Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 13‑20

Résumés

Français
English
Español
Català

Le quartier dit « des Bénédictins » est situé à l’est du jardin de la Fontaine sur les dernières pentes S‑E du mont Cavalier. Les études rassemblées ici concernent principalement quatre chantiers de sauvetage menés entre 1966 et 1992 sur une surface globale d’environ 4 000 m2. Aux données issues de ces opérations, on a ajouté les observations ponctuelles et découvertes fortuites effectuées dans le quartier. Durant la Protohistoire, celui‑ci se place sur la frange orientale de l’oppidum préromain. Après la construction de l’enceinte augustéenne, il se retrouve en plein cœur de la ville enclose et à proximité immédiate des centres civiques et religieux. Le quartier est largement désurbanisé dès la fin du iies. ap. J.‑C. La nouvelle enceinte construite à partir de 1194 laisse de justesse le quartier hors les murs et ce n’est qu’au xviiie s., avec le plan d’urbanisme de P. Mareschal, ingénieur du roi, que le secteur est à nouveau réinvesti par la ville.

The district known as the " Benedictins " is east of the jardin de la Fontaine on the lower south‑eastern slope of mount Cavalier. Four rescue excavations (total surface about 4,000 m2), undertaken between 1966 and 1992, are presented in this volume. In addition, there is information garnered from watching briefs and chance discoveries in the district. During the protohistoric period, the area studied is on the edge of the pre‑roman oppidum. However, after construction of the Augustan period city‑wall, it is in the centre of the town, very near to civic and religious buildings. From the end of the second century AD the Bénédictins area is largely abandoned. It is outwith the new city wall, whose construction is begun in 1194, and not until the eighteenth century is it enclosed anew, when the Royal Engineer P. Mareschal re‑organises the layout of the town.

El barrio de « Bénédictins » está situado al este de los Jardines de la Fontaine sobre las últimas cuestas del sudeste del Mont‑Cavalier. Los estudios recogidos en este volumen conciernen principalmente cuatro excavaciones de urgencia llevadas a cabo entre 1966 y 1992 en una superficie global de aproximadamente 4000 m2. A los datos recuperados en estas intervenciones se les han incorporado las observaciones puntuales y los hallazgos fortuitos realizados en el barrio. Durante la Protohistoria, éste se encuentra en la franja oriental del oppidum prerromano. Después de la construcción de la muralla augustea, se encuentra en pleno corazón de la ciudad enmurallada, tocando a los centros cívicos y religiosos. Desde finales del siglo II d. C. el barrio está ampliamente desurbanizado. La nueva muralla, construida a partir de 1194, lo deja por poco fuera de los muros, y no será hasta el s. XVIII, con el plan de urbanismo de Ph. Mareschal, ingeniero del rey, que el sector se recuperará nuevamente para la ciudad.

El barrí de « Bénédictins » está situat a l’est deis « Jardins de la Fontaine » sobre les darreres costes sudest del Mont‑Cavalier. Eis estudis recollits en aquest treball concerneixen principalment quatre excavacions d’urgència dutes a terme entre 1966 i 1992 en una superficie global d’aproximadament 4000 m2. A les dades proporcionades per aquestes intervencions se les hi ha afegit les observacions puntuáis i les descobertes fortuïtes efectuados en el barrí. Durant la protohistoria, aquest es situa sobre la franja oriental del oppidum prerromà. Després de la construcció de la muralla augustea, es troba en pie cor de la ciutat emmurallada i a tocar dels centres cívics i religiosos. El barri fou àmpliament desurbanitzat des de la fi del s. II abans de C. La nova muralla construida a partir de 1194 deixa, per poc, el barri fora dels murs i no és fins al s. XVIII, amb el pla d’urbanisme de Ph. Mareschal, ingenier del rei, que el sector es recupera de nou per a la ciutat.


Texte intégral

1Le quartier des Bénédictins est situé immédiatement à l’est du jardin de la Fontaine. Limité par celui‑ci à l’ouest, il est bordé par le canal de la Fontaine au sud, par le fort Vauban et la rue de la Lampèze à l’est (fig. 23). Les confins septentrionaux en sont plus flous, ils peuvent correspondre à la disparition de l’habitat urbain dense et parallèlement à celle des vestiges archéologiques vers la cote 70/75 m ngf.

Image 100000000000040A000003CA77EFCB6CF11D201E.jpg

FIG. 2 – Plan de Nîmes. Le trait gris limite l’emprise présumée de l’agglomération préromaine dès les IVe–IIIe s. av. J.‑C. ; l’enceinte augustéenne est rendue par un tireté noir. Dans l’angle S‑E, la ville médiévale est dessinée par le tracé des boulevards de ceinture. 1 Les Hespérides, 2 La Fontaine des Bénédictins, 3 Les Villégiales des Bénédictins, 4 La Marseillaise, A tour Magne, B porte d’Auguste, C porte de France, D porte du Cadereau, E Maison carrée, F amphithéâtre, G Augusteum, H castellum divisorium. En noir, les fouilles menées entre 1965 et 1996.

