Version classiqueVersion mobile

Occupations du Paléolithique supérieur dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Michèle Julien
, 
Jean-Luc Rieu

Deuxième partie. Le Paléolithique supérieur de la vallée de la Vanne

Chapitre 2. Le gisement de Lailly/Le Domaine de Beauregard (Yonne)

Jean Luc Loch, Pascal Depaepe, Éric Teheux, Valérie Deloze et Vincent Krier

Résumé

Découvert lors de la fouille d’un ensemble moustérien, ce niveau du Paléolithique supérieur, situé au sommet d’un ensemble de limons jaunes du Pléniglaciaire inférieur ou moyen et à 10 cm au‑dessous d’un sol brun holocène, a livré trois foyers associés à de l’industrie lithique en silex local (660 éléments). En dépit du faible nombre d’outils (20), la mise en évidence d’une lamelle Dufour et la présence d’un burin apparenté au type des Vachons, et des burins et grattoirs carénés considérés comme des nucléus à lamelles, suggèrent mieux que toute autre hypothèse une attribution à l’Aurignacien. Les activités liées au silex s’organisent autour des foyers, constitués de groupements de blocs de grès sans cuvette apparente. Au‑delà d’un débitage sur place et d’une utilisation immédiate des produits (grattoirs, burins, lames brutes), des absences dans les remontages de nucléus indiquent l’emport, pour un usage différé, de lames et surtout de lamelles. La faible densité des dépôts autour de chaque foyer semble plus témoigner de haltes destinées à reconstituer une partie de l’équipement que de véritables campements.

Texte intégral

2.1 Présentation générale

1La commune de Lailly se trouve à 20 km à l’est de la ville de Sens, presque à la limite départementale entre l’Yonne et l’Aube, sur la rive droite de la Vanne (fig. 87). Le gisement a été rencontré sur le versant est d’une petite vallée dissymétrique, en bordure d’un affluent de la Vanne, l’Alain, à une altitude de 121 m ngf. Cette vallée présente un versant ouest abrupt et érodé, où affleurent les formations crayeuses du plateau sénonais, et un versant est en pente douce sur lequel se développe une épaisse séquence limoneuse qui a fossilisé quatre occupations moustériennes et un niveau attribué au Paléolithique supérieur (Locht et al. 1991 ; Deloze et al. 1994). La Vanne est un affluent de l’Yonne, dans laquelle elle se jette à environ 9 km au nord du site de Marsangy. Sa vallée constitue donc un passage, à travers le pays d’Othe, entre le Bassin parisien et la Champagne.

2.1.1 Conditions d’investigation sur le terrain

2Le niveau étudié ici a été découvert de manière fortuite lors de la fouille du principal ensemble moustérien situé au sommet d’un paléosol du Weichsélien ancien, trois semaines avant la fin du chantier archéologique. L’urgence des travaux préparatoires à la construction de l’autoroute A5 et l’étendue de l’occupation ont déterminé l’utilisation d’une méthode de fouille originale, permise par la densité relativement faible des artefacts au sein du niveau archéologique et surtout par l’absence de faune dans un sédiment décarbonaté. L’utilisation d’une pelle mécanique a permis d’explorer rapidement 438 m2 (fig. 92). Les zones de plus fortes concentrations, soit deux structures de combustion et leurs alentours immédiats, ont été fouillées manuellement, de façon classique. Aucun tamisage des sédiments n’a en revanche été assuré, ce qui peut avoir eu des répercussions sur la représentativité des éléments de petite taille, notamment des lamelles. Un plan a été réalisé sur le terrain, à des échelles différentes selon les dimensions de la zone fouillée. Les artefacts ont été relevés dans quatre sections (28‑29‑33‑37) par triangulation ou par coordonnées perpendiculaires à partir des points du carroyage d’une maille de 20 m, et ensuite replacés sur plan par mètre carré. Trois concentrations matérialisent l’occupation de l’espace : la plus importante se situe à cheval sur les sections 28‑33 (foyer 1), la deuxième sur les sections 28‑29 (foyer 2) et la troisième est isolée en section 37 (foyer 3).

FIG. 92 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan des zones fouillées. Le niveau du Paléolithique supérieur, indiqué en gris foncé, a été rencontré dans les sections 28, 29, 33 et 37.

DAO D.M./CNRS d’ap. P. Pihuit/Afan

2.1.2 Stratigraphie du gisement

3Le gisement paléolithique est situé sur l’interfluve entre la vallée de l’Alain, affluent de la Vanne, et le vallon sec du Fond de la Tournerie, sur le versant doux exposé à l’est de la vallée dissymétrique de l’Alain. Les faciès crayeux, locaux, qui y affleurent par endroits, sont le plus souvent recouverts de formations superficielles récentes résultant d’importants phénomènes d’accumulation et d’altération.

2.1.2.1 Étude stratigraphique et lithologique

4L’étude stratigraphique et lithologique du gisement a été réalisée à partir des 94 coupes relevées entre février 1990 et l’été 1991, mais aussi d’après les résultats d’analyse de 30 échantillons (granulométrie, microgranulométrie, calcimétrie, taux de matière organique et argiles minéralogiques) (Deloze et al. 1994).

5Le niveau du Paléolithique supérieur de Lailly/Le Domaine de Beauregard a été recoupé sur les profils PM 079 et CP 084. Le profil CP 084 a été relevé sur une faible épaisseur et corrélé à la partie supérieure du PM 079. Sur ce profil CP 084 (fig. 93) a été réalisée une colonne de prélèvements micromorphologiques (M), juste à l’emplacement du niveau paléolithique supérieur.

FIG. 93 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Relevé stratigraphique de la coupe CP 084 : 1 terre végétale (alt. 0‑30 cm) prélèvement micromorphologique M3 ; 2 limon argileux jaune prismatique à graviers épars (alt. 30‑150 cm) prélèvements micromorphologiques M2 et M1, niveau paléolithique supérieur vers 40 et 50 cm ; 3 limon gris à points noirs (à partir de 150 cm) ; arrêt à 200 cm.

DAO B.H. d’ap. V.D./Afan

6Le PM 079 (fig. 94) a permis d’atteindre le toit du substrat crayeux altéré à 118 m ngf (couche 7, ensemble VI). Au‑dessus du substrat crayeux apparaît le cailloutis de silex à matrice limono‑sableuse brun‑chocolat (6) qui forme l’ensemble V. Les dépôts limoneux sus‑jacents se subdivisent en 4 ensembles :
– ensemble IV : limons sableux brun‑rouge à oxyde de manganèse (Mn) (5) ;
– ensemble III : limons sableux brun‑gris à petits graviers et oxyde de manganèse (Mn) (4) correspondant au niveau B paléolithique moyen ;
– ensemble II : limons brun‑jaune à graviers (3) ; à l’interface avec l’ensemble III, se trouve le niveau A paléolithique moyen ;
– ensemble I : regroupe les limons bruns (2) contenant le niveau paléolithique supérieur et la semelle de labours (1).

FIG. 94 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Relevé stratigraphique du sondage PM 079 : 1 terre végétale ; 2 limons bruns (niveau paléolithique supérieur) ; 3 limons brun‑jaune à graviers ; 4 limons sableux brun‑gris à petits graviers et Mn ; 5 limons sableux brun‑rouge à points de Mn ; 6 cailloutis de silex avec matrice limono‑sableuse brun‑chocolat ; 7 substrat crayeux altéré avec blocs de craie, graviers et silex ; arrêt à 365 cm.

DAO B.H. d’ap. V.D./Afan

2.1.2.2 Synthèse stratigraphique tabl. xxvi

7Le substratum crayeux du Santonien (niveau 12) recouvert d’une épaisse couche graveleuse, puis limoneuse, n’a été atteint que deux fois, au niveau de la tranchée C de diagnostic et dans le sondage PM 079. La reconstitution du profil du toit de la craie laisse apparaître un niveau quasi plan de creusement, perturbé par des figures d’injection de craie, par le développement d’argiles de décalcification et de structures karstiques de type doline (fig. 95). Ces dernières se retrouvent plus particulièrement en sommet de versant, au niveau de l’interfluve. Ces dépôts et figures d’altération constituent un niveau 11 recouvert par une nappe de cailloutis de démantèlement peu uniforme (niveau 10), elle‑même perturbée par des phénomènes de géliturbation. À l’est du profil, se développe un lambeau de nappe alluviale (niveau 9) à une altitude de 113‑114 m ngf, il s’agit donc d’une nappe plus ancienne que celle rencontrée à 102 m ngf, plus bas sur le versant vers la vallée de l’Alain.

TABL. XXVI – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Synthèse lithostratigraphique et chronostratigraphique pour l’ensemble des formations sédimentaires rencontrées sur le versant doux du gisement.

FIG. 95 – Profil stratigraphique d’un versant de vallée dissymétrique à Lailly/Le Beauregard (profil synthétique de la limite sud) : 1 limon brun de surface à structure prismatique ; 2 limons jaunes à lits de graviers de silex (le niveau paléolithique supérieur se situe à l’interface des ensembles 2 et 1) ; 3 horizon limoneux grisâtre à graviers de silex (a niveau paléolithique moyen) ; 4 limons jaunes à lits de graviers de silex (b niveau paléolithique moyen) ; 5 limons argileux jaune‑brun ; 9 nappe alluviale à graviers de silex et de craie ; 10 cailloutis grossier de sables et graviers de silex ; 11 horizon argileux brun ; 12 substratum crayeux (d’après Deloze et al. 1994 : fig. 20.1).

DAO G. Macabéo d’ap. V.K., V.D./Afan in Deloze et al. 1994, fig. 20.1

8Au‑dessus des dépôts précédents apparaissent des dépôts limoneux de couverture que l’on peut subdiviser en 4 ensembles. Les niveaux 8 à 6 correspondent à des limons sableux au sommet desquels s’est développé un horizon brun‑rouge réticulé (niveau 5). Quelques pièces du Paléolithique moyen ont été découvertes dans ce niveau. Ces limons sableux brun‑rouge sont parcourus de lits de graviers, surtout à l’ouest du profil. Le pendage de ces derniers souligne le plongement des dépôts par effet de soutirage au niveau de la doline. L’ensemble 4‑3 présente un horizon gris sur limons jaunes, dans lequel apparaît le niveau principal du Paléolithique moyen qui a fait l’objet d’une fouille (Deloze et al. 1994). Cet horizon grisâtre a pu être suivi sur près de 140 m de long : sa limite est n’a pas été observée, par contre à l’ouest, il disparaît peu à peu dans la stratigraphie au profit de dépôts colluviés de teinte rouge orangé et à charge plus forte en petits graviers. Ce sol gris appartient au complexe des sols humifères du Weichsélien ancien de la séquence type séquanienne (Deloze et al. 1994 ; Lautridou, Sommé 1974 ; Van Vliet‑Lanoë 1990).

9Le niveau 2 sus‑jacent contient un ultime niveau du Paléolithique moyen et apparaît sous la forme de limons jaunes parcourus de lits de graviers colluviés qui se poursuivent quasiment sur tout le versant. Ils sont attribués au Pléniglaciaire inférieur ou moyen.

10Le niveau paléolithique supérieur découvert au milieu du site (PM 079 et CP 084) se développe au sommet du niveau 2 et à 10 cm au‑dessous du sol brun prismatique holocène (niveau 1). Si, comme on va le voir au chapitre suivant, ce niveau du Paléolithique supérieur est bien attribué à l’Aurignacien, on pourrait identifier la surface d’érosion marquant le sommet de l’horizon prismatique au glacis d’érosion du niveau de Kesselt.

2.1.3 Répartition du matériel archéologique

11Le niveau attribué au Paléolithique supérieur a été rencontré à une trentaine de centimètres sous la semelle de labour. Comme c’est souvent le cas pour les sites de versant, la position stratigraphique de cette industrie est difficilement interprétable en terme chronologique, ce qui ne nous a guère aidés dans la tentative d’attribution culturelle précise de la série. Par ailleurs, la décarbonation du sédiment n’a pas permis la conservation d’éventuels restes osseux. Enfin, les tests palynologiques effectués par Ch. Leroyer n’ont pas livré de résultats significatifs.

12Le niveau archéologique témoigne d’une très faible dispersion verticale, voisine de 10 cm, et, en dépit de sa position stratigraphique, il n’a pratiquement pas été perturbé par les labours et les colluvions. Deux secteurs, séparés par une zone ne contenant aucun vestige attribuable au Paléolithique supérieur, ont été dégagés (fig. 92). Dans les sections 28, 29 et 33 (fig. 96), deux nappes de silex, apparemment associées à deux concentrations de grès chauffés, ont été dégagées. Une autre concentration de silex et de grès a été mise au jour au N‑O, en section 37, lors de l’aménagement du talus. Le premier secteur a livré 500 artefacts de silex et 152 éléments de grès, et le second, 159 silex taillés et 55 fragments de grès. L’homogénéité technologique et typologique du matériel lithique et sa position stratigraphique ont permis de traiter ces deux grandes zones de manière commune.

FIG. 96 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Répartition spatiale des artefacts des deux plus fortes concentrations du niveau du Paléolithique supérieur (sections 28, 29, 33).

D.M./CNRS

13Nous commencerons par présenter le matériel lithique avant de décrire ce qui peut être considéré comme des structures de combustion, puis nous analyserons la répartition spatiale de ces ensembles du Paléolithique supérieur.

2.2 L’industrie lithique

  • 1 P. Bodu tient à remercier F. Bon, G. Le Licon, J. Pelegrin et B. Schmider pour les discussions enri (...)

14Confronté à la série lithique du gisement de Lailly1, notre intention première a été de documenter par une lecture technologique et typologique fine cet ensemble qui paraît pour l’instant avoir très peu d’équivalent en Île‑de‑France. Par bien des aspects, cette série se rattache sans aucun doute au Paléolithique supérieur. La bonne connaissance que nous avons maintenant des groupes magdaléniens finaux d’Île‑de‑France nous fait toutefois exclure l’hypothèse de l’appartenance de Lailly à ces groupes locaux. Le gisement n’est pas non plus attribuable à l’un des nouveaux faciès du Tardiglaciaire (groupe à Federmesser, faciès de type Belloy) que nos travaux dans la région ont permis depuis quelques années de bien mettre en évidence (cf. supra, 2e partie § 1.2). En ce qui concerne les industries du Paléolithique supérieur ancien en Île‑de‑France et plus généralement dans le sud du Bassin parisien, les connaissances actuelles proviennent surtout des travaux menés anciennement dans la vallée de l’Yonne (Hure 1914 ; 1916 ; 1922), celle du Loing, synthétisés par B. Schmider (1984), et plus récemment dans la vallée de la Cure (Leroi‑Gourhan, Leroi‑Gourhan 1965).

15Par la qualité de sa conservation et la faible abondance de son matériel, le gisement de Lailly/Le Domaine de Beauregard n’est pas exceptionnel mais on peut espérer que la description de quelques caractères pertinents de l’ensemble lithique peut venir enrichir le débat sur le Paléolithique supérieur en Île‑de‑France.

2.2.1 Méthode d’analyse du matériel lithique

16S’agissant d’un matériel provenant d’une fouille rapide et peu étendue, donc vraisemblablement tronquée, nous avons privilégié, dans un premier temps, une analyse directe des artefacts de silex, tentant de resituer chaque élément débité au sein d’une chaîne opératoire. Par remontage mental, nous avons pu dégager ainsi les principales caractéristiques techniques de la série.

