Version classiqueVersion mobile

Occupations du Paléolithique supérieur dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Michèle Julien
, 
Jean-Luc Rieu

Première partie. Les occupations magdaléniennes de Marolles-sur-Seine/ Le Grand Canton (Seine-et-Mame)

Chapitre 2. La découverte et la fouille

Philippe Alix et Jean‑Luc Rieu

Résumé

Découvert lors d’une opération de diagnostic approfondi, le gisement a été fouillé en plusieurs phases sur une surface totale d’environ 1 000 m2. Sur les 3 secteurs dégagés, seul le secteur 2 semble correspondre à une zone d’habitat : les dépôts sont constitués de nombreux foyers, associés à du matériel lithique, de très nombreux restes de faune et de vastes zones de dépotoirs.

Texte intégral

2.1 Historique des travaux

1De la découverte du site à la remise du rapport de fouille concernant le dernier secteur traité se seront écoulés plus de deux ans. La lente résolution des problèmes fonciers a contribué à la segmentation des travaux réalisés.

2Le site du Grand Canton a été découvert lors d’une phase de diagnostic approfondi par une équipe composée de quatre personnes (A. Koehler, M. Prestreau, J.‑L. Rieu et J.‑M. Séguier), phase rendue possible par la libération des terrains par l’exploitant agricole en décembre 1989 et janvier 1990. Elle avait pour but initial de circonscrire la zone d’extension d’une occupation du haut Moyen Âge et de préciser la présence et la nature des vestiges d’autres périodes, repérés lors d’une phase préliminaire effectuée de juillet à septembre 1989 par J.‑P. Bouvet et A. Koehler. Une première intervention mécanisée s’est déroulée uniquement sur l’emprise longeant le TGV qui devait au départ accueillir la plate‑forme principale de l’autoroute.

3Le sondage ayant révélé le gisement mesure 4 x 6 m et a permis de mettre en évidence, à environ 60 cm de profondeur, un niveau archéologique matérialisé par la présence de pierres brûlées, d’éclats de silex et de quelques dents de chevaux.

  • 1 Nous tenons à remercier plus particulièrement pour leur collaboration P. Bodu, M. Orliac et B. Vale (...)
  • 2 À la suite du décapage à la pelle mécanique d’une portion du site équivalant à 163 m2, une fouille (...)

4J.‑L. Rieu, assisté par des personnes de la coordination A5, par des membres de l’équipe d’Ethnologie préhistorique du CNRS et par quelques bénévoles1, a réalisé la fouille d’un premier secteur entre avril et juin 19902.

5Parallèlement à l’intervention, alors que nous apprenions que plus de 35 ha de terrains au nord du site devaient recevoir un échangeur, des sondages à la tarière à main nous confirmaient l’existence de poches de limons, à un peu plus de 30 m au nord de la première fouille, susceptibles d’avoir préservé le niveau archéologique. Avant la résolution de l’ensemble des problèmes fonciers, nous n’avions pu bénéficier que d’un accès très limité aux parcelles concernées par l’aménagement de l’échangeur. Toutefois, l’ouverture d’une tranchée a pu être réalisée en novembre 1990, de 50 x 5 m, dans un axe N‑S, au nord du premier secteur traité (P. Alix et J. Delépine). Conformément aux prévisions des géologues, ce sondage important a permis la découverte d’une cuvette emplie de limons brun‑rouge contenant un matériel archéologique très abondant. Forts des résultats obtenus par la méthode de localisation des cuvettes avec la tarière à main et à défaut de pouvoir sonder à l’aide d’un engin mécanique, nous avons réalisé en novembre 1990, tout autour de la même tranchée, une nouvelle campagne de quarante tariérages effectués par P. Alix, J. Delépine et V. Deloze. Ceux‑ci nous ont donné la possibilité de repérer au moins deux autres cuvettes au N‑O de la tranchée S, mais également de mieux cerner l’étendue de la cuvette englobant cette tranchée (Alix, Deloze 1990).

