Version classiqueVersion mobile

La gravure dans l’art mobilier magdalénien

 | 
Carole Fritz

Chapitre 5. La contribution des analyses microscopiques : présentation des résultats

Résumé

Ce chapitre propose de modéliser les processus mis en œuvre dans la réalisation d’un objet d’art mobilier, en tentant de reconstituer un contexte social autour de cette activité, grâce à la notion de « chaîne opératoire » de la gravure sur os. Il est ainsi possible de décomposer les gestes des graveurs et de repérer leurs « moments de décision », depuis la préparation du support jusqu’à l’exécution de la gravure définitive.

Texte intégral

1L’ensemble des résultats rassemblés ici s’appuie sur la synthèse des principales observations microscopiques présentées dans le chapitre précédent. Dans un premier temps, nous nous sommes heurtée aux indices de transformation du support, dont l’identification reste quelque peu aléatoire ; ce type d’examen exigerait une recherche spécifique. Le présent travail est orienté vers l’analyse du décor depuis les premières traces de son élaboration jusqu’à sa phase finale. L’ensemble remarquable et original des contours découpés fait l’objet d’un chapitre à part (cf. infra § 5.5.2). Ces pièces fournissent l’opportunité d’analyser un groupe d’objets bien circonscrit dans le temps et dans l’espace.

5.1 Conservation et aspects microscopiques des états de surface

2Lors de la sélection qui précède les analyses microscopiques, un premier état de conservation des surfaces est avancé. Par la suite, l’observation au MEB des répliques autorise une seconde évaluation. L’accès aux observations microscopiques conduit à hiérarchiser les diagnostics ; le MEB peut apporter sa contribution en fournissant une documentation précise et archivable. Malgré leur bon état de conservation apparent, les os archéologiques présentent, à fort grossissement, des surfaces diversement altérées. Des dégradations peuvent se produire durant l’enfouissement des objets dans le sol, mais également à la suite de différents traitements subis après la fouille (à des fins de consolidation, recollage...). Ces altérations sont classées en trois niveaux qui, par la suite, serviront à définir les états de surface des objets étudiés.

3‒ Niveau 1 : la conservation est « excellente » à « bonne ». L’os est sain, sans microfissuration, ni desquamation. Il présente une surface compacte uniforme et lisse. Quelques rares dépressions dues à la structure de l’os sont souvent lisibles (fig. 148nos 12 ; fig. 30no 1 ; fig. 40no 1).

4‒ Niveau 2 : la conservation est dite « moyenne ». L’aspect général de surface n’est pas éloigné du niveau précédent. Toutefois, les premières atteintes, sous forme de desquamations et/ou de fissures, sont visibles (fig. 148nos 34 ; fig. 96no 1 ; fig. 105no 1).

5‒ Niveau 3 : la conservation est « mauvaise ». Sur l’image, l’aspect de surface paraît quelque peu chaotique, parsemé de cratères et de reliefs. De nombreuses desquamations et/ou des fissures créent une surface irrégulière, qui pourra être gênante lors de l’identification des stigmates technologiques (fig. 148no 5 ; fig. 93no 1 ; fig. 107no 1).

6En dehors de toute considération sur les niveaux de conservation, nous avons remarqué sur l’ensemble des os archéologiques, un effet d’érosion général qui se traduit par un lissage des surfaces et des fonds de traits (fig. 148no 6). Le phénomène n’apparaît par sur les supports expérimentaux. Cette altération superficielle pourrait contribuer à caractériser les surfaces archéologiques. Mais avant toute interprétation définitive, il faudrait observer d’autres supports (gravés ou non) pour confirmer la présence de ce phénomène.

FIG. 148 ‒ Micrographies des niveaux d’altération de la surface des os.
1, 2, état de surface de niveau 1.
3, 4, état de surface de niveau 2.
56, état de surface de niveau 3.

7Quelques généralités ressortent de l’examen des objets archéologiques. Après l’observation d’une soixantaine de pièces, de grandes différences de conservation existent entre les os de grands mammifères, ceux d’oiseau et le bois de cervidé. Ce dernier est plus souvent classé dans les niveaux 2 et 3 d’altération, il présente régulièrement des surfaces érodées avec des microfissurations dues à la déshydratation. De tels problèmes sont dus à la structure même du bois ; de formation rapide (quelques semaines), il n’a pas pu acquérir une forte minéralisation. Pour cette raison, les bois de cervidé comportent plus d’alvéoles que les os de grands mammifères et sont donc plus sensibles à la déshydratation, principale cause de la desquamation et de la fissuration. De plus, ces problèmes s’accentuent suivant l’épaisseur de la partie compacte du bois. Quand la circonférence est réduite, la compacta est de faible épaisseur ; elle sera donc peu régulatrice des variations hygrométriques, ce qui favorisera le dessèchement de la partie spongieuse. Ce phénomène est moins important sur des bois à compacta épaisse.

8Des variations importantes ont été remarquées sur les surfaces d’os d’oiseaux et de grands mammifères. Les premières présentent généralement de très bons états de conservation (niveaux 1 et 2), alors que les seconds se répartissent sur les trois niveaux. Cette disparité n’est pas encore expliquée de manière satisfaisante ; toutefois, on peut se demander si la structure même de l’os d’oiseau, constituée uniquement de partie compacte et donc fortement minéralisée, n’en est pas la principale cause. Pour plus de certitude, il faudrait développer un programme concernant la structure chimique des matières osseuses afin de comprendre et de décrire les problèmes de conservation différentielle.

9Les niveaux de conservation 1 et 2 sont les plus propices à notre étude. Tous les stigmates technologiques sont observables (les « codes‑barres » uniquement en niveau 1). Le niveau 3 est le moins satisfaisant, les irrégularités de surface gênent l’identification et l’observation des gravures, surtout en cas d’incisions superficielles. Seul le sens d’exécution des tracés est déterminable (attaque de trait, butées de fin de trait) ; les autres stigmates deviennent imperceptibles car les microtraces sont trop érodées.

10Un problème essentiel réside dans la possibilité matérielle d’établir ces distinctions avant l’analyse au MEB. Des essais tentés avec un microscope optique ou un microwatcher (crayon optique) n’ont pas abouti à des résultats satisfaisants. Aujourd’hui, seul le MEB paraît qualifié pour établir avec rigueur des évaluations d’états de surface. La vision macroscopique permet certes un premier tri, mais n’autorise pas une estimation précise de la nature des informations qui seront recueillies plus tard.

11En conséquence, l’observation menée en microscopie électronique peut être mise au service de la conservation des œuvres grâce aux examens de surface tant sur les parties vierges qu’en fond de tracés. Les niveaux repérés pourraient être à l’origine du contrôle d’une éventuelle évolution des pièces archéologiques dans ce domaine. Les constatations ci‑dessus ne sont qu’une première étape ; elles appellent la collaboration de spécialistes des altérations de surface liées aux microstructures des matériaux, afin de préciser ces remarques préliminaires et tenter de comprendre les phénomènes fondamentaux mis en jeu.

5.2 Les surfaces avant la gravure

12Les transformations subies par le support peuvent être définies comme les modifications apportées aux surfaces et aux contours de l’objet, précédant immédiatement la gravure. La question complexe de l’assouplissement éventuel de la matière osseuse ayant été abordée plus haut, nous invitons le lecteur à s’y reporter. Les aménagements du support se divisent en deux étapes : la première série de gestes techniques vise à aplanir la surface par raclage. La seconde série correspond à une mise en forme des contours, destinée soit à régulariser les bords, soit à leur donner une forme particulière (par exemple des crans ou des coches).

13Les premiers gestes techniques décrits ci‑dessous vont modifier le matériau brut ; ces actions irrémédiables dénaturent l’os, qui devient un objet anthropisé. Pour A. K. Filipov, « la technologie de la gravure révèle une préparation de surface sous forme d’un aplanissement et d’un lissage minutieux » (Filipov 1983 : 28). Les stries superficielles se présentent majoritairement dans la longueur des objets, ce sont de fines incisions parallèles entre elles (Rigaud 1972 : 106). Ces stigmates résultent d’actions, qu’il est difficile de distinguer : d’une part, le « raclage », c’est‑à‑dire le déplacement énergique d’un tranchant afin de régulariser sommairement la surface et d’en détacher des particules adhérentes ; d’autre part, un « polissage » destiné à rendre l’espace lisse et uni. À priori, ces opérations devraient engendrer sur les os travaillés deux types de stigmates puisqu’ils proviennent de fonctions distinctes. D’après les travaux de Filipov, le raclage avec un outil affûté produit des incisions parallèles courbes, en sillons profonds. Le planage peut causer des stries comparables, mais il crée à la superficie de l’os des « facettes longues et larges » (Filipov 1983 : 45). Les indices de raclage sont liés à la nature de la surface initiale : plus elle est lisse et plus les traces seront régulières et discrètes. Le polissage produit des incisions plus fines que le raclage, et moins décelables au toucher. Pour être de bonne qualité, il impose des agents « polisseurs » à granulométrie fine et donc susceptibles de laisser des stigmates discrets selon la matière polie. De plus, intervenant en phase finale, le polissage peut effacer les traces des étapes précédentes (op. cit.).

14L’observation microscopique a permis d’isoler deux états de surface, les plus courantes dites « lisses », sans aucune strie, et d’autres présentant des traces de préparation. Le tableau viii illustre les actions susceptibles d’engendrer de tels stigmates. Sur trente‑six pièces (les contours découpés étant mis à part), douze présentent des raclages et/ou des polissages possibles et neuf des contours façonnés dont cinq montrent des préparations antérieures. Sur l’ensemble, on trouve deux pièces ayant toutes les phases de travail (Fontarnaud et la pendeloque au cerf d’Arancou, AR 1) et sept autres dont seul le façonnage du contour est identifié, exception faite du bison d’Arancou (AR 2), à la surface très lustrée, peut‑être polie avant gravure. De plus, il apparaît nettement que les deux catégories de stries (fines et larges) ne sont pas identifiables sur tous les supports. Les objets de petites dimensions présentent uniquement des stries fines, alors qu’à l’inverse, les objets plus grands montrent tous les types. Un choix des outils est‑il intervenu en fonction de la taille des supports à travailler ?

TABL. VIII ‒ Les préparations de surface antérieures à la gravure.

15Sur l’ensemble de notre corpus, les objets ne portant aucun stigmate de préparation de surface constituent la majorité (fig. 149) : vingt‑cinq sur trente‑six, soit plus des deux tiers (tabl. viii). On peut s’interroger sur cette absence et ses causes.

FIG. 149 ‒ Micrographies (abri Morin 884774).
1, traces de préparation avant gravure.
2, comparaison entre un état de surface vierge (à gauche) et la surface abrasée et préparée (à droite).

16Cherchant à identifier des traces de manipulation sur les objets d’art mobilier en os, F. d’Errico démontre que le maniement unidirectionnel de pièces expérimentales pendant une durée de trente minutes provoque une usure qui « efface partiellement les sillons produits » par une polisseuse, et que lors d’une « manipulation exercée sur une surface façonnée par un tranchant lithique, l’usure efface presque complètement les traces du silex ». De plus, si la manipulation « s’effectue dans deux directions prédominantes ou avec des changements continus de direction, le nombre de stries visibles diminue jusqu’à donner l’impression d’une surface complètement homogène » (d’Errico 1993c : 179‑180). D’après ces résultats, doit‑on conclure que les objets non striés ont été davantage manipulés que les autres ? Dans l’affirmative, ne peut‑on pas imaginer que la manipulation conduise à un polissage ? Dans ce cas, les bords de trait devraient être lustrés, tout comme la surface non gravée environnante ; or ils ne le sont pas. Malgré les observations de F. d’Errico (op. cit.), le problème reste entier car si le simple fait de manipuler un objet agit sur l’état de surface, quels arguments prouvent que cette manipulation n’est pas récente, surtout pour les œuvres de collections anciennes ? De plus, comment identifier les traces laissées par des facteurs extérieurs, telle une altération post‑dépositionnelle ? Quelles sont les conséquences de l’action d’un sédiment à granulométrie fine ? Ne peut‑il pas provoquer des états de surface lustrés ? Aucune certitude n’est acquise et, pour répondre à ces interrogations, il faudrait approfondir certaines recherches, notamment sur les processus d’altération superficielle pour distinguer leur origine anthropique ou naturelle.

5.3 La mise en forme des supports : les premiers aménagements du décor

  • 1 Morin 884749 ; Laugerie‑Basse 38189 1369…

17Le façonnage est destiné à modifier la morphologie du support brut afin d’obtenir une forme définie (fonctionnelle ou non) et/ou une surface désirée (plane, convexe). Cette action précède toujours le décor gravé, à l’exception des rares réutilisations d’objet (Laugerie‑Basse 38189 1722). Il existe plusieurs niveaux de complexité dans la mise en forme (fig. 150nos 12). Le plus simple consiste à régulariser et à arrondir les bords latéraux, comme sur les lissoirs, sur quelques fragments de diaphyses ou sur de simples lames d’os1 ; on observe alors des stries parallèles principalement situées sur le bord des objets.

