Version classiqueVersion mobile

Le théâtre d’Argentomagus (Saint-Marcel, Indre)

 | 
Françoise Dumasy

Chapitre 3. Le premier théâtre

Françoise Dumasy

Résumé

L’état 1A correspond à un édifice de 56,50 m de diamètre, simplement appuyé à la pente naturelle et délimité par un mur en arc outrepassé, fermé par un mur rectiligne. Ce sont les seules structures maçonnées et il faut restituer une cavea en bois à laquelle on accédait par quatre escaliers adossés au mur curviligne. De l’orchestra nous ne savons rien, car la zone a été recreusée pour le second théâtre. Rapidement, on agrandit la cavea –son diamètre passe à 64 m– en doublant le mur extérieur et en installant quatre gradins supplémentaires. Mais on gagne aussi des places en ajoutant deux secteurs triangulaires au‑delà du mur rectiligne, qui est détruit et remplacé par deux murs rayonnants. La dernière transformation consiste à substituer aux bancs de bois des gradins en pierre et à ouvrir dans le mur curviligne six passages rayonnants à ciel ouvert. Si le premier théâtre d’Argentomagus peut désormais accueillir dignement le public, il n’en présente pas moins un plan étonnant, fruit de difficultés diverses et de retouches successives.

Texte intégral

  • 1 Au moment où nous relisons le texte, le troisième tome paraît, trop tard malheureusement pour que n (...)

1Pour présenter le théâtre d’Argentomagus dans ses différents états, l’emploi d’un vocabulaire précis et accepté par la collectivité scientifique s’est révélé indispensable. Nous avons recouru à celui du Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine (Ginouvès, Martin 1985 ; Ginouvès 1992). On s’étonnera peut‑être : le tome 3, consacré à l’organisation urbanistique, aux programmes édilitaires et aux différents types de bâtiments publics, n’est pas encore paru1. Que pouvait donc nous apporter cet ouvrage ? Une méthode d’analyse et de description des pratiques constructives, ainsi que des différents éléments du bâti, qu’il s’agisse, comme le dit R. Ginouvès lui‑même dans le titre de son second tome, des « supports, des couvertures ou des aménagements intérieurs ». Ce dictionnaire s’est révélé à l’usage aussi pertinent pour un théâtre de type gallo‑romain que pour un temple grec, et il aura contribué à clarifier l’approche architecturale de cette série d’édifices. Quant au vocabulaire spécifique au théâtre antique, il comporte un certain nombre de termes qui ont déjà fait l’objet de recherches : je renvoie donc aux divers essais de terminologie et en particulier à celui qui a été proposé par E. Frézouls (Coupels, Frézouls 1956 : 130‑132). Je me suis contentée d’y ajouter un petit lexique, comprenant surtout des termes français de la langue ordinaire qui me paraissent s’adapter mieux à la diversité des réalités architecturales gallo‑romaines que les termes grecs ou latins considérés comme des équivalents, alors qu’ils s’appliquent à des dispositifs plus complets ou mieux élaborés. Je prendrai un seul exemple : je n’ai pas utilisé le terme vomitoire, car il désigne le débouché des passages situés sous la cavea. Or ici ces débouchés sont très ruinés ; dans d’autres édifices, ils n’existent plus et il n’en reste que le couloir d’accès. Aussi ai‑je choisi le terme couloir ou celui encore plus vague de passage pour désigner ce qu’on appelle habituellement –et peut‑être parfois abusivement– vomitoire.

  • 2 Contrairement à G.‑C. Picard, qui pensait que le mur curviligne intérieur M19, flanqué de contrefor (...)

2C’est le premier édifice –et surtout ses états les plus anciens– qui reste le plus difficile à comprendre (fig. 96). Pourquoi ? Parce qu’il a été construit tôt dans le ier s., alors que l’architecture théâtrale des Trois Gaules en était à sa phase expérimentale, et qu’il a connu des transformations qui ne relèvent d’aucun modèle. De plus, les travaux réalisés au mortier orangé ont détruit ou masqué des liaisons plus anciennes au mortier gris. Enfin, son éventration lors de la construction du second théâtre en a fait un édifice mutilé qui a perdu une partie de ses éléments. Je crois donc utile, avant d’étudier les différentes phases de l’édifice, de retracer son processus d’évolution ainsi que la façon dont il a pu être reconstitué : ainsi pourra‑t‑on mieux suivre les étapes de son interprétation. Celle‑ci s’est en effet modifiée au long de l’étude et les conclusions que je présente ici diffèrent de celles qui ont été retenues dans de précédents articles (Dumasy 1989a : 65 ; 1992 : 21‑22)2.

FIG. 96 – Premier théâtre. Plan des trois états.

L. Jeand’heur d’après L. Thomas et L. Lebrun

3Même si l’on comprend à peu près le fonctionnement du dernier état réalisé au mortier orangé, on est frappé par l’aspect atypique des allées, des gradins et de l’ensemble de la cavea. Prenons le cas des murs de fermeture rayonnants : ils sont, me semble‑t‑il, l’un des rares exemples connus. Ceci suggérait que l’on avait affaire à une solution isolée plutôt qu’à un projet qui pouvait être repris ailleurs. Comment, dans ce cas, retrouver les circonstances qui avaient fait surgir cette idée ? Pas d’autre possibilité que de reprendre soigneusement toutes les données, sans hésiter à remonter jusqu’aux états précédents. C’est ainsi que j’en suis venue progressivement à me demander si l’intervalle situé entre les deux murs curvilignes, interprété jusqu’ici comme un ambulacre, ne pourrait pas plutôt avoir accueilli une série de gradins en bois. Se posait alors la question de l’accès au théâtre : il fallait supposer qu’il se faisait par les deux extrémités dont le tracé rectiligne se distinguait nettement de la courbe de la cavea et auxquelles s’adossait un massif de maçonnerie qui pouvait correspondre à un escalier.

4Ainsi pouvait‑on distinguer dans les murs concentriques deux ensembles : la partie centrale curviligne qui portait les gradins en bois et les extrémités rectilignes qui servaient à la circulation. Étaient‑ils contemporains ou relevaient‑ils de projets successifs ? Si l’on retenait la seconde hypothèse, on pouvait envisager que le dispositif des murs rayonnants de fermeture, qui leur était lié et restait d’interprétation difficile, n’était pas d’origine. Dans ce cas, il fallait supposer l’existence d’un mur rectiligne plus ancien. Mais où le situer ? Et comment en retrouver la trace ? Tous les murs présentaient des élévations au mortier orangé. Tous ? En 1995, les travaux de restauration révélèrent que l’extrémité ouest de M42, retrouvée très ruinée dans un de nos sondages, comportait sous la première assise au mortier orangé quelques blocs de fondations liés au mortier gris. Mieux, un moellon engagé dans M19 et faisant retour vers M42 suggérait que M19 et le mur qui précède M42 –et que nous appellerons désormais M77– pouvaient avoir été liés. La restitution d’une telle liaison nous offrait tout d’un coup ce que nous cherchions depuis plusieurs années : un mur parallèle au diamètre, qui fermait une courbe en arc outrepassé. Nous avions enfin sous les yeux le premier tracé du théâtre d’Argentomagus : son mur curviligne était bien, comme l’avait vu G.‑C. Picard, M19 flanqué de contreforts et d’un escalier extérieur. Quant à son mur rectiligne, il avait fallu toutes les péripéties des travaux antiques et modernes pour le retrouver. Dès lors, nous tenions le fil des transformations successives du premier théâtre et il devenait possible d’en retracer l’histoire.

3.1 État 1A

5dépl. 1a (fin d’ouvrage)

6Pour éviter de bouleverser la chronologie du premier théâtre telle qu’elle a déjà été proposée, je continuerai à garder le découpage en deux états principaux : le premier lié au mortier gris comportera désormais deux périodes, alors que le second correspondra aux transformations réalisées au mortier orangé.

3.1.1 Pratiques constructives et implantation des structures

7De cette période ne subsiste aujourd’hui qu’un seul mur assuré, le mur périmétral curviligne M19 (fig. 97). C’est sur lui que se fondent toutes les observations architecturales qui suivent.

FIG. 97 – Premier théâtre (état 1A). Élévation extérieure du mur périmétral curviligne M19 : C contrefort ; E escalier.

L. Jeand’heur d’après P. Flotté

3.1.1.1 Les matériaux

8La majorité des moellons présente une face de parement rectangulaire dont la longueur oscille de 0,10 à 0,15 m et dont l’épaisseur se situe autour de 0,08 m ; les autres sont nettement plus petits ou très irréguliers (fig. 97). Quelques‑uns présentent deux faces de parement en retour d’équerre dont l’une atteint une longueur de 0,30 m : ils sont utilisés dans les chaînes d’angle. La face de parement a été obtenue par éclat et ne présente aucune trace de traitement. Ces moellons sont en calcaire oolithique grossier, celui‑là même qui constitue le substrat du coteau sur lequel est construit le théâtre. Les prospections de J. Lorenz ont montré qu’il existait, à quelques centaines de mètres du site, une carrière exploitée jusqu’au début du xxe s. et dont les fronts de taille révèlent des matériaux identiques. Nul doute qu’elle corresponde à celle qui a été exploitée dans le courant du ier s. ap. J.‑C. Les seuls matériaux en terre cuite utilisés dans la construction sont des imbrices d’une longueur de 0,60 m et d’un diamètre intérieur de 0,13 m.

3.1.1.2 Murs et massifs

  • 3 Toutes ces parties sont désormais masquées par la restauration de 1974 qui a reconstruit, au‑dessus (...)

9Les fondations du mur M19 sont creusées dans une tranchée débordant de 0,10 m par rapport à la largeur du mur et descendant au moins jusqu’à 0,80 m (fig. 42‑43). Elles consistent en rangées irrégulières de pierres de dimensions moyennes, liées par du mortier. L’élévation de M19 et des massifs qui lui sont accolés est réalisée dans un appareil à moellons rectangulaires dont les assises isodomes présentent une hauteur de 0,10 m. À l’intérieur de chaque assise, la longueur des moellons peut varier du simple au double. Les liaisons entre M19 et les massifs, ainsi que celles qui existent entre les différentes faces de chacun des massifs, comportent des chaînes d’angle. Les photos prises par J.‑P. Adam (fig. 98‑99) montrent d’ailleurs l’absence du parement extérieur de M19 à l’endroit des contreforts et de l’escalier adossé, ce qui confirme que les structures étaient liées3. Ce devait être également le cas à la rencontre du mur périmétral curviligne et du mur périmétral rectiligne, mais la liaison extérieure a disparu, car elle a été totalement reprise à l’état 2 et nous avons vu qu’il ne reste de la liaison intérieure qu’un seul moellon engagé perpendiculairement dans M19. Sur le parement extérieur de M19 comme sur les massifs, les variations des dimensions des moellons sont masquées par des joints tracés au fer sur un enduit largement étalé (fig. 100). Les joints horizontaux y sont tirés de façon continue, alors que les joints verticaux, réalisés ensuite, suggèrent avec plus ou moins de régularité l’alternance d’une assise à l’autre. En revanche, l’élévation intérieure de M19 ne comportait pas de reprise des joints.

FIG. 98 – Premier théâtre (état 1 A). Escalier E1 adossé au mur périmétral M19.

J.-P. Adam

FIG. 99 – Premier théâtre (état 1 A). Le mur périmétral curviligne M19 et l’un de ses contreforts.

J.-P. Adam

FIG. 100 – Premier théâtre (état 1A). Parement extérieur du mur périmétral curviligne M19.

F. Dumasy

10Une dernière information concerne les épaisseurs des murs. Il semble en effet que l’on dispose là d’une donnée qui permette de distinguer les murs de la première période de ceux de la période suivante, car les murs les plus anciens présentent des dimensions faibles (tabl. xxvi). C’est le cas du mur périmétral curviligne M19 ; c’est aussi le cas du mur périmétral rectiligne M77 dont M42, qui l’a remplacé lors du second état, a gardé l’épaisseur initiale (entre 0,46 et 0,50 m), alors que son homologue sud M43 est épais de 0,65 à 0,68 m.

TABL. XXVI – Premier théâtre, états 1A et 1B. Largeur des murs.

3.1.1.3 Aménagement du terrain et implantation des structures

  • 4 Nous étions comme toujours soucieux de laisser en place le remblai protecteur ; par ailleurs nous n (...)

11Quel était l’état du terrain avant la construction du théâtre ? Les coupes stratigraphiques montrent qu’à l’est, le mur périmétral M19 a été implanté à peu près au sommet de la pente naturelle (fig. 42‑43, 46‑47). Les constructeurs du premier théâtre ont accentué légèrement le relief en étalant une couche de sable : c’est dans ce remblai que sont creusées les fondations de M19. Ce mur assume également le rôle de soutènement, car c’est lors de cette phase de construction que les remblais sont apportés à l’intérieur de la cavea. Il est d’ailleurs vraisemblable que si le parement intérieur de M19 ne comporte pas de joints au fer, c’est parce que ses assises inférieures étaient noyées dans le remblai. Quant à la partie en élévation, elle a totalement disparu. Nous ne disposons pas d’information sur l’aménagement du terrain à l’ouest, où le relief se poursuit bien au‑dessus du théâtre, mais la présence, dans ce secteur, de quatre contreforts de 0, 90 m de côté et d’un escalier adossé pourrait confirmer la fonction de soutènement assuré par le mur M19. Aussi faut‑il se demander si le mur ne présentait pas, tout le long de son pourtour, une série régulière de contreforts. Les fouilles anciennes se sont attachées longuement à l’espace situé entre M19 et M11, en particulier dans les secteurs IV et V de la cavea (Picard 1974 : 312‑313) : elles n’ont mis au jour aucun nouveau contrefort. Dans le secteur V, nous avons fouillé jusqu’aux fondations de M19, sur une longueur de 6 m, distance nettement supérieure à l’intervalle entre deux contreforts qui est de 3,60 m. Comme nous n’avons retrouvé aucune trace d’un quelconque contrefort, nous n’avons pas renouvelé l’expérience sur le dernier tronçon oriental4. Il faut donc s’en tenir à l’idée que le premier théâtre d’Argentomagus ne présente pas une série continue de contreforts, mais un dispositif limité à un secteur de la cavea (cf. infra § 3.1.2.1).

12Un dernier détail est à ajouter : les fouilles de 1973 ont mis au jour, à deux reprises, à la base de M19, un dispositif d’évacuation des eaux fait de deux imbrices posées l’une sur l’autre. Ce tuyau de terre cuite placé, semble‑t‑il, au niveau des fondations, traverse toute l’épaisseur du mur et se prolonge sous le remblai de la cavea selon une pente de 0,10 m, comme l’indique le plan de J.‑P. Adam (fig. 16). Il devait être destiné à éviter que les eaux de ruissellement ne stagnent au pied du mur périmétral : de telles précautions sont souvent prises dans le cas de murs de soutènement (Ginouvès 1992 : 21‑22). Ce que nous ignorons, c’est si cet aménagement est limité au secteur des contreforts –leur présence rend peut‑être plus difficile l’écoulement des eaux– ou s’il s’étend à tout le périmètre. En 1994, la pose des drains dans les couloirs rayonnants du second théâtre a fait apparaître des tronçons du mur périmétral M19, dérasé puis enfoui sous le remblai de construction du nouvel édifice (Lemaire, Bryan 1994 : 10). Or la tranchée du couloir 2 a révélé la présence d’un troisième drain antique, bien visible puisque le mur était détruit jusqu’au niveau des fondations (fig. 101). Ce drain se situait, comme ceux qui avaient déjà été repérés en 1973, entre deux contreforts. Comme aucun autre drain n’a été signalé ailleurs, on peut supposer que leur présence est liée à celle des contreforts et qu’elle fait partie d’un dispositif de consolidation du mur.