DAO M. Monteil/Afan

Image 10000000000002A6000002988F06145BF3E43301.jpg

FIG. 3 – Localisation, dans le réseau viaire actuel, des quatre principales fouilles du quartier. 1 Les Hespérides, 2 La Fontaine des Bénédictins, 3 Les Villégiales des Bénédictins, 4 La Marseillaise.

dess. M. Monteil/Afan, sur un extrait du plan-guide Blay-Foldex de la ville de Nîmes,

2On peut considérer que ce quartier correspond à une entité constituée dès au moins le ier s. ap. J.‑C. mais, par commodité, nous lui avons conservé l’appellation, familière aux Nîmois, qu’il acquiert à compter de l’Époque moderne. Il s’agit de nos jours d’un quartier à caractère essentiellement résidentiel dont le bâti assez lâche est généralement de petite taille (1 à 2 étages) et remonte en majeure partie à la fin du xviiie s. et au xixe s. C’est aussi une zone urbaine qui a conservé jusque dans les années 60 une surface importante de grands jardins clos et de terrains non bâtis, surtout vers le nord, en direction de la tour Magne (fig. 4). Un tel potentiel foncier immédiatement en marge du centre historique n’a évidemment pas manqué d’attirer l’intérêt et la convoitise des bâtisseurs au moment de l’explosion urbaine de la décennie 60‑70 puis durant les périodes qui ont suivi. Aujourd’hui encore la pression reste forte, comme en témoigne la réalisation du vaste programme immobilier des Villégiales en 1992 sur une superficie de 6 000 m2, en plein milieu du quartier.

Image 10000000000001F300000184C09DF70A3246D78D.jpg

FIG. 4 – Vue aérienne oblique du quartier, prise du S‑E (1978). 1 Les Hespérides, 2 La Fontaine des Bénédictins, 3 Les Villégiales des Bénédictins, 4 La Marseillaise, 5 tour Magne.

cl. Pervenchon,

3Le secteur de la ville concerné se trouve sur les dernières pentes S‑S‑E du mont Cavalier, une des collines calcaires qui ourlent la plaine de Nîmes vers le nord. Les quatre chantiers principaux sont disposés en quinconce sur le piémont entre 55 et 70 m ngf. Les caractères naturels du site sont étudiés en détail ci‑dessous (cf. infra § 1.1 et 1.2), aussi n’y a‑t‑il pas lieu d’anticiper.

Les informations archéologiques

4Ces quatre chantiers archéologiques sont tous des sauvetages et les observations ponctuelles réalisées dans leurs alentours (fig. 5) ont toutes été faites à l’occasion de travaux. Le cumul des surfaces effectivement fouillées atteint environ 4 000 m2, mais la relative dispersion des gisements de référence ainsi que les compléments apportés par les informations plus ponctuelles qui les environnent permettent d’appréhender un espace couvrant un peu plus de 2,5 ha.

Image 1000000000000400000005927BC8E809E556E5E7.jpg

FIG. 5 – Plan de localisation des découvertes anciennes et récentes faites dans le quartier.

DAO M. Monteil/Afan,

5Chronologiquement, les quatre fouilles ont eu lieu comme suit :
– le chantier de La Marseillaise se déroula en 1966, sous la responsabilité de V. Lassalle ;
– il faut ensuite attendre 1982 pour que débute le chantier de La Fontaine des Bénédictins dont la fouille fut dirigée conjointement par D. Darde, P. Garmy et J. Pey ;
– l’année 1986 vit la réalisation du programme des Hespérides avec une intervention archéologique coorganisée par M. Célié, M. Monteil et H. Pomarèdes ;
– enfin, en 1992, s’ouvrait le chantier des Villégiales, fouillé par L. Sauvage.

6Les 35 autres points portés sur la figure 5 rendent compte d’informations et d’observations, anciennes ou récentes, dont on trouvera le détail ci‑dessous.

7L’ensemble des découvertes anciennes concernant le quartier des Bénédictins a été regroupé sur un extrait cadastral où seules les rues –et les îlots qu’elles définissent– ont été matérialisées (fig. 5). Ce document, ainsi que la série de notices de site qui l’accompagne, s’inspire de deux travaux collectifs en cours ou achevés. Le premier, conduit par Marc Célié et Martial Monteil, s’intégre dans un projet de réalisation d’un Atlas de topographie urbaine de la Gaule méridionale, coordonné par Jean Guyon. Le second, dirigé par Jean‑Luc Fiches et Alain Veyrac, a abouti récemment à la publication d’une carte archéologique de Nîmes, dans la collection « Carte archéologique de la Gaule », placée sous l’égide de M. Provost (Fiches, Veyrac 1996, ci‑après abrégé en CAG suivi du numéro de notice).

