Version classiqueVersion mobile

Le quartier antique des Bénédictins à Nîmes (Gard)

 | 
Pierre Garmy
, 
Martial Monteil

Chapitre 2. Les vestiges d’époque romaine

Victor Lassalle, Laurent Sauvage, Martial Monteil, Marc Célié, Dominique Darde, Pierre Garmy, Jean Pey, Michel Amandry, Marie‑Laure Hervé et Hervé Pomarèdes

Résumé

Chacune des quatre opérations archéologiques de référence fait l’objet d’une publication détaillée. La maison de La Marseillaise (fouillée en 1966), de plan assez irrégulier et pavée en partie de mosaïques très simples, est un intéressant exemple de maison nîmoise du Haut‑Empire sur un plan assez classique, adapté à la déclivité du terrain. Aux Villégiales des Bénédictins (fouille de 1992), plusieurs belles maisons, certaines dotées de jardins, sont étagées sur la pente. Les systèmes d’adduction et d’évacuation d’eau y sont particulièrement complexes. L’ensemble des Hespérides (fouille de 1986) est certainement le plus original : le long de deux rues perpendiculaires, sont aménagées des maisons encore fortement empreintes des modes et des techniques protohistoriques. La fouille de la Fontaine des Bénédictins (1982) a révélé les vestiges les plus riches de toutes les maisons du quartier : mosaïques figurées, peintures... Une étude de quelques séries de mobiliers particulièrement intéressants ou représentatifs complète ce chapitre : monnaies, ensembles de céramiques, petit mobilier.

Texte intégral

2.1 La Marseillaise

1v.l.

2.1.1 Introduction

2À la fin de mai 1966, O. Rappaz signala la découverte de vestiges antiques, à la suite de démolitions, sur un terrain, situé entre les rues Ménard, d’Albenas et Rouget‑de‑Lisle, où devait être construit l’ensemble d’immeubles dénommé « La Marseillaise » (actuelles parcelles DT‑563, 632 et 633). Avec l’accord de M. Chouleur, propriétaire du terrain et architecte des futures constructions, des interventions, qui se poursuivirent jusqu’à la fin de juillet 1966, furent menées à bien, avec le concours de l’entreprise Sèle et Cie, et permirent de reconnaître, dans la partie nord du terrain, des aménagements viaires et hydrauliques et, dans la partie sud, des vestiges d’habitat (fig. 3435). Un relevé général des vestiges fut exécuté par le cabinet Fournet, de Nîmes, et des relevés de détail furent réalisés par A. Méger, alors dessinateur à l’Agence des Bâtiments de France à Nîmes.

FIG. 34 – La Marseillaise. Plan général des vestiges.

dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes

FIG. 35 – La Marseillaise. Croquis original dressé par V. Lassalle au moment de la découverte des vestiges en 1966.

dess. V. Lassalle

3L’ensemble a été décrit dans un rapport remis à la direction régionale des Antiquités historiques (Lassalle 1969a) et a fait l’objet de mentions dans des publications (Barruol 1969 ; Lassalle 1980 : fig. 4 ; 1990b).

2.1.2 Aménagement hydraulique

4On a pu reconnaître dans la partie nord du terrain un aménagement hydraulique qui comportait un canal maçonné E‑O pourvu de regards quadrangulaires et d’une chambre rectangulaire, d’où partait un second canal N‑S perpendiculaire au premier, et au‑delà de laquelle le canal se poursuivait vers l’ouest sous la rue Rouget‑de‑Lisle (fig. 36).

FIG. 36 – La Marseillaise. Plan et coupes des vestiges de rue et d’équipements hydrauliques repérés sur le site, dans l’axe de la rue Rouget‑de‑Lisle.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. M. Méger

2.1.2.1 Le canal E‑O

5Établi en tranchée dans la roche, le canal E‑O comportait des parois maçonnées dont le blocage, adossé à celles de la tranchée, était revêtu d’un parement intérieur fait de moellons smillés en calcaire local provenant vraisemblablement des carrières de Roquemaillère ou de Barutel.

6Une voûte en plein cintre, pour la construction de laquelle avaient été utilisés des moellons grossiers, allongés et plats, liés par un mortier rougeâtre, reposait sur des piédroits constitués par les murs latéraux du canal et couvrait ce dernier sur toute sa longueur, exception faite des regards et de la chambre rectangulaire. Cette dernière avait été couverte de dalles très épaisses, brisées lors des travaux et trouvées effondrées à l’intérieur de la chambre.

7La structure du canal n’a pu être observée qu’à son extrémité occidentale, au point où s’opérait sa jonction avec la chambre rectangulaire. Ailleurs, il n’a pu être reconnu que jusqu’à l’extrados de la voûte. Il était soit comblé, soit converti en fosse d’aisance. La partie orientale de la canalisation comportait un premier regard qui a simplement pu être relevé. Le second présentait la forme d’un large puits carré dont les parois, masquées par un revêtement moderne en ciment, furent en partie décapées, après enlèvement des matériaux dont la cavité avait été remplie lors des travaux de démolition. Cela permit de découvrir les arcs bien appareillés, qui apparaissaient en tête des voûtes des parties adjacentes du canal (fig. 37). Plus à l’ouest un second regard était reconnaissable à une simple ouverture pratiquée dans la voûte du canal (fig. 38).

FIG. 37 – La Marseillaise. Le regard oriental, pris de l’ouest.

cl. V. Lassalle

FIG. 38 – La Marseillaise. Le regard central, pris de l’est.

cl. V. Lassalle

2.1.2.2 La chambre occidentale

8À l’extrémité occidentale de la partie de l’aménagement qui a été reconnue, en bordure de la rue Rouget‑de‑Lisle, se trouvait l’élément le plus remarquable du dispositif, une chambre rectangulaire, dont les parois étaient parementées de la même façon que celles du canal, avec des assises de moellons comportant des trous de boulins (fig. 39).

FIG. 39 – La Marseillaise. Vue générale de la chambre, du canal N‑S et de la rue pavée, prise du S‑E.

cl. V. Lassalle

9La paroi nord était aveugle. Dans les trois autres, des ouvertures amorties en plein cintre, aux dimensions des parties des canaux adjacents, mettaient la chambre en communication avec ces derniers (fig. 4041). Les arcs des ouvertures occidentale et orientale formaient la tête des voûtes des canaux correspondants, mais celui de l’ouverture sud était sans rapport avec la forme de couverture de celui‑ci, originellement réalisée au moyen de dalles très épaisses que des aménagements modernes avaient fait disparaître.

FIG. 40 – La Marseillaise. Intérieur de la chambre et d’une des ouvertures, pris du N‑O.

cl. V. Lassalle

FIG. 41 – La Marseillaise. Deux des ouvertures de la chambre, prises du N‑E.

cl. V. Lassalle

10Dans la chambre et dans la partie visible du tronçon occidental du canal, il a été possible d’observer les particularités de la construction de l’arc d’entrée et de la voûte adjacente. On a pu ainsi remarquer que le diamètre des arcs et de la voûte était sensiblement supérieur à la largeur du canal dont les parois leur servaient de piédroits. Cette disposition a pu permettre d’appuyer sur le sommet de ces parois les cintres utilisés pour la construction de la voûte. On trouve l’application d’un procédé analogue dans divers édifices médiévaux, comme des églises romanes, où l’on a fait en sorte qu’il ne soit pas apparent, ou des ponts ; il est bien visible au pont du Diable (xie s.) de Saint‑Guilhem‑le‑Désert (Hérault) (Saint‑Jean 1974 : 94, fig. 29) d’autant que le petit appareil dont est constitué le revêtement de cet ouvrage accentue la similitude avec le dispositif antique dont il est question ici. On le remarque aussi à l’abbatiale de Saint‑Guilhem‑le‑Désert ou à la chapelle du cimetière de Mollégès (Bouches‑du‑Rhône). Il a été employé encore, rarement semble‑t‑il, à l’époque romaine (Adam 1984 : fig. 569, 570 = aqueduc de Bourges).

11Le sol ne comportait aucun aménagement particulier, la maçonnerie des parois reposant sur le rocher, et même, par endroits, sur la terre. La couverture de la chambre était constituée de dalles très épaisses (0,50 m d’épaisseur environ), retrouvées à l’intérieur de celle‑ci, brisées lors des travaux de démolition (fig. 42). Elles semblent avoir constitué, dans l’Antiquité, une couverture continue et permanente, l’accès ayant dû être assuré par une trappe aménagée dans la partie du canal N‑S immédiatement contiguë. Elles sont sans doute demeurées intactes jusqu’aux travaux de 1966, la chambre ayant jusque‑là servi de cave aux habitants de la maison sous laquelle elle se trouvait. Ils y accédaient par un escalier de pierre, qui avait été épargné par les démolisseurs, et sous les marches duquel a été trouvée une monnaie de Victor‑Emmanuel III dont la présence n’interdit pas d’attribuer à l’escalier une date plus ancienne, car la pièce a pu glisser sous celui‑ci, à une époque postérieure à sa construction, par un interstice existant entre les marches.

FIG. 42 – La Marseillaise. Les dalles de couverture de la chambre en cours de dégagement.

cl. V. Lassalle

2.1.2.3 Le canal N‑S

12Dans le canal N‑S on a pu reconnaître, du nord au sud, un tronçon dans lequel était installé l’escalier moderne, puis un passage en tunnel dans la roche en place et enfin une partie couverte de dalles au‑dessus desquelles était posé le pavement d’une voie N‑S (fig. 43).

FIG. 43 – La Marseillaise. Chambre, canal N‑S et rue pavée vus du N‑E.

cl. V. Lassalle

13Dans la première section, les parois comportaient un parement en moellons analogue à celui qui revêtait l’intérieur des autres parties de la canalisation. Cette section devait, à l’origine, être couverte par des dalles, supprimées lors de l’établissement de l’escalier, car le sommet de l’appareil antique des parois se trouvait au même niveau que la base des dalles qui couvraient la section du canal située au sud du passage en tunnel. Dans cette dernière, la maçonnerie des parois n’était plus représentée que par quelques assises en moellons (fig. 44).

FIG. 44 – La Marseillaise. Intérieur du canal N‑S vu du nord : passage dans le rocher.

cl. V. Lassalle

14La troisième partie reconnue du canal N‑S était couverte de dalles comparables par leur importance à celles de la chambre et recouvertes d’une couche de terre sur laquelle reposaient les pavés de la voie (fig. 45). Les deux dernières parties du canal ont été trouvées emplies d’une épaisse couche de limon qui n’a livré aucun élément utile à la datation des vestiges.

FIG. 45 – La Marseillaise. Intérieur du canal N‑S : couverture de dalles.

cl. V. Lassalle

2.1.2.4 Fonction

15Lors de la découverte, l’absence de tout revêtement de béton de tuileau sur les parois avait montré que l’on n’avait pas affaire à un aqueduc. On avait donc été conduit à interpréter les canaux comme étant des égouts, mais on n’avait recouru à cette interprétation qu’après avoir été dans l ’obligation d’écarter celle d’un dispositif destiné à abriter des tuyaux de distribution parce que, dans les parties qui avaient été examinées, la recherche de traces de ces tuyaux (scellements, concrétions calcaires) avait été vaine. C’est pourtant l’interprétation de l’aqueduc qu’ont retenue les auteurs d’une autre étude dans ce volume, après avoir découvert récemment de telles traces dans un canal trouvé dans le prolongement de la partie ouest du canal fouillé en 1966 (cf. infra § 4.2.2), dans lequel ils ont reconnu une autre section de celui dont il est question ici.

2.1.2.5 Datation

16Un aménagement hydraulique de cette nature et de cette importance était inconcevable à l’époque médiévale et même à l’Époque moderne. Il a donc vite été reconnu comme antique. Ses parements faits d’assises très régulières de moellons s’apparentaient à ceux que montrent divers monuments nîmois remontant à l’époque romaine : l’enceinte augustéenne (Bessac 1987 ; Varène 1992), la tour Magne (Varène 1978 : fig. 5, 6), certaines parties de l’amphithéâtre (Lassalle 1979 : 12‑13), du temple de Diane et des substructions qui l’entourent (Naumann 1937), les murs du castellum ou les parois de l’aqueduc (Fabre et al. 1991 : pl. xii).

17Appartenant au système d’adduction d’eau conçu lors de la construction de l’aqueduc, que les plus récents travaux situent autour du milieu du ier s. ap. J.‑C. (Fabre et al. 1991 : 319‑320), il en est vraisemblablement contemporain.

2.1.3 Aménagement viaire

18Au‑dessus de la partie la plus méridionale du canal N‑S ont été découverts les vestiges d’une voie pavée de petits moellons dressés de chant, orientée comme ce canal (fig. 343539). Elle a pu être reconnue sur 2,50 m de long pour 4,20 m de large. Elle était interrompue au sud par une maison datant, semble‑t‑il, du début du xixe s., et dont la présence témoignait d’un empiétement sur la voie primitive qui était la cause ou la conséquence du déplacement de son tracé vers l’ouest.

19En l’absence d’autres indices chronologiques, et bien que la liaison de cet aménagement avec le canal sous‑jacent ait été évidente, on avait, au moment de la découverte, eu quelques réticences à le dater de la même époque que celui‑ci, tant il était peu conforme à l’idée que l’on se faisait alors d’une voie antique. L’ancienneté de ce revêtement a été confirmée quelques années plus tard par la découverte de voies analogues, d’abord à l’oppidum d’Ambrussum (Fiches 1980), puis à Nîmes, dans le terrain Solignac (Barruol 1983 : 514, fig 5 ; Darde et al. 1990a : 39‑47) et sur l’emplacement de l’ensemble immobilier des Hespérides (Nickels 1987‑1988 : 236). On a pu constater alors que, dans la région, c’est à ce revêtement fait de pavés que, dans l’Antiquité, on avait recouru de préférence lorsque la pente de la voie était sensible ou forte, ce qui est le cas ici (Monteil 1990b).

2.1.4 Vestiges d’habitat

2.1.4.1 Conditions de la recherche

20Les vestiges, enfouis sous un remblai d’une épaisseur moyenne de 2 m, sur lequel s’élevaient auparavant les maisons modernes démolies pour les besoins du chantier de construction, ont été mis au jour par un rabotage au bulldozer qui avait pour but la mise à niveau du terrain. Les engins avaient atteint le sol antique, en creusant au S‑E jusqu’à un niveau inférieur et en laissant subsister dans la partie N‑O des murs antiques sur une hauteur de 0,50 m. Le niveau moderne demeurait intact au sud, à proximité du collège d’enseignement général La Révolution, et au N‑E, où subsistait une maison non démolie. Dans ces directions, aucune recherche ne fut envisagée, en raison soit du volume trop important des terres de remblai, soit du danger qu’auraient pu présenter les travaux au voisinage des fondations des maisons conservées.

21Le terrain ayant été profondément bouleversé par les engins, on ne pouvait espérer, avec les moyens très réduits dont on disposait à l’époque, faire d’autres observations que celles concernant les dispositions générales des constructions antiques, dont on s’est surtout efforcé de dresser le plan. Pour réduire le volume des déblais, qu’il fallait évacuer à la brouette, on s’est parfois contenté de creuser une tranchée le long des murs, sans tenter de recherche dans la partie centrale des diverses pièces de la maison (fig. 34).

2.1.4.2 Dispositions générales

22fig. 46

23Le plan montrait un ensemble assez cohérent de pièces (B, C, D, E, F, G, H et I) entourant, sur deux côtés (nord et ouest), une cour A qui comportait, autour d’un bassin (1) entouré de dalles d’un stylobate (2 et 3), une galerie (4, 5, 6 et 7 [?]). Ce groupe de pièces était limité, au nord et à l’ouest, par un mur épais, parfois à double parement, qui paraît avoir été le mur extérieur de la maison. À l’extérieur de celle‑ci, on a repéré, au nord, un mur assez épais (fig. 47, à gauche) qui peut n’avoir servi qu’à assurer le soutènement des terres de la partie supérieure du terrain (la pente N‑S était assez forte) et, à l’ouest, dans la partie inférieure du terrain, près des pièces H et I, un dallage assez sommaire sous lequel courait un caniveau (fig. 48, en bas), ainsi que, plus au nord, une sorte de puits carré, peut‑être moderne (fig. 47, à gauche) et dans l’une des parois duquel un fragment d’architrave antique, très usé, était réemployé.

FIG. 46 – La Marseillaise. Plan de la maison. Les sols en mosaïque sont représentés en grisé.

dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes, d’ap. cabinet Fournet,

FIG. 47 – La Marseillaise. Vue d’ensemble de la maison prise de l’ouest.

cl. V. Lassalle

FIG. 48 – La Marseillaise. Vue d’ensemble de la maison prise du S‑O.

cl. V. Lassalle

24Il n’a pas été possible de reconnaître la partie est de la maison, dissimulée au nord par un remblai très important et arrachée au sud par l’action des engins mécaniques. La partie méridionale de la maison disparaissait elle aussi sous un épais remblai et il n’a pas été possible de la dégager. On a cependant pu y repérer les vestiges d’une probable rue dallée limitant donc la maison au sud.

25Les murs extérieurs étaient faits d’un blocage assez grossier. Ceux qui séparaient les pièces les unes des autres comportaient une proportion importante de tegulae réemployées. Un pavement de mosaïque recouvrait le sol des espaces A (en 4, 5 et 6 seulement), C, D, E et F. Les pièces B, G, H, I et M ne montraient rien de semblable. Des enduits peints recouvraient les parois des pièces C, D et E. Des fragments épais de cette décoration ont été retrouvés sur la plus grande partie des zones fouillées.

L’espace A

26Il montrait à sa périphérie des galeries pavées de mosaïque à tesselles blanches (4, 5 et 6). La galerie située en 7 était très endommagée. Il ne restait rien de son pavement et on ne peut rien avancer de certain à son sujet. Les galeries 5 et 6 étaient clairement séparées de la partie centrale de l’espace, dépourvue de mosaïque, par une rangée de dalles longues et épaisses (2 et 3) dans lesquelles il faut voir les restes d’un stylobate ayant entouré cette partie centrale. La galerie 4 était, elle aussi, bien limitée par la bordure rectiligne de la mosaïque (en pointillé sur la figure 46) qui marquait l’emplacement des dalles qui avaient dû se trouver à cet endroit mais qui en avaient été arrachées. Ces dalles devaient former le troisième côté du stylobate, parallèle à 3. Une autre rangée de dalles analogues, E‑O, parallèle à 2, semble avoir existé entre 4 et 6, à moins que les deux rangées de dalles N‑S ne se soient poursuivies jusqu’au mur séparant la pièce A de la pièce J, et que la galerie 7 n’ait pas existé.

27Au centre de l’espace A s’étendait une aire 1 (32,5 m2) où l’on n’a trouvé que de la terre. Une tranchée de reconnaissance a permis de constater que cet espace était creux à l’origine. Il était empli de blocs de pierre assez volumineux qui y avaient été jetés pour le combler.

28Le portique 4, 5 et 6 (61,7 m2) communiquait directement avec la pièce C sans l’intermédiaire d’un seuil, rien ne venant séparer le pavement de mosaïque de C de celui de A dont il ne se distinguait que par la présence d’un semis de croisettes composé de 4 tesselles noires. Des galeries de A, on pouvait passer dans les pièces B, D et G par des portes dont l’emplacement était matérialisé par des seuils de plain‑pied. On pouvait aussi monter dans la pièce E par le seuil 14, surélevé, et par le couloir F, incliné, et descendre dans la pièce J par le seuil 22, accompagné d’une marche. Il semble n’avoir existé aucune communication entre A et H.

29Un mur 18, non fondé en profondeur mais reposant en 2 sur le stylobate, en 4 sur la mosaïque de la galerie, en 17 sur le seuil dont il cachait le trou de gond septentrional et sur le pavement du couloir F entre 17 et 16, témoigne d’un remaniement postérieur à la construction primitive, qui a été marqué par la disparition de la colonnade, en partie ou plus probablement en totalité, et par le comblement du bassin dont il a été question plus haut.

Pièce B

30La pièce B (18 m2 restitués) s’ouvrait par une porte 10, particulièrement large, dont le seuil, coté à 55,87 m ngf, comportait deux trous de gonds mais ne montrait, à l’inverse des autres seuils, aucun trou central ayant pu servir au verrouillage de l’un des vantaux. La nature de son sol n’a pas été reconnue (terre battue ?).

31En 11 fut trouvée une gaine à portrait en pierre de Barutel (fig. 49), portant l’inscription suivante : G.Q.N./ ABASCANTVS/SER (Genio Quinti nostri, Abascantus servus : « Au Génie de notre Quintus, Abascantus, son esclave ») (en dernier lieu, Christol 1990 : 189‑190 et cf. infra § 3.6).

FIG. 49 – La Marseillaise. La gaine à portrait de la pièce B.

cl. V. Lassalle

32En 12, on put remarquer contre le mur un amas de fragments de brique pilée, comparables, par leurs dimensions, à ceux qui entrent dans la composition du béton de tuileau.

Pièce C

33La pièce C (19,6 m2) communiquait avec la galerie 5 sans que la transition soit marquée par autre chose que le changement de décor de la mosaïque qui revêtait le sol. Son altitude est comprise entre 55,88 et 55,97 m ngf. En 8 et 9, deux pierres en équerre (fig. 50), scellées contre l’angle du mur, constituaient certainement les fondations de pilastres d’angle analogues à ceux qui décorent un emplacement similaire à la Villa des Antes, à Glanum (le musée archéologique de Nîmes conserve un chapiteau de pilastre conçu pour s’adapter à un tel emplacement). On avait certainement affaire à la pièce d’apparat de la maison, largement ouverte vers le sud.

FIG. 50 – La Marseillaise. L’angle S‑0 de la pièce D avec son seuil et la fondation de pilastre no 9 de la pièce C.

cl. V. Lassalle

Pièce D

34De petite taille (11,9 m2), elle était pourvue d’un sol en mosaïque blanche et d’un seuil (13), coté à 55,91 m, donnant sur la galerie 5 (fig. 50).

Pièces E et F

35La pièce E (28 m2) était surélevée d’une cinquantaine de centimètres par rapport aux pièces A, B, C et D (56,30 m ngf). Elle était dotée d’un sol en mosaïque blanche et on y accédait (fig. 46) par un seuil (14) précédé d’une marche ou par une porte (15) à laquelle conduisait le couloir F (5,75 m2), au sol incliné en mosaïque blanche, qui comportait un seuil (17) et une marche (16).

Pièces G, H et I

36Le seuil 20, coté à 55,95 m NGF, conduisait à la pièce G (7,2 m2). Dans un angle de celle‑ci, se trouvait une maçonnerie de plan carré, inexpliquée (fig. 51).

FIG. 51 – La Marseillaise. Le double mur E‑O, le massif d’angle de la pièce G et le couloir F vus du S‑O.

cl. V. Lassalle

37C’est sans doute par l’intermédiaire de la pièce G et par la porte 21 que l’on pouvait passer dans la pièce H (22,8 m2). Il est possible que le mur extérieur de H ait comporté une ouverture vers l’extérieur de la maison. La pièce I (plus de 4,5 m2) était emplie d’une terre argileuse rougeâtre. Rien ne permettait de savoir comment elle communiquait avec les autres. La nature exacte des sols de ces trois espaces n’a pu être définie (terre battue ?).

Pièces J, K, L et M

38J était une sorte de courette (17,7 m2) (fig. 52) grossièrement dallée d’où l’on accédait à l’espace A par un seuil (22), coté à 55,76 m ngf, précédé d’une marche. Cette courette était établie à une altitude moyenne de 55,47 m ngf. La pièce K communiquait avec elle et se poursuivait vers le sud, dans une partie qu’il n’a pas été possible de fouiller. Le réduit L comportait une amorce d’escalier (24) (cf. infra § 3.1.5.2) et s’ouvrait vers le sud par une porte (23) dont le seuil, coté à 55,46 m ngf, était conservé. La pièce M, d’assez vastes dimensions, montrait, dans un angle, un massif de maçonnerie trapézoïdal difficile à expliquer (fig. 53).

FIG. 52 – La Marseillaise. Vue générale, prise de l’ouest, de la partie sud de la maison. Au premier plan, les pièces H à gauche et I à droite, puis J et K. Au fond, la pièce M.

cl. V. Lassalle

FIG. 53 – La Marseillaise. La maçonnerie trapézoïdale dans l’angle S‑0 de la pièce M. Au second plan, on aperçoit le seuil 23 et le départ de l’escalier 24.

cl. V. Lassalle

2.1.4.3 Vestiges à l’extérieur de la maison

39Un dallage en pierres plates irrégulières recouvrant un petit caniveau a été trouvé au S‑O de la maison. Il pouvait s’agir d’une ruelle N‑S. De même, au sud, le dallage d’une rue, longeant le mur de façade, a pu être observé. Un puits carré au N‑O de la maison était sans doute moderne.

40À 10 m environ au N‑O du bâtiment, plusieurs dalles épaisses, alignées comme celles de la pièce A de la maison, étaient sans doute, comme ces dernières, les vestiges d’un stylobate (fig. 54). Sur l’une d’elles se voyait la trace d’une base de colonne circulaire sans plinthe qui devait être analogue à celles de l’édifice trouvé à Brignon, quelques années auparavant et à certaines bases de Glanum, d’un type considéré comme archaïque.

FIG. 54 – La Marseillaise. Vestiges du probable stylobate reconnu à 10 m au N‑O de la maison.

cl. V. Lassalle

2.1.4.4 Fragments d’enduit peint et d’autres objets

41Des fragments de peintures murales ont été trouvés en divers points de la fouille. Les couleurs suivantes y étaient utilisées : rouge, bleu, vert, jaune, blanc. Le décor montrait des feuilles stylisées et des motifs géométriques (cf. infra § 3.3.1).

42Des dalles comportant une rainure où pouvait coulisser une fermeture à glissière ont été trouvées dans la partie sud de la maison.

43Des fragments de poteries ont été trouvés ça et là. Conservé au musée archéologique de Nîmes, ce mobilier comprend notamment : 1 anse d’amphore rhodienne, 1 anse d’amphore de bétique (forme Dressel 20), 4 bords, 1 anse et 1 panse d’amphore gauloise IV, 1 panse d’amphore Richborough 527, des céramiques communes à pâte kaolinitique, sableuse et calcaire ; plusieurs tessons de sigillée du sud de la Gaule (1 bord de Drag. 18, 1 bord de Drag. 18/31, 3 bords et 1 fond de Drag. 37, 3 panses décorées) ; 2 panses de campanienne A tardive ; 1 fragment de mortier en pierre.

2.1.4.5 Essai d’interprétation

44Cette maison, construite de façon assez irrégulière et pavée en partie seulement de mosaïques très simples, est un intéressant exemple de maison nîmoise construite à l’époque romaine sur un plan assez classique, adapté à la déclivité du terrain. Les rares fragments datables qu’on y a trouvés remontent au Haut‑Empire. La maison a‑t‑elle été abandonnée à une date précoce ?

45Elle montre la trace d’un remaniement, non daté, caractérisé par la renonciation aux avantages que présentait la cour à portiques, dont la vaste surface a été récupérée au profit d’un aménagement plus médiocre, grâce au comblement du bassin central et à la construction, à la place des colonnes de la galerie septentrionale, d’un mur qui est venu priver d’éclairage la pièce d’apparat de l’ancienne domus.

2.2 Les Villégiales des Bénédictins

  • 1 Le texte a été rédigé par Laurent Sauvage à l’exception des informations liées aux datations et de (...)

46l.s., m.m.1

2.2.1 Introduction

  • 2 Préalablement à la construction d’un ensemble immobilier par la société EURL‑ACTIFS/Les Villégiales (...)

47Sur ce terrain en pente de 6214 m2, le projet immobilier « Les Villégiales des Bénédictins »2 prévoyait d’une part la sauvegarde d’un hôtel particulier du xviiie s. et de ses jardins, situés dans la partie sud de la parcelle, et, d’autre part, la construction sur le reste de la parcelle de deux immeubles et d’une piscine, pour une superficie en sous‑sol avoisinant 2 420 m2 (Sauvage 1991 ; 1993b : 56‑57 ; Sauvage, Monteil 1996).

48Étroite dans sa partie haute, beaucoup plus large lorsqu’elle ouvre sur la rue Rouget‑de‑Lisle, la parcelle est naturellement exposée au sud et présente un dénivelé aménagé en terrasses –de 69 à 60 m ngf environ–, dans l’emprise concernée par les terrassements liés au projet immobilier. Dans un contexte de site de type semi‑urbain, c’est en façade sur la rue Rouget‑de‑Lisle que se situaient les principaux éléments construits en dur : ils correspondent à une ancienne chapelle bâtie par l’institution religieuse des Repenties au milieu du xixe s. et à d’autres bâtiments beaucoup plus récents, liés à la scolarisation et à la réinsertion de jeunes pris en charge par l’institution Marie‑Thérèse. Dans cette zone, des installations en sous‑sol (chaufferie, etc.) avaient très localement, mais profondément, affecté la pente naturelle du terrain.

  • 3 La fouille a été réalisée par une équipe composée de X. Belougne, C. Bioul, P. Cousyn, M.‑L. Hervé, (...)

49À l’issue d’un repérage archéologique (du 16 août au 1 5 septembre 1991), une fouille préventive a été réalisée du 1er décembre 1991 au 15 février 1992 par une équipe de huit personnes3. Elle a porté essentiellement sur la partie basse de la parcelle, là où les vestiges apparaissaient les mieux conservés, ou le plus directement menacés par le projet de construction, soit sur environ 2 000 m2. Une surveillance des travaux fut par ailleurs effectuée en partie haute du site ainsi qu’à l’occasion des travaux de réhabilitation de l’hôtel particulier.

50Située sur le bas des pentes S‑E du mont Cavalier, qui correspond à l’oppidum protohistorique de Nîmes, la parcelle concernée par le projet immobilier des Villégiales des Bénédictins s’intégrait à un secteur sur lequel plusieurs interventions archéologiques récentes avaient déjà porté ; notamment la fouille du site de La Marseillaise, situé en vis‑à‑vis du site des Villégiales, vers l’est, de l’autre côté de la rue Rougct‑de‑Lisle (cf. supra § 2.1). Au vu de la mauvaise conservation des vestiges et compte tenu de la connaissance relative de l’occupation romaine du secteur, l’approche scientifique a consisté à privilégier l’étude des niveaux protohistoriques, l’analyse des éléments gallo‑romains étant plus spécifiquement axée sur un travail d’ordre cartographique (fig. 55).

FIG. 55 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan général des vestiges du Haut‑Empire.

dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes, d’ap. L. Sauvage/Afan,

2.2.2 Les aménagements de la topographie antique

51Sur une pente relativement marquée, puisque les vestiges reconnus s’étagent de 68,65 m ngf au nord (espace D2) à environ 58,30 m ngf au sud (espace A8), la vision extensive de l’organisation générale des vestiges a fait apparaître un certain nombre d’aménagements qui participent des équipements viaires et hydrauliques du quartier antique et interviennent en réponse aux contraintes imposées par la topographie naturelle du site (fig. 56). Il s’agit essentiellement d’un long canal établi à mi‑pente selon une direction E‑O (espace 3 de l’ensemble D) dont le débouché vers le sud correspond à l’angle d’une voie principale N‑S (V0180) et de l’amorce d’une voie pavée qui lui est perpendiculaire (V0181).

FIG. 56 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue générale, prise du nord, de la partie basse du site en cours de fouille.

cl. X. Belougne/Afan

2.2.2.1 Le canal CN73

52Implanté à mi‑hauteur de pente du site fouillé, le canal CN73 est construit dans un secteur où le terrain naturel est constitué d’un effondrement de gros blocs calcaires hauteriviens surmontant les assises de roche en place. Les difficultés techniques liées aux affleurements calcaires ont amené les constructeurs antiques à procéder par tronçons. Les deux extrémités de la branche E‑O ont été réalisées en tunnel, tandis que le tronçon médian a été construit en tranchée après excavation du calcaire, offrant ainsi l’opportunité d’une étude plus poussée de son mode de construction. Longue d’environ 6 m, cette portion montre une section où il apparaît que le rocher a été taillé sur une hauteur d’au moins 2,60 m vers le nord. La paroi ainsi créée présente des traces de broche ainsi que des restes d’un mortier de chaux orangé. À l’intérieur de la tranchée, deux murs parallèles, assisés et réglés en moellons de calcaire bleu froid aux faces abattues, sont fondés sur une semelle de mortier, sur une hauteur totale d’environ 1,40 m (fig. 57). Ils sont établis, sans aucun aménagement de fond, sur un niveau d’argile sableuse organique, épais d’environ 0,40 m, qui repose lui‑même sur un sable stérile naturel. Les murs déterminent un canal large de 1,20 m, couvert par une voûte en place épaisse d’environ 0,34 m, dont l’extrados est fait d’une chape de mortier orange noyant les claveaux de chant et des cailloux à plat. La voûte est construite au moyen de pierres dont la nature est différente de celles des murs (lauzes), le mortier utilisé est quant à lui le même partout. Par ailleurs, l’intrados de la voûte montrait le fantôme d’un coffrage de bois constitué, semble‑t‑il, de 11 planches. Enfin, deux trous de boulin en vis‑à‑vis, hauts de 0,12 à 0,16 m et profonds de 0,46 m, ont été observés à la naissance de la voûte.

FIG. 57 – Les Villégiales des Bénédictins. Une partie du tronçon E‑O de la galerie CN73.

cl. X. Belougne/Afan

53Sur la chape supérieure (61,18 m ngf), un muret maçonné, de 0,20 m de largeur et observé sur une hauteur de 0,60 m, marque en surface la bordure sud du canal. 11 est situé à 2 m environ de la paroi taillée du rocher, tous deux délimitant ainsi une sorte de passage.

54À l’emplacement de la coupe, le bris de la voûte indique peut‑être la proximité d’un regard sur le canal (fig. 58). Le comblement de celui‑ci (US 5003) est constitué de l’apport volontaire d’un remblai hétérogène, horizontal et nivelé jusqu’à la naissance de la voûte, incluant d’abondants moel lons, des fragments de tuiles, des morceaux de mortier et de nombreux fragments de concrétions carbonatées épousant la forme de volumes cylindriques tels que des tuyaux de plomb. Ce comblement a été observé jusqu’au contact du sable naturel à la base du canal, soit à 58,57 m ngf.

FIG. 58 – Les Villégiales des Bénédictins. Coupe sur le tronçon E‑O de la galerie CN73.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. C. Bioul/Afan

55Vers l’ouest, après un passage rectiligne en tunnel d’environ 16 m, le canal effectue un coude vers le sud long d’à peu près 6 m, récupérant à son profit l’existence d’une cavité naturelle pour déboucher de la zone des affleurements calcaires en place (fig. 59). Le canal est construit ici selon une mise en œuvre assimilable à celle précédemment décrite. Sa section interne est cependant plus étroite et irrégulière (0,69 à 0,74 m), du fait de la préexistence d’une anfractuosité du rocher. Au‑delà, le canal est engravé en tranchée dans le calcaire, perpendiculairement à la pente. D’une largeur de 0,50 à 0,70 m, ses parois sont maçonnées et supportaient très vraisemblablement une couverture de larges dalles calcaires telles que celles qui ont été retrouvées basculées en comblement d’épierrement (US 3009) et qui pouvaient prendre place dans les encoches du rocher observées au sommet du mur est de CN73. Le fond de ce dernier est constitué par les faciès du substrat, sable astien ou calcaire. Un sondage réalisé sur le canal a permis de coter le fond à 58,51 m ngf mais n’a pas autorisé la mise en évidence de niveaux liés stratigraphiquement à sa mise en place. Son comblement est constitué de matériaux issus de son démantèlement : gravats, moellons et nombreux fragments de concrétions carbonatées semblables à ceux collectés à l’est (US 5003).

FIG. 59 – Les Villégiales des Bénédictins. Sortie de la galerie CN73 vers le sud, par le biais d’une cavité naturelle.

cl. X. Belougne/Afan

56Enfin, 10,50 m environ au sud de son débouché, le canal bifurque légèrement vers l’ouest et se connecte à un égout (CN103) sous‑jacent à une large voie dallée (V0180) et situé légèrement en aval de l’angle de cette dernière avec un départ de voie pavée vers l’ouest (V0181) (fig. 60).

FIG. 60 – Les Villégiales des Bénédictins. La rue dallée N‑S bordée, à gauche, par le canal CN73.

cl. X. Belougne/Afan

57D’interprétation délicate, le canal CN73 semble correspondre à une galerie technique à l’intérieur de laquelle couraient des tuyaux de plomb conduisant de l’eau. Bien qu’en partie illisible à la surface du sol antique, elle marque une partition de la pente et structure véritablement l’occupation antique du secteur en déterminant peut‑être l’implantation des voies.

