Version classiqueVersion mobile

Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun

 | 
Pascale Chardron-Picault
, 
Michel Pernot

Introduction

Pascale Chardron‑Picault

Texte intégral

1La fouille du site du Lycée militaire s’inscrit dans une longue série d’opérations de sauvetage et de surveillance archéologique qui s’est amplifiée depuis une dizaine d’années à Autun (Rebourg 1993a). Ces recherches, partiellement publiées, contribuent à l’enrichissement et au renouvellement de nos connaissances sur l’histoire antique de la ville et de la Gaule romaine.

2Cette intervention présente un caractère exceptionnel à plusieurs égards. D’une part, son extension, sur 9 500 m2, a révélé cinq îlots antiques ; d’autre part, les activités de production artisanale qui s’y sont déroulées, essentiellement métallurgiques, ont, par rapport à l’habitat, occupé une large majorité des surfaces conservées ; enfin, ce sauvetage a bénéficié de conditions favorables, puisqu’il a pu être conduit en aire ouverte sur une emprise plus vaste que celle du projet d’aménagement.

  • 1 Le respect des délais d’intervention a imposé le choix d’un décapage mécanique des « terres noires  (...)
  • 2 Au‑delà des limites connues de l’îlot A, dans la partie méridionale du site (fig. 2), les derniers (...)

3Les vestiges mis au jour se rattachent exclusivement à l’Antiquité, de l’époque augusto‑tibérienne au Bas‑Empire. L’abandon des activités artisanales semble se faire de manière progressive à la fin du iiie s. ; en revanche, nous ignorons à quelle période précise le quartier est réellement déserté1. Une occupation partielle de certains locaux (cf. îlot A, § 2.2.1.4) a pu se prolonger au cours du ive s.2. Au Moyen Âge, les terrains ne semblent pas construits ; ils appartiennent à une zone suburbaine, probablement agricole comme en témoignent les « terres noires » qui recouvraient les vestiges antiques.

4Les recherches, volontairement axées sur l’analyse stratigraphique des ateliers inscrits dans le tissu urbain, apportent une vision globale et diachronique du site. Les différentes phases d’occupation antique se caractérisent par une spécialisation des activités dans le domaine artisanal et plus particulièrement dans la métallurgie. Cette vocation se maintient jusqu’à la période d’abandon du site. Par ailleurs, on a pu constater que les aménagements urbains n’ont guère évolué au cours des trois premiers siècles de notre ère. Le réseau viaire conserve son tracé, même si les portiques font l’objet de modifications architecturales. Ce caractère permanent n’interdit pourtant pas des changements à l’intérieur des îlots ; ils sont liés à l’évolution des activités, notamment à l’apparition de nouvelles productions métallurgiques et à l’introduction de nouveaux artisanats.

Le cadre géographique

5La ville d’Autun est construite sur des couches permiennes (grès) recouvertes d’argiles. Le terrain, « incliné du S‑O vers le N‑E, est délimité par des failles, d’une façon plus sensible à l’ouest et au sud » (Berthollet 1950‑1951 : 169) ; il est « en faible pente vers le nord et est isolé au S‑E et au S‑O des contreforts du Morvan par de profondes vallées au fond desquelles descendent des cours d’eau d’inégale importance » (Olivier 1987 : 55). Ces rivières et l’érosion ont accentué le relief du plateau. Celui‑ci est en contraste avec le paysage de plaine de la vallée de l’Arroux au nord de la ville. La position remarquable du site devait accentuer encore l’aspect prestigieux que donnait à la capitale des Éduens un apparat monumental important. Le substrat, dégagé en surface sur le site du Lycée militaire, est une argile limoneuse de couleur beige à ocre. Sur celle‑ci, préalablement écrêtée, reposent les premiers niveaux anthropiques du site. La parcelle fouillée présente une pente assez forte, d’orientation sensiblement O‑E, et se situe en altitude entre 332 et 342 m ngf (niveaux d’arasement des murs antiques).

L’environnement archéologique

  • 3 L’exemple de la « maison des auteurs grecs » en est une parfaite illustration (Chardron‑Picault 199 (...)

