Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire rural de Bennecourt (Yvelines)

 | 
Luc Bourgeois

Annexe 2. Les décors peints

Luc Bourgeois

Texte intégral

Présentation

1Les enduits peints découverts à Bennecourt, très fragmentés, proviennent pratiquement tous de niveaux de remblais. Quelques éléments de plinthe subsistaient en place sur la face interne de la paroi nord du bâtiment G et sur la face externe du mur nord de la cella du temple H2. Le prélèvement a été suivi d’un nettoyage systématique et d’une fixation au paraloïd B72 dilué à 5 % dans l’acétone. En fonction de la nature des décors (panneaux géométriques sans motifs figurés), le remontage n’a porté que sur les fragments disposés à la jonction de plusieurs panneaux. Le support de tous les décors observés sur le site est constitué de trois couches. La trulissatio, de couleur crème, inclut des éléments assez grossiers (nodules de chaux et de quartz, paille, etc.). On peut lire au revers la trace en négatif des moellons auxquels elle s’accrochait. La couche intermédiaire, épaisse de 8 à 10 mm, contient des éléments plus fins ; il s’agit dans certains cas d’un mortier de tuileau. La couche de surface, (1 à 2 mm), est soigneusement lissée, excepté à la base et au sommet des parois. La palette employée demeure assez réduite. Certains pigments font corps avec l’enduit (rose saumon, plusieurs nuances de rouge ou de brun‑rouge, jaune ocre, noir). Les autres couleurs (plusieurs nuances de vert, bleu clair) sont posées a tempera et leur conservation est plus médiocre. La pâte particulièrement épaisse des verts laisse apparaître nettement les coups de pinceau. Des tracés préparatoires noirs préfigurent l’ordonnance générale de certains décors alors que des traces de restauration ou de repentir ont été observées dans plusieurs cas.

Les fragments de décor en place

Le décor interne du bâtiment G fig. 62, fig. 63

2Ce décor a été découvert écroulé par plaques au pied de la paroi interne nord du bâtiment G, dans les remblais d’époque valentienne 6005 et 6016. Un fragment de plinthe subsistait sur une longueur de près de 2 m contre le mur, sur laquelle nous avons pu remonter partiellement la base d’un panneau et d’un interpanneau médians. Ce décor provient probablement d’au moins deux parois, comme en témoignent quelques anomalies relevées dans le détail de la composition ; aucune trace d’ouverture n’a été observée. La restitution que nous proposons demeure très hypothétique. Si l’alternance des compartiments peut être restituée, les largeurs et les hauteurs des panneaux médians restent impossibles à évaluer avec précision. Les différents éléments de la composition sont limités par de fines lignes au lait de chaux. Enfin, quelques traces de graffitis au noir de fumée ont été observées sur un interpanneau jaune.

3Restitution proposée : sur une plinthe rose continue s’articulent des panneaux rouges alternant avec des interpanneaux noirs et jaune pâle. La base de certains panneaux rouges est soulignée par un liseré noir. La zone supérieure est composée d’un bandeau juxtaposant deux nuances de vert. Ce bandeau semble être double au‑dessus de certains panneaux (champ vert moyen surmontant une zone vert clair) alors qu’il apparaît composé de trois bandes (bandeau vert clair encadré par deux liserés vert moyen) au contact d’un des panneaux et de l’interpanneau associé. Cette cimaise est couronnée par une zone où le mortier non lissé, dépourvu de couche de surface, porte des traces d’arrachement et des coulures de peinture rouge. Ces traces proviennent probablement de la peinture du plafond.

Le fanum H2

4De minuscules fragments d’enduit blanc adhéraient à la paroi externe de la galerie (fig. 45, 16050). Quelques fragments d’enduit noir subsistaient également contre la face externe de la cella (fig. 45, 16012) ; d’autres fragments de ce dernier décor étaient répandus à la surface de l’éboulis de tuiles 16016 (fig. 63, D).

FIG. 62 – Essai de restitution du décor peint de la paroi nord du bâtiment G.

Les fragments d’enduits peints découverts dans des remblais

5Séquence 79
(destruction à l’époque tibérienne de bâtiments augustéens)

L’épandage des déblais issus de la destruction par le feu du bâtiment E a livré des fragments de torchis cuit dont la surface était uniformément enduite d’un épais badigeon au lait de chaux.

6Séquences 22/23
(terminus post quem : 98‑117)
La terrasse de remblais (fig. 41, 17040) a également fourni quelques fragments d’enduits. Ils permettent de restituer un champ blanc crème séparé d’un panneau rouge par un large filet vert d’eau (fig. 63AB). Les remblais amenés pour asseoir le podium du temple H2 contenaient également quelques éléments peints très dégradés ; tous ces vestiges appartiennent à des décors réalisés au cours de la phase III.

7Séquence 33 
(fin du 
iiie s.)
Des fragments d’enduit blanc et noir ont été découverts dans la fosse (fig. 54, 16062). comblée à la fin du iiie s. ; l’un d’eux provient d’une ouverture ébrasée (fig. 63, C).