2.2.2.2 La construction SB182

58Un aménagement construit (SB 182) semble matérialiser le point de convergence des deux voies et du canal CN73. Il s’agit d’un édicule évidé et très dégradé, conservé sur une hauteur de 0,90 m environ pour une largeur totale de 1,20 m, et construit au moyen de moellons calcaires liés au mortier de chaux orangé. Il est constitué d’un muret posé sur un ressaut de rocher et contre lequel s’appuie un petit mur semi‑circulaire (fig. 6162). Ce dernier repose, au sud, sur une superposition de grosses dalles calcaires (marches ?) placées dans le prolongement de celles de la voie V0180 et, vers l’est, sur un hérisson soigné de pavés de chant, qui peuvent marquer un accès aménagé vers l’exutoire de CN73 situé légèrement en amont. Les seuls indices stratigraphiques dans ce secteur (US 3002 côté est, US 3003 côté ouest) se rapportent à l’activité de récupération des matériaux lors de l’abandon du site. Cet édifice, placé à un carrefour, pourrait être interprété comme la base d’un de ces petits laraires connus par ailleurs.

FIG. 61 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue de détail de la construction SB182.

cl. X. Belougne/Afan

FIG. 62 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan des rues V0180 et V0181.

DAO M. Monteil, L. Sauvage/Afan

2.2.2.3 Les voies

59La voie V0181 débute au niveau de la maçonnerie SB182 (fig. 62). Très ponctuellement conservée, elle est constituée de pavés disposés de chant sur un niveau limoneux gris peu épais reposant lui‑même directement sur la surface du rocher. D’une largeur restituée de 3,50 m, elle semble bien filer vers l’ouest, comme l’attestent la disposition des pavés perpendiculairement à la pente et l’absence de cheminement carrossable reconnu dans la partie nord du site (ensemble D). Vers l’est, l’existence de pièces d’habitation (ensemble C) exclut l’hypothèse d’un autre diverticule, pendant oriental de V0181.

60La bordure méridionale de la voie pavée est longée par un aménagement de dalles calcaires juxtaposées qui, bien que non étudié, semble correspondre à la couverture d’un écoulement (CN192) venant se connecter au dallage de la voie V0180 au même niveau que le canal CN73. De ce point de contact, la voie dallée a été reconnue sur 15,5 m environ. De direction N‑S, elle constitue la couverture d’un égout collecteur (CN103) dont le fond est constitué de lauzes calcaires et les piédroits de moellons plus ou moins équarris. Ces éléments sont liés au moyen d’un sédiment argileux, issu des argiles carbonatées verdâtres dans lesquelles l’écoulement a été implanté (fig. 63 et 194). D’une largeur intérieure à la base d’environ 0,60 m, le collecteur possède une hauteur de 1 à 1,26 m et a été intégralement colmaté (US 3014 et 3015). Deux sondages menés sur la voie V0180 et le collecteur sous‑jacent, l’un à mi‑longueur du tronçon, l’autre au niveau de son extrémité sud, ont révélé respectivement les altitudes de 58,79 et 58, 30 m ngf pour le sommet des dalles de couverture, et 57,53 et 56,88 m ngf pour le dallage de fond de l’écoulement.

FIG. 63 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue en coupe de la rue dallée V0180 et de l’égout sous‑jacent CN103 à leur extrémité sud.

cl. X. Belougne/Afan

61Le dallage de couverture est composé de blocs monolithiques juxtaposés –l’un d’entre eux au moins correspondant à un remploi– dont les dimensions s’échelonnent de 1,30 à 2 m de long pour une largeur de 0,40 à 1 m. Leur surface supérieure ne présente pas, tout comme la voie pavée V0181, de traces nettes d’usure ou d’ornières (fig. 64). Établi approximativement en position centrée par rapport aux murs de façade des ensemble B et C, à environ 1 m de ces derniers, le dallage est longé à l’est par une simple rigole, profonde de 0,30 m environ. Au contraire, vers l’ouest, deux dalles posées sur un blocage de petites pierres et de terre permettent de restituer un trottoir large d’environ 0,70 m, le long du mur de façade de l’ensemble B (MR169). Des fragments d’enduit mural peints en blanc, conservés ponctuellement à la base du parement oriental de ce mur, indiquent la protection probable de ce trottoir par une toiture. Cette constatation est d’ailleurs à rapprocher d’éléments provenant de la destruction d’architecture de terre (US 3010 : terre crue fondue et fragments d’enduit mural).

FIG. 64 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue de détail du dallage de la rue N‑S.

cl. X. Belougne/Afan

62Aucun mobilier archéologique n’illustre la création de ces rues et égouts, mais on remarquera que l’ensemble des caniveaux reconnus dans les maisons voisines viennent se raccorder au collecteur sous voie CN103, montrant ainsi les relations entretenues par l’habitat et les éléments qui structurent le cadre topographique.

2.2.2.4 Un quartier de pente

63Structurée, donc, par les réseaux viaire et hydraulique, la surface fouillée a livré dans sa partie méridionale, pour la période romaine, les vestiges de trois ensembles marquant autant d’unités d’habitation. Deux d’entre elles (ensembles A et C) prennent place dans l’espace limité par le passage de la galerie CN73 au nord, à mi‑hauteur de pente, et, vers l’ouest, par la voie V0180. Le départ d’un tronçon de voie pavée (V0181) perpendiculaire à l’extrémité nord de la voie principale détermine l’existence d’un second îlot, occupé en partie par l’ensemble B. Dans la partie haute du site, des tranchées de reconnaissance et la découverte d’un sol construit (SL74) attestent l’urbanisation du haut des pentes dans ce secteur (ensemble D). Enfin, des indices relevés à l’intérieur de sondages menés à l’est de l’ensemble C (ensemble E) ou des observations de coupes effectuées le long de la rue Rouget‑de‑Lisle à l’occasion de la reconstruction de l’hôtel particulier (ensemble F) témoignent également d’aménagements ou d’occupations d’époque romaine (fig. 55).

64L’implantation du bâti antique, à même le calcaire sur des terrains dénudés ou sur les argiles beige rougeâtre après un terrassement préalable, ainsi que son fort état d’arasement n’ont pas permis d’observer la relation directe entre les différents types de vestiges repérés et interdisent donc l’établissement d’un phasage général. À l’échelle de ce site et du point de vue graphique, le parti pris a par conséquent été de faire apparaître sur un même plan le dernier état de l’occupation antique. Les restructurations reconnues à l’intérieur de chacun des ensembles seront évoquées lors de la description de ces derniers, de même que seront mis en évidence les arguments qui, à partir de l’organisation générale des vestiges, vont dans le sens d’une contemporanéité relative des occupations.

2.2.3 L’ensemble A

65fig. 65

66Cet ensemble, situé en limite méridionale de la zone fouillée, a souffert de la construction d’aménagements à l’Époque moderne : il s’agit notamment, à l’ouest, d’une galerie en sous‑sol fermant le jardin de l’hôtel particulier et, vers l’est, des fondations de la chapelle de l’institution des Repenties. Néanmoins, neuf espaces ont pu être distingués sur une surface de 162 m2. Ils définissent l’angle N‑O d’une unité d’habitation où cinq pièces disposées en enfilade, intégralement ou en partie reconnues, ouvrent sur deux galeries de circulation (espaces A7 et A8) qui bordent un espace ouvert (cour A9) (fig. 6566).

FIG. 65 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan des vestiges de la maison A.

DAO M. Monteil, L. Sauvage/Afan

FIG. 66 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue générale de la maison A prise de l’est.

cl. X. Belougne/Afan

67En contrebas de l’ensemble C, dont elles sont séparées par le mur de fond MR49 au nord, les pièces étudiées de la maison A sont établies sur un même niveau (de 58,30 à 58,20 m ngf), qui domine d’une cinquantaine de centimètres la surface de la cour. Aucune pièce n’a fourni d’indication sur l’éventuelle stratification antérieure au bâti, l’installation de la construction ayant succédé à un terrassement préalable. Il est clair, en effet, que les sols de la maison se situent à une moindre altitude que celle de certains sols d’époque républicaine observés non loin (cf. supra § 1.4). On ajoutera enfin que les sols reconnus, bien qu’en partie déposés, n’ont pas livré de mobilier autorisant leur datation.

68Le mur MR49, qui limite au nord l’ensemble A, fait office de mur de soutènement. Largement épierré, il est constitué d’un solin de blocs et pierres calcaires liés à la terre, conservé au minimum sur 0,30 m de hauteur et qui devait supporter une élévation en terre crue. Construit en blocage côté nord vers le haut de la pente et l’extérieur de l’unité d’habitation, il portait, côté sud, un revêtement : il s’agit d’un enduit mural peint (fond jaune et base de panneaux rouges encadrés de blanc) dont a bénéficié l’ensemble des pièces de l’aile nord de la domus. Reconnu sur une longueur d’au moins 12,20 m, pour une largeur d’environ 0,60 m, MR49 a été recoupé vers l’est, au niveau de la pièce Al, par un mur moderne qui en a fait disparaître toute trace. Enfin, lors d’une réfection, le côté nord du mur a été doublé d’un revêtement de mortier de chaux, large d’une dizaine de centimètres et coffré en tranchée le long des pièces A2 et A3, à des fins probables de consolidation contre les poussées de la pente et les infiltrations.

2.2.3.1 Les pièces

69L’espace A1, presque entièrement détruit, est suggéré par le mur MR49 à l’est et l’amorce du mur intégralement épierré MR171, qui ferme le côté nord de la galerie A8. L’importance des excavations modernes dans ce secteur n’autorise aucune restitution du sol de cette pièce.

70L’espace A2, limité par les murs MR50 à l’ouest, MR49 au nord et MR55 à l’est, ouvre sur la galerie A8 au sud. De forme légèrement trapézoïdale (3,30/3,60 x 4,10 m, soit environ 14 m2), elle dispose dès l’origine d’un sol construit en terrazzo monochrome blanc (SL43), dont le contact avec SL77, premier état de sol construit de la galerie A8 (sous SL47), ne peut être restitué. Il semble cependant qu’il faille exclure le marquage symbolique au sol d’un seuil, à l’instar du sol SL116 au contact des espaces 4 et 5 de la domus B. Dans un second état, le passage de la pièce A2 à la galerie A8 sera marqué par un imposant seuil coulissant (PR48).

71Le long des côtés nord et ouest de la pièce A2, au pied des murs, un revêtement de tuileau est présent sous la forme d’une bande étroite, large d’une vingtaine de centimètres (SL44). Un examen attentif au sol montre clairement le bourrage de ce béton de tuileau à l’intérieur d’un creusement linéaire préalable, intrusif au terrazzo SL43. Bien que non observé ici en section, ce mode de construction particulier constitue le pendant de celui observé le long des murs nord et est de l’espace A4 (SL46). Il marque l’existence d’une rigole d’écoulement qui court le long des murs de la pièce et dont la condamnation intervient sans doute lors de la réfection du sol de la galerie A8. Le choix du béton de tuileau tient vraisemblablement aux capacités d’isolation de ce matériau. Il est alors tentant de rapprocher le doublage du côté nord du mur MR49 de la condamnation des drains intérieurs à l’habitat. À titre d’hypothèse, ces réfections sont peut‑être liées à la construction d’un bassin hexagonal (BAI) qui succède à une citerne plus ancienne dans la cour C6 qui domine les pièces de la domus A.

72Les murs MR49 et MR55 qui limitent respectivement la pièce au nord et à l’est sont mal conservés ; il ne subsiste en effet du mur oriental que l’assise inférieure d’un solin de pierre, large de 0,50 m et aménagé au moyen de pierres plates calcaires liées à la terre. Le mur MR49 quant à lui ne porte encore son revêtement d’enduit mural peint (sur quelques centimètres de hauteur) qu’au contact du mur occidental MR50. Ce dernier se présente sous la forme d’un solin large de 0,36 m, conservé au mieux sur 0,40 m ; il est construit au moyen de pierres calcaires grossièrement équarries et assemblées à la terre, et est protégé par un revêtement d’enduit peint.

73Mitoyenne de la pièce A2 par le mur MR50, la pièce A3, plus longue que large (4,20 x 1,80/2 m, soit environ 8 m2) est la seule observée de la domus à disposer d’un sol en terre (SL170/US 2116) qui correspond à un horizon anthropisé du sol naturel (US 2236) dont la séquence supérieure a été tronquée (fig. 67). Sur ce sol de terre repose directement un niveau de destruction d’enduit peint (US 2117) en relation avec l’abandon de la domus et provenant de la dégradation des élévations des murs limitant la pièce (MR49, MR50 et MR51). Vers le sud, une dépression linéaire régulière le long de la galerie A8 peut marquer l’épierrement d’un aménagement fermant de ce côté la pièce (MR191). Enfin, aucune trace d’un éventuel plancher ou d’aménagement construit de sol n’a été repérée.

FIG. 67 – Les Villégiales des Bénédictins. Les pièces A2, A3 et A4 vues du sud. À l’arrière‑plan, le bassin BA1 de la maison C.

cl. X. Belougne/Afan

74Largement dégradée, la pièce A4 marque l’angle N‑O des ailes de la domus autour de la cour centrale (A9). Elle possède un sol en opus signinum (SL45) qu’une fosse moderne (FS151), liée à la fondation de la galerie moderne sur jardin, perturbe vers le nord ; seule l’amorce d’un cadre et d’un motif à base de tesselles noires nous est ainsi connue. De dimensions restituées 6,40 x 4,70 m (30,10 m2), la pièce affecte la forme d’un quadrilatère irrégulier délimité par les murs MR54 à l’ouest, MR49 au nord, MR51 à l’est et l’épierrement de MR52 au sud. Seuls les murs nord et est présentent un relativement bon état de conservation ; leurs revêtements d’enduit peint sont en partie préservés et montrent une plinthe jaune et l’amorce de panneaux rouges encadrés d’un bandeau blanc (fig. 68).

FIG. 68 – Les Villégiales des Bénédictins. Détail de l’angle N‑N‑E de la pièce A4 (enduits peints et tuileau de bouchage de la rigole périphérique).

cl. X. Belougne/Afan

75Le long des murs MR49 et MR51 prend place une étroite bande de béton de tuileau (SL46) située au même niveau topographique que SL45. Ce béton matérialise le bouchage d’une rigole d’écoulement qui fait écho à celle observée dans la pièce A2 (SL44) et dont le développement au‑delà du tronçon non détruit de MR51 ne nous est pas connu en dehors des observations faites dans la galerie A7.

76Jouxtant vers l’ouest la pièce A4, l’espace A5 est suggéré par le prolongement, vers le nord, du mur MR49 au‑delà de son refend MR54, ce dernier marquant la limite orientale de l’espace. De la même manière, les murs épierrés MR52 au nord et MR53 (prolongement méridional du mur MR51) à l’est caractérisent les côtés d’une autre pièce entièrement détruite (A6) qui prend place au sud de la pièce A4. Ces deux pièces sont bouleversées par une vaste fosse (FS154) aux contours irréguliers, qui a également affecté en partie la pièce A4 ainsi que les galeries A7 et A8. Son comblement (US 2057) associe matériaux antiques et modernes.

2.2.3.2 Galeries et cour

77Limitée par le mur MR53 à l’ouest, la galerie A7 est précisée par l’amorce de son sol en opus signinum monochrome blanc SL94, bordé vers l’est par le mur en grande partie épierré MR173 (fig. 65). Reconnue sur une longueur d’environ 1,20 m seulement, la galerie a de plus profondément souffert de perturbations qui nous ont fait perdre nombre de relations entre les différentes architectures. Il en est ainsi de la rigole CN89, aménagement canalisé large d’une quinzaine de centimètres construit au moyen de fragments de tuiles ou de petites pierres plates, qui traverse obliquement le sol SL94 pour trouver un exutoire dans la cour A9 vers l’est. Cette rigole a dans un second temps été condamnée par un colmatage en béton de tuileau (SL93) ; elle correspond de toute évidence à la poursuite de celle observée le long des murs de la pièce A4.

78La galerie nord A8 est quant à elle un peu mieux connue ; elle prend place entre les pièces A1, A2 et A3 et le mur presque intégralement épierré MR172, qui ferme au nord la cour A9. On a vu dans l’étude de la pièce A2 que la galerie a disposé dans un premier temps d’un sol en opus signinum blanc (SL77), qui assurait la continuité de circulation avec le sol identique de la galerie A7. Dans un second temps, le terrazzo SL77 a cédé la place à un tapis de mosaïque bichrome (SL47) composé d’un tapis blanc avec cadre et incrustations de croisettes noires (larg. approx. 2,60 m, long. mini. 7,56 m) orné d’un emblema (fig. 66). Ce dernier, mesurant 1,74 x 2,25 m, représente deux panthères noires affrontées, de part et d’autre d’un canthare‑fontaine (?). La langue des animaux est rouge, leur pelage présente des incrustations de tesselles vertes. Le lit de pose (US 2076) de ce sol est constitué d’un mortier à base de chaux et de tuileau, épais de 1,5 à 2,5 cm, qui repose directement sur le terrazzo SL77. Il semble que le passage d’une surface de circulation d’une galerie à celui d’une autre ait nécessité alors un léger ressaut correspondant à l’épaisseur du lit de tesselles de SL47. De même, l’accès vers la pièce à exèdre A2 s’opère désormais par le biais d’un seuil à glissière (PR48) (fig. 69). D’une longueur totale de 4,04 m, pour une largeur de 0,17 m (largeur de la glissière 8,5 cm), il est constitué de quatre tronçons. Ceux‑ci sont en calcaire froid bleu (Barutel ?) et de longueurs sensiblement égales (1,18/1,15/1,16 m d’ouest en est), à l’exception de l’élément occidental, également le plus court (0,55 m), qui est taillé dans un calcaire blanc tendre (Bois des Lens ?).

FIG. 69 – Les Villégiales des Bénédictins. Détail d’une partie du seuil à coulisse de la pièce A2 avec son joint de sable jaune et l’amorce du sol en terrazzo.

cl. X. Belougne/Afan

79Ce seuil a été installé lors de la mise en place de la mosaïque SL47. En effet, la bordure nord du sol antérieur à cette dernière, le terrazzo SL77, a été surcreusée, le lit de pose de la mosaïque épousant le léger dénivelé ainsi créé avec, à cet endroit, une épaisseur moindre. Puis, après installation du seuil et aménagement d’un joint de dilatation en sable plaisancien ocre au contact du côté sud du seuil, il a été procédé à la pose du lit de tesselles de la mosaïque. On remarquera, enfin, que la pièce A2, axée sur l’emblema du sol de la galerie A8, permet de supposer une position centrée de la pièce par rapport à l’aile nord de l’unité d’habitation et d’envisager ainsi des dimensions quasi identiques pour les pièces A1 et A3.

80Enfin, la cour A9 n’est connue que par l’angle formé par les murs épierrés qui la bordent au nord et à l’ouest, MR172 et MR173.

81Cette maison très incomplète offre surtout l’intérêt, en dehors des éléments de sa décoration intérieure, de montrer un exemple architectural reconnu par ailleurs : celui d’une pièce à exèdre encadrée, vraisemblablement, de deux petites pièces de même module.

2.2.4 L’ensemble B

82fig. 70

83Cet ensemble prend place dans l’angle N‑E de l’îlot d’habitation déterminé par les voies V0180 à l’est et V0181 au nord (fig. 55). Les six espaces distingués présentent des degrés de conservation différents et définissent un angle formé par deux ailes d’une unité d’habitation, couvrant environ 170 m2. Les espaces conservés (espaces B1 à B5) se placent sur un même niveau (59,60 m ngf environ). Enfin, l’aile nord, la mieux conservée, montre l’ouverture des pièces d’habitat (espaces B4 et B3) sur une cour (espace B6) au travers d’une galerie (espace B5) (fig. 70). On ajoutera enfin que, comme dans le cas de la domus A, les sols reconnus n’ont pas livré de mobilier autorisant leur datation.

FIG. 70 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan des vestiges de la maison B.

DAO M. Monteil, L. Sauvage/Afan

84L’aile orientale n’est illustrée qu’au travers de l’espace B1 qui se développe le long de la voie dallée N‑S V0180. Limité par les murs MR168 au nord et MR169 à l’est, ses limites méridionale et occidentale ont été détruites par de puissantes fondations modernes et ne nous sont, de ce fait, pas connues. Le sol de cette pièce est constitué d’un opus signinum monochrome blanc (SL158), conservé sur 0,80 m de large seulement, pour une longueur d’au moins 2,40 m. À l’intérieur de la pièce, il surplombe le trottoir sur rue d’environ 0,40 m.

85L’aile nord est limitée par le mur MR160 au‑delà duquel il semble qu’il n’y ait pas eu extension du bâti antique. En effet, seules des fosses‑silos de l’âge du Fer, implantées dans un substrat irrégulier d’argiles orange et d’affleurements rocheux, ont été reconnues au nord de ce mur. En outre, le prolongement restitué vers l’ouest de la voie pavée V0181 indique un espace disponible d’à peine 2 m entre la bordure méridionale de la voie et la restitution du mur MR160 jusqu’au contact du mur de façade oriental de la domus (MR169).

2.2.4.1 La pièce B2

86Dans l’angle intérieur des voies V0180 et V0181, l’espace B2 n’est guère connu qu’au travers de la construction SB 141, qui s’appuie contre le mur de façade sur rue MR169 et son refend MR168. Cette construction se caractérise par deux murets parallèles et identiques, longs de 0,60 à 0,65 m, larges de 0,10 à 0,12 m et espacés de 0,35 m. Ils sont construits au moyen de moellons calcaires liés au mortier de chaux orangé et leur arase se présente sous la forme d’une assise de fragments de tegulae. Ils ménagent un espace dans lequel a été installé un bloc monolithique rectangulaire long de 0,55 m, en retrait de 0,42 m par rapport au parement intérieur de MR169. Sa face supérieure présente un léger surcreusement concave à l’intérieur d’un cadre aux bords aplanis supportant, sur trois côtés, un revêtement de mortier hydraulique en quart de rond. Au retrait de ce bloc correspond une cavité rectangulaire profonde de 0,50 à 0,60 m (cote inf. : 58,98 m ngf) qui, au travers d’un orifice aménagé dans le mur MR169, communique avec un caniveau de 1,50 m de long environ (CN144), qui se jette dans le collecteur placé sous la voie V0180. D’une largeur de 0,16 m, le canal de CN144 reçoit une couverture de dalles calcaires, son fond étant construit au moyen de fragments de tegulae (cotes du fond de CN144, au pied de MR169 : 58,83 m ngf ; au contact de CN103 : 58,62 m NGF) (fig. 7172). L’étroite association de la construction SB141 aux écoulements d’eau (caniveau d’évacuation, présence de rebords en béton hydraulique) et l’importante usure qu’a connue la face supérieure du bloc monolithique invitent à y voir un aménagement domestique tel qu’un évier ou un lavoir plutôt que des latrines. Un dépotoir (US 4071) déposé en comblement de ce bâti marque la fin de la période d’occupation de la domus.

FIG. 71 – Les Villégiales des Bénédictins. L’aménagement hydraulique SB141.

cl. X. Belougne/Afan

FIG. 72 – Les Villégiales des Bénédictins. L’évacuation de l’aménagement SB 141 (CN144) vers la rue dallée.

cl. X. Belougne/Afan

87Enfin, des traces de mortier désagrégé autour de SB141 indiquent son intégration à un espace intérieur d’habitat dont les contours ne nous sont pas précisément connus, mais qui peut être restitué, en prolongeant les murs voisins, sur environ 4,80 m pour une largeur minimale de 3,20 m.

2.2.4.2 Les espaces B3 à B6

88Encadrée par les murs MR160 au nord (son tronçon est ici complètement épierré), MR159 à l’est, MR161 à l’ouest et le mur suggéré par le seuil PR162 au sud, la pièce B3 présente une forme rectangulaire pour des dimensions d’environ 4,50 x 2,60 m. L’arase du mur MR161, construite au moyen de petites pierres plates liées à la terre, a conservé les restes fugaces d’un enduit sur ses deux parements. Venant au contact de son parement est, l’unique sol en terre reconnu (SL156) s’étendait sans doute à l’origine à l’ensemble de la pièce.

89Jouxtant vers l’ouest la pièce B3, l’espace B4 correspond à une pièce principale à exèdre. Son pavage est constitué par un terrazzo à fond blanc (SL116) décoré de motifs géométriques (polygones sécants) en incrustations de tesselles noires à l’intérieur d’une bande périphérique réservée blanche. Le panneau central de ce pavement est un carré de 3,04 m de côté environ (fig. 73). Au contact de l’espace B5, un seuil stylisé a été représenté entre deux pilastres (0,48 x 3,16 m environ). L’ensemble des mosaïques de ce site est abondamment traité par J.‑P. Darmon dans ce même ouvrage (cf. infra § 3.2). Cette pièce, mesurant 4,80 x 3,80 m environ (18,25 m2), est bordée sur son flanc occidental par un couloir, de 4,20 x 1 m environ, limité au sud par une cloison (MR164), qui bouche l’accès à la galerie B5. Le sol de ce couloir est marqué par un terrazzo monochrome blanc (SL166). Un sillon, large de 1 à 2 cm, au contact des sols SL166 et SL116 et dans lequel ont été retrouvés deux gros clous en fer marque la séparation entre les deux pièces et peut correspondre aux vestiges d’un aménagement probable en pans de bois. À l’extrémité méridionale de cette séparation, une base moulurée de pilastre s’appuyant contre MR 164 ainsi qu’un pendant identique au sud de MR161 encadrent le seuil figuré du sol SL116 qui matérialise le passage de la pièce B4 à l’espace B5.

FIG. 73 – Les Villégiales des Bénédictins. La pièce à exèdre B4 vue de l’est.

cl. X. Belougne/Afan

90Cet espace B5 correspond à une galerie E‑O, limitée par le mur MR163 au sud et les cloisons MR162 et MR164 au nord. D’une longueur reconnue de 6,20 m pour une largeur complète de 2,10 m environ, elle est pourvue d’un sol en opus signinum avec incrustations de dix rangs parallèles de tesselles noires (SL157) ; la présence d’un bandeau périphérique monochrome blanc à l’ouest du tapis de tesselles suggère la reconnaissance du développement occidental maximal du sol à la fouille. Aussi, le probable passage à une autre pièce (par exemple, le retour de la galerie vers le sud) ne sera avancé qu’à titre d’hypothèse.

91La galerie B 5 ouvre au sud sur un espace ouvert (espace B6), encadré par le mur MR163 au nord et le mur MR167 au sud, pour une longueur de 8 m et une largeur explorée de 6 m environ au maximum. À l’intérieur de cet espace, plusieurs fosses inscrites en négatif dans les horizons organiques du paléosol naturel ont été repérées. Il s’agit de fosses longilignes parallèles ou de creusements circulaires, certains contenant des vases en place et d’autres étant assimilables à des trous de poteau (fig. 74). L’ensemble de ces négatifs correspond probablement aux vestiges d’un jardin d’agrément situé dans la cour de l’unité d’habitation et sera plus amplement décrit dans l’étude que leur consacre s. Barberan (cf. infra § 3.4). Au sud de cette cour, un creusement circulaire marque vraisemblablement la présence d’un puits (PT115), au cuvelage entièrement récupéré, éventuellement contemporain des traces de jardinage puisqu’il ne les recoupe pas. Son comblement (US 4021) marque l’abandon définitif de la domus, tandis qu’un dépotoir fouillé au contact du côté sud du mur MR167 (comblement US 4005 de la fosse FS116), en limite de fouille, illustre plus particulièrement une partie de l’occupation de la maison (cf. infra § 2.5.2).

FIG. 74 – Les Villégiales des Bénédictins. Le jardin B6 avant sa fouille, vu du nord.

cl. X. Belougne/Afan

92On retiendra principalement de cette unité d’habitation, malheureusement perçue de manière très lacunaire, l’image de cette vaste pièce à exèdre ouvrant, au sud, par l’intermédiaire d’une galerie, sur un jardin d’agrément. Les vestiges de plantations reconnues dans ce dernier constituent une documentation inédite pour le Languedoc‑Roussillon.

2.2.5 L’ensemble C

93fig. 75

94La domus C est limitée, à l’ouest, par la voie dallée N‑S (V0180) et, au nord, par une rupture de pente que longe la galerie technique CN73 (fig. 55). Vers l’est, la forte destruction des vestiges antiques, liée aux constructions de l’Époque moderne, empêche d’appréhender son extension. Enfin, au sud, le mur MR49 sert de mur mitoyen avec l’unité d’habitation A, placée en léger contrebas. Cette maison comprend sept espaces distincts qui couvrent une surface dégagée d’environ 810 m2. Le long du mur MR49, une cour (C6), prolongée à l’ouest par une zone à l’évolution complexe (C7 et C8), est bordée par trois pièces (C3 à C5). Celles‑ci, associées à un espace allongé (C1), forment deux ailes qui encadrent une arrière‑cour (C2) limitée au nord par la galerie CN73 (fig. 75).

FIG. 75 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan des vestiges de la maison C.

DAO M. Monteil, L. Sauvage/Afan

95Il est malheureusement très difficile d’appréhender l’évolution dans le temps de cet ensemble, en raison de la forte dégradation subie par la quasi‑totalité des niveaux de fonctionnement. Ainsi, seuls un lambeau de sol de terre battue en C1, deux plaques d’un sol mosaïqué en C4 et un fragment de terrazzo à l’est de C5 ont pu être reconnus. Partout ailleurs, les couches liées à l’abandon ou aux constructions modernes recouvraient directement le rocher ou des remblais d’installation, d’altitude inférieure à celle des sols qui les recouvraient à l’origine. De même, l’absence de seuils en place rend impossible toute restitution des communications entre les espaces. Toujours pour cette même raison, l’occupation antérieure a été très mal perçue. Elle a pu cependant être mise en évidence par l’intermédiaire de quelques vestiges lacunaires dont deux murs d’époque républicaine qui semblent adopter les mêmes orientations, un four, un foyer, un caniveau et quelques fosses.

96La topographie propre à ce secteur est marquée par un pendage N‑S assez prononcé. En effet, depuis la galerie CN73, rocher et paléosol suivent une pente qui s’établit à 61,69 m ngf dans la partie nord de l’espace C2 contre 60,10 m dans le tiers nord de l’espace Cl et 59,93 m à l’arrière du mur MR14, limite des pièces C3 à C5. Ces dernières prennent place sur un secteur de moindre pente qui surplombe cependant les espaces situés plus au sud, puisque C6, C7 et C8 semblent s’installer sur une terrasse cotée entre 58,60 et 58,30 m ngf. Enfin, le mur mitoyen MR49 marque une nouvelle rupture de pente qui peut être estimée à environ 0,50 m. Ces contraintes initiales, issues du relief naturel et d’une mise en terrasse d’époque préromaine, sont respectées dans leurs grandes lignes lors de l’installation de la maison. En effet, malgré quelques travaux de terrassements préalables, celle‑ci conserve en son sein des dénivelés assez importants. Ainsi, alors que l’espace C2 conserve une pente de l’ordre de 10 %, les espaces Cl à C5 ont été assez nettement encastrés dans le rocher, afin d’accentuer la relative plate‑forme préexistante. Les sols reconnus ou restitués de ces espaces s’établissent ainsi à une altitude moyenne comprise entre 59,90 et 60,10 m ngf. Les espaces C6, C7 et C8, situés nettement en contrebas, prennent place sur la terrasse antérieure et leurs sols suivent une légère pente N‑S comprise entre 58,80 et 58,40 m. Enfin, vers le sud, la domus A s’installe en léger contrebas, après terrassements, puisque les sols des espaces A2 à A4 sont cotés à 58,15 m environ.

2.2.5.1 L’espace C1

97Cet espace longe la voie dallée V0180 et se présente sous la forme d’un vaste rectangle délimité par les murs MR70, 175, 176, 177 et 179 et occupant une surface d’environ 66 m2. Au nord, un massif bétonné accolé à un petit espace rectangulaire (SB178) s’appuie contre le mur MR177. Il a principalement été abordé lors de la phase de repérage préalable à l’opération archéologique proprement dite. En effet, une tranchée E‑O, établie dans son tiers nord, avait alors permis de faire quelques observations qui concernent, en définitive, la partie la mieux conservée puisque, à la suite du dégagement extensif, les deux tiers sud se sont révélés très arasés et dépourvus d’informations complémentaires.

98Les murs MR176 et 179 sont installés à même le substrat et sont conservés sous la forme de fondations, larges de 0,50 m et constituées de moellons et cailloux liés au mortier. Tous deux étaient pourvus d’élévations en adobe dont l’effondrement était conservé sur une épaisseur maximale de 0,90 m. Enfin, leurs parements intérieurs supportaient encore deux états successifs d’enduits peints, dont le dernier de couleur rouge. Le sol de cette vaste pièce est marqué par une série de niveaux de terre battue (entre 60,10 et 60,30 m ngf) dont le premier a été installé directement sur le rocher, après décaissement, et recouvre un caniveau N‑S à couverture de dalles calcaires, qui n’a été reconnu que dans la tranchée de repérage.

99Du dégagement extensif qui a suivi, on retiendra l’épierrement massif subi par le mur sud MR70 ainsi que les vestiges fermant l’espace C1 au nord. Ces derniers se composent d’un mur conservé en fondation (MR177) contre lequel prennent appui un massif de pierres liées au mortier ainsi que deux murs accolés qui créent un rectangle (SB178), le tout couvrant une surface de 4,75 m2. Bien que très arasé, cet ensemble pourrait être interprété comme étant la fondation d’un escalier extérieur (cf. infra § 3.1.5.3) permettant l’accès à un étage qu’il faut alors restituer sur tout ou partie de l’espace Cl.

100La quasi‑absence de mobilier issu des niveaux fouillés lors du repérage rend difficile tout essai de datation de cet espace. En chronologie relative, on peut simplement remarquer, grâce à l’étude des espaces C7 et C8, que les murs MR70, 175 et 176 sont construits dès l’origine.

101En définitive, cette vaste pièce couverte et, si l’on tient compte de l’escalier restitué au nord, pourvue d’un étage ou tout au moins d’un grenier, reste d’interprétation difficile. L’hypothèse d’un possible lieu de stockage, liée à sa taille, résiste mal à la présence d’enduits peints. On proposera donc plutôt d’y voir une pièce d’habitat, peut‑être subdivisée à l’image de l’aile perpendiculaire occupée par les espaces C3 à C5, mais dont les limites internes auraient disparu lors de récupérations postérieures.

2.2.5.2 L’espace C2

102Limité à l’ouest par l’espace C1, au sud par les pièces C3 à C5 et au nord par la galerie technique CN73, il a malheureusement subi de fortes dégradations. Ainsi, aucun sol n’était conservé sur une surface estimée, au minimum, à 275 m2. On supposera qu’il s’agit là d’une arrière‑cour, en assez forte pente N‑S, peut‑être bordée au sud et à l’ouest d’une galerie couverte dont une base de colonne, à l’angle des murs MR14 et 179 et un reste de mur, conservé à hauteur de l’extrémité nord de l’espace C1, témoigneraient.

2.2.5.3 Les espaces C3 à C5

103Tous ces espaces sont séparés de l’arrière‑cour C2 par le mur de fond MR14. Ce dernier, large de 0,50 m mais complètement épierré, reposait directement sur le rocher, aménagé et surcreusé pour le recevoir. Les couches d’adobe fondu trouvées à ses abords immédiats montrent que son élévation était composée de briques de terre crue. Sur une surface très réduite, on a pu observer que la paroi verticale du rocher, qui servait de base au parement sud de ce mur, était recouverte de deux états successifs d’enduit, le premier blanc et le suivant rouge. Enfin, son parement nord semble avoir été protégé, sur toute sa longueur, par un caniveau parallèle (CN42) ponctuellement conservé sous la forme d’un fond en tuiles, posé à même le rocher, et pourvu d’un canal large de 0,20 m. De même, à l’aplomb de la pièce C5, un caniveau N‑S (CN18), aménagé dans le rocher et traversant MR14, a pu être relevé sur une courte distance.

104L’espace C3 se subdivise en deux parties séparées par le mur MR174. À l’ouest, une petite pièce accolée au mur MR175 de l’espace Cl couvre une surface de 17,5 m2 qui n’a livré aucun vestige de sol. À l’est, une sorte de couloir (14,5 m2), largement ouvert au sud, donne accès à un puisard (SB98). Celui‑ci, installé à l’angle des murs MR14 et MR5, se présente sous la forme d’un bâti légèrement trapézoïdal (1,02 à 1,15 m de large pour 1,66 à 1,85 m de long). Ses parements, constitués d’assises régulières de moellons et de dallettes calcaires, très concrétionnés, mesurent environ 0,30 m d’épaisseur. Ce puisard est recouvert par une dalle calcaire monolithique, également très concrétionnée et épaisse de 0,20 m. Profond de 1,70 m, il communique avec un caniveau d’évacuation (CN95) qui file vers le sud. Pour l’anecdote, on signalera sa réutilisation à l’Époque moderne, comme l’attestent la destruction partielle de la couverture et la reprise, en pierres sèches, de son élévation.

