Version classiqueVersion mobile

Occupations du Paléolithique supérieur dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Michèle Julien
, 
Jean-Luc Rieu

Première partie. Les occupations magdaléniennes de Marolles-sur-Seine/ Le Grand Canton (Seine-et-Mame)

Chapitre 7. Les témoins de combustion

Ramiro.‑J. March et Begona Soler‑Mayor

Résumé

L’ensemble de la surface dégagée a livré 1 300 kg de pierres chauffées, 60 % d’entre elles étant isolées ou rassemblées dans des dépotoirs. Les cendres et charbons de bois étant rarement conservés, les 12 foyers individualisés n’ont été repérés qu’en fonction de concentrations circulaires de pierres plus ou moins importantes. La structure de combustion n° 1, qui comportait 74 kg de pierres agencées dans deux dépressions adjacentes, a paru suffisamment structurée pour entreprendre une analyse fonctionnelle. Plusieurs méthodes ont été mises en œuvre : étude minéralogique, analyse des roches au MEB, étude de leurs thermoaltérations (distribution des oxydations, fragmentation), reconstitution de l’histoire de la structure par l’analyse des remontages, étude des substances organiques associées aux sédiments, etc. Il apparaît que, dans son état final, cette structure n’a pas servi de lieu de combustion mais que des pierres chaudes ont pu être apportées pour dessécher la viande à la chaleur afin de la conserver, à moins que l’ensemble n’ait constitué une cache de nourriture.

Texte intégral

7.1 Les foyers et les pierres chauffées

1Les vestiges liés au feu correspondent presque exclusivement à des pierres chauffées ; en dehors de celles‑ci, en effet, seuls ont été recueillis de très rares fragments osseux chauffés et quelques éléments de silex, dont les craquelures et délitages avec un changement de coloration attestent la trace d’un contact plus ou moins prolongé avec le feu. La quantité des pierres chauffées atteint une masse de près de 1 300 kg sur les quelque 1 000 m2 de surface ouverte.

2Ces pierres ont été retrouvées dans des foyers dont l’agencement apparaissait encore fonctionnel ou dans des accumulations et des nappes de dispersion résultant de leur déplacement après usage.

7.1.1 Nature et provenance des matériaux

3La détermination pétrographique des pierres brûlées permet de cerner l’origine géologique et géographique des matériaux. Elle permet de déceler si les Magdaléniens ont opéré, dans les ressources locales, une sélection en fonction de certains critères : dimensions ou qualité thermo‑physique des matériaux.

  • 1 Détermination réalisée par J. Delépine, géologue de l’équipe d’études paléoenvironnementales de l’a (...)

4Parmi la masse des matériaux collectés au Grand Canton, onze catégories de roches ont été répertoriées1. Une part des matériaux provient des formations cristallines du Morvan, ce sont des roches plutoniques et effusives (granité, micro‑granite, gneiss, quartz...). Pour une autre part, ce sont des éléments appartenant à des formations résiduelles locales, voire régionales, qui ont été utilisés (calcaire et meulière de Brie, grès tertiaire, calcaire secondaire de la vallée de l’Yonne). Ces éléments existent à l’état de galets dans les formations alluviales de l’Yonne, ainsi que, pour les grès, calcaire et meulière, en affleurements sur les versants du plateau environnant.

5Pour appréhender la qualité et la quantité des matériaux composant les structures de combustion par rapport à leur disponibilité dans le contexte de la confluence Seine‑Yonne, nous nous sommes reportés à l’étude de M. Stephan (Stephan 1960) sur la composition d’un échantillon prélevé en 1960, dans une gravière en exploitation, à 1,5 km au S‑E de Misy‑sur‑Yonne. Dans cet échantillon on constate la rareté des grès de petites dimensions et l’abondance des blocs. « Les grès provenant des hauteurs parviennent dans la vallée par gravité ou solifluxion. Les blocs sont mécaniquement préservés par leur dureté et leurs dimensions. Ils sont ensuite peu remaniés par la rivière à l’inverse des petits fragments qui sont brassés et s’effritent lors de chocs les réduisant en sable. Les calcaires proviennent de gisements jurassiques plus au sud. Leur présence est effective sous la forme de galets fractionnés de grande dimension. La répartition irrégulière et sporadique des blocs de granités se comprend bien dans l’hypothèse du transport par radeaux de glace. Ceux‑ci se seraient échoués dans la plaine d’inondation qui s’étend en amont du confluent au moment de la débâcle. Cette hypothèse suppose implicitement que le dépôt corresponde à une période froide. La prédominance de la désagrégation mécanique, que traduit la fréquence notable de feldspaths non altérés, confirme ce caractère climatique. » (Stephan 1960 : 8)

6La sélection des pierres reflète des modalités d’acquisition similaires à celles pratiquées pour le silex mais des comportements de ramassage différents. La collecte était probablement organisée aux mêmes endroits, les nappes alluviales fournissant une grande part des matières premières minérales. Parmi le temps consacré à la collecte des matières premières, le ramassage des pierres destinées aux foyers a dû occuper une place importante. On peut constater qu’une certaine sélection de roches a été réalisée puisque, dans les structures de combustion, ce sont les grès et les granités qui dominent (tabl. xix). Les autres roches ne semblent pas en revanche avoir fait l’objet d’un choix particulier. Elles se retrouvent en effet, à de faibles variantes près, en proportions identiques dans les différentes structures. La collecte des roches a, de toute évidence, été orientée principalement vers les blocs de grandes dimensions, mais, alors que la proportion des granités est plus ou moins la même géologiquement et archéologiquement, celle des grès, moins immédiatement disponibles localement, est nettement plus importante. Ce matériau semble avoir été préféré à la fois pour ses dimensions –blocs de plus de 20 cm– et son comportement thermique qui permet une forte accumulation de chaleur. On sait, en revanche, que l’action du feu sur le granité, bien que ne provoquant pas de fracturations importantes comme c’est le cas pour le grès, fragilise considérablement la pierre qui se désagrège rapidement ; celle‑ci ne peut être réutilisée à plusieurs reprises, à moins qu’elle soit disposée de telle manière qu’elle ne subisse pas de chauffe exagérée. C’est d’ailleurs ce qui a pu être observé dans les diverses structures de combustion du Grand Canton où les blocs de granité ont souvent été retrouvés dans la périphérie des zones de combustion.

TABL. XIX – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Récapitulatif des composants des différentes structures de combustion.

7.1.2 Les structures de combustion

7Aucun foyer n’avait été mis en évidence lors de la première campagne de fouille sur le secteur 1. Les pierres brûlées y étaient toutefois en abondance, mais dispersées sur le sol sans organisation apparente. Nous pensions que les foyers et les aires d’habitat devaient se situer sur les parties « hautes » du site, aujourd’hui complètement arasées par les labours.

8Contre toute attente, les premières structures de combustion apparurent lors de la deuxième campagne de fouille sur le secteur 2, au sein d’une dépression encore plus importante que la première. Elles forent numérotées au fur et à mesure de leur dégagement en même temps que d’autres structures regroupant des pierres et pouvant être interprétées, avec toutes réserves, comme de possibles calages. Les numéros attribués aux structures lors de la fouille ont été conservés pour la présente étude (fig. 5, 45).

FIG. 45 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Plan des structures de combustion 2 à 14.

J.-L.R./musée de Préhist. de Nemours

9A de très rares exceptions près, les éléments organiques, cendres et charbon de bois, ne se sont pas conservés. Aucune trace de rubéfaction, due à l’oxydation à la chaleur, n’a été repérée : cela est sans doute dû à la nature du sédiment mais aussi aux perturbations qui l’ont affecté, provoquées par de petits animaux fouisseurs et en particulier les vers de terre. Ces lacunes, tant du point de vue des restes de combustibles que des traces laissées par le feu sur le sol, ont posé le problème de l’identification de certains regroupements de pierres, en l’absence d’aménagements caractéristiques de foyers (cuvette, bordure et ceinture de pierres, etc.). Il est de même possible que de simples foyers aux aménagements peu conséquents n’aient pas été vus à la fouille. L’analyse micromorphologique des sols aurait permis de pallier certains de ces problèmes en identifiant avec certitude certaines structures peu pertinentes ; malheureusement, compte tenu des conditions de sauvetage, les prélèvements n’ont pas été réalisés. Toutefois, douze structures de combustion ont été reconnues principalement dans le secteur 2. Elles se répartissent en deux catégories.

10Catégorie I – Des structures importantes (jusqu’à 77 kg de pierres) que nous pouvons classer typologiquement dans la catégorie des foyers‑plans ou faiblement dénivelés aux limites diffuses, caractérisés par une accumulation très importante de pierres, selon la classification des foyers des habitats magdaléniens du Bassin parisien (Julien et al. 1988).

11Catégorie II – Des structures comprenant un nombre limité de pierres (moins de 20 kg) au module généralement inférieur à 13 cm.

12Ces catégories fondées sur la morphologie des foyers dans leur phase d’abandon ne rendent pas forcément compte de leur fonction. De plus, les structures de combustion ne nous sont pas apparues toutes dans le même état de conservation. Certaines étaient encore très structurées alors que d’autres semblaient partiellement démantelées. Ces dislocations partielles peuvent avoir des causes diverses : emprunt de matériaux par les Magdaléniens dans une structure abandonnée et inutilisée, phénomènes probables de solifluxion notamment sur les rebords de la cuvette et éparpillement d’éléments par les animaux fouisseurs dans un second temps.

13L’analyse dynamique des foyers qui passe par l’étude des remontages n’a pas été entreprise à l’exception de la structure 1. « Cette démarche vise à appréhender de manière plus objective ce que recouvre la notion d’état d’abandon, elle autorise la mise en valeur des critères les plus pertinents d’un classement morphologique en distinguant les éléments structuraux des éléments intrusifs occasionnels. » (Coudret et al. 1989 : 43.)

Catégorie I

14Neuf structures de combustion correspondent à la catégorie des foyers‑plans à importante accumulation de pierres. Le poids des accumulations varie de 17 à 84 kg.

Structure 1 fig. 46

15Elle est composée de 220 éléments pierreux pour un poids total de 74 kg. Très bien conservée, elle n’a dû subir, après son abandon, que de très faibles remaniements. Le foyer a été installé dans le fond de la cuvette (section 18), les Magdaléniens ayant même utilisé un petit renfoncement que les relevés microtopologiques ont mis en évidence. À l’aide de blocs pesant parfois plusieurs kilogrammes, ils ont aménagé une vaste couronne, dont quelques témoins nous sont parvenus en place au N‑E de la structure et où, lors de la fouille, une petite cuvette a été découverte (de 30 à 40 cm de diamètre pour une profondeur de 3 à 4 cm). Une deuxième petite cuvette comportant des traces charbonneuses très résiduelles, aux proportions identiques à la première, a été localisée au N‑O sous une grosse concentration de pierres. Un gros grès et deux gros granités servent de limites pour cette partie de la structure. Une couronne d’éléments moyens encercle la cuvette qui est tapissée sur son fond de petits éléments extrêmement fractionnés. Ces éléments sont eux‑mêmes recouverts par des pierres aux modules variés.

FIG. 46 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Plan de la structure 1 : a état 1 ; b état 2 ; c éléments particuliers.

DAO D.M./CNRS d’ap. R.M./CNRS et . B.S. – M./Univ Valencia

16L’originalité de cette structure est de se présenter comme une véritable construction. Les trois gros blocs qui rentrent dans cet aménagement ont visiblement été calés. Par ailleurs, la position des granités au sein de cet amas est remarquable, ils rentrent dans une assez large proportion dans l’élaboration de la couronne, surtout sur les bords extérieurs au N‑O. Enfin, un témoin négatif d’une vingtaine de centimètres de diamètre, entouré de petits éléments chauffés, est visible au S‑O. Compte tenu de son organisation et de l’intérêt qu’elle pouvait présenter, la structure 1 a fait l’objet d’une étude approfondie présentée plus loin dans ce chapitre (cf. March, Soler‑Mayor § 7.2).

