Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 159-160


Texte intégral

1Depuis quelques décennies, l’industrie thermale et tout ce qu’elle sous-entend d’installations hôtelières et d’accueil, ont métamorphosé le terroir grysélien, débordant largement les limites du bourg médiéval et moderne et lui opposant un tissu urbain lâche et éparpillé. C’est autour de ces mêmes eaux thermales que, dès l’Antiquité, s’était fixée une population, en ces lieux. Cette période n’a été évoquée, au cours de l’étude, qu’au travers des découvertes archéologiques qui ont pu l’illustrer. Elle constitue pourtant, entre le ier s. av. J.-C. et le iiie s. ap. J.-C., la première trace d’une organisation du terroir grysélien et, partant, un moment décisif dans l’histoire de son occupation.

2En dehors de la persistance onomastique, il est difficile, voire impossible, d’apprécier quelles ont été les réelles répercussions, s’il y en eut, de l’occupation gallo-romaine sur les périodes ultérieures, notamment l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge pour lequel les rares indices dont nous disposons témoignent d’un habitat dispersé très certainement toujours vivant.

3Le grand saut de plus de six siècles auquel contraint une absence de source par trop habituelle dans ces régions, conduit au début du xie s. dont le principal témoin fut le prieuré Saint-Pierre. Localisée près du secteur des anciens Thermes, dans la plaine du Verdon, cette première église paroissiale desservait un habitat encore probablement dispersé alentour. C’est probablement dans le courant du xiie s. qu’abandonnant le site bas, une partie de la population s’est regroupée sur le versant sud-est de l’éminence rocheuse située en marge du plateau de Valensole, dans la dépendance d’un premier château ; cette installation a été suivie, plusieurs décennies après, par la construction de la paroisse Notre-Dame. La grande église au vocable inconnu attachée au complexe castral, élément le mieux connu de cet ensemble, a pu assurer la fonction paroissiale dans le laps de temps qui précéda la construction de l’église Notre-Dame. Les sources sont indigentes pour cette période, imposant la plus grande prudence, mais il se pourrait que l’aspect inachevé de ce monument ait résulté de son utilisation temporaire.

4L’église bâtie sous le vocable de Notre-Dame au xiiie s., bien qu’établie plus près du nouveau pôle habité que ne l’était alors le prieuré Saint-Pierre, est restée dissociée du castrum. Demeurée à l’extérieur des remparts élevés à la même époque, elle ne sera intégrée au corps de ville qu’à la période moderne, après la construction d’une nouvelle enceinte collective, au xvie s. L’ancien site paroissial Saint-Pierre, abandonné et marginalisé, était en ruine au xviie s. et il n’en reste plus trace aujourd’hui. La fonction funéraire, maintenue dans la vallée peut-être jusqu’à la construction de l’église Notre-Dame, s’est inscrite elle aussi dans une évolution similaire, tributaire des mutations de l’habitat.

5Ainsi, à bien des égards et pour ce que l’on peut en saisir aujourd’hui, par sa genèse et son évolution durant le Moyen Âge et l’Époque moderne, mais également par le choix qui prévalut à sa situation, par ses développements successifs, son organisation parcellaire, le tracé de ses rues, ou encore ses pôles organisateurs et leurs implantations respectives, le village de Gréoux apparaît très comparable à de nombreuses agglomérations rurales provençales. Il n’est qu’à considérer la ville médiévale de Forcalquier (Février 1964 : fig. 17), ou les villages de Mane, de Cadenet (Ministère de la Culture 1981 : 157), Cucuron (id. : 201), de Lourmarin (id. : 266) ou de Mirabeau (id. : 477) dans le sud-Luberon. On pourrait ainsi multiplier les exemples.

6Le château, au cœur des réflexions engagées sur l’évolution de l’habitat, apparaît, dans cette trame évolutive lacunaire, comme le véritable pôle organisateur. Ainsi le premier aspect dégagé de l’étude menée sur son architecture, et qu’il convient ici de rappeler, fut la mise en évidence d’une occupation du xiie s., dont la nature résidentielle et le niveau social élevé sont bien attestés à partir du xiiie s. Correspondant bien à la phase de multiplication des castra perchés, elle reste à préciser dans ses dispositions, dans son étendue, dans ses origines et surtout dans les relations qu’elle entretenait avec l’habitat qu’elle a manifestement fixé.

