Version classiqueVersion mobile

Le château de Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence)

 | 
Sandrine Claude

Chapitre 4. Histoire de la seigneurie, du château et du bourg

Résumé

Les premiers témoignages d’une organisation du terroir remontent au début du xie s. La présence de templiers à Gréoux étant définitivement jugée fantaisiste, il est possible que la seigneurie ait alors fait partie des alleux des Pontevès, et qu’elle ait été, avant le milieu du xiiie s., une possession d’un seigneur proche des Castellane.

Perceptible dès le xiie s., le phénomène de regroupement et de perchement de l’habitat a connu, à cette époque, une phase non fortifiée. Ce n’est qu’au xiiie s. que l’incastellamento est effectif, avec la construction d’un rempart et d’une nouvelle église paroissiale.

À partir de la chronologie établie pour le château, trois seigneurs sont susceptibles d’avoir commandé sa construction au xive s. : le comte de Provence, les Hospitaliers et, plus probablement, Arnaud de Trian, après 1324. Le site villageois était déjà organisé, doté d’une population assez importante et d’un terroir avantageux, peu éloigné de la basse Provence.

Les descendants d’Arnaud de Trian tinrent la seigneurie jusqu’en 1379, puis elle passa aux mains des Glandevès, des Clapiers, des Audiffret et des Albertas. Ces familles ont, successivement, complété ou adapté les dispositions de la demeure médiévale et ont fait évoluer les confins du domaine qui ont été fixés vers le milieu du xviie s. Peu marqués par les conflits entre catholiques et protestants de la fin du xvie s., les seigneurs de Gréoux ont, en revanche, connu des heurts avec la communauté villageoise à l’Époque moderne.

Après la Révolution, le principal et dernier occupant du château fut un certain Arnoux Guibert. Classé en 1840, le château n’a été soustrait aux pillages que récemment, par un programme de restauration réalisé sous l’égide des Monuments historiques.

Texte intégral

1La première véritable organisation du terroir grysélien est attestée à partir de l’Époque gallo-romaine et durant l’Antiquité tardive par la présence d’une petite agglomération sans doute établie dans la dépendance de la source thermale (Bérard 1997 : 215). Initialement habitat de plaine, l’agglomération villageoise s’est regroupée au Moyen Age sur une hauteur distante de quelques centaines de mètres, déplacement qui, sur près de cinq siècles, n’est éclairé par aucun document d’archive (cf. chap. 1). Que penser toutefois de la construction dans le secteur des anciens thermes gallo-romains et sans doute non loin d’un lieu de culte antique que signalent les dédicaces aux Nymphis Gryselicis, de l’église dédiée à saint Pierre connue dès le début du xie s. ? Cet édifice a pu accompagner l’installation d’une population, ou, à l’inverse, pérenniser une présence humaine sur le site depuis la fin de l’Antiquité, selon une logique de continuité que rien à ce jour ne permet d’étayer ni de rejeter. Ainsi, si la réoccupation par une église médiévale d’un lieu de culte païen apparaît ici bien attestée, elle peut tout à fait être, sinon fortuite, du moins conditionnée par des facteurs exogènes. La présence de matériaux en est un –n’a-t-on pas redécouvert un fragment de la stèle d’Annia Faustina en remploi sous l’autel de l’église ?–, la qualité de la vaste plaine alluviale, bien irriguée et la présence d’une source chaude peut-être toujours exploitée, en sont deux autres. Aussi sommes nous prudemment tentée de placer l’exemple de Gréoux aux côtés de ceux qui, comme les abbayes du Thoronet (Var) ou de Ganagobie (Alpes-de-Haute-Provence), témoignent de la réutilisation « d’un site remarquable dans la topographie régionale » (Fixot 1994 : 40), ceci en attendant de pouvoir répondre à la question d’une continuité de la vocation cultuelle du lieu, qui, pour l’heure, reste tributaire de la redécouverte de l’église Saint-Pierre et de sa fouille.

2L’approche historique des xie-xiiie s. a du prendre en compte le faible nombre de textes conservés : on ne compte en effet que quatorze mentions du toponyme avant le début du xive s., le plus souvent d’un intérêt médiocre (cf. annexe 20). Il en résulte, pour cette période, de grandes zones d’ombre sur l’organisation du terroir, sur la mise en place du ou des premiers habitats groupés et sur les implantations seigneuriales. Nous avons tenté d’éclairer ces questions, dans un premier volet, par l’exploitation conjointe de cette maigre documentation scripturaire, des sources archéologiques et architecturales, plus abondantes, et d’un contexte historique régional mieux connu.

3Nous avons choisi d’aborder, en second lieu, le xive s., par le biais d’une question à laquelle les archives, bien que plus abondantes à partir de cette époque, n’ont, à ce jour, jamais permis de répondre : celle de l’identité du commanditaire de l’ambitieux programme architectural du château.

4Dans un troisième volet, une présentation plus large du site permet d’évoquer les différentes familles qui s’y sont succédé et notamment leurs interventions respectives sur le château, puis d’aborder les sujets de l’entité territoriale et de sa population à la fin du Moyen Âge et à l’Époque moderne, en considérant les rapports que les seigneurs du lieu ont entretenu avec la communauté durant cette période.

5Pour finir, nous évoquons les périodes révolutionnaire et contemporaine ainsi que les incidences qu’elles eurent, l’une et l’autre, sur l’évolution architecturale du château.

4.1 Le terroir et l’habitat entre les xie et xiiie s.

4.1.1 Du xie au xiie s. : une image confuse du site pré-castral

4.1.1.1 Les textes et le terrain

  • 1 Ces mentions ont étayé les notices sur Gréoux de plusieurs historiens. L’abbé Féraud a signalé une (...)
  • 2 Dans le répertoire de la série 2H (abbaye de Montmajour) des archives départementales des Bouches-d (...)

6Après une longue période durant laquelle aucune source ne vient documenter l’occupation du terroir, les premières mentions de Gréoux réapparaissent dans les textes au xie s. (cf. annexe 20). La confusion avec le toponyme Creisset (Alpes-de-Haute-Provence) est à l’origine de plusieurs attributions erronées. Il s’agit tout d’abord de la confirmation par le pape Léon VIII, en 963, de la donation de diverses possessions à l’abbaye de Montmajour : « In comitatu Regensi, curtem que nominant Criselgis, cum servis et ancillis » (Chantelou 1890 : 33), puis d’une série de trois bulles papales respectivement datées de 1096, 1097 et 1102 (Chantelou 1890 : 199, 227, 229) reconnaissant au même monastère plusieurs possessions dont un « castrum quod vacant Crisellum »1. Le nom de Gréoux apparaît en fait, pour la première fois, au début du xie s. dans une liste d’églises dépendant du prieuré de Caduc2. La mention « ecclesia de Gredolis » désigne un pôle paroissial, premier signe à l’époque médiévale d’une organisation du terroir. Quelques années plus tard, en 1018, le « terminus de Gresols » est signalé aux confins de la villa de Sept-Fonts (« Septem Fontes »). Il faut relever ici la réapparition, au tout début du xie s., du toponyme latin « Gryselicis » connu par la stèle d’Annia Faustina et qui doit être vraisemblablement attribué à la persistance d’une population sur le site jusqu’à cette époque. Trois autres mentions –des souscriptions à des chartes– attestent, seulement dès le xie s., l’existence d’une famille de Gréoux identifiée par son appartenance au lieu et peut-être aussi son origine : « Ugo de Grisellis » au milieu du xie s. (Chantelou 1890 : 172), « Albertus de Grisul » en 1065 (Guérard 1857 : 624, no 627) et « Ugo et Vilhelme de Gresols » en 1103 (Brunel 1926 : 13). Cet éclairage sommaire du site au xie s., donné presque unilatéralement par les textes, dessine un terroir grysélien aux contours bien établis où la paroisse était apparemment le seul cadre communautaire. C’est, du moins, le seul qui soit alors connu.

  • 3 La prospection au sol de ce secteur, aujourd’hui entièrement loti, a réuni un tesson de céramique n (...)

7Les données archéologiques permettent, quant à elles, de désigner deux secteurs ayant connu, ou ayant pu connaître, une occupation médiévale ancienne : le premier, à l’emplacement du site castral du xiie s., chichement représenté par une structure maçonnée attribuée aux ixe-xe s. mise au jour lors de la fouille du château (Estienne, Molina 1990 : 18) ; le second, au nord-est du bourg, sur une hauteur distante d’environ 1 km, au lieu-dit Les Hautes-Plaines, mis en évidence par les travaux de photo-interprétation et de prospection menés sur la commune par D. Garcia et F. Mocci. Le tissu parcellaire y trahit l’existence d’une structure radio-concentrique qui pourrait témoigner d’une organisation du terroir remontant au Moyen Âge (Garcia, Mocci 1995 : fiche no 4, pl. 7, anomalie no 11)3. Ces données, par trop lacunaires et même hypothétiques pour certaines, n’autorisent pour l’heure aucune conjecture sur la nature, sur l’étendue et sur la durée de ces établissements. Tout au plus peut-on aujourd’hui formuler la possibilité du développement d’un habitat pré-castral polynucléaire ou de déplacements successifs liés à des tentatives d’implantations avortées.

8C’est donc un espace rural déjà circonscrit, structuré et peuplé, qui timidement se dévoile peu après l’an Mil ; mais c’est aussi un espace pour lequel toute ébauche de compréhension des formes d’habitat et de leur degré d’organisation se heurte à la ténuité des sources. Sans même prétendre à la précision des récents travaux conduits sur le Languedoc central (Schneider 1996 : livre II), on serait en effet bien en mal, dans le cas présent, de suivre les nuances d’un habitat pré-castral dont le seul élément tangible est l’église disparue dédiée à saint Pierre. Cependant, à défaut de pouvoir attribuer à cet édifice un rôle actif dans le processus de regroupement d’une population, part qui a été rendue à l’église dans les travaux languedociens déjà cités (id. : 205, 253, 602-604), il convient de lui restituer celui de ciment d’une société qui pouvait trouver, ainsi, le cadre communautaire par lequel se pérennisa une présence humaine sur le terroir, préservant par là même des conditions favorables à l’incastellamento de la fin du xiie s. À cet égard, pour confus qu’il soit, le rôle de l’église Saint-Pierre sur le site de Gréoux peut donc apparaître essentiel pour l’évolution de l’habitat avant le xiie s. Cet édifice témoigne d’une organisation pré-castrale ordonnée par le réseau ecclésial, phénomène que l’on saisit un peu partout en région provençale et dont la préexistence est mise en évidence de manière plus nette dans le Sud-Ouest, sans doute parce qu’elle y a été plus aboutie et qu’elle est aussi mieux documentée (Baudreu, Cazes 1994 : 80 ; Bourin, Durand 1994 : 99, 104 ; Parodi 1994 : 121).

4.1.1.2 Les premiers possesseurs du terroir

  • 4 ADBR, 2H346, art. 40 (1316). Le cartulaire du prieur Pierre du Lac donne, en 1484, les copies d’act (...)

9Au début du xie s., l’église Saint-Pierre de Gréoux faisait partie des rares possessions du prieuré de Carluc situées sur la rive gauche de la Durance, celui-ci étant principalement implanté dans la région de Reillanne (Baratier 1959 : V). Ses biens et ses revenus relevaient encore de Carluc durant la première moitié du xive s4.

Les templiers : une présence contestable

10Les sources relatives au passé templier de Gréoux sont nombreuses, mais ne remontent hélas pas au-delà du xviiie s.

  • 5 Cette attribution du prieuré Saint-Pierre de Gréoux à l’abbaye bénédictine, si elle s’avère exacte, (...)

11Dans un excellent article publié sous le titre « Les templiers à Gréoux ? Avatars d’une légende », R. Bertrand s’est appliqué à démontrer l’élaboration et l’enrichissement de ce qu’il a appellé « un mythe » (Bertrand 1979). Nous en reprenons ici les éléments les plus démonstratifs et les conclusions. La première mention de templiers à Gréoux date de 1705. Dans une publication du docteur A. Bernard intitulée Les eaux de Gréoux, voyage de madame la marquise de *** aux eaux de Gréoux, on peut lire : « Ces eaux sont fort anciennes car on a des mémoires depuis plus de deux cens ans. Elles ont esté dans une grande réputation du tems des Templiers qui faisaient leur demeure à Gréoux : on y remarque encore les vestiges d’un hospice que ces religieux fort nombreux en France y avaient establi... ». Moins d’un demi-siècle plus tard, cette mention était déjà considérablement enrichie en détails sous la plume d’un autre médecin, J.-B. Esparron : « On a des preuves certaines que du tems des Templiers qui florissoient il y a cinq à six cens ans et au delà et qui étoient Seigneurs du Village de Gréoux, nos eaux minérales étoient très renommées ; puisqu’outre l’habitation que cet Ordre fameux y avoir dans le beau Chateau qui y existe encore, il avoit aussi tout auprès des Bains, un hospice particulier dont on voit encore les vestiges, qui étoit uniquement destiné pour les malades de cet Ordre » (1753 : 37). M. Darluc, en 1777, dans son opuscule sur les eaux de Gréoux, renvoyait aux « preuves certaines » d’Esparron pour légitimer le passé templier des eaux et du village (1777 : 36). Son ouvrage réédité à Aix en 1787 et 1806, et à Paris en 1821, a achevé l’implantation de cette tradition alors encore jeune. À côté de cette série abondante de traités d’hydrologie écrits par des médecins, les dictionnaires et géographies des érudits Expilly (1764 : t. III, 670), Papon (1780 : 88-89) et Achard (1787 : 588) restent silencieux au sujet de la présence des templiers de Gréoux. Le xixe s. a vu le « mythe » s’ancrer et s’étoffer. En 1807, dans le traité des docteurs Robert et Laurens (1807 : 6), réimprimé en 1810, on pouvait lire : « L’histoire nous apprend que, lors de l’invasion des Vandales ou des Sarrasins qui ravagèrent la Provence, les bains de Gréoulx furent ensevelis sous des décombres ; ils restèrent inconnus, jusqu’au tems où les Templiers devenus seigneurs de Gréoulx les rétablirent. Ils y fondèrent même un hospice pour les malades de leur ordre ». En 1835, Garcin (1835 : 514-517), puis en 1861, l’abbé Féraud (1861 : 364) ont accrédité, à leur tour, la thèse des templiers. Pour ce dernier auteur, « le château de Gréoulx, ouvrage de la munificence des chevaliers du Temple, est remarquable par sa position, sa solidité et sa construction ». En 1879, dans la suite qu’il a donnée à L’histoire, géographie et statistique des Basses-Alpes, Féraud a été le premier à souligner que le prieuré Saint-Pierre était une possession de l’abbaye de Montmajour5, mais il a oublié, en mentionnant sa cession aux templiers, que les bénédictins en avaient encore la propriété au début du xive s. Il a également avancé que « Gréoulx fut un des établissements les plus notables des Templiers dans nos contrées. Le vaste et beau château qu’ils y construisirent le dit assez. On doit à ces religieux le rétablissement des anciens thermes des Romains qui gisaient oubliés sous leurs ruines. On vit affluer à ces thermes un grand nombre de chevaliers du Temple, venant pour réparer leur santé compromise par les fatigues et les combats d’outre-mer » (Féraud 1979 : 102). Auparavant un autre médecin thermaliste, Jean-Baptiste Jaubert avait lui aussi, dans un Guide aux eaux de Gréoulx, attribué la redécouverte de la source thermale aux chevaliers du Temple ainsi que la construction du château : « Là haut, sur le point culminant, dort l’antique château des Templiers : c’est une immense construction carrée où l’œil chercherait en vain aujourd’hui l’aspect d’une forteresse » (1857 : 34-35). En 1876, on pouvait lire dans la Géographie du département des Basses-Alpes d’A. Joanne : « Gréoulx, ... Vaste château carré (mon. hist.), flanqué de tours et bâti par les Templiers au xiiie siècle » (Joanne 1880 : 46). En 1896, l’abbé Maurel a intégré Gréoux à son histoire de Puimoisson : « La commanderie de Gréoulx, une des plus importantes de la contrée, n’échappa point à la loi commune. Les templiers y furent arrêtés et leurs biens mis sous séquestre » (Maurel 1895-1896 : 218).

12R. Bertrand a bien souligné par ces quelques exemples et par d’autres relevés dans des publications des xviiie et xixe s., le glissement de l’intérêt porté aux « bains templiers » vers le « château templier » dont certains auteurs amorcent parfois une description. G. Gibelin qui a publié en 1908 la première monographie sur Gréoux, adhérait également à cette thèse. Il faut préciser que l’important travail réalisé par cet auteur à partir des archives, qui lui a permis d’établir le premier corpus documentaire sur le site, est, à l’exception des données concernant l’Ordre du Temple, parfaitement référencé. Par ailleurs, G. Gibelin s’est accommodé de l’acte d’échange de la seigneurie entre le comte de Provence et les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem signé en 1307 et qui prouve qu’alors les templiers n’étaient pas à Gréoux, en faisant remonter leur établissement bien avant cette date : « Vers le xiie siècle, les Templiers étaient à Gréoulx. Ils y bâtirent un château dont il ne reste plus que la façade occidentale ». Et il concluait, après avoir passé en revue les possessions du Temple sises dans le département : « La Commanderie ou plutôt la Préceptorie de Gréoulx était une des plus importantes » (Gibelin 1908 : 9). Après G. Gibelin, G. Tardieu a consacré dans un guide touristique publié en 1912 quelques lignes à Gréoux et à son château : « Au début du xive s., les Templiers, qui construisirent sur la colline un château de style roman dont les ruines font encore un très bon effet, restaurèrent les bains ruinés par les Barbares » (Tardieu 1912 : 256-257). Il a été l’un des premiers à repousser, avec justesse, l’attribution de la datation du château au xive s., tout en soulignant pourtant son « style roman » et en oubliant, semble-t-il, que l’Ordre a été supprimé en 1308. En 1913, c’est M.-Z. Isnard, conservateur des archives départementales des Basses-Alpes, qui signalait la présence des templiers à Gréoux, sans référence aucune, naturellement (1913 : 185). En 1969, Gréoux figurait encore comme ancienne possession templière dans l’Atlas historique de Provence (Baratier et al. 1969 : t. I, 178 ; t. II, cartes 55, 68) et, en 1986, R. Collier, autre conservateur des archives du département, écrivait en forme d’hypothèse : « Ce château (classé en 1840) est attribué aux Templiers qui durent posséder Gréoux au xiie siècle, mais il ne remonte pas tout entier à cette époque » (Collier 1986 : 246). Son propos est d’autant plus étonnant qu’en 1961, à la suite des travaux de Durbec, il avait conclu son article sur les templiers en Haute-Provence par ces quelques lignes : « il faut que […] les imposantes ruines du « château des Templiers », à Gréoux-les-Bains, renoncent à se parer du souvenir sombre et glorieux de l’ordre persécuté par Philippe le Bel, mais les légendes ont la vie dure... » (Collier 1961 : 196). En effet !

13L’idée s’est également diffusée par le biais de notices touristiques telles que celles figurant dans l’ouvrage de J. Vehel (1921 : 79), dans les guides de Provence (Boulaya d’Arnaud 1965 ; Guide bleu 1991 : 514-515), dans les atlas de châteaux forts (Salch 1979 : 588 ; Salch et al. 1977 : 60 ; Merveilles des châteaux de Provence 1965 : 301). Elle a aussi été propagée par des cartes postales et des dépliants touristiques, par des panneaux explicatifs ou des noms de rues. En fait, la présence des templiers à Gréoux, au même titre que celle de la reine Jeanne ailleurs, semble être aujourd’hui le garant d’un commerce touristique prospère.

  • 6 AC Gréoux, dépôt E94, série FF, articles 1 et 2.

14Qu’en est-il en réalité ? Dans son étude sur les templiers en Provence, Durbec (Durbec 1959) a été le premier à contester l’implantation de l’Ordre à Gréoux. Mues par l’espoir d’éclairer cette question par des recoupements dans les archives de quelques commanderies, nos propres investigations, conduites à moindre échelle, sont restées stériles. Aussi, à ce jour, aucun texte antérieur à janvier 1308, date de la suppression de l’Ordre en Provence, n’a permis d’accréditer la thèse d’une présence du Temple à Gréoux. Des sources plus récentes, émanant de ses seigneurs et de la communauté, sont également muettes sur cette présence. Il s’agit de plusieurs procès intentés par la commune, entre 1524 et 1775, aux seigneurs du lieu qui refusaient, entre autres, de laisser cadastrer leurs biens et d’en payer les tailles6. Ces textes, certes récents, retracent à partir des archives seigneuriales et communales la succession des propriétaires du château et de la seigneurie. L’image qu’ils renvoient correspond à la réalité devant laquelle nous nous trouvons : l’absence de sources avant le début du xive s., c’est-à-dire avant que le comte de Provence ne se soit dessaisi de la seigneurie de Gréoux en faveur des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Ces documents ne constituent pas, il est vrai, la preuve que les templiers ne sont jamais passés à Gréoux, mais ils apportent un témoignage d’ordre administratif, contemporain des publications médicales dans lesquelles s’est élaboré le mythe.

  • 7 Le chanoine Corriol est décédé en 1964. Hommage de R. Collier, dans Annales de Haute Provence, no 2 (...)
  • 8 M. Falque de Bezaure prétendant citer l’abbé Corriol, a écrit que Hugues de Turrel « se rendit succ (...)
  • 9 ADBR, B2, f° 109 v°.
  • 10 ADBR, 56H4394, art. II.
  • 11 ADBR, B1094, f° 1 et B1477, fos 216, 220.

15Pour conclure avec ce problème des sources, B. Falque de Bezaure a produit, en juillet 1981, dans une revue grysélienne plusieurs actes relatifs aux templiers de Gréoux, issus de l’ouvrage (non publié et introuvable depuis qu’il l’a eu en main) de l’érudit chanoine Corriol, intitulé Recueil des actes du clergé régulier et séculier de la Haute-Provence 7(Falque de Bezaure 1981c). Parmi ceux-ci, figurent la cession par le comte de Provence, Raimond-Bérenger III de « la forteresse et seigneurie de Greols, avec les droits régaliens, à la Milice du Temple de Jérusalem », passée à Riez en 1144, et la confirmation de cette cession, trois ans plus tard, par l’Empereur Conrad III ; l’arbitrage d’un différend entre l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem de Puimoisson et le prieur de Gréoux au sujet du pâturage des brebis et des chèvres sur le territoire de Greols, par Raimond de La Roque, précepteur du Temple à Gréols (27 septembre 1299) ; diverses donations de terres, de maisons, de granges, de droits de pâturage et de péage au précepteur du château du Temple de Greols, le 11 janvier 1216, par Esmengarde de Rousset, puis, la donation par Agnès Spata, de biens qu’elle possédait au terroir de Greols, à la même milice ; une lettre du 10 avril 1307 adressée à Jacques de Moley, maître du Temple à Chypre, par Charles II, roi de Naples et comte de Provence, lui proposant l’échange ou l’achat de la forteresse de Gréoux ; l’inventaire des biens du Temple saisis dans le terroir de Gréoux dressé par Hugues Turrel, bailli de Moustiers, le 24 janvier 13088 ; une liste des précepteurs et de chevaliers de la préceptorie de Gréoux ; la déposition d’un certain Arnold le 17 février 1310 et celle de Jean Bertrand, tous deux frères de cette même préceptorie qui furent arrêtés en 1308 à Gréoux. Tous ces documents ne sont que des analyses ou des traductions d’actes disparus, non référencés de surcroît, tirés d’un manuscrit contemporain lui-même introuvable. Pour notre part, nous ne pensons pas devoir retenir de telles « preuves » rendues caduques, au moins pour certaines d’entre elles, par l’échange bien authentifié qui a fait passer en 13079, parmi d’autres biens, la terre de Gréoux et ses droits des mains du comte de Provence à celles des hospitaliers. Cet acte de la Cour des comptes nous assure en effet qu’en octobre 1307 le comte possédait Gréoux et que, après cette date et jusqu’en 132410, les hospitaliers étaient à la tête de cette seigneurie. Par conséquent, en janvier 1308, aucun templier ne pouvait être arrêté à Gréoux. Pourtant, si l’authenticité de la transaction de 1307 ne peut être contestée, B. Falque de Bezaure lui a opposé, pour accréditer sa thèse, deux autres documents – des enquêtes comtales sur les possessions échangées en 130711 qui, selon lui, prouveraient que l’échange ne put intervenir qu’après 1310. Il écrit : « Ces diverses “enquêtes et procédures juridiques” peuvent expliquer que les biens des templiers étaient “gelés” juridiquement comme biens d’Église et malgré que ceux-ci furent confisqués par le comte de Provence, il ne pouvait faire “un échange” ni en disposer comme il l’entendait » (1981b : 14).