Structure 2

17Située à quelques mètres à l’est de la structure 1, la structure 2 se compose de 314 éléments de roches pour un poids de 19,5 kg. Le taux de fragmentation de cet amas est donc très important (moyenne de 62 g par pièce, pour plus de 400 g pour la structure 1). La partie est de l’ensemble est bien limitée par une imposante couronne pierreuse, faisant office de bordure. Celle‑ci est composée de blocs chauffes, plutôt petits, inférieurs à 8 cm en moyenne. La partie ouest de la structure présente des blocs d’un module plus important, qui semblent ceinturer un espace vide.

Structure 3

18Elle est localisée sur la pente plutôt douce du bord ouest de la cuvette, en section 18. Lors de la fouille, cet ensemble nous avait donné l’impression d’avoir été considérablement remanié. Le taux de fragmentation est important (moyenne de 92 g par pièce), malgré la présence de huit éléments de granité. Aucune organisation ne se dégage de l’ensemble. Cette structure donne l’impression d’avoir perdu ses gros éléments, ceux‑ci ayant probablement été réutilisés dans l’aménagement d’une autre structure.

Structure 4

19Composée de blocs aux dimensions variées (133 pour un poids total de 36,9 kg), la structure de combustion a dû subir de nombreuses modifications après utilisation et abandon. Seul demeure à peu près en place un restant de ceinture de pierres en son centre. Quelques blocs aux dimensions importantes et situés au S‑E ont volontairement été rattachés à cet ensemble. Habituellement, les pierres qui jonchent le sol paléolithique sont de dimension très rarement supérieure à 15 cm. Dans le cas présent, ce sont quatre blocs qui jouxtent anormalement cette structure. Leur position et leur fonction n’ont pu être expliquées.

Structure 5

20Située sur le rebord de la cuvette, au nord de la fouille du secteur 2 (section 27), elle est topographiquement la plus haute. Elle se présente sous la forme d’un regroupement de pierres s’étalant sur près de 2 m2. Son état de délabrement est dû en grande partie à sa position qui a favorisé les phénomènes de solifluxion et, compte tenu de sa faible profondeur d’enfouissement, l’action des animaux fouisseurs.

Structure 6

21Située sur l’un des rebords les plus escarpés de la cuvette, elle est relativement bien circonscrite avec, en son centre, une concentration importante d’éléments aux modules variés, Au S‑O, on observe une demi‑couronne de pierres chauffées résultant probablement de l’entretien et de la réorganisation de l’aire de chauffe. Cette structure est l’une des mieux conservées du site.

Structure 7

22Constituée de 190 éléments pour un poids total de 44 kg, elle présente un reste de couronne de pierres au centre de l’ensemble, avec une concentration notable de gros éléments à l’ouest. La structure semble avoir subi une dislocation partielle, due probablement à des phénomènes de solifluxion.

Structure 8

23Elle est localisée dans la partie la plus au N‑E du secteur 2. Cette structure est relativement bien circonscrite à l’est par une ceinture assez large de blocs aux dimensions variées mais jamais importantes. Les limites nord sont moins bien définies et suggèrent de possibles remaniements.

Structure 9

24Il est difficile de mettre en évidence une véritable organisation dans cet ensemble très homogène où il n’existe pas de gros éléments dans les pierres entrant dans sa composition. Quelques granités sont de modules légèrement supérieurs au grès, sans s’individualiser de l’ensemble pour autant. Une limite en couronne est toutefois discernable à l’ouest.

Catégorie II

25Trois autres structures ne comportent qu’une dizaine de kilogrammes de pierres, de module relativement réduit.

Structure 12

26La dernière structure du secteur 2 est apparue à la fouille comme un simple regroupement de pierres chauffées ; quelques silex et os, sans traces de chauffe, y étaient intégrés. Il aurait pu s’agir d’une zone de rejet ayant regroupé des pierres provenant d’un ou plusieurs foyers, mais l’analyse de la répartition spatiale du silex, que ce soit des phases de débitage ou de l’outillage, montre qu’il s’agit plus vraisemblablement d’un foyer ayant polarisé des activités de taille. Son état de conservation suggère un abandon précoce, suivi d’un démantèlement partiel.

Structures 10 et 11

27Situées toutes les deux dans le secteur 3, ce sont des concentrations de pierres dont le nombre est réduit par rapport aux autres foyers. La structure 11 a été en partie bouleversée lors du creusement d’un fossé protohistorique.

7.1.3 Les pierres isolées

28Les pierres isolées, n’appartenant à aucune structure évidente, représentent plus de 60 % de la masse des pierres brûlées, soit environ 585 kg. En l’absence de remontages, on peut supposer qu’elles proviennent soit de nettoyages ou de réaménagements des foyers précédemment décrits, soit de foyers complètement démantelés. Quoi qu’il en soit, ces pierres, par leur nombre, témoignent de l’intensité des activités liées au feu et suggèrent aussi une occupation longue, rythmée par des réaménagements réguliers des zones de combustion. Cette longue occupation du site n’est pas forcément continue dans le temps mais peut résulter d’occupations successives et répétées au même endroit dans un laps de temps difficilement appréciable.

7.1.4 Taux de fragmentation

29Nous avons calculé pour chacune des structures de combustion un taux de fragmentation en divisant le poids des pierres par leur nombre respectif. Plus le taux est élevé, moins la fragmentation est importante ; inversement un taux faible correspond à des pierres fortement fracturées. Il a été tenu compte des catégories de pierres qui réagissent différemment à la chaleur provoquant des fracturations de divers types : en plaquettes, prismatiques ou curvilignes. Ces fracturations sont aussi la conséquence de chocs thermiques liés à la position des pierres dans le foyer.

30Ce taux a permis de comparer certaines structures entre elles et rend compte d’un certain degré de fragmentation pouvant être rapproché de la durée d’utilisation d’un foyer (tabl. xx).

TABL. XX – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Taux de fracturation (poids en g/nombre) en fonction de la nature des matériaux. * Tous matériaux confondus.

7.1.5 Comparaison de foyers

31Si la comparaison de foyers est « une entreprise difficile », pour reprendre le titre d’une communication au colloque de Nemours sur la nature et la fonction des foyers préhistoriques (Coudret et al. 1989), il nous a semblé toutefois intéressant de nous interroger sur deux structures de combustion proches spatialement l’une de l’autre, situées dans une aire ayant regroupé de nombreuses activités, et pourtant éloignées dans leur morphologie : les foyers 1 et 2.

32Le foyer 1 est apparu à la fouille comme le mieux conservé en comparaison des autres structures de combustion. Il possède la masse de pierres la plus importante mais un nombre moyen de blocs (220), le taux de fragmentation est, en conséquence, le moins élevé, qu’il s’agisse du taux global (401 g) ou du taux des grès (388 g) ou de celui des granités (2 196 g). Le foyer 2 regroupe, en revanche, un très grand nombre de pierres (314), mais son poids total arrive en huitième position (19,5 kg), ce qui lui confère le taux de fragmentation le plus faible (62 g global). Il illustrerait la limite finale d’utilisation d’un foyer, les pierres éclatant au fur et à mesure des chauffes répétées. Le foyer 1 serait, par contraste, un foyer « jeune » possédant encore des pierres de modules importants dont ces imposants blocs de granités. Utilisé en apparence moins longtemps, il pourrait être le dernier à avoir servi. Hypothèse séduisante qu’il faut pourtant tempérer lorsque l’on regarde les activités qui se sont déroulées autour de ces deux foyers. L’analyse fonctionnelle qui suit montre que la structure 1 n’est pas si simple à comprendre.

7.2 Étude de cas : analyse fonctionnelle de la structure 1

7.2.1 Introduction

33La structure 1 est une « structure de combustion » sensu lato, selon la définition proposée par A. Leroi‑Gourhan (1973). Elle est caractérisée (fig. 46) par une accumulation de 220 roches trouvées agencées les unes sur les autres sur une surface de 7 163 cm2. Cette accumulation de roches, représentant un poids de 73 888 g et un volume de 28 644 ml, reposait sur deux petites dépressions placées l’une à côté de l’autre dans un axe S‑E/N‑O. Celle placée au S‑E a une surface de 929,04 cm2 et celle du N‑O 913,67 cm2. Un espace vide très net, de 254,75 cm2 de surface et limité par des pierres de petite taille, a été distingué dans le côté S‑O de cette accumulation. Un autre espace vide, moins clair, est situé dans l’axe opposé, au N‑E et il pourrait y en avoir un troisième au S‑E et au milieu de l’accumulation, sur l’emplacement de la petite dépression située au même endroit.

34La partie N‑O de la structure est caractérisée par un véritable aménagement de pierres constituant une bordure surélevée reposant sur d’autres pierres –des « calages »– entourant un espace en dépression et rempli de roches. D’après les rapports de fouille, des taches charbonneuses très résiduelles ont été trouvées au fond de cette petite dépression et sous les roches.

35A priori, ce type de structure construite avec des blocs est méconnu dans la région du Bassin parisien, bien qu’il existe de nombreuses structures pierreuses comme celles d’Etiolles (Olive 1989), Pincevent (Leroi‑Gourhan, Brézillon 1972 ; Julien 1984) ou Marsangy (Schmider 1992).

36Les conditions de fouille du Grand Canton n’ont pas permis d’appliquer les nouvelles méthodes d’analyse développées pour l’étude des structures de combustion et utilisées pour les fouilles programmées du Bassin parisien. Mais la particularité de son aménagement et la possibilité d’établir une série d’étapes à suivre dans une étude intensive des structures de combustion retrouvées au cours des fouilles de sauvetage nous ont encouragés à en approfondir l’étude.

37Le but de ce travail est donc d’obtenir la plus grande quantité d’informations possible sur cette structure, pour répondre à un certain nombre de questions liées à l’interprétation du comportement des hommes qui ont vécu sur le site de Marolles. L’interprétation doit être fondée sur la recherche de réponses à plusieurs questions : quelle en était la forme originale ? quel était son mode de fonctionnement ? quelle était sa fonction ? ou quelle a été sa durée d’utilisation ? Parallèlement, le travail développé devrait nous aider à mieux comprendre quelles doivent être les méthodes d’enregistrement nécessaires dans de futures fouilles de sauvetage et à mieux maîtriser les possibilités de recherche de cette nouvelle spécialité où l’interaction entre la recherche de base et celle appliquée se manifeste très clairement.

7.2.2 Méthodes d’analyse

38La façon d’aborder cette étude montre des aspects bien différenciés mais complémentaires : d’abord la caractérisation minéralogique des roches et une étude préliminaire de leur état d’altération et de leur distribution, pour la reconstruction de la forme, du mode de fonctionnement et de la fonction du foyer étudié ; ensuite, l’analyse physico‑chimique des sédiments encore adhérents aux roches après leur extraction, pour compléter l’étude du mode de fonctionnement de la structure ; enfin, l’analyse chimique des substances organiques présentes dans ce sédiment, contribuant à la compréhension de la fonction des divers aménagements.

39La démarche opératoire suivie pour l’étude des roches a consisté en l’observation des échantillons archéologiques, partant d’une étude macroscopique générale, première approximation, jusqu’à l’étude à la loupe binoculaire dans le but d’une détermination détaillée des composants, Quelques échantillons ont été étudiés par microscopie électronique à balayage (MEB) équipée d’une microsonde pour la microanalyse des composants. Cette méthode nous a permis aussi de comparer la distribution de Marolles à celle des composants des échantillons expérimentaux utilisés pour la cuisson indirecte d’aliments. L’analyse élémentaire ainsi effectuée a été complétée par l’analyse des substances organiques adhérant aux roches expérimentales et aux sédiments accrochés aux roches archéologiques, réalisée par chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse –visant à la détermination de la fonction. Enfin, la fraction argileuse des sédiments appartenant à la base de la structure a été analysée pour déterminer les températures atteintes par le sédiment sous les roches.

40Ces méthodes ont été associées à des méthodes analytiques et descriptives de l’état de thermoaltération des roches : fracturation et oxydation, remontage et analyse de l’organisation spatiale des fragments. L’ensemble de la méthode suivie interagit pour permettre une reconstitution de quelques aspects de l’histoire thermique de la structure et de son mode de fonctionnement. Cette histoire de la structure, ainsi esquissée, permet de mieux comprendre les comportements humains.