105À côté de cet espace, dont l’ensemble pourrait être considéré comme un local technique peut‑être lié à l’utilisation de l’eau, les pièces C4 et C5 sont limitées par les murs, épierrés ou conservés en fondation, MR3 à MR5. La pièce C4 a conservé en partie un sol mosaïqué (SL9), coté à 59,90 m. Il s’agit d’une mosaïque polychrome à décor géométrique et emblema figuratif qui montre des éléments d’un cheval marin avec des écoinçons occupés par des dauphins. Découverte en deux plaques séparées, elle peut être restituée sur l’ensemble de la pièce, soit environ 40 m2. Son radier repose sur un remblai de nivellement (US 2047) qui recouvre directement le substrat. La présence de plaques d’enduits effondrées au contact du sol permet de restituer des murs recouverts d’enduits peints. Le fort épierrement subi par le mur MR3 au sud ne permet pas la restitution d’un accès. L’étude de la mosaïque permet cependant de proposer un accès par l’angle S‑E et ne privilégie donc pas la restitution d’une baie largement ouverte au sud, à l’image de celles des pièces A2 ou B4 (cf. infra § 3.2).

106À l’est de cet espace, le mur MR4 et les murs MR3 et MR14 enserrent la pièce C5 dont le sol n’a pu être reconnu. Le nettoyage de la surface dégagée (25 m2) a cependant livré de nombreuses tesselles blanches qui pourraient marquer, à l’origine, l’existence d’un sol mosaïqué.

107Enfin, encore plus à l’est, là où la plupart des vestiges d’époque romaine ont disparu, un lambeau de sol (SL 16) atteste du développement de la domus dans cette direction. Il s’agit d’un radier de pierres de chant reposant directement sur le paléosol et recouvert d’un terrazzo.

2.2.5.4 L’espace C6

108Cet espace, dont l’extrémité orientale est totalement détruite et qui couvre au minimum 111 m2, n’a livré, une fois le décapage mécanique des niveaux modernes réalisé, que le rocher recouvert de lambeaux de paléosol et de quelques traces d’occupation plus ancienne. Il est enserré au nord par les pièces C4 et C5 et au sud par le mur mitoyen MR49. Vers l’ouest, il se prolonge par l’intermédiaire de deux passages placés de part et d’autre des espaces C7 et C8. Enfin, son sol restitué, en légère pente N‑S, s’établit entre 0,70 et 1 m en contrebas des pièces C3 à C5. On notera, dès l’abord, que ce dénivelé impose, pour d’évidentes raisons de communication, l’existence d’un escalier tout au long des pièces C3, C4 et C5. Aucun vestige tangible de ce dernier n’a cependant pu être mis en évidence au moment de la fouille.

109À l’intérieur de cet espace, interprété comme une cour à ciel ouvert, un bassin excentré (BAI) a pu être reconnu à proximité du mur MR49. Il affecte la forme d’un hexagone dont chaque petit côté mesure 1,25 m et dont la distance entre deux côtés parallèles est de l’ordre de 2,15 m (fig. 76). Cette cuve, dont la profondeur atteignait 0,40 m, s’inscrit dans une fosse d’un diamètre de 3,90 m. La maçonnerie est constituée d’un blocage de moellons et pierres calcaires liés au mortier, dont les parois intérieures sont recouvertes de béton hydraulique qui, au contact du fond, forme un bourrelet régulier et semi‑circulaire. Le fond, coté à 58,87 m, est construit dans le même matériau et repose sur un radier de pierres calcaires disposées de chant et recouvrant un ensemble de dalles calcaires. Ces dernières obturent une probable citerne circulaire antérieure (SB96). Celle‑ci, seul élément de la cour qui marque l’existence d’au moins deux états de fonctionnement, est construite en tranchée coffrage. Sa margelle, haute de 0,30 m, est constituée de moellons calcaires liés au mortier et présente un diamètre circulaire de 1,18 m. Son comblement homogène, partiellement fouillé par des moyens mécaniques, est scellé au sommet par trois dalles moulurées épaisses d’environ 10 cm. Au sud, deux dolia sont placés de part et d’autre du bassin. Le premier (DL11), presque totalement détruit, occupe une fosse oblongue longue de 1,50 m et large de 1,20 m. Le second (DL12), bien conservé, est placé dans une fosse circulaire d’un diamètre de 1,40 m.

FIG. 76 – Les Villégiales des Bénédictins. Le bassin BA1 et les traces des deux dolia dans la cour C6.

cl. X. Belougne/Afan

110La cour C6 offre, en définitive, du moins dans sa partie bien conservée, l’image d’une aire ouverte avec bassin d’agrément doublé de deux dolia auxquels on attribuera peut‑être plus facilement un rôle de décoration (jardinière, plantation) ou de conservation d’eau qu’une fonction de stockage de céréales. On clora la description de cette cour en évoquant l’existence d’un autre puits (PT2), de section carrée, qui s’inscrit en tranchée blocage dans un creusement postérieur à l’épierrement du mur MR3. Cette relation chronostratigraphique ainsi que son mode de construction tendent à le rattacher à l’époque médiévale ou moderne (cf. infra § 4.2).

2.2.5.5 Les espaces C7 et C8

111Vers l’ouest, la cour C6 est prolongée par deux passages qui bordent les espaces C7 et C8. Toute cette zone occidentale est de compréhension très difficile en raison de la présence d’un réseau quasi inextricable de caniveaux, de murs, de fragments de dallages et de massifs maçonnés et de l’absence de sols bien conservés (fig. 77). Les rares lambeaux de couches fouillés entre les constructions permettent tout juste d’affiner la chronologie relative, présupposée grâce aux contacts qu’entretiennent les architectures entre elles. On insistera donc principalement sur le dernier état de fonctionnement et sur le réseau hydraulique dont l’importance mérite une présentation particulière. Enfin, on ne rentrera pas dans le détail descriptif des murs de cette zone en raison de leur épierrement souvent massif. Soulignons simplement qu’ils sont tous construits en moellons ou en petites dalles de calcaire, disposés en assises irrégulières et liés au mortier, pour des largeurs variables comprises entre 0,30 et 0,50 m.

FIG. 77 – Les Villégiales des Bénédictins. L’espace C8 vu de l’est.

cl. X. Belougne/Afan

112Dans le dernier état, tous les vestiges matérialisés sur le plan fonctionnent ensemble. Le passage le plus au sud, large de 2,25 m et long de 13,50 m, est limité par le prolongement probable du mur MR49 vers l’ouest et permettait, sans aucun doute, un accès direct à la rue dallée N‑S. Il a subi de nombreux réaménagements liés, en particulier, au passage de deux caniveaux superposés (CN58 et CN92) qui ont servi successivement à évacuer les eaux de la citerne SB96 puis du bassin BAI. Quelques murs (MR64 –prolongement du mur MR63–, piédroit sud de MR185) le barrent partiellement sans toutefois interdire le passage. Peut‑être s’agit‑il là de renforts liés à l’existence d’une couverture, également supportée par les murs MR174, 183, 66 et 49 ? Un autre indice viendrait également appuyer cette hypothèse : la présence d’un revêtement d’enduit peint le long du parement sud de MR66.

113Le second passage, au nord, se place entre les espaces C7 et C8 et les pièces C4, C3 et Cl et se termine en impasse au contact de MR67 et de SB72. Large de 1,50 à 2,25 m, et pourvu d’un sol de terre battue observé de manière très ponctuelle (US 2080), il permet d’assurer la communication entre la cour C6 et les espaces C3 et C7. L’interprétation attribuée à l’espace C8 voisin rend également probable la présence d’une couverture le protégeant.

114Entre ces deux corridors, se développent deux espaces contigus, C7 et C8, qui se présentent comme suit. L’espace C7 (16 m2) est séparé de la cour, qui se développe vers l’est, par le mur MR185. Au sud, une ouverture est restituable dans l’espace compris entre les murs MR63 et MR183. Enfin, il est largement ouvert au nord, entre MR63 et le piédroit MR186, en direction de SB8. Son dernier sol est marqué par des dalles calcaires (US 2108), partiellement conservées et en pente N‑S (entre 58,83 et 58,58 m). Ce dallage sert également de couverture à deux caniveaux (CN75 et 76) qui vont se jeter dans l’exutoire de la citerne de l’espace C3. La fouille en profondeur a permis de mettre en évidence un état de dallage antérieur totalement comparable et reposant à même le sol naturel. Ce dernier (US 2110), qui préexiste aux deux caniveaux, suit également une pente N‑S (entre 58,58 et 58,44 m).

115Cet ensemble, peut‑être couvert, reste difficile à interpréter mais pourrait avoir joué, dès l’origine, le rôle d’un accès au puisard SB98 dans l’espace C3. Le type d’aménagement du sol et sa pente seraient en effet naturellement adaptés à des activités liées à l’eau et/ou à son transport. Cet accès cependant n’est possible que par l’intermédiaire d’un emmarchement, le dénivelé entre la margelle du puisard (59,41 m) et le dallage étant de 0,80 m dans le premier état et de 0,60 m dans le dernier état.

116L’espace C8 voisin subit, quant à lui, une évolution des plus complexes dont on saisit surtout l’aboutissement, quand les murs MR59 à 66 forment une construction composée de deux rectangles accolés, couvrant une surface d’environ 12 m2.

117Entre les murs MR60, 59 et 66, prend place un radier uniquement conservé sous la forme d’un niveau de moellons et cailloux liés à la terre et, à l’angle S‑E, d’un gros bloc formant piédroit (SB71). Le reste de la surface est occupé par divers remblais. Au nord, entre les murs MR70, 60 et 67, sont disposés de longs blocs calcaires liés au mortier (SB72). Cet aménagement en recouvre un autre, antérieur mais de même nature si ce n’est le remplacement du liant de mortier par un liant de terre. Tous deux condamnent un mur (MR69) qui correspond à une partie du mur de façade sur rue. L’interprétation de cet ensemble reste difficile, mais on pense bien évidemment aux fondations d’une cage d’escalier (cf. infra § 3.1.5.4) auquel on pouvait accéder directement depuis la rue grâce au bâti SB72. En l’état du plan, cet escalier ne peut guère déboucher que sur un étage situé au‑dessus de l’espace C7 et, si l’on admet que le passage longeant cet espace au nord ait pu être couvert, à tout ou partie des pièces C1 et C3 à C5.

118Quoi qu’il en soit, cet escalier s’implante sur un état antérieur pour lequel existent seulement les murs MR62, MR63 et MR65 et un mur disparu par la suite (MR68) qui encadrent ainsi un petit espace quadrangulaire de 6 m2 environ. À l’origine, le plan des espaces C7 et C8 est donc sans doute composé d’un petit local, sorte de guérite, bordé de part et d’autre par deux couloirs couverts dont seul le plus au sud ouvrait sur la rue, et accolé à l’est à un espace dallé (C7), le tout communiquant vers la cour C6. L’absence de sols et l’imbrication des constructions interdisent d’aller au‑delà dans la description de ce premier état.

2.2.5.6 Les systèmes d’évacuation

119Ils méritent une place à part en raison de leur importance, particulièrement au niveau des espaces C7 et C8 et des passages qui les longent. On passera rapidement sur les caniveaux reconnus au nord dans l’espace C1 et le long ou au travers du mur MR14 dont le rôle principal a sans doute été de récupérer les écoulements de surface et de protéger ainsi le bâti qui se développe plus au sud. En revanche, le système d’écoulements observé dans les espaces C6 à C8 est, pour l’essentiel, lié à l’évacuation des eaux d’un puisard et d’une probable citerne (fig. 75) ; cette dernière étant condamnée par la suite, lors de la mise en place d’un bassin.

120L’un des caniveaux (CN82 = CN58) n’est conservé que sur une courte distance au centre du passage sud. Très détruit au contact du bassin BA1, dont il avait vocation à évacuer les eaux, il est mieux conservé vers l’ouest où il se présente sous la forme de deux parements de moellons assisés, recouverts de dalles. À l’angle des murs MR63 et MR65, son fond a pu être coté à 58,30 m ngf, soit près de 0,60 m sous le fond du bassin BA1 auquel il est lié. Son canal, large de 0,29 m et haut de 0,25 m, a pour fond la couverture d’un caniveau antérieur (CN92, exactement placé dans son axe). Ce dernier a pu être mieux observé vers l’ouest, là où CN58 est détruit. Construit de la même manière, son canal occupe une section large de 0,24 m pour 0,15 m de haut. On peut supposer, selon toute vraisemblance, que ce caniveau CN92 avait pour rôle d’évacuer les eaux de la citerne SB96 antérieure au bassin BA1. Ce caniveau CN92 continue cependant à fonctionner, après l’installation du bassin, puisqu’il récupère, au final, les eaux issues du puisard SB98 de l’espace C3.

121Le surplus de ce puisard s’évacue vers le sud par l’intermédiaire d’un caniveau (CN95), à fond et couverture de dalles, dont le canal mesure 0,55 x 0,69 m. Les cotes respectives du fond de l’écoulement (58,49 m) et du fond du puisard (57,71 m) permettent d’estimer le volume maximal d’eau stockée à 1,5 m3. Le caniveau se réduit rapidement à une section intérieure de 0,40 x 0,40 m, puis se jette dans un caniveau perpendiculaire (CN78), construit suivant les mêmes techniques et dont le canal mesure 0,39 à 0,45 m de large pour 0,34 à 0,37 m de haut. Ce dernier démarre dans l’angle N‑E de l’espace C7 pour aboutir, après plusieurs coudes à angle droit, dans le caniveau CN92. L’ensemble de ces coudes peut s’expliquer par une nécessité de ralentissement des eaux, imposée par le fort dénivelé existant entre le fond du caniveau CN95 au débouché du puisard SB98 (58,49 m) et le fond du caniveau CN78 à sa rencontre avec CN92 (57,50 m). Cette différence de près d’1 m est liée à la hauteur équivalente existant entre la terrasse supportant les espaces C1 et C3 à C5 et celle occupée par C6 à C8.

122Dans un deuxième temps, ce système est légèrement modifié et complété. La citerne et son évacuation sont maintenues en état de fonctionnement. La branche S‑O du caniveau CN78 est abandonnée à la suite de la construction de l’escalier et détournée par la mise en place d’une branche complémentaire (CN91), avec couverture de dalles mais fond de tuiles (section de 0,30 x 0,30 m), qui vient également se jeter dans CN92. Dans le même temps, à l’extrémité est de MR66, est aménagé un petit bâti constitué de deux parements de blocs et moellons liés au mortier et reposant sur une dalle de fond en calcaire. Côté ouest, un trou d’évacuation débouche dans CN78. Ce regard avait sans doute pour vocation de recevoir une descente verticale le long de l’escalier. Enfin, au nord de l’espace C7, à l’angle marqué par CN95 et CN78, deux nouveaux caniveaux sont construits (CN75 et CN76). D’une largeur de 0,25 à 0,30 m pour une hauteur de 0,30 m, leur origine n’a malheureusement pu être reconnue.

123Tous ces écoulements viennent donc, en définitive, se jeter dans les caniveaux superposés CN92 et CN58 qui devaient, pour leur part, se déverser dans l’égout CN103 placé sous la voie dallée.

124En conclusion, cette portion de maison dégagée sur près de 800 m2, et qui devait couvrir une surface totale supérieure à 1 000 m2, offre l’image d’un habitat résidentiel articulé autour de deux cours et où la présence d’escaliers, au moins dans un dernier état, démontre l’existence d’étages. Enfin, la mise en évidence d’une citerne, d’un puisard, d’un bassin et d’un réseau complexe de caniveaux indique l’intérêt particulier porté à l’eau et surtout à son évacuation, qu’il s’agisse d’eaux de récupération ou d’eaux de ruissellement.

2.2.6 Observations complémentaires

2.2.6.1 L’occupation antique dans la partie haute du site

125fig. 78

126Des tranchées d’évaluation creusées dans la partie haute de la parcelle (ensemble D) ont permis de mettre en évidence les vestiges le plus souvent très dégradés d’une occupation romaine. La vision partielle de ces éléments et les conditions de leur observation ne permettent cependant pas de déterminer s’ils se rapportent à une ou plusieurs unités d’habitation, qui prendrai (en) t place au nord de l’élément structurant que constitue la galerie technique CN73. La cohérence observée des directions d’architecture suggère cependant une organisation rigoureuse de l’îlot (fig. 78). La desserte de ce secteur a pu se faire par l’intermédiaire d’une rue à escaliers prolongeant la voie dallée N‑S reconnue plus bas. Celle‑ci peut être proposée sur la base de l’emmarchement observé au contact de la construction SB 182 mais n’a pu être attestée au‑delà de la galerie CN73.

FIG. 78 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan de la partie haute du site (ensemble D).

DAO M. Monteil, L. Sauvage/Afan

127Les vestiges consistent, pour les plus caractéristiques, en fondations de murs conservées sur la ou les dernières assises ; ils sont construits au moyen de fragments de tegulae et de petites pierres plates liés à la terre (MR187 et MR188 de direction E‑O) et recevaient des élévations de terre crue. À ces murs sont associés des sols en terre battue portant des fragments d’enduit mural peint, généralement de couleur rouge, provenant des élévations détruites des murs proches.

128Dans le même secteur, un sol construit en dur (SL74) a pu être étudié de manière fortuite à la faveur des travaux de terrassement du chantier de construction. Il s’agit d’un terrazzo monochrome blanc avec emblema polychrome de forme carrée (1,10 m de côté environ) en opus tessellatum. Ce panneau, composé de motifs géométriques et d’une rosace centrale inscrite dans un carré, semble en position excentrée vers le nord à l’intérieur de la pièce. Dans l’angle N‑O de celle‑ci, les restes d’un enduit mural peint blanc sont les seuls témoins de murs disparus, établis, à l’instar de SL74, à même la plate‑forme de substrat rocheux. Implantée à environ 68,65 m ngf, la pièce présente une largeur totale de 3,73 m pour une longueur minimale de 5,76 m.

129Au sud du mur MR188, une partie d’une pièce d’habitation (2 x 2,80 m au minimum) a pu être observée à l’intérieur d’un sondage mécanique profond. Deux murs puissants (largeur 0,55 m), dont l’un (MR189), au nord, fait office de mur de soutènement, sont chaînés ; leurs plinthes maçonnées ont conservé leur enduit mural de couleur jaune. L’enduit d’accrochage présent sur le parement est du mur oriental (MR190) révèle un développement des espaces couverts du bâti dans cette direction. La position en rupture de pente de cet habitat a joué le rôle de piège à sédiments et explique la bonne conservation de l’effondrement des élévations en adobe revêtues d’enduits peints, jusqu’au niveau de l’arase des solins, soit sur une cinquantaine de centimètres de hauteur. Les sols de cette pièce sont en terre et prennent place à une altitude moyenne de 64,66 m ngf, soit 0,80 m environ en contrebas du sol associé au mur MR190 (65,40 m ngf).

2.2.6.2 L’ensemble E

130Au sein de ce sondage, établi à l’est de la maison C, seuls deux murs ont pu être reconnus (fig. 55). Ils attestent simplement du caractère bâti de la partie est de la zone fouillée, sans qu’on puisse la caractériser autrement.

2.2.6.3 L’ensemble F

131Une étude de parois effectuée après un terrassement mécanique réalisé à l’angle des rues Rouget‑de‑Lisle et des Bénédictins (ensemble F) a révélé un certain nombre d’informations qui indiquent une extension dans ce secteur des occupations antiques (fig. 55).

132Pour l’époque romaine, elles consistent notamment en un sol en opus signinum blanc observé en coupe sur une longueur minimale de 3,10 m le long de la rue des Bénédictins. Ce sol se présente en deux parties, séparées par une lacune large de 0,60 m, qui correspond peut‑être à l’épierrement d’un mur séparant deux pièces. Les deux parties de sol sont en tout cas à des altitudes équivalentes, aux alentours de 55,60 m ngf.

133Le long de la rue Rouget‑de‑Lisle, un niveau d’occupation d’époque romaine (déchets domestiques d’occupation sur sol en terre), large d’au moins 3 m, a été relevé. Il est en relation avec la base d’un mur large de 0,60 m, construit au moyen de pierres liées à la terre. Ces vestiges sont situés à une altitude d’environ 56,20 m.

134À l’angle des deux rues, ce sont les restes d’une construction de nature hydraulique qui ont été dégradés lors des terrassements : une partie du cuvelage d’une maçonnerie en moellons liés à la terre, de forme indéterminée, recevait une couverture de dalles (lauzes calcaires). Il peut s’agir d’un puits ou d’un système d’évacuation des écoulements de l’habitat. En effet, l’altitude de la base de la couverture (altitude sup. du cuvelage : 55 m ngf) marque un dénivelé de l’ordre de 0,60 m avec le sol en dur décrit plus haut et dont l’extrémité est située à environ 5,70 m à l’ouest. Bien que les liens entre les espaces auxquels se rattachent le sol et la construction hydraulique ne soient pas établis, il apparaît que l’habitat romain présente à ce niveau de la pente des aménagements en terrasses ainsi que des caractères qui le rattachent à l’ensemble du quartier antique.

2.2.6.4 L’ensemble G

135Enfin, la fouille d’un sondage situé à mi‑distance des deux zones d’observation précédentes a permis de mettre en évidence les restes d’une activité de métallurgie. Conservés sur seulement 8 m2, au sud du sondage, ils se présentent sous la forme d’un four associé à quatre fosses. Le four est marqué par une fosse circulaire d’un diamètre de 0,70 m, avec un fond plat de diamètre inférieur (0,35 m). Ses parois sont fortement rubéfiées, ainsi d’ailleurs que le sol de fonctionnement associé. Ce dernier est percé de quatre fosses, dont une est comblée par les vidanges du four. Très arasé, ce petit atelier a livré une quantité importante de scories de bronze. Le mobilier associé, rare, semble permettre de placer son activité dans le courant du ier s. ap. J.‑C.

2.2.7 Éléments de chronologie

136La décision, au vu de la forte destruction des vestiges de surface, de privilégier l’exploitation des niveaux protohistoriques rarement observés à Nîmes, ainsi que les délais impartis à la réalisation de l’ensemble de l’opération ont eu pour conséquence la fouille limitée des niveaux d’occupation d’époque romaine. Il en ressort que les ensembles mobiliers à rattacher à cette phase sont relativement peu abondants et, le plus souvent, issus de nettoyages de surface ou de niveaux d’abandon caractéristiques masquant les vestiges bâtis. Ces ensembles sont, à l’exception de quelques dépotoirs qui mériteraient une étude céramologique (cf. infra l’étude de l’US 4005 § 2.5.2), très peu homogènes. Il nous a donc semblé inutile de les présenter in extenso et nous avons jugé seulement nécessaire de présenter l’essentiel des arguments autorisant une datation.

137Si l’on peut juger, à l’issue d’une vision globale de l’ensemble du mobilier, que la datation de l’abandon général du site peut être considérée comme relativement fiable, on ne peut en dire autant de la mise en place de l’habitat et de son évolution. En effet, à l’exception de la maison C qui a livré quelques informations, rares sont les ensembles qui peuvent être rattachés à cette phase d’installation et d’occupation. On restera donc relativement prudents tout en constatant, à la lecture de tout le mobilier recueilli, également issu pour partie des horizons profonds, que les indices rattachables à la fin du ier s. av. J.‑C. et au premier quart du ier s. ap. J.‑C. sont quasi absents ou, en tout cas, en nombre suffisamment peu important pour empêcher de supposer que l’installation du quartier a pu être réalisée durant cette période. L’ensemble du ier s. av. J.‑C. est d’ailleurs très mal documenté sur ce site, si l’on excepte le petit atelier de bronziers observé dans l’espace G, et pourrait correspondre à une période de moindre occupation.

2.2.7.1 Installation

138Dans la pièce C4 de la domus C, le radier de construction du sol mosaïqué SL9 (US 2019) a livré un petit lot de mobilier qui, outre des fragments d’amphores gauloise, bétique et tarraconaise et des tessons de céramique commune, comprenait 13 fragments de sigillée du sud de la Gaule dont 1 Drag. 24/25, 1 Drag. 27 en sigillée marbrée et 1 Drag. 33. L’absence de toute trace de sol antérieur, sous réserve que celui‑ci n’ait pas été entièrement éradiqué, semble indiquer qu’il s’agit là du sol d’origine. Sa mise en place ne peut être antérieure aux années 40‑50 ap. J.‑C.

139Dans cette même domus, quelques autres ensembles sont à mettre en relation avec la mise en place, dès l’origine, du système hydraulique lié à l’évacuation du puisard SB98. Il s’agit des US 2124, 2146 et 2147, interprétées comme étant des remblais de construction. Elles comprennent, pour ce qui est de la céramique fine, une dizaine de fragments de sigillée, lot peu abondant mais au sein duquel on peut reconnaître 2 Ritt. 8, 1 Drag. 30, 1 Drag. 29B, 1 Halt. 15B et 2 Drag. 24/25. Ces mobiliers s’insèrent dans le deuxième quart du ier s. ap. J.‑C.

140Bien peu d’éléments, donc, au total mais auxquels on peut ajouter quelques informations complémentaires. D’une part, on a déjà noté l’extrême rareté du mobilier rattachable à la période augusto‑tibérienne. D’autre part, la mise en place vraisemblable, d’un seul jet, du réseau viaire et hydraulique ainsi que les liens qu’il entretient avec l’habitat ont été maintes fois soulignés dans le texte. Or, la galerie technique CN73, très probablement mise en place dès l’origine, ne peut, selon toute vraisemblance, qu’être reliée au castellum, point d’aboutissement des eaux de l’aqueduc de Nîmes (cf. infra § 4.2). Les plus récentes recherches conduites sur l’aqueduc ont permis de le dater du milieu du ier s. ap. J.‑C. En conclusion, on proposera donc de situer l’urbanisation de ce secteur (mise en place des réseaux et premières constructions privées) aux alentours de 40‑50 ap. J.‑C. Cette proposition n’exclut cependant pas qu’une partie de l’habitat découvert soit plus tardive.

2.2.7.2 Occupation

141Là aussi, les informations sont rares. L’étude archéologique des vestiges a mis en évidence plusieurs traces de réfections ou de constructions intermédiaires qu’il est malheureusement impossible de dater avec certitude. Seule l’US 2148 peut être interprétée comme l’un des rares remblais conservés témoignant d’une réfection dans l’espace C8 de la domus C. Réfection qui pourrait être mise, sous toutes réserves, en relation avec la construction de la cage d’escalier. Cette US a livré, pour ce qui est de la céramique fine : 1 Drag. 35/36, 1 Déch. 67, 1 Drag. 29b. Ce qui est encore une fois fort peu mais dénote un contexte plutôt flavien (60‑80 ap. J.‑C.). C’est d’ailleurs, peu ou prou, cette même période qu’illustre le dépotoir 4005, situé au sud des vestiges de la maison B (cf. infra § 2.5.2.). Les céramiques communes dominent le lot mais ne contredisent pas la datation apportée par la quinzaine de fragments de sigillée associés (1 Drag. 27, 1 Drag. 22, 4 Drag. 24/25, 1 Drag. 18/31, 5 Drag. 37, 1 Halt. 2 et 1 Drag. 35/36).

2.2.7.3 Abandon

142Les éléments liés à l’abandon du site sont de loin les plus abondants. Ils ne fournissent malheureusement que la datation moyenne de la désertion définitive des lieux et ne permettent pas de rendre compte du processus d’abandon dont on peut supposer qu’il a été amorcé plus tôt.

143Les US 2067, 2080, 2081,2082 et 2001 sont les plus fiables pour marquer l’abandon définitif de la domus B, après récupération des matériaux. Elles ont livré, en céramique fine, quelques fragments de sigillée du sud de la Gaule (1 Drag. 24/25, 1 Drag. 35/36), 3 panses de céramique africaine de cuisine, 1 claire B de forme Desbat 8 ainsi qu’un plat en céramique glaçurée romaine conservé à moitié (forme Gla‑Ro 21). On y ajoutera, pour l’US 2080, 1 as de Nîmes type III ; 1 as de Néron (env. 66) ; 1 sesterce de Commode de 184.

144Les US 3001, 3009 et 5003, plus riches en mobilier, marquent à la fois le comblement et la destruction de la galerie technique CN73. On retiendra des céramiques fines les formes suivantes : 1 Drag. 29b, 1 Drag. 15/17, 1 Drag. 18/31, 3 Drag. 37, 2 Drag. 35/36, 1 Drag. 24/25, 2 Drag. 27, 1 Ritt. 12 ; en claire B, 2 bords de forme Desbat 8, et en céramique africaine de cuisine, 2 bords de formes Hayes 23b et Hayes 196.

145L’US 3003 recouvre la voie pavée là où les pavés ont été récupérés et contient de la sigillée du sud de la Gaule (1 bord Herm. 7, 1 bord Drag. 18 ou 18/31, 1 bord Drag. 35/36, 1 fond Drag. 37, 2 Drag. 27), ainsi que plusieurs fragments de claire B dont 1 pied de Desbat 17 et 3 bords de Desbat 8.

146Les US 3014 et 3015 marquent le comblement de l’égout CN103. Leur mobilier, peu abondant, est caractérisé par 1 panse de claire B, ainsi que, en sigillée du sud de la Gaule, 1 pied de Drag. 27, 1 bord Drag. 37.

147L’US 3010 recouvre le dallage de la voie V0180 et a livré, pour l’essentiel, 1 claire B de forme Desbat 8 et en céramique africaine de cuisine, 1 Hayes 23B et 1 Hayes 196.

148Enfin, l’US 4021, comblement du puits PT115 de la cour B6, a livré 1 bord de céramique africaine de cuisine (Hayes 23b) et 1 Drag. 18/31 (sigillée du sud de la Gaule).

149On retiendra de cette énumération que le site est définitivement abandonné dans le courant de la seconde moitié du iie s. ap. J.‑C., sans doute dans le dernier quart.

2.3 Les Hespérides

150m.c., m.m. avec la collaboration de h. p.

2.3.1 Introduction

  • 4 Nous tenons à remercier ici tous les bénévoles sans lesquels la fouille n’aurait pu être menée à bi (...)

151Préalablement à la réalisation d’un projet immobilier comprenant la construction, après terrassement de masse, de trois bâtiments sur une emprise au sol de 1 100 m2, la fouille s’est déroulée du 1er juillet au 13 septembre 1986, sous la direction de Marc Célié, en collaboration avec Martial Monteil et Hervé Pomarèdes, et avec l’aide quasi permanente d’une quinzaine de bénévoles4. Ses résultats ont fait l’objet d’une courte notice dans un catalogue d’exposition (Célié 1990a : 129‑131).

  • 5 Parcelles 228, 229, 230 et 231 de la section DT du cadastre renouvelé pour 1970 (3e édition, 1981). (...)

152Le site, auquel on accède par la rue des Bénédictins, se trouve sur des parcelles5 situées sur les pentes S‑E de l’ oppidum préromain du mont Cavalier et à l’intérieur de l’enceinte augustéenne. Ces parcelles, quasiment vierges de toute construction récente, s’inséraient dans un environnement immédiat riche en nombreuses découvertes fortuites (par exemple, les éléments de statuaire sur la propriété de M. Brunel, mitoyenne au nord) et en fouilles archéologiques relativement récentes (fouilles de V. Lassalle en 1971 au 11, rue des Bénédictins et fouilles de P. Garmy, en 1982, à La Fontaine des Bénédictins).

153Conditionnée par des délais très courts, la fouille a porté sur une surface d’environ 400 m2 pour une profondeur maximale de 1,20 m environ. En l’absence de repérages et de sondages préalables, elle n’a concerné que la moitié nord du projet, après un décapage de 600 m2. La partie sud du projet, peu touchée par les terrassements de masse et occupant l’emplacement de bâtiments modernes dotés de caves, aux abords très perturbés, a volontairement été délaissée. Toutefois, à l’issue des terrassements définitifs, nous avons pu réaliser quelques observations et relevés complémentaires dans ce secteur (espace 15).

2.3.2 Le cadre structurel

2.3.2.1 Occupations et topographie antérieures à l’occupation romaine

154Faute de temps, les niveaux antérieurs à la mise en place du réseau viaire et de l’habitat d’époque romaine n’ont été que rarement atteints (fig. 79). En fait, ils n’ont été observés, en tout et pour tout, que sur une surface d’environ 10 m2, divisée en sondages assez bien dispersés sur le site.

FIG. 79 – Les Hespérides. Plan général des vestiges, avec les numéros d’espaces.

dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes, d’ap. M. Célié/Afan,

155Dans l’espace 4, le sondage 1 (1 m2), implanté sous la voie pavée (V042), a permis d’atteindre le substrat à la cote 64,13 m ngf. Celui‑ci est surmonté par un paléosol anthropisé, épais d’environ 0,40 m, caractérisé, comme partout ailleurs, par un sédiment argileux brun incluant de nombreux nodules d’argile jaune (US 92). La séquence stratigraphique qui s’établit sur ce niveau comprend successivement : l’US 91, horizon supérieur remanié du paléosol ; l’US 90, lentille de cendres et de charbons de bois ; l’US85, épais remblai (0,45 m) comprenant de nombreux blocs et déchets céramiques ; et enfin, l’US 79, couche compacte et argileuse de couleur brun‑rouge, dont le sommet est coté à 64,98 m. À proximité immédiate, les niveaux d’époque romaine (US 58 et 75), fonctionnant avec la voie, masquaient un mur (MR77), observé sur 1,80 m de long et large de 0,30 m. Bien que ses abords n’aient pas été fouillés, il est probable qu’il s’agit là d’une des rares constructions antérieures à l’urbanisation romaine du site.

156Dans le sondage 2 (1 m2), établi sous la voie pavée E‑O (US 22, espace 1), le substrat (cote supérieure 66,13 m) n’était plus recouvert que par un très fin niveau –5 cm– de paléosol (US 103).

157Dans le sondage 3 (espace 14), le substrat a été rencontré à 64,63 m. Le paléosol (US 126) qui le surmonte est conservé jusqu’à environ 65,33 m.

158Dans l’espace 9, aux abords de la cloison d’époque romaine 153, trois plaques‑foyers quadrangulaires (FY130), pourvues, pour deux d’entre elles, d’un décor d’incisions linéaires périphériques et de motifs géométriques dans les angles, ont été relevées à 65,22 m. Elles reposaient sur un radier de petit cailloutis et de tessons et fonctionnaient avec un sol de terre battue (SL157), tous deux établis à même la surface du paléosol (US 160), à une altitude de 65,10 m. Au‑dessus des plaques‑foyers, trois remblais successifs (US 125, 121 et 119) closent la séquence préromaine à une altitude supérieure de 65,46 m.

159Dans l’espace 11, la fouille de la petite unité quadrangulaire limitée par les murs romains 165, 166, 43 et 28 a démontré la présence, à 65,04 m, d’un fond de dolium en place, conservé sur un tiers.

160Dans le sondage 4 (espace 10), implanté contre le mur 145, le substrat a été reconnu à la cote 64,43 m. Il est recouvert par un paléosol (US 131) épais de 0,40 m.

161Le sondage 5 (espace 5) a uniquement permis d’observer le sommet du paléosol à 63,43 m.

162Enfin, dans l’espace 15, après le terrassement définitif, le substrat a été coté à une altitude relativement stable variant de 62,75 m du côté ouest à 62,30 m sous la voie.

163Sur l’emprise de la fouille, au Hauterivien calcaire en place, présent dans la partie haute du site, se juxtapose, vers le bas, le sistre. Le paléosol qui le recouvre (US 126, 131, 160, 103 et 92) est anthropisé dès la fin du vie s. ou la première moitié du ve s. av. J.‑C., comme en témoignent les nombreux tessons de céramique grise monochrome, de céramique non tournée et d’amphore massaliète. Tous les autres niveaux observés sur le site semblent, par contre, dater du courant des iie/ier s. av. J.‑C. (campanienne A, céramique non tournée, amphores massaliète et italique). C’est à cette même phase, uniquement illustrée par des remblais difficiles à interpréter et peut‑être par le mur MR77, que l’on peut rattacher quelques monnaies de Marseille à tête d’Apollon ou au taureau cornupète ainsi qu’une monnaie de Namasat au sanglier, découvertes hors contexte. Enfin, quelques éléments, inclus dans les niveaux d’occupation de l’habitat et du réseau viaire ou dans de rares lambeaux de couches sous‑jacentes, indiquent une fréquentation des lieux au cours du dernier tiers du ier s. av. J.‑C. et du premier tiers du ier s. ap. J.‑C. II s’agit, par exemple, de formes des services I et II de Haltern. Le numéraire de cette période est présent sous la forme de rares as de Nîmes II et d’une monnaie de Tibère datée des années 22‑30 ap. J.‑C.