17Dans un second temps, nous avons tenté de réaliser des remontages réels. La petite taille de l’ensemble (660 pièces) nous a incité à utiliser cette méthode dans une double perspective : tenter de comprendre certains débitages, dont la lecture simple des produits ne permettait pas d’appréhender le détail, et évaluer les objectifs et la démarche économique qui sous‑tendaient les différentes exploitations. Alors que la méthode des remontages peut paraître redondante pour des informations d’ordre technique concernant certaines séries bien connues du Paléolithique supérieur de la région, notamment le Magdalénien, dans le cas présent, elle a permis à notre avis de mieux cerner les caractères techniques de l’industrie qui, au premier abord, apparaissent assez diversifiés. Nous nous sommes néanmoins heurté, lors de ces tentatives, au caractère partiel de la série ainsi qu’au fort taux de fracturation récente du matériel, lié sans doute aux conditions de fouille. Toutefois, les remontages témoignent de la bonne conservation du niveau, et montrent que les éléments appartenant à un même ensemble ou à un même produit sont peu dissociés spatialement. Enfin, en mettant en évidence à l’aide des remontages des vides importants à l’intérieur des différentes chaînes opératoires, on peut supposer qu’il s’agit d’un ensemble sans doute tronqué (pour des raisons d’ordre taphonomique ou liées aux conditions de décapage). En effet, on ne peut expliquer autrement l’absence, dans la plupart des ensembles remontés, de nombreux éléments qui ne présentaient aucun intérêt fonctionnel (éclats irréguliers, fragments d’éclats ou de lames, cassons, etc.). Les remontages permettent ainsi de relativiser nos conclusions quant à la représentativité de la série.

2.2.2 Description du matériel lithique

18Le silex débité représente un poids total de 28,1 kg, pour un total de 660 pièces.

2.2.2.1 Homogénéité de l’ensemble

19L’existence de trois concentrations de matériel, spatialement distinctes, pose le problème de la contemporanéité relative de l’ensemble et de l’homogénéité de la série.

20Deux concentrations principales séparées par moins d’une dizaine de mètres ont livré près de 500 artefacts (sections 28‑29 et sections 28‑33) (fig. 96). Une troisième plus éloignée des deux précédentes (section 37) a livré près de 160 éléments également attribués au Paléolithique supérieur.

21En ce qui concerne les outils, éléments à fort potentiel diagnostique, on peut constater une réelle identité entre les trois concentrations : les grattoirs sur lames et les burins sont communs aux ensembles des sections 28‑29 et 28‑33. Le style du débitage est également comparable avec une présence de lames régulières au talon en éperon. Certaines différences évoquent tout de même l’existence de petits écarts entre les deux concentrations principales : l’amas 28‑33 présente relativement peu d’ensembles débités correspondant essentiellement à des exploitations à la pierre de petits blocs. Leur production est médiocre tant qualitativement que quantitativement. Il s’agit d’éclats laminaires mais aussi d’éclats. Dans l’amas 28‑29, les nucléus témoignent d’une meilleure qualité de débitage et d’une production laminaire plus importante, plus standardisée et beaucoup plus régulière. Par ailleurs, la catégorie des nucléus carénoïdes, très bien représentée dans l’amas 28‑29, n’est connue dans l’amas 28‑33 que sous forme d’un ensemble, dont l’exécution est maladroite, et de quelques tablettes que l’on peut attribuer à ce type d’exploitation (deux certaines). La présence de ce type de nucléus dans les deux amas, accompagnés dans les deux cas de leurs tablettes si particulières de ravivage de plans de frappe et de quelques lamelles, est néanmoins un fort argument en faveur de la correspondance entre les deux séries, tant ces objets sont porteurs de caractères stylistiques forts.

22Les différences observées, notamment quant à la qualité de la production laminaire, pourraient être ainsi mieux expliquées par les capacités techniques des tailleurs installés auprès de chaque structure de combustion ou par la diversité des objectifs des individus qui ont occupé chacune des structures.

2.2.2.2 La matière première

23L’analyse de la matière première montre qu’il s’agit d’un silex exclusivement local, provenant du substrat santonien, aisément accessible dans toute la vallée de la Vanne. Dans l’ensemble, c’est un matériau de bonne qualité de couleur grise à bleue, plutôt mat d’apparence, parfois patiné légèrement blanc. Certains des cortex apparaissent encore relativement crayeux alors que d’autres sont lessivés, ce qui pourrait montrer que les blocs ont été ramassés en contrebas des zones d’affleurement, en position secondaire. La matière première semble globalement homogène même si certains blocs présentent des diaclases internes qui ont parfois gêné le débitage. Il s’agit de blocs d’assez bonnes dimensions puisque les plus grands éléments ramassés peuvent atteindre 180 à 230 mm de longueur pour 70 à 100 mm de largeur (fig. 97, no 2). Le plus souvent, ce sont des rognons allongés peu tourmentés, présentant au moins une face plane. Par ailleurs, certaines exploitations ont été réalisées sur des supports de moindres dimensions. Les fragments de grands blocs (éclats ou cassons) sur lesquels ont été effectués des débitages de lamelles mesurent dans leur plus grande dimension entre 45 et 82 mm pour des largeurs situées entre 21 et 35 mm. Enfin, quelques petits blocs ont été collectés pour une exploitation de type lamellaire (55 mm de longueur pour 35 mm de largeur) (fig. 97, no 1).

FIG. 97 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Morphologie des blocs débités : 1 nucléus à lamelles ; 2 préforme de nucléus ; 3‑4 éléments à patine porcelainée évoquant la série du Paléolithique moyen.

D.M./CNRS

24Parmi les silex retrouvés sur le sol d’occupation, il convient de signaler l’existence d’un lot d’une quinzaine de pièces comprenant notamment un nucléus discoïde, un nucléus unipolaire à débitage laminaire réalisé au percuteur de pierre, un grattoir‑denticulé sur éclat épais et quelques éclats semi‑corticaux portant une patine porcelainée (fig. 97, nos 3, 4). De facture différente de l’ensemble attribué au Paléolithique supérieur, ces pièces évoquent, par les modalités de débitage et/ou de retouche qui leur ont été appliquées, la série du Paléolithique moyen qui a été fouillée en d’autres endroits du site (Deloze et al. 1994). Par ailleurs, la localisation des éléments concernés peut confirmer cette impression puisque les plus caractéristiques de ces pièces, notamment les deux nucléus, sont spatialement isolées du reste de l’industrie et que certaines autres se retrouvent en périphérie des concentrations attribuées au Paléolithique supérieur (fig. 98). Les fouilleurs n’excluent pas l’hypothèse d’une légère pollution du niveau récent par des artefacts du Paléolithique moyen (colluvionnement).

FIG. 98 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan de localisation des pièces porcelainées.

D.M./CNRS

25L’industrie n’est marquée par aucune trace de gélifraction postérieure au débitage, phénomène accidentel qui dans la région est fréquemment rencontré sur les séries de plein air, notamment celles attribuées au Périgordien (Bodu in Connet et al. 1992 : 211‑214).

2.2.2.3 Les nucléus

26Le nombre de nucléus à vocation de production laminaire s’élève à 7, chiffre modeste témoignant de la faible importance des activités de taille qui se sont déroulées sur place. Ce chiffre est d’autant plus modeste que 3 des nucléus ont été abandonnés précocement après une très courte exploitation. Il faut néanmoins ajouter à cet ensemble un débitage supplémentaire dont l’existence est attestée par une bonne quantité d’éléments remontés entre eux et qui ne sont raccordés à aucun nucléus. Ce total ne prend pas en compte les 8 petits nucléus à lamelles dont les supports (d’après le cortex) correspondent pour la plupart à des fragments de cassons, à des éclats ou à des cornes corticales obtenus des 8 blocs initialement apportés.

2.2.2.4 L’outillage

27L’industrie retrouvée à Lailly présente une très faible quantité d’outils (tabl. xxvii). L’outillage se compose de 20 outils (et 7 chutes de burin), ce qui représente, sur un total de 660 pièces, 3,3 % de l’ensemble. Il est caractérisé par une représentation presque égale de grattoirs (7) et de burins (5), sans caractères particulièrement diagnostiques, mais aussi par la présence d’une lamelle à retouche inverse (lamelle Dufour) et de 2 outils mixtes (burin busqué/grattoir‑denticulé, burin dièdre/grattoir caréné) qui évoquent des rapprochements avec des industries anciennes du Paléolithique supérieur.

TABL. XXVII – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Répartition de l’outillage en fonction des concentrations.

28Nous commencerons la description des outils par le type qui paraît le plus caractéristique, même s’il n’est représenté que par un exemplaire.

Une lamelle à retouche inverse

29Malgré la prédominance quantitative de la chaîne opératoire de production de lamelles, nous n’avons pu identifier qu’une unique lamelle retouchée (fig. 99, no 14). Ses caractéristiques morphologiques et dimensionnelles ainsi que le style de la retouche en font néanmoins un élément à valeur informative particulièrement importante. Il s’agit d’un fragment proximo‑mésial de lamelle brûlée, légèrement torse, courte et étroite (13 mm de longueur pour 3 mm de largeur et 1 mm d’épaisseur). Entière, la lamelle devait mesurer près de 18 mm de longueur. Elle porte, en partie inverse du bord droit concave, une retouche régulière, fine et marginale, relativement abrupte. Le bord opposé est convexe et régulièrement tranchant. La taille réduite du support, son aspect torse mais surtout le style de la retouche nous permettent de comparer cet objet à ce que l’on appelle globalement les lamelles Dufour : « la lamelle Dufour est étroite, mince, à profil parfois incurvé plus ou moins fortement, à extrémité distale mousse ou appointie et à retouches marginales semi‑abruptes » (Pradel 1968). P.‑Y. Demars décrit plus précisément l’objet : « la retouche inverse est plus fréquemment sur le bord droit » : c’est le cas pour la lamelle de Lailly ; « il existe une légère dissymétrie de la pièce ; le bord gauche est plus arqué que le bord droit » : c’est un caractère également remarqué sur la lamelle de Lailly. Cet auteur souligne par ailleurs l’existence de deux sous‑types de lamelles Dufour « le sous‑type Dufour sur lamelle à profil courbe dont la longueur varie en général entre 30 et 45 mm » : celui‑ci s’apparente plus volontiers à des lamelles à dos classiques à retouches inverses, il n’est apparemment pas représenté à Lailly ; « le sous‑type « Roc de Combe » sur lamelle à profil torse dont la longueur varie en général entre 15 et 20 mm » (Demars, Laurent 1989). Il semble que l’on puisse plus aisément rapprocher la lamelle de Lailly de cette seconde définition, ce sous‑type étant habituellement attribué à une phase évoluée de l’Aurignacien.

FIG. 99 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Les types d’outils : 1‑4, 6, 7 grattoirs sur lame ; 5 grattoir denticulé sur éclat épais porcelainé ; 8 burin double sur troncature ; 910 burins sur troncature ; 11 burin plan sur troncature ; 12 burin d’angle sur troncature ; 13 outil mixte : burin/grattoir caréné ; 14 lamelle Dufour ; 151618 lames retouchées ; 17 troncature ; 19 outil mixte : burin/denticulé.

D.M./CNRS

30Il est regrettable que ce type de pièce soit unique à Lailly, mais sa caractérisation en fait un objet suffisamment particulier, surtout si, parallèlement, l’on prend en compte quelques autres produits de l’industrie. Ainsi l’existence de grattoirs carénoïdes, ou plus vraisemblablement de nucléus à lamelles (Dufour), pourrait confirmer le rapprochement de cette industrie avec un des faciès aurignaciens, dont nous avons vu précédemment qu’ils étaient mal connus dans le Bassin parisien. Abondantes dans les assemblages aurignaciens de Corrèze et de Charente, ces lamelles sont apparemment moins fréquentes dans les séries du Périgord, en raison sans doute du caractère sélectif des ramassages : la petite taille de l’objet et l’ancienneté de certaines fouilles pourraient expliquer que ces outils caractéristiques n’aient pas été remarqués dans de nombreux gisements du Périgord (Sonnevilles‑Bordes 1960). Plus près de nous, la grotte du Renne à Arcy‑sur‑Cure comporte un niveau aurignacien daté des environs de 31000 ans BP (Leroi‑Gourhan, Leroi‑Gourhan 1965). L’analyse typologique menée par B. Schmider et M. Perpère (Schmider, Perpère 1997) a permis de mettre en évidence l’existence d’un assemblage aurignacien particulier où les lamelles Dufour arrivent en deuxième position (15 %) derrière les pièces esquillées et devant les grattoirs et burins parmi lesquels on rencontre de nombreuses pièces carénées. Cette composition n’est pas sans rappeler l’ensemble présentement étudié, bien qu’il faille noter une certaine différence dimensionnelle entre les lamelles Dufour trouvées à Arcy et celle de Lailly.

31Après avoir décrit le reste de l’outillage et les grandes tendances techniques de l’industrie, nous verrons ultérieurement en quoi cette lamelle, corrélée à d’autres arguments, nous permet de mieux préciser l’attribution de la série.

Les grattoirs

32Ce sont les outils les mieux représentés puisque 7 exemplaires ont été décomptés (fig. 99, nos 1‑7) : 2 grattoirs simples sur lame à front étroit ; 2 grattoirs simples sur lame à front large ; 2 grattoirs doubles sur lame ; 1 grattoir sur éclat.

33Six d’entre eux sont réalisés sur les extrémités distales de lames de plein débitage régulières, aux bords parallèles ; un seul a été fabriqué sur un éclat épais semi‑cortical d’entame débité par percussion dure, particulièrement violente –présence de trois bulbes en partie proximale– (fig. 99, no 5). Bien qu’il soit difficile de l’exclure définitivement de l’ensemble du Paléolithique supérieur, on ne peut écarter un rapprochement de cette pièce avec les séries du Paléolithique moyen découvertes dans d’autres parties du gisement.

34Les lames retenues pour la fabrication des grattoirs peuvent être larges (32 à 42 mm pour les plus larges) comme étroites (20 à 21 mm pour les plus étroites). À l’exception du grattoir sur éclat qui est demeuré entier, la totalité des outils se présente sous la forme de fragments. Quatre grattoirs sont réduits à leur front (36 à 51 mm de longueur). La cassure est propre et rectiligne : elle peut être le résultat d’une utilisation de l’objet emmanché comme en témoignent son aspect régulier et une légère languette qui affecte la partie supérieure de la surface cassée. Un grattoir double cassé vraisemblablement lors du réaménagement d’une des parties actives montre une fracture en S, habituellement attribuée à un accident intervenant lors de l’aménagement ou du ravivage de burins. Un second outil double conserve une bonne longueur (85 mm) mais l’une des parties actives qui n’a pas été retrouvée devait mesurer à son abandon moins de 20 mm de longueur.