7.2.3 L’étude des roches

7.2.3.1 Caractérisation minéralogique2

  • 2 Nous tenons à remercier le Dr L.A Alonso pour ses conseils en ce qui concerne la caractérisation mi (...)

41L’observation à la binoculaire (de x 6 à x 40) a été réalisée, dans la plupart des cas, à sec. Quelques échantillons ont été observés humides afin d’obtenir de meilleurs résultats. L’éclairage a toujours été vertical et non tangentiel, avec lumière halogène filtrée et fibre optique dirigée.

42La structure 1 présente une composition pétrographique qui pourrait être définie comme peu variée, avec un grand nombre de roches sédimentaires du type grès siliceux, quelques roches ignées, granités, un micaschiste, une meulière et du silex. Ces quatre dernières apparaissent dans une moindre proportion et seul le fragment de meulière présente des traces d’altération thermique. On reprendra ici quelques définitions qui seront utiles pour la compréhension de ce travail.

43Le grès, sensu lato, est défini comme un sable cimenté et plus strictement comme un sable cimenté avec une grande prédominance de grains de quartz renfermant moins de 5 % de feldspaths. Les grès se différencient entre eux par la nature du ciment ou/et par l’abondance relative d’éléments accessoires (Essai de nomenclature 1961). Les grès siliceux sont des roches sédimentaires du groupe des roches détritiques terrigènes. Ces roches sont le produit de l’érosion, de la dénudation, de l’altération continentale et littorale. Les agents générateurs de ce type de roches sont en général le climat et la tectonique (Lombard 1972).

44Le type de grès que l’on trouve à Marolles est le grès siliceux. Il s’agit d’une variété avec du ciment siliceux formé presque exclusivement par des grains de quartz, et il ne présente pas de croissance secondaire (Essai de nomenclature 1961). Les échantillons de grès du gisement qui ont été analysés à la binoculaire sont principalement composés de grains de quartz, avec une granulométrie moyenne à fine. Quelques‑uns d’entre eux présentent d’autres composants, toujours dans une moindre proportion, comme les minéraux silicateux du type tourmaline et, plus abondamment, les oxydes de fer.

45Le méta‑quartzite est un grès siliceux dans lequel les grains, en parfaite mosaïque, sont fréquemment associés à des minéraux orientés de néoformation, tourmalines, chlorites, etc. (Essai de nomenclature 1961).

46Le micaschiste est un terme général appliqué à des roches à grain fin, à structure foliacée, de constitution variable.

47La meulière est une roche formée d’un réseau de calcédoine englobant des îlots de calcaire lacustre non modifié, ou dissous dans les meulières caverneuses et, dans ce dernier cas, plus ou moins poreuse.

48Les granités sont des roches ignées qui représentent 10 % des matériaux dans l’ensemble de la structure. La dénomination « granité » est utilisée actuellement comme nom collectif des roches plutoniques, phanérocristallines leucocratiques, composées principalement des minéraux suivants : quartz, feldspath potassique, et quelques plagioclases (oligoclase ou andésite), ce dernier composant devant être inférieur à 1/3 du total des feldspaths. Avec les feldspaths, on peut trouver un ou plusieurs minéraux accessoires parmi les suivants : hornblende, pyroxène et, comme auxiliaires, tourmalines, zircon, etc. La texture du granité est typiquement hypidiomorphique granulaire (Tomkeieff 1983).

49Les granités de Marolles sont principalement composés de grains de quartz de taille moyenne à fine, de micas muscovitiques et de feldspaths (plagioclases). Ces plagioclases présentent une tonalité rosée qui peut être due à un enrichissement en potassium ou à une oxydation résultant de l’action de la chaleur. D’autres composants qui apparaissent avec une fréquence moins importante sont les tourmalines et les biotites. Ces dernières sont, dans certains cas, naturellement oxydées.

50Avec les granités, on trouve les agrégats de noyaux de granité. Ces conglomérats se forment près des sites de provenance des granités, puisqu’ils conservent des feldspaths et des biotites sans altérations, mélangés à des argiles. Il s’agit de fragments arrondis de dimensions variables, entre 8 et 18 cm. Ils sont constitués par des grains de quartz, des feldspaths, probablement de type plagioclase, et dans lesquels on observe principalement la biotite comme minéral accessoire. Ces agrégats présentent un très faible degré de cohésion intergranulaire et un dense réseau de microplans remplis d’argiles rouges peu consolidées et facilement démontables. Il s’agit d’un matériel qui se désagrège facilement mais qui ne présente pas de fractures. Il faut signaler que l’échantillon analysé s’est désagrégé au cours du transport. À partir de sa composition et de son état actuel on peut établir que :
– la lithologie de la roche mère est localisée au S‑O, dans les limites du Massif central ;
– la nature de cette roche mère est d’aspect granitoïde biotitique, probablement granodiorite ;
– les fragments rocheux ont été séparés du massif granodioritique et, après un déplacement géologiquement rapide, ont eu accès au lit de l’Yonne, laquelle les aurait transportés par simple colluvion ou par action glaciaire et déposés sur la plaine d’inondation. À cet endroit, se seraient produits les processus de kaolinisation, de microfracturation et la percolation des eaux avec des argiles. La couleur brunâtre actuelle de ces argiles n’est pas complètement due à l’altération des biotites de la roche qui se trouvent peu altérées.

51Par ailleurs, ces argiles de couleur brunâtre se détachent facilement des grains, en même temps qu’ils conservent la texture (à la binoculaire) d’une terre non cuite qui, au contact de l’eau, devient facilement de la boue.

  • 3 On a considéré comme un seul fragment les roches fracturées in situ c’est‑à‑dire les roches qui, fi (...)

52Ainsi, d’un point de vue quantitatif, l’analyse pétrographique3 de l’ensemble des matériaux a donné comme résultat la présence de :
– 190 fragments de grès,
– 22 granités et agrégats de granité,
– 5 fragments de silex,
– 1 fragment de micaschiste,
– 1 fragment de microconglomérat,
– 1 fragment de meulière.

53Cet assemblage ne correspond pas aux observations faites pour le lit de l’Yonne à Misy. Celui des roches de la structure 1 présente une très large prépondérance de grès. L’absence de calcaire et le faible nombre de silex sont également remarquables. Toutefois, la nature des courbes ne nous permet pas d’attribuer à un comportement volontaire la haute sélection des matériaux présente dans la structure 1.

7.2.3.2 Analyse au microscope électronique à balayage4

  • 4 Nous tenons à remercier le Servei Central de Microscopia Electronica de la Universitat de Valencia.

54Cette méthode d’analyse a été utilisée dans l’espoir d’observer des transformations, dues à l’action de la chaleur, dans l’organisation et les caractéristiques des éléments qui composent l’échantillon. Cette technique a déjà été appliquée à l’étude de la transformation d’autres types de roches, telles que les molasses du site de Fontgrasse (Bazile et al. 1989a ; 1989b). On peut aussi étudier des transformations dans les structures cristallines de quelques éléments comme les argiles, les oxydes de fer ou les grains de quartz. Notre intérêt était, en outre, d’étudier les pourcentages des différents éléments dans l’échantillon et d’observer s’il existait, par exemple, des concentrations différentielles d’oxydes de fer, comme celles décrites par B. Méloy et F. Pagès pour les meulières soumises à l’action de la chaleur provenant du site d’Etiolles (Méloy, Pagès 1984).

55Une des hypothèses les plus répandues est celle de l’utilisation de ce type de structure pour la cuisson indirecte d’aliments. Cela aurait pu être réalisé suivant des modalités variées, d’après ce que nous indiquent différents modèles ethnographiques : cuisson indirecte sur des roches chauffées au préalable en plein air et avec un simple dégagement de braises (Gusinde 1937) ou à l’intérieur d’un four construit avec des pierres comme la « pachamanca » au Pérou (Julien 1985). Un autre type de structure de combustion pourrait être le four polynésien (Orliac, Wattez 1989). Cependant, celui‑ci a besoin d’une cuvette, absente dans la structure 1, qui soit assez profonde et large pour contenir les roches et les aliments. Dans le cas de la pachamanca, les pierres sont entassées sur une cuvette construite, à l’intérieur de laquelle le feu est allumé. Le diamètre de ces structures est de 60 à 70 cm avec une profondeur d’une vingtaine de centimètres. Après utilisation, les pierres qui sont tombées autour et en dehors de la cuvette se trouvent surélevées par rapport à celles qui sont tombées à l’intérieur. Mais l’accumulation de roches à Marolles ne présente pas non plus cette caractéristique : les roches qui entourent l’aménagement des granités sont placées à un niveau plus bas que ce dernier.

56Pour obtenir la reproduction des phénomènes observés, on a donc réalisé l’expérimentation suivante : sur des roches comblant une petite dépression, on a allumé à deux reprises un feu qui a fonctionné pendant trois heures à environ 400 °C, pour la cuisson indirecte de viande de bœuf. La base de ces roches n’a été soumise qu’à la chaleur par conduction et à de faibles températures, moins de 200 °C (fig. 47). Le processus de cuisson a laissé des traces de matière organique adhérant à la surface et des restes de fluides organiques déposés à l’intérieur des roches (graisses et sang). Dans l’hypothèse où les pierres de la structure étudiée auraient été soumises à ce type de cuisson, celles‑ci devraient porter des traces de débris de combustion semblables à celles présentes dans les roches expérimentales. Quatre échantillons ont donc été prélevés sur la face exposée à la cuisson indirecte et deux sur la face chauffée par conduction. Ces derniers ont été comparés à douze échantillons recueillis sur des pierres de la structure 1, choisies au hasard mais parmi celles qui présentaient des signes prononcés d’altération thermique.

FIG. 47 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Expériences nos 5a et 5b : cuisson indirect d’aliments sur grès siliceux.

R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia

57L’un des problèmes techniques liés à l’utilisation du MEB est la nécessité de préparer les échantillons, puisque la plupart d’entre eux sont composés d’éléments non conducteurs. Leur observation nécessite donc une métallisation préalable. L’une des méthodes de préparation les plus employées est celle de l’or‑paladium. Ce système présente des problèmes au moment de quantifier, puisque les pics d’or peuvent masquer ceux des autres éléments et empêcher ainsi une quantification correcte. La préparation au carbone est donc préférable quand la fenêtre employée ne permet pas de détecter cet élément, comme c’est le cas ici. Si cette méthode ne peut pas être employée, il est préférable de réaliser la micro‑analyse de l’échantillon sans métallisation, puis de métalliser par la suite et de procéder aux observations morphologiques.

58Pour une approche préliminaire, nous avons décidé d’étudier uniquement les grès, leur composition étant presque homogène (90 % SiO) par rapport aux granités. En conséquence, la présence relativement majoritaire du quartz est modifiée par les différentes proportions des autres éléments tels que le FeO, le CaO, le TiO et le K20.

59L’analyse des échantillons (tabl. xxi) à différents grossissements a permis d’observer quelques différences entre celles qui ont été chauffées à 200 °C et à 400 °C. Dans le premier cas, on distingue bien les grains de quartz qui ne sont presque pas altérés et présentent des arêtes anguleuses et des formes géométriques observables dès x 60 (fig. 48, nos 1‑3). Dans le deuxième cas, on constate que les grains de quartz ne se détachent pas aussi bien et que l’échantillon a un aspect sale avec, parfois, une concentration de matière non sédimentaire. L’observation des échantillons archéologiques montre qu’il existe, dans certains cas, une patine qui peut être produite par des grains de quartz altérés. De même, dans plusieurs cas, on ne peut isoler ni les grains ni les matériaux, même à fort grossissement (fig. 48, nos 4‑8). D’après ces résultats, les différences morphologiques pourraient être en rapport avec un chauffage différentiel. Malgré le nombre réduit d’échantillons étudiés (17), on peut quand même percevoir une tendance vers une distinction moins claire des grains de quartz, à mesure que s’est élevée la température d’exposition. Ce phénomène s’observe dans la plupart des cas sur la partie extérieure des roches où les grains de quartz sont plus visibles. C’est ainsi que certains échantillons analysés comme les nos 7 et 8 (fig. 48, nos 3‑6) et le no 12 (fig. 48, nos 7‑8) montrent des altérations intenses sur leurs surfaces extérieures, laissant supposer une exposition à des températures supérieures à 400 °C.