8Les notices qui suivent ont pour seul but de fixer le cadre général dans lequel s’insèrent les sites qui font principalement l’objet de cet ouvrage. Leur interprétation plus globale sera largement évoquée dans le cadre des synthèses finales.

91 – D’après une information inédite d’Oscar Rappaz, un dolium in situ se trouverait toujours dans une propriété proche du croisement des rues Rouget‑de‑Lisle et Stéphane‑Mallarmé (CAG 104).

102 – E. Espérandieu écrit qu’« en 1919, une statuette de la Fortune et d’autres antiquités romaines furent trouvées dans le jardin de M. Brunel, 23, rue Rouget‑de‑Lisle » (Espérandieu 1934 : 61). Ces éléments sont étudiés plus loin dans cet ouvrage (cf. infra § 3.5). La propriété dont il est question est en fait sise aux nos 31‑35 de la rue Rouget‑de‑Lisle (parcelle DT‑278 [cadastre de la ville de Nîmes révisé pour 1981]). A. Blanchet et M. Louis complètent cette information en y ajoutant la découverte, en parallèle, de murs avec enduits rouges et de fragments de mosaïques (Blanchet, Louis 1941 : 70). Toujours au même emplacement, J. Brunel a découvert un chenet représentant un cheval ainsi qu’un fragment d’autel‑foyer (Py 1981a : 101‑102). Enfin, O. Rappaz a signalé la présence de vestiges de murs antiques, dégagés lors de fouilles anciennes, dans le jardin de cette même vaste propriété (CAG 103).

113 – En 1986, un repérage a été réalisé par M. Le Nézet et M. Célié, avant la construction d’un gymnase sur la parcelle DT‑244. Les sondages effectués ont permis de constater la forte pente suivie par le terrain avec affleurement du rocher au nord et épais remblai moderne au sud. Aucun vestige en place n’a été observé, mais les remblais récents ont livré quelques fragments d’enduits peints et de céramique gallo‑romaine. Cependant, en limite nord de la parcelle, sous un mur de terrasse, un sol en béton de tuileau (probable fond de bassin) a été relevé au contact même du rocher (Le Nézet 1986 ; CAG 102).

124 – Fouille de sauvetage conduite en 1986 par M. Célié sur le site des Hespérides. Les résultats sont présentés en détail dans cet ouvrage (cf. infra § 2.3).

135 – À l’occasion de la construction, en 1864, d’une chapelle dans l’ancien couvent des Bénédictins situé au no 7 de la rue Rouget‑de‑Lisle (DT‑256), A. Pelet rapporte la découverte d’une mosaïque « dont les dimensions n’ont pu être déterminées ». Au centre d’un fond composé de losanges, un emblema d’1 m2 aurait représenté un chien tenant sous sa patte un gros serpent. Le même auteur indique que ce sol a été enfoui sans être détruit (Pelet 1875 : 34 ; Espérandieu 1935 : 101‑102). Cette information est localisée sur le site des Villégiales des Bénédictins, fouillé en 1992 sous la direction de L. Sauvage. Cette opération est abondamment décrite dans cet ouvrage (cf. infra § 2.2).

146 – Dans un jardin situé le long de la partie haute de la rue des Bénédictins (DT‑218 ?), on a mis au jour, antérieurement à 1876, « des traces de pavés romains, des débris de poteries, des ossements nombreux et à 3 m de profondeur un dolium presque aussi grand que celui qui est à la Maison carrée et dont il ne manque qu’un fragment » (Michel 1877 : 49‑50 ; CAG 100).

157 – Quelques observations ont pu être faites au cours de travaux de construction entrepris en septembre 1969 au 11, rue des Bénédictins. Le texte qui suit a été rédigé par l’auteur de la découverte, V. Lassalle.

