Version classiqueVersion mobile

Le château de Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence)

 | 
Sandrine Claude

Chapitre 3. Le château : analyse générale et contexte architectural

Résumé

Cinq grandes phases ont jalonné l’histoire architecturale du château, entre le xiie s. et l’époque contemporaine. Le souvenir de la première est gardé par l’église de l’aile sud et par les témoins archéologiques d’une occupation résidentielle durant le xiiie s. ; les phases suivantes ont été marquées par la reconstruction du château au xive s., par l’aménagement de la cour au xve s. et, à partir du xvie s., par les renforcements militaires et les aménagements intérieurs. Enfin, après la Révolution, le château a été laissé à l’abandon et a souffert de nombreuses déprédations.

Seule une identification globale des fonctions des différentes parties du château peut être proposée. Elle met particulièrement en lumière la charge symbolique très forte des galeries, du grand escalier et de la tour nord‑ouest.

Issu de la diffusion des innovations de l’architecture gothique dans les régions méridionales au xiiie s., le château seigneurial de Gréoux reste atypique, en Provence, par la régularité et surtout par l’ampleur de son programme. Sa filiation architecturale avec les grandes résidences urbaines est très marquée.

Texte intégral

3.1 Chronologie

1La description des vestiges s’est attachée à établir, corps de bâtiment après corps de bâtiment, l’évolution des dispositions architecturales du château. Il convient à présent de récapituler ces données pour aborder l’analyse des fonctions respectives des différentes parties de l’ensemble monumental et tenter ensuite une approche comparative.

2Le croisement des données de fouille, de l’étude architecturale et du travail en archives a permis d’établir cinq grandes phases dans l’histoire architecturale du site. Son occupation, mieux connue à partir du xiie s. –quelques vestiges attestent un état antérieur à cette époque, mais, par trop lacunaires, ils résistent à toute interprétation– traverse près de huit siècles, jusqu’à l’Époque comtemporaine (fig. 39‑41).

3.1.1 Premier état : une occupation antérieure au château

3Une première occupation de la plate‑forme sommitale a préexisté à la construction du château qui a intégré à son architecture l’un des bâtiments, un grand volume orienté est‑ouest, de 8 m de large, conservé sur une longueur de 20,80 m portée à environ 24 m hors‑œuvre par une abside orientée (fig. 120b, c). Il dominait de sa hauteur, supérieure à 8 m, toute la pente sud du mamelon vers laquelle il s’ouvrait par la porte monumentale, PR.70. Au sud de la plate‑forme rocheuse, cet édifice a été implanté sur un terrain présentant une forte déclivité, donc en net contrebas des aménagements qui se sont développés dans la partie nord, attestés par la porte PR.69 et les données de fouille. Les sondages de 1990 ont, en effet, mis au jour plusieurs témoins d’occupations antérieures à la construction du château, dont l’identification reste souvent obscure. La plus ancienne structure trouvée (ST.06) est un ensemble de pierres quadrangulaires logées dans une entaille du substrat et scellées par un mortier rose, très dur, à inclusion de cailloux et de nodules de chaux. Elle a pu être observée sur une petite superficie d’environ 0,50 m2, en limite du sondage III, côté cour, et semble se prolonger vers le sud. Le rare matériel qui en est issu provient d’une couche de terre sableuse orangée (C.21) qui liait en surface les pierres. Il se compose en tout et pour tout de quatre tessons de céramique commune grise à paroi fine, dont un fond légèrement bombé duquel déborde la panse (Estienne, Molina 1990 : sondage III, 17‑18). Ce matériel, le plus ancien trouvé au château, donne un terminus a quo des xexie s. Cet aménagement a été coupé par un mur à double parement avec fourrure (ST.05) qui, s’il ne s’aligne sur aucune structure du château, a toutefois été rapproché des constructions du xiie s. par la similitude de sa mise en œuvre. Une autre structure non datée (ST.07) a doublé ultérieurement la structure (ST.05) à l’ouest. L’hypothèse d’une courtine pour cet ensemble de plus d’1,50 m de large, détruit par l’édification, au xive s., du mur est du corps de bâtiment occidental, a été avancée par les fouilleurs (fig. 74). Sa construction se situe dans la fourchette chronologique xiiexive s. (Estienne, Molina 1990 : sondage III, 13‑15). Par ailleurs, une fosse circulaire a été mise au jour dans l’espace X (Estienne, Molina 1990 : sondage IV, 20‑24) ; n’ayant pu être vidée, elle n’a révélé ni sa fonction –peut‑être un silo– ni sa datation. Seule est assurée l’antériorité de ce creusement par rapport à la construction du mur sud de la tour sarrasine qui l’a entaillé. Enfin, un abondant matériel céramique de la fin du xiiie s. a été extrait des remblais de fondation du mur occidental du porche, mêlé à une terre cendreuse pouvant provenir de la destruction d’une fosse dépotoir voisine. Ce matériel comprend de la vaisselle de table, de la céramique fine (sgraffito archaïque) et des fragments de verre à pied, ainsi que de la céramique commune en plus grande quantité (Estienne, Molina 1990 : 33‑38). Bien maigres et, parfois, difficilement datables et interprétables, les données de la fouille apportent pourtant la preuve d’une occupation ancienne de la plate‑forme rocheuse et témoignent, au moins pour le xiiie s., de sa nature résidentielle, par des traces de foyers, peut‑être un silo, de la vaisselle culinaire et surtout de la riche vaisselle de table.

  • 1 Les exemples régionaux d’églises charpentées sont rarissimes au xiie s. Il en existe toutefois quel (...)

4Rattaché à ce complexe dont l’archéologie et surtout la topographie générale du site indiquent la nature castrale, l’édifice à abside soulève des problèmes irréductibles. Son plan orienté, la mise en œuvre soignée de son appareil assisé de moellons avec un traitement privilégié en pierre de taille pour toute l’armature du volume, ainsi que la présence de signatures de lapicides sont caractéristiques de l’architecture religieuse du second âge roman provençal. Toutefois, l’absence de voûtement et d’arcatures latérales aveugles pour le porter, auxquels on s’attendrait au xiie s. dans un tel édifice, reste énigmatique. Faut‑il envisager ici la possibilité d’une voûte charpentée, la construction différée d’une voûte appareillée, pour des raisons économiques ou autres, ou encore le cas d’exception d’un édifice non voûté1 ? Il est impossible de trancher, mais quoi qu’il en soit, les dispositions architecturales du bâtiment grysélien ne permettent d’identification autre que celle d’un édifice religieux. Plus étonnante encore apparaît l’annexion de cette église par le complexe castral laïc du xive s. Un tel processus a été identifié par M.‑P. Estienne au château de Cornillon (Drôme), où la chapelle castrale, attestée dès 1182, a été intégrée à l’édifice seigneurial au xiiie s. Elle y garda toutefois sa vocation cultuelle (Estienne et al. 1997 : 55).

5Ses dimensions imposantes ainsi que la double relation de domination avec un probable habitat, au sud, et de dépendance spatiale à l’égard du complexe castral auquel elle appartenait, pourraient l’ajouter au nombre des églises paroissiales/castrales qu’illustrent également les sites de Ventabren (Bouches‑du‑Rhône) et de Forcalqueiret (Var). Cette disposition associant un lieu de culte dans la dépendance d’une fortification individuelle a été reconnue sur plusieurs sites étudiés par M. Fixot à Saignon (Vaucluse) autour des xiiexiiie s. ou encore à Roquefure (commune d’Apt, Vaucluse) au xiiie s. (Fixot 1973‑1974 : 263‑265, 284). À bien des égards, elle peut être aussi rapprochée de l’ensemble édifié à Comps‑sur‑Artuby (Var) dans la seconde moitié du xiie s. par les Templiers de la commanderie de Ruou‑Lorgues, et qui fut cédé aux Hospitaliers lors de la suppression de l’Ordre. En effet, l’intégration de l’église Sainte‑Philomène au château varois présente de surprenantes similitudes avec ce que l’on peut restituer du cas grysélien, notamment son entrée principale, au sud, ouvrant sur le bourg, complétée par deux autres portes, plus exiguës. L’une, débouchant à 3,50 m du sol de l’église, donne accès au château situé au nord (Thirion 1980 : 50‑51).

6L’absence de sources archivistiques et la faiblesse des données archéologiques laissent planer de grandes zones d’ombre sur cette première occupation reconnue au travers de l’architecture du château actuel.

3.1.2 Deuxième état : la reconstruction du château au xive s.

7Au xive s. –très certainement dans la première moitié de ce siècle–, le château et son enceinte ont été reconstruits. L’édifice du xiie s. a alors été intégré au corps de bâtiment sud de la demeure seigneuriale, ses angles extérieurs renforcés, ses parties orientales (cul‑de‑four) détruites et les autres bâtiments du complexe initial arasés au niveau du sol. Les raisons économiques expliquent, au moins en partie, la conservation de l’édifice primitif qui a pu également être jugé suffisamment important pour qu’une certaine individualité lui soit préservée, en laissant non bâti l’angle sud‑ouest. L’espace offert par la plate‑forme rocheuse a été optimisé par la construction des corps de bâtiments sud et est sur les dénivelés, ce qui a permis de gagner en surface habitable sur la pente du terrain.

8Le plan quadrangulaire adopté pour le nouveau château est d’une régularité exemplaire. L’espace habitable s’organise en quatre corps de bâtiment qui se coupent à angle droit, dégageant une cour centrale rectangulaxire. Trois exceptions dérogent à cette homogénéité : l’angle sud‑est, dont les dispositions semblent avoir été dictées par l’instabilité du terrain ; la moitié occidentale du corps de bâtiment sud, occupée par le volume initial d’orientation légèrement différente et surtout le dégagement de l’angle sud‑ouest. La liaison des maçonneries de moyens moellons, l’unité du plan d’ensemble issu d’une seule volonté, et celle de la mise en œuvre attestent que le château a été construit en une seule grande phase de travaux. Dans cet édifice retranché sur sa cour intérieure, l’accent a été porté sur la tour nord‑ouest. Au sud, la porte primitive PR.70, tournée vers le bourg, a été conservée, tandis qu’une seconde entrée, PR.2, a été ouverte dans la courtine nord.

