Version classiqueVersion mobile

Le théâtre d’Argentomagus (Saint-Marcel, Indre)

 | 
Françoise Dumasy

Chapitre 2. Les données archéologiques

Françoise Dumasy, Isabelle Bouchain, Jean Lafaurie, Nathalie Richard, Jehan‑Louis Roche et Isabelle RodeT‑Belarbi

Résumé

Le théâtre est installé à l’extérieur de la ville, à 400 m du centre monumental. Adossé au coteau de la Creuse, il est dominé par un sanctuaire avec fana, révélé par la prospection aérienne. Si les observations architecturales et stratigraphiques ont permis de mettre en place la chronologie relative, il est difficile d’avancer des dates précises pour chacune des étapes, car le mobilier, peu abondant, est essentiellement résiduel. Le premier théâtre (état 1A) est construit au milieu du ier s. ap. J.‑C. Agrandi dans les années 70 (état 1B), il connaît, à la fin du ier s., des embellissements importants (état 2). Régulièrement entretenu pendant la première moitié du iie s., le théâtre est démoli vers 180 ap. J.‑C. et immédiatement remplacé par un nouvel édifice. Celui‑ci ferme définitivement ses portes dans la. première moitié du ives. Après une période d’abandon, il est systématiquement démonté et ses blocs débités vers la fin du ive s., comme le suggèrent les monnaies. En ruine, il fait l’objet de récupérations à l’époque médiévale, avant d’être planté en vigne vers le xvie s.

Texte intégral

2.1 Implantation du théâtre

2.1.1 Situation topographique et contexte géologique

1Le théâtre d’Argentomagus est situé à l’écart de la ville, à 400 m du cœur monumental, de l’autre côté de la vallée sèche qui protégeait l’oppidum à l’ouest et qu’emprunte désormais la voie venant de Limoges après sa traversée de la Creuse (fig. 2). Pourquoi une telle localisation ? Comme la cavea est appuyée à une pente naturelle, on se dit que les constructeurs n’ont eu que l’embarras du choix pour trouver un emplacement favorable. L’agglomération est en effet installée sur la rive droite de la Creuse, sur la falaise que la rivière a découpée dans le calcaire jurassique et qui la domine maintenant de plus de 10 m (Lorenz 1995 : 10‑13). Mais, au pied de la ville, l’escarpement est trop raide et la barre verticale de la falaise trop continue pour qu’on envisage d’y installer un théâtre : il y faudrait des travaux de creusement et surtout de consolidation trop importants. En revanche, le coteau à l’ouest de la grande voie venant du sud présente une pente naturelle beaucoup plus douce, ménageant sur près de 250 m du nord au sud une descente par paliers (fig. 6). À partir de la dépression empruntée par la voie, le terrain monte régulièrement, offrant un accès relativement facile jusqu’au théâtre, pour culminer à l’ouest en une sorte de plateau.

2Comme le pourtour de l’édifice n’a pas été fouillé, il est difficile de savoir exactement quel était l’aspect du terrain avant l’intervention humaine. On constate cependant que si les travaux de surélévation de la cavea du second théâtre ont modifié le relief d’origine en élargissant les volumes jusqu’aux ailes du nouveau théâtre, le mur périmétral suit dans sa partie centrale le même tracé que celui du premier théâtre : leur superposition coïncide avec le sommet de la pente. Comme nous savons par ailleurs que les structures maçonnées du premier théâtre sont réduites au minimum et que la pente de la cavea est faible, nous pouvons en déduire que les travaux de creusement et de régularisation des terres n’ont guère été importants et que l’édifice s’est installé dans une conque naturelle présentant une pente douce.

3Un autre avantage de cette position est d’être situé en arrière de l’abrupt de la falaise, à 100 m au nord de la première ligne de relief, et de dominer une zone relativement plane. Les structures découvertes à quelque 15 m au sud des murs rectilignes du premier théâtre indiquent en effet qu’il existait là, à l’altitude 131m ngf, une zone horizontale d’au moins 150 m2 (cf. infra § 2.1.2). Est‑elle naturelle ou résulte‑t‑elle de travaux de terrassement ? Il est impossible de répondre en l’absence de fouilles. On observe en tout cas que c’est sur ces niveaux scellés par une couche de destruction que se met en place le sol de l’esplanade du second théâtre. On peut donc supposer qu’un espace horizontal, assez vaste, existait là dès la construction du premier édifice.

4Le choix du coteau pour y adosser le théâtre a entraîné l’ouverture de la cavea vers le sud‑est. Si l’on se souvient que Vitruve dénonce vivement une orientation au midi (De Arch. V, 3), l’on observe que près de la moitié des édifices regardent vers le sud‑est, vers le soleil levant (Ciancio Rossetto, Pisani Sartorio 1994‑1996 : 78). Comme par ailleurs le calendrier des ludi scaenici indique des dates qui se situent plutôt au printemps ou à l’automne qu’en plein été, il semble bien que ce soit là l’orientation la plus agréable. Mais il est clair qu’à Argentomagus les bâtisseurs n’ont pas eu à choisir : ce qui a été déterminant, ce fut le relief auquel appuyer la cavea.

5Si la position topographique a paru assez idéale, ou offrait du moins des possibilités d’aménagement dont les constructeurs ont senti tout l’intérêt, ils ont rencontré avec le sous‑sol des difficultés inattendues. Les sables alluviaux auxquels s’adosse le théâtre reposent en effet sur une formation complexe, dite formation à rosettes. Sa description récente est due à C. Lorenz qui précise qu’elle consiste en un « dépôt très irrégulier de blocs calcaires de toutes dimensions, du centimètre au décamètre, enrobés dans une matrice mal cimentée riche en boules de cristaux de calcite. Cette formation d’âge bajocien supérieur est d’origine évaporitique. Très sensible à l’érosion, elle peut donner naissance à des réseaux karstiques dont un exemple très caractéristique est donné par la grotte préhistorique voisine de la Garenne ».

6Or le théâtre est installé dans sa moitié orientale sur une masse abondante de sable alluvial facile à creuser, alors que dans l’autre moitié la roche calcaire associée à de l’argile à silex, dure à entailler, affleure sous les gradins inférieurs. Le théâtre ne présente donc pas un sous‑sol homogène. De plus, en aménageant la seconde orchestra, les constructeurs ont dégage un des blocs calcaires de la formation à rosettes qui s’étend sur plus de 40 m2. Ils l’ont entaillé pour l’intégrer dans le tracé du gradin d’honneur, puis ont fait sauter les parties les plus saillantes pour installer le plancher qui recouvrait l’orchestra (fig. 32).

FIG. 32 – Dans l’orchestra, bloc calcaire de la formation à rosettes. Noter en bas à droite un des blocs de support de plancher.

F. Dumasy

  • 1 Le karst fut traité de la façon suivante : après injection d’eau sous pression destinée à faire tom (...)

7Tout cela n’est que péripéties de chantier. Préoccupant, en revanche, pour l’avenir du monument est l’existence d’un réseau karstique souterrain décelé grâce à l’apparition d’un fontis dans la partie orientale du théâtre en 19831. Cette menace était‑elle sensible dans l’Antiquité ? Sans doute pas, car l’on n’aurait pas rebâti un second théâtre à l’emplacement du précédent, s’il y avait eu effondrement. Par ailleurs, les travaux de réfection des théâtres correspondent à des agrandissements et non à des reconstructions après destruction. On note cependant que le gradin d’honneur présente un aspect irrégulier (fig. 33). C. Lorenz expliquait ces déformations par des tassements consécutifs à la dissolution de la formation à rosettes sous‑jacente. Et nous aurons à nous demander si c’est le cas pour toutes les imperfections que présente l’édifice. En revanche dans le secteur V, le mur de précinction M76 s’est brisé en trois tronçons, puis s’est incliné dans le remblai : il faut sûrement y voir un effet du karst oriental (fig. 34). Mais quand s’est produit cet effondrement ? Alors que le théâtre était en activité ? Ou après son abandon, lors des tranchées de récupération médiévales ou modernes ? Étant donné la ruine presque totale de la cavea dans ce secteur, nous inclinerions plutôt vers cette dernière solution.

FIG. 33 – Les irrégularités du gradin d’honneur.

FIG. 34 – Présence d’un karst sous le théâtre : M76 brisé en trois tronçons.

F. Dumasy

8Cette fragilité du sous‑sol présente au moins un avantage : l’édifice bâti sur sable et sur calcaire ne risque guère d’être inondé ; l’eau est immédiatement absorbée par le sable de la cavea ou descend dans le conduit karstique de l’orchestra, (cf. infra § 4.2.3.2 et 4.2.4.3).

2.1.2 Occupation extérieure au théâtre

9Le sondage mené en juillet 1988 avait été très limité, mais il avait eu le mérite d’attirer l’attention sur un secteur habituellement négligé, celui qui s’étend derrière la scène. Lors des travaux d’assainissement conduits en 1995 (cf. supra § 1.2.4.2), la pose d’un collecteur nous a offert la possibilité de compléter les premières observations et, mieux encore, d’accéder aux niveaux situés sous le sol de mortier (21) (fig. 35‑38).

FIG. 35 – Occupation extérieure au théâtre, a plan des structures trouvées dans les tranchées des drains et localisation des coupes A, B, C, D, E ; b plan de détail des murs M96 et M97 : en tramé, sol de mortier.

L. Jeand’heur d’après S. Bryant et D. Lemaire

FIG. 36 – Occupation extérieure au théâtre : A, B coupes stratigraphiques du bâtiment situé au sud du premier théâtre.

L. Jeand’heur d’après S. Bryant et D. Lemaire

FIG. 37 – Occupation extérieure au théâtre : C, D coupes stratigraphiques du bâtiment situé au sud du premier théâtre ; E coupe de l’esplanade qui s’étend derrière la scène du second théâtre jusqu’au mur M92.

L. Jeand’heur d’après S. Bryant et D. Lemaire

FIG. 38 – Bâtiment situé au sud du premier théâtre : ab élévations nord et sud de M96 ; c élévation ouest de M97.

L. Jeand’heur d’après S. Bryant et D. Lemaire

  • 2 Les tranchées ont été creusées mécaniquement et les archéologues n’ont pu qu’en observer les parois (...)

10Si la tranchée n’a pas atteint le terrain naturel, elle a révélé l’existence d’une structure plus ancienne que celles qui avaient déjà été repérées (cf. supra § 1.2.3.2). Celle‑ci s’étend entre 6 et 12 m au sud de M88, sur une largeur de quelque 5 m. Étant donné qu’elle n’a été perçue que dans des coupes2, il est impossible de préciser si elle adopte la forme d’un quadrilatère ou d’un cercle. Il semble que la limite est en soit donnée dans la coupe 36A, la limite ouest dans les coupes 37C et D, et la limite sud dans la coupe 37E. Quant à la coupe 36B, qui reste très partielle, elle pourrait correspondre à une partie plus centrale ; et ce pourrait être aussi le cas des niveaux sur lesquels sont construits les murs M96 et M97 (fig. 38). Les coupes indiquent l’apport d’un remblai de sable (5) qui doit avoir pour fonction de corriger la pente naturelle et d’offrir un niveau à peu près plat. Sur ce remblai est étalée une couche d’argile jaune (3), parfois associée à des blocs calcaires (7). L’ensemble est recouvert d’une –parfois de deux– couches rouges (6, 11, 14 et 15) dont la première apparaît damée : elles sont constituées en réalité d’argile crue devenue pulvérulente sous l’effet de la chaleur. Une couche cendreuse riche en charbons de bois (4) recouvre l’ensemble. Certaines coupes (fig. 36B, 37E) suggèrent que l’argile jaune (3) dessine une dépression dans laquelle est venue s’entasser la couche rouge. De tels vestiges suggèrent l’existence d’une structure de cuisson liée à des activités artisanales ou domestiques. Malheureusement aucun indice qui préciserait la nature de l’activité n’a été recueilli, ni rebuts de production céramique, ni restes de réduction du minerai de fer, ni autres vestiges. Dans ces conditions, on pourrait penser à un four domestique ; cependant, la superficie de quelque 30 m2 et l’épaisseur de 0,10 à 0,20 m de la couche de terre crue orientent plutôt vers une activité artisanale qu’il est impossible de préciser. La céramique recueillie dans ces niveaux –à laquelle il faut ajouter un demi‑as de Nîmes (13302201) (cf. annexe 1)– indique une occupation qui pourrait commencer dans les années 10‑15 ap. J.‑C. et se poursuivre jusqu’aux années 50‑60. La période claudienne semble particulièrement bien représentée (cf. infra § 2.3.1).

11Ces niveaux sont ensuite recouverts d’un remblai de sable mêlé à des galets et à des éclats calcaires (1 ou 24), prélude à la construction d’un bâtiment. Celui‑ci comporte un mur large de 0,35 m, M96, fait de deux rangées de pierres irrégulières grossièrement alignées, sans noyau central, ainsi que deux autres murs perpendiculaires au précédent et un peu plus étroits, M97 et M98. Un sol de mortier (21), fait de petits éclats calcaires mais aussi de fragments de terre cuite, repose sur un hérisson de pierres (20) ; il s’étend jusqu’à 4,50 m au nord de M96 où il s’interrompt brutalement (35) ; il pourrait s’agir d’une fosse creusée pour la récupération du mur nord et comblée ensuite d’une terre sableuse mélangée de matériaux divers (36). Le sol de mortier, situé à l’altitude 130,80 m ngf au nord de M96, se poursuit au sud du mur sur une longueur de 2,50 m. Il suit désormais une pente assez forte, puisqu’il passe à l’altitude 130,40 m au moment où il disparaît. Il est possible que ce secteur pentu corresponde à un niveau extérieur, alors que le sol horizontal au nord correspondrait à la partie couverte. Dans ce cas, on pourrait envisager un bâtiment large de 4,50 m et présentant au moins trois pièces, puisque nous avons deux murs de refend. L’ensemble est ensuite détruit, les murs dérasés ou récupérés, et enfouis sous les remblais 2, 10 ou 26.

12Repéré sur quelque 60 m2, ce bâtiment n’a guère donné d’information ni sur sa chronologie ni sur sa fonction. Seuls les niveaux de destruction ont livré du mobilier céramique –et un fragment de verre– qui s’échelonne essentiellement de la seconde moitié du ier s. jusqu’au milieu du iie s. (cf. infra § 2.3.1). Si l’on s’appuie sur le mobilier antérieur à la construction du bâtiment et sur celui qui a été retrouvé dans les couches de destruction, on obtient donc une fourchette chronologique qui va des années 50‑60 aux années 150‑170. C’est en fait celle du premier théâtre et l’on en vient à la conclusion que ce bâtiment doit lui être contemporain. S’il est construit en même temps que l’édifice de spectacle, quel pourrait être son rôle ? L’on remarque que, situé à quelque 12 m en arrière des murs rectilignes de l’édifice de spectacle, il offre une orientation N‑O/S‑E en nette rupture avec ces derniers. Aussi paraît‑il difficile pour l’instant d’établir une relation entre les deux bâtiments. On peut seulement ajouter que la réalisation des murs relève non des techniques de l’opus caementicium mises en œuvre à l’intérieur même du théâtre, mais plutôt de celles de la construction privée telles qu’elles sont attestées depuis l’époque augustéenne sur le plateau des Mersans (Dumasy et al. 1997 : 57, 73‑74). Le sol de mortier témoigne en revanche d’un souci de solidité qui le différencie des sols en terre battue ou des planchers plus couramment utilisés dans la première moitié du ier s. ap. J.‑C. On pourrait alors émettre l’idée que ce bâtiment a pu servir de logement –pour un gardien ?–, mais jouer aussi un rôle utilitaire –pour le stockage du matériel par exemple– en relation avec le fonctionnement du théâtre. Précisons bien qu’il ne s’agit là que d’une hypothèse et qu’étant donné la faiblesse des données, il serait peut‑être plus sage de n’en point formuler.

13Le grand mérite de ces observations est en tout cas d’avoir révélé l’existence, à l’extérieur du théâtre, de vestiges qui pourraient justifier, un jour, une intervention archéologique d’envergure. Nous savons en effet désormais que le site où s’implantera le théâtre a connu une première occupation –de nature artisanale, semble‑t‑il– dès le début du ier s. Ce qui pose la question de la fonction de cette zone située à l’écart de l’agglomération, ainsi que celle de ses relations avec le sanctuaire, s’il existe déjà (cf. infra § 2.1.3). La seconde période d’occupation correspond à la construction du premier théâtre : les installations anciennes sont détruites et le secteur semble affecté à la desserte de l’édifice. Ce rôle se confirme lors de la construction du second théâtre qui annexe tout l’espace arrière pour y créer une zone plane réservée à la circulation du public (cf. infra § 4.2.5.1).

2.1.3 Sanctuaire suburbain et patronage divin

14La localisation excentrée du théâtre lui confère une position flatteuse. Dressé à l’entrée de la ville sur la falaise calcaire qui surplombe la route venant d’Augustoritum, visible de l’autre rive, il apparaît comme un signal monumental qui domine le paysage urbain et rural de la masse de ses murs blancs (fig. 40). En cela, il se rapproche de beaucoup d’autres édifices de spectacle gallo‑romains, amphithéâtres ou théâtres, installés à la périphérie de la ville mais construits à proximité immédiate d’une voie importante qui draine vers eux le public des jeux (Dumasy, Fincker 1992 : 301‑302).

2.1.3.1 Des temples romano‑indigènes

  • 3 Tout récemment, en mai 1999, des tranchées de reconnaissance menées pour l’aménagement d’un parking (...)

15Le théâtre d’Argentomagus n’est pas seul sur son coteau. Il est à son tour dominé par un sanctuaire installé à l’ouest, sur le point le plus haut. L’existence d’un temple avait été évoquée dès 1833 par H. Robert, à la suite de la découverte d’une statue (Robert, Charbonnier s.d. : 4). Il faut attendre la sécheresse de 1976 et les prospections aériennes de J. Holmgren pour que le sanctuaire soit enfin localisé (Kisch 1980 : 328). Les photos révèlent la présence d’un, voire de deux fana de plan carré accompagnés d’autres structures ; il s’agit en fait d’un ensemble assez étendu (fig. 39 ; fig. F)3.

FIG. 39 – Plan du sanctuaire suburbain d’après les photos aériennes de J. Holmgren.

L. Jeand’heur d’après J. Holmgren

FIG. F – Le sanctuaire repéré en prospection aérienne par J. Holmgren en 1976.

J. Holmgren

16L’association d’un théâtre de type gallo‑romain à un temple ne présente rien de surprenant. On a beaucoup glosé sur le caractère privilégié de ces relations en Gaule romaine (Duval 1957 : 360 ; Bouley 1983 : 569‑571). Elles sont en réalité à l’image de celles que tout théâtre antique, grec ou romain, entretient avec le temple qui le domine, puisque le spectacle se déroule dans le cadre du calendrier religieux, ante templum in ipso (dei) conspectu (Hanson 1959 : 9‑26). Ce qui est à souligner ici, c’est le fait qu’il s’agisse de temples de tradition indigène et que l’ensemble se situe légèrement à l’écart de la ville. On pense évidemment à l’exemple récemment découvert du sanctuaire dit de Janus à Autun (CEAA 1993). La ville possède théâtre et amphithéâtre groupés dans un quartier des spectacles à l’intérieur du rempart ; mais, à l’extérieur de la ville, près de la voie qui mène à Avaricum se trouve un second théâtre, de plan outrepassé et manifestement de type gallo‑romain, associé à un sanctuaire de tradition indigène. Il s’agit clairement d’un sanctuaire avec temples, théâtre et bâtiments divers, qui se constitue en dehors de la ville en formant une entité propre : son emplacement le désigne comme un sanctuaire suburbain.

17Il est évidemment intéressant de noter qu’Argentomagus, comme Augustodunum, possède un sanctuaire suburbain. Le fait n’est pas si fréquent, ni dans les agglomérations secondaires ni dans les chefs‑lieux de cités, mais cela peut tenir aux insuffisances de la recherche. Plus importante est la question de la chronologie ; les deux édifices sont‑ils contemporains ? ou bien l’un a‑t‑il attiré l’autre ? lequel dans ce cas ? Quand on connaît la longue histoire des sanctuaires de tradition indigène (Goudineau et al. 1994), on peut être tenté de penser que le temple est implanté ici dès l’époque gauloise et qu’à l’époque romaine, dès que l’agglomération a été suffisamment développée, le théâtre est venu s’étendre à ses pieds. Dans ce cas, la position topographique dont nous avons souligné les avantages ne serait due qu’au hasard de l’implantation du temple. Mais on peut aussi envisager un autre scénario dans lequel la construction du sanctuaire –de l’ensemble temples‑théâtre– relèverait d’une décision politique et officielle et ne daterait que de la période romaine. Les exemples de créations de temples de tradition indigène, uniquement après la Conquête, sont en effet bien plus abondants que dans la première série (Gros 1997 : 199‑203 ; Paunier, Bernal 1989 : 56‑90). Il resterait cependant dans ce cas à rendre compte de la position suburbaine et du choix du lieu : pourquoi une telle implantation ? On peut rappeler la proximité de la voie Limoges‑Bourges. Mais est‑ce là une raison suffisante ? Ce n’est pas sûr et l’on est tenté d’évoquer l’existence d’un lieu sacré plus ancien. Dans ce cas, nous nous verrions ramenés à la première hypothèse.

