Version classiqueVersion mobile

Le théâtre d’Argentomagus (Saint-Marcel, Indre)

 | 
Françoise Dumasy

Conclusion

Résumé

Le théâtre d’Argentomagus ne figure ni parmi les plus grands édifices de la série gallo-romaine –son diamètre passe de 56,50 m à 64 m, puis à 83,20 m–, ni parmi les plus monumentaux –ses gradins restent moins larges et moins hauts que les autres–, ni parmi les plus richement décorés –sa frons scaenae n’offre qu’un décor plaqué. C’est probablement à cause de la modestie de ses dimensions comme de sa réalisation, mais aussi à cause de sa longue histoire et de ses fréquentes transformations, qu’il apparaît, à l’heure actuelle, comme l’un des meilleurs représentants de l’architecture théâtrale gallo-romaine. Typique de ces dizaines d’édifices construits dans les petites villes de Gaule, du milieu du ier s. jusqu’à la fin du iies., il témoigne de l’inventivité des architectes, des efforts des notables pour romaniser leur cadre de vie et du goût du public pour les jeux de la scène.

Texte intégral

1La fouille du théâtre d’Argentomagus a permis de mettre au jour un édifice de spectacle assez bien conservé et désormais mis en valeur par une restauration de qualité. Le hasard a voulu que ce monument corresponde en réalité à deux bâtiments successifs dont chacun couvre un laps de temps assez long. Si l’on additionne leur durée, on obtient une période de plus de trois siècles, qui débute au milieu du ier s. ap. J.-C. pour se prolonger jusque dans la seconde moitié du ive s. ap. J.-C. On observe en fait que la chronologie du théâtre d’Argentomagus recouvre en grande partie celle du théâtre de type gallo-romain et l’on s’aperçoit même que certaines de ses transformations coïncident avec des étapes importantes de l’histoire de cette série. En l’état actuel de nos connaissances, il semble que le théâtre d’Argentomagus apparaisse comme l’un des meilleurs représentants de l’architecture théâtrale gallo-romaine.

2Il surgit en effet dans les années 50, au cœur d’une agglomération secondaire d’Aquitaine, avec un plan caractéristique de ces premières générations de théâtres gallo-romains qui n’élèvent en maçonnerie que les murs périmétraux et réalisent la totalité des installations de la cavea en bois, comme à Blicquy ou à Entrains, à moins qu’elles ne les fassent reposer sur des murs supports, comme à Antigny ou à Aubigné. Dans le choix de ces solutions techniques et en particulier dans le recours au bois, les théâtres de chefs-lieux ont pu les précéder et multiplier les expériences, puisqu’une inscription nous rappelle que c’est sous le règne de Claude que la ville de Feurs se voit offrir un théâtre en pierre qui remplace un édifice plus ancien, élevé en bois (CIL, XIII, 1642).

3L’étape suivante voit le passage du bois à la pierre, avec une cavea. qui est désormais rythmée à Argentomagus par des allées à ciel ouvert et qui est équipée de gradins en grand appareil. Quand se situe-t-elle ? Nous avons vu que la réponse n’est pas très précise et que cette transformation doit avoir lieu à la fin du ier s., soit près de cinquante ans après la reconstruction du théâtre de Feurs. Le décalage est probablement significatif des différences qui existent dans le rythme de l’équipement monumental entre les chefs-lieux et les villes secondaires.

4À Argentomagus, la première moitié du iie s. correspond à une longue période de fréquentation du premier théâtre qui se marque par de nombreuses recharges dans les allées et par une dernière campagne de travaux. C’est le moment où surgissent de nouveaux édifices, davantage construits en dur comme ceux de Champlieu, de Lenzburg, de Trêves/ Altbachtal ou de Vendeuil-Caply. On entre progressivement dans la phase de maturité qui se traduit par des plans mieux conçus et par une circulation plus rationnelle. Quant aux éléments du décor, ils n’ont guère laissé de témoignage pour cette période. Le seul édifice que l’on puisse citer est celui de Naintré.

5C’est un peu plus tard, dans la seconde moitié du iie s. si l’on en juge d’après les documents disponibles, que les théâtres d’agglomérations secondaires exploitent pleinement les ressources du décor en pierre, qu’il s’agisse du plaquage ou de la sculpture décorative. Il faut citer ici aux côtés du nouveau théâtre d’Argentomagus construit probablement sous Commode, celui d’Eu, ou encore ceux de Genainville, ou de Vendeuil-Caply dont le décor, particulièrement riche, semble relever de la période sévérienne. Ces édifices suggèrent que c’est à la fin du iie s., voire au début du iiie s., que certains théâtres d’agglomérations secondaires peuvent enfin s’offrir une fions scaenae digne de ce nom avec une façade articulée sur deux niveaux. On mesure ici encore le temps nécessaire à ces agglomérations pour mener à bien leur équipement monumental. Certaines d’entre elles pourront d’ailleurs profiter de leur théâtre au long du iiie s., dans la mesure où elles ne sont pas trop touchées par les difficultés des années 260-280. À Argentomagus, en tout cas, le théâtre fonctionne encore dans les premières décennies du ive s. avant d’être définitivement fermé dans les années 330-350.

