Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire rural de Bennecourt (Yvelines)

 | 
Luc Bourgeois

Chapitre 1. Les structures et leur chronologie

Luc Bourgeois et Patrice Méniel

Texte intégral

1Nota Bene :
Dans le texte, les numéros renvoient au catalogue, où tous les objets non représentés sont entre crochets.
Les chiffres soulignés correspondent à des structures en négatif.

1.1 Une occupation antérieure au premier état du sanctuaire ?

2Trois éléments de parure découverts sur le site de Bennecourt sont attribuables à la charnière du premier et du second âge du Fer (fig. 72, nos 415, 420 et fig. 75, no 451). L’interprétation de ces vestiges, erratiques mais concentrés au nord de l’enclos cultuel laténien, reste problématique. On peut les comparer aux quelques éléments du Hallstatt D et de La Tène ancienne relevés sur le sol du temple de Martigny (Suisse) (Rey‑Vodoz 1986 : 188). S’il ne s’agit pas d’éléments amenés postérieurement sur le site, ces objets pourraient rappeler l’existence d’une ou plusieurs sépultures protohistoriques perturbées par les implantations postérieures. La présence de structures funéraires de l’âge du Bronze ou du premier âge du Fer dans l’emprise de sanctuaires celto‑romains n’est en effet pas exceptionnelle : les cimetières hallstattiens découverts sous les temples de Genainville (Val‑d’Oise) (Mitard 1983) et d’Aubigné‑Racan (Maine‑et‑Loire) (Lambert, Rioufreyt 1994 : 95) ou l’incinération du Bronze final dégagée dans le temenos de Vidy (Suisse) (Paunier 1989 : 55‑56) en portent témoignage. On connaît également pour le Bronze final ou le Hallstatt quelques complexes cumulant probablement un rôle funéraire et d’autres fonctions cultuelles (par exemple : Lambot 1989).

1.2 Le sanctuaire laténien

1.2.1 Le premier état de l’enclos cultuel (structure A1)

La morphologie de l’enclos (séquence 1)

3Dans son état initial (fig. 3), l’enclos constitue un quadrilatère à angles arrondis orienté N‑E/S‑O selon un axe de 60o. Il mesure 16,60 m sur 14,80 m. Seules les rives sud et ouest du fossé ne sont pas perpendiculaires (angle obtus de 97o) mais l’érosion asymétrique de la structure a pu amplifier les petites imperfections de l’implantation. L’espace ainsi matérialisé ne dépasse pas 110 m2. Une interruption du fossé large de 0,90 m marque le milieu de la face est de l’enclos qui s’élargit au contact de cet accès. L’enclos recoupe le sol 17059 qui occupe la quasi‑totalité de l’espace interne et les abords est du sanctuaire. Ce niveau de circulation est constitué d’un conglomérat de petits silex émoussés, issus des « alluvions de très haut niveau » de la Seine, qui affleurent à proximité du site. Le fossé, creusé dans le limon, les argiles de décalcification et le calcaire sous‑jacent, possède un profil en V très ouvert et approximativement symétrique ; il est en moyenne large de 2,95 m pour une profondeur de 0,90 m. L’existence d’un talus bordant la structure n’a pu être clairement démontrée. Le fin placage de limon argileux observé à l’extérieur de l’angle sud‑est de l’enclos (17170) pourrait témoigner d’un tel aménagement, mais rien ne permet de l’attribuer à la séquence 1 plutôt qu’à la séquence 4.

FIG. 3 – Plan général du sanctuaire laténien.

Les niveaux de colluvionnement de la séquence 2

4La base du remplissage du fossé est constituée d’un éboulis très chargé en rognons de silex et en nodules de cron, tel qu’auraient pu en produire une lente érosion des bords du fossé et un apport de colluvions. Les profondes rigoles de ravinement présentes au sommet de l’angle sud‑ouest de l’enclos se rattachent à ce phénomène (fig. 4). Sur les faces nord et ouest de l’enclos, la totalité des matériaux provient de l’extérieur de la structure (fig. 9, 17229 ; fig. 8, 17252) ; ailleurs, l’éboulis est axial. À l’angle des rives sud et ouest, le mince niveau limoneux 17055, posé par places sur l’éboulis, est surmonté d’un lit de charbons épars (17053).

Le comblement de la séquence 3

5Aux niveaux de la séquence 2 se superpose un épais manteau de limon argileux qui vient combler l’ensemble de la structure et ne présente aucune variation de coloration ou de texture dans son épaisseur (fig. 4, 17103 ; fig. 5, 17204 ; fig. 6, 17156 ; fig. 9, 17237). Cet horizon, largement entamé par le curage de la séquence 4, a livré un petit ensemble de mobilier dans les secteurs où il était le mieux préservé (fig. 14A et 15B).

FIG. 4 – Coupe AA’ de la face sud du fossé.

FIG. 5 – Coupe CC de la face sud du fossé.

Équipe de fouille

FIG. 6 – Coupe DD’ de la face est du fossé.

P. Pallier

1 2.2 Le second état de l’enclos (structure A2)

Le curage du fossé (séquence 4)

6Ce curage opéré sur l’ensemble de l’enclos transforme profondément la morphologie du fossé, dorénavant caractérisé par un profil en U très ouvert et des proportions moindres. S’il conserve pratiquement son ampleur originelle sur les faces est et nord de l’enclos (fig. 10, profils D, E et F), il se réduit ailleurs à une étroite tranchée (fig, 10, profils A et G). Un cailloutis destiné à consolider la rive externe du fossé a été observé à l’ouest de l’enclos (fig. 9, 17227). Le placage de limon (17170), décrit avec la séquence 1, se rapporte plus vraisemblablement à cet état de l’enclos, mais rien ne permet de le relier à la stratification du fossé.

Le second comblement du fossé (séquence 7) et le nivellement de l’enclos (séquences 9 et 10)

7La fouille du remplissage du second état de l’enclos de Bennecourt n’a permis de déceler aucune trace de comblement naturel dû à l’érosion de la structure. Le remblaiement du fossé qui intervient au cours de la séquence 7 (fig. 12) se compose, en règle générale, de deux apports successifs : un horizon argilo‑limoneux riche en rognons de silex surmonté d’un ou deux niveaux très homogènes et faiblement chargés en silex (fig. 5, 17208 et 17203/17178 ; fig. 6, 17161 et 17148 ; fig. 7, 17163 et 17146). La partie ouest de l’enclos se distingue par la présence d’un niveau pratiquement dépourvu de silex à la base du remplissage (fig. 8, 17162 ; fig. 9, 17225). À l’angle sud‑ouest, il a même été impossible de différencier des strates dans l’épaisseur du comblement (fig. 4, 17054). Le très riche mobilier archéologique collecté dans ce comblement (environ 25 000 restes) provient en presque totalité du sommet du remplissage. Il se présente sous la forme d’un épandage continu mais irrégulièrement dense qui mêle des ossements animaux exceptionnellement en connexion (deux cas observés) et des récipients céramiques, fortement fragmentés, associés à divers types de petit mobilier. L’étude de la distribution spatiale de cette masse de vestiges permettra d’en définir la nature : sommes‑nous en présence de véritables dépôts d’offrandes ou simplement de rejets utilisés pour le remblaiement de la structure ?

FIG. 7 – Coupe EE’ de la face est du fossé.

Équipe de fouille

FIG. 8 – Coupe FF’ de la face nord du fossé.

C. Flécheux (équipe de fouille), L. Bourgeois

FIG. 9 – Coupe GG’ de la face ouest du fossé.

Équipe de fouille

FIG. 10 – Profils comparés des structures A1 et A2.

8Les remblais très meubles comblant le fossé se tassèrent rapidement et il fut nécessaire de niveler à nouveau la structure. Ce nivellement se compose de deux apports successifs : le remblai caillouteux 17129 (fig. 7, séquence 9), qui n’apparaît qu’à l’angle nord‑est du fossé, puis un épais manteau de limon qui vint occulter la totalité de la structure (séquence 10).

1.2.3 La distribution spatiale des vestiges archéologiques des séquences 7 et 10 et ses implications

9L’analyse de la distribution des restes animaux du fossé de Gournay‑sur‑Aronde a permis de mettre en évidence une géographie des dépôts, avec des zones de plus ou moins forte densité, et une répartition différentielle des espèces. En l’absence de relevé systématique, nous avons utilisé à Bennecourt le mètre carré comme quadrillage ; cela nous prive du détail et nous limite à une approche schématique. Plusieurs questions peuvent être posées : existe‑t‑il des amas d’ossements ? Les restes sont‑ils distribués en fonction de l’espèce ? Un traitement particulier de certains os peut‑il être mis en évidence ?

10Des éléments de réponse à chacune de ces questions sont à rechercher dans les plans de répartition des restes de la séquence 7, seule assez riche pour ce type d’approche :
– celui de l’ensemble des vestiges (fig. 12A) ;
– celui des restes de chacune des espèces (fig. 12B‑D et 13A‑B) ;
– celui des mandibules de porcs (fig. 13C) ;
– celui des remontages d’os (fig. 16A).

FIG. 11 – Diagramme stratigraphique simplifié des séquences 1 à 10.

FIG. 12 – Cartes de densité des vestiges osseux dans le fossé laténien.

FIG. 13 – (1re colonne) Réparation des vestiges osseux dans le fossé laténien.
FIG. 14 – (2e colonne) Densité du mobilier céramique dans le fossé laténien.

11La zone la plus riche se situe sur le côté nord (x = 216 ; y = 396 à 405) (fig. 12A) ; la plus pauvre semble être l’angle sud‑est (x = 201 à 203 ; y = 391 à 394), mais l’amputation du côté ouest par des bâtiments postérieurs ne facilite pas la lecture. Les deux extrémités du fossé, de part et d’autre de l’entrée, ne sont pas particulièrement riches. Il n’y a donc rien de comparable aux amas de l’entrée du sanctuaire de Gournay. À ce premier stade de l’analyse, il ne semble pas que la distribution des restes animaux présente, à cette échelle, de discontinuité. La confrontation des distributions d’os par espèce n’est justifiée que pour le porc (fig. 12B) et le mouton (fig. 12C) pour lesquels les restes sont assez nombreux. Les deux plans sont très semblables ; nul doute qu’une autre combinaison de trames aurait permis d’obtenir des images similaires. Le plan des restes de bœufs (fig. 12D) et de chiens (fig. 13A), bien que moins denses, sont assez proches des précédents. Les restes des autres espèces sont beaucoup trop rares pour donner prise à une lecture en termes de densité (fig. 13B). La distribution des mandibules de porcs (fig. 13C) ne présente pas de différence avec celle de l’ensemble des os de l’espèce. De tout cela il ressort que la distribution des restes animaux présente quelques fluctuations, mais aucun dépôt ne peut être mis en évidence avec cette maille (le mètre carré). Les plans de chacune des espèces ne présentent pas de différences avec le plan d’ensemble, le remplissage paraît très homogène, au moins à cette échelle. Cette homogénéité est d’ailleurs confirmée par les relations établies lors des remontages. Ces remontages (fig. 16A) concernent des os trouvés dans divers secteurs du fossé ; deux liaisons à grande distance (12 et 15 m) sont particulièrement révélatrices. En effet, en plus d’une relation dans l’espace, elles en établissent une autre dans le temps entre les séquences 7 et 10. Ces relations ne font que confirmer l’impression d’homogénéité qui résulte de l’analyse des échantillons. Une relation peut être évoquée entre les séquences 3 et 10. Elle repose sur l’association que l’on peut établir entre les trois seuls restes de chat (humérus et paire de fémurs) du fait de leur gracilité. Malheureusement, cette relation n’est pas sûre. Quoi qu’il en soit, la similitude des remplissages successifs est évidente.

12La répartition en plan des autres catégories de mobilier confirme l’impression fournie par les restes animaux. Ainsi la céramique des séquences 7 et 10 présente une densité régulière sur l’ensemble du fossé, sauf à l’ouest peut‑être, mais cette face reste très incomplètement connue (fig. 14B et C). Les éléments de parure, les armes, les outils et les monnaies ne présentent pas non plus de groupements significatifs (fig. 15A et C). Il faut malgré tout signaler l’existence d’une concentration de clous de petite taille dans les niveaux de la séquence 10 conservés à la surface de la rive ouest du fossé (fig. 15D). Leur appartenance à la phase Ie du site n’est pas exclue. Les remontages réalisés sur la céramique confirment le caractère inorganisé du remplissage : plusieurs relations unissent les séquences 7 et 10 et des recollages à grande distance ont été observés (fig. 16B).

FIG. 15 – Densité du petit mobilier dans le fossé laténien.

FIG. 16 – Remontages de mobilier dans le fossé laténien.

