Version classiqueVersion mobile

Le château de Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence)

 | 
Sandrine Claude

Introduction

Texte intégral

FIG. 1 – Vue aérienne du site.

Cliché G. Roucaute-M. Heller/Inventaire général, MCC.

1L’intérêt qu’a suscité l’architecture castrale en Provence est resté, jusqu’à ces dernières années, très limité. Quelques études anciennes s’étaient arrêtées sur les prestigieux sites d’Avignon (Labande 1925) et de Tarascon (Pressouyre 1963), et les travaux d’envergure de G. Démians d’Archimbaud consacrés à Rougiers (Démians d’Archimbaud 1980) ou de M. Fixot sur la campagne d’Apt à Pélissanne (Fixot 1973-74) demeuraient des exceptions. Depuis peu cependant, la connaissance de cette architecture s’est enrichie de plusieurs monographies de qualité portant sur le castellas de Roquemartine (Nibodeau 1992), le château de Fos-sur-Mer (Lagrue 1990), la demeure seigneuriale dans le Buëch (Estienne 1989), les châteaux de Vaison-la-Romaine (Cartron 1990), deVentabren (Rinalducci 1992) et deThouzon (Rech 1992). Ces travaux, pour la plupart confinés à la basse Provence, n’en restent pas moins insuffisants en nombre au regard du champ d’investigation qu’ouvre à la recherche l’important patrimoine de cette région. Aussi, n’est-il pas tout à fait étonnant qu’un édifice tel que le château de Gréoux-les-Bains n’ait jusqu’alors jamais fait l’objet d’une étude exhaustive, ce en dépit d’une architecture splendide et de vestiges considérables.

2C’est sur cette architecture que devait initialement se porter l’étude présente. Bien vite cependant, il est apparu nécessaire d’y ajouter une réflexion sur l’environnement urbain dont l’évolution ne pouvait être dissociée de celle du château. Pour ce faire, nous disposions de trois types de sources : bibliographiques, archivistiques et archéologiques.

3La bibliographie concernant Gréoux tient à l’attrait qu’ont exercé et qu’exercent encore les eaux thermales. Elle comprend une série d’opuscules écrits entre 1645 et 1949 par des médecins thermalistes, qui évoquent l’histoire grysélienne de manière souvent très contestable et ne donnent sur le château que des informations laconiques. Ces ouvrages n’en demeurent pas moins intéressants d’un point de vue historiographique. Plusieurs monographies de vulgarisation et articles documentent également la commune sous tous ses aspects, économique, culturel, social, historique ou touristique. Parfois erronés, ceux-ci ne font que survoler les questions qui nous préoccupent. Il en ressort cependant quantité de références aux textes anciens, fruit d’un important travail de dépouillement d’archives, qui ont été le point de départ d’une recherche personnelle.

4La documentation archéologique et architecturale fut, en l’absence d’étude sérieuse et exhaustive, la plus riche et sans doute la plus longue à exploiter. Elle a posé la problématique sur la formation et l’évolution du site et guidé le développement du dossier.

  • 1 Le fonds des archives communales de Gréoux a été versé aux archives départementales et a été recond (...)

5Ainsi, le premier chapitre de ce travail n’a eu d’autre but que celui de déterminer les facteurs qui, dès l’époque gallo-romaine, ont favorisé l’établissement d’une population sur le terroir de Gréoux, et de connaître la topographie du milieu construit aux époques médiévale et moderne. En somme, l’objectif était de saisir les cadres géographique et humain qui ont accueilli le château et dans lesquels l’édifice a évolué. Ce travail s’est appuyé, d’une part, sur l’étude architecturale des deux enceintes urbaines médiévale et moderne, étayée par l’analyse des plans cadastraux, et, d’autre part, sur les résultats de quatre fouilles gryséliennes (Bertucchi 1974 ; Chemin et al. 1988 ; Chemin 1992 ; Chadefaux, Dumont 1993) ainsi que sur les bases de données et inventaires archéologiques (carte archéologique DRACAR ; Garcia, Mocci 1995 ; Bérard 1997). Une partie de la recherche s’est également portée sur les archives communales, non encore déposées lors de leur dépouillement1. L’inventaire qu’en a dressé R. Collier en 1970 présente des différences notables par rapport à celui de M.-Z. Isnard, établi en 1882, et le récent reclassement a permis de constater qu’elles ont encore souffert de vingt-cinq ans de non-surveillance. Autant que possible, surtout dans la mesure où l’état des registres l’a permis, nous avons effectué un dépouillement exhaustif des séries CC (cadastres et comptes des trésoriers), DD (domaine), FF (procédures), GG (pestes) et II (Inventaire des archives), et un dépouillement partiel de la série BB (délibérations du conseil).

