., Darmon 1988) ; on en trouve jusqu’en Gaule Belgique, par exemple à Reims (ier ou début du iie s. ap. J.‑C., Stem 1979 : nos 16 et 23). Le panneau central par ses dimensions, sa quadrichromie, son style de décoration, sinon par ses motifs, doit être rapproché de celui récemment découvert à Brignon, dans le Gard, qui lui est visiblement antérieur cependant (ier s. av. J.‑C.), ou encore d’autres pavements de Nîmes, malheureusement mal datés, comme le no 291 dans Lafaye 1909. Notre pavement dérive, on le voit, d’une tradition très ancienne, bien attestée en Gaule à époque haute, et peut difficilement être postérieur au tout début du iie s. après J.‑C., sinon même à la seconde moitié du ier s.

Le pavement de la pièce 1

149Le pavement (fig. K) s’étend aux dimensions de la pièce, légèrement trapézoïdale, de 4,30 à 4,60 m de large environ, sur une profondeur supérieure à 3,75 m (la limite nord n’a pas été reconnue).

FIG. K – La Fontaine des Bénédictins. Le sol de la pièce 1, pris du nord.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes,

150Il s’agit d’un opus tessellatum de facture classique, réalisé entièrement en noir et blanc à la seule exception du panneau central. L’ensemble est exécuté en tesselles de l’ordre du centimètre (densité : 90 à 100 tesselles au dm2 environ), sauf le panneau axial dont la facture est nettement plus fine (densité variable selon les parties, supérieure à 120 au dm2 environ). La mosaïque a été gravement endommagée par des fosses modernes, mais son décor est globalement préservé et restituable.

151Une bande de raccord de largeur variable, de 0,45 à plus de 60 cm, est réalisée en tesselles blanches disposées en files parallèles à la bordure extérieure du tapis.

152La bordure extérieure est formée d’une bande noire de 4 rangs de tesselles, d’une bande blanche de même largeur et d’un filet double noir. Elle délimite un tapis à peu près carré, de 3,15 x 3 m environ, en contribuant par conséquent à masquer les irrégularités du plan de la salle.

153Le champ est couvert par une composition orthogonale d’octogones étoilés tangents, traitée en méandres de svastikas (Décor, 175, 176, 205 d) dessinés en filets doubles noirs sur fond blanc. Les losanges déterminés par la composition sont chargés d’un losange noir inclus. Les quatre octogones contiennent chacun un motif différent : au S‑O, cercle inclus chargé d’une composition d’hexagones tangents déterminant des étoiles à six pointes, en opposition de couleurs (Décor, 209 a) ; au S‑E, cercle inclus chargé d’un système centré à inclusions (étoile à six pointes inscrite, en opposition de couleurs, inscrivant à son tour un hexagone lui‑même chargé d’un quatre‑feuilles) ; au N‑E, motif couvrant de damier dont les cases sont chargées d’un carré à degrés inscrit en opposition de couleurs, faisant apparaître des croix de quatre chevrons non contiguës, et déterminant ici des croix (Décor, 117 d) ; l’octogone N‑O est perdu et devait, selon toute probabilité, comporter un motif encore différent.

154Un panneau axial (il est légèrement décentré vers le sud), de 0,95 x 0,85 m environ (fig. L), interrompt le décor géométrique, en recouvrant presque entièrement l’étoile centrale de huit losanges normalement engendrée par cette composition, et en entamant plus ou moins les svastikas centrales : les deux méridionales sont réduites à l’état de simples triangles. Le décentrement du panneau vers le sud a conduit le mosaïste à modifier le tracé des deux octogones méridionaux dont un côté est traité en ligne brisée de façon à enserrer les coins méridionaux du cadre, au lieu d’être recoupés par eux.

FIG. L – La Fontaine des Bénédictins. Le panneau axial du sol de la pièce 1.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes,

155La bordure du panneau est composée d’un filet double noir, d’un filet triple blanc, d’un filet double noir.

156Le champ du panneau porte un décor figuré, destiné à être vu du nord, c’est‑à‑dire du côté opposé à l’entrée de la pièce. À gauche, un pilier traité en perspective porte une urne dont on voit une anse très relevée (l’anse gauche étant absente, car coupée par le cadre du tableau, le tout évoque étrangement la forme d’une théière...). Immédiatement à droite du pilier, un personnage féminin debout, de face, les jambes enveloppées dans un voile vert qui revient sur ses épaules en laissant le beau corps largement dénudé, écarte les bras légèrement ployés, en élevant la main droite étendue, dans un geste suggérant à la fois la surprise, l’admiration et l’accueil. À sa gauche, un cygne de profil, tourné à gauche, élégamment dessiné en traits souples esquissant la courbe des grandes ailes déployées et du cou, a saisi dans son bec le voile, au niveau de la hanche du personnage féminin. C’est la scène mythologique de la rencontre de Léda avec Zeus‑Jupiter métamorphosé en cygne.

157Il s’agit manifestement du pavement d’un petit triclinium : si l’image tourne le dos à l’entrée, c’est qu’elle est avant tout destinée à être contemplée par les banqueteurs, depuis les lits disposés en U sur les parties ouest, nord et est du champ géométrique. Et si elle est légèrement décentrée vers le sud, au prix d’une petite distorsion de deux côtés d’octogones et d’un effet de légère asymétrie, c’est sans doute pour ménager plus de place au lit nord, en empiétant sur la partie sud, qui n’était pas destinée à recevoir de lit.

158On sera sensible à la simplicité des bordures et à l’élégance du motif géométrique très complexe du champ, traité avec beaucoup de maîtrise. Il est fort rare et se comparera surtout avec un motif d’Aquilée, basé, lui, sur un système de nid d’abeille traité en méandre de svastikas (Décor, 205 d), qui apparaît dans un pavement attribué par M.‑E. Blake au iie s. ap. J.‑C. (Blake 1936 : pl. 23, 3). Le remplissage, à chaque fois différent, des octogones rapproche notre pavement du groupe des mosaïques dites « à décor multiple », si caractéristique de la Gaule à l’époque antonino‑sévérienne. Le motif du damier chargé de carrés à degrés en opposition de couleurs (Décor, 117 d), assez rare lui aussi, se rencontre par exemple à Ostie sur un pavement daté par G. Becatti de la fin du iie s. ap. J.‑C. (Becatti 1961 : no 107, pl. XXX‑VII) et il est très proche d’autres, attestés en Gaule, par exemple à Vienne, semble‑t‑il dans la seconde moitié du iie siècle ap. J.‑C. (Lancha 1981 : no 308 et pl. XLVII). On notera que le motif chargeant l’octogone S‑O (Décor, 209 a) se retrouve deux fois dans le panneau multiple de la pièce 5 de l’édifice des AGF où il décore deux carrés, et où il est inscrit de la même façon dans un cercle dont le tracé en filet double à damier de tesselles est très proche du nôtre (filet simple doublé d’un filet pointillé) et produit un effet très voisin.

159Le tableau figuré est réalisé avec beaucoup d’habileté au moyen de tesselles d’une polychromie subtile (tons variés de rose, jaune, vert et bleu), selon un dessin qui ne manque pas de grâce, et avec une science très sûre du modelé. H. Lavagne a proposé un rapprochement avec la mosaïque d’Hercule et Hésionè, à Saint‑Paul‑Trois‑Châteaux (Lavagne 1979 : no 118, pl. XLIII), qui prend place elle aussi, il faut le noter, au sein d’un décor géométrique en noir et blanc élégant et de facture très sûre. Il faut également souligner de grandes similitudes avec la facture des deux tableaux figurés du grand panneau multiple de la pièce 5 des AGF (la main levée, doigts écartés, légèrement trop grande, d’Enée est quasiment identique à celle de Léda ; le visage du Satyre, par le dessin et l’expression, est presque exactement superposable à celui de Léda). Dans les trois cas, le mosaïste joint à un usage habile de la couleur, notamment pour l’excellent rendu du modelé, la pratique d’un dessin au trait souple et vivant. On peut se demander si l’on ne se trouve pas en présence, ici et là, d’œuvres d’un même atelier, peut‑être d’un même maître, dont il faudrait sans doute situer l’activité dans les dernières décennies du iie s. ou les premières du iiie. Le thème de Léda et du Cygne est très bien attesté dans le décor mosaïqué de la maison romaine. Sans en dresser le catalogue, rappelons les exemples de Baccano (iie siècle ap. J.‑C., Becatti et al. 1970 : no 10, pl. 10), Palaepaphos (fin du iie ou début du iiie s. ap. J.‑C., Daszewski, Michaelides 1988 : fig. 19), Néa Paphos (ive s. ap. J.‑C., Daszewski, Michaelides 1988 : fig. 29) et surtout l’exemple voisin du nôtre, et découvert presque en même temps, d’Arles (Salviat 1977 : 515‑517, fig. 7‑9). Ce thème appartient à la série des unions de divinités avec des mortels, qui est une des plus copieuses de l’iconographie domestique.

Le pavement de la pièce 4

160Le pavement (fig. 154) s’étend aux dimensions de la pièce, légèrement trapézoïdale, large de 3,50 m environ sur une profondeur à peu près égale (le mur ouest est resté en dehors des limites de la fouille).

FIG. 154 – La Fontaine des Bénédictins. Le pavement de la pièce 4.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes

161Il est entièrement réalisé en opus tessellatum noir et blanc, de facture très classique (densité des tesselles de l’ordre de 100 au dm2). Il comprend une large bande de raccord en tesselles blanches posées en files parallèles aux bords du tapis. La bordure extérieure est composée d’une bande noire (4 rangs de tesselles), d’une bande blanche (5 rangs), d’un filet double noir. Elle délimite un tapis carré de 2,10 m de côté environ.

162Le champ, unitaire, porte une composition orthogonale de demi‑étoiles de huit losanges et de rectangles adjacents, alternativement couchés et dressés, déterminant des carrés (Décor, 182 d), ces figures étant dessinées au trait par un filet double noir. Les rectangles sont chargés d’une boucle en tresse à deux brins, les carrés d’un carré inscrit en opposition de couleurs, à bords droits ou concaves.

163On remarquera une fois encore ici l’élégance, la sobriété et la sûreté d’exécution de ce canevas, qui s’apparente à la famille fort nombreuse des compositions à base d’étoiles ou de demi‑étoiles de huit losanges, très bien attestée en Gaule dans le contexte de l’école « rhodanienne », mais aussi en Italie, au iie s. ap. J.‑C., à la villa Hadriana comme à Ostie. Le mode de remplissage et de traitement apparente notre mosaïque aux exemples les plus classiques et les plus anciens, mais ici la simplicité d’exécution du motif, une fois qu’il est maîtrisé, n’autorise pas de grandes précisions chronologiques. Les données des sondages devront surtout être prises en compte : stylistiquement et techniquement une telle mosaïque est possible au moins du début du iie au début du iiie s. ap. J.‑C.

Conclusion

164De ce qui précède, on conclura que le beau décor mosaïqué de cette maison urbaine, assez petite sans doute, mais très cossue, a été réalisé en toute hypothèse par deux ateliers différents, et très probablement en deux étapes. Je proposerais de considérer que le pavement de la pièce 2, à technique mixte de terrazzo‑signinum et d’opus tessellatum, appartient à un premier état, qui est aussi celui de la mise en place de la maison dans son plan actuel et de la pose du terrazzo‑signinum de la cour. Sauf données contraires issues des sondages et du contexte archéologique, on pourrait considérer que ce premier état appartient encore au ier ou déjà au tout début du iie s. ap. J.‑C. La mosaïque de Léda appartiendrait à un second état, attribuable aux dernières décennies du iie ou aux premières du iiie s. ap. J.‑C. (ce pavement a très bien pu recouvrir un terrazzo‑signinum antérieur, qui aura servi de support) tout comme la mosaïque de la pièce 4. Il est très peu probable que les trois pavements aient été contemporains et que la maison ait reçu en une seule fois ce décor de sol : dans cette hypothèse, il faudrait situer l’ensemble de la décoration mosaïquée vers le milieu du iie s. ap. J.‑C. et considérer que deux ateliers y ont travaillé simultanément, dont l’un utilisait jusqu’à une époque tardive des recettes décoratives archaïques, et l’autre, au contraire, innovait. L’hypothèse de deux états distincts, distants d’un demi‑siècle au moins, sinon même d’un siècle, est plus simple et plus facile à admettre, à moins de données archéologiques qui l’interdiraient.

3.2.2 Découvertes anciennes

3.2.2.1 Les sols de l’Enclos du Gouverneur

165Le 13 mars 1785 a été découverte « dans l’enclos du Gouverneur » (espace compris entre la place de la Révolution et les rues Ménard, d’Albenas et Rouget‑de‑Lisle, cf. supra Introduction, point 27) une mosaïque qui a été soigneusement décrite (Espérandieu 1935 : 18‑22, no 10, citant Pelet 1875 et toute la bibliographie antérieure, sauf J.‑F. Perrot [1846‑1981 : 214‑216]) et dont Artaud (1835 : pl. XL) nous a transmis un dessin en couleurs (fig. 155) conforme, pour l’essentiel, à la description donnée. Deux pièces contiguës à la première étaient, elles aussi, pavées de mosaïques.

FIG. 155 – La mosaïque principale de l’Enclos du Gouverneur.

cl. Artaud (1835),

166La mosaïque principale mesurait 11,70 x 6, 50 m. La bordure indiquée sur la planche d’Artaud était une simple ligne de dents de scie noire et blanche, en opposition de couleurs (Décor, 10 g). Le champ portait une composition orthogonale d’octogones adjacents au trait noir sur fond blanc, déterminant des carrés (Décor, 163 a), les octogones chargés d’une croisette noire. Un panneau axial, mais décentré (même dispositif, par exemple, que les mosaïques SL9 et SL74 des Villégiales présentées ci‑dessus), encadré d’une bordure multiple (filet noir, bande blanche, filet triple bichrome, tresse à deux brins polychrome), était occupé par un bouclier de triangles équilatéraux inscrit, délimité par une ligne de postes ; les écoinçons portaient des motifs figurés polychromes (canards, poissons, dauphins, navire).

167Offerte à la ville en 1825, cette mosaïque a été dépecée. Seul le panneau axial a été conservé. Le champ à octogones, d’abord en partie déposé, est perdu.

168Une pièce flanquant la première sur un côté était pavée d’une seconde mosaïque, dont seule la largeur est connue (3,25 m), portant le même motif d’octogones adjacents au trait. Cette mosaïque est perdue.

169Une autre pièce latérale, symétrique de la première, comportait une troisième mosaïque, également perdue, qui était décorée d’un quadrillage de filets noirs sur fond blanc (Décor, 123).

170Au moment de la dépose de 1825, J.‑F. Perrot a vu, à environ 10 m de là, des ouvriers occupés à détruire une autre mosaïque, de 8,25 x 5,90 m, composée de « 40 caissons entourés d’une riche frise ».

171Il est clair qu’on est ici en présence d’une nouvelle maison dont les pièces sont systématiquement pavées de mosaïques, dont deux au moins très élaborées. Le plan de la maison nous échappe, ainsi que son contexte archéologique. L’ensemble des informations dont nous disposons sur les mosaïques suggère une contemporanéité avec celle de la domus C des Villégiales (cf. supra SL9), soit une datation probable dans la première moitié du iie s.

3.2.2.2 La mosaïque de la rue Pasteur

172Les publications (Pelet [1875 : 36], repris par Lafaye [1909 : no 309] et par Espérandieu [1935 : no 27]) signalent l’existence d’une mosaïque reconnue en 1851 « vers le milieu du jardin Bérard‑Sauvajol », au 24 de l’actuelle rue Pasteur (cf supra Introduction, point 11).

173Aucun dessin n’en a été conservé, mais on sait qu’il s’agissait d’une mosaïque figurée, représentant « diverses espèces d’oiseaux aquatiques » (Pelet 1875 : 36).

3.2.2.3 La mosaïque de l’ancien couvent des Bénédictins

174Une information de Pelet, reprise par Lafaye (1909 : no 316) et Espérandieu (1935 : no 34), signale la découverte d’une mosaïque en 1864, à l’occasion de la construction d’une chapelle dans l’ancien couvent des Bénédictins, au 7, rue des Fours à Chaux, aujourd’hui rue Rouget‑de‑Lisle (cf. supra Introduction, point 5).

175Selon Pelet, « ce pavé » a été « enfoui, sans être dégradé, sous le sol » de la « chapelle nouvellement construite ». Les récentes recherches de L. Sauvage n’ont pas permis de retrouver ce pavé localisé sur le site même des Villégiales.

176On n’en possède aucun dessin. Cette mosaïque n’est connue que par la description de Pelet (1875 : 34) : « ... les dimensions n’ont pu être déterminées. Les cubes ont 0,02 [m] de côté ; elle est entourée d’une bordure noire assez simple ; le fond est formé de losanges ; au centre, se trouve un cartouche d’un mètre en carré dont le fond est jaune ; on y voit, en cubes plus petits, un gros chien noir et blanc ayant la patte droite sur un gros serpent qui se relève, la gueule ouverte, vers le museau du chien qui le tient fortement. Ce serpent est verdâtre, sa gueule est rouge, comme celle du chien, dont on voit les dents dirigées vers le reptile ».

177Le terme de losange employé ici peut désigner soit un simple quadrillage oblique, soit un quadrillage losangé, occupant le champ en motif couvrant. Le panneau porte donc un motif animalier polychrome. Le dispositif d’ensemble rappelle celui des mosaïques SL9, SL74 des Villégiales et celui de la mosaïque principale de l’Enclos du Gouverneur ci‑dessus, bien que le panneau soit décrit comme central et non simplement axial.

3.2.2.4 Square de la Bouquerie

178Un fond de bassin très oblong, de 0,85 m de large, « pavé d’un opus tessellatum blanc à gros éléments » a été reconnu en 1955 par V. Lassalle au square de la Bouquerie (cf. supra Introduction, point 19), à 1,60 m de profondeur. Ce bassin comportait deux parties rectilignes de part et d’autre d’une partie centrale circulaire ou semi‑circulaire ; l’une des deux parties rectilignes, complète, était de 2,40 m de Long. On peut supposer qu’il s’agissait d’un Euripe de jardin (Darde 1990 : 145).

3.2.2.5 Rue Clérisseau

179Les « vestiges de deux mosaïques très communes » ont été observés en 1961 rue Clérisseau, entre la rue du Fort et la rue Ménard, sur lesquels on ne dispose pas d’informations particulières (cf. supra Introduction, point 25). Il convient de noter également que plusieurs sols de terrazzo ont été vus rue Clérisseau : deux par J. Pey, en 1984, à l’angle de la rue Lampèze, à 0,95 et à 1,20 m sous la chaussée (cf. supra Introduction, point 24) et deux autres, en 1993, par M. Monteil, face à la parcelle DT 180 (cf. supra Introduction, point 23).

3.2.2.6 Le 11, rue des Bénédictins

180Les notes de V. Lassalle indiquent la présence, aux points B, C et D des vestiges antiques, de restes de pavements de mosaïque, dont on sait malheureusement peu de choses et qui ne paraissent pas avoir été conservés (cf supra Introduction, point 7).

181Un fragment présentait un tessellatum monochrome blanc. D’autre part, on a signalé un tessellatum à décor géométrique, non décrit.

3.2.3 Éléments de synthèse

182Le décor des sols de ces maisons est révélateur d’une condition sociale et d’une ambition culturelle. Leur étude apporte en outre d’utiles confirmations et suscite quelques questions touchant l’histoire de la mosaïque en Gaule romaine.

183Aucune d’entre elles, même la domus de la rue Pasteur, ne présente le luxe d’une très riche demeure. On est en présence d’un habitat plutôt homogène, de dimensions très moyennes. Certes, aucune des maisons de ce secteur n’a été reconnue en totalité, mais l’étude même de leur décor permet d’établir leur caractère modeste.

184Prenons la domus A : elle a été fouillée sur une superficie d’environ 160 m2. Le plan des restes dégagés (fig. 65) n’est pas assez éloquent par lui‑même pour suggérer quelle proportion de la maison a été ainsi reconnue (encore que les données topographiques générales limitent beaucoup les possibilités théoriques d’extension de cette demeure). Mais la mosaïque des panthères affrontées (cf. supra § 3.2.1.2, SL47) désigne on ne peut plus clairement la pièce A2, devant laquelle elle a été placée pour la mettre particulièrement en valeur, comme un espace noble à fonction conviviale, qui a toutes les chances d’être en position axiale, en qualité de triclinium ou de petit œcus. Dans cette hypothèse, plus du quart de la maison aurait été mis au jour. D’une superficie de l’ordre de 500 à 600 m2, dotée d’une pièce de réception, même secondaire et particulièrement petite (environ 14 m2), la domus A se situe, on le voit, très loin de ces somptueuses demeures de grands notables, de plusieurs milliers de mètres carrés, qui peuvent se rencontrer à certaines époques dans les cités gallo‑romaines, comme ailleurs dans l’Empire. Distance qui est largement confirmée par la simplicité relative de ce qui fait ici office de décor « noble » face à la pièce A2, et par la rusticité extrême de certains aménagements, tels ceux de la pièce A3, contiguë, qui paraît bien n’avoir jamais reçu qu’un simple sol de terre battue.

185Même type de remarques en ce qui concerne la domus B (fig. 70) : le décor désigne la pièce B4 en tant que pièce de réception, en dépit de ses dimensions modestes (18,25 m2) ; et sa probable position axiale, face à un petit jardin intérieur, implique que les 170 m2 fouillés représentent, ici aussi, plus du quart de la superficie totale de la maison, dont les dimensions et le niveau de richesse du décor sont du même ordre que ceux de la domus A.

186L’ensemble C, reconnu sur plus de 800 m2, est, certes, nettement plus grand, mais son organisation est atypique et le rattachement des espaces C1 et C2 aux autres pièces, plus classiquement regroupées autour d’une petite cour, n’est pas très clair (fig. 75). En tout état de cause, le triclinium, désigné par la présence et la conception du décor mosaïqué (cf. supra § 3.2.1.2, SL9), était lui‑même de plus grande dimension (environ 40 m2) que les pièces de réception reconnues dans les maisons A et B. Sans doute est‑on bien en présence ici d’une maison un peu plus importante que les deux autres, mais qui reste néanmoins dans le même ordre de grandeur, et dont la richesse ornementale est du même niveau également : le décor mosaïqué paraît n’avoir porté que sur la seule pièce de réception ; on ne signale ailleurs qu’un probable tessellatum blanc en C5 et, plus à l’est, qu’un simple terrazzo, tandis que pour l’espace C1 on n’a reconnu que des niveaux successifs de terre battue.

