Version classiqueVersion mobile

La gravure dans l’art mobilier magdalénien

 | 
Carole Fritz

Chapitre 4. Les analyses microscopiques

Résumé

L’ensemble des résultats décrits dans le chapitre s’appuie sur un premier niveau de confrontation des observations microscopiques qui fait ressortir des généralités. Ainsi, l’analyse des figures animales montre qu’il existe un schéma dans la construction formelle fondé sur deux concepts complémentaires : le contour qui limite la figure et les attributs internes qui la précisent. Ces éléments graphiques sont segmentés et mis en place selon un processus partagé par l’ensemble des groupes magdaléniens du Sud‑Ouest de la France. Le contour est placé en premier lieu, de la tête vers l’arrière train, tandis que les attributs internes sont incisés en commençant par les organes sensoriels et en poursuivant par les indications de pelage. On remarque des différences de traitement entre ces deux catégories : les premiers sont toujours plus profondément gravés ; le statut complémentaire des seconds conduit à l’exécution d’incisions superficielles et moins lisibles.

Ces observations sont également applicables aux décors géométriques en fonction de leur position à la fois sur le support et sur l’animal : ils sont traités comme attributs internes s’ils sont superposés ou intégrés aux animaux, et comme contours autonomes lorsqu’ils sont placés à l’extérieur des silhouettes.

Dans le domaine technique, on n’observe aucune distinction entre décor figuratif et géométrique ; ils sont traités et doivent donc être considérés en termes équivalents.

En accord avec le contexte archéologique de découverte, l’analyse particulière des contours découpés de Labastide a permis de déduire que les dix‑huit têtes d’isards furent produites « en série », c’est‑à‑dire dans une même unité de temps et de lieu. Au contraire, les spécimens provenant du Mas‑d’Azil montrent des mains différentes mais le recours à des conventions plus largement répandues dans la culture magdalénienne.

Texte intégral

1Pour la présentation des analyses, les pièces ont été regroupées par site.
Les gisements se succèdent selon un classement alphabétique.

4.1 Arancou (Pyrénées‑Atlantiques)

2La grotte d’Arancou se situe dans le Pays Basque, à une dizaine de kilomètres au sud des gisements de Sorde‑l’Abbaye. Elle fut découverte en 1986 par J. Blancant. Cette petite cavité est constituée par une galerie de deux à trois mètres de largeur maximale, comblée vers le fond jusqu’à cinquante centimètres de la voûte, et débouchant sur une salle de cinq mètres de long (Chauchat 1991). Cette grotte a subi d’importantes fouilles clandestines. En 1986, une première campagne de sauvetage est organisée ; les années suivantes, C. Chauchat dirige les opérations de tamisage des déblais et de prospection de la zone karstique. L’examen du matériel permet une attribution des vestiges au Magdalénien. Deux phases au moins sont représentées : un Magdalénien supérieur, attesté par des harpons à deux rangs de barbelures, et un stade plus ancien auquel correspondent des sagaies à base fourchue et des baguettes à décor spiralé (Roussot 1996a : 92).

3Au moment où nous rédigeons ces lignes, un article collectif reprenant l’ensemble des données du site d’Arancou est en préparation (Chauchat à paraître). Il constituera la publication de référence du gisement plus particulièrement en ce qui concerne l’art mobilier. Afin de permettre au lecteur d’établir une correspondance entre les deux publications, nous indiquons entre parenthèses le numéro attribué à l’objet dans la monographie future.

4.1.1 Pendeloque à bélière avec cerf et décor géométrique

4Réf. dans l’ouvrage : AR 1.
Chauchat à paraître, no 20.
L : 13,6 cm ; l : de 0,5 à 2 cm ; ép. : 0,3 cm.

Description

5Cette pendeloque à bélière (fig. 22), façonnée sur une moitié de côte fendue en épaisseur, présente un décor associant des thèmes géométriques à une représentation de cerf en profil gauche. C’est sur la partie proximale, de forme losangique, que se situe la perforation. Les bords de l’objet sont festonnés et soulignés par un tracé linéaire continu qui n’apparaît pas sur la partie distale ; on peut imaginer qu’il était limité à la moitié proximale de la pendeloque.

FIG. 22 ‒ Arancou (AR 1) : pendeloque à bélière ; cerf et décor géométrique.

6Les fractures ont largement endommagé l’animal : la partie antérieure (sauf une infime partie du museau) et les membres postérieurs font défaut. Seuls le poitrail, les membres antérieurs, la ligne de ventre, le fourreau pénien et la ligne dorsale sont encore présents. Les pattes antérieures sont figurées en perspective, l’une en extension et l’autre légèrement pliée ; cette attitude donne à l’animal une allure dynamique. L’intérieur du corps porte un remplissage de longs traits parallèles figurant le pelage (fig. 23).

FIG. 23 ‒ Arancou (AR 1) : montage de micrographies (corps du cerf).

7Le décor géométrique complexe, principalement situé sur la moitié droite de l’objet, ne peut être décrit qu’en bénéficiant des informations fournies par l’observation microscopique.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 24)

● Le cerf

8Le museau : le fragment de chanfrein observable permet d’identifier cinq BFT. Nous pouvons donc noter que le chanfrein est réalisé de droite à gauche, avec au moins cinq passages d’outil. L’arrondi du museau est peu marqué, les tracés sont exécutés par à‑coups ; la ganache, faite de droite à gauche, présente quatre BFT.

FIG. 24 ‒ Arancou (AR 1) : localisation des micrographies.

Dessins A. Roussot

9La ligne dorsale est réalisée de droite à gauche avec six passages différents, déterminables grâce aux bourrelets de bords de traits, ici bien visibles au niveau de la croupe (fig. 25no 1).

10Le poitrail est également exécuté de droite à gauche et laisse percevoir cinq ATT distinctes. Son tracé est indépendant de la ligne ventrale et est élaboré par à‑coups successifs (fig. 25no 2).

FIG. 25 ‒ Arancou (AR 1) : micrographies du corps du cerf (1 à 5) et du décor géométrique (6).
1, vue rapprochée de la ligne dorsale ; on observe ici trois bourrelets décalés.
2, poitrail et membres antérieurs ; on remarque des traces de préparation sous‑jacente (longues stries horizontales).
3, ligne de ventre et fourreau pénien ; à droite du fourreau, les traces sont exécutées par à‑coups ; à gauche, le trait est plus linéaire.
4, détail des attaques de trait de la ligne du ventre.
5, le pelage est exécuté de haut en bas ; les accumulations de butées de fin de trait donnent le relief.
6, les impacts ponctiformes situés près de la perforation sont réalisés par à‑coups de droite à gauche.

11Les membres antérieurs sont obtenus sur le même modèle, avec quatre passages d’outil (quelques‑uns sont décalés) dans chaque trait, avec un mouvement de bas en haut (fig. 25, no 2).

12La ligne ventrale débute aux membres postérieurs et se déroule vers l’avant de l’animal. Elle se décompose en deux parties : avant et après le fourreau pénien. Du membre postérieur au fourreau, on peut compter au moins quatre ATT. Les tracés sont exécutés par à‑coups, avec quelques traits qui dérapent vers le bas. Toutefois, au niveau du fourreau, on peut en distinguer au moins six BFT « emboîtées ». Le nombre de passages à retenir est donc de six. Après le fourreau, le tracé devient plus linéaire, mais dans la continuité des gravures précédentes. Le fourreau est exécuté du haut vers le bas avec quatre passages légèrement décalés (fig. 25, nos 34).

13La cuisse et le membre postérieur sont endommagés par la fracture de l’objet : on identifie principalement la cuisse et, sur l’avant, le second membre en perspective réalisé de bas en haut. Le nombre de passages d’outil n’est pas répertorié.

14Le pelage est exécuté de haut en bas, avec une circulation de la main allant de gauche à droite. Chaque trait présente deux à trois passages d’outil et des reprises successives en milieu de course ; les ultimes gestes se sont arrêtés dans la partie inférieure du corps. Ce sont les accumulations de BFT à la base du pelage qui donnent du relief à l’animal (fig. 25, no 5).

Le décor géométrique

● Décor entre la bélière et le cerf

15Il se décompose en deux types d’éléments. Au plus près de la perforation, huit impacts plutôt ponctifomes. Ils sont réalisés par des à‑coups de droite à gauche, les sorties d’outil sont assez longues et mal contrôlées. En progressant vers la droite, à la suite de cette série d’impacts, on observe une forme difficilement déterminable : elle est plutôt longiligne avec dans sa partie supérieure un creusement réalisé de droite à gauche et de haut en bas par cinq à six passages (fig. 26no 1).

16À la base de ce creusement, on remarque un ensemble de courts tracés exécutés de droite à gauche par des à‑coups répétitifs et jointifs entre eux (une vingtaine). En dessous, deux types de tracés : le premier souligne les motifs supérieurs, il est gravé de droite à gauche avec trois à quatre passages. Le second lui est perpendiculaire, exécuté de bas en haut et on décompte au moins cinq passages.

17L’observation de cet ensemble de tracés montre une organisation complexe et très dense qu’il est aujourd’hui délicat d’interpréter ; A. Roussot suggère un oiseau ou un insecte (Roussot 1996a : 95). Nous préférons considérer ce motif comme géométrique en l’absence de référence figurative claire.

FIG. 26 ‒ Arancou (AR 1) : micrographies du décor géométrique : 1, forme difficilement interprétable, réalisée de droite à gauche par des à‑coups secs, les BFT donnant le relief ; 2, à l’arrière du cerf, on voit bien les trois séries de tracés (alignés de haut en bas sur le cliché).

● Décor géométrique derrière le cerf

18L’ensemble est énigmatique, bien qu’il paraisse structuré. Dans la partie supérieure, on distingue une série d’impacts ovalaires, réalisés de droite à gauche, avec un ou deux passages. Directement en dessous, on observe deux motifs différents organisés dans la longueur de l’objet : au plus près du cerf, des tracés horizontaux formant des losanges dans lesquels on retrouve des impacts analogues aux précédents. Sur la majorité de l’espace restant, des traits courts légèrement obliques serrés les uns contre les autres, exécutés de droite à gauche avec deux passages. Le relief de cet ensemble est donné par l’aspect compact et la succession rapprochée des BFT.

19Dans la partie inférieure, se succèdent en cadence des traits larges et courts, réalisés de haut en bas par deux à trois passages très marqués (fig. 26no 2).

Les sections des tracés

20Les gravures présentent des sections en V dissymétrique ou à fond plat suivant l’orientation de l’angle de travail. Le cerf offre plutôt des sections en V dissymétrique, plus ou moins large, en fonction du nombre de passages de l’outil dans un même trait et de son inclinaison latérale. La diversité de sections, depuis le fond plat au V dissymétrique, se rencontre essentiellement sur le décor non figuratif.

Chronologie des gravures

Le cerf

21Pour la tête : le chanfrein est gravé en premier, puis le museau et enfin le menton ; les éléments secondaires, naseau et bouche, sont mis en place après le contour.

22Pour le corps : la construction générale de l’animal est rendue complexe par la présence de séquences gestuelles alternées.

23Au premier regard, il semblerait que le poitrail soit le premier élément mis en place. Toutefois, la patte avant droite lui est antérieure (ainsi qu’à la ligne de ventre) alors que le membre gauche lui est postérieur. Le fourreau pénien est gravé avant la ligne de ventre, qui elle‑même succède aux pattes arrière. La ligne dorsale ne se raccordant avec aucun élément en raison des fractures, nous ne pouvons la placer chronologiquement. Les tracés de pelage sont postérieurs au contour.

24Il est donc possible de reconstituer la chronologie de la construction progressive de l’image du cerf comme suit :

1

poitrail

2

patte antérieure droite

3

poitrail

4

patte antérieure gauche

5

ventre

6

fourreau pénien

7

ventre

8

pattes arrière

1 à 9

dos

10 (suite)

pelage

Le décor géométrique

25L’ensemble du décor est réalisé du haut vers le bas de la pièce, avec une progression de la main de droite à gauche.

Chronologie générale de l’objet

26La mise en forme du contour de la pendeloque précède tout décor. Grâce aux sorties d’outil incontrôlées, nous savons que le décor géométrique entre la bélière et le cerf est placé en premier, puis le cerf et enfin l’ensemble non figuratif situé derrière l’animal.

27D’après quelques superpositions ponctuelles, le soulignement des crans du contour, et donc de « l’encadrement » du décor central, semble postérieur à l’ensemble. La perforation est également façonnée avant ce cadrage, mais ne peut être replacée en fonction du reste.

1

mise en forme

2

décor géométrique devant le cerf

3

cerf

4

décor géométrique derrière le cerf

1 à 5

perforation

6

contour souligné

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

28Des broutages indiquent une mauvaise inclinaison de la partie active à la surface de l’os, et donc un contrôle malaisé de l’outil. Cette caractéristique est mise en évidence par les sorties d’outil après les BFT. L’artiste ne contrôle pas l’arrêt de son geste ; en conséquence, l’incision se poursuit, beaucoup plus superficielle, bien après le tracé profond de la figure. Bien que le dessin soit habile, le manque de maîtrise des gestes domine l’impression d’ensemble.

29L’objet est fragmentaire et on ne peut estimer sa longueur avec précision ; cependant, il semble que le cerf soit la figure centrale. L’auteur le pose en appui sur le bord inférieur, en position de marche, sur un sol virtuel.

30Le décor géométrique est techniquement très élaboré, il est en étroite association avec l’animal. L’espace consacré aux thèmes respectifs (figuratif et abstrait) est bien équilibré.

4.1.2 Fragment de côte avec bison

31Réf. dans l’ouvrage : AR 2.
Chauchat à paraître, no 22.
L : 5,6 cm ; l : de 1,3 à 2,7 cm ; ép. : de 0,2 à 0,3 cm.

Description

32On observe sur ce fragment de côte un bison à l’arrêt en profil gauche occupant toute la surface de l’objet (fig. 27 et 28). La fracture de la partie supérieure a endommagé la ligne dorsale et une partie du chanfrein de l’animal. Malgré cette lacune, on perçoit l’amorce de la corne et la tête entière, avec l’œil, l’oreille, le museau et la ganache. Cet ensemble se poursuit par le poitrail et les membres antérieurs en perspective. Sur la patte gauche, la saillie de l’épaule est très accentuée. La ligne ventrale conduit à la partie postérieure de l’animal, dont les membres ne sont qu’esquissés. Cette partie postérieure possède la particularité d’être partiellement découpée ; en effet, la croupe du bison épouse parfaitement le bord émoussé de l’objet. L’avant‑train de l’animal est entièrement couvert de tracés rectilignes ou légèrement courbes qui évoquent un pelage abondant.

FIG. 27 ‒ Arancou (AR 2) : fragment de côte ; bison.

FIG. 28 ‒ Arancou (AR 2) : montage de micrographies (tête du bison).

33Le volume suggéré ainsi que le développement massif de l’avant‑train nous incitent à interpréter cette figuration comme celle d’un bison mâle.

Analyses technologiques

La figuration (fig. 29)

● Le bison

34La ligne cervicale est réalisée de droite à gauche, avec cinq passages d’outil.

35La corne est exécutée de bas en haut, mais trop incomplète pour préciser le nombre de passages dans chaque tracé.

FIG. 29 ‒ Arancou (AR 2) : localisation des micrographies.

Dessins A. Roussot

36Le chanfrein est gravé du haut vers le bas. Les différents passages d’outil peuvent être détectés grâce à la présence de bourrelets latéraux : cinq sont parfaitement lisibles.

37L’oreille est faite en deux temps à l’aide de tracés à la fois profonds et superficiels (fig. 30no 2). Elle est exécutée de droite à gauche avec trois passages. Les différents parcours de l’outil sont souvent décalés, les gravures inférieures étant réalisées après celles de la partie supérieure. L’incision médiane est postérieure au contour.

FIG. 30 ‒ Arancou (AR 2) : micrographies du bison.
1, état de conservation de surface de niveau 1.
2, l’oreille est exécutée de droite à gauche, les tracés inférieurs étant réalisés après ceux de la partie supérieure.
3, l’œil est ovalaire et construit par de petits tracés successifs, de droite à gauche.
4, traces d’outil (CB) repérables dans les gravures du chanfrein.
5, vue de l’épaule et des membres antérieurs.
6, détail du raccord entre le membre antérieur et le trait d’épaule ; cette liaison est exécutée avec cinq traits courts partant de la patte droite et remontant vers l’épaule.

38De forme ovalaire, l’œil est construit par de petits tracés successifs exécutés de droite à gauche ; les incisions inférieures étant distinctes des supérieures (fig. 30no 3). On compte entre deux et trois passages d’outil. L’ensemble est surligné d’un arc (exécuté sur le même principe) dont les tracés s’arrêtent à hauteur du chanfrein.

39L’élaboration du museau est complexe. La partie supérieure est formée par les BFT (six au moins) des premiers tracés du chanfrein. L’ensemble inférieur est exécuté avec six passages de droite à gauche, réalisés en deux séries de trois (fig. 30no 4). Le contour interne est gravé du haut vers le bas avec deux ATT différentes, les BFT ne sont plus lisibles. Quelques tracés ont par la suite été ajoutés pour marquer l’intérieur du museau.

40L’arc mandibulaire et la ganache sont réalisés dans un même geste, du haut vers la gauche, avec trois passages. À l’œil, le résultat final semble plus compliqué en raison des BFT du poitrail qui viennent brouiller la lisibilité des tracés.

41La gorge est figurée par deux traits courts. Ces tracés sont exécutés de bas en haut avec deux passages pour le tracé de gauche et trois pour celui de droite. À l’œil nu, seul le trait droit est lisible. L’observation microscopique laisse supposer un repentir en cours de réalisation et donc un déplacement de la gorge de l’animal, par rapport à la tête, le tracé de gauche marquant la première version.

42Le poitrail est réalisé à l’aide de traits courts, serrés et bien appuyés suggérant ainsi la toison fournie de l’animal ; ce sont les accumulations de BFT qui accusent le relief (fig. 31no 1).

FIG. 31 ‒ Arancou (AR 2) : micrographies du bison.
1, le poitrail est réalisé avec des tracés courts et serrés ; ce sont les BFT qui accusent le relief.
2, la ligne de ventre est gravée de droite à gauche et est antérieure aux tracés du pelage, fortement marqués à cet endroit.
3, le pelage associe très étroitement des gravures fines et profondes ; sur ce cliché, on voit les incisions à l’intérieur du corps.
4, la partie supérieure du museau est formée par les BFT (environ six) des tracés du chanfrein ; l’ensemble inférieur est exécuté avec six passages de droite à gauche.
5, le schéma décompose les différents ensembles de traits.

43Les membres antérieurs et le trait d’épaule : les pattes antérieures sont exécutées du bas vers le haut, excepté le bord droit du membre gauche qui présente deux sens d’exécution : haut/bas pour la partie supérieure sous‑jacente, et bas/haut pour les tracés les plus récents. Ils sont réalisés avec de multiples passages décalés. Pour chaque membre, on en compte de six à huit (fig. 30nos 56).

44Un premier mouvement, de bas en haut, dessine l’arrondi du trait d’épaule ; ensuite, le graveur raccorde les membres à l’épaule avec cinq tracés courts au départ de la patte droite en remontant vers l’arrondi, un peu trop décalés vers la gauche.

45La ligne de ventre est réalisée de droite à gauche avec quatre à cinq passages d’outil. Il est assez difficile de décompter les ATT ou les BFT car les tracés du pelage gênent la lecture (fig. 31no 2).

46Le pelage est exécuté du haut vers le bas pour les gravures verticales, et de droite à gauche pour les tracés plus obliques : la dynamique reste donc identique. Diverses formes sont visibles : tracés légers (un ou deux passages) et/ou profonds (trois à quatre passages) (fig. 31no 3).

47Les gravures profondes sont systématiquement associées aux contours de l’animal (barbe, poitrail, ligne de ventre), les plus légères forment le pelage à l’intérieur du corps.

Les sections des tracés

48Elles sont très variables, du V dissymétrique au U à fond plat. Le chanfrein présente deux types de section : sur la zone précédant la fracture, le tracé est en V dissymétrique ; après la cassure, les tracés sont à fond plat. Sans aucun doute, un pivotement d’outil est intervenu entre temps. Une modification analogue est perceptible sur le museau et sur les différents tracés du pelage.

Chronologie des gravures

49La tête est placée en premier : d’abord les cornes, puis l’oreille, mais il est impossible de préciser l’ordre d’exécution des détails suivants, à l’exception de l’arc mandibulaire, qui est postérieur à la ganache. La ligne dorsale est gravée après ces premiers éléments.

50Nous savons que le museau est réalisé après le chanfrein ; néanmoins, un ultime approfondissement de ce dernier est encore intervenu.

51L’œil et l’arc qui le surligne ne peuvent pas être replacés chronologiquement. Toutefois, d’après leur position, on suppose que l’œil est gravé avant l’arc, et que cet ensemble est gravé après le contour de la tête.

52Le poitrail est gravé après l’arc mandibulaire et la ganache. En l’absence d’intersection, nous ne pouvons que supposer l’exécution du poitrail, des membres antérieurs et du ventre dans cet ordre, comme on a déjà pu le remarquer sur d’autres objets (Arancou, biche aux poissons AR 3, pendeloque au cerf AR 1).

53Le pelage est gravé après le contour du bison et la marque d’épaule en fin de réalisation, comme une dernière touche.

1

cornes

2

oreille

3

arc et ganache

3 et 5

chanfrein

4

museau

5

œil et arc

5

dos

5

poitrail

5

pattes avant

5

ventre

6

pelage

7

épaule

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

54Aucun accident n’est visible, mis à part quelques broutages. Ils sont dus à une mauvaise inclinaison de l’outil. Leur nombre étant restreint, nous pouvons supposer que l’exiguïté du support, plutôt qu’une réelle maladresse du graveur, est à mettre en cause.

55L’artiste a utilisé la totalité du support pour inscrire son bison miniature. L’examen des tracés nous indique une volonté de creuser les contours de l’animal, malgré la petitesse de l’objet. Bien qu’une légère confusion soit perceptible dans le graphisme très chargé, on note que la disposition équilibrée des traits profonds et superficiels crée une lecture en volume de l’animal. Les tirets bien appuyés et situés sur le profil renforcent la silhouette, alors que les traits de pelage plus légers sur le corps animent la surface tout en restant discrets. En réalité, c’est le jeu de l’ombre et de la lumière sur les bords des tracés, qui produit l’impression de massivité. L’exemple le plus démonstratif est fourni par la limite entre fanon et encolure ; la ligne qui semble les départager n’est qu’une accumulation de matière des BFT formant un bourrelet continu.

4.1.3 Lissoir avec cervidé, poissons et décor géométrique

56Réf. dans l’ouvrage : AR 3
Chauchat à paraître, no 18.
L : 3,9 cm ; l : de 0,3 à 1 cm ; ép. : 0,1 cm.

Description

57Ce petit fragment de côte est entièrement façonné en forme de lame de canif et brisé à la partie proximale. On observe un animal à queue courte, en profil gauche, dont l’allure générale évoque le cerf élaphe. L’absence de fanon et de bois indique une biche ou un jeune. Le cervidé est entouré de trois poissons en profil droit (fig. 32 et 34). Un décor géométrique, composé de points, de longs traits, d’impacts triangulaires est réparti sur l’ensemble de la surface.

FIG. 32 ‒ Arancou (AR 3) : fragment de côte ; cervidé (biche), poissons et décor géométrique.

58Le cervidé est principalement exprimé par son contour. Malgré une position dynamique, l’animal semble figé, la tête et les membres sont tendus. Le corps est couvert d’un remplissage évoquant le pelage.

  • 1 Sachant que la distinction, dans la nature, entre les deux est souvent difficile à faire « quand on (...)

59Les poissons sont aussi représentés par leur contour. Leur physionomie (ligne de dos plane ou légèrement convexe, ventre arrondi, nageoire caudale triangulaire) et surtout la présence d’une nageoire adipeuse permettent d’identifier des salmonidés, saumons ou truites1. Le remplissage des corps au‑dessus de la ligne latérale peut illustrer des taches colorées.

60Le décor géométrique se cantonne autour du cervidé, il semble occuper les espaces vides.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 33 et 34)

● Le cervidé

61La tête est triangulaire et assez sommaire, exprimée par le seul contour. Le chanfrein est exécuté de droite à gauche avec quatre passages d’outil. La ganache est faite sur le même modèle, avec un nombre de reprises plus élevé : au total, on compte neuf passages pour six tracés différents.

FIG. 33 ‒ Arancou (AR 3) : localisation des micrographies.

FIG. 34 ‒ Arancou (AR 3) : montage de micrographies.

62Le museau est construit par les BFT du chanfrein et de la ganache, mais ne possède aucun tracé propre.

63Les oreilles sont réalisées de haut en bas, sans qu’on puisse déterminer les passages.

64La ligne cervico‑dorsale est réalisée par de nombreux passages droite/gauche (onze) et en deux sections : l’approfondissement du dos est indépendant de la partie cervicale.

65L’un des passages de la ligne cervicale a très largement débordé sur la partie supérieure de la gravure finale : nous observons ici un dérapage d’outil caractéristique.

66Le poitrail débute par le membre antérieur et remonte vers la tête de l’animal avec trois à quatre passages. Au‑dessus du tracé définitif, on observe des traits superficiels qui se confondent avec le remplissage du cou. Ces gravures fines correspondent à la mise en place du poitrail, certains se terminent au niveau de la tête. Le remplissage du cou est gravé dans une phase suivante.

67Les membres antérieurs sont gravés de haut en bas, approfondis en trois passages.

68La ligne de ventre et le membre postérieur : le tracé de la patte arrière est double ; celui de droite est exécuté du bas vers le haut, avec deux passages très nettement décalés tandis que celui de gauche est réalisé sur le même modèle, mais se prolonge par la ligne ventrale. L’ensemble est exécuté dans une continuité de gestes. Les tracés du membre comportent quatre passages d’outil (quatre ATT et quatre BFT), ceux de la ligne ventrale, cinq à sept (BFT). On perçoit au milieu du ventre des reprises, sans doute destinées à son approfondissement, bien distinctes des gravures du membre postérieur (fig. 36, nos 5 et 6).

69La queue est construite à l’aide de quatre tracés exécutés par à‑coups successifs, de droite à gauche dans un mouvement de haut en bas. Les passages d’outil dans les traits varient de deux à trois.

70Remplissage du corps : les tracés courts horizontaux sont exécutés de droite à gauche par un mouvement de la main en sens inverse (de gauche à droite). Les tracés du cou sont moins marqués que ceux du ventre.

● Les poissons

71Ils seront décrits de gauche à droite et numérotés dans le même sens P 1, P 2 et P 3.

72P 1
Il est situé à l’extrémité gauche de l’objet et fait face au cervidé. Il est construit par à‑coups et tracés multiples et successifs. La nageoire anale n’est pas très lisible, réduite à une légère angulation dans le contour (trait court avec deux BFT). Les autres nageoires sont bien marquées, individualisées (dorsale et ventrale) ou simplement indiquées (adipeuse et pectorale). Les tracés de la queue triangulaire sont moins appuyés que le reste du poisson (fig. 35nos 13).
Le sens d’exécution des gravures, pour l’ensemble de l’animal, est de droite à gauche. Les contours sont bien marqués et on compte de quatre à six passages d’outil par tracé.

73P2
Placé sous la tête du cervidé, il est construit sur le même modèle que P 1, mais privé de la queue. Il est exécuté de droite à gauche, également par des tracés multiples. On compte de quatre à neuf passages par à‑coups. Ici, les nageoires ne sont pas individualisées, mais sommairement insérées dans le contour de l’animal, et restent difficilement déterminables (fig. 35no 2).

74P 3
Cadré entre le dos du cervidé et le bord supérieur, il présente des tracés plus fluides, moins saccadés que les deux autres. Il est entièrement exécuté de droite à gauche, sauf le profil vertical de la queue gravé du bas vers le haut. Comme pour les autres poissons, on compte entre quatre et six passages dans chaque tracé.

FIG. 35 ‒ Arancou (AR 3) : micrographies des poissons (1 à 4) et des décors géométriques (5 et 6),
1, vue de la tête du poisson P 1, on remarque de nombreux broutages en fond de trait.
2, attaques de traits des tracés de la tête du poisson P 2 ; les broutages (indiqués par les flèches) sont lisibles dès l’amorce du trait.
3, les gravures de la queue du poisson P 1 sont moins appuyées que celles du reste de l’animal (hypothèse du dessin préparatoire).
4, le remplissage du corps du poisson P 3 est postérieur aux contours de l’animal (la flèche indiquant la superposition).
5, les ponctiformes sont réalisés par à‑coups secs de droite à gauche (les flèches indiquent le sens d’exécution).
6, les à‑coups provoquent des soulèvements de copeaux d’os plus ou moins importants suivant la puissance du geste (le copeau est indiqué par la flèche).

Le décor géométrique

75Les ponctiformes au‑dessus de P 1 sont réalisés par des à‑coups secs de droite à gauche, avec un ou deux passages. Il n’y a pas d’impact ou d’enlèvement de matière. Les à‑coups ont provoqué des soulèvements de copeaux d’os, plus ou moins importants suivant la puissance du geste et le nombre de passages (fig. 35, nos 56).

76Impacts triangulaires sous le ventre du cervidé : ces tracés géométriques sont pratiquement tous similaires. Ils sont réalisés de droite à gauche : l’auteur utilise la pointe de l’outil qu’il fait légèrement pivoter pour obtenir une base plus large. Un seul passage bien appuyé est suffisant (fig. 36no 1).

77La ligne de sol sous le cervidé est exécutée de droite à gauche avec cinq passages d’outil.

78Les longs traits derrière le cervidé sont tous réalisés de droite à gauche avec deux passages pour chacun (fig. 36no 2).