6Le deuxième volet de cet ouvrage s’est attaché à l’étude du château et de son enceinte. La problématique générale, au-delà d’une simple compréhension de l’édifice et de ses phases de construction, nous a entraînée vers la question du commanditaire du programme ambitieux en face duquel nous nous trouvions, éclairée jusqu’à présent par aucun texte précis. Aussi, la source architecturale devait-elle servir de matière à cette réflexion, motivant une présentation du château avant toute évocation de l’histoire du lieu.

  • 2 En septembre 1999, l’installation d’un réseau d’éclairage électrique enterré, autour du château, a (...)
  • 3 La réalisation des dessins au pierre à pierre s’est appuyée, en grande partie, sur des relevés phot (...)

7L’étude architecturale du château a pu bénéficier des données issues de deux campagnes de sondages (Estienne, Molina 1990). Ponctuelles, elles n’en demeurent pas moins très éclairantes sur la chronologie du site, confirmant une occupation ancienne bien antérieure à la reconstruction du château de la fin du Moyen Âge2. Celui-ci n’apparaît dans les textes que très tardivement, à la fin du xvie s., et seule l’architecture fort heureusement assez bien conservée de ce vaste ensemble, en documente les dispositions antérieures. Ce travail s’est trouvé confronté à la disparition ou la transformation d’un certain nombre de vestiges et dut s’accommoder de l’encombrement de plusieurs espaces du château par des gravats, et surtout par les gradins et la scène installés dans la cour intérieure pour les besoins du festival d’été. Enfin, certaines parties nous sont demeurées inaccessibles parce que trop hautes, condamnées ou recouvertes d’une épaisse végétation. Il en résulte une vision incomplète et quelque peu décousue du site qui nous a conduit à beaucoup de prudence. La documentation graphique3 fait aussi les frais de ces avatars : dessins incomplets, photographies trop souvent occultées par les éléments de l’architecture métallique installée dans la cour du château, qui en outre, brisent l’ampleur des volumes et empêchent tout recul.

  • 4 167 registres couvrant la période 1551‑1808. L’absence de registres de notaires avant le milieu du (...)

8Les réfections modernes du château ont été éclairées par les résultats d’un dépouillement exhaustif des registres des notaires gryséliens, auquel a généreusement participé H. Amouric4. Les textes, des prix-faits et quittances de paiement de qualité très inégale, tous postérieurs à la fin du xvie s., constituent l’essentiel de notre apport au sujet d’un point de vue strictement archivistique. Pour compléter ces données, pour les périodes révolutionnaire et contemporaine, nous nous sommes également reportée aux séries 1Q (estimations des biens nationaux), 3Q (enregistrement des mutations) et 3P (cadastre) des archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence.

9Les sources textuelles sont complétées par quelques documents iconographiques : des gravures du château issues du fonds du musée Arbaud à Aix-en-Provence, une couverture photographique importante comprenant les clichés anciens des Monuments historiques aimablement confiés par F. Flavigny, plus quelques autres de la collection de R. Bertrand, ainsi que le relevé des décors blasonnés des galeries du château de N. de Peiresc conservé dans un manuscrit de la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras.

10En dépit des questions que des lacunes documentaires ne nous ont pas permis de lever –on regrettera notamment d’avoir si peu de représentations de la cour intérieure dont les aménagements ne furent pourtant détruits qu’à la fin du xixe s. ou au début du suivant–, les sources, très diversifiées, sont au demeurant assez exceptionnelles pour un site rural et pour la région, tant par leur abondance que par leur complémentarité.