13Cet examen de la distribution des restes donne des dépôts une image d’uniformité d’ensemble qui dépasse les seuls remplissages du fossé. En fait, il faut admettre l’hypothèse de l’utilisation d’un important « stock » de restes animaux, au moins pour le dernier remplissage du fossé (séquence 7) et le nivellement qui lui succède (séquence 10). Le pendage des amas de vestiges semble conforter cette hypothèse. Sur la face nord et à l’angle sud‑ouest du fossé, les rejets provenant de l’extérieur de l’enclos sont largement majoritaires, alors que les rives sud et est ont principalement reçu des vestiges issus de l’espace interne (fig. 17). Nous sommes donc en présence d’un comblement volontaire et rapide du fossé effectué au moyen de plusieurs ensembles de remblais. Les niveaux presque stériles rencontrés au fond de l’enclos pourraient résulter de la destruction du talus externe dont nous avons supposé l’existence et qui constituait la source de matériaux la plus accessible. Les vestiges inorganisés mêlés au limon argileux qui viennent recouvrir ce premier horizon proviendraient du nettoyage de l’espace interne du sanctuaire et de dépôts entreposés à l’extérieur de la structure. Si ces amas externes furent rejetés dans le fossé après le talus qui bordait celui‑ci, il faut donc admettre que ces dépôts étaient à l’origine disposés à l’extérieur du talus, en particulier au nord et au sud‑ouest du sanctuaire. Un certain laps de temps semble séparer le remblaiement de la séquence 7 du nivellement opéré au cours des séquences 9 et 10, puisque les niveaux de la séquence 7 ont subi un tassement assez prononcé. Cet effort pour occulter plus soigneusement les vestiges du sanctuaire peut être assimilé à un entretien. L’espace sacré n’est donc pas totalement laissé à l’abandon. L’existence de nombreux remontages entre le mobilier des séquences 7 et 10 pourrait résulter de l’utilisation lors du nivellement d’un résidu des amas de vestiges employés pour le comblement du fossé.

FIG. 17 – Provenance des amas de mobilier de la séquence 7.

FIG. 18 – Quelques parallèles de l’enclos A. Gournay‑sur‑Aronde (d’après Brunaux), Morvillers‑Saint‑Saturnin (d’après Delplace), Saint‑Maur (d’après Brunaux et Lambot), La Villeneuve‑au‑Châtelot (d’après Piette), Saint‑Malo (d’après Bizien‑Jaglin et Lejars), Fère‑Champenoise (d’après Brisson, Hatt et Roualet), Normée (d’après Brisson et Hatt), Fontaine‑la‑Gaillarde (d’après Sarrazin).

FIG. 19 – Composition typologique des lots de fibules découverts dans quelques sites de La Tène moyenne et finale.

1.2.4 Les structures centrales

La fosse centrale B1 et son accès (séquence 1)

14fig. 20

15Dans un premier état, l’espace interne de l’enclos abritait uniquement la fosse circulaire 17012 et son accès 17022, parallèle aux rives nord et sud du fossé et qui s’ouvrait vers l’accès du sanctuaire. La fosse 17012 fut curée au cours du Haut‑Empire et seul le fond de ce creusement conserve son profil originel. Sa profondeur ne dépasse pas 40 cm pour un diamètre d’un mètre. La tâche rousse 17105 semble résulter d’un dépôt d’oxyde de fer au fond de la structure. Le creusement ovalaire 17022, long d’un mètre, permettait d’accéder à la fosse centrale grâce à quatre degrés sommairement aménagés dans le substrat calcaire ; elle a échappé au curage pratiqué à la phase IV.

FIG. 20 – Plan et profils de la structure B.

Le bâtiment B2 et la palissade associée (séquence 5)

16fig. 20 et tabl. i

17Le petit bâtiment qui couvre ce dispositif central, légèrement décalé de 18o vers l’est par rapport à l’enclos et à la fosse 17022, doit constituer une adjonction postérieure. Ce bâtiment, formant un trapèze tendant au carré et mesurant hors‑œuvre 3,52 m sur 3,54 m, est borné au nord et au sud par des rangées de trois trous de poteaux nettement perceptibles à la fouille grâce à leur remplissage meuble. Un liseré noir a été observé au fond des creusements. La rangée sud était établie dans une tranchée de 5 à 9 cm de profondeur orientée comme le bâtiment (17061). Ces poteaux porteurs, de section quadrangulaire, sont assez petits (de 11 x 10 à 14 x 13 cm) et enfoncés dans le sol de 26 à 46 cm ; leur base n’est pas appointée. La distance entre les poteaux d’une même rangée varie de 1,5 à 1,8 m. Un trou de poteau et deux trous de piquets disposés en arc de cercle ont été observés sur le côté ouest de la structure. Le poteau 17075 présente une section carrée alors que les piquets 17077 et 17086 sont rectangulaires (piquets fendus). Il est probable qu’un piquet/poteau intermédiaire existait entre 17077 et 17075 ; il n’a pas été reconnu à la fouille. En restituant ce quatrième élément, on obtiendrait une distance entre les montants de 0,78 cm. Un liseré charbonneux (17085, séquence 6), venant buter contre cet aménagement convexe, révèle l’existence d’une cloison entre les poteaux.

TABL. I – Caractéristiques des poteaux de la structure B2 (dimensions en centimètres).

18Le long du flanc nord, à l’intérieur de la structure, une rigole longue de 2,30 m (17058) a été mise au jour. Plusieurs segments de palissades semblent isoler le bâtiment de son environnement. Au sud, un alignement de piquets, parallèle à la tranchée 17061, fait un coude à angle droit pour rejoindre l’angle sud‑ouest du bâtiment. Au nord, trois piquets dessinent un autre alignement qui gagne le bord du fossé. La situation du piquet 17086, implanté dans la tranchée 17061 qui fut comblée au terme de la construction du bâtiment, implique la contemporanéité des deux aménagements.

Essai de restitution du bâtiment B2

19fig. 21

20La construction d’un bâtiment destiné à couvrir la fosse centrale doit être rattachée au second état du sanctuaire celtique de Bennecourt. Une semblable évolution a été observée à Gournay et à Montmartin (Brunaux, Méniel 1997 : 212). Seule la face ouest de cette structure semble avoir reçu un cloisonnement, probablement en torchis sur clayonnage affectant une forme légèrement convexe. Cet aménagement renforce la face exposée aux vents dominants. L’autel couvert des états IV et V de Montmartin a reçu le même type d’aménagement à la fin de La Tène C2 ou au début de La Tène D1 (Brunaux, Méniel 1997 : 192) ainsi que le temple La Tène tardive/augustéen de Gournay (Brunaux et al. 1985 : 75). Par ailleurs, il faut remarquer que la présence de parois sur les flancs nord et sud du bâtiment aurait fortement gêné la circulation, l’essentiel de la surface interne (11,5 m2) étant occupé par la fosse centrale. La rigole 17058 ne trouve pas sa place dans l’organisation de la superstructure du bâtiment et il faut probablement y voir un aménagement lié à la fosse centrale (emplacement d’une poutre constituant le pivot d’un plancher mobile recouvrant la fosse ?). Pour un tel bâtiment, dépourvu de supports intérieurs et de faible portée, la superstructure ne se conçoit guère sans l’existence d’une liaison transversale par trois entraits. La primauté de ces travées dans la construction pourrait expliquer la relative irrégularité relevée au sein des parois longues. Les sablières hautes furent peut‑être constituées de deux segments, ce qui expliquerait également que les poteaux ne soient pas rigoureusement alignés sur la longueur des flancs. Parmi les formules envisageables pour les combles, les mieux adaptées à un bâtiment d’aussi petite taille seraient une faîtière portée par des poutres croisées sur chaque travée, qui amènerait la création d’une toiture « en pavillon », ou de simples fermes perpendiculaires à l’axe longitudinal.

FIG. 21 – Hypothèse de restitution du bâtiment B.

Dessin M. Henry, d’apr. L. Bourgeois

La destruction des structures centrales (séquence 8)

21Si le remplissage de la fosse 17012 a disparu lors d’un curage, l’accès 17022 conservait son comblement initial : un niveau limoneux (17034) recouvert par un épandage d’argile cuite (17021) (fig. 18). Le bâtiment B2 et les palissades associées sont également démontés au cours de cette séquence. Les six poteaux porteurs et deux des piquets dessinant la cloison ouest du « temple » semblent avoir été coupés à fleur de terre, comme l’indique le pourrissement in situ des parties enterrées, alors que les autres montants furent simplement arrachés. L’ultime nivellement du fossé, qui intervient à la séquence 10, occulte l’extrémité du segment de palissade bornant au nord le bâtiment B2. L’arrachage de cet aménagement est donc antérieur à la séquence 10. Aucun objet n’ayant été découvert dans l’aire centrale, il est probable qu’un nettoyage très soigneux a été pratiqué lors de l’abandon de cet état du sanctuaire.

1.2.5 Chronologie relative du sanctuaire

22La chronologie relative du sanctuaire laténien a été établie sur la base de critères de valeur inégale (stratification, orientations). Nous fournissons ci‑dessous les articulations de la mise en séquence de ces témoignages (fig. 11).
– L’établissement du sol 17059 intervient avant le creusement de l’enclos.
– L’accès de la fosse centrale du sanctuaire est orienté comme cet enclos. En l’absence de mobilier datant, nous estimons que les structures A1 et B1 sont contemporaines et nous les avons attribuées à la séquence 1.
– Le bâtiment B2 est légèrement décalé vers l’est par rapport à la fosse centrale et à son accès (B1). Il apparaît donc que nous sommes en présence de deux aménagements successifs. Dans le même ordre d’idée, l’orientation divergente du fossé A1 et du bâtiment central B2 semble indiquer que ces deux éléments ne sont pas contemporains. Par contre, rien ne permet d’assurer que le curage du fossé à la séquence 4 (structure A2) et la construction du bâtiment B2 (séquence 5) participent d’une même campagne de travaux.
– L’unique niveau de la séquence d’occupation 6 (17085) vient buter contre la cloison ouest du bâtiment B2 ; il est donc postérieur à cette structure.
– Les rares éléments mobiliers découverts à la base de la séquence 7 pourraient être résiduels, piégés dans les terres du talus externe rejetées dans le fossé (hypothèse développée § 3.1.1).
– La destruction des structures centrales (séquence 8) est postérieure à la séquence 6 et antérieure à la séquence 10, mais il n’existe aucun lien stratigraphique entre cette opération et les séquences 7 et 9 de comblement du fossé.
– Le nivellement qui intervient à la séquence 10 occulte l’extrémité d’une des palissades associées au bâtiment B2. Cet horizon limoneux se superpose à la recharge de rognons de silex qui constitue la séquence 9 et scelle les vestiges du sanctuaire laténien.

1.2.6 La datation du mobilier

23L’abondant mobilier livré par le fossé laténien de Bennecourt provient de niveaux de remblais et non de véritables dépôts. L’utilisation des données chronologiques apportées demande en conséquence de plus grandes précautions et nous avons tenté autant que possible de raisonner sur la représentation proportionnelle des différents types plutôt que sur des individus isolés.

Les éléments de parure

24tabl. ii

25La répartition des fibules (cf. infra, 2.2.5) de la phase I par séquence permet de distinguer deux lots successifs. Les niveaux des séquences 3, 7 et 10, correspondant au remplissage du fossé, n’ont livré que des exemplaires rattachables à notre type 1. Les types 2 à 4 apparaissent dans des couches postérieures au nivellement de l’enclos mais antérieures à la phase II du site (fig. 19). La rareté des exemplaires en bronze (5,4 % du lot identifiable) se retrouve dans d’autres sites laténiens du Bassin parisien : en effet plus de 90 % des fibules de Villeneuve‑Saint‑Germain, et plus de 70 % des exemplaires de Variscourt sont en fer (Debord 1987 ; Pion 1989).

TABL. II – Ventilation des types de fibules entre les différentes séquences de la phase I. En gras : les fibules en bronze.

26La présence exclusive de fibules du type 1 dans le fossé de Bennecourt et l’absence totale des fibules de Nauheim constituent deux indices chronologiques importants que nous étudierons successivement. Notre type 1a (fig. 79, nos 526‑533), caractérisé par la longueur de son ressort, apparaît dans la phase I du site de Feuts (Loire) (Vaginay, Guichard 1988 : 152‑153) et dans le site contemporain du Goincet (Vaginay, Guichard 1984). Dans cette région, il semble absent des horizons postérieurs, qui voient le développement de la fibule de Nauheim et des exemplaires à tête couvrante. On retrouve un exemplaire du type la dans la phase ancienne des fouilles de Bâle/Usine à Gaz (Furger‑Gunti, Berger 1980, pl. 2, no 10). Cette forme est attestée plus près de Bennecourt, dans la nécropole d’Épiais‑Rhus (Val‑d’Oise) (Meyer 1982 : 106/1, 67/1, 387/2), mais la chronologie relative de ce site semble peu fiable.

27Le site d’Aulnat (Puy‑de‑Dôme) a livré une coupelle imitant la forme campanienne Lamboglia 27 et gravée de quatre silhouettes de fibules attribuées par Robert Périchon au type d’Ornavasso (1987 : 693), mais qui paraissent plus proches de notre variante la. Les prototypes campaniens de ce vase peuvent être datés de la seconde moitié du iie s. À Feurs, notre variante 1b (fig. 7981, nos 534‑556) est attestée parallèlement au type la mais se perpétue à la phase 2 du site. En première analyse, le lot de fibules issu du fossé de Bennecourt paraît donc comparable à des ensembles attribués à la transition La Tène C2/La Tène D1, comme les phases I et II de Feurs, l’habitat d’Acy‑Romance (Lambot 1992) ou la tombe de guerrier de La Meilleraye‑sur‑Seine (Lequoy 1993) (fig. 19). Quelques publications récentes permettent de mieux cerner cet horizon de transition. Andrei Miron a procédé à un redécoupage de La Tène D1 sur la base des ensembles funéraires d’Horath et de Wederath. Il distingue un stade La Tène D1a antérieur à l’apparition de la fibule de Nauheim mais culturellement rattachable à La Tène finale. Cet horizon est –entre autres– caractérisé par la présence de fibules de type La Tène moyenne à ressort long (type Ia de Bennecourt) (Miron 1986 : 149). Polenz (1971) et Bantelmann (1972) avaient auparavant déterminé un horizon similaire, situé avant La Tène DI mais où. n’apparaissent plus certaines fibules classiques de La Tène C2 ; il est caractérisé par de petites fibules en fer du type La Tène moyenne à pied triangulaire.

