Version classiqueVersion mobile

Occupations du Paléolithique supérieur dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Michèle Julien
, 
Jean-Luc Rieu

Première partie. Les occupations magdaléniennes de Marolles-sur-Seine/ Le Grand Canton (Seine-et-Mame)

Annexe. Description des remontages, histoire et aménagement de la structure 1

Ramiro J. March

Texte intégral

Remontage R‑97

1Il est composé de 6 fragments d’une grande roche (97, 96, 181, 159, 68 et 1420 celle‑ci trouvée collée à la roche 142) avec un poids total de 2 939 g et un volume de 1 037 ml. Il s’agit d’un grand bloc incomplet. Il présente une seule face extérieure altérée sur laquelle remontent tous les fragments. La face opposée ne présente pas d’altération, mais il s’agit d’une partie interne du bloc.

2Les fragments qui remontent sont altérés seulement d’un côté, ce qui laisse supposer que ce bloc n’a pas été exposé à un feu intense après sa fracturation. Seuls les fragments les plus plats et situés à l’extérieur du noyau se montrent altérés vers l’intérieur à cause de la chaleur. On peut donc penser que la roche a été en contact direct avec le feu dans cette direction, un éventuel déplacement et une inversion sont à envisager jusqu’au moment où on pourra reconstruire le bloc complètement.

3Dans la zone de contact entre les fragments 97 et 96, on peut observer une couleur plus foncée de la roche d’une tonalité grisâtre associée à des carbonatations. Ceci signifie que les carbonatations se sont développées une fois que la roche était déjà séparée en deux morceaux.

4Les plus grands fragments de ce remontage se situent dans la partie N‑E de la structure, dans le secteur X9. Les fragments 96 et 97 se situent l’un à côté de l’autre et alignés dans un axe N‑S entourant la petite dépression décrite au S‑E. Les fragments 159 et 68 se situent éloignés du premier ensemble, l’un au nord et l’autre au sud. Le fragment 159, qui formerait l’une des pierres du bord du dernier aménagement, ne présente pas de traces de réchauffement et la face altérée, qui se présente sur son flanc inférieur, correspond à la première exposition à la chaleur, à la suite de laquelle la roche a sans doute été fracturée. Le fragment 181 se trouve situé en dessous du granité 163. Bien que les deux grands fragments puissent être associés à une fracture in situ légèrement perturbée, il est bien évident que la thermoaltération de cette roche ne s’est pas produite ici et que les traces de thermoaltération observées ne correspondent pas à un état de fonctionnement. Le fait que l’une des parties soit recouverte complètement par le fragment 163 permet d’établir une première hypothèse selon laquelle la thermoaltération et la fracture postérieure de cette roche se seraient produites avant la construction de l’aménagement du N‑O de l’accumulation. Le fragment 159 a été pris pour la construction de ce dernier aménagement tandis que le reste des fragments n’a pas été utilisé. Il y aurait donc eu un premier chauffage global de cette roche qui aurait produit sa thermoaltération, puis le plus gros fragment aurait été pris et placé sur le bord de la petite dépression. Cependant, la possibilité qu’une deuxième structuration ait existé au S‑E de la structure, autour de la petite cuvette, serait mise en doute par la proximité de fragments appartenant au même grand morceau fracturé. De toute manière, un fragment de cette roche a été recouvert au moment de la mise en place de l’aménagement des granités, et un autre aurait été pris pour la construction de la partie est du dernier aménagement. Il faut signaler ici l’absence de morceaux extérieurs sans altération qui recollent à la partie extérieure de la roche. Ces fragments pourraient se trouver entre les petits fragments non remontés ou hors de la structure.

Remontage R‑701

5Reconstitué avec 6 fragments (701, 49, 139, 48 et 138), il a un poids total de 3 598 g et un volume total de 1 351 ml. Ce grand bloc était probablement en position verticale ou couché puisque la partie opposée à la zone remontée et altérée ne présente pas de traces de thermoaltération. Cette absence de traces est accompagnée d’une importante carbonatation et d’une coloration différentielle qui laisse penser que c’était la zone sur laquelle le bloc reposait sur le sol.

6Tous les fragments qui remontent possèdent une oxydation rouge semblable et les limites de la fracture sont en bon état. Les fragments thermoaltérés le sont presque complètement d’un côté à l’autre de chaque pièce. La partie qui remonte, mais qui n’est pas altérée, l’est complètement. Cette distribution partielle des altérations presque complètes montre bien clairement l’exposition différentielle des deux parties de la roche. Quand la cassure s’est produite, la roche était soumise partiellement à la chaleur comme certaines roches des expérimentations réalisées. La possibilité d’une position verticale serait celle d’une dalle mise partiellement à l’intérieur du feu, et non en bordure, comme certaines dalles présentes dans le foyer L115 de Pincevent (Leroi‑Gourhan, Brézillon 1972). Ces dernières, bien qu’altérées, le sont d’une façon plus faible du côté où la roche repose contre la paroi de la cuvette, ce n’est pas le cas pour cette roche sur laquelle les surfaces altérées et non altérées sont semblables des deux côtés.