164En raison même de la faible surface d’observation des niveaux profonds, il est difficile de proposer une restitution de la microtopographie originelle et de ses transformations éventuelles à l’époque préromaine (par exemple sous forme de mise en terrasses). Les quelques rares observations réalisées, complétées par les données topographiques d’époque romaine, semblent cependant montrer que le Hauterivien calcaire en place présente un pendage N‑S marqué dans la moitié est de la zone fouillée. La moitié ouest semble plutôt correspondre à un replat affecté d’une pente N‑S de moindre amplitude. L’occupation préromaine qui s’installe sur ce profil topographique naturel brisé semble le respecter et confirme l’existence d’un replat à faible dénivelé dans le secteur qui sera, plus tard, occupé par la portion d’habitat romain fouillée. Enfin, l’ensemble du site s’inscrit dans un petit vallon encore visible de nos jours bien qu’empâté de sédiments clastoïdiens plus fins que grossiers.

165Pour les mêmes raisons de vision très lacunaire, il est difficile de restituer l’histoire du site avant l’urbanisation romaine. Les premières traces d’occupation sont datées de la fin du vie s. ou de la première moitié du ve s. av. J.‑C. et semblent marquer une première mise en culture du site (traces d’épandage) associée à un bâti peu dense (illustré principalement par les plaques‑foyers). Après un hiatus probable, ou une occupation de faible ampleur n’ayant livré que peu de vestiges mobiliers, les lieux ne semblent réinvestis qu’à la fin du iiie s. ou dans le courant du iie s. av. J.‑C. Quelques rares lambeaux de couches, des fosses ainsi que du mobilier résiduel paraissent bien démontrer une continuité de l’occupation des lieux jusque dans le premier tiers du ier s. ap. J.‑C. Leur rareté ainsi que l’absence de constructions associées ne doivent pas être surinterprétées. Il est seulement probable que même si les formes de cette occupation restent impossibles à définir, elles n’aient pas été comparables au vaste mouvement d’urbanisation qui conduira à la mise en place d’un réseau viaire et d’un habitat structurés entre les années 20/30 et 70 ap. J.‑C.

2.3.2.2 Le réseau viaire

166Les espaces 1, 2 et 4, tous trois contigus, et l’espace 15 recouvrent le réseau viaire qui va organiser le quartier pendant environ un siècle (fig. 79, 80, 81). Il est constitué de la voie 22 (espace 1), de pendage E‑O d’environ 9 %, et de la voie 42 (espaces 2 et 15), qui lui est perpendiculaire et affecte une pente N‑S de l’ordre de 6,9 %. Bien que dégagées en surface sur de grandes longueurs, elles n’ont été réellement fouillées qu’au travers de deux sondages d’1 m2.

FIG. 80 – Les Hespérides. Plan général pierre à pierre de la partie centrale des vestiges, avec les numéros d’espaces.

dess. H. Pomarèdes, M. Célié/Afan

FIG. 81 – Les Hespérides. Plan des vestiges avec indication de l’emplacement des coupes.

DAO M. Monteil/Afan

167La voie 22 (espace 1), perpendiculaire à la pente, a été observée sur 5,80 m de long. Elle est délimitée sur son bord sud par une série de dalles posées de chant et est interrompue, à son point de raccord avec la voie 42, vers l’ouest, par un vaste pierrier (FS2) d’Époque moderne. Il semble cependant certain qu’elle se poursuivait au‑delà de cette zone. Sa perpendiculaire (voie 42, espace 2), qui suit le sens de la pente, a pu être observée sur près de 55 m de long.

168À l’extrémité nord de la voie 42, un alignement de dalles posées de chant sépare les deux zones de pavés d’orientation différente et marque le contact entre les deux voies. Le prolongement de cette ligne de raccord vers l’ouest, le puissant épierrement marqué par le pierrier (FS2) et la configuration générale du tracé matérialisé par les traces d’ornières suggèrent la restitution d’un croisement en forme de Y (fig. 82). Toutes deux sont contemporaines et de technologie identique avec des pavés quadrangulaires, parfaitement agencés en assises régulières, et posés de chant sur la largeur de la voie, dans le sens de la pente. La surface de préparation à la pose des pavés est constituée soit par des remblais très compacts et argilo‑sableux (US 65, 100, 101) ou par du paléosol rapporté (US 46, 76), mêlés à des éclats de taille, des petits galets et des petits blocs, soit, localement, par des petites dalles de calcaire froid disposées à plat (US 99) (fig. 83, 84, 85). Cette mise en place se fait à même les niveaux préromains, sans doute en partie rectifiés et nivelés, et respecte les fortes pentes d’origine.

FIG. 82 – Les Hespérides. Vue générale du croisement des deux rues V042 et V022. Au premier plan, l’espace 14.

cl. H. Pomarèdes/Afan

FIG. 83 – Les Hespérides. Coupe 1 sur la rue V022.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. H. Pomarèdes/Afan, A. Recolin, M. Célié/Afan

FIG. 84 – Les Hespérides. a coupe 2 (sondage 1) sur la rue V042, b coupe 3 (sondage 2) sur la rue V022.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. H. Pomarèdes/Afan, A. Recolin, M. Célié/Afan

FIG. 85 – Les Hespérides. Coupe 4 sur les espaces 13, 14 et la rue V042.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. H. Pomarèdes/Afan, A. Recolin, M. Célié/Afan

169La voie 22 est légèrement inclinée dans le sens de la pente alors que sa perpendiculaire (voie 42) est incurvée dans partie médiane. Ces dispositions particulières ont pour rôle de drainer correctement les eaux pluviales, mais aussi les eaux usées issues des caniveaux liés à l’habitat. En effet, la voie 42 est en relation avec le caniveau 69 qui traverse l’espace 11 et se déverse sur les pavés dans une rigole volontairement aménagée à cet effet. Un autre caniveau, provenant de l’habitat dans l’espace 15, se jette cette fois dans un caniveau installé dans la partie médiane de la voie. La voie 22 réceptionne, quant à elle, les caniveaux jumelés CN64 et 68. Tous deux sont construits en parements de moellons de calcaire froid équarris et liés au mortier et sont pourvus d’un fond constitué de tuiles plates et d’une couverture faite de puissantes dalles de calcaire (US 48).

170Ces mêmes dalles servent, au contact de la voie 22, de trottoir légèrement surélevé (fig. 86). De ce même côté, les abords de la voie devaient également comporter plusieurs escaliers permettant d’accéder à la terrasse supérieure de l’habitat, attestée par l’espace 3. Côté opposé, il est probable qu’une bande de circulation piétonne devait également exister, marquée par un niveau très proche de celui observé sur le trottoir de la voie 42 (SL62).

FIG. 86 – Les Hespérides. Les petits égouts secondaires CN64 et CN68 situés au contact de la rue E‑O V022.

cl. H. Pomarèdes/Afan

171La voie 42 est bordée, sur au moins une partie de sa longueur, par deux murs dont la largeur est comprise entre 0,45 et 0,55 m (MR152 et 56). À l’ouest, l’espace compris entre le mur 56 et les façades de l’habitat, large d’environ 2 à 2,10 m, peut être interprété comme étant un trottoir. Sa surface est constituée par un sédiment argilo‑sableux très compact (SL62 [et US 55] ; SL49) reposant sur un remblai (US 52 ou 63) constitué de paléosol rapporté. Partout où il a pu être fouillé, le niveau de circulation du trottoir est à la même altitude que la voie qu’il borde. De l’autre côté, à l’est, seule la fouille de l’espace 4 a livré quelques éléments. Là, le mur 56 semble lié à une tranchée perpendiculaire (épierrement d’un mur ?) divisant la zone explorée en deux parties. Au nord, le sol est constitué par l’US 61, paléosol rapporté en remblai et reposant sur l’US 75, et, au sud, par l’US 58, très proche en texture des niveaux de pose des pavés de la voie. Ne serait‑ce le barrage marqué par la probable tranchée d’épierrement, ces ensembles pourraient également évoquer une bande piétonne, mais la faible surface fouillée nous invite à la prudence. Près de l’espace 15, la voie est à nouveau bordée par deux murs (largeur moyenne 0,40 à 0,50 m) qui délimitent cette fois les murs de façade de l’habitat au détriment des trottoirs retrouvés plus haut.

172Plusieurs traces d’ornières sont bien visibles mais celles marquant l’amorce du virage sont les plus remarquables, sans doute en raison de la faible largeur de la voie E‑O (2,50 à 3,10 m) et de l’angle du virage à effectuer (environ 90o). Leur espacement (1,44 à 1,45 m) est similaire à celui obseivé sur d’autres tronçons (fig. 87). La voie N‑S, quant à elle, est beaucoup plus large (4,50 à 5,10 m) mais moins marquée de traces d’ornières.

FIG. 87 – Les Hespérides. Vue générale de la rue E‑0 V022. Les traces d’ornières sont bien visibles.

cl. H. Pomarèdes/Afan

173Les US 76, 100 et 101, niveaux de préparation à la pose des pavés de la voie 22 (espace 1), ont livré tout au plus une trentaine de fragments de céramique très concassés comprenant, parmi quelques témoins des périodes préromaine et républicaine, sept fragments de sigillée au sein desquels seules une panse de Halt. 11 et une anse de forme probable Loeschke 14 ont pu être caractérisées. Enfin, l’US 58 (espace 4), contemporaine de la création des voies, a livré quelques fragments de Drag. 24/25, 15/17 et 33. Ces rares informations sont cependant complétées par les rapports indéniables qu’entretiennent voirie et habitat. En effet, la voie 42 reçoit le caniveau 69 (espace 11) par l’intermédiaire d’une rigole marquée. De même, les caniveaux 64 et 68 s’écoulent directement sur la voie 22. Il semble donc certain que les deux voies pavées sont construites en même temps que l’habitat situé à l’ouest ; ce qui les date du début du deuxième quart du ier s. ap. J.‑C. (cf. infra § 2.3.3).

2.3.3 Une zone d’habitation

174La création des deux rues pavées scinde la surface fouillée en trois îlots et s’accompagne d’un programme immobilier de constructions privées. Le bâti a pu être observé sur quatre zones distinctes, mais dans des conditions différentes. Ainsi, dans l’îlot nord, au‑delà de la voie E‑O, un sondage clandestin, nettoyé puis relevé sur une surface d’environ 5 m2 (espace 3), a ainsi permis d’attester l’urbanisation des parties hautes. Au S‑E, un vaste sondage de 32 m2 a confirmé la présence d’habitations sur l’îlot est (espaces 5 et 6). Les principales observations ont cependant été menées au sein de l’îlot ouest, et plus précisément dans son angle N‑E, et ont couvert environ 115 m2 (espaces 7 à 14). Enfin, bien après l’opération, les terrassements de masse liés au projet immobilier ont permis le relevé des coupes de deux bermes situées dans la partie basse du site, au sud (espace 15) (fig. 79).

2.3.3.1 L’espace 3

175Cet espace, situé au nord de la rue V022, n’a fait l’objet que d’un nettoyage et d’un relevé (fig. 7988). En effet, il échappait à l’emprise du projet immobilier mais a été révélé par un sondage clandestin effectué avant notre intervention. Sur une surface de 5 m2, un sol en béton de tuileau (SL171) est partiellement encadré par deux cloisons perpendiculaires (MR 172 et 173), larges de 0,20 m, dont ne subsiste que le solin composé de pierres calcaires liées au mortier. La cloison MR172 fonctionne avec un seuil monolithe, pourvu de crapaudines, long de 1,60 m. Le sol construit est établi à la cote 67,56 m ngf.

FIG. 88 – Les Hespérides. Plan de détail de l’espace 3.

DAO M. Célié, M. Monteil/Afan,

2.3.3.2 L’espace 14

176Il est délimité par les murs 24, 28 et 41 ; ce dernier se poursuivant vers le sud par l’intermédiaire des murs 43 et 53 (fig. 80, 81, 89, 90). La limite ouest n’a pu être reconnue mais doit être restituée, très vraisemblablement, aux abords immédiats du prolongement de la voie E‑O (espace 1). Une cloison (MR25), perpendiculaire au mur 24, induit, au minimum, une partition de l’espace en deux parties distinctes mais communicantes. Observé sur environ 24,60 m2, cet espace peut être restitué sur une surface comprise entre 28 et 30 m2, partagée en deux secteurs –d’environ 15 m2 chacun.

FIG. 89 – Les Hespérides. Coupe 5 sur les espaces 14, 11 et 7.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. H. Pomarèdes/Afan, A. Recolin, M. Célié/Afan

FIG. 90 – Les Hespérides. Vue générale des espaces 7 à 14 prise du nord.

cl. H. Pomarèdes/Afan

177Les murs 24, 28 et 41 sont bâtis, semble‑t‑il, dès la création de l’habitat. Ils sont chaînés entre eux, mesurent entre 0,45 et 0,48 m de largeur et sont conservés, fondation comprise, sur 0,40 à 0,60 m de hauteur. Le mur 24, tout comme le mur 28, est revêtu sur son parement interne d’un enduit uniformément blanc. Son parement externe s’appuie contre un bourrelet de béton de tuileau (SB113), large de 0,35 m (cf. infra. § 2.3.3.3). Le mur 41 peut être considéré, avec son prolongement vers le sud (MR43 et 53), comme le mur de façade limitant l’habitat par rapport à la voie N‑S. Enfin, la cloison 25, qui n’apparaît sans doute que dans un second temps, est connue sur sa longueur totale, soit 2,50 m, et mesure 0,22 m de large, pour une hauteur conservée de 0,60 m. Elle est bâtie en terre mêlée à des galets, le tout reposant sur un radier de pierres calcaires. Elle s’appuie contre le mur 24 et se termine par un piédroit reposant, en fondation, sur une base de colonne moulurée en réemploi. Elle est revêtue sur tout son pourtour d’un enduit mural blanc. Son arrêt, à l’est, ménage un passage de 2 m entre les deux parties de l’espace 14.

178Les niveaux les plus profonds n’ont pu être observés qu’au travers d’un sondage d’1 m2 implanté à proximité du mur 28. Sur le paléosol (US 126), dont le sommet affleure à 65,33 m, se succèdent cinq niveaux dont l’épaisseur totale n’excède pas 0,25 m. Il s’agit de l’US 122, interprétée comme étant un premier remblai d’aménagement recevant un sol de terre battue (SL112/124), localement perturbé par une petite fosse dont le comblement évoque un reliquat de foyer (FY114, US 111 et 105) peut‑être lié à une activité de forge ponctuelle dont témoignent de nombreuses scories de fer. Un deuxième sol en terre (SL73) conclut cette séquence stratigraphique et s’établit à 65,60 m. Ces premiers niveaux, observés sur une surface très réduite, paraissent bien fonctionner avec les murs décrits ci‑dessus, à l’exception, semble‑t‑il, de la cloison 25. Il semble cependant que les architectures sont alors dépourvues d’enduits puisque ces derniers ne sont posés qu’au‑dessus de SL73. Par la suite, le sol 73 est recouvert par un épais remblai hétérogène (US 27) au sein duquel il faut cependant bien rechercher un niveau de sol fonctionnant avec l’enduit des murs 24, 25 et 28. Les difficultés de lecture des sols, inhérentes au site, ont empêché sa mise en évidence mais sa réalité ne fait guère de doute (SL27). Il faut donc admettre que l’US 27 englobe tout à la fois un sol très dégradé, qu’il faudrait donc restituer aux environs de 65,83 m, et les premiers niveaux d’abandon le masquant.

179De la séquence comprise entre le premier remblai d’aménagement (US 122) et le sol de terre battue 73, seule l’US 122 comprend un peu de mobilier remarquable. On y notera surtout la présence d’un bord de bol en sigillée de forme Ettlinger 26.2., généralement daté des années 1‑50 ap. J.‑C. La deuxième phase est marquée par l’US 27. Elle a livré un lot de mobilier relativement homogène au sein duquel on notera quelques rares formes (Halt. 15B, Halt. 2, Halt. 8) antérieures aux années 30‑40 ap. J.‑C., mais surtout de nombreux Drag. 30, 18, 22/23, 33, 15/17, 24/25 et quelques Ritt. 12. Notons également la timide apparition des Drag. 35/36 (deux fragments sur un total d’une centaine) qui marquent une timide arrivée des productions flaviennes. Cet ensemble comprend également deux aes de Nîmes du deuxième type et trois du dernier type. Enfin, il est recouvert par des niveaux d’abandon datés des années 70/80‑100. Cette somme d’information nous incite à situer toute l’évolution de cet espace entre les années 20/30 et 70/80 ap. J.‑C. ; la construction étant à placer dans la partie basse de cette période.

180Cette vaste pièce, vraisemblablement couverte et de tout temps pourvue de sols en terre battue, occupe l’angle N‑O des deux voies organisant le quartier. Dans le premier état, les murs sont dépourvus d’enduits et un reliquat de foyer traduit peut‑être une petite activité artisanale liée au fer. S’agit‑il alors d’une pièce à usage mixte, tout à la fois atelier et pièce domestique ? Dans le second état, par contre, caractérisé par la pose d’enduits peints et, sans doute, l’apparition de la cloison 25, cette pièce semble désormais uniquement dévolue à un usage d’habitation. Le bon état de conservation des murs qui la bordent –ils sont, en général, conservés plus haut que les sols leur correspondant– semble interdire toute communication avec les espaces avoisinants, du moins sur les tronçons observés. Il faudrait donc restituer les accès dans les parties nord ou ouest non dégagées. Enfin, la possible présence d’un escalier dans l’espace 11, le long du mur mitoyen, pourrait suggérer l’existence d’un étage.

2.3.3.3 L’espace 13

181Il a été observé sur une très petite surface, en bordure de fouille (fig. 80, 81, 85). Il correspond à une nouvelle unité qui se développe directement à l’ouest de l’espace 14 et n’est matérialisé que par un bourrelet en béton de tuileau (SB 113), accolé au mur 24 et conservé au minimum sur 0,60 m de hauteur. Celui‑ci est lissé sur environ la moitié de sa hauteur, puis plus grossièrement traité en dessous. Contre cet aménagement, vient s’appuyer l’US 117, fouillée rapidement et sans relevé particulier. Elle englobe tout à la fois un remblai lié à l’abandon du site, mais sans doute aussi au moins un niveau d’occupation fonctionnant avec la partie la mieux finie de SB113, et donc restituable à une altitude voisine de celle du sol de terre (SL27) de la pièce voisine.

182Les conditions de fouille de l’US 117 relativisent la fiabilité du matériel qu’elle contient. L’ensemble est d’ailleurs peu homogène et couvre les trois derniers quarts du ier s. ap. J.‑C. (Drag. 27, Drag. 15/17, Drag. 30, Drag. 24/25 et Drag. 18/31). Bien peu exploré, l’espace 13 pourrait, en définitive, être rattaché aux espaces 11 ou 12 avec lesquels il partage des possibilités de passage évidentes. Le bâti de tuileau plaqué contre le mur 24 doit être interprété comme une protection isolant l’espace 14 des écoulements hydriques de surface.

2.3.3.4 L’espace 11

183Cet espace est limité par les murs 32, 43 et 28 (fig. 80, 81, 89, 91). À l’ouest, il est séparé de l’espace 12 par les murs 146 et 151 et communique avec ce dernier ainsi qu’avec l’espace 13 par l’intermédiaire d’un passage ouvert large de 1,30 m. Il couvre une surface d’environ 17 m2.

FIG. 91 – Les Hespérides. Vue générale de l’espace 11 prise de l’ouest. Noter la base d’escalier sur la gauche.

cl. H. Pomarèdes/Afan

184Les murs 32, 43 et 28 sont chaînés entre eux et créés dès l’origine ; ils ne présentent aucune trace d’enduit, du moins sur leurs faces internes. Tous trois mesurent environ 0,45 m de large et sont conservés sur 0,60 m de hauteur. L’angle des murs 146 et 140, eux‑mêmes chaînés entre eux, vient prendre appui contre l’angle des murs 32 et 142. Enfin, un alignement de moellons de calcaire froid, large de 0,20 m, suit partiellement le parement est du mur 146. Ce petit aménagement reste difficilement interprétable.

185Dans un premier temps, les murs cités ci‑dessus sont construits. Le mur 43 est alors sans doute constitué de deux piédroits, larges de 0,65 à 0,68 m, probablement chaînés avec MR32 et MR 165 et mieux bâtis que les éléments qui pourraient être rattachés au deuxième état (moellons équarris, plus ou moins calibrés, liés à la terre et disposés en assises régulières). Ces deux piédroits ménagent un possible passage, large de 1,20 m, ouvrant sur la rue et utilisé par le caniveau CN69. Ce dernier est muni de parements en moellons de calcaire gris liés à la terre et d’une couverture et d’un fond en dalles de même nature pétrographique. Il semble trouver son origine au sein de l’espace 13, traverse le secteur, puis se déverse sur la voie 42 (cf. supra § 2.3.2.2) (fig. 92). À la même époque, une petite unité quadrangulaire, limitée par les murs 165 et 166, est construite dans l’angle formé par les murs 43 et 28 et fonctionne avec un fin niveau de sol en terre (SL94), précédé par une série de remblais (US 96, 110, 115) recouvrant le dolium antérieur (DL167). L’ensemble de la surface est alors marquée par un sol de terre battue établi, en moyenne, à la cote 65,37 m (SL57). Ce sol pourrait succéder à un sol antérieur, non observé faute de fouille en profondeur, si l’on tient compte de sa datation très proche de celle du sol postérieur (SL44).

FIG. 92 – Les Hespérides. Le petit égout CN69 au contact des espaces 11, 12 et 13.

cl. H. Pomarèdes/Afan

186Dans un deuxième temps, un second caniveau (CN154) est mis en place perpendiculairement au caniveau 69, dans lequel il vient se déverser. Construit à l’identique, il trouve son origine à l’angle des murs 32 et 146 et ne semble pouvoir correspondre qu’à une descente d’eau verticale. L’ouverture existant dans le premier état au sein du mur MR43 est alors condamnée et la largeur réduite à 0,45 m. Les murs 165, 166 et les sols 57 et 94 sont condamnés par la mise en place d’un nouveau sol de terre battue qui recouvre toute la surface (SL44) à une altitude moyenne de 65,60 m. S’établissent alors, en lieu et place du petit bâti quadrangulaire antérieur, le mur 30, parallèle au mur 28, les murs 29 et 163 qui viennent s’appuyer contre ce dernier et deux blocs monolithes (SB164). Ces trois murs, qui mesurent entre 0,25 et 0,45 m de large, sont construits à l’identique des autres murs du site. Ce nouveau système, qui occupe la partie nord de l’espace, se présente donc désormais sous la forme de deux petits espaces rectangulaires connexes. Le premier, à l’est, long de 1,10 m et large de 0,70 m, est bordé par le mur 29, légèrement décalé vers l’ouest par rapport au mur antérieur 166 et par le mur 30 qui repose sur le mur 165. Au contact avec le mur de façade 43, il est associé à deux blocs quadrangulaires (SB 164). Le second (BA98) occupe une surface de 50 cm2 (cote : 65,68 m). Son fond est constitué de tuiles plates liées au mortier et recouvertes d’un fin niveau de calcite. Au contact des murs, on observe un petit bourrelet de béton de tuileau hydraulique. Le mur 163 présente sur son arase un dépôt de calcite et des traces d’usure qui semblent témoigner de l’existence d’un accès. Cet espace, semble‑t‑il lié à l’eau, s’évacue dans l’angle S‑E par un petit regard carré (SB 168) débouchant directement dans le caniveau 69.

187Seuls SL57 et 44 –les deux sols de terre battue rencontrés– ont livré un mobilier suffisamment caractéristique. Le sol 57 ne fournit qu’un petit lot où seules cinq formes (Drag. 29b, Drag. 27, Halt. 15 A, Drag. 15/17, Drag. 35/36) permettent d’établir une constitution de la couche entre 30 et 70/80 ap. J.‑C. Cette US est recouverte par le sol 44 qui bénéficie d’une quantité plus importante de matériel archéologique. On notera à nouveau quelques éléments antérieurs aux années 30‑40 ap. J.‑C. (cf. supra § 2.3.3.2, US 27, espace 14). L’ensemble est cependant dominé par des Drag. 16, 18, 22, 33, 15/17, 24/25, 29b et Ritt. 12 ainsi que par quelques formes de Drag. 35/36. Les premiers niveaux d’abandon supérieurs (en particulier l’US 31) contiennent un plus grand nombre de formes flaviennes (Drag. 35/36, 18/31, 37 et formes tardives de Drag. 27). L’US 44 comprend également cinq tessons de céramique africaine de cuisine et de vernissée moderne dont il faut admettre l’intrusion au sein d’un ensemble assez bien centré sur les années 20/30‑70 ap. J.‑C. À nouveau, tout comme dans l’espace 14, il faut voir cette unité évoluer entre les années 20‑30 et 70 ap. J.‑C., sans qu’il soit possible de différencier réellement les deux états distingués. Il est cependant probable que la construction a été réalisée autour des années 20/30 et que le dernier état doive être placé dans les années 60‑80.

188Dans un premier temps, l’espace 11, marqué par un sol de terre battue, est traversé par un caniveau dallé. Il ouvre alors largement sur la rue par le biais d’un passage large de 1,20 m. Le petit bâti quadrangulaire construit dans son angle N‑E reste d’interprétation difficile (fondations d’un petit réduit ?). Le second état signe la mise en place du caniveau 154 dont le point de départ, situé dans un angle de murs, évoque une probable descente de toiture. En parallèle, contre le mur nord, un petit bassin (BA98) ainsi qu’un réduit de même dimension bordé de deux blocs monolithes sont installés. Ce double système pourrait avoir, de plus, supporté un escalier extérieur reposant sur les deux blocs ainsi que sur les murs 30 et 29. Cette hypothèse fragile repose également sur la possibilité d’un accès au droit des blocs, dans le mur 43, et entraîne la restitution d’un étage au‑dessus de l’espace 14. Le bassin et le réduit connexe, peut‑être placés en renfoncement d’un escalier, l’évacuation à l’air libre matérialisée par le regard 168, la réception des eaux de ruissellement d’une toiture (probablement celle qui recouvrait l’espace 10) ainsi que l’absence d’enduits peints nous amènent à interpréter cet espace comme étant une cour accessible depuis la rue.

2.3.3.5 L’espace 12

189Cet espace s’inscrit entre les murs 140, 146 et 151 (fig. 80). Les limites de sa partie ouest sont difficilement restituables, bien que l’on puisse imaginer de fermer l’espace par le prolongement des murs 150 (espace 9) et 151. Si l’on admet cette proposition, la surface de l’espace s’établirait aux environs de 7,2 m2.

190Les murs 140 (0,40 m de largeur) et 146 (0,60 m de largeur), qui semblent exister dès l’origine, sont dépourvus d’enduits muraux et chaînés entre eux. Le mur 151, large de 0,35 m, est constitué dans sa partie haute d’un appareil irrégulier de moellons de calcaire froid liés à des coulées de mortier. Il s’agit d’un des rares murs observés pour lequel ce liant est utilisé. Cette observation, le fait que le mur 146 s’interrompt par un piédroit ainsi que les différences de profondeur de fondation des murs 140 et 150 (cf. infra. § 2.3.3.6, espace 9), suggèrent un premier état au cours duquel l’espace 12 ne serait circonscrit que par les murs 140 et 146. Il est malheureusement impossible de rattacher d’autres informations à ce premier état. En effet, sous les niveaux d’abandon, seul le dernier niveau d’occupation a pu être reconnu. Il s’agit d’un sol de terre battue (SL135) coté à 65,63 m. Ce sol n’a pas été sondé mais ses rapports avec les sols des espaces voisins nous incitent cependant à le dater entre 20‑30 et 70 ap. J.‑C.

191Très ponctuellement fouillé, cet espace reste difficile à restituer dans sa fonction et dans son élévation. Dans un premier temps, ce secteur a pu être très largement ouvert sur les espaces 11 et 13 pour être ensuite complété par l’adjonction des murs 150 et 151. À ce dernier stade, la communication avec ces mêmes espaces reste toujours assurée au niveau du piédroit du mur 151.

2.3.3.6 Les espaces 7, 8 et 9

192Au sein de cette zone, qui s’organise globalement entre les murs 140, 142 et 145, il est possible de restituer trois espaces distincts, mais d’interprétation difficile (fig. 80). En effet, le secteur a souffert de multiples perturbations liées à son abandon. Il n’a, de plus, été abordé qu’en fin d’opération et n’a donc pu être réellement perçu que dans son dernier état. Les niveaux profonds n’ont été appréhendés qu’au travers d’un sondage ponctuel, établi au pied du mur 145, sur 1 m2, et de la fouille de l’espace 9. Il semble cependant possible, malgré une fouille lacunaire, de restituer deux états successifs, le second ne se différenciant du premier que par l’adjonction de deux caniveaux dans l’espace 10 et par la mise en place d’une structure bâtie indéterminée dans l’espace 8.

L’espace 9

193Dès l’origine, l’espace 9 est délimité par les murs 140, 144 et par la cloison MR143 (fig. 93, 94). Il est probable que le mur 150 et la construction SB170 n’apparaissent que dans un second temps. Cet espace est partiellement subdivisé en deux par une cloison (MR153) longue de 1,30 m et terminée par un piédroit. Enfin, les parements de murs enserrant cet ensemble, qui dans son dernier état couvre environ 5,75 m2, sont dépourvus d’enduits peints. Un accès vers l’espace 7, large de 0,80 m, doit être restitué au sein du mur 144, entre les cloisons MR143 et 153, comme le démontrent deux piédroits et les traces d’arrachement d’un seuil. On peut également imaginer une autre possibilité de communication avec ce même espace au travers de la cloison MR143.

FIG. 93 – Les Hespérides. Coupe 6 sur les espaces 9, 7 et 10.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. H. Pomarèdes/Afan, A. Recolin, M. Célié/Afan

FIG. 94 – Les Hespérides. Vue de détail de l’espace 9 avec les foyers protohistoriques.

cl. H. Pomarèdes/Afan

194Les cloisons 143 et 153 mesurent 0,30 m de large. La première est caractérisée par la présence de quelques coulées de mortier mêlées à un liant de terre. Elle paraît fonctionner avec un lambeau d’architecture, également lié au mortier, qui s’appuie contre le mur 140 et reste d’interprétation difficile (SB170). Le mur 150, large de 0,50 m, est construit sur les remblais préromains et est donc moins profondément ancré que ses voisins.

195Curieusement, l’emprise de cet espace correspond à une zone où les niveaux protohistoriques sont conservés très hauts et où aucun sol antique n’a pu être repéré (fig. 94). La fouille de l’espace 9 a, en effet, permis de mettre en évidence, directement sous les niveaux d’abandon, un niveau de remblai (US 119), coté à 65,46 m en moyenne, dont le rattachement chronostratigraphique à la période préromaine ne fait aucun doute. Il faut donc conclure à la disparition des niveaux de fonctionnement d’époque romaine qui le recouvraient. Notons cependant que ces sols disparus doivent être, de toute façon, restitués à une altitude très supérieure à celles des sols des espaces 7 et 8 ; ce qui explique sans doute leur absence.

L’espace 8

196L’espace 8, situé en bord de fouille, n’a été que très ponctuellement observé. Seul son dernier état d’occupation a été reconnu. Il est alors limité par les murs 144 et 148, non recouverts d’enduits. C’est dans le mur 148, large de 0,45 m, qu’un seuil à glissière dépourvu de crapaudines assure une communication entre cette pièce et l’espace 10 (cote : 65,53 m). Dans son dernier état, il est recouvert par un sol de terre battue (SL134, précédé par les remblais 87 et 139), de 65,46 m d’altitude, sur lequel repose un bloc monolithique (1,75 x 0,39 m, épaisseur 0,26 m) accolé à une dalle quadrangulaire (0,60 x 0,72 m). Ces éléments (SB149), parallèles au mur 144, sont d’interprétation difficile (banquette, support d’élévation en matériaux périssables...).

L’espace 7

197L’espace 7 comprend deux secteurs imbriqués. Le premier est trapézoïdal et mesure 3,75 m de long pour 3,20 m de large au sud et 2,70 m de large au nord (fig. 80). Il est limité par les murs 142, 145 et 148, ces deux derniers étant revêtus d’un enduit peint de couleur rouge. Le mur 142, large de 0,60 à 0,70 m, est pourvu d’un seuil à crapaudines, large de 1,10 m, assurant un passage entre cette pièce et l’espace 11 voisin (cote : 65,23 m). Ce premier secteur communique largement avec une sorte de couloir N‑S, long de 2,30 m et large de 1,10 m. Ce dernier est limité par le prolongement du mur 142, par le mur 140 et la cloison 143.

198Dans un premier état, fonctionnant avec la base des enduits peints des murs 145 et 148, s’établit un sol de terre battue (SL118 reposant sur le remblai 120) coté à 65,13 m (fig. 95). Bien qu’observé seulement sur 1 m2, ce sol peut sans doute être restitué sur l’intégralité de la surface.

FIG. 95 – Les Hespérides. Coupe 7. Sondage dans l’espace 7 à l’angle des murs MR142 et MR145.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. H. Pomarèdes/Afan, A. Recolin, M. Célié/Afan

199Dans un second état, sans changement de plan, deux caniveaux sont mis en place. Le premier (CN147) s’établit dans l’axe des deux seuils des murs 142 et 148, sous lesquels il se poursuit vraisemblablement (fig. 80). Seule sa couverture, constituée de dalles de calcaire gris, a pu être dégagée. Il est rejoint par un second caniveau perpendiculaire (CN133) dont le départ se situe au point de jonction des deux secteurs précédemment décrits. Sa couverture ayant disparu, il apparaît sous la forme d’un fond dallé protégé par deux parements de moellons de calcaire gris liés à la terre. Il semble intégré dans un bâti quadrangulaire, long de 1,50 m pour 1,10 m de large, bordé par les murs 169 et 142 et son point de départ, situé à l’extrémité de MR144, était visible. Difficile à interpréter comme étant une réception de descente de toiture, nous suggérons de le rattacher à une évacuation d’eau liée, par exemple, à un évier. Cette restitution d’un aménagement situé entre l’extrémité est du mur 144 et le parement ouest du mur 142 rend problématique l’accès au « couloir » arrière. Aussi faut‑il sans doute accréditer plus fortement la probabilité d’un accès par l’espace 9, au travers de la cloison 143. Dans ce deuxième état, la surface est marquée par un nouveau sol de terre battue (SL116) qui recouvre les deux caniveaux et qui est coté à 65,33 m.

200L’ensemble du mobilier recueilli dans ces trois espaces est de peu d’utilité pour dater leurs états successifs. Il brille en effet par son absence ou par de petits lots peu caractéristiques. Notons simplement, dans SL116, la présence d’un Dr. 24/25, d’un Dr. 18 et d’un Dr. 35/36, et, dans le remblai 120, une panse de Drag. 27 ; ce qui nous amène, avec prudence, à considérer que cet espace, comme les autres, évolue entre les années 20‑30 et 70 ap. J.‑C.

201Empreinte de nombreuses lacunes, la fouille de ces trois espaces rend difficile leur interprétation. Le dernier état de fonctionnement, mieux perçu, donne l’image d’une pièce à usage d’habitation –sol de terre battue et enduits peints–, équipée d’un point d’eau probable (espace 7). Cette pièce ouvre sur une cour (?) (espace 8) et, au nord, sur l’espace 9 qui, si l’on admet sa communication avec le réduit allongé situé à l’arrière de l’espace 7, pourrait constituer une zone de stockage ou de rangement, articulée autour de trois petites cellules.

2.3.3.7 L’espace 10

202Cet espace a été très incomplètement observé. Il est reconnu dans ses limites nord et ouest par le biais des murs 32 et 142 dont les parements sont recouverts d’enduit blanc (fig. 80, 93). À l’est, quelques blocs (MR53) marquent le prolongement, très épierré, du mur de façade est de l’habitat. Enfin, dans l’angle N‑O, deux alignements de moellons de calcaire froid, conservés sur une seule assise (SB155), définissent un espace quadrangulaire d’une surface d’environ 1,60 m2. Un seuil pris dans le mur 142 permet de proposer un accès vers l’espace 7. Enfin, si l’on admet le prolongement des murs 145 et 53, cette pièce devait couvrir une surface d’environ 24,70 m2. Là encore, seul le dernier niveau de sol, directement situé sous les premiers niveaux d’abandon, a pu être observé. Il s’agit d’un sol de terre battue (SL136) établi à la cote 65,18 m.