16On a pu y voir un puits circulaire creusé dans la roche en place (E), qui semble avoir été recouvert, dans l’Antiquité, d’épaisses dalles et d’un sol bétonné, un égout N‑S (F) et des vestiges de pavements en mosaïque monochromes à cubes blancs (B, D) ou à décor géométrique (C) (fig. 6). Divers éléments de l’architecture et du décor intérieur, tels qu’un seuil de porte, le sommet d’un bloc à pilastres et des socles, ont été ramenés au jour par la pelle mécanique. Mais la découverte la plus importante a été celle d’une grande statue féminine (G) qui est décrite dans le § 3.5 de ce volume. Parmi les vestiges en place, il faut mettre à part, dans la partie occidentale du terrain, une construction postérieure à l’Antiquité (A) qui était connue des habitants du quartier mais n’avait pas, semble‑t‑il, retenu jusqu’alors l’attention des chercheurs. Elle comportait une vaste chambre souter raine de plan rectangulaire (2,46 x 5,98 m ; haut. 8,30 m) dont les murs en moellons montraient en leur partie inférieure des arcades murales. À l’intérieur de cette chambre pouvait se trouver la citerne, le puits ou le bassin d’une source, probable raison d’être de l’édifice. Mais cette partie était partiellement comblée. Des arrachements montraient qu’une voûte, détruite au moment de la découverte, avait dû couvrir en tout ou en partie cette chambre. Au sud de celle‑ci, un couloir voûté partant du niveau du sol et contenant un escalier donnait accès à la partie inférieure de la chambre. Ce couloir comportait, au milieu de sa longueur, un regard constitué par un puits carré de 0,70 m de côté. Ces aménagements hydrauliques font l’objet ci‑dessous d’une interprétation qui les rattache à l’Époque moderne (cf. infra § 5.2.5.2).

Image 10000000000001F20000017809A474108B55AE6B.jpg

FIG. 6 – 11, rue des Bénédictins. Plan schématique des vestiges découverts en 1969.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. V. Lassalle

17Le peu de mobilier recueilli, conservé au musée archéologique, comprend : 1 anse d’amphore italique et 1 fragment d’amphore massaliète avec timbre illisible ; des céramiques communes à pâte calcaire, kaolinitique et sableuse ; 1 bord d’amphore de Bétique de forme Dressel 20 et quelques fragments d’amphore gauloise IV ; plusieurs fragments de sigillée du sud de la Gaule, datables de la seconde moitié du ier s. ap. J.‑C. ; 1 bord de céramique africaine de cuisine de forme Hayes 23B et quelques fragments de claire B ; des tessons de lampe à huile et de céramique à paroi fine (CAG 98).

188 – À l’arrière d’une maison située au bout de la rue des Bénédictins, un chapiteau monumental a été découvert. Deux fragments de frises à modifions proviennent également de cette rue (CAG 98).

199 – Une fouille de sauvetage a été conduite par P. Garmy en 1982 sur le site de La Fontaine des Bénédictins. Ses résultats sont également présentés dans cet ouvrage (cf. infra § 2.4).

2010 – Au no 30 de la rue Pasteur, à l’occasion de travaux de construction en 1958, V. Lassalle a pu observer, sur 12,20 m de long, un mur de soutènement d’orientation E‑O (fig. 7). Légèrement oblique par rapport à l’actuelle rue Pasteur, ce mur, large d’1 m, était conservé sur 3,20 m de hauteur. Son appareil en petits moellons calcaires l’a fait considérer comme très probablement antique (Darde 1990 : 115). O. Rappaz signale avoir observé ce même mur dans les années 60 et le décrit comme un véritable massif de mortier (sic) (CAG 138).

Image 10000000000003FA00000368BAC409A9005B9405.jpg

FIG. 7 – 30, rue Pasteur. Relevé du mur romain découvert en avril 1958.

dess. V. Lassalle,

2111 – Au centre du jardin d’une maison située au 24, rue Pasteur (DT‑697), A. Pelet a observé, en 1851, à 1 m de profondeur, une mosaïque qui représentait « diverses espèces d’oiseaux aquatiques » (Pelet 1875 : 36 ; Espérandieu 1935 : 98 ; CAG 140).

2212 – Au no 12 bis du quai de la Fontaine (DV‑33), un vaste égout de direction E‑O a été reconnu, en 1905, par un architecte (Cl. Méry) qui en a dressé une coupe. Enterré à 2,10 m de profondeur, il mesure, en section intérieure, 2,40 m de haut pour 3,80 m de large. Il est probable que ce collecteur, le plus important reconnu à Nîmes à ce jour, avait pour fonction d’évacuer une partie des eaux de la source de la Fontaine, voisine (Espérandieu 1932 : 34‑35 ; Olive, Ugolini 1991 : 138, fig. 86 ; CAG 137).

2313 – Dans la rue Trajan, à l’angle de la rue Adrien, V. Lassalle a reconnu, en 1955 et 1957, un mur assez important, des fragments de chapiteaux, de grandes colonnes cannelées et deux inscriptions. Un sondage rapide a également permis de fouiller plusieurs niveaux de sols ainsi qu’une couche d’incendie. Il semble bien que ces éléments soient à rattacher à un bâtiment public ou un habitat privé d’une certaine importance (Darde 1990 : 1 15 ; CAG 141).