FIG. 101 – Premier théâtre (état 1A). 1‑3 drains antiques (faits de deux imbrices superposés) traversant le mur périmétral curviligne M19 ; 4 tranchée creusée en 1995 dans l’axe du couloir 2 pour y placer un drain.

L. Jeand’heur d’après J.-P. Adam et D. Lemaire

13Il faut préciser par ailleurs que les assises de M19 ne sont pas horizontales : elles suivent, des extrémités de la courbe jusqu’à son sommet, une pente qui passe de l’altitude 137,85 à l’altitude 138,90 m ngf. L’élévation du mur périmétral rectiligne M77 se fait également selon une pente, mais celle‑ci est plus prononcée que dans le mur curviligne (fig. 102). Sans doute s’agit‑il de l’élévation au mortier orangé de M42, mais on peut penser que celle‑ci suit l’inclinaison initiale.

FIG. 102 – Premier théâtre (états 1 et 2). Élévation sud du mur M42, qui succède au mur périmétral rectiligne M77. En silhouette, les murs du second théâtre.

L. Jeand’heur d’après C. Lefèvre

14Ajoutons enfin que lors des travaux exécutés au mortier orangé, le mur M19 a été surélevé. Si cette reprise, en grande partie dérasée lors de la construction du second théâtre, ne présente plus qu’une ou deux assises, du moins a‑t‑elle fossilisé une des hauteurs de M19 (fig. 121). Une des hauteurs, car il n’est pas sûr qu’il s’agisse de la hauteur initiale : le mur a en effet pu être remanié lors de la construction de M11. Ce qui suggère une telle possibilité, c’est que sous la première assise au mortier orangé, le mur ne présente, selon les secteurs, que six à dix assises au mortier gris. Son élévation ne dépassait guère 1 m : faible hauteur pour un mur de soutènement ! À quoi servirait alors la construction de contreforts et d’un escalier où l’on peut restituer huit marches ? Et comment accepter l’idée qu’à l’intérieur du théâtre, le mur périmétral ne s’élèverait que de quelques dizaines de centimètres au‑dessus de l’allée de circulation ? Il est donc presque sûr que M19 a été dérasé lors des travaux ultérieurs. À l’origine, sa hauteur devait dépasser celle des spectateurs et atteindre au moins 1,70 m, pas tellement plus cependant car le mur n’est pas très épais (0,46 m).

3.1.2 Plan et organisation de l’édifice

3.1.2.1 Le projet architectural

  • 5 Sensible à la présence de drains traversant le mur périmétral curviligne, G.‑C. Picard envisageait (...)

15Modeste dans les dimensions, puisque son diamètre était de 56,50 m et simple dans son dessin puisqu’il proposait une cavea en arc de cercle outrepassé fermée par un mur parallèle au diamètre, le projet a rencontré de graves difficultés sur le terrain. On est en effet frappé par l’irrégularité que présente le mur curviligne dans la moitié ouest où la courbe s’enfle jusqu’à s’écarter de près de 2 m du tracé régulier (fig. 103). Mettra‑t‑on cette boursouflure sur le compte de la maladresse de l’architecte ou de l’entrepreneur ? Il est difficile de penser que le commanditaire ait pu accepter une telle réalisation. Aussi vaut‑il mieux envisager une cause qui ne relève pas de l’incompétence humaine et qui soit plutôt liée à des raisons géologiques ou topographiques, même si l’on ne voit pas actuellement lesquelles invoquer5.

FIG. 103 – Premier théâtre (état 1 A). Plan restitué : 1 structures en place ; 2 structures restituées ; 3 tracé régulier de la courbe.

L. Jeand’heur

16Ce projet comportait une orchestra, qui a été totalement détruite lors de la construction du second théâtre. Peut‑on essayer d’en restituer le plan, grâce à ce qu’on pourrait appeler la méthode régressive ? On observe en effet que dans un théâtre, les éléments essentiels comme la courbe et la pente de la cavea ou le tracé de l’orchestra, se conservent sans trop de modifications d’un état à l’autre. Dans le cas de l’orchestra du tout premier théâtre d’Argentomagus, on devrait pouvoir déduire son emplacement de ceux de la cavea et des allées du second état en considérant que là où les gradins s’arrêtent, là commence l’orchestra.

17Or la disposition des gradins dans les secteurs II et VI de la cavea du second état indique que les secteurs III, IV et V ne pouvaient pas se poursuivre au sud de M66 : les spectateurs des parties latérales n’auraient eu sous les yeux que les gradins de la partie centrale. L’orchestra devait donc s’étendre jusqu’à une limite située près de M66 (cf. infra § 3.1.2.2). Par ailleurs, le plan de J.‑P. Adam révèle à 1 m au sud de ce mur un ensemble constitué par deux murs, épais seulement de 0,35 et séparés par un intervalle de 0,80 m (fig, 16). Le mur est M31, long de 0,50 m, a disparu ; celui de l’ouest, M30, long de 2 m, est encore visible mais il a été fortement restauré. Ses deux assises, liées au mortier gris, suivent une légère pente nord‑sud. Comment interpréter une structure aussi ruinée ? Les deux murs rayonnants évoquent une allée axiale, allée que sa faible largeur pourrait réserver à un nombre limité de spectateurs, peut‑être à ceux qui disposent de places privilégiées en bordure de l’orchestra, puisque la structure en est très proche. Dans ce cas, le tracé de l’orchestra se situerait à quelque 3 à 4 m au sud de M66.

3.1.2.2 Accès et circulations

18Il n’existe dans ce premier théâtre aucun accès ouvert dans le mur périmétral curviligne, mais seulement des escaliers adossés à ce mur d’enceinte. Ils menaient au niveau supérieur de la cavea d’où l’on redescendait vers sa place. Il s’agit là du système de circulation le plus simple que puisse offrir un édifice sur structure pleine. Les fouilles anciennes ont mis au jour l’un de ces escaliers dans le secteur III (fig. 98) et les fouilles récentes en ont découvert un second, particulièrement dérasé, à l’emplacement de l’allée 5 (fig. 44). Si l’on applique le principe de symétrie de l’architecture théâtrale, on restituera un minimum de quatre escaliers adossés (fig. 103). Le seul exemplaire bien conservé se présente sous l’aspect d’un massif rectangulaire de 3 x 1,50 m, liaisonné à M19 (fig. 98). Une première marche, profonde de 0,36 m et haute de 0,21 m, est encore en place. Les dimensions invitent à restituer une volée de huit marches : l’allée concentrique supérieure se situe donc à quelque 1,60 m au‑dessus du sol extérieur. La stratigraphie n’a pas gardé les traces d’une fréquentation correspondant à cette première période (fig. 42‑43). Ont‑elles disparu lors de la construction du nouveau mur périmétral M11 ? Ou bien faut‑il envisager que l’on n’avait pas à longer le mur périmétral et qu’il existait un accès direct à chaque escalier ? Notons en tout cas que l’escalier ouest s’ouvre vers le sud : il indique donc le sens de la circulation, au moins sur les derniers mètres. La disparition de la stratigraphie dans ce secteur et notre ignorance des aménagements extérieurs à l’édifice interdisent d’en dire davantage.

19Destinés à accueillir les spectateurs placés dans la summa et dans la media cavea, ces accès pouvaient être complétés par des entrées ouvertes dans le mur périmétral rectiligne et réservées aux bénéficiaires des rangs inférieurs de la cavea. Mais étant donné la disparition de toute la zone de l’orchestra, ceci ne reste qu’une hypothèse.

20Il faut indiquer enfin qu’il existe, dans le secteur IV de la cavea, un mur en partie construit au mortier gris, c’est M66 (fig. 104). Il comporte deux tronçons : un premier, rectiligne et long de 8 m ; un second, qui fait un angle avec le précédent et qui est repris au mortier orangé. Il est impossible d’en dire davantage : le mur a été tellement restauré qu’il n’a pu être débarrassé de ses joints cimentés, car il risquait de disparaître définitivement. Dans l’état où il nous est parvenu, avec une largeur qui se situe autour de 0,35 m, mais qui atteint 0,45 m sur un court tronçon avant de parvenir à 0,50 m dans la partie reprise, il est difficile de dire s’il appartient à la première période ou à la suivante (tabl. xxvi). On peut cependant remarquer que son tracé rectiligne, inhabituel à l’intérieur d’une cavea, est en fait parallèle au diamètre et donc au mur périmétral rectiligne de la première phase. On observe par ailleurs qu’il relie le sommet de chacun des escaliers sud : il pourrait donc correspondre à une allée de circulation transversale dont n’aurait été conservée qu’une des bordures. On observe enfin qu’il est situé dans le prolongement du mur nord M52 de l’allée 5 du second état. Or ce mur présente une épaisseur de 0,35 m à 0,39 m, alors que son homologue sud M53 est épais de 0,54 m. La situation est la même que dans l’allée 1 où M42 présente une épaisseur moins importante que M43. On peut donc supposer que M52 est construit sur un mur plus ancien, dont M66 représenterait le seul tronçon encore visible. Ce mur se poursuivait‑il vers l’ouest ? Il est impossible de répondre, car ce que nous avons sous les yeux actuellement, ce sont les murs M32 et 57 qui ne sont pas situés exactement dans l’axe de M66. Liés au mortier orangé, ils appartiennent manifestement à l’état 2. Pouvons‑nous cependant préciser à quelle période M66 est construit ? Suggérer seulement, étant donné sa faible épaisseur et son tracé parallèle au diamètre, son rattachement à la toute première cavea.

FIG. 104 – Premier théâtre (état 1Aou IB). Le mu M66 après la restauration de 1973.

F. Dumasy

3.1.2.3 La cavea : lacunes et hypothèses

21En dehors des murs M30, M31 et M66, aucune construction maçonnée, aucune fondation, aucun gradin lié au mortier gris n’apparaît dans cette première cavea. Toutes les structures qui jalonnent la pente sont liées au mortier orangé ; et elles n’ont livré aucune trace d’un état plus ancien. Celui‑ci a‑t‑il été totalement détruit au point qu’on n’en décèle plus rien ? Je penserais plutôt que la première cavea n’a jamais possédé de structure en dur et qu’elle accueillait sur sa pente des sièges en bois accessibles par des chemins tracés directement sur le remblai. Cependant ces installations temporaires n’ont laissé aucune trace. Les sondages menés entre deux gradins du second état n’ont trouvé ni trou de poteau ni couche d’incendie ou de destruction riche en clous de charpente (fig. 42), comme on en signale dans d’autres édifices (Golvin 1988 : 98‑99). Peut‑être aurait‑il fallu démonter ces structures pour disposer d’une superficie plus importante, mais l’obligation de conserver les vestiges maçonnés nous a interdit de le faire – il n’est d’ailleurs pas sûr que nous aurions trouvé des traces convaincantes d’une construction initiale en bois. Pour prouver son existence, nous ne disposons donc que des données de la stratigraphie. Les coupes (fig. 42, 46‑47) ne révèlent en effet aucune trace de destruction et montrent que la cavea maçonnée du second état est construite directement sur les niveaux remblayés du premier état. C’est précisément cette absence de vestige entre deux états qui suggère l’existence d’une cavea en bois : elle est démontée sans laisser de trace, puis elle est remplacée par une cavea en pierre. L’examen de cette dernière nous offrira d’ailleurs des arguments supplémentaires pour conforter une telle hypothèse.

3.2 État 1 B

22dépl. 1b (fin d’ouvrage)

3.2.1 Pratiques constructives et implantation des structures

3.2.1.1 Les matériaux

  • 6 II s’agit essentiellement de quelques moellons de dimensions supérieures et d’une taille plus soign (...)

23L’enquête minutieuse menée par P. Flotté (cf. infra annexe 2) n’a pas permis de conclure à des différences significatives entre les deux murs périmétraux successifs, M19 et M11 (fig. 105). Elle indique cependant qu’il s’agit d’une seconde campagne de construction, car l’on y repère le recours –très limité– à des remplois6 et l’on remarque des murs plus larges que ceux de la première période (tabl. xxvi). Quant aux moellons en calcaire oolithique, ils proviennent manifestement de la même carrière.

FIG. 105 – Premier théâtre (état 1 B). Parement extérieur du mur périmétral curviligne M11

C. Lefèvre

24Rappelons également l’hypothèse du dérasement de M19. En réalité, cette intervention n’a guère laissé de trace. Deux sections du mur pourraient cependant être concernées. Dans le secteur V, où la reprise au mortier orangé a fossilisé, comme nous l’avons déjà dit, l’élévation du mur à l’état 1B, le mortier gris de l’assise supérieure, identique à celui des assises inférieures, est plus épais et les moellons sont disposés très légèrement en retrait (fig. 121). Dans le secteur II, les deux dernières assises sont faites de pierres très plates qui pourraient être des remplois : leur présence constitue en tout cas une anomalie dans l’élévation du mur (fig. 106).

FIG. 106 – Premier théâtre (état 1 B). Reprise de l’ancien mur périmétral curviligne M19.

F. Dumasy

3.2.1.2 Murs et massifs

25Les fondations du nouveau mur périmétral M11 sont faites de gros blocs entassés à sec dans une tranchée débordant de 0,25 à 0,35 m par rapport au mur (fig. 50). Sur la face extérieure, elles cèdent la place à l’élévation du mur avec joints au fer (fig. 105), alors que sur la face intérieure (fig. 107), leur succède une première série de sept assises puis, après un ressaut profond de 0,15 à 0,18 m, la suite de l’élévation (fig. 108). Le mur est désormais épais de 0,50 à 0,52 m.

FIG. 107 – Premier théâtre (état 1B). Élévation intérieure du mur périmétral curviligne M11 dans les secteurs 2 et 3.

P. Flotté

FIG. 108 – Premier théâtre (état 1B). Parement intérieur de M11 avec son décrochement.

F. Dumasy

26Alors que les fondations sont installées dans du sable rapporté, puis dans le sable en place (fig. 42‑43), la série des sept assises est construite au‑dessus du remblai, au niveau où sur le parement extérieur commence l’élévation. Il ne s’agit donc pas d’un simple empattement des fondations ou de l’élévation, mais d’un dispositif particulier au parement interne de M11, que nous aurons à justifier. Il faut ajouter que cette partie basse de l’élévation est réalisée avec des moellons moins épais que ceux de l’élévation supérieure (1 à 2 cm) et qu’elle est d’une exécution moins soignée.

  • 7 – Nous avons donc donné des numéros différents (M29 et M27) à cette partie des murs M11 et M19.

27Ce dispositif s’interrompt à la rencontre de M11 avec le mur rectiligne M59 : le mur présente alors la même épaisseur d’un parement à l’autre (de 0,68 à 0,70 m). On observe par ailleurs que son tracé jusque‑là curviligne devient rectiligne, si bien que l’on peut se demander s’il s’agit toujours du même mur7. Or le parement extérieur ne présente pas la moindre reprise. Quant au parement sud de M59, il se poursuit au‑delà de sa rencontre avec M11, donnant ainsi l’impression qu’il lui est antérieur et que M11 s’appuie à lui (fig. 109). En réalité, il s’interrompt au bout de 0,10 m et laisse la place au noyau des deux murs. Faut‑il y voir la trace d’une réfection et en déduire que M11 s’arrêtait à sa rencontre avec M59 ? Ce serait la seule trace d’une période intermédiaire. Il faut peut‑être y voir plutôt une étape du chantier, un secteur laissé en attente avant de terminer l’extrémité ouest du théâtre. Quant à l’extrémité est, elle ne livre pas d’information, car l’homologue est de M59 a disparu lors de la construction du couloir 4.