TABL. XXI – Grès et calcaires analysés au microscope électronique à balayage.

FIG. 48 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton Analyse d’échantillons de grès au microscope électronique à balayage : 1 grès expérimental, température d’exposition entre 300° et 400 °C (62. Ox) ; 2 grès expérimental, température d’exposition 400 °C (200x) ; 3 partie interne : coloration grisâtre de la roche 99b opposée à la zone rougie (150x) ; 4 partie interne du bord rougi de la roche 99b (60x) ; 5 idem (200x) ; 6 partie externe du bord rougi de la roche 99b (1,2x) ; 7 partie externe du bord rougi de la roche 60 (50x) ; 8 idem (250x).

Cl. B.S.-M./Univ Valencia

60D’après les résultats des microanalyses (fig. 49), on peut distinguer quatre types d’association d’éléments différents. D’abord, on observe des échantillons caractérisés de façon presque exclusive par la présence d’oxyde de silice ; dans ce groupe, se trouve l’échantillon expérimental 5 exposés à 200 °C et sans apport de matière organique, et les échantillons 9 et 10 de Marolles appartenant à la roche 99. Un deuxième groupe ressort à partir de l’association titane, fer et silice, comprenant les roches 61 (échantillon 13), 5 782 (échantillon 15), et la roche 530 (échantillon 16). Un troisième est constitué par la roche 85 (échantillon 14) ainsi que la 99 (échantillons 7 et 8), sur son côté extérieur, qui présentent la même association d’éléments SiO, Ti02 et FeO avec en plus du CaO et K20. Dans le quatrième, on trouve les échantillons expérimentaux qui ne présentent pas de titane mais dont la partie saturée de matière organique offre une forte présence de fer et de calcium, associés à des quantités moins importantes de potassium.

FIG. 49 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Microanalyses.

R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia

61Si on associe ces trois éléments à la matière organique présente et aux débris de combustion, on pourrait supposer la présence de matière organique adhérente et de débris de combustion sur certaines surfaces des roches archéologiques, voir les échantillons 8, 11, 12 (roche 60, surface extérieure rougie et surface intérieure adjacente d’1 cm) et 14. Cependant, le faible nombre d’échantillons étudiés et la possibilité de trouver des associations d’éléments d’origine naturelle semblables –même si les oxydes de fer n’ont pas été observés sur les échantillons étudiés dans leur forme cristalline– nous obligent à être très prudents en ce qui concerne une éventuelle extrapolation.

62Malgré tout, les échantillons expérimentaux montrent une association évidente entre le fer, le calcium et le potassium alors que par d’autres méthodes, il a été possible d’extraire plus d’1 g de matière organique et uniquement des structures moléculaires composées de C, H et O. Cette observation permettrait de renforcer l’hypothèse d’une éventuelle utilisation des roches de la structure 1 pour la cuisson indirecte de viande.

63Enfin, l’analyse à la binoculaire a permis de voir que la présence de fissures et rugosités sur plusieurs roches a facilité la conservation de sédiment adhérent, même après lavage des échantillons. Ce sédiment montre une texture d’aspect gras, et il pourrait s’agir de sédiment imprégné de matières grasses en plus ou moins grande quantité, ce qui a été confirmé ensuite par l’analyse de matières organiques. En outre, la plupart des roches coupées présentent entre les grains superficiels des traces de noircissement opaques, qui pourraient avoir comme origine des infiltrations de matière organique, comme cela a été observé pour les roches expérimentales. Ces deux constatations renforcent la supposition de cuisson indirecte.

64Une éventuelle augmentation de la quantité de fer due à une action de « pompage » dans les zones chaudes a été décrite par Méloy et Pagès (1984). Dans le cas présent, elle peut être liée à la concentration de matière organique et de débris de combustion déposés entre les réseaux cristallins présents à l’intérieur de la roche, bien que des augmentations dans les pourcentages aient été observées. Malheureusement, la possible association de fer d’origines diverses nous empêche de confirmer ce processus.

7.2.3.3 Analyse des thermoaltérations des roches

Méthode

65L’analyse des thermoaltérations produites par les foyers préhistoriques a été largement développée dans la littérature archéologique (Julien 1972 ; Julien 1984 ; Méloy, Pagès 1984 ; Rieu 1985 ; Monnet 1987 ; Olive 1988 ; Bazile et al, 1989a ; 1989b ; March, Ferreri 1989 ; Valentin 1989 ; March et al. 1993). En général, cette méthode a pour objectif de reconstituer la forme du foyer, l’intensité de son utilisation, les éventuels remaniements, ainsi que les rapports existant entre le foyer étudié avec les autres foyers et les autres structures d’habitat.

66Dans notre cas, l’idée était de mettre en place une méthode d’analyse rapide, visant à quantifier l’information qualitative contenue dans l’ensemble à étudier. Cette information quantifiée devait permettre de répondre à un certain nombre des questions déjà mentionnées, et d’établir une base de données, applicable aux fouilles de sauvetage comme celle de Marolles. Cette base de données tient compte des concepts déjà proposés par d’autres auteurs, mais rarement quantifiés de façon précise. Ainsi, la révision des données bibliographiques laisse entrevoir un certain nombre d’items employés, de façon alternative et non systématique ; ce problème, sans doute lié à la complexité du système étudié, a déjà été mentionné (Coudret et al. 1989). Cependant, il n’existe pas d’accord aujourd’hui sur les données à utiliser et à employer de façon systématique, ni sur leur signification respective. Cette partie de notre étude n’a pas pour but de résoudre totalement cette question, mais de tenter d’établir un nombre minimal de variables à prendre en compte dans tous les cas, ce qui permettrait d’avoir aussi bien une idée de la nature des matériaux utilisés, de leur état d’altération ainsi que des processus de construction, d’utilisation et d’abandon des structures de combustion.

67Fondamentalement, nos observations ont été basées sur des critères analytiques et descriptifs, établis à partir des expérimentations développées sur le fonctionnement des foyers pierreux (March 1990 ; Valentin, Bodu 1991 ; March et al. 1993 ; Mardi 1994). Ces expérimentations ont fait apparaître un certain nombre de tendances concernant les thermoaltérations subies par les roches, qui seront utilisées comme cadre de référence pour l’interprétation des phénomènes et distributions observés.

68En premier lieu, on observe une différence significative entre l’analyse par nombre d’échantillons et celle effectuée par volume ou poids, car les valeurs se voient modifiées selon que l’on suit l’un ou l’autre critère. Ces trois aspects sont cependant très étroitement liés et il convient de les faire jouer ensemble pour avoir un aperçu réel de l’échantillon étudié. Ainsi, la différence de volume ou de poids pouvant exister à l’intérieur d’un même nombre de roches ou à l’intérieur de deux variables analysées est presque toujours significative. Il est évident que ce n’est pas la même chose d’avoir des oxydations globales sur une roche de petite ou de grande dimension. Ainsi, le dénombrement doit toujours être accompagné d’une expression en volume ou en poids. Par ailleurs, bien que le poids soit une mesure qui reflète bien l’effort humain accompli, il ne donne pas directement une idée du volume, lequel fait plutôt référence aux problématiques spatiales exprimées en trois dimensions. Parce que la quantité de pierres contenues dans un foyer dépend des dimensions de sa cuvette, les quantités de roches retrouvées renseignent en conséquence sur les aptitudes fonctionnelles de cette dernière.

L’oxydation des roches et sa distribution

69L’oxydation du grès se manifeste sur les fers libres et les oxydes de fer hydroxilés. Dès 300 °C, cette oxydation produit un changement de coloration de la roche ; ce changement devient plus intense à partir de 500 °C, et l’on observe alors un rougissement, plus ou moins prononcé, des surfaces du grès qui sont jaunâtres ou grisâtres à l’état naturel. Sa distribution à la surface de la roche est en relation avec la position de celle‑ci par rapport au feu, pendant le fonctionnement de la structure de combustion. La signification de ce rapport est inversement proportionnelle aux remaniements subis par la structure : plus elle a été remaniée et réutilisée, plus il est difficile de reconnaître sont état de fonctionnement initial. Il est évident aussi que seuls les foyers qui seront restés proches de leur état de fonctionnement donneront des informations précises concernant leur forme et de leurs fonctions.

70Il est donc important d’étudier la distribution de l’oxydation, même s’il est probable que, dans la majorité des cas, les structures ont été réutilisées. Cette analyse descriptive se fait en trois étapes : une description générale de la distribution de l’oxydation à la surface des fragments, la description de ces oxydations à l’abandon, et la description de cette distribution sur les blocs remontés. Des remaniements postérieurs à l’abandon de la structure sont possibles dans une optique autre que la combustion, mais cela est généralement très difficile à mettre en évidence. L’étude qualitative des traces de thermoaltération, développée à partir de l’étude de l’histoire thermique de chaque remontage, permet de reconstituer aussi bien l’histoire de chaque pierre à l’intérieur de la structure que celle de la structure elle‑même.

71Un fort pourcentage de fragments de grès (tabl. xxii) présente une altération partielle qui pourrait être due non seulement à une faible exposition à la chaleur, mais également à une position périphérique des roches par rapport au feu. L’absence de roches de grande dimension non altérées (fig. 50) montre une thermoaltération presque totale des grès utilisés pour la structure. Cette absence est encore plus significative si l’on tient compte du pourcentage de granités entiers, ou presque, dans un état d’altération très faible, trouvés à l’intérieur de la structure. Les roches peu volumineuses présentent des traces d’oxydation ponctuelle. Selon l’hypothèse la plus simple, les roches exposées peu de temps à la chaleur étaient au départ de petite taille ; cependant, une roche de grande dimension altérée ponctuellement peut très bien avoir éclaté en plusieurs petits morceaux. Dans ce cas, l’exposition à la chaleur aurait été intense et partielle et la plus grande partie de la roche serait restée à température ambiante (cf. infra Annexe, description du remontage R‑141).

TABL. XXII – Descriptif des caractères des grès thermoaltérés.

FIG. 50 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Distribution de l’oxydation sur les roches : a répartition des oxydations ; b comparaison du nombre de fragments et du volume moyen.

DAO B.H./Afan d’ap. R.M./CNRS et B.S. – M./Univ Valencia

72La reconstitution de la distribution des taches par rapport à la position des roches à l’abandon est très difficile à effectuer, étant donné le pourcentage élevé d’inconnues (fig. 51). En effet, au moment du démontage, l’orientation de la face supérieure des roches n’a pas été enregistrée, ce qui nous a obligés à les orienter à partir des photographies de fouille. Cependant, le pourcentage des grès qui présentent une oxydation partielle sur la face inférieure est presque équivalent au pourcentage de grès qui présentent une oxydation partielle sur leur face supérieure. En général, quand une structure n’a pas été remaniée après une courte durée d’utilisation, les traces d’oxydation se situent très clairement par rapport au feu : si le feu a été allumé sur ou sous les roches, celles‑ci présentent des altérations sur une face et parfois sur les bords limitrophes aux faces altérées. Pour cette structure, le remaniement est donc évident : le faible nombre de fragments chauffés globalement confirme que seul un nombre réduit de fragments a été exposé entièrement à l’action du feu. Ce type d’altération se produit en général quand la roche, ou le fragment, est déposée à l’intérieur d’un feu ou a subi de nombreuses réexpositions avec ou sans fractures. Les fragments altérés de façon globale sont répartis en désordre à l’intérieur de la structure et la disposition spatiale de ces altérations ne permet pas de conclure à une forme proche de l’état de fonctionnement (fig. 52). Le bord aménagé dans la partie nord est constitué de fragments qui ne sont pas oxydés de façon contiguë, comme ils devraient l’être, si le foyer avait été allumé à l’intérieur de cet aménagement. Les fragments 115 et 123 situés au milieu de cet aménagement sont oxydés dans leurs parties inférieures et ne présentent qu’une altération latérale dans la partie supérieure.

FIG. 51 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Emplacement des oxydations sur les roches : a emplacement des oxydations ; b comparaison du nombre de fragments et du volume moyen.

DAO B.H./Afan d’ap. R.M./CNRS et B.S. – M./Univ Valencia

FIG. 52 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Plan de la structure 1. Emplacement des oxydations : a sur les faces supérieures des roches ; b sur les faces inférieures.

