Version classiqueVersion mobile

Le théâtre d’Argentomagus (Saint-Marcel, Indre)

 | 
Françoise Dumasy

Lexique

Texte intégral

1Bien qu’E. Frezouls ait souligné lui‑même les limites de la terminologie sommaire qu’il a proposée lors de la publication du théâtre de Philippopolis, je renvoie volontiers en ce qui concerne les éléments des théâtres classiques à ses choix et à ses définitions, qui me paraissent dans l’ensemble fort heureux (Coupel, Frézouls 1956 : 129‑131). Cependant, face à un théâtre de type gallo‑romain, nous nous trouvons souvent démunis pour nommer les variantes qui affectent des dispositifs désignés dans les édifices classiques par des termes latins. Les modifications sont souvent telles qu’il ne paraît plus possible d’utiliser le vocabulaire antique et que l’on est obligé de recourir au français. Le danger est alors d’utiliser des mots trop vagues ou trop précis qui ne couvrent pas tous les champs du possible. Aussi avons‑nous réfléchi sur les expressions antiques qui pouvaient être conservées. Dans les cas où nous pensons préférable de les écarter, nous avons proposé des termes de la langue courante qui restent assez clairs dans leur définition et qui ne donnent pas lieu à trop d’interprétation. On ne s’étonnera donc pas de se voir offrir des synonymes : ils sont peut‑être le reflet d’un certain flou de nos connaissances, mais ils sont aussi le gage de la variété des approches sur des édifices qui restent encore déconcertants.

Termes latins et grecs

2Balteus
Pour assurer la séparation entre l’orchestra et l’allée inférieure de l’ima cavea, ou encore entre la précinction et le maenianum inférieur, les théâtres classiques présentent un parapet de pierre. Le théâtre de type gallo‑romain n’est pas équipé d’un balteus à proprement parler, mais il présente habituellement à cet emplacement un mur assez large et souvent bien fondé, qui joue un rôle dans la construction de la cavea. Aussi emploiera‑t‑on le terme de mur séparant l’orchestra de la cavea –ou mur d’orchestra qui offre l’avantage de la concision– pour le premier, et celui de mur séparant la précinction de l’ima cavea –ou mur de précinction– pour le second.

3Cavea
La présence fréquente d’une seule précinction entraîne la division de la cavea en deux parties qui seront désignées indifféremment par les termes de summa cavea ou de maenianum supérieur pour la moitié haute et par ceux d’ima cavea ou de maenianum inférieur pour la moitié basse. On pourrait aussi utiliser les expressions de cavea superior et de cavea inferior, qui conviendraient peut‑être mieux à une partition en deux moitiés, puisque le latin utilise dans ce cas le comparatif et non le superlatif. Mais comme elles ne semblent pas attestées dans la terminologie théâtrale latine, on préférera à ce néologisme les termes de cavea supérieure et de cavea inférieure.

4Cuneus
E. Frézouls précise que le terme désigne « la fraction de la cavea comprise entre deux escaliers radiaux consécutifs » ; il s’agit donc d’un découpage des superstructures. Or les théâtres de type gallo‑romain, toujours très ruinés, n’ont conservé que quelques blocs de gradins, mais très rarement des éléments qui livrent la trace de ces escaliers. En revanche, on retrouve en général les couloirs qui découpent les substructures de la cavea en autant de secteurs. Sommes‑nous autorisés à utiliser, par extension, le terme de cuneus pour désigner ces fractions de la cavea ? Il est assez tentant de le faire par commodité, tout en sachant que le découpage interne ne reflète pas celui de la surface ; il en est même en général le négatif, comme on l’observe sur les plans des théâtres romains. Aussi pourra‑t‑on préférer le mot secteur qui offre l’avantage de ne pas relever de la terminologie antique.

5Frons pulpiti
L’estrade scénique gallo‑romaine présente vers la cavea un mur rectiligne qui, à la différence de la façade classique, n’offre aucune animation architecturale. Dans le meilleur des cas, comme au second théâtre d’Argentomagus, ce mur peut recevoir, au même titre d’ailleurs que les murs latéraux, un placage qui en rehausse l’aspect. Bien qu’emplacement et fonction soient identiques, j’hésiterais à utiliser le terme latin pour désigner un dispositif aussi simple et j’utiliserais plutôt une expression comme mur de façade du plateau scénique. Il faudra cependant veiller à ne pas employer l’expression mur de scène : elle pourrait créer une confusion avec le mur devant lequel jouent les acteurs.

6Frons scaenae
Les hésitations sont les mêmes que pour le mur précédent. Les dimensions, le type de décor et les matériaux utilisés pour le mur auquel s’appuie le plateau scénique gallo‑romain relèvent d’un registre infiniment plus modeste que les riches façades classiques. On peut avoir l’impression de deux mondes différents et décider d’écarter le mot latin. Dans ce cas‑là, une expression comme mur de fond ou mur de scène sera la bienvenue, à condition que l’on élimine toute ambiguïté avec le petit mur de façade. Mais on peut aussi souligner tout ce que ces répliques gallo‑romaines doivent au décor monumental classique et l’emploi de l’expression latine sera alors justifié.