  • 12 « Anno Domini MCCCVII die V marcii, fuit nobili discreto viro, d(omi)no Jacobo Ardoyni, regio procu (...)

16L’analyse du premier acte, coté B1094, f° 1, figure dans l’inventaire de la série B des archives départementales des Bouches-du-Rhône dressé par L. Blancard, avec la date de 1308. C’est bien cette date qu’il faut retenir, en dépit du préambule dans lequel est précisé que Jacques Ardouin, procureur et avocat fiscal dans les comtés de Provence et de Forcalquier, avait reçu, le 5 mars 1307, son mandat du souverain par lettres patentes scellées du grand sceau royal12. L’enregistrement de ce mandat, daté du 28 février 1308, permet en effet aisément d’en rectifier l’année : « Datum Massilie anno Domni M° CCCVIII°, die ultimo februarii, VI indictione, regnorum nostrum anno XXIIII ». La teneur des lettres patentes est également précieuse puisqu’il y est clairement signifié que l’échange avec les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem était conclu depuis peu (« dudum ») et que le comte souhaitait, en février 1308, avoir confirmation de la valeur des seigneuries et des revenus annuels permutés ; le cas échéant, confirmation de la diminution de ces derniers et, somme toute, de l’équité de la transaction. L’enquête était menée auprès d’Hugues Estachii, commandeur de la Maison de l’Hôpital d’Avignon.

  • 13 « Robertus dei gratia Rex Jerosolimitani et Sicilie, ducatus Apulie et principatus Capue, Provincie (...)

17Le second mandat, coté B1477, f° 216, rédigé dans des termes similaires, envoyait l’année suivante, le 20 janvier 1309, et pour les mêmes raisons, Jacques Ardouin accompagné de Pierre Audebert, vérifier la valeur des terres échangées en 1307 et celle de leurs revenus13. Là encore, ce document atteste sans aucun doute possible que la transaction a alors bien eu lieu. Sont données pour preuve quelques lignes extraites du rapport d’enquête lui-même, dressé le 13 février suivant (B 1477, f° 220) : « Dixerunt inquam et deposuerunt, ipsis fratribus Hospitalis presentibus et audientibus, suprano-minati super valorem jurium, reddituum et proventuum ad curiam regiam ante permutationem predictam pertinentium quod curia regia in dicta castro de Gredolis percipiebat ». Il est explicitement noté que les témoins, les frères Guillaume Farine et Bernard Terralli qui géraient la seigneurie pour l’Hôpital, déposaient sur « la valeur des droits, revenus et produits perçus par la cour comtale AVANT l’échange » et, du reste, l’antériorité de cette transaction se retrouve, tout au long du texte, par l’emploi constant de l’imparfait « Curia percipiebat ». Enfin, les dernières lignes de l’enquête récapitulent une partie des revenus que les frères hospitaliers déclaraient avoir retirés depuis deux ans (« a duobus annis ») de la seigneurie (cf. annexe 1).

  • 14 ADBR, B376, art. 12.

18Ceci dit, l’absence de documentation relative aux possesseurs de la seigneurie avant le comte de Provence ne permet pas d’exclure que l’Ordre du Temple ait eu alors des possessions à Gréoux, bien que l’on puisse douter fortement d’une totale disparition de la documentation écrite pour une commanderie censée être l’une des plus importantes de la région. Ce vide documentaire pour toute une période de l’histoire grysélienne pourrait d’ailleurs bien être à l’origine de l’élaboration de ce que nous sommes encline, avec d’autres, à appeler un « mythe ». Les templiers –R. Bertrand l’a montré de manière convaincante (1979 : 167-168)–, auraient ainsi permis d’éclipser la méconnaissance des historiens sur Gréoux pour les temps qui ont précédé le xive s. Peut-être, plus simplement, la légende est-elle née de la confusion avec les hospitaliers mentionnés dès 1280 à Aurafrège (actuel lieu-dit Aurabelle), sur la rive gauche du Verdon14. Nous sommes ainsi tentée de résumer la situation de la manière suivante : si des médecins thermalistes n’avaient, au tout début du xviiie s., rapporté la présence des templiers à Gréoux, il est à peu près certain que, pour les historiens qui se sont intéressés au site, celle-ci n’aurait pas dépassé le stade de piste de recherche à explorer. En l’absence de documentation, cette hypothèse de travail n’aurait sans doute pas été retenue, du moins faut-il le souhaiter.

Les Pontevès

19Aux xie et xiie s., les alleux de cette famille s’étendent de Saint-Martin-de-Brômes (Alpes-de-Haute-Provence) au village éponyme de Pontevès (Var) (Poly 1976 : 95) avec, en particulier, des possessions à Brunet, à Roumoules, à Riez, à Allemagne, à Archincoscum, à Saint-Vincent-d’Esparron, à Albiosc, à Vinon et à Quinson (Poly 1976 : pièces annexes, 95-98). Le terroir de Gréoux, situé en plein cœur des biens fonciers de cette puissante famille, pouvait fort bien y être alors attaché.

4.1.2 Les premiers éléments d’un habitat groupé aux xiie-xiiie s.

4.1.2.1 Les seigneurs au xiiie s.

  • 15 ADBR, B143, f° 56 et B2, f° 45. Cette énumération des castra de l’évêché de Riez, placés sous la su (...)
  • 16 ADBR, B1477 f° 220 (cf. annexe 1).

20Dès les années 1232-1244, Gréoux est mentionné comme étant placé sous la suzeraineté du comte de Provence15. La seigneurie figure, dans l’enquête de 1252, sur les revenus du comte Charles Ier d’Anjou qui n’y possédait toujours que le « Maius Dominium » avec l’albergue, pour dix livres, la cavalcade, à raison d’un cheval armé ou dix livres, ainsi que la haute-justice et la queste (Baratier 1969a : 361, no 579). Une enquête réalisée à la suite de l’échange de la seigneurie avec les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, fait état de divers autres revenus perçus sur Gréoux par Charles II (cf. infra § 4.2.1.1). Enfin, en 1309, une troisième enquête, également commandée par le comte de Provence révèle qu’il partageait, deux ans auparavant, les revenus et produits de la seigneurie avec dix-huit pariers16.

  • 17 ADBR, B317, f° 3, texte analysé par É. Baratier (Baratier 1969a : 191-192).

21Au milieu du xiiie s., le domaine comtal était restreint, dans l’évêché de Riez, par les possessions de l’évêque qui, en plus de Riez, détenait totalement ou en partie Brunet, Montpezat, Saint-Laurent et Saint-Julien d’Asse, Montagnac, Saint-Jeannet, Bauduen et Sainte-Croix-du-Verdon (Baratier 1969a : 188). En outre, l’implantation des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem à Manosque, depuis le milieu du xiie s., ainsi qu’à Vinon et à Puimoisson, et celle de l’abbaye de Cluny à Valensole limitaient le « dominium proprium » du souverain à la seigneurie de Quinson et à la bastide de la Clue, près de Moustiers-Sainte-Marie (Baratier 1969a : 185). Plus inquiétante cependant était l’importance prise, dans le secteur limité au sud par le Verdon, à l’ouest par la Durance et au nord par la Bléone, par les seigneurs de Castellane dont l’hostilité envers la politique comtale se manifestait depuis la fin du xiie s. Les possessions de Boniface de Castellane dans le secteur de Riez, connues par l’hommage qu’il prêta en 1226 au comte Raymond Bérenger V, comprenaient les seigneuries d’Allemagne, d’Esparron-de-Verdon, de Saint-Martin-de-Brômes, du Castellet, de Brunet, de Rousset, de Bezaudun, de Saint-Pierre-de-Brauch, de Montbrien, ainsi que de Salerne, de Villecroze et d’Entrecasteaux17. Gréoux n’y figurait pas.

  • 18 Cf. annexe 20.
  • 19 ADBR, B1084, f° 46, analysé par É. Baratier (Baratier 1969a : 194). Les témoignages issus de cette (...)
  • 20 L’installation de la cour à Aix, vers 1178, répondait déjà au dessein du comte d’étendre son autori (...)

22Autour des barons de Castellane et sous leur suzeraineté, s’étaient également coalisés plusieurs seigneurs de moindre importance qui entretenaient avec ceux-ci l’opposition au comte. Cette prédominance, le souverain avait cherché à la contenir en menant une politique de soutien à l’égard de l’évêque de Riez et par l’adoption des statuts de Senez et de Digne. Gréoux n’a pas échappé à ces accords de reconnaissance des droits comtaux passés en 1237-1238 avec des seigneurs de la région de Barrême et de Riez (Baratier 1969a : 192)18. Ce n’est, en fait, qu’en 1262 que les conspirations contre le comte ont définitivement été enrayées, à la faveur d’une intervention armée de Charles Ier d’Anjou sur la ville de Castellane et sur les différentes seigneuries qui se trouvaient dans la mouvance de son seigneur19. Une fois Boniface de Castellane en fuite, ses possessions revinrent au comte de Provence et, dès lors, la souveraineté de ce dernier s’imposa dans les Basses-Alpes. En moins d’un siècle20, l’autorité comtale a ainsi été pleinement rétablie dans cette région.

23Nous manquons, pour le xiiie s., de documentation permettant de saisir les circonstances dans lesquelles le comte de Provence a augmenté son domaine propre d’une partie de la seigneurie de Gréoux. Mais nous pouvons imaginèr que c’est à la suite de l’élimination des barons séditieux, tels Raibaud de Beaujeu, Guigonnet de Galbert et surtout Boniface de Castellane (Baratier 1969a : 197), que ce lieu, à l’instar d’autres seigneuries, est entré dans le domaine comtal.

4.1.2.2 La genèse du village

24Dès le début du xie s., une église paroissiale située en vallée –l’église Saint-Pierre– apparaît dans les textes et, au xviie s., ses ruines sont encore mentionnées. Ce prieuré bénédictin de Montmajour qui desservait une communauté d’habitants a été à Gréoux, comme en bien des sites provençaux, le premier cadre d’une organisation et d’une humanisation de l’espace rural perceptible au Moyen Âge. Ancienne structure religieuse sur laquelle vint se greffer le castrum, l’église Saint-Pierre a pu favoriser le maintien, sur le site, d’une population et ainsi assurer un terrain favorable à un enchâtellement ; mais l’indigence des sources ne permet pas aujourd’hui de savoir si elle était elle-même parvenue à polariser un premier habitat, comme cela a pu être démontré en Languedoc, à Gignac par exemple (Schneider 1996 : 567).

  • 21 Cf. F. Benoît 1925 : 365.

25L’attestation, confirmée par les données archéologiques, de la présence d’un habitat groupé à Gréoux correspond à peu près à la première mention d’un castrum, datée de 1237-123821. Ce village embryonnaire, à l’origine de l’actuel quartier de La Vière, s’étageait autour de quelques ruelles amorçant un tracé radio-concentrique, contre le flanc sud-est de la colline sur laquelle s’élève aujourd’hui le château. Le rempart dont il s’entoura dans le courant du xiiie s. constitue à ce jour le seul indice chronologique relatif à ce regroupement (cf. chap. 1, § 1.2).

26C’est à cette même période qu’il faut également attribuer le transfert de la paroisse dans la proximité immédiate du castrum. Ce transfert s’est accompagné, comme bien souvent, d’un changement de vocable, témoignant en cela de la forte incidence qu’a exercée l’implantation du réseau castral sur les anciennes structures paroissiales, phénomène mis en évidence en d’autres lieux, notamment dans les Bouches-du-Rhône, par les travaux de J.-Ph. Lagrue (1996 : 101-102). Ainsi édifiée à près de 130 m du premier rempart villageois, situation marginale non exceptionnelle mais pas non plus fréquente (Lagrue 1996 : 102-103), l’église Notre-Dame de Gréoux n’était pas intégrée au corps même de la ville. Elle n’a été englobée dans celle-ci qu’à la faveur du développement de l’urbanisme qu’a connu Gréoux à l’Époque moderne.

27Toute relation de causalité entre l’établissement villageois de La Vière, bien attesté au xiiie s., et l’édification du château, dans la première moitié du xive s. se voit ainsi exclue, appelant la question du facteur de regroupement de l’habitat.

28Avant la première mention connue du castrum, la plate-forme sommitale de la colline faisait déjà, à en juger par la nature des vestiges archéologiques et architecturaux reconnus, l’objet d’une occupation importante. L’élément le mieux conservé –un vaste bâtiment à abside orientée construit dans le courant du xiie s.– a été intégré au corps de logis sud du château. En-dépit de certains caractères architecturaux peu affirmés, son plan, son orientation, sa mise en œuvre et des signatures de tâcheron permettent de l’identifier comme un édifice religieux (cf. chap. 3, § 3.1.1). En outre, la présence, certes très modeste, de plusieurs autres structures, d’un matériel résiduel suggérant une occupation de nature résidentielle, le fait que le château ait été reconstruit au xive s. au même endroit, et surtout la configuration particulière du site ne laissent pas de doute sur la nature castrale de cette occupation du xiie s.

29À nouveau, un important hiatus chronologique sépare l’établissement castral du village groupé, qu’à défaut de sources on ne saurait placer avant le xiiie s. d’après l’analyse de la construction de son rempart. Ceci ne soulève plus la question du pôle organisateur, mais celle de la concentration dans sa dépendance d’un habitat aux structures plus légères, dès le xiie s. Si aucune découverte archéologique n’est venue à ce jour confirmer cette hypothèse, celle-ci, induite par la présence du grand édifice orienté à abside, non accessible par l’ouest mais largement ouvert au sud, vers le village (cf. chap. 3, § 3.1.1), se voit confirmée par l’image de la population que donne, a contrario, le cimetière de l’avenue des Thermes. Cette zone d’inhumation, mise au jour en 1992 sur une petite partie de son emprise, manifestement beaucoup plus étendue, s’était développée en plaine, au sud-est du castrum. En dépit de l’imprécision des datations due à la rapidité avec laquelle la fouille a été menée, il ne semble pas que cette occupation cimétériale bien attestée aux xiie-xiiie s. ait perduré au-delà de cette période. On peut donc se demander si son abandon ne doit pas être mis en rapport avec la construction de l’église paroissiale Notre-Dame et avec l’établissement probable, au même moment, d’un nouveau cimetière aux abords de cet édifice. La communauté qui avait coutume de se faire inhumer dans ce cimetière, assez importante à en juger par la densité des sépultures mises au jour à l’avenue des Thermes, était contemporaine du complexe castrai établi au xiie s. C’est peut-être à son abri qu’il faut en rechercher les habitations.

30Comment interpréter l’édifice à abside construit au xiie s., dans ce schéma imprécis mais toutefois assuré ? À la fois tourné au sud vers le bourg et au nord de la plate-forme sommitale vers le complexe castrai, il a pu être envisagé comme une église paroissiale/chapelle castrale, dont la fonction première a rapidement été rendue caduque par la construction de l’église Notre-Dame.

31Au xiiie s., la fortification du village –peut-être monumentalisation de structures antérieures plus légères– et l’édification d’un nouveau lieu de culte paroissial ont entériné un. processus de regroupement de la population semble-t-il déjà engagé.

32Le phénomène d’incastellamento s’est déroulé, à Gréoux, en deux phases que l’on perçoit aujourd’hui très inégalement et très partiellement.

33La première a pu voir, dans le courant du xiie s., le regroupement et le perchement d’une population qui s’est éloignée de la vallée du Verdon pour s’établir sur les contreforts du plateau de Valensole. La topographie des lieux n’a rien de comparable avec les sites d’éperon ou de fort perchement, tels ceux de Villevieille à Ganagobie (Alpes-de-Haute-Provence), de Buoux (Vaucluse) ou de Rougiers (Var) qui se sont constitués à peu près à la même époque : ici pas de relief abrupt, mais une hauteur suffisamment prononcée pour préserver au site ses qualités défensives tout en préservant la proximité des moyens de subsistances et des voies de circulation. Ce choix a sans aucun doute été déterminant pour la pérennité de l’habitat. Le résultat de cette action centripète n’est plus perceptible, aujourd’hui, que par le biais du point sommital attractif où étaient juxtaposés, en un tout organique, le château et l’église, ainsi que par les relations spatiales entre ces deux composantes et leur environnement immédiat.

  • 22 Si l’on connaît à présent quelques bourgs ecclésiaux en Provence, le rôle attractif de l’église y e (...)
  • 23 Cette émergence précoce d’habitats groupés assez rudimentaires, attestée dès la fin du xie s. ou au (...)

34Outre le fait que le regroupement villageois apparaît en Provence comme un phénomène principalement laïc22, la situation subordonnée de l’église, seul élément à peu près connu du complexe, par rapport aux établissements qui se développaient au nord, interdit d’imputer à ce seul édifice à abside un impact décisif sur l’organisation de l’habitat. Du reste le processus d’association du château et de l’église, à l’origine notamment du castrum du site de Notre-Dame d’Avinionet à Mandelieu (Var) à la fin du xiie s., s’avère le plus répandu en Provence (Fixot 1990b : 27, 29 ; 1994 : 47). Création ex nihilo ou bien réaffirmation d’implantations beaucoup plus anciennes –à Saint-Martin-de-la-Brasque (Vaucluse) était déjà amorcé à la fin du xie s. un regroupement des habitants dans un embryon villageois ouvert, laissant l’église au fond d’un vallon23– rien ne permet d’opter pour l’une ou l’autre proposition. Il est également difficile de reconnaître aujourd’hui les dispositions fortifiées qui devaient accompagner le complexe castrai. Il existe bien trois assises d’un mur parementé, visibles sur le flanc ouest du mamelon rocheux, en arrière de l’enceinte castrale édifiée au xive s., ainsi qu’un autre mur d’1,50 m d’épaisseur, construit en deux temps entre le xiie s. et le début du xive s., reconnu en fouille sur quelques dizaines de centimètres (cf. chap. 2, § 2.5-1.1), indices fragiles d’aménagements qu’une simple dialectique comparative permet d’envisager. Difficile enfin de conjecturer le degré d’organisation de l’habitat, de forme sans doute assez rudimentaire, ceint peut-être d’une protection palissadée ou d’un fossé accompagné d’une levée de terre si l’on admet une comparaison avec des sites contemporains du Biterrois (Bourin-Derruau 1987 : I, 71-73), mais en tous cas sans fortification de pierre.

  • 24 L’étude du bâti villageois intra-muros ne livre, actuellement, que peu d’indications pour cette pér (...)

35Ce n’est que dans un second temps, au xiiie s., que le village a été ceinturé d’un rempart de pierre, mise en défense qui s’est accompagnée de la construction de l’église paroissiale Notre-Dame, exclue de l’enceinte villageoise peut-être par manque de place. C’est à ce moment également que le lieu est mentionné comme castrum dans les textes (1237-1238). L’examen planimétrique permet de dégager de ce noyau villageois fortifié, qui s’étageait sur la pente méridionale du mamelon rocheux offerte à la meilleure exposition, un caractère essentiel peut-être hérité de la première phase24. L’exiguïté de la surface enserrée par le rempart écarte d’emblée la possibilité d’un développement anarchique des unités d’habitation et partant, milite pour un lotissement raisonné et planifié de l’espace qui leur était dévolu. Manquent toutefois, dans le cas présent, les textes et/ou les données d’une fouille exhaustive qui ont permis de valider cette hypothèse pour le castrum de Rougiers fondé à la fin du xiie s. (Démians d’Archimbaud 1980 : 558) ou –exemple plus lointain– dans le Latium où l’incastellamento, phénomène imposé de façon autoritaire dont le devenir s’est avéré précaire, a revêtu dès le xe s. ses formes définitives (Toubert 1973 : 332-336,-352, 367).

36Dans ses dispositions achevées, telles qu’on peut les percevoir pour la première moitié du xiiie s., le castrum de Gréoux apparaît ainsi caractéristique des villages fortifiés et perchés, issus de l’incastellamento de seconde génération. Nés dans la dépendance de châteaux, ceux-ci se sont multipliés en région provençale entre le milieu du xiie s. et le début du xiiie s. et, de manière à peu près contemporaine, en bas Languedoc (Bourin-Derruau 1987 : I, 74) ou dans le bassin de l’Aude (Baudreu, Cazes 1994 : 89). Ailleurs, le phénomène a suivi des rythmes différents, se manifestant dans ses formes abouties beaucoup plus précocément : dès le xe s., dans le Latium où le fort mouvement de regroupement ne s’est atténué qu’à l’aube du xiie s. (Toubert 1973 : 366), au xie s. en Italie méridionale (Martin 1996b : 83, 86) et en Lombardie où le réseau castral était en place au début du xiie s. même si le mouvement de concentration s’est poursuivi pendant les siècles suivants (Menant 1996 : 92-95). Dans d’autres régions, il apparaît plus tardif : c’est notamment le cas en Gascogne où le « castelnau » de B. Cursente ne s’est imposé que dans le courant du xiiie s. (Cursente 1992 : 91, 96 ; 1994 : 126). Au sud du Massif central, où s’est amorcé, dès la fin du xe s., le regroupement auprès du château d’un habitat rural de forme rudimentaire, le village fortifié n’a trouvé sa pleine définition qu’à partir du xiiie s. et, plus encore, à la fin du Moyen Âge (Debord 1990 : 16-17, 20-21).

37Dans ce panorama linéaire qui ne donne que les grands axes d’un phénomène dont la réalité est bien plus contrastée et qui ne rend évidemment pas compte des particularismes micro-régionaux (Cursente 1992), le processus de formation du village de Gréoux, pour ce que l’on en devine, semble assez comparable à celui reconnu pour nombre de sites du bas Languedoc et du Languedoc central, que M. Bourina parfaitement illustré à partir d’un exemple bien documenté, celui de Vias. Là, la première auréole villageoise d’habitations contiguës, progressivement constituée autour de la tour castrale, a connu une étape non fortifiée. Simplement ceinturé d’un fossé accompagné d’une levée de terre, un peu avant le milieu du xiie s, ce n’est en fait qu’au bas Moyen Âge que l’habitat villageois a été entouré d’un rempart de pierre (Bourin-Derruau 1987 : I, 71-72).

38À Gréoux comme partout, l’aboutissement de l’incastellamento a laissé, avec le rempart de pierre, le village et l’église, ses marques les plus fortes et durables dans le paysage rural. Le bouleversement incontestable du mode d’occupation des sols qu’a imprimé, dans son ensemble, ce phénomène amorcé en Provence dès la fin du xe s., perceptible par l’apparition de petites fortifications individuelles (Fixot 1973-1974 ; Mouton 1994), ne doit pas occulter la persistance éventuelle d’un habitat dispersé. L’importance et les formes d’une telle survivance au terme de cette évolution restent à ce jour, faute de données, la plus grande inconnue sur ce site bas-alpin.