2414 – En 1932, des travaux de voirie ont détruit, à l’angle des rues Titus et Trajan, une mosaïque géométrique bicolore dont un fragment a été conservé au musée archéologique (Espérandieu 1935 : 138 ; CAG 142).

2515 – En 1907, le creusement de caves dans une maison particulière a provoqué la découverte de plusieurs constructions : « des murs très épais, un petit aqueduc pour l’écoulement des eaux pluviales, une base et une colonne encore en place, un gros bloc sculpté ». Plusieurs autres débris ont été relevés à 2 m sous le niveau de la rue ainsi que quelques sols bétonnés répartis à des niveaux différents (Registre 1907 : 76‑77 ; Mazauric 1907 : 363 ; CAG 143).

2616 – En creusant des caves, vers 1840, au no 13 de la rue Pasteur, on découvrit un aqueduc longeant la rue, à 2 m de profondeur, et une pièce qui pourrait appartenir à des thermes : « [...] de forme elliptique, ayant au grand diamètre 8 m, et au petit, 6 environ. Elle était voûtée et prenait jour d’en haut par une ouverture circulaire. Une corniche régnait autour de l’édifice et était placée à environ 2,50 mètres de hauteur. Cette corniche, extrêmement saillante, formait comme un abri sous lequel étaient placés les baigneurs [...]. Un conduit en marbre prenait l’eau dans l’aqueduc dont nous avons parlé. » Ce témoignage concerne des vestiges si bien conservés qu’il est sujet à caution, même si les élévations préservées peuvent s’expliquer par la position du site, à l’amorce du piémont, où de fortes accumulations sédimentaires sont possibles (Perrot 1840 : 245‑247 ; CAG 145).

2717 – A. Michel signale la découverte, au xixe s., à l’angle de la rue Plotine et du quai de la Fontaine, de « vestiges d’une habitation romaine dont la porte d’entrée était indiquée par deux bornes usées par le frottement des roues [...]. Sous cette maison passe un très bel aqueduc romain qui vient de la Fontaine et se dirige vers la ville » (Michel 1877 : 288 ; Blétry‑Sébé, Veyrac 1991 : 148, tabl. 8). Au même emplacement semble‑t‑il, vers 1890, une mosaïque polychrome a également été observée (Espérandieu 1935 : 136‑137 ; CAG 147).

2818 – En 1964, à l’occasion de travaux de voirie, V. Lassalle a pu observer un puits de section carrée (1 x 1 m). Faute de fouille, ce dernier ne peut être daté (CAG 148).

2919 – V. Lassalle a vu en 1955, au fond d’une tranchée et à 1,60 m de profondeur, un bassin oblong d’orientation SE/N‑O. Large de 0,85 m, ce bassin disposait de parois revêtues d’enduit hydraulique et d’un fond en mosaïque blanche. Il appartenait sans doute au jardin d’une maison (Jannoray 1956 : 217 ; Darde 1990 : 145 ; CAG 149).

3020 – Dans la rue Pasteur, au‑devant des nos 8 et 10 et à l’aplomb du trottoir, la berme nord d’une tranchée de voirie a permis à M. Célié, en 1994, de relever une succession de niveaux empierrés démarrant à 0,60 m sous le sol actuel. Confirmée plus loin vers l’est, cette stratigraphie est à rattacher à une voie antique E‑O suivant approximativement le tracé actuel de la rue Pasteur : information inédite de M. Célié.

3121 – Quelque part au nord et à proximité de l’actuel square de La Bouquerie, un puits romain, d’un diamètre de 1,80 m, était visible au début du xixe s. (Vincens, Baumes 1802 : 540 ; CAG 150).

3222 – En 1993, au‑devant de l’escalier d’accès à la cour du collège de la Révolution (DT‑181) et en bordure du trottoir, M. Monteil a relevé dans une tranchée deux sols en béton de tuileau superposés dont le plus récent est à 1,50 m sous le sol actuel (CAG 97).

3323 – En 1993, à la faveur d’une tranchée implantée dans l’axe de la rue Clérisseau, le long du trottoir nord, M. Monteil a observé, face à la parcelle DT‑180 et en bordure du trottoir, deux sols en terrazzo séparés par un mur N‑S (à 1,50 m sous le revêtement de la rue). Au fond de la tranchée, un niveau d’argile rubéfiée a livré une anse d’amphore massaliète (trace probable d’occupation protohistorique) (CAG 87).

3424 – À l’angle des rues Clérisseau et de la Lampèze, J. Pey a pu voir, dans les parois d’une tranchée, deux sols en terrazzo situés à 0,95 et 1,20 m sous la rue (Darde 1990 : 145 ; CAG 85).