35Trois grattoirs sur lame présentent des fronts larges (de 31 à 40 mm de largeur), épais (5 à 7 mm d’épaisseur) et de morphologie semi‑circulaire, obtenus par une retouche relativement abrupte. Un de ces outils est caractérisé par un fort esquillement de l’un des tranchants, esquillement suffisamment irrégulier pour que l’on puisse évoquer une retouche accidentelle peut‑être liée à l’emmanchement de l’objet. L’un d’entre eux présente à l’extrémité opposée une surface de fracture rectiligne recoupant deux ou trois négatifs de retouches, uniques témoignages vraisemblables de l’existence d’un second front sur le même support. Un second grattoir double, réalisé sur une lame sous‑crête, présente deux fronts opposés, de largeur moyenne (25 mm de largeur), et relativement épais (6 mm). Une retouche oblique aménage des parties actives semi‑circulaires. La partie proximo‑mésiale du bord droit du support porte une fine retouche qui évoque plutôt un esquillement lié à l’utilisation de cette partie ou aux modalités d’emmanchement de l’outil.

36Deux grattoirs présentent des fronts étroits (20‑21 mm de largeur) et fins (2‑4 mm d’épaisseur), obtenus par une retouche très marginale dans un cas (grattoir à front partiel) et légèrement plus étendue et oblique dans le second cas. Un de ces outils montre un léger esquillement de l’un des tranchants que l’on peut plutôt attribuer soit à l’utilisation, soit à l’emmanchement du support.

37Le dernier grattoir, réalisé sur un éclat épais, dénote un peu parmi ces outils réguliers dont les supports sont exclusivement laminaires (fig. 99, no 5). La retouche qui lui est affectée l’éloigne un peu plus de ces derniers : en partie lamellaire et en partie scalariforme, elle aménage un front large d’environ 35 mm pour 15 mm d’épaisseur. Cette retouche s’étend également aux deux bords de la pièce, aménageant en bord gauche un denticulé jointif au front de grattoir et en bord droit un second denticulé beaucoup plus limité et sans relation avec la principale partie active de l’outil. Loin d’être comparable aux grattoirs précédemment décrits, cet outil s’éloigne également des nucléus à lamelles dont nous étudierons le détail ci‑après. La retouche vise plus en effet l’aménagement d’un front large et robuste et tend moins à produire de réels enlèvements lamellaires, objectifs de l’exploitation des nucléus à lamelles qui rendent si particulière cette industrie. Par ailleurs, l’outil n’est pas du tout situé dans les aires de concentration des nucléus à lamelles. Le choix du support, la réalisation de l’objet et sa morphologie présentent différents caractères qui éloignent assez fortement cette pièce des autres grattoirs. Sa localisation n’est néanmoins pas suffisamment distincte de celle des grattoirs attribués au Paléolithique supérieur pour que l’on puisse définitivement trancher. Ce type de grattoir épais n’est en effet pas absent de certaines industries du Paléolithique supérieur, notamment à l’Aurignacien où il peut très bien côtoyer des grattoirs sur lames plus réguliers. Ainsi à Arcy‑sur‑Cure, dans le niveau aurignacien, B. Schmider et M. Perpère ont identifié un outillage sur éclat, qui concerne notamment la catégorie des grattoirs (Schmider, Perpère 1997).

38Nous avons délibérément extrait de la catégorie des outils un lot de 8 pièces correspondant à ce que l’on appelle des « grattoirs carénés » (Demars 1982). Dans les paragraphes suivants, nous présentons les différents arguments qui nous ont conduit à considérer ces objets non pas comme des outils, mais comme de véritables nucléus dont la vocation exclusive était une production de lamelles.

39Les grattoirs de Lailly ont donc essentiellement été réalisés sur des supports laminaires bruts. Si l’on tente de rechercher des convergences au sein d’assemblages aurignaciens, comparaisons suggérées par la présence de la lamelle Dufour, on se rend compte que ce type de grattoir est surtout représenté dans l’Aurignacien évolué (Sonneville‑Bordes 1960), séries où les grattoirs sur lames aurignaciennes sont exceptionnels et où les « grattoirs carénés » (nucléus à lamelles) sont majoritaires comme cela est le cas à Lailly.

40L’analyse de la répartition spatiale des différents types de grattoirs a montré que chacune des deux concentrations présentait à la fois des grattoirs larges, des grattoirs étroits et un grattoir double (fig. 106). Cette distribution est un argument supplémentaire pour démontrer l’homogénéité et la contemporanéité relative des deux concentrations lithiques.

Les burins

41Cette catégorie ne comporte que 5 pièces mais la présence de 6 chutes de burin qui ne remontent pas entre elles ni avec les outils retrouvés permet d’émettre l’hypothèse de l’existence d’autant de burins sur le site. Les pièces retrouvées correspondent à un burin sur troncature droite, à deux sur troncature oblique, à un burin plan et à un burin double sur troncature oblique (fig. 99, nos 8‑12).

42Les supports retenus pour ces outils sont de moins bonne régularité que ceux destinés à la fabrication des grattoirs. Il s’agit de lames d’entame corticales ou semi‑corticales (2 cas), d’une lame à crête (1 cas) et de lames de plein débitage (2 cas). Les longueurs des produits entiers varient de 65 à 82 mm. 2 de ces outils sont encore entiers alors que 3 se présentent sous forme de fragments.

43Les 5 burins sont des burins sur troncature, celle‑ci étant essentiellement oblique (4 cas), plus rarement droite (1 cas). Sur l’un de ces outils (le burin sur lame à crête), la chute est partie vers la surface inférieure du support donnant un burin plan. Cette dernière pièce présente des caractères particuliers (fig. 99, no 11). La chute unique, enlevée sur la face inférieure de l’objet à partir d’une troncature, vient couper latéralement le bord gauche du support aménageant un biseau aigu et tranchant. La chute ainsi extraite présente une morphologie relativement régulière, avec des bords rectilignes, une extrémité pointue et deux surfaces relativement planes. L’ensemble de ces caractères ainsi que ses dimensions (40 x 9 mm) pourraient évoquer un support éventuel d’armatures, notamment de lamelles à dos type Dufour. Le burin en lui‑même est assez particulier : il peut entrer dans la marge de variabilité des burins des Vachons décrits par différents auteurs : « burin généralement sur éclat, plus rarement sur lame, présentant un premier pan relativement plat, formé par un ou plusieurs enlèvements de coup de burin (un certain nombre d’exemplaires présente un premier pan qui peut être une troncature) opposé à une série d’enlèvements de coup de burin d’angle et plan, affectant fortement la face inférieure, arrêtés ou non par une encoche d’arrêt et induisant un biseau plan généralement aigu, voire pointu » (Demars, Laurent 1989). On retrouve, sur cette pièce, à la fois la troncature, l’enlèvement plan envahissant, le biseau plan et aigu, ce qui nous permet de proposer une affinité avec les burins des Vachons. D’après les mêmes auteurs, l’objet caractérise les dernières phases de l’Aurignacien, attribution qui serait en accord avec certains autres éléments de l’industrie de Lailly.

44Dans deux autres cas (les burins sur supports corticaux), la troncature marginale ou peu régulière a donné lieu à une chute légèrement torse qui a laissé un négatif peu régulier. Les supports les plus réguliers ont permis la fabrication de burins plus soignés : l’un est un burin double d’angle sur troncature convexe, l’autre est un burin d’angle droit sur troncature. Dans ces deux cas, il apparaît que le tranchant a été préalablement aménagé avant l’enlèvement de la chute, ce qui ne semble pas avoir été le cas pour les trois autres burins. Une chute indépendante porte une même retouche d’aménagement du bord du support.

45Quatre de ces outils sont simples et le cinquième est double, associant deux burins d’angle droit sur troncature convexe. Cet outil, le plus régulier parmi les burins, a été réalisé sur l’une des lames les plus standardisées retrouvées sur le site.

46Le style de fabrication de ces burins, notamment la forte convexité de la troncature qui prépare l’enlèvement de la chute, n’est pas sans évoquer un rapprochement avec des traits rencontrés sur des burins aurignaciens (Abri Castanet, Aurignacien II, Sonneville‑Bordes 1960).

Les outils mixtes

47Deux objets font partie de cette catégorie. Ils associent dans les deux cas un front de grattoir et un burin (fig. 99, nos 13, 19).

48L’un d’entre eux a été réalisé sur la partie mésio‑distale d’une lame d’entame corticale outrepassée qui a emporté une partie de la surface d’un plan de frappe opposé (85 x 40 x 21 mm) : il s’agit d’un burin dièdre opposé à un grattoir « caréné » (fig. 99, no 13). La partie active du burin a été aménagée par l’enlèvement de trois chutes. Longues de 40 à 60 mm et régulières, elles ont donné l’un des burins les plus parfaits de l’industrie. Sur la partie distale outrepassée du support, un front de grattoir a été réalisé. Il s’agit d’un front relativement large (22 mm) et épais (20 mm) qui s’apparente morphologiquement aux faces antérieures des nucléus à lamelles présents dans l’industrie. Par ailleurs, quelques enlèvements latéraux semblent avoir participé au rétrécissement du front (cintrage ?), lui donnant une allure de « grattoir‑museau », modalité justement rencontrée sur les mêmes nucléus à lamelles. La question reste donc posée de l’identité de cette partie active : grattoir ou nucléus à lamelles ? Même si le support originel est différent (lame) de celui des nucléus à lamelles (éclats, fragments de blocs, petits blocs) et si la dimension des lamelles est inférieure à celle constatée sur les véritables nucléus à lamelles (le plus grand enlèvement mesure 19 mm de longueur), on ne peut exclure l’hypothèse que ce « grattoir » ait été utilisé comme nucléus. Bien que petites, les « lamelles » qui en ont été extraites pourraient très bien convenir en effet comme supports de lamelle Dufour dont on a retrouvé un exemplaire sur le site.

49Le second outil mixte oppose un front de grattoir denticulé à un burin « busqué » (fig. 99, no 19). Le support retenu est fortement réduit (42 x 28 x 17 mm) ; il s’agissait à l’origine d’une lame épaisse et peu régulière dont il ne reste plus qu’une partie mésiale. Le grattoir se présente sous la forme d’un front au délinéament irrégulier, denticulé (28 mm de largeur pour 15 mm d’épaisseur) qui n’a pas d’équivalent dans le reste de l’industrie. L’objectif de cette retouche correspond peut‑être moins à l’aménagement d’un front de grattoir qu’à l’obtention de produits lamellaires courts (longueur inférieure à 15 mm) que l’on pourrait sans peine placer dans les supports potentiels de lamelles Dufour. La partie « burin » paraît également sommaire, ce que l’on pourrait interpréter, dans un premier temps, comme le résultat d’une forte utilisation et de réaménagements fréquents de l’objet. Elle présente un biseau réduit et fruste, formé par la rencontre d’un premier pan, à courts enlèvements convexes arrêtés par une retouche concave, et d’un second pan peu développé, aménagé par quelques éclats très courts et réfléchis. Peu fonctionnelle, cette « partie active » correspond plus vraisemblablement à un front de nucléus à lamelles, objet voué à la production de supports lamellaires courts (une vingtaine de millimètres), identiques à ceux qui ont pu être sélectionnés pour la fabrication de lamelles Dufour.

50Cet objet pourrait ainsi correspondre à un nucléus à lamelles à double surface de débitage. Les différences constatées avec les vrais burins et grattoirs présents dans l’industrie permettent de corroborer cette hypothèse. La longueur des dernières « lamelles » obtenues sur notre « outil » varie de 15 à 23 mm. Ce sont des dimensions légèrement inférieures à celles généralement observées sur les vrais nucléus à lamelles mais qui sont plutôt proches de celles visibles sur le grattoir que nous avons mentionné précédemment (20 mm). Elles correspondent de façon satisfaisante à la dimension de l’unique lamelle retouchée retrouvée sur le site (13 mm). La catégorie des burins busqués, à laquelle pourrait appartenir l’une des parties de l’objet, est « caractéristique de l’Aurignacien évolué d’Europe occidentale » (Demars, Laurent 1989) et notamment de l’Aurignacien V de Laugerie‑Haute Ouest (Sonneville‑Bordes 1960).

51Dans les deux cas, ces « outils mixtes » sont spatialement associés aux autres grattoirs et burins et aux nucléus à lamelles. Signalons que le second outil (grattoir‑denticulé/ burin « busqué »), que nous attribuons avec moins de difficulté à la catégorie des nucléus à lamelles, est situé plus à proximité des nucléus, ce qui fait un argument supplémentaire en faveur de notre identification (fig. 105, 106).

Une troncature

52Une seule troncature a été identifiée (38 x 21 x 6 mm). Elle est réalisée sur une lame de médiocre qualité, obtenue vraisemblablement à partir d’une exploitation de surface d’un nucléus (fig. 99, no 17). La troncature légèrement oblique affecte la partie proximale de ce produit dont les tranchants sont relativement parallèles. Le bord droit de la lame immédiatement adjacent à la troncature porte de fins esquillements qui pourraient être interprétés comme des stigmates d’utilisation.

Un éclat retouché

53Si l’on ne prend pas en compte les retouches accidentelles qui affectent certaines pièces, stigmates qui se singularisent par rapport aux véritables retouches de façonnage par leur irrégularité, on décompte seulement un éclat retouché. Il s’agit d’un éclat court (34 x 42 x 9 mm) débité par percussion dure (talon lisse et point de percussion très marqué) qui porte, sur sa partie distale et une partie du bord droit, une retouche marginale mais suffisamment continue pour que l’on puisse l’interpréter comme intentionnelle. Cet objet peut être rapproché morphologiquement du type raclette, outil fréquent au Magdalénien ancien mais connu également à l’Aurignacien. Son unique représentation dans l’industrie et le caractère relativement limité de la retouche nous incitent tout de même à demeurer prudent quant à l’interprétation de l’objet : il n’est pas exclu que la retouche soit le résultat de l’utilisation brute de l’éclat. Cet objet a pu être remonté : il fait partie d’un petit ensemble d’éclats débités à la pierre, qui ne semblent pas intégrés à une production laminaire ou lamellaire.

Les lames utilisées

54Trois lames portent, sur une partie de leurs tranchants, des esquillements qui n’ont absolument rien à voir avec les lames à retouches aurignaciennes. Délaissant les éléments aux stigmates trop isolés et fugaces qui sont vraisemblablement le résultat d’ébréchures accidentelles, on peut ainsi retenir trois produits laminaires « retouchés » (fig. 99, nos 15, 16, 18). Sur un petit fragment mésial (14 mm de longueur), on observe une retouche continue, oblique et régulière d’un des tranchants. La petite taille de l’objet oblitère malheureusement la vraie nature de l’outil, qui pouvait être plus complexe à l’origine (grattoir ?). Deux lames remontant ensemble portent sur leurs tranchants des retouches : la première est un grand fragment mésial (91 x 26 x 6 mm) aux bords réguliers et parallèles. La partie centrale du tranchant gauche porte de légers esquillements continus (21 mm de longueur) que l’on peut attribuer, par leur régularité, à une utilisation brute du support. La seconde lame est également un fragment mésial (dont l’une des extrémités a été cassée récemment) de lame régulière (58 x 25 x 6 mm). À l’extrémité distale du bord gauche, on discerne un léger esquillement du tranchant (6 mm de longueur) recoupé par une fracture ancienne. Il n’est pas exclu que cette fine retouche ait appartenu à une partie active d’outil dont nous n’avons malheureusement retrouvé aucune trace.