  • 25 Ces constats valent également pour le Rouergue (Debord 1990 : 10-11), la Gascogne centrale (Cursent (...)

39Il est aujourd’hui admis qu’à l’apparition et à la multiplication des castra correspond une convergence de contextes : une démographie en expansion d’abord, une situation de croissance économique et, enfin, un contexte politique marqué par l’affaiblissement de l’autorité souveraine et par l’usurpation de ses pouvoirs qui se sont émiettés entre les mains d’une aristocratie turbulente (Poly 1976 : 126-129)25. À défaut de pouvoir vérifier les deux premiers facteurs, les rares certitudes que l’on ait à propos du castrum de Gréoux confirment bien son émergence à une période tourmentée de l’histoire régionale, qui a vu naître et s’amplifier les hostilités des barons de Castellane et de leurs alliés envers la politique d’expansion domaniale du comte de Provence, entre la fin du xiie s. et le coup d’arrêt de 1262.

40Au demeurant, si nous ne sommes pas en mesure d’établir précisément l’origine du complexe castral attesté dans le courant du xiie s., il semble maintenant certain que, pendant le premier tiers du xiiie s. et peut-être même avant, celui-ci a été le pivot du domaine d’un petit seigneur allié aux Castellane. Gréoux fut alors, et ceci jusqu’à l’intervention armée de Charles Ier en 1262, au cœur d’une zone échappant dans sa plus grande partie au contrôle comtal. Il faut, par ailleurs, retenir que le site apparaît dans les textes en tant que castrum au moment même où le souverain a cherché à régler, de manière politique, ses problèmes en Haute-Provence avec les barons séditieux. Réponse fut peut-être donnée au climat d’instabilité que traversaient alors les régions bas-alpines par la fortification du village. Le contexte historique confinerait ainsi à la première moitié du xiiie s. la construction de ce rempart collectif, étape déterminante de l’évolution villageoise, tant pour l’évolution de la topographie que pour l’émergence du sentiment communautaire.

41Pour imprécise qu’elle soit, notre perception des premiers temps de l’aventure villageoise à Gréoux révèle bien les nuances qu’il faut apporter ici à l’incastellamento tel que P. Toubert l’a défini pour le Latium. De fait, le site s’illustre dans le processus de concentration et de perchement, par une mise en place progressive incompatible avec toute idée d’une intervention autoritaire mais pas avec celle d’un développement organisé du tissu villageois.

4.2 Les constructeurs du château

42Si, au début du xive s., le corpus des sources écrites devient plus important, celles-ci ne concernent alors que la seigneurie et ses possesseurs, mais aucune n’a trait au château. Nous avons tenté de répondre à l’incontournable question de l’identité du commanditaire du programme architectural à partir de cette documentation écrite qui, bien que partielle, pose des jalons importants pour cette recherche. Nous lui confrontons les données stylistiques et archéologiques qui ont permis non seulement d’attribuer à la première moitié du xive s. la construction du château, mais également d’établir l’ampleur et la cohérence du parti d’ensemble. Il en résulte la certitude que le commanditaire du programme ne pouvait être qu’un seigneur puissant et fortuné.

4.2.1 Le comte de Provence

4.2.1.1 Les revenus du comte et ses possessions à Gréoux

43Au début du xive s., un acte de cession et deux enquêtes renseignent sur les revenus que comte de Provence percevait alors sur la seigneurie de Gréoux.

  • 26 « Videlicet Castro Urgonis, Sancti-Andioli, Avinionensis dyocesis ; Sancti-Juliani-lo-Montaner et A (...)
  • 27 « Domnus Rex […] tradidit et quasi cessit et concessit predicto domino Magistero presenti et recipi (...)

44Le premier est un échange conclu le 22 octobre 1307. À cette date, le comte a acquis la moitié indivise de la cité d’Orange (Vaucluse), avec son territoire et son tènement, ainsi que la demeure dite de l’Arc, avec son jardin et la cour de la porcherie, et soixante saumes de terre à Jonquières (Vaucluse) avec tous les droits que l’Hôpital y possédait, y compris ceux perçus sur le bref du Prince, à savoir le mere et mixte empire, les condamnations basses comme hautes, les péages sur terre et sur eau, leyde, droit de cosse, trézains et services. Étaient exclus de l’échange le « bref du Prince », de même que l’église Saint-Jean avec l’hôpital et les jardins contigus ainsi que leurs dépendances, services de blé et d’argent, four, maisons et autres possessions, lods et trézains perçus par les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. En contrepartie, le souverain cédait à l’Ordre « les seigneuries d’Orgon, de Saint-Andéol, au diocèse d’Avignon ; de Saint-Julien-le-Montagnier et Amirat, au diocèse d’Aix ; de Gréoux et Rousset, au diocèse de Riez, et de Volx, au diocèse de Sisteron, avec tous leurs droits et appartenances, ainsi que ceux de leurs territoires, quels qu’ils soient, à savoir le mere et mixte empire et toutes les justices hautes et basses, droit de châtiment, services, fours, moulins, péages, droit de cosse, droits fluviaux de péage et pontenage, cavalcade, fouage et, d’une manière générale, tout ce que le comte a, tient et possède dans ces seigneuries et sur leurs territoires […] »26. S’y ajoutaient également, dans une énumération un peu redondante, « […] les fortifications, les hommes et vassaux […], le décours des eaux, les services de blé et d’argent, pacages, tasques, albergue […] »27. L’Hôpital pouvait ainsi jouir de ces seigneuries de plein droit, selon les libertés et immunités pratiquées dans le Val de Manosque. Sur ces seigneuries, le comte se réservait toutefois comme marque de souveraineté, une cavalcade annuelle de quarante hommes à répartir entre les différentes communautés. Gréoux devait quatre hommes.

  • 28 ADBR, B1094, f° 1.

45Quelques mois plus tard, en février 1308, Charles II mandata Jacques Ardouin, procureur et avocat fiscal dans les comtés de Provence et de Forcalquier, en Avignon. C’est auprès du commandeur de l’Hôpital de cette ville, Hugues Estachii, qu’il dut alors prendre les renseignements nécessaires concernant la valeur et l’état annuel des revenus des seigneuries échangées en 130728. Ces revenus payés en nature étaient estimés, à Gréoux, à une émine de blé, un quarteron de conségal, trois setiers d’avoine, trois coupes de vin. Les droits perçus en argent consistaient, pour les services de la Toussaint en deux deniers, pour les services de Noël en vingt-trois deniers, pour le ban en vingt et un deniers, pour les droits de dépaissance en deux sous, dix deniers, une obole, pour la leyde en une obole et pour l’albergue de la saint Michel en dix livres, soit en tout environ quinze livres. L’enquêteur précise que cet état des revenus ne tenait pas compte du trézain, du droit de latte, du fouage et de la cavalcade.

46À la lecture de ces deux textes, nous pouvons conclure qu’à l’orée du xive s., la seigneurie de Gréoux appartenait, au moins en partie, au domaine propre du comte de Provence qui s’en dessaisit en octobre 1307 au profit des hospitaliers d’Avignon. Mais les limites de cette documentation se font sentir dès lors que l’on s’interroge sur les possessions immeubles du souverain. Ainsi, l’acte d’échange de 1307 énumère les droits et possessions du comte dans l’ensemble des seigneuries de Voix (Alpes-de-Haute-Provence), d’Orgon (Bouches-du-Rhône), de Saint-Andiol (Bouches-du-Rhône), d’Amirat (Var, val de Rians), de Saint-Julien (Var), de Rousset et de Gréoux (Alpes-de-Haute-Provence), sans détail aucun et sans qu’il soit possible, en particulier, de préciser si un terme comme « fortaliciis » renvoie à la seigneurie de Gréoux plutôt qu’à une autre. Les termes mêmes de la transaction, attribuant aux hospitaliers les « castra supradicta in quantum ad ipsum dominum regem pertinent », invitent à la prudence. L’enquête de 1308, quant à elle, ne fait état que des revenus et droits annuels et Jacques Ardouin précise même que leur décompte n’est pas exhaustif.

  • 29 ADBR, B416, liasse n° 12.
  • 30 ADBR, B267, f° 317 V°.
  • 31 Archives municipales de Manosque, livre des privilèges (Arbaud 1847 : preuve XVI ; Isnard 1894 : 19 (...)

47Plus intéressante, en revanche, est la seconde enquête commandée le 20 janvier et dressée le 13 février 1309. Le comte Robert désirait connaître la valeur des droits et revenus annuels que percevait son prédécesseur dans les diverses seigneuries concernées par l’échange précédent, sans doute afin de vérifier, une nouvelle fois, l’équité de la transaction. Cet état des perceptions comtales à Gréoux, qui, une fois encore, reste silencieux sur les biens immeubles, diffère de beaucoup du précédent à la fois par sa précision et par son contenu (cf. annexe 1). Les deux frères hospitaliers appelés alors pour témoigner ont indiqué, en particulier, la forte augmentation qu’avaient connu, depuis deux ans, les bénéfices de la seigneurie : la première année, ils en avaient reçu 9 livres et 12 sous, et la seconde, quatre fois plus, avec 37 livres et 50 sous pour les lattes. On apprend encore, dans ce document, les noms de plusieurs seigneurs pariers : Hugues Sicard dont la part de juridiction était tombée en commise, Hugues de Podio-Grosso et les héritiers de Pierre de Podio-Grosso..., soit dix-huit pariers en tout. Les noms d’autres coseigneurs de Gréoux sont évoqués sans plus de détail dans deux textes du tout début du xive s. Une sentence du 16 mars 1301 (n. st. 1302), maintenant à la communauté de Gréoux des droits au terroir d’Aurafrège, cite à plusieurs reprises « Guillemus de Brassio, domicellus, domnus in parte de Grisolis »29 ; le 28 octobre 1307, Hugues de Saint-Martin était lui aussi mentionné en tant que « seigneur en partie de Gréoux »30 ; de même, le 4 janvier 1315, dans une transaction passée entre la communauté et le commandeur de Manosque, « Hugone Garnerii, domicello, domino pro parte castri de Gresolis », figurait comme témoin31. On ignore leurs parts respectives sur la seigneurie.

4.2.1.2 Un château comtal ?

  • 32 Le comte « échange la moitié de la ville d’Orange avec les hospitaliers, ce qui lui permet de trait (...)

48Rien, dans les textes précédents, ne documente l’installation castrale. Toutefois, le silence à ce sujet des enquêtes successives qui ne concernent, en fait, que les droits et revenus comtaux, ne permet pas d’affirmer que le comte de Provence n’a jamais possédé à Gréoux de propriétés immeubles. Par ailleurs, on peut s’interroger sur les raisons qui l’auraient amené à établir un point fortifié, à une époque –la seconde moitié du xiiie s.– et dans un lieu où son autorité n’est plus remise en cause. Au début du xiiie s., la proximité des barons de Castellane aurait sans doute rendu les choses bien différentes. Mais leur élimination en 1262, la soumission des seigneurs de leur entourage et la confiscation de leurs biens ont assuré au comte une solide implantation dans les Alpes du Sud, si bien qu’au début du xive s., la cession de la seigneurie de Gréoux ne pouvait aller à l’encontre d’un pouvoir que nul ne contestait plus, et permettait en outre à Charles II de continuer sa politique d’expansion vers le Dauphiné32.

49Ainsi, dans la seconde moitié du xiiie s., le comte de Provence a pu, avec la seigneurie, entrer en possession d’un château à Gréoux, mais on imagine mal, en revanche, quels avantages il aurait eu à y faire élever alors une fortification.

50Lui imputer la construction du château actuel nous semble bien plus hasardeux encore. S’il est en effet incontestable qu’à défaut d’y avoir un intérêt politique, le souverain avait les moyens et la puissance nécessaires pour être le commanditaire d’un programme aussi remarquable, placer la construction de ce château entre le milieu du xiiie s. et le début du siècle suivant en ferait une réalisation extrêmement précoce pour la région. Cette attribution serait en outre en contradiction avec les critères objectifs de datation de l’édifice fournis par la fouille et par les analyses dendrochronologiques.

51Le comte n’était d’ailleurs pas le seul seigneur d’envergure à Gréoux, au début du xive s.

4.2.2 Les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem

  • 33 C’est en effet auprès du commandeur d’Avignon que l’enquêteur du comte de Provence, Jacques Ardoin, (...)
  • 34 Modestement implantés à Manosque dans la première moitié du xiie s. –on ne leur connaît alors que l (...)
  • 35 ADBR, B376, art.12.
  • 36 L’enquête de 1309 donne les noms des deux frères hospitaliers chargés de gérer cette seigneurie, po (...)
  • 37 ADBR, 56H4394, article II.

52Le 22 octobre 1307, Charles II d’Anjou a donc cédé aux hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem de la commanderie d’Avignon (Grasset 1869 : 191)33 les biens et revenus dont il jouissait sur Gréoux et d’autres seigneuries, contre la moitié de la ville d’Orange et divers autres biens. L’Hôpital, déjà solidement établi à Manosque34 et signalé à Aurafrège depuis 128035, a pu trouver avantage à compléter ses possessions dans le secteur, à Gréoux36, à Rousset, à Saint-Julien-le-Montagnier et à Volx. Il ne resta pourtant à Gréoux guère plus d’une quinzaine d’années, puisqu’il s’est vu obligé de céder la seigneurie, en 1324, au vicomte de Tallard, Arnaud de Trian37.

  • 38 « […] dominus Arnaldus permutationem ipsam faciendo et sollempnisando eo modo quibus melius firmius (...)
  • 39 « […] quia conventui et fratribus, hominibus et vassallis dicte domus habitantibus in insula Rodaru (...)

53En décembre 1322, les hospitaliers par l’entremise de leur Grand Maître, Hélion de Villeneuve, avaient en effet reçu de ce seigneur plusieurs de ses possessions au royaume de Naples avec les droits s’y rattachait38, « parce que d’ici, ils pouvaient plus rapidement et mieux porter secours aux frères, hommes et vassaux de la commanderie de l’île de Rhodes, et pourvoir à leurs besoins »39. En acquérant ces terres italiennes, les hospitaliers espéraient ainsi apporter à la récente implantation de leur ordre sur l’île, dont il s’était rendu maître entre 1306 et 1309, un appui et une certaine stabilité.

  • 40 L’Hôpital possédait Tallard depuis la donation que lui en avaient faite Tiburge et Rambaud d’Orange (...)
  • 41 « […] ex causa permutationis eiusdem, predicto domino Arnaldo presenti, voienti et consencienti et (...)
  • 42 ADBR, 56H4394, art. II § 6.

54L’Hôpital avait, en retour, concédé à Arnaud de Trian plusieurs de ses biens provençaux, les parties qu’il détenait sur les seigneuries de Saint-Julien-le-Montagnier, de Montmeyan et de Régusse, les moulins du territoire de La Roquette sur le Verdon, tous situés dans le Var, avec la seigneurie de Montfort-sur-Argens située dans le diocèse de Fréjus et la vicomté de Tallard (Hautes-Alpes)40. Le même acte d’échange, connu par plusieurs copies de quelques années postérieures, précisait également que, si cela s’avérait insuffisant, Arnaud de Trian pourrait choisir d’autres seigneuries dans le comté, à l’exception de Manosque, de Puimoisson et d’Aix41. C’est pour rééquilibrer l’échange de 1322 que, deux ans plus tard, Gréoux passa du domaine hospitalier à celui d’Arnaud de Trian42.

  • 43 À Manosque, dans le palais hospitalier détruit en 1793 mais connu par des plans dressés à la même é (...)

55Aussi, si les moyens dont disposaient les hospitaliers les mettaient à la mesure d’un programme tel que celui du château de Gréoux, la brièveté de leur séjour dans la seigneurie et surtout la manière dont ils s’en séparèrent, par simple compensation, laissent penser qu’ils ne s’étaient pas lancés dans les dépenses de sa construction. À ce sentiment s’ajoute une remarque d’ordre architectural. Considérant les exemples de Manosque ou de Comps-sur-Artuby (Var), on pourrait s’attendre à ce que la chapelle ait occupé une place prépondérante dans ce qui aurait été un château hospitalier43. À Gréoux, elle apparaît au contraire très discrète dans le complexe castral du xive s. où aucun détail d’architecture ne la signale.

4.2.3 Arnaud de Trian

4.2.3.1 Acquisition de la seigneurie

  • 44 ADBR, B144, f° 343 ; 56H4394, art. II, § 6. Le détail de ces enquêtes et transactions orchestrées p (...)

56La présence d’Arnaud de Trian à Gréoux est rapportée par l’abbé Robert de Briançon (1693 : t. III, 74-80). Selon lui, la vicomté de Tallard, Saint-Julien-le-Montagnier, Gréoux et quelques autres seigneuries provençales ont été reçues le 22 décembre 1322 par ce seigneur, des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, en échange de ses possessions au royaume de Naples. Ces informations reprises dans plusieurs généalogies telles celles de Pithon-Curt (1970 : t. IV, 104), Gourdon de Genouillac (1862 : 220), ou plus récemment René Borricand (1974 : t. II, 1209-1210), transforment quelque peu une réalité que les archives analysées plus haut documentent non sans lacune. Ainsi, nous l’avons vu, si l’échange du 22 décembre 1322 prévoyait effectivement d’attribuer à Arnaud de Trian les seigneuries de Tallard, de Saint-Julien-le-Montagnier et d’autres, celle de Gréoux n’entra que quelques années plus tard dans le patrimoine de ce seigneur pour compenser l’iniquité de cette première transaction. L’arbitrage de Bertrand, cardinal de Sainte-Marie in Aquiro, avait été requis par les deux parties en présence et les biens concernés par l’échange furent placés dans un premier temps sous séquestre entre les mains de ce prélat qui ordonna alors une enquête sur leurs valeurs respectives. Au vu des estimations faites, la seigneurie de Gréoux, dont les revenus annuels avaient été évalués à 80 livres reforciat et celles de Pelleautier, de Fouillouse et de La Saulce (Hautes-Alpes) à 445 livres annuelles ont été assignées « in huiusmodi supplementum », au tout nouveau vicomte de Tallard, le 10 avril 132444. Celui-ci devint ainsi le premier seigneur laïc de Gréoux.

4.2.3.2 Biographie

  • 45 Jacques Duèze était lieutenant du chancelier en 1298 (Albanès 1920 : c.274, no 811). En 1300, il a (...)
  • 46 Plusieurs actes des archives départementales des Bouches-du-Rhône font suivre la titulature d’Arnau (...)
  • 47 On perçoit particulièrement bien ces accointances dans la confirmation que donna Charles, duc de Ca (...)
  • 48 Reg. Vatic., 112, ep. 952 ; Reg. Aven., XXXIII, f° 503, cahier d’Introitus et exitus (Albe 1902 : 1(...)
  • 49 R. Bailly signale que le contrat de mariage est conservé aux archives départementales du Lot, regis (...)

57La vie d’Arnaud de Trian présente beaucoup de zones d’ombre mais des éclairages sporadiques laissent entrevoir l’importance du personnage, qui se traduit également par l’abondance des ouvrages publiés le mentionnant. Sa famille, originaire du Quercy, appartenait à la haute bourgeoisie cahorcine propulsée par des alliances opportunes avec des dynasties féodales au rang aristocratique (Guillemain 1962 : 157-158). Son père, Guillaume, était coseigneur de Crayssac et, par sa mère Huguette Duèze, il était neveu de Jacques Ier Duèze, élu pape en 1316 sous le nom de Jean XXII (Albe 1902 : 1re partie, 73-74)45. Cette auguste ascendance, maintes fois reprise dans les actes passés par Arnaud46, ne fut pas étrangère à sa fortune et fut une des raisons des libéralités des comtes de Provence angevins à son égard47. Selon Pithon-Curt, il prit le nom de Trian « à cause de son mariage avec Marie de Bari Dame de Trian (de Trigiano) & de Noya dans la Terre de Bari au Royaume de Naples qu’il épousa vers l’an 1305. Elle étoit fille aînée & principale héritière de Bonismiro de Bari Chevalier, Vice-Roi de la Principauté Citérieure pour le Roy Charles d’Anjou II du Nom » (Pithon-Curt 1970 : t. IV, 103). Ces données sont reprises et en partie référencées dans l’ouvrage de l’abbé E. Albe qui a précisé que Marie de Bari est morte en 132848. Dès février 1329, Arnaud de Trian a épousé en secondes noces Constance, fille d’Amauri IV, vicomte de Narbonne49.

  • 50 Renseignement également donné par l’abbé Albe (1902 : 1re partie, 74-75), Robert de Briançon (1693  (...)
  • 51 Nous renvoyons à l’étude de C. Faure sur l’administration et l’histoire du Comtat-Venaissin, du xii (...)
  • 52 « Arnaudus de Trian, vicecomes de Talardo, MCCCL, praefectus classis Joannae Reginae, adversus Hung (...)

58Si l’on en croit Pithon-Curt, l’une de ses premières grandes charges a été celle de Grand-Huissier au royaume de Naples, à laquelle il fut nommé par le Roi Robert d’Anjou vers 1313 (1970 : t. IV, 104). Selon l’abbé Albe, il obtint également celle de Justicier de la terre de Labour et du comté de Molise (1902 : 1re partie, 75). L’accession de son oncle au trône pontifical, le 6 août 1316, n’a pas été sans conséquence pour Arnaud de Trian. Dès le 5 septembre 1316, le jour même du couronnement de Jean XXII, il a été nommé Maréchal de la Cour romaine, charge « qui lui valait des gages journaliers de 5 florins, 3 sous et 5 deniers tournois » (Faure 1909 : 50-51)50. Le 26 février 1317, il est devenu Recteur du Comtat Venaissin et le resta jusqu’au 4 décembre 1334, date de la mort de son oncle qui l’avait appelé à cette charge (Faure 1909 : 50-51 ; Coulon 1900 : no 129). Ainsi, près de dix-huit ans durant, Arnaud de Trian, en tant que gouverneur et représentant du Pape, a eu sous son autorité tous les pouvoirs judiciaires, administratifs, économiques et militaires du comtat51. Erroné en revanche, est son titre d’Amiral de la flotte de la reine Jeanne contre le roi de Hongrie, en 1350, relevé dans les notes de N. de Peiresc52. L’authenticité de cette mention du xviie s. ne résiste pas à une charte de donation faite le 3 juin 1341 par le roi Robert à Bertrand de Baux, comte de Montescaglioso, du château de Trian, situé dans le ressort judiciaire de la terre de Bari, revenu à la cour par la mort sans enfant de son dernier seigneur, Arnaud de Trian (Barthélémy 1882 : 343, charte no 1196).

59Les hautes fonctions qu’occupa Arnaud de Trian ne révèlent qu’une partie de la puissance de ce personnage, l’autre se profilant à travers l’importance de ses possessions dans le Sud-Ouest et surtout au royaume de Naples ainsi qu’en Provence (fig. 148, 149).

FIG. 148 – Possessions d’Arnaud de Trian au Royaume de Naples. 1 Triggiano ; 2 fief de Labelle ; 3 fief d’OIiveti ; 4 Caleno ; 5 Monticelli ; 6 Aversa (fief de Turbarole) ; 7 Comté d’Alise ; 8 Boyano ; 9 castrum de Cellis ; 10 Torre‑Maggiore ; 11 San-Severo ; 12 Rotario ; 13 Sant-Andrea-in-Stagni ; ? bien non localisé ; TERRE DE BARI : anciennes provinces (d’après Léonard 1954 : carte).

