Version classiqueVersion mobile

Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun

 | 
Pascale Chardron-Picault
, 
Michel Pernot

Chapitre 2. Les îlots : évolution structurale et types d’occupation

Philippe Haut, Franck Ducreux, Laurent Vaxelaire, Pascale Chardron‑Picault, Sabine Groetembril et Claudine Allag

Texte intégral

2.1 Introduction

1Ce chapitre comporte en première partie un descriptif précis de tous les vestiges « immobiliers » mis au jour, à chaque état et, si nécessaire, à chaque phase (pour les définitions des périodes chronologiques, cf. supra § 1.2.1.1). Rappelons qu’une pièce est, en principe, un espace clos et couvert, les cours et autres espaces ouverts sont normalement exclus de cette désignation. La question de l’usage de ces locaux est naturellement abordée. La partie suivante est consacrée aux espaces de circulation qui s’intercalent entre les bâtiments et les voies, que nous désignons par le terme neutre de « trottoirs ». À la suite de ces descriptions, la place de l’habitat, en d’autres termes l’examen des espaces réservés à un usage domestique, est discutée. En revanche, les études et analyses qui concernent l’artisanat sont développées dans le chapitre 3.

2Afin que le lecteur puisse se retrouver dans le site, nous présentons cinq plans généraux qui sont les « références » pour toutes les informations concernant la localisation des éléments architecturaux. Les deux premiers (fig. 33 et 34) indiquent les zones où les sols sont conservés ainsi que la position des murs qui jouent un rôle de soutien de terrasse, et donc qui correspondent à des dénivellations relativement importantes ; en effet, la compréhension des installations architecturales (voire artisanales) doit, en permanence, être replacée dans le contexte de la topographie du lieu. Les trois suivants (fig. 3537) présentent les vestiges architecturaux des trois grands états chronologiques définis précédemment ; la désignation des voies, des îlots, des bâtiments et des pièces est systématiquement reportée.

FIG. 33 – Plan général des niveaux de sols conservés.

dess. L. Vaxelaire/Afan

FIG. 34 – Plan des murs de terrasse à l’état 1.

dess. L. Vaxelaire/Afan

FIG. 35 – Plan général de l’état 1.

dess. L. Vaxelaire/Afan

FIG. 36 – Plan général de l’état 2.

dess. L. Vaxelaire/Afan

FIG. 37 – Plan général de l’état 3.

dess. L. Vaxelaire/Afan

2.2 Les bâtiments

3Les structures mises au jour à l’intérieur des îlots sont décrites dans les pages qui suivent ; elles concernent principalement les éléments architecturaux des immeubles, ainsi que les vestiges des installations de travail (fosses, fours...) des artisans métallurgistes et des potiers.

4Les éléments utiles à la compréhension de chaque plan de détail sont, en général, reportés sur chacun d’eux ; cependant, une légende commune à tous est placée en figure 38 pour mémoire.

FIG. 38 – Légende commune aux plans des vestiges.

dess. J. Gelot, L. Vaxelaire/Afan

5Les résultats sont présentés successivement pour les différents îlots, et l’ordre de l’enchaînement des descriptions reste toujours guidé par la chronologie des grands états de l’occupation du site. Certaines adaptations de ce plan existent cependant. En effet, lorsque des bâtiments s’individualisent bien, le cas principal est celui de l’îlot C, il est apparu comme plus agréable de décliner l’évolution chronologique à l’intérieur de chaque bâtiment. Ce choix permet de rester à l’échelle de ce qui semble, peut‑être plus que l’îlot, correspondre à l’unité élémentaire de la vie réelle du quartier.

2.2.1 Îlot A

2.2.1.1 Introduction

6L’îlot A représente le secteur ouest de la fouille. Il est incomplet, la partie la plus à l’ouest étant située hors de l’emprise (fig. 35‑37). De forme trapézoïdale, l’îlot a été dégagé sur une largeur de 40 m environ ; la longueur est de 30 m à l’est et de 45 m à l’ouest ; ceci correspond à une surface de l’ordre de 1 500 m2. Les façades nord et est sont bordées d’un portique donnant, au nord, sur un decumanus et, à l’est, sur le cardo 1 séparant les îlots A et C. La forme particulière de l’ensemble est due au mur de façade sud, qui, pour être parallèle au rempart, s’infléchit vers le sud et forme ainsi un angle ouvert de 115o avec le mur est. Le portique est s’arrête à la hauteur de cet angle S‑E de l’îlot.

7Un fait remarquable est la permanence de ce plan général, qui subit peu de transformations tout au long des trois états. L’îlot apparaît au début de l’état 1 avec un plan organisé et des constructions homogènes à élévations en matériaux périssables qui remplacent les quelques structures disséminées de la phase 0 (fig. 39). La majeure partie du bâtiment E et le secteur est du bâtiment S semblent, d’une façon ou d’une autre, consacrés au travail des alliages cuivreux. Au début de l’état 2, a lieu une campagne de reconstruction complète visant à remplacer les structures périssables de l’état 1 par des maçonneries. L’organisation interne des bâtiments est parfois modifiée, surtout dans le bâtiment E, alors que le plan général de l’îlot ne change pas. Du point de vue artisanal, le travail des alliages cuivreux est abandonné pour être remplacé par le travail du fer, la production de céramique ou d’autres activités n’ayant pas laissé de traces caractéristiques. Par la suite, les modifications architecturales de l’état 3 sont surtout des reconstructions de murs, des déplacements de cloisons ou des bouchages d’accès, tandis que l’artisanat disparaît totalement.

FIG. 39 – Plan schématique de l’îlot A à l’état 1.

dess. P. Haut, L. Vaxelaire/Afan

8L’îlot est construit sur deux terrasses principales aménagées dans la pente naturelle du terrain (fig. 34). La terrasse supérieure a été installée en entaillant le terrain naturel et en apportant un épais remblai argilo‑limoneux, en fait tiré du substrat. Pour la terrasse inférieure, on s’est contenté de creuser pour construire le mur de terrasse, puis de remblayer, la pente étant nettement moins accentuée à cet endroit.

9Il faut noter l’importance des problèmes posés par l’écoulement de l’eau pluviale sur ce type de terrain. Des infiltrations auraient eu pour effet de fragiliser la base des murs, avec des conséquences dramatiques dans le cas des murs de terrasse. Pour résoudre ce problème, on a aménagé plusieurs passages dans les murs de terrasse ou de façade afin de permettre l’évacuation de l’eau. Tous ceux retrouvés dans cet îlot ont été réalisés en tuiles (tegulae entières ou, le plus souvent, en fragments) intégrées dans la construction, et sont d’une largeur moyenne de 20 cm. Deux d’entre eux traversaient le mur de façade sud du bâtiment S (pièce 3‑10), l’un étant l’aboutissement d’un caniveau en imbrices et petits blocs de granite traversant toute une cour, lui‑même alimenté par un passage dans le mur de terrasse (fig. 40). En outre, plusieurs pièces possédaient des drains suivant la ligne de la pente, en tranchées comblées par du cailloutis et du gravier (pièce 3‑14), ou des caniveaux en tegulae posées à plat au fond d’une tranchée (pièce 3‑17) ; les passages se trouvent dans des murs reconstruits à l’état 2, il est ainsi impossible de dire s’ils existaient déjà à l’état 1, éventuellement sous une forme différente. En revanche, il est certain que les drains de la pièce 3‑14 et les caniveaux de la pièce 3‑17 ont été installés dès le début de l’état 1.

FIG. 40 – Passage d’évacuation d’eau dans le mur nord de la pièce 3‑8.

cl. P. Haut/Afan

2.2.1.2 État 1

Description générale et circulations externes

10Au cours de cet état, l’îlot est divisé en deux parties principales, nord et sud, séparées par une dénivellation de 0,80 m (fig. 39). La première partie de l’îlot est délimitée par le mur de façade nord, par un mur de terrasse parallèle placé 21 m plus au sud, un mur de terrasse ouest et les murs de façade est (il n’y a pas d’unité de construction, chaque pièce a un mur oriental différent de celui de sa voisine). Cela forme un ensemble de 21 x 35 m, soit 735 m2 répartis sur trois terrasses à pendage O‑E assez peu prononcé. L’existence de ces terrasses, l’organisation spatiale de l’îlot et la répartition des activités ont permis de diviser cette partie de l’îlot en deux bâtiments, E et N. À l’est, une première terrasse regroupe les pièces 3‑2, 3‑3, 3‑4, 3‑5, 3‑6 et 3‑13 en un ensemble rectangulaire de 9,50 x 21 m, soit 200 m2. Le bâtiment N, qui occupe la terrasse centrale de 20 x 21 m, soit 420 m2, regroupe une dizaine de pièces. La troisième terrasse est plus élevée, de 70 cm au maximum à l’extrémité ouest de l’îlot. Les couches archéologiques de ces deux dernières terrasses ayant été très érodées, seuls quelques rares niveaux ont subsisté. Toutefois, le plan des bâtiments, matérialisés par les murs conservés et les tranchées d’épierrement, a pu y être relevé et des coupes stratigraphiques dessinées, principalement dans la pièce 3‑17. La seconde partie de l’îlot, au sud, sur une terrasse plus basse de 80 cm, composée de 6 pièces, donne sa forme trapézoïdale à l’ensemble et forme le bâtiment S.

11Les façades nord et est sont bordées par un portique. Le portique nord est très arasé. Les pierres du mur de portique ont été récupérées, et il ne subsiste donc que sous la forme d’une tranchée remblayée. Le mur de façade, épierré lui aussi, correspond en partie au mur de terrasse nord du bâtiment E, la dénivellation entre le portique et le sol de la pièce 3‑6 étant d’environ 1,50 m. Le passage de circulation atteint une largeur de 2 m ; il est séparé du decumanus par un caniveau de 45 cm de large, qui se poursuit vers l’est en traversant le cardo. Dans ce passage a été creusée ultérieurement une fosse de grandes dimensions (1,50 x 2 m minimum), remplie de déchets osseux (cf. infra § 3.5) et de tessons. Une autre fosse, située 8 m plus à l’est, est remplie de charbons, de fragments de creusets et de déchets d’alliages cuivreux. La présence de fosses dans le trottoir permet de penser que la partie du portique passant devant les ateliers, voire la totalité du portique pendant une période, avait été quasiment annexée par les artisans et utilisée pour se débarrasser des déchets produits par leurs activités. Une profonde fosse rectangulaire marque l’angle N‑E de l’îlot ; il est raisonnable de penser qu’il s’agit de l’emplacement d’un escalier faisant la jonction entre les portiques et permettant de franchir la différence de niveau entre eux, les marches ayant été démontées.

12Le portique oriental est un peu plus étroit, 1,80 m de largeur en moyenne. Les niveaux de circulation sont le plus souvent argilo‑limoneux, avec des recharges de petit cailloutis ou des épandages de fragments de moules. Lors de l’établissement du premier sol du portique, afin d’avoir un niveau assez plan, on a apporté jusqu’à 40 cm d’épaisseur de moules concassés dans la partie sud où subsistait un talus le long du bâtiment S malgré les remblais de la phase 0 (cf. supra § 1.2.1.2). Ce portique comporte également des fosses empiétant sur l’espace de circulation, mais elles sont ici recouvertes par d’autres niveaux : preuve qu’à certains moments, les artisans se sont servi du trottoir pour leur usage personnel, jusqu’à ce qu’une nouvelle recharge de remblai ait rendu le portique à son usage primitif. Le mur de portique est épierré sur toute sa moitié nord. Les fondations de la partie sud, bien qu’endommagées par de grosses fosses, ont subsisté sur une quinzaine de mètres de longueur. Elles sont en cailloutis (module 10 cm), blocs de granite et terre, surmontées de quatre assises en moellons de granite assez mal taillés et liés au mortier de chaux. Un bloc de grès (50 cm de côté et 35 cm de hauteur) est pris dans la maçonnerie, affleurant le niveau d’arasement. Un mur bahut de quatre assises de hauteur pouvait constituer la base sur laquelle venaient s’appuyer les colonnes ou les poutres soutenant le portique. Ce bloc est le seul existant sur les 15 m de mur conservés. Un second a été retrouvé une quinzaine de mètres plus au nord, dans la tranchée d’épierrement, mais paraissant n’avoir pas été déplacé. Compte tenu de la distance qui les séparait, il semble improbable qu’ils aient pu constituer les seules bases de support utilisées et la plus grande partie du portique devait être à ossature de bois, les poteaux reposant directement sur la maçonnerie.

13De même que le portique nord, le portique oriental est bordé par un caniveau, qui, venant du nord, traverse le decumanus avant de longer l’îlot vers le sud. Les collecteurs se rejoignent à l’angle N‑E de l’îlot. À cet endroit se trouvent quatre blocs de grès de grandes dimensions (en moyenne : 1 x 0,75 m), dont deux sont disposés sur le decumanus, et deux sur le cardo (cf. supra § 1.1.1).

Le bâtiment E

14Le bâtiment E est un rectangle de 9,50 x 21 m (fig. 39), soit 200 m2, formé de 6 pièces de taille variable (de 15 à 50 m2), toutes à la même altitude. Les trois plus petites pièces (3‑5, 3‑13, 3‑2, de 10 à 15 m2 chacune) sont placées en enfilade du nord au sud, adossées à la terrasse ouest. Deux pièces plus grandes (3‑4 et 3‑3) leur correspondent du côté cardo 1 (il est possible qu’elles ne forment en réalité à cet état qu’une seule et même pièce très allongée). La pièce 3‑6, la plus importante en taille (50 m2), occupe toute la partie nord du bâtiment.

15Il a fallu pour construire ce dernier entailler partiellement le substrat, d’où la formation d’une première terrasse O‑E entre les deux corps de bâtiments, et d’une deuxième N‑S entre la voie et la pièce 3‑6. Mais, si du côté du bâtiment E on a aplani et mis le sol à l’horizontale pour installer les constructions, la partie du bâtiment N jouxtant le mur de terrasse a été laissée telle quelle et suit donc la légère pente naturelle.

16Cela entraîne, entre les pièces du bâtiment N et les pièces 3‑6, 3‑5, 3‑13 et 3‑2, une différence de niveau pouvant atteindre 80 cm au point le plus au nord (3‑6), et diminuant jusqu’à 10 cm à proximité du mur de terrasse sud (3‑2). Les murs ont des fondations en cailloutis (module entre 10 et 20 cm) et terre, assez peu profondes (60 cm au maximum), creusées en tranchée étroite. Pour la plupart, les élévations sont en matériaux périssables, terre et bois, ainsi que l’a montré la découverte de restes de torchis dans les couches de démolition ; ces murs de l’état 1 ont été détruits, ou leur élévation refaite à l’état 2, ils ne subsistent qu’en fondation. Une exception notable à ce style de construction est la pièce 3‑6, à l’angle N‑E de l’îlot. Ses murs ont été dotés de fondations profondes (1,20 m), en blocs de granite (de 10 à 55 cm), disposés en assises séparées par des lits de mortier de chaux. L’élévation, qui subsiste sur quatre assises, en galets taillés sur une face et liés au mortier, est de bonne qualité (fig. 41). Deux des murs fermant la pièce ont été épierrés, mais la partie basse de leur fondation a été conservée, permettant de constater l’homogénéité de la construction. Il semblerait que cette pièce, située à un point stratégique où la poussée des terres est la plus forte, ait été conçue comme un ancrage de l’îlot, pour résister aux pressions de la voie, côté nord et E, et de la terrasse centrale, côté ouest. On peut néanmoins penser que le ou les étages éventuels étaient en matériaux légers, la stabilité et la force de résistance procurées par les fondations massives et les premiers rangs d’élévation étant a priori suffisantes pour éviter les risques d’accident. Dès lors que le bâtiment avait atteint la hauteur du portique et de la voie, poursuivre une construction aussi solide et probablement coûteuse n’aurait plus été justifié.

FIG. 41 – Élévation du mur nord de la pièce 3‑6.

dess. P. Haut, J. Gelot/Afan

17Un seul accès au bâtiment E a été retrouvé. Beaucoup de murs ayant été épierrés ou rasés jusqu’aux fondations, il est impossible de situer des seuils avec certitude, excepté, une fois encore, pour la pièce 3‑6. L’accès se fait par le portique est, grâce à un seuil de 1,70 m de large. Les piédroits sont marqués par deux blocs de grès (fig. 42). Celui situé au nord (60 x 60 x 25 cm) porte sur sa face supérieure une rainure de 10 cm de large et de 4 cm de profondeur. D’une largeur‑supérieure à celle de la maçonnerie, probablement en remploi, le bloc est en partie soutenu par un remblai de cailloutis. Sans doute existait‑il un accès direct à l’étage depuis le portique nord ; mais la différence de niveau n’étant que de 1,50 m entre le sol de la pièce et le trottoir, le plafond aurait dû être placé plus haut que le niveau de circulation du portique, et un escalier aurait donc été nécessaire pour entrer dans le bâtiment.

FIG. 42 – Plan de la pièce 3‑6 à l’état 1, phase a.

dess. P. Haut, J. Gelot/Afan

18Pour l’état 1, une seule activité artisanale a été repérée dans ce bâtiment : le travail des alliages cuivreux. Elle semble avoir été concentrée dans la partie nord du bâtiment (pièces 3‑6, 3‑3, 3‑5 et 3‑13, ce qui représente les 2/3 de la surface), mais la disparition quasi totale des niveaux de cet état dans la pièce 3‑4 laisse penser que des installations aient pu y exister aussi. Le local 3‑2, en revanche, ne présentait aucun niveau rattachable à une activité artisanale. La surface totale utilisée pour le travail est d’environ 140 m2, répartis entre deux petites pièces (3‑5 et 3‑13, environ 33 m2 à elles deux) et deux pièces plus grandes (3‑6 et 3‑3, 107 m2).

19Dans la pièce 3‑6, trois phases d’occupation (a, b et c) avec des variantes d’implantation et de types de structures ont été déterminées. Pour la phase a, les installations sont situées dans la moitié sud de la pièce, sur toute sa longueur. Elles se composent principalement d’une série de fosses peu profondes (fig. 42). Deux d’entre elles sont rectangulaires (A : 80 x 22 cm et B : 85 x 60 cm, prof. 12 cm), avec un fond tapissé de sels de cuivre. Ces dépôts semblent dus à un processus de décantation, bien qu’il n’ait pas été possible de déterminer quel était le liquide contenu dans les fosses ni son rôle exact (polissage ? traitement chimique ?). Elles sont approximativement au centre de la pièce. À l’angle S‑E, se trouve une grande dépression trapézoïdale (C : 2 x 1,50 m en moyenne, prof. 25 cm), à laquelle est peut‑être associée une petite fosse rectangulaire (D : 60 x 50 cm, prof. 16 cm). Cette dernière, aux parois verticales, possède un aménagement en cailloutis de calcaire qui a visiblement subi une forte température sur l’un de ses bords. S’agit‑il d’un four démonté ou plus simplement d’une fosse comblée avec des déchets provenant d’une autre installation ? L’usage de la dépression n’a pas été déterminé, aucune rubéfaction ni aucun dépôt sur le fond n’ayant été mis au jour. On peut proposer l’hypothèse d’un vide sanitaire sous un emplacement de stockage de matériaux sensibles à l’humidité.

20Dans la partie ouest de la pièce, qui est 15 cm plus haut que la partie est surcreusée, se trouve une fosse rectangulaire (E : 80 x 60 cm, prof. 8 cm) avec deux bords en argile et le fond recouvert de cendres et de petits déchets de fer oxydés. Cinquante centimètres plus à l’ouest, une fosse longue et étroite (F : 1,50 x 0,40 m, prof. 10 cm) est remplie de cendres et de charbons, avec des parois recouvertes d’argile rubéfiée et renforcées par endroits par du cailloutis de petit module (10 cm). Une autre fosse un peu plus large (G : 1,40 x 0,60 m, prof. 25 cm) est placée juste à côté, à l’est De la même façon, son remplissage comprend principalement du charbon pulvérulent et des cendres. Ces trois fosses sont très proches les unes des autres puisque comprises dans un espace de 2,20 x 1,50 m. À proximité se trouve une structure de foyer très arasée que l’on pourrait interpréter comme un fond de four circulaire (H : diam. 35 cm, prof. 10 cm). En effet, les parois sont rubéfiées et le fond tapissé de fragments d’amphores ayant été exposés au feu.

21À l’extrémité de la pièce, près du mur de terrasse ouest, a été mise au jour une fosse (I) presque circulaire, au fond recouvert d’une couche d’argile assez mince (4 cm). Une faible épaisseur de bois recouvre la paroi de la partie la mieux conservée de la fosse. Deux trous de poteaux (J et K) sont positionnés près du mur sud. Des empreintes (L) laissées par des planches et des piquets semblent séparer les structures de la partie de la pièce située devant l’entrée.

22À la fin de la première phase, la pièce est remblayée par une couche d’argile et de limon, de façon à faire disparaître toute trace des installations antérieures, et de nouveaux aménagements apparaissent.

23À la phase b, on installe au centre de la pièce une pierre quadrangulaire en grès fin (70 x 60 x 25 cm), enterrée de 15 cm (fig. 43). Deux des arêtes de ce bloc sont rubéfiées, et la partie supérieure est marquée par une encoche rectangulaire. Contre la face ouest vient s’appuyer un foyer formé par une tegula à plat. La surface du sol autour de la pierre est rubéfiée et charbonneuse. Au nord et au sud du bloc se trouvent deux fosses rectangulaires presque identiques (1,05 x 0,60 m, prof. 12 cm), très légèrement rubéfiées. À l’est, la forte rubéfaction d’une surface rectangulaire (50 x 40 cm) est la seule marque laissée sur le sol par un foyer détruit. Plus à l’ouest, placés contre la petite banquette due au surcreusement, se trouvent deux petits foyers de forme ovale, creusés dans le substrat (A : 50 x 30 cm et B : 65 x 30 cm). Le foyer B, dans lequel a été trouvé un fragment de creuset (en place ?), jouxte une surface plane rubéfiée. Une grande fosse au fond recouvert de sels de cuivre a été aménagée dans l’angle S‑E de la pièce. De dimensions importantes (C : 2,40 x 0,80 m), elle comporte au centre, près du bord nord, deux emplacements circulaires (diam. 25 et 30 cm) fortement rubéfiés. Une autre fosse à sels de cuivre (D), plus petite (mais coupée par une perturbation postérieure), est située près du piédroit sud du seuil et devait déborder un peu sur le passage. Entre ces deux fosses, des trous de piquets forment deux lignes perpendiculaires qui délimitent un espace d’environ 80 x 95 cm. On peut supposer l’existence d’une installation en bois servant de soutien à un « établi ». Une dernière fosse à sels de cuivre, de forme grossièrement circulaire (E : diam. 50 cm, prof. 11 cm), est située 50 cm à l’ouest de la grande fosse.

FIG. 43 – Plan de la pièce 3‑6 à l’état 1, phase b.

dess. P. Haut, J. Gelot/Afan

24À la phase c, toutes les fosses à sels de cuivre disparaissent sous un nouveau remblai limoneux (fig. 44). En revanche, le bloc central et le foyer en tuile sont toujours utilisés, de même que les fosses placées de part et d’autre du bloc. Deux creusements en demi‑cercle, très rubéfiés et recoupés par la tranchée d’épierrement du mur, apparaissent le long du mur sud (A : diam. 80 cm, prof. 15 cm et B : diam. 40 cm, prof. 25 cm). Il est probable qu’il s’agisse de vestiges de fours de fusion. Les deux fosses rectangulaires légèrement rubéfiées (50 x 35 cm et 70 x 50 cm) placées près d’eux auraient pu servir de réceptacle aux moules, ou de réserve de charbon. Le niveau de sol est noirci, avec quelques gouttelettes d’alliage cuivreux.

25On n’a pas retrouvé, pour les deux phases les plus anciennes, de trace absolument certaine de fours de fusion, mais il reste la possibilité que des fours se soient trouvés dans des zones perturbées, soit en 3‑6, soit dans d’autres pièces du bâtiment, particulièrement en 3‑4 où les niveaux de l’état 1 ont quasiment tous disparu.

FIG. 44 – Plan de la pièce 3‑6 à l’état 1, phase c.

dess. P. Haut, J. Gelot/Afan

26La pièce 3‑3 (6,80 x 5 m, soit une surface de 34 m2) est située au centre du bâtiment E, en façade sur le cardo, entre 3‑6 au nord et 3‑4 au sud. Les niveaux y sont de faible épaisseur, suite à un probable nettoyage au début de l’état 3, lors de l’abandon des activités artisanales, qui aurait fait disparaître la plupart des couches archéologiques ; en conséquence, les vestiges sont surtout constitués par des structures en creux (fig. 45).

FIG. 45 – Plan de la pièce 3‑3 à l’état 1.

dess. Y. Amrane, J. Gelot/Afan

27On y a trouvé cinq fosses de taille inégale au fond tapissé de sels de cuivre. La première (A : 60 x 55 cm, prof. 15 cm) est placée au centre de la pièce ; la deuxième (B : 35 x 40 cm, prof 10 cm) est très près du mur de façade est et a été coupée par la tranchée d’épierrement. Entre elles se trouvent deux fosses de petites dimensions ; la plus grande ne mesure que 15 x 10 cm, avec une profondeur de 10 cm. Bien qu’ayant été recoupée par une fosse postérieure, elle ne semble pas avoir eu de plus grandes dimensions à l’origine. Des trous de poteaux et de piquets parsèment la surface de la pièce ; il est néanmoins difficile de dire s’ils ont tous joué un rôle en rapport avec les fosses à sels de cuivre. Dans la partie nord, près du mur de façade est, se trouve une autre fosse du même type (C : 40 x 30 cm, prof. 10 cm). Un mètre plus à l’ouest, il y a aussi l’empreinte d’une amphore (D, avec un fragment d’amphore au fond) recoupée par un foyer de l’état 2.

28Le long du mur ouest se trouve un foyer (E) creusé dans les remblais d’aménagement. De forme ovale (65 x 50 cm, prof. 40 cm), il comporte un fond et des parois en fragments de tuiles et briques liés à l’argile. Le remplissage consiste en limon, morceaux de creusets, charbon et restes de la destruction du foyer. Celui‑ci a pu être utilisé pour des opérations de recuit, les fosses servant, comme dans la pièce 3‑6, pour le polissage ou des traitements chimiques.

29La pièce 3‑5 (4,10 x 3,50 m, soit une surface légèrement supérieure à 14 m2) se situe entre la pièce 3‑3 et le mur de terrasse ouest (fig. 46). Les angles S‑E et S‑O sont occupés par des amphores semi‑enterrées, l’une (A) avec un fragment de l’amphore dans le fond, et l’autre (B) où ne subsiste que l’empreinte. Une troisième amphore (C) se trouve près du mur est recoupée par la tranchée d’épierrement. Approximativement au centre de la pièce, à équidistance des amphores, il y a une fosse (D : diam. 60 cm, prof. 40 cm) remplie par du limon maintenant deux blocs de calcaire. Les pierres sont rubéfiées, et les alentours parsemés de charbons et de cendres. On ne voit pas bien quel usage pratique cette structure aurait pu avoir dans un état semblable. S’agit‑il d’un fond de four détruit ? d’un calage de poteau ? Dans l’angle N‑O se trouve un foyer en argile (E : 60 x 50 cm), avec des traces d’oxydes de fer juste à côté. Une grosse fosse postérieure a perturbé l’ouest de la pièce.

FIG. 46 – Plan de la pièce 3‑5 à l’état 1.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

30La pièce 3‑13 (5 x 3,60 m, soit 18 m2) se trouve au sud de la pièce 3‑5 (fig. 47). Sa partie nord est divisée par une cloison N‑S en matériaux dits périssables, d’une largeur de 30 cm, en tranchée de 15 cm de profondeur subsistante, au bord renforcé de fragments de tuiles et de cailloutis de granité. À l’ouest, contre cette cloison, se trouvent des empreintes de tuiles ou briques posées sur chant (A), qui forment un rectangle de 35 x 25 cm. Cette structure est au fond d’une fosse irrégulière (diam. approximatif 60 cm, prof. 20 cm) et légèrement rubéfiée. Compte tenu de la position de ces traces, la cloison a sans doute servi de pare‑feu, les empreintes de tuiles signalant l’emplacement d’une structure de combustion. Dans la partie sud de la pièce ont été retrouvées une grande fosse (1,80 x 0,60 m) sans vestige particulier, une amphore semi‑enterrée près du mur est (B, recoupée par la tranchée d’épierrement du mur) et une petite fosse C, tapissée de sels de cuivre et remplie de cendres et de charbons. Une autre fosse du même type (D), avec le même remplissage, se trouve près du mur est ; elle a été coupée par un mur de l’état 2.

FIG. 47 – Plan de la pièce 3‑13 à l’état 1.

dess. P. Haut, J. Gelot/Afan

31Il est vraisemblable que ces pièces possédaient des communications entre elles, mais l’épierrement des murs n’a pas permis de les localiser.

32La pièce 3‑2 est située au sud de la pièce 3‑13. Elle est de petites dimensions (4 x 3,20 m) et ne possède aucun niveau d’artisanat. Les couches ne sont cependant pas suffisamment caractéristiques pour que l’on ait pu les attribuer à de l’habitat, sinon par défaut. Curieusement, une grosse fosse (diam. 1,50 m, prof. 1,20 m) a été creusée au centre de la pièce, alors que celle‑ci devait toujours être utilisée. S’agit‑il d’une réserve ou d’une fosse pour récupérer le remblai de terrasse argilo‑limoneux ?

Le bâtiment N

33Le bâtiment N comprend une dizaine de pièces qui forment la partie centrale de l’îlot (fig. 39). Elles sont installées sur le substrat pour la partie supérieure, et sur un remblai argilo‑limoneux pour la partie inférieure. Ce remblai est en fait constitué par du sol géologique rapporté et peut atteindre une épaisseur importante (70 cm) à proximité du mur de terrasse sud. Le bâtiment représente une surface de quelque 420 m2. Excepté dans les pièces 3‑17, 3‑20 et 3‑21, la plupart des niveaux ont été lessivés par l’érosion. De nombreux murs ont été épierrés.

34On peut y distinguer trois sous‑ensembles. Les pièces 3‑17, 3‑23 et 3‑24 forment un rectangle de 16 x 5,50 m (88 m2) rattaché au mur de façade nord. Les pièces 3‑20, 3‑21 et 3‑28 composent un rectangle du même type, de 8,50 x 4 m (34 m2), placé au S‑E du premier. Le reste de cet ensemble est occupé par des espaces de grandes dimensions (3‑19 atteint 9,50 x 9,50 m) qui paraissent plutôt avoir été des cours entièrement à ciel ouvert ou en partie couvertes.

35Les murs subsistants ont des fondations en cailloutis de granité d’un module de 10 à 15 cm, d’une profondeur variant entre 20 et 60 cm. Ces fondations quoique peu profondes sont d’assez bonne qualité. Le mur de façade nord est bordé par le portique. Il prolonge le mur nord du bâtiment E, bien que situé 75 cm plus haut que ce dernier : la base des fondations du mur du bâtiment N est à la hauteur du sommet de la fondation du mur du bâtiment E. Il a été épierré sur sa plus grande partie. Le mur sud constitue le mur de terrasse séparant les bâtiments N et S. 11 a été reconstruit en partie au début de l’état 2, et il ne subsiste plus sous son aspect primitif qu’à l’extrémité est où il forme le mur sud du bâtiment E. Sur toute sa moitié ouest, il n’existe plus qu’en tranchée de récupération ou en fondation.

36Les accès au bâtiment sont au nombre de deux. L’un, un seuil de 2,20 m de large, matérialisé par une bande de mortier de chaux, permet l’entrée depuis le portique nord et dessert l’espace 3‑19. Un passage en pente douce relie celui‑ci à l’espace 3‑18, au sud du bâtiment. L’autre accès (2 m de large) dessert l’espace 3‑27 depuis la terrasse ouest. On a retrouvé dans ce couloir 3‑27 des remblais limoneux aménageant l’espace de circulation.

37Les espaces 3‑19 (90 m2), 3‑26 (52 m2), 3‑18 (45 m2), 3‑22 et 3‑27 ne comportent aucune trace de structure ; on n’y a découvert que des niveaux d’épandages (tessons de céramique très fragmentés et déchets de faune) ; compte tenu de leurs dimensions, on peut y voir des cours et des espaces de circulation, probablement en grande partie à ciel ouvert.

38Le sous‑ensemble composé par les pièces 3‑20, 3‑21 et 3‑28, installé dans un grand espace ouvert, ne présente aucune trace de travail artisanal. Situé au milieu des cours, est‑il un habitat ? La pièce 3‑21 possède un sol en béton sur radier de cailloutis ; la pièce 3‑20, juste à côté, comporte un sol en gravier. Cependant, au vu des faibles dimensions des pièces, il semble improbable que l’on ait pu y pratiquer une activité ou y vivre. Néanmoins, il existe dans l’îlot d’autres pièces aussi petites et où l’on a retrouvé des foyers (par ex. la pièce 3‑11 [état 3] qui atteint à peine 1,70 m de large). En outre, la présence dans la pièce 3‑21 d’un sol en mortier de chaux pourrait indiquer une volonté de l’isoler. La difficulté est qu’on peut vouloir isoler tant un atelier, qu’une pièce d’habitation, ou même un entrepôt de matières craignant l’humidité ; il n’y a donc pas de réelles indications qui permettent de trancher.

39Quasiment toutes les parties basses semblent occupées par les ateliers ou leurs dépendances, cela laisse peu de surface utilisable pour l’habitation proprement dite ; il faut donc envisager l’existence d’étages. Certaines pièces très étroites pourraient éventuellement être interprétées comme des cages d’escalier. L’espace 3‑20, étroit, au sol en gravier, enserré entre un mur et une cloison appuyée au sol naturel sur une hauteur d’au moins 30 cm, pourrait en être un exemple. Une autre possibilité serait l’existence d’un escalier dans l’espace 3‑22 ; il permettrait d’accéder à un étage dont nous ne sommes pas en mesure de préciser l’étendue.

40La pièce 3‑17 a conservé de nombreux niveaux archéologiques, grâce à sa situation légèrement enterrée. Compte tenu des impératifs de l’opération, elle n’a pu être fouillée qu’en partie, et n’est donc connue que par des coupes stratigraphiques et des sondages. Elle est parcourue par deux caniveaux (en tegulae posées à plat au fond d’une tranchée) qui suivent la pente vers le S‑O. Le premier niveau d’occupation, posé sur le sol géologique, semble correspondre à la phase 0 il est impossible de le situer avec précision faute de mobilier marquant. Il est surmonté d’un remblai composé entre autres de matériaux de démolition d’une structure en matériaux périssables (fragments de torchis avec empreintes de clayonnage). Peut‑être s’agissait‑il des restes d’une construction précoce située sur le même emplacement, détruite au début de l’état 1. Le niveau d’occupation de l’état 1, qui surmonte cette couche de démolition, fouillé en petite partie seulement, n’a livré aucun reste de mobilier métallique, ni fragments de moules ou de creusets. Son aspect feuilleté et très charbonneux est néanmoins très proche de celui des niveaux fouillés dans les ateliers. La situation semi‑enterrée de la pièce –par un creusement volontaire qui plaçait le sol plus bas de presque 50 cm que celui des pièces adjacentes– offre un indice de plus, mais il demeure impossible de préciser quelle activité a été pratiquée dans la pièce 3‑17, si effectivement un artisanat y fut exercé. La couche charbonneuse constituant l’occupation de l’état 1 est recouverte d’une épaisse couche de démolition riche en mortier qui marque la fin de cet état. Ces remblais ont ainsi compensé le creusement originel et amené une partie de la pièce 3‑17 à la même altitude que les pièces voisines.

41Les niveaux archéologiques des pièces 3‑23 et 3‑24, situées juste au nord de 3‑17 qui par l’aspect du terrain (pente naturelle) sont un peu plus élevées et non protégées par un surcreusement, ont entièrement disparu sous l’action de l’érosion.

42Le bâtiment N apparaît donc comme une série de pièces d’habitat et/ou de stockage, des espaces de circulation et des cours, communiquant avec le portique au nord et la partie de l’îlot située à l’extrémité ouest. On ne sait pas s’il existait des liaisons avec les bâtiments E et S, situés sur des terrasses inférieures. Toutefois, il n’y a pas de trace d’aménagement de type seuil ou escalier qui aurait pu permettre la communication entre les ensembles.

Le bâtiment S

43Le bâtiment S présente un aspect particulier, avec sa forme trapézoïdale. Le mur de terrasse séparant les bâtiments N et S est très solide puisque sa largeur atteint 90 cm ; la fondation est en proportion : profonde (1,10 m) et épaisse (1 m), en maçonnerie de cailloutis et blocs de granité, jetés dans une tranchée avec de la terre pour la partie inférieure, et disposés en assises irrégulières liées au mortier pour la partie supérieure. Malgré cela, il a été reconstruit, en moins large (70 cm), à l’état 2, et il ne subsiste plus que sur une longueur de 6 m. Cette terrasse sud est plus basse de 80 cm que la partie nord. Elle a entaillé la pente naturelle du terrain pour la partie supérieure, lors de l’installation du mur de terrasse, et surtout bénéficié de nombreux remblais dans sa partie inférieure. D’une largeur de 6 m à l’extrémité est, elle s’évase jusqu’à 17 m à l’extrémité ouest. Il n’y a pas ici de terrasse O‑E, les différences de niveau entre les pièces étant très peu marquées. Elle est partagée par deux murs N‑S qui délimitent deux grands espaces trapézoïdaux séparés par un espace quasiment rectangulaire de 80 m2. L’ensemble atteint une surface d’environ 300 m2.

44Le mur séparant les pièces 3‑8 et 3‑14, 3‑15 et 3‑31 est à base maçonnée. Les fondations sont en cailloutis de granite (module 10 cm) liés par de la terre, sur lesquels reposait la première assise d’élévation (moellons taillés sur une face, liés au mortier) qui seule subsiste. Le mur de façade sud semble avoir été particulièrement soigné, les cailloutis de la fondation sont liés par du mortier pour la partie supérieure et disposés régulièrement. Le mur de façade oriental, qui est la continuation du précédent, s’appuie sur le mur de terrasse. Les élévations étaient en matériaux périssables, comme le montre la présence de torchis dans les couches de démolition, excepté peut‑être pour le mur de façade (compte tenu de sa fondation, mais le mur ayant été reconstruit à l’état 2, il est délicat de présumer de son aspect exact à l’état 1).