28Une phase analogue a été définie en Champagne, avec moins d’arguments (Hatt, Roualet, 1977) : un des ensembles les plus caractéristiques de cette période est la tombe 27 d’Hauviné/La Poterie (Marne), qui a livré cinq fibules de type La Tène II, dont quatre à long ressort (Roualet 1977). Il reste à mesurer la valeur chronologique de l’absence totale de fibules de Nauheim à Bennecourt. Selon la chronologie établie par Andrei Miron pour la Sarre, ce type se développe à La Tène D1b (Miron 1986 : 139 et 149 ; Bruneaux et al. 1985 : 103). Le site de Villeneuve‑Saint‑Germain, qui a livré en faible quantité des variantes de fibules de Nauheim (environ 4 % de l’échantillon collecté), marquerait les derniers feux de ce type de parure, au cours de La Tène D2 (Debord 1982). C’est probablement entre ces deux bornes qu’il faut placer des ensembles comme celui de Mourmelon, qui n’a livré que des fibules de Nauheim (Chossenot 1987). Plus près de Bennecourt, la nécropole d’Épiais‑Rhus (Val‑d’Oise) a livré des variantes de fibules de Nauheim qui semblent apparaître alors que la pratique d’incinérations « en cage de pierre », souvent associées à des fibules du type La Tène moyenne, est abandonnée (Lardy et al. 1987).

29Dans le Bassin parisien, la succession des types de fibules et leurs proportions respectives amèneraient donc à envisager trois horizons successifs de La Tène D, le premier caractérisé par la présence exclusive de fibules du type La Tène moyenne, le second par la domination des fibules de Nauheim, le dernier par le développement de formes tardives comme les fibules à coquille, les Kragenfibeln et les fibules filiformes à corde interne. La présence exclusive du premier et du dernier horizon à Bennecourt révèle l’existence d’un hiatus assez long entre le nivellement du sanctuaire laténien (phase Id) et la modeste reprise de l’activité qu’illustre la phase Ie. D’autres types de parures nous fournissent quelques indications chronologiques. Les pendentifs en bronze (fig. 74, nos 452‑453) trouveront des comparaisons au IIe s. av. J.‑G. alors que le bracelet tubulaire (fig. 76, no 421), issu d’un remblai tardif, constitue l’un des fossiles directeurs de la phase La Tène D1b de Miron (1986 : 139 et 149).

L’armement

30Le crochet de ceinture (fig. 83, no 591) se rattache à un type caractéristique de la fin de La Tène C2 ou de La Tène D1. Les autres pièces d’armement découvertes à Bennecourt sont peu précisément datées : La Tène moyenne ou finale pour la croisière campaniforme (fig. 83, no 589), de La Tène B1/B2 à La Tène D2 pour l’entrée de fourreau (fig. 83, no 590).

FIG. 22 – Parallèles du bâtiment B. Gournay‑sur‑Aronde (d’après Brunaux), La Villeneuve‑au‑Châtelot (d’après Piette), Saint‑Germain‑le‑Rocheux (d’après Martin), Bâle (d’après Berger), South Cadbury (d’après Alcook), Markvartice (d’après Brunaux), Holzhausen (d’après Schwarz), Le Ménil‑Annelles (d’après Flouest et Stead).

La céramique

31Les techniques de fabrication, les formes et les décors des lots de vaisselle collectés dans les séquences 3, 7 et 10 du fossé de Bennecourt sont très comparables. Le pourcentage de céramique non tournée et ses fluctuations au cours de la période laténienne ne semblent pas constituer systématiquement un indice chronologique fiable (Guilhot, Goy 1992 : 218 ; Flouest 1990). La présence fort discrète de cette technique à Bennecourt est très comparable à celle de deux autres ensembles régionaux : les niveaux anciens du site de Meulan/Île‑Belle (Yvelines) (Barat 1990) et le « niveau à inhumations anciennes » d’Épiais‑Rhus (Val‑d’Oise) (Lardy 1983 ; Lardy et al. 1987). Relevons également l’absence à Bennecourt de toutes les productions allochtones présentes dans d’autres sites régionaux de la fin de La Tène C2 et de La Tène D (céramique peinte, amphores Dressel 1, urnes de type Besançon, etc.).

32Les écuelles à col vertical ou légèrement rentrant orné de moulures (type 126, fig. 103, nos 936‑937) sont abondantes à Seclin (Nord), dans un horizon de La Tène C2 (Leman‑Délerive 1984, fig. 11). On les retrouve sur d’autres sites contemporains découverts en Gaule Belgique : Port‑le‑Grand (Somme) (Leman‑Délerive 1976, pl. II et pl. VI), Verberie (Oise) (Blanchet et al. 1983, fig. 29), Mours (Val‑d’Oise) (Amalou 1988, fig. 5, nos 6‑7) ou Wissant (Pas‑de‑Calais) (Mariette 1966, fig. 10‑11). Les jarres situliformes, héritées de La Tène initiale sont encore fréquemment attestées dans les séries régionales de La Tène C1 et C2 (Amalou 1988, fig. 2 ; Malrain et al. 1996, fig. 12‑13). Celles de Bennecourt présentent un profil adouci par rapport à ces exemplaires, qui pourrait être l’indice de leur place tardive dans la série (catégorie 310, fig. 106, nos 985‑992). La persistance d’un lot d’écuelles bitronconiques à carène basse (type 122, fig. 102, nos 913‑919), face aux récipients à profil en S, constitue également un archaïsme. L’écuelle à fond ombiliqué (type 121, fig. 102, no 912) s’inscrit dans une tradition céramique de La Tène ancienne moyenne centrée sur la Picardie méridionale (Degenne, Duval 1983 : 90), mais des exemplaires comparables à celui de Bennecourt proviennent de l’incinération 29 d’Épiais‑Rhus (Val‑d’Oise) (Lardy 1983, pl. 21), et du site de Lacroix‑Saint‑Ouen/Pré des Îles (Oise) (Malrain et al. 1996, fig. 19) attribuables à La Tène D1. Les écuelles du type 124 sont attestées régionalement de La Tène A à La Tène D1 (Malrain op. cit. ; Lepert 1993, fig. 3g).

33La catégorie 320 (fig. 107‑108, nos 993‑1004), qui regroupe un ensemble de vases à ouverture étroite et dont la panse possède une courbure symétrique, est constituée d’au moins deux lots distincts. Le premier (fig. 107, nos 993‑994), pour lequel nous ne disposons d’aucun exemplaire complet, participe d’une série de vases élancés, parfois peints, qui apparaissent en Normandie à La Tène C2 et se perpétuent au début de La Tène D (Celtes Normandie 1990 : 35 et 76‑77). Les exemplaires type 321 (fig. 107‑108, nos 997 et 1004), moins hauts et richement moulurés, s’inscrivent dans une série bien représentée de la Picardie à la région normande, qui constitue une production plus tardive et exclusivement tournée : elle caractérise le « niveau à incinérations récentes » (LT D1) de la nécropole d’Épiais‑Rhus (Lardy et al. 1987, groupe 3) et la phase II du site de Meulan (Trésors de terre 1993, fig. 69, no 18). Le vase à décor peint de Pitres (fin LT C2/LT D1) se rattache à cette forme (Duval 1993) ainsi que deux exemplaires découverts à Poigny‑la‑Forêt (Yvelines), associés à un as d’Ampurias émis après la Conquête romaine (Trombetta, Bourgeois 1985). Les pots ovoïdes de catégorie 220 (fig. 105, nos 973‑975) sont à Bennecourt moins nombreux que dans certains ensembles un peu plus tardifs (Gournay‑sur‑Aronde : Brunaux 1987 ; Wissant : Mariette 1966).

34Si les séries régionales de La Tène C1 comportent plus de 50 % de formes décorées, ce pourcentage diminue très nettement à La Tène C2 pour devenir marginal à La Tène D (Amalou 1988 : 64). Le site de Bennecourt, avec ses 5 % de formes décorées, semble se situer vers le terme de cette évolution. Pourtant, les motifs présents rappellent plutôt des traditions de La Tène C. Les décors lissés (fig. 101, no 911 ; fig. 102, no 927 ; fig. 103, no 939, fig. 108‑109, nos 1008 et 1014) constituent une innovation décorative de cette période en Picardie comme en Île‑de‑France. Ils semblent disparaître avant la fin de La Tène D1 : on constate ainsi leur absence du « niveau à incinérations récentes » d’Épiais‑Rhus et leur raréfaction au cours de la phase II de l’habitat de Meulan (Trésors de terre 1993 : 90). Les frises d’incisions à l’ongle (fig. 101, no 897) ont connu une longue existence. Notons toutefois leur fréquence à La Tène C2 dans certains sites de l’Oucst parisien (Villiers‑le‑Sec : Amalou 1988, fig. 4) et leur disparition en Haute‑Normandie après le début de La Tène D (Lepert 1993 : 92). La position du décor (fig. 109, no 1015), à la base du récipient, est inhabituelle. Ce motif d’impressions en forme de grains de café est malheureusement incomplet. Faut‑il le rapprocher de certains motifs couvrants présents à La Tène ancienne et moyenne (Leman‑Délerive 1984, pl. 3 ; Mariën 1961, fig. 5, 6 et 47 ; Malrain et al. 1996, fig. 6 et 10) ou des impressions formant des triangles fréquentes dans les sites de La Tène C1 établis au nord de la Seine (Allonville, Breuil‑le‑Sec, Épiais‑Rhus, Port‑le‑Grand, Villers‑Saint‑Paul) ?

35Au terme de cette analyse, il apparaît que l’ensemble céramique découvert dans le fossé de Bennecourt subit fortement l’influence de La Tène C mais intègre certaines innovations du début de La Tène D. Malgré l’éloignement géographique, il semble possible de replacer ce lot au sein de l’évolution proposée par Andrei Miron pour la nécropole d’Horath (Miron 1986, pl. 18) : sa phase 2 (La Tène C2) voit la raréfaction des écuelles à fond ombiliqué et l’apparition des écuelles à bord rentrant ainsi que des vases à panse fuselée, trois types présents à Bennecourt (types 121 et 117, catégorie 320). Sa phase 3 (LT C2/LT D1 ou LT D1a) est marquée par la présence des premiers vases ovoïdes sans col (catégorie 220), qui se multiplieront à la phase 4 (LT D1b), concurremment à des formes proches de notre type 321. On remarque également l’absence totale dans le sanctuaire laténien de Bennecourt de certains types particuliers aux ensembles céramiques de la fin de La Tène D1 et de La Tène D2 : écuelles tournées à profil très galbé, dolia à col rainuré, panses striées longitudinalement au brunissoir, décors de lignes ondées au peigne, urnes micacées dite « de type Besançon ». L’ensemble étudié pourrait être chronologiquement proche du « niveau à inhumations anciennes » de la nécropole d’Épiais‑Rhus (Val‑d’Oise) (Lardy 1983) et les plus anciens niveaux de la phase II de l’habitat de Meulan. Il semble légèrement antérieur au comblement final de l’enclos cultuel de Gournay‑sur‑Aronde (Brunaux 1987), riche en pots ovoïdes sans col et en écuelles présentant encore une carène marquée, mais dépourvu des décors archaïques présents à Bennecourt. Le mobilier céramique semble donc confirmer une datation du premier sanctuaire de Bennecourt au début de La Tène D1.

Les potins

36Nous analyserons dans ce paragraphe le problème chronologique posé par la présence de ces espèces dans un contexte précoce, pour revenir dans la synthèse de ce travail sur les diverses significations possibles de tels « objets monétiformes » à date haute et dans un contexte cultuel. Il convient de noter que « la chronologie traditionnelle fondée sur des fouilles dont la stratigraphie n’est pas assurée, comme Pommiers, Le Mont‑Beuvray ou les anciennes fouilles d’Alise‑Sainte‑Reine, tasse nécessairement les datations autour de la Conquête » (Buchsenschutz 1981 : 336). D’autre part, depuis deux décennies, les découvertes d’ensembles de potins dans des contextes stratigraphiques de la première moitié du Ier s. av. n.è., voire de la fin du IIe s., se sont multipliées. Le numéraire issu du fossé laténien de Bennecourt, uniquement constitué d’espèces coulées, vient conforter cette chronologie haute. Quatre types sont représentés (tabl. iii).

TABL, III – Le numéraire de l’enclos gaulois.