9La distribution intérieure, à cette époque, là où il a été possible de la restituer, se caractérisait par une succession de très grandes pièces, voûtées ou planchéiées, où les seuls aménagements résidentiels localisés dans la tour nord‑ouest et l’aile occidentale sont deux latrines, Lat.43 et Lat.159, et une cheminée, Che.46. Ces espaces s’organisaient sur deux niveaux dans les corps de bâtiments nord, ouest et est, et sur trois niveaux dans la tour sarrasine, dans le corps de bâtiment sud et au sud du corps de bâtiment oriental. L’organe de communication centrale que constituaient les galeries et l’escalier Esc.173 n’existait pas encore et la circulation devait sans doute être malaisée. On peut toutefois supposer que cet ensemble monumental, juxtaposé aux ailes du château, a succédé à un dispositif du même type construit en matériaux légers.

  • 2 Il s’agit des fenêtres Fen.6 à Fen.8 et Fen.11 au nord, Fen.25 et Fen.26 dans la tour nord‑ouest, F (...)
  • 3 Les fenêtres Fen.47 (Esp. II), Fen.156 à Fen.158 au nord, Fen.31 dans la tour nord‑ouest et Fen.142 (...)

10Au rez‑de‑chaussée, les percements aménagés dans les courtines sont parcimonieux, petits et assez haut placés2. Aux étages, à l’exception des fenêtres Fen.28 (tour nord‑ouest), Fen.98, Fen.99 et peut‑être Fen.82 à Fen.84 (aile sud), les baies ouvrant sur l’extérieur n’ont été que partiellement conservées3. Il est donc difficile d’élaborer des considérations générales à partir de ces éléments, en dehors, peut‑être, du fait que le mur fut plus largement ajouré dans ses parties hautes par des fenêtres dont les embrasures étaient laissées accessibles. La lause et le moellon ont été utilisés pour la construction des simples prises de jour (Fen.37, Fen.40 à Fen.42, Fen.126, Fen.129 et Fen.167) qui, dans l’espace VII, sont agrémentées de molasse taillée. Toutes les autres baies sont en calcaire local ou en safre taillé, matériaux utilisés conjointement ou séparément. Ainsi, dans le corps de bâtiment occidental, seules les portes PR.33, peut‑être PR45 et PR.190 (aile est), sont entièrement en safre ; ailleurs, cette molasse est employée dans l’appareillage de l’embrasure intérieure, tandis que, pour l’encadrement extérieur, le calcaire plus résistant a été préféré. C’est le cas dans le corps de bâtiment nord, des fenêtres Fen.6 à 8, 11, 142, 156 à 158 et de la porte PR.12, de Fen.28 dans l’espace VIII, des portes PR.92 (Esp. XXII) et PR.113 (Esp. XXV). Enfin, quelques ouvertures sont entièrement en calcaire local, à commencer par celles du porche et de la salle de la herse (porte PR.2 et fenêtre Fen.147), les portes PR.24 et PR.27 (corps de bâtiment nord et tour nord‑ouest), PR.38 (corps de bâtiment occidental), les fenêtres Fen.82 à Fen.84 (corps de bâtiment sud) et PR.128 (corps de bâtiment est). Si le profil de leur encadrement diffère (rectangle, arc en plein cintre, arc segmentaire ou arc brisé), les embrasures intérieures, ébrasées ou non, sont systématiquement couvertes d’une voussure ou d’un arc segmentaire (fig. 145).

  • 4 Dans son étude des palais cardinalices situés hors les murs d’Avignon au xive s., H. Aliquot (1983  (...)

11Pour le xive s., le décor consiste en quelques moulures très simples : le quart‑de‑rond, ainsi que le chanfrein et le cavet dont l’emploi assez répandu confirme la datation (fig. 48). À cela s’ajoutent le culot mouluré de l’espace IV et les hypothétiques chapiteaux sculptés des baies géminées. Aussi nous paraît‑il difficile de préciser la chronologie des travaux, sauf par l’absence d’arc en tiers‑point, qui laisse penser à une construction plutôt confinée sur la première moitié du xive s.4. Pour cette époque, l’effet décoratif le plus ostensible est directement lié à la mise en œuvre des matériaux, par le jeu chromatique créé entre le safre de certaines structures, dont la couleur rouge fut toujours relevée par le plâtre liant très blanc, et par les grandes surfaces murales moellonnées en calcaire gris‑beige. Pour certaines portes en pierre de taille, PR.38 et PR.24 notamment, la composition des couleurs joue également sur les teintes tantôt grises, tantôt beiges du calcaire local.

12Le château de Gréoux se présentait alors comme une vaste demeure seigneuriale tournée vers sa cour peut‑être caladée (C19), que les commodités résidentielles semblent avoir peu pénétrée, mais où l’aspect défensif apparaît déjà très secondaire ; celui‑ci se concentrait d’une part autour du corps d’entrée du château où l’on note la présence d’un assommoir, d’une herse, d’un pont‑levis et sans doute d’une bretèche et, d’autre part, sur les parties sommitales de l’édifice avec de probables terrasses fortifiées, couronnement attesté pour la tour nord‑ouest. Les éléments de défense dont s’affranchissait le château devaient être en fait reportés sur l’enceinte castrale.

3.1.3 Troisième état : le xve s.

13La première moitié du xve s. a vu la modernisation des organes de communication au sein du château, par la juxtaposition aux corps de bâtiments existants, sur les quatre côtés de la cour et sur deux niveaux superposés, de galeries planchéiées et charpentées, commandées par le grand escalier de pierre, Esc.173. Au‑delà de l’aspect fonctionnel de cet ensemble, il faut voir dans sa monumentalité, une volonté patente d’unifier et de magnifier l’architecture intérieure du château. Il résulta de ces travaux la création de portes supplémentaires, PR.20, PR.47 et PR.97. À l’extrême fin du Moyen Age encore, un certain nombre de portes et fenêtres du château ont été remises au goût du jour. Les trois portes mentionnées, liées à la construction des galeries sur cour, et deux baies à croisée du gothique tardif, Fen.31 (Esp.VIII) et Fen.109 (Esp.XXIV) nous sont parvenues plus ou moins intactes. À côté de ces éléments, de nombreux remplois dans les chambranles des grandes fenêtres d’étage et fragments lapidaires, des saignées lacunaires dans les parements (Fen.100 et Fen.101) ainsi que quelques autres vestiges tenus (Fen.186 à Fen.188) permettent d’imaginer que ce type de baies fut plus répandu jadis qu’il n’y paraît aujourd’hui.

  • 5 BM. Carpentras, ms.1771, f° 191.

14Dans l’éventail des corps de moulures ornant les galeries, on constate un large emploi du chanfrein et du cavet auxquels s’ajoute le double cavet. La mouluration se complexifie dans les encadrements des baies à croisée et de quelques portes, avec toujours des doubles cavets, ainsi que des jambages en quart‑de‑rond et des colonnettes à base prismatique. Les galeries ont été également le support d’un décor héraldique peint et sculpté. Le premier est connu par des « crayonnages » de N. de Peiresc conservés à la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, sous le titre Extraict des griffonements qui sont encores sur les murailles des galeries du chasteau de Greaux, partie en charbon, partie en couleur (fig. 146)5. Des quatre écus timbrés d’un heaume de profil tourné à dextre, datés par E. Sauze de la première moitié du xve s., un seul, le troisième, présente des indications de couleurs : « un lion passant de gueules sur une faisse d’argent semée d’hermines et une rose d’or en chef ». Nous n’avons pu en reconnaître la famille. Le premier, fascé de six pièces, représente sans doute les armes d’or et de gueules des Glandevès, seigneurs du lieu à partir de 1379 ; le deuxième, parti d’une lance, et le dernier, parti à dextre de trois molettes et à senestre barré de neuf pièces, n’ont pas non plus pu être identifiés. Le tronçon d’un support octogonal en molasse ocre‑jaune, qui provient peut‑être des galeries hautes de la cour, portait un blason à deux pals, sculpté sur l’une de ses faces. Cette pierre a disparu il y a quelques années, sans que les armes aient été attribuées à une lignée (fig. 144d).

3.1.4 Quatrième état : adoption du plan définitif

15Ce n’est qu’à l’Époque moderne que le château a adopté ses dispositions définitives. Au milieu du xvie s., la tour ronde qui cantonne l’angle nord‑est a ajouté au système de défense passive du château médiéval un organe de défense active qu’il faut mettre en parallèle avec la modernisation de l’enceinte castrale et avec l’édification du second rempart urbain (fig. 147). En 1615, la construction de l’ensemble sud‑ouest a comblé l’angle laissé curieusement dégagé jusqu’alors. Du côté du village, le château a été épaulé, entre 1615 et 1625, par un épais talus construit en deux étapes.

FIG. 147 – Typologie des canonnières du château et des enceintes castrale et villageoise.

Dessin S. Claude

16La fin du xvie et le premier quart du xviie s. ont également vu la conversion des anciens espaces militaires en pigeonniers et le réaménagement du corps de bâtiment oriental. Mais, hormis ces ouvrages de construction, les prix‑faits et quittances couvrant la période fin xvie‑début xviiie s. font plutôt état des travaux d’entretien de la demeure seigneuriale (cf. annexes 2 à 19).

