Version classiqueVersion mobile

Occupations du Paléolithique supérieur dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Michèle Julien
, 
Jean-Luc Rieu

Première partie. Les occupations magdaléniennes de Marolles-sur-Seine/ Le Grand Canton (Seine-et-Mame)

Chapitre 8. Analyse de la répartition spatiale

Michèle Julien, Philippe Alix, Anne Bridault et Boris Valentin

Résumé

Si la dilatation des sols et la répartition régulière des vestiges sur une grande partie du site suggèrent un remaniement partiel des dépôts, les témoins lithiques et osseux dans le secteur 2 semblent encore s’organiser en fonction des foyers. Une analyse spatiale détaillée, fondée sur la densité de chaque catégorie technologique de témoins, a été conduite dans une zone où 3 foyers étaient associés topographiquement sur une surface de 70 m2. Des postes de débitage et une répartition différentielle des outils ou des restes osseux ont été mis en évidence selon les foyers ainsi qu’une zone de rejet de déchets dans un dépotoir mitoyen. Ces données permettent de conclure à une complémentarité fonctionnelle des unités centrées sur les foyers.

Texte intégral

  • 1 Il faut souligner que l’ampleur des décapages, la quantité de matériel recueilli et le temps réserv (...)

1À Marolles, l’analyse de la répartition spatiale des témoins n’est pas aussi aisée que pour d’autres sites, sensiblement contemporains, fouillés dans le Bassin parisien. Les conditions de dépôt et de conservation, qui ne sont pas toujours très bonnes, n’ont guère favorisé la clarté de la lecture d’ensemble, d’autant que la fouille, effectuée le plus souvent dans des circonstances délicates et sur un laps de temps très court, ne nous a pas laissé le temps de réfléchir sur le terrain à la structuration générale du sol archéologique. Toutefois, la volonté de traiter le niveau archéologique dans son extension et les méthodes de relevé, parfois tridimensionnelles et ailleurs au 1/4 ou au 1/9 de mètre carré, nous ont permis de réaliser de vastes plans d’ensemble qui autorisent, pour certaines sections, une approche assez précise1.

8.1 Arguments en faveur d’un sol d’occupation en place

2La dilatation du sol d’occupation et la densité presque régulière du matériel réparti sur une grande partie du site suggèrent une désorganisation et un remaniement au moins partiels des dépôts archéologiques. Cependant, par endroits, des ensembles se dégagent de la masse des déchets répartis sur presque toute la surface de fouille et plusieurs concentrations de témoins, qui s’organisent autour d’accumulations de pierres chauffées, paraissent correspondre à la configuration de sols d’habitat peu après leur abandon.

3Comme nous l’avons suggéré plus haut, cette conservation différentielle dans la répartition des vestiges peut être la conséquence de phénomènes naturels ou anthropiques. Le niveau principal d’occupation présente des variations d’épaisseur de 2‑3 cm à plus de 10 cm d’épaisseur. Ces variations s’expliquent probablement par des mouvements de convexion ayant provoqué une certaine dispersion des petits éléments sur le plan vertical. De tels mouvements ont été signalés pour le gisement de Marsangy (Schmider 1992). Par ailleurs, la présence de microreliefs assez prononcés, entre les secteurs 1 et 2 par exemple, a pu favoriser le déplacement de témoins lors d’une phase de colmatage des cuvettes. Des perturbations postérieures à l’enfouissement de l’occupation magdalénienne ont également dérangé, voire détruit, le dépôt anthropique sur des surfaces importantes ; parmi celles‑ci, la mise en culture de certaines zones de la confluence, depuis des périodes anciennes, a contribué à niveler et à faire disparaître des reliefs que les Paléolithiques avaient occupés. Toutefois, en dépit de ces phénomènes qui ont parfois homogénéisé la distribution des vestiges, quelques zones du dépôt archéologique semblent avoir été assez bien préservées. Dans certaines parties des trois secteurs décapés, on rencontre en effet une répartition hétérogène du matériel qui ne paraît pas toujours due à des facteurs de gravité ou de colluvionnement. Dans le secteur 2, en particulier, les différences de densité organisent l’espace, indépendamment des différentes catégories de témoins. Par ailleurs, de nombreuses structures de combustion ont, semble‑il, polarisé des activités diverses et spécialisées qui se traduisent par une abondance de l’outillage et des zones de rejet et d’évacuation. Ces observations suggèrent que nous sommes en présence d’un sol d’occupation en place ou relativement bien préservé, ayant seulement subi quelques altérations qui n’ont sans doute déformé que très partiellement le dépôt magdalénien. On peut alors penser que l’installation prolongée des Magdaléniens, dans un site au relief parfois assez prononcé, a provoqué une désorganisation progressive de la structuration des sols d’habitat. Mais, comme nous l’avons déjà suggéré, deux hypothèses d’occupation sont envisageables : il peut s’agir d’un très vaste campement permanent ou d’une succession de petites occupations répétées.

4Pour tenter de répondre plus précisément à ces questions, nous avons choisi d’étudier la partie du sol d’occupation dont l’organisation paraissait la mieux préservée par comparaison avec ce que l’on connaît dans d’autres gisements de plein air de la région, c’est‑à‑dire le secteur 2.

8.1.1 Présentation globale du secteur 2

5La surface décapée est de 553 m2 mais toutes les limites de fouille sont artificielles. Le niveau magdalénien est détruit par les labours au sud, à l’ouest et N‑O, alors que vers l’est, et principalement au S‑E, le niveau très riche n’a pu être exploité. Du matériel a été rencontré sur la totalité de la surface traitée, parfois en très grosse quantité. Celui‑ci témoigne de nombreuses et diverses activités, et ce lieu apparaît comme un secteur d’occupation privilégié. Le poids total des pierres chauffées y est de 970 kg, celui de silex de 334 kg (dont 40 % de nucléus), avec 23733 artefacts, 776 nucléus et 916 outils.

6Par convention, et pour faciliter les descriptions, nous avons effectué un découpage de ce secteur 2 en quatre zones –A, B, C et D– d’étendue à peu près équivalente (fig. 66‑69).

7Les Magdaléniens ont occupé ici une vaste cuvette qui présente des pentes plus ou moins prononcées et un fond assez évasé. La paléotopographie du niveau principal d’occupation ayant été relevée dans chacun des secteurs fouillés, nous sommes en mesure de préciser la position des structures et des ensembles de vestiges inventoriés dans le secteur 2 par rapport à la microtopographie de la cuvette, dont la profondeur totale est d’environ 1,2 m (entre 51,4 m et 52,6 m ngf). On peut d’ores et déjà noter que les zones A et C présentent des densités de témoins supérieures aux deux autres. La répartition des témoins semble s’organiser dans l’ensemble en fonction des structures de combustion.

8.1.2 Sol d’occupation et situation des structures de combustion

8Dix structures de pierres chauffées, décrites aux chapitres 2 (fig. 5) et 7 (fig. 45), ont été dénombrées. Dans la zone A, la structure 1, la plus importante, est située pratiquement au fond de la cuvette, à une altitude de 51,5 m. À proximité de celle‑ci, 3 m plus à l’ouest, la structure 2, plus réduite, occupe la zone la plus basse du site, à une altitude de 51,4 m. La structure 6 est installée à mi‑pente, au sud de la cuvette, à 52,2 m d’altitude. Le pcndage de cette zone est assez fort puisque, sur 8 m, on passe de 51,4 à 52,5 m d’altitude. À quelques mètres, sur le rebord sud de la cuvette, en limite du secteur détruit par les labours, on trouve la structure 7 à 52,3 m (fig. 66). Dans la zone B, la structure 12 est localisée, à 52,4 m, au S‑O de la dépression où le pendage est très faible (fig. 67). La zone C correspond à une partie de la cuvette où la pente est assez douce ; les deux structures les plus hautes du site se trouvent à 52,6 m, la structure 5 au nord, la structure 9 à l’ouest où l’on rencontre également la structure 3, à 52,4 m (fig. 68). Dans la zone D, la structure 4 a été aménagée sur un replat à 51,9 m, et au N‑E de la cuvette, à 52,2 m, se trouve la structure 8, située sur une pente très douce, qui se distingue des autres par l’absence de concentration ou d’amas dans un proche environnement (fig. 69).