FIG. 149 – Possessions d’Arnaud de Trian dans le sud-ouest de la France et en Provence. 1 Pelleautier ; 2 Fouillouse ; 3 Lardier ; 4 La Saulce ; 5 Tallard ; 6 Beaumont ; 7 Gréoux ; 8 Saint-Julien-le-Montagnier ; 9 moulins de La Roguette ; 10 Montmeyan ; 11 Régusse ; 12 Montfort ; 13 Castelnau‑de‑Montmiral ; 14 Crayssac (bien paternel).

  • 53 Reg. Vat. 114, ep. 1852. Référence donnée par l’abbé Albe (1902 : 76, note 2 ; 280).
  • 54 ADBR, B964, f° 1. Également désigné ainsi le 23 avril 1331 (Chevalier 1921 : t. V, n° 25233) et le  (...)

60Dans une lettre du 6 avril 1328 adressée au roi, il porte le titre de seigneur de Castelnau53 et, dans un acte d’investiture des biens qu’il avait acquis à Beaumont le 8 février 1331, celui de seigneur de Castelnau-de-Montmiral (Tarn) et de Tallard54.

  • 55 Reg. Vat. 112, ep. 952. Référence donnée par l’abbé Albe (1902 : 76, note 4).
  • 56 Dans un recueil manuscrit de la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, intitulé Ordre du Temple, r (...)

61Au royaume de Naples (fig. 148), outre ses possessions dans les environs de Bari, la terre de Triggiano reçue de sa première épouse55, Arnaud de Trian avait été fait comte d’Alife par le roi Robert qui lui a également cédé, peu avant août 1320, la ville de Boyano et le fief de Tubarola dans le territoire d’Aversa, de même que plusieurs autres terres revenues au souverain par droit de mainmorte56. Pithon-Curt est le seul à indiquer qu’il fut seigneur de San-Severo, de Torre-Magiore, de Sant-Andréa-in-Stagni et de Rotario dans les Pouilles, grâce aux libéralités de la reine Jeanne (1970 : t. IV, 104). On le voit enfin appelé « seigneur […] de la baronnie de Monticelli dans la terre de Labour » dans une charte du 11 juin 1335 (Barthélémy 1882 : 326, charte no 1136).

  • 57 ADBR, B964, f° 1.
  • 58 ADBR, 56H1807, f° 20, 26 ; Chevalier 1921 : t. V, no 25754.
  • 59 BM Carpentras, ms. 1853, f° 20.
  • 60 Cette charte (Barthélémy 1882 : 343, charte no 1196) a été confirmée par une pièce du recueil des a (...)

62Le 22 décembre 1322, Arnaud de Trian s’est dessaisi des terres qu’il tenait au royaume de Naples. Il les a échangées avec les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem contre certains de leurs biens provençaux (cf. supra § 4.2.2), dont la vicomté de Tallard (fig. 149) pour laquelle il prêta hommage le 8 février 1331 (Chevalier 1960 : c.4557). En avril 1324, il est devenu seigneur de Lardier, de Pelleautier, de Fouillouse et de La Saulce dans les environs de Tallard, et de Gréoux. Ensuite, le 8 février 1331, on le voit prendre investiture de biens qu’il a acquis à Beaumont de Pertuis (Vaucluse)57. Arnaud de Trian détenait également à Saint-Jean de Chassagne des droits qui lui avaient été donnés par le dauphin Guigue, comte de Vienne58. Si l’on se réfère à U. Chevalier (1960 : c.4557) et aux notes de N. de Peiresc sur la famille de Trian59, Arnaud serait mort peu après 1350. La charte no 1196 publiée par Barthélémy indique pourtant qu’il était déjà décédé en juin 134160.

  • 61 Les intrigues qui se fomentèrent à la cour de Naples dès 1325 pour la succession de Charles de Cala (...)

63Sans chercher à brosser le portrait psychologique d’un personnage dont une partie même de la vie nous échappe, il ressort des quelques données assemblées sur Arnaud de Trian l’image d’un esprit sans doute brillant et en tous cas calculateur. Ce seigneur a effectivement su se rapprocher de son oncle et s’attirer, comme lui, les largesses du comte de Provence au royaume de Naples. Lorsque Jacques Duèze est monté sur le trône pontifical sous le nom de Jean XXII, Arnaud de Trian l’a suivi en Avignon et s’est attaché à son entourage, nécessairement conscient des avantages et faveurs qu’il pouvait en retirer. Il a également su anticiper l’évolution de la situation politique dans le royaume de Naples et se dessaisir, à temps, des biens qu’il y avait et dont la jouissance pouvait bientôt être compromise61.

64La vie d’Arnaud de Trian, telle que nous venons de la suivre avec toutes ses lacunes, ne laisse néanmoins aucun doute sur l’importance de ce personnage qui côtoyait les cours comtale et pontificale où il remplissait de hautes charges, s’enrichissant sans doute largement de leurs gages. Il possédait également de nombreuses seigneuries avec leurs revenus, parmi lesquelles certaines étaient fort petites et d’autres, comme la vicomté de Tallard, beaucoup moins.

4.2.3.3 Arnaud de Trian, commanditaire du château ?

65Les moyens de se faire construire un château de l’ampleur de celui de Gréoux, Arnaud de Trian les avait. Mais surtout, il était, par ses origines autant que par les charges qu’il a occupées, en contact avec les foyers méridionaux auxquels on attribue maintenant la diffusion en Provence du type du château gothique, mis en place dans le Nord de la France. En Albigeois où il possédait quelques terres et dans le Cahorcin d’où était issue sa famille, il a pu voir ces modèles introduits à la suite des croisades menées par le roi de France. Dans le royaume de Naples, ce sont les palais bâtis par Frédéric II Hohenstaufen dans les années 1230-1250, à commencer par Castel del Monte (1240-1250), la forteresse de Lucera (1224-1246) ou encore le castello de Bari (1233-1240) qui ont leur part dans la diffusion des plans géométriques et qu’il a pu admirer. Il ne faut pas oublier non plus la résidence des comtes angevins à Naples, Castel Nuovo, construite sous Charles Ier entre 1279 et 1284 et dont Charles II avait fait sa résidence (Martin 1996a : 180). On ne peut également négliger sa parenté avec Jacques Duèze considéré comme le commanditaire de la reconstruction, au début du xive s., du palais épiscopal de Fréjus (Février et al. 1989 : 59-61) dont ont déjà été soulignées les similitudes typologiques avec le château de Gréoux. Enfin, les années qu’il a passées en Avignon à la cour de cet oncle devenu Pape ont fourni à Arnaud de Trian autant d’occasions de s’imprégner de ces manières de construire, notamment à l’ancien palais épiscopal dont Jean XXII avait fait sa résidence ou encore dans les palais cardinalices et autres résidences urbaines.

  • 62 BM Carpentras, ms. 1771, f° 196. Les armes décrites par N. de Peiresc, très proches d’un relevé qu’ (...)

66Aussi, la comparaison du château de Gréoux avec ces édifices provençaux (cf. chap. 3) n’est-elle sans doute pas purement typologique. Et si, en l’absence de textes, l’attribution de sa commande à Arnaud de Trian ne reste qu’une hypothèse, la connaissance que ce seigneur pouvait avoir de l’architecture castrale et des grandes résidences urbaines que nous qualifions à présent de « gothiques », est en revanche une réalité historique. À cela il convient d’ajouter, à titre de simple témoignage du xviie s., une note quelque peu énigmatique de l’érudit N. de Peiresc : « Dans l’eglise de Gréoux, y a près une chappelle qui semble estre de ceste annee (1323), en la voulte de laquelle se voient les armoiries d’un cardinal en ceste sorte avec le chappeau rouge, lesquelles sont bandees d’or (ou d’argent) et de gueulles au chef d’azur chargé de trois estoilles d’or. Les mesmes armes se voyent en charbon tant seulem(en)t dans la gallerie du chasteau de Gréoux, lequel on tient avoir esté basti par un cardinal de la maison de Thalard ou Thoard »62. S’agit-il d’Arnaud de Trian, qui s’il fut bien seigneur de Tallard, et non de Thoard, ne fut en revanche jamais cardinal ?

FIG. 150 – Armes de la maison de Trian.

4.2.4 La seigneurie dans la première moitié du xive s.

4.2.4.1 Population et organisation

67Dans la première moitié du xives., sur une occupation castrale antérieure et dans un terroir déjà organisé, a été construit le château que l’on voit aujourd’hui.

  • 63 ADBR, B1477, f° 220 (cf. annexe 1).
  • 64 En 1301, Moustiers était la plus peuplée avec 504 feux de queste, suivie de Valensole avec 462, Sai (...)

68En 1301, Gréoux comptait 103 feux de queste et 100 en 1305-1306 (Baratier 1961 : 166), soit respectivement environ 465 et 450 personnes imposables. L’enquête dressée pour le comte de Provence en février 1309 a évalué à 120 feux la population du castrum, dont, exception faite des nobles, mendiants et clercs, 100 feux taillables63. Aussi, au début du xive s., la seigneurie de Gréoux, avec les quelques cinq cent quarante âmes qui y vivaient, comptait-elle parmi les plus peuplées de la baillie de Moustiers64. L’habitat minuscule regroupé, probablement dès le xiie s., sur la pente sud de l’éminence rocheuse du château et fortifié au xiiie s. était sans doute alors largement débordé par des faubourgs dont seuls les chiffres de populations précédents et les transformations subies par le rempart du xiiie s. induisent la présence. L’ouverture de fenêtres et de portes, à l’extrême fin du Moyen Âge, dans l’ancienne fortification villageoise qui, dès lors, n’était plus considérée comme élément de défense, donne un terminus ante quem pour le développement de ces quartiers ouverts. Ils ont pu être à leur tour enfermés derrière des remparts, dans la seconde moitié du xive s., comme ce fut parfois le cas mais pas toujours (Baratier 1961 : 115 ; Coulet, Stouff 1987 : 18) en cette période troublée. Si cette phase de mise en défense, que peu d’éléments matériels viennent caractériser, semble tout à fait plausible, elle reste loin d’être certaine et est évoquée ici à titre d’hypothèse (cf. chap. 1, § 1.2, note 8).

69Les plus anciennes demeures gryséliennes, les plus belles également –une mouluration d’une certaine qualité, apparentée au gothique tardif, s’y déploie en façade, autour des baies–, ont été reconnues dans le noyau initial du quartier-haut, auréole villageoise blottie entre le rempart castral et les faubourgs, et isolée de ces derniers par la première fortification collective du lieu. Il semble possible d’y voir le quartier d’une population privilégiée regroupée dans l’entourage seigneurial, dans la proximité immédiate du château. Ce type de regroupement conjecturé à Rougiers pour le xiiie s. (Démians d’Archimbaud 1980 : 558) et souvent attesté pour des périodes assez hautes (Cursente 1980 : 48 ; Schneider 1996 : 564-565, 600), pourrait se révéler, à Gréoux, être le prolongement tardif d’une situation beaucoup plus ancienne.

70Ici donc, l’incastellamento des xiie-xiiie s. a eu un aspect durable, essentiellement dû au fait que le site ne présentait pas de réelles contraintes topographiques. L’évolution urbaine au cours du bas Moyen Âge s’est faite dans la continuité du premier noyau villageois, par la création de quartiers que, faute d’indice, on doit encore considérer comme ouverts.

  • 65 ADBR, B1477, f° 220 (cf. annexe 1).
  • 66 ADBR, B7, f° 110 v°.

71L’enquête de 1309 précise que le terroir dont s’est entouré le village s’étendait alors en longueur sur une lieue et demie, à mi-distance de laquelle il mesure une lieue de large. Au-delà, entre ses confins de Saint-Julien et de Rousset, la largeur du terroir n’atteignait pas une demi-lieue65. En 1379, le territoire d’Aurafrège (aujourd’hui Aurabelle) faisait partie des limites occidentales de la seigneurie de Gréoux66. Pour laconique qu’elle soit, l’expertise de la seigneurie commandée en 1309 par le comte de Provence, apporte toutefois quelques détails sur le paysage rural cultivé où, à côté du blé –le conségal et l’avoine apparaissent également dans l’enquête précédente (1308)–, on signale un espace dévolu aux productions viticoles en constante augmentation (cf. annexe 1). Les sources écrites, encore indigentes durant cette première moitié du xive s., donnent là leurs seules indications sur le territoire grysélien et restent silencieuses sur la présence éventuelle d’un l’habitat rural disséminé dont l’importance et la nature nous échappent aujourd’hui totalement. Si l’on regarde ailleurs, la dispersion de l’habitat, bien attestée au xiiie s., apparaît comme un phénomène généralisé en Provence dans la première moitié du xive s. Pour le pays d’Aix, pourtant, la disparition d’habitats embryonnaires et des écarts d’une part, ainsi que le frein porté à la création de granges et bastides de l’autre, se font sentir dès le début du xive s. comme les signes avant-coureurs d’un ralentissement de la conquête des sols (Coulet, Stouff 1987 : 22). Ce mouvement concomitant d’une paupérisation générale et d’une récession démographique qui ont frappé certaines localités de Haute-Provence, générées par une économie chancelante (Baratier 1961 : 81), a été entériné dès le milieu du siècle par les fléaux qui s’abattirent alors sur la région. On en perçoit les résulats, dans l’enquête menée sur la seigneurie limitrophe d’Aurafrège, quelques décennies plus tard, en 1379 (cf. infra).

4.2.4.2 Le choix d’un site

72Sans doute bien avant que les textes n’en fassent mention, les seigneurs du terroir durent tirer profit de la situation privilégiée du site, contrôlant, à l’entrée d’un entonnoir naturel, les basses gorges du Verdon et les voies de pénétration des Alpes, sur les chemins de transhumance. À propos des drailles de la rive gauche de la Durance, à la fin du Moyen Âge, N. Coulet écrit « celle qui nous est la mieux connue est la voie d’accès aux pâturages de la Bléone. Elle s’écarte de la vallée de la Durance à Vinon, remonte la vallée du Colostre en traversant Gréoux pour atteindre le plateau de Valensole. Elle rejoint de là, par Puimoisson, la vallée de l’Asse, franchit ce cours d’eau, et rejoint le cours de la Bléone après avoir traversé les terroirs d’Entrevennes, Puimichel et les Mées » (Coulet 1988 : vol. 1,369).

  • 67 ADBR, 56H4840.

73La première mention d’un péage à Gréoux apparaît dans un acte du 20 décembre 1308. Le procureur de l’Hôpital de Puimoisson, Pierre Fouque, y fait appel devant le juge des premières appellations de Provence, d’un mandement adressé par Hugues Turrel, baile de la cour de Moustiers, à Raymond de Saint-Donat de Gréoux, afin qu’il ne perçoive plus le péage sur les hommes et marchandises pour le compte de l’Hôpital, mais pour celui de la cour royale67.

  • 68 ADBR, B1477, f° 220 (cf. annexe 1).
  • 69 ADBR, B1094 f° 6 ; B1477, f° 220.
  • 70 ADBR, B7, f° 110 v°.
  • 71 Cet aspect du paysage apparaît dans l’enquête dressée en 1379, sur Aurafrège dont le terroir était (...)

74Au début du xive s., ce terroir, qui constituait une zone de passage facilement contrôlable, était jugé « assez bon » par les enquêteurs du comte de Provence68 et sans doute l’était-il bien plus encore, par sa plaine alluviale fertile –le blé, le conségal, l’avoine et la vigne y sont les seules cultures connues par les textes69–, naturellement irriguée par le Verdon, sur lequel un bac est signalé en 137970, et par la présence de grandes étendues boisées à proximité71.

75De plus, la seigneurie de Gréoux était située dans une zone encore assez proche de la Basse-Provence, siège du pouvoir et des administrations comtales, partant, plus près des centres urbains où se développait une vie de cour. Tous ces paramètres, auxquels s’ajoute une population relativement importante, privilégiaient le terroir de Gréoux parmi beaucoup d’autres. Pour Arnaud de Trian, l’attrait qu’il représentait sur ses possessions alpines devait être, de fait, considérable.

76Que la reconstruction du château au xive s. ait relevé des hospitaliers ou, plus vraisemblablement selon nous, du sieur de Trian, l’ampleur du programme architectural sous-entendait sa fonction de résidence permanente.

4.3 Les seigneurs laïcs

4.3.1 Les seigneurs

77En dépit de la disparition de leurs titres de famille dans un incendie, en 1868, signalée par G. Gibelin (1908 : 3), la succession des seigneurs de Gréoux est relativement bien établie, avec, toutefois, surtout pour la fin du Moyen Âge et pour le xvie s., quelques incertitudes dans les dates de passation de la seigneurie.

4.3.1.1 Les successeurs d’Arnaud de Trian

  • 72 Le sénéchal de Provence, Fouquet d’Agoult, reçut le 18 mars 1363 (n. st. 1364) mandat pour faire ex (...)
  • 73 « Ludovicus de Triani, vicecomes Thalardi, locumtenens viri magnifici domini Raymundi de Agouto, mi (...)
  • 74 Mabile d’Agoult était, elle aussi, issue d’une illustre lignée puisque fille d’Alix des Baux et de (...)
  • 75 Selon R. de Briançon (1693 : 74-80) et Pithon-Curt (1970 : 105), c’est Raimond de Trian qui hérita (...)

78De son union avec Constance de Narbonne, Arnaud de Trian avait eu trois enfants : une fille, Constance, qui épousa vers 1340 Raymond de Baux, fils de Raymond IV de Baux, prince d’Orange (Barthélémy 1882 : 339, charte no 1183), et deux fils, Louis et Aimeri. Tandis qu’Aimeri obtint à la mort de son père, entre autres seigneuries, celles de Montmeyan, Saint-Julien et Régusse, Louis, l’aîné, hérita des deux plus importantes : Gréoux et la vicomté de Tallard72. Comme son père, Louis occupa de hautes charges. On le voit notamment, en 1368, lieutenant du sénéchal des comtés de Provence et de Forcalquier, Raymond II d’Agoult73. De son premier mariage avec Anne de Terride, Louis de Trian eut un fils, Jacques, mort sans postérité (Robert de Briançon 1693 : t. III, 74-80 ; Pithon-Curt 1970 : 105). En 1355, il épousa Mabile d’Agoult de laquelle il eut quatre enfants, Raimond, Constance, Briande et Alasie74. Ce fut à Briande qu’échut la seigneurie de Gréoux ; elle l’apporta en dot à Guillaume de Glandevès, seigneur de Cuers et baron de Glandevès, qu’elle épouse le 13 janvier 137975. L’absence de descendance mâle explique sans doute que Briande ait été ainsi dotée.

  • 76 Pithon-Curt signale encore, en 1492, un Guillaume de Trian-Tallard issu, comme son nom l’indique, d (...)

79La famille de Trian est récente. La lignée s’est ouverte avec son plus illustre représentant, Arnaud de Trian, et s’est éteinte précocement, à la fin du xve s.76. Ses alliances avec trois des plus grandes lignées provençales, les Baux, les Agoult-Sault et les Glandevès, démontrent, s’il en était encore besoin, son importance.

4.3.1.2 Les Glandevès

  • 77 L’une des pièces de la procédure engagée contre Guillaume de Glandevès soupçonné d’avoir établi ill (...)
  • 78 ADBR, B1181, f° 30 et suivants.

80La seigneurie de Gréoux est entrée dans le patrimoine de la famille de Glandevès, en 1379 elle y restera jusqu’au xviie s. –par le mariage de Briande de Trian avec Guillaume III de Glandevès77. Ce dernier était le fils aîné de Isnard II le Grand et d’Alix de la Voûte, et seigneur, entre autres, de Cuers et de Pourrières (Artefeuil 1776-1786 : t. I, 493 ; La Chesnaye des Bois 1863 : t. IX, c. 333-334). Les pièces d’un procès où Guillaume de Glandevès avait été accusé, avec d’autres, d’avoir établi illégalement un péage à Gréoux sur les troupeaux de passage, le signalent encore en tant que seigneur du lieu, le 20 mars 141578.

  • 79 ADBR, B69, f° 170. Il s’agit d’une copie établie d’après l’original du contrat que les syndics de l (...)
  • 80 Le 14 juin 1427, a été conclu entre Isnard, Victor et Raymond de Glandevès, le partage de la vicomt (...)
  • 81 AC Gréoux, dépôt E94-DD2. Copie de transaction entre le seigneur et la communauté de Gréoux (1455).
  • 82 Le 11 février 1477, un acte de transaction relatif à la succession d’Isnard de Glandevès, seigneur (...)
  • 83 ADBR, B782, f° 6 v°.

81Briande de Trian et Guillaume de Glandevès eurent quatre fils : Louis, Isnard, Victor et Raymond-Isnard de Glandevès apparaît pour la première fois en tant que seigneur de Gréoux, dans un acte d’échange avec la communauté du lieu, le 28 novembre 141979. Si l’on en croit l’abbé Robert de Briançon et Artefeuil, sa mort sans descendance aurait finalement donné à son frère cadet, Raymond, la baronnie de Gréoux ainsi que les terres de Saint-Martin et de Rousset, après 142780. Quoi qu’il en soit, Raymond de Glandevès était bien baron de Gréoux le 17 novembre 145581. Il épousa jeanne de La Croix de Lubière (Artefeuil 1776-1786 : t. I, 495) et céda, avant février 1477, à leur premier fils Honoré, la baronnie82, pour laquelle ce dernier prête hommage au comte de Provence, le 9 janvier 1481 (n. st. 1482)83.

  • 84 AC Gréoux, dépôt E94-II1. Inventaire général, 1er cahier (feuillets 1-44), 1779, f° 30.
  • 85 AC Gréoux, dépôt E94-FF1, liasse 19, article no 44. Copie du dénombrement donné par Hélion de Gland (...)
  • 86 Le testament de Guiot de Glandevès, reçu 17 janvier 1544, donne le nom de ses parents, Élion de Gla (...)
  • 87 ADBR, B725, art. 1.
  • 88 ADAHP, B1751, f° 795.
  • 89 ADAHP, B1507, f° 2 v°.
  • 90 Dénombrements de la terre de Gréoux par Anne de Pontevès, les 19 et 25 octobre 1541 (ADBR, B788 f°  (...)
  • 91 Le testament d’Ardoin de Glandevès, rédigé le 4 juillet 1569 (ADAHP, 2E2410, f° 165), fait mention (...)
  • 92 Le 12 novembre 1565, une sentence civile des lieutenants de la sénéchaussée condamna Guiot de Gland (...)

82C’est également à son premier fils, Hélion, qu’Honoré de Glandevès légua la seigneurie qui nous occupe (Artefeuil 1776-1786 : t. 1, 495). Hélion était déjà seigneur de Gréoux en 1505, date à laquelle il reçut l’hommage des habitants du lieu84. En 1537, il donna dénombrement des terres de Gréoux, Rousset, Aurafrège, Monfort et Peypin parmi d’autres85. Lui succéda son fils, Guiot de Glandevès86, qui prêta lui-même hommage, le 19 octobre 1538, pour cette terre possédée avec les justices haute, moyenne et basse et tous les droits et revenus contenus dans l’acte d’échange de 130787. Toujours seigneur de Gréoux en novembre 156588, Guiot partagea un temps ce titre avec son frère, Gaspard de Glandevès. Celui-ci figure avec son épouse Marguerite de Pontevès, au nombre des seigneurs du lieu, le 3 mai 155789, et également avec leur mère, Anne de Pontevès, à qui furent aliénés certains droits et revenus90. Gaspard de Glandevès céda sa part de la seigneurie à son fils, Audoin ou Ardoin91, avant 156292.