7Ceci n’est pas un phénomène d’altération par faces opposées comme celui décrit antérieurement, mais une altération partielle simultanée des deux flancs de la roche et à une intensité beaucoup plus importante que celle décrite pour les autres fragments. En plus, la fragmentation massive en grands morceaux comme celle‑ci a été observée à plusieurs occasions quand la roche a été mise entièrement ou partiellement à l’intérieur du feu. Le manque d’altération sous‑jacent aux petits fragments montre que ces blocs n’ont pas été réexposés au feu en contact direct avec de hautes températures après leur fracturation.

8La position de tous les fragments remontés se situe au S‑0 de la structure. Les deux plus grands, 48 et 49, à l’extérieur et les fragments 138 et 139 à l’intérieur de la structure. Seul le fragment 701 est situé dans la partie S‑E de la structure. Concernant la distribution spatiale du remontage, il faut signaler qu’un autre fragment (140) reposait partiellement sur le fragment 139, ce qui a été interprété comme un « calage » au moment de la fouille. Si cette dernière utilisation est véritable, elle ne fait que confirmer que l’aménagement observé au N‑O est tardif dans l’histoire de la structure, et que plusieurs roches qui l’ont conformé avaient été chauffées auparavant dans une situation qui ne se voit pas reproduite dans la configuration actuelle de la structure. L’altération globale de ces morceaux observés dans le plan de l’emplacement des oxydations ne correspond pas à des traces laissées par un état de fonctionnement quelconque qui aurait précédé l’abandon de la structure.

Remontage R‑20

9Reconstitué avec 6 fragments (20, 156, 125, 120, 165 et 5783A) et avec un poids de 3 769 g, cet ensemble pourrait appartenir à un des grands blocs présentés antérieurement (R‑97) ; toutefois, on n’a pu établir leur jonction de façon exacte. Il présente sa face extérieure thermoaltérée comme dans les autres cas décrits. Néanmoins, la thermoaltération de ce bloc est plus profonde, pénétrant de 0,5 cm à l’intérieur de la roche. Ce fragment remonté paraît avoir été fissuré et fracturé in situ, mais deux des fragments ont été trouvés dans le niveau 2 de la fouille, ce qui implique que sa fracture s’est produite avant que la structure soit réaménagée et confirme donc l’hypothèse d’une combustion antérieure dans laquelle ont été produites la plupart des fractures présentes. Les fragments de cette roche sont situés, à l’exception du fragment 20, au nord de la structure, et plusieurs morceaux sont présents sous les roches de l’aménagement des granités (125, 120 et 165). Le fragment 165 a été recouvert de la même façon que le fragment 181 du remontage R‑97, ce qui montrerait la contemporanéité de ces deux roches comme antérieure à l’aménagement des granités.

Remontage R‑170

10Le poids des deux fragments recollés (170 et 75) est de 1 668 g. La carbonatation a été produite après l’éclatement puisqu’elle s’est développée sur la surface de raccord des deux roches. Le petit fragment 75 présente des signes de thermoaltération plus importants que le grand bloc d’origine qui est, nonobstant, oxydé globalement. Un troisième fragment, 157, possède les mêmes caractéristiques que le précédent et peut être raccordé sur l’extrémité contiguë à celle où s’adapte le fragment 75.

11Le fragment 170 est placé au‑dessous des fragments 140 et 169 et il a été rattaché au niveau 2 au cours de la fouille. Le fragment 75 est éloigné au S‑E et se situe autour de la petite dépression localisée au S‑E de la structure. Le fragment 169 appartient à une autre roche remontée (cf. infra remontage R‑162) dont plusieurs morceaux sont imbriqués dans l’aménagement du N‑0 de la structure.

Remontage R‑162

12Il est constitué par 5 fragments (162, 112, 179, 169 et 123) qui ont un poids de 4 208 g. Il s’agit d’une fracture interne informe qui présente des signes d’oxydation partielle. Les fragments 112 et 162 présentent des signes d’oxydation partielle dans leurs parties supérieures. Le fragment 123 les présente pourtant dans son côté inférieur et latéral. Cette distribution montre encore une fois l’inexistence d’une distribution des altérations thermiques en accord avec un état de fonctionnement d’une structure de combustion pour le nord de la structure. L’emplacement de la roche 169 sur la roche 170 montre aussi que celle‑ci était déjà fracturée au moment où la roche 169 a été posée.