FIG. 109 – Premier théâtre (état 1B). Élévation sud de M59.

L. Jeand’heur d’après C. Lefèvre

28Les murs périmétraux rectilignes sont liaisonnés avec M11. Ils le sont également avec un massif rectangulaire de 1,25 x 1,10 m qui s’appuie encore à M86 (fig. 110), alors que sur M81 il n’en reste que l’arrachement (fig. 111). On peut supposer qu’ils étaient également liaisonnés avec le mur rectiligne M27 qui prolongeait M19. Mais celui‑ci a disparu aux deux extrémités : à l’ouest, où il a été repris au mortier orangé, et à l’est, où il a été détruit. Ces liaisons s’accompagnent de chaînes d’angle sur les murs et sur le massif.

FIG. 110 – Premier théâtre (état 1 B). Élévation du mur périmétral rectiligne est M86 et du massif de maçonnerie F2 (M18 est le mur de précinction du second théâtre).

L. Jeand’heur d’après C. Lefèvre

FIG. 111 – Premier théâtre (état 1B). Élévation du mur périmétral rectiligne ouest M81 et du massif de maçonnerie F1.

L. Jeand’heur d’après C. Lefèvre

29Ces nouveaux murs sont revêtus sur leur parement extérieur de joints au fer identiques à ceux de M19. Il faut en effet insister sur les nombreuses similitudes qui apparaissent dans les pratiques constructives des périodes 1A et 1B : dimensions des moellons, hauteur des assises, chaînes d’angle, joints au fer. Elles sont si fortes qu’elles nous ont longtemps égarés, en nous laissant croire qu’il s’agissait de la même campagne de construction. Elles indiquent en tout cas qu’un temps assez court sépare les deux périodes, puisque la réalisation paraît due au même atelier, sinon aux mêmes artisans.

3.2.1.3 Aménagement du terrain et implantation des structures

  • 8 Les coupes (fig. 46‑47) levées lors de la tranchée de 1981 montrent l’étalement sur une vaste super (...)

30La figure 43 indique que la tranchée de M11 est creusée dans le remblai rapporté pour la construction de M19, alors que la coupe stratigraphique de 1981 (fig. 46‑47) révèle que c’est dans le terrain naturel que sont installées les fondations des deux murs8. Ces différences reflètent probablement l’état de la pente avant la construction du théâtre. Ce qui est à noter, c’est que la mise en place du nouveau mur périmétral n’entraîne aucune modification du terrain : M11 est construit sur les niveaux de la phase précédente. À l’image de M19, les assises de M11 ne sont pas horizontales : elles suivent la pente du terrain. Comme celle‑ci n’est pas modifiée, les assises de M11, et en particulier le large ressaut intérieur, présentent un pendage identique à celui de M19 : le mur gagne plus d’1 m en altitude, des extrémités au sommet de la courbe (fig. 112). Ce pendage s’atténue dans les tronçons rectilignes des extrémités : cela est‑il dû au terrain ou à un changement dans la fonction du mur ?

31Comme dans la phase précédente, les assises des murs rectilignes suivent une certaine inclinaison. On constate qu’elle est identique à celle du premier mur rectiligne de fermeture, ce qui confirme l’absence de travaux de terrassement d’une phase à l’autre.

FIG112 – Premier théâtre (état 1B). Nivellement du mur périmétral curviligne M11, interrompu par les allées à ciel ouvert 2, 3, 4 et 5.

L. Jeand’heur d’après E. Dattée et L. Thomas

32L’on observe que l’assise supérieure de M19, recouverte d’une couche de mortier lissé, se situe à 0,10 m au‑dessus du niveau du ressaut de M11. Alors que le mur curviligne extérieur, encore haut d’1 m, devait s’élever au moins jusqu’à hauteur d’homme, le mur curviligne intérieur ne dépasse le niveau de la cavea que d’une vingtaine de centimètres (fig. 43). Ce constat amène à penser qu’à la période 1B, l’ancien mur périmétral est en grande partie dérasé et qu’il joue désormais dans l’économie générale de l’édifice un nouveau rôle,

3.2.2 Les transformations de l’édifice

33Celles que nous percevons se résument en fait à un agrandissement du théâtre. Avec la construction de M11, le périmètre de la cavea gagne un anneau extérieur d’une largeur de 2,35 m : c’est là un procédé fréquent –et commode– pour augmenter la capacité d’accueil d’un édifice de spectacle : le diamètre atteint désormais 63,50 m. Ce qui est inhabituel en revanche, c’est l’extension de la cavea au‑delà du mur périmétral rectiligne, car le public, placé derrière la scène, risque de ne rien voir du spectacle. Afin de ménager une certaine visibilité vers la zone de la représentation, l’architecte a donné aux nouveaux secteurs de la cavea un plan triangulaire. Ainsi s’explique le tracé rayonnant des murs rectilignes de fermeture qui font du premier théâtre d’Argentomagus un édifice à part dans la série gallo‑romaine.

34Comparé en effet à d’autres plans, celui‑ci étonne. Les nouveaux gradins doublent les anciens sur tout leur pourtour ; l’arc de la cavea poursuit son tracé outrepassé : le second théâtre paraît envelopper le premier. Si l’orchestra reste intacte –tout au plus s’ouvre‑t‑elle davantage vers le sud– il faut supposer la construction d’une nouvelle scène, à quelques mètres en arrière de la précédente, afin qu’elle soit visible du public logé dans les ailes. On saisit donc mieux l’idée qui inspire ce plan. Il s’agit de gagner des places dans la sunna cavea, mais aussi dans l’ima cavea. Et ceci sans modifier l’édifice qui existe déjà, ni la pente de ses gradins, ni l’emplacement de son orchestra. Il est difficile pour nous d’apprécier le projet : l’édifice nous est parvenu trop mutilé et nous ignorons les contraintes du cahier des charges. Mais ce qui apparaît immédiatement, c’est qu’en réalisant cet agrandissement, l’architecte a innové et créé un plan en partie inédit : l’étude de ses éléments va en préciser l’originalité.

3.2.2.1 L’anneau périmétral M11/M19

35Rappelons que le nouveau mur périmétral présente des particularités dans son élévation –épaississement du parement interne jusqu’à la rencontre avec M59– ainsi que dans son tracé, curviligne jusqu’à ce dernier, rectiligne ensuite. Ajoutons que le prolongement de l’ancien mur périmétral M19 se fait également selon une droite parallèle à M11. Ceci nous invite à distinguer deux secteurs, différents dans leur fonction comme ils le sont dans leur plan : l’anneau concentrique d’une part, ses extrémités rectilignes de l’autre.

36À quoi va servir le nouvel espace concentrique qui se développe autour du théâtre ? La stratigraphie révèle l’absence de toute couche appartenant à cette période, puisque le seul niveau perceptible au‑dessus du remblai initial est la couche de construction du second état, reconnaissable à la couleur orangée de son mortier (fig. 43, US62). S’il n’y a aucun remblai pour supporter des gradins, s’il n’y a aucune trace d’occupation, c’est que le secteur a été protégé par une superstructure en bois qui a empêché tout dépôt. Une telle hypothèse permet de rendre compte également des particularités architecturales des murs curvilignes. On peut en effet envisager la mise en place de poutres transversales qui reposeraient d’une part sur l’épaississement de M11 et d’autre part sur l’assise supérieure de M19. Et que porterait un tel dispositif ? Il n’y a guère que deux solutions : soit une allée concentrique, soit une série de gradins. L’installation au sommet de la cavea d’une allée desservant le maenianum supérieur apparaît comme une simple amélioration de ce qui existe déjà. Explique‑t‑elle l’ampleur des travaux engagés ? On peut en douter. Offrir en revanche plusieurs centaines de nouvelles places au théâtre, voilà un programme ambitieux qui justifie l’ouverture d’un chantier.

37De plus, certains détails techniques appuient l’idée de la construction d’un échafaudage pour gradins plutôt que la mise en place d’un plancher. En effet, le mur M19 a été dérasé systématiquement à une hauteur supérieure de 0,10 à 0,15 m à celle du ressaut de M11 ; cette différence de niveau permet la mise en place d’un calage en bois qui ne se justifie guère dans le cas d’un plancher. En revanche, on comprend mieux son intérêt si l’on restitue au‑dessus des deux murs une demi‑ferme supportant des rangées de gradins (fig. 113). Autre remarque : pourquoi cette montée régulière des deux murs, des extrémités de la cavea vers le centre ? Faut‑il supposer que les gradins en bois ne sont pas parfaitement horizontaux et qu’ils suivent la déclivité des murs porteurs ? C’est en effet cette idée qu’il faut retenir, puisqu’elle est confitmée par la cavea maçonnée de l’état suivant : les fondations de gradins liées au mortier orangé ne présentent pas la même altitude au long de leur tracé. Les points les plus élevés correspondent au secteur central de la cavea, alors que l’élévation baisse ensuite régulièrement jusqu’aux extrémités de la cavea : la déclivité est de l’ordre de 4 %. Il faut ajouter que la pente des assises de M11 et de M19 ne présente pas un profil d’une parfaite régularité : réalisée en moellons, elle présente des alternances de tronçons proches de l’horizontale et d’autres plus inclinés. Les décalages ne dépassent pas les 2 à 3 cm ; probablement compensés par des cales en bois, ils ne devaient pas compromettre la stabilité de la superstructure.

FIG. 113 – Premier théâtre (état 1B). Restitution de la summa cavea en bois entre M11 et M19.

L. Jeand’heur

38Peut‑on restituer les dimensions et le nombre des gradins installés sur la summa cavea ? Si l’on retient une fois de plus l’idée que le second état traduit dans la maçonnerie des réalisations plus anciennes en bois, on peut envisager que cet espace large de 3 m (en comptant l’épaisseur de M19 et celle du dispositif de M11) accueille quatre gradins profonds de 0,34 m séparés par trois intervalles larges de 0,40 m. Mais il ne s’agit là que d’une hypothèse qui s’appuie sur l’état maçonné : si l’on ne tient pas compte de celui‑ci, on peut avancer bien d’autres propositions.

3.2.2.2 Accès et circulation

39L’installation de la summa cavea au‑delà de l’ancien mur périmétral entraîne la condamnation du secteur extérieur et en particulier celle des escaliers adossés. Comment va‑t‑on accéder désormais aux gradins supérieurs ? Comme ils reposent sur une superstructure en bois, il n’est guère possible de retenir l’idée d’escaliers appuyés au nouveau mur périmétral : il serait en effet trop dangereux de concentrer le public sur des allées réalisées, elles aussi, en bois. L’accès aux gradins de la summa cavea devait se faire de l’intérieur même de l’édifice où une allée concentrique en terre battue pouvait amener les spectateurs devant leur place.

40Comment pénétrait‑on dans ce nouveau théâtre ? Le mur périmétral offre une façade totalement aveugle, sans escalier adossé ni ouverture. C’est ici qu’il faut rappeler l’existence, à chaque extrémité de la cavea, d’un secteur rectiligne long de 7 m, flanqué à l’extérieur d’un massif rectangulaire. Celui‑ci est très ruiné, mais la présence sur M81, à l’est du massif, d’un ressaut inférieur et à l’ouest, d’un ressaut supérieur (fig. 111) indique un décalage du niveau de circulation qui suggère l’existence d’un escalier. À l’est cependant, le massif présente encore une élévation de quatre assises où l’on ne décèle pas la moindre trace d’installation de marches (fig. 110). Aussi sommes‑nous tentés de restituer un escalier en bois –et non en pierre– qui s’appuierait sur le massif. M86 présente, depuis l’angle qu’il fait avec M17 jusqu’à sa rencontre avec le massif, une longueur d’1 m. On pourrait donc restituer là quatre marches profondes de 25 cm et hautes de 20 cm (fig. 114). Une fois parvenus au sommet, les spectateurs franchiraient la porte ouverte dans le mur périmétral, emprunteraient le secteur rectiligne qui joue le rôle de couloir, longeraient le mur perpendiculaire M59 et déboucheraient enfin dans la cavea. Ce qui suggère une telle restitution, c’est, une fois de plus, l’observation des structures mises en place à la période suivante, en particulier aux extrémités est et ouest de la cavea, confortée par les quelques indices architecturaux encore visibles, comme la présence de joints au fer sur le parement sud de M59, qui joue ainsi le rôle d’une façade.

FIG. 114 – Premier théâtre (état 1 B). Restitution de l’escalier d’accès à la cavea.

L. Jeand’heur

41Cependant, nous ne savons pas à quel niveau l’on circulait. L’ouverture, à l’état suivant, d’une porte dans le mur M19 et la construction d’une allée parallèle au diamètre ont en effet modifié le secteur. À l’ouest, toute stratigraphie a disparu, alors qu’à l’est, les différentes couches ont été perturbées par la construction du mur M18 du second théâtre. Il est possible que le sol du couloir ait été aménagé en rampe pour faire passer les spectateurs du sommet de l’escalier à l’allée concentrique desservant la summa cavea.

3.2.2.3 La cavea

42Elle apparaît tout aussi lacunaire que dans le premier état : il est évident qu’elle reste réalisée en bois. Quant aux nouveaux secteurs triangulaires, qui bénéficient de l’appui du terrain naturel, ils ont dû être équipés, comme le reste de la cavea, de sièges en bois. En ce qui concerne les circulations, nous avons supposé la mise en place d’une allée concentrique supérieure desservant la summa cavea. Existait‑il également des allées rayonnantes ? ou parallèles au diamètre ? La cavea ne présente pas d’autre mur que M66 qui est en partie reconstruit à la période suivante. Son maintien suggère que l’architecte reste fidèle au découpage de la cavea par des murs parallèles au diamètre. Cependant d’autres éléments de son projet nous échappent encore. C’est le cas en particulier de M59 qui ferme le secteur de la summa cavea. Pourquoi n’est‑il parallèle ni à l’ancien mur périmétral rectiligne ni au nouveau ? Et pourquoi reste‑t‑il isolé dans le jeu des lignes de l’édifice agrandi ? C’est également le cas des transformations apportées au secteur de la représentation et dont nous ne savons rien.

3.2.2.4 D’une période à l’autre

43La décision d’augmenter les capacités d’accueil du théâtre indique qu’Argentomagus a franchi un certain seuil dans son développement. Le mobilier permet de retenir les années 70 ap. J.‑C. pour un tel moment, soit quelque vingt ans après la construction de l’édifice. On pensera peut‑être qu’un tel intervalle est trop court, et cependant les travaux qui ont été exécutés à ce moment‑là confirment ce diagnostic. Les pratiques constructives sont en effet identiques et il est possible que ce soit le même atelier, voire les mêmes maçons qui ont été chargés d’intervenir. Quant au programme, il se situe dans la lignée du précédent : il s’agit seulement de déplacer les murs périmétraux de quelques mètres vers l’extérieur et d’élever de nouveaux gradins en bois. Cependant, les solutions techniques changent : ce n’est pas une pente aménagée qui porte les rangées de sièges, mais une structure légère montée sur deux murs. Aux gros travaux de remblaiement nécessaires pour bénéficier de l’appui du terrain, l’architecte a préféré la mise en place d’un échafaudage. Il est difficile de dire s’il s’agit d’une solution plus élaborée sur le plan technique. La maîtrise d’une superstructure en bois exige‑t‑elle plus de compétence que l’équilibre des poussées dans un remblai ? Remarquons d’ailleurs que l’anneau de la summa cavea n’est pas très large et qu’il offre au mieux quatre nouveaux gradins : il est possible que ces dimensions modestes soient dues à des impératifs techniques. La décision serait‑elle alors d’ordre financier, le coût d’une réalisation en bois étant inférieur à l’apport de remblais ? Mais on peut aussi évoquer le contexte architectural de l’époque et en particulier la généralisation des superstructures en bois pour un certain nombre de théâtres gallo‑romains. On voit qu’il nous manque bien des éléments pour apprécier les décisions prises.