45Par suite de reconstructions postérieures, les accès du bâtiment à cet état n’ont pas pu être situés pour la partie est. Des passages existent dans la partie ouest, donnant accès aux pièces 3‑31 (un seuil bouché par la suite) et 3‑16, depuis le côté sud. Le portique est s’arrête à la hauteur de l’angle S‑E du bâtiment. Le cardo 1 s’interrompt de la même façon. Il n’a pas été retrouvé de trace de portique le long de la façade sud. Entre ce mur et le rempart se trouvent néanmoins des niveaux de circulation : un trottoir en cailloutis et gravier vient s’appuyer sur la façade à la hauteur des pièces 3‑16 et 3‑31 ; il est prolongé sur plusieurs mètres (la limite exacte étant située hors emprise) vers le sud par une zone de gros galets. Une trace de caniveau a été relevée sur 2 m de longueur entre le trottoir et la zone de galets. Un épais niveau de mortier de chaux borde la façade près de l’angle S‑E, mais il peut s’agir d’un sol de travail utilisé lors de la reconstruction du mur, et non d’un aménagement de circulation.

46Une seule activité artisanale caractéristique a été mise en évidence, le travail métallurgique des alliages cuivreux, dans la partie est du bâtiment. La partie ouest n’a pas livré de vestiges artisanaux.

47La pièce 3‑1 forme la partie est du bâtiment lors de la phase a de l’état 1 ; des traces de la période d’installation (phase 0) sont matérialisées par des remblais d’aménagement et quelques trous de poteaux. À partir de la phase b, la pièce 3‑1 est divisée en deux parties d’inégale grandeur, les pièces 3‑8 et 3‑9. Il s’agit d’ateliers de travail des alliages cuivreux (fig. 48). Des activités réparties entre plusieurs pièces dans le bâtiment E pourraient ici avoir été exercées dans un seul espace aménagé. Les deux pièces ne sont en fait séparées que par un mur en matériaux périssables, sur une partie de leur largeur, mur qui a pu n’être qu’un simple pare‑feu. La séparation ayant disparu lors de l’érection d’un mur de l’état 2, il est difficile de présumer de son aspect et de son rôle exact. On sait, au vu de la couche de destruction, qu’elle est composée de terre au moins en partie, mais ses dimensions sont inconnues. Les couches d’occupation reposent sur des niveaux de sol en cailloutis ou en fragments de moules, destinés au nivellement des pièces. Ces épandages surmontent eux‑mêmes d’autres remblais apportés avant la construction de l’îlot.

FIG. 48 – Plan des pièces 3‑8 et 3‑9 à l’état 1.

dess. P. Haut, J. Gelot/Afan

48Dans la pièce 3‑8, ont été trouvés les empreintes de deux amphores (A et B) proches l’une de l’autre (30 cm), des trous de poteaux et une installation en tuiles posées sur chant, qui délimitent un espace rempli de sable (C : 1,60 x 1,40 m, mais il est incomplet), avec un trou de poteau à l’intérieur. Près de la cloison séparant les pièces 3‑8 et 3‑9, est installée une structure de combustion (D : 2 x 1,30 m), au pourtour en blocs de granite (entre 20 et 35 cm) liés à la terre, remplie de charbons, cendres et gouttelettes d’alliages cuivreux. Juste de l’autre côté de la cloison se trouve une fosse rectangulaire (E : 70 x 40 cm), sans trace de rubéfaction ni mobilier marquant. Une pierre de travail quadrangulaire (45 x 45 x 30 cm) en grès est située un mètre plus au nord. La pièce 3‑9 a été largement perturbée par des fosses de la fin de l’état 3. On y a retrouvé une installation comprenant une pierre de travail en grès fin (F : 40 x 40 x 30 cm) et des blocs de granite juxtaposés, le tout sur un épandage de tessons (amphores principalement) avec quelques scories de fer. Dans le nord de la pièce, très près l’un de l’autre, sont creusés deux trous (G et H) destinés à recevoir des amphores.

49La partie centrale du bâtiment comporte trois petites pièces. Elles sont délimitées par des murs en matériaux périssables sur base de cailloutis (10 cm en moyenne). La pièce 3‑14, au nord, est traversée par un drain (tranchée de 30 cm de large sur 7 m de long, remplie de cailloutis d’un module moyen de 5 cm) orienté selon la ligne de la pente naturelle, et qui se perd dans un espace probablement à ciel ouvert. Un autre caniveau, de direction N‑S cette fois, traverse la pièce sur 2,50 m. Dans une première phase, la pièce 3‑14 mesurait 4 x 3 m. L’occupation correspondante, posée sur le sol naturel, a probablement disparu lors du réaménagement de la seconde phase, où la pièce est agrandie (4 x 5,50 m). Le niveau associé est en fait le sol géologique, rubéfié sur la plus grande partie de la surface, avec des rechapages très rubéfiés et indurés. La pièce 3‑15 (5 x 3,20 m) ne comporte que quelques traces de rubéfaction sur le sol naturel. Dans la pièce 3‑31, en revanche, ont subsisté les traces d’une occupation ancienne, matérialisée par des lambeaux de couches charbonneuses et quelques tessons, probablement contemporaine de la période d’installation ou du début de l’état 1. Elles sont recouvertes d’un second niveau d’occupation, perturbé par trois fosses de la fin de l’état 1. Un foyer à plat en tegulae est appuyé au mur de façade sud. La pièce affecte une forme de L, et les drains venant de la pièce 3‑14 la traversent sur 1,50 m avant de disparaître brutalement.

50L’espace 3‑16 forme l’extrémité ouest du bâtiment S. Perturbé sur une grande surface par un puits moderne, il apparaît comme un espace ouvert, une cour probablement. La partie fouillée n’a livré aucune trace de travail artisanal ni de structure particulière. Seuls des niveaux d’épandage de mobilier (faune, tessons fragmentés) le parsèment. Une ouverture dans le mur de façade est occupée par une amphore semi‑enterrée.

2.2.1.3 État 2

51À l’état 2, l’aspect global de l’îlot reste le même, mais des aménagements transforment l’organisation interne des bâtiments (fig. 49). Des élévations en matériaux périssables sont remplacées par de la maçonnerie. En même temps, les activités artisanales changent et les fonctions des pièces évoluent. L’organisation de l’îlot est semblable à celle de l’état 1 : il est divisé en deux parties, dont l’une regroupe deux des trois bâtiments.

FIG. 49 – Plan schématique de l’îlot A à l’état 2.

dess. P. Haut, L. Vaxelaire/Afan

Le bâtiment E

52Le bâtiment E conserve ses dimensions de l’état 1. Les trois petites pièces placées contre la terrasse ouest (3‑2, 3‑13 et 3‑5, dimensions moyennes 4,60 x 3,30 m) sont remplacées par deux pièces plus grandes : 3‑12 et 3‑7 (7 x 3,30 m) ; pour cela, on construit un nouveau mur en maçonnerie qui coupe la pièce 3‑13 en deux. Les murs en matériaux périssables qui séparaient les anciennes pièces sont rasés jusqu’aux fondations. Une partie du mur de terrasse ouest est refaite au même moment, la nouvelle élévation se posant sur la fondation du mur précédent. La pièce 3‑4 est refermée par de nouveaux murs en maçonnerie, aux fondations en cailloutis (module de 10 cm) et élévation en moellons irréguliers. L’un d’eux est probablement la continuation de celui qui coupe 3‑13 (la liaison a été détruite par une fosse moderne). Compte tenu des incertitudes sur la séparation ayant pu exister entre les pièces 3‑4 et 3‑3 pour l’état 1, on peut admettre deux hypothèses : soit le nouveau mur reprend le tracé d’un précédent plus étroit, soit 3‑4 et 3‑3 ne sont en réalité qu’une seule et même pièce à l’état 1. C’est donc au début de l’état 2 qu’elles seraient créées par ce nouveau mur, qui leur donne des dimensions de 6,30 x 4,80 m chacune. L’accès à la pièce 3‑4 pourrait se faire par l’angle N‑E, où le mur présente un aménagement en mortier ressemblant à un seuil démonté.

53Les abords ne changent pas ; il ne semble pas y avoir eu reconstruction des portiques ; en revanche, au cours de l’état 2, certaines parties des trottoirs sont remises en état avec des recharges de limon. Les activités artisanales évoluent : la principale transformation consiste en un passage du travail des alliages cuivreux, général au bâtiment à l’état 1, au travail du fer et de la céramique. Les installations métallurgiques attestées sont regroupées dans la pièce 3‑3 ; les fours de potier sont installés dans le local 3‑4.

54Dans la pièce 3‑6, les traces de travail sont principalement situées dans la partie est (fig. 50). On y a trouvé une pierre de travail quadrangulaire en grès (A), du même type que celle utilisée par les bronziers de l’état précédent ; elle est décentrée dans l’angle N‑E de la pièce et entourée de fosses assez profondes. Des charbons et quelques scories de fer parsèment le fond des fosses et les alentours de la pierre. Il n’y a pas de traces d’occupation dans la partie ouest, probablement séparée par une cloison N‑S très légère, et qui a pu servir de lieu de stockage. Dans la moitié est, une autre cloison, orientée E‑O, en terre (10 cm d’épaisseur) située juste à côté du piédroit sud du seuil, délimite un espace rectangulaire (5 x 2,20 m) le long du mur sud de la pièce. Cet espace est rubéfié sur la plus grande partie. S’y trouve un four (B) creusé dans le substrat, aux parois renforcées de, fragments de tuiles et de cailloutis. Cet espace est lui‑même subdivisé en deux zones, le four étant isolé dans l’angle S‑E par une courte cloison en terre. De faible profondeur, cette dernière, qui laisse un passage de 80 cm de large entre elle et la cloison E‑O, est plus probablement un pare‑feu ou pare‑chaleur qu’une véritable cloison.

FIG. 50 – Plan de la pièce 3‑6 à l’état 2.

dess. P. Haut, J. Gelot/Afan

55Dans la pièce 3‑3, les structures sont regroupées dans la partie nord (fig. 51). On constate l’abandon du travail des alliages à base de cuivre et l’apparition de celui du fer, qui n’est véritablement attesté que dans cette pièce. La pièce 3‑6 comporte des installations, notamment le foyer, quelque peu analogues, mais faute de découverte de mobilier caractéristique, il n’est pas possible d’assurer qu’elles ont la même fonction. Pour la pièce 3‑3, les niveaux sont très peu épais, surtout dans la partie sud de la pièce. Cela semble dû à un nettoyage général effectué lorsqu’elle a été transformée en habitat à l’état 3. N’ont donc subsisté que les structures en creux et certaines couches protégées par un remblai d’assainissement, à l’extrémité nord de la pièce, qui fut alors refermée par une cloison. Les principales installations sont deux foyers creusés dans le sol géologique, près du mur nord ; ils sont placés côte à côte, à environ 40 cm de distance. Le sol à l’est des foyers est recouvert d’une couche composée de cendres, charbons, battitures et scories. S’il n’y avait pas beaucoup de traces dans le premier foyer (A), le second (B) présente en revanche des parois fortement rubéfiées. À proximité des foyers, vers le sud, se situait une dépression (C : prof. 8 cm) au fond recouvert d’un mélange très induré de limon, de déchets ferreux et de fragments de scories.

FIG. 51 – Plan de la pièce 3‑3 à l’état 2.

dess. Y. Amrane, J. Gelot/Afan

56Un atelier de potier est installé dans la pièce 3‑4 ; elle est fermée par quatre murs en maçonnerie, délimitant un espace d’environ 37 m2 (fig. 52). Le mur sud est un mur de terrasse séparant le bâtiment E du bâtiment S ; le mur est ferme la pièce le long du portique bordant le cardo ; le mur nord sépare la pièce 3‑4 de la pièce 3‑3, atelier de travail du fer, et le mur ouest, de la pièce 3‑2, qui semble être une pièce d’habitat ; nous ignorons s’il existait une communication avec ces deux pièces. De toute évidence, on accédait à la pièce 3‑4 par le portique bordant le cardo ; il est possible que cet accès se soit trouvé dans l’angle N‑E, où une partie du mur est surmontée d’un lit de mortier qui pourrait indiquer un seuil. Deux fours se sont succédé dans la partie ouest de la pièce.

FIG. 52 – Plan de la pièce 3‑4 aux états 2 et 3 : atelier de potier.

dess. Y. Amrane, J. Gelot/Afan

57Le premier four (no 6, US 6453) est orienté E‑O, le laboratoire étant situé contre le mur ouest. Il a été détruit par une fosse qui servit de dépotoir à l’autre four. Il ne subsiste que l’alandier, dont les parois d’argile rubéfiées sont conservées sur une longueur de 1,30 m. De même que la fosse, il a été utilisé comme dépotoir et comblé avec des éléments d’argile cuite et des déchets dus au fonctionnement du second four.

58Le second four (no 5, US 6428) est placé à proximité du premier, formant avec lui un angle droit. Il est orienté N‑S, la chambre de chauffe touchant le mur nord. Il s’agit d’un four à sole suspendue et tirage vertical, en forme de fer à cheval (fig. 53). L’alandier (1 x 0,50 m) conduit à une chambre de chauffe circulaire, d’1 m de diamètre, dont les parois sont rubéfiées sur 7 cm d’épaisseur en moyenne. La sole, disparue, reposait sur cinq pilettes composées de fragments de tuiles récupérées, disposées en étoile contre la paroi. Une pilette centrale a, semble‑t‑il, été ajoutée dans un deuxième temps, lors d’une réfection du four. L’ensemble de la structure fut postérieurement comblé par des éléments de destruction et des fragments de céramiques, principalement des ratés de cuisson.

FIG. 531 profil N‑S de la pièce 3‑4 à l’état 2 avec un four de potier ; 2 profil E‑0 du four de potier

dess. Y. Amrane, J. Gelot/Afan

59À proximité de ce four, une amphore enterrée a pu servir pour stocker de l’eau ; rappelons que le seul puits mis au jour sur le site est situé au sein du bâtiment O de l’îlot C. La partie ouest de la pièce, perturbée par une série de fosses irrégulières se recoupant, n’a livré aucune structure ni aucun mobilier en relation avec l’activité céramique. Il est toutefois possible que certaines d’entre elles aient eu une fonction artisanale (implantation de tours ou stockage de matériaux, par exemple), mais rien ne peut vraiment confirmer cette hypothèse. La partie sud, traversée par une tranchée moderne, n’a pas fait l’objet de fouilles.

60De toute évidence, des espaces extérieurs à cette pièce étaient nécessaires aux potiers pour stocker des matériaux, faire décanter l’argile, tourner ou sécher les poteries. L’analyse archéologique excluant une telle interprétation des autres locaux des bâtiments E et S, on peut penser qu’une partie de ces activités pouvait s’effectuer sous le portique ou dans l’espace ouvert entre la façade sud de l’îlot et l’enceinte, qui n’a été fouillé que partiellement.

61Dans les pièces 3‑7 et 3‑12, les couches sont trop perturbées pour pouvoir leur attribuer une fonction précise à cet état. Tout au plus, peut‑on noter l’absence totale de traces dues à une activité métallurgique, sans pouvoir dire si le travail des alliages cuivreux est remplacé par un autre artisanat (présence d’un poids de tisserand en 3‑7), ou si les pièces sont désormais transformées en habitat.

Le bâtiment N

62Dans le bâtiment N, si l’organisation générale n’a pas changé, on constate en revanche l’apparition de plusieurs murs (fig. 49). Les deux sous‑ensembles rectangulaires du centre sont toujours présents et certains espaces (3‑26, 3‑27) demeurent probablement ouverts. En revanche, une partie des cours est transformée par l’édification de deux petites pièces (3‑28 et 3‑30), aménagées sur la partie sud de l’espace 3‑19 ; elles font désormais la jonction entre le sous‑ensemble 3‑20, 3‑21 et 3‑29, et le bâtiment E. La liaison entre les parties nord et sud doit désormais se faire uniquement par l’espace 3‑22, couloir qui séparait les deux sous‑ensembles du bâtiment N à l’état 1. La liaison entre le portique et l’espace 3‑18 disparaît donc, ainsi que la possibilité qu’elle offrait de circuler librement dans cette partie de l’îlot, autour des pièces centrales. Les nouveaux murs ont des fondations en maçonnerie, cailloutis de granite (module de 10 cm) liés à la terre et au mortier de chaux, comme tous ceux qui apparaissent à cet état. Leur élévation a disparu.

63Aucun niveau d’occupation de l’état 2 n’a subsisté dans le bâtiment N, résultat de l’érosion naturelle, hormis dans la pièce 3‑17. Dans celle‑ci, posé sur la destruction de l’état 1, figure un niveau feuilleté alternant couches de charbon de bois et minces couches d’argile blanche. Il s’y trouve un niveau charbonneux assez épais (4 cm), contemporain d’une fosse piriforme peu profonde (90 x 60 cm, prof. 10 cm) creusée dans la couche de destruction riche en mortier et en sable de l’état précédent, et contenant des fragments de moules de clochettes et du charbon de bois ; ces moules n’apparaissaient pas dans les niveaux précédents. Ce niveau est recouvert d’un second feuilleté plus épais constitué de couches d’occupation très noires et de rechapages d’argile, lui‑même surmonté d’une couche de chaux (assainissement ?), préalable à l’installation de l’état 3.

Le bâtiment S

64Dans le bâtiment S, la pièce 3‑8, ancien atelier de travail des alliages à base de cuivre, est transformée en cour (3‑10) ; un remblai général égalise la surface (fig. 54). Dans la partie ouest est construit un petit édifice, presque carré (1,90 x 1,70 m), formé par un ensemble de trois murs (maçonnerie, de moellons irréguliers, de 45 cm d’épaisseur) liés et s’appuyant sur un quatrième plus épais (55 cm). L’intérieur de cette structure est en creux, le fond en argile ; son usage reste mal défini. Un caniveau (A) en fragments d’imbrices et cailloutis traverse la cour du nord au sud, en contournant la structure maçonnée ; il longe le mur de façade sud, et aboutit à un passage dans ce mur, à l’angle S‑O de la cour, où une tegula encastrée à plat permet l’évacuation de l’eau à l’extérieur. Un autre passage d’évacuation se trouve 9,50 m plus à l’est. Contrairement au précédent, il n’y a pas de tegula horizontale, l’eau coulant directement sur la maçonnerie ; les bords de l’ouverture du côté nord du mur (arrivée de l’eau) sont en tuiles. La moitié est de la cour a également été aménagée. Un radier de cailloutis supporte un sol en mortier de tuileau, lui‑même recouvert de tessons d’amphores. Des structures (B et C : terre sur morceaux de tuiles) fractionnent cet espace, sans qu’il soit possible de dire s’il s’agissait de véritables cloisons ou simplement de bordures basses. Plusieurs niveaux d’amphores se superposent, signe que la cour a été régulièrement entretenue. La partie ouest du bâtiment S (pièces 3‑14, 3‑15, 3‑31 et 3‑16) n’a pas conservé de niveaux de l’état 2. Il est par conséquent impossible de dire quels sont son aspect et sa fonction à ce moment.

FIG. 54 – Plan des pièces 3‑9 et 3‑10 à l’état 2.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

65La pièce 3‑9 est désormais refermée par des murs en maçonnerie de 50 cm d’épaisseur, en moellons de granite taillés sur une face, sur fondation de cailloutis. Un seuil d’1 m de large, pratiqué dans le mur nord, en constitue l’accès. Il a bénéficié de piédroits de construction soignée, en moellons de grès taillés sur plusieurs faces. Les dalles horizontales qui forment le sol du seuil ont été récupérées ; il ne subsiste qu’une épaisseur de mortier. L’espace entre le mur nord de la pièce 3‑9 et le mur de terrasse forme un couloir de 1,50 m de largeur, qui relie le portique (le mur de façade a été démonté sur la même largeur pour permettre la communication), la pièce 3‑9 et la cour 3‑10. La pièce 3‑9 est remblayée, et un sol en béton mis en place ; un autre sol, également en mortier et gravier, est construit dans une seconde phase. On y trouve un foyer à plat formé par deux tegulae placées côte à côte et appuyées sur le ressaut du mur de façade sud.

66L’implantation générale de l’îlot n’a donc pas changé à l’état 2, il n’est ni agrandi ni diminué. La partition en bâtiments subsiste. En revanche, la campagne de reconstruction quasi systématique, visant à remplacer les structures périssables de l’état 1 par des maçonneries, a conduit à modifier l’organisation interne de certains bâtiments. Du point de vue artisanal, le travail des alliages cuivreux a été abandonné pour être remplacé par celui du fer, la production de céramique et de l’habitat ou des activités n’ayant pas laissé de traces caractéristiques.

2.2.1.4 État 3

67Durant la période d’abandon, la plupart des murs des bâtiments E et N sont épierrés. Le mur de terrasse nord s’effondre, entraînant avec lui une partie du remplissage de sa tranchée de fondation et protégeant de l’érosion les niveaux d’occupation de la pièce 3‑6. En revanche, de nombreuses couches archéologiques dans les autres pièces ont disparu d’une façon ou d’une autre, d’où une certaine difficulté pour établir la fonction de ces pièces.

Le bâtiment E

68Pour le bâtiment E, l’aspect général du plan reste le même qu’aux états précédents (fig. 55). On constate simplement la réfection de plusieurs murs, et l’apparition de cloisons en matériaux périssables partageant les plus grandes pièces. Les murs externes ne changent pas.

FIG. 55 – Plan schématique de l’îlot A à l’état 3.

dess. P. Haut, L. Vaxelaire/Afan

69Il n’y a plus trace directe d’activité artisanale touchant à la métallurgie. Dans la pièce 3‑4, faute d’éléments caractérisetiques nouveaux, il est possible que l’atelier de potier perdure. Mais le mur ouest (reconstruit à cet état) comporte un curieux aménagement (fig. 52, structure C). Il est en effet traversé par une construction en tuiles et briques : deux briques sur chant posées sur une tegula horizontale. L’ensemble constitue un passage de 25 cm de large dans le mur, passage qui peut être fermé par deux tegulae verticales, une à chaque extrémité du conduit. L’usage de cette installation reste incertain. S’agissait‑il d’un système d’aération, ce qui laisserait supposer la pratique d’une activité nécessitant une bonne ventilation ? Un lambeau de niveau très charbonneux appuyé sur le ressaut du mur à proximité, la présence de déchets de fer dans quelques fosses (sans qu’il soit certain qu’ils proviennent effectivement de cette phase) sont à noter. Le fait que le passage ait pu être obturé de chaque côté indiquerait en outre que les deux pièces 3‑4 et 3‑12 sont concernées. Malheureusement, la pièce 3‑12 ne contient aucun niveau de cet état.

70Dans la pièce 3‑6, la cloison E‑O de l’état 2 est abattue et remplacée par une autre cloison, orientée de la même façon mais plus épaisse (20 cm) avec deux gros trous de poteaux, située 40 cm plus au sud (fig. 56). Ce déplacement a sans doute été motivé par le bouchage du seuil : l’accès étant désormais dans l’angle S‑E de la pièce ; la nouvelle cloison crée un couloir devant lui. Toute la pièce est remblayée et nivelée par des couches de limon et les matériaux résultant de la destruction de la cloison. Un foyer est installé dans le mur de terrasse nord, après que l’on eut retiré quelques moellons. Un second foyer, en tuiles, se trouve au centre de la moitié est de la pièce.

FIG. 56 – Plan de la pièce 3‑6 à l’état 3.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

71Dans la pièce 3‑7, deux cloisons en matériaux dits périssables délimitent une très petite pièce (2 x 1,70 m) dans l’angle S‑E. Dans la pièce 3‑3, deux cloisons créent des pièces étroites (1 x 4 m, 1,80 x 4 m) au nord et au sud de la pièce. Il est délicat de définir la fonction que pouvaient avoir ces espaces. Compte tenu de ses dimensions, celui situé au sud est peut‑être une cage d’escalier, ce qui justifierait l’absence de traces d’occupation au sol. Celui au nord (3‑11) est occupé par un creusement en forme de croix, au centre duquel se trouve un trou de poteau (fig. 57, no 1) ; le comblement de cette structure comporte un fragment de meule. Il n’est pas possible de déterminer précisément l’usage de cette installation ; cependant, il est envisageable qu’il s’agisse des vestiges d’un tour de potier. L’ensemble rebouché est en partie recouvert par des foyers sur plaque d’argile, regroupés dans l’angle N‑O et séparés du reste de la pièce par une cloison en terre (pare‑feu ?). Cette cloison est ensuite déplacée vers l’ouest, recoupant un foyer de la phase précédente, ce qui réduit encore l’espace disponible. Il n’y a pas de trace probante d’activité artisanale autour de ces foyers (fig. 57, no 2).

FIG. 57 – Plan de la pièce 3‑11 à l’état 3 : 1 phase a, 2 phase b.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

Le bâtiment N

72Il est impossible de connaître l’aspect du bâtiment N à l’état 3. Tous les murs ont été détruits jusqu’à la première assise, et les niveaux correspondants ont disparu à cause de l’érosion.

Le bâtiment S

73Dans le bâtiment S, l’état 3 n’apporte pas de changement notable. L’espace 3‑10 demeure une cour et la pièce 3‑9 une pièce d’habitation. À la fin de l’état 3, l’abandon du bâtiment commence. Une série de fosses perturbe les niveaux antérieurs dans 3‑9 (l’équivalent de la moitié de la surface de la pièce) et la cour. Dans celle‑ci, à proximité de la structure carrée, une fosse de petites dimensions contenait 26 fragments de figurines en terre blanche (cf. infra §2.4.1).

74Il y a ensuite une nouvelle occupation. Dans la pièce 3‑9, les fosses sont comblées. Un gros bloc de grès (60 x 50 x 40 cm), portant des traces d’usure en creux sur le sommet, est placé sur les remblais et appuyé sur le ressaut du mur de façade est. Un foyer formé de gros fragments de tegulae posés à plat est situé à quelques dizaines de centimètres, contre le même mur (fig. 58). On trouve des déchets de fer et de petites scories dans les niveaux correspondants ; bien qu’ils soient en faible quantité et puissent avoir été récupérés aux alentours, on peut émettre l’hypothèse que le bloc a servi d’enclume (d’où la dépression accusée à son sommet), et qu’une activité métallurgique touchant au travail du fer a été exercée dans la pièce 3‑9 à cette époque (à rapprocher de la présence de déchets de fer dans la pièce 3‑4). Cette activité a pu être ponctuelle, car on n’a pas retrouvé les épaisses couches de charbon généralement associées aux niveaux de forge (les niveaux des pièces de forge dans le bâtiment E de l’îlot C atteignent plus de 10 cm d’épaisseur). Les niveaux sont fortement perturbés, mais la toiture effondrée avait scellé les occupations. Si cette installation a effectivement servi au travail du fer, il ne s’agissait probablement pas d’un atelier (au sens d’unité de production) mais plus sûrement d’une réoccupation d’une partie d’un bâtiment laissé à l’abandon.

FIG. 58 – Plan de la pièce 3‑9 à l’état 3.

dess. P. Haut, J. Gelot/Afan

2.2.2 Îlot C

2.2.2.1 Introduction

75L’espace de l’îlot C, délimité par les voies et le rempart, représente un trapèze de 94 m à la base sur 30 m au maximum, soit une surface de 2 500 m2 (fig. 35‑37). L’implantation la plus ancienne est repérée à l’angle S‑E (cf. supra § 1.2.1). L’espace est rendu propre à une installation rationnelle par le creusement de terrasses suivant un schéma orthogonal (fig. 34 et 59). Selon toute vraisemblance, les matériaux extraits sont rapportés sur la bande de terrain au sud, le long du rempart. Trois grands bâtiments sont installés, séparés les uns des autres par des espaces ouverts de type cour. Seul le bâtiment O présente des pièces distribuées autour d’une cour, les deux autres sont plus fermés. Ces derniers sont reliés entre eux par un mur de terrasse E‑O.

FIG. 59 – Profils S‑N, à l’est (AB) et à l’ouest (CD), de l’îlot C.

dess. F. Ducreux, J. Gelot/Afan

76À l’état 1, l’artisanat des alliages à base de cuivre est omniprésent. À la transition entre les états 1 et 2, les trois bâtiments connaissent de sensibles modifications architecturales représentées notamment par la réfection de certaines terrasses, l’agrandissement du bâtiment central et la substitution de la quasi‑totalité des cloisons en matériaux périssables par des maçonneries. Ces restructurations s’accompagnent d’une diversification de l’activité artisanale avec l’apparition du travail du fer et de celui de la céramique. Au cours de l’état 2, les bâtiments ne sont que très peu modifiés, sur le plan architectural du moins. La diversification des activités s’accentue à l’état 3 ; l’abandon de l’îlot semble ensuite s’être accompli progressivement.

2.2.2.2 Le bâtiment O

État 1

77Le bâtiment est construit sur le bord ouest de l’îlot (fig. 60). Il délimite un espace quadrangulaire de 28 x 30 m, soit une surface de 840 m2. Les couches d’occupation situées au nord le long du decumanus ont subi une érosion complète qui nous prive de toute information. Les deux tiers sud du bâtiment sont occupés par un espace ouvert de type cour représentant une surface de 200 m2 (2‑ 27 aux états 1 et 2 ; 2‑28 à l’état 3). Les pièces repérées pour l’état 1 sont au nombre de cinq (2‑21, 2‑22, 2‑24, 2‑25 et 2‑44) ; les surfaces représentées vont de 20 à 120 m2. Ce secteur a fait l’objet de nombreux et importants surcreusements en aval de la seule terrasse qui sépare la bande nord érodée en bordure de la voie E‑O ; la zone sud nous laisse les niveaux d’occupation du seul dernier état. L’épierrement de la plupart des murs empêche de préciser les techniques de construction.

FIG. 60 – Plan schématique du bâtiment O de l’îlot C à l’état 1.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

78Les vestiges qui ont pu être mis au jour témoignent, en ce qui concerne l’aspect extérieur du bâtiment, de la présence d’un portique bordant la façade ouest le long du cardo 1. Au sud, le mur de façade est édifié dans le même axe que ceux des autres bâtiments de l’îlot, séparant l’espace privé de la bande longeant le rempart. Un accès au bâtiment par le nord est visible sur l’arrière de la façade ouest (2‑46) ; il mesure 1 m de large et descend en pente douce pour franchir la terrasse. Une autre entrée est repérable sur le flanc nord du bâtiment. Ce côté porte les traces d’un système d’appentis ou d’avancée de toit créant un espace couvert, au niveau de la terrasse inférieure, large de 3 m et attesté sur une longueur N‑S d’environ 8 m. Cet espace présente des niveaux de sol, limités vers l’est par des blocs calcaires cubiques, de 40 cm d’arête, et portant sur leur face supérieure des trous taillés dits de scellement. Ces blocs ont vraisemblablement servi d’appuis de poteaux.

79Les seules pièces ayant conservé des niveaux anciens sont la cour sud, la pièce 2‑44 et, dans une moindre mesure, la pièce 2‑21, La cour présente un niveau de circulation disposé sur le substrat argileux et composé de cailloutis mêlé de fragments de moules de bronzier ; il présente une légère déclivité dans le sens N‑S. De faible épaisseur (moins de 5 cm), il ne contient pratiquement pas d’autre mobilier.

80La pièce 2‑44 est une grande salle de 53 m2 (fig. 61), dont le niveau de sol, aménagé sur un remblai argileux, n’a été que grossièrement nivelé ; en effet, on remarque un faible pendage dans le sens N‑S. Par la suite, ce défaut a été corrigé par le remblaiement de la partie sud de la pièce. La limite sud de la pièce, très érodée, n’a pu être précisément repérée. Outre l’érosion intense, toute la pièce est traversée en diagonale par une tranchée d’égout contemporaine. Les vestiges sont très ténus et l’on remarque un niveau de circulation, riche en sels de cuivre ayant teinté l’argile, témoignant d’une activité artisanale. Au premier tiers nord, un alignement de trous de piquets en L (A) délimite une couche de sels de cuivre à l’est, en avant du seuil ouvrant dans l’appentis. Cette trace rectangulaire mesure 1,6 x 0,8 m. On peut supposer qu’il s’agit d’un aménagement de l’accès, créant une chicane de 1,5 m de large sur 2,8 m de long, à l’intérieur de la pièce. L’accumulation de sels de cuivre (B) pourrait correspondre à un piétinement et/ou à un défaut de balayage de ce passage. Le mur limite nord du bâtiment d’origine n’est plus visible que par une tranchée d’épierrement d’une dizaine de centimètres de profondeur à peine. Ce « fantôme » semble s’arrêter au niveau de la demi‑largeur de la pièce créant une ouverture de près de 3 , m de large. Dans l’axe de ce passage, deux groupes de trous de piquets (C et D) partagent l’ouverture en trois parties égales d’environ 1 m. On peut donc envisager à cet endroit un accès depuis le nord pouvant être partiellement fermé par des structures légères, en bois par exemple. Ces traces sont les seules qui peuvent être objectivement rattachées à la première occupation, dans la mesure où elles sont couvertes d’un fin remblai (moins de 10 cm) sur lequel sont installées les structures de l’état 2. Cette absence de structure, déterminante quant à la fonction de la pièce à cet état, peut s’expliquer par le nettoyage et l’enlèvement systématique des installations réformées.

FIG. 61 – Plan de la pièce 2‑44 à l’état 1.

dess. A. Andrey- Chalandre, J. Gelot/Afan

81Dans la pièce 2‑21 (fig. 62), qui jouxte 2‑44 à l’ouest, les vestiges se présentent tous au même niveau. Ils apparaissent en effet dès le décapage de la fine couche de démolition (10 à 20 cm) et se trouvent enchâssés dans le substrat argileux. On remarque en outre un arasement du niveau d’origine et des recoupements de structures indiquant deux occupations successives au moins. Il n’existe plus de niveau de sol, si ce n’est quelques concentrations de cendres et charbons de bois préservées au niveau des concavités du sol ou des négatifs de structures anciennes. La limite sud de la pièce n’a pas pu être repérée, nous indiquerons donc ici la surface occupée par les structures qui ont pu être mises au jour, soit 35 m2.

FIG. 62 – Plan de la pièce 2‑21 à l’état 1.

dess. A. Andrey-Chalandre, J. Gelot/Afan

82En dépit du caractère très lacunaire des vestiges, on repère la présence de deux types d’activité. La plus récente, en ce sens qu’elle est attestée par des structures qui perturbent de plus anciennes, est la métallurgie du fer. Les traces en sont extrêmement ténues et feront l’objet d’un descriptif précis dans le paragraphe consacré à l’état 2. Le travail des alliages à base de cuivre est attesté dans cette pièce par un groupe de structures caractérisées pour quatre d’entre elles par des niveaux de sels de cuivre. Cet ensemble est confiné à l’angle S‑O de l’espace. Nous distinguerons ici deux sous‑ensembles représentés d’une part par un groupe de vestiges au sol, et d’autre part par une fosse (A). Cette dernière mesure 1 x 2 m et forme un rectangle allongé dans le sens N‑S, dont le bord nord est biaisé. Le fond est plat et les parois verticales. Le pendage du niveau d’apparition, dû en partie sans doute à l’érosion, fait varier la profondeur de 30 cm au nord, à 10 cm au sud. Sur le fond de la fosse, deux croûtes de sels de cuivre sont déposées. La trace la plus au nord (B) est triangulaire et mesure 30 cm de côté. La seconde (C), dans l’angle S‑O, est grossièrement ovale et mesure 40 x 60 cm. Le groupe disposé sur le sol, au sud de la fosse et contre le mur ouest, est constitué notamment de deux traces de sels de cuivre informes (D et E) mesurant respectivement 40 x 40 cm et 20 x 40 cm. Ces deux accumulations sont situées de part et d’autre d’un impact thermique délimitant un cercle de 60 cm de diamètre, Juste au sud de cet ensemble et contre le mur ouest, est disposé un fond d’amphore enterré (F). Il n’est conservé que sur une profondeur de 10 cm. À l’angle N‑E de la pièce (fig. 65), on remarque la présence de trois empreintes de sablières (la plus au nord est masquée par la structure B). Elles sont placées perpendiculairement au mur est. Longues de 2,4 m chacune, elles forment trois alvéoles, la plus au nord mesurant 30 cm de large et les deux autres 1 m de large. Si les seules empreintes du nord et du sud sont recoupées par des éléments plus récents, il semble cohérent de rattacher la sablière centrale à cet ensemble. Toutefois, ce regroupement relève de l’hypothèse.

États 2 et 3

83À l’état 2 (fig, 63), le bâtiment voit sa structure interne considérablement modifiée. Les pièces 2‑44, 2‑22, 2‑25 et 2‑26 sont partagées en 2, voire en 3. L’aspect extérieur ne change pas fondamentalement. La façade ouest, au niveau de la pièce 2‑26, est percée ; dans l’alvéole ainsi créé, un puits est creusé. De forme circulaire, il est maçonné sans mortier en moellons de granite ; il s’enfonce à plus de 12 m (la fouille a dû s’arrêter à cette profondeur pour des raisons de sécurité).

FIG. 63 – Plan schématique du bâtiment O de l’îlot C à l’état 2.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

84La pièce 2‑22 est partagée en deux espaces sensiblement égaux de 24 m2 au sud (2‑23) et 22 m2 au nord. La cloison édifiée subsiste sous la forme d’un fin solin de mortier (moins de 10 cm d’épaisseur), large de 40 cm. Il s’interrompt à 1,30 m du mur ouest, ménageant ainsi une communication. Les pièces 2‑24 et 2‑25 sont amputées d’1 m chacune, créant une nouvelle pièce entre les deux ; elle représente un espace de 2 x 5 m. Le sol d’argile est marqué à l’ouest par un impact thermique. Les pièces 2‑22 et 2‑24 sont surcreusées complètement sur une profondeur de 30 cm en moyenne, mettant à nu les fondations des murs. Seule la pièce 2‑24 a conservé un niveau pour cet état, la pièce 2‑22 ayant encore été surcreusée par la suite. Le niveau conservé se présente sous la forme d’une couche de charbons de bois pulvérulents, riche en clous. Au centre de la pièce, on trouve un fond d’amphore en place, enchâssé dans le sol sur une dizaine de centimètres.