55Dans un premier temps, l’analyse de l’outillage nous a permis de proposer quelques comparaisons intéressantes avec des séries aurignaciennes. La petite quantité d’outils retrouvés à Lailly est certes un handicap pour bien argumenter ces comparaisons, mais l’existence de quelques éléments caractéristiques comme la lamelle Dufour, le burin apparenté au type des Vachons et le burin busqué nous autorisent à avancer un rattachement à l’Aurignacien, sans doute à un faciès évolué, rattachement que nous avons tenté de confirmer par l’analyse des chaînes opératoires.

56Au travers de la description de l’outillage, nous avons par ailleurs évoqué l’existence probable de trois modes distincts d’obtention de lamelles, l’un sur burin busqué, un autre sur burin dit des Vachons et le troisième sur grattoir caréné (différent des nucléus carénoïdes) : cette diversité évoque celle qui est sous‑jacente dans les industries aurignaciennes, notamment sous la forme de burins et grattoirs carénés.

2.2.2.5 Les objectifs du débitage

57La lecture des supports de l’outillage et des stigmates décelables sur les nucléus nous permet d’entrevoir la coexistence de deux objectifs correspondant à deux chaînes opératoires différentes, réalisées à partir de deux types de supports (rognons et fragments ou éclats provenant de ces blocs). Une troisième chaîne pourrait correspondre à une exploitation plus opportuniste à la pierre de rares nodules, avec pour vocation une production d’éclats.

58Il existe donc une chaîne opératoire clairement orientée vers la production de lames régulières et longues (fig. 100). L’abandon précoce de certains nucléus (longueur des derniers enlèvements : 120 mm) semble montrer que l’on a recherché des produits laminaires d’une bonne longueur, négligeant les lames de plus petit gabarit (60‑70 mm) que l’on ne retrouve d’ailleurs pas ou en très faible nombre dans la série. Les largeurs des produits recherchés varient de 15 à 40 mm et leurs sections sont autant triangulaires que trapézoïdales. Entre ce premier type d’exploitation et la seconde chaîne opératoire (lamelles), il n’existe ainsi aucune liaison, les deux débitages étant réalisés de façon autonome sur des supports différents. Par ailleurs, aucune lamelle ne semble avoir été intentionnellement recherchée sur les nucléus à lames. Les supports obtenus de ces débitages laminaires ont été destinés à une transformation en outils (grattoirs, burins, troncatures), à une utilisation brute (lames retouchées). On ne peut exclure, en outre, leur utilisation différée hors de la zone fouillée si l’on se réfère au nombre approximatif de lames absentes de quelques remontages (au moins une dizaine).

FIG. 100 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. 1‑3 nucléus à lames ; 4‑7 (5 éclat laminaire) lames à talon en éperon.

D.M./CNRS

59La seconde chaîne opératoire est destinée à une production de lamelles. De petits nodules mais, plus vraisemblablement, des fragments de cassons de rognons de grande taille et des éclats épais ont été exploités pour cette production (fig. 101). La destination de ces supports pourrait correspondre à celle d’armature, comme en témoigne la présence d’une lamelle retouchée sur place. D’après les stigmates les plus réguliers observables sur les nucléus, on peut estimer que le produit standard recherché sur ces blocs mesure environ 25 à 30 mm de longueur pour 3 à 9 mm de largeur. Ces lamelles présentent le plus souvent une section triangulaire. Ce sont des supports à bords plus ou moins rectilignes et à extrémité fréquemment pointue (fig. 102, nos 1‑7).

FIG. 101 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. 1 préforme ; 2‑9 nucléus à lamelles ; 10‑12 nucléus à lamelles avec produits remontés : 10 avec éclat de recintrage ; 11 avec éclats ; 12 avec une lamelle.

D.M./CNRS

FIG. 102 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Produits d’exploitation lamellaire : 1‑7 lamelles ; 8‑11 éclats de cintrage ; 12‑14 tablettes d’installation ou de réaménagement de plan de frappe ; 15‑17 remontages : 15 ensemble à production laminaire ; 16 ensemble d’éclats ; 17 nucléus à lamelles avec ses éclats de réaménagement.

D.M./CNRS

60Le remontage exhaustif d’au moins un bloc et le raccord de quelques éclats entre eux permettent d’émettre l’hypothèse de l’existence d’une troisième chaîne opératoire avec des objectifs sans doute différents des deux premiers (fig. 102, no 16). Sur les deux ensembles, on semble avoir privilégié l’extraction à la pierre d’éclats plus ou moins allonges et relativement fins. La destination de ces supports nous est pratiquement inconnue alors que la plupart d’entre eux ont été fractures accidentellement au débitage et qu’un seul a servi de support d’outil.

61Compte tenu de leurs différences, nous avons choisi de présenter séparément le déroulement de chaque chaîne opératoire.

Une production laminaire

62Malgré la petite dimension de la série récoltée à Lailly, il est possible de définir les principales modalités de la production de lames.

L’initialisation du débitage

63Sept blocs destinés à une production laminaire ont été retrouvés (fig. 100, nos 1‑3). Tous n’ont pas fait l’objet d’une exploitation exhaustive, deux ayant été abandonnés précocement, en raison d’une qualité médiocre du matériau, et un troisième après une mise en forme du volume par crête partielle. Sur ceux‑ci, l’activité de taille se résume à la fracture accidentelle d’un fragment de casson ou au débitage de moins d’une dizaine d’éléments corticaux ou semi‑corticaux.

64Cinq de ces blocs ont clairement fait l’objet d’une mise en forme du volume à l’aide d’une ou de deux crêtes. Celles‑ci sont le plus souvent partielles, présentant un délinéament peu régulier et n’intéressant qu’une partie du rognon : un seul bloc portait initialement deux crêtes, une antérieure et une postérieure. Deux autres nucléus portent les stigmates d’une seule crête antérieure, et la présence de quatre lames à crêtes parmi les restes de taille confirme l’emploi du procédé. Sur un quatrième bloc, on ne lit plus que les traces d’une crête arrière, et deux crêtes de ce type ont été retrouvées dans les déchets. Un cinquième bloc, en cours d’aménagement, porte une crête partielle dont les éclats nettoyant proprement une surface plane (future table ?) laissent une surface opposée presque entièrement corticale (dos ?).

65La future surface laminaire de certains autres blocs a, au contraire, été initialisée directement par enlèvement de produits allongés corticaux, débités à la pierre (talons épais et lisses). Ce procédé semble avoir été employé sur des blocs relativement étroits pour lesquels il pouvait être trop coûteux d’installer des dièdres. Un bloc, sur lequel l’initialisation de la surface laminaire a été réalisée par un enlèvement cortical, et quatre lames corticales retrouvées dans les restes de taille confirment l’utilisation du même procédé.

66Le matériel découvert à Lailly ne contient que relativement peu d’éléments correspondant aux premières opérations de mise en forme des blocs. Leur nombre n’est en effet pas en rapport avec la fréquence des négatifs observés sur les nucléus. Seule une dizaine d’éclats corticaux mais surtout semi‑corticaux, d’une longueur comprise entre 55 et 85 mm, illustre en effet ce moment de la chaîne opératoire. L’essentiel des éclats retrouvés sur place sont en général de taille réduite (longueur inférieure à 45 mm) et ils appartiennent en majeure partie à des phases de réaménagement des convexités tabulaires ou des surfaces de plan de frappe. Malgré le caractère limité de la fouille et, par conséquent, sélectionné du matériel, on peut penser qu’il reflète les grands moments de l’activité de taille : l’absence d’une fraction des éléments relatifs à la mise en forme des blocs indique sans doute que celle‑ci a en partie été réalisée soit sur les lieux d’approvisionnement, soit en un autre endroit du gisement.

Le plein débitage

67C’est à partir d’un petit nombre d’éléments, le plus souvent épars, que nous pouvons débattre des modalités du plein débitage. D’une part, sur les quelques nucléus retrouvés, il est parfois difficile, en l’absence de remontages complets, de décrire précisément la phase de production laminaire, tant leur quantité est limitée et tant l’exhaustion de certains rend délicate la reconstitution de cette phase. D’autre part, les lames sont relativement peu abondantes, représentant moins de 20 % de l’ensemble des éléments débités attribués aux exploitations de type laminaire, et se présentent le plus souvent sous forme de fragments, ce qui ne permet guère d’établir des bases quantitatives.

68Il est néanmoins possible d’apporter quelques réponses d’ordre qualitatif : la presque totalité des produits laminaires étudiés (une cinquantaine, souvent fragmentés, tant bruts que retouchés) témoigne indéniablement de l’utilisation d’un plan de frappe préférentiel, si l’on en juge par le caractère unidirectionnel de la majeure partie des négatifs qui couvrent les parties supérieures de ces produits. Les trois nucléus, qui permettent des observations sur la phase de plein débitage, montrent en revanche l’existence de deux plans de frappe opposés. Dans les trois cas, il est évident que la deuxième surface de percussion a eu un rôle secondaire, exclusivement orienté vers le réaménagement de la table (2 cas), ou permettant la reprise d’une très courte exploitation vers le dos du nucléus après abandon de la première surface de débitage (1 cas). À Lailly, le débitage laminaire est donc fortement unipolaire, modalité qui se traduit notamment par l’abondance des produits possédant des parties distales courbes ou outrepassées. Cette cambrure des produits n’est pas sans évoquer des modalités rencontrées soit à l’Aurignacien, soit au Magdalénien final, et qui sont diagnostiques de la percussion tendre.

69Nous avons noté précédemment l’existence sur les nucléus et dans l’industrie de quelques crêtes postérieures : ce procédé, apparemment bien répandu, semble avoir été destiné au maintien d’une obliquité table/dos suffisante pour les réaménagements successifs de plan de frappe (angulation générale de 70/75° lisible sur les nucléus).

70Sur 19 talons de lames observés, quatre portent des éperons (fig. 100, nos4‑7), un seul est lisse à corniche abrasée, un est cortical, quatre ont éclaté lors de la percussion et neuf sont uniquement lisses. Ces derniers correspondent en général à des lames de reprise de convexité qui témoignent d’un moindre soin à la préparation au détachement. Pour les produits de plein débitage, l’utilisation de l’éperon est donc bel et bien attestée et numériquement plus importante que celle des talons lisses à corniche abrasée. Entre les éperons bien dégagés par une série de petits enlèvements convergents vers l’arrière du plan de frappe (2 cas) et le talon lisse à corniche abrasée, il existe un intermédiaire qui se traduit par l’association d’éperons assez peu proéminents et d’une légère abrasion de la corniche (2 cas). La présence d’éperons, de lèvres accentuées et de bulbes diffus sur la face inférieure ainsi que l’existence d’une angulation de l’angle de chasse comprise entre 55 et 65° indiquent sans équivoque l’utilisation de la percussion tendre avec des gestes particulièrement tangentiels.

71Organisé à partir d’un plan de frappe préférentiel, le débitage laminaire est scandé par des épisodes de réaménagements qui peuvent se traduire soit par une intervention à partir d’un plan de frappe opposé, soit par une néo‑crête, soit par des enlèvements laminaires de cintrage. Si l’utilisation d’un second plan de frappe apparaît limitée, celle des néo‑crêtes semble plus développée : ainsi, sur tous les nucléus observés, l’emploi de cette modalité de réaménagement est attesté et, dans un cas, son incidence peut aller jusqu’à un « remodelage » complet de la surface de débitage (fig. 100, no 1).

72Le déroulement du débitage apparaît, pour le peu que l’on puisse en voir, essentiellement semi‑tournant avec un investissement des flancs que l’on peut qualifier de tactique (auto‑entretien de la convexité transversale). Le plus soigné des débitages montre néanmoins, après un investissement du flanc gauche du nucléus, un recul frontal de l’exploitation qui se traduit finalement par l’obtention d’une table très peu cintrée (fig. 100, no 2). L’abandon du bloc est alors contraint par l’évolution des convexités et surtout motivé par la satisfaction des besoins en supports laminaires : le nucléus, qui ne montrait ni accident rédhibitoire ni mauvaise qualité de la matière première, est abandonné alors que ses dimensions le rendaient encore exploitable (longueur de la table : 120 mm).

Le stade d’abandon

73L’abandon dans trois autres cas est lié à l’atteinte d’un seuil de longueur minimale que l’on ne souhaite pas dépasser, et surtout à l’accumulation d’erreurs en rapport avec la mauvaise qualité du matériau. De nettes passées plus hétérogènes dans le grain du silex ainsi que la présence de diaclases particulièrement gênantes pour la poursuite correcte du débitage entraînent alors l’abandon de nucléus dont les longueurs s’échelonnent entre 100 et 150 mm. On peut penser que, si pénurie de matière première il y avait, ces trois exemples ainsi que deux rognons presque immédiatement abandonnés après un test n’auraient pas existé.

74Au regard de cette description de la chaîne opératoire, on peut proposer deux attributions chronologiques différentes, soit Aurignacien, soit Magdalénien : dans les deux cas le débitage laminaire est essentiellement unipolaire, les préparations des talons de lames soit en éperon soit en corniche abrasée attestent l’utilisation de la percussion tendre, les supports obtenus ont un profil relativement courbe et sont plutôt élégants. Quelques rares arguments feraient néanmoins pencher la balance en faveur de l’Aurignacien, en témoignant notamment des différences avec ce que l’on connaît des séries magdaléniennes locales (Alix et al. 1993) : une certaine largeur des supports laminaires, une absence de recherche de production lamellaire sur les nucléus à lames, un abandon précoce des nucléus, une intensité de l’utilisation de certains procédés de réaménagement (néo‑crête), etc, La somme de ces arguments techniques et typologiques et le caractère très spécifique de la production lamellaire nous confortent dans l’idée d’une attribution de la série à l’Aurignacien.

Une production lamellaire

75Cette production est sans doute l’élément le plus caractéristique de l’industrie. Elle correspond à l’exploitation de petits blocs et plus vraisemblablement de fragments de cassons ou d’éclats provenant des grands rognons présentés précédemment. L’objectif du débitage est une production de lamelles dont nous avons montré auparavant les principaux traits. Ce sont les modalités de débitage qui rendent très caractéristique ce type de production et qui nous permettent de confirmer le rapprochement avec l’Aurignacien : les grattoirs carénoïdes –qui correspondent en fait aux nucléus à lamelles– sont en effet « particulièrement abondants dans l’Aurignacien I et l’Aurignacien V » (Demars, Laurent 1989).

76Dans un premier temps, on doit souligner la rupture évidente qui existe entre le débitage laminaire et ces exploitations. D’une part, chaque méthode met en jeu des supports différents (blocs ou fragments de blocs) et, d’autre part, les exploitations laminaires ne donnent lieu à aucune production lamellaire, étant marquées au contraire par un abandon « précoce » des nucléus. Ce type de comportement est peu fréquent dans les ensembles attribués au Magdalénien final régional.

77Par ailleurs, le traitement du débitage de ces blocs est également particulier, n’ayant pas de correspondance dans le Magdalénien local, pour ce que l’on en connaît à l’heure actuelle. La forme des nucléus à l’abandon rappelle plutôt celle des « grattoirs ou des burins carénés » aurignaciens, dont les exemplaires à la fois les plus proches, les plus nombreux et les mieux calés chronologiquement sont connus dans la grotte du Renne d’Arcy‑sur‑Cure, dans l’Yonne (Schmider, Perpère 1997). Cette morphologie est ici le résultat d’un type d’exploitation original voué à une production de lamelles à caractères également particuliers. Cette convergence morphologique nous a incité à décrire très précisément les caractéristiques de ces objets afin de justifier la raison pour laquelle nous les considérons comme des nucléus à lamelles.