FIG. 66 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Sol d’occupation dans le secteur 2 : plan de la zone A.

dess. P. Pihuit/Afan et D.M./CNRS

FIG. 67 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Sol d’occupation dans le secteur 2 : plan de la zone B.

dess. P. Pihuit/Afan et D.M./CNRS

FIG. 68 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Sol d’occupation dans le secteur 2 : plan de la zone C.

dess. P. Pihuit/Afan et D.M./CNRS

FIG. 69 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Sol d’occupation dans le secteur 2 : plan de la zone D.

dess. P. Pihuit/Afan et D.M./CNRS

9Il apparaît donc que le choix des installations de foyers ne semble pas avoir été conditionné par les formes de reliefs. Aucune préférence notable ne peut être mise en évidence et les structures se situent à toutes les altitudes. Dans les zones B, C et D, les emplacements choisis correspondent toutefois aux bords de la cuvette ou à des replats, alors que, dans la zone A, deux des foyers ont été placés au plus profond de la cuvette et les deux autres, qui les surplombent de près de 80 cm, à mi‑hauteur sur une pente relativement accusée.

10On observe que les concentrations de silex, de même que quelques concentrations limitées de pierres chauffées, sont le plus souvent proches des structures de combustion, dans un rayon d’environ 4 m. En dehors de ces concentrations, on remarque quelques amas isolés de plus petite taille au sein de nappes de vestiges dispersés de façon homogène. La distribution des restes osseux montre un mode de répartition un peu différent, privilégiant les zones A et C. Dans la zone A, les accumulations les plus importantes se trouvent, d’une part, à l’est des structures 6 et 1 –en limite de fouille– et, d’autre part, dans une zone mitoyenne aux trois foyers 1, 2 et 6. Dans la zone C, une première concentration circulaire, d’1,5 m de diamètre, repose sur un replat à 4 m environ au S‑O de la structure 3 ; une seconde, au S‑E de la structure 9, s’étale en large croissant sur plus de 6 m2. Cette concentration délimite le sud d’un espace de plus 10 m2 pratiquement dépourvu de matériel archéologique. Les quelques autres espaces plus dégagés ne révèlent pas particulièrement d’association significative avec les foyers.

11À l’inverse de ce que l’on aurait pu attendre, les zones présentant les plus fortes déclivités, comme le S‑E du secteur 2 (zone A), ne semblent pas les plus perturbées. À la fouille, ont juste été notés pour cette zone un tassement et un léger glissement du matériel dans le sens de la pente. La partie N/N‑O du secteur (zones B et C), avec une pente assez forte par endroits, a révélé un niveau assez dilaté, avec du matériel dispersé verticalement, parfois sur près de 10 cm. Les vestiges les plus pesants, telles les pierres chauffées, se rencontraient à la base du niveau. Cependant, la répartition des témoins, la présence de structures de combustion et de concentrations de vestiges, associées à des espaces plus ou moins vides, tendent à indiquer une dispersion horizontale plutôt faible, à l’inverse de la zone S/S‑O (zone D) où de possibles phénomènes de colluvionnement ou de solifluxion pourraient expliquer une répartition plutôt homogène du matériel. Enfin, les vestiges mis au jour sur le rebord de la cuvette, à l’ouest, tout comme ceux du fond de celle‑ci, au S‑E, nous ont semblé se trouver en position primaire lors du dégagement. Ce sont les endroits où la dispersion verticale était la plus faible, de l’ordre de 2 à 3 cm.

12À première vue, il existe donc une certaine organisation du sol d’occupation mais son image en paraît légèrement brouillée. C’est l’analyse de la répartition des témoins Ethiques qui apporte les meilleurs arguments en faveur d’une distribution relativement préservée.

8.1.3 Règles de répartition : le témoignage du matériel lithique

13Lorsque l’on considère la carte de densité en nombre des témoins Ethiques (fig. 70), on note un très net contraste entre les plus fortes concentrations du S‑E –zone A– et le reste de la section. Les deux foyers du S‑E (structures 1 et 2), autour desquels les densités sont les plus élevées, occupent, on l’a vu, la zone la plus basse du site et l’on pouvait se demander si le regroupement des vestiges qui les accompagnent n’est pas le résultat d’une accumulation par gravité. L’examen de la carte des densités en poids contredit cette hypothèse (fig. 71). On rencontre en effet, sur les points hauts du secteur 2, des mètres carrés où le poids des vestiges lithiques est également élevé, souvent à proximité des autres structures de combustion et parfois en retrait.

FIG. 70 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des restes lithiques (en nombre).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

FIG. 71 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des restes lithiques (en poids).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

14Lorsque l’on considère la répartition des nucléus (fig. 72), éléments les plus lourds parmi les témoins Ethiques, on s’aperçoit qu’ils sont répartis sur une grande partie de la surface fouillée et qu’ils se regroupent indépendamment du relief, au bord des foyers ou en retrait. Leur distribution semble bien plus obéir à une volonté de dépôt qu’à la seule loi d’accumulation par gravité qui prévaudrait pour un site remanié. De la même façon, les outils sont des éléments légers dont la répartition spatiale serait uniforme et aléatoire s’il y avait eu des remaniements importants. Or, la plupart d’entre eux sont groupés autour des principaux foyers, indépendamment de leur position topographique.

FIG. 72 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des nucléus (en nombre).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

15Il semble donc que les règles fonctionnelles qui ont présidé, à l’origine, à la répartition générale des témoins soient celles qui expliquent encore, pour l’essentiel, leur distribution actuelle. S’il y a eu localement des remaniements, dont témoigne une certaine dilatation verticale de la couche, ils n’ont jamais sans doute été très intenses.

16Un certain nombre de principes généraux peuvent être déduits d’emblée de l’examen des plans de répartition cumulatifs et sélectifs des témoins Ethiques. Si l’on considère d’abord les densités générales en nombre et en poids, on constate une double tendance. Tous les foyers, à l’exception de la structure 8, constituent des centres de gravité plus ou moins marqués autour desquels les vestiges sont répartis de façon dissymétrique. Au S‑E de la section, dans la zone A, les foyers attirent de nombreux vestiges correspondant à un poids total élevé. Ailleurs, les vestiges ne sont jamais très nombreux autour des foyers bien que leur poids soit assez élevé. Entre les foyers, on trouve des zones de très faible densité, où les artefacts sont toujours légers, mais également des petites zones indépendantes des structures de combustion.

17L’analyse des plans sélectifs permet de préciser un peu la raison de ces règles :
– les outils sont les témoins toujours les plus groupés autour des foyers, cependant, trois regroupements significatifs apparaissent dans la partie médiane, à l’écart des structures de combustion (fig. 73‑78) ;
– les produits bruts de plein débitage sont également souvent groupés à proximité des foyers mais leur distribution ne coïncide pas exactement avec celle des outils retouchés, ce qui suggère une distinction possible entre les zones de débitage et les zones de transformation ou d’usage (fig. 79) ;
– – les produits d’entretien semblent coïncider avec les zones où il n’y a pas d’outils mais des produits de plein débitage, et pourraient marquer les zones de débitage ; le même phénomène s’observe pour les produits de mise en forme, quoique leur répartition soit plus diffuse que celle des autres produits de débitage (fig. 80, 81) ;
– on remarque enfin que les nucléus se retrouvent généralement dans des aires de dispersion distinctes des outils.