44Ce que l’on peut dire en conclusion, c’est qu’en ajoutant un secteur triangulaire de chaque côté de la scène et en casant au sommet de la cavea un anneau de gradins flanqué d’un long couloir d’accès, l’architecte a conçu un plan original. Mais son projet apparaît comme une invention sans lendemain qui ne suscite guère l’imitation. Il est vrai qu’il ne s’agit pas de changements importants, mais de simples améliorations apportées à un bâtiment ancien.

3.3 État 2

45dépl. 2 (fin d’ouvrage)

3.3.1 Pratiques constructives et implantation des structures

46À la différence de l’état précédent, celui‑ci offre un ensemble de murs et de réalisations en pierre de taille qui témoignent de la généralisation des pratiques romaines dans la construction publique à Argentomagus. Mais on y note également l’attachement à des savoir‑faire traditionnels ou des maladresses dans l’exécution qui invitent à nuancer la portée de cette influence.

3.3.1.1 Les matériaux et leur traitement

47Les moellons, toujours en calcaire oolithique, présentent des écarts de longueur encore plus importants que dans le premier état puisqu’elle va de 0,07 à 0,24 m. Cependant, les travaux de P. Flotté ont permis d’établir que la tendance est à une augmentation de leur longueur (cf. infra annexe 2). Quant à leur hauteur, elle se stabilise autour de 0,080 et 0,086 m ; la faiblesse des variations permet la réalisation d’assises régulières. Les chaînes d’angle, en revanche, présentent deux faces taillées en retour d’équerre dont la plus courte offre une longueur moyenne de 0,10 m tandis que la plus longue atteint 0,25 à 0,30 m : ce sont les dimensions mêmes du premier état. Et comme dans le premier état, les faces de parement sont obtenues par éclat et ne font l’objet d’aucun traitement.

48Sur la présence de la pierre de taille dans la construction, il ne nous est pas parvenu de témoignage plus abondant que dans le premier état : deux marches seulement –dont une en place et un fragment brisé (fig. 115, nos 122‑123)– et aucun bloc provenant des six entrées ouvertes dans le mur périmétral. En revanche, nous avons retrouvé, abandonnés dans la couche de démolition –c’est le cas des blocs 31 et 124– ou réemployés dans les fondations du nouveau bâtiment –c’est le cas du bloc 83 qui maintient le remblai dans le couloir 2 (fig. 56)–, six blocs de gradins (fig. 115, nos 30‑31, 83, 100, 124‑125). Leurs faces travaillées livrent la trace des interventions du tailleur de pierre. Alors que le lit de pose est grossièrement dressé au poinçon, la face supérieure du bloc est soigneusement polie. Les faces de joints présentent une anathyrose en Pi : le bandeau périmétrique a été dégagé au ciseau et la zone centrale démaigrie au poinçon (fig. 116). Les faces antérieure et postérieure ont été ravalées au marteau‑taillant selon une taille layée droite, comme l’indiquent les traces linéaires précédées par une courte concavité (fig. 117). On note une légère différence entre les deux faces : l’une, plus soigneusement traitée que l’autre et plus lisse, doit correspondre à la face de parement. Sur le bloc 83, cette face offre une arête arrondie et l’on y note l’existence d’un léger cintre, de l’ordre du centimètre. Sans doute ces blocs de gradins ne sont‑ils que de simples parallélépipèdes sans moulure, mais leurs faces font l’objet d’un traitement différencié qui révèle la compétence des tailleurs de pierre employés sur le chantier du théâtre.

FIG. 115 – Premier théâtre (états 1A et 2). Blocs de grand appareil : 121‑123 marches ; 30‑31, 83, 100, 124‑125 gradins ; 26 chaperon ?

L. Jeand’heur d’après L. Lebrun et F. Dumasy

FIG. 116 – Premier théâtre (état 2). Bloc de gradin avec anathyrose en Pi.

F. Dumasy

FIG. 117 – Premier théâtre (état 2). Bloc de gradin avec traces de marteau‑taillant.

F. Dumasy

49L’identification des faces permet de dresser le tableau des dimensions des blocs tels qu’ils étaient utilisés dans la cavea (tabl. xxvii). On remarque qu’elles ne sont guère standardisées. La mesure la plus stable est la hauteur. Ces légères variations relèvent probablement moins de maladresses que d’une exécution artisanale corrigée par le mortier de pose. Plus étonnante est la profondeur du bloc 31 (0,325 m), inférieure de 0,02 m à celle des autres (0,345 m). Comme cette dimension de 0,345 m est celle de sa longueur, on peut se demander si le tailleur n’a pas inversé les mesures. Cela n’a pas empêché l’utilisation de ce petit bloc dans la première cavea, mais lors de la phase de démolition, on l’a abandonné au pied de la fondation, là où il est tombé et où le remblai de sable est venu le recouvrir (fig. 137). Ajoutons que parmi les blocs de gradins retrouvés dispersés dans le théâtre après la fouille 1967‑1973, il est possible que certains appartiennent, comme les trois précédents, à la première cavea et n’aient pas été réutilisés dans la seconde. Mais la similitude des dimensions et de la taille des deux séries rend la distinction impossible.

TABL. XXVII – Premier théâtre. Dimensions des blocs de grand appareil.

50Un dernier bloc est à signaler (fig. 115, no 26). Réemployé à la base du mur de précinction M24, il appartient sûrement au premier édifice. Il s’agit d’un long bloc rectangulaire dont les différentes faces sont traitées comme celles d’un gradin, sauf que la face supérieure bien polie porte exactement en son centre un trou de louve, ce qui suggère que le bloc a été soulevé et placé à une certaine hauteur dans le mur. Par ailleurs, si sa hauteur de 0,19 m est celle des gradins, ce n’est pas le cas de sa largeur (0,44 m) ni de sa longueur (1,76 m), qui sont nettement supérieures. Il faudra s’interroger sur son emplacement dans la cavea. du deuxième état.

  • 9 Toutes ces précisions sont dues à J. Lorenz, que je remercie vivement.

51Tous ces blocs sont taillés dans un calcaire blanc‑crème à emroques, provenant, d’après les recherches de J. Lorenz, des coteaux de la Bouzanne (site du Pont de Bois), à 5 km à vol d’oiseau du théâtre. Il s’agit d’une pierre fine, plus tendre que le calcaire oolithique. Elle permet une belle taille et en particulier la réalisation de faces polies : autant de qualités qui conviennent bien à des blocs sur lesquels on s’assied9.

52Aucun élément en terre cuite n’apparaît dans la construction, mais des fragments de tegulae et d’imbrices ont été utilisés dans les recharges des sols de circulation (fig. 45, US222, 219, 217, 215, 205). D’autres ont été retrouvés, en assez grand nombre, dans la couche de démolition qui recouvrait les fondations de gradins (fig. 42, US274).

3.3.1.2 Les murs : élévations et reprises

53Il faut rappeler que le trait le plus visible de ce second état c’est l’utilisation pour le mortier d’un sable rouge‑orangé dont la couleur contraste nettement avec le sable gris clair du premier état. Ce sable rouge est d’origine locale –il constitue le terrain naturel du plateau des Mersans– et on peut supposer l’ouverture d’une carrière au moment des travaux du théâtre. Si un changement d’approvisionnement en matériaux est une péripétie normale dans la vie d’un bâtiment public, ce qui est en revanche étonnant, c’est que ce nouveau mortier est assez peu chargé en chaux et qu’il fait un emploi abondant –trop abondant– de sable. De telles proportions donnent un liant peu solide, qui a tendance à se désagréger. Il y a là un choix technique qu’il est difficile de comprendre : c’est en effet au moment où l’on maçonne la cavea que l’on emploie un mortier de mauvaise qualité.

54Comme le programme de construction consiste essentiellement à ouvrir des passages à travers les murs qui existent déjà, les travaux portent autant sur la construction de nouveaux murs que sur la reprise des murs anciens. Ces nouveaux murs, ce sont les murs rayonnants ou parallèles au diamètre qui bordent les allées à ciel ouvert tout juste tracées. Peu élevés –ils ne devaient guère dépasser 1,20 m (cf. infra 3.3.2.1)– ils présentent une première assise (parfois deux) faite de moellons de dimensions plus importantes que ceux des assises supérieures (entre 0,14 et 0,30 m de longueur pour une épaisseur de 0,10 à 0,14 m) ; noyée dans le remblai ou dans le sol, elle fait office de fondation. L’élévation est ensuite réalisée avec des moellons de dimensions légèrement supérieures à ceux de l’état 1 (fig. 132, 133). Elle est complétée par des joints regarnis et retracés comme à l’état précédent, mais le mortier couvre une moindre surface de moellon ; il est plus épais –il forme comme un bourrelet– et les tracés au fer sont moins réguliers (fig. 118). De plus, ces joints, réalisés dans le mortier orangé friable, ont en grande partie disparu et n’ont pu être observés que sur des portions très limitées. Lorsque la face arrière du mur est noyée dans du remblai (M44, M50, M51), on utilise pour la monter des moellons grossièrement taillés dont les dimensions peuvent aller jusqu’à 0,40 x 0,20 m.

FIG. 118 – Premier théâtre (état 2). Réfection des joints au fer sur le mur périmétral curviligne M11 (vue extérieure).

F. Dumasy

55Ces murs de bordure d’allée voient leur épaisseur diminuer au fur et à mesure qu’ils descendent dans la cavea. Le tableau xxviii montre qu’épais de quelque 0,70 m à l’entrée, ils s’amincissent progressivement jusqu’à atteindre –comme M60/62 dans l’allée 4– 0,44 m au bout de 9 m. La seule extrémité que nous connaissions est celle de M32, au débouché de l’allée 2 : l’épaisseur en est plus importante (0,53 m), mais il s’agit d’un mur restauré et l’on ne peut pas se fier à une telle information. On ne voit guère d’autre explication à cette pratique que la volonté d’économiser des matériaux.

TABL. XXVIII – Premier théâtre (état 2). Largeur, en mètres, des murs bordant les allées (il n’a pas été tenu compte de M75, seul mur conservé de l’allée 6, trop ruiné).

56En effet, plus on descend dans la cavea, plus les surfaces de gradins se réduisent et plus la pression des terres s’amoindrit : il est donc possible de diminuer progressivement l’épaisseur des murs. Notons par ailleurs que la dimension initiale qui oscille, selon les murs, entre 0,67 et 0,72 m, s’aligne sur celle des murs périmétraux de l’état 1B. La continuité est à souligner. Deux murs font exception à cette règle et présentent une épaisseur plus faible qui relève des caractéristiques de l’état 1A (tabl. xxvi) : il s’agit du mur M42, qui reprend le tracé du mur périmétral rectiligne M77, et du mur M52, qui pourrait prolonger M66 (cf. supra § 3.1.1.3 et 3.1.2.1).

57Quant aux reprises, elles participent du même savoir‑faire. Le percement de baies dans le mur périmétral curviligne M11 oblige à reconstruire depuis le niveau du sol extérieur et sur une longueur de près de 4 m pour ouvrir une porte d’1,25 m de largeur. L’entrée 5 montre qu’au‑dessus des fondations anciennes et avant l’élévation, est mise en place une rangée de gros blocs (0,30 x 0,18 m) (fig. 119). Servant de fondation pour la pierre de seuil –disparue– elle rappelle également l’assise inférieure des murs neufs et apparaît comme une pratique caractéristique de cette période. Comme les piédroits de la baie ont été arrachés, il faut se demander s’ils étaient réalisés en blocs d’appareil. La présence d’une première assise de moellons presque en bordure de l’ouverture de M11 fait penser plutôt à une réalisation en maçonnerie avec des chaînes d’angle, ce que suggèrent également les baies ouvertes dans M19 à l’allée 1 (fig. 120) et à l’allée 5 (fig. 121). La baie était‑elle couverte d’un linteau droit ou d’un arc ? Nous n’en savons rien. On peut même se demander si elle comportait un couvrement : M11 ne devait guère dépasser 2 à 3 m de hauteur. Comme par ailleurs les allées n’étaient pas couvertes, il a pu paraître inutile de ménager dans le mur d’enceinte des baies avec couvrement.

FIG. 119 – Premier théâtre (état 2). Ouverture de la porte 5 dans le mur périmétral curviligne M11. Noter la reprise au mortier orangé.

L. Jeand’heur d’après P. Flotté

FIG. 120 – Premier théâtre (état 2). Ouverture de l’allée 1 dans le mur M19. Noter les reprises au mortier orangé.

L. Jeand’heur d’après C. Lefèvre

FIG. 121 – Premier théâtre (état 2). Ouverture de l’allée 5 dans M19 (angle M19/M50) : 1 marche de l’escalier d’accès à la summa cavea, On note, à l’angle, à l’emplacement des marches disparues et au‑dessus des assises liées au mortier gris, des reprises au mortier orangé.

L. Jeand’heur d’après D. Tardy

  • 10 Je remercie F. Formenti des analyses qu’elle a effectuées au laboratoire d’analyse des Matériaux or (...)

58La découverte, dans les niveaux de démolition de la summa. cavea et de l’allée 5, de fragments d’enduits peints suggère que les murs du théâtre étaient revêtus de peinture. On peut l’envisager pour les murs des allées –mais ils ne s’élevaient pas au‑delà d’1,20 m– et surtout pour le mur périmétral qui pouvait se dresser jusqu’à 1,50 ou 2 m au‑dessus des gradins. La couleur la mieux représentée est le rouge, mais on note aussi des fragments beiges, rosés, jaunes, verts ; deux fragments rouges sont même traversés, l’un d’un filet noir, l’autre d’un filet blanc. L’ensemble des fragments recueillis fait moins d’1 m2, mais il faut considérer qu’ils appartenaient non pas à un simple revêtement rouge uni, mais à une composition pariétale qui devait apparaître au‑dessus des gradins de la summa cavea. Il faut ajouter à ces vestiges la découverte, dans les niveaux de démolition extérieurs au théâtre, au pied du mur périmétral, d’un fond de vase en pâte claire contenant un dépôt de coloration rouge sombre. Les analyses menées par F. Formenti ont révélé qu’il s’agissait d’un pigment à base d’hématite. Ce produit a‑t‑il été utilisé pour la peinture qui recouvrait les murs du premier théâtre ? C’est possible, mais il est difficile d’expliquer pour quelle raison le vase a été ainsi jeté, au moment de la démolition de l’édifice. Cette découverte n’en est pas moins précieuse, car elle apporte des données nouvelles sur la nature des pigments utilisés à Argentomagus au iie s. (Fauduet 1996 : 195‑196)10.

59Un tel revêtement exigeait probablement une protection contre la pluie. Or nous remarquons qu’aucun fragment de chaperon n’a jamais été retrouvé au théâtre, alors que de tels éléments de couverture sont fréquents dans les édifices de type gallo‑romain. Peut‑on penser qu’une partie des fragments de tegulae et d’imbrices, particulièrement nombreux en haut de la cavea, assuraient la couverture du mur et la protection de la peinture murale ?

60Une dernière série de travaux concerne la réfection au mortier orangé de tronçons plus ou moins longs des murs de l’état 1 : c’est le cas de M11 dans le secteur II (fig. 107) comme de M19/M27 (fig. 120‑121) et de M56 dans le secteur I. Alors que M11 a conservé les cinq premières assises de son élévation initiale, c’est sur toute leur hauteur que sont reconstruits M19 et M56. Quelle est la raison de tels travaux ? Elle doit être impérative, puisque nous avons par ailleurs noté les économies de matériaux réalisés dans les murs rayonnants. Comme aucune trace de reprise au mortier orangé n’apparaît ni dans le secteur nord ni dans le secteur est où, il est vrai, les murs sont davantage ruinés, on peut se demander si le secteur ouest n’a pas souffert d’une instabilité qui aurait entraîné l’effondrement de certains murs. Il faut rappeler les particularités du tracé du tout premier théâtre et la présence des contreforts dans un secteur tout proche : il pourrait s’agir en fait d’une zone sensible, en partie reconstruite.