187De la domus D, mal connue, on peut au moins dire que la pièce de réception, seule ornée de mosaïque (SL74) (les autres sols observés dans ce secteur sont en terre battue) était, ici encore, de dimensions fort modestes (21,5 m2) (fig. 78).

188C’est aussi le cas de la domus de la rue Pasteur : les 180 m2 fouillés représentaient sans doute, à eux seuls, une grande part de la superficie totale de la demeure (fig. 99) ; en dépit de son décor nettement plus élaboré (cf. supra § 3.2.1.3), cette maison n’était certainement pas une des plus grandes du secteur et possédait une pièce d’apparat de seulement 20 m2 environ de superficie.

189Quand à la domus mise au jour par la fouille de La Marseillaise, on peut se faire une idée assez précise de l’ensemble de sa superficie, très moyenne (de l’ordre de 600 à 700 m2, fig. 46), ainsi que de l’ensemble de son décor de sol, plus que modeste puisqu’il ne s’agit presque partout que de tessellatum uniformément blanc.

190Une des maisons les plus riches du quartier était peut‑être celle dite de l’Enclos du Gouverneur, découverte en 1785 : c’est en tous cas ce que suggèrent les dimensions de la grande pièce d’apparat de près de 80 m2, flanquée de deux pièces annexes et symétriques (formule remontant à l’époque hellénistique, et que l’on trouve, par exemple, à Délos), ainsi que la qualité particulière de son décor de sol (cf. supra § 3.2.2). Malheureusement, le reste de la maison nous échappe complètement.

191En fait, cet habitat inégalement cossu paraît bien être celui d’une catégorie moyenne de familles plus ou moins fortunées, celle qui fournissait sans doute le gros des citoyens de la cité antique de Nîmes à l’époque de sa plus grande extension sous le Haut‑Empire, soit, pour ce quartier, entre le milieu du ier et le milieu du iie s. ap. J.‑C., si l’on en croit les conclusions tirées des données de ces fouilles. Il semble établi que la mise en place de ces maisons et la réalisation de la plupart de leurs embellissements se situent bien dans les limites de cette fourchette chronologique, et les données tirées de l’observation des décors de sols n’y contredisent en général pas, bien au contraire. En revanche, on éprouve quelque difficulté à admettre, comme le suggéreraient les données de fouille, que le secteur ait pu être, pour l’essentiel, abandonné définitivement dans le courant de la deuxième moitié du iie s. ap. J.‑C. On ne voit aucune cause historique ou économique capable d’expliquer un tel phénomène de déclin dans une période aussi paisible et prospère.

192La seule étude du décor des sols permet de s’assurer qu’il s’agit ici, en dépit de leur caractère modeste, de demeures manifestant, à des degrés divers, une certaine aisance matérielle et une volonté de tenir son rang, notamment en adoptant, à quelque phase d’élaboration que ce soit, des formules décoratives en vogue, dont le modèle demeure avant tout italien et qui manifestent implicitement une adhésion constamment renouvelée à la romanité.

193Tout d’abord, il convient de noter que ces maisons, de conception classique, avec cour intérieure, même petite, comportaient bien toutes des éléments de décoration, notamment de sol. Certaines présentaient aussi des aménagements de jardin assez sophistiqués (cf. notamment les observations du square de la Bouquerie, s’il s’agit bien d’un Euripe).

194Dans un premier temps, dès la mise en place de ces structures architecturales –sans doute vers le milieu du ier s. ap. J.‑C.–, on a déjà tenu à distinguer les parties les plus nobles de ces maisons en les enrichissant d’un décor de terrazzo à incrustation de tesselles.

195Certaines demeures en sont restées là, jusqu’à leur abandon. C’est le cas de la domus B, dont la pièce d’apparat donnant sur le viridarium –selon un dispositif raffiné propice à l’otium– n’a subi aucun remaniement ultérieur de son décor de sol, sans doute parce que celui‑ci était dès l’origine élaboré avec suffisamment de recherche et de soin, avec ses compositions d’octogones et d’étoiles de huit losanges, pour n’être pas jugé trop pauvre au cours des décennies suivantes, en pleine expansion. On peut supposer aussi un attachement particulier à l’égard des anciennes modes, fidélité peut‑être envers une frugalitas tout italienne, à moins qu’il ne se soit agi d’une famille qui, particulièrement cossue au ier s., n’ait pas vu sa condition suivre, par la suite, l’enrichissement général, et soit restée par nécessité fidèle au luxe discret et quelque peu vieillot des générations de l’époque julio‑claudienne.

196Il n’y a pas d’évolution sensible, non plus, dans le cas de la domus de La Marseillaise, qui en est tout le temps restée à des revêtements de terrazzo ou de tessellatum très simples, presque sans décor.

197En revanche, la plupart des autres demeures de ce quartier ont manifestement connu, au cours de la première moitié du iie s., des remaniements décoratifs qui ont consisté, pour ce qui nous intéresse ici, en l’introduction d’un opus tessellatum sobrement polychrome, sous des formes diverses.

198C’est le cas de la domus A, où, devant l’entrée d’une grande salle largement ouverte sur le péristyle, on a refait le pavement de la galerie en installant, à la place du terrazzo antérieur, un tapis de tessellatum à décor figuré, à forte connotation dionysiaque, adapté à la fonction de la salle de réception devant laquelle il était placé.

199C’est également, semble‑t‑il, le cas de la domus D, où un petit tapis de tessellatum a probablement été inséré après coup dans un sol en terrazzo.

200De même, on constate que le décor des sols de la domus de la rue Pasteur comporte, selon toute vraisemblance, deux états successifs : du premier état, on a conservé jusqu’à la fin le terrazzo des galeries du péristyle, ainsi, sans doute, que le pavement de la pièce 2 ; et c’est très probablement dans un second temps que le décor des sols a été considérablement enrichi avec la pose du tessellatum à motif géométrique de la pièce 4, et celui, à la fois géométrique et figuré, du triclinium (pièce 1).

201Les décors de sols tout autant que les enseignements tirés de l’architecture nous font donc entrevoir ici une classe moyenne attachée à sauvegarder les conditions minimales d’un mode de vie décent, dans la tradition hellénistique, qui est celle de Rome et de l’Italie, et veillant en particulier au décor des espaces de réception, même restreints, ainsi que, si possible, à leur enrichissement au fil du temps.

202Outre leurs aspects formels, le contenu de ces décors confirme la participation de cette classe moyenne à une culture et à un imaginaire communs partagés, ici comme ailleurs, par les classes moyennes et supérieures de tout l’Empire. La moisson d’images que ce site nous offre avec ses rares mosaïques figurées est somme toute assez maigre, –on n’en trouve ici, au maximum, qu’une par maison– et pourtant on y retrouve plusieurs des thèmes du décor domestique les plus fréquemment attestés dans le monde romain :
– thématique dionysiaque (mosaïque SL47 des Villégiales) confirmant l’adhésion aux pratiques du symposium et aux formes de la convivialité gréco‑romaine ;
– sujets dits « marins », en fait qu’il conviendrait plutôt de dire « aquatiques » ou « océaniques » (mosaïques SL9 des Villégiales et mosaïque principale de l’Enclos du Gouverneur), impliquant l’adoption du système symbolique relatif aux notions de fertilité et de prospérité ;
– scène mythologique de théogamie (pavement de la pièce 1 de La Fontaine des Bénédictins) traitée dans la plus pure tradition hellénistique, supposant une valorisation de la tradition gréco‑romaine tant du point de vue pictural que plus généralement culturel, puisqu’elle renvoie à la tradition classique, aussi bien sous ses aspects littéraires que symboliques ou religieux. Cette tradition devient ainsi à son tour active au cœur de la maison où elle est évoquée, du fait même de la forme et du contenu que l’image y pérennise et des commentaires qui y sont attachés et dont, par sa seule présence, elle renouvelle, à son tour, la transmission et l’efficacité.

203De ce point de vue, on peut conclure de l’étude du décor des sols de ce quartier antique qu’elle confirme l’attachement, sans cesse réaffirmé, d’une catégorie très moyenne de nîmois, formant sans doute le gros du corps des citoyens, à ce mode de vie d’essence hellénistique qui apparaît ici une fois de plus comme le liant de tout l’édifice politico‑social romain.

204Du point de vue de l’histoire de la mosaïque elle‑même, les observations réunies sur le quartier des Bénédictins permettent quelques remarques utiles et quelques questions, notamment à la lumière des conclusions chronologiques générales proposées par les fouilleurs pour le quartier pris dans son ensemble.

205Tout d’abord, il est intéressant de noter le long usage de décors en signinum à incrustations de tesselles qui, une fois posés, sans doute dans les débuts de l’urbanisation de ce secteur, vers le milieu du ier s. ap. J.‑C., ont survécu, dans certains cas, jusqu’à l’abandon du quartier. Il est intéressant aussi de remarquer, d’une façon générale, la coexistence fréquente, dans une même demeure, de revêtements d’époques différentes, qui continuent à être en usage en même temps, ce qui a été souvent observé ailleurs et se trouve encore confirmé ici.

206La fréquence relativement faible de l’usage du tessellatum dans ce secteur, et la sobriété de son décor, qui, notamment, fait si parcimonieusement usage de représentations figurées, peuvent sans doute s’expliquer par la modestie du niveau social des habitants, mais aussi par la précocité de l’installation de son décor mosaïqué. Ici se trouve confirmée l’idée que l’on se fait généralement du degré d’évolution de l’art de la mosaïque et de sa place dans le décor domestique au cours de la seconde moitié du ier s. et de la première moitié du iie s. ap. J.‑C.

207Le seul point qui pose problème concerne certains décors figurés et particulièrement la mosaïque de Léda (pavement de la pièce 1 de La Fontaine des Bénédictins). Les rapprochements évoqués plus hauts pour cette dernière ne sont pas douteux (notamment avec la mosaïque d’Hercule et Hésionè de Saint‑Paul‑Trois‑Châteaux). Doit‑on s’en tenir aux datations jusqu’ici proposées (dernières décennies du iie ou début du iiie s.) ? Doit‑on faire prévaloir l’opinion des fouilleurs, pour qui l’ensemble de ce quartier est mis en place entre le milieu du ier et le milieu du iie s., et considérer que la mosaïque de Léda doit donc être remontée d’un demi‑siècle environ ? Je serais partisan, quant à moi, d’examiner attentivement cette hypothèse, non sans en tirer les conséquences éventuelles pour ce qui est de la datation de plusieurs autres pavements de Nîmes, ou d’ailleurs, qui possèdent d’indiscutables affinités avec celui de Léda.

FIG. 156 – La Marseillaise. Fragments de décor mural.

dess. M. et R. Sabrié/CNRS

208Enfin, le rôle de marqueur joué par le décor en mosaïque est confirmé partout ici : marqueur, pour la maison dans son ensemble, de prestige social (même s’il est tout relatif) ; marqueur, au sein de la maison, des espaces plus nobles par contraste avec d’autres, d’usage plus humble ou plus quotidien. Dans les cas les plus modestes, ce rôle de marqueur interne est simplement lié à la présence ou à l’absence de ce genre de décor de sols (domus de La Marseillaise, domus B et D des Villégiales) ; ailleurs, ce marquage s’opère par l’usage du décor figuré par opposition au simple tessellatum géométrique ou monochrome (domus A et C des Villégiales, domus de la rue Pasteur, domus de l’Enclos du Gouverneur). Noter que l’on ne rencontre pas ici de ces cas plus sophistiqués de marquage par hiérarchie au sein des décors figurés ou par usage des diverses valeurs sémantiques de ces derniers : les panneaux figurés, dans ce quartier, sont toujours exceptionnels, et dans tous les cas rencontrés ici, les maisons n’en possèdent au mieux qu’un seul.

209On voit, en conclusion, combien une enquête d’ensemble du genre de celle qui a été réalisée dans le quartier des Bénédictins, capable, notamment, de donner un maximum d’informations sur le contexte archéologique des décors de sols, peut apporter d’éléments pour servir à l’histoire d’une cité et à la reconstitution d’un milieu social urbain, tout en enrichissant nos connaissances concernant le décor lui‑même, ses fonctions et son histoire.

3.3 Les décors muraux

210r.s., m.s.

211Dans le quartier des Bénédictins, la présence d’enduits peints, quelquefois blancs, est signalée dans tous les espaces des secteurs d’habitation, mais ceux qui ont pu être observés ne représentent, chaque groupe pris à part, qu’une faible partie du décor auquel ils appartenaient.

3.3.1 La Marseillaise

212On a recueilli sur le site de La Marseillaise quelques éléments de décor qui ne peuvent être rattachés avec certitude à aucun des espaces mis au jour. Ils ne sont, cependant, pas dépourvus d’intérêt.

213L’examen du mortier laisse apparaître trois groupes :
– deux fragments ocre‑jaune sans motif ;
– un fleuron vert mal conservé sur un champ blanc séparé d’un champ rouge vif par un filet brun‑rouge (fig. 156, no 1) ;
– un décor que nous appellerons « le décor principal ».

214Ce dernier, le mieux représenté, se compose d’une zone basse noire mouchetée de rouge, blanc et jaune, portant deux filets blancs dans sa partie supérieure (fig. 156, nos 2, 3). Une bande verte de 4 cm de largeur la sépare d’une zone moyenne rouge‑ocre à peine visible sur le no 3. Les fragments appartenant à cette zone portent deux bordures ajourées différentes :
– rang de perles en forme de « gouttes écrasées », jaunes avec une touche de vert, accompagnées de points blancs et disposées le long d’une ligne jaune doublée par une ligne blanche (fig. 156, nos 4, 5) ;
– élément de bordure jaune avec arc de cercle surmonté de deux points, abritant une palmette simplifiée formée de points. Bifols blanc bleuté surmontés de points dans les écoinçons (fig. 156, no 6).

215Sur un autre fragment apparaît le contact entre la zone ocre‑rouge et un champ noir qui pourrait appartenir à un panneau étroit ou à une bande verticale recouvrant l’angle de la pièce.

216Les mouchetures de la zone basse, qui reprennent les coloris de la zone moyenne, constituent un revêtement facile à exécuter et peu salissant, qui n’est pas rare à l’époque des 3e et surtout 4e styles. La bande verte qui la couronne est aussi d’un emploi assez fréquent car cette couleur conventionnelle était celle de la surface du podium dans les peintures du 2e style. Les bordures ajourées encadraient vraisemblablement les panneaux de la zone moyenne, la plus simple se situait peut‑être dans les parties latérales de la paroi, la plus complexe au centre. Elles se rattachent toutes deux à des types bien connus en Italie comme en Narbonnaise. La palmette simplifiée trouve de nombreux parallèles, en particulier à Narbonne, boulevard Frédéric‑Mistral (Sabrié, Sabrié 1991 : 89). Le rang de perles avec effet de « goutte écrasée » est également bien connu (Barbet 1981 : 950, 968) mais la petite touche de vert qui se superpose au motif ocre‑jaune lui donne une certaine originalité.

217Ces éléments dénotent l’appartenance du décor de La Marseillaise au 4e style provincial, tel qu’il apparaît dans les peintures de la seconde moitié du Ier s. La présence de la bande verte en zone basse et le petit format de la bordure à arcs de cercle plaideraient en faveur d’une datation dans les années 50 ou 60 ap. J.‑C.

3.3.2 Les Villégiales

218L’espace C8 délimité par les murs MR60 et MR67 a livré un petit ensemble de fragments d’enduits à fond blanc (34 x 51 cm). Le champ (fig. M) est limité dans sa partie inférieure par une bande horizontale rouge‑bordeaux de 7 cm de largeur. Au‑dessus sont disposés plusieurs éléments verticaux. Au centre, une mince tige rouge à feuilles rouges et vertes. À gauche, une colonnette bleu‑vert à effet de volume et une bordure ajourée rouge formée d’une ligne et d’un rang de perles surmontées de points. À droite, un filet noir, une bande bleu pâle et une colonnette rose à effet de volume, qui projette une ombre rouge à droite. L’exécution du décor a été préparée par plusieurs tracés incisés : l’un, horizontal, situe la bande rouge‑bordeaux ; les autres, verticaux, marquent l’emplacement des colonnettes et de la bande bleue.

FIG. M – Les Villégiales des Bénédictins. Espace 8 : élément de la partie haute d'une paroi

cl. M. et R. Sabrié/CNRS

219On peut déduire de l’observation technique l’emplacement d’origine des fragments sur la paroi. En effet, on décèle, dans la partie inférieure, un joint de mortier qui se situait entre deux zones horizontales. D’autre part, les empreintes du revers (fig. 157) forment une palme couchée dont le sommet en éventail correspond à peu près, du côté peint, à la colonnette rose. La comparaison avec des revers d’enduits plus complets permet de situer les fragments des Villégiales soit à l’extrémité d’une paroi, comme à Nîmes, Villa Roma, maison 10 (Sabrié, Sabrié 1993a : notice 44) soit à proximité du centre (Narbonne, maison III, Sabrié, Sabrié 1993b : 29).

FIG. 157 – Les Villégiales des Bénédictins. Revers du mortier.

dess. et cl. M. et R. Sabrié/CNRS

220La bande rouge‑bordeaux, telle qu’elle apparaît ici, est fréquemment utilisée dans les décors à fond blanc pour séparer les zones moyenne et supérieure. On pourrait citer plusieurs exemples en Italie et on la trouve à Narbonne dans la maison à Portiques, pièces D et G (Sabrié et al. 1987 : fig. 124, 126, 131). Les autres éléments du décor montrent aussi une appartenance probable à la zone supérieure. Les colonnettes, bien rendues avec un effet de relief, suggèrent l’existence de petits édicules, nombreux dans les peintures italiennes du 4e style (Schefold 1962 : pl. 84, maison IX, 7, 1 ou pl. 109, maison des Vestales, VI, 1, 6 ; Eristov 1994), présents également à Narbonne dans la pièce D précédemment citée (Sabrié et al. 1987 : fig. 126, 127). Leur position dissymétrique et la différence des coloris laissent supposer qu’elles appartiennent à deux édicules différents, entre lesquels s’élève une tige feuillue jouant le rôle de candélabre. Ce genre de rameau se trouve également en zone moyenne ou bien, avec une position horizontale, sur la zone basse ou supérieure des parois. La bordure à perles et points qui s’élève près de la colonnette appartient à un type bien connu (Barbet 1981 : 950 ; Sabrié, Sabrié 1991 : 89).

221Ce décor rappelle les petits édicules qui s’élèvent dans la zone supérieure des parois du 4e style pompéien (50‑70 ap. J.‑C.). Les éléments qui nous sont parvenus sont insuffisants pour que l’on puisse estimer la hauteur totale de ce registre, mais ils évoquent une structure architecturale et non la simple frise habituelle dans les peintures de Gaule. On sait qu’une zone supérieure élevée, conforme aux modèles italiens, n’a jusqu’à présent été attestée qu’à Narbonne (Sabrié et al. 1987 : fig. 124, 151, 169 ; Sabrié, Sabrié 1993b : 21‑23). La peinture des Villégiales semblerait prouver sa présence à Nîmes. Son exécution peut se situer dans les dernières décennies du ier s. ap. J.‑C. ou au début du iie s.

3.3.3 Les Hespérides

222Parmi les fragments d’enduits trouvés dans la couche de démolition, l’ensemble le mieux conservé (fig. 158) provient probablement d’un angle de la pièce 7, à en juger d’après la bande verte de 3 cm peinte le long d’un bord de mortier rectiligne. Il comprend des panneaux alternativement grenat et jaune moucheté de blanc et de rouge, que séparent des bandes vertes bordées de blanc. Ce genre de revêtement, faisant parfois appel à une alternance de panneaux unis et à imitation de marbre, est assez fréquent sur la partie basse des parois, surtout à partir du 4e style. Il n’autorise aucune extrapolation concernant la zone principale du décor de la pièce, et on ne peut pas proposer de datation précise.

FIG. 158 – Les Hespérides. Panneaux rouges et jaunes.

dess. et cl. M. et R. Sabrié/CNRS

3.3.4 Les fragments découverts rue Rouget‑de‑Lisle

223Quelques fragments d’enduits peints, recueillis par O. Rappaz dans une tranchée réalisée rue Rouget‑de‑Lisle (cf. supra Introduction, point 29 ; Darde 1990 : 144 ; Gallet de Santerre 1962 : 634) ne nous sont connus que par trois photographies en noir et blanc.

224La figure 159 montre un essai de reconstitution d’une tête féminine autour de laquelle sont disposés des traits rayonnants :
– no 1 : haut d’un visage, avec une partie de l’œil droit et du sourcil gauche. Les cheveux sont tirés vers les tempes et deux petites mèches retombent au milieu du front ;
– no 2 : chevelure, tempe gauche et une partie du sourcil ;
– no 3 : chevelure formant des boucles au niveau du cou et de l’épaule ;
– no 4 : côté droit du visage avec œil incomplet et chevelure formant des boucles.

FIG. 159 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Éléments de décor.

cl. musée archéologique de Nîmes

225La figure 160 est composée des fragments nos 5 et 6 sur lesquels deux traits incurvés représentent l’arrondi des seins, tandis qu’au‑dessous deux lignes parallèles, qui s’étendent en travers du buste, forment comme une bande pectorale avec effet de transparence. À gauche, on distingue le bras serré contre le corps et orné d’un bracelet (trait sombre souligné d’un trait plus clair) avec une boule au niveau du fermoir. Un élément de collier, dessiné de la même manière, apparaît à la base du cou, près d’une mèche de cheveux.

FIG. 160 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Élément de décor.

cl. musée archéologique de Nîmes

226Enfin, la figure 161 représente l’angle d’un champ blanc délimité par une bande d’encadrement et un filet intérieur de couleur sombre.

