Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos

p. 11-12


Texte intégral

1Le présent ouvrage livre les résultats de quatre fouilles urbaines qui se sont déroulées entre 1966 et 1992 à Nîmes (fig. 1), dans le seul quartier dit des Bénédictins. À ces résultats s’ajoutent ceux d’observations ponctuelles, échelonnées dans le temps, mais toujours réalisées dans ce même secteur de la ville.

Image 10000000000003FE000002C9262871317001BCFE.jpg

FIG. 1 – Situation de la ville de Nîmes en Europe et en Gaule méridionale.

DAO M. Monteil/Afan, d’ap. M. Py/CNRS (fond de plan Gaule méridionale) et J. Pey/musée archéo. de Nîmes (fond de carte Europe)

2Deux facteurs rendent l’entreprise peu commune. D’une part, malgré la longue période d’activité archéologique que couvre ce travail, une trentaine d’années, les responsables des opérations de terrain ont pris eux-mêmes en charge, chacun pour ce qui le concernait, le traitement des données et la publication des résultats. Il ne s’agit donc pas ici d’une synthèse a posteriori portant sur des fouilles restées longtemps inédites, comme on en connaît par ailleurs, mais bel et bien de la publication originale et aussi complète que possible des données disponibles. En outre, la disposition spatiale et le groupement géographique des chantiers dans le quartier offraient un champ d’investigation cohérent et quasi continu sur une superficie non négligeable de la ville. Alors que chaque opération, considérée isolément, ne correspondait qu’à une fenêtre de quelques centaines de mètres carrés au plus sur les vestiges sous-jacents, la juxtaposition des études, longuement différées pour certaines, a heureusement ouvert les perspectives et permis d’embrasser les composantes plus proprement urbaines des données.

3On notera que la présentation qui en est faite ci-dessous renvoie, sans surprise, l’image de l’histoire de l’archéologie urbaine à Nîmes et, sans doute, dans beaucoup d’autres villes. Depuis les observations, militantes mais nécessairement limitées, faites dans les années 60, qui apportent les seules informations échappées à « l’érosion de l’histoire » alors systématique, jusqu’aux chantiers actuels, exécutés le plus souvent avec les moyens adéquats et dans la logique d’une problématique historique définie, en passant par les opérations pionnières des années 70-80 qui, avec ou malgré leurs insuffisances, ont installé néanmoins une pratique régulière de la recherche archéologique urbaine, tous les chaînons de l’évolution sont là.

4Les travaux préparatoires à ce volume ont reçu le soutien du ministère de la Culture sous la forme d’une subvention pour « l’aide à la préparation de la publication ». Ils se sont déroulés de juin 1993 à juin 1997. Les notices sur les données de terrain (cf. infra chap. 1 et 2) ont été rédigées par les titulaires des autorisations de fouilles et leurs collaborateurs. L’étude et la publication d’ensemble ont en outre bénéficié de l’apport de chercheurs spécialisés dans de nombreux domaines de l’archéologie et/ou des sciences connexes. Ces collaborations multiples mais organiquement indissociables contribuent à éclairer aussi complètement que possible, du moins l’espérons-nous, les aspects divers de l’évolution d’un quartier urbain, sujet qui demeura au centre de nos préoccupations, comme l’indique d’ailleurs le titre de ce travail. En effet, le propos de l’équipe réunie pour l’occasion était, bien entendu, de produire pour la communauté scientifique le résultat des fouilles mais aussi de donner à voir, dans ses multiples paramètres, l’histoire d’un morceau de ville, d’une parcelle du paysage urbain. Depuis la caractérisation de l’anthropisation originelle des sols dans leur contexte géologique jusqu’à l’étude des transformations du secteur à l’Époque moderne, tous les moyens d’investigation historique ont été rassemblés pour atteindre ce but. Il nous a semblé qu’à cet exercice, l’archéologie et l’histoire urbaines replacées dans le « temps long » pouvaient trouver leur compte, même si la Protohistoire et l’Antiquité gallo-romaine se taillaient la part belle en fonction des données de terrain.

5Certaines des contributions qui suivent s’individualisent par des aspects polémiques ou par des abords difficiles qui ne se rencontrent que rarement dans la littérature archéologique. Malgré ce, et en raison du caractère stimulant de ces textes, nous avons pris le parti de les livrer tels quels en laissant à leurs auteurs l’entière responsabilité des opinions émises. Dans le même ordre d’idée, il nous a paru logique de laisser à chacun la liberté d’utiliser les termes techniques dont il avait l’habitude de se servir, ce qui explique certaines différences de vocabulaire pour désigner un même objet.

6Le plan de cette monographie est à la fois chronologique, topographique et thématique. La matière dont nous disposions a dicté cette approche. Dans un premier temps, il a paru opportun de brosser un portrait du cadre géosystémique de la ville et du quartier avant d’examiner les processus initiaux d’anthropisation du milieu. Les données concernant l’âge du Fer sont ici particulièrement remarquables, bien que les documents soient très inégalement présents sur les quatre gisements de référence. Le chapitre 2 inaugure, avec la description des vestiges et d’une partie des mobiliers d’époque romaine, la plus grosse partie de l’ouvrage, consacrée à l’Antiquité. Les synthèses sur les maisons de cette période occupent l’ensemble du chapitre 3 et le chapitre 4 traite des problèmes d’urbanisme, de structuration de l’espace et d’édilité. Enfin, le chapitre 5 clôt le développement par la présentation des mutations du quartier, depuis la fin de l’Antiquité jusqu’à la période moderne.

7Pour clore ce bref propos liminaire, il nous reste l’agréable devoir de remercier tous ceux, ils sont nombreux, qui ont favorisé la réalisation de notre entreprise. En premier lieu nous voudrions dire notre reconnaissance aux fouilleurs, bénévoles et salariés, dont le travail est à la source des données utilisées. Il convient également d’exprimer notre gratitude à la sous-direction de l’Archéologie du ministère de la Culture qui a bien voulu encourager financièrement le projet. Un grand merci enfin, à ceux qui, par leurs avis, leurs conseils, leurs lectures attentives du manuscrit, ont aidé à concevoir la présentation définitive du contenu de ce volume.

8Mai 1997

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.