3.3.1.3 Terrassement et implantation des structures

61La stratigraphie montre que la nouvelle cavea. s’installe sur les niveaux de l’ancienne : on étale une mince couche de remblai et l’on construit. Comme les gros travaux se limitent à l’ouverture d’allées dans la cavea, il s’agit d’abord d’un travail de démontage des murs périmétraux curvilignes et non de creusement dans le remblai, puisque les murs supportaient une superstructure en bois.

62Ce qui est plus difficile à saisir, c’est la façon dont on a procédé pour la suite des allées : il a fallu en effet entailler la cavea sur plus d’1 m de hauteur, 2 m de largeur et près de 16 m de longueur. Or la présence des gradins de part et d’autre des allées dissimule toute trace de ces travaux. Par ailleurs, nous avons supposé qu’à l’état 1, la circulation se faisait sur la pente même où étaient installés les sièges en bois. Or la reconstruction, à l’état 2, de certains murs rayonnants sur des fondations plus anciennes suggère que celles‑ci se situaient déjà sur les niveaux retenus pour les nouvelles allées, sinon elles n’auraient pas été réutilisées. Il s’agit d’une part du premier mur périmétral rectiligne : là, rien d’étonnant à ce que l’ouverture de l’allée 1 descendant jusqu’à la fondation de M19 rencontre également celle de M77. Mais il y a d’autre part le cas de M52 dont nous nous sommes demandé, vu son épaisseur, s’il ne prenait pas la suite d’un mur plus ancien. Il faudrait alors réussir à expliquer pourquoi il a été fondé aussi bas et pour l’instant, nous n’en voyons pas la raison. On perçoit ici les limites de la méthode régressive et la difficulté que l’on éprouve à justifier les anomalies : ceci nous incite à la prudence et suggère qu’un certain nombre d’éléments –et peut‑être même des réfections intermédiaires– nous échappent encore.

63À l’image des murs du premier état, les assises ne sont pas horizontales, mais suivent un certain pendage. Dans le cas des reprises, c’est évidemment celui du mur qui les a précédées. Pour les murs de bordure des allées, c’est une pente proche de celle des gradins qui est retenue.

3.3.2 Les transformations du plan

64La nouveauté de ce second état, c’est que les transformations ne concernent plus le périmètre, comme cela avait été le cas lors du passage de l’état 1A à l’état 1B : le premier théâtre a désormais atteint ses dimensions maximales. En revanche, ce qui est profondément modifié, c’est l’intérieur même de l’édifice, avec un plan de circulation totalement repensé et une cavea équipée de gradins en pierre. Ajoutons que si cette période nous paraît plus cohérente, en tout cas plus facile à comprendre que les précédentes, cela tient essentiellement à la construction en maçonnerie qui a livré un nombre important de vestiges. Nous renvoyons en particulier à la zone que nous avons fouillée de part et d’autre de l’allée 5 (fig. 122‑123).

FIG. 122 – Premier théâtre (état 2). L’allée 5 et les secteurs 5 et 6 de la cavea.

L. Thomas

FIG. 123 – Premier théâtre (état 2). Vue d’ensemble des secteurs 5 et 6 de la cavea. On note, en 1, le dispositif d’accueil des vantaux de la porte.

F. Dumasy

3.3.2.1 Accès et circulation

65Alors que, dans le premier état, l’on entrait dans l’édifice en le contournant, puisqu’il fallait emprunter des escaliers adossés (dépl. laE1‑E2 ; dépl. 1bF1‑F2, fin d’ouvrage), désormais l’on y pénètre directement par six entrées (dépl. 21‑6, fin d’ouvrage) ouvertes dans les murs périmétraux. Alors qu’auparavant l’on devait circuler sur des allées installées sur la pente même de la cavea, désormais l’on marche sur des niveaux établis en contrebas des gradins et aménagés en pente douce à partir de l’extérieur. Cependant certaines de ces nouveautés restent tributaires d’aménagements antérieurs : c’est le cas des entrées 1 et 6 qui ne sont pas ouvertes dans le mur périmétral M11, mais dans le mur intérieur M19. Pour y parvenir, il faut donc encore emprunter les escaliers adossés aux extrémités de la summa cavea, puis l’allée rectiligne, et tourner à angle droit devant M59. Mais désormais l’on circule près d’1 m plus bas, et avant de déboucher dans la nouvelle allée l’on franchit M19 à travers une porte (fig. 120), Pourquoi a‑t‑on maintenu cet accès qui créait une anomalie dans le plan ? Pourquoi n’a‑t‑on pas pu pratiquer dans M11 une ouverture en face de l’allée ? Peut‑être pour des raisons extérieures à l’édifice –un cheminement ou des structures plus anciennes– que nous ignorons totalement. À l’intérieur même de l’édifice, l’on ne voit guère comme obstacle que M59. Sa présence rendait en effet difficile, voire impossible, l’ouverture d’une entrée. Or on a préféré renoncer à une ouverture dans M11 et mettre en place un circuit compliqué (fig. 223), plutôt que de toucher à M59.

De l’extérieur à l’intérieur

66Le nouveau plan de circulation est en liaison avec des aménagements extérieurs à l’édifice. En effet, l’ouverture de quatre entrées dans la partie centrale de la courbe périmétrale exigeait la création d’une voie concentrique qui distribue les spectateurs tout autour de la cavea. Il est rare que l’on fouille à l’extérieur d’un édifice de spectacle et que l’on perçoive ses relations avec son environnement immédiat. Or ici nous avons retrouvé, sous les remblais du second théâtre, les dispositifs extérieurs au premier (fig. 46, US27, 24 ; fig. 50, US79, 64, 70). Sur une largeur qui oscille de 3,80 à 4,20 m est apparu, au‑dessus du remblai de sable gris de la période précédente, un niveau fait d’éclats de taille plus ou moins liés par une couche de chaux (US64, 70). Cette couche, très chargée en fragments de pierres le long du mur extérieur, s’atténue au fur et à mesure que l’on s’en éloigne et présente même parfois des lacunes importantes. On pourrait considérer qu’il ne s’agit que d’un niveau de construction –c’est d’ailleurs en partie l’origine de la couche–, cependant sa largeur de 4 m est trop régulière pour être le résultat des hasards d’un chantier. Et la présence de deux autres recharges de composition identique, étalées sur la même bande concentrique confirme qu’il s’agit bien d’un sol de circulation. Nous ne l’avons fait apparaître qu’au débouché de l’allée 9 sur une longueur de 13 m. À l’extrémité sud‑est, nous n’en avons retrouvé aucune trace, car seuls y subsistaient les niveaux de fondation, mais il est très vraisemblable que cette allée faisait le tour de l’édifice. Elle devait être reliée à une rue venant de la ville, mais nous ignorons où se faisait la rencontre : des traces en subsistent peut‑être sous les remblais du second théâtre qui n’ont pas été fouillés.

Aménagements des allées

67Les baies ouvertes dans le mur d’enceinte du théâtre comportaient des portes. Ce qui nous en donne la certitude, ce ne sont pas des mortaises dans les pierres de seuil –elles ont toutes disparu–, mais un dispositif ménagé dans les murs perpendiculaires au mur d’enceinte. À partir de leur rencontre avec M11, ces murs présentent un décrochement oblique, long de quelque 0,65 m et large à son extrémité de 0,20 m, manifestement destiné à accueillir le vantail de la porte (fig. 123‑124). La baie, large d’environ 1,30 m, devait en effet être fermée par une porte comportant deux vantaux de 0,70 m. Lors de l’ouverture des portes, ceux‑ci s’effaçaient presque totalement dans l’épaisseur du mur. On comprend l’intérêt d’un tel dispositif qui permet de profiter de toute la largeur de l’entrée sans être gêné par les vantaux. Il était peut‑être d’ailleurs encore plus appréciable au moment de la sortie du théâtre, car le reflux des spectateurs se faisait ainsi facilement, sans risque de heurt ni de bousculade. Il faut souligner qu’une fois de plus les allées 1 et 6 se différencient des autres, car elles ne présentent pas cet aménagement. Il faut probablement mettre cette absence sur le compte du tracé assez particulier des murs de ces allées.

124 – Premier théâtre (état 2). L’allée 2 et les murs M57 et M58.

Studio Gesell

68Le premier sol de circulation est fait d’une couche tassée d’éclats calcaire, de galets, de petits fragments de terre cuite noyés dans un sable beige, le tout d’une épaisseur de quelques centimètres (fig. 45, US227). Des clous de chaussure, des petits tessons usés, des os très fragmentés se sont peu à peu enfoncés dans ce niveau qui a fait l’objet de nombreuses recharges (fig. 45, US222, 219, 217, 215, 205, 58). Ainsi les niveaux de circulation de ce second état du théâtre présentent‑ils un aspect qui les rapproche davantage des premiers trottoirs de la ville que des sols des portiques qui se mettent en place à la fin du ier s. ou au début du iie s. (Dumasy 1996 : 61‑64). Leur construction sommaire avec des matériaux hétéroclites, l’emploi du sable plutôt que du mortier comme liant ainsi que la fréquence des recharges se situent dans la tradition des circulations piétonnières des périodes précoces et non dans celle des réalisations monumentales plus récentes.

69Ce revêtement a été étalé au‑dessus d’une fine pellicule de mortier orangé qui marque le niveau de construction des murs et qui est séparée du sable naturel par une couche de sable gris (fig. 45, US91). Il s’agit probablement du remblai étalé sur la pente d’origine lors de la construction du premier édifice : pour créer les allées, les constructeurs ont creusé jusqu’aux niveaux les plus anciens, sans entamer cependant le sol naturel. Le premier sol de circulation se trouve situé entre 0,90 et 1 m en contrebas de l’assise supérieure des murs rayonnants tels qu’ils sont conservés actuellement. Or il est clair que ces murs de bordure de la cavea ne pouvaient pas s’élever plus haut que les gradins et qu’ils suivaient la même pente qu’eux. On le voit en particulier à la rencontre du mur rayonnant M52 avec la fondation du gradin supérieur, ainsi que dans la cavea où les fondations de gradins s’échelonnent selon des altitudes qui correspondent, à une ou deux assises près, à celles du mur (fig. 129). Les murs rayonnants ne dépassaient donc guère 1,20 m de hauteur, ce qui signifie que les allées n’étaient pas couvertes et qu’elles constituaient des circulations à ciel ouvert. On comprend mieux, dans ces conditions, que leur sol s’apparente à celui d’espaces découverts.

Distribution du public

70Ces allées suivent des tracés différents : seules, les allées 3 et 4 sont rayonnantes ; les autres sont parallèles au diamètre, deux situées à l’intérieur du demi‑cercle, les deux autres dans la partie outrepassée. Les allées 2 et 5 sont dans le prolongement l’une de l’autre et leur mur nord s’aligne sur un mur parallèle au diamètre, M66, construit dès la première cavea.. C’est aussi le cas des allées 1 et 6 qui longent le premier mur périmétral rectiligne. Ce respect des tracés anciens combiné à des nouveautés aboutit à un plan inhabituel dans lequel les allées rayonnantes 3 et 4 débouchent dans les allées 2 et 5 qui ne font en réalité qu’une seule allée parallèle au diamètre, à l’endroit où elle est la plus proche de l’orchestra (fig. 125). Aussi a‑t‑on l’impression que ces six allées ont pour fonction principale de conduire à l’orchestra, et l’on peut se demander si elles desservent également la cavea.

FIG. 125 – Premier théâtre (état 2). Rencontre des allées 2 et 3 (en partie recouvertes par le mur M35 du second théâtre)

J.-P. Adam

71Il n’y a aucun doute pour le secteur supérieur, puisque immédiatement après l’ensemble M11‑M19 s’ouvre de chaque côté de l’allée un escalier qui conduit à une allée concentrique. Ces escaliers sont très ruinés ; toutes les marches ont été arrachées, sauf la première de l’escalier nord qui a échappé à la récupération car, comme nous le verrons plus loin, elle a été progressivement enfouie dans les recharges. Cette première marche était faite de deux blocs posés sur une fondation de moellons de dimensions croissantes, de façon à fournir un niveau horizontal (fig. 122, 132). Comme le sol de l’allée concentrique se situait à environ 1,10 m au‑dessus de celui de l’allée rectiligne et que la marche est haute de quelque 0,18 m, on peut restituer un escalier de 6 marches. Située entre la summa cavea et les premiers gradins de la media cavea, l’allée concentrique supérieure jouait un rôle essentiel dans la distribution du public. Sa largeur d’1,30 m, qui lui permettait d’accueillir deux spectateurs de front, confirme d’ailleurs son importance, puisqu’elle est proche de celle de l’allée principale qui fait 1,38 m à l’ouverture (tabl. xxix). Pour elle, cette dimension reste constante, alors que les allées rectilignes se rétrécissent.

TABL. XXIX – Premier théâtre (état 2). Largeur des allées, en mètres (l’allée 6, trop partiellement conservée, n’est pas prise en compte).

72On s’aperçoit en effet qu’à l’extrémité inférieure de l’allée 3, la seule que l’on connaisse, la largeur n’est plus que d’1,15 m. Le phénomène paraît s’accentuer dans l’allée 4 qui ne mesure plus qu’1 m aux deux tiers de son parcours et dans l’allée 5, large d’1,25 m à près de la moitié de sa longueur. Quant à l’allée 1, elle présente une largeur constante d’1 m, pas dès l’entrée, qui mesure comme les autres 1,40 m, mais à partir de l’angle de M44 avec M43. La bordure sud de l’allée s’articule en effet en deux éléments : d’abord M44, perpendiculaire à M19, puis, après un retour à plus de 90°, la liaison avec le mur M43, qui s’aligne sur M42. Ce dernier reprend le tracé du premier mur périmétral rectiligne. Pourquoi un tel décrochement ? Il paraît dû aux diverses contraintes auxquelles l’architecte a dû faire face : créer d’une part un secteur de la cavea identique aux autres avec allée concentrique supérieure et allée parallèle au diamètre, et raccorder l’ensemble à une entrée ouverte à l’extrémité de M27, juste avant sa rencontre avec M59. Comme il ne fallait pas réduire la largeur de ce secteur de cavea déjà étroit, l’architecte a réduit celle de l’allée à 1 m, en rapprochant le mur sud du mur nord. Le décrochement M44‑M43 lui permettait alors de donner à l’entrée la même dimension qu’aux autres et d’installer sur M44 un escalier d’accès à l’allée concentrique sud, seul moyen de gagner les gradins supérieurs. Ce qui apparaît aujourd’hui comme la tête de mur de M44 doit correspondre en fait à l’angle de M44 avec le mur concentrique supérieur détruit lors de la construction du second théâtre. Dès lors, me semble‑t‑il, l’ensemble du dispositif s’éclaire, même s’il faut renoncer à l’idée d’une porte fermant cette entrée : en effet, les vantaux ouverts, l’accès aux escaliers latéraux deviendrait impossible. Mais après tout, il y avait une porte dans l’édifice précédent : dans le mur d’enceinte, en haut de l’escalier adossé. Puisque cet escalier continue à servir, c’est toujours là que se situe la porte d’entrée.