2.1.3.2 Une statue de Minerve

18En l’absence de données nouvelles, il faut revenir sur la découverte, faite en 1833 à « 50 pas » du théâtre, dans une vigne du coteau, d’une tête en calcaire. Plus grande que nature, puisque la hauteur de la statue est estimée à 6 pieds, soit 1,95 m, elle apparut à son inventeur comme une espèce de monstre sur laquelle il s’est acharné avec un pic pendant une journée entière, si bien qu’il réussit à détacher la tête du tronc et à briser le cou et la poitrine. H. Robert poursuit le récit de cet exploit en ajoutant « de la face, à peine un œil fit épargné, mais cet œil ouvert et portant le regard en haut comme la Pallas des médailles de la ville de Vélia en Lucanie suffisait pour révéler à l’antiquaire la déesse de la guerre dont la tête d’ailleurs était armée du casque » (Robert, Charbonnier s.d. : 4).

19La description est plus complète l’année suivante, lorsque H. Robert fait entreprendre une véritable fouille à l’emplacement de la découverte : cette fois‑ci, c’est le corps de la statue qui apparaît : « Le bras droit était encore adhérent à l’épaule courbée pour tenir la haste […] mais en l’enlevant, il s’est séparé, le poignet manquait. Le bras gauche était perdu […] Les débris du bouclier sur lequel s’appuyait la main gauche ne purent tous être réunis. On remarque toutefois la tête d’un des serpents de l’égide. On retrouve aussi parmi les débris la tête d’un lion ornant la partie de l’armure qui protégeait l’épaule et était adhérente à la cuirasse. Une draperie à plis longue et bien jetée laissant la cuirasse à découvert par‑devant, retombait jusqu’à terre. Les mains et les pieds manquent. La statue pouvait avoir six pieds. On voit à son peu d’épaisseur et à l’entaille qui recevait le tenon de bronze servant à la sceller dans le mur qu’elle était placée dans le fond de la cella de son temple qui se trouvait sans doute sur le plateau dominant le cirque. Les cheveux disposés en masses bouclées annoncent une bonne époque de l’art, mais le front qui fuit en arrière au lieu de s’élever, la saillie extrême des [illisible] trahit le ciseau gaidois ». Une dernière précision sur les attributs de la déesse : « Elle n’a pas l’égide en collier mais la tête de la Gorgone est repoussée à son bouclier. La Pallas de Saint‑Marcel a le casque moins élevé que celui de la Pallas de Velletri. La visière n’en paraît pas fissurée, 2 trous l’indiquant seulement. Le casque n’a pas de couvre‑joues. »

20Je cite ce texte en entier, parce qu’il n’a jamais été publié. Il correspond en effet à une belle page des découvertes Argentomagus et il nous fait regretter que son auteur n’ait pu mener à bien son projet d’écrire une histoire des antiquités de Saint‑Marcel. Il n’en a laissé que des notes difficiles à déchiffrer ; sans la patience d’O. Charbonnier, elles seraient aujourd’hui presque illisibles. Que nous révèlent‑elles ? La découverte incontestable d’une statue de Minerve. Même en faisant la part des références érudites, on ne peut mettre en doute les caractéristiques de la statue ni son identification à la déesse de la guerre. Y figurent même des précisions d’ordre technique qui montrent qu’H. Robert a soigneusement examiné les fragments. On note en particulier les détails sur la faible épaisseur de la statue et sur la présence d’une mortaise qui indiquent que la statue était adossée à un mur.

  • 4 Je remercie P. Gros de ses suggestions et de ses références.
  • 5 S. Deyts a bien voulu s’intéresser à ce texte et m’a fourni des éléments de réflexion particulièrem (...)

21En l’absence de tout dessin, il n’est guère facile, en revanche, de préciser le type iconographique auquel appartient la statue4. Sans doute apparaît‑elle ici, comme elle l’est partout en Gaule, vêtue du chiton et parée de ses armes, le casque, la lance et le bouclier (Deyts 1992a : 108). On note cependant quelques détails intéressants : le Gorgoneion ne figure pas sur la poitrine de la déesse mais sur son bouclier, ce qui rapproche notre statue du bas‑relief représentant le jugement de Pâris, conservé au musée de Bordeaux (Espérandieu, II, no 1066). L’inspiration pourrait en être d’origine officielle et provenir en particulier de la représentation de la déesse en Roma : c’est ainsi que sur le relief de la Chancellerie, Domitien, accueilli par Minerve, est escorté par Roma qui porte la tunique courte de l’amazone, tandis que son bouclier est orné du Gorgoneion (LIMC, II, no 408)5. Autre information : celle de la cuirasse que laisse à découvert la draperie. Habituellement, la déesse porte l’égide plaquée sur sa tunique. Mais il arrive que l’égide soit placée directement sur la poitrine et en partie masquée par la draperie : c’est le cas pour le type Vescovali. Ici, nous avons affaire à une version, peu représentée, où la déesse ne porte pas l’égide mais une cuirasse. C’est ainsi qu’elle est figurée sur la pierre à quatre dieux découverte à Strasbourg (Hatt 1954 : 490‑491). Il semble donc bien que la Minerve d’Argentomagus, avec cuirasse et bouclier orné du Gorgoneion, relève d’une série illustrée essentiellement par des bas‑reliefs gallo‑romains.

22Il reste à s’interroger sur la présence de Minerve dans un sanctuaire romano‑indigène associé à un théâtre. Rappelons d’abord le rôle que lui attribue César dans le panthéon gaulois : « Mercure est le dieu qu’ils honorent le plus […] Après lui, Apollon, Mars, Jupiter et Minerve. Sur ces divinités ils ont à peu près la même opinion que les autres peuples : […] Minerve transmet les rudiments des travaux et des métiers, Jupiter règne dans le ciel, Mars conduit la guerre. » (César, BG, VI, 17‑18). Citée aux côtés des quatre plus grands dieux masculins, Minerve apparaît en Gaule comme la première déesse féminine et ses représentations sont nombreuses. À Argentomagus même, la déesse est évoquée par une inscription qui l’associe aux Génies des empereurs (Picard 1971 : 626), inscription retrouvée dans le bassin de la fontaine monumentale et qui peut provenir du sanctuaire tout proche (Coulon 1996 : 127‑128). C’est également du petit temple 3 du sanctuaire, d’une fosse creusée à l’intérieur de la cella, que provient un buste féminin grandeur nature, revêtu d’une tunique plissée et présentant deux lanières cloutées sur la poitrine, qui pourrait faire penser à Minerve (Henry 1994 : 213).

23Sans doute Minerve est‑elle en Gaule une déesse suffisamment honorée pour présider à un sanctuaire important. Cependant la présence d’un théâtre –et donc l’édition de ludi– invite à élargir le champ religieux et à envisager autour de Minerve la présence d’autres dieux, et en particulier de dieux en liaison plus étroite avec le calendrier des jeux publics. Par ailleurs, les photos aériennes suggèrent que c’est dans un fanum et non dans un temple romain que se dressait la statue de Minerve. Aussi, plutôt que des associations officielles comme celle de la triade capitoline peu représentée en Gaule, vaut‑il mieux évoquer les dieux auxquels Minerve est associée dans ces monuments typiques de la piété gallo‑romaine que sont les autels à quatre dieux (Duval, 1976 : 82‑83).

  • 6 Je remercie A. Levasseur, qui a attiré mon attention sur ces découvertes (1997 : 34, fig. 20) et m’ (...)

24C’est ici qu’il faut évoquer deux autres découvertes faites à proximité du théâtre : celle, vers 1840, d’une statue de Bacchus, qui serait entrée au musée de Bourges et sur laquelle nous n’avons malheureusement aucune autre indication (Carrat s.d. : 10) et celle, beaucoup plus récente, d’une tête féminine en calcaire (Kisch 1980 : 327)6. Cette tête, légèrement plus grande que nature, a été interprétée, à cause de certains détails de la coiffure, comme celle de Vénus. Il est évidemment tentant de penser qu’elle provient également du sanctuaire : nous connaîtrions alors au moins deux des divinités honorées, Minerve et Vénus. Les deux déesses figurent assez souvent sur les autels à quatre dieux et leur association, en liaison avec un théâtre, n’aurait rien d’étonnant. Rappelons en effet qu’un certain nombre de théâtres romains ont livré des statues de Vénus (Fuchs 1987 : 165) et de Minerve (Fuchs 1987 : 186) et qu’en Italie même le théâtre de Trieste était orné d’une statue de Minerve (type Vescovali), d’une autre de Vénus (type de l’Aphrodite de Cnide) auxquelles s’ajoutent celles d’Esculape et de sa parèdre Hygée. Si D. Degrassi rappelle la faveur que ce couple divin rencontre dans la partie orientale de la regio X et souligne les liaisons étroites qu’y entretiennent la sphère religieuse et le monde du spectacle, elle souligne également la popularité de Minerve en Italie septentrionale où elle est assimilée à des divinités locales (Degrassi 1991 : 126‑129). Quant à la statue de Vénus, elle se situerait dans la lignée de l’hommage que Pompée rendit à Venus Victrix en lui dédiant un temple au sommet de la cavea de son théâtre (Flanson 1959 : 43). On pourrait transposer ce schéma à Argentomagus où derrière le culte de Minerve se profilerait également tout un arrière‑plan indigène, tandis que Vénus incarnerait le modèle romain. Rappelons cependant que nos remarques comportent une part importante d’hypothèse, dans la mesure où elles s’appuient sur une statue disparue et sur un fragment dont l’identification n’est pas définitivement assurée.

25Une dernière remarque concerne l’implantation des édifices l’un par rapport à l’autre. Si le temple domine le théâtre, il n’est pas situé sur le même axe que lui : l’association temple‑théâtre ne prend pas à Argentomagus l’aspect de ces compositions axiales et symétriques que l’Italie républicaine a su créer, que le théâtre de Pompée a fait triompher et dont le modèle s’est répandu dans les provinces (Hanson 1959) ; en Gaule cependant moins qu’ailleurs, puisqu’on n’y connaît que l’exemple de Vienne et celui, moins sûr, de Vaison (Kisch 1992 : 134). Dans leur ensemble, les théâtres de type gallo‑romain retiennent plutôt le signe de la proximité que celui de l’axialité. Indifférence aux compositions monumentales ? Ou ressources financières limitées et modestie des réalisations (Dumasy, Fincker 1992 : 301‑302) ? Ou encore antériorité du temple juché sur sa position dominante, le théâtre devant s’adapter à la topographie ? Questions auxquelles on ne peut pour l’instant répondre, mats on verra comment à Argentomagus les constructeurs du théâtre ont su tirer parti d’une implantation latérale pour souligner les liens entre les deux édifices.

2.1.3.3 Les accès

26La situation extra‑urbaine du théâtre entraîne la création de chemins. Si le sanctuaire lui est antérieur, il a dû exister un premier parcours dont le tracé a pu être repris lors de la construction de l’édifice de spectacle. Mais il est également possible qu’à cette occasion, l’on ait aménagé une nouvelle arrivée. De toute façon, faute de fouilles, nous ne savons rien des cheminements antiques. Les seules données dont nous disposons sont d’ordre topographique et nous avons déjà noté que le parcours du centre urbain au théâtre n’était pas facile, car il fallait descendre du plateau, franchir la vallée et remonter sur la pente opposée qui est encore actuellement assez forte –les projets actuels de mise en valeur ont d’ailleurs eu du mal à proposer un circuit satisfaisant (Braun, Gangneux 1991). Cependant, dans l’Antiquité, le chemin devait offrir un tracé commode, puisqu’il était emprunté non seulement par la foule des spectateurs, mais aussi par les premiers personnages de la ville, prêtres ou magistrats qui présidaient aux ludi scaenici.

27Se rendaient‑ils en procession officielle du centre urbain aux portes du théâtre ? Existait‑il, pour ces jeux donnés dans le contexte modeste d’une ville secondaire, une pompa comme celle qui est attestée à Rome depuis 300, depuis que les ludi scaenici agrégés aux ludi circenses bénéficient de leur tradition fastueuse, ou comme celle qui a lieu lors des mimera ? Les inscriptions et les documents iconographiques sont nombreux à les illustrer, en Italie en particulier. Mais nous manquons d’information pour les ludi scaenici donnés dans le cadre des villes secondaires gallo‑romaines. Procession officielle ou pas, il fallait bien une liaison rapide et facile entre la ville et son théâtre. On peut donc supposer que public et notables empruntaient l’une des rues est‑ouest qui rythmaient l’agglomération pour rejoindre l’ancienne rampe gauloise devenue le principal accès sud à la ville. Cette descente en pente douce rejoignait la voie de Limoges juste au pied du théâtre : il n’y avait plus qu’à gagner le coteau par un chemin ou par une série de marches. On rejoignait ensuite l’allée qui contournait l’édifice et qui desservait les différentes portes. Le plan de la figure 40 présente l’un des itinéraires possibles : il reste évidemment hypothétique. Du moins l’avons‑nous tracé en l’appuyant sur les lignes du relief et en envisageant le trajet le plus court : il s’apparente ainsi davantage à un schéma qu’à un chemin dont nous ignorons l’histoire.

FIG. 40 – Implantation du théâtre et restitution du réseau viaire : 1 voie Limoges‑Bourges dite chemin de César ; 2 gué sur la Creuse ; 3 pont à cinq arches ; 4 accès occidental à l’oppidum.

L. Jeand’heur

28Nous n’avons envisagé l’arrivée au théâtre qu’à partir de l’agglomération, mais il faut se rappeler que l’on pouvait s’y rendre de toute la campagne environnante, sans passer par la ville. Les spectateurs qui venaient de la rive gauche de la Creuse empruntaient la voie de Limoges et rejoignaient le circuit urbain. Il en était de même pour ceux qui venaient de l’est, de Bourges ou de Lyon, et qui traversaient la ville ; ceux qui venaient de l’ouest en revanche en étaient dispensés et empruntaient probablement un raccourci qui permettait, à partir de la voie de Poitiers, de gagner le théâtre par le sommet du coteau.

29Il faut enfin se demander comment l’on se rendait au sanctuaire : en contournant le théâtre ? Ou en le traversant ? Cet accès, possible dans le second théâtre –mais seulement les jours d’ouverture de l’édifice– ne semble pas avoir existé dans le premier. Il faut donc envisager que les cheminements qui contournaient le théâtre se prolongeaient jusqu’a l’aire sacrée, à moins que celle‑ci ait disposé d’un accès qui lui soit propre. Il faut souligner une fois de plus à quel point nous connaissons mal l’environnement immédiat de l’ensemble.

30Ce que nous pouvons cependant ajouter, c’est que la construction du second théâtre entraîne des modifications du circuit initial. En effet le nouveau monument est plus grand : il faut donc repousser les allées de quelques mètres vers l’extérieur, qu’il s’agisse des parties hautes ou des accès à l’orchestra. Par ailleurs, l’édifice pivote de 10o vers l’est (fig. 23). Quel intérêt avaient les constructeurs à décaler ainsi le second théâtre, alors que le nouveau plan ne se superposait guère à l’ancien et ne risquait pas d’entraîner des perturbations dans le chantier ? La raison apparaît liée à des impératifs urbanistiques. En effet les fouilles menées sur le réseau viaire du plateau des Mersans ont révélé un changement dans l’orientation d’une des principales rues est‑ouest de la ville. À la fin du iers. ap. J.‑C., on assiste à un remaniement important avec arasement des habitats anciens, déplacement et élargissement de la chaussée, et construction de portiques. Ce quartier rénové s’organise suivant une orientation de 16oE, qui accentue nettement l’inclinaison déjà perceptible dans des remaniements antérieurs et qui se substitue définitivement à une implantation initiale alignée sur les points cardinaux (Dumasy et al. 1997 : 74‑75). Or c’est sur cette même orientation de 16oE que s’aligne le nouveau mur périmétral rectiligne. Il faut donc écarter l’idée d’une simple coïncidence et considérer au contraire que ce mur, percé de quatre portes réservées aux spectateurs privilégiés, s’alignait sur la trame urbaine et devait être longé par un chemin permettant aux processions officielles d’accéder non seulement au théâtre, mais aussi aux temples qui le dominent à l’ouest. Ainsi théâtre et sanctuaire, isolés sur leur coteau, étaient‑ils en fait rattachés à la ville par la symbolique de leurs axes.

2.2 Sondages et stratigraphie fig. 41‑62 tabl. ii tabl. iii tabl. viii tabl. ix tabl. xxi tabl. xxii tabl. xxv

31Les coupes stratigraphiques présentées dans les pages suivantes ont toutes été localisées sur le plan de la figure 41. Elles sont accompagnées d’un tableau qui identifie les couches, en propose une interprétation et les replace dans la phase, puis dans la période à laquelle elles appartiennent. Pour faciliter la lecture, on se reportera aux dépliants situés en fin d’ouvrage, qui présentent rapidement l’évolution des édifices (pl. 1‑3, fin d’ouvrage). Comme G.‑C. Picard l’avait observé dès le début des fouilles, nous avons affaire à deux théâtres, le premier étant totalement détruit pour permettre la construction du second. Il faut donc toujours souligner soigneusement ce qui appartient à chacun d’entre eux.

FIG. 41 – Plan de localisation des coupes stratigraphiques.

L. Jeand’heur d’après L. Thomas et F. Dumasy

FIG. 42 – Premier théâtre. Coupe A à travers la cavea supérieure.

L. Jeand’heur d’après F. Dumasy

FIG. 43 – Premier théâtre. Coupe B entre les murs périmétraux successifs.

L. Jeand’heur d’après L. Brissaud

FIG. 44 – Premier théâtre. Coupe C le long de l’allée 5.

L. Jeand’heur d’après L. Lebrun

FIG. 45 – Premier théâtre. Coupe D à travers l’allée 5.

L. Jeand’heur d’après V. Coloignier et L. Laüt

FIG. 46 – Les deux théâtres. Coupe entre M10 et M20 réalisée en 1981 : A secteur à nouveau levé en 1982 et présenté en fig. 47.

L. Jeand’heur d’après R. Albert et P. Trottignon

FIG. 47 – Les deux théâtres. Coupe entre M11 et M13 correspondant au secteur A de la coupe 1981 repris et complété en 1982.

L. Jeand’heur d’après F. Dumasy

FIG. 48 – Les deux théâtres. Coupe E à l’extérieur des murs périmétraux.

L. Jeand’heur d’après C. Venzo

FIG. 49 – Les deux théâtres. Coupe ouest du sondage extérieur mené en 1963.

L. Jeand’heur d’après R. Albert

FIG. 50 – Les deux théâtres. Coupe F entre les murs périmétraux.

L. Jeand’heur d’après L. Brissaud

FIG. 51 – Les deux théâtres. Coupe G entre M11 et M13.

L. Jeand’heur d’après F. Dumasy

FIG. 52 – Les deux théâtres. Coupe H entre M12 et M13.

L. Jeand’heur d’après F. Dumasy

FIG. 53 – Les deux théâtres. Coupe I le long de M24.

L. Jeand’heur d’après D. Tardy

FIG. 54 – Second théâtre. Coupe J‑J’ à travers l’orchestra et l’ima cavea.

L. Jeand’heur d’après F. Dumasy et L. Lebrun

FIG. 55 – Second théâtre. Coupe K à travers l’allée de précinction.

L. Jeand’heur d’après S. Aubard

FIG. 56 – Second théâtre. Coupe L le long du couloir 2 et élévation de M34.

L. Jeand’heur d’après L. Thomas

FIG. 57 – Second théâtre. Coupe M à travers le couloir 3 et élévation de M23.

L. Jeand’heur d’après E. Bassères

FIG. 58 – Second théâtre. Coupe N à travers le couloir 4.

Jeand’heur d’après F. Dumasy

FIG. 59 – Second théâtre. Coupe O à travers le couloir 4.

L. Jeand’heur d’après T. Potier

FIG. 60 – Second théâtre. Coupe P à travers le couloir 6.

L. Jeand’heur d’après L. Laüt

FIG. 61 – Second théâtre. Coupe Q à travers le couloir 6.