78Il existe 8 véritables nucléus à lamelles obtenus de petits blocs, voire de cassons, d’éclats ou de cornes corticales (fig. 101). La similitude de cortex montre, en effet, qu’au moins 5 de ces nucléus pourraient provenir des grands blocs. Si l’on veut avoir une idée plus juste de la représentativité de cette activité de taille, il faut rajouter à ces 8 nucléus, 3 tablettes longues et étroites, accompagnées de quelques éclats plus fins de réaménagement de surface de plan de frappe, qui ne remontent avec aucun des nucléus précités et dont la présence témoigne du déroulement sur place d’au moins trois autres exploitations du même type. Par ailleurs, nous avons individualisé 6 autres pièces « techniques » qui correspondraient à des éléments de réaménagement de surfaces lamellaires et qui, si elles remontent entre elles, n’ont pas pu être raccordées aux nucléus présents. Leur prise en compte permet d’estimer alors le nombre de nucléus exploités de cette façon à 14. Nous rajouterons à ce décompte une pièce un peu particulière (fig. 101, no 1) que nous n’avons pas estimée être un outil mais plutôt une préforme de nucléus à lamelles. Enfin, il convient de rappeler que deux éléments, identifiés précédemment comme deux outils mixtes (fig. 99, nos 13, 19) offrent des morphologies de partie active sensiblement comparables à celles de nos fronts de nucléus à lamelles. Cette convergence morphologique rend peu aisée la distinction entre nucléus véritables et outils et, en l’absence de résultats tracéologiques, nous préférons conserver les distinctions préalablement proposées. Celles‑ci s’appuient notamment sur le fait que les supports retenus pour les outils qui nous posent problème sont des lames, alors que ceux à partir desquels les nucléus ont été réalisés sont des éclats, des cassons, voire des petits blocs.

79Ainsi on peut estimer que l’exploitation de type lamellaire a concerné au moins une quinzaine de nucléus. Cette orientation du débitage est donc prépondérante par rapport au débitage laminaire si l’on prend en compte le nombre de nucléus impliqués, en revanche elle se caractérise par une faible productivité. En effet, la lecture des stigmates présents sur chacun des nucléus permet d’estimer la production de chaque ensemble à moins d’une dizaine de lamelles, parmi lesquelles les pièces régulières sont peu nombreuses.

80Malgré la petite taille des éléments concernés, il nous a été possible de remonter une quinzaine de produits (tablettes, lamelles, crêtes, éléments de cintrage) sur six des nucléus rencontrés, confirmant ainsi certaines des options techniques que la lecture directe des artefacts avait permis de proposer (fig. 101, nos 10‑12).

Les supports sélectionnés

81Sur 8 nucléus, 2 ont été réalisés sur des blocs de petite taille (60 à 80 mm de longueur) et 6 sont des fragments appartenant à des rognons de grande dimension, vraisemblablement apportés sur le site pour une exploitation laminaire. Parmi ceux‑ci, 4 sont des éclats épais (entame de nucléus, cornes corticales) et 2 sont des cassons diaclasiques ou gélifs. L’objet que nous avons considéré comme une préforme de nucléus à lamelles est également réalisé sur un éclat épais.

82Les modalités d’obtention des fragments réutilisés en nucléus à lamelles sont peu variées : en dehors des fragments accidentels réutilisés de façon opportuniste, on note que ce sont souvent des éclats épais, venant plutôt des phases d’entame des grands rognons, qui sont retenus. Un cas particulier illustre un autre mode d’obtention de supports, montrant que la chaîne opératoire de production de lamelles tient une place essentielle dans les activités de taille réalisées sur le site (fig. 97, no 2) : un grand bloc (180 mm de longueur) préalablement mis en forme par une crête semi‑périphérique est débité à la pierre, en sa partie sommitale aménagée, d’un éclat épais (30 mm), étroit (36 mm) et allongé (85 mm), éclat qui s’inscrit mal dans la conception initiale du volume à deux crêtes opposées mais qui a connu une exploitation en tant que nucléus à lamelles. En défigurant le haut du nucléus, ce produit rend caduque toute poursuite du débitage laminaire sans un réaménagement conséquent du volume. Il correspond en revanche à ce qui semble avoir été recherché comme support de nucléus à lamelles. On peut se demander en conséquence s’il ne s’agit pas d’un procédé pour obtenir des supports de nucléus à lamelles « standardisés », modalité qui paraît relativement coûteuse en matière première, ou si le tailleur n’a pas modifié son objectif premier (production laminaire) en s’apercevant de la qualité globalement médiocre du matériau. Le fait est, qu’après extraction de l’éclat épais, le gros bloc est abandonné tel quel. On peut signaler que ce type de comportement n’a jamais été rencontré, ou décrit, dans les séries du Magdalénien final d’Île‑de‑France.

La mise en forme

83Malgré leurs petites dimensions générales, les supports ont fait l’objet d’une mise en forme relativement sophistiquée. Celle‑ci tend à donner une morphologie très particulière à ces petits nucléus : ce sont des nucléus assez plats, allongés, sur lesquels s’opposent une face avant élancée fortement convexe et une face arrière le plus souvent plane. Leur volume global s’inscrit dans un rectangle horizontal. La faible hauteur et l’étroitesse qui les caractérisent sont l’expression de la recherche de volumes particuliers qui doivent conduire à la production lamellaire d’un certain calibre (fig. 101).

84On a privilégié la plus grande longueur du support pour l’installation du plan de frappe (longueur comprise entre 45 et 80 mm). Lorsqu’il ne s’agit pas d’une simple surface de fracture accidentelle (1 exemplaire), ou d’une surface de débitage de l’éclat support (3 exemplaires), le plan de frappe peut être aménagé par l’enlèvement d’un ou plusieurs éclats plus ou moins fins, plus ou moins allongés (9 exemplaires). Cette opération est parfois précédée de l’installation d’une crête sommitale (4 cas) qui a pour rôle essentiel de faciliter l’aménagement et le réaménagement de la surface de plan de frappe. On peut se poser la question de la nécessité de l’existence d’un plan de frappe long et étroit dont le réaménagement peut occasionner certaines difficultés : si les réfections ne sont pas nécessaires, on a, il est vrai, une grande surface relativement plane à partir de laquelle il est possible de retirer de nombreuses lamelles ; dans ce cas, il est par conséquent curieux de constater que la productivité de ces blocs n’a jamais été très importante, le débitage reculant rarement au‑delà du premier centimètre dans l’épaisseur de la table, ce qui rend la longueur du plan de frappe peu utile. Lorsque les réaménagements s’avèrent nécessaires, l’existence d’une grande longueur derrière la corniche ne facilite pas le détachement des éclats, requérant, comme nous avons pu l’observer dans au moins trois cas, l’enlèvement à la pierre (multiples points d’impact très marqués) de véritables tablettes longues et étroites (fig. 102, nos 12‑14). Celles‑ci ont en effet pour corollaire la diminution substantielle de la hauteur de la surface laminaire.

85Dans 7 cas sur 9, la surface lamellaire est installée sur l’un des plus petits côtés des supports/nucléus (longueur comprise entre 25 et 50 mm avec une plus forte concentration des valeurs situées entre 30 et 45 mm) : la recherche de produits lamellaires courts apparaît donc dès le choix de l’implantation de la table. Celle‑ci peut être investie directement à partir d’un arrondi cortical ou d’une surface de débitage de l’éclat support suffisamment convexe (3 exemplaires). L’extraction de lamelles peut avoir été précédée de l’installation d’une crête antérieure, principalement unifaciale (3 cas) ou bifaciale (2 cas), destinée à régulariser la future table et à lui donner de bonnes convexités (fig. 101). L’aménagement de ces crêtes constitue un premier argument suffisant pour refuser l’hypothèse que ces objets sont des grattoirs. Un effort particulier semble avoir porté sur le contrôle du cintre de la table : les crêtes précédemment mentionnées ont en partie servi à faciliter ce contrôle. Le second procédé fort répandu consiste en un rétrécissement de la largeur de la future surface lamellaire par l’enlèvement, sur le ou les flancs du nucléus, d’éclats plus ou moins allongés en percussion dure (7 cas sur 8 nucléus). Ces éclats ont véritablement pour vocation de réduire la largeur du front de débitage, afin que les dièdres sur lesquels vont s’appuyer les lamelles puissent rester prononcés durant tout le débitage : sur 10 largeurs de fronts de taille mesurables, 7 oscillent entre 25 et 27 mm et 3 sont comprises entre 15 et 20 mm (fig. 101).

Le plein débitage

86Comme nous l’avons mentionné précédemment, le plein débitage est caractérisé par une faible productivité. D’après la lecture des négatifs observables sur les nucléus, on peut estimer à moins d’une dizaine de lamelles la production de chaque bloc (fig. 102, nos 1‑7).

87Sur 21 talons de lamelles observés, 12 sont lisses à corniche abrasée, procédé le plus économique et, en même temps, suffisamment fiable pour assurer le bon détachement des produits. 8 talons ont éclaté à la percussion et 1 est uniquement lisse mais il appartient à une lamelle d’entretien des convexités qui requérait un moindre soin à la préparation au détachement. Dans certains cas, l’abrasion de la corniche, qui vise à renforcer la zone d’impact et à dégager une petite protubérance, est accompagnée d’un léger doucissage de l’arête, résultant vraisemblablement d’un même geste et de l’utilisation d’un même outil, un abraseur sans doute en grès. Les stigmates de ces opérations ont été maintes fois interprétés, dans d’autres séries, comme des esquillements liés à l’utilisation des fronts en grattoirs et notamment parce que l’abrasion n’est pas tout le temps suivie de l’enlèvement de lamelles : étant donné la petite taille des nucléus, il faut bien voir que le geste de préparation du bord du plan de frappe est général, « ample », et concerne l’étendue du front, ne se limitant pas à la zone précise où va être détachée une lamelle. En conséquence et dans le cas des nucléus étudiés, il n’est pas étonnant de retrouver un esquillement sur le pourtour du plan de frappe.

88L’extraction des lamelles est réalisée par percussion tendre tangentielle, soit au bois de cervidé, soit avec un grès (finesse et courbure des lamelles). À la suite de l’extraction d’une première lamelle assez longue (45 à 50 mm), le débitage investit fréquemment l’un des deux flancs du nucléus en modalité semi‑tournante. Le déroulement du plein débitage est ponctué par quelques opérations de réaménagement des différentes surfaces, opérations qui témoignent du soin apporté à l’extraction de ces petits supports lamellaires : en dehors des enlèvements de flanc parallèles à l’axe de débitage lamellaire qui assuraient l’auto‑entretien de la convexité latérale, les tailleurs ont eu recours, dans deux cas, à une utilisation de la néo‑crête. Ce procédé semble volontairement limité car difficile d’emploi sur des blocs d’aussi petite taille sans risquer une défiguration de la surface lamellaire. Dans six cas, une troisième modalité sophistiquée correspond à une intervention à partir de la surface dorsale du nucléus. Elle montre une fois de plus le soin apporté à la production des supports lamellaires, confirmant, s’il le fallait, l’importance de cette chaîne opératoire dans l’industrie de Lailly : cette modalité, qui se traduit par l’extraction à la pierre de quelques éclats perpendiculairement à l’axe de débitage à partir d’une surface plane arrière, permet d’intervenir sur la largeur de la table lamellaire en en assurant le cintrage (fig. 102, nos 8‑11).

89Quelques autres pièces techniques illustrent un procédé particulier de réaménagement de la surface de plan de frappe : il s’agit de véritables tablettes étroites et allongées (5 exemples), débitées à la pierre (fig. 102, nos 12‑14). Leur longueur varie entre 63 et 80 mm, leur largeur entre 28 et 33 mm et les épaisseurs entre 15 et 20 mm. Le coup est porté violemment sur la surface lamellaire (ce qui rend sa réalisation périlleuse) en vue d’enlever un éclat assez épais dont le négatif, concave en partie proximale, servira de nouvelle surface de percussion. Une fois encore, ce type d’aménagement de la partie haute du bloc exclut l’hypothèse de grattoirs carénés, l’enlèvement de tablettes étant plus compatible avec une utilisation du support comme nucléus. On doit signaler l’absence de reprise d’un nucléus après le réaménagement du plan de frappe par une tablette épaisse. Cet abandon est sans doute lié à la diminution substantielle de la longueur de la table (de 31 mm elle passe à 22 mm), et à l’impossibilité d’obtenir alors des lamelles du calibre souhaité.

Le stade d’abandon

90À l’abandon, les fronts des nucléus montrent pour la plupart une certaine irrégularité (mauvais délinéament), morphologie qui cadre mal avec l’hypothèse de fronts de grattoirs. Les tables mesurent moins de 30 mm de longueur : ce faisant les dimensions des derniers supports varient entre 20 et 28 mm de longueur pour 3 à 6 mm de largeur, dimensions peu éloignées de celles qui ont été rencontrées au début de l’exploitation des blocs. Il semble que l’on ait recherché des produits fins, aux bords parallèles, certains rectilignes, d’autres légèrement torses. La différence de linéarité des bords, celle qui s’exprime entre la lamelle Dufour retrouvée et la plupart des négatifs de lamelles lisibles sur les nucléus, souligne peut‑être un objectif double, à savoir des lamelles rectilignes d’une part et des lamelles plus courbes d’autre part (fig. 102, nos 1‑7). Les dernières ont vraisemblablement été retenues comme support de Dufour (sous‑type Roc‑de‑Combes) et, en ce qui concerne les premières, on peut sans trop s’avancer imaginer qu’elles ont été également transformées en armatures sans doute d’un style légèrement différent (sous‑type Dufour ?). Leur absence dans la série nous incite toutefois à demeurer prudent.

91On peut d’ores et déjà souligner le fait que les dimensions des lamelles recherchées (largeur et longueur) sont inférieures à la moyenne de celles retenues comme support de lamelles à dos dans les gisements magdaléniens de la région (41 mm de moyenne de longueur et 6,6 mm de moyenne de largeur dans certaines unités de Pincevent lBodu 1994]). L’exploitation des nucléus à lamelles de Lailly ne semble donc pas être exactement orientée vers les mêmes objectifs que ceux attestés dans les gisements magdaléniens d’Île‑de‑France. À Lailly, on a privilégié la production de lamelles courtes, fines et étroites, présentant une section triangulaire.