FIG. 73 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des grattoirs (en nombre).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

FIG, 74 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des burins (en nombre).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

FIG. 75 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des chutes de burins (en nombre).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

FIG. 76 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des perçoirs et microperçoirs (en nombre).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

FIG. 77 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des becs (en nombre).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

FIG. 78 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des lamelles à dos (en nombre).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

FIG. 79 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des lames et lamelles de plein débitage (rapport poids réel/poids moyen par m2).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

FIG. 80 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des produits d’entretien (rapport poids réel/poids moyen par m2).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

FIG. 81 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des produits de mise en forme (rapport poids réel/poids moyen par m2).

DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.

18Il y a donc une tendance au regroupement des outils en zones d’activités polarisées autour de certains foyers, mais aussi à l’écart des aires où sont associés les nucléus et les produits d’entretien. Ces observations traduisent soit des mouvements centrifuges d’évacuation des produits encombrants (nucléus et produits de mise en forme) de l’abord immédiat des foyers où le débitage a eu lieu, soit des mouvements centripètes, le débitage se faisant sur des postes périphériques, les produits utiles étant rapprochés des foyers. Seule une analyse des remontages lithiques pourrait trancher cette question.

19Si l’on se souvient que la répartition des restes osseux ne suit pas le même principe de polarisation, on peut confirmer l’hypothèse que, dans le secteur 2, les différences de densité structurent l’espace indépendamment de la nature des catégories de témoins. La mise en évidence d’une structuration autour des foyers et d’une opposition globale entre les zones de concentration et les zones vides –ou du moins de très faible densité– peut être reliée à des faits déjà établis précédemment : connexions et appariements sur les restes osseux pour des éléments du squelette postcrânien ou des séries dentaires (cf. Bridault, Bémilli chap. 5), à l’intérieur de mêmes mètres carrés ; raccords entre fragments de pierres chauffées à l’intérieur de la structure de combustion no 1, seule structure où cela a été tenté (cf. supra § 7.2, fig. 58).

20L’ensemble de ces observations autorise à conclure que la structuration initiale de l’occupation du secteur 2 a été, en majeure partie, préservée. En outre, dès le moment de la fouille, l’organisation du sol de l’une des quatre zones, la zone A qui correspond en partie au fond de la cuvette, a paru encore mieux conservée avec des répartitions différentielles qui paraissaient significatives. Il s’agit aussi de l’un des rares endroits du décapage où ont été retrouvées de nombreuses pièces de dimensions très réduites, dont des esquilles de silex. C’est pourquoi, il a été décidé d’en envisager une étude plus détaillée, même si nous ne disposons que d’une répartition des vestiges lithiques et osseux à l’échelle du mètre carré et de trois plans analytiques par catégorie de vestiges (pierre, silex, os).

8.2 Un exemple privilégié : le S‑E de la section 18 (secteur 2)

8.2.1 Présentation globale fig. 82

21Une partie de la zone A, qui correspond au S‑E de la section 18, couvre une superficie d’environ 70 m2, incluant le fond de la cuvette et l’un de ses flancs les plus abrupts. Le sol d’habitat s’organise autour de trois structures de combustion (F1, F2 et F6) établies en triangle ; les structures Fl et F2, situées dans la partie basse, ne sont qu’à 2,5 m l’une de l’autre, alors que la structure F6, à mi‑pente, est un peu plus éloignée, à 4 m au sud de Fl et 4,5 m au S‑E de F2 (fig. 83).

FIG. 82 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Le sol d’occupation de la section 18.

P. Pihuit/Afan

FIG. 83 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : S‑E du secteur 2. Répartition des pierres chauffées.

P.A./Afan

22On a vu, au chapitre 7, que la structure 1 (W‑X 8‑9), dans son état d’abandon, n’avait pas été réutilisée comme foyer : les quelque 77 kg de pierres, en dépit de traces de chauffage et d’éclatement thermique, n’ayant pas subi de chauffe après leur dernier regroupement. Bien que, dans l’ensemble, le sédiment n’ait conservé aucune preuve d’une combustion sur place, quelques traces charbonneuses très fugaces, dans l’une des deux petites dépressions, et de nombreux petits éclats thermiques « oubliés » à la base de l’accumulation de pierres suggèrent que la structure a bien servi de foyer auparavant. Cela semble logique si l’on considère la distribution des vestiges tout autour qui s’apparente, plus que celle observée autour des deux autres foyers, à ce que l’on connaît ailleurs, avec en particulier des concentrations de petit débitage et d’outils dans un rayon de moins d’1 m du bord de l’accumulation. Les pierres dispersées sont relativement rares et l’on observe une orientation préférentielle vers le N‑E. Les éléments osseux, rares également autour du foyer, suivent la même dispersion mais deviennent abondants vers l’est où ils forment une nappe en arc de cercle dans les bandes Y et Z où ils sont associés à une nouvelle nappe dense de silex, en Y‑Z 9‑10 (fig. 86).

23Il est intéressant de constater que le foyer F2 (T 8), qui en est très proche, est au contraire fort pauvre en pierres, moins de 20 kg au total, et que celles‑ci sont particulièrement fragmentées (cf. Rieu § 7.1). Toutefois, ce foyer est associé à un dépôt de pierres en R‑S 8‑9 et à un arc d’éléments dispersés à une distance de 2 à 3 m vers le S‑O. La concentration des pierres de petite taille à l’intérieur du foyer suggère que celui‑ci a dû fonctionner, à un moment donné, avec un lot plus important dont il ne subsiste qu’une partie. Si l’histoire thermique du foyer Fl n’avait pas été élucidée, on aurait pu supposer que le foyer F2 avait été abandonné en état d’exhaustion, la plupart des fragments ayant été évacués vers l’extérieur, à mesure des combustions. Mais, puisque l’on sait que des pierres plus ou moins volumineuses ont été apportées dans le foyer Fl déjà fracturées, on peut aussi imaginer qu’une partie d’entre elles ont été prélevées dans le foyer 2, après son ultime extinction. Seuls des remontages pourraient confirmer cette hypothèse. Plus qu’autour des deux autres foyers, de petites concentrations d’os, à moins d’1 m vers le N‑O et surtout vers le sud en S‑T 7, paraissent correspondre à une consommation locale. Le silex est également abondant autour de cette structure mais il n’existe pas d’amas aussi net que sur le bord du précédent. Toutefois, on observe, en T‑U 5‑6 et V 7‑8, une concentration notable de pièces dans une zone qui paraît mitoyenne aux foyers F1 et F2.

24Le poids des pierres constituant le foyer F6 (Y 4) est nettement plus important puisqu’il dépasse 50 kg ; il est proche de la moyenne des poids enregistrés dans les foyers à appareil de pierres de Pincevent (Baffier et al. 1982). Les modules des roches sont variés et la présence d’une demi‑couronne d’éléments de bonne taille encore en place témoigne de la relative conservation de cette structure après son abandon. Un éventail de pierres, qui prend son origine au bord du foyer, s’étend vers le S/S‑O ; il correspond très probablement à un rejet de fragments thermiques au cours de son fonctionnement. Les éléments de silex ne jouxtent pas directement la structure mais se répartissent en nappe assez homogène dans un rayon de 2 à 3 m. Comme autour du foyer Fl, les éléments osseux sont relativement rares à proximité immédiate du centre de combustion mais une nappe beaucoup plus dense l’enserre au‑delà, constituant une couronne qui paraît nettement en relation avec la structure.