Remontage R‑10

13Il s’agit d’un ensemble incomplet d’une dalle constituée par 4 fragments (10, 89, 62 et 64) qui pourrait être en rapport, bien que ne recollant pas directement, avec le fragment 177 du remontage R–104 (cf. infra) situé à côté du fragment 170. L’ensemble a un poids de 627 g. Il présente une face plate thermoaltérée de couleur rouge très vive, mais cette oxydation ne pénètre presque pas dans la roche. La face opposée présente une surface érodée naturellement qui est aussi légèrement oxydée par thermoaltération, mais de façon ponctuelle. Les fractures sont irrégulières et sur les faces latérales de chacun des fragments aucune altération n’est observée. La possibilité que cet ensemble ait été exposé deux fois de suite de chaque côté est à envisager, compte tenu de la distribution des altérations sur le fragment 64. Les fragments sont tous situés au S‑E de la structure et deux d’entre eux sont associés à la petite dépression déjà décrite.

Remontage R‑141

14Cette roche a été reconstituée presque entièrement. Elle est composée de 6 fragments (141, 131, 81, 111, 95 et 98). Son poids est de 3 763 g et son volume est de 1 495 ml. La caractéristique particulière de ce remontage est que la zone oxydée est une zone ponctuelle placée sur un seul flanc de la roche et à partir de laquelle celle‑ci a éclaté en plusieurs morceaux. La présence de traces d’oxydation à l’intérieur des trajectoires de fracture permet d’inférer que cette roche a continué d’être exposée à la chaleur sans être déplacée, une fois la fracture produite et pendant une durée impossible à déterminer.

15Le fragment 131 se trouve dans la base de la zone aménagée du N‑0 de la structure, ce qui signifie que la combustion qui a altéré le fragment est antérieure à l’aménagement tel qu’il a été trouvé lors de la fouille de la structure, de même que pour le remontage R‑97. L’aménagement de la zone N‑O de la structure serait postérieur à un fonctionnement initial dans lequel ces deux remontages ont été exposés au feu de façon partielle.

16Le fragment 98 fait partie de l’entourage de la petite dépression située au S‑E de la structure. L’altération observée y est beaucoup moins importante que celle observée sur le fragment 97. Tous deux présentent des faces opposées sans oxydations, ce qui pourrait laisser supposer un positionnement à l’intérieur d’un pavage ou d’un bord placé directement en contact avec le feu et non sur le bord d’une cuvette. S’il faut envisager ici la possible existence d’un bord entourant la dépression au S‑E de la structure, celle‑ci aurait aussi été constituée après l’éclatement des roches observées.

17L’altération des roches 98, 96 et 97 ne s’est pas produite de la même façon. Les évidences d’altération thermique de la roche 97, beaucoup plus massives, impliquent qu’elles ne peuvent être en position contiguë sur un bord comme celui distingué autour de la petite dépression. La position de ces roches par rapport au feu n’a jamais été la même. Ceci signifie en conséquence que la combustion qui les a affectées n’est pas seulement antérieure à l’emplacement du dernier aménagement mais aussi antérieure à leur emplacement au S‑E de la structure autour de la petite dépression. Ces roches auraient été déposées ici après leur exposition à la chaleur, laquelle se serait produite dans un épisode de combustion antérieur aux aménagements cités.

Remontage R‑151

18Le poids des 2 fragments (151 et 5 780) qui composent ce remontage est de 610 g pour un volume de 250 ml. On peut observer, grâce à une thermoaltération sur une fracture, que le fragment a été chauffé au moins deux fois. Le fragment 5 780, qui est beaucoup plus petit, se trouve en dehors de la structure, ce qui pourrait signifier que le fragment 151 a été importé de l’extérieur après avoir déjà été chauffé au moins deux fois, comme le montre la thermoaltération.

Remontage R‑104

19Il est composé de 6 fragments (177, 104, 77, 578A, 15, 579‑80/586‑87) avec un poids total de 1 468 g et un volume de 552,7 ml. Deux des fragments ont été trouvés à l’extérieur de la structure, 578A et 579‑80/586‑87 ; il s’agit encore de deux fragments de petite taille, il faut savoir qu’en général les petits fragments tombent à l’endroit même où la fracture thermique s’est produite et qu’ils sont déplacés quand la structure est soumise à une opération de vidange ou de nettoyage (Stevenson 1991). Une possibilité alternative serait la chauffe et fracture de ces roches en dehors de la structure étudiée et le transport de grands morceaux pour la construction de l’accumulation des roches qu’on retrouve aujourd’hui. Une fois remonté, le morceau reconstitué a une forme de dalle. Il est complètement altéré sur l’une de ses surfaces et partiellement sur l’autre. Le fragment 104, situé au milieu du remontage, ne présente des signes d’oxydation que sur l’une de ses faces, tandis que les deux fragments qui se raccordent avec lui présentent des signes d’oxydation sur leurs deux faces. Le fragment en provenance de l’extérieur se trouve oxydé beaucoup plus faiblement que les autres fragments de la roche. La plupart des fragments se trouvent dispersés à l’intérieur de l’accumulation et seul le fragment 177 se situe à l’intérieur de l’aménagement observé au N‑O. De plus, ce fragment est inclus dans le plan correspondant à la deuxième passe du démontage. Il était donc situé au‑dessous de l’aménagement observé. La dalle remontée a donc été soumise à l’action de la chaleur au moins deux fois. En outre, le fragment 177 a changé de position car sa surface de fracturation est clairement oxydée.