FIG. 161 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Élément de décor.

cl. musée archéologique de Nîmes

227Si l’on examine le remontage de la figure 159, on se rend compte qu’il a été effectué à l’aide d’éléments appartenant, au moins, à deux têtes différentes. En effet, le fragment no 2, sur lequel on distingue une partie de l’œil, ne peut se raccorder au no 1, outre le fait que les traces de lissage de l’enduit, bien visibles, ont une orientation différente. De même l’œil du no 4 ne saurait appartenir au même personnage. Nous avons tenté une nouvelle restitution (fig. 162) qui tient compte à la fois du dessin et des traces de lissage.

FIG. 162 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Essai de restitution du décor.

dess. M. et R. Sabrié/CNRS

228Il est difficile d’analyser un décor aussi incomplet et pour lequel toutes indications de couleur et de dimensions font défaut. L’organisation générale nous est complètement inconnue et nous ignorons si les personnages étaient isolés ou groupés, et s’ils étaient campés dans des compartiments encadrés par les éléments visibles sur le fragment de la figure 161.

229Quelques observations peuvent aider à la compréhension du sujet. Les traits rayonnants qui entourent les têtes féminines évoquent un tissu de couleur claire formant des plis. Il pourrait s’agir alors d’un voile gonflé par le vent tel que celui qui auréole Vénus marine, Amymonè, les Néréides et ou les Ménades. Le fait que les cheveux soient rejetés sur le côté, comme dans une scène en plein air, conforterait cette hypothèse. Notons cependant que le traitement par petits plis rayonnants ne correspond pas à la représentation classique de cette grande écharpe qui forme habituellement des plis concentriques.

230Le personnage le plus complet semble porter une bande pectorale. On sait que la fascia pectoralis (Belot 1993), qui se présente la plupart du temps comme une bande de tissu opaque, enserrait, généralement de plusieurs tours, la poitrine des jeunes romaines, que les canons de la beauté leur imposaient d’avoir menue. Les jeunes femmes de Piazza Armerina en portent de semblables dans leurs exercices sportifs. On a cependant noté la valeur érotique de cet accessoire qu’arborent quelquefois Vénus, Ariane, et aussi les protagonistes des scènes amoureuses peintes dans les maisons ou les lupanars de Pompéi. Dans le décor de Nîmes, l’étroitesse de la bande (que la jeune personne est peut‑être en train de dérouler ou d’enrouler) jointe à l’effet de transparence était sans doute également chargée d’une intention érotique.

231L’étude comparative peut‑elle nous apporter quelques renseignements d’ordre chronologique ? Ici encore, ils ne peuvent que rester vagues. La coiffure aux cheveux tirés ne formant des boucles qu’à la hauteur des pommettes et surtout les deux petites mèches rebelles qui tombent au milieu du front rappellent celles de certains portraits exécutés vers la fin du iie s. ou le début du iiie s., comme la tête juvénile (Méduse ?, allégorie de Vent ?) du Clos de la Lombarde à Narbonne (Sabrié et al. 1987 : photo de couverture et fig. 201), la Sélénè de Zliten en Tripolitaine (Borda 1958 : 309) ou la Saison d’une mosaïque du même site (Aurigemma 1960 : pl. 132). Les contours du corps, tracés à l’aide de grands traits de couleur sombre, évoquent une technique assez simple dénotant un exécutant peu spécialisé, expression d’un art populaire qui se manifeste dans les laraires de Pompéi et se retrouve, plus tard, dans les peintures de tombeaux (Rome, Cimetière des saints Pierre et Marcellin ; Palmyre) ou le mithraeum de Doura‑Europos (Borda 1958 : 355, 331,324). La peinture de Nîmes, de facture assez naïve, semble se situer dans cette tradition et l’on ne peut se prononcer de façon définitive sur l’identification de la scène représentée.

3.3.5 La Fontaine des Bénédictins

232Malgré les bouleversements survenus dans la couche de destruction, la domus de La Fontaine des Bénédictins a livré quelques vestiges du décor mural de plusieurs pièces (fig. 163), parmi lesquels deux ensembles assez bien conservés, intéressants par leur iconographie.

FIG. 163 – La Fontaine des Bénédictins. Localisation des enduits peints.

DAO M. Monteil/Afan

L’espace 1 (mosaïque de Léda)

233Le mur MR1005 avait gardé en place une plinthe rouge mouchetée, imitation de pierre décorative qui a connu un large emploi. Sur le mur MR1009, deux couches d’enduit superposées, l’une blanche, l’autre rose, indiquent une réfection, mais on ne saurait évaluer la durée d’occupation de la pièce d’après ce seul indice.

L’espace 2 (mosaïque aux dauphins)

  • 10 Analyses effectuées par Claude Coupry, CNRS, laboratoire de Spectrochimie infrarouge et Raman. Comp (...)

234Ici encore, le mur MR2018‑2016 portait deux enduits superposés. Sur le plus récent, au‑dessus d’une plinthe blanche, une bande rouge bordée de blanc séparait des panneaux qui ont été perçus comme étant « bleu marine » au moment de la découverte. Cette teinte, qui n’a jamais été signalée dans les peintures romaines, pouvait être, à l’origine, un noir contenant quelques pigments bleus, mélange qui a été mis en évidence par l’analyse de peintures de Narbonne récemment effectuée10. On pourrait reconnaître dans le décor une succession de panneaux noirs juxtaposés, selon un système à l’honneur à l’époque augustéenne, mais qui a été assez longtemps utilisé.

L’espace 2bis

235Le mur MR2018‑2016 était également revêtu d’enduits peints sur la face appartenant à l’espace non dégagé 2bis. La peinture au candélabre (fig. N), qui a pu être prélevée, se situait à l’extrémité d’une paroi comme le prouve le bord rectiligne du support de mortier. La composition, très classique, montre deux panneaux rouges à simple filet d’encadrement blanc et une bande séparative noire, de 29 cm de largeur, ornée d’un candélabre jaune d’or éclairé à gauche. La hampe porte trois paires de feuilles sessiles recourbées vers le bas et des ombelles assez plates garnies de festons verts. On note une exécution soignée, avec la présence d’ombres rouges et de rehauts blancs qui donnent un certain volume au motif. Ce décor s’inscrit dans la tradition du 4e style provincial, dont la caractéristique principale est le maintien du système à candélabres ; il a pu être exécuté à la fin du ier s. ou dans les premières années du iie s.

FIG. N – La Fontaine des Bénédictins. Espace 2bis : détail de la peinture au candélabre.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes

L’espace 3

236Des restes d’enduit peint étaient encore visibles sur les murs MR1005 et MR4004.

L’espace 4

237Les enduits de la pièce 4 ne forment pas un tout homogène et il n’est pas facile d’établir un rapport entre les différents groupes. En effet, la décoration de la zone basse dans son dernier état comprenait une plinthe blanche mouchetée de noir, jaune et rouge, trouvée en place sur le mur MR4004.

238Un autre groupe de fragments (no inv. 4002E), dont l’état de conservation est médiocre, porte une imitation de marbre aux motifs circulaires tracés en brun‑rouge sur un fond ocre‑jaune (fig. 164). Aucun élément de bordure ou de trait d’encadrement n’est visible et l’ensemble pourrait provenir d’une zone basse aussi bien que d’une zone moyenne.

FIG. 164 – La Fontaine des Bénédictins. Espace 4 : faux marbre.

dess. M. et R. Sabrié/CNRS

239Le groupe le mieux représenté (4002 ABC) porte un décor à fond blanc appartenant à la zone moyenne et à la partie haute de la paroi. Dans un état ultérieur, un badigeon rouge est venu masquer certains secteurs. Nous ne savons pas quel type de zone basse l’accompagnait.

240L’évolution de la décoration murale de la pièce 4 n’est donc pas parfaitement claire, mais ce qui ressort de cette diversité, visible aussi bien dans les motifs que dans l’observation technique des supports de mortier, c’est la longue période de fonctionnement au cours de laquelle on a eu recours à des réfections partielles, sans doute par souci d’économie.

241Pendant les deux derniers états de sa décoration, la pièce 4 comprenait des panneaux à fond blanc avec des bandes d’encadrement dans les tons noir, rouge orangé, rouge‑brun, gris (fig. 165), mais nous ignorons tout sur la façon dont ils étaient séparés. Un ensemble particulièrement intéressant (fig. O) provient du haut d’une paroi, comme en témoigne le léger rebord de mortier horizontal dans la partie supérieure. Le badigeon rouge, fortement écaillé, provenant d’une réfection, s’étendait sur une bande d’environ 14 cm de hauteur et laissait apparaître le décor sous‑jacent. La décoration ancienne, à fond blanc, est limitée en sa partie supérieure par une bande verte de 8 cm de largeur. Au‑dessous, une corniche moulurée exécutée dans différents tons de vert supporte un acrotère à palmette rouge agrémenté de volutes et un félin de même couleur, assis, tourné à droite. L’animal, dont la queue se transforme en rinceau, tend la patte vers une bordure végétalisée qui forme un angle devant lui et se compose de fleurons à cœur allongé (l’un d’entre eux est vert) et de motifs dérivés des fleurs de lotus. Un autre ensemble de fragments laisse voir des motifs rouge orangé mal conservés qui pourraient être des colonnettes soutenant un entablement.

FIG. 165 – La Fontaine des Bénédictins. Espace 4 : éléments de la zone moyenne de la paroi.

dess. M. et R. Sabrié/CNRS

FIG. O – La Fontaine des Bénédictins. Espace 4 : zone moyenne ou supérieure de la paroi

cl. M. et R. Sabrié/CNRS

242Avec sa queue en forme de rinceau, le félin appartient à un groupe d’êtres fantastiques, participant à la fois des règnes animal et végétal, qui ont leur place depuis longtemps dans le répertoire des décorateurs. Dans les peintures romaines, ils connaissent un certain succès à partir de la fin du 2e style (Delplace 1990). Un type particulier, qui nous servira de référence, est celui du griffon végétalisé dont l’arrière‑train est formé de rinceaux à volutes. Il apparaît, vers 30 av. J.-C., dans la maison d’Auguste sur le Palatin, placé en acrotère au sommet des architectures fictives (Carettoni 1983a : pl. 2,1 ; 1983b : pl. D‑G, I). Il conserve cette position même lorsque sa morphologie redevient classique et abandonne les éléments végétaux (maison de Lucretius Fronto, 3e style, Peters 1992). C’est surtout à l’époque du 4e style que le griffon à rinceaux suscite un nouvel engouement. Il entre dans la composition de multiples frises de la Domus Aurea (Weege 1913 : fig. 42‑43 ; Dacos 1969 : fig. 24, 26, 34, 41 ; Perrin 1982 : 306) mais, parallèlement, il reste fidèle à son rôle d’acrotère comme le montre une peinture de la maison des Vestales à Pompéi (Schefold 1962 : pl. 109). C’est de ce type que pourrait dériver, par imitation, l’acrotère‑panthère de la maison de la Chasse ancienne (Schefold 1962 : pl. 16,2 ; Graefe 1979 : pl. 118). Le corps du félin est animal, seule la queue esquisse une volute qui rappelle celle d’un rinceau. La ressemblance est grande avec la panthère de Nîmes, dont la queue ramifiée a un caractère végétal encore plus marqué et forme des volutes que le peintre s’est plu à reproduire dans la réalisation de l’acrotère à palmette placé sur le même entablement.

  • 11 Italica (iie-début iiies.) (Abad Casal 1982 : 228, fig. 383) ; Este (ier-iie s.) (De Monte 1986 : 1 (...)

243Dans certains types iconographiques, le griffon ou la panthère tend la patte vers un objet, mouvement qui, à l’origine, exprimait sans doute la possession ou la défense, mais qui a été retenu par les décorateurs pour sa valeur ornementale. Le griffon de la maison des Vestales soutient une guirlande en feston, poncif des décorations romaines. Or, la peinture de Nîmes a ceci d’original que l’habituelle guirlande est remplacée par une bordure rigide composée de petites fleurs et de vrilles. Cette composition d’un type particulier s’inspire des bordures florales du 2e style final, nombreuses dans la villa de la Farnésine (Bragantini, De Vos 1982 : pl. G‑M) et qui étaient, elles‑mêmes, issues de l’ancienne frise de palmettes et fleurs de lotus. Le thème connaît encore d’autres transformations au cours du ier s. de n.è., mais reparaît, sous une forme proche de celle de la Farnésine, dans des décors datés de 130‑140 comme la casa delle Ierodule à Ostie (Veloccia Rinaldi 1970‑1971 : fig. 9, 11), la maison sous les Thermes de Caracalla (Jacopi 1972 : pl. 57, 60 et pl. B en couleur) et le tombeau des Pancratii à Rome (Wirth 1934 : pl. 16 ; Joyce 1981 : fig. 16) ainsi que sur d’autres sites provinciaux11.

244La peinture de Nîmes se présente comme une œuvre soignée et de bon goût qui reflète une mode illustrée à Ostie dans la salle IX de la maison des Muses, décorée à l’époque d’Hadrien, où dominent les fonds blancs, aussi bien sur les parois que sur la mosaïque à motifs géométriques. On y retrouve une certaine minutie dans les détails : des figures sont placées en acrotère sur des architectures légères et associées à des bordures florales stylisées. Nous proposerons pour le décor au félin une date voisine de celle d’Ostie, antérieure au milieu du iie s. On sait que cette époque voit aussi le développement des imitations de marbre sur les parois, aussi les éléments de l’ensemble 4002E (fig. 164) pourraient‑ils lui être attribués.

3.3.6 Essai de synthèse

245Nous n’avons qu’une vue restreinte des décors muraux du quartier des Bénédictins, ce qui interdit toute restitution d’ensemble et limite étroitement l’étude comparative. On reconnaît, cependant, les grandes tendances qui ont été observées à Nîmes même ou sur d’autres sites de la Narbonnaise, en particulier l’influence du 4e style à partir du milieu du ier s. ap. J.‑C., son prolongement ainsi que la mode des imitations de marbre au début du iie s. Les peintures à l’iconographie la plus riche ont été trouvées dans la domus de La Fontaine des Bénédictins, qui paraît aussi, parmi les maisons connues, être l’une des plus grandes et celle qui possédait les plus belles mosaïques. Il ne faudrait pas conclure, cependant, que des peintures comparables n’existaient pas dans d’autres maisons incomplètement explorées, l’observation prouvant que de modestes sols de béton pouvaient accompagner des décorations murales de qualité.

3.4 Le jardin de la domus B des Villégiales

246s.b.

3.4.1 Introduction

247C’est dans le jardin de la domus mise au jour sur te site des Villégiales des Bénédictins qu’un aménagement horticole particulier a pu être étudié (cf supra § 2.2).

248L’espace B6, appartenant à la domus B, présentait en effet une série de petites fosses qui ont livré, à la fouille, neuf pots percés interprétés dans un premier temps comme étant des éléments de calage destinés à soutenir des poteaux ou comme étant un système particulier d’irrigation : l’originalité de cette découverte à Nîmes justifiait ces deux interprétations erronées.

249Le bon état de conservation des neuf céramiques et de leur environnement immédiat est lié à la quasi‑absence de remaniements, sous la forme d’une réorganisation de la cour et/ou d’une destruction postérieure.

3.4.2 Localisation de l’espace B6

250Il est rattaché à la domus B, celle‑ci étant circonscrite au nord et à l’est par les voies V0181 et V0180 (fig. 55). Au sud et à l’ouest, les limites de cette dernière ne peuvent être clairement définies en raison de destructions liées à des aménagements modernes. Seule la présence, à son extrémité méridionale, du mur MRI 67, conservé de manière lacunaire, laisse envisager une limite à l’espace B6 et, peut‑être, une aile sud à la domus B (fig. 70, 166, 167).

FIG. 166 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue générale du jardin de la domus B prise du nord.

cl. X. Belougne/Afan

FIG. 167 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan restitué du jardin de la domus B et de ses abords.

DAO M. Monteil/Afan,

251Les limites de l’espace B6 sont également difficiles à cerner. Cependant, la fouille a livré plusieurs indices permettant d’en restituer l’emprise. Ainsi l’existence des murs MR163 et MRI 67 autorise à donner à l’espace B6 une longueur N‑S de 8 m, son développement E‑O n’est, par contre, connu que par la surface exploitée au cours de la fouille : en l’occurrence 6 m environ au maximum.

252La poursuite hypothétique du mur MR159 vers le sud, parallèlement au mur MR169, pourrait fournir les limites occidentales de l’espace B1 et orientale de l’espace B6. L’existence, en limite ouest de l’espace B5, d’un bandeau périphérique monochrome blanc, similaire à celui existant entre les espaces B5 et B4, suggère par ailleurs l’interruption de la galerie E‑O au contact d’un mur ou d’une ouverture. Nous pourrions alors restituer une aile occidentale, ou tout au moins, à défaut, une limite pour la domus B.

253L’espace B6 ainsi concrétisé par deux limites théoriques E‑O et par les murs MR163 au nord et MR167 au sud couvrirait une surface d’environ 72 m2.

3.4.3 Description des fosses

254La liste qui suit comprend l’ensemble des creusements mis au jour au sein de l’espace B6. Ils sont désignés par deux lettres majuscules correspondant à leur fonction (FS : fosse ; PO : trou de poteau) suivies d’un numéro d’inventaire attribué au cours de la fouille (fig. 168).

FIG. 168 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan de détail du jardin.

DAO M. Monteil/Afan

255Suivent les numéros d’unité stratigraphique (US), une présentation synthétique (la description du comblement a été précisée lorsqu’elle apportait des indices propres à connaître la fonction de la structure) et des mesures (L = longueur ; 1 = largeur ; diam. = diamètre ; prof. = profondeur observée). Un astérisque, placé après le code lettre de l’ensemble, symbolise la présence d’un pot.

256FS110*
US 4013, creusement ; US 4014, comblement ; pot no 1 (fig. 169).
Fosse de forme ovale creusée au nord et au sud dans une fosse antérieure (FS111). La fosse est en partie creusée dans le paléosol (US 4002). Elle se situe à l’est de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,47 m ; 1 0,35 m ; prof. 0,10 m.

FIG. 169 – Les Villégiales des Bénédictins. Le vase 1 une fois fouillé.

cl. X. Belougne/Afan

257FS114
US 4018, creusement ; US 4019, comblement.
Fosse aux contours irréguliers recoupant FS110. Cette fosse a été fouillée de façon très partielle ; elle est creusée dans le paléosol et située en limite est de l’espace fouillé.
Aucune mesure n’a été prise.

258FS117*
US 4023, creusement ; US 4024, comblement ; pot no 4 (fig. 170).
Fosse de forme oblongue, le comblement est proche par sa texture du paléosol (US 4002). Cette fosse se situe au N‑O de l’espace fouillé.
Dim. : diam. 0,20 m.

FIG. 170 – Les Villégiales des Bénédictins. Le vase 4 de la fosse FS117.

cl. X. Belougne/Afan

259FS118
US 4025, creusement ; US 4026, comblement.
Fosse de forme longue et étroite creusée dans le paléosol (US 4002).
Les parois de la fosse sont quasi verticales à ses deux extrémités.
Cette fosse est parallèle à FS140 et FS 148.
Dim. : L 3,20 m ; 1 0,22 à 0,38 m ; prof. 0,18 m.

260FS119
US 4027, creusement ; US 4028, comblement.
Fosse de forme oblongue creusée dans le paléosol et située à l’ouest de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,70 m ; 1 0,50 m ; prof. env. 0,15 m.

261FS120*
US 4029, creusement ; US 4030, comblement ; pot no 2.
Fosse de forme quadrangulaire, peu profonde et à parois obliques.
La fosse se situe au N‑O de l’espace fouillé et est recoupée par FS143.
Dim. : L env. 0,75 m ; 10,50 m ; prof. env. 0,10 m.

262PO121
US 4031, creusement ; US 4032, comblement.
Fosse de forme ovale creusée dans le paléosol. Présence dans le comblement de deux dalles plantées de chant au nord et à l’ouest, laissant supposer une fonction de calage. Cette fosse est située au S‑O de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,43 m ; 1 0,29 m ; prof. 0,18 m.

263PO122
US 4033, creusement ; US 4034, comblement.
Fosse de forme ovale creusée en partie dans le paléosol et dans
FS111. Cette fosse se situe au N‑E de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,42 m ; 10,23 à 0,29 m ; prof. 0,18 m.

264FS123
US 4035, creusement ; US 4036, comblement.
Fosse de forme oblongue creusée dans FS111 et située au centre de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,73 m ; 1 0,27 m ; prof. env. 0,07 m.

265FS124
US 4037, creusement ; US 4038, comblement.
Fosse de forme semi‑circulaire creusée dans FS111 et située au centre de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,50 m ; 1 0,30 m ; prof. env. 0,13 m.

266PO125
US 4039, creusement ; US 4040, comblement.
Fosse de forme semi‑ovale creusée dans FS111 et située au centre de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,34 m ; 1 0,28 m ; prof. 0,25 m maxi.

267FS126*
US 4041, creusement ; US 4042, comblement ; pot no 3.
Fosse circulaire située au nord de l’espace fouillé. Présence au fond de la fosse d’éléments de calage en calcaire.
Dim. : diam. 0,22 m ; prof. 0,12 m.

268FS127
US 4043, creusement ; US 4044, comblement.
Fosse de forme circulaire très arasée et creusée dans FS111. Cette fosse est située au nord de l’espace fouillé.
Dim. : diam. 0,22 m ; prof. env. 0,05 m.

269PO128
US 4045, creusement ; US 4046, comblement.
Fosse creusée dans FS111, de forme quasi rectangulaire et située au centre de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,22 m ; 1 0,16 m ; prof. 0,17 m.

270FS129
US 4047, creusement ; US 4048, comblement.
Fosse de forme quasi rectangulaire creusée à l’est dans FS140 et dans le paléosol. Cette fosse est située à l’est de l’espace fouillé et est recoupée par FS 130.
Dim. : L 0,82 m ; 1 0,24 à 0,31 m ; prof. 0,17 m.

271FS130
US 4049, creusement ; US 4050, comblement.
Fosse de forme ovale creusée dans le paléosol et recoupant FS 129 ; elle est située à l’est de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,39 m ; 1 0,31 m ; prof. 0,09 m.