6Augustodunum, ville impériale fondée par Auguste, succède comme capitale des Éduens à l’oppidum de Bibracte dans le cadre de l’organisation administrative des nouvelles provinces de la Gaule, décidée par l’empereur dans les années 16 à 13 avant notre ère. Après Bibracte, Augustodunum joue un rôle privilégié dans le cadre des échanges entre la Gaule et le monde méditerranéen, comme en témoignent les sources anciennes et la richesse des découvertes archéologiques. Jouissant d’une ancienne alliance avec les romains (iis. av. J.‑C.), les Éduens sont cités par Pline l’Ancien (IV, 18, 107) au nombre des peuples « fédérés », considérés comme privilégiés. La nouvelle capitale, créée ex nihilo, intègre des principes de prestige de l’urbanisme romain : un réseau viaire, de plan orthogonal avec de larges rues, s’étale sur une superficie de 200 ha ceinte d’un rempart ; les deux édifices de spectacles, situés intra muros, comptent parmi les plus importants de l’Empire romain. La connaissance de l’habitat privé reste lacunaire, cependant les maisons des notables révèlent l’influence des décors romains et le luxe des aménagements (mosaïques, décors architecturaux en marbre et en stuc, etc.3).

7Le site du Lycée militaire est inclus dans un secteur intra muros de la partie orientale de la ville. Il s’inscrit dans un cadre urbain connu puisqu’il est limité au sud par l’enceinte antique (fig. 1) et que, dans le proche voisinage, se trouvent le cardo maximus, à environ 200 m à l’ouest, et le théâtre, construit probablement durant la période flavienne (Olivier, Rebourg 1991), également à 200 m au N‑E. Au nord, la place d’Armes –esplanade Wagram–, surplombant le site, a été aménagée en 1688 et à cette occasion un bâtiment gallo‑romain fut partiellement dégagé (Lempereur 1706). En 1836, des fouilles furent entreprises sur cette esplanade et révélèrent la présence d’une salle ornée d’une mosaïque dont l’emblema central est un carré sur pointe figurant deux colombes sur un cratère (Blanchard‑Lemée 1987). Ce pavement fut détruit en 1871 ; la bibliothèque de la Société éduenne en conserve un dessin aquarellé. En 1977, des sondages réalisés autour du grand bassin livrèrent différents mobiliers que l’on peut rattacher d’une part à des éléments de construction d’un hypocauste et d’autre part à des décors muraux (fragments de stucs et peintures) et de sol (plaquettes en marbre parfois de forme losangique qui évoquent la composition d’un opus sectile). Ces découvertes attestent l’existence d’une construction luxueuse, probablement une domus.

FIG. 1 – La trame viaire d’Autun. 1 données actuelles (numérotation des îlots établie par Roidot‑ Deléage et Fontenay 1872) ; 2 restitution.

dess. L. Vaxelaire/Afan, d’apr. CEAA Architecture et Archéologie 1993

  • 4 Plan de la ville d’Autun publié en 1575 par F. Belleforest et complété en 1581 par P. Saint‑Julien (...)

8Plusieurs mentions bibliographiques se rapportent à la mise au jour d’objets isolés dans l’enceinte du Lycée militaire (Rebourg 1993a), mais l’absence de contexte en limite la valeur informative. La documentation graphique ancienne fournit peu de renseignements à propos de l’environnement immédiat du site, si ce n’est la délimitation d’une zone de jardins au xvie s.4 laquelle est rattachée à partir de 1675 à la propriété du séminaire.

L’évaluation du site

9En 1991, le ministère de la Défense projette d’agrandir l’établissement scolaire du Lycée militaire d’Autun. Une parcelle occupée par des jardins et située au sud de l’ancien grand séminaire et de la place d’Armes fut choisie pour réaliser le nouveau bâtiment. La superficie du projet et l’absence de données stratigraphiques dans ce secteur ont nécessité une intervention préliminaire permettant d’évaluer dans un premier temps les caractères généraux des vestiges et les périodes chronologiques concernées. Cette étude préalable a été menée par le service archéologique de la Ville d’Autun en étroite collaboration avec le service régional de l’Archéologie de Bourgogne et le Génie de Besançon, maître d’ouvrage. L’importance des résultats scientifiques a donné lieu à la mise en place d’un sauvetage programmé de douze mois en 1992 et 1993.

10L’analyse stratigraphique a été menée à partir de neuf sondages effectués à la pelle mécanique. Elle a permis de mettre en évidence des niveaux d’occupation antique d’aspect feuilleté, riches en charbons de bois, cendres et déchets d’alliages cuivreux en relation avec des structures maçonnées (Chardron‑Picault, Ducreux 1993). L’abondance de fragments de moules en terre cuite issus de la fabrication de fibules de type 3 (Pernot et al. 1988), la présence de scories de fer et la nature des strates laissaient supposer l’existence d’ateliers métallurgiques. Les travaux conduits depuis quelques années dans les capitales de cité des Gaules montrent que les vestiges de ce type ne sont pas rares, mais on observe une dispersion des installations dans la ville. Le caractère exceptionnel des découvertes d’Autun réside dans la concentration des vestiges artisanaux dans un vaste quartier et sur une superficie très étendue. Jamais les circonstances de la recherche archéologique n’avaient donné lieu antérieurement à de telles investigations. D’autre part, les productions de fibules d’Autun, utilisant les mêmes procédés technologiques qu’à Bibracte, ouvraient un champ de recherches dans un domaine technique fort peu exploité et laissaient entrevoir des éléments de filiation entre les deux capitales des Éduens.