FIG. 36 ‒ Arancou (AR 3) : micrographies du décor géométrique (1 et 2) et de la biche (4 à 6).
1, impact triangulaire sous le ventre de la biche ; la pointe de l’outil a légèrement pivoté pour obtenir une base plus large (de droite à gauche).
2, longs traits derrière le cervidé, gravés avec deux passages d’outil.
3, accrochage de l’outil dans la ligne du ventre.
4, le décor gravé est postérieur à la mise en forme du support ; les oreilles du cervidé entament le bord façonné.
5, alternances gestuelles dans la réalisation du poitrail, des membres antérieurs et de la ligne du ventre.
6, schéma de lecture de la micrographie no 5.

Les sections des tracés

79Les sections de trait sur un même animal varient du V dissymétrique au tracé à fond plat, selon les mouvements de la main tout au long du parcours de l’outil. Les largeurs et les profondeurs sont également très fluctuantes.

80Pour les poissons, on remarque que les à‑plats d’outil sur les contours sont toujours orientés vers l’extérieur de l’animal. Les sens d’exécution des traits étant identiques pour le dos et le ventre, on en déduit que l’auteur a retourné sa pièce entre l’incision du dos et celle du ventre ; en effet, si l’objet n’avait pas changé de position dans la main du graveur, nous observerions aujourd’hui une alternance des à‑plats (tantôt sur le bord interne du trait, tantôt sur l’externe).

Chronologie des gravures

Le cervidé

81L’ensemble de la tête est antérieur à la ligne cervicale et au poitrail. Le graveur a commencé par le chanfrein, puis a poursuivi en plaçant la ganache et les oreilles. Poitrail, membre antérieur et ligne de ventre : la situation est assez complexe car les éléments furent réalisés en alternance. D’abord une mise en place poitrail/patte/ligne de ventre, puis un approfondissement de la ligne de ventre, du membre antérieur, et enfin les tracés définitifs du poitrail et de la ligne de ventre. En conclusion, on peut considérer que, dans l’intention, le ventre et le poitrail sont globalement postérieurs à la patte avant.

82La ligne cervico‑dorsale : elle est réalisée en un premier temps, d’un seul et même geste. Par la suite, la ligne dorsale est approfondie. La queue est postérieure à la ligne de dos.

83Comme il semble logique, le remplissage du cervidé est postérieur aux contours.

1

tête

2

cervicale

2

poitrail

3

membre antérieur

4

ventre

4

membre postérieur

3 ou 4

ligne dorsale

5

queue

6

pelage

Les poissons

84Ils sont tous construits selon le même schéma, en commençant par les tracés supérieurs. La main du graveur se déplace ensuite de l’avant du poisson vers l’arrière. Quand elles sont individualisées, les nageoires sont postérieures aux contours de l’animal, ainsi que le remplissage du corps (fig. 35no 4).

1

partie supérieure

2

partie inférieure

3

nageoires

4

remplissage

85D’après les séquences gestuelles (notamment celles des poissons), nous pouvons remarquer que cet objet est l’œuvre d’un seul et même individu. Le cervidé est l’élément dominant auquel s’ajoutent des figures complémentaires, les poissons. Nous observons que P 3 est placé après le cervidé et que P 2 est postérieur à P 1. Le décor géométrique est postérieur aux animaux.

86Nous pouvons donc proposer comme chronologie de composition :

1

mise en forme du lissoir

2

biche

3

poisson 1

3

poisson 3

4

poisson 2

5

décor non figuratif

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

87Quand les gravures ne sont pas trop approfondies, on observe un accrochage d’outil (biche) et des broutages en fond de trait et plus particulièrement sur les trois poissons (fig. 35no 2 et fig. 36no 3). Ces problèmes sont dus à une mauvaise inclinaison d’outil difficilement manipulable sur un objet de si petites dimensions. La maîtrise technique de l’auteur n’est aucunement mise en question, contrairement à d’autres pièces d’Arancou (par exemple la « pendeloque au cerf » AR 1). Néanmoins, le dessin de la biche et des poissons manque de souplesse, ce qui n’est pas le cas sur la « pendeloque au cétacé » (AR 4).

88Le cervidé occupe la place centrale sur l’objet ; il est parfaitement cadré, les oreilles atteignent les bords aménagés du lissoir (fig. 36no 4). Les poissons sont organisés autour du cervidé ; le décor géométrique semble combler les vides.

89L’analyse technologique démontre que les éléments du décor (figuratif et géométrique) sont très intimement liés. La posi tion des animaux sur la surface de l’objet semble indiquer ces mêmes liaisons étroites. Au‑delà d’une association symbolique de thèmes, on peut s’interroger sur une éventuelle composition narrative, une « scène » décrivant la rencontre d’une biche et de saumons, au bord d’un cours d’eau ou lors de sa traversée.

4.1.4 Pendeloque à bords crantés avec cétacé et cerf

90Réf. dans l’ouvrage : AR 4.
Chauchat à paraître, no 21.
L : 3,5 cm ; l : de 0,6 à 1,1 cm ; ép. ; 0,2 cm.

Description

91Sur cette pendeloque bélière à bord festonné on note deux figurations animales. Dans la partie droite, on observe un cerf en profil gauche, réduit à la tête par cassure. Seul le contour est gravé ; les bois sont présents, avec l’andouiller basilaire, le surandouiller et l’amorce de la perche. Le cerf semble tendre le cou vers l’animal central. Ce dernier, en profil droit, est figuré dans toute sa longueur jusqu’à la queue, soigneusement insérée autour de la perforation.

92Au premier abord, la morphologie fusiforme semble désigner un poisson ; cependant, le profil camus de l’extrémité céphalique permet de reconnaître un mammifère marin, plus précisément un cétacé odontocète, les baleines à fanons offrant plutôt une tête pointue. Malgré un certain schématisme d’ensemble, nous pensons reconnaître dans cette silhouette celle d’un cachalot (fig. 37).

FIG. 37 ‒ Arancou (AR 4) : fragment de côte ; cétacé et cerf.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 38 et 39)

FIG. 38 ‒ Aroncou (AR 4) : montage de micrographies.

FIG. 39 ‒ Arancou (AFM) : localisation des micrographies.

● Le cerf (fig. 40, no 2)

93Le cou : la ligne cervicale est exécutée de droite à gauche avec un premier passage léger, puis des approfondissements successifs qui s’interrompent à mi‑parcours. Au total, on observe trois séries avec deux passages d’outil dans chacune, peut‑être trois pour les plus profonds. Les gravures du cou sont exécutées de droite à gauche avec deux passages.

94La ganache est réalisée de droite à gauche avec trois passages, légèrement décalés. Au‑dessous du tracé définitif, on remarque un trait plus léger, peut‑être une première esquisse (fig. 40nos 34).

FIG. 40 ‒ Arancou (AR 4) : micrographies du cétacé (1 et 5) et du cerf (2 à 4 et 6).
1, état de conservation de surface de niveau 1.
2, vue de la tête du cerf.
3, la ganache du cerf est exécutée de droite à gauche avec trois passages d’outil.
4, stigmates de direction dans les tracés de la ganache (indiqués par des flèches).
5, les tracés verticaux sur la tête du cétacé sont postérieurs au contour.
6, le façonnage de l’objet est antérieur à la mise en place du décor ; le tracé du bois de cervidé entame le bord de la pendeloque.

95Les tracés du chanfrein sont superficiels, réalisés du haut vers le bas avec deux passages.

96Les bois : l’andouiller basilaire et la perche sont exécutés de droite à gauche, le surandouiller du bas vers le haut.

● Le cétacé

97La partie cervico‑dorsale : l’ensemble est gravé de droite à gauche, en commençant par des tracés multiples au niveau de la tête. On compte sept BFT puis une continuité de traits en remontant vers la bosse. Il y a une reprise pour indiquer le dos ; les tracés de la queue sont superficiels.

98La face est tracée en partant du haut vers le bas, par quatre passages (quatre ATT).

99Les tracés verticaux sur la tête sont exécutés du bas vers le haut, avec des profondeurs variables, mais on observe toujours deux passages d’outil dans chacun.

100Le ventre est réalisé de droite à gauche, avec quatre à six passages d’outil ; les amorces et la suite des tracés sont légèrement décalés.

101La nageoire, de forme triangulaire, est exécutée de haut en bas avec deux (bord gauche) et trois (bord droit) passages d’outil.

102La queue : les deux segments divergents sont exécutés en partant de la perforation vers l’extérieur de la pièce, par deux passages.

Les sections des tracés

103Les sections de trait oscillent du V dissymétrique à la gravure à fond plat suivant les inclinaisons de l’outil. Les gravures du cerf présentent des bords irréguliers (chanfrein, tracés de la gorge) ; elles sont moins appuyées que celles du cétacé.

Chronologie des gravures

Le cerf

104Les tracés du cou et ceux de la ganache ne montrent aucun point de superposition : il est donc impossible de déterminer l’ordre d’exécution. Par contre, nous savons que le bois est gravé de droite à gauche, d’abord la perche puis le surandouiller et enfin l’andouiller basillaire ; le tout étant antérieur au chanfrein.

1

la perche

2

le surandouiller

3

l’andouiller basilaire

4

le chanfrein

4

le cou

4

la ganache

Le cétacé

105La ligne cervico‑dorsale est gravée en premier, puis les tracés de la face et enfin les premiers passages de la zone ventrale. Avant l’approfondissement final du ventre, l’artiste a réalisé la nageoire (fig. 41no 1). Il a terminé par la queue. Les traits verticaux de la tête sont postérieurs au ventre (fig. 40no 5).

1

ligne cervicale

2

ligne dorsale

3

la face

4

ligne ventrale

5

nageoire

6

ligne ventrale

7

tracés verticaux

7

queue

FIG. 41 ‒ Arancou (AR 4) : micrographies du cétacé (1, 2) et du cerf (3).
1, séquences gestuelles alternées entre la nageoire et la ligne du ventre.
2, schéma de lecture de la micrographie no 1 montrant que la gravure de la nageoire est intercalée entre deux versions de la ligne ventrale.
3, broutages en fond de trait (indiqué par des flèches).

Chronologie générale

106En observant les bords de la pendeloque, nous savons que le façonnage de l’objet est antérieur au décor (bois sur bord cranté), ainsi que la perforation (queue du cétacé). Le cétacé est la première figure inscrite (fig. 40no 6).

1

mise en forme

2

perforation

3

le cétacé

4

le cerf

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

107Seuls quelques broutages sont visibles en fond de trait, dus à une mauvaise inclinaison de l’outil. Toutefois, comme sur d’autres petites pièces, cette erreur de manipulation semble plutôt causée par l’inconfort du travail que par un manque d’habileté du graveur. En cas de réelle maladresse, des accidents plus significatifs seraient visibles. Nous sommes donc en présence d’un artiste expérimenté. Seule une bonne technique gestuelle permet de décorer de telles pièces miniatures.

108Bien que la pendeloque soit fragmentaire, nous pouvons supposer que le cétacé occupait une partie significative de l’objet. Le cachalot présente des tracés plus profonds que ceux du cerf ; visuellement, il est l’animal dominant, l’artiste l’a parfaitement cadré. Il épouse la forme de l’objet, la partie la plus large pour le corps, le rétrécissement de la perforation pour la forme (similaire) de la queue.

109Une fois encore, sur le site d’Arancou, les thèmes associés font référence aux mondes aquatique et terrestre (voir la « biche aux poissons », AR 3).

4.1.5 Os d’oiseau avec oiseau et têtes de chevaux

110Réf. dans l’ouvrage : AR 5.
Chauchat à paraître, no 16.
L : 7,4 cm ; diam. de 5,5 à 6,7 cm.

Description

111Cet os d’oiseau est gravé sur toute sa circonférence. Près de l’épiphyse, une insertion musculaire et faiblement marquée, permet de distinguer des faces. Sur l’une d’entre elles, on discerne de droite à gauche : un museau d’animal indéterminé (0), précédé d’une tête de cheval (1), l’ensemble en profil droit. Face à ce premier cheval, une seconde tête d’équidé est figurée (2) (fig. 42 et 43).

FIG. 42 ‒ Arancou (AR 5) : os d’oiseau ; oiseau (1) et têtes de chevaux (2).

FIG. 43 ‒ Arancou (AR 5) : montage de micrographies (têtes de chevaux en sens de lecture inversé).

112Le museau (0) est carré, avec l’extrémité du chanfrein, la bouche, le menton et l’amorce de la ganache. La fracture de l’os nous prive du reste de l’animal. La première tête de cheval (1) est complète, avec une crinière en arc de cercle, le chanfrein, le museau, dont le remplissage est confus, la ganache, l’arc mandibulaire et enfin l’amorce de la gorge. Le second équidé (2) est plus rudimentaire, seuls une oreille et les contours de la tête sont évoqués.

113Sur l’autre face, et en sens de lecture inversé par rapport aux chevaux, on observe un oiseau en profil droit (tête et cou au‑dessus de l’équidé no 2, le ventre sous le no 1). Il possède une petite tête triangulaire et schématique perchée au sommet d’un long cou, lui même prolongé par un abdomen ovalaire dont l’extrémité droite, en pointe, figure la queue. Le ventre porte un remplissage d’une vingtaine de tirets organisés par rapport à la ligne de dos ; sous ces tirets, trois signes angulaires sont lisibles.

Analyses technologiques

114Nous avons choisi de décrire les différents animaux suivant leur sens de lecture, sans tenir compte de l’inversion de l’oiseau et des chevaux sur le support.

Les figurations (fig. 43 et 44)

FIG. 44 ‒ Arancou (AR 5) : localisation des micrographies.

● L’oiseau (fig. 45)

115L’ensemble de l’animal est exécuté de droite à gauche, hormis les tracés qui forment le triangle de la tête, réalisés de haut en bas avec deux à trois passages.

116Les gravures du corps et du cou sont réalisées avec de multiples passages, et des reprises de trait à mi‑course. On décompte entre trois et cinq passages.

117Les tirets, qui peuvent figurer le plumage, sont exécutés du bas vers le haut avec deux passages pour chaque trait, la main se déplaçant vers la droite. Les signes angulaires suivent le même schéma d’exécution.

FIG. 45 ‒ Arancou (AR 5) : micrographies de la surface de l’os (1) et de l’oiseau (2 à 6).
1, état de conservation de surface de niveau 1.
2, vue de la tête triangulaire.
3. tracés à bords irréguliers (petites flèches), avec une butée de fin de trait qui soulève un copeau de matière (grande flèche).
4, broutages dans la gravure du cou.
5, codes‑barres de l’outil dans le trait supérieur de la tête.
6, accrochages de l’outil dans le trait du cou.

● Le museau 0

118Le chanfrein est exécuté de droite à gauche, avec trois à quatre passages d’outil.

119Le bout du nez et la bouche sont réalisés dans la continuité (haut/bas‑droite/ gauche) avec trois à quatre passages.

120Les incisions du menton commencent au bout du nez et descendent vers la ganache.

● La tête de cheval 1

121Les contours sont réalisés de droite à gauche, ils présentent des tracés à reprises multiples, on décompte entre quatre et sept passages (chanfrein).

122La crinière présente un double tracé avec une triple position du toupet.

123L’œil est en amande, obtenu à l’aide de deux passages d’outil. Il est agrémenté de deux rangées de tirets (supérieurs et inférieurs) qui en soulignent le contour, réalisés du bas vers le haut par un seul passage. L’outil semble présenter une partie active bifide.

124L’arrondi du museau n’est pas réalisé dans la continuité de geste chanfrein/ museau mais mis en place indépendamment du chanfrein ou de la ganache. L’arrondi du museau est un élément autonome. Il est exécuté dans un mouvement circulaire de gauche à droite, avec trois passages. Divers tirets courts figurent des éléments anatomiques (naseau, contour du museau ?) ; ils sont réalisés soit de haut en bas, soit de droite à gauche avec deux passages ; le résultat final est assez confus, les attributions respectives des tracés sont imprécises.

125Les tracés du menton débutent sous l’arrondi du museau, ils remontent vers l’arc mandibulaire (trois à quatre passages ont été nécessaires).

126L’arc mandibulaire est gravé par à‑coups (quatre à cinq), tous réalisés dans un essai de continuité de gestes de droite à gauche, en remontant vers l’œil.

● La tête de cheval 2

127De facture assez simple, elle est réalisée en trois temps : la partie supérieure, gravée de droite à gauche, qui comporte le chanfrein et l’amorce de la crinière ; puis la partie inférieure de la tête, dont l’arrondi du museau se déploie de haut en bas ; enfin la ganache, de droite à gauche. Les éléments anatomiques successifs sont individualisés par les décrochements d’outil qui témoignent des reprises de tracés. Chaque incision est réalisée par trois à cinq passages.

128L’oreille est triangulaire, exécutée de haut en bas avec deux à trois passages dans chaque trait.

Les sections des tracés

129Les sections de trait varient du V dissymétrique au tracé à fond plat, très souvent sur un même trait suivant la convexité du support et l’inclinaison de la main pendant le travail.

Chronologie des gravures

L’oiseau

130Le corps de l’animal est gravé en premier, puis dans sa continuité, le cou allongé ; la tête triangulaire est mise en place à sa suite. Sur la partie supérieure de la tête, on remarque un léger raccord de tracés, qui établit la liaison entre la tête et le trait supérieur du cou (fig. 45,  no 2).

131Les traits courts sur le dos, ainsi que les trois angulaires dans la partie inférieure sont postérieurs au contour de l’animal.

1

le corps

2

le cou

3

la tête

4

raccord

5à6

tirets sur le dos

5 à 6

angulaires

Le museau 0

132Le chanfrein est placé d’abord, puis le museau et ensuite le menton. La bouche est gravée en dernier.

1

le chanfrein

2

le museau

3

le menton

4

la bouche

Tête 1

133La crinière semble gravée en premier lieu, puis le chanfrein, le museau, l’arc mandibulaire et l’amorce du cou. Le contour précède les attributs internes ; pour ces derniers, aucune superposition ne permet de restituer une chronologie relative.

1

la crinière

2

le chanfrein

3

le museau

4

le cou

5 à 6

l’œil

5 à 6

le naseau

Tête 2

134Le chanfrein et la crinière sont exécutés dans une même continuité de geste. Viennent ensuite le museau et l’amorce de la ganache ; l’oreille ne peut être raccordée à aucun élément.

1

le chanfrein

2

la crinière

3

le museau

4

la ganache

?

l’oreille

Chronologie générale de l’objet

135L’ordre d’exécution des éléments graphiques sur l’os d’oiseau ne peut être abordé que pour trois animaux sur quatre : l’oiseau, le museau indéterminé et la tête de cheval qui le suit directement (cheval 1). Le second équidé reste actuellement isolé.

136En se fondant sur une superposition discrète, il semblerait que le museau de l’extrême gauche (0) soit antérieur à la tête de cheval 1. Par contre, il est certain que l’oiseau a été gravé après ce même cheval.

1 ?

le museau

2

cheval 1

3

oiseau

?

cheval 2

137Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

138Les tracés présentent dans leur ensemble des bords irréguliers. De nombreux accidents sont lisibles (broutages, accrochages sur les bords, dérapages) (fig. 45nos2, 3, 4, 5). D’après l’ensemble des critères, le graveur possède une technique plutôt médiocre. Il n’a pas su surmonter les difficultés liées à la circonférence de l’os et donc la nécessité de maîtriser les inclinaisons sur ce type de support. De plus la physionomie générale du dessin, tantôt schématique, tantôt confuse, vient renforcer ce jugement. Le graveur a utilisé la totalité de la surface osseuse. Bien que l’oiseau soit un thème original, il n’est gravé qu’en deuxième position. L’emplacement de l’animal était‑il réservé ? Aucune donnée ne nous a permis de répondre à cette question.

4.1.6 Fragment osseux avec poisson et forme indéterminée

139Réf. dans l’ouvrage : AR 6.
Chauchat à paraître, no 17.
L : 5,3 cm ; l : de 1,3 à 1,7 cm ; ép. : 0,3 cm.

Description

140Sur la moitié gauche de ce fragment de diaphyse, on observe un poisson en profil droit, dont seule la partie antérieure est conservée. La tête est lisible ainsi que les nageoires pectorale, ventrale et l’amorce de la nageoire anale entamée par la fracture. On distingue encore le ventre arrondi et la ligne latérale, mais le dos a pratiquement disparu (fig. 46).

FIG. 46 ‒ Arancou (AR 6) : fragment de diaphyse ; poisson et forme indéterminée.

141À l’extrême droite, une forme longiligne et verticale (par rapport au poisson) est figurée. Dans la partie supérieure, on observe un ovale prolongé par un léger rétrécissement interprétable comme un cou, suivi d’un corps rond et de longs traits qui pourraient former une queue. L’ensemble évoque un profil d’oiseau, dressé sur ses pattes mais dépourvu de bec. Cependant, l’hypothèse d’un humain schématique (tête ronde, ventre proéminent, jambes maigres) ne peut être entièrement écartée. Cette petite silhouette reste donc indéterminée (fig. 46).

142Des tracés verticaux sont intercalés entre les deux figurations, ainsi que quelques traits parasites indéterminés.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 47‑49)

FIG. 47 ‒ Arancou (AR 6) : localisation des micrographies.

Dessins A. Roussot

● Le poisson

143Tous les tracés du corps sont exécutés de gauche à droite, mis à part le contour des ouïes réalisé du bas vers le haut. Les gravures présentent de multiples reprises de tracé, comme pour accroître la longueur des traits. Le nombre total de passages d’outil varie de quatre à cinq suivant les zones considérées.

● L’indéterminé (fig. 48)

144Les côtés gauche et droit de la tête sont exécutés du bas vers le haut. Au sommet, un petit tracé (haut/bas) fait la jonction entre les deux bords latéraux. À l’intérieur de la tête, un trait rectiligne est lisible, il est gravé du bas vers le haut. Les tracés du corps comportent plusieurs étapes, toujours exécutés de bas en haut. De courtes reprises interviennent en milieu de trait, donnant ainsi une impression visuelle de discontinuité. On peut compter trois passages dans chaque trait. Les sept incisions de la queue sont également exécutées de bas en haut, par deux à trois passages.

FIG. 48 ‒ Arancou (AR 6) : montage de micrographies de la forme indéterminée.

● Les tracés transversaux

145Ils sont faits de gauche à droite avec au minimum trois passages.

Les sections des tracés

146Les sections varient du V dissymétrique au trait à fond plat suivant les inclinaisons d’outil (sur la tête de l’indéterminé, un pivotement d’outil a provoqué un changement de section).

Chronologie des gravures

Le poisson

147La partie inférieure de l’animal est réalisée après le dos ; l’auteur place ensuite l’ouïe, la ligne latérale et enfin les nageoires.

1

partie supérieure

2

partie inférieure

3

ouïe

4

ligne latérale

5

nageoires

L’indéterminé

148Les tracés de la queue sont réalisés en premier, puis le corps et enfin la tête.

1

queue

2

corps

3

tête

Chronologie générale

149La chronologie relative entre les deux éléments figuratifs ne peut pas être établie en l’absence d’intersection. Nous pouvons seulement remarquer que les tracés transversaux sont postérieurs au poisson et à l’indéterminé.

1

gravures indéterminées

2

poisson

2

figure indéterminée

3

tracés transversaux

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

150Les traits présentent des broutages et des bords irréguliers quand l’outil attaque perpendiculairement les fibres de l’os. Ces détails semblent traduire une difficulté à graver due à la résistance de la matière, mais aussi à une maîtrise insuffisante de l’inclinaison latérale (fig. 49no 2).

FIG. 49 ‒ Arancou (AR 6) : micrographies de la surface de l’os (1), du poisson (2) et de la forme indéterminée (3).
1, état de conservation de surface de niveau 1.
2, vue du dos du poisson.
3, détail du tracé de la tête ; l’incision présente des bords irréguliers.

151Les figures présentent des analogies techniques. Notamment, la récurrence d’accidents désigne, à nos yeux, une même main. Dans son ensemble, le dessin est imprécis, voire confus, ce qui, ajouté aux accidents précédemment signalés, nous conduit à supposer que le graveur était sans doute « peu expérimenté », possédant les bases techniques de la gravure sur os, mais manquant nettement de pratique (aussi bien dans l’incision que dans le dessin).

152Les fractures de l’objet ne permettent pas d’estimer la surface gravée initiale. Toutefois, nous observons que les deux figurations sont placées en opposition, l’une face à l’autre ; le poisson est inscrit dans la longueur de l’objet, la créature indéterminée dans sa hauteur. Les tracés transversaux font, en quelque sorte, le lien entre les deux. Un poisson et une forme « terrestre » (ou d’allure verticale) sont, une fois de plus, associés à Arancou (voir AR 3, AR4).

4.1.7 Fragment de lissoir avec animal indéterminé

153Réf. dans l’ouvrage : AR 7.
Chauchat à paraître, no 12.
L : 5,1 cm ; l : de 0,6 à 1,5 cm ; ép. : de 0,2 à 0,3 cm.

Description

154Petit fragment proximal de lissoir. Sur la partie droite, près de la facture, on distingue une ligne de ventre et un membre postérieur d’animal indéterminé. Une ligne dorsale est peut‑être lisible dans la partie supérieure de la pièce, le reste de l’animal n’ayant jamais été gravé. Sous le ventre, trois traits courts, et un quatrième entamé par la cassure, sont observables. À la base de la patte, un cinquième lui est parallèle.

155Dans la partie inférieure de l’objet, on note une série de cinq traits transversaux commençant derrière la patte de l’animal (fig. 50).

FIG. 50 ‒ Arancou (AR 7) : fragment de lissoir ; animal indéterminé.

156Les tracés de préparation ou d’utilisation observables sur la pointe du lissoir précèdent la gravure.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 51)

FIG. 51 ‒ Arancou (AR 7) : localisation des micrographies.

Dessins A. Roussot

● L’animal indéterminé

157Dans leur ensemble, les tracés sont superficiels. La ligne de ventre est exécutée de droite à gauche avec trois passages. Les deux tracés du membre postérieur présentent des schémas différents. Le trait de droite possède un double sens d’exécution : un premier passage du haut vers le bas, puis un raccord sur la ligne de ventre, en sens inverse. Le trait de gauche est gravé en deux fois, mais toujours de bas en haut. Dans chaque tracé, on compte trois passages.

● Les traits sous le ventre

158Ils sont tous réalisés de droite à gauche avec deux ou trois passages (fig. 52no 2).

FIG. 52 ‒ Arancou (AR 7) : micrographies de la surface de l’os (1), et de la forme indéterminée (2, 3).
1, état de conservation de surface de niveau 1.
2, longs traits sous le ventre réalisés de droite à gauche avec deux ou trois passages (les flèches indiquent les ATT).
3, le membre postérieur est réalisé avant le ventre.

● Le tracé parallèle au membre

159Il est exécuté du bas vers le haut ; les passages d’outil sont indéterminables.

● Les tracés transversaux

160Ils sont faits de droite à gauche avec trois ATT pour chacun. Un seul, plus superficiel, en présente deux.

Les sections des tracés

161Elles varient du tracé à fond plat au V dissymétrique, suivant les inclinaisons d’outil.

Chronologie des gravures

162Le membre postérieur est réalisé avant la ligne de ventre ; toutefois, la reprise du trait droit du membre est postérieure à la ligne ventrale. Les tracés sous le ventre se placent après la patte arrière.

163Les tracés transversaux ne peuvent pas être chronologiquement situés par rapport à l’animal. Le trait parallèle à la patte arrière est postérieur à ces longs traits (fig. 52no 3).

1

utilisation ou préparation

2

membre postérieur

3

ventre

4

membre postérieur droit

5

trait sous le ventre

6

tracés transversaux

7

trait parallèle

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

164Les gravures de l’animal indéterminé sont moins larges que celles des tracés transversaux. Bien que la figure soit assez fruste, les traits ont des bords plutôt réguliers, malgré quelques accidents visibles dans la ligne de ventre. Dans l’ensemble, on peut dire que l’auteur maîtrise correctement l’utilisation du burin.

165L’objet étant très fragmentaire, l’utilisation de l’espace graphique reste hypothétique. Néanmoins, on note que la figure est placée dans la partie supérieure droite de l’objet et qu’un décor plus complexe ne semble pas avoir été prévu, du moins sur la surface restante.

166Les caractéristiques de cet objet (incomplet, espace graphique restreint, technique et dessin médiocres) suggèrent un auteur en possession des principes de base de la gravure, mais pour lequel la pratique du dessin reste à acquérir. Cette pièce est peut‑être un fragment réutilisé à des fins d’apprentissage.

4.1.8 Fragment de lissoir (?) avec décor géométrique

167Réf. dans l’ouvrage : AR 8.
Chauchat à paraître, no 8.
L : 3,9 cm ; 1 : 2 cm ; ép. : 0,3 cm.

Description

168Sur l’ensemble de la surface de ce fragment de côte, on distingue un décor géométrique, sous la forme de bandes d’incisions courtes et sommairement parallèles, disposées obliquement dans la largeur de la côte. Il en résulte une illusion de quadrillage irrégulier (fig. 53).

FIG. 53 ‒ Arancou (AR 8) : fragment de côte ; décor géométrique.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 54)

FIG. 54 ‒ Arancou (AR 8) : localisation des micrographies.

● Le décor géométrique (fig. 55)

169Les lignes horizontales sont toutes exécutées de droite à gauche. Les gravures obliques verticales sont réalisées de haut en bas. L’orientation est établie sur les ATT, très nettement lisibles dans la partie supérieure. Dans chaque tracé, il y a entre deux et trois passages d’outil ; des BFT sont identifiables en milieu de tracé (fig. 55no 4).

FIG. 55 ‒ Arancou (AR 8) : micrographies de la surface de l’os (1), et du décor géométrique (2 à 5).
1, état de conservation de surface de niveau 1.
2, vue d’ensemble du décor.
3, les tracés verticaux sont antérieurs aux séries horizontales.
4, les gravures horizontales ne sont pas des tracés continus, mais des juxtapositions de tirets.
5, vue rapprochée soulignant le type de tracé rencontré ; la flèche blanche souligne les deux bourrelets latéraux indiquant deux passages d’outils.

Les sections des tracés

170Les gravures (horizontales et verticales) présentent des sections variées du V dissymétrique au tracé à fond plat, suivant les inclinaisons d’outil.