272PO131
US 4051, creusement ; US 4052, comblement.
Fosse de forme circulaire creusée dans FS111. Cette fosse est située au centre de l’espace fouillé.
Dim. : prof. 0,10 m ; diam. 0,28 m.

273PO132
US 4055, creusement ; US 4056, comblement.
Fosse de forme circulaire creusée dans le paléosol et présentant dans son comblement deux pierres de calage dressées contre les parois nord et est. Cette fosse est située au nord de l’espace fouillé.
Dim. : prof. 0,15 m ; diam. env. 0,25 m.

274FS133*
US 4053, creusement ; US 4054, comblement ; pot no 7.
Fosse de forme quasi circulaire creusée dans le paléosol et située au sud de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,58 m ; 1 0,46 m ; prof. 0,12 m.

275FS 134
US 4057, creusement ; US 4058, comblement.
Fosse de forme oblongue associant deux fosses jumelées creusées dans le paléosol. Cette fosse est située au N‑O de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,65 m ; 1 0,25 à 0,33 m ; prof. 0,28 m maxi.

276FS135
US 4059, creusement ; US 4060, comblement.
Fosse de forme rectangulaire creusée dans le paléosol et située au nord de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,75 m ; 1 0,65 m ; prof. 0,05 m.

277FS137*
US 4063, creusement ; US 4064, comblement ; pot no 9.
Fosse de forme ovale située à l’extrémité sud de FS 148. Les contours de cette fosse n’étaient pas clairement visibles.
Dim. : L 0,46 m ; 1 0,31 m ; prof. 0,16 m.

278FS138*
US 4065, creusement ; US 4066, comblement ; pot no 5.
Fosse de forme ovale située à l’extrémité nord de FS 148.
Dim. : L 0,22 m ; 1 0,20 m ; prof. 0,09 m.

279FS139*
US 4067, creusement ; US 4068, comblement ; pot no 6 (fig. 171).
Fosse de forme circulaire située au nord de l’espace fouillé et à l’extrémité nord de FS140.
Dim. : diam. env. 0,35 m ; prof. 0,28 m.

FIG. 171 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue des fosses FS129, FS139, FS140 et FS146, prise du sud. Au fond, le puits PT115.

cl. X. Belougne/Afan

280FS140
US 4069, creusement ; US 4070, comblement.
Fosse de forme longiligne, parallèle à FS118 et à FS148, creusée dans le paléosol et en partie dans FS 111. Elle est terminée au nord par FS139 et au sud par FS146 et est de plus perturbée par l’installation de FS129.
Dim. : L 1,90 m ; 1 env. 0,25 m ; prof. 0,23 m.

281PO142
US 4072, creusement ; US 4073, comblement.
Fosse de forme ovale creusée dans le paléosol. Dans sa partie sud un surcreusement indiquerait la possible empreinte d’un poteau. Cette fosse est située au S‑O de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,32 m ; 1 0,18 m ; prof. 0,20 m.

282FS143
US 4074, creusement ; US 4075, comblement.
Fosse longiligne d’axe E‑O renflée aux deux extrémités, creusée dans le paléosol et en son extrémité est dans FS111. Cette fosse est recoupée à l’ouest par PO145 et se situe au N‑O de l’espace fouillé.
Dim. : L 1,30 m ; 1 0,25 à 0,35 m ; prof. 0,05 à 0,15 m.

283PO145
US 4076, creusement ; US 4077, comblement.
Fosse de forme circulaire creusée dans le paléosol et en partie dans le comblement de FS143. Présence dans son comblement d’une pierre de calage contre la paroi est. Cette fosse est située au N‑O de l’espace fouillé.
Dim. : prof. 0,20 m ; diam. 0,20 m.

284FS146*
US 4078, creusement ; US 4079, comblement ; pot no 8.
Fosse de forme ovale située à l’extrémité sud de FS140. Cette fosse est située au S‑E de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,37 m ; 1 0,30 m ; prof. 0,18 m.

285PO147
US 4080, creusement ; US 4081, comblement.
Fosse de forme circulaire creusée dans le paléosol ; elle présente un surcreusement dans sa partie est (empreinte d’un poteau ?) et est située au N‑O de l’espace fouillé.
Dim. : prof. 0,18 à 0,32 m ; diam. 0,32 m.

286FS148
US 4082, creusement ; US 4083, comblement.
Fosse longiligne creusée dans FS111 et terminée, au nord par

287FS138, au sud par FS137. Cette fosse est parallèle à FS140 et FS118.
Dim. : L 1,90 m ; 1 0,25 m ; prof. 0,15 m.

288PO149
US 4084, creusement ; US 4085, comblement.
Fosse de forme rectangulaire située au nord de l’espace fouillé.
Dim. : L 0,50 m ; 1 0,30 m.

3.4.4 Présentation du lot de céramiques

289Cette étude porte sur neuf exemplaires de pots en céramique, relativement bien conservés, retrouvés en place lors de la fouille (fig. 174).

3.4.4.1 Caractères généraux

290La pâte est caractéristique des productions de céramiques communes à pâte claire (Py 1993b : 222).

291Ces pots peuvent être distingués des productions habituelles à pâte claire par le perçage, avant cuisson, d’orifices qui sont disposés par trois, à égale distance sur la base du pot, et sont plus ou moins larges. Six exemplaires sont percés mais quatre seulement ont conservé les trois perforations (nos 1, 4, 6, 7) ; deux autres pots très fragmentaires n’en possèdent qu’un seul (nos 2, 9). En ce qui concerne les nos 8 et 5, l’absence de la partie inférieure pour le premier et la mauvaise conservation du second nous empêchent de vérifier l’existence d’orifices sur la panse. Enfin, dans le cas de l’exemplaire no 3, deux hypothèses peuvent être envisagées : le perçage de la partie supérieure du pot ou, plus vraisemblablement, l’absence de perforations latérales.

292Du perçage des orifices résultent des bavures d’argile conservées au pourtour des trous sur les parois internes. Ces résidus supposent l’utilisation d’un emporte‑pièce (fig. 172).

FIG. 172 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue du fond et des trois perforations du vase 7 (FS133).

dess. S. Barberan/Afan

293L’évidement du fond est la seconde caractéristique technique propre à cette production. Il est attesté dans huit cas sur neuf, la partie inférieure du pot no 8 ayant disparu. Pour les huit exemplaires considérés, cette perforation a été effectuée avant la cuisson. L’utilisation d’une lame est fort probable, en effet plusieurs d’entre eux montrent un découpage irrégulier et anguleux (fig. 173).

FIG. 173 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue du fond du vase 4 (FS 117).

cl. Y. Manniez/Afan

294Enfin, les pots présentent parfois des déformations. Elles sont marquées sur l’exemplaire no 4, dont l’ouverture supérieure est de forme ovale ; elles ont aussi été observées au niveau du fond de certains pots.

295Pour chacun des pots, nous avons procédé aux mesures suivantes (tabl. xi) :
– hauteur ;
– diamètre maximal du col ;
– diamètre moyen de l’orifice percé dans le fond ;
– diamètre moyen des orifices latéraux.

TABL. XI – Les Villégiales, jardin de la domus B. Tableau récapitulatif des dimensions des vases, act. : pot incomplet.

296La mention « act. » signifie que le pot est incomplet ; l’impossibilité de mentionner certaines mesures est symbolisée par un point d’interrogation.

3.4.4.2 Description des pots

297Elle porte sur leur aspect général, la forme du bord, du fond et des orifices lorsque ces éléments sont présents (fig. 174).

FIG. 174 – Les Villégiales des Bénédictins. Les vases percés du jardin de la domus B.

cl. Y. Manniez/Afan,

298No 1 : forme incomplète, globulaire à fond totalement évidé, présence de trois orifices latéraux circulaires disposés régulièrement au même niveau.

299No 2 : forme incomplète, globulaire, à fond totalement évidé, seul un orifice latéral à ouverture très irrégulière est conservé.

300No 3 : forme incomplète, tronconique, à fond totalement évidé ; l’existence d’orifices latéraux sur la partie haute de ce pot est peu probable.

301No 4 : forme archéologiquement complète, tronconique, à fond totalement évidé et à lèvre épaissie ; trois orifices latéraux circulaires sont présents à la base du pot et sont disposés régulièrement au même niveau. Le diamètre d’ouverture au col varie de 14 à 18 cm.

302No 5 : forme complète, globulaire, à fond totalement évidé ; on peut noter en particulier la présence, à l’intérieur du pot et au contact du fond, de bavures prononcées résultant de l’évidement du fond. Le bord est déversé et la lèvre simple ; l’existence d’orifices latéraux n’est pas attestée.

303No 6 : forme complète, ovoïde, à fond totalement évidé ; le bord est déversé et la lèvre est soulignée par une rainure. Présence de trois orifices latéraux de forme ovale disposés régulièrement au même niveau.

304No 7 : forme complète, ovoïde, à fond totalement évidé et à lèvre triangulaire ; présence de trois orifices latéraux circulaires disposés régulièrement au même niveau.

305No 8 : forme incomplète, ovoïde, le bord est déversé et la lèvre est soulignée par une rainure. L’existence d’orifices latéraux n’est pas attestée, cependant la forme générale du pot laisserait supposer, comme pour le pot no 6 par exemple, leur présence dans la partie inférieure.

306No 9 : forme incomplète, probablement ovoïde, à fond totalement évidé, à bord déversé et à lèvre simple. Deux orifices latéraux circulaires sont observables sur la partie inférieure (conservée) de cet exemplaire.

3.4.5 La reproduction arboricole dans l’Antiquité

307Une comparaison des exemplaires nîmois avec les 28 pots en terre cuite découverts à Pompéi dans le sol d’un verger appartenant à la maison dite du bateau Europa a permis d’associer les 9 céramiques de l’espace B6 à une utilisation horticole. Les pots du jardin de la demeure pompéienne possèdent tous, à l’exception d’un individu, un orifice dans le fond et trois sur les côtés (Jashemski 1979 : 233‑242).

308Les descriptions des méthodes de reproduction arboricole antiques, par Pline l’Ancien ou par Caton notamment, permettent de comprendre comment les pots de la cour ont été employés. Deux techniques, mentionnées par les auteurs anciens, nécessitent l’utilisation de pots percés : le marcottage et le semis.

309Le marcottage peut être défini ainsi : une branche du plant choisi est inclinée pour être recouverte de terre, elle prend alors racine formant ainsi une nouvelle plante autonome. Dans le cas de la vigne cette technique porte le nom de provignage. Les descriptions de Pline l’Ancien et de Caton peuvent être considérées comme une application dérivée de ce mode de production : la marcotte (ou provin) ne prend pas racine dans ce cas précis au sol mais sur l’arbre au moyen d’un « pot percé » ou d’un « banneau » (panier en osier). Pline l’Ancien et Caton précisent également que cette marcotte est ensuite plantée avec son pot.

310Pline l’Ancien (Pline l’Ancien, André 1964 : 98) : « Le second procédé est plus raffiné : on fait venir les racines sur l’arbre même, en faisant passer à travers des pots ou des paniers des branches qu’on entoure de terre ; en les sollicitant ainsi, on obtient des racines au milieu des fruits et des sommités –car ce sont les sommités qui sont soumises à ce procédé– par une audacieuse habileté qui donne un arbre loin du sol ; au bout de 2 ans, comme plus haut, on coupe le provin et on le plante avec le panier. La Sabine se plante de provin et de rejet ; on dit que la lie de vin ou la brique pilée la font croître merveilleusement. On reproduit le romarin par ces mêmes procédés et aussi le rameau, puisque ni lui ni la sabine n’ont de graines. Le laurier‑rose vient de provin et de graine. »

311Caton (Caton, Goujard 1975 : 133‑2/3/4) : « ... Les plantations que vous voudrez faire avec plus de soin doivent être faites en pots. 3. Pour qu’elles s’enracinent sur l’arbre, prenez un pot percé ou un banneau, faites passer un rameau à travers ; remplissez le banneau de terre et tassez : laissez sur l’arbre. Au bout de 2 ans coupez le rameau tendre en dessous ; plantez avec le banneau. De cette façon, vous réussirez à faire bien prendre racine à n’importe quelle espèce d’arbre. 4. Marcottez de même la vigne dans un banneau, et recouvrez bien de terre ; un an après, coupez le sarment, plantez avec le banneau. »

312L’emploi de pots en terre cuite s’applique aussi à la méthode du semis. Cette technique nous paraît cependant peu applicable aux exemplaires de l’espace B6 : l’ouverture pratiquée dans le fond des pots est en effet excessive dans ce cas précis.

313Pline l’Ancien (Pline l’Ancien, André 1964 : 64) : « On sème les noix dans le sens de la longueur, sur leur jointure, les graines de pin en mettant environ 7 pignes dans des pots troués. »

314Pline l’Ancien (Pline l’Ancien, André 1974 : 160) : « Il y a deux espèces d’aizoum. Le grand, qu’on sème dans des pots de terre, est appelé buphtalmos ou zoophtalmos ou stergéthron parce qu’il est bon pour les philtres, ou stégéton parce qu’il pousse généralement sur l’avancée des toits ; certains préfèrent l’appeler ambroisie, d’autres amérimnon... »

315Outre le semis traditionnel, le jardinier romain avait recours au bouturage : une pousse prélevée sur un plant choisi est plantée en terre pour prendre racine. Cette technique nécessitait peut‑être l’emploi d’un pot percé pour protéger et acclimater le jeune plant. Il pouvait également procéder à la greffe : une pousse, le greffon, est associée à un autre végétal, le sujet ou porte‑greffe, afin d’obtenir de nouveaux spécimens. Ce dernier mode de production est illustré en particulier par l’un des tableaux de la mosaïque du calendrier rustique de Saint‑Romain‑en‑Gal (Ferdière 1988 : 111).

316Ce type de céramique a également pu être employé pour le transport des plants.

317Pline l’Ancien (Pline l’Ancien, André 1964 : 97) : « Il y a deux espèces de provins [...] si on veut les faire voyager loin, il est excellent de mettre en terre immédiatement les boutures dans des paniers, ou des pots qui serviront au transport. »

318Pour W.F. Jashemski, le propriétaire de la maison dite du bateau Europa aurait acquis des arbustes, dont la base était maintenue par des pots percés, dans une pépinière. Leur emploi facilitait le transport tout en protégeant le pied de l’arbre. L’auteur mentionne d’ailleurs qu’en 1973, elle observa cette même utilisation dans une pépinière moderne de Pompéi avec des pots comportant plusieurs trous, et destinés à élever des arbres greffés et des arbustes (Jashemski 1979 : 240).

3.4.6 Apport à la connaissance des jardins privés dans l’Antiquité

319La cohérence, du point de vue du mode de fabrication, des pots étudiés laisse supposer que la production de ces céramiques pouvait être menée, en parallèle à d’autres formes de récipients, par des ateliers de potiers, soit à grande échelle pour une pépinière par exemple, soit en petite quantité pour le compte de particuliers.

  • 12 L’étude du mobilier céramique issu des recherches effectuées sur la maison C du même site a révélé (...)
  • 13 Des découvertes similaires peuvent être également signalées en d’autres points de l’empire : à Sain (...)

320La découverte, sur des sites éloignés les uns des autres à Nîmes, depuis les fouilles des Villégiales, d’autres pots conservés in situ ou le plus souvent à l’état fragmentaire hors de leur contexte d’origine12 suggère que leur usage était loin d’être exceptionnel et nécessitait donc une fabrication en nombre13.

321Ces pots ne connaissaient qu’une courte période d’utilisation. L’aspect plus ou moins grossier de la fabrication doit être mis sur le compte de l’usage bref qui en était fait. Ils étaient en effet enterrés avec la partie inférieure de la plante dans la fosse et n’étaient donc pas visibles, du moins dans leur intégralité. De plus, on peut observer sur la plupart des neuf exemplaires l’existence de cassures anciennes, liées à la croissance de la plante ou au fait qu’une partie du pot était brisée afin de libérer les racines lorsque le plant était mis en terre. La totalité de la céramique n’était donc pas obligatoirement disposée dans la fosse (Jashemski 1979 : 240).

322Il est également possible, grâce au plan d’ensemble et à la description des structures fossoyées mises au jour, d’appréhender l’organisation du jardin. On observe ainsi l’alignement parallèle, d’axe N‑O/S‑E, de trois fosses longilignes (FS118, FS148, FS140) terminées pour deux d’entre elles par un surcreusement contenant un pot à chacune des deux extrémités. Ces trois fosses servaient peut‑être de rigole pour l’irrigation des plants. La cour disposait également d’un puits (PT115), situé à proximité immédiate et probablement contemporain.

323On rappellera également l’existence de trous de poteaux dispersés sur la surface fouillée. Trois d’entre eux ont été identifiés grâce à la présence, dans leur comblement, de pierres de calage posées de chant contre les parois (PO 121, PO 132, PO145). Deux autres fosses n’ont pas fourni ce type d’indice, cependant le surcreusement de leur base semble indiquer la même fonction (PO142, PO 147).

324La présence de trous de poteaux à proximité et en association avec des fosses longilignes a déjà été observée sur le site de la Zac des Halles à Nîmes pour une période d’occupation cependant plus ancienne (début du iie s. av. n.è.). Le réseau de fosses longilignes avait été mis en relation, à titre d’hypothèse, avec la technique du provignage ; les trous de poteaux étant destinés à recevoir des échalas le long desquels les plantes poussaient (Poupet et al. 1993 : 37‑40).

325Un autre alignement, selon un axe S‑O/N‑E, peut être reconnu sous la forme d’une alternance de fosses ayant livré des pots et des trous de poteaux (PO145, FS120, FS138, PO132, FS139, FS126). Ce tracé est perpendiculaire aux trois fosses longilignes et marque peut‑être l’emplacement d’un alignement de tuteurs destinés à supporter les plants.

326En outre, l’étude des neuf pots découverts laisse penser qu’il existait un rapport entre la plante cultivée et la forme générale du récipient. On distingue en effet trois formes différentes :
– deux exemplaires de forme tronconique (nos 3, 4) ;
– deux exemplaires de forme globulaire (nos 1, 2) ;
– trois exemplaires de forme ovoïde (nos 6, 7, 8) auxquels on peut associer un pot dont l’état fragmentaire interdit de trancher catégoriquement (no 9).

327Un dernier semble correspondre à un compromis entre les formes globulaire et ovoïde (no 5).

328La superposition des formes générales des neuf pots au plan des fosses de l’espace B6 semble suggérer une certaine construction symétrique dans leur disposition (fig. 175). En effet, cinq exemplaires (nos 5, 6, 7, 8, 9), organisés en fonction de deux fosses longilignes (FS140 et FS148), sont encadrés à l’ouest par un pot de forme globulaire (no 2) et par un pot de forme tronconique (no 4) ; cette disposition s’observe également à l’est avec un pot de forme globulaire (no 1) et un pot de forme tronconique (no 3). Cette probable organisation ne peut être mise en relation avec une volonté esthétique liée à l’aspect des pots, ceux‑ci étant en effet enterrés. Un lien existerait plutôt entre la forme de la céramique et l’espèce végétale qu’elle recevait.

FIG. 175 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan des fosses du jardin et des vases correspondants de la domus B.

DAO S. Barberan, M. Monteil/Afan

  • 14 Cette étude a été réalisée par Mme Bui Thi Mai, CNRS, laboratoire de Palynologie, CRA de Valbonne. (...)
  • 15 Dans les jardins, certaines plantes étaient particulièrement appréciées : le lierre, le buis, le la (...)

329Les analyses palynologiques14, pratiquées à partir des prélèvements effectués dans le comblement des pots de l’espace B6, se sont révélées infructueuses et il n’est pas possible en l’état de restituer le type d’espèces cultivées dans ce jardin15.

3.4.7 Conclusion

330La présence de ce lot homogène associé à une organisation spatiale des fosses ne semble pas fortuite. Elle va bien dans le sens d’un aménagement simultané de cet ensemble à vocation horticole. L’absence de toute autre forme de mobilier céramique dans les creusements ne permet pas de les dater avec précision. Par association avec les données plus générales acquises sur la maison B, on peut cependant situer leur installation dans le courant du ier s. ap. J.‑C.

331Il est intéressant de rappeler que les jardins urbains occupaient une place non négligeable dans l’économie agricole : on a récemment souligné que « l’industrie des fleurs, l’hortillonnage, la vigne ou les vergers sont intra‑urbains » (Leveau et al. 1993 : 150). Le jardin intérieur d’une domus pouvait cependant fort bien conserver une simple fonction d’agrément, comme en témoignent l’apparente exiguïté de l’espace B6 ainsi que son environnement immédiat représenté notamment par l’espace B4 et la galerie B5 au nord. Néanmoins, nous ne pouvons exclure de façon catégorique la première hypothèse.

332La découverte de céramiques du type de celles mises au jour aux Villégiales peut être envisagée comme un élément discriminatoire supplémentaire pour la localisation d’un espace ouvert dans une domus ou une villa, en particulier lorsque leur plan est difficilement interprétable.

333Par ailleurs, on peut probablement considérer ces pots comme l’empreinte fossile d’un élément décoratif supplémentaire au sein d’une demeure gallo‑romaine, celui‑ci étant employé en tant que complément des autres formes de décoration, notamment les enduits peints ou les sols mosaïqués.

3.5 La statuaire

334d.t.

3.5.1 La statue féminine de la rue des Bénédictins

335À l’occasion de travaux de construction entrepris au 11 de la rue des Bénédictins, Victor Lassalle a obtenu que soit déposée au musée archéologique de Nîmes une statue féminine acéphale qui avait été découverte fortuitement, le 12 septembre 1969, parmi des vestiges de maisons antiques (cf. supra Introduction, point 7). Peu après, une surveillance des terrassements lui permit de sauver, en un autre point du chantier, une tête féminine en bouchon visiblement destinée à venir s’encastrer dans la partie supérieure de la statue. L’ensemble restitué donnait une statue d’une hauteur de 1,85 m, sculptée dans un matériau local. La tête atteint une hauteur de 0,34 m avec le cou. Le visage seul mesure 0,24 m, soit une tête à peine supérieure à la moyenne. Le corps est drapé dans une palla par‑dessus la tunique. Le bras droit, replié sur la poitrine, est maintenu contre le corps dans un pan du manteau. Le bras gauche est tenu le long du corps, la main gauche se ferme sur un pan du manteau ramené sur le bras en longs plis verticaux, alors que l’ensemble du vêtement dessine à partir de la taille des plis obliques de gauche à droite. La base de la statue a disparu avec les pieds, mais le corps était manifestement en appui sur le pied gauche, avec un déhanchement harmonieux de l’ensemble. La statue tout entière est légèrement tournée vers la gauche, en opposition avec les plis du vêtement qui partent en oblique vers la droite (fig. 176).