L. Jeand’heur d’après L. Brissaud

2.3 Mobilier et chronologie

32Avouons‑le : il s’agit là d’un chapitre décevant, car il est encore impossible, aujourd’hui, d’avancer une date précise pour la construction du premier théâtre, pour ses agrandissements successifs et pour sa destruction. Sans doute pouvons‑nous proposer une chronologie –cohérente– pour les différents moments de l’édifice, mais elle reste plus floue que nous ne le souhaiterions. La datation du second théâtre est plus nette, mais les données n’y sont guère abondantes.

33À quoi tient cette situation ? Rappelons d’abord que les fouilles anciennes ont recueilli beaucoup de matériel, des monnaies, des fibules et surtout de la céramique en quantité très supérieure à ce que nous avons trouvé. Elles ont en effet mis au jour les quatre‑cinquièmes du premier théâtre et plus des deux tiers du second. Or c’est le premier édifice qui a livré le matériel le plus abondant ; rien d’étonnant, dans ces conditions, que la moisson ancienne soit plus riche que la nôtre. Si la majeure partie du matériel provenant des fouilles anciennes a été identifiée, elle ne livre aucun renseignement sur les différentes périodes de l’édifice, car il est impossible de la replacer dans son contexte stratigraphique. Dans le meilleur des cas, on sait à quel théâtre appartiennent les objets –ce que leur datation suggère déjà– ou dans quel secteur ils ont été trouvés, mais cela n’apporte rien à la chronologie des théâtres.

34Précisons ensuite que les délais imposés à la nouvelle fouille nous ont obligés à mettre en place un programme strict dans son déroulement et à limiter les sondages. C’est ainsi que dans l’espace qui s’étend entre les deux murs extérieurs du premier théâtre, nous n’avons mené qu’un seul sondage d’1 m de large qui n’a pas livré de matériel offrant une datation précise, alors que l’équipe précédente y avait fouillé une superficie vingt fois supérieure et recueilli un matériel abondant. En revanche, la fouille de l’allée 4 nous a permis de ramasser, enfoncés dans les sols de circulation, des fibules et des tessons qui jalonnent les phases de fréquentation de l’édifice. Quant au deuxième théâtre, sa construction n’est datée que par une monnaie trouvée dans le sol du couloir 4 et par quelques vases en nombre fort réduit. Sa destruction s’accompagne en revanche d’une abondante série monétaire, recueillie pour l’essentiel dans la fouille de l’orchestra, où il faut distinguer les monnaies qui relèvent de cette période et celles qui sont jetées après l’abandon de l’édifice (fig. 220).

35Nous publions ici l’ensemble des objets provenant de la fouille 1981‑1988. Nous y ajoutons la totalité des objets métalliques et des monnaies issus des campagnes 1966‑1973. En revanche, nous n’avons retenu du mobilier céramique, nettement plus abondant, que les formes datées par elles‑mêmes.

2.3.1 Le matériel céramique

2.3.1.1 Matériel des fouilles 1981‑1988

36La totalité du matériel céramique découvert entre 1981 et 1988 a fait l’objet d’un inventaire par unité stratigraphique et par groupe techno‑typologique. L’étude quantitative repose sur deux méthodes : le nombre de restes (NR), qui correspond au nombre total de fragments avant collage et le nombre minimum d’individus (NMI), qui est obtenu à partir du nombre le plus élevé des formes (bords, fonds ou anses) ou des cléments caractéristiques (décors ou estampilles) après collage. Les comptages se font d’abord par unité stratigraphique et sont ensuite regroupés par état. Les résultats statistiques sont différents, voire contradictoires selon le procédé utilisé. En effet, le NR ne tient pas compte du degré de fractionnement et le NMI privilégie les catégories minoritaires ou faciles à identifier comme la sigillée. De même, la proportion des individus dans la céramique à engobe micacé est toujours plus élevée que celle des tessons. En effet, nombreux sont les vases qui sont recouverts de mica uniquement sur la lèvre et la partie supérieure de la panse. Ce qui signifie que la majorité des fragments est classée dans la commune, Il est donc nécessaire d’associer les deux méthodes de comptage.

37Les chiffres ne sont pas significatifs en eux‑mêmes, mais les proportions obtenues permettent de comparer la valeur des différentes catégories de céramique au sein d’un même assemblage et de suivre leur évolution au long des états successifs du théâtre pour appréhender la chronologie et mettre en évidence la céramique résiduelle.

  • 7 Je tiens à remercier R. Delage pour son aide dans l’identification de la sigillée.

38Le tableau de répartition par catégorie de la céramique (tabl. i) donne une idée de la quantité et du type de matériel recueilli, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du théâtre (NR : 14 880, NMI : 1 073). Il s’agit d’un lot relativement faible, compte tenu de l’ampleur de la zone fouillée : certaines couches sont stériles et celles qui ont livré le matériel le plus abondant correspondent aux remblais de construction, puis au chantier de démolition et à la ruine du second théâtre. La céramique du premier édifice représente seulement un cinquième de l’ensemble. La majeure partie du mobilier est constituée, comme c’est le cas habituellement, de céramiques communes, dont le nombre de fragments correspond à plus de 68 % de l’ensemble des tessons. La proportion de la sigillée est sensiblement égale à celle que l’on peut rencontrer sur un site de consommation comme Argentomagus (NR : 5,43 %, NMI : 13,79 %)7. La présence de la céramique médiévale et moderne témoigne des récupérations survenues après la période antique. Les comptages montrent par ailleurs que le taux de fragmentation de la céramique, évalué à partir du NR et du NMI, est élevé : en particulier, celui de la céramique commune claire avec 6 762 tessons pour seulement 219 individus. Elle est représentée essentiellement par des formes hautes, qui se brisent plus facilement.

TABL. I – Répartition par catégorie de la céramique du théâtre.

39Dans l’ensemble, les collages sont peu nombreux et difficiles à effectuer, étant donné le nombre considérable de petits fragments, leur état d’usure et leur dispersion. Seuls six profils archéologiquement complets ont pu être remontés. De ce fait, le nombre de vases susceptibles d’être dessinés et présentés dans le cadre de cette publication est réduit. Seules les formes les plus suggestives et les plus représentatives des différentes périodes ont été choisies. Elles sont présentées pour chaque état par type de fabrication correspondant à des groupes techno‑typologiques (céramique sigillée, céramique claire à engobe blanc...). À l’intérieur de ce classement, un ordre typologique a été adopté selon une hiérarchie qui va des formes ouvertes et basses (couvercles, plats et assiettes, écuelles, marmites, bols, jattes...) aux formes fermées et hautes (pots, gobelets, pichets, cruches...). Étant donné la faible quantité de matériel par groupe de fabrication, plusieurs catégories de céramiques se trouvent ainsi rassemblées sur une même planche de dessins.

40Quant à la datation des différents états du théâtre, elle présente des difficultés dues à la quantité et à la qualité du matériel. En effet, la céramique fine fournissant des éléments chronologiques sur lesquels on pourrait s’appuyer est inférieure à 2 %. De plus, elle provient essentiellement de niveaux de remblais ou de ruine qui ne correspondent pas à des dépôts primaires. Aussi, comme le montrent les tableaux chronologiques, relève‑t‑elle rarement de la période concernée : le phénomène de résidualité, bien représenté dans les différents niveaux du théâtre, n’en reste pas moins difficile à évaluer.

Occupation à l’extérieur du théâtre

41tabl. ii

42Du matériel a été recueilli lors des travaux menés à l’extérieur du théâtre. Il se compose au total de 611 fragments de céramique dont 56 individus. Les fouilles ont permis de distinguer trois phases d’occupation.

TABL. Il – Occupation à l’extérieur du théâtre. Chronologie de la céramique fine.

43La première période correspond, semble‑t‑il, à une activité artisanale. Elle comprend au minimum 29 vases pour 256 tessons. La terra nigra, la céramique claire à engobe blanc et la poterie modelée représentent environ 70 % du mobilier, dont plus de 30 % de terra nigra. Celle‑ci est constituée d’assiettes (fig. 63, no 1) de la première moitié du Iers. et d’une alla originale puisqu’elle possède une lèvre moulurée (fig. 63, no 2). La céramique à pâte claire et recouverte d’un engobe blanc comprend une cruche à col tronconique dont la pâte, très fine, est de couleur beige et l’engobe laiteux (fig. 63, no 4), Elle est typique des règnes de Tibère et de Claude à Argentomagus (Albert 1973 : 103, pl. III, no 1 ; Allain et al, 1987‑1988 : 114, fig. 10) et dans l’Indre, comme c’est le cas à Villedieu‑sur‑Indre (Gourvest 1971 : 96, fig. 7). Un autre type de cruche à encolure concave présente au contraire une pâte orange et un engobe très blanc (fig. 63, no 5). Cette forme est contemporaine de la précédente, puisqu’on la trouve dans la fosse « au Vergobret » d’Argentomagus, comblée dans les années 20‑30 (Allain et al. 1981 : 17, fig. 6 no 1).

FIG. 63 – Occupation antérieure au premier théâtre. Céramique terra nigra : 1 assiette carénée à lèvre oblique et convexe de type Menez 24‑ 25, 2 coupe de type olla à lèvre moulurée ; céramique à engobe micacé : 3 pot à panse globulaire et lèvre moulurée ; céramique à engobe blanc et pâte beige : 4 cruche à lèvre moulurée et col cylindrique ; céramique à engobe blanc et pâte orange : 5 cruche à lèvre moulurée et col concave ; céramique non tournée de type Besançon (à engobe micacé) : 6 écuelle à lèvre moulurée.

I. Bouchain

44La poterie modelée occupe également une place importante dans cet assemblage (NR : 16,02 %, NMI : 17,24 %). Elle est constituée en partie de céramique de type Besançon caractérisée par une pâte et une couverte micacées et une lèvre moulurée (fig. 63, no 6), que l’on trouve dans les contextes de la fin du ier s. av. J.‑C. et de la première moitié du ier s. ap. J.‑C. Elle est remplacée progressivement par une céramique tournée, mais toujours recouverte d’un engobe à base de mica, qui reprend la forme du vase ovoïde à lèvre moulurée (fig. 63, no 3). Sa pâte est encore micacée et généralement de couleur claire. Elle s’apparente à Argentomagus à la céramique commune. Elle est donc très différente de celle du Bassin parisien qui a une pâte plutôt fine (Jobelot 1992 : 27, 42). Les deux types de céramique peuvent se retrouver dans les mêmes contextes, étant donné que l’une ne disparaît pas au moment de l’apparition de l’autre. La sigillée provenant de Gaule du Sud est contemporaine du reste du mobilier comme le prouve le bord d’assiette Drag. 15a.

45D’après l’ensemble du matériel, la première occupation de nature artisanale est antérieure à la construction du théâtre et se situerait entre 20 et 50 ap. J.‑C.

46Le début de la seconde période correspond à la construction d’un bâtiment. Le mobilier comprend seulement 11 fragments de céramique qui ne permettent pas de proposer une datation. Cependant si l’on tient compte du matériel provenant de la destruction du bâtiment, on peut estimer que l’occupation est contemporaine du premier théâtre. Cette céramique regroupe 432 fragments et au moins 42 individus. La seconde moitié du Ier s. est représentée par un plat tripode à lèvre arrondie et à bord oblique, recouvert à l’intérieur et à l’extérieur d’un enduit rouge (fig. 64, no 3). Ce type de plat est proche de la forme Santrot 72 (Santrot, Santrot 1979 : 71, pl. 13). Cette période comprend également une lèvre de cruche ou d’amphore de type Gauloise 4 (fig. 64, no 6), recouverte d’un engobe clair, qui appartient probablement à une production régionale. La céramique sigillée sud‑gauloise de la seconde moitié du Ier s. est bien représentée : Drag. 18a, Drag. 24/25b (fig. 64, no 1), Drag. 29, Drag. 27b (fig. 64, no 2) et Drag. 35/36. On dispose pour la première moitié du iie s. d’une collerette de coupelle Bet 44 provenant de Gaule du Centre et d’un bord d’assiette Drag. 18 (Bet 58) produite dans un atelier du groupe Centre‑Ouest (Ferdière 1989). La céramique à engobe blanc a presque disparu au profit de la céramique à engobe jaunâtre. Deux bords de cruche appartiennent à cette dernière catégorie. L’une des formes possède un bord en parement ou en corniche (fig. 64, no 4), caractéristique de la seconde moitié du ier s. et du iie s. à Argentomagus (Allain, Albert 1975 : 72, fig. 5 ; Tuffreau‑Libre 1992 : 142, fig. 49, no D‑1). L’autre présente un rebord en parement avec une lèvre ronde et verticale (fig. 64, no 5) qui s’apparente au type connu dans les contextes de la fin du iie s. et de la première moitié du iiies. (Coulon et al. 1991 : 39, fig. 38, no 91).

FIG. 64 – Bâtiment extérieur au premier théâtre (destruction). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 coupelle Drag. 24/25b à bord guilloché, 2 coupe Drag. 27b ; céramique à enduit rouge de type pompéien : 3 plat tripode à lèvre ronde et parois obliques ; céramique à engobe clair : 4 cruche à lèvre horizontale en parement, 5 cruche à lèvre verticale, 6 cruche ou amphorette régionale à lèvre ronde de type Gauloise 4 ; céramique commune sombre : 7 pot à lèvre déprimée et col concave.

I. Bouchain

47Le matériel issu des niveaux de destruction du bâtiment se situe entre 50 et 170 environ. Témoignant de sa durée d’occupation, il fournit surtout une datation post quem pour sa disparition.

Premier théâtre

48tabl. iii

TABL. III – Premier théâtre. Chronologie de la céramique fine.

● État 1A

49La céramique trouvée dans les premiers niveaux de construction du théâtre ne compte que 183 fragments pour 13 individus. Elle se compose de céramiques caractéristiques de la première moitié du ier s. : en particulier, la terra nigra, les cruches à engobe blanc et la poterie modelée, essentiellement de type Besançon, à pâte très micacée et recouverte en partie d’un engobe à base de mica.

50La sigillée se distingue par un bord d’assiette Drag. 18a provenant des ateliers du sud de la Gaule et daté des années 15 à 60 (fig. 65, no 1).

51La tetra nigra présente deux types de formes précoces. D’abord un vase bobine (fig. 65, no 2) de type Menez 75‑76 (Menez 1989 : 128, 164). Courant dans le monde aquitain à partir de 25 av. J.‑C. et jusqu’à 20 ap. J.‑C., il se maintient dans la cité biturige jusqu’aux années 40. Puis une coupe alla, de type Menez 74a, avec une lèvre en bourrelet (fig. 65, no 3) qui correspond aux vases les plus anciens, datés de 1 à 40 (Menez 1989 : 127‑128, 161).

FIG. 65 – Premier théâtre (état 1A). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 assiette Drag. 18a ; terra nigra : 2 vase bobine de type Menez 75‑76, 3 olla à lèvre en bourrelet de type Menez 74a ; céramique à engobe clair : 4 cruche à lèvre horizontale et rebord en parement. Premier théâtre (état 1B). Céramique à engobe micacé : 5 assiette ? à lèvre verticale ; céramique à engobe blanc : 6 cruche à bord vertical cannelé et col cylindrique ; céramique non tournée : 7 pot à lèvre triangulaire.

I. Bouchain

52Ces trois vases sont contemporains. En revanche, la céramique à parois fines de Lezoux et la céramique claire engobée sont postérieures. Les cruches recouvertes d’un engobe blanc et à col cylindrique, typiques des règnes de Tibère et de Claude, sont encore bien représentées dans ces niveaux. Elles disparaissent au début de la seconde moitié du ier s., au profit d’une céramique à engobe jaunâtre, également présente ici avec un type de cruche à lèvre ronde se terminant en corniche (fig. 65, no 4) (Allain, Albert 1975 : 72, fig. 5 ; Tuffreau‑Libre 1992 : 142, fig. 49, no D‑1). Ce qui amène à penser que l’état 1A se situe autour des années 50‑60 ap. J.‑C.

● État 1B

53Le lot de céramiques issues des niveaux de construction contient 164 tessons avec au minimum 20 individus.

54La seule forme de céramique sigillée bien datée est résiduelle, puisqu’il s’agit d’une coupe du service Haltern I (Goudineau 18) de tradition italique, produite environ entre 12 av. J.‑C. et 15 ap. J.‑C. (Goudineau 1968 : 292).

55La forte proportion de poterie modelée de tradition gauloise peut correspondre à un phénomène de résiclualité. On constate cependant que cette céramique ne disparaît pas brusquement au début de la période romaine, et que sa fabrication se maintient encore dans la seconde moitié du ier s. (fig. 65, no 7) (Dumasy et al. 1997 : 68, fig. 27).

56Il faut se tourner vers la céramique à parois fines provenant de Lezoux pour obtenir une datation plus précise. En effet, le décor à la barbotine d’épingles à cheveux est caractéristique des années 70 à 140 (Symonds 1992 : 8, fig. 2, no 25). De même, la nette prédominance de la céramique à pâte commune claire sur la céramique sombre confirme une période se situant dans le dernier quart du ier s. La céramique commune à cuisson oxydante compte 48 fragments (29,27 %) contre 11 (6,71 %) pour la cuisson réductrice.

57Le reste du mobilier se compose essentiellement de terra nigra, de céramique à engobe micacé (fig. 65, no 5), de céramique à engobe clair et d’amphores. La poterie à engobe blanc, caractéristique des règnes de Tibère et Claude, ne compte plus que 5 tessons dont un bord de cruche à col cylindrique (fig. 65, no 6).

58En tenant compte de toutes ces remarques, on pourrait retenir pour la construction de l’état 1B une datation qui se situerait autour des années 70.

● État 2

59L’ensemble du mobilier recueilli comprend 2 318 tessons avec un minimum de 147 vases, provenant essentiellement de la phase d’occupation (NR : 80 %, NMI : 60 %). La céramique liée à la fréquentation du second état du premier théâtre est usée et son taux de fragmentation est le plus élevé qui ait été rencontré dans l’édifice. Prenons l’exemple de la poterie commune claire composée surtout de formes hautes (cruches) : elle représente 46,68 % du total des fragments ; en revanche la proportion des individus n’est plus que de 26,43 %.

Construction

60Pour la phase de construction, le matériel recueilli n’est ni abondant ni significatif. Il date de la première moitié du ier s. : gobelets fins de type Aco, sigillée sud‑gauloise (Drag. 15a, Drag. 29a), vases bobines et ollae en terra nigra, gobelets de type Beuvray à enduit rouge interne et décorés à la molette de chevrons. Dans l’ensemble, le mobilier est proche de celui de l’état 1B. Le pourcentage de terra nigra est encore élevé (NR : 13,97 %, NMI : 20 %) et celui de céramique claire engobée est faible (NR : 5,68 %, NMI : 6,67 %).

61En l’absence d’éléments complémentaires et en tenant compte de la datation de l’état 1B, on retiendra la fin du ier s.

Fréquentation

62La céramique fine y est également résiduelle. Elle correspond au ier s. de n.è. : assiettes de type Drag. 15/17a et Drag. 18a, coupes Ritt. 12, Drag. 35/36 et Drag. 29b. Le profil de plat à enduit rouge interne et externe (fig. 66, no 3) appartient lui aussi au Ier s. (Allain et al. 1966 : 213, pl. VIII, no 14‑15 ; Santrot, Santrot 1979 : 57, pl. VI, no 38).

FIG. 66 – Premier théâtre (état 2). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 coupelle Drag. 22a, 2 coupe Drag. 27b ; céramique à enduit rouge pompéien : 3 plat à lèvre arrondie débordante, parois convexes et fond plat avec ressauts externes ; céramique à engobe micacé : 4 écuelle à lèvre ronde rentrante et panse moulurée, 5 pot ovoïde à lèvre ronde éversée, 6 pot à lèvre moulurée ; céramique à engobe clair : 7 pot ovoïde à lèvre moulurée ; céramique commune claire : 8 cruche à lèvre horizontale en parement ; céramique commune sombre : 9 bol à petite collerette, 10 pot ovoïde à lèvre ronde éversée, col concave et ressaut sur le haut de la panse ; céramique non tournée : 11 pot ovoïde à lèvre moulurée ; céramique non tournée de type Besançon (à engobe micacé) : 12 pot à lèvre moulurée ; amphore : 13 Richborough 527 fabriquée à Lipari.

I. Bouchain

63Les éléments les plus tardifs de cette céramique fine sont d’une part des coupes en sigillée Drag. 35/36 d’époque flavienne, d’autre part un vase ovoïde de Gaule centrale, décoré à la barbotine d’épingles à cheveux et de lunules. Ce type de décor se rencontre à l’époque flavienne et se maintient jusqu’au règne d’Hadrien (Symonds 1992 : 8, fig. 2, no 26).

64Les proportions de terra nigra, de céramique à engobe blanc et de poterie non tournée, caractéristiques du ier s., ont nettement diminué par rapport à celles du premier état du théâtre.