8Séquence 34
(à partir du milieu du 
ive s.)
La surface de l’éboulis de tuiles 16016 a fourni la limite d’un champ noir et d’un panneau blanc soulignée par un filet vert large de 9 mm (fig. 63D), deux fragments d’enduit noir portant des traces de graffiti, et des éléments peints à l’ocre jaune sur fond rouge. Ces vestiges semblent provenir de la paroi externe du mur est de la cella.

9Séquence 35
(seconde moitié du IV
e s.)
Trois amas de matériaux déposés au nord‑est du fanum H2 ont livré des enduits peints qui pourraient provenir de ce bâtiment :
– l’amas (fig. 54, 17039) contenait un fragment provenant d’une ouverture ébrasée, distincte de l’élément décrit supra (fig. 63E) et un ensemble de débris issus de panneaux à fond blanc limités par des filets vert d’eau (2 et 14 mm) associés à des ponctuations ocre rouge (fig. 63et G) ;
– l’amas 17017/17032 contenait quelques fragments peints en rouge ;
– l’amas 17033 nous a fourni la limite de deux champs blancs soulignée par un filet vert large de 14 mm (fig. 63H) et la jonction d’un panneau ocre rouge et d’un champ vert marquée par une bande de lait de chaux (fig. 63I).

FIG. 63 – Fragments de décors peints découverts dans des niveaux de remblai

10Le niveau 16091, qui comble l’arrachage d’un petit monument établi face à l’entrée du fanum, a de même livré quelques grands fragments de mortier peint, parmi lesquels plusieurs décors ont pu être isolés :
– deux panneaux blancs limités par un filet vert large de 7 mm occultant un tracé noir (fig. 63J) ;
– la jonction d’un panneau rouge et d’un panneau noir peint sur un fond rose saumon soulignée par un filet blanc large de 5 mm bordé d’un filet noir de 7 mm (fig. 63K) ; un autre fragment de ce décor a été découvert dans la couche 17 000, au nord du fanum ;
– des fragments d’un panneau rouge et d’un panneau vert limités par un filet blanc de 7 mm d’épaisseur (fig. 63L) ;
– un champ blanc crème et un champ bleu clair, séparés par un filet brun‑rouge de 6 mm d’épaisseur ; ce motif se retrouve sur quelques fragments découverts dans les remblais internes du temple G (6016, 6005) (fig. 54 et 63M).

11Séquence 36
Plusieurs fragments figurant un large bandeau vert d’eau (I = 34 mm) séparant deux champs blancs (fig. 63, N) ont été prélevés au niveau de la semelle de labour.

Analyse d’ensemble

12Seuls les états successifs des temples ont fourni des enduits peints, mais l’arasement extrême des bâtiments associés au péribole ne permet pas d’assurer que ces structures ne comportaient pas de décors muraux. Alors qu’un simple lait de chaux enduit la surface des cellae en bois de la phase II, la reconstruction des temples en pierre voit l’apparition d’un véritable décor peint. Il sera probablement renouvelé à plusieurs reprises jusqu’à l’abandon du site. La présence de quelques fragments dans une fosse de la séquence 33 montre que le décor du fanum H2 subit des atteintes dès la fin du iiie s. La majeure partie des ensembles décrits doit avoir été réalisée entre la campagne de travaux de la phase IVa (traces d’échafaudages dans les temples) et le terme du Haut‑Empire. Il est possible qu’aucune campagne de décoration n’ait été entreprise sur le site après cette date. Les différents ensembles ayant pu être isolés présentent un parti extrêmement homogène et sont uniquement constitués de panneaux géométriques. La comparaison et la chronologie de ces décors linéaires très simples n’est guère aisée. Le décor médian en carreaux et boutisses, surmonté par un bandeau vert, se rencontre par exemple à Sainte‑Colombe‑lès‑Vienne (Isère) (Le Bot, Bodolec 1984 : 40) dès l’époque pré‑flavienne, mais l’enduit peint du bâtiment G est sans doute beaucoup plus tardif. Seul le décor (fig. 63F et G) se distingue du lot, puisqu’il présentait peut‑être des filets décorés aux angles de ponctuations, motif fréquent sur ce type de panneaux monochromes (Fixot et al. 1990 : 135‑136). Les décors peints présents dans les sanctuaires gallo‑romains demeurent mal étudiés, mais une enquête récente (Barbet, Becq 1994) semble illustrer la fréquence d’ornementations très élaborées dans ce type de contexte. Les panneaux très simples de Bennecourt trouveront toutefois des parallèles dans les enduits des temples d’Antigny (Vienne) (seconde moitié du ier s.) et de Clavier‑Vervoz (Belgique) (ive s.). Les éléments étudiés fournissent de rares informations architecturales : présence probable d’un plafond peint entre la pièce et les combles du bâtiment G ; existence d’au moins deux fragments d’encadrements correspondant à des ouvertures ébrasées dans les niveaux de destruction du fanum H2.

Table des illustrations

Légende FIG. 62 – Essai de restitution du décor peint de la paroi nord du bâtiment G.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 63 – Fragments de décors peints découverts dans des niveaux de remblai
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search