  • 93 « Et en tous mes autres biens, droictz, actions, seigneuries, meubles et immeubles, presentz et adv (...)
  • 94 Guiot de Glandevès était encore vivant en novembre 1565 (ADAHP, B1751, f° 795). Le 16 décembre 1568 (...)
  • 95 ADAHP, 2E504, f° 63 v°.

83On comprend par son testament reçu le 17 janvier 1544, que Guiot de Glandevès n’avait pas encore de fils, aussi institua-t-il alors comme héritière universelle sa fille, Antoinette de Glandevès93. C’est à elle que revint, entre novembre 1565 et décembre 156894, la part de Guiot, sur Gréoux. Le 13 juillet 1596, Antoinette de Glandevès, dame du Broc, de Gréoux, Rousset et Aurafrège, acheta à Ardoin de Glandevès, son cousin germain « sa p(ar)t de juridicion haulte, moyenne et basse et tous a(ut)res droictz segnoriaulx quelconques, emsemble tous et ch (ac) ung le domaine et proprietes, corme predz, vignes, terres et jardin et generallement tout ceque le sr. Ardoin de Glandeves tient possede et luy ap(ar)tient de pr(ése)nt de juridicion et fief noble aud. lieu de Greaulx et dauresfredes, leur terroyr et distroict, sans aulcune reserve », pour le prix de 2 500 écus d’or, auxquels furent ajoutés 200 écus supplémentaires pour les propriétés roturières d’Ardoin, relevant de la seigneurie d’Antoinette de Glandevès95. Cette dernière réunit ainsi sous son autorité, la totalité de la seigneurie de Gréoux.

  • 96 ADAHP, 2E2459, année 1622, f° 235.
  • 97 ADAHP, 2E2460, année 1623, f° 4 v°.
  • 98 Son contrat de mariage avec Hélène de Rame, fille de Mathieu de Rame, seigneur de Crotte, et de Luc (...)

84La longévité d’Antoinette de Glandevès fut grande puisque le dernier acte notarié qu’on lui connaisse est daté du 22 octobre 162296 et, dans le suivant enregistré le 2 janvier 1623, il est question de « feue dame Thoiny de Glandeves, dame de Greoulx, Rousset et Aurafreddes »97. Elle devait avoir, à sa mort, près, sinon plus de quatre-vingts ans. De son vivant, plusieurs actes mentionnent son petit-fils, Jean de Castellane-Glandevès, fils d’Honoré de Castellane, sieur de Chaudon, et de Françoise de Giraud, comme seigneur et baron de Gréoux98, mais par ailleurs, de nombreux contrats d’arrentements de terres et bâtiments, attestent bien qu’Antoinette de Glandevès s’occupait toujours de la gestion de son domaine.

  • 99 ADAHP, 2E2454, f° 44.
  • 100 Une note marginale du notaire mentionne son existence (ADAHP, 2E2459, f° 30).

85Jean de Castellane mourut avant sa grand-mère. Dans son deuxième testament daté du 16 janvier 1616 et sans doute rédigé peu après ce décès99, Antoinette de Glandevès fit de son autre petit-fils et frère du précédent, Marc-Antoine de Castellane, son légataire universel. Entre le 30 mars 1616 et le 21 juillet 1622, cette femme âgée, sans doute soucieuse de préserver à son domaine toute son intégrité et de le soustraire aux querelles de partage que sa mort pourrait entraîner, a fait rédiger huit testaments successifs. Ses petits-fils Jean et Marc-Antoine y furent tour à tour institués légataires universels. Le dernier de ces testaments qui a rendu caduques les sept autres a malheureusement disparu100 et on doit supposer qu’Antoinette y désignait finalement son arrière-petit-fils, Horace, puisque c’est lui qui désormais apparaît à la tête de la baronnie.

  • 101 ADAHP, 2E2460, f° 48.
  • 102 ADAHP, B1825, f° 265.

86Horace de Castellane, fils de Jean de Castellane et arrière-petit-fils d’Antoinette, était mineur lorsqu’il reçut la seigneurie de Gréoux, à la mort de sa bisaïeule. Honoré de Castellane, seigneur de Chaudon, père de Jean et grand-père d’Horace, est mentionné le 13 février 1623 comme « ayeul et legitime admi (nis)tratur dOrace de Castellane, filz a feu Jehan, vivant baron du p(rése)nt lieu de Greaulz »101. Le 16 décembre 1624, François de Castellane, sieur de Tournon, a été désigné tuteur des biens et personne du jeune baron de Gréoux et de sa sœur, Françoise, à la demande de leur mère Hélène de Rame102.

87La longévité d’Antoinette de Glandevès fut telle que la passation de ses biens et droits sur la seigneurie de Gréoux éclipsa deux générations pour aboutir à son arrière-petit-fils, Horace, qui fut le dernier seigneur du lieu, issu de la maison de Castellane-Glandevès.

4.3.1.3 Les Clapiers

  • 103 Le contrat enregistré à Marseille, chez maître Jean-Esprit Jaubert, incluait « la haute, moyenne, b (...)
  • 104 Les preuves de noblesse données aux enquêteurs du roi par Esprit de Clapiers en février 1665 (ADBR, (...)

88Le 30 janvier 1641, Horace de Castellane, baron des Crottes, se dessaisit pour 105000 livres de l’ordonnance de ses terres de Gréoux et Aurafrège, en faveur du marseillais Esprit de Clapiers, seigneur du Sambuc, qui devint ainsi baron du lieu103. Le jugement de noblesse prononcé en sa faveur, le 5 novembre 1666, révèle qu’il était fils de Jean de Clapiers, reçu en 1585 conseiller à la Cour des comptes, et de Catherine de Clapiers-Collongue, dame de Pontevès, époux d’Anne de Gasparo depuis le 4 mai 1622, et père d’Alexandre de Clapiers, futur baron de Gréoux104. Esprit de Clapiers est mort le 7 septembre 1668, laissant à son fils la baronnie de Gréoux et avec elle, ses créances.

  • 105 ADAHP, B1649, f° 262.
  • 106 ADAHP, B1841, f° 383.
  • 107 Contrat de mariage entre Alexandre de Clapiers et Véronique de Grasse, reçu par maître Joseph Darbè (...)
  • 108 ADAHP, 2E2518 (11 mars 1673).
  • 109 ADAHP, 2E2513, f° 165 v°.
  • 110 ADAHP, 2E2527, f° 243 v°.

89En mars 1670, Alexandre fit requête afin de pouvoir prendre par bénéfice d’inventaire l’héritage laissé par son père, contre tous les créanciers de ce dernier qui y prétendaient105 ; le 12 août 1672, il a été maintenu, par une sentence de la sénéchaussée de Forcalquier, dans la possession des terres et seigneuries de Gréoux et Aurabelle, anciennement nommée Aurafrège106. Il avait épousé, le 3 août 1655, Véronique de Grasse, fille d’Alexandre de Grasse, seigneur de Laval et de Cabris, et de Madeleine-Diane de Glandevès107. Malade, il testa, le 11 mars 1673, en faveur de leur fils aîné, Antoine, seigneur de Cabris108, et, dès le 28 août de la même année, les actes notariés ne donnent plus que « feu mes (sir)e Alexsandre de Clapiers, vivant seg(neur) baron dud. Lieu »109. Antoine de Clapiers a vendu la seigneurie le 5 avril 1702110, mettant ainsi fin à la branche des Clapiers de Gréoux.

4.3.1.4 Les Audiffret, les Albertas et les Artignosc

  • 111 ADBR, B118, f° 20 v°.
  • 112 ADAHP, 2E2517, f° 205. Dans cet acte de vente, il était représenté par son frère, Honoré d’Audifret (...)
  • 113 « Messire Honore dAudifret, chevalier, seigneur, marquis de ce lieu, heritier avec invantaire de me (...)
  • 114 ADAHP, 2E2536, f° 95 v°.
  • 115 Le 29 mars 1732, Honoré, toujours vivant, fut représenté par son épouse, Thérèse de Varage, lors de (...)
  • 116 Le 1er novembre 1733, le « sr. Antoine Arnoux, bourgeois ayant pouvoir et charge de madame Therese (...)
  • 117 ADAHP, 2E2543, f° 68 (le 18 juillet 1740) ; 2E2545, f° 436 (le 3 octobre 1757).

90C’est ainsi que le 5 avril 1702, Jérôme d’Audiffret, « con (seill) er, secretaire du roy, maison, courone de France en l’une des chanselaries de Provance, et lieu (tenan)t gen (éra) l civil et criminel en la Marine et admirautte des mers de Levant, au siege dud. Mars(ei) lle », a acquis de son beau-frère, Antoine de Clapiers, pour 225 000 livres, la baronnie de Gréoux qui comptait les fiefs d’Aurabelle et de la Pigette, avec tous les droits qui en dépendaient. La terre fut érigée en marquisat en sa faveur, par lettres patentes du mois de septembre 1702111. Jérôme d’Audiffret qui épousa Marguerite de Foresta, était encore vivant le 7 décembre 1712112. Les actes notariés mentionnent son frère, Honoré, à la tête du marquisat dès le 4 septembre 1713113. Il est l’époux de Thérèse de Varage114 et le père de Jean-Baptiste d’Audiffret qui lui succéda entre le 29 mars 1732115 et le 1er novembre 1733116. Ce dernier, dit seigneur marquis de Gréoux, Aurabelle, Valsainte, Lineau et autres places, officier des galères du roi et chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis117, appartenait à la noblesse d’épée marseillaise.

  • 118 Archives de M. et Mme Atger, domaine d’Aurabelle (Alpes-de-Haute-Provence) : inventaire après décès (...)
  • 119 Le contrat de mariage entre Constance d’Audiffret et le seigneur d’Artignosc précise qu’« il fut co (...)
  • 120 ADAHP, 2E2558, f° 114 v° (24 octobre 1782).
  • 121 ADAHP, 2E2549, f° 191 v° (27 avril 1783).

91Jean-Baptiste d’Audiffret est mort le 24 septembre 1782118 en laissant à chacune de ses deux filles, Thérèse-Henriette mariée le 5 juin 1771 au marquis Surléon-Jean-Baptiste-Boniface d’Albertas, chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis, et Jeanne-Charlotte-Constance qui épouse, le 15 septembre 1782, Jacques-Armand de Thoron de Lacépède, seigneur d’Artignosc, la moitié de la seigneurie indivise de Gréoux et de ses droits119. Les deux marquis d’Albertas et d’Artignosc étaient les « maris et maitres de la doct et droits des dames leurs epouses, filles et herittieres dud. feu seigneur marquis de Gréoux »120, mais dès avril 1783, seul le premier figure dans les actes notariés en tant que marquis du lieu121. Il en fut le dernier seigneur, exilé lors de la Révolution.

4.3.1.5 Les seigneurs et leur château

92Nous avons suivi, au fil des siècles, l’évolution du château et la succession des divers membres des familles qui l’ont habité et transformé. Depuis Arnaud de Trian, auquel nous pensons pouvoir en attribuer, dans le deuxième quart du xive s., la construction, tous les seigneurs ne marquèrent pas également l’histoire de l’édifice et celle de la seigneurie. Les galeries de la cour et le grand escalier sont les premières adjonctions importantes à la demeure. Les datations avancées pour cet ensemble nous permettent d’y voir la commande de l’un des premiers Glandevès, Guillaume, Isnard ou bien Raymond.

  • 122 « Réponse des maire, consuls et communauté du lieu de Greoux [...] a l’avertissement de Messire Ant (...)

93Entre le milieu du xvie et le début du xixe s., grâce aux actes notariés, nous saisissons mieux la part respective des interventions de chacun des seigneurs, sur le château. Une personnalité féminine, Antoinette de Glandevès, se détache dans ce monde essentiellement masculin. C’est de tous les seigneurs, celle qui a commandé le plus de travaux (fig. 151), mais surtout, c’est elle qui a donné à l’édifice sa silhouette définitive, par les transformations de la tour nord-est et de la tour du rempart, construites sans doute par son père, Guiot, ou par son oncle, Gaspard, et par l’édification de l’ensemble sud-ouest. Outre les pigeonniers du château, elle a fait réaménager la cuisine, le grand escalier de la cour et donne au corps de bâtiment oriental sa distribution actuelle. Enfin, on lui doit quelques prix-faits d’entretien sur certaines salles et d’installation de cheminées. Antoinette de Glandevès fut sans aucun doute une femme de caractère. Mise en possession, alors qu’elle n’avait guère plus de vingt ans, d’une partie d’un important patrimoine, elle le géra semble-t-il activement. Les actes notariés, arrentements, baux..., la montrent en effet très présente dans la gestion de son domaine dont elle ne rétablit l’intégrité, par rachat des parts de seigneurie de son cousin germain, que beaucoup plus tard, en 1596. Aidée par sa longévité, elle traversa les deux générations de ses fils et petits-fils et, aidée par son caractère que quelques témoignages sans doute excessifs disaient effroyable122 cette femme éclipsa sous son autorité matriarcale tous les hommes de son entourage, à commencer par Joseph de Giraud, son époux.

94Après Antoinette de Glandevès, deux seigneurs ont également beaucoup œuvré pour leur demeure. Au premier, Esprit de Clapiers, on doit principalement l’établissement de l’accès du château au village, une adduction d’eau à la citerne et l’aménagement des abords de la demeure. Au second, Jérôme d’Audiffret, reviennent la réfection des toitures, de maçonneries, l’ajourement des appartements d’étage par de grandes fenêtres et tous les travaux qui s’ensuivirent (châssis de baies, battants de portes, serrurerie et ferrures), ainsi que le ravalement des façades. C’est également lui qui donna au corps de bâtiment sud sa distribution actuelle, par la transformation des niveaux de sol à l’angle sud-est du château et par l’aménagement de nouvelles pièces. L’un et l’autre ont ouvert une nouvelle lignée de seigneurs de Gréoux. Par leurs travaux, ils ont réorganisé à leur convenance le château nouvellement acquis et ont peut-être cherché à effacer un peu le passage de leurs prédécesseurs.

FIG. 151 – Pourcentages des prix-faits passés sur le château par seigneur.

Dessin S. Claude

  • 123 L’épisode a été rapporté, en 1803, par plusieurs particuliers de l’entourage domestique des seigneu (...)

95Le château a été habité de manière permanente depuis sa construction jusqu’à la fin de l’Époque moderne. À la mort de Jean-Baptiste d’Audiffret, en 1782, il devint avec Jean-Baptiste-Boniface d’Albertas une résidence de villégiature pour une noblesse qui passait désormais la plupart de son temps à Marseille. Un peu avant et après la Révolution, ce dernier seigneur du lieu vida le château de son mobilier et de ses effets. Il en fit conduire une partie à Marseille et vendit le reste aux enchères123.

4.3.2 La seigneurie et la communauté

4.3.2.1 Confins et population

  • 124 « […] loco dicto in Junquerio dicti castri, juxta flumen Verdonis et juxta iter et confinem seu par (...)

96Au xive s., la seigneurie s’étendait, au sud, jusqu’aux territoires de Saint-Julien et d’Aurafrège, et au nord-ouest, jusqu’à celui de Rousset. En 1419, un échange entre la communauté de Gréoux et son seigneur, Isnard de Glandevès, précise que la terre des Jonquières sur laquelle la première détenait déjà un droit d’usage et qui se situait dans les limites du castrum de Gréoux, était confinée par la route et le territoire de Vinon124.

  • 125 ADBR, B376, art. 12.
  • 126 Le 6 décembre 1304, Hugues des Baux apparaît comme coseigneur d’Aurafrège (Barthélémy 1882 : 544).
  • 127 ADBR, B7, f° 110 v°.
  • 128 AC Gréoux, dépôt E94-DD2 (copie).
  • 129 Plusieurs actes des archives municipales de Gréoux, datés de 1646, mentionnent ce glissement de top (...)
  • 130 Ce déplacement du toponyme semble assez récent puisque le lieu-dit Aurafrède, près de Gréoux, ne fi (...)

97Jusqu’au milieu du xve s., le domaine initial des seigneurs de Gréoux ne comprenait pas la petite seigneurie d’Aurafrège (aujourd’hui Aurabelle) située au sud-ouest de Gréoux, en limite du terroir de Vinon sur la rive gauche du Verdon. L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem y reçut le droit d’instituer des officiers dès 1280125 et Hugues des Baux, seigneur d’Allemagne, y est attesté entre 1288 (Isnard 1913 : 26-27) et 1304126. En 1297, Aurafrège était, au moins en partie, dans le domaine comtal (Isnard 1913 : 26-27). Pour leur enquête menée en 1379 dans la viguerie d’Aix afin de recenser les droits et revenus de la reine Jeanne, Jean d’Esclapon et Hugues Bernard, maîtres rationaux en la Cour des comptes, se portèrent, le 28 juillet, à Aurafrège. Ils y rappelèrent alors le souvenir de la coseigneurie de Boniface de Castellane, seigneur d’Allemagne et héritier d’Hugues des Baux, qui selon le témoin Bertrand Garota, avait détenu, en son temps, la moitié indivise de la seigneurie et des juridictions, avec la cour. On y apprend également que le castrum d’Aurafrège dépourvu de rempart n’était plus peuplé depuis longtemps et seul y demeurait Bertrand Garota qui y possédait une bastide (cf. infra)127. En septembre 1441, le comte de Provence se sépara de cette seigneurie en faveur de Jean Puget (Isnard 1913 : 26-27) et, le 17 novembre 1455, Raymond de Glandevès, seigneur de Gréoux, la racheta à Raymond de Puget de Saint-Maximin, docteur en droit et conseiller du roi, pour 600 florins, avec ses dépendances et tous leurs droits128. Le domaine d’Aurafrège a été la plus importante acquisition faite par les seigneurs de Gréoux. Un peu avant le milieu du xviie s., cette seigneurie prit le nom d’Aurabelle, qu’elle porte toujours129, tandis que le toponyme d’Aurafrède correspond aujourd’hui à un hameau situé au pied du village, près du Verdon (fig. 1)130.

  • 131 Ce domaine domine la Durance, au nord-ouest de Gréoux, en limite du plateau de Valensole (fig. 1, 3(...)
  • 132 ADBR, B317 (Baratier 1969a : 191, note 5).
  • 133 ADBR, B725, art. 1.
  • 134 ADAHP, 2E2460, f° 50.

98La seigneurie de Rousset131, qui faisait partie des biens pour lesquels Boniface de Castellane a rendu hommage au comte en 1226, est très certainement entrée dans le domaine comtal à l’issue des événements de 1262 (cf. supra § 4.1.2. I)132. Elle faisait partie de la transaction du 22 octobre 1307 passée entre le comte et les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem et elle a été remise par ces derniers, le 30 juillet 1324, à Arnaud de Trian, en ultime compensation de l’échange qu’ils avaient conclu ensemble en 1322 (Fixot 1995 : 51). On retrouve la seigneurie dans le patrimoine des Glandevès, en 1538. É. Baratier y a relevé, pour les années 1301 et 1305-1306, respectivement 25 et 37 feux de queste (1961 : 166). Gréoux en comptait alors une centaine. Le 19 octobre 1538, dans l’hommage au roi François Ier, que prêta Guiot de Glandevès pour les terres de Gréoux et de Rousset, cette dernière est déclarée « inhabitatum »133. Les deux seigneuries ont été dissociées lors de la succession d’Antoinette de Glandevès : Rousset est passé à son petit-fils, Marc-Antoine de Castellane134, tandis que Gréoux est revenu à son arrière-petit-fils, Horace.

  • 135 ADBR, B98, f° 83 v° : Lettres patentes du roi datées de septembre 1739, portant confirmation de cet (...)
  • 136 ADBR, 356E113, f° 123.

99Le 9 juillet 1639, ce dernier a inféodé à François Menc, conseiller du roi et contrôleur général des deniers en Provence, la moyenne et basse juridiction, le droit de compensation ainsi que les autres droits et revenus qu’il percevait sur le quartier de Lineau « confrontant […] de midy les iscles de Verdon, de couchant le terroir de Vinon » (fig. 1), pour la somme de 1 200 livres. Cette terre de la contenance de quatre-vingts saumes, soit près de quarante-sept hectares et demi, est restée dans la mouvance du seigneur de Gréoux qui s’y réserva les droits de mutation (lods et trézain), de prélation en cas d’aliénation, et la haute-justice135. Ainsi, lorsqu’il acheta la seigneurie à Horace de Castellane, le 30 janvier 1641, Esprit de Clapiers prit possession des « places, terres seigneurie et baronie de Greoulx et Aures fredes, assizes au presant pais de Provence, diocese de Ries, confrontant de levant terroir de Vallanssolle, Saint Martin de Bromes, de midy le terroir de Sainct Jullien le Montagnier, du couchant le terroir de Vinon et de septanctrion les terroirs de Vallansolle et de Rousset, la riviere de Verdon passant dans les dicts terroirs de Greoulx et Aures fredes »136.

  • 137 ADAHP, 2E2471, f° 286 v°. Des lettres patentes royales donnaient au seigneur de Rousset, Louis d’Ar (...)

100Au nord-est, le territoire de Gréoux se terminait sur le relief de Vallongue (fig. 1) qu’un accord du 4 janvier 1641 définissait et circonscrivait comme « ung quartier du terroir dudit Greaulx apelle Vaulongue comfrontant de levant les lisières du terroir de Vallans (ole) de long en long, de septantrion le mesme terroir aussy de long en long, de couchant le terroir du lieu de Rousset et de midy le viol quy faict separation dudit quartier de Vaulongue avec celluy de ladroict de Puigros et Verboy, de long en long de la ferriere et jusque a lendroict que ledit viol se confond dans le grand chemin tirant a Vallans (ole) apelle des Abelliers […] ». Esprit de Clapiers, tout nouveau seigneur de Gréoux, s’en est séparé le 11 mai 1641 après plusieurs mois de transaction, en faveur du seigneur de Rousset, Louis d’Arnaud, conseiller du roi en la Cour du parlement de Provence, et contre l’abandon de ses prétentions sur le reste de la seigneurie137.

101C’est donc un peu rétrécie à l’ouest et au nord que la seigneurie de Gréoux prit ses confins définitifs, vers le milieu du xviie s.

102Entre le début du xive s. où la population du castrum avoisinait 540 habitants, et 1471 où elle a chuté de moitié (Baratier 1961 : 166), nous manquons de chiffres pour suivre la courbe démographique grysélienne. Son évolution ne fut sans doute pas différente de celle du reste de la Provence, touchée, dès avant le milieu du xive s., par les guerres intestines et décimée du tiers à la moitié de ses habitants par la grande peste de 1347, puis par les deux retours de l’épidémie en 1361 et 1371-1373. Dès lors, la population du comté ne cessa de décroître lentement, jusque dans les années 1440, pour ne reprendre véritablement qu’à la fin du siècle (Agulhon, Coulet 1993 : 45).

  • 138 « Et si homines ibi habitarent, sunt subditi et fideles dicte domine regine et sibi tenentur facere (...)
  • 139 « Item dixit [Bertrandus Garota de Aurafrigida] quod ipsum castrum est inhabitatum et non habet for (...)

103Durant cette fin du Moyen Âge, on perçoit très mal le comportement des populations dans ce secteur et leur emprise du terroir. Le seul indice d’un repli, sinon à Gréoux même du moins dans sa proximité, nous est donné par l’enquête de 1379 menée par le maître rational Véran d’Esclapon à Aurafrège (« apud castrum de Aurafrigida quod est inhabitatum ») afin d’y établir les droits et revenus de la reine Jeanne. Ce lieu apparaît alors en quasi-totalité vidé de ses habitants et l’unique témoin interrogé par les enquêteurs, Bertrand Garota, est signalé comme étant le seul à demeurer encore à Aurafrège où il possédait une bastide. Sa déposition sur les hommages et serments de fidélité dus à la comtesse est également éloquente puisque ces marques de souveraineté sont présentées comme irréalisables faute de personne pour s’y soumettre138. La seigneurie d’Aurafrège est alors décrite comme un castrum sans forteresse ni rempart. Aussi, précise le témoin, s’il s’était trouvé quelques habitants en ce lieu, ils auraient dû, en cas de guerre, se réfugier dans les places fortes environnantes. Bertrand Garota déclare lui-même trouver refuge au castrum de Gréoux139. Le maintien de l’exploitation de sa bastide semble un phénomène marginal et précaire sur le terroir d’Aurafrège.