Le sauvetage programmé

L’organisation des recherches

11Une convention tripartite, signée entre l’État, l’Afan et la Ville d’Autun, a établi le cadre administratif dans lequel le sauvetage programmé s’est déroulé. La direction de l’opération a été attribuée à l’archéologue municipale, P. Chardron‑Picault, assistée de Laurent Vaxelaire (Afan). Dès les premières recherches sur le terrain, une équipe de spécialistes a été constituée afin d’être associée aux problématiques scientifiques du site et confrontée à l’évolution des résultats et des orientations prioritaires de la fouille. Une première campagne de fouilles, organisée entre le 1er août 1992 et le 15 janvier 1993, avait pour finalité d’évaluer la durée nécessaire du sauvetage compte tenu des difficultés d’appréciation de la conservation des structures artisanales.

  • 5 En l’absence de comité scientifique institutionnel, les Commissions interrégionales de la recherche (...)

12Les résultats de cette phase ont été validés par un conseil scientifique, constitué de cinq experts, qui a donné un avis sur les premières conclusions scientifiques et les stratégies de la fouille5. Les experts ont proposé des axes de recherche prioritaires pour une nouvelle intervention du 15 mars au 15 octobre 1993. L’effectif de l’équipe fut alors réduit de 21 à 15 archéologues. Des difficultés, liées à l’absence d’un projet architectural définitif du bâtiment moderne, devaient conduire à une extension de la surface de fouille (1 700 m2). Ces circonstances se révélèrent favorables puisqu’elles permirent de fouiller en dehors de l’emprise du projet dans la partie méridionale de l’îlot C où les ateliers métallurgiques étaient les mieux conservés (fig. 2).

FIG. 2 – Plan général du site du Lycée militaire sans distinction des états chronologiques.

dess. L. Vaxelaire/Afan,

Particularités du site

L’état de conservation des vestiges

13La topographie du terrain, marquée par un fort pendage d’orientation N‑O/S‑E, a des incidences sur l’état de conservation de la stratigraphie. Les secteurs situés au nord et à l’ouest de la parcelle comprennent une série de terrasses (340‑342 m ngf) ayant subi d’importants phénomènes d’érosion. Dans le meilleur des cas, les structures creusées dans le substrat ont subsisté (fosses, tranchées d’épierrement, caves...), d’autres aménagements ont totalement disparu, tels la plupart des niveaux de construction des voies et la façade nord de l’îlot C. Une faible épaisseur de « terres noires » (de 20 à 70 cm) recouvrait l’ensemble des vestiges.

14Le système de construction en terrasses a favorisé la conservation des élévations maçonnées particulièrement pour ce qui a trait aux parties adossées aux ruptures de pente. Le bâtiment E de l’îlot C en est une illustration parfaite (fig. 14). L’épaisseur maximale de la stratigraphie n’excède pas 1,50 m.

15À la dégradation des vestiges par érosion s’ajoutent la récupération des matériaux de construction des murs et l’arasement partiel de certains sols d’ateliers ou leur détérioration par des fosses.

Particularités stratigraphiques et chronologiques

16L’aménagement en terrasses des ensembles architecturaux et les modifications internes des pièces au cours des différents états d’occupation, avec parfois des surcreusements, ont entraîné des inversions stratigraphiques, donc des discontinuités chronologiques, qui ont accru les difficultés d’interprétation. Quant à la chronologie absolue, de grandes précautions doivent être prises puisqu’une quantité relativement faible de marqueurs chronologiques limite la précision des datations.

17Le caractère exceptionnel de la fouille d’un quartier artisanal de cette importance dans une capitale, et l’absence de correspondance dans le domaine métallurgique, ne furent pas sans poser de difficiles problèmes de lecture et d’interprétation. Mais, le nombre important de pièces dévolues aux activités de bronziers a permis, par comparaison, de préciser la fonction des structures. La connaissance des vestiges de l’atelier de bronzier de la « Porte du Rebout » au Mont Beuvray a contribué à une meilleure identification de certaines structures de travail (Duval et al. 1991).