6En mars et avril 1991, une fouille de sauvetage urgent a été mise en place pour cette tranchée. Cette fouille a permis de dégager une portion importante du sol paléolithique, bien conservé (Alix 1991). Ce n’est qu’à partir du mois d’août et du début de septembre 1991 que la fouille a pu être élargie à l’ensemble des parcelles concernées par l’échangeur. Un troisième secteur, sondé, puis décapé, à un peu plus de 70 m au N‑O, a alors livré des vestiges paléolithiques. Par ailleurs, un décapage effectué à partir de la tranchée initiale sur une surface de plus de 600 m2 a permis de mieux juger les potentialités de cette zone. À partir des informations recueillies lors de la fouille de sauvetage urgent et de cette ultime phase de diagnostic approfondi, un nouveau dossier de demande de sauvetage programmé a alors été présenté et soumis à la délégation permanente du CSRA. La fouille s’est déroulée entre le 15/09/91 et le 27/12/91. La description des activités du chantier, les différentes contributions et les études des spécialistes ont été rassemblées dans un rapport remis aux autorités compétentes à la fin du mois de février 1992 (Alix et al. 1992).

7Il est important de connaître le déroulement de la fouille au Grand Canton car les problèmes liés à l’accès aux parcelles ont contribué au morcellement de l’intervention et ont rendu celle‑ci d’autant plus délicate. À chaque étape, par exemple, une partie de l’équipe a dû être renouvelée. Enfin, à défaut de pouvoir connaître au départ l’extension totale du site et son potentiel, il a fallu adapter, au coup par coup, des méthodes d’exploitation diverses.

2.2 Méthodes d’exploitation et conduite des fouilles

8L’étude du site s’intègre dans les recherches menées sur le Magdalénien du Bassin parisien, dans le cadre d’un projet collectif du ministère de la Culture et coordonné par le laboratoire d’Ethnologie préhistorique du CNRS, orienté vers l’étude de l’organisation de l’espace et de la fonction des habitats du Paléolithique supérieur. C’est pourquoi, indépendamment des problèmes inhérents à l’accessibilité aux parcelles, nous avons été obligés, astreints par des délais de fouille toujours trop courts, d’élaborer, pour les différents secteurs fouillés, une stratégie de travail permettant d’exploiter le gisement dans son extension pour tenter d’en saisir l’organisation spatiale générale. Bien que les fouilles en contexte de sauvetage pour des sites de cette période demeurent assez peu nombreuses, nous avons pu tirer profit des expériences précédemment acquises en ce domaine et surtout bénéficier des conseils que nous ont prodigués de nombreux chercheurs et ce à différentes occasions (stage CNRS, rencontres sur le terrain. Il a donc fallu adapter à la spécificité d’une fouille de grande ampleur en sauvetage les techniques de fouille habituellement retenues et mises en œuvre sur des sites d’habitat de plein air fouillés pendant de nombreuses années, tout en appliquant aux différents ensembles mis en évidence un traitement archéologique différencié.

9Pour la première intervention (secteur 1, sections 1 et 2) (fig. 3), le décapage avec une pelle mécanique munie d’un godet lisse de 180 cm a été effectué par passes successives permettant une approche prudente du sol paléolithique. Cette phase de terrain ne doit en aucun cas être sous‑estimée, car la rapidité de la fouille manuelle a dépendu, pour une large part, de la qualité de la réalisation de ce travail. Le niveau archéologique, épais de quelques centimètres et pourvu d’un mobilier assez abondant réparti sur la presque totalité du sol paléolithique, n’a, de ce fait, pas trop posé de problèmes de repérage.

FIG. 3 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Représentation des trois secteurs de fouille dans le carroyage local.

DAO B.H./d’ap. P.A./Afan

10Un premier décapage sur une surface de 163 m2 a permis de réaliser une « fouille test » de 32 m2. Un décapage supplémentaire de 300 m2 a été nécessaire pour connaître, dans cette partie du site, les limites d’extension de l’occupation magdalénienne et nous permettre de poursuivre la fouille. À défaut de pouvoir connaître l’extension totale du site ainsi que son potentiel, pour une répartition équitable des moyens, et au vu de la richesse du niveau et de la surface à traiter, nous avons opté dans ce secteur pour une fouille classique, avec enregistrement tridimensionnel du matériel archéologique. La fouille fine a débuté à partir des zones où le décapage avait atteint des concentrations importantes de vestiges. Compte tenu du mauvais état de conservation des os, il a été jugé préférable de démonter au fur et à mesure les secteurs dégagés.