R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia

73Il faut noter par ailleurs l’absence d’oxydation (ou leur peu d’importance) sur la plupart des granités, bien que leur état d’altération empêche de généraliser à l’ensemble mis au jour. Trois granités seulement sont complètement oxydés et ils ont été recueillis en dehors de la zone d’aménagement. Trois autres présentent une altération ponctuelle et quatre, une altération très partielle.

La fragmentation

74La tendance générale est de rencontrer des fragments de petite taille complètement altérés et de grands fragments partiellement altérés. En ce qui concerne les grès, le volume moyen est presque semblable pour ces deux types de fragments. Ceci est dû, presque sans aucun doute, à l’absence de morceaux de grès entiers ou presque entiers et à un état de fragmentation élevé de l’échantillon. Le nombre élevé de fragments polyédriques avec 5 ou 6 faces illustre bien ce phénomène (fig. 53). La majorité des fragments ne présente qu’une seule face extérieure, voire aucune, et le faible volume moyen de ces deux groupes nous laisse entrevoir une fracturation importante des roches (fig. 54). Ce phénomène est produit par des chocs thermiques répétés, liés à de brusques changements de température, et il pourrait nous indiquer une exposition des roches à des températures élevées. Cependant, le nombre d’éclats thermiques n’est pas directement lié à la durée d’utilisation. Bien qu’un nombre plus élevé d’expositions à la chaleur occasionne plus de chances de fracturer les roches, une fragmentation très intense peut néanmoins se produire après une très courte durée d’utilisation. Cette dernière constatation d’origine expérimentale (Match 1994) nous empêche par conséquent de conclure à partir de ces premières données sur la durée du phénomène.

FIG. 53 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Morphologie des fragments de roche : a types de fragments ; b comparaison du nombre d’éléments et du volume moyen.

DAO B.H./Afan d’ap. R.M./CNRS et B.S. – M./Univ Valencia

FIG. 54 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. a distribution des faces extérieures sur les fragments de roche (0‑4 faces) ; b comparaison du nombre de fragments et du volume moyen d’après la quantité de faces extérieures.

DAO B.H./Afan d’ap. R.M./CNRS et B.S. – M./Univ Valencia

75La plupart des fragments présentent entre une et deux faces rougies (fig. 55). La quantité de faces oxydées rouges par rapport au nombre réel de faces pour chaque fragment montre que la plupart d’entre eux n’ont pas été réchauffés après fracturation. Cette relation devrait être positive si les fragments, une fois apparus, avaient été exposés plusieurs fois à la chaleur. Leur réduction en volume aurait dû favoriser une oxydation globale au contact du feu. Ceci pourrait avoir une explication aussi dans un mode de fonctionnement particulier où les petits fragments n’auraient pas été en contact avec le feu dans des réutilisations progressives : par exemple, lorsqu’un feu est allumé sur de grosses pierres et que l’on rem place les roches fracturées par des neuves, en laissant couverts par les nouvelles roches les petits fragments détachés des combustions antérieures. Mais l’absence de roches entières et semi‑entières peu altérées, sauf les granités qui apparemment n’ont pas été très altérés par la chaleur, nous empêche d’envisager ce genre de mode de fonctionnement. Les seuls gros grès qui présentent leurs faces presque complètement rougies sont des grès qui ont été rougis à partir du chauffage initial, et par pénétration de la chaleur, les fragments qui remontent sur ces parties « extérieures » sont aussi chauffés que les surfaces sur lesquelles ils recollent (cf. infra Annexe).

FIG. 55 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. a distribution des faces extérieures sur des fragments de roches ; b faces oxydées rouges : comparaison du nombre de fragments et du volume moyen.

DAO B.H./Afan d’ap. R.M./CNRS et B.S. – M./Univ Valencia

76Par ailleurs, la présence d’une ou deux faces oxydées est en rapport avec la présence majoritaire de fragments avec une ou deux faces extérieures. Le rapport n’est pas le même pour les fragments qui présentent trois faces oxydées et trois faces extérieures : ceci montre que parfois, quand la surface extérieure de la roche est bien conservée, on peut observer des phénomènes d’altération partielle des roches d’origine. Ce phénomène est accompagné d’une augmentation du volume et d’une diminution du nombre de fragments avec trois faces extérieures par rapport à ceux qui présentent une ou deux faces. Le volume moyen des fragments à trois faces oxydées montre bien qu’il ne s’agit pas des mêmes fragments. La plupart des fragments à trois faces oxydées sont donc des fragments intérieurs de petite taille ou des fragments extérieurs avec seulement une ou deux faces extérieures et une ou deux faces intérieures oxydées par thermoaltération. En général, ce phénomène n’est pas dû à un réchauffement des petits morceaux mais à la pénétration de la chaleur vers l’intérieur de la roche, ce qui donne une bonne idée de l’intensité de la combustion. Cette pénétration est souvent faible, 1 ou 2 cm pour les roches qu’on a pu observer, par découpage, ou simple observation. Seuls quelques fragments appartenant à un gros bloc (cf infra Annexe, description du remontage 701) ont été complètement altérés par la pénétration de la chaleur, mais pas sur la surface totale du remontage. La durée ou la forme d’exposition de ce fragment est donc différente du reste des fragments étudiés. L’absence de faces intérieures oxydées en contact avec des surfaces extérieures sans altérations, comme celles qui se présentent quand la roche a été chauffée d’un seul côté suffisamment longtemps pour oxyder son intérieur mais pas suffisamment pour oxyder la surface opposée à l’action de la chaleur, est remarquable.

77La plupart des fragments comportant plus d’une face d’oxydation rouge présentent celle‑ci de façon limitrophe (fig. 56). Seuls 12 échantillons, représentant 12,17 % du poids et 12,65 % du volume, présentent des faces oxydées opposées. Le volume moyen de ces fragments est plus petit que celui des fragments avec deux faces limitrophes et plus. Cette petite quantité représente des roches à faible épaisseur et à faible intensité d’altération qui ont été exposées soit simultanément soit alternativement des deux côtés.

FIG. 56 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. a distribution des faces oxydées limitrophes et opposées ; b comparaison du nombre de fragments avec faces oxydées limitrophes et opposées avec leur volume.

DAO B.H./Afan d’ap. R.M./CNRS et B.S. – M./Univ Valencia

78Enfin, le volume moyen des fragments sans oxydation montre bien qu’il ne s’agit pas de roches sans altérations mais de fragments intérieurs ou extérieurs de petite taille, séparés des fragments plus grands qui ont été au départ altérés de façon superficielle.

79En ce qui concerne la forme des fragments, la plupart d’entre eux sont des fragments polyédriques à 5 et 6 faces et avec un faible nombre de faces extérieures. Leur volume est compris entre 80 et 90 ml (fig. 53). Ils sont suivis d’un faible nombre de gros fragments semi‑globulaires (270 ml en moyenne) représentant quelques noyaux de roches thermoaltérées. Les fragments les plus petits (entre 25 et 50 ml) sont les fragments courbes, pyramidaux et irréguliers ; leur quantité est faible à l’intérieur de la structure. Ce dernier groupe est caractérisé par une large majorité de fragments provenant de l’extérieur de la roche, que l’on devrait ajouter aux fragments polyédriques de même provenance. Leur pourcentage extrêmement bas pourrait indiquer soit un manque de ce type de fragments à l’intérieur de la structure soit un défaut de fouille dû à la taille des roches. Cependant, le nombre important des fragments polyédriques avec une ou deux faces extérieures très fortement oxydées suggère la possibilité que la forme principale de fracturation en petits morceaux est bien celle des fragments polyédriques, même à partir de l’extérieur de la roche (fig. 57). Cette hypothèse se verra renforcée par un nombre important de fragments polyédriques sans face extérieure chauffée ou sans aucune trace d’oxydation ; ces derniers correspondent à des fragments intérieurs séparés de façon évidente par le même processus de thermofracturation.

FIG. 57 – Marolles‑sur‑5eine/Le Grand Canton. Structure 1. Univers des fragments polyédriques.

DAO B.H./Afan d’ap. R.M./CNRS et B.S. – M./Univ Valencia

80Dans ce sens, l’analyse des types de fractures subies montre une superposition de catégories entre les fractures de type courbe et de type plat. Cependant, les fractures complètement plates sont majoritaires, suivies par des fragments de fracture généralement plate avec quelques fractures courbes. Les fragments à fracture complètement courbe et ceux courbes avec quelques fractures plates peuvent en général être inclus dans la même catégorie. Les fractures plates de ces derniers se sont produites, a posteriori, sur des fragments déjà détachés ou au milieu d’une trajectoire d’une fracture courbe unique.

81Ainsi, le mode de fragmentation du grès de la structure 1 est caractérisé par des fragments ayant entre 5 et 6 faces avec des fractures plates et courbes, dont 70 % de fragments avec des surfaces externes ; cela montrerait une fracturation massive des roches employées. Le volume augmente à mesure que la quantité de faces croît ; cette augmentation est observée à partir des fragments qui ont 7, 8 et 9 faces qui présentent des volumes moyens compris entre 248 et 660 ml. Cette population de plus de 7 faces externes est représentée par des fragments de tailles diverses ne présentant pas d’autres caractéristiques particulières qu’un haut pourcentage de fragments semi‑globulaires. Cela vient confirmer la caractérisation de ces derniers comme un groupe représentant, sauf quelques exceptions, des noyaux des roches d’origine.

82La présence majoritaire de fragments polyédriques de petite taille se réfère donc à un éclatement presque complet des roches ayant eu une exposition presque globale à la chaleur. Il existe aussi un certain nombre de roches exposées de façon partielle, comme le montre la présence de 12 % de roches présentant une ou deux faces extérieures non oxydées ; ce faible pourcentage renforce l’idée d’une thermoaltération presque complète des fragments de grès présents dans la structure. Il est intéressant cependant de signaler qu’il s’agit d’un pourcentage très faible par rapport à celui que l’on observe dans le cas des roches formant le bord des cuvettes expérimentales ou des roches utilisées pour la cuisson indirecte avec chauffage sur une seule face ; les pourcentages d’oxydation oscillent alors entre 50 et 87 % (March 1994). Seules les expériences où les roches ont été mises à l’intérieur du feu présentent un pourcentage faible ou nul de faces externes sans altération. Une hypothèse à envisager est l’existence d’une forte proportion de roches manquantes. En effet, le déplacement des roches d’un foyer à un autre n’est pas inhabituel dans les sites magdaléniens (Julien 1972 ; 1984 ; Valentin 1989). Peut‑être les grès avec un faible état d’altération ont‑ils été emportés ailleurs, à moins que d’autres, déjà altérés et dépourvus de leur partie externe, aient été apportés sur place.

83La plupart des fragments polyédriques portant encore des faces externes présentent ces dernières oxydées par thermoaltération. La pénétration massive des trajectoires de fracture serait liée à de forts changements subis dans la température d’exposition. Pour les roches chauffées globalement, ce changement pourrait se produire par simple refroidissement ou par refroidissement intentionnel. Cependant, la présence d’un nombre très important de petits morceaux paraît indiquer un refroidissement sur place. La présence majoritaire de roches altérées de façon partielle est donc liée à un double phénomène. D’une part, les petits fragments n’ont pas été réchauffés, et d’autre part, quelques‑unes des roches ont été soumises à des expositions partielles d’un seul côté. Le nombre de ces dernières reste à établir. Compte tenu de l’état de fragmentation des roches, seuls les remontages nous permettraient d’avancer dans cette direction.

84En ce qui concerne la durée de la combustion, le temps d’exposition à la chaleur de chaque roche paraît en général réduit mais avec des températures élevées. La faible pénétration observée à l’intérieur des roches, maximum 2 cm, est une pénétration facilement atteinte pendant trois heures d’allumage, comme le montrent plusieurs résultats expérimentaux (March 1994). Une seule exception est observée sur les fragments intégrant le remontage 701, qui sont altérés d’un côté à l’autre : la profondeur atteinte par l’oxydation sur ces fragments pourrait être expliquée soit par une durée plus prolongée d’exposition à la même température soit par une exposition de même durée mais à des températures beaucoup plus élevées.