FIG. 176 – La statue d’Antonia Minor vue de face.

cl. F. Pervenchon

336La tête elle‑même correspond à un type féminin connu de la dynastie julio‑claudienne. Les joues sont bien pleines, les yeux enfoncés sous l’arcade sourcilière profonde, qui ombre l’angle intérieur de l’œil, les sourcils bien dessinés venant rejoindre l’arête du nez droit, dans le prolongement du front sans interruption bien marquée. La bouche, quoique sommairement dessinée, est généreuse, légèrement entrouverte, avec une lèvre inférieure en retrait (Balty, Cazes 1995 : 102‑ 111). Ce retrait fait paraître le menton –gras et relevé en galoche– encore plus proéminent. Le menton se rattache au cou par une ligne oblique. Les cheveux sont partagés au milieu du front. De chaque côté du visage, ils descendent en deux vagues successives. Au‑dessus de l’oreille qu’il découvre, le bandeau s’élargit ; les cheveux se rejoignent bas sur la nuque en un chignon un peu lâche retenu par un lien. Les oreilles sont ornées d’un pendentif cylindrique (fig. 177).

FIG. 177 – Tête amovible de la statue d’Antonia Minor : a vue de face ; b côté droit pris de trois quarts ; c côté droit pris de profil ; d détail de la chevelure ; e côté gauche pris de profil ; f côté gauche pris de trois quarts.

cl. Ph. Foliot, G. Réveillac/CNRS, Centre Camille-Jullian

337Si l’on se réfère aux portraits du ier s., plusieurs types recensés nous ramènent au portrait de Nîmes. Pour ne pas remonter trop haut dans la bibliographie, nous pouvons déjà nous référer à l’étude menée en 1973 par Karin Polaschek sur l’iconographie d’Antonia Minor (Polaschek 1973). Deux grands types s’en dégagent : le « Schlichter‑Typus » et le « Schläfenlockchen‑Typus », le deuxième type différant du premier par une coiffure plus élaborée. Seul le premier type, qui est aussi le plus simple, semble convenir ici. Certes, l’effigie de Nîmes ne porte pas le bandeau sacerdotal ou les vittae de la Junon Ludovisi, mais le traitement physionomique peut faire de cette tête un portrait d’Antonia Minor. La typologie de Polaschek a été reprise par Small en 1990 dans une étude particulière d’un portrait conservé à Alberta (Small 1990 : 217‑234, pl. 60‑66). On y retrouve avec intérêt des photographies, fournies par Klaus Fittschen, du portrait d’Erbach (Erbach nr 8) qui rentre aussi dans le premier type recensé par Polaschek. Quant à P. Erhart (1978 : 202‑206), il considère les deux types dégagés par K. Polaschek comme les variantes d’un même type dont la tête de série pourrait être la tête de Wilton House à présent au Fogg Art Museum. Déjà, en 1973, J.‑Ch. Balty, dans un précieux compte rendu de l’ouvrage de Polaschek (Balty 1975), avait atténué les rigueurs de la classification adoptée qui obligerait les chercheurs à écarter des portraits isolés et cependant essentiels.

338Les effigies monétaires nous sont précieuses ici encore. Les monnaies frappées sous le principal de Claude nous renseignent sur l’iconographie d’Antonia vers la fin de sa vie ou reprennent post mortem des portraits plus flatteurs. Ces effigies sont proches des portraits de la collection Campana, du Louvre et de Wilton House. Nous avons eu accès, à Nîmes, à la collection des effigies monétaires julio‑claudiennes conservées au musée archéologique, et en particulier à un bronze qui compte parmi ceux que Claude fit frapper pour honorer sa mère à titre posthume (fig. 178, 179). On y voit l’effigie d’Antonia à gauche sur l’avers (Antonia Augusta) et sur le revers, Antonia voilée debout à gauche tenant le simpulum (TI CLAVDIVS CAESAR AVG. P. M. TR. P. IMP.) (Cohen 1955 : 223). Dans le champ, S C. C’est un portrait que l’on peut rapprocher de la tête de Nîmes. Même s’il s’agit d’une œuvre provinciale, pour laquelle il a été fait une utilisation locale de la belle pierre du bois des Lens, le portrait se ressent –malgré les contraintes techniques imposées au sculpteur par un matériau différent du marbre– de l’influence des meilleurs modèles d’Antonia Minor. Si l’on se reporte à Erhart (1978), le portrait de Wilton House représente, en concordance avec le dernier type monétaire, la dernière phase de l’iconographie d’Antonia, pendant le règne de Claude, où elle apparaît, comme à Nîmes, mature et individualisée.

FIG. 178 – Avers d’une monnaie frappée en l’honneur d’Antonia Minor et portant son effigie.

cl. Ph. Foliot, G. Réveillac/CNRS, Centre Camille-Jullian

FIG. 179 – Revers d’une monnaie frappée en l’honneur d’Antonia Minor et la représentant en pied.

cl. Ph. Foliot, G. Réveillac/CNRS, Centre Camille-Jullian

  • 16 Pour un point récent sur la bibliographie d’Antonia Minor, voir Künzl 1997, en particulier la bibli (...)

339On peut s’interroger sur une représentation isolée à Nîmes de la mère de Claude. Elle n’est pas ici liée à un groupe dynastique cohérent, comme à Béziers ou encore à Nice où sont représentés Antonia et son fils Claude. Si l’on reste dans le contexte de la colonie de Nîmes, on peut encore évoquer –parmi les personnages julio‑claudiens les mieux conservés et retrouvés en fouilles– l’un des princes de la maison impériale (Espérandieu 1907‑1928 : 3, no 2682), récemment identifié comme étant Drusus Minor (Rosso 1998 : 21‑31) ou encore Tibère (Espérandieu 1907‑1928 : 3, no 2683). On ne peut, pour l’instant, que rattacher cette tête à un contexte archéologique où se trouvent confondus des vestiges épars16.

3.5.2 Autres sculptures

340D’autres vestiges ont été trouvés fortuitement, à partir de 1919, dans un terrain appartenant alors à M. Jean Brunel au 31, rue Rouget‑de‑Lisle (cf. supra Introduction, point 2).

341Une statuette en marbre blanc (haut. 0,18 m) (Espérandieu 1907‑1928 : 9, no 6832 ; 1934 ; Blanchet, Louis 1941 : no 83) est conservée au musée archéologique de Nîmes. C’est une représentation féminine acéphale sur une plinthe circulaire, portant une palla enroulée sur une tunique (fig. 180). Le bras droit tendu est brisé en avant du coude. La main droite pourrait avoir tenu une patère. Plus bas, du même côté, subsiste encore un fragment. Le bras gauche, serré contre le manteau, tenait une corne d’abondance. Le coude est en appui sur un gouvernail. La naissance du cou porte en son milieu un tenon de fer qui paraît témoigner d’une réparation ancienne. Les attributs discernables permettent de nommer Tutela.

FIG. 180 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Statuette féminine en marbre blanc.

cl. V. Lassalle

342Un buste en marbre blanc (haut. 0,17 m) représente une jeune femme couronnée de fleurs. « La sculpture, plate au revers, paraît inachevée » (Espérandieu 1907‑1928 : 9, no 6845).

343Un fragment de tête féminine en pierre (haut. 0,19 m), conservée au musée archéologique de Nîmes (Espérandieu 1907‑1928 : 9, no 6855). La tête est brisée dans sa partie longitudinale (fig. 181). Une grande partie du côté droit manque. On peut encore observer le nez long très droit, la bouche étroite, tracée sommairement et placée presque sous le nez, le menton très allongé. Les cheveux forment des stries vermiculées qui, de part et d’autre d’une raie médiane, sont tirées vers l’arrière. L’oreille conservée est parée d’une boucle. La pupille a été percée au trépan. On a pu y voir une œuvre de l’époque romaine tardive.

FIG. 181 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Tête féminine en pierre.

cl. V. Lassalle

344Un fragment d’ornement de fontaine en marbre blanc (haut. 0,17 m) (Espérandieu 1907‑1928 : 9, no 6836). Il s’agit d’un enfant assis sur un rocher, le corps penché en avant pour poser ses deux mains sur une tête de satyre, dont la bouche ouverte devait permettre l’écoulement de l’eau. Un tuyau traverse l’objet pour amener l’eau. Il manque la tête et le bras gauche de l’enfant. La tête du satyre, de proportions plus importantes que celles de l’enfant, porte une barbe et des cheveux longs.

345Un fragment de statuette en marbre blanc (haut. 0,12 m ; Long. 0,35 m ; larg. 0,17 m) (Espérandieu 1907‑1928 : 9, no 6837). Il s’agit d’après Espérandieu des restes d’un sphinx accroupi. Il ne subsistait plus que les griffes, la patte gauche postérieure presque en entier et la queue reposant sur la griffe du même côté.

346Un oscillum en marbre blanc, en forme de disque à bordure à double listel (diam. 0,12 m ; ép. 0,03 m) (Espérandieu 1907‑1928 : 9, no 6844), conservé au musée archéologique de Nîmes (fig. 182, 183). D’un côté se trouve une tête ou un masque de Bacchus de trois quarts avant gauche, couronné de lierre, portant une barbe travaillée au trépan et une moustache, le nez est fort et busqué, un canthare, également perforé au trépan, à portée des lèvres. En revanche, la chevelure est très peu marquée. Quant à la datation de l’objet, les traces de trépan éparses, d’après Pailler, « apparemment disséminées au hasard, comme on en trouve sur certains de nos oscilla, dénotent un usage de l’instrument à temps et à contretemps, un goût presque une mode, qui se développe au début du second siècle... » (Pailler 1982). Sur l’autre face, l’oscillum porte une syrinx et un pedum, que Robert Turcan dans une mise au point sur le « boukolos » de Vienne décrit comme « le noueux bâton courbe du berger, qui est aussi un attribut des satyres et des bacchantes » (Turcan 1992).

FIG. 182 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Face de l’oscillum en marbre avec masque ou tête de Bacchus.

cl. V. Lassalle

FIG. 183 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Face de l’oscillum en marbre avec syrinx et pedum.

cl. V. Lassalle

347Toutes ces sculptures, à l’exception de la tête, sont faites dans le même matériau et ont en commun la modestie de leurs dimensions. On peut penser qu’elles proviennent d’une même habitation ou, comme l’une d’elles n’est qu’ébauchée, on peut se demander si elles ne signalent pas la présence, dans leur voisinage, d’un atelier de sculpture spécialisé dans la réalisation d’œuvres de dimensions réduites. Il n’est pas exclu cependant qu’on ait là un regroupement fortuit de pièces d’époques différentes, destinées, par exemple, à alimenter un four à chaux.

3.5.3 Un ornement de jardin

348v.l.

349Un fragment en marbre blanc (fig. 184) (Espérandieu 1907‑1928 : 9, no 6847), d’une hauteur conservée de 0,29 m et de même provenance que les petites sculptures précédemment décrites, montre, sur chacune de ses faces, de part et d’autre d’une fleur, deux cônes végétaux à écailles, dont chacun forme l’extrémité de l’une des deux tiges côtelées verticales dont la partie inférieure a disparu. Entre celles‑ci, un élément plein, orné d’un rameau végétal en faible relief, est percé d’un trou ayant dû servir à la fixation d’un ornement qui était peut‑être métallique. Des objets analogues, plus grands et plus complets, où subsistent les deux tiges, qui sont très hautes, dotées d’ergots et étroitement enlacées en spirale, comme devaient l’être celles du fragment dont il est question ici, sont conservés au musée archéologique de Nîmes (Pelet 1852 : 129 ; Teissier‑Roland 1852 : 798 ; Chapot 1907 : 133‑134 et fig. 165) et au musée de la Civilisation gallo‑romaine de Lyon. Sur ce dernier exemplaire, des oiseaux accompagnent les fleurs. D’autre part, des fragments de petites « colonnettes » torses, conservés au musée de l’Arles antique (Espérandieu 1966 : no 8765) (haut. conservée 0,35 m, diam. 0,10 m) et au musée archéologique de Narbonne, proviennent probablement de sculptures analogues, plutôt que d’un décor architectural. Il faut sans doute voir dans ces objets assez rares des ornements de jardin et dans les végétaux représentés des plantes de la famille des artichauts, comme le faisait J. Brunel (communication orale).

FIG. 184 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Fragment d’un ornement de jardin en marbre blanc.

cl. V. Lassalle

3.6 Les inscriptions lapidaires

350m.c., d.d.

3.6.1 Introduction

351Le quartier des Bénédictins a fourni peu d’inscriptions, comparativement à d’autres secteurs de la ville antique à l’intérieur de l’enceinte. M. Louis (Blanchet, Louis 1941 : 69‑70, nos 83‑84) a rassemblé les informations sur cette documentation, à la date de parution de son ouvrage. Il avait alors recensé deux inscriptions (Rue Rouget‑de‑Lisle, ex‑rue des Fours à chaux ; Rue des Bénédictins). À présent s’y ajoute une troisième découverte en 1966. Ces trois documents sont enregistrés dans la nouvelle carte archéologique de Nîmes (Fiches, Veyrac 1996).

352Principales références bibliographiques :

353CIL : HIRSCHFELD (O.). — Corpus Inscriptionum Latinarum, consilio et auctoritate Academiae litterarum regiae Borussiae editum, XII. Inscriptiones Galliae Narbonensis Latinae. Berlin, 1888. 976 p.

354HGL : DEVIC (Dom C.), VA1SSÈTE (Dom J.). — Histoire générale du Languedoc avec des notes et les pièces justificatives, XV. Toulouse : Privat, 1892. 1251 p.

355IAN : GERMER‑DURAND (E.), GERMER‑DURAND (F.), ALLMER (A.). — Inscriptions antiques de Nîmes. Toulouse : Privat, 1893, 1100 p.

356ILGN : ESPÉRANDIEU (E.). — Inscriptions latines de Gaule Narbonnaise. Paris : Leroux, 1929. 244 p.

357AE : L’année épigraphique. Revue des publications épigraphiques relatives à l’Antiquité romaine. Paris : PUF, parutions régulières depuis 1888.

3.6.2 Le cippe de la rue Rouget‑de‑Lisle

358Cippe en forme de gaine d’Hermès, s’élargissant progressivement vers le sommet. Mais la partie supérieure du monument, qui portait le portrait du personnage, a disparu. « La pierre qui porte cette inscription votive se trouve encastrée dans un mur, à l’angle de la cour intérieure de la maison Fournier, située rue des Fours‑à‑Chaux, dans une impasse, à gauche en montant la rue. Je l’ai estampée en 1858 » (Germer‑Durand 1872 : 86). Au musée archéologique de Nîmes.

359Bibliographie : Peler 1857‑1858 : 163 ; Germer‑Durand 1872 : 86 ; 1873 : 20 ; Michel 1877 : 178 ; IAN, 222 ; CIL, XII, 3063 et add. ; HGL, XV, 84, = 536 ; Fiches, Veyrac 1996 : 220, no 93.

360Dimensions : haut. 1,90 m ; larg. 0,28 m au sommet.

361Iun (oni)/[–]ibullae n (ostrae)/[A] gathopus/[Cu]pitus/[M] ansueta/lib (erti).

362« À la Junon de notre [–]ibulla, Agathopus, Cupitus, Mansueta, ses affranchis. »

363Ce texte a été soigneusement gravé. On remarquera l’élégant accent à la première ligne sur le V, et le tiret aux extrémités biaises sur le N à la ligne 2, ainsi que le point séparatif à cette même ligne.

364Tous les éditeurs sont d’accord sur les restitutions des noms aux lignes 3, 4, 5, soit : [A] gathopus, [Cu] pitus, [M] ansueta. La seule hésitation concerne la ligne 1. E Germer‑Durand (1872 : 86 ; 1873 : 20), IAN, 222, HGL, XV, 84, 536, restituent [Ti] bulla, tandis que Hirschfeld, CIL, XII, 3063 et add. préfère [Fa] bulla, mais en hésitant (voir aussi l’index du CIL, XII : 892). Toutefois il semble bien que la trace de la lettre que l’on aperçoit dans la cassure à gauche indique la présence de la lettre I. Cette observation invalide donc la proposition de Hirschfeld et rend toute leur force aux plus anciennes lectures, en autorisant la restitution du surnom Tibulla, dont ce serait peut‑être la première attestation. H. Solin et O. Salomies (1994 : 412) ne connaissent que le masculin Tibullus, d’après I. Kajanto (1965 : 171), mais ils ajoutent, p. 50, une Tiboullè grecque. Toutefois cette proposition ne s’impose pas absolument, car d’autres possibilités existent. H. Solin et O. Salomies, dans leur répertoire déjà cité, à la page 432, mentionnent deux surnoms de même facture, Fibulla (voir aussi p. 351) et Libulla (voir aussi p. 352). Mais on pourrait tout autant penser au féminin d’un surnom tel que Vibullus (Kajanto 1965 : 171). Il demeure donc une certaine incertitude quant au surnom de la maîtresse de cette maison.

365Quant aux noms des affranchis, ils sont plus ou moins bien attestés dans la population de la cité et de son territoire. Agathopus (« Qui a bon pied »), anthroponyme d’origine grecque, a une connotation servile bien marquée en général (Solin 1982, I : 9‑12). Il apparaît deux autres fois à Nîmes sur des cippes funéraires ornés de rinceaux (CIL, XII, 3446 = IAN, m = HGL, XV, 663 ; CIL, XII, 4015 = HGL, XV, 1279), et chacun de ces cas nous fait entrer dans le monde des affranchis.

366Cupitus (« Désiré », part. passé de cupio) est pour sa part un peu plus attesté (17 cas dans CIL ; 1 cas dans ILGN). À Nîmes, on le trouve à sept reprises dans ces recueils, et l’on ajoutera, provenant du territoire de la cité, à Tavel, un document de découverte plus récente (Barruol 1973 : 512‑513, fig. 38 : Cupitus/Apollini/v[otum] s[olvit] l[ibens] m[erito]). Très souvent, aussi, cet anthroponyme d’origine latine est porté par des esclaves ou affranchis.

367Enfin Mansuetus‑Mansueta (« Doux », « Tranquille », « Calme ») est encore plus courant puisqu’on relève 28 cas dans le seul CIL. Mais comme il s’agit d’un anthroponyme bien acclimaté dans le milieu indigène, en particulier volque, Mansueta pourrait être d’origine provinciale.

3.6.3 Le cippe de la rue des Bénédictins

368Cippe en forme de gaine d’Hermès, s’élargissant progressivement vers le sommet. Mais la partie supérieure du monument, qui portait le portrait du personnage, a disparu. Mis au jour en 1893 « dans l’ancien clos Alizon, rue des Bénédictins » (Estève 1893 : 71). « Trouvé dernièrement (mai ou juin 1893) dans l’ancien Clos‑Alizon, rue des Bénédictins, propriété Hérault, dans le vallon situé à gauche de la Tour Magne entre cette colline et celle dite du Fort » (Allmer 1893 : 244). Conservé au musée archéologique de Nîmes.

369Bibliographie : Estève 1893 : 71‑72 ; Allmer 1893 : 244, no 973 ; ILGN, 406 ; Fiches, Veyrac 1996 : 222, no 100.

370Dimensions : haut. 0,75 m ; larg. 0,28 m au sommet.

371[Genio]/L(uci) Lic (ini) Prophetes/Piniteliber (ta)/Pannychis anc (illa).

372« Au Génie de Lucius Licinius Prophetes, Pinite son affranchie, Pannychis sa servante. »

373On relèvera l’onomastique grecque de tous les personnages. Mais plutôt que de leur origine, elle est révélatrice de leur statut juridique et social.

374Prophetes (« interprète du dieu », « qui annonce ») est un anthroponyme très rarement attesté. À Rome, H. Solin (1982, II : 1020) ne le trouve qu’une seule fois, et il s’agit d’un esclave. Ici, le terme a été décliné suivant la forme grecque. Pinite, qui est le surnom de son affranchie, est aussi extrêmement rare : on doit considérer cet anthroponyme comme emprunté au nom grec pinytè (« la sagesse »), plutôt que le féminin du nom du poète Pinytos. C’est aussi un nom d’esclave ou d’affranchi (Solin 1982, II : 655). Ce sont les seuls exemples attestés en Gaule narbonnaise. En revanche, Pannychis (« qui veille », ou « agit toute la nuit ») est un peu mieux attesté dans l’onomastique des esclaves ou affranchis. On en connaît trois autres exemples à Nîmes (CIL, XII, 3715 = HGL, XV, 959 ; CIL, XII, 3821 = HGL, XV, 1071 ; IAN, 593 = HGL, XV, 2115 = ILGN, 476).

375L’intérêt de cette inscription est surtout, à la différence des autres textes comparables, de faire connaître le nom de famille du bénéficiaire de cet hommage, et peut‑être donc celui du nom du propriétaire d’une des dormis qui se trouvaient dans ce secteur de la ville, si l’on admet que la pierre n’a point été trop déplacée depuis l’Antiquité. Il s’agit d’un affranchi d’une grande famille locale, celle des Licinii. Elle est attestée à 40 reprises à Nîmes, sur un total de 102 dans l’ensemble de la Narbonnaise (CIL et ILGN). Mais pour l’instant, dans cette cité le nom n’apparaît pas autant que d’autres dans le groupe des notables. On peut tout de même mentionner un questeur de la colonie sur une inscription fragmentaire (CIL, XII, 3143 = IAN, 582 = HGL, XV, 2102, à identifier sûrement à CIL, XII, 5902) ainsi que deux sévirs augustaux, C, Licinius Martialis (CIL, XII, 3246 = IAN, 164 = HGL, XV, 342) et Sex. Licinius Helicon (AE 1987 : no 752). Surtout, il convient de mettre en évidence Licinia Flavilla, fille de Lucius, flaminique du culte impérial à l’époque flavienne, épouse du chevalier romain Sex (tus) Adgennius Macrinus (CIL, XII, 3175 = IAN, 105 et 150 = HGL, XV, 214 et 311) dont la fille, Adgennia Licinilla, conserve le nom familial à travers son propre surnom (CIL, XII, 3368 = IAN, 242 = HGL, XV, 583).