11Nous estimons, pour ce premier secteur, que plus de 85 % de la zone d’occupation magdalénienne conservée a été fouillée, ce qui représente 310 m2. Seule une portion du site attenante au S‑O de la section 1 n’a pu être exploitée. Les fortes chaleurs enregistrées sur le site en fin de fouille ont rendu le limon particulièrement compact et ont augmenté les difficultés du dégagement du sol préhistorique. Nous nous sommes également rendu compte que l’inégalité d’épaisseur de limon à enlever pour atteindre le niveau archéologique et les différences de densité en vestiges rendaient très difficile une estimation du temps de fouille.

12La deuxième intervention a permis de mettre en évidence et d’évaluer la plus ou moins bonne conservation d’un sol magdalénien très riche, présent, contre toute attente, aussi bien sur les bords que dans le fond d’une nouvelle dépression (fig. 4a4b). La découverte de structures de combustion dans cette partie du site révélant de manière assez marquée des contrastes dans la répartition des vestiges nous a incités à modifier sensiblement les méthodes d’enregistrement et de prélèvement du matériel lors de la suite des travaux. Durant cette phase de terrain, et malgré de nombreux problèmes de fouille liés à la non‑disponibilité d’une majeure partie de la parcelle concernée, 110 m2 ont pu être traités.

FIG. 4 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : a vue générale d’une partie du décapage dans le secteur 2 (section 18) ; b détail du sol d’occupation (secteur 2, X‑Y 13‑14, section 17).

cl. P.A./Afan

13Lors de la deuxième intervention, en section 9 sur le bord de la cuvette (fig. 3), un second niveau a été mis au jour sous le niveau principal. Le pendage accusé à cet endroit des bords de la dépression et la dilatation importante du niveau archéologique nous ont obligés, pour une plus ample vérification, à un élargissement de la fouille. Il s’est avéré que du matériel de qualité identique à celui appartenant au niveau supérieur avait été, en quelque sorte, piégé dans une petite poche de limon gris‑vert fortement carbonatée (en P1, P2 de la section 9). Ce matériel, dont les ossements étaient très bien conservés, témoignait d’une précédente occupation du site. Nous n’avons pu malheureusement, faute de temps, exploiter ou découvrir l’ensemble des éléments de ce second niveau archéologique également repéré dans la coupe de la tranchée 134 par les géologues. Son extension semblait toutefois assez limitée.

14Lors de la dernière phase de diagnostic approfondi, pour connaître l’extension du site et juger des moyens à mettre en œuvre, nous avons décidé de réaliser un décapage extensif de 300 m2 sur le dernier secteur découvert et de plus de 600 m2 sur le deuxième secteur. Pour répondre aux problèmes que posait une approche à la pelle mécanique d’un sol présentant parfois une très forte déclivité, le décapage a été réalisé en « étoile », avec comme point de départ la zone la plus basse rencontrée dans la moitié ouest de la cuvette. Une berme de près de 2 m d’épaisseur traversant de part en part la cuvette, dans un axe N‑S, a cependant été conservée pour réaliser à la fois un contrôle stratigraphique permanent durant la fouille et des prélèvements pour différentes études paléoenvironnementales.

15Durant ce travail, avant d’atteindre le niveau, une quantité plus ou moins importante de matériel trouvé en position secondaire a été collectée dans le limon brun‑rouge, comme cela s’était déjà fait lors du décapage du secteur 1. Il est fort possible que ce matériel corresponde en grande partie à des vestiges de l’occupation magdalénienne des points hauts du site. Le sommet des buttes de sablon aurait peu à peu, par colluvionnement, comblé et colmaté les cuvettes en entraînant les déchets laissés par les Magdaléniens.

16Ce matériel ramassé par grandes zones est essentiellement composé de silex à la patine blanche, sans doute magdaléniens, de petits fragments de pierres chauffées et de quelques os, mais aussi d’éclats de silex néolithiques très peu patinés ainsi que de rares fragments de céramique d’époque néolithique ou plus récente.

17Au début de la troisième intervention nous avons été contraints de commencer par la fouille du dernier secteur découvert et ceci en raison de son emplacement. Situé dans l’axe de la future plate‑forme, il devait disparaître rapidement. La fouille s’est déroulée du 15 septembre au 6 octobre 1991. Talonnés par l’avancement des travaux des aménageurs, nous avons eu le temps de traiter 157 m2 en fouille fine et d’effectuer un démontage par quart de mètre carré. La répartition et la densité du matériel rencontré dans ce troisième secteur différaient sensiblement de ce que nous avions pu observer jusqu’alors sur le site. Les artefacts, beaucoup moins abondants, reposaient sur une nappe plus ou moins compacte d’origine alluviale, et le matériel faunique était pratiquement absent ou dans un très mauvais état de conservation. Nous avons donc eu du mal à estimer l’extension réelle du site dans ce secteur. D’après les sondages réalisés, il est probable que celle‑ci devait au moins représenter le double de l’ensemble fouillé.