3525 – En 1961, à l’occasion de la construction d’un immeuble placé à l’angle des rues Clérisseau, du Fort et Ménard (DT‑163), MM. Susini, Barry et Rappaz ont pu observer deux mosaïques « sommaires » à 2 m sous le sol actuel. Quelques tessons de Campanienne ont également été recueillis dans des couches situées sous les pavements (Gallet de Santerre 1964 : 503 ; Darde 1990 : 144 ; CAG 86).

3626 – En 1909, dans une tranchée de 2 m de profondeur creusée dans l’axe de la rue Ménard, F. Mazauric a relevé, « à peu de distance de la rue Clérisseau », des vestiges de canalisations, uniquement matérialisés par des « débris du dépôt calcaire ou tuf formé à l’intérieur ». L’auteur y voit le passage d’un ou de plusieurs tuyaux en plomb venant du castellum. Il note également la présence d’un dallage (rue ?) et de murs (Registre 1909 : 154‑156 ; Mazauric 1909 : 212‑214 ; CAG 88).

3727 – En 1785, une mosaïque a été reconnue dans l’espace compris entre la place de la Révolution et les rues Ménard, d’Albenas et Rouget‑de‑Lisle (actuelle parcelle DT‑181). Quinze ans après, ce pavement est, comme le signalent Vincens et Baumes, réutilisé comme sol dans une fabrique en construction. Mesurant « 11,694 m x 6,497 m », il se compose, pour l’essentiel, de motifs géométriques noir et blanc ainsi que d’un tableau, placé vers une des extrémités. Ce dernier comporte une rosace polychrome inscrite dans un carré dans les angles duquel on note des oiseaux, des poissons, des dauphins ainsi qu’un bateau. De part et d’autre de cet ensemble, s’inscrivent deux petites pièces larges de « 3,248 m » et de longueur non reconnue. L’une est décorée d’octogones et de carrés, comme la grande pièce, tandis que l’autre ne l’est que par des carrés. En 1825, le tableau central de la grande mosaïque est offert à la ville par les nouveaux propriétaires. Au moment de sa dépose, J.‑F. Perrot repère, à environ 10 m de là, des ouvriers en train de détruire une autre mosaïque, de 8,25 x 5,90 m, composée de 40 caissons entourés d’une riche frise (Vincens, Baume 1802 : 553 ; Perrot 1846 : 232‑ 234 ; Espérandieu 1935 : 18‑22 ; CAG 96).

3828 – Lors de la construction du collège de la Révolution (DT‑181), O. Rappaz a observé une grande dalle qu’il a interprétée comme une couverture de tombe préaugustéenne (sic) (CAG 95).

3929 – À l’occasion d’un chantier situé à l’angle de la rue des Bénédictins et de la rue Rouget‑de‑Lisle, O. Rappaz a observé, en 1959, de nombreux murs et cloisons de terre ainsi que du mobilier antique. L’un des murs était décoré de peintures murales de couleur essentiellement rouge, jaune et noir dans lesquelles s’inscrivaient des panneaux quadrangulaires rehaussés par un encadrement de filets noirs ou jaunes et intégrant des personnages féminins légèrement vêtus (Darde 1990 : 144 ; CAG 94). Ces éléments sont étudiés ci‑dessous (cf. infra § 3.3.4).

4030 – Une fouille de sauvetage a été conduite par V. Lassalle en 1966 sur le site de La Marseillaise. Les résultats font l’objet de plusieurs chapitres de cet ouvrage (cf. infra § 2.1).

4131 – Au no 7 de la rue d’Albenas, L. Estève a découvert, en 1892, un tronçon de canalisation voûtée (haut. 1,90 m) construite en moellons et qui suit un tracé parallèle à la rue (Espérandieu 1934 : 57). Victor Lassalle l’a sans doute redécouvert en 1966 lors de sa fouille de sauvetage (cf. infra § 2.1).

4232 – Dans les parois d’une tranchée de 2 m de profondeur établie dans l’axe de la rue Ménard, F. Mazauric a pu noter, en 1909, la présence d’une couche « gauloise » d’1 m d’épaisseur dont le sommet affleure à 1,30 m sous la rue. Ce niveau est caractérisé par des fonds de cabane avec foyers. Ces derniers mesuraient 0,80 m de largeur et étaient constitués de « terre noire battue ». Un mobilier abondant (céramiques et fibules) a été collecté à cette occasion. M. Py propose de dater ces foyers des veive s. av. J.‑C. mais note également la présence d’indices des iie et ier s. av. J.‑C. (Registre 1909 : 154‑156 ; Mazauric 1909 : 212‑214 ; Py 1981a : 100‑101 ; CAG 88).