8.2.2 Analyse de la répartition du silex

25Le plan montre clairement que la densité des éléments lithiques est plus forte autour de Fl, qu’elle est moyenne autour de F2 et faible autour de F6. Dans un premier temps, on cherchera à déterminer les aires d’activité et les éventuelles aires de rejet, puis on s’interrogera sur la fonction de chacune des unités centrées sur un foyer, afin d’envisager l’éventualité d’une stricte contemporanéité d’occupation ou celle d’un hasard de regroupement des structures à des moments successifs.

8.2.2.1 Postes de taille et aires de rejet fig. 84

26L’étude du secteur 2 a montré que la répartition des produits de débitage répondait, sur une bonne partie de l’espace fouillé, à quelques règles fonctionnelles procédant du développement des chaînes opératoires de taille. Les mêmes critères sont utilisés ici afin de voir comment étaient répartis les produits de mise en forme et de plein débitage ainsi que les nucléus.

FIG. 84 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : S‑E du secteur 2. A répartition de l’industrie lithique ; B zones où le poids des produits de mise en forme est élevé ; C zones où le poids des produits de plein débitage est élevé ; D répartition des nucléus (en nbre).

B.V./Univ. et D.M./CNRS

27On sait qu’une opération de taille, lorsqu’elle suit les règles d’unité de temps et de lieu, laisse sur place la totalité des produits de débitage –mise en forme, plein débitage et nucléus–, l’ensemble étant associé à des esquilles et ce que l’on appelle la « poussière de silex ». Mais l’expérience acquise depuis plusieurs décennies sur d’autres gisements de plein air montre que cette unité de temps et de lieu correspond souvent à des cas exceptionnels et que les temps ou les lieux de travail peuvent être dissociés. Cette dissociation est expliquée, en général, par le souci de ne pas encombrer l’espace principal d’activité. Très schématiquement, deux cas de figure sont possibles : soit on taille dans l’espace d’activité principal mais on évacue les produits inutilisables –produits de mise en forme et nucléus (mouvement centrifuge)–, soit on s’installe d’abord dans un endroit périphérique où l’on laisse sur place la majorité des produits de mise en forme, puis l’on vient dans la zone d’activité principale pour y réaliser le plein débitage (mouvement centripète) et sélectionner ensuite les supports qui seront transformés en outils et, on peut l’espérer, utilisés sur place. Ce sont généralement les remontages des produits taillés et l’établissement de plans de liaisons qui permettent de déceler la chronologie des gestes et, par conséquent, le sens des déplacements.

28Au niveau d’analyse sur lequel nous sommes contraints de rester, en l’absence de remontages, il n’est guère facile de se prononcer avec certitude sur l’existence de postes de taille ou d’aires de rejet et notre seul critère de définition, compte tenu de l’association ou non de produits de plein débitage et de produits de préparation, sera celui de la distance par rapport aux foyers qui paraissent avoir polarisé certaines activités de taille. On a donc procédé, dans un premier temps, à une estimation, par mètre carré, de la présence significative de produits de mise en forme et de plein débitage. Le plan montre comment ces types de produits se répartissent selon trois possibilités.

Produits de mise en forme seuls (fig. 84B)

29Sur l’ensemble de la surface concernée, seuls 7 m2 présentent une majorité de produits de mise en forme : en X 10 au nord de Fl, en T 5‑6, au sud de F2, en V 5‑6, dans la zone mitoyenne aux 3 foyers, et en W 3 et X 4, à l’ouest de F6.

Produits de plein débitage seuls (fig. 84C)

3012 m2 se répartissant : autour de Fl, au N‑E en Y 10, et au S‑O en V‑W 8 et en V 7 ; autour de F2, les mètres encerclant le foyer au nord, à l’ouest, au sud et S‑E en S‑T 9, S 7‑8, et T‑U 7, enfin dans la zone mitoyenne en U 5 et W 5 (ce dernier mètre pouvant tout aussi bien appartenir au « territoire » de F6).

Produits associant la mise en forme et le plein débitage

317 m2 associés, pour 5 d’entre eux, à Fl au nord et N‑E, en V‑W 9, Y‑Z 9 et au sud en W 7, un autre plus proche de F2 au N‑E en U 9 mais dans le prolongement des autres mètres de la bande 9, enfin un au S‑E de F2 en U 6.

32La distribution du nombre de nucléus par mètre carré est plus diffuse sur l’ensemble de la surface (fig. 84C). Toutefois, on se rend compte qu’ils sont plus concentrés dans la zone mitoyenne correspondant globalement aux mètres T‑U‑V‑W 5‑6, avec un total de 38 nucléus (jusqu’à 8 par mètre en V 5‑6). Ailleurs, et en particulier autour des foyers, le nombre ne dépasse jamais 5 par mètre.

Postes associés à F1

33Lorsque l’on confronte ces données au plan réel de la répartition du lithique, il s’avère que les concentrations présentes autour de F1, au moins en W‑X‑Y‑Z 9 et les deux mètres adjacents au nord en W‑X 10, peuvent correspondre à des postes de taille. En revanche, le mélange des produits en X 7 est trop peu dense pour être seul pris en compte et l’on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une extension d’une aire de travail située en V 7‑8 et W 8, juste au S‑O du foyer. Si ces hypothèses se révélaient exactes, le faible nombre de nucléus associés (0 à 5 par m2) suggérerait que les autres nucléus débités sur place aient été évacués ailleurs.

Postes associés à F2

34On constate qu’autour de F2, les mètres adjacents au foyer, sur presque toute la périphérie, de densité plus faible que ceux correspondant à Fl, paraissent avoir été réservés plus particulièrement au plein débitage et que le nombre des nucléus y est également faible (1 à 5 par m2). En revanche, les produits de plein débitage mêlés à ceux de mise en forme sont présents à un peu plus d’1 m au N‑E, en U 9, à proximité d’un dépôt de 6 nucléus en T 10, et à partir de 1,5 m au S‑E, en U 6, également à proximité d’un autre dépôt de 6 nucléus en T 6. Or, dans ce dernier cas, on peut voir sur le plan qu’il existe justement un véritable amas à l’intersection des mètres T‑U 5‑6. Il est donc possible que les postes de débitage, avec préparation des nucléus, aient été établis un peu à l’écart du foyer F2, et que seuls les produits de plein débitage aient été rapportés ou même débités autour de celui‑ci.

Postes associés à F6

35Il est plus difficile de se prononcer pour la structure F6 dont, paradoxalement, les produits de mise en forme se trouvent à proximité du foyer, vers l’ouest, en X 4 et W 3, alors que ceux de plein débitage sont un peu plus au nord, en W 5, mêlés à 6 nucléus. Les limites de la fouille à cet endroit n’aident guère à la compréhension de cette structure. Toutefois, dans la mesure où il existe aussi symétriquement une concentration de 6 nucléus en A 5, on peut se demander si l’organisation spatiale autour de F6 ne suivait pas les mêmes règles fonctionnelles qu’autour de F2, avec des postes de taille périphériques dont la structuration aurait été ici un peu remaniée par les effets de pente.

Une zone de rejet dans la partie mitoyenne ?