18Du 7 octobre au 27 décembre 1991, tous nos efforts ont porté sur la poursuite du dégagement, de l’enregistrement et du démontage du niveau magdalénien très riche et assez bien conservé reconnu dans le deuxième secteur. Nous avons décidé d’opérer, sur la partie ouest de la cuvette, un dégagement planigraphique très large pour obtenir la vision la plus vaste possible de l’occupation. Les 275 m2 fouillés d’un seul tenant ont révélé de nombreux ensembles de pierres chauffées ainsi que des concentrations d’os et de silex. Une bande de 5 m de large a été fouillée le long de la berme, côté est, ceci afin de permettre à la pelle mécanique d’effectuer une tranchée pour complément stratigraphique et prélèvement d’échantillons divers. Une fois ce travail réalisé et la berme enlevée, la fouille a pu se poursuivre.

FIG. 5 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Microtopographie du secteur 2 et localisation des structures de combustion.

DAO D.M./CNRS d’ap. un relevé de S. Lainé/Afan

19Sur la section 18, nous avons dû adapter nos méthodes de prélèvement face à l’abondance des vestiges. Le matériel archéologique a été prélevé par quart de mètre carré ou par mètre carré. Les structures de combustion, en fonction de leur état de conservation et de l’intérêt qu’elles pouvaient susciter, ont été traitées de différentes manières. Nous avons parfois opté pour un démontage par quart de mètre carré ou par neuvième de mètre carré, et dans d’autres cas pour un démontage tridimensionnel. Si cette méthode peut paraître expéditive, elle nous a semblé la mieux adaptée aux impératifs de sauvetage de cette partie du site et a permis de fouiller rapidement sur le deuxième secteur une surface de 443 m2. Au total, 553 m2 de sol ont été fouillés manuellement. On peut estimer par rapport aux résultats de différents sondages avoir fouillé 70 % de cette partie du site.

  • 3 La microtopographie a été réalisée par S. Laisné et V. Tripeau à l’aide du programme Topogis et d’u (...)

20Pour les secteurs 1 et 2, trois altitudes prises systématiquement dans la même diagonale de chacun des mètres carrés fouillés ont permis d’obtenir une microtopographie du sol paléolithique3 (fig. 5).

21Durant une grande partie de cette intervention, de nombreux problèmes auront contribué à ralentir la fouille, comme, par exemple, l’épandage durant plusieurs jours par les autoroutiers de chaux vive sur la plate‑forme juxtaposée à la fouille. En outre, les aléas climatiques ont eux aussi largement perturbé le chantier. Les argiles déposées au fond de la cuvette principale (en section 18) ont, pendant certaines périodes, retenu de l’eau de pluie en grande quantité, nous empêchant d’intervenir correctement sur certaines portions du sol préhistorique.

22Les relevés ont été effectués au 1/10 sur papier millimétré pour l’ensemble des surfaces fouillées. De plus, des clichés en noir et blanc et des diapositives en couleurs ont été réalisés tout au long des différentes campagnes. Certains mètres carrés de la section 1 ont fait l’objet de prises de vues photographiques verticales au 6 x 6, en plus des clichés habituels. L’absence d’eau sur place mais également le manque de temps ne nous ont pas permis de tamiser. Le traitement du mobilier archéologique, lavage, marquage, classement, compte tenu de la masse de matériel récolté à la fouille, n’a pu être que partiellement réalisé. De nombreuses difficultés sont apparues lors du lavage des éléments lithiques, et un nombre important de ceux‑ci, concrétionnés suite à une action des carbonates, ont nécessité l’emploi répété de bains d’acide chlorhydrique. Bien que les silex recueillis sur le site aient présenté une patine, ce traitement chimique avant étude a compromis un éventuel examen tracéologique.