Chronologie des gravures

171Les gravures obliques verticales sont réalisées en premier lieu, sans qu’on puisse en déterminer le déroulement. Les gravures horizontales ne sont pas des tracés continus, mais des juxtapositions de tirets placés sommairement les uns à la suite des autres, avec une progression de la main de gauche à droite (fig. 55nos2 et 4).

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

172Les gravures ont des bords réguliers et nets, de rares broutages apparaissent en fond de trait. Le graveur a parfaitement maîtrisé les passages d’outil lors d’intersections avec des gravures sous‑jacentes perpendiculaires. Aucun dérapage n’est visible, la main est sûre. La dynamique se déroule dans le sens vertical par des lignes exécutées en un seul mouvement, puis dans le sens horizontal où les tracés traduisent des gestes secs, courts et peu précis.

173La surface préservée est trop réduite pour juger de la composition initiale. Le décor est conçu et réalisé comme une juxtaposition peu soignée de bandes hachurées (fig. 55no 3).

4.2 Enlène (Montesquieu‑Avantès, Ariège)

174Cette grotte fait partie de l’ensemble des cavernes du Volp. Contrairement au Tuc d’Audoubert et aux Trois‑Frères, Enlène est une grotte‑habitat sans art pariétal. Très tôt connue, elle fit l’objet de fouilles désordonnées, surtout pendant la seconde moitié du xixe s. Entre les deux guerres, la famille Bégouën y conduisit des recherches, en particulier L. Bégouën qui publia de nombreuses pièces d’art mobilier, dont « la sauterelle » découverte dans un diverticule situé entre Enlène et les Trois‑Frères. Les fouilles furent reprises de 1976 à 1988.

175Ce long boyau de 200 mètres que constitue la grotte d’Enlène est composé de petites salles et diverticules qui recèlent l’un des plus importants habitats du Magdalénien moyen des Pyrénées, notamment dans la salle du Fond bien datée entre –14000 et –13 500 BP (Bégouën et al., in Art préhistorique… 1996 : 182).

4.2.1 Fragment d’os de boviné avec la « sauterelle » et oiseaux (55.33.4)

176Réf. dans l’ouvrage : 55.33.4.
L : 9,2 cm ; l : de 3,3 à 4 cm ; ép. : de 0,4 à 1.1 cm.

Description

177Afin de faciliter la lecture et la compréhension des descriptions microscopiques, l’objet est orienté dans le sens de lecture de la « sauterelle ». Nous avons arbitrairement numéroté les différentes figures de gauche à droite (fig. 56).

FIG. 56 ‒ Enlène : fragment d’os de boviné ; la « sauterelle » et oiseaux.

178Cette pièce est très connue et publiée depuis longtemps (Bégouën 1929) et nous ne reviendrons que très brièvement sur sa description. Le support est un fragment de diaphyse, probablement de boviné, à surface légèrement courbe et brisé anciennement. Compte tenu de la robustesse de l’os et de l’excellent état de conservation, les fractures (toutes d’âge magdalénien) semblent bien intentionnelles.

179On observe une sauterelle et cinq oiseaux très fragmentaires : trois possèdent encore leur ventre (1, 2 et 5), deux leur bec (1 et 5) et leurs pattes (2 et 4). L’oiseau 1 (dans la partie gauche de l’objet) présente un ventre arrondi avec l’aile marquée et un décor qui figure son plumage. Le bec de cet animal placé sur le dos de la sauterelle permet de supposer qu’il en a fait sa proie.

180Devant la sauterelle, dans l’angle supérieur droit, est figuré un autre oiseau (2) : ventre, aile et deux extrémités de pattes avec respectivement deux et trois doigts, évoquant les longs membres d’un grand échassier.

181Au‑dessous, en sens inverse de lecture, on observe un fragment de queue dont le plumage est représenté en registre de tirets courts. Sous la queue, une patte avec un ergot, qui semble appartenir à ce même animal, est bien lisible.

182À la suite, sur le côté gauche, deux représentations sont assez énigmatiques. Le comte Bégoüen ne les identifiait pas, H. Breuil voulait y voir des poissons et H. Kühn « deux chats sauvages assis, vus de trois quarts par‑derrière » (Bégoüen 1929). Nous les considérons comme indéterminées, car aucun élément anatomique ne permet une interprétation précise. Elles sont réalisées sur un même modèle : une partie supérieure arrondie, peut‑être une tête, posée sur un « corps » longiligne. L’attention est attirée par les tracés qui semblent les traverser : « deux points indiquant des trous par lesquels passe un lien nettement dessiné. En bon observateur, l’artiste a bien marqué l’alternance de visibilité selon que cette espèce de corde est devant l’objet ou caché par lui. Il y a là un fait, dont il importe de tenir compte ; il semble que ces objets soient enfilés » (Bégoüen 1929).

183À l’extrême gauche, toujours en sens inversé, un dernier oiseau est identifiable (5). Le corps de l’animal est couvert d’un décor géométrique. Le bec court est tendu et semble picorer une matière à texture végétale (graines ?).

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 57)

FIG. 57 ‒ Enlène : localisation des micrographies de la « sauterelle ».

● La « sauterelle » (fig. 58)

184La tête : les traits du haut du crâne et ceux de la face sont réalisés de haut en bas, les seconds présentant de multiples passages décalés. Le nombre de passages d’outil n’est pas déterminable.

FIG. 58 ‒ Enlène : montage de micrographies (la « sauterelle » et l’oiseau).

185La mandibule et la liaison avec le ventre : les tracés respectifs sont très enchevêtrés et donc difficilement identifiables. La mandibule est gravée de haut en bas, les tracés de liaison de droite à gauche (fig. 59, no 1).

FIG. 59 ‒ Enlène : micrographies de la « sauterelle » (1, 2) et de l’oiseau (3 à 6).
1, tracés de la mandibule et de l’amorce de la ligne du ventre ; les gravures du ventre sont superposées à la tête.
2, l’œil est réalisé de haut en bas avec deux passages.
3, vue rapprochée du tracé des membres de l’oiseau 2.
4, détail de l’oiseau 2 ; les tirets sont postérieurs au trait du contour.
5, vue générale des membres isolés à droite.
6, détail des tirets de droite dans les membres isolés à droite.

186L’œil est réalisé avec deux passages de haut en bas (fig. 59no 2).

187Les antennes sont exécutées de droite à gauche avec deux passages d’outil.

188La ligne dorsale est gravée de droite à gauche avec un dédoublement du tracé, formant la « queue » de l’animal. Le nombre de passages est indéterminable.

189La ligne de ventre est exécutée par de multiples passages de droite à gauche (au mois quatre) ; dans sa continuité, la ligne correspond à la partie inférieure du tracé de la queue.

190Les tirets qui agrémentent la ligne de dos et celle du ventre sont faits du haut vers le bas avec deux passages d’outil.

191Les pattes : les cuisses sont réalisées de droite à gauche, l’extrémité du membre de haut en bas (il s’agit en fait des tibias postérieurs et des épines ; cf. Bahn, Butlin 1990). Les gravures étant très érodées, il est difficile de préciser le nombre de passages.

● L’oiseau 1 (situé à gauche de la sauterelle)

192La direction générale des tracés est de droite à gauche et haut/bas. Il n’est pas possible de décompter les passages. Toutefois, la comparaison avec d’autres objets étudiés nous permet d’estimer qu’il faut en moyenne trois à quatre passages pour obtenir ce type de tracé bien lisible.

● L’oiseau 2 (situé à droite de la sauterelle)

193La ligne de ventre est gravée de droite à gauche, avec un approfondissement dans la partie gauche du tracé.

194Les pattes sont réalisées de haut en bas avec trois à quatre passages par tracé ; les tirets de droite à gauche avec deux passages (fig. 59no 3).

195Les tirets figurant le plumage sont gravés de bas en haut pour le corps et l’aile (fig. 59no 4).

● Les deux membres isolés à droite

196Ils sont exécutés de bas en haut avec un cheminement de la main de droite à gauche. On compte au moins trois passages d’outil dans chaque trait. Les tirets ajoutés se transforment progressivement en points d’impacts (fig. 59nos 56).

● La queue et la patte munie d’un ergot (oiseau 3)

197Toutes les gravures horizontales sont faites de droite à gauche. Les différents traits courts sont réalisés de bas en haut ou de droite à gauche. On décompte entre trois et cinq passages d’outil. La patte est exécutée de droite à gauche, les tirets de la pointe de l’ergot de haut en bas. Dans l’ensemble les tracés sont obtenus avec deux passages (fig. 60nos 12).

FIG. 60 ‒ Enlène : micrographies de l’oiseau 3 (12) et des formes indéterminées (3 à 6).
1, détail du décor de la queue ; elle est antérieure aux deux formes indéterminées qui la suivent.
2, vue de l’ergot.
3, détail de la tête.
4, la forme de droite est antérieure à celle de gauche.
5, la « perforation » est exécutée de haut en bas et le « lien » est postérieur à l’ensemble.
6, détail de la « perforation » et du « lien ».

● Les deux figurations indéterminées 4 (entre la queue isolée 3 et l’oiseau 5)

198Elles sont exécutées, toutes deux, sur le même modèle, celle de gauche étant la dernière. Les « têtes » sont réalisées en premier lieu, puis les traits courts du « cou », ensuite les gravures des contours verticaux et, pour finir, la base. Les « perforations » sont exécutées de haut en bas avec trois passages d’outil (fig. 60nos 3, 4, 5, 6).

● L’oiseau 5

199C’est le spécimen le mieux conservé. Il est gravé sur le même modèle que les autres mais présente la particularité d’avoir un contour très approfondi. Certains caractères techniques sont bien conservés : aux trois quarts de l’évolution du trait du contour, on remarque une BFT épaisse qui est en fait le dernier stigmate de multiples passages. Elle est la résultante de pivotements répétés de l’outil. D’après les données réunies lors des examens des pièces archéologiques et expérimentales, on peut penser qu’au moins six passages furent nécessaires pour obtenir un tel tracé (fig. 61nos 12).

FIG. 61 ‒ Enlène : micrographies des oiseaux (1 à 5) et de la « sauterelle » (6).
1, détail du tracé du ventre de l’oiseau 5 ; on peut noter qu’un nombre minimum de six passages a été nécessaire pour obtenir une telle profondeur.
2, détail de la ligne du ventre de l’oiseau 5, avec un accrochage.
3, types de tracés rencontrés sur l’oiseau 3.
4, types de tracés rencontrés sur l’oiseau 2.
5, superposition du bec de l’oiseau 1 sur le dos de la « sauterelle ».
6, aspect microscopique d’un trait de la tête de la « sauterelle » ; l’ensemble est très érodé.

Les sections des tracés

200Les gravures sont en général bien marquées, avec une section en V dissymétrique. Les gravures de la sauterelle sont relativement fines, par contre sur l’oiseau 5 l’approfondissement de la ligne de ventre atteint 1,5 mm. De rares tracés à fond plat sont observables, notamment sur l’ergot (fig. 61nos 3, 4, 6).

Chronologie des gravures

Les oiseaux

201La succession des tracés est simple et logique : les contours sont d’abord mis en place, puis les attributs internes.

La « sauterelle »

202Le graveur a commencé par la ligne dorsale, puis « le front » et l’arrondi de la tête. L’ensemble de la tête est gravé avant l’amorce de la ligne ventrale. Les pattes sont postérieures au reste du corps : les cuisses sont exécutées d’abord, puis les tibias et les épines. Les tirets soulignant le dos et le ventre sont postérieurs au contour.

1

la ligne de dos

2

le chanfrein

3

l’arrondi de la tête

4

amorce de la ligne de ventre

5

cuisses

6

tibias

7

épines

8

tirets sur le corps

Chronologie générale de l’objet

203D’après les superpositions de traits, il semblerait que l’oiseau 1 ait été gravé le premier, puis la sauterelle et le bec du volatile (fig. 61nos 5). Par la suite, le contour des pattes de l’oiseau 2, les antennes de la sauterelle et les tirets sur les membres, le corps de l’animal ne pouvant être situé dans cet ensemble. Dans la partie inférieure, les membres isolés à gauche et l’ergot de l’oiseau 3 sont postérieurs à l’oiseau 2, la queue de l’oiseau 3 étant antérieure à sa patte. Les formes indéterminées sont gravées successivement de droite à gauche, après l’animal 3. Enfin, le spécimen 5 est postérieur aux graphismes de la partie inférieure.

1

oiseau 1

2

sauterelle

3

bec de l’oiseau 1

4

pattes de l’oiseau 2

5

antennes de la sauterelle

6

tirets dans les pattes de l’oiseau 2

1 à 6

oiseau 2

7

pattes isolées à gauche

8

queue

9

ergot

10

forme indéterminée de droite

11

forme indéterminée de gauche

12

oiseau 5

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

204Sur l’ensemble de l’objet, les gravures sont fermes avec des bords réguliers. On remarque des broutages lors de tracés perpendiculaires aux fibres de l’os, ce sont les seuls accidents caractéristiques. On en déduit que l’auteur de ces figures a procédé avec des gestes sûrs, malgré quelques problèmes dus à la résistance de la matière (fig. 61no 2).

205L’objet étant de toute évidence incomplet, il est délicat de juger de la composition initiale. Celle‑ci semble avoir été hautement élaborée avec un double sens de lecture et la présence de motifs, énigmatiques pour nous, mais précisément exprimés. Les oiseaux paraissent appartenir à des espèces distinctes (échassier, anatidé, rapace ?). En outre, il faut ajouter la présence de cet extraordinaire insecte, unique dans le bestiaire magdalénien. Il semblerait que le graveur ait voulu illustrer des scènes de « repas » ; en effet, deux oiseaux paraissent tenir dans leur bec respectivement la sauterelle (oiseau 1) et une nourriture indéterminée (oiseau 5).

4.3 Fontarnaud (Lugasson, Gironde)

206La grotte fut découverte en 1895 par J. Labrie qui la fouilla jusqu’en 1906. La plaquette osseuse provient de ces fouilles. A. Conel et F. Morin y travaillèrent aussi. Ces travaux ayant épuisé le talus situé en avant de la grotte et le remplissage des deux couloirs venant des entrées, J. Ferrier reprit l’exploration de la grotte elle‑même de 1937 à 1943, plus particulièrement dans la grande salle au fond. Les fouilles de Ferrier complètent les observations faites par l’abbé Labrie au début du siècle.

207Dans l’ensemble, on estime que les industries lithique et osseuse appartiennent au Magdalénien supérieur, voire final : harpons à double rang de barbelures, pointes aziliennes… Il est également à noter l’existence, dans la collection Ferrier, d’un harpon plat à boutonnière de type azilien (Roussot, Ferrier 1971 : 508).

4.3.1 Lame d’os avec tête de cerf et animaux indéterminés

208L : 3,4 cm ; I : de 1,3 à 2 cm ; ép. : 0,2 cm.

Description

209Sur cette lame osseuse (fig. 62), qui peut être considérée comme entière, les gravures sont limitées au recto ; le verso porte quelques traces de raclage attribuables à la découpe de l’os.

210Sur la moitié gauche du recto, on distingue nettement une tête de cerf élaphe en profil gauche. Seule la partie supérieure est figurée. L’andouiller basillaire et le surandouiller sont bien lisibles ainsi que l’amorce de la perche, contre laquelle vient s’appuyer l’oreille pointue. Le chanfrein est rectiligne. L’œil ovalaire possède un larmier très allongé. La tête du cerf est agrémentée d’un décor de style géométrique ; il s’agit d’une large bande qui débute sous l’oreille et prend fin sur le bord inférieur de la pièce. Son décor est divisé en deux sections : dans la zone supérieure, on trouve trois rangées de tirets courts et fins, perpendiculaires aux bords, qui semblent figurer le pelage. Des tirets identiques sont visibles le long du chanfrein. Dans la moitié inférieure, on compte sept traits courts qui joignent les deux bords du bandeau. À sa base, sur la gauche, on observe deux signes triangulaires, dont un porte une hampe.

211Le motif le plus étonnant est constitué par un groupe de quatre formes, dont la nature reste imprécise, discernables sur la moitié droite de l’objet. Elles sont placées les unes sous les autres, alternativement tournées vers la gauche ou vers la droite, et sont constituées d’une tête ronde posée sur une sorte de hampe qui s’amorce en V et se poursuit en tracé linéaire.

FIG. 62 ‒ Fontarnaud : montage de micrographies (tête de cerf et formes indéterminées).

212Dans la partie supérieure de chaque tête, on remarque un tracé en arc de cercle, souvent orné de tirets verticaux. Sur deux d’entre elles, les tirets sont décalés par rapport à l’arc de cercle oculaire (1 et 3) ; sur les deux autres (2 et 4), ils semblent représenter des cils. On observe aussi un angulaire plus ou moins ouvert suivant l’individu.

213Dans l’ensemble, ces figurations évoquent des oiseaux stylisés (Breuil 1905 : 11) : la tête ronde avec un œil fermé et le bec ouvert, la hampe figurant le cou. Ces créatures présentent des ressemblances avec des spécimens gravés sur un os d’oiseau provenant de la grotte de La Vache (CC1 X2, MAN) étudiés dans le présent travail.

214Au‑dessus de la tête de cerf, on remarque quelques tracés indéterminés, et un trait vertical accompagné de tirets identiques à ceux qui illustrent le pelage de l’animal, entre le surandouiller et la perche. Ce dernier ensemble pourrait former la continuité du bandeau.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 63)

FIG. 63 ‒ Fontarnaud : localisation des micrographies.

Dessins A. Roussot.

● La tête de cerf

215Les bois sont exécutés de bas en haut (les tracés verticaux) ou de droite à gauche (tracés obliques). On peut compter de trois à cinq passages d’outil dans chaque trait (fig. 64nos 12).

216Le bord gauche de l’oreille s’appuie sur le tracé de la perche ; sa base est alors approfondie pour bien l’individualiser (fig. 64no 3).

FIG. 64 ‒ Fontarnaud : micrographies du cerf (1 à 5) et de la surface de l’os (6).
1, vue de la base des andouillers, exécutés de droite à gauche.
2, on remarque trois butées de fin de trait (andouiller supérieur).
3, vue de l’oreille et de la forme indéterminée no 1.
4, traits courts présents le long du chanfrein, gravés de droite à gauche.
5, sorties d’outil du chanfrein. Les traits courts sont postérieurs.
6, traces de préparation préalable de la lame osseuse.

217L’œil est réalisé en plusieurs étapes ; dans un premier temps, l’artiste dessine une préforme ovalaire sur laquelle il ajoute le larmier ; pour finir, il approfondit le contour de l’œil. Les gravures sont exécutées de haut en bas avec, dans le tracé inférieur, deux sens d’exécution opposés. Le nombre de passages d’outil est difficile à décompter : toutefois, trois ou quatre passages au minimum sont repérables.

218Les tracés latéraux du bandeau sont gravés de haut en bas avec quatre à cinq passages. Le trait de gauche présente le dédoublement d’un passage ancien. Celui de droite laisse voir quelques débordements, surtout sur le méplat du bord droit (fig. 65no 1).

219Les tirets et les traits courts sont tous réalisés de droite à gauche avec, pour les plus fins deux passages, pour les traits courts, trois ou quatre (fig. 64nos 45).

220Il en est de même pour le segment qui pourrait constituer la suite du bandeau, au‑dessus de la tête du cerf.

● Les signes triangulaires

221Les gravures verticales sont exécutées de haut en bas, les horizontales de droite à gauche. On compte deux à trois passages par tracé (fig. 65no 2).

FIG. 65 ‒ Fontarnaud : micrographies du cerf (1), du décor géométrique (2) et des formes indéterminées (3 à 6).
1, détail de la partie inférieure du « bandeau » du cerf ; les tracés horizontaux sont postérieurs.
2, les signes triangulaires.
3, tête de la forme 1.
4, les attaques de trait dans le tracé gauche de la hampe (forme 1).
5, « bec » de la forme 3 ; il est postérieur au bandeau.
6, l’œil et les cils (forme 3).

● Les quatre formes indéterminées

222On les décrira en commençant par celle placée près de l’oreille du cerf, qui portera le numéro 1.

223Forme 1 (profil gauche) ; l’arrondi supérieur de la tête présente deux sens d’exécution, droite/gauche et gauche/droite. On trouve dans la continuité le tracé droite de la hampe. Les approfondissements de gravure sont réalisés avec trois passages pour le haut de la tête (fig. 65no 3). Les deux tracés du « bec » sont exécutés de droite à gauche avec deux passages. L’œil semi‑circulaire est gravé dans la même direction avec deux traits divergents dans la zone des BFT ; chaque tracé compte deux passages. Les tirets sous l’œil sont gravés de haut en bas avec deux passages d’outil. L’arrondi inférieur de la tête est formé par deux passages de droite à gauche. La gravure gauche de la hampe est exécutée de haut en bas et se confond rapidement avec le tracé de droite. Au total, quatre passages sont identifiables.

224Forme 2 (profil droit) ; pour la tête, les tracés sont tous exécutés de droite à gauche, ceux de la hampe et des tirets sous l’œil, de haut en bas. Le nombre de passages est identique à celui de la figuration précédente. Quelques différences sont observables dans la position de certains éléments ; les tirets sous les yeux sont directement liés au tracé semi‑circulaire et l’arrondi inférieur de la tête est figuré par deux traits légèrement décalés.

225Forme 3 (profil gauche) ; la partie droite de la hampe et l’arrondi supérieur de la tête sont exécutés dans le même mouvement avec un tracé dirigé de bas en haut. Mis à part ce détail, le sens d’exécution et le nombre de passages d’outil ne changent pas (fig. 65nos 56).

226Forme 4 (profil droit) ; sur cette dernière figure, nous retrouvons le modèle d’exécution précédent. Seuls les passages de la hampe restent indéterminables car nous ne possédons pas la base des gravures ; deux ATT sont observables sur le tracé de droite.

● Les gravures indéterminées au‑dessus du cerf

227Les deux séries sont réalisées de droite à gauche avec trois passages par tracé.

Les sections des tracés

228Les gravures présentent principalement une section en V dissymétrique, on observe quelques tracés en U pour les bois. Ces différences de sections traduisent la mobilité du poignet lors de l’exécution du tracé.

Chronologie des gravures

Le cerf

229Le chanfrein est gravé en premier puis la perche, le surandouiller et enfin l’andouiller basillaire. Le graveur insère ensuite l’oreille, ses plis internes et les tracés latéraux du bandeau. Les tirets du bandeau et ceux du chanfrein sont exécutés en dernier, après les contours. En l’absence de superposition, l’œil et les deux signes triangulaires ne peuvent être rattachés aux autres éléments graphiques.

230Toutefois, nous savons (grâce à l’analyse des autres pièces de ce corpus) que les attributs internes (comme l’œil) sont placés dans les dernières phases d’exécution, après les contours. Les deux tracés indéterminés sur les bois du cerf sont postérieurs.

1

le chanfrein

2

la perche

3

le surandouiller

4

andouiller basilaire

5

oreille

6

plis internes

7

bandeau

8

tirets du bandeau

8

poils du chanfrein

8

œil

8

2 signes angulaires

9

tracés indéterminés sur les bois

Les quatre formes indéterminées

231Malgré quelques exceptions mineures, elles sont construites selon un modèle identique : d’abord l’arrondi supérieur de la tête, puis dans le même mouvement, la continuité du tracé de la hampe (le droit), le bec (trait supérieur et inférieur) ; enfin, l’arrondi inférieur de la tête est tracé, puis le trait gauche de la hampe confondu avec les passages du côté droit (sur la figure 1, à ce moment, le graveur est revenu au trait supérieur de la tête pour l’approfondir). L’œil et les tirets sont gravés en dernier lieu.

232Quelques variations d’exécution existent tout de même, et notamment entre les profils droits et les gauches. Les premières sont amorcées par l’arrondi supérieur de la tête puis la hampe gauche ; les secondes par l’arrondi de la tête puis la hampe droite. Le changement n’est qu’apparent. En réalité, le graveur ne modifie pas ses gestes : il grave la partie supérieure de la tête puis, dans sa continuité, la portion de hampe.

233La chronologie s’inverse (pour les profils gauches) s’il y a changement du sens d’exécution et si le graveur commence par la base de la hampe (forme 3). Le problème n’est pas résolu sur la forme 1 ; nous savons que les deux sens d’exécution sont usités (bas/haut et haut/bas). Néanmoins, la reprise d’approfondissement de la partie supérieure de la tête brouille la chronologie initiale. Malgré ces légères différences, la succession des gestes reste, dans l’esprit, la même.

234Sur un exemplaire, on remarque une inversion entre l’arrondi inférieur et la gravure de la hampe (forme 4). Ce fait peut s’expliquer par la position de la figure, dans la partie inférieure droite de la pièce. Un manque d’espace ponctuel a pu gêner le graveur, qui aura préféré placer en premier lieu l’amorce de la hampe.

Chronologie générale de l’objet

235La mise en forme de la plaquette osseuse a précédé les gravures (fig. 64no 6). Le cerf et son bandeau sont gravés en premier, puis les quatre formes indéterminées. Les tracés sur les bois sont postérieurs mais il est impossible de déterminer leur place dans la chronologie.

1

mise en forme

2

cerf

3

bandeau

4

triangles

5

forme 1

6

forme 2

7

forme 3

8

forme 4

4 à 8

traits indéterminés

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

236Dans l’ensemble, les traits sont fermes avec des bords réguliers et bien appuyés. Les accrochages et accidents sont absents. Les gravures reflètent la main d’un technicien expérimenté, maîtrisant parfaitement ses gestes sur un support de petites dimensions.

237Le graveur a employé la totalité de l’espace disponible. Il a divisé cette surface suivant une diagonale verticale : sur la moitié gauche supérieure, le cerf et, symétriquement, les quatre formes indéterminées.

238Bien qu’incomplet, le cerf est figuré avec les détails de sa ramure, attribut qui assure aussitôt la détermination de l’animal. Il en va autrement pour les quatre figurations indéterminées. Même si elles peuvent évoquer des oiseaux, elles demeurent encore énigmatiques.

4.4 Laugerie‑Basse (Les Eyzies‑de‑Tayac‑Sireuil, Dordogne)

239Sur ce célèbre site, il existe en fait deux abris : l’abri classique, fouillé au siècle dernier et un autre, à 50 m en amont dit abri des Marseilles, partiellement recouvert par un énorme chaos de blocs éboulés. On attribue à E. Lartet et H. Christy la première fouille du gisement, en 1863. Dans le même temps, le marquis P. de Vibraye participa à la fouille durant trois années. Les prospections se ralentirent à la fin du xixs., jusqu’à l’arrivée de O. Hauser qui fouilla une partie subsistante du gisement sous l’abri classique et prospecta celui des Marseilles. Il fut évincé en 1912 par J. Maury qui incita J.‑A. Le Bel à louer, puis à acheter les deux abris. J. Maury fouilla alors celui des Marseilles jusqu’en 1914 (Peyrony, Maury 1914 : 135 ; Roussot 1991 : 94).

240Les objets retenus dans ce corpus proviennent donc de l’abri classique pour la collection de Vibraye et des Marseilles pour la collection Lebel/Maury.

241De l’abri classique on ne connaît qu’une stratigraphie incomplète, étudiée par D. Peyrony et J. Maury sur un lambeau de gisement (op. cit.). L’analyse du matériel archéologique « permet de penser que cet abri fut occupé du Magdalénien III au Magdalénien IV et peut être aussi à l’Azilien » (Roussot 1991). Sous l’abri des Marseilles, la coupe stratigraphique présente une évolution du site depuis le Magdalénien III ou IV jusqu’au Magdalénien VI (op. cit.). Une datation 14C obtenue sur un foyer situé au milieu de la couche a donné : 13 850 ± 160 BP (Gif 5387) (Roussot 1984b : 137).

4.4.1 Lissoir pisciforme avec cheval et décor géométrique

242Réf. dans l’ouvrage : LB 1362.
L : 15,7 cm ; 1 : 1,7 cm ; ép. : 0,15 cm.

Description

243Ce lissoir est un rare spécimen complet. L’objet présente aujourd’hui une forte courbure (concavité vers le recto) dont on peut se demander si elle n’est pas un retour à la courbure originelle et anatomique de l’os (à la manière de certaines sagaies en bois de renne).

244Il est gravé sur les deux faces : sur chacune d’elles, les gravures sont limitées à la moitié droite et sont à nouveau segmentées en deux zones, une première offrant un décor géométrique, la seconde une figuration de cheval pour le recto, et une crinière pour le verso (fig. 66).

FIG. 66 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1362) : lissoir ; cheval et décor géométrique.

245Le lissoir présente une extrémité distale découpée en queue de poisson et agrémentée d’un décor géométrique compartimenté en deux secteurs. Sur le recto, on observe un premier type de graphisme ramifié sur la queue de poisson. Ce sont trois séries de tirets, dont l’une forme l’axe à partir duquel s’organisent les deux séries latérales. Faisant suite à ce premier groupe, huit signes en croix sont symétriquement alignés près des bords.

246Au verso, on voit seize arcs de cercle, joignant ainsi les deux bords et deux cruciformes qui rappellent l’autre face. Au recto, on observe, à côté du décor géométrique, une tête de cheval en profil droit. Cet animal présente la particularité d’avoir une crinière découpée sur le bord du lissoir, seul élément que l’on retrouvera sur le verso. Elle est figurée différemment sur les deux faces : au recto elle se présente sous la forme d’une double rangée de tirets verticaux, alors que sur le verso les tirets sont répartis en registres. La tête de l’équidé est tendue vers l’avant, l’oreille dressée, et trois traits jaillissent du naseau (fig. 68, no 1). L’œil est présent ainsi que la barbe, la ganache et l’amorce du poitrail. Deux traits courts marquent le garrot.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 67)

FIG. 67 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1362) : localisation des micrographies.

Dessins C. Fritz, d’après H. Breuil.

● Le cheval (recto)

247Le chanfrein est exécuté de gauche à droite avec au moins trois passages.

248Le museau est réalisé, dans un premier temps, dans une même continuité de mouvement, puis des reprises de tracé sont effectuées sur la partie supérieure du museau avant la bouche (fig. 68nos 1 et 2. Le nombre de passages définitif n’est pas identifiable ; par contre, on note trois ou quatre reprises de trait. La bouche, linéaire, est gravée de droite à gauche avec trois passages légèrement décalés. Le menton est indépendant du museau, il est tracé de droite à gauche avec un premier passage décalé puis un approfondissement obtenu par trois passages.