FIG. 150 ‒ Micrographies montrant les préparations du contour.
1, traces de découpe de la queue de poisson sur le lissoir de Laugerie‑Basse (38189 1362).
2, sur la partie gauche du cliché, stries parallèles causées par la découpe de la lame osseuse (Fontarnaud).

18Toutefois, des techniques plus élaborées font intervenir des découpes de matière, des creusements, voire de la sculpture ; ce sont les premières étapes de la décoration de certaines pièces.

19Les découpes peuvent affecter le support seul, indépendamment du décor : on peut citer les côtes fendues dans l’épaisseur (Arancou : pendeloques au cerf, au cétacé…) ; la section de la branche stylohyale pour la fabrication des contours découpés, ou le détachement de petites lames osseuses pour obtenir des supports miniatures (Fontarnaud) (fig. 150no 2). La découpe peut aussi intégrer une partie du décor. C’est le cas particulier de la mise en relief d’un bord en liaison étroite avec l’anatomie de l’animal figuré ; on trouve ce type d’aménagement sur les contours découpés (têtes animales, membres isolés...), plus rarement sur les os longs ou des côtes ; la pièce d’Arancou au bison est bien représentative (l’arrière‑train de l’animal est partiellement découpé) parmi d’autres, tels le lissoir de Laugerie‑Basse (38189 1362) dont la crinière est insérée sur le bord supérieur ou encore la lame d’os du Morin avec l’encolure d’un cheval (Deffarge et al. 1975 : 29).

20La découpe comprend parfois un aménagement latéral par « creusement » ; il s’agit d’un enlèvement partiel de matière destiné à produire des coches, des crans, ou créer des reliefs (ce travail s’apparente alors à la sculpture). On citera le façonnage de la queue de poisson sur le lissoir de Laugerie‑Basse (fig. 150no 1) ou encore le dégagement de festons sur les pendeloques d’Arancou. L’alternance de creux et reliefs est obtenue en « creusant » parallèlement ou perpendiculairement au bord de l’objet. Dans quelques cas, un polissage terminerait le travail : les bords de plusieurs coches paraissent lustrés, mais nous avons vu plus haut les incertitudes concernant ces états de surface.

21Dans le corpus, ne figure aucun exemple de sculpture, au sens de ronde‑bosse ou haut relief. Néanmoins, on rencontre sur les contours découpés du Mas‑d’Azil, ou encore plus nettement sur ceux de Labastide, des enlèvements de matière qui attestent un véritable travail de sculpteur. La mise en forme des os hyoïdes, supports des têtes d’isards et de bison de Labastide illustre parfaitement notre propos : le graveur a mis en relief les cornes par un évidement de matière entre le sommet du crâne et les oreilles, accentuant la mise en relief des appendices. Au Mas‑d’Azil, le contour découpé de tête de cheval 709 présente sur ses deux faces une oreille en bas‑relief, grâce à l’utilisation d’un tracé à bords perpendiculaires.

22Parce qu’elles nécessitent des recherches approfondies et spécifiques, nous n’avons pas pu préciser les étapes précédant la gravure (préparation) ou lui succédant (manipulation, polissage). Notamment, l’absence de stries l’échelle microscopique sur un bon nombre de pièces reste pour le moment sans explication. Toutefois, nous retiendrons que la transformation du support est une phase essentielle pour tout objet. Elle est d’autant plus capitale pour les œuvres d’art qu’elle correspond au moment précis où le graveur fixe l’espace réservé au décor ; il définit son champ graphique ainsi que l’état de surface et sa qualité, données déterminantes pour la circulation de l’outil à la surface de l’os.

5.4 Les éléments graphiques et la construction des formes

23La présentation du corpus est détaillée dans le chapitre 3 ; il est donc inutile de revenir longuement sur les supports et les thèmes rencontrés ; néanmoins un bref rappel semble nécessaire. Sur une figure, chaque trait gravé est considéré comme un segment appartenant à un élément graphique (dos, ventre, ensemble de lignes juxtaposées, parallèles...) qui, en s’associant et s’organisant avec d’autres, compose ainsi des formes figuratives ou non. L’ensemble du corpus a donc été examiné trait par trait, élément par élément, sans faire de distinction, a priori, entre les représentations figuratives, géométriques ou indéterminées.

5.4.1 Les figurations animales

5.4.1.1 La chronologie des tracés

24La hiérarchisation des observations microscopiques, du trait à l’élément graphique puis à la figure, a permis de reconstituer leur exécution d’après les différentes superpositions. Le corpus des figurations d’animaux analysées se monte à soixante‑neuf :

6

bouquetins

4

aurochs

6

bisons

10

cervidés

8

chevaux

10

faune aquatique

10

indéterminés

10

formes indéterminées

4

oiseaux

1

sauterelle

25Ce total est sensiblement différent du chiffre retenu lors de la présentation du corpus : nous avons soustrait d’une part, les animaux trop incomplets (cervidés représentés par un morceau de ramure...) ou indéterminés pour lesquels les comparaisons techniques trop partielles auraient été de peu d’intérêt et d’autre part, les treize formes ou assemblages géométriques qui seront traités par la suite. Ne sont donc pris en compte que les animaux entiers ou fragmentaires, sur lesquels un (ou des) segment(s) corporel(s) permettent des confrontations.

Les quadrupèdes

26Nous incluons dans cette catégorie les observations faites sur trente‑huit herbivores (tabl. ix) (chevaux, cervidés, bisons, aurochs) à l’exception des bouquetins et des formes indéterminées (stylisation d’oiseaux ?) détaillés par la suite.

TABL. IX ‒ Répartition des éléments graphiques par espèce.

27Les gravures du a tracent les limites extérieures des formes ; elles dessinent la silhouette de l’animal. Ces contours sont constitués d’éléments graphiques diversement mis en place. Sont retenus comme composants du contour : la tête (chanfrein, museau, ganache), les cornes ou les bois, le poitrail, les membres, la ligne de ventre (et le décrochement du fourreau quand il existe), la croupe, la queue et la ligne cervico‑dorsale.

28La décomposition des éléments graphiques en séquences chronologiques fait apparaître des constantes gestuelles. Le contour des têtes est généralement gravé en premier, sauf dans deux cas, où le dos la précède (Morin 884767, Morin 884749). Ensuite, le graveur dessine le dos ou le poitrail ; en l’absence de superpositions, il est impossible d’établir une distinction notable entre le deuxième et le troisième élément. Le quatrième élément exécuté est le membre antérieur, placé après le poitrail (ou en alternance : membre/poitrail/membre). La ligne de ventre est réalisée en cinquième (avec ses attributs sexuels) puis, les membres postérieurs, la croupe et enfin la queue (fig. 151).

FIG. 151 ‒ Décomposition chronologique de la mise en place des éléments graphiques. Le contour de la tête, ou les bois, ou les cornes lorsqu’ils sont présents, est placé en premier, ensuite le dos ou le poitrail, puis les pattes avant, la ligne de ventre, les pattes arrière et enfin la queue.

Dessin V. Teillet/MSH, d’après G. Tosello.

29Le tableau x propose de récapituler les phases de construction des contours animaux. Cette stabilité démontre que les artistes magdaléniens construisent leurs silhouettes animales, quelles qu’en soit l’espèce et l’orientation, en commençant par la tête pour finir par la partie postérieure ; ce schéma se reproduit dans trente‑sept cas. La seule exception est celle des deux rennes sur un fragment proximal de sagaie (884767) de l’Abri Morin, dont les gravures présentent une construction inverse : le graveur a commencé par le dos, a dessiné quelques éléments de la tête puis a poursuivi par l’arrière‑train, le ventre, le membre antérieur pour remonter enfin vers la tête.

TABL. X ‒ Récapitulatif chronologique de l’exécution des figures animales.

30Le tableau xi est simpliste, car il décrit un schéma général, sans prendre en compte les alternances gestuelles, au cas par cas. Le modèle de progression dans la construction des animaux n’est pas remis en cause ; néanmoins, la succession des gestes est ponctuellement plus complexe. La facilité aurait voulu que l’artiste enchaîne chaque élément à la suite d’un autre, pour que la figure se construise segment par segment. Or, il peut en aller tout autrement : les éléments graphiques ne sont pas mis en place les uns à la suite des autres sans relation de tracé. Chaque élément gravé est relié à celui qui le précède ou le suit. Cette situation implique des reprises afin d’associer plus étroitement les segments entre eux, de les approfondir, de les mettre en perspective... Une telle succession de gestes sera décrite comme une « alternance gestuelle ».

TABL. XI ‒ Tableau récapitulatif des successions graphiques indiquant les alternances gestuelles reconnues (en grisé).

31Un des cas les plus complexes est illustré par le petit lissoir d’Arancou dit « la biche aux poissons » (AR 3) ; sur cet objet, on observe des séquences gestuelles alternées entre le poitrail, les membres antérieurs et la ligne de ventre. L’artiste magdalénien a gravé dans un premier temps le poitrail, les pattes antérieures et le ventre ; dans un second temps, il a approfondi successivement la ligne de ventre, le membre antérieur et a exécuté les tracés définitifs du poitrail (fig. 36no 5). Sans la distinction de séquences alternées, la chronologie de l’animal aurait été difficilement interprétable. Les résultats fondés sur les derniers passages d’outil auraient conclu à une construction pattes/ventre/poitrail.

32Ce sont les différentes strates de superposition des gravures et dans une moindre mesure les niveaux de profondeur de trait qui permettent de comprendre les alternances gestuelles. Elles ne sont pas repérables sur tous les objets ; néanmoins, nous avons pu en déceler plusieurs sur les animaux les plus complets, sans préjuger de leur qualité d’exécution, (en grisé dans le tableau xi). Les tableaux récapitulatifs de l’ordre d’exécution montrent que les séquences alternées sont attestées sur l’ensemble des segments corporels, quelle que soit l’espèce animale.

  • 2 Abri Morin 884751.

33Outre une progression gestuelle de l’avant vers l’arrière de l’animal, il existe une hiérarchie dans la construction de certains éléments figuratifs. Comme il a déjà été précisé, le graveur commence de préférence par la tête (moins souvent le dos). Or, la tête est constituée d’éléments graphiques souvent décisifs pour l’identification : les cornes ou les bois, les oreilles, le chanfrein, le museau, la ganache. Sur les animaux à appendices céphaliques, ces extrémités semblent primordiales : dans huit cas sur onze, les bois ou cornes sont les segments gravés en premier lieu ; dans deux autres cas, on a placé le dos et sur un troisième spécimen, le chanfrein avant les cornes. Cet enchaînement est bien lisible sur la tête du renne du Morin2 ou du cerf d’Arancou ; il est observable sur tous les sites étudiés, qu’ils soient pyrénéens ou girondins.

34L’homogénéité des résultats en fonction des espèces représentées conduit à renoncer à une présentation par espèce puisque le déroulement gestuel est identique sur tous les animaux.

Le cas particulier des têtes de bouquetins en vue frontale

35Les cinq bouquetins présents dans ce corpus proviennent tous de la grotte de La Vache. On les trouve sur côte, fragment d’os et os d’oiseaux (CCI X2, 83374, 86803) (fig. 152a).

36Les têtes en vue frontale sont figurées de manière identique : deux courbes divergentes indiquent les cornes, deux courbes latérales plus petites représentent les oreilles ; la face des animaux est dessinée par deux tracés convergents dans leur partie inférieure. Sur quelques spécimens, des « ponctuations » indiquent vraisemblablement le pelage (83374).

FIG. 152a, têtes de bouquetins en vue frontale de La Vache ; b, formes indéterminées de Fontarnaud et de La Vache.

37La confrontation des modes d’exécution conduit à discerner un schéma unique : les cornes sont systématiquement placées en premier, puis les oreilles et les traits de la face et enfin, quand elles sont présentes, les « taches » de pelage. On remarque également l’existence d’un modèle graphique répétitif des éléments et donc la présence d’un archétype de construction et de représentation des bouquetins en vue frontale. Ce schéma mental est‑il propre aux Magdaléniens du site de La Vache ou est‑il partagé par d’autres groupes ? Ce corpus étant restreint aux seules figures du site, il est trop tôt pour répondre à cette question sans écarter la possibilité d’un schéma commun à ce type de stylisation.

Les formes indéterminées de Fontarnaud (Gironde) et de la grotte de La Vache (Ariège)

38Ces figures indéterminées sont présentes à dix exemplaires sur deux objets : quatre à Fontarnaud et six à La Vache (fig. 152b).