65Le type de cruche en pâte claire le plus courant dans cet assemblage a une lèvre débordante et plate se terminant en corniche et un col concave (fig. 66, no 8). Il est commun à Argentomagus à partir de la seconde moitié du ier s. et tout au long du iie s. (Allain, Albert 1975 : 70, fig. 5).

Destruction

66La céramique fine correspondant à la destruction de l’édifice n’est d’aucune utilité car elle date du Ier s. : gobelets de type Aco, vases bobines et ollae en terra nigra, gobelets de type Beuvray, assiette Drag. 17a en sigillée, coupes Drag. 29a et Drag. 35/36, et coupelles Drag. 22a (fig. 66, no 1) et Drag. 27b (fig. 66, no 2).

67En ce qui concerne la céramique commune, seule l’absence, dans les niveaux de l’état 2, de la cruche à col cannelé appelé en poulie ou en bobine, que l’on trouve habituellement sur le site à partir de la fin du iie ou du début du iiie s., suggère que le premier édifice a dû être détruit avant la fin du iie s. Une nouvelle fois, le mobilier datant manque.

Deuxième théâtre

● Construction (tabl. iv)

68Lors de la construction du second édifice, le premier théâtre est détruit et enfoui dans des remblais. Une partie des terres utilisées pour cette opération provient de structures antérieures, ce qui explique le décalage chronologique entre le mobilier lui‑même et son utilisation dans les terres de comblement.

TABL. IV – Second théâtre (construction). Chronologie de la céramique fine.

69C’est en particulier le cas de l’US 101016, qui a livré un matériel abondant provenant d’un habitat. Il comprend 1 336 tessons qui correspondent à un minimum de 134 individus. La sigillée du Sud de la Gaule offre des formes variées et courantes au Ier s. : Drag. 15/17a, Drag. 18a (fig. 67, no 1), Drag. 24/25b, Drag. 29b, Drag. 30b (fig. 67, no 2) et Drag. 35/36. Les deux céramiques fines les plus récentes sont d’une part un tesson de Drag. 35/36 décoré de feuilles d’eau à la barbotine de la fin du Ier s., provenant de Gaule centrale, d’autre part un bord d’assiette apode en parois fines à vernis noir (fig. 67, no 3), du type Grataloup LV daté des années 80‑90 (Grataloup 1988 : 185). Les cruches sont représentées par des exemplaires de forme haute à col cylindrique et à engobe blanc caractéristiques des règnes de Tibère et de Claude (fig. 67, no 10), et par des cruches à lèvre ronde et bord en parement (fig. 67, no 11) qui apparaissent après le milieu du ier s. (Allain, Albert 1972 : 72, fig. 5 ; Allain et al. 1992 : 142, fig. 49, no D‑1). Le bord d’écuelle à lèvre ronde en pâte commune grise correspond probablement à un tripode (fig. 68, no 2). Ce type de forme est présent dans les contextes des Mersans datés du règne de Néron (Dumasy et al. 1997 : 67‑73). La poterie non tournée, typique de la première moitié du Ier s., contient des vases de type Besançon à lèvre moulurée, recouverts en partie d’un engobe micacé (fig. 68, no 7).

FIG. 67 – Second théâtre (remblai de construction 101016). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 assiette Drag. 18a ; 2 coupe Drag. 30b ; céramique à parois fines et vernis brun : 3 assiette apode Grataloup LV ; terra nigra : 4 pot ovoïde à lèvre ronde éversée ; céramique à engobe micacé : 5 écuelle à lèvre ronde rentrante et haut de la panse moulurée, 6 écuelle à lèvre moulurée rentrante, 7‑8 pots ovoïdes à lèvre arrondie éversée, 9 pot ovoïde à lèvre moulurée ; céramique à engobe blanc : 10 cruche à col cylindrique ; céramique à engobe clair : 11 cruche à lèvre horizontale et rebord en parement.

I. Bouchain

FIG. 68 – Second théâtre (remblai de construction 101016). Céramique commune sombre : 1 écuelle à lèvre ronde rentrante soulignée par un sillon, 2 écuelle à lèvre ronde oblique et rentrante, 3 écuelle à lèvre arrondie et moulurée, 4 pot ovoïde à lèvre arrondie éversée ; céramique non tournée : 5 écuelle à lèvre moulurée rentrante, 6 pot à lèvre ronde ; céramique non tournée de type Besançon (à engobe micacé) : 7 pot ovoïde à lèvre oblique moulurée.

I. Bouchain

70Le reste du matériel est composé d’éléments antérieurs à la construction du second théâtre (NR : 851, NMI : 89). La céramique fine se situe dans un horizon chronologique allant de la fin du ier s. av. J.‑C. au début du iie s. : sigillée, type Beuvray et terra nigra. Cependant 2 céramiques se détachent de l’ensemble. Il s’agit d’un bord de mortier Drag. 45 en sigillée à revêtement métallescent provenant de Lezoux, dont la production se situe entre le dernier quart du iie s. et le premier quart du iiie s. (fig. 69, no 1), et d’une cruche avec un col en bobine (fig. 69, no 4) dont la forme ne semble pas connue à Argentomagus avant la seconde moitié, voire la fin, du iie s. (Allain, Albert 1975 : 70, fig. 5). Ce type de forme ne figurait pas dans les niveaux du premier théâtre.

FIG. 69 – Second théâtre (construction). Céramique sigillée à revêtement métallescent de Lezoux : 1 mortier Drag. 45 (Lezoux 100) ; céramique à engobe micacé : 2 pot ovoïde à lèvre ronde ; céramique commune claire : 3 pot à lèvre déprimée, 4 cruche à bord cannelé ; céramique commune sombre : 5‑ 6 pots ovoïdes.

I. Bouchain

71Ces deux derniers éléments suggèrent que la construction du second théâtre pourrait se situer dans les années 180.

● Fermeture et première période d’abandon (tabl. v)

72Il ne reste aucune trace de fréquentation du second théâtre, ce qui rend difficile la datation de sa fermeture. De plus, le matériel trouvé dans cette première période d’abandon apporte peu d’informations. Il comprend seulement 8 individus pour 340 tessons.

TABL. V – Second théâtre (fermeture de l’édifice). Chronologie de la céramique fine.

73La céramique commune sombre domine cet ensemble. Les formes ne présentent pas d’éléments chronologiques caractéristiques (fig. 70, nos 1‑4). Cependant beaucoup de fragments de panse sont de couleur sombre et ont des parois épaisses avec un lissage partiel de la surface, ce qui indique une datation plutôt tardive (Bouchain 1992 : 99, fig. 96, nos 242‑243).

74Le seul tesson de sigillée date du ier s. Il se trouve associé à un fragment de céramique à l’éponge, Cette dernière production se rencontre à partir du ive s., en liaison avec la sigillée d’Argonne décorée à la molette, comme on le constate aux Mersans (Dumasy et al. 1997 : 68), à Chézelles (Tuffreau‑Libre, Coulon 1991 : 92, fig. 4) et dans l’atelier métallurgique du Latté à Guiches (Dieudonné‑Glad 1994 : 91).

75En prenant en compte la céramique la plus récente, on peut conclure que la fermeture du théâtre intervient au cours du ive s.

● Fréquentations tardives (tabl. vi)

76Après sa désaffectation, le théâtre sert de carrière. On a ainsi pu observer des traces d’occupation dans les couloirs et dans l’orchestra. L’ensemble du matériel céramique trouvé dans ces niveaux comporte 281 tessons pour 29 individus. Il correspond essentiellement aux foyers tardifs construits dans les couloirs. L’occupation dans l’orchestra est difficile à saisir et à distinguer de l’abandon final.

TABL. VI – Second théâtre (fréquentations tardives). Chronologie de la céramique fine.

77La céramique fine est résiduelle : sigillée du ier et du iie s. et terra nigra du ier s. On dispose également d’une lampe trouvée dans le couloir 6, de type Lœschke IV (fig. 71, no 4), qui apparaît dans la seconde moitié du ier s. (Lœschke 1919 : 225‑ 226, abb. 5, nos 2‑3). Très fragmentée, elle a été reconstituée à partir de 34 fragments. De pâte orange, elle est recouverte d’un engobe rouge‑orangé. Elle se compose d’un bec ogival à double volute non saillante et d’un médaillon à décor moulé représentant un homme nu avec un bâton dans la main gauche et un animal à sa droite. Le décor, dont certaines parties manquent, est difficile à identifier. Il pourrait correspondre à Bacchus tenant dans la main gauche le thyrse et dans la main droite un canthare pour verser à boire à une panthère (Oswald 1936‑1937 : 40, pl. XXVII, no 567A). Cette lampe présente plusieurs particularités : le médaillon est décalé, le décor est grossier et les volutes sont dégénérées, ce qui indique la mauvaise qualité du moule. Par ailleurs, elle ne montre pas de trace de feu ; il semble donc qu’elle n’ait pas servi.

FIG. 70 – Second théâtre (fermeture et première période d’abandon). Céramique commune sombre : 1‑4 pots à lèvre ronde.

I. Bouchain

78L’élément le plus tardif est un profil de coupe carénée qui se distingue par sa couleur noire et son aspect poli (fig. 71, no 1). Il possède une lèvre en bourrelet et une carène soulignée par un sillon. Sa forme et sa technique de fabrication évoquent la terra nigra du ier s. (Menez 1989 : 127, 160, forme 70b). Cependant, un exemplaire assez proche est connu dans les contextes tardifs du temple III A’Argentomagus (Coulon et al. 1991 : 31, fig. 35, no 50). Cette production régionale du ive s., voire du ve s., est à rapprocher de la forme Raimbault V en céramique à l’éponge (Raimbault 1973 : 192, pl. I) et de celle en céramique grise estampée (Desforges, Fournier 1945 : 118, fig. XV, no 100 ; Bouchain 1992 : 95, fig. 91).

FIG. 71 – Second théâtre (fréquentations tardives). Céramique noire polie : 1 coupe carénée soulignée par une moulure, à lèvre en bourrelet ; céramique commune sombre : 2 pot à lèvre verticale, 3 pot à lèvre en bourrelet ; 4 lampe à double volute de type Loeschke IV, avec médaillon à décor moulé.

I. Bouchain

● Abandon final et ruine (tabl. vii)

79Ces derniers niveaux, très bouleversés, contiennent du matériel mélangé : de la sigillée et de la terra nigra du ier s. côtoient de la sigillée et de la céramique à l’éponge du ive s. Ils renferment beaucoup de fragments de céramique : 7 520. Cependant le taux de fragmentation est élevé, puisque le nombre minimum d’individus est de 408.

TABL. VII – Second théâtre (abandon et ruine). Chronologie de la céramique fine.

80La proportion de la céramique résiduelle –sigillée, terra nigra et parois fines– est importante. En dehors de la poterie des ier et iie s., on trouve les types de céramique caractéristiques de l’Antiquité tardive à Argentomagus : sigillée d’Argonne, céramique à l’éponge, céramique métallescente et poterie modelée.

81La sigillée tardive provient des ateliers d’Argonne : Déch. 72 à décor excisé et fragment de panse décoré avec une molette appartenant au groupe 5 d’Hübener, daté de la seconde moitié du ive s. et de la première moitié du ve s. (Feller 1991 : 166). Quant à la céramique à l’éponge provenant des environs de Poitiers, elle se caractérise par un col de cruche de type Raimbault X (Raimbault 1973 : 193, pl. II), recouvert d’un engobe blanc et décoré de guillochis (fig. 72, no 2) et par quelques fragments indéterminés.

82La proportion de poterie modelée est élevée (NR : 4,83 %, NMI : 10,29 %). La présence de céramique non tournée dans les niveaux tardifs, à partir de la fin du iiie s. et au ive s., n’est pas exceptionnelle. Elle a déjà été identifiée aux Mersans (Dumasy et al. 1997 : 68, fig. 28) comme au temple III (Coulon et al. 1991 : 43‑44, fig. 40). On constate ce même phénomène dans le reste de la Gaule, à Arras, à Limoges et ailleurs (Tuffreau‑Libre, Jacques 1994 : 19, 209‑210, fig. 5). Il ne s’agit nullement de céramique résiduelle, car elle se différencie des productions précoces par des pâtes noires bien cuites et peu micacées, une surface quelquefois lissée, des formes simplifiées et un répertoire typologique limité : bols hémisphériques à lèvre rentrante (fig. 72, no 10) et pots à panse ronde (fig. 72, no 12). Ces formes de tradition gauloise sont semblables à celles du fossé dépotoir gaulois de Vernou‑sur‑Brenne dans l’Indre‑et‑Loire (Maugard 1977 : 3‑19, pl. VIII, XVI, XIX).

FIG. 72 – Second théâtre (abandon final et ruine). Céramique DSP grise : 1 fond d’assiette à décor estampé (dessin d’après R. Albert) ; céramique à l’éponge poitevine : 2 cruche Raimbault X à col recouvert d’un engobe blanc et décoré de guillochis ; céramique commune sombre : 3 écuelle à lèvre ronde et rentrante soulignée par un sillon, 4‑5 pots ovoïdes à lèvre déprimée, 6 pot ovoïde à lèvre ronde, 7‑8 pots globulaires à lèvre ronde, 9 pot à lèvre oblique ; céramique non tournée : 10 écuelle à lèvre ronde rentrante, 11 pot à lèvre déprimée, 12 pot à lèvre ronde.

I. Bouchain

83Un autre aspect caractéristique de la céramique tardive concerne la proportion élevée de la commune sombre (NR : 32,26 %, NMI : 40,20 %). Le cortège de formes est réduit et l’on n’y observe pas de grands changements. Une forme cependant semble typique des contextes tardifs. Il s’agit d’un vase à lèvre arrondie et fine, dont le col est légèrement concave, la panse ronde et la surface, de couleur noire, lissée (fig. 72, no 8). Un exemplaire en est présent dans une couche d’occupation tardive des Mersans (Bouchain 1992 : 71, fig. 67, no 162) et dans un ensemble clos de Chézelles, daté de la fin du ive s. (Tuffreau‑Libre, Coulon 1991 : 89, 95, fig. 6, no 7). Il existe aussi un lot de poteries, semblable à celui qui a été trouvé dans les niveaux de fermeture de l’édifice, qui se caractérisent par des lèvres épaisses d’1 cm et un lissage partiel de leur surface. Par l’aspect et les formes elles s’apparentent à la céramique non tournée, comme le montre le vase à lèvre ronde éversée et à panse globulaire (fig. 72, no 7) (Dumasy et al. 1997 : 72, fig. 28, nos 36‑37).

84Le tesson issu du sondage effectué en 1963 à l’extérieur du théâtre (Allain 1963) constituerait l’élément le plus récent de la dernière période de l’édifice. Il s’agit d’après le dessin (fig. 72, no 1), d’un fragment de fond d’assiette de DSP grise, décoré de croix estampées, que l’on peut rapprocher du groupe Atlantique, dont la production se situe au ve et au vie s. (Rigoir, Meffre 1973).

85Tous ces éléments suggèrent pour l’abandon définitif du monument une datation se situant dans la seconde moitié du ive s. et tout au long du ve s.

Interventions médiévales et modernes

86Nombreuses sont les interventions après l’époque antique. Il faut d’abord signaler les tranchées de récupération, qui ont livré davantage de matériel gallo‑romain que de mobilier médiéval. Il faut y ajouter les niveaux supérieurs du remblai de la cavea, manifestement perturbés, puisqu’ils contiennent plus de 35 % de tessons médiévaux et modernes (NR : 421, NMI : 57) : ils correspondent probablement à la période de la culture de la vigne.

  • 8 P.‑J. Trombetta a bien voulu examiner ce mobilier et me donner quelques précisions. Je l’en remerci (...)

87En ce qui concerne la période médiévale, deux types de céramique sont particulièrement intéressants : la céramique noire non tournée et la céramique claire à glaçure verte8. La céramique noire à pâte très micacée dont le bord forme un large bandeau oblique se rencontre du xiie au xive s. (fig. 73, no 7). La lèvre est tournée ; en revanche la panse ronde est réalisée probablement à l’aide d’un battoir qui sert à aplatir la pâte sur une sorte d’enclume. Il est possible ainsi d’obtenir des parois très fines. Ce grand vase globulaire représente près de 20 % des formes de céramique post‑antique. Quant à la production de la céramique à pâte blanche, recouverte d’une glaçure verte, elle débute à la fin du xiie s. ou au début du xiiie s. (fig. 73, no 1). Les vases à bord en bandeau vertical (fig. 73, no 5) sont également caractéristiques de la période médiévale (Querrien 1988 : 17, pl. I, no 2).

FIG. 73 – Niveaux médiévaux et modernes. Céramique claire à glaçure verte : 1 coupelle à lèvre moulurée ; grès : 2 écuelle à lèvre ronde (XVIIe s.), 3 vase ovoïde à lèvre triangulaire (XVIe‑XVIIe s.), 4 pot à lèvre oblique ; céramique commune claire : 5 coupelle à collerette du Beauvaisis (XVIe s.), 6 pot à bandeau vertical mouluré (XIVe s.) ; céramique noire non tournée : 7 vase à grande lèvre oblique légèrement concave et panse globulaire (XIIe‑XIVes.).

I. Bouchain

88On note également la présence dans les niveaux supérieurs de céramique des xviie, xviiie et xixe s.

2.3.1.2 Matériel des fouilles 1966‑1973

89La céramique des fouilles réalisées entre 1966 et 1973 a fait l’objet d’une étude (Labarre 1976) qui, faute de données stratigraphiques, n’a pas permis de dater les états du théâtre. En nous appuyant sur la localisation des vases, nous avons pu cependant distinguer ceux qui proviennent du premier édifice de ceux qui appartiennent au second et présenter une sélection de formes, souvent plus complètes que celles que nous avons recueillies (fig. 74‑76).

Premier théâtre

90La céramique sigillée date essentiellement du ier s. et provient de Gaule du Sud. Elle se compose pour une grande part d’assiettes Drag. 15a et 18a (fig. 74, no 1), et de coupes Ritt. 8b (fig. 74, no 2), Drag. 22a (fig. 74, no 3), Drag. 24/25a (fig. 74, no 4), Drag. 27b (fig. 74, no 5) et Drag. 35/36 (fig. 74, no 6). On trouve également des assiettes Drag. 16 et Ritt. 1, et des coupes Drag. 29b, 42, 46 et Ritt. 12. Par ailleurs, un tesson à décor moulé de coupe Drag. 37 évoque les ateliers de Gaule centrale. Le décor représente un homme nu marchant avec une écharpe jetée sur ses épaules. Il est à rapprocher du type Oswald 689 dont la production à Lezoux se situe entre le règne de Trajan et celui d’Antonin (Oswald 1936‑1937 : 48, pl. XXXIII).

FIG. 74 – Fouilles 1966‑1973 (premier théâtre). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 assiette Drag. 18a, 2‑6 coupes Ritt. 8b, Drag. 22a, 24/25a, 27b, 35/36 ; céramique à parois fines et vernis brun : 7 assiette apode Grataloup LV ; terra nigra : 8 olla à panse ronde Menez 74a, 9 olla à panse carénée Menez 74c.

I. Bouchain d’après R. Labarre

91Les céramiques à parois fines comportent des fragments décorés à la molette de vases de type Beuvray, de la céramique plombifère, des tessons recouverts d’un engobe sablé et une assiette apode à vernis brun (fig. 74, no 7) de type Grataloup LV (Grataloup 1988, 185). Cette forme est caractéristique de la fin du ier s. Elle a été trouvée, semble‑t‑il, dans les remblais de construction de l’état 2 du premier théâtre. Une assiette semblable est présente dans le remblai 101016 (fig. 67, no 3).

92Les deux ollae en terra nigra appartiennent également aux niveaux du premier théâtre. L’une est à panse ronde (fig. 74, no 8) et correspond à la forme Menez 74a, abondante durant les règnes de Claude et Néron (Menez 1989 : 127, 161). L’autre est carénée (fig. 74, no 9), de type Menez 74c (Menez 1989 : 128, 163). Elle date de l’époque flavienne.

93Le seul élément de datation intéressant est donné par l’assiette apode à vernis brun de la fin du ier s. Cette période correspond à la date avancée pour la rénovation du premier théâtre (état 2).

Second théâtre

94Issue des remblais de construction, l’assiette Drag. 15a en céramique sigillée est résiduelle (fig. 75, no 1). En revanche, le fragment de mortier Drag. 45 et le vase ovoïde métallescent décoré à la molette (fig. 75, no 2) sont datés de la seconde moitié du iie s. Une grande partie de la céramique commune provient de ces niveaux de remblais. Les formes sont caractéristiques à Argentomagus du dernier quart du iie s. et du iiie s. : couvercle à lèvre concave (fig. 75, no 3), assiette à lèvre ronde et aux parois obliques (fig. 75, no 4), bol tripode à lèvre rentrante (fig. 75, no 5), cruche à lèvre verticale en parement (fig. 76, no 3), cruche à lèvre cannelée (fig. 76, no 1) (Allain, Albert 1975 : 72, fig. 5 ; Coulon et al. 1991 : 32, no 49 ; 39, no 91 ; 39, no 90). La présence, dans cet ensemble, de la cruche à bord en parement (fig. 76, no 2) indique une datation antérieure au iiie s. L’ensemble de ces formes confirme que la construction du second théâtre intervient dans le dernier quart du iie s.