7Ces remarques induisent un deuxième constat. Au tout début du xive s., Gréoux était déjà un gros bourg, ce qui a favorisé, sans doute dans les années qui suivirent, la reconstruction des anciennes structures castrales. Le nouveau château est donc apparu dans un terroir déjà organisé dont il n’a pas modifié la morphologie.

8La troisième observation qu’appellent les résultats de l’étude du château, porte sur l’ampleur donnée à son programme et sur la certitude d’un commanditaire puissant et fortuné, qui en découle. D’un échange entre les données de terrain et les données d’archives, incomplètes les unes et les autres, nous pensons pouvoir resserrer les dates de construction du château autour des années 1324-1341, période durant laquelle Arnaud de Trian fut seigneur de Gréoux. À ce sujet la discussion reste ouverte, mais il est certain que l’importance, la richesse de ce personnage extrêmement intéressant, ainsi que les milieux qu’il a fréquentés et les hautes fonctions qu’il occupa, sont autant d’indices militant pour cette hypothèse. À l’appui également de cette proposition, il faut rappeler l’intérêt résidentiel que présentait la localité de Gréoux, située au contact de la Basse-Provence, sur les possessions alpines un peu reculées de ce seigneur dont on peut soupçonner les habitudes de cour.

9Un autre point essentiel que nous venons d’évoquer, directement lié, lui aussi, à l’ampleur voulue pour ce complexe seigneurial, est son aspect résidentiel. Les références aux grandes demeures urbaines, épiscopales entre autres, ne laissent au demeurant aucun doute sur le parti du plan d’ensemble adopté pour cette architecture parfaitement aboutie, en laquelle s’associaient, sur un plan régulier, toutes les fonctions seigneuriales, domestiques et religieuses. Habité sans discontinuité depuis le xive s. jusqu’au début du xixe s., c’est avant tout à cette conception –le site lui-même ne posait en outre pas de contrainte d’accessibilité–, que le château de Gréoux a dû sa pérennité. Elle laissait aux seigneurs une grande liberté pour de nouveaux aménagements, la transformation intérieure des bâtiments, le développement des organes de communication ou encore l’agrément des abords immédiats du site. Ce fut là un des intérêts majeurs que de pouvoir envisager le château au fil de ses réaménagements successifs, sur une longue période. Jusqu’à la Révolution, les seigneurs qui se sont succédé sur le domaine, issus des plus grandes lignées provençales, ont marqué le château des traces de leur passage, permettant d’en suivre les transformations et l’évolution du plan d’ensemble au fil des siècles. Ainsi, la résidence du xive s. n’affichait-elle pour ainsi dire aucun organe de défense active : à l’exception d’une possible bretèche, meurtrières, batteries d’archères, mâchicoulis, etc. y sont absents. Ceux-ci ont été reportés sur l’enceinte, ne laissant à l’édifice seigneurial retranché sur sa cour intérieure que la défense passive de puissantes courtines. À la fin du Moyen Âge, la construction de galeries dans la cour, l’élargissement et la mise aux goûts du jour des fenêtres à l’étage noble, marquent une amélioration dans le confort de la résidence seigneuriale mieux desservie, mieux éclairée et, de fait, plus conforme au temps. Au xvie s., les Guerres de religion ont entraîné la modernisation des organes de défense, avec la construction de la tour de plan circulaire au nord-est. La tour sud-ouest, édifiée en 1615, a pu renforcer le dispositif défensif côté village, à la suite des différents procès qui opposèrent le seigneur à la communauté de Gréoux. À partir du deuxième quart du xviie s., le château ne connut plus de regain militaire et les travaux qui y ont été effectués jusqu’à la Révolution traduisent encore la recherche, par un morcellement progressif des anciens espaces médiévaux, d’une amélioration des conditions de vie. Le xviiie s. a terminé l’évolution amorcée au siècle précédent, par la transformation du château en vaste résidence de villégiature, entourée de jardins plantés d’arbres.

10Par-delà les données brutes et quelque peu ingrates de l’analyse architecturale, archéologique et archivistique, le travail que nous avons mené a tenté d’éclairer la naissance et le devenir d’un site tout entier, pour l’ajouter à la liste par trop réduite des monographies castrales provençales. Faute d’avoir pu épuiser toutes les questions qui avaient sous-tendu la problématique de départ, nous souhaitons en avoir levé certaines ou susciter quelque engouement pour ce site riche qui n’a nul besoin d’un passé glorieux pour convaincre de son intérêt.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.