39On remarque immédiatement de fortes similitudes entre ces formes : de petites dimensions, toutes sont constituées d’une tête ronde, marquée d’un tracé angulaire plus ou moins ouvert. Les quatre spécimens de Fontarnaud sont agrémentés d’une sorte de hampe sur laquelle repose la tête. Cette hampe n’est pas lisible sur les individus de La Vache, néanmoins certains d’entre eux possèdent un « cou ». Toutes ces formes portent un œil ; à La Vache, il est figuré par un simple tiret vertical ; par contre, à Fontarnaud, il est plus détaillé : on observe un tracé semi‑circulaire souvent paré de tirets verticaux (cils ?), donnant ainsi l’impression d’une paupière fermée. L’hypothèse de têtes d’oiseaux stylisées est plausible (Breuil 1905 ; Marshack 1970).

40À La Vache, ces graphismes sont gravés les uns à la suite des autres. De structure comparable, leur exécution se dégrade de droite à gauche : les premiers sont nettement exprimés, les derniers sont plus rapidement esquissés. Les exemplaires de Fontarnaud sont assemblés en une frise verticale : ils sont alternativement tournés vers la droite ou vers la gauche et tous exécutés avec soin.

41Sur les deux objets, ces créatures énigmatiques sont réalisées de la même manière : le graveur incise le sommet de la tête, puis le cou, l’angulaire (bec ?), la partie inférieure de la tête et enfin l’œil (suivi des tirets [cils ?] sur les exemplaires de Fontarnaud).

42À ce jour, de telles têtes stylisées n’ont été retrouvées que sur ces deux sites. D’apparence très similaire, elles possèdent les mêmes schémas de construction. Parmi les explications plausibles, la plus attrayante proposerait la diffusion, entre l’Ariège et la Gironde, d’un type de figuration et de son schéma d’exécution. Un tel contact n’est pas contredit par l’attribution chronologique des objets. Néanmoins, ces formes étant peu élaborées, on ne peut écarter une simple convergence et envisager une logique de construction anatomique lié à leur forme.

La faune aquatique

43Dans cette catégorie, sont classés tous les mammifères marins et les poissons. En tout, neuf spécimens ont été reconnus : quatre poissons indéterminés et un cétacé provenant d’Arancou et un phoque, un saumon bécard et deux poissons indéterminés provenant du site de La Vache. Malgré leur diversité zoologique, on remarque une construction graphique très similaire. L’animal aquatique semble perçu comme une silhouette fusiforme sur laquelle s’ajoutent les attributs de l’espèce. Les contours sont toujours tracés en premier en commençant, dans huit cas sur neuf, par la partie supérieure du corps. La seule exception est le saumon de La Vache sur lequel l’élément inférieur précède le supérieur. Dans tous les cas, à la suite des contours, l’artiste dessine les nageoires et la queue, la ligne sensorielle (spécificité des salmonidés). Lors de l’exécution de ces éléments, on remarque des séquences gestuelles alternées ; quelquefois, le graveur profite de la mise en place d’un attribut pour approfondir le contour existant, par exemple nageoire/contour/nageoire. Cet enchaînement est observable sur le cétacé de la pendeloque d’Arancou. Sur le même objet, on note que la queue de l’animal est l’un des derniers éléments ; elle n’est pas perçue comme appartenant au contour (sensu stricto) mais comme un élément supplémentaire, au contraire des poissons classiques.

5.4.1.2 Les notions de contours et d’attributs internes

44Quel que soit l’animal, l’artiste magdalénien suit un ordre précis dans l’enchaînement des gestes, et donc dans la construction de la figure. Ces séquences gestuelles sont le reflet de schémas mentaux relativement stricts régissant les formes. Outre le contour, on observe sur les animaux des détails (pelage, œil...) que nous préférons appeler des « attributs internes ».

La fonction du contour

45Le contour définit la forme générale. C’est lui qui détache la forme du fond. La reconnaissance du sujet gravé et la force expressive de l’animal reposent en grande partie sur la précision de son contour. Sa mise en place est donc primordiale.

La fonction des attributs internes

  • 3 Identification fondée sur nos connaissances et notre expérience (et leurs limites).

46Les attributs internes viennent compléter le contour animal, en illustrant certains caractères anatomiques ou en remplissant une fonction symbolique. Les caractères anatomiques se répartissent en deux catégories :
– les segments aisément identifiables3 tels yeux, bouche, naseau, dents, pelage... ;
– des détails révélateurs d’une connaissance familière des animaux et de leurs mœurs, que seule une observation approfondie de l’animal sauvage autorise (reconnaissance plus délicate de nos jours), par exemple, certaines saillies osseuses ou insertions musculaires visibles sous le poil, des nuances de pelage (Morin 884767, La Vache 83642…) diverses particularités dues au sexe, à l’âge (Arancou, pendeloque au cerf) ou à la saison.

47Sur le corps des animaux, les caractères symboliques sont, en art mobilier, moins fréquents que sur les œuvres pariétales. Cependant, il existe quelques représentations de signes angulaires, de fuseaux, formes triangulaires (Morin 884749, La Vache 83640, Fontarnaud 6084219) nettement identifiables sur les flancs ou sur le ventre des animaux. Leur signification est tout aussi énigmatique qu’en art pariétal ; néanmoins, les signes angulaires et de longs traits sur les corps évoquent des blessures (réelles ou symboliques) infligées aux animaux, comme sur le petit bison de l’abri Morin touché par un tracé linéaire qui fait irrésistiblement penser à une flèche ou à une sagaie (884/49).

5.4.1.3 La réalisation des contours et des attributs internes

48Les contours et les attributs internes présentent des modes d’exécution distincts qui accentuent leurs différences de statut graphique.

49Eléments essentiels à l’identification, les contours sont généralement des tracés profonds (entre trois et huit passages d’outil) fixant ainsi solidement l’animal sur son support. À La Vache (Ariège), le saumon bécard sur os d’oiseau (CX 14, 1031) présente entre trois et cinq passages d’outil pour le contour de la tête ; le chanfrein du renne du Morin (884721) sur os d’oiseau, entre quatre et six passages ; la ligne de ventre de la biche d’Arancou entre cinq et sept passages... Cette liste d’exemples n’est pas exhaustive et, sur la majorité des objets analysés au MEB, aussi bien que sur d’autres observés traditionnellement, on perçoit une volonté systématique d’approfondir (ou de tenter de le faire) les contours des figures animales. Toutefois, sur deux objets de notre corpus, cette volonté n’est pas marquée : il s’agit des pièces 884774 et 884775 de l’Abri Morin. Elles proviennent toutes deux de la couche A 1 dite de transition entre le Magdalénien et l’Épipaléolithique ; on perçoit ici d’autres objectifs formels que nous développerons plus loin.

50Les caractéristiques des attributs internes sont proprement à l’opposé des précédents. Ils sont le plus souvent réalisés avec deux à quatre passages d’outil. Les éléments les plus stables sont les formes de pelage, les signes et les naseaux. Des différences apparaissent sur les yeux et la bouche : il semblerait que dans quelques cas, ces éléments soient considérés comme appartenant au contour, et en conséquence, exécutés en tant que tel (approfondissement marqué). On peut citer un fragment de côte à Laugerie‑Basse (38189 1722), sur lequel l’animal central présente une bouche gravée avec cinq à six passages dont la lisibilité est comparable à celle des contours très approfondis (entre six et neuf passages d’outil suivant les éléments). Il en est de même pour l’œil du saumon bécard de La Vache (CX 14 1031) réalisé avec sept passages décalés les uns par rapport aux autres. Les attributs internes présentent une séquence chronologique immuable et prévisible : ils sont toujours placés après les contours, quel que soit l’animal dessiné. Il est possible d’affiner la succession de ces éléments : les organes sensoriels (œil, bouche, naseau) précèdent le pelage et enfin les signes. Une telle suite est nettement lisible sur les têtes de rennes de l’abri Morin. La séquence chronologique entre le contour et les attributs internes paraît logique : il est difficile d’imaginer le graveur positionnant l’œil ou le naseau avant la silhouette de l’animal. Néanmoins, on pourrait imaginer des séquences gestuelles alternées entre le contour et les attributs internes : par exemple la mise en place du contour de la tête, puis des détails y affairant (œil, bouche...) avant de poursuivre par le reste du corps et des membres. Or, il s’avère qu’une solution de ce genre n’a jamais été envisagée parmi les objets étudiés.

5.4.2 Le décor géométrique

51Les ensembles géométriques ont toujours été délicats à percevoir et à comprendre, car ils demeurent des assemblages que nous ne reconnaissons pas, tant par leur structure formelle que par leur signification. Il n’en est pas moins vrai que les décors abstraits sont constitués d’éléments graphiques organisés, que l’on peut décrire en référence à des formes géométriques. Chaque forme est composée d’incisions qui en délimitent le contour et donc, tout comme pour le motif figuratif, l’isole du fond.

5.4.2.1 Les formes rencontrées

52Les décors géométriques sont présents sur tous les sites de notre corpus. Ils peuvent constituer un décor autonome comme sur l’os d’oiseau de La Vache ou sur le fragment de côte d’Arancou, mais, le plus souvent, ils sont associés (directement ou non) à des animaux (pendeloque au cerf d’Arancou ; lissoir 38189 1362 de Laugerie‑Basse ; le harpon 884747 du Morin...). Nous avons choisi d’isoler les formes géométriques « sûres », c’est‑à‑dire dont la structure ne présente pas de référence figurative ; ce choix est donc partiellement arbitraire. Les principaux types comprennent des tracés linéaires, tirets, signes angulaires, arciformes, lignes brisées, fuseau, ponctiformes, impacts divers... et leurs combinaisons ou répétitions (tabl. xii).

TABL. XII ‒ Distribution des décors géométriques.

5.4.2.2 Construction des formes

53Deux modes d’exécution se distinguent :
– le plus souvent, elles sont réalisées à base de lignes (droites ou courbes) diversement associées ; elles offrent ainsi un grand nombre de combinaisons graphiques ; ce sont les longs traits, tirets, angulaires, croix, lignes brisées, arciformes, fuseaux, triangles... ;
– exceptionnellement, les motifs géométriques sont exécutés par à‑coups dans la matière donnant ainsi une fausse impression d’impact en surface. Nous en avons décelé deux types principaux : les ponctiformes et les triangulaires. On ne rencontre pas d’exemple combinant les deux. Ces formes sont attestées à Arancou à deux reprises (AR 1 et AR 3). À La Vache, la référence non figurative n’est pas certaine : sur les têtes de bouquetins en vue frontale, il s’agirait plutôt de détails du pelage (83374).

54Les thèmes géométriques construits à l’aide de lignes incisées bénéficient du même traitement graphique que les figures animales ; les traits offrent des caractères techniques identiques (sections de tracés, nombres de passages d’outil, profondeur...). Néanmoins, il est nécessaire de distinguer les éléments géométriques étroitement associés aux animaux (signes corporels) et ceux qui se trouvent à proximité sur le même support, mais en dehors des silhouettes (fig. 153 et 154).

FIG. 153 ‒ Micrographies.
1, décor géométrique sur os d’oiseau (La Vache 86797).
2, assemblage géométrique complexe sur la pendeloque d’Arancou (AR 1).
3, détail du fuseau (La Vache 86803).
4, assemblage de traits (La Vache 83640)
5, assemblage de traits (Laugerie‑Basse 38189 1362).

FIG. 154 ‒ Micrographies.
1, décor géométrique interne sur l’un des corps d’oiseau (Enlène, la « sauterelle »).
2, décor géométrique en « croix » (Laugerie‑Basse 38189 1362).
3, les ponctiformes sur la lame d’os d’Arancou (AR 3).
4, les impacts triangulaires (Arancou AR 3).
56, vue d’ensemble et détail du décor interne des bouquetins en vue frontale (La Vache 83374).

  • 4 La Vache 83640, aurochs de Foix ; Morin 884749 ; Laugerie‑Basse 38189 1722 ; Fontarnaud…

55Les premiers, intégrés au corps de l’animal, entrent dans le schéma de construction des attributs internes. Il s’agit de tracés linéaires, tirets et signes angulaires. En moyenne, on décompte entre deux et trois passages d’outil dans les tracés (signes angulaires : deux ; tirets : deux ; tracés linéaires : entre deux et trois)4. Ce sont les tracés indiquant le pelage des animaux sur les cervidés d’Arancou, de La Vache, ou encore le plumage indiqué pour les oiseaux sur l’os à la « sauterelle » d’Enlène (fig. 154no 1). Ils sont généralement exécutés en une ou plusieurs séries de gestes linéaires.

  • 5 Arancou, arrière‑train indéterminé, pendeloque au cerf ; Laugerie‑Basse 38189 1362 ; Morin 884747, (...)

56Les éléments géométriques placés à l’extérieur des corps sont considérés comme décor à part entière. Comme sur les contours animaliers, le nombre de passages d’outil varie entre deux et sept pour un même trait : les angulaires entre deux et trois, les tirets de deux à quatre, les longs traits trois à quatre, les arciformes trois à sept, le fuseau trois ou quatre, les formes plus complexes entre trois et six5 (fig. 153).