73En dehors de légères variations dues à des irrégularités dans la réalisation sur le terrain, les allées concentriques et rectilignes présentent à l’entrée la même largeur. Ensuite, le tracé rayonnant impose aux allées rectilignes une réduction progressive de leur largeur jusqu’à 1 m et peut‑être moins. Cela indique‑t‑il que les spectateurs étaient beaucoup moins nombreux à emprunter les allées rectilignes ? Si l’on comprend‑bien l’organisation de la moitié supérieure de la cavea, desservie tout au long de sa courbe par l’allée concentrique, on peut s’interroger sur la façon dont on accédait aux gradins inférieurs. Uniquement par le haut ? Ou disposait‑on d’une allée ou d’un escalier ouvert dans la moitié inférieure des murs rectilignes ? Aucune interruption de ce type n’est visible. Il faut cependant citer la présence, sous le quatrième gradin du secteur V, du mur M65 (fig. 126). Réalisé au mortier orangé et conservé sur deux assises, il suit un tracé nettement rectiligne qui fait avec M53, auquel il s’appuie, un angle droit. Plus épais qu’un gradin, il ne fait pas figure d’une simple erreur de chantier, car si cela avait été le cas, il aurait été facile de le démonter. Correspondrait‑il à un premier état de la cavea maçonnée ? Il en serait alors le seul témoin, car aucune trace n’en a été repérée ailleurs. Peut‑être pourrait‑on envisager qu’il s’agit d’un mur de précinction. Mais cette allée serait sans communication avec l’allée rayonnante puisqu’il n’y a pas d’ouverture, ce qui en réduirait beaucoup l’intérêt. Il paraît donc difficile de justifier la présence de ce mur. Il suggère cependant un projet ou des structures peut‑être plus complexes que ce que nous avons sous les yeux. Rappelons d’ailleurs que le plan ne nous livre, dans le meilleur des cas, que les deux tiers supérieurs de l’allée et que nous ignorons tout des aménagements inférieurs. Ce que révèle actuellement le secteur central de la cavea, c’est une suite ininterrompue de 13, 14 ou 15 gradins (fig. 127) : s’il y a une précinction, elle ne se trouve pas au milieu de la volée de gradins, mais dans la partie basse.

FIG. 126 – Premier théâtre (état 2). Le mur M65 conservé sous les fondations des gradins.

F. Dumasy

FIG. 127 – Premier théâtre (état 2). Plan et coupe des fondations des gradins du secteur 4.

L. Jeand’heur d’après P. Flotté

74Même si les allées offrent un accès vers la cavea inférieure, elles descendent toutes jusqu’à l’orchestra, comme le montre le débouche de l’allée 3 dans l’allée 2. Six allées pour mener jusqu’à l’orchestra, c’est beaucoup : rappelons que le théâtre romain n’en dispose que de deux, nettement plus larges et plus monumentales, il est vrai, que les six allées de notre théâtre. Un tel dispositif invite à s’interroger sur la fonction de l’orchestra (cf. infra § 5.2.1). Nous avons déjà souligné, lors des états précédents, sa superficie et sa situation centrale, au cœur même du théâtre ; le schéma de circulation mis en place au second état paraît renforcer sa position privilégiée.

3.3.2.2 La pétrification de la cavea

Le découpage de la cavea

75Le nombre pair des allées découpe la cavea en sept secteurs : un secteur central flanqué de trois secteurs latéraux, qui se répondent de part et d’autre de l’axe de symétrie du théâtre mais qui relèvent chacun d’un plan et de dimensions différentes. On observe que ce découpage concerne également la summa cavea : celle‑ci ne se développe plus de façon continue sur la totalité du périmètre de la cavea mais, comme les autres parties de la cavea, elle est interrompue par les allées rayonnantes. La solution adoptée ici est à l’opposé de celle que présentent les théâtres romains où la cavea est rythmée en cunei identiques par des escaliers qui se répartissent de part et d’autre d’un escalier axial. Aussi est‑il difficile de comparer la cavea classique dont les escaliers sont taillés dans les gradins eux‑mêmes et où les couloirs sont seuls à révéler les circulations souterraines, à celle du théâtre d’Argentomagus coupée par des allées à ciel ouvert.

76Il est évident que l’architecte n’a pas disposé d’une grande liberté de manœuvre et qu’il a dû composer avec un bâtiment plusieurs fois remanie. Mais loin de corriger ces données, il les a faites siennes et semble avoir poussé à leur extrême les tendances antérieures : ainsi de l’emplacement central de l’orchestra, renforcé par la création de deux secteurs parallélépipédiques dont les gradins se font face, situation insolite dans un théâtre antique, ainsi de l’allée parallèle au diamètre qui traverse toute la cavea et sur laquelle débouchent deux allées rayonnantes, ainsi de toutes ces figures géométriques dont s’inspire le découpage de la cavea (trapèze du secteur central, triangles des secteurs III et V ou I et VII, rectangles des secteurs II et VI).

77Ajoutons‑y des irrégularités de tracé. Certaines, anciennes, comme la courbe aplatie du mur périmétral curviligne, ne pouvaient plus être corrigées ; mais d’autres apparaissent dans cette dernière version de l’édifice. Ainsi de l’allée 2 dont les murs de bordure ne se trouvent pas exactement sur la même droite que celles de l’allée 5 : son ouverture dans M11 se situe en effet à 2 m plus au sud que celle de son homologue. Sans doute existe‑t‑il déjà un léger changement d’axe dans le mur plus ancien, M66. Il est en tout cas adopté, voire amplifié, tout au long du tracé de l’allée 2 vers l’ouest. S’agit‑il vraiment d’une irrégularité ? Ne faudrait‑il pas parler plutôt d’une rectification de tracé ? Il est en effet difficile d’admettre une telle erreur, qui entraîne des conséquences pour les deux secteurs limitrophes de la cavea : le secteur II est amputé, dans sa partie haute, d’une longueur de 2 m et c’est le secteur III qui en profite. Sans doute les spectateurs n’en pâtissaient‑ils pas outre mesure ; seule la régularité du plan en souffrait, peut‑être d’ailleurs pour une bonne raison. Mais si elle existe, elle nous échappe totalement.

FIG. 128 – Premier théâtre (état 2). Fondation du gradin supérieur (M55). Noter la trace du mortier de pose des blocs de gradins.

F. Dumasy

La pose des gradins

  • 11 G.‑C. Picard interprétait ce niveau d’éléments en terre cuite comme un véritable sol, fait de tegul (...)

78Nous abordons ici la transformation la plus spectaculaire de ce second état : l’équipement de la cavea avec des gradins en pierre. Mais ce n’est pas le modèle habituel qui est adopté, puisque les sièges n’ont qu’une profondeur moyenne de 0,34 m et sont séparés par un intervalle de 0,40 m. Il ne s’agit donc pas d’une cavea faite de gradins continus, mais de rangées indépendantes les unes des autres. Les blocs de gradins s’y alignent sur des maçonneries concentriques de même largeur qu’eux (fig. 122). Hautes de deux assises réalisées avec des moellons identiques à ceux des murs et présentant un parement de chaque côté, ces maçonneries ressemblent à des petits murs (fig. 42, US 17). Mais il s’agit en fait de fondations noyées dans un remblai et destinées à porter le bloc de gradin. Elles reposent cependant non pas sur un radier mais sur une couche de mortier orangé étalé directement sur le remblai de la cavea. L’assise inférieure est noyée dans le remblai de sable mêlé de matériaux divers qui fait office de sol entre les gradins. Cet intervalle joue en effet le rôle d’une allée sur laquelle les spectateurs posent leurs pieds. Elle a fait l’objet de recharges qui utilisent surtout des fragments de tegulae et d’imbrices11. Mais nettement moins tassées que les sols des allées et perturbées par la phase de récupération des blocs, ces recharges n’ont pu être distinguées les unes des autres. Précisons que la face arrière du bloc de gradin était en grande partie noyée dans cette couche.

79Les blocs de gradins présentent une largeur qui oscille de 0,325 m à 0,355 m (tabl. xxvii). Leur longueur en revanche connaît des variations importantes puisqu’elle va de 0,345 à 1,39 m, en passant par des mesures intermédiaires. Nous avons en effet retrouvé, encore intact sur l’assise‑supérieure du premier gradin, le mortier de liaison étalé pour sceller le bloc : il avait gardé la trace des deux joints latéraux, distants d’1,04 m (fig. 128). Or parmi les blocs de gradin recueillis lors des fouilles anciennes, il en existait un de cette dimension et nous l’avons remis sur son support (fig. 129).

FIG. 129 – Premier théâtre (état 2). Fondations des gradins du secteur 6.

F. Dumasy

80Quant aux légères variations de l’épaisseur, elles devaient être corrigées lors de la pose par le lit de mortier. Les gradins offraient donc une hauteur approximative de 0,25 m : les 0,20 m du bloc et du mortier auxquels s’ajoutaient les quelques centimètres de la fondation situés au‑dessus du sol. Une telle hauteur assurait le confort du spectateur. Elle contribuait également à créer l’illusion d’une cavea toute en pierre de taille, puisque les rangées de blocs de gradins masquaient à la vue du public celles des supports maçonnés en déclivité les uns par rapport aux autres de 0,15 à 0,20 m, ainsi que l’espace qui les séparait. Il faut cependant préciser qu’en ce qui concerne la pente entre les rangs de gradins, on rencontre des exceptions dont il est difficile de rendre compte : J.‑P. Adam a en effet relevé dans le secteur IV une déclivité de 0,10 m. Irrégularités dans l’exécution ? Réfections maladroites ? Ou encore dispositif pour la création d’une allée concentrique ? Mais dans ce dernier cas, on ne voit pas pourquoi le phénomène concerne plusieurs gradins.

81Le seul secteur de la cavea qui n’ait pas livré la moindre maçonnerie, c’est la summa cavea. Il y a là quelque chose d’étonnant, quand on songe qu’à la période précédente, c’est au contraire le seul secteur à montrer des traces d’aménagement : il est vrai qu’il s’agissait alors de gradins en bois. La stratigraphie révèle la présence, au pied de M19, d’une couche de mortier orangé qui indique qu’à cette phase le mur est surélevé (fig. 43, US62). Au‑dessus vient une épaisse couche de sable gris (US61) dans laquelle il faut voir le remblai rapporté pour installer les gradins en pierre de la summa cavea. La seule trace qui en subsiste, c’est la surélévation de M19 sur deux à trois assises, probablement pour supporter le repose‑pieds du premier gradin (fig. 43, US255 ; fig. 121). La summa cavea, située nettement plus haut que le reste de la cavea, a été presque totalement arasée lors de la démolition du premier théâtre : il n’en reste qu’une fine couche de démolition comprenant des fragments de mortier gris ou orangé, ainsi que des débris de peinture murale (fig. 43, US60).

82Il faut probablement ajouter aux blocs utilisés pour les gradins ceux qui devaient couvrir les murs des allées : il est en effet difficile de penser que ces murs rectilignes qui interrompent la courbe des gradins en pierre présentaient un sommet traité en appareil à moellons quadrangulaires. Une couverture par des blocs en grand appareil qui s’harmoniseraient à ceux des gradins conviendrait beaucoup mieux. Ce qui suggère cette idée, c’est le long bloc rectangulaire 26 de même épaisseur que les gradins (fig. 115). Sa largeur de 0,44 m correspond en effet à celle de l’extrémité des murs rectilignes et le trou de louve sur sa face supérieure indique qu’il a été hissé à une certaine hauteur : ce pourrait être celle du mur M62 ou M63 (tabl. xxviii) près desquels il a été retrouvé, en remploi dans la fondation de M24. À cela on objectera que la largeur de ces murs diminue, ce qui n’est pas le cas du bloc. Sans doute, mais on peut répondre que cette réduction ne devait pas être très sensible sur une longueur d’1,80 m qui est celle du bloc. Aussi, malgré ces réserves, suis‑je tentée de proposer une telle restitution qui achèverait de donner à la cavea du théâtre d’Argentomagus l’aspect monumental qu’a dû souhaiter son commanditaire.

83Ces 25 cm de hauteur, ce sont également autant de marches à franchir pour parvenir à sa place. En effet l’une des conséquences de la mise en place de rangs de gradins indépendants les uns des autres, c’est que l’on ne peut y tailler des marches comme dans une cavea à gradins continus et que la seule solution pour gagner sa place, c’est de descendre à travers la cavea en franchissant alternativement gradins et intervalles : le parcours est sûrement plus difficile que celui qui consiste à emprunter un escalier taillé dans la volée de gradins. Il est en tout cas possible qu’à l’intérieur de chaque secteur, une zone ait été réservée à la circulation afin d’éviter que les spectateurs ne s’égaillent sur les gradins et ne dérangent ceux qui sont déjà assis : une marque à la peinture ou un signal quelconque pouvait attirer l’attention sur elle.

84Nous avons donc sous les yeux une cavea faite de gradins en pierre, de gradins qui pourraient presque donner l’impression, lorsqu’on les regarde de l’orchestra, d’appartenir à un théâtre classique. Mais ce serait oublier une de leurs caractéristiques essentielles : au long de leur parcours, aucun de ces gradins ne suit une horizontale. En effet, comme les murs concentriques, les fondations des gradins suivent le relief naturel et s’élèvent progressivement des ailes de la cavea jusqu’à la partie centrale. D’un secteur à l’autre, le même gradin n’est donc pas situé à la même altitude : on le voit bien à l’allée 5 où les gradins du secteur V se trouvent placés 0,30 m plus haut que leurs correspondants du secteur VI. Mieux encore, à l’intérieur de chaque secteur, les gradins continuent à monter doucement jusqu’à leur rencontre avec l’axe de la cavea qui correspond au centre du secteur IV (fig. 130).

FIG130 – Premier théâtre (état 2). Restitution axonométrique des secteurs 5 et 6 de la summa cavea.

L. Jeand’heur

85Ce dispositif n’entraîne évidemment aucune conséquence fâcheuse pour la visibilité, puisque la pente entre deux gradins reste constante, quel que soit le secteur envisagé. En revanche, une telle réalisation devait apparaître très insolite aux spectateurs habitués aux caveae régulières des théâtres grecs et romains. Elle l’est également pour nous qui avons du mal à accepter les innovations –fort peu classiques– de l’architecture gallo‑romaine. La cavea du premier théâtre d’Argentomagus est désormais là pour prouver que pareille anomalie existe.

86Un dernier trait est à souligner, c’est le tracé des gradins, des fondations comme des blocs. Ceux‑ci se présentent comme des rectangles presque parfaits : les faces de joints ne présentent qu’une très faible oblique par rapport à la droite de la face arrière ; quant à la face de parement, elle dessine un très léger cintre. Si ces particularités de taille sont sensibles sur les plus grands des blocs, elles le sont à peine sur les plus petits. Tout ceci indique que l’on a affaire à des blocs de gradins qui s’insèrent dans des courbes particulièrement faibles. C’est également le cas des supports maçonnés qui dessinent des arcs de cercle très ouverts. Dans le secteur VI qui correspond en partie à la zone outrepassée, certains d’entre eux montrent même des tronçons rectilignes (fig. 122‑129). Ainsi comprend‑on que la taille parallélépipédique des blocs est adaptée à un support qui ne s’incurve que fort peu. Mais ces faibles courbures suffisent à réaliser une cavea en arc outrepassé. En effet, il ne s’agit pas de courbes continues qui se développeraient selon le même arc de cercle d’une extrémité à l’autre de la cavea. Ici, chaque courbe est interrompue à six reprises par les allées à ciel ouvert qui constituent autant de saignées. Après chaque interruption, les fondations reprennent, mais elles peuvent être légèrement décalées et faire un angle avec les précédentes. Ainsi, les tracés semblent‑ils jouer à la fois de la droite et de la courbe. Une fois de plus, il faut nous demander s’il faut mettre tout cela sur le compte de l’inexpérience et de la maladresse ou si un dessein se profile derrière ces réalisations.