17La distribution et l’aménagement des pièces, tels qu’on les perçoit aujourd’hui, n’ont été fixés qu’au tout début du xviiie s. Ainsi, aux étages, s’est substituée aux grandes salles peu nombreuses de la demeure médiévale une enfilade d’appartements, de petits salons, de boudoirs, de cabinets chauffés qui manifestent une recherche évidente de confort, tandis que les espaces de communs ont été relégués aux niveaux inférieurs. Tous les appartements de l’étage noble étaient alors ajourés sur les quatre façades du château par de grandes baies segmentaires closes par des boiseries et ferrées. Les toitures ont été refaites sur plusieurs épaisseurs de génoise. Ces travaux sont caractérisés, d’une manière générale, par des maçonneries de blocage ou bien par des parements appareillés en assises irrégulières et par des percements moins soignés, dont la malfaçon fut dissimulée sous des enduits.

  • 6 ADAHP, 2E2527, fos 271 v° et 359 v° (cf. annexes 15 et 16).
  • 7 Collection privée de M. et Mme Atger, domaine d’Aurabelle (Alpes‑de‑Haute‑Provence).

18Les éléments conservés du décor de l’Époque moderne ne sont guère plus nombreux que ceux des périodes précédentes. Le traitement sommaire des ouvertures n’a jamais permis le développement d’une ornementation moulurée en pierre dans les encadrements. En revanche, en dépit d’une conservation médiocre et de vestiges ténus, des saignées significatives dans certains enduits muraux assurent que les décors de gypserie ont été abondamment utilisés. Quelques fragments demeurent en place et donnent un petit aperçu du vocabulaire ornemental qui se déployait en frises aux angles des murs ainsi qu’autour des portes et des cheminées (fig. 46). En outre, les baies à coussièges ont gardé, dans l’intrados de leur arc segmentaire, un décor étoilé peint en bistre. Il ne subsiste, des éléments sculptés que les quatre corbeaux grossièrement ornés de rosaces jet de faces humaine ou animale, visibles dans l’espace XXIV (fig. 111). La quittance de paiement de corniches de cheminées sculptées, aujourd’hui disparues, ainsi que les mentions de pose de lambris au début du xviiie s. et de papiers peints à la fin de ce siècle laissent imaginer l’étendue des pillages et destructions que l’aménagement intérieur a subis6. Enfin, à côté des décors architecturaux, les pièces du château étaient agrémentées d’un décor mobilier composé de tapisseries, de tableaux, de miroirs... dont rend compte l’inventaire de succession de 17827.

3.1.5 Les périodes pré‑révolutionnaire, révolutionnaire et contemporaine

  • 8 ADAHP, 2E2555, f° 1274.
  • 9 « Déclaration de divers particuliers de Gréoux en faveur de la dame Audiffret‑Albertas (18 brumaire (...)

19À la fin de l’Ancien Régime, l’édifice n’était plus qu’une résidence de villégiature pour son seigneur qui vivait désormais à Marseille et l’avait partiellement arrentée dès septembre 17698. L’inventaire de succession dressé au château en 1782 fait d’ailleurs, ligne après ligne, état de la vétusté du mobilier de cette demeure qui n’était plus habitée que quelques semaines par an. Dans le courant du mois de mai 1785, Boniface d’Albertas vida son château des meubles et effets qui s’y trouvaient, en récupéra une partie et mit le reste aux enchères9 ; il sonna ainsi le glas d’une demeure déjà partiellement délaissée.

  • 10 ADAHP, 3P230, fos 279‑280 et 288.
  • 11 De grandes brèches, aujourd’hui murées, furent pratiquées dans la courtine nord afin de faciliter l (...)

20L’après‑Révolution, jusqu’aux dernières décennies du xixe s., a vu s’opérer la lente destruction de l’édifice qui a servi de carrière aux villageois et de terrain d’investigation aux fouilleurs clandestins. Dès 1840, il était mentionné sur les cadastres comme une ruine et l’apparition, dans les mêmes documents et à la même époque, des Vieux Bains, pourrait confirmer une tradition orale très tenace selon laquelle les matériaux de la demeure seigneuriale auraient servi à l’édification de l’édifice thermal10. Ce n’est, en tout cas, pas son classement précoce au titre des Monuments historiques (liste de 1840) qui a empêché la destruction du château jusqu’à des périodes très récentes. Des photographies antérieures à 1902 montrent des pans entiers de murs du corps de bâtiment oriental effondrés (fig. 135). En 1902, il ne restait déjà plus des aménagements de la cour que l’escalier Esc.173 et quelques piliers (fig. 133). Au début des années 1970, les deux états de cet escalier étaient encore visibles (fig. 139), alors qu’aujourd’hui on a peine à en restituer le premier. L’extrême rareté de la documentation iconographique relative aux galeries de la cour laisse entendre qu’elles ont été les premières à être détruites : à peine un tiers de l’ensemble était encore en élévation en 1872 (fig. 131). La récupération progressive des matériaux et l’abandon de l’édifice ont eu raison des voûtes, des toitures, des planchers et de certaines maçonneries, laissant le château dans un triste état11. Ce n’est qu’à la faveur de restaurations entreprises par les Monuments historiques que le pillage a été interrompu, après que les accès eurent été condamnés, les murs consolidés et que divers travaux d’envergure eurent été entrepris sur l’ensemble des corps de bâtiments.

3.2 Les espaces et leur fonction

3.2.1 Fonctions des pièces

  • 12 Collection de M. et Mme Atger, domaine d’Aurabelle, inventaire du château dressé le 21 octobre 1782
  • 13 ADAHP, 1Q66, art.327, 20 avril 1795 (cf. annexe 19).

21Pour tenter de restituer leur fonction sinon à chacune des pièces du château, tout au moins aux corps de bâtiments, nous disposons de plusieurs textes modernes et contemporains ainsi que des vestiges architecturaux eux‑mêmes. Les premiers sont constitués d’une documentation assez récente : quelques prix‑faits, arrentements et un testament, qui ne contiennent bien souvent que des mentions ponctuelles des diverses salles, auxquels s’ajoutent un inventaire de succession de 1782 assez décevant12 et une estimation de biens nationaux13.

  • 14 Une « ariere chambre que vise deriere levant » est signalée, dans les mêmes quartiers, en septembre (...)
  • 15 « Item legue a madite famme advenant led. tamps de quattorse et de douze ans et en cas que mon here (...)

22L’observation de l’architecture a permis d’établir la séparation entre les espaces utilitaires, les espaces militaires et les salles d’habitation. Les sous‑sols, étages de soubassement et rez‑de‑chaussée des corps de bâtiments est et sud présentent une succession de petites pièces sombres, sans confort, réservées aux communs. À l’étage noble, les appartements seigneuriaux s’agençaient en une succession de chambres et de salons plus ou moins grands, chauffés et bien éclairés par de nombreuses ouvertures. L’une des premières évocations des salles du château est issue du testament que Guiot de Glandevès a fait rédiger le 17 janvier 1544. Dans cet acte, ce seigneur désignait à son épouse, Catherine Puget, les appartements qu’il occupait alors et dans lesquels elle pourrait s’installer lorsqu’elle serait déchargée de la tutelle de son héritier. Il s’agit de deux chambres dont l’une se trouve à proximité du grand escalier, avec une arrière‑chambre14 et un bureau contigus, ainsi que du passage d’entrée du château et d’un petit grenier que l’on peut situer dans les quartiers orientaux ou à l’angle sud‑est du château15. Les textes à la fin du xviiie s., s’ils ne permettent que rarement de mettre un nom ou d’attribuer une fonction précise à chaque pièce du château, rendent compte de la dichotomie existant entre les appartements seigneuriaux et les communs. Ceci est très net dans l’inventaire de succession de Jean‑Baptiste d’Audiffret, dressé en 1782, où l’enfilade des cabinets, des chambres et des salons du marquis laisse place aux offices, cuisine, appartement de repassage et autres communs, et aux « chambres le long du corridor des domestiques ». Avec l’estimation de 1795, ce document mentionne également des espaces de débarras et stockage ainsi que des écuries, en sous‑sol et au rez‑de‑chaussée, et des greniers au rez‑de‑chaussée et sous les combles (cf. annexe 19).

23La fonction militaire, avec l’ensemble sud‑ouest et la tour nord‑est, paraît avoir été limitée dans le temps, entre le milieu du xvie et le début du xviie s. (fig. 147). Après, ces volumes ont été transformés en espaces utilitaires à vocation agricole par la mise en place de pigeonniers, dépendance fréquente des demeures –aristocratiques ou non– dans cette région où l’élevage du pigeon n’était grevé d’aucune taxe.

  • 16 ADAHP, 2E2466, f° 614 (cf. annexe 8).

24La chapelle castrale, manifestement un simple oratoire que ne distinguait aucun détail d’architecture, n’a pu être reconnue dans le complexe médiéval, ni précisément localisée pour la période moderne. Un prix‑fait de 1625 permet de la placer au rez‑de‑chaussée, près d’un des angles nord‑ouest ou sud‑ouest de la cour intérieure16. L’inventaire de 1782 y fait état d’un mobilier restreint : un « autel a tombeau peint en marbre, avec son gradin et un marchepied », un banc de bois à accoudoirs et deux prie‑Dieu. Il n’indique la présence d’aucune fenêtre. Enfin, l’estimation de 1795 la situe dans le corps de bâtiment nord ou dans la tour sarrasine. Il pourrait donc s’agir de l’une des deux espaces IV ou VII. Les dispositions de la seconde –une petite salle voûtée avec un faible éclairage de hauteur– semblent mieux convenir à un oratoire. En outre, le mur oriental de l’espace VII, qui est resté dégagé jusqu’à ce que la porte PR.13 y ait été tardivement ouverte (sans doute à l’époque contemporaine), a pu recevoir l’autel tandis que, dans l’espace IV, la présence d’une porte centrée sur le mur oriental (PR.9), attestée dès le xviie s., aurait obligé à mésorienter cet autel.

  • 17 La première mention de la grande salle du château date de 1455, mais elle est donnée par une copie (...)