57Les motifs ponctiformes et les motifs triangulaires réalisés par à‑coups font appel à une autre modalité technique. Dans ce cas, il ne s’agit plus de produire un sillon dans la matière. Le graveur prend en compte la morphologie particulière de l’impact produit par un geste très court et très puissant. Les exemplaires d’Arancou et celui de La Vache sont significatifs ; pour les signes ponctiformes devant la biche d’Arancou, le graveur a soulevé par un geste sec (de droite à gauche, avec maîtrise du poignet) des copeaux d’os en utilisant la largeur du biseau de l’outil (fig. 154nos 2345). C’est la même technique que l’on retrouve sur les bouquetins stylisés de La Vache (La Vache 83374). Les à‑coups peuvent être uniques ou multiples et jointifs ; dans ce cas précis, la vision finale sera celle d’une ligne continue avec une certaine épaisseur ; le but recherché par le graveur est en réalité l’expression du volume, qu’il tente de créer par une accumulation de matière (copeaux légèrement détachés ou butée de fin de trait). L’emploi des à‑coups peut donner naissance à de multiples formes géométriques, il suffit de faire pivoter l’outil sur les différentes parties actives possibles. Les éléments « triangulaires » sous le ventre de la biche (AR 3) en sont une bonne illustration, l’à‑coup est court, précis, de droite à gauche avec un seul passage. Pour y parvenir, l’artiste a posé son outil sur le sommet très aigu de la pointe puis fait pivoter la partie active dans le même geste sur un trièdre, pour obtenir cette forme en triangle.

58Dans son ensemble, le décor géométrique analysé reçoit un traitement graphique comparable au décor figuratif avec une distinction identique entre les tracés considérés comme contour et ceux relevant des attributs internes.

5.4.3 Conclusion

59L’observation macro et microscopique a mis en évidence certaines « manières de faire » dans l’élaboration d’objets d’art mobilier. Les premiers gestes concernent la mise en forme des supports, phase déterminante car elle définit d’une part l’espace graphique attribué au décor et d’autre part, les qualités de la surface à graver c’est‑à‑dire son absence d’aspérités, l’aspect lisse... Ce processus technique initial est essentiel car il prépare le support, comme un peintre prépare sa toile avec un enduit plus ou moins fin.

60La comparaison des décors permet de repérer un schéma de construction des figures identique des Pyrénées à la Gironde ; l’animal est conçu et exécuté de l’avant vers l’arrière en commençant par le contour qui campe la silhouette sur le fond. Ensuite, les attributs internes sont exécutés graduellement : les éléments anatomiques (œil, naseau...), le pelage et enfin les signes. En pratique, ce modèle de construction simple est affiné par des phases d’approfondissement des tracés donnant ainsi naissance à des séquences gestuelles alternées entre les différents segments du contour.

61Sur deux sites, on observe des récurrences de gestes notables concernant des graphismes stylisés. Les têtes de bouquetin en vue frontale de La Vache offrent un schéma de construction fixe. En l’état actuel, l’absence d’analyses comparatives pour d’autres sites empêche toute hypothèse explicative. Les formes indéterminées de Fontarnaud et de La Vache présentent également des similitudes dans leur élaboration ; toutefois, ce schéma commun est interprétable comme une convergence qui témoignerait d’une logique d’exécution formelle.

62La figure animale étant constituée d’un contour et d’attributs internes, on remarque des différences de traitement entre ces deux catégories : les premiers sont plus profondément incisés pour permettre une identification rapide ; les seconds jouent un rôle complémentaire en tant que détails anatomiques, indication de volume, signes... et sont exécutés plus finement.

63Ces catégories sont également applicables aux décors géométriques en fonction de leur position à la fois sur le support et sur l’animal : ils sont considérés comme attributs internes s’ils sont superposés ou intégrés aux animaux (signes), et comme contours autonomes lorsqu’ils se trouvent à l’extérieur.

64Dans le domaine technique, on n’observe aucune distinction entre le décor figuratif ou géométrique. Ils sont traités et doivent donc être considérés en termes équivalents.

5.5 Le cas particulier des contours découpés : Labastide et Le Mas‑d’Azil

65Au Magdalénien moyen, on voit apparaître des séries d’objets façonnés figurant, le plus souvent, des têtes de profil (chevaux, plus rarement bouquetins, bisons, isards), mais également des segments de corps animal (pattes, corps sans tête... d’Isturitz, du Mas‑d’Azil, de La Madeleine, de Laugerie‑Basse…) découpés dans des os (hyoïdes, omoplates...) ou bois de cervidé, d’où, leur nom usuel de « contours découpés » (Leroi‑Gourhan 1971). Dans son mémoire C. Bellier définit les contours découpés comme des objets : « plats à faces parallèles ou sub‑parallèles, généralement de petite taille, de section très mince dont le contour épouse la silhouette de l’animal ou d’une de scs parties » (Bellier 1982).

66La grande majorité des spécimens connus sont issus des grottes pyrénéennes (Isturitz, Le Mas‑d’Azil, Enlène, Gourdan…), néanmoins quelques exemplaires ont été découverts dans d’autres régions, par exemple à La Crouzade (Aude) (Sacchi 1990 : 22), à La Viña (Asturies, Espagne) (Fortea et al. 1990 : 228), et dans le Périgord, à Laugerie‑Basse (Maury 1914 : 293).

67Dans ce travail, nous nous sommes intéressé aux contours découpés sur os hyoïdes découverts dans les grottes de Labastide (Hautes‑Pyrénées) et du Mas‑d’Azil (Ariège).

5.5.1 Découpe et façonnage des os hyoïdes

  • 6 L’usage l’ayant consacré, nous conservons le terme générique de « contours découpés sur os hyoïde » (...)

68L’appellation d’os hyoïde pour décrire le support d’un contour découpé est en réalité impropre car la tête animale est découpée sur un seul élément de cet ensemble appelé stylohyoïde. En effet, l’appareil hyoïdien est un complexe de pièces osseuses ou fibro‑cartilagineuses qui varie selon les espèces. Il est attaché aux os temporaux et se trouve aussi « suspendu » à la base du crâne. Cet ensemble soutient de façon simple et mobile la langue, le pharynx et le larynx (Barone 1976 : 189‑193). Il est composé d’une pièce principale prolongée, de chaque côté et de manière symétrique, par deux arcs de suspension, chacun formé de segments articulés, généralement au nombre de quatre (fig. 155). C’est précisément la troisième pièce, appelée stylohyoïdeum qui a été utilisée et que nous appelons « os hyoïde »6 (Buisson et al 1996 : 327‑340).

FIG. 155a, dessin d’un os hyoïde complet ; b, en grisé, les silhouettes de deux os hyoïdes (en haut, de cheval ; en bas, de bovine) sur lesquels est inscrit un profil de contour découpé.

a Dessin D. Buisson, b Dessin V. Teillet/MSH, d’après D. Buisson.

69Comme sur tous les contours découpés, le profil naturel de l’os hyoïde, déjà évocateur d’une tête, est mis à profit par des découpes et façonnages successifs. Les emplacements du museau à l’extrémité la plus étroite, et ceux de l’oreille, corne, nuque, sur l’extrémité la plus large, sont ainsi prédéterminés. Le travail de transformation de l’os demande peu d’effort, il suffit de racler la surface afin d’en éliminer les chairs (stries longitudinales visibles sur certaines ébauches) et enfin de sectionner l’expansion étroite pour obtenir la longueur souhaitée. Le contour de la tête est alors mis en forme par entaille, abrasion, raclage, voire sur certains objets par un véritable travail de sculpture. Sur beaucoup d’entre eux, des perforations sont aménagées, situées préférentiellement dans la partie arrière, vers la nuque ; toutefois, certains spécimens présentent des naseaux percés (Mas‑d’Azil), ou encore des cupules à la place des yeux (Labastide, La Viña).

5.5.2 Les contours découpés étudiés

70Ces objets ne sont pas présentés dans le corpus et sont examinés ci‑après. En raison de leur caractère exceptionnel (notamment pour la collection de Labastide) et de leur nombre, nous avons choisi de les traiter de manière autonome.

5.5.2.1 Labastide

  • 7 Ce contour découpé inédit nous a été confié par M.R. Simonnet pour étude microscopique. Il n’a pas (...)

71Les contours découpés de Labastide sont au nombre de vingt : une tête de cheval, un bison et dix‑huit têtes d’isards (fig. 156). Le contour de cheval7 est étudié avec ceux du Mas‑d’Azil, permettant ainsi des comparaisons par espèce. Dans un premier temps, nous nous attacherons donc aux isards et au bison. Les dix‑neuf contours découpés de Labastide furent découverts par G. Simonnet en mars 1947. Ils gisaient dans quelques dizaines de centimètres carrés, pratiquement les uns sur les autres (Simonnet 1952 : 564) sur le sol de la chatière qui prolonge le diverticule nord vers le gouffre appelé P 40 (fig. 157). Ce diverticule et la plate‑forme qui le précède constituent la deuxième des quatre grandes aires de séjour réparties sur les 450 m de la cavité. On se trouve à mi‑parcours, au milieu de panneaux pariétaux gravés et peints, dont celui du grand cheval polychrome.

FIG. 156 ‒ Relevé des contours découpés de Labastide (G. Simonnet) : nos 1 à 18, isards ; no 19, bison ; no 20, cheval.

Dessin G. Simonnet.

FIG. 157 ‒ Plan de la grotte de Labastide. Situation des gisements de la plate‑forme et localisation de la chatière où furent découverts les contours découpés.

72Dès la découverte, le contexte archéologique, leur nombre ainsi que la présence de perforations ont suggéré l’idée d’un assemblage des contours en collier. Lors de leur découverte, H. Breuil avait émis l’avis qu’il s’agissait de têtes de bouquetin, avis auquel G. Simonnet s’était rangé (Simonnet 1952 : 564‑568). Aujourd’hui, nous proposons d’y reconnaître des têtes d’isards (fig. 156). Dès 1950, G. Simonnet avait cru pouvoir affirmer que ces contours avaient été réalisés par un même individu.

5.5.2.2 Le Mas‑d’Azil

73Au Mas‑d’Azil, sept contours découpés ont été analysés, six têtes de chevaux et une tête dite de « biche » (fig. 158). Ces objets proviennent des fouilles conduites par Saint‑Just et M. Péquart entre 1935 et 1942 (Péquart 1962 : 233‑237), dans la galerie des Silex. Au contraire d’objets plus prestigieux (faon aux oiseaux, bâton percé au protomé de cheval...) (Péquart 1960 : 182), les auteurs n’indiquent pas la provenance des contours découpés dans le gisement. Néanmoins, ils décrivent le sol de la galerie : « Ce milieu magdalénien était, de bout en bout, littéralement farci d’objets de toutes sortes : rejets de cuisine constitués d’ossements d’animaux, fragmentés pour la plupart ; débris de charbon en très petite quantité ; plaques ou morceaux de plaques de foyer décorées ou non ; éclats de silex et déchets osseux, restes de matière première ayant servi à la fabrication d’instruments divers ; armes et outils de toutes sortes qui, entiers ou brisés, comptaient un bon tiers du volume total de la couche avec les œuvres d’art en os et bois de renne, certains intacts, d’autres sous forme de débris plus ou moins volumineux. » (Péquart 1960 : 173). Seul un contour déposé au MAN (et non étudié ici) est situé à l’entrée de la galerie et « recueilli dans la partie du gisement humidifiée par la petite gouttière de l’entrée » (Péquart 1962 : 234). Aucun élément publié ne permet de déterminer si les autres pièces étaient proches ou éloignées de cet exemplaire. (Péquart 1962 : 233 ; fig. 151, no 1). Toutefois, on peut penser qu’une concentration « anormale » de contours découpés (comparable à celle de Labastide) aurait été remarquée par les fouilleurs. En résumé, mis à part leur situation sommaire dans la grotte (galerie des Silex) et l’attribution culturelle (Magdalénien moyen), nous ne possédons aucun indice sur la localisation spatiale des contours découpés du Mas‑d’Azil.

FIG. 158a, relevé des contours découpés du Mas‑d’Azil, b, la tête de cheval de Labastlde.

Dessin G. Tosello.

5.5.2.3 La problématique

74L’étude d’ensemble des contours découpés sera abordée en deux temps : la première phase concerne uniquement les objets de Labastide, et plus précisément le lot des dix‑neuf pièces mises au jour dans la chatière (isards et bison).

75Les contours découpés de Labastide présentent deux particularités remarquables : d’une part ils constituent un ensemble d’objets uniques, découverts groupés et donc formant un ensemble distinct ; d’autre part, les isards présentent entre eux de grandes similitudes. Ces deux aspects suscitent des interrogations : les dix‑huit isards ont‑ils été façonnés et gravés par la même main ? Peut‑on parler d’une production en série ? Quelle est la place du bison dans cet ensemble ? Lors de cette analyse, nous tenterons de reconstituer l’enchaînement des gestes du graveur, afin de définir une partie de la « chaîne opératoire ». On s’efforcera de déterminer l’éventail des choix techniques et de préciser l’amplitude des variations entre les dix‑huit isards et l’unique bison.