36Si une partie des déchets de débitage déposés aux abords de la zone mitoyenne T‑U‑V‑W 5‑6 peut être attribuée par proximité aux structures F2 et F6, la forte concentration de produits de mise en forme et de nucléus, en particulier en V 5‑6, pourrait être expliquée par le dépôt de déchets provenant des postes établis auprès de Fl. Au contraire de ce qui a été observé autour de F2 et F6, le travail de taille effectué auprès de Fl a dû nécessiter un nettoyage de l’espace de travail, qui est aussi, nous allons le voir, un espace de fabrication marqué par de nombreux outils ; il y aurait donc eu une évacuation centrifuge des produits inutilisables –éclats de mise en forme et nucléus. Il se trouve que cette partie du sol est aussi densément couverte par des déchets osseux et l’on peut croire qu’il s’agit d’un dépotoir commun aux trois unités.

8.2.2.2 La répartition des outils fig. 85

37L’ensemble de la zone regroupe 197 outils qui se répartissent typologiquement en 60 lamelles à dos, 69 burins, 46 grattoirs et 9 becs.

FIG. 85 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : S‑E du secteur 2. A répartition des outils (plan cumulatif) (en nbre d’élts) ; B répartition des grattoirs ; C répartition des burins (en nbre d’élts) ; D répartition des becs et perçoirs ; E répartition des lamelles à dos.

B.V./Univ. et D.M./CNRS

38Le plan cumulatif (fig. 85A) montre, comme pour les densités générales du débitage, qu’ils sont surtout concentrés autour de Fl, que leur densité est moindre autour de F2 et qu’elle est faible autour de F6. Le maximum des outils (de 4 à 23 par m2) se répartit selon une large diagonale qui englobe tous les abords de la structure 1 et l’arc nord, est et S‑E de la structure 2.

39On remarque en outre que les plus grandes densités d’outils (de 7 à 23 par m2) sont associées à ce que nous avons interprété comme des postes de débitage, au N‑E de Fl et sur sa bordure S‑E en W 8, ainsi qu’à l’est de F2 en U 9 et en U 6‑7.

8.2.2.3 Comparaison des unités centrées sur les foyers

Témoins d’activités

40Il n’est pas facile de distinguer, avec des décomptes au mètre carré, les aires correspondant à chacune des structures, mais en tenant compte de ce qui a été proposé pour les postes de débitage et de rejet, on peut tenter une séparation globale en trois unités couvrant plus ou moins 20 m2 autour de chaque foyer, afin de pouvoir comparer leur constitution :
– unité 1 (V‑Z 7‑10) : 122 outils ;
– unité 2 (R‑U 5‑9) : 48 outils ;
– unité 6 (V 5‑6 + W‑A 3‑6) : 22 outils (mais il manque toute la zone sud de cette unité).

41Seuls les outils des franges nord et ouest de l’unité 2 (3 lamelles et 2 grattoirs) ne sont pas pris en compte.

42D’un point de vue global (tabl. xxiv), il est évident que l’unité 1, qui comporte le plus large spectre d’outils, est aussi celle où les lamelles, les burins et les becs sont les plus nombreux. Il apparaît aussi que l’unité 2 est surtout caractérisée par une présence presque équivalente de burins et de grattoirs (l’ajout des 5 pièces écartées ne changeant rien à l’image), et que l’unité 6 l’est par les grattoirs (bien qu’on ne sache pas vraiment si les 2 grattoirs présents en V 5 lui appartiennent). La comparaison statistique, par le test du Chi2 qui prend en compte les représentations proportionnelles au nombre total d’outils, confirme cette observation en la nuançant : le nombre relatif de burins est presque équivalent entre les unités 1 et 2, celui des becs est un peu plus important et l’on note un net déficit en grattoirs dans l’unité 1, et en lamelles dans l’unité 2. Dans l’unité 6, le nombre des lamelles, quoique faible, est égal à ce que l’on pourrait attendre mais celui des burins et, a fortiori, des becs, qui sont absents, est inférieur.

TABL. XXIV – Répartition des outils entre les trois unités de la section 18.

43Bien que cette estimation comparative soit forcément grossière puisqu’on ne sait s’il existe une délimitation des aires d’activités entre l’unité 1 et l’unité 2, elle fait apparaître une certaine complémentarité entre les trois unités pour l’équipement en silex. L’unité 1 ayant été vraisemblablement plus consacrée à des travaux de réfection des armes, l’unité 2 à des travaux polyvalents de grattage et de rainurage, excluant presque la confection de lamelles à dos, l’unité 3, enfin, surtout à des travaux de grattage mais en moindre intensité que la précédente.

Répartition spatiale des aires d’activités

44Les aires d’activités liées à la fabrication ou au détachement des lamelles à dos sont situées à proximité immédiate du foyer F1, en W 8, et au N‑E, dans un éventail qui part du foyer et s’étale vers Y 7 et Z 9.

45On remarque que les mêmes zones sont également caractérisées par une forte présence relative de burins et de becs qui s’étalent un peu plus largement à l’ouest de Fl, mais ces deux types d’outils sont également nombreux, d’une part immédiatement au N/N‑E de F2, en T‑U 9, et d’autre part dans une zone mitoyenne aux deux unités, en U‑V‑W 7.

46Le nombre le plus important de grattoirs se retrouve au S‑E de F2, en U 6, aux limites d’une zone que nous avions interprétée comme un poste de taille. Ailleurs, ils montrent une dispersion analogue à celle que l’on rencontre dans les autres habitats magdaléniens de la région.

47En dehors de ces points de forte densité par type d’outil, on note une certaine polyvalence de leur représentation tous types confondus autour des foyers 1 et 2, avec, pour l’unité 1, une extension vers le N‑E, à la marge nord de l’accumulation de taille Y‑Z 9 dont la définition technique reste aventureuse en l’absence de remontages et par sa situation en limite de fouille. Par ailleurs, l’aire de travail polyvalente qui s’étend en oblique au sud, dans les mètres U‑V 7 et U 5‑6, et qui évite les mètres où le nombre de nucléus est le plus important, pourrait correspondre à un espace commun aux deux unités, en deçà d’un dépotoir lui aussi commun autour de V 5‑6. La très grande proximité des deux foyers et la relative complémentarité des activités suggèrent, en effet, la présence d’un groupe unique. Si l’on tient compte seulement du silex, le faible nombre d’outils retrouvés autour du foyer F6 rend peu explicite la nature des activités qui ont pu y avoir lieu, mais l’étude de la répartition osseuse apporte quelques éclaircissements.

8.2.3 Analyse de la répartition des restes osseux fig. 86

48Tout comme pour le lithique, la zone A est globalement riche en vestiges osseux, particulièrement autour de F6 (en Y 4). Les observations portent sur les restes de cheval, qui est l’espèce la mieux représentée. Les dents de cheval étant présentes dans presque tous les mètres de la zone, c’est sur les éléments du squelette postcrânien que porte l’analyse spatiale. Après avoir identifié les zones à forte densité de vestiges, on a recherché s’il existait une répartition différentielle des parties du squelette postcrânien pouvant traduire des activités distinctes dans le traitement des carcasses de chevaux.

FIG. 86 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : S‑E du secteur 2. A répartition de la faune ; B répartition des restes de rennes (plan cumulatif) ; C répartition des restes de chevaux (plan cumulatif) ; D répartition des membres antérieurs et scapulas de chevaux ; E répartition des membres postérieurs et coxaux de chevaux ; F répartition des métapodes et phalanges de chevaux ; G répartition des éléments du squelette postcrânien de chevaux.

