Version classiqueVersion mobile

Le château de Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence)

 | 
Sandrine Claude

Chapitre 2. Le château : données architecturales

Résumé

Édifié sur une position dominante, le château et sa basse‑cour sont isolés du village par une enceinte. Cet espace fortifié a connu, à différentes époques, des modifications qui ont contribué, notamment au xvie s., à renforcer ses qualités défensives, puis l’ont transformé en un lieu à vocation plus utilitaire et d’agrément.

Dans l’enceinte, s’élève la demeure seigneuriale, vaste parallélépipède organisé autour de l’espace de la cour intérieure. Une lecture globale de l’architecture permet de définir les grandes phases d’édification, dont la plus importante est celle qui, au xive s., a vu la structuration de l’édifice sur cour. L’examen des techniques de construction et l’analyse des documents d’archives contribuent à préciser cette chronologie, tout en révélant la présence de structures aujourd’hui disparues.

L’entrée principale de la demeure seigneuriale, un porche voûté surmonté d’une salle de herse, a été établie dans le corps de bâtiment septentrional. Au xive s., les pièces se répartissaient sur deux niveaux qui ont été subdivisés à l’Époque moderne.

Marquant la silhouette de l’édifice, le volume de plan carré en demi hors œuvre de la tour nord‑ouest se développe sur trois niveaux couronnés par une terrasse. Peu modifiée dans sa structure, cette tour –référence est ici faite aux donjons de pierre– n’a reçu que tardivement des aménagements qui ont surtout concerné le système de communication à ses différents niveaux.

Contemporaine de la tour nord‑ouest et du corps de bâtiment nord, l’aile occidentale apparaît postérieure à l’aile méridionale. Ses dispositions assez simples, considérablement oblitérées par les travaux modernes et contemporains, restent en partie restituables.

Édifié en 1625, à l’angle des corps de bâtiment ouest et sud, l’ensemble sud‑ouest occupe une surface demeurée curieusement non construite jusqu’à cette date. Il comprend, au premier niveau, deux espaces exigus oblongs voûtés, et, au second, une terrasse crénelée.

C’est dans le corps de bâtiment méridional du château qu’ont été retrouvées les plus anciennes élévations correspondant à une église du xiie s., à la fois tournée vers le bourg et associée, au nord, à un premier complexe castrai. La campagne de reconstruction du xive s. l’a intégrée au corps de bâtiment sud. Cette aile a alors été structurée sur trois niveaux qui ont été modifiés à l’Époque moderne.

Également compris dans le programme de construction du xive s., le corps de bâtiment oriental était dévolu, dans ses parties basses, aux communs. Comme l’aile sud, son volume intérieur a subi d’importants réaménagements qui ont subdivisé les grandes salles médiévales en espaces plus petits.

La tour nord‑est a été édifiée dans la seconde moitié du xvie s. pour appuyer les défenses du château, mais elle fut transformée en pigeonnier dès le début du xviie s.

L’espace central de la cour intérieure, abritant une citerne, assurait la distribution de la demeure. Dans la première moitié du xve s., un ensemble monumental, composé de deux niveaux superposés de galeries planchéiées, a été aménagé le long des quatre façades sur cour. On accédait à ces galeries par un escalier de pierre établi dans l’angle sud‑est.

Texte intégral

2.1 Les abords du château

  • 1 ADAHP, 2E2434, f° 160 ; 2E2489, f° 67 (cf. annexes 4 et 9).

1Le château et sa basse‑cour sont isolés, dans une position dominante sur le village, par une enceinte qui court tout autour de l’éminence rocheuse (fig. 28, 120b). Ce mur étroitement lié à l’édifice seigneurial n’a gardé que des vestiges lacunaires qui laissent toutefois transparaître une évolution dans sa forme et dans sa fonction, au fil des siècles. Dans le but de restituer une image de ces abords immédiats du château et d’en saisir les transformations, sont successivement présentés les dispositions architecturales de l’enceinte et les aménagements de la basse‑cour qu’elle délimite. Leur analyse à partir des sources écrites modernes, qui désignent la première comme « haute baraye et anclos », en 1592, ou « avant barri » en 16421, conclut ce propos.

2.1.1 L’enceinte castrale et la basse‑cour

2.1.1.1 Tracé et mise en œuvre de l’enceinte

2Telle qu’elle nous est parvenue, l’enceinte castrale primitive disparaît sous les réfections et adjonctions des époques ultérieures qui n’ont cependant pas affecté son tracé (fig. 28). C’est toutefois à l’ouest, le long du chemin des Hospitaliers, qu’elle a conservé les plus belles élévations : une tour flanquante de plan semi‑ovale, une courtine d’environ 8 m de haut, dont 3,50 m en élévation (fig. 29), et les piédroits d’un accès, au sud. Au‑delà, le mur, séparé du bourg par une sombre venelle, se poursuit vers l’est puis remonte au nord sur la tour semi‑ovale. Là, les élévations sont arasées au niveau de la plate‑forme et seul demeure un appareil de revêtement en soutènement du sol naturel. Dans la partie nord‑est, les ruptures de pente du terrain suppléent aux lacunes de la maçonnerie. Au revers de la tour, la portion du rempart sur laquelle elle est venue s’appuyer se dédouble. Un premier pan venait fermer l’enceinte au nord‑est ; un second mur, dont on ne suit plus le tracé que sur 2 ou 3 m, se dirigeait vers la tour nord‑ouest du château (fig. 28). On en devine l’arrachement à l’est de la tour ovale, sur d’anciennes photographies qui montrent également une saignée verticale dans la maçonnerie du mur nord de la tour du château (fig. 30). Cet arrachement correspond précisément aux éléments d’une structure de pierres de taille émergeant sur 0,45 m de long du mur nord de la même tour. L’utilisation de la pierre de taille, même dans la partie interne de cette structure, et sa forme donnant l’amorce d’une feuillure permettent de restituer à cet endroit une porte (fig. 31). Ce mur, peut‑être avec son corollaire à l’est, divisait la plate‑forme en deux espaces : une esplanade assez vaste au nord et un espace de circulation plus réduit le long des trois autres côtés du château.

FIG. 28 – Relevé topographique de la butte du château.

Dessin S. Claude, d’après le relevé d’ARPAN, 3 rue de l’Hôtel-de-Ville, 26400 Crest.

FIG. 29 – Carte postale de la première moitié du XXe s. montrant le château et l’enceinte castrale vus depuis le nord‑ouest.

FIG. 30 – Vue générale de la montée au château, prise depuis le nord.

Clichés CNMHS

FIG. 31 – Élément de maçonnerie en saillie à la base de la tour nord‑ouest du château, vestige du mur en retour de l’enceinte castrale.

Clichés S. Claude

3Les maçonneries fourrées du rempart épousent la forme du terrain par les décrochements successifs de pans de murs rectilignes (fig. 29), fondés sur le poudingue et appuyés contre celui‑ci. Leur épaisseur est inférieure à 1 m. Certaines se caractérisent par un parement extérieur aux assises réglées et montées en moellons calcaires équarris, liés par un mortier jaune‑beige sableux et fin, où se mêlent gravillons, nodules de chaux et de safre, et cailloux. Cette mise en œuvre s’observe sur un tronçon sud‑ouest, çà et là, à la base des murs et à l’est de la tour, sur les deux pans du dédoublement du rempart, attestant leur contemporanéité. Les réfections modernes y mêlent un appareil monté en assises irrégulières de moellons et petites pierres liés par un mortier gris avec des inclusions de chaux et quelques graviers. Au sud‑ouest, une portion de l’enceinte primitive a été épaulée sur une hauteur de 3,70 m, par un talus maçonné constitué de moellons, de pierres, de galets de rivière, de briques et de tessons de tuiles scellés au mortier, avec un appareil d’angle en moellons, plus soigné. Ce massif a une épaisseur de 0,80 m à sa base et s’apparente aux réfections modernes par sa mise en œuvre (fig. 32).

FIG. 32 – Détail du talus moderne adossé au tronçon sud de l’enceinte castrale.

Clichés S. Claude

2.1.1.2 Les accès

4À différentes époques, trois portes donnant accès à la basse‑cour et au château ont traversé cette enceinte.

5La tour de plan ovale a flanqué l’enceinte, dissimulant une large ouverture dont on peut observer, depuis la plate‑forme, l’embrasure intérieure segmentaire murée (fig. 33). Son encadrement de 2,52 m de large et 3,40 m de haut, monté en pierres de taille, a gardé l’encoche d’encastrement d’une barre de fermeture amovible. L’embrasure extérieure de cette porte est une très belle ouverture semblablement appareillée couverte d’un arc brisé surbaissé, parfaitement extradossé, de 2,43 m de large sur 3,28 m de haut (fig. 34, 35). Le niveau de son seuil disparu peut être aisément restitué grâce à deux pierres en saillie dans l’embrasure à 1,73 m des retombées de l’arc. On peut ainsi le situer approximativement 4 m au‑dessus du niveau de circulation des lices extérieures. L’encadrement de cette porte, également lié au même mortier jaune‑beige, s’ajuste parfaitement à l’appareil de moellons de l’enceinte qui se dédouble à partir de son piédroit oriental (fig. 28). Deux archères percées de part et d’autre de cet accès en protégeaient les abords.

FIG. 33 – Élévation intérieure du tronçon nord‑ouest de l’enceinte castrale.

Clichés S. Claude

FIG. 34 – Arc de l’embrasure extérieure du portail nord‑ouest de l’enceinte castrale.

Clichés S. Claude

FIG. 35 – Détail du montant oriental du portail nord‑ouest de l’enceinte castrale.

Clichés S. Claude

6Depuis la route de Manosque, actuelle D 82, un peu avant l’entrée en ville, une bifurcation conduit à la basse‑cour. La calade qui balise ce chemin en lacet jusqu’au porche du château atteste un accès ancien depuis cette route de Manosque et, malgré l’absence de vestiges, permet de restituer une percée dans l’enceinte. Cet accès nord est représenté dans l’axe du porche, sur une gravure datée de 1828 (fig. 36), avec les dispositions d’un large portail semblable à ceux des villas contemporaines, structuré par deux piles carrées coiffées chacune d’un pyramidion et qui dépassent de quelques dizaines de centimètres du rempart. En avant, le dénivelé du terrain y est rattrapé par un escalier.

FIG. 36Entrée du château, lithographie de Joseph‑Constant Fallot de Broignard, tirée par Beisson, représentant la façade nord de l’édifice et ses abords en 1828.

Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH

7Au sud, depuis le village, le château était accessible par la rue du Vieil‑Horloge qui termine sa course en lacet là où commence le chemin des Hospitaliers. Face à l’entrée sud du château, ne subsistent de la troisième porte ménagée dans l’enceinte que deux piédroits construits dans un appareil polygonal rectangle (fig. 37). Ces deux montants sont larges d’1,50 m et créent une embrasure extérieure droite de 2,45 m sur une profondeur de 1,07 m avec feuillure. Dans son opuscule sur Gréoux, G. Gibelin précise que cette « porte à plein cintre donnait sur un perron à double pente pour descendre au village » (Gibelin 1908 : 40). La rampe orientale existe encore et le couvrement en plein cintre de la porte figure sur des clichés anciens. Derrière son embrasure, on distingue encore fort bien un passage souterrain voûté en berceau plein cintre, dirigé vers le château, dont on ne saurait dire ni d’où il vient ni où il va.

FIG. 37 – Montant oriental du portail sud de l’enceinte castrale.

Clichés S. Claude

2.1.1.3 Les systèmes défensifs

8Le tronçon nord‑ouest de l’enceinte est la partie la mieux conservée, sans doute grâce à l’unique tour qui a été appuyée sur sa maçonnerie, ce qui a permis de la consolider. À l’ouest de l’accès primitif à la basse‑cour, le mur encore en élévation sur 3,50 m de haut et sur une longueur de 4,50 m, a gardé trois archères ainsi qu’une quatrième à l’est. Deux seulement sont visibles depuis le chemin des Hospitaliers, les autres étant cachées par la tour (fig. 38). Elles présentent chacune, sur le parement extérieur de l’enceinte, une petite fente verticale moellonnée de 0,55 m sur 0,05 à 0,10 m, distante de sa voisine de 1,40 m. Celle de l’archère orientale apparaît désormais dans la salle basse de la tour. Sa facture est beaucoup plus soignée, puisqu’elle est façonnée avec les mêmes pierres de taille que celles de la porte en arc brisé (fig. 35). Ces quatre baies s’ouvrent dans la cour, à hauteur d’homme, par des embrasures de 0,75 m de large sur 0,65 m de haut, maçonnées en moellons et couvertes de dalles de calcaire gris, avec des ébrasements internes triangulaires (fig. 33, 147). Toutes ont été murées. Ailleurs, la destruction des parties supérieures de l’enceinte ne permet d’évaluer ni le nombre ni la répartition de ces organes de défense. Les quatre archères qui subsistent sont destinées à la protection de la porte primitive. La position même de cette dernière, surélevée d’environ 4 m par rapport au niveau de circulation des lices extérieures, participe au système défensif. Cet accès devait s’accompagner de structures aujourd’hui disparues, rachetant le dénivelé. Deux hypothèses d’aménagements, sans doute fréquents en région montagneuse, sont permises. D’une part, deux piles précédées d’un escalier situé à quelque distance du rempart ont pu recevoir la retombée d’une passerelle amovible, selon un dispositif reconnu au château d’Oppède (Vaucluse) que nous a signalé E. Sauze ; d’autre part, plus simplement, un escalier de bois reliant le seuil de la porte au sol ferme, pouvait permettre cet accès.

FIG. 38 – Tour et tronçon nord‑ouest de l’enceinte castrale vus depuis l’ouest.

Clichés S. Claude

  • 2 Cette remarque permet de restituer à l’enceinte castrale une hauteur de 8 m environ, à l’époque où (...)

9La construction de la tour de plan ovale, en face de l’angle nord‑ouest de la grande tour du château, condamna le précédent accès. Ce volume repose sur la dernière assise du mur d’enceinte qu’il dépasse de 4 m environ (fig. 38)2. Le parement extérieur de sa maçonnerie fourrée est structuré, à la base, par des moellons ébauchés et disposés en assises irrégulières avec, en blocage, des pierres plus petites, des lits de lauses, des éclats de tuile et des fragments de brique, le tout lié au mortier sableux gris‑beige. Dans sa moitié supérieure, le module des matériaux est plus petit mais l’appareil et le mortier restent les mêmes. L’aspect grossier de ce parement lui valut d’être recouvert d’un épais enduit. Ultérieurement, la tour a été surélevée au nord, afin de permettre l’aménagement d’un toit en pente avec un décrochement. La rupture entre le parement inférieur et ce couronnement est mis en évidence par un lit de lause. Trois canonnières symétriques en pierre de taille, d’un type déjà repéré ailleurs sur le rempart moderne de la ville, traversent la base de la tour à près de 4,50 m au‑dessus du niveau de la route (fig. 38147). Au fond de leur embrasure extérieure, rectangulaire, horizontale et fortement ébrasée, se loge un ressaut délimitant l’orifice de tir. Celui‑ci est centré dans la canonnière centrale, pour le tir frontal, et orienté vers le rempart dans les canonnières latérales, pour le tir de flanquement.

10Côté basse‑cour, la construction de la tour s’accompagna de la réduction de l’embrasure segmentaire primitive pour aménager une porte rectangulaire à linteau de bois, large de 0,80 m (fig. 33). Une voûte en berceau plein cintre, orientée nord‑sud et montée en petites pierres non équarries, divise l’espace intérieur. Là, le parement est un blocage composé de divers matériaux liés par un épais mortier et percé de quelques trous de boulin.

2.1.1.4 La basse‑cour

  • 3 ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).

11La construction de l’enceinte castrale a nécessairement entraîné une rectification des pentes du mamelon rocheux et un apport de terres entre celles‑ci et les maçonneries, pour gagner en superficie praticable et donner accès aux défenses du mur. L’espace sommital ainsi agrandi qui entoure le château est qualifié, dans un prix‑fait du 2 septembre 15923, de « premiere basse court » et est ainsi opposé à la cour intérieure du château.

  • 4 ADAHP, 1Q66, art. 327 (cf. annexe 19).

12Au sud‑ouest, sur une longueur de quelques mètres, les trois assises inférieures d’un parement réglé de moellons, fondées sur le sol naturel, apparaissent en retrait de l’enceinte actuelle. Aucun élément ne permet de dire s’il s’agit là des vestiges d’une protection antérieure, d’un mur de restanque construit dans le but de décharger l’enceinte d’une partie du poids des remblais, ou encore des assises de fondation des « loges » de jardiniers, mentionnées dans une estimation d’avril 17954.

13Sur la plate‑forme, au nord du château, on peut encore voir les lambeaux d’une calade de galets de rivière qui jadis recouvrait sans doute le sol jusqu’à la tour nord‑ouest. Ce pavement soigné, qui disparaît sous la végétation et les gravillons, est resté pratiquement intact dans la montée au château qui longe une partie de l’enceinte. Un muret de soutènement construit en moellons stabilise le flanc nord de la rampe d’accès. Là, la calade suit les déclivités par des pas‑d’âne qui balisent le chemin jusqu’au porche au‑delà duquel elle se poursuit dans la cour du château. Sous le bitume du chemin des Seigneurs, on en suivait, encore récemment, les vestiges très sporadiques, jusqu’à la route de Manosque. Un cliché ancien permet d’imaginer l’aspect de ce chemin en lacet, soutenu par des murets, avant que la végétation et les aménagements divers de voirie ne les occultent à jamais (fig. 30).

2.1.2 Analyse

14En accentuant le brusque dénivelé entre la plate‑forme sommitale du bâtiment seigneurial et le village, l’enceinte contribue à isoler le château dans une situation dominante, pour des raisons militaires défensives évidentes autant que dans le but idéologique de marquer la limite entre le siège de la seigneurie, ainsi posée en exergue dans le tissu urbain, et la masse villageoise (fig. 7a). Au‑delà de la cohérence même du complexe château/basse‑cour/rempart, l’application d’un programme architectural d’ensemble qui a conduit à la construction simultanée de ces deux édifices se perçoit au travers du système défensif des accès. Ainsi, la porte à arc brisé de l’enceinte, qui donne accès à la basse‑cour, a été placée sous la protection de la tour sarrasine du château et dissociée de la porte d’entrée de ce dernier, située à l’opposé, au nord‑est du bâtiment. Cet éloignement des deux portes s’accompagne d’une séparation matérielle. Le prolongement du rempart jusqu’à la tour sarrasine barre en effet l’accès immédiat à la bassecour nord et donc au château, en reléguant de l’autre côté la porte de l’enceinte. Un tel dispositif s’observe au château de Fos‑sur‑Mer (Bouches‑du‑Rhône) où l’on retrouve, dans les années 1200, une porte d’enceinte surplombant le vide extérieur et dotée d’une passerelle escamotable. Elle a été percée précisément dans l’axe du donjon et a été dissociée des bâtiments résidentiels du complexe seigneurial (Lagrue 1990 : 102‑105). À Gréoux, la contemporanéité du château et du rempart est également établie par la nature des matériaux et par leur mise en œuvre, ainsi que par l’arrachement laissé dans le parement extérieur du mur nord de la tour du château par la destruction du dédoublement de ce rempart.

15Les archères sont des éléments défensifs qui se développent dès la fin du xiie s. et que l’on retrouve durant tout le Moyen Âge. La facture très sommaire de celles de Gréoux ne permet pas de proposer de datation absolue. En revanche, la porte en arc fortement brisé et à embrasure intérieure segmentaire oriente la chronologie vers le xive s.

16Dans un second temps, le système de défense du château a été transformé et renforcé par l’édification d’une tour à canonnières contre le mur d’enceinte, et par la condamnation de l’accès médiéval. Son plan et le type des canonnières à ébrasements externes renvoient à des dispositifs du xvie s., tandis que la grande similitude de cet ouvrage avec la tour de la rue des Remparts resserre la chronologie sur le milieu du siècle. La fonction militaire qui prédomina ainsi jusqu’à la fin du xvie s., c’est‑à‑dire jusqu’à ce que la menace des guerres de Religion ne pèse plus, a eu ensuite tendance à s’estomper au fil du temps. La combinaison des sources archéologiques et des données d’archives permet de saisir le lent glissement de la vocation militaire des abords du château, vers une fonction utilitaire et d’agrément.

  • 5 ADAHP, 2E2445, f° 343 v° (cf. annexe 6).

17Le 9 novembre 16075, Antoinette de Glandevès, alors dame de Gréoux, a passé prix‑fait pour la réalisation de « deux pigeonniers dessus les deux tours que sonctz a la basse court du p(rése)nt chasteau ». Le maçon dut, pour ce faire, « auser lesd(ites) deux tours de deux cannes » et les blanchir « tant dedans que dehors ». C’est à Antoinette de Glandevès qu’incombait la fourniture du bois et des tuiles nécessaires. L’une des deux tours est sans doute celle de l’enceinte et, en l’absence de vestiges, nous attribuons la mention de la seconde : la tour nord‑est du château. Ce texte mutilé date le rehaussement, la toiture et les premiers enduits de la tour de l’enceinte, mentionnés dans l’étude monumentale. Mais surtout en faisant état, au tout début du xviie s., de la transformation en pigeonniers de deux tours du complexe castrai, il annonce une phase où s’est opérée la reconversion des espaces militaires en volumes utilitaires. Dès lors, autant que les textes permettent d’en juger, les seigneurs de Gréoux se sont efforcés de rendre fonctionnels et agréables les abords de leur demeure.

  • 6 ADAHP, 2E2489, f° 67 v° (cf. annexe 9).

18Le 9 août 16426, la quittance de paiement d’un prix‑fait « balhe par escripte privee », le 4 novembre 1641, nous apprend que le maçon était tenu « du couste du vilage […] faire les degres de la dessante long lespesseur desd. encoulles et a(utr)es par deors et dans lavant barri dud(it) chasteau ». Il est ainsi possible de restituer un escalier depuis le château jusqu’au village, là où ne subsiste que l’aménagement plus récent d’une rampe.

  • 7 ADAHP, 2E2506, f° 167.

19Le 25 juin 1658, dans un arrentement général de la baronnie baillé à un certain François Mathieu, marchand de la ville d’Aups, par Esprit de Clapiers alors seigneur7, celui‑ci se réserva « le chateau, pigonier et jardin quest dans lainsainte dudit chateau de Greoulx ».

  • 8 ADAHP, 2E2518, f° 250 v° (cf. annexe 12).
  • 9 Pour la calade identifiée en plusieurs endroits de la cour, a été donné un terminus a quo de la fin (...)

20C’est en 1670‑167 18 que le seigneur a fait niveler et « calader » toute l’esplanade au nord de sa demeure, avec le chemin qui y conduit depuis la route de Manosque, le long duquel il a également demandé la construction de murs de soutènement (fig. 30). À peu près au même moment, la cour du château a reçu un pavement identique à celui de la bassecour9.

  • 10 ADAHP, 2E2555, f° 1274 (12 septembre 1769).

21Un siècle plus tard, les abords du château étaient devenus des lieux ombragés et plusieurs arrentements généraux de la seigneurie évoquent « les meuriers qui sont autour du chateau, du pred dit du chateau, et ceux quil [le seigneur] a nouvellement fait planter sur les avenues dudit château »10.

  • 11 ADAHP, 1Q66, art. 327 (cf. annexe 19).

22Enfin, les estimations de la période révolutionnaire11 distinguent, à l’intérieur de l’enceinte castrale, les jardins qui entourent, à l’est, à l’ouest et au sud, la résidence seigneuriale, de l’esplanade nord qui est encore appelée basse‑cour. Aussi, l’ancienne division médiévale de la plate‑forme semble‑t‑elle toujours respectée.

23Le mur d’enceinte, aujourd’hui ruiné, était encore doté de son élévation intégrale dans la première moitié du xixe s., comme l’atteste une gravure de 1828. On y reconnaît la tour d’enceinte, le portail nord et le chemin en lacet qui monte au château (fig. 36).

24Espace militaire ou espace utilitaire et de détente, ou bien les deux à la fois, la basse‑cour reste assez limitée en superficie, en raison de l’ampleur du programme qui a guidé l’édification du château et du report de sa fonction, au moins en partie, à l’intérieur de la demeure seigneuriale.

2.2 Composition d’ensemble du château, matériaux et mise en œuvre

25Après l’étude de ses abords, la progression se fait naturellement vers le château qui occupe, dans une position dominante sur le village et la vallée du Verdon, la moitié sud d’une éminence rocheuse, laissant au nord le grand dégagement de la basse‑cour.

26Au fil de cette approche générale, est d’abord évoquée la composition d’ensemble du château –qui a permis d’avancer une datation et de définir les parties constituantes de l’édifice–, afin de jeter les bases d’une analyse plus précise des élévations. Puis, la question des matériaux utilisés et de leur mise en œuvre est traitée.

2.2.1 Composition d’ensemble du château

27Le château de Gréoux‑les‑Bains est un imposant volume de plan rectangulaire compant 49 m de façades nord et sud, sur une largeur d’environ 38 m, soit une implantation au sol approchant 1 900 m2 (fig. 9). Ses quatre corps de bâtiment, orientés en fonction des axes cardinaux, délimitent une cour intérieure de 20 m sur 30 m. Les bâtiments nord et ouest s’accrochent respectivement sur les flancs est et sud d’une tour de plan carré de 11 m de côté, construite en demi hors œuvre, qu’une tradition orale a qualifiée de « sarrasine ». À l’opposé, une tour de plan circulaire d’un diamètre extérieur de 9,50 m est venue englober l’angle nord‑est du château. La grande régularité de ces dispositions était encore accentuée par l’aménagement dans la cour intérieure, le long des corps de bâtiment, de quatre galeries formant promenoir au rez‑de‑chaussée, surmontées de quatre autres à l’étage, accessibles par un escalier de pierre à l’angle sud‑est. Cet ensemble monumental homogénéisait l’architecture composite des élévations sur cour, en même temps qu’il permettait une desserte globale de l’édifice. Dans ce plan quasi parfait, seul le corps de bâtiment sud dénote par l’infléchissement vers l’ouest de son mur oriental et par l’axe légèrement différent de sa salle occidentale (fig. 39‑41).

FIG. 39 – Plan chronologique de l’étage de soubassement du château.

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

FIG. 40 – Plan chronologique du rez‑de‑chaussée du château.

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

FIG. 41 – Plan chronologique de l’étage du château.

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

28À l’origine, cette distribution générale des espaces libres et des volumes se retrouvait sur un rez‑de‑chaussée et un étage, dans les ailes nord, est et ouest. L’inclinaison nord‑ouest/sud‑est du sol naturel avait permis d’aménager un étage de soubassement dans le corps de bâtiment sud et au sud‑est de la demeure, portant un rez‑de‑chaussée surélevé. Mais à différentes époques, ces niveaux initiaux ont été subdivisés dans l’aile nord et à l’angle sud‑est du château (fig. 8890). Dans chaque corps de bâtiment, à tous les niveaux, les pièces se succèdent en enfilade, distribuées par les galeries d’étage de la cour intérieure.

29À Gréoux, l’élaboration du plan d’ensemble du château semble avoir été principalement guidée par un impératif de résidence où la fonction militaire, sans être absente, apparaît comme secondaire, ou tout au moins cachée. En fait, les éléments de fortification résultent d’une conception passive de la défense par la réunion cohérente sur une surface restreinte des différentes fonctions, y compris militaires, de la résidence seigneuriale. Celle‑ci se présente sous la forme d’un volume organisé qui fait bloc sur l’extérieur par d’épaisses courtines parcimonieusement percées de petites ouvertures au rez‑de‑chaussée. Ce n’est qu’ultérieurement, avec la construction de la tour nord‑est, qu’ont été modernisés les organes militaires du château, pour répondre à un climat politique tendu.

  • 12 Le château occupe une superficie au sol d’environ 1900 m2, dont 1 300 m2 pour les corps de bâtiment (...)
  • 13 ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).
  • 14 ADAHP, 2E2555, f° 1274.

30La première exigence de l’édifice lui‑même semble bien être résidentielle et fonctionnelle. Ceci a été rendu possible par la mise en place d’un vaste volume aux dispositions cohérentes, décuplant ainsi les capacités d’habitation12, et par l’aménagement de la cour intérieure, vaste puits de lumière, espace et organe de communication, au détriment de la bassecour extérieure. Un prix‑fait du 2 septembre 1592 traduit cette dichotomie en désignant cet espace septentrional comme « premiere basse court »13, qui apparaît également en 1769, dans un arrentement de la ménagerie du château et de ses dépendances, sous les termes d’« avant cour dudit château »14.

31La simple lecture du plan met en évidence plusieurs grandes phases dans l’édification du château. La première correspond aux espaces XV et XIX ; elle se distingue de la seconde par une orientation légèrement différente. L’organisation régulière sur un espace réduit des quatre corps de bâtiment perpendiculaires autour d’une cour intérieure, permet d’ores et déjà d’avancer, pour la seconde phase qui voit ainsi se structurer le château, une datation du xive s. Tous les autres ouvrages, les organes de communication de la cour d’abord, puis la tour nord‑est et l’ensemble sud‑ouest, ne sont venus compléter la silhouette de l’édifice qu’ultérieurement (fig. 39‑41).

32L’étude du plan d’ensemble du château de Gréoux permet à présent de définir une trame descriptive qui reprend le système mis en place par le service de l’inventaire des richesses artistiques de la France. La description analyse les huit grands ensembles composant le château : le corps de bâtiment nord, la tour nord‑ouest, dite « tour sarrasine », le corps de bâtiment occidental, l’ensemble sud‑ouest, le corps de bâtiment sud, le corps de bâtiment oriental, la tour de plan circulaire nord‑est et enfin la cour intérieure. Ceux‑ci ont été, à leur tour, subdivisés en espaces correspondant chacun à une pièce et ont été numérotés en chiffres romains. Dans chacune des pièces, chaque structure est définie par un enregistrement alphanumérique (fig. 42‑44) : PR. pour les portes, Esc. pour les escaliers, Che. pour les cheminées, Fr. pour les fours et Lat. pour les latrines. Nous avons réuni sous l’abréviation Fen. toutes les baies qui ne sont pas des portes, sans distinction. Certains aménagements sont regroupés sous le terme générique de « structure » (STR.). Afin de faciliter les renvois au rapport de sondages, la numérotation donnée par les archéologues aux structures mises au jour en 1990 a été gardée (Estienne, Molina). Elle figure entre parenthèses et en italique.

FIG. 42 – Plan de l’étage de soubassement du château avec la numérotation des espaces (chiffres romains) et des structures (chiffres arabes).

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

FIG. 43 – Plan du rez‑de‑chaussée du château avec la numérotation des espaces (chiffres romains) et des structures (chiffres arabes).

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

FIG. 44 – Plan de l’étage du château avec la numérotation des espaces (chiffres romains) et des structures (chiffres arabes).

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

2.2.2 Matériaux et mise en œuvre

33Le château de Gréoux est remarquable par la longévité de son occupation qui couvre une période allant du xiie s. à l’après‑Révolution. Il en résulte une architecture complexe où se chevauchent avec les époques, réfections et reprises dont rend compte l’étude des matériaux et de leur mise en œuvre. Cet examen des techniques de construction rencontrées au château aborde successivement les maçonneries, les éléments de pierre de taille et le second œuvre.

2.2.2.1 Le gros œuvre

34Toutes les maçonneries sont construites dans un calcaire local sous‑jacent au poudingue et issu des falaises du Rocher Bleu sur lesquelles s’accroche le village. Cette pierre dure au grain fin, qui s’altère au temps par un feuilletage de surface, est un matériau abondant, utilisé dans tous les édifices gryséliens, remparts, maisons, église et chapelles. Il est mis en œuvre dans des maçonneries fourrées avec appareils de revêtement ou dans des blocages liés au mortier.

  • 15 L’épaisseur des assises ne dépasse jamais une douzaine de centimètres pour des moellons dont la lon (...)

35Deux modules de moellons et cinq types de maçonneries peuvent être distingués dans le château. Tout d’abord, le petit moellon15, parfaitement équarri, localisé dans l’aile sud (Esp. XV et XIX). Il compose l’appareil réglé à assises régulières de maçonneries peu épaisses (0,75 à 0,80 m). Le mortier liant est gris avec des inclusions de gravillons et les joints entre les moellons sont ici, comme pour la quasi‑totalité des parements, maigres et creux.

  • 16 Les assises ont une épaisseur de 0,15 m, parfois un peu plus. La longueur des moellons varie de 0,1 (...)

36Les constructions des xive et xve s. se différencient par un appareil de moyens moellons16 assez réguliers et bien équarris, disposés en assises réglées, et liés par un mortier jaune‑beige, de structure grossière avec, en inclusion, des petits graviers et des cailloux. L’épaisseur de ces maçonneries varie entre 1,30 m et 1,80 m pour les courtines et les élévations sur cour, et entre 0,80 m et 1 m pour les murs de refend.

37On trouve un appareil de moellons moyens, simplement ébauchés et associés à d’autres matériaux en blocage tels que la tuile, la brique, la lause ou les galets de rivière. Ils sont montés en assises irrégulières, dans les parements de l’ensemble sud‑ouest, les cloisons entre les espaces XXIX, XXX et XXXI, le voûtement de ces derniers, celui des espaces XII et XIII (ensemble sud‑ouest), des caves XVI, XVII et XXXVIII (aile sud et cour), et enfin dans les réfections modernes de la courtine occidentale. Leur épaisseur est inférieure à 1 m. Ces matériaux sont généralement scellés par un mortier gris ou gris‑beige friable, avec des inclusions de nodules de chaux et de quelques gravillons qui diffèrent un peu d’une maçonnerie à l’autre.

38Enfin, certaines constructions présentent des parements non assisés où se mêlent moellons, galets, lauses, tessons de tuiles et briques, liés par un mortier gris, dur, à nodules blancs. Cette mise en œuvre concerne les murs entre les espaces XX, XXI et XXII et entre les espaces XXIII, XXIV et XXV.

39Le parement intérieur de la tour nord‑est et la courtine orientale, à l’étage, sont quant à eux construits avec un simple blocage des mêmes matériaux.

  • 17 ADAHP, 2E2453, f° 155 v° (cf. annexe 7).
  • 18 ADAHP, 2E2527, f° 271 v°, août 1702 (cf. annexe 15).
  • 19 ADAHP, 2E2430, f° 283 v° (cf. annexe 3).

40Les textes, tous d’Époque moderne, sont peu explicites sur les maçonneries et leur mise en œuvre. Tout au plus précisent‑ils la hauteur et l’épaisseur des murs qui varie de 2,5 à 4 pans (0,62 m à 1 m), ce qui correspond bien aux vestiges conservés in situ. Seule une épaisseur de 7 pans (1,75 m) est requise pour la fondation des murs extérieurs de l’ensemble sud‑ouest. Dans un seul texte un « retirement » d’un quart de pan par canne, soit 0,06 m tous les 2 m, est explicitement demandé17. Il s’agit alors peut‑être du léger talus visible à la base des murs. Dans un autre contrat, il est seulement précisé que les murs doivent avoir un « retirement ordinaire »18 qui peut être, dans ce cas, un simple ressaut de fondation. La plupart du temps, il est exigé que la fondation du mur soit établie « sur le ferme » ou sur la partie solide de la maçonnerie ancienne, dans le cas d’une réfection19.

  • 20 ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).
  • 21 ADAHP, 2E2518, f° 250 v° (cf. annexe 12).
  • 22 ADAHP, 2E2466, f°614 (cf. annexe 8).
  • 23 ADAHP, 2E2422, f° 264 v° (cf. annexe 2).
  • 24 ADAHP, 2E2430, f° 283 v° (cf. annexe 3).
  • 25 ADAHP, 2E2527, f° 271 v° (cf. annexe 15).

41La structure même des murs n’est évoquée que par des formules lapidaires et répétitives, telles que le mur sera fait « a dictte de mestre »20, ou « bon et de recepte »21, ou encore « de bonne massonnerie »22, et est toujours associée aux matériaux, la pierre parfois, et le « mourtier »23, la « caulx et arenne »24. Un contrat du 8 août 1702 fait toutefois mention d’une « massonnerie prise »25.

  • 26 ADAHP, 2E2430, f° 283 v° ; 2E2434, f° 160 ; 2E2453, f° 155 v° (cf. annexes 3, 4 et 7).
  • 27 ADAHP, 2E2430, f° 283 v° (cf. annexe 3).

42Enfin, la construction de voûtes est mentionnée à quatre reprises, entre 1592 et 1615. Elles apparaissent sous le terme « crote »26, mais ni les matériaux qui les composent, ni leur structure, ni leur profil, ni la manière dont elles sont mises en œuvre –on ne relève qu’une seule évocation de cintres (« sindries ») en bois en 1592, sans autre détail27– ne sont précisés. Sans doute relèvent‑elles de la forme la plus simple, le berceau en plein cintre.

2.2.2.2 Les matériaux taillés et moulurés : nature, utilisation et localisation

  • 28 Les blocs ont une épaisseur variant entre 0,23 et 0,35 m et une longueur de 0,23 à 0,50 m.

43L’utilisation du calcaire prédomine dans la construction des parements moellonnés du château. On le rencontre dans un sixième type de maçonnerie, caractérisé par un unique grand appareil de revêtement monté en pierres de taille28. Cette mise en œuvre a été reconnue sur la fondation du mur occidental de l’espace I (Estienne, Molina 1990 : 37) et sur celle du mur nord de la cave XVII (fig. 45). Dans les deux cas, elle semble consolider un sol naturel de poudingue instable, qui présente une forte déclivité.

FIG. 45. – Grand appareil de fondation à l’angle nord‑est de l’espace XVII.

Clichés S. Claude

  • 29 Deux de ces marches épaisses de 0,18 m sont complètes. Elles sont respectivement longues de 0,54 et (...)