76La seconde phase porte sur les têtes de chevaux du Mas‑d’Azil et de Labastide. Au contraire des isards, les chevaux ne présentent entre eux aucune similitude flagrante, si ce n’est leur attribution zoologique, et surtout aucun lien spatial. Malgré ces remarques préliminaires plutôt négatives, on est en droit de se demander s’il existe une production standardisée de ce type d’objet. En appliquant la démarche précédemment exposée nous tenterons, tout comme pour les isards, d’identifier les procédés techniques mis en œuvre.

55.3 Les têtes d’isards et le bison

77À ce jour, les contours découpés d’isards et de bison sont uniques dans l’art mobilier magdalénien.

78L’isard (ou le chamois) se détermine par deux caractères qui lui sont propres : une bande de couleur noire, qui marque le profil des yeux jusqu’au museau et une paire de cornes plantées verticalement, fines et recourbées en crochet à leur extrémité (fig. 159). Après un réexamen attentif des contours découpés, on reconnaît bien la bande jugale. Par contre, les cornes sont moins naturalistes ; compte tenu de la morphologie de l’os, il paraît difficile de dégager une corne verticale et recourbée. Cependant, on n’observe aucun anneau de croissance ou de parure en général bien lisibles chez les bouquetins.

FIG. 159a, tête d’isard actuel ; b, emplacement des éléments graphiques sur un contour découpé de tête d’isard.

b, Dessin V. Teillet/MSH, d’après G. Tosello.

5.53.1 Les isards

79Les têtes d’isards sont façonnées sur des os hyoïdes épais (entre 0,4 et 0,9 cm), de cheval ou de bovine. Si le cadrage semble plus aisé sur un os d’équidé, la robustesse évoque plutôt le bison. La détermination demande donc à être confirmée par un spécialiste.

80Les supports transformés des têtes d’isards ont une longueur maximale comprise entre 2,4 cm et 5 cm. Cette diversité est due, d’une part à la morphologie initiale de l’os hyoïde, sa forme et sa taille variant suivant le sexe et l’âge de l’individu abattu et d’autre part, aux travaux de découpe et de façonnage nécessaires à la réalisation de l’objet. Rappelons que la longueur de la tête d’isard est artificielle, puisqu’elle dépend de la volonté de l’artiste. Néanmoins, les points du graphique (fig. 160) démontrent qu’il existe une corrélation entre la longueur (L) et la largeur (1.1) maximale. Dans un premier cas, les os hyoïdes bruts sont courts et étroits, dans le second cas, ils sont longs et larges mais le module (c’est‑à‑dire le rapport L/l.1) reste identique. Nous pouvons donc en déduire que l’artiste cherche à conserver ce rapport longueur/largeur. De plus, en recherchant l’inscription optimale d’une tête d’isard sur un os hyoïde brut, on observe que la largeur est imposée par les limites du support tandis que le graveur reste libre de choisir la longueur de la tête.

FIG. 160a, graphique illustrant les dimensions des objets façonnés ; b, localisation des mesures prises sur les objets.

Les yeux

  • 8 Ordinairement, l’angle externe et interne de l’œil est dénommé « commissure », cette dernière indiq (...)

81Les yeux sont réalisés par l’assemblage de trois éléments géométriques (un cercle placé entre un triangle et un trait) qui reproduisent schématiquement les particularités anatomiques (fig. 161)8. On peut décomposer théoriquement l’œil en arrondi, caroncule triangulaire et commissure linéaire ; en pratique, ces attributs sont intimement liés les uns aux autres, tant dans leur construction que dans leur exécution. La perception de l’œil par le spectateur dépend du trait qui les dessine et de la forme générale que lui donne son auteur.

82Cette combinaison est attestée sur d’autres exemplaires de contours découpés (de chevaux, de bouquetins...) issus de sites contemporains de Labastide. Quelques variations stylis tiques se manifestent dans la manière de figurer les éléments ; néanmoins, l’aspect final reste toujours très proche du schéma de base qui apparaît comme une authentique convention graphique que les graveurs se sont efforcés de respecter, malgré d’inévitables variantes individuelles.

FIG. 161 ‒ Construction de l’œil d’un contour découpé sur la base de trois éléments géométriques, schématisant les particularités anatomiques du vivant.

83Dans l’ensemble, les yeux des isards se conforment à la règle décrite plus haut. Le graphique de la fig. 162 indique que les caroncules des deux faces sont principalement triangulaires (vingt‑cinq) et les commissures linéaires (vingt‑trois). Bien que le schéma fondamental reste en vigueur, nous avons relevé quelques inversions. Ainsi, on remarque une commissure triangulaire sur un profil gauche (B) et six caroncules linéaires (trois sur des faces A et trois sur des faces B). Dans onze cas, ces éléments ont même été oubliés ou négligés : neuf commissures (quatre en A et cinq en B) et deux caroncules (une en A et une en B).

FIG. 162 ‒ Graphique représentant les différentes formes de caroncules et de commissures.

84Une observation classique permet déjà de percevoir certaines difficultés d’exécution liées à l’aspect général de l’œil ; néanmoins, il est impossible de donner, pour le moment, une explication satisfaisante à ces variations et/ou oublis d’éléments.

85Ces problèmes de formes soulèvent d’autres questions concernant le dessin de l’œil. Des différences existent‑elles dans la structure et la succession chronologique des événements ? Comment les caroncules et commissures sont‑elles placées par rapport au contour général ? Pour répondre à ces questions, des analyses microscopiques ont été menées sur dix‑sept faces, les autres ayant été examinées sous loupe binoculaire et microscope optique.

86Lorsque l’on observe en macroscopie les yeux des contours découpés, on isole deux formes de référence. Les yeux sont circulaires ou en amande. Au MEB, on perçoit des structures plus complexes, notamment liées à la succession des gestes. Le graphique de la fig. 163 illustre les formes oculaires ainsi que les successions chronologiques entre l’arrondi de l’œil et les éléments latéraux.

FIG. 163 ‒ Graphique illustrant les successions chronologiques des commissures et caroncules.

87Les caroncules et commissures linéaires sont majoritairement postérieures à la construction de l’œil (fig. 163), c’est‑à‑dire réalisées après la mise en forme et l’approfondissement de l’arrondi (fig. 164no 1). Cependant, des variations sont observables dans quelques cas. La commissure linéaire peut s’intercaler entre deux passages d’outil creusant le contour. Ce type d’exécution indique les séquences gestuelles alternées suivantes : gravure de l’arrondi de l’œil, mise en place de la commissure et derniers passages d’approfondissement du contour (fig. 164, no 2).

FIG. 164 ‒ Micrographies.
1, la commissure est postérieure au contour de l’œil (3,137/A).
2, séquences gestuelles alternées : gravure de l’arrondi de l’œil (1), mise en place de la caroncule (2) et derniers passages d’approfondissement (3).
3, œil en profil droit du contour découpé 14.152.
4, œil en profil gauche du contour découpé 14.152.
56, détail et schéma de la micrographie 4 présentant un repentir.

88La chronologie devient plus complexe pour les caroncules dites triangulaires. Ces éléments sont étroitement associés au contour oculaire, le plus souvent en amande, dont elles forment l’extrémité en pointe. Leur étude participe à celle du contour de l’œil.

89L’observation trait par trait met en lumière des différences d’exécution importantes :
– certains yeux ont des contours précis et les gestes se succèdent avec fluidité ;
– d’autres ont des tracés plus saccadés, exécutés par à‑coups. Ces observations permettent de percevoir deux groupes ; la limite reste en partie subjective, car fondée sur une appréciation qualitative du contour.

90Ce classement a pour objectif de guider les analyses microscopiques des yeux selon leur degré de complexité. La démarche est orientée vers la compréhension du geste simple, avant d’aborder le plus élaboré. Nous tenterons ainsi de décomposer les différentes séquences gestuelles.

91L’œil le plus simple est observable sur le contour découpé 14.152 (fig. 164, nos 34), avec sur la face A un contour en amande et sur la face B un ovale non fermé. Le profil droit (A) montre un œil parfaitement positionné dont la forme en amande est précisément dessinée. Néanmoins, on remarque une double pointe de caroncule : s’agit‑il d’un œil et de sa caroncule ou d’une première esquisse de l’arrondi, modifiée par la suite ? La micrographie no 333 (fig. 164nos 5 et 6) permet d’observer deux tracés angulaires superposés : la version longiligne est antérieure à la plus courte qui, elle, est indépendante et ne participe nullement à la formation du triangle caronculaire observable sur d’autres spécimens. Les deux structures sont donc distinctes. Cette constatation établit l’existence d’un repentir. L’auteur a exécuté un premier tracé dont la caroncule triangulaire était trop allongée. Pour corriger son dessin, il a gravé un second triangle.

92Ce repentir atteste la détermination du graveur à obtenir un œil en amande, qui ne soit pas trop long par rapport au bord du chanfrein. Nous pouvons donc considérer cette amande comme la forme oculaire de base du contour de l’œil.

93La seconde face (B) montre la même intention. Bien que l’œil soit à peine esquissé, il dénote la volonté de produire une extrémité angulaire. L’arc supérieur est le plus achevé ; la partie inférieure est un peu plus courte et arrondie. L’exécution générale est simple et rapide, avec des reprises de tracé sommaires.

94Cette particularité se rencontre sur d’autres contours découpés (13.151 A et B ; 5.143 A). Les objets suivants présentent des constructions plus complexes parmi lesquelles des schémas directeurs peuvent être isolés :

95– le contour de l’œil est en amande, la pointe fermée par un tracé indépendant qui compose le triangle caronculaire (fig. 165, 9.147A ; 10.148 A ; 16.154A. 1.135 A) ;
– le contour de l’œil est en amande, mais la caroncule triangulaire est limitée par un tracé issu de la courbe supérieure de l’œil : l’effet obtenu est celui d’un d’œil circulaire auquel s’ajoute une caroncule (fig. 165, 9.147 B ; 6.144 A).

Fig. 165 ‒ Schémas technologiques de quelques yeux de contours découpés de têtes d’isards (A : profil droit ; B : profil gauche).

96Ces schémas de construction définissent les différents choix dans l’exécution (contour, caroncule et commissure). Néanmoins, on remarque que, sur un même contour découpé, les deux schémas coexistent parfois, et que le traitement de l’œil varie d’une face à l’autre (10.148, 9.147, 7.145…) (fig. 165). La distribution des schémas de construction paraît donc aléatoire.

● Sens d’exécution et morphologie des tracés

97Les tracés du contour oculaire sont toujours réalisés par deux mouvements semi‑circulaires dessinant la partie supérieure, puis inférieure. Cette périphérie n’est jamais gravée d’un seul geste circulaire. Le sens d’exécution des tracés montre une direction préférentielle, l’outil circule de la commissure vers la caroncule sur les profils gauches, et effectue le trajet inverse sur les profils droits. La main se déplace donc de droite à gauche quelle que soit la face considérée. Si les tracés sont verticaux (par exemple, la base du triangle caronculaire), les incisions sont exécutées de haut en bas.

98Les sections de traits sont en V dissymétrique plus ou moins large, avec des méplats sur les bords.

99Pour les profils gauches ;
– dans la zone interne pour les tracés supérieurs et l’arrondi de l’œil ;
– dans la zone externe pour les tracés inférieurs et la fermeture de la caroncule.

100Pour les profils droits :
– sur la zone externe pour tous les tracés. Le méplat, formé par le flanc de l’outil, indique l’inclinaison du poignet lors de l’exécution du trait. Des combinaisons aussi régulières accréditent l’hypothèse de gestes répétitifs et de séquences identiques enchaînées.

101Dans deux cas, une variante est notable. Le premier, le profil droit (A) 9.147 (fig. 165), présente une alternance externe/interne des méplats pour les tracés supérieurs. Le profil gauche (B) 12.150 (fig. 165), sur la même partie, offre une succession interne/externe/interne. Ces variations traduisent des tentatives pour arrondir le contour de l’œil ; le graveur fait basculer le flanc de l’outil (et donc son poignet) au cours d’une trajectoire semi‑circulaire du silex, en remontant le plus possible en bout de course.

102Le nombre de passages d’outil dans chaque trait varie suivant les éléments graphiques considérés. Malheureusement, le décompte n’est que partiellement possible. Ces problèmes sont dus à l’indispensable traitement de consolidation des objets, le produit ayant légèrement empâté les surfaces à l’échelle microscopique.

103Les traits figurant le contour de l’œil sont réalisés avec trois à six passages d’outil. Les caroncules triangulaires offrent approximativement le même nombre de passages puisque les bords du triangle sont formés par les attaques de traits du contour. Les commissures ou caroncules linéaires varient de trois à cinq passages.