87Il semble bien en fait que la plupart des particularités que nous avons signalées relèvent d’un projet cohérent, même si ce dernier n’offre qu’un écho souvent déformé des pratiques architecturales romaines. Tout se passe en fait comme si cette cavea. répondait à des exigences différentes et relevait d’un plan inhabituel dans les théâtres classiques. Or j’ai évoqué à plusieurs reprises l’idée que la première cavea était en bois, avec des preuves assez convaincantes, semble‑t‑il, pour la summa cavea ; je serais tentée de croire que le second état du premier théâtre traduit ces dispositifs dans la pierre. Avec quelques variantes bien sûr, mais qui ne modifient pas fondamentalement le schéma ancien. La première cavea en effet ne reposait pas sur des échafaudages compliqués et dangereux, mais, bénéficiant de la pente naturelle, elle alignait ses bancs de bois les uns derrière les autres ; c’est ce qu’évoquent les rangées de gradins séparées par un intervalle où le spectateur pose ses pieds. La faiblesse des courbes, l’importance des tracés rectilignes s’expliquent mieux si l’on songe à une construction initiale en bois.

88Si l’on retient l’idée que la cavea du second état du premier théâtre d’Argentomagus est proche de modèles en bois, qu’elle en est proche au point d’apparaître comme sa traduction en pierre, on peut alors utiliser le terme de pétrification. En se plaçant dans une telle perspective, on perçoit mieux les contraintes du cahier des charges et les limites de l’intervention du maître d’œuvre. En effet, si la commande qui a été passée à l’architecte consistait à remplacer les bancs en bois par des gradins en pierre et à construire des murs en dur pour les allées, on comprend que son rôle se soit limité à celui d’un exécutant fidèle, mais sans grand talent. On peut même se demander si l’architecte était indispensable et si un tailleur de pierre ou un entrepreneur compétent ne faisait pas l’affaire. En tout cas, le résultat obtenu est à la mesure de la commande et de la somme déboursée par le maître d’ouvrage : la pierre de taille est désormais omniprésente, pour les gradins comme pour le couronnement des murs. Argentomagus possède un theatrum lapideum. Pourtant, si le projet était plus ambitieux et visait à transformer le vieux théâtre de bois en un théâtre en pierre tout neuf, il faut reconnaître que la réalisation est décevante et que l’architecte, trop attaché à ses modèles, n’a pas su exploiter les possibilités du nouveau matériau. Mais peut‑être n’a‑t‑il pas disposé des moyens financiers nécessaires pour mener à bien un tel projet.

89Nous ne saurons évidemment jamais quelles étaient les intentions du commanditaire. Quel que soit le projet, il nous est par ailleurs difficile d’en apprécier le résultat, car nous manquons pour l’instant d’éléments de comparaison. Ce qui nous intéresse le plus dans cette réalisation, c’est le témoignage qu’elle nous offre sur un des moments importants de l’histoire du théâtre gallo‑romain, qui voit le passage du bois à la pierre, et sur la façon dont s’opèrent ces transformations.

3.3.3 Entretien et réfections

3.3.3.1 Recharges de sols

90Rappelons que les circulations de ce premier théâtre se font à ciel ouvert et qu’elles présentent toutes, qu’il s’agisse des allées rectilignes ou de l’allée concentrique supérieure et même des intervalles entre les gradins, le même sol fait d’éclats de calcaire, de petits galets et de fragments de terre cuite (fig. 131). L’abondance des clous de semelle et la fragmentation des os et des tessons recueillis sur le sol, dans la fine couche d’occupation qui s’est déposée progressivement, témoignent de la fréquentation de l’édifice (fig. 45, US223). La présence d’un tel mobilier peut paraître insolite à l’intérieur d’un monument public, mais elle ne l’est pas plus, me semble‑t‑il, que sur les chaussées ou sur les trottoirs de la ville. La plupart de ces éléments devaient d’ailleurs se trouver déjà dans les matériaux rapportés pour constituer le sol ; les autres y sont venus à la suite de hasards divers que les allées et venues du public ont dû favoriser.

FIG. 131 – Premier théâtre (état 2). Sol et recharges de l’allée 5 : a sol 227 ; b recharge 222 ; c recharge 219 ; d recharge 217 ; e recharge 215 ; f recharge 200.

F. Dumasy

91Autre indice de l’utilisation de l’édifice : la fréquence des recharges. L’allée 5 a en effet livré au‑dessus du sol d’origine une suite de cinq niveaux séparés par de fines couches d’occupation qui présentent les mêmes éléments que la première ; il peut s’y ajouter quelques objets perdus par les spectateurs, des jetons en os, une bague, des fibules cassées ou arrachées du tissu au milieu de la bousculade de la foule (fig. 84). Les recharges se caractérisent par la présence de petits éléments calcaire et par celle de fragments de tegulae et d’imbrices : les matériaux sont identiques d’une couche à l’autre ; c’est leur quantité qui varie. On remarque en particulier que la troisième recharge (fig. 45, US 217) contient un nombre important d’éléments en terre cuite (fig. 131, n° 217). Ces accumulations successives de matériaux ont eu pour résultat de surélever les niveaux, si bien que la première marche de l’escalier de l’allée concentrique a disparu progressivement sous les terres rapportées et que le sol le plus récent se situe à quelque 0,35 m au‑dessus du premier. La situation est différente dans la partie supérieure de l’allée, entre l’entrée et l’escalier, où l’on n’a retrouvé que deux recharges. Il fallait en effet maintenir ici le niveau d’origine du seuil et des vantaux de la porte qui, rappelons‑le, devaient se rabattre dans les décrochements des murs latéraux. On observe d’ailleurs que le sol, qui suivait à l’origine une pente assez marquée, a rattrapé progressivement le niveau qui était le sien à l’entrée et qu’il offre désormais une horizontale.

92Le phénomène des recharges est moins sensible dans l’allée supérieure ou dans les intervalles entre les gradins –nous n’avons pas réussi à y distinguer des niveaux différents– mais il a dû également jouer, comme le suggère l’épaisseur des matériaux accumulés. Il est vrai que les allées concentriques au sol proche de l’horizontale ont beaucoup moins souffert des intempéries et du ravinement de l’eau que les allées rectilignes au sol en pente. Ces diverses interventions montrent en tout cas que le théâtre était entretenu régulièrement. Peut‑on aller plus loin et tenter de préciser la durée d’une de ces réfections ? Proposera‑t‑on quelques années ? Une décennie ? Si l’on s’en tient à de tels chiffres, on peut estimer que le deuxième état du premier théâtre d’Argentomagus a fonctionné pendant 20, 30, voire 40 ans, sans nécessiter d’autre intervention que la réfection des sols. Mais au bout de cette période, des travaux de consolidation étaient devenus nécessaires.

3.3.3.2 Dernière campagne de travaux

93Dans le secteur de l’allée 5, des traces de reprise de maçonnerie sont en effet très visibles sur les murs rectilignes M52 et M53, en particulier à leur rencontre avec le gradin supérieur (fig. 132‑133). On remarque que des deux côtés de l’allée, l’angle a été en partie reconstruit et que les chaînages sont désormais réalisés avec des blocs de dimensions nettement supérieures à ceux de l’état précédent, ce qui explique l’emploi de petites pierres pour caler le premier bloc de M52 (fig. 134). Taillés dans du calcaire fin, ils présentent une face soigneusement lissée ; un seul a gardé son épaisseur d’origine qui est de 0,18 m. Autant de traits qui suggèrent que l’on a affaire ici à un remploi de blocs de gradins ou de couverture de murs. La reprise de l’angle de M52 se fait au niveau de la sixième assise sans perturber les assises inférieures, ni la marche qui reste en place. Ce n’est pas le cas pour M53, repris au niveau de la septième assise, et dont l’angle se situe en retrait d’au moins 0,30 m par rapport à l’angle initial. Il est difficile d’être plus précis, car les assises inférieures de M53 présentent aujourd’hui un arrachement, probablement dû à la phase de récupération des marches. Cette amputation de M53 se fait, en tout cas, au bénéfice de l’escalier sud de l’allée concentrique, qui présente une largeur d’1,50 m alors que celle de l’escalier nord n’est que d’1,32 m. On observe d’ailleurs que, dans les deux escaliers, la réfection ne s’est pas limitée à l’angle, mais qu’elle concerne aussi le mur de cage ouest ou est, long d’1,50 m, qui correspond en fait au gradin supérieur (fig. 45).

FIG. 132 – Premier théâtre (état 2). Élévation des murs rayonnants M50 et M52 dans l’allée 5.

L. Jeand’heur d’après P. Flotté

FIG. 133 – Premier théâtre (état 2). Élévation des murs rayonnants M51 et M53 dans l’allée 5.

L. Jeand’heur d’après P. Flotté

FIG. 134 – Premier théâtre (état 2). Réfection de M52 à l’angle avec l’escalier nord de la summa cavea. Noter les quatre assises inférieures, puis la reprise avec des blocs de remploi.

F. Dumasy

94Les travaux ne s’arrêtent pas à l’angle, mais touchent également l’élévation de M52 dont les cinq assises supérieures ont été totalement reprises avec des moellons de dimensions nettement supérieures à ceux de l’état précédent : on y repère près de 70 % de remplois (cf. infra annexe 2). Une fine bande de sable gris sépare les assises reconstruites des cinq assises d’origine (fig. 132). Celles‑ci étant alors totalement enfouies dans les recharges, on constate que c’est la totalité de l’élévation du mur qui est reconstruite à partir du sol. Ces travaux ont évidemment touché les fondations de gradins appuyés à M52, mais nous ne pouvons préciser jusqu’où s’étendent les reprises, puisque le couloir 3 du second théâtre coupe la cavea à 2 m au nord de l’allée 5 et que celle‑ci n’a pas été fouillée plus au nord.

95On ne décèle pas les mêmes travaux sur le mur qui fait face à M52 : les moellons y présentent les mêmes dimensions et relèvent tous du calcaire oolithique local. Seul l’angle y fait l’objet de quelques raccords (fig. 133). Les murs rectilignes qui bordent l’allée 5 dans sa partie supérieure ne semblent pas non plus avoir fait l’objet de travaux. Sans doute M51 est‑il trop ruiné pour qu’on puisse l’affirmer, mais M53 est conservé sur une élévation de huit assises qui ne porte aucune trace de reprise. Les murs concentriques n’ont pas davantage été touchés.

96Que dire de ces travaux ? S’agit‑il de réfections ponctuelles limitées à l’allée 5 ? Ou concernent‑ils d’autres secteurs du théâtre ? C’est ici que nous regrettons, une fois de plus, de n’avoir fouillé qu’une seule allée, alors que les allées 2 et 4 qui restent enfouies nous auraient fourni des informations complémentaires. La seule observation que nous avons pu faire concerne le débouché de l’allée 3 dans l’allée 2 ; la stratigraphie a disparu et les murs, conservés sur trois ou quatre assises, ont fait l’objet d’une restauration intensive qui les a en partie dénaturés. On note cependant le remploi de blocs dont les dimensions et le traitement des faces évoquent des fragments de gradins ou de marches. En déduira‑t‑on que ces murs ont également fait l’objet d’une réfection ? Je laisserai l’interrogation en suspens, car je ne suis pas sûre qu’au second état les constructeurs n’aient pas réutilisé, dans les assises inférieures de l’un des nouveaux murs, des blocs provenant du premier état du théâtre, voire d’un autre édifice.

97Ce que nous retenons, pour l’instant, c’est l’intervention des maçons dans l’un des secteurs de la cavea. Cette intervention a pu s’étendre à d’autres zones, mais elle paraît, cette fois‑ci, essentiellement liée à des réparations et non à des transformations. C’est la première fois que nous percevons la nécessité de consolider les maçonneries. Faut‑il considérer qu’il s’agit là de travaux normaux dans un édifice public après plusieurs dizaines d’années de service ? Ou bien évoquerons‑nous des détériorations rapides, dues par exemple à la mauvaise qualité du mortier ? Il est impossible de répondre, puisque nous n’avons qu’une vision très partielle de l’état du théâtre au moment de cette intervention. Ce qui évoque en tout cas une campagne de travaux touchant l’ensemble du bâtiment, c’est le fait que les sols de circulation semblent tous bénéficier d’une dernière recharge. Sans doute n’est‑il pas facile d’affirmer qu’elle a été étalée partout au même moment. Cependant, à l’extérieur comme dans l’allée concentrique et dans les allées rectilignes, l’on constate la présence, sous la dernière fréquentation, d’une couche de mortier particulièrement riche en chaux, étalée sur un niveau tassé fait de pierres et de fragments de tuiles (fig. 42, US170 ; fig. 45, US58). Elle ne fait que quelques centimètres d’épaisseur ; elle est même parfois lacunaire, mais elle occupe partout la même situation stratigraphique, si bien qu’il est tentant de la rattacher à la dernière campagne de travaux, comme cela apparaît clairement au pied du mur reconstruit M52.

98À l’extérieur du théâtre, cette recharge est composée, comme les deux sols précédents, d’éclats calcaires liés par de la chaux (fig. 50, US70). Mais elle présente un aménagement supplémentaire. Au nord de l’entrée, nous avons retrouvé un alignement de trois trous de poteaux disposés en oblique par rapport à la porte (fig. 122). Bien que la fouille de la zone sud n’en ait pas révélé de trace aussi convaincante, on peut considérer qu’un dispositif analogue existait le long de la bordure sud et qu’il a disparu lors de la démolition de l’édifice. Dans ce cas, ces trous de poteaux pourraient correspondre à l’installation, de part et d’autre de l’entrée, d’une barrière destinée à canaliser la foule. Structure très sommaire, d’emploi sans doute limité, mais qui se situe bien dans la tradition d’un édifice initialement en bois. Si cette fonction était confirmée, cette simple barrière témoignerait à la fois de l’importance du public qui se presse aux portes du théâtre et de la volonté des autorités de contrôler cet afflux. Mais la confirmation est pour l’instant impossible, puisque ces modestes vestiges ont en partie disparu près de l’allée 5 et que nous n’avons pas eu la possibilité de vérifier leur présence au débouché des autres entrées.

3.3.4 Permis de démolir

3.3.4.1 Pourquoi une telle décision ?

99Dans les années 180, les autorités d’Argentomagus prennent la décision de démolir leur vieux théâtre et d’en reconstruire un autre, tout neuf, au même emplacement. Une telle décision témoigne du développement de la ville et de son enrichissement ; elle témoigne aussi de l’augmentation de sa population et de son goût pour les spectacles du théâtre. À cette population urbaine, il faut d’ailleurs ajouter celle des campagnes, qu’il s’agisse des propriétaires de villae, dont certains siègent sans doute dans les instances dirigeantes de la ville, comme des habitants des fermes.