A.B. et D.M./CNR5

49C’est bien évidemment l’échantillon des restes déterminés qui est ici sollicité. Il a donc été procédé à un décompte en nombre de restes (NR) pour chaque mètre carré, non pas de chaque os, mais de chaque unité anatomique définie ainsi :
– coxaux et membres postérieurs, sauf les extrémités (soit le bassin, les fémurs, les rotules, les tibias et les os du tarse) ;
– scapulas et membres antérieurs, sauf les extrémités (soit les omoplates, les humérus, les radius/ulnas et les os du carpe) ;
– extrémités (soit les métacarpes, les métatarses et les trois phalanges). Les os du bas des pattes ont été réunis dans une catégorie à part puisqu’il n’a pas toujours été possible de distinguer, lors de la détermination, les extrémités du membre antérieur de celles du membre postérieur.

Zones de plus forte densité

50Les zones de plus forte densité sont naturellement définies par un nombre de restes plus élevé qu’ailleurs. La gamme des valeurs étant comprise entre 0 et 39 restes, trois classes ont été distinguées :
– classe 1 – NR > 25 ;
– classe 2 ‑10 < NR < 25 ;
– classe 3 – NR < ou = 10.

51D’un point de vue général, le quart N‑O de la zone, quoique moins bien documenté, apparaît moins riche en vestiges que le reste et en particulier le quart S‑E.

52Il ressort de cette analyse de densité que les os du squelette postcrânien se trouvent en plus faible concentration à proximité immédiate des foyers et que leur densité s’accroît à mesure que l’on s’en éloigne, mais de façon différentielle selon les unités d’occupation. Alors que les os se répartissent en une large couronne autour du foyer F6, laissant un espace central libre de 1,5 à 2 m, on ne les trouve en forte densité qu’à l’est et au S‑E de Fl et au sud de F2.

53Par ailleurs, on note une nette opposition entre la structure F6, qui polarise le maximum des restes osseux, et les deux autres, où la quantité de restes est moins importante.

Recherche d’une répartition différentielle des parties du squelette postcrânien de cheval

54La comparaison de la distribution des restes de membres antérieurs et postérieurs montre qu’on les retrouve, dans l’ensemble, dans les mêmes secteurs, sans toutefois se recouvrir totalement, les os des pattes avant étant moins nombreux que ceux des pattes arrière à l’est du foyer Fl. La répartition des métapodes et des phalanges suit la même configuration. Globalement, les différentes parties du squelette sont donc mêlées et correspondent aux zones de plus forte concentration, autour de F6, à l’est de Fl et au sud de F2. On note en particulier que les quelques carrés particulièrement denses en vestiges (Z 9, U 6, V 5, A 4‑5, X 2, Y 2) comprennent le plus de catégories d’os différentes.

55Quoique ces observations plaident en faveur d’un dépôt peu perturbé, elles soulignent l’absence de zones de rejet bien différenciées et, dans l’état actuel du travail, il est encore difficile de se prononcer sur la signification de ces répartitions en terme d’activités spécialisées. Néanmoins, l’existence d’une zone de dépôt d’os très marquée autour de F6 est une information intéressante puisqu’elle renforce l’opposition observée dans la répartition des vestiges lithiques qui montrait des concentrations plus importantes autour des foyers F1 et F2.

8.2.4 Synthèse spatiale

56Si l’on pouvait espérer a priori que l’association spatiale des trois structures correspondait à un moment unique d’occupation, la complémentarité d’activités mise en évidence par la distribution des vestiges lithiques et osseux renforce cette hypothèse. L’unité F6, quoique comportant un certain nombre de grattoirs et quelques lamelles à dos dispersées, paraît plus que les autres avoir été réservée au traitement des matières alimentaires, et la zone entourant immédiatement le foyer pourrait correspondre à un espace domestique régulièrement nettoyé ou volontairement laissé libre afin de faciliter l’accès à la zone commune de consommation. Les deux autres unités paraissent avoir été réservées à des activités de transformation ou de fabrication diverses, même s’il n’est pas exclu, comme le montrent en particulier, à proximité du foyer F2, quelques dépôts limités de déchets osseux, que de petits repas aient pu y avoir lieu. Mais c’est bien davantage autour des foyers F1 et F2 que l’on a taillé le silex et que l’on a façonné et utilisé un nombre important d’outils. En dehors d’un certain nombre d’activités polyvalentes communes aux unités 1 et 2, il est apparu que l’unité F1 avait plutôt été réservée à la fabrication ou à la réfection de quelques armes alors que l’unité F2 avait dû servir au traitement de quelques peaux –si l’on admet que les grattoirs ont servi à cet usage. Cette complémentarité fonctionnelle peut être rapprochée de celle mise en évidence dans l’Habitation no 1 de Pincevent où deux des trois foyers alignés paraissent avoir polarisé des activités techniques alors que le troisième était plus précisément réservé aux opérations culinaires (Leroi‑Gourhan, Brézillon 1966 ; Plisson 1985).

57Toutefois, il ne s’agit ici que d’une analyse statique de l’état d’un secteur de campement au moment du départ de ses occupants. Et l’analyse approfondie effectuée sur le foyer F1 fournit des informations supplémentaires sur la dynamique d’occupation, si l’on prend en compte les conclusions que proposent R. March et B. Soler‑Mayor dans le chapitre 7 (cf. supra § 7.2.6). Il a en effet été mis en évidence que le foyer Fl, dans son état d’abandon, n’avait pas subi de combustion : l’agencement correspond soit à un regroupement de pierres préalablement chauffées ailleurs et destinées à cuire ou dessécher, dans cette structure, des morceaux de viande, soit à une cache constituée de gros blocs rapportés (certains présentant des traces de chauffages antérieurs) préservant le stock de viande déjà traitée en attendant une consommation ultérieure sur place ou le départ vers un autre campement. Quelle que soit l’hypothèse retenue, cette fonction ultime de Fl ne peut être en rapport direct avec les activités de débitage et de fabrication d’armes observées sur ses abords. On sait, en effet, que l’un des comportements les mieux attestés des tailleurs magdaléniens du Bassin parisien était de s’installer de préférence à proximité de foyers en activité pour y effectuer des opérations de fabrication, utilisant le feu pour adapter, à l’aide d’une résine malléable à la chaleur, des lamelles à dos sur le fut de sagaies. Il est évident que, dans son dernier état, la structure F1 n’était guère propice à ce type d’activité. C’est pourquoi, l’hypothèse émise par les mêmes auteurs d’une première phase de fonctionnement en combustion ouverte doit être prise en considération, d’autant qu’il subsistait à la base de l’accumulation des pierres quelques taches charbonneuses et de petits fragments thermiques de grès prouvant une combustion sur place.

58Il est donc tout à fait possible de supposer qu’à leur arrivée, les chasseurs aient établi, dans le fond de la dépression topographique, une première unité d’occupation centrée autour du foyer Fl, dans laquelle ils auraient préparé leur équipement en prévision de la chasse. L’apport consécutif du gibier abattu les aurait conduits à élargir leur espace domestique, en s’installant dans deux nouvelles unités : l’une, F6, sur la pente, dans laquelle ils auraient effectué la plupart des opérations de boucherie et consommé une partie de la viande, et l’autre, F2, proche de F1, polarisant le traitement de l’essentiel des matières premières animales non consommables. Deux scénarios sont alors envisageables pour expliquer le dernier état de Fl : le plus plausible est que les mêmes chasseurs, souhaitant conserver le surplus de production alimentaire pour un usage ultérieur, aient réaménagé le foyer Fl, qui ne servait plus à rien puisque la chasse était terminée et qu’il n’était plus nécessaire de préparer des armes. Ils auraient alors apporté des blocs de granit et de grès à cet endroit pour faire autre chose. Il n’est même pas impossible que certains éléments de grès aient été prélevés dans le foyer F2 dont nous avons constaté qu’il ne contenait plus qu’un petit lot de fragments inutilisables. Mais, en l’absence de remontages entre les fragments de pierres ou les éléments de silex taillés montrant des relations de simultanéité, rien ne permet de prouver, pour le moment, que cette structure, dans son état ultime, n’ait pas été aménagée par un groupe, venu s’établir un peu plus tard à proximité, qui aurait récupéré sur le sol des éléments utilisables encore visibles. En conséquence, on peut comprendre que la gestion de l’espace de ce petit campement (ou de cette portion de campement) soit moins simple qu’on ne l’imaginait au départ : la confrontation de la fonction des trois unités et de l’évolution de la structuration des foyers révèle, en fait, une dynamique de comportements qui permet de s’interroger sur le mode de constitution des dépôts mis au jour par la fouille.