  • 9 Les mesures de profondeur et de largeur ont été obtenues à l’aide d’un microscope optique Nikon équ (...)

104Sur un même contour découpé, l’épaisseur de l’os varie considérablement (11.149 : de 0,1 cm à 0,6 cm) ; sur l’ensemble, la limite inférieure est de 0,1 cm, la supérieure ne s’étend pas au‑delà de 0,9 cm (7.145). Ils se situent majoritairement entre 0,2 et 0,5 cm. Ces indications sont importantes pour la suite de notre propos, car elles fixent les profondeurs de trait maximales à ne pas dépasser ; en cas de transgression de la règle, l’os serait traversé de part en part9. Pour les yeux, des mesures de profondeur et de largeur de trait ont été prises sur les tracés supérieurs, inférieurs, la caroncule et la commissure :
‒ profondeur comprise entre 0,10 et 0,42 mm ;
‒ largeur comprise entre 1 et 2,9 mm.

105Les variations de profondeur importantes sont causées par certains éléments comme les commissures linéaires (généralement la partie la plus profondément gravée de l’œil). La profondeur d’un seul passage d’outil varie de 0,08 à 0,13 mm pour les commissures ; de 0,03 à 0,06 mm pour les caroncules.

106Les largeurs des gravures présentent la même dispersion, due à la dissymétrie de certains traits. Elle reflète la largeur de la partie active de l’outil, mais également les légers décalages possibles des passages successifs.

107Comme l’illustrent les relevés techniques (fig. 165), on observe des différences d’exécution. Certains yeux sont gravés avec des gestes peu nombreux et précis (13.15 1A, 10.148 A, 9.147 A, 1.135 A). En revanche, d’autres spécimens (7.145 A, 6.144 A et B, 2.136 A, 16.154 B) sont techniquement discordants. Ils se définissent par une succession de gestes saccadés, d’à‑coups formant le contour de l’œil. L’œil du 6.144 B est le plus significatif : dans sa partie inférieure, les tracés linéaires sont pratiquement inexistants, remplacés par de petites incisions courtes. Ces reprises multiples sont le plus souvent localisées dans les parties inférieures des yeux, les arcs supérieurs présentant des arrondis plus réguliers imposant donc des gestes plus amples.

108Cette dissymétrie est peut‑être la transposition de difficultés techniques rencontrées et mal résolues.

109Sur certains yeux, l’analyse a permis de retrouver le nombre de passages nécessaires à leur réalisation. En croisant ces données avec la profondeur des tracés, on remarque qu’il n’existe pas obligatoirement d’adéquation entre le nombre de passages d’outil d’une part et la profondeur du tracé d’autre part : en d’autres termes la gravure présentant le plus de reprises n’est pas nécessairement la plus profonde.

Les surfaces

110La morphologie naturelle de l’os hyoïde implique l’existence de surfaces opposées, l’une convexe, l’autre concave. Cette particularité a‑t‑elle influencé la gravure ?

111Les analyses mettent en évidence l’absence de relation entre la profondeur moyenne du passage d’outil et la morphologie de la surface travaillée. Toutefois, il existe des différences de profondeur non négligeables sur deux faces d’un même objet, sans qu’on puisse déceler de profil dominant (droite ou gauche).

112Le ou les artistes ont pris en compte la forme et l’épaisseur de l’os. Ils savaient qu’ils ne devaient ni exercer une pression excessive ni dépasser une certaine profondeur de tracé, au risque d’accidents irrémédiables. Ces remarques nous conduisent à envisager l’hypothèse suivante : les passages saccadés ne seraient pas destinés à approfondir le trait, mais ils seraient le reflet d’une simple prudence qui substitue des incisions répétées et mesurées à un seul trait gravé en puissance.

Le museau : contour des naseaux, naseaux et bouche

113Les museaux des isards sont constitués de trois éléments : le contour des naseaux, les naseaux eux‑mêmes et la partie inférieure de la bouche (fig. 166nos12). Ces éléments, présents sur toutes les faces de contours découpés, offrent des paramètres de construction identiques.

114Les naseaux sont dessinés par deux traits courts formant un angle aigu. Dans la majorité des cas, le trait supérieur est gravé en premier ; on compte deux à trois passages d’outil dans chaque trait (fig. 166no 2).

Fig. 166 ‒ Micrographies.
1, bouche avec la marque de la commissure des lèvres.
2, un naseau et son contour.
3, tracé d’une bande longiligne avec un bord de trait abrupt et, à l’opposé, un méplat très large.
4, la perforation est postérieure à la bande qui longe la ganache.
5, superposition de la bande qui longe le chanfrein et du contour du naseau ; la bande est postérieure.

115Le contour des naseaux est également de forme angulaire, mais les traits sont plus longs (du sommet de la bouche au chanfrein). En général, la moitié supérieure constitue le tracé initial. Deux passages d’outil sont lisibles dans chaque segment.

116La bouche rectiligne possède à son extrémité interne une commissure des lèvres indiquée par un creusement ; cette zone précise, marquant la rencontre entre les lèvres, est exécutée dans une continuité de geste (fig. 166no 1). L’outil est déplacé de l’extérieur vers l’intérieur (de droite à gauche), en gravant la bouche et la commissure ; c’est une pression accrue sur l’os qui la matérialise. Toutefois, dans un cas (12.150 B), la commissure est réalisée après le tracé de la bouche et en sens inverse.

117Dans l’ensemble, l’analyse montre que la commissure des lèvres et les naseaux sont toujours plus profondément incisés que la bouche. Les bouches varient de 0,1 mm à 0,42 mm sauf dans trois cas où les profondeurs sont de 0,5 mm, 0,6 mm et 0,7 mm. L’élément le plus encaissé reste la commissure avec des tracés évoluant de 0,27 mm à 0,5 min (un cas à 0,6 mm).

118Il apparaît ainsi clairement que l’artiste a insisté sur la mise en relief de la commissure et des naseaux, accentuant ainsi des éléments expressifs sur ces têtes animales.

Les bandes longilignes : chanfrein, joue et ganache

119Les bandes longilignes comprennent trois tracés : le premier contourne l’œil puis accompagne le chanfrein, le second est visible sur la joue et, enfin, le troisième longe la ganache.

120L’assemblage des deux premières lignes figure la bande jugale de couleur sombre commune chez les isards actuels et, sans doute, chez ceux du Paléolithique.

121Ces bandes présentent invariablement les mêmes caractéristiques, tant sur les profils droits que sur les profils gauches. L’exécution des tracés s’effectue de droite à gauche, sauf sur un exemplaire (6.144 A et B ; inversé gauche/droite). Le nombre de passages d’outil est difficilement lisible ; toutefois, sur quelques spécimens on compte entre trois et quatre passages par bande. De rares dérapages sont visibles, le plus souvent sur la bande de la joue, ainsi que des reprises de traits en milieu de parcours. Ces incidents sont généralement dus à une mauvaise inclinaison de l’outil à la surface de l’os, et donc à une accroche insuffisante de la partie active. Les tracés sont tous des V dissymétriques très larges, possédant un bord abrupt et à l’opposé un large méplat (fig. 166no 3). Cet effet est obtenu en appuyant simultanément sur un des trièdres et le flanc de l’outil, le flanc raclant la surface de l’os pour créer le méplat : un travail par étapes successives n’est donc pas nécessaire.

122Les profondeurs de tracé sont assez constantes : la partie anguleuse du trait oscille entre 0,1 et 0,3 mm et contraste avec le méplat (0,03 et 0,1 mm). L’artiste a ainsi discrètement mis en relief la bande jugale.

● La chronologie des tracés et la mise en place des éléments graphiques

123En général, l’étude de la superposition des tracés permet de reconstituer les phases de mise en place des différents éléments graphiques. Toutefois, sur les contours découpés d’isards, la succession chronologique des tracés est problématique car les éléments graphiques se recoupent trop rarement. Les seuls chevauchements de gravures se produisent entre les bandes longilignes et le contour des naseaux d’une part, la bande de la ganache et la perforation, d’autre part.

124Dans le premier cas, les bandes du chanfrein, de la joue et de la ganache sont toujours postérieures au contour des naseaux, exception faite d’un exemplaire (6.144 B) où la bande de la joue précède les autres (fig. 166no 5).

125La superposition entre la bande de la ganache et la perforation n’est pas systématique, car cette dernière se trouve parfois légèrement au‑dessus du tracé. Quand le recouvrement existe, la perforation est toujours postérieure à la bande (fig. 166no 4).

126L’ordre d’exécution des autres éléments et leur disposition respective ne peuvent être déduits qu’en se fondant sur des hypothèses liées au dessin.

12711 est établi que les bandes longilignes sont postérieures au contour des naseaux. Le tracé périphérique encadre parfaitement l’orifice nasal ; cette remarque suggère que le contour est dessiné après les naseaux. Une analogie de raisonnement, à propos de l’œil et de la bande qui le souligne, conduit à la constatation suivante : la bande ne peut contourner avec précision qu’un œil déjà gravé ; elle lui est donc postérieure.

128Le dessin de la corne et celui de l’oreille sont intimement liés, car une incision commune crée à la fois le bord de la première et celui de la seconde. En l’absence de tout recoupement de tracés, une succession chronologique précise n’est pas établie entre les deux éléments. Toutefois, la corne et l’oreille étant incluses dans le profil naturel de l’os, on suppose quelles ont été façonnées lors des premières étapes du travail.

129En résumé, l’ensemble des données techniques et chronologiques complété par une certaine cohérence interne du décor permet de proposer une « chaîne gestuelle » générale :
‒ découpe de l’os brut et premiers façonnages ;
‒ aménagement des contours et sculpture de la corne, de l’oreille, du museau ;
‒ gravure de l’œil ;
‒ gravure des naseaux, puis de leur contour et de la bouche ;
‒ gravure des bandes jugales et de la ganache ;
‒ perforation.

5.5.3.2 Le bison

130Il présente toutes les caractéristiques du bison magdalénien : fine corne en S, détail du pelage... (fig. 167). Sur cet exemplaire, l’os hyoïde est entièrement transformé, l’angle styloïdien ou talon de l’os hyoïde (Barone 1976 : 189‑193) n’est plus identifiable. Sur la partie la plus étroite, le museau est façonné par des découpes mettant en relief le menton et la petite bosse du nez. La bouche est figurée ainsi que la commissure des lèvres. Un tracé en demi‑cercle marque le contour du naseau perforé. À l’autre extrémité, on observe dans la partie supérieure, le toupet et des traits verticaux indiquant le pelage. Légèrement en arrière, on remarque une corne sinueuse. Cette dernière est vigoureusement dégagée et le bord externe entièrement découpé. Ce détail rappelle le traitement de la corne et de l’oreille chez les isards. Toutefois, sur le bison, un enlèvement complet de l’os entre la nuque et la base de la corne a créé un vide plus important.

FIG. 167 ‒ Relevé du bison de Labastide.

Dessin C. Fritz, d’après D. Buisson.

131À peu près au centre de chaque face, on note un œil en cupule avec un tiret. L’ensemble est souligné par un long trait légèrement courbe. La ganache est figurée en registre par un trait et des tirets obliques indiquant le pelage. Sur la partie plane de l’objet, un tracé divise la tête du bison en deux zones, de l’œil jusqu’à la bouche. Sa référence anatomique n’est pas claire. En dehors du naseau, une seconde perforation a été pratiquée sur la zone de la nuque, c’est‑à‑dire près de la base de la corne. Ces éléments descriptifs sont identiques pour les deux faces du bison, qui montre ainsi de nettes différences avec les isards (fig. 168nos 12, 3).

FIG. 168 ‒ Micrographies du bison : 1, la bouche et le creusement de la commissure des lèvres ; 2, perforation du naseau et tracés du contour ; 3, perforation de l’œil droit.

132Au premier abord, l’os hyoïde sur lequel est figuré l’animal se distingue des précédents : moins épais (de 0,1 cm à 0,4 cm), il ressemble davantage aux os hyoïdes utilisés poulies contours de têtes de chevaux connus sur des sites comme Le Mas‑d’Azil ou Isturitz. Après façonnage, il est plus long et plus large que les contours d’isards (L : 6,4 cm ; 1.1 : 3,5 cm ; 1.2 : 1,2 cm).

133Le façonnage du contour est réalisé avant le décor ; les superpositions de tracés entre la ligne dégageant la corne et les longs traits figurant le pelage du toupet étayent cette affirmation. D’après le modelé du museau, nous supposons que la bouche et le naseau perforé précèdent la courbe qui souligne le naseau.

  • 10 Gravé après l’œil, ce tiret n’est donc pas une incision de guidage permettant d’amorcer la perforat (...)

134La cupule formant l’œil est creusée avant le tiret, interprété comme la caroncule10. Le trait oblique entre l’œil et la bouche est gravé après le toupet.