11En troisième lieu et dans la continuité de la logique du chapitre précédent, nous nous sommes efforcée de dégager, à partir de l’analyse architecturale, les grandes phases d’aménagement du complexe castral et de retrouver la distribution des différentes fonctions qui s’y associaient. Cette approche synthétique de l’édifice a été prolongée par une démarche comparative pour une présentation du contexte architectural régional.

  • 5 Aux archives départementales des Bouches‑du‑Rhône, elles se sont portées sur les séries B (Cour des (...)

12Enfin, dans un quatrième chapitre, nous nous sommes attachée à retracer l’histoire urbaine et seigneuriale du site depuis le xiie s., tâche difficile qui, avant le début du xive s., ne repose que sur quatorze mentions du lieu, toutes très succinctes et issues des sources publiées (cf. annexe 20). Sur cette période, la recherche des possesseurs de la seigneurie n’a donné que peu de résultats mais a permis de faire le point sur certaines assertions erronées colportées par l’historiographie contemporaine5. Si l’on ne sait que peu de chose des seigneurs de Gréoux jusqu’au début du xive s., la situation est pire encore lorsque l’on s’interroge sur la communauté villageoise dont l’établissement est pourtant ancien ; on commence seulement à en appréhender l’existence, par les textes, au début de l’Époque moderne. Pour restreintes qu’elles soient, ces données d’archives ont toutefois permis, avec les résultats de l’observation in situ, d’établir les grandes étapes de la mise en place de l’habitat groupé, genèse du village moderne. Aussi, à défaut d’en connaître l’origine, importait-il de bien comprendre ce regroupement ainsi que le château et ses occupations antérieures, dans leurs dispositions et leur chronologie, ceci afin de pouvoir les replacer dans le contexte historique et politique régional qui a vu leur émergence.

  • 6 Ce grysélien, par une exploration des archives de la Cour des comptes, a pu restituer la chronologi (...)

13Après le début du xive s., malgré la destruction de tous les titres des seigneurs dans un incendie vers 1868, la succession des propriétaires du château et de la seigneurie de Gréoux est bien documentée par une série d’hommages et de privilèges répertoriés par G. Gibelin6. La famille de Trian donne à Gréoux, après 1324, son premier seigneur laïc, puis celle de Glandevès règne sur la seigneurie près de trois siècles durant, entre 1379 et 1641. Son dernier représentant est un Glandevès-Castellane. Entre 1641 et 1702, elle est aux mains des Clapiers, et, entre 1702 et la Révolution, à celles des Audiffret et des Albertas. Ces lignées comptent parmi les plus illustres de Provence et toutes les généalogies régionales, depuis celle de l’abbé R. de Briançon (1693) jusqu’à celle de R. Borricand en 1974, en font mention. L’utilisation de ces ouvrages souvent anciens, répétitifs les uns par rapport aux autres, dans lesquels les données ne sont généralement pas référencées –seul celui de l’abbé Albe renvoie précisément à des documents d’archives– reste délicate. En fait, plus qu’un apport direct, ces travaux ont très utilement orienté les dépouillements en archives permettant de saisir les ramifications de ces lignées, leurs implantations régionales et leurs liens.

14Jusqu’à la fin du xvie s., en fait jusqu’aux premiers actes notariés conservés, les sources archivistiques et architecturales éclairent divers aspects du site sans qu’aucune corrélation ne puisse être établie entre ces données : d’un côté, on connaît la chronologie seigneuriale, de l’autre les dispositions d’un édifice. Aussi sur près de deux siècles, c’est seulement sur une bonne connaissance de l’une et des autres que se fondent les hypothèses d’attribution de la construction du château et de ses premières transformations.

15Enfin, à côté de la succession des seigneurs du château jusqu’à la Révolution et de leurs interventions respectives sur cet édifice, l’étude de leur gestion domaniale de la seigneurie et de leurs rapports avec la communauté villageoise a trouvé naturellement sa place dans cet ultime volet qui s’achève sur une évocation du site à l’époque contemporaine.