Remontage R‑70

20Il est composé de 6 fragments (70, 73, 80, 61, 127 et 1 136) avec un poids de 2 145 g et un volume de 847 ml. Il est intéressant de remarquer que ce bloc remonté montre un seul flanc oxydé et un flanc carbonate sans altération. Le fait que tous les fragments présentent la même caractéristique laisse entrevoir que ce bloc était dans une position verticale avec sa face carbonatée en contact avec le sol, avant qu’ils soient dispersés. Cette dispersion serait une preuve assez certaine d’un déplacement post‑abandon et post‑carbonatation. Seuls les fragments 127 et 1 136 ne présentent pas cette carbonatation différentielle. L’oxydation du bloc est assez importante par rapport aux autres roches observées et atteint 1,5 cm de profondeur dans la roche. La partie opposée et non altérée est une partie intérieure du bloc comme pour le fragment 97. La partie extérieure opposée n’a pas été retrouvée.

21Les fragments 70 et 80 étaient fracturés in situ au S‑E de la structure, comme le fragment 61 qui se présentait en trois morceaux. Près de leur localisation se situent les fragments 73 et 61, tandis que les fragments 127 et 1 136 sont placés autour de l’aménagement de granités construit au nord de la structure. Le fragment 1 136 était en dessous du bloc d’agglomérat de granité 146. Comme pour les autres blocs de grès déjà décrits, il paraît que ce bloc aurait été soumis à la chaleur globalement. Le manque de parties extérieures sans altérations, comme pour les autres blocs, pourrait signifier que les parties opposées se trouvent en dehors de la structure, la recherche de ces morceaux serait importante pour pouvoir établir définitivement si ces roches ont été chauffées sur place ou si elles avaient déjà été chauffées avant leur introduction dans l’accumulation observée.

Remontage R‑52

22Il s’agit du seul morceau de granité qui a pu être reconstitué presque entièrement. Il est constitué de 4 fragments (52, 124, 178, 87) représentant un poids de 2645 g et un volume de 1 074 ml. Le fragment 52 est constitué de deux éléments retrouvés l’un à côté de l’autre, fracturés in situ. Les trois autres fragments se trouvent dispersés dans des angles opposés de la structure. Des 4 fragments originaux, seul un, le 87, se trouve complètement oxydé. Il s’agit d’un fragment extérieur qui remonte avec une surface oxydée de la roche 52, sur une fracture plate. Le bloc remonté présente donc trois surfaces oxydées ayant deux limitrophes et une opposée. Pour aucune de ces faces oxydées la pénétration de l’oxydation n’est supérieure à 1 cm. Le fragment 87 a été entièrement rechauffé après fracturation, comme le montre la nette différence d’oxydation sur la surface limitrophe avec le fragment 124. Il faut signaler aussi qu’aucune des faces intérieures du fragment ne présente des signes de thermoaltération, ce qui nous permet d’affirmer que ce fragment n’a pas été soumis à l’action directe du feu après sa fracturation.

23Cette roche a donc été fracturée à partir d’une exposition bipolaire à la chaleur –probablement de façon alternative–, puis elle a été dispersée à l’intérieur de la structure ; le fragment 87, une fois détaché, a continué d’être chauffé presque sans aucun doute à l’intérieur du feu même où s’est produite la fracture. Ce petit fragment se trouve aujourd’hui placé au S‑E de la structure, la roche 52, fracturée in situ, se situe aussi en dehors de la zone d’aménagement, elle a fini de se casser sur place après son abandon ou au moment de son rejet.

24La présence de ce remontage presque complet pourrait signifier encore l’existence de plusieurs remaniements de la structure. Cette roche a pu, en effet, être fragilisée après une première exposition à la chaleur et fracturée avec plusieurs déplacements. Néanmoins, la présence du petit fragment rechauffé à l’intérieur de la structure indiquerait un épisode de combustion sur place avant fracturation. Malheureusement, il est impossible de situer cet épisode avec précision à l’intérieur de l’actuelle accumulation de roches.

Auteur

Anthropologie et Paléoenvironnements des Civilisations armoricaines‑UMR 6566/CNRS

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search