4333 – En 1964, à l’occasion d’un chantier de construction sur la parcelle DT‑169, située sur le côté sud de la rue d’Albenas, entre les rues Ménard et de la Lampèze, V. Lassalle a pu voir, dans la berme nord du chantier, deux canaux « parementés intérieurement en petit appareil ». Le premier, installé dans le rocher, était visible dans l’angle N‑E du chantier et suivait une orientation N‑S ; le second, situé plus à l’ouest, a pu être restitué sur 6 m de long dans le sens N‑O/S‑E. Tous deux étaient « comblés par des concrétions calcaires [...] dans lesquelles se voyaient les empreintes cylindriques des tuyaux ». Il est probable que ces conduits participent du même système que ceux reconnus par F. Mazauric légèrement plus à l’ouest (cf. infra no 34) (Darde 1990 : 132 ; Blétry‑Sébé, Veyrac 1991 : 129‑131, fig. 80 ; CAG 75).

4434 – En 1909, à l’angle sud de la rue Ménard et de la rue d’Albenas, dans une tranchée de 2 m de profondeur, F. Mazauric a pu observer, sous une couverture de dalles, « trois ou quatre canaux, larges de 1,50 m environ, et séparés entre eux par de petits murs épais de 0,60 m environ ». L’ensemble suivait une direction N‑E/S‑O. Les concrétions retrouvées en comblement portaient l’empreinte de tuyaux de plomb. Il s’agit, sans aucun doute, des conduits techniques qui, partant du castellum, contenaient les tuyaux de distribution de l’eau en direction de la ville basse (cf infra § 4.2).

45En outre, au milieu du carrefour, immédiatement au nord de ces conduits, il a pu reconnaître deux canalisations qui se croisaient. L’une d’entre elles pourrait être, selon lui, « la suite du canal de dégagement du castellum ». L’endroit était également « pavé d’immenses dalles juxtaposées qui paraissent marquer le pavé d’une voie dirigée nord‑ouest/sud‑est » (Registre 1909 : 154‑156 ; Mazauric 1909 : 214 ; Registre 1911 : 266 ; Blétry‑Sébé, Veyrac 1991 : 129‑131, fig. 80 ; CAG 76). À ce même emplacement, M. Célié a pu réaliser quelques observations complémentaires, en octobre 1995, à l’occasion de travaux de pose de réseaux dans l’axe de la rue d’Albenas (projet des « 200 rues »). Pour l’essentiel, il s’agit de niveaux empierrés bien stratifiés, qui attestent l’existence d’une rue qui suit apparemment une direction N‑O/SE. Enfin, à l’angle de ces mêmes rues, O. Rappaz a découvert un fragment de chenet préromain (Py 1981a : 102).

4635 – Le castellum, situé à l’aboutissement de l’aqueduc (parcelle DT‑121), sur les pentes sud des collines qui bordent Nîmes au nord (58,94 m ngf), permettait de distribuer l’eau dans différents secteurs de la ville. A. de Rulman le signale pour la première fois au début du xviie s. Vraisemblablement enfoui lors de la construction du fort Vauban, il ne sera redégagé, par un particulier, qu’en 1844. A. Pelet rapporte alors l’essentiel de ses caractéristiques. Il se compose d’un bassin circulaire (6 m de diamètre pour 1,40 m de profondeur) entouré d’un dallage périphérique ; le tout englobé dans une maçonnerie carrée sans doute couverte et dont l’un des murs portait un enduit peint représentant une scène nautique. Les eaux y pénétraient par l’intermédiaire d’une courte section de canal carrée munie d’une vanne, elle‑même suivie d’une grille‑peigne servant de filtre. Elles se divisaient ensuite par l’intermédiaire de 10 orifices circulaires, placés en éventail, et prolongés par des tuyaux de plomb. Ces derniers étaient ensuite réunis deux par deux au sein de 5 galeries techniques. Enfin, sous les orifices répartiteurs, une bonde permettait la vidange ou l’évacuation des excédents dans un canal de dégagement relié au réseau d’égouts.

47En 1992, un renettoyage de l’ouvrage et une fouille de son égout de dégagement, réalisés par A. Veyrac et J.‑M. Pène, ont permis de préciser la forme du canal de dégagement et de recueillir, dans les concrétions, de nombreuses monnaies qui pourraient être liées à un possible culte des eaux au sein du monument (Rulman 1627 : fo 71 ; Pelet 1845‑1846 ; Pène, Veyrac 1994 : 78 ; Blétry‑Sébé, Veyrac 1991 : 129‑ 132 ; CAG 74).