  • 2 Nous ne disposons en effet que de plans analytiques par catégorie de vestiges (lithique, os et pier (...)

59Il s’avère, en conclusion, qu’en dépit des conditions d’exploitation et d’analyse assez peu favorables2, le niveau de résolution de l’interprétation spatiale est relativement élevé, même s’il n’est pas univoque.

8.3 Occupation unique ou répétée ?

60Au‑delà de cette analyse qui témoigne très probablement d’une petite unité d’occupation synchrone, il faut s’interroger sur le mode de constitution du site. Le principal problème posé est de savoir si le niveau supérieur représente une seule occupation ou s’il s’agit d’un palimpseste d’une suite d’occupations répétées.

61On sait que les Magdaléniens sont venus s’installer au moins deux fois au Grand Canton puisque la fouille a mis en évidence deux niveaux d’occupation séparés par un niveau apparemment stérile. Les études stratigraphiques (cf. supra chap. 3) révèlent une phase d’érosion après le dépôt des limons gris qui contiennent le premier niveau magdalénien et avant le dépôt des limons jaunes sus‑jacents contenant, vers leur base, le second niveau magdalénien. L’analyse micromorphologique confirme cette observation et précise que les limons gris ont été en outre remaniés lors de la mise en place des limons jaunes : il n’existerait pas de continuité sédimentaire entre les deux types de dépôts. Les dates 14C ne montrent toutefois pas d’écart entre les deux niveaux d’occupation puisque l’on a vu (cf. supra § 3.4) que celle du niveau inférieur (Gif 9606) était pratiquement équivalente à l’une de celles du niveau supérieur (Gif 9607). Il en a été déduit qu’à cet endroit précis du site, le temps qui séparait les deux passages des Magdaléniens devait être très court, et l’on peut supposer qu’un phénomène de sédimentation très localisé a permis de distinguer les deux temps d’occupation. Par ailleurs, les limons jaunes constitués d’un mélange de sédiments sableux mélangés aux sédiments sous‑jacents ont subi, au moment de la seconde occupation magdalénienne et par la suite, deux phases de bioturbation et de pédogenèse qui pourraient avoir homogénéisé l’éventuelle succession des dépôts de cette seconde occupation. Sur ce niveau supérieur, une date plus ancienne de plusieurs centaines d’années (Gif 9608) par rapport aux autres suggère effectivement que le site a pu voir des passages s’étaler sur un temps assez long. Mais, on le sait, les dates 14C pour cette période de la fin du Paléolithique manquent de précision.

62Considérant à présent la densité et l’organisation des vestiges, l’extension du niveau supérieur peut être estimée à un minimum de 1 500 m2, et la masse impressionnante de témoins d’activités incite à se demander comment un tel dépôt a pu être constitué. En dehors des problèmes de conservation différentielle et, compte tenu d’une organisation spatiale passablement embrouillée, sauf quelques exceptions notables, peut‑on imaginer qu’une telle densité de vestiges puisse être la conséquence d’une durée de séjour assez longue par un groupe important ? Il s’agirait alors d’un vaste camp de base, occupé pendant plusieurs mois, voire des années. Ou, au contraire, est‑il possible de penser que la densité des témoins et leur répartition résultent d’une succession de petites occupations assez rapprochées dans le temps ? Le niveau archéologique, tel qu’il a été retrouvé, correspondrait alors à l’interférence d’une succession de nombreuses installations sans lien entre elles.

63Dans l’une et l’autre des hypothèses, la forte densité des vestiges et l’apparente désorganisation des vestiges dans certains secteurs peuvent trouver des explications.

8.3.1 Indices en faveur d’un camp de base de longue durée

64Nous l’avons déjà noté, malgré l’épaisseur variable du niveau et l’abondance du matériel, aucun hiatus stratigraphique n’a été perçu lors de la fouille du niveau supérieur ni lors de l’analyse sédimentaire. Par ailleurs, en dépit de quelques zones perturbées, il semble bien exister une certaine organisation de l’espace, avec des zones plus vides et d’autres à plus forte densité, souvent centrées sur des structures de combustion. Il semble également que la plupart des superpositions bien délimitées de vestiges puissent être expliquées par l’action humaine. Par ailleurs, on peut comprendre qu’un long temps de séjour entraîne une certaine homogénéisation de la structuration initiale : l’occupation extensive et la production de déchets toujours plus importante tendant à envahir les lieux primitivement réservés à des activités spécifiques, la circulation répétée des occupants accentuant la confusion de la répartition des vestiges.

8.3.2 Indices en faveur d’occupations répétées

Un lieu maintes fois réoccupé ?

65L’absence de hiatus stratigraphique dans les dépôts du niveau supérieur peut être due au fait que les Magdaléniens revenaient fréquemment au Grand Canton, sur un terrain rarement atteint par les inondations, et qu’ils retrouvaient sur le sol la plupart des vestiges des occupations précédentes. Ils avaient alors la possibilité, soit de s’installer un peu plus loin –ce qui expliquerait l’extension du site–, soit de choisir des endroits encore un peu dégagés –mais dans ce cas, on n’observerait aucune zone vide–, soit enfin de nettoyer sommairement l’endroit où ils voulaient s’installer. Cette récupération de l’espace pourrait expliquer l’existence de certains vastes dépôts secondaires qui auraient été la conséquence de grands nettoyages. On remarque également que beaucoup de foyers sont plus ou moins démantibulés, avec des preuves de prélèvements de pierres, et que des nucléus ont été repris pour un nouveau débitage ; mais il nous est impossible de savoir à quel intervalle de temps (le jour, la semaine, le mois, l’année...) l’emprunt de pierres dans un foyer abandonné ou la récupération de nucléus ont pu se faire.

66Les arguments les plus importants en faveur de cette hypothèse sont livrés par l’étude de la faune (cf. Bridault, Bémilli chap. 5). L’état de conservation des os est fort médiocre : on observe une importante fragmentation sur place, avec de nombreuses esquilles en allumette et des dents délitées ; la surface des os est très altérée et présente de fortes corrosions provoquées en particulier par l’action des racines. Cela peut suggérer un temps relativement important d’exposition à l’air puis un enfouissement à faible profondeur. Il a été démontré, en outre, que le nombre très important de chevaux abattus ne pouvait avoir été produit par une chasse massive compte tenu du comportement en petites bandes de ces animaux rassemblés autour d’un étalon. À cet argument, s’ajoute l’établissement du fait que les animaux étaient probablement découpés sur place mais que certaines des parties consommables étaient emportées ailleurs. Dans l’hypothèse d’un camp de base de longue durée, les animaux auraient dû être entièrement consommés sur place et, même si l’on admet qu’ils aient pu être abattus au jour le jour, il est vraisemblable qu’une ponction régulière et suffisante pour nourrir un groupe important d’occupants serait très vite venue à bout des petits troupeaux fréquentant la confluence.