203Aucune information chronologique relative aux niveaux d’occupation n’a été relevée dans cet espace. Cependant, un des premiers niveaux d’abandon qui le condamne (US 84) semble, malgré un lot de mobilier peu important, plutôt appartenir au dernier quart du ier s. ap. J.‑C. Cette vaste pièce, pourvue de sols en terre battue et d’enduits peints, pourrait constituer le pendant sud de la pièce 14. Toutes deux étant séparées par la cour 11.

2.3.3.8 Les espaces 5 et 6

204Ces espaces ont été explorés au travers d’un sondage de 32 m2 conduit à l’extrémité S‑E de la zone fouillée (fig. 79). L’espace 5 est délimité par les murs 109, 158 et 159. D’est en ouest, il mesure 4,80 m pour une longueur minimale N‑S de distance égale. Seule sa limite sud n’a pu être reconnue. L’espace 6, quant à lui, flanque à l’ouest le précédent sans que ses limites soient autrement reconnues qu’au contact de l’espace 5 où les parements des murs 109 et 158 n’ont pas de revêtement d’enduit peint.

205Les trois murs de l’espace 5 sont chaînés entre eux (fig. 96, 97). Conservés en moyenne sur 0,50 m de hauteur, ils mesurent entre 0,35 et 0,40 m de large. Tous trois sont construits en petit appareil irrégulier de moellons en calcaire froid, équarris et liés à la terre et sont revêtus, sur leur parement interne, d’un enduit de couleur blanche. Ils sont établis à même le sol naturel (cote 63,44 m). En parallèle, un puissant remblai (US 129a à 129d) surélève l’intérieur de l’espace de près de 0,60 m et supporte le seul sol de terre battue reconnu (SL128) (cote : 64,01 m). Dans l’espace 6, seul le dernier niveau d’occupation a pu être appréhendé. Il s’agit également d’un sol de terre battue (SL106, précédé par le remblai 127), coté à 64,19 m. La rapidité de fouille de ce secteur nous interdit objectivement d’en conclure à un seul état de fonctionnement. Il est possible, par exemple, que d’autres sols aient pu exister sous SL 106 (la fouille s’est arrêtée au contact du premier remblai sous‑jacent).

FIG. 96 – Les Hespérides. Plan de détail des espaces 5, 6 et 15.

DAO M. Célié, M. Monteil/Afan,

FIG. 97 – Les Hespérides. Coupe 8 sur l’espace 5.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. H. Pomarèdes/Afan, A. Recolin, M. Célié/Afan

206Dans la pièce 5, seul le remblai 129c, posé directement au contact du paléosol, a livré un bord de Drag. 18. Cette unique information semble indiquer, sous réserves, que le sol 128 ne peut être antérieur aux années 20/30 ap. J.‑C. Dans l’espace 6, le sol de terre battue 106 a livré un bord de céramique africaine de cuisine (forme Hayes 196) et un bord de Ritt. 12, ce qui signe un lot qui ne peut être antérieur aux années 70/80 ap. J.‑C. Les remblais d’abandon qui scellent ces deux sols (US 107 et 89) se signalent par plusieurs fragments de Drag. 35/36, 37, 18/31, 27, 15/17, et un bol en claire A (forme Hayes 8A). Ils comprennent également quelques formes de sigillée du sud de la Gaule plus anciennes (Drag. 24/25 ou 18) mais sont surtout marqués par l’absence de claire B. Cet argument a silentio, utilisable au vu de la quantité de mobilier recueilli et du volume fouillé, nous conduit à situer l’évolution des espaces 5 et 6 entre les années 20‑30 et le courant du premier quart du iie s. ap. J.‑C.

207Ces deux espaces (une pièce d’habitation et, peut‑être, une cour) ont surtout pour intérêt de démontrer l’existence d’un habitat à l’est de la voie N‑S (espace 2) et en partie basse du site. Il est également important de noter que leur occupation paraît se maintenir alors que l’habitat situé dans l’îlot opposé est déjà en grande partie abandonné.

2.3.3.9 L’espace 15

208Séparé de la rue par un mur de façade que l’on peut restituer sur une longueur de 18 m, cet espace se développe au sud sur une surface de 80 m2 environ. Les relevés et les observations effectués sur les bermes livrent des informations, certes très lacunaires, mais qui autorisent la restitution de cinq pièces, et peut‑être de deux unités d’habitat distinctes (fig. 96).

209Les premiers niveaux d’occupation discernables sont tous des sols de terre reliés à des murs construits à l’aide de moellons de calcaire froid liés à la terre (0,30 à 0,60 m de largeur). Ils sont cotés à une altitude variant, du nord vers le sud, de 63,36 à 62,45 m, suivant en cela le profil général du site. Ils se superposent à des niveaux de remblais divers, parfois très hétérogènes, mais dans tous les cas à des strates que l’on ne saurait rattacher à des phases bien précises. Aucune construction antérieure n’est toutefois attestée sur ces séquences stratigraphiques. Il semble donc que ces vestiges sont à rattacher à la première installation romaine. Enfin, comme dans l’espace 11, un caniveau constitué de deux parements en moellons de calcaire, d’une couverture et d’un fond dallé provient de la pièce E pour se jeter non pas sur la rue, mais dans un caniveau placé sous cette dernière.

210Après un exhaussement important lié à l’apport de remblais, les pièces C et D reçoivent deux sols en béton de tuileau, cotés à 63,75 m et 63,55 m, et posés sur des hérissons. Le même phénomène apparaît comme vraisemblable dans le cas de la pièce A, qui présente un sol en béton de tuileau à la cote 64,15 m, mais pour laquelle on n’a pu mettre en évidence de sols plus anciens. Le mur limitant la pièce E subit lui aussi une réfection, marquée par une reprise très nette dans sa construction et l’utilisation du mortier. Ces éléments sont sûrement à mettre en relation avec un deuxième état.

211Les dimensions de ces pièces restent inconnues dans leur ensemble et seul le plan restitué permet de reconnaître les largeurs suivantes : 5,40 m pour la pièce A, 4,20 m pour la pièce C et 2,50 m pour la pièce D, qui pourrait ainsi prendre la forme d’un couloir ou d’une galerie. Enfin, les deux murs accolés qui limitent les pièces B et C laissent présumer la distinction de deux unités d’habitat.

2.3.4 L’abandon du site et les vestiges postérieurs à l’époque romaine

2.3.4.1 Un abandon progressif

212Les rues sont lentement recouvertes par une série de niveaux (US 34, 50, 51, 36, 17, 16, 15 et 47) réunis par les caractéristiques suivantes : sédiment argilo‑sableux jaune évoquant par sa texture un niveau d’adobes fondus incluant de nombreux éléments de construction, tuiles, enduits peints –dont des plaques entières–, adobes –dont certains complets–, blocs et moellons, céramiques, charbons de bois et tesselles de mosaïque. Ces couches paraissent indubitablement liées à l’abandon et à la destruction lente de l’habitat voisin et témoignent de processus de récupération et d’effondrement. Sur ces unités individualisées, l’US 13 (ensemble conventionnel de surface, également marqué par de nombreux déchets de construction) est perturbée localement par la fosse 33 et une fosse (FS 175) comblée par les US 40, 37, 19 et 5. La première, sorte de longue tranchée peut‑être à vocation de drain, affecte également l’espace 10. La deuxième perturbation a entraîné la disparition ponctuelle des pavés au point de chaînage des deux voies, sans doute dans un but de récupération. Enfin, la fosse 2, vaste pierrier daté de l’Époque moderne, a concouru accidentellement à la destruction du croisement des deux voies. On ajoutera également, pour les abords immédiats (espace 4), la fosse FS38 et les US 49 et 59.

213Le mobilier le plus représentatif est à rechercher au sein des US 5, 15, 17 et 37. Celles‑ci reposent à même les pavés des voies ou ont concouru à leur disparition. Les éléments les plus tardifs sont : des claires A, des claires B (dont un fragment Desbat 19, un Desbat 9 et plusieurs Desbat 8), des céramiques africaines de cuisine (Hayes 196, 197 et 23 B) et une monnaie d’Antonin, datée des années 145‑161. L’ensemble de ces informations marque un abandon définitif du réseau viaire dans le courant de la seconde moitié du iie s. ap. J.‑C. et, au plus tard, dans le dernier quart.

214Sur la zone d’habitat, mis à part les niveaux de surface fouillés rapidement (US 13, 88 et 67), on retiendra plusieurs niveaux d’abandon caractéristiques (tuiles, adobes, enduits peints, pierres et déchets céramiques) : US 26 et 27 (espace 14) également marquées par de nombreux fragments de marbre, US 31 et 93 (espace 11), US 84 et 86 (espace 15), US 107, 89, 81 et 80 (espace 5 et 6), US 97 et 102 (espace 7), ainsi que quelques fosses ponctuelles (FS23, 70, 71, 66 et 74). L’US 35 (espace 11) mérite d’être signalée par son apparence de petit dépotoir ponctuel qui a livré un anneau en bronze, des perles en pâte de verre, un bouton, une cuillère à fard, une monnaie d’Hadrien (119‑121) et un lot de faune abondant.

215Enfin, les caniveaux ont été retrouvés comblés par les US 54, 72, 82, 83, 93, 104, 108, 162, 123, 132, 156 et 161. Ces niveaux, signant l’abandon définitif de la partie la plus dégagée du site, sont caractérisés par la présence de céramiques liées à la phase d’occupation de l’habitat datée des années 30/40‑70 ap. J.‑C. Mis à part cette première catégorie de mobilier, on notera surtout les nombreux Drag. 35/36, le profil en général tardif des Drag. 27, plusieurs Drag. 37 récents, quelques Drag. 18/31 et Déch. 67, associés à quelques fragments de céramique africaine de cuisine (formes Hayes 196 et Hayes 23b) et à deux bords de claire A (forme Hayes 8A). Au sein de cet éventail de céramiques, on retiendra aussi l’absence de claire B ainsi que la présence d’une monnaie d’Hadrien datée de 119‑121 (US 35), d’une de Nerva datée de 97 (US 89) et d’une de Trajan datée de 99‑100 ou de 101‑102 (surface). Dans les espaces 5 et 6, les premières traces d’abandon sont plus tardives (premier quart du iie s.) et sont recouvertes de remblais (80 et 81) qui ont livré des céramiques africaines de cuisine (Hayes 23b et Hayes 197) ainsi qu’un bord de claire B, forme Desbat 16.

216L’abandon du site doit donc s’opérer graduellement entre les années 70/80 et 120/140 ap. J.‑C. ; le terminus ante quem étant fourni par la date d’apparition la plus récente que l’on puisse admettre pour l’apparition des claires B. Il est probable que l’îlot ouest, du moins sa partie haute, est abandonné dès les années 70‑90, mais l’exemple des espaces 5 et 6, situés dans l’îlot opposé et encore occupés jusque dans le courant de la première moitié du iie s. ap. J.‑C., démontre bien que cet abandon n’affecte pas l’ensemble du site au même moment. Cependant, l’ensemble de l’habitat fouillé peut être considéré comme définitivement déserté à partir du milieu du iie s. ap. J.‑C., plus tôt, donc, que le réseau viaire.

2.3.4.2 Une zone réinvestie à l’Époque moderne

217Après l’abandon définitif de ce quartier d’époque romaine, dans le courant de la seconde moitié du iie s. ap. J.-C., les premières traces d’un nouvel investissement des lieux ne réapparaissent qu’à l’Époque moderne (FS2 et 138). Dans la longue période antérieure, le site doit être considéré comme une friche urbaine, dont on ne peut cependant exclure qu’elle ait pu être affectée par quelques activités réduites. À l’Époque moderne, le secteur –probable jardin– est partiellement occupé par plusieurs tombes. Dans tous les cas, il s’agit de cercueils de bois (clous, bois conservé), installés dans des fosses ovales ou quadrangulaires profondes. Les défunts, adultes et enfants, sont déposés généralement sur le dos, parfois dans des linceuls (épingles), sans offrandes accompagnatrices. La conservation partielle du bois et l’horizon topographique de creusement restituable au niveau du sol actuel font de ces sépultures des éléments récents (SP3, 4, 6 à 10, 12, 14, 18, 20, 21, 39, 78 et 95). Il faut sans doute les relier à la révocation de l’édit de Nantes (1685), qui réduit les protestants refusant de se rallier à l’Église de Rome à enterrer leurs morts clandestinement dans des propriétés privées, et ce jusque dans les dernières décennies du xviiiie s.

2.3.5 Conclusion

218En préambule, nous rappellerons les limites de cette étude. Limites principalement liées à la surface exploitée, puisque la fouille n’a porté que sur 250 m2, à la stratigraphie, dès lors que le paléosol ou le substrat n’ont été que rarement atteints et au phasage général, dans la mesure où tous les espaces n’ont pas été fouillés avec le même soin. Malgré toutes ces lacunes et les incertitudes qu’elles engendrent, il est possible d’établir quelques‑unes des lignes majeures qui sous‑tendent la création et l’évolution de cette portion de quartier romain.

2.3.5.1 Chronologie

219Les données fournies par le mobilier archéologique indiquent que l’urbanisation du secteur (réseau viaire et habitat) doit être située dans les années 20‑30 ap. J.‑C., avec une plus forte probabilité dans la deuxième décennie de cette période. Son évolution se poursuit jusqu’aux environs de 70/80 ap. J.‑C. dans l’îlot ouest et jusque dans le premier quart du iie s. ap. J.‑C. dans les espaces 5 et 6 de l’îlot est (deux phases nettes). L’abandon définitif, amorcé plus tôt dans l’îlot ouest que dans son symétrique, semble acquis dès le milieu du iie s. ap. J.‑C. Par contre, le réseau viaire subsiste au‑delà de cette date pour ne disparaître que vers la fin du iie s. ap. J.‑C.

2.3.5.2 Topographie et organisation de l’habitat

220L’habitat s’est installé à même un relief antérieur dont la nature exacte nous échappe partiellement. Il est ainsi impossible de restituer d’éventuelles terrasses artificielles ou d’autres aménagements susceptibles d’avoir modifié la topographie naturelle.

221La voie E‑O, sur sa portion conservée, est en forte pente depuis l’est vers l’ouest, mais devait, après son croisement avec la voie N‑S, redevenir relativement plane. Sa perpendiculaire arbore, quant à elle, un fort pendage N‑S. L’habitat occupant l’angle N‑E de l’îlot ouest s’installe sur un léger replat préexistant. À l’origine, le dénivelé entre le premier sol de l’espace 14 et celui de l’espace 7 n’excède pas 0,35 m ; ce qui traduit bien une légère pente N‑S. Le sol de la pièce 14 est alors à la même altitude que la voie qui le borde. Dans la cour 11, le premier niveau de fonctionnement est, en revanche, surélevé de près de 0,20 m par rapport à cette même voie. Dans l’état final, les espaces 11 à 14 s’établissent à une altitude sensiblement identique. Il en est de même pour les espaces 7 à 10, mais une limite de terrasse doit sans doute être restituée entre ces deux groupes, à l’aplomb des murs 32 et 140. Les sols des espaces qui bordent la voie sont alors surélevés par rapport à cette dernière de 0,40 à 0,50 m.

222Au sud de la zone fouillée, les vestiges relevés en coupe (espace 15) témoignent de l’existence d’un secteur d’habitat dont l’évolution et le plan semblent quelque peu différents de ceux observés par ailleurs. Il semble bien qu’à l’origine, les quelques pièces restituées soient toutes caractérisées par des sols en terre battue, remplacés dans un second temps par des bétons de tuileau. Les relations chronostratigraphiques ainsi que les liaisons physiques entre cet ensemble et les espaces 1 à 14 restent malheureusement impossibles à établir.

2.3.6 Essai de mise en phase générale

223● Phase 1 (fin vie/ve s. av. J.‑C.)
paléosol : US 92, 103, 126, 160, 131.
sol : SL157.
foyer : FY130.

224● Phase 2 (ive s. av. J.‑C./+20‑30)
paléosol remanié : US 91.
couches/remblais : US 85, 79, 125, 121, 119 et 90.
éléments bâtis : MR77, DL167.

225● Phase 3 (+20‑30/+75)
3A : témoins sûrs de l’installation (+30/+50)
remblais : US 120, 122, 129, 96, 110, 115.
sols : SL112/124 ; SL73 ; SL118 ; SL94 ; SL57.
éléments bâtis : MR165 et 166.
installation voirie : US 65, 100, 101, 46, 76, 99, 52, 63.
3B : témoins sûrs du dernier état (+60/+75)
remblais : US 27, 87, 139, 127.
sols : SL174 ; SL135 ; SL134 ; SL116 ; SL136 ; SL128 ; SL44.
éléments bâtis : MR25 ; CN154 ; MR30 ; MR29 ; MR163 ; SB164 ; BA98 ; SB168 ; MR150 ; MR151 ; MR170 ; SB149 ; CN147 ; CN133.
3 : éléments installés dès l’origine et présents jusqu’à la fin de la phase
voirie : V022 et 42 ; CN64 et 68 ; SL62 et 49 ; US 48, 55, 58, 61 et 75.
éléments bâtis : MR172 ; MR173 ; MR24 ; MR28 ; MR41 : SB113 ; MR32 ; MR43 ; MR146 ; MR140 ; MR144 ; MR143 ; CN69 ; MR153 ; SB170 ; MR148 ; MR142 ; MR148 ; MR53 ; SB155.

226● Phase 4 (+75/+130‑140)
remblais : US 107, 26, 31, 84, 35, 97, 102, 117.
remblais de surface (nettoyage) : US 1, 89, 88, 67, 13, 86.
fosses de surface (nettoyage) : FS33, 23, 70, 71, 66, 74.
sols : SL106.
comblements de caniveaux : US 54, 72, 82, 83, 93, 104, 108, 162, 123, 132, 156 et 161.

227● Phase 5 (+130‑140/+200)
remblais : US 34, 51, 17, 50, 59, 38, 45, 47, 80, 81.
remblais de surface : US 36, 16, 15.
fosses : FS175 (5, 40, 37, 19).
sols : SL106.

228● Phase 6 (non datée)
nettoyages de surface (HS, 0, 1)

229● Phase 7 (xviiie/xixe s.)
fosses : FS2 et 138.
sépultures : SP3, 4, 6 à 10, 12, 14, 18, 20, 21, 39, 78 et 95.

2.4 La Fontaine des Bénédictins

230d.d., p.g., j.p.

2.4.1 Introduction

  • 6 Parcelle 538, section DT du cadastre renouvelé pour 1970 ; coordonnées Lambert III centrales : 762, (...)

231Le programme immobilier connu sous l’appellation La Fontaine des Bénédictins, et qui a provoqué la fouille de sauvetage programmé du même nom, est implanté sur une parcelle située à l’angle de la rue Pasteur et de la rue des Bénédictins6 (fig. 98). En 1981, le projet des maîtres d’ouvrage comprenait la restauration d’un immeuble du xviiie s. et la conservation d’un jardin existant mais aussi la construction sur la partie occidentale de la propriété d’un immeuble neuf fondé sur un niveau de garages souterrains, cette dernière partie de l’opération entraînant un terrassement profond jusqu’au substrat géologique sur une surface approximative de 550 m2.

FIG. 98 – Plan général des vestiges des sites de La Fontaine des Bénédictins (au sud) et du 11, rue des Bénédictins (au nord).

dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes

232L’exploration archéologique s’est déroulée durant l’été 1982, en deux temps :
– sur l’emprise du nouveau bâtiment, le décaissement fut exécuté sous surveillance archéologique constante. Les deux tiers sud du terrain se révélèrent stériles en documents humains en place hormis un tronçon d’égout probablement antique ; la fouille menée jusqu’aux sables naturels ne rencontra à cet endroit que d’énormes poches de pierrailles de plusieurs mètres cubes dont la formation est difficile à expliquer ;
– en revanche, sur le tiers septentrional, à 1,20 m de profondeur en moyenne sous le niveau superficiel du terrain, un ensemble de pavements de mosaïques et terrazzo attestait la présence en place de structures antiques.

233Le décapage mécanique fut arrêté au niveau de la couche de destruction de ces structures pour faire place à la fouille proprement dite sur une superficie de 180 m2 environ. Celle‑ci, dirigée par Pierre Garmy en collaboration avec Dominique Darde et Jean Pey, a bénéficié de l’aide d’une dizaine de bénévoles et des interventions spécifiques de spécialistes dont les contributions sont incluses dans ce volume. Par ailleurs, la fouille a déjà fait l’objet de quelques mentions ou études particulières (Barruol 1983 : 515 ; Darde 1990 : 118‑128 ; Darde et al. 1985 ; Sabrié, Sabrié 1985 ; Chazelles, Poupet 1984).

234La parcelle fouillée prend place dans un secteur urbain implanté sur les dernières pentes sud de l’oppidum préromain du mont Cavalier, à mi‑distance de la zone cultuelle antique du jardin de la Fontaine et du forum. La chaussée actuelle de la rue des Bénédictins qui longe la fouille à l’ouest s’élève, du sud au nord, de 53,47 m ngf, au niveau de son croisement avec la rue Pasteur, à 56,38 m, au droit du mitoyen septentrional.

235Comme les autres sauvetages conduits à Nîmes entre 1981 et 1984, la fouille de La Fontaine des Bénédictins a emprunté une méthode d’enregistrement des données adaptée des formules anglaises de Biddle et Harris par P. Poupet et Cl.‑A. de Chazelles dans le cadre des travaux du projet collectif de recherche du programme H 22 (maintenant H 1) intitulé « Archéologie urbaine de Nîmes ».

236Succinctement, l’histoire du site peut se résumer de la façon suivante : surmontant des traces de fréquentation préhistorique du site, au contact du substrat géologique, des vestiges d’une phase d’occupation protohistorique, marquée par la présence de quelques structures construites et divers niveaux, ont été individualisés. Le mobilier recueilli couvre la période comprise entre la fin du vie s. et le ier s. av. n.è. mais les horizons protohistoriques ont été tronqués par l’installation postérieure comme l’indique l’absence de sol préromain en place. Une domus gallo‑romaine s’installe suivant un plan d’ensemble caractérisé par une répartition de pièces d’habitation sur les côtés nord et ouest d’une cour à péristyle et bassin central. La domus est abandonnée dans son ordonnance originelle dès la fin du iiie s. De nombreuses fosses postérieures dont la fonction primaire est inconnue ont fortement détérioré les vestiges de la domus ; elles ont livré un mobilier résiduel appartenant principalement à l’extrême fin de l’Antiquité et au Moyen Âge.

2.4.2 Occupations et structures antérieures à l’époque romaine

237En fonction du temps et des moyens consacrés à l’opération, les périodes de fréquentation et d’occupations anciennes du site n’ont été que partiellement étudiées et les vestiges correspondants n’ont été fouillés que dans la mesure de leur accessibilité sous les sols de mosaïques romains (fig. 99). Trois sondages d’1 m2 chacun ont été pratiqués sous les pavements des espaces 2, 1 et 4 après leur dépose et ont atteint le substratum ; dans les espaces 5, 6, 7 et 8 dépourvus de sols construits encore en place, la reconnaissance des niveaux primitifs a pu couvrir une surface plus importante. Sur l’emprise de la fouille, le substrat était uniformément constitué de sistre. Une fréquentation du site à l’époque préhistorique paraît bien attestée par la présence d’un outillage lithique. Disséminés en plusieurs points de la zone fouillée, les silex taillés ont été découverts soit dans des horizons où la stratigraphie a été totalement remaniée jusqu’au substrat (fosse 1012 par exemple) soit, apparemment en place, à l’interface entre les dernières couches archéologiques et le sol naturel (US 6011, 1011,7006 et 2010).

FIG. 99 – La Fontaine des Bénédictins. Plan d’ensemble des vestiges, toutes périodes confondues. 1 espace 1, mosaïque de Léda ; 2 espace 2, mosaïque aux Dauphins ; 3 espace 3 ; 4 espace 4, mosaïque géométrique ; 5 espace 5 ; 6 espace 6, galerie à sol de terrazzo ; 7 espace 7, possible cour à péristyle ; 8 espace 8, bassin.

dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes

238À la base des sédiments archéologiques, on a rencontré un ensemble de niveaux stratigraphiquement équivalents ; il s’agit des US 5008, 5009, et 7006 situées dans les espaces centraux de la fouille. Elles répondent à des descriptions très proches : « limon brun‑gris assez sombre avec particules blanchâtres, compacte, homogène contenant des particules de charbon de bois, des pierres de petit calibre, quelques os ».

239Interprétés à tort lors de la fouille comme des couches de remblai préromaines, ces niveaux correspondent en fait plus probablement au paléosol anthropisé comparable à celui observé sur le chantier des Hespérides (cf. supra § 2.3.2.1, US 126, 131, 160, 103, 92) ; en témoignent leur position stratigraphique, leur constitution et l’homogénéité du mobilier découvert que l’on peut attribuer globalement à une période allant de la fin du vie s. av. n.è. au début du ive s. :
–5008 amphore de Marseille, un bord de céramique grise archaïque à décor ondé de la fin du vie ou du ve s. av. n.è. et un fragment de panse de coupe à lèvre pseudo‑ionienne probablement du ve s. av. n. è. ;
– 5009 un bord de kylix pseudo‑attique (type Bolsal), de la seconde moitié du ve s. av. n.è. ;
– 7006 un bord de coupe attique sans anse de la seconde moitié du ve ou du début du ive s. av. n.è.

240Aucune structure contemporaine de cet horizon n’a été observée.

241Les traces tangibles de l’investissement du site par des constructions ne peuvent remonter à une période antérieure au iie s. av. n.è., suivant sans doute un hiatus chronologique quasi complet durant une grande partie des ive et iiie s. av. n.è.

242L’espace 5, dont la stratigraphie a été bouleversée dans la partie supérieure, est traversé par un mur de direction NO/SE (5005/4023) qui passe nettement sous le mur romain sud de la pièce 4 (fig. 100) ; large de 40 cm et dégagé sur une longueur de 2 m, il est bâti en moellons calcaires irréguliers liés à la terre et suit une direction oblique à l’ouest par rapport au schéma général des murs de la domus d’époque romaine. Deux sondages conduits de part et d’autre jusqu’au sistre (sondages 5006‑5008 à l’est du mur ; 5007‑5009 à l’ouest) ont révélé la présence, contre la structure, de plusieurs niveaux caractérisés par du mobilier d’époque préromaine. Surmontant respectivement les US 5008 et 5009 déjà évoquées, on distingue :
– 5006 terre brun‑jaune, compacte, homogène, contenant de petits graviers polis et quelques galets ainsi qu’un gros fragment de brique crue en argile grise (élévation du mur par ailleurs disparue ?) ; céramique non tournée et campanienne A ;
– 5007 terre brune compacte homogène contenant un abondant cailloutis ; céramique non tournée, amphore de Marseille, campanienne A.

FIG. 100 – La Fontaine des Bénédictins. Plan de numérotation des unités stratigraphiques et des faits composant la maison.

dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes

243Dans l’espace 7, qui correspond à la zone centrale de la cour d’époque romaine comprise entre le bassin et le terrazzo périphérique, les couches archéologiques ont été très remaniées en surface ; deux structures de l’époque préromaine y ont été cependant mises en évidence (fig. 100) :
– l’une en pierre (7007) ; il s’agit d’une portion de mur de direction approximative N‑S, flanquée à l’ouest d’un empierrement irrégulier pris dans un limon brun‑jaune, compact et homogène, très fortement anthropisé (poche de cendre, charbons de bois, particules d’argile rubéfiée, abondant petit cailloutis [7003]) et à l’est d’une couche sans empierrement mais de texture semblable (7002) ;
– l’autre en terre (7004) ; c’est une cloison en argile rouge orangé, repérée sur une longueur de 1,20 m et large de 0,38 m. L’empierrement constitué de grandes dalles plates (7005), suivi de façon très sporadique contre la structure 7004 et au S‑O de l’espace 7, peut correspondre aux restes ténus d’un aménagement de sol.

244Souvent pourvus de mobilier plus récent, dont le caractère intrusif est probable en raison des bouleversements qu’a connus le secteur, tous les horizons liés stratigraphiquement aux structures observées contiennent une large majorité de vestiges matériels datables des iie et ier s. av. n.è. : 7002 et 7003, campanienne A, céramique non tournée, céramique à pâte calcaire ; 7005 idem, amphore de Marseille et amphore italique, un fond d’imitation de campanienne C, obole en argent, (Buste casqué et drapé à dr.), NEM/COL dans une couronne (cf. infra § 2.5.1), etc. À la base des niveaux archéologiques, l’US 7006, stratigraphiquement équivalente aux US 5008 et 5009 de l’espace 5 et répondant aux mêmes caractéristiques qu’elles, doit être interprétée comme étant un paléosol anthropisé.

245Enfin, il convient de rattacher à la phase protohistorique un autre mur, de direction E‑O, découvert sous le bassin central de l’espace 8. C’est la structure 8010, avec son retour probable 8013. En grande partie épierré (8011), le mur 8010 est bâti de moellons grossièrement taillés, liés à la terre. Conservé sur une seule assise, il a été reconnu par sa tranchée de fondation (8009) sur une longueur de 1,90 m pour une largeur de 0,50 m. La structure 8013, identifiée également par l’empreinte laissée par sa tranchée de fondation (8012), paraît se situer exactement dans l’axe et le prolongement de la structure 7007 décrite ci‑dessus.

246Les quatre US 1016, 2010, 4014 et 6011, reconnues par sondages d’ 1 m2 chacun sous les sols de mosaïques des espaces 1, 2 et 4 après leur dépose et sous le terrazzo de la galerie 6, contiennent du mobilier, peu abondant mais homogène, que l’on peut rapporter à la phase iieier s. av. n.è. : céramique non tournée, amphore massaliète, campanienne A, céramique à pâte calcaire. Leur description, quasi identique dans les quatre sondages, renvoie à celle des US 5006 et 5007 ci‑dessus : limon brun‑jaune, homogène, contenant un abondant petit cailloutis.

247L’état général du gisement et les conditions d’observation des horizons archéologiques profonds rendent difficile toute conclusion assurée sur les modalités de l’occupation initiale du sol. La présence indéniable d’éléments Ethiques relativement abondants permet d’attester une fréquentation régulière dès la Préhistoire récente. Il est par contre tout à fait impossible de déterminer si la constitution du paléosol au cours des vie et ve s. av. n.è. a été ou non précédée par un remodelage de la topographie originelle du substrat. On se contentera de remarquer que le toit de sistre se trouve à une altitude à peu près constante, située entre 53 et 54 m ngf. Par ailleurs, immédiatement au sud de la fouille, le Hauterivien calcaire en place, surmonté de clastoïdes divers, laisse la place à des sables. Il semble donc que l’emprise fouillée occupe une terrasse de bas de pente à l’endroit où le Hauterivien s’éloigne brusquement de la surface topographique.

248L’investissement du secteur par des constructions se situe au cours du iie s. et se poursuit pendant le ier s. mais la nature des structures découvertes et leur état de conservation n’autorisent pas à en définir les particularités. On doit noter, enfin, sans en exagérer la portée que la fin de l’occupation antérieure à la construction de la domus gallo‑romaine est marquée par un abandon apparent dont rend compte l’absence complète des séries de mobiliers typiques du dernier quart du ier s. av. n.è. et du premier quart du siècle suivant. Ce manque accrédite l’impression d’un hiatus de plus d’un demi‑siècle dans l’occupation du secteur, hiatus parallèle à celui observé ailleurs dans le quartier, notamment sur le chantier des Hespérides.

2.4.3 Une maison urbaine

2.4.3.1 Présentation générale

249La surface de la fouille, soit 180 m2, ne couvre qu’une partie réduite de la maison telle qu’on peut la restituer avec quelque vraisemblance. Si l’on admet que le bassin de la cour occupe une position centrale, ce que, à la vérité, rien ne permet d’assurer, on peut imaginer que la seule partie résidentielle se développe sur environ 500 à 600 m2 hors tout, dont une centaine de mètres carrés occupés par la cour, le reste étant réparti en enfilades de pièces sur les quatre côtés de la dite cour. Les emprises éventuellement occupées par des annexes (boutiques, ateliers) ne sont pas estimables.

250Limitée par des raisons de stabilité des mitoyens, la fouille n’a pas atteint les limites anciennes de l’îlot ; il est donc impossible de se prononcer sur la mise en place de la maison par rapport à l’insula dans laquelle elle s’inscrit. Aucune rue antique n’est connue alentour.

251Du plan incomplet qui nous est parvenu, on peut distinguer (fig. 99) deux pièces sur le côté ouest, dont une presque complète, décorée d’un pavement géométrique noir et blanc (espace 4) (fig. 101), trois autres du côté nord, la première très endommagée et illisible (espace 3), la seconde, interprétée comme étant un petit triclinium avec mosaïque à pseudo‑emblema représentant le thème mythologique de Léda séduite par le cygne (espace 1) (fig. 102) et la troisième, équipée d’un pavement géométrique avec motifs de dauphins (espace 2) (fig. 103). La présence d’une quatrième pièce, au moins, à l’est du mur 2018 + 2016, dans le prolongement de l’aile nord de la maison, est attestée (espace 2bis). Cependant, hors de l’emprise des travaux de terrassement, elle n’a pas fait l’objet d’une fouille et reste conservée sous l’actuel jardin.

FIG. 101 – La Fontaine des Bénédictins. Vue générale du chantier prise de l’ouest. Au premier plan, la mosaïque à décor géométrique.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes

FIG. 102 – La Fontaine des Bénédictins. Vue générale du chantier prise du sud. Au premier plan, la galerie ; au second plan, les mosaïques aux dauphins et de Léda.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes

FIG. 103 – La Fontaine des Bénédictins. Vue générale de la pièce aux dauphins prise du nord.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes

252Toutes les pièces, qui, en règle générale ne communiquent pas entre elles, s’ouvrent sur une cour centrale par l’intermédiaire d’un péristyle dont le sol est constitué d’un terrazzo‑signinum. La cour est dotée d’un bassin, découvert en très mauvais état (fig. 104).

FIG. 104 – La Fontaine des Bénédictins. Les vestiges du bassin et des espaces 7 et 8 vus du sud.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes

2.4.3.2 L’espace 2 : la mosaïque aux dauphins

253fig. 103

254Situé dans l’angle N‑E de la fouille (fig. 100, 105), il est délimité à l’est par un mur de briques crues (2018 + 2016), large de 0,65 m, comportant deux couches d’enduits superposées sur le parement occidental (2024 = 2007 + 2014) et une seule du côté est (2025). L’enduit ouest est décoré de panneaux bleu marine séparés par une bande rouge encadrée de filets blancs, sur une plinthe blanche. Une coupe pratiquée dans l’épaisseur des enduits a permis d’observer les lits de pose et les joints des briques crues parfaitement lisibles. Le mur opposé (2005), qui, à l’ouest, sépare l’espace 2 de l’espace 1, est très mal conservé, ayant été en partie épierré anciennement et en partie détruit par un sondage à la pelle mécanique. Il faut noter cependant la présence d’un bloc de grand appareil très soigneusement taillé, dont le lit d’attente est équipé d’un léger ressaut, en place à l’extrémité sud de la construction. Contre ce bloc, liée à lui par un mortier de chaux, une mince plaque de calcaire bleuté est posée de chant et semble soutenir en cet endroit la mosaïque de la pièce adjacente posée 17 cm plus haut. Cette particularité architecturale évoque la disposition seuil/contremarche et permet de supposer que les deux pièces 1 et 2 communiquaient par une large baie dont la largeur pouvait correspondre à la profondeur des salles. Le mur sud situé dans une zone complètement bouleversée n’a laissé aucune trace hormis son négatif contre le rebord du pavement 2003. Le mur nord, implanté en dehors des limites de la fouille, a été observé seulement lors des terrassements en masse qui ont succédé à la fouille : la limite nord des pièces 2 et 1 se situe exactement à l’aplomb du mur mitoyen. La pièce ainsi définie mesure 3,80 m de large pour 5,30 m de profondeur environ, soit 20 m2 utiles.

FIG. 105 – La Fontaine des Bénédictins. Coupe AB sur les espaces 1 à 3.

dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes, M. Monteil/Afan

255La pièce 2 se distingue des deux autres salles équipées de mosaïques par un sol (2003) de technique composite (pour la description complète des pavements et leur analyse stylistique cf. infra § 3.2) : dans un terrazzo‑signinum de très belle qualité composé d’éclats et de poussière de marbre blanc noyés dans un mortier de chaux extrêmement résistant, ont été insérés un emblema rectangulaire en opus tessellatum à décor géométrique et zoomorphe ainsi qu’une triple bande de cubes noirs et blancs à la périphérie du terrazzo soulignant le cadre rectangulaire de la pièce. Le mortier de pose du sol (2008) s’est révélé particulièrement dur lors de l’enlèvement du pavement. Le hérisson sous‑jacent (2009) constitué de blocs de calcaire d’un calibre régulier (autour de 15 cm) était d’une construction dense et soignée.