FIG. 75 – Fouilles 1966‑1973 (second théâtre). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 assiette Drag. 15a ; céramique à vernis noir métallescent : 2 pot ovoïde à lèvre oblique et décor de guillochis ; céramique commune sombre : 3 couvercle à lèvre concave, 4 assiette à lèvre arrondie, parois obliques et fond plat, 5 écuelle tripode à lèvre ronde rentrante, 6 pot ovoïde à lèvre moulurée, 7 pot ovoïde à lèvre verticale et col concave, 8 pot globulaire à lèvre arrondie oblique, 9 pot globulaire à col tronconique, haut de la panse moulurée, pâte noire lissée.

I. Bouchain d’après R. Labarre

FIG. 76 – Fouilles 1966‑1973 (second théâtre). Céramique à engobe clair : 1 cruche à bord cannelé, panse ronde et pied annulaire ; céramique commune claire : 2 cruche à une anse, lèvre horizontale, rebord en parement, panse ronde et pied annulaire, 3 cruche à deux anses, lèvre verticale, panse carénée et pied annulaire.

I. Bouchain d’après R. Labarre

95La céramique liée au chantier de démolition est représentée par un vase globulaire à col tronconique et lèvre fine dont la panse est séparée du col par des petites moulures (fig. 75, no 9). Sa surface, de couleur noire et bien lustrée, rappelle l’aspect des terra nigra du ier s. Des exemplaires similaires sont connus dans des tombes du ive s. à Lazenay, près de Bourges (Troadec 1993).

2.3.1.3 Conclusion

96Le mobilier céramique issu des différents niveaux du théâtre ne présente aucun caractère exceptionnel. Toutes les catégories de céramiques typiques de la période gallo‑romaine y sont représentées. Leurs proportions et leurs répertoires typologiques suivent l’évolution constatée dans les autres fouilles d’Argentomagus. Les plus anciens fragments datent de la fin du ier s. av. J.‑C. et du début du ier s. ap. J.‑C. : gobelets de type Aco, sigillée de tradition italique et céramique non tournée de type Besançon. Et les plus récents sont de la seconde moitié du ive s. et du ve s. : sigillée d’Argonne, céramique paléochrétienne, céramique à l’éponge et poterie modelée noire. La céramique des périodes médiévale et moderne est également présente et témoigne des perturbations postérieures à la période romaine. Elle est associée à de la céramique antique dans les niveaux supérieurs et dans les tranchées de récupération.

97Le mobilier se compose d’environ 9 % de céramiques importées en nombre total de fragments et de 20 % en nombre minimum d’individus : sigillée, céramique à parois fines et métallescente de Lezoux, céramique poitevine à l’éponge et amphores d’Italie, d’Espagne et de Narbonnaise (tabl. i). La sigillée constitue environ 65 % de ces importations. Ces sources d’approvisionnement suivent le schéma habituel. À la fin du ier s. av. J.‑C. et au début de notre ère, la sigillée est de tradition italique. Au ier s., la sigillée lisse ou à décor moulé provient essentiellement de l’atelier de La Graufesenque. Cependant on trouve quelques exemplaires de la production précoce de Lezoux. À partir du iie s., les officines de Gaule du Centre supplantent celles du Sud, avec en particulier le groupe de Lezoux –Lezoux, Les Martres‑de‑Veyre, Terre‑Franche et Lubié. Pour la première moitié du siècle, on dispose également de formes produites dans les ateliers du Centre‑Ouest, et pour la seconde moitié, de vases importés probablement de Gueugnon, qui appartient au groupe Centre‑Est. La proportion de sigillée tardive est faible. Elle provient de la Gaule de l’Est (Argonne).

98Les formes de céramique commune ne fournissent pas de types originaux. Elles sont caractéristiques d’Argentomagus et des autres sites de la région. Pour le iies., elles présentent des similitudes avec les produits de l’atelier de Thésée‑Pouillé, Loir‑et‑Cher (Trombetta 1982 : 105‑131).

99Les seules caractéristiques de la céramique que l’on puisse lier à sa présence dans un monument public consistent en un taux de fragmentation élevé, une forte usure et la résidualité évidente d’une grande partie du matériel. En effet, la proportion de la sigillée du ier s. atteint près de 70 % de l’ensemble de la sigillée datée, alors que le matériel du ier s. représente moins de 20 % de la totalité de la céramique trouvée en fouille. La chronologie s’appuie donc sur un nombre réduit de formes. Aussi est‑il nécessaire de prendre en compte les autres types de mobilier pour confirmer les datations obtenues ou disposer de données complémentaires.

2.3.2 Le verre

2.3.2.1 Matériel des fouilles 1981‑1988

100L’ensemble des objets en verre est constitué de 208 tessons. La plupart sont de taille si réduite qu’il est difficile de les identifier avec précision, et rares sont ceux qui peuvent apporter une information chronologique. Seuls 46 fragments présentent une forme caractéristique. Il s’agit de 18 bords, 7 pieds, 2 fonds, 2 panses avec amorce de fond, 4 panses décorées et 1 anse, soit 34 tessons de récipients. Il faut y ajouter 1 fragment de verre plat, ceux d’une fine baguette torsadée et de 2 bagues, 3 pions de jeu et 5 perles. Presque tous ces fragments sont incolores (ou involontairement colorés par la présence d’oxydes métalliques dans la matière première utilisée).

101Seuls 3 verres ont été volontairement teintés dans la masse ; 2 sont bleus, le troisième est bichrome blanc et bleu. La plupart ont été soufflés à la volée, d’autres l’ont été dans un moule, d’autres encore ont été pressés dans un moule. Les rares décors ont été réalisés à chaud ; il peut s’agir de décors moulés (côtes, inscriptions, figures géométriques ou non, filets...), de décors au peigne, de décors mosaïqués, ou de filets rapportés ou pincés dans la masse. En revanche, nous n’avons aucun témoignage de décor gravé.

102Les 7 objets de parure sont en verre teinté dans la masse, ceci ayant pour but d’augmenter leur effet décoratif. La majorité des décors jouent avec le matériau en fusion, les perles hexagonales offrant le seul exemple de taille.

103Le premier théâtre n’a fourni que 4 objets ; les autres relèvent du second théâtre, et surtout de sa période d’abandon.

Bâtiment extérieur contemporain du premier théâtre

1042 fragments ont été recueillis dans ses niveaux de destruction. La seule forme représentée correspond à un bord de récipient ouvert, légèrement évasé, à lèvre adoucie à la chaleur (fig. 77, no 1).

FIG. 77 – Occupation extérieure au théâtre. Objet en verre : 1 récipient indéterminé. Hors stratigraphie. Objets en verre : 2‑3 gobelets Morin‑Jean 105/Rütti AR 98‑2, 4 récipient indéterminé, 5 fond de bouteille moulé.

B. Amadei, N. Richard

Premier théâtre

105tabl. viii

106Il n’a livré que 13 fragments parmi lesquels 3, liés à la période de fréquentation du premier état, ont pu être étudiés.

TABL. VIII – Premier théâtre (fréquentation de l’état 2). Chronologie des objets en verre identifiés.

107Une perle frittée bleu turquoise à décor côtelé (fig. 78, no 1) est d’un type très fréquent dans tout l’Empire, jusqu’à la fin de la période romaine et au‑delà. Une bague dont l’anneau, constitué d’un filet de verre jaune vif inséré dans une matrice incolore, porte un chaton de verre bleu serti dans du verre jaune vif (fig. 78, no 2) ; elle peut être rapprochée du type Guiraud 2, daté du ier s. jusqu’au milieu du iiie s. (Guiraud 1988 : 79). Une tige grossièrement torsadée en verre bleu teinté (fig. 78, no 3) pourrait appartenir à une épingle ou à un petit ustensile pour onguents et cosmétiques du type Isings 79 qu’on trouve souvent dans des contextes des ier et iie s.

FIG. 78 – Premier théâtre, état 2 (fréquentation). Objets en verre : 1 perle côtelée bleue ; 2 bague en verre incolore, jaune vif et bleu ; 3 tige torsadée bleue.

B. Amadei, N. Richard

Second théâtre

108tabl. ix

TABL. IX – Second théâtre. Chronologie des objets en verre.

● Construction

109Outre 79 fragments de panses, 4 bords de récipients, 2 tessons de bouteilles à panse cylindrique avec l’amorce du fond, 1 fragment de verre plat et 1 pion de jeu ont été recueillis. Le bord à lèvre ourlée vers l’intérieur (fig. 79, no 1) peut appartenir aux types Isings 44 ou 115 dont les datations vont de 40 ap. J.‑C. à la fin du iiie s. Le bord en verre teinté bleu (fig. 79, no 2) semble provenir d’une coupe pressée dans un moule de type Rütti AR2/Isings 3. Le bord à lèvre ourlée vers l’extérieur (fig. 79, no 3) ressemble au type Rütti AR109‑1 dont la datation s’étend de la période Tibère/Claude jusqu’au ive s. Notons les fragments du type Rütti AR98‑2 toujours très fréquents dans la région (fig. 77, nos 2‑3 ; fig. 79, no 4). Un fragment de verre plat est limité d’un côté par un rebord rectiligne légèrement épaissi (fig. 79, no 7). Sa finesse rend douteuse son identification comme verre à vitre. La pastille de verre blanc opaque (fig. 79, no 8) peut être interprétée comme un pion de jeu, tel qu’on en trouve fréquemment sur les Mersans.

FIG. 79 – Second théâtre (construction). Objets en verre : 1 récipient Isings 44/115 ; 2 récipient indéterminé ; 3 récipient Rütti AR 109‑1 ; 4 récipient indéterminé ; 5‑6 fonds de bouteilles ; 7 verre plat ; 8 pion de jeu.

B. Amadei, N. Richard

● Fréquentation tardive

1106 fragments de panses non identifiables, 2 bords de bouteille et 1 pied annulaire proviennent de ce contexte. Le fragment de bord le mieux conservé, évasé, à lèvre repliée puis pincée pour former un double bourrelet appartient à un flacon proche du type Isings 102 daté des iiie et ive s. (fig. 80, no 2).

FIG. 80 – Second théâtre (fréquentation tardive). Récipients en verre : 1 indéterminé ; 2 Isings 102 ? ; 3 pied indéterminé.

B. Amadei, N. Richard

● Abandon

111Cette période a livré 97 tessons, dont 7 bijoux et 20 fragments de récipients ont été étudiés.

  • 9 Nous devons à A. Moirin, restauratrice au service archéologique municipal de Bourges et spécialiste (...)

1122 tessons de panse côtelée appartiennent à des bols pressés dans un moule du type Isings 3. L’un, bichrome, présente un décor mosaïqué blanc sur fond bleu (fig. 81, no 9), l’autre est en verre bleu teinté (fig. 81, no 10). Tous deux datent du ier s., la datation du verre monochrome pouvant se prolonger jusqu’au début du iie s. Il s’agit de mobilier résiduel, comme c’est aussi le cas d’un fragment de panse décorée (fig. 81, no 6) provenant d’un bol à décor moulé représentant une course de chars9, à rattacher au type Rütti AR 31.1, daté de 40 à 120. 1 bord légèrement évasé, à l’embouchure découpée et rectifiée à la meule (fig. 82, no 2), du type Isings 96b/Rütti AR60‑1, est daté de la deuxième moitié du iiie s. jusqu’à la fin du ive s. 3 bords à lèvre adoucie par la chaleur et légèrement évasée (fig. 82, nos 1, 3, 5), sont proches du type Rütti AR77 que l’on trouve depuis les Flaviens jusqu’au iiie s. 3 pieds annulaires peuvent être rapprochés de types connus. Le premier, façonné par pincement, à fond conique (fig. 82, no 10), de type Rütti AR 70/Isings 109, se rencontre depuis la fin du iiie jusqu’au ive s. ; le second (fig. 82, no 11), est proche du type Rütti AR 79 (première moitié du ier s.‑iiie s.) ; le troisième (fig. 82 no 14), de type Isings 48/Rütti AR 108, dont la datation va de Claude à Trajan, est un objet résiduel.

FIG. 81 – Second théâtre (abandon final). Objets en verre : 1 bague en verre « noir » à protubérances moulées ; 2 perle en verre « noir » et filet blanc ; 3 lot de perles vert clair ; 4‑5 pions de jeu ? ; 6 bol à décor de course de chars Rütti AR 31‑1 ; 7 panse côtelée ; 8 fond de bouteille moulé ; 9‑10 bols à panse côtelée mosaïqués blanc sur fond bleu et bleu de type Isings 3 ; 11 anse peignée.

B. Amadei, N. Richard

FIG. 82 – Second théâtre (abandon final). Récipients en verre : 1 Rütti AR 77 ? ; 2 Isings 96b ; 3 Rütti AR 77 ? ; 4 indéterminé ; 5 Rütti AR 77 ? ; 6‑9 indéterminés ; 10 Isings 109 ; 11 Rütti AR79 ? ; 12‑13 indéterminés ; 14 Isings 48.

B. Amadei, N. Richard

113La verroterie comporte plusieurs bijoux. Une bague en verre « noir », à décor de protubérances moulées (fig. 81, no 1) est tout à fait identique à un anneau qui appartient au Musée archéologique de Chatillon‑sur‑Seine (Guiraud 1989 : 197). Une bague similaire provient du remplissage de la fontaine d’Argentomagus (Fauduet 1978 : 32, no 24). Le verre « noir », imitation du jais, est souvent utilisé pendant l’Antiquité tardive (Vitrum 1990 : 107). Une perle, en verre « noir » opaque, décorée par l’incrustation d’un filet sinusoïdal de verre opaque blanc (fig. 81, no 2) peut être datée de la période allant de la fin du ve s. jusqu’au viie s. par comparaison avec des exemplaires connus (Vitrum 1990 : 120, no 108 ; Pilet 1994 : 190, 270). Trois longues perles hexagonales, vert clair, translucides (fig. 81, no 3), présentent des arêtes vives indiquant qu’elles ont été taillées. Elles sont de taille croissante et devaient être réunies dans un collier.

2.3.2.2 Matériel des fouilles 1966‑1973

114La plus grande partie de ce matériel a été présentée dans un mémoire de maîtrise (Labarre 1976 : 53‑55). Nous ne possédons que de minces renseignements sur les contextes dont il est issu. 2 de ces fragments peuvent être identifiés de façon certaine. Le premier se rattache au type Isings 94 et se rencontre depuis la fin du ier s. jusqu’au ive s. (fig. 83, no 1) ; son utilisation comme urne cinéraire est généralement reconnue (Arveiller‑Dulong, Arvciller 1985 : 101) mais sa présence dans le théâtre doit s’expliquer différemment. Le second appartient à un bol côtelé du type Isings 3 daté du ier s. et du début du iie s. (fig. 83, no 2).

1155 petites perles rondes (fig. 83, no 6), translucides, de couleur vert clair et de taille presque identique, devaient être reliées en un collier ou un bracelet. Une grosse perle en ambre (fig. 83, no 7) et une extrémité d’épingle –à moins qu’il s’agisse d’un bouton de préhension, mais il ne présente ni trou ni élément de fixation– en jais très décoré (fig. 83, no 8) font partie des objets remarquables.

FIG. 83 – Fouilles 1966‑1973. Objets en verre: 1 vase ovoïde de type Isings 94, 2 bol côtelé de type Isings 3, 3 fond de bouteille, 4 col indéterminé, 5 fond de bouteilles, 6 lot de perles; objet en ambre: 7 perle; objet en jais: 8 tête d’épingle?

N. Richard

2.3.2.3 Conclusion

116Le corpus présenté est assez pauvre : la dimension des fragments considérés rend leur identification difficile; les décors sont rares et les datations proposées offrent une fourchette assez large. En outre, de nombreux fragments appartiennent à du mobilier résiduel. Certains tessons présentent cependant de l’intérêt, en particulier les éléments de parure, perles et bagues, de même que les récipients qui présentent un décor (panse de gobelet moulé à décor de course de chars, fig. 81, no 6), une inscription moulée (fond de bouteille à panse carrée, fig. 77, no 5) ou ceux qui se rattachent à un type très fréquent sur les sites de la région (fig. 77, nos 2‑3 ; fig. 79, no 4).

117On constate que le seul mobilier en verre lié à la fréquentation de l’édifice appartient au premier théâtre : il correspond à trois objets personnels, probablement perdus par des spectateurs féminins. Le second théâtre livre un matériel plus abondant et plus varié, de la vaisselle en particulier, mais il provient des niveaux de remblai ou d’abandon et n’a donc rien à voir avec l’édifice de spectacle lui‑même.

2.3.3 Le mobilier métallique

118n.r.

119135 petits objets métalliques ont été recueillis ; ils se répartissent de la façon suivante : 112 en alliage cuivreux, 21 en fer, 1 en or et 1 en plomb. Cet ensemble est composé majoritairement d’objets personnels servant à la parure, à la toilette et au vêtement, à quoi il faut ajouter des clefs, des éléments d’attache et de harnachement, des plaquettes décoratives et quelques objets divers (tabl. x). La majorité provient des parties basses du second théâtre.

TABL. X – Quantification et répartition du matériel métallique identifié par catégorie d’objets.

120Tout le petit matériel métallique est présenté ici. Les objets dont nous connaissons le contexte archéologique sont regroupés par période (fig. 84‑90). Ceux qui sont issus des fouilles 1966‑1973, sont présentés séparément (fig. 91‑93) car nous ne possédons sur eux aucun renseignement stratigraphique.

2.3.3.1 Matériel des fouilles 1981‑1988

Premier théâtre

121Seul l’état 2 a livré du petit matériel métallique.

● Fréquentation

1229 objets appartiennent à cette phase. 6 d’entre eux sont des fibules dont les datations s’échelonnent du ier au iiie s. (tabl. xi). La fibule émaillée du type 26b1 de Feugère (fig. 84, no 5) et la fibule à arc composite du type 23b de Feugère (fig. 84, no 6) sont connues pour apparaître à la fin du ier s. et au début du iie s.

TABL. XI – Premier théâtre (état 2). Chronologie des fibules.

FIG. 84 – Premier théâtre, état 2 (fréquentation). Objets en alliage cuivreux. Fibules : 1 Feug. 3b1a, 2‑3 indéterminées, 4 Feug. 23c2, 5 Feug. 26b1, 6 indéterminée ; 7 élément de charnière ; 8 clou riveté ; 9 clou.

N. Richard

● Destruction

123Elle n’a livré que 7 objets, dont 2 fibules qui disparaissent au cours de la deuxième moitié du ier s. (fig. 85, nos 6‑7).

124Pour ces deux périodes, les autres objets sont un petit clou à tête bombée, des éléments de fixation : charnières, anneau, et des accessoires vestimentaires : boutons rivetés, œillet, aiguille filiforme.

FIG. 85 – Premier théâtre, état 2 (démolition). Objets en alliage cuivreux : 1 élément de charnière muni d’un anneau ; 2 clou riveté ; 3 anneau ; 4 épingle ; 5 œillet ; fibules : 6 type Feug. 23d1, 7 type Feug. 15a.

N. Richard

Second théâtre

● Construction

125Là encore, les fibules sont en nombre important : 4 sur 11 objets. 3 d’entre elles sont rattachées au type Feugère 3b1a : fibules filiformes à ressort et corde interne (fig. 86, nos 8‑10), Elles sont datées du ier s. et se rencontrent encore au iies. La quatrième fibule, à arc composite, du type Feugère 23c (fig. 86, no 7), existe déjà au début de l’Empire et perdure jusqu’à la fin du iie s. (tabl. xii).

FIG. 86 – Second théâtre (construction). Objets en alliage cuivreux : 1‑2 clefs de coffret, 3 anneau, 4 clou, 5 phalère, 6 nécessaire de toilette (pince à épiler, cure‑oreille, indéterminé), 7 fibule de type Feug. 23c, 8‑10 fibules de type Feug. 3b1a ; objet en fer : 11 piton ?

N. Richard

TABL. XII – Second théâtre. Chronologie des fibules.

126Un petit nécessaire de toilette (fig. 86, no 6), composé d’1 cure‑oreille, d’1 pince et d’un troisième ustensile dont il ne subsiste que le manche, est identique au no 485 du catalogue des objets de bronze du musée de la Civilisation gallo‑romaine de Lyon (Boucher et al. 1980 : 101). Il fait partie du même contexte que les fibules, tout comme 2 petites clefs de coffret (fig. 86, nos 1, 2), 1 anneau d’attache (fig. 86, no 3), 1 phalère (fig. 86, no 5) et 1 petit clou constitué d’une feuille de bronze repliée sur elle‑même (fig. 86, no 4). Tous ont été trouvés dans les remblais apportés pour la construction du théâtre.