85On remarque que 14 % des roches, représentant 16,03 % du poids total de la structure, ont été trouvées fragmentées in situ. Au moment de leur prélèvement, elles ont été en général identifiées par un même numéro. L’absence de données de référence nous empêche de faire des comparaisons avec d’autres structures du Bassin parisien, mais il faut signaler qu’aucune de ces roches n’était en état de fonctionnement. Celles‑ci doivent être le produit de fractures par refroidissement ou de cassures mécaniques qui ont agi sur des zones affaiblies auparavant par la température. Ces fractures in situ sont répandues sur toute la surface de l’accumulation.

86En ce qui concerne les granités, dont le nombre est faible par rapport aux grès, il faut signaler la plus grande taille de leurs fragments (tabl. xxiii). Leur poids moyen est de 517,12 g et leur volume moyen est de 202,99 ml. Ces deux mesures représentent un rapport de 1,93 et 1,97 en relation avec le poids moyen et le volume moyen des grès. Si l’on ajoute le poids et le volume de ce qui reste des agglomérats de granité, ces rapports atteignent 3,60 et 3,71. Ce moindre état de fragmentation est peut‑être lié à une exposition moins importante à la chaleur, puisque nous avons vu que le pourcentage de granités sans altération observable était beaucoup plus fort que celui des grès.

TABL. XXIII – Descriptif des caractères des granités thermoaltérés.

87En revanche, le type de fragmentation paraît analogue avec un pourcentage majoritaire des fragments polyédriques et semi‑globulaires à 5 ou 6 faces ; il faut cependant signaler l’absence de fragments pyramidaux et courbes et la nette prédominance de fractures irrégulières sur les autres types de fractures observées –comme les fractures courbes ou plates. Enfin, on remarque que le pourcentage de fractures in situ est plus élevé chez les granités.

Conclusion

88Cette première analyse des thermoaltérations des grès et des granités semble confirmer une différence entre les deux groupes ; on pourrait même croire que ces deux types de roches n’ont pas participé à un même type de combustion. Les seuls trois granités qui présentent une altération totale de leurs surfaces extérieures sont situés hors de l’aménagement de la structure (fig. 52). Les grès donnent l’apparence d’avoir été soumis à une combustion beaucoup plus intense et globale. Toutefois, ni les grès ni les granités ne montrent de traces nettes d’un réchauffement répété à plusieurs reprises. Tous ces éléments de l’analyse dressent un panorama très complexe mettant en relief le remaniement de la structure à partir d’un état de fonctionnement ancien, et une configuration finale éloignée du fonctionnement thermique. La nature de ces remaniements sera peut‑être élucidée par l’étude des remontages.

7.2.3.4 Analyse des remontages

89L’étude de chacun des fragments de roche qui ont pu être remontés sur des « blocs mères », ou noyaux, aide à comprendre comment la roche a été affectée par la chaleur au cours de son utilisation. De même, elle contribue à la détermination des remaniements subis par la structure de combustion avant d’arriver à son état d’abandon. Cela permet de déterminer si l’état d’abandon de la structure est proche ou pas des divers états mis en évidence par l’approche expérimentale et de renforcer l’analyse du fonctionnement établie à partir de l’étude analytico‑descriptive de l’ensemble des fragments. Signalons qu’il a été impossible d’étudier les agglomérats de granité à cause de leur état d’altération.

90Dix‑neuf remontages incluant 71 fragments ont été effectués (cf Annexe p. 127) (fig. 58). Trois seulement d’entre eux concernent les granités, le reste les grès. Les trois remontages de granité représentent 44,44 % des fragments, soit 41 % du poids et 41,60 % du volume des granités retrouvés. Pour les grès, 28,33 % des fragments présents dans la structure ont pu être remontés, ce qui représente 43,33 % du volume et 43,84 % du poids total retrouvés. Ces remontages sont caractérisés par un volume moyen élevé des fragments par rapport à la moyenne de la structure. Ceci veut dire évidemment que la plupart des petits fragments de grès n’ont pas pu être remontés.

FIG. 58 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Remontages : a fractures in situ ; b raccords à l’intérieur de la structure.

R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia

91Un seul bloc de granité a pu être reconstitué complètement avec 4 fragments, les deux autres remontages associent seulement deux fragments chacun. Quatre grands blocs de grès ont été reconstitués, avec une moyenne de 6 fragments par bloc. Ces grands blocs, une fois reconstitués, ont une taille qui rend très difficile leur manipulation par une seule personne. Comme cela a déjà été signalé à maintes reprises, le remontage des pierres chauffées est très utile pour la compréhension de l’évolution de la structure (Julien 1972 ; Rieu 1985 ; Monnet 1987 ; Olive 1988 ; 1989 ; Valentin 1989) surtout quand il s’agit de processus de combustion dans lesquels est intervenu un nombre élevé de pierres. Ici, on a pu observer que la structure originale était composée par des roches de taille importante. Si l’on établit le poids et le volume moyens par rapport à tous les remontages, même très incomplets, le poids moyen des roches remontées est de 1 258,14 g, pour un volume de 479,57 ml. Ces deux moyennes sont déjà beaucoup plus élevées que la moyenne des fragments observés pour les grès et pour les granités. Mais, si on tient compte seulement des remontages de plus de 4 roches, qui sont déjà beaucoup moins incomplètes, la moyenne de poids est de 2 195,82 g et celle du volume de 834,11 ml. Le volume et le poids moyens des seuls remontages de grès sont de 714,77 ml et de 1 901,93 g par roche, même si l’on a pu remonter seulement 28,33 % des fragments. Ces chiffres, bien que les remontages soient incomplets, donnent une idée du volume initial des roches avant d’avoir été soumises au feu. Si on prend ce volume comme le volume moyen des roches, on aurait au moins 25 roches de grès au poids et volume initiaux semblables pour toute la structure.

92Un autre calcul intéressant est le calcul des manques dans les remontages. Si l’on prend comme volume minimal les longueur, largeur et épaisseur maximales des remontages effectués, il est possible d’en induire le volume théorique initial. Ainsi, on peut avoir une idée très approximative des valeurs manquantes dans les remontages qui présentent à simple vue des espaces vides dans leur configuration actuelle. La valeur manquante pour ces remontages est de 6074,5 ml. Dans la mesure où les valeurs observées sont égales à 4 500 ml, il manquerait presque 60 % du volume total des roches dans leur état théorique complet. Celui‑ci serait donc de 2 114,9 ml et cela réduirait le nombre total des roches pour cette structure à seulement 9. Mais seule une opération de remontage plus approfondie pourrait confirmer cette dernière appréciation. Cependant, il est évident que le pourcentage de manques est réel, et que ceux‑ci doivent être soit à l’intérieur de la structure, soit ailleurs, comme le montrent les nombreux remontages établis avec des petits morceaux provenant de la périphérie.

7.2.4 L’analyse des roches : évaluation des résultats

93En premier lieu, il faut donc signaler la haute sélectivité des matériaux apportés dans la structure, avec une présence majoritaire des grès. Le fait que les granités arrivent en deuxième rang et qu’on ne trouve pas d’autres matières premières en quantité significative pourrait aussi être lié à un choix intentionnel. Ce deuxième choix qui ne peut pas être aperçu d’un point de vue statistique est révélé dans l’histoire de cette accumulation de roches.

94L’analyse des traces d’oxydations sur les roches et de leur forme de fragmentation montre que certains des noyaux remontés ont été exposés de façon globale ou partielle à la chaleur, comme les blocs 97, 20, 170 et 70, tandis que d’autres l’ont été de façon ponctuelle, comme le bloc 141. Ces blocs paraissent avoir été soumis à une altération globale, comme celle atteinte quand ils sont mis directement au feu ; cependant, il existe toujours la possibilité qu’ils aient constitué un pavage sur lequel le feu aurait été allumé en les oxydant d’un seul côté. L’absence de morceaux externes collant sur les surfaces intérieures non altérées empêche de trancher définitivement entre ces deux hypothèses, même si l’on penche plutôt pour la première. Apparemment, aucun de ces blocs n’a été rechauffé après son exposition initiale. Deux morceaux de dalles, 104 et 10, montrent des expositions alternées d’un côté et de l’autre et un seul présente un chauffage prolongé et partiel sur l’une des parties du bloc. Leur histoire est plus complexe : ils ont tous deux été soumis au feu de façon partielle, et l’un d’entre eux, le fragment 104, a été rechauffé une fois fracturé. Un bloc, le 701, présente une altération semblable à celle observée quand les blocs sont soumis au contact direct avec le feu, des deux côtés en même temps, et il est possible qu’il ait été mis en position verticale. L’intensité de son altération est plus importante que pour le reste des blocs observés. Enfin, le bloc 181 a été soumis de façon ponctuelle à un chauffage intensif et d’un seul côté. Cette dernière situation n’est pas observable sur les bords de cuvette, en particulier dans le cas où une petite surface de la roche est exposée à une chaleur intense. Elle pourrait exister si la roche avait fait partie d’un pavage et avait été protégée par d’autres blocs de façon partielle, ou si elle avait été située sur un bord placé au même niveau que le feu.

95Quoi qu’il en soit, l’histoire thermique de ces roches ne se voit en aucun cas reflétée dans leur distribution actuelle. L’état de leur fragmentation et de leur dispersion montre qu’elles ont été chauffées avant d’être déposées dans leur emplacement actuel. Leurs histoires divergentes pourraient parler d’épisodes de combustion avec un mode de fonctionnement différent, ou d’un seul épisode dans lequel elles seraient intervenues de façon différente, les unes comme pavage, les autres dans le bord et d’autres encore étant soumises au feu, mais l’hypothèse la plus économique est peut‑être celle d’épisodes de combustion différents.

96Bien que le volume moyen des éléments montre une fragmentation élevée –ce qui indiquerait une combustion sur place– la présence d’un nombre important de manques ainsi que des faces externes sur les blocs altérés, et les remontages avec de petits éléments en provenance de l’extérieur pourraient indiquer que ces premières expositions au feu ont eu lieu en dehors de l’emplacement actuel de l’accumulation. Cette exposition à la chaleur a atteint parfois des températures très élevées, comme le montre l’analyse au MEB, et elle pourrait être en rapport avec la cuisson indirecte d’aliments.

97De toute façon, l’aménagement observé aujourd’hui est le produit de plusieurs dispersions, comme le montre l’emplacement des fragments, avec des altérations thermiques si différentes, autour de la petite dépression observée au S‑E de la structure. Cette distribution est postérieure aux premiers chauffages des roches.

98La plupart des granités qui ont pu être étudiés ne présentent pas de traces d’oxydation ; seuls trois fragments, de surcroît presque entiers, montrent des signes d’altération globale semblables à ceux de certains blocs de grès, mais leur fracturation est très faible. De plus, tous ces fragments sont situés en dehors de l’aménagement retrouvé. Le seul bloc de granité remonté a été chauffé de façon alternée d’un flanc et de l’autre, comme s’il avait fait partie au moins deux fois d’un pavage ou d’un bord à la hauteur du feu. Les granités, bien que très clairement agencés, ne montrent pas de traces d’altération thermique indiquant un quelconque état de fonctionnement cohérent. Cela signifie que l’aménagement construit au N‑O n’a jamais contenu un foyer.

99Il est très difficile de déterminer si cet aménagement a été la dernière opération réalisée avec cette accumulation de roches. S’agissait‑il seulement d’un bord ou s’agissait‑il d’une structure fermée ? Le seul indice d’une possible perturbation est l’apparente organisation différentielle des bords de cet aménagement, la partie S‑E apparaissant moins « conservée » que la partie N‑O. On sait que certaines des roches ont été déplacées après le processus de carbonatation, de la même façon qu’on sait que les agglomérats de granité sont restés pratiquement sur place ; la réponse à cette dernière question paraît, dans l’état d’avancement de cette étude, encore lointaine.

100Pour vérifier le problème de la combustion sur place, il a été décidé d’étudier finalement les sédiments récupérés dans la partie N‑O et S‑E de la structure.