2.4.3.3 L’espace 1 : la mosaïque de Léda

256Sensiblement surélevé par rapport à la pièce 2 qui lui est contiguë (respectivement 54, 58 et 54,41 m ngf), l’espace 1 est délimité à l’est par la structure 2005 décrite précédemment (fig. 105), et à l’ouest par un mur presque entièrement épierré (1005) et recoupé par une fosse. Reconnu en élévation sur 1,50 m de long, large de 0,35 cm, il est bâti en matériaux hétéroclites (un bloc de grand appareil, moellons irréguliers, fragments de tuiles et de briques) pris dans un bain de mortier de chaux et non parementés ; les deux faces portent des traces d’enduits (dont un fragment de plinthe mouchetée sur fond rouge [1020] du côté de l’espace 1). Le mur sud (1009) a pu être suivi sur toute sa longueur bien qu’endommagé, lui aussi, par une fosse (1006). C’est un mur parementé en petits moellons régulièrement taillés (0,30 x 0,15 m) et recouvert intérieurement de deux couches d’enduit, la première blanche, l’autre rose. Il est interrompu par un seuil, le seul conservé en place sur le site, contre lequel vient s’appuyer le pavement de mosaïque. C’est un élément monolithe en calcaire dur, légèrement décentré vers l’ouest par rapport à l’axe de la pièce et posé en biais. De forme grossièrement trapézoïdale, la pièce de l’espace 1 ainsi défini mesure 4,20 à 4,60 m de largeur pour une profondeur estimée de 5,30 m, soit une superficie en œuvre approchée de 23 m2.

257Le sol de l’espace 1 est constitué d’une mosaïque aux dimensions de la pièce. À la périphérie, une bande de raccord blanche unie de rangs de cubes perpendiculaires aux murs et de largeur variable (0,45 m ; 0,53 m ; 0,61 m) ménage un tapis central à peu près carré (3 x 3,15 m). Il comprend un champ de motifs géométriques noir et blanc en opus tessellatum et un pseudo‑emblema central illustrant le thème mythologique de Léda séduite par Jupiter métamorphosé en cygne. La scène figurée est traitée dans un opus vermiculatum polychrome et mesure 0,93 x 0,85 m. Les techniques de construction des couches de pose de la mosaïque apparaissent globalement comme assez médiocres : le rudus‑nucleus, moins dur et moins régulier que dans l’espace 2, est perforé de place en place par les éléments du hérisson qui arrivent au contact du tapis de tesselles.

258La présence sous les trois pavements des espaces 2, 1 et 4 de déchets de taille de tesselles de diverses couleurs laisse supposer que l’atelier était installé à pied d’œuvre.

2.4.3.4 L’espace 3

259Complètement remanié jusqu’au sistre, l’espace 3 n’a pas fait l’objet d’une fouille systématique (fig. 106). Les données le concernant sont donc extrêmement ténues. Une couche de destruction (3001) a été observée à proximité du mur 4004 au sud. Il semble cependant que l’espace 3 soit assimilable à une pièce répondant globalement aux mêmes caractéristiques que ses voisines à l’est et au sud. En témoigne la présence d’enduits peints sur le mur 1005 déjà mentionné et sur le parement nord du mur 4004 où une plaque de plinthe a été relevée en place. Quelques lambeaux d’un possible hérisson accréditent l’idée de l’existence d’un sol construit qui n’a laissé aucune autre trace et dont la destruction complète est probablement antique.

FIG. 106 – La Fontaine des Bénédictins. Coupe BC sur les espaces 3 à 5.

dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes, M. Monteil/Afan

2.4.3.5 L’espace 4 : la mosaïque à décor géométrique

260fig. 101, 107

261Il s’ouvre sur le côté ouest de la cour au sud de l’espace 3. Son mur nord (4004), en partie détruit par une double fosse (4010), est construit en petit appareil parementé à blocage interne et liant de mortier de chaux. Il a conservé sur la face sud son enduit à fond blanc moucheté de bleu marine, jaune et rouge (une couche d’enduit de terre [4015] et une couche d’enduit de chaux [4016]). Le mur est a presque complètement disparu (4006) : il est marqué au nord par son enduit du côté de la galerie, au centre par un élément de grand appareil (peut‑être un seuil monolithe) remployé en fondation, et au sud par quelques moellons en place à l’angle avec 4008. Il ne subsiste qu’un court segment du mur sud (4008) en limite ouest de la fouille ; bâti en moellons liés au mortier avec quelques éléments de tuiles, il est également enduit (4021) sur ses deux faces. Il faut noter, sans pouvoir lui donner de signification précise, le fait que le pavement de mosaïque de la pièce s’arrête à quelques centimètres du mur 4008. Le mur ouest est resté en dehors du périmètre exploré. En l’état, la pièce 4 couvre approximativement 12 à 13 m2. Il faut signaler, dans la couche de destruction (4002), la présence d’une grande quantité d’enduits muraux dont plusieurs gros amas dans le secteur S‑O de la pièce qui présente un décor d’arabesques rouges sur fond jaune. Légèrement endommagée par une fosse (4009) dans son angle N‑E, la mosaïque de l’espace 4, à décor géométrique noir et blanc, présente un tapis de forme carrée à disposition unique entouré d’une bande de raccord unie faite de rangs de cubes blancs perpendiculaires aux murs. Une bordure extérieure noire délimite un champ unitaire (4,5 m2 environ) composé à l’origine de 9 octogones adjacents, de 4 petits losanges chargés de carrés ou de carrés curvilignes et de 12 petits triangles. L’opus tessellatum est posé sur un mortier peu résistant de 2 cm d’épaisseur en moyenne, lui‑même coulé sur un hérisson constitué de pierres (modules de 15 à 40 cm) plantées obliquement et en tous sens, certaines atteignant la sous‑face du pavement, comme dans la pièce 1.

FIG. 107 – La Fontaine des Bénédictins. Les pièces 4, avec mosaïque à décor géométrique, et 5. Au premier plan, le mur MR5005 des IIe/Ier s. av. J.‑C.

cl. P. Garmy/Culture, J. Pey/musée archéo. de Nîmes

2.4.3.6 L’espace 5

262Les niveaux archéologiques appartenant à la période romaine ont presque complètement disparu sur l’emprise fouillée de l’espace 5. Seuls quelques lambeaux de couches de destruction ont été observés sur la coupe N‑S (5001 et 5002), couches illustrées par la présence d’un éboulis de tuiles, de pierres et de gros fragments d’enduits. En l’absence de toute structure liée à l’ordonnance initiale de l’espace 5, il est difficile de se prononcer sur sa fonction et son aménagement. Comme dans le cas de l’espace 3, on sera cependant enclin, en fonction de la place occupée par l’espace 5 dans le plan général de la maison, à le considérer comme une pièce de l’aile ouest s’ouvrant sur la cour centrale.

2.4.3.7 L’espace 6

263La cour est bordée, le long de la façade des pièces décrites précédemment, par un terrazzo (6002) composé d’un mortier de chaux mêlé à de petits cailloux, épais de 2 cm en moyenne et perforé en plusieurs points par des fosses (6004, 6006), par un sondage clandestin (6005) et par une excavation due à la pelle mécanique (6009) (fig. 100). Il est posé sur un empierrement de moellons à plat de moyen calibre (6003) qui peut être interprété soit comme une couche de fondation du terrazzo, soit, éventuellement, comme un état antérieur de la cour. Le terrazzo vient s’appuyer contre les murs des pièces d’habitation dont il est contemporain. Sur le côté ouest de la cour, il est extrêmement difficile d’en préciser les limites exactes tant il apparaît dégradé. Couvrait‑il initialement l’ensemble de la cour jusqu’au bassin, ou bien constituait‑il seulement un passage correspondant la surface d’une galerie de péristyle ?

2.4.3.8 L’espace 7

264D’une lecture particulièrement délicate, tout ce secteur intermédiaire entre le terrazzo et le bassin est arasé jusqu’aux niveaux préromains (fig. 104). Il a livré cependant le seul indice sérieux permettant d’étayer l’hypothèse d’une cour à péristyle : il s’agit de la structure grossièrement circulaire située immédiatement à l’est du mur préromain 7007. Faite d’un assemblage de moellons assez irréguliers, elle paraît correspondre à la fondation d’une colonne ou d’un pilier dont elle a pu supporter la base. Les grands blocs rectangulaires rencontrés dans la moitié ouest de la zone 7 semblent se rattacher également à la phase d’occupation romaine.

2.4.3.9 L’espace 8

265Délimité au nord par un mur en petit appareil à un seul parement jointoyé au mortier hydraulique de couleur rose, conservé sur sept assises (fig. 104) et reconnu sur une longueur de 2,30 m (8006), un bassin rectangulaire à abside occupe un angle de la cour. En effet, le mur 8006 comporte, après un court retour perpendiculaire au sud, l’amorce d’un demi‑cercle, ce qui permet de restituer le plan général de l’ouvrage. Le fond du bassin est couvert d’un mortier de chaux (8007) de 4 cm d’épaisseur en moyenne, incluant des fragments de tuiles ou de briques et des cailloux d’un calibre parfois assez important ; il repose sur un hérisson (8008) composé de pierres de moyen calibre posées obliquement. Deux caniveaux au S‑E et à l’ouest du bassin assurent l’évacuation des eaux suivant le sens de la pente générale N‑S du terrain. Le fond du caniveau 8004, suivi sur 0,65 m et large hors tout de 0,50 m, est tapissé de briques et de tuiles (une brique entière de 0,32 x 0,30 m). Les bords sont construits en petits moellons. On note l’absence de tout système d’adduction d’eau.

266Le programme architectural complet de la domus tel qu’il vient d’être décrit semble d’une seule venue et rien, ni dans les structures reconnues ni dans les données stratigraphiques, ne permet d’étayer l’hypothèse d’un décalage chronologique que suggère l’étude stylistique des pavements de mosaïques (cf. infra § 3.2). La chronologie absolue de l’établissement gallo‑romain est d’ailleurs extrêmement difficile à établir faute de données matérielles suffisantes en position stratigraphique significative. La fouille des niveaux de construction des sols n’a livré, au moment de la dépose des tapis, qu’un seul élément datable dans le radier de la pièce 1 : un bord de sigillée Drag. 24/25 daté habituellement entre 30 et 70 de n.è. Par ailleurs, le terrazzo de l’espace 6 (6003) a livré un fragment de panse et un bord de sigillée claire A attribuable à la forme Hayes 14 ou 16, datée de la seconde moitié du iie s. de n.è. Cependant, la très faible quantité de mobilier découvert incite à la plus stricte prudence : on se contentera donc d’observer simplement que la présence de claire A suggère un terminuspost quem qui ne peut être antérieur à la fin du ier s. L’abandon des lieux dans leur ordonnance initiale est plus difficile encore à établir.

2.4.4 Occupations et structures postérieures à la domus

267La quasi‑totalité des niveaux supérieurs du gisement et des structures appartenant à une époque postérieure à l’abandon de la maison contient des éléments mobiliers très divers, allant de la Protohistoire à la période moderne. C’est notamment le cas de presque toutes les fosses quasi circulaires qui ont percé de place en place, sans régularité géométrique apparente, les structures sous‑jacentes, en particulier les mosaïques.

268Seules une aire de combustion (1003) et une fosse (1007), appartenant toutes deux à l’espace 1, sont exemptes de mélanges stratigraphiques. Le foyer 1003 est installé directement sur le pavement de l’espace 1, dans l’angle N‑E de la fouille, à cheval sur la limite des pièces 1 et 2. Il est noyé dans les niveaux de démolition de la domus (1001 et 2002). Le feu, conduit directement sur les tesselles de la mosaïque qui s’en trouvent rubéfiées et noircies, est contenu par trois petits murets de blocs taillés et de fragments de briques, assemblés à sec. Leur démontage a révélé quelques éléments de céramiques typiques du ive s., dont une panse de vase de sigillée claire B. Il est donc probable que dès cette époque, sinon plus tôt encore, la maison urbaine ne fonctionne plus dans son état originel mais connaît une nouvelle occupation, dont l’ampleur et les modalités précises sont impossibles à cerner. La double fosse 1007, que sa forme et ses dimensions ne permettent pas de distinguer de la série des autres fosses du même type, s’en sépare pourtant en raison de son comblement homogène et préservé qui fait l’objet ci‑dessous d’une note particulière (cf. infra § 5.1). Celui‑ci est daté du Moyen Âge (xi‑xiie s.).

269La nature et la fonction des fosses, qui semblent être une bonne dizaine sur les 180 m2 fouillés, ne peuvent être précisées. On peut songer en premier lieu à des fonds de silos mais d’autres explications sont possibles, notamment celle d’excavations pratiquées dans les niveaux maçonnés de la domus pour la plantation d’arbres. Ni la morphologie de chacune, ni leur distribution, ni leur comblement ne permettent a priori de trancher. Toujours est‑il que leur présence, après l’abandon et le démantèlement de la maison, marque une mutation radicale dans le mode d’occupation du sol pour ce secteur de la ville après la fin de l’Antiquité.

270Aucun niveau structuré postérieur au comblement des fosses n’a été observé sur l’emprise de la fouille. Il semble bien qu’à l’instar du secteur des Hespérides, au nord, il n’y ait plus d’occupation continue du quartier jusqu’à l’Époque moderne, marquée sur le terrain des Bénédictins par la construction du petit hôtel inclus dans le programme immobilier contemporain.

2.4.5 Mise en séquence générale

271tabl. ii

272● Phase 1 (vie s.‑Ve s. av. n.è.)
Paléosols anthropisés, au contact du substrat : 7006 –/– 5008 et 5009.

273● Phase 2 (iie s.‑30 av. n.è.)
Structures construites : 8010 (8009 = tranchée de fondation, comblée par 8017) – 8013 (8012 = tranchée de fondation, comblée par 8024) – prolongée (?) par –/– 7007 – 7004 –/– 5005 et –/– 4023.
Niveaux : 7005 (grandes pierres plates) – 7003 et 7002 –/– 5006 et 5007 (de part et d’autre de 5005/4023) –/– 4014 –/– 6011 –/– 1016 –/– 2010 (ces quatre US correspondant aux sondages pratiqués sous les mosaïques après dépose).
Abandon, destruction, US virtuelles : 8019 (8011 = tranchée d’épierrement de 8010, 8018 = comblement de celle‑ci) – 8025 (8014 = tranchée d’épierrement de 8013, 8026 = comblement de celle‑ci) –/– 5004 –/– 4022.

274● Phase 3 (fin ier s.‑fin iiie s.)
Structures construites : 8006 (8020 = creusement du bassin, 8004 et 8015 = caniveaux) –/– 4008 – 4006 – 4004 –/– 1005 – 1009 –/– 2005 – 2022 – 2018 (fondation) + 2016 (briques crues).
Sols construits : 8008 (hérisson) + 8007 (mortier hydraulique) –/– 4013 (hérisson) + 4012 (mortier de pause) + 4011 (opus tessellatum) –/– 6003 (hérisson) + 6002 (opus signinum) – /– 1015 (hérisson) + 1014 (mortier de pause) + 1013 (opus tessellatum) –/– 2009 (hérisson) + 2008 (mortier de pause) + 2003 (opus signinum + tessellatum).
Enduits muraux : 4021 – 4015 + 4016 –/– 1020 – 1021 –/– 2024 – 2025.
Abandon, destruction, US virtuelles : 8005 –/– 4007 – 4019 (épierrement de 4006) + 4020 (comblement de la tranchée d’épierrement) + 4005 – 4003 –/– 1004 – 1008 –/– 2021 (épierrement de 2005) + 2006 (comblement) + 2004 – 2023 – 2026.

275● Phase 4 (ive s.)
1003 : aire à feu.
Niveaux de destruction générale : 8021 – 8016 + 8001 –/– 7001 5002 + 5001 –/– 4002 + 4001 –/– 6001 –/– 3001 – /. 1001 –/– 2002.

276● Phase 5 (Moyen Âge)
Fosses (chacune porte le numéro d’US de son comblement suivi de celui de son creusement) : 8002 (8022 = creusement) – 8003 (8023) –/– 5003 (5010) –/– 4009 (4017) – 4010 (4018) –/– 6004 (6012) – 6006 –/– 1011 + 1010 (1012) – 1007 (1019) – 1006 (1018) –/– 2013 (2020).

TABL. II – Tableau de mise en séquence générale.

2.5 Études de mobilier

2.5.1 Les monnaies du quartier des Bénédictins

277m.a.

Principales références bibliographiques

278CNHAAA : VILLARONGA (L.). — Corpus Nummum Hispaniae Ante Augusti Aetatem. Barcelone, 1994.

279Giard 1971‑1972 : GIARD (J.‑B.). — Le monnayage antique de Nîmes. École antique de Nîmes, 1971‑1972, p. 47‑60.

280LRBC : HILL (P. V.), KENT (J.P. C.). — Late Roman Bronze Coinage, Part I. The Bronze Coinage of the House of Constantine A.D. 324‑346. Londres, 1960.

281La Tour 1892 : LA TOUR (H. de). — Atlas des monnaies gauloises. Paris, 1892.

282Brenot, Sias 1981 : BRENOT (C.), SIAS (A.). — Archives de la Ville de Marseille. Cabinet des Médailles : catalogue du Fonds Général (Marseille, la Sicile et la Grande Grèce). Marseille, 1981.

283RIC I, 2 : SUTHERLAND (C.H.V.). — The Roman Imperial Coinage, I, 2 : 31 BC – AD 69. Londres, 1984.

284RIC II : MATTINGLY (H.), SYDENHAM (E.A.). — The Roman Imperial Coinage, Il : Antoninus Plus to Commodus. Londres, 1926.

285RIC III : MATTINGLY (H.), SYDENHAM (E.A.). — The Roman Imperial Coinage, III : Antoninus Plus to Commodus. Londres, 1930.

286RPC I : BURNETT (A.), AMANDRY (M.), RIPOLLÈS (P.P.). — Roman Provincial Coinage, Vol. I : From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC – AD 69). Londres – Paris, 1992.

287Savès 1976 : SAVÈ5 (G.). — Les Monnaies gauloises « à la croix ». Toulouse, 1976.

Catalogue

288Chaque monnaie fait l’objet d’une notice descriptive comprenant :
– l’identification de la monnaie (autorité émettrice, matière, date) ;
– la description du droit ;
– la description du revers ;
– le poids (en grammes), éventuellement le module (en millimètres) ;
– la référence bibliographique ;
– le numéro d’inventaire de fouille.

La Fontaine des Bénédictins 1982

Époques préromaine et républicaine

289● Nîmes

2901. AR, obole, ca. 40 av. J.‑C.
[Buste casqué et drapé à dr.]
NEM/COL dans une couronne
0,33 g
Giard 1971‑1972, 6 ; RPC I, no 519
US 7005

Haut‑Empire

291● Auguste

2922. Nîmes, dupondius, ca. 16/15‑3
IMP/DIVI F, bustes adossés d’Agrippa à g. et d’Auguste à dr.
COL NEM, crocodile
13,05 g
RPC I, no 523 (ca. 16/15 ‑10 : groupe I,
Auguste tête nue) ou 524 (ca. 9/8 – 3 : groupe ii, Auguste lauré) ; RPC I, no 523 ou 524
US 1011

293● Constant

2943. Arles, nummus au 1/192e de livre, 337‑ 341
CONSTANS‑PF AVG, buste lauré, drapé et cuirassé à dr.
GLORIA EXERCITVS, deux soldats tenant une enseigne ; G//SARL
1,45 g
LRBC I, 445
US 1006

Les Hespérides 1986

Époques préromaine et républicaine

295● Marseille

2961. AE, type au taureau cornupète à dr., fin iiie/iie s. av. J.‑C.
Tête laurée d’Apollon à g.
Taureau à dr. ; au‑dessus, croissant (?)
4,80 g ; 19 mm
Brenot, Sias 1981, p. 29‑30, groupe III, 18‑ 21
Hors stratigraphie

2972. AE, type au taureau cornupète à dr., fin iiie/iie s. av. J.‑C.
Tête laurée d’Apollon à g.
Taureau à dr.
3,61 g ; 19 mm
Brenot, Sias 1981, p. 29‑30, groupe III, 18‑ 21
US 33

2983. AE, type au taureau cornupète à dr., iie/ier s.
Tête laurée d’Apollon à dr.
MASSA, taureau à dr.
2,38 g ; 13‑15 mm
Brenot, Sias 1981, p. 30‑31, groupe iv, 22/1‑6 US 71

2994. AE, type au taureau cornupète à dr., IIe/Ier s.
Tête laurée d’Apollon à dr.
Taureau à dr.
1,71 g ; 14 mm
Brenot, Sias 1981, p. 30‑31, groupe iv, 22/1‑6
US 54

3005. AR, obole, 1re moitié du ier s. av. J.‑C.
Tête à g. ; N devant le cou
M A dans les rayons d’une roue
0,42 g
Marseille, FG, p. 26, groupe E, série 8
US 67

3016. AE, après 49 av. J.‑C.
Tête à dr.
Caducée ; dans le champ, [] F
2,79 g ; 11‑13 mm
La Tour 1892, 2015‑2051 ; Brenot, Sias 1981, p. 32, groupe V, 45/1‑21
US 44

3027. AE, après 49 av. J.‑C.
Tête à dr.
Proue à g.
2,09 g ; 10/11 mm
Brenot, Sias 1981, p. 32, groupe V, 50/1‑8
US 35

303● Namasat/Nîmes

304AE, 1er tiers du ier s. av. J.‑C.
Tête laurée d’Apollon à g.
NAMASAT, sanglier à g.
Giard 1971‑1972, 2

3058. 2,20 g
US 1

3069. 1,68 g
US 34
AE, semis (?), ca. 40 av. J.‑C.

30710. Buste casqué et drapé de
Mars/Nemausus à dr. ; derrière,
S [NEM COL], Hygeia/Salus debout à g.
2,06 g
Giard 1971‑1972, 7 ; RPC I, no 520
US 27

Haut‑Empire

308● Auguste

309Nîmes, dupondius, ca. 9/8 – 3 av. J.‑C.
IMP/DIVI F, bustes adossés d’Agrippa à g. portant la couronne rostrale et d’Auguste lauré à dr.
COL NEM, crocodile
RIC I, 2, 51/158 ; RPC I, no 524

31011. 13,13 g
US 45

31112. 13,11 g
US 27

31213. 8,98 g (1/2)
US 27
Nîmes, dupondius, 10‑14 (?)
IMP/DIVI F, bustes adossés d’Agrippa à g. portant la couronne rostrale et d’Auguste lauré à dr. ; dans le champ, P‑PCOL NEM, crocodile
RIC I, 2, 52/159‑161 ; RPC I, no 525

31314. 13,22 g
US 27

31415. 13,20 g
US 27

31516. 12,90 g
US 34

31617. 6,52 g (1/2)
US 27

31718. 5,10 g (1/2)
US 44
Nîmes, dupondius, ca. 9/8 – 3 av. J.‑C. ou 10 – 14 (?)

31819. 4,31 g (1/4)
US 34/42

319● Tibère

320Rome, as, 22/23 (?) – 30

32120. DIVVS AVGVSTVS PATER, tête radiée du Divin Auguste à g.
PROVIDENT S C, autel
8,52 g
RIC I, 2, 99/81
US 36

322● Claude

323Rome, as, 41 – 50 (?)

32421. Tl CLAVDIVS CAESAR AVG P M TR P
IMP, tête nue à g.
CONSTANTIAE AVGVSTI S C, Constantia
casquée, en habit militaire, debout à g., la main dr. levée, tenant une lance de la main g.
9,12 g
RIC I, 2, 127/95
US 88
Rome, as, 41 – 50 (?)

32522. []IVS CAESAR [], tête nue à g. SC,
Minerve à dr. brandissant une lance
8,08 g ; 24 mm
Type RIC I, 2, 128/100 ou 130/116
US 156

326● Nerva

327Rome, as, 97

32823. IMP []P M TR P COS III PP, tête laurée à dr.
AEQVITAS AVGVST S C, Aequitas debout à g. tenant une balance et une corne d’abondance
10,19 g
RIC II, 228/77
US 89 (1)

329● Trajan

330Rome, sesterce, 99/100 ou 101/102

33124. IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM
P M, tête laurée à dr.
[TR POT COS III ou iiii] S C, Concordia assise à g.
26,39 g
RIC II, 274/412 ou 275/430
US 1

332● Hadrien

333Rome, dupondius, 119‑121

33425. [IMP CAES] AR TRAIAN HADRIANVS
AVG P M TR P COS [iii], buste radié, drapé et cuirassé à dr.
FELICITAS AVGVSTI S C, Felicitas à g.
12,33 g
RIC II, 417/598b
US 35

335● Antonin

336Rome, sesterce, 145‑161

33726. ANTONINVS AVG‑PIVS P P TR P, tête laurée à dr.
COS IIII, Pax à g. ; dans le champ, PAX AVG SC
23,60 g
RIC III, 125/177
US 33/84

Les Villégiales des Bénédictins 1991‑1992

Époques préromaine et républicaine

338● Marseille

3391. AR, obole, iie/ier s.
Tête juvénile à g.
M A dans les rayons d’une roue
0,68 g
La Tour 1892, 714‑731 ; Brenot, Sias 1981, p. 27, groupe E, 5
US 2055, no 146

3402. AE, type au taureau cornupète à dr., iie/ier s.
Tête laurée d’Apollon à g.
MASSA, taureau à dr.
1,92 g ; 15 mm
La Tour 1892, 1828‑1829 ; Brenot, Sias 1981, p. 30, groupe iv, 22/1‑6
US 1001, no 92

3413. AE, après 49 av. J.‑C.
Tête à dr.
Caducée
2,00 g ; 12 mm
La Tour 1892, 2015‑2051 ; Brenot, Sias 1981, p. 32, groupe V, 45/1‑21
US 2040, no 5

342● Gaule méridionale

3434. Imitation marseillaise
Tête à dr.
Taureau à dr.
1,40 g ; 11 mm
HS, no 75

344● Volques

3455. AE, 2e tiers du ier s. av. J.‑C.
Buste de Diane ; devant, AR VOLC, aigle sur palme
1,15 g
La Tour 1892, 2650‑2656
HS, no 6

346● Longostalètes

3476. AE, 1re moitié ier s. av. J.‑C. (fig. 108)
Tête diadémée à dr.
Corne d’abondance
4,34 g ; 16 mm
CNHAAA 435/8
US 2051, no 134

FIG. 108 – Les Villégiales des Bénédictins. Monnaie des Longostalètes (no 6).

cl. M. Amandry/BNF

Monnaies à la croix

348Groupe à la tête négroïde, fin iie/début ier s.

349Tête négroïde à g.
3 besants et un anneau surmontés de
4 lunules dans les cantons de la « croix » bouletée au centre
Savès 1976 no 75‑77.

3507. 2,93 g (fig. 109)
HS, no 158

3518. 2,64 g (fig. 110)
US 2000, no 3

FIG. 109 – Les Villégiales des Bénédictins. Monnaie à la croix (no 7).

cl. M. Amandry/BNF

FIG. 110 – Les Villégiales des Bénédictins. Monnaie à la croix (no 8).

cl. M. Amandry/BNF

352● Arvernes

3539. Bronze frappé
[EPAD], buste casqué à dr.
Guerrier tenant une enseigne, un bouclier et une lance
2,34 g
La Tour 1892, 3907‑3912
US 3007, no 243

Haut‑Empire

354● Auguste

355Nîmes, dupondius, 10‑14 (?)

356IMP/DIVI F, bustes adossés d’Agrippa à g. portant la couronne rostrale et d’Auguste lauré à dr. ; dans le champ, P‑P COL NEM, crocodile
RIC I, 2, 52/159‑161 ; RPC I, no 525

35710. 13,38 g
US 2080, no 172

35811. 5,08 g (1/2 Agr.)
HS, no 8

35912. 4,56 g (1/2 Aug.)
US 2084, no 207
Lyon, semis, 10‑14

36013. [], tête de Tibère à g.
Autel de Lyon, ROM ET AVG
5,08 g
US 1127, no 39

361● Caligula

362Rome, as, 37‑41

36314. M AGRIPPA L F COS iii, tête d’Agrippa à g.
SC, Neptune
11,51 g
RIC I, 2, 112/58
US 2084, no 208

364● Néron
Lyon, as, ca. 66

36515. IMP NERO CAESAR AVG P MAX TR P
PP, tête nue à g. avec globule à la base du cou
SC, Victoire à g. tenant un bouclier inscrit
SPQR
11,11 g
RIC I, 2, 182/544
US 2080, no 181

366● Commode

367Rome, sesterce, 184

36816. M C] OMMODVS AN‑TON AVG PIVS BRIT, tête laurée à dr.
[PM TR P VIIII IMP VII COS IIII PP ; ITALIA à l’ex.] SC, l’Italie assise à g. sur un globe tenant une corne d’abondance et un sceptre
18,71 g
RIC III, 416/438
US 2080, no 182

Monnaies non identifiables

36917. HS no 7 désintégrée au nettoyage

37018. US 1054, no 120, 0,71 g

Commentaire

  • 7 Zac des Halles, Villa Roma, Maison carrée entre autres. Pour une première approche du numéraire cir (...)

371Le matériel numismatique récolté sur le quartier antique des Bénédictins est trop peu abondant (45 pièces) pour permettre de longues considérations sur la circulation monétaire à Nîmes. Celle‑ci ne pourra être envisagée qu’avec l’analyse des nombreux documents monétaires découverts lors des fouilles qui se sont déroulées ces dernières années7.

372L’inventaire précis du matériel a été donné plus haut dans le catalogue. Le tableau iii visualise le numéraire en circulation. La fouille n’a pas renouvelé la chronologie de certaines espèces préromaines et républicaines, souvent découvertes dans des fosses postérieures, remblais ou comblements.

TABL. III – Comptage et identification des monnaies du quartier des Bénédictins.

373Les découvertes de monnaies préromaines, républicaines et romaines s’équilibrent : 20 contre 25.

  • 8 À Lattes, 180 monnaies marseillaises pour un total de 274 (Py 1990b : 377‑ 390).

374Pour les époques préromaine et républicaine, le monnayage de Marseille domine, sans toutefois écraser les autres numéraires, comme à Lattes par exemple8. À l’exception de deux moyens bronzes relativement anciens (Hespérides, nos 1 et 2), le reste du numéraire marseillais et associé est datable essentiellement du ier s. av. J.‑C. On notera la rare monnaie des Longostalètes (Les Villégiales, no 6).

375Parmi les 25 monnaies romaines, 14 sont des dupondii nîmois, entiers ou coupés, la plupart du groupe III daté de la fin du règne d’Auguste. Le reste du matériel s’échelonne de Tibère à Commode, avec une monnaie résiduelle de Constant (Fontaine des Bénédictins, no 3).

2.5.2 Deux ensembles de céramiques du Haut‑Empire

376m m. avec la collaboration de h p.

Introduction

377Les sites étudiés dans cet ouvrage se caractérisent tous par une relative pauvreté en lots homogènes de céramiques. Cela tient, pour l’un d’entre eux (La Marseillaise), à l’ancienneté des fouilles et, pour les autres (La Fontaine des Bénédictins, Les Villégiales et Les Hespérides), aux conditions d’urgence ou aux choix méthodologiques. Les datations proposées dans le chapitre 2 sont, en général, étayées par une courte liste des principales formes de vaisselle fine reconnues. Une étude exhaustive du mobilier n’aurait présenté, faute de lots alliant qualité et quantité ou de séquences stratigraphiques bien individualisées, qu’un intérêt mineur. Il nous a paru beaucoup plus utile de ne traiter que deux ensembles parmi les plus cohérents : l’un aux Hespérides (US 106), l’autre aux Villégiales (US 4005). Notre propos est, ainsi, de mettre en place de nouveaux jalons pour la connaissance de la céramique d’époque romaine en Languedoc oriental. À Nîmes, les principaux articles sur le sujet, mis à part les études ponctuelles liées aux propositions de datation de sites fouillés, ne sont pas légion : un niveau des années 16‑15 av. J.‑C. (Py 1981b), un ensemble clos d’époque augustéenne (Genty 1981), l’étude du mobilier de l’Antiquité tardive retrouvé dans le comblement d’un puits du site des AGF (Raynaud 1990a : 244‑250 ; Darde et al. 1990c : 55‑62) et plusieurs ensembles tardifs de la Zac des Halles (Manniez 1993). Pour le Languedoc oriental, on peut citer, entre autres références principales, les études exhaustives consacrées aux sites d’Ambrussum (Fiches 1986 ; 1989), de Lunel‑Viel (Raynaud 1990b) et, plus récemment, de Lattes (Fiches 1994a).

  • 9 Les catégories utilisées renvoient donc toutes au Dictionnaire des Céramiques Antiques en Méditerra (...)

378Cette contribution participe également aux travaux collectifs régionaux menés sur la céramique, dont une première synthèse a été présentée dans le cadre d’un Dictionnaire des céramiques antiques en Méditerranée nord‑occidentale (Py 1993b). Cet ouvrage est loin d’être parfait, comme les auteurs l’indiquent d’ailleurs eux‑mêmes en le qualifiant de « premier débroussaillage » (Py 1993b : 13). On y relève, en effet, plusieurs problèmes de chronologie, de classement encore mal organisé, de subtilités de distinction entre catégories ou types, parfois difficiles à appréhender : certains utilisateurs s’en sont d’ailleurs fait l’écho (Fiches 1994a : 372, n. 2). On notera, par exemple, les difficultés de distinction qui subsistent au sein des céramiques communes entre celles à pâte kaolinitique et celles à pâte sableuse réductrice. Si le tri d’un ensemble céramique permet de distinguer assez facilement les éléments appartenant de façon certaine à ces deux catégories, il entraîne, en général, l’émergence d’une troisième catégorie pour laquelle le doute subsiste. Pour notre part, nous avons décidé de classer9 ces tessons –ni tout à fait kaol, ni tout à fait sabl‑r– dans les sabl‑r, ce afin de ne conserver en pâte kaolinitique que les éléments les plus sûrs. Quoi qu’il en soit, l’effort collectif ayant permis la publication de ce dictionnaire est méritoire et l’évolution future du projet dépend en grande partie de documents complémentaires tels que ceux que nous proposons ici.

379Malgré les imperfections soulignées plus haut, les principales références catégorielles et typologiques adoptées ici sont tirées de ce dictionnaire. On s’est adapté, sans grandes difficultés, aux principales catégories définies, depuis longtemps utilisées à Nîmes. L’analyse des deux ensembles présentée ci‑dessous a cependant permis de cerner une nouvelle catégorie de céramiques à pâte sableuse, jusqu’alors peu mise en évidence : les céramiques à pâte gardoise (ci‑après sabl‑gard), dont les caractéristiques seront définies en conclusion.

Les Hespérides

Description

380L’unité stratigraphique 106 correspond à un niveau de sol reconnu dans une cour (espace C6) localisée dans la partie basse du site, immédiatement à l’est de la rue pavée N‑S (cf. supra § 2.3). Ce sol est caractérisé par un sédiment argilo‑sableux incluant une grande quantité de charbons de bois. Sa surface a pu être clairement repérée grâce à la présence de nombreux fragments de céramique, souvent de petite taille, et de coquillages reposant à plat. Il est en relation avec le sol (US 128) de la pièce C5 voisine, tous deux marquant le dernier état d’occupation de ce secteur.

381La fouille n’ayant pas été poursuivie sous le sol, on manque d’informations sur les états antérieurs. On notera simplement qu’il reposait sur un niveau d’argile très compacte, de couleur brune, assimilable à un remblai de nivellement.

382Il est directement surmonté par plusieurs niveaux d’abandon (US 107, 89, 80 et 81). Des quelques informations chronologiques fournies par ceux‑ci, on retiendra la présence, dans l’US 107, d’un bol quasi complet en céramique africaine claire A de forme Hayes 8A et, dans l’US 89, de quelques fragments de sigillée sud‑gauloise (Drag. 18, Drag. 16, Ritt. 4, Ritt. 8 et Ritt. 13). Les US 80 et 81, qui signent la dernière phase d’abandon et scellent l’arase de tous les murs, ont également fourni des sigillées du sud de la Gaule (Drag. 37, Drag. 18b, Drag. 35/36, Drag. 15/17, Drag. 29a, Drag. 24/25, Ritt. 8) ainsi que 6 bords de céramique africaine de cuisine (Hayes 23B et Hayes 197) et 2 bords de céramique claire B (Desbat 16).