25L’une des salles majeures du complexe seigneurial est l’aula qui apparaît bien souvent dans les registres de notaires, à l’Époque moderne, à la faveur des actes qui y ont été signés. En 1615, un texte la localise à l’étage du corps de bâtiment sud, dans l’espace XXIII (cf. annexe 7). Au Moyen Âge, en revanche, aucune mention n’en est faite17 et la rareté des aménagements résidentiels et ornementaux rencontrés dans le château oblige, pour cette époque, à retenir deux hypothèses. Il faut, tout d’abord, prendre en considération la salle XI située à l’étage occidental : pourvue de la seule grande cheminée reconnue pour cette période (Che.46) et attachée à la salle haute de la tour nord‑ouest, elle rappelle les édifices d’Uchaux ou de Vaison en dépit de l’absence de voûtement. Par ailleurs, dans l’aile sud, la salle orientale voûtée sur nervures, à laquelle conduisait le grand escalier de cour, a pu également remplir cet office.

26Ici, toutes les fonctions résidentielle, domestique, religieuse et militaire sont concentrées sur un plan ramassé. La cour et les galeries, à la fois organe de communication et lieu de stockage (avec les espaces XXXVII, XXXVIII et la citerne du château), assuraient la liaison entre ces diverses fonctions.

3.2.2 Les galeries, le grand escalier et la tour sarrasine : des organes de prestige

27À côté de leur aspect purement fonctionnel, qu’il soit résidentiel, défensif ou bien de service, certains espaces du château se distinguent par un rôle symbolique de prestige. C’est le cas de la grande tour nord‑ouest, apparentée par sa forme et ses dimensions au donjon roman, qui empreint la silhouette du château d’une monumentalité certaine. Là, la référence au modèle ancien a été intégrée à un ensemble moderne en tant que symbole d’un pouvoir seigneurial.

  • 18 AC Gréoux, dépôt E94, DD2 (copie de la transaction entre le seigneur et la communauté de Gréoux, 14 (...)

28Ce prestige, la tour sarrasine le partage avec le promenoir et le grand degré de la cour intérieure. Ce n’est en effet pas un hasard si c’est à l’ombre des galeries du château18 que le seigneur de Gréoux, Raymond de Glandevès, a passé avec Raymond de Puget achat de la seigneurie d’Aurafrède, le 17 novembre 1455, et a transigé le jour même avec les notables représentant la communauté de Gréoux sur leurs droits respectifs sur ce lieu. Les décors meubles et immeubles des salons de réception et le déploiement des armoiries sur les murs et supports des galeries participaient également à un effet ostentatoire qu’il nous est aujourd’hui difficile d’appréhender.

3.3 Le contexte architectural

3.3.1 Le plan à cour intérieure : influences et modèles

29Durant les années 1170‑1200 s’est opérée une mutation dans l’art de la fortification en France septentrionale et plus particulièrement dans les constructions dues à Philippe Auguste. À l’étendue et l’irrégularité des fortifications dites romanes s’est substitué un plan ramassé, géométrique, quadrangulaire dans la mesure où le terrain le permettait, doté de courtines régulièrement flanquées et cantonnées de tours, et contre lesquelles sont adossés des corps de bâtiments qui dégagent ainsi une cour intérieure plus ou moins vaste. Autre élément majeur de cette nouvelle fortification « philippienne » (Mesqui 1991 : 41), la tour maîtresse qui, hormis l’exemple du Louvre et quelques autres exceptions, a été reportée à un angle et isolée du reste du château.

30Dans les régions méridionales, c’est dans le courant du xiiie s. que s’est produit la diffusion de ce modèle –très schématiquement évoqué ci‑dessus–, sous l’impulsion de paramètres multiples et complexes, parmi lesquels il faut prendre en compte les croisades albigeoises qui devaient conduire à la prise de contrôle du Languedoc par le roi de France (Héliot 1965 : 250 ; Mesqui 1991 : 68). Les fortifications de Carcassonne élevées soit entre 1209 et 1218, soit après 1226 (Héliot 1966 : 18‑21), et celles d’Aigues‑Mortes, édifiées en 1272‑1275, n’en sont que les exemples les plus connus auxquels il faut adjoindre les châteaux des Corbières, datés de la seconde moitié du xiiie s.

31Ces modèles, les provençaux ont pu aussi les connaître par le biais des constructions de Frédéric II Hohenstaufen, élevées dans les années 1215‑1250 en Italie du Sud, en Toscane et en Sicile (Héliot 1965 : 253 ; Martin 1996a : 179). Le plan octogonal adopté à Castel del Monte, château édifié dans les Pouilles vers 1240, s’apparente aux mêmes recherches qui ont abouti ici à une géométrisation systématique (Enlart 1932 : 2e partie, t. II, 535).

32La présence des papes en Avignon, à partir du début du xive s., a été un autre paramètre majeur de l’introduction et du développement dans le Sud de la France des formes gothiques nouvelles qui ont pu aussi accompagner les échanges économiques avec le Nord ou suivre les couloirs commerciaux en provenance de l’Italie (Baratier 1969b : 178). À cet égard, il faut également considérer des influences occidentales développées grâce aux contacts qu’entretenaient le pape gascon Clément V à qui l’on doit le palais de Villandraut, et le pape cahorcin Jean XXII. J. Gardelles, évoquant la diffusion des formes gothiques dans l’architecture civile, a ainsi établi qu’en Gascogne « après 1303, les châteaux les mieux construits, ceux dans lesquels triomphent le plus complètement les techniques nouvelles, sont plus souvent ceux des riches seigneurs, en particulier ceux du pape Clément V et de son entourage, que ceux du roi‑duc lui‑même » (Gardelles 1972 : 78).

33Cette fortification gothique, qui a vu le jour à la fin du xiie s. en France du Nord et s’est développée dans les milieux royaux, peut‑être catalysée par les exemples orientaux rencontrés durant les croisades, a ainsi pénétré, au cours du xiiie et du début du xive s., les régions méridionales (Enlart 1932 : 2e partie, t. II, 535‑537 ; Mesqui 1993 : 270‑272). C’est dans cette mouvance complexe que se situe le château de Gréoux. De ces influences diverses ses concepteurs ont retenu, dans la première moitié du xive s., la régularité du plan massé en quatre corps de bâtiments se coupant à angle droit, organisés autour d’une cour, et où l’accent était porté sur la tour maîtresse, réminiscence du donjon roman, qui émerge par‑dessus les logis avec lesquels elle fait désormais bloc. Aux xiiie et xive s., ces composantes de l’architecture civile s’associaient dans des ensembles très différents.

34Le type du château à plan quadrangulaire sur cour est ainsi représenté, en Provence, par quelques édifices majeurs, parmi lesquels il faut citer la demeure des archevêques d’Arles à Salon (Bouches‑du‑Rhône) qui a assimilé les recherches septentrionales dans ses reconstructions du milieu du xiiie s. De part et d’autre de l’ancien palais roman, les nouveaux logis du château de l’Empéri, évoqués dans un procès‑verbal d’enquête de 1275 (Formigé 1911 : 227), sont répartis autour de deux cours. Dominant d’un côté la plaine de la Grau et, de l’autre, la ville, sa silhouette est scandée par six tours dont la principale s’élance à l’angle occidental de l’édifice. La cohérence du parti salonais se retrouve près d’un siècle plus tard, en Avignon, au Palais des Papes. Benoît XII avait acheté et progressivement détruit, entre 1335 et 1342, l’ancienne résidence épiscopale pour permettre l’édification de son palais pontifical. Dans ce dernier le complexe résidentiel, dominé par la tour des Anges, a été rejeté du palais public qui s’organisait en quatre corps de bâtiments massés autour d’une cour (Mesqui 1993 : 39). Là encore, l’accent était mis sur les deux tours de Trouillas et de la Campane qui, aux angles nord‑ouest et sud‑ouest, répondaient à celle des Anges. Les agrandissements entrepris par Clément VI entre 1342 et 1348 ont ajouté un second complexe palatial bâti selon le même principe.

  • 19 ADBR, 56H4627 et 56H4628.

35Établi à peu de distance de Gréoux, le palais des hospitaliers de Manosque doit être signalé –malgré la connaissance limitée que l’on a aujourd’hui de cet édifice détruit à la Révolution– pour l’influence qu’il a pu exercer en tant que modèle architectural. Dans son testament en février 1208, Guillaume IV, dernier comte de Forcalquier, a rappelé qu’il en a été le constructeur. À sa mort, en 1209, les hospitaliers s’y sont installés en vertu de la donation que ce comte leur avait faite le 8 février 1206 et qui fut confirmée les deux années suivantes19. C’est sans doute dans les décennies qui suivirent que le palais a adopté les dispositions qu’on lui connaît aujourd’hui grâce au témoignage du père J. Colombi (Colombi, Pellicot 1808) –ce jésuite a rédigé une histoire de Manosque en 1662, traduite par H. Pellicot en 1799– et par le plan qui en a été dressé en 1793, avant sa destruction. Il s’agissait d’un vaste édifice de plan parfaitement carré (20 toises de côté, soit environ 40 m), qui ne souffrait apparemment –du moins selon le plan révolutionnaire– d’aucune irrégularité. Extérieurement, ce volume était cantonné de tours circulaires crénelées et flanqué à l’est, au sud et à l’ouest de tours carrées ; l’ensemble était isolé par un large et profond fossé. Au nord, avait été ménagée l’entrée principale que protégeaient deux ponts‑levis, l’un sur le fossé, l’autre à la porte (Colombi, Pellicot 1808 : 176‑177, 224). À l’ouest, une poterne donnait accès à un jardin. Les pièces, qui se succédaient en enfilade contre les puissantes courtines, étaient desservies par une cour intérieure. Comme à Gréoux, toutes les fonctions résidentielles, défensives, domestiques, religieuses et judiciaires d’un complexe palatial y étaient réunies. Pourtant, si les résidences de Manosque et de Gréoux font bien référence à un type commun, le château à cour intérieure, les adaptations qui y ont été respectivement réalisées ont abouti à deux solutions très différentes. En effet, le palais manosquin se distingue non seulement par un aspect résolument défensif, mais aussi par une volonté affichée de symétrie dont les flanquements et les cantonnements donnent la mesure. La mise en valeur de la chapelle seigneuriale, implantée en position dominante et centrée à l’aplomb du porche d’entrée, participait également de cette recherche qui n’est pas sans rappeler les dispositions du palais des rois de Majorque à Perpignan.