3.6.4 Le cippe de La Marseillaise

376Cippe en forme de gaine d’Hermès, s’élargissant progressivement vers le sommet. Mais la partie supérieure du monument, qui portait le portrait du personnage, a disparu. « V. Lassalle a effectué, en 1966, une fouille de sauvetage dans un terrain situé entre les rues Ménard, Poldo‑d’Albénas et Rouget‑de‑Lisle, à l’emplacement du nouvel immeuble désigné sous le nom de La Marseillaise et à proximité du castellum divisorium (cf. supra § 2.1). Les circonstances dans lesquelles s’est déroulée cette fouille de sauvetage n’ont pas permis de récupérer beaucoup d’objets. On notera cependant la découverte d’une gaîne à portrait en pierre de Barutel portant l’inscription suivante : G Q N/ABASCANTVS/SER » (Barruol 1969 : 407). Conservé au musée archéologique de Nîmes.

377Bibliographie : Barruol 1969 : 407, avec fig. 32 (AE, 1969‑1970, 378) ; Christol 1990 : 189‑190, no 17 ; Fiches, Veyrac 1996 : 217, no 91.

378Dimensions : haut. 1,54 m ; larg. 0,34 m au sommet.

379G(enio) Q(uinti) n (ostri)/Abascantus/ser (vus)
« Au Génie de notre Quintus, Abascantus son esclave. »

380Le texte a été soigneusement gravé avec une mise en page claire. On relèvera le tiret sur le N à la ligne 1 et l’élégance de la gravure du Q. À la ligne 2, le A a été inclus dans le C et le graveur a lié N et T. Enfin, à la ligne 3 le point terminal revêt la forme d’une petite feuille (fig. 185).

FIG. 185 – La Marseillaise. Détail du texte de la gaine d’Hermès.

381On ignore le nom du maître. Mais Abascantus, son esclave, porte un nom d’origine grecque (« protégé des maléfices ») qui est typique de la population servile et qui a une valeur apotropaïque (Solin 1982, II : 844‑848). À Nîmes on le relève à trois reprises : CIL, XII, 3189 = IAN, 152 = HGL, XV, 319 ; CIL, XII, 3556 = IAN, 326 = HGL, XV, 787 ; HGL, 669.

3.6.5 Conclusion

382Ces trois gaines d’Hermès ne sont pas les seuls documents de ce genre qui proviennent de la cité. Dans le CIL, XII en sont recensés beaucoup plus : ils se trouvent entre les nos 3050 et 3056 pour les hommes, et entre les nos 3063 et 3068 pour les femmes. La collection nîmoise fournit donc une série fort substantielle (voir en particulier Fiches, Veyrac 1996 : 100, fig. 47‑48). Ce type d’hommage provenait soit d’amis (CIL, XII, 3053), soit de clients (CIL, XII, 3051 a), soit d’esclaves (CIL, XII, 3052, 3055, et cf. supra § 3.6.5), soit d’affranchis (CIL, XII, 3050, 3051, 3054, 3056, 3064, 3065, 3066, et cf. supra § 3.6.3 et 3.6.4). Il s’agit de manifestations du culte domestique, adressées soit au genius du maître soit à la iuno de la maîtresse. Elles permettaient de célébrer la force divine qui engendre, marque de l’individu acquise dès sa naissance et garantie de la pérennité du foyer (Genius dans Hild 1892 : 1488‑1491 ; Iunones dans Hild 1900 : 690). On devait trouver ces manifestations cultuelles dans la partie de la demeure réservée au culte domestique, ou bien à l’entrée de la maison, sur laquelle veillaient ainsi genius du maître et la juno de la maîtresse. On peut donc se demander, même si un transport est toujours envisageable, si ces inscriptions n’ont pas été retrouvées à proximité des demeures dans lesquelles les monuments du culte domestique avaient été établis.

3.7 Les maisons urbaines

383p.g., m.m.

384Vitruve (De architectura, 6, 7) estime qu’il existe un rapport nécessaire entre les formes de l’habitat et la condition sociale des habitants, autrement dit que les signes d’appartenance à une classe se traduisent fidèlement dans les formes et le niveau d’équipement des maisons : « ... Or les gens qui ne sont pas d’une condition élevée n’ont pas besoin de vestibule, d’atria, ni de tablinum grands, parce qu’ils vont ordinairement faire la cour aux autres, et que l’on ne la leur vient point faire chez eux » (trad. Vitruve, Caillebat 1973). Toute la tradition occidentale des théoriciens de l’habitation jusqu’à l’époque classique prêche d’ailleurs systématiquement dans le sens d’une juste adaptation de la demeure à son occupant. Ainsi Palladio précise au début du deuxième de ses Quatre livres d’Architecture qu’« une maison ne saurait être appelée « convenable » que si elle « convient » à la qualité de qui doit y résider ». Il s’avère en conséquence d’une importance certaine pour nous de déterminer précisément les caractéristiques architecturales et techniques des maisons urbaines du quartier des Bénédictins pour espérer définir le niveau socio‑économique de ses habitants et la place qu’ils occupent dans l’espace urbain nîmois.

385Au total, l’effectif des maisons ou parties de maisons découvertes dans le quartier s’élève à sept exemplaires couvrant une surface approximative globale de 1 700 m2 (Hespérides 2, Villégiales 3, Marseillaise 1, Fontaine des Bénédictins 1), à quoi s’ajoutent des vestiges dispersés trop mal connus pour pouvoir être pris en compte dans le cadre d’une synthèse. La chronologie générale des périodes d’occupations principales de chaque unité (fig. 186), qui couvrent un siècle et demi environ peu après le début de notre ère, atteste d’une contemporanéité au moins partielle des maisons étudiées, ce qui rend pertinente leur comparaison d’ensemble dans le cadre du quartier pendant le Haut‑Empire.

FIG. 186 – Chronologie des périodes d’occupation des maisons du quartier.

DAO P. Garmy/CNRS, M. Monteil/Afan

3.7.1 Emprises au sol et plan masse

386La restitution de la surface au sol estimée des maisons, obtenue à grands traits soit par report symétrique des parties connues –quand cela est plausible– soit par examen des limites avec d’autres unités, donne un ordre de grandeur qui, bien que certainement inexact en valeur absolue, fournit cependant une idée de l’importance relative des unes par rapport aux autres. On obtient ainsi hors tout, c’est‑à‑dire espaces non couverts compris, les surfaces rassemblées dans le tableau xii.

Site

Surface reconnue (en m2)

Surface restituée (en m2)

La Fontaine des Bénédictins
La Marseillaise
Les Villégiales A
Les Villégiales B
Les Villégiales C
Les Hespérides 1
Les Hespérides 2

180
394
210
240
900
90
63

500‑700
550‑700
350‑700
350‑700
800‑1 000
120‑200
150‑250

TABL. XII – Surfaces reconnues en fouille et surfaces complètes estimées des maisons du quartier.

387Même en faisant preuve d’une extrême circonspection dans le maniement de ces données chiffrées, on perçoit que les emprises foncières estimées appartiennent à deux groupes nettement différenciés : un premier comprenant les cinq maisons de La Fontaine des Bénédictins, de La Marseillaise et des Villégiales avec une surface moyenne située autour de 490‑740 m2, le second regroupant les deux unités des Hespérides auxquelles on peut attribuer 135‑225 m2.

388Les maisons du premier ensemble offrent des similitudes de taille avec bien d’autres maisons contemporaines de Nîmes. Parmi quelques exemplaires fouillés récemment, on peut retenir que les surfaces observées sur le site de Villa Roma, pendant du quartier des Bénédictins à l’ouest du jardin de la Fontaine, varient entre 230 et 540 m2 pour les domus 9 et 8 de l’îlot E (Célié et al. 1996 : 188) ; à la Zac des Halles (Monteil 1993c), les tailles sont comprises entre 420 et 600‑ 800 m2 et le chantier de la Maison de Santé protestante vient de révéler une maison couvrant plus de 870 m2 (Piskorz 1995 : 97). On est évidemment loin, avec ces dimensions, des emprises des quelques très grandes maisons urbaines du monde romain : les 2 700 m2 au sol de la maison au Dauphin de Vaison‑la‑Romaine, les 3 000 m2 du « prétoire », voire les 5 000 m2 de celle du Buste en argent (Goudineau, Kisch 1991) qui, il est vrai, rendent compte d’une situation foncière peu commune en centre ville y compris par comparaison avec Rome, Ostie ou Pompéi où, pour la période considérée, les domus de plus de 1 500/2 000 m2 sont l’exception. La maison des Dieux Océan à Saint‑Romain‑en‑Gal dans son état 2A daté 20‑60 ap. J.‑C. (maison des Pierres Dorées) couvre 1 049 m2 dont 45 % seulement d’espaces couverts (Desbat et al. 1994 : 103, 110). Au Clos de la Lombarde à Narbonne (Sabrié 1987), la maison à portique qui a livré les fameux ensembles de peintures murales occupe dans la seconde moitié du ier s. environ 975 m2. Dans les deux cas, il s’agit cependant de maisons implantées dans des quartiers périphériques, ce qui fausse la comparaison directe avec les exemplaires nîmois. À la lumière de ces quelques données, qui peuvent désormais être notablement complétées par un corpus de quelque 140 maisons urbaines de Narbonnaise publié dans l’atlas accompagnant les actes du récent colloque d’Avignon consacré précisément à « La maison urbaine d’époque romaine » (Borgard 1996), on peut sans doute établir que le premier groupe des Bénédictins se place au regard des emprises au sol dans une catégorie « moyenne supérieure » bien représentée sur l’ensemble de la ville gallo‑romaine. Les deux maisons des Hespérides détonnent franchement dans l’ensemble, mais c’est, comme nous le verrons, une constante pour toutes les caractéristiques architecturales et urbaines évoquées ci‑dessous.

3.7.2 Plans, fonctions des espaces et circulations fig. 187‑190

389À l’examen des types de plans représentés, deux familles bien différentes sont observables qui regroupent les maisons du quartier de la même façon que précédemment les surfaces au sol. Il existe d’une part les « maisons à cour », autour de laquelle les pièces sont distribuées sur deux, souvent trois, voire quatre côtés, généralement desservis par une galerie couverte, et, d’autre part, les unités que l’on peut qualifier de « maisons‑blocs » dont les espaces et les circuits beaucoup plus compacts et intégrés se révèlent plus difficiles à différencier. À cette dernière famille appartiennent les deux maisons des Hespérides, à la première toutes les autres malgré les variantes observables entre elles, parfois importantes.

390L’état des vestiges des Hespérides au moment de leur découverte (fig. 187), en particulier celui des sols et des fondations, ne laisse que peu de place aux interprétations fonctionnelles des pièces repérées, au‑dessus desquelles les fouilleurs restituent volontiers un étage (cf. supra. § 2.3 et 3.1.5). Les maisons‑blocs du même genre ne sont pas inconnues à Nîmes : sur le chantier de la propriété Solignac notamment (Barruol 1983 : 514) qui correspond à la partie supérieure du terrain maintenant connu sous l’appellation Villa Roma, a été fouillée en 1981‑1982 une série de bâtiments dont le plan, la surface, la mise en œuvre rappellent assez fidèlement les dispositions rencontrées aux Hespérides (Darde et al. 1985 ; Darde et al. 1990a).

FIG. 187 – Les Hespérides. 1 plan des vestiges reconnus et nos d’espaces ; 2 proposition de restitution ; 3 surfaces couvertes (en gris).

DAO P. Garmy/CNRS, M. Monteil/Afan

391Les cinq autres maisons dont le plan au sol est restituable répondent à un schéma d’ensemble qui semble unique dans ses grandes lignes et ne varie d’une unité à l’autre que par interprétation du modèle, ou par adaptation à des conditions locales d’implantation qui contribuent fortement à produire des figures géométriques irrégulières, où l’angle droit et la ligne continue deviennent des exceptions. Les caractères principaux de ce modèle type sont les suivants :
– composition selon un axe de symétrie, souvent matérialisé par la position d’une pièce privilégiée ;
– en appui sur cet axe principal, tendance à une disposition concentrique autour d’un espace central marqué par une cour ou un jardin ;
– desserte des espaces ainsi distribués par une galerie, le plus couramment en U autour de la cour ou du jardin.

392Aux Villégiales (fig. 188), la maison C constitue une variante du plan type qui se plie à une possible symétrie organisée de part et d’autre de l’espace C4, mais dont l’espace central C6 paraît atrophié, peut‑être à cause de la mitoyenneté avec la maison A sur une rupture de terrasse au sud, et sans doute aussi parce que la maison C est implantée bas sur la pente pour faire place vers l’arrière à l’espace C2 interprété comme étant une cour. En comparaison, les maisons A et B des Villégiales se trouvent morphologiquement très proches du modèle idéal : axialité par rapport à A2 et B4, plan centré autour de A9 et B6, distribution par une galerie A7‑8 et B5. Les maisons de La Marseillaise (fig. 189) et de La Fontaine des Bénédictins (fig. 190) sont réglées sur le même plan général avec un respect de la symétrie moindre et des formes assez irrégulières à La Marseillaise. Il est extrêmement délicat d’aller plus loin dans la description fonctionnelle des pièces de chaque maison : l’aspect par trop lacunaire des plans observés et l’état général de conservation des vestiges interdisent bien souvent de dépasser le stade des quelques indications formulées dans le tableau xiii. Essayons pourtant de dégager quelques éléments de synthèse. Dans toutes les maisons à cour, on a pu repérer une pièce particulière dont le caractère privilégié est mis en valeur par toute une série d’artifices. Il s’agit des espaces A2, B4 et C4 des Villégiales (peut‑être aussi de la pièce isolée D2 au nord), de la pièce 2 de La Fontaine des Bénédictins et de la pièce C de La Marseillaise. Toutes ont en commun :
– une position axiale dans le plan‑masse ;
– une surface au sol autour de 20 m2 (comprise entre 14 et 22,5 m2) à l’exception de C4 aux Villégiales qui atteint 40 m2 ;
– une orientation plein sud matérialisée par une baie largement ouverte de ce côté ;
– un décor particulièrement soigné des sols et des murs ;
– une transition avec le bras de galerie sur lequel elle ouvre au sud, solennisée par un seuil figuré, un changement de décor au sol ou un grand seuil à glissière.

FIG. 188 – Les Villégiales des Bénédictins, maisons A, B, C. 1 plan des vestiges reconnus et nos d’espaces ; 2 emplacement des sols construits (en gris) et proposition de restitution ; 3 surfaces couvertes (en gris).

DAO P. Garmy/CNRS, M. Monteil/Afan

FIG. 189 – La Marseillaise. 1 plan des vestiges reconnus et nos d’espaces ; 2 emplacement des sols construits (en gris) et proposition de restitution ; 3 surfaces couvertes (en gris).

DAO P. Garmy/CNRS, M. Monteil/Afan

FIG. 190 – La Fontaine des Bénédictins. 1 plan des vestiges reconnus et nos d’espaces ; 2 emplacement des sols construits (en gris) et proposition de restitution ; 3 surfaces couvertes (en gris).

DAO P. Garmy/CNRS, M. Monteil/Afan

TABL. XIII – Récapitulatif des espaces des maisons avec leur surface et une proposition de fonction : C couvert, NC non couvert.

393De telles dispositions générales ont déjà été relevées à Nîmes. Des seuils figurés sont signalés dans la maison des rues Fernand‑Pelloutier et Sainte‑Marguerite pour une vaste salle de 36 m2 (Genty 1979 : fig. 2 ; Darde 1990 : 94‑96 ; Darmon 1990e) ou dans la maison de l’école Jean‑Jaurès pour une pièce de 21 m2 (Genty 1990a : 82‑85). La présence de larges baies n’interdit pas de restituer un système de fermeture de ces pièces (cf. supra. § 3.1.2.3) par des portes coulissantes ou des rideaux. Dans la maison de l’école Jean‑Jaurès, les fouilleurs ont observé les négatifs de ce qui pouvait être un cadre en bois relevant de l’aménagement d’une fermeture mobile (Genty 1990a). On a pris l’habitude d’interpréter ces pièces comme étant des triclinia (par exemple Desbat et al. 1994 : 114‑115), hypothèse suggérée par leur position dans la construction et la mise en place du décor de sol. Il est permis, cependant, de douter de la validité systématique de cette attribution unique pour y voir, de manière plus large, une salle de réception et d’apparat ce qui n’exclut pas de fait la fonction éventuelle de prise de certains repas (Célié et al. 1996 : 188). Une bonne illustration de l’usage polyvalent qui pouvait être fait des salles en question nous est donnée par La Fontaine des Bénédictins où, à côté de la pièce axiale 2, on trouve la pièce 1 organisée autour du médaillon de Léda selon un plan qui incite à reconnaître là encore une sorte de triclinium (cf. supra § 2.4.3.3).

394Les autres pièces sont encore plus délicates à identifier. Une certaine régularité se fait jour dans l’installation symétrique de part et d’autre de la pièce d’apparat de deux autres pièces dont les surfaces quasi identiques sont, dans plusieurs cas, proches de la moitié de celle de la salle principale. À La Marseillaise, la salle C est encadrée par les pièces D et B qui approchent 12 m2 chacune ; aux Villégiales, les pièces A3 et A1 de 8 m2 environ bordent symétriquement la salle A2, et, quoique plus délicat à distinguer, le même plan est suivi pour la maison B ; dans la maison C même, relativement atypique comme nous l’avons vu, la salle C4 est en position centrale entre deux espaces de 32 m2.

395L’enfilade des trois pièces ouvertes sur l’aile nord de la galerie des maisons est suivie dans trois cas par une pièce plus vaste qui assure l’articulation avec le bras ouest de la galerie –c’est le cas à La Fontaine des Bénédictins (pièce 3), à La Marseillaise (pièce E) et aux Villégiales (pièce A4)– puis viennent, au sud, deux cellules étroites (pièces 4 et 5 de La Fontaine des Bénédictins, F et G de La Marseillaise, peut‑être A6 et suivante aux Villégiales). L’état de conservation des autres maisons ne permet pas de savoir s’il en allait de même ailleurs, mais cette structure générale du plan est adoptée dans bon nombre de domus gallo‑romaines à Nîmes (Célié et al. 1996) et plus généralement en Narbonnaise. Deux exemples proches : Ambrussum pour la maison A (Fiches 1986 : 113‑114) et Glanum avec l’aile nord de la maison de Sulla.

396Toutes les maisons dites « à cour » sont composées par définition autour d’un espace central qui peut être une cour ou un jardin. La distinction n’est pas toujours aisée. Si la nature des vestiges mis au jour dans la maison B des Villégiales ne laisse subsister aucune ambiguïté (cf. supra § 2.2.4), il n’en va pas de même pour la maison C par exemple, dont les niveaux d’abandon ont aussi livré des pots à bouture (cf. supra § 2.2.5). Faut‑il dès lors identifier l’espace C6, d’une surface approchant 110 m2 et dépourvu de galerie à portique –ce qui en fait une exception–, comme étant un jardin alors que le vaste espace C2 couvrant plus de 275 m2 serait une cour avec galerie ? Quel environnement doit‑on imaginer autour du bassin de la Fontaine des Bénédictins placé dans l’angle d’un espace ouvert de plus de 130 m2 ? À La Marseillaise, les espaces J et L peuvent constituer ensemble une avant‑cour donnant accès à la cour centrale à péristyle, ornée d’un bassin, qui, de toutes, se rapproche le plus de l’impluvium classique des maisons à atrium : de petite taille, 32 m2 à ciel ouvert, 95 m2 avec les trois branches de la galerie, elle occupe avec l’espace J‑L contigu 15 % environ de l’espace connu de la maison. Le jardin de la maison B des Villégiales, où le bassin fait place à un puits, occupe 72 m2, à quoi il faut ajouter 60 m2 environ pour la galerie.

397On est à peu près certain qu’aucun sous‑sol n’équipait les maisons des Bénédictins alors que la forte déclivité du terrain d’assiette aurait rendu cette solution technique particulièrement adaptée aux circonstances. Un unique exemplaire est connu à Nîmes, extra muros, rue Séguier où un établissement à vocation sans doute agricole est équipé d’une cave (Manniez, Recolin 1994 : 5). Les concepteurs des maisons ont donc eu recours à d’autres modes d’installation pour adapter l’emprise de leur construction à la planimétrie du versant. Aux Villégiales, aux Hespérides, à La Fontaine des Bénédictins, les maisons occupent des terrasses successives relativement planes, d’origine géologique mais dont beaucoup ont été retaillées dès le début du second âge du Fer (cf. supra § 1.2 et 1.4). Les implantations romaines se sont faites avec une économie de terrassements préliminaires fréquemment réduits à l’indispensable –arasement et aplanissement des occupations antérieures mais pas trace de remblais de quelque importance. Malgré tout, pour chaque unité, les sols des différents espaces, couverts et non couverts, sont relativement plans à l’exception notable de la maison C des Villégiales établie sur plusieurs ruptures de pente.

398La présence localisée de pièces à l’étage est vraisemblable mais on manque d’arguments archéologiques probants pour en fixer la localisation, le nombre, l’emprise et a fortiori la fonction. Aux Hespérides l’épaisseur anormalement forte des murs porteurs dans ce type de construction et l’identification du départ d’un escalier de type échelle de meunier (cf. supra § 2.3 et 3.1.5) permettent de penser que l’on est en présence de bâtiments R + 1, ce qui est parfaitement compatible avec l’économie générale du plan en maisons‑blocs. L’importance relative possible des surfaces couvertes d’un étage dans les maisons à cour apparaît d’emblée beaucoup moins grande. Aux Villégiales, l’étroit espace C8, interprété à juste raison comme étant une cage d’escalier, pouvait desservir un étage développé en L au‑dessus de C1, C8 et probablement C7. À La Marseillaise, les éléments d’emmarchement découverts ne peuvent conduire qu’au niveau supérieur de l’espace M. Il est par contre très improbable que les autres maisons ou parties de maisons aient reçu un étage.