44Avec une taille layée, on retrouve le calcaire gris autour de la plupart des baies et dans les organes de support, notamment les piles et les arcs diaphragmes du promenoir intérieur. Il structure, en outre, les angles de la tour sarrasine, les angles nord‑est, sud‑ouest et sud‑est du château, et a servi à la construction des élévations nord du porche (Esp. I et II), en particulier pour l’appareil à bossage. Ce matériau est également employé dans des escaliers : escaliers à volées droites des caves XVI, XXVIII, escalier de la cour (Esc.173), avec le dallage qui lui est associé, et escalier en vis dont six marches portant noyau ont été reconnues dans les décombres du château29.

45Enfin, ce calcaire gris a été utilisé pour certaines moulures décoratives : le bandeau en cavet qui couronne extérieurement la tour sarrasine, moulure reprise dans les formerets de sa salle haute et le quart‑de‑rond du porche.

46À côté de ces marnes calcaires, on trouve des matériaux tendres : le safre, la molasse jaune et le calcaire coquillier.

47Le safre est un sable local argileux réfractaire, rouge et très friable, qui résiste mal au temps. Sa couleur produit un effet chromatique surprenant sur les parements beiges ou gris de moellons, qui a valu à ce matériau, en dépit de sa mauvaise qualité, d’être fréquemment utilisé en composition avec le calcaire gris. Le contraste est encore accentué par l’utilisation d’un plâtre blanc, très fin, exclusivement réservé au jointoiement plein des blocs taillés dans ce matériau. L’emploi du safre est fréquent dans les embrasures des portes et fenêtres.

  • 30 Le tri récent du lapidaire issu des décombres du château a révélé plusieurs fragments de marches d’ (...)

48Dans le corps de bâtiment nord, il a été utilisé pour la porte PR.12, entre l’espace IV et la cour, ainsi que pour toutes les embrasures intérieures des baies ouvertes dans la courtine nord (Fen.6 à Fen.8, Fen.11, Fen.156 à Fen.159). Pour ces fenêtres, le calcaire beige, plus résistant, a été réservé aux encadrements extérieurs exposés aux intempéries. Il en va de même pour les fenêtres de l’espace VIII de la tour sarrasine (Fen.28 et Fen.31), et la porte PR.33, entre les espaces VIII et XI. Dans le corps de bâtiment occidental, la porte PR.45 et la cheminée Che.46 ainsi que dans le corps de bâtiment sud, le montant occidental de la fenêtre Fen.165 (Esp. XIX), sont également taillés dans du safre. Sa structure peu dense, cause de sa fragilité, en fait un matériau léger, qui a pu justifier son emploi dans des escaliers d’étage, pourtant soumis à une forte usure, comme dans les salles hautes de la tour sarrasine et du porche30. Enfin, on le trouve utilisé pour les voûtes en pierres de taille du porche, des espaces XXVI et XXXVII, de la salle basse de la tour sarrasine et certainement aussi de la salle haute.

49La molasse ocre‑jaune, très proche du safre par sa texture, est employée pour quelques baies (PR.36, Fen.30, PR.47, PR.97 et PR.113), ainsi que pour les deux culées d’angle de l’espace IV. Enfin, parmi les déblais qui jonchent encore les sols du château, se trouvaient quelques tambours de supports octogonaux également taillés dans ce matériau, qui ont pu appartenir aux galeries supérieures de la cour. L’un d’entre eux, aujourd’hui disparu, portait un blason (fig. 144d).

50Une série de baies en calcaire coquillier est localisée dans le corps de bâtiment sud du château. Sont concernés, dans l’espace XV, la petite porte orientale du mur nord (PR.69), la grande porte au sud (PR.70), ainsi que la fenêtre haute occidentale (Fen.60) et le grand arc triomphal muré à l’est. Enfin, c’est dans ce même matériau qu’est appareillé l’angle extérieur nord‑ouest du volume occupé par les salles XV et XIX. Ce groupe se caractérise également par une taille soignée en chevrons que l’on retrouve, ça et là, sur des pierres en remploi dans les maçonneries. Le calcaire coquillier est en outre utilisé dans un groupe de fenêtres plus récentes, dont la plupart ne sont identifiées que par des remplois et fragments lapidaires abondants. Seule demeure en place Fen.31, dans la salle haute de la tour sarrasine.

  • 31 ADAHP, 2E2453, f° 155 v°, le 9 mars 1615 ; 2E2466, f° 614, le 10 mai 1625 (cf. annexes 7 et 8).
  • 32 ADAHP, 2E2430, f° 283 v°, le 16 mars 1592 ; 2E2453, f° 155 v°, le 9 mars 1615 ; 2E2527, f° 271 v°, (...)
  • 33 La « pierre de jauge » qui doit renforcer l’angle d’un glacis (ADAHP, 2E2466, f° 614, cf. annexe 8) (...)
  • 34 « regrillee, les feuillés, pavé et pouttagée » (ADAHP, 2E2527, f° 271 v°, et annexe 15).

51La nature géologique de la pierre n’est jamais évoquée par les textes modernes. Il est un fait cependant, qu’à cette époque, les vestiges n’attestent que l’utilisation du calcaire gris, aussi sans doute la différenciation des matériaux ne s’imposait‑elle pas. Les textes où il est fait mention de pierre de taille, la réservent aux angles (« cantonades »)31 et à l’encadrement de baies notamment les « canonieres de tailhe » des tours rondes32. Une fois, la pierre de taille est désignée par son module33, quatre fois par sa destination34.

2.2.2.3 Le second œuvre : le plâtre, la chaux, le bois et la terre cuite

52En raison des destructions, certaines parties de l’édifice échappent à toute étude et d’autres ne s’appréhendent qu’en partie. Lorsque les vestiges sont trop lacunaires pour être interprétables, les textes prennent parfois le relais pour compléter un tant soit peu notre connaissance. Eux‑mêmes ont leurs limites, la première étant celle de la chronologie : toute la documentation écrite étant postérieure au milieu du xvie s., il ne peut être question ici de l’époque médiévale dont les structures modernes ont éradiqué certains aménagements. À partir des textes et des éléments encore en place, nous aborderons donc le traitement des surfaces murales et de diverses structures en plâtre, puis des aménagements de sols et des toitures.

Le plâtre et les enduits

53L’utilisation du plâtre et des enduits, très répandue, concerne tous les niveaux de la construction : les murs naturellement, mais aussi les ouvertures et leur décor ainsi que certaines structures telles que les escaliers, les cheminées ou les cloisons ; on les retrouve également employés pour le revêtement de certains sols et au niveau des toitures.

  • 35 ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).

54La pratique des enduits muraux est attestée dès le xiiie s. à Rougiers (Démians d’Archimbaud 1980 : 227) et apparaît très fréquemment, dans les contrats aixois à la fin du Moyen Âge (Bernardi 1995 : 369‑376). Dans le château de Gréoux, les éléments conservés de ce type de revêtement, très souvent mentionné dès septembre 159235, ne semblent pas antérieurs au xviie s. à l’exception peut‑être d’un lambeau de jointoiement beurré encore présent à la base du mur nord de la salle IV qui semble d’origine (xive s.). D’autres pièces présentent encore un enduit couvrant –les espaces concernés se trouvent pour la plupart situés dans les ailes sud (Esp. XVIII, XX, XXI XXII, XXIII, XXIV, XXV) et est (Esp. XXVII, XXVIII, XXXII)–, qui se compose d’un apprêt gris, dur, à points de chaux, souvent associé à de gros tessons de tuiles creuses et recouvert d’une couche plus fine, légèrement rosée. Les façades des corps de bâtiments nord, est et sud et de la tour nord‑est sont, quant à elles, badigeonnées d’un épais crépis blanc, dur, à nodules de chaux, cailloux et gravillons.

  • 36 ADAHP, 2E2453, f°155 v° ; 2E2527 f°271 v° (cf. annexes 7 et 15).
  • 37 ADAHP, 2E2527, f° 271 v° (cf. annexe 15).
  • 38 ADAHP, 2E2445, f° 343 v°, 9 novembre 1607 (cf. annexe 6).
  • 39 Cette expression se rapporte à l’enduit d’un plancher et d’un lambris (ADAHP, 2E2527, f° 271 v°, cf (...)
  • 40 ADAHP, 2E2441, f° 125 (cf. annexe 5).

55Le vocabulaire utilisé dans les prix‑faits pour désigner les enduits muraux et la manière de les poser est varié. Les termes « rabiller », « rebouquer », « blanchir », « crespir » se succèdent au fil des textes, sans qu’il soit toujours possible d’en saisir les spécificités. On peut toutefois reconnaître certaines nuances. Ainsi, les verbes « reboucar » ou « rebonequés » s’appliquent davantage aux enduits d’extérieur et à un travail moins fin36, correspondant bien à la définition de gobeter que propose P. Bernardi pour des périodes antérieures (1995 : 371). À l’inverse, le mot « blanchir » est systématiquement associé au plâtre, qu’un contrat requiert le « meilleur qui se trouvera »37. On le voit, de plus, surtout employé dans la rénovation d’espaces résidentiels ou en dernière étape du crépissage38 et le soin qui doit être apporté à son travail est toujours souligné. Enfin, le mot « crespir » revêt, semble‑t‑il, un sens assez neutre. Il est en effet tantôt précisé dans des expressions comme « crespir a point de blanchir »39 et tantôt mis en parallèle avec ce même terme « blanchir »40.

  • 41 Idem.
  • 42 ADAHP, 2E2527, f° 271 v° (cf. annexe 15).

56Plus rarement, en revanche, sont évoqués les enduits liés aux baies dont, du reste, la mise en œuvre est souvent peu explicite dans la documentation écrite. Cet usage est pourtant assez fréquent dans le château : un certain nombre de portes et fenêtres, auxquelles on peut ajouter des niches et placards muraux, se caractérisent par les dispositions sommaires de leurs embrasures simplement rectifiées à l’enduit. Ce revêtement, plus rose, plus résistant et granuleux en surface est généralement, du moins dans les exemples conservés, assez différent de celui des murs. Pour les textes modernes, ce type de percement que trahissent les matériaux utilisés est défini par le verbe « cuilhir » –on en relève trois mentions en 160241–, tandis qu’un autre texte évoque, en 1702, la réalisation des fenêtres segmentaires de l’étage comme devant être « escarries a point de blanchir », désignant ici très probablement le travail de leurs embrasures intérieures42.

  • 43 ADAHP, 2E2441, f° 125 (cf. annexe 5).

57L’unique mention d’une « crousiere bastarde de gipparye »43, notée pour l’année 1602, renvoie à un type d’ouverture en plâtre beaucoup plus soigné que les précédentes, que P. Bernardi voit apparaître à Aix au début du xvie s. et qu’il identifie à une fenêtre rectangulaire à meneau (1995 : 341‑342). L’utilisation du plâtre dans les croisées, attestée antérieurement, tend à se répandre à cette période (1995 : 338).

  • 44 Ces quelques fragments avaient été dégagés dans les décombres qui jonchaient le sol de la salle xi, (...)

58Une série de gypseries, moulures de plâtre évoquant des palmettes, des feuilles d’acanthe et des frises d’éléments végétaux très stylisés, ont été trouvées hors contexte44 (fig. 46). À l’angle nord‑est de l’espace XXXIV, l’une d’entre elles, liée à la porte « cuilhie » PR. 145, est encore en place. Ces éléments donnent une idée du décor qui devait couronner les murs et les ouvertures des appartements seigneuriaux, révélateurs des goûts d’une aristocratie qui, à l’Époque moderne, en agrémentait ses résidences. Le plus souvent, seuls quelques indices tels que les entailles qui montent par bandes de 4 à 6 cm de large aux angles de l’espace XXIV laissent supposer ce décor mouluré, manifestement très répandu.

FIG. 46 – Éléments de décor : a bandeau de gypserie, mouluré d’une gorge à profil segmentaire, suivie d’un filet et d’un bandeau torique à profil segmentaire avec décor d’entailles ; b bandeau de gypserie incisé ; c frise de gypserie de feuilles d’acanthe et bandeau torique à profil segmentaire à décor incisé, séparés d’un chanfrein double ; d décor de gypserie à palmettes ; e élément de corniche segmentaire en gyp, orné de palmettes.

Clichés S. Claude

  • 45 ADAHP, 2E2441, f° 125 ; 2E2527, f° 271 v° (cf. annexes 5 et 15).

59Des escaliers de plâtre, rien ou presque ne subsiste. Pourtant, une telle structure semble, selon nous, devoir être restituée dans l’espace VI, au seuil de la porte PR.23, prolongeant l’escalier Esc. 160 ménagé dans l’épaisseur du mur ouest de cette salle. Les textes ne sont pas plus éloquents sur ce type de construction très fréquent en Provence (Ministère de la culture 1981 : 100), qui associe le plâtre à une structure de bois. Un seul mentionne, en 1602, la réalisation d’une vis par un gipier et un second contrat évoque la confection, en 1702, de « marches de gipperie », sans plus de détail45.

  • 46 ADAHP, 2E2441, f° 125 (cf. annexe 5).
  • 47 ADAHP, 2E2527, f° 359 v° (cf. annexe 16).

60Sept salles du château portent les vestiges de cheminées. Ménagées dans l’épaisseur de la maçonnerie, elles ne se résument plus aujourd’hui qu’à la cavité d’un foyer et d’un conduit. Excepté Che.46, toutes sont enduites et l’une d’entre elles, la cheminée Che.131, a gardé des éléments de bois d’une armature sur laquelle devait être appliqué le plâtre. Cette pratique, très répandue aux xve et xvie s., est citée dans un contrat du 12 avril 1602, où la réalisation de trois cheminées au château est confiée à un maître gipier qui dispose pour cela de « gyp », de chaux et de bois mis à sa disposition par le seigneur commanditaire46. Au tout début du xviiie s., une seconde mention de cheminées pour le château apparaît par le biais de corniches sculptées qui devaient y être faites, mais aucun détail ne permet d’en apprécier la facture47.

  • 48 ADAHP, 2E2527, f° 271 v° (cf. annexe 15).

61Une mention d’archives et quelques maigres vestiges attestent la présence au château de Gréoux d’un cloisonnement léger : le « bugé ». Dans un contrat du 8 août 1702, pour ces cloisons, les maçons doivent fournir le plâtre et les mallons48. Le bois n’y est pas évoqué, mais les vestiges de l’espace XXV en assurent l’utilisation pour l’armature de la séparation. Le bois et le plâtre sont également mis en œuvre pour des lambris dont le même contrat fait mention.

  • 49 ADAHP, 2E2422, f° 264 v° ; 2E2445, f° 343 v° ; 2E2526, f° 526 (cf. annexes 2, 6 et 14).

62Le « gyp » fut enfin abondamment et quasi exclusivement employé –parfois on trouve également mention de mallons– pour l’aménagement des nids, dans les deux pigeonniers du château, structures dont aujourd’hui seuls témoignent les textes49.

Les sols et leur revêtement

63La disparition de tous les planchers et, avec eux, des revêtements de sols aux étages, rend souvent aléatoire toute tentative de restitution de leur structure. Aux niveaux inférieurs, les aménagements de sols généralement mieux conservés n’en sont pas moins occultés par les encombrements récents du château. Aussi l’on ne saurait aujourd’hui, à partir de ces sources archéologiques et archivistiques indigentes, que proposer une étude globale des différentes formules adoptées, en examinant successivement la structure des planchers et les revêtements des sols.

64Quatre types de planchéiage se rencontrent au château. Le premier n’est structuré que par de grosses poutres sur lesquelles sont posées à la perpendiculaire, les lames du parquet, technique simple et économique ne pouvant convenir qu’à des surfaces réduites. Dans la tour sarrasine, entre les espaces VIII et IX, les poutres sont de section carrée d’environ 0,35 m de côté et leur entraxe est très variable. Dans le corps de bâtiment sud, entre les espaces XVIII et XXII, d’une part, et les espaces XXII et XXV, d’autre part, les poutres de section circulaire, encastrées dans les murs porteurs nord et sud, ont un entraxe de 2,40 m à 2,50 m. Sur les six encastrements circulaires du plancher de l’espace XXV, quatre ont gardé une double agrafe en fer forgé qui retenait les poutres. Dans le corps de bâtiment oriental, un plancher identique fut posé entre les espaces XXVII et XXVIII d’une part, et XXVIII et XXXII de l’autre, sur des ressauts de la maçonnerie. C’est enfin ce même type de division que l’on trouve au départ de voûte des espaces domestiques XII, XIII, XVI, XVII, XXIX, XXX et XXXI.

65Un deuxième type de planchéiage a consisté en un double empilement de poutres et de solives perpendiculaires qui recevaient les lames du parquet. Dans l’aile sud, entre les espaces XXI et XXIV, trois grosses poutres de section circulaire (entraxe de 1,70 et 1,45 m) déchargent ainsi quinze solives perpendiculaires (entraxe de 0,45 m environ). À l’étage supérieur, entre l’espace XXIV et les combles, les deux poutres encastrées dans les murs est et ouest sont également retenues par des corbeaux. C’est à ce même type de charpente que l’on eut recours pour les galeries basses du promenoir.

  • 50 Le diamètre de ces supports est de 0,10 m. Ils sont calés dans une fosse de 0,20 m de diamètre qui (...)

66Une troisième technique a été utilisée pour couvrir la grande surface de l’espace IIIa. Elle a consisté en l’installation de trois filières longitudinales (est‑ouest) d’une portée de 17 m, soulagées, dans l’espace IIIa, par des poteaux dont la fouille de 1990 a retrouvé les fondations (fig. 53)50. L’entraxe des poutres est de 1,60 et 1,90 m. Les ancrages encore visibles dans le mur nord pourraient être ceux d’un niveau de solives perpendiculaires, mais leur rythme irrégulier ainsi que leurs dimensions très variables laissent toutefois quelques doutes à ce sujet.

  • 51 L’une des solives de ce plancher, prélevées et analysées par Archéolabs, présentait la rainure d’un (...)
  • 52 Analyses réalisées par Archéolabs à Grenoble, à la demande de l’architecte en chef des Monuments hi (...)

67Entre les espaces XV et XIX, une première série d’au moins trois grosses poutres transversales nord‑sud, de section carrée (0,35 m de côté), soulageait des filières longitudinales est‑ouest sur lesquelles reposaient une quarantaine de solives de section rectangulaire (0,12 x 0,20 m) espacées en moyenne de 0,30 m. Cette structure complexe, beaucoup plus élaborée que les précédentes, qui couvre également les espaces V et XXIII51, se rencontre dès le xive s. dans plusieurs édifices avignonnais et est encore conservée à la livrée Ceccano et au Palais des Papes. À Gréoux, les données de l’analyse monumentale et les expertises dendrochronologiques52 pratiquées sur huit échantillons de sapin prélevés dans les ancrages de solives et d’une poutre du plancher de l’espace XXIII –la date probable de 1325 ou une année postérieure très proche a été proposée pour la mise en place du plancher–, établissent une chronologie tout à fait comparable.

  • 53 ADAHP, 2E2453, f° 155 v° (cf. annexe 7).
  • 54 ADAHP, 2E2527, f° 271 v°, le 8 août 1702 (cf. annexe 15).
  • 55 ADAHP, 2E2441, f° 125, le 12 avril 1602 ; 2E2527, f° 271 v°, le 8 août 1702 ; 2E2527, f° 273, le 9  (...)

68Les matériaux mis en œuvre pour le revêtement des surfaces de circulation sont très variés. Les caves n’ont reçu aucun aménagement de sol. Certains espaces à ciel ouvert (la cour) ou de circulation (les galeries basses et le porche) ont été caladés à l’Époque moderne, et l’espace XIV fut dallé (« bardatz »)53. Plusieurs salles planchéiées ont conservé totalement ou partiellement un revêtement de terre cuite, mallons pour les espaces XV, XX et XXXIV, ou remettes dans les espaces XIX, XXII, XXIII, posés sur un lit de mortier54. Enfin, trois textes décrivent, en 1602 et 1702, la présence d’un revêtement de plâtre sur le plancher et parfois dessous, mentionnant, par ailleurs, la réalisation de « sollier negas », c’est‑à‑dire de planchers abreuvés au plâtre55.

Les toitures

  • 56 ADAHP, 2E2466, f° 614 (cf. annexe 8).
  • 57 ADAHP, 2E2422, f° 264 v° (cf. annexe 2).
  • 58 ADAHP, 2E2466, f° 614 (cf. annexe 8).
  • 59 ADAHP, 2E2526, f° 526 (cf. annexe 14).
  • 60 ADAHP, 2E2527, f° 271 v°, le 8 août 1702 (cf. annexe 15).

69On ne connaît pour ainsi dire rien de l’évolution des parties sommitales du château au Moyen Âge et à l’Époque moderne. Tout au plus peut‑on signaler l’existence d’une toiture charpentée dès avant 1625 sur l’ancienne terrasse de la tour nord‑ouest56, transformation que connut également la terrasse de l’ensemble sud‑ouest au début du xixe s. La disparition des couvrements ne permet même aucune évocation de la structure des charpentes que les textes, de surcroît, ne documentent que de manière laconique par les expressions « poser une fuste »57 ou « changer des travettes »58. Seuls les qualificatifs de « dome ou chapeau », pour la toiture de la tour du pigeonnier nord‑est, permettent d’imaginer une structure conique59. L’amorce de pignons à l’angle sud‑est du château et les traces de l’implantation d’une toiture dans les parements extérieurs des murs sud et est de la tour sarrasine sont, avec les quatre ou cinq rangs de génoise qui demeurent encore, çà et là, au faîte des courtines, les seuls vestiges des toits à deux versants posés sur les quatre corps de bâtiments. Ils résultent sans doute des reprises, sinon générales du moins massives, des anciennes toitures du château, commandées par Jérôme d’Audiffret en 170260.

70Les galeries supérieures de la cour étaient également charpentées. L’échafaudage récent d’une partie de l’élévation sud sur cour a permis l’examen du niveau d’encastrement de cette toiture en appentis, visible à environ 3,50 m du plancher de la galerie, qui manifestement recevait un système de pièces de bois perpendiculaires au mur. Il faut sans doute y voir les ancrages de demi‑entraits dont les extrémités opposées pouvaient, selon une proposition séduisante de F. Flavigny, être assemblées d’une part avec des sablières portées par les piles de la galerie haute et d’autre part avec les arbalétriers de la charpente des corps de bâtiment, prolongés sur cette galerie. Ainsi, l’appentis qui couvrait la coursive supérieure de la cour se situait‑il dans la continuité des versants intérieurs des toits des corps de bâtiments (fig. 142143).

  • 61 ADAHP, 2E2466, f° 614 (cf. annexe 8).
  • 62 Idem.
  • 63 Idem.

71De peu d’utilité pour la connaissance de la structure des charpentes, les textes sont en revanche plus explicites sur les matériaux de couverture et leur mise en œuvre. Le mallon a été utilisé, semble‑t‑il, préférentiellement mais pas exclusivement, pour les pigeonniers, tandis que la tuile était réservée aux couvertures des corps de logis61. Deux types de tuiles y sont distingués en fonction de leur position sur la couverture : les « saillents » appartenant à la partie de toit en encorbellement et les « serrades » disposées en bordure des versants. De la plupart des mentions, on peut déduire que les matériaux étaient scellés et jointoyés par un mortier de chaux et sable. Une seule, concernant le grand pigeonnier, décrit la fixation des carreaux de terre cuite sur un voligeage, en 162562. La génoise semble attestée au château, par les textes, dès cette date63.

72Ainsi, à côté des importants vestiges maçonnés, presque tous les aménagements plus légers ont disparu. L’approche globale du plan ne permettait pas de soupçonner la complexité de l’édifice, que la présentation des maçonneries et du second œuvre laisse transparaître et qu’une étude des élévations permet d’éclaircir et de préciser.

2.3 Le corps de bâtiment septentrional

73La courtine nord du château s’ouvre sur la bassecour, dominant, au pied du versant sud du plateau de Valensole, des terrains qui étaient laissés aux cultures il y a encore quelques décennies.

2.3.1 Description

2.3.1.1 Plan et distribution des espaces

74Ce corps de bâtiment rectangulaire qui se déploie sur près de 10 m en largeur et 30 m en longueur, unit, à l’ouest, sa maçonnerie à celle de la tour sarrasine contemporaine. Ses 12 m d’élévation étaient divisés en deux niveaux à l’origine, puis en trois par la suite. Seul l’organe d’entrée, le porche surmonté de la salle de la herse (fig. 47), indépendant du reste du bâtiment, a gardé ses dispositions premières.

FIG. 47 – Section ouest‑est du château traversant la tour nord‑ouest et le corps de bâtiment nord.

Dessin S. Claude

75La distribution des pièces à l’ouest de l’entrée est identique sur les trois niveaux (fig. 47) : deux salles en enfilade qui communiquent, la première dégageant un espace intérieur de 8,50 m sur 17 m (Esp. IIIa, IIIb et V), la seconde de 6,50 m sur 6,60 m (Esp. IVa, IVb et VI). Le mur de refend entre les espaces III et IV, lié en besace aux maçonneries de la courtine nord et du mur sur cour du corps de bâtiment, s’infléchit légèrement vers le nord‑ouest, sans raison apparente.

2.3.1.2 Élévations intérieures du corps d’entrée

L’espace I

76Le porche contigu au corps de bâtiment oriental s’ouvre dans l’axe de la galerie est du promenoir, face au grand escalier de la cour (Esc.173). Cet espace de 3,50 m sur 10 m de côté est isolé du reste de l’aile nord, mais communique avec le bâtiment oriental par la porte PR.1 qui n’est plus aujourd’hui qu’une brèche dans la maçonnerie.

  • 64 Céramique commune grise et brune, dont deux fonds plats de pégau (Rougiers, Cat. B3 type a2), deux (...)

77Les murs est et ouest présentent un appareil réglé de moyens moellons bien équarris, dont la base est rubéfiée, couronné de cinq assises de gros moellons. Les fondations du premier, observées en fouilles, ont été appuyées, à l’ouest, contre un brusque dénivelé du substrat. Le comblement rapporté sous le porche afin de niveler la déclivité du terrain recelait un abondant matériel daté de la fin du xiiie s.64, mêlé à des cendres et à des charbons localisés au nord‑est du sondage. Les fouilleurs l’on supposé, pour cette raison, issu de la destruction d’une fosse ou d’un dépotoir voisin.

78Les mêmes murs supportent une voûte nord‑sud en berceau brisé, appareillée en pierre de taille de safre, dont la retombée est soulignée par un cordon en quart‑de‑rond tandis que les formerets nord et sud sont moulurés d’un cavet de molasse ocre. Au sud, ce couvre‑joint a été placé à la rencontre de la voûte et d’un arc brisé aux arêtes chanfreinées, dont la retombée pénètre dans l’épaisseur du mur (fig. 48b).

FIG. 48 – Espace I : a retombée orientale de l’arc de la porte PR.2 et rainure de la herse ; b détail de la mouluration en chanfrein, quart‑de‑rond et cavet, de la retombée sud‑est de la voûte.

Clichés S. Claude

  • 65 L’un d’entre eux est à cheval sur deux assises de pierre de taille dont les décrochements présenten (...)

79La porte PR.2, entièrement en calcaire de taille, traverse le mur nord avec une embrasure intérieure segmentaire (fig. 47) et une embrasure extérieure couverte de deux arcs brisés reçus par des consoles en cavet droit que séparent les passages rainurés d’une herse et un assommoir (fig. 48a). Au contact de l’embrasure extérieure, les tableaux de l’embrasure intérieure ont gardé les ancrages des deux vantaux de la porte, partiellement occultés par la maçonnerie qui, à l’époque contemporaine, a obturé l’entrée. Il s’agit de trois encastrements rectangulaires (environ 0,30/0,35 m sur 0,26 m) au même aplomb, respectivement ménagés sous la retombée de l’arc segmentaire de l’embrasure intérieure, à la hauteur du départ de l’arc brisé extérieur et environ 0,80 m au‑dessus du sol actuel65. Cette entrée était également défendue par un pont‑levis (cf. infra, § 2.3.1.4).

L’espace II

80À l’aplomb du porche, la salle de la herse en reprend les dimensions et les dispositions, avec deux murs latéraux est et ouest qui ont reçu ici une voûte en berceau légèrement surbaissé. Le sol, recouvert en 1985 d’un revêtement étanche, était dallé de terre cuite. Des mallons rectangulaires disposés le long des murs et au centre divisaient la surface de la salle en quatre compartiments dont l’intérieur était carrelé de tomettes hexagonales (fig. 49).

FIG. 49 – Aménagement de sol en carreaux et tomettes de terre cuite de la salle de la herse vu du nord‑ouest.

Clichés F. Flavigny, ACMH

81Au travers du mur nord, une large embrasure intérieure segmentaire (2,57 m sur 4,32 m) est dégagée à l’aplomb PR.2. Elle est montée en grand appareil de pierres de taille layées ; l’intrados et l’extrados de son arc ont été traités avec un bossage rustique (fig. 50). En son centre, s’inscrit une fenêtre de 1,20 m de large sur 2,55 m de haut, Fen.3, dont l’encadrement segmentaire remploie plusieurs éléments de demi‑colonnette à listel engagée (fig. 51) ainsi qu’une moulure composée d’un tore à listel à profil outrepassé, suivi d’une doucine, d’un anglet et d’un bandeau. Une feuillure restituée au mortier masque ces récupérations. Cette fenêtre appartient à un second état, ainsi qu’en témoigne le blocage de matériaux composites scellés par un mortier blanc plâtreux avec des gravillons, entre les pierres de taille du remplage et celles de son encadrement (fig. 47). La baie Fen.147 lui a en effet préexisté. Ses dispositions se lisent encore parfaitement dans l’arrachement du mur. À 4,10 m du sol, les blocs de taille dessinent ainsi le négatif d’un arc segmentaire de même profil que celui de Fen.3 qui a pu en récupérer les claveaux.

FIG. 50 – Espace II, mur nord de la salle de la herse.

Clichés S. Claude

FIG. 51 – Remploi, dans l’encadrement de la fenêtre Fen.3, d’un élément de nervure mouluré d’un tore à listel.

Clichés S. Claude

82Dans l’embrasure de Fen.3, une fente rainurée a été réservée pour le passage de la herse. Celle‑ci était hissée à l’aide d’une chaîne passée dans un anneau métallique à l’aplomb de la fente et était reliée à un treuil.

83La porte rectangulaire PR.4 est façonnée avec un enduit rose et granuleux au travers du mur est, vers l’espace XXXIV. Le même mur a gardé trace de la volée droite d’un escalier de safre, Esc.148, montant au nord vers des combles ou vers une ancienne terrasse (fig. 52). Son retour en équerre à partir d’un probable repos à l’angle sud‑est de l’espace II peut être restitué, le long du mur sud détruit.

FIG. 52 – Mur oriental de la salle de la herse et escalier Esc.148.

Clichés S. Claude

2.3.1.3 Élévations intérieures des espaces III à VI

L’espace III

84Du mur sud disparu ne subsiste que la trace d’un arrachement à l’ouest, ainsi que deux structures mises au jour dans un sondage perpendiculaire à la courtine nord (Estienne, Molina 1990 : 5‑7). La première (St.03), qui pourrait être le négatif du mur ou sa fondation, s’interrompt à l’est sur la seconde (St.04), constituée d’un aménagement de pierres rectangulaires en partie rubéfiées et liées par une couche de terre également rougie, qui s’étend plus au nord. Il pourrait s’agir d’un élément de seuil (fig. 53).

FIG. 53 – Sondage I : a plan d’ensemble ; b coupe sud‑nord.

Dessins J. Isnard/ AFAN

85À 2,90 m du sol actuel, dans le mur nord (fig. 47), un alignement de cinq trous et l’âtre d’une cheminée (Che.5) permettent de restituer un niveau de sol divisant l’espace III en deux pièces : IIIa qui ne dispose d’aucune ouverture vers l’extérieur et la salle supérieure IIIb (fig. 90). Cette dernière est ajourée par trois petites fenêtres (Fen.6 à Fen.8). Leurs ébrasements intérieurs, à voussure segmentaire et appui taluté, sont appareillés en safre dont les pierres de taille forment une chaîne liée au parement du mur (fig. 145). À l’extérieur, ces baies présentent un encadrement rectangulaire en calcaire de taille avec des arêtes chanfreinées. De la cheminée Che.5 ne subsiste que la partie du foyer ménagée dans l’épaisseur du mur, avec son conduit décentré, maçonné de pierres de safre.

86Les murs est et ouest (fig. 54) ont gardé l’implantation des trois poutres longitudinales du plancher posé entre les espaces IIIa et IIIb (cf. supra chap. 2, § 2.2.2.3). Au centre du mur occidental, deux petites portes superposées, PR.9 et PR.10 (2,20 x 0,85 m), très restaurées, assuraient respectivement la communication entre les espaces IIIa et IVa d’une part, IIIb et IVb d’autre part. La porte supérieure en plein cintre (PR.10) n’a d’autre aménagement que l’enduit qui tapisse ses tableaux et son intrados, et un seuil mallonné.

FIG. 54 – Mur occidental des espaces IIIa‑IIIb et mur sur cour du corps de bâtiment nord vus du sud‑est.

Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH

L’espace IV

87La division verticale de l’espace IV en deux pièces, IVa au rez‑de‑chaussée et IVb en entresol, a logiquement accompagné celle de l’espace III. L’accès à l’espace IVa est donné, depuis la salle basse de la tour nord‑ouest, par une brèche dans la maçonnerie (PR.13) et, depuis la cour, par la porte PR.12. L’embrasure très restaurée de cette dernière supporte une voussure segmentaire appareillée en safre. L’ajustement parfait de ses pierres de taille liées au mortier de plâtre blanc atteste de dispositions d’origine que confirme une photographie de 1872 sur laquelle l’embrasure extérieure de PR.12 apparaît couverte d’un arc brisé monté en calcaire de taille, comme PR.24 et 128 (fig. 131).

  • 66 La courtine nord, d’1,20 m d’épaisseur dans l’espace III, passe à 1,80 m dans l’espace IV dont le m (...)

88La courtine nord (fig. 47) est percée d’une fenêtre décentrée vers l’est, Fen.11, identique et au même niveau que les baies de l’espace IIIb. À l’angle du mur occidental et à 2,55 m du sol actuel, subsistent un culot en pyramide renversée à l’extrémité baguée et le départ d’une voûte en safre, dont on retrouve une autre retombée à l’angle sud‑ouest (fig. 55). Ils trahissent avec l’épaisseur des maçonneries66, qui peut surprendre pour un espace si petit (6,50 x 6,60 m), l’intention initiale de couvrir la pièce d’une voûte d’arêtes. Celle‑ci ne fut certainement jamais réalisée, ainsi qu’en attestent l’absence de tout autre vestige et surtout la fenêtre Fen.11 qui se trouve sur le tracé d’un formeret.

FIG. 55 – Détail du culot nord‑ouest de l’espace IV.

Clichés S. Claude

L’espace V

89À l’aplomb de l’espace III, l’espace V déploie un volume identique qui a souffert de nombreuses destructions. Le mur sud, nous l’avons vu, mais également le mur ouest ont disparu.

90La courtine nord (fig. 47) a gardé les vestiges de trois phases de percement : des baies de safre contemporaines de la construction du mur (Fen.156 à Fen.158), des fenêtres à croisées dont deux à coussiège (Fen.186 et Fen.187) et des grandes fenêtres segmentaires à allège (d’est en ouest, Fen.14 à Fen.17). Ces dernières, tout à fait comparables à la fenêtre Fen.3, mesurent environ 1,30 m sur 2,70 m. Leur encadrement en calcaire coquillier ou en molasse recèle plusieurs réemplois qu’un blocage de petites pierres liées au mortier scelle à la maçonnerie. Les embrasures intérieures rectangulaires et légèrement ébrasées sont enduites d’un mortier rosé, parfois très épais comme dans la fenêtre Fen.16 (fig. 5657), tant pour dissimuler la structure interne de la maçonnerie, que pour masquer les remplois et anciennes baies et donner ainsi une apparente uniformité à ces structures composites. Parmi les remplois évoqués figurent plusieurs éléments de fenêtre à croisée, dont la base prismatique d’une colonnette engagée et un fragment de chambranle orné de deux gorges à profil segmentaire (ou cavets ?) en calcaire coquillier, visibles dans le montant ouest de Fen.14 et dans le parement du trumeau entre cette baie et la fenêtre Fen.15. Ces pierres, ainsi que des récupérations identiques dans les montants des baies Fen.15 et Fen.16, établissent la présence d’un état de fenêtres à croisée. Deux d’entre elles, Fen.186 et Fen.187, disposaient de coussièges que l’on perçoit encore dans les embrasures intérieures des fenêtres Fen.16 et Fen.17 (fig. 56).

FIG. 56 – Espace V, vestiges des trois fenêtres aménagées successivement au même endroit : Fen.16, Fen.157 et Fen.186.

Clichés S. Claude

FIG. 57 – Espace V, détail de l’ébrasement occidental de la fenêtre Fen.157 et blocage de la fenêtre Fen.16.

Clichés S. Claude

91L’état initial des percements est mis en évidence par des lambeaux de parements de pierres taillées dans du safre et liées par un mortier blanc. Les vestiges de la fenêtre Fen.156 apparaissent ainsi dans l’ébrasement occidental de Fen.14 et ceux de Fen.158 à l’extrémité ouest du mur. Dans Fen.16, on retrouve les éléments similaires à ceux de l’ébrasement occidental de la fenêtre Fen.157, dans lequel pénètrent deux pierres de calcaire taillées de l’encadrement extérieur. Ce parement de safre crée une chaîne harpée liée à la maçonnerie de la courtine (fig. 4756).

L’espace VI

92La construction d’un escalier et d’une cage d’ascenseur entre les espaces IV et VI limite notre vision du mur sud. Aussi, nous contenterons‑nous, pour lors, de mentionner uniquement les deux portes PR.20 et PR.21 qui ont assuré la communication entre l’espace VI et la galerie haute de la cour (fig. 54). La première, murée, est couverte d’un arc infléchi ; la seconde, à l’ouest, est un petit passage rectangulaire enduit sans ébrasement.

