Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Dépliant 1 – Le premier théâtre

p. 275


Texte intégral

1Le premier théâtre d’Argentomagus présente trois périodes, et il aurait peut-être été préférable de les désigner ainsi. Cependant, comme la deuxième période n’a été identifiée que très récemment et que les diverses publications (Dumasy 1985b : 114 ; 1987b : 579 ; 1989a et b ; 1992 : 21-22) ne font allusion qu’à deux états –un premier état correspondant aux deux premières périodes et un second état–, j’ai estimé préférable de garder ce découpage. Les deux premières périodes ont donc été regroupées dans un état 1, subdivisé en 1A et 1B. Ce choix peut d’ailleurs se justifier par des raisons architecturales, puisque l’état 1 correspond à un édifice dont la cavea est en bois, alors que l’état 2 voit la construction d’une cavea en pierre.

État 1A

2Le théâtre n’est représenté que par un mur périmétral réalisé en moellons calcaires dont le parement extérieur est souligné par des joints débordants retracés au fer. La partie curviligne correspond à un arc assez nettement outrepassé ; elle est fermée par un mur rectiligne parallèle au diamètre qui a été repris dans un mur ultérieur et dont ne subsiste qu’un tronçon fort réduit. Le creusement du second théâtre a fait disparaître toute trace de l’orchestra, de la scène et des entrées ouvertes dans le mur périmétral rectiligne. Les seuls accès connus sont des escaliers adossés au mur périmétral curviligne : deux ont été repérés. De la cavea elle-même, nous ne connaissons que la pente réalisée avec des remblais qui régularisent la déclivité naturelle. Il faut supposer qu’elle était équipée de gradins en bois, car en dehors de trois tronçons de murets rectilignes qui peuvent avoir bordé, dès cet état, les cheminements du public, toute trace d’installation maçonnée en est absente.

État 1B

3Il s’agit d’un agrandissement de la cavea destiné à augmenter sa capacité d’accueil. Un nouveau mur périmétral curviligne est construit à l’extérieur de l’édifice, à 2,35 m du précédent, ce qui permet de gagner quatre rangs de gradins. Mais l’architecte ne s’en tient pas là : il prolonge les deux murs curvilignes au-delà du mur rectiligne et obtient ainsi deux nouveaux secteurs de gradins auxquels il donne un plan triangulaire en les fermant par des murs rayonnants. Il n’est pas sûr que la visibilité y soit excellente : un remaniement de la scène peut améliorer les choses, mais ces travaux nous échappent totalement. Les escaliers adossés sont devenus inutiles ; on pénètre désormais dans la cavea supérieure par un escalier situé aux extrémités de la courbe, sur chacun des murs périmétraux rayonnants. On ne perçoit toujours aucune trace de gradins maçonnés : la cavea, même dans les nouveaux

Dépliant 1a

M19

mur périmétral curviligne

M30
M31

murs rayonnants

M66

mur parallèle au diamètre

M77

mur périmétral rectiligne

Dépliant 1b

Image 100000000000043200000406F458B18489109E10.jpg
Image 10000000000003FF000006148AB78A5CE8BBFE49.jpg

DÉPL. 1 - Premier théâtre : plan de l’état 1A, avec numérotation des murs (M), escaliers (E) et contreforts (C) ; plan de l’état 1B, avec numérotation des murs (M) et escaliers (F).

1a L. Jeand’heur d’après L. Thomas et F. Dumasy, 1b Jeand’heur d’après L. Thomas et L. Lebrun

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.