Comparaison avec une partie d’un campement saisonnier, la section 36 de Pincevent

67Puisque l’on sait que le campement du niveau IV‑20 de Pincevent correspond à un séjour unique dont la durée est évaluée entre 6 et 10 semaines environ, il n’est peut‑être pas inutile de comparer le secteur 2 du Grand Canton avec celui de la section 36 de Pincevent dont on connaît l’extension et l’organisation générale (Leroi‑Gourhan, Brézillon 1972). La surface considérée est un peu moins grande, 363 m2, et la première constatation qui s’impose à l’observation des plans de la section 36 est la moindre densité globale des dépôts, en dépit d’une forte polarisation autour des foyers. On observe en effet, au‑delà de ces centres, une diminution assez progressive des vestiges qui vont jusqu’à devenir rares entre les unités.

68Au‑delà de cette impression visuelle, la comparaison terme à terme de chaque catégorie de vestiges suggère des apports ou des productions un peu différentes (tabl. xxv). Cette comparaison montre, compte tenu de la différence des surfaces considérées, qu’il existe des variations notables entre les deux sites. Alors qu’à Marolles/Le Grand Canton, les proportions relatives des poids des roches et du silex d’une part, et du nombre de nucléus d’autre part, sont nettement plus importantes qu’à Pincevent, le nombre des lamelles à dos retrouvées dans la section 36 de Pincevent est incomparablement plus élevé que ce qu’il devrait être dans l’hypothèse d’une analogie de comportement global. En revanche, d’un point de vue statistique, les quantités relatives d’outils de transformation ne sont pas très différentes. Dans un premier temps, la très forte représentation à Pincevent des lamelles à dos –qu’elles aient été cassées en cours de façonnage ou qu’elles aient été déchaussées lors de la réfection des têtes de sagaies– suggère une activité de chasse effectuée tout au long du séjour, parallèlement aux activités de traitement des animaux rapportés au campement. Leur relative rareté au Grand Canton, en dépit de la quantité importante d’animaux rapportés dans le site, témoigne peut‑être d’un comportement autre : les armes pourraient avoir été préparées ailleurs, en prévision de la chasse, mais à l’issue de celle‑ci, les Magdaléniens ne seraient restés sur place que pour traiter le gibier abattu. Cette hypothèse est corroborée par les observations effectuées au chapitre 6, mettant en évidence le soin particulier apporté à la production des outils de transformation, alors que la chaîne de production des lamelles et des quelques armatures axiales semble plus expédiente. Si, comme on l’a vu précédemment, l’argumentation la plus plausible est celle d’une exploitation des bandes de chevaux étalée sur l’année, les épisodes successifs de chasse auraient été suivis, à chaque fois, par un séjour de courte durée, destiné au traitement de boucherie et à la consommation sur place d’une partie du produit de la chasse.

*plus 3 pointes à dos

TABL. XXV – Comparaison du secteur 2 de Marolles/Le Grand Canton avec le campement du niveau IV‑20 de Pincevent.

69En conséquence, il est plus facile de comprendre, dans un second temps, pourquoi le poids des pierres et des silex et le nombre des nucléus sont plus importants qu’à Pincevent : à chaque retour sur le site, les Magdaléniens devaient aller collecter à proximité (ou apporter) un nouveau lot de matières premières qu’ils n’utilisaient pas nécessairement toutes jusqu’à épuisement. Il n’est pas exclu non plus, nous l’avons vu, qu’ils récupéraient sur le sol quelques blocs de roches de bonne taille ou certains nucléus et gros éclats, abandonnés lors d’un séjour précédent, pour en extraire quelques lames ou lamelles, mais sans doute fallait‑il renouveler une bonne partie de l’équipement d’installation.

70Au terme de cette discussion sur la nature de l’occupation, on se rend compte finalement qu’il n’existe guère d’arguments décisifs permettant d’affirmer que la densité des vestiges du niveau supérieur résulte d’une vaste occupation de longue durée. En revanche, si l’on met en corrélation les datations, l’état de conservation des os, le remaniement de certaines structures de combustion et, enfin, les conclusions tirées de l’étude de la faune suggérant de multiples épisodes de chasse à l’approche, il devient plausible de croire que le gisement du Grand Canton a été peu à peu constitué par une succession de petites occupations. L’exemple le plus significatif de ce mode d’occupation étant celui du sol de la section 18, au S‑E du secteur 2.

Notes

1 Il faut souligner que l’ampleur des décapages, la quantité de matériel recueilli et le temps réservé par les uns et les autres à la publication n’ont pas permis de prendre en compte toute la richesse des documents récoltés. Un travail à temps complet pendant plusieurs mois avec des méthodes statistiques adaptées serait nécessaire pour entrer dans plus de détails. Il est prévu de proposer cette analyse dans le cadre d’autres recherches sur l’analyse spatiale.

2 Nous ne disposons en effet que de plans analytiques par catégorie de vestiges (lithique, os et pierre) et de plans de densité d’outils au mètre carré.

Table des illustrations

Légende FIG. 66 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Sol d’occupation dans le secteur 2 : plan de la zone A.
Crédits dess. P. Pihuit/Afan et D.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende FIG. 67 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Sol d’occupation dans le secteur 2 : plan de la zone B.
Crédits dess. P. Pihuit/Afan et D.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende FIG. 68 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Sol d’occupation dans le secteur 2 : plan de la zone C.
Crédits dess. P. Pihuit/Afan et D.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende FIG. 69 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Sol d’occupation dans le secteur 2 : plan de la zone D.
Crédits dess. P. Pihuit/Afan et D.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende FIG. 70 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des restes lithiques (en nombre).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 71 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des restes lithiques (en poids).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 72 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des nucléus (en nombre).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 73 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des grattoirs (en nombre).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG, 74 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des burins (en nombre).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 75 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des chutes de burins (en nombre).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 76 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des perçoirs et microperçoirs (en nombre).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 77 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des becs (en nombre).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 78 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des lamelles à dos (en nombre).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 79 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des lames et lamelles de plein débitage (rapport poids réel/poids moyen par m2).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 80 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des produits d’entretien (rapport poids réel/poids moyen par m2).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 81 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Répartition des produits de mise en forme (rapport poids réel/poids moyen par m2).
Crédits DAO G. Macabéo/Afan d’ap. B.V./Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 82 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : secteur 2. Le sol d’occupation de la section 18.
Crédits P. Pihuit/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende FIG. 83 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : S‑E du secteur 2. Répartition des pierres chauffées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 84 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : S‑E du secteur 2. A répartition de l’industrie lithique ; B zones où le poids des produits de mise en forme est élevé ; C zones où le poids des produits de plein débitage est élevé ; D répartition des nucléus (en nbre).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende FIG. 85 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : S‑E du secteur 2. A répartition des outils (plan cumulatif) (en nbre d’élts) ; B répartition des grattoirs ; C répartition des burins (en nbre d’élts) ; D répartition des becs et perçoirs ; E répartition des lamelles à dos.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende TABL. XXIV – Répartition des outils entre les trois unités de la section 18.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende FIG. 86 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : S‑E du secteur 2. A répartition de la faune ; B répartition des restes de rennes (plan cumulatif) ; C répartition des restes de chevaux (plan cumulatif) ; D répartition des membres antérieurs et scapulas de chevaux ; E répartition des membres postérieurs et coxaux de chevaux ; F répartition des métapodes et phalanges de chevaux ; G répartition des éléments du squelette postcrânien de chevaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende *plus 3 pointes à dos
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/46005/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search