93Le mur oriental est, dans son état actuel, une restauration contemporaine. Une porte vers l’espace V a été restituée par le restaurateur, en toute vraisemblance (fig. 58). Le parement sud du mur nord a, lui aussi, été entièrement remaçonné en agglomérés et ciment sous lesquels apparaissent deux fenêtres segmentaires à allège, Fen.18 à l’est (1,20 m sur 2,57 m), et Fen.19 à l’ouest (0,65 m sur 2,42 m), comparables aux fenêtres 14 à 17 de l’espace V (fig. 4759). Plusieurs aménagements ont préexisté à ces baies. À l’est, une fenêtre à croisée (Fen.188) peut être restituée grâce à des remplois moulurés en calcaire coquillier, repérés dans Fen.18 et Fen.19, et par les vestiges d’un coussiège à l’ouest de Fen.18, avant la consolidation du mur. À l’ouest du mur, un parement ébrasé et une allège, montés en blocs de safre, sont les seuls éléments de la latrine Lat.159 (fig. 59). Ces états antérieurs sont masqués, dans les fenêtres Fen.18 et Fen.19, comme dans celles de l’espace V, par un blocage de matériaux divers liés et enduits d’un mortier rose.

FIG. 58 – Vue générale, prise depuis l’est, du mur de refend restauré du corps de bâtiment nord.

Clichés S. Claude

FIG. 59 – Espace VI, vestiges de la fenêtre Fen.19 et d’un parement de safre de la latrine Lat.159.

Clichés S. Claude

  • 67 Le giron des marches est mallonné de carreaux de terre cuite et limité par un astragale en bois. La (...)

94Le mur occidental (fig. 60, 61) présente des dispositions intéressantes pour la compréhension des communications entre l’étage du corps de bâtiment nord et les salles hautes de la tour nord‑ouest. Un petit passage rectangulaire PR.22 (0,80 m sur 2,20 m), contigu au parement du mur sud et de plain‑pied avec l’espace VI, a été ménagé dans l’épaisseur du mur ouest. Un enduit rosé en tapisse l’embrasure. À l’aplomb, PR.23, autre passage tout aussi exigu, descend depuis l’espace IX dans l’espace VI par un escalier de cinq marches (Esc.160) et débouche, à 2,30 m du niveau de sol, sur un repos dont le mur sud a gardé l’ancrage67. Aucun plancher ne peut être restitué en liaison avec le seuil de PR.23 : il traverserait les fenêtres Fen.18 et Fen.19. En revanche, le mur occidental a gardé, depuis le repos de l’escalier Esc.160, les vestiges ténus de plusieurs encastrements déterminant un axe diagonal ascendant vers le nord, seuls éléments qui puissent être mis en relation avec l’escalier (fig. 61). L’agencement curieux qui consista à faire descendre l’escalier Esc.160 dans l’épaisseur du mur ouest de l’espace VI pour ensuite le faire remonter le long de celui‑ci, jusqu’aux combles, fut sans doute dicté par la position du plancher supérieur. Une toute autre disposition aurait, en effet, placé l’embrasure de la porte PR.23 à cheval entre l’espace VI et ses combles.

FIG. 60 – Vue du corps de bâtiment nord (Esp. IIIa, Esp. IIIb et Esp. VI) et du mur sur cour du bâtiment occidental prise depuis l’espace II.

Clichés F. Flavigny, ACMH

FIG. 61 – Vue en contre‑plongée du mur occidental de l’espace VI prise depuis l’est.

Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH

2.3.1.4 L’élévation extérieure

  • 68 Plusieurs pierres présentent des marques de tâcherons de deux types : des croix recoupées et des ét (...)

95La courtine nord qui, sur presque toute sa surface, a gardé un épais badigeon blanc, s’étire de la tour sarrasine, à l’ouest, à la tour nord‑est. Elle offre une vision globale de l’agencement des ouvertures (fig. 62). La porte d’entrée PR.2, couverte d’un arc brisé, extradossé, composé de vingt claveaux à bossages rustiques, est enchâssée dans un parement similaire, qui monte jusqu’à l’appui de la fenêtre Fen.3. Cet appareil68 se détache sur l’enduit blanc du mur qui ne l’a jamais masqué (fig. 30), et s’unit au parement de moyens moellons, par l’intermédiaire d’une ou deux pierres de taille (fig. 63). On y lit les dispositifs nécessaires à l’actionnement d’un pont‑levis. De part et d’autre de l’arc de la porte PR.2, deux encastrements indiquent la présence des réas par lesquels les chaînes, fixées aux extrémités du pont‑levis, étaient plaquées contre la façade. Ces chaînes pénétraient dans la salle haute Esp. II par deux orifices pratiqués à mi‑hauteur de l’élévation, sous l’allège de la fenêtre Fen.3. Là, elles s’enroulaient sur le même axe que celui de la herse, mais en sens inverse. Il était ainsi possible de relever la grille en même temps que l’on abaissait le tablier du pont. La mise au jour, en septembre 1999, d’un fossé creusé dans le poudingue dans le prolongement exact de l’embrasure du porche d’entrée, a confirmé l’existence au xive s. de ce pont‑levis. Seule la limite ouest du fossé, dont l’excavation a manifestement tiré parti du dénivelé du sol naturel vers l’est, a été reconnue. Sa largeur peut être évaluée à 2,80 m à partir de la feuillure du tablier, ménagée dans le parement à bossage de la porte PR.2. La suppression de ce fossé par un comblement de gros blocs de pierre a été accompagnée de la mise en place, le long de la façade, d’un caniveau aménagé pour l’évacuation des eaux pluviales, vers l’est. Ces modifications ont été effectuées avant l’édification, dans la seconde moitié du xvie s., de la tour circulaire nord‑est qui arracha une partie du canal. À l’aplomb de l’entrée, le faîte de la courtine a conservé, sur une longueur estimée à environ 1,20 m, l’empreinte d’une structure en pierre de taille, peut‑être l’ancien encorbellement bûché d’une bretèche.

FIG. 62 – Élévation de la façade nord du château.

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

FIG. 63 – Façade nord du château, porte d’entrée PR.2 et parement à bossage rustique.

Clichés S. Claude

  • 69 La fenêtre Fen.141, à l’extrémité orientale de l’aile nord, éclaire la salle XXXIV du corps de bâti (...)

96À environ 4,20 m du sol, des petites baies rectangulaires, Fen.6, Fen.7, Fen.8 et Fen.11 (0,55 par 0,80 m), s’ouvrent sur la courtine ; elles sont pourvues d’un encadrement en calcaire de taille chanfreiné et sont fermées par des barreaux. Les fenêtres Fen.3, 14 à 19 et 14169, dont l’encadrement en molasse présente une feuillure de vantail, percent au contraire largement le second niveau, sans reprendre le rythme du rez‑de‑chaussée (fig. 145). À l’angle dégagé entre la façade nord et la tour sarrasine s’élevait la latrine Lat.159 dont le conduit chemisé a laissé son empreinte en safre dans le parement de moellons de la courtine. Il s’unissait à la chaîne de pierre de taille en attente, qui monte sur trente‑quatre assises, à l’angle nord‑ouest de la tour (fig. 64). Des parties hautes de cette structure ne subsiste que le départ d’une voûte, sur le flanc oriental de la même tour.

FIG. 64 – Façade nord de la tour nord‑ouest, détail de la chaîne d’angle en attente.

Clichés S. Claude

2.3.2 Analyse

97La description s’est attachée à mettre en évidence des liens de chronologie relative entre les différentes maçonneries d’une part, et entre ces murs et leurs percements de l’autre. La synthèse de ces données, qui s’impose à présent, est complétée d’une tentative de datation absolue, à partir des éléments d’architecture et des apports de la fouille, et d’une proposition de restitution.

2.3.2.1 Première période : la construction du château

98La courtine nord avec son porche à bossages, le mur sud du corps de bâtiment ainsi que le mur de refend entre les espaces III et IV ont été édifiés en même temps que la tour sarrasine. Toutes les baies en safre du mur nord, Fen.6, Fen.7, Fen.8 et Fen.11 au premier niveau et Fen.156 à Fen.158 au second, appartiennent à la même phase de construction. S’y ajoutent la fenêtre Fen.147 et l’escalier en safre Esc.148 de la salle de la herse, la porte PR.12 et la latrine Lat.159. La contemporanéité de ces structures avec le gros œuvre est attestée par leur liaison avec les assises de moyens moellons des parements ainsi que par une mise en œuvre et par des matériaux similaires. Le voûtement, dont le départ est visible aux angles nord‑ouest et sud‑ouest de l’espace IV, appartient à un projet initial sans doute non réalisé, et, hormis les organes d’entrée, toutes les salles étaient planchéiées.

  • 70 Dans le groupe cathédral d’Aix‑en‑Provence, cet appareil est employé entre 1175 et 1185 pour l’édif (...)

99L’étude du plan d’ensemble du château a permis d’avancer une datation du xive s. pour l’édification générale des quatre corps de bâtiments autour de la cour intérieure. C’est donc à cette période imprécise qu’il faut rattacher la première séquence chronologique qui comprend les structures précédemment énumérées (fig. 39‑41). Plusieurs détails architecturaux viennent appuyer et préciser cette datation : en premier lieu, la combinaison herse/assommoir/vantaux dans les systèmes de fermeture et de défense des corps d’entrée. On considère généralement ce dispositif comme étant postérieur à la fin du xiie s. (Mesqui 1991 : 326‑328), mais la présence d’une herse, d’apparition assez tardive en Provence, repousse plutôt le terminus a quo vers le milieu du xiiie s. L’emploi des trois éléments est devenu systématique dans les enceintes de villes et villages élevées au xive s. (ministère de la Culture 1981 : 55). Quant au bossage, si l’on en recense quelques exemples dans le sud‑est de la France70 dès la fin du xiie s., son développement dans cette région est lié aux constructions royales des années 1270‑1310 (Mesqui 1979 : 123‑127). Le bossage rustique de Gréoux, à rapprocher par sa forme de celui du donjon de La Tour‑d’Aigues (Vaucluse) ou de la première enceinte du château d’Ansouis, tous deux datés du xiiie s., se limite à l’un des ouvrages les plus en vue, la porte d’entrée du château. En ce sens, plus qu’un organe de la défense passive, il s’agit d’un élément de mise en valeur qui répond au désir ornemental et ostentatoire que J. Mesqui a souligné dans plusieurs édifices de la fin du xiiie s. et du début du xive s. (Mesqui 1979 : 127).

100La combinaison du chanfrein et de l’arc segmentaire dans les baies du premier niveau confirme cette fourchette chronologique. En revanche, le voûtement nettement brisé du porche, dont le profil n’est pourtant pas encore en tiers‑point, resserre la chronologie sur la première moitié du siècle. La mouluration, qu’elle soit en quart‑de‑rond ou bien en cavet, n’apporte pas de précision, l’utilisation de ce décor étant déjà largement répandue au xiie s. (fig. 48). Enfin, le matériel céramique mis au jour dans le secteur du porche apporte un terminuspost quem de la fin du xiiie s. tout à fait intéressant.

101Dans la première moitié du xive s., période probable de son édification, le corps de bâtiment nord a été divisé en deux niveaux avec à l’est, le volume étroit et indépendant de l’entrée suivi, à l’ouest, de deux salles en enfilade, une grande et une petite au rez‑de‑chaussée et une salle unique probablement à l’étage.

102Le rez‑de‑chaussée, sans doute très sombre, était parcimonieusement percé par les petites fenêtres carrées. Situées à près de 4,30 m du sol, elles procuraient un éclairage de hauteur qui se diffusait par les ébrasements et la forte plongée de l’appui taluté. À l’étage, autant que les vestiges permettent d’en juger, les baies devaient être plus grandes et, quoi qu’il en soit, accessibles. Des commodités et aménagements résidentiels de ce premier état, ne subsiste qu’une latrine. Les portes établies entre les espaces III et IV sont, nous l’avons vu, d’Époque moderne. Aucun élément ne laisse supposer l’existence de ces communications au Moyen Âge, pas plus qu’une porte, dès cette époque, à la place de la brèche entre les espaces IV et VII. En outre, la présence de l’escalier Esc.161 contre le mur oriental de la tour sarrasine (Esp. VIII et Esp. IX), écarte toute possibilité d’organe de communication entre les espaces VI et VIII, avant l’installation de PR.22 et 23. Aussi nous trouvons‑nous, pour le xive s., devant une absence problématique d’organes de communication. Ceux‑ci ont pu disparaître avec le mur sud sur cour ou bien avec les planchers, dans le cas d’une circulation verticale à l’intérieur du corps de bâtiment.

103La toiture actuelle est récente et il est possible que le passage exigu, ménagé dans le mur oriental de la tour sarrasine, soit un accès à d’anciennes terrasses.

2.3.2.2 Les transformations

104Si les percements ultérieurs sont nettement mis en évidence par un blocage caractéristique (de petites pierres et tessons de tuiles scellés et dissimulés par un mortier) entre leurs embrasures et le mur, il n’est pas toujours aisé d’établir une chronologie relative entre eux. Toutefois, peuvent être attribuées à une seconde phase, les baies dont des éléments de chambranle ont été reconnus en remploi dans les fenêtres 14 à 19. Parmi eux, on compte une base prismatique de colonnette engagée et plusieurs éléments de croisées. Ces fragments de décors architecturaux d’un type extrêmement répandu, ainsi que la forme de l’arc infléchi de la porte PR.20, appartiennent au répertoire du gothique tardif du xve s. ou du début du xvie s. Trois de ces croisées, Fen.186 à Fen.188, disposaient d’un coussiège, dispositif qui n’était plus utilisé au xvie s. Ces premières transformations ne semblent pas avoir touché à la distribution intérieure. Elles ont consisté en la création d’un organe de communication entre la galerie haute nord nouvellement construite et l’espace VI (PR.20), et en la mise au goût du jour des baies de l’étage. Le rez‑de‑chaussée est, semble‑t‑il, resté inchangé.

105Une troisième phase comprend les portes PR.4, PR.9, PR.10 et PR.21 à PR.23 et l’escalier Esc.160. Sa postériorité par rapport à la précédente est mise en évidence par l’obturation de PR.20 qui dut intervenir lors du percement de PR.21. Ces baies se caractérisent par leur forme rectangulaire –seule PR.10 est cintrée– peu ou pas ébrasée, par leurs dimensions restreintes et surtout par l’enduit couvrant rose et granuleux qui façonne parfois une feuillure dans l’embrasure. Cette facture les rattache à la période moderne (xviie s.?). À la même époque, les espaces III et IV ont été subdivisés en deux niveaux (a) et (b) par un plancher et l’on a installé la cheminée Che.5. Ainsi, les fenêtres Fen.6, Fen.7, Fen.8 et Fen.11 qui n’étaient à l’origine que des sources de lumière sommitales, sont devenues accessibles (fig. 47, 90). La volonté évidente de développer l’espace habitable, le confort et les organes de communication que manifestent ces transformations pose le problème de l’accès aux niveaux III(b) et IV(b). Aucune entrée à cet étage intermédiaire n’est possible depuis le porche ou la salle basse de la tour sarrasine, pas plus que depuis la cour, la présence des voûtements des premiers et du plancher de la galerie pour la seconde excluant d’emblée la possibilité d’ouvertures. Il faut donc nécessairement restituer un mode de circulation interne entre les niveaux (a) et (b).

106Hormis le développement sensible du confort dont le corps de bâtiment nord fait l’objet, aucun élément propre au décor des édifices de la Renaissance provençale n’atteste un changement de goût que l’on perçoit de manière plus probante ailleurs, aux châteaux de La Tour d’Aigues ou de Lourmarin (Vaucluse), par exemple.

  • 71 Les travaux commandés les 8 et 9 août 1702, s’ils ne sont pas explicitement désignés, semblent pour (...)

107C’est au début du xviiie s.71 qu’interviennent les ultimes transformations de ce corps de bâtiment. Les ouvertures de l’étage ont, une nouvelle fois, été remises au goût du jour par le percement des grandes baies segmentaires (Fen.3 et Fen.14 à Fen.19), et la façade a été badigeonnée en respectant l’appareil à bossage du porche.

2.4 La tour nord‑ouest

2.4.1 Description

108Le volume massif en demi hors œuvre de la tour sarrasine s’élance, à l’angle nord‑ouest du château, au‑dessus de tous les autres corps de bâtiments (fig. 8, 29, 30, 65). Son plan carré de 11 m de côté hors œuvre, saillant d’environ 1,20 m sur les courtines nord et ouest, dégage, sur trois niveaux, un espace intérieur de plus de 56 m2. Au sol, l’épaisseur des maçonneries est de 1,50 m pour les murs intérieurs (est et sud) et de 1,85 m pour les deux autres.

FIG. 65 – Vue générale de l’angle nord‑ouest du château, prise depuis la cour, présentant la tour sarrasine et les corps de bâtiment nord et ouest.

Clichés S. Claude

2.4.1.1 Élévations intérieures

L’espace VII

109Le premier niveau de la tour nord‑ouest est couvert d’une voûte en berceau plein cintre orienté nord‑sud, montée en safre, dans un grand appareil de pierre de taille (fig. 47). Deux prises de jour rectangulaires verticales, Fen.25 et Fen.26, traversent respectivement les murs nord et ouest, et débouchent, dans l’espace VII, à environ 3 m du sol. Les parois ébrasées avec une forte plongée de leurs embrasures intérieures sont appareillées en pierres taillées dans du safre et du calcaire (fig. 145). L’ouverture ménagée dans le mur nord est contemporaine : elle n’apparaît pas sur plusieurs photographies non datées. Au sud, la maçonnerie est également traversée par une brèche devant laquelle fut implanté un sondage archéologique, dans l’espace VII (Estienne, Molina 1990 : 25‑28) qui a permis d’écarter l’éventualité d’une porte ancienne à cet endroit. Le seul élément de seuil possible, alors constaté sur l’arase du mur, est une simple couche de mortier blanc datée par les fouilleurs comme étant postérieure au début du xviiie s. Les fragments de safre en décomposition provenant de la voûte, que recelait la sédimentation ultérieure, attestent en outre l’abandon de la salle VII après cette date.

110L’accès originel à l’espace VII s’effectuait, depuis la cour, par la porte brisée PR.24, au travers d’un passage ménagé dans l’épaisseur du mur est de la tour sarrasine. Ce passage coudé, couvert d’une voûte gauchie, débouche dans l’espace VII par la porte rectangulaire montée en pierres de taille, PR.27 (fig. 145).

L’espace VIII

111Le sol de la salle VIII était revêtu de carreaux de terre cuite de différents modules aujourd’hui recouverts d’une chape de ciment.

112Le mur nord (fig. 66) est ajouré par une fenêtre, Fen.28, qui s’apparente aux baies 6, 7, 8 et 11 par son embrasure intérieure faiblement ébrasée, couverte d’une voussure segmentaire et appareillée en safre, par son appui taluté et son embrasure extérieure en calcaire de taille. Elle présente sur la façade un encadrement en arc brisé, clavé et protégé par des barreaux (1,60 m sur 0,73 m) dont les pierres des piédroits s’encastrent dans l’embrasure intérieure (fig. 145).

FIG. 66 – Tour nord‑ouest, élévations intérieures des espaces VIII et IX.

Dessin S. Claude

  • 72 Le type de mouluration du chambranle de la fenêtre Fen.31 est tout à fait comparable à celui des re (...)

113Une fenêtre à allège (Fen.31) traverse le mur occidental (fig. 66). Dans l’espace VIII, son encadrement (3 m de haut et 2,07 m de large) est monté en safre, matériau dont on retrouve quelques fragments taillés dans les ébrasements intérieurs, mêlés à un blocage de moellons calcaires et de tessons de tuile. Seul l’intrados de son arrière voussure réglée, segmentaire, à base horizontale est régulièrement appareillé. Son embrasure extérieure en calcaire coquillier dégage une ouverture rectangulaire de 0,67 m sur 1,90 m. Une moulure à deux cavets court d’un piédroit à l’autre par le linteau et retombe, de chaque côté, sur une base moulurée72. L’appui saillant est travaillé d’un tore demi‑circulaire suivi de son contre‑profil.

114Un accès vers le corps de bâtiment occidental (Esp. XI) est assuré, dès l’origine, par une porte en safre, PR.33 (fig. 6673). Dans la tour sarrasine, cette ouverture présente une embrasure intérieure segmentaire d’1,15 m de large sur 2,75 m de haut. Dans l’espace XI, son encadrement (1,05 x 2,45 m) est couvert d’un arc en plein cintre à longs claveaux (environ 0,55 m). Le mur sud comportait deux autres ouvertures plus récentes, à présent murées : une grande porte rectangulaire centrée, PR.34, et une seconde, plus petite, percée immédiatement à l’est de la première, PR.197. Outre une facture assez sommaire, elles ont en commun avec la porte orientale PR.22 un niveau de seuil situé entre 0,70 m et 1 m au‑dessus du sol originel de la salle VIII.

115PR.22, seul passage au travers du mur oriental ménagé tardivement, garde dans l’espace VIII le même agencement que dans le corps de bâtiment nord (Esp. VI). Il débouche dans la tour, au sud du mur, à 0,62 m du niveau de sol, chevauchant le repos de l’escalier Esc.161 décrit plus loin, qui dut alors être démantelé, au moins dans sa partie inférieure (fig. 67).

FIG. 67 – Angle sud‑est des espaces VIII et IX de la tour nord‑ouest avec le départ de l’escalier Esc.161.

Clichés S. Claude

L’espace IX

  • 73 Six marches de calcaire trouvées dans les décombres du château pourraient appartenir à cette struct (...)

116Les murs ouest et est ont gardé, à une hauteur d’environ 3,70 m du sol de l’espace VIII, les traces d’ancrage de trois poutres (fig. 66). Ces orifices couverts d’une lause, mesurent en moyenne 0,40 m sur 0,30 m et leur découpe régulière est liée à la maçonnerie. Ils définissent, à la retombée de la voûte, un niveau de plancher. L’accès à l’espace IX s’effectuait, depuis la salle inférieure, par l’escalier de safre, Esc.161, dont il ne reste aujourd’hui que l’empreinte dans les parements à l’angle des murs sud et est. Sa première volée de huit marches montait le long du mur sud de l’espace VIII jusqu’à un repos carré (0,90 m de côté) implanté à 1,85 m du sol (fig. 67). Depuis ce repos, Esc.161 se poursuivait le long du mur oriental par une seconde volée droite de dix‑sept marches, perpendiculaire à la première, et aboutissait au seuil de safre de la porte PR.36, à 1,50 m du plancher. Les montants chanfreinés de cette porte en molasse jaune dessinent, sur le parement du mur, une chaîne harpée qui supporte les deux pierres taillées d’un arc brisé en tas de charge. Le bloc nord de l’arc est tangent au formeret de la voûte dont il prolonge la moulure en cavet (fig. 68). Aujourd’hui murée, PR.36 ouvrait jadis sur un petit escalier en vis, Esc.162, maçonné en pierres de taille et couvert de dalles. Ménagé dans l’épaisseur du mur oriental de la tour, cet escalier commandait, par une demi‑révolution, l’accès au chemin de ronde73.

FIG. 68 – Angle nord‑est de l’espace IX de la tour sarrasine.

Clichés S. Claude

117À l’aplomb de PR.22 (Esp. VIII), la porte PR.23, tangente au mur sud de la tour, mesure 2,10 m de haut et est donc implantée sur le formeret et sur la culée sud‑est de la voûte. L’enduit rosé qui couvre l’intérieur du passage, identique à celui de PR.22, se répand en haut de PR.23 sur l’arrachement de ce voûtement (fig. 6667).

118Deux baies ont ajouré le mur nord, Fen.29 et Fen.30 (fig. 66). La première est une fenêtre rectangulaire (1,57 x 0,80 m) sur allège. Son embrasure intérieure et sa voussure segmentaire n’ont reçu d’autre parement qu’un blocage de petites pierres. Elle a succédé à une petite ouverture, Fen.30, dont l’encadrement segmentaire en molasse (1,40 m de haut sur 1,28 m de large) crée une chaîne harpée liée au parement du mur.

119Traversant le mur occidental à l’aplomb de Fen.31, la fenêtre 32 en reprend les dispositions de baie à allège, largement ébrasée, sur une hauteur d’1,80 m à peine. Son embrasure intérieure est parementée de moellons équarris, disposés en assises réglées qui prolongent celles du mur, et supporte un couvrement de bois. L’encadrement en calcaire de taille de son embrasure extérieure est simplement orné d’un chanfrein qui se termine, à la base des piédroits, par un congé de même profil (fig. 145).

120Au sud, l’accès aux combles du corps de bâtiment occidental s’effectuait par la grande porte segmentaire PR.35, aujourd’hui obturée (fig. 66).

121Du voûtement d’origine de l’espace IX ne restent que des lambeaux d’arcs formerets brisés, matérialisés sur les quatre murs par une moulure en cavet et reçus sur des culots d’angle au niveau du plancher. Quatre trous de boulins, de part et d’autre de la fenêtre Fen.32, dans une disposition tangente au formeret de la voûte, sont liés à la construction de celle‑ci.

2.4.1.2 Élévations extérieures

122Les façades nord et ouest de la tour sarrasine ont été construites dans un appareil réglé de moellons à joints pleins. Seuls les angles du volume, traversés par des séries verticales de trous de boulin, ont subi un traitement particulier en pierre de taille (fig. 62, 69, 80). Un cordon mouluré d’un cavet droit entre deux filets court le long des deux façades, quelques centimètres au‑dessus des fenêtres Fen.29 et Fen.32. Au‑delà de ce cordon qui ne demeure qu’aux angles, sous les consolidations récentes du sommet des murs nord et ouest, on distingue encore parfaitement deux larges embrasures de près de 3,50 m chacune (fig. 30).

123Une latrine, Lat.43, analogue à celle observée à l’angle de l’aile nord, occupait le dégagement laissé au sud‑ouest entre la tour et le corps de bâtiment occidental (fig. 69).

FIG. 69 – Vue de la façade occidentale de la tour nord‑ouest et de la latrine Lat.43, octobre 1988.

Clichés F. Flavigny, ACMH

124Exception faite de la brèche récente à sa base, le mur nord semble avoir plus ou moins gardé son ordonnance d’origine composée de trois niveaux de baies centrées, Fen.25, Fen.28 et Fen.29. La première perce le mur à 4,30 m du sol, d’une petite fente verticale de 0,30 m sur 0,90 m, montée en calcaire de taille. La seconde, à 8,20 m du sol, présente une ouverture plus grande en arc brisé (fig. 145). Ces deux baies sont jointes au parement du mur et lui sont, par conséquent, contemporaines. La percée rectangulaire de la dernière baie, à 12 m du sol, n’a reçu d’autre aménagement qu’une plate‑bande sommaire de mallons, disposition récente qui a agrandi la fenêtre Fen.30.

125La même ordonnance est reprise sur la façade occidentale, avec les fenêtres Fen.26, Fen.31 et Fen.32. À 5,10 m du sol, la prise de jour Fen.26 ménage, dans le parement de moellons, une fente verticale un peu plus exiguë que celle de Fen.25, dont les extrémités ont été adoucies par un profil arrondi et dont les arêtes ont été coupées par une moulure concave (fig. 70). À 8,60 m du sol, l’encadrement mouluré de Fen.31 apparaît comme encastré dans le parement extérieur du mur occidental et lié à celui‑ci par un blocage de petites pierres qui atteste sa postériorité. Enfin, l’encadrement chanfreiné de la dernière baie traverse le mur occidental à 12,20 m du sol.

FIG. 70 – Façade occidentale de la tour nord‑ouest, détail de la fenêtre Fen.26.

Clichés S. Claude

2.4.1.3 La couverture

126L’escalier en vis Esc.162 se poursuit dans l’épaisseur du mur nord, par une volée droite qui monte jusqu’au chemin de ronde (fig. 71). Celui‑ci couronne la tour sarrasine sur les trois autres côtés et sur sa voûte fut établie une terrasse (fig. 9). La restauration d’un toit à deux versants reprend des dispositions (fig. 65) illustrées par une gravure de 1828 (fig. 36). L’espace ainsi protégé des intempéries était aéré par les grandes ouvertures de près de 3,50 m d’embrasure. Pratiqué à l’extrémité nord du mur oriental, le petit passage PR.189 pouvait donner accès aux toits ou à la terrasse du corps de bâtiment nord (fig. 60).

FIG. 71 – Plan du chemin de ronde de la tour nord‑ouest du château.

Dessin F. Flavigny, ACMH

2.4.2 Analyse

2.4.2.1 Premier état

  • 74 À ce sujet, voir le volume de la collection Les Alpes de Lumière consacré aux Baronnies, où de nomb (...)
  • 75 Tous les traités médicaux sur les eaux de Gréoux font remonter, dans leurs introductions, certains (...)

127La tour nord‑ouest du château de Gréoux emprunte au type architectural du donjon de pierre son plan quadrangulaire –ici presque carré–, ses dimensions réduites, ses maçonneries fourrées, épaisses, appareillées en moellons assises avec un traitement des angles plus soigné en pierre de taille et sa division de l’espace intérieur en niveaux superposés, avec un rez‑de‑chaussée sombre, voûté en berceau et mal desservi, des étages séparés par un plancher, mieux éclairés, et pour finir, une plate‑forme avec chemin de ronde74. De nombreux auteurs ont conclu à une datation du xiie s. pour cette partie du château75. L’observation des vestiges inscrit pourtant la tour sarrasine de Gréoux dans la phase qui a vu l’édification du château, au xive s. Toutes les structures en safre appartiennent à cette campagne de construction : l’escalier Esc. 161, la porte en arc brisé, PR.36, la fenêtre Fen.28, au nord, et la porte sud, PR.33. Les éléments encore nombreux de safre dans l’embrasure de Fen.31 et la vraisemblance d’une ouverture plus ancienne à cet endroit, permettent de restituer une baie du type de Fen.28. S’y ajoutent d’autres aménagements en calcaire et en molasse : l’escalier en vis Esc.162, les baies Fen.30, au nord, et Fen.32, à l’ouest (fig.47, 66). Plusieurs éléments, tels que la voûte en berceau ou les petites baies à forte plongée, sont issus de l’architecture du donjon et n’apportent pas de précision pour la datation de la tour de Gréoux. La construction d’un escalier de pierre assurant la communication entre les deux niveaux supérieurs introduit une modernité qui convient davantage au xive s. qu’aux modèles antérieurs où la circulation verticale s’effectuait plus volontiers par une trappe et par un escalier amovible. Mais ce sont surtout le couvrement avec voûte d’ogives, d’une part (Mesqui 1991 : 215‑219), et certains types de baies à arc brisé et à embrasure intérieure segmentaire, de l’autre, qui ramènent aux datations déjà avancées.

128Dès avant le milieu du xie s. avec l’apparition des mottes castrales, la tour s’inscrivait dans le paysage. Édifiées par délégations comtales ou bien sur des initiatives personnelles de seigneurs cherchant à appliquer, dans les limites de leurs terres, des droits régaliens usurpés, ces premières fortifications ont dès lors été associées à l’idée de pouvoir.

129Le type du donjon maçonné a été reconnu en fouille, dès les alentours de l’an Mil, à Niozelles (Alpes‑de‑Haute‑Provence) par D. Mouton (1995 : 304‑305). Toutefois, les exemples de cette architecture, conservés en élévation, s’ils sont nombreux en Provence, ne sont attribués pour les plus anciens qu’au xiie s. De la diffusion de cette forme extrêmement répandue dans tout l’Occident européen, ont résulté différentes recherches sur les dimensions et le plan notamment, qui ont abouti à l’adoption de plans rectangulaires, carrés, circulaires ou polygonaux. La préférence des régions méridionales s’est portée sur un type de donjon quadrangulaire aux dimensions réduites, qui a perduré au xiiie s. On voit alors se juxtaposer à cette forme devenue archaïque, des éléments plus novateurs. Au château de Fos‑sur‑Mer, la nouveauté fut une application systématique du voûtement de pierre à tous les niveaux (Lagrue 1990). Au fort de Buoux (Vaucluse), les systèmes défensifs élaborés à la fin du xiie s. et au xiiie s., le glacis à la base de la tour sommitale, les batteries d’archères longues et plongeantes de la première enceinte, les embrasures de tir de la seconde, ont été parfaitement adaptés au modèle traditionnel du donjon (Fixot 1973‑1974 : 268‑269). À Eyguières, au castellas de Roquemartine (Bouches‑du‑Rhône), la modernité tient en l’adjonction d’une cour dans un massif quadrangulaire daté du xiiie s., qui renvoie aux dispositions des donjons (Nibodeau 1992 : 485, 495).

130Archaïque au xiiie s., ce modèle a retrouvé la faveur des constructeurs au xive s. Ce siècle a ainsi connu la renaissance du donjon quadrangulaire, intégré alors en position cantonnante dans les demeures urbaines et seigneuriales comme dans les résidences épiscopales. À cet égard, l’exemple du château de Gréoux doit être ajouté à ceux bien connus du Palais des Papes et du palais épiscopal de Fréjus reconstruit par Jacques Duèze, au début du xive s., pour ne citer qu’eux.

2.4.2.2 Les transformations

131Dans un premier temps, au xve s. ou au début du xvie s., les transformations subies par la tour nord‑ouest n’ont vraisemblablement pas touché l’organisation intérieure. Seule la fenêtre Fen.31 fut installée à l’emplacement d’une baie préexistante, en en élargissant l’embrasure. Bien plus tard, la petite baie en molasse, Fen.30, au sommet du mur nord, fut également obturée et remplacée par Fen.29 qui par sa plate‑bande en terre cuite renvoie à la fin de l’Époque moderne.

  • 76 ADAHP, 2E2466 f°614, le 10 mai 1625 (cf. annexe 8).

132La tour sarrasine avait déjà un couvrement charpenté avec un revêtement de tuiles, lorsque le seigneur de Gréoux y commanda, en 1625, des travaux d’entretien76.

  • 77 L’escalier que nous restituons est hypothétique en l’absence de vestiges. Ceux‑ci ont pu disparaîtr (...)

133L’aménagement ultérieur des portes PR.22, PR.23 et PR.197 est venu modifier les dispositions originelles des salles hautes de la tour sarrasine, en rehaussant considérablement le niveau du sol de l’espace VIII et en créant des organes de communication avec le corps de bâtiment nord, jusqu’alors inexistants (fig. 66). Le percement du passage PR.22 à cheval sur le repos de l’escalier Esc.161 a entraîné la destruction de ce dernier : l’accès à l’espace IX dut se faire désormais par la porte PR.23, depuis la salle VI. Le bouleversement du système de communication entre la tour sarrasine et l’espace VI ne s’arrêta pas là. Le seuil de PR.23 débouchant dans Esp. VI à 2,30 m du sol, il fallut nécessairement prévoir un escalier le long du mur sud. La porte PR.20 se trouvant sur son tracé, dut sans doute être obturée et PR.21, de même facture que les portes PR.22 et 23, la remplaça plus à l’ouest77.

  • 78 ADAHP, 1Q66 art.327 (cf. annexe 19).

134Le passage PR.189 donnait accès, depuis l’escalier Esc. 162, aux toits du corps de bâtiment nord. Il est impossible de savoir s’il appartient aux dispositions du xive s. ou s’il s’agit d’un aménagement plus récent. Présent sur les gravures et sur les photographies du xixe s., il est également désigné dans l’estimation de 1795 sous l’expression de « gorge à loup »78.

135À la fin de l’Ancien Régime ou au xixe s., les parties hautes ont sans doute été transformées en séchoir à fruits, ce que laissent supposer les grandes ouvertures pratiquées dans les murs extérieurs, dont on ne devine plus que la base.

2.5 Le corps de bâtiment occidental

2.5.1 Description

136Depuis le flanc sud de la tour sarrasine, le corps de bâtiment occidental du château se déploie sur une longueur de 21 m et une largeur de 8,70 m, au nord, et de 9,40 m, au sud. L’identité des maçonneries nord, est, ouest et sud, de leur mortier liant et le chevauchement des assises permettent de constater, là encore, l’édification simultanée de la tour sarrasine et de ce volume (fig. 40, 41). Les murs sud et est s’appuient, en revanche, sur la chaîne d’angle nord‑ouest du corps de bâtiment sud qui leur a préexisté (fig. 72). Dans l’espace XI, la courtine a disparu et seul demeure son arrachement dans le parement du mur sud de la tour sarrasine qui a également gardé l’ancrage d’une toiture à deux versants (fig. 73) .

FIG. 72 – Vue du mur sud de l’espace X antérieure aux restaurations.

Clichés G. Roucaute/Inventaire général, MCC

FIG. 73 – Le mur nord de l’espace XI dans son état actuel (les deux grandes portes PR.34 et PR.35 ont été obturées).

Clichés S. Claude

2.5.1.1 Élévations intérieures

L’espace X

137Cette partie du château a fait, en 1992, l’objet de restaurations qui ont porté sur la reconstruction de la voûte de la salle basse et de la courtine occidentale. À cette occasion, fut supprimé un mur de refend au rez‑de‑chaussée qui retrouva sa superficie initiale de 132 m2.

138L’accès à cette salle s’effectue par la porte PR.38, ménagée dans le mur est et dont le seuil a été caladé au plus tôt au xviie s. (C.16) (Estienne, Molina 1990 : 13‑15). Les montants de son embrasure intérieure sont appareillés de moellons, comme l’intrados de son arc segmentaire, tandis que son encadrement, dans la salle X, est en pierres de taille. Sur la cour, la porte PR.38 s’ouvre par un arc en plein cintre extradossé de dix claveaux layés, en calcaire bichrome gris et beige (fig. 137145). Le sondage III implanté dans son embrasure (Estienne, Molina 1990 : 13‑16), a mis au jour les premières assises d’un mur (St.05) qui n’a conservé que son parement oriental de moellons et la fourrure qu’il retenait, scellés par un mortier gris (fig. 74). Ultérieurement, ce mur fut doublé, à l’est, par une seconde structure (St.07), constituant un massif de plus d’1,50 m d’épaisseur. Ces deux phases, qu’aucun matériel ne vient dater, sont antérieures à l’édification du mur oriental de l’espace X, et la première (St.05) a entaillé une structure des xexie s. (St.06). Les structures (St.05) et (St.07) disparaissaient sous une couche lacunaire de mortier gris, fin avec des nodules de chaux, localisée sur toute la surface de l’embrasure de PR.38. Ainsi nivelé, leur arasement a servi de base au mur est de la salle X, de même qu’un empierrement lié à un mortier gris très dur, (St.08), appuyé contre (St.07), pourrait avoir calé le mur est contre cette dernière (fig. 74).