7Gradus decurionum
Il s’agit là d’un dispositif qui renvoie à une réalité institutionnelle propre aux chefs‑lieux. Il faut donc éviter de l’utiliser pour les théâtres de type gallo‑romain construits dans les agglomérations secondaires. De même, on écartera le terme de proédrie qui renvoie au monde grec. L’expression française gradin d’honneur indique bien la fonction du dispositif, sans préciser pour autant qui en sont les utilisateurs, notables locaux ou personnalités officielles de la cité.

8Orchestra
Dans les débats qui ont suivi la remise en cause des interprétations d’A. Grenier, j’avais proposé d’éliminer momentanément les termes orchestra et arène, qui préjugeaient de la fonction de la zone centrale et j’avais suggéré le terme aire plane. On peut le garder lorsque l’interprétation reste incertaine. Mais dans les cas où l’on est sûr de la fonction théâtrale de l’édifice, attestée par exemple par un gradin d’honneur, on préférera le terme orchestra.

9Parodos
Alors qu’E. Frézouls utilise ce terme d’origine grecque pour désigner les passages installés sous la cavea et qui donnent accès à l’orchestra et à l’ima cavea, F.‑B. Sear, dans son étude du théâtre romain, propose l’expression aditus maximus (1990 : 252). Ce terme latin offre l’intérêt de désigner l’accès, l’entrée, alors que parodos relève du registre du cheminement, voire du réseau viaire. Or, le plan de la cavea et du bâtiment de scène des édifices gallo‑romains ne permet plus –sauf exception– de placer entre eux des passages rectilignes. Cependant, les accès à l’aire plane et à l’ima cavea existent toujours. Comme le terme parodos ne convenait guère à ce dispositif, on devait recourir à une expression du type entrées dans l’aire plane, installées de part et d’autre de la scène. On peut désormais utiliser l’expression latine. Mais il ne faut pas oublier que l’on a affaire à un dispositif fort simplifié qui ne comporte pas de tribunalia. Aussi peut‑on préférer un équivalent français comme entrée dans l’orchestra ou encore entrée d’honneur qui fait écho à aditus maximus.

10Postscaenium
Si dans les théâtres gallo‑romains les mieux conservés, il existe bien à l’arrière du mur périmétral rectiligne un local couvert, accessible de l’extérieur par une entrée axiale et communiquant avec le plateau scénique (voir proscaenium), il n’est pas sûr qu’il faille le désigner systématiquement par le terme latin. Pourquoi ? Parce que la modestie du bâtiment et les modifications qui l’affectent l’éloignent beaucoup de son équivalent classique, même s’il en assume toutes les fonctions techniques, entrepôt pour les accessoires, loge pour les acteurs et coulisses pour la représentation. On peut lui préférer une expression comme bâtiment arrière ou annexe de la scène ou encore arrière‑scène.

11Précinction (praecinctio)
C’est l’un des rares termes qui peut s’appliquer sans la moindre hésitation à l’un des aménagements de la cavea, l’allée concentrique à ciel ouvert qui partage souvent la cavea gallo‑romaine en deux parties.

12Proscaenium
Bien que ce mot figure à cinq reprises dans les rares inscriptions concernant des théâtres de type gallo‑romain (Bitburg [CIL, XIII, 4132], Briord [CIL, XIII, 2462], Eu [Af, 1978, 501], Mirebeau [CIL, XIII, 5614], Nizy‑le‑Comte [CIL, XIII, 3450]), il semble préférable de ne pas l’utiliser, car nous ne savons pas quelle partie du bâtiment scénique est ainsi désignée. S’agit‑il, comme l’indiquent E. Frézouls et F.‑B. Sear à propos des théâtres romains, de la façade de la scène, de la irons pulpiti ? Les vestiges que nous avons de ce dernier mur dans les différents théâtres de type gallo‑romain le font apparaître comme très modeste. On pensera plutôt que, dans le contexte architectural gallo‑romain, ce terme désigne par extension un autre élément. S’agit‑il du plateau scénique ? Ou de l’ensemble de la scène avec son mur de fond ?

13Pulpitum
On pourrait concevoir de garder ce terme, qui signifie à l’origine estrade en bois, pour désigner la structure rectangulaire installée dans l’aire plane. Il n’appartient d’ailleurs pas à la langue théâtrale grecque et pourrait être d’origine étrusque. Cependant la généralisation de son emploi pour désigner la scène romaine lui confère une tonalité trop précise pour qu’on l’utilise dans le contexte gallo‑romain. À l’expression bâtiment rectangulaire que j’avais proposée précédemment et qui apparaît désormais inexacte, puisqu’il est maintenant assuré qu’il s’agit d’une structure à plancher surélevé reposant sur un ensemble de murs perpendiculaires entre eux, je substituerais volontiers le mot estrade, qui laisse une certaine latitude dans l’interprétation du lieu. Dans le cas du théâtre d’Argentomagus, la fonction théâtrale de cette estrade, accessible par deux portes ouvertes dans le mur de fond, ne fait aucun doute. C’est pourquoi j’emploierai également le mot scène, ou celui, peut‑être plus technique, de plateau scénique.