  • 140 Cette copie de requête, issue des archives municipales de Gréoux (dépôt E94-FF1, liasse 18, no 9), (...)

104À une époque qui nous échappe en partie mais que l’analyse des textes permet de caler entre 1379 et 1419, les comtes de Provence seraient intervenus pour favoriser le repeuplement du terroir grysélien par une donation faite à sa communauté. Ce don est évoqué par une copie de requête datée du 23 mai 1711, dans laquelle il est précisé que les souverains « pour y attirer des habitants [au terroir de Gréoux] et leur donner moyen d’y subsister, leur avoient assigné un pascage ou defvens appellé le Jonquier scitué le long de la riviere de Verdon. Ce pascage etoit destiné a faire paitre les betes de charrue et de hast, sous certaines peines contre ceux qui introduiroient d’autres bestiaux. Ce pascage n’ayant pas suffi a ces habitans, Isnard de Glandeves, seigneur de Gréoux, voulut bien leur en departir une plus grande contenence. Il resulte de lacte du 28 9bre 1419, quil leur assigna lisle scituée le long de la riviere de Verdon […] »140.

105À la fin du xviie s., le nombre de maisons, adjoint à celui de Rousset, était de 200 pour 250 chefs de famille (Baratier 1961 : 166). La topographie urbaine a gardé les stigmates de cet accroissement. Le bourg médiéval, blotti au pied du château, a en effet été largement débordé par l’agglomération moderne qui a suivi les mêmes orientations, avec un tissu urbain dense et irrégulier, localisé dans un tiers de cercle au sud-est du château. Ces quartiers modernes furent protégés par une enceinte dont la construction occupait encore la communauté en 1554. Ce n’est qu’à cette époque que l’église paroissiale Notre-Dame, qui abrite les tombeaux des familles qui se sont succédé à la tête de la seigneurie, fut intégrée au corps de ville (fig. 7).

4.3.2.2 Les événements

  • 141 Le seul écho d’une situation politique conflictuelle est le témoignage, en 1379, de Bertrand Garota (...)
  • 142 Les protestants purent trouver quelques avantages stratégiques à contrôler la basse vallée du Verdo (...)

106Durant des siècles, les seules traces de l’histoire de la seigneurie se confondent avec celles des propriétaires du château. Les textes ne donnent sur Gréoux, pour ainsi dire, aucun reflet des événements politiques qui ont touché le reste de la Provence jusqu’au début de la période moderne141. Pendant les Guerres de religion, Gréoux fut, comme beaucoup d’autres villes et villages, le théâtre d’incidents violents, notamment lors de la seconde grande série d’affrontements, entre 1572 et 1580. L’opposition entre le comte de Carcès, grand sénéchal et chef du parti catholique, et le comte de Retz, née de la nomination de ce dernier comme gouverneur de Provence par le tout nouveau roi Henri III, réveilla les conflits partisans. Les bandes armées catholiques (« carcistes ») et protestantes (« razats ») ravagèrent la région par des sièges de villes, des massacres et des pillages (Baratier 1969b : 258). Gréoux n’a pas échappé à ces événements et fut, par deux fois au moins, aux prises avec les troupes protestantes. Quelques auteurs rapportent les faits, à commencer par H. Bouche repris par Lambert (rééd. 1972). Sous le commandement des barons d’Allemagne et d’Oraison ainsi que des seigneurs de l’Isle, d’Estoublon, de Torrétes et de Montpezat, entre autres, les protestants avaient surpris Aups (Var), le 5 juillet 1574, puis Riez (Alpes-de-Haute-Provence), le 6 juillet. Quelques jours après, ce fut au tour de Digne de céder, puis de Seyne, de Gréoux142, de Puimoisson, d’Espinouse et de Saint-André-du-Désert. En septembre, Annot, Thorames-Haute, Tartonne, Le Poil, Majastre et d’autres tombèrent entre les mains des troupes protestantes qui contrôlèrent ainsi une bonne partie de la Haute-Provence. La riposte fut aussi rapide car, en quelques semaines, le comte de Carcès reprit ces villes (Bouche 1664 : t. II, 660-661 ; Lambert 1972 : t. I, 284-291).

107Gréoux fut une nouvelle fois occupé par les protestants à la fin du mois d’octobre de l’année 1578. Les faits sont relatés dans une lettre datée du 30 octobre, adressée par Joseph de Pontevès à son père, Jean-Baptiste, seigneur de Bargème (Var), de Callas et de Comps (Poupé 1904 : 180-181). Chassé d’Ansouis qu’il tenait en siège et contraint au repli, le marquis d’Oraison s’était alors emparé du château de Gréoux. Les troupes catholiques, sous la conduite de M. de Vins, s’étaient bientôt portées sur les lieux et se préparaient à recevoir des renforts au moment où Joseph de Pontevès informa son père.

108Précédant de peu les premiers grands affrontements entre catholiques et protestants en 1561-1562, l’édification de la seconde enceinte urbaine ainsi que la modernisation des systèmes de défense du château et du rempart castral intervinrent dans ce contexte dont les prémices se firent sentir dès avant 1540 et qui déchira la Provence de façon intermittente pendant près d’un demi-siècle. Nous ne saurions dire précisément quel rôle jouèrent Antoinette de Glandevès, alors dame de Gréoux, et Ardoin de Glandevès, coseigneur, dans ce conflit qui n’a affecté leur domaine que quelques semaines durant. E. Poupé signale simplement que le seigneur de Gréoux avait pris part à la double expédition carciste menée par le baron de Vins contre le village de Callas en novembre 1578, puis au début du mois de mars de l’année suivante (1904 : 118, n. 2).

4.3.2.3 Les seigneurs et la communauté

  • 143 Ceux-ci figurent dans l’hommage prêté par Guyot de Glandevès au roi, en 1538 (ADBR, B725, art. 1), (...)
  • 144 ADBR, B1181,f° 30.

109Dès sa construction, le château de Gréoux fut considéré comme une résidence, centre d’un domaine foncier géré par le seigneur. Les droits exercés sur cette terre et sur ses habitants par les seigneurs étaient, à l’Époque moderne, les mêmes que ceux contenus dans l’acte d’échange de 1307143. Au début du xve s., Guillaume de Glandevès avait tenté d’usurper un droit comtal en établissant illégalement un péage sur les troupeaux transhumants et fut condamné en mars 1415144.

  • 145 ADBR, B416 (le 16 mars 1301, n.st. 1302).

110Face au seigneur, la communauté et ses syndics n’apparaissent distinctement qu’au tout début du xive s., dans une sentence maintenant leurs droits au terroir d’Aurafrège145. Rien ne permet alors de mesurer l’ancienneté de l’organisation municipale grysélienne, ni de saisir ses institutions ou encore le degré d’émancipation de cette communauté qui, d’après les sources archéologiques et architecturales, semblait disposer de défenses collectives depuis déjà plusieurs décennies.

  • 146 AC Gréoux, dépôt E94-FF1 et FF2.

111Une série de conflits internes qui, à l’Époque moderne, opposèrent le seigneur à la communauté villageoise et dont les archives communales ont gardé de nombreuses pièces146, laisse entrevoir les droits qu’avait obtenus cette dernière. Il n’est pas question ici d’en donner une analyse exhaustive qui dépasserait largement notre propos, mais simplement de signaler un aspect des relations entre seigneurs et communauté que l’on retrouve assez fréquemment dans d’autres localités.

112Dès le milieu du xvie s., la communauté avait, semble-t-il, cherché à usurper certains biens et droits seigneuriaux en contestant notamment à Anne de Pontevès la propriété et l’usage des cours d’eau et en voulant établir ses propres moulins au détriment des moulins seigneuriaux. Condamnés en juin 1555, les habitants avaient toutefois obtenu le droit de détourner les eaux du Colostre pour arroser leurs prés et jardins.

  • 147 La communauté obtient l’enregistrement par la cour du Parlement, de cette donation seigneuriale, le (...)
  • 148 Arrêt royal du 15 décembre 1556 soumettant tous les biens acquis par les seigneurs après cette date (...)

113Dans le dernier quart du xvie s. et au début du suivant, la communauté s’est régulièrement opposée à Antoinette de Glandevès au sujet du droit de directe universelle, des paiement, des lods, tasques, cens et services, de la prestation des hommages auxquels refusèrent de se soumettre les gryséliens, ou de l’usage des moulins banaux. Il y eut encore le paiement des tailles qu’ils voulaient imposer à Antoinette de Glandevès sur des biens prétendus roturiers et la contestation des limites du défens des Jonquiers que les habitants avaient obtenu, sans doute entre 1379 et 1419, par une donation comtale augmentée, en novembre 1419, par Isnard de Glandevès de l’une des isles du Verdon147. Ces derniers points furent, pour longtemps, au centre des conflits entre les deux parties. Une transaction intervint le 21 juin 1600, par laquelle la communauté obtint d’Antoinette de Glandevès les deux moulins banaux et la cession de son droit de faire d’autres moulins, moyennant une censive annuelle de quarante charges de blé et d’autres compensations financières, en nature et foncières. Les tasques et services dus par la commune furent alors réduits des deux tiers. Cet accord donna également aux habitants la totalité des « iscles » du Verdon et le quartier proche des Sibières, qui restèrent sous l’autorité du seigneur, et pour finir, Antoinette de Glandevès se soumit au paiement de la taille sur les biens qu’elle et ses prédécesseurs avaient acquis depuis 1556148. Ce sont là les clauses principales de cet accord qui suspendit, pour un temps, les conflits entre la communauté et son seigneur, mais qui fut également au cœur des contestations à venir, encore dénoncé au xviiie s. En 1619, le refus d’Antoinette de Glandevès de soumettre à l’impôt les biens roturiers pour lesquels elle avait utilisé son droit de compensation relança les procédures.

114Dans une autre série de procès, le seigneur et la communauté de Gréoux se sont affrontés à propos des digues construites le long du Verdon par la seconde et des dégâts causés aux terres seigneuriales qui en résultèrent.

115Ce sont ces conflits, dont le détail, bien plus complexe que ce qui en a été évoqué, reste encore à étudier, qui ont sous-tendu pendant des décennies les rapports entre la communauté et le seigneur de Gréoux. Les archives municipales en ont conservé les pièces jusqu’en 1775.

4.4 Les périodes révolutionnaire et contemporaine

116Durant près de cinq siècles, le château fut le centre et le point dominant de la seigneurie. Toute cette longue période vit son édification et ses transformations ; un peu avant la Révolution, il n’était déjà plus que la propriété secondaire d’un seigneur issu de l’aristocratie marseillaise, mais ce sont les événements de 1789 qui ont précipité sa déchéance. Dès lors, l’histoire de l’édifice ne fut plus marquée que par une série de destructions.

4.4.1 La période révolutionnaire

  • 149 ADAHP, 1Q66art.327.
  • 150 ADAHP, 1Q100, canton de Valensole, f° 28 v°.
  • 151 ADAHP, 1Q19.
  • 152 ADAHP, 1Q66 art. 327 (cf. annexe 19).
  • 153 ADAHP, 1Q128 et 1Q57 no 985.

117Avec bien d’autres édifices, le château de Gréoux a été saisi et vendu comme bien national à la Révolution. Le 24 juillet 1793, il fut procédé à une première estimation « des immeubles apartenant a Therese-Henriete et Constance Audiffret, soeurs emigrées, situés dans la commune de Gréoux. Batie sur une enceinte de la contenance de mille vingt cinq cannes y compris le jardin et la cour, le tout entouré de muraille » ; le sol du château fut évalué à 1 537 livres 10 sols, les 6 500 cannes de maçonneries à 20 000 livres, et les boiseries et ferrures à 10000 livres149. Le 20 novembre de la même année, eut lieu « l’adjudication deffinitive des ouvrages à faire pour la démolition du chateau de Gréoux en execution de la loy du vingt huitieme jour du premier mois de l’an second de la République »150. La mise aux enchères du château, le 22 germinal an II (11 avril 1794), fut annoncée par une affiche d’adjudication précisant que « L’édifice devant être abattu, tous les matériaux, charpentes, poutres, fenêtres, plombs, fers et en un mot tout ce qui est cloué et muré, appartiendront au délivrataire qui sera chargé de tous les frais que cette démolition occasionnera »151. Le premier floréal an III (20 avril 1795), il a été procédé au rapport d’estimation du château152 et une première soumission à 18 000 livres fut faite par Arnoux Guibert, citoyen de Gréoux, le 3 vendémiaire an IV (25 septembre 1795). Le 18 vendémiaire an IV (10 octobre 1795), le château fut adjugé aux citoyens Alexandre Clappiers, habitant de Moustiers, et Augustin Isnard, de Valensole, pour 60 000 livres153.

  • 154 AC Gréoux, série I, Police générale, délits de 1792 à 1850.
  • 155 ADAHP, 3U1/4.
  • 156 Le mur occidental du porche présente des traces importantes de rubéfaction, peut-être liées à ces é (...)
  • 157 ADAHP, 3U1/4 (audience du 21 nivose an ix).

118Selon une tradition locale, Arnoux Guibert se serait porté acquéreur du château et de ses dépendances foncières, en 1797, après avoir appris la dévaluation des assignats à Manosque. Il s’était alors empressé d’en racheter, à bas prix, pour les échanger contre le château avant que la nouvelle de la faillite ne parvienne à Gréoux. Quoi qu’il en soit, Arnoux Guibert était bien propriétaire de l’édifice au début du siècle. À cette époque, celui-ci fut le théâtre de violences relatées en détail par l’abbé Maurel (1899 : 284-298). Les faits sont également bien documentés par une lettre du 30 prairial an X (19 juin 1802) que le maire de La Verdière avait adressée à celui de Gréoux, contenant la déposition du sieur Rimbaud sur les faits154, et surtout par le compte rendu d’une audience du 21 nivose an IX (12 janvier 1801)155. Le 12 frimaire an IX (3 décembre 1800), Arnoux Guibert se trouvait dans sa demeure, en compagnie seulement de sa belle-sœur et d’une domestique, lorsqu’une bande de brigands d’Oraison tenta le siège du château, la plupart des villageois étaient alors aux champs. Il résista jusqu’à ce que les assaillants mettent le feu à la porte d’entrée en chêne du château156. Celui-ci fut mis à sac et pillé, mais les brigands ne trouvèrent pas Arnoux Guibert qui s’était réfugié entre deux poutres d’une charpente. « Ce siège, commencé en plein jour [écrit Maurel], continué pendant cinq heures, dans un pays relativement populeux, accompagné d’une longue fusillade, de l’incendie de la porte, se termina par l’envahissement du manoir, le pillage général, le partage du butin, fait publiquement, sans que les bandits aient été aucunement dérangés au cours de leur longue et bruyante besogne ». Aussi soupçonna-t-on des complicités parmi les villageois et un procès intenté par Arnoux Guibert à la commune s’ensuivit. Le premier reçut 14000 francs de dommages et intérêts, et ses réclamations biens supérieures furent déboutées par le jugement du 21 nivose an IX, qui dégagea la commune de toutes responsabilités dans les événements de l’hiver 1800157.

  • 158 Consultation de jurisconsultes donnant raison à M. Gravier dans son procès avec M. Guibert, au suje (...)

119Les relations, pour le moins houleuses, qui lièrent le citoyen Guibert avec le reste de la communauté grysélienne, se sont manifestées dans un autre procès concernant l’exploitation de la source thermale dont M. Gravier était propriétaire. Arnoux Guibert avait fait construire une résidence thermale sur une résurgence de la source, à quelques dizaines de mètres des thermes de Gravier, qu’il espérait ainsi concurrencer158.

4.4.2 La période contemporaine

  • 159 ADAHP, 3P230, f° 288.
  • 160 ADAHP, 3P230, f° 288. Les propriétés d’Arnoux Guibert tombèrent sans doute en déshérence à sa mort, (...)
  • 161 ADAHP, 3P232, f° 285.
  • 162 ADAHP, 3P230, f° 51.
  • 163 ADAHP, 3P231, f° 1269.

120Arnoux Guibert était toujours propriétaire du château en 1840, date à laquelle celui-ci figure dans une matrice cadastrale suivi de la note « en ruine »159. De 1840 et jusqu’en 1913, on suit l’édifice dans les cadastres où il figure sous les qualificatifs de « sol de maison, cloaques, jardins, aire » avec le numéro de parcelle G40, le bâtiment ruiné n’étant plus imposable. Ainsi, en 1881, ce sol de 32 ares 20 centiares a quitté le patrimoine d’Arnoux Guibert160 pour entrer dans ceux d’Eugène Barthelon, habitant à Gréoux, et de Ernest Vincent d’Uzès, qui l’on possédé en indivis161. Ceux-ci ne s’en sont séparés qu’en 1889, au profit de la commune d’Embrun162. En 1913, la propriété a été rachetée par Louis Roize, costumier à Marseille163. À partir de 1914, les matrices cadastrales conservées aux archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence ne concernant plus que les propriétés bâties, le château n’y figure pas. En 1934, M. Cadière l’a acheté, avec les thermes, et cédé à sa mort, en 1972, à la Société provençale d’industrie thermale et touristique.

  • 164 Délibération du conseil municipal du 21 décembre 1977.

121Face à l’état de ruine du château et aux pillages dont il avait fait l’objet, mais aussi sous la pression d’une association locale très active, « Les amis de Gréoux », la municipalité a organisé en 1977 un référendum auprès de sa population qui, à une majorité de 65 %, s’est prononcée en faveur de son acquisition par la commune en vue de sa consolidation et de sa restauration164. La Société provençale d’industrie thermale en a abandonné la propriété à la commune pour un franc symbolique.

4.4.3 Le château et la communauté

122La fin de l’Ancien Régime aurait dû marquer celle du château de Gréoux, voué à une totale destruction et à la récupération de ses matériaux, si son rachat et son occupation par Arnoux Guibert ne l’y avaient partiellement soustrait. Cet ultime occupant du château, au début du siècle dernier, fut pourtant le premier sans doute à en avoir récupéré les matériaux pour la construction des Vieux-Bains. Aussi, en 1840, l’édifice n’est-il plus qu’une ruine. Au moment où il est apparu en tant que tel sur les cadastres, il a été classé monument historique par décret du 19 avril 1840. Ce classement précoce ne protégea pas pour autant du pillage le château qui, jusqu’à une période très récente, servit de carrière aux maisons construites aux alentours.

  • 165 Nous renvoyons le lecteur aux opuscules sur les eaux thermales de Gréoux dans lesquels les auteurs (...)

123Pourtant, la conscience de la richesse de ce patrimoine s’est affirmée très tôt de manière sporadique165. Elle ne prit toutefois un caractère plus général qu’à la faveur de l’achat du château par la mairie et à celle du programme de restauration mis en place en 1985.

Notes

1 Ces mentions ont étayé les notices sur Gréoux de plusieurs historiens. L’abbé Féraud a signalé une donation faite par l’évêque Augier de l’église de Gréoux à l’abbaye de Montmajour qui y aurait fondé, en 1096, un prieuré ; donation confirmée l’année suivante par le pape Urbain II (1879 : 51). Pour Dom Besse et Dom Cottineau, en 1096, c’était un prieuré Notre-Dame de Gréoux qui était donné à Montmajour (Besse 1909 : 62 ; Cottineau 1939 : 1342). En 1950, Ch. Rostaing a disserté sur l’origine du toponyme Gréoux à partir des précédentes mentions (1950 : 184- 185) et, en 1979, R. Bertrand, citant Dom Chantelou, a fait de Gréoux une donation de la comtesse Berthe à la même abbaye, confirmée en 963 par Léon VIII (1979 : 166).

2 Dans le répertoire de la série 2H (abbaye de Montmajour) des archives départementales des Bouches-du-Rhône, dressé par É. Baratier (1959 : 2H319), cette liste des églises et prieurés devant pension et service au prieuré de Carluc, rédigée sur ordre de l’abbé Archinric, et dont Du Roure a signalé la date fautive de 921, est indiquée comme une copie remaniée au xiiie s., connue par un vidimus de 1489. En outre, J.-P. Poly a placé l’abbatiat d’Archinric sur Montmajour entre 1000 et 1021 (1976 : 60, note 165), et le rattachement du prieuré de Carluc à l’abbaye arlésienne entre 1002 et 1009 (1976 : 58). Pour sa part, G. Barruol a repoussé cette union documentée par une bulle du pape Gélase II, au début du xiie s., entre 1114 et 1118. Cet auteur évoquant les liens étroits qui unissaient Archinric au prieuré de Carluc, notamment ses séjours et sa probable intervention sur la restauration du lieu, lui en a toutefois contesté la fondation (Barruol 1979 : 8-11).

3 La prospection au sol de ce secteur, aujourd’hui entièrement loti, a réuni un tesson de céramique non tournée, une anse de cruche de céramique commune à pâte claire et un tesson de céramique commune grise à décor à la roulette du xie s. (Garcia, Mocci 1995 : fiche no 4).

4 ADBR, 2H346, art. 40 (1316). Le cartulaire du prieur Pierre du Lac donne, en 1484, les copies d’actes du 20 novembre 1316 et du 28 mars 1322 intéressant certains biens du prieuré de Carluc, à Gréoux (ADBR, 2H318f° 54, 55).

5 Cette attribution du prieuré Saint-Pierre de Gréoux à l’abbaye bénédictine, si elle s’avère exacte, résulte chez l’abbé Féraud de la confusion avec le toponyme latin Crisellum/Creisset (1879 : 51, 102).

6 AC Gréoux, dépôt E94, série FF, articles 1 et 2.

7 Le chanoine Corriol est décédé en 1964. Hommage de R. Collier, dans Annales de Haute Provence, no 238, t. XXXVIII.

8 M. Falque de Bezaure prétendant citer l’abbé Corriol, a écrit que Hugues de Turrel « se rendit successivement à AURABILLA, au château de Gréoux, à la cavalerie, à Vallis Longa, à Bastida (Lineau), à la Bastida (Blanche) ». Il a été démontré que le toponyme Aurabilla/Aurabelle est inconnu avant 1642. À cette époque, il a remplacé l’ancien nom Aurafrigida/Aurafrège (cf. infra § 4.3.2.1).

9 ADBR, B2, f° 109 v°.

10 ADBR, 56H4394, art. II.

11 ADBR, B1094, f° 1 et B1477, fos 216, 220.

12 « Anno Domini MCCCVII die V marcii, fuit nobili discreto viro, d(omi)no Jacobo Ardoyni, regio procuratori et advocato, p(re)sentata quedam lit(er)a regia ap(er)ta et sigillata magno sigillo sacre regie maiestatis que lit(er)a est tenons et continentie subsequentis. » Il faut très vraisemblablement supposer ici l’utilisation d’un calendrier fondé sur le style de l’Annonciation –ce comput fait débuter l’année au 25 mars–, différent de celui adopté pour les lettres patentes.