7.2.5 Les sédiments

7.2.5.1 Analyse des traces de thermoaltération sur le sédiment

101Au cours de la fouille, aucune trace d’oxydation du sol n’avait été décrite en dessous de la structure. Avant de commencer ce travail, on pensait que le sol n’aurait pas dû être altéré si les roches avaient été placées sur le sol et le feu allumé sur celles‑ci. Mais l’absence totale de sols oxydés sur le site nous a fait penser à un possible phénomène de réduction qui aurait fait disparaître ces traces d’oxydation. C’est pourquoi nous avons étudié les sédiments adhérant aux roches qui avaient pu être récupérées au cours de la fouille, surtout celles des deux petites dépressions, pour analyser la fraction argileuse sur laquelle on savait qu’il était possible d’enregistrer des changements après une exposition à la chaleur (March et al. 1993).

102En général, les structures argileuses se modifient après une exposition à la chaleur. Les smectites magnésiennes, comme celles présentes à Marolles, se modifient à basse température, autour de 200 °C, par la perte d’eau entre les feuillets associés au magnésium. Elles présentent aussi un déplacement des raies de diffraction vers 10 Å entre 300 et 350 °C qui produit une augmentation du pic observé (Brindley, Brown 1980). Les kaolinites sont aussi un bon indicateur de température, leur angle de réflexion à 7 Å disparaissant après un chauffage autour de 500 °C (Brindley, Brown 1980 ; March et al. 1993).

103L’étude des argiles adhérant aux échantillons prélevés au N‑O et au S‑E de la structure (fig. 59) montre qu’aucun des échantillons étudiés ne présente des signes d’altération thermique (fig. 60a et b). Le manque d’oxydation, au moins pour les échantillons analysés, n’est donc pas la conséquence d’un phénomène de réduction quelconque mais correspond à une absence d’altération thermique.

FIG. 59 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Emplacement des prélèvements destinés à l’étude des substances organiques.

DAO D.M./CNRS d’ap. R.M./CNRS et . B.S. – M./Univ Valencia

FIG. 60 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Analyse de deux échantillons de la structure 1. a diffractogramme 1 : sédiment (poudre) ; b diffractogramme 2 : sédiment (suspension) ; A poudre sans altération ; B chauffée à 500 °C ; C glycérinée.

R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia

104Les deux autres angles de la structure n’ont malheureusement pas pu être analysés, mais il est certain que le sédiment qui entoure les roches aussi bien au N‑O qu’au S‑E ne présente pas de traces d’un feu posé directement sur le sol. Afin de prendre en compte d’autres aspects de la fonction et du mode de fonctionnement de la structure, il a alors été décidé d’en étudier les substances organiques.

7.2.5.2 Étude des substances organiques associées

105À partir de l’hypothèse d’une division de la structure en deux parties, caractérisées chacune par deux petites cuvettes, l’une au N‑O (échantillon no 1) accompagnée d’un aménagement de pierres et l’autre au S‑E (échantillon no 2) de la structure, deux échantillons de sédiment ont été analysés (fig. 59).

106On a recherché principalement les acides gras, les alcanes et les stéroïdes, selon les méthodes proposées par Arpino (1972 ; 1973). À partir de 300 g de sédiment adhérant aux roches, on a procédé à une extraction par agitation magnétique à 40 °C avec des solvants organiques (chloroforme‑méthanol 2/1). L’extrait total a été séparé en deux fractions acide et neutre au moyen d’une séparation en colonne sur Isopropanol‑K, la fraction neutre a été extraite avec de l’éther éthylique, et la fraction acide avec de l’éther éthylique‑acide formique à 2 %. La fraction neutre a été séparée sur colonne de silice avec des proportions décroissantes d’heptane et d’éther éthylique, pour distinguer les stéroïdes des alcanes. La fraction acide a été méthylée avec du trifluorure de bore‑méthanol, pour obtenir les esters méthyliques correspondants. Les trois extraits finaux de chaque échantillon ont été analysés par chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse.

107D’un point de vue quantitatif, l’analyse de la structure 1 a permis de déterminer des quantités importantes de matière organique : 5,5 g pour l’échantillon nos 1 et 3,6 g pour l’échantillon n° 2. La majeure concentration de matière organique de l’échantillon n° 1 est caractérisée par une forte prédominance des alcanes tandis que l’échantillon n° 2, bien qu’avec une prédominance d’alcanes, présente un profil plus équilibré avec les acides gras saturés plus importants (fig. 61).

FIG. 61 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Analyse de deux échantillons de la structure 1 : a poids total d’alcanes par échantillon ; b poids total d’acides gras saturés par échantillon.

DAO B.H./Afan d’ap. R.M./CNRS et B.S. – M./Univ Valencia

108Les valeurs du CPI (Carbone Preference Index) sont dans tous les cas supérieures à 1, aussi bien pour les acides gras que pour les alcanes des deux échantillons (fig. 62). Cela signifie un bon état de conservation. Les rapports de poids inversés entre les deux échantillons sont observés aussi dans les valeurs du CPI.

FIG. 62 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1 : a valeurs CPI des alcanes par échantillon ; b valeurs CPI des acides gras saturés par échantillon.

DAO B.H./Afan d’ap. R.M./CNRS et B.S. – M./Univ Valencia

Les acides gras saturés

109L’analyse des acides gras saturés contribue à la détermination de l’origine des échantillons. Ainsi, d’après la distribution des acides gras, il est possible de déterminer l’origine animale ou végétale de l’échantillon par rapport à la distribution des acides gras à courte (> 20 atomes de C) et longue chaîne (< 20 atomes de C) (March et al. 1989a ; Mardi 1994).

110L’échantillon no 1, correspondant au N‑O de la structure dans la zone de l’aménagement des pierres, montre un profil des acides gras avec une présence de C16 nettement majoritaire et une présence importante de C14 et C18, les acides gras de longue chaîne étant en faible proportion (fig. 63).

FIG. 63 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Distribution des acides gras saturés par échantillon.

R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia

111Le cas contraire est observé pour l’échantillon no 2 qui, tout en ayant aussi C16 comme composant majoritaire, a un rapport beaucoup plus équilibré entre C16, C14 et C18 et présentant une large prédominance des acides gras à longue chaîne, marquée par une présence majoritaire de C28 caractéristique des produits d’origine végétale (fig. 64).

FIG. 64 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Distribution des alcanes par échantillon.

R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia

112Les rapports des courtes et longues chaînes des deux échantillons sont nettement opposés tout en étant situés à seulement 1 m de distance l’un de l’autre. Les profils des acides gras, bien que correspondants dans les deux cas, ont des mélanges nous permettant de supposer une origine animale majoritaire pour l’échantillon no 1 et une origine végétale majoritaire pour l’échantillon no 2.

Les alcanes

113La distribution des alcanes nous montre une différenciation semblable des deux échantillons. L’échantillon no 1, qui contient une quantité plus importante d’alcanes, présente un spectre unimodal autour de C24. La distribution des alcanes de cet échantillon est très semblable à celle observée dans les graisses animales soumises au processus de cuisson d’aliments et extraites de la roche expérimentale déjà mentionnée pour l’analyse au MEB. L’échantillon no 2 présente une distribution bimodale avec une prédominance autour de C31 caractéristique des végétaux supérieurs avec une deuxième distribution, semblable à celle observée dans l’échantillon no 1, ce qui confirmerait l’existence d’un mélange avec des produits d’origine animale (fig. 64).

Les substances organiques soumises aux processus de combustion

114La détermination de l’origine des substances organiques associées aux structures de combustion est étroitement liée à la nature des substances organiques d’origine à l’état naturel et aux transformations subies par ces substances au cours de la combustion et la cuisson. L’analyse des échantillons expérimentaux a bien montré que les profils des acides gras se modifient avec le processus de combustion.

115Dans les produits d’origine végétale, la tendance générale est à la destruction des longues chaînes, aussi bien des acides gras saturés que des alcanes, ce qui donne une distorsion du profil des échantillons vers la partie mineure du spectre. Ce décalage du spectre d’une distribution bimodale vers une unimodale est perçu dans une augmentation des petites chaînes qui se fait progressivement et en rapport direct avec la forme de la combustion oxydante ou réductrice. Pour les alcanes, après une combustion complète en milieu oxydant, on observe une présence majoritaire de C17, Cl 8 et C19, laissant des traces de Cl4, C15 et C16 qui sont presque imperceptibles dans les échantillons à l’état naturel. Quand la combustion est incomplète, les charbons de bois sont conservés. Dans ce dernier cas, on observe une prédominance des produits à longue chaîne plus atténuée que celle du produit à l’état naturel, avec les proportions entre les alcanes de longue chaîne impairs et pairs plus équilibrées et une présence faible des alcanes de courte chaîne (fig. 65).

FIG. 65 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Comparaison de la distribution des alcanes expérimentaux et archéologiques.

R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia

116Les restes de graisses d’origine animale extraites des roches utilisées pour la cuisson indirecte, après la cuisson, présentent un profil d’alcanes semblable à celui décrit pour le bois carbonisé, mais avec comme composant majoritaire C24 et une quantité beaucoup moins importante de produits de courte chaîne > C21.

117Ainsi la présence des acides gras de courte chaîne > 20C ne serait pas concluante de la présence des produits d’origine animale si elle est accompagnée d’alcanes de courte chaîne majoritaires, ces profils pouvant avoir leur origine dans la combustion des matières organiques d’origine végétale soumises à l’action de la chaleur.

118Cette découverte récente a permis de remarquer que, dans la structure 1, aucun des deux échantillons ne présente des alcanes de petite taille pouvant provenir du combustible après une combustion complète des charbons ; ces types d’alcanes ont, en revanche, été repérés dans des structures de combustion, à Pincevent et Étiolles (March 1994). Seules quelques traces sont présentes dans l’échantillon no 1, qui présente un profil presque coïncidant avec celui des graisses d’animaux soumises aux processus de cuisson indirecte sur roches. Ceci nous permet de confirmer la présence de graisses cuites d’origine animale majoritaire dans l’échantillon no 1 et celle de graisses d’origine végétale majoritaire et non brûlées pour l’échantillon no 2. Ce phénomène est observé dans les valeurs du CPI des alcanes de l’échantillon no 1. Par ailleurs, les quantités de matière organique sont plus importantes dans l’échantillon no 1 que dans l’échantillon no 2.

119Une fois l’origine animale de l’échantillon no 1 établie, on peut analyser plus précisément le profil des acides gras de courte chaîne de l’échantillon. Lorsque l’on compare ce spectre avec celui des graisses extraites des animaux actuels –essentiellement renne ou cheval, puisque les restes de faune indiquent la présence majoritaire de ces deux espèces–, le spectre ressemble beaucoup plus aux graisses de cheval qu’à celles du renne. Cependant, il faut être très prudent car ces alcanes présentent bien des indices de cuisson, ce qui aurait pu modifier les pourcentages relatifs de chaque acide gras observé en déformant la signature originale de l’échantillon étudié.

Les stéroïdes

120La présence de stéroïdes permet, dans le cas d’une bonne conservation, une assignation plus précise des origines des matières organiques des structures de combustion. Malheureusement, à cause de l’ancienneté de l’échantillon, on n’a pu repérer que quelques produits d’origine végétale gamma‑sitostérol et 3,5 Stigmasta‑dien‑one, une cétone dérivée de l’oxydation de stigmasténol et ceux‑ci dans l’échantillon no 2. Une analyse quantitative n’est pas envisageable en tenant compte de la faible présence de ce type de molécules.

D’autres produits d’origine bactérienne

  • 5 Nous tenons à remercier Messieurs G. Ourisson, P. Albrecht et J.‑M. Trendel, du laboratoire de Chim (...)

121Dans les deux échantillons d’autres produits ont été détectés qui ont leurs origines dans la dégradation bactérienne des acides gras originaux comme les méthyl‑cétones (Arpino 1973). D’autres traces d’activité bactérienne sont révélées par les triterpènes fossiles comme le lupane ou hopane (Ourisson, Albrecht 1992 ; Ourisson, Rhomer 1992). Cependant, ces produits sont largement minoritaires dans les échantillons étudiés5.