92L’identification d’une lamelle torse à retouche inverse (fig. 99, no 14) nous permet de penser que la production lamellaire était destinée à la fabrication de lamelles retouchées, notamment des Dufour. On ne doit pas uniquement prendre en considération les conditions de la fouille, pour expliquer la très faible représentation des lamelles régulières dans la série ainsi que celle de l’outillage réalisé sur ce type de support. En effet, un bon nombre d’esquilles et quelques lamelles brutes ont été retrouvées sur place et témoignent de l’aspect consciencieux du ramassage. La petite taille de la lamelle Dufour identifiée incite néanmoins à penser que, malgré le soin apporté au ramassage et sans tamisage du sédiment, certaines ont pu échapper à la vigilance des fouilleurs. Par ailleurs, les phénomènes de dispersion verticale de l’industrie ont dû particulièrement affecter ces éléments, modifiant peut‑être de façon importante leur représentation dans l’outillage. Enfin, il n’est pas exclu que parmi les quelques lamelles retrouvées sur place, certaines aient été utilisées brutes, comme J. Pelegrin l’a proposé pour le gisement aurignacien de l’abri Castanet (comm. orale J. Pelegrin). Malgré la rigueur du tamisage réalisé sur le sédiment de l’abri, il n’a pas été retrouvé de lamelles Dufour, alors que l’on se situe dans un Aurignacien I, où la présence de ce type d’armatures n’est pas inconcevable. Si l’on admet que les lamelles absentes des remontages ainsi que la lamelle Dufour ont été retenues comme supports d’armatures, leurs dimensions et leur morphologie les éloignent des lamelles à dos magdaléniennes classiques. L’équivalent régional le plus satisfaisant, bien que légèrement différent, correspond au support des lamelles Dufour retrouvées notamment à Arcy‑sur‑Cure où « les supports sont des lamelles d’une largeur moyenne de 7 mm pour une longueur des pièces entières de 30 mm » (Schmider, Perpère 1997).

Une troisième chaîne opératoire ?

93En marge de ces deux chaînes opératoires, il faut noter l’existence d’un débitage plus simplifié. Il s’agit, d’une part, d’une production d’éclats ou d’éclats laminaires sur la plus grande surface d’un nucléus précédemment préparé et débité en laminaire vrai (stigmates d’enlèvements laminaires). Ce débitage a été effectué à la pierre (talons lisses et larges, bulbes épais, fissuration du talon, sirets) : peu sophistiqué, il est réalisé à partir de deux plans de frappe opposés et donne des produits peu réguliers, souvent cassés au débitage (65 à 70 mm de longueur au maximum pour une vingtaine de millimètres de largeur en moyenne). Au dernier stade d’exploitation, un éclat épais et court a été obtenu sur la surface précédemment débitée. Étant donné qu’il s’agit de la reprise d’un bloc précédemment exploité en laminaire, il est difficile de trancher entre une véritable chaîne opératoire visant à la production d’éclats et un débitage réalisé par un tailleur médiocre dont le savoir‑faire et les objectifs flous ne mènent qu’à une production de cet ordre (fig. 102, no 15).

94Par ailleurs, un second remontage associant 6 éclats illustre le même procédé sans qu’il y ait évidence, ici, de la reprise d’un bloc préalablement exploité. Un éclat retouché, peu caractéristique (fig. 102, no 16), a été associé à ce remontage. On pourrait donc penser que ce type d’exploitation vise réellement une production d’éclats ou d’éclats laminaires pour une utilisation que nous ne sommes pas en mesure de définir.

95Quoi qu’il en soit, l’objectif apparaît donc différent de celui des deux autres chaînes opératoires. Les deux débitages modestes sont spatialement proches au sein de la concentration 28‑33 et avoisinent également l’unique nucléus à lamelles retrouvé dans cet ensemble, qui témoigne d’une simplicité conceptuelle identique et d’une même réalisation médiocre (fig. 101, no 8). Ne pourrait‑il s’agir là de débitages effectués par un même individu au savoir‑faire limité ou aux objectifs modestes (recherche de tranchants) ?

2.2.3 Attribution chronologique

96L’attribution chronologique de cette série a été le problème majeur de l’étude. Nous avons affaire en effet à un ensemble réduit, à l’intérieur duquel les outils sont faiblement représentés. Fort heureusement, quelques‑uns d’entre eux (lamelle Dufour, burin busqué, burin des Vachons) sont porteurs d’une assez forte charge culturelle, ce qui nous permet de risquer une attribution chronologique relativement précise. Fort de la mise en évidence de l’existence de ces objets « typiques », nous avons pu ainsi identifier les grattoirs carénoïdes comme des nucléus à lamelles et ainsi mieux argumenter notre attribution chronoculturelle.

97En ce qui concerne les caractères du débitage laminaire, il convient de souligner que les modalités d’exploitation des blocs offrent des caractères communs à l’Aurignacien et au Magdalénien final : cela est vrai pour ce qui concerne la préparation des volumes, la préparation au détachement des lames (éperons), le débitage préférentiellement unipolaire et sa conséquence, des produits au profil relativement courbe. En revanche, certains détails permettent de moins privilégier la seconde attribution : ce sont les stades d’abandon précoce des blocs et l’absence de recherche de production lamellaire sur les blocs laminaires diminués, phénomènes observés dans les industries magdaléniennes locales. L’ensemble de ces caractères permet, en outre, ne pas considérer l’hypothèse d’une attribution à des séries autres du Paléolithique supérieur ancien (Châtelperronien, Périgordien, Solutréen), et du Magdalénien (Badegoulien), pas plus qu’aux ensembles du Tardiglaciaire autres que le Magdalénien final. Les arguments sur lesquels nous nous fondons sont présentés brièvement ci‑dessous.

2.2.3.1 Les comparaisons infructueuses

Le Châtelperronien

98Première industrie du Paléolithique supérieur, le Châtelperronien est peu connu dans le Bassin parisien en dehors de la région d’Arcy‑sur‑Cure. Une première analyse technologique de l’industrie provenant de la grotte du Renne (Bodu 1990 ; Gouédo 1990) a permis de souligner la perduration de caractères du Paléolithique moyen (débitage d’éclats), ainsi que l’existence d’un débitage laminaire dont la gestion s’éloigne fortement du modèle mis en évidence à Lailly : l’aménagement restreint du volume par crête essentiellement unifaciale, le débitage qui envahit rapidement le côté large du nucléus, l’extraction de courtes lames moyennement régulières par débitage peu tangentiel s’opposent au débitage élégant de grandes lames ainsi qu’aux exploitations lamellaires de Lailly. Les couteaux de Châtelperron, nombreux à Arcy, n’ont aucun équivalent à Lailly.

Le Périgordien

99Peu d’éléments permettent de rapprocher la série de Lailly de certains ensembles attribués au Périgordien supérieur : le débitage laminaire unipolaire préférentiel de Lailly s’oppose au débitage bipolaire constaté sur de nombreux gisements périgordiens de la région (Chamvres, Connet et al. 1992 ; Cirque de la Patrie, Cheynier 1962). En ce qui concerne le traitement des nucléus, il existe, dans le Périgordien régional, une forte exploitation semi‑tournante des blocs, qui tend à rendre ces derniers très cintrés en fin d’exploitation, alors que le débitage des nucléus à lames de Lailly reste relativement frontal. La courbure générale de l’industrie de Lailly n’est pas comparable à l’aspect rectiligne des profils des lames périgordiennes. Par ailleurs, les nucléus à lamelles retrouvés à Lailly n’ont pour l’instant aucun équivalent dans le contexte périgordien régional. Enfin, il convient de noter que dans la région, les séries périgordiennes témoignent le plus souvent d’une intense gélifraction, ce qui n’est pas le cas de l’ensemble de Lailly.

Le Solutréen

100L’absence de tout élément foliacé dans l’industrie de Lailly permet de rejeter l’hypothèse de l’attribution de la série au Solutréen. En Île‑de‑France, le Solutréen est par ailleurs très peu attesté et l’industrie lithique des rares sites connus n’a rien de commun avec ce qui a été trouvé à Lailly (Schmider 1989b ; Sacchi et al. 1996).

Le Magdalénien ancien

101Si l’on évoque la phase ancienne du Magdalénien, qui présente elle aussi des grattoirs carénés, on doit constater à Lailly l’absence d’outils sur supports retouchés ainsi que celle des raclettes, objets qui sont apparemment si abondants dans les séries badegouliennes de la région (Schmider 1984). Par ailleurs, ces dernières montrent en général un fort débitage d’éclats au détriment de l’indice laminaire alors que le débitage de lames à Lailly est très bien représenté et de bonne qualité. La consultation de la collection badegoulienne des Beauregards de E. Doigneau au musée de Nemours nous a confirmé le fort aspect retouché de l’ensemble de l’industrie alors que les supports de l’outillage de Lailly sont souvent bruts. Dans la série des Beauregards, des grattoirs carénés existent mais ils sont très peu épais (le plus épais atteint 20 mm) et ne ressemblent en rien aux nucléus de Lailly.

Les faciès tardiglaciaires différents du Magdalénien final

102Ces faciès commencent à être bien documentés pour la région qui nous intéresse (Bodu, Valentin 1992), tant en ce qui concerne les groupes à Federmesser que pour le faciès de type Belloy, mis en évidence dans le nord de la France par Jean‑Pierre Fagnart (Fagnart 1988). Ces deux industries respectivement placées à l’oscillation d’Alleröd (11800‑10800 BP) et à la charnière Dryas III/Préboréal (10000 BP) sont caractérisées par des exploitations de blocs à la pierre plus ou moins sophistiquées et une production de lames rectilignes d’une plus ou moins grande longueur. Par les modalités de débitage mais aussi par un outillage particulier, notamment au niveau des armatures, l’industrie de ces groupes diffère totalement de l’industrie recueillie à Lailly.

2.2.3.2 Les rapprochements les plus évidents

Le Magdalénien final

103Nous avions fait, dans un premier temps, des rapprochements entre la série de Lailly et des séries magdaléniennes locales bien documentées par trente années de recherche (Schmider 1984) : débitage laminaire élégant, mise en forme des blocs similaire, etc. L’outillage de Lailly dans sa grande majorité ne présentait pas, par ailleurs, de différences fondamentales avec ce que l’on connaît des séries magdaléniennes de la région et, en tout cas, les divergences constatées pouvaient rentrer dans le cadre de la variabilité des industries magdaléniennes.

104Quelques différences importantes nous ont néanmoins incité à revoir cette première attribution : les nucléus à lamelles de Lailly n’ont été rencontrés dans aucun site magdalénien local, notamment sur le site proche de Marsangy (Schmider 1992). Toutefois, on connaît en marge du Bassin parisien une série magdalénienne qui présente des nucléus relativement similaires : dans le Magdalénien final du site du Bois‑Ragot, Vienne (Chollet et al. 1979), G. Le Licon signale l’existence de productions diversifiées de lamelles : l’une d’entre elles correspond à une exploitation de petits nodules autonomes : « En général ce sont de petits blocs allongés et étroits qui sont choisis pour le débitage et celui‑ci s’effectue dans la plus grande longueur. Cependant, on constate une orientation différente des rognons du Bois‑Ragot puisque les tailleurs extraient les lamelles sur la largeur du bloc et non sur sa longueur » (Le Licon 1997). Les lamelles obtenues montrent des dimensions qui se répartissent entre 25 et 35 mm de longueur, comparables à ce qui a été mis en évidence à Lailly, mais on constate que ce type de nucléus est exclusif à Lailly alors qu’il est accompagné d’autres modes de production de lamelles au Bois‑Ragot, modalités que l’on retrouve dans les gisements magdaléniens de la région. De plus, les tablettes de réaménagement de plan de frappe, si caractéristiques à Lailly, semblent absentes au Bois‑Ragot. Par ailleurs, bien qu’unique, la lamelle retouchée de Lailly présente des caractères spécifiques qui l’ont fait apparenter à une lamelle Dufour et qui la distinguent des lamelles à dos plus classiques du Bois‑Ragot. Enfin, le burin busqué de Lailly n’a pas d’équivalent au Bois‑Ragot et, à l’inverse, les burins dièdres, les perçoirs et microperçoirs de ce site et d’autres sites magdaléniens n’ont pas été retrouvés à Lailly.

105L’abandon précoce des nucléus à lames constaté à Lailly est un phénomène peu fréquent dans le Magdalénien régional où l’on observe le plus souvent que, sur un même bloc, une production de lamelles fait suite à une production de lames. À Lailly, cette nette coupure entre production de lames et production de lamelles a pour corollaire une certaine absence des lames de petit ou de moyen gabarit, alors que celles‑ci sont très fréquentes dans les ensembles magdaléniens.

106Dans la mesure où les divergences apparaissent plus fortes que les concordances avec les séries magdaléniennes, les présomptions d’un écart chronologique entre l’occupation de Lailly et celles du Magdalénien régional sont d’autant plus vraisemblables que l’on a pu établir tout un faisceau de relations entre la série de Lailly et des ensembles aurignaciens.

Lailly, un gisement aurignacien ?

107La série de Lailly présente un ensemble de caractères techniques et typologiques que nous rapprochons plus volontiers des faciès aurignaciens.

108Convergences techniques en ce qui concerne la modalité unipolaire préférentielle du débitage, l’emploi fréquent d’éperons, la production de lames élégantes et parfois assez larges, les modalités de production de lamelles, notamment par l’abondance et l’aspect très caractéristique des nucléus carénoïdes.

109Convergences typologiques en raison de la présence d’« outils » caractéristiques bien que peu nombreux : lamelle Dufour, burin des Vachons, burin busqué, grattoir caréné. Convergences typologiques, aussi, en raison d’une certaine largeur des grattoirs et d’une certaine convexité des troncatures des burins.

110Convergences à la fois typologiques et techniques en raison du caractère ambivalent de certains objets, à la fois outils selon la définition typologique classique –burin busqué, burin des Vachons, grattoir caréné– et nucléus à lamelles si l’on regarde les gabarits des éléments lamellaires obtenus. En dehors des nucléus carénoïdes, il semble en effet que l’on ait recherché un certain type de lamelles sur ces objets, lamelles que l’on peut penser légèrement différentes de celles obtenues sur les « véritables » nucléus (plus courtes, plus courbes, plus étroites). Cette diversité des modalités d’obtention n’est pas sans rappeler ce qui est pressenti au travers de la diversité des lamelles Dufour (sous‑type Dufour, sous‑type Roc‑de‑Combes) dans les séries aurignaciennes, et de la complexité de leur mode de production (grattoirs carénés, burins carénés, certains burins busqués, etc.).

111À Lailly, on note néanmoins une absence de certaines pièces caractéristiques de l’Aurignacien, telles les lames étranglées ou à retouches aurignaciennes. On sait qu’au cours de l’Aurignacien, ces pièces typiques ne sont pas toujours représentées de la même façon : ainsi la retouche aurignacienne bien développée dans les premiers stades semble nettement décroître lors des périodes dites classique et évoluée. Par ailleurs, l’unique lamelle retouchée découverte s’apparente très étroitement à une lamelle Dufour du sous‑type Roc‑de‑Combes, objet que l’on attribue plus généralement aux faciès évolués de l’Aurignacien. Les grattoirs carénoïdes‑nucléiformes, tout comme les burins busqués dont on connaît la représentativité à Lailly, apparaissent également plus nombreux au sein de ces phases de l’Aurignacien.

112Ainsi, malgré la pauvreté quantitative de l’outillage du gisement de Lailly, on peut se risquer à attribuer momentanément la série à une phase plutôt évoluée de l’Aurignacien. Il convient néanmoins de rester prudent, en attendant une confirmation éventuelle par une datation sur une industrie similaire plus étoffée et trouvée en contexte stratigraphique fiable.