FIG. 68 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1362) : micrographies du cheval (1, 2 et 4 à 6) et du décor géométrique (3).
1, vue du museau.
2, détail du naseau : il est réalisé de haut en bas et inversement. On compte entre trois et quatre passages d’outil.
3, vue des signes cruciformes.
4, postériorité de la crinière sur l’oreille.
5, les poils de la barbe sont postérieurs à la ganache.
6, trait de fond très érodé ; le détail des stigmates est difficilement lisible.

249Le naseau est exécuté du haut vers le bas, puis inversement : les premiers passages sont au nombre de trois à cinq.

250Le contour du museau est gravé par des tirets exécutés du haut vers le bas, un léger relief est obtenu par les BFT.

251Les poils de la barbe sont faits de haut en bas avec deux passages.

252L’arc mandibulaire est exécuté de droite à gauche avec trois passages d’outil.

253L’œil est figuré par deux tracés gravés en arc de cercle jointifs dans la partie inférieure. Il n’y a pas de larmier (c’est une fissure dans l’os).

254Les tracés de l’oreille sont réalisés de haut en bas avec deux à trois passages dans chacun.

255Pour la crinière, la double série de tirets verticaux est réalisée du haut vers le bas avec deux passages, souvent décalés, dans chaque tiret.

256L’amorce du poitrail est gravée de haut en bas avec trois à quatre passages. Quelques accrochages sont observables en fond de trait.

257Les traits devant le museau : on décompte une quinzaine d’incisions réalisées de droite à gauche dont les profondeurs varient d’un tracé à l’autre (entre deux et trois passages d’outil). Deux tracés en virgule, plus profonds que les autres, sont parallèles entre eux et au museau du cheval.

● Le décor géométrique (recto)

258Les traits courts : les deux traits positionnés sur la queue de poisson sont exécutés de droite à gauche avec deux passages.

259Les deux séries orientées vers les bords du lissoir sont tracées de haut en bas pour la série du bord supérieur, et inversement pour la série inférieure. Les tirets centraux sont réalisés de gauche à droite. On décompte entre deux et quatre passages dans chacun.

260Les signes cruciformes (fig. 68no 3) : le trait vertical est gravé du haut vers le bas, le trait horizontal de droite à gauche. Deux passages d’outil sont décomptés. Une seule croix présente une exécution inversée (bas/haut) pour le tracé vertical.

● La crinière (verso)

261Elle est la seule référence figurative sur cette face. Contrairement au recto, les tirets sont réalisés du bas vers le haut avec deux passages. Le tracé soulignant la crinière est exécuté de droite à gauche, par deux passages très légers.

262Les trois tirets verticaux qui suivent sont également réalisés de bas en haut.

● Les découpes

263La queue de poisson est découpée par des passages successifs qui ont rogné l’os. On peut identifier de quatre à cinq passages.

264La crinière : c’est également un creusement qui dégage la crinière du cheval. Cette découpe n’a que peu entamé l’os. Le décompte des passages n’a pu être établi.

Les sections des tracés

265Les gravures du cheval sont en V dissymétrique avec méplats assez étendus, renforçant ainsi l’impression de profondeur du trait.

266Les tracés du décor géométrique présentent des sections en V dissymétrique, ou à fond plat (principalement les séries de tirets latéraux du recto).

Chronologie des gravures

267Pour le cheval, nous savons que l’oreille est gravée en premier, puis le chanfrein, le museau, le menton, l’arrondi de l’arc mandibulaire et enfin le poitrail. Le contour du museau en tirets verticaux et le naseau sont placés après le contour, mais avant la bouche. Les poils de barbe sont également indiqués après le museau et l’arc mandibulaire. Les traits figurant le souffle sont postérieurs au contour (fig. 68nos 45). La crinière est dessinée après l’oreille et les marques d’épaule.

1

l’oreille

2

le chanfrein

3

le museau

4

le menton

5

la ganache

6

le poitrail

7

le contour du museau en tirets

8

le naseau

9

la bouche

10

le souffle

6 à 10 ?

la crinière

268En l’absence de superpositions, la chronologie des décors géométriques ne peut être mise en parallèle avec celle du cheval. Pour les cruciformes, les tracés horizontaux sont toujours exécutés en premier (sur les deux faces). Pour les tirets, l’axe central est gravé après les deux séries latérales.

269Au verso, les tracés en arc de cercle sont exécutés dans un mouvement de la droite vers la gauche.

270Il n’existe aucune superposition (y compris sur les bords) entre les éléments du décor géométrique (sur les deux faces).

271La préparation de surface et la mise en forme de l’objet (découpe) sont antérieures à toute gravure (figurative ou géométrique).

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

272Ces tracés ne présentent aucun accident caractéristique, mis à part un broutage dans le tracé du poitrail du cheval. Nous sommes en présence d’incisions franches, à bord régulier. La main du graveur est sûre, il maîtrise parfaitement sa technique. L’objet dans son ensemble présente un aspect de haute finition, presque de fragilité (découpe pisciforme).

273Le cheval est représenté par sa tête sur le recto ; au verso, il est réduit à une crinière qui, en considérant l’emplacement et la découpe ne peut qu’être l’autre profil. Il s’agit donc du même équidé partiellement visible sur les deux côtés de l’objet. Dans l’ensemble, le verso comporte à la fois de discrets rappels du recto (crinière, signes en croix) mais aussi sa propre originalité (série d’arciformes).

274Sur les deux faces, le décor est réservé à la moitié droite (« la poignée ») de l’objet. Cette limitation est peut‑être due à la volonté ou à la nécessité de ne pas exécuter de gravure sur l’extrémité gauche, qui est aussi la partie distale réputée fonctionnelle, des lissoirs.

4.4.2 Fragment de lissoir avec têtes de chevaux

275Réf. dans l’ouvrage : LB 1369.
L : 9,7 cm ; l : 1,8 cm ; ép. : 0,3 cm.

Description

276Cette pièce est un fragment de lissoir sur côte, fracturé à ses deux extrémités.

277La surface est décorée de deux têtes de chevaux en file, en profil droit (fig. 69). L’encolure de la tête de droite est tendue (2) et le museau de l’animal a disparu par cassure. L’œil est figuré par des tirets obliques, l’oreille est longue et rabattue vers la nuque. La crinière est représentée sur toute sa longueur. La ganache et la gorge sont gravées par un même tracé en arc de cercle, agrémenté de tirets figurant les poils.

FIG. 69 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1369) : a, fragment de lissoir ; b, tête de cheval.

278La seconde tête (1) réduite à la partie antérieure par fracture est plus courte, en léger bas‑relief. Le chanfrein rectiligne se poursuit par le museau, la bouche et les poils de la ganache. L’œil ovalaire est d’une facture assez simple. Par contre, le décor interne, très élaboré, comprend des ensembles de tirets organisés en registres. Ils peuvent représenter les différentes marques du pelage ou insertions musculaires de l’animal.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 70)

FIG. 70 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1369) : localisation des micrographies.

Dessins C. Fritz, d’après H. Breuil.

● La tête de gauche (1)

279Le chanfrein : il est gravé en champlevé, c’est‑à‑dire dégagé par de multiples passages créant ainsi un méplat à angle droit entre le fond du trait et la surface. En raison de l’enlèvement important de matière, le nombre de passages nécessaires à ce travail n’a pu être déterminé. En outre, les gestes sont exécutés de droite à gauche (pour les derniers passages d’outil).

280Le museau est mis en relief par de multiples passages de haut en bas.

281La bouche est exécutée de droite à gauche par quatre passages d’outil.

282De forme ovalaire, l’œil est exécuté en deux mouvements ; les parties supérieure et inférieure sont réalisées de droite à gauche avec deux ou trois passages (fig. 71no 1).

283Le naseau est gravé de droite à gauche avec deux à trois passages (fig. 71no 2). La ganache est figurée par la barbe de l’animal, gravée en traits courts parallèles, de haut en bas avec deux passages.

FIG. 71 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1369) : micrographies du cheval 1.
1, vue de l’œil,
2, détail du naseau. Il est gravé de droite à gauche avec deux à trois passages d’outil.
3, superposition de la crinière du second cheval sur le premier.
4, détail des superpositions de tracé entre le museau du cheval 1 et la crinière du cheval 2.

284Le décor de la tête, complexe, est réalisé dans son ensemble par des à‑coups, des tirets, des angulaires. La mise en relief est effectuée par des séries rapprochées de BFT qui forment ainsi des rehauts de matière.

● La tête allongée (2)

285L’oreille est gravée de droite à gauche avec trois passages dans chaque trait.

286L’œil est exécuté par de petits tirets obliques et parallèles, gravés de haut en bas, avec deux passages d’outil.

287La crinière est figurée par des tirets courts, de haut en bas avec deux passages.

288La ganache est réalisée sur le même modèle que la crinière. On remarque, en plus, un tracé qui la souligne, gravé de droite à gauche ; le nombre de passages n’est pas déterminable.

289Le décor de la tête est constitué d’un assemblage complexe de tirets parallèles réalisés de droite à gauche ou de haut en bas avec deux à trois passages.

Les sections des tracés

290Les tracés présentent des sections en V dissymétrique, large ou étroit. Les premières sections sont principalement employées pour la mise en relief des éléments graphiques ; les secondes pour les décors secondaires, ou les tracés superficiels.

Chronologie des gravures

Les têtes de chevaux

291Elles sont élaborées sur le même modèle : d’abord le contour, puis les éléments secondaires et enfin leur décor interne.

1

contours des têtes

2

éléments secondaires

3

décor interne

Chronologie générale de l’objet

292La mise en forme de la côte est antérieure à tout décor. Le cheval de gauche (1) est gravé avant celui de droite (fig. 71nos 34). Toutefois, une reprise du relief sur le premier équidé est intervenue en alternance avec le second.

1

mise en forme

2

tête courte

3

tête tendue

4

reprise de la mise en relief du cheval 1

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

293Tout au long des tracés, on remarque des broutages et quelques dérapages d’outil, « reconvertis » dans l’expression du relief.

294Les broutages sont essentiellement rencontrés sur les décors internes des têtes, ils sont la conséquence d’une mauvaise maîtrise de l’outil à la surface de l’os, aussi bien dans le sens des fibres qu’orthogonalement.

295Les dérapages se situent surtout dans les zones de relief, les plus difficiles à réaliser techniquement. On peut imaginer que le graveur exerçait alors sur son outil une forte pression afin de creuser l’os plus efficacement. Cette puissance accrue de gestes a provoqué systématiquement des dérapages.

296Ces observations nous conduisent à considérer l’auteur de ces gravures comme un artiste expérimenté maîtrisant le dessin mais contrôlant imparfaitement son burin. Les expérimentations ont indiqué qu’accroître la pression sur l’outil pour obtenir un tracé profond est peu efficace si le contrôle des différents angles de travail n’est pas simultanément assuré. Dans ces cas‑là, l’outil dérape fréquemment.

297Bien que l’objet soit fragmentaire, on voit nettement que le graveur a utilisé la totalité de la surface disponible ; le cadrage des têtes –et notamment l’allongement de la seconde– vient confirmer cette remarque. S’agit‑il d’un morceau de décor en frise ?

4.4.3 Lissoir (?) avec trois animaux indéterminés

298Réf. dans l’ouvrage : LB 1722.
L : 19,8 cm ; l : 3,9 cm ; ép. : 0,3 cm.

Description

299Cette côte débitée dans son épaisseur est fracturée en plusieurs endroits, ce qui nous prive ainsi d’une partie des gravures (fig. 72). Il faut également signaler des traces de raclage sur les bords supérieurs, intervenues après les gravures. L’extrémité en pointe peut être considérée comme zone active.

FIG. 72 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1722) : fragment de côte comportant trois animaux indéterminés (a), têtes de l’animal central (b) et de l’animal de droite (c).

300Le décor occupe toute la longueur de l’objet. On y observe une file de trois animaux, en profil gauche, dont la détermination est incertaine.

301Au centre, on distingue un grand herbivore figuré par sa tête, son corps et l’amorce de ses membres. La tête a un museau plutôt carré avec œil en amande, encadré de tirets. La bouche semble ouverte. L’arc mandibulaire et la ganache sont bien marqués, ainsi que l’amorce de la gorge. Sur la partie postérieure de l’animal, on relève les membres en perspective et les amorces du ventre et du pli de l’aine. On remarque une queue longue et pendante derrière les membres. Cet animal porte sur le flanc cinq longs traits parallèles. Malgré l’absence de cornes, la silhouette, à la fois lourde et osseuse, évoque l’aurochs.

302Suivant cette figure centrale, on remarque une tête très comparable à la précédente, quoique d’aspect plus juvénile. Le chanfrein est rectiligne, le museau carré et la ganache en arc de cercle. L’œil est ovalaire sans autre détail. L’amorce du cou est également perceptible.

303À l’extrême gauche de l’objet, on observe deux membres postérieurs et une longue queue droite. Les membres sont représentés par les saillies du calcanéum et l’amorce des cuisses, interrompus par une cassure. L’ensemble des trois animaux évoque une frise.

304Le verso, soigneusement régularisé, laisse apparaître la « spongiosa ».

Analyses technologiques

305En raison de la proximité des fractures, les membres postérieurs situés à l’extrême gauche de la pièce n’ont pas été étudiés au MEB.

Les figurations (fig. 73)

FIG. 73 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1722) : localisation des micrographies.

Dessins C. Fritz, d’après H. Breuil.

● Le grand animal central

306L’œil : les contours sont exécutés de droite à gauche avec quatre passages (quatre BFT traits sup. ; quatre ATT trait inf.) (fig. 74no 2).

307Le chanfrein : le tracé est uniforme dans sa partie supérieure, puis les multiples passages sont visibles et isolables dans la partie inférieure. Six BFT témoignent d’autant de passages différents et elles forment la partie supérieure gauche du museau.

308Le museau est réalisé de droite à gauche par la succession de neuf passages. Parmi ces neuf passages, trois remontent vers les tracés du chanfrein et six forment le bout du museau.

309La bouche est gravée de droite à gauche en cinq ou six passages. La partie supérieure du tracé est réalisée dans le même mouvement que le museau.

310Le menton est gravé en deux temps. Un premier mouvement marque la partie inférieure de la bouche, incisée de haut en bas avec cinq passages d’outil, pour donner une impression de bouche ouverte ; dans un second temps, l’arrondi du menton est réalisé en tracé autonome, de droite à gauche avec trois passages.

FIG. 74 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1722) : micrographies de la surface de l’os (1), de l’animal central (2 à 5) et de la tête indéterminée de droite (6).
1, état de conservation de surface de niveau 3.
2, vue de l’œil ; il est réalisé de droite à gauche avec quatre passages d’outil.
3, vue du museau ; on voit très bien les butées de fin de trait du chanfrein (1) et celles qui viennent fermer l’ensemble (2).
4, détail du naseau ; il est marqué par deux tracés divergents, exécutés de haut en bas avec quatre passages d’outil.
5, superposition entre les tracés du cou et ceux de la mandibule ; le cou est postérieur.
6, vue du museau ; les gravures de la queue de l’animal central viennent entamer l’arrondi du museau de la tête de droite.

311Le naseau est marqué par deux tracés divergents, exécutés de haut en bas, avec trois passages dans chaque trait.

312La ganache est exécutée de droite à gauche par cinq passages d’outil.

313Intersection arc mandibulaire et gorge : le cou est gravé de bas en haut, on distingue six BFT. L’arc mandibulaire est réalisé de haut en bas avec quatre à six passages.

314La ligne de ventre et les membres postérieurs : les tracés du membre droit sont exécutés du bas vers le haut ; la ligne de ventre et le membre gauche (en perspective) de droite à gauche. Cet ensemble est gravé avec quatre à cinq passages dans chaque trait.

● La tête d’animal indéterminé

315Le chanfrein est gravé de haut en bas, le nombre de passages est indéterminable.

316L’œil est réalisé de droite à gauche par cinq passages d’outil ; les « cils » obtenus par deux passages. L’ensemble donne une impression de paupière fermée.

317Le museau : le contour supérieur droit est en réalité la continuité du chanfrein. L’arrondi inférieur est gravé en plusieurs étapes : les premières incisions de droite à gauche avec deux passages, puis un nombre indéterminé de tracés indépendants ferment l’arrondi (fig. 74no 6).

318Le contour interne du museau est exécuté de bas en haut avec trois à quatre passages légèrement décalés ; un peu en arrière, on remarque une reprise en arc de cercle.

319La bouche est faite de droite à gauche, avec trois passages.

320Le naseau est réalisé avec deux passages d’outil, de haut en bas.

Les sections des tracés

321Les gravures présentent des sections en V dissymétrique, quelques gravures ont des sections en U (tracé du chanfrein de l’animal central). Les tracés sont dans leur ensemble assez profonds, avec de multiples passages.

Chronologie des gravures

L’animal central

322Le chanfrein est gravé en premier, puis le museau, la partie supérieure de la bouche, sa partie inférieure et l’arrondi du menton. L’observation du chanfrein et du museau montre que l’exécution de ces éléments est obtenue par des séquences gestuelles alternées ; les derniers passages d’approfondissement du chanfrein viennent entamer les tracés du museau. La ganache est gravée à la suite de l’arrondi inférieur du menton mais sans véritable superposition de tracé.

323En microscopie, on observe un espace vierge entre ces éléments, ce vide étant entamé par les ATT du menton et les sorties d’outil des BFT de la ganache. Néanmoins, il semblerait que la ganache soit postérieure au menton. Les ATT de la ganache sont surmontées par les BFT des gravures de l’encolure, de l’arc mandibulaire, postérieures aux autres éléments (fig. 74no 5). La ligne ventrale et le pli de l’aine sont postérieurs aux membres. Aucune superposition ne permet de rapprocher ces éléments de ceux de l’avant‑train.

324Les attributs internes (œil, naseau) sont mis en place après le contour de l’animal, et, pour l’œil, à la suite des derniers passages du chanfrein. Il en est de même pour les tracés sur le corps.

1

le chanfrein

2

le museau

3

la bouche

4

le menton

5

le chanfrein

6

la ganache

7

le cou

8

l’arc mandibulaire

9 ?

les membres

10 ?

le ventre

11 ?

l’œil

11 ?

autres tracés

La tête

325Le chanfrein est gravé en premier, puis le museau, le menton et enfin la ganache et l’amorce du cou. Les attributs internes (bouche, naseau, œil) sont postérieurs au contour.

1

le chanfrein

2

le museau

3

le menton

4

la ganache

5

le cou

6 ?

la bouche

6 ?

le naseau

6 ?

l’œil

Chronologie générale de l’objet

326Grâce à une superposition lisible, on peut établir que l’animal réduit à sa tête suit le boviné central, aussi bien dans la frise que dans l’exécution des figures.

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

327Dans leur ensemble, les tracés sont sûrs, avec des bords réguliers ; cependant, on perçoit quelques broutages et des dérapages sur les chanfreins des deux animaux. En conséquence, le graveur semble être un technicien expérimenté, qui trahit quelques maladresses d’inclinaison d’outil, notamment lorsqu’il incise perpendiculairement les fibres de l’os.

328Dans le dessin, malgré la fermeté des contours, la détermination zoologique reste incertaine ; on en déduit donc un manque de précision dans l’expression des détails spécifiques. Ainsi, la tête de l’herbivore central, bien que d’allure bovine, souffre d’un museau trop court.

329L’espace graphique est entièrement occupé, notamment par les corps et les têtes, au détriment des extrémités. Malgré les fracturations, on devine que l’animal central est dominant dans la composition.

4.5 Le Mas‑d’Azil (Ariège)

330C’est à l’initiative de H. Breuil qu’en 1935 M. et S.J. Péquart reprirent des fouilles dans la grotte, fouilles qui furent interrompues en 1942. Ils fouillèrent, entre autres secteurs, la galerie des silex, sur la rive droite de l’Arize. L’espace y était réduit : 30 m de long sur 2 à 4 m de large ; ceci explique sans doute la concentration exceptionnelle des vestiges qui rappelle la richesse de la Salle du Fond d’Enlène. Par endroit, la couche avait une épaisseur de 40 à 60 cm.

331Les objets en os, bois de renne... constituent l’une des plus belles séries du Magdalénien moyen des Pyrénées : sagaies, baguettes demi‑rondes décorées, rondelles, contours découpés, propulseur au faon, plaquettes de grès gravées... Une datation 14C a donné : 13 400 ± 1 000 BP (Gif 5679 ; Jaubert 1995) (l’analyse des contours découpés est détaillée dans le § 5.5.2).

4.5.1 Fragment de diaphyse avec bison

332Réf. dans l’ouvrage : PP 1.
L : 12,3 cm ; l : de 3 à 4,1 cm ; ép. : de 0,4 à 0,8 cm.

Description

333On remarque sur cette diaphyse un bison inédit en profil droit, dont seule la partie antérieure est conservée. L’animal est assez fruste, la tête est penchée vers l’avant. Le poitrail est très incomplet ; au‑dessous, les membres sont légèrement décalés. Le corps est puissant et le garrot fortement marqué. Seule la base d’une des cornes est bien conservée ; la seconde semble détruite par la desquamation de la surface. Le reste du boviné est peu lisible car il se trouvait dans la partie gauche de l’objet, aujourd’hui pratiquement détruite (fig. 75).

FIG. 75 ‒ Le Mas‑d’Azil (PP 1) : fragment de diaphyse ; bison.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 76)

FIG. 76 ‒ Le Mas‑d’Azil (PP 1) : a, localisation des micrographies ; b, hypothèse de lecture du bison.

● Le bison

334La corne est réalisée de droite à gauche, et de haut en bas pour la base ; deux à quatre passages d’outil ont été néces saires (fig. 77no 1). La marque d’épaule est obtenue par des passages multiples, souvent décalés. Des membres antérieurs, un seul est bien lisible ; le second est marqué par un trait sous le tracé fragmentaire du poitrail. Ils sont exécutés de haut en bas, mais le nombre de passages n’a pu être déterminé. La ligne de ventre est gravée de droite à gauche avec de multiples passages (total non déterminable) (fig. 77no 2).

FIG. 77 ‒ Le Mas‑d’Azil (PP 1) : micrographie.
1, vue de la corne ; elle est réalisée de droite à gauche.
2, les multiples passages de la ligne du ventre.
3, variété de traits observables, du V dissymétrique (1) au tracé à fond plat (2).

Les sections des tracés

335Les gravures présentent des sections en V dissymétrique et à fond plat avec une dissymétrie des bords et une profondeur variable. Les bords de trait sont réguliers (fig. 77no 3).

Chronologie des gravures

336La pièce étant très fragmentaire, la chronologie des tracés est presque impossible à reconstituer, exception faite de la corne : le graveur l’a dessinée en commençant par la base.

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

337Il n’y a pas de fréquence d’accidents caractéristique d’une mauvaise utilisation de l’outil ; néanmoins, on repère quelques dérapages, des résistances ponctuelles de l’os non surmontées et des gravures en passages multiples décalés. Le dessin manque de précision et on note l’absence totale de détails. L’ensemble des critères techniques nous suggère un graveur malhabile.

4.5.2 Fragment d’omoplate avec animal indéterminé

338Réf. dans l’ouvrage : PP 2.
L : 8,2 cm ; l : de 2,8 à 3,5 cm ; ép. : de 0,1 à 0,5 cm.

Description

339Cette pièce inédite de la collection Péquart est un fragment d’omoplate sur lequel on distingue l’arrière‑train d’un animal indéterminé. La ligne dorsale est bien lisible, tout comme le membre postérieur, une partie du ventre et du poitrail. L’animal n’est figuré que par ces contours : l’avant‑train est aujourd’hui détruit par les cassures (fig. 78). À la base de la pièce, une découpe circulaire, caractéristique du prélèvement d’une rondelle, est observable.

FIG. 78 ‒ Le Mas‑d’Azil (PP 2) : fragment d’omoplate ; animal indéterminé.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 79)

FIG. 79 ‒ Le Mas‑d’Azil (PP 2) : montage de micrographies (animal indéterminé).

● L’animal indéterminé

340La ligne dorsale est exécutée de droite à gauche par quatre à cinq passages décalés. Le membre postérieur est gravé de haut en bas, obtenu lui aussi par multiples passages : trois bourrelets se distinguent aisément. La ligne ventrale et le cou sont gravés de droite à gauche, le nombre de passages n’est pas déterminable. Le tracé sur le cou est réalisé de haut en bas, par quatre à cinq passages.

Les sections des tracés

341Cette figure présente des gravures à sections en V dissymétrique et fond plat. Elle fournit également un « cas d’école », car au cours du déroulement d’un même tracé, on passe d’une section en V à un segment à fond plat pour finir en W. Les sections en W sont dues ici aux multiples passages d’approfondissement, qui sont, à fort grossissement, très légèrement décalés les uns par rapport aux autres.

Chronologie des gravures

342La ligne dorsale et le tracé extérieur de la cuisse ne présentent aucune superposition, il est donc impossible d’en retracer la séquence. Néanmoins, nous savons que la ligne de ventre est postérieure au tracé du membre et que le trait sur le cou a été gravé après le contour.

343Toutefois, le constat le plus important réside dans la chronologie relative entre le prélèvement de rondelle et la figure : grâce aux intersections très visibles sur le bord inférieur, nous pouvons affirmer que l’animal a été gravé après l’extraction de la rondelle.

1

prélèvement de rondelle

2

la ligne de dos

2

la cuisse

3

le membre postérieur

4

le ventre

5

le cou

6

le trait sur le cou

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

344Les tracés offrent des particularités liées aux problèmes rencontrés face à la résistance de l’os.

345Tout au long de la ligne dorsale, l’outil produit des microarrachements attribuables à la transition brutale d’une fibre longitudinale de l’os à l’autre ; la prise en main n’étant pas assez ferme, l’outil décroche à chaque changement de fibre, comme s’il franchissait un « aiguillage ». Ce sursaut peut également provoquer de légers dérapages.

346Les dimensions initiales de l’objet sont inconnues ; néanmoins, nous observons que cet animal indéterminé, de mauvaise facture, est limité à la partie gauche du support alors que l’espace graphique s’étendait encore à droite. Il est situé juste sur le prélèvement de rondelle. Le dessin sommaire se compose de lignes rigides.

347De plus, il y a la réutilisation manifeste d’un fragment d’omoplate, d’un déchet issu de l’industrie osseuse. En considérant les informations précédentes, nous qualifierons ce graveur « d’apprenti », ayant travaillé sur un débris osseux sans importance, un rebut.

4.6 Abri Morin (Pessac‑sur‑Dordogne, Gironde)

348Ce petit abri fut découvert et fouillé à partir de 1956 par R. Deffarge. Un niveau pauvre, azilien ou mésolithique ancien, recouvrait une couche d’environ 80 cm d’épaisseur se rapportant au Magdalénien V et VI, couche que le fouilleur subdivisa en six niveaux (Deffarge et al. 1975, 1) :
– Magdalénien V : niveau B II ;
– Magdalénien VI : niveaux B I, AIV‑I.

349L’industrie lithique appartient au Magdalénien supérieur/final. L’industrie osseuse est abondante ; les harpons de type magdalénien sont en bois de renne, sauf deux en bois de cerf et quelques‑uns de type azilien dans le niveau A. L’art mobilier est de grande qualité : soixante‑quatorze objets proviennent des niveaux A, en majorité sur os et bois de cervidé. Une datation radiocarbone sur os indique 10480 ± 200 BP (Gif 2105). Dans l’ensemble, le matériel recueilli plaide en faveur d’un Magdalénien supérieur/final. Néanmoins, quelques figurations gravées sur os ne sont pas sans rappeler l’Azilien.

4.6.1 Fragment de diaphyse avec cheval et tracés indéterminés

350Réf. dans l’ouvrage : 884717.
L : 9 cm ; 1 : 4,3 cm ; ép. : 0,8 cm.

Description

351Au centre de ce morceau de diaphyse, on remarque un cheval en profil droit de facture assez maladroite et très finement gravé ; seuls les contours sont figurés. La tête est allongée avec un museau carré ; la crinière est représentée par un double tracé. Les membres sont figurés en perspective, la ligne de ventre présente une légère angulation qui marque le fourreau pénien : il s’agit donc d’un étalon. À la base du museau, et se prolongeant sur le poitrail jusqu’au membre postérieur, on remarque une série de lignes ondulées qui évoque la double inflexion d’une cervico‑dorsale ; néanmoins, en l’absence d’élément supplémentaire, ce graphisme restera indéterminé (fig. 80).

FIG. 80 ‒ Abri Morin (884717) : montage de micrographies (le cheval).

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 81)

FIG. 81 ‒ Abri Morin (884717) : localisation des micrographies.

Dessins P. Laurent

● Le cheval

352Il est exécuté de droite à gauche pour les tracés horizontaux et de haut en bas pour les verticaux. Deux passages d’outils sont observables dans chaque tracé. Quelques maladresses d’exécution sont visibles sur le poitrail, la ligne de ventre et le membre postérieur. Une première version du ventre est placée trop haut, puis reprise pour donner la ligne définitive avec le fourreau. Il en est de même pour le tracé droit du membre postérieur, initialement situé trop à gauche. Des remarques semblables peuvent être formulées pour la continuité poitrail/ ganache. C’est une reprise de tracé qui permet à l’auteur de positionner correctement le poitrail. L’abondance des reprises et la mise en place hésitante des éléments se combinent pour créer une figure aux contours imprécis.

● Les tracés indéterminés

353Les tracés formant l’ondulation sont réalisés avec de multiples passages, de droite à gauche.

Les sections des tracés

354Dans leur ensemble, les gravures présentent un fond plat et des bords plutôt irréguliers. Quelques tracés en V dissymétrique sont également observables (fig. 82nos 25).

FIG. 82 ‒ Abri Morin (884717) : micrographies de la surface de l’os (1) et du cheval (2 à 5).
1, état de surface de conservation de niveau 3.
2, variété des gravures observables ; les bords sont réguliers et les sections à fond plat.
3, le tracé presque discontinu (flèche) traduit un manque de pression lors de l’exécution.
4, antériorité du poitrail sur les tracés ondulés.
5, fond de trait en U avec microstriures de l’outil.