6Précisons enfin que le théâtre d’Argentomagus ne figure ni parmi les plus grands édifices de la série gallo-romaine –son diamètre passe de 56,50 m à 64 m, puis à 83,20 m–, ni parmi les plus monumentaux –ses gradins sont moins larges et moins hauts que les autres–, ni parmi les plus richement décorés –sa frons scaenae n’offre qu’un décor plaqué. Ici encore, ses dimensions moyennes et son mur de scène modeste le rendent fort représentatif de ce type d’édifices.

7En tout cas, lorsqu’il apparaît dans le paysage urbain d’Argentomagus, même dans sa version initiale que l’on peut considérer comme sommaire, il correspond à l’un des premiers monuments publics dont se pare l’agglomération. Sans doute connaissons-nous encore très mal le visage de la ville en ce début du ier s., mais en dehors du réseau viaire et de quelques habitats construits en matériaux légers, les seuls bâtiments un peu importants que nous percevons sont les temples romano-indigènes réalisés eux aussi en matériaux périssables. C’est dans ce contexte que surgit le premier théâtre : nul doute que sa construction a constitué un événement architectural et culturel pour la population indigène qu’il accueille.

8Cependant, l’élévation de murs en appareil de moellons quadrangulaires ou la taille de marches n’ont pas dû apparaître comme des nouveautés, car le remploi dans des murs de boutiques datées des années 50 ap. J.-C. de blocs rainurés, provenant probablement d’un bassin, indique qu’habitants et artisans sont déjà familiarisés avec des réalisations en grand appareil (Dumasy et al. 1997 : 57). Aussi la construction d’un théâtre réservant la pierre aux murs extérieurs et le bois aux aménagements internes répondait-elle aux pratiques de la construction privée de l’époque. Peu de temps après, le théâtre doit accueillir quelques centaines de spectateurs supplémentaires : on se contente d’ajouter un anneau de gradins en bois. Par la suite les choses changent, car la ville entame un programme d’équipement urbain qui comprend la construction, dès l’époque flavienne, d’une fontaine avec marches et bassin en grand appareil et la mise en place, le long des rues principales, de portiques à ordonnance toscane. De telles décisions invitent probablement les aménageurs à repenser le théâtre et à envisager le passage à une cavea en pierre : c’est le second état de l’édifice théâtral qui accompagne les diverses transformations urbaines de la première moitié du iie s. et qui voit en particulier l’érection de l’amphithéâtre.

9Dans le contexte des années 180, la décision est prise de détruire le vieux théâtre pour le remplacer par un nouvel édifice, conforme aux normes en vigueur à ce moment-là. Quelque temps plus tard, on fait appel pour la réfection de sa frons scaenae à une équipe de sculpteurs qui prend également en charge le décor des thermes du quartier fluvial : la ville embellit encore ses monuments publics. En dehors de ces programmes décoratifs qui touchent apparemment plusieurs bâtiments, le second théâtre pourrait être le dernier grand monument public élevé à Argentomagus. Pour l’instant en effet, les transformations entraînées par la création d’une fabrique d’armes sous Dioclétien semblent avoir affecté les rues, les portiques ainsi que le réseau de distribution et d’évacuation de l’eau, sans pour autant donner naissance à des édifices importants.

10Ce qu’il faut ajouter c’est que, bien que nous n’en ayons pour l’instant aucune preuve, il est fort probable que dès son premier état, le théâtre n’est pas seul sur le coteau qui fait face à la ville, mais qu’il est déjà associé à un temple. Il joue donc un rôle essentiel dans le sanctuaire suburbain qui constitue l’ensemble monumental le plus ancien d’Argentomagus. Sans doute d’autres édifices publics apparaissent-ils par la suite, la fontaine à la fin du ier s., l’amphithéâtre dans le courant du iie s., les thermes de Saint-Étienne dans la seconde moitié du iie s. et d’autres que nous ignorons encore. Mais le complexe temple-théâtre semble avoir occupé une place prioritaire dans les réalisations monumentales d’une agglomération comme Argentomagus. On note en particulier que l’amphithéâtre, construit nettement plus tard, s’insère dans le tissu urbain à un emplacement qui est loin de jouir des mêmes avantages que celui du théâtre, puisqu’il n’occupe pas une position dominante et n’offre ni l’ancienneté ni le caractère sacré du coteau occidental.

