Version classiqueVersion mobile

Occupations du Paléolithique supérieur dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Michèle Julien
, 
Jean-Luc Rieu

Première partie. Les occupations magdaléniennes de Marolles-sur-Seine/ Le Grand Canton (Seine-et-Mame)

Conclusion générale

Michèle Julien, Anne Bridault et Boris Valentin

Résumé

Le site témoigne du retour répété, dans l’interfluve, de petits groupes de chasseurs, venus chasser à l’affût des chevaux et quelques rennes isolés. Le gibier était ensuite apporté au campement où il était débité et traité, une partie étant probablement emportée, après séchage, en d’autres lieux. La densité et l’étendue du gisement de Marolles/Le Grand Canton peuvent être expliquées par son mode de constitution. Dans une zone où la sédimentation était faible, les installations successives ne pouvaient se superposer, sinon très partiellement, et elles se sont étalées au cours du temps sur une vaste superficie.

Texte intégral

1Il s’avère donc que, vers le début du Tardiglaciaire, les ondulations sableuses qui dominaient la confluence de la Seine et de l’Yonne au Grand Canton ont été l’un des territoires d’élection des Magdaléniens durant peut‑être quelques centaines d’années. L’abondance des restes osseux, attribués à 95 % au cheval et à moins de 5 % au renne, suggère que la région proche était favorable à la capture des animaux qui profitaient sans doute, à proximité de l’eau, d’une végétation riveraine abondante.

2Il est hautement probable que le site de Marolles/Le Grand Canton se trouvait très proche des lieux de chasse. L’âge des chevaux abattus montre un choix significatif d’adultes de 5 à 8 ans qui traduirait une chasse d’approche, et l’on peut imaginer les chasseurs surveillant régulièrement l’arrivée du gibier depuis les points hauts surplombant la plaine alluviale. L’importante quantité d’animaux traités sur le site du Grand Canton (au moins 117 chevaux en NMIf, nombre extrêmement élevé pour un gisement de plein air, et seulement 11 rennes) et l’extension des dépôts plaident en faveur d’une succession d’épisodes de chasse plutôt qu’en celle d’une seule opération d’abattage. Cette hypothèse peut être confirmée par ce que l’on sait du comportement des chevaux qui vivent en bandes d’une vingtaine d’individus environ, sans regroupement particulier à certaines saisons. On peut donc supposer qu’ils étaient présents dans la région toute l’année. Les données actuelles ne permettent pas de se prononcer sur certaines saisons préférentielles.

3La très grande quantité de restes osseux indique aussi qu’au‑delà de l’activité de chasse, peut‑être pratiquée sur les rives des deux cours d’eau, le travail de boucherie et de préparation alimentaire était très important au Grand Canton. Il est certain également qu’une partie au moins des animaux abattus devait être consommée sur place ; toutefois, l’analyse comparée de la représentation des diverses parties du squelette suggère, comme hypothèse la plus satisfaisante, un emport de parties consommables vers d’autres lieux. Il est possible qu’en plus des cuissons domestiques, les nombreux foyers, souvent lourdement appareillés de pierres, aient servi à sécher ou fumer de la viande. C’est ce que pourrait laisser supposer l’analyse de la structure 1 du secteur 2 : les quartiers ou les morceaux de viande auraient été disposés sur des pierres, préalablement chauffées ailleurs, pour les dessécher afin de les conserver quelques jours ou quelques semaines.

4Le silex exploité au Grand Canton n’était pas d’excellente qualité mais il était abondant et les activités de chasse rendaient nécessaire la fabrication d’une certaine quantité d’armatures, orientant une partie du débitage vers la production de lamelles. Le nombre des armatures est toutefois nettement inférieur à celui que l’on a retrouvé dans les unités de résidence des campements saisonniers de Pincevent, et les lamelles transformées en barbelures latérales de sagaies ne représentent, selon les secteurs, que 16 à 20 % des éléments retouchés, auxquelles s’ajoutent un petit nombre de supports transformés en armatures axiales –pointes à dos courbe ou anguleux– de flèches ou de sagaies. Ce sont des activités pratiquées en marge de la chasse qui ont déterminé la production de nombreuses lames régulières très souvent aménagées en outils de transformation (burins, becs, perçoirs et grattoirs). Les meilleurs volumes ont été dévolus à la production de cet outillage performant tandis que les lamelles ont été plus souvent produites aux dépens de volumes de médiocre qualité voire de sous‑produits des débitages laminaires. Le système de gestion des matières lithiques du Grand Canton s’oppose donc en partie à celui de Pincevent où l’on a observé que l’effort de production portait surtout sur la fabrication des armatures de chasse. Ce contraste entre les deux sites se double de différences relatives à la typométrie des lamelles à dos et aux méthodes de production de leurs supports. Dans l’état actuel de nos connaissances, il nous semble que ces différences‑là sont avant tout la traduction d’une variation significative (et peut‑être chronologique ?) des choix techniques au sein du Magdalénien régional.