383Les niveaux d’abandon initial de l’espace (US 107 et 89) sont peu homogènes, mais les éléments les plus récents couvrent la fin du ier s. ap. J.‑C. et le premier tiers du siècle suivant. Le site est ensuite transformé en zone de décharge, ce dont témoignent les US 80 et 81 qui comprennent, mis à part les sigillées du sud de la Gaule, des céramiques africaines de cuisine et des céramiques claires B qui caractérisent plutôt la seconde moitié du iie s.

Le mobilier céramique

  • 10 Sur les méthodes de tri et de comptage et les tableaux, voir Py, Adroher‑Auroux 1991.

384L’intérêt de cet ensemble provient principalement de sa relation avec le sol d’une aire ouverte sur lequel mobilier céramique et autres déchets ont été rejetés durant une période sans doute assez courte, suivie d’un abandon définitif (fig. 111, tabl. iv). Il comprend 1 150 fragments pour, au minimum, 45 vases individualisés10. Il a été étudié en collaboration avec H. Pomarèdes.

FIG. 111 – Les Hespérides. US 106. 1‑3 céramiques à parois fines ; 4, 5 céramiques africaines de cuisine ; 17, 24 pâte sableuse gardoise ; 6‑10, 13, 14, 18, 20, 22, 23 pâte sableuse réductrice ; 11, 25 pâte sableuse oxydante, 12, 15, 16, 19, 21, 26 pâte kaolinitique ; 27, 28 pâte claire récente.

DAO M. Monteil, H. Pomarèdes/Afan

TABL. IV – Les Hespérides, US 106. Typologie et statistique des céramiques. NFR nombre de fragments total, NMI nombre minimum d’individus avant appariement ou collage, NBD nombre de bords après appariement ou collage, ind. indéterminé, nc. non classé (dans Dicocer), var. variante d’une forme connue du Dicocer.

La vaisselle fine

385Elle est représentée ici par deux types de gobelets à parois fines de forme Mayet 37 (fig. 111, nos 1, 2) et Mayet 42 (fig. 111, no 3). Le premier type couvre l’ensemble du ier s., mais il domine nettement dans le dernier quart de ce même siècle (Fiches 1989 : 96). Le second est surtout attesté dans le courant de la seconde moitié du ier s. ap. J.‑C. (Mayet 1975 : forme XLII). À ces éléments s’ajoute un fragment de coupe en sigillée sud‑gauloise de forme Ritt. 12, datée des années 40‑70.

Les céramiques communes

386La céramique africaine de cuisine est illustrée par deux couvercles Hayes 196 (fig. 111, nos 4, 5). Cette forme est datée des années 70‑250 ap. J.‑C. (Hayes 1972 : 208‑209 ; voir aussi la notice de Raynaud, in Py 1993 b : 89).

387Les céramiques à pâte sableuse couvrent 75 % de l’échantillon contre 25 % pour les vases à pâte claire. Au sein des premiers, c’est le mode de cuisson réducteur qui domine largement (80 %) sur la cuisson oxydante. Cette dernière est surtout représentée par des pâtes dites gardoises.

388Les urnes sont pourvues soit d’un bord épaissi arrondi (fig. 111, no 6 –pouvant être une variante de la forme sabl‑or A3– et no 7), soit d’un bord en amande (forme sabl‑or A2) (fig. 111, nos 8‑10), ou encore d’un bord en bourrelet pincé (sabl‑or A4) (fig. 111, no 11). On note également un bord triangulaire en pâte kaolinitique (fig. 111, no 12), plus proche de la forme sabl‑or F2 que de la forme kaol F2. Un Bord d’un type très proche a été reconnu à Ambrussum et semble bien attesté dès le iie s. ap. J.‑C. (Fiches 1989 : 112, fig. 74, no 13). Enfin, on ajoutera une petite urne/gobelet, en sabl‑r, à bord quadrangulaire légèrement convergent, souligné par une gouttière supérieure (fig. 111, no 13) et une petite urne à bord mince vertical, en sabl‑r (fig. 111, no 14). Les couvercles s’apparentent à la forme kaol E3 (fig. 111, nos 15, 16) ou à une variante de la forme sabl‑or E5, en pâte gardoise, avec bord à marli quadrangulaire (fig. 111, no 17).

389Les trois exemplaires de cruches reconnus sont, l’un de petit diamètre à lèvre quadrangulaire et anse unique (fig. 111, no 18), et les deux autres, en kaol et en sabl‑r, d’un type proche de la forme sabl‑or F4, à lèvre en amande (fig. 111, nos 19, 20).

390Les marmites sont de types kaol B8 et sabl‑or B8, à bord à marli (fig. 111, nos 21, 22). Un plat de type sabl‑or C3 a également été identifié (fig. 111, no 23, en sabl‑r).

391Les trois fonds plats représentés sont l’un en sabl‑gard (fig. 111, no 24), l’autre en sabl‑o (fig. 111, no 25) et le dernier en kaol (fig. 111, no 26).

392Enfin, les vases à pâte calcaire sont représentés par une cruche (cl‑rec 3i) à une anse et bord en amande avec creux interne (fig. 111, no 27) et par une probable urne à bord épaissi arrondi et gorge intérieure (fig. 111, no 28). Cette dernière est très proche des formes d’urnes sabl‑or A4.

Les amphores

393On se contentera ici, faute d’un échantillonnage statistique suffisant, de remarquer la quantité assez étonnante –mais il s’agit sans doute d’un seul individu, peut‑être réutilisé– de panses d’amphore massaliète impériale, ou qui du moins s’y apparentent (pâte calcaire fortement micacée et de couleur beige).

Datation

394La présence des céramiques africaines de cuisine de type Hayes 196 ainsi que les datations proposées pour l’abandon du secteur (courant de la première moitié du iie s. ap. J.‑C.) nous incitent à placer la constitution de cette couche dans le courant des années 75‑125 ap. J.‑C.

Les Villégiales

Description

395L’unité stratigraphique 4005 désigne le comblement d’une fosse oblongue, à parois verticales (FS106). Située dans l’angle S‑E de l’espace B6, interprété comme étant un jardin (cf. infra § 3.4), contre le mur MR167, elle s’engageait au‑delà des limites de fouille et n’a donc été que partiellement fouillée. Le comblement est constitué de nappes cendreuses, limoneuses et argileuses entremêlées. Outre une grande quantité de fragments de céramiques et de petits objets, il incluait plusieurs fragments de tuiles et d’enduits peints ainsi que du mortier, des os et des charbons de bois.

Le petit mobilier

3961. 1 lampe à huile à bec en volutes, profil chanfreiné et médaillon décoré d’une couronne de lauriers. 10 fragments.

3972. 64 fragments de lampes à huile diverses correspondant au moins à 10 individus.

3983. 1 balsamaire complet en verre.

3994. 69 panses, 2 fonds et 10 bords de vaisselle en verre (assiettes, coupelles, gobelets, etc.).

4005. 1 peson de forme pyramidale en terre cuite beige ; haut. 105 mm, base 60 x 50 mm.

4016. 1 élément de charnière en os de type Béal A. XI.2 ; long. 40 mm, diam. 25 mm.

4027. 2 fragments de fûts d’épingle ou d’aiguille en os.

4038. 1 pion de jeu en os, lisse et circulaire de type Béal A. XXXIII.2 ; diam. 12 mm, ép. 2 mm.

4049. 1 pion de jeu en verre bleu opaque ; diam. 11 mm, ép. 5 mm.

40510. 1 jeton (?) en pierre (galet naturel de forme circulaire) ; diam. 13 mm, ép. 2,5 mm.

40611. 1 fragment de tôle circulaire en bronze conservée au tiers et percée en son centre ; applique circulaire (?) ; diam. restitué 45 mm, ép. 1,5 mm.

40712.1 fibule en bronze de type indéterminé.

40813. 1 clou décoratif en bronze à tête plate circulaire ; haut. 8 mm, diam. 12 mm.

40914. 1 tige en bronze indét. en 5 fragments ; long. act. 74 mm.

41015. 1 tige en bronze de section rectangulaire, repliée en forme de U ; long. act. 24 mm, larg. act. 17 mm, ép. 5 mm.

41116. 1 fragment de plaque en bronze ; long. act. 20 mm, larg. act. 18 mm, ép. 2 mm.

41217. 1 pointe effilée en bronze de forme conique ; long. act. 41 mm.

41318. 11 clous en fer.

41419. 1 tige de fer, de section circulaire, repliée en forme de U ; long. act. 60 mm, larg. 50 mm, ép. 14 mm.

Le mobilier céramique

415Le mobilier de cette fosse‑dépotoir est caractérisé par un fort taux de collage ou d’appariement qui permet de reconstituer plusieurs formes archéologiquement complètes (fig. 112‑114, tabl. v). Il s’est constitué dans un laps de temps relativement court et offre ainsi une sorte d’instantané de la vie domestique dans la maison B. Toutes les catégories (céramique fine, céramiques communes, amphores, dolium) sont bien représentées au travers des 1 380 fragments comptabilisés, dont 121 bords reconnus ; ce qui lui donne un certain poids statistique.

FIG. 112 – Les Villégiales des Bénédictins. US 4005. 1, 2, 4‑6 sigillées du sud de la Gaule ; 3 sigillée italique ; 7, 8 céramiques à parois fines ; 9, 12, 13 céramiques à pâte claire engobée ; 10, 11 céramiques à pâte claire et cuisson réductrice ; 14, 15 mortiers à pâte claire ; 16‑23 céramiques à pâte claire.

dess. V. Mathieu

FIG. 113 – Les Villégiales des Bénédictins. US 4005. 24‑30 amphores ; 31, 32, 38 pâte sableuse oxydante ; 33‑37, 39‑42 pâte sableuse gardoise.

dess. V. Mathieu

FIG. 114 – Les Villégiales des Bénédictins. US 4005. 43‑49, 51 pâte sableuse réductrice ; 50 pâte sableuse oxydante ; 52‑57 pâte kaolinitique.

dess. V. Mathieu

TABL. V – Villégiales des Bénédictins, US 4005. Typologie et statistique des céramiques. NFR nombre de fragments total, NMI nombre minimum d’individus avant appariement ou collage, NBD nombre de bords après appariement ou collage, ind. indéterminé, nc. non classé (dans Dicocer), var. variante d’une forme connue du Dicocer.

La vaisselle fine

416Elle est dominée par la sigillée sud‑gauloise (fig. 112, nos1‑6, sauf 3) dont l’essentiel des formes appartient à des productions qui débutent aux alentours immédiats du milieu du ier s. ap. J.‑C. (Drag. 37a, Drag. 22a, Drag. 24/25b, Drag. 18b, Ve. A1/A2 [= Drag. 35/36], Drag. 27b, Drag. 29b). On mettra à part le bord no 5 qui pose un problème d’identification, mais pourrait se rapprocher de la forme Hermet 24 dont la production ne démarre qu’à compter de 80 ap. J.‑C. Un bord d’assiette en sigillée italique (fig. 112, no 3) de forme Sig. it. 18.2. (= Halt. 2), très usé, est sans aucun doute intrusif.

417La céramique à parois fines est représentée par deux types de gobelets (fig. 112, nos 78), de formes Mayet 37 et Mayet 42, comparables à celles de l’US 106 du site des Hespérides.

418On a également intégré dans la vaisselle fine les céramiques à pâte calcaire engobée. Cette catégorie est comptabilisée avec les céramiques communes dans les tableaux liés aux fouilles de Lattes (Fiches 1994a : fig. 14a). Claude Raynaud soulève bien le problème de sa place en lui attribuant une position intermédiaire entre les céramiques communes à pâte claire, dont elle partage les formes et les fonctions, et les céramiques fines pour sa vocation de vaisselle fine (voir la notice de Raynaud, in Py 1993b : 198). Jean‑Luc Fiches, à l’inverse de son étude sur le site de Lattes, les qualifie, à Ambrussum, de « céramiques à revêtement argileux » et les intègre dans la vaisselle fine, en parallèle avec la verrerie (Fiches 1989 : 103). Il nous a semblé que c’était bien là, en effet, leur groupe d’appartenance. On ajoutera, enfin, que leur poids statistique est sans aucun doute sous‑estimé, du fait de la fragilité de l’engobe qui peut aisément les transformer en simples céramiques à pâte calcaire (voir la notice de Raynaud, in Py 1993b : 198). Quoi qu’il en soit, cette catégorie est, ici aussi, bien représentée que la sigillée sud‑gauloise. Elle est nettement dominée par le bol de forme cl‑eng. B1 (fig. 111no 9), autrement dénommé bol de Nîmes et reconnu à Ambrussum (Fiches 1986 : 65 ; 1989a : 103) ou à Lunel‑Viel (Raynaud 1990b : 126, fig. 60). Cette production particulière, probablement d’origine régionale, apparaît dès le milieu du ier s. ap. J.‑C. et perdure dans le courant du iie s. ap. J.‑C.

419Un autre type a pu être caractérisé ; il s’agit d’une petite urne/gobelet à bord simple, gorge intérieure et engobe orangé mat pour l’un (fig. 112, no 12) et brun pour l’autre (fig. 112, no 13).

Les céramiques communes

420● À pâte calcaire (cl‑rec)

421On a isolé, dans cette catégorie, un type de vase caractérisé par une pâte calcaire à cuisson réductrice et à parois minces qui a pu, à l’origine, être revêtue d’un engobe noir. Cette production spécifique a livré deux formes d’urnes/gobelets distinctes, l’une à bord épaissi arrondi déversé, col court et carène marquée par un sillon intérieur (fig. 111, no 10), l’autre à bord déversé et lèvre simple, col court avec sillon extérieur au contact col/panse (fig. 111, no 11). Un exemplaire identique au no 10 a également été reconnu en pâte sableuse réductrice.

422Les mortiers sont tous pourvus d’un bord à bandeau lisse de forme cl‑rec 19b (fig. 111, nos 14, 15).

423Les cruches sont les mieux représentées dans le groupe, avec 7 vases parmi lesquels dominent les formes cl‑rec 3g à bord à gorge intérieure, embouchure ronde et étroite, attache supérieure de l’anse sous le col (fig. 111, nos 1920). Un exemplaire (fig. 111, no 21) se distingue par un col plus court, une anse oblique et une panse globulaire large. Deux vases, non dessinés, appartiennent également à cette série mais avec un col haut (cl‑rec 3f). Enfin, une dernière cruche à bord mouluré (fig. 111, no 18 = cl‑rec 4c) et une autre avec bord à bandeau également mouluré (cl‑rec 5e, non dessinée) complètent cet inventaire.

424Une probable urne (fig. 111, no 16), assez bien représentée (4 bords), possède un bord quadrangulaire épaissi et une paroi convexe. Une autre (fig. 111, no 17) est marquée par un bord simple déversé qui n’est pas sans parentés avec l’urne en pâte calcaire à cuisson réductrice no 11.

425Un autre vase (fig. 111, no 22), à deux anses, se rapproche des petites amphores de forme cl‑rec 9e1 à bord légèrement rentrant et lèvre soulignée par une rainure.

426Enfin, une urne/gobelet s’individualise sous la forme d’un bord simple convergent (fig. 111, no 23).

427● À pâte sableuse

428Signalons, tout d’abord, la présence anecdotique d’un fond de céramique commune italique, pas forcément intrusif s’il se rattache bien au type de grand plat à bord rainuré de forme com‑it 6c, encore produit au ier s. ap. J.‑C.

429Les quatre autres catégories distinguées (sabl‑o, sabl‑r, kaol, sabl‑gard) ne semblent pas, comme on l’a remarqué par ailleurs, se différencier du point de vue typologique. Seules, peut‑être, les pâtes sableuses gardoises pourraient englober certaines formes spécifiques.

430Les marmites sont exclusivement représentées par le type B8 –caréné et à panse cylindro‑conique–, en sableuse réductrice (fig. 114, no 45 : l’exemplaire dessiné est une variante basse) mais également en sableuse gardoise ou oxydante.

431Huit plats sont de forme C3 –à lèvre en bourrelet quadrangulaire/arrondi– en sableuse gardoise ou oxydante (fig. 113, no 38), ou de forme C 13 –tronconique avec marli incliné vers l’intérieur– (fig. 114no 43 en sableuse réductrice). Deux plats (dont le no 44, fig. 114, en sabl‑r) s’apparentent au type sabl‑or C2 à lèvre aplatie et sillon supérieur. Quatre exemplaires en sabl‑r ont un profil compris entre les formes sabl‑or C2, C3 et C 13 (fig. 114, no 47), avec marli peu prononcé, incliné vers l’intérieur et sillon supérieur. Enfin, une assiette/écuelle est typique de la forme C1 à lèvre épaissie (fig. 114, no 48 en sabl‑r).

432Neuf exemplaires de cruche trilobée (forme F1) ont pu être reconnus en sableuse gardoise (fig. 113, no 39), sableuse réductrice de petit module (fig. 114, no 51) et pâte kaolinitique (fig. 114, no 52). Deux autres, de type F4 à col large et lèvre en amande, coexistent en pâte kaolinitique (fig. 114, no 54) et sableuse réductrice. Enfin, un pichet de petite taille à lèvre fine en bandeau et gorge interne a pu être distingué en sableuse gardoise (fig. 113, no 36).

433Les urnes à bord en bourrelet pincé et panse ovoïde (type sabl‑or A4) ont pu être reconnues en sabl‑gard (fig. 113, nos 34, 35), en sabl‑o (fig. 113, no 32) et en sabl‑r (fig. 114, no 49). Le vase no 33 (fig. 113), en sabl‑gard, s’en rapproche mais avec un bord à facettes et angles vifs. Deux vases s’apparentent au type sabl‑or A2, à lèvre en amande et replat interne : 1 exemplaire en kaol (fig. 114, no 55) et 1 exemplaire identique en sabl‑r (non dessiné). Un autre, en sabl‑r (fig. 114, no 46), se rapproche du type sabl‑or A6 – col haut et bord à marli, contact col/panse marqué par un léger ressaut. Le no 53 (fig. 114), en kaol, appartient au type kaol A10, à panse globulaire et bord oblique à méplat. Enfin, quatre autres types d’urnes n’ont pu être mis en relation avec l’inventaire proposé par le Dicocer (Py 1993b) :
– une urne/gobelet, en sabl‑gard, à bord mince incliné vers l’extérieur (fig. 113, no 41) qui pourrait, peut‑être, tirer son origine des gobelets à paroi fine de forme Mayet 24 ;
– un vase à lèvre triangulaire et col rentrant vers l’intérieur en sabl‑o (fig. 114, no 50) ;
– deux urnes à bord quadrangulaire en poulie et avec gorge interne en kaol (fig. 114, nos 56, 57) ;
– une urne/gobelet en sabl‑r, en tout point identique au vase no 10 (fig. 112) en pâte calcaire à cuisson réductrice.

434Les couvercles sont peu nombreux (4 exemplaires) et semblent tous appartenir au type sabl‑or E2, comme l’exemplaire en sabl‑o (fig. 113, no 31).

435Les céramiques à pâte gardoise incluent, de surcroît, deux bords qui s’apparentent à des amphores de petit module (fig. 113, no 37 = A‑Gaul 1 ? ; no 40 = A‑Gaul 2 ou variante de A‑Gaul 1 ?) ainsi qu’une petite coupelle à lèvre mince, proche de la forme sabl‑or Cl (fig. 113, no 42).

Amphores et dolia

436Les amphores sont représentées par plusieurs exemplaires d’amphore gauloise 1 à pâte sableuse (fig. 113, nos 26, 27, 28) ou à pâte calcaire (fig. 113, no 25), par deux bords d’amphore de Bétique Dressel 7/11 (fig. 113, nos 24, 29) et par un bord indéterminé d’amphore massaliète impériale (proche A‑M‑I 7 ?) (fig. 113, no 30).

437Le dolium, enfin, est présent sous la forme de 13 fragments dont 2 bords à lèvre aplatie et bord convergent.

Proposition de datation et analyse statistique

438La datation de cet ensemble repose en grande partie sur les sigillées sud‑gauloises et il est vraisemblable qu’on se place ici entre 60 ap. J.‑C. (date d’apparition de la forme Drag. 37, bien représentée) et 80/90 (date de disparition des formes Drag. 24/25b, Drag. 29b et Drag. 22a). L’élément le plus récent, si son identification est correcte, est la forme Hermet 24 datée des années 80/130. L’ensemble des autres céramiques fines ou communes, surtout caractéristiques de la seconde moitié du ier s. et de la première moitié du iie s. ap. J.‑C., ne contredit pas cette proposition, encore étayée par l’absence de céramique africaine de cuisine qui est bien représentée à Nîmes dès les années 70/80 ap. J.‑C.

439Les nouveaux types mis en évidence dans cette étude sont peu nombreux au regard de l’ensemble, qui s’apparente largement aux céramiques déjà reconnues par ailleurs. On trouvera de multiples comparaisons dans les figures 114 et 115 qui illustrent le mobilier des années 50‑ 150 ap. J.‑C. des fouilles de Lunel‑Viel (Raynaud 1990b : 226‑227). De même, de nombreuses similitudes peuvent être constatées avec le mobilier de la maison A d’Ambrussum, plus particulièrement daté de la période 60‑80 ap. J.‑C. (Fiches 1986 : 63‑112) mais aussi avec celui de la phase Va du quartier bas de ce même site (Fiches 1989 : 95‑129).

440On a vu, au fil de l’analyse, la diversité des formes, des catégories et des types de céramiques ; diversité si notable que l’interprétation de cet ensemble comme étant un dépotoir domestique, lié à une courte période de l’occupation, semble évidente. Cette constatation ainsi que le nombre de fragments comptabilisés autorisent donc, nous semble‑t‑il, une comparaison statistique avec d’autres études microrégionales.

441Pour cet ensemble, le pourcentage de fragments de céramiques fines, par rapport aux communes, est de 9,2 %. Il serait cependant sensiblement accru si l’on y intégrait le verre (13,7 %) ou encore, même si elle n’est pas représentée, la vaisselle métallique. À l’intérieur des céramiques communes, la cuisson réductrice (71 %) l’emporte nettement sur le mode oxydant. Au sein de ce dernier, les pâtes gardoises dominent largement avec 87 % du total.

442Le mobilier lattois de la seconde moitié du ier s. ap. J.‑C., récemment étudié par Jean‑Luc Fiches (1994a : 349‑357), représente un volume de tessons qui peut autoriser une étude comparative (2 303 contre 1 380 pour l’US 4005). On notera que la proportion de vaisselle par rapport aux amphores et dolia est ici légèrement supérieure (89 % contre 72 %). Les céramiques communes recouvrent, pour l’US 4005, 90 % des tessons de vaisselle contre 93 % à Lattes. De même, la proportion des céramiques à pâte calcaire est très équivalente (33 % contre 27,2 % à Lattes).

443Dans le quartier bas d’Ambrussum, le mobilier de la période Va (50/75 ap. J.‑C.) peut également être comparé à celui du dépotoir 4005. On remarquera, par exemple, que les pourcentages de vaisselle fine ou de pâte calcaire, par rapport au total de la vaisselle, sont assez comparables (15,5 % contre 13,7 % à Nîmes ; 26,32 % contre 29,8 % à Nîmes) (Fiches 1989 : 113, tabl. 35).

444Par contre, on peut relever à Nîmes l’absence de céramiques fumigées (8 % à Lattes) et à points de chaux (31 % à Lattes). À Ambrussum, entre 60 et 80 ap. J.‑G., cette première catégorie représente moins de 5 % du total des céramiques réductrices, et la seconde entre 10 et 15 % (Fiches 1989 : fig. 64). L’absence de céramiques à points de chaux semble confirmée dans les tris d’autres ensembles nîmois, ce qui, sous réserve de confirmation, pourrait laisser penser qu’une limite d’extension vers l’est de cette production doit être recherchée entre Nîmes et Ambrussum, peut‑être au niveau du fleuve Vidourle.

Conclusion

  • 11 Cet article a profité des remarques de fond et de forme de Sébastien Barberan, Jean‑Luc Fiches, Yve (...)

445Les deux ensembles étudiés ici s’insèrent assez bien dans le contexte plus général du Languedoc oriental et contribuent à la connaissance du mobilier plus spécifiquement nîmois11.

446On retiendra surtout ici la proposition de création d’une nouvelle catégorie : les céramiques communes à pâte gardoise. Elles sont caractérisées par une pâte sableuse, dure, souvent feuilletée, à dégraissant sableux et micacé plus ou moins abondant, et arborent des teintes allant du beige à l’orangé, en passant par le rosé. Parfois, on note également la présence d’une couverte orangée, à l’intérieur et/ou à l’extérieur, peu adhérente (lait d’argile ?). Elles ont, sans aucun doute, un lien étroit avec les productions d’amphores gauloises à pâte similaire (Laubenheimer 1985), mais seule une analyse physique serait à même de confirmer leur parenté. On pourrait également les associer aux céramiques communes à pâte kaolinitique qui livrent des vases « à post‑cuisson oxydante, à ton rosé, lie de vin, jaune orangé ou brun » (voir notice de Raynaud in Py 1993b : 488), mais leur spécificité locale nous pousse à les isoler. Le répertoire de formes reconnues au sein des deux ensembles analysés comprend : –des éléments peu différents de ceux classés dans les catégories sabl‑or et kaol (urnes de forme A4, cruches trilobées de forme F1, marmites de forme B8 ou C3...) ;– des vases semble‑t‑il plus originaux (US 4005 = coupelle no 42 ; pichet no 36 ; urne/gobelet no 41 ; amphores de petit module nos 37 et 40).

  • 12 À l’occasion d’un réexamen du mobilier de l’US 4005, trois éléments non décrits ici ont été découve (...)

447Les céramiques de l’US 4005, mieux datées, permettent également de proposer la modification des dates (100‑200 ap. J.‑C.) jusqu’alors attribuées à la marmite sabl‑or B8 (voir notice de Raynaud in Py 1993b : 551). Cette dernière (marmite carénée cylindro‑conique à bord en marli) est en effet bien représentée dans le dépotoir (4 exemplaires en sabl‑gard, 1 exemplaire en sabl‑o et 3 exemplaires en sabl‑r). Enfin, les cruches de forme F4 (col large et lèvre en amande), qui n’existaient dans le Dicocer qu’en sabl‑or, ont également été attestées en pâte kaolinitique (US 106 = no 15 ; US 4005 = no 54)12.

2.5.3 Le petit mobilier du site des Hespérides

448m.‑l.h.

Présentation

449Nous avons choisi de ne présenter ici que le petit mobilier issu du site des Hespérides (cf. supra § 2.3), ce qui pourrait apparaître comme une démarche bien ponctuelle au regard du nombre de sites concernés par cet ouvrage. Ce choix a en fait été imposé par la nature très diverse des conditions de fouille des quatre sites présentés plus haut (cf. supra § 2.1 à 2.4). Ainsi, alors que l’opération de La Marseillaise n’a livré aucun objet, celle de La Fontaine des Bénédictins n’en a fourni qu’une dizaine pour la plupart issus de nettoyages de surface ou de niveaux d’abandon. La fouille des Villégiales des Bénédictins, par contre, a permis de recueillir une grande quantité de petit mobilier, mais les difficultés d’établir un phasage précis, inhérentes à la stratégie d’intervention et à une stratigraphie globalement mal conservée, interdisaient toute étude typochronologique détaillée. Ne restait donc que le site des Hespérides qui, malgré l’absence de vision extensive des niveaux d’occupation, bénéficiait, grâce à de multiples sondages, d’une possibilité de phasage général. En outre, l’étude de son petit mobilier pouvait, a priori, permettre de souligner d’éventuelles originalités dans la vie quotidienne au sein d’unités d’habitations qui, du point de vue de leurs caractéristiques architecturales, tranchaient nettement par rapport aux autres maisons voisines (cf. infra § 3.7). Ajoutons que quelques‑uns des éléments les plus remarquables présentés ci‑dessous avaient déjà bénéficié d’une étude ponctuelle dans le cadre d’une exposition nîmoise (Manniez 1990).

450Enfin, cette étude s’inscrit dans le droit fil de celle qui concerne la céramique (cf. supra § 2.5.2), à savoir un apport à l’élaboration d’une base de données nîmoise concernant le mobilier. Elle vient ainsi en complément de celle menée par M. Feugère et Y. Manniez sur le site de la Zac des Halles (Feugère, Manniez 1993).

451Le cadre chronologique dans lequel s’inscrivent les 124 petits objets répertoriés a été subdivisé en sept phases qui correspondent aux principales séquences stratigraphiques mises en évidence sur le site (cf. supra § 2.3.6) :
– phase 1, vers – 500/– 400. Premières traces d’occupation ;
– phase 2, vers – 200/+ 20‑30. Occupation mal définie mais apparemment sans commune mesure avec celle qui lui succède ;
– phase 3, vers + 20‑30/+ 70‑80. Mise en place et évolution de l’habitat et du réseau via ire ;
– phase 4, vers + 70‑80/+ 130‑140. Début de la période d’abandon dans la partie haute du site et poursuite de l’occupation en partie basse ;
– phase 5, vers + 140/+ 200. Abandon général de l’ensemble du site ;
– phase 6, non ou mal datée, mais du Haut‑Empire ;
– phase 7, périodes moderne et contemporaine.

Catalogue

Phase 2 (fig. 115)

452● Domaine personnel

4531. 1 fragment de bracelet en verre sans décor, de section semi‑circulaire. Groupe Haevernick 3a. Diam. restitué 84 mm, long, act. 62 mm (US 85).

FIG. 115 – Les Hespérides. Le petit mobilier de la phase 2 : fragment de bracelet en verre.

dess. M.-L. Hervé/Afan

Phase 3 (fig. 116)

454● Domaine personnel

4552. 1 fragment de fût d’épingle ou d’aiguille en os. Long. act. 38 mm (US 69).

4563. 1 fragment de fût d’épingle ou d’aiguille en os. Long. act. 74 mm (US 44).

4574. 1 perle incomplète en verre. Le noyau est opaque, gris bleuté métallique, et l’extérieur translucide. Diam. 14 mm, haut. 11,8 mm (US 27).

4585. 1 intaille en agate rubanée, dim. 10,6 x 18,9 mm. Elle figure un Satyre. Ce document semble stylistiquement plus ancien que la phase à laquelle il appartient : fin iie‑première moitié du ier s. av. J.‑C. (rens. H. Guiraud) (US 22) (fig. 117).

4596. 1 fragment de chaîne en bronze tressée de section rectangulaire. Long. act. 16 mm, larg. 7,5 x 6 mm (US 105).

460● Domaine social

4617. 1 bouton à anneau en bronze, avec barre transversale facettée. Long. 20 mm, diam. int. 10 mm (US 27).

462● Domaine domestique

4638. 1 anneau en bronze avec crampon, destiné à être fixé sur un coffret en bois. Diam. 17,2 mm, long, crampon 32 mm (US 27).

4649. 1 clou en bronze à tête creuse arrondie. Long. 9,5 mm (US 27).

46510. 1 passant en tôle de bronze replié sur lui‑même, traversé de part et d’autre par un trou circulaire. Long. 20 mm, larg. 13 mm, ép. 0,5 mm (US 27).

46611.1 clavette en bronze. Long. 21 mm (US 27).

467● Domaine économique

46812. 1 hameçon en bronze de type à empile aplatie (Feugère 1992 : 149, 155). Long. 21 mm (US 44).

46913. 1 bouton en bronze de fixation pour cuir, à couronne externe décorée de verre à l’origine. Diam. 9 mm, haut. 6 mm (US 89).

47014. 1 pion en pâte de verre noire opaque. Diam. 16 à 17 mm, ép. 72 mm (US 27).

47115. 1 pion en pâte de verre noire opaque dont la partie plane est abîmée. Diam. 17,8 à 18,5 mm, ép. 72 mm (US 44).

47216. 1 pion en pâte de verre blanche opaque. Diam. 16 à 16,7 mm, ép. 56 mm (US 27).

47317. 1 pion en pâte de verre blanche opaque. Diam. 17 à 17,7 mm, ép. 61 mm (US 44).

474• Domaine indéterminé

47518. 1 objet en os obtenu au tour et constitué de deux plateaux circulaires moulurés, séparés par un rétrécissement en gorge. La partie supérieure est terminée par une sorte de bouton de préhension de section circulaire. Diam. 27 mm, haut. 24 mm (US 124).

47619. 1 objet en os tourné présentant une face plane lisse avec un trou circulaire de 6 mm de diamètre perforé en son centre, et une face bombée ornée d’une gorge concentrique en V. Les bords sont légèrement abîmés. La perforation semble liée au tournage. Diam. 25,6 mm, ép. 6 mm (US 27).

47720. 1 objet plat en os de forme circulaire avec 2 gorges décoratives et une perforation centrale obtenue par tournage. Diam. 21 mm, ép. 6 mm (Béal 1983 : 337, objets circulaires indéterminés, section AXL, proche du no 1225) (US 122).

47821. 1 plaque en bronze courbe aux extrémités concaves. Long. act. 39 mm, larg. 6 mm, ép. 1,5 à 2 mm (US 27).

47922. 2 fragments de tôle en bronze. Long. 59 mm, larg. 8,5 mm, ép. 8 mm (US 44).

48023. 1 plaque de bronze cassée à ses deux extrémités. Long. act. 19 mm, larg. 14,5 mm, ép. 4,5 à 5 mm (US 27).

48124. 1 fragment de bronze. Long. act. 22 mm (US 44).

48225. 1 plaque de bronze avec une extrémité cubique. Long. 34,5 mm (US 27).

48326. 1 anneau en bronze très fragmenté (US 44).

48427. 1 fragment de tige plate en bronze recourbée. Long. act. 51 mm, larg. 4 à 3 mm, ép. 5 mm (US 27).

48528. 1 fragment de tige en bronze de section ovale repliée en deux. Long. act. 46 mm, larg. 3 mm, ép. 2 mm (US 27).

48629. 1 extrémité d’objet en bronze comportant une arête tranchante (spatule d’un objet de toilette ?). Long. 39 mm, larg. 5 à 2 mm, ép. 5 à 1 mm (US 27).

FIG. 116 – Les Hespérides. Le petit mobilier de la phase 3 : 4 perle ; 7 bouton à anneau ; 8 anneau avec crampon ; 10 passant percé d’un trou ; 11 clavette ; 12 hameçon ; 13 bouton ; 14, 15 pions en pâte de verre ; 18, 19, 20, 29 objets indéterminés.

dess. M.-L. Hervé/Afan

FIG. 117 – Les Hespérides. Moulage de l’intaille au satyre, no 5.

cl. Y. Manniez/Afan

Phase 4 (fig. 118)

487● Domaine personnel

48830. 1 cuillère à parfum en os de type Béal AXXIV, 2a. Long. act. 54 mm (US 97).

48931. 1 fragment supérieur d’une épingle en os de type Béal axx, 3 (US 89).

49032. 1 aiguille en os de type Béal AXIX, 2. Bel exemplaire cassé près de la pointe, type chas en 8, le chas est plus long d’un côté que de l’autre. Long. act. 90 mm (US 107).

49133. 1 aiguille en os de type Béal AXIX, 2. Long. act. 80,3 mm (US 106).

49234. 1 fragment de fût d’épingle ou d’aiguille en os. Long. act. 48 mm (US 106).

49335. 1 fragment de fût d’épingle ou d’aiguille en os. Long. act. 21 mm (US 67).

49436. 1 pointe d’épingle ou d’aiguille en os. Long. act. 44,2 mm (US 82).

49537. 1 pointe d’épingle ou d’aiguille en os. Long. act. 50,2 mm (US 89).

49638. 1 clou de chaussure en fer à tête pyramidale. Long. 24 mm, larg. 11 mm (US 35).

49739. 1 camée bleu marine en pâte de verre avec médaillon blanc de même matière, motif : profil féminin tourné vers la droite (personnage égyptien ?). Long. 8,5 mm, larg. 9,9 mm, ép. 4,3 mm (US 88) (fig. 119).

49840. 1 fragment d’intaille, motif : 2 personnages debout se faisant face. Long. 10,5 mm, larg. 9 mm, ép. 2 mm (US 83).

49941. 1 chaton de bague en pâte de verre bleu pâle translucide. La partie supérieure semble être celle qui présente la plus petite surface. Diam. 10,8 à 15 mm, ép. 3,8 mm (US 67) (fig. 120).

50042. 1 chaton de bague en pâte de verre bleu marine. La partie supérieure, bien lisse, est plus large que la face inférieure. Cette dernière présente des aspérités. Long. 12 mm, larg. 9,5 mm, ép. 1,5 à 2,2 mm (US 71).

50143. 1 perle en verre bleu pâle translucide. Diam. 4 à 4,6 mm, ép. 2 mm (US 108).

50244. 1 demi‑perle côtelée (Meloneperle) en fritte verdâtre. Diam. 21,5 mm, haut. 17.5 mm (US 54).