11On observe ce même phénomène dans la plupart des agglomérations secondaires qui possèdent un édifice de spectacle : il s’agit dans presque tous les cas d’un théâtre –et d’un théâtre de type gallo-romain–, alors qu’au chef-lieu de cité, l’amphithéâtre règne seul. Il semble en effet que l’on assiste à un partage des rôles : à la capitale, les munera et les venationes ; aux villes secondaires, les ludi scaenici. Ainsi s’esquisse une géographie du spectacle à l’échelle de la cité où une nébuleuse de théâtres gravite autour de l’amphithéâtre central. Celle-ci se constitue plus ou moins rapidement selon les cités. Si la plupart de celles d’Aquitaine construisent leur amphithéâtre dans le courant du ier s. –certaines dès la première moitié–, on observe que c’est à peu près au même moment que surgissent les premiers théâtres gallo-romains. Sans doute, sont-ils souvent équipés de gradins en bois ; sans doute sont-ils de dimensions modestes. Mais ils se dressent déjà à un, deux ou trois exemplaires sur le territoire de la cité pour accueillir les ludi scaenici. Ainsi contribuent-ils assez tôt à la romanisation des populations gauloises et participent-ils à la réalisation des programmes monumentaux lancés par les notables.

12Leur nombre et leur localisation invitent en effet à s’interroger sur l’absence de théâtre au chef-lieu. Si les notables, les prêtres, les magistrats veulent donner des ludi scaenici, ils ne peuvent le faire, semble-t-il, que dans les agglomérations secondaires qui possèdent un édifice adapté à ces spectacles. On peut donc supposer l’existence d’une sorte de réseau des spectacles dans lequel interviendraient les personnages importants du chef-lieu, dont certaines inscriptions évoquent d’ailleurs la personnalité. À Argentomagus, l’absence de dédicace nous prive de toute information en ce domaine. On peut cependant considérer qu’elle est compensée, dans le second théâtre, par la présence d’une tribune et celle d’un gradin d’honneur, car ces dispositifs architecturaux évoquent la présence des notables auxquels ils sont destinés. La question se pose de savoir qui occupe ces sièges, les notables d’Argentomagus seulement ou également ceux d’Avaricum. En l’absence de données plus précises, je serais assez tentée de retenir cette dernière éventualité qui implique la présence de liens relativement étroits entre la ville et son réseau secondaire.

13Il faut enfin rappeler que la carte des édifices de spectacle dans les Trois Gaules connaît rapidement des modifications du schéma initial : dès la fin du ier s., on voit en effet surgir et se répandre un nouvel édifice, celui que nous proposons d’appeler édifice à arène et qui peut accueillir les spectacles de l’amphithéâtre. Représenté en général par un ou deux exemplaires, situé à une certaine distance du chef-lieu, il permet de doubler ou de tripler la capacité d’offrir des munera sur le territoire de la cité. Si l’on s’en tient à celle des Bituriges Cubi, on observe que les sites de Drevant et d’Argentomagus offrent tous deux la possibilité de donner non seulement des combats de gladiateurs, mais aussi des représentations théâtrales. C’est évidemment le cas à Argentomagus, qui possède théâtre et amphithéâtre, mais aussi à Drevant dont l’édifice à arène dispose d’un postscaenhm complété par une scène démontable. De tels faits invitent à réviser l’idée d’une extension des spectacles de l’amphithéâtre aux dépens de ceux du théâtre : il s’agit en réalité d’une progression parallèle. Sans doute le théâtre, d’abord seul, perd-il ensuite son exclusivité puisqu’apparaît l’édifice à arène. Mais ce dernier se révèle souvent un édifice mixte comme à Beaumont-sur-Oise ou à Lutèce. Mieux encore, à Argentomagus la construction de l’amphithéâtre n’a pas entraîné la désaffectation du théâtre, puisque quelques décennies plus tard, celui-ci est totalement refait.

14On peut donc considérer que jusqu’à la fin du iie s., cette série des théâtres de type gallo-romain a été particulièrement féconde d’abord dans ses phases de création et d’expérimentations qui voient l’invention de l’édifice et la mise au point de ses différentes caractéristiques, puis dans celles de la maturité où des ressources plus importantes permettent d’animer la tendance à une certaine standardisation dans les plans par le développement du décor sculpté.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search