Choix et limites des recherches

18La surface concernée par les recherches a été fouillée de façon extensive, favorisant ainsi la qualité des résultats scientifiques obtenus. Mais des choix prioritaires durent être faits en fonction des délais impératifs impartis. L’objectif principal était d’étudier l’évolution des installations artisanales au cours des différentes phases chronologiques. L’ensemble des pièces conservées, à vocation artisanale, a été étudié, mais la documentation recueillie est parfois inégale. En effet, la fouille des ateliers exige des travaux fins, des observations minutieuses et des relevés de détail des structures ; les délais du sauvetage et les conditions météorologiques ne les ont pas toujours permis.

19Les informations obtenues sur la mise en place du cadre urbain sont lacunaires en raison de ces conditions d’intervention et de la pauvreté des données stratigraphiques. Les deux sondages implantés entre le rempart et la façade sud de l’îlot C et des cardines ont été réalisés à la fin de l’opération au moment de fortes intempéries (fig. 2), d’où une baisse préjudiciable de la qualité des observations. Il n’a pas été possible de préciser les éléments de chronologie absolue pour l’enceinte et la voirie.

20La bande de terrain comprise entre la courtine du rempart et la façade méridionale de l’îlot C n’a pas pu être dégagée en totalité (fig. 2). La découverte d’un four de potier dans ce secteur laisse supposer la présence d’autres installations artisanales et de fosses dépotoirs qui auraient pu probablement compléter notre connaissance des productions des ateliers.

La publication

21La réalisation de cet ouvrage est l’aboutissement d’une série de recherches pluridisciplinaires. Les collaborations entre archéologues et spécialistes, qui ont débuté dès la première campagne de fouilles, se sont prolongées dans l’élaboration de la publication. Elles reposent sur des études monographiques du site et des recherches sur l’artisanat. Le premier chapitre est consacré au cadre urbain et à la chronologie de l’occupation. Nous avons volontairement privilégié dans le chapitre 2 l’étude diachronique des îlots et tout particulièrement l’évolution fonctionnelle et structurelle des pièces artisanales. Le chapitre 3 est consacré aux artisanats attestés ou supposés sur le site. L’importance des études varie selon l’abondance et la qualité de la documentation et selon les délais imposés par cet ouvrage. Pour l’artisanat des métaux, plusieurs thèmes de recherche ont été développés : l’analyse typologique des structures, l’organisation spatiale des ateliers et l’étude des déchets. Les productions et les procédés technologiques mis en œuvre au sein des ateliers de bronziers ont fait l’objet de contributions synthétiques.

22Les études céramologiques se sont limitées d’une part à l’étude typologique des productions des ateliers de potiers et d’autre part à l’argumentation chronologique. Les installations relatives au travail de l’os n’ont pas été retrouvées sur le site mais la présence de déchets et de ratés de fabrication permet de supposer leur existence à proximité de la surface fouillée ; ce qui a justifié une étude thématique. L’étude anthracologique met en évidence les changements des essences employées pour la métallurgie au cours des différentes phases d’occupation. Nous avons reporté en annexe une série d’articles portant sur des analyses et des études spécifiques. Les contributions sur le petit mobilier n’ont pas été considérées comme prioritaires pour cet ouvrage et seront intégrées dans un catalogue d’exposition ou seront publiées sous forme d’articles séparés. La plupart des textes ont été écrits en 1995, depuis, quelques auteurs ont publié des études plus approfondies.

Notes

1 Le respect des délais d’intervention a imposé le choix d’un décapage mécanique des « terres noires » (Cammas et al. 1995) qui a entamé une partie des couches d’abandon.

2 Au‑delà des limites connues de l’îlot A, dans la partie méridionale du site (fig. 2), les derniers travaux d’extension du Lycée militaire ont entamé des niveaux archéologiques. De nombreuses monnaies du ive s. ont été recueillies par la suite dans les déblais ; elles ne sont pas intégrées aux études numismatiques du présent ouvrage.

3 L’exemple de la « maison des auteurs grecs » en est une parfaite illustration (Chardron‑Picault 1996b).

4 Plan de la ville d’Autun publié en 1575 par F. Belleforest et complété en 1581 par P. Saint‑Julien de Balleure : Plan et pourtraict de la ville d’Autun.

5 En l’absence de comité scientifique institutionnel, les Commissions interrégionales de la recherche archéologique (CIRA) n’étant pas encore créées, un conseil d’experts fut constitué ; les membres en étaient : A. Desbat, A. Duval, J. Lasfargues, C. Mordant et M. Vaginay.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – La trame viaire d’Autun. 1 données actuelles (numérotation des îlots établie par Roidot‑ Deléage et Fontenay 1872) ; 2 restitution.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 2 – Plan général du site du Lycée militaire sans distinction des états chronologiques.
Crédits dess. L. Vaxelaire/Afan,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search