FIG. 74 – Sondage III : a coupe ouest‑est ; b plan d’ensemble des structures.

Dessins J. Isnard/ AFAN

139L’espace X était ajouré, avant la construction de l’ensemble sud‑ouest, par une baie centrée dans le mur sud (Fen.37) dont l’encadrement de gros moellons est lié au parement de la maçonnerie. Ses montants ébrasés vers l’espace X supportent cinq dalles de couverture et l’on en distingue encore, au fond de l’embrasure, la petite fente rectangulaire verticale (fig. 72). Quatre baies similaires –elles ne diffèrent que par la double plongée de leur embrasure– (du nord au sud, Fen.39 à Fen.42) sont réparties le long de la courtine occidentale, à la retombée des reins de la voûte. Excepté la première, toutes sont des restitutions contemporaines. La voûte de cet espace est un berceau brisé continu, orienté nord‑sud, monté en assises réglées de moellons ajustés avec soin.

140L’extension du sondage III sur une partie de la salle X a révélé deux aménagements : un drain (St. 09) et un lambeau de calade (C. 01). Le premier prolonge, dans l’espace X, un conduit de tuiles rondes liées par un mortier jaune, appuyé à l’est contre une pierre du seuil de PR.38 et qui en traverse l’embrasure avec une inclinaison est‑ouest. Vers l’ouest, dans l’espace X, le drain s’élargit pour former un puits perdu qui entaille légèrement le sol naturel en partie enduit du même mortier jaune (fig. 74). Une telle structure atteste l’abandon de la partie sud de la salle X au moment de son aménagement. Les pierres de seuil ont été installées alors que le drain et le canal qu’elles bouchent n’étaient eux‑mêmes plus utilisés. La calade se développe au sud du drain qui l’a entaillée, jusqu’aux pierres de seuil. Son lit de pose recèle un matériel de céramique vernissée de la fin du xviiie s. C’est le seul élément de calade trouvé dans une salle et le plus tardif.

L’espace XI

141La courtine occidentale est détruite à ce niveau et les dispositions du mur sud –un blocage de moellons, petites pierres et galets, limité à l’ouest par une chaîne d’angle montée en gros moellons équarris et lauses– résultent de la construction de l’ensemble sud‑ouest.

142Au nord, l’accès originel à la tour sarrasine donné par la porte en safre PR.33 a sans doute été condamné après l’exhaussement du niveau de sol de l’espace VIII (cf. supra, chap. 2, $ 2.4.1.1) et été remplacé successivement par les portes PR.197 et PR.34. Dans l’embrasure droite de la première, un petit escalier de cinq marches (Esc.198), contigu au mur occidental de l’espace XI, descendait jusqu’au niveau de cette salle que les réaménagements de la tour n’avaient pas concernée.

143Le mur oriental porte les traces de plusieurs phases d’aménagements (fig. 75). Les deux structures contemporaines de son édification, la porte PR.45 et la cheminée Che.46, se caractérisent par un agencement en pierres de safre, taillées et liées par un mortier blanc. PR.45 (1,15 m de large sur 2,90 m de haut) est l’accès initial à l’espace XI depuis la cour. Son arc intérieur segmentaire extradossé repose sur des jambages formant une chaîne harpée et quatre fragments de dalles usées de calcaire gris et beige en constituent le seuil (fig. 76). Si la porte PR.45 n’apparaît pas sur le parement est du mur, en revanche plusieurs pierres de taille de calcaire et de molasse réemployées dans la maçonnerie peuvent provenir de sa destruction (fig. 137). Elle a été murée avant que ne soit décidé l’aménagement de la porte PR.50, ce que laisse supposer la différence d’appareillage dans son obturation : au nord d’un coup de sabre vertical, un appareil réglé composé d’une alternance d’assises de gros moellons, de lits de lauses et d’assises de moyens moellons et, au sud, un blocage de moellons, pierres, briques et tuiles, qui s’arrête sur le tableau nord de PR.50 (fig. 76). Après le démontage de cette maçonnerie, F. Flavigny a parfaitement identifié le négatif du sommier de l’arc brisé extérieur de cette porte, récemment restaurée. Les restaurations se sont également portées sur la grande cheminée centrée, Che.46, restituant l’appareil simple en pierre de taille –le safre, pierre réfractaire locale, est le seul matériau retrouvé dans cette structure– de son contre‑cœur, qu’avait partiellement occulté un blocage contemporain. Ses deux tableaux dégagent un foyer de 2,02 m de large sur une profondeur de 0,82 m, qui se prolonge par un conduit large d’environ 1,55 m. Sont également conservées les trois premières assises en safre des jambages qui, bien que très érodées, présentent encore une mouluration ronde, peut‑être des colonnettes engagées de moitié dont le faible relief affleure sur le nu du mur. C’est donc plus probablement un faux manteau sur consoles qu’il faut restituer en couronnement du foyer. Deux encastrements rectangulaires verticaux (0,24 x 0,49 m), repérés de part et d’autre du foyer, immédiatement sous l’épaulement intérieur de la hotte, donnent, à une hauteur de près d’1,90 m du sol actuel, la position vraisemblable des deux consoles. Du couvrement détruit du faux manteau a été retrouvé un fragment de molasse jaune, élément de transition qui permet de restituer un entablement de plan très légèrement trapézoïdal supportant une hotte tronconique dont quantité d’éléments de molasse sont également conservés (fig. 77ab). Un court chanfrein soulignait le départ de cette dernière.

FIG. 75 – Élévation intérieure du mur oriental de l’espace XI.

Dessin S. Claude

FIG. 76 – Mur oriental de l’espace XI, détail de la porte PR.45.

Clichés S. Claude

FIG. 77 – Vestiges de la cheminée en safre Che.46 : a vue prise depuis la cour, avant restauration ; b vue prise depuis la salle XI en cours de restauration.

Clichés S. Claude

144Au nord du mur, la porte PR.47 appartient à une deuxième phase de percement. Il n’en reste que le tableau intérieur de gauche appareillé de moellons et pierres de taille en molasse, ainsi que le départ de l’arc segmentaire de l’embrasure intérieure (fig. 75). Côté cour, PR.47 présente un piédroit adouci en quart‑de‑rond et son départ d’arc en anse de panier orné d’un délardement de deux cavets en pénétration dans le support (fig. 78), dégageant une feuillure. Le tableau s’interrompt à 0,25 m du sol actuel, sur le seuil vraisemblable de PR.47. Cette porte ne dépassait pas 2,50 m de hauteur. Sa largeur, inconnue, devait approcher 1,10 m.

FIG. 78 – Montant nord de la porte PR.47 (Esp. XI) vu depuis la cour et liaison des parements en pierre de taille de la tour nord‑ouest et du mur sur cour du bâtiment occidental.

Clichés S. Claude

145Une troisième phase est marquée par le percement des baies PR.48 (2,35 m de haut x 1,05 m de large) et PR.49 (2,60 m x 1,05 m) auxquelles s’ajoute peut‑être la porte PR.50. De cette dernière il ne reste que le tableau de droite enduit d’un mortier rose lissé. Sur un cliché de 1872 (fig. 131), elle s’apparente par ses dispositions aux deux autres, en étant toutefois un peu plus haute (h : 3,05 m). L’enduit rose, très dur, qui tapisse l’embrasure de ces portes, pratiquement jusqu’au sol actuel, façonne une feuillure. Les pierres et autres matériaux qui obstruent aujourd’hui PR.48, n’apparaissent pas sur plusieurs photographies du début des années 80, alors que PR.49 (fig. 79) était déjà murée en 1872 (fig. 131).

FIG. 79 – Mur oriental de l’espace XI, détail de la porte PR.49.

Clichés S. Claude

146Enfin, c’est dans une phase ultime qu’ont été ouvertes les portes PR.51 et PR.52 (fig. 75). Leurs dimensions sont semblables : 1,40 m en largeur, pour une hauteur d’environ 4 m. La base d’une pierre du tableau sud de PR.51, posée de chant, donne un niveau de seuil un peu supérieur à celui des portes précédentes mais de plain‑pied avec la galerie haute de la cour. Il n’en reste qu’un arc segmentaire clavé avec une feuillure et deux agrafes. Son intrados recèle deux pierres de molasse taillées en quart‑de‑rond, ainsi que deux sommiers d’arcs, moulurés d’un délardement de deux cavets en pénétration, qui proviennent très certainement de la destruction partielle de la porte PR.47 et d’au moins une autre porte identique. Toutes les autres pierres sont également des remplois. Bien que taillées, elles ne s’ajustent pas correctement et sont noyées dans un épais mortier avec un blocage de cailloux et de briques. La porte PR.52 a été installée dans la cheminée Che.46 (fig. 75). Dans l’espace XI, elle disparaît sous une fine cloison en blocage de matériaux composites, qui obstrue son embrasure (fig. 77). Le corollaire de l’aménagement de ces deux portes a été la condamnation des deux autres, PR.48 et PR.49, ce que confirme la présence, dans le comblement de PR.49, de blocs de safre pouvant provenir de la destruction partielle de la cheminée Che.46 par la porte PR.52.

147Les seuils des portes PR.45 à PR.50 ont été repérés à 0,25‑0,30 m au‑dessus de la chape de ciment actuelle, soit environ 0,25 m plus bas que le niveau de la galerie haute de la cour. Il faut donc restituer le sol de l’espace XI au niveau des seuils précédents et quelques marches dans l’épaisseur du mur oriental, jusqu’au plancher de la galerie. PR.51 et 52 sont de plain‑pied avec cette dernière.

2.5.1.2 Élévation extérieure

148La courtine occidentale a subi, aux époques moderne et contemporaine, de nombreux dommages qui l’ont totalement dénaturée (fig. 80). Depuis 1992, les restaurations menées par F. Flavigny ont redonné au mur son unité (fig. 81). Ce parti pris a dicté, d’une part, la destruction d’une latrine (Lat.43) à l’angle de la tour sarrasine et du corps de bâtiment occidental, afin de retrouver la liaison des deux volumes et, d’autre part, celle des élévations récentes qui avaient remplacé la courtine médiévale. Des photographies permettent une présentation des vestiges avant les restaurations (fig. 82).

FIG. 80 – Élévation de la façade occidentale du château.

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

FIG. 81 – Vue extérieure de la tour sarrasine, du corps de bâtiment occidental restauré, de l’ensemble sud‑ouest et de l’enceinte castrale prise depuis l’ouest.

Clichés S. Claude

FIG. 82 – Vue de la façade du corps de bâtiment occidental avant les restaurations.

Clichés F. Flavigny, ACMH

149À l’ouest de la porte PR.33, la latrine voûtée en encorbellement (Lat.43), construite de pierres de taille, a laissé son empreinte de safre dans le mur nord de l’espace XI (fig. 73). Son sommet correspond à la dernière assise d’une chaîne de pierres laissées en attente à l’angle sud‑ouest de la tour sarrasine. Cette latrine était corsetée par un massif de plan quadrangulaire à base talutée, accroché à l’angle sud‑ouest de la tour sarrasine et de la courtine occidentale (fig. 69). La maçonnerie grossière du conduit –un simple blocage de pierres, petits moellons non équarris, briques et tessons de tuile, où seul l’angle a reçu un traitement plus soigné de pierres de safre et calcaire en remploi formant une chaîne en besace– était percée de trois baies : en bas un large trou d’évacuation ; au tiers de la hauteur, une petite fente verticale ; et une dernière ouverture arasée au départ de la voûte en berceau brisé qui couronnait la latrine (fig. 82).

150Le démontage de cette structure a laissé apparaître le chevauchement des pierres de taille de la tour sarrasine avec les assises de moellons de la courtine. Cet appareil réglé de moyens moellons est conservé jusqu’au premier niveau, sur 4 m de long environ depuis la tour nord‑ouest. Les premières assises ainsi que quelques pierres d’une chaîne d’angle, à l’extrémité sud du mur, ont également survécu aux réfections modernes. Sur l’arrachement du mur médiéval est venue s’ancrer une maçonnerie dont l’appareil de revêtement irrégulier est assisé de moellons équarris avec un blocage de pierres, de briques et de tuiles. À une dizaine de mètres de la tour sarrasine, un mur en retour formant une chaîne d’angle, en besace avec le précédent, a divisé l’espace X en deux salles (fig. 82). Dans une dernière séquence chronologique, la courtine a été restituée jusqu’à l’ensemble sud‑ouest avec une maçonnerie similaire. Ces réfections modernes présentaient un fruit important d’environ 1 m entre la base et le sommet du mur.

2.5.2 Analyse

2.5.2.1 Première période : la construction du château

  • 79 Les donjons de Rosans et de Lachau étudiés par M.‑P. Estienne, par exemple (1989 : 97, 1997 : 56‑57 (...)

151L’édification du corps de bâtiment occidental s’inscrit dans le même programme que celle de la tour nord‑ouest et l’on peut donc avancer comme datation le xive s. Au sud, il s’est appuyé sur l’angle nord‑ouest d’un volume antérieur perpendiculaire. L’espace dégagé entre ces deux ouvrages, à l’angle sud‑ouest du château, est resté non bâti assez longtemps, comme en témoignent la prise de jour Fen.37 et une canonnière, Fen.58. Nous attirons l’attention sur cet agencement singulier qui a subsisté jusqu’à ce que l’ensemble sud‑ouest vienne combler le « vide » laissé entre les corps de bâtiment occidental et méridional (fig. 39‑41). Les ouvertures du rez‑de‑chaussée, à l’exception des restaurations contemporaines, ainsi que tous les aménagements de safre –la structure cintrée reprise par la latrine Lat.43, les portes PR.33 et PR.45 et la cheminée Che.46– doivent être rattachés à la phase d’édification du château. Tous ces éléments architecturaux ne permettent pas d’en préciser la datation avancée plus haut : les arcs en plein cintre, utilisés dans l’architecture civile dès le milieu du xiie s., semblent dénoter un certain archaïsme dans les portes PR.33 et 38, par l’usage de longs claveaux ; les baies de la salle X, Fen.37 et Fen.39, dont le type renvoie à celles des salles basses des donjons du milieu xiiexiiie s.79 ne peuvent pas plus être utilisées comme élément de datation. En revanche, si l’arc segmentaire était fréquent dès le xiie s. et l’a été à toutes les époques (Enlart 1929 : 2e partie, t. I, 27, 100), il se rencontre principalement et très souvent dans des édifices du xive s. associé à un encadrement en arc brisé (PR.45). On pense notamment aux constructions avignonnaises. La cheminée du donjon de Bruis (Hautes‑Alpes), édifié à la fin du xiiie ou au début du xive s., offre un élément de comparaison –et peut‑être même de restitution– tout à fait intéressant. Cet aménagement engagé dans la maçonnerie du second étage de la tour a perdu sa hotte et son faux‑manteau qui reposaient sur deux consoles étroites. Le foyer est encadré par des piédroits composés d’une colonnette engagée et flanquée de deux tores que couronnaient des chapiteaux feuillagés (Estienne et al. 1997 : 49). Ces dispositions et le décor l’apparentent à ce que l’on connaît de la cheminée de l’espace XI (Che.46).

152La restauration de sa voûte a rendu à l’espace X sa cohérence originelle, celle d’une grande salle unique de rez‑de‑chaussée avec un voûtement continu en berceau brisé. Les percements y étaient parcimonieux : des prises de lumière dans la courtine, à la retombée de la voûte, une autre dans le mur sud, et un seul accès par la cour, PR.38. Depuis l’étage charpenté, sans doute plus largement éclairé, les communications s’organisaient vers la tour sarrasine, avec la porte PR.33, et vers la cour avec PR.45.

2.5.2.2 Les reprises

  • 80 Pour Aix, la première mention relevée d’un arc en anse de panier date de 1435 et en 1519 ; un autre (...)

153La porte PR.47 (Esp. XI) a été installée dans un deuxième temps. Son piédroit nord taillé en quart‑de‑rond et la modénature de son arc en anse de panier permettent d’avancer une datation du xve ou du début xvie s. (fig. 78)80. Aucune autre structure du corps de bâtiment occidental ne semble devoir être rattachée à cette période, si ce n’est une baie du type de la porte PR.47 reconnue d’après des remplois dans la porte PR.51.

  • 81 Les plâtres de Gréoux, bien que plus sommaires, reprennent des éléments de décors de la maison du 2 (...)

154Les fragments de gypseries retrouvés hors de leur contexte, dans l’espace XI (fig. 46), pourraient, comme le suggère la présence d’une pièce semblable, encore en place dans le chambranle de PR.145 (Esp. XXXIV), appartenir au décor des portes PR.48 à PR.50. En effet, tant par sa forme, ses dimensions que son mortier couvrant, PR.145 évoque les précédentes et d’autres portes comme PR.21 à 23. La gypserie était une pratique décorative peu onéreuse et très répandue en Provence, dès le début du xve s. (Bernardi 1995 : 404). La comparaison avec des décors étudiés de maisons des Alpes du Sud permet d’avancer, pour Gréoux, une datation plus tardive allant de l’extrême fin du xvie s. à la seconde moitié du xviie s.81 Nous insistons sur ces quelques éléments de plâtre et mortier moulurés parce qu’ils constituent pratiquement l’unique vestige d’un décor immeuble dans les salles du château, pour l’Époque moderne. Ces moulures devaient se trouver sur les manteaux des cheminées, en frise au sommet des murs ou bien autour des chambranles de portes et fenêtres ou encore sur les plafonds. C’est à la même époque que l’on peut placer la porte PR.197 et son escalier Esc.198 dont la construction accompagna les aménagements de sol de la tour nord‑ouest.

155L’appareil sans soin de la latrine Lat.43 place également sa construction dans cette même fourchette chronologique. Cette structure est la reprise ou l’amélioration d’une latrine médiévale en encorbellement.

156Le percement des deux portes PR.51 et PR.52 intervient dans un dernier temps. La porte centrale PR.49 a pu être obturée à cette occasion, tandis que les deux autres (PR.48 et PR.50) présentes sur la photographie de 1872, sont restées en usage. Elles rejoignent, par leurs grandes dimensions et leur forme, les fenêtres à arc segmentaire du corps de bâtiment nord, que nous attribuons au début du xviiie s.

157Durant tout ce temps, le rez‑de‑chaussée ne semble avoir subi aucune modification.

2.5.2.3 L’abandon

  • 82 ADAHP, 3P230, f° 288.

158L’abandon de cette partie du château est lié à la destruction de la courtine occidentale. Seule la moitié nord de la salle X a été préservée par la reconstruction partielle du mur occidental et d’un mur perpendiculaire. Elle a été suivie d’une restauration totale de la courtine, qui doit être considérée non comme une phase de réaménagement du corps de bâtiment mais plutôt comme la condamnation d’un accès facile au château, suggérant peut‑être que le reste de la demeure était encore habité. Le terminus a quo de la fin du xviiie s. avancé pour l’installation d’un drain et d’un puits perdu dans la salle X, les matrices cadastrales qui mentionnent le château « en ruine » dès 184082 et surtout le plan du cadastre, sur lequel figurent les destructions de cette partie de l’édifice, calent assez bien son abandon et les aménagements récents qu’elle a subis.

2.6 L’ensemble sud‑ouest

2.6.1 Description

159À la rencontre des corps de bâtiments sud et ouest, ce massif de plan ramassé a une implantation au sol d’une longueur est‑ouest de 7,80 m, sur 6,80 m à 7 m en largeur. L’espace intérieur dégagé sur chacun des deux niveaux s’élève à à peine plus de 37 m2. Son premier niveau est divisé en deux petites salles parallèles d’axe nord‑sud, de 2,60 m sur 5,90 m chacune, qui couvrent la hauteur de l’étage de soubassement et du rez‑de‑chaussée du corps de bâtiment sud (fig. 88). Un seul espace (Esp. XIV) communiquant avec l’espace XXIII occupe le second niveau (fig. 3941). Trois types d’appareils se côtoient dans cet ensemble : l’appareil réglé de petits moellons pour le mur oriental, l’appareil réglé de moyens moellons pour le mur nord qui prend appui sur le précédent, et les maçonneries irrégulières, assisées, des murs ouest et sud et du mur de refend entre les espaces XII et XIII, construites en dernier lieu.

2.6.1.1 Élévations intérieures

L’espace XII

160L’espace XII est ajouré, dans son mur occidental, par deux baies à ébrasements et plongée intérieure, à l’aplomb l’une de l’autre. La première, Fen.54, qui débouche à 1,30 m du sol, est une bouche à feu dont les ébrasements supportent une arrière voussure réglée, segmentaire, à base horizontale (fig. 83), réduite extérieurement à un simple orifice moellonné. La deuxième, Fen.55, est une prise de lumière sommitale, dont l’embrasure est parementée de moellons, avec un couvrement de rondins de bois. Une troisième baie étroite, verticale, Fen.56, aujourd’hui obturée, traversait le mur sud. À l’est, l’accès à l’espace XIII s’effectue par la porte PR.57. Ce passage rectangulaire de 0,78 m de large sur 1,70 m, à double ébrasement, est couvert de planches de bois et enduit du même mortier que les murs, un liant beige. Une voûte en berceau moellonnée, orientée nord‑sud, identique à celle de l’espace XIII contigu, couvre l’espace XII (fig. 88).

FIG. 83 – Ensemble sud‑ouest, détail de l’embrasure intérieure de la bouche à feu (Fen.54) située dans l’espace XII.

Clichés S. Claude

L’espace XIII

161Le mur nord est percé, à 3,65 m du sol, d’une petite archère‑canonnière, Fen.58. Son orifice de visée, surmonté d’une courte fente, est entièrement façonné, sur le nu du mur, avec un mortier très dur et granuleux beige‑rosé (fig. 147). Aucune trace de cette ouverture n’a été repérée dans l’espace X où elle devait s’ouvrir à 1,20 m du sol. Mais diverses installations, dont un compteur électrique, ont pu en faire disparaître l’ébrasement intérieur. Une seule baie, Fen.59, liée au mur sud, en traverse l’épaisseur à environ 4,50 m du sol. Son embrasure intérieure est montée en moellons et couverte de deux dalles calcaires et de rondins de bois. Fortement ébrasée, elle mesure dans l’espace XIII, 0,85 m sur à peu près 1 m de haut, et se réduit sur l’extérieur à une fente verticale d’une cinquantaine de centimètres.

162Les dispositions du mur oriental sont très différentes de celles observées jusqu’à présent. Son appareil réglé à assises régulières de petits moellons parfaitement équarris et soigneusement ajustés, s’interrompt, au sud, sur un coup de sabre vertical irrégulier. Au‑delà, le parement est repris en moellons moyens appareillés. Sur une hauteur de 2,70 m environ, la base du mur a été consolidée par un fruit de maçonnerie moins soignée, dont l’épaisseur au niveau du sol ne dépasse pas 0,25 m. Au centre du mur et à 3,65 m du sol, la fenêtre Fen.60 débouche, dans le corps de bâtiment sud, à cheval sur les espaces XV et XIX (fig. 91). Cette grande baie appareillée en pierres de calcaire coquillier, taillées en chevrons et montées en carreaux et boutisses, dégage, dans le mur, une ouverture en plein cintre sans ébrasement de 0,95 m sur 2,17 m. Dans l’espace XIII, elle est inscrite dans une arcade en léger ressaut, appareillée de la même façon, dont les petits claveaux soulignent un arc en plein cintre parfaitement extradossé qui se raccorde aux assises de moellons par une ou deux pierres de taille. Cette ouverture était réduite par un linteau de pierre supportant un tympan en léger retrait dans l’embrasure, mis en évidence durant la campagne de restauration de 1996 qui s’est portée, dès juillet, sur cette partie du château. Les montants de Fen.60 sont liés au parement du mur (fig. 84).

FIG. 84 – Espace XIII, mur est, embrasure extérieure de la fenêtre Fen.60.

Clichés S. Claude

  • 83 Lorsque l’on renforça par un léger fruit la base du mur oriental de l’espace XIII, on le dépouilla (...)

163Au nord de ce même mur, entre les espaces XIII et XV, fut ultérieurement percée la porte PR.61. Il n’en reste que la base des piédroits en calcaire de taille, qui dégagent une embrasure droite de 0,97 m de large dans l’espace XV et réduite à 0,86 m par une feuillure, dans l’espace XIII (fig. 91). Elle était close à l’aide d’un vantail bloqué par une barre que l’on faisait glisser dans l’épaisseur du mur lors de l’ouverture. Tirée, la barre était reçue par une cavité ménagée dans le tableau nord de la porte83.

Les cuves à huile

164Contre le mur sud des espaces XII et XIII ont été aménagées deux cuves à huile. Ces quatre réservoirs sont à demi enterrés dans le sol naturel et couverts, sur leurs deux tiers, d’une voûte en berceau surbaissé, maçonnée en moellons et galets (fig. 85). Leurs parois sont toutes recouvertes d’un mortier hydraulique rose. Le mur oriental est traversé par une canalisation de tuiles enduites, orientée sud‑est/nord‑ouest vers le pressoir de l’espace XV et qui débouche dans la cuve est. L’alimentation des trois autres réservoirs devait s’effectuer par un système de trop‑plein.

FIG. 85 – Détail des cuves à huile adossées au mur sud de l’espace XIII.

Clichés S. Claude

L’espace XIV

165Sur une hauteur d’environ 0,70 m, le mur occidental a une épaisseur de 0,90 m. C’est une maçonnerie fourrée avec un appareil de revêtement de moyens moellons assisés, sur lequel on observe encore les lambeaux d’un enduit gris et résistant. Au‑delà, la maçonnerie n’a plus que 0,55 m d’épaisseur. C’est alors un blocage de moyens moellons, de tessons de tuiles, de mallons, de briques, de lauses et de galets de rivière, liés à un mortier beige, plâtreux et friable, recelant de nombreuses inclusions, qui résulte de l’arrachement de l’appareil de revêtement. Seules les extrémités nord et sud du mur gardent une épaisseur de 0,90 m sur toute la hauteur conservée, soit environ 1,70 m. Deux baies à double ébrasement, très dégradées, Fen.62 et Fen.63, traversent cette maçonnerie. Les vestiges plus importants de la seconde donnent une ouverture large d’1,70 m et une embrasure de 2 m. Dans le mur sud, les fenêtres Fen.64, à l’ouest, et Fen.65, à l’est, en reprennent les dispositions à double ébrasement. Une troisième, Fen.66, est une petite ouverture verticale en meurtrière (0,20 x 0,53 m), percée entre le mur sud et l’angle sud‑ouest de l’espace XXIII, qui permettait la surveillance de tout le flanc sud du château (fig. 86). Elle est couverte de trois carreaux de terre cuite et ses parois sont enduites du mortier gris.

FIG. 86 – Vue de l’angle sud‑est de l’espace XIV et de la meurtrière Fen.66.

Clichés S. Claude

166L’angle sud‑ouest du corps de bâtiment sud, sur lequel s’accroche l’ensemble sud‑ouest, est structuré par une chaîne harpée de pierres de taille. Une seule porte, PR.67, dont il ne subsiste que le montant sud avec un encadrement en pierre de taille dans l’espace XIV (fig. 91), assurait la communication entre les espaces XIV et XXIII.

2.6.1.2 Élévations extérieures

167Les deux façades présentent un parement assisé de moyens moellons, qui se distingue des murs médiévaux par un appareil non réglé et par un ajustement moins soigné des pierres avec un blocage de cailloux et de tessons de briques. Les angles nord‑ouest et sud‑est sont traités en pierre de taille et en gros moellons bien équarris formant une chaîne en besace, tandis que l’angle sud‑ouest est chaîné en pierre de taille d’un module supérieur. Jusqu’au départ du second niveau de baies, la base de l’ensemble sud‑ouest présente un très léger fruit à peine perceptible (fig. 87).

FIG. 87 – Vue de la façade sud de l’ensemble sud‑ouest.

Clichés S. Claude

168Trois niveaux d’ouvertures composent la façade occidentale. Au premier niveau, il ne subsiste de la baie Fen.54 que l’ébrasement extérieur en segment d’arc monté en moellons. Au deuxième niveau et à l’aplomb de la précédente, la prise de jour Fen.55 s’ouvre par une petite fente verticale moellonnée, liée au parement. Enfin, les deux fenêtres Fen.62 et Fen.63, dont on ne devine plus que le trumeau qui les sépare, couronnaient ce volume sud‑ouest (fig. 29).

169Aucune baie n’a été percée vers le village, à la hauteur de Fen.54. En revanche, les deuxième et troisième niveaux s’alignent sur ceux de la façade occidentale. Ils sont respectivement marqués par les fentes des fenêtres Fen.56 et Fen.59 et par les deux baies à doubles ébrasements Fen.64 et Fen.65 (fig. 87, 117).

2.6.2 Analyse

170L’observation des maçonneries confirme la préexistence de la partie occidentale du corps de bâtiment sud sur toutes les autres structures du château, la construction du corps de bâtiment ouest sur ce volume et l’édification, en dernier lieu, de l’ensemble sud‑ouest (fig. 39‑41). Quelques éléments permettent de juxtaposer à cette chronologie relative bien définie une chronologie absolue de laquelle nous avons exclu la première phase qui fera l’objet d’une étude plus approfondie au chapitre suivant. Sur le volume méridional initial, s’est greffé, au xive s., le corps de bâtiment occidental du château, laissant l’angle sud‑ouest non bâti. La construction de l’ensemble sud‑ouest n’est intervenue que bien plus tard. L’archère‑canonnière à orifice circulaire et courte fente de visée, sans ébrasement extérieur, Fen.58, en donne un terminus a quo de la fin du xve s. par comparaison avec ce type de percement reconnu par J. Mesqui dans des édifices septentrionaux (Mesqui 1979 : 119‑120).

  • 84 ADAHP, 2E2453, f° 155 v° (cf. annexe 7).
  • 85 Le maître gipier doit réaliser des « arcades » de deux pans de hauteur (0,50 m) et 1/2 pan de large (...)

171Cette partie du château est, en outre, documentée par un très intéressant prix‑fait passé entre la dame de Gréoux, Antoinette de Glandevès, et un gipier de Manosque, Pierre Esturin, le 9 mars 161 S84. Toute la réalisation du gros‑œuvre y est clairement exposée : le volume à édifier à la jonction des logis sud et ouest, légèrement taluté à sa base, avec une maçonnerie d’angle en pierre de taille, comprend, au premier niveau, deux pièces oblongues voûtées (Esp. XII et Esp. XIII) qui supportent une terrasse crénelée où l’emprise des merlons équivaut à celle des créneaux (« merletz tant plan que vuides ») avec un sol dallé et ses aménagements liés à l’évacuation des eaux de pluies. Des ouvertures et des communications de ce volume, seules la porte PR.67 et les prises de jour du niveau inférieur sont mentionnées ; les autres, PR.57 et PR.61, ne figurent pas dans le contrat, sans doute parce que leur présence nécessaire ne laissait au maître d’œuvre aucune alternative. Les raisons défensives semblent bien avoir prévalu dans l’installation de cet ouvrage : l’épaisseur de murs consolidés par un fruit ; la parcimonie et l’étroitesse des prises de jour du premier niveau (Fen.55, Fen.56 et Fen.59)85 ; la présence d’une canonnière (Fen.54) et d’une meurtrière pour le tir de flanquement à l’étage ; les voûtes qui pouvaient servir de support à une terrasse d’artillerie, et enfin le crénelage.

  • 86 Il s’agit d’une vue du château et du village, prise depuis le sud‑est (CNMHS, réf. 1333).
  • 87 ADAHP, 2E2466, f° 614 (cf. annexe 8).

172Dans l’espace XIV, les murs ne dépassent pas 2 m d’élévation ; pourtant, l’angle nord‑ouest a gardé une rangée de tuiles creuses, vestige de la toiture posée ultérieurement sur l’ancienne terrasse crénelée (fig. 72). En même temps, ont été installées des fenêtres à encadrement segmentaire, attestées par une photographie de 188786. Dans un contrat de 162587, l’espace XIV est dénommé « terrasse ». Sa mention, dans l’estimation de 1795, sous le même qualificatif indique que la toiture et les fenêtres Fen.62 à Fen.65 ne sont pas encore réalisées. Ces ultimes aménagements qui ont transformé, dans la première moitié du xixe s., l’étage en un petit appartement jouissant par sa situation d’une vue exceptionnelle et d’une abondante luminosité, sont donc l’œuvre du dernier occupant du château, Arnoux Guibert (cf. infra, § 4.4.1).

2.7 Le corps de bâtiment méridional

2.7.1 Description

2.7.1.1 Plan et distribution intérieure

173La partie occidentale du corps de logis sud (Esp. XV et XIX) se démarque de l’organisation du château par une orientation légèrement infléchie vers le sud qui ne s’aligne sur aucune autre et par sa mise en œuvre. En outre, l’analyse des connexions entre les maçonneries permet également d’isoler ces deux espaces contre lesquels les murs est et sud du corps de bâtiment occidental se sont accolés, tout comme les murs nord et sud de l’espace XX (fig. 39, 40).

174Le pendage nord‑ouest/sud‑est du sol naturel a engendré une division verticale du corps de bâtiment sud bien plus complexe que dans le reste du château (fig. 88). Au niveau inférieur, trois espaces se succèdent, entaillant le substrat à différentes profondeurs. Le premier (Esp. XV) est un étage de soubassement, partiellement enterré et dont le niveau d’occupation actuel se situe 2,80 m sous celui de la cour. Les deux autres (Esp. XVI et XVII) sont des caves en sous‑sol, fondées environ 2 m plus bas. Alors que la voûte de l’espace XVI culmine à une hauteur d’environ 5,30 m, celle de l’espace XVII ne dépasse pas 3,60 m. De cette différence de hauteur a résulté la création de l’espace XVIII à l’angle sud‑est du château, dont le niveau de sol se situe 1 m sous celui de la cour. Son plafond est au même niveau que celui de l’espace XV (fig. 88). Un rez‑de‑chaussée surélevé et un étage constituent les troisième et quatrième niveaux où toutes les pièces, d’inégales dimensions, se succèdent en enfilade.

FIG. 88 – Section est‑ouest du château traversant le corps de bâtiment sud et l’ensemble sud‑ouest.

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

2.7.1.2 Étages de soubassement et sous‑sol

L’espace XV

175Les quatre murs de la salle XV sont montés avec un appareil soigné de petits moellons équarris, sur une semelle de fondation visible sur 0,70 m d’épaisseur. Ils dégagent une surface de 19,30 m sur 6,40 m.

176Au travers du mur nord, deux portes, PR.68 et PR.69, assurent la communication vers la cour (fig. 89). Leurs seuils sont à 1,30 m sous le niveau de cour et débouchent à près d’1,50 m au‑dessus du sol d’occupation actuel de l’espace XV (fig. 90). Deux escaliers à volée droite, très restaurés, rattrapent ce dénivelé : Esc.163 ménagé dans la galerie sud du promenoir (fig. 138), et Esc.164 dans l’espace XV. La porte PR.68 s’ouvre dans l’espace XV par une large embrasure segmentaire d’1,58 m sur 2,07 m de haut et présente, côté cour, un encadrement également segmentaire monté en calcaire de taille, qu’un blocage d’éclats de taille, de galets et de tessons de briques lie au parement de moellons du mur (fig. 145). À peine 0,70 m à l’est de cette porte, PR.69 s’ouvre au pied du même escalier Esc.163, avec une embrasure droite de plus de 2,40 m de haut sur 1 m de large seulement. Ses tableaux et son arc en plein cintre clavé et extradossé, liés au parement de moellons, ont beaucoup souffert de l’érosion et des réfections. Cette porte a néanmoins gardé un faciès proche de celui de la fenêtre Fen.60 par le module et le matériau des pierres de taille (un calcaire coquillier) par leur agencement dans l’embrasure en carreaux et boutisses et par sa forme cintrée non ébrasée (fig. 138).

FIG. 89 – Vue générale du mur nord des espaces XV, XIX et XXIII prise depuis l’est.

Clichés S. Claude

FIG. 90 – Section nord‑sud du château présentant le corps de bâtiment nord, le mur antérieur est et le corps de bâtiment sud.

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

177Dans le mur sud, la porte PR.70, second accès au château, présente des dispositions similaires à celles des baies Fen.60 et PR.69, dans des proportions nettement supérieures (fig. 91‑93). En subsiste l’arc en plein cintre clavé, parfaitement extradossé et lié, comme pour la fenêtre Fen.60, au parement du mur par l’intermédiaire d’une ou plusieurs pierres de taille. Ses claveaux sont courts, à peine 0,28 m, et la plupart sont divisés par une rainure médiane créant un faux joint (fig. 94). Cet arc est reçu par des piédroits qui se terminent sur deux pierres en avancée dans l’embrasure. Celles‑ci s’alignent sur la dernière assise de fondation et marquent le seuil de la porte PR.70 (fig. 93). Quelques pierres de même nature et pareillement taillées permettent de restituer une ouverture inscrite à l’intérieur de cette arcade et en léger retrait (à peine 0,04 m), dont la largeur ne devait pas excéder 1,93 m pour une hauteur de 3,05 m. C’est dans l’embrasure de PR.70 qu’a été installé le passage PR.71, dans le respect de la porte préexistante et en s’adaptant à ses dispositions, ce que montre l’ajustement des gros blocs de calcaire beige à la courbure de l’arc de PR.70 (fig. 93). L’ouverture cintrée de la porte PR.71, qui traverse avec un léger ébrasement le talus du mur sud, est inscrite dans une embrasure intérieure rectangulaire d’1,40 m sur 3,10 m, dont les tableaux ont gardé les ancrages des gonds de deux vantaux bloqués par une barre amovible. Les encastrements réalisés pour l’installation de cette barre et son maintien sont situés très haut, à près d’1,70 m du niveau de circulation actuel, mais à 1 m du seuil de la porte PR.70. C’est donc sur ce dernier que s’alignait à l’évidence le seuil de la porte PR.71.