85De l’autre côté du bâtiment, à l’est, un appentis est aménagé ; une communication avec l’intérieur du bâtiment est créée puis condamnée. Les importantes perturbations postérieures à l’abandon nous laissent voir encore un niveau de sol couvert de cendres et de sels de cuivre. Contre le mur à l’ouest, juste au sud de l’accès alors bouché, est disposé un bloc de grès fin. Il forme un parallélépipède de 40 x 20 cm pour 15 cm d’épaisseur et présente des stries de polissage sur sa face supérieure. La grande pièce 2‑44 de l’état d’origine est subdivisée en trois espaces (2‑17, 2‑18 et 2‑19). L’espace 2‑17 est un couloir d’1 m de large, longeant, à l’intérieur, le flanc est du bâtiment sur une longueur repérée de 7 m ; rien ne s’oppose à ce qu’il s’agisse d’une cage d’escalier. Cet espace débouche au nord dans la pièce 2‑19 correspondant au tiers septentrional de 2‑44. La pièce 2‑18 représente une surface de 15 m2, adjacente à 2‑17. Elle a été très perturbée par la tranchée d’égout contemporaine et par un sondage de diagnostic. Elle ne nous est connue que par une fine bande de 1,20 m de large. Le sol correspondant à l’état 2 est constitué, au niveau de l’échantillon observe, de béton de tuileau coulé à même l’argile sur une épaisseur de moins de 5 cm. Ce revêtement, plus facile à nettoyer qu’un niveau de terre battue, ne présentait pas de trace caractéristique d’une activité.

86La pièce 2‑19 (fig. 64), au nord, est de loin la plus riche en vestiges. Après le cloisonnement de la pièce 2‑44, ce tiers nord a fait l’objet d’un remblai d’argile jaune sur une épaisseur moyenne de 10 cm. Les structures postérieures à ce remblai apparaissent toutes au même niveau et il s’avère impossible de les attribuer de manière catégorique à l’état 2 plutôt qu’à l’état 3. Les seuls vestiges que l’on pourra classer objectivement dans l’état 3 sont ceux qui empiètent sur l’extension nord de la pièce.

FIG. 64 – Plan des pièces 2‑19 et 2‑20 aux états 2 et 3.

dess. A. Andrey-Chalandre, J. Gelot/Afan

87À l’angle S‑E, devant l’embouchure du couloir 2‑17, l’argile est encroûtée de sels de cuivre formant une empreinte carrée de 70 cm de côté (A). Au centre de cette empreinte, une trace ronde de 30 cm de diamètre forme une réserve où le sol a été protégé du dépôt cuivreux. Ce fantôme de structure pose problème dans la mesure où il se situe dans le milieu du passage entre 2‑17 et 2‑19, à moins qu’il ne corresponde à l’époque où l’accès est bouché, ou encore que nous soyons en présence d’une cage d’escalier. À l’angle N–O du carré, un impact thermique a rougi l’argile. Il est de forme irrégulière, sur une surface de 20 x 30 cm. Juste à l’ouest, contre le mur sud, on repère une accumulation de cendres et charbons de bois et une nouvelle tâche de sels de cuivre, 20 cm plus à l’ouest (B). Elle représente une surface légèrement plus limitée que la précédente. Des trous de piquets, de diamètres variant de 4 à 6 cm, entourent cette empreinte. Ils ne semblent pas dessiner de structure identifiable. Placé au centre de la moitié sud de la pièce, un bloc de grès fin est posé à même le sol de circulation (C). De forme cubique, il mesure 50 cm d’arête et présente des marques de taille sur cinq de ses faces. La face supérieure, elle, est lisse et ses arêtes sont abattues. Il semble bien qu’une action mécanique ait estompé les irrégularités de la face utilisée du bloc. Cette observation nous fait voir ici une enclume liée au travail de mise en forme des alliages cuivreux travaillés dans la pièce. Le long du mur est, au tiers nord, un fond d’amphore (D) est enchâssé sur 20 cm de profondeur. Une moitié de la céramique est encore en place. Contre la limite nord de l’état 2 et le mur ouest, une série de quatre fosses est disposée (E). La tranchée d’égout contemporain coupant cet ensemble, on peut imaginer un nombre plus important de structures. Elles semblent relativement similaires ou apparentées quant à leur utilisation. De forme carrée et d’un module sensiblement identique de 50 cm de côté pour une profondeur de 40 cm, elles présentent un fond tapissé de sels de cuivre formant une croûte plus ou moins épaisse, couverte de cendres mêlées de particules cuivreuses. Ce dépôt indique qu’une décantation s’est produite dans ces fosses. L’argile dans laquelle elles sont creusées est suffisamment imperméable pour qu’on y maintienne un liquide,

88À cet endroit, l’état 3 est marqué par un agrandissement de la pièce au nord, sur une largeur de 50 cm et la création d’une nouvelle pièce, 2‑20, sur une demi‑largeur est. Trois fosses au moins (F), du type décrit plus haut, sont aménagées dans le terrain gagné par 2‑19, l’une dans l’axe de l’ancien mur, au centre de la pièce, deux autres le long du mur ouest, dans l’angle N‑O. Ces dernières ont été considérablement détériorées par la tranchée moderne. Contre l’une des fosses, au centre de la pièce, un impact thermique de forme ovale est visible (G). Il occupe une surface de 80 x 50 cm. Un foyer sur tuile (H) est placé dans ce qui est l’angle N‑E de la pièce à l’état 2. Il est formé d’une tegula posée à l’envers, formant la sole, encadrée de deux imbrices. Ce foyer représente une surface totale d’1 x 0,60 m. En arrière de ce foyer, au nord, des fragments de tuiles peuvent indiquer la présence d’une seconde plaque de foyer démontée (I). Toutefois, on ne remarque pas d’impact thermique en dessous.

89La pièce 2‑20 (fig. 64) est gagnée dans la terrasse supérieure. On y accède depuis la pièce 2‑19 par une marche de 20 cm de hauteur. Le passage, large d’1 m, est centré par rapport au mur sud. La surface de cet espace carré est très réduite, à savoir 1,80 m de côté. Dans l’angle S‑E, on trouve un impact thermique (J) s’inscrivant dans un cercle de 50 cm de diamètre. Dans chacun des angles S‑O et N‑O sont creusées de petites fosses rondes, cupulaires, de 30 cm de diamètre environ et d’à peine 5 cm de profondeur (K). Un trou de poteau, de 10 cm de diamètre, est placé contre le mur nord au centre de la pièce (L). Au centre du mur est, enfin, une fosse ovale (M), mesurant 1 x 0,60 m sur 40 cm de profondeur, semble avoir servi de dépotoir si l’on en juge par le remplissage composé essentiellement de cendres et charbons de bois mêlés de quelques sels de cuivre et petits fragments (moins de 5 cm) de scories de fer. Il est bien évidemment très délicat d’interpréter la fonction de cette pièce. Toujours est‑il qu’elle est intimement liée à 2‑19.

90À l’état 2, la pièce 2‑21 (fig. 65), vraisemblablement dévolue aux bronziers à l’origine, voit l’installation de nouvelles structures, caractéristiques du travail du fer cette fois. Ces éléments sont groupés au niveau de l’angle N‑E de la pièce. Trois structures ou témoins de structures sont visibles en premier lieu. Un foyer (A), à l’angle N‑E proprement dit, est représenté par un impact thermique de 50 cm de diamètre. Il est cerné d’une accumulation de cendres et charbons de bois résiduels et retenus dans les concavités du sol. En avant du foyer et presque contre le mur nord, est placé un trou de poteau (B) de 10 cm de diamètre. Il est doté d’un calage formé de deux petits blocs de granite et semble être à rattacher au foyer. Toujours en avant du foyer mais recentré par rapport à la pièce, un fond d’amphore est disposé (C). Il n’est conservé que sur une dizaine de centimètres. Un mètre au sud de l’amphore, on remarque la présence du bloc cubique en grès grossier de 70 cm d’arête (D). Seule la face supérieure est lisse avec des arêtes abattues ; elle présente des incrustations d’oxyde de fer. Les autres faces présentent des marques de taille au relief encore vif. Cette enclume dépasse de 20 cm le niveau présumé de circulation. La zone située entre l’amphore et l’enclume est riche en cendres et charbons de bois. Contre le mur est, au bord du sondage diagnostic, un impact thermique (E) est visible sur une surface rectangulaire de 60 x 30 cm, Il est bordé au nord d’une zone de cendres et charbons de bois. D’autres impacts thermiques sont visibles dans la pièce au centre et au N‑O. Ils mesurent respectivement 2 x 1,50 m (F) et 1,20 x 0,60 m (G). La ténuité des vestiges n’a pas permis de prendre en compte cette pièce pour l’étude de l’artisanat sidérurgique.

FIG. 65 – Plan de la pièce 2‑21 aux états 1, 2 et 3.

dess. J.-Y. Richelet, J. Gelot/Afan

91À l’état 3 (fig. 66), le mur de terrasse E‑O est épierré et reconstruit, 1,5 m plus au sud, sur les dix premiers mètres à l’ouest. Il est posé directement sur les niveaux de l’état 2 des pièces 2‑22 et 2‑24. Aucun niveau de sol n’est repérable pour cet état et l’aspect du parement du mur reconstruit laisse supposer qu’il se situait environ 50 cm plus haut. Le mobilier mis au jour sous le décapage au niveau de la pièce 2‑22 contient plusieurs fragments de tôle d’alliage cuivreux découpé : bandes enroulées, angles coupés. Deux pièces sont aménagées dans la cour au niveau du corps de bâtiment ouest : 2‑27 et 2‑28 (fig. 67). Les nouveaux murs, sans doute en matériaux périssables, sont dotés de solins de moins de 50 cm de largeur, en petits moellons de schiste bitumineux d’origine locale. Les niveaux sont très érodés et les seuls lambeaux de sol conservés sont confinés au bord nord des murs les ayant protégés. La pièce 2‑27, la plus à l’ouest, ne présente pas de limite sud. Elle forme un espace de 4 x 3 m. La seule trace d’occupation est représentée par un fond d’amphore enchâssé dans le sol (A), au centre de la pièce, à 30 cm du mur nord. La pièce 2‑28 (6,5 x 3 m) est ouverte largement sur l’extérieur au S‑O. Le passage mesure 3 m de largeur. Le mur limite sud fait retour sur 1 m. À l’extrémité de ce retour, un alignement de trous de piquets (B) dessine un alignement E‑O. Le pourtour des trous est couvert de sels de cuivre. Un lambeau de sol (1 x 0,50 m) est conservé dans l’angle N‑E. Le niveau cendreux, directement posé sur l’argile, est couvert d’une couche de sels de cuivre (C).

FIG. 66 – Plan schématique du bâtiment O de l’îlot C à l’état 3.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

FIG. 67 – Plan des pièces 2‑27 et 2‑28 à l’état 3.

dess. F. Ducreux, J. Gelot/Afan

2.2.2.3 Le bâtiment C

État 1

92L’emprise originelle du bâtiment représente une superficie de près de 400 m2 (18 x 21 m) ; cette mesure comprend les zones érodées aux angles N‑O et S‑O du quadrilatère délimité grâce aux tranchées d’épierrement. La somme des surfaces des pièces ayant conservé des niveaux d’occupation est quant à elle de 105 m2 (fig. 68). Le bâtiment est encastré pour moitié dans la pente et pour moitié installé sur le remblai sud qui forme un glacis en retrait du rempart. Pour l’état 1, on repère 10 pièces ou espaces dont les dimensions respectives varient de 3 à 20 m2.

FIG. 68 – Plan schématique du bâtiment C de l’îlot C à l’état 1.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

93Le premier bâtiment construit se caractérise par la présence de murs maçonnés en moellons de granite, et de cloisons en matériaux périssables sur sablière. Ces considérations sont bien sûr valables pour la partie inférieure des murs dans la mesure où une maçonnerie en pierre peut être le support d’une élévation à ossature de bois. Pour ce bâtiment, on a réservé la pierre pour les murs subissant les plus grandes contraintes, ceux des terrasses en l’occurrence. La seule exception concerne le mur E‑O parallèle à la terrasse nord ; cette constatation permet de penser que les pièces de plain‑pied de la bande nord se prolongeaient au sud de la plus haute terrasse, constituant ainsi, à ce niveau, un premier étage soutenu par le mur en question. On note également, outre la bonne qualité des maçonneries encore présentes de cet état d’origine, un certain souci d’économie. En effet, les murs de terrasse N‑S, en pierre au nord, se prolongent par des murs intégralement réalisés en matériaux périssables, là où l’absence de contraintes physiques ne justifie plus l’emploi des moellons et du mortier. Ces constructions ont un module assez constant avec une largeur d’environ 60 cm et des moellons de 20 x 15 cm. Les cloisons délimitant les pièces sont exclusivement en terre et bois. Trois types ont pu être mis en évidence. Les cloisons sur sablière basse sont majoritaires ; les vestiges en sont très lacunaires et se caractérisent par le négatif, imprimé dans l’argile des sols, de poutres de section carrée d’un module constant de 10 cm de côté. Un exemple de solin est visible au niveau de l’extrémité sud du mur est de la pièce 2‑4. Le solin d’appui en pierre sèche est conservé sur 3,50 m de long ; haut de 30 cm, il est constitué de dallettes de granite de 25 x 15 cm en moyenne. Le prolongement sud du mur extérieur ouest se caractérise par la présence, en négatif, d’une sablière basse bordée des deux côtés par une rangée de trous de poteaux d’un diamètre constant de 6 cm. Les élévations en terre ont été en grande partie lessivées. Toutefois, leur remploi en remblai dans certaines pièces (2‑4, 2‑5, 2‑10) permet de voir qu’on a utilisé une argile rousse décantée très différente de celle qui constitue le substrat et que la surface des murs était couverte d’un enduit de chaux.

94À l’est et à l’ouest, le bâtiment est bordé par des cours qui le séparent des constructions occupant les extrémités de l’îlot. La façade nord est parallèle au decumanus ; elle est bordée par les vestiges d’un trottoir probablement couvert. Très érodé, le mur n’est conservé que sur 2,50 m, là où le terrain, en légère dépression, l’a quelque peu protégé. On peut suivre de part et d’autre sa tranchée d’épierrement sur 1 m environ. Au‑delà, son absence peut être attribuée à l’érosion (fig. 69). Nous pouvons être en effet ici en présence d’un simple auvent au niveau de l’entrée. Ce mur de portique n’est fondé que sur 20 cm ; cela suppose une relative légèreté de ses superstructures, une ossature bois par exemple, appuyée sur un muret maçonné. La section conservée de ce mur portique présente, au niveau du tiers est, une ouverture marquée par un bloc en grès formant piédroit à chaque extrémité ; ce passage s’ouvre sur le bord ouest de la cour (ou espace ouvert ?). Les accès de plain‑pied au bâtiment, par le nord, ne sont pas visibles en raison de l’érosion de la terrasse supérieure.

FIG. 69 – Plan du portique en avant de la façade nord du bâtiment C.

dess. F. Ducreux, J. Gelot/Afan

95Une entrée dans le bâtiment est visible à l’est, par l’espace 2‑1. La cour adjacente est partagée au premier tiers sud par une terrasse haute de 80 cm. Au niveau de cette rupture de pente, un espace accolé au bâtiment s’ouvre sur la plate‑forme supérieure. Il est limité au nord par le mur de terrasse lui‑même, à l’ouest par la façade latérale et à l’est par un mur léger (négatif d’une sablière basse repérable en « pointillé ») ; la limite sud se situait au‑delà d’un surcreusement postérieur et n’est donc plus visible. L’accès (avec une pente à 10 %) est doté d’un niveau de circulation en argile battue rapportée et rechapée à de nombreuses reprises par des épandages de moules concassés (module 2 cm). Le seuil n’est plus visible objectivement, suite à l’épierrement d’un mur plus tardif, mais ne peut se situer qu’au niveau de la moitié sud de la pièce 2‑5 dans laquelle il débouche.

96Les niveaux relatifs à l’état 1 ne sont conservés qu’au cœur de l’îlot, où les pièces sont semi‑enterrées (2‑1, 2‑2, 2‑3, 2‑4, 2‑ 5 et dans une moindre mesure, 2‑7, 2‑8 et 2‑9). Tous ces espaces portent des traces de métallurgie des alliages à base de cuivre qui ne diffèrent que par le stade de la chaîne opératoire dont elles témoignent. Ce bâtiment a la particularité de nous révéler un ensemble de pièces communicantes.

97L’espace 2‑2 est un couloir de 5,50 x 1,50 m de large, enchâssé dans la terrasse supérieure, ouvert au nord sur le trottoir et débouchant au sud dans la pièce 2‑3. Les niveaux les plus anciens repérés dans cet espace ne témoignent pas d’une activité en particulier. Ils se caractérisent par la présence d’une mince couche cendreuse, pauvre en mobilier. La configuration de cet espace laisse à penser qu’il s’agissait d’un accès au bâtiment depuis le trottoir sous la forme d’une cage d’escalier ; il s’ouvre au sud sur la pièce 2‑3 (fig. 70). Le creusement dans le sol naturel est nivelé par un apport d’argile d’épaisseur variable en fonction des irrégularités du terrain. Ce niveau de terre battue est directement occupé par un atelier métallurgique représenté par une couche d’occupation et un certain nombre de structures caractéristiques. Contre le mur sud et décalé de 50 cm environ de l’angle S‑O, on trouve une première structure de combustion (A). Installé dans une fosse de 50 x 50 cm, profonde de 30 cm, le foyer lui‑même forme un carré de 40 cm de côté. Il a été totalement démonté et n’est repérable que par l’impact thermique qu’il a laissé au sol et les fragments d’argile cuite comblant la fosse (module moyen : 3 cm). Perpendiculaire à la fosse, suivant un axe N‑S, est creusée une saignée de 40 cm, large de 10 cm et profonde d’autant (B). L’ensemble peut être interprété comme un four de fusion muni d’un dispositif d’alimentation en air. L’autre foyer de la pièce est différent (C) ; il est placé au centre de la moitié ouest de l’espace et aménagé à plat sur tegula. Dans le quart S‑E, on remarque une fosse quadrangulaire (D) de 50 x 70 cm, sur 40 cm de profondeur. Ce creusement était comblé de fragments d’un même moule à fibules. L’activité de fonderie est bien attestée dans cette pièce, d’autant plus que les seules traces de métal recueillies se présentent sous la forme de gouttelettes, mais en aucun cas de limailles. Cette absence indiquerait que la suite de la chaîne opératoire se déroulait dans un autre espace.

FIG. 70 – Plan de la pièce 2‑3 à l’état 1.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

98Le mur sud est interrompu au niveau du quart est, ouvrant la pièce sur un passage dans l’espace 2‑4. Cette pièce est placée à mi‑pente en ce sens qu’elle n’est plus comme celles du nord enfoncées dans la pente naturelle, mais posée sur le remblai qui s’épaissit progressivement jusqu’à former un talus en arrière du rempart (fig. 71). À l’origine, la pièce 2‑4 est divisée également suivant un axe N‑S, matérialisé par une cloison sur sablière basse de 10 cm de côté, appuyée perpendiculairement au piédroit du mur nord et traversant la pièce sur la moitié de sa largeur. La partie est communique directement avec 2‑3, formant un corridor ouvert au sud sur la pièce 2‑5 d’une part, et à l’ouest sur la seconde moitié de 2‑4, d’autre part. Le sol est, dans les deux sous‑espaces, constitué d’argile battue rapportée en nivellement. Outre la fine couche cendreuse, plus présente à l’ouest, on remarque une discrète coloration verte due aux sels de cuivre. L’alvéole ouest mesure 6 m2 et comporte deux structures distinctes. Dans l’angle N‑O, on repère la trace d’un foyer à plat sous la forme d’un impact thermique ; de forme globalement carrée, il mesure 50 cm de côté. En position centrale et sur un espace carré de 40 cm de côté, on trouve un amas de blocs et fragments de tuiles informes d’un module moyen de 20 à 30 cm. Disposés en calage (enchâssés faiblement et de biais dans le sol et formant une légère cuvette), ils se distinguent par des gouttelettes d’alliage cuivreux adhérant à leur face supérieure. Si ce poste de travail a été exposé à l’alliage en fusion, il faut envisager dans cet espace la présence d’un four. La seule trace de foyer ne présente pas de caractère déterminant, et si elle témoigne d’un four de fusion, il faut imaginer une structure posée au sol plutôt qu’enchâssée. Dans l’axe du corridor, le mur sud est interrompu et permet le passage vers 2‑5.

FIG. 71 – Profil schématique N‑S du sol au niveau du bâtiment C.

dess. L. Vaxelaire/Afan

99La pièce 2‑5 ne nous livre pas complètement ses dimensions dans la mesure où la partie sud a subi un surcreusement à l’état 3. Elle mesure 3,20 m de large sur 3,80 m conservés en longueur. Une autre perturbation de l’état 3 nous prive des deux tiers environ des niveaux anciens. De même, un mur de l’état 2, épierré plus tard, a détruit une bande de terrain large de 80 cm en moyenne au niveau du premier tiers nord. Le sol est aménagé directement sur le remblai général de l’îlot, il est constitué d’argile provenant du substrat géologique. Ce niveau semble avoir été régulièrement entretenu dans la mesure où il a été retrouvé dans un état de propreté parfaite, si ce n’est sur le pourtour des structures où le balayage était moins facile. Partout ailleurs, l’argile naturellement jaune présente une nuance verdâtre. C’est le cas notamment autour du négatif de madrier situé au sud de l’espace conservé. Ce dernier présente une section carrée de 10 cm de côté et une profondeur équivalente. Sa fonction est mal déterminée et les salissures à la base sont constituées uniquement de sels de cuivre. Dans la bande préservée au sud du mur fantôme, trois témoins sont présents. Le plus lisible est celui de l’est, dans l’axe du seuil vers 2‑4. Il s’agit d’un fond d’amphore enterré au tiers de la hauteur de la céramique d’origine. Il y a lieu d’imaginer qu’elle dépassait du sol au regard des nombreux fragments de panse relevés à proximité, toutefois l’absence de col indiquerait qu’elle a été utilisée décapitée. L’intérieur de l’amphore portait, au niveau du quart inférieur de la panse, la marque concrétionnée d’un niveau de liquide. La teinte à dominante verte de cette trace indique la relation avec les alliages cuivreux. Au centre de la bande, on note la présence d’une fosse hémisphérique très régulière qui laisse supposer une structure similaire. Tout près, à 20 cm au N‑O, on trouve une autre fosse ronde, beaucoup plus petite (diam. 20 cm, prof. 5 cm). Dans l’angle N‑O enfin, on remarque une fosse cylindrique de 40 cm de diamètre sur 30 cm de profondeur. Ses parois verticales présentaient un aspect facetté, révélant la présence ici d’un baquet enterré. Le module de largeur des douves peut être estimé à 8 cm environ.

100Dans une première phase (a), la pièce 2‑7 (fig. 72, no 1) est séparée de 2‑3 par une cloison sur sablière basse. Elles communiquent par un seuil au niveau de la moitié sud. Le sol est constitué d’un remblai de nivellement sur le substrat avec un niveau d’occupation très cendreux contenant des particules d’alliage cuivreux. Les traces d’activité sont regroupées dans la partie est de l’espace. Un groupe de deux structures (A) est disposé perpendiculairement à la cloison est, à l’extrémité sud, au niveau du piédroit. Elles se présentent sous la forme de creusements quadrangulaires de dimensions équivalentes à savoir 60 x 45 cm. La fosse ouest est profonde de 15 cm et porte des traces de rubéfaction au centre, délimitant un carré de 40 cm de côté. La fosse adjacente, profonde de 30 cm, contient du sable, des charbons et de nombreux fragments de moules. Contre le mur nord, au niveau du centre de la pièce, une fosse peu profonde (B), de forme irrégulière s’inscrivant dans un demi‑cercle (diam. 1,20 m, prof. 10 cm), contient des déchets d’atelier : cendres et charbons de bois, fragments de creusets. Au même niveau que ce dépotoir, à 50 cm en retrait du mur sud, on repère un impact thermique à plat sur le sol (C). Dans un second temps (phase b) appartenant toujours à cet état, on modifie la pièce en abattant la cloison la séparant de 2‑3 (fig. 72, no 2). Toute la surface recouvrant le four, la fosse et la cloison, fait l’objet d’un remblaiement avec une argile jaune. Cette couche est perforée par une fosse aux contours très irréguliers (D, dim. max. 90 x 80 cm, prof. 20 cm). L’excavation est grossièrement circulaire avec au nord un sillon venant en tangente et, au sud, une tranchée qui la traverse. La fosse étant fortement rubéfiée en son centre, elle constituait un foyer. Étant donné le contexte et la similitude de cette occupation par rapport à la précédente, on peut suggérer ici la présence d’un four de fusion accompagné de son système de ventilation. Contre la limite nord, 30 cm plus à l’ouest, on trouve un creusement rectangulaire (E, 80 x 40 cm, prof. 20 cm) ; son remplissage est constitué de sable, charbons de bois et fragments de moules. Toujours contre le mur nord, encore plus à l’ouest sur l’ancien dépotoir, est aménagée une fosse profonde de 5 cm (F) ; elle est rectangulaire (55 x 40 cm) avec un fond rubéfié et comporte au centre de son bord nord un trou de piquet de 6 cm de diamètre. À l’ouest encore, traversant la pièce suivant un axe N‑S, on trouve une série de trous de piquets (G, diam. inf. à 4 cm).

FIG. 72 – Plan de la pièce 2‑7 à l’état 1 : 1 phase a ; 2 phase b.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

101Au sud de 2‑7, la pièce 2‑9 (fig. 73) est placée à la limite du secteur érodé et ne révèle plus que son premier niveau d’occupation qui s’ouvre à l’est sur la pièce 2‑8 qui est arasée. Le passage entre les pièces est occupé par un fond d’amphore enchâssé dans le sol. Comme dans les autres pièces du secteur, le sol est constitué d’argile battue. Le niveau d’occupation est très érodé et se présente à la fouille sous la forme de lambeaux cendreux ne contenant a priori aucun indice d’artisanat. La limite ouest, dans le prolongement de la terrasse N‑S maçonnée, est matérialisée par une tranchée de type sablière basse. De section carrée (20 cm de côté), elle comporte latéralement cinq trous de piquets (diam. moy. 8 cm). Dans l’angle S‑O est disposé un foyer à plat semi‑circulaire d’un diamètre de 60 cm. Le type de construction de ce foyer n’a pu être identifié dans la mesure où sa présence est révélée par le seul impact thermique qu’a produit son fonctionnement. Le quart S‑E de la pièce est traversé en diagonale S‑O/N‑E par un alignement de six trous de piquets (diam. moy. 4 cm).

FIG. 73 – Plan de la pièce 2‑9 à l’état 1.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

État 2

102L’état 2 marque de profondes modifications au niveau de l’îlot et du bâtiment. Du point de vue architectural, on remarque la reconstruction de la majorité des murs du bâtiment sans changement considérable de la distribution des espaces (fig. 74). La terrasse nord voit son mur de soutènement complètement reconstruit sur l’emplacement du premier. Les autres structures de ce type sont conservées. On remplace toutes les divisions en terre (c’est‑à‑dire les cloisons) par des maçonneries puissamment fondées. Le bâtiment est agrandi à l’est et à l’ouest pour passer de 400 à 620 m2 d’emprise. Il vient empiéter sur les cours latérales jusqu’à s’approcher à 2 m du bâtiment O. Il vient toucher le bâtiment E, par une sorte de couloir prolongeant les pièces rajoutées à la moitié sud du bâtiment. La configuration du bâti d’origine n’est pas véritablement transformée du point de vue de la structuration de l’espace. Les pièces, parfois partagées, conservent la plupart du temps les mêmes limites à quelques centimètres près. Il convient néanmoins de se poser la question du remplacement des murs dits périssables par des maçonneries en pierre. Outre le problème omniprésent du ruissellement des eaux pluviales susceptible de dégrader les parois en terre crue, on peut également envisager la possibilité à ce moment d’installer un étage, surmontant la partie sud du bâtiment et nécessitant une meilleure portance des structures du rez‑de‑chaussée. Les constructions en pierre de cette époque présentent des caractéristiques assez comparables avec une largeur moyenne de l’élévation d’environ 60 cm, pour 80 cm en fondation de type hérisson (profondeur de 40 à 50 cm) pour les murs « courants », et sur semelle maçonnée (profondeur de 0,60 à 1 m) pour les terrasses. On reconstruit par endroit des cloisons « légères » mais elles deviennent minoritaires.

FIG. 74 – Plan schématique du bâtiment C de l’îlot C à l’état 2.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

103À l’ouest, l’espace ouvert de l’état 1 est occupé sur les deux tiers sud au moins, la terrasse nord étant complètement érodée. La moitié sud, également arasée, témoigne encore d’une occupation par la présence de tranchées d’épierrement partageant l’espace. De cette extension ne demeurent lisibles que les deux pièces protégées par la terrasse E‑O. Cette dernière est retenue par un mur en petit appareil de moellons de granite (25 x 15 cm). Il s’appuie à la façade ouest d’origine et reprend à quelques degrés près, l’axe de la terrasse E‑O. Contre l’ancien mur extérieur, on a ménagé un passage N‑S doté d’un escalier, comme en témoigne la trace en négatif dans l’argile de deux poutres de support (espace 2‑36). Le sommet de la fondation, couvert de mortier lissé, forme un seuil au pied de l’escalier (fig. 75).

FIG. 75 – Vue de la descente d’escalier reliant la terrasse supérieure à la pièce 2‑10 (espace 2‑36).

cl. P. Haut/Afan

104L’extension réalisée à l’est, cette fois, s’établit plus au sud, au niveau de la terrasse qui à l’origine séparait par deux marches l’espace ouvert entre les bâtiments de l’est et du centre de l’îlot. La rampe d’accès est supprimée, nivelée et partagée dans le sens E‑O pour devenir les pièces 2‑1 et 2‑13. Une rampe plus étroite est aménagée, décalée vers le N‑E (largeur 1 m contre 2 précédemment). Elle débouche sur le bord est de la pièce 2‑1. Elle est longée à l’est par deux pièces. Au niveau de la façade sud, deux espaces viennent compléter le corps de bâtiment rajouté à cet état.

105Si l’on remarque de profondes transformations et des développements architecturaux, on note également une modification de l’activité exercée dans cet ensemble. L’omniprésence des bronziers des débuts s’achève et l’on trouve, cette fois, des vestiges du travail du fer dans les pièces autrefois réservées à celui des alliages cuivreux ; on n’identifie plus, de façon claire, qu’un seul atelier affecté au travail de ces alliages pour la totalité du bâtiment.

106La pièce 2‑2 était primitivement un couloir de 1,50 x 5,50 m permettant la descente depuis le trottoir vers l’atelier de la pièce 2‑3. Lors de la restructuration de l’état 2, elle est élargie à 1,90 m et les extrémités nord et sud sont renforcées par des maçonneries (fig. 69). La limite N a pour but de consolider le bord de l’encoche créée dans la terrasse ; elle est constituée de moellons de granite irréguliers et liés au mortier. Au sud, dans l’axe de la terrasse, au point de passage entre 2‑2 et 2‑3, on réalise un seuil maçonné de même facture. La fonction de l’espace ne semble pas avoir changé au regard des niveaux correspondant à cet état. Ils sont très peu visibles dans la mesure où l’on a ensuite nettoyé l’espace pour les implantations de l’état 3. Les quelques lambeaux observés juste au nord du seuil présentent des caractéristiques similaires à celles de l’état 1. Le niveau est très pauvre en mobilier et semble ne pas avoir été piétiné ; les dépôts pourraient provenir des pollutions tombées d’un escalier.

107La pièce 2‑3 (fig. 76), occupée à l’origine par un atelier de bronzier, est recouverte par un remblai d’argile jaune d’une épaisseur moyenne de 20 cm. Sur ce sol sont installées de nouvelles structures de travail. Deux zones de combustion sont visibles. La première (A) se superpose au four de fusion de l’état 1, au centre de la cloison sud. Il ne reste de ce foyer qu’un impact thermique ayant rougi l’argile en remblai, la trace rectangulaire mesure 40 x 80 cm. Toute la surface de la pièce est couverte d’une couche d’occupation très cendreuse plus riche par endroit en charbons de bois. Le foyer est bordé à l’est par une concentration de charbons formant une « langue » (B) de 0,50 x 1 m. Le second foyer (C) pouvant être rattaché à la première occupation de cet état est en position centrale, légèrement décalé vers l’ouest. L’impact thermique forme un cercle de 50 cm de diamètre, dont la moitié nord est encore recouverte des tuiles, posées à plat, ayant composé la sole du foyer. Au sud, on remarque une concentration de charbons de bois couvrant un cercle de 70 cm de diamètre (D). Sur une surface équivalente, au N‑0 cette fois, on trouve des fragments de scories de fer (E). Ces traces semblent indiquer plutôt la présence d’un dépôt de scories dont de petites particules se sont détachées. Décalé de 5 cm par rapport au seuil, au niveau de son premier tiers ouest, est visible un trou de pieu de 20 cm de diamètre sur autant de profondeur. À l’ouest de ce trou de pieu, on remarque une concentration de charbons de bois formant une tache aux contours irréguliers couvrant un demi‑mètre carré. Le sol de l’angle N‑E de la pièce, en avant du seuil, est renforcé de gravier ; cette zone quadrangulaire mesure 1,90 x 1,10 m. Dans le même bâti, on réaménage l’atelier par un apport d’argile de 10 cm et la mise en place de nouvelles structures (phase b). La couche d’occupation correspondant à cette phase est très cendreuse et contient des battitures, de très petites dimensions, repérables seulement à l’aimant. Les deux fragments de tuile isolés sur le sol de la pièce ne proviennent pas du foyer. Les structures encore visibles se situent toutes les deux sur l’axe N‑S partageant la pièce en deux parties égales. Une pierre plate en calcaire (F, 15 x 20 cm, ép. 10 cm) est enchâssée dans le sol ; elle semble avoir constitué un appui au sol sans qu’on puisse pousser plus avant l’interprétation. Un foyer bien conservé (G) est présent au centre de la pièce et se superpose exactement au précédent. Il se présente sous la forme d’une sole composée de deux tegulae posées à plat, avec une imbrex de chaque côté formant rebord. La structure complète mesure 85 x 50 cm. L’impact thermique laissé au sol par ce foyer représente un cercle d’1 m de diamètre. Dans les deux principales phases d’occupation repérables pour cet état, on note la présence d’une activité sidérurgique.

FIG. 76 – Plan de la pièce 2‑3 à l’état 2 : 1 phase a ; 2 phase b.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

108La pièce 2‑3 communique avec 2‑4 (fig. 77) au niveau de son angle S‑E. Lors des reconstructions de cette dernière, au début de l’état 2, la limite est, sur sol in, est reconstruite en maçonnerie de moellons de granite 20 cm plus à l’est Toutefois, la base de l’ancienne cloison, constituée de pierres sèches, est conservée (A). Le sol vient s’y appuyer et l’espace créé entre l’ancien et le nouveau mur forme une sorte de rigole débouchant, au nord comme au sud, dans les fondations de deux nouveaux murs. En amont, à l’extérieur, les eaux pluviales sont piégées et ce dispositif peut permettre leur résorption ou leur collecte. Le pendage léger permet l’évacuation de l’eau vers le sud à l’extérieur du bâtiment. La pièce est également agrandie au sud dans des proportions similaires (30 cm) par la construction d’un mur en grande partie épierré. Le niveau est surélevé de 10 cm par l’apport d’une couche constituée presque exclusivement de moules concassés et de fragments de creusets (en moindre proportion). Décalé de 10 cm par rapport à la rigole à l’est et en position centrale, aménagé dans le niveau de moules, on trouve un foyer cupulaire (B) de 40 cm de diamètre pour une profondeur maximale de 10 cm. La rubéfaction des parois n’est que très légère. La dépression est remplie de cendres et charbons de bois mêlés à quelques esquilles d’os taillé et brûlé. Le niveau d’occupation de la pièce est très riche en mobilier (par rapport à la densité généralement observée dans les pièces avoisinantes). Les vestiges céramiques présentent une variété peu commune sur le site et un faciès homogène. Outre ce mobilier, on trouve ici des fragments d’os travaillé notamment trois déchets de tournage. La fonction de cette pièce n’a pu être déterminée précisément. Par ailleurs, la position de la pièce, cernée sur trois côtés par des ateliers de forge, peut nous orienter vers une activité annexe au travail du fer.

FIG. 77 – Plan des pièces 2‑4 et 2‑5 à l’état 2.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

109Au sud de 2‑4, la pièce 2‑5 (fig. 77) n’est conservée que sur une moitié nord, soit un peu plus de 11 m2. De cet état ne subsiste qu’un nombre limité de témoins. L’arrachement postérieur des structures ne nous donne qu’une vision très lacunaire. Les perturbations n’ont laissé qu’un lambeau du béton de tuileau ayant constitué le sol de la pièce (C). Un autre très petit vestige (D), de l’ordre de 10 x 20 cm, présent le long du mur nord, laisse à penser qu’il s’agissait du sol de toute la pièce. La plus grande trace représente un carré de 2 m de côté, percé en son centre par une fosse ovale de 1,80 x 1 m (E). La moitié sud de la pièce est excavée. La limite nord est constituée par un empierrement en gros appareil de granite retenant le sol (F). Le fond du creusement est situé 40 cm plus bas que le béton et laisse apparaître les fondations des murs. L’hypothèse d’un plancher à cet endroit ne peut pas être complètement écartée car le cas est repéré dans d’autres pièces de même configuration. Toutefois, on aurait ici un vide sanitaire beaucoup plus important (G). Une telle structure pourrait se justifier par une volonté de stockage de matériaux très sensibles à l’humidité tel le charbon de bois. Le béton présente au centre de la moitié nord un important creusement (1,80 x 1 m, prof. 20 cm en moyenne). De forme grossièrement ovale, l’extrémité sud de la fosse comporte un trou de pieu conique (H, diam. 30 cm, prof. 40 cm). Aucune interprétation convaincante ne peut être avancée si ce n’est une parenté évidente avec une structure de la pièce 2‑1. La présence d’un sol de béton et d’un vide sanitaire particulièrement profond pourrait indiquer un problème particulier d’humidité à cet endroit ; ceci conforterait l’hypothèse de la fonction de rigole d’évacuation pour la structure de la pièce 2‑4.