Notes

1 Le fonds des archives communales de Gréoux a été versé aux archives départementales et a été reconditionné en 1995 (dépôt E94). Les renvois aux documents tiennent compte ici des nouvelles cotes attribuées lors de ce récent classement. Il est à signaler toutefois, qu’aucun inventaire détaillé n’ayant été réalisé à cette occasion, nous avons été obligée, dans certains cas, de préciser les nouvelles cotes avec l’ancienne numérotation attribuée par M.‑Z. Isnard à chaque document, afin d’en faciliter une éventuelle consultation. Le problème s’est principalement posé pour les liasses de procédures concernant les seigneurs (série FF), composées à l’origine de sept articles comprenant chacun plusieurs dizaines de pièces, regroupés à présent sous deux cotes (art. 1 et 2).

2 En septembre 1999, l’installation d’un réseau d’éclairage électrique enterré, autour du château, a permis le sondage de la basse‑cour. Encore en phase d’étude, la plupart des structures entrevues à cette occasion n’ont pu être intégrées au présent ouvrage. Sont seulement signalés ici les premiers résultats de cette opération qui a confirmé, d’une part, la présence d’une occupation importante de la plate‑forme sommitale du village antérieure à la reconstruction du château au xive s., et d’autre part le nivellement par des remblais massifs des abords de l’édifice à l’Epoque moderne. Seules les données plus significatives concernant les protections extérieures du corps d’entrée (fossé et pont‑levis) ont été portées au dossier (cf. infra, § 2.3.1).

3 La réalisation des dessins au pierre à pierre s’est appuyée, en grande partie, sur des relevés photographiques méthodiques. Dans un premier temps, l’élévation considérée a été relevée in situ dans ses éléments les plus remarquables : contours du mur, baies, parements de pierre de taille, trous de boulin ou ancrages de plancher évidemment, mais également certaines pierres de qualité différente ou accidents de la maçonnerie, en fait, tout élément pouvant constituer un repère aisément identifiable sur le parement de moellons. Ce fond de plan établi au 1/50 a été complété par le positionnement des assises. La photographie n’est intervenue qu’en phase ultime, pour le remplissage graphique des parements. Chaque cliché a été pris de manière à couvrir une surface murale de 3 ou 4 m2 environ et à chevaucher les clichés voisins. Afin de corriger les déformations perspectives et de donner une échelle à ces prises de vues, la présence de la mire a été systématique. Cette méthode, pour avoir été confrontée à des relevés réalisés in situ, s’avère très précise. Elle présente, en outre, le double avantage d’être relativement rapide et de permettre la représentation des parties hautes, difficilement accessibles, d’un édifice.

4 167 registres couvrant la période 1551‑1808. L’absence de registres de notaires avant le milieu du xvie s., nous a amenée à effectuer des sondages dans les archives notariales de trois villes voisines, afin d’y vérifier l’éventuelle présence des seigneurs de Gréoux qui auraient pu y passer leurs actes. Ont ainsi été ponctuellement regardées les études de Manosque, pour les xive et xve s., celles de Valensole, pour la fin du xve s., et celles de Riez, pour la première moitié du xe s., sans succès.

5 Aux archives départementales des Bouches‑du‑Rhône, elles se sont portées sur les séries B (Cour des comptes), 2H (archives de l’abbaye de Montmajour) et 56H (archives des Hospitaliers de Saint‑Jean de Jérusalem du prieuré de Saint‑Gilles).

6 Ce grysélien, par une exploration des archives de la Cour des comptes, a pu restituer la chronologie des seigneurs de Gréoux. Sa notice, très contestable sur le plan archéologique, est, sur le plan historique, d’un grand intérêt pour le nombre de textes parfaitement référencés auxquels elle renvoie (Gibelin 1908).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Vue aérienne du site.
Crédits Cliché G. Roucaute-M. Heller/Inventaire général, MCC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search