50345. 1 perle côtelée (Meloneperle) en fritte verdâtre comportant 15 rainures peu marquées. Diam. 17,1 à 19,4 mm, haut. 17,8 mm (US 35).

50446. 1 perle côtelée (Meloneperle) en fritte verdâtre usée et très irrégulière. Diam. 10 à 11,5 mm, haut. 9 à 5,8 mm (US 35).

50547. 1 perle côtelée (Meloneperle) en fritte verdâtre aux rainures effacées. Diam. 13 mm, haut. 9 mm (US 107).

50648. 1 perle côtelée (Meloneperle) en fritte verdâtre aux rainures effacées. Diam. 15,5 à 16 mm, haut. 12 mm (US 35).

50749. 1 perle côtelée (Meloneperle) en fritte verdâtre aux rainures peu visibles. Diam. 15 à 16,5 mm, haut. 12,2 mm (US 35).

50850. 1 perle côtelée (Meloneperle) en fritte verdâtre aux rainures peu visibles. Diam. 14,5 à 16 mm, haut. 10 mm (US 35).

50951. 1 perle côtelée (Meloneperle) en fritte verdâtre comportant 17 rainures bien marquées. Diam. 14,7 à 15,2 mm, haut. 12 mm (US 35).

510● Domaine domestique

51152. 1 objet mouluré en os. Il peut s’agir d’une partie d’un couvercle de pyxide proche de ceux du type Béal 1a. Haut. 15 mm, diam. 42,5 mm ; datation : première moitié du ier s. ap. J.‑C. (US 88).

51253. 1 élément long en os de type Béal A. XI.1 avec un décor à 3 filets et 2 perforations circulaires dont la première empiète sur le décor. Il comporte des traces de dépressions internes face à chacun des trous. Il manque un fragment dans la partie supérieure. Long. 62 mm, diam. 20 à 22 mm (US 88).

51354. 1 clou en bronze à tête ronde, ou clavette. Long. 25 mm (US 13).

51455. 1 petit clou en bronze à tête creuse arrondie. Long. act. 5,5 mm, diam. tête 9 mm (US 107).

51556. 1 clou en bronze à tête plate. Long. 23 mm, diam. tête 3,5 mm (US 67).

51657. 1 clou en bronze à tête plate et circulaire comportant un ou plusieurs sillons circulaires sur le dessus. Long. act. 9 mm, diam. tête 21 mm (US 72).

51758. 1 clou en bronze à tête plate. Long, act. 5 mm, diam. tête 15 mm (US 31).

51859. 1 tôle en bronze, placage de serrure de petit meuble ou de coffret. Long. 33 mm, larg. 29 mm, ép. 0,5 mm (US 89).

51960. 1 anneau en bronze à section ovale fragmenté en 3 morceaux et très corrodé. Larg. 3 mm, diam. 18,5 mm (US 35).

52061. 1 cuillère en bronze complète et relativement bien conservée. Le manche en fuseau présente une surface biseautée en 6 facettes et, à 1 cm du cuilleron, 2 rainures entourent le manche. Type de cuilleron en axe continu. Long. 110 mm, diam. cuilleron 20 mm (US 35). Les cuillères de ce type, utilisées pour manger des œufs, sont caractéristiques des niveaux du ier s. ap. J.‑C. (Riha, Stem 1982 ; Manniez 1990 : 212).

52162. 1 couteau en fer avec lame et soie terminée par un anneau. Long. act. 200 mm. (US 88).

522● Domaine économique

52363. 1 objet en os de grande taille dont une extrémité est manquante, l’autre s’achève en pointe. L’aplatissement du sommet permet de reconnaître une grande aiguille. Long. act. 179 mm (US 132).

52464. 1 objet long en bronze, probablement un crochet de balance. Long. 75 mm, larg. 8 à 2 mm (US 67).

525● Domaine social

52665. 1 fusée de glaive incomplète en os, élément de type à ondulations. Long. act. 66,5 mm, larg. act. 24 mm (représentations miniatures : Feugère 1993 : 140 ; Béal, Feugère 1987 ; voir aussi Feugère 1997) ; datation : fin iie s. ap. J.‑C. (US 67).

52766. 1 pion en os de petite taille au diamètre irrégulier et au sommet pointé, comporte une bande concentrique, colorée de couleur orangée et de largeur irrégulière. Diam. 12,1 à 13 mm, haut. 8 mm (US 72).

52867. 1 jeton en os comportant 4 ou 5 gorges, type indéterminable en raison de son usure. Diam. 17,9 mm, ép. 3 mm (US 84).

52968. 1 jeton en os de type Béal a. xxxiii.8. Diam. 16 mm, ép. 3,2 mm ; datation : iie s. ap. J.‑C. (US 13).

53069. 1 jeton en os de type Béal A. XXIII.8. Diam. 16,8 mm, ép. 2,8 mm datation : iie s. ap. J.‑C. (US 13).

53170. 1 pion en pâte de verre de couleur noire opaque. Diam. 12 mm, haut. 6,2 mm (US 35).

53271. 1 pion en pâte de verre de couleur noire opaque au diamètre irrégulier. Diam. 16,2 à 16,9 mm, haut. 6,7 mm (US 108).

533● Domaine indéterminé

53472. 1 objet circulaire en os avec gorges décoratives. Long. 36,5 mm (Béal 1983, objets circulaires indéterminés, no 316, pl. XXIII) (US 89).

53573. 1 rondelle de bronze perforée en son centre. Diam. 22 mm, ép. 1 mm (US 88).

53674. 1 ‑fragment de tige en bronze de section circulaire (aiguille ?). Long. act. 37 mm, diam. 1 mm (US 67).

53775. 1 fragment de tige en bronze (aiguille ?). Long. act. 44 mm, diam. 1 mm (US 117).

53876. 1 fragment de plaque de bronze rectangulaire. Long. act. 23 mm, larg. 6 mm, ép. 3 mm (US 13).

53977. 1 fragment de tige en bronze. Long, act. 18 mm, diam. 4 mm (US 54).

54078. 1 fragment de plaque de bronze incomplète. Long. act. 20 mm, larg. act. 18 mm, ép. 3 mm (US 84).

54179. 1 fragment de plaque de bronze incomplète. Long. act. 15 mm, larg. act. 11 à 13 mm, ép. 2 mm (US 117).

54280. 1 tôle de bronze très fragmentée de forme courbe. Long. act. 20 mm, larg. act. 19 mm, ép. 2 mm (US 72).

54381. 1 fragment de tôle en bronze. Long, act. 18 mm, larg. act. 13 mm, ép. 1 mm (US 89).

FIG. 118 – Les Hespérides. Le petit mobilier de la phase 4 : 30 cuillère à parfum ; 32, 33 aiguilles ; 41, 42 chatons de bague ; 43, 44, 51 perles ; 52, 53 indéterminés ; 54 clou ou clavette ; 59 placage de serrure ; 61 cuillère ; 62 couteau ; 63 aiguille ; 64 crochet de balance (?) ; 65 fusée de glaive miniature ; 66, 70 pions ; 69 jeton ; 72 objet indéterminé.

dess. M.-L. Hervé/Afan

FIG. 119 – Les Hespérides. Demi‑camée de style égyptien, no 39.

cl. Y. Manniez/Afan

FIG. 120 – Les Hespérides. Chaton de bague, no 41.

cl. Y. Manniez/Afan

Phase 5 (fig. 121)

544● Domaine personnel

54582. 1 fragment de fût d’épingle ou d’aiguille en os avec renflement. Long. act. 48 mm (US 5).

54683. 1 aiguille en os, exemplaire court du type Béal AXIX, 3. Long. 77 mm (US 80).

54784. 1 partie supérieure d’une aiguille en os proche du type chas en 8, ici le chas résulte de 3 perforations distinctes. Long, act. 39 mm, diam. 4 à 4,8 mm (US 47).

54885. 1 ardillon de fibule en bronze de type indéterminé. Long. 45 mm (US 5).

54986. 1 fibule en bronze en 3 fragments dont 2 de ressort et 1 probable ardillon, de type indéterminé. Long. act. 22 mm (US 34).

550● Domaine domestique

55187. 1 plaque en os de forme carrée mais sûrement rectangulaire à l’origine, élément de placage (?). Long. act. 22 mm, larg. 21,5 mm, ép. 1,1 à 1,8 mm (US 36).

55288. 1 clavette en bronze à tête circulaire. Long. 18 mm, diam. tête 4,5 mm (US 40).

55389. 1 clou en bronze de section carrée comportant une tête plate circulaire. Long. 38,5 mm, diam. tête 4 mm (US 36).

55490. 1 clou en bronze à tête en cabochon. Long. 24 mm, diam. tête 16 mm (US 19).

55591. 1 clou en bronze à tête creuse arrondie. Long. 18 mm, diam. tête 6,5 à 7 mm (US 37).

55692. 1 clou en bronze à tête plate circulaire. Long. act. 4 mm, diam. act. tête 15 mm (US 5).

55793. 1 clou en bronze à tête plate circulaire et à bords recourbés. Long. act. 6 mm, diam. act. tête 16 mm (US 19).

55894. 1 petit clou en bronze à tête plate. Long. act. 14 mm (US 37).

55995. 1 clou en bronze à tête plate et décorée par 2 sillons circulaires. Diam. tête 21 à 22 mm (US 45).

56096. 1 support de casserole en bronze en forme de simple pelte. Long. 32 mm, ép. 2 à 3 mm (US 40).

56197. 1 demi‑anneau en bronze de section semi‑quadrangulaire. Ép. 2 mm, larg. 3 mm, diam. 19 mm (US 36).

56298. 1 anneau en bronze, élément de petit coffret. Ép. 1,5 mm, larg. 5 mm, diam. 22 mm (US 36).

563● Domaine économique

56499. 1 hameçon en bronze de type à empile aplatie (Feugère 1992 : 149, 155). Long. 16 mm (US 40).

565● Domaine social

566100. 1 bras de statue en bronze, position légèrement repliée, l’intérieur de la main devait tenir un objet car elle présente une surface irrégulière, les doigts sont peu soignés dans leur réalisation. Haut. tot. estimée env. 16 cm, long. 55 mm (US 37).

567101. 1 jeton en os orné de 3 gorges fines de type Béal AXXXIII, 6 (2). Diam. 21 mm, ép. 3,2 mm (US 16).

568102. 1 pion de jeu en pâte de verre noire opaque au diamètre irrégulier. Diam. 18,6 à 20,5 mm, ép. 7,3 mm (US 45).

569● Domaine indéterminé

570103. 1 lamelle en os, élément de placage ? long. act. 32 mm, larg. 6 mm, ép. 1 mm (US 37).

571104. 1 fragment de tige en bronze recourbée, larg. 4 mm, ép. 2 mm (US 36).

572105. 1 tige en bronze recourbée en S à section carrée. Long. act. 35 mm, larg. 2 mm (US 40).

573106. 1 tige en bronze cassée à ses deux extrémités, section ovale. Long. act. 44,5 mm, larg. 3 mm (US 40).

574107. 1 fragment de tige en bronze. Long, act. 45 mm, larg. 2 mm (US 19).

575108. 2 fragments de tige en bronze. Long, act. 80 mm, larg. 1 mm (US 45).

576109. 1 fragment de tôle en bronze (US 5).

577110. 1 fragment de tôle en bronze repliée sur elle‑même. Long. act. 12 mm, larg. 8 mm (US 19).

578111.1 fragment de plaque en bronze légèrement courbe. Long. act. 12,5 mm, larg. act. 9 à 11,5 mm (US 40).

579112. 1 rondelle de bronze comportant 3 sillons et un trou central. Diam. 23 mm, ép. 1,5 à 2 mm (US 40).

580113. 1 extrémité d’objet mouluré en bronze. Long. 44 mm (US 17).

581114. 1 tôle de plomb circulaire. Diam. 20 mm, ép. 5 mm (US 80).

FIG. 121 – Les Hespérides. Le petit mobilier de la phase 5 : 83, 84 aiguilles ; 87 élément de placage ; 89, 95 clous ; 96 support de casserole ; 98 anneau ; 99 hameçon ; 100 bras de statue ; 101 jeton ; 113 indéterminé.

dess. M.-L. Hervé/Afan

Phase 6 (fig. 122)

582● Domaine personnel

583115. 1 extrémité conique d’épingle en os du type Béal A. XX.3. Long. act. 28 mm, diam. 5,5 mm (US 0).

584116. 1 épingle en bronze à petite tête sphérique. Bien que fréquemment retrouvées dans des niveaux antiques, où elles peuvent s’infiltrer, ces épingles sont des objets modernes, bien reconnaissables à leur technique de fabrication (tête enroulée). Épingle de linceul (cf. infra no 124). Long. 26 mm (US 0).

585117. 1 tige en bronze repliée en cercle avec en son centre des traces de fer (spire de fibule ?). Diam. 10 mm, ép. 2,5 mm (US 1).

586● Domaine domestique

587118. 1 clé‑bague en bronze de section quadrangulaire. Diam. 20 mm, long, clé 10 mm (US 1).

588119. 1 fragment d’un élément long en os dont 3 rainures sont visibles (élément de charnière ?). Long. act. 62,7 mm, larg. act. 21 mm (US 0).

589120. 1 extrémité d’objet mouluré en bronze, sans doute une anse de coffret. Long. 28 mm (US 1).

590121. 1 clou en bronze à tête plate. Long, act. 12 mm, diam. tête 6 mm (US 1).

591● Domaine économique

592122. 1 agrafe de harnais en bronze comportant une perforation circulaire d’un côté et deux de l’autre. Long. 43 mm, larg. 5 à 11 mm, ép. 3 mm (US 0).

593● Domaine indéterminé

594123. 1 fragment de tige en bronze de section circulaire. Long. act. 22 mm, diam. 3 à 3,5 mm (US 0).

Phase 7

595● Domaine personnel

596124. 1 fragment d’épingle en bronze provenant du linceul d’une sépulture de sujet de confession protestante (cf. infra § 5.2.5.4). Long. act. 19 mm, ép. 8 mm (US 12).

FIG. 122 – Les Hespérides. Le petit mobilier de la phase 6 : 116 épingle de linceul ; 118 clé‑bague ; 120 anse de coffret (?) ; 122 agrafe de harnais.

dess. M.-L. Hervé/Afan

Essai d’analyse

597Malgré une mise en phases plus fine que sur les sites voisins, il reste difficile d’entreprendre une analyse détaillée des éléments du catalogue présenté ci‑dessus. En effet, chacune des phases distinguées n’est pas forcément associée à une vision équivalente des vestiges, tant horizontalement que verticalement. Si 91 % des objets sont issus des phases 3, 4 et 5, ce n’est pas tant parce que les phases 1 et 2 marquent une occupation moindre, mais bien parce que les vestiges bâtis et les couches qui leur sont associées n’ont été qu’entrevus. De même, les phases 4 et 5, qui correspondent à la fin de vie du site, ont profité d’une fouille extensive et livrent ainsi davantage de données que la phase 3 –période de pleine occupation– dont les caractères n’ont été pressentis qu’au travers de sondages plus ou moins étendus. Tout essai d’analyse spatiale et surtout d’évolution comparée des catégories fonctionnelles ou des matériaux dans une perspective diachronique, à l’image de ce qui a été réalisé à la Zac des Halles (Feugère, Manniez 1993 : 267‑272), n’a, dans le cas présent, que peu de sens. On se contentera donc de faire ici quelques remarques d’ordre général, nous en tenant, du point de vue statistique, au bilan chiffré proposé dans le tableau vi.

TABL. VI – Les Hespérides. Nombre de petits objets par phase, catégorie fonctionnelle, matériau et utilisation.

598Le premier constat consiste dans l’absence de toute trace de production artisanale, y compris de travail de l’os, au sein de l’habitat des Hespérides. Les propriétaires successifs n’ont donc apparemment pas de quelconque spécificité professionnelle dans ce domaine, du moins sur place (cf. infra § 3.7.6). L’analyse du petit mobilier recueilli montre également que leur niveau de vie n’est pas aussi bas que pourrait le laisser suggérer le plan compact de leurs habitations et l’absence d’aménagements intérieurs luxueux. Au contraire, la présence d’intailles, d’un camée, de bagues, d’une fusée d’épée, d’épingles, d’aiguilles, de pions et de jetons, d’un bras de statue en bronze, d’éléments de décor de meubles ou de coffres, de supports de vase en bronze, etc, témoigne d’un niveau social qui ne se distingue guère de celui mis en évidence, pour la même période, à la Zac des Halles, site qui regroupe des maisons plus conformes aux canons classiques. Si les habitants des Hespérides ne vivent pas dans un univers comparable à celui des résidants des Villégiales des Bénédictins, de La Marseillaise ou de La Fontaine des Bénédictins, il n’en reste donc pas moins qu’ils ne sont pas à l’écart des produits de consommation offerts par le marché urbain.

599Une autre remarque, plus anecdotique, concerne le petit lot d’objets retrouvés dans un niveau comblant la structure hydraulique BA98 de la cour 11. On y note une monnaie d’Hadrien, un clou de chaussure en fer (no 38), sept perles côtelées en fritte qui devaient faire partie d’un même collier (nos 45, 46, 48‑51), un anneau en bronze (no 61), une cuillère en bronze (no 62) et un pion de jeu en pâte de verre (no 70). Ce regroupement d’objets très divers ne peut guère correspondre à une volonté de cacher un ensemble de mobilier mais évoque davantage des pertes successives. A. Veyrac propose par ailleurs (cf. infra § 4.2.3.1) d’interpréter la construction BA98 comme étant un système de réception des eaux zénithales, tout en remarquant que l’eau ainsi recueillie n’est pas rejetée vers des citernes mais dans un égout. Ne pourrait‑on voir là de possibles latrines, dont l’absence sur tous les sites a été remarquée (cf. infra § 3.7), et qui pourraient expliquer le nombre et la diversité de petits objets recueillis ?

600Une dernière remarque, enfin, pour signaler deux objets militaires –un bouton à anneau (no 7) et une poignée de glaive (no 65)– qui montrent à nouveau la réalité d’une présence de militaires à Nîmes au début de l’Empire.

Notes

1 Le texte a été rédigé par Laurent Sauvage à l’exception des informations liées aux datations et de l’étude de l’ensemble C dues à Martial Monteil.

2 Préalablement à la construction d’un ensemble immobilier par la société EURL‑ACTIFS/Les Villégiales, une intervention archéologique a été réalisée à l’emplacement d’immeubles et de jardins situés à l’angle de la rue Rouget‑de‑Lisle (no 7) et de la rue des Bénédictins : parcelle 256, section DT, Zone III du cadastre de Nîmes renouvelé pour 1970 (3e édition 1981) ; coordonnées Lambert iii au centre de la parcelle : X = 762,175, Y = 3173,275.

3 La fouille a été réalisée par une équipe composée de X. Belougne, C. Bioul, P. Cousyn, M.‑L. Hervé, P. Klingenfus, P. Pliskine, M.‑J. Rubeira, sous la direction de L. Sauvage ; elle a bénéficié du concours permanent de P. Poupet (CNRS, UMR 154, Lattes), de l’aide de J.‑L. Paillet (Bureau d’Architecture Antique, CNRS, Aix‑en‑Provence) pour la réalisation de l’essentiel des levées topographiques des vestiges et, et de la collaboration de M. Célié (archéologue attaché à la ville de Nîmes) et C. Pellecuer (conservateur au SRA de Languedoc‑Roussillon).

4 Nous tenons à remercier ici tous les bénévoles sans lesquels la fouille n’aurait pu être menée à bien : I. Bermond, M. Compan, F. Cognard, M. Chauvet, R. Vindolet, L. Michard, D. Geoffray, Y. Dortindeguey, S. Gély, F. Sévegnier, J.‑Y. Legoff, F. Chazalette, M. Mischkowski, S. Blomsma, O. Boudry, C. Jardin, O. Boyer, G. Bringer, D. Le Roy, N. Talhouas, M. Godant, C. Le Monnier, C. Venhée, C. Starck, I. Delafolie, B. Chaix, P. Beaufils, R. Frey.

5 Parcelles 228, 229, 230 et 231 de la section DT du cadastre renouvelé pour 1970 (3e édition, 1981). Les coordonnées Lambert iii centrales, relevées sur la même feuille sont : X : 762,775 ; Y : 3173,265.

6 Parcelle 538, section DT du cadastre renouvelé pour 1970 ; coordonnées Lambert III centrales : 762,100/173,130.

7 Zac des Halles, Villa Roma, Maison carrée entre autres. Pour une première approche du numéraire circulant à Nîmes, voir Depeyrot, Genty 1983. Le catalogue complet des monnaies issues des fouilles récentes peut être consulté dans Amandry, in Fiches, Veyrac 1996.

8 À Lattes, 180 monnaies marseillaises pour un total de 274 (Py 1990b : 377‑ 390).

9 Les catégories utilisées renvoient donc toutes au Dictionnaire des Céramiques Antiques en Méditerranée nord‑occidentale (Dicocer) (Py 1993b). La liste qui suit comprend, pour chacune, son abréviation, son nom en clair, le nom de l’auteur de la notice et les pages correspondantes : par‑fin = céramique à parois fines ; Passelac : 511‑521 ; sig‑it = céramique sigillée italique ; Passelac : 554‑568 ; sig‑sg = céramique sigillée sud‑gauloise ; Passelac, Vernhet : 569‑580 ; cl‑eng = céramique à pâte claire engobée ; Raynaud : 198‑203 ; cl‑rec = céramique à pâte claire ; Py : 222‑243 ; mort‑cal = mortier à pâte claire ; Py : 240‑242 ; af‑cui = céramique africaine de cuisine ; Raynaud : 87‑89 ; com‑it = céramique commune italique ; Bats : 357‑362 ; sabl‑gard = céramique commune sableuse à pâte gardoise ; nouvelle catégorie non décrite ; sabl‑o = céramique commune sableuse oxydante ; Raynaud : 548‑ 553 ; sabl‑r = céramique commune sableuse réductrice ; Raynaud : 548‑553 ; kaol = céramique commune kaolinitique ; Mettre, Raynaud : 488‑ 6499 ; dol = dolium ; Py : 402‑409 ; a‑mi = amphore massaliète impériale ; Bats : 67‑68 ; a‑gau = amphorer gauloise à pâte sableuse ; Raynaud : 30‑33 ; a‑gas = amphore gauloise à pâte calcaire ; Raynaud : 30‑33 ; a‑bet = amphore de Bétique ; Raynaud : 23‑27 ; a‑tar = amphore de Taraconnaise ; Raynaud : 85‑86 ; a‑ori = amphore orientale ; Raynaud : 69‑73.
On a également utilisé, pour la typologie et la chronologie de sigillées italiques et sud‑gauloises, les articles de P.‑Y. Genty, parus dans les bulletins de l’ADAL (Genty 1984 ; 1986 ; 1986‑1987).

10 Sur les méthodes de tri et de comptage et les tableaux, voir Py, Adroher‑Auroux 1991.

11 Cet article a profité des remarques de fond et de forme de Sébastien Barberan, Jean‑Luc Fiches, Yves Manniez et Hervé Pomarèdes. Je les en remercie ici.

12 À l’occasion d’un réexamen du mobilier de l’US 4005, trois éléments non décrits ici ont été découverts : un bol complet de forme Cl‑eng B1, un bouchon d’amphore de forme Cl‑rec 16f et une panse de dolium avec estampille incomplète (pampre).

Table des illustrations

Légende FIG. 34 – La Marseillaise. Plan général des vestiges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 35 – La Marseillaise. Croquis original dressé par V. Lassalle au moment de la découverte des vestiges en 1966.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 36 – La Marseillaise. Plan et coupes des vestiges de rue et d’équipements hydrauliques repérés sur le site, dans l’axe de la rue Rouget‑de‑Lisle.
Crédits DAO M. Monteil/Afan, d’ap. M. Méger
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 37 – La Marseillaise. Le regard oriental, pris de l’ouest.
Crédits cl. V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 38 – La Marseillaise. Le regard central, pris de l’est.
Crédits cl. V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 39 – La Marseillaise. Vue générale de la chambre, du canal N‑S et de la rue pavée, prise du S‑E.
Crédits cl. V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 40 – La Marseillaise. Intérieur de la chambre et d’une des ouvertures, pris du N‑O.
Crédits cl. V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 41 – La Marseillaise. Deux des ouvertures de la chambre, prises du N‑E.
Crédits cl. V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 42 – La Marseillaise. Les dalles de couverture de la chambre en cours de dégagement.
Crédits cl. V. Lassalle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 43 – La Marseillaise. Chambre, canal N‑S et rue pavée vus du N‑E.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 44 – La Marseillaise. Intérieur du canal N‑S vu du nord : passage dans le rocher.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 45 – La Marseillaise. Intérieur du canal N‑S : couverture de dalles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 46 – La Marseillaise. Plan de la maison. Les sols en mosaïque sont représentés en grisé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 47 – La Marseillaise. Vue d’ensemble de la maison prise de l’ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 48 – La Marseillaise. Vue d’ensemble de la maison prise du S‑O.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 49 – La Marseillaise. La gaine à portrait de la pièce B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 50 – La Marseillaise. L’angle S‑0 de la pièce D avec son seuil et la fondation de pilastre no 9 de la pièce C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 51 – La Marseillaise. Le double mur E‑O, le massif d’angle de la pièce G et le couloir F vus du S‑O.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 52 – La Marseillaise. Vue générale, prise de l’ouest, de la partie sud de la maison. Au premier plan, les pièces H à gauche et I à droite, puis J et K. Au fond, la pièce M.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 53 – La Marseillaise. La maçonnerie trapézoïdale dans l’angle S‑0 de la pièce M. Au second plan, on aperçoit le seuil 23 et le départ de l’escalier 24.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 54 – La Marseillaise. Vestiges du probable stylobate reconnu à 10 m au N‑O de la maison.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 55 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan général des vestiges du Haut‑Empire.
Crédits dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes, d’ap. L. Sauvage/Afan,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 56 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue générale, prise du nord, de la partie basse du site en cours de fouille.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 57 – Les Villégiales des Bénédictins. Une partie du tronçon E‑O de la galerie CN73.
Crédits cl. X. Belougne/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 58 – Les Villégiales des Bénédictins. Coupe sur le tronçon E‑O de la galerie CN73.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 59 – Les Villégiales des Bénédictins. Sortie de la galerie CN73 vers le sud, par le biais d’une cavité naturelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 60 – Les Villégiales des Bénédictins. La rue dallée N‑S bordée, à gauche, par le canal CN73.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 61 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue de détail de la construction SB182.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 62 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan des rues V0180 et V0181.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 63 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue en coupe de la rue dallée V0180 et de l’égout sous‑jacent CN103 à leur extrémité sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 64 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue de détail du dallage de la rue N‑S.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 65 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan des vestiges de la maison A.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 66 – Les Villégiales des Bénédictins. Vue générale de la maison A prise de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 67 – Les Villégiales des Bénédictins. Les pièces A2, A3 et A4 vues du sud. À l’arrière‑plan, le bassin BA1 de la maison C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 68 – Les Villégiales des Bénédictins. Détail de l’angle N‑N‑E de la pièce A4 (enduits peints et tuileau de bouchage de la rigole périphérique).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 69 – Les Villégiales des Bénédictins. Détail d’une partie du seuil à coulisse de la pièce A2 avec son joint de sable jaune et l’amorce du sol en terrazzo.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 70 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan des vestiges de la maison B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 71 – Les Villégiales des Bénédictins. L’aménagement hydraulique SB141.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 72 – Les Villégiales des Bénédictins. L’évacuation de l’aménagement SB 141 (CN144) vers la rue dallée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 73 – Les Villégiales des Bénédictins. La pièce à exèdre B4 vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 74 – Les Villégiales des Bénédictins. Le jardin B6 avant sa fouille, vu du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 75 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan des vestiges de la maison C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 76 – Les Villégiales des Bénédictins. Le bassin BA1 et les traces des deux dolia dans la cour C6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 77 – Les Villégiales des Bénédictins. L’espace C8 vu de l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 78 – Les Villégiales des Bénédictins. Plan de la partie haute du site (ensemble D).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 79 – Les Hespérides. Plan général des vestiges, avec les numéros d’espaces.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 80 – Les Hespérides. Plan général pierre à pierre de la partie centrale des vestiges, avec les numéros d’espaces.
Crédits dess. H. Pomarèdes, M. Célié/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 81 – Les Hespérides. Plan des vestiges avec indication de l’emplacement des coupes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 82 – Les Hespérides. Vue générale du croisement des deux rues V042 et V022. Au premier plan, l’espace 14.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 83 – Les Hespérides. Coupe 1 sur la rue V022.
Crédits DAO M. Monteil/Afan, d’ap. H. Pomarèdes/Afan, A. Recolin, M. Célié/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 84 – Les Hespérides. a coupe 2 (sondage 1) sur la rue V042, b coupe 3 (sondage 2) sur la rue V022.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 85 – Les Hespérides. Coupe 4 sur les espaces 13, 14 et la rue V042.
Crédits DAO M. Monteil/Afan, d’ap. H. Pomarèdes/Afan, A. Recolin, M. Célié/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 86 – Les Hespérides. Les petits égouts secondaires CN64 et CN68 situés au contact de la rue E‑O V022.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 87 – Les Hespérides. Vue générale de la rue E‑0 V022. Les traces d’ornières sont bien visibles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 88 – Les Hespérides. Plan de détail de l’espace 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 89 – Les Hespérides. Coupe 5 sur les espaces 14, 11 et 7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 90 – Les Hespérides. Vue générale des espaces 7 à 14 prise du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 91 – Les Hespérides. Vue générale de l’espace 11 prise de l’ouest. Noter la base d’escalier sur la gauche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 92 – Les Hespérides. Le petit égout CN69 au contact des espaces 11, 12 et 13.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 93 – Les Hespérides. Coupe 6 sur les espaces 9, 7 et 10.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 94 – Les Hespérides. Vue de détail de l’espace 9 avec les foyers protohistoriques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 95 – Les Hespérides. Coupe 7. Sondage dans l’espace 7 à l’angle des murs MR142 et MR145.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3k
Légende FIG. 96 – Les Hespérides. Plan de détail des espaces 5, 6 et 15.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 97 – Les Hespérides. Coupe 8 sur l’espace 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 98 – Plan général des vestiges des sites de La Fontaine des Bénédictins (au sud) et du 11, rue des Bénédictins (au nord).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 99 – La Fontaine des Bénédictins. Plan d’ensemble des vestiges, toutes périodes confondues. 1 espace 1, mosaïque de Léda ; 2 espace 2, mosaïque aux Dauphins ; 3 espace 3 ; 4 espace 4, mosaïque géométrique ; 5 espace 5 ; 6 espace 6, galerie à sol de terrazzo ; 7 espace 7, possible cour à péristyle ; 8 espace 8, bassin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 100 – La Fontaine des Bénédictins. Plan de numérotation des unités stratigraphiques et des faits composant la maison.
Crédits dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 101 – La Fontaine des Bénédictins. Vue générale du chantier prise de l’ouest. Au premier plan, la mosaïque à décor géométrique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 102 – La Fontaine des Bénédictins. Vue générale du chantier prise du sud. Au premier plan, la galerie ; au second plan, les mosaïques aux dauphins et de Léda.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 103 – La Fontaine des Bénédictins. Vue générale de la pièce aux dauphins prise du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 104 – La Fontaine des Bénédictins. Les vestiges du bassin et des espaces 7 et 8 vus du sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 105 – La Fontaine des Bénédictins. Coupe AB sur les espaces 1 à 3.
Crédits dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes, M. Monteil/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 106 – La Fontaine des Bénédictins. Coupe BC sur les espaces 3 à 5.
Crédits dess. J. Pey/musée archéo. de Nîmes, M. Monteil/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 107 – La Fontaine des Bénédictins. Les pièces 4, avec mosaïque à décor géométrique, et 5. Au premier plan, le mur MR5005 des IIe/Ier s. av. J.‑C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende TABL. II – Tableau de mise en séquence générale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 108 – Les Villégiales des Bénédictins. Monnaie des Longostalètes (no 6).
Crédits cl. M. Amandry/BNF
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6k
Légende FIG. 109 – Les Villégiales des Bénédictins. Monnaie à la croix (no 7).
Crédits cl. M. Amandry/BNF
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4k
Légende FIG. 110 – Les Villégiales des Bénédictins. Monnaie à la croix (no 8).
Crédits cl. M. Amandry/BNF
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8k
Légende TABL. III – Comptage et identification des monnaies du quartier des Bénédictins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 111 – Les Hespérides. US 106. 1‑3 céramiques à parois fines ; 4, 5 céramiques africaines de cuisine ; 17, 24 pâte sableuse gardoise ; 6‑10, 13, 14, 18, 20, 22, 23 pâte sableuse réductrice ; 11, 25 pâte sableuse oxydante, 12, 15, 16, 19, 21, 26 pâte kaolinitique ; 27, 28 pâte claire récente.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende TABL. IV – Les Hespérides, US 106. Typologie et statistique des céramiques. NFR nombre de fragments total, NMI nombre minimum d’individus avant appariement ou collage, NBD nombre de bords après appariement ou collage, ind. indéterminé, nc. non classé (dans Dicocer), var. variante d’une forme connue du Dicocer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 112 – Les Villégiales des Bénédictins. US 4005. 1, 2, 4‑6 sigillées du sud de la Gaule ; 3 sigillée italique ; 7, 8 céramiques à parois fines ; 9, 12, 13 céramiques à pâte claire engobée ; 10, 11 céramiques à pâte claire et cuisson réductrice ; 14, 15 mortiers à pâte claire ; 16‑23 céramiques à pâte claire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 113 – Les Villégiales des Bénédictins. US 4005. 24‑30 amphores ; 31, 32, 38 pâte sableuse oxydante ; 33‑37, 39‑42 pâte sableuse gardoise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende FIG. 114 – Les Villégiales des Bénédictins. US 4005. 43‑49, 51 pâte sableuse réductrice ; 50 pâte sableuse oxydante ; 52‑57 pâte kaolinitique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende TABL. V – Villégiales des Bénédictins, US 4005. Typologie et statistique des céramiques. NFR nombre de fragments total, NMI nombre minimum d’individus avant appariement ou collage, NBD nombre de bords après appariement ou collage, ind. indéterminé, nc. non classé (dans Dicocer), var. variante d’une forme connue du Dicocer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende FIG. 115 – Les Hespérides. Le petit mobilier de la phase 2 : fragment de bracelet en verre.
Crédits dess. M.-L. Hervé/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2k
Légende FIG. 116 – Les Hespérides. Le petit mobilier de la phase 3 : 4 perle ; 7 bouton à anneau ; 8 anneau avec crampon ; 10 passant percé d’un trou ; 11 clavette ; 12 hameçon ; 13 bouton ; 14, 15 pions en pâte de verre ; 18, 19, 20, 29 objets indéterminés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 117 – Les Hespérides. Moulage de l’intaille au satyre, no 5.
Crédits cl. Y. Manniez/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 118 – Les Hespérides. Le petit mobilier de la phase 4 : 30 cuillère à parfum ; 32, 33 aiguilles ; 41, 42 chatons de bague ; 43, 44, 51 perles ; 52, 53 indéterminés ; 54 clou ou clavette ; 59 placage de serrure ; 61 cuillère ; 62 couteau ; 63 aiguille ; 64 crochet de balance (?) ; 65 fusée de glaive miniature ; 66, 70 pions ; 69 jeton ; 72 objet indéterminé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 119 – Les Hespérides. Demi‑camée de style égyptien, no 39.
Crédits cl. Y. Manniez/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
Légende FIG. 120 – Les Hespérides. Chaton de bague, no 41.
Crédits cl. Y. Manniez/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 121 – Les Hespérides. Le petit mobilier de la phase 5 : 83, 84 aiguilles ; 87 élément de placage ; 89, 95 clous ; 96 support de casserole ; 98 anneau ; 99 hameçon ; 100 bras de statue ; 101 jeton ; 113 indéterminé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 122 – Les Hespérides. Le petit mobilier de la phase 6 : 116 épingle de linceul ; 118 clé‑bague ; 120 anse de coffret (?) ; 122 agrafe de harnais.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 10,0k
Légende TABL. VI – Les Hespérides. Nombre de petits objets par phase, catégorie fonctionnelle, matériau et utilisation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46480/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

Auteurs

Victor Lassalle [V.L.]
Ancien conservateur en chef des musées d’Art et d’Histoire de la ville de Nîmes.

Marc Célié [M.C.] Ingénieur, Afan.

Dominique Darde [D.D.]
Conservateur, musée archéologique de Nîmes.

Marie‑Laure Hervé [M.L.H.]
Assistante d’études, Afan.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search