3.7.3 Public/privé, dedans/dehors

399Les relations qu’entretiennent les maisons avec l’extérieur et le domaine public stricto sensu sont très mal assurées puisque fort peu d’éléments tangibles permettent de s’en faire une idée précise (fig. 187‑190). Silence absolu de la documentation pour La Fontaine des Bénédictins où les vestiges ne sont reliés à aucune voirie. Aux Hespérides, une porte est possible dans le mur de l’espace 11 donnant accès à la maison 1 depuis le trottoir N‑S. À La Marseillaise, les façades sud et ouest sont bordées par une rue ; deux accès sont restituables au sud : le premier marqué par un seuil, au droit de l’espace L, le second possible devant l’espace K – renfoncement ouvert sur la chaussée, couvert d’un auvent et précédant la véritable entrée sur l’espace J. Des dispositions de ce type sont signalées à Pompéi et Herculanum et dernièrement dans la maison aux Pierres dorées de Saint‑Romain‑en‑Gal (Desbat et al. 1994 : 112). Sur le confront nord de la maison, un étroit ambitus (0,45 m de largeur) suggère l’existence d’un passage de ce côté. Aux Villégiales, on en est réduit à constater la nécessité d’accès sur la rue N‑S sans pouvoir donner de précision, sauf pour la maison C équipée dans son dernier état (cf. supra § 2.2.5) d’une double issue sur rue, l’une desservant l’étage probable en C8, l’autre permettant l’accès à l’espace central C6. Les ouvertures probables de l’espace Cl et de la grande cour C2 ne sont pas connues. D’une manière générale, les maisons à cour produisent, par leur conception même, l’image de cellules fortement refermées sur elles‑mêmes –les circulations principales sont internes– et le/les passages –plus généralement toutes les formes de percement vers le dehors– devaient être réduits en nombre et en dimension au strict nécessaire. Ce qui ne signifie sans doute pas qu’une barrière rigide existait réellement entre espace public et privé. On a déjà maintes fois insisté sur le fait que les domus antiques conjuguent étroitement les deux types de lieux pour mettre en scène les rites de la sociabilité. À vrai dire, on a l’impression que la frontière –qui peut être mouvante selon les occasions, les saisons, les heures du jour– ne se situe pas entre la rue et la maison mais au sein même de la maison. L’aménagement connu des espaces réellement publics dans le quartier des Bénédictins apparaît d’ailleurs comme peu propice aux pratiques sociales publiques : pas de trottoir reconnu à l’exception d’un court tronçon au nord de la maison B des Villégiales et de la maison 1 des Hespérides, pas de galerie couverte sur voirie, pas de place, etc. La rue, dans ce contexte particulier, semble réservée en priorité à sa fonction première de lieu de passage et de desserte, image accusée par le caractère fortement résidentiel du secteur, sur lequel nous aurons à revenir.

3.7.4 Éléments du décor domestique

400La nature des revêtements de sol constitue un des critères commodes d’évaluation du « standing » des habitats. Là encore, les deux maisons des Hespérides se singularisent nettement par l’absence de sols construits en dur ; les niveaux d’occupation et de circulation y sont partout de terre battue, à l’intérieur comme à l’extérieur. Dans tous les autres cas, les sols des espaces couverts sont très majoritairement construits et présentent trois niveaux d’aménagements : l’opus signinum et le terrazzo, l’opus tessellatum à décor simple ou géométrique, l’opus tessellatum et vermiculatum à décor figuré qui ne sont présents qu’à La Fontaine des Bénédictins et aux Villégiales, des techniques mixtes ayant été mises en œuvre ici ou là : décor de bandes ou croisettes dans un signinum, insertion d’un emblema dans un terrazzo ou un signinum. Le seul type non représenté est l’opus sectile qui passe pour le revêtement le plus luxueux de tous.

401L’étude fine des pavements (cf. supra § 3.2) montre une situation qui évolue lentement entre le début et la fin de l’occupation du quartier. Vers le milieu du ier s., l’emploi de l’opus signinum et de la mosaïque blanche monochrome ou à décor géométrique simple noir et blanc est général. À la fin du ier et au début du iie s., des éléments d’un plus grand raffinement font leur apparition (Fontaine des Bénédictins, grande mosaïque de l’espace C des Villégiales ornée de panthères, pièces d’apparat des Villégiales...). La seconde moitié et la fin du iie s. sont marquées par le développement de la polychromie et par le caractère globalement beaucoup plus soigné des réalisations. On observe ainsi sur le siècle et demi que dure la vie de ces maisons une accumulation lente mais réelle de signes extérieurs de richesse sur les pavements de sol. Aux revêtements d’origine, soignés mais simples, on ajoute petit à petit des éléments de décor plus riches par lesquels s’exprime un glissement du binôme être/paraître particulièrement sensible dans les espaces semi‑publics/semi‑privés de la demeure : circulations, pièces de réception, pièces d’apparat.

402Des remarques du même ordre ont été faites à propos du décor mural (cf. supra § 3.3). Presque tous les murs ont reçu un enduit, y compris une partie d’un mur de façade sur rue de la maison B des Villégiales. Si les techniques les plus simples (faux marbre, plinthes mouchetées, panneaux monochromes...) mises au service des motifs les plus banals sont très majoritairement employées pour la plupart des pièces, on note cependant la mise en place de décors nettement plus élaborés, telle la petite corniche au félin rouge de La Fontaine des Bénédictins, les décors d’architecture ou le personnage féminin, qui peuvent témoigner sur les murs de conventions esthétiques du même ordre que celles affichées dans les pavements de mosaïques. La maison de La Fontaine des Bénédictins, la plus richement décorée, a connu plusieurs réfections des décors peints qui soulignent là encore un souci d’enrichissement du décor. Décor, faut‑il le souligner, dont seule nous est connue la partie non périssable, à l’exclusion donc de la totalité des meubles, tapis et autres éléments mobiles.

403La statuaire (cf. supra § 3.5) et les trois cippes en gaine d’Hermès (cf. supra § 3.6) inventoriés dans le quartier participent du même état d’esprit. Les découvertes de mobiliers de cette catégorie, sinon en place du moins dans leur contexte domestique originel, comme c’est possiblement le cas pour la statue féminine du 11, rue des Bénédictins et le cippe au nom de Quintus de La Marseillaise, sont suffisamment rares pour qu’on leur porte un intérêt spécial. Elles renvoient, plus fidèlement encore que les autres marqueurs du rang des occupants des lieux, une image de leurs préoccupations symboliques, idéologiques et artistiques. Faute de précisions archéologiques, on est réduit à seulement envisager par la pensée l’usage ostentatoire qui pouvait être fait de ces objets fortement emblématiques de leur condition par un Quintus ou par le maître de la maison du 11, rue des Bénédictins.

404Enfin, il convient de ne pas omettre le jardin dans cet inventaire des éléments du décor domestique. L’aspect extrêmement ténu des vestiges –fosses, trous de poteaux et pots à bouture– qui, pour la première fois à Nîmes, atteste son existence, ne doit pas conduire à sous estimer le rôle tenu par les espaces plantés dans la mise en scène générale des espaces et des fonctions (cf. supra § 3.4).

3.7.5 Équipements de confort

405En contrepoint, les maisons étudiées sont toutes dépourvues d’installation de confort : ni latrine, ni chauffage, ni bain. L’absence de latrine est systématique à Nîmes où même les fouilles étendues et méthodiques récentes comme celles de la Zac des Halles (Monteil 1993c) n’ont jamais livré d’éléments s’y rapportant clairement. À la vérité, ce silence complet des vestiges archéologiques est étonnant, au point qu’il conviendrait peut‑être de réinterpréter en ce sens certaines structures observées : le doute plane notamment pour le puisard SB98 de la maison C des Villégiales, comparable à un puits condamné et réutilisé comme latrine aux iveve s. dans la maison D de la Zac des Halles (Monteil, Recolin 1993 : 133, fig. 106). Nulle trace non plus d’hypocauste, pas de tubulure, point de mortier hydraulique hors des bassins, rien ne laisse place à la possibilité que chauffage et bains aient pu exister. Il ne s’agit pas, à proprement parler, d’une surprise ni même d’une spécificité locale. Les systèmes fixes de chauffage sont pratiquement inexistants en Narbonnaise, au moins en milieu urbain, pendant le Haut‑Empire. Malgré la clémence du climat méditerranéen, on doit penser que le chauffage était assuré suivant les besoins par des appareils mobiles, braseros ou foyers portatifs du type de celui découvert en 1982 sur la propriété Solignac (Darde et al. 1990a : 46). La question des thermes privés est également à relativiser : pour toute la Narbonnaise, seules 32 maisons en sont pourvues et, autre comparaison significative, sur les 800 connues à Pompéi, 28 seulement disposent de balnéaires plus ou moins importants (Bouet 1996a). L’absence de thermes particuliers, à mettre au profit d’une possible pratique sociale du bain public, ne constitue à l’évidence pas en soi un estimateur pertinent du niveau social d’une maison, a fortiori d’un quartier.

3.7.6 Un quartier mono fonctionnel ?

406Plus convaincante à cet égard est peut‑être la nature des activités qui s’y développent. Une première chose paraît claire : hormis un très hypothétique atelier lapidaire situé au nord des Hespérides (cf. supra § 3.5), illustré par l’abondance d’éléments de statuaire dont un exemplaire inachevé, et les restes d’une petite activité de forge recueillis dans une fosse de l’espace 14 des Hespérides, aucun artisanat de quelque importance ne semble avoir trouvé place dans le secteur. L’étude du petit mobilier des Hespérides (cf. supra § 2.5.3) montre que les activités artisanales domestiques ne sont pas attestées nettement (pas de déchets de tabletterie, pas de traces de métallurgie, etc.). Un constat de même ordre s’impose quant à l’identification de boutiques : sans argument propre à emporter la décision, on peut éventuellement assigner cette fonction aux espaces 10 et 14 des Hespérides, surmontés d’un étage – mais tout aussi bien s’agit‑il de la pièce principale des maisons correspondantes 1 et 2 (tabl. xiii). De même, leur place dans la construction en contact direct avec la voirie, leur forme atypique, leur dimension et, au demeurant, le fait qu’on éprouve des difficultés à leur attribuer une autre vocation pourraient permettre de voir dans la pièce M de La Marseillaise et dans l’espace C1 des Villégiales, l’une et l’autre à étage, deux autres boutiques. Comme souvent en pareil cas, l’absence de critères archéologiques propres à identifier à coup sûr les espaces voués à la distribution de détail amène à proposer par défaut cette interprétation pour des pièces mal définies. Quoi qu’il en soit, même s’il advient que les quatre pièces mentionnées –dont deux aux Hespérides– sont bien des boutiques, il est néanmoins frappant de constater le caractère quasi monofonctionnel du quartier des Bénédictins : absence avérée de véritable artisanat et nombre très faible des boutiques laissent en effet toute la place à la seule utilisation comme résidence, ce terme devant être entendu, dans son contexte, au double sens d’habitat privé et de lieu d’exercice de la sociabilité urbaine.

3.7.7 Apport des découvertes anciennes

407Il est intéressant de mettre en perpective, à l’issue de ce tour d’horizon, l’apport des découvertes anciennes portées sur la carte de l’introduction générale à cet ouvrage (fig. 5). Les points 1 à 3 et 6 (2 dolia in situ, murs, statuaire, sols construits) sont sûrement à rattacher aux franges extrêmes du site des Hespérides, les traces d’occupation les plus septentrionales étant limitées à la cote 75/80 m ngf. La mosaïque figurée découverte au point 5 ainsi que les enduits peints du point 29 peuvent être attribués si ce n’est aux maisons des Villégiales des Bénédictins elles‑mêmes, du moins à une proche voisine de même type. Le même constat s’impose pour la mosaïque du point 11 et la maison de La Fontaine des Bénédictins. Au nord de cette dernière, les observations faites par V. Lassalle au 11, rue des Bénédictins (point 7) sont également à rattacher à une demeure comparable aux précédentes.

408Le secteur situé immédiatement au sud de La Marseillaise (actuels collège de la Révolution, place de la Révolution, square de la Bouquerie et rue Clérisseau) a également livré d’abondants restes de maisons parmi lesquels de nombreux murs, sols de terrazzo et signinum (points 19, 22 à 25). Les découvertes faites au point 27 (compris entre la place de la Révolution, les rues Ménard, Poldo‑d’Albenas et Rouget‑de‑Lisle) sont à mettre à part : il s’agit, d’après les descriptions succinctes qui nous sont parvenues, des vestiges d’une très vaste et riche demeure qui n’entre assurément pas dans la même catégorie que celles étudiées ici : à témoin une salle de 76 m2 entièrement pavée de riches mosaïques à décor figuré (cf. supra § 3.2.2.1), accostée de deux pièces plus petites puis d’une autre comportant une mosaïque à caissons de 49 m2 ce qui laisse à penser sur l’ensemble de la maison.

409Des découvertes plus dispersées dans le quartier témoignent de la densité du tissu d’habitations (points 14, 15, 17, 37). Enfin, deux points d’observation (points 13 et 16) montrent que des bâtiments publics, dont de possibles thermes, ont pu trouver place à l’amorce du piémont entre la rue Pasteur et le quai moderne de la Fontaine.

3.7.8 Conclusion : qui sont les habitants du quartier des Bénédictins ?

410Essayons maintenant de tisser ensemble tous ces fils épars avec l’espoir de connaître un tant soit peu les occupants des maisons que nous venons de visiter en détail. Et réservons tout de suite un sort particulier aux Hespérides qu’une réelle différence de nature incite à mettre à part. Haut perché sur la pente du mont Cavalier, le secteur, aux marges de la ville, renvoie l’image de modes de vie domestiques où le respect de la tradition autochtone l’emporte nettement sur les emprunts à la société romaine : la surface au sol nettement inférieure à toutes les autres, l’architecture relativement fruste dans sa mise en œuvre et son rendu général, les plans simples et « utilitaires », les solutions techniques adoptées qui sont souvent d’ordre individuel et circonstanciel montrent une parenté étroite avec les conceptions qui ont longtemps réglé la vie des populations régionales de la fin de la Protohistoire.

411Cheminant vers le sud, en direction de la plaine, au gré de rues bien aménagées et généreusement distribuées sur tout le quartier, on découvre bientôt, par les chiches ouvertures ménagées dans les façades, d’élégantes demeures qui exposent au sud leurs quelques centaines de mètres carrés agréablement agencés autour de cours et de jardins souvent agrémentés de bassins. Les plus belles pièces y sont mises en valeur par de confortables pavements, certains de mosaïques, et se signalent à l’attention de ceux qui y sont admis par de délicates peintures murales. Il peut même arriver qu’au détour d’un mur on aperçoive ici le portrait statufié du maître de céans, surmontant avantageusement la dédicace qui lui fut offerte par ses esclaves, ou, ailleurs, une belle statue féminine en pied à l’effigie d’un membre de la famille impériale. Venant du quartier haut des Hespérides, le contraste est saisissant. Ici, on entend vivre « à la romaine » et la maison qu’on a fait construire à dessein suit d’aussi prêt que possible les modèles qui conviennent. Bien sûr, on ne peut rivaliser d’égal à égal avec les propriétaires des quelques très grandes et somptueuses domus construites en plaine où les salles d’apparat peuvent dépasser 100 m2 à elles seules et arborent partout mosaïques et murs figurés, mais c’est là encore un autre monde. Les gens des Bénédictins ont un train de vie aisé, une maison cossue et « à la mode », mais ils ne jouissent pas de l’opulence des richissimes notables du centre ville.

412Roman historique que tout cela ? Sans doute, mais est‑il bien sûr qu’il se trouve si loin de ce que nous révèle l’archéologie dans la rigueur nécessaire de sa démarche ? On ne peut manquer d’être frappé, en effet, par une distribution suivant le sens de la pente des niveaux de richesse et de développement apparents des maisons rencontrées : des plus modestes, « archaïsantes » ou traditionnelles aux Hespérides jusqu’aux plus fastueuses et « canoniques » en plaine, représentées ici par les découvertes du point 27 mais dont on trouve des parallèles exacts dans d’autres quartiers et, à mi‑chemin, dans tous les sens de l’expression, le groupe de nos maisons à cour.

413J. Benoit (1981) avait déjà noté que la cote d’altitude comprise entre 60 et 65 m correspond sur l’ensemble de l’espace urbain intra muras à la disparition systématique des structures parcellaires orthogonales. On a remarqué également aux Bénédictins qu’aucune des orientations rencontrées ne correspond avec exactitude à l’un des systèmes étendus identifiés. À la difficulté topographique d’inscrire sur des terrains en forte pente une grille carrée, il faut peut‑être aussi ajouter un autre élément que suggère l’observation de la distribution des types d’habitat sur la pente du secteur des Bénédictins. Là encore, le seuil de la soixantaine de mètres d’altitude semble effectivement marquer la limite générale entre l’habitat de type « Hespérides », au‑dessus, et les maisons à cour, au‑dessous, comme s’il existait une incidence directe de l’altitude sur la valeur du foncier et donc le niveau social du bâti. En fait, on doit se demander si, plus que l’altitude en soi, la possibilité technique d’approvisionnement en eau par dérivation gravitaire à partir des conduites publiques n’est pas un paramètre autrement déterminant. A. Veyrac montre (cf. infra § 4.2) que des branchements privés sur les canalisations directement issues du castellum sont hautement probables –au moins pour les maisons basses des Villégiales et sans doute aussi à La Marseillaise, même si les preuves archéologiques font défaut. On remarquera, en tout cas, que les bâtisseurs des maisons à cour ont fait montre d’un désintérêt complet pour les eaux de pluie, systématiquement rejetées vers les égouts et caniveaux et non stockées (mis à part le cas douteux de la citerne des Villégiales) et que par ailleurs les puits, même s’ils existent, sont peu nombreux, trois au total. En contrepoint, l’existence de pièces d’eau, bassins, adductions dans les jardins laisse penser que les propriétaires des maisons à cour jouissaient du privilège d’être reliés au réseau public. On inclinera donc à penser, non seulement que l’architecture privée des Bénédictins est, sans doute comme ailleurs, très directement tributaire des possibilités liées aux infrastructures publiques, parmi lesquelles la distribution d’eau joue un rôle central, mais aussi que l’existence ou non des services rendus par ces infrastructures engendre une hétérogénéité flagrante entre les zones desservies et celles qui ne peuvent pas l’être.

414Au risque d’un certain schématisme qu’il faudra aussitôt nuancer, on peut soutenir sans difficulté que le quartier des Bénédictins, pour ce que nous en connaissons aujourd’hui, est organisé selon un gradient socio‑économique. Ce gradient, également attesté sur le site voisin de Villa Roma (Célié et al. 1996 : 188, 204‑205) est pour partie conforme aux lignes de pente, aux courbes altimétriques et à l’implantation des infrastructures hydrauliques publiques mais il subit également la contrainte de phénomènes d’attraction/répulsion exercés par les pôles urbains majeurs. Outre les vestiges déjà mentionnés, découverts à l’emplacement du point 27 (cf. supra Introduction) d’autres maisons urbaines nîmoises, d’après ce qu’on en connaît qui est souvent partiel, sont cependant à ranger dans une même catégorie supérieure. Sans entrer dans les détails et pour n’en retenir que les exemples les plus frappants ou les moins discutables (fig. 191), on peut mentionner :
– au 44, boulevard Gambetta, le pavement de Bellérophon (Darmon 1990c : 146‑147) ;
– à l’angle de la rue des Halles et de la rue du Mûrier‑d’Espagne, la mosaïque des Noces d’Admète (Maruéjol 1884) couvrant une surface approximative de 54 m2, accompagnée de fragments d’une riche architecture intérieure (colonnes, corniche, plaques de marbre) ;
– au 4, rue de la Porte‑d’Alès un opus sectile de près de 60 m2 bordé d’un canal de marbre blanc et accosté d’une seconde mosaïque de 8,50 m de longueur (Pelet 1875 : 14‑16). Des maisons se signalent par des emprises au sol particulièrement importantes comme celle fouillée à plusieurs reprises entre 1800 et 1977, rue Fernand‑Pelloutier (Genty 1979 ; Darde 1990 : 94‑102). Pour lacunaires que soient ces données, toutes renvoient une image nettement différente de celles accumulées dans le quartier des Bénédictins. Il apparaît en effet que ces demeures, les plus fastueuses parmi celles connues sur le sol nîmois, établies cette fois‑ci vraiment en plaine, se pressent au plus près du centre de pouvoir de la colonie représenté par ses deux pôles, le forum d’une part, l’ensemble de La Fontaine d’autre part.

FIG. 191 – Plan de localisation de quelques‑unes des demeures nîmoises les plus luxueuses (numéros dans des cercles grisés) et des autres fouilles nîmoises citées dans le texte. 1 Les Hespérides, 2 La Fontaine des Bénédictins, 3 Les Villégiales des Bénédictins, 4 La Marseillaise, 5 Villa Roma/propriété Solignac, 6 maison de Santé protestante, 7 école Jean‑Jaurès, 8 zac des Halles, 9 rue Séguier, 10 rues Fernand‑Pelloutier/Sainte‑Marguerite, 11 maison de l’Enclos du Gouverneur, 12 mosaïque de Bellérophon, 13 mosaïque des Noces d’Admète, 14 mosaïque du 4, rue Porte d’Alès.