36À côté de ces édifices remarquables par leur ampleur et par le statut de leurs commanditaires, on voit également le type du bâtiment sur cour appliqué à l’architecture seigneuriale militaire, avant le début du xive s., dans des fortifications moins ambitieuses. Présentant sans doute l’un des premiers exemples de château à cour intérieure, le mont de Thouzon (Vaucluse) a d’abord été occupé, au xie s., par une chapelle et par une église dépendant de l’abbaye de Saint‑André qui y possédait également la villa. Cette seigneurie ecclésiastique a perdu son autonomie dans la seconde moitié du xiie s., lorsque le comte de Toulouse, Raimond V, concéda à l’un de ses fidèles le fief et l’enjoignit en 1171 d’y construire un château. C’est au sud de l’église Sainte‑Marie que s’est développé l’édifice actuel. Dans le dernier quart du xiie s., semble‑t‑il, un premier corps de bâtiment nord‑sud a été élevé contre l’église, en léger retrait par rapport à la façade occidentale de cette dernière. À partir de ces deux volumes perpendiculaires, le château a adopté, dans le courant du xiiie s., un plan quadrangulaire régulier sur cour, avec la construction des murs périmétraux ouest –celui‑ci vint doubler le mur extérieur du premier bâtiment–, sud et celle des ailes méridionale et orientale. Cette dernière a été accolée à l’angle sud‑est du chevet de l’église qui fut alors fortifiée. Une troisième campagne de travaux a vu l’édification de trois tours circulaires, à l’angle nord‑est et sur les murs extérieurs sud et est. Ainsi organisé, le château de Thouzon, protégé d’une enceinte, occupe une superficie d’environ 950 m2, dont 285 m2 correspondent à la cour (Rech 1992).

37C’est également ce type d’agencement que l’on peut reconnaître, à peu près à la même époque, au château de Castillon (Vaucluse) adapté ici à une topographie contraignante. Sur une plate‑forme rocheuse exiguë dessinée par la falaise, l’édifice dont l’accès sud est protégé par une barbacane, est constitué de deux corps de bâtiments adossés aux courtines est et nord, avec peut‑être un massif d’angle au nord‑ouest. Le château domine une basse‑cour, située à l’ouest (Fixot 1973‑1974 : 270‑271).

38Le château construit par les comtes de Toulouse, en rivalité avec le pouvoir épiscopal, à Vaison, s’est, lui aussi, progressivement structuré autour d’un espace central. À la fin du xiie ou au début du xiiie s., l’édifice se réduisait à un donjon quadrangulaire isolé qui, dans les deux premières décennies du xiiie s., a été entouré d’une enceinte trapézoïdale dont il occupe l’angle sud‑est. C’est contre ce mur que, dans la première moitié du xiiie s., ont été successivement implantés deux corps de bâtiments, l’un à l’ouest et l’autre au nord (Cartron 1990 : 41,43, 52). Au sommet de son escarpement rocheux, cet édifice dont la vocation avant tout militaire a été démontrée, s’étend sur une superficie d’un peu plus de 500 m2. On retrouve les mêmes dispositions dans un autre château vauclusien, celui de Lhers. Il a été édifié à la fin du xiie ou au début du xiiie s., au sommet d’un piton rocheux, selon un plan grossièrement carré circonscrit, au nord, par la falaise aménagée, et sur les trois autres côtés, par des courtines. À l’angle nord‑ouest de cet enclos, au point le plus haut, s’élance un donjon de plan carré, qui protège, comme à Vaison, l’entrée du château ; à l’est, l’enceinte reçoit l’appui de quelques bâtiments. L’ensemble a été complété, au xive s., par une seconde tour de plan circulaire à l’angle sud‑est et par d’autres corps de bâtiments élevés contre les courtines (Perrot, Granier 1972 : 73‑74).

  • 20 Ces données sont issues d’un dossier dressé par le Service de l’inventaire (DRAC‑PACA).
  • 21 Au xiiie s., la seigneurie de Vérignon appartenait aux Blacas également implantés à Aups, Moissac, (...)

39Dans le Var, le château de Forcalqueiret a suivi une évolution similaire avec une structuration progressive autour d’une cour, tout en plaçant dans sa dépendance immédiate une église antérieure où s’associaient la fonction paroissiale et celle d’oratoire seigneurial. Quatre corps de bâtiments ont ainsi été successivement adossés à l’intérieur d’une enceinte quadrangulaire préexistante, au cours du xiiie s. La construction, en dernier lieu, du corps de bâtiment méridional, condamnant l’accès primitif du château depuis le village, engendra, au tout début du xve s., toute la transformation du grand volume de l’angle nord‑ouest où fut pratiquée la nouvelle entrée. Le château ainsi constitué forme un quadrilatère irrégulier, occupant une superficie d’environ 1170 m220. Ce type s’illustre dans le Var encore, avec le château méconnu de Vérignon (canton d’Aups)21. Les niveaux inférieurs de cet édifice planté sur un tertre rocheux sont aujourd’hui ensevelis sous les éboulements et une épaisse végétation ligneuse. Toutefois, en dépit d’une compréhension –de ce fait– fortement restreinte, trois grandes phases peuvent y être distinguées. Au nord de la plate‑forme rocheuse et au point le plus haut, s’étend d’est en ouest, sur près de 24 m de long et 4 m de large dans l’œuvre, un grand bâtiment rectangulaire dont les maçonneries sont montées avec soin en assises réglées de moellons parfaitement équarris, pour les parements, et en pierres de taille à bossage, pour les angles. Le premier niveau est occupé par une salle couverte d’une voûte en berceau brisé, portée par huit doubleaux. Au nord, chaque travée est percée d’une archère à ébrasement triangulaire et deux autres traversent le mur occidental. Au sud‑est de ce volume –la plus ancienne partie reconnue du château– s’est développée ultérieurement une enceinte de plan quadrangulaire oblong, assez irrégulier. Elle est également construite dans un appareil de moellons et pierres de taille à bossage pour les angles, et est percée de longues archères. Cet enclos qui s’est greffé, d’un côté, sur l’angle nord‑est du premier bâtiment, se ferme de l’autre, à l’ouest, en prenant appui perpendiculairement sur le mur sud du même édifice, en retrait par rapport à sa façade occidentale. Ces dispositions, qui donnent à la partie dominante du château une saillie sur la courtine, et la présence de hautes élévations à cet endroit précis laissent penser qu’il a pu s’y élever une tour. Des bâtiments sont également attestés contre le tronçon occidental de l’enclos, mais au demeurant, rien n’assure la présence d’autres constructions, fussent‑elles vraisemblables. Ces deux premières phases qu’aucun indice ne permet de dater avec précision –on peut les situer dans le courant du xiiie s. ou au début du xive s.– témoignent, malgré toutes les lacunes, d’une organisation castrale analogue à celles déjà décrites. Ce n’est que bien plus tard, probablement au xvie s. à en juger par le blocage des maçonneries et par la forme de certaines ouvertures, que le plan du château a été complété par la construction d’une tour circulaire à l’angle nord‑est, d’une seconde au sud‑ouest, élevée sur une extension du château, d’un massif quadrangulaire au sud‑est et de plusieurs bâtiments à l’intérieur de l’enceinte, dont aujourd’hui on saisit difficilement l’organisation. L’emprise du château de Vérignon devait ainsi avoisiner 1 000 m2.

  • 22 Dossier communiqué par le service de l’inventaire (DRAC‑PACA).

40À l’inverse des édifices précédents, le château d’Uchaux (Vaucluse) n’a pas été implanté sur la plate‑forme sommitale d’un promontoire, mais sur son versant sud‑est. Les bâtiments seigneuriaux et domestiques que l’on ne saisit plus, aujourd’hui, dans leur exhaustivité, s’organisent à l’intérieur d’une enceinte fortifiée, contre les murs est, sud et sud‑ouest, ainsi qu’aux angles nord‑est et sud‑ouest, en suivant la pente très prononcée du terrain. De cette architecture massée autour d’une cour, selon un plan pentagonal irrégulier, émerge, au nord‑est, la tour dans l’œuvre en façade. Attribuable au xiiie s. –seul le corps de bâtiment sud‑est est une reprise du xive s.–, cet ensemble très homogène qui couvre une vaste superficie d’environ 1 980 m2, pourrait être l’œuvre de l’un des représentants de la famille des Baux, princes d’Orange et seigneurs d’Uchaux dès 121022.

41Cette évolution de l’organisation architecturale du château seigneurial, qui a conduit au développement de plans plus structurés mais également plus complexes, se perçoit en Provence à l’extrême fin du xiie s. et plus nettement au début du siècle suivant, à l’instar de ce qui s’est produit dans le Sud‑Ouest à peu près au même moment (Gardelles 1972 : 65). Au contact du Sud‑Est provençal, les Baronnies apportent également quelques éléments de comparaison pour appuyer ce constat. Parmi eux, le château de Cornillon, dans la Drôme, édifié au xiiie s., a adapté à un site d’éperon un plan triangulaire sur cour relativement symétrique, flanqué de deux tours circulaires. Les courtines recevaient l’appui de trois corps de bâtiments qui dégageaient une cour intérieure où fut creusée la citerne du château. Antérieure à ce complexe castral, la chapelle a été intégrée à l’aile orientale (Estienne et al. 1997 : 54‑55). Le vaste château construit à Mison (Alpes‑de‑Haute‑Provence) à la fin du xiiie s. peut-être lui aussi apparenté à cette famille d’édifices sur cour, en dépit des destructions importantes qui ont oblitéré en quasi‑totalité ses bâtiments résidentiels (id. : 60‑61). Enfin, plus proche de celui de Gréoux par son plan d’ensemble quadrangulaire assez régulier, par sa silhouette que domine le donjon de l’angle nord‑est et par sa chronologie, le château de Béconne à La Roche‑Saint‑Secret (Drôme) peut également lui être comparé par l’ampleur de son emprise qui doit dépasser 2 500 m2 (id. : 72‑73).