4836 – Lors de travaux réalisés en 1970 à proximité immédiate du castellum, A. Nadal et V. Lassalle ont eu l’occasion de visiter l’intérieur de l’aqueduc filant sous le fort Vauban. Suivi sur près de 50 m, le canal emprunte un tracé en lignes brisées. Sa hauteur moyenne est comprise entre 1,50 et 1,80 m et, au contact du castellum, sur 2,50 m de long, sa section adopte un profil carré de 1,20 m de côté (Nadal 1974 : 18 ; Fabre et al. 1991 : 84).

4937 – Sur un croquis concernant une autre découverte, F. Mazauric a noté, sur une parcelle (DT‑120) située entre les rues Ménard, d’Albénas et de la Lampèze : « Maison où furent trouvés dans la cave une mosaïque romaine et un autel au maillet. » (Registre 1911 : 266 ; CAG 89.)

5038 – Lors de travaux de voirie réalisés en 1876 rue de la Lampèze, la partie supérieure d’un pilier votif en calcaire dur a été découverte. Ce pilier portait une inscription complète en gallo‑grec faisant état d’une dédicace d’un certain Cassilatos à un dieu gaulois (Py 1981a : 100). Dans la berme d’une tranchée creusée dans cette même rue, J. Pey a recueilli, dans une fosse, un lot de céramiques communes gallo‑romaines (Darde 1990 : 115 ; CAG 81).

5139 – H. Banquier signale la découverte fortuite, en 1933, d’une sépulture préromaine, dans la rue de la Lampèze, presque à la hauteur de la rue François‑Rouvière. Il n’indique cependant ni les caractères ni le contenu du dépôt. Cette observation reste sujette à caution (Bauquier 1941 : 3 ; Py 1981a : 127 ; CAG 80).

Le cadre historique

52La ville de Nîmes ne dispose pas encore d’un Document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain du Centre national d’archéologie urbaine (CNAU), à Tours, mais ce manque vient d’être compensé par la parution d’une thèse de doctorat consacrée à l’évolution de la topographie urbaine entre la fin du vie s. av. J.‑C. et l’Antiquité tardive (Monteil 1999). On peut ainsi dresser à grands traits les caractéristiques de la topographie historique pour le quartier des Bénédictins (fig. 2).

53Durant la Protohistoire, plus particulièrement pendant le second âge du Fer, le quartier se place à l’extrémité est de l’oppidum préromain couronné par la tour Magne, peut‑être même en limite intra muros, contre le rempart si les restitutions récentes qui en sont proposées sont bien exactes (en dernier lieu Célié et al. 1994 : fig. 1 ; Sauvage 1996a : fig. 63 ; Monteil 1999).

54Après la construction de l’enceinte coloniale d’Auguste (Varène 1992), le quartier se retrouve en plein cœur de la ville enclose et à proximité immédiate des centres civiques et religieux : quelques centaines de mètres à l’est de l’ensemble dynastique augustéen qui a, peu auparavant, digéré le lieu de culte préromain installé autour de la Fontaine (Gros 1984) et moins de 100 m en ligne droite du forum et de la zone monumentale érigée autour de la Maison carrée. C’est dire que pendant le Haut‑Empire le quartier fait véritablement partie de l’hypercentre de la ville. Ses caractéristiques devront donc, à l’évidence, être soigneusement examinées en fonction de ce contexte particulier. On remarquera aussi avec intérêt le voisinage du château d’eau antique (cf. supra notice no 35), lieu d’aboutissement de l’aqueduc qui amenait en ville les eaux de la fontaine d’Eure (Fabre et al. 1991 : 129 sq.).

55Les données concernant l’agglomération du Bas‑Empire sont encore trop lacunaires pour que l’on puisse établir sérieusement la place du quartier des Bénédictins dans la topographie urbaine de cette époque. Toutefois, comme nous le constaterons plus loin, les données des fouilles nous invitent à envisager un quartier en grande partie désurbanisé dès la fin du iie s. ap. J.‑C.

56La nouvelle enceinte du comte de Toulouse construite à partir de 1194 (Huard 1982 : 117 sq.) laisse de justesse le quartier hors les murs et ce n’est apparemment qu’au xviiie s. avec le plan d’urbanisme de Mareschal, ingénieur du roi, que le secteur des Bénédictins est à nouveau réinvesti par la ville, alors réglée dans le quartier sur les alignements donnés par le canal de la Fontaine et par les rues Trajan et Pasteur. Une part majoritaire des directions d’urbanisme relevées par J. Benoit dans ce secteur de la ville ressortit de son système « rouge » (Benoit 1981 : 79) qui correspond précisément à l’orientation donnée par Mareschal à son plan régulateur, calé sur les vestiges augustéens de la Fontaine.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.