100Cette reconstruction du théâtre est un signe d’autant plus évident de la prospérité de la région qu’au moment où la ville prend cette décision, elle s’est probablement déjà dotée d’un amphithéâtre. À l’heure actuelle, nous ne connaissons de ce dernier que son emplacement (fig. 1‑2). Nous ne savons rien de son plan – un relevé topographique suggère simplement qu’il pourrait s’agir d’un édifice à arène (fig. 135). Le seul vestige visible est un mur rectiligne en appareil à moellons quadrangulaires dont la réalisation évoque les constructions publiques, élevées à Argentomagus entre la fin du ier s. et le début du iiie s. ap. J.‑C. (fig. 136). C’est donc à titre purement hypothétique que nous estimons qu’au moment où l’on reconstruit le théâtre, l’amphithéâtre existe déjà. Pourquoi cette idée ? Nous savons que le théâtre est reconstruit autour des années 180. Il s’agit là d’un chantier important pour une agglomération secondaire, si riche soit‑elle, puisqu’elle fait appel non seulement à des maçons et à des tailleurs de pierre, mais aussi à des peintres et à des sculpteurs. Il paraît donc difficile de penser que la ville a pu mener deux gros chantiers publics en même temps ; difficile également de penser qu’elle a pu entreprendre la construction d’un amphithéâtre, à la fin du iie s., dans une période qui apparaît moins favorable à la réalisation d’un tel projet que le début du siècle, et si peu de temps après s’être offert un théâtre. On en vient donc à l’idée d’une construction antérieure à celle du second théâtre, qui se situerait dans la première moitié du iies., à un moment où des édifices de spectacle sont en chantier un peu partout en Gaule.

FIG. 135 – Relevé topographique de l’amphithéâtre.

E. Barbier

FIG. 136 – Amphithéâtre. Murs apparus lors du chantier de construction des années 1947‑1948. Noter les trous de boulins.

Studio Gesell

101La ville possède depuis plus d’un siècle un théâtre ; elle l’a agrandi, embelli, équipé de gradins en pierre. Elle a fait élever assez récemment un amphithéâtre. Pourquoi décide‑telle de reconstruire de fond en comble son théâtre ? Si l’on comprend que sous la pression de la population et pour assurer son prestige, elle souhaite améliorer l’édifice, pourquoi ne se contente‑t‑elle pas d’ajouter des gradins ou de renouveler sa décoration ? C’est ce que font toutes les villes : l’histoire de leur théâtre est celle d’agrandissements et d’embellissements successifs.

102Si Argentomagus ne suit pas la pratique habituelle, c’est pour une raison sérieuse. Laquelle ? On n’en voit guère d’autre que l’impossibilité où étaient les architectes de remanier une fois de plus le théâtre. Comment pouvaient‑ils encore l’agrandir ? Ils avaient déjà ajouté un anneau de gradins. Si l’on tenait à renouveler l’opération, il fallait désormais élever un énorme remblai de terre, le contrebuter et ménager des passages pour le public. Mais on ne pouvait pas s’arrêter là ; le reste aussi était à reprendre : la pente trop faible, les allées mal distribuées, peut‑être même l’orchestra ou la scène peu visibles. Il fallait se rendre à l’évidence : le théâtre était trop vieux. Il avait été construit il y a très longtemps ; il avait beaucoup servi ; il avait été plusieurs fois réparé, mais maintenant c’était fini : on ne pouvait plus rien en tirer. Ah si ! Une seule chose : les blocs de gradins en calcaire fin… Il fallait le démolir, récupérer les matériaux et reconstruire au même endroit en profitant de la pente aménagée. Pas question d’ailleurs de changer d’endroit : le théâtre devait rester appuyé à la falaise, blotti au pied du sanctuaire. Mais cette fois‑ci, on choisirait un modèle récent, un plan inspiré des dernières nouveautés et qu’il ne faudrait pas modifier trop vite. Argentomagus tenait à s’offrir un beau théâtre...

3.3.4.2 La conduite de l’opération

103Contrairement à ce qui se passe habituellement pour les monuments antiques, et en particulier pour les édifices de spectacle qui connaissent l’abandon et des récupérations échelonnées dans le temps, le premier théâtre d’Argentomagus connaît une mort brutale, une mort décidée et exécutée proprement. En effet il ne s’agit pas seulement de le démolir pour faire place nette, il faut aussi le dépouiller systématiquement de sa parure de pierre pour en embellir le nouvel édifice. La construction d’un second théâtre représente en effet pour Argentomagus et pour ses évergètes un projet à la mesure de leurs ambitions, mais il coûte cher. Aussi, comme le révèle l’étude des vestiges encore en place, le maître d’ouvrage invite‑t‑il à l’économie en suggérant le remploi des anciens gradins dans la nouvelle cavea. Il va même plus loin, si l’on en juge par l’état dans lequel nous avons retrouvé le premier théâtre : les pierres de seuil, les marches d’escalier, les blocs de chaperons sont également récupérés. Il faut les imaginer soigneusement stockés, à côté des gradins, tout autour de ce qui n’est plus un théâtre mais un grand chantier de démolition. Les murs sont arasés au niveau où ils ne gêneront pas la construction des nouvelles structures. Ce niveau peut varier selon les secteurs, mais dans tous les cas les moellons sont ramassés. Ils ne seront pas remployés dans les parements qui présentent un module plus régulier, mais ils serviront probablement dans le noyau des murs.

104La fouille a permis de saisir quelques traces de cette dernière phase du premier théâtre : d’abord, une couche de démolition, peu épaisse en général, comprenant surtout du mortier orangé mêlé à des fragments de pierre ou de tuiles et à des moellons, qui recouvre uniformément les sols et la cavea (fig. 42, US274 ; fig. 45, US28). Ensuite, quelques témoins suggestifs : un fragment d’une marche brisée –l’autre morceau, probablement plus important, a été emporté– ; un gradin carré abandonné au pied de son support (fig. 137) –on a dû estimer que ses faibles dimensions le rendaient inutilisable– ; enfin une cruche cassée et ses morceaux soigneusement rassemblés dans le négatif d’une des marches du mur M19 (fig. 138). C’est peu, mais c’est assez pour évoquer les petits incidents d’un chantier rapidement mené. Ainsi s’achève l’histoire du premier théâtre d’Argentomagus.

FIG. 137 – Démolition du premier théâtre. Bloc de gradin 31 abandonné au pied de sa fondation.

F. Dumasy

FIG. 138 – Démolition du premier théâtre. Cruche brisée déposée dans le négatif d’une marche d’escalier.

F. Dumasy

Notes

1 Au moment où nous relisons le texte, le troisième tome paraît, trop tard malheureusement pour que nous tenions compte de ses suggestions.

2 Contrairement à G.‑C. Picard, qui pensait que le mur curviligne intérieur M19, flanqué de contreforts et d’un escalier, correspondait à un premier état et qu’il était doublé ensuite par M11 (1974 : 311), je me suis fiée aux données stratigraphiques qui n’indiquaient pas de phase de construction ni de fréquentation différente entre les deux murs curvilignes et j’ai considéré qu’ils étaient contemporains. Il faut en réalité restituer deux états. Le premier état, tel que je l’ai présenté dans les publications antérieures, rassemblait sur un même plan tous les murs exécutés au mortier gris. Ce plan est, en fait, celui du deuxième état de la première période (dépl. 1b, fin d’ouvrage). Il faut donc désormais le faire précéder par un état plus ancien.

3 Toutes ces parties sont désormais masquées par la restauration de 1974 qui a reconstruit, au‑dessus de l’escalier, toute l’élévation de M19. Pour préserver l’ensemble du secteur, nous avons dû nous résigner à conserver le mur tel quel.

4 Nous étions comme toujours soucieux de laisser en place le remblai protecteur ; par ailleurs nous ne disposions que d’un temps très limité : nous avons dons réduit le nombre des vérifications.

5 Sensible à la présence de drains traversant le mur périmétral curviligne, G.‑C. Picard envisageait que tout ce secteur nord‑ouest était installé sur une zone de ruissellement. Aucune observation, ni dans les sondages de vérification ni lors de la restauration, n’est venue confirmer cette hypothèse,

6 II s’agit essentiellement de quelques moellons de dimensions supérieures et d’une taille plus soignée qui figurent dans le secteur 2 de M11, dans la première assise située au‑dessus des fondations (fig. 107).

7 – Nous avons donc donné des numéros différents (M29 et M27) à cette partie des murs M11 et M19.

8 Les coupes (fig. 46‑47) levées lors de la tranchée de 1981 montrent l’étalement sur une vaste superficie d’une couche de sable gris cendreux (US 9, 16, 26). Or nous n’avons pas retrouvé cette dernière dans les sondages menés à l’extérieur du premier théâtre (fig. 43) : il est vrai que ceux‑ci se situent à quelque 15 m plus au nord, et donc plus haut sur le coteau. Il est possible qu’à cet emplacement un tel remblai soit inutile.

9 Toutes ces précisions sont dues à J. Lorenz, que je remercie vivement.

10 Je remercie F. Formenti des analyses qu’elle a effectuées au laboratoire d’analyse des Matériaux organiques archéologiques du CPE (Chimie, Physique, Électronique) de Lyon.

11 G.‑C. Picard interprétait ce niveau d’éléments en terre cuite comme un véritable sol, fait de tegulae jointives, disposées horizontalement. Or les fouilles du secteur est n’ont livré que des fragments de tegulae auxquelles se mêlent quelques morceaux d’imbrices et un nombre important d’éléments calcaires. Cette couche est très proche par sa composition des recharges de l’allée 5 (fig. 131) et en particulier de la couche 217 où les éléments en terre cuite sont abondants. Elle ne présente cependant pas le caractère tassé d’un sol et s’apparente davantage à une couche de destruction. C’est pourquoi nous avons évoqué les péripéties liées au démontage des blocs scellés par du mortier. On pourra se reporter aux coupes stratigraphiques (fig. 42, 46‑47).

Table des illustrations

Légende FIG. 96 – Premier théâtre. Plan des trois états.
Crédits L. Jeand’heur d’après L. Thomas et L. Lebrun
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 97 – Premier théâtre (état 1A). Élévation extérieure du mur périmétral curviligne M19 : C contrefort ; E escalier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 98 – Premier théâtre (état 1 A). Escalier E1 adossé au mur périmétral M19.
Crédits J.-P. Adam
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 99 – Premier théâtre (état 1 A). Le mur périmétral curviligne M19 et l’un de ses contreforts.
Crédits J.-P. Adam
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 100 – Premier théâtre (état 1A). Parement extérieur du mur périmétral curviligne M19.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende TABL. XXVI – Premier théâtre, états 1A et 1B. Largeur des murs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 101 – Premier théâtre (état 1A). 1‑3 drains antiques (faits de deux imbrices superposés) traversant le mur périmétral curviligne M19 ; 4 tranchée creusée en 1995 dans l’axe du couloir 2 pour y placer un drain.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 102 – Premier théâtre (états 1 et 2). Élévation sud du mur M42, qui succède au mur périmétral rectiligne M77. En silhouette, les murs du second théâtre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 103 – Premier théâtre (état 1 A). Plan restitué : 1 structures en place ; 2 structures restituées ; 3 tracé régulier de la courbe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 104 – Premier théâtre (état 1Aou IB). Le mu M66 après la restauration de 1973.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 105 – Premier théâtre (état 1 B). Parement extérieur du mur périmétral curviligne M11
Crédits C. Lefèvre
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 106 – Premier théâtre (état 1 B). Reprise de l’ancien mur périmétral curviligne M19.
Crédits F. Dumasy
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 107 – Premier théâtre (état 1B). Élévation intérieure du mur périmétral curviligne M11 dans les secteurs 2 et 3.
Crédits P. Flotté
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 108 – Premier théâtre (état 1B). Parement intérieur de M11 avec son décrochement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 109 – Premier théâtre (état 1B). Élévation sud de M59.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 110 – Premier théâtre (état 1 B). Élévation du mur périmétral rectiligne est M86 et du massif de maçonnerie F2 (M18 est le mur de précinction du second théâtre).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 111 – Premier théâtre (état 1B). Élévation du mur périmétral rectiligne ouest M81 et du massif de maçonnerie F1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG112 – Premier théâtre (état 1B). Nivellement du mur périmétral curviligne M11, interrompu par les allées à ciel ouvert 2, 3, 4 et 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Légende FIG. 113 – Premier théâtre (état 1B). Restitution de la summa cavea en bois entre M11 et M19.
Crédits L. Jeand’heur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 114 – Premier théâtre (état 1 B). Restitution de l’escalier d’accès à la cavea.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 115 – Premier théâtre (états 1A et 2). Blocs de grand appareil : 121‑123 marches ; 30‑31, 83, 100, 124‑125 gradins ; 26 chaperon ?
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 116 – Premier théâtre (état 2). Bloc de gradin avec anathyrose en Pi.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 117 – Premier théâtre (état 2). Bloc de gradin avec traces de marteau‑taillant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende TABL. XXVII – Premier théâtre. Dimensions des blocs de grand appareil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 118 – Premier théâtre (état 2). Réfection des joints au fer sur le mur périmétral curviligne M11 (vue extérieure).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende TABL. XXVIII – Premier théâtre (état 2). Largeur, en mètres, des murs bordant les allées (il n’a pas été tenu compte de M75, seul mur conservé de l’allée 6, trop ruiné).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 119 – Premier théâtre (état 2). Ouverture de la porte 5 dans le mur périmétral curviligne M11. Noter la reprise au mortier orangé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende FIG. 120 – Premier théâtre (état 2). Ouverture de l’allée 1 dans le mur M19. Noter les reprises au mortier orangé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 121 – Premier théâtre (état 2). Ouverture de l’allée 5 dans M19 (angle M19/M50) : 1 marche de l’escalier d’accès à la summa cavea, On note, à l’angle, à l’emplacement des marches disparues et au‑dessus des assises liées au mortier gris, des reprises au mortier orangé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 122 – Premier théâtre (état 2). L’allée 5 et les secteurs 5 et 6 de la cavea.
Crédits L. Thomas
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 123 – Premier théâtre (état 2). Vue d’ensemble des secteurs 5 et 6 de la cavea. On note, en 1, le dispositif d’accueil des vantaux de la porte.
Crédits F. Dumasy
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende 124 – Premier théâtre (état 2). L’allée 2 et les murs M57 et M58.
Crédits Studio Gesell
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 125 – Premier théâtre (état 2). Rencontre des allées 2 et 3 (en partie recouvertes par le mur M35 du second théâtre)
Crédits J.-P. Adam
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende TABL. XXIX – Premier théâtre (état 2). Largeur des allées, en mètres (l’allée 6, trop partiellement conservée, n’est pas prise en compte).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 126 – Premier théâtre (état 2). Le mur M65 conservé sous les fondations des gradins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 127 – Premier théâtre (état 2). Plan et coupe des fondations des gradins du secteur 4.
Crédits L. Jeand’heur d’après P. Flotté
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 128 – Premier théâtre (état 2). Fondation du gradin supérieur (M55). Noter la trace du mortier de pose des blocs de gradins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 129 – Premier théâtre (état 2). Fondations des gradins du secteur 6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG130 – Premier théâtre (état 2). Restitution axonométrique des secteurs 5 et 6 de la summa cavea.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 131 – Premier théâtre (état 2). Sol et recharges de l’allée 5 : a sol 227 ; b recharge 222 ; c recharge 219 ; d recharge 217 ; e recharge 215 ; f recharge 200.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 132 – Premier théâtre (état 2). Élévation des murs rayonnants M50 et M52 dans l’allée 5.
Crédits L. Jeand’heur d’après P. Flotté
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 133 – Premier théâtre (état 2). Élévation des murs rayonnants M51 et M53 dans l’allée 5.
Crédits L. Jeand’heur d’après P. Flotté
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 134 – Premier théâtre (état 2). Réfection de M52 à l’angle avec l’escalier nord de la summa cavea. Noter les quatre assises inférieures, puis la reprise avec des blocs de remploi.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 135 – Relevé topographique de l’amphithéâtre.
Crédits E. Barbier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 136 – Amphithéâtre. Murs apparus lors du chantier de construction des années 1947‑1948. Noter les trous de boulins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 137 – Démolition du premier théâtre. Bloc de gradin 31 abandonné au pied de sa fondation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 138 – Démolition du premier théâtre. Cruche brisée déposée dans le négatif d’une marche d’escalier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46190/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search