  • 23 Celles qui n’ont pas été détruites ne dérogent pas à l’unité du plan d’ensemble.

42Bien au contraire du site grysélien, le terrain naturel et surtout le bâti existant ont guidé les dispositions et les dimensions de tous les édifices évoqués précédemment dont la modernité tient à la création de volumes habitables ou domestiques contre des courtines. À Gréoux, ni l’espace, amplement suffisant, ni la topographie du terrain ni, enfin, les constructions antérieures qui ont été en partie arasées23 n’ont constitué des contraintes architecturales pour l’organisation du nouveau château au xive s. Ses concepteurs ont pu l’édifier selon un plan préétabli dont la régularité, illustrée notamment dans la seconde moitié du xive s. par la prestigieuse résidence du pape Clément VI en Avignon, est le reflet d’une volonté. Un pas a alors été franchi par rapport à Forcalqueiret ou à Vaison : il est caractérisé par l’application, pour ainsi dire ex nihilo, des recherches conduites sur des plans quadrangulaires parfaits, homogènes et réguliers.

43Dans le parti de son plan d’ensemble, sous‑tendu par des fonctions résidentielle et seigneuriale, le château de Gréoux s’oppose résolument à des édifices comme ceux de Vaison ou de Lhers, pour lesquels 1. Cartron d’une part, R. Perrot et J. Granier de l’autre, ont bien mis en évidence le rôle militaire prédominant. Si ces trois châteaux font bien référence à la même typologie, tant par leur plan que par une silhouette analogue d’où se dégage le volume de la tour maîtresse, la forme déterminée par la fonction atteint, à Gréoux, une ampleur pour ainsi dire inégalée dans un édifice seigneurial. Ses dimensions, de deux à six fois supérieures à celles de la plupart des palais et châteaux régionaux du même type construits dans le courant des xiiie et xive s., ne sont nettement dépassées que par les résidences d’Avignon et de Salon qui ne sont rien moins que les demeures des papes et des archevêques d’Arles (tabl. i). De fait, par son ampleur, l’édifice grysélien s’apparente davantage au château construit à Uchaux par la grande famille des Baux, princes d’Orange.

TABL. I – Superficie de quelques résidences urbaines et châteaux régionaux (exemples empruntés à la période XIIIe‑XVIIe s.), suivie de celle de leur cour intérieure et du pourcentage de la cour par rapport à la superficie totale.

  • 24 Ce dernier édifice nous a été signalé par F. Flavigny.

44Le château de Gréoux emprunte également beaucoup à la grande résidence urbaine individuelle, pour laquelle le type du plan quadrangulaire sur cour apparaît caractéristique. C’est avec l’exemple de certaines résidences épiscopales ou archiépiscopales contemporaines que s’illustre parfaitement ce rapprochement. Celle d’Aix‑en‑Provence, déjà organisée autour d’une cour à la fin du xie s., n’a véritablement pris son allure palatiale que dans le courant du xiiie s. Intervint alors, dans le troisième quart du siècle, la construction de l’aile nord où se superposait à une salle basse voûtée sur croisées d’ogives une grande pièce d’apparat. Des réaménagements réalisés dans l’aile est ont accompagné ces travaux, tandis que l’aile sud gardait sa vocation domestique. Dans la première moitié du xive s., une galerie d’au moins trois travées voûtées sur croisées d’ogives a parachevé, à l’est, le complexe résidentiel dont les fonctions étaient ainsi distribuées autour de la cour (Fixot et al. 1985 : 27‑38). Aujourd’hui détruit, l’ancien palais épiscopal d’Avignon, « prototype du palais de Benoît XII » (Gagnière 1965 : 15) dont Jean XXII fit sa résidence dès 1316, avait adopté de semblables dispositions. Comme à Aix, l’image de la résidence épiscopale de Fréjus (Var) est en grande partie connue par l’archéologie. C’est à Jacques Duèze –qui n’était pas encore devenu le pape Jean XXII– qu’est maintenant attribuée sa restauration au tout début du xive s. Des trois ailes construites autour d’une cour, selon un plan en U fermé au nord par la cathédrale, ne subsistent plus que le bâtiment oriental et une grosse tour carrée à bossages en demi hors œuvre, qui s’élance à l’angle sud‑est du palais (Février et al. 1989 : 59‑61). Par le dispositif, absent semble‑t‑il à Aix, de la tour d’angle intégrée à un plan sur cour, la résidence épiscopale de Fréjus, comme celle de Viviers (Ardèche), celle des archevêques de Narbonne (Aude), le palais‑neuf entrepris à la fin du xiiie ou au début du xive s. (Esquieu, Pradalier 1996 : 80, 83), ou encore le palais Duèze édifié à Cahors entre 1285 et 1326 par le frère Jacques Duèze (Scellés 1995 : 106‑111)24, font écho à une forme adoptée de façon quasi systématique dans les grandes demeures contemporaines.

45Le palais d’Arnaud de Via à Avignon (aujourd’hui le Petit Palais) est un autre exemple encore bien conservé de ce type d’architecture. C’est le cardinal Arnaud de Via qui en a commandé la construction après avoir acquis plusieurs maisons, entre 1317 et 1327. À sa mort, en 1335, le palais est devenu siège épiscopal lorsque Benoît XII a décidé la construction du palais papal à l’emplacement de l’ancien évêché. Au cours du premier tiers du xive s., il a été ordonné en trois corps de logis élevés successivement autour d’une cour fermée à l’ouest par un mur oblique. C’est à l’angle des ailes est et nord, et dans le prolongement de cette dernière, que s’élevait la tour carrée aujourd’hui tronquée (Vallery‑Radot 1963 : 59‑104 ; Thiriot 1989 : 72‑73). Certains palais et livrées cardinalices construits ou rénovés aux environs immédiats de la cité pontificale, dans le courant du xive s., sont également issus de cette mouvance. Si tous n’ont pas dès l’origine adopté un plan sur cour –à l’instar de la livrée de Thury (Gard, Villeneuve‑lès‑Avignon), les demeures distribuées par ce vide central ont bien souvent résulté de juxtapositions successives de plusieurs habitations –tous, en revanche, ont retenu la tour comme élément caractéristique (Aliquot 1983 : 390‑391).

46Le travail réalisé par le service de l’inventaire sur les maisons montpelliéraines a livré, pour les xiiie et xive s., quelques exemples de demeures patriciennes apparentées à ceux déjà évoqués. Les différentes fonctions de l’habitation s’y organisent, pareillement, sur un ou sur plusieurs côtés d’une cour intérieure, élément essentiel de la distribution auquel un passage voûté donne accès depuis la rue. La tour d’angle est également un trait important de ces demeures (Sournia, Vayssettes 1991 : 63, 85‑87).

47Le plan à cour distributive n’a pas été l’apanage de l’architecture castrale et de la grande résidence urbaine. On le retrouve, à la même époque, dans les demeures plus modestes que sont, par exemple, les maisons canoniales de Viviers dont Y. Esquieu a souligné la parité avec les maisons bourgeoises contemporaines (Esquieu 1987 : 216). Ces habitations apparaissent presque comme les images en réduction de la résidence aristocratique.

48Tous les édifices évoqués, au‑delà de certaines spécificités, présentent bien une communauté de caractères que l’on retrouve également au château de Gréoux : une allure générale d’où se détache le volume majeur de la tour d’angle et un parti de plan d’ensemble dont le pivot est l’espace central de la cour autour de laquelle se structure l’ensemble de la demeure. La fonction distributive de cet espace s’appliquait à tous les niveaux, aussi les organes de circulation qui s’y trouvaient (galeries et escalier) étaient‑ils indispensables à l’organisation du bâtiment.

3.3.2 Les galeries de communication sur cour et l’escalier

49Les galeries sur cour, attenantes aux corps de bâtiments, et l’escalier qui les commande constituent un système de distribution hors œuvre de la demeure. L’un des premiers exemples où se manifeste clairement le désir d’unifier un programme architectural et d’en desservir les différentes fonctions par la juxtaposition de galeries de circulation aux corps de bâtiments, côté cour, est le palais des rois de Majorque édifié à Perpignan (Pyrénées‑Orientales) au tournant des xiiie et xive s. De manière symétrique, chacune des ailes est et ouest de ce château, de plan parfaitement carré, est longée par deux galeries voûtées superposées. L’accès à la galerie haute orientale est assuré par deux escaliers droits hors œuvre, adossés aux ailes nord et sud. Cet ensemble dont J. Mesqui n’a pas omis de souligner « les effets ostentatoires » (Mesqui 1993 : 33, 153), reliait dans le logis oriental les appartements du roi et de la reine construits de part et d’autre de la chapelle centrale.