2.2.3.3 Comparaisons avec les séries aurignaciennes de la région

113Dans l’inventaire exhaustif des séries aurignaciennes ou apparentées du nord de la France, dressé par J.‑P. Fagnart, celui‑ci rappelle qu’il s’agit, pour la plupart, de découvertes anciennes dont le cadre stratigraphique est, le plus souvent, mal décrit et que les pièces sont également souvent perdues (Fagnart 1988). Quelques gisements ont néanmoins sollicité notre intérêt. Il s’agit notamment du gisement du bois d’Holnon à Attily dans l’Aisne, découvert en 1974, qui a livré une abondante série Ethique parmi laquelle a été isolé un ensemble aurignacien. Cette série contient 17 outils, les grattoirs y sont bien représentés et le groupe des grattoirs carénés à museau y est caractéristique. Leurs morphologies et leurs dimensions rappellent les exemplaires de Lailly. Accompagnés de burins busqués et carénés, ces outils font de cette série un ensemble très comparable à la série sénonnaise.

114Les sites qui offrent des opportunités de comparaisons sont peu fréquents dans le sud de la région en dehors d’Arcy‑sur‑Cure dont nous avons vu précédemment quelques détails. Les premières comparaisons avec ce gisement montrent d’ores et déjà quelques différences qui tiennent sans doute au contexte d’installation (plein air d’un côté, abri de l’autre) mais que l’on peut éventuellement imputer à l’existence d’un écart chronologique. L’Aurignacien de la grotte du Renne a été en effet daté entre 31800 ans ± 260 (Ly 2162) et 30800 ± 250 BP (GRN 1717) (Leroi‑Gourhan 1988). Considérant l’aspect globalement récent de l’industrie de Lailly, on peut se demander si cette dernière n’est tout simplement pas postérieure à l’occupation d’Arcy qui représenterait un stade ancien de l’Aurignacien. Dans la région proche de Lailly (moins d’une vingtaine de kilomètres), un certain nombre de gisements « aurignaciens » ont été fouilles anciennement mais ils sont relativement mal documentés, et il est difficile aujourd’hui d’en utiliser les données pour comparaison. Ainsi, au début du siècle, A. Hure, conservatrice des musées de Sens, mit au jour et fouilla plusieurs gisements sous abri dans la vallée de la Vanne (fig. 87), qu’elle a attribués à cette période (Hure 1914 ; 1915 ; 1916 ; 1922). À Malay‑le‑Petit, elle décrit notamment la présence de grattoirs carénés, de nombreuses « pointes torses complètes avec retouches sur le dos (lamelles Dufour ?), de dérivés du burin busqué aurignacien ». Ces différents outils rappellent, en effet, ceux qui ont été découverts à Lailly. Mais la qualité des dessins publiés ainsi que les descriptions, où manquent évidemment les aspects techniques du débitage, ne permettent malheureusement pas d’approfondir les comparaisons. En outre, on ne peut exclure un mélange des séries car A. Hure, dans ses inventaires typologiques, mentionne à côté d’objets apparemment aurignaciens, des outils qui ne dépareraient pas dans des ensembles châtelperroniens et périgordiens, voire plus récents : « lames avec la pointe en arc de cercle, petites lames du type de la Gravette » etc. Bien qu’il ne nous soit pas possible d’utiliser ces travaux en vue de comparaison, on peut au moins constater l’existence d’industries à caractères aurignaciens dans la région proche de Lailly.

115D’autres ensembles appartenant au Paléolithique supérieur ont été découverts non loin du gisement de Lailly (fig. 87), soit dans la vallée de la Vanne (Fontvannes, Villiers‑Louis), soit dans la vallée de l’Yonne (Thèmes) (fig. 91). Le dernier est un gisement de plein air attribué à l’Aurignacien (Bel 1991). La série, étudiée dans le cadre d’une maîtrise, semble montrer quelques caractéristiques techniques et typologiques assez proches de celle de Lailly mais nous manquons de données précises sur le matériel de ce site pour affiner les comparaisons. Le gisement de Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir, présenté dans le chapitre suivant de ce volume par L. Lang et F. Séara, témoigne, par le style du débitage, de caractères très différents de ceux rencontrés à Lailly (cf infra, chap. 3). Enfin, le site de Villiers‑Louis, découvert par E. Boëda et sondé récemment par S. Soriano (Soriano 1997), a livré une petite série qui se définit par un débitage laminaire élégant et une gestion très particulière des exploitations, qui n’a pas d’équivalent à Lailly.

116Malgré la proximité de gisements que l’on peut globalement attribuer au Paléolithique supérieur, les comparaisons restent donc délicates. À l’écart des grandes aires classiques de peuplement aurignacien, le gisement de Lailly constitue donc un nouveau point de référence pour les séries du Paléolithique supérieur ancien du sud du Bassin parisien.

2.3 Les structures de combustion

117Associées aux artefacts lithiques, trois concentrations plus ou moins denses de grès portant des traces de chauffe ont été retrouvées à Lailly (fig. 103). Compte tenu du regroupement des blocs sur des aires d’environ 50 cm de côté et de leur aspect modifié par la chauffe, il est hautement vraisemblable que ces concentrations correspondent à des structures de combustion plus ou moins démantelées. Bien qu’aucune trace de rubéfaction du sédiment encaissant n’ait été décelée lors de la fouille, la présence des dépôts de silex à leur proximité immédiate suggère qu’il s’agit plutôt de foyers que de vidanges. Le grès se rencontre en galets erratiques dans les formations superficielles de l’endroit.

FIG. 103 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan des structures de combustion : a foyer 1, section 33 ; b foyer 2, section 29.

DAO G. Macabéo d’ap. J.-L.L./Afan

118En raison de l’urgence des travaux autoroutiers, ces structures ont été démontées immédiatement après un relevé à l’échelle 1/1. Leur étude et les premières interprétations proposées ont été réalisées uniquement à partir de ces plans et des remontages des fragments de grès. Les deux premiers foyers, distants de 25 m, sont localisés au sommet d’un versant exposé à l’est qui descend en pente douce vers l’Alain. Le foyer 1 se trouve en sections 28‑33 et le foyer 2 en sections 28‑29. Ils ne présentent aucune relation entre eux. Le foyer 3, isolé à 40 m au N‑O, dans la section 37, était situé en milieu de versant sous 1,50 m de limons. Fouillé très rapidement, il n’a pu faire l’objet d’aucun relevé et ne peut être décrit. On peut seulement préciser qu’il était composé de 55 éléments de grès. Ce secteur sera donc exclu de l’analyse spatiale qui suit.

119Le foyer 1 est constitué de blocs de grès fracturés, de taille variable (fig. 103a). On observe un arc de cercle à l’ouest, constitué de blocs peu ou pas altérés, qui se prolonge au nord par de nombreux éléments fracturés et fortement chauffés. Quelques grands blocs chauffés étaient situés à l’intérieur de la surface ainsi délimitée. En l’état dans lequel il a été dégagé, ce foyer pourrait plus correspondre au type B de la typologie de M. Julien : « foyer sans bordure évidente, mais dont l’aire de combustion –creusée ou plane– contient des concentrations plus ou moins denses de pierres », qu’au type A « à bordure de pierres bien aménagée » (Julien et al. 1988). Il n’est pas impossible que les éléments agencés en arc incomplet aient souligné le bord d’une cuvette creusée qui n’a pu être mise en évidence en raison de l’absence d’altération du sédiment. La plupart des blocs auraient alors été regroupés dans la moitié ouest de cette cuvette. Ce foyer, à combustion ouverte, a dû être utilisé et réaménagé à plusieurs reprises, comme le montrent les nombreux remontages effectués, en tout cas assez de fois pour que les chocs thermiques successifs aient conduit à la fracturation des blocs et à leur redistribution dans la zone de combustion.

120Le foyer 2 (fig. 103b), quoique d’interprétation moins évidente, pourrait également entrer dans cette catégorie. Ses contours et ses limites sont cependant plus diffus. Par rapport au précédent, il contient plus de grès brûlés de gros volume. Ce foyer n’a vraisemblablement été utilisé que peu de temps, l’analyse dynamique ne révélant pas de réaménagements successifs. À proximité de cette structure, se trouvait une épaisse dalle de grès (30 x 20 x 5 cm) non chauffée qui a pu servir d’élément mobilier (support, enclume...).

2.4 Analyse spatiale et fonction du site

2.4.1 Organisation de l’espace et activités

121Dans le secteur 1, les deux aires de combustion constituent, avec les nappes de silex, les seules structurations évidentes de l’espace qui nous soient parvenues (sections 28‑33 et 28‑29). L’analyse de la répartition des différents éléments de silex permet de compléter notre approche spatiale du gisement.

122Les hommes du Paléolithique se sont apparemment installés auprès de ces foyers afin de pratiquer différentes activités parmi lesquelles le débitage du silex est bien représenté. Aucun fragment osseux n’ayant été retrouvé, il est en revanche plus difficile d’évoquer la teneur d’autres activités, d’autant qu’aucune analyse tracéologique n’a pu être réalisée en raison de la présence de patine sur le silex.

123Dans les deux cas, le silex s’organise en couronne partielle d’une largeur de 2 à 3 m autour des foyers, respectant un espace qui devait permettre sans doute l’accès plus aisé aux structures, mais on observe que la nappe de la concentration 1 s’étend au nord et à l’ouest du foyer 1, se dispersant légèrement vers le S‑O alors que celle de la concentration 2 occupe le bord est du foyer 2 (fig. 96). Cette orientation divergente des deux nappes de débitage par rapport aux foyers est intéressante à souligner car elle peut indiquer une légère diachronie dans l’occupation du site ou un modèle d’installation différent de ce que l’on connaît habituellement pour le Magdalénien régional.

124Les traits communs aux deux ensembles liés aux foyers sont la réalisation de débitages sur place et l’utilisation de supports pour un usage direct ou après retouche. Nous avons vu que, globalement, une vingtaine d’ensembles avaient été débités, moins d’une dizaine destinés plutôt à une production laminaire et une petite quinzaine voués à une production de lamelles. Des lames ont été produites pour une utilisation directe sur place (cf. supra § 2.2.2.4) mais des vides dans les remontages évoquent des emports à l’extérieur de la zone connue, qu’il serait illusoire de vouloir quantifier. La production de lamelles occupe une part importante des travaux réalisés, ne serait‑ce que par le nombre et la diversité des nucléus qu’elle a mis en jeu. Tout en prenant en compte une sous‑représentation des petits éléments (esquilles, lamelles), qui ont subi sans doute de façon plus intense que les gros éléments les effets du déplacement vertical, on peut avancer l’hypothèse que le débitage lamellaire était destiné à une production de supports à usage différé. Nous n’avons retrouvé qu’une lamelle retouchée à Lailly et l’absence des lamelles régulières que l’on peut estimer, d’après les stigmates lisibles sur les nucléus, à au moins une quarantaine, montre que l’on a sans doute recherché ce type de produits pour la fabrication d’armatures. Ceci expliquerait que l’essentiel de la production utilisable soit absente de l’ensemble recueilli.

125L’outillage, représenté par un peu moins d’une vingtaine d’outils seulement, caractérise des activités parallèles faiblement marquées. L’utilisation de grattoirs et de burins en nombre relativement égal (que ce soit sous forme simple, double ou mixte) semble prédominante mais la nature des fonctions exercées est impossible à déterminer faute d’analyse tracéologique.

126Entre les deux concentrations, des différences sont néanmoins perceptibles dans la représentativité des opérations de débitage et d’utilisation des outils. Dans les deux cas, les opérations de débitage menées ont donné lieu à une production de supports : trois débitages au moins auprès du foyer 1 et une dizaine auprès du foyer 2. On constate que la seconde concentration a plus spécialement attiré les bonnes exploitations laminaires ainsi que la plupart des débitages de lamelles. Si l’on considère, en effet, la répartition spatiale des nucléus à lamelles et des éléments qui se rapportent à ce type de débitage (tablettes, éléments de recintrage, lamelles), on observe, dans la concentration 2 (sections 28‑29), une plus forte densité de ces éléments, avec près de 73 % des éléments à caractère lamellaire. On y a retrouvé, en effet, 6 des 7 nucléus à lamelles, 6 des 9 tablettes, l’essentiel des lamelles (19 sur 26), les 2 outils mixtes qui ont pu produire des lamelles et la totalité des 17 éléments de correction des convexités (fig. 104). Cette forte représentation des produits lamellaires s’accompagne, dans la même concentration, de la plus forte densité d’éléments laminaires, notamment des nucléus à lames les plus réguliers, puisque 4 des blocs à exploitation laminaire (ou en début d’exploitation laminaire) ont été abandonnés auprès du foyer 2 (fig. 105). À l’opposé, la concentration 1 (sections 28‑33), qui ne possède que très peu d’éléments lamellaires (23 % de l’ensemble, dont un nucléus à lamelles mal débité, le burin des Vachons considéré comme un nucléus à lamelles et quelques lamelles), montre egalement une très faible présence laminaire, les débitages réalisés sur place paraissant moins bien organisés que ceux de la concentration 2 : le débitage y est moins abondant et moins sophistiqué (nucléus à éclats laminaires et à éclats débités à la pierre, nucléus à lamelles médiocre) et la production moins standardisée (fig. 105). Dans chacune de ces concentrations, on trouve cependant quelques supports laminaires bruts réguliers (3 fragments de grandes lames près du foyer 2, 2 près du foyer 1). Les quelques divergences constatées pourraient ainsi être le reflet de besoins différents ou de participations de tailleurs de compétences différentes, d’un accès variable à la matière première, à moins qu’il ne s’agisse d’occupations non strictement contemporaines.

FIG. 104 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan de répartition des éléments issus du débitage lamellaire.

D.M./CNRS

FIG. 105 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan de répartition des nucléus à lames et à lamelles.

D.M./CNRS

127En ce qui concerne l’outillage (fig. 106), on a vu que les mêmes types d’outils étaient représentés au sein des deux concentrations. Toutefois, le nombre des grattoirs minces et larges est un peu plus élevé dans la concentration 1 que dans la 2 (respectivement, 4 et 2) ; la représentation s’inverse (très relativement) pour les burins : 1 dans la première concentration et 2 dans la seconde, où les chutes sont aussi les plus nombreuses. La troncature se trouve dans la concentration 1 et les 2 outils mixtes (interprétés en partie comme étant des nucléus) dans la 2, lieu d’abandon principal des nucléus carénoïdes. Il n’existe en revanche aucune divergence qualitative nette dans les supports de l’outillage des deux concentrations. On constate certes que les deux seuls outils sur éclat, le grattoir‑denticulé et l’éclat retouché, sont auprès du foyer 1, où se retrouvent les débitages modestes, mais les beaux supports laminaires bruts ou retouchés sont également représentés dans les deux concentrations.

FIG. 106 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan de répartition de l’outillage.

D.M./CNRS

128Une analyse spatiale plus fine des nucléus et des outils permet de préciser la gestion de l’espace dans chacune des concentrations : la lecture du plan laisse deviner le réel déséquilibre qui existe au niveau de la représentation des nucléus à lamelles entre le foyer 1, très pauvre, et le foyer 2, particulièrement concerné par la production lamellaire (fig. 104b). Auprès du foyer 1, l’exploitation lamellaire, malgré la petite quantité d’éléments, se regroupe au nord de la structure de combustion avec des tablettes, des lamelles et un nucléus. En revanche, auprès du foyer 2, les déchets des opérations de débitage de lamelles sont répartis sur la presque totalité de la surface du dépôt. Les lamelles irrégulières et les éléments de contrôle des convexités illustrent le mieux cette dispersion. Toutefois, les tablettes de réaménagement sont plus volontiers localisées au nord de l’aire d’occupation alors que les nucléus à lamelles sont essentiellement concentrés au sud, marquant peut‑être l’emplacement d’une petite aire de taille spécialisée. Des deux outils mixtes que nous avons interprétés en partie comme étant des nucléus à lamelles, l’un –le burin busqué– est peu éloigné des nucléus carénoïdes au sud de la concentration, et le second, plus au nord, est proche d’un des nucléus à lamelles et d’une préforme. En deçà de l’évocation d’un regroupement à vocation fonctionnelle, on peut souligner que les 4 nucléus à lamelles au sud proviennent vraisemblablement d’un même bloc originel, comme l’atteste la similitude de cortex qui les recouvre partiellement. Au nord, l’unique nucléus à lamelles côtoie l’outil mixte grattoir caréné/burin dièdre, tous deux appartenant vraisemblablement au même rognon initial.