Chronologie des gravures

355La tête est réalisée en premier : chanfrein, museau puis ganache. Pour la suite, les éléments présents ne permettent pas de décider si le graveur entame d’abord le poitrail ou la ligne cervico‑dorsale. Le poitrail est mis en place, et dans sa continuité, le tracé droit du membre antérieur ; puis le premier tracé gauche et la version initiale de la ligne de ventre ; enfin la reprise du ventre, le fourreau et le premier tracé du membre postérieur. Dans la partie supérieure, la crinière est gravée, puis le dos et le double tracé supérieur de la crinière qui se prolonge très finement vers l’amorce de la queue. Enfin, les tracés de la queue, de la cuisse et du membre postérieur (côté gauche). Le premier arrondi du fessier est placé dans une semi‑continuité avec les premiers traits de la ligne de dos. Les lignes ondulées sont postérieures au cheval (fig. 82no 4).

1

le chanfrein

2

le museau

3

la ganache

4

poitrail/membre

5

le membre antérieur

6

le ventre 1

7

le ventre 2

8

le fourreau pénien

9

le membre postérieur 1

10

le membre postérieur 2

4

la crinière

4

le dos

5

la croupe 1

6

le trait supérieur de la crinière

7

la croupe 2

7

la queue

9

la cuisse

10

le membre postérieur

11

les traits ondulés

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

356Les gravures ne présentent pas d’accident caractéristique.

357L’animal est élaboré en multiples passages décalés : les reprises ne se placent pas toujours exactement dans les tracés antérieurs. Le nombre de passages dans chaque trait (deux en moyenne), ainsi que la finesse de la gravure, indiquent que la pression exercée sur l’outil par le graveur n’est pas considérable ; sur d’autres objets, (os d’oiseau, La Vache 86797) montrant un même nombre de passages identique, les traits gravés sont nettement plus profonds.

358L’os est utilisé dans son intégralité : le cheval repose sur un bord naturel, la fracture ne contribue en rien à l’absence des membres postérieurs, il en est de même pour le membre antérieur (ainsi que les tracés ondulés).

359Les particularités des tracés indiquent un graveur qui parvient à manipuler son outil, avec tout de même certaines réserves, car la pression nécessaire à une bonne lisibilité des gravures n’est pas atteinte. De plus, le dessin est assez hésitant et on relève l’absence d’attributs internes tels les organes sensoriels (fig. 82no 3). Le cadrage trop étroit, le trait superficiel et quelque peu maladroit constituent autant d’indices qui nous orientent vers un technicien inexpérimenté, peut‑être un débutant.

4.6.2 Fragment d’os d’oiseau avec renne

360Réf. dans l’ouvrage : 884721.
L : 7,8 cm ; 1 : 1 cm ; ép. : 0,1 cm.

Description

361Sur ce fragment d’ulna d’oiseau, on relève un renne en profil droit, dont la partie postérieure a disparu à la suite d’une fracture.

362Le cou et la tête de l’animal sont tendus et disproportionnés par rapport au reste du corps. La tête comporte tous les détails (museau, bouche, oreille...). Le bois est formé d’une perche fortement recourbée vers l’avant et d’un andouiller palmé. Les membres antérieurs sont bien lisibles, ainsi que la bosse saillante du garrot. L’angle mandibulaire et la masse musculaire de l’encolure sont soulignés par deux lignes symétriques qui, du même coup, délimitent le repli de peau du fanon, pendant sous la gorge de l’animal (fig. 83). Le corps du cervidé est couvert de zones de pelage bien délimitées sur la ligne cervicale, l’épaule et le long de la ligne dorsale. Le développement du fanon et la massivité du bois nous font interpréter ce renne comme un mâle. La position de la tête, le membre antérieur légèrement avancé suggèrent un animal à l’arrêt en position d’écoute.

FIG. 83 ‒ Abri Morin (884721) : a, montage de micrographies (tête de renne) ; b, localisation des micrographies.

Dessins P. Laurent

Analyses technologiques

La figuration

● Le renne

363La ligne de ventre et les membres postérieurs trop fragmentaires n’ont pu être étudiés au MEB.

364La ligne cervico‑dorsale est tracée de droite à gauche, avec quatre à six passages.

365L’oreille, de forme ovalaire, est réalisée de haut en bas en deux tracés, avec trois passages.

366Les bois sont moins marqués que le reste de l’animal et exécutés de bas en haut. Le nombre de passages d’outil n’est pas déterminable.

367L’œil est de forme triangulaire avec un ajout de « cils » dans sa partie inférieure. Les côtés du triangle sont réalisés de bas en haut (côté droit) et en sens inverse pour le côté gauche. La base est en arc de cercle, exécuté de droite à gauche ; d’après les BFT et les bourrelets de bords de trait, trois passages sont lisibles dans chaque tracé. Les « cils » (absents sur le relevé de P. Laurent) sont gravés de bas en haut avec un déplacement de gauche à droite (deux passages dans chaque trait).

368Le chanfrein s’amorce au niveau du museau et remonte vers les bois. Il est exécuté par de multiples passages (entre quatre et six). Des BFT sont lisibles en milieu de tracé, ainsi que quelques reprises. Le contour du museau résulte du départ du chanfrein (de bas en haut) et de l’arrivée des tracés du menton (gauche à droite). C’est sur le bout du nez que se placent les intersections de ces différents éléments. En fait, le contour du museau n’a pas de tracé individualisé.

369La ganache est exécutée de droite à gauche avec quatre à cinq passages d’outil. Naseau, bouche et contour interne du museau : le naseau est figuré par deux tracés en arc de cercle réalisés de droite à gauche, la partie supérieure étant la dernière mise en place. Le contour interne présente un tracé sinueux exécuté de haut en bas pour la partie supérieure, et en sens inverse pour la partie inférieure (trois à quatre passages d’outil). La bouche est linéaire, réalisée de droite à gauche et approfondie par quatre passages. La ligne de dédoublement du fanon est réalisée dans un mouvement continu avec l’arc mandibulaire. L’ensemble est gravé de droite à gauche avec une reprise au sommet du tracé qui construit l’arc, pour repartir et longer le fanon. Trois à quatre passages ont été nécessaires. Le fanon est exécuté à la suite du menton de droite vers la gauche, avec trois à quatre passages (fig. 84no 1).

FIG. 84 ‒ Abri Morin (884721) : micrographies du renne.
1, vue générale du membre antérieur et du fanon ; les tracés du fanon, puis de la ligne du ventre sont postérieurs à la patte.
2, pelage sur le fanon.

370Les membres antérieurs : le membre placé légèrement en avant est gravé de bas en haut. La patte en appui se trouve dans la continuité de l’angle de l’épaule. De multiples passages ont été nécessaires, mais leur nombre n’est pas déterminable.

371Le pelage est toujours réalisé de bas en haut, dans un mouvement de gauche à droite (fig. 84, no 2).

372L’ensemble de l’animal est gravé de droite à gauche pour les contours et le plus souvent de bas en haut pour les tracés verticaux. Le nombre de passages d’outil varie de deux à trois pour le pelage ; de quatre à six pour les contours.

Les sections des tracés

373Les sections de tracé sont le plus souvent en V dissymétrique, les méplats peuvent être bien marqués afin d’obtenir de légères mises en relief (chanfrein, arc mandibulaire). Les gravures sont assez profondes, surtout sur les contours de l’animal.

Chronologie des gravures

374Les tracés de la tête débutent par le chanfrein, puis le menton et le fanon ; le dédoublement s’amorce par l’arc mandibulaire, puis par le fanon. La patte avant est antérieure à la ligne de ventre et au fanon, ce dernier étant réalisé en séquences alternées : fanon/pelage/ fanon. La ligne cervico‑dorsale est postérieure à l’oreille ; aucune autre superposition ne permet de la replacer dans la chronologie.

375Comme on pouvait s’y attendre, les éléments secondaires (œil, bouche, naseau, poils, bois) sont tous postérieurs aux contours de l’animal.

1

l’oreille

2

le dos

1

le chanfrein

2

le menton

3

dédoublement

3

le membre antérieur

4

le poitrail

4

le ventre

5

l’œil

5

la bouche

5

le naseau

6

le pelage

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

376Il n’y a aucun accident observable, les traits sont fermes et les bords réguliers : la maîtrise et la circulation de l’outil à la surface de l’os sont accomplies.

377L’artiste utilise l’espace sur la quasi‑totalité de la circonférence de l’os. Rappelons que la longueur initiale est inconnue. Toutefois, la contrainte du support est ici très forte. Le renne tend le cou et la tête et, de cette manière, s’adapte à un support long et étroit.

378Quand un graveur expérimenté dessine un animal sur un support cylindrique, la difficulté majeure réside dans le respect des proportions de l’animal par rapport à la circonférence de l’objet. L’artiste ne peut contrôler entièrement les dimensions qu’il donne à son dessin, puisqu’il ne voit jamais l’animal déroulé (à la différence du relevé de la pièce).

379Sur cet os, la tête du sujet est trop grande par rapport au reste du corps. Plutôt qu’une disproportion involontaire, nous y verrions plutôt l’expression d’une volonté d’accentuer la tête et ses caractères. Élément dominant de l’animal, et compte tenu des qualités techniques et graphiques de l’œuvre, la tête très détaillée indique ici à la fois l’espèce, le sexe et peut‑être le comportement. L’artiste a voulu symboliser un renne mâle dans toute sa force : le fanon volumineux et pendant, le développement des bois, la bosse saillante du garrot en témoignent.

4.6.3 Fragment d’os d’oiseau avec deux ramures de cervidé

380Réf. dans l’ouvrage : 884723.
L : 5,1 cm ; 1 : 1 cm ; ép. : 0,1 cm.

Description

381Ce fragment mésial de radius d’oiseau est rainuré à l’une de ses extrémités. On y remarque deux ramures de cervidé gravées en sens opposé. L’une est située du côté de l’extrémité rainurée, et limitée par deux traits transversaux, l’autre est interrompue par la cassure de l’os. Les deux ramures sont figurées en perspective, le bois du premier plan superposé au second (fig. 85a et b).

Analyses technologiques

Les figurations

● Les ramures

382Elles sont toutes les deux tracées de droite à gauche. Leur exécution progresse de la base du bois vers le sommet ; en général, deux à trois passages d’outil sont nécessaires pour l’approfondissement des tracés.

FIG. 85 ‒ Abri Morin (884723) : a, montage de micrographies (bois de cerf et rainurage à l’extrémité gauche) ; b, localisation des micrographies.

Dessins P. Laurent.

● La partie rainurée

383Des rainurages sont visibles en trois zones de l’extrémité gauche de l’os : la première est une incision continue ; les deux suivantes entament alternativement l’os, une dans la partie supérieure, l’autre sur la moitié inférieure. Cette rainure est obtenue par un va‑et‑vient de l’outil dans l’incision. Le nombre de passages n’est pas déterminable, car ce type de travail ne laisse pas de stigmates assez précis pour un tel décompte (fig. 86, no 2).

FIG. 86 ‒ Abri Morin (884723) : micrographies de la surface de l’os (1) et des palmes (2).
1, état de surface de conservation de niveau 2.
2, différents bourrelets causés par le rainurage.

Les sections des tracés

384Les gravures des ramures présentent préférentiellement des sections à fond plat ; toutefois, quelques sections en V dissymétrique sont observables sur les bords de l’os. Le rainurage montre des incisions profondes dont les sections varient du fond plat au V dissymétrique.

Chronologie des gravures

385Les ramures sont exécutées sur le même modèle : d’abord la base du bois, puis la perche et enfin les andouillers.

1

la base

2

le premier andouiller

3

la perche

4

les andouillers

386Le rainurage s’effectue en deux temps ; la saignée longitudinale précède les bois. Par contre, les deux autres leur sont postérieures.

1

le premier rainurage sur la demi‑circonférence

2

la ramure de droite

3

les deuxième et troisième rainurages

2 à 3 ?

la ramure gauche

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

387Les gravures sont fermement incisées et franches, aucun accident n’est observable.

388La chronologie des événements, notamment les différentes séquences de rainurages suggèrent que ce façonnage est étroitement lié à la gravure. L’objet peut alors être interprété comme un élément de parure décoré, les rainures fournissant un moyen de suspension.

389Sur cet objet, il est clair que le graveur n’a pas cherché à reproduire l’ensemble de l’animal, mais plutôt une abréviation symbolique : les bois du cerf. L’indice, sexuel et zoologique, suffit amplement à l’identification.

4.6.4 Harpon avec aurochs

390Réf. dans l’ouvrage : 884747.
L : 14,1 cm ; l : de 1,3 à 1,7 cm ; ép. : de 0,8 à 1,1 cm.

Description

391Sur l’extrémité proximale de ce harpon incomplet en bois de cervidé, on observe un aurochs en profil gauche, dont seuls les contours sont exprimés.

392La tête est allongée avec un museau rond (fig. 87). Les cornes, en perspective, sont recourbées vers l’avant. La ligne de dos est complète ; les membres antérieurs et postérieurs sont perceptibles ainsi que le ventre et le poitrail. L’aurochs porte deux traits sur le garrot et la croupe. Le reste du fût est décoré de tracés courbes entre les barbelures et de gravures linéaires sur ces dernières. Sur toute la longueur du harpon, et alignées en son centre, on remarque des « coches » dont trois entament le corps de l’aurochs.

FIG. 87 ‒ Abri Morin (884747) : montage de micrographies (tête de l’aurochs).

393Cet objet associe un décor géométrique et un animal, configuration rare sur un harpon.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 88)

FIG. 88 ‒ Abri Morin (884747) : localisation des micrographies.

Dessins P. Laurent.

● L’aurochs

394Les cornes sont exécutées de droite à gauche, la corne gauche après celle de droite. Les traits inférieurs sont gravés en dernier lieu, on voit deux BFT dans chaque tracé (fig. 89no 4).

395La tête : le chanfrein est exécuté de haut en bas. L’arrondi du museau n’est pas gravé dans sa continuité, mais réalisé en sens inverse, de droite à gauche, tout comme la ganache qui compte cinq BFT : quatre se trouvent au niveau du museau, une plus bas ; cette dernière semble brutalement arrêtée (fig. 89, no 2).

FIG. 89 ‒ Abri Morin (884747) : micrographies de l’aurochs.
1, la ligne dorsale est postérieure à la corne droite.
2, le bout du museau n’est pas gravé dans la continuité du chanfrein ; il est réalisé en sens inverse, de droite à gauche.
3, vue générale du membre antérieur, du poitrail et de la ligne du ventre ; l’ordre d’exécution est le suivant : poitrail/patte/ligne de ventre.
4, détail de la corne gauche avec deux BFT (flèches).
5, la patte arrière est gravée sur la ligne de ventre.

396Le poitrail et la ligne de ventre sont gravés de droite à gauche, c’est‑à‑dire en remontant vers la ganache.

397Les membres et la queue sont gravés de bas en haut, avec deux à trois passages d’outil dans chaque trait.

● Le décor géométrique

398Les arcs de cercle sur le fût sont tous exécutés de droite à gauche avec trois ou quatre passages d’outil dans chaque trait (fig. 90nos 12). Les tracés linéaires sur les barbelures sont gravés de la pointe vers l’intérieur du harpon avec trois ou quatre BFT. Les « coches » sont produites par des enlèvements de matière en copeau (fig. 90nos 34).

FIG. 90 ‒ Abri Morin (884747) : micrographies des décors géométriques (1 à 4) et de l’aurochs (56).
1, les arcs de cercle sur le fût sont exécutés de droite à gauche avec quatre passages ; on discerne sur ce cliché quatre butées de fin de trait (flèches).
2, tracé linéaire sur les barbe lures, gravé de la pointe vers l’intérieur.
3, les coches sont des enlèvements de matière en copeau par à‑coups secs de droite à gauche.
4, les coches sont antérieures à l’aurochs.
5, broutage dans le tracé du poitrail de l’aurochs.
6, les gravures sont, dans l’ensemble, très érodées.

Les sections des tracés

399Dans leur ensemble, les tracés sont assez érodés (fig. 90no 6) et les ATT et BFT difficiles à observer. Les sections sont en V dissymétrique sur l’ensemble du harpon. Dans le sens de lecture de l’aurochs, les méplats d’outil sont à droite (chanfrein, ganache, membres) ou vers le bas de l’objet (corne, ventre, ligne de dos).

La chronologie des gravures

L’aurochs

400Les cornes sont placées en premier lieu (fig. 89no 1), celle de droite étant l’élément initial. À la suite, le graveur exécute le chanfrein, puis l’arrondi du museau, la ganache et enfin le poitrail. Les membres antérieurs sont gravés sur les tracés du poitrail mais avant la ligne de ventre (fig. 89no 3).

401Par contre, les membres postérieurs sont exécutés après la ligne ventrale (fig. 89no 5). Quand aux tracés de la queue, aucune superposition de trait n’est lisible. Dans ce cas, nous pouvons supposer qu’elle est ajoutée en dernier.

1

les cornes

2

le chanfrein

2

le dos

3

le museau

4

la ganache

5

le poitrail

6

les membres antérieurs

7

la ligne de ventre

8

les membres postérieurs

9 ?

la queue

Chronologie générale de l’objet

402Le boviné est gravé après le décor géométrique des barbelures et des coches centrales (fig. 90no 4).

1 ou 2

décor des barbes

1 ou 2

coches centrales

3

aurochs

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

403L’auteur a rencontré de nombreux problèmes d’inclinaison d’outil et de résistance mécanique de la matière lorsque le silex était déplacé perpendiculairement aux fibres du bois. La conséquence directe est la présence de nombreux broutages, pratiquement dans tous les traits (fig. 90no 5).

404Le graveur n’a pas su résoudre les principales difficultés techniques cumulées sur cet objet : forte convexité et hétérogénéité du support, le bois de cervidé présentant des fibres plus grossières que l’os. L’espace graphique est divisé en deux secteurs : le décor animalier est cantonné dans le quart proximal du harpon, tout près des protubérances basilaires, alors que les motifs géométriques s’amorcent après l’aurochs et se déroulent jusqu’à l’extrémité distale.

405Cette répartition distincte du décor pourrait être en relation avec les risques de fracture d’une arme de chasse, l’aurochs étant placé dans la zone la moins susceptible d’être abîmée lors d’un impact. On peut y voir un souci de préservation privilégiée et peut‑être un signe de valorisation.

4.6.5 Fragment d’humérus de boviné avec aurochs

406Réf. dans l’ouvrage : 884748.
L : 9,8 cm ; l : 5,9 cm ; ép. : de 0,8 à 1,1 cm.

Description

407Sur ce fragment d’humérus de boviné, on distingue un aurochs en profil gauche (fig. 91). Le protomé est figuré avec l’amorce du poitrail et une partie de la ligne cervico‑dorsale. La tête est penchée vers l’avant, avec un museau carré et un œil ovalaire ; les cornes en lyre s’élèvent verticalement au‑dessus du crâne, avec quelques poils pour le toupet. L’oreille est rectangulaire. Quelques tracés indéterminés sont également lisibles sous la tête de l’animal.

FIG. 91 ‒ Abri Morin (884748) : montage de micrographies (tête de l’aurochs).

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 92)

FIG. 92 ‒ Abri Morin (884748) : localisation des micrographies.

Dessins P. Laurent.

● L’aurochs

408Les cornes sont traitées à partir du crâne vers l’extérieur avec deux à trois passages (fig. 93no 3). Les poils du toupet sont réalisés de haut en bas par deux passages d’outil (fig. 93no 2). Le chanfrein et l’œil sont assez complexes car imbriqués l’un dans l’autre. L’ensemble est réalisé de haut en bas avec trois passages d’outil. Une première amorce du chanfrein est lisible au‑dessus de l’œil. Le trait supérieur de l’œil est gravé indépendamment, puis le tracé inférieur poursuit sa course pour former la partie inférieure du chanfrein. D’autres tracés sont issus de la base de l’œil pour compléter le chanfrein, où ils prennent fin. Le bout du museau : indépendant des autres gravures, il est horizontal et formé de multiples tracés exécutés indifféremment vers la gauche ou vers la droite. C’est l’accumulation de ces différents passages qui crée le museau. La ganache et le poitrail sont exécutés de gauche à droite avec trois passages d’outil. La ligne cervico‑dorsale est réalisée de droite à gauche avec des passages multiples décalés.

FIG. 93 ‒ Abri Morin (884748) : micrographies de la surface de l’os (1) et de l’aurochs (2 à 6).
1, état de surface de conservation de niveau 3,
2, ensemble des poils et du toupet ; cette première série est antérieure à la corne.
3, trois bourrelets indiquant trois passages d’outil dans la corne gauche.
4, vue générale de la ligne de dos ; elle est réalisée de droite à gauche avec des passages multiples décalés.
5, gravures en V dissymétrique et à fond plat.
6, les superpositions de tracés montrent la seconde séquence de gravures où l’œil est antérieur au chanfrein.

Les sections des tracés

409Sur l’ensemble de l’objet, les tracés sont étroits et peu marqués. Les sections de trait sont en V dissymétrique étroit et à fond plat. Un même tracé peut comporter les deux types de section (fig. 93no 5).

Chronologie des gravures

410La corne de droite est gravée d’abord, puis une première série de poils sur le toupet et ensuite la corne de gauche (fig. 93no 5). Viennent les tracés initiaux du chanfrein, l’œil et une reprise du chanfrein dans sa partie inférieure (fig. 93no 6). Le bout du museau lui est postérieur, ensuite la ganache et le poitrail. La ligne cervico‑dorsale est postérieure au toupet, mais sa place, par rapport aux autres éléments, n’est pas repérable. Quelques poils du toupet sont postérieurs aux tracés du chanfrein. Les tracés sous la tête précèdent la figure.

1

la corne droite

2

les poils du toupet

3

la corne gauche

4

le chanfrein

5

l’œil

6

le chanfrein

7

le bout du museau

8

la ganache

9

le poitrail

4 à 9 ?

la ligne cervico‑dorsale

10

poils du toupet

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

411Les bords de trait sont quelquefois irréguliers avec des dérapages d’outils (chanfrein, cornes). Les passages sont le plus souvent multiples sans qu’on perçoive le souci de repasser dans le premier trait de guidage.

412La gravure est dans l’ensemble hésitante et techniquement monotone ; les contours de l’animal ont la même force et la même lisibilité que les détails tels que le toupet. Bien que le dessin soit peu élaboré, le graveur a une certaine compétence dans le maniement de l’outil. Les erreurs sont le plus souvent dues à un mauvais angle de travail, trop ouvert ou trop fermé, cause de dérapages. La figure est assez simple et occupe l’espace grâce au prolongement de la ligne dorsale. Seule la tête est détaillée, elle semble l’élément déterminant.

4.6.6 Fragment de lissoir avec bisons

413Réf. dans l’ouvrage : 884749.
L : 4,5 cm ; l : 1,9 cm ; ép. : 0,2 cm.

Description

414On observe, sur ce fragment de lissoir, deux bisons adultes (A et C) en profil gauche sur deux plans distincts.

415Le plus éloigné (A) n’est que partiellement visible, dissimulé par un petit animal courant à ses côtés (B), vraisemblablement un jeune, et par la tête du bison de droite (C) qui recouvre son arrière‑train. Le corps de ce dernier est détruit par la fracture de l’objet. Le jeune bison (B) est atteint par un long trait sur le corps. Devant le museau de A, on remarque des traits, qui par analogie avec les parties correspondantes de B, peuvent être lus comme les vestiges d’un second jeune (D) (Deffarge et al. 1975). Nous retiendrons donc l’interprétation d’une harde de quatre animaux, deux adultes et deux jeunes. Au‑dessus de l’adulte A, un double tracé courbe évoque une corne isolée.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 94 et 95)

FIG. 94 ‒ Abri Morin (884749) : localisation des micrographies (bisons).

Dessins P. Laurent.

FIG. 95 ‒ Abri Morin (884749) : a, relevé ; b, micrographies de la tête du bison C.

● Fragment du jeune bison D

416La ligne dorsale est réalisée de la gauche vers la droite avec trois passages d’outil. La queue et le membre postérieur, peu marqués, sont exécutés de bas en haut. On distingue deux ATT dans chaque tracé.

● Bison A

417L’oreille et la corne : les contours de l’oreille sont réalisés de droite à gauche en commençant par la partie inférieure avec au moins quatre passages ; la corne est exécutée de haut en bas avec trois passages dans chaque trait (fig. 96no 2).

418Le chanfrein et le bout du nez : le chanfrein est gravé de haut en bas, le nombre de passages n’est pas déterminable. Le bout du nez est réalisé de bas en haut (deux passages).

419Le pelage est structuré selon sa localisation sur l’animal. Les tirets du dos, de la barbe et du pli de l’aine sont gravés de haut en bas ; ceux du chanfrein le sont de gauche à droite avec deux passages (fig. 96no 6).

FIG. 96 ‒ Abri Morin (884749) : micrographies de la surface de l’os (1) et des bisons (2 à 6).
1, état de surface de conservation de niveau 2.
2, vue de l’oreille et de la corne du bison A ; l’oreille est postérieure au pelage du dos et à la corne.
3, vue du jeune bison B ; on observe à droite l’empennage de la « flèche ».
4, détail du museau du bison B ; il est réalisé par trois mouvements secs de droite à gauche, opérant ainsi la jonction entre les tracés du chanfrein et de la ganache.
5, vue du pelage, de la barbe et du membre antérieur du bison C. Les tracés de la patte sont nettement postérieurs au pelage.
6, pelage du museau du bison A ; il est exécuté de haut en bas.

420La corne isolée au‑dessus du dos est exécutée de haut en bas.

● Le jeune bison B (fig. 96, no 3)

421La ligne dorsale est gravée en plusieurs tracés décalés de bas en haut, puis de droite à gauche avec deux à trois passages.

422L’oreille et le chanfrein sont tous deux réalisés de haut en bas avec deux à trois passages d’outil.

423Le museau est peu marqué et fait de deux petits mouvements secs de droite à gauche, opérant ainsi la jonction entre les tracés du chanfrein et de la ganache (fig. 96no 4).

424Le poitrail et la ganache sont exécutés avec les mêmes mouvements, quelquefois décalés, partant du membre antérieur et remontant vers le museau (trois passages).

425Les membres antérieurs et postérieurs : les premiers sont réalisés de haut en bas, les seconds en sens inverse, mais avec trois passages pour chacun d’eux.

426La ligne ventrale : exécutée de droite à gauche (trois ATT). On observe sur sa partie supérieure deux vestiges de trait plus légers, peut‑être une première esquisse. La flèche : les trois tirets qui représentent la « blessure » sont réalisés de haut en bas, par contre, le long trait est exécuté en sens inverse.

● Bison C

427Les cornes et l’oreille : les cornes sont exécutées de haut en bas avec trois à quatre passages d’outil. Dans leur partie supérieure, on observe deux tracés doubles légèrement décalés. L’oreille est réalisée en arc de cercle en tournant de droite à gauche. La gravure est obtenue en deux temps avec une reprise de tracé dans la partie gauche (trois passages dans chaque trait).

428Le chanfrein et le bout du nez sont réalisés sur le même modèle que ceux du bison A. La barbe est exécutée par de nombreux passages (quatre) de droite à gauche, l’ensemble est assez désordonné.

429Le membre antérieur est gravé de droite à gauche avec trois passages dans chaque trait (fig. 96no 5).

Les sections des tracés

430Les gravures présentent des sections en V dissymétrique ou à fond plat. Les deux bisons adultes sont plutôt en V dissymétrique ; les gravures sont plus profondes pour produire des effets de perspective. Néanmoins, la succession en V dissymétrique et fond plat est lisible sur un même trait suivant les inclinaisons de la main. Les méplats de tracés suivent la courbure du trait : ils sont préférentiellement situés vers l’intérieur pour les gravures du plan horizontal, et vers la droite pour les verticales.

Chronologie des gravures

431Les deux bisons adultes (A et C) sont construits sur le même modèle avec des séquences gestuelles identiques. Le pelage du dos semble gravé en premier, puis la corne et l’oreille, les poils du chanfrein, le tracé rectiligne et enfin le bout du nez. L’ensemble du pelage de la barbe se place dans un second temps, quand le membre antérieur est déjà figuré ; le pelage du ventre est postérieur (fig. 96no 2).

1

le pelage du dos

2

la corne

3

l’oreille

4

le pelage du chanfrein

5

le chanfrein

6

le bout du nez

7

le pelage de la barbe

8

la barbe

9

le membre antérieur

10

le pelage du ventre

432Le jeune bison D ne permet aucune reconstitution chronologique.

Le jeune bison (B)

433Aucune superposition n’est observable entre la ligne dorsale, le chanfrein, la ganache, les membres et la ligne de ventre. Néanmoins, le bout du nez est postérieur au chanfrein et à la ganache, l’oreille est placée après le tracé du chanfrein. La flèche est postérieure à la ligne de ventre.

0

le dos

0

le chanfrein

0

la ganache

1

le poitrail

0

le membre antérieur

0

le ventre

0

le membre postérieur

2

le bout du nez

2

l’oreille

2

la flèche

434Sur l’ensemble de l’objet, nous savons que le bison A est antérieur au bison B. Aucune superposition n’intervient entre A et C ou A/B et D. Néanmoins, en observant les positions respectives des bisons A et C et leur mise en perspective, nous pouvons supposer que le bison C a été dessiné avant A. Des remarques similaires peuvent être faites au sujet de la chronologie entre A et D. Le dos du petit bison est interrompu par le museau du bison A ; nous pouvons donc avancer que D est postérieur à A.

1

le bison C

1 ou 2

le bison A

3

la corne isolée

3

le jeune bison B

3

le jeune bison D

435Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

436De rares broutages et accrochages légers (oreille du bison A) sont observables mais dans l’ensemble, les tracés ne présentent aucun accident flagrant.