37Ces productions prennent pour la plupart place au sein de deux grandes familles de potins. La première réunit des espèces plus ou moins inspirées des bronzes marseillais « au taureau chargeant » (BN 1475‑1602), apparus à la fin du iiie s. av. n.è. Ils constituent les prototypes des potins « à la grosse tête » BN 5368‑5385, présents dans des contextes précoces à Bâle/Usine à Gaz (Furger‑Gunti, Von Kaenel 1976 complété par Furger‑Gunti, Berger 1980 : 183), Feurs (Vaginay, Guichard 1988 : 165‑166), Roanne (Gentric 1985) ou Breisach‑Hochstetten (Stork 1981 : 169), ainsi que dans des tombes de La Tène D1 d’Ornavasso (Graue 1974) et de Saint‑Sulpice (Polenz 1982). Les potins « au long cou », également représentés dans des horizons largement antérieurs à la Conquête, pourraient dériver de ce type (Gentric 1981 : 40‑44). C’est également à cette famille qu’il convient d’attribuer l’un des types présents dans le fossé de Bennecourt : les potins BN 5284‑ 5314 (nos 64‑66), autrefois donnés au Mandubii et rendus par Pierre‑Henri Mitard à un peuple riverain de la Seine (Mitard 1978). Un exemplaire de ce type a été découvert à Épiais‑Rhus dans un contexte attribué aux années 80‑50 av. n.è. (Lardy 1987) alors que plusieurs potins identiques ont récemment été rencontrés à Roissy‑en‑France (Val‑d’Oise) dans les contextes de La Tène D1 (L.‑P. Delestrée, in litteris). Ce type constituerait le prototype des potins « à la tête diabolique » (Colbert de Beaulieu 1970). La présence d’une tête casquée au droit et, au revers, d’un S couché, qui rappelle la queue du taureau originel (on retrouve ce motif sur les potins LT 5253, LT 5390 ou LT 9155), nous incite à considérer le type BN 8661‑8668 (Scheers 206/classe I) –dominant à Bennecourt– comme un autre dérivé des bronzes massaliotes (fig. 65, nos 69‑84). D’autres types rencontrés dans des contextes précoces s’intégrent à cet ensemble. L’habitat d’Acy‑Romance et le site de Reims ont livré dans des ensembles datés de la transition La Tène C2/La Tène D1 des assemblages de potins LT 7405, LT 9180, LT 8124, LT8351 et de potins « au sanglier » (Lambot, Delestrée 1991 ; Lambot 1992 ; Delestrée 1996 : 109). Le type LT 8124 a été rencontré dans d’autres contextes précoces de Gaule septentrionale (Delestrée 1993 : 49), en particulier sur le site de Mourmelon/La Cheppe, où des ratés de coulée étaient associés à un ensemble mobilier de La Tène D1 (Chossenot 1987). Enfin, la date de naissance des British potin coins imitant les bronzes au taureau de Marseille demeure difficile à établir, mais les évidences archéologiques incitent à la situer au cours du iie s. av. n.è. (Allen, Nash 1980 ; Haselgrove 1987 ; 1996). Un second groupe rassemble plusieurs types dont le revers figure un sanglier surmontant divers motifs (globules en triangle, masque humain, etc.). Les potins « au sanglier » BN 6328, attribués aux Aulerques Éburoviques (fig. 64‑65, nos 50‑59) doivent être rapprochés de la classe II des potins Scheers 203 (fig. 65, nos 60‑61). La dispersion de ces derniers paraît centrée sur le territoire des Rèmes, mais le site de Mézières‑sur‑Seine, proche de Bennecourt, a livré 23 exemplaires de ce type (Delestrée, Dhénin 1985 : 57). s. Scheers (loc. cit.) a noté que les deux types évoqués étaient fréquemment découverts en association. Si, en dehors de Bennecourt, aucun exemplaire des potins aulerques n’a encore été reconnu dans un contexte stratigraphique précoce, le type LT 9180 a été rencontré à date haute à Bâle/Usine à Gaz, Breisach et Épiais‑Rhus (op. cit.). Une tombe d’Uffhofen attribuée à La Tène DI a livré une variante de ce type (Polenz 1971).

38La présence majoritaire, voire exclusive, de potins a été observée ces dernières années dans plusieurs contextes antérieurs à la Conquête et les types monétaires présents dans le fossé de Bennecourt se rattachent aux deux familles les plus couramment rencontrées en Gaule chevelue dans des horizons de la fin de La Tène C2 et de La Tène D1.

Synthèse

39L’homogénéité du mobilier collecté dans les remplissages successifs de l’enclos cultuel de Bennecourt semble illustrer l’existence relativement brève de cette structure. Les séquences de comblement 3 et 7 peuvent être datées du début de La Tène D1 (La Tène finale 1). Il faut probablement attribuer à cette période la création du site, les quelques pièces de mobilier relevant de la transition Hallstatt/La Tène paraissant erratiques. L’intervalle de temps qui sépare le nivellement de la phase Id des timides traces de réoccupation de la phase Ie est plus difficile à saisir. La séquence 10 livre un mobilier comparable à celui des séquences 3 et 7, plusieurs remontages permettant d’ailleurs de relier ces différents horizons. La surface de ce remblai ayant servi de sol d’occupation au cours de la phase le, il n’est pas étonnant d’y observer la présence de quelques objets intrusifs de La Tène D2 ou de l’époque augustéenne. Il existe toutefois un hiatus très clair entre les séquences 10 et 11, qui correspond à la quasi‑totalité de La Tène D1.

40La datation absolue de la charnière de La Tène C2 et de La Tène D1 commence à être jalonnée en Suisse (Kaenel, Müllier 1986), en Allemagne (Haffner 1979 ; Polenz 1982 ; Suter 1984) et dans l’est de la France (Guilhot, Goy 1992). Mais la valeur de ces répères chronologiques n’est absolument pas étayée pour les régions occidentales, ce qui amène à les utiliser avec précautions. À Yverdon‑lès‑Bains (Suisse), deux palissades construites en 173‑171 et 161‑158 av. J.‑C. étaient associées à des tonnelets en céramique peinte traditionnellement attribués à La Tène finale (Curdy, Clausener 1985). Cette découverte a toutefois été placée par les fouilleurs à La Tène C2. Les repères dendrochronologiques, associés à des mobiliers caractéristiques sont encore rares pour la seconde moitié du iie s. et le ier s. av. J.‑C. Le pont de Cornaux‑lès‑Sauges a fourni, dans un contexte essentiellement La Tène D1, deux séries de datations : 120 et 116 av. J.‑C. et 103 et 93 av. J.‑C. On peut au moins en tirer un terminus ante quem pour le début de La Tène D1 (Kaenel 1990 : 325). De même, la construction de la porte est de Manching est postérieure à une fosse qui a livré une date de 105 av. J.‑C. environ (Kaenel, Müller, loc. cit). Ces datations hautes amènent un « ressac » du matériel auparavant écrasé autour de la Conquête en fonction des datations traditionnelles du numéraire. L’apparition des monnayages en bronze et a fortiori en potin vers 80‑70 av. J.‑C. est d’ailleurs contredite par les arguments de datation haute fournis sur certains sites par leur association à des importations italiques (amphores gréco‑italiques et campanienne A) (Buchsenschutz, Colin 1990 : 225). Nous proposons donc, en attendant l’affinement des chronologies régionales, de situer le sanctuaire laténien de Bennecourt à la fin du iie s. av. n.è. Cette datation implique pour le hiatus observé entre les phases Id et Ie une durée d’au moins un demi‑siècle.

1.3 Une transition : la phase Ie

1.3.1 Description des vestiges

41Nous avons intégré à la phase le des témoignages postérieurs au nivellement du fossé laténien (phase Id) mais antérieurs à la reconstruction augustéenne (phase II) (fig. 24). Ils ont été ventilés en sept séquences (11 à 17), que nous présenterons successivement ; leurs relations stratigraphiques sont détaillées dans le diagramme fig. 23.

FIG. 23 – Diagramme stratigraphique de la phase le.

FIG. 24 – Plan général des vestiges de la phase le.

Séquences 11 et 12

42Après le nivellement de l’enclos laténien, l’emprise de cette structure continuera d’être matérialisée par quelques aménagements attribuables à la phase Ie (fig. 24). Des trous de poteaux viennent marquer ses angles nord‑est (17195) et nord‑ouest (17135). Un repère du même type a pu exister à l’extrémité sud‑ouest de l’enclos, qui n’a pas été dégagée. À l’angle sud‑est, un empierrement constitué de gros rognons de silex encadre une cavité circulaire dans laquelle était déposé un crâne de brebis (structure D, fig. 23). Quelques bribes d’un radier de silex de direction nord‑sud (17175) sont occultées par cette structure. Une série de petites perles en pâte de verre, probablement issues de la même parure, était répandue à la surface du nivellement du fossé nord. Cette interstrate, marquée par la présence de céramique très fragmentaire, se poursuit vers l’ouest (17199).

FIG. 25 – Plan de la structure D. CB : crâne de brebis.

Séquence 13

43Nous avons regroupé dans cette séquence, probablement contemporaine de la précédente, deux témoignages qui n’entretiennent de relations stratigraphiques ni avec les niveaux postérieurs de la phase le, ni avec ceux de la phase II. Il s’agit d’un épandage de faune associé à une fibule en fer et à des fragments d’épées (17041), qui s’étalait sur une portion de la face sud de l’enclos comblé et d’un ensemble de six trous de poteaux dessinant un trapèze approximatif (1,40 m sur 1,90 m) et implanté à cheval sur le fossé nord et l’espace interne de l’enclos (structure C).

Séquences 14 et 15

44Ces deux ensembles marquent le remblaiement des négatifs des séquences 12 et 13.

Séquence 16

45Une série d’aménagements postérieurs aux séquences 14 et 15 préfigure le temple E de l’état II du site. Ils se superposent à la face ouest du fossé comblé (fig. 9 et 26‑27). Un liseré de sable (17187) supporte une niveau d’argile rubéfiée (17182), bordé par une petite fosse cendreuse (17178, 17180) occultée par un lit de craie damée (17190). Ces témoins de combustion sont contemporains de la petite fosse voisine (17234). Le niveau rubéfié 16122, découvert sous la plaque de foyer du bâtiment F, n’est pas daté, mais il pourrait également préfigurer la structure de combustion de la phase II et nous l’avons hypothétiquement associé à la séquence 16.

FIG. 26 – Synthèse de la coupe GG’.

FIG. 27 – Section JJ’ des structures découvertes
sous le bâtiment G. En grisé : témoins de combustion.

Séquence 17

46Les niveaux de la séquence 16 sont perturbés par le petit creusement 17233, dont le comblement charbonneux (17188) a livré un dépôt d’au moins 9 fibules en fer, et par la fosse 17235 (fig. 9 et 27).

1. 3.2 Éléments de datation

47L’imitation de Kragenfibel de l’épandage 17041 (fig. 82, no 562) ne peut être datée que par comparaison avec des exemplaires beaucoup plus proches des prototypes. La nécropole de Wederath a livré de nombreuses Kragenfibeln qui, à part une variante trévire, semblent toutes datables du dernier quart du ier s. av. n.è. (Haffner 1971). Alfred Haffner (1974) place cette forme dans son « horizon 5 », qui débute vers 50‑40 av. J.‑C. Rien ne prouve que des imitations de Kragenfibeln aient pu apparaître avant 40 av. J. ‑C. (Feugère 1977 : 107). Le dépôt de fibules découvert dans le remblai 17188 est composé d’exemplaires de nos types 3, 4a et 4b. La Schüsselfibel type 3 (fig. 82, no 563) doit probablement être datée comme les autres variantes connues de ce type. Une Schüsselfibel issue du site de Bâle/Cathédrale provient d’un contexte des années 45‑30 av. J.‑C. Ce type est absent des occupations plus précoces observées à Bâle/Usine à Gaz (Furger‑Gunti 1979 : 122). À Roanne, deux exemplaires du type Feugère 7b sont datés des années 40‑30 (Feugère 1985 : 234). En Rhénanie, ce type, apparu au dernier tiers du ier s. av. J.‑C., semble perdurer jusqu’à la fin de la période augustéenne (Debord 1987 : 130). Un exemplaire a été rencontré dans la tombe D de Goeblingen‑Nospelt (Grand‑Duché de Luxembourg) (Haffner 1974, fig. 1), actuellement attribuée à la période 50‑40 (Metzler et al. 1991 : 161). La variante de Knotenfibel type 4a (fig. 82, no 564) se rattache à un modèle plus courant en Europe centrale que dans nos régions et traditionnellement attribué au troisième quart du ier s. av. J.‑C., même si une apparition plus précoce n’est pas à exclure (Feugère 1985 : 238). Une Knotenfibel en argent a été découverte sur le site de Meulan/l’île Belle (Yvelines), abandonné vers 40 av. J.‑C. (inédit). À Tournus (Saône-et‑Loire), quatre exemplaires de notre variante 4b proviennent de contextes datés entre 70 et 40 av. J.‑C. (Feugère 1985 : 203). Ce modèle apparaît à Feurs dans la fosse 9, qui clôt la phase 3 de ce site (Vaginay, Guichard 1988 : 153). Globalement, le petit ensemble de la couche 17188 semble donc à peu près contemporain de la Kragenfibel de l’épandage 17041 et correspondrait à « l’horizon 5 » de Haffner (1974). Le lot de petites perles découvert à la surface de l’enclos laténien (fig. 95, nos 792‑816) trouvera également des équivalents dans des ensembles de cette période. Aucune céramique exogène n’apparaît au sein du faible échantillon associé. La phase Ie du sanctuaire de Bennecourt semble donc devoir être placée entre les années 50‑40 et le début du règne d’Auguste sans qu’il soit possible de dater individuellement les séquences successives qui la composent.