129Les nucléus à lames et les rognons voués à ce type d’exploitation sont peu nombreux et, parmi eux, tous n’ont pas fait l’objet d’une localisation lors du démontage des pièces. Notre analyse spatiale ne se fonde donc que sur la répartition de quatre de ces pièces : indiquons tout de suite que trois d’entre elles sont localisées auprès du foyer 2, alors qu’un seul exemplaire a été retrouvé auprès du foyer 1. Au sein de la concentration 2, les nucléus à exploitation de type laminaire, très regroupés par ailleurs, ont une répartition légèrement différente de celle des nucléus à lamelles, ce qui implique peut‑être un traitement spatial différent des blocs en fonction de leur taille (fig. 105).

130Il a été possible de reporter sur un plan (fig. 106) 15 des outils (représentés par 17 fragments) découverts sur le gisement (6 grattoirs, 3 burins, 2 outils mixtes, 1 troncature, 2 lames retouchées, 1 éclat retouché) : dans la concentration 2, 6 outils sont localisés. Ils sont exclusivement situés sur le bord est de l’amas de silex en limite de la densité de vestiges. Le relatif regroupement des burins et des grattoirs évoque l’existence d’un petit poste de travail. Les outils mixtes sont séparés et l’un d’entre eux est plus particulièrement associé aux nucléus à lamelles. Dans la concentration 1, 9 outils ont pu être localisés. Sur les 4 grattoirs, 2 sont isolés des autres outils en bordure S‑O de la concentration : il s’agit, d’une part, du grattoir réalisé sur éclat épais qui montre des caractères différents des autres grattoirs et, d’autre part, d’un grattoir à front étroit et à retouche partielle et marginale. Cette marginalisation peut être en rapport avec la fonction des objets ou avec un décalage chronologique. Deux autres grattoirs plus classiques ont été abandonnés en limite nord de l’amas lithique : leur proximité spatiale évoque l’existence d’un petit poste de travail. Plus proche du foyer, sur son bord nord, on rencontre les deux lames utilisées. La proximité de ces deux éléments, qui remontent directement l’un sur l’autre et proviennent du même bloc, suggère une continuité temporelle et spatiale entre le débitage de ces produits et leur utilisation. Ces 2 lames, qui portent sur leurs tranchants de nettes traces d’utilisation, sont également associées spatialement à l’unique troncature découverte à Lailly, outil qui porte également sur l’un de ses bords une fine retouche marginale liée à une utilisation. Le regroupement de ces objets apparemment tranchants n’est pas sans évoquer une petite aire de découpe. Enfin, 2 objets sont isolés au S‑O de la concentration dans une zone peu dense en vestiges : il s’agit de l’éclat retouché et du burin des Vachons.

131Au‑delà de ces détails sur l’organisation spatiale de l’outillage à l’intérieur des deux concentrations, on constate que les outils sont, pour la plupart, localises en dehors de la périphérie proche des foyers : à plus de 3 m à l’ouest du foyer de la concentration 2, et entre 1 et 6 m du foyer de la concentration 1.

2.4.2 De l’intérêt des remontages sur l’interprétation spatiale et fonctionnelle du site fig. 107

132La petite taille de la série lithique nous a incités à tenter des remontages. Sur les 660 pièces, nous avons remonté 81 produits (soit un peu plus de 12 %) en 19 ensembles de 2 à 5 éléments et 3 ensembles de 8 à 11 éléments, et nous avons pu raccorder une vingtaine de fragments de pièces entre eux. Ces remontages ont aidé à préciser certaines modalités de débitage, notamment en ce qui concerne le traitement des nucléus carénoïdes à lamelles, et ils nous ont également permis d’appréhender plus en détail l’organisation spatiale des deux grandes concentrations.

133Il faut tout d’abord signaler qu’aucun remontage n’a pu être réalisé entre les deux concentrations, mais nous n’excluons pas pour autant une relation entre elles, en raison de la présence, dans le foyer 1, d’une lame au silex gris caractéristique qui ressemble fort à un débitage réalisé auprès du foyer 2. À l’exception de ce produit et d’une ou deux autres pièces, chaque concentration présente des types de silex légèrement différents.

134En dehors d’un produit isolé à plus de 5 m dans l’espace relativement vide reliant les deux structures d’occupation, tous les remontages réalisés, y compris les plus grands ensembles, montrent des répartitions de pièces circonscrites à chaque concentration (fig. 107). Les produits des différents débitages restent donc localisés dans l’aire où ils ont été débités. Cette faible dispersion nous permet de poser la question de la contemporanéité des deux concentrations proches. L’absence de circulation de produits lithiques entre les deux structures suggère peut‑être un décalage dans les temps d’occupation mais on ne peut exclure l’hypothèse d’un fonctionnement simultané indépendant, sans relations d’échange, en tout cas au niveau des produits lithiques.

FIG. 107 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan de répartition des remontages : chaque type de symbole matérialise les éléments raccordés sur un même nucléus.

D.M./CNRS

135La faible dispersion des produits de chaque remontage montre, par ailleurs, que le niveau d’occupation a été relativement bien préservé : bien que de nombreuses pièces absentes dans les remontages soulignent l’aspect tronqué de la série et, en conséquence, du niveau archéologique, les emplacements de certains postes de taille peuvent être identifiés par la proximité de différents déchets appartenant à un même ensemble. L’identité de situation, au sein d’un même mètre carré d’un nucléus à lamelles et de sa tablette de ravivage est un bon exemple de cet état de conservation (fig. 107). C’est ainsi que l’on peut voir que, dans la concentration 1, les activités de taille ont été surtout réalisées au nord du foyer.

136D’un autre côté, la réalisation de liaisons entre les différentes aires de chaque structure souligne bien l’homogénéité de l’ensemble de chacune d’entre elles. Chaque nappe de vestiges est, sans doute, le résultat d’une occupation unique vouée à une ou des activités précises. D’après le petit nombre d’artefacts retrouvés sur place et la proximité spatiale d’éléments provenant d’un même débitage, il peut être inféré une certaine rapidité d’occupation des lieux. Le niveau archéologique de Lailly représente vraisemblablement un instantané d’une petite occupation aurignacienne, marquée par des activités de taille quantitativement modestes (moins d’une quinzaine d’ensembles débites, dont les trois quarts sont des nucléus à lamelles) et d’utilisation des supports, qui se sont déroulées principalement autour de deux structures de combustion.

137En dehors des activités de débitage dont nous avons vu que la vocation principale était une production de lamelles pour un usage vraisemblablement différé (armatures type Dufour ?), les activités réalisées ne nous sont accessibles que par les types d’outils abandonnés dans les structures d’occupation. Si les vides observés dans les remontages des nucléus à lames suggèrent une production à usage sans doute différé, une vingtaine d’outils et de produits bruts utilisés indiquent une production de lames et un travail sur place. La présence d’assez nombreux grattoirs permet d’envisager un traitement des peaux, celle des burins évoque des activités concernant l’os, le bois végétal ou animal. Enfin, les rares produits apparemment utilisés bruts signalent des travaux de découpe sur un matériau dont on ne peut déterminer la nature.

138La troisième concentration, apparue dans la section 37 lors des travaux de terrassement autoroutiers, est comparable aux deux autres par l’industrie lithique qu’elle a livrée. Elle témoigne en outre de l’extension de l’occupation vers le nord. Il n’est par conséquent pas exclu que les trois concentrations fouillées ne soient que le pâle reflet d’une occupation plus intense. Cependant, la faible densité des artefacts autour de chacune des unités suggère qu’il s’agissait probablement d’occupations de courte durée dont l’une des vocations, sans pouvoir dire si elle était essentielle, semblait être la production de supports lamellaires.

2.5 Conclusion

139Dans le contexte actuel du Paléolithique supérieur au sud du Bassin parisien, le gisement de Lailly, bien que modeste, apparaît d’ores et déjà comme un site de référence.

140L’analyse technique et typologique du matériel lithique a montré des caractéristiques stylistiques qui semblent assez peu représentées dans la région mais qui ont justement permis de préciser l’attribution culturelle, par des comparaisons avec du matériel provenant de séries plus éloignées. Lailly présente un intérêt supplémentaire, celui d’être un gisement de plein air, ce qui permettra sans doute à plus ou moins court terme d’élaborer des modèles de gestion de l’espace et du biotope propre aux populations aurignaciennes en fonction des contextes d’implantation.

141Le gisement de Lailly représente un faciès un peu particulier de l’Aurignacien qui est mal connu dans la région. Ce faciès est vraisemblablement plus répandu que les découvertes anciennes ou récentes ne le font penser, mais la documentation actuellement disponible ne nous permet pas d’accéder à de solides et nombreux éléments de comparaison.

142En ce qui concerne le Paléolidiique supérieur ancien de la région, et notamment l’Aurignacien, nous sommes donc actuellement dans une phase d’accumulation des données. La découverte récente de nouveaux sites (Villiers‑Louis, Fontvannes), attribués au Paléolithique supérieur dans la même vallée de la Vanne, souligne l’intensité de l’occupation préhistorique sur les versants de cette rivière et incite à leur prise en compte globale dans le cadre d’une étude microrégionale. La reprise des séries anciennes de Malay‑le‑Petit (Hure 1916) permettrait, par ailleurs, de mieux redéfinir le « complexe aurignacien » découvert à proximité du gisement de Lailly.

143Les comparaisons avec des sites régionaux sont encore limitées mais on peut espérer que cette étude sera un apport à la meilleure compréhension de l’occupation aurignacienne locale et à la constitution d’une masse documentaire sur cette période du Paléolithique supérieur ancien peu connue.

Notes

1 P. Bodu tient à remercier F. Bon, G. Le Licon, J. Pelegrin et B. Schmider pour les discussions enrichissantes et les conseils qui lui ont permis de mieux comprendre la série de Lailly. Il remercie plus spécialement la Fondation Singer‑Polignac qui, en lui octroyant une bourse, lui a donné la possibilité de mener à bien cette étude. P. Bodu tient également à souligner que ce texte a été écrit en 1995. Les données et interprétations présentées sont toujours valides mais depuis cette date des découvertes sont à prendre en compte, notamment à propos des comparaisons intersites. Cet élément de discussion sera présenté dans un prochain article.

Table des illustrations

Légende FIG. 92 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan des zones fouillées. Le niveau du Paléolithique supérieur, indiqué en gris foncé, a été rencontré dans les sections 28, 29, 33 et 37.
Crédits DAO D.M./CNRS d’ap. P. Pihuit/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 93 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Relevé stratigraphique de la coupe CP 084 : 1 terre végétale (alt. 0‑30 cm) prélèvement micromorphologique M3 ; 2 limon argileux jaune prismatique à graviers épars (alt. 30‑150 cm) prélèvements micromorphologiques M2 et M1, niveau paléolithique supérieur vers 40 et 50 cm ; 3 limon gris à points noirs (à partir de 150 cm) ; arrêt à 200 cm.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 94 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Relevé stratigraphique du sondage PM 079 : 1 terre végétale ; 2 limons bruns (niveau paléolithique supérieur) ; 3 limons brun‑jaune à graviers ; 4 limons sableux brun‑gris à petits graviers et Mn ; 5 limons sableux brun‑rouge à points de Mn ; 6 cailloutis de silex avec matrice limono‑sableuse brun‑chocolat ; 7 substrat crayeux altéré avec blocs de craie, graviers et silex ; arrêt à 365 cm.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende TABL. XXVI – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Synthèse lithostratigraphique et chronostratigraphique pour l’ensemble des formations sédimentaires rencontrées sur le versant doux du gisement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 95 – Profil stratigraphique d’un versant de vallée dissymétrique à Lailly/Le Beauregard (profil synthétique de la limite sud) : 1 limon brun de surface à structure prismatique ; 2 limons jaunes à lits de graviers de silex (le niveau paléolithique supérieur se situe à l’interface des ensembles 2 et 1) ; 3 horizon limoneux grisâtre à graviers de silex (a niveau paléolithique moyen) ; 4 limons jaunes à lits de graviers de silex (b niveau paléolithique moyen) ; 5 limons argileux jaune‑brun ; 9 nappe alluviale à graviers de silex et de craie ; 10 cailloutis grossier de sables et graviers de silex ; 11 horizon argileux brun ; 12 substratum crayeux (d’après Deloze et al. 1994 : fig. 20.1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 96 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Répartition spatiale des artefacts des deux plus fortes concentrations du niveau du Paléolithique supérieur (sections 28, 29, 33).
Crédits D.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 97 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Morphologie des blocs débités : 1 nucléus à lamelles ; 2 préforme de nucléus ; 3‑4 éléments à patine porcelainée évoquant la série du Paléolithique moyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende FIG. 98 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan de localisation des pièces porcelainées.
Crédits D.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende TABL. XXVII – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Répartition de l’outillage en fonction des concentrations.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 99 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Les types d’outils : 1‑4, 6, 7 grattoirs sur lame ; 5 grattoir denticulé sur éclat épais porcelainé ; 8 burin double sur troncature ; 910 burins sur troncature ; 11 burin plan sur troncature ; 12 burin d’angle sur troncature ; 13 outil mixte : burin/grattoir caréné ; 14 lamelle Dufour ; 151618 lames retouchées ; 17 troncature ; 19 outil mixte : burin/denticulé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende FIG. 100 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. 1‑3 nucléus à lames ; 4‑7 (5 éclat laminaire) lames à talon en éperon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende FIG. 101 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. 1 préforme ; 2‑9 nucléus à lamelles ; 10‑12 nucléus à lamelles avec produits remontés : 10 avec éclat de recintrage ; 11 avec éclats ; 12 avec une lamelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende FIG. 102 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Produits d’exploitation lamellaire : 1‑7 lamelles ; 8‑11 éclats de cintrage ; 12‑14 tablettes d’installation ou de réaménagement de plan de frappe ; 15‑17 remontages : 15 ensemble à production laminaire ; 16 ensemble d’éclats ; 17 nucléus à lamelles avec ses éclats de réaménagement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende FIG. 103 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan des structures de combustion : a foyer 1, section 33 ; b foyer 2, section 29.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 104 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan de répartition des éléments issus du débitage lamellaire.
Crédits D.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 105 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan de répartition des nucléus à lames et à lamelles.
Crédits D.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 106 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan de répartition de l’outillage.
Crédits D.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 107 – Lailly/Le Domaine de Beauregard. Plan de répartition des remontages : chaque type de symbole matérialise les éléments raccordés sur un même nucléus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46025/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteurs

Afan ; Service de Préhistoire de l’université de Liège (Belgique)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search