437Les gravures sont fermes avec des bords réguliers, le graveur maîtrise parfaitement son burin. L’artiste utilise totalement l’espace graphique pourtant restreint en donnant, grâce à la perspective, une impression de troupeau mêlant jeunes et adultes. Il accorde des proportions distinctes aux animaux suivant leur âge (jeune ou adulte). Le volume des bisons adultes est indiqué par le biais du pelage, tous les contours sont figurés par des tirets ; seuls les cornes, oreilles, le bout du nez sont en tracés rectilignes ou légèrement courbes.

438Cette technique « impressionniste » paraît tout à fait originale, tant sur le site qu’ailleurs. Le jeune bison, moins corpulent, est figuré en tracé simple, sans pelage ni attributs internes. Les gravures sont en général plus fines que pour les adultes, marquant ainsi une distinction graphique dans leur profondeur et donc dans la perception du relief.

439Ce thème (animaux adultes et jeunes) n’est pas sans rappeler la célèbre rondelle du Mas‑d’Azil dite « la vache et son veau » ou encore une autre pièce du même site (fragment de côte, MAN 47358, Chollot 1964 : 295).

4.6.7 Fragment de côte avec rennes

440Réf. dans l’ouvrage : 884751.
L : 10,6 cm ; l : 3,2 cm ; ép. : de 0,4 à 0,6 cm.

Description

441On remarque immédiatement, sur ce long fragment de côte, deux rennes se suivant, en profil droit.

442Le premier à gauche est figuré par sa tête et une patte, le second par ses membres postérieurs. Ces animaux sont incomplets par cassure. Ils sont dans une position dynamique, trottant ou marchant d’un pas rapide. La tête est détaillée avec bouche, naseau, œil, oreille et bois ; l’arrière‑train présente un membre tendu et le second plié. Sur les deux spécimens, le pelage est représenté par des séries de petits traits verticaux tant sur la tête que sur la croupe et le corps. Ce dernier porte, sur le ventre, une série de tirets profonds et alignés marquant sans doute une indication (saisonnière ?) de la robe. Ces taches sont fréquentes sur les représentations de rennes magdaléniens.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 97)

FIG. 97 ‒ Abri Morin (884751) : localisation des micrographies.

Dessins P. Laurent.

● La tête de renne (fig. 98)

443Le chanfrein est gravé de bas en haut, en remontant vers l’oreille et le bois. Au contraire, le museau est exécuté en sens inverse avec une reprise de tracé et un dérapage qui entame le menton. Les BFT, au nombre de quatre, se situent en fin de parcours, près de la bouche ; cette dernière est dessinée dans le même mouvement.

FIG. 98 ‒ Abri Morin (884751) : montage de micrographies (tête du renne).

444Le menton apparaît comme un élément indépendant, son tracé est repris depuis la bouche et réalisé en demi‑boucle en tournant vers la droite, avec trois à quatre passages d’outil.

445La ganache et le poitrail sont exécutés de la droite vers la gauche.

446Les contours de l’œil sont gravés de droite à gauche par trois à quatre passages. L’arrondi est réalisé avec de multiples passages légèrement décalés.

● L’arrière‑train (fig. 99)

FIG. 99 ‒ Abri Morin (884751) : montage de micrographies (patte du renne).

447La croupe est exécutée du haut vers le bas en deux temps, avec une reprise en milieu de tracé. La cuisse est tracée de droite à gauche avec trois passages. La patte gauche est gravée de haut en bas avec quatre passages (fig. 100no 5). La patte droite sous le ventre et la ligne ventrale sont dessinées de droite à gauche, avec quatre à cinq passages.

FIG. 100 ‒ Abri Morin (884751) : micrographies de la surface de l’os (1) de la tête du renne 1 (2) et de la patte du renne 2 (à 6).
1, état de surface de conservation de niveau 2.
2, pelage du bout du museau ; il est postérieur au tracé du contour.
3, pelage sur la patte ; il est postérieur au tracé du contour.
4, sortie d’outil non contrôlée.
5, accrochages d’outil visibles dans une courbe.
6, empreinte d’outil dans le tracé de la cuisse.

448Les quinze tirets verticaux et le signe sur le flanc sont réalisés de haut en bas par deux à trois passages d’outil (l’ensemble est érodé).

449Le pelage est exécuté avec un à deux passages, du haut vers le bas ; dans quelques cas, le chevauchement de deux tirets accentue la profondeur des incisions (fig. 100no 2).

Les sections des tracés

450Les sections de trait varient du V dissymétrique au tracé à fond plat, très souvent sur un même trait suivant la convexité du support et l’inclinaison de la main. Les fonds plats peuvent résulter de passages multiples.

Chronologie des gravures

La tête de renne

451La partie supérieure droite du bois et le chanfrein, dans sa continuité, sont gravés en premier lieu ; ensuite, le museau, la gorge, le poitrail et enfin le membre antérieur.

452Les séquences du tracé gauche de la perche, celles de l’oreille et de l’amorce de la cervicale sont identifiables localement, sans pouvoir les replacer par rapport aux autres éléments du contour. Le tracé gauche de la perche est gravé, puis l’oreille et enfin les deux traits courts faisant la liaison entre, d’une part le bois et l’oreille, et d’autre part, l’oreille et le cou. L’andouiller au‑dessus du chanfrein est gravé après le contour.

453Les attributs internes sont mis en place après le contour de la tête : l’œil et le naseau sont gravés dans une même phase, les tirets du pelage leur sont postérieurs (fig. 100nos 2 et 3).

1

bois/chanfrein

2

le museau

3

la bouche

4

la gorge

5

le poitrail

6

le membre antérieur

1 à 7 ?

le bois

1 à 8

l’oreille

9 ou 10

l’œil

9 ou 10

le naseau

2 à 10

l’andouiller

11

le pelage

L’arrière‑train

454L’arrondi de la croupe est d’abord mis en place, puis le membre postérieur tendu, la ligne ventrale et enfin le membre en flexion. Le pelage est gravé et à la suite, les quinze tirets verticaux suivis des deux traits parallèles.

1

l’arrondi de la croupe

2

le membre tendu

3

le ventre

4

le membre plié

5

le pelage fin

5 ou 6

les quinze tirets

5 ou 6

deux tirets obliques

Chronologie générale de l’objet

455La mise en place relative des animaux ne peut pas être déterminée car il n’existe aucune superposition entre eux.

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

456Dans leur ensemble, les tracés sont fermes avec des bords réguliers et bien appuyés. Les accrochages ou accidents sont pratiquement inexistants. Toutefois, on remarque quelques dérapages (museau du renne). Les gravures reflètent la main d’un graveur expérimenté, maîtrisant parfaitement sa technique, mais laissant apparaître quelque maladresse dans la réalisation des courbes (fig. 100, nos4, 5, 6).

457La qualité graphique des figurations est exceptionnelle, le naturalisme magdalénien atteint ici un de ses sommets.

458Sur ce fragment, le graveur a utilisé tout l’espace disponible. Les fractures ne permettent pas d’évaluer l’intégralité des animaux, toutefois, leur cadrage serré près des bords laisse supposer que le support n’était pas plus large, ce qui ne facilitait pas une disposition en file dynamique des rennes, quelque peu à l’étroit.

4.6.8 Fragment de sagaie avec rennes

459Réf. dans l’ouvrage : 884767.
L : 8,1 cm ; l : de 1,3 à 1,7 cm ; ép. : de 0,8 à 1,1 cm.

Description

460Fragment proximal de sagaie (fig. 101). La section du fût est sub‑quadrangulaire et la base arrondie avec un double biseau strié. Sur chaque petit côté de la section quadrangulaire, on observe un renne (décrit comme cheval dans la publication : Deffarge et al. 1975 : 47).

461Pourtant, malgré la schématisation des figures et l’absence de bois développés, l’angulation du garrot, l’encolure maigre, la présence d’un fanon, ainsi que le museau carré et les tirets verticaux sur le corps de l’animal (typiques sur les représentations magdaléniennes) désignent à nos yeux des rennes.

462Le cervidé en profil gauche est complet ; seules les extrémités font défaut, car le support ne permettait pas de les graver. L’animal en profil droit est abrégé, l’arrière‑train remplacé par une série de quatre signes angulaires disjoints et emboîtés.

463Dans les deux cas, les corps et les membres sont figurés en extension. Les têtes sont carrées avec un œil triangulaire, la bouche indiquée par un simple tracé linéaire. L’oreille et l’esquisse d’un bois sont représentées par des tirets verticaux, angulaires ou parallèles, au sommet du crâne.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 101)

FIG. 101 ‒ Abri Morin (884767) : localisation des micrographies (renne).

Dessins P. Laurent

● Le renne en profil gauche (fig. 102)

464La tête : le chanfrein est exécuté de droite à gauche en trois passages. La ganache prend naissance au niveau de l’arc mandibulaire, elle est tracée de droite à gauche avec trois passages. Le bout du museau remonte vers le chanfrein. La bouche est dessinée suivant la même direction avec deux passages.

FIG. 102 ‒ Abri Morin (884767) : montage de micrographies (tête de renne).

465Le poitrail est réalisé à partir du membre antérieur vers la ganache, trois passages d’outil ont été nécessaires.

466Les membres antérieurs et postérieurs : le premier est exécuté de haut en bas, le second en sens inverse, avec trois à quatre passages d’outil pour chacun.

467La ligne ventrale est tracée en arc de cercle, de droite à gauche avec deux à trois passages (trois BFT). Une des premières incisions n’a pas achevé sa courbe, le tracé s’est poursuivi en ligne droite jusqu’au membre antérieur (fig. 103, no 1).

468La ligne cervico‑dorsale est réalisée de droite à gauche avec deux arrêts et reprises successifs afin de marquer l’angulation du garrot, qui est en réalité un triangle non fermé. On compte trois à quatre passages d’approfondissement des tracés (fig. 103, no 2).

469L’oreille et le bois : l’oreille est gravée de haut en bas alors que le bois est réalisé en sens inverse ; les passages d’approfondissement ne sont pas déterminables (fig. 103, no 3).

FIG. 103 ‒ Abri Morin (884767) : micrographies du renne,
1, ligne de ventre avec trois BFT (flèches) ; les signes du ventre sont également lisibles.
2, saillie de l’épaule sur la ligne de dos.
3, vue de l’oreille et du bois.

470L’œil : de forme triangulaire, les côtés sont réalisés de bas en haut (droit) puis de haut en bas (gauche) et la base du triangle de droite à gauche ; dans chaque trait on compte trois passages d’outil. La base est réalisée d’abord, puis le côté droit et enfin le gauche.

471Les tirets sur le corps sont exécutés de haut en bas avec deux passages.

● Le renne en profil droit

472Bien que moins lisible, les gravures étant moins appuyées, cet animal est le jumeau parfait du renne en profil gauche. Il est réalisé, pour les parties communes, exactement sur le même modèle, sans aucune modification du sens d’exécution ou du nombre de passages d’outil. La différence de profondeur des gravures trouve peut‑être son origine dans une rapidité accrue des gestes.

Les sections des tracés

473Les gravures présentent des sections en V dissymétrique plus ou moins large suivant les inclinaisons du burin.

Chronologie des gravures

474Le graveur commence par la partie supérieure de l’animal, la ligne cervico‑dorsale, puis dessine l’oreille, le bois et enfin le chanfrein. Il grave ensuite la partie inférieure en débutant par l’arrière‑train : queue, membre postérieur, ventre, membre antérieur, poitrail, ganache, menton et enfin le bout du nez qui recoupe le chanfrein. Les tirets sur le corps sont postérieurs à la ligne de ventre ; ils sont dessinés en dernier, tout comme l’œil et la marque d’épaule.

475Le renne en profil droit présente la même chronologie de tracés ; à nouveau, les signes angulaires sont gravés en dernier lieu. Les animaux sont postérieurs au façonnage des biseaux de la sagaie.

1

la ligne cervico‑dorsale

2

l’oreille

3

les bois

4

le chanfrein

5

la queue

6

le membre postérieur

7

le ventre

8

le membre antérieur

9

le poitrail

10

la ganache

11

le menton

12

le bout du nez

13

les tirets

13

l’œil

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

476Les tracés offrent généralement des bords réguliers, avec des exceptions (œil, arc mandibulaire). Les problèmes (broutages, accrochage) apparaissent dans la convexité du support, c’est‑à‑dire lorsque l’outil entame la matière soit perpendiculairement aux fibres de l’os soit en léger décalage de l’orientation d’origine. À ces endroits très précis, le graveur a rencontré quelques difficultés. L’artiste a tenté d’inscrire ses figures au mieux dans le champ très étroit disponible. Le cadrage et la position des animaux autorisent cette remarque. Le renne en profil gauche est mieux traité que son congénère en profil droit qui laisse voir une exécution rapide trahie par une récurrence d’accidents. La recherche de symétrie est évidente ; elle a déterminé l’ensemble du décor.

4.6.9 Fragment de diaphyse avec un cheval

477Réf. dans l’ouvrage : 884774.
L : 13,6 cm ; 1 : 3,7 cm ; ép. : 0,9 cm.

Description

478À la surface de ce morceau de diaphyse, percuté sur son extrémité droite, on observe un cheval en profil gauche, exprimé par la tête, l’amorce du poitrail et de la ligne de dos. Le style est plutôt schématique, l’animal est réduit à un contour en tirets ou hachures entrecroisés. Deux tracés parallèles sont lisibles au‑dessus de la ligne dorsale.

Analyses technologiques

La figure (fig. 104)

FIG. 104 ‒ Abri Morin (884774) : localisation des micrographies (cheval).

Dessins P. Laurent.

● Le cheval

479Les gravures comprennent deux ensembles : un premier passage de traits parallèles entre eux, puis une seconde série en hachures perpendiculaires. Deux passages d’outil sont observables dans les tracés, des BFT sont lisibles sur la crinière. Les hachures perpendiculaires sont toujours superposées. D’après leur sens d’exécution et le chevauchement constant, on peut visualiser la dynamique de création. Sur l’ensemble cervico‑dorsal, la main se déplace, pour les deux séries de tracés, de droite à gauche. Il en est de même pour la tête et les deux traits parallèles au‑dessus de la ligne dorsale ; le poitrail est gravé de bas en haut (fig. 105nos2, 3, 4).

FIG. 105 ‒ Abri Morin (884774) ; micrographies de la surface de l’os (1) et du cheval (2 à 4).
1, état de surface de conservation de niveau 2.
2, gravure du chanfrein.
3, dans les gravures de la ganache, on observe deux BFT par tracé.
4, les tracés de la crinière.

Les sections des tracés

480Les gravures sont, dans leur ensemble, assez fines. En général, la section est en V dissymétrique ; néanmoins, la crinière présente des sections variables, dues à des changements d’inclinaison d’outil.

Chronologie des gravures

481Les phases successives de construction du cheval sont difficiles à préciser puisque les superpositions ne se réalisent qu’au niveau de la tête et du poitrail. La partie supérieure de la tête est gravée après l’arrondi qui forme le museau ; les tracés verticaux des oreilles sont postérieurs au chanfrein. La ganache est exécutée après le poitrail.

1

l’arrondi du museau

2

le chanfrein

3

les oreilles

1 à 3

le poitrail

4

la ganache

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

482La particularité de ces gravures est leur finesse (entre 200 et 500 microns contre par exemple 900 microns pour la pièce 884751 du même site, cf. § 4.6.7). Les bords du tracé sont souvent irréguliers, exécutés à la pointe de l’outil. Les gestes sont parfois hésitants ; la technique employée ne demande qu’un faible investissement en puissance, tant dans le contrôle de l’outil que dans la netteté du trait. L’exécution semble rapide, peu soignée ; l’important réside dans le rendu final d’un contour diffus obtenu par l’assemblage de tirets, et non plus sur la hiérarchie des incisions.

483Le cheval est situé dans la partie gauche de l’os, à l’opposé d’enlèvements opérés à partir du bord droit. L’auteur dessine une silhouette générale, sans détail ; on ne note aucune recherche particulière de cadrage.

4.6.10 Fragment de radius de bovidé avec aurochs

484Réf. dans l’ouvrage : 884775.
L : 13,5 cm ; 1 : 4 cm ; ép. : de 0,6 à 2 cm.

Description

485Sur ce fragment de radius gauche de grand bovidé, un boviné en profil gauche est lisible (fig. 106) : tête allongée, museau carré et corps massif sur des pattes courtes et effilées. Les fractures ont endommagé l’animal, seule la partie antérieure du corps demeure. Cependant, la tête incomplète a été intentionnellement abrégée. Les contours principaux du boviné sont gravés en tracés linéaires (chanfrein, ganache, poitrail, ventre), les segments restants et l’intérieur du corps sont exécutés et oblitérés par des hachures courtes qui suivent les contours. Sous la tête de l’aurochs, deux séries de hachures et de gravures fines sont observables.

FIG. 106 ‒ Abri Morin (884775) : localisation des micrographies (bovine).

Dessins P. Laurent.

Analyses technologiques

La figure

● L’aurochs

486En raison de sa complexité, le remplissage de la tête est divisé en trois registres (Registre Vertical RV 1 ; puis RV 2 et RV 3, de haut en bas), sur lesquels se superposent trois séries de hachures horizontales (Séries Horizontales SH 1 ; SH 2 ; SH 3).

487Les gravures verticales des registres RV sont exécutées de bas en haut, alors que celles des séries horizontales SH sont gravées de droite à gauche. Le museau est figuré par des tracés successifs courts réalisés de bas en haut, mis à part la série inférieure dont le sens est inversé (fig. 107, no 3). Les membres antérieurs sont gravés sur le même modèle : les tracés sont multiples et exécutés de bas en haut (fig. 107, nos 5 et 6). Le remplissage du corps est figuré en bandes successives qui accompagnent les contours de l’animal. Elles sont gravées de haut en bas avec un déroulement linéaire de gauche à droite. Les longs traits horizontaux, qui recoupent ces séries, sont exécutés de gauche à droite et de bas en haut (fig. 108, no 3).

FIG. 107 ‒ Abri Morin (884775) : micrographies de la surface de l’os (1) et du bovine (2 à 6).
1, état de surface de conservation de niveau 3.
2, exemple de traits rencontrés.
3, vue du museau.
4, chronologie des gravures sur le chanfrein ; les registres horizontaux sont postérieurs aux registres verticaux.
5, vue des membres antérieurs.
6, détail d’un des membres antérieurs.

Les sections des tracés

488Les tracés sont très fins, en V dissymétrique à bords irréguliers (fig. 107, no 2).

Chronologie des gravures

489Les hachures sont toutes postérieures aux contours linéaires de l’animal. Sur la tête, les séries horizontales sont postérieures aux registres verticaux et mises en place de haut en bas (fig. 107no 3). Les membres antérieurs et la bande hachurée entre les deux pattes sont postérieurs aux tracés du corps. Les bandes de remplissage sont disposées à partir du bas : les hachures inférieures qui font suite aux pattes sont les premières incisées, puis la série à hauteur du poitrail et ainsi de suite... Le graveur a donc tracé les contours linéaires, placé la tête, exécuté le remplissage et enfin réalisé les pattes.

1

le contour linéaire

2

la tête

3

le remplissage

4

les membres antérieurs

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

490Les ATT et les BFT démontrent que deux passages d’outil sont réalisés pour chaque incision (quelques fois trois, mais plus rarement). Compte tenu de la finesse des gravures, les gestes doivent être très précis pour atteindre ce résultat. L’aspect technique général des tracés est monotone, sans hiérarchisation entre les contours et le remplissage interne et nous incite à rapprocher cette pièce du cheval 884774 du même site.

491Au niveau du chanfrein, les gravures sont postérieures à la fracture. Cette observation indique que la tête de l’animal, bien qu’incomplète, a été gravée dans cet état : elle n’a jamais existé dans son intégralité. Nous pouvons donc affirmer que le cadrage de l’animal si proche du bord supérieur est intentionnel. En revanche, la fracture de l’arrière‑train est intervenue après la gravure (fig. 108nos 12).

FIG. 108 ‒ Abri Morin (884775) : micrographies du boviné.
1, les gravures sont postérieures à la fracture du bord supérieur.
2, détail de la superposition entre le bord de la fracture et les gravures.
3, série de traces de la zone ventrale.

4.7 La Vache (Alliât, Ariège)

492Située sur le versant gauche de la vallée du Vicdessos, la grotte de La Vache comprend deux secteurs : la salle Garrigou et la salle Monique. La première fut fouillée dès 1866 par le Dr F. Garrigou, et quelques années plus tard par F. Régnault. À partir de 1940, R. Robert fouilla le second secteur. Dans la salle Monique, la couche archéologique fut exploitée sur 280 m2 en quatre niveaux (de I à IV) définis arbitrairement, quelle que soit l’épaisseur des couches rencontrées. Celles‑ci ont livré un riche mobilier attribué au Magdalénien supérieur. La couche II a été datée de 12 800 ± 140 BP (Gif 7603), et la couche IV de 12 850 + 60 BP (Gif 2026) (Jaubert 1995 : 291‑301).

4.7.1 Fragment de côte avec phoque, fanon de bison et animal indéterminé

493Réf. dans l’ouvrage : 989‑107.
L : 6 cm ; 1 : 1,5 cm ; ép. 0,9 cm.

Description

494Ce fragment de côte gravé sur les deux faces est en fait un morceau de la grande côte aux bisons (MAN no 83361) dont le raccord a été effectué récemment par R. Simonnet (Simonnet 1991). La mise en place de ce petit fragment sur le reste de la côte permet d’interpréter des tracés jusqu’alors indéterminés (fig. 109).

FIG. 109 ‒ La Vache (989‑107) : fragment de côte ; phoque et animal indéterminé (rongeur ?).

495Sur la moitié gauche, on observe la partie antérieure d’un phoque bien conservée. La cassure du support nous prive du reste de l’animal. La tête effilée au museau carré est tendue, les moustaches sont pendantes et l’œil circulaire. Sous la gorge de l’animal, on remarque une série de sept longs traits parallèles. Sur la tête et la partie supérieure du corps, des tirets plus ou moins parallèles semblent indiquer un pelage. Dans la partie inférieure, quatre longs traits obliques parallèles pourraient figurer la nageoire.

496Devant le phoque en profil droit, mais en sens de lecture inversé, on remarque l’extrémité inférieure du fanon d’un bison dont la tête se trouve sur la grande côte conservée au MAN. La ligne du fanon est bien marquée et rehaussée de tirets horizontaux parallèles, renforçant ainsi le volume de l’animal. Dans la partie supérieure, trois longs traits sont des vestiges de la barbe. Entre la ligne du fanon et le phoque, quatre séries de traits courbes parallèles représentent sans doute le pelage.

497Longeant le bord inférieur de la côte, et partiellement endommagée par la cassure du bord gauche, une petite tête animale est visible. Les oreilles sont figurées en perspective ; elles sont rondes et poilues. Sur l’oreille droite, le bord interne du lobe est indiqué. Le chanfrein, fragmentaire, est concave et l’œil ovalaire ; son contour et la pupille sont dissociés. L’ensemble de la tête est recouvert de traits courts autour de l’œil, et de longs traits qui représentent un pelage fourni. L’amorce du cou est lisible, figurée par six longs tracés qui commencent derrière les oreilles et se poursuivent le long de la joue pour s’arrêter sur le bord naturel de l’objet. La détermination de ce petit animal est difficile à préciser ; les oreilles rondes et poilues, ainsi que sa physionomie générale, l’ont souvent fait prendre pour un rongeur (Simonnet 1991). Néanmoins, aucun élément précis ne permet une réelle identification. Compte tenu des caractères morphologiques et de la présence de bisons adultes, on pourrait proposer de reconnaître un veau.

498Au verso de cette pièce, on observe une paire de cornes, l’amorce d’un chanfrein et la partie supérieure d’un œil, appartenant à une tête de bison en profil gauche. La fragmentation de la côte nous prive du reste de l’animal, qui se trouve sur l’autre face de la « côte aux bisons » du MAN mentionnée ci‑dessus. Sur la face au phoque, il faut noter que le pinnipède possède un sens de lecture inversé par rapport aux autres figures (têtes de bisons et « rongeur »).

Analyses technologiques

499La description des analyses microscopiques s’effectue dans le sens de lecture des animaux. Le phoque sera décrit de prime abord, puis l’objet sera retourné pour lire le fanon du bison et la petite tête du « rongeur ». Il en sera de même pour le verso.

Les figurations (fig. 110)

FIG. 110 ‒ La Vache (989‑107) : localisation des micrographies.

● Le phoque (fig. 111)

FIG. 111 ‒ La Vache (989‑107) : montage de micrographies (détail du phoque).

500Le museau est formé par la jonction de la ligne cervico‑dorsale et de celle de la gorge. Cette liaison est réalisée par un tiret courbe indépendant des deux autres tracés, exécuté de haut en bas avec deux passages d’outil (deux ATT, deux BFT) (fig. 113no 1). La ligne cervico‑dorsale est gravée de droite à gauche avec un premier tiret court, puis le tracé est légèrement courbe et enfin le museau est marqué par un dernier approfondissement. Au total, on compte cinq passages.

501La ligne de gorge est exécutée de droite à gauche, avec trois à quatre passages légèrement décalés. Les vibrisses sont gravées de haut en bas ; les points d’impact de l’outil sont plus nombreux que les tracés actuels des moustaches. L’os étant desquamé, il est difficile de préciser exactement les gestes du graveur ; néanmoins, les incisions présentent deux passages dans chaque trait. Nous pensons que ces impacts représentent l’implantation des vibrisses sur le museau (fig. 113no 2).

502La partie antérieure de l’œil est endommagée par une écaille de l’os. Il est réalisé à l’aide de multiples reprises légèrement décalées, surtout dans la partie inférieure. Les tracés sont exécutés de droite à gauche, le nombre de passages n’est pas déterminable.

503Les tracés du pelage sont exécutés de haut en bas avec deux passages. Les quatre traits formant la nageoire sont réalisés de droite à gauche ; avec deux à trois passages.

● Le fanon du bison

504La ligne transversale est faite de haut en bas avec trois à quatre passages d’outil. Les tirets latéraux sont tous exécutés de droite à gauche, avec deux passages d’outil. Les ATT des tirets de gauche apparaissent dans le tracé transversal (fig. 113nos 34). Les traits de pelage entre le fanon et le phoque sont gravés de haut en bas, avec deux passages.

● L’animal indéterminé (« rongeur » ou « veau ») (fig. 112)

FIG. 112 ‒ La Vache (989‑107) : montage de micrographies (détail du rongeur).

505Tous les tracés sont exécutés de droite à gauche à l’exception de l’amorce de la ligne cervicale gravée de bas en haut. Le chanfrein est réalisé avec trois à quatre passages d’outil. Le tracé de l’oreille montre une technique originale car l’impression de relief est rendue par les BFT des poils ; le contour droit en est l’exemple typique. Trois passages d’outil ont été nécessaires pour chaque trait. Le sens général d’exécution progresse de droite à gauche (fig. 113no 5). L’œil : trois séquences de gestes ont été nécessaires pour en former le contour, tous exécutés de droite à gauche avec trois passages d’outil. Les deux traits courts à l’intérieur sont réalisés sur le même modèle. Le pelage de la face est obtenu par deux passages dans chaque trait.

FIG. 113 ‒ La Vache (989‑107) : micrographies du phoque (1, 2 et 6), du fanon de bison (3, 4) et de l’animal indéterminé (rongeur ?) (5).
1, jonction de la ligne cervico‑dorsale (1) et de la gorge (2) réalisée par un tiret courbe (3).
2, impact représentant l’implantation des vibrisses sur le museau.
3, fanon du bison au‑dessus du pelage du phoque : ligne transversale et tirets latéraux.
4, détail des tracés du fanon ; le trait du haut est postérieur.
5, l’illusion du relief de l’oreille est rendue par les BFT.
6, broutages lors d’une incision perpendiculaire aux fibres de l’os.

● Le bison au verso

506Tous les tracés sont gravés de droite à gauche par deux à trois passages.

Les sections des tracés

507Les gravures présentent des sections en V dissymétrique de largeur et profondeur variables. Cette diversité est liée d’une part aux passages successifs d’outil destinés à leur approfondissement, et d’autre part, à l’inclinaison de la main pendant le travail.

Chronologie des gravures

Le phoque

508Les contours de l’animal sont mis en place en premier lieu, en commençant par les tracés supérieurs, puis le trait du museau est réalisé et enfin la partie inférieure. Les éléments secondaires (vibrisses, pelage, œil ?) sont tous postérieurs au contour.

1

le contour supérieur

2

le trait du museau

3

le contour inférieur

4

les vibrisses

5 ?

l’œil

5 ?

la nageoire

5 ?

le pelage

Le fanon du bison

509Les éléments graphiques sont assez simples, d’abord la ligne transversale, puis les tirets latéraux, à gauche et à droite, et enfin les traits courts entre le fanon et le phoque.

1

la ligne transversale

2

les tirets de gauche

3

les tirets de droite

4

les traits courts

L’animal indéterminé

510Le chanfrein est gravé en premier, puis l’oreille, le trait de ganache, l’œil et enfin les tracés du pelage.

1

le chanfrein

2

l’oreille

3

le trait de ganache

4

l’œil

5

le pelage

Le bison au verso

511Les cornes sont antérieures aux traits du toupet.

Chronologie générale de l’objet

  • 2 Il faut noter que toutes les autres figures de cette face seront gravées dans le sens opposé à celu (...)

512Le phoque est placé en premier2, puis le fanon du bison et enfin l’animal indéterminé. Le bison au verso ne peut être replacé dans cette chronologie.

1

le phoque

2

le fanon du bison

3

l’animal indéterminé

?

le bison du verso

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

513Les tracés ne montrent pas d’accident notable. Les seuls problèmes rencontrés par le graveur sont des contraintes matérielles lors d’une attaque perpendiculaire aux fibres osseuses. On observe les broutages spécifiques de ces difficultés (fig. 113no 6) et un embarras dans le contrôle de l’angle de travail. Bien que le dessin soit maîtrisé, la main du graveur manque quelque peu de fermeté.

514Quand on observe ce fragment de côte, qui plus est lorsqu’il est raccordé à la pièce du MAN, on remarque que le graveur a utilisé tout l’espace disponible. La moindre parcelle est décorée.