135Les superpositions et la disposition relative des éléments permettent de proposer la « chaîne opératoire » suivante :
‒ découpe de l’os brut et premiers façonnages ;
‒ aménagement des contours, sculpture de la corne et du museau ;
‒ perforation du naseau ;
‒ gravure de la bouche ;
‒ creusement de la cupule de l’œil et indication de la commissure ;
‒ gravure du chanfrein et de la ganache ;
‒ trait oblique de l’œil à la bouche ;
‒ perforation de la nuque.

5.5.4 L’indéterminé et les têtes de chevaux du Mas‑d’Azil et de Labastide

136Cet ensemble est constitué de cinq têtes de chevaux et d’une tête animale identifiée comme celle d’une biche par M. et St‑J. Péquart en raison de « l’œil très allongé caractérisé par une caroncule fortement accentuée que surmontent et soulignent de fines hachures figurant le poil » (Péquart 1960 : 237). Nous préférons le terme d’indéterminé, car aucun élément caractéristique de la biche ne permet de préciser cette identification zoologique (fig. 158).

137Les analyses microscopiques ne portent pas sur la totalité des pièces, certains problèmes de conservation ou de fragmentation n’ayant pas permis des empreintes totales. Ce corpus est donc partiel, seuls trois contours sur six ont été étudiés intégralement.

138Les données initiales étant incomplètes, les comparaisons sont donc partielles. Les analyses se sont orientées vers les éléments communs à tous les spécimens : les yeux et les museaux (bouche, crochet, naseau et contour du naseau). Toutefois, notre participation à une étude collective des contours découpés de têtes de chevaux (Buisson et al. 1996) permet des considérations générales et fournit l’opportunité de comparaisons.

5.5.4.1 Les yeux et leur construction

139Les yeux sont présents sur quatre spécimens : le cheval de Labastide (T 2), l’animal indéterminé et deux têtes de chevaux (711, 709) du Mas‑d’Azil. Les formes sont variées : elles évoluent de la plus simple, deux arcs disjoints formant le contour, à la plus évoluée avec amande, caroncule et commissure (fig. 169).

FIG. 169 ‒ Relevés technologiques des yeux des têtes de chevaux (a : profil droit ; b : profil gauche) et, en bas, de l’animal indéterminé.

140Dans le détail, on rencontre sur les deux faces du no 711 (Mas‑d’Azil) des contours oculaires arciformes disjoints : deux arcs de cercles sont placés l’un au‑dessus de l’autre mais sans contact de tracé. Les deux autres pièces du Mas‑d’Azil sont plus complexes et plus variées selon les faces :
– sur son profil gauche l’œil du 709 est représenté par une amande non fermée dont la commissure est marquée par deux tirets ; sur le profil droit, l’œil est rond avec une caroncule triangulaire ;
– l’animal indéterminé présente des yeux détaillés et complexes sur ses deux faces : cercle avec caroncule triangulaire et commissure linéaire.

141Enfin, les yeux de la tête d’équidé de Labastide sont, au contraire des deux spécimens précédents, assez simples. Le contour est en amande non fermée et sur le profil gauche, le graveur a indiqué un côté du triangle caronculaire par un trait vertical, créant ainsi l’illusion d’un œil circulaire avec caroncule.

142Dans leur ensemble, les yeux sont construits sur la base d’un contour en amande avec superposition des caroncules et des commissures ; les premières sont de préférence triangulaires, les secondes linéaires. Les observations microscopiques démontrent que la construction de la caroncule est plus compliquée qu’il n’y paraît. L’élément est initialement intégré au contour de l’œil, puisque la pointe du triangle caronculaire est à l’origine la partie distale de l’amande ; dans un second temps, cette zone est individualisée soit par des tracés qui arrondissent la forme oculaire soit par des traits verticaux qui forment un côté du triangle caronculaire.

143Au contraire, les commissures ont une forme indépendante, et généralement linéaire. Elles sont placées ordinairement après le contour de l’œil, dans quelques cas avant les derniers approfondissements.

5.5.4.2 Sens d’exécution et morphologie des tracés

144D’un point de vue général, le sens d’exécution des gravures est identique sur les deux faces et pour les parties supérieures et inférieures du contour de l’œil : les tracés sont réalisés de droite à gauche, ce qui implique un point de rencontre bidirectionnel sur l’arrière de l’œil avec des stigmates de direction en sens opposés. Si ce schéma commun est respecté sur tous les exemplaires du Mas‑d’Azil et sur la tête de cheval de Labastide, il s’avère que certaines inversions de sens sont lisibles, essentiellement lors des reprises. Ces actions sont souvent ponctuelles et/ou très courtes (animal indéterminé et le contour 709 du Mas‑d’Azil). Cette particularité indique que les contours oculaires ne sont pas réalisés d’un seul geste, mais que la forme en amande est conçue et exécutée en deux moitiés arciformes et jointives. Ce sont les passages successifs qui en modèlent la partie postérieure.

145La section des tracés est en V dissymétrique plus ou moins large suivant le nombre de passages et les inclinaisons de la main pendant le travail. Les méplats sur les bords présentent des combinaisons variables selon les reprises de tracé, interne/interne ou interne/externe. Le nombre des passages d’outil varie de trois à six suivant la complexité de la forme réalisée.

146Comme l’illustrent les relevés techniques (fig. 169), on observe différents modes exécution du contour oculaire. Sur le contour découpé 709, le geste s’efforce d’être souple afin d’obtenir une courbe uniforme ; par contre, sur l’animal indéterminé, les mouvements sont saccadés ; le profil droit offre un œil plutôt rectangulaire dont les courbes sont maladroites. Le profil gauche présente un arrondi plus réussi, bien que dans la partie supérieure, deux sorties d’outil témoignent de premiers tracés saccadés. Ces problèmes d’exécution se retrouvent sur la forme la plus simple (711). Les arciformes y sont gravés avec plusieurs passages décalés les uns par rapport aux autres qui traduisent un manque de précision. Les yeux du cheval de Labastide, bien qu’assez simples, illustrent des mouvements plus contrôlés puisque les passages successifs sont placés dans l’incision initiale.

5.5.4.3 Les museaux (bouches et naseaux)

147Ces éléments ont été étudiés sur cinq spécimens (706, 709, 710, 711 et T 2) dont un recto/verso (T 2), soit six faces.

148Les bouches sont toujours exécutées de droite à gauche avec, en moyenne, trois à quatre passages d’outil, sauf sur le contour 711 où l’on compte entre cinq et six passages. Ce sens d’exécution constant, tant sur les profils gauches que sur les droits, indique deux cheminements de l’outil : sur les premiers, il circule de l’intérieur vers l’extérieur et inversement sur les seconds. Les crochets, quand ils sont présents (cinq cas), sont réalisés de haut en bas avec deux à trois passages (fig. 170, nos 12). Cet élément est le plus souvent mis en place après le tracé de la bouche ; toutefois, dans un cas, il est intercalé entre deux passages d’approfondissement de la bouche (710).

FIG. 170 ‒ Micrographies : 1, bouche du contour découpé 709 du Mas‑d’Azil ; 2, bouche du cheval de Labastide ; 3, naseaux du cheval 710 ; 4, naseaux du cheval 709.

149Les naseaux sont les graphismes qui présentent le plus de variabilité dans leur exécution : ils sont réalisés à peu près dans tous les sens, de droite à gauche ou inversement, voire dans les deux sens. Le nombre de passages d’outil est varié et s’échelonne entre 2 et 5 (fig. 170nos 34).

5.5.4.4 La mise en place des éléments graphiques

150Malgré une étude partielle des têtes de chevaux, il a été possible sur deux d’entre elles (Mas‑d’Azil 709 et T 2 de Labastide) de reconstituer sommairement les phases de leur élaboration.

151La découpe de l’os brut et le façonnage sont antérieurs aux premières gravures du décor. La place des yeux, museaux (naseau et bouche) est imprécise mais certainement antérieure aux indications de pelage ou aux détails anatomiques (contour du museau ou des naseaux...) qui constituent les ultimes ajouts.

152La succession des phases techniques se résume comme suit :
‒ découpe de l’os hyoïde et façonnage du contour (sculpture de l’oreille de 709) ;
‒ réalisation des yeux et du museau ;
‒ contour du naseau, du museau et indication du pelage.

5.5.5 Synthèse et discussion

153L’analyse microscopique des vingt contours découpés a mis en évidence les étapes successives du travail depuis l’os hyoïde brut jusqu’à l’objet fini. Le mode d’exploitation de ces os est identique ; chaque fois que l’étude fut possible, la « chaîne opératoire » le démontre pour les isards, le bison ou les chevaux.

154Dans tous les cas, l’os brut est découpé, façonné, puis gravé. La phase initiale a pour but de sculpter la silhouette et les éléments anatomiques caractéristiques de l’animal représenté : les cornes, les oreilles et le profil de la tête. L’objet est ainsi traité dans les trois dimensions. Les étapes suivantes placent les éléments internes tels les yeux, les naseaux, la bouche et des tracés divers ; enfin, les perforations terminent la séquence. Le plus souvent, la gravure est prépondérante, mais le volume peut s’exprimer par un léger bas‑relief bien lisible pour les bandes jugales d’isards.

  • 11 À l’exception du bison (œil en cupule).

155Certains traits semblent communs à tous les contours découpés sans restriction pour l’espèce. Sur les spécimens analysés11, on observe une volonté très nette d’obtenir un œil en amande sur lequel, dans la plupart des cas, sont ajoutées une caroncule et une commissure. Le schéma formel est partout identique malgré quelques variations notables dans sa réalisation. Les divergences se situent dans la manière d’exécuter les reprises de trait destinées à approfondir le contour. Sur les objets de Labastide, tous les gestes sont réalisés de droite à gauche, tant pour la mise en place du contour oculaire, que pour son approfondissement ; au Mas‑d’Azil, les séquences gestuelles sont différentes pour la phase d’approfondissement des gravures : les mouvements sont systématiquement en sens inverse (gauche/droite) du schéma général. Le contour des yeux des chevaux présente donc deux phases d’exécution : la première met en place l’œil de droite à gauche, la seconde correspond au creusement de certains tracés de gauche à droite. En résumé, on constate des sens d’exécution unidirectionnels à Labastide et multidirectionnels au Mas‑d’Azil.

  • 12 Cette forme oculaire se rencontre également à Labastide sur quelques représentations de bisons pari (...)

156Cette forme oculaire en amande, arrondie à l’amorce de la caroncule et agrémentée d’une commissure sur l’arrière de l’œil, est commune à deux espèces analysées dans ce travail (isard, cheval)12. Même si l’œil peut être décrit « comme un des éléments graphiques des contours découpés présentant le plus d’originalité et de variété » (Buisson et al. 1996 : 334), il convient de préciser qu’il n’intervient aucunement dans la détermination spécifique.

157L’exécution des yeux impose des contraintes techniques particulières liées à la réalisation d’un cercle. Cette difficulté, commune à tous les contours découpés, est résolue de manière presque similaire sur les deux sites. À Labastide, les problèmes se rencontrent uniquement dans les tracés inférieurs de l’œil ; par contre au Mas‑d’Azil, ils peuvent apparaître sur toute la périphérie du contour. Les graveurs surmontent l’obstacle en produisant un contour par tracés saccadés jointifs donnant ainsi une illusion de courbe continue ; dans le meilleur des cas, l’œil semble circulaire (Labastide) ; sur le contour de tête indéterminée, il est plutôt polygonal.

  • 13 Les isards de Labastide ont une commissure des lèvres marquée par un creusement.

158La bouche est l’élément le plus stable. Son tracé simple et linéaire présente peu de variantes. Les différences se rencontrent plutôt dans la profondeur, tantôt marquée, tantôt discrète. Il n’en est pas de même pour le crochet présent uniquement sur les têtes de chevaux13. Les bouches en crochet figurent sur les deux tiers des têtes de chevaux et leur répartition est pratiquement la même sur les grands sites : 68 % au Mas‑d’Azil, 65 % à Isturitz… (Buisson et al. 1996 : 337). « De tels éléments ont une variabilité qui est entièrement d’ordre graphique et dépend de la volonté du graveur. » (op. cit.)

159Les naseaux sont les éléments les plus diversifiés sur l’ensemble du corpus. On observe d’un côté ceux des d’isards, tous identiques et de forme angulaire, et de l’autre les arciformes, ponctiformes (chevaux) ou perforés (bison).

160Bien que certains caractères soient communs aux deux sites, les têtes d’isards et de bison se détachent techniquement du groupe des têtes de chevaux (Mas‑d’Azil, Labastide).