50Les aménagements de la cour du château de Gréoux présentent avec ceux du vieux palais avignonnais de Benoît XII, réalisés dans les années 1339‑1340, de nombreuses analogies. La desserte des salles relève à Gréoux, comme en Avignon, de la même conception et de dispositions architecturales similaires. L’ensemble s’organise en quatre galeries adossées aux corps de bâtiments, sur deux niveaux : le premier, qui s’ouvre sur la cour par de grands arcs brisés aux arêtes chanfreinés reçus par des piles quadrangulaires également chanfreinées, tient davantage de l’instrument d’ostentation, tandis que le second, longeant les appartements, permet d’éviter l’enfilade des pièces. La cour est, dans les deux cas, le lieu où l’on s’approvisionnait en eau. En dépit des différences liées à l’ampleur bien supérieure donnée au programme avignonnais, la mouluration constituée de simples chanfreins, agrémentés à Gréoux de cavets, l’utilisation de l’arc brisé et le mode de couvrement (plancher et charpente en appentis) sont autant d’éléments qui rapprochent les structures gryséliennes de celles du vieux palais. Trois différences sont pourtant à souligner, la première touchant le travail des matériaux. Dans le parti avignonnais, seule la pierre de taille a été mise en œuvre, tandis qu’à Gréoux elle n’était réservée qu’à l’armature de l’ouvrage. En outre, dans le palais de Benoît XII, l’unique rampe d’escalier a été accolée à la galerie nord, alors qu’à Gréoux, sous les galeries, à l’angle sud‑est de la cour, les deux volées droites ont mieux été intégrées au programme. Elles permettaient d’accéder simultanément aux salles du rez‑de‑chaussée surélevé et à celles de l’étage. Enfin, en Avignon, les coursives supérieures ont été closes sur la cour par quatre murs ajourés en alternance de baies géminées en tiers‑point et de prises de jour plus petites en arc brisé. Elles ont ainsi pris l’apparence de corridors, tandis qu’à Gréoux on doit restituer des galeries ouvertes scandées par des piles octogonales.

51En Avignon toujours, durant la première moitié du xive s., quatre galeries planchéiées ont été édifiées sur deux niveaux, dans la cour intérieure du Petit Palais. Le troisième niveau et l’escalier en vis situé dans la travée est de la galerie septentrionale sont des adjonctions du milieu du xve s. (Vallery‑Radot 1963 : 71‑74). Le programme d’ensemble de cet édifice tourné sur sa cour centrale caladée, les arcs brisés chanfreinés retombant sur des piles rectangulaires du niveau inférieur, l’étage également ouvert sur cour par une arcature en tiers‑point à l’origine sont autant d’éléments qui autorisent le rapprochement avec les dispositions du château de Gréoux. Mais les dimensions beaucoup plus restreintes du palais avignonnais –une occupation au sol d’environ 175 m2, dont 65 m2 pour la cour– ne permettent pas d’en apprécier les structures détruites. Dans la même aire géographique, on peut également citer l’exemple du palais disparu de Clément VI, construit à Villeneuve (Gard) près de la tour de Philippe le Bel, entre 1342 et 1344. L’image qu’on en a aujourd’hui, donnée par les comptes de la Chambre apostolique, est marquée par l’évocation de sa tour et d’une cour intérieure à galeries distribuant deux niveaux d’habitations (Aliquot 1983 : 392‑394).

52On retrouve au château vieux de Lourmarin, au début du xvie s., la même distribution des différentes fonctions de l’habitation autour d’une cour exiguë ; là encore, c’est une galerie à trois niveaux adossée aux bâtiments nord et ouest qui commandait les pièces. À la même époque, sur l’initiative de l’archevêque d’Arles Jean Ferrier, deux galeries ont été adjointes le long des ailes nord et occidentale de la cour d’honneur du château de Salon. La fonction en est la même et les dispositions très proches : une couverture charpentée sur les deux niveaux, avec, au rez‑de‑chaussée, une arcature en anse de panier lancée sur des colonnes et un étage clos, ajouré de grandes croisées.

53Ainsi, entre la fin du xive et le début du xvie s., plusieurs édifices à cour intérieure ont modernisé, ou peut‑être simplement monumentalisé, leurs systèmes de communications en doublant totalement ou partiellement, sur plusieurs niveaux, les logis périmétraux de galeries, sur le modèle du préau de Benoît XII élevé dans le deuxième quart du xive s. Plus ou moins richement agencées, ces structures sont toutes semblables d’un point de vue typologique. Elles procuraient un organe de communication hors œuvre, parallèle aux logis, en même temps qu’elles unifiaient l’architecture.

54Certains édifices n’ont disposé que de galeries basses, supprimant son rôle fonctionnel au type d’aménagement évoqué précédemment pour n’en retenir que la fonction d’agrément et surtout l’office de prestige qu’il partageait avec l’escalier. Les aménagements de la cour du château de Forcalqueiret répondent, sous une forme plus rudimentaire, à cette conception assez différente. Suspendus aux murs des corps de bâtiment par des crochets de pierre, trois auvents charpentés matérialisaient les galeries est, sud et nord du château ; la dernière étant citée dans un prix‑fait en 1416. Les destructions des parties occidentales ne permettent pas d’assurer une structure analogue le long du dernier logis. Ici, nous sommes donc en présence, non pas d’un ensemble monumental, ni de coursives sur plusieurs niveaux assurant la communication entre les corps de logis, mais d’une simple zone de transition entre l’espace ouvert de la cour caladée et les corps de bâtiments, relevant davantage du patio. À Tarascon (Bouches‑du‑Rhône), les galeries voûtées de la cour d’honneur du château, édifiées sous Louis III d’Anjou vers 1430, supportent les logis d’étage. Elles constituaient autant un espace d’agrément qu’un instrument de prestige.

55Là encore, l’étude des résidences individuelles permet d’étoffer le champ des comparaisons avec, entre autres exemples, le palais archiépiscopal d’Aix‑en‑Provence : les travaux qui y ont été effectués pendant la première moitié du xive s. ont ajouté, à l’est, une aile de promenoir ainsi qu’un escalier à volée droite le long de l’aile nord, commandant l’accès aux étages (Fixot et al. 1985 : 35‑36). Ailleurs, ce sont les textes qui pallient l’absence des vestiges, sans toujours apporter de datation pour ces aménagements, comme dans le cas du palais archiépiscopal d’Arles ou encore à Narbonne (Esquieu, Pradalier 1996 : 85). Ces éléments pour ainsi dire indispensables à l’organisation de la demeure urbaine médiévale, ont été reconnus à plusieurs reprises à Montpellier, dans les habitations patriciennes des xiiiexive s. En effet, au rez‑de‑chaussée et parfois à l’étage, celles‑ci disposaient bien souvent d’une loge, généralement voûtée et largement ouverte sur un côté de la cour où le soin apporté au décor démontre clairement la fonction d’apparat. S’y adjoignaient, aux étages, des coursières hors œuvre commandées par un escalier également situé dans la cour et qui desservaient l’ensemble de la demeure (Sournia, Vayssettes 1991 : 63‑72). Les caractères qu’ont développé les loges montpelliéraines, conditionnés en partie par la surface exiguë des parcelles urbaines, appartiennent à une typologie différente mais dont la fonction est analogue à celle du promenoir inférieur du château qui nous occupe. Les organes de distribution des étages satisfaisaient, en revanche, les mêmes exigences.

3.3.3 La postérité du plan quadrangulaire

56Aux xiiie et xive s., en Provence et ailleurs, la faveur semble avoir été donnée au plan quadrangulaire avec une distribution des pièces et des fonctions autour d’une cour centrale, tant pour la maison bourgeoise ou canoniale que pour la grande résidence urbaine, la demeure seigneuriale ou le château fortifié. La postérité de ce type de plan a été grande puisque c’est toujours selon cette formule que l’on bâtissait au xviie et même encore au xviiie s.

57Le château comtal de Tarascon offre, pour la première moitié du xve s., un exemple d’architecture militaire ayant adopté un plan ramassé autour d’une cour d’honneur, formant un quadrilatère assez régulier cantonné de tours (Pressouyre 1963). Ce château s’apparente à celui de Gréoux, antérieur d’un siècle, autant par son plan que par la même conception d’une demeure formant bloc à l’extérieur et tournée sur sa cour. Il s’en distingue toutefois par un faste et par un soin bien plus grand apportés à la construction mais aussi par un caractère résolument militaire.

58L’inventaire du palais du Roure, en Avignon, décrit en 1466 une demeure dont les différentes fonctions étaient distribuées, sur deux niveaux, par des galeries établies autour d’une cour, dispositions reprises lors de la reconstruction de l’édifice par Pierre Baroncelli, entre 1485 et 1499 (Sigros 1963 : 105‑109).

59Le château de Grimaud (Var) peut également être rattaché à la série des châteaux gothiques. En dépit de destructions importantes qui ont partiellement occulté les corps de bâtiments adossés aux murs périmétraux, on devine encore fort bien l’organisation générale du plan d’ensemble presque carré, massé autour de la cour et dominé par une grande tour semi‑ovale élevée à l’angle nord‑ouest. La présence d’une baie à coussièges établit un terminus ante quem de la fin du xve s. pour cet ensemble dont la silhouette a été complétée, au xvie s., par deux tours circulaires dressées aux angles sud‑est et sud‑ouest.

  • 25 Au début du xvie s., sur l’ancienne demeure de campagne des seigneurs de Lourmarin, La Boysseria, s (...)

60De telles dispositions ont été adoptées à La Tour‑d’Aigues dans le courant du xve s., à la suite des transformations que Fouquet d’Agout fait effectuer à l’ancien château et dont subsistent le donjon central et le corps de bâtiment oriental (Ministère de la Culture 1981 : 616‑625). On retrouve une organisation similaire au château de Lourmarin au début du xvie s.25, et dans les autres demeures seigneuriales vauclusiennes de Villelaure, inspirée, dans les années 1579‑1587, de l’édifice tourain (Ministère de la Culture 1981 : 347) et de Mirabeau. Cette dernière comprenait, à l’origine, deux ailes perpendiculaires adossées aux murs d’une enceinte quadrangulaire très régulière, flanquée et cantonnée de six tours rondes. L’ensemble édifié sans doute pendant le dernier tiers du xvie s., a été complété ultérieurement avec un troisième logis achevant le plan en U autour de la cour (ministère de la Culture 1981 : 347).

  • 26 Aujourd’hui, on ne peut guère octroyer au château médiéval de Pontevès, qu’un mur soigneusement par (...)
  • 27 À Paris, l’hôtel de La Vrillère commencé par François Mansard, en 1635. L’hôtel Lambert, par Louis  (...)
  • 28 Le palais du Luxembourg, à Paris, par Salomon de Brosse, commencé en 1615 ou bien le château inache (...)