515Sur le fragment isolé, la place du phoque, face au rongeur n’est pas exceptionnelle ; les animaux affrontés ou tête‑bêche sont assez fréquents dans l’art mobilier, notamment à La Vache. Par contre, sur l’ensemble de la frise dominée par les têtes de bisons, on peut tout d’abord se demander si cet animal n’a pas été ajouté sur le dernier espace disponible ; son sens de lecture inversé tend à le marginaliser.

516L’étude des superpositions et la chronologie de mise en place des figures indiquent qu’il n’en est rien et que le phoque fait entièrement partie du décor initial ; il pourrait même être le premier élément gravé sur la face considérée.

4.7.2 Lame osseuse avec aurochs

517Réf. dans l’ouvrage : 989‑105.
L : 5,2 cm ; 1 : 2,6 cm ; ép. : 0,3 cm.

Description

518La gravure recouvre entièrement cette petite lame osseuse mais les fractures nous privent de l’intégrité de l’animal (le bord supérieur est naturel). On observe tout de même un aurochs en profil gauche.

519La tête est réduite à l’oreille, à un fragment de corne, à l’œil, à l’amorce de la ganache et à celle de la gorge. L’oreille est détaillée avec un contour très net et le bord interne figuré par un tracé triangulaire. La ligne dorsale est presque complète. En revanche, seule l’amorce du membre antérieur est lisible. Le corps de l’animal est couvert, le long de la ligne de dos, sur l’épaule et sur le flanc, de tirets verticaux parallèles qui figurent le pelage. Un signe formé de deux traits parallèles est observable sur la saillie de l’os iliaque (fig. 114).

FIG. 114 ‒ La Vache (989‑105) : fragment de lame d’os ; aurochs.

Analyses technologiques

La figuration (fig. 115)

FIG. 115 ‒ La Vache (989‑105) : localisation des micrographies.

● L’aurochs (fig. 117)

520L’oreille : les tracés sont exécutés de haut en bas. Les contours sont plus appuyés (trois passages) que les détails internes (deux passages). L’œil est figuré par un simple trait horizontal gravé de droite à gauche par deux passages. La ligne dorsale est exécutée de gauche à droite avec trois à quatre passages. La zone du bassin est plus marquée avec un ou deux passages supplémentaires. L’amorce du membre antérieur est réalisée de haut en bas avec trois passages. La gorge est gravée de bas en haut en deux reprises, avec trois passages. La ganache est réalisée de gauche à droite avec trois passages. Le signe est marqué de haut en bas avec deux à trois passages dans chaque segment (fig. 116, nos 15).

FIG. 116 ‒ La Vache (989‑105) : micrographies de l’aurochs.
1, les signes sur la ligne de dos sont incisés de haut en bas.
2, saillie de l’os iliaque avec les incisions de pelage ; elles sont postérieures au contour.
3, détail des signes et des tirets du pelage ; ils sont postérieurs à la ligne dorsale (flèches).
4, détail des tirets du pelage.
5, détail des trois attaques de trait du signe intérieur.
6, traces de l’outil dans la ligne de dos.

FIG. 117 ‒ La Vache (989‑105) : montage de micrographies (aurochs).

Les sections des tracés

521Les gravures présentent des sections en V dissymétrique avec des méplats d’outil à droite ou à gauche suivant les inclinaisons de la main.

Chronologie des gravures

522La tête est placée en premier, car la ligne dorsale est postérieure à l’oreille, et dans la partie inférieure, le cou est également postérieur à la ganache. Pour les autres parties de l’animal, il n’existe aucune superposition de tracé révélatrice. Par contre, nous savons que les détails du pelage sont gravés après les contours de l’animal et qu’il en est de même pour les signes sur le dos (fig. 116nos 234).

1

l’œil

1

l’oreille

2

la ligne de dos

2

la ganache

3

la gorge

?

le membre antérieur

4

le pelage

4

les signes

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

523Les traits présentent des bords réguliers sans accrochage d’outil. Quelques petits stigmates de broutage sont observables le long du tracé de la ligne dorsale. Aucun autre accident n’est lisible (fig. 116no 6).

524La gravure est franche et saine, l’attaque est nette, sans dérapage, ni hésitation. Ces stigmates désignent un technicien expérimenté. L’espace graphique est occupé par l’aurochs, mais le support est incomplet. Sur l’animal, on sent une volonté d’affirmer le contour et de distinguer les éléments graphiques de premier ordre (profil) ou des détails comme le pelage ou l’œil. Pour l’artiste, l’animal devait être perçu avant tout par son contour.

4.7.3 Os d’oiseau avec saumon et décor géométrique

525Réf. dans l’ouvrage : CX 14.
L : 5,7 cm ; diam : 1 cm ; ép. : 0,15 cm.

Description

526À droite, gravée sur toute la circonférence de l’os d’oiseau, une tête de saumon bécard se détache nettement (fig. 118). Elle est assez détaillée : outre le crochet à la mâchoire inférieure, on note la bouche ouverte et trois séries de tirets verticaux parallèles indiquant les écailles. L’œil ovalaire, avec ses plis extérieurs marqués par deux traits verticaux, ne ressemble guère à celui d’un poisson qui devrait être beaucoup plus rond. Au niveau de la gorge, on remarque un signe angulaire. Deux longs traits obliques séparent la tête d’une série de tirets courts formant un ensemble bien délimité, qui rappelle les écailles ou taches colorées mentionnées plus haut, caractéristiques des saumons bécards ou « en parure de noces » (Muus, Dahlstrom 1991).

FIG. 118 ‒ La Vache (CX14) : localisation des micrographies (saumon bécard).

Dessins G. Sauvet

527Sous le saumon, et progressant vers la gauche, on compte neuf tirets verticaux alignés. En faisant tourner légèrement l’os, un tracé courbe évoque l’esquisse fusiforme d’un autre poisson.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 118)

● Le saumon bécard

528Le contour de la tête est exécuté dans un mouvement général de droite à gauche, puis de haut en bas pour l’arrondi du museau et, enfin, de gauche à droite pour la gorge. Pour ces tracés, trois à cinq passages d’outil sont observables par les microbourrelets en bord d’incision.

529La bouche : le pré‑maxillaire, le maxillaire et la zone articulaire (tracé en arc de cercle) sont figurés par deux tracés exécutés de droite à gauche, en passages multiples décalés. Trois à quatre passages ont été nécessaires pour la mise en place de ces éléments. La partie inférieure de la bouche ouverte est également réalisée de droite à gauche ; par contre, le crochet est exécuté du haut vers le bas (fig. 119nos 56).

530L’œil est exécuté de droite à gauche ; les deux tirets formant les plis extérieurs, du haut vers le bas. L’œil est réalisé en passages multiples, souvent décalés : on en compte de sept à huit pour les tracés du haut, et six à sept pour ceux du bas. Les tirets sont obtenus par des passages successifs (fig. 119nos 123, 4).

FIG. 119 ‒ La Vache (CX14) : micrographies du saumon.
1, vue de l’œil,
2, butée de fin de trait du tracé supérieur de l’œil.
3, les attaques de trait de la caroncule oculaire sont postérieures au contour interne.
4, on observe trois ATT dans la caroncule oculaire (flèches).
5, vue de la partie supérieure du museau.
6, attaque de trait postérieure au contour du museau ; on distingue le code‑barres de l’outil.

531Les tirets indiquant les écailles sont réalisés de haut en bas avec un déplacement de la main vers la droite. Les deux traits courts un peu plus marqués sont également faits sur le même modèle. On compte deux passages dans chaque trait (fig. 120nos 56). L’angulaire sous la gorge de l’animal est exécuté de droite à gauche (pour les deux traits) avec trois passages dans chaque tracé (fig. 120no 4).

FIG. 120 ‒ La Vache (CX14) : micrographies du saumon et du décor géométrique (4).
1, détail de la jonction entre la partie supérieure et le bécard ; l’arrondi du bout du nez est gravé après la partie inférieure.
2, dans le tracé qui forme la bouche, on observe des sections en V dissymétrique.
3, arrondi du museau avec un accrochage, puis léger pivotement qui abrase le bord interne du trait.
4, signe angulaire sous le ventre du saumon ; il est postérieur au contour de l’animal.
5, remplissage de la tête.
6, deux traits courts plus marqués (tête).

● Les tracés indéterminés

532Les tirets courts délimités sont réalisés sur le même modèle que ceux figurant les écailles du saumon : de haut en bas avec deux passages. Les deux longs traits, devant le poisson, sont faits de haut en bas avec deux passages (deux ATT) (fig. 121, nos 123). Les neuf tirets sous le poisson sont également réalisés de haut en bas avec deux passages d’outil, légèrement décalés. Le tracé courbe est exécuté sur le même modèle que la partie supérieure du saumon : de droite à gauche et l’arc de cercle du haut vers le bas, dans une continuité de gestes. Les traits courts qui ornent l’arrondi sont réalisés de haut en bas par deux passages ; le long trait sur le devant, de droite à gauche.

FIG. 121 ‒ La Vache (CX14) : micrographies du décor géométrique.
1, vue des deux longs traits situés devant le saumon (détails sur les photos 2 et 3).
2, détail des deux attaques de trait de l’incision de gauche (flèches).
3, détail des deux attaques de trait de l’incision de droite (flèches).

Les sections des tracés

533Les tracés présentent des sections en V dissymétrique avec des méplats sur l’extérieur des figures ; quelques cas de fond plat existent. Les différences sont attribuables aux inclinaisons de la main tout au long du travail (fig. 120no 2).

Chronologie des gravures

534Tout d’abord, l’artiste incise la partie inférieure du contour du saumon : le contour externe du crochet, puis la base de la tête. Le front, puis l’arrondi du museau viennent à la suite.

535Les attributs internes sont gravés après les contours, mais le manque de superpositions ne permet pas de restitution complète de la chronologie. Toutefois, nous savons que le maxillaire est gravé après le contour externe du crochet, et que le tracé interne de ce dernier est mis en place en dernier (fig. 119no 6 ; fig. 120no 1). L’arc de cercle figurant la zone articulaire est gravé, puis l’œil, les tracés représentant les ouïes et enfin, les taches colorées. Ces dernières ont connu trois phases de mise en place : d’abord les tirets de la partie supérieure, ensuite ceux de la zone inférieure et enfin les tirets mésiaux qui recoupent les deux séries précédentes. L’angulaire sous la gorge du saumon est postérieur à l’animal.

1

partie inférieure de la tête

2

partie supérieure de la tête

3

maxillaire

4

contour interne du crochet

5

partie articulaire

5

l’œil

5

l’ouïe

5/5

les tirets supérieurs

5/6

les tirets inférieurs

5/7

les tirets mésiaux

5/8

angulaire

536Pour les autres éléments graphiques, aucune superposition de tracé ne permet d’établir de chronologie précise (fig. 121).

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

537Les gravures offrent des particularités d’ordre dynamique, comme des « stries parasites » dues à de très légers basculements de la main. Plusieurs accrochages ou broutages sont visibles en fond de tracé et plus particulièrement lors de l’exécution des courbes (arrondi de la gueule du saumon, front). Ces accidents indiquent que l’auteur a rencontré des difficultés pour contrôler ses gestes et plus particulièrement l’inclinaison de l’outil probablement à cause de la forte convexité du support (fig. 120no 3).

538Le dessin de l’animal montre un souci de précision anatomique, zoologique et un goût pour le spectaculaire (les saumons bécards sont plus impressionnants que les autres) ; par ailleurs, cette tête de poisson n’est pas exempte d’anthropomorphisme (l’œil et même l’expression sont plus humains que pisciformes). L’os est très fragmentaire. Sur le morceau étudié, la tête de saumon et les différents tracés adjacents occupent la quasi‑totalité du champ graphique, mais la portée de cette remarque ne peut être que limitée.

539Cet objet montre surtout qu’un support cylindrique pose toujours des problèmes, même à un graveur expérimenté comme c’est le cas ici.

4.7.4 Os d’oiseau avec poissons, décor géométrique, formes indéterminées et têtes de bouquetins en vue frontale

540Réf. dans l’ouvrage : CCI X2.
L : 11,5 cm ; diam. : 0,9 cm ; ép. : 0,15 cm.

Description

541Ce fragment d’os d’oiseau est gravé sur toute sa circonférence (fig. 122). La figure la plus explicite est celle d’un poisson (P 2) orienté vers la droite. Malgré un certain schématisme, l’extrémité bifide de la queue et l’absence de nageoire adipeuse écartent la famille des salmonidés, sans pour cela permettre une détermination plus précise. On relève la présence d’une ligne sensorielle soulignée de tirets.

FIG. 122 ‒ La Vache (CCI X2) : localisation des micrographies (poissons, décor géométrique, formes indéterminées et tête de bouquetin).

Dessins G. Sauvet

542Un deuxième poisson (P 1) est placé au‑dessus du premier. La moitié inférieure du corps n’est pas figurée, comme s’ils étaient placés en perspective, l’un derrière l’autre. La même imprécision caractérise ce second poisson, limité à la tête triangulaire, la ligne de dos, et la ligne sensorielle. Deux traits verticaux indiquent soit l’emplacement des ouïes, soit la nageoire pectorale. Dans sa moitié supérieure, le corps est couvert de tirets, parfois alignés, parfois regroupés.

543Dans la moitié gauche de l’os, derrière le couple de poissons, on remarque deux ensembles :
– une dizaine de lignes obliques parallèles dont deux présentent une extrémité fourchue ;
– six petits graphismes (de A à F) de structure comparable mais d’exécution inégale ; A et B sont les plus explicites, et évoquent une tête ronde fendue d’une large bouche. Cette lecture est renforcée par la présence d’un œil. Ces minuscules têtes indéterminées ne sont pas sans rappeler la lame d’os de Fontarnaud analysée dans le cadre de ce travail (cf. § 4.3).

544À l’extrême droite, devant la tête du poisson P 1, on observe une tête de bouquetin vue de face orientée dans la longueur de l’os et figurée selon le schéma suivant : deux grandes courbes divergentes pour les cornes, deux courbes latérales et plus petites pour les oreilles. Les traits courts adjacents forment les contours de la face. Sous cette figuration, on remarque une série de quatre tracés indéterminés, incomplets par fracture du support.

545En revenant sous les six graphismes (A à F), un ensemble de gravures suggère une tête autre de bouquetin vue de face (ensemble H). On remarque deux courbes divergentes et deux plus petites placées sur le côté droit (les oreilles). Cette figuration serait incomplète.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 122)

● Le poisson P1

546La tête est réalisée de droite à gauche (partie inférieure et supérieure) avec trois passages pour chaque tracé. La partie supérieure se décompose en deux temps avec une reprise de trait au niveau du « front » pour tracer le reste du dos (fig. 124no 5). Le dos est gravé de droite à gauche avec plusieurs reprises : une sur le « front » puis une seconde au milieu du dos. On compte trois passages par segment de trait. Les ouïes ou la nageoire pectorale : les deux tracés sont exécutés de haut en bas avec trois passages. L’ensemble du poisson est exécuté de droite à gauche avec trois passages dans les tracés. Les tirets recouvrant le corps de l’animal sont obtenus par deux passages.

● Le poisson P 2

547Ce poisson a été analysé sous loupe binoculaire ; la présence d’une fissure a réduit la lisibilité de l’empreinte. D’après les observations, P 2 est exécuté sur le même schéma que P 1 : de droite à gauche avec en moyenne trois passages d’outil dans les tracés (BFT).

● Les six graphismes indéterminés

548Forme A
Dans l’ensemble, ces tracés sont exécutés de droite à gauche par trois à quatre passages (quatre dans la partie inférieure). L’œil (de haut en bas) et le « cou » sont gravés avec trois passages (fig. 123nos 12).

549Forme B
La zone de la bouche est très abîmée, on remarque néanmoins que les tracés sont gravés de gauche à droite (en sens inverse de A). Le reste de la tête est exécuté de droite à gauche, l’œil de haut en bas. La plupart des tracés présentent entre trois et quatre passages (fig. 123nos 345).

550Forme C
À partir de cet individu, on remarque une dérive des formes, qui s’avèrent de plus en plus simplifiées. L’œil est incisé de haut en bas par trois passages d’outil. La partie inférieure de la tête est exécutée de droite à gauche, alors que le reste des gravures montre un sens inverse. Le nombre de passages est difficilement déterminable ; cependant, on observe deux passages dans certains tracés (en décomptant les bourrelets latéraux).

551Forme D
Les gravures sont moins structurées que pour les formes précédentes ; nous sommes peut‑être en présence d’une esquisse. Les gravures sont exécutées de droite à gauche et de bas en haut, avec deux à trois passages. Deux tracés verticaux à droite sont réalisés de haut en bas.

552Forme E
Elle est encore plus fruste et plus rapidement gravée que D. Mis à part l’œil exécuté du haut vers le bas, les autres tracés sont gravés de droite à gauche avec trois passages (fig. 123no 6).

553Forme F
Elle est réalisée sur le même modèle que la précédente, tant pour le nombre de passages d’outil que pour le sens des gravures. On note la même rapidité d’exécution.

FIG. 123 ‒ La Vache (CCI X2) : micrographies des formes indéterminées A (1, 2), B (3 à 5) et E (6).
1, vue de la tête.
2, butée de fin de trait de la bouche.
3, vue de la tête.
4, tracé de l’arrondi de la tête ; on y compte trois à quatre passages d’outil.
5, détail de l’œil ; il est exécuté de haut en bas avec deux passages d’outil.
6, vue de la tête.

Les dix lignes obliques sous les formes indéterminées

554Elles sont gravées de droite à gauche avec trois à quatre passages d’outil (fig. 124nos 34).

● Le bouquetin vu de face à droite

555Tous les tracés sont exécutés de gauche à droite avec trois à quatre passages d’outil. Les cornes sont figurées par deux tracés différents. Le segment de droite est très nettement gravé alors que le gauche manque de profondeur ; il semble inachevé, comme s’il avait été mis en place et l’approfondissement final oublié ou négligé (fig. 124no 1).

FIG. 124 ‒ La Vache (CCI X2) : micrographies du bouquetin (1, 2), du décor géométrique (34), du poisson P 1 (5) et d’un bouquetin ? (6).
1, tête en vue frontale ; les cornes, les oreilles et les deux tracés de la face sont bien lisibles.
2, détail des BFT de l’oreille droite ; on en compte trois (flèches).
3, vue des gravures obliques indéterminées.
4, détail ; les gravures sont exécutées de droite à gauche.
5, vue de la tête ; les tracés comportent de nombreux broutages.
6, peut‑être une seconde tête de bouquetin en vue frontale (cornes et oreilles).

● Les traits sous le bouquetin

556Le tracé le plus proche du bouquetin est gravé de droite à gauche avec trois passages d’outil. Cette gravure est très similaire à la corne droite du bouquetin, tant par sa technique d’élaboration que par son emplacement.

557Au‑dessous, les gravures sont faites :
‒ pour le tracé supérieur : de gauche à droite ;
‒ pour le tracé du milieu : de droite à gauche ;
‒ pour le tracé inférieur : de gauche à droite.

558Les nombres de passages d’outil n’ont pu être décomptés.

Bouquetin en vue frontale ? (ensemble H)

559Les deux courbes divergentes sont exécutées sur le modèle des cornes de la figure précédente : la corne de gauche est bien marquée alors que celle de droite, plus fine, ressemble à une ébauche (fig. 124no 6). Quant aux deux traits courts, le premier figure très nettement une oreille, de forme triangulaire avec trois passages d’outil c’est‑à‑dire gravée exactement comme les autres bouquetins du site représentés en vue frontale.

560Le second tracé est un peu moins large et légèrement divergent : sa détermination reste délicate (amorce d’un trait de la face ?). Bien que la seconde oreille et la face manquent, la technique reconnue sur les segments conservés confirme que ces gravures peuvent être assimilées à un bouquetin vu de face ; nous sommes donc en présence d’une figuration incomplète, ou d’une figuration dont la stylisation est encore plus poussée.

Les sections des tracés

561Les tracés offrent des sections qui varient du V dissymétrique au fond plat. Cette variation n’est pas appliquée systématiquement à une forme de figuration, mais elle peut évoluer dans un même tracé suivant les angulations de la main. Le support est également en cause, sa convexité impose des inclinaisons d’outil plus brutales et moins contrôlables que sur un os à surface plane.

Chronologie des gravures

Les poissons P 1 et P 2

562Sur les poissons, les parties supérieures sont exécutées avant les parties inférieures. Les nageoires, lignes sensorielles et autres éléments secondaires sont placés après les contours de l’animal. Les tirets sur les corps sont ajoutés en dernier lieu.

1

partie supérieure

2

partie inférieure

3

les nageoires

3

la ligne sensorielle

4

les tirets

Les formes indéterminées de A à F

563D’après différentes superpositions, il est possible d’établir une séquence type. Le haut de la tête est exécuté en premier, puis le cou (quand il est présent), la partie supérieure de la bouche, la partie inférieure et enfin la base de la tête. L’œil est ajouté en dernier.

1

le haut de la tête

2

le cou

3

partie supérieure de la bouche

4

partie inférieure de la bouche

5

base de la tête

6

l’œil

564Ensemble de tracés sous les formes A à F

565Ces gravures sont exécutées avec un mouvement de la main de gauche à droite. De plus, le tracé inférieur montre une mise en place d’éléments, puis un approfondissement postérieur. Ce tracé est tantôt antérieur et tantôt postérieur au dernier tracé qui le recoupe.

Les bouquetins en vue frontale

● Le bouquetin de droite

566Il n’existe aucune superposition entre les cornes et les oreilles. Par contre, l’oreille gauche est antérieure aux tracés de la face, qui sont gravés droite/gauche.

1

les cornes

1

les oreilles

2

trait de la face droit

3

trait de la face gauche

567Pour le bouquetin du groupe H, il est établi que la corne gauche est postérieure à la droite.

La mise en place des éléments graphiques

568Les seules superpositions concernent les poissons : P 2 est postérieur à P 1. Le cadrage de ces deux éléments laisse visuellement supposer le contraire, puisque la mise en perspective réduit la partie inférieure de P 1. On peut alors évoquer la pratique d’un dessin préparatoire qui aurait réservé les emplacements respectifs (observation déjà formulée par l’ensemble de traits sous les formes indéterminées). Nous en aurions ainsi le témoignage indirect.

569En ce qui concerne la succession des autres éléments, il est difficile d’être aussi affirmatif que pour les poissons. Les formes indéterminées paraissent être placées de droite à gauche ; l’organisation « en escalier » de A, B et C le laisse fortement supposer.

570L’ensemble H s’insère difficilement entre les poissons, les formes indéterminées et les tracés inférieurs comme s’il comblait un vide ; il serait donc postérieur. Il en est de même pour le bouquetin de droite et les tracés alentour.

1

P 2

2

P 1

?

les formes A à F

571à la suite des formes trait en dessous
à la suite des formes ensemble H

?

bouquetin à droite

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

572On observe plusieurs types de traits :
– des gravures dont les bords sont réguliers, avec une incision franche et nette et dont le trait est définitif (P 1 ; P2 ; formes A, B et C ; groupe de traits sous les formes indéterminées...) ;
– des incisions dont les bords sont irréguliers, quelques fois associées à des gravures définitives (bouquetins en vue frontale ; forme D).

573Les incisions indiquent un outil à pointe bifide, des stigmates très caractéristiques sont lisibles dans les tracés des formes indéterminées, des poissons... (double incision dans un seul tracé ; attaque de trait à double pointe). Quand l’outil est utilisé sur un trièdre, un tracé parasite superficiel apparaît alors sur le bord droit du trait. L’ensemble de ces gravures montre un seul type d’accident : des broutages. Le problème est essentiellement dû à une mauvaise inclinaison de l’outil à la surface de l’os ; ce phénomène se rencontre dans tous les traits, sans exception. La difficulté de manipulation est accentuée par la forme convexe du support. Sur os d’oiseau, le graveur doit sans cesse contrôler les inclinaisons latérales et l’angle de travail. Seul un technicien expérimenté obtient des gravures sans broutage ou sans accidents plus graves.

574La physionomie des dessins laisse supposer que ce graveur ne maîtrisait pas totalement son art, les figures sont plutôt simplifiées, voire schématiques ou imprécises (poissons). Ces faits convergents conduisent à dire qu’il s’agit d’un technicien confirmé, mais manquant d’expérience sur support cylindrique (l’absence d’accidents marquants laisse penser qu’il était plus familier des surfaces planes) et dépourvu de véritable talent graphique.

575Bien que le support soit fracturé, il semble que l’espace graphique ait été entièrement utilisé. Les poissons occupent la position centrale, le reste du décor est placé autour et paraît orienté dans leur direction. L’os est divisé en registres : les formes indéterminées occupent un espace bien défini, elles ne débordent pas sur la suite des figurations ; les tracés au‑dessous sont également segmentés. En observant le déroulé du décor, une impression très forte de narration s’en dégage ; une forme d’association thématique entre le monde aquatique et le monde terrestre (poisson/bouquetin) peut être proposée.

4.7.5 Fragment de côte avec bouquetins en profil et en vue frontale

576Réf. dans l’ouvrage : 83374.
L : 10,3 cm ; l : 3,2 cm ; ép. : de 0,2 à 1,2 cm.

Description

577Les gravures recouvrent entièrement ce fragment de côte incomplet (fig. 125). Au centre, on distingue une tête de bouquetin de profil gauche, identifiable par son profil triangulaire surmonté d’une corne recourbée ; aucun anneau de croissance n’est visible. L’oreille est triangulaire et vient s’accrocher à l’amorce de la ligne cervicale. Le chanfrein, légèrement concave, se poursuit par le museau arrondi, où le naseau est esquissé par un tiret horizontal. La ganache rectiligne précède l’ébauche de la gorge. L’œil est figuré par un simple tiret et deux rangées de traits courts évoquent le pelage.

FIG. 125 ‒ La Vache (83374) : fragment de côte ; bouquetins.

578À l’extrême droite, au‑dessus de la ligne cervicale du bouquetin, on observe quelques tracés, dont au moins trois segments de courbes parallèles ; R. Robert les interprétait comme des poissons (Caralp et al. 1973 : 12). Nous préférons ne pas retenir cette hypothèse en l’absence de détails anatomiques précis pour la soutenir. Par contre, la courbure de ces éléments est très comparable à l’inflexion de la corne décrite précédemment ; nous serions tenté d’y voir des têtes de bouquetins schématisées et placées les unes derrière les autres comme sur un autre os du site de La Vache où cet artifice exprime la multitude, le troupeau (MAN no 83378).

579Sur la partie gauche de l’objet, on observe trois stylisations de têtes de bouquetins vues de face. Elles sont toutes faites de la même manière : deux grandes courbes centrales et divergentes pour les cornes ; deux courbes latérales et plus petites pour les oreilles. Les tracés adjacents forment la face des animaux, et à l’intérieur, des tirets verticaux et horizontaux indiquent le pelage. À l’extrême gauche de l’objet, quelques segments de gravure sont visibles. Nous pensons y reconnaître les parties inférieures de deux autres bouquetins vus de face, dont les cornes auraient été emportées par la cassure.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 126)

FIG. 126 ‒ La Vache (83374) : localisation des micrographies.

Dessin S. Rougane et D. Buisson

● Le bouquetin en profil gauche

580Le chanfrein est exécuté de gauche à droite. On observe très nettement trois ATT mais le nombre exact de passages d’outil est difficilement déterminable car les BFT sont obstruées par un résidu de colle. Le chanfrein est gravé avec au moins trois passages (fig. 129no 1). La corne est réalisée de droite à gauche avec deux à trois passages d’outil (fig. 129no 1). L’œil est gravé de droite à gauche avec deux passages. La ligne cervicale est réalisée de droite à gauche ; on compte cinq BFT bien lisibles (fig. 129nos 23). L’oreille, de forme triangulaire, est gravée avec deux passages d’outil dans chaque trait, exécutés de droite à gauche (fig. 129no 2). Les taches figurant le pelage sont obtenues par de petits à‑coups secs, portés de haut en bas avec parfois deux reprises.

● Les tracés derrière le bouquetin

581Ils sont exécutés de haut en bas, par trois passages.

● Les bouquetins en vue frontale (fig. 127 et 128)

FIG. 127 ‒ La Vache (83374) : montage de micrographies (tête de bouquetin en vue frontale).

FIG. 128 ‒ La Vache (83374) : montage de micrographies (détail de la corne et de l’oreille d’un bouquetin en vue frontale).

582Les trois individus complets sont exécutés sur le même modèle. On observe une systématique gestuelle dans la manière de réaliser les éléments qui les composent. Les oreilles : linéaires ou de forme triangulaire, elles sont gravées par deux passages dans chaque trait. L’outil est déplacé de haut en bas. Les cornes sont exécutées de haut en bas, avec trois passages. Les traits de la face sont faits de haut en bas, avec trois passages. Les taches du pelage sont réalisées par de petits à‑coups secs individuels ou juxtaposés par un ou deux gestes (fig. 129nos 456).

FIG. 129 ‒ La Vache (83374) : micrographies des bouquetins en profil gauche (1 à 3) et en vue frontale (4 à 6).
1, attaques du trait du chanfrein (1) sur les butées de fin de trait de la corne (2) ; les flèches indiquent le sens d’exécution.
2, vue de l’oreille (1) et de la ligne cervico‑dorsale (2) ; l’oreille est antérieure.
3, détail des BFT de la ligne cervico‑dorsale.
4, les taches du pelage.
5, détail des taches du pelage ; elles sont exécutées de droite à gauche par à‑coups secs (la flèche noire indique le sens d’exécution).
6, détail des deux BFT dans les oreilles.

● Les segments de la partie gauche

583Comme nous l’avons déjà expliqué, on peut reconnaître dans ces fragments les parties inférieures de deux autres têtes de bouquetin en vue frontale.

584L’analyse microscopique tend à confirmer cette hypothèse :
– les tracés latéraux sont réalisés du haut vers le bas avec trois passages d’outil ;
– les taches sont formées de petits à‑coups secs, réalisés de droite à gauche avec un à deux gestes individuels ou juxtaposés.

585Nous retrouvons ici le même modèle d’exécution que pour les trois bouquetins précédemment décrits.