161Pour les isards de Labastide, l’artiste a manifestement cherché à produire un ensemble d’objets du même type : les similitudes entre les pièces en sont l’expression la plus directe. Par conséquent, cette détermination du graveur a inévitablement conditionné ses gestes et son comportement. La volonté d’obtenir des formes et des décors similaires a, d’une certaine manière, normalisé les gestes. L’enchaînement des gravures, leur sens d’exécution, ainsi que certaines superpositions, permettent de visualiser la position probable de l’objet dans la main du graveur. Que ce dernier ait été droitier ou gaucher, la réalisation des tracés dans un même sens sur les deux faces (de droite à gauche) a une double conséquence : d’une part, le contour n’a guère changé d’orientation au cours du travail sur une face ; d’autre part, la pièce a subi un pivotement (ce mouvement ayant pour axe la partie postérieure pour un droitier et la partie antérieure pour un gaucher) c’est‑à‑dire une inversion d’orientation lors du décor de la face opposée. Aucune autre hypothèse n’est compatible avec une telle constance dans le sens d’exécution des gravures (fig. 171).

FIG. 171 ‒ Sens d’exécution des gravures et position du contour découpé dans la main du graveur.

162La question de l’unicité ou de la multiplicité des mains dans la fabrication de cet ensemble de contours découpés n’est pas facile à aborder même lorsque l’analyse microscopique apporte une solide contribution à cette recherche. Par ailleurs, un empâtement à l’échelle microscopique des fonds de traits nous prive de toutes données concernant la partie active du silex ; la reconnaissance des « codes‑barres » et l’identification précise d’un (ou plusieurs) outil(s) n’ont pu être entreprises.

163Toutefois, les nombreuses informations collectées dans les différents domaines orientent les hypothèses. Les arguments en faveur de l’unicité (POUR) et ceux en sa défaveur (CONTRE) sont rassemblés dans le tableau xiii.

TABL. XIII ‒ Tableau récapitulatif des indices d’unicité de main pour la fabrication des isards de Labastide.

164La lecture de ce tableau montre que les arguments en faveur d’un seul auteur sont plus nombreux à tous les niveaux considérés, de celui du site à celui de l’analyse approfondie du trait. Les objections soulevées lors des observations microscopiques peuvent trouver une explication dans des oublis et/ou des négligences. Par contre, la mauvaise facture de certains tracés d’yeux constitue un argument négatif considérable. Dans l’hypothèse d’un graveur unique, on peut se demander comment la même main produit sur certaines pièces des contours oculaires précis, avec une économie de mouvements et sur d’autres, des à‑coups traduisant des gestes brusques ou plus laborieux. Un début de réponse se trouve dans la localisation de ces tracés saccadés : ils sont toujours observables dans la partie inférieure des contours oculaires. Cette situation plaide en faveur d’une défaillance individuelle récurrente dont la cause demeure énigmatique (esquillement ponctuel du silex, lassitude engendrée par des gestes trop répétitifs…?).

165En définitive, la majorité des critères réunis permet d’affirmer que les dix‑huit contours découpés de têtes d’isards de la grotte de Labastide ont été façonnés et gravés par un seul et même artiste.

166En ce qui concerne l’attribution de la tête de bison au lot des isards et donc à la même main, l’affirmation est moins péremptoire. Sur le tableau xiv on a tenté de regrouper les informations archéologiques et techniques permettant de comparer le contour découpé de bison à ceux des isards. Nous avons recherché les caractères communs aux deux espèces figurées. Les observations se sont orientées vers les yeux, le museau et la corne.

167L’examen des deux colonnes du tableau montre qu’il n’existe pas de critères discriminants ; en d’autres termes, de grandes différences apparaissent entre la figuration de bison et les isards. Cette hétérogénéité est perceptible à tous les niveaux de l’analyse mis à part, bien sûr, le contexte archéologique.

168Les seuls arguments intrinsèques favorables sont les deux premières étapes de la chaîne opératoire (le façonnage du contour de la tête, la découpe/mise en relief de la corne et le sens d’exécution des tracés [droite/gauche et haut/bas]) qui impliquent les mêmes mouvements de l’objet dans la main du graveur.

169À l’exception du sens d’exécution, les arguments pour l’intégration du bison au groupe des isards, et donc l’attribution de l’ensemble à une même main sont en définitive faibles et nous préférons les considérer comme des convergences.

TABL. XIV ‒ Tableau récapitulatif des points de comparaison avec les isards de Labastide.

170Des faits précédemment exposés (spécificité du support, unité graphique...), on peut également déduire que les dix‑huit têtes d’isards ont sans doute été produites « en série », c’est‑à‑dire dans une même unité de temps et de lieu. Cette situation implique, pour le graveur, des contraintes matérielles. La production en série demande, pour un certain confort de travail, une « logistique » préalable. L’artiste devra prévoir, outre le nombre nécessaire d’os bruts et d’outils, des provisions et un éclairage propice à son travail, auprès d’un foyer ou à la lumière du jour. La confection des contours découpés de la Labastide a donc été une action préparée et peut‑être conditionnée. La présence éventuelle de déchets de fabrication dans le contexte archéologique apporterait peut‑être des éléments de réponse.

5.5.6 Conclusion

171L’analyse microscopique sur les contours découpés a permis de définir sur des critères précis l’homogénéité techno‑stylistique des gravures que l’on ne fait que pressentir à l’œil nu. À l’échelle microscopique, les tracés présentent des différences morphologiques qui laissent entrevoir certaines anomalies dans les séquences gestuelles, même sur un ensemble d’objets présentant de fortes similitudes (les isards). Par ailleurs, il ne faut pas oublier que le but des graveurs reste l’aspect final ; ils ont exécuté ces têtes animales avec un schéma mental bien déterminé, que l’on retrouve dans l’enchaînement des gestes. C’est également ce caractère qui permet de reconnaître un même auteur, et sans doute une unité de temps pour les isards de Labastide et d’attribuer aux têtes de chevaux des mains et des séquences d’exécution distinctes.

Notes

1 Morin 884749 ; Laugerie‑Basse 38189 1369…

2 Abri Morin 884751.

3 Identification fondée sur nos connaissances et notre expérience (et leurs limites).

4 La Vache 83640, aurochs de Foix ; Morin 884749 ; Laugerie‑Basse 38189 1722 ; Fontarnaud…

5 Arancou, arrière‑train indéterminé, pendeloque au cerf ; Laugerie‑Basse 38189 1362 ; Morin 884747, 884767 ; La Vache 86797.

6 L’usage l’ayant consacré, nous conservons le terme générique de « contours découpés sur os hyoïde » ou, en abrégé, « contour découpé ».

7 Ce contour découpé inédit nous a été confié par M.R. Simonnet pour étude microscopique. Il n’a pas été découvert dans le diverticule.

8 Ordinairement, l’angle externe et interne de l’œil est dénommé « commissure », cette dernière indiquant le point de jonction des paupières inférieure et supérieure. Par convention, nous appellerons « caroncule » l’angle interne de l’œil (faisant référence à la caroncule lacrymale) et « ommissure » la partie externe (Buisson et al. 1996).

9 Les mesures de profondeur et de largeur ont été obtenues à l’aide d’un microscope optique Nikon équipé de différentes règles graduées en microns. Une simple conversion permet de passer du micron au millimètre.

10 Gravé après l’œil, ce tiret n’est donc pas une incision de guidage permettant d’amorcer la perforation.

11 À l’exception du bison (œil en cupule).

12 Cette forme oculaire se rencontre également à Labastide sur quelques représentations de bisons pariétaux ; toutefois, la commissure n’est pas indiquée (Simonnet 1996 : 347, fig. 2 et 349, fig. 3).

13 Les isards de Labastide ont une commissure des lèvres marquée par un creusement.

Table des illustrations

Légende FIG. 148 ‒ Micrographies des niveaux d’altération de la surface des os. 1, 2, état de surface de niveau 1. 3, 4, état de surface de niveau 2. 56, état de surface de niveau 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende TABL. VIII ‒ Les préparations de surface antérieures à la gravure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 149 ‒ Micrographies (abri Morin 884774). 1, traces de préparation avant gravure. 2, comparaison entre un état de surface vierge (à gauche) et la surface abrasée et préparée (à droite).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende FIG. 150 ‒ Micrographies montrant les préparations du contour. 1, traces de découpe de la queue de poisson sur le lissoir de Laugerie‑Basse (38189 1362). 2, sur la partie gauche du cliché, stries parallèles causées par la découpe de la lame osseuse (Fontarnaud).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende TABL. IX ‒ Répartition des éléments graphiques par espèce.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 151 ‒ Décomposition chronologique de la mise en place des éléments graphiques. Le contour de la tête, ou les bois, ou les cornes lorsqu’ils sont présents, est placé en premier, ensuite le dos ou le poitrail, puis les pattes avant, la ligne de ventre, les pattes arrière et enfin la queue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende TABL. X ‒ Récapitulatif chronologique de l’exécution des figures animales.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende TABL. XI ‒ Tableau récapitulatif des successions graphiques indiquant les alternances gestuelles reconnues (en grisé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 152a, têtes de bouquetins en vue frontale de La Vache ; b, formes indéterminées de Fontarnaud et de La Vache.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende TABL. XII ‒ Distribution des décors géométriques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende FIG. 153 ‒ Micrographies. 1, décor géométrique sur os d’oiseau (La Vache 86797). 2, assemblage géométrique complexe sur la pendeloque d’Arancou (AR 1). 3, détail du fuseau (La Vache 86803). 4, assemblage de traits (La Vache 83640) 5, assemblage de traits (Laugerie‑Basse 38189 1362).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende FIG. 154 ‒ Micrographies. 1, décor géométrique interne sur l’un des corps d’oiseau (Enlène, la « sauterelle »). 2, décor géométrique en « croix » (Laugerie‑Basse 38189 1362). 3, les ponctiformes sur la lame d’os d’Arancou (AR 3). 4, les impacts triangulaires (Arancou AR 3). 56, vue d’ensemble et détail du décor interne des bouquetins en vue frontale (La Vache 83374).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende FIG. 155a, dessin d’un os hyoïde complet ; b, en grisé, les silhouettes de deux os hyoïdes (en haut, de cheval ; en bas, de bovine) sur lesquels est inscrit un profil de contour découpé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 156 ‒ Relevé des contours découpés de Labastide (G. Simonnet) : nos 1 à 18, isards ; no 19, bison ; no 20, cheval.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 794k
Légende FIG. 157 ‒ Plan de la grotte de Labastide. Situation des gisements de la plate‑forme et localisation de la chatière où furent découverts les contours découpés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 158a, relevé des contours découpés du Mas‑d’Azil, b, la tête de cheval de Labastlde.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 159a, tête d’isard actuel ; b, emplacement des éléments graphiques sur un contour découpé de tête d’isard.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 160a, graphique illustrant les dimensions des objets façonnés ; b, localisation des mesures prises sur les objets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 161 ‒ Construction de l’œil d’un contour découpé sur la base de trois éléments géométriques, schématisant les particularités anatomiques du vivant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende FIG. 162 ‒ Graphique représentant les différentes formes de caroncules et de commissures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 163 ‒ Graphique illustrant les successions chronologiques des commissures et caroncules.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 164 ‒ Micrographies. 1, la commissure est postérieure au contour de l’œil (3,137/A). 2, séquences gestuelles alternées : gravure de l’arrondi de l’œil (1), mise en place de la caroncule (2) et derniers passages d’approfondissement (3). 3, œil en profil droit du contour découpé 14.152. 4, œil en profil gauche du contour découpé 14.152. 56, détail et schéma de la micrographie 4 présentant un repentir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Fig. 165 ‒ Schémas technologiques de quelques yeux de contours découpés de têtes d’isards (A : profil droit ; B : profil gauche).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Fig. 166 ‒ Micrographies. 1, bouche avec la marque de la commissure des lèvres. 2, un naseau et son contour. 3, tracé d’une bande longiligne avec un bord de trait abrupt et, à l’opposé, un méplat très large. 4, la perforation est postérieure à la bande qui longe la ganache. 5, superposition de la bande qui longe le chanfrein et du contour du naseau ; la bande est postérieure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Légende FIG. 167 ‒ Relevé du bison de Labastide.
Crédits Dessin C. Fritz, d’après D. Buisson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 168 ‒ Micrographies du bison : 1, la bouche et le creusement de la commissure des lèvres ; 2, perforation du naseau et tracés du contour ; 3, perforation de l’œil droit.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende FIG. 169 ‒ Relevés technologiques des yeux des têtes de chevaux (a : profil droit ; b : profil gauche) et, en bas, de l’animal indéterminé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 170 ‒ Micrographies : 1, bouche du contour découpé 709 du Mas‑d’Azil ; 2, bouche du cheval de Labastide ; 3, naseaux du cheval 710 ; 4, naseaux du cheval 709.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende FIG. 171 ‒ Sens d’exécution des gravures et position du contour découpé dans la main du graveur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende TABL. XIII ‒ Tableau récapitulatif des indices d’unicité de main pour la fabrication des isards de Labastide.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Légende TABL. XIV ‒ Tableau récapitulatif des points de comparaison avec les isards de Labastide.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45430/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search