2.3 Organisation générale

23L’extension de la principale occupation magdalénienne étudiée sur le site du Grand Canton est importante. Fouillés sur 1 020 m2, les dépôts archéologiques étaient initialement conservés sur au moins 1 500 m2. Les trois secteurs fouillés n’ont cependant pas pu être mis directement en relation, mais selon les observations de P. Bodu sur le silex, de nombreux éléments laissent supposer qu’ils pourraient appartenir à une même population ou tout au moins à un même groupe culturel.

24En dehors du secteur 3 dont il est difficile de déterminer la spécificité fonctionnelle, en raison de la faible densité du matériel et de sa mauvaise conservation, des différences ont été perçues dans l’organisation générale du site dès le décapage et l’établissement des plans. Le secteur 2 recoupe très certainement une zone d’habitat : de nombreuses structures de combustion ont visiblement polarisé des activités domestiques et techniques qui se traduisent par une abondance de l’outillage et des zones de rejet et d’évacuation. Le secteur 1 paraît correspondre, en revanche, à une zone de rejet ; toutefois, l’association de lames brutes avec des restes fauniques abondants suggère certaines activités spécifiques comme la décarnisation.

25La notion de site en place, telle qu’on la conçoit lorsque l’on parle de gisements comme Pincevent, Verberie ou Étiolles, ne peut être appliquée au site de Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. La dilatation du sol d’occupation et la répartition très anarchique du matériel sur certains espaces du site donnent une impression de dérangement ou de remaniement des dépôts. Cependant, la structuration de certaines zones semble avoir été mieux préservée. Le dégagement du fond de la cuvette en section 18 nous a en effet donné l’impression d’une véritable organisation dans la répartition du matériel : cette zone fera l’objet d’une étude détaillée dans le chapitre 8 concernant l’analyse spatiale.

26Ailleurs, deux facteurs, sans doute non exclusifs l’un de l’autre, peuvent expliquer les perturbations observées. L’étude du contexte géomorphologique, présenté au chapitre 3, montre, d’une part, toute la complexité de la mise en place des dépôts géologiques et il est hautement probable que des phénomènes naturels d’érosion, de colluvionnement ou de solifluxion ont contribué à la dispersion spatiale ou à la concentration verticale des vestiges paléolithiques dans certaines zones. D’autre part, et compte tenu de la densité des vestiges retrouvés, il est également possible d’envisager le rôle perturbateur des occupants eux‑mêmes : l’installation prolongée des Magdaléniens dans un lieu où le relief était parfois assez prononcé ou, au contraire, leurs retours fréquents pour de courts séjours ont pu entraîner le remaniement et la dispersion de certaines concentrations des produits d’activités.

27C’est donc dans l’objectif de résoudre les problèmes posés d’emblée que l’étude de la très vaste occupation du Grand Canton a été développée, à partir de l’analyse des différentes catégories de vestiges, puis dans la synthèse sur l’organisation spatiale et la fonction du site.

Notes

1 Nous tenons à remercier plus particulièrement pour leur collaboration P. Bodu, M. Orliac et B. Valentin, ainsi que I. Harea et I. Alix.

2 À la suite du décapage à la pelle mécanique d’une portion du site équivalant à 163 m2, une fouille de 32 m2 a permis le montage d’un dossier de demande de sauvetage programmé, présenté et soumis par la suite à la délégation permanente du Conseil scientifique pour la recherche archéologique (CSRA). Cette fouille a conduit à un rapport présentant les différents résultats tant de l’opération que des études pluridisciplinaires, remis à la sous‑direction de l’Archéologie, aux directions régionales de Bourgogne et d’Île‑de‑France, ainsi qu’au responsable de la coordination A5 en juillet 1990 (Rieu et al. 1990).

3 La microtopographie a été réalisée par S. Laisné et V. Tripeau à l’aide du programme Topogis et d’une table traçante IBM‑PC.

Table des illustrations

Légende FIG. 3 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Représentation des trois secteurs de fouille dans le carroyage local.
Crédits DAO B.H./d’ap. P.A./Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 4 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton : a vue générale d’une partie du décapage dans le secteur 2 (section 18) ; b détail du sol d’occupation (secteur 2, X‑Y 13‑14, section 17).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45935/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 5 – Marolles‑sur‑Seine/Le Grand Canton. Microtopographie du secteur 2 et localisation des structures de combustion.
Crédits DAO D.M./CNRS d’ap. un relevé de S. Lainé/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45935/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search