Version classiqueVersion mobile

Le théâtre d’Argentomagus (Saint-Marcel, Indre)

 | 
Françoise Dumasy

Introduction

Résumé

Le théâtre d’Argentomagus, agglomération secondaire de la cité des Bituriges Cubes, appartient à la série des édifices qu’A. Grenier désignait sous le nom de théâtres‑amphithéâtres et que l’on appelle désormais théâtres de type gallo‑romain. Depuis la parution, en 1958, du tome du Manuel d’archéologie gallo‑romaine consacré aux édifices de spectacle, la problématique s’est considérablement renouvelée et il est apparu que seule la fouille stratigraphique pouvait répondre aux nombreux problèmes en suspens. Aussi la proposition de reprendre, en 1981, la fouille du théâtre dans la double perspective d’une publication scientifique et d’une mise en valeur de l’édifice a‑t‑elle rencontré un avis très favorable. C’est avec l’idée de retracer les divers moments de l’histoire du monument, mais aussi de saisir certains aspects de la romanisation dans une petite ville du Centre de la Gaule, que le programme de fouilles a été mené.

Texte intégral

1Un théâtre !… Fouiller un théâtre !… Comment est‑ce encore possible en 1982 ?… Une énorme masse de terres à évacuer pour mettre au jour des structures déjà connues, qu’il faudra ensuite protéger contre les dégradations !

2Il fallait l’enthousiasme et l’inconscience des antiquaires du xixe s. pour se lancer dans une telle opération. Beaucoup d’ailleurs à l’époque, par manque d’argent, se sont limités à des tranchées de reconnaissance vite rebouchées. Seuls quelques‑uns comme le Père de La Croix ont réussi à dégager tout un édifice, tel celui de Sanxay, et à le maintenir en vie par des consolidations. Après ces folies du xixe s. auxquelles ont même goûté Bouvard et Pécuchet puisqu’ils cherchèrent en vain le théâtre de Lisieux, rares sont les projets. Quelques noms comme ceux de Vaison, de Grand ou de Lyon jalonnent le début du xxe s., mais lorsqu’en 1958 A. Grenier publie le tome de son manuel consacré aux édifices de spectacle, aucune fouille n’est en cours. L’attrait s’est envolé, le souffle est retombé. C’est le temps de la collecte des données et des tentatives de synthèse.

3Dans les années 70, l’intérêt scientifique de telles entreprises ne s’impose plus : la fouille stratigraphique jette le discrédit sur des opérations qui relèvent plus du dégagement de murs que de la démarche archéologique. Les restaurations, trop efficaces, sont contestées au nom de la rigueur scientifique : nul mécène n’a d’ailleurs les moyens de tester des solutions nouvelles. Le monumental sort du champ de la recherche gallo‑romaine sur lequel il a régné trop longtemps.

4C’est par le biais de la prospection aérienne que les édifices de spectacle vont réintégrer le domaine archéologique : la découverte d’une vingtaine de théâtres dans le contexte d’agglomérations fossilisées confirme les particularités de leur plan et de leur construction –déjà soulignées par A. Grenier et ses prédécesseurs– et rappelle la spécificité gallo‑romaine de leur implantation. Une problématique se met en place à laquelle seule la fouille stratigraphique peut apporter des réponses. Ce renouveau d’intérêt pour les théâtres est relayé par la nécessité de mettre en valeur des vestiges qui exercent un puissant attrait sur le public.

5C’est dans ce contexte qu’en 1981, Y. de Kisch, directeur des Antiquités historiques du Centre, envisage la reprise des fouilles au théâtre d’Argentomagus et m’en propose la direction. Il s’agit d’un édifice appartenant à l’État et classé monument historique. Fouillé aux deux tiers par G.‑C. Picard entre 1966 et 1973, il a fait l’objet de consolidations. Avec le nouvel élan donné aux recherches sur le site, il paraît prioritaire d’en achever la fouille et d’en entreprendre la publication. Par ailleurs, le statut de l’édifice autorise des perspectives de mise en valeur qui se concrétiseront en 1988 par l’inscription du site sur la loi‑programme relative au patrimoine monumental.

6L’idée qui a guidé ma démarche, c’est que la fouille d’un théâtre construit dans le cadre d’une agglomération gallo‑romaine livre des informations sur l’histoire du monument, mais aussi sur les modalités de la romanisation et sur les comportements de la communauté qui l’a élevé. Cette idée s’est trouvée confortée ici par la succession de deux édifices, ce qui permet d’apprécier permanences et transformations à un siècle d’intervalle. C’est donc avec une attention particulière pour les diverses phases de la vie et de la mort de chacun des édifices que la fouille a été menée. En procédant ainsi, j’ai tenté de réhabiliter l’édifice de spectacle gallo‑romain comme objet archéologique et de montrer que l’approche stratigraphique lui est aussi indispensable qu’à tout autre vestige.

7Sur le terrain, deux objectifs aux intérêts apparemment contraires, mais qui se sont révélés souvent complémentaires, ont présidé à la conduite des recherches. Si la priorité a été accordée aux impératifs scientifiques de la connaissance de l’édifice, de sa chronologie et de ses particularités architecturales, le nombre des interventions a été limité afin d’arracher le moins possible les murs à leur gangue de terre protectrice : nous savions en effet qu’une fois dégagés, murs et gradins resteraient exposés aux intempéries plusieurs années de suite. Ce souci s’est traduit par une économie de sondages – dans les zones de remblai en particulier – qui pourra offrir aux générations futures la possibilité de vérifications et de découvertes.

8Ce qu’il faut désormais souhaiter, c’est que la restauration de l’édifice reflète les résultats de la recherche archéologique et que les pentes engazonnées, rythmées par les murs en appareil calcaire, réussissent à suggérer au visiteur ce que fut l’histoire du théâtre d’Argentomagus.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search