● Fréquentation tardive liée au chantier de démolition

1275 objets se rattachent à cette période (fig. 87) : 2 boutons rivetés, 1 petit clou à tête bombée, 1 stylet en fer et 1 bague dont la monture est en fer et le chaton en pâte de verre blanc. Cette dernière porte une intaille représentant un taureau. Elle peut être rapprochée du type Guiraud 2c et datée du ier s. ou de la première moitié du iie s., datation à laquelle correspond également le style de la gravure de l’animal (courant classique modelé).

FIG. 87 – Second théâtre (fréquentation tardive). Objets en fer : 1 bague de type Guiraud 2c avec intaille en pâte de verre blanche représentant un taureau de style courant classique modelé, 5 stylet ; objets en alliage cuivreux, 2‑3 clous rivetés, 4 clou.

N. Richard

● Abandon

128C’est la période qui a livré la plus grande quantité et la plus grande diversité de matériel.

129La bague à intaille (fig. 88, no 1) appartient au type 3 de Guiraud, présent de la fin du ier s. av. J.‑C. au début du iie s. ap. J.‑C. et qu’on retrouve encore au milieu du iiie s. (Guiraud 1989 : 203, fig. 53). Son chaton, un nicolo (à fine couche bleue sur fond noir), représente Jupiter trônant, tenant le sceptre d’une main et un oiseau de l’autre. La gravure répond au style courant lisse, daté du iie s. et de la première moitié du iiie s. 5 autres bagues sont issues de ce contexte. La première (fig. 88, no 2), dont le chaton manque, est du type Guiraud 2d, qui apparaît au milieu du ier s. et perdure jusqu’à la fin du iiie s. La deuxième (fig. 88, no 3), est une bague‑clef du type Guiraud 5a ; sa fourchette chronologique va du ier au ive s. La troisième (fig. 90, no 3), dont le chaton manque également, est en fer et appartient au type Guiraud 2c, daté du ier s. et de la première moitié du iie s. Les deux dernières sont de simples anneaux, de type Guiraud 8c (fig. 88, no 5) et 8d (fig. 88, no 4) que l’on trouve pendant toute la période gallo‑romaine (tabl. xiii).

FIG. 88 – Second théâtre (abandon final). Objets en alliage cuivreux : 1 bague de type Guiraud 2d avec intaille en nicolo représentant Jupiter trônant, de style courant lisse, 2 bague de type Guiraud 2d, 3 bague de type Guiraud 5a, 4‑5 anneaux ; objet en or : 6 bracelet ? ; objets en alliage cuivreux : 7‑10 épingles, 11‑13 « spatules », 14 moulure, 15 plaquage.

N. Richard

TABL. XIII – Second théâtre. Chronologie des bagues.

130Un petit bracelet filiforme en or, dont la fermeture devait s’apparenter à un nœud –il peut s’agir d’une grande boucle d’oreille (fig. 88, no 6)–, et une série de grandes épingles à tête décorée (fig. 88, nos 8‑10) et de tiges à extrémité aplatie (fig. 88, nos 11‑13) font également partie des objets remarquables.

131D’autres sont liés à la toilette et au vêtement : petites épingles (fig. 89, no 1), passe‑lacet (fig. 89, no 11), boutons rivetés et à bélière (fig. 89, nos 4‑6, 9), fragment de miroir (fig. 89, no 14), boucles de ceinture en fer (fig. 90, nos 1‑2). 4 outils, également en fer, figurent dans ce contexte : 1 truelle (fig. 90, no 8), 1 manche, peut‑être de couteau (fig. 90, no 13), 1 couteau (fig. 90, no 16), ainsi qu’l outil pointu dont la partie active ronde s’élargit pour devenir carrée (fig. 90, no 15). Il semble avoir été utilisé par percussion, car il ne possède pas de manche : peut‑être s’agit‑il d’un poinçon.

FIG. 89 – Second théâtre (abandon final). Objets en alliage cuivreux : 1 épingles, 2‑3 clous, 4‑6 clous rivetés, 7‑8 clous, 9 bouton à bêlière, 10 indéterminé, 11 passe‑lacet, 12‑13 indéterminés ; 14 miroir, 15 déchet de coulée, 16 rivet scutiforme, 17 écaille de cuirasse militaire ? ; objet en plomb : 18 rondelle indéterminée.

N. Richard

FIG. 90 – Second théâtre (abandon final). Objets en fer : 1‑2 boucles de ceinture ; 3 bague de type Guiraud 2c ; 4‑6 anneaux ; 7 indéterminé ; 8 truelle ; 9‑10 indéterminé ; 11 anneau ; 12 indéterminé ; 13 manche d’outil ; 14 indéterminé ; 15 poinçon ? ; 16 couteau.

N. Richard

132Quelques objets se détachent du lot par leur nature ou leur datation. Signalons d’abord 2 fragments de plaquage de bronze (fig. 88, nos 14‑15) dont une bordure moulurée, qui évoquent des panneaux d’inscription –le calendrier gaulois du musée de la Civilisation gallo‑romaine de Lyon présente un cadre mouluré qui rappelle notre fragment (Boucher et al. 1976 : 7). Puis une petite plaque de bronze percée de plusieurs trous (fig. 89, no 17) que l’on pourrait interpréter comme une écaille de cuirasse militaire (lorica squamata) dont on connaît de nombreux exemples du ier au ive s. (Feugère 1993 : 123). Enfin, 1 rivet scutiforme (fig. 89, no 16), tel qu’on en trouve associés à des boucles de ceintures mérovingiennes, notamment en contexte funéraire, peut être daté des vie et viie s. (Pilet 1994 : 181, pl. 11, tombe 109‑1).

133On constate que la datation des objets relevant de la période d’abandon s’échelonne du ier au vie s., période où apparaissent les rivets scutiformes, et va même jusqu’à l’époque moderne, à laquelle on peut sans doute rattacher une plaquette décorative et un pendentif en forme de coeur (fig. 92, nos 21‑22).

2.3.3.2 Matériel des fouilles 1966‑1973

13411 fibules ont été mises au jour pendant ces campagnes de fouilles (fig. 91 ; tabl. xiv) ; elles ont déjà été publiées (Bourgeois 1975). La majorité d’entre elles provient des remblais de construction du second théâtre et constitue un matériel précoce qui n’apporte aucune précision chronologique. L’une cependant, de type Feugère 26c4 (fig. 91, no 5) perdure depuis la fin du ier s. jusqu’au dernier quart du iiie s. Seules 2 fibules témoignent de la période d’occupation du second théâtre : la première, de datation précoce, est résiduelle ; la seconde, de type Feugère 29a1d1 (fig. 91, no 10) se retrouve dans des contextes allant de la seconde moitié du iie s. à la fin du iiie s. Ces fibules sont de types connus et, pour beaucoup, bien représentés sur le site d’Argentomagus. Il faut cependant signaler l’originalité de la fibule tripartite étamée (fig. 91, no 8) pour laquelle nous n’avons pu trouver de parallèle.

FIG. 91 – Fouilles 1966‑1973, niveaux de construction (1‑2, 4‑8) et de fréquentation (3, 10) du second théâtre. Fibules en alliage cuivreux : 1‑2 Feug. 16a2, 3‑4 Feug. 23a, 5 Feug. 26c4, 6 Feug. 24a, 7 Feug. 24d1, 8 indéterminé, 9 ardillon de type indéterminé, 10 Feug. 29a1d1, 11 Feug. 26c4.

R. Douaud

TABL. XIV – Fouilles 1966‑1973. Chronologie des fibules identifiées.

135Le reste du matériel comprend, ici encore, des accessoires vestimentaires : boutons rivetés (fig. 92, nos 11‑14), passe‑lacet (fig. 92, no 5), petite boucle de ceinture (fig. 92, no 24), agrafe à double crochet (fig. 92, no 25) ainsi que des petits objets personnels : fragment d’une pince à épiler (fig. 93, no 1) certainement liée à un nécessaire de toilette similaire à celui de la phase de construction du second théâtre (fig. 86, no 6) et grande tige à spatule (fig. 93, no 4).

FIG. 92 – Fouilles 1966‑1973. Objets en alliage cuivreux : 1 ex‑voto prophylactique ; 2‑3 plaquettes décoratives ; 4 indéterminé ; 5 passe‑lacet ; 6 plaquette décorative ; 7‑9 anneaux ; 10 phalère ; 11‑14 clous rivetés ; 15 têtes de clou décorées ; 16‑19 clous ; 20 indéterminé ; 21 plaquette décorative moderne ? ; 22 pendentif moderne ? ; 23 indéterminé ; 24 boucle ; 25 agrafe à double crochet.

R. Douaud

136Ont également été retrouvés 1 pièce de vaisselle, 1 cuillère à coupe ronde (fig. 93, no 2), 2 outils dont 1 stylet –il n’en reste que l’extrémité portant la spatule (fig. 93, no 3)– et 1 grande aiguille à chas en fer certainement destinée à l’artisanat du cuir (fig. 93, no 5), 1 phalère (fig. 92, no 10), ainsi que des anneaux de fixation et des clous décoratifs fréquemment retrouvés sur les sites antiques.

FIG. 93 – Fouilles 1966‑1973 (1‑6) et hors stratigraphie (7‑9). Objets en alliage cuivreux : 1 pince à épiler, 2 cuillère, 3 stylet, 4 « spatule » ; objets en fer : 5 aiguille à chas, 6 clou ; objets en alliage cuivreux : 7 fibule de type Feug. 3b1, 8 attache, 9 bouton à bêlière.

R. Douaud

137L’un de ces objets (fig. 92, no 15) témoigne de l’artisanat du bronze, dont plusieurs témoins ont déjà été mis au jour dans l’agglomération (Fauduet 1984‑1985) ; il s’agit de deux têtes de clous solidaires dont la technique de fabrication évoque l’emporte‑pièce et consistait à frapper une tôle de bronze pour obtenir une série d’objets séparés par la suite.

138Enfin, il faut signaler la découverte d’un objet tout à fait insolite dans ce contexte d’abandon et de ruine du théâtre : c’est celle d’un ex‑voto prophylactique (fig. 92, no 1). Il s’agit d’une feuille de bronze représentant deux yeux. Sa présence doit‑elle être reliée au sanctuaire dominant le théâtre et aux dieux qui y étaient honorés ? Ou bien a‑t‑il été jeté par hasard dans le vaste dépotoir qu’est devenu le théâtre ? Il est impossible de répondre pour l’instant : seule la fouille du sanctuaire pourrait apporter des données nouvelles.

2.3.3.3 Conclusion

139Les fibules, au nombre de 24, forment une grande part du matériel. Certaines sont rattachées à des types déjà bien représentés sur le site d’Argentomagus. Les fibules à arc filiforme et ressort à corde interne (type Feugère 3b1a, pseudo‑La Tène II) sont les plus fréquentes dans le théâtre : 5 fibules complètes, plus 3 ardillons qu’on peut très certainement rattacher à ce type malgré l’absence de leur corps. Les fibules à disque médian (type Feugère 15a), à queue de paon (type Feugère 16a2), géométriques plates (type Feugère 24) et géométriques émaillées (type Feugère 26) sont déjà connues sur le site par un ou plusieurs exemplaires (Albert, Fauduet 1976 : 69, pl. X, 85‑87 ; 205, pl. XIV, 108‑110 ; 209, pl. XIV, 129 ; 213, pl. XVIII, 131, 136, 139).

140En revanche, les fibules à arc composite (type Feugère 23) étaient jusqu’à présent peu représentées, puisque nous n’en connaissions que 4 (Albert, Fauduet 1976 : 210, nos 125‑128) ; le théâtre en a livré 6, toutes de composition différente. La fibule émaillée à charnière dont la goupille traverse un repli de l’arc, de type Feugère 26b1 (fig. 84, no 5), la fibule émaillée en forme de poisson stylisé, de type Feugère 29a1d1 (fig. 91, no 10), et la fibule tripartite de type indéterminé (fig. 91, no 8) sont uniques à Argentomagus.

141Constatons que les périodes de fréquentation tardive et d’abandon du second théâtre n’ont livré aucune fibule ; on y trouve en revanche d’autres objets de valeur comme les bagues et le bracelet en or.

142Les objets portant un décor, qu’ils relèvent de la parure ou qu’ils aient également une fonction vestimentaire, sont bien représentés. La quantité de boutons rivetés n’est pas étonnante ; on en retrouve fréquemment sur les sites pendant toute la période gallo‑romaine. Destinés à unir et/ou à décorer des lanières de cuir, ils sont facilement perdus lorsque celles‑ci se détendent et que la boutonnière s’agrandit. En revanche, les grandes épingles à tête décorée sont‑elles liées à la coiffure ou au vêtement ? Et quel usage faisait‑on des petites épingles effilées ?

143En dehors des fibules et des bagues, qui ont fait l’objet de typologies précises, peu d’objets ont été suffisamment étudiés pour apporter des informations chronologiques, soit qu’ils ne présentent pas d’évolution particulière, technologique ou esthétique, comme les boutons rivetés, soit qu’ils n’aient pas encore été étudiés en tant que série, comme les grandes épingles à tête décorée. Souhaitons que la connaissance des contextes archéologiques dont ils sont issus permette de mieux cerner leur histoire.

2.3.4 Les monnaies

144j.l.r.

2.3.4.1 Origine stratigraphique

145320 monnaies ont été recueillies au théâtre : 258, dont 2 indéterminables, lors des fouilles réalisées de 1982 à 1988, et 62, dont 6 indéterminables, lors des fouilles réalisées de 1966 à 1973. L’étude a donc porté sur 310 monnaies dont 297 antiques et 13 modernes. Les monnaies des fouilles anciennes figurent dans le diagramme de répartition selon les périodes retenues pour la circulation monétaire (tabl. xv). Mais comme elles n’ont aucun contexte stratigraphique, elles sont absentes des tableaux de répartition proposés en fonction des phases de chacun des théâtres (tabl. xvixvii).

TABL. XV – Répartition des monnaies par période et code des périodes retenues pour la circulation monétaire, inspiré de J.‑C. Richard (1978 : 244‑245).

TABL. XVI – Premier théâtre. Répartition des monnaies par phase (pour la codification des périodes de circulation monétaire, cf. tabl. XV).

TABL. XVII – Second théâtre. Répartition des monnaies par phase (pour la codification des périodes de circulation monétaire, cf. tabl, XV).

146Le tableau xv propose un code des périodes qui s’inspire des travaux de J.‑C. Richard (1978 : 244‑245) qui l’a lui‑même emprunté à l’ouvrage de M. Crawford (1969). On y repère deux pics. Le premier concerne les premières décennies du ier s. ap J.‑C. Certaines de ces monnaies proviennent des couches antérieures ou contemporaines du premier théâtre alors que d’autres sont issues des remblais qui ont recouvert l’édifice après sa démolition. Le hasard a voulu que les constructeurs utilisent pour enfouir la cavea supérieure des terres contenant un matériel abondant et souvent précoce : c’est le remblai 101016. Ce phénomène explique en partie que cette période soit bien représentée. Le second pic, beaucoup plus important que le premier, couvre la période 259‑348. L’essentiel de ces monnaies, surtout celles des décennies 259‑294, provient des niveaux d’abandon et de ruine, dans lesquels elles ont été jetées : elles sont donc, dans leur majorité, étrangères au monument lui‑même. Il faut souligner en revanche le grand intérêt de la découverte de 67 monnaies qui s’échelonnent de 294 à 402, en particulier de celles qui sont directement liées au chantier de démolition (cf. infra § 4.4.1.4), car elles ont révélé le maintien de la ville durant le IVe s. Ce fut, dans l’histoire des recherches sur Argentomagus, l’un des premiers signes de son occupation tardive. D’autres éléments ont été livrés ensuite par la fouille du réseau viaire (Dumasy et al. 1997) et par le réexamen du dossier sur la fabrica argentomagensis (Dumasy à paraître).

147Constatons enfin que les périodes qui correspondent à la fréquentation de chacun des édifices ne sont représentées que par quelques exemplaires, rarement trouvés d’ailleurs dans les niveaux d’occupation eux‑mêmes. Signalons cependant comme une belle exception le sesterce à l’effigie de Faustine la Jeune, émis entre 161 et 175, qui fournit un terminus ante quem non pour la construction du second théâtre (102010.08).

2.3.4.2 Quelques monnaies intéressantes

148L’inventaire des monnaies est donné dans l’annexe 1. Seules cinq d’entre elles méritent une mention particulière, en raison des variantes qu’elles offrent ou de l’intérêt qu’elles présentent.

149Hadrien
AE sesterce.
A/ HADRIANVS AVG CO [S III P P] ; tête nue à dr.
R/ FORTVNA AVG S|C dans le champ ; Fortuna debout à g. tenant un gouvernail sur un globe et une corne d’abondance.
RIC, II, no 759 var. (ce buste n’est pas signalé).
Poids : 26,25 g.
Datation : 134‑138.
Localisation dans la fouille : 132000.01.

150Commode
AE dupondius.
A/ [M. COMMODVS. ANT. P. FELIX. AVG. BRIT] ; tête radiée à dr.
R/ P. M. TR. P. XI. [IMP. VII] COS. V.P.P. S|C dans le champ ; Aequitas debout à g., tenant des balances et une corne d’abondance.
RIC, III, ne mentionne à ce type que le sesterce (no 462) et l’as (no 480).
Poids : 8,26 g.
Atelier de Rome.
Datation : 186.
Localisation dans la fouille : 108007.07.

151Caracalla
AE as.
A/ ANTONINVS PIVS AVG PONT TR P VI ; buste lauré, drapé, cuirassé vu de dos.
R/ INDVLGENTIA AVG‑G IN CARTH S|C dans le champ ; Dea Celestis tenant un sceptre et un tambour, montée sur un lion à dr. RIC, IV‑1, no 415 var. (le lion est à g.).
Poids : 4,95g.
Atelier de Rome.
Datation : 203.
Localisation dans la fouille : 108003.30.

152● Constantin. Ier
Nutnmus hybride de la dernière émission de Ticinum (326‑327) associant à la titulature de Constantin Ier Auguste un revers PROVIDENTIAE CAE réservé aux monnaies des césars Constance II ou Constantin II (Roche 1987).
Localisation dans la fouille : 102052.02.

153● Monnaie d’or mérovingienne : trémissis ? (fig. 94)

154j. lafaurie

155A/ SAL VI [E] SO (ablatif du nom de lieu Salviesus ou Salviesum) ; tête à dr. ornée d’un long diadème se prolongeant sur le front et coupant la légende entre L et V.
R/ DVNDO MO [NETARIO] entourant un cercle perlé contenant une croix grecque, le sommet accosté de C et A.
Flan bordé sur les deux faces d’un cercle perlé, en grande partie visible.
Poids : 0,745 g.
Recueillie dans l’orchestra (1970‑1973).

156Le flan de la monnaie est en or blanc très allié d’argent. Ceci marque la période annonçant la fin des émissions des monnaies en or, qui peut être située entre 665 et 675. Son aspect donne à penser qu’elle n’a que peu circulé, puisqu’elle ne montre aucune trace d’usure. Les interruptions des cercles bordant le flan traduisent simplement l’utilisation de coins trop grands qui laissent une partie des légendes hors du diamètre de la monnaie. C’est ainsi que le titre monetarius n’est révélé que par ses deux premières lettres. Ce titre a soulevé beaucoup de controverses. Il n’est pas celui du monnayeur qui frappe la monnaie mais d’un responsable de la fabrication, également trésorier (aerarius) du vicus.

157Le poids de cette monnaie, bien qu’elle ne soit ni rognée ni usée, est surprenant. Elle affiche 0,745 g, soit approximativement la moitié d’un trémissis de 1,321 g. Ce serait alors le seul exemplaire connu d’un sextarius du solidus.

158Le type de l’effigie du sextarius de Salvieso (us), le diadème étiré qui ceint la tête et se prolonge nettement derrière la nuque, est très courant sur les monnaies des civitates Lemovicorum et Arvernorum. Chacune a fait marquer les monnaies frappées sur son territoire de la première syllabe de son nom : LE ou AR. Notre monnaie porte au revers la marque CA (pour Cadurcorurn), inspirée en cela par la façon de marquer de ces deux cités, qui ont au nord une frontière commune à celle des Cadurques.