110La pièce 2‑1 (fig. 78) constituait primitivement une rampe d’accès le long du côté est du bâtiment. À l’état 2, une aile est créée au niveau de la terrasse inférieure (pièces 2‑15, 2‑ 30 et 2‑31), englobant cet accès relégué plus à l’est. L’espace en plan incliné est nivelé par un remblai de déchets de bronzier (US 4410 contenant des fragments de moules et de creusets) surmonté d’une couche d’argile. Dans un premier temps, on conserve le mur de terrasse comme limite nord de la pièce. Le mur est réalisé en moellons de granite liés au mortier. Il est puissamment fondé sur près d’1 m. Cette maçonnerie fait retour au sud pour s’interrompre de manière à ouvrir largement ce côté méridional. Une base en moellons de granite maçonnés crée une césure au milieu de ce large passage (3 m). Le niveau de circulation de la pièce n’est conservé que partiellement sous la forme d’un lambeau de béton de tuileau très mince (3 cm en moyenne). On entre dans la pièce par son angle N‑E, directement depuis ce qui semble être resté un espace ouvert. Contre le mur nord, au niveau du piédroit ouest de l’entrée, est disposé un bloc en grès grossier (A). Il est globalement cubique et mesure 40 cm d’arête. Il est fondé sur une fosse de 30 cm de profondeur, garnie de blocs disposés en hérisson. Le sol n’est conservé qu’au niveau d’une bande centrale N‑S. En avant du bloc, à 20 cm environ, une réserve est aménagée au moment où l’on a coulé le sol (B). Elle se présente sous la forme d’une fosse (0,80 x 1 m, prof. 10 cm) ; ses contours sont très réguliers et elle est creusée dans le remblai de mise à niveau. Aucune trace de rubéfaction n’est visible. Il semble que cette empreinte soit le négatif d’une structure démontée. Au centre de ce rectangle, on trouve un trou de pieu conique (C, diam. 30 cm, prof. 40 cm). Il ne présente pas de trace d’impact thermique. Il n’est pas possible de rattacher de façon certaine cette perforation à cette phase (a), dans la mesure où elle est présente dans la seconde (b) ; elle ne constituerait alors qu’une perturbation. Au niveau de l’angle N‑O de cette trace, décalé de 30 cm, on remarque un trou de poteau (D, diam. 20 cm, prof. 10 cm) qui présente sur son pourtour une accumulation de cendres et charbons de bois. Le niveau en béton est couvert d’une couche d’occupation constituée de cendres, charbons de bois et battitures. Face à l’entrée, le sol n’est pas conservé ou n’a peut‑être jamais existé ; le niveau visible pour cette phase est constitué par de l’argile rapportée en remblai lors de l’aménagement de la pièce. Les traces d’occupation sont, de fait, enchâssées dans le sol ; elles sont constituées essentiellement de cendres, charbons de bois et particules de scories de fer très fragmentées. Dans cette partie de la pièce, deux amphores (E et F) ont été enchâssées dans le sol. Ces deux dispositifs se présentaient à la fouille de manière assez différente. La fosse la plus au nord, près du centre de la pièce, ne contenait plus la céramique enterrée ; c’est la forme hémisphérique très régulière de l’empreinte qui a permis son interprétation. Le remplissage de la fosse est très hétérogène, pareil au remblai de préparation pour l’installation du sol postérieur. Dans la seconde structure (F), l’amphore est encore présente ; la paroi interne est desquamée par les chocs thermiques des fortes températures qu’elle a probablement subies. En outre, le remplissage est constitué presque exclusivement de cendres et charbons de texture très pâteuse en raison de la rétention d’eau qu’a provoqué la céramique après son abandon.

FIG. 78 – Plan de la pièce 2‑1 à l’état 2, phase a.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

111La pièce est ensuite modifiée par le bouchage de la moitié est du passage sud (G) et le recul du mur nord de 80 cm (fig. 79). Le bloc disposé au nord (A) est maintenu et l’on en rajoute un second (H), de forme plus irrégulière (40 x 50 cm, ép. 30 cm), qui le jouxte à l’est De même que le premier, il témoigne d’une usure de surface. En revanche, il n’a pas fait l’objet d’une fondation, étant simplement posé sur le béton de la phase antérieure. Cette configuration semble justifier son enfoncement plus important que le précédent, le sol s’étant affaissé. En avant de ce bloc, vers le centre de la pièce, on repère un impact thermique allongé (I) en forme de langue. Un second impact du même type (J) est perpendiculaire au mur nord et tangent à l’ouest du bloc (A). Les fragments de tuile encore présents au niveau de cette tache témoignent d’une structure démontée. Cette seconde trace de foyer est posée sur un lambeau de sol en béton de tuileau, de faible épaisseur, de l’ordre de 3 cm. L’occupation liée à cet état contient, outre les cendres, charbons de bois et battitures, des fragments de scories.

FIG. 79 – Plan de la pièce 2‑1 à l’état 2, phase b.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

112La pièce 2‑13, située au nord de 2‑1, délimite un espace carré de 2,50 m de côté. Elle est très perturbée et n’a pas révélé de niveau de sol conservé ; son remplissage, très hétérogène, est principalement constitué d’une matrice argilo‑limoneuse. À l’est, la pièce 2‑15 présente un sol de graviers couvert de traces cendreuses très lâches ne constituant pas à proprement parler un niveau d’occupation ; l’espace, de 3 x 4 m, s’ouvre vers l’est sur l’espace 2‑14, couloir E‑O de 1 m de large qui vient jouxter le bâtiment E. Un seuil bétonné, primitivement couvert de bois comme en témoigne la trace laissée dans le mortier, ouvre la pièce 2‑15 vers le sud. Ce seuil débouche dans la pièce 2‑30 qui mesure 4 x 2 m. Le sol est constitué d’argile battue, sans témoin particulier. La pièce est ouverte vers le sud sur la pièce 2‑31 ; cette dernière, mesurant 5,50 x 3,50 m, ne contient plus de niveau de sol, mais est comblée par un remblai hétérogène jusqu’à 60 cm en dessous des ressauts de fondation des murs. Celui‑ci repose lui‑même directement sur le substrat géologique. La pièce 2‑32, juste à l’ouest, mesure 3 x 4 m et présente les mêmes caractéristiques. La « neutralité » de cet ensemble de pièces (2‑15, 2‑30, 2‑31, 2‑32), auquel on pourrait ajouter la moitié sud de 2‑5, pose un certain nombre de questions. La configuration du terrain et le positionnement de ces pièces ne permettent pas de parler d’érosion pour justifier l’absence de sols, pas plus que de surcreusement, dans la mesure où les espaces concernés par ailleurs conservent au moins les traces de la dernière occupation. Les vides visiblement créés volontairement sous les niveaux présumés d’occupation, déterminés à partir des semelles des murs, pourraient témoigner de la présence de planchers dans ces pièces très exposées aux infiltrations d’eau. Cette hypothèse s’approche de la certitude pour l’espace 2‑15 où l’on peut restituer le niveau de circulation à partir des ressauts et du seuil en béton.

113La pièce 2‑7 est transformée en espace d’habitat ; une entrée est aménagée depuis la terrasse supérieure dans l’angle N‑O. Le sol est réalisé sur plancher ; ce dernier, brûlé, a pu être identifié ; la seule information qui subsiste est l’orientation N‑S des planches. La pièce 2‑8 est érodée pour cet état.

114La pièce 2‑10, mesurant 4 x 5 m, est ouverte au niveau de l’angle N‑E sur une montée d’escalier débouchant sur la terrasse supérieure (2‑36). Le plan incliné taillé dans l’argile du substrat porte encore les traces en négatif de l’escalier en bois. Elles se présentent sous la forme d’empreintes de poutres, d’une section carrée de 10 cm de côté, disposées à 10 cm des murs latéraux. Les trois murs maçonnés de la pièce 2‑10 présentent un ressaut de 10 à 20 cm au‑dessus de leur base. La limite S‑E est constituée de terre crue, contre laquelle, vers l’intérieur, on a disposé des dés maçonnés en tuile, d’une hauteur sans doute équivalente, même si l’érosion les a considérablement écrêtés. Des vestiges du plancher de cet espace demeurent sous forme de bois carbonisé, formant une couche reposant sur les ressauts ; ces observations permettent de proposer un schéma de restitution (fig. 80). Les vestiges retrouvés au niveau du vide sanitaire sont assez caractéristiques d’une pièce d’habitat même si, çà et là, on a pu mettre en évidence des sels de cuivre.

FIG. 80 – Schéma de restitution de la pièce 2‑10 à l’état 2.

dess. L. Vaxelaire/Afan

  • 1 La détermination a été réalisée par B. Guineau (CNRS, Orléans) ; l’usage de poudre d’hématite peut (...)

115La pièce 2‑11 (fig. 81) est réservée au travail des alliages à base de cuivre (fours de fusion, foyer plat, fosses). Il ne demeure au sol qu’un état d’atelier dans la mesure où l’évolution s’est faite par surcreusement. Ce phénomène est observé à plusieurs reprises sur le site. Lorsque l’artisan considérait que son sol de travail et ses structures devaient être remplacés, pour diverses raisons, il recreusait le niveau de la pièce et se réinstallait plus bas. Cette technique amenait parfois le niveau des sols d’atelier en dessous des fondations (20 cm dans cette pièce). Seuls quelques impacts thermiques (dus à la sensibilité du terrain naturel à la température), en périphérie des pièces, témoignent encore de la présence de niveaux antérieurs et attestent que les niveaux les plus bas sont les plus récents. On ne trouve donc d’une première phase attestée (a) qu’un fond de structure de forme cupulaire (A), ayant fortement chauffé (l’argile est colorée sur 10 à 15 cm), de 45 cm de diamètre à l’embouchure et de 20 cm de profondeur. Il ne reste rien de la paroi ni du remplissage initial. Lors de sa démolition, on a dû araser la structure. Si l’on considère la coupe, on remarque que le fond de cette fosse respecte une couche de préparation du sol (fig. 82). Pour restituer le niveau initial, on peut se baser sur le ressaut de fondation du mur terrasse qui devrait correspondre au moins à l’altitude du premier sol. L’essentiel des vestiges de cet atelier est à rattacher à une seconde époque (phase b). Le long du mur nord, trois structures sont juxtaposées. À l’angle avec le mur ouest, un foyer cupulaire est installé (B), il mesure 60 cm à l’embouchure pour une profondeur de 30 cm. Les parois de la fosse ont été cuites et le comblement comportait encore des charbons de bois mêlés d’une poudre rouge qui s’est avérée être de l’hématite1. L’ouverture importante et la faible profondeur de la structure semblent peu compatibles avec l’interprétation en tant que four de fusion. De plus, la coupe transversale de la structure n’a révélé qu’un impact thermique limité. Plus au centre de la pièce, mais toujours le long du mur de terrasse, on trouve deux structures liées, se présentant sous la forme d’un trou de serrure. La structure ronde (C), identifiée comme un four de fusion, est constituée d’une fosse assez régulièrement cylindrique, d’un diamètre de 40 cm et d’une profondeur équivalente, Le fond de la fosse a été stabilisé et aplani par deux blocs de granite. Les parois ont été tapissées d’argile qui a cuit lors de l’utilisation. Le remplissage du four était sensiblement de même nature que le remblai de démolition de la pièce, nous laissant supposer qu’il était vide et « propre » au moment de l’abandon. Adjacente au four, une fosse quadrangulaire (D, 60 x 50 cm) a été dégagée ; moins profonde (30 cm environ), elle ne comportait pas de traces de rubéfaction et était remplie de tuiles concassées en fragments de 5 à 10 cm et de blocs de granite d’un module similaire. Ces éléments nous font interpréter cette structure soit comme une fosse de coulée soit comme l’emplacement d’un dispositif de soufflerie. Au centre de la pièce, et contemporain de ce dernier ensemble, un foyer à plat composé de tegulae est aménagé (E), Bordant le mur est, une fosse quadrangulaire (F, 40 x 50 cm, prof. 20 cm) a été creusée ; elle ne portait la trace d’aucun impact thermique et son remplissage était exclusivement composé de charbons de bois de gros module. Bien qu’elle soit de faible contenance (40 1 environ), on peut voir là une structure de stockage du charbon. Le sol de circulation correspondant à cette phase a subi une érosion importante provoquée par de nombreux et importants nettoyages. Les traces d’occupation, là où la concavité du sol les a conservées, sont constituées de charbons de bois et de cendres avec parfois des particules d’alliage cuivreux en gouttelettes. En aucun endroit dans cette pièce on ne repère de niveau de limaille. Du reste, on n’y trouve pas non plus de polissoir, fixe ou à main, ni d’enclume comme dans d’autres pièces de travail.

FIG. 81 – Plan de la pièce 2‑11 à l’état 2.

dess. I. Koclejda, J. Gelot/Afan

FIG. 82 – Schéma stratigraphique O‑E de la pièce 2‑11.

dess. L. Vaxelaire/Afan

État 3

116Cet état correspond à la dernière configuration du bâtiment avant l’abandon (fig. 83). Les modifications architecturales sont limitées et se traduisent dans la plupart des cas par un bouchage, une ouverture, un regroupement ou une subdivision de pièces. Les maçonneries restent du même type qu’à l’état précédent à savoir qu’elles sont réalisées en pierre sur fondation. Les accès sont affectés en plusieurs endroits. Au niveau de la cour est, le passage entre les espaces 2‑14 et 2‑15 est condamné. La limite nord du couloir 2‑14 est abattue, mais l’on conserve la maçonnerie sud qui sert de terrasse. La configuration en forme de L de l’espace 2‑14 supporte deux hypothèses : celle d’un passage couvert, comme celle d’une cage d’escalier. L’accès nord de la cour est du bâtiment est élargi de manière significative en passant de 0,80 à 2 m ; la rampe dessert à présent les pièces 2‑1, 2‑13 et 2‑15. L’entrée depuis le portique se faisait par l’espace 2‑2, par un escalier sans doute en bois ; dans un dernier temps, ce passage est condamné pour être transformé en pièce à part entière. La descente se fait à présent par un nouvel espace (2‑12), beaucoup plus exigu (1 x 1 m).

FIG. 83 – Plan schématique du bâtiment C de l’îlot C à l’état 3.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

117La pièce 2‑11 perd son caractère artisanal, le mur nord est percé au niveau de son extrémité est L’arasement est aménagé par la disposition de deux dalles de granite non taillées, de 40 cm de module, recouvertes d’une couche de mortier lissé formant à la fois un seuil et une marche permettant de franchir la terrasse. De même, le mur séparant 2‑11 et 2‑10 est percé en son centre et un seuil en maçonnerie est construit en saillie dans 2‑10. Ce seuil large de 1,20 m est réalisé en petits moellons de granite. Son bord est est en surplomb par rapport au mur qui le soutient. Il semblait alors reposer sur le plancher de la pièce 2‑10. La fouille du vide sanitaire, sous le plancher de la pièce 2‑10, n’a pas révélé d’autres indices que d’habitation. Sur le plancher brûlé, on a pu retrouver une importante couche de démolition d’enduits peints décorés dont l’épaisseur varie de 2 à 8 cm. La position des fragments d’enduit, concentrés au centre de la pièce, qui peuvent atteindre 1 m2 d’un seul tenant, indique qu’ils proviennent de l’étage. De plus, l’examen des murs de la pièce de rez‑de‑chaussée exclut la présence d’un traitement de ce type. Les deux pièces 2‑10 et 2‑11 ne portent pas de trace particulière ; toutefois, il est impossible d’exclure totalement l’hypothèse d’une activité artisanale dans la mesure où certains travaux ne laissent pas de déchets repérables.

118Jouxtant 2‑10 à l’est, la pièce 2‑7 présente pour cet état une surface de 15 m2. Un accès direct depuis la terrasse nord est aménagé à l’extrémité ouest du mur de soutènement sur 80 cm. Un lambeau de sol est conservé sur les deux tiers N ; il est constitué d’un niveau de charbons de bois caractéristique d’un plancher carbonisé. Aucune trace d’activité artisanale n’est visible au niveau de cette occupation. De même que pour la pièce 2‑10, si l’on peut voir là les restes d’un espace d’habitation, nous n’exclurons aucune hypothèse quant à un travail ne produisant pas de vestiges repérables. L’espace 2‑2 est, aux états précédents, un passage permettant un accès aux pièces sud depuis le trottoir. On remarque, pour le dernier état, une complète restructuration de ce couloir transformé en pièce à part entière. Le plan incliné est retaillé à plat jusqu’à 50 cm de la limite nord. Là, un mur E‑O est construit, venant doubler le soutènement. Contre ce mur, au tiers est, un foyer est posé au sol. Il est formé de deux tegulae à plat. Le niveau d’occupation est constitué de cendres et charbons de bois. Aucun élément ne nous oriente vers une activité en particulier. Le mobilier issu de cette couche est très rare. Les pièces 2‑3, 2‑4 et 2‑5 sont remblayées sur 20 cm en moyenne par une couche d’argile jaune (issue du substrat). Le mur séparant 2‑3 et 2‑4 est reconstruit en pierre. Leurs sols ne portent pas de traces de travail.

119Les pièces 2‑1 et 2‑13 sont regroupées (fig. 84). L’accès à cet espace est double. Les entrées restent celles de la pièce 2‑1 à l’état 2. Celle du sud, ouverte sur 2‑32, est rétrécie par l’édification d’un mur bouchant la moitié est. Les deux pièces sont remblayées sur une épaisseur moyenne de 20 cm par une argile jaune issue du substrat. Le regroupement des deux pièces représente une surface de 21 m2. Les blocs de grès (A et B) utilisés comme enclumes par les forgerons de l’état 2 sont conservés en place et affleurent à présent au niveau de circulation. Un troisième bloc (C) est disposé à l’entrée ; il s’agit du remploi d’un catillus en grès grossier qui mesure 50 cm de diamètre pour 25 cm d’épaisseur. La surface correspondant à la pièce 2‑13 a été perturbée ultérieurement par une grande fosse comblée par des matériaux de construction (argile, blocs, mortier et tuiles). Le niveau d’occupation est constitué de cendres et de charbons de bois très fragmentés. Ce sol, à dominante noire, est tacheté par des inclusions d’argile blanche ; cette dernière est très plastique et semble particulièrement homogène. À 50 cm au S‑O des deux enclumes, on repère une trace de foyer (D) sous la forme d’une zone indurée par la chaleur sur une surface polylobée inscrite dans un cercle de 30 cm de diamètre. Deux sortes de rigoles (E), de 15 cm de largeur sur 10 cm de profondeur, forment un Y avec une branche placée contre les enclumes, une contre le mur ouest et la troisième contre le mur sud. Le pendage de ces rigoles est N‑S. Le niveau d’occupation contient plusieurs fragments de tôle d’alliage cuivreux issus de découpes (chutes d’angles, rubans enroulés). Les pièces 2‑1 et 2‑13 ne peuvent être dissociées de 2‑32, qui mesure 3 x 4 m, avec laquelle elles communiquent au sud. La configuration des murs indique que la salle était dotée d’un plancher. Dans l’angle N‑E, un gros bloc de granite informe est disposé. Sa face supérieure est la seule taillée par une excavation conique de 25 cm de diamètre pour 30 cm de profondeur. La disparition du plancher a provoqué un basculement du bloc vers l’avant. Toute la pièce est comblée par des matériaux de construction : blocs, mortier, tuiles et surtout de nombreux fragments de tubuli d’hypocauste. Ces éléments semblent complètement rapportés et ne peuvent être rattachés à aucune des pièces.

FIG. 84 – Plan des pièces 2‑1, 2‑13 et 2‑32 à l’état 3.

dess. E. Michon, J. Gelot/Afan

2..2.2.4 Le bâtiment E

120Ce bâtiment, constitué d’un ensemble de 7 ou 8 pièces suivant les différents états architecturaux, est localisé à l’extrémité orientale de l’îlot C. Il s’insère dans un espace dont la surface avoisine 420 m2, soit environ 1/5 de la surface globale allouée à l’îlot C. Cet espace est limité au nord par le decumanus, à l’est par le cardo 2. Sa façade méridionale s’ouvre sur un espace non construit, d’une largeur d’environ 20 m, jusqu’à l’enceinte antique, tandis qu’à l’ouest, il est séparé du bâtiment C par une zone non construite (fig. 85). De même que pour les bâtiments O et C, la topographie du terrain a occasionné la mise en place d’importantes terrasses, nécessaires à l’édification du bâtiment (fig. 34). Sa partie S‑E (pièces 1‑3 et 1‑9) est édifiée sur un remblai de nivellement formé des matériaux extraits lors du creusement des terrasses. Deux séries de terrasses rythment ainsi l’organisation des pièces du bâtiment.

FIG. 85 – Plan schématique du bâtiment E de l’îlot C à l’état 1.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

121Un mur maçonné, d’axe N‑S, ne comportant aucune ouverture dans ce qui est conservé, et présent durant les trois états architecturaux divise l’espace alloué au bâtiment E en deux parties égales (fig. 86). La partie occidentale, qui se compose des pièces 1‑29, 1‑30, 1‑2 et 1‑39 sera nommée corps de bâtiment O, et la partie orientale (pièces 1‑9, 1‑3 et 1‑11) corps de bâtiment E. Aucune communication n’est visible entre ces deux espaces qui paraissent fonctionner indépendamment. Cette division respecte un module de largeur constant, de l’ordre d’une vingtaine de mètres, observé par ailleurs dans d’autres bâtiments composant l’îlot C. La division de l’espace interne en deux unités indépendantes est également mise en évidence au regard des productions inhérentes aux différents ateliers. L’étude de la répartition des fragments d’enveloppes de bronzage des clochettes en fer et des fragments de moules permanents en calcaire en constitue une parfaite illustration. La totalité des fragments d’enveloppes à bronzer les clochettes (état 3), en contexte d’atelier ou de dépotoir, se trouve localisée dans l’espace réserve au corps de bâtiment E, tandis que les moules permanents en calcaire (état 2) sont réservés au corps de bâtiment O. Bien que ces productions soient décalées chronologiquement, l’étude des répartitions nous semble apporter un argument pour l’existence de cette subdivision. L’étude de la répartition des différents types d’ateliers de bronziers lors de l’état 1 plaide également dans ce sens (cf. infra § 3.2.6). Le bâtiment E apparaît ainsi divisé en deux modules comprenant chacun trois ou quatre pièces. Le corps de bâtiment O couvre 140 m2 et l’accès peut s’y faire soit par la façade nord, soit par la façade sud. Le corps de bâtiment E ne couvre que 127 m2 ; on y accède par le nord, par l’est et vraisemblablement par le sud. Cette configuration reste valable pour tous les états architecturaux repérés.

FIG. 86 – Plan schématique et hypothétique de la division spatiale du bâtiment E de l’îlot C.

dess. F. Ducreux/Afan

État 1

122Dès sa construction, ce bâtiment présente un schéma global qui ne connaîtra plus d’importantes modifications au cours des siècles suivants. Les accès à la façade nord, vers le decumanus, se matérialisent par un système de rampes descendant vers les pièces creusées dans le substrat géologique. Au sud et à l’est, en raison de la déclivité naturelle du terrain, les pièces se trouvent être de plain‑pied sur la façade sud de l’îlot et le cardo 2. Nous sommes donc en présence d’un ensemble de pièces semi‑enterrées formant un sous‑sol. Ce type d’architecture apparaît approprié pour accueillir une activité artisanale telle que la métallurgie, prépondérante dans cette partie de l’îlot C tout au long de l’état 1.

123La plupart des murs sont construits en petits moellons de granite, irréguliers, liés par un mortier jaunâtre. Quelques rares cloisons en matériaux périssables apparaissent. Elles sont en général construites sur sablière basse ou sur un solin maçonné comme pour la cloison séparant la pièce 1‑30 de la pièce 1‑29. Les remblais de comblement des différentes pièces, conservés parfois sur plus d’1 m d’épaisseur dans les pièces excavées, ont livré une forte proportion de fragments de cloisons en argile. Des traces de poutres parallèles ressortent nettement dans la démolition de la pièce 1‑2. Ces éléments, qui ne semblent pas être en relation avec le bâti conservé, proviennent plus vraisemblablement de la destruction d’un étage dont le sol se serait trouvé au niveau du decumanus, c’est‑à‑dire à environ 2,5 m plus haut.

124Des espaces de circulation bordent les structures bâties, le long du réseau viaire et de l’espace non construit situé en façade sud du bâtiment. Une couverture de ces espaces n’est pas ici réellement attestée, mais semble logique, au moins le long des voies. Les observations réalisées sur les autres îlots plaident pour une couverture des espaces de circulation ceinturant les îlots, à la manière d’un portique. Il ne s’agit pas ici d’un portique monumental, mais plus d’une architecture mixte composée de bases en grès soutenant des poteaux de bois.

● Le corps de bâtiment O

125Les perturbations et dégradations survenues au cours du temps, et parfois occasionnées par la mise en place des structures postérieures, ont profondément bouleversé les niveaux d’occupation correspondant à l’état 1. Les observations réalisées dans les quatre pièces qui constituent cet ensemble nous permettent d’attribuer la totalité de la surface au sol à une vocation artisanale. Comme pour les autres bâtiments ou îlots, la métallurgie des alliages cuivreux en constitue l’activité dominante. L’accès au corps de bâtiment O s’effectue sur la façade nord de l’îlot C par deux corridors jouant ici le rôle de rampe d’escalier. Ils sont séparés par un mur construit en matériaux légers lors de cet état. L’emmarchement qui a complètement disparu devait être réalisé en matériaux périssables. Ces escaliers débouchent au sud sur la pièce 1‑2 pour la rampe est et sur la pièce 1‑29 pour la rampe ouest.

126La pièce 1‑29 (fig. 87) est un espace carré couvrant une surface d’environ 30 m2. Cette pièce et la rampe d’escalier sont enchâssées dans le substrat géologique sur une hauteur d’environ 1,50 m sur les côtés nord et ouest. On remarque, dans le mur septentrional, la présence de deux ouvertures rectangulaires débouchant au nord sur un espace paraissant non construit, inséré entre la pièce 1‑29 et l’espace de circulation marquant la limite nord de l’îlot. Ce genre de dispositif, constaté par ailleurs dans d’autres pièces à vocation métallurgique, pouvait servir à évacuer les fumées. Ces embrasures peuvent avoir été bouchées lorsque ces activités ont pris fin. Au sud, la pièce 1‑29 est séparée de la pièce 1‑30 par une cloison en matériaux légers qui devait logiquement comporter un passage. Une ouverture pratiquée dans le mur est de la pièce permet d’accéder à la partie orientale du corps de bâtiment. Au niveau du tiers méridional de la pièce 1‑29, une série de trois dés en calcaire vient former un alignement perpendiculaire au mur est. Ces blocs quadrangulaires d’environ 30 à 40 cm de côté sont liés à l’aménagement interne de la pièce et subdivisent l’espace en deux zones distinctes. Le sol de la pièce à cet état est fort perturbé mais conserve la trace d’activités métallurgiques. Ces témoins, très ténus, apparaissent sous la forme de lambeaux d’un sol où viennent se mêler charbons de bois et sels de cuivre. Ce niveau d’occupation vient se poser à même le sol géologique qui comporte des traces de rubéfaction en plusieurs points. La zone située au sud des blocs calcaires se révèle la mieux conservée et garde les traces assez nettes d’un sol recouvert d’une pellicule de sels de cuivre. À l’ouest de cet espace, se rencontre la structure la plus lisible de la pièce (B). Il s’agit d’une aire quadrangulaire, de 30 x 40 cm, limitée sur deux côtés par des traces de bois rectilignes et perpendiculaires. À l’intérieur de cet espace viennent se superposer plusieurs couches de sels de cuivre d’une épaisseur pouvant varier de 0,50 à 1 cm. Ces dépôts se circonscrivent très nettement à l’espace précédemment décrit semblant limité par un coffrage en bois. Aux abords immédiats de cet aménagement, le sol conserve quelques traces matérielles liées aux activités telles que des fragments de polissoirs en grès fin, d’autres outils lithiques en roche dure et, enfin, plusieurs fragments d’un moule permanent en calcaire (no inv. 1594 US 1717). La partie de la pièce située au nord de la limite formée par les blocs calcaires est quant à elle plus érodée et seules les traces d’un sol charbonneux se rencontrent à l’ouest de la fosse C (diam. 1,40 m, prof. 70 cm) creusée dans la partie centrale. Le remplissage de cette fosse a également livré des fragments du moule cité plus haut. Bien que mal conservée, cette pièce présente des caractéristiques qui ne nous permettent pas de l’intégrer dans le schéma classique des ateliers métallurgiques repérés sur le site à l’état 1. La présence de plusieurs fragments d’un moule permanent dans deux contextes différents semble ici plus anecdotique que révélatrice d’une activité de fonderie pour laquelle aucune structure n’a pu être clairement définie. La fabrication de fibules n’est pas non plus attestée et nous pouvons noter ici l’absence de fragments de moules à la cire perdue et de creusets généralement associés en forte quantité à ce type de production. Les activités inhérentes à la pièce 1‑29 s’apparentent plus ici à des travaux de finition tels que le polissage, comme le laisse supposer la structure décrite précédemment. La division de l’espace interne est elle aussi originale et aucun cas similaire n’a été repéré dans le bâtiment E.

FIG. 87 – Plan de la pièce 1‑29 à l’état 1.

dess. F. Ducreux/Afan

127La pièce 1‑30 (fig. 88) est un espace de grandes dimensions (9,50 x 5 m, soit 48 m2 d’emprise au sol) bénéficiant d’un accès direct sur la façade sud du bâtiment. À l’est, la pièce 1‑2 se situe à environ 50 cm en contrebas. Le mur de terrasse qui sépare ces deux unités se trouve être d’une belle facture, composé essentiellement de petits moellons de granite assez réguliers. Le sol d’occupation de la pièce 1‑30 surplombe d’une vingtaine de centimètres les niveaux de la pièce 1‑29. Les structures et aménagements qui lui sont associés sont également très perturbés par les occupations postérieures, en particulier le surcreusement occasionné par la construction de deux petits locaux au sud de la pièce au cours du dernier état d’occupation (pièces 1‑34 et 1‑35 de l’état 3). Bien que très dégradées, certaines structures restent encore lisibles, s’associant à un sol aménagé sur une chape d’argile plaquée à même le sol géologique. Ce sol, qui se caractérise essentiellement par un apport de sels de cuivre, devient charbonneux dans la partie centrale de la pièce, à proximité du foyer A, foyer carré de 40 cm de côté, enterré dans une fosse deux fois plus longue. Seul le fond de ce foyer subsiste, de telle sorte qu’il est impossible d’en faire une description complète. Bien qu’ayant beaucoup chauffé, la base de ce foyer, constituée de tuiles, le rapprocherait de foyers rectangulaires observés en d’autres points du site (pièce 1‑26 de l’îlot B et 1‑11 de l’îlot C). Cette partie de la pièce est également marquée par la présence d’une assez grosse quantité de petits fragments d’os brûlés dispersés dans le sol charbonneux. Vers le nord de la pièce, le sol est recouvert d’une pellicule de sels de cuivre. Dans l’angle N‑E, où la fosse D vient perturber l’essentiel des structures, le sol est parsemé de débris de moules et de creusets. Certaines structures ont cependant pu être repérées : un fond d’amphore (B) largement recoupé par la fosse D, associé à une petite fosse rectangulaire contenant du charbon de bois (C). Cette fosse est d’une envergure relativement fréquente sur le site pour des structures comparables (35 x 25 cm, prof. 15 cm). Les parois de l’angle N‑O de la fosse D sont rubéfiées sur une épaisseur de 7 cm et une hauteur de 25 cm, dimensions suffisamment conséquentes pour laisser supposer la présence à cet endroit d’une structure de chauffe importante qui aurait été entièrement bouleversée lors du creusement de la fosse D. L’hypothèse d’un four de fusion n’est pas à rejeter et pourrait fournir une explication quant à la présence de fragments de moules et de creusets à proximité. Enfin, au sud de la pièce s’étend une grande fosse‑dépotoir dans laquelle ont été rejetés un grand nombre de fragments de parois de four (E). En divers endroits de cette pièce, le sol est percé de petits trous de piquets adoptant des formes rectangulaires ou circulaires. La présence de moules à fibules dispersés sur une partie du sol d’occupation plaide de façon incertaine pour la production de ce type d’objet, mais les opérations de fonderie n’y sont pas clairement repérées.

FIG. 88 – Plan de la pièce 1‑30 à l’état 1.

dess. F. Ducreux/Afan

128La pièce 1‑30 est bordée à l’est par la pièce 1‑2 (fig. 89) ; de surface sensiblement identique, elle s’encastre dans le substrat géologique sur 50 à 60 cm par rapport à la pièce 1‑2. Cette différence de niveau, somme toute importante, peut justifier l’absence de communication entre ces deux pièces. On peut en revanche accéder à la pièce 1‑2 par les façades nord et sud de l’îlot. Un accès existe également vers la pièce 1‑39 située au N‑E. Le mur E et une partie du mur S sont édifiés sur des constructions attribuées à la phase 0. L’accès sur la façade nord se fait par l’intermédiaire d’une longue rampe qui longe le mur ouest de la pièce 1‑39. Au sud, l’accès est marqué par un seuil limité à chaque extrémité par un bloc de grès. À l’opposé des pièces décrites précédemment, où les aménagements se répartissent sur la quasi‑totalité de l’espace disponible, la pièce 1‑2 présente une série de structures regroupées sur seulement un quart de la surface, dans la partie centrale de la pièce qui se trouve être le moins exposée à la lumière du jour. Cette recherche de la pénombre n’est pas hasardeuse et est par ailleurs constatée en de nombreux points du site, Les structures les plus anciennes se regroupent autour du foyer circulaire A (diam. 40 cm) aménagé dans l’empreinte laissée par un récipient fiché dans le sol géologique témoignant d’une toute première phase de l’état 1. Ce foyer est aménagé dans un remblai composé d’argile géologique remaniée. Ce niveau de sol est fortement durci et rubéfié aux alentours du foyer. Sur un rayon de 3 m autour de cette structure se rencontrent les empreintes de cinq céramiques originellement encastrées dans le sol ou bien encore en place (C, D, E, F, G). Certains récipients ont été retirés du sol lors de l’abandon de ce dispositif. Dans l’espace le plus à l’ouest de cette zone, le sol est entaillé par quatre fosses quadrangulaires aux contours réguliers (H, I, J, K). Ces fosses, de dimensions comprises entre 30 et 80 cm de longueur et 20 à 40 cm de largeur pour une profondeur de 15 cm, sont toutes remplies de charbon de bois. Dès cette période, un bloc de grès (L), de 40 cm de côté, est installé à environ 1 m au sud du foyer. Il est enterré sur la quasi‑totalité de sa hauteur, soit 26 cm, ne dépassant du sol que de 2 à 3 cm. De telles installations sont fréquentes sur le site dans d’autres pièces à vocation métallurgique. Leur fonction précise reste difficile à apprécier mais paraît correspondre à la nécessité d’une surface de travail dure et stable. Contre la face nord de ce bloc de grès, vient s’appuyer le foyer plat B, de forme sensiblement carrée, d’environ 50 cm de côté. Il se limite au sud et à l’ouest par un alignement de moellons en grès ayant fortement chauffé. Sa limite nord est réalisée par un double alignement de tuiles fichées dans le sol. Cette structure s’ouvre à l’est sur une zone du sol fortement rubéfiée. Sa sole était à l’origine aménagée avec des tuiles plates. Celles‑ci sont fortement dégradées par l’action du feu et se retrouvent sous une texture pulvérulente. À environ 30 cm au N‑O, un fond d’amphore enterré est encore en place (F). Son remplissage, formé de sels de cuivre « purs » sur une épaisseur de 10 cm, indique une récupération de matière première. Le niveau d’occupation formé sur l’assainissement argileux qui présente de fortes traces de rubéfaction aux abords du foyer, est composé de charbons de bois et de sels de cuivre en assez grosse quantité. Il faut encore signaler l’absence significative de fragments de moules et de creusets, aussi bien dans les structures que sur le sol. La partie sud de la pièce 1‑2 présente plusieurs alignements de petits trous de piquets de sections circulaires, quadrangulaires ou encore triangulaires. L’interprétation de telles structures est malaisée et l’hypothèse de cloisons pare‑feu, développée pour certaines pièces (1‑11 notamment), ne peut être ici retenue en raison de l’absence de tout foyer aux abords de cette zone. La fonction de ces installations, situées dans une zone d’occupation limitée peut être liée au stockage. Les activités développées dans cette pièce s’insèrent certainement dans le travail des métaux cuivreux ; cependant, aucun mobilier ne nous permet d’évoquer la production de cet atelier.

FIG. 89 – Plan de la pièce 1‑2 à l’état 1.

dess. J.-C. Passerai, F. Ducreux/Afan

129La pièce 1‑2 communique au nord avec la pièce 1‑39, profondément enchâssée dans le sol géologique. Les transformations architecturales marquant le début de l’état 2 dans cette partie du bâtiment ont causé la disparition quasi complète des structures et du bâti s’y rapportant. Seul un lambeau de sol marqué par une forte quantité de sels de cuivre fonctionnant avec un dolium enterré est conservé sous les transformations effectuées sur le mur sud. Un bloc de grès situé sous le même mur marque l’emplacement du seuil.

130L’unité architecturale et fonctionnelle constituée par ces quatre pièces apparaît cohérente et, malgré les divers bouleversements, les observations réalisées les placent de façon certaine parmi les nombreux ateliers de bronziers repérés sur le site au cours de cet état. La production de cette unité reste inconnue mais peut toutefois être en rapport avec la fabrication des fibules, production repérée en de nombreux points du site à cette époque. Les éléments de datation absolue restent rares, voire absents, mais l’ensemble s’insère dans le premier état architectural.

● Le corps de bâtiment E

131Entre ce premier ensemble et la façade est de l’îlot vient s’intercaler une deuxième unité qui couvre une surface globale de 127 m2, légèrement inférieure à l’unité précédente (fig. 85). Le corps de bâtiment E se compose de trois pièces (1‑11, 1‑9 et 1‑3) contre quatre pour le corps de bâtiment O. La récupération des murs de façade est et sud empêche de localiser les accès sur le cardo 2 et sur la façade sud de l’îlot. Un accès est en revanche mis en évidence sur la façade nord, aboutissant à la pièce 1‑11. Cette communication est matérialisée par une rampe d’escalier qui remédie à la dénivellation importante existant entre la pièce 1‑11 et la façade nord de l’îlot. Cette pièce, en raison de son encaissement important comporte les structures les mieux conservées du bâtiment. Ses murs ouest et nord soutiennent en effet des terrasses de l’ordre de 1,50 à 1,80 m. Par rapport à la pièce 1‑3, située au sud, elle est surcreusée de 30 cm. Ce phénomène de surcreusement plus important d’une pièce par rapport à une autre, et ceci dans le sens inverse de la pente naturelle du terrain, est déjà observé pour les pièces 1‑29 et 1‑30 du corps de bâtiment O. De tels aménagements ne sont pas le fruit du hasard et répondent certainement à un besoin lié à la fonction même de la pièce que nous ne sommes pas en mesure de préciser. Les murs sont construits en moellons de granite d’aspect irrégulier. Le mur de façade est, reconstruit au cours de l’état 2, n’a pu être observé que sur une assise de moellons encore visible. Sur le mur ouest, deux blocs de grès délimitent une ouverture (2 m de largeur, située à 1,10 m au‑dessus du sol d’occupation) donnant sur un espace non construit, enclavé entre les deux corps de bâtiment ; celle‑ci était vraisemblablement destinée à l’évacuation des fumées. Du fait de son encaissement, la pièce 1‑11 paraît isolée du reste des pièces composant ce deuxième corps de bâtiment. Il n’existe en effet aucune communication avec la pièce 1‑3 qui la jouxte au sud.