1.3.3 Éléments d’interprétation

48Au cours de la phase le, l’occupation semble donc cantonnée dans les marges du sanctuaire primitif. Un petit lot de mobilier vient illustrer la pérennité du rôle cultuel du site. Les témoignages ponctuels des séquences 11 à 13 montrent que, dans un premier temps, le tracé de l’enclos laténien, matérialisé par quelques aménagements ponctuels, continue à guider l’organisation générale du site. Les séquences 16 et 17 annoncent par contre la morphologie du site à l’époque augustéenne : les témoins de combustion qui apparaissent préfigurent les foyers centraux des bâtiments de la phase II. Il est possible qu’un petit bâtiment ait existé à l’ouest de l’enclos primitif, dans l’emprise des futures structures E et G, mais les importantes perturbations postérieures rendent ce secteur peu lisible. La multiplication des foyers non aménagés dans l’espace cultuel caractérise de la même manière le sanctuaire de Ribemont‑sur‑Ancre au cours de La Tène D2 (Cadoux, Lancelin 1989 : 15 ; Brunaux, sous presse).

1.4 Les temples de la phase II et leur destruction à la phase IIIa

1.4.1 Les structures

Le bâtiment F

49fig. 28, 29, et 46

50La phase II est marquée dans l’emprise du futur fanum en maçonnerie par la construction d’un petit bâtiment qui en préfigure la cella. De cette structure, établie à l’extérieur de l’enclos de la phase I, subsiste une tranchée délimitant un espace proche du carré, orientée comme la future construction en pierre mais de dimensions légèrement moindres. Ce fossé à profil en U (16138) mesure environ 5,60 m N‑S pour 5,90 m E‑O. Assez irrégulier, il est en moyenne large de 0,90 m. La présence d’un mince liseré organique, probablement laissé par des soles enterrées, a été observée contre les flancs du creusement (16124). Lors de la destruction du bâtiment (phase IIIa), la tranchée quadrangulaire fut rouverte et surcreusée par endroits, probablement dans le but de récupérer ces soles (16076). Le comblement terminal de cette récupération (16044) et le nivellement qui lui succède (16072) ont livré en abondance des charbons et du torchis brûlé, qui illustrent probablement une destruction par le feu de l’élévation. Ces fragments furent balayés depuis l’intérieur de la structure. Le torchis conserve sur une face les empreintes du clayonnage et sur l’autre un enduit de lait de chaux. Une série de foyers occupait le centre du bâtiment de la phase II dont le sol n’était pas aménagé. Au‑dessus d’une première surface rubéfiée, qui pourrait appartenir à la phase le, fut construit un radier de craie damée qui supportait une plaque de foyer quadrangulaire en argile (16116, 16074). Des traces rectilignes encadrant cette structure témoignent de la présence d’un entourage de planches (16133).

Vestiges d’une palissade ?

51fig. 28, 29, et 46

52Deux creusements assez irréguliers, espacés de 0,90 m ont également été mis au jour au sud de la structure F (16131, 16136). Ces traces de poteaux arrachés étaient disposées au fond d’une tranchée qui ne subsistait que sur une faible longueur (16127). Cette tranchée érodée, parallèle à la paroi sud du temple F, est distante de celle‑ci de 3,40 m. Aucun témoignage de ce type n’a été relevé dans les autres sondages profonds réalisés autour du bâtiment.

FIG. 28  – Diagramme stratigraphique des phases II et IIIa.

FIG. 29 – Plan général des vestiges de la phase II.

Le bâtiment E

53fig. 27-30

54Un second bâtiment en bois préfigurait le temple en maçonnerie G. Il est centré sur les témoins de combustion établis durant la phase Ie au nord‑ouest de l’enclos gaulois ; cette structure, orientée comme le bâtiment F, mesure extérieurement environ 9,40 m de côté. La tranchée de fondation du bâtiment a été presque totalement détruite par la récupération 17016 intervenue à la phase IIIa (curage soigneux, creusement sur les bords des tranchées de fondation des murs maçonnés, comblement de l’ensemble par un cailloutis de rognons de silex ; cf. § 6.2). Quelques rognons de silex et un fragment de meule dormante en grès étaient toutefois alignés au fond de l’angle nord‑est de la tranchée de fondation du bâtiment de la phase II (17256) ; ils pourraient constituer des éléments de calage pour une sole enterrée. L’intérieur de la structure était surélevé par un épais remblai argilo‑limoneux (17179). Le niveau 17189 sous‑jacent marque probablement le rejet à l’intérieur de la structure des déblais issus du creusement des tranchées périphériques (fig. 27). Comme dans la structure F, un important foyer a été découvert dans le bâtiment (fig. 30). Il n’était pas établi au centre de la structure, mais superposé au dépôt de fibules de l’état précédent (17188). Cette structure de combustion se compose d’un radier de craie damée (17191) surmonté d’une chape de sable argileux (17192), rubéfiée en surface (17266).

FIG. 30 – Le foyer central du bâtiment E en cours de fouille.

Les niveaux de circulation et d’occupation extérieurs

55fig. 28-29

56Un cheminement de direction N‑S, matérialisé par un lit de tessons concassés (17133) et prolongé par un radier de petits rognons de silex (17126) permettait d’accéder au bâtiment E. Un niveau d’occupation (17267), observé par place entre les cellae E et F, a été recoupé par les tranchées de fondation de la phase IIIb. Cette interstrate a livré un petit ensemble céramique très fragmenté, deux monnaies gauloises et une fibule en bronze.

1.4.2 Datation

57Aucune liaison stratigraphique n’atteste la stricte synchronie des bâtiments E et F (fig. 28). Il est certain que ces structures très semblables prennent toutes les deux place entre les niveaux de la phase Ie et ceux de la phase IIIa. La chronologie absolue des structures de la phase II est largement tributaire du mobilier des séquences stratigraphiques immédiatement antérieures et postérieures.

La séquence 18 (construction et occupation)

58La construction du bâtiment E est postérieure au dépôt de fibules du remblai 17188 (fig. 27), qui contient des types attribués aux années 50‑20 av. J.‑C. Les niveaux de construction et d’occupation de la phase II n’ont pratiquement pas livré de mobilier. Il faut toutefois signaler la présence d’un tesson de tonnelet à paroi fine d’époque Auguste‑Tibère piégé dans la plaque de foyer du bâtiment F. Le mobilier céramique du cheminement 17133 est attribuable à l’époque augustéenne précoce. L’interstrate 17267 a fourni une fibule du type Feugère 14a, dont la production semble limitée à la période Auguste‑Tibère (fig. 71, no 393) et un bronze frappé au nom de PIXTILOS, qui ne peut être antérieur aux années 40‑30 av. J.‑C. (fig. 64, no 30).

La séquence 19 (destruction)

59Les éléments de datation deviennent plus abondants dans les remblais de destruction de ce bâtiment : as et semis de Tibère César frappés en 13‑14, imitation d’as de Nîmes (prototypes frappés entre 29‑28 av. J.‑C. et 9 ap. J.‑C.), bronze « à l’aigle » frappé vers 10 av. n.è., bronze appartenant à la classe II de la série VIRICIVS (fig. 64‑65, nos 35, 48, 87, 94, 98). Le mobilier céramique associé, qui comprend de la sigillée précoce de Lezoux, des formes en terra nigra et en terra rubra ainsi qu’un gobelet à paroi fine lyonnais, est attribuable à la période Auguste‑Tibère. Un quadrans (?) de Tibère, frappé entre 14 et 21, a été découvert dans la maçonnerie du bâtiment G qui vient relayer la structure E (fig. 65, no 102).

60La réorganisation du site à la phase II semble donc correspondre à l’époque augustéenne stricto sensu. La destruction des structures sur solin E et F durant la phase IIIa et la construction de leurs homologues en petit appareil (phase IIIb) doivent être rapportées au règne de Tibère.

1.4.3 Essai de restitution des cellae E et F

61La cella E (environ 52 m2) disposait d’un espace interne plus important que la cella F (33 m2). Les parois de ces deux structures étaient recouvertes de torchis enduit d’un lait de chaux sur au moins une face. Comme tous les temples successifs découverts sur le site, ces deux temples devaient s’ouvrir vers l’Orient, mais nous ne disposons d’aucune information sur la morphologie de leur accès. Une toiture à double pente, dont la faîtière serait orientée est‑ouest, semble constituer la solution de couverture la mieux adaptée à ces structures. L’utilisation du chaume, matériau laissant librement passer l’air, permettait l’évacuation des fumées provoquées par les foyers centraux sans qu’il soit nécessaire de pratiquer une ouverture. Le segment de tranchée découvert au sud du bâtiment F correspond plus probablement à un tronçon de palissade qu’à une trace de galerie périphérique. Il témoigne peut‑être de la présence d’un péribole en matériaux légers dont les limites restent inconnues.

FIG. 31 – Parallèles des bâtiments augustéens de Bennecourt. Vendeuil‑Caply (d’après Piton et Dilly), Naix‑aux‑Forges (d’après Massy), Estrées‑Saint‑Denis (d’après Woimant), Gournay‑sur‑Aronde (d’après Brunaux), Mirebeau‑sur‑Bèze (d’après Bruneaux).

1.5 La reconstruction en dur du sanctuaire (phase IIIb)

62La phase IIIb voit la reconstruction en pierre des temples (fig. 35) et l’établissement d’un vaste péribole très incomplètement reconnu (fig. 32). Elle se compose de deux séquences : les témoins de construction des nouveaux bâtiments (séquence 20) et les aménagements de détail postérieurs à cette campagne de travaux (séquence 21) (diagramme fig. 34).

FIG. 32 – Plan général du site à la phase IIIb,

FIG. 33 – Section K’K des fondations des bâtiments E et G.

FIG. 34 – Diagramme stratigraphique de la phase IIIb‑c.

FIG. 35 – L’aire cultuelle centrale à la phase IIIb.

1.5.1 Les structures

Le bâtiment H 1

63fig. 34, 35 et 46

64La phase IIIa, étudiée précédemment, voit le démontage et le remblaiement de toutes les structures se rapportant à la cella augustéenne F. Un liseré sableux (fig. 34, 16072) vient niveler cette préparation avant l’établissement du sol puis des parois d’une nouvelle cella en maçonnerie. Un sol en craie damée, extrêmement lacunaire, est observable par lambeaux dans la cella en pierre (fig. 35, 16075), mais il déborde de son emprise vers l’est, le nord et le sud (16084). Au sud, il repose sur un mince radier de silex (16106). Il n’existe à cette époque aucune différence de niveau entre l’extérieur et l’intérieur de la pièce. Le bâtiment établi après cette préparation n’est pas fondé. Il forme un quadrilatère de 6,72 m N‑S sur 7,44 m E‑O, orienté N‑N‑O/S‑S‑E. Les murs suivent le bord extérieur de la tranchée de la phase II, qu’ils occultent très partiellement. Épais de 0,65 à 0,72 cm, ils étaient conservés sur une ou deux assises, sauf dans l’angle nord‑ouest, récupéré jusqu’à la semelle de fondation. Les chaînages d’angles, constitués de longues pierres de taille disposées en quinconce, ont également été prélevés en majeure partie ; aucun vestige d’enduit mural en place n’a été observé.

Le bâtiment G

65fig. 33, 34 et 35

66Le bâtiment en petit appareil G reprend le plan de la cella augustéenne E, sans lui être parfaitement superposé. La construction de l’édifice G a entraîné un démontage soigneux des soles enterrées de l’état antérieur puis le creusement d’une nouvelle tranchée de fondation (6076) bordant cette récupération au sud. Un remblai de gros rognons de silex vint combler les deux creusements (6047). Comme dans le bâtiment Hl, les irrégularités de l’espace interne furent nivelées par un mince remblai sableux (fig. 34, 6043). Cet ensemble de travaux préparatoires assure l’assise du nouveau bâtiment. Le temple G mesure hors oeuvre 8,40 m sur 8,60 m, le plus petit côté du quadrilatère étant orienté N‑N‑O/S‑S‑E selon un axe de 7o. Les murs (6009, etc.) mesurent 0,70/0,72 m d’épaisseur. Un chaînage d’angle subsistait au sud‑est. Les assises du parement de petits moellons réguliers étaient séparées par des joints dressés au fer. Les parois nord et ouest sont récupérées jusqu’à la semelle de fondation en mortier jaune. Le décor intérieur, dont un état tardif a pu être partiellement restitué, sera étudié dans l’annexe 2. Les vestiges d’un sol en craie damée ont été observés à l’intérieur de la pièce (fig. 34, 6029), dont le centre était occupé par une fosse circulaire comblée vers le milieu du ive s. (17260). Ce négatif pourrait témoigner de la récupération d’un autel ou d’une base de statue. Des traces de craie damée (fig. 34, 17183) adhérant encore aux parois du creusement permettent de penser que le sol intérieur fut établi après le creusement de la fosse. À l’extérieur, un blocage de silex (6046) est établi contre la partie centrale de la paroi est, formant un emmarchement.