5On peut s’interroger sur la nature des activités de transformation et de fabrication que suggère la présence des outils de silex. Aucun fragment d’outil ou d’arme en matières dures animales n’a été retrouvé et l’on peut s’étonner, en dépit de leur mauvais état de surface, que les os ou les deux uniques fragments de bois de renne soient exempts de toute trace d’exploitation technique. Même si l’on admet que le renne était peu abondant aux saisons d’occupation du site, les chasseurs auraient pu utiliser un équipement fabriqué à des saisons d’acquisition plus favorables. Faut‑il supposer que toutes les sagaies en bois de renne, armées ou non de lamelles de silex, ont été emportées ailleurs ou que leurs fragments ont été détruits par des processus naturels ? Et, si tel n’est pas le cas, à quoi ont donc pu servir tous les burins et becs en l’absence de cette matière première ? Dans l’hypothèse où les fûts des sagaies barbelées ou ceux des sagaies à armature axiale auraient été fabriqués avec du bois végétal, peut‑on croire que les burins et les becs étaient les outils les mieux adaptés au travail des matières ligneuses, si ce n’est pour faciliter l’adaptation des éléments lithiques sur les supports ? La patine opaque couvrant toutes les pièces, aucune réponse ne peut malheureusement être fournie par l’étude tracéologique.

6En dehors des travaux de boucherie nécessitant avant tout des lames tranchantes, la seule activité qui pourrait être attestée par les grattoirs (qui peuvent aussi avoir participé au raclage des fûts de bois) serait celle du travail de la peau de cheval, dont on sait qu’elle est particulièrement fine –qualité qui peut avoir été recherchée– mais fragile. Enfin, la présence de loges de nautiles portant de vagues traces de chauffage suggère l’usage de lampes ou du moins de récipients.

7D’un point de vue archéologique, on se trouve donc en présence d’un paradoxe technique : le nombre des animaux abattus est extrêmement important mais la proportion des éléments entrant dans la composition des armes est relativement réduite. En revanche, le nombre des outils de transformation est élevé et ils ont été fabriqués avec un soin particulier. Cependant, en dehors des activités de boucherie et peut‑être de conservation, les autres activités techniques n’ont pas laissé de traces.

8L’un des points positifs de cette étude extensive est probablement d’avoir montré qu’il pouvait exister dans la région proche un modèle d’occupation différent de celui que l’on connaissait pour Pincevent, où les séjours étaient davantage réservés à la préparation de grandes chasses collectives saisonnières. À Marolles, le site du Grand Canton, auquel on peut associer le site voisin du Tureau des Gardes qui présente certaines caractéristiques analogues, pourrait avoir accueilli, à d’autres saisons, des groupes plus restreints. C’est sans doute ce dont témoignent la configuration générale et l’extension du gisement : de multiples passages successifs de petits groupes de Magdaléniens pratiquant une chasse au jour le jour, un traitement des animaux et peut‑être une activité de stockage. Par ailleurs, à l’intérieur d’un contexte culturel caractéristique du Magdalénien du Bassin parisien, les chasseurs du Grand Canton se distinguent des autres groupes par une chasse spécialisée des chevaux, peut‑être tout au long de l’année. Le gisement du Tilloy, à Ville‑Saint‑Jacques, représente un cas de figure un peu différent, puisque le cheval apparaît dans un spectre de chasse plus diversifié. Bien que pratiquant aussi une chasse spécialisée, les groupes de Pincevent et de Verberie témoignent d’un autre type de comportement puisqu’il s’agit d’une chasse aux rennes effectuée à l’automne.

9Etant donné l’imprécision des dates 14C, il n’est pas impossible que cette variabilité de la faune chassée soit la conséquence d’une évolution chronologique. Si l’on considère au contraire, en raison d’une parenté culturelle certaine, que Pincevent, Ville‑Saint‑Jacques et Marolles sont presque contemporains, des différences locales de milieux ont alors pu déterminer des changements dans la composition du gibier. On peut également interpréter ces différences en terme de variations saisonnières d’activités. Ces deux dernières hypothèses ne sont pas exclusives et il est vraisemblable que, dans cette région de vallées et de plateaux, les Magdaléniens savaient profiter de la diversité des écosystèmes en fonction des saisons. Les nouvelles découvertes de la confluence Seine‑Yonne reposent, par conséquent, la question de l’amplitude des parcours saisonniers annuels effectués par les Magdaléniens.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search