FIG. 91 – Corps de bâtiment méridional, élévations intérieures des murs sud et ouest des espaces XV, XIX et XXIII.

Dessin S. Claude

FIG 92 – Vue générale des espaces XV et XIX prise depuis le nord‑est.

Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH

FIG. 93 – Espace XV, mur sud, détail des portes PR.70/PR.71.

Clichés S. Claude

FIG. 94 – Espace XV, mur sud, détail de la retombée occidentale de l’arc de la porte PR.70.

Clichés S. Claude

178À 2,10 m du mur ouest, la niche d’un pressoir double à vis, STR.72, entaille le mur sud sur une épaisseur d’1,20 m (fig. 91‑92). Un cliché de 1970 montre, au pied des deux meules gisantes et au ras du sol, les deux cuves semi‑circulaires dans lesquelles s’écoulait le produit du pressurage avant de se déverser dans celles des espaces XII et XIII (fig. 92). L’aménagement de ce pressoir en grand appareil de calcaire taillé doit ainsi être mis en relation avec les précédentes cuves et avec une cheminée pour chauffer l’eau (Che.53), dont l’installation a surcreusé la maçonnerie du mur nord, l’angle sud‑est du corps de bâtiment occidental et le substrat rocheux.

179Les espaces XV et XIX sont cloisonnés, à l’est, par une grande arcade en plein cintre, murée, qui, avec la disparition du plancher séparant les deux pièces, a retrouvé sa cohérence (fig. 95, 96). Cet arc, d’une portée de 5,50 m, est entièrement appareillé en pierres de calcaire coquillier, taillées en chevrons et montées en carreaux et boutisses. L’appareil de petits moellons qui maçonne les écoinçons est lié en besace aux parements des murs nord et sud et se raccorde à l’arc par l’intermédiaire de pierres de taille (fig. 97). Un tailloir chanfreiné, marqué de la signature de tâcheron VGO, reçoit, au sud, le premier des deux rouleaux de l’arc à ressauts (fig. 98), tandis que le support opposé est simplement marqué d’un V. Les piédroits prolongent le ressaut de l’arc et reposent, au moins au nord, sur un grand appareil de moellons équarris et de pierres de taille, qui forme une avancée dans l’embrasure de l’arc, au niveau de la dernière assise de fondation (fig. 90). Une maçonnerie fourrée, à assises réglées de moyens moellons équarris, a obturé cet arc. Elle est traversée dans l’espace XV par la porte cintrée PR.73, montée en calcaire de taille, qui conduit à la cave XVI. Là, son embrasure est maçonnée par un blocage de pierres et moellons, non lié au parement du mur (fig. 9699).

FIG. 95 – Vue générale des espaces XV, XIX et XXIII prise depuis le nord‑ouest.

Clichés S. Claude

FIG. 96 – L’arc triomphal oriental muré dans les espaces XV‑XIX.

Clichés S. Claude

FIG. 97 – Détail de l’écoinçon nord et des deux rouleaux de voussure de l’arc triomphal oriental.

Clichés S. Claude

FIG. 98 – Détail du tailloir sud de l’arc triomphal oriental portant la signature de tâcheron VGO.

Clichés S. Claude

FIG. 99 – Angle nord‑ouest de l’espace XVI, porte PR.73 et escalier Esc.74.

Clichés S. Claude

  • 88 Ces strates recelaient en abondance des tessons de céramique vernissée sur engobe, dont un fond d’é (...)

180La semelle de fondation visible à la base des murs nord, est et sud, ainsi que le seuil de PR.70 mettent en évidence un premier niveau d’occupation près de 0,70 m au‑dessus du niveau actuel. Aussi, les aménagements de sols mis au jour dans le sondage archéologique implanté à l’est de la porte PR.70 ne remontent‑ils pas au‑delà de l’Époque moderne (Estienne, Molina 1990 : 29‑32). Il s’agit d’abord d’un muret (St. I) doublant le mur sud, dégagé sur une hauteur de 0,50 m. Un tesson de bord de cruche à pâte claire glaçurée à l’intérieur et sur la lèvre, pris dans le mortier gris qui en lie les pierres, donne un terminus a quo du xive ou du xve s. pour cette structure. Par ailleurs, les unités stratigraphiques qui s’appuient sur le muret, bien datées par un matériel céramique du milieu du xviie s.88, indiquent son antériorité sinon sa stricte contemporanéité. Ces sédiments correspondent à un apport de terres et pierres destinées à combler le dénivelé du sol naturel pour l’établissement d’un sol horizontal. Le muret qui se juxtapose aux fondations du mur sud a été identifié par les archéologues comme le possible soutènement d’un plancher qui aurait reposé, au nord, sur le substrat. Sous le revêtement de gravillons, qui recouvre actuellement le sol de l’espace XV, on peut encore distinguer les éléments d’un carrelage en terre cuite. Une vue plongeante de la salle, datée de juin 1970, montre ce revêtement irrégulier où se succèdent des surfaces aménagées de petits mallons rectangulaires mêlés à d’autres un peu plus grands, devant la porte sud notamment, et des aires de grandes dalles de pierres ou de terre cuite, au pied du pressoir (fig. 92). Le long du mur occidental, sur une bande carrelée de petits mallons d’environ 1,50 m de large, délimitée par une ligne de lauses plantées de chant, l’horizontalité semble avoir été rétablie, contrairement au reste du sol en légère pente, dans le sens nord‑sud du sol naturel. La fouille a donné un terminus post quem du début du xviiie s. pour ce revêtement. Sur le cliché de 1970 (fig. 92), on peut voir, le long du mur sud, les premières marches d’un escalier montant vers l’est.

  • 89 ADAHP, 103F1142.

181Le précédent sondage a été implanté en partie sur la destruction de la volée droite de cet escalier qui ne figure plus sur un plan du château dressé en 197189. Les archéologues n’ont pu alors que constater, dans cette partie du sondage, l’interruption du carrelage et de la couche de mortier de son lit de pose. L’analyse de la stratigraphie a révélé, à cet emplacement, un comblement très perturbé recelant des fragments de carreaux et tuiles et du mortier beige identique à celui qui constitue le lit de pose du carrelage. L’escalier est donc un aménagement contemporain ou postérieur à l’installation du carrelage et, selon toute vraisemblance, sa volée droite maçonnée se prolongeait par une structure de bois, jusqu’au niveau de l’espace XIX.

L’espace XVI

182La construction de la cave XVI, sur une surface de 10,60 m sur 4,50 m, voûtée d’un berceau en plein cintre, a largement entaillé le poudingue qui présente un dénivelé d’environ 0,40 m d’ouest en est. À l’angle sud‑est, un silo d’1,05 m de diamètre et de profondeur inconnue a été creusé et cinq encastrements symétriques dans les murs nord et sud marquent une division verticale de l’espace à la retombée de la voûte ou l’ancrage des cintres de construction.

183Sur les murs est et ouest assisés en moyens moellons, s’appuient les maçonneries de la voûte et celles des murs nord et sud, montées en assises de moellons équarris ou non, de galets, de lauses, de blocs de safre, de carreaux de terre cuite, de briques et de tuiles, liés au mortier. Au nord, cet appareil de revêtement, qui comme au sud correspond à l’habillage d’un mur préexistant (fig. 39), est fondé sur le poudingue contre la paroi verticale dégagée par le creusement de la cave. Rectiligne dans toute la moitié est, le mur s’enfle à l’ouest, au départ de l’escalier Esc.75 (fig. 99). Les pierres de calcaire de taille, que l’on retrouve en remploi à l’ouest, pourraient bien provenir de la destruction de cet escalier dont la première marche est repérée à près de 4,35 m du mur est. Il disparaît petit à petit vers l’ouest, dans l’épaississement du mur nord. L’escalier Esc.75 prolongeait les quelques marches de la descente de cave PR.76 depuis de la cour (Esp. XXXVII) ; celle‑ci a été aménagée dans les reins de la voûte de l’espace XVI et débouchait à la hauteur de sa retombée (fig. 120a).

184À l’ouest du seuil de PR.73, un escalier à volée droite de neuf marches, Esc.74, descend d’environ 1,90 m en s’évasant jusqu’au niveau de la cave (fig. 99). Esc.75 n’a pu coexister avec Esc.74 : ils se seraient chevauchés. L’espace XVI communique avec la cave XVII par PR.77 qui ne se présente plus que sous la forme d’une brèche centrée dans le mur est.

L’espace XVII

185Avec des dimensions moindres, la cave XVII adopte des dispositions analogues à celles de l’espace XVI. Sa voûte en berceau surbaissé orienté est‑ouest, de même structure que celle de l’espace XVI, est ancrée dans les parements de moyens moellons des murs nord et sud. À l’angle nord‑est de la cave, une fosse rectangulaire d’1,30 m sur 2,90 m de côté, creusée dans le poudingue sur une profondeur d’1,30 m pour les besoins d’une installation sanitaire, permet de constater l’absence de tranchée de fondation du mur oriental. Le substrat a seulement été redressé et les assises de fondation plaquées sur sa paroi, comme le suggèrent des coulées de mortier. Le mur nord, dans son extrémité orientale, s’infléchit vers le nord, montrant dans l’espace XVII un parement légèrement convexe et remarquable de surcroît par sa construction en grand appareil de pierres de taille (fig. 45). Cet appareil peut être suivi en fondation, dans la fosse précitée, sur 1,30 m de haut environ et, au‑delà, jusqu’au départ de voûte, soit sur une hauteur totale de 3,20 m. À l’ouest, la brèche PR.78 percée dans le mur nord –celle‑ci ne présente plus qu’une trouée régulière d’1,90 m de haut sur 1 m de large– a fait disparaître le raccord entre les assises de pierres de taille et l’appareil de moellons. Le long des murs nord et sud, des banquettes d’1,40 m de large et de 0,32 m d’épaisseur ont été dégagées dans le substrat afin d’accueillir des tonneaux.

L’espace XVIII

186Une différence de niveau de 3 m entre le chargement de la voûte de l’espace XVII et le plancher de l’espace XXII a permis l’installation de l’espace XVIII (fig. 88). Un enduit tapisse l’ensemble de ses murs, laissant apparaître, au hasard de dégradations, le grand appareil de pierres de taille constaté dans l’espace XVII, avec la même inflexion vers le nord.

187Le seul accès à l’espace XVIII s’effectue par la porte centrale PR.79, depuis l’espace XXVII. Cette ouverture rectangulaire ébrasée vers l’espace XVIII est entièrement recouverte du même enduit que les murs (fig. 105). L’espace XVIII est ajouré par la fenêtre à allège, Fen.80, qui traverse le mur est avec une embrasure intérieure à arrière‑voussure réglée, segmentaire, à base horizontale, et une embrasure extérieure également segmentaire (fig. 88106).

2.7.1.3 Le rez‑de‑chaussée surélevé

L’espace XIX

  • 90 Il ne peut s’agir d’une porte dont le seuil déboucherait alors à près de 2 m du sol de la cour, à u (...)

188L’appareil réglé de petits moellons mis en évidence dans l’espace XV se poursuit dans l’espace XIX jusqu’aux premières poutres du plancher qui le sépare de la salle haute (Esp. XXIII). Au‑delà, le moyen moellon est utilisé pour les parties hautes et pour la maçonnerie de l’angle sud‑ouest (fig. 91). L’installation d’un plancher entre les espaces XV et XIX a déstructuré le volume initial. La fenêtre Fen.60 s’est alors retrouvée à cheval entre les deux niveaux (fig. 91120a). Ce plancher à trois empilements place le sol de l’espace XIX à 4,40 m au‑dessus de celui de l’espace XV et à près de 2 m du niveau de la cour (fig. 90). De la seule ouverture repérée dans le mur nord, Fen.81, ne subsistent qu’un linteau de bois et le montant occidental en pierres de taille et moellons bien équarris (fig. 89)90. Le parement nord du mur ne porte aucune trace de cette baie, obturée avec deux autres à l’époque contemporaine. Toutes trois sont connues par des photographies de la fin du xixe s. (fig. 131‑133, 135). À l’ouest de la fenêtre Fen.81, Fen.165 avait une embrasure cintrée et, à l’est, de la troisième baie, Fen.166, on ne connaît que l’embrasure intérieure segmentaire, appareillée en pierres de taille, dont le profil est très proche de celui des baies géminées du mur sud.

189L’espace XIX s’ouvre, en effet, sur le village par trois fenêtres, Fen.82 à l’ouest, Fen.83 au centre, et Fen.84 à l’est, qui mesurent entre 2,65 m et 2,95 m de haut sur 1,50 m de large (fig. 91). Les deux premières disposent de coussièges simulant un coussin de pierre (fig. 100). Côté village, avant que le talus ne soit édifié, ces fenêtres s’ouvraient par des baies géminées qui toutes ont perdu leur support intermédiaire, donnant l’illusion d’un arc polylobé clavé (fig. 101). Toutefois, le simple équarrissage de l’intérieur de l’anglet, alors que toutes les autres pierres de l’encadrement sont parfaitement polies, accrédite la présence d’un support médian. Toutes trois sont entièrement appareillées en pierres de petit module, taillées dans le calcaire local pour les tableaux, les arcs segmentaires et les claveaux des baies géminées, et, pour le reste, en calcaire coquillier taillé en chevrons (fig. 100). Ces récupérations ainsi que le blocage de fragments de briques et de pierres entre les moellons et l’encadrement des baies attestent leur postériorité. L’installation d’un talus contre le mur sud du château a eu pour première conséquence l’obturation des trois baies qui ont été réouvertes. Seule Fen.84 a retrouvé ses dispositions d’origine avec, en plus, une embrasure extérieure en plein cintre (fig. 118). Les deux autres ont été totalement transformées : la fenêtre Fen.85 fut ouverte dans Fen.82, avec un encadrement carré en pierre, légèrement décentré à l’est, tandis que la fenêtre Fen.86, créée dans Fen.83, est devenue une simple percée rectangulaire décentrée à l’ouest, avec un linteau de bois (fig. 101).

FIG. 100 – Espace XIX, détail du coussiège occidental de la fenêtre Fen.83.

Clichés S. Claude

FIG. 101 – Espace XIX, les fenêtres Fen.83 et Fen.86.

Clichés S. Claude

190À l’est, entre les espaces XIX et XX, la porte PR.87 fut ouverte dans la maçonnerie qui a obturé le grand arc oriental et sur son piédroit nord. Son embrasure rectangulaire de 2,30 m de haut sur 1,38 m est simplement enduite d’un badigeon rose granuleux (fig. 96).

L’espace XX

191C’est dans ce minuscule espace, mesurant à peine 1,80 m sur 5,90 m, que se précise la limite orientale du volume cloisonné par les maçonneries en petits moellons. Les murs nord et sud, qui viennent ainsi se greffer à l’ouest sur le revers de l’arcade murée, se distinguent tant par la nature de leur maçonnerie assisée en moyens moellons, que par leur épaisseur supérieure de 0,25 m. De plus, si l’on retrouve, dans l’espace XX, l’appareil réglé de petits moellons aux écoinçons de l’arc muré, les claveaux de calcaire coquillier de l’extrados ont laissé place à un arrachement encore en légère saillie sur le nu du mur (fig. 102). De même, le revers du support sud de l’arc se termine par une chaîne de pierres en dents de scie (fig. 103) qui, avec les autres vestiges, accrédite l’hypothèse d’un massif oriental en abside, lié à l’arc triomphal et clôturant le grand volume construit en petits moellons.

FIG. 102 – Détail du revers de l’arc triomphal et de l’écoinçon nord vus de l’espace XX montrant l’appui du mur nord sur ces structures (à droite).

Clichés S. Claude

FIG. 103 – Détail de l’arrachement en dents de scie du tableau sud de l’arc triomphal.

Clichés S. Claude

192Le mur oriental de l’espace XX est une construction postérieure. Sa maçonnerie, qui disparaît entièrement sous un enduit rose, s’ouvre sur l’espace XXI par une porte en anse de panier, PR.88, montée en grand appareil de calcaire de taille et dont l’embrasure droite mesure 2,65 m de haut sur 1,98 m de large (fig. 145).

L’espace XXI

193Les deux murs de refend postérieurs qui cloisonnent l’espace XXI (fig. 40) présentent des parements non assisés en moellons, galets, carreaux de terre cuite, briques et pierres, liés par un mortier gris. C’est à partir de cette petite pièce que s’effectue l’accès aux salles du rez‑de‑chaussée du corps de bâtiment sud, par la porte rectangulaire PR.89 ouvrant, au nord, sur le repos de l’escalier d’honneur de la cour, Esc.173 (fig. 104105). Là, ses deux montants en pierre de taille layée ont été encastrés dans la maçonnerie avec un blocage de petites pierres, briques et mallons (fig. 134138). Dans l’espace XXI, ses ébrasements intérieurs enduits soutiennent un couvrement constitué de huit planches de bois. L’interruption de ses deux piédroits à 2,06 m du soffite permet de restituer le seuil disparu de PR.89, 0,70 m au‑dessus du niveau d’occupation de l’espace XXI. Cette différence était rachetée par quatre marches dont ne subsiste que l’arrachement dans l’ébrasement ouest de la porte (fig. 104).

FIG. 104 – Espace XXI, embrasure intérieure de la porte PR.89.

Clichés S. Claude

FIG. 105 – Section est‑ouest du château, présentant le corps de bâtiment oriental, le mur antérieur du corps de bâtiment sud et corps de bâtiment.

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

194L’espace XXI s’ouvre, à l’ouest, par la porte en anse de panier PR.88 et, à l’est dans l’espace XXII, par une porte, PR.91, similaire à PR.89. Enfin, une fenêtre à deux ébrasements parementés de moellons, Fen.90, traverse le mur sud avec une embrasure intérieure rectangulaire de 1,70 m sur 2,85 m, et le glacis avec une embrasure cintrée (fig. 117). Elle est contemporaine de ce dernier mais, comme les fenêtres Fen.84 à Fen.86 de l’espace XIX, il est vraisemblable qu’elle reprenne une baie antérieure.

L’espace XXII

195Cette pièce construite au sud‑est du château, à cheval sur la cave XVI et l’espace XVIII, est, comme la précédente, un espace aménagé tardivement, après la construction de murs de séparation (mur ouest) dans le bâtiment médiéval (fig. 40). La communication vers le corps de bâtiment oriental et vers la cour s’est faite, un temps, par une petite porte en arc brisé, PR.92, qui débouchait sur un passage ménagé dans l’épaisseur des murs est et sud de la cour, et sur la porte PR.125 (fig. 43). Le seuil de PR.92 est situé 0,25 m sous le sol de l’espace XXII, soit environ 0,95 m sous celui de l’espace XXVIII, et la porte PR.125 débouche sur le repos d’un premier état du grand escalier de cour, Esc.173. Nous anticipons sur l’étude de ce dernier pour noter, ici, que le repos sur lequel débouche PR.125 est situé près d’1 m sous celui d’un second état de Esc.173 auquel correspond la porte PR.89 (fig. 105). Aussi, si à l’origine la porte PR.92, dont l’encadrement brisé en pierre de taille est contemporain de la construction du mur nord, assurait la communication vers le corps de bâtiment oriental, elle dut être condamnée par le rehaussement de Esc.173 et la mise en place du niveau de plancher, entre les espaces XXVII et XXVIII. Le matériau de cette baie, sa taille layée, ses dimensions réduites (h : 1,93 m, 1 : 0,62 m) et sa forme brisée la rapprochent des portes PR.24, entre la galerie nord et la tour sarrasine, et PR.128, entre l’espace XXX et la cour. Le mur oriental est traversé par une seule baie, Fen.93, en tous points identique à Fen.80 (fig. 106).

FIG. 106 – Vue du mur oriental des espaces XVIII et XXII.

Clichés S. Claude

2.7.1.4 L’étage

L’espace XXIII

196Sur plus de la moitié du corps de bâtiment sud, la grande salle XXIII dégage une surface d’occupation de 22 m sur 6,40 m, à l’aplomb des espaces XIX et XX (fig. 8895). La maçonnerie en assises réglées de moyens moellons de cette salle haute est très différente de celle des niveaux inférieurs (espaces XV et XIX). Elle prolonge sans discontinuer l’appareil qui structure l’angle sud‑ouest des espaces XV et XIX. La rupture entre les deux appareils a lieu environ 0,80 m sous le niveau de plancher de la salle XXIII (fig. 91). En outre, sur une longueur de 0,70 m, entre le mur est et la fenêtre Fen.105, le mur sud est sensiblement plus épais et, en vis‑à‑vis, sur la largeur de l’espace XX, l’appareil de revêtement du mur nord a été arraché, mettant au jour sa fourrure (fig. 107). La maçonnerie grossière, non assisée, de matériaux divers liés au mortier du mur oriental, prolonge celle de sa partie inférieure, avec toutefois une épaisseur moindre, réservant un appui pour les poutres longitudinales du plancher. L’imperfection du parement disparaît ici sous un enduit couvrant (fig. 95).

FIG. 107 – Détail du tronçon oriental du mur nord de l’espace XXIII et de l’embrasure intérieure de la porte PR.97.

Clichés S. Claude

197Les ouvertures percées dans le mur nord donnaient sur la galerie haute méridionale de la cour. Il s’agit d’abord de la porte PR.94 qui a conservé, à l’ouest, sur une hauteur d’1,50 m, son embrasure d’environ 1,70 m de large. Son encadrement est structuré par des moyens moellons équarris, liés au parement, et son seuil a gardé quelques carreaux de terre cuite rouge sous la maçonnerie qui est venue l’obturer. De la fenêtre Fen.95, à l’est de la précédente, il ne reste que le montant oriental avec sa feuillure et deux coussièges. Le dessus des banquettes est constitué d’une pierre de taille moulurée d’un cavet et d’un tore séparés par un filet. Cette baie fortement ébrasée dans l’espace XXIII est enduite d’un mortier rose qui lui façonne un encadrement chanfreiné côté cour. Comme les deux autres, la porte PR.96 a été obturée par un appareil assisé de moyens moellons. Elle s’ouvre à 2,80 m du mur est par une embrasure rectangulaire, enduite d’un épais mortier rose qui rectifie l’arrachement de la maçonnerie. Son couvrement est une planche de bois et son seuil un pavement de tomettes (fig. 138). Immédiatement à l’est de PR.96, la porte PR.97 débouche sur le palier supérieur de l’escalier Esc.173. Dans l’espace XXIII, son embrasure intérieure rectangulaire mesure 1,35 m de large sur 2,28 m de haut. Seul le montant oriental est ébrasé, l’autre est droit et exactement à l’aplomb du parement oriental de l’arc diaphragme muré sur lequel il s’aligne. Côté cour, les piédroits de PR.97 adoucis en quart‑de‑rond et formant une feuillure créent, sur le parement de moellons, une chaîne de molasse jaune assurément postérieure (fig. 138). Un linteau de bois a remplacé le couvrement primitif de cette porte, un arc en anse de panier dont le sommier ouest, encore en place, présente une modénature tout à fait comparable à celle de PR.47 de l’espace XI (fig. 78).

198Côté village, huit baies de trois types différents ont ajouré l’espace XXIII (fig. 91). Les deux premières, Fen.98 et Fen.99, sont des petites ouvertures carrées aux montants et linteau en molasse liés au parement du mur, obturées par un blocage de moellons (fig. 145). Une autre semblable pouvait exister, à l’est, à l’emplacement que viendra occuper ultérieurement la fenêtre Fen.104. La postériorité des fenêtres Fen.100 et Fen.101 est attestée par le blocage de petites pierres présent entre le parement du mur et leur embrasure tapissée d’un enduit blanc. Chacune de ces baies obstruées par une maçonnerie non assisée de moellons ébauchés, de tessons de tuiles, de lauses et de galets liés au mortier, a conservé, à l’est, une banquette latérale. Le fort ébrasement intérieur que l’on devine sous ce blocage invite à rapprocher les deux fenêtres à coussiège 100 et 101 de la fenêtre nord Fen.95. Une dernière phase comprend quatre fenêtres (Fen.102 à Fen.105) du type des grandes baies d’étage du corps de bâtiment nord (Fen.3 et Fen.14 à Fen.19). Leurs encadrements en arc segmentaire de calcaire de taille, montés sur une allège, recèlent de nombreux remplois moulurés de fenêtres à croisée : des gorges à profil segmentaire, des cavets simples ou doubles (fig. 108) et des bases de colonnettes engagées stylisées (fig. 109). L’absence de coup de sabre dans la maçonnerie qui obture les fenêtres à coussiège prouve que ces dernières ont été abandonnées au profit des grandes baies. Aussi, les remplois qui y ont été observés ont du être récupérés de la destruction des fenêtres Fen.100 et Fen.101 (fig. 91).

FIG. 108 – Espace XXIII, détail d’un remploi dans le montant est de la fenêtre Fen.105.

Clichés S. Claude

FIG. 109 – Espace XXIII, détail d’un remploi dans le montant est de la fenêtre Fen.102.

Clichés S. Claude

  • 91 La première, PR.107, mesure 2,15 m de haut sur 0,84 m de large ; la seconde, PR.108, mesure 2,41 m (...)

199Un enduit façonne la cheminée axiale, Che.106, incorporée dans la maçonnerie du mur oriental et dont le coffre, presque aussi large que le foyer, présente des stries décoratives. Il n’en subsiste que le foyer et l’implantation du conduit, centré, qui s’élevait jusqu’à la cime du mur. De part et d’autre de cette cheminée, deux portes rectangulaires enduites et dotées d’un linteau de bois, PR.107 au nord et PR.108 au sud91, assurent une communication vers l’espace XXIV (fig. 95).

L’espace XXIV

200Cette petite pièce de 6,10 m sur 6,80 m qui surplombe l’espace XXI est limitée par deux murs de refend postérieurs. Elle est ajourée, au sud, par la seule fenêtre Fen.110 qui reprend les dispositions des grandes baies de la salle XXIII, Fen.102 à Fen.105 (fig. 88).

201Ménagée au travers du mur nord, l’embrasure intérieure rectangulaire de la fenêtre à allège Fen.109 a été rectifiée par un blocage de petites pierres fondues dans un mortier rose lissé en surface par une couche plus fine, blanche. Sur la cour, à l’aplomb du grand escalier, Fen.109 présente un encadrement mouluré à traverse qui retombe sur deux bases prismatiques à socle octogonal. Au centre du mur, à 2,65 m du sol, sont conservés sur sept assises les départs de deux formerets divergents et d’un doubleau appareillés en calcaire coquillier dont le relief a été bûché (fig. 110).

FIG. 110 – Mur nord de l’espace XXIV avec la fenêtre Fen.109 et les vestiges d’une voûte.

Clichés S. Claude

202Outre les deux portes nord et sud, PR.107 et 108, ouvertes vers la grande salle XXIII, le mur ouest a gardé deux corbeaux cubiques en molasse, sommairement sculptés d’une tête animale (brebis ?) au nord (fig. 111a) et d’un visage humain au sud (fig. 111b). Dans le mur est, deux corbeaux symétriques sont décorés, de manière tout aussi rudimentaire, d’une rosace (fig. 111c) et d’un visage (fig. 111 d). En vis‑à‑vis de PR.108, la porte PR.111 adopte les mêmes dispositions et sensiblement les mêmes dimensions. C’est le seul organe de communication entre les espaces XXIV et XXV. Au milieu du mur, la cheminée Che.112 façonnée avec le même enduit que les parements, liant ici des dalles réfractaires, est comparable à Che.106 par sa forme et par le corps de moulures qui court le long du coffre. Hotte et entablement ont disparu (fig. 112).

FIG. 111 – Mur occidental de l’espace XXIV, détails des corbeaux : a corbeau nord‑ouest ; b corbeau sud‑ouest ; c corbeau nord‑est ; d corbeau sud‑est.

Clichés S. Claude

FIG. 112 – Mur oriental de l’espace XXIV avec la porte PR.111 et la cheminée Che.112.

Clichés S. Claude

L’espace XXV

203L’espace XXV occupe, à l’angle sud‑est du château, la même superficie que l’espace XXII (fig. 88). Le sommet du mur nord a conservé, en négatif, les départs de deux formerets. Le premier, à l’aplomb du montant oriental de la porte PR.113, est reçu par un petit culot mouluré en molasse très érodé (fig. 113). Du second, nous restituons le tracé cintré grâce à sa retombée, à l’extrémité orientale du mur, et grâce à quelques éléments saillants en molasse (fig. 114). Dans ce même mur, trois portes, PR.113 d’une part, PR.114 et 115 de l’autre, assurent la communication avec la galerie haute de la cour et avec l’espace XXXII (fig. 105). Large d’à peine 1,10 m, la première se glisse entre le mur occidental de la salle XXV et le mur sur cour du corps de bâtiment est. Elle est couverte d’une voussure segmentaire appareillée de pierres de taille en remploi, dont trois portent des marques de tâcherons. Dans l’espace XXV, son montant oriental en safre et molasse présente un léger ébrasement et une arête verticale chanfreinée. Comme sa voussure, il est lié et donc contemporain du parement de moyens moellons du mur nord (fig. 114). Sur la cour, le piédroit oriental de la porte PR.113 est monté en blocs de calcaire local que chevauchait le mur est de la cour (fig. 115). Les dispositions du montant ouest, dictées par le mur de refend dressé entre les salles XXIV et XXV, sont postérieures (fig. 41). De la porte PR.114, ne subsiste qu’une partie du tableau ouest avec sa feuillure, enduit du même mortier que les murs, et son couvrement de bois. Enfin, PR.115 est un étroit passage enduit contigu au mur est. Un petit placard mural rectangulaire, STR.116, a également été installé entre ces deux dernières portes (fig. 114) et, de même, une petite niche enduite à deux étagères, STR.117, entaille la base du mur occidental.

FIG. 113 – Vestiges d’une voûte dans le mur nord de l’espace XXV.

Clichés S. Claude

FIG. 114 – Mur nord de l’espace XXV avec les portes PR.113 à PR.115 et les vestiges d’une voûte.

Clichés S. Claude

FIG. 115 – Arrachement du mur oriental de la cour visible dans la maçonnerie du mur sud et porte PR.113.

Clichés S. Claude

204À l’instar des autres salles de l’étage noble, l’espace XXV est ajouré par deux grandes baies segmentaires sur allège, l’une au sud (Fen.118) et l’autre à l’est (Fen.119). Sur les montants de l’embrasure intérieure de cette dernière, l’enduit façonne deux ressauts en équerre formant des supports d’étagère (fig. 116). De part et d’autre de la fenêtre Fen.119 et à la même hauteur que ce dispositif qui a permis d’en abaisser l’embrasure, on constate deux encastrements de poutres circulaires. À ce détail s’ajoutent également un autre ressaut en équerre à l’aplomb de PR.115 dans le mur nord et une saignée horizontale dans l’enduit du mur sud, à l’est de celui‑ci. Ce négatif s’arrête sur une seconde saignée verticale qui traverse l’enduit du même mur sud et dans laquelle s’encastraient des poutres perpendiculaires (fig. 116). Il s’agit là des rares vestiges de cloisons légères divisant l’espace XXV, qui expliquent par voie de conséquence la présence des deux accès PR.114 et 115 entre les salles XXV et XXXII.

FIG. 116 – Angle sud‑est de l’espace XXV avec les vestiges d’un bugé dans le mur sud et fenêtre Fen.119 à l’est.

Clichés S. Claude

2.7.1.5 Élévation extérieure

205L’organisation médiévale de la façade sud du château est dénaturée par l’épais talus qui l’épaule sur les trois quarts de sa hauteur (fig. 117). Un badigeon blanc englue également tous les parements, ne laissant visibles que les chaînes d’angle (fig. 118). À sa base, le talus mesure près de 4 m d’épaisseur à l’est et 2 m à l’ouest. Il a été édifié en deux temps. À l’ouest, un premier massif, appuyé contre l’ensemble sud‑ouest, contrebute la façade sur une longueur de 12,25 m et une hauteur d’environ 10 m. Son parement assisé est monté en moyens moellons et ses angles ouest et est sont traités en pierre de taille (fig. 119). Contre ce premier talus, un second, légèrement plus haut, a été construit sur 21,25 m de long. Son appareil de moellons, dans lequel s’intercalent des lits de lauses et quelques galets, avec une chaîne montée en grand appareil de pierres de taille à l’angle oriental, diffère à peine du précédent. Le massif, couronné par un cordon horizontal de lauses et de briques (fig. 119), s’interrompt à 5 m de l’angle sud‑est du château. À cet endroit, la courtine est raidie par cinq tirants métalliques (fig. 118).

FIG. 117 – Élévation de la façade méridionale du château.

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

FIG. 118 – Vue générale du château et du village prise depuis le sud‑est.

Clichés S. Claude

FIG. 119 – Détail de la jonction des deux tronçons successifs du glacis épaulant la façade méridionale du château.

Clichés S. Claude

206Trois niveaux d’ouvertures ordonnent l’élévation sud (fig. 117). Au premier niveau, dans l’épaisseur du talus et dans l’axe du portail sud de l’enceinte castrale, se situe l’embrasure extérieure cintrée de la porte PR.71. Dans le talus également, s’ouvrent, au deuxième niveau, les quatre fenêtres des espaces XIX et XXI : Fen.85 et Fen.86, avec une embrasure rectangulaire appareillée de moellons équarris liés au mur ; Fen.84 et Fen.90, avec une embrasure extérieure cintrée. Le troisième niveau est percé par les six grandes fenêtres segmentaires des salles XXIII, XXIV et XXV, Fen.102 à Fen.105, Fen.110 et Fen.118. Immédiatement à l’ouest de la fenêtre 103, la disparition des enduits muraux laisse apparaître le petit rectangle vertical muré de l’encadrement en molasse de Fen.99 (fig. 119).

2.7.2 Analyse

2.7.2.1 Premier état

207La façon dont sont liées les maçonneries et une orientation légèrement différente mettent parfaitement en évidence, à l’ouest du corps de bâtiment sud, un volume initial contre lequel a été élevé le château au xive s. (fig. 3940). Cet édifice rectangulaire de 19,30 m de long sur près de 6,50 m de large dans l’œuvre, orienté est‑ouest, est conservé sur une hauteur de 8,70 m depuis les premières assises de fondation jusqu’au faîte de l’arc triomphal oriental. Son niveau d’occupation se situait 0,70 m environ au‑dessus du niveau actuel, soit près de 2,20 m en soubassement par rapport à la cour et de plain‑pied avec la partie sud de la basse‑cour (fig. 120b). Il se caractérise par des maçonneries soignées, montées avec des assises de petits moellons parfaitement équarris où seuls les angles extérieurs et l’encadrement des baies sont soulignés par de la pierre de taille, un calcaire coquillier taillé en chevrons. Les arrachements très nets visibles au revers de l’arc triomphal et les assises interrompues en dents de scie de son piédroit sud créent, vers l’est, une saillie légère sur le nu du mur qui autorise la restitution d’une abside (fig. 120c). La faiblesse des maçonneries, 0,85 m d’épaisseur, ainsi que la portée à couvrir ne pouvaient tolérer un voûtement en pierre, dont du reste aucun élément de retombée n’a pu être reconnu dans les hautes élévations conservées. Cet édifice qui occupe l’extrémité méridionale du mamelon rocheux s’ouvrait, sur le village, par la porte cintrée PR.70 dont les dimensions imposantes traduisent la prééminence. À l’opposé, la présence d’un second accès plus modeste, PR.69, en soubassement, sous‑entend l’existence, au nord, d’autres structures et, en premier lieu, l’aménagement d’une montée au niveau de la plate‑forme sommitale. La découverte, sous le seuil de PR.38, des premières assises d’un mur d’orientation nord‑sud, qui par sa mise en œuvre s’apparente aux constructions précédentes, vient appuyer l’hypothèse d’autres bâtiments en relation avec le volume étudié. Le pignon occidental de ce dernier est traversé par une fenêtre haute axiale avec tympan, la seule conservée (Fen.60). On peut toutefois supposer, par la présence des pierres de calcaire coquillier taillées en chevrons, remployées dans les baies géminées de l’espace XIX, d’autres percées du mur.

FIG. 120a – Restitution de l’état des XIVe et XVe s. du corps de bâtiment méridional.

Dessins F. Gueriel

FIG. 120b – Section nord‑sud du château et de son enceinte (état actuel). En grisé : église du XIIe s. intégrée dans le bâti postérieur.

Dessins S. Claude, F. Gueriel

FIG. 120c – Restitution en plan de l’église du XIIes.

Dessins S. Claude, F. Gueriel

208La chaîne en pierres de taille de l’angle nord‑ouest, visible depuis la salle X (fig. 72), place d’emblée l’ouvrage au xiie s. D’autres éléments renvoient à cette datation. En premier lieu, la taille en chevrons qui se cantonne au deuxième tiers du xiie s. et que l’on trouve entre autres à Roquemartine, dans l’angle sud‑est de la nef de la chapelle Saint‑Sauveur (Nibodeau 1992), à Plan‑d’Orgon (Bouches‑du‑Rhône) dans la chapelle Saint‑Véran (Rouquette 1974 : 48) ou encore dans la Drôme, à Saint‑Michel de La Garde‑Adhémar (Rouquette 1974 : 61). La faible épaisseur du ressaut des arcs en plein cintre de PR.70 et de Fen.60, parfaitement extradossés, prône également pour des datations assez hautes. Certains de leurs claveaux sont divisés par une rainure médiane créant un faux joint et donnant l’illusion d’un nombre plus grand. Ce procédé assez fréquent au xiie s. touche également la première moitié du xiiie s. On le trouve à Roquemartine, pour la porte nord du mur occidental du donjon, au xiiie s. (Nibodeau 1992 : 487), à la bastide de La Penne (Bouches‑du‑Rhône) antérieure à 1246 (Fixot 1973‑1974 : 254), ou dans le Var, à la tour Saint‑Biaise d’Hyères (Vecchione 1990 : 60). Toutes ces portes ont aussi en commun la longueur des claveaux, tandis que ceux de Gréoux sont, au contraire, très courts.