Les abords des bâtiments G et H 1

67La grande fosse quadrangulaire 17043 (fig. 35 et 36) recoupe un segment de la rive sud de l’enclos laténien. Le niveau très chargé en matériaux organiques (17046) qui tapisse le fond de ce creusement constitue probablement le seul vestige de son comblement primaire. Comme la petite fosse ovalaire 16110, établie contre le mur nord du bâtiment H1, cette structure est remblayée au cours de la phase IVa (fig. 35). Les lambeaux de trois sols superposés (17001, 17003 et 17005), alternant avec des niveaux de piétinement (fig. 34, 17002, 17004), reposent sur le radier 17006. Ils marquent la présence d’un trottoir N‑S contre la paroi est du temple G. À proximité, un sol de calcaire jaunâtre matérialise la périphérie de la fosse centrale du premier état du sanctuaire (fig. 35, 17007).

FIG. 36 – Section BB’ des fosses 17043 et 17038.

Le péribole I

68fig. 32, 34 et 40

69Les vestiges d’une palissade de bois antérieure à la phase IV ont été observés ponctuellement, en coupe dans les zones 18 et 20 et en plan dans la tranchée 23. Cette clôture était implantée dans une tranchée à profil en V, large de 0,75 m à 1,10 m à l’ouverture (18018, 20002, 23009), dans laquelle prenaient place des poteaux carrés espacés d’un peu plus d’un mètre (18019, 23010, 23011). Nous ne disposons d’aucune information permettant de restituer la nature du remplissage existant entre ces poteaux porteurs (branchages entrelacés ? piquets jointifs très légèrement enfoncés dans le sol ?). Le segment repéré dans les zones 18 et 20 (11) possédait une direction E‑N‑E/O‑S‑O selon un axe de 113o. Il oblique de 34o vers le nord aux abords des temples (12, zone 26). Les faces ouest et nord de ce péribole ont disparu, mais la superficie totale de la cour peut être estimée à environ 1 ha. Nous ne disposons d’aucune information sur l’accès du sanctuaire correspondant à cet aménagement.

La galerie J

70fig. 34, 37-39

71La galerie J fermait le temenos de la phase III à l’est des temples. L’angle nord‑est de ce bâtiment a été reconnu une première fois en 1982. La fouille exhaustive effectuée l’année suivante, après un sous‑solage du terrain, a révélé une dégradation importante des structures. Des argiles géologiques perturbées au sommet sont apparues à la base de la stratification (8032, 8034). Ces niveaux sont surmontés par l’épais remblai humique 8010, qui semble destiné à niveler l’emprise du futur bâtiment. Les vestiges du sol interne étaient uniquement conservés le long de la paroi est, sur une largeur d’environ 2 m. Le radier de silex (8027) et les niveaux de sable (8026), puis de craie damée qui le surmontent (8012) possèdent un léger pendage vers le mur. Ce sol, qui se poursuit à l’est du bâtiment (8028 et 8018) est perforé par la tranchée de fondation du mur est. Le bâtiment, de plan rectangulaire, est long de 48 m et large de 6,50 m. Dans sa plus grande longueur, il est orienté N‑N‑O/ S‑S‑E. Dans son état de la phase IIIb, seuls la paroi est et les pignons nord et sud étaient bâtis en pierre. Les tranchées de fondation (8025), profondes de 0,40 m, étaient comblées par une biocaille de silex (8024) surmontée d’une semelle de fondation (8017). Cette semelle paraît contemporaine d’un niveau de piétinement très sableux observé à l’est du bâtiment (8043). L’élévation en petit appareil est conservée sur une arase, large de 0,72/0,75 m. Le parement, assez grossier, fait alterner moellons de craie, rognons de silex et blocs de grès. Comme dans les autres bâtiments de la phase IIIb, les chaînages d’angle étaient plus soignés. Une série d’aménagements nous informe sur la nature de la face ouest. Il s’agit d’une série de petites fosses, espacées de 1,75 m et parallèles à la paroi est (fig. 38, 8030, 8035, 8037, 8039). Il faut leur associer un petit massif intégré au pignon nord (11008). De petites bases maçonnées, établies sur le sol du bâtiment contre le mur est, reprenaient la même alternance (fig. 38, 8019, 8042). Les angles de trois massifs maçonnés ont été reconnus dans la zone 11, aux abords nord du portique (fig. 37, 11010 à 11012). La présence de la lisière du bois du Moulin à Vent nous a empêché d’étudier ces structures.

FIG. 37 – Plan du portique J.

FIG. 38 – Portique J : plan de détail de la zone 8.

FIG. 39 – Coupe LL’ du portique J.

FIG. 40 – Coupe NN’ et MM’ des périboles des phases III et IV.

1.5.2 Éléments de datation

72Le terminus post quem des niveaux de destruction des cellae de la phase II est fourni par des espèces de Tibère César frappées en 13‑14 de n.è. (fig. 65, nos 94 et 98). Le quadrans du même empereur piégé dans la semelle de fondation du bâtiment G (fig. 65, no 102) procure un terminus un peu plus bas (14‑21). Les remblais préludant à la construction des différents bâtiments ont également livré un fragment de sigillée tibérienne de Lezoux et des formes en céramique fine qui disparaissent après le règne de Claude. Le mobilier des séquences 19 et 20 est tout à fait comparable. La destruction des cellae en bois et la construction du sanctuaire en dur semblent donc participer d’une même campagne, postérieure à 14 et antérieure à la fin du règne de Claude. Aucun des rares niveaux de la séquence 21 n’a livré de mobilier. Ils seront occultés par les remblais et les constructions de la phase IV, qui ne sont pas antérieurs au règne d’Hadrien.

1.6 Les travaux de la phase IVa et les niveaux d’occupation de la phase IVb

1.6.1 Les structures

73La phase IVa (séquences 22 à 27) rassemble les témoignages issus d’une importante campagne de réaménagement qui va toucher toutes les structures du site (diagrammes fig. 41 et 42).

FIG. 41 – Diagramme stratigraphique de la phase IV : aire centrale.

FIG. 42 – Diagramme stratigraphique de la phase IV : péribole.

La première terrasse (séquences 22‑23)

74La réalisation d’une terrasse entre les bâtiments G et H prélude à cette campagne de travaux. L’apport d’un important volume de matériaux (de 10 à 60 cm d’épaisseur) permet de niveler la zone cultuelle centrale dont la surface demeurait très irrégulière (creusements approximativement comblés, sols très dégradés). La stratification interne de ce remblai est extrêmement complexe. Schématiquement, on distingue deux niveaux limoneux (17026 à la base et 17040 au sommet), entre lesquels un lit de rognons de silex (17123) vient ponctuellement s’intercaler.

La transformation du bâtiment H1 en fanum (bâtiment H2) (séquences 22 à 24)

75fig. 41 et 45-46

76La phase IVa voit la transformation de la cella H1 en fanum. Un nivellement des abords du temple prélude à cette campagne de travaux. La fosse 16112 est comblée (16091). Le remblaiement de la tranchée 16130‑16134 est achevé et des apports de terre et de sable (16045, 16046) viennent aplanir le sol de la galerie, établie sans le moindre fondement. Cette galerie (16033 sq.) forme un rectangle légèrement gauchi et donne sa forme définitive à l’édifice, qui mesure dorénavant 12,80 m N‑S pour 13,10 m E‑O extra muros. Les murs, épais de 62 à 68 cm, délimitent un espace de circulation large de 2,40 m. Cette galerie, dont les faces est et sud sont très dégradées, a été réalisée dans un petit appareil fort médiocre, enduit de chaux à l’extérieur comme à l’intérieur. Les assises ne suivent pas la pente du terrain, qui a été rattrapée à distance régulière par des rangées supplémentaires. Seuls les angles, marqués par des chaînages en pierre de taille, sont plus soignés. Les couches de nivellement 16045 et 16046 sont recoupées par une série de trous de poteaux circulaires qui courent autour de la cella (16095 sq). Ces négatifs seront comblés à la fin de la campagne de travaux, lors de la pose d’un nouveau sol en craie damée dans la galerie (16037). Ce sol, qui n’est conservé que dans la moitié ouest de la galerie, présente un profil en dos d’âne, ménageant des rigoles latérales le long des parois. Une recharge de craie (16052) viendra par la suite combler ces rigoles. Parallèlement, un podium d’une cinquantaine de centimètres de hauteur est implanté dans la cella préexistante. Il est constitué d’apports de matériaux divers surmontés par un radier de silex (16018) et un sol de craie damée (16001). Un petit bassin rectangulaire en mortier hydraulique est implanté contre le mur est (16011). Deux des creusements réalisés contre la paroi ouest de la pièce permettent de supposer la récupération tardive de petits monuments (16020, 16029). Le négatif comblé de craie 16112/16115, établi en avant de la face est de la galerie, remonte également à cette phase de construction.

La structure K (séquence 24)

77fig. 41 et 47

78De la structure K subsiste une tranchée en forme de U aménagée dans la terrasse 17026‑17040 (17023). Ce creusement irrégulier possède un profil en auge peu marqué et matérialise un espace de 5,15 m sur 5,50 m, qui s’ouvre vers le bâtiment G. Sa face sud est bordée intérieurement d’une rangée de rognons de silex (17264) et le remblai marquant sa destruction a livré un bloc de calcaire parallélépipédique long de 1,10 m, dont la face supérieure porte des traces d’usure. La structure K est établie autour de la fosse centrale de la phase I (17012), qui fut curée lors de son aménagement (17261). Les vestiges d’un cheminement en craie damée (17027) partent de l’angle est de la structure en direction de l’ouest. Il convient peut‑être d’associer à cet ensemble le trou de poteau 6041 et la tâche de mortier 6030 qui le borde.

L’éventuel réaménagement du bâtiment G (séquence 24)

79fig. 44

80Les trous de poteaux 6048 et 6050, implantés à l’intérieur du bâtiment G, parallèlement à sa paroi nord, perforent le sol de la phase III ; ils pourraient témoigner de travaux ponctuels, de décoration, par exemple.

FIG. 44 – Plan de l’aire centrale à la phase IVa.

La reconstruction du péribole et le bâtiment d’entrée L (séquences 22 et 25‑27)

81fig. 40, 42, 43 et 48-49

82Nous avons souligné dans l’introduction de ce travail l’érosion extrême des niveaux archéologiques de la cour et le caractère très limité des observations effectuées sur le pourtour du site. De rares témoignages attestent que l’enceinte en matériaux légers de la phase III fut détruite et comblée pour être remplacée par un péribole en dur, qui semble suivre le même tracé. Ce mur s’élevait sur la bordure interne d’un radier de rognons de silex large d’environ 7 m et qui servait également d’assise au trottoir longeant extérieurement le sanctuaire. Dans la plupart des tranchées réalisées, seul ce radier subsistait. La première arase du mur n’a été observée que dans les zones 23 (23003) et 18 (18015). Le remblai 26001/23001, destiné à niveler le terrain au sud du fanum, venait buter contre le péribole. Un étroit cheminement de silex concassé a été observé à l’extérieur de la paroi ouest du péribole (26003). Venant du sud, il se dirige vers l’espace central du sanctuaire mais ne se prolonge pas à l’extérieur du temenos. L’accès principal correspondant à cet état a été étudié en aire ouverte (zone 18). Le mur sud du péribole s’interrompait en son milieu pour laisser passage à un chemin perpendiculaire à la clôture du site. Il subsiste de cette voie d’accès un radier de rognons de silex large de 4 m (18002). Un petit bâtiment quadrangulaire mesurant 5,40 m E‑O sur 3,80 m N‑S (bâtiment L) était établi à l’est de la voie d’accès et adossé à la face interne du péribole (fig. 48‑49). Il subsiste de cette structure les vestiges d’un solin large d’un quarantaine de centimètres d’épaisseur et composé de blocs de craie, de grès, de meulière et de silex (18003). Un massif quadrangulaire marque l’angle sud‑est de la structure. Un probable trou de poteau circulaire a été observé dans la paroi nord (18005). L’espace interne a livré un radier de silex (18006) surmonté de craie damée (18011) et un petit trou de poteau carré (18023), également comblé par de la craie. La concentration de tuiles en surface qui a guidé l’implantation de la fouille nous renseigne sur la nature de la couverture de ce bâtiment.

La transformation de la galerie J (séquences 22 et 25‑26)

83fig. 37-39 et 42

84C’est au cours de la même campagne de travaux que les supports rythmant la paroi ouest du portique furent démontés et leurs fondations comblées par des blocs de silex (8023, 8036, 8038, 8040, 11007). Un mur de façade est alors établi dans une faible tranchée qui a livré des moellons de calcaire et des tuiles récupérés (8029, 8050, 8021). Son élévation a totalement disparu. Le sol interne du bâtiment reçoit parallèlement une recharge de mortier jaune (8011). La présence d’un important niveau de tuiles dans les niveaux de destruction nous renseigne sur la nature de la couverture.

Les niveaux d’occupation de la phase IVb (séquence 28)

85fig. 41

86Quelques minces témoignages d’occupation repérés dans la galerie du fanum sont attribuables à la seconde moitié du iie s. Il s’agit d’un mince niveau de piétinement (16101), d’une succession de recharges ponctuelles du sol et d’un blocage informe disposé à l’angle nord‑ouest de la galerie (16036). Le creusement 17038 se superpose à la fosse 17043 de l’état antérieur.