13 « Robertus dei gratia Rex Jerosolimitani et Sicilie, ducatus Apulie et principatus Capue, Provincie et Forcalquerii, ac Pedemontis cornes, Petro Audeberto, militi, et Jacobo Ardoyno, jurisperito, procuratori et advocato fisci, dilectis consiliariis, familiaribus et fidelibus suis gratiam suam et bonam voluntatem, causa rationabili suadente de valore annuo Jurium, proventuum et reddituum castrorum Urgonis, Sancti Juliani, Petrerosseti, de Voix et de Gredolis, et quorumlibet etiam aliorum Domus hospitalis, ex permutationis causa dudum inite cum eadem pro medietate civitatis Aurayce, per nostram curiam traditorum, necnon de annuis Juribus, redditibus et proventibus medietatis civitatis ipsius et aliorum etiam a Domo ipsa per eandem nostram curiam propterea receptorum plenam certitudinem habere volentes [...]. Anno domni millesimo CCCVIIII°, die XX°januarii, VIII indictione, regnorum nostrum anno primo » (ADBR, B1477, f° 216). Les deux enquêteurs ont reçu leur mandat le 26 janvier 1309.

14 ADBR, B376, art. 12.

15 ADBR, B143, f° 56 et B2, f° 45. Cette énumération des castra de l’évêché de Riez, placés sous la suzeraineté du comte de Provence, a été publiée par Albanès (1899, c.376) et A. Venturini en a proposé une datation entre les années 1232 et 1244 (1987 : note 4).

16 ADBR, B1477 f° 220 (cf. annexe 1).

17 ADBR, B317, f° 3, texte analysé par É. Baratier (Baratier 1969a : 191-192).

18 Cf. annexe 20.

19 ADBR, B1084, f° 46, analysé par É. Baratier (Baratier 1969a : 194). Les témoignages issus de cette enquête de 1302, rapportent la reddition au comte Charles d’Anjou de plusieurs seigneuries de la région de Riez : Allemagne, Le Castellet, Esparron, Saint-Martin-de-Brômes ainsi qu’Albiosc, Quinson et La Verdière.

20 L’installation de la cour à Aix, vers 1178, répondait déjà au dessein du comte d’étendre son autorité vers le Nord où les barons bas-alpins intriguaient contre lui.

21 Cf. F. Benoît 1925 : 365.

22 Si l’on connaît à présent quelques bourgs ecclésiaux en Provence, le rôle attractif de l’église y est resté très limité (Lagrue 1996 : 105). Un exemple en est donné avec le site de Saint-Symphorien de Buoux qui a vu, au tournant des xie et xiie s., l’affirmation monumentale d’un premier lieu de culte par l’adjonction d’une seconde église et par sa fortification. Le complexe ainsi constitué dans un secteur resté un peu à l’écart du réseau castral et à une période antérieure aux grands développements de l’incastellamento régional, s’apparentait fortement aux modèles laïcs des castra, ce d’autant plus qu’il a cristallisé, dans sa dépendance, un habitat sous-roche (Fixot 1994 : 43-44). La situation sommitale de l’église oppose ici fondamentalement le prieuré victorin au site de Gréoux où nous l’avons vu, l’église est établie sur le flanc de la colline, en situation d’infériorité topographique par rapport au reste du complexe.

23 Cette émergence précoce d’habitats groupés assez rudimentaires, attestée dès la fin du xie s. ou au xiie s. dans certains secteurs de la Provence (Lagrue 1996 : 106), est perçue beaucoup plus tôt dans d’autres régions où, dès la fin du xe s., ils se sont multipliés, notamment en Basse-Auvergne (Cursente 1980 : 34) et en Bas-Languedoc (Bourin-Derruau 1987 : I, 69). En Gascogne, elle a revêtu un aspect plus durable qui s’est prolongé jusqu’à la fin du xiie s. (Cursente 1980 : 35).

24 L’étude du bâti villageois intra-muros ne livre, actuellement, que peu d’indications pour cette période, sur la mise en place des cellules d’habitation ou sur la manière dont l’enchâtellement s’est accommodé du probable habitat antérieur. Les quelques aménagements datables remontent à la fin du Moyen Âge. Ce sont plusieurs ouvertures apparentées au gothique tardif, parfois contemporaines du mur qu’elles traversent, parfois postérieures, mais de combien ? En tout état de cause, nous ne disposons, pour quelques éléments seulement, que d’une chronologie relative insatisfaisante qui peut osciller entre le xiie s. et la fin du xve s. et qui laisse tout un éventail de possibilités sur les formes d’occupation du sol et sur leur mise en place ; la seule certitude est que ce développement s’est fait en suivant des règles d’urbanisme.

25 Ces constats valent également pour le Rouergue (Debord 1990 : 10-11), la Gascogne centrale (Cursente 1980 : 40-41) et le Bas-Languedoc (Bourin-Derruau 1987 : I, 111, 121), entre autres.

26 « Videlicet Castro Urgonis, Sancti-Andioli, Avinionensis dyocesis ; Sancti-Juliani-lo-Montaner et Admirati, Aquensis diocesis ; de Gredolis et de Rosseto, Regensis diocesis, et de Vols, Sistaricensis diocesis, cum omnibus juribus et pertinentiis castrorum predictorum et territoriorum et tenimentorum eorumdem, in quibuscumque consistant, sive mero et mixto imperio et omni jurisditione alta et bassa et cohertione, servicciis, furnis, molendinis, pedagiis, cotiis, navigiis et portenagiis, cavalcatis, focagiis et generaliter de omni eo quod idem dominas Rex habet, tenet et possidet seu quasi in predictis castris et eorum territoriis et quolibet predictorum in quibuscumque consistant […] » (ADBR, B2, f° 109 v°).

27 « Domnus Rex […] tradidit et quasi cessit et concessit predicto domino Magistero presenti et recipienti, nomine suo et Hospitalis predicti, castra superius nominata et eorum territoria et tenimenta et districtus, pro ut et in quantum ad eum pertinent, cum omnibus juribus et pertinentiis eorumdem in quibuscumque consistant, sive mero et mixto imperio, fortaliciis, hominibus et vassalis, pedagiis terre et aque, navigiis, portenagiis, molendinis, aquarum decursibus, serviciis bladi et pecunie, pascaragiis, tascis, albergis, cavalcatis, focagiis, cotiis, lesdis et demum generaliter cum omni eo jure quod item dominus Rex habet, tenet et possidet [...] » (ADBR, B2, f° 110 v°).

28 ADBR, B1094, f° 1.

29 ADBR, B416, liasse n° 12.

30 ADBR, B267, f° 317 V°.

31 Archives municipales de Manosque, livre des privilèges (Arbaud 1847 : preuve XVI ; Isnard 1894 : 190).

32 Le comte « échange la moitié de la ville d’Orange avec les hospitaliers, ce qui lui permet de traiter avec Bertrand IV des Baux ; ce dernier moyennant la cession de cette portion de ville, consent à lui prêter hommage pour l’ensemble de sa principauté » (Baratier 1969b : 175).

33 C’est en effet auprès du commandeur d’Avignon que l’enquêteur du comte de Provence, Jacques Ardoin, a commencé ses investigations en 1308 (ADBR, B1094, f° 1).

34 Modestement implantés à Manosque dans la première moitié du xiie s. –on ne leur connaît alors que la possession de l’église Saint-Pierre et d’une maison avec ses terres près de la Durance (ADBR, 56H4675 et 56H4676)–, les hospitaliers se sont vu léguer, le 30 mai 1149, par le comte Guigue de Forcalquier le castellum et le bourg de Manosque ainsi que le lieu de Toutes-Aures et leurs territoires (Poly 1976 : 281 ; ADBR, 56H4626). Ce legs a ouvert plus d’un demi-siècle de contestations entre les hospitaliers et les descendants de Guigue qui revendiquaient également l’héritage. Ce n’est qu’après 1209, à la mort du dernier comte de Forcalquier, Guillaume IV, que la seigneurie des hospitaliers s’est établie pleinement à Manosque (Claude 1997 : 14-18).

35 ADBR, B376, art.12.

36 L’enquête de 1309 donne les noms des deux frères hospitaliers chargés de gérer cette seigneurie, pour le compte de l’Ordre : Guillaume Farine et Bernard Terralli (cf. annexe 1).

37 ADBR, 56H4394, article II.

38 « […] dominus Arnaldus permutationem ipsam faciendo et sollempnisando eo modo quibus melius firmius et uberius fieri et sollemizari potest de jure concessit et concedit et assignat predicto domino magistro presenti, volenti et consencienti ac recipienti, nomine et pro parte dicte domus sancti Johannis Jerosolimitani et ad utilitatem et comodum dicte domus, civitates, castra, terras et loca in regno Sicilie que sequitur, scilicet civitatem Alifie, civitatem Boyani, casale Turbarole de pertinentiis Adverse, feudum civitatis Caleni quod fuit domne Gantelme de Gantelmis, feudum quod fuit domine Marie de Aquino scita in justiciaratu terre Laboris, castrum Oliveti et medietatem castri Labelle in Basilicata et castrum de Cellis in Aprucio, cum omnibus eorum territoriis, fortaliciis et hominibus et jurisdictione quacumque et vassallis prout ad ipsum dominum Arnaldum pertinent[…] » (ADBR, B144, f° 335).

39 « […] quia conventui et fratribus, hominibus et vassallis dicte domus habitantibus in insula Rodarum, promtius, celerius et comodius posset succurri exinde et eorum necessitatibus provideri […] » (ADBR, B144, f° 335 v°).

40 L’Hôpital possédait Tallard depuis la donation que lui en avaient faite Tiburge et Rambaud d’Orange, le 23 août 1215. Ce don, amendé par le testament de Rambaud d’Orange en mai 1218, attribuait également à l’Ordre les lieux de Lardiers, La Saulce, Neffes ainsi que la seigneurie et albergement de Chassagne et Pelleautier (Fixot 1995 : 38-39).

41 « […] ex causa permutationis eiusdem, predicto domino Arnaldo presenti, voienti et consencienti et recipienti, pro se suisque heredibus imperpetuum concessit, concedit et assignat castra et loca subdistincta, scita in comitatibus Provincie et Forchalquerii in dyocesibus infrascriptis, videlicet totam partem quam Hospitale habet in Castro Sancti-Juliani-Montanerii, castrum Montismeiani, castrum Regucie et molendina scita in territorio de Roqueta, in riparia Verdoni, et castrum de Monteforti, in dyocesi Foroiuliensis, et castrum Talardi, in dyocesi Vapincensis et si non sufficeret aliud vel alia castra ubi dictus domnus Arnaldus elegerit in dictis comitatibus, exceptis bayliis de Manuascha, Podiimoyssoni et Aquensis […] » (ADBR, B144, f° 335 v°).

42 ADBR, 56H4394, art. II § 6.

43 À Manosque, dans le palais hospitalier détruit en 1793 mais connu par des plans dressés à la même époque, la chapelle était située au premier étage de l’aile sud, à l’aplomb de la porte d’entrée (Reynaud 1981 : 142-144). À Comps, l’église paroissiale domine le bourg, au sud du château auquel elle était associée (Thirion 1980 : 50‑51).

44 ADBR, B144, f° 343 ; 56H4394, art. II, § 6. Le détail de ces enquêtes et transactions orchestrées par le cardinal Bertrand de Sainte-Marie in Aquiro a été analysé par R. Fixot (1995 : 49-51). Ce prélat avait, le 21 mai 1324, ordonné un nouveau rééquilibrage par lequel fut, d’une part, rendu à l’Hôpital, le castrum de Montfort, et de l’autre cédé à Arnaud de Trian celui de Neffes (Hautes-Alpes), auquel s’ajoutèrent, le 30 juillet 1324, les possessions de l’Ordre à Rousset (Alpes-de-Haute-Provence). Les renseignements portés dans les généalogies provençales parmi lesquels, en tout premier lieu, celle de l’abbé Robert de Briançon, se sont révélés fautifs et, dans aucun texte d’archives Arnaud de Trian n’apparaît en tant que seigneur de Gréoux. De son passage sur la seigneurie on ne connaît, pour l’heure, que les conditions dans lesquelles il l’a acquise (cf. supra), dont l’acte d’achat de la seigneurie par Jérôme d’Audiffret, en 1702, a gardé un enregistrement. Figure en effet, à la fin de ce contrat, un inventaire sommaire des titres de Gréoux parmi lesquels : « l’enregistrement des Lettres patentes de l’achapt fait par Arnaud de Trians, vicomte de Talart et seigneur de Gréoux » (ADAHP, 2E2527, f° 243 v°). À cette mention tardive et de seconde main, s’ajoute le relevé des armoiries de la famille de Trian –« escartellee d’un lion d’azur rampant en champ d’argent à la bordure de pièces de gueulles, et d’un champ de gueulles a une faisce cotissee d’or, ou bien deux petites cotisses »– (fig. 148), effectué au xviie s. par N. de Peiresc d’après l’original en place sur la porte de l’église paroissiale de Gréoux (BM Carpentras, ms. 1771, f° 196).

45 Jacques Duèze était lieutenant du chancelier en 1298 (Albanès 1920 : c.274, no 811). En 1300, il a été nommé à l’évêché de Fréjus (Gams 1873-1886 : 551), puis à ceux d’Avignon, en 1312, et de Porto, en 1313. Il a été élu Pape à Lyon le 7 août 1316 et a été couronné le 5 septembre (Albanès 1920 : 287, no 84).

46 Plusieurs actes des archives départementales des Bouches-du-Rhône font suivre la titulature d’Arnaud de Trian du qualificatif « pontificis nepos » (B476, en 1329 ; B964, f° 1 en 1331, entre autres).

47 On perçoit particulièrement bien ces accointances dans la confirmation que donna Charles, duc de Calabre et fils du comte de Provence, Robert d’Anjou, le 12 mai 1323, de l’échange passé entre Arnaud de Trian et l’Hôpital en 1322 (BM Carpentras, ms. 1858, f° 529). Ce prince rappelle alors la concession que fit son père à Arnaud de Trian, avant août 1320, de plusieurs terres avec leurs droits, situées au royaume de Naples (le comté d’Alife, la cité de Boyano, le fief de Tubarole des possessions d’Aversa et des biens féodaux situés à Caleno), dont les revenus annuels se devaient monter à 430 onces d’or. Afin de compenser un déficit de 225 onces d’or, le comte de Provence avait, le 25 août 1320, ajouté à sa première donation « contemplatione potissimo dicti domini Summi pontificis », plusieurs autres biens (le castrum de Cellis, le fief d’Oliveti et celui de Labelle) également situés en terre italienne (cf. infra : note 31). À ce sujet voir également Guillemain 1962 : 166.

48 Reg. Vatic., 112, ep. 952 ; Reg. Aven., XXXIII, f° 503, cahier d’Introitus et exitus (Albe 1902 : 1re partie, 76).

49 R. Bailly signale que le contrat de mariage est conservé aux archives départementales du Lot, registre F512 (Bailly 1978 : 26). L’abbé E. Albe a donné une transcription de l’acte de participation de la Chambre apostolique aux frais de ce nouveau mariage, Reg. Aven., XXXIII, f° 199 : « Die XXIV mart. 1329 pro rebus emptis et expensis, diebus 18 et 19 febr. ultra pontem Avenion., in hospitio dni. Arnaldi, de mandato dni. nri. pro nobili dna. Constantia de Narbona, quae de partibus suis venerat contrahere matrimonium cum magnifico viro dno. Arnaldo de Trian, marescallo romanae curiae, nepote dni. nri. ppe. Solute fuerunt 433 lib. et 23 sol. vienn. » (Albe 1902 : 76, note 6).

50 Renseignement également donné par l’abbé Albe (1902 : 1re partie, 74-75), Robert de Briançon (1693 : t. III, 74) et dans ADBR, B964, f° 1 (8 février 1331). B. Guillemain indique qu’Arnaud de Trian occupa cette charge probablement entre 1316 et 1334 (1962 : 438, n. 460).

51 Nous renvoyons à l’étude de C. Faure sur l’administration et l’histoire du Comtat-Venaissin, du xiiie au xve s. (Faure 1909 : 50-68).

52 « Arnaudus de Trian, vicecomes de Talardo, MCCCL, praefectus classis Joannae Reginae, adversus Hungariae Regem » (BM, Carpentras ms. 1853, f° 20).

53 Reg. Vat. 114, ep. 1852. Référence donnée par l’abbé Albe (1902 : 76, note 2 ; 280).

54 ADBR, B964, f° 1. Également désigné ainsi le 23 avril 1331 (Chevalier 1921 : t. V, n° 25233) et le 4 décembre 1332 (ADBR, 56H1807, f° 20).

55 Reg. Vat. 112, ep. 952. Référence donnée par l’abbé Albe (1902 : 76, note 4).

56 Dans un recueil manuscrit de la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, intitulé Ordre du Temple, registre des rouleaux, terminé le 30 août 1686, sont données des copies et analyses d’actes concernant les templiers et les hospitaliers, dont les originaux étaient conservés à Saint-Jean de Malte, à Aix. L’analyse suivante y est faite : « Don faict par le Roy Robert a Arnaud de Trian, nepveu du pape, tant pour luy que pour ses enfents, de la ville dAlisie quil erige en comté de la cité de Royani, du casal de Tuberole des appartenances dAverse, du fief de la cite de Caleni et le fief de Marie dAquin, situés dans les terres du Labour et comte de Molisii, du 15 aoult 1320 » (BM. Aix, ms.1613-1478, p. 149). Selon U. Chevalier en revanche, Arnaud de Trian était déjà comte d’Alife en 1313 (1960 : c.4557), tandis que pour l’abbé R. de Briançon (1693 : t. III, 74-80) et Pithon-Curt (1970 : t. IV, 104), la donation comtale date du 20 novembre 1317. On trouve des éléments de réponse à cette question dans la confirmation de la validité de l’échange passé, en décembre 1322, entre Arnaud de Trian et l’Hôpital, qu’a donnée la cour comtale par la voix du duc de Calabre, le 12 mai 1323. Dans cet acte connu par une copie, Charles, duc de Calabre, rappelle que c’est son père, Robert d’Anjou, qui, par privilège, avait concédé à Arnaud de Trian, le comté d’Alife avec d’autres biens situés au royaume de Naples : « […] vir nobilis domnus Arnaldus de Triano, domni pape nepos, pridem cornes Alifie, Rector Comitatus Venesini ac romane curie marescallus, consiliarius et familiaris paternus et noster habebat, tenebat et possidebat, in regno Sicilie citra farum, ex concessione incliti Principis prefati domni patris nostri, civitatem Alifie sub honore ac titulo comitatus, pro valore annuo unciarum auri centum quinquaginta ; civitatem Boyani, pro annuo valore unciarum auri ducentarum ; casale Tubarole de pertinentiis Averse, pro annuo valore unciarum quadraginta, nec non certa bonea feudalia sita ip Caleno qui fuerunt dne. Cantelme de Cantelmis de feudo dne. Marie de Aquino, pro annuo. valore unciarum auri quadraginta et sub debito ac consueto militari servicio ad rationem de singulis viginti unciis pro unius […] ». La valeur escomptée des bénéfices annuels de ces terres (430 onces d’or) n’ayant pas été atteinte, le comte avait assigné peu après (le 25 août 1320) à ce seigneur d’autres possessions italiennes qui étaient revenues à la cour en mainmorte : « Postmodum vero Bonifacio de Brayda qui castrum Cellarum in Aprutina provincia, pro valore annuo unciarum auri centum et sub servicio quinque militum a regia curia immediate, ac in capite tenuit donec vicxit, nec non Margarita, quondam domini Petri de Villaposa relicta, que casale Oliveti pro valore annuo unciarum auri triginta sub servicio unius millitis et dimidii, et casale Labelle pro valore annuo unciarum auri quadraginta et sub duorum militum servicio militari, in Justiciariatu Basilicate, tenebat dum viveret, nullis suprestitibus ex eis legitimis filiis sicut Domino placuit vita functis et propter eorum obitum, Castro et casalibus ipsis ad manus regie curie per ex cadutis rationabiliter devolutis, marescallo predicto seu suo procuratori pro eo de mandato dicti domini patris nostri facto nobis preterea predictum castrum..., nec non prefatum casale Oliveti […], et medietatem memorati casalis Labelle […], in extenuationem prefatarum unciarum ducentarum viginti quinque, mandavimus et fecimus assignari [...] » (BM Carpentras, ms. 1858, f° 529).

57 ADBR, B964, f° 1.

58 ADBR, 56H1807, f° 20, 26 ; Chevalier 1921 : t. V, no 25754.

59 BM Carpentras, ms. 1853, f° 20.

60 Cette charte (Barthélémy 1882 : 343, charte no 1196) a été confirmée par une pièce du recueil des actes concernant les droits de l’Hôpital à Saint-Jean de Chassagne. À la date du 23 novembre 1345, on peut y lire : « Ludovicus, vicecomes de Talardo, filius et heres solus et insolidum deffuncti Arnaudi de Trian » (ADBR, 56H1807, f°27).

61 Les intrigues qui se fomentèrent à la cour de Naples dès 1325 pour la succession de Charles de Calabre, fils héritier du roi Robert, ont été contenues jusqu’à la mort de ce dernier. Après 1343, les luttes entre les descendants des frères du roi Robert, réclamant leurs droits à la couronne, au centre desquelles se trouvait l’héritière prodigue, Jeanne, ont conduit les Angevins à la perte du royaume de Naples.

62 BM Carpentras, ms. 1771, f° 196. Les armes décrites par N. de Peiresc, très proches d’un relevé qu’il a effectué dans l’une des galeries du château (fig. 146), ne correspondent pas à celles de Jacques Duèze, qu’Arnaud de Trian avait faites siennes et que le même Peiresc dit avoir vues sur la porte de l’église de Gréoux (fig. 150).

63 ADBR, B1477, f° 220 (cf. annexe 1).

64 En 1301, Moustiers était la plus peuplée avec 504 feux de queste, suivie de Valensole avec 462, Saint-Jurs avec 128 et immédiatement après, Gréoux avec 103 feux (Baratier 1961 : 166).

65 ADBR, B1477, f° 220 (cf. annexe 1).

66 ADBR, B7, f° 110 v°.

67 ADBR, 56H4840.

68 ADBR, B1477, f° 220 (cf. annexe 1).

69 ADBR, B1094 f° 6 ; B1477, f° 220.

70 ADBR, B7, f° 110 v°.

71 Cet aspect du paysage apparaît dans l’enquête dressée en 1379, sur Aurafrège dont le terroir était limitrophe de celui de Gréoux (ADBR, B7 f° 110 v°).

72 Le sénéchal de Provence, Fouquet d’Agoult, reçut le 18 mars 1363 (n. st. 1364) mandat pour faire exécuter une vente conclue entre Louis de Trian et la cour (ADBR, B5, f° 52). Le premier avait acheté, pour 1000 florins d’or de Florence, la cavalcade plus les autres droits et revenus que la Cour percevait sur sa vicomté, le souverain se réservant le maius dominium, les hommages et serments de fidélité que devaient lui prêter le vicomte de Tallard et ses successeurs.

73 « Ludovicus de Triani, vicecomes Thalardi, locumtenens viri magnifici domini Raymundi de Agouto, militis Comitatuum Provincie et Forqualquerii senescalli » (Saige 1905 : t. I, 440, no CLVIII ; Cortez 1921 : 120).

74 Mabile d’Agoult était, elle aussi, issue d’une illustre lignée puisque fille d’Alix des Baux et de Fouquet d’Agoult, seigneur de Sault et de Reillanne, et sénéchal de Provence (Robert de Briançon 1693 : t. III, 75-76).

75 Selon R. de Briançon (1693 : 74-80) et Pithon-Curt (1970 : 105), c’est Raimond de Trian qui hérita de la vicomté de Tallard et la transmit à sa fille unique, Anne.