209Le type de baie cintrée à linteau, avec tympan nu en retrait, auquel appartient la fenêtre Fen.60, et peut‑être même la porte PR.70, se rencontre également dans des édifices bâtis dans le courant du xiie s. ou au début du xiiie s. Ainsi reconnaît‑on à l’abbaye de Silvacane (Bouches‑du‑Rhône) une forme proche dans les portes occidentales ouvrant sur les bas‑côtés de l’église, ou dans l’église Notre‑Dame de la Cavalerie, sur la commune de La Bastide‑des‑Jourdans (Vaucluse), construite également à la fin du xiie ou au début du xiiie s. On peut encore signaler l’église contemporaine dédiée à Notre‑Dame et sainte Euphémie de Noyer‑sur‑Jabron (Alpes‑de‑Haute‑Provence), pour sa porte ménagée dans le mur gouttereau sud (Estienne et al. 1997 : 115‑116), ainsi que celle de Sainte‑Madeleine de Châteauneuf‑Val‑Saint‑Donat (Alpes‑de‑Haute‑Provence) dont la façade occidentale est traversée par une porte de ce type. L’architecture du premier art roman méridional donne aussi ce type de formes mais combinée avec un arc outrepassé, comme dans l’église majeure de Saint‑Donat de Monfort (Alpes‑de‑Haute‑Provence) datée du deuxième quart du xie s. (Barruol 1977 : 40).

  • 92 Sauf erreur, aucune signature de tâcherons en Provence n’a jamais été signalée sur un édifice civil (...)

210Deux signatures de tâcherons VGO ont été respectivement gravées sur l’une des pierres de la chaîne de l’angle nord‑ouest dans un cartouche et sur le tailloir chanfreiné sud de l’arc triomphal. Une troisième a peut‑être été ébauchée sur l’autre retombée de l’arc. Les lettres d’environ 7 cm de haut sont dessinées avec soin : le U est en V avec un léger empattement au sommet des deux barres, le G présente un enroulement. Quant au O, il est ovale et légèrement plus petit que les autres lettres (fig. 98). Cette signature est très répandue dans toute la Provence. D’autres exemples ont été répertoriés dans la nef de la cathédrale de Vaison‑la‑Romaine, datée du milieu du xiie s. (Rouquette 1974 : 139‑154) ; trois autres à l’étage de la tour de l’église de Saint‑Restitut (Drôme), daté de la fin du xiie s. (Rouquette 1974 : 123) ; un autre sur le mur extérieur est du croisillon sud du transept de Notre‑Dame d’Aubune (Vaucluse), daté du deuxième quart du xiie s. (Rouquette 1974 : 167) ; un autre encore sur le linteau extérieur de l’entrée sud primitive, dans la crypte supérieure de la cathédrale d’Apt (Vaucluse), construite entre le milieu et le troisième quart du xiie s. (Barruol 1977 : 354‑356). À la différence des signatures du château de Gréoux, celles‑ci ont un V et un G tracé en faucille, assez grands et un petit O rond. Une inscription « VGO ME FECIT », inscrite dans un cartouche, aujourd’hui conservée au Centre de documentation archéologique de Draguignan (Var), est issue d’une chaîne d’angle de la chapelle Saint‑Blaise de La Martre (Var), dans le cul‑de‑four de laquelle la simple signature VGO figure encore par deux fois. Cet édifice est daté du xiie s. (Favreau et al. 1989 : 160). Outre le cartouche, la graphie du G et du O de cette inscription sont très proches de celle de Gréoux. La présence de ce tâcheron dans de nombreux édifices assez éloignés les uns des autres, les différences typographiques des inscriptions et la fréquence du prénom Ugo que souligne G. Barruol (1977 : 361‑362), permettent à l’évidence d’attribuer cette signature à plusieurs personnages. Les inscriptions répertoriées ont toutefois en commun d’appartenir à des édifices religieux92 datés de la seconde moitié du xiie s. et, à Gréoux, ces marques ne se rencontrent que sur le volume le plus ancien du château. Il semble ainsi raisonnable de placer la construction de cet édifice dans le courant du xiie s.

211De telles dispositions, auxquelles s’ajoute la présence de signatures de tâcheron, tendent à identifier un édifice religieux bien orienté. Dans ce cas, il nous faut souligner l’absence de certains caractères architecturaux des églises du second âge roman provençal : le voûtement de la nef porté par des doubleaux, les arcatures latérales aveugles sur les murs gouttereaux et l’ébrasement des baies sont ici totalement absents.

2.7.2.2 Structuration du château

212C’est sur ce premier volume qu’au xive s. sont venus se greffer les bâtiments du château actuel (fig. 120b). Le corps de bâtiment occidental s’est accroché à l’angle nord‑ouest de l’édifice initial qui désormais fut incorporé au corps de bâtiment sud (fig. 3940). L’appareil réglé en moyens moellons caractérise les constructions de cette époque. L’arc triomphal du premier édifice a été muré et ses parties orientales ont été détruites en même temps que tous les ouvrages annexes. Le coup de sabre vertical, irrégulier, de l’angle sud‑ouest du corps de bâtiment sud, marqué par une maçonnerie de moyens moellons sur le parement originel de petits moellons (fig. 91), correspond au renforcement de cet angle extérieur, dicté par la construction d’un étage supplémentaire (espace XXIII). Les récents travaux conduits par F. Flavigny sur cette partie du château ont également montré qu’avait alors été opéré un épaississement du mur sud de l’ancienne église.

  • 93 Une colonnette au chapiteau décoré d’une feuille au contour ourlé, remployée dans la fenêtre d’une (...)

213C’est peut‑être dans le même temps que le volume initial a été divisé en deux espaces superposés : Esp. XV et Esp. XIX. Les seuls éléments architecturaux susceptibles de dater l’installation du plancher, et donc la déstructuration du bâtiment du xiie s., sont les trois baies Fen.82, Fen.83 et Fen.84. Les deux premières sont des fenêtres à coussièges. Cette forme architecturale qui se rencontre dès le xiiie s., s’est développée au xive s. et n’a pas perduré au‑delà de la fin du xve s., ne constitue pas un bon critère de datation. Avec une embrasure intérieure segmentaire, ce type de baies se trouve à Forcalqueiret vers la fin du xiiie s., et en Avignon, au Palais des Papes, dans le courant du xive s. Côté village, les trois fenêtres s’ouvraient par des baies géminées, forme que l’on a coutume de ne pas pousser au‑delà de la fin du xive s. Toutefois, P. Bernardi souligne qu’en 1417, à Aix, ce type de baie était encore utilisé (Bernardi 1995 : 342). La disparition des supports intermédiaires nous prive d’un élément de datation plus solide93. En sous‑sol, les deux caves orientales ont été aménagées, dans un premier temps, sans communication avec la moitié occidentale du corps de bâtiment. L’accès à l’espace XVI se faisait, depuis la cour, par la porte PR.76 qui se prolongeait par l’escalier Esc.75, le long du mur nord de la cave, tandis que l’accès à l’espace XVII était assuré par PR.78. Le caractère très fruste de cette architecture utilitaire n’apporte pas d’indice chronologique.

  • 94 L’assurance de ces transformations est donnée par la situation de la porte PR.92 datée du xive s., (...)

214Le second niveau du corps de bâtiment méridional est constitué du seul espace XVIII. Celui‑ci, très récent dans ses dispositions actuelles, résulte d’une réorganisation de la distribution des pièces et de l’aménagement d’un niveau supplémentaire dans la partie sud‑est du château94. Aussi pensons‑nous devoir restituer à la cave XVII un voûtement d’origine au même niveau que celui de la cave XVI et une distribution des espaces, dans la partie est, répartie sur trois niveaux uniquement, placés dans la continuité de ceux de la moitié occidentale du corps de bâtiment sud (fig. 88).

215Au rez‑de‑chaussée surélevé (espaces actuels XIX, XX, XXI et XXII), tous les murs de refend, hormis l’arc triomphal muré, sont des constructions ultérieures et aucune autre séparation plus ancienne ne semble devoir être restituée à ce niveau. La porte PR.92 (fig. 105) est l’unique accès conservé à cet étage. Elle ouvre à la fois sur le corps de bâtiment oriental et sur la cour, par PR.125. Son profil brisé renvoie aux datations déjà établies.

  • 95 Tel qu’on le voit aujourd’hui, le tracé du montant occidental de la porte PR.113 a été dicté par la (...)

216La distribution originelle des pièces du dernier niveau comprenait, à l’ouest, une première grande salle, située à l’aplomb de l’espace XIX et un peu moins longue que ne l’est l’actuel espace XXIII, et une seconde à l’est. La séparation était marquée par un mur monté à l’aplomb de l’ancien arc triomphal. À l’ouest de ce mur de refend, l’épaisseur du mur nord (mur sur cour), dictée par celle de l’édifice xiie s., ne dépassait pas 0,85 m (fig. 41). À l’est, en revanche, les maçonneries du xive s. avaient une épaisseur de plus d’1,05 m. Lorsque cette division unique de l’étage a été détruite pour donner à l’espace XXIII ses dimensions actuelles, il fallut réduire l’épaisseur de l’extrémité orientale du mur nord afin de l’aligner sur le reste du parement. Il en résulta l’arrachement que l’on voit encore aujourd’hui à l’est de la porte PR.97 (fig. 107). Les seules baies que nous puissions rattacher à ce premier état de l’espace XXIII sont les petites fenêtres carrées sans caractère, Fen.98 et Fen.99. Les éléments de formerets repérés sur le mur nord des espaces XXIV et XXV attestent la présence, dans la seconde salle d’étage, de trois travées couvertes de voûtes à nervures gauchies et reçues par les murs porteurs nord et sud. La porte PR.113 est, avec PR.94, le seul accès assuré au dernier étage avant que n’aient été construits le grand escalier de cour et les galeries (fig. 120a)95.

217Au xive s., la distribution des pièces du corps de bâtiment sud apparaît bien plus simple que dans l’état qui nous est parvenu, tant dans la division verticale –nous sommes ici encline à ne restituer que trois niveaux– que pour la répartition des espaces à chaque étage : trois pièces en sous‑sol et deux grandes salles aux deux autres niveaux. L’absence de construction à l’angle sud‑ouest du château reste énigmatique. Il est possible que l’on ait simplement voulu donner à l’espace XIX une source de lumière supplémentaire en préservant partiellement Fen.60.

  • 96 Les derniers cernes relevés sur les sept autres échantillons, sont respectivement datés de 1256, 12 (...)

218Nous disposons, pour cette partie du château, du résultat des analyses dendrochronologiques qui ont été confiées, à la demande de l’architecte en chef des Monument historiques, au laboratoire Archéolabs de Grenoble. Elles portent sur huit échantillons de sapin (une poutre et sept solives) tous issus des encastrements du plancher de la salle haute Esp. XXIII, dont la mise en place remonte à la phase de reconstruction du château au xive s. La date de 1325, ou une année postérieure très proche, a été proposée pour chacun de ces bois et pour l’installation du plancher. En dépit du nombre réduit d’occurrences soumises à l’étude et du caractère simplement probable de ces datations –un seul échantillon présentait le dernier cerne de croissance, assurant un abattage durant l’automne ou l’hiver 132496– il semble possible de retenir, à titre indicatif au moins, cette chronologie compatible avec le type même du plancher que l’on rencontre dans les édifices avignonnais du xive s. et avec les autres datations établies à partir des données céramologiques et architecturales.

2.7.2.3 Les transformations

219Les transformations qu’a subi, à la fin du Moyen Âge, le corps de bâtiment méridional, ont été plus ou moins directement consécutives à la construction du grand escalier de cour, Esc.173. L’aménagement de l’espace voûté XXXVII en même temps que la construction de Esc.173 a dû, sans doute rapidement, entraîner la condamnation de la porte PR.76 qui n’a été conservée que comme bouche d’aération et prise de lumière pour la cave XVI. L’escalier Esc.75, devenu inutile, a été détruit et la récupération de ses marches dans la maçonnerie du mur nord de la cave XVI confirme la simultanéité de son abandon et des réaménagements de la cave. Ses murs nord et sud ont alors été revêtus d’un nouveau parement qui reçut la voûte de pierre (fig. 39). L’accès par la cour (PR.76 et Esc.75) étant condamné, on en ménagea un autre vers la salle XV, par l’escalier Esc.74 et la porte PR.73. La fonction d’espace utilitaire de la pièce XVII semble, dès lors, acquise. L’ouverture de PR.68 traduit l’insuffisance de la trop étroite porte PR.69 (fig. 138).

  • 97 Cf. supra, chap. 2, § 2.5.2.2, note 2.
  • 98 Le type de la baie à croisée est très répandu. Il est, à de nombreuses reprises, identifié dans les (...)
  • 99 ADAHP, 2E2453, f° 155 V°, le 9 mars 1615 (cf. annexe 7).

220La construction du grand escalier Esc.173 n’a pas modifié immédiatement l’agencement des espaces de l’étage supérieur. La porte PR.97, dont les piédroits adoucis en quart‑de‑rond et la modénature de l’arc en anse de panier appartiennent au répertoire du xve s.97, a été percée au niveau du palier. La construction de cette porte n’a été accompagnée ni de la destruction du voûtement de la salle orientale, ni d’une distribution nouvelle des pièces à l’étage. En effet, seul le maintien du mur de refend à l’aplomb de l’arc triomphal muré peut expliquer que PR.97 ait un montant ébrasé à l’est et droit à l’ouest, ce dernier s’alignant sur le nu des écoinçons. La fenêtre à traverse et supports prismatiques Fen.109 (Esp. XXIV), ainsi que les deux baies Fen.100 et Fen.101 (Esp. XXIII) qui ont succédé aux prises de jour Fen.98 et Fen.99 peuvent être également rattachées à la seconde moitié du xve ou au début du xvie s. Leurs dispositions à coussièges, semblables à la fenêtre Fen.95, ne les placent pas au‑delà de la fin du xve s., datation que confirme la mouluration des éléments de meneaux et de traverses en remploi dans les fenêtres 102 à 105, qui proviennent de leur destruction98. Le prix‑fait de la construction de l’ensemble sud‑ouest99 précise en 1615 qu’il doit alors être fait une porte « por entrer sur lesdites crothes, a la crosière de ladite salle tirant du couchant ». Les pièces voûtées ainsi désignées (« crothes ») correspondent aux espaces XII et XIII. La porte réalisée au‑dessus de ces deux pièces (PR.67) devait être percée à la place d’une croisée (« crosière ») du mur occidental de la grande salle (Esp. XXIII) plusieurs fois citée dans le contrat. Cette mention intéressante confirme les données de l’étude architecturale.

  • 100 ADAHP, 2E2466, f° 614, le 10 mai 1625 (cf. annexe 8).
  • 101 ADAHP, 2E2489, f° 67 v° (cf. annexe 9).

221La construction du tronçon occidental du massif taluté qui épaule la façade sud du château est calée entre celle de l’ensemble sud‑ouest (1615) et celle de la partie orientale du talus (1625)100. Le percement des deux baies Fen.85 et Fen.86 se situe dans la même fourchette chronologique, tandis que celui de l’embrasure extérieure des fenêtres Fen.90 et Fen.84 est contemporain de la construction du talus oriental (1625). L’accès vers le village, s’il a vraisemblablement été maintenu lors de la construction du premier tronçon à l’ouest, est daté, dans son état actuel (PR.71), de 1642 par une quittance de paiement du 9 août (fig. 117)101.

222Cette distribution des pièces aux deux niveaux supérieurs résulte de l’agrandissement de la salle XXIII vers l’est qui, ainsi, adopta ses dispositions actuelles. Au dernier étage, la destruction de l’unique cloison a entraîné celle de la voûte de la pièce orientale, remplacée par un plancher. L’espace XXIII a ainsi été agrandi vers l’est d’une travée et l’épaisseur de ses murs nord et sud a été réduite, à leur extrémité orientale, pour s’aligner sur celle des maçonneries de la partie occidentale. La porte PR.96 a pu être obturée à ce moment et PR.97 est devenue l’unique accès à l’espace XXIII. Deux murs de séparation ont alors créé les espaces XXIV et XXV. Ces transformations se sont répercutées au niveau inférieur, avec la construction des murs de refend entre les espaces XX, XXI et XXII, nécessaires pour soutenir ceux de l’étage. Ceci explique, au moins en partie, la présence d’une pièce aussi minuscule et inutilisable que l’espace XX (fig. 39‑41). La structure non assisée de ces maçonneries et la facture sommaire des percements (PR. 91, PR.107, PR.108, PR.111) orientent vers des datations postérieures au xvie s. (Ministère de la Culture 1981 : 113), que confirment les dispositions des cheminées assez petites et en plâtre (Ministère de la Culture 1981 : 115).

  • 102 La contemporanéité de ces travaux est établie par la similitude entre les fenêtres Fen.80, Fen.93 e (...)
  • 103 Par la position de la fenêtre Fen.105 qui chevauche l’arc triomphal muré, le percement des grandes (...)
  • 104 ADAHP, 2E2527, f° 271 Ve (cf. annexe 15).

223Le percement des grandes fenêtres d’étage, Fen.102 à Fen.105, Fen.110 et Fen.118, ainsi que le badigeon des façades, la construction d’une toiture à génoises et l’adjonction d’un niveau supplémentaire à l’angle sud‑est du château (Esp. XVIII et XXVII)102 sont contemporains de ces travaux de réaménagement de tout le corps de bâtiment sud103. La nature des ouvrages énumérés dans le prix‑fait du 8 août 1702104, le coût élevé de celui‑ci et le type des fenêtres précédentes, permettent de placer au tout début du xviiie s. cette dernière grande campagne de transformation du château de Gréoux.

  • 105 La fouille a ainsi daté le pavement de terre cuite et de dalles de la salle XV (Estienne, Molina : (...)

224C’est après le début du xviiie s.105 que, dans les espaces XII, XIII et XV, ont été aménagées les structures nécessaires à la fabrication de l’huile : le pressoir, STR.72, les cuves à huile et la cheminée pour l’eau, Che.53, utilisée pour la liquéfaction des matières oléagineuses encore présentes dans les résidus du premier pressurage. Ce sont les ultimes modifications apportées au corps de bâtiment sud (fig. 92). L’inventaire de succession de 1782 fait état, dans le grand office du château, de plusieurs jarres à huile et, dans les deux caves, de cuves en bois, de tonneaux, d’un « petit fouloir », de « neuf baril pour l’huile » et de « quatre barriques pour charier l’eau ».

2.8 Le corps de bâtiment oriental

2.8.1 Description

2.8.1.1 Plan et distribution générale

225Le développement de cette partie de l’édifice, rigoureusement perpendiculaire au corps de bâtiment nord, appartient à la phase de construction du château du xive s. (fig. 39‑41). Cette contemporanéité est assurée par la brèche laissée par la destruction du mur oriental sur cour dans la maçonnerie du corps de bâtiment sud (fig. 115). La distribution en enfilade des pièces, de dimensions moindres et plus régulières –environ 7,50 m sur 6 m, hormis l’espace XXXIV deux fois plus spacieux avec 7,50 m sur 12,50 m–, est reprise ici comme dans tout le château. De la pente nord‑ouest/sud‑est du substrat a résulté, à l’instar des dispositions du corps de bâtiment méridional, l’aménagement d’espaces en sous‑sol, à l’extrémité sud de l’aile (fig. 90).

2.8.1.2 Les niveaux de soubassement

L’espace XXVI

226Au sud du corps de bâtiment, l’espace XXVI est l’unique pièce d’un premier niveau de soubassement. Il disparaît aujourd’hui sous les lierres, mais on distingue encore fort bien ses maçonneries soignées en moyens moellons qui reçoivent, au nord et au sud, la retombée d’une voûte de safre en berceau plein cintre, appareillée en pierre de taille (fig. 121). Cette pièce communique avec les caves du corps de bâtiment sud, par la porte PR.78 qui débouche sur le départ de voûte, et avec le rez‑de‑chaussée, par un escalier en pierre de taille, Esc.120. La volée droite large d’1,30 m de ce dernier, soutenue à l’est par un muret, disparaît aujourd’hui sous les déblais. Esc.120 débouchait dans l’espace XXIX par la porte PR.121 dont le seul élément d’encadrement en place est une pierre posée de chant, légèrement saillante sur le nu du mur occidental.

FIG. 121 – Ancrage de la voûte de l’espace XXVI (partie inférieure de la photo) et porte PR.79 dans l’espace XXVII (partie supérieure).

Clichés S. Claude

L’espace XXVII

227À l’aplomb de la cave XXVI, la petite pièce XXVII est accessible depuis les espaces XVIII, au sud, et XXIX, au nord, respectivement par les portes PR.79 (fig. 105, 122) et PR.122. De cette dernière, située immédiatement à l’est de PR. 121, ne subsiste plus qu’une partie du tableau oriental en pierres de taille, conservé sur 1,65 m de haut. Centrée au sommet du mur est, Fen.123 est une petite ouverture carrée en abat‑jour (fig. 123). Les aménagements de sol, disparus, s’alignaient sur le niveau du seuil de la porte PR.79, situant ainsi le plancher de l’espace XXVII à 1,10 m sous le niveau de la cour.

FIG. 122 – Portes PR.79 et PR.92 dans le mur sud de l’espace XXVII.

Clichés S. Claude

FIG. 123 – Vue générale prise depuis l’ouest des espaces XXVII, XXVIII et XXXII.

Cliché G. Roucaute/Inventaire général, MCC

L’espace XXVIII

228L’espace XXVIII reprend, avec une bouche d’aération sommitale (Fen.124) et une hauteur de plafond de près de 4 m (fig. 105), l’agencement de la pièce précédente qu’il surplombe. Le plancher disparu qui les séparait est repérable par les ancrages des poutres dans les murs nord et sud et par des saignées horizontales dans l’enduit (fig. 123). À 2,40 m au‑dessus du niveau de la cour, il coïncide avec le second état du repos de l’escalier Esc.173 sur lequel débouchait le seuil de la porte PR.192. Ce seuil est connu par quelques photographies anciennes (fig. 134) ; il était pavé de tomettes hexagonales.

2.8.1.3 Rez‑de‑chaussée

L’espace XXIX

229Cette pièce s’élève sur une partie de la hauteur de l’espace XXVII et sur celle de l’espace XXVIII (fig. 90). Ses murs nord et sud, montés en assises irrégulières de moellons ébauchés, avec un blocage de petites pierres, de galets et de quelques rares fragments de tuiles, supportent une voûte en berceau plein cintre construite de la même manière. L’ensemble est postérieur à la courtine orientale médiévale. Cette dernière est traversée par une petite baie rectangulaire verticale, Fen.126, dont les ébrasements intérieurs moellonnés supportent un couvrement de lauses plates. Cette simple prise de jour sommitale, décentrée vers le nord, est contemporaine de la construction de la courtine (fig. 124). L’espace sous voûte a été rentabilisé par l’établissement d’un plancher posé à 2,70 m du sol.

FIG. 124 – Détail de la voûte de l’espace XXIX et de la prise de jour Fen.126 dans la courtine orientale.

Clichés S. Claude

230Cette pièce donnait accès aux espaces XXVI et XXVII par les portes PR.121 et PR.122. La communication vers la cour s’effectuait par une porte segmentaire, PR.193, assez large d’embrasure et qui a disparu avec le mur est (fig. 132).

L’espace XXX

231Par ses dimensions, la mise en œuvre des murs nord et sud, le type du voûtement avec un niveau de plancher à sa retombée, et l’éclairage sommital créé dans le mur est par la Fen.129, identique à Fen.126, la salle XXX reprend les dispositions de l’espace XXIX qu’elle jouxte au nord.

232Au travers du mur nord, la porte PR.127 dégage, vers l’espace XXXI, une ouverture d’1 m de large sur 2,65 m de haut. Son arc segmentaire et son tableau oriental sont appareillés en moellons liés au mur, tandis que le tableau de gauche est contigu au mur sur cour.

233Le mur occidental est traversé par la porte PR.128 qui débouche dans l’axe de la galerie nord de la cour. Son embrasure intérieure segmentaire, appareillée en pierres de taille, est liée au parement de moellons par une chaîne harpée. Côté cour, son encadrement est constitué d’une arcade brisée, également montée en pierres de taille calcaires (fig. 145).

234Une grande cheminée de cuisine, Che.191, a été adossée à l’angle nord‑est de la salle. La paillasse est surmontée d’une hotte tronco‑pyramidale maçonnée en moellons, avec des pierres de taille aux angles et un cadre en son centre, reposant sur une poutre formant corniche. L’angle sud‑ouest de la hotte était soulagé par une pile disparue.

L’espace XXXI

235L’agencement de l’espace voûté XXXI est semblable à celui des deux salles précédentes. Les maçonneries des murs nord, ouest et est, appareillées en moyens moellons, appartiennent aux constructions du xive s., le mur oriental présentant d’importantes traces de reprises. Les ouvertures qui y sont percées sont rares et sommaires. Au sud, la porte PR.127 assure la communication vers l’espace XXX. À l’ouest, une brèche régulière d’1,30 m sur 2,70 m, PR.1, ouvre sur le porche. Enfin, le mur oriental est traversé par une petite prise de jour rectangulaire, Fen.167, identique à celles des espaces XXIX et XXX (Fen.126 et Fen.129).

2.8.1.4 L’étage

L’espace XXXII

236L’appareil du mur nord est monté en assises irrégulières de moellons, de galets, avec quelques briques en blocage. Il s’appuie sur le mur est et on peut remarquer son épaisseur réduite par rapport à celle qu’il présentait aux niveaux inférieurs (fig. 123). Il ne subsiste de la cheminée Che.130 que la moitié du foyer enduit et le départ du conduit, le reste de cette structure ayant été emporté avec le mur oriental de la cour. À l’extrémité occidentale du mur nord, une porte de petites dimensions (PR.195), qui n’apparaît plus que sur un cliché de la fin du xixe s. (fig. 132), reliait l’espace XXXII à la salle suivante (Esp. XXXIII). Cette même photographie, sur laquelle le mur sur cour est encore en élévation le long de l’espace XXXII, permet de restituer les deux portes qui ont successivement assuré la communication entre cette pièce et la galerie haute orientale. La première, au nord, PR.190, est murée et son encadrement présente quelques pierres sombres de safre. De la seconde, PR.194, seul demeure le piédroit sud.

237L’espace XXXII communique également avec le corps de bâtiment sud par deux portes enduites, PR.114 et PR.115 (fig. 105). PR.114 a été logée dans le foyer de la cheminée centrale, Che.131. La largeur surdimensionnée de cette dernière (près de 4,70 m), étonnante dans une si petite pièce, la rattache à un état ancien. À l’angle des murs ouest et sud, les vestiges d’une petite niche murale cintrée, STR.132, enduite comme tous les aménagements de cette pièce, apparaissent à environ 1,50 m du sol (fig. 115).

238La disparition de l’enduit de surface laisse voir le parement du mur oriental en blocage de petits et moyens moellons mêlés à des lauses, à des briques et à des galets, type de mise en œuvre qui, jusqu’alors, n’a jamais été repéré pour un mur de courtine (fig. 123). À quelques dizaines de centimètres au‑dessus du sol, une seconde niche murale cintrée, STR. 133, est ménagée à l’opposé de STR.132. Dans son état actuel, l’espace XXXII est éclairé par deux grandes fenêtres segmentaires sur allège, d’un type plusieurs fois rencontré : Fen.134 au nord et Fen.135 au sud. Un état antérieur est signalé par le montant sud de la fenêtre Fen.136, lié au parement du mur et construit en gros et moyens moellons, en lauses et en galets, (fig. 123).

L’espace XXXIII

239L’espace XXXIII est sans doute la pièce qui a le plus souffert des destructions. Ses murs nord et ouest ont disparu. La courtine orientale est arasée à environ 1,10 m du sol et seules deux larges saignées ébrasées permettent d’y situer les grandes fenêtres segmentaires, Fen.138 et Fen.139, dont les dispositions sont connues par des photographies anciennes (fig. 127). Enfin la destruction du mur sud dans toute sa moitié occidentale a emporté la porte PR.195. Dans ce mur, la cheminée Che.137 a laissé l’implantation de son foyer avec un conduit décentré, enduits d’un mortier rose grossier et granuleux. C’était une cheminée incorporée en plâtre, ornée de gypseries, avec une hotte droite couronnée par une corniche (fig. 132).

L’espace XXXIV

240Les restaurations du début de l’année 1996 ont porté sur cet espace contigu à la salle de la herse (Esp. II), mettant au jour, sur toute sa surface, un revêtement de carreaux de terre cuite disposés en compartiments carrés (fig. 126). Les murs ouest et nord de l’espace XXXIV, montés dans un appareil réglé de moyens moellons, appartiennent à la phase de construction du xive s. Le premier mur présente un ressaut à 3,80 m du sol. Le parement du second s’interrompt à 0,60 m du mur est sur un coup de sabre vertical irrégulier au‑delà duquel ce n’est plus qu’un blocage de tuiles, de briques, de galets, de lauses et de moellons noyés dans un mortier gris‑rosé (fig. 125). Un blocage similaire constitue la maçonnerie de la courtine orientale dont l’épaisseur ne dépasse pas 0,70 m, tandis que celle du mur nord atteint 1,45 m. Le coup de sabre irrégulier observé sur ce dernier semble ainsi correspondre à l’arrachement de la courtine orientale médiévale reconstruite sur une épaisseur plus faible à l’étage.

FIG. 125 – Détail de l’appareil de la courtine nord dans l’espace XXXIV.

Clichés S. Claude

FIG. 126 – Vue du mur oriental de l’espace XXXIV montrant les portes PR.144 et PR.145 et le revêtement du sol de la salle.

Clichés F. Flavigny, ACMH

241Plusieurs ouvertures ont été ménagées dans ce mur. À près de 5 m du mur nord, il ne reste de la fenêtre Fen.146 que l’arase de son embrasure, située à environ 1 m du sol. La porte PR.144 maçonnée en molasse, en calcaire de taille et en moellons est le premier accès établi vers la tour nord‑est. Son embrasure, large de 1,93 m et haute de 2,05 m, couverte d’un arc segmentaire, a été obturée par un grand appareil assisé en moellons dans lequel fut réservée PR. 145. Cette petite porte rectangulaire, ébrasée dans l’espace XXXVI, est enduite d’un badigeon rose granuleux. Son chambranle a gardé quelques éléments d’un décor mouluré de plâtre : des feuilles d’acanthes stylisées en chapiteau et la base d’un pilastre cannelé (fig. 126). C’est une porte du même type mais sans décor, PR.4, qui assure la communication entre l’espace XXXIV et la salle de la herse, à l’ouest.

242Une seule baie, Fen.141, qui s’apparente aux autres fenêtres d’étage, ajoure le mur nord. Fen.142, appareillée en pierres taillées dans du safre et liées par un mortier blanc, lui a préexisté. Enfin, à l’angle des murs ouest et nord, partiellement engagé dans l’épaisseur de ce dernier, a été installé un petit four à pain, Fr.140. Sa coupole (1,17 m de diamètre) est maçonnée avec des carreaux de terre cuite et des briques.

2.8.1.5 Élévation extérieure

243La façade du corps de bâtiment oriental est encore en grande partie enduite d’un badigeon blanc (fig. 127). L’angle sud‑est, comme l’angle nord‑est enserré dans la tour circulaire, est traité en grand appareil de pierre de taille. L’extrémité sud du mur s’infléchit vers l’ouest et l’angle obtus formé par ces deux pans de mur a été renforcé de la même façon. Cet appareil de revêtement, déjà observé à la jonction des ailes est et sud, au niveau du soubassement (cave XVII) et dans l’espace XVIII, est lié à la maçonnerie en moyens moellons. L’instabilité du substrat –un poudingue au pendage naturel nord‑ouest/sud‑est–, qui est également confirmée par la présence de tirants en fer raidissant la maçonnerie, a du dicter de tels aménagements. Au sud, le niveau de circulation à l’extérieur du château est situé à environ 4 m plus bas que celui de la cour intérieure (fig. 105).

FIG. 127 – Carte postale ancienne représentant le château vu depuis le nord‑est.

Clichés S. Claude

244Les niveaux d’ouvertures sont dissociés entre la partie nord et l’extrémité sud qui correspond au mur oriental du corps de bâtiment sud (fig. 128). À l’angle de l’espace XXVI, Fen.168, simple bouche d’aération ou peut‑être une canonnière, s’ouvre à la base du mur avec une étroite embrasure segmentaire. Les deuxième et troisième niveaux (Esp. XVIII et Esp. XXII) sont ajourés par les deux petites fenêtres segmentaires, Fen.80 et Fen.93, à l’aplomb l’une de l’autre et décentrées vers le nord, tandis que dans l’espace XXV s’ouvre la grande baie Fen.119. Toutes ont gardé, dans leur feuillure de vantail, leur système de fermeture.

FIG. 128 – Élévation de la façade orientale du château.

Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH

245La partie nord de la façade qui longe les pièces et appartements du corps de bâtiment oriental est ordonnée par trois niveaux de baies : au sud, la prise de lumière Fen.123 de l’espace XXVII est le seul percement du premier niveau. À son aplomb, une ouverture semblable, Fen.124, traverse le deuxième niveau. Au même étage, des petites fentes verticales de Fen.126 (Esp. XXIX), Fen.129 (Esp. XXX) et Fen.167 (Esp. XXXI), seules les deux dernières sont visibles. Enfin, au dernier niveau, on retrouve la succession des grandes fenêtres segmentaires Fen.134 et Fen.135 (Esp. XXXII), Fen.138 et Fen.139 (Esp. XXXIII) et Fen.146 (Esp. XXXIV).

2.8.2 Analyse

246La construction de l’aile orientale s’inscrit dans la phase des travaux du xive s., tout comme la voûte de la cave XXVI, les portes PR.92, PR.190 et PR.128, la fenêtre Fen.142 et les prises de lumière Fen.126, Fen.129 et Fen.167. La situation asymétrique de ces dernières, dans les espaces XXIX, XXX et XXXI, assure que les murs de refend ne reprennent pas d’anciens ouvrages. Pour le reste, la distribution originelle nous échappe. Seules l’organisation des pièces du corps de bâtiment sud sur trois niveaux, au xive s., la position du seuil de PR.92 (fig. 105) et une restitution du tracé de la voûte de la cave XXVI permettent de rétablir l’existence initiale de trois niveaux dans la partie méridionale du corps de bâtiment est : en sous‑sol, la cave voûtée XXVI, à l’aplomb de laquelle, depuis le niveau du seuil de la porte PR.92 se trouvait un rez‑de‑chaussée surélevé d’environ 1,50 m et enfin, l’étage supérieur tel qu’il est à présent. La partie nord du corps de bâtiment s’organisait, quant à elle, uniquement sur deux niveaux.

247Nous ne pouvons que constater, pour cette période, en dépit des destructions et des réfections, la parcimonie et l’étroitesse des percements au rez‑de‑chaussée.

  • 106 ADAHP, 2E2422, f° 264 V° (cf. annexe 2).

248Les aménagements ultérieurs sont, pour la plupart, difficiles à dater. Toutes les reprises de maçonnerie et la construction de nouveaux murs se distinguent des parements médiévaux par une mise en œuvre moins soignée. Il s’agit soit d’un appareil à assises irrégulières, soit d’un simple blocage qui permettent d’avancer un terminus a quo du xvie s. (Ministère de la Culture 1981 : 113). La partie supérieure de la courtine est l’un de ces ouvrages non appareillés pour lesquels la mention, en septembre 1584, de la tour nord‑est –dont la maçonnerie est solidaire–, donne un terminus ante quem106. La porte PR.144 ménagée en même temps que la tour, est de ce fait également antérieure à cette date ; sa large embrasure, réduite à la porte PR. 145, est datable du xviie s. par ses gypseries.

  • 107 ADAHP, 2E2430, f° 283 V° (cf. annexe 3).
  • 108 ADAHP, 2E2434, f° 160. (cf. annexe 4).

249La distribution actuelle des espaces à chaque étage, qui résulte des aménagements commencés à la fin du xvie s., se caractérise par une série de pièces en enfilade, petites et peu éclairées aux niveaux inférieurs et par des salles d’étage à caractère plus résidentiel. En 1592, ont en effet été passés deux prix‑faits pour des travaux concernant le rez‑de‑chaussée et l’étage. Dans le premier document, daté du 16 mars107, un mur situé près de la cuisine devait être démoli puis reconstruit afin de recevoir la retombée d’une voûte de même hauteur que la galerie de la cour. Le second contrat, du 2 septembre, évoque la réalisation dans le même secteur de nouveaux murs séparatifs assis sur des maçonneries plus anciennes et élevés jusqu’aux toitures, ainsi que le voûtement d’un espace108.

  • 109 ADAHP, 2E2441, f° 125. (cf. annexe 5).

250Un autre prix‑fait signale, en 1602, toujours dans ce même corps de bâtiment oriental, la construction d’une vis en plâtre à deux volées séparées par un repos109. La volée supérieure de dix marches que le gipier devait faire descendre à la cuisine basse (Esp. XXIX ?) établit peut‑être le raccord entre le rez‑de‑chaussée surélevé et les pièces de plain‑pied avec la cour, situées au nord du corps de bâtiment. Au second repos de cet escalier, on prévoyait alors une porte ménagée dans une voûte et, de là, une autre volée d’escalier pour descendre à la cave (Esp. XXVI ?). En fait, on situe assez mal dans le corps de bâtiment tous ces travaux qui peuvent aussi bien concerner les espaces XXVI et XXIX que des pièces adjacentes. L’escalier en vis en plâtre est une structure légère qui a pu précéder la mise en place des organes de communication plus solides encore visibles dans ce secteur, l’escalier Esc.120 et la porte PR.121.