1.6.2 Éléments chronologiques

87Dans l’aire centrale du sanctuaire, les niveaux de préparation des séquences 22 et 23 ont livré un abondant mobilier résiduel. Les éléments les plus tardifs remontent à la fin du ier s. et à la première moitié du iie s. : sesterce de Trajan (fig. 41, no 108 du remblai 17040), fibules (fig. 71, no 401 et fig. 72, no 414 des niveaux 16092 et 17026). La construction du péribole et des structures associées semble contemporaine puisque le remblai de la palissade de la phase III (fig. 42, 18017, 18022) contenait du mobilier de la fin du ier s. ou du début du siècle suivant. Le quadrans de Trajan no 111 et un fragment de céramique commune découverts dans le niveau 8010 (fig. 39 et 65) pourraient témoigner de perturbations liées à la transformation du portique J, Le bol Drag. 27 découvert dans le podium du temple H2 (séquence 24), rappelle également les productions de l’époque flavienne ou du début de l’époque antonine. Les travaux de la phase IVa du sanctuaire de Bennecourt peuvent être datés de la première moitié du iie s. et sont postérieurs à 119. Ils participent donc du mouvement de construction et d’embellissement de sanctuaires qui marque la période antonine, et en particulier le règne d’Hadrien (Bertin 1976, I : 102). Le terminus post quem de la séquence 28 est fourni par un sesterce de Commode frappé en 183‑184 (no 125). Les occupations postérieures de la galerie ont livré du mobilier du IIIe s.

1.7 La dernière campagne de construction (phase IVc)

1.7.1 Les structures

La seconde terrasse (séquence 29)

88Cette nouvelle terrasse se limite à la partie nord de la zone cultuelle centrale (diagramme fig. 41 ; plan fig. 50 ; hypothèse de restitution fig. 131). La structure K est comblée (17011, 17018) et un important apport de limon et de terre est étalé (6054), qui assurera l’assise du futur bâtiment N. Le passage entre la terrasse basse 17040 et la terrasse haute 6054 n’apparaît pas clairement. Il faudra attendre l’époque Valentinienne pour que soit établi un soutènement de blocs de récupération (fig. 57, 6010) matérialisant la limite du remblai 6054 aux abords du bâtiment G. Auparavant, un simple planchage a pu assurer cette fonction. Deux axes de circulation se dessinent à la surface de la terrasse 6054 : un niveau de craie damée longe la paroi est du temple G (6023) et un cheminement constitué de matériaux concassés (tuile, craie, silex) passant entre les bâtiments G et N (6057).

FIG. 43 – Plan général du site à la phase IVc.

FIG. 45 – Plan du fanum H2 à la phase IVa.

FIG. 46 – Coupe OO’ des niveaux des phases II‑IV du fanum H2.

FIG. 47 – Plan de la structure K. Trame : mortier ou craie damée

FIG. 48 – Les alentours de l’entrée du sanctuaire à la phase IV.

FIG. 49 – Plan du bâtiment L.

La construction du bâtiment N (séquence 30)

89fig. 50 et 59

90Le bâtiment N, établi sur la terrasse 6054 est une petite construction quadrangulaire mesurant 6,20 m E‑O pour 5,60 m N‑S. Elle est décalée de 4o vers l’est par rapport à la cella G, distante de 4,70 m. Les parois, larges de 72‑75 cm, reposent directement sur les remblais de la séquence 29. Trois types d’appareil se succèdent dans l’élévation : les quatre premières arases des murs présentent des parements de rognons de silex associés à quelques blocs de grès ferrugineux (7002‑7003, 7006‑7007). Des joints au fer tracés dans le mortier jaune pulvérulent ont été observés à l’intérieur comme à l’extérieur de la structure. L’utilisation de blocs de calcaire soigneusement dressés se limite aux chaînages d’angle. Un lit de longues pierres de taille de calcaire grossier (7027) sépare la partie basse que nous venons de décrire d’une élévation en petits mœllons cubiques confectionnés dans le même matériau. Ce troisième appareil ne subsistait pas en place mais des pans de murs écroules au nord et à l’ouest du bâtiment (fig. 58, 7020‑7021) nous renseignent sur son aspect. Aucune trace de sol construit n’a été relevée et les remblais, tant externes qu’internes, ne recèlent pratiquement aucune tuile.

FIG. 50 – Plan de l’aire centrale à la phase IVc.

1.7.2 Éléments de datation

91La fibule (fig. 72, no 411), d’un type courant du règne d’Hadrien à la fin de la période antonine, est le seul objet clairement associé à la terrasse 6054. Les monnaies de la fin du iiie s. collectées près de la surface des remblais (nos 169, 174 et 175) constituent vraisemblablement des éléments intrusifs. La construction de cette seconde terrasse semble donc devoir être replacée entre les travaux de la phase IVa et le troisième quart du iiie s.

92Aucun élément ne permet de dater la construction du bâtiment N. Toutefois, la terrasse 6054 ayant visiblement été établie dans le but d’asseoir cette structure, les séquences 29 et 30 sont probablement contemporaines.

FIG. 51 – Quelques cellae antérieures aux galeries périphériques qui les entourent ou préfigurant un fanum. Coblence et Elst (d’après Horne et King), Matagne‑la‑Petite (d’après de Boe), Pesch (d’après Lehner), Trèves/Altbachtaf (d’après Gose), Pouillé/Thésée (d’après Bourgeois).

FIG. 52 – Quelques fana à galerie de plan irrégulier. Windisch (d’après Wiedemer), Nettersheim (d’après Lehner), Pouillé/Thésée (d’après Bourgeois), Val‑Suzon (d’après Guyot), Forêt d’Halatte (d’après Grenier).

FIG. 53 – Hypothèses de restitution du fanum H2 de Bennecourt.

1.8 De la décadence à l’abandon (phases V et VI)

1.8.1 Les séquences 31 à 33

93fig. 54-56

La galerie du fanum

94Les témoignages associés aux séquences 31 à 33 sont postérieurs à la construction du bâtiment N et antérieurs aux éboulis de toiture de la séquence 34 (fig. 54). Une série de témoins de combustion découverts dans les faces nord et sud de la galerie composent la séquence 31 : foyers non aménagés 16070, 16071, 16079, 16087 et 16089, bûche carbonisée et zone rubéfiée 16088, épandages de cendres. Trois fonds de vases disposés à distance régulière contre la paroi nord de la galerie étaient associés à ces vestiges (fig. 55). Ce premier ensemble est occulté par les apports ponctuels de terre constituant la séquence 32 (16023, 16026 et 16086). Une nouvelle série de traces d’occupation (séquence 33) prend place sur ces recharges de terre battue (fig. 55, 56). À l’angle sud‑est de la galerie, la banquette 16065, constituée de quatre épaisseurs de tegulae liées au mortier, était établie dans une fosse peu profonde (16062). Elle faisait face à un foyer constitué d’une chape d’argile rubéfiée encadrée par deux longues pierres de taille (16063). Cette structure de combustion était bordée par trois calages de blocs de silex et de craie (16057). Le plus méridional a livré les restes du petit récipient en bronze (fig. 74, no 452) qu’il devait maintenir. L’abandon de cet ensemble est marqué par le remblai charbonneux (fig. 54, 16025), très riche en mobilier. La petite surface rubéfiée 16085 occupait le centre de la galerie, quelques mètres au nord. Les cendres (16093) provenant de ce foyer avaient été balayées contre le mur, vers un calage constitué d’une crapaudine remployée, d’un rognon de silex et d’un bloc de grès (16119). Ce cendrier a livré un fragment de charnière et plusieurs grands clous rivetés. Un épandage de cendres contemporain (16031) a également été découvert au milieu de la galerie nord.

FIG. 54 – Diagramme stratigraphique de la phase V.

FIG. 55 – Structures de combustion et fosses de la phase V dans le fanum H2,

FIG. 56 – Détail de constructions parasites établies à l’angle sud‑est de la galerie du fanum H2.

Les abords du bâtiment G

95Aux abords du bâtiment G, les séquences 31 à 33 n’ont pu être individualisées mais la surface de la terrasse de la phase IVc a livré quelques témoins d’occupation antérieurs à la séquence 34 : recharge du cheminement 6057, fosse 6078, cendrier 6021, petite aire de mortier 6060.

1 .8.2 La chute des toitures (séquence 34)

96La chute de la toiture du bâtiment G est marquée par le niveau 6013, particulièrement important au nord et au sud du bâtiment. Des niveaux équivalents étaient associés au fanum H2 : éboulis de tuiles 16016, uniquement préservé des labours dans la moitié est de la galerie, niveau 16058, très ponctuel, présent aux abords sud‑est du bâtiment. Le sondage de reconnaissance mené sur le portique J en 1982 a permis d’observer un autre éboulis de tegulae et d’imbrices (fig. 54, 4002), totalement détruit par la charrue avant la fouille exhaustive de cette construction en 1983.

1.8.3 La ruine des maçonneries (séquence 35)

97Nous avons rassemblé dans cette séquence les témoignages qui se placent entre la chute des toitures et l’abandon définitif du site.

Le bâtiment G et ses abords

98La base du remblai interne est constituée dans la moitié ouest de la pièce par un niveau riche en moellons (6053), qui semble consécutif à l’écroulement de la paroi occidentale. La rareté des fragments d’enduit peint permet de penser que cette face ne portait aucun décor. Il est plus difficile de distinguer les différents épisodes du comblement de la moitié est du bâtiment (6005, 6016). On remarque simplement que le remplissage s’enrichit en enduit peint de la base vers le sommet, particulièrement le long du mur nord, là où de larges plaques d’enduit s’étaient écrasées dans la pièce. C’est à ce stade de la ruine que le creusement de la fosse 6020 permet de récupérer le monument marquant le centre du temple (fig. 50, 54). Il ne subsiste plus alors que les trois assises inférieures du mur est. Un petit trésor composé de 10 petits bronzes, déposé après 383‑386 (nos 324, 352, 359‑360, 375, 377‑378, 383), fut caché dans une anfractuosité de cette structure ruinée. À l’extérieur, contre cette paroi, un blocage de moellons étroitement imbriqués incluant un fragment de calcaire mouluré et une petite auge en pierre, a également été mis en place au cours de l’époque Valentinienne (6010) (fig. 54, 58). Les remblais externes, riches en matériaux de construction, sont recouverts par l’épandage 6003, qui clôt également le comblement interne du temple G.

FIG. 57 – Le blocage 6010 contre la paroi est du bâtiment G.

Les témoignages tardifs dans le fanum

99Dans la galerie du temple H2, les indices archéologiques postérieurs à la chute des toitures ont en grande partie disparu. Seuls subsistaient à l’angle nord‑est de la structure deux éboulis de moellons ponctuels (fig. 54, 16060, 16015) et deux niveaux d’enduit peint et de mortier (16005, 16024). Dans la galerie est, la lentille cendreuse 16017 est également postérieure à la séquence 34 (chute des toitures). Cinq fosses tardives perturbent le podium de la cella (fig. 55, 16020, 16022, 16029, 16047, 16048). Un trou de poteau quadrangulaire (16002) occupait le fond de la fosse 16047. Un dernier creusement recoupe le mur est de la pièce (fig. 55, 16013).

Le bâtiment N

100Plusieurs arases de petit appareil écroulées en connexion gisaient aux abords nord et ouest de la structure (fig. 58). Le comblement interne se compose de deux séries de remblais stériles (fig. 59) : un premier groupe rassemble des niveaux plans, homogènes et peu caillouteux (7011 à 7013) ; ce premier remplissage est perforé par plusieurs creusements, eux‑mêmes comblés par des apports de terre et des amas de silex (7009, 7010, 7014‑7019).

FIG. 58 – Pan de mur écroulé au nord du bâtiment N.

FIG. 59 – Coupe PP’ des remblais internes du bâtiment N.

K. Stiti (équipe de fouille), L. Bourgeois

Les abords des bâtiments dans l’aire cultuelle centrale

101Neuf amas de matériaux de construction ont été découverts au nord‑est du bâtiment H2. Ils étaient constitués de vestiges soigneusement triés : moellons (fig. 54, 17017, 17030), éléments de couverture (17029, 17032, 17035), rognons de silex (17036), tuiles et enduits peints (17039), terre, sable et blocs de craie (17028, 17033). Ces ensembles témoignent d’une récupération organisée des ruines du sanctuaire au cours de cette séquence.

Le péribole

102Sur le pourtour du péribole, les travaux agraires ont entraîné la disparition presque totale des témoins postérieurs à la phase IV. Le remblai (8014) à l’extérieur de la galerie J, correspondait aux niveaux 8006 à 8009 observés à l’intérieur de la structure (fig. 39). Il était surmonté par l’épandage 8004‑8005 et par l’éboulis de tuiles 4001 observés lors d’un sondage préliminaire.

1.8.4 Chronologie et interprétation des témoins de la phase V

103La mise en séquence de la phase V prend en compte des événements successifs qui n’interviennent pas obligatoirement au même moment dans toutes les parties du site. Avant de tenter une synthèse des observations collectées, il convient donc d’analyser successivement la mutation de chacun des ensembles fouillés.