14Tribunal
Le mot, associé à proscaenium, figure dans l’inscription de Bitburg (« proscaenium cum tribunali » [CIL, XIII, 4132]). Or, nous ne savons pas à quelle structure correspond ce terme, puisque les parodoi n’existant pas dans les théâtres de type gallo‑romain, les tribunalia disparaissent également. Cependant, le terme de plate‑forme, par lequel E. Frézouls le définit, ou celui de tribune, pourraient être retenus pour désigner une structure horizontale placée en général dans les premiers rangs de gradins, au centre ou sur le côté, et qui pourrait avoir accueilli le siège du prêtre présidant aux ludi scaenici.

15Vomitoire (vomitorium)
Sensible à l’étymologie du mot et à la définition qu’en donne E. Frézouls, je n’utiliserai ce terme que dans les rares cas où l’ouverture dans la cavea est visible et le débouché du couloir bien conservé. Pourquoi cette utilisation restrictive ? Parce que dans de nombreux théâtres gallo‑romains, la couverture a disparu et qu’il ne reste plus de trace du vomitoire lui‑même. Seuls subsistent des murs rayonnants ruinés. Or dans certains cas, il apparaît clairement que ces passages n’étaient pas couverts –dans ce cas, le terme de vomitoire ne convient pas du tout– et on leur réservera le mot allée. Dans d’autres cas, ils l’étaient et le mot couloir apparaît alors préférable, car ses caractéristiques techniques ne sont pas celles que décrit E. Frézouls. En effet, dans la plupart des théâtres de type gallo‑romain, la précinction est desservie par des passages en plan incliné et non par des escaliers. Par ailleurs, se branchent sur ces couloirs des escaliers latéraux d’accès à la cavea. Un tel dispositif est lié aux exigences d’une cavea sur remblai et non sur voûtes. Or c’est essentiellement dans la cavea sur structure creuse que les vomitoires sont utilisés.

Dénomination des murs

16La terminologie latine dont nous disposons concerne les éléments fonctionnels du théâtre ; elle les identifie et permet ainsi de les comparer d’un édifice à l’autre. Mais elle n’offre pas la possibilité de désigner les composantes de chacun des éléments, comme les murs ou les escaliers. Cette tâche relève en effet du domaine de la construction et c’est à celui qui étudie l’édifice qu’il appartient d’en rendre compte. C’est donc à nous de proposer des termes qui non seulement permettent de reconnaître les murs des deux théâtres d’Argentomagus, mais qui soient suffisamment universels pour s’appliquer à toutes les variantes aujourd’hui répertoriées des édifices gallo‑romains. Aussi les avons‑nous inscrits dans le registre descriptif en considérant leur emplacement dans la construction et en évitant les désignations qui relèveraient de leurs fonctions, de leurs formes ou de leurs structures.

17Murs périmétraux
Mur périmétral curviligne – Curviligne plutôt que circulaire, puisque le tracé ne correspond qu’à un arc de cercle, même quand il est outrepassé, et non à un cercle complet.

18Mur périmétral rectiligne – Le terme est préférable à celui de mur‑diamètre (M. Fincker), puisque dans certains théâtres le tracé de ce mur coïncide non avec le diamètre, mais avec la corde qui sous‑tend l’arc outrepassé. Ce terme permet d’utiliser une formule au pluriel (murs périmétraux rectilignes), lorsque l’on a affaire non pas à un mur continu, mais à deux murs correspondant chacun à une des extrémités de la cavea, et tracés dans la grande majorité des cas selon une droite parallèle au diamètre, mais parfois aussi selon un rayon situé soit en deçà, soit au‑delà du diamètre. L’expression mur d’analemma, parfois utilisée, semble à éviter, car elle renvoie à la fonction de soutènement des terres de la cavea qu’assument les murs de fermeture dans le théâtre grec. Quant aux expressions mur d’enceinte, mur de couronne, mur extérieur ou mur de fermeture, elles me paraissent manquer de précision et j’éviterai de les utiliser.

19Murs concentriques
Ce terme désigne les murs intérieurs de la cavea, menés concentriquement au mur périmétral curviligne. On peut d’ailleurs utiliser curviligne comme équivalent. Ces murs pourront être précisés ultérieurement par leur situation dans la cavea, comme par exemple mur de précinction ou mur d’orchestra (cf. Balteus).

20Murs rectilignes
Leur tracé le plus habituel suit le rayon : on les appellera donc murs rayonnants. Mais il ne faudra pas donner à ce terme un sens trop strict, car le tracé peut s’écarter de plusieurs degrés de celui de l’édifice. Un certain nombre d’entre eux suit un tracé parallèle au diamètre : c’est donc ainsi que nous les désignerons.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search