61Élevé sur une plate‑forme rocheuse dominant le village, le château actuel de Pontevès (Var) est une reconstruction que l’on peut sans peine attribuer au xvie s.26. À l’instar des édifices précédents, il s’articule en trois corps de bâtiment disposés en U autour d’une cour, selon un plan légèrement trapézoïdal, fermé côté village par un mur et cantonné par quatre tours circulaires. Les canonnières qui les traversent sont du type reconnu sur l’enceinte castrale de Gréoux. Elles confortent une datation du milieu du xvie s. pour le château de Pontevès, dont la construction, par‑delà les outrages qu’il a subis, apparaît homogène. Au xviie s., c’est encore selon ce plan que sont construits de nombreux hôtels particuliers27 et châteaux28.

62Ainsi, au xive s., le château de Gréoux restait assez représentatif de l’architecture castrale provençale, dans le sens où, procédant par juxtapositions, étaient utilisés, sans innovation aucune, des éléments empruntés aux modèles mis en place ailleurs, notamment en France septentrionale. Il se distinguait cependant de la plupart des édifices régionaux contemporains par la régularité de son plan et par son ampleur inégalée pour un château seigneurial.

  • 29 Il n’est qu’à regarder du côté de l’Italie où l’on retrouve toutes les composantes de cette archite (...)

63Le parti du plan d’ensemble qui y a été adopté se rencontre dans des édifices très différents les uns des autres par leur fonction résidentielle ou militaire, par leur implantation urbaine ou rurale, par leur situation géographique qui dépasse largement les limites régionales dans lesquelles nous avons pris les exemples29 et, pour finir, par l’appartenance sociale de leurs commanditaires. C’est toutefois davantage à la grande résidence urbaine que le château étudié s’apparente, tant par son plan d’ensemble que par son allure générale.

Notes

1 Les exemples régionaux d’églises charpentées sont rarissimes au xiie s. Il en existe toutefois quelques‑uns : les églises Notre‑Dame d’Estoublon (Thirion 1980 : 52‑53), Sainte‑Philomène de Montmaur (Thirion 1980 : 383‑385), Saint‑Pierre de Curbans (Thirion 1980 : 386‑390) ou Sainte‑Marie de Châteauneuf‑de‑Contes (Thirion 1980 : 99‑103). Si les deux premiers édifices appartiennent au xie s., ils renvoient, comme le bâtiment de Gréoux, à la même typologie que les deux autres, bien datés de la fin du xie s. et du xiie s. Toutes sont des églises à nef unique terminée par une abside hémicirculaire, qui associent d’amples dimensions à des maçonneries trop faibles pour porter un voûtement.

2 Il s’agit des fenêtres Fen.6 à Fen.8 et Fen.11 au nord, Fen.25 et Fen.26 dans la tour nord‑ouest, Fen.39 à l’ouest et Fen.126, Fen.129 et Fen.167 à l’est.

3 Les fenêtres Fen.47 (Esp. II), Fen.156 à Fen.158 au nord, Fen.31 dans la tour nord‑ouest et Fen.142 à l’est.

4 Dans son étude des palais cardinalices situés hors les murs d’Avignon au xive s., H. Aliquot (1983 : 395, 397) a pu constater l’évolution de l’arc brisé au xive s., qui devint de plus en plus aigu pour aboutir au tiers‑point dans la seconde moitié du siècle.

5 BM. Carpentras, ms.1771, f° 191.

6 ADAHP, 2E2527, fos 271 v° et 359 v° (cf. annexes 15 et 16).

7 Collection privée de M. et Mme Atger, domaine d’Aurabelle (Alpes‑de‑Haute‑Provence).

8 ADAHP, 2E2555, f° 1274.

9 « Déclaration de divers particuliers de Gréoux en faveur de la dame Audiffret‑Albertas (18 brumaire an 12) que dans le courant et vers le primtems de l’année mille sept cent quatre vingt cinq, le cit(oye)n Jean Baptiste Boniface Surléon Albertas, alors seigneur de ce lieu [Gréoux] ammena avec lui, de Marseille, des fripiers et fripières qui resterent ici environ deux ou trois jours, qu’etants ensuitte partis le d(it) Albertas rendit public, tant dans cette commune qu’aux autres voisines un encant des meubles et effets du chateau de ce lieu, que les dits déclarants auraient vu que bien des étrangers qui se rendirent ici furent délivrataires de quantité de meubles et effets, que partie des dits déclarants en achettèrent aussi. Déclarent en outre, avoir vu transporter par des charrettiers que le dit Albertas amenoit de Gémenos, quantité de meubles et effets, comme aussi être instruits que postérieurement au départ du dit Albertas, ils avoient vu vendre des effets dudit chateau par Jean Imbert son agent ; le dit Jean Joseph Nard, l’un des déclarants, nous auroit encor dit avoir logé dans son auberge, les fripiers et fripières que le dit Albertas avoit amené, comme aussi tant lui que le cit (oye) n Joseph Mazenod, autre déclarant, auroient par ordre du dit Albertas, voituré sur ces charettes, à Marseille, divers meubles et effets que le dit Albertas leur feroit apporter du dit chateau […] » (ADAHP, 2E2562, acte 68, 10 novembre 1803).

10 ADAHP, 3P230, fos 279‑280 et 288.

11 De grandes brèches, aujourd’hui murées, furent pratiquées dans la courtine nord afin de faciliter l’évacuation des matériaux. R. Bertrand nous a dit avoir vu jadis l’évacuation des matériaux provenant de l’effondrement des sols, à l’extérieur du château, et constaté le pillage des tomettes et mallons qui suivit. Même les restaurations des années 1970 ne furent pas toujours très heureuses, à en juger par l’état des baies Fen.165 et Fen.166 de l’aile sud.

12 Collection de M. et Mme Atger, domaine d’Aurabelle, inventaire du château dressé le 21 octobre 1782.

13 ADAHP, 1Q66, art.327, 20 avril 1795 (cf. annexe 19).

14 Une « ariere chambre que vise deriere levant » est signalée, dans les mêmes quartiers, en septembre 1592. ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).

15 « Item legue a madite famme advenant led. tamps de quattorse et de douze ans et en cas que mon heretier ne voulsust demorer avec mad. famme, la chambre du chasteau de Greux et celle quest aupres des degres de la out jedit testateur demoure, emsanble la riere chambre et study joynant alad. chambre avec le petit granier, tant quelle sera [en l’état] vidual » (AC Aix, 1119, f° 32).

16 ADAHP, 2E2466, f° 614 (cf. annexe 8).

17 La première mention de la grande salle du château date de 1455, mais elle est donnée par une copie de l’Époque moderne et n’apporte aucune précision sur sa localisation (cf. supra chap. 2, § 2.10.4.1).

18 AC Gréoux, dépôt E94, DD2 (copie de la transaction entre le seigneur et la communauté de Gréoux, 1455, fos 16v, 20 v°).

19 ADBR, 56H4627 et 56H4628.

20 Ces données sont issues d’un dossier dressé par le Service de l’inventaire (DRAC‑PACA).

21 Au xiiie s., la seigneurie de Vérignon appartenait aux Blacas également implantés à Aups, Moissac, Fabrègues et Baudinard. Ils en ont concédé la moitié à l’abbaye du Thoronet, en 1206‑1207 (Baratier 1969a : 159, note 1 ; Benoit 1925 : 62).

22 Dossier communiqué par le service de l’inventaire (DRAC‑PACA).

23 Celles qui n’ont pas été détruites ne dérogent pas à l’unité du plan d’ensemble.

24 Ce dernier édifice nous a été signalé par F. Flavigny.

25 Au début du xvie s., sur l’ancienne demeure de campagne des seigneurs de Lourmarin, La Boysseria, se construisent deux nouveaux corps de logis, à l’ouest et au sud. Le château vieux s’organise ainsi autour d’une cour close, à l’est, par un mur traversé par un portail (Ministère de la Culture 1981 : 261‑263).

26 Aujourd’hui, on ne peut guère octroyer au château médiéval de Pontevès, qu’un mur soigneusement parementé de moellons équarris, que vint doubler partiellement la courtine occidentale du château moderne.

27 À Paris, l’hôtel de La Vrillère commencé par François Mansard, en 1635. L’hôtel Lambert, par Louis Le Vau, en 1640, composé de quatre corps de logis sur cour, comme l’hôtel Carnavalet remanié par Mansard en 1655. À Aix, celui de Rians, construit autour d’une cour à portique vers 1630 (Gloton 1979 : vol. 1, pl. XCIII, fig. 362), ou encore l’Hôtel de Ville édifié en 1655‑1660 (vol. 2, pl. CXIX, fig. 477‑479).

28 Le palais du Luxembourg, à Paris, par Salomon de Brosse, commencé en 1615 ou bien le château inachevé de Blois (1635‑1638), par Mansard.

29 Il n’est qu’à regarder du côté de l’Italie où l’on retrouve toutes les composantes de cette architecture, dans des édifices civils, privés ou bien publics, tels les palais communaux de Sienne, d’Orvieto, le Palazzo Vecchio, le palais du Bargello ou le palais Spini à Florence, ainsi que de nombreuses habitations urbaines ombriennes ou toscanes, plus modestes. En Espagne, on peut citer le château construit, au xive s., à Forna, dans la province d’Alicante, dont A. Bazzana a nettement établi la fonction résidentielle (Bazzana 1992 : vol. 1, 357). À l’extrémité orientale du Bassin méditerranéen, les références sont les mêmes pour le Palais du Grand Maître, pour l’Hôpital, pour l’Auberge de France et pour tant d’autres demeures privées construites entre les xive et xvie s. à Rhodes (Gabriel 1923).

Table des illustrations

Légende FIG. 147 – Typologie des canonnières du château et des enceintes castrale et villageoise.
Crédits Dessin S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende TABL. I – Superficie de quelques résidences urbaines et châteaux régionaux (exemples empruntés à la période XIIIe‑XVIIe s.), suivie de celle de leur cour intérieure et du pourcentage de la cour par rapport à la superficie totale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46345/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search