DAO P. Garmy/CNRS, M. Monteil/Afan

415Ainsi voit‑on poindre peu à peu les paramètres de ce qui pourrait avoir réglé la structure générale des implantations de l’architecture privée au nord de l’espace urbain nîmois, au cours des deux premiers siècles de notre ère :
– une partie haute, la plus proche de la courtine de l’enceinte augustéenne largement désertée (mont Cavalier, Puech‑du‑Teil, mont Duplan) ;
– une couronne extérieure distribuée à mi‑pente des reliefs septentrionaux, caractérisée par une architecture vernaculaire très empreinte de l’héritage protohistorique local et qui regroupe sans doute la partie la moins aisée des populations (Hespérides, partie supérieure de la propriété Solignac/Villa Roma) ;
– une zone intermédiaire, sur le piémont, où l’on trouve nos maisons à cour des Bénédictins et, symétriquement à l’ouest, les maisons de la partie basse de Villa Roma, de la maison de Santé protestante..., résidences de petits ou moyens notables qui affichent par un mode de vie adapté leur adhésion à la romanité ;
– enfin un « hypercentre » où sont entremêlés les sièges publics du pouvoir municipal et colonial et les demeures des détenteurs de ce pouvoir, les deux sortes de lieux se trouvant ainsi placés dans une continuité géographique, fonctionnelle et symbolique. Ce dernier secteur n’exclut cependant pas les habitations plus modestes comme en témoignent, par exemple, les maisons dégagées à la Zac des Halles (Monteil 1993c).

Notes

1 Le nombre de sites auxquels je me réfère pour des comparaisons d’ordre technologique étant limité à une vingtaine, il m’a paru préférable de ne fournir l’indication « auteur-date » qu’à la première mention de chaque gisement afin de réduire la fréquence des appels bibliographiques dans le texte. Je donne ici les principales références pour chacun d’eux. Pour la ville de Nîmes : rue Saint‑Laurent (Genty et al. 1980), rue Pelloutier (Genty 1979), rue Nationale (Barruol 1979), Propriété Solignac (Garmy et al. 1981 ; Garmy et al. 1982 ; Chazelles, Poupet 1984 ; obs. pers.), Zac des Halles (Monteil 1993c ; Manniez, Recolin 1993 ; Sauvage, Recolin 1993 ; Monteil, Recolin 1993). Pour Fréjus : place Formigé et Cathédrale (Jacob 1990), Cathédrale (Fixot, Rivet 1981), place des Aiguières (Goudineau 1981), Plate-forme (Février 1962), Clos de la Tour (Goudineau 1973). Pour Aix-en-Provence : Ancien Enclos Laugier (Kauffmann 1979-1980), Archevêché (Fixot et al. 1985), impasse des Chartreux (NIL 1988) ; Vaison-la-Romaine (Goudineau 1979), Lunel‑Viel (Raynaud 1990b), Ambrussum : le Devès (Fiches 1986 ; Bessac, Fiches 1979), le Sablas (Fiches 1989 ; Chazelles et al. 1989), Narbonne : Clos de la Lombarde (Sabrié et al. 1987), Brignon (Souq 1990 et inédit), Glanum (Rolland 1946), Montmaurin (Fouet 1969), Alès : Ermitage (Dedet, Salles 1981), Lattes (Chazelles, Roux 1988 ; Chazelles 1990 ; Chazelles 1996 ; Garcia 1994 et toute la série Lattara), Martigues (Chausserie-Laprée, Nin 1987), Marduel (Chazelles 1986), Vié-Cioutat (Sabrié et al. 1984), Sallèles-d’Aude (obs. pers.), Olbia (obs. pers.)

2 La notion d’atelier, qui doit d’ailleurs être sérieusement envisagée dans le cadre des grandes agglomérations indigènes au cours des derniers siècles de la Protohistoire, pourrait en effet transparaître à travers la mise en évidence de modules franchement distincts mais contemporains.

3 Communication orale de L. Lambert sur les fouilles de la villa de Cucuron (Vaucluse) lors de la table ronde du programme H13 Terroirs et villae à Vaison-la-Romaine en 1986, inédite.

4 À cet égard, il est regrettable que tous les seuils n’aient pas pu être dessinés précisément à l’instar de ce qui a été fait aux Hespérides où l’on dispose de relevés au 1/20. Pour La Marseillaise, il a fallu conjuguer tant bien que mal les informations livrées par le relevé au 1/50, avec les imprécisions qu’implique cette échelle pour les dimensions, et les clichés heureusement de bonne qualité de chacun des seuils. Les seuils du 11 rue des Bénédictins et de la pièce 1 de La Fontaine des Bénédictins ne sont, pour leur part, connus que d’après photographies ; seul l’élément à glissière des Villégiales, conservé au dépôt archéologique de Nîmes, a pu être étudié directement.

5 Les seuils sont décrits dans le sens de l’entrée vers la pièce à laquelle chacun appartient, par conséquent la mortaise gauche est celle de gauche en entrant, etc. On désigne par « pas de porte » la partie surélevée située vers l’extérieur et par « partie basse » ou « plan démaigri » la surface du seuil amincie pour obtenir une « feuillure ». Sauf cas exceptionnel, les trous de crapaudines étant circulaires, la précision n’est pas fournie à chaque description. Le petit logement de forme quadrangulaire dans lequel s’insère la tige verticale bloquant l’un des vantaux de la porte est appelé « rou de fixation » ou « rou de gâche ». Comme il est presque toujours placé sur un axe parallèle et très proche de celui que déterminent les crapaudines, on se borne à indiquer s’il est situé au milieu de la longueur ou franchement décalé vers l’une des crapaudines.

6 16 des 22 seuils mentionnés dans l’article de J.-C. Bessac et J.‑L. Fiches (1979) sont représentés sur les figures 2 et 3. Parmi ceux-ci, deux sont trop incomplets pour révéler à quel type ils se rattachent et un autre se rapporte à un modèle mixte, non répertorié dans le quartier des Bénédictins mais proche du groupe 1.

7 Les seuils du macellum de Belo ont été étudiés de façon détaillée, ce qui nous procure quelques comparaisons utiles (Didierjean et al. 1986 : 141, 147 et fig. 103). Par ailleurs, à Nîmes, la domus D de la Zac des Halles possédait un seuil à rainure évoquant aussi la fermeture d’une boutique (Monteil, Recolin 1993 : 126).

8 Il faut ouvrir une parenthèse pour aborder le problème, rarement évoqué, de l’existence de logements de rapport dans les milieux urbains de Gaule méridionale. Actuellement le sujet ne paraît pas du tout documenté mais notre attention mérite toutefois d’être alertée par des vestiges de cet ordre.

9 Pourquoi le nier ? l’analyse architecturale du quartier des Bénédictins a posteriori, c’est-à-dire à partir des documents de fouilles et sans avoir participé à l’enregistrement des données de terrain –à l’exception d’un mur en adobe de La Fontaine des Bénédictins– fut un exercice assez acrobatique puisqu’il m’a fallu jongler avec des renseignements disparates, de qualité et de précision inégales, basés sur des critères et des appréciations autres que les miens.

10 Analyses effectuées par Claude Coupry, CNRS, laboratoire de Spectrochimie infrarouge et Raman. Compte rendu en annexe à Sabrié 1994-1995 : 242-251.

11 Italica (iie-début iiies.) (Abad Casal 1982 : 228, fig. 383) ; Este (ier-iie s.) (De Monte 1986 : 175-182, fig. 3a) ; Celeia (première moitié du iies.) (Kolsek 1987 : 227-232, fig. 2).

12 L’étude du mobilier céramique issu des recherches effectuées sur la maison C du même site a révélé d’autres fragments de pots similaires. Ceux-ci n’étaient cependant pas conservés in situ. On peut toutefois supposer l’existence d’aménagements horticoles dans cette partie de l’habitat. La découverte de céramiques similaires s’est confirmée sur plusieurs autres fouilles archéologiques de sauvetage nîmoises. Plusieurs exemplaires ont été mis au jour, le plus souvent à l’état fragmentaire et hors de leur contexte d’origine. Il est cependant intéressant de noter la découverte d’une autre série de pots en place, lors d’une fouille effectuée en 1993 au 21 de la rue Séguier, à l’emplacement de l’actuelle résidence l’Afenador (Manniez, Recolin 1994 ; Barberan 1993-1998).

13 Des découvertes similaires peuvent être également signalées en d’autres points de l’empire : à Saint-Romain-en-Gal (Desbat et al. 1994 : 200, fig. 145), à Richebourg dans les Yvelines (Barat 1995 : 17-21), en Israël (Yellin, Gunneweg 1989), à Rome (Villedieu 1990 : 450 ; 1991 : 318-319), etc. Depuis la rédaction de cet article, Y. Barat et D. Morize ont publié une synthèse sur l’usage des pots d’horticulture dans le monde antique (Barat, Morize 1999).

14 Cette étude a été réalisée par Mme Bui Thi Mai, CNRS, laboratoire de Palynologie, CRA de Valbonne. Seuls les pollens les plus résistants sont conservés, principalement ceux des Cichoriées.

15 Dans les jardins, certaines plantes étaient particulièrement appréciées : le lierre, le buis, le laurier, le laurier-rose, l’acanthe, le romarin et le myrte (Jashemski, Ricotti 1992 : 579-597). Il en était de même pour la plupart de nos arbres fruitiers actuels, par exemple le pommier, le figuier, le cerisier, le poirier, le prunier, etc. (Ferdière 1988 : 109-113).

16 Pour un point récent sur la bibliographie d’Antonia Minor, voir Künzl 1997, en particulier la bibliographie très complète (p. 492- 495) et la référence au portrait de Nîmes (p. 491) classé dans un troisième type Luni, qui s’ajoute à la classification de Polaschek.

Table des illustrations

Légende TABL. VII – Dimensions (en m) et position des murs étudiés dans le quartier des Bénédictins. Dans la rubrique « position », E correspond à « mur extérieur », R à « mur de refend » ; dans les rubriques « liant » et « enduit », lire terre pour T et mortier pour M ; quand l’indication était connue, on a donné la hauteur de la fondation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 123 – La Fontaine des Bénédictins. Coupe schématique du mur de refend en adobe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 124 – La Fontaine des Bénédictins. Vue des assises d’adobes du mur de refend.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 125 – Les Hespérides. La cloison de terre (peut‑être coffrée) MR25.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 126 – Les Villégiales des Bénédictins. Négatif d’une cloison de bois large de 2 cm entre deux sols de terrazzo. Au premier plan, base de pilastre gauche de la salle B4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende TABL. IX – Dimensions (en m) et position des ouvertures répertoriées sur les quatre sites du quartier. Dans la rubrique « position », C signifie « centrée » et D « décentrée » ; dans la colonne « localisation », E et I correspondent à « porte extérieure » et « porte intérieure ». Les types de seuils sont ceux que l’on a définis dans le texte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 127 – Les seuils du type 1 à feuillure rectiligne continue et retours latéraux en façade (sauf 1, 8) : 1, 3‑4 avec tableaux en bois rapportés ; 1, 3, 7 avec montants couvre‑joints ; 3, 7 avec trou de fixation pour barre oblique ; 7, 8 avec trou de gâche décentré.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 128 – La Marseillaise. Seuil de la pièce L : type 1 à deux battants égaux et montants couvre‑joints faisant peut‑être office de tableaux dans l’embrasure extérieure ; usure du côté droit (à gauche sur le cliché).
Crédits cl. V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 129 – La Marseillaise. Seuil de la pièce G : type 1 à deux battants égaux.
Crédits cl. V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 130 – La Marseillaise. Seuil de la pièce D : type 1 à deux battants égaux, tableaux rapportés dans l’embrasure extérieure et montants couvre‑joints ; usure du côté droit.
Crédits cl. V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 131 – La Marseillaise. Seuil intérieur entre la pièce E et le vestibule F : type 1 à deux battants égaux ; trois mortaises alignées, du côté intérieur, indiquent la présence d’un système de fermeture complexe ou peut‑être celle d’une clôture (?).
Crédits cl. V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 132 – La Fontaine des Bénédictins. Seuil de la pièce 1 : type 1 à deux battants inégaux, système de fixation à l’aide de barres obliques, cadre couvre‑joints ; les crapaudines sont remplacées par de longues mortaises.
Crédits cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 133 – Les Villégiales des Bénédictins. Seuil de la pièce B3 : type 1 à battants inégaux.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 134 – Différents types de seuils : 1‑2 seuils du type 2 à feuillure en Pi et retours latéraux (le seuil 1 possède deux battants inégaux, barre oblique de fixation, tableaux rapportés, deux paires de crapaudines et deux trous de gâche indiquant une possible réfection de la porte) ; 3 seuil de type 3 à retours latéraux semi‑circulaires ; 4 seuil de type 4 sans feuillure (à deux battants égaux et possible tableau à gauche) ; 5, 6 seuils de type 5 (5 à rainure étroite pour élément fixe et 6 à large glissière permettant à deux panneaux de coulisser l’un derrière l’autre).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 135 – Les Hespérides. Les trois seuils de l’îlot principal : 1 seuil à coulisse ; 2 seuil à feuillure en Pi ; 3 fragment de seuil de type 3 en remploi.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 136 – Seuil du 11, rue des Bénédictins, de type 3 à deux battants égaux et tableaux rapportés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 137 – La Marseillaise. Communication entre la cour et le péristyle : seuil de type 4 à deux battants égaux et probable tableau à gauche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende TABL. X – Dimensions des seuils (en m) à La Marseillaise et aux Hespérides ainsi qu’à Ambrussum dans les maisons du Devès. La longueur du pas diffère de la longueur utile dans le cas des seuils de type 1 qui débordent de part et d’autre de la baie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 138 – Les Villégiales des Bénédictins. Seuil à coulisse de la pièce à exèdre A2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 1391 restitution de la porte correspondant au seuil du 11, rue des Bénédictins avec découpe en baïonnette de la base des vantaux : a pierre de seuil, b vantail, c tableaux. 2 restitution de l’aménagement complet d’une baie (d’après la porte de la salle D de La Marseillaise) : a seuil, b vantail, c tableaux, d cadre couvre‑joint, e barre oblique de fixation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 140 – Les Villégiales des Bénédictins. Modénature de la base de pilastre est (salle B4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Légende FIG. 141 – Les Villégiales des Bénédictins. Base moulurée du pilastre est (salle B4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 142 – La Marseillaise. Blocs destinés à la mise en place des pilastres d’angle de la salle à exèdre C : a ensemble de gauche ; b ensemble de droite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 143 – La Marseillaise. Porte de communication entre les pièces G et H dont le seuil est formé par la fondation continue du mur de séparation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 144 – Les Villégiales des Bénédictins. Détail du semis de tesselles ornant le sol de terrazzo de la salle B5 (SL 157).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 145 – La Fontaine des Bénédictins. Surface rainurée d’un épais enduit de terre qui s’intercale entre la maçonnerie au mortier du mur et un revêtement à la chaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 146 – Les Hespérides. Doublage en béton de tuileau du mur MR24 de l’îlot principal.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 147 – Les Hespérides. Plan de la cage d’escalier située dans la cour 11.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 148 – Les Hespérides. La cage d’escalier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 149 – Les Villégiales des Bénédictins. La cage d’escalier C8 de la maison C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. C – Les Villégiales des Bénédictins. Le panneau axial du sol de la galerie A8, maison A
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende FIG. 150 – Les Villégiales des Bénédictins. Détail du contact entre le tapis central et le seuil figuré du sol 5L116 de la pièce B4, maison B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 151 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue générale du sol mosaïqué de la pièce C4, maison C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 152 – Les Villégiales des Bénédictins. Proposition de restitution du pavement SL9 de la pièce C4, maison C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG D – Les Villégiales des Bénédictins. Détail d'une bande polychrome de la bordure multiple du sol SL9 de la pièce C4, maison.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende FIG. E – Les Villégiales des Bénédictins. Vue de détail du champ du sol SL9 de la pièce C4, maison C.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende FIG. F – Les Villégiales des Bénédictins. Le panneau figuré du sol SL9 de la pièce C4, maison C.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende FIG. G – Les Villégiales des Bénédictins. Dauphin à l'angle du panneau figuré du sol SL9 de la pièce C4, maison C.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende FIG. H – Les Villégiales des Bénédictins. Détail de la partie conservée de l'hippocampe du panneau figuré du sol SL9 de la pièce C4, maison C.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende FIG. 153 – Les Villégiales des Bénédictins. Panneau carré du sol SL74 de l’espace D.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. I – Les Villégiales des Bénédictins. Détail de la bordure multiple du sol SL74 de l'espace D
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende FIG. J – La Fontaine des Bénédictins. Le pavement de la pièce 2, pris du nord.
Crédits cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende FIG. K – La Fontaine des Bénédictins. Le sol de la pièce 1, pris du nord.
Crédits cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende FIG. L – La Fontaine des Bénédictins. Le panneau axial du sol de la pièce 1.
Crédits cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende FIG. 154 – La Fontaine des Bénédictins. Le pavement de la pièce 4.
Crédits cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 155 – La mosaïque principale de l’Enclos du Gouverneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 156 – La Marseillaise. Fragments de décor mural.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. M – Les Villégiales des Bénédictins. Espace 8 : élément de la partie haute d'une paroi
Crédits cl. M. et R. Sabrié/CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 157 – Les Villégiales des Bénédictins. Revers du mortier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 158 – Les Hespérides. Panneaux rouges et jaunes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 159 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Éléments de décor.
Crédits cl. musée archéologique de Nîmes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 160 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Élément de décor.
Crédits cl. musée archéologique de Nîmes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 161 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Élément de décor.
Crédits cl. musée archéologique de Nîmes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 162 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Essai de restitution du décor.
Crédits dess. M. et R. Sabrié/CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 163 – La Fontaine des Bénédictins. Localisation des enduits peints.
Crédits DAO M. Monteil/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. N – La Fontaine des Bénédictins. Espace 2bis : détail de la peinture au candélabre.
Crédits cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende FIG. 164 – La Fontaine des Bénédictins. Espace 4 : faux marbre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 165 – La Fontaine des Bénédictins. Espace 4 : éléments de la zone moyenne de la paroi.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. O – La Fontaine des Bénédictins. Espace 4 : zone moyenne ou supérieure de la paroi
Crédits cl. M. et R. Sabrié/CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende FIG. 166 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue générale du jardin de la domus B prise du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 167 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan restitué du jardin de la domus B et de ses abords.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 168 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan de détail du jardin.
Crédits DAO M. Monteil/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 169 – Les Villégiales des Bénédictins. Le vase 1 une fois fouillé.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 170 – Les Villégiales des Bénédictins. Le vase 4 de la fosse FS117.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 171 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue des fosses FS129, FS139, FS140 et FS146, prise du sud. Au fond, le puits PT115.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 172 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue du fond et des trois perforations du vase 7 (FS133).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 173 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue du fond du vase 4 (FS 117).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende TABL. XI – Les Villégiales, jardin de la domus B. Tableau récapitulatif des dimensions des vases, act. : pot incomplet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 174 – Les Villégiales des Bénédictins. Les vases percés du jardin de la domus B.
Crédits cl. Y. Manniez/Afan,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 175 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan des fosses du jardin et des vases correspondants de la domus B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 176 – La statue d’Antonia Minor vue de face.
Crédits cl. F. Pervenchon
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 177 – Tête amovible de la statue d’Antonia Minor : a vue de face ; b côté droit pris de trois quarts ; c côté droit pris de profil ; d détail de la chevelure ; e côté gauche pris de profil ; f côté gauche pris de trois quarts.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 178 – Avers d’une monnaie frappée en l’honneur d’Antonia Minor et portant son effigie.
Crédits cl. Ph. Foliot, G. Réveillac/CNRS, Centre Camille-Jullian
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 179 – Revers d’une monnaie frappée en l’honneur d’Antonia Minor et la représentant en pied.
Crédits cl. Ph. Foliot, G. Réveillac/CNRS, Centre Camille-Jullian
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 180 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Statuette féminine en marbre blanc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 181 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Tête féminine en pierre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 182 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Face de l’oscillum en marbre avec masque ou tête de Bacchus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 183 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Face de l’oscillum en marbre avec syrinx et pedum.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 184 – Rue Rouget‑de‑Lisle. Fragment d’un ornement de jardin en marbre blanc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 185 – La Marseillaise. Détail du texte de la gaine d’Hermès.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 186 – Chronologie des périodes d’occupation des maisons du quartier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 187 – Les Hespérides. 1 plan des vestiges reconnus et nos d’espaces ; 2 proposition de restitution ; 3 surfaces couvertes (en gris).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 188 – Les Villégiales des Bénédictins, maisons A, B, C. 1 plan des vestiges reconnus et nos d’espaces ; 2 emplacement des sols construits (en gris) et proposition de restitution ; 3 surfaces couvertes (en gris).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 189 – La Marseillaise. 1 plan des vestiges reconnus et nos d’espaces ; 2 emplacement des sols construits (en gris) et proposition de restitution ; 3 surfaces couvertes (en gris).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 190 – La Fontaine des Bénédictins. 1 plan des vestiges reconnus et nos d’espaces ; 2 emplacement des sols construits (en gris) et proposition de restitution ; 3 surfaces couvertes (en gris).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende TABL. XIII – Récapitulatif des espaces des maisons avec leur surface et une proposition de fonction : C couvert, NC non couvert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende FIG. 191 – Plan de localisation de quelques‑unes des demeures nîmoises les plus luxueuses (numéros dans des cercles grisés) et des autres fouilles nîmoises citées dans le texte. 1 Les Hespérides, 2 La Fontaine des Bénédictins, 3 Les Villégiales des Bénédictins, 4 La Marseillaise, 5 Villa Roma/propriété Solignac, 6 maison de Santé protestante, 7 école Jean‑Jaurès, 8 zac des Halles, 9 rue Séguier, 10 rues Fernand‑Pelloutier/Sainte‑Marguerite, 11 maison de l’Enclos du Gouverneur, 12 mosaïque de Bellérophon, 13 mosaïque des Noces d’Admète, 14 mosaïque du 4, rue Porte d’Alès.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46515/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

Auteurs

Claire‑Anne de Chazelles [C.‑A.C.]
Chargée de recherche, CNRS, UMR 154.

Jean‑Pierre Darmon [J.‑P.D.]
Directeur de recherche, CNRS/EN5, UMR 126.

Maryse Sabrié [M.S.]
Chercheur associé, CNRS, UMR 154.

Dominique Darde [D.D.]
Conservateur, musée archéologique de Nîmes.

Victor Lassalle [V.L.]
Ancien conservateur en chef des musées d’Art et d’Histoire de la ville de Nîmes.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search