251La création, au début du xviiie s., d’un niveau supplémentaire au sud du corps de bâtiment oriental a eu pour première conséquence la destruction de la voûte de la cave XXVI. Une fois la hauteur de ce premier niveau abaissée à 3,70 m environ, le sol du second niveau (Esp. XXVII) s’est trouvé à près de 1,10 m sous celui de la cour. Aussi, l’escalier Esc. 120 qui menait de la cave XXVI au rez‑de‑chaussée devait‑il largement empiéter sur l’espace XXVII. Ce dernier a pu être aménagé après rehaussement de son plafond et condamnation de la porte PR.92. Le troisième niveau (Esp. XXVIII) s’aligne sur le repos du second état de l’escalier Esc.173 (fig. 105).

  • 110 ADAHP, 2E2527 f°271 v°, le 8 août 1702 (cf. annexe 15).

252Le percement de grandes fenêtres segmentaires à l’étage supérieur, Fen.134, Fen.135, Fen.138, Fen.139 et Fen.146, fait partie de ces ultimes aménagements110 auxquels s’ajoute peut‑être l’installation de la cheminée Che.137 dont les dispositions, connues par une ancienne photographie (fig. 132), renvoient également à cette chronologie.

253Le corps de bâtiment oriental est sans doute celui qui a subi, à l’Époque moderne, les plus importantes transformations. Aussi les sources écrites apparaissent‑elles fidèles à cette réalité, puisque c’est également cette partie du château qui revient le plus souvent dans les actes notariés

2.9 La tour nord‑est

2.9.1 Description

2.9.1.1 Plan

254À l’angle nord‑est du château, s’est greffée une tour de plan circulaire d’un diamètre hors œuvre de 9,50 m. Elle englobe la maçonnerie du corps de bâtiment oriental sur ses deux niveaux qu’elle reprend dans sa division intérieure. On accède au premier niveau par un passage ménagé dans le mur est du château, depuis l’espace XXXI. Cette porte, PR.149, est encombrée et il est actuellement impossible d’avoir accès à l’espace XXXV dont n’a été entrevue que la voûte en moellons. À l’étage, on entre dans l’espace XXXVI depuis la salle XXXIV par la porte PR. 144 (fig. 43, 44).

2.9.1.2 Élévations

L’espace XXXVI

255La maçonnerie en blocage de l’espace XXXVI s’appuie, au nord, sur la courtine médiévale. Elle est en revanche liée aux réfections de la courtine orientale. Parmi les structures encore visibles, une niche enduite, STR.151, entaille la maçonnerie sur 0,25 m d’épaisseur, sur 0,43 m de haut et sur 0,35 de large. Placée à 0,80 m du sol, elle a peut‑être repris l’emplacement d’une ancienne canonnière du type de Fen.155. Des quatre baies suivantes, seule la dernière, Fen. 155, appartient aux dispositions d’origine. Nous laissons de côté la fenêtre Fen.152 dont l’aménagement cimenté contemporain n’a rien gardé d’une éventuelle baie antérieure. Dans l’axe de l’angle nord‑est du château, la fenêtre Fen.153 est percée à 1,85 m du sol. Son embrasure intérieure ébrasée est maçonnée d’un enduit rose grossier et mesure 0,73 m de haut sur 0,58 de large. La fenêtre Fen.154 apparaît sur des photographies anciennes, sous la forme d’une assez grande baie rectangulaire en pierre de taille (fig. 30). C’est aujourd’hui une petite fenêtre presque carrée (0,49 m x 0,43 m), chanfreinée, qui a été entièrement restaurée. Enfin, Fen.155, située à 0,28 m de la courtine nord et à 0,70 m du sol, est une canonnière pour le tir de flanquement de la courtine nord. Son embrasure de 0,36 m sur 0,60 est enduite d’un mortier beige granuleux (fig. 147).

Élévation extérieure

256La tour est enduite du même badigeon que celui des façades. La disparition de ce revêtement laisse voir par endroits un parement extérieur appareillé en assises irrégulières de moellons, de briques, de tuiles, de lauses et de galets, très différent du blocage intérieur.

257Les deux niveaux de ce volume sont repris par leurs ouvertures. Le premier a gardé ses dispositions d’origine : au sud une canonnière pour le tir de flanquement, Fen.170, avec un orifice carré en calcaire et safre, surmonté d’une visée également carrée, sans ébrasement extérieur ; en direction de l’est, une petite baie verticale rectangulaire, Fen.171, maçonnée d’un enduit rose ; en direction du nord‑est, une canonnière sans ébrasement extérieur, Fen.150, dont l’orifice carré de 0,15 m de côté est percé dans un bloc de safre ; vers l’ouest, une dernière canonnière pour le tir de flanquement, Fen.172, identique à la précédente (fig. 129). Les embrasures intérieures de ces ouvertures n’ont pu être observées. À l’étage, le crépis est contemporain et hormis la bouche à feu, Fen.155, toutes les ouvertures sont très restaurées.

FIG. 129 – Base de la tour nord‑est vue depuis le nord‑ouest.

Clichés S. Claude

2.9.2 Analyse

258La fonction première de cette tour est militaire. Son volume de plan circulaire enserrant l’angle nord‑est du château s’accorde avec la modernisation des systèmes de défense, consécutive au développement de l’artillerie légère. Les trois canonnières du niveau inférieur (Fen.170 à Fen.172) et celle de l’étage (Fen.155) sont du même type : un simple orifice sans ébrasement extérieur, ni fente de visée, sauf pour la première. Il correspond à une évolution de l’archère‑canonnière déjà rencontrée (Fen.58) qui peut être placée au xvie s. (fig. 147), époque à laquelle renvoie également le type de la tour d’angle circulaire.

  • 111 ADAHP, 2E2422, f° 264 V° (cf. annexe 2).

259L’un des premiers textes relatifs à l’architecture du château mentionne la transformation en pigeonnier de la partie supérieure de cette tour111. Ce prix‑fait donne un terminus ad quem de 1584 pour cette construction. Il permet, en outre, de saisir la partielle reconversion en secteur domestique de ce volume dont la vocation première était militaire, ceci en pleine époque des guerres de Religion, et d’y restituer des aménagements aujourd’hui disparus : des boulins façonnés en plâtre et une structure pour les porter, étagères, corbeaux ou arcature aveugle.

  • 112 ADAHP, 2E2430, f° 283 v° ; 2E2434, f° 160 (cf. annexes 3 et 4).

260La silhouette du château devait être complétée, à la fin du xvie s., par une autre tour de plan circulaire, à canonnières, implantée à l’angle sud‑est de l’édifice. Les travaux commandés le 16 mars 1592 ne furent pas effectués et, le 2 septembre de la même année, le projet était abandonné112.

  • 113 ADAHP, 2E2445, f° 343 V° et 2E2526, f° 526 (cf. annexes 6 et 14).
  • 114 ADAHP, 2E2445, f° 343 V°.
  • 115 ADAHP, 2E2526, f° 526.

261Les textes ultérieurs nous renseignent sur les travaux d’entretien du pigeonnier : les boulins ont été refaits par deux fois, en 1607 et en 1696113, et les murs ont été enduits afin de protéger les oiseaux des rats114. Enfin, la toiture qui, dès avant 1696, était constituée d’une charpente conique revêtue de mallons, reçut alors une couverture de tuiles115.

2.10 La cour intérieure

262La cour intérieure fait le lien entre tous les corps de bâtiment et entre toutes les fonctions de la demeure seigneuriale. Sa présentation a été envisagée sous les trois aspects suivants : les dispositions architecturales des galeries, l’organe de communication du château et les aménagements annexes.

2.10.1 Architecture : les vestiges du promenoir

263« La cour intérieure, avec une citerne existant encore, était entourée d’une galerie ou plutôt d’un cloître dont les arcades en ogives retombaient sur des piliers carrés chanfreinés en grès tendre, d’un mètre de haut. Au‑dessus était également une galerie couverte sur laquelle s’ouvraient les pièces du premier étage. Ce lieu, plein de silence, d’ombre et de fraîcheur, avait un aspect vraiment imposant et grandiose dans son ensemble » (Gibelin 1908 : 39). De ce bel ensemble décrit par G. Gibelin et qui était encore partiellement en élévation au début du siècle, ne subsistent à présent que les retombées de trois arcs diaphragmes transversaux ancrés dans les murs périmétraux de la cour et le tailloir d’un pilier avec le départ d’un écoinçon. Son architecture est pourtant assez bien connue grâce à quelques photographies, aux données de la fouille de 1990 (Estienne, Molina 1990 : 11‑12) et aux éléments lapidaires.

2.10.1.1 Rez‑de‑chaussée

264L’implantation exacte des piliers des galeries inférieures a été précisée par la fouille. À l’exception du pilier STR.182, alors enfoui sous des décombres, tous les autres ont été repérés. Ils délimitaient des galeries de 3,40 m à 3,70 m de large, réparties le long des quatre corps de bâtiment du château (fig. 43). Les quatre piles des couloirs nord et sud étaient espacées de 6,60 m à 7 m. À l’est et à l’ouest, n’ont été posés que trois piliers dont l’écartement variait entre 5,10 m et 5,20 m. Cet ensemble dégageait un important espace central de 22 m sur 11,50 m.

  • 116 Ce matériel comprend un tesson de commune grise et deux tessons de marmite à pâte rouge glaçurée da (...)

265La fouille a également mis en évidence quelques points communs dans la construction de ces supports. Ainsi, le substrat a, à chaque fois, été entaillé sur une surface d’environ 1 m2, afin d’asseoir leurs bases composées d’une ou de plusieurs pierres toujours liées avec le même mortier gris. Dans la galerie nord, la pile STR.175 se distingue par la situation de sa base, entièrement incluse dans la tranchée de fondation –celle‑ci contenait plusieurs tessons datés de la fin du xiiie à la fin du xive s.116– et, par conséquent, non visible en dépit de la qualité esthétique des deux pierres de taille carrées qui la composent. La première pierre, de 0,67 m de côté sur 0,27 m d’épaisseur, présente en effet des arêtes horizontales supérieures chanfreinées ; au‑dessus, la seconde (0,63 m de côté et 0,22 m d’épaisseur) a deux de ses arêtes verticales cassées et les deux autres ornées d’un chanfrein qui se termine, à leur base, par un tore et un cavet. Le tri des éléments lapidaires issus des décombres du château a révélé deux pierres fragmentaires tout à fait comparables à cette dernière. La nature de la mouluration qui, en partie supérieure, amorce le chanfrein du corps du pilier et, dans son extrémité inférieure, rattrape, par un congé en tore et cavet, la base carrée du support, permet aisément de restituer ce type d’agencement, à la base du corps des piliers de la cour.

  • 117 Si l’on s’en tient aux éléments lapidaires, chaque assise de pilier était constituée de deux pierre (...)

266Aucun des dix supports ne subsiste en élévation. On peut toutefois en dégager les caractères généraux à partir des clichés anciens de la cour et des quelques vingt‑cinq blocs de pierre de taille chanfreinés conservés. Sur les bases précédemment décrites, les piles carrées (0,62 x 0,62 m) maçonnées se développaient sur quatre ou cinq assises (fig. 131132), atteignant une hauteur, évaluée à partir de l’épaisseur moyenne des pierres117, comprise entre 1 m et 1,25 m. Les quatre arêtes verticales de ces supports étaient abattues par un chanfrein.

FIG. 130 – Détail de la structure STR.180 de la galerie sud de la cour intérieure.

Clichés S. Claude

FIG. 131 – Photographie, prise en 1872, représentant la cour et les vestiges du promenoir inférieur vus depuis le nord‑est.

Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH

FIG. 132 – Carte postale portant une vue de la cour intérieure du château prise depuis le nord‑ouest (antérieure à 1902).

Coll. R. Bertrand, publ. dans Bertrand 1980 : 49

267Des tailloirs monolithes, dont la mouluration différait légèrement d’une pile à l’autre, couronnaient ces structures. On a quelque idée de leur modénature grâce aux photographies du tournant du siècle : un cavet et un court bandeau pour la pile STR.178 (fig. 131), une succession simple de baguettes, de canaux et d’un cavet pour STR.183 (fig. 132). Il faut ajouter à ces éléments trois fragments de dalles carrées, de 0,66 à 0,69 m de côté et de 0,23 à 0,25 m d’épaisseur. La mouluration du premier d’entre eux enchaîne un court cavet, une gorge à profil segmentaire et un tore ; celle du deuxième, assez proche, est composée d’un large cavet abattu aux angles du tailloir pour amorcer le chanfrein du pilier, d’une gorge segmentaire et d’un bandeau ; un cavet, une gorge demi‑circulaire, un tore segmentaire et un bandeau ornent le dernier fragment.

268Une quatrième pierre, reconnue par F. Flavigny, est encore en place. Elle est associée à la structure STR.180, et est prise dans un ressaut du mur occidental de l’escalier de cour. Elle s’apparente aux autres éléments de tailloirs par son module carré de 0,67 m de côté pour une épaisseur de 0,28 m, et par sa mouluration à deux cavets séparés par une baguette. On peut toutefois s’étonner de sa situation très basse, à une vingtaine de centimètres au‑dessus du sol actuel de la cour, soit à peu près au niveau des bases des autres piles. La maçonnerie de pierre de taille chanfreinée conservée sur ce tailloir sur une hauteur de près de 1 m et qui a pu être confondue avec le corps d’un pilier, apparaît nettement sur des clichés anciens comme la retombée d’un écoinçon (fig. 130, 133). Ces dispositions tout à fait curieuses et particulières dont a joui la galerie sud, de ce fait ménagée en net contrebas par rapport au niveau de circulation de la cour et des autres galeries, ne trouvent aucune explication et ne sauraient, au demeurant, être justifiées par la seule nécessité de donner un accès aux salles de l’étage de soubassement de l’aile sud.

FIG. 133 – Carte postale présentant la partie sud‑ouest de la cour intérieure avec les vestiges de l’escalier Esc.173 (1902).

Coll. R. Bertrand, publ. dans Bertrand 1980 : 49

269Les piliers de la cour supportaient des arcs diaphragmes brisés qui devaient culminer à près de 5,90 m (fig. 142). Les arcs aux arêtes chanfreinées étaient appareillés en pierre de taille –seuls en sont conservés en place les deux départs portés par la structure STR.180 et les diaphragmes étaient montés en assises réglées de moellons équarris (fig. 131132). À la perpendiculaire de l’arcature périmètrale de la cour, quatre arcs diaphragmes supplémentaires, identiques, venaient, avec le ressaut du mur occidental de l’escalier 173 (fig. 133134), épauler ce dispositif à chaque extrémité des couloirs est et ouest. Les retombées de trois d’entre eux sont conservées à 2,10 m du sol, sur 1 m de haut et sur trois assises, dans les murs ouest (au nord et au sud) et est (au nord uniquement) de la cour. Un bandeau, mouluré tantôt d’un cavet et d’un canal séparés par un filet et tantôt d’un simple cavet droit, souligne leur départ. L’implantation ultérieure de ces structures est attestée par les petites pierres de calage soigneusement insérées entre la maçonnerie de moellons et leurs pierres de taille, ainsi que par la différence du mortier liant. Le quatrième arc diaphragme transversal, dont le profil est lisible sur d’anciens clichés (fig. 132135), enjambait, à l’angle sud‑est de la cour, la première volée de l’escalier Esc. 173.

FIG. 134 – Vue des deux états du grand escalier Esc.173 prise depuis le nord‑est.

Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH

FIG. 135 – Vue de la partie orientale du mur sud de la cour prise depuis le nord‑est (cl. antérieur à 1902).

Clichés CNMHS

  • 118 Ce matériel comprend sept tessons de céramique à pâte claire glaçurée, dont le départ vertical d’un (...)

270L’ensemble de la cour est pavé d’une calade de petits galets très serrés que l’on ne distingue plus que par endroits sans pouvoir déceler un quelconque aménagement dans la disposition des pierres, tels un pourtour en limite des galeries ou des rigoles pour la canalisation des eaux pluviales. Le lit de pose des galets recelait quelques rares tessons de céramique vernissée sur engobe ne dépassant pas l’extrême fin du xviie ou le début du xviiie s. (Estienne, Molina 1990 : 4‑5). Un lambeau d’une calade de petits galets multicolores et de tessons de tuiles a été dégagé à l’est d’un sondage ouvert à proximité de la porte PR.38. Daté par un matériel céramique de la fin du xiiie et du xive s.118, il s’agit de l’aménagement de sol le plus ancien mis au jour dans le château (fig. 74).

2.10.1.2 L’étage

271Les seuls éléments aidant à élaborer une reconstitution des galeries à l’étage sont les traces d’implantation des charpentes de planchers et des toits en appentis, dans les murs sur cour (fig. 54, 136‑138). Le plancher se situe à une hauteur de 6,20 m à 6,40 m par rapport au sol de la cour en légère pente vers le sud. Au nord et à l’ouest, il est aujourd’hui matérialisé par un appareil à joints creux sur moins de 0,30 m d’épaisseur, résultant des restaurations contemporaines. Celui‑ci a remplacé le niveau de solives encore visible au sud jusqu’au palier supérieur de l’escalier (fig. 133‑135). Ces solives de 0,10 m sur 0,20 m, espacées de 0,30 à 0,35 m, reposaient sur les murs diaphragmes de l’arcature sur cour et sur une sablière que recevaient les arcs diaphragmes transversaux.

FIG. 136 – Élévation sur cour du mur antérieur du corps de bâtiment nord.

Dessin S. Claude

FIG. 137 – Élévation sur cour du corps de bâtiment occidental.

Dessin S. Claude

FIG. 138 – Élévation sur cour du corps de bâtiment sud.

Dessin S. Claude

272Entre 3,40 m et 3,60 m du plancher, le faîte des murs ouest et sud de la cour présente encore des séries horizontales d’encastrements carrés d’environ 0,20 m de côté, espacés de 0,50 à 0,90 m, qui ont été obturés au nord (fig. 132‑138). Ces ancrages recevaient des poutres perpendiculaires à la surface murale, correspondant manifestement aux demi‑entraits de la toiture en appentis qui couvrait les galeries hautes (fig. 142143).

2.10.2 Élévations sur cour

273La description des quatre élévations bordant la cour du château permet de considérer la desserte des différents corps de bâtiment.

2.10.2.1 Élévation sur cour du corps de bâtiment nord

274Seule la partie occidentale du mur nord de la cour est encore en élévation. Son appareil réglé en moyens moellons s’accroche aux assises de pierres de taille, qui structurent l’angle sud‑est de la tour sarrasine (fig. 65136). La maçonnerie y est traversée par un long coup de sabre vertical irrégulier, qui descend depuis le toit jusqu’aux premières assises de la chaîne de pierres de taille, et limite, à l’ouest, un parement à joints pleins.

275L’élévation s’ordonne en deux niveaux d’ouvertures reprenant la partition originelle de l’espace intérieur (fig. 136). Au premier niveau, entre la galerie basse nord et l’espace IV, la porte PR.12 a été mise en place dès l’origine. Elle est doublée, à l’ouest, par une petite porte en arc brisé, extradossé, PR.24, montée en pierres de taille layées, qui donne accès à la salle basse de la tour sarrasine. Le montant gauche de cette porte disparaît sous les onze premières assises du mur occidental de la cour, au‑delà desquelles ses assises sont liées en besace à celles du mur nord. Le jambage droit de PR.24 et les claveaux de son arc s’unissent au parement de moellons, attestant également la contemporanéité de cette porte et du mur. Au second niveau, deux portes PR.20 et PR.21 débouchent sur la galerie haute. L’arc infléchi de la première et l’enduit rose qui en façonne l’embrasure tout en scellant un blocage de tessons de tuile et de petites pierres témoignent de dispositions postérieures à la construction du mur. PR.21, dont l’embrasure rectangulaire de 0,82 m sur 2 m est enduite du même mortier rose que les portes PR.22 et PR.23, a été installée en coupant une partie de la chaîne de pierres de taille de la tour nord‑ouest. Son percement intervient avec l’obturation de PR.20. Ces deux portes ont donc successivement et tardivement servi d’accès à l’espace VI, par la galerie haute (fig. 65, 136).

2.10.2.2 Élévation sur cour du corps de bâtiment occidental

276La porte PR.38 est l’unique percement du rez‑de‑chaussée qui assure l’accès à l’espace X depuis la cour intérieure. Ce passage, large de 1,80 m et haut de 2,25 m, est couvert d’un arc en plein cintre composé de dix longs claveaux (0,60 m) en calcaire de taille bichrome, gris et blanc (fig. 133). Le conduit de la cheminée de l’espace XV, Che.53, creusé dans l’épaisseur du mur sud, monte à l’angle des murs ouest et sud de la cour. Il est constitué d’un massif tronconique en moellons, maçonné avec un blocage de briques scellées par un mortier blanc et dur, et est enduit d’un badigeon rose d’une épaisseur de 1,5 cm (fig. 137).

277Toutes les portes de l’étage (PR.45 et PR.47 à PR.52) ont permis, à différentes époques, l’accès à la salle Esp. XI par la galerie haute occidentale (cf. supra chap. 2, § 2.5.1.1). La porte PR.45, contemporaine de la phase d’édification du château, fait partie des premiers accès à l’étage depuis la cour, avant même que n’ait été édifié l’ensemble monumental des galeries et de l’escalier (fig. 75, 76, 137).

2.10.2.3 Élévation sur cour du corps de bâtiment méridional

L’étage de soubassement

278Ce niveau est aujourd’hui desservi, à l’ouest, par un escalier droit rentrant, Esc.163, qui, vers l’est, descend de 1,20 m le long du corps de bâtiment sud, depuis le niveau de la cour jusqu’aux seuils des portes PR.68 et PR.69 (fig. 105, 138). Sa structure actuelle résulte de restaurations contemporaines, mais la porte PR.69 confirme la présence d’un organe d’accès dès le xiie s. (peut‑être une simple rampe), repris au xive s. (cf. supra chap. 2, § 2.7.2.1). Le premier accès à l’espace XVI s’effectuait depuis la cour, par la descente de cave PR.76 (fig. 105) et par l’escalier Esc.75 (fig. 120a).

Le grand escalier et les accès au rez‑de‑chaussée et à l’étage

279À l’angle sud‑est de la cour, se déploie l’escalier hors œuvre, à deux volées en équerre, Esc. 173. Son architecture a souffert de beaucoup de destructions très récentes qu’une bonne documentation photographique, antérieure au début des années 1970 (fig. 133‑135, 139) permet d’évaluer et de pallier. Deux états superposés que les seuils des portes PR.125 et PR.89, respectivement à 1,50 m et 2,45 m du niveau de la cour, laissaient pressentir peuvent être restitués (fig. 105). Dans l’état initial (fig. 134, 138), la première volée de huit marches, adossée au corps de bâtiment oriental, montait sur une longueur de 2,55 m jusqu’à un repos situé à 1,50 m du sol de cour. C’est à ce niveau, à l’est, que débouchait le passage de PR.92/PR.125. Depuis ce repos, la seconde volée d’environ vingt et une marches longeait le corps de bâtiment sud jusqu’au niveau de la galerie haute méridionale où elle se terminait sur un palier au seuil de la porte PR.97. Les marches en calcaire de taille avaient une épaisseur et une profondeur moyennes de 0,20 m et 0,30 m.

FIG. 139 – Première volée et départ de la seconde volée de l’escalier Esc.173 (cl. daté du 5 juin 1970).

Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH

280À une époque ultérieure, un second escalier, aujourd’hui disparu, s’est superposé au premier en en reprenant les dispositions. La première volée a été allongée : elle comprenait au moins dix‑huit marches hautes d’environ 0,15 m, dont les deux premières étaient adoucies (fig. 139). Sur le repos haussé de 0,95 m s’ouvraient, depuis Esp. XXI, la porte PR.89 et depuis Esp. XXVIII, PR.192. La seconde volée de vingt‑deux marches, plus étroite d’au moins 0,40 m, aboutissait au même palier (fig. 134). Sur la bande ainsi dégagée par le rétrécissement des marches, à l’aplomb du mur d’échiffre, a été posée une maçonnerie irrégulière de petits moellons, formant un parapet (fig. 133135). Elle s’arrêtait sur une pile octogonale à l’angle intérieur des deux volées (fig. 134). La reconstruction de l’escalier Esc.173 a substitué aux volées raides à marches hautes du premier état deux volées à pente adoucie.

281La surélévation du rez‑de‑chaussée d’1,80 m par rapport à la cour n’a pas facilité son accès. Aussi, cet étage ne fut‑il jamais desservi que par deux portes qui se sont succédé dans le temps : le passage PR.92/125, avant que ne soit rehaussé l’escalier Esc.173, et, par la suite, la porte PR.89 (fig. 105, 134). Les ouvertures entre la salle XIX et la cour ont été limité aux trois fenêtres Fen.81, Fen.165 et Fen.166. Les deux espaces de l’étage, Esp. XXIII et Esp. XXV, ont, en revanche, joui d’une plus grande autonomie, grâce aux portes PR.94, PR.96, PR.97 et PR.113 (fig. 138). PR.94 et PR.113 sont les deux accès primitifs à l’étage noble. La construction des galeries et de l’escalier a donné lieu au percement de deux portes supplémentaires, PR.96 et PR.97. La première a été obturée lorsque l’étage prit ses dispositions actuelles avec trois pièces en enfilade.

2.10.2.4 Élévation sur cour du corps de bâtiment oriental

  • 119 La figure 134, avec quelques autres, laisse deviner la porte PR.192 par la présence d’un seuil de t (...)

282Il ne reste, au nord de ce mur, que quelques mètres carrés appareillés en moyens moellons, traversés par la porte en arc brisée PR. 128 qui ouvre sur l’espace XXX situé de plain‑pied avec la cour (fig. 90). Les portes PR.193, entre la cour et l’espace XXIX, ainsi que PR.196 ouvrant sur Esp. XXVII ont disparu avec le mur et ne figurent plus que sur un cliché ancien (fig. 132). Du premier accès au rez‑de‑chaussée surélevé de l’aile orientale, la porte PR.125, il ne reste aujourd’hui qu’une partie du montant sud encastré dans le mur méridional de la cour. Cette porte débouchait sur l’état 1 du repos de l’escalier 173 et a été condamnée par son rehaussement. Sur le second état du repos, a été ouverte, bien plus tard, la porte PR.192 donnant ainsi une entrée à l’espace XXVIII (fig. 134)119.

283Seuls deux des accès à l’étage sont connus par une ancienne photographie. Le premier est une porte murée, PR.190, que son appareillage en blocs de safre rapproche de PR.45 (Esp. XI). Il ouvrait comme la seconde porte, PR.194, dans l’espace XXXII (fig. 132).

2.10.3 Les autres aménagements de la cour

284Le vaste espace central dégagé par les quatre corps de bâtiment ne fut pas uniquement réservé à la desserte des différents niveaux de la demeure, mais fut également mis à profit en tant qu’espace domestique.

2.10.3.1 Une citerne à eau

  • 120 Nous n’avons pu observer cette structure, aussi nous en remettons nous à la description qu’en ont d (...)
  • 121 Quatre d’entre elles ont été retrouvées complètes dans les décombres de la cour, accompagnées de se (...)

285Obturée au début des années 1990120, la citerne enterrée dans la moitié occidentale de la cour est un volume rectangulaire de 4,80 m de long sur 3,80 m de large et d’une hauteur supérieure à 2,50 m, couvert d’une voûte en berceau surbaissé (fig. 53b). Les parois du fond sont inclinées vers le centre de la citerne où une vasque de décantation retenait les impuretés de l’eau. Deux conduits d’adduction d’eau, dirigés vers l’intérieur de la citerne, traversent ses murs est et ouest. La provenance du premier est inconnue. L’autre part d’un réservoir plus petit dont les dispositions n’ont pu être observées. Un système de récupération des eaux de pluies venant des toits a été mis au jour dans un sondage ouvert contre le pilier STR.183, 1,10 m à l’ouest de la petite citerne à laquelle il était sans doute relié. De grandes dalles convexes longues d’environ 0,90 m et épaisses d’une quinzaine de centimètres121 s’assemblaient bord à bord pour constituer le mur de margelle de cette citerne.

  • 122 ADAHP, 2E2453, f° 155 v° (cf. annexe 7).
  • 123 ADAHP, 2E2506, f° 82 (cf. annexe 11).

286La fouille n’a pas permis de dater ce réservoir dont la construction est scellée par la pose de la calade qui en donne un terminus ante quem de la fin du xviie‑début xviiie s. (Estienne, Molina 1990 : 8). Il est mentionné en tant que « puys du chasteau », dans un contrat de 1615122. Le 6 avril 1658, le seigneur de Gréoux a passé prix‑fait123 avec un ingénieur du roi pour qu’il lui trouve une source d’eau vive et la conduise dans la « basse‑cour » de son château. Ce texte confirme une tradition orale jusqu’alors incertaine selon laquelle la citerne était alimentée par une source, les eaux pluviales étant insuffisantes.

2.10.3.2 Les espaces XXXVII et XXXVIII

287Deux espaces voûtés occupent la moitié orientale de la galerie sud (fig. 138). Le premier, Esp. XXXVII, a été installé sous la seconde volée de l’escalier Esc.173, en même temps que celui‑ci. L’intrados de sa voûte en berceau brisé est appareillé en pierres de safre, scellées par un mortier gris. Deux ouvertures y traversent le mur nord du corps de bâtiment sud : la descente de cave, PR.76, et à l’est, au niveau du sol, un très large ébrasement, Fen.185, façonné d’un épais mortier gris‑rose avec des éclats de tuile, rectifiant l’arrachement de la maçonnerie, qui créait pour la cave XVI une bouche d’aération à présent obturée.

288Immédiatement à l’ouest de Esp. XXXVII, s’adosse un espace couvert d’une voûte surbaissée, Esp. XXXVIII. Ce voûtement repose sur deux murets de 0,50 m de haut environ, perpendiculaires au mur nord du corps de bâtiment sud. L’espace XXXVIII était divisé par deux niveaux de solives, le premier se situant aux retombées de la voûte, le second à environ 1,15 m du sol, dans l’intrados. Ces deux espaces étaient clos par des maçonneries qui sont aujourd’hui arasées au niveau du sol (fig. 133, 134).

2.10.4 Analyse

2.10.4.1 Datation

289L’examen des maçonneries témoigne de la postériorité des galeries et de l’escalier Esc.173 par rapport à la construction des quatre corps de bâtiments du château. Cet ensemble, en créant des espaces de circulation parallèles aux espaces d’habitation, renvoie à ce que J. Mesqui a qualifié de « véritable révolution » et qui a transformé, à partir des années 1360, la résidence seigneuriale en « un ensemble distribué » (Mesqui 1993 : t. II, 168).

  • 124 La moulure à deux cavets se trouve, en Avignon, dès le milieu du xive s., sous le pontificat d’Inno (...)

290Les sondages de 1990 ont bien établi la simultanéité de la construction des quatre galeries et un terminus a quo de la fin du xive ou du début du xve s. (Estienne, Molina 1990 : 11‑12). Les quelques vestiges de cet ensemble, de nombreuses pierres éparses issues de leur destruction et, surtout, les photographies conservées de ces galeries montrent une utilisation constante du chanfrein sur les piles, sur leurs bases et sur les arcs qu’elles supportaient. Si ce type de moulure –la plus simple qui soit– se rencontre dès le xiie s., sa généralisation conjointe à celle de l’arc brisé est un caractère qui renvoie plutôt au xive s. En outre, la modénature des éléments conservés (STR.179 et 180) associe au chanfrein des moulures de style gothique à deux cavets124, qui confirment la chronologie donnée par la fouille. Enfin, la porte PR.97, percée au sommet de l’escalier 173 et datable du xve s., accrédite également ces datations.

  • 125 AC Gréoux, dépôt E94‑DD2. Copie de transaction entre le seigneur et la communauté de Gréoux, 1455 ( (...)

291Le 17 novembre 1455, le seigneur de Gréoux, Raymond de Glandevès, a passé acte d’achat de la terre d’Aurafrède et de ses droits avec Raymond de Puget, en présence de notables « assemblés dans le promenoir qui est au devant de la grande salle du château ». Cette mention rapportée par G. Gibelin (1908 : 17‑22) est également connue par une copie conservée aux archives municipales de Gréoux. Il y est fait mention du promenoir en des termes un peu différents : « Toutes ces choses ont esté faittes aud(it) lieu et au chasteau dud(it) Gréoux dans le courroir ou promenoir, galerie quy est au devant de la grand salle dud(it) chasteau, en presance de venerable et discret homme Mesre Simon Poisony, pretre habittant aud. lieu de Gréoux, Michel Alpheran, Bernard Michelis de Rians et Pierre Delphin no(tai)re de Draguignan, citoyen d’Aix, temoins appellés, requis et priés, et de moy, Jean Delphin dit vulgairement Reillon de Draguignan, diocaise de Frejus, habittant d’Aix, no(tai)re publicq et secrétaire de la ditte Sacrée Majesté royalle de Jérusalem et de Cicille »125. Au terminus a quo de la fin du xive s. donné par la fouille, ce texte apporte l’assurance qu’au milieu du xve s., galeries et escalier étaient déjà construits.

  • 126 ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).

292Le deuxième état de l’escalier Esc. 173 est peut‑être daté par un prix‑fait du 2 septembre 1592126. C’est en tout cas un réaménagement de l’Époque moderne.

2.10.4.2 Restitution et organisation

293La postériorité des galeries et de l’escalier par rapport au reste du château doit amener à s’interroger sur la nature des accès à l’étage, avant que ne soit construit cet ensemble monumental. Au moins cinq portes, PR.45, PR.94, PR.113, PR.190 et une dernière restituable au nord (Esp. V), ouvraient sur la cour depuis l’étage noble dès le xive s. Si aucun vestige ne permet de préciser les dispositions des accès à ces ouvertures –simples escaliers de bois depuis leurs seuils ou bien coursive en matériaux légers– la présence de ces portes en nombre important milite plutôt en faveur de la seconde hypothèse.

294Durant la première moitié du xve s., les installations de bois ont été remplacées par l’ensemble monumental comprenant quatre galeries le long des corps de bâtiment du château, sur deux niveaux, et l’escalier Esc.173. Les dispositions déjà évoquées de l’architecture du promenoir inférieur sont également connues par deux gravures de 1828 (fig. 140141) qui prennent pour cadre la galerie orientale. Les proportions données par les personnages sont fantaisistes et n’ont pour but que de magnifier l’ouvrage. On y remarque, au premier plan, l’arc brisé sud du porche, suivi des deux arcs diaphragmes transversaux de la galerie, reçus d’un côté par l’élévation sur cour du corps de bâtiment oriental, et de l’autre par deux piles carrées, vers la cour. Dans la première version de la gravure (fig. 140), la porte PR. 128 est présentée avec un arc clavé en plein cintre, face à un bahut, clôturant la galerie. Dans la seconde (fig. 141), elle a un profil brisé et s’ouvre sur une grande porte cintrée, dans l’axe de la galerie nord. Plus au sud, les deux gravures figurent la porte PR.193. La première volée de l’escalier et son repos sur lequel on peut distinguer la porte PR.89, occupent le dernier plan. Le bahut qui cloisonne la galerie à l’ouest se poursuit le long de la première volée de l’escalier Esc.173, et ferme, semble‑t‑il, entièrement la seconde.

FIG. 140Entrée intérieure du château de Gréoulx, lithographie sur papier ocre de Joseph‑Constant Fallot de Broignard, tirée par Beisson et datée de 1828.

Clichés S. Claude, collection du musée Arbaud, Aix-en-Provence

FIG. 141Intérieur du château de Gréoulx, lithographie de Joseph‑Constant Fallot de Broignard, tirée par Beisson et datée de 1828.

Clichés S. Claude, collection du musée Arbaud, Aix-en-Provence

  • 127 ADAHP, 2E2466 f°614 (cf. annexe 8).

295Sur ces représentations, le couvrement se compose d’une sablière centrale axiale qui repose sur les arcs diaphragmes transversaux. Elle supporte les solives perpendiculaires implantées, d’un côté, dans le mur oriental de la cour et reçues, de l’autre, par les diaphragmes de la galerie. Un prix‑fait mentionne leur entretien le 10 mai 1625127. La présence d’un dallage de pierre a été constatée autour de l’escalier, mais la fouille n’a permis de retrouver, dans les couloirs, que des pavements caladés. Aussi, les aménagements de sol représentés sur les gravures doivent‑ils appartenir à la part d’interprétation de l’artiste.

  • 128 ADAHP, 3P230, f° 288.

296À l’étage, l’effort de restitution doit être bien plus grand encore, en raison, d’une part, de la totale disparition des structures, hormis les traces d’ancrage du plancher et d’un toit en appentis, et d’autre part, de l’absence de documentation iconographique. Deux auteurs anciens mentionnant les galeries basses de la cour intérieure se taisent sur les dispositions de l’étage : J.‑B. Jaubert en 1857 écrit « La cour intérieure peut seule offrir quelque intérêt à cause de l’état de conservation des galeries ogivales qui l’entourent » (1857 : 34‑35) ; en 1880, A. Joanne évoque les « immenses arcades en ogives formant le cloître » (1880 : 46), décrites également, en 1908, par G. Gibelin qui a été le premier à préciser qu’au‑dessus était également une galerie couverte sur laquelle s’ouvraient les pièces du premier étage » (1908 : 39). Les galeries d’étages étaient‑elles déjà détruites en 1857, pour que J.‑B. Jaubert n’ait relevé que l’intérêt des galeries basses ? Toujours est‑il que, dès 1840, les cadastres mentionnent le château « en ruine »128 et que ces structures ne figurent plus sur le cliché de 1872. Nous en sommes donc réduite aux hypothèses. La première serait de restituer des galeries ouvertes, cloisonnées sur la cour par de simples bahuts (fig. 142143). Sur ces derniers, des piles pouvaient supporter des sablières, et les sablières les arbalétriers de la toiture en appentis. Cet assemblage était maintenu par des demi‑entraits dont les ancrages sont encore visibles dans les élévations sur cour. Leur situation a permis à F. Flavigny d’avancer l’hypothèse d’un appentis couvrant les galeries hautes de la cour dans la continuité des versants intérieurs des toits des corps de bâtiments, où les arbalétriers des coursives ne seraient que les prolongements de ceux des toitures (fig. 142143).