132Dans la pièce 1‑11 (fig. 90 et 91) plusieurs sols d’atelier, comprenant chacun leurs propres structures, viennent se superposer, permettant ainsi de définir deux phases d’occupation de la pièce au cours de l’état 1. L’une des premières structures à y être implantée se trouve au fond d’une fosse située dans l’angle S‑E où l’on constate plusieurs aménagements (B). Cette fosse, qui fait apparaître des contours irréguliers rubéfiés en certains points, est percée de deux cavités circulaires reliées par un petit canal (cf. infra § 3.2.5). Le reste de l’espace est occupé par un sol charbonneux. Au centre de la pièce, la fosse C a été comblée par les résidus provenant d’un four démonté (A). Ce four a pu être repéré au nord de la pièce ; il n’en subsiste que le creusement réalisé dans le sol géologique. Ses parois verticales et son fond légèrement concave, formant une structure circulaire (diam. 55 cm, prof. 25 cm), sont encore pourvus de fortes traces de rubéfaction. Il est comblé de manière étonnante par un nombre important de bouchons de creusets. Autour de cette structure, le sol est jonché de fragments de parois de four et de creusets.

FIG. 90 – Plan de la pièce 1 ‑11 à l’état 1, phase a.

dess. F. Ducreux/Afan

FIG. 91 – Plan de la pièce 1‑11 à l’état 1, phase b.

dess. F. Ducreux/Afan

133Les activités en rapport avec cette première phase d’occupation s’orientent, comme pour les autres pièces, vers le travail des alliages cuivreux. La fonderie semble y avoir été pratiquée comme le laissent supposer les nombreux fragments de creusets et de parois de four retrouvés sur le sol. La présence de quelques fragments de moules à fibules peut laisser supposer la fabrication de ce type d’objet. Cette activité coexiste avec une autre forme de travail, mal déterminée et caractérisée par la première structure décrite.

134Un niveau d’assainissement, formé par un remblai d’argile blanche parfois épais, vient se superposer à ces premières structures. Dans l’angle S‑E, où le sol primitif est fortement altéré, une chape formée de moules à fibules concassés vient se substituer à la recharge argileuse. C’est sur cette nouvelle configuration du sol que viennent s’installer les structures en relation avec la deuxième phase d’occupation de la pièce, en particulier dans la partie N‑O où un espace de travail assez complet peut être mis en évidence (fig. 91). La bonne conservation des vestiges permet ici l’analyse assez fine et détaillée d’un atelier, de fabrication de fibules probablement, et des structures de fonderie qui lui sont associées. Comme le montrent les différentes textures des sols d’occupation, l’espace interne est subdivisé en deux grandes zones indiquant la cohabitation de deux activités complémentaires liées au travail des alliages cuivreux. La moitié ouest de la pièce, à l’abri de la lumière, est pourvue d’un sol d’occupation très charbonneux, jonché de fragments de creusets et de moules à fibules. C’est dans cet espace destiné à la fonderie que se rencontrent les principales structures. Le four de fusion (C), qui est ici de forme rectangulaire (40 x 20 cm), est malheureusement perturbé par une fosse dont le creusement intervient à la fin de la phase a. Sa partie la plus à l’ouest est encore préservée et fait apparaître un creusement rectangulaire limité par une paroi d’argile très rubéfiée. Son remplissage, qui subsiste sur 10 cm de hauteur, est formé de gros fragments de charbons de bois auxquels s’associe une forte quantité de résidus cuivreux. Ceux‑ci se présentent sous la forme de gouttes et de boulettes informes. À environ 1 m au N‑O, se tient la fosse B, rectangulaire, aux dimensions identiques à celles du four. Cette fosse qui ne possède pas de traces de rubéfaction est remplie de charbons de bois. Ces deux structures se situent aux abords immédiats d’une cuvette repérée dans la partie nord de la pièce. Cet aménagement, qui peut atteindre 10 cm de profondeur dans sa partie centrale, est tapissé d’une argile blanche en tout point similaire à celle qui forme le sol à cet endroit. Sur le fond de cette déclivité se rencontre une assez forte concentration de fragments de moules et de creusets (US 1802). Dans l’angle N‑O de la pièce, la fosse A, de grandes dimensions et de forme relativement quadrangulaire, est destinée à recevoir les creusets cassés. Ce dépotoir contient une très grosse quantité de ces récipients peu fragmentés (cf. infra § 3.2.2.3). La moitié est de cet atelier connaît une configuration toute différente. Le sol est ici recouvert d’une croûte formée de sels de cuivre à laquelle n’est associée aucune structure. Une cloison d’argile, qui reprend la séparation constatée lors de la phase antérieure, isole l’angle S‑E du reste de la pièce. Les travaux pratiqués ici se rapprochent plutôt de la finition des objets au regard de la texture du sol. La présence sur ce sol de fragments de petits objets en bronze dont des ressorts de fibule brisés vient conforter cette hypothèse. Notons les découvertes d’un moule à fibule écrasé dans l’angle N‑E et d’un creuset pratiquement complet abandonné contre le mur sud, ainsi que d’un moule en argile encore crue (cf. infra § 3.2.2.1, fig. 130, 135). Un rechapage du sol de la moitié est de la pièce constitue la dernière trace de l’occupation de l’état 1. Cette ultime transformation n’a aucun impact sur l’organisation de l’espace et des activités artisanales.

135La configuration et les structures de la pièce 1‑11 au cours de cette phase d’occupation offrent une approche intéressante de l’organisation d’un atelier de bronzier. On constate ici la cohabitation des activités de fonderie et de polissage. Cet exemple n’est pas unique et toutes les pièces composant le bâtiment E disposent d’un petit espace réservé au polissage se matérialisant par une croûte de sels de cuivre formée sur le sol, en association avec d’autres activités telles que la fonderie.

136Au sud de la pièce 1‑11, la pièce 1‑3 (fig. 92) occupe un espace de 6 x 8 m dans l’angle S‑E de l’îlot. Elle est fortement perturbée dans sa partie sud par une série de fosses. L’épierrement complet des murs de façade est et sud empêche de déterminer les accès de façon précise. Les sols et les structures révélés par cet espace restent très lacunaires en raison des perturbations. De même que pour les autres pièces, les aménagements s’inscrivent dans le cadre du travail des alliages à base de cuivre. Dans la partie septentrionale de la pièce, plusieurs fosses et céramiques enterrées s’organisent autour du foyer A, L’aspect lacunaire des sols qui leur sont associés interdit toute tentative de chronologie relative. Le foyer A, très altéré, est constitué de tuiles disposées à plat sur le sol argileux. Aux alentours immédiats de cette structure, le sol argileux comporte de fortes traces de rubéfaction. Une fosse rectangulaire (B, 60 x 28 cm, prof. 25 cm) est creusée au nord du foyer. Cette fosse contenait une grosse quantité de charbons de bois. Une deuxième structure de combustion est également visible à 1,80 m à l’est du foyer (C). Il s’agit d’un trou circulaire (diam. 26 cm) dont les parois et le fond comportent de fortes traces de rubéfaction. Aux abords de cette structure, le sol devient charbonneux. À l’ouest de cette dernière structure, deux creusements circulaires (D et E) de dimensions sensiblement identiques (diam. 28 cm, prof. 20 cm) délimitent l’emplacement de deux amphores enterrées. De la première, la plus à l’est, ne subsiste que la trace matérialisée par un trou de profil concave et très régulier. La deuxième est encore conservée, bien qu’en partie détruite par un four de potier de l’état 2. Son remplissage se compose uniquement de charbons de bois et de cendres. Deux structures similaires (F et G) sont installées le long du mur ouest de la pièce. Les fonds d’amphores sont ici remplacés par un fond de cruche à pâte orangée contenant également du charbon de bois. La structure G, située la plus au sud, offre une particularité intéressante dans le sens où il ne s’agit plus d’un fond de céramique mais de la partie supérieure du récipient qui se trouve fichée en terre, col contre terre. On peut noter la présence de nodules cuivreux dans le remplissage charbonneux de cette structure. Ce dernier aménagement se trouve en partie creusé dans le remplissage de la fosse H, ayant contenu une amphore attestant ici de deux phases consécutives dans l’organisation de l’atelier. Les structures décrites précédemment peuvent en tout état de cause appartenir à l’une ou à l’autre de ces phases d’aménagement sans qu’il soit possible d’en faire la distinction sur le terrain. La présence de deux structures de combustion, de conceptions différentes, entraîne les mêmes problèmes de chronologie relative et deux hypothèses peuvent être émises : les deux foyers sont contemporains, ou bien l’un est antérieur à l’autre. Aucun élément ne pouvant appuyer l’une ou l’autre de ces hypothèses, il nous reste à constater un manque de lisibilité dû à la mauvaise conservation des sols largement râpés par les installations postérieures. Ces lacunes stratigraphiques ne permettent pas de définir une organisation précise de l’atelier comme cela est possible pour d’autres pièces. La partie sud de la pièce, bien plus perturbée, ne paraît pas comporter de structures semblables à celles décrites précédemment, hormis la fosse J, dont les dimensions ne sont pas connues. Ce creusement, à l’origine quadrangulaire, comporte une grosse quantité de charbons de bois. Une série de trous de piquets est également présente au N‑E de la pièce. Ces trous sont ici associés à deux traces rectilignes (I). Malgré les troubles importants occasionnés par la mise en place des structures postérieures, la pièce 1‑3 présente une série de structures et une organisation interne proches de celles des pièces 1‑9 et 1‑2. La concentration des structures dans l’angle N‑E de la pièce est un phénomène par ailleurs observé dans la pièce 1‑2 qui bénéficie de la même situation que 1‑3 dans le bâtiment. Les productions de cet atelier restent difficiles à déterminer. Nous pouvons cependant noter la présence de moules à fibules dans une fosse‑dépotoir dans l’angle S‑E de la pièce.

FIG. 92 – Plan de la pièce 1‑3 à l’état 1.

dess. B. Delanoy, F. Ducreux/Afan

137Intercalée entre les pièces 1‑2 à l’ouest et 1‑3 à l’est, la pièce 1‑9 (fig. 93) vient compléter l’organisation du corps de bâtiment E. La seule possibilité d’accès à cette pièce au cours de cet état se situe en façade sud de l’îlot par une ouverture qui n’a pas perduré en raison de l’épierrement du mur correspondant. Comme pour ses homologues de l’état 1, c’est un espace entièrement affecté au travail des alliages à base de cuivre. Plusieurs structures s’accordant avec ce type d’artisanat ont été observées dans sa partie nord, offrant un schéma incomplet de l’agencement global de la pièce en raison des bouleversements liés aux transformations des états postérieurs. Seul le quart N‑E de la pièce paraît avoir été préservé. Un sol lenticulaire composé de sels de cuivre et de charbon de bois portant des traces de rubéfaction y apparaît, associé à deux structures de combustion. Ces deux structures se rencontrent au sud de la zone de sol conservé et consistent en un foyer et une amphore enterrée. Le foyer est très altéré et seule une tuile plate, posée au centre d’une aire rubéfiée d’environ 40 cm de diamètre, en subsiste (A). À l’est du foyer se trouve un fond d’amphore de 30 cm de diamètre, enterré sur une profondeur de 22 cm. La texture de sa paroi interne, rouge et pulvérulente, indique que le récipient a subi les effets de températures importantes après sa propre cuisson. Il s’agit là de l’un des rares exemples connu sur le site de la réutilisation d’un fond d’amphore en foyer. La seule présence de ces deux structures dans cette pièce ne permet pas d’en esquisser l’organisation précise.

FIG. 93 – Plan de la pièce 1‑9 à l’état 1.

dess. J.-C. Passerai, F. Ducreux/Afan

138En règle générale, les pièces formant les deux unités du bâti ment E sont toutes dévolues aux travaux des alliages cuivreux (fig. 94). La fabrication des fibules, en particulier, est attestée par le mobilier dans plusieurs pièces du bâtiment au cours de l’état 1 ; tous les maillons de la chaîne opératoire liée à la fabrication de ces objets y sont représentés, depuis la fabrication des moules jusqu’aux travaux de finition.

FIG. 94 – Plan schématique de l’organisation du bâtiment E.

dess. F. Ducreux/Afan

139Le corps de bâtiment O fait apparaître un ensemble de pièces présentant des similitudes frappantes avec celles du corps de bâtiment E. Ainsi, les pièces 1‑3 et 1‑2 affichent la même organisation spatiale et des structures identiques ; nous verrons plus loin (cf. infra § 3.2.6) que des travaux de fonderie et de postfonderie y ont certainement eu lieu. La fonderie est également bien attestée dans le corps de bâtiment E avec la pièce 1‑11. Enfin, les pièces 1‑9 et 1‑29 sont, par leur organisation, très proches et associent foyer plat et niveaux de sels de cuivre. Ces deux dernières pièces seraient plutôt affectées aux travaux de finition. Si l’on constate la prédominance de telle ou telle activité au sein d’une pièce, il n’est pas exclu qu’un travail ponctuel ou secondaire y ait été exécuté. La présence d’une zone plus ou moins vaste de sels de cuivre dans chaque pièce peut illustrer ce propos.

État 2

140Dans le bâtiment E, la transition entre l’état 1 et l’état 2 est marquée par une série de bouleversements autant d’ordre architectural que concernant les activités qui s’y déroulent. L’évolution du bâtiment se poursuit dans le schéma tracé par les structures de l’état 1, en respectant les limites des pièces initiales et le principe de deux unités indépendantes proposé pour l’état 1 (fig. 95). Les transformations les plus marquantes sont à mettre au profit du corps de bâtiment O, où l’on assiste à une réfection des murs en terre et au creusement du substrat au nord de l’ancienne pièce 1‑39, où vient se loger une nouvelle salle (pièce 1‑7). Le principe des accès entre les pièces 1‑2 et 1‑39 est revu. La pièce 1‑39 s’en trouve modifiée par la construction de nouveaux murs au nord, à l’est et à l’ouest ; les modifications sont suffisamment importantes pour justifier un changement de désignation : cet espace devient la pièce 1‑6. Le corps de bâtiment E ne subit pas de mutations d’une telle ampleur. Notons tout de même l’édification d’un mur au nord de la pièce 1‑9 ; l’espace ainsi constitué délimite un accès qui peut être une cage d’escalier aboutissant à un étage.

FIG. 95 – Plan schématique du bâtiment E de l’îlot C à l’état 2.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

141Sur le plan artisanal, les bouleversements sont suffisamment conséquents pour que l’on assiste à une évidente régression de la surface allouée aux activités concernant les alliages à base de cuivre. Si des ateliers de ce type subsistent en divers points des deux unités, la fabrication des fibules de type 3 est totalement abandonnée au profit d’autres productions. Les ateliers délaissés par les bronziers ne sont pas pour autant abandonnés, et de nouvelles activités telles que la poterie et la tôlerie viennent se greffer dans la trame artisanale du bâtiment.

● Le corps de bâtiment O

142Les accès restent identiques à ceux localisés au cours de l’état 1 : en façade nord par l’intermédiaire de deux rampes, et en façade sud par les pièces 1‑2 et 1‑30. Cette dernière ne subit aucune modification architecturale et reste vouée au travail des alliages à base de cuivre. Les activités de fonderie pressenties lors de l’état 1 disparaissent pour laisser la totalité de l’espace aux travaux de finition et de polissage. Ces activités sont ici caractérisées par la présence d’une couche de sels de cuivre formée sur le remblai argileux qui se superpose aux niveaux de l’état 1. Les structures sont rares et regroupées dans la partie septentrionale de la pièce 1‑30 (fig. 96). Aucune trace de foyer n’y a été repérée et l’essentiel des aménagements est formé par une série de creusements quadrangulaires. Le premier se rencontre dans l’angle N‑O de la pièce (A). Largement perturbée par une fosse postérieure, cette structure (94 x 88 cm, prof. 14 cm) dispose de parois verticales et très régulières, et d’un fond plat également très régulier. La présence d’un conglomérat de sels de cuivre tapissant le fond et les parois et de deux polissoirs (no inv. 1954 et 1957) reposant sur le fond de la fosse nous permet d’apparenter cette structure aux travaux de polissage et de finition des objets. Cette remarque est également valable pour le deuxième creusement, situé à 50 cm à l’est du premier. Cette deuxième fosse (B, 1,74 x 0,46 m, prof. 20 cm) n’a pas les mêmes dimensions que la précédente, mais présente également un revêtement de sels de cuivre mis en évidence sur le fond et une partie des parois. Dans l’angle N‑E de la pièce, apparaît clairement une aire quadrangulaire caractérisée par une très forte proportion de sels de cuivre (C). Notons également la présence de deux blocs de grès aux arêtes usées ayant pu être utilisés comme polissoirs fixes. Le premier est situé contre le mur oriental de la pièce, à 1 m au sud du mur nord. Le deuxième se situe à 70 cm au sud de la fosse allongée. Ces deux blocs ont des dimensions voisines comprises entre 30 et 45 cm de côté. Une seule structure a été mise en évidence dans la partie méridionale de la pièce (D). Il s’agit d’une maçonnerie réalisée en petits moellons de granite et de forme carrée, de 70 cm de long sur une hauteur de 15 cm. Cet aménagement ne peut être interprété que par analogie à une structure appartenant à l’état 3 de la même pièce, beaucoup mieux conservée, sur laquelle était posé un bloc de grès utilisé comme polissoir fixe. Dans les deux cas, ces bases maçonnées sont des supports de polissoirs. L’extrémité méridionale de la pièce, surcreusée lors de l’aménagement de deux locaux au cours de l’état 3, n’a pu bénéficier d’aucune observation.

FIG. 96 – Plan de la pièce 1‑30 à l’état 2.

dess. F. Ducreux/Afan

143Au cours de l’état 2, la pièce 1‑30 offre un schéma relativement éloigné des constatations de l’état 1. Si le travail des alliages à base de cuivre est maintenu dans cette pièce, les activités s’orientent vers les travaux de finition et de polissage. La fabrication des fibules de type 3 est abandonnée au profit d’une production qui ne peut être mise en évidence de façon précise. Les mobiliers qui caractérisaient et permettaient d’attester cette production au cours de l’état 1 sont ici totalement absents des niveaux d’occupation de la pièce.

144Située au nord de la pièce 1‑30, la pièce 1‑29 subit d’importantes modifications au cours de l’état 2. Si la cloison et l’accès présumé qui la séparent de la pièce 1‑30 sont conservés, le mur oriental de la pièce, autrefois en matériaux périssables, est démoli pour être reconstruit en petits moellons de granite assez irréguliers. Ce mur dispose dans sa partie centrale d’une embrasure de 1,20 m de large, dont le fond est matérialisé par une assise de tuiles. Nous constatons le même aménagement dans le mur septentrional de la pièce 1‑7, construite au cours du même état au nord de 1‑6. Le sol de la pièce 1‑29 est surélevé d’environ 10 cm par l’apport d’un remblai argileux. La rampe d’accès est également modifiée par l’adjonction d’une couche de remblai d’épaisseur variable. Les activités métallurgiques mises en évidence au cours de l’état 1 sont abandonnées, et les aménagements des métallurgistes font place à une série de structures en creux semblables à des trous de poteaux, et autres creusements rectilignes, perçant le sol en de nombreux points de la pièce. Ces structures se rencontrent essentiellement dans sa partie septentrionale, associées à un fond d’amphore enterré à proximité du mur de terrasse nord. Les creusements circulaires bénéficient d’un diamètre et d’une profondeur pouvant varier de 22 à 30 cm de diamètre pour une profondeur de 15 à 28 cm. Au nombre de onze, ces trous n’offrent pas d’organisation particulière et leur remplissage hétérogène ne permet pas d’en donner une interprétation satisfaisante. Deux creusements rectilignes et parallèles se rencontrent également dans l’angle N‑O de la pièce. Comme pour les creusements circulaires précédemment décrits, ces deux structures sont dotées de dimensions homogènes (1,30 x 0,24 m, prof. 7 à 10 cm) et posent les mêmes problèmes d’interprétation. Le sol est partout recouvert d’une fine pellicule d’une matière blanche semblable à la chaux. L’angle sud est occupé par un couple de meules complémentaires de diamètre important (60 cm). Le sol de la pièce est jonché de céramiques brisées réparties pour l’essentiel dans sa partie méridionale. Les aménagements et la fonction de cette pièce au cours de l’état 2 posent de gros problèmes d’interprétation par manque de comparaison. La métallurgie y est définitivement abandonnée, les traces d’un éventuel artisanat s’y substituant demeurent ténues. Nous sommes également loin du schéma traditionnel des pièces d’habitat et rien n’autorise une interprétation du rôle joué par cette salle au sein du bâtiment E dans ce sens. Les vestiges mobiliers, bien qu’importants, n’apportent pas plus d’enseignement.

145La partie orientale du corps de bâtiment O bénéficie de la plus grosse part des réaménagements qui caractérisent l’état 2. Le principe de l’accès à la pièce 1‑2 par une rampe descendant de la façade nord le long du mur oriental de la pièce 1‑29 est maintenu, et les murs la délimitant sont reconstruits. À l’extrémité S‑E de cette rampe, un seuil aboutit aux deux nouvelles pièces créées lors de cet état (1‑6, 1‑7). La pièce 1‑6 (fig. 97) est réaménagée sur les bases de l’ancienne pièce 1‑39. Elle s’ouvre à l’ouest sur la rampe d’accès à la pièce 1‑2 et au nord sur la pièce 1‑7 par l’intermédiaire d’une volée de trois marches. L’entrée sud de la pièce est condamnée et le mur entièrement reparementé. Une ouverture est pratiquée dans le mur ouest sur la rampe d’accès à la pièce 1‑2. Les murs sont recouverts d’une couche de béton hydraulique, sur laquelle vient s’appliquer une épaisseur d’environ 1 cm d’enduit peint, de couleur blanche, à panneaux limités par des bandes noires. Le mur nord, construit en argile sur un solin de tuiles plates, est lui aussi recouvert par cet enduit mural. Un foyer est construit le long du mur sud, délimité par une tuile plate adossée au mur et deux aménagements latéraux matérialisés par des petits moellons de grès. Le fond est réalisé en tuiles. Le remplissage de ce foyer quadrangulaire se compose de charbon de bois pour l’essentiel. Un sol de terre battue, vierge de toute autre structure, est associé à ce foyer. Une concentration de petits objets en alliages à base de cuivre, tels que des fragments de tôles rivetés, plusieurs tôles percées et découpées, de masses informes, ainsi qu’une pièce de forme hexagonale aux bords chanfreinés, attestent cependant une activité artisanale encore difficile à appréhender. Il ne s’agit plus ici de fonderie ni de travaux de polissage en raison de l’absence de four et de sels de cuivre. Les activités s’orienteraient plutôt vers un travail de tôlerie difficile à préciser. Au nord de la pièce 1‑6, la pièce 1‑7 (fig. 97) délimite un espace de 4 x 2 m, encastré dans le sol géologique. L’unique accès à cette salle est matérialisé par une volée de trois marches rattrapant la dénivellation existant entre les deux pièces. Cet escalier, situé entre les murs oriental et septentrional de la pièce 1‑6, est délimité par deux bases de poteaux en grès. Les marches qui le constituent sont elles‑mêmes réalisées en grès. Les murs sont recouverts par un enduit peint de même conception que ceux de la pièce précédente. Le sol est simplement constitué par le substrat géologique aplani. Contre le mur méridional, un niveau d’occupation a livré une quantité assez importante de mobilier céramique. Au centre du mur nord, une niche d’une largeur atteignant 1,30 m pour une profondeur de 30 cm a été pratiquée. De même que pour celle de la pièce 1‑29, le fond de cette embrasure est matérialisé par des tuiles plates. Les pièces 1‑6 et 1‑7 sont intimement liées ; la condamnation de l’accès à la pièce 1‑2 fait ressentir une volonté d’isolement de ces deux locaux par rapport au reste du bâtiment.

FIG. 97 – Plan des pièces 1‑6 et 1‑7 à l’état 2.

dess. V. Benitez, F. Ducreux/Afan

146Hormis les transformations subies en vue de l’aménagement de la pièce 1‑6, la pièce 1‑2 (fig. 98) ne présente pas de modification architecturale notoire ; elle connaît cependant une évolution dans son organisation interne. Les structures de l’état 1 sont recouvertes par une recharge argileuse et la zone de travail, toujours située dans l’angle N‑O de la pièce, se décale contre le mur occidental. Cette zone comprend un foyer associé à quatre structures périphériques (une fosse et trois céramiques enterrées). Le foyer A, de forme rectangulaire (50 x 40 cm, prof. 20 cm), est enterré dans le remblai argileux, ses parois et sa sole sont formées de deux tuiles verticales et d’une tuile horizontale. Le remplissage de cette structure se compose pour l’essentiel de charbon de bois. À environ 60 cm au sud, on rencontre trois céramiques enterrées (C, D, E) : deux cruches à pâte orangée sont conservées en place, et une amphore retirée de son empreinte (diam. 28 cm, prof. 26 cm) matérialise le troisième aménagement. Le remplissage de ces trois structures n’apporte aucun élément quant à leur fonction. La dernière structure associée à cet agencement est une petite fosse (B) de forme ovalaire (20 x 30 cm, prof. 12 cm) située à 10 cm au nord du foyer. Son remplissage est constitué de charbons de bois. Aucun élément contenu dans les sols d’occupation ou dans les structures ne permet de préciser la nature exacte des activités pratiquées au cours de cette période. Notons simplement l’absence de moules et de creusets.

FIG. 98 – Plan de la pièce 1‑2 à l’état 2.

dess. F. Devevey, F. Ducreux/Afan

● Le corps de bâtiment E

147S’il ne subit pas de modification architecturale de l’ampleur de celle du corps de bâtiment O, les remarques concernant la diversification des activités artisanales restent valables. Deux pièces sur trois restent affectées au travail des alliages cuivreux (1‑9 et 1‑11), alors que la pièce 1‑3 se tourne vers la céramique. Comme dans le corps de bâtiment O, la production des fibules de type 3 est stoppée et la production des deux ateliers subsistants demeure inconnue.

148Dans la partie nord de la pièce 1‑3, ont été successivement installés trois fours de potier (fig. 99). Le premier (four 1) est placé contre le mur septentrional et orienté perpendiculairement à celui‑ci, le fond contre le mur. Il ne demeure de ce four que la trace du creusement ; les parois, la sole et d’éventuelles pilettes ont été démontées dans leur totalité. Ce creusement, comprenant deux fosses circulaires reliées par un canal correspondant à l’alandier primitif, a été secondairement utilisé comme dépotoir (US 1443). Le four 3, mieux conservé, situé dans l’angle N‑O de la pièce, se présente également sous la forme de deux fosses reliées entre elles par un canal. La chambre de combustion ainsi que l’aire de chauffe sont de forme circulaire, les parois de l’ensemble ayant subi une importante rubéfaction. Sur le fond de la chambre de chauffe, deux niveaux d’argile rubéfiée séparés par un remblai formé de tessons comparables à ceux découverts dans les dépotoirs indiquent un remaniement du four (fig. 100). Le four 2 présente quant à lui un démontage complet des structures qui lui étaient associées. Seuls subsistent le fond de la chambre de chauffe et une partie de l’alandier qui se caractérisent par une croûte d’argile rubéfiée d’une épaisseur de 2 à 3 cm. La cuvette ainsi formée est comblée de déchets en provenance de l’atelier, notamment une cruche non cuite. La moitié sud de la pièce 1‑3, bien que très perturbée, offre un certain nombre d’indices permettant d’envisager un prolongement des aménagements observés au nord. La rubéfaction du sol sur une certaine épaisseur, en deux points, et la présence de deux fosses l’une contenant des ratés de cuisson de céramiques (US 1417), et l’autre une grosse quantité d’éléments provenant des parois d’un four démonté permettent de formuler l’hypothèse de la présence d’un quatrième four dans la partie méridionale de cette pièce. Ces fours sont de dimensions modestes et présentent un schéma classique du type à sole suspendue et tirage vertical, associant un alandier unique et une chambre de chauffe circulaire. La destruction complète des laboratoires nous prive de l’essentiel des données. Une chronologie relative, basée sur le degré de démolition des structures et leur comblement, peut être esquissée : le four 1, entièrement démonté, semble avoir fonctionné le premier ; il est rempli par le rejet (US 1443) des productions ratées des fours 2 et 3, ayant fonctionné ultérieurement. Les structures annexes, telles que bacs de décantation d’argile, aires de séchage, installations de tournage, traditionnellement observées dans les ateliers de potiers, font ici cruellement défaut. Seule une meule en pierre volcanique, placée sur le sol à proximité du four 2, pourrait appartenir à une installation de tournage ou de broyage ; aucun autre élément ne permet d’étayer cette hypothèse qu’il convient pourtant de signaler. La zone de production de céramique inhérente à cet atelier s’étend au‑delà de la façade sud du bâtiment E, dans l’espace ouvert compris entre cette façade et le rempart antique (fig. 36). Dans ce secteur, un seul four, très bien conservé, a pu être mis en évidence (four 4). Il s’agit aussi d’un four à sole suspendue et tirage vertical (fig. 101). L’aire de chauffe, enterrée, est reliée à la chambre de chauffe, également enterrée, par un alandier unique ; le laboratoire, conservé sur plus d’1 m de hauteur, est également creusé dans le remblai argileux présent dans cette zone. La sole du four, constituée d’une argile renforcée par des pierres et des tuiles concassées, repose sur une structure formée de blocs de granite délimitant plusieurs canaux couverts par des tuiles, permettant la circulation de la chaleur. Les rejets artisanaux venant combler la partie supérieure du four, sur un niveau de céramiques (US 3015) surtout composé de ratés de cuisson, peuvent être mis en relation avec les activités métallurgiques du bâtiment E à l’état 3. Cette remarque permet de penser que ce four a cessé de fonctionner en même temps que l’atelier de potier de la pièce 1‑3.

FIG. 99 – Plan de la pièce 1‑3 à l’état 2 (atelier de potier).

dess. F. Ducreux/Afan

FIG. 100 – Profils de la pièce 1‑3 à l’état 2 (fours de potier).

dess. F. Ducreux/Afan

FIG. 101 – Plan et coupe du four de potier mis au jour au sud du bâtiment E.

dess. E. Michon, F. Ducreux/Afan

149La pièce 1‑11 (fig. 102) ne connaît pas de modification architecturale importante, si ce n’est une réfection partielle du mur de façade oriental. Les activités artisanales s’y développant alors restent tournées vers le travail des alliages à base de cuivre. Un épais remblai composé de parois de four fragments de creusets liés à une argile de couleur jaunâtre vient recouvrir les structures du premier état. Les accès sont également remodelés, une large ouverture, de 2,30 m de largeur, est pratiquée dans le mur de façade est, et la rampe d’accès en façade nord est modifiée par l’ajout d’une couche de moules à clochettes concassés et d’un système d’emmarchement maçonné. La zone de travail, où l’on note la plus forte concentration de structures, se localise dans la moitié méridionale de la pièce, qui en constitue également la partie la plus abritée de la lumière. Les foyers se regroupent dans l’angle S‑E de la pièce, où le sol argileux est couvert de charbons de bois et de petits fragments de creusets. Le foyer le mieux conservé de cette zone (A), de forme rectangulaire (46 x 52 cm), se trouve enterré dans le remblai du sol sur une profondeur d’environ 15 cm. Ses parois, tapissées de tuiles, ne semblent pas avoir subi de forte altération due à la chaleur alors que le fond, constitué des mêmes éléments, est plus fortement rubéfié et altéré. Ces observations nous conduisent à l’hypothèse d’une réfection des parois. Un deuxième aménagement (B), situé à 80 cm au sud du foyer précédent, se caractérise par la présence de tuiles plates posées sur le sol, Bien que cette structure soit incomplète, il s’agit clairement d’un foyer plat. Une série de quatre trous (C, D, E, F), de diamètre semblable (25 cm), paraît étroitement liée aux foyers. Ces trous, peu profonds (15 cm), disposent d’un même remplissage : les parois, relativement lisses et dures, ainsi que le fond sont tapissés d’une pellicule de sels de cuivre, plus ou moins bien conservée selon les structures, alors que le reste du remplissage se compose d’argile rubéfiée de couleur rouge orangée. La fonction de telles structures reste imprécise. Elles ne semblent pas liées à une activité de fonderie, malgré la présence d’argile rubéfiée, élément n’intervenant qu’en fin de comblement. La pellicule quasi constante de sels de cuivre qui en tapisse les parois et le fond nous oriente plutôt vers une activité de finition. Le quart S‑E de la pièce est occupé par une fosse (G) de forme rectangulaire aux dimensions importantes (3 x 2 m, prof. 30 à 40 cm). Le fond de cette structure est entièrement tapissé de sels de cuivre formant une pellicule parfois épaisse (2 cm à certains endroits). Ces observations placent un tel aménagement dans le cadre d’une importante activité de polissage, se concrétisant également par la présence d’un grand nombre de rognons de polissoirs et pierres à aiguiser en grès fin, essentiellement concentrés le long du bord occidental de la fosse, là où la croûte formée par les sels de cuivre est la plus conséquente. Dans un deuxième temps, cette structure est comblée par un niveau de dépotoir domestique et artisanal où se mêlent céramique, faune, fragments de moules à clochettes et creusets parfois entiers. Les creusets sont ici de plus petite taille que ceux issus des ateliers des états précédents. Les moules à clochettes sont également retrouvés épars sur le sol d’occupation de la pièce, ainsi qu’en forme de chape dans la rampe d’accès en façade nord. Tl s’agit là des seuls éléments nous permettant d’approcher la production de ces ateliers. La partie septentrionale de la pièce apparaît plus neutre, peut‑être réservée au stockage des divers matériaux indispensables au fonctionnement d’un tel atelier. La seule structure (H) associée à cette partie de la pièce est formée de quatre fragments de tuiles bordés par une tuile enterrée verticalement dans le sol. Cette structure ne semble pas avoir subi l’action de la chaleur et son interprétation reste difficile.

FIG. 102 – Plan de la pièce 1‑11 à l’état 2.

dess. F. Ducreux/Afan

150La partie occidentale du corps de bâtiment E reste occupée par la pièce 1‑9 (fig. 103) qui se trouve divisée en deux parties par un mur maçonné. La pièce 1‑16 ainsi formée au nord est d’une largeur d’1 m, sur une longueur de 4,20 m ; elle constitue un nouvel accès débouchant probablement sur les pièces de l’étage supérieur. Il ne subsiste aucune trace de l’escalier ou de l’échelle nécessaire au fonctionnement. L’autre partie de la pièce 1‑9 ne subit pas de modification architecturale. Ce qui reste du sol de la pièce est, comme au cours de l’état 1, affecté à l’artisanat des alliages cuivreux ; les structures s’y rapportant restent concentrées dans la partie septentrionale de la pièce. Il s’agit de deux creusements (A et B), de forme ovalaire et de dimensions sensiblement identiques (40 x 30 cm), associés à une amphore enterrée (C). Ces structures sont liées par un sol d’occupation d’une épaisseur de 2 cm contenant, outre un faible taux de sels de cuivre, une forte proportion de charbons de bois et présentant d’importantes traces de rubéfaction au voisinage immédiat des deux structures de combustion. Ces deux creusements, aux parois légèrement obliques et aux fonds aplatis, rubéfiés sur une épaisseur variant de 2 à 4 cm, s’apparentent à des fours de fusion. Une tuile plate repose sur le fond de la structure la plus occidentale. Leur remplissage reste stérile ; il en est de même pour l’amphore. Enfin, la zone méridionale de la pièce, bien que perturbée par les structures appartenant aux états postérieurs, ne paraît pas avoir disposé de telles structures. Une série de plusieurs petits trous de piquets s’étend contre le mur de façade sud sur une aire d’environ 8 m2.

FIG. 103 – Plan de la pièce 1‑9 à l’état 2.

dess. J.-C. Passerai, F. Ducreux/Afan

État 3

151L’état 3 du bâtiment C ne se caractérise pas par d’importantes modifications architecturales (fig. 104), mais plutôt par une poursuite de la diversification des activités artisanales amorcée au cours de l’état 2. Il convient donc, en l’absence de changements architecturaux précis, d’interpréter cet état comme la dernière occupation du bâtiment avant son abandon ; il nous offre un cliché de la dernière organisation des pièces d’ateliers qui ont rythmé les séquences d’occupation antérieures. Les deux corps de bâtiment conservent leurs particularités ; cette division spatiale, dont les grandes lignes étaient acquises dès l’état 1, subit de légères modifications plutôt attribuables à la vie propre de chaque pièce. L’artisanat poursuit quant à lui l’évolution et les mutations amorcées au début de l’état 2.

FIG. 104 – Plan schématique du bâtiment E de l’îlot C à l’état 3.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

● Le corps de bâtiment O

152Deux modifications notables sont à porter au chapitre des transformations architecturales : les pièces 1‑29 et 1‑30 sont désormais réunies par l’arasement de la cloison de séparation. L’espace ainsi créé dans la moitié occidentale du corps de bâtiment sera dénommé pièce 1‑1. À l’est, l’accès permettant la communication entre les pièces 1‑2 et 1‑6 est définitivement condamné. La pièce 1‑6 se trouve désormais isolée, et la seule possibilité d’accès se trouve, en façade nord de l’îlot, par l’espace 1‑8. Notons également la condamnation de la pièce 1‑7 qui se trouve définitivement abandonnée.