7.2.6 Discussion finale et conclusion

122L’analyse de la structure de combustion 1 s’est avérée de plus en plus passionnante à mesure que l’on a pu mieux comprendre les processus ayant conduit à la formation de cette accumulation de roches. Du simple foyer pierreux observé à la fouille, avec certaines preuves d’un aménagement intentionnel à l’intérieur duquel le feu aurait été allumé, on est lentement passé à une histoire beaucoup plus complexe. La structure 1 reflète, dans l’image perçue de son état d’abandon, une série de comportements qui ont conduit à ce qui a pu être observé à la fouille.

123S’il est évident que les phénomènes de combustion ont provoqué l’état d’altération des roches retrouvées à l’intérieur de l’accumulation, il s’avère que ces altérations ont été produites dans un état antérieur et peut‑être ailleurs. C’est ce que suggère l’absence de thermoaltérations dans le sédiment analysé provenant des aménagements du N‑O et de l’angle S‑E de la structure. Le seul indice d’une combustion sur place est fourni par le grand nombre de fragments de petite taille présents au cœur de la structure. Si l’on accepte cette hypothèse, cette combustion, tout en ayant été assez intense pour provoquer la fracture complète des grands blocs dans un temps réduit –comme le montre le faible taux de pénétration de la chaleur dans les roches étudiées–, aurait dû laisser des traces sur le sédiment, au moins dans la famille des argiles gonflantes qui se transforment à très basse température. Ces argiles, prélevées sous les roches, peuvent avoir été contaminées avec des argiles d’inondation postérieures ; en outre, au nord de la structure, les deux fragments de granité étudiés ne présentent pas des traces de thermoaltération ; enfin, le sol emprisonné avant le dernier aménagement n’était pas non plus thermoaltéré.

124La plupart des grès paraissent avoir été présents sur place avant la construction de l’aménagement du N‑O de la structure et déjà fracturés ; on sait qu’ils ont été chauffés globalement ou partiellement à une intensité variable et pouvant, dans quelques cas, correspondre à au moins deux combustions. La microanalyse effectuée au MEB montre une exposition à haute température de quelques‑uns des fragments et, en même temps, laisse entrevoir par comparaison avec des échantillons expérimentaux la possibilité d’utilisation des grès pour la cuisson indirecte d’aliments. Les analyses de matière organique montrent deux zones nettement différenciées, entre la partie N‑O de la cuvette qui présente une forte concentration de graisses d’origine animale, probablement de cheval, et celle du sud, qui présente une forte concentration de produits d’origine végétale. Les traces noirâtres observées sous la roche 112, dont le sédiment a été analysé, ne correspondaient pas à des débris de combustible. Aucune trace de ceux‑ci n’a été trouvée non plus au S‑E de la structure entre les roches qui limitent la petite dépression. Cette absence de débris de combustible renforcerait l’hypothèse d’une première combustion réalisée en dehors de l’agencement actuel de l’accumulation. Néanmoins, rien ne prouve qu’il ne restait pas de débris de combustible dans l’un des deux angles non étudiés.

125L’absence totale d’os brûlés à l’intérieur de la structure pose encore une autre question, bien qu’elle ait déjà été remarquée pour l’ensemble du gisement ; en général, on a tendance à trouver dans les foyers domestiques au moins quelques débris osseux brûlés accidentellement mélangés avec le sédiment ; ce n’est pas le cas ici. Cette absence pourrait être liée à un type de cuisson particulier où les roches chaudes auraient été déplacées et mises en contact avec la viande en dehors de la structure de combustion originale. C’est l’une des explications possibles : une cuisson à l’étouffée avec des roches chaudes pourrait être envisagée. On pourrait donc avoir une construction préalable, faite avec de grands blocs de granité, contenant à la fois des roches chauffées ailleurs et de la viande. Une telle construction pourrait cuire la viande sans la mettre en contact avec le feu et sans altérer les granités (qui portent peu de traces de combustion). L’aménagement aurait été détruit à la fin de l’opération de cuisson pour récupérer la viande, ce qui expliquerait l’état dans lequel il a été retrouvé. On peut donc supposer une utilisation répétée du même espace pour la cuisson indirecte des aliments et un choix intentionnel des grès par rapport aux autres roches présentes dans la région. Toutefois, la présence de quelques fragments de blocs de grès emprisonnés par les granités et remontant avec d’autres fragments placés aussi bien à l’intérieur de l’aménagement que dans d’autres endroits de la structure complique cette hypothèse ; en outre, la plupart des grès étudiés ne présentent pas de signes clairs de réchauffement après fracturation.

126Dans une autre hypothèse, cet aménagement pourrait correspondre à une fonction différente de celle de la cuisson d’aliments et, bien qu’en rapport avec les graisses d’origine animale, il ne serait pas lié à la cuisson de ces dernières. La possibilité de la construction d’une cachette pour la viande cuite ou cuite partiellement pourrait en effet être aussi envisagée. Celle‑ci aurait été construite avec des roches chauffées auparavant et sur quelques‑unes de celles‑ci Dans ce cas, les blocs de granité entiers auraient été utilisés de la même façon que les grands noyaux de grès pour l’aménagement d’une structure à l’intérieur de laquelle la viande aurait été placée. Finalement, la structure aurait été ouverte et abandonnée et peut‑être même perturbée, comme le montrent certains déplacements après la carbonatation. En tout cas, il s’agit, on l’espère, d’hypothèses de départ qu’il faudra vérifier avec une approche expérimentale encore plus approfondie.

127D’un point de vue méthodologique, le travail développé ici montre la nécessité d’une bonne collecte des informations au moment de la fouille : position des roches, démontage lent, numérotation et prélèvement des échantillons pour des analyses diverses. La complexité du phénomène en étude nous empêche d’établir des conclusions sans la présence d’une étape d’étude scientifique postérieure à la fouille et comprise dans l’opération de sauvetage. L’information archivée sans ce genre d’analyse ne pourrait être utilisée pour en tirer une conclusion quelconque sans prendre le risque d’ignorer la réalité.

128Par ailleurs, la problématique développée montre comment les méthodes interagissent pour répondre à des questions comme celles qui ont été posées en introduction. Ces réponses sont très étroitement liées entre elles du fait qu’elles deviennent des caractéristiques intrinsèques de la structure. L’étude globale de la structure 1 n’a pas donné de résultats définitifs, mais cette première approche montre bien les difficultés d’association morphologico‑fonctionnelle et du terme général « structures de combustion » proposé par A. Leroi‑Gourhan en 1973 et qui continue d’être employé jusqu’à aujourd’hui de façon presque systématique. En effet, cette « structure de combustion » ou « foyer pierreux » ou « accumulation des roches » est loin encore de se laisser ranger dans un des tiroirs « descriptifs » où son histoire serait fixée dans la catégorie de sa classification. Il faut comprendre aussi que les méthodes appliquées sont loin d’être exhaustives et qu’elles auraient pu être améliorées si l’étude systématique des comportements liés au feu était beaucoup plus étroitement liée à la fouille de sauvetage qu’elle ne l’est aujourd’hui. Evidemment, l’étude d’une seule structure de combustion ne contribue pas, d’une façon concluante, à la compréhension d’un site, mais compte tenu de la particularité de cette structure, elle justifie largement, d’après nous, l’effort fourni. Cette première application des nouvelles méthodes d’analyse à l’étude des foyers préhistoriques mis au jour lors des fouilles de sauvetage laisse entrevoir, on l’espère, la très vaste quantité d’informations qu’on pourrait récolter si ce genre de recherche devenait un jour systématique.

Notes

1 Détermination réalisée par J. Delépine, géologue de l’équipe d’études paléoenvironnementales de l’autoroute A5.

2 Nous tenons à remercier le Dr L.A Alonso pour ses conseils en ce qui concerne la caractérisation minéralogique des roches.

3 On a considéré comme un seul fragment les roches fracturées in situ c’est‑à‑dire les roches qui, fissurées après thermoaltération, ont fini par se fragmenter, après leur dépôt, sans se disperser.

4 Nous tenons à remercier le Servei Central de Microscopia Electronica de la Universitat de Valencia.

5 Nous tenons à remercier Messieurs G. Ourisson, P. Albrecht et J.‑M. Trendel, du laboratoire de Chimie de Substances Naturelles du CNRS à l’université Louis‑Pasteur de Strasbourg et B. Das, du laboratoire de Spectrométrie de masse de l’institut de chimie des substances naturelles de Gif‑sur‑Yvette, pour leurs conseils en ce qui concerne l’analyse chimique de ces échantillons.

Table des illustrations

Légende TABL. XIX – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Récapitulatif des composants des différentes structures de combustion.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 45 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Plan des structures de combustion 2 à 14.
Crédits J.-L.R./musée de Préhist. de Nemours
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende FIG. 46 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Plan de la structure 1 : a état 1 ; b état 2 ; c éléments particuliers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende TABL. XX – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Taux de fracturation (poids en g/nombre) en fonction de la nature des matériaux. * Tous matériaux confondus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 47 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Expériences nos 5a et 5b : cuisson indirect d’aliments sur grès siliceux.
Crédits R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende TABL. XXI – Grès et calcaires analysés au microscope électronique à balayage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 48 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton Analyse d’échantillons de grès au microscope électronique à balayage : 1 grès expérimental, température d’exposition entre 300° et 400 °C (62. Ox) ; 2 grès expérimental, température d’exposition 400 °C (200x) ; 3 partie interne : coloration grisâtre de la roche 99b opposée à la zone rougie (150x) ; 4 partie interne du bord rougi de la roche 99b (60x) ; 5 idem (200x) ; 6 partie externe du bord rougi de la roche 99b (1,2x) ; 7 partie externe du bord rougi de la roche 60 (50x) ; 8 idem (250x).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende FIG. 49 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Microanalyses.
Crédits R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende TABL. XXII – Descriptif des caractères des grès thermoaltérés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende FIG. 50 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Distribution de l’oxydation sur les roches : a répartition des oxydations ; b comparaison du nombre de fragments et du volume moyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 51 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Emplacement des oxydations sur les roches : a emplacement des oxydations ; b comparaison du nombre de fragments et du volume moyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 52 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Plan de la structure 1. Emplacement des oxydations : a sur les faces supérieures des roches ; b sur les faces inférieures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. 53 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Morphologie des fragments de roche : a types de fragments ; b comparaison du nombre d’éléments et du volume moyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 54 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. a distribution des faces extérieures sur les fragments de roche (0‑4 faces) ; b comparaison du nombre de fragments et du volume moyen d’après la quantité de faces extérieures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 55 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. a distribution des faces extérieures sur des fragments de roches ; b faces oxydées rouges : comparaison du nombre de fragments et du volume moyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 56 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. a distribution des faces oxydées limitrophes et opposées ; b comparaison du nombre de fragments avec faces oxydées limitrophes et opposées avec leur volume.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 57 – Marolles‑sur‑5eine/Le Grand Canton. Structure 1. Univers des fragments polyédriques.
Crédits DAO B.H./Afan d’ap. R.M./CNRS et B.S. – M./Univ Valencia
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende TABL. XXIII – Descriptif des caractères des granités thermoaltérés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende FIG. 58 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Remontages : a fractures in situ ; b raccords à l’intérieur de la structure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 59 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Emplacement des prélèvements destinés à l’étude des substances organiques.
Crédits DAO D.M./CNRS d’ap. R.M./CNRS et . B.S. – M./Univ Valencia
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 60 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Analyse de deux échantillons de la structure 1. a diffractogramme 1 : sédiment (poudre) ; b diffractogramme 2 : sédiment (suspension) ; A poudre sans altération ; B chauffée à 500 °C ; C glycérinée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 61 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Analyse de deux échantillons de la structure 1 : a poids total d’alcanes par échantillon ; b poids total d’acides gras saturés par échantillon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 62 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1 : a valeurs CPI des alcanes par échantillon ; b valeurs CPI des acides gras saturés par échantillon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 63 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Distribution des acides gras saturés par échantillon.
Crédits R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 64 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Distribution des alcanes par échantillon.
Crédits R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 65 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Structure 1. Comparaison de la distribution des alcanes expérimentaux et archéologiques.
Crédits R.M./CNRS et B.S.-MJ./Univ Valencia
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45980/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteurs

Anthropologie et Paléoenvironnements des Civilisations armoricaines‑UMR 6566/CNRS

Université de Valence (Espagne)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search