159Typologie et marque affirment l’origine cadurque du sextarius de Salvieso, et permettent de rechercher le nom du lieu moderne où il a été émis. Le nom latin inscrit sur la monnaie –nom de son lieu d’émission, Salvieso– est dérivé du nom d’homme Salvius, dont l’un fut évêque d’Albi entre 574 et 584 (Duchesne, II, 43). On retrouve fréquemment dans le département du Tarn le toponyme Saint‑Salvy, qui en dérive. Une autre forme de Salvius a donné un nom à deux lieux du département du Lot : Salviac et Salieys (commune de Montmurat). On peut penser également à Salves (commune de Puy‑l’Évêque). Le choix est difficile à faire : il est plus un problème archéologique que philologique. Les monnaies mérovingiennes actuellement connues de la civitas Cadurcorum se limitent à Cahors et Lanzac. Salvesio est donc la troisième. Le lieu moderne de son émission reste à préciser : Salieys, Salves ou peut‑être même Salvezon (commune de Catus).

FIG. 94 – Fouilles 1966‑1973. Monnaie mérovingienne, trémissis : a avers ; b revers.

G. Frat

2.3.5 Les objets en os

16013 jetons ont été recueillis. Ils correspondent à trois types différents (tabl. xviii). Les deux premiers (Béal AXXXIII, 2 et AXXXIII, 3), très simples, sont représentés par 2 exemplaires dans le mobilier du premier théâtre et par 3 autres dans le mobilier du second théâtre. Le troisième type (A XXXIII, 6), plus sophistiqué puisqu’il est décoré de deux à trois gorges, figure uniquement dans le mobilier du second théâtre. Il est illustré par 8 exemplaires de facture assez fruste. On rejoint ici les constatations déjà faites à propos des jetons des Mersans (Dumasy et al. 1997 : 66‑67) : seuls les types les plus simples de chacune des séries paraissent représentés à Argentomagus. Il semble donc qu’il existe une grande homogénéité dans les productions. Par ailleurs, le contexte chronologique de chacune des séries confirme les informations données par J.‑C. Béal : les deux premières relèvent du ier et du iie s. (1983 : 281, 299), alors que la troisième apparaît dans la seconde moitié du iies. (1983 ; 305).

TABL. XVIII – Premier et second théâtre. Description et répartition des objets en os par phase.

  • 10 J.‑C. Béal propose de qualifier de supérieure la face qui présente le point central (1983 : 289). C (...)

161Un des jetons présente sur les deux faces des graffiti qui méritent un développement particulier (fig. 95). Nous distinguerons une face avers et une face revers, car la première, totalement lisse, porte des noms propres, alors que l’autre présente un point central dû à la technique de fabrication et offre un texte suivi10.

162A/ PRISCUS AMANDI FILIUS AFRICANUS PROCULUS
R/ QUID FACIAM LAETAS SEGETES QUO SIDERE […] A

FIG. 95 – Second théâtre. Jeton en os portant une inscription : a avers ; b revers.

J.-C. Vaysse

163Aucune difficulté pour la lecture de la première face. Nous avons une suite de noms propres, qui sont en réalité des cognomina amplement attestés. Le premier, Priscus, est très fréquent ; il est répertorié 760 fois au CIL parmi les noms d’hommes (Kajanto 1965 : 30, 71). Il est suivi de la mention de la filiation qui livre un nouveau cognomen, Amandus, répertorié 142 fois. Puis viennent deux autres cognomina, Africanus – 99 fois – et Proculus – 854 fois. Contrairement à ce qu’affirme G. Coulon (1996 : 82), il est impossible que ces derniers noms correspondent aux duo nomina d’un citoyen romain puisqu’aucun d’eux n’est un gentilice. A. Chastagnol vient en effet de rappeler le caractère impératif du nomen gentilicium « élément considéré comme l’essentiel » pour un citoyen romain, alors que « les pérégrins étaient désignés par un seul nom, qu’ils faisaient suivre de leur patronyme afin de ne pas être confondus avec les esclaves » (1993 : 167). C’est cette pratique qu’illustre parfaitement le début du texte : Priscus, fils d’Amandus, est un pérégrin.

164Que dire au sujet d’Africanus et de Proculus cités sans patronyme ? Il ne peut s’agir de cognomina supplémentaires dont se parerait Priscus, puisque cette habitude qui se répand dans le courant du iie s. et qu’illustre un exemple célèbre (CIL, XIV, 3609) ne concerne que les citoyens romains. Il faut donc considérer que sont inscrits ici trois noms de pérégrins qui ont adopté des cognomina romains et dont seul le premier a mentionné son patronyme. On peut ensuite s’interroger sur les raisons de ces traitements différents : sont‑ils dus à l’étroitesse du cadre choisi ? Ou aux personnalités de ces trois hommes ? Nous sommes en réalité démunis pour avancer une réponse.

  • 11 La première mention de cet objet est due à A. Ferdière et Y. de Kisch, qui en donnent une lecture i (...)
  • 12 Un article destiné à une revue spécialisée est en cours de rédaction.

165La seconde face est abîmée et sa surface présente, surtout dans la moitié inférieure, de nombreuses altérations causées par des radicelles. Mais les premiers mots, et en particulier l’expression laetas segetes permet de restituer le texte lacunaire11. C’est en effet le premier vers des Géorgiques qu’il faut lire ici : « Quidfaciat laetas segetes quo sidere terram ». Remarquons cependant que l’auteur du graffito a écrit le verbe à la première personne et non à la troisième comme c’est le cas dans le texte original. Il faut par ailleurs préciser que le dernier mot du vers est à peine visible : on devine plus qu’on ne lit un T et peut‑être à la fin la ligature AM. Un vers de Virgile sur un jeton en os trouvé dans le remblai qui recouvre le premier théâtre d’Argentomagus ! Voilà une rencontre assez insolite, et il n’est pas possible dans le cadre de cette publication d’en commenter les différents aspects12.

166Ce qu’il est important de souligner pour l’instant, ce sont les données chronologiques dont nous disposons. Nous avons en effet une datation post quem non : ce jeton a été recueilli dans le remblai qui recouvre les structures du premier théâtre, dérasées pour la construction du second édifice. Les graffiti ont donc été exécutés avant l’ouverture du chantier, soit avant les années 180. On observe que le travail a été réalisé de façon assez soignée. Les mots sont bien alignés, même si le cadre circulaire a obligé à un découpage quelque peu inhabituel et l’on note une correction discrète faite à l’emplacement du E de laetas à la seconde ligne du revers : la surface y a été délicatement grattée et le E incisé avec une précision toute particulière. Quant à la graphie elle‑même, il s’agit d’une cursive assez proche de celles que l’on trouve à Pompéi au iers. ap. J.‑C. et dont on connaît encore de nombreux exemples au iie s. Citons comme objet qui pourrait être contemporain du nôtre la tessère, également en os, publiée par Y. de Kisch, (1990 : 74) ou encore, dans le registre –fort différent– de la peinture murale, l’inscription qui accompagne des scènes de munus dans une villa lémovice (Dumasy 1991 : 127‑129).

167Nous observons enfin que ce jeton a été recueilli dans le remblai 101016 dont nous avons déjà signalé la richesse en céramique, en objets métalliques et en monnaies. La nature même de la couche –sable gris mêlé de cendres et de charbons de bois– et l’importance du mobilier pourraient suggérer que cette terre, utilisée comme remblai, provient d’un dépotoir, voire d’un habitat.

2.3.6 La faune (hormis les coquillages)

168Les fragments osseux mis au jour dans les différents niveaux de construction, d’occupation et de destruction des théâtres, sont au nombre de 13 288. Leur quantité diffère selon les zones (tabl. xix) et les espèces représentées sont variées, particulièrement chez les animaux et les oiseaux sauvages (tabl. xx). Tous les ossements ont été analysés par unité stratigraphique mais nous ne présenterons pas ici l’ensemble des résultats. En effet, ce n’est pas le lieu pour un commentaire exhaustif, car la grande majorité des couches n’a livré que quelques fragments, indiquant une grande dispersion du mobilier osseux sur l’ensemble des édifices. Nous reprendrons ces informations dans le cadre d’une publication portant sur l’économie de la ville d’Argentomogus. En revanche, il nous a semblé intéressant d’examiner quelques contextes particuliers. Ainsi, quatre ensembles ont été retenus en raison, soit d’un nombre de restes suffisamment élevé, soit de leur situation dans l’édifice, soit de leur datation. Il s’agit des niveaux de fréquentation du premier théâtre, de certains remblais de construction du deuxième théâtre, de niveaux de fréquentations tardives du deuxième théâtre liés au chantier de démolition et enfin des couches liées à la ruine du deuxième théâtre.

TABL. XIX – La faune. Nombre de restes par zone.

TABL. XX – Les espèces animales représentées sur le site.

2.3.6.1 Niveaux de fréquentation du premier théâtre (état 2)

169tabl. xxi

170Globalement, ces niveaux de fréquentation ont livré 1 340 fragments osseux dont 33 % seulement ont pu être identifiés, en raison d’une importante fragmentation due au piétinement des couches. Les ossements proviennent pour une large majorité des quatre espèces domestiques consommées : porc (41 %), mouton/chèvre (37 %) et bœuf (17 %). Quelques restes ont été attribués au poulet (4 %) et au lièvre (0,4 %). Ces derniers étaient également consommés, ce qui n’est pas le cas du chien dont deux restes ont été mis au jour (0,4 %).

TABL. XXI – Premier théâtre. La faune des niveaux de fréquentation (m/c : mouton/chèvre, ind. : indéterminés, NRE : nombre de restes par espèce, NR total : nombre de restes total).

2.3.6.2 Remblai recouvrant les secteurs V et VI du premier théâtre

171tabl. xxii

172Extrêmement fragmentés, les ossements y sont au nombre de 1 433 dont 30 % ont pu être identifiés. Ils se répartissent entre le porc (47 %), le mouton/chèvre (29 %), le bœuf (21 %), le poulet (2 %) et le lièvre (0,7 %). En outre, il a été mis au jour un fragment d’os de cheval (ou de mule). Les proportions entre les différentes espèces sont similaires à celles que nous avons rencontrées dans les niveaux de circulation mais diffèrent de celles qui ont été observées dans les fosses situées sur le plateau des Mersans (Rodet‑Belarbi 1989 : 69). Là, le porc figure quasiment toujours en première position et il est suivi non pas par le mouton/chèvre mais par le bœuf. En ce qui concerne le remblai 101016, nous pouvons confirmer qu’il s’agit bien de restes provenant de dépotoirs domestiques étant donné les nombreuses traces de débitage et de découpe visibles sur les fragments.

TABL. XXII – Second théâtre. La faune des niveaux de construction recouvrant les secteurs V et VI du premier théâtre (m/c : mouton/chèvre, ind. : indéterminés, NRE : nombre de restes par espèce, NR total : nombre de restes total).

2.3.6.3 Niveaux de fréquentation tardive du second théâtre

173Malgré un nombre total de restes par espèce très faible (tabl. xxiii), ces ossements ont été analysés car ils ont été mis au jour dans des foyers qui témoignent d’une occupation tardive au théâtre : s’agissait‑il de restes épars ou de reliefs de repas ? Aussi, plus instructives que les proportions des différentes espèces entre elles, ce sont les pièces osseuses retrouvées qui peuvent nous donner un début de réponse (tabl. xxiv). Les dents isolées et les côtes sont les plus nombreuses (respectivement 32 % et 11 %) –en raison de leur nombre et de leur fragilité– puis viennent, mais en moindre quantité, les fragments d’humérus, de crâne et de vertèbres, et les phalanges. Les autres parties anatomiques sont représentées par un faible nombre d’ossements. Seules les côtes et les os des pattes fragmentés ainsi que les ailes de poulet peuvent être assimilés à des reliefs d’assiettes. Quant à la présence de nombreuses dents isolées, elle ne s’explique que si l’on admet que l’on a pu jeter dans ces foyers des déchets divers. Il en est de même pour les os coxaux et les crânes (avec chevilles osseuses) de bœuf.

TABL. XXIII – Second théâtre. La faune des niveaux de fréquentation tardive (m/c : mouton/chèvre, ind. : indéterminés, NRE : nombre de restes par espèce, NR total : nombre de restes total).

TABL. XXIV – Second théâtre. La faune des niveaux de fréquentation tardive : répartition des pièces osseuses (m/c : mouton/chèvre, ind. : indéterminés).

2.3.6.4 Niveaux d’abandon et de ruine du second théâtre

174tab. xxv

175Les ossements pris en compte ici proviennent soit de l’ima cavea, soit de l’orchestra, soit de l’entrée est de l’orchestra. L’un de leurs points communs est l’importante quantité d’indéterminés (de 68 % à 83 %). Par ailleurs, les os présentent un état de conservation très moyen : leur surface, blanche et poreuse, témoigne d’une exposition prolongée aux intempéries. Les diaphyses des os longs sont très nombreuses et souvent fractionnées par des coups de couperet. Enfin, le bœuf est l’espèce largement dominante puisqu’il totalise de 68 % à 75 % du total du nombre de restes par espèce. Le porc en compte seulement de 8 à 15 % et le mouton/chèvre de 6 à 14 %. Ces pourcentages sont totalement inversés par rapport à ceux qui ont été obtenus pour les niveaux antérieurs. Ceci semble confirmer, grâce à un élargissement de la fourchette chronologique, ce qui avait déjà été perçu lors de l’étude du mobilier provenant des fosses et des puits du plateau des Mersans (Rodet‑Belarbi 1989 : 69) : la prédominance des restes osseux de bœuf durant l’Antiquité tardive, au détriment du porc qui l’emporte dans les lots du ier s. Il avait, en effet, été noté que les proportions entre bœuf et porc changeaient dès le milieu du ier s. La moyenne pondérée des restes de porc a tendance à diminuer, tandis que celle du bœuf augmente ; celle du mouton/chèvre reste sensiblement la même.

TABL. XXV – Second théâtre. La faune des niveaux d’abandon (m/c : mouton/chèvre, ind. : indéterminés, NRE : nombre de restes par espèce, NR total : nombre de restes total).

2.3.7 Conclusion : la chronologie des deux théâtres

176Il n’est peut‑être pas inutile, après l’étude des divers types de mobilier –qui peuvent donner l’impression d’une relative abondance– de rappeler quelles sont les données chronologiques dont nous disposons pour rythmer les différentes périodes de l’édifice.

177Pour la construction du tout premier théâtre, seule la céramique livre quelques éléments qui indiquent le milieu du ier s. Rappelons que les monnaies sont totalement absentes de ces niveaux et que les rares fragments de verre ou de mobilier métallique recueilli n’apportent aucune précision.

178Il est encore plus difficile d’avancer une date pour l’agrandissement de l’état 1B. Une monnaie a été recueillie, mais il s’agit d’un as de Nîmes. De la céramique, on retiendra comme indication la plus récente un vase ovoïde à parois fines décoré à la barbotine d’épingles à cheveux, provenant de Lezoux : il suggère les années 70 ap. J.‑C.

179La situation est aussi floue pour l’état 2. Pour la phase de construction qui voit le passage du bois à la pierre, on ne dispose d’aucune indication : tout le matériel est résiduel. En revanche, deux fibules recueillies dans les niveaux d’occupation suggèrent une fréquentation qui s’échelonne au long de la première moitié du iie s. : on pourrait alors en déduire que les travaux de transformation se situent à la fin du ier s.

180Le premier théâtre doit fonctionner jusque dans la seconde moitié du iie s. La construction du second édifice ne peut en effet être antérieure aux années 161‑175 à cause de la présence dans le sol du couloir 4 d’une monnaie de Faustine la Jeune (102010.08). La découverte d’un mortier Drag. 45 en sigillée à revêtement métallescent et d’une cruche en pâte commune claire à col en bobine dans les remblais invite à resserrer la fourchette chronologique autour des années 180.

181La fermeture du monument est suivie d’une période d’abandon dont il est difficile d’évaluer la durée, mais la présence, dans ces niveaux, de deux monnaies de Constantin Ier, l’une émise en 326‑327 et l’autre en 332‑333, ainsi que celle d’un tesson de céramique à l’éponge –le reste du mobilier est résiduel– permet peut‑être de situer cette décision dans le deuxième quart du ive s. (cf. infra § 4.4.1.3). C’est assez tard, à partir des années 365‑388, ainsi que l’indique la récolte de cinq monnaies Valentiniennes et d’une monnaie de Magnus Maximus, que commencent la démolition du théâtre et la récupération des blocs d’appareil. La céramique contemporaine de ces fréquentations tardives comprend en particulier une coupe carénée en céramique noire lissée et de nombreux fragments de poterie modelée qui accompagnent bien la datation proposée par les monnaies.

182Le matériel de l’abandon final présente les mêmes caractéristiques. Mais il contient également un col de cruche en céramique à l’éponge de type Raimbault X et de la céramique d’Argonne dont un fragment de molette appartenant à la seconde moitié du ive s. et à la première moitié du siècle suivant. Nous voyons avec ce tesson se profiler la possibilité d’une fréquentation de l’édifice au ve s. Il serait d’ailleurs peut‑être plus juste de parler de simples passages dans la ruine qu’est alors devenu le théâtre. Or cette présence humaine se confirme avec la découverte de quatre objets : un tesson de céramique paléochrétienne trouvé lors du sondage mené en 1963 à l’extérieur du théâtre, une monnaie mérovingienne d’origine cadurque (fig. 94), une perle en verre « noir » opaque décorée d’un filet sinusoïdal de verre blanc (fig. 81, no 2) et un rivet scutiforme (fig. 89, no 16). Ces trois derniers objets relèvent nettement des vie et viie s. Ils offrent donc le grand intérêt de jalonner la période qui suit l’abandon de la ville antique et de suggérer que le site est encore fréquenté. Rappelons que, jusqu’ici, aucun objet offrant une telle datation n’a été recueilli dans les différentes fouilles du plateau des Mersans. Or une fouille de sauvetage menée autour de l’église de Saint‑Marcel, située à quelques centaines de mètres du site antique, a révélé l’existence de sépultures qui s’échelonnent du ve au viie s. (Briand 1994 : 104‑105). Avec ces informations, c’est une nouvelle page de l’histoire du site qui s’écrit peu à peu, et il n’est pas sans intérêt de noter que le théâtre y contribue à sa façon.

Notes

1 Le karst fut traité de la façon suivante : après injection d’eau sous pression destinée à faire tomber au fond de la cavité le sable non stabilisé, une entreprise de maçonnerie procéda au coulage de 6 m3 de béton. Ce volume nous donne une idée de l’importance du karst sous‑jacent au secteur est du théâtre. Or C. Lorenz était persuadé qu’il ne s’agissait là que d’une branche secondaire et que le karst se poursuivait sur une surface nettement supérieure.

2 Les tranchées ont été creusées mécaniquement et les archéologues n’ont pu qu’en observer les parois. Un seul sondage archéologique a pu être mené : il se trouve à la rencontre des murs M93 et M94.

3 Tout récemment, en mai 1999, des tranchées de reconnaissance menées pour l’aménagement d’un parking visiteurs dans la parcelle 10 (fig. 26) où des vestiges antiques avaient déjà été repérés, ont mis au jour des maçonneries romaines. Il pourrait s’agir d’une suite de plusieurs fana construits au nord de celui qui a été découvert en prospection aérienne (fig. 39). On aurait affaire à un sanctuaire important couvrant une superficie de plus de 5 000 m2.

4 Je remercie P. Gros de ses suggestions et de ses références.

5 S. Deyts a bien voulu s’intéresser à ce texte et m’a fourni des éléments de réflexion particulièrement intéressants. Je l’en remercie vivement.

6 Je remercie A. Levasseur, qui a attiré mon attention sur ces découvertes (1997 : 34, fig. 20) et m’a fourni un certain nombre de documents. Précisons que la tête Lecubain est présentée au musée (salle des Dieux) et que le bulletin de l’ASSAA de 1978 en offre une photo en couverture.

7 Je tiens à remercier R. Delage pour son aide dans l’identification de la sigillée.

8 P.‑J. Trombetta a bien voulu examiner ce mobilier et me donner quelques précisions. Je l’en remercie vivement.

9 Nous devons à A. Moirin, restauratrice au service archéologique municipal de Bourges et spécialiste du verre antique, l’identification et le dessin de ce fragment : nous l’en remercions très vivement, ainsi que des nombreuses suggestions qu’elle nous a faites pour la rédaction du texte.

10 J.‑C. Béal propose de qualifier de supérieure la face qui présente le point central (1983 : 289). Ce terme ne paraît pas convenir ici et nous adopterons plutôt le vocabulaire des numismates.

11 La première mention de cet objet est due à A. Ferdière et Y. de Kisch, qui en donnent une lecture incomplète (1984 : 323).