153Au N‑O de ce corps de bâtiment, la pièce 1‑1 (fig. 105) occupe un espace de dimensions importantes (10,40 x 5,20 m), soit une surface totale de 54 m2. Nous devons rappeler ici que la pièce 1‑1 est formée de la réunion des pièces 1‑29 et 1‑30 de l’état 2, qui seront souvent mentionnées dans la description qui suit. Les deux niveaux de sol qui s’y superposent sont perturbés, surtout dans la moitié méridionale de la pièce, par une série de fosses creusées peu après l’abandon du bâtiment. Peu de structures peuvent être associées à ces niveaux d’occupation dont la texture évoque, de par la forte proportion de sels de cuivre, les sols de la pièce 1‑30 à l’état 2. L’accès s’opère toujours par la façade nord de l’îlot. Parmi les trois ouvertures existant lors de l’état 2 de la pièce 1‑29, seule l’embrasure orientale du mur nord reste en fonction, les deux autres se trouvant bouchées à l’aide de pierres liées à de l’argile et de la terre. La structure associée au sol d’occupation fonctionne dans le cadre de l’artisanat des alliages à base de cuivre ; elle consiste en une maçonnerie légèrement rectangulaire (A, 80 x 85 cm, hauteur de 40 cm). Si la même structure, moins bien conservée, a déjà pu être observée lors de l’état 2 de la pièce 1‑30, celle de l’état 3 apporte plus d’enseignements sur son utilisation du fait qu’elle se trouve surmontée par un bloc de grès fin portant d’évidentes traces de polissage matérialisées par des traces rectilignes de profil concave sur les côtés du bloc. Sa face supérieure ne comporte pas de telles traces. Ces constatations nous permettent d’avancer une fonction de support de polissoir fixe pour ces deux bases maçonnées. Les plus fortes concentrations de sels de cuivre sur le sol de la pièce se trouvent dans l’environnement immédiat de cette structure, sur un remblai essentiellement constitué d’argile blanche. Dans la partie septentrionale de la pièce, où aucune structure n’a été repérée, le sol devient plus charbonneux. Mentionnons toutefois la présence d’un trou de poteau (diam. 25 cm, prof. 31 cm) ; il ne semble pas devoir être lié à l’architecture de la pièce, mais peut trouver sa fonction avec les activités artisanales développées à cette époque (billot, support d’enclume ?). Dans l’angle N‑E de la pièce, une recharge d’argile blanche vient se superposer au sol d’occupation constituant ainsi l’ultime étape d’occupation de la pièce 1‑1. Une seule structure peut être associée à ce nouveau sol, contre l’angle N‑O de la pièce. Il s’agit d’une fosse rectangulaire (1 x 0,60 m) dans laquelle un chien a été enterré, une tuile plate posée intentionnellement sur la tête. Sur le plan des activités artisanales, la pièce 1‑1 ne connaît que peu d’évolution par rapport aux pièces 1‑29 et 1‑30. Il semblerait même que l’on assiste à une poursuite des mêmes activités, soit des travaux de finition et du polissage. L’absence totale de toute trace de structure de combustion, de même que pour les pièces 1‑29 et 1‑30 lors de l’état 2, et la reconstruction de la base maçonnée existant déjà sont les deux éléments nous permettant d’avancer cette hypothèse. Le manque de mobilier issu des sols d’occupation ne nous permet pas d’aborder le problème de la production.

FIG. 105 – Plan des pièces 1‑1,1‑34 et 1‑35 à l’état 3.

dess. F. Ducreux/Afan

154La pièce 1‑1 se trouve séparée de la façade méridionale du corps de bâtiment par deux petits locaux (1‑34 et 1‑35) nouvellement aménagés dans la moitié méridionale de l’ancienne pièce 1‑30. La récupération totale des cloisons assurant les limites de ces pièces nous empêche de situer avec précision les communications qui devaient exister entre ces deux nouvelles pièces et la pièce 1‑1. En revanche, un accès est matérialisé, entre la pièce 1‑35 et la façade sud de l’îlot, par une interruption dans le mur méridional de la pièce, où un seuil d’argile damée a été aménagé. La pièce 1‑34 matérialise un espace carré d’une surface de 4 m2. Un seul sol d’occupation y a été repéré, constitué d’un béton de tuileau d’une épaisseur de 3 cm, posé sur un hérisson de tuiles et de petits blocs d’argile. La forte quantité de sels de cuivre déposée sur ce sol indique encore une activité liée au polissage et à la finition d’objets en alliages à base de cuivre. La pièce 1‑35 (2 x 2,20 m) est surcreusée d’une trentaine de centimètres par rapport aux pièces 1‑1 et 1‑34 qui la bordent. Plusieurs sols de terre battue, couverts d’une pellicule de sels de cuivre, s’y succèdent. Nous pouvons noter la présence d’une amphore décapitée et d’une meule posées sur le dernier niveau de sol. De par leurs petites dimensions et leur situation, nous pouvons imaginer que ces pièces fonctionnent en liaison étroite avec la pièce 1‑1. Cet ensemble semble former une unité cohérente, aussi bien sur le plan architectural que sur le plan artisanal. La partie orientale du corps de bâtiment se compose des pièces 1‑2 et 1‑6 qui ne comportent pas de communication à cet état. L’accès, qui se faisait au cours de l’état 2 dans l’angle N‑O de la pièce 1‑2, par 1‑7, est définitivement bouché par un solide blocage de moellons de granite liés par un mortier de couleur beige. Dans la pièce 1‑2 (fig. 106), qui conserve ses limites acquises dès l’état 1, les activités touchant la métallurgie des alliages à base de cuivre sont supplantées par une série de structures en rapport avec la forge. Nous notons une translation de l’espace de travail qui se trouvait traditionnellement dans la moitié septentrionale de la pièce vers la partie méridionale, où s’installent un foyer ainsi qu’une série de fosses localisées le long des murs est et sud. Le foyer (A, diam. 40 cm), localisé au centre de la pièce, affecte un profil cupulaire. Il se trouve légèrement enterré dans le remblai argileux posé sur les structures des états précédents lors de l’installation des forgerons. Il n’en subsiste malheureusement que la partie enterrée, l’élévation ayant disparu après l’abandon du bâtiment. La cuvette est recouverte d’un conglomérat de particules de fer et résidus métalliques brûlés. Son remplissage n’amène aucun complément d’information. Les fosses situées dans l’angle S‑E de la pièce disposent de parois régulières, parfois limitées par des aménagements de blocs de granite. Elles sont en général peu profondes (15 à 20 cm). Leur remplissage se compose d’une forte quantité de scories et de parois de four mêlées à un sédiment essentiellement constitué de charbons de bois et de battitures. La présence de six éléments de charnières en os (dont l’une possède encore son axe en fer) nous amène à imaginer d’éventuelles superstructures de bois disposant d’un système d’ouverture sur charnières. Le remplissage des fosses ne présente aucun élément permettant d’aborder la production d’un tel atelier de forge.

FIG. 106 – Plan de la pièce 1‑2 à l’état 3.

dess. C. Bioul, F. Ducreux/Afan

155Au nord de la pièce 1‑2, la pièce 1‑6 continue à fonctionner de façon autonome, suite à la condamnation de son accès méridional. La pièce 1‑7, située au nord de 1‑6, est abandonnée et le passage existant au cours de l’état 2 entre ces deux pièces est bouché par un blocage constitué de blocs de granite pour l’essentiel. Le sol de la pièce 1‑6 est alors rehaussé d’une trentaine de centimètres par un remblai de démolition qui vient partiellement recouvrir l’ancien emmarchement conduisant à la pièce 1‑7, ainsi que le foyer fonctionnant lors de l’état 2. Le sol d’occupation formé sur ce remblai n’offre aucun élément pouvant être attribué à une activité artisanale. La fonction d’une telle pièce au sein d’un milieu tourné vers l’artisanat reste difficile à appréhender. Il convient toutefois de remarquer son isolement des autres pièces formant le corps de bâtiment O.

● Le corps de bâtiment E

156Il ne subit pas autant de modifications architecturales que le corps de bâtiment O, et les pièces le formant respectent le plan observé au cours de l’état 2. Pour l’artisanat, chaque pièce voit sa fonction évoluer. L’artisanat de la céramique, implanté au cours de l’état 2, disparaît et l’on assiste à un retour des activités métallurgiques et à de nouvelles productions où s’imbriquent le travail des alliages cuivreux et celui des métaux ferreux. Toujours par rapport au corps de bâtiment O, où une seule phase d’occupation est attestée, nous pouvons ici mettre en évidence l’existence de deux phases comportant des activités différentes.

Phase a

157Cette phase concerne encore toutes les pièces du corps de bâtiment et se situe chronologiquement avant l’abandon de la partie nord (pièce 1‑11). Pour la pièce 1‑11 (fig. 107), plusieurs modifications sont apportées : l’accès par la façade orientale de l’îlot est bouché par un blocage de blocs de granité ; l’ouverture existant également dans le mur ouest de la pièce est elle aussi bouchée. Le sol est rehaussé d’une dizaine de centimètres par l’adjonction d’un remblai formé d’éléments de démolition (tuiles, mortier, blocs de granite). Un sol d’occupation, épais d’1 cm environ, est conservé sur toute la superficie de la pièce. Deux structures fonctionnant avec ce sol se rencontrent contre les murs nord et sud. La première (A), située contre le mur septentrional, à proximité de la rampe d’accès à la façade nord de l’îlot, présente un aménagement de tuiles plates, posées à même le sol, formant une surface quadrangulaire (80 x 60 cm), limitée à l’ouest par un alignement de blocs de grès brûlés et à l’est par une tuile de type imbrex. La majeure partie de cette surface est fortement rubéfiée et la sole de tuiles se présente sous une texture pulvérulente. Il s’agit manifestement d’un foyer plat ne comportant aucun élément indiquant sa fonction (domestique ou artisanale ?). La deuxième structure (B) se trouve contre le mur méridional, en face du foyer décrit précédemment. C’est encore une structure de tuiles posées sur le sol de la pièce, formant une surface quadrangulaire (1,60 x 0,60 m). À la différence de la première, nous ne notons ici aucune trace de rubéfaction ni d’impact thermique. Une importante quantité de mobilier céramique brisé jonche le sol d’occupation de la pièce ; il est associé à de nombreux fragments de cloisons en terre, et des traces de poutres sont visibles dans le niveau de démolition le recouvrant. Il nous semble bon de conclure à un abandon rapide de la pièce, peut‑être dû à l’effondrement de l’étage qu’elle supportait.

FIG. 107 – Plan de la pièce 1 ‑11 à l’état 3, phase a.

dess. F. Ducreux/Afan

158Au sud de la pièce 1‑11, la pièce 1‑3 se trouve subdivisée en deux parties par une cloison montée sur sablière basse. Les deux espaces ainsi délimités porteront les noms de pièce 1 – 36 et 1‑37 (fig. 108). L’arasement de cette cloison nous empêche de situer précisément l’accès qui devait exister entre ces deux pièces. La pièce 1‑36 forme un espace rectangulaire de 5,80 x 3,40 m, soit une surface au sol de 20 m2. Le sol d’occupation vient directement se superposer au sol du deuxième état de la pièce 1‑3, légèrement surcreusé. Le mur oriental de la pièce est reconstruit sur le comblement de la tranchée de récupération de la maçonnerie antérieure. Ce mur n’est conservé que dans sa partie nord où l’on peut observer un aménagement de tuiles semblable à un seuil permettant l’accès à la façade orientale de l’îlot. L’artisanat de la céramique mis en évidence lors de l’état 2 est supplanté par un retour aux travaux sur les alliages à base de cuivre dans les deux pièces nouvellement créées. La pièce 1 – 36 dispose des structures les mieux conservées, principalement réparties dans sa moitié occidentale. Dans l’angle N‑O, se rencontrent trois structures adossées au mur septentrional. Deux d’entre elles (A et B) sont formées par des maçonneries de moellons de granite liés par un mortier de couleur jaunâtre. La troisième est constituée d’un bloc de grès (C) posé sur le sol de la pièce, entre le mur ouest et les deux maçonneries qui délimitent un espace carré de 60 cm de côté. Ces trois éléments semblent se rattacher à une seule et même structure, probablement aérienne, nous étant parvenue sous une forme incomplète. Il devient donc difficile d’en déterminer la fonction, certainement liée à l’artisanat des alliages cuivreux. Une forte épaisseur de sels de cuivre (2 cm) s’est en effet déposée sur le sol au voisinage immédiat de cette structure au cours de la période d’occupation de la pièce. Notons par ailleurs l’absence de toute trace de foyer. À environ 50 cm à l’ouest de cette structure, un niveau d’argile très compacte et pratiquement stérile, associé à plusieurs trous de piquets, forme les vestiges d’une cloison divisant la partie septentrionale de la pièce en deux espaces (D). L’espace ouest est occupé par les structures précédemment décrites, alors que l’espace oriental ne dispose d’aucune structure. Un amas d’argile blanchâtre très plastique se rencontre dans l’angle N‑E de cet espace nous paraissant tenir lieu d’aire de stockage. Dans la moitié méridionale de la pièce, le sol argileux devient de plus en plus charbonneux lorsque l’on approche d’un bloc de grès (E) d’aspect usé et irrégulier fiché dans le sol, au centre de cette partie de la pièce. Au N‑O de ce bloc (50 x 30 cm) se trouve un amas de fragments d’enveloppes à bronzer les clochettes (cf. infra § 3.2.3). Ce dernier élément nous permet de mieux cerner la fonction du bloc de grès et de former l’hypothèse d’une base dure et stable permettant le bris des enveloppes. Signalons enfin la présence de petits fragments de plaques, tiges et objets informes en alliages cuivreux disséminés sur le sol aux alentours de cette dernière structure.

FIG. 108 – Plan des pièces 1‑36 et 1‑37 à l’état 3.

dess. B. Delanoy, F. Ducreux/Afan

159Au sud, la pièce 1‑37 est malheureusement trop perturbée pour en dresser le schéma complet. Seule une surface de 8 m2 d’un sol argileux et légèrement charbonneux subsiste dans sa partie centrale. Ce sol est associé à une structure de combustion constituée à l’origine par une sole d’argile rubéfiée limitée par des parois de tuiles empilées (A). Ce foyer adopte la forme d’un petit four de 60 cm de diamètre, prolongé au nord par un « couloir » de 30 cm de longueur conservée sur 20 cm de large. Son remplissage ne laisse apparaître aucun élément pouvant nous permettre d’en déterminer la fonction précise. Un fragment de moule permanent en calcaire découvert à proximité de ce foyer ne semble pas être lié à la production de cet atelier qui reste indéterminée.

160La pièce 1‑9 (fig. 109) voit également les activités concernant les alliages à base de cuivre supplantées par une autre forme d’artisanat. Comme pour la pièce 1‑2, des forgerons remplacent les bronziers occupant la pièce depuis l’état 1. Nous assisterons, dans une ultime occupation dénommée phase b, à un retour au travail des alliages à base de cuivre. La pièce 1‑9 ne subit pas de modifications architecturales notables, si ce n’est l’adjonction d’un nouveau parement de moellons de granite contre une partie du mur occidental, et le creusement d’un caniveau traversant la pièce selon un axe N‑S, limité à l’est par la fondation du mur oriental et à l’ouest par une rangée de blocs de granite plaqués contre la paroi du creusement. Les anciens sols sont assainis par un remblai d’argile, d’une épaisseur variant de 10 à 30 cm selon les endroits. Plusieurs structures en rapport avec l’artisanat du fer sont implantées sur ce remblai dans la partie centrale de la pièce. L’aménagement le plus septentrional se caractérise par une cuvette de forme ovalaire (A, 80 x 50 cm), dont le fond est recouvert d’une succession de deux croûtes formées par un amalgame de particules métalliques brûlées. Ce foyer dispose d’une structure annexe (B), située à une trentaine de centimètres au S‑O, caractérisée par une fosse circulaire (diam. 40 cm, prof. 20 cm). Les parois de cette fosse sont fortement durcies et son remplissage n’apporte aucun renseignement complémentaire. À environ 1,50 m au S‑E de ce premier dispositif, un bloc de grès de forme quadrangulaire (D), de 50 cm de côté, est posé dans une fosse de telle sorte que seule sa face supérieure dépasse du sol. Un amas de battitures a été découvert contre l’angle N‑O du bloc. Une fosse rectangulaire (C, 20 x 40 cm) se situe encore à environ 20 cm du bloc précédemment décrit. Les parois de cette fosse, profonde de 15 cm, sont couvertes de tuiles plates plaquées contre le creusement et portant des traces dues à une forte température. Comme pour la pièce 1‑2, la partie méridionale de la pièce 1‑9 est occupée par une série de trois fosses‑dépotoirs quadrangulaires, profondes d’une dizaine de centimètres, et qui disposent d’aménagements caractérisés par plusieurs alignements de blocs de granite. Elles sont comblées par une forte concentration de charbons de bois et de battitures à laquelle viennent se mêler parois de four et scories de fer. Il convient de dissocier de cette série de fosses un quatrième creusement de forme ovalaire (80 x 50 cm, prof. 40 cm) essentiellement comblé par des éléments de parois de four démonté ainsi que plusieurs fragments de tuyères. Cette fosse‑dépotoir se situe contre le mur occidental de la pièce, à 2 m à l’ouest du bloc de grès. Toutes les structures fonctionnent simultanément avec un sol d’argile recouvert d’une épaisseur de 3 à 5 cm de charbons de bois, battitures et scories métalliques.

FIG. 109 – Plan de la pièce 1‑9 à l’état 3, phase a.

dess. C. Bioul, F. Ducreux/Afan

Phase b

161Cette ultime phase ne concerne que les pièces méridionales du corps de bâtiment E (1‑36, 1‑37 et 1‑9), le reste du bâtiment étant déjà abandonné. Cette chronologie relative peut être mise en évidence à l’examen du remplissage des pièces 1‑7, 1‑6, 1‑1, 1‑2 et 1‑11 (cf. supra § 1.2.1). Le remblai d’abandon de ces pièces présente en effet de fortes similitudes telles que la présence de vertèbres de bovidés et débris osseux en grosse quantité (cf. infra § 3.5), nous permettant d’avancer l’hypothèse selon laquelle ces cinq pièces ont été comblées de façon rapide et simultanée. Dans la pièce 1‑11, ce niveau de comblement vient se placer sur le niveau de démolition du plafond et de l’étage, et est lui‑même recouvert par un dépotoir de déchets métallurgiques contenant creusets et enveloppes à bronzer les clochettes. Or, cette production est parfaitement localisée et isolée dans les pièces 1‑9, 1‑36 et 1‑37 à la fin de l’état 3. Ces différents points stratigraphiques nous permettent de conclure à une production tardive de clochettes de fer bronzé, alors que le reste du bâtiment est abandonné. Cette production, comme on l’a vu, commence dans la pièce 1‑36 au début de l’état 3 et s’étend aux pièces 1‑37 et 1‑9 au cours de la phase b, avant l’abandon général du bâtiment. Les pièces 1‑36 et 1‑37 ne semblent pas subir de modifications importantes au cours de cette phase, si ce n’est l’apport d’une recharge d’argile blanche sur les anciens sols en certains points des deux pièces. Les structures appartenant à la phase a étant conservées, la pièce 1‑9 est également en partie remblayée par une recharge similaire, surtout dans sa partie méridionale où se trouvaient les fosses de l’ancienne forge. Les structures de forge de la phase a et le caniveau qui longe le mur oriental de la pièce sont abandonnés et remblayés par des rejets d’enveloppes à bronzer les clochettes. Notons également l’abandon de la cage d’escalier de la pièce 1‑16, au nord de la pièce 1‑9, également comblée par le même type de mobilier. Deux structures, dans un état de conservation exemplaire, fonctionnent avec les sols de la pièce 1‑9 (fig. 110). Dans l’angle N‑O de la pièce, un four (A) très bien conservé a été mis en évidence (cf. infra § 3.2.5, fig. 156). La deuxième structure (B) se situe également contre le mur occidental de la pièce, à environ 3 m au sud du four. Elle est composée de trois murets maçonnés délimitant un espace quadrangulaire de 80 cm de côté. Cette structure comporte un foyer externe, relié à l’espace interne par un « conduit » de 30 cm de large permettant la circulation de chaleur. Le remplissage de cet espace n’a livré aucune information sur la fonction d’un tel aménagement. Nous pouvons cependant noter la présence d’un épandage d’étuis osseux de cornes d’ovicaprins à proximité immédiate du foyer de cette dernière structure. Les seules autres traces mobilières pouvant être mises en relation avec les activités développées dans cette pièce sont les fragments d’enveloppes à bronzer les clochettes trouvés en comblement des anciennes structures de forge et répandus sur le sol. Deux clochettes en fer revêtues d’alliage cuivreux ont également été découvertes en relation avec le sol de la pièce. Les pièces 1‑36, 1‑37 et 1‑9 fonctionnent donc simultanément dans le cadre de la production de clochettes bronzées, dans une ultime phase d’occupation, alors que le reste du bâtiment est à l’abandon.

FIG. 110 – Plan de la pièce 1‑9 à l’état 3, phase b.

dess. C. Bioul, F. Ducreux/Afan

2.2.3 Îlots B, D et E

2.2.3.1 Îlot B

162L’îlot B (fig. 111) se situe au nord du decumanus, inséré entre les deux cardines, dans la partie septentrionale du site (fig. 34‑37). Du fait de sa localisation, il n’a pu être observé que très partiellement, sa plus grande partie se prolongeant au nord sous l’esplanade Wagram. De nombreuses perturbations, dues à l’utilisation du terrain comme jardin à l’époque moderne (traces de labours et fosses‑dépotoirs), l’affectent en de nombreux points si bien qu’il est souvent impossible de donner les dimensions réelles de la plupart des pièces qui le composent.

FIG. 111 – Plan schématique de l’îlot B à l’état 1.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

Le bâtiment O

163Le bâtiment mis au jour à l’ouest de l’îlot B n’a pu être dégagé qu’au niveau de son angle S‑E dans la mesure où il se situe au bord de la limite nord de l’emprise. La surface dégagée représente un triangle de 10 x 5 x 8 m. Comme tout le secteur nord, il a subi une importante érosion n’ayant conservé que les structures en creux. La pièce 2‑38 (fig. 112) mesure 5 x 4 m ; il s’agit d’une cave maçonnée dotée d’une descente gagnée sur le portique. L’escalier forme un L de 2 x 2 m. Construit en moellons de granite, il est constitué de deux volées perpendiculaires de trois marches chacune. Seules les marches inférieures empiètent sur l’espace de la cave. Le sol initial est revêtu, à même l’argile naturelle, de galets de granite d’un module régulier de 5 cm environ. Au centre de la pièce, est aménagée une fosse‑silo mesurant 1,20 m de profondeur pour une section carrée d’1 m de côté. Les parois sont en pierres sèches ; là encore, on a eu recours pour la construction à des moellons en granité de 15 x 5 cm. À son embouchure, le dernier rang de moellons forme un cadre plus grand, de 1,05 m de côté ; le ressaut ainsi créé permettait de disposer une trappe de fermeture, sans doute en bois, affleurant le niveau du sol. Le mur oriental de la cave est totalement épierré, de même que le tiers est du mur N ; le mur sud l’est sur un quart de sa hauteur. Celui de l’ouest, en revanche, est presque intact. Les murs ouest et nord sont dotés, respectivement sur leurs moitiés nord et ouest, de niches rectangulaires de 1,60 m de long sur 40 cm de hauteur pour une profondeur d’autant. Elles sont placées à 1 m du sol et leurs linteaux en bois ont laissé une empreinte en négatif au niveau des angles supérieurs. Chacune des niches est subdivisée en deux par une planche, disposée verticalement, qui a laissé une trace au niveau de la base bétonnée.

FIG. 112 – Plan de la cave 2‑38 à l’état 1.

dess. L. Vaxelaire, J. Gelot/Afan

164Les murs conservés portent les traces d’un enduit blanc sur lequel on a tracé des filets rouges larges de 2 cm. Les quelques traces qui ont pu être relevées semblent indiquer un décor géométrique soulignant la maçonnerie : angles de murs et contours des niches. Le sol de la cave a subi deux réfections successives et similaires. Le niveau de circulation, primitivement constitué d’un pavage en galet, est par la suite recouvert d’un béton auquel on a mêlé des fragments de moules de bronzier en terre cuite. Ce traitement est intéressant dans la mesure où l’on adopte la technique du béton de tuileau en substituant à la tuile le matériau céramique le plus abondant dans le secteur. Les deux réaménagements sont tout à fait similaires. Le sol le plus récent vient affleurer le dessus de la première marche. Sur ce sol, contre le mur ouest et en position centrale, est placé un foyer sur tuile de 40 x 30 cm. La fonction de ce foyer reste incertaine et l’on imagine aisément les problèmes que soulève sa présence dans une cave. On remarque toutefois que la structure n’a pas fait l’objet d’une activité intense si l’on en juge par le faible impact thermique contre le mur et aux abords. Le béton sur lequel il est posé n’en porte du reste aucune trace.

165Le mobilier récolté dans cette cave est quasi inexistant. On peut donc conclure à un comblement rapide et volontaire de la cave après un déménagement consciencieux. Les éléments de datation, piégés dans le sol initial et dans les fins remblais d’aménagement des niveaux de béton, nous révèlent une occupation n’ayant pas dépassé la fin du ier s. de notre ère.

166Contiguë à cette cave, à l’ouest, une descente a pu être mise en évidence ; elle indique la présence plus au nord d’une autre pièce du même type, située hors de l’emprise de la fouille. Large de 80 cm, le couloir de descente est formé à l’est par le mur de la cave 2‑38 et à l’ouest par une paroi, sans doute en bois, plaquée au terrain naturel. Cette descente semble avoir été condamnée assez rapidement dans la mesure où son comblement est scellé par un sol contemporain de l’occupation de la cave 2‑38. Ce sol, constitué d’un niveau d’argile battue recouverte de cendres, n’a pu être dégagé que sur moins d’1 m2 en limite d’emprise. Le rare mobilier prélevé à cette occasion n’indique pas, lui non plus, d’occupation plus tardive que la fin du ier s. Ce seul sol attribuable à une pièce de plain‑pied se trouve légèrement en contrebas du niveau du portique. Il est de plus recoupé par un mur plus récent. Ces observations nous permettent d’envisager dans ce secteur des occupations postérieures. Malheureusement, leur complète érosion empêche toute autre précision quant à la durée et aux horizons chronologiques successifs au‑delà de la fin du ier s.

Le bâtiment E

167Aucun système de terrasse n’a été mis en place dans ce cas (fig. 34) ; ce qui implique un arasement naturel important des structures, dû à la pente du terrain. Les observations réalisées sur le plan architectural (fig. 111) proviennent surtout de la façade sud de l’îlot, la mieux conservée. Un espace de circulation de 3 m de large est mis en évidence sur une partie de la façade sud ; au niveau de la pièce 1‑26, cet espace n’existe plus. De même, la façade orientale, bien que plus arasée, ne semble pas disposer d’un tel aménagement ; les deux pièces étudiées se prolongent en effet jusqu’au bord du caniveau du cardo 2 (1‑26 et 1‑18). La pièce 1‑26 permet la définition d’au moins deux états architecturaux, car elle bénéficie d’un bon état de conservation et constitue de ce fait la seule unité cohérente de cette partie de l’îlot.

● État 1

168Les niveaux d’occupation et les structures attribuables à cet état ne sont conservés que dans les pièces 1‑26 et 1‑18. Le plan des pièces fait apparaître l’absence de portique pour les deux façades, la pièce 1‑26 se prolongeant jusqu’à la limite du decumanus et du cardo 2. Les accès à ces deux pièces sont localisés sur la façade orientale, matérialises par deux larges ouvertures (3,50 m) pratiquées dans le mur bordant le collecteur occidental du cardo secondaire. Notons également l’absence de collecteur sur la façade méridionale. Un accès entre les pièces 1‑18 et 1‑26 est également visible à l’est du mur de séparation. Les murs sont en règle générale construits en petit appareil de moellons de granite liés par du mortier de couleur jaunâtre. La récupération quasi systématique de ces constructions interdit des observations plus approfondies.

169La pièce 1‑26 (fig. 113) forme un espace quadrangulaire de 11 x 8,5 m, soit une surface de 93 m2. Cette surface figure parmi les plus importantes repérées sur le site pour une pièce. Les sols d’occupation et les structures associées sont liés, comme pour la plupart des pièces des différents îlots au cours de cet état, à l’artisanat des alliages à base de cuivre. Bien que perturbé par une série de creusements postérieurs, le sol fait apparaître un feuilleté de plusieurs niveaux d’occupation charbonneux, séparés par des recharges argileuses de faible épaisseur. L’ensemble des structures de travail proprement dites se restreint à une zone de 15 m2 localisée dans la partie septentrionale de la pièce où le sol comporte de fortes traces de rubéfaction. Ces aménagements apparaissent sous la forme de deux fosses quadrangulaires (A et B) organisées autour d’un foyer plat très mal conservé (E), réalisé avec des tuiles disposées à plat sur le sol. Il comporte plusieurs réaménagements successifs et est associé à un bloc de calcaire d’aspect usé et fissuré. Les deux creusements ont des dimensions sensiblement identiques (80 x 40 cm) ; leur remplissage est formé d’éléments et de déchets artisanaux différents selon chaque structure. Ainsi, la fosse A est comblée de fragments de creusets et de parois de four, et l’on peut noter la présence d’un bloc de grès plaqué contre sa paroi orientale ; ce dernier peut être considéré comme la trace d’un aménagement du creusement. La fosse B est, quant à elle, comblée avec des fragments de tuiles mêlés à un sédiment charbonneux et cendreux duquel ont été retirés plusieurs fragments informes d’objets en alliage à base de cuivre. Entre la fosse B et le bloc de calcaire D, vient s’intercaler un trou circulaire (C) de 40 cm de diamètre ; il est profond (50 cm) et comblé par un sédiment similaire à celui de la fosse précédente. Plusieurs blocs de grès de petit calibre disposés contre les parois semblent appartenir à un dispositif de calage d’un poteau. Dans le contexte artisanal dans lequel se situe la pièce, il nous paraît important de faire mention de l’hypothèse selon laquelle cette dernière structure peut s’apparenter à un billot. À l’extrémité N‑E de la pièce, contre le mur septentrional et au niveau de l’accès donnant sur la pièce 1‑18, on trouve un dispositif de quatre structures paraissant fonctionner avec les aménagements précédemment décrits, bien que les liens stratigraphiques soient rompus par une tranchée de perturbation attribuée à l’époque moderne. Contre l’angle S‑E du mur, se rencontre un fond d’amphore enterré (F, prof. 25 cm) ; son remplissage n’apporte aucune information complémentaire. À environ 20 cm au S‑0 de cette amphore, une nouvelle fosse quadrangulaire (G, 40 x 75 cm, prof. 25 cm), aux parois plus régulières que les précédentes, est aménagée dans le sol. Son remplissage se compose d’un niveau de charbons de bois « pur » auquel vient toutefois se mêler une bonne quantité de battitures de fer, surtout dans la partie inférieure. Un plus petit creusement (H, 24 x 48 cm, prof. 20 cm) se situe à 10 cm au sud de cette fosse. Ses parois régulières ne portent pas de traces de rubéfaction mais sont toutefois très durcies et leur texture indurée indique les traces d’une « cuisson » à faible température. Son remplissage est formé de cendres très pures auxquelles viennent se mêler quelques résidus d’alliage à base de cuivre. Deux fosses‑dépotoirs sont les seules structures rencontrées dans le reste de la pièce, à l’ouest et au sud. La fosse occidentale est en réalité un creusement circulaire de 2 m de diamètre ; il s’agit probablement d’un puits. Sa profondeur exacte n’est pas connue mais dépasse 2,50 m, profondeur à laquelle les opérations de fouille se sont arrêtées. La raison de la présence d’un tel creusement dans cette pièce reste floue. Aucun aménagement des parois n’a été observé et le trou est comblé de plusieurs couches successives de rejets pouvant être associés à la production artisanale inhérente à la pièce 1‑26 au cours de l’état 1. Ces rejets se composent essentiellement de fragments de moules à fibules, creusets, déchets de métaux cuivreux et fibules en cours de fabrication. Ces mêmes éléments sont retrouvés dans la fosse méridionale, également circulaire (diam. 1,60 m), mais qui affecte une profondeur moindre (35 cm). Dans cette fosse, on peut noter un agencement particulier des rejets, sous forme de plusieurs niveaux alternés, comportant soit des creusets, soit des moules. Quatre de ces niveaux ont pu être observés dans le creusement, et il apparaît que le niveau de rejet le plus ancien est uniquement constitué de creusets alors que le dernier niveau est formé de moules. Plusieurs ébauches de fibules ont été retrouvées dans cette zone dépotoir, toujours associées aux niveaux de moules. Une autre zone de rejets à été mise en évidence dans le collecteur occidental du decumanus, au niveau de l’accès à la pièce 1‑26.

FIG. 113 – Plan de la pièce 1‑26 à l’état 1.

dess. C. Bioul, F. Ducreux/Afan

170Malgré les perturbations dont elle fait l’objet, la pièce 1‑26 présente une organisation relativement complète, permettant la mise en évidence d’une zone de travail, associée à des zones de dépotoirs. La fouille fine des zones conservées permet sans trop de difficulté d’appréhender la production d’un tel atelier qui, comme pour beaucoup de pièces à l’état 1, concerne les fibules de type 3. Les autres pièces de l’îlot, ne possédant pas de stratigraphie suffisamment complète pour permettre le calage chronologique des quelques structures arasées qu’elles présentent, seront mentionnées à la fin de ce descriptif.

● État 2

171Comme pour l’état 1, les pièces et les structures conservées se limitent à l’angle S‑E de l’îlot, soit la pièce 1‑26 et le portique (fig. 114). Ce dernier apparaît par la division de la pièce 1‑26 de l’état 1 en deux parties, par l’adjonction d’un mur de façade venant perturber la fosse‑dépotoir occidentale. L’espace ainsi créé (1‑25) est séparé du decumanus par un muret dans lequel sont encastrées plusieurs bases de grès, et par un caniveau aménagé dans la tranchée de récupération de l’ancien mur de façade de la pièce 1‑26 à l’état 1. Les dalles de grès insérées dans le muret permettent d’avancer l’hypothèse d’un système de couverture de cet espace de circulation.

FIG. 114 – Plan schématique de l’îlot B à l’état 2.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

172Les anciens sols de l’atelier de l’état 1 sont assainis par plusieurs rechapages d’argile très compacte et de moules concassés. Les seules structures reliées à cette pièce sont deux caniveaux débouchant au sud dans le collecteur du decumanus par l’intermédiaire d’ouvertures pratiquées dans le muret limitant la pièce 1‑26 (fig. 115 et 116). Les observations stratigraphiques réalisées sur ces deux structures permettent d’échafauder une chronologie relative concernant les états de fonctionnement. Le creusement le plus occidental est en effet pratiqué dans le sol et recoupe largement les niveaux de l’atelier de l’état 1. Le dernier rechapage d’argile observé le recouvre. La structure la plus orientale est quant à elle aménagée dans ce même rechapage et par ce fait, postérieure à la première. Cette dernière structure est d’ailleurs aménagée par des dalles de granite très régulières, disposées sur le fond et les parois du creusement. Un système de couverture, composé des mêmes dalles, est visible sur toute sa longueur. Ce caniveau se prolonge au nord dans la pièce 1‑26, après avoir traversé le mur de façade de l’îlot. La récupération complète de ce mur nous prive des observations concernant les aménagements nécessités par un tel recoupement. Sa fonction semble donc être la réception et l’évacuation de divers déchets, dont les eaux usées en provenance de la pièce 1‑26 vers le collecteur septentrional du decumanus. La partie subsistante de la pièce 1‑26 conserve encore quelques structures artisanales certainement liées au travail des alliages à base de cuivre, implantées dans un épais remblai constitué d’un limon de couleur jaune recouvrant l’ancien sol de l’état 1. Ces structures sont localisées dans la même zone que pour l’état précédent, soit dans l’angle N‑E de la pièce. Il s’agit d’un petit foyer rectangulaire (50 x 40 cm, prof. 18 cm) creusé dans le remblai qui constitue le sol. Ses parois sont tapissées de tuiles alors que le fond se matérialise par le bloc de calcaire appartenant aux structures de l’état 1. Un fond d’amphore (B), associé à ce foyer, est également fiché dans le limon du sol de la pièce. Aucun élément dans leur remplissage ne peut nous permettre de définir la production d’un tel atelier. Notons simplement la similitude existant entre ce foyer et celui de la pièce 1‑11 de l’îlot C au cours du même état (fig. 102). Ces seules comparaisons nous permettent de proposer l’artisanat des alliages à base de cuivre comme activité dominante dans la pièce 1‑26 au cours de l’état 2. La fosse‑dépotoir occidentale, recoupée par la fondation du nouveau mur méridional de la pièce, n’est pas entièrement comblée au cours de l’état 2 et ses parois sont tapissées du même sédiment que celui utilisé pour la réfection du sol. Le creusement subsistant est ainsi fortement diminué (diam. 75 cm, prof. 1,20 m) ; la raison de ce réaménagement reste imprécise.

FIG. 115 – Vue du caniveau traversant la pièce 1‑26 et le portique à l’état 2.

cl. F. Ducreux/Afan

FIG. 116 – Plan de la pièce 1‑26 à l’état 2.

dess. C. Bioul, F. Ducreux/Afan

173L’état 2 de l’îlot B, bien que demeurant très lacunaire, apporte d’importantes constatations. La pérennité de l’artisanat des alliages à base de cuivre reste attestée, au moins dans certaines pièces de l’îlot. Des mutations d’ordre architectural ont lieu ; elles concernent l’ensemble du quartier, puisque les aires de circulation formées par le decumanus et les espaces ceinturant les îlots ne trouvent leur configuration définitive qu’au cours de cet état.

● État 3

174Il convient de signaler la possible existence d’un troisième état d’occupation de l’îlot, hypothèse appuyée par la présence d’un mobilier céramique, plus tardif qu’à l’état 2, présent dans un niveau totalement perturbé par les labours recouvrant les sols de l’état 2, ainsi que dans certains creusements. Aucune trace dans les constructions ne peut venir conforter cette hypothèse ; il est également à noter qu’il n’est pas possible de préciser la période d’abandon de ces mêmes constructions.

● Structures et sols sans chronologie précise

175Nous pouvons noter la présence, dans la pièce 1‑18, de quelques structures très arasées se matérialisant par des empreintes de fond de fosses inscrites dans le sol géologique. Ces structures paraissent avoir fonctionné dans le cadre du travail des métaux cuivreux : une croûte de sels de cuivre en tapisse parfois le fond ou les parois et des petits objets en alliage cuivreux, tels que des plaques ou des tiges souvent fragmentées, sont trouvés dans ce qui subsiste de leur remplissage. La pièce 1‑43 située à l’ouest de 1‑18 conserve également dans sa partie orientale un fragment de sol de béton construit sur un hérisson de petits galets. Ce sol affecte une surface très brûlée et est recouvert d’une pellicule de sels de cuivre à laquelle viennent se mêler fragments de ressorts de fibules et scories cuivreuses. Ces structures ne peuvent être rattachées à aucun état architectural du fait de leur isolement archéologique mais plaident en faveur d’une dominance des travaux concernant les alliages à base de cuivre dans cette partie de l’îlot.