FIG. 142 – Section nord‑sud du château. Essai de restitution de la galerie occidentale de la cour et des organes de communications.

Dessins F. Gueriel d’après une proposition de F. Flavigny, ACMH

FIG. 143 – Restitution en perspective de la cour intérieure du château vue depuis le nord‑est.

Dessins F. Gueriel d’après une proposition de F. Flavigny, ACMH

  • 129 Ce sont aujourd’hui en tout et pour tout deux demi‑tambours de piles octogonales, une base monolith (...)

297La présence, dans les décombres qui occupent encore certaines pièces du château, de tambours de piles de module octogonal et taillés dans de la molasse, que R. Bertrand signalait en 1978 en plus grand nombre (Bertrand 1978), fournit un élément de restitution des supports de ce couvrement129. Le décor sculpté, blasonné à deux pals, de l’un de ces blocs, aujourd’hui disparu (fig. 144), doit être mis en parallèle avec les décors peints des galeries du château, relevés au xviie s. par l’érudit N. de Peiresc, et qui participaient à la magnificence de l’ouvrage (fig. 146).

FIG. 144 – Section en plan de plusieurs éléments des supports octogonaux de la galerie haute du château, a base octogonale engagée sur un socle carré ; b élément d’une pile d’angle ; c demi‑tambour de support octogonal ; d dessin, réalisé d’après une photographie de R. Bertrand, du décor blasonné sculpté sur un tambour de support octogonal appartenant probablement à la galerie haute du château.

Dessin V. Teillet/MSH, d’après S. Claude.

FIG. 145 – Typologie des portes et fenêtres du château.

Dessin S. Claude

FIG. 146Extraict des griffonements qui sont encores sur les murailles des galeries du chasteau de Greaux, partie en charbon, partie en couleur, croquis au crayon noir réalisés par N. de Peiresc, xviie s.

Cliché Bibliothèque Inguimbertine, Carpentras, ms. 1771, f° 191

298Si cette première hypothèse semble de loin la plus probable, il est également possible qu’à l’étage, les galeries hautes aient été fermées, créant, à l’aplomb des arcades du rez‑de‑chaussée, quatre corridors éclairés par quelques baies, à l’image de la cour de Benoît XII, en Avignon. L’inventaire de succession du 21 octobre de 1782 mentionne, à plusieurs reprise, l’étage du promenoir, sous le terme de corridor, sans qu’il soit en fait possible de déterminer avec précision la réalité que cache ce mot.

Notes

1 ADAHP, 2E2434, f° 160 ; 2E2489, f° 67 (cf. annexes 4 et 9).

2 Cette remarque permet de restituer à l’enceinte castrale une hauteur de 8 m environ, à l’époque où fut construite la tour.

3 ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).

4 ADAHP, 1Q66, art. 327 (cf. annexe 19).

5 ADAHP, 2E2445, f° 343 v° (cf. annexe 6).

6 ADAHP, 2E2489, f° 67 v° (cf. annexe 9).

7 ADAHP, 2E2506, f° 167.

8 ADAHP, 2E2518, f° 250 v° (cf. annexe 12).

9 Pour la calade identifiée en plusieurs endroits de la cour, a été donné un terminus a quo de la fin du xviie‑début du xviiie s. par la céramique vernissée sur engobe présente dans le lit de pose des galets (Estienne, Molina 1990 : 4‑5).

10 ADAHP, 2E2555, f° 1274 (12 septembre 1769).

11 ADAHP, 1Q66, art. 327 (cf. annexe 19).

12 Le château occupe une superficie au sol d’environ 1900 m2, dont 1 300 m2 pour les corps de bâtiments.

13 ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).

14 ADAHP, 2E2555, f° 1274.

15 L’épaisseur des assises ne dépasse jamais une douzaine de centimètres pour des moellons dont la longueur varie entre 0,08 et 0,20 m.

16 Les assises ont une épaisseur de 0,15 m, parfois un peu plus. La longueur des moellons varie de 0,15 à 0,30 m environ.

17 ADAHP, 2E2453, f° 155 v° (cf. annexe 7).

18 ADAHP, 2E2527, f° 271 v°, août 1702 (cf. annexe 15).

19 ADAHP, 2E2430, f° 283 v° (cf. annexe 3).

20 ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).

21 ADAHP, 2E2518, f° 250 v° (cf. annexe 12).

22 ADAHP, 2E2466, f°614 (cf. annexe 8).

23 ADAHP, 2E2422, f° 264 v° (cf. annexe 2).

24 ADAHP, 2E2430, f° 283 v° (cf. annexe 3).

25 ADAHP, 2E2527, f° 271 v° (cf. annexe 15).

26 ADAHP, 2E2430, f° 283 v° ; 2E2434, f° 160 ; 2E2453, f° 155 v° (cf. annexes 3, 4 et 7).

27 ADAHP, 2E2430, f° 283 v° (cf. annexe 3).

28 Les blocs ont une épaisseur variant entre 0,23 et 0,35 m et une longueur de 0,23 à 0,50 m.

29 Deux de ces marches épaisses de 0,18 m sont complètes. Elles sont respectivement longues de 0,54 et 0,60 m, plus le tambour du noyau circulaire de 0,20 m de diamètre, et larges à la queue de 0,42 et 0,40 m. L’une est délardée.

30 Le tri récent du lapidaire issu des décombres du château a révélé plusieurs fragments de marches d’escaliers en vis, appartenant à au moins deux structures différentes (cf. note précédente), dont une vis en safre connue par six éléments.

31 ADAHP, 2E2453, f° 155 v°, le 9 mars 1615 ; 2E2466, f° 614, le 10 mai 1625 (cf. annexes 7 et 8).

32 ADAHP, 2E2430, f° 283 v°, le 16 mars 1592 ; 2E2453, f° 155 v°, le 9 mars 1615 ; 2E2527, f° 271 v°, le 8 août 1702 (cf. annexes 3, 7 et 15).

33 La « pierre de jauge » qui doit renforcer l’angle d’un glacis (ADAHP, 2E2466, f° 614, cf. annexe 8) ne saurait ici correspondre à la pierre à blocage définie dans l’inventaire du Pays d’Aigues (Ministère de la Culture 1981 : 699).

34 « regrillee, les feuillés, pavé et pouttagée » (ADAHP, 2E2527, f° 271 v°, et annexe 15).

35 ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).

36 ADAHP, 2E2453, f°155 v° ; 2E2527 f°271 v° (cf. annexes 7 et 15).

37 ADAHP, 2E2527, f° 271 v° (cf. annexe 15).

38 ADAHP, 2E2445, f° 343 v°, 9 novembre 1607 (cf. annexe 6).

39 Cette expression se rapporte à l’enduit d’un plancher et d’un lambris (ADAHP, 2E2527, f° 271 v°, cf. annexe 15).

40 ADAHP, 2E2441, f° 125 (cf. annexe 5).

41 Idem.

42 ADAHP, 2E2527, f° 271 v° (cf. annexe 15).

43 ADAHP, 2E2441, f° 125 (cf. annexe 5).

44 Ces quelques fragments avaient été dégagés dans les décombres qui jonchaient le sol de la salle xi, lors de la restauration du voûtement de l’espace X. D’autres ont récemment été découverts dans le blocage de la porte PR.49.

45 ADAHP, 2E2441, f° 125 ; 2E2527, f° 271 v° (cf. annexes 5 et 15).

46 ADAHP, 2E2441, f° 125 (cf. annexe 5).

47 ADAHP, 2E2527, f° 359 v° (cf. annexe 16).

48 ADAHP, 2E2527, f° 271 v° (cf. annexe 15).

49 ADAHP, 2E2422, f° 264 v° ; 2E2445, f° 343 v° ; 2E2526, f° 526 (cf. annexes 2, 6 et 14).

50 Le diamètre de ces supports est de 0,10 m. Ils sont calés dans une fosse de 0,20 m de diamètre qui entaille le substrat sur une profondeur de 0,12 m (Estienne, Molina 1990 : 6).

51 L’une des solives de ce plancher, prélevées et analysées par Archéolabs, présentait la rainure d’un ais d’entrevous.

52 Analyses réalisées par Archéolabs à Grenoble, à la demande de l’architecte en chef des Monuments historiques.

53 ADAHP, 2E2453, f° 155 v° (cf. annexe 7).

54 ADAHP, 2E2527, f° 271 v°, le 8 août 1702 (cf. annexe 15).

55 ADAHP, 2E2441, f° 125, le 12 avril 1602 ; 2E2527, f° 271 v°, le 8 août 1702 ; 2E2527, f° 273, le 9 août 1702 (cf. annexes 5, 15 et 17).

56 ADAHP, 2E2466, f° 614 (cf. annexe 8).

57 ADAHP, 2E2422, f° 264 v° (cf. annexe 2).

58 ADAHP, 2E2466, f° 614 (cf. annexe 8).

59 ADAHP, 2E2526, f° 526 (cf. annexe 14).

60 ADAHP, 2E2527, f° 271 v°, le 8 août 1702 (cf. annexe 15).

61 ADAHP, 2E2466, f° 614 (cf. annexe 8).

62 Idem.

63 Idem.

64 Céramique commune grise et brune, dont deux fonds plats de pégau (Rougiers, Cat. B3 type a2), deux bords de cruche à pâte claire glaçurée (Id., Cat. B2, types a et b), un fond de bol et un rebord à marli de sgraffito archaïque non incisé, sgraffito archaïque, fragment de verre à pied, fond de cruche à pâte rouge glaçurée de type Ollières, entre autres (Estienne, Molina 1990 : 33‑38).

65 L’un d’entre eux est à cheval sur deux assises de pierre de taille dont les décrochements présentent des ciselures relevées. Ce détail atteste la présence d’une fermeture de la porte PR.2 par des vantaux, dès sa construction.

66 La courtine nord, d’1,20 m d’épaisseur dans l’espace III, passe à 1,80 m dans l’espace IV dont le mur sud mesure 1,60 m d’épaisseur et le mur ouest 1,70 m. De telles dimensions ne se retrouvent que dans les espaces VII, VIII, IX, X et XI, tous voûtés.

67 Le giron des marches est mallonné de carreaux de terre cuite et limité par un astragale en bois. La contremarche est enduite du même badigeon que l’embrasure des portes PR.22 et PR.23.

68 Plusieurs pierres présentent des marques de tâcherons de deux types : des croix recoupées et des étoiles à huit branches, de 8 à 10 cm de diamètre, incisés sans soin.

69 La fenêtre Fen.141, à l’extrémité orientale de l’aile nord, éclaire la salle XXXIV du corps de bâtiment est.

70 Dans le groupe cathédral d’Aix‑en‑Provence, cet appareil est employé entre 1175 et 1185 pour l’édifice claustral oriental (Guild 1987 : 128).

71 Les travaux commandés les 8 et 9 août 1702, s’ils ne sont pas explicitement désignés, semblent pourtant se rapporter à la dernière grande phase d’aménagement du château (ADAHP, 2E2527 fos271 v° et 273, cf. annexe 15).

72 Le type de mouluration du chambranle de la fenêtre Fen.31 est tout à fait comparable à celui des remplois repérés dans l’espace V.

73 Six marches de calcaire trouvées dans les décombres du château pourraient appartenir à cette structure (cf. chap. 2, § 2.2, note 18).

74 À ce sujet, voir le volume de la collection Les Alpes de Lumière consacré aux Baronnies, où de nombreux exemples de donjons ont été recensés et étudiés par M.–P. Estienne (Estienne et al. 1997 : 44‑91).

75 Tous les traités médicaux sur les eaux de Gréoux font remonter, dans leurs introductions, certains bâtiments du château aux xie ou xiie s., sans autre précision. En 1908, dans sa notice historique et archéologique sur Gréoux, G. Gibelin a ainsi daté l’aile occidentale, la tour sarrasine et l’ensemble sud‑ouest du château qui, selon lui, était le complexe initial à partir duquel aurait été construit le reste de l’édifice (1908 : 38). Dès lors, cette analyse très fantaisiste a été reprise, à peine modifiée, entre autres par É. Poitevin (1978 : 34), par R. Bailly (1975 : 22), avec une certaine prudence par R. Bertrand (1980 : 39), par R. Collier, qui signale le « bel appareil du xiie siècle » de la tour sarrasine (1986 : 246‑248) et dans tous les atlas récents ou dictionnaires des châteaux de la France (Salch et al. 1977 : 60 ; Merveille des châteaux de Provence 1965 : 301).

76 ADAHP, 2E2466 f°614, le 10 mai 1625 (cf. annexe 8).

77 L’escalier que nous restituons est hypothétique en l’absence de vestiges. Ceux‑ci ont pu disparaître sous les restaurations ou n’avoir laissé aucune trace, dans le cas d’une structure en bois et en plâtre.

78 ADAHP, 1Q66 art.327 (cf. annexe 19).

79 Les donjons de Rosans et de Lachau étudiés par M.‑P. Estienne, par exemple (1989 : 97, 1997 : 56‑57, 77), celui de Fos‑sur‑Mer par J.‑Ph. Lagrue (1990 : 105), la tour d’Embarbe (commune de Céreste, Vaucluse) par M. Fixot (1973‑1974 : 265).

80 Pour Aix, la première mention relevée d’un arc en anse de panier date de 1435 et en 1519 ; un autre contrat désigne une porte aux piédroits arrondis supportant un arc de ce type, mouluré (Bernardi 1995 : 328‑329).

81 Les plâtres de Gréoux, bien que plus sommaires, reprennent des éléments de décors de la maison du 29, Grandrue de Riez, datée de 1598, de la frise moulurée d’un escalier de la seconde moitié du xviie s. d’une maison dignoise, 15, rue de l’Ubac, ou de celle du vestibule de l’hôtel Thoron de la Robine, à Digne également et de même date. Il s’agit de bandeaux avec des entailles stylisant un décor feuillagé ou de palmettes et feuilles d’acanthe très sommaires (Gueyrand 1988).

82 ADAHP, 3P230, f° 288.

83 Lorsque l’on renforça par un léger fruit la base du mur oriental de l’espace XIII, on le dépouilla de son parement extérieur afin d’y ancrer sur une épaisseur suffisante le nouveau massif taluté. Mettant ainsi au jour la fourrure interne du mur, on put y ménager, juste avant la construction du talus, le trou de barre de la porte 61 sur une profondeur d’environ 1,30 m. Cette cavité de 0,13 m sur 0,18 m ainsi que son réceptacle dans le tableau opposé de la porte se situent à environ 1 m du seuil.

84 ADAHP, 2E2453, f° 155 v° (cf. annexe 7).

85 Le maître gipier doit réaliser des « arcades » de deux pans de hauteur (0,50 m) et 1/2 pan de large (0,12 m) « por donner jour auxd. crottes ».

86 Il s’agit d’une vue du château et du village, prise depuis le sud‑est (CNMHS, réf. 1333).

87 ADAHP, 2E2466, f° 614 (cf. annexe 8).

88 Ces strates recelaient en abondance des tessons de céramique vernissée sur engobe, dont un fond d’écuelle marbrée de la deuxième moitié du xviie s. et un tesson de faïence de Gènes de la fin du xviie s.

89 ADAHP, 103F1142.

90 Il ne peut s’agir d’une porte dont le seuil déboucherait alors à près de 2 m du sol de la cour, à un endroit où aucun niveau n’a été repéré et, surtout, où aucun plancher n’a pu être implanté à cause de la galerie sud. Les vestiges sont donc ceux d’une baie à allège.

91 La première, PR.107, mesure 2,15 m de haut sur 0,84 m de large ; la seconde, PR.108, mesure 2,41 m sur 1,29 m.

92 Sauf erreur, aucune signature de tâcherons en Provence n’a jamais été signalée sur un édifice civil, laïc.

93 Une colonnette au chapiteau décoré d’une feuille au contour ourlé, remployée dans la fenêtre d’une maison de Saint‑Martin‑de‑Brômes (Alpes‑de‑Haute‑Provence), et qui passe pour avoir appartenu au château de Gréoux, valide une datation du xive s. Nous attendons en outre beaucoup des analyses dendrologique et dendrochronologique à venir, réalisées sur plusieurs échantillons de bois prélevés dans les ancrages du plancher établi entre les salles XV et XIX.

94 L’assurance de ces transformations est donnée par la situation de la porte PR.92 datée du xive s., qui ouvre, dans l’aile est, entre les espaces XXVII et XXVVIII et, dans l’aile sud, entre les espaces XVIII et XXII (fig. 105).

95 Tel qu’on le voit aujourd’hui, le tracé du montant occidental de la porte PR.113 a été dicté par la construction du mur de refend entre les espaces XXIV et XXV. Un ébrasement gauche, à l’origine symétrique à celui de droite, doit être restitué.

96 Les derniers cernes relevés sur les sept autres échantillons, sont respectivement datés de 1256, 1281, 1288, 1296, 1320, 1320 et 1324.

97 Cf. supra, chap. 2, § 2.5.2.2, note 2.

98 Le type de la baie à croisée est très répandu. Il est, à de nombreuses reprises, identifié dans les contrats aixois, entre 1413 et 1550, mais dépasse largement cette fourchette chronologique. On le trouve déjà en Avignon au milieu du xive s., au xviie s. dans le pays d’Aigues notamment (Ministère de la Culture 1981 : 152, 260) et encore dans les années 1650‑1660 dans la région d’Aix‑en‑Provence, au château du Grand Saint‑Jean, au Griffon et à la Bargemonne (Gloton 1979 : vol. II, Pl. CXLVI, 608‑612). Mais la période faste de cette forme architecturale se situe dans les années 1460‑1470 (Bernardi 1995 : 337‑338).

99 ADAHP, 2E2453, f° 155 V°, le 9 mars 1615 (cf. annexe 7).

100 ADAHP, 2E2466, f° 614, le 10 mai 1625 (cf. annexe 8).

101 ADAHP, 2E2489, f° 67 v° (cf. annexe 9).

102 La contemporanéité de ces travaux est établie par la similitude entre les fenêtres Fen.80, Fen.93 et les grandes baies segmentaires de l’étage noble. Les premières, en dépit de dimensions moindres, sont en effet comparables aux secondes par leur mise en œuvre, par leur forme, par leur matériau et par la taille de celui‑ci.

103 Par la position de la fenêtre Fen.105 qui chevauche l’arc triomphal muré, le percement des grandes baies segmentaires ne peut être antérieur à la destruction de l’unique mur de refend qui divisait l’étage au xive s. De plus, l’enduit couvrant des nouveaux murs de séparation non appareillés, tapisse également l’embrasure de ces baies qui leur sont donc assurément contemporaines. Parmi les fenêtres segmentaires qui ont été ouvertes alors que la salle haute voûtée du logis sud était détruite, il en est une particulièrement intéressante, Fen.3, à cause d’un fragment de nervure moulurée, en remploi dans son encadrement. La modénature de cette pierre adopte un profil tréflé fréquent au xive s., où se combinent tore à listel, doucines, anglets et bandeaux (fig. 51). Il est ainsi tout à fait possible qu’elle soit récupérée du voûtement de la salle haute méridionale.

104 ADAHP, 2E2527, f° 271 Ve (cf. annexe 15).

105 La fouille a ainsi daté le pavement de terre cuite et de dalles de la salle XV (Estienne, Molina : 1990, sondage VI, 29‑32) lié aux cuves à huile et au pressoir (fig. 92).

106 ADAHP, 2E2422, f° 264 V° (cf. annexe 2).

107 ADAHP, 2E2430, f° 283 V° (cf. annexe 3).

108 ADAHP, 2E2434, f° 160. (cf. annexe 4).

109 ADAHP, 2E2441, f° 125. (cf. annexe 5).

110 ADAHP, 2E2527 f°271 v°, le 8 août 1702 (cf. annexe 15).

111 ADAHP, 2E2422, f° 264 V° (cf. annexe 2).

112 ADAHP, 2E2430, f° 283 v° ; 2E2434, f° 160 (cf. annexes 3 et 4).

113 ADAHP, 2E2445, f° 343 V° et 2E2526, f° 526 (cf. annexes 6 et 14).

114 ADAHP, 2E2445, f° 343 V°.

115 ADAHP, 2E2526, f° 526.

116 Ce matériel comprend un tesson de commune grise et deux tessons de marmite à pâte rouge glaçurée datés de la fin du xiiie s. ou de la première moitié du xive s. Les éléments les plus récents sont un tesson de céramique à lustre métallique avec décor de palmettes curvilignes de l’atelier valencien (dernier tiers du xive‑début du xve s.), un bas de panse de cruche pisane à pâte rouge et glaçure plombifère, trois tessons de céramique culinaire à pâte claire glaçurée régionale, un tesson d’Ollières et huit à pâte rouge kaolinitique ferrugineuse (Estienne, Molina 1990 : 8‑10).

117 Si l’on s’en tient aux éléments lapidaires, chaque assise de pilier était constituée de deux pierres scellées entre elles et disposées plein‑sur‑joint. L’épaisseur des pierres conservées oscille entre 0,17 m et 0,31 m, plus de la moitié se situant entre 0,25 et 0,30 m, avec une épaisseur moyenne de 0,25 m.

118 Ce matériel comprend sept tessons de céramique à pâte claire glaçurée, dont le départ vertical d’une anse de marmite (Estienne, Molina 1990 : 17‑19).

119 La figure 134, avec quelques autres, laisse deviner la porte PR.192 par la présence d’un seuil de tomettes, visible sur l’arase du mur oriental de la cour.

120 Nous n’avons pu observer cette structure, aussi nous en remettons nous à la description qu’en ont donnée M.‑P. Estienne et N. Molina (1990 : 7‑8), complétée par les renseignements de messieurs R. Bertrand et C. Roux.

121 Quatre d’entre elles ont été retrouvées complètes dans les décombres de la cour, accompagnées de sept fragments. L’arête intérieure de la margelle est adoucie par une usure et trois pierres disposaient, au niveau du rebord, de larges encastrements destinés à recevoir les superstructures de la citerne.

122 ADAHP, 2E2453, f° 155 v° (cf. annexe 7).

123 ADAHP, 2E2506, f° 82 (cf. annexe 11).

124 La moulure à deux cavets se trouve, en Avignon, dès le milieu du xive s., sous le pontificat d’Innocent VI (Aliquot 1983 : t. III, 400). À Aix, ce type de mouluration est encore mentionné au début du xvie s., pour la porte d’entrée de la maison du notaire Jean Michel (Bernardi 1995 : 397).

125 AC Gréoux, dépôt E94‑DD2. Copie de transaction entre le seigneur et la communauté de Gréoux, 1455 (f° 16 v°).

126 ADAHP, 2E2434, f° 160 (cf. annexe 4).

127 ADAHP, 2E2466 f°614 (cf. annexe 8).

128 ADAHP, 3P230, f° 288.

129 Ce sont aujourd’hui en tout et pour tout deux demi‑tambours de piles octogonales, une base monolithe de plan octogonal engagé de moitié dans un plan carré, un tambour de même profil engagé d’1/6, enfin une pierre combinant deux demi‑octogones très certainement issue d’une pile d’angle. Toutes ces pierres taillées dans de la molasse sont les déclinaisons d’un module octogonal régulier de 0,20 m de côté. La largeur des supports atteignait ainsi 0,48 m (fig. 144).

Table des illustrations

Légende FIG. 28 – Relevé topographique de la butte du château.
Crédits Dessin S. Claude, d’après le relevé d’ARPAN, 3 rue de l’Hôtel-de-Ville, 26400 Crest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 29 – Carte postale de la première moitié du XXe s. montrant le château et l’enceinte castrale vus depuis le nord‑ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 30 – Vue générale de la montée au château, prise depuis le nord.
Crédits Clichés CNMHS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 31 – Élément de maçonnerie en saillie à la base de la tour nord‑ouest du château, vestige du mur en retour de l’enceinte castrale.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 32 – Détail du talus moderne adossé au tronçon sud de l’enceinte castrale.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 33 – Élévation intérieure du tronçon nord‑ouest de l’enceinte castrale.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 34 – Arc de l’embrasure extérieure du portail nord‑ouest de l’enceinte castrale.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 35 – Détail du montant oriental du portail nord‑ouest de l’enceinte castrale.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 36Entrée du château, lithographie de Joseph‑Constant Fallot de Broignard, tirée par Beisson, représentant la façade nord de l’édifice et ses abords en 1828.
Crédits Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 37 – Montant oriental du portail sud de l’enceinte castrale.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 38 – Tour et tronçon nord‑ouest de l’enceinte castrale vus depuis l’ouest.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 39 – Plan chronologique de l’étage de soubassement du château.
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 40 – Plan chronologique du rez‑de‑chaussée du château.
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 41 – Plan chronologique de l’étage du château.
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 42 – Plan de l’étage de soubassement du château avec la numérotation des espaces (chiffres romains) et des structures (chiffres arabes).
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 43 – Plan du rez‑de‑chaussée du château avec la numérotation des espaces (chiffres romains) et des structures (chiffres arabes).
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 44 – Plan de l’étage du château avec la numérotation des espaces (chiffres romains) et des structures (chiffres arabes).
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 45. – Grand appareil de fondation à l’angle nord‑est de l’espace XVII.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 46 – Éléments de décor : a bandeau de gypserie, mouluré d’une gorge à profil segmentaire, suivie d’un filet et d’un bandeau torique à profil segmentaire avec décor d’entailles ; b bandeau de gypserie incisé ; c frise de gypserie de feuilles d’acanthe et bandeau torique à profil segmentaire à décor incisé, séparés d’un chanfrein double ; d décor de gypserie à palmettes ; e élément de corniche segmentaire en gyp, orné de palmettes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 47 – Section ouest‑est du château traversant la tour nord‑ouest et le corps de bâtiment nord.
Crédits Dessin S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 48 – Espace I : a retombée orientale de l’arc de la porte PR.2 et rainure de la herse ; b détail de la mouluration en chanfrein, quart‑de‑rond et cavet, de la retombée sud‑est de la voûte.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 49 – Aménagement de sol en carreaux et tomettes de terre cuite de la salle de la herse vu du nord‑ouest.
Crédits Clichés F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 50 – Espace II, mur nord de la salle de la herse.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 51 – Remploi, dans l’encadrement de la fenêtre Fen.3, d’un élément de nervure mouluré d’un tore à listel.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 52 – Mur oriental de la salle de la herse et escalier Esc.148.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Crédits FIG. 53 – Sondage I : a plan d’ensemble ; b coupe sud‑nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 54 – Mur occidental des espaces IIIa‑IIIb et mur sur cour du corps de bâtiment nord vus du sud‑est.
Crédits Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 55 – Détail du culot nord‑ouest de l’espace IV.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 56 – Espace V, vestiges des trois fenêtres aménagées successivement au même endroit : Fen.16, Fen.157 et Fen.186.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 57 – Espace V, détail de l’ébrasement occidental de la fenêtre Fen.157 et blocage de la fenêtre Fen.16.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 58 – Vue générale, prise depuis l’est, du mur de refend restauré du corps de bâtiment nord.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 59 – Espace VI, vestiges de la fenêtre Fen.19 et d’un parement de safre de la latrine Lat.159.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 60 – Vue du corps de bâtiment nord (Esp. IIIa, Esp. IIIb et Esp. VI) et du mur sur cour du bâtiment occidental prise depuis l’espace II.
Crédits Clichés F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 61 – Vue en contre‑plongée du mur occidental de l’espace VI prise depuis l’est.
Crédits Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 62 – Élévation de la façade nord du château.
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 63 – Façade nord du château, porte d’entrée PR.2 et parement à bossage rustique.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 64 – Façade nord de la tour nord‑ouest, détail de la chaîne d’angle en attente.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 65 – Vue générale de l’angle nord‑ouest du château, prise depuis la cour, présentant la tour sarrasine et les corps de bâtiment nord et ouest.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 66 – Tour nord‑ouest, élévations intérieures des espaces VIII et IX.
Crédits Dessin S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 67 – Angle sud‑est des espaces VIII et IX de la tour nord‑ouest avec le départ de l’escalier Esc.161.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 68 – Angle nord‑est de l’espace IX de la tour sarrasine.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 69 – Vue de la façade occidentale de la tour nord‑ouest et de la latrine Lat.43, octobre 1988.
Crédits Clichés F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 70 – Façade occidentale de la tour nord‑ouest, détail de la fenêtre Fen.26.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 71 – Plan du chemin de ronde de la tour nord‑ouest du château.
Crédits Dessin F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 72 – Vue du mur sud de l’espace X antérieure aux restaurations.
Crédits Clichés G. Roucaute/Inventaire général, MCC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 73 – Le mur nord de l’espace XI dans son état actuel (les deux grandes portes PR.34 et PR.35 ont été obturées).
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 74 – Sondage III : a coupe ouest‑est ; b plan d’ensemble des structures.
Crédits Dessins J. Isnard/ AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 75 – Élévation intérieure du mur oriental de l’espace XI.
Crédits Dessin S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende FIG. 76 – Mur oriental de l’espace XI, détail de la porte PR.45.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 77 – Vestiges de la cheminée en safre Che.46 : a vue prise depuis la cour, avant restauration ; b vue prise depuis la salle XI en cours de restauration.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 78 – Montant nord de la porte PR.47 (Esp. XI) vu depuis la cour et liaison des parements en pierre de taille de la tour nord‑ouest et du mur sur cour du bâtiment occidental.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 79 – Mur oriental de l’espace XI, détail de la porte PR.49.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 80 – Élévation de la façade occidentale du château.
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 81 – Vue extérieure de la tour sarrasine, du corps de bâtiment occidental restauré, de l’ensemble sud‑ouest et de l’enceinte castrale prise depuis l’ouest.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 82 – Vue de la façade du corps de bâtiment occidental avant les restaurations.
Crédits Clichés F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 83 – Ensemble sud‑ouest, détail de l’embrasure intérieure de la bouche à feu (Fen.54) située dans l’espace XII.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 84 – Espace XIII, mur est, embrasure extérieure de la fenêtre Fen.60.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 85 – Détail des cuves à huile adossées au mur sud de l’espace XIII.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 86 – Vue de l’angle sud‑est de l’espace XIV et de la meurtrière Fen.66.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 87 – Vue de la façade sud de l’ensemble sud‑ouest.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 88 – Section est‑ouest du château traversant le corps de bâtiment sud et l’ensemble sud‑ouest.
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 89 – Vue générale du mur nord des espaces XV, XIX et XXIII prise depuis l’est.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 90 – Section nord‑sud du château présentant le corps de bâtiment nord, le mur antérieur est et le corps de bâtiment sud.
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 91 – Corps de bâtiment méridional, élévations intérieures des murs sud et ouest des espaces XV, XIX et XXIII.
Crédits Dessin S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende FIG 92 – Vue générale des espaces XV et XIX prise depuis le nord‑est.
Crédits Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 93 – Espace XV, mur sud, détail des portes PR.70/PR.71.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 94 – Espace XV, mur sud, détail de la retombée occidentale de l’arc de la porte PR.70.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 95 – Vue générale des espaces XV, XIX et XXIII prise depuis le nord‑ouest.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 96 – L’arc triomphal oriental muré dans les espaces XV‑XIX.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 97 – Détail de l’écoinçon nord et des deux rouleaux de voussure de l’arc triomphal oriental.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 98 – Détail du tailloir sud de l’arc triomphal oriental portant la signature de tâcheron VGO.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 99 – Angle nord‑ouest de l’espace XVI, porte PR.73 et escalier Esc.74.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 100 – Espace XIX, détail du coussiège occidental de la fenêtre Fen.83.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 101 – Espace XIX, les fenêtres Fen.83 et Fen.86.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 102 – Détail du revers de l’arc triomphal et de l’écoinçon nord vus de l’espace XX montrant l’appui du mur nord sur ces structures (à droite).
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 103 – Détail de l’arrachement en dents de scie du tableau sud de l’arc triomphal.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 104 – Espace XXI, embrasure intérieure de la porte PR.89.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 105 – Section est‑ouest du château, présentant le corps de bâtiment oriental, le mur antérieur du corps de bâtiment sud et corps de bâtiment.
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 106 – Vue du mur oriental des espaces XVIII et XXII.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 107 – Détail du tronçon oriental du mur nord de l’espace XXIII et de l’embrasure intérieure de la porte PR.97.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 108 – Espace XXIII, détail d’un remploi dans le montant est de la fenêtre Fen.105.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 109 – Espace XXIII, détail d’un remploi dans le montant est de la fenêtre Fen.102.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 110 – Mur nord de l’espace XXIV avec la fenêtre Fen.109 et les vestiges d’une voûte.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 111 – Mur occidental de l’espace XXIV, détails des corbeaux : a corbeau nord‑ouest ; b corbeau sud‑ouest ; c corbeau nord‑est ; d corbeau sud‑est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Légende FIG. 112 – Mur oriental de l’espace XXIV avec la porte PR.111 et la cheminée Che.112.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 113 – Vestiges d’une voûte dans le mur nord de l’espace XXV.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 114 – Mur nord de l’espace XXV avec les portes PR.113 à PR.115 et les vestiges d’une voûte.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 115 – Arrachement du mur oriental de la cour visible dans la maçonnerie du mur sud et porte PR.113.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 116 – Angle sud‑est de l’espace XXV avec les vestiges d’un bugé dans le mur sud et fenêtre Fen.119 à l’est.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 117 – Élévation de la façade méridionale du château.
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 118 – Vue générale du château et du village prise depuis le sud‑est.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 119 – Détail de la jonction des deux tronçons successifs du glacis épaulant la façade méridionale du château.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 120a – Restitution de l’état des XIVe et XVe s. du corps de bâtiment méridional.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 120b – Section nord‑sud du château et de son enceinte (état actuel). En grisé : église du XIIe s. intégrée dans le bâti postérieur.
Crédits Dessins S. Claude, F. Gueriel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 120c – Restitution en plan de l’église du XIIes.
Crédits Dessins S. Claude, F. Gueriel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k
Légende FIG. 121 – Ancrage de la voûte de l’espace XXVI (partie inférieure de la photo) et porte PR.79 dans l’espace XXVII (partie supérieure).
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 122 – Portes PR.79 et PR.92 dans le mur sud de l’espace XXVII.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 123 – Vue générale prise depuis l’ouest des espaces XXVII, XXVIII et XXXII.
Crédits Cliché G. Roucaute/Inventaire général, MCC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 124 – Détail de la voûte de l’espace XXIX et de la prise de jour Fen.126 dans la courtine orientale.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 125 – Détail de l’appareil de la courtine nord dans l’espace XXXIV.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 126 – Vue du mur oriental de l’espace XXXIV montrant les portes PR.144 et PR.145 et le revêtement du sol de la salle.
Crédits Clichés F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 127 – Carte postale ancienne représentant le château vu depuis le nord‑est.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 128 – Élévation de la façade orientale du château.
Crédits Dessins S. Claude, d’après F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 129 – Base de la tour nord‑est vue depuis le nord‑ouest.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 130 – Détail de la structure STR.180 de la galerie sud de la cour intérieure.
Crédits Clichés S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 131 – Photographie, prise en 1872, représentant la cour et les vestiges du promenoir inférieur vus depuis le nord‑est.
Crédits Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 132 – Carte postale portant une vue de la cour intérieure du château prise depuis le nord‑ouest (antérieure à 1902).
Crédits Coll. R. Bertrand, publ. dans Bertrand 1980 : 49
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 133 – Carte postale présentant la partie sud‑ouest de la cour intérieure avec les vestiges de l’escalier Esc.173 (1902).
Crédits Coll. R. Bertrand, publ. dans Bertrand 1980 : 49
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 134 – Vue des deux états du grand escalier Esc.173 prise depuis le nord‑est.
Crédits Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 135 – Vue de la partie orientale du mur sud de la cour prise depuis le nord‑est (cl. antérieur à 1902).
Crédits Clichés CNMHS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 136 – Élévation sur cour du mur antérieur du corps de bâtiment nord.
Crédits Dessin S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende FIG. 137 – Élévation sur cour du corps de bâtiment occidental.
Crédits Dessin S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende FIG. 138 – Élévation sur cour du corps de bâtiment sud.
Crédits Dessin S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende FIG. 139 – Première volée et départ de la seconde volée de l’escalier Esc.173 (cl. daté du 5 juin 1970).
Crédits Clichés S. Claude, d’après la documentation de F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 140Entrée intérieure du château de Gréoulx, lithographie sur papier ocre de Joseph‑Constant Fallot de Broignard, tirée par Beisson et datée de 1828.
Crédits Clichés S. Claude, collection du musée Arbaud, Aix-en-Provence
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 141Intérieur du château de Gréoulx, lithographie de Joseph‑Constant Fallot de Broignard, tirée par Beisson et datée de 1828.
Crédits Clichés S. Claude, collection du musée Arbaud, Aix-en-Provence
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 142 – Section nord‑sud du château. Essai de restitution de la galerie occidentale de la cour et des organes de communications.
Crédits Dessins F. Gueriel d’après une proposition de F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 143 – Restitution en perspective de la cour intérieure du château vue depuis le nord‑est.
Crédits Dessins F. Gueriel d’après une proposition de F. Flavigny, ACMH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 144 – Section en plan de plusieurs éléments des supports octogonaux de la galerie haute du château, a base octogonale engagée sur un socle carré ; b élément d’une pile d’angle ; c demi‑tambour de support octogonal ; d dessin, réalisé d’après une photographie de R. Bertrand, du décor blasonné sculpté sur un tambour de support octogonal appartenant probablement à la galerie haute du château.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Légende FIG. 145 – Typologie des portes et fenêtres du château.
Crédits Dessin S. Claude
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende FIG. 146Extraict des griffonements qui sont encores sur les murailles des galeries du chasteau de Greaux, partie en charbon, partie en couleur, croquis au crayon noir réalisés par N. de Peiresc, xviie s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46340/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search