12 Un article destiné à une revue spécialisée est en cours de rédaction.

Table des illustrations

Légende FIG. 32 – Dans l’orchestra, bloc calcaire de la formation à rosettes. Noter en bas à droite un des blocs de support de plancher.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 33 – Les irrégularités du gradin d’honneur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 34 – Présence d’un karst sous le théâtre : M76 brisé en trois tronçons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 35 – Occupation extérieure au théâtre, a plan des structures trouvées dans les tranchées des drains et localisation des coupes A, B, C, D, E ; b plan de détail des murs M96 et M97 : en tramé, sol de mortier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 36 – Occupation extérieure au théâtre : A, B coupes stratigraphiques du bâtiment situé au sud du premier théâtre.
Crédits L. Jeand’heur d’après S. Bryant et D. Lemaire
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 37 – Occupation extérieure au théâtre : C, D coupes stratigraphiques du bâtiment situé au sud du premier théâtre ; E coupe de l’esplanade qui s’étend derrière la scène du second théâtre jusqu’au mur M92.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 38 – Bâtiment situé au sud du premier théâtre : ab élévations nord et sud de M96 ; c élévation ouest de M97.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 39 – Plan du sanctuaire suburbain d’après les photos aériennes de J. Holmgren.
Crédits L. Jeand’heur d’après J. Holmgren
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. F – Le sanctuaire repéré en prospection aérienne par J. Holmgren en 1976.
Crédits J. Holmgren
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 40 – Implantation du théâtre et restitution du réseau viaire : 1 voie Limoges‑Bourges dite chemin de César ; 2 gué sur la Creuse ; 3 pont à cinq arches ; 4 accès occidental à l’oppidum.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 41 – Plan de localisation des coupes stratigraphiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 42 – Premier théâtre. Coupe A à travers la cavea supérieure.
Crédits L. Jeand’heur d’après F. Dumasy
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende FIG. 43 – Premier théâtre. Coupe B entre les murs périmétraux successifs.
Crédits L. Jeand’heur d’après L. Brissaud
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende FIG. 44 – Premier théâtre. Coupe C le long de l’allée 5.
Crédits L. Jeand’heur d’après L. Lebrun
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende FIG. 45 – Premier théâtre. Coupe D à travers l’allée 5.
Crédits L. Jeand’heur d’après V. Coloignier et L. Laüt
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende FIG. 46 – Les deux théâtres. Coupe entre M10 et M20 réalisée en 1981 : A secteur à nouveau levé en 1982 et présenté en fig. 47.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende FIG. 47 – Les deux théâtres. Coupe entre M11 et M13 correspondant au secteur A de la coupe 1981 repris et complété en 1982.
Crédits L. Jeand’heur d’après F. Dumasy
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende FIG. 48 – Les deux théâtres. Coupe E à l’extérieur des murs périmétraux.
Crédits L. Jeand’heur d’après C. Venzo
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende FIG. 49 – Les deux théâtres. Coupe ouest du sondage extérieur mené en 1963.
Crédits L. Jeand’heur d’après R. Albert
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende FIG. 50 – Les deux théâtres. Coupe F entre les murs périmétraux.
Crédits L. Jeand’heur d’après L. Brissaud
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende FIG. 51 – Les deux théâtres. Coupe G entre M11 et M13.
Crédits L. Jeand’heur d’après F. Dumasy
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende FIG. 52 – Les deux théâtres. Coupe H entre M12 et M13.
Crédits L. Jeand’heur d’après F. Dumasy
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 53 – Les deux théâtres. Coupe I le long de M24.
Crédits L. Jeand’heur d’après D. Tardy
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende FIG. 54 – Second théâtre. Coupe J‑J’ à travers l’orchestra et l’ima cavea.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 55 – Second théâtre. Coupe K à travers l’allée de précinction.
Crédits L. Jeand’heur d’après S. Aubard
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende FIG. 56 – Second théâtre. Coupe L le long du couloir 2 et élévation de M34.
Crédits L. Jeand’heur d’après L. Thomas
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende FIG. 57 – Second théâtre. Coupe M à travers le couloir 3 et élévation de M23.
Crédits L. Jeand’heur d’après E. Bassères
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 58 – Second théâtre. Coupe N à travers le couloir 4.
Crédits Jeand’heur d’après F. Dumasy
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende FIG. 59 – Second théâtre. Coupe O à travers le couloir 4.
Crédits L. Jeand’heur d’après T. Potier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende FIG. 60 – Second théâtre. Coupe P à travers le couloir 6.
Crédits L. Jeand’heur d’après L. Laüt
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 61 – Second théâtre. Coupe Q à travers le couloir 6.
Crédits L. Jeand’heur d’après L. Brissaud
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 62 – Second théâtre. Coupe R à l’extérieur du théâtre (entrée sud‑est).
Crédits L. Jeand’heur d’après L. Brissaud
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende TABL. I – Répartition par catégorie de la céramique du théâtre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende TABL. Il – Occupation à l’extérieur du théâtre. Chronologie de la céramique fine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 63 – Occupation antérieure au premier théâtre. Céramique terra nigra : 1 assiette carénée à lèvre oblique et convexe de type Menez 24‑ 25, 2 coupe de type olla à lèvre moulurée ; céramique à engobe micacé : 3 pot à panse globulaire et lèvre moulurée ; céramique à engobe blanc et pâte beige : 4 cruche à lèvre moulurée et col cylindrique ; céramique à engobe blanc et pâte orange : 5 cruche à lèvre moulurée et col concave ; céramique non tournée de type Besançon (à engobe micacé) : 6 écuelle à lèvre moulurée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 64 – Bâtiment extérieur au premier théâtre (destruction). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 coupelle Drag. 24/25b à bord guilloché, 2 coupe Drag. 27b ; céramique à enduit rouge de type pompéien : 3 plat tripode à lèvre ronde et parois obliques ; céramique à engobe clair : 4 cruche à lèvre horizontale en parement, 5 cruche à lèvre verticale, 6 cruche ou amphorette régionale à lèvre ronde de type Gauloise 4 ; céramique commune sombre : 7 pot à lèvre déprimée et col concave.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende TABL. III – Premier théâtre. Chronologie de la céramique fine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 65 – Premier théâtre (état 1A). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 assiette Drag. 18a ; terra nigra : 2 vase bobine de type Menez 75‑76, 3 olla à lèvre en bourrelet de type Menez 74a ; céramique à engobe clair : 4 cruche à lèvre horizontale et rebord en parement. Premier théâtre (état 1B). Céramique à engobe micacé : 5 assiette ? à lèvre verticale ; céramique à engobe blanc : 6 cruche à bord vertical cannelé et col cylindrique ; céramique non tournée : 7 pot à lèvre triangulaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 66 – Premier théâtre (état 2). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 coupelle Drag. 22a, 2 coupe Drag. 27b ; céramique à enduit rouge pompéien : 3 plat à lèvre arrondie débordante, parois convexes et fond plat avec ressauts externes ; céramique à engobe micacé : 4 écuelle à lèvre ronde rentrante et panse moulurée, 5 pot ovoïde à lèvre ronde éversée, 6 pot à lèvre moulurée ; céramique à engobe clair : 7 pot ovoïde à lèvre moulurée ; céramique commune claire : 8 cruche à lèvre horizontale en parement ; céramique commune sombre : 9 bol à petite collerette, 10 pot ovoïde à lèvre ronde éversée, col concave et ressaut sur le haut de la panse ; céramique non tournée : 11 pot ovoïde à lèvre moulurée ; céramique non tournée de type Besançon (à engobe micacé) : 12 pot à lèvre moulurée ; amphore : 13 Richborough 527 fabriquée à Lipari.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende TABL. IV – Second théâtre (construction). Chronologie de la céramique fine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende FIG. 67 – Second théâtre (remblai de construction 101016). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 assiette Drag. 18a ; 2 coupe Drag. 30b ; céramique à parois fines et vernis brun : 3 assiette apode Grataloup LV ; terra nigra : 4 pot ovoïde à lèvre ronde éversée ; céramique à engobe micacé : 5 écuelle à lèvre ronde rentrante et haut de la panse moulurée, 6 écuelle à lèvre moulurée rentrante, 7‑8 pots ovoïdes à lèvre arrondie éversée, 9 pot ovoïde à lèvre moulurée ; céramique à engobe blanc : 10 cruche à col cylindrique ; céramique à engobe clair : 11 cruche à lèvre horizontale et rebord en parement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 68 – Second théâtre (remblai de construction 101016). Céramique commune sombre : 1 écuelle à lèvre ronde rentrante soulignée par un sillon, 2 écuelle à lèvre ronde oblique et rentrante, 3 écuelle à lèvre arrondie et moulurée, 4 pot ovoïde à lèvre arrondie éversée ; céramique non tournée : 5 écuelle à lèvre moulurée rentrante, 6 pot à lèvre ronde ; céramique non tournée de type Besançon (à engobe micacé) : 7 pot ovoïde à lèvre oblique moulurée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 69 – Second théâtre (construction). Céramique sigillée à revêtement métallescent de Lezoux : 1 mortier Drag. 45 (Lezoux 100) ; céramique à engobe micacé : 2 pot ovoïde à lèvre ronde ; céramique commune claire : 3 pot à lèvre déprimée, 4 cruche à bord cannelé ; céramique commune sombre : 5‑ 6 pots ovoïdes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende TABL. V – Second théâtre (fermeture de l’édifice). Chronologie de la céramique fine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende TABL. VI – Second théâtre (fréquentations tardives). Chronologie de la céramique fine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 70 – Second théâtre (fermeture et première période d’abandon). Céramique commune sombre : 1‑4 pots à lèvre ronde.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 71 – Second théâtre (fréquentations tardives). Céramique noire polie : 1 coupe carénée soulignée par une moulure, à lèvre en bourrelet ; céramique commune sombre : 2 pot à lèvre verticale, 3 pot à lèvre en bourrelet ; 4 lampe à double volute de type Loeschke IV, avec médaillon à décor moulé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende TABL. VII – Second théâtre (abandon et ruine). Chronologie de la céramique fine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 72 – Second théâtre (abandon final et ruine). Céramique DSP grise : 1 fond d’assiette à décor estampé (dessin d’après R. Albert) ; céramique à l’éponge poitevine : 2 cruche Raimbault X à col recouvert d’un engobe blanc et décoré de guillochis ; céramique commune sombre : 3 écuelle à lèvre ronde et rentrante soulignée par un sillon, 4‑5 pots ovoïdes à lèvre déprimée, 6 pot ovoïde à lèvre ronde, 7‑8 pots globulaires à lèvre ronde, 9 pot à lèvre oblique ; céramique non tournée : 10 écuelle à lèvre ronde rentrante, 11 pot à lèvre déprimée, 12 pot à lèvre ronde.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 73 – Niveaux médiévaux et modernes. Céramique claire à glaçure verte : 1 coupelle à lèvre moulurée ; grès : 2 écuelle à lèvre ronde (XVIIe s.), 3 vase ovoïde à lèvre triangulaire (XVIe‑XVIIe s.), 4 pot à lèvre oblique ; céramique commune claire : 5 coupelle à collerette du Beauvaisis (XVIe s.), 6 pot à bandeau vertical mouluré (XIVe s.) ; céramique noire non tournée : 7 vase à grande lèvre oblique légèrement concave et panse globulaire (XIIe‑XIVes.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 74 – Fouilles 1966‑1973 (premier théâtre). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 assiette Drag. 18a, 2‑6 coupes Ritt. 8b, Drag. 22a, 24/25a, 27b, 35/36 ; céramique à parois fines et vernis brun : 7 assiette apode Grataloup LV ; terra nigra : 8 olla à panse ronde Menez 74a, 9 olla à panse carénée Menez 74c.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 75 – Fouilles 1966‑1973 (second théâtre). Céramique sigillée de La Graufesenque : 1 assiette Drag. 15a ; céramique à vernis noir métallescent : 2 pot ovoïde à lèvre oblique et décor de guillochis ; céramique commune sombre : 3 couvercle à lèvre concave, 4 assiette à lèvre arrondie, parois obliques et fond plat, 5 écuelle tripode à lèvre ronde rentrante, 6 pot ovoïde à lèvre moulurée, 7 pot ovoïde à lèvre verticale et col concave, 8 pot globulaire à lèvre arrondie oblique, 9 pot globulaire à col tronconique, haut de la panse moulurée, pâte noire lissée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 76 – Fouilles 1966‑1973 (second théâtre). Céramique à engobe clair : 1 cruche à bord cannelé, panse ronde et pied annulaire ; céramique commune claire : 2 cruche à une anse, lèvre horizontale, rebord en parement, panse ronde et pied annulaire, 3 cruche à deux anses, lèvre verticale, panse carénée et pied annulaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 77 – Occupation extérieure au théâtre. Objet en verre : 1 récipient indéterminé. Hors stratigraphie. Objets en verre : 2‑3 gobelets Morin‑Jean 105/Rütti AR 98‑2, 4 récipient indéterminé, 5 fond de bouteille moulé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende TABL. VIII – Premier théâtre (fréquentation de l’état 2). Chronologie des objets en verre identifiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 78 – Premier théâtre, état 2 (fréquentation). Objets en verre : 1 perle côtelée bleue ; 2 bague en verre incolore, jaune vif et bleu ; 3 tige torsadée bleue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende TABL. IX – Second théâtre. Chronologie des objets en verre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 79 – Second théâtre (construction). Objets en verre : 1 récipient Isings 44/115 ; 2 récipient indéterminé ; 3 récipient Rütti AR 109‑1 ; 4 récipient indéterminé ; 5‑6 fonds de bouteilles ; 7 verre plat ; 8 pion de jeu.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 80 – Second théâtre (fréquentation tardive). Récipients en verre : 1 indéterminé ; 2 Isings 102 ? ; 3 pied indéterminé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 81 – Second théâtre (abandon final). Objets en verre : 1 bague en verre « noir » à protubérances moulées ; 2 perle en verre « noir » et filet blanc ; 3 lot de perles vert clair ; 4‑5 pions de jeu ? ; 6 bol à décor de course de chars Rütti AR 31‑1 ; 7 panse côtelée ; 8 fond de bouteille moulé ; 9‑10 bols à panse côtelée mosaïqués blanc sur fond bleu et bleu de type Isings 3 ; 11 anse peignée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 82 – Second théâtre (abandon final). Récipients en verre : 1 Rütti AR 77 ? ; 2 Isings 96b ; 3 Rütti AR 77 ? ; 4 indéterminé ; 5 Rütti AR 77 ? ; 6‑9 indéterminés ; 10 Isings 109 ; 11 Rütti AR79 ? ; 12‑13 indéterminés ; 14 Isings 48.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 83 – Fouilles 1966‑1973. Objets en verre: 1 vase ovoïde de type Isings 94, 2 bol côtelé de type Isings 3, 3 fond de bouteille, 4 col indéterminé, 5 fond de bouteilles, 6 lot de perles; objet en ambre: 7 perle; objet en jais: 8 tête d’épingle?
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende TABL. X – Quantification et répartition du matériel métallique identifié par catégorie d’objets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende TABL. XI – Premier théâtre (état 2). Chronologie des fibules.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 84 – Premier théâtre, état 2 (fréquentation). Objets en alliage cuivreux. Fibules : 1 Feug. 3b1a, 2‑3 indéterminées, 4 Feug. 23c2, 5 Feug. 26b1, 6 indéterminée ; 7 élément de charnière ; 8 clou riveté ; 9 clou.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 85 – Premier théâtre, état 2 (démolition). Objets en alliage cuivreux : 1 élément de charnière muni d’un anneau ; 2 clou riveté ; 3 anneau ; 4 épingle ; 5 œillet ; fibules : 6 type Feug. 23d1, 7 type Feug. 15a.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 86 – Second théâtre (construction). Objets en alliage cuivreux : 1‑2 clefs de coffret, 3 anneau, 4 clou, 5 phalère, 6 nécessaire de toilette (pince à épiler, cure‑oreille, indéterminé), 7 fibule de type Feug. 23c, 8‑10 fibules de type Feug. 3b1a ; objet en fer : 11 piton ?
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende TABL. XII – Second théâtre. Chronologie des fibules.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 87 – Second théâtre (fréquentation tardive). Objets en fer : 1 bague de type Guiraud 2c avec intaille en pâte de verre blanche représentant un taureau de style courant classique modelé, 5 stylet ; objets en alliage cuivreux, 2‑3 clous rivetés, 4 clou.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 88 – Second théâtre (abandon final). Objets en alliage cuivreux : 1 bague de type Guiraud 2d avec intaille en nicolo représentant Jupiter trônant, de style courant lisse, 2 bague de type Guiraud 2d, 3 bague de type Guiraud 5a, 4‑5 anneaux ; objet en or : 6 bracelet ? ; objets en alliage cuivreux : 7‑10 épingles, 11‑13 « spatules », 14 moulure, 15 plaquage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende TABL. XIII – Second théâtre. Chronologie des bagues.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 89 – Second théâtre (abandon final). Objets en alliage cuivreux : 1 épingles, 2‑3 clous, 4‑6 clous rivetés, 7‑8 clous, 9 bouton à bêlière, 10 indéterminé, 11 passe‑lacet, 12‑13 indéterminés ; 14 miroir, 15 déchet de coulée, 16 rivet scutiforme, 17 écaille de cuirasse militaire ? ; objet en plomb : 18 rondelle indéterminée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 90 – Second théâtre (abandon final). Objets en fer : 1‑2 boucles de ceinture ; 3 bague de type Guiraud 2c ; 4‑6 anneaux ; 7 indéterminé ; 8 truelle ; 9‑10 indéterminé ; 11 anneau ; 12 indéterminé ; 13 manche d’outil ; 14 indéterminé ; 15 poinçon ? ; 16 couteau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 91 – Fouilles 1966‑1973, niveaux de construction (1‑2, 4‑8) et de fréquentation (3, 10) du second théâtre. Fibules en alliage cuivreux : 1‑2 Feug. 16a2, 3‑4 Feug. 23a, 5 Feug. 26c4, 6 Feug. 24a, 7 Feug. 24d1, 8 indéterminé, 9 ardillon de type indéterminé, 10 Feug. 29a1d1, 11 Feug. 26c4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende TABL. XIV – Fouilles 1966‑1973. Chronologie des fibules identifiées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 92 – Fouilles 1966‑1973. Objets en alliage cuivreux : 1 ex‑voto prophylactique ; 2‑3 plaquettes décoratives ; 4 indéterminé ; 5 passe‑lacet ; 6 plaquette décorative ; 7‑9 anneaux ; 10 phalère ; 11‑14 clous rivetés ; 15 têtes de clou décorées ; 16‑19 clous ; 20 indéterminé ; 21 plaquette décorative moderne ? ; 22 pendentif moderne ? ; 23 indéterminé ; 24 boucle ; 25 agrafe à double crochet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 93 – Fouilles 1966‑1973 (1‑6) et hors stratigraphie (7‑9). Objets en alliage cuivreux : 1 pince à épiler, 2 cuillère, 3 stylet, 4 « spatule » ; objets en fer : 5 aiguille à chas, 6 clou ; objets en alliage cuivreux : 7 fibule de type Feug. 3b1, 8 attache, 9 bouton à bêlière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende TABL. XV – Répartition des monnaies par période et code des périodes retenues pour la circulation monétaire, inspiré de J.‑C. Richard (1978 : 244‑245).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende TABL. XVI – Premier théâtre. Répartition des monnaies par phase (pour la codification des périodes de circulation monétaire, cf. tabl. XV).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende TABL. XVII – Second théâtre. Répartition des monnaies par phase (pour la codification des périodes de circulation monétaire, cf. tabl, XV).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 94 – Fouilles 1966‑1973. Monnaie mérovingienne, trémissis : a avers ; b revers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. XVIII – Premier et second théâtre. Description et répartition des objets en os par phase.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 95 – Second théâtre. Jeton en os portant une inscription : a avers ; b revers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende TABL. XIX – La faune. Nombre de restes par zone.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende TABL. XX – Les espèces animales représentées sur le site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende TABL. XXI – Premier théâtre. La faune des niveaux de fréquentation (m/c : mouton/chèvre, ind. : indéterminés, NRE : nombre de restes par espèce, NR total : nombre de restes total).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende TABL. XXII – Second théâtre. La faune des niveaux de construction recouvrant les secteurs V et VI du premier théâtre (m/c : mouton/chèvre, ind. : indéterminés, NRE : nombre de restes par espèce, NR total : nombre de restes total).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende TABL. XXIII – Second théâtre. La faune des niveaux de fréquentation tardive (m/c : mouton/chèvre, ind. : indéterminés, NRE : nombre de restes par espèce, NR total : nombre de restes total).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende TABL. XXIV – Second théâtre. La faune des niveaux de fréquentation tardive : répartition des pièces osseuses (m/c : mouton/chèvre, ind. : indéterminés).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende TABL. XXV – Second théâtre. La faune des niveaux d’abandon (m/c : mouton/chèvre, ind. : indéterminés, NRE : nombre de restes par espèce, NR total : nombre de restes total).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46165/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search