2.2.3.2 Îlot D

176L’îlot D (fig. 117) se situe dans l’angle N‑E du site, bordé au sud par le decumanus et à l’ouest par le cardo 2 (fig. 34‑37). Il n’offre qu’un schéma très incomplet de ses aménagements, la majeure partie des vestiges le concernant se prolongeant au nord et à l’est, hors de l’emprise de la fouille. Les vestiges archéologiques mis au jour sont très arasés et perturbés par une série de fosses‑dépotoirs modernes, les labours et une érosion importante des couches archéologiques en raison de la pente du terrain.

FIG. 117 – Plan schématique de l’îlot D, tous états.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

177À l’exception de la pièce 1‑22, qui est en fait une cave située au centre de la partie visible de l’îlot, seule une enfilade de pièces, insérée dans une terrasse creusée dans le sol géologique en façade sud, a conservé ses niveaux archéologiques (pièces 1‑23, 1‑27, 1‑28 et 1‑41). Les parties conservées des murs indiquent que les types de maçonnerie ne se distinguent pas de ce qui est observé dans les autres îlots.

178L’îlot D est bordé de deux aires de circulation d’une largeur de 3 m le séparant ainsi des rues ; celle située au sud devait, comme pour l’îlot B, disposer d’un système de couverture similaire à un portique constitué de poteaux de bois reposant sur des bases de grès. Un système de canalisation des eaux usées et déchets divers, en provenance de l’intérieur de l’îlot, est également mis en évidence par un caniveau bordé de pierres traversant la zone de circulation sud et débouchant dans le collecteur nord du decumanus.

État 1

179L’îlot D semble acquérir son faciès définitif dès sa construction à l’état 1. Les modifications architecturales subies postérieurement ne touchent que l’aire de circulation sud et, dans une moindre mesure, la cave centrale qui sera remblayée au cours de l’état 2 (pièce 1‑22). Située dans la partie centrale de l’îlot, cette pièce, de forme rectangulaire (6 x 4 m), est excavée dans le sol géologique sur une profondeur de 1,50 m ; l’accès se situe dans l’angle S‑E Son environnement archéologique très perturbé et arasé l’isole stratigraphiquement du reste de l’îlot. Le sol est simplement constitué du substrat géologique nivelé et damé. Une peinture blanche recouvre les murs. Un grand nombre de céramiques brisées sur place jonchent le sol, notamment contre les murs sud et est.

180Au niveau de la façade sud de l’îlot, les pièces 1‑23, 1‑27, 1‑41 et 1‑28 n’ont pu bénéficier d’une fouille fine ; seules deux coupes stratigraphiques, pratiquées à l’ouest de la pièce 1‑27 et à l’est de la pièce 1‑41, ainsi que des observations lors du décapage mécanique nous permettent de les associer aux nombreuses pièces liées à l’artisanat des alliages cuivreux au cours de l’état 1. Une coupe d’orientation N‑S, pratiquée dans la partie occidentale de la pièce 1‑27, montre plusieurs sols se superposant, séparés par des recharges argileuses (fig. 118). Ces sols font apparaître de fortes traces de rubéfaction, surtout dans leur partie septentrionale. Au sud, une fosse de grandes dimensions est creusée dans le substrat géologique. Son remplissage stratifié est formé de plusieurs niveaux de sels de cuivre, de charbon et d’argile superposés. Il reste difficile, avec cette unique information, d’en préciser la fonction exacte. La découverte de fragments d’alliage à base de cuivre dans la fosse méridionale peut sans doute faire entrer cette pièce dans la série des ateliers concernés par le travail des alliages cuivreux. L’ensemble des trois autres pièces, prolongeant la partie visible de l’enfilade de pièces vers l’est, est également à rattacher à ce type d’atelier, mais les seules observations réalisées montrent une succession de sols jonchés de limailles et de sels de cuivre. Aucune structure ne permet de compléter l’aspect lacunaire qu’offrent ces ateliers de l’îlot D.

FIG. 118 – Coupe stratigraphique dans l’îlot D.A mur épierré ; B remblai argileux ; C fosse ; D four enterré ; E sol d’occupation.

dess. J.-C. Passerai, F. Ducreux/Afan

État 2

181Les mêmes constatations sur la conservation des structures s’imposent pour cet état. Au N‑E de l’îlot, la pièce 1‑22 est comblée à mi‑hauteur par un remblai de démolition sur lequel est installé un sol de terre battue. La présence d’une meule sur laquelle est encore visible une trace de planche, une pellicule de sels de cuivre recouvrant le sol, sur lequel sont disséminés quelques objets en alliage à base de cuivre dans l’angle N‑E de la pièce, évoquent un travail des alliages cuivreux plus ponctuel que dans les autres ateliers. Les pièces situées sur la façade méridionale de l’îlot ont également conservé leurs niveaux d’occupation. Mais comme pour l’état 1, seules des coupes stratigraphiques en témoignent. Dans la pièce 1‑27, une recharge d’argile jaune vient se superposer aux niveaux de l’état 1 (fig. 118). La seule structure observée (D) se matérialise par un creusement, de 20 cm de large sur 30 cm de profondeur, dont les parois et le fond sont rubéfiés sur une épaisseur de 4 à 5 cm ; son remplissage est constitué de charbons de bois. Une telle structure peut se rapprocher des fours de fusion observés dans d’autres ateliers (pièce 1‑11, par exemple). Les observations réalisées sur la pièce 1‑27 restent très lacunaires, et nous ne pouvons faire mention que d’un sol d’occupation charbonneux. Les deux pièces situées à l’est sont, pour les états 2 et 3, arasées et perturbées par l’occupation moderne du terrain.

182Malgré l’aspect lacunaire des informations livrées par l’îlot D pour l’état 2, nous pouvons conclure à une poursuite des activités artisanales dans cette partie du quartier.

État 3

183L’état 3 ne concerne ici que les pièces 1‑23 et 1‑27, les autres pièces composant cette partie d’îlot étant arasées et perturbées par des structures modernes. Dans la pièce 1‑27, qui forme l’angle S‑O de l’îlot, les structures de l’état 2 sont recouvertes par un épais remblai de démolition sur lequel vient se superposer un sol formé d’un sédiment noir, d’aspect brûlé. Ce sol est percé de trous circulaires peu profonds (5 à 10 cm), d’un diamètre compris entre 20 et 30 cm. Ces trous sont curieusement comblés par un sédiment de texture limoneuse, très fin, dont la couleur varie du jaune à l’orange. Si ces structures restent peu nombreuses dans la pièce 1‑27, où l’on en compte 3, elles couvrent l’ensemble de la pièce 1‑23, où l’on observe le même phénomène. La fonction exacte de ces deux pièces s’avère impossible à définir, d’autant plus que ces observations ne correspondent en rien aux schémas des ateliers de travail des alliages à base de cuivre des autres îlots.

184Bien que très perturbé et arasé sur une grande partie de sa surface visible, l’îlot D offre un visage assez éloigné de celui fourni par l’îlot C. Sur la longueur mise au jour, la façade sud est bordée par un portique ; en revanche, l’enfilade de 4 pièces de dimensions sensiblement égales donnant sur la façade sud est remarquable. Sur le plan des activités liées à l’îlot, les différences sont moins flagrantes et l’artisanat y tient encore une place privilégiée. Le travail des métaux à base de cuivre est prédominant au cours de l’état 1, comme pour le reste du site. La seule trace d’habitat attestée au sol est matérialisée par un lambeau de sol de terrazzo à incrustation de fragments de schiste et de marbre situé au sud de la pièce 1‑22. L’isolement archéologique de cette structure ne permet pas de la rattacher à un des états de construction.

185Les résultats des études céramologiques modifient les interprétations faites en termes de chronologie relative (cf. supra § 1.5, fig. 32). En effet, la cave 1‑22, isolée stratigraphiquement du reste de l’îlot, s’avère avoir été installée à l’état 2, puis comblée à la transition entre les états 2 et 3, si l’on considère les états définis par rapport au groupe de pièces de la façade sud.

2.2.3.3 Îlot E

186L’îlot E se situe dans l’angle S‑E du site, inclus dans un espace compris entre le decumanus au nord, le cardo 2 à l’ouest et le rempart antique au S (fig. 34‑37). Seule la partie occidentale de cet îlot a pu être étudiée, sa partie orientale se prolongeant au‑delà de la limite de fouille. Cette partie d’îlot constitue un espace quadrangulaire de 17 m de largeur pour une longueur de 20 m (fig. 119). La majeure partie des vestiges le constituant a subi un fort arasement, et les nombreuses perturbations le touchant ne permettent pas d’en dresser un visage complet. La seule unité cohérente étant la pièce 1‑13, située dans l’angle S‑O de l’îlot. Toujours pour les mêmes raisons, nous ne pouvons pas tracer de schéma chronologique complet de l’îlot.

FIG. 119 – Plan schématique de l’îlot E à l’état 1.

dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan

187La pièce 1‑13 (fig. 120) est en effet le seul local ayant conservé des structures et un sol d’occupation relié à l’état 1. Les structures et les sols se rapportant à cette pièce sont directement posés à même un remblai argileux se superposant aux niveaux de circulation de la phase 0. La pièce se présente comme un espace carré de 4 m de côté. La récupération quasi complète des murs empêche de situer les accès de façon précise. La plupart des structures sont regroupées dans l’angle N‑O de la pièce, où l’on trouve un four enterré (A, diam. 36 cm, prof. 20 cm). Ses parois et le fond sont constitués d’argile fortement rubéfiée. Deux traces rectilignes (B et C), dont le remplissage est essentiellement formé de bois et un trou de poteau carré forment le négatif d’une structure en matériaux périssables délimitant autour du four une zone de 1,60 x 1,40 m. Cet espace comporte, outre le four, une zone du sol dont la surface est très rubéfiée ainsi qu’une zone charbonneuse formant un demi‑ cercle. Nous pouvons également noter la présence d’une zone rubéfiée à l’extérieur de l’espace délimité par la structure de bois ; cette nouvelle zone est cette fois‑ci associée à un foyer plat (D), formé de tuiles posées sur le sol, dont l’état de conservation ne permet pas d’en donner les dimensions. Une petite fosse rectangulaire (38 x 10 cm, prof. 15 cm) aux parois très durcies se trouve à 20 cm au nord du foyer. Une céramique (E), enterrée dans l’angle S‑E de la pièce, contenait des débris concassés de moules à fibule de type 3. Cette pièce constitue un bel exemple d’atelier destiné aux travaux des alliages à base de cuivre, où l’on rencontre à la fois des structures destinées à la fonderie et des structures liées à la finition des objets.

FIG. 120 – Plan de la pièce 1‑13 à l’état 1.

dess. F. Ducreux/Afan

2.3 Les trottoirs et les aménagements de façade

188Entre les voies et les façades des bâtiments, les piétons circulaient sur des sols en terre battue rehaussés par des remblais d’assainissement lors des réfections. Un des derniers niveaux de circulation du trottoir sud de l’insulta D est dallé en tuiles et briques (fig. 121 et 122). La succession des strates damées et des remblais d’aménagement aboutit à une faible surélévation du trottoir par rapport à la voie (30 cm pour l’îlot D). La forte pente des rues cardinales et des trottoirs entraîne une dégradation des surfaces par temps orageux (dégâts engendrés par le ravinement, importantes colluvions en bas de pente). La présence d’un emmarchement, à l’intersection des trottoirs bordant l’îlot D, facilite la circulation piétonne et renforce l’assise des aires de passage par mauvais temps.

FIG. 121 – Trottoir méridional de l’îlot D, vu de l’est ; le niveau de circulation est constitué de tuiles et de briques.

cl. F. Ducreux/Afan

FIG. 122 – Trottoir méridional de l’îlot D, vu de l’ouest.

cl. F. Ducreux/Afan

189Les accès depuis les trottoirs jusqu’aux maisons sont fréquents et situés parfois dans l’axe d’un passage qui devait abriter une rampe ou un escalier (par exemple : îlot C, bât. C, cf. fig. 74). L’escalier menant à la cave 2‑38 (îlot B, bât. O, cf. fig. 111) s’inscrit dans l’espace destiné à la circulation piétonne. Au cours du ier s., les ateliers de bronziers occupent généralement les pièces en façade de rue ; mais cela ne peut être affirmé pour le secteur totalement arasé de l’îlot C en bordure du decumanus. Les rejets des artisans bronziers (fragments de creusets et de moules) sont utilisés pour des sols de circulation, car ils forment, après damage, une couche très compacte ; il est à noter que des fosses‑dépotoirs ont été creusées dans les trottoirs. La pièce 1‑26 appartenant à l’état 1 (îlot B), d’environ 93 m2, local artisanal le plus grand attesté sur le site, est construite sur l’emprise du trottoir et en limite de la chaussée dépourvue de caniveau (fig. 35). La restructuration de cette pièce au cours de l’état 2 restitue au domaine public la surface annexée (fig. 36). Seul l’îlot B témoigne de l’empiétement de pièces sur l’aire piétonne. Mais cette constatation ne peut être interprétée comme une particularité dans la mesure où les zones érodées de l’îlot C (fig. 33), en façade du decumanus, nous privent des éléments qui permettaient de formuler une hypothèse à ce propos.

190A Alésia, l’îlot H, regroupant ateliers métallurgiques et habitat, a connu une évolution inverse : les portiques bordant la rue 2, construits durant la période flavienne, font place à des boutiques lors d’une nouvelle structuration de l’espace, les aménagements de façade étant reportés le long de la rue 3 (Mangin 1981).

191Les aménagements de façade du quartier artisanal du Lycée militaire sont mal conservés ; dans le meilleur des cas, les fondations et les premières assises des murs‑bahuts n’ont pas été récupérées et il subsiste plusieurs dés en grès alignés, points d’appui de poteaux en bois ou peut‑être de colonnes d’un portique. Les îlots A, B et D conservent partiellement ces structures. Les fondations des murs, constituées soit d’un cailloutis mêlé à de la terre (îlot A) soit de gros blocs en granite (îlot D), sont interrompues par des bases carrées en grès grossier (60 cm) espacées d’environ 2 m (fig. 5 et 122). Les élévations parementées, en granite et mortier, possèdent les caractéristiques d’un opus caementicium avec des parements sommaires. Les structures des espaces de circulation, bien que fortement arasées, témoignent d’une architecture en bois ou d’une architecture mixte associant pierres et bois.

192La largeur des trottoirs, souvent irrégulière notamment pour l’îlot A, varie entre 1,80 m et 2,70 m (les trottoirs fouillés à Autun, en bordure du cardo maximus, peuvent varier entre 2,70 et 4 m de largeur selon leur architecture ; Fontenay 1889 et Olivier, Rebourg 1985).

193Les murs des portiques de l’îlot E n’ont pas été retrouvés, les tranchées de récupération ont‑elles été arasées ou faut‑il en conclure que cet îlot ne comportait pas de trottoir couvert ? Les murs de l’îlot C qui longent les caniveaux des rues ont été pour la plupart épierrés à l’exception de quelques pans de maçonnerie (par exemple le passage aménagé en façade du decumanus).

  • 2 Dans l’ouvrage récent sur les agglomérations antiques de Côte‑d’Or, J. Bénard (1994 : 223) rappelle (...)

194Comme dans la plupart des capitales de cité, le schéma urbain d’Augustodunum fait une large place aux aménagements de façades. Ceux‑ci devaient comporter différentes configurations architecturales avec emploi de matériaux mixtes2. Ce sont les portiques les plus nombreux ; ils présentent des architectures de nature différente variant, probablement au sein d’un même îlot, selon les caractéristiques propres aux bâtiments qui les longent et aux aménagements souhaités par chaque particulier.

195Les découvertes récentes à Autun témoignent de l’importance des portiques et de leur hétérogénéité. Dans le quartier artisanal de la Rue des Pierres, des bases parallélépipédiques, points d’appui d’un portique laissant supposer une architecture en matériaux périssables, sont conservées le long d’un decumanus (Rebourg 1993b : 41, pl. 26). Sur le site 13, rue des Quatre‑Vents, les vestiges d’un stylobate ont été mis au jour ; ils comprennent une colonne en grès faisant face à un massif composé de deux blocs en moyen appareil constituant la base d’une colonne ; ces éléments correspondent à un portique en façade d’un cardo (Alfonso 1990). Dans le cas de la Maison de Sucellus (29, rue de la Grille), deux états architecturaux d’un portique le long d’un cardo ont été reconnus ; ils sont caractérisés successivement, par un stylobatc constitué de bases et de colonnes en grès, utilisées dans un second temps comme points d’appui pour de nouvelles structures verticales probablement en matériaux mixtes (Chardron‑Picault 1993‑1994). Des structures monumentales sont également connues : le portique en façade du cardo maximus comporte des piles de grand appareil (site de L’Hôpital‑Maison de retraite ; Olivier, Rebourg 1985).

196L’état de conservation médiocre de ces vestiges exclut toute possibilité de reconstitution complète des élévations des portiques et de leurs couvertures. Cependant, il est probable que les parties hautes et les soubassements des portiques, même s’ils ne sont pas uniformes le long d’un îlot car dépendants des bâtiments situés en arrière et de leur interruption éventuelle au contact d’une cour ou d’un jardin, devaient ressembler globalement à celles des agglomérations gallo‑romaines de Bourgogne : Alésia, Mâlain, Entrains... (Olivier 1988 : 29‑31). Les constructions, fréquemment réalisées en matériaux légers, pouvaient supporter plusieurs étages et les structures verticales du portique soutenir l’avancée du corps de bâtiment ou des balcons de types divers ; plusieurs exemples sont attestés à Herculanum (cardo V) et Pompéi (Saliou 1994 : 204). L’hypothèse d’un simple toit en appentis le long d’une rue est probable (Gros 1996b : 106), même si elle n’est pas prouvée dans l’histoire de l’architecture des villes de Gaule (Olivier 1988 : 31 ; Olivier 1990 : 117).

197Les aménagements observés sous les portiques des îlots A, B et C –fosses‑dépotoirs comblées par des déchets artisanaux et annexion de l’espace de circulation par une pièce, au cours de l’état 1– évoquent la question de la propriété des trottoirs. Le site du Lycée militaire donne l’exemple d’une occupation partielle des surfaces piétonnes à des fins privées. Les différentes architectures des portiques ne sont‑elles pas le reflet d’aménagements privés, le premier étage se prolongeant probablement en surplomb du portique, permettant ainsi un gain de surface ?

198On ne connaît pas de règlement d’urbanisme en Gaule romaine, cependant l’étude menée par G. Saliou (1994 : 186‑187 et 279), sur les rapports entre la construction privée antique au Proche‑Orient et les sources juridiques (droit romain, règlements urbains de tradition hellénistique et recueils de coutume du Bas‑Empire), apporte des éléments de réflexion pour les provinces occidentales de l’Empire. La notion donnée à un espace public varie selon les aires culturelles et l’histoire de chaque ville. Le droit romain classique ne marque pas une coupure nette entre le privé et le public, la défense des lieux publics pouvant être confiée au privé. Mais certaines servitudes, dictées non pas à partir de textes juridiques mais émanant de règlements édilitaires, devaient définir un ensemble de prescriptions permettant à la fois la préservation du paysage urbain par la collectivité et la sécurité et le confort des habitants.

199À Autun, sur le site étudié, nous pensons qu’un accord contractuel pouvait être passé entre les artisans et l’administration municipale afin que les trottoirs soient entretenus régulièrement par le voisinage ; cet exemple illustrant parfaitement les rapports étroits qui peuvent exister entre privé et public sur un lieu collectif.

2.4 La place de l’habitat

2.4.1 Considérations générales

200La majeure partie des locaux identifiés sur le site –de ses origines à sa période d’abandon– s’apparente à des locaux artisanaux. Les vestiges découverts dans ces pièces –structures ou mobilier– témoignent d’un travail artisanal et des différents stades d’une chaîne opératoire.

201Si les pièces correspondant aux ateliers présentent, dans leur majorité, des sols en terre battue, d’autres se distinguent par l’absence d’aménagements propres à la production, et le traitement plus élaboré des surfaces de circulation. Ces pièces comportent des sols en béton ou en mortier sur radier (îlot A, locaux 3‑21 état 1 ; 3‑9 état 2 phase a) ou des planchers sur vide sanitaire (îlot C, pièces 2‑10 état 2 ; 2‑7 état 2 ; 2‑15 état 2 ; 2‑30/2‑31/2‑32 état 2 : planchers supposés).

202Hormis les ateliers, les données recueillies ne permettent pas de caractériser la fonction des locaux annexes ni de définir leur usage professionnel ou domestique.

  • 3 À titre d’exemple, à Saint‑Romain‑en‑Gal les petits entrepôts sont situés en façade de la voie II ( (...)

203À l’exception de la pièce 3‑21 à l’état 1 (11 m2), les dimensions de ces espaces varient entre 20 et 30 m2, comme pour les ateliers. Dans les locaux artisanaux connus, les emplacements réservés au stockage sont en général de moindre superficie. De plus, leur configuration et leurs aménagements intérieurs diffèrent sensiblement des petits entrepôts liés à une domus3, ce qui ne permet pas de se référer à des indices connus pour l’interprétation de leur destination.

204Ces pièces peuvent correspondre à des lieux de stockage des matières premières craignant l’humidité ou le gel, ou aux besoins domestiques d’un habitat lié aux ateliers.

  • 4 Les exemples les mieux connus en Bourgogne sont : Alésia, les « îlots » en périphérie du centre pub (...)

205Si certains locaux précédemment cités ont pu être attribués logiquement à l’habitat, les traces archéologiques sont ténues. La question reste posée du logement des artisans et de leur famille, même si l’imbrication ou la juxtaposition des espaces à vocation professionnelle et des pièces d’habitation paraît être une constante dans les milieux urbains antiques4.

206Les éléments fournis par la fouille ne permettent pas de définir avec certitude des espaces cohérents dévolus à l’habitat et en conséquence de déterminer les différents caractères de cet habitat. En effet, aucun plan complet d’habitation n’a pu être mis en évidence. On peut supposer la juxtaposition de plusieurs pièces domestiques, au cours d’un état, mais sur l’emplacement d’anciens locaux artisanaux (îlot A pièces 3‑6 et 3‑3 état 3) ; au cours de l’état 1, aucune pièce d’habitation n’a pu être identifiée comme telle. Dans les autres états, et dans certains cas, une pièce apparaît isolée au sein d’un bâtiment où l’artisanat prédomine (par exemple la pièce 2‑10 à l’état 2).

207Deux caves, 2‑38 et 1‑22 état 1, situées respectivement dans les îlots B et D, confirment la présence d’un habitat. Elles ont pour fonction, cela est bien attesté pour la première, le stockage de denrées (sol en galets puis en béton de tuileau, silo maçonné portant en périphérie les traces d’une trappe et deux grandes niches aménagées dans les murs) ; mais rares sont les caves mises au jour à Autun pour la période gallo‑romaine, contrairement aux sites d’agglomération de l’est comme à Alésia (Mangin 1981), ou en Gaule Belgique à Bavay (Thollard 1996 : 94‑95), etc. Une seule cave est connue par ailleurs à Autun, sur le site de l’institution Saint‑Lazare où des locaux artisanaux et un habitat sont attestés à partir de la première moitié du ier s. (Chardron‑Picault, Ducreux 1991). Chez les Éduens et les Sénons, les caves n’existaient que dans les grandes villas ; elles apparaissent comme une survivance de l’architecture préromaine (Mangin 1994 : 47).

  • 5 Nous remercions chaleureusement Micheline Jeanlin pour ses précieux conseils dans l’étude des figur (...)
  • 6 Parmi les fragments de figurines identifiés, notons la présence : d’une patte arrière gauche d’un l (...)

208L’espace 3‑9, d’une superficie de l’ordre de 30 m2, peut être interprété comme étant une pièce d’habitation à l’état 2 et au cours de l’état 3 (fig. 54). Pourvue d’un premier sol en béton, puis d’un deuxième en mortier sur lequel repose un foyer plat sur tuiles, elle est limitée à l’ouest par la cour 3‑10. Celle‑ci comporte une structure carrée (1,90 x 1,70 m) près de laquelle une fosse, attribuée à l’état 3 (US 6079), contenait 22 figurines en terre cuite dont plusieurs fragments d’édicule5. Les sujets représentés correspondent pour l’essentiel à des divinités féminines (5 Vénus, 3 déesses‑mères et 1 Minerve) et à des enfants (2 nouveau‑nés dans un berceau et 2 enfants chauves rieurs)6. Le répertoire iconographique de cet ensemble évoque les thèmes de la fécondité, de l’enfance et de la protection maternelle. Le contexte de la découverte –édifice carré, figurines regroupées dans une fosse– et le caractère religieux de la plupart de ces objets suggèrent la présence d’un laraire. Cette hypothèse est confortée par le choix des représentations. En effet, des études menées sur la répartition des figurines dans leur contexte (Lintz 1993) démontrent la prédominance des divinités et des personnages féminins sur les sites d’habitat. En Gaule, plusieurs petits sanctuaires domestiques avec des figurines en terre cuite ont été identifiés : à Rezé (Loire‑Atlantique) (Santrot 1993), à Langon (Ille‑et‑Villaine) (Sanquer 1973) et à Corseul (Côtes‑d’Armor) (DAHB 1977).

209Dans le cas présent, près de la moitié des figurines sont issues ou inspirées des productions de Pistillus. Datées de la fin du iie s. et du début du iiie s. (Bémont, Jeanlin 1993 : 131), elles indiquent que la pratique cultuelle exercée dans ce local est contemporaine ou postérieure à ces datations. Les sujets choisis se rattachent aux thèmes de la famille, notamment celui de la fécondité, et suggèrent la présence d’un habitat dans cette partie de l’îlot A.

210Au total, les vestiges au sol qui peuvent être attribués à l’habitat sont peu nombreux par rapport à la superficie de la fouille. Cette situation s’explique probablement par l’installation de l’habitat à l’étage, à en juger par plusieurs indices.

211Les vestiges de cages d’escalier. Les accès aux étages sont construits soit à l’intérieur d’une pièce artisanale semi‑enterrée (îlot C, pièce 1‑16, états 2 et 3, dim. 4,20 x 1 m, fig. 103 ; îlot A, au sud de la pièce 3‑32, état 3, dim. 4 x 1,80 m, fig. 55), soit entre deux pièces, formant dans ce cas un espace accessible depuis l’extérieur. Le cas est observé dans un des trois sous‑ensembles du corps de bâtiment N de l’îlot A aux états 1 et 2 (fig. 39 et 49). L’espace 3‑20 (1,50 x 1,70 m) comporte un sol de graviers qui semble correspondre à une cage d’escalier permettant l’accès au deuxième niveau de la pièce 3‑21 et au premier niveau de la pièce 3‑28. De plus, l’isolement de ce sous‑ensemble par rapport à la partie occidentale du bâtiment paraît peu probable, la surface occupée par 3‑22 pourrait déterminer cette liaison. Les modifications effectuées au cours de l’état 3 (fig. 55) par l’adjonction d’un couloir permettent logiquement de poser l’hypothèse d’un escalier qui permettait l’accès à l’étage.

212Les nombreux couloirs. Certains pouvaient être occupés par des escaliers, dont aucun vestige ne subsiste.

213L’aménagement en terrasse des bâtiments. Il a probablement entraîné la multiplication des escaliers pour circuler entre les différents niveaux, éventuellement entre deux bâtiments (îlot C, couloir 2‑14, états 2 et 3 ; îlot A, couloir au nord de 3‑31, état 1) ou entre une pièce, légèrement encaissée, voisine d’une autre qui se trouve de plain‑pied par rapport à une cour (îlot C, couloir 2‑17, état 2 phase b).

214Les accès. Ceux‑ci, entre les trottoirs sud du decumanus et les niveaux de sols des pièces en façade, peuvent être restitués sous forme de passages de plain‑pied ou d’escalier, menant à l’étage. La dénivellation entre ces portiques et les pièces semi‑enterrées implique la présence d’au moins un étage.

215Les couches de démolition. Présentes dans plusieurs pièces semi‑enterrées elles sont composées en grande partie de matériaux argileux désagrégés et de fragments de cloisons en argile (îlot C, bâtiment E). Ces vestiges ne semblent pas en rapport avec les élévations conservées et proviennent de la destruction d’un niveau supérieur. De plus, dans la démolition de la pièce 1‑2, apparaissaient des poutres parallèles témoignant de l’effondrement d’une paroi à pan de bois appartenant à un étage.

216À Mâlain, les murs des maisons et les points d’appui de façade permettent de restituer au moins un étage en créant ainsi un passage couvert pour la circulation piétonne (Olivier 1988 et 1990).

217Outre les indices énumérés ci‑dessus, des plaques de peinture murale issues d’un étage ont été découvertes sur le sol d’un niveau inférieur : les enduits peints, mis au jour groupés au centre de la pièce 2‑10 (îlot C bât. C, état 3) dans un état très bouleversé, indiquent que les décors –deux états successifs ont été observés– appartenaient à une salle située à l’étage. Les motifs décoratifs sont conformes au répertoire traditionnel d’une habitation du iers. (cf. infra § 2.4.2).

218L’évolution architecturale de certains bâtiments au début de l’état 2 fournit aussi des arguments pour le développement de l’habitat à l’étage : ces changements architecturaux, qui consistent à substituer des murs maçonnés aux élévations en terre et bois (îlot A, bât. C de l’îlot C), peuvent être liés à l’extension des surfaces domestiques. Les sablières basses, bordées de poteaux porteurs (architecture à pans de bois ?), et les solins de pierre sont arasés et remplacés par des constructions en petit appareil de moellons. Ces transformations architecturales, qui laissent encore place à des cloisons en terre et bois, sont donc probablement en rapport avec la création ou le développement des étages. L’aspect extérieur des bâtiments et leur volume coïncident avec une recherche de plus grande fonctionnalité et de longévité. Un habitat à l’étage semble assuré sur le site du Lycée militaire.

219Nous ignorons quelle est la répartition spatiale des locaux domestiques, au sol et dans les étages, et l’évolution de cet habitat au cours des états 2 et 3. Cependant, l’identification de quelques pièces d’habitation montre qu’il existe une juxtaposition des espaces techniques et domestiques ; les plans des bâtiments en témoignent avec des variantes. L’îlot C présente une grande homogénéité dans la disposition des ensembles architecturaux. Ceux‑ci, alignés perpendiculairement au decumanus, se répartissent très régulièrement sur toute la longueur de l’îlot et sont séparés les uns des autres par des cours latérales (fig. 35). Au fil du temps, les espaces ouverts sont annexés par de nouveaux locaux artisanaux. En revanche, le bâtiment N de l’îlot A, au cours de l’état 1, est centré sur une cour partiellement occupée par une construction (fig. 35). La disposition des corps de bâtiments de l’îlot C n’est pas sans rappeler les plans de maisons d’artisans que l’on rencontre dans des villes et des bourgades ; les unités, de forme rectangulaire, sont alignées par leur petit côté sur la rue principale ; la superficie des cours est fréquemment étendue (Bénard 1994 : 227 ; Mangin 1994 : 48 ; Paunier 1994 : 82). Cependant, on remarque que les schémas d’organisation interne sont variés pour la majorité des exemples ; ce qui révèle une certaine liberté de choix dans les aménagements des ateliers et des locaux domestiques.

  • 7 Fosses‑dépotoirs : US 8043, état 2 (exemples : céramiques communes, nombreux mortiers, lampes, amph (...)

220Aux éléments précédemment évoqués, qui témoignent de la présence d’un habitat in situ sans qu’il soit possible de lire son organisation de détail, ne s’ajoutent que trop peu d’indices révélateurs. Les vestiges liés, par exemple, à la consommation –objets s’y rapportant et déchets culinaires– ne permettent guère de déceler la présence de cet habitat. Si les caractéristiques des céramiques mises au jour sur le site ne diffèrent pas de celles d’un habitat urbain antique, ce mobilier et les restes osseux proviennent pour l’essentiel de dépôts secondaires concentrés, pour une grande partie d’entre eux, entre la tour 1 et la façade méridionale de l’îlot C. Il s’agit d’épandages et de comblements de fosses qui ont livré à la fois des céramiques et de la faune, mais aussi une forte proportion de déchets artisanaux issus des travaux de sidérurgie, de tabletterie et plus particulièrement de métallurgie des alliages à base de cuivre7. Une fouille systématique menée le long de l’enceinte aurait révélé sans doute l’existence d’autres fosses‑dépotoirs.

221Plusieurs raisons peuvent être invoquées pour expliquer la faiblesse relative des vestiges d’activité domestique : l’évacuation organisée des déchets à l’extérieur du site vers une décharge et l’écrêtement de niveaux archéologiques (cours séparant les bâtiments), et probablement le développement et les remaniements des surfaces en terrasses. Quoi qu’il en soit, les résultats de l’étude de la faune (cf. infra annexe 6) montrent que la majorité des restes osseux, pour l’ensemble des unités stratigraphiques, sont des déchets domestiques et culinaires avec de nombreuses traces de débitage, de découpe et de décharnement. Même si l’on considère que certains échantillons ont été transportés sur le site, ces données confortent l’hypothèse selon laquelle des logements sont intégrés aux bâtiments à vocation artisanale.

222Aucun vestige de latrines n’est apparu lors des recherches ; il est vrai que ces installations sont moins répandues qu’on ne le croit et cela se vérifie plus particulièrement dans l’habitat modeste. Quelques sites gallo‑romains ont révélé la présence de latrines, généralement sous la forme de simples fosses ou parfois de structures maçonnées. À Alésia, des lieux d’aisances ont été reconnus à la fois dans des cours domestiques, dans des cours artisanales et en bordure de rues. Les parois de ces structures sont généralement parementées (Mangin 1981 : 235‑236, pl. 18, 25 et 128). À Oberwinterthur‑ Vitudurum (Suisse, Germanie supérieure), les latrines sont des fosses parfois habillées d’une structure en bois en forme d’entonnoir (Paunier 1994 : 82). À Strasbourg, dans un lieu public de l’agglomération antique, des latrines collectives ont été mises en évidence. Une fosse rectangulaire comportait une structure en bois, probablement surmontée d’un dispositif de sièges en bois (Kuhnle‑Aubry et al. 1995 : 83‑85). À Fréjus, il s’agit d’un dispositif simple : une pierre trouée chevauchant un égout (Rivet 1996 : 111). À Rome et à Pompéi, on connaît l’usage de récipients en céramique, des amphores ou des dolia décapités sous le col, pour recueillir les excréments. Ces vases d’aisances étaient vidés dans des égouts ou dans des fosses collectives. Dans les rues, ces céramiques servaient d’urinoirs de sorte que les foulons ou les tanneurs en récupéraient le contenu (Thédenat 1904 : 988 ; Leveau 1996 : 160). Il est possible d’établir un parallèle entre ces éléments et une partie des amphores enfoncées dans le sol des pièces et des cours du quartier artisanal d’Autun. L’exemple le plus remarquable est celui de la cour 3‑16 de l’îlot A (bât. S, état 1, cf. fig. 35). Le mur de la façade méridionale de l’îlot comporte un accès bouché par une amphore Dressel 20 coupée dans sa partie supérieure. La position de la céramique, à l’emplacement de l’accès menant au terrain longeant le rempart et donc au cardo 1, permet une évacuation ou une récupération rapide des immondices.

223Dans des contextes de capitale ou de ville romaine, les latrines sont généralement rejetées à l’extérieur des îlots, comme par exemple dans le quartier N‑E de Volubilis (Étienne 1960).

224Comment caractériser cet habitat qui semble bien exister sur le site ? Bien des informations nous échappent : la superficie, l’organisation de l’espace. Quelles sont les surfaces au sol, le nombre de niveaux (1, 2, 3 étages ?), la répartition des pièces dans les étages et les changements au cours des différentes périodes d’occupation ?!

225Les seuls critères d’appréciation reposent sur la qualité des aménagements intérieurs liés au confort et aux éléments décoratifs. Les sols des habitations devaient être d’une grande sobriété : sols en terre battue, en béton et planchers sur vide sanitaire. Un seul sol de type terrazzo, comprenant des inclusions de schiste et de marbre, a été reconnu sur le site (îlot D, pièce 1‑21, état indéterminé). Les structures de chauffage sont rudimentaires et correspondent à des plaques de foyers rectangulaires. Aucune pièce chauffée par hypocauste n’a été mise en évidence.

  • 8 M. Mangin (1994 : 47) a souligné très justement cet aspect en indiquant que : « L’adoption de l’hyp (...)
  • 9 Situés dans la partie occidentale de la ville antique, dans un secteur intra muros à une quarantain (...)

226L’hypocauste, élément de confort apporté par la culture méditerranéenne8 –salles chauffées ou bains privés– traduit, par son absence, l’éloignement de cet habitat des critères matériels empruntés par les classes moyennes et aisées de la société. À Autun, rares sont les sites d’habitat qui n’ont pas révélé la présence de salles sur hypocauste (par exemple la maison d’artisan de l’Institution Saint‑Lazare9).

227Les décors typiquement romains sont quasiment absents, à l’exception de la peinture murale présente dans toutes les catégories d’habitat. Cette pauvreté du décor, marquée entre autres par l’absence de sols décorés, et le degré de confort, difficile à évaluer mais toutefois limité, reflètent le caractère modeste de cet habitat qui contraste avec l’organisation générale des îlots parfaitement intégrés à un plan d’urbanisme de capitale.

  • 10 La disposition de ce pavement incite à penser qu’il devait être vu d’un étage, du haut d’une galeri (...)

228En conclusion, l’ensemble des données atteste la présence d’un habitat au sein du quartier artisanal ; au sol les pièces domestiques se juxtaposent probablement aux espaces techniques. L’utilisation des étages pour la création de logements nous est suggérée par les cages d’escalier et les décors muraux effondrés au rez‑de‑chaussée. À Autun, d’autres découvertes confirment cet aspect de l’architecture domestique : Maison à l’enseigne (Rebourg 1993a), Maison à la mosaïque du Bellérophon10. Le développement des surfaces à l’étage dans l’habitat privé est un aspect souvent négligé ; mais des comparaisons existent, tant dans les grandes villes où la romanisation s’exprime plus fortement, que dans des villes secondaires : Lyon/Clos du Verbe Incarné (Desbat 1991b : 296‑297 ; Délaval 1994 : 208‑209), Augst (Paunier 1996 : 100, 108), Mâlain (Olivier 1990 : 120), Alésia (Mangin 1981 : 162‑163, pl. 79 –local 303 de l’îlot D horizon III– et îlot H –XX ; 217, 223, pl. 161), Bliesbruck (Petit 1994 : 30), Argentomagus (Coulon 1996 : 86), etc. Mais les données recueillies en fouille sont insuffisantes pour proposer une restitution des espaces intérieurs et de leur décor au cours des différentes périodes d’occupation.