76 Pithon-Curt signale encore, en 1492, un Guillaume de Trian-Tallard issu, comme son nom l’indique, de la branche des vicomtes de Tallard (1970 : 105-106).

77 L’une des pièces de la procédure engagée contre Guillaume de Glandevès soupçonné d’avoir établi illégalement un péage sur le bétail de passage à Gréoux et à Rousset, rapporte le souvenir de « domina Brianda de Trians, filia contam bone memorie domini vicecomitis Thalardi, domini dicti castri, uxoreque nobilis Guillelmi de Glandeves, domini de Coreis », en mai 1416 (ADBR, B1181, f° 36 v°).

78 ADBR, B1181, f° 30 et suivants.

79 ADBR, B69, f° 170. Il s’agit d’une copie établie d’après l’original du contrat que les syndics de la communauté de Gréoux ont présenté, le 26 mars 1582, à la cour du Parlement de Provence, afin de l’y faire enregistrer. Les gryséliens étaient alors en procès avec Antoinette de Glandevès qui leur contestait les propriétés acquises en 1419. L’enregistrement de l’acte a été prononcé le 31 mars 1582, après que la dame de Gréoux ait pu le consulter.

80 Le 14 juin 1427, a été conclu entre Isnard, Victor et Raymond de Glandevès, le partage de la vicomté de Tallard sur laquelle ils prétendaient avoir des droits par leur mère (de Briançon 1693 : t. II, 174, t. III, 77 ; Artefeuil 1776-1786 : t. I, 493-495).

81 AC Gréoux, dépôt E94-DD2. Copie de transaction entre le seigneur et la communauté de Gréoux (1455).

82 Le 11 février 1477, un acte de transaction relatif à la succession d’Isnard de Glandevès, seigneur de Cuers (Var) a été passé entre les seigneurs de Gréoux, de Cuers et d’Allemagne. Y participaient : « [...] magnificum et potentem virum, Honoratum de Glandeves, filium et heredem magniffici quondam viri Raymundi de Glandeves, dominum castri de Gredolis […] » (ADBR, B28, f° 122).

83 ADBR, B782, f° 6 v°.

84 AC Gréoux, dépôt E94-II1. Inventaire général, 1er cahier (feuillets 1-44), 1779, f° 30.

85 AC Gréoux, dépôt E94-FF1, liasse 19, article no 44. Copie du dénombrement donné par Hélion de Glandevès en 1537.

86 Le testament de Guiot de Glandevès, reçu 17 janvier 1544, donne le nom de ses parents, Élion de Glandevès et Anne de Pontevès, et celui de son épouse, Catherine de Puget (AC Aix, II19, f° 32).

87 ADBR, B725, art. 1.

88 ADAHP, B1751, f° 795.

89 ADAHP, B1507, f° 2 v°.

90 Dénombrements de la terre de Gréoux par Anne de Pontevès, les 19 et 25 octobre 1541 (ADBR, B788 f° 269 et B790, f° 67) ; dénombrement des places de Gréoux et Rousset par Guiot de Glandevès, le 31 octobre 1541 (ADBR, B790, f° 150).

91 Le testament d’Ardoin de Glandevès, rédigé le 4 juillet 1569 (ADAHP, 2E2410, f° 165), fait mention de son « tres honnore feu s(ieu)r et pere, Gaspard de Glandeves, s(eigneu)r en son vivent dud. Greaulx et Mont Fort ».

92 Le 12 novembre 1565, une sentence civile des lieutenants de la sénéchaussée condamna Guiot de Glandevès, encore coseigneur de Gréoux, à rendre le foin, le vin et les tables de noyer que lui et Marguerite de Pontevès, veuve de Gaspard, avaient pris, en l’année 1562, à « Audoyn de Glandeves, escuier, s(eigneu)r de Mont fort et conseigneur de Greaulx » (ADAHP, B1751, f° 795).

93 « Et en tous mes autres biens, droictz, actions, seigneuries, meubles et immeubles, presentz et advenir ay faict institue, nomme et ordonne et de ma propre bouche nome et appelle mon heretier universel, mon premier filz malle pousthume si vient a naistre apres ma mort durant le tamps de droict, et en cas que nesquissent deux ou plusieurs, faictz heretier universele le premier malle […]. Et en cas que a mondit treppas, je ne heuse aulcungs filz malles et ny nasquisent aulcuns posthumes, je faictz et institue mon heretiere universelle, nomme et appelle de ma propre bouche, assavoyr Anthonin de Glandeves, ma filhe legitime et naturelle de lad. Catherine de Pugete, ma famme [...] » (AC Aix, II19, f° 32).

94 Guiot de Glandevès était encore vivant en novembre 1565 (ADAHP, B1751, f° 795). Le 16 décembre 1568, une autre sentence de la Sénéchaussée condamna Joseph Giraud, « escuyer, s(ieu)r du Broc, Gréoux et Rousset », dont nous savons par ailleurs qu’il était l’époux d’Antoinette de Glandevès (ADAHP, B1754, f° 245).

95 ADAHP, 2E504, f° 63 v°.

96 ADAHP, 2E2459, année 1622, f° 235.

97 ADAHP, 2E2460, année 1623, f° 4 v°.

98 Son contrat de mariage avec Hélène de Rame, fille de Mathieu de Rame, seigneur de Crotte, et de Lucresse de Villeneuve de Trans, a été enregistré le 10 janvier 1610 (ADAHP, B2215, f° 1054) ; le 17 juillet 1612 (B 1927, f° 374 v°) ; le 30 mars 1611, il devint le légataire universel de sa grand-mère (2E2449, f° 85 v°).

99 ADAHP, 2E2454, f° 44.

100 Une note marginale du notaire mentionne son existence (ADAHP, 2E2459, f° 30).

101 ADAHP, 2E2460, f° 48.

102 ADAHP, B1825, f° 265.

103 Le contrat enregistré à Marseille, chez maître Jean-Esprit Jaubert, incluait « la haute, moyenne, basse jurisdiction, mere miste impere, directe universelle sur lesdictes terres et baronie, droict dhomage tant sur icelles que sur le Cartier de Lineou dont la jurisdiction moyene, basse a esté cy devant bailhée au sieur audicteur Menc, la cence annuelle perpectuelle et feoudalle de cinquante charges de bled anonne, merchant et receptable, que la commu(nau)te de Greoulx luy fait annuellemant moytie aux festes de Noe et lautre moytie aux festes de Pasques, droicts de lodz, tresains et retention (* et mesmes des allienna(ti)ons faictes despuis trente ans), leydes, passages, pulverages, amandes, confiscations, desherance, droict de chasse, pesche, pasturages, glandages et generallemant tous autres droicts et debvoirs seigneuriaux et facultés quelconques tant honnorifiques que proffitables, en quoy quils puissent concister, appartenances et deppendences. Encores le chasteau seigneurial, mubles, utancilles et vaisselle de cave y estans, pigeoniers, garene, jas, jardins, preds, vignes, ferrages, bois, terres cultes et incultes, la bastide appellée La Pugette avec son affar et tenementz de terres, preds et jardin, et generallemant tout ce que ledict sieur vendeur tient et possedde et luy appartient ausdictes terres, baronie de Greoulx et Aures fredes, et tout ainsin que ledict sieur baron et ses auteurs en ont jouy sans aucune reserve, tacitte ou expresse, comme dut est tous lesdicts biens nobles et franez de tailhes, estans lesdictes terres, place et baronie mouvantes en fief, foy et homage inmediatemant de Roy nostre souverain seigneur » (ADBR, 356E113, f° 123). Esprit de Clapiers prit investiture de ces terres le 26 juin 1643 (ADBR, B1007, f° 38).

104 Les preuves de noblesse données aux enquêteurs du roi par Esprit de Clapiers en février 1665 (ADBR, B1357, f° 2102) ont été reprises sur son épitaphe. Celle-ci avait été déposée dans l’église paroissiale, dans la chapelle funéraire des seigneurs, affichant ainsi aux regards des gryséliens l’ancienneté de la lignée des Clapiers (Bertrand 1973).

105 ADAHP, B1649, f° 262.

106 ADAHP, B1841, f° 383.

107 Contrat de mariage entre Alexandre de Clapiers et Véronique de Grasse, reçu par maître Joseph Darbès, notaire à Aix (ADA, 306E837, f° 1112).

108 ADAHP, 2E2518 (11 mars 1673).

109 ADAHP, 2E2513, f° 165 v°.

110 ADAHP, 2E2527, f° 243 v°.

111 ADBR, B118, f° 20 v°.

112 ADAHP, 2E2517, f° 205. Dans cet acte de vente, il était représenté par son frère, Honoré d’Audifret, « chevalier de lordre de St. Laxare, Notre-Dame de mont Calmel, conte de Greoux et autres places », son procureur.

113 « Messire Honore dAudifret, chevalier, seigneur, marquis de ce lieu, heritier avec invantaire de messire Jerome dAudiffret, vivant marquis de ced. lieu, son frere » (ADAHP, 2E2532, f° 347 v°).

114 ADAHP, 2E2536, f° 95 v°.

115 Le 29 mars 1732, Honoré, toujours vivant, fut représenté par son épouse, Thérèse de Varage, lors de la rédaction du contrat d’arrentement fait à un certain Nicolas Brémond, du bac de Gréoux, avec un bâtiment et le jardin qui en dépendaient (ADAHP, 2E2536, f° 209 v°).

116 Le 1er novembre 1733, le « sr. Antoine Arnoux, bourgeois ayant pouvoir et charge de madame Therese de Varage, marquise de ced. lieu, icelle en qualitté de mere et procuratrisse de messire Jean Baptiste d’Audiffred, son filz, seigneur marquis dud. Greoux, donne quittance à J.-B. et P. Maurras » (ADAHP, 2E2536, f° 301 v°). On voit, durant la première moitié de la décennie 1730, Thérèse de Varage gérer la seigneurie pour le compte de son fils (divers arrentements et autres contrats, fos 305 v°, 306 v°, 312 v°, 313 v°, 316). Jean-Baptiste d’Audiffret apparaît personnellement dans les affaires seigneuriales le 24 février 1734 (f° 327 v°).

117 ADAHP, 2E2543, f° 68 (le 18 juillet 1740) ; 2E2545, f° 436 (le 3 octobre 1757).

118 Archives de M. et Mme Atger, domaine d’Aurabelle (Alpes-de-Haute-Provence) : inventaire après décès de Jean-Baptiste d’Audiffret, dressé le 21 octobre 1782 par ses deux gendres, les marquis d’Albertas et d’Artignosc.

119 Le contrat de mariage entre Constance d’Audiffret et le seigneur d’Artignosc précise qu’« il fut convenu que led. seigneur marquis de Greoux institueroit, ainsy quil institue contractuellement et irrevocablement, lad. d(emoise) lle d’Audiffret de Greoux, future epouse, sa fille herittiere de la moitié de touts les biens, droits et raisons quelconques, meubles et immeubles, presents et avenirs, qu’il delaissera au temps de son deccès, en se conformant a raison de cette institution contractuelle, au contenu au contrat de mariage de dame Thereze Henriette d’Audiffret de Greoux, sa fille ainée, avec monsieur le marquis d’Albertas, receu par Me. Hazard, no(tai)re a Marseille, le cinquieme juin mille sept cent soixante et onze […] ». Ainsi, si l’une des deux sœurs décédait sans enfant, sa part devait revenir, par substitution à l’autre, et le texte précise qu’il sera permis a l’une et a l’autre des filles dud. seigneur marquis de Greoux de disposer, en faveur de leurs maris de la jouissance viagère des biens substitués et en se conformant aux pactes et conventions inserées dans le susd. contrat de mariage de madame d’Albertas, qui ont eu pour objet la non division de la terre dud. seigneur marquis de Greoux, comme encore fut convenu, et les parties conviennent que jusques au deccès dud. seigneur marquis de Greoux, icelluy seigneur marquis de Greoux jouira de touts les droits paternels, maternels et autres de la d(emoise) lle future épouse [...] » (ADAHP, 2E2558, f° 97).

120 ADAHP, 2E2558, f° 114 v° (24 octobre 1782).

121 ADAHP, 2E2549, f° 191 v° (27 avril 1783).

122 « Réponse des maire, consuls et communauté du lieu de Greoux [...] a l’avertissement de Messire Antoine de Clapiers de Grasse […] (déb. xviiie s.). Toine de Glandevés, Dame terrible & hautaine... ; Toine de Glandeves, Dame qui sera longtemps de terrible memoire dans le lieu de Greoux ; elle étoit si imperieuse qu’il paroit que le Parlement par un Arrest du [s.d.] communiqué par le Sieur de Cabris lui même, luy fit deffense à peine de mille écus d’insulter & de traiter rudement ses habitans lorsqu’ils lui venoient preter homage : caractere bien éloigné de cette pretenduë mansuetude que le Sieur adversaire lui attribue […] » (AC Gréoux, dépôt E94, série FF). Antoinette de Glandevès a donc marqué la mémoire des gryséliens qui en donnaient ce portrait au début du xviiie s. La communauté et le seigneur ont alors hérité des litiges de leurs prédécesseurs, aussi ces traits de caractère, évoqués dans un contredit présenté par les habitants à Antoine de Clapiers, ont-ils pu être forcés.

123 L’épisode a été rapporté, en 1803, par plusieurs particuliers de l’entourage domestique des seigneurs, qui avaient fréquenté le château à l’époque où les héritiers de Jean-Baptiste d’Audiffret procédèrent au déménagement et aux enchères de son mobilier (printemps 1785), ainsi que par des habitants de Gréoux (ADAHP, 2E2562, actes nos 64, 66, 68 et 72, les 8-10 novembre 1803). Lorsque, le 2 janvier 1793, Arnoux Guibert, alors administrateur du Directoire du district de Digne, visita le château afin d’y dresser l’inventaire des biens des émigrées Audiffret-Albertas, il fit porter au procès-verbal qu’il n’y avait plus aucun meuble. Selon un domestique, les derniers effets avaient été déménagés la semaine précédente, sur ordre du seigneur, et été transportés à Marseille. L’enquêteur fit alors poser des scellés « pour la conservation des portes et fenêtres, placard et autres effets cloués et affichés qui se trouvent encore dans laditte maison » (1Q96, art.20).

124 « […] loco dicto in Junquerio dicti castri, juxta flumen Verdonis et juxta iter et confinem seu partidam territorii de Vinono quod vulgariter vocabatur Junquerium deffensum bonum [...] », (ADBR, B69, f° 170 28 novembre 1419).

125 ADBR, B376, art. 12.

126 Le 6 décembre 1304, Hugues des Baux apparaît comme coseigneur d’Aurafrège (Barthélémy 1882 : 544).

127 ADBR, B7, f° 110 v°.

128 AC Gréoux, dépôt E94-DD2 (copie).

129 Plusieurs actes des archives municipales de Gréoux, datés de 1646, mentionnent ce glissement de toponyme par l’expression récurrente « terroir d’Aureyfredes à présent dit d’Aurabelle » (AC Gréoux, dépôt E94-II1. Inventaire général, 1er cahier, feuillets 1-44 [1779] f° 39). Dans les titres des seigneurs, dont les actes notariés donnent de nombreux exemples, la première apparition du toponyme Aurabelle date de 1642 (ADAHP, 2E2489, f° 29 v°), auparavant le seigneur était toujours dit baron de Gréoux et Aurafrède. Le 5 avril 1702, dans l’enregistrement du contrat de vente de la seigneurie en faveur de Jérôme d’Audiffret, figuraient encore les deux noms « Aurebelle ou Auresfrède », mais, après cette date, seul le premier toponyme subsista.

130 Ce déplacement du toponyme semble assez récent puisque le lieu-dit Aurafrède, près de Gréoux, ne figure pas sur la carte de Cassini (fig. 3).

131 Ce domaine domine la Durance, au nord-ouest de Gréoux, en limite du plateau de Valensole (fig. 1, 3).

132 ADBR, B317 (Baratier 1969a : 191, note 5).

133 ADBR, B725, art. 1.

134 ADAHP, 2E2460, f° 50.

135 ADBR, B98, f° 83 v° : Lettres patentes du roi datées de septembre 1739, portant confirmation de cette inféodation, avec insertion d’une copie du contrat, suivies de l’enregistrement dans les archives de la cour des comptes, le 1er février 1640.

136 ADBR, 356E113, f° 123.

137 ADAHP, 2E2471, f° 286 v°. Des lettres patentes royales donnaient au seigneur de Rousset, Louis d’Arnaud, un droit de lods et de rétention sur la baronnie de Gréoux, lors de la première vente ou aliénation qui s’en ferait. Esprit de Clapiers, alors sur le point d’acquérir la seigneurie, demanda l’annulation de ces lettres et, afin d’éviter un procès entre les deux parties, une première convention conclut, le 4 janvier 1641, que ces droits de rétention et de mutation ne pourraient dorénavant s’exercer que sur le quartier de Vallongue. Celui-ci devait être séparé de la baronnie de Gréoux lors de son acquisition par Esprit de Clapiers qui était tenu de vendre au seigneur de Rousset, toutes les justices et droits seigneuriaux qu’il y possédait, pour la somme de 3000 livres. En contrepartie, Louis d’Arnaud devait vendre, pour le même prix, à Esprit de Clapiers, les droits qu’il pouvait revendiquer sur la baronnie de Gréoux en vertu des lettres patentes. La seigneurie de Gréoux acquise, Esprit de Clapiers demanda la rescision de la convention du 4 janvier. Le 11 mai 1641, les deux seigneurs acceptèrent finalement de revenir aux termes de cet accord. Pour prévenir toute autre contestation, on fit planter douze bornes limitrophes entre le quartier de Vallongue et la terre de Gréoux ainsi que cinq piliers maçonnés, chargés des armes du nouveau baron de Gréoux, au sud, et de celles du seigneur de Rousset, à l’opposé. L’une de ces bornes est sans doute encore signalée sur le premier relevé cadastral du secteur (Commune de Gréoux, section A1 de Rousset, en 1825) qui pointe en limite sud-ouest du quartier de Vallongue une « pierre plantée ».

138 « Et si homines ibi habitarent, sunt subditi et fideles dicte domine regine et sibi tenentur facere homagium ligium et prestare sacramentum fidelitis quicumque fuerunt requisiti. Verum est tamen quod dictum castrum est inhabitatum et fuit a magno tempore citra et non moratur aliquis in ipso loco, nisi idem Bertrandus qui ibi habet bastidam » (ADBR, B7, f° 110 v°).

139 « Item dixit [Bertrandus Garota de Aurafrigida] quod ipsum castrum est inhabitatum et non habet fortelicium nec clausuram, et tempore guerre si ibi gentes habitarent, oportent eos reducere ad loca fortia et ipse deponens qui ibi solus moratur reducit se ad castrum de Gredolis » (ADBR, B7, f° 110 v°).

140 Cette copie de requête, issue des archives municipales de Gréoux (dépôt E94-FF1, liasse 18, no 9), donne un état chronologique des possessions, droits et revenus détenus par les seigneurs et de la cession de certains d’entre eux à la communauté, avec les procédures qui en découlèrent. La donation des Jonquiers faite aux habitants de Gréoux par les comtes de Provence, suit l’entrée de la seigneurie dans le domaine des Glandevès, en 1379. Le 28 novembre 1419, Isnard de Glandevès a adjoint au don comtal l’une des « isles » du Verdon. Cet acte connu par l’enregistrement qui en a été fait à la cour des comptes, précise, sans autre détail, que la communauté du lieu détient déjà, et depuis longtemps, la terre des Jonquiers (ADBR, B69, f° 170).

141 Le seul écho d’une situation politique conflictuelle est le témoignage, en 1379, de Bertrand Garota d’Aurafrège qui, interrogé par les commissaires du comte de Provence, déclare qu’en temps de guerre, il trouve refuge derrière les murs de Gréoux (ADBR, B7, f° 110 v°).

142 Les protestants purent trouver quelques avantages stratégiques à contrôler la basse vallée du Verdon et un terroir limitrophe de la Basse-Provence.

143 Ceux-ci figurent dans l’hommage prêté par Guyot de Glandevès au roi, en 1538 (ADBR, B725, art. 1), dans les dénombrements et reconnaissances de 1541 (ADBR, B788 f°269 ; B790, f° 67 et f° 150), de 1667 (B917, f° 324 v°) et de 1685 (B800, f° XLII), ainsi que dans l’achat de 1641 (356E113, f° 123) et dans l’investiture de 1643 (B 1007, f° 38).

144 ADBR, B1181,f° 30.

145 ADBR, B416 (le 16 mars 1301, n.st. 1302).

146 AC Gréoux, dépôt E94-FF1 et FF2.

147 La communauté obtient l’enregistrement par la cour du Parlement, de cette donation seigneuriale, le 31 mars 1582 (ADBR, B69, f° 170).

148 Arrêt royal du 15 décembre 1556 soumettant tous les biens acquis par les seigneurs après cette date, aux contributions communes, et en exemptant les acquisitions antérieures.

149 ADAHP, 1Q66art.327.

150 ADAHP, 1Q100, canton de Valensole, f° 28 v°.

151 ADAHP, 1Q19.

152 ADAHP, 1Q66 art. 327 (cf. annexe 19).

153 ADAHP, 1Q128 et 1Q57 no 985.

154 AC Gréoux, série I, Police générale, délits de 1792 à 1850.

155 ADAHP, 3U1/4.

156 Le mur occidental du porche présente des traces importantes de rubéfaction, peut-être liées à ces événements.

157 ADAHP, 3U1/4 (audience du 21 nivose an ix).

158 Consultation de jurisconsultes donnant raison à M. Gravier dans son procès avec M. Guibert, au sujet des terrains où sont situées les sources, le 22 mai 1832 (BM Avignon, 4° 3838, n° 28).

159 ADAHP, 3P230, f° 288.

160 ADAHP, 3P230, f° 288. Les propriétés d’Arnoux Guibert tombèrent sans doute en déshérence à sa mort, car il est fort improbable que, déjà adulte en 1794, il ait été encore vivant en 1881.

161 ADAHP, 3P232, f° 285.

162 ADAHP, 3P230, f° 51.

163 ADAHP, 3P231, f° 1269.

164 Délibération du conseil municipal du 21 décembre 1977.

165 Nous renvoyons le lecteur aux opuscules sur les eaux thermales de Gréoux dans lesquels les auteurs n’omettent jamais de citer le château, ainsi qu’aux diverses monographies du site.

Table des illustrations

Légende FIG. 148 – Possessions d’Arnaud de Trian au Royaume de Naples. 1 Triggiano ; 2 fief de Labelle ; 3 fief d’OIiveti ; 4 Caleno ; 5 Monticelli ; 6 Aversa (fief de Turbarole) ; 7 Comté d’Alise ; 8 Boyano ; 9 castrum de Cellis ; 10 Torre‑Maggiore ; 11 San-Severo ; 12 Rotario ; 13 Sant-Andrea-in-Stagni ; ? bien non localisé ; TERRE DE BARI : anciennes provinces (d’après Léonard 1954 : carte).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 149 – Possessions d’Arnaud de Trian dans le sud-ouest de la France et en Provence. 1 Pelleautier ; 2 Fouillouse ; 3 Lardier ; 4 La Saulce ; 5 Tallard ; 6 Beaumont ; 7 Gréoux ; 8 Saint-Julien-le-Montagnier ; 9 moulins de La Roguette ; 10 Montmeyan ; 11 Régusse ; 12 Montfort ; 13 Castelnau‑de‑Montmiral ; 14 Crayssac (bien paternel).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46350/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 150 – Armes de la maison de Trian.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46350/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 151 – Pourcentages des prix-faits passés sur le château par seigneur.
Crédits Dessin S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46350/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search