Le fanum H2

104Les séquences 31 et 32 n’ont livré qu’un mobilier restreint (fig. 54). Les monnaies officielles les plus tardives qui aient été recueillies dans ces niveaux furent émises en 269 et en 273 (nos 134 et 171). La multiplication anarchique des foyers au cours de la séquence 31 est un élément nouveau. C’est du comblement de la fosse 16062 que provient la quasi‑totalité du mobilier attribuable à la séquence 33. Quatre imitations radiées (nos 194, 210, 216, 229) et un petit lot de céramique (cf. § 2.3.2) amènent à replacer cet ensemble dans le dernier quart du iiie s. ou les premières années du ive s. Les structures associées à cette fosse obstruent totalement l’angle sud‑est de la galerie. La banquette 16065 présente bien quelques analogies avec les « autels bas » observés dans certains sanctuaires (Argenton‑sur‑Creuse : Ferdière, Kisch 1984 : 319), mais elle s’intègre si clairement à cette cabane de fortune qu’une fonction cultuelle nous paraît douteuse. Les éléments d’huisserie découverts dans le cendrier 16093 constituent un autre indice de la dégradation des aménagements du sanctuaire dès cette époque, alors que les fragments d’enduit peint jetés dans les remblais illustrent des atteintes au décor des bâtiments. Un lot de numéraire assez hétérogène, où dominent les espèces en circulation vers le milieu du ive s. (famille constantinienne et imitations des espèces de Magnence) provient de l’éboulis de toiture de la séquence 34. Ce niveau est recouvert par les remblais 16015 et 16005 (séquence 35), également attribuables au milieu du ive s. puisqu’ils ont respectivement livré une imitation de Constant (prototype : 337‑341) et un aes II de Magnence (351‑353) (nos 277 et 296). La cella n’échappe probablement pas à la « squattérisation » de l’espace qui atteint la galerie, mais les labours ont largement entamé la surface de son podium. Quelques négatifs subsistent toutefois, comme le trou de poteau 16002 ou la fosse 16048 (fig. 55), qui contenait un lot monétaire très hétérogène clos par deux bronzes de Gratien de la période 375‑378, terminus post quem de l’occupation de ce bâtiment (nos 372‑373). Cette fosse est recoupée par le creusement 16029 destiné à récupérer l’un des monuments accolés au mur ouest du sanctuaire. Le remplissage du trou de poteau 16002 contenait une monnaie de Julia Mamaea frappée en 226 (fig. 65, no 127), qui n’a peut‑être pas grande valeur chronologique, d’autant qu’elle était convertie en pendentif. Ce trou de poteau laisse présager l’existence d’aménagements tardifs dans la cella. Face à l’entrée, l’arrachage du petit monument 16115 a été comblé par un remblai (fig. 54‑55, 16091) contenant de la céramique commune du ive s. Les amas de matériaux observés aux abords des temples restent mal datés. On peut seulement assurer qu’ils sont postérieurs à la chute des toitures du fanum H2.

Le temple G

105Seul l’empierrement 6010 (fig. 57) témoigne d’un effort ponctuel de mise en valeur aux époques constantinienne et Valentinienne. L’éboulis de toiture de la séquence 34 n’a livré qu’une imitation radiée. Il est évidemment antérieur à l’écroulement du mur ouest du bâtiment, qui intervient peu après le milieu du ive s. La couche 6053 a en effet fourni une abondante série monétaire close par des imitations du type FEL TEMP REPARATIO (nos 311‑313) et une imitation des espèces de Magnence ou Décence (fig. 67, no 300). Les épingles à tête anthropomorphe (fig. 91, nos 719, 721) constituent également un bon fossile directeur pour le milieu du ive s. L’aménagement 6010, dont la fonction reste inconnue, est postérieur à la séquence 34, mais sa datation reste peu claire. Le terminus post quem du remblai 6016 est fourni par un aes II de Gratien frappé entre 375 et 378 (no 371). Le niveau supérieur, 6005 a livré des témoignages légèrement postérieurs : une imitation du type VOT/XV/MVLT/XX de Gratien (prototype : 378‑383) et un aes II de Magnus Maximus émis entre 383 et 386 (fig. 68, nos 382 et 383). Ce sont les témoignages monétaires les plus tardifs découverts à Bennecourt. La fosse destinée à prélever le monument central du bâtiment recoupe le niveau 6005 et lui est de peu postérieure. Des opérations de récupération des murs interviendront après l’abandon du sanctuaire, comme en témoignent plusieurs tranchées. La ruine progressive du bâtiment, dont nous venons de fixer les étapes, n’empêche pas le maintien d’activités cultuelles au moins ponctuelles. Après 383‑386, un petit trésor est déposé entre deux pierres du mur ruiné, dont deux arases seulement subsistent en élévation. De plus, la présence de nombreuses offrandes contemporaines dans les remblais internes du bâtiment n’a pas d’équivalent dans les autres niveaux de destruction du site et il est possible que ces objets aient été jetés depuis l’extérieur du temple envahi par les ruines.

Le bâtiment N

106Les remblais de la séquence 35 (fig. 59) fouillés dans ce petit bâtiment n’ont livré aucun mobilier datable. Un antoninianus de Gallien frappé en 263 a toutefois été découvert au niveau de la semelle de labour (no 128).

Le péribole

107Il est impossible de préciser si la dégradation des structures composant le péribole est contemporaine de celle des bâtiments de l’aire centrale du sanctuaire. Seul le portique J a fourni quelques informations. Les niveaux antérieurs à l’éboulis de tuiles 4001 ont livré un petit lot de céramiques des iieiiie s. (8006 à 8009) et une imitation radiée (8004, no 186). La chute des toitures est donc postérieure aux années 270. D’autre part, un bronze de Valens (no 353) et une molette d’Argonne du groupe IV de Hübener, recueillis en surface, indiquent une présence humaine sporadique jusque dans la seconde moitié du IVes. (fig. 2 ; fig. 40).

Essai de synthèse

108L’analyse de détail à laquelle nous nous sommes livrés permet de proposer pour la phase V les articulations suivantes :
– les premières traces de désorganisation du sanctuaire apparaissent avant la fin du iiie s. ;
– les toitures des bâtiments disparaissent autour du milieu du ive s. ;
– à l’époque Valentinienne, les structures sont extrêmement ruinées et la récupération des matériaux s’organise ; les dépôts d’offrandes se poursuivent malgré tout dans l’aire cultuelle ;
– les espèces les plus tardives recueillies dans le site ont été émises en 375‑378 (bâtiment H2) et en 383‑387 (bâtiment G) ; l’absence de tout numéraire théodosien et des types céramiques caractéristiques de la charnière des ive et ve s. invite à placer l’abandon définitif du site à l’extrême fin du ive s. ;
– les ultimes témoignages concernant le fonctionnement du sanctuaire de Bennecourt traduisent une lente décadence des structures, des circulations et de l’organisation du culte ; les causes de cette déshérence seront analysées dans le § 3.3.4 de cette étude, alors que la signification du mobilier lié à ces occupations tardives sera évoquée dans le § 3.2.4.

1.9 Les témoignages postérieurs à l’abandon du site

109La récupération sporadique des matériaux de construction se poursuivra longtemps après l’abandon définitif du sanctuaire. Une tranchée, qui recoupe le mur est du bâtiment G, a livré du mobilier médiéval et des moellons seront collectés sur le site par des habitants de Limetz‑Villez jusque dans l’Entre‑deux‑guerres. À l’époque moderne, l’emprise du sanctuaire est occupée par un micro‑parcellaire voué à la vigne, puis à l’arboriculture. Les témoignages rencontrés dans les niveaux superficiels du site (chablis, bases de pierriers, traces de brûlis, radiers de chemins) illustrent ces activités culturales intensives. Le remembrement des années soixante amènera la disparition de ce paysage très « construit » et précipitera l’érosion des structures archéologiques.

Table des illustrations

Légende FIG. 3 – Plan général du sanctuaire laténien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 4 – Coupe AA’ de la face sud du fossé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 5 – Coupe CC de la face sud du fossé.
Crédits Équipe de fouille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 6 – Coupe DD’ de la face est du fossé.
Crédits P. Pallier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 7 – Coupe EE’ de la face est du fossé.
Crédits Équipe de fouille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 8 – Coupe FF’ de la face nord du fossé.
Crédits C. Flécheux (équipe de fouille), L. Bourgeois
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 9 – Coupe GG’ de la face ouest du fossé.
Crédits Équipe de fouille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 10 – Profils comparés des structures A1 et A2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 11 – Diagramme stratigraphique simplifié des séquences 1 à 10.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 12 – Cartes de densité des vestiges osseux dans le fossé laténien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende FIG. 13 – (1re colonne) Réparation des vestiges osseux dans le fossé laténien. FIG. 14 – (2e colonne) Densité du mobilier céramique dans le fossé laténien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende FIG. 15 – Densité du petit mobilier dans le fossé laténien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende FIG. 16 – Remontages de mobilier dans le fossé laténien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 17 – Provenance des amas de mobilier de la séquence 7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 18 – Quelques parallèles de l’enclos A. Gournay‑sur‑Aronde (d’après Brunaux), Morvillers‑Saint‑Saturnin (d’après Delplace), Saint‑Maur (d’après Brunaux et Lambot), La Villeneuve‑au‑Châtelot (d’après Piette), Saint‑Malo (d’après Bizien‑Jaglin et Lejars), Fère‑Champenoise (d’après Brisson, Hatt et Roualet), Normée (d’après Brisson et Hatt), Fontaine‑la‑Gaillarde (d’après Sarrazin).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 19 – Composition typologique des lots de fibules découverts dans quelques sites de La Tène moyenne et finale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 20 – Plan et profils de la structure B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende TABL. I – Caractéristiques des poteaux de la structure B2 (dimensions en centimètres).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 21 – Hypothèse de restitution du bâtiment B.
Crédits Dessin M. Henry, d’apr. L. Bourgeois
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. II – Ventilation des types de fibules entre les différentes séquences de la phase I. En gras : les fibules en bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 22 – Parallèles du bâtiment B. Gournay‑sur‑Aronde (d’après Brunaux), La Villeneuve‑au‑Châtelot (d’après Piette), Saint‑Germain‑le‑Rocheux (d’après Martin), Bâle (d’après Berger), South Cadbury (d’après Alcook), Markvartice (d’après Brunaux), Holzhausen (d’après Schwarz), Le Ménil‑Annelles (d’après Flouest et Stead).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende TABL, III – Le numéraire de l’enclos gaulois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 23 – Diagramme stratigraphique de la phase le.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 24 – Plan général des vestiges de la phase le.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 25 – Plan de la structure D. CB : crâne de brebis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 26 – Synthèse de la coupe GG’.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 27 – Section JJ’ des structures découvertessous le bâtiment G. En grisé : témoins de combustion.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 28  – Diagramme stratigraphique des phases II et IIIa.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende FIG. 29 – Plan général des vestiges de la phase II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende FIG. 30 – Le foyer central du bâtiment E en cours de fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 31 – Parallèles des bâtiments augustéens de Bennecourt. Vendeuil‑Caply (d’après Piton et Dilly), Naix‑aux‑Forges (d’après Massy), Estrées‑Saint‑Denis (d’après Woimant), Gournay‑sur‑Aronde (d’après Brunaux), Mirebeau‑sur‑Bèze (d’après Bruneaux).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 32 – Plan général du site à la phase IIIb,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 33 – Section K’K des fondations des bâtiments E et G.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 34 – Diagramme stratigraphique de la phase IIIb‑c.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 35 – L’aire cultuelle centrale à la phase IIIb.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 36 – Section BB’ des fosses 17043 et 17038.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 37 – Plan du portique J.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 38 – Portique J : plan de détail de la zone 8.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 39 – Coupe LL’ du portique J.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 40 – Coupe NN’ et MM’ des périboles des phases III et IV.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 41 – Diagramme stratigraphique de la phase IV : aire centrale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende FIG. 42 – Diagramme stratigraphique de la phase IV : péribole.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 44 – Plan de l’aire centrale à la phase IVa.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 43 – Plan général du site à la phase IVc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 45 – Plan du fanum H2 à la phase IVa.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 46 – Coupe OO’ des niveaux des phases II‑IV du fanum H2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 47 – Plan de la structure K. Trame : mortier ou craie damée
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende FIG. 48 – Les alentours de l’entrée du sanctuaire à la phase IV.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 49 – Plan du bâtiment L.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 50 – Plan de l’aire centrale à la phase IVc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 51 – Quelques cellae antérieures aux galeries périphériques qui les entourent ou préfigurant un fanum. Coblence et Elst (d’après Horne et King), Matagne‑la‑Petite (d’après de Boe), Pesch (d’après Lehner), Trèves/Altbachtaf (d’après Gose), Pouillé/Thésée (d’après Bourgeois).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 52 – Quelques fana à galerie de plan irrégulier. Windisch (d’après Wiedemer), Nettersheim (d’après Lehner), Pouillé/Thésée (d’après Bourgeois), Val‑Suzon (d’après Guyot), Forêt d’Halatte (d’après Grenier).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 53 – Hypothèses de restitution du fanum H2 de Bennecourt.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 54 – Diagramme stratigraphique de la phase V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 55 – Structures de combustion et fosses de la phase V dans le fanum H2,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 56 – Détail de constructions parasites établies à l’angle sud‑est de la galerie du fanum H2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 57 – Le blocage 6010 contre la paroi est du bâtiment G.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 58 – Pan de mur écroulé au nord du bâtiment N.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 59 – Coupe PP’ des remblais internes du bâtiment N.
Crédits K. Stiti (équipe de fouille), L. Bourgeois
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45773/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search