229Les éléments caractéristiques de cet habitat, architecture, décor et degré de confort, présentent une grande homogénéité et révèlent la simplicité des installations. Le schéma d’organisation générale ne paraît pas fondamentalement changé au cours des états et on a l’impression que la place la plus importante est réservée aux espaces de travail.

230Le cadre de vie des artisans apparaît ainsi étranger à celui des élites sociales du monde romain à l’instar de celui des boutiquiers logeant dans des galeries au‑dessus de leurs échoppes à Pompéi ou à Rome. À la lecture de différentes publications évoquant l’habitat des artisans, une remarque s’impose : il est toujours présenté comme modeste ; cependant, les données recueillies sur les habitats luxueux permettent rarement de connaître le statut de leur propriétaire ou de leurs occupants. À ce propos, il est intéressant d’évoquer les hypothèses formulées par P. Gros (1996a) sur la Maison des dieux Océan à Saint‑Romain‑en‑Gal :
– dans un premier cas, cette domus serait la propriété d’un riche notable ayant fait construire à la fois sa résidence mais aussi des espaces économiques (notamment l’îlot artisanal), lui procurant une partie de ses revenus ;
– la seconde hypothèse repose sur la fonction de la domus, siège d’une association professionnelle (scola) dont les membres exerceraient leurs activités dans des parcelles voisines.

  • 11 À la différence des maisons d’artisans de Bliesbruck qui sont agrandies et dont le niveau de confor (...)

231Le niveau de richesse des habitants du quartier du Lycée militaire ne paraît guère avoir évolué au fil des générations11. Les activités productives n’ont pas engendré un enrichissement personnel des artisans qui pourrait transparaître à travers de nouveaux aménagements.

  • 12 À Autun, d’autres sites artisanaux sont intégrés à la trame urbaine : ateliers de bronzier, atelier (...)

232Le caractère extrêmement modeste des installations domestiques du site du Lycée militaire évoque les maisons d’artisans des bourgades du réseau secondaire. À la différence des premières, les maisons, des artisans d’Augustodunum s’inscrivent dans le cadre d’un urbanisme « romain », quartier structuré par des voies et des îlots12.

  • 13 La publication de ce site porte essentiellement sur les ateliers de verriers (Rebourg 1989) et sur (...)

233Mais le quartier artisanal de la Rue des Pierres, situé lui aussi à proximité de l’enceinte et possédant des locaux artisanaux importants, présente un habitat différent de celui du Lycée militaire. Fouillé en 1987 sur une superficie de 4 000 m2, il comprend des échoppes et des ateliers d’artisans situés le long d’un decumanus13. « Dans la partie septentrionale, les vestiges comprenaient un hypocauste bien conservé et un puits. » (Rebourg 1993a : 133.)

  • 14 Aucun plan complet de ces demeures n’est connu à ce jour à Autun.

234La diversité des habitats est un fait marquant dans la capitale des Éduens, comme dans la plupart des grandes villes de la Gaule romaine. Il semble que s’esquisse un décalage entre la richesse ostentatoire des maisons des notables (la Maison à l’étui d’or, la Maison de Balbius Iassus et la Maison des auteurs grecs14 ; Chardron‑Picault 1996a : 40‑46) et l’habitat modeste des artisans. Ce contraste est le reflet d’une grande disparité entre les humbles et les élites. Mais, notre connaissance de l’habitat impose une grande prudence quant à une réflexion sur la composition sociale de la population. Celle‑ci pouvait être hétérogène, composée, comme dans de nombreuses villes de l’Empire romain, de personnes de statuts divers : esclaves, affranchis, travailleurs saisonniers, artisans propriétaires de leurs moyens de production, etc. (Alföldy 1991 : 184).

FIG. 123 – Plaque présentant les deux phases successives de décor : 1 vue de la première phase avec les traces de coups de pic ; 2 vue de la seconde phase reconstituée.

cl. G. Becq/CEPMR-CNRS

235La recherche devra s’orienter vers des indices archéologiques et chronologiques permettant d’estimer la réalité sociale de la population d’Augustodumim, tant du point de vue de sa répartition que de son évolution au cours de l’Antiquité.

2.4.2 Étude d’un décor mural

  • 15 Centre d’étude des peintures murales romaines (CNRS‑ENS), Nous remercions G. Becq pour sa collabora (...)

236Un ensemble particulièrement important de vestiges d’enduits peints a été traité au CEPMR de Soissons15. Il provient de la pièce 2‑10 (US 4158). Les fragments étaient entassés au centre de la pièce, sur une couche de bois brûlé provenant sans doute d’un plancher. Les murs, en revanche, étaient construits en petits moellons qui ne semblent pas avoir été recouverts d’enduit.

237Une plaque d’environ 1 m2 (plaque 1) a été déposée par les archéologues selon la technique du coffrage en mousse de polyuréthanne (fig. 123, no 1). Le reste des fragments était rassemblé dans 70 caissettes.

2.4.2.1 Étude des peintures

238La grande plaque déposée (plaque 1) présentait deux phases successives de la peinture soit deux décors superposés. Les fragments isolés appartenaient indifféremment à l’une ou à l’autre phase.

Première phase

239Les fragments de la première phase se distinguent facilement car leur mortier, de chaux et de sable, est plus épais (environ 3 cm), plus pulvérulent et leur surface a été piquée au moment de la réfection pour favoriser l’adhérence de la seconde couche (fig. 123).

240Le décor est connu essentiellement grâce à la plaque 1 qui provient de l’extrémité droite du mur, comme l’indique sa limite verticale marquant un angle (fig. 123). La présence de coups de pic très proches de cette limite a pu nous faire douter un moment de la présence effective d’un angle de pièce qui aurait gêné l’opération de piquage (fig. 124). Cette limite aurait dû alors être plutôt interprétée comme celle d’une ouverture (porte ou fenêtre). Toutefois, l’observation du sens de l’impact indique bien des petits coups perpendiculaires, donnés avec le coin de l’outil, ce qui est tout à fait plausible le long d’un angle.

FIG. 124 – Dessin de la partie inférieure de la plaque de la figure 123, no 1.

dess. S. Groetembril/CEPMR – CNRS

241Ce décor est composé d’une plinthe rouge ocre et d’une zone moyenne à panneaux rouge ocre et inter‑panneau noir décoré d’un candélabre végétalisé blanc et jaune ; ce dernier est attesté par quelques fragments seulement où apparaissent deux rubans de part et d’autre de la tige, ce qui suppose l’existence d’une ombelle d’où ils retombent. L’inter‑panneau noir se prolonge autour des panneaux par une bande d’encadrement noire (environ 8 cm) bordée de filets blancs (fig. 125).

FIG. 125 – Dessin de restitution de la première phase du décor.

dess. S. Groetembril/CEPMR – CNRS

242Au total, la partie conservée mesure 106 cm de large et 87 cm de haut. C’est tout ce qu’il est possible d’attribuer à la couche de la première phase dont les fragments sont, rappelons‑le, peu nombreux et pulvérulents ; nous préférons nous attarder sur l’étude de la seconde phase, mieux conservée.

Seconde phase

243La seconde phase a été posée directement sur la première après que celle‑ci eut été piquée de petits coups de pic rapprochés (fig. 123, no 2). Deux couches de mortier (sable et chaux également) y ont été étalées : une plus grossière variant de 0,8 à 1,6 cm d’épaisseur et une très fine de 0,3 cm. Cette dernière couche a été très soigneusement lissée, ce qui a permis une belle qualité de peinture.

244Le décor est semblable à celui de la première phase (fig. 126) : une plinthe ocre‑jaune foncé à taches roses (imitation de marbre stylisée), une zone moyenne à panneaux rouge ocre encadrés d’un filet blanc et à inter‑panneaux noirs ornés d’un candélabre végétal blanc, jaune et rose, couronné par une gerbe rappelant un chapiteau.

FIG. 126 – Dessin de restitution de la seconde phase du décor. ▲ assemblage possible.

dess. S. Groetembril/CEPMR – CNRS

245L’extrémité droite du mur (plaque 1) se termine par un demi inter‑panneau noir bordé d’un filet blanc et d’une bande ocre‑jaune foncé qui est la continuation de la plinthe et la bordure du mur.

246Un autre candélabre est attesté ; il a la même forme que le premier mais la gamme des couleurs employées est légèrement différente : mauve et rose. D’autre part, si certains fragments de ce candélabre ont bien la couche fine caractéristique de la seconde phase, d’autres, présentant le même motif, ont un support particulièrement épais. Ceci peut être expliqué par le simple fait qu’au moment du piquage une plaque d’enduit primitif se serait effondrée, entraînant l’obligation de refaire entièrement le support à cet endroit.

247Le décor a été recomposé à partir de la plaque 1 qui, comme nous l’avons dit, donnait un angle inférieur droit de panneau. De nombreux fragments s’étant détachés lors de la dépose, nous avons tenté de les replacer pour compléter la plaque.

248Nous sommes parvenus à reconstituer une autre plaque (plaque 2) qui fournissait des éléments importants : d’une part, la base du candélabre et la largeur de l’inter‑panneau (31 cm), d’autre part, un filet brun vertical qui divise la plinthe sous le panneau rouge et que nous considérons comme la marque possible de son milieu. Cette hypothèse donnerait au panneau une largeur d’environ 1,06 m. Compte tenu de ces dimensions, les plaques 1 et 2 seraient très proches ; cependant nous n’avons pas pu les réunir.

249En outre, si nous considérons les normes habituelles (2 unités en largeur pour 3 unités en hauteur), nous pouvons estimer la hauteur du panneau à environ 1,60 m. Les plaques 2 à 10 permettent de comprendre comment le candélabre s’organise ; elles ont été placées sur le dessin de restitution de manière logique, selon l’épaisseur des fragments, les couleurs de la tige et les infimes modifications des filets latéraux (fig. 126). Nous ignorons tout du décor situé sur la partie haute du mur ; cependant, nous disposons d’un ensemble de fragments qui s’amincissent verticalement jusqu’à 0,5 cm (notamment les fragments couronnant le candélabre) ; nous les situons en partie supérieure de zone moyenne. Deux hypothèses sont dès lors possibles : soit il n’y avait pas de zone supérieure et les fragments s’amincissent pour amorcer la jonction avec le plafond (ce qui suppose une pièce relativement basse) ; soit la seconde phase ne correspond qu’à la réfection de la zone inférieure et moyenne, les fragments plus fins sont alors le vestige du raccord de mortier avec la zone supérieure.

Observations

250Lorsque nous essayons de recomposer le décor, la manipulation des fragments nous amène à être attentifs aux moindres traces du travail de l’artisan antique ; elles permettent de dégager quelques observations plus techniques.

251Les peintres posent généralement des points de repère, avant de commencer à peindre, pour structurer la surface et éviter les erreurs. Ces repères discrets se retrouvent grâce à une observation attentive en éclairage rasant. Ici, un seul tracé directeur est visible : c’est l’empreinte d’une cordelette, au niveau du filet blanc entre la plinthe et le panneau rouge ocre, tendue à l’horizontale à la jonction entre les deux zones (fig. 127). Les traces de la progression du travail apparaissent nettement : le fond rouge, appliqué d’abord, est visible sous le fond noir altéré de l’inter‑panneau. Le noir, à son tour, a débordé sur le panneau rouge. Les filets blancs ont dissimulé tant bien que mal le raccord. Enfin un lissage final, sur les couleurs encore humides, a entraîné du pigment rouge sur le blanc des filets de bordure.

FIG. 127 – Détail de l’empreinte de cordelette observée en lumière rasante sur le filet blanc ; des traces de pinceau sont également visibles.

cl. G. Becq/CEPMR-CNRS

252À 15 cm au‑dessus de la plinthe, un raccord de mortier horizontal, mais irrégulier, est très nettement visible (fig. 126). Habituellement, ce raccord est dissimulé par les filets entre deux zones. Il s’agit là plutôt d’une réfection postérieure assez maladroite et grossière, due à d’éventuels dégâts causés à la partie basse. À 26 cm au‑dessus de la plinthe, des traces d’usure se remarquent ; elles sont dues probablement au déplacement et au frottement de meubles (fig. 123, no 2).

253Il est utile d’examiner la question de l’origine de ces enduits. Les murs de la pièce d’où ils proviennent ne présentent aucune trace d’accrochage, ni aucun vestige d’enduit en place à leur base, comme nous pourrions nous y attendre ; d’autre part, les fragments gisaient, non pas au pied des parois, mais au centre de la pièce, comme s’ils avaient glissé au moment de l’effondrement d’un plancher supérieur. Il est donc vraisemblable que ces peintures proviennent de l’étage.

  • 16 Le même cas de figure se présentait pour le candélabre à rinceaux croisés de La Graufesenque, Milla (...)

254La comparaison des deux phases superposées de la plaque 1 montre une ressemblance des décors : même composition et quasiment mêmes couleurs (excepté la plinthe). Il est donc évident que les propriétaires n’ont pas refait les peintures de la pièce par lassitude du motif, ni par changement de goût ou de mode, mais vraisemblablement pour redonner un peu de fraîcheur ou de netteté à la paroi16.

2.4.2.2 Comparaisons stylistiques

255Les deux décors successifs reprennent donc la même composition d’ensemble, qui appartient à une série des plus répandues en Gaule à l’époque romaine dans l’habitat privé : panneaux rouge ocre, inter‑panneaux noirs ornés d’un candélabre végétalisé. Dans les deux cas présents, les candélabres sont plutôt sobres, réalisés avec une certaine spontanéité et composés d’une tige à nervures d’où s’éloignent de fines feuilles allongées, droites ou recourbées en volutes. Mais il existe une différence de style dans les candélabres : ceux de la seconde phase sont plus maniérés, plus élaborés.

256Leurs caractéristiques permettent de les rapprocher, par exemple, des peintures de la pièce 2 de la Fontaine des Bénédictins à Nîmes (Sabrié, Sabrié 1991 : 95‑96), datées de la première moitié du iie s. Des similitudes apparaissent également avec des peintures plus voisines, comme celles de la rue Paul‑Deviolaine à Soissons (mur nord de la salle IV) de la première moitié du ier s. (Defente 1986 : 68‑70, fig. 5 ; Defente 1990 : 58‑61, fig. 33) et celles de la rue des Jacobins à Amiens, de la fin du iie s. (Defente 1990 : 49‑54, fig. 19‑21).

257Ce type de candélabre végétalisé assez sobre est également présent, mais cette fois sur un fond blanc, à Rougnat (Creuse) dans le décor de la salle 6 de la villa des Boueix‑Cujasseix. Ces peintures datent de la fin du ier s. ou du début du iie s. (Flecher 1984 : 25‑37, pl. III). D’autres encore ont été trouvés à Genainville (Val‑d’Oise) dans les salles 9 et 10 du Pavillon et datent de la première moitié du iie s. (Nunes Pedroso 1980 : 141‑154, fig. 10‑12). Tous ces exemples montrent l’abondance de ce type de candélabre végétalisé dans l’habitat en Gaule romaine du milieu du ier et durant tout le iie s. de notre ère ; il est donc difficile de préciser la chronologie par analogie, en notant toutefois une tendance à une progressive schématisation des candélabres. Nous pouvons raisonnablement proposer la réalisation de la première phase vers la fin du ier ou au début du iie s. et la réfection vers le milieu du iie s.

2.4.2.3 Conclusions

258Nous avons vu combien les peintures d’Autun sont riches en détails techniques qui rendent vivantes les étapes du travail des décorateurs antiques. Elles sont assez surprenantes par la reprise d’un même schéma ; reprise qui révèle un état d’esprit assez conservateur ou bien, tout simplement, qui laisse supposer qu’un seul mur de la pièce a été refait, reprenant le même décor par souci d’unité.

259En outre, bien que très fragmentaires, ces enduits sont une précieuse source d’information. Ils nous révèlent un autre aspect de ce quartier connu surtout pour ses installations d’artisans : celui d’un habitat qui, quoique sans doute assez modeste, comportait un décor intérieur plutôt soigné, conforme aux modes picturales de l’époque.

2.5 Conclusions

260À partir de la transposition des données issues du tableau de correspondance entre les états architecturaux et la chronologie absolue (fig. 32), nous avons tracé une courbe (fig. 128) de l’évolution des surfaces occupées au sol par les bâtiments. La courbe fait ainsi apparaître les grandes périodes qui ont rythmé l’occupation gallo‑romaine sur le site du Lycée militaire. Elle a également pour but, à l’issue d’un descriptif basé sur la seule chronologie relative, d’établir un document en « données corrigées » par la prise en compte des résultats des études ayant permis de définir une chronologie absolue.

FIG. 128 – Courbe de l’évolution des surfaces occupées au sol par les bâtiments, en fonction des états architecturaux et de la chronologie absolue.

dess. L. Vaxelaire/Afan

261Il convient de rappeler que la topographie du site, à flanc de colline, a nécessité la mise en place de terrasses combinées à de volumineux remblais destinés à rendre le terrain propice à une occupation organisée. Les bâtiments du quartier mis au jour en bordure du rempart antique se présentent sous la forme d’espaces à demi enterrés, les secteurs de plain‑pied ayant été presque totalement érodés. Cette configuration constitue, du reste, le facteur essentiel de conservation des structures au niveau des « entresols » (pièces semi‑enterrées). La figure 129 présente une « évocation volumétrique » d’un des bâtiments (bât. C, îlot C) ; nous espérons que cette image en trois dimensions permettra au lecteur de mieux visualiser ces problèmes.

FIG. 129 – Évocation volumétrique du bâtiment C de l’îlot C à l’état 2 (100‑200 ap. J.‑C.). Cette représentation ne prétend pas être une reconstitution du bâtiment. Seuls ont été reportés en perspective les espaces mis au jour. Ne sont donc visibles ici, outre les murets (1) qui bordent le decumanus, que les espaces dégagés au niveau de la terrasse inférieure ou ceux qui se trouvent « encastrés » dans le niveau de plain‑pied avec la voie. C’est le cas notamment pour les dispositifs de descente (2) ou pour la première rangée de pièces en excavation (3). La terrasse proprement dite fait corps avec le bâtiment ; elle sert également de support au passage qui se dirige vers le bâtiment E (4). Un étage a été mis en évidence en un endroit seulement (5) par la présence d’un effondrement comportant des restes de peintures murales. En avant de la façade sud du bâtiment O, de petites tranchées ont été repérées ; leur étroitesse laisse à penser qu’elles étaient surmontées de plantations ou supportaient une palissade (6). Là où il a pu être fouillé, l’espace séparant les bâtiments du rempart présente des fosses‑dépotoirs (7).

dess. L. Vaxelaire/Afan

262L’examen de la courbe (fig. 128) montre assez nettement qu’après une période d’installation, qui couvre les trois premières décennies de notre ère, la surface occupée augmente fortement pour observer un premier palier vers 40 ap. J.‑C. Les bronziers sont alors omniprésents sur le site. La seconde moitié du ier s. voit d’une part l’occupation s’étendre à un rythme soutenu avec la mise en place de nouveaux bâtiments toujours affectés à des ateliers de bronziers. On voit, d’autre part, les bâtiments les plus anciens subir une première campagne de modifications architecturales importantes qui, outre les agrandissements, sont les réfections de terrasses et le remplacement de la plupart des murs en matériaux légers par des maçonneries en pierre. Ces mutations vont se généraliser à la plupart des bâtiments. La restructuration semble accomplie vers 120. L’activité artisanale reste majoritaire sur le site. Le travail des alliages à base de cuivre, seul présent à l’origine du quartier, voisine alors avec celui du fer et de la céramique. La surface occupée au sol atteint son maximum vers 150. De nouvelles modifications importantes dans les bâtiments affectent le quartier à la fin du iie s.

263Il ne faut pas se méprendre sur l’apparente simultanéité de ces transformations à l’échelle du site. Les datations, basées sur l’étude de la céramique fine, proposent pour cette époque des fourchettes beaucoup moins précises qu’elles ne le sont pour les faciès du ier s. On pourra seulement en conclure que les modifications architecturales marquant le passage d’un état 2 à un état 3 du bâti ont été réalisées dans la même quarantaine d’année vers la fin du iie s. En ce qui concerne les activités exercées dans ce dernier état architectural du site, les mutations n’ont pas l’ampleur de celles qui ont accompagné le changement d’état précédent. Les potiers ne sont plus présents mais on observe encore une étroite cohabitation entre bronziers et forgerons. À cet égard, et quelle que soit l’époque considérée, il faut se poser la question de la présence éventuelle d’artisans n’ayant pas laissé de traces aussi tenaces que la métallurgie ou la cuisson de la céramique.

264Il convient également de moduler les valeurs fournies par la courbe présentée ici ; elle ne tient compte en effet que des données objectives mesurées au sol. Il faut en conséquence garder à l’esprit la plus que probable présence d’étage, bien qu’elle ne soit prouvée qu’en de très rares endroits. Mais sur quelle surface se développe cet étage, ou ces étages ? Faut‑il alors imaginer une courbe globalement parallèle à celle tracée par les valeurs au sol ? Elle peut aussi être tout autre...

265Le problème de la place de l’habitat reste particulièrement difficile à traiter. En effet, les indices d’un habitat sont particulièrement rares et ne sont pas déterminants. Au sol, la quasi‑totalité des espaces est dévolue à l’artisanat et les pièces non caractérisées ne présentent pas clairement un usage domestique. La plupart de ces espaces conviendrait tout aussi bien au stockage qu’à des travaux mettant en œuvre des structures indécelables à la fouille.

266Par ailleurs, il faut souligner l’absence quasi totale de dépotoir domestique. Les fosses de rejet présentent toutes, et ce de manière prépondérante, des déchets artisanaux, et le mobilier associé ne présente pas d’échantillons suffisamment caractéristiques pour être attribués à un habitat au sens strict. Les lots de céramiques sont en effet particulièrement modestes et les restes de faune présentent souvent des particularités relevant d’autres pratiques que celles de la simple boucherie (débitage caractérisant des activités relatives à la tannerie, indices de tabletterie voire de travail de la corne). Par conséquent, nous ne pouvons rejeter complètement l’hypothèse selon laquelle l’habitat des artisans serait désolidarisé des ateliers.

267La présence d’un étage ne fait guère de doute, notamment lors du passage à l’état 2 qui voit le remplacement par des maçonneries de la plupart des élévations dites périssables. Deux couches clairement identifiées comme des effondrements d’étage ont du reste été repérées dans les bâtiments E et C de l’îlot C. L’hypothèse d’un habitat à l’étage est plausible elle aussi, les vestiges domestiques proprement dits ayant pu disparaître dans leur quasi‑totalité. On peut également imaginer que cet étage, situé en fait au rez‑de‑chaussée du decumanus, abritait une partie des activités artisanales (par exemple, des finitions nécessitant un éclairage meilleur que celui des pièces semi‑enterrées), ou bien encore des activités commerciales en jouant le rôle de boutiques.

268Le quartier mis au jour au Lycée militaire d’Autun se caractérise par sa vocation artisanale à dominante métallurgique. S’il n’est pas possible d’établir de correspondance entre la forme architecturale et la fonction des bâtiments (fig. 129), il paraît assez frappant de constater que ces ensembles ont conservé durant toute leur période d’utilisation la même vocation. Du début à la fin, les artisans, bronziers bientôt accompagnés de forgerons et de potiers, occuperont les bâtiments. Tout nous laisse penser que leur départ a signifié l’abandon, semble‑t‑il définitif et relativement brutal, du quartier vers la fin du iiie s.

Notes

1 La détermination a été réalisée par B. Guineau (CNRS, Orléans) ; l’usage de poudre d’hématite peut être relié au polissage final des métaux (Bayley 1991).

2 Dans l’ouvrage récent sur les agglomérations antiques de Côte‑d’Or, J. Bénard (1994 : 223) rappelle les définitions propres à chaque type d’aménagement de façade.

3 À titre d’exemple, à Saint‑Romain‑en‑Gal les petits entrepôts sont situés en façade de la voie II (Laroche, Savay‑Guerraz 1984 ; Prisset et al. 1994).

4 Les exemples les mieux connus en Bourgogne sont : Alésia, les « îlots » en périphérie du centre public, structurés à partir de la période claudienne (Mangin 1994) ; Mâlain (Roussel 1994) et Vertault (Mangin, Jouin‑Mangin 1994).

5 Nous remercions chaleureusement Micheline Jeanlin pour ses précieux conseils dans l’étude des figurines. L’ensemble de ces objets fera l’objet d’une prochaine publication.

6 Parmi les fragments de figurines identifiés, notons la présence : d’une patte arrière gauche d’un lion en marche et d’un vase en forme de pomme de pin.

7 Fosses‑dépotoirs : US 8043, état 2 (exemples : céramiques communes, nombreux mortiers, lampes, amphores, jetons en terre cuite, faune et déchets artisanaux) ; US 8024‑8013, état 2 ; US 8022, état 3.

8 M. Mangin (1994 : 47) a souligné très justement cet aspect en indiquant que : « L’adoption de l’hypocauste pour chauffer une pièce d’habitat de la maison « gallo‑romaine » des artisans ou des commerçants aisés des agglomérations secondaires, pourrait, dans cette perspective, être considérée comme un bon critère d’acculturation ».

9 Situés dans la partie occidentale de la ville antique, dans un secteur intra muros à une quarantaine de mètres de l’enceinte, les vestiges de deux bâtiments antiques, séparés par une venelle, ont été mis au jour. Ils comportent respectivement des pièces d’habitation et des locaux artisanaux (travail des alliages à base de cuivre et travail de l’os et de la corne) qui ont été occupés à partir de la période tibérienne. Les constructions sont réalisées en terre et en bois, les murs reposant sur des solins maçonnés ou des sablières. Abandonnés vers la fin du ier s., le site s’étend alors vers le nord sur un secteur où l’on érige une habitation plus spacieuse que la précédente (Chardron‑Picault, Ducreux 1991 ; Chardron 1991 ; Chardron‑Picault, Rodet‑Belarbi à paraître).

10 La disposition de ce pavement incite à penser qu’il devait être vu d’un étage, du haut d’une galerie entourant la pièce (Stern, Blanchard‑Lemée 1975 : 73 et 79).

11 À la différence des maisons d’artisans de Bliesbruck qui sont agrandies et dont le niveau de confort augmente à partir de la fin du iie s. (Petit 1994 : 39‑40).

12 À Autun, d’autres sites artisanaux sont intégrés à la trame urbaine : ateliers de bronzier, ateliers de travail de l’os et de la corne de [’Institution Saint‑Lazare, ateliers métallurgiques du 18, faubourg d’Arroux.

13 La publication de ce site porte essentiellement sur les ateliers de verriers (Rebourg 1989) et sur une partie de la production de céramiques (Creuzenet 1996 : 32).

14 Aucun plan complet de ces demeures n’est connu à ce jour à Autun.

15 Centre d’étude des peintures murales romaines (CNRS‑ENS), Nous remercions G. Becq pour sa collaboration à l’étude de ces peintures.

16 Le même cas de figure se présentait pour le candélabre à rinceaux croisés de La Graufesenque, Millau (Aveyron) étudié par R. et M. Sabrié (Sabrié, Sabrié 1986).

Table des illustrations

Légende FIG. 33 – Plan général des niveaux de sols conservés.
Crédits dess. L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 34 – Plan des murs de terrasse à l’état 1.
Crédits dess. L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 35 – Plan général de l’état 1.
Crédits dess. L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 36 – Plan général de l’état 2.
Crédits dess. L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende FIG. 37 – Plan général de l’état 3.
Crédits dess. L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende FIG. 38 – Légende commune aux plans des vestiges.
Crédits dess. J. Gelot, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 39 – Plan schématique de l’îlot A à l’état 1.
Crédits dess. P. Haut, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 40 – Passage d’évacuation d’eau dans le mur nord de la pièce 3‑8.
Crédits cl. P. Haut/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 41 – Élévation du mur nord de la pièce 3‑6.
Crédits dess. P. Haut, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 42 – Plan de la pièce 3‑6 à l’état 1, phase a.
Crédits dess. P. Haut, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 43 – Plan de la pièce 3‑6 à l’état 1, phase b.
Crédits dess. P. Haut, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 44 – Plan de la pièce 3‑6 à l’état 1, phase c.
Crédits dess. P. Haut, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Légende FIG. 45 – Plan de la pièce 3‑3 à l’état 1.
Crédits dess. Y. Amrane, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 46 – Plan de la pièce 3‑5 à l’état 1.
Crédits dess. E. Michon, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 47 – Plan de la pièce 3‑13 à l’état 1.
Crédits dess. P. Haut, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 48 – Plan des pièces 3‑8 et 3‑9 à l’état 1.
Crédits dess. P. Haut, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 49 – Plan schématique de l’îlot A à l’état 2.
Crédits dess. P. Haut, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 50 – Plan de la pièce 3‑6 à l’état 2.
Crédits dess. P. Haut, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 51 – Plan de la pièce 3‑3 à l’état 2.
Crédits dess. Y. Amrane, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 52 – Plan de la pièce 3‑4 aux états 2 et 3 : atelier de potier.
Crédits dess. Y. Amrane, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 531 profil N‑S de la pièce 3‑4 à l’état 2 avec un four de potier ; 2 profil E‑0 du four de potier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 54 – Plan des pièces 3‑9 et 3‑10 à l’état 2.
Crédits dess. E. Michon, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende FIG. 55 – Plan schématique de l’îlot A à l’état 3.
Crédits dess. P. Haut, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 56 – Plan de la pièce 3‑6 à l’état 3.
Crédits dess. E. Michon, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 57 – Plan de la pièce 3‑11 à l’état 3 : 1 phase a, 2 phase b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 58 – Plan de la pièce 3‑9 à l’état 3.
Crédits dess. P. Haut, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 59 – Profils S‑N, à l’est (AB) et à l’ouest (CD), de l’îlot C.
Crédits dess. F. Ducreux, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 60 – Plan schématique du bâtiment O de l’îlot C à l’état 1.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 61 – Plan de la pièce 2‑44 à l’état 1.
Crédits dess. A. Andrey- Chalandre, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 62 – Plan de la pièce 2‑21 à l’état 1.
Crédits dess. A. Andrey-Chalandre, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 63 – Plan schématique du bâtiment O de l’îlot C à l’état 2.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 64 – Plan des pièces 2‑19 et 2‑20 aux états 2 et 3.
Crédits dess. A. Andrey-Chalandre, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 65 – Plan de la pièce 2‑21 aux états 1, 2 et 3.
Crédits dess. J.-Y. Richelet, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 66 – Plan schématique du bâtiment O de l’îlot C à l’état 3.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 67 – Plan des pièces 2‑27 et 2‑28 à l’état 3.
Crédits dess. F. Ducreux, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 68 – Plan schématique du bâtiment C de l’îlot C à l’état 1.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 69 – Plan du portique en avant de la façade nord du bâtiment C.
Crédits dess. F. Ducreux, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 70 – Plan de la pièce 2‑3 à l’état 1.
Crédits dess. E. Michon, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 71 – Profil schématique N‑S du sol au niveau du bâtiment C.
Crédits dess. L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k
Légende FIG. 72 – Plan de la pièce 2‑7 à l’état 1 : 1 phase a ; 2 phase b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 73 – Plan de la pièce 2‑9 à l’état 1.
Crédits dess. E. Michon, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 74 – Plan schématique du bâtiment C de l’îlot C à l’état 2.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 75 – Vue de la descente d’escalier reliant la terrasse supérieure à la pièce 2‑10 (espace 2‑36).
Crédits cl. P. Haut/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 76 – Plan de la pièce 2‑3 à l’état 2 : 1 phase a ; 2 phase b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 77 – Plan des pièces 2‑4 et 2‑5 à l’état 2.
Crédits dess. E. Michon, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 78 – Plan de la pièce 2‑1 à l’état 2, phase a.
Crédits dess. E. Michon, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 79 – Plan de la pièce 2‑1 à l’état 2, phase b.
Crédits dess. E. Michon, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 80 – Schéma de restitution de la pièce 2‑10 à l’état 2.
Crédits dess. L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6k
Légende FIG. 81 – Plan de la pièce 2‑11 à l’état 2.
Crédits dess. I. Koclejda, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 82 – Schéma stratigraphique O‑E de la pièce 2‑11.
Crédits dess. L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 83 – Plan schématique du bâtiment C de l’îlot C à l’état 3.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 84 – Plan des pièces 2‑1, 2‑13 et 2‑32 à l’état 3.
Crédits dess. E. Michon, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 85 – Plan schématique du bâtiment E de l’îlot C à l’état 1.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 86 – Plan schématique et hypothétique de la division spatiale du bâtiment E de l’îlot C.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 87 – Plan de la pièce 1‑29 à l’état 1.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 88 – Plan de la pièce 1‑30 à l’état 1.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 89 – Plan de la pièce 1‑2 à l’état 1.
Crédits dess. J.-C. Passerai, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 90 – Plan de la pièce 1 ‑11 à l’état 1, phase a.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 91 – Plan de la pièce 1‑11 à l’état 1, phase b.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 92 – Plan de la pièce 1‑3 à l’état 1.
Crédits dess. B. Delanoy, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 93 – Plan de la pièce 1‑9 à l’état 1.
Crédits dess. J.-C. Passerai, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 94 – Plan schématique de l’organisation du bâtiment E.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 95 – Plan schématique du bâtiment E de l’îlot C à l’état 2.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 96 – Plan de la pièce 1‑30 à l’état 2.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 97 – Plan des pièces 1‑6 et 1‑7 à l’état 2.
Crédits dess. V. Benitez, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 98 – Plan de la pièce 1‑2 à l’état 2.
Crédits dess. F. Devevey, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 99 – Plan de la pièce 1‑3 à l’état 2 (atelier de potier).
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 100 – Profils de la pièce 1‑3 à l’état 2 (fours de potier).
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 101 – Plan et coupe du four de potier mis au jour au sud du bâtiment E.
Crédits dess. E. Michon, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 102 – Plan de la pièce 1‑11 à l’état 2.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 103 – Plan de la pièce 1‑9 à l’état 2.
Crédits dess. J.-C. Passerai, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 104 – Plan schématique du bâtiment E de l’îlot C à l’état 3.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 105 – Plan des pièces 1‑1,1‑34 et 1‑35 à l’état 3.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 106 – Plan de la pièce 1‑2 à l’état 3.
Crédits dess. C. Bioul, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 107 – Plan de la pièce 1 ‑11 à l’état 3, phase a.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 108 – Plan des pièces 1‑36 et 1‑37 à l’état 3.
Crédits dess. B. Delanoy, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 109 – Plan de la pièce 1‑9 à l’état 3, phase a.
Crédits dess. C. Bioul, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 110 – Plan de la pièce 1‑9 à l’état 3, phase b.
Crédits dess. C. Bioul, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 111 – Plan schématique de l’îlot B à l’état 1.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 112 – Plan de la cave 2‑38 à l’état 1.
Crédits dess. L. Vaxelaire, J. Gelot/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 113 – Plan de la pièce 1‑26 à l’état 1.
Crédits dess. C. Bioul, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 114 – Plan schématique de l’îlot B à l’état 2.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 115 – Vue du caniveau traversant la pièce 1‑26 et le portique à l’état 2.
Crédits cl. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 116 – Plan de la pièce 1‑26 à l’état 2.
Crédits dess. C. Bioul, F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 117 – Plan schématique de l’îlot D, tous états.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 118 – Coupe stratigraphique dans l’îlot D.A mur épierré ; B remblai argileux ; C fosse ; D four enterré ; E sol d’occupation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 119 – Plan schématique de l’îlot E à l’état 1.
Crédits dess. F. Ducreux, L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Légende FIG. 120 – Plan de la pièce 1‑13 à l’état 1.
Crédits dess. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 121 – Trottoir méridional de l’îlot D, vu de l’est ; le niveau de circulation est constitué de tuiles et de briques.
Crédits cl. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 122 – Trottoir méridional de l’îlot D, vu de l’ouest.
Crédits cl. F. Ducreux/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 123 – Plaque présentant les deux phases successives de décor : 1 vue de la première phase avec les traces de coups de pic ; 2 vue de la seconde phase reconstituée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 124 – Dessin de la partie inférieure de la plaque de la figure 123, no 1.
Crédits dess. S. Groetembril/CEPMR – CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 125 – Dessin de restitution de la première phase du décor.
Crédits dess. S. Groetembril/CEPMR – CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende FIG. 126 – Dessin de restitution de la seconde phase du décor. ▲ assemblage possible.
Crédits dess. S. Groetembril/CEPMR – CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende FIG. 127 – Détail de l’empreinte de cordelette observée en lumière rasante sur le filet blanc ; des traces de pinceau sont également visibles.
Crédits cl. G. Becq/CEPMR-CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 128 – Courbe de l’évolution des surfaces occupées au sol par les bâtiments, en fonction des états architecturaux et de la chronologie absolue.
Crédits dess. L. Vaxelaire/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 129 – Évocation volumétrique du bâtiment C de l’îlot C à l’état 2 (100‑200 ap. J.‑C.). Cette représentation ne prétend pas être une reconstitution du bâtiment. Seuls ont été reportés en perspective les espaces mis au jour. Ne sont donc visibles ici, outre les murets (1) qui bordent le decumanus, que les espaces dégagés au niveau de la terrasse inférieure ou ceux qui se trouvent « encastrés » dans le niveau de plain‑pied avec la voie. C’est le cas notamment pour les dispositifs de descente (2) ou pour la première rangée de pièces en excavation (3). La terrasse proprement dite fait corps avec le bâtiment ; elle sert également de support au passage qui se dirige vers le bâtiment E (4). Un étage a été mis en évidence en un endroit seulement (5) par la présence d’un effondrement comportant des restes de peintures murales. En avant de la façade sud du bâtiment O, de petites tranchées ont été repérées ; leur étroitesse laisse à penser qu’elles étaient surmontées de plantations ou supportaient une palissade (6). Là où il a pu être fouillé, l’espace séparant les bâtiments du rempart présente des fosses‑dépotoirs (7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45588/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search