Les sections des tracés

586Les gravures présentent des sections en V dissymétrique plus ou moins large suivant le nombre de passages d’outil et les différentes inclinaisons latérales de la main du graveur. Les taches figurant le pelage sont plutôt à fond plat, préférentiellement réalisées avec la partie la plus large de l’outil.

Chronologie des gravures

Le bouquetin en profil gauche

587Le chanfrein est mis en place d’abord puis le museau, la ganache et enfin les tracés du cou. La corne vient s’appuyer sur le chanfrein, tandis que l’oreille est antérieure à la ligne cervicale. L’œil, le naseau, les pointillés sur la face ainsi que le trait perpendiculaire à la ganache sont postérieurs aux tracés du contour mais ne présentent aucune chronologie décelable entre eux.

1

le chanfrein

2

le museau

3

la ganache

4

le cou

5

la corne

6

l’oreille

7

la ligne cervicale

8 à 11

l’œil

8 à 11

le naseau

8 à 11

les traits sur la face

8 à 11

tracé sur la ganache

Les bouquetins en vue frontale

588Les cornes sont gravées en premier lieu, puis les oreilles, les traits de la face et enfin les tirets figurant le pelage.

1

les cornes

2

les oreilles

3

les traits de la face

4

les taches de pelage

Chronologie générale de l’objet

589Il n’existe aucune superposition de tracé entre les bouquetins en vue frontale et celui de profil. La mise en place respective de ces spécimens est donc incertaine. Toutefois, nous savons que les bouquetins vus de face sont placés de gauche à droite, et que les bouquetins en profil schématiques (?) leur sont postérieurs (« poissons » de R. Robert).

1

bouquetin 1

2

bouquetin 2

3

bouquetin 3

4

bouquetin 4

1

bouquetin de profil

2

bouquetins schématiques

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

590On s’aperçoit rapidement qu’il existe deux types de trait : d’une part, les tracés des bouquetins en vue frontale, ceux du bouquetin de profil et les fragments de la partie inférieure gauche ; d’autre part, les tracés de la partie droite. Cette distinction repose sur une variation perceptible dans la section des traits. Les premiers sont plutôt larges avec des appuis sur le bord gauche, alors que les seconds sont plus étroits et encaissés, mais l’outil conserve son appui à gauche.

591Les tracés sont sûrs et témoignent d’une bonne prise en main de l’outil ; la quasi‑absence de stigmates d’accident vient appuyer ces considérations. L’artiste est donc un graveur expérimenté aux gestes assurés et souples.

592Si l’on considère l’espace graphique, on note que la surface est divisée en deux secteurs : la partie gauche est réservée aux bouquetins en vue frontale et la partie droite aux profils (bouquetin en profil gauche et têtes schématiques). L’analyse des tracés met en évidence des séquences gestuelles dans l’exécution des différents éléments : les bouquetins vus de face, les oreilles de tous les animaux. Une impression d’homogénéité dans les gestes, fondée sur des séquences répétitives, se dégage de l’analyse de cet objet.

4.7.6 Lame d’os avec décor géométrique et cervidé

593Réf. dans l’ouvrage : 83640 M48‑43.
L : 10,8 cm ; l : 1,9 cm ; ép. : de 0,2 à 0,7 cm.

Description

594Il s’agit d’une lame d’os façonnée, probablement une côte, qui présente un rétrécissement dans sa partie droite, peut‑être pour faciliter la préhension. Cet objet, un fragment de lissoir ou de spatule, a souffert de multiples cassures : à droite sur la « poignée », près du bord inférieur et surtout à gauche. Cette dernière fracture nous prive d’une bonne moitié du décor composé d’un cervidé et de motifs géométriques (fig. 130).

FIG. 130 ‒ La Vache (83640 M48‑43) : fragment de lissoir ou de spatule ; décor géométrique et cervidé.

595Les gravures commencent à droite par des courbes qui se prolongent jusqu’au cervidé. Les bords sont ornés de signes angulaires (six sur le bord supérieur, cinq conservés sur le bord inférieur), orientés vers le centre de l’objet, les plus proches du cervidé semblent même dirigés vers lui. Le cervidé est en profil gauche. Comme le montre le bord inférieur conservé, les extrémités des membres sont volontairement omises. Cet animal est dans une attitude statique ; les quatre pattes sont figurées, celles du côté droit étant représentées en perspective par un simple trait.

FIG. 131 ‒ La Vache (83640 M48‑43) : localisation des micrographies.

596Le reste de l’animal est très détaillé : la croupe, avec la queue courte qui permet la détermination générique, le membre postérieur gauche et la saillie du calcanéum. La ligne ventrale poursuit le membre antérieur. L’absence de fanon bien développé permet d’éliminer le renne et de préciser notre identification : biche ou cerf, sans pouvoir toutefois aller plus loin, car la tête fait défaut. Le corps est marqué de trois signes angulaires orientés vers le haut et situés sur le flanc. On note également trois traits obliques sous le ventre. Cette pièce est inédite.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 131)

● Le décor géométrique

597Les deux tracés en arc de cercle sont gravés de droite à gauche avec six (pour A) et sept (pour B) passages d’outil dans chaque trait. Les autres tracés géométriques sont tous exécutés sur le même modèle, bien appuyés avec trois à quatre passages d’outil. Le sens d’exécution varie suivant leur position sur le bord supérieur ou inférieur de l’objet : les premiers sont gravés préférentiellement de haut en bas, les seconds en sens inverse. Une exception existe pour les deux tracés semi‑angulaires derrière le cerf, qui pourtant situés sur le bord inférieur, sont gravés de haut en bas. Les tracés en arc de cercle sur la partie mésiale du support sont réalisés de droite à gauche par quatre à six passages (fig. 133no 4).

● Le cervidé (fig. 132)

FIG. 132 ‒ La Vache (83640 M48‑43) : montage de micrographies (corps du cerf).

598La queue, la cuisse, le pli du ventre et les membres sont exécutés du haut vers le bas (pli du ventre de droite à gauche) avec deux à trois passages (fig. 133no 1). La ligne ventrale présente un traitement graphique spécifique. Nettement plus profonde que le reste du contour, elle est réalisée de droite à gauche, avec sept à huit passages (d’après les BFT, très nettes situées en fin de parcours). Cette ligne est progressivement approfondie ; on observe deux à trois BFT en milieu de trait, ce qui signifie que l’exécution de certains tracés s’est limitée à la première moitié du ventre. Bien que huit BFT soient bien lisibles en fin de parcours, deux ou trois autres passages doivent être ajoutés au total final pour tenir compte de ces gravures partielles (fig. 133nos 23). Les indications de pelage sont toujours réalisées de haut en bas avec un seul passage. Les trois signes angulaires sont exécutés du haut vers le bas avec deux passages dans chaque trait.

FIG. 133 ‒ La Vache (83640 M48‑40) : micrographies du cerf (1 à 3, 6) et du décor géométrique (45).
1, détail du pli de l’aine ; il est exécuté de droite à gauche.
2, détail du tracé précédent ; on distingue deux bourrelets latéraux.
3, BFT de la ligne du ventre.
4, vue d’ensemble.
5, détail d’un trait large.
6, détail du tracé de la cuisse.

Les sections des tracés

599Les tracés présentent des sections en V dissymétrique étroit (membre du cervidé) ou assez large (décor géométrique). Cette diversité provient de la volonté d’approfondissement des gravures (fig. 133nos 56).

Chronologie des gravures

Le cerf

600C’est la ligne de ventre qui fait la liaison entre les parties antérieure et postérieure de l’animal. Néanmoins, aucune superposition n’est visible entre la ligne ventrale et les membres. Les seules oblitérations indiquent que le pelage est gravé après le contour ; la chronologie technique de la pièce reste donc très incomplète.

1

contour de l’ahimal

2

les signes angulaires

3

le pelage

Le décor géométrique

601Il est construit de droite à gauche et préférentiellement de haut en bas. Il n’y a pas de superposition entre les motifs à l’extrême droite et le cerf. Les seules superpositions entre décor géométrique et figuratif lisibles sous le ventre indiquent que les traits sont postérieurs à l’animal.

Chronologie générale de l’objet

602En toute hypothèse, la position centrale du cerf, encadré par des motifs géométriques placés sur le pourtour, incite à penser que l’animal a été gravé en premier et le décor géométrique mis en place par la suite.

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

603Hormis de rares broutages, aucun accident n’est apparent. Les gravures sont sûres, les bords de trait réguliers. Une différence de profondeur est remarquable entre les gravures du décor géométrique et le figuratif. Mis à part la ligne ventrale, les tracés géométriques sont plus marqués que le contour de l’animal. L’objet associe très étroitement décors géométrique et animalier. Pour renforcer le cadrage serré du sujet dans la largeur du support, le graveur a préféré « sacrifier » l’extrémité des membres. Le cerf est littéralement encadré par un décor géométrique dont les pointes semblent converger vers lui.

604Dans la composition, la position dominante du cervidé trouve une forme d’équilibre dans le souci de lisibilité des signes qui l’entourent, plus profondément incisés que lui.

4.7.7 Fragments de lame avec animaux indéterminés

605Réf. dans l’ouvrage : 83642.
Fragment A
L : 5,5 cm ; 1 : 1,9 cm ; ép. : 0,6 cm.
Fragment B
L : 3,5 cm ; 1 : 2 cm ; ép. : 0,6 cm.

Description

606Deux fragments de lame d’os (peut‑être un lissoir) : il n’y a pas de raccord stricto sensu, mais ces morceaux présentent de telles analogies que leur appartenance au même support ne fait guère de doute ; de plus, ils proviennent d’un même carré de fouille. La coloration noire de l’os indique une combustion. Ces fragments mis bout à bout permettent de reconstituer très partiellement le corps d’un animal indéterminé.

  • 3 Un troisième fragment est à ajouter : il est gravé de traits verticaux qui correspondent aux membre (...)

607Le fragment A a conservé le dessin d’un museau assez carré et d’un naseau courbe placé obliquement ; plus bas, d’une bouche entrouverte. La ganache, dont seule l’amorce est lisible, est partiellement recouverte de calcite. Le pelage, très soigné, est représenté par des séries de tirets verticaux qui suivent les tracés de contour. Devant le museau, une ligne verticale courbe, interrompue par des concrétions, peut être interprétée comme le vestige d’une autre figure placée devant l’animal que nous décrivons. On aperçoit sur le fragment B le corps avec la ligne ventrale et l’amorce des membres postérieurs en extension vers l’arrière. Le pelage est figuré suivant la technique précédente3 (fig. 134). Ces deux pièces sont inédites.

FIG. 134 ‒ La Vache (83642) : fragment de lame d’os ; animal indéterminé, a, museau ; b, corps.

Analyses technologiques

La figuration (fig. 135)

FIG. 135 ‒ La Vache (83642) : localisation des micrographies.

● Animal indéterminé : fragment A, le museau

608Le museau est exécuté selon deux directions différentes : de haut en bas pour l’arrondi du museau et le naseau ; de droite à gauche, pour la ganache et la bouche entrouverte. On compte entre trois et quatre passages d’outil dans chaque tracé (fig. 136nos 13). Le pelage est gravé de haut en bas avec deux passages dans chaque tiret (fig. 136no 2). Les deux lignes courbes sont exécutées de bas en haut, le nombre de passages d’outil reste indéterminé.

FIG. 136 ‒ La Vache (83642) : micrographies de l’animal indéterminé.
1, détail du museau.
2, détail des tirets figurant le pelage ; ils sont exécutés de haut en bas avec deux passages.
3, la partie inférieure du museau est superposée à la partie supérieure.
4, schéma de lecture de la micrographie 3.
5, les tirets du pelage sont postérieurs à la ligne du ventre.
6, BFT en milieu de tracé dans la ligne du ventre.

● Animal indéterminé : fragment B, le corps

609Le ventre est exécuté de droite à gauche avec six passages (six ATT sont bien lisibles) (fig. 136no 5). Les membres postérieurs sont gravés de haut en bas avec deux passages. Le pelage est réalisé sur le même modèle que celui du fragment A : de haut en bas avec deux passages.

Les sections des tracés

610Les gravures présentent des sections en V dissymétrique, dont la largeur varie selon les différentes inclinaisons de la main au cours du travail.

Chronologie des gravures

Fragment A

611Le bout du museau est gravé en premier lieu, puis la ganache et la bouche ; le pelage est indiqué en dernier. Le naseau ne peut être replacé chronologiquement (fig. 136no 4). Les deux lignes courbes sont indépendantes, il n’y a aucune superposition de tracé.

1

le bout du museau

2

la ganache

3

la bouche

?

le naseau

5

le pelage

?

2 lignes courbes

Fragment B

612La ligne de ventre est postérieure au membre droit, la chronologie avec le gauche ne peut être établie. En revanche, le pelage est postérieur aux contours de l’animal.

1

le membre droit

2

le ventre

?

le membre gauche

4

le pelage

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

613Bien qu’aucun code‑barres n’ait été retrouvé, la similitude technologique entre les deux pièces est bien établie : contour bien marqué, pelage exécuté du haut vers le bas avec deux passages d’outil, même section de trait, même largeur... Ces deux morceaux proviennent bien d’un seul et même objet.

614Les gravures du contour de l’animal sont profondes et bien lisibles, soulignant ainsi la différence entre les tracés du pelage et ceux du corps. Aucun accident n’est observable. Le tracé est sûr avec des bords de trait réguliers ; le geste est précis : les approfondissements sont systématiquement réalisés dans la première saignée. L’artiste est un technicien expérimenté qui manipulait parfaitement son outil et maîtrisait le dessin. L’espace graphique initial reste inconnu, toutefois certains caractères peuvent être dégagés par comparaison avec d’autres objets du même site.

615Les lignes courbes du fragment A sont interprétables comme un vestige d’une autre figure (fragment de membres postérieurs ?) ; nous aurions alors le témoignage d’un décor en frise, fréquent sur ce genre d’objet. La position dynamique du corps (membre tendu vers l’arrière), la technique employée (contours profonds, pelage fin en tirets juxtaposés), l’os brûlé, constituent autant d’éléments qui ne sont pas sans rappeler la « frise des lionnes » (Art préhistorique 1996 : 310).

616L’aspect fragmentaire de notre objet gêne toute détermination zoologique précise mais le museau allongé à l’extrémité carrée nous conduit à écarter les félins et à suggérer plutôt l’aurochs (?).

4.7.8 Os d’oiseau avec décor géométrique

617Réf. dans l’ouvrage : 86797.
L : 7,6 cm ; diam. : 1,1 cm ; ép. : 0,2 cm.

Description

618Fracturé sur ses deux extrémités, cet os d’oiseau n’offre que quelques fragments d’un décor géométrique. On remarque un double zigzag, dont chaque segment constitué d’une paire de traits, n’est pas directement relié au suivant (fig. 137). Dans la partie mésiale de l’os, trois lignes flanquées de petits tirets orthogonaux et régulièrement espacés évoquent des motifs « pectiformes » disposés parallèlement. Cette pièce est inédite.

FIG. 137 ‒ La Vache (86797) : fragment d’os d’oiseau ; décor géométrique.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 138)

FIG. 138 ‒ La Vache (86797) : localisation des micrographies.

● Le décor géométrique

619Le double zigzag : le sens d’exécution s’organise en alternance de haut en bas et inversement. Chaque tracé a nécessité entre deux et trois passages d’outil. Les « pectiformes » sont tous réalisés de haut en bas, dans une progression de droite à gauche. Deux à trois passages d’outil ont permis d’approfondir les tracés. Les lignes et les tirets orthogonaux : les gravures horizontales sont exécutées de gauche à droite avec quatre passages d’outil (quatre BFT). Les tirets sont réalisés de bas en haut avec deux passages (fig. 139nos 12).

Les sections des tracés

620La section des gravures est en V dissymétrique et malgré un nombre de passages d’outil assez limité (deux à trois), les gravures sont profondes (fig. 139nos 34), le geste est donc puissant.

FIG. 139 ‒ La Vache (86797) : micrographies du décor géométrique. 1, vue de la ligne et des tirets orthogonaux. 2, les tirets sont postérieurs à la ligne. 3, détail d’un trait en V dissymétrique. 4, une BFT en milieu de tracé.

Chronologie des gravures

621Les différentes structures géométriques n’offrent aucune superposition de tracé ; nous devrons donc les analyser séparément.

622Les zigzags : la structure centrale est antérieure aux deux latérales. Les tracés sont gravés par paires et non comme un alignement supérieur et inférieur. De ce fait, nous pouvons interpréter ce motif géométrique comme une bande en zigzag et non comme deux séries de lignes indépendantes.

623Les « pectiformes » : d’après les superpositions, ils sont mis en place de gauche à droite.

624Les lignes et les tirets orthogonaux : les tirets sont tous postérieurs aux lignes horizontales.

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

625Quelques broutages sont observables sur le double zigzag, mais en petit nombre. Les gravures sont nettes, les bords de tracé sont réguliers. Le graveur manipule parfaitement son outil, sans être gêné par le support cylindrique. Nous sommes en présence d’un technicien expérimenté. Bien que l’objet soit fragmentaire, l’espace graphique est organisé selon un double principe : soit en bandes latérales (« pectiformes » et zigzag), soit en décor semi‑sphérique (tirets et lignes). Ce décor non figuratif, difficilement interprétable, demeure néanmoins solidement structuré.

4.7.9 Fragment de lame d’os avec décor géométrique et tête de bouquetin en vue frontale

626Réf. dans l’ouvrage : 86803.
L : 13cm ; l : 1,8 cm ; ép. : 0,2 cm.

Description

627Ce fragment d’os long, peut‑être une lame, présente des traces de raclage sur toute sa surface. L’ensemble du décor peut être qualifié de géométrique, mis à part la partie inférieure gauche où une tête stylisée de bouquetin vue de face est encore lisible, bien qu’amputée de sa partie droite. Cette figuration est très similaire à celles décrites sur la pièce no 83374 (cfsupra § 4.7.5). En effet, elle est exécutée sur le même modèle : deux courbes centrales divergentes formant les cornes et deux plus courtes pour les oreilles. De la corne et de l’oreille droites, il ne reste que des fragments de traits qui constituent la base de ces deux éléments ; le tracé adjacent dessinant la face est également réduit à un exemplaire (fig. 140).

FIG. 140 ‒ La Vache (86803) : fragment d’os long ; bouquetin vu de face.

628Au‑dessus de ce bouquetin en vue frontale, on distingue quatre formes en chevrons très étroits, les deux derniers tronqués par une cassure. Dans la partie mésiale, deux arcs de cercle se croisent pour former un fuseau et se prolongent au‑delà. La surface ainsi délimitée est agrémentée de quatre tirets verticaux et un oblique.

629Cette lame d’os est trop incomplète pour qu’on puisse analyser son décor plus en détail. Nous retiendrons la figuration de bouquetin stylisé associée à un décor géométrique. Cette pièce est inédite.

Analyses technologiques

Les figurations (fig. 141)

FIG. 141 ‒ La Vache (86803) : localisation des micrographies.

● Le bouquetin vu de face (fig. 142)

FIG. 142 ‒ La Vache (86803) : montage de micrographies (détail de la tête de bouquetin en vue frontale).

630Les cornes et les oreilles : deux BFT sont lisibles pour les oreilles, trois pour les cornes. Elles sont exécutées de gauche à droite. Les traits de la face sont gravés avec trois passages d’outil de gauche à droite (fig. 144nos 3 et 4).

● Les signes angulaires

631Les signes angulaires sous la tête de bouquetin sont exécutés de droite à gauche avec deux à trois passages.

● Le fuseau aux tirets

632Le fuseau aux tirets (fig. 143) est gravé avec quatre à cinq passages d’outil de gauche à droite. Les tirets sont réalisés de bas en haut pour les verticaux, et de gauche à droite pour l’oblique, avec deux passages pour chacun (fig. 144nos 1 et 2).

FIG. 143 ‒ La Vache (86803) : montage de micrographies (signes en fuseau).

FIG. 144 ‒ La Vache (86803) : micrographies du décor géométrique (12) et de la tête de bouquetin en vue frontale (34).
1, intersection des tracés à l’extrémité droite du fuseau.
2, schéma de la micrographie 1 ; le trait formant la partie inférieure du fuseau est postérieur.
3, détail de la corne et de l’oreille.
4, schéma de la micrographie 3 ; la corne est postérieure à l’oreille.

Les sections des tracés

633Les tracés présentent tous une section en V dissymétrique, plus ou moins large suivant l’inclinaison de la main du graveur.

Chronologie des gravures

634Pour le bouquetin vu de face, la seule superposition de tracé indique que la corne est postérieure à l’oreille. Néanmoins, nous savons que le bouquetin est postérieur aux signes angulaires.

635Les signes angulaires sont construits de droite à gauche, le trait inférieur leur est superposé.

636Pour le signe au fuseau, les tirets sont postérieurs au fuseau.

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

637Les gravures sont particulièrement profondes. Dans les tracés angulaires, de rares accrochages de l’outil apparaissent. En général les bords d’incision sont nets et sans accidents. Le dessin du fuseau est ferme. Ces éléments traduisent un graveur expérimenté, soucieux de la lisibilité des motifs. Une nouvelle fois, les fractures nous privent d’une analyse de la composition initiale. On peut toutefois noter l’association d’un bouquetin en vue frontale (donc déjà engagé vers la géométrisation) et d’un motif sans référence figurative évidente.

4.7.10 Fragment de côte avec cheval

638Réf. dans l’ouvrage : 83642 M41.
L : 5,9 cm ; l : de 1,8 à 2 cm ; ép. : 0,2 cm.

Description

639Sur ce petit fragment de côte, on observe un cheval en profil droit, privé de sa partie postérieure par cassure du support. Le cheval mesure trois centimètres de long environ. Il est gravé en position oblique, comme s’il tombait vers l’avant.

640La ligne dorsale se poursuit par la crinière, redoublée par une courbe intérieure. Entre ces deux courbes, on note un remplissage de petits traits verticaux qui évoque des crins dressés interrompus brutalement par un toupet vertical. La tête globuleuse, formée de deux courbes ne comporte aucun détail et son profil n’a rien de conforme à l’anatomie. L’encolure est plutôt fine ; elle se prolonge par un membre antérieur, réduit à deux traits, et par le ventre. Le poitrail est gravé en deux temps : une première amorce, puis une reprise en dessous, en passages multiples prolongés jusqu’au membre (fig. 145 et 146).

FIG. 145 ‒ La Vache (83642 M41) : fragment de côte ; cheval.

FIG. 146 ‒ La Vache (83642 M41) : localisation des micrographies (cheval).

641Dans la partie droite de la pièce, on remarque de longs traits entrecroisés, en majorité parallèles à son axe. Nous les interprétons comme des stigmates de préparation de surface avant gravure. Cet objet est inédit.

Analyses technologiques

La figuration

● Le cheval

642Les gravures de l’animal sont fines et superficielles, leur exécution est assez simple. Les tracés verticaux sont exécutés de haut en bas, les horizontaux de droite à gauche. Le nombre de passages d’outil varie de un à trois. Trois passages sont identifiables sur le toupet ; deux pour les membres, la ligne de ventre et la première amorce du poitrail. Le tracé supérieur de la crinière au niveau du toupet présente deux sens d’exécution, avec un changement de direction très net au sommet du toupet : ce dernier est réalisé de bas en haut, alors que la crinière est gravée de droite à gauche. Le poitrail est réalisé en passages multiples avec de nombreux dérapages ; on compte entre cinq et six passages différents de faible intensité. La tête : les tracés sont trop érodés pour déterminer le sens d’exécution. Les tirets figurant le pelage sont toujours réalisés après les contours de l’animal, de haut en bas avec un à deux passages d’outil pour chacun.

Les sections des tracés

643Les tracés présentent des sections en V dissymétrique, quelques‑uns à fond plat. La dissymétrie des gravures est plus ou moins large suivant l’inclinaison de la main.

Chronologie des gravures

644La crinière est placée en premier, puis dans sa continuité, la ligne dorsale et enfin le toupet. La tête est indépendante des autres éléments, il n’y a aucune superposition de tracé. Une première amorce du poitrail est lisible et ensuite une reprise légèrement en dessous qui dessine une partie du membre antérieur ; la suite du membre est mise en place, puis la ligne de ventre. Les tirets figurant le pelage sont exécutés en dernier lieu.

1

la crinière

2

le dos

3

le toupet

1 à 3

la tête

4

le poitrail

5

le membre antérieur

6

le ventre

7

le pelage

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

645Sur cette pièce, la majorité des gravures sont fines et superficielles, à tel point qu’il est parfois difficile d’isoler un trait intentionnel d’une strie de préparation. Ces deux types d’incisions, d’ordinaire bien différenciés, présentent ici à peu près le même ordre de profondeur et de lisibilité. Les parties les plus fines de l’animal sont la ligne dorsale, la tête et le pelage. Bien que les gravures soient correctement incisées, des dérapages d’outil sont visibles sur la tête et le poitrail.

646Les tracés du poitrail et des membres résultent de passages multiples décalés ; ce sont les gravures les plus profondes et à cet endroit cinq dérapages montrent que le graveur contrôlait avec peine la course du burin, notamment en raison de la trop faible pression exercée sur l’outil. On remarque que l’auteur place l’animal dans la moitié gauche de la pièce, la tête étant centrée sur la côte.

647Dans l’ensemble, le cheval est maladroit, disproportionné (grosse tête, petit corps, petites pattes) à tel point qu’on peut le qualifier de schématique. Si l’on considère les données techniques, ce schématisme ne reflète pas une réelle volonté de l’artiste mais exprimerait plutôt son manque de savoir‑faire. Toutes les constatations sont convergentes : nous pensons être en présence d’un graveur inexpérimenté, peut‑être un apprenti.

4.7.11 Fragment d’os avec partie supérieure de tête d’aurochs

648Réf. dans l’ouvrage : 83641 M41.
L : 5,3 cm ; l : de 1,1 à 1,9 cm ; ép. : 0,4 cm.

Description

649À l’extrémité gauche de ce fragment osseux, on observe la partie supérieure d’une tête d’aurochs. La ligne cervicale et le chanfrein sont nettement lisibles, ainsi qu’une oreille et un petit œil, perdu dans le pelage de la face. Les cornes sont figurées en perspective sous forme de S allongés, nettement recourbées vers l’avant. Des tirets indiquant le pelage recouvrent entièrement la tête de l’animal. Devant l’aurochs, deux longs traits sont présents. Cette pièce est inédite.

Analyses technologiques

La figuration

● L’aurochs (fig. 147)

FIG. 147 ‒ La Vache (83641 M41) : montage de microqraphies (tête de l’aurochs).

650Le chanfrein et la ligne cervicale sont exécutés dans le même sens : de bas en haut. Le chanfrein et la ligne cervicale sont faits en deux temps, distincts l’un de l’autre. On décompte sur le chanfrein entre cinq et sept passages différents. Certains d’entre eux ont dérapé en dehors des premières saignées et on les aperçoit sous les cornes.

651La ligne cervicale est réalisée en multiples passages avec des dérapages d’outil : on compte de quatre à six passages. L’oreille, de forme quadrangulaire, est exécutée en quatre tracés : les côtés verticaux sont gravés de bas en haut, les horizontaux de droite à gauche. On décompte entre trois à quatre passages dans chaque trait. L’œil ponctiforme demeure peu lisible car la surface osseuse est endommagée. Les cornes sont toutes deux réalisées de droite à gauche, par trois à quatre passages. Le pelage est incisé en commençant par la partie supérieure, avec un déplacement de la main haut/bas et gauche/droite. Deux passages d’outil sont identifiables dans chaque tiret.

Les sections des tracés

652Les gravures présentent des sections en V dissymétrique ou à fond plat, suivant les inclinaisons de la main.

653Les cornes sont assez remarquables : elles offrent une amorce de trait en V dissymétrique très étroit, puis après un basculement d’outil, des tracés à fond plat et V dissymétrique plus large.

Chronologie des gravures

654Il n’existe pas de superpositions de tracés entre le chanfrein et la ligne cervicale ; toutefois, les cornes permettent de reconstituer la mise en place des différents éléments.

655Les cornes et le chanfrein présentent une exécution en alternance. La corne supérieure est gravée avant les dérapages du chanfrein, mais après ses premiers tracés. La corne inférieure est mise en place entre deux séries d’approfondissement du chanfrein. Il faut donc voir une succession chronologique corne/chanfrein/ corne/chanfrein ; les derniers passages du chanfrein étant postérieurs aux cornes.

656La ligne cervicale est gravée après la corne supérieure. D’après les superpositions cornes/chanfrein et la ligne cervicale, nous pouvons affirmer que cet élément succède au chanfrein. L’oreille et l’œil sont mis en place avant le pelage, ce dernier étant postérieur aux contours et aux autres éléments graphiques.

1

le chanfrein

2

la corne supérieure

3

le chanfrein

4

la corne inférieure

5

le chanfrein

6

la ligne cervicale

7

l’oreille

7

l’œil

8

le pelage

Évaluation technique et utilisation de l’espace graphique

657Bien qu’ils présentent des bords réguliers, on remarque au fond des traits des indices d’accidents, de dérapages surtout dans les régions du chanfrein, de la ligne cervicale et de l’oreille. On observe que le graveur est incapable de tracer une courbe d’un même geste, particularité bien visible sur les cornes et l’oreille. Ces indices désignent un auteur qui maîtrise encore mal la trajectoire du burin à la surface de l’os. Sa main rencontre des difficultés d’inclinaison causant ainsi de nombreux broutages, des accidents et dérapages. Le dessin est médiocre, plutôt raide dans sa réalisation, bien qu’une recherche de souplesse des tracés soit perceptible (S des cornes).

658Nous pensons être en présence d’un graveur peu expérimenté. Il domine certains gestes élémentaires, mais ne parvient pas encore à éviter des maladresses. Cependant, il s’efforce de dissimuler ses faiblesses tant graphiques que techniques, pour améliorer l’impression visuelle d’ensemble. L’objet est trop fragmentaire pour imaginer une organisation de l’espace graphique. Toutefois, on note que l’aurochs semble occuper toute la dimension verticale.

Notes

1 Sachant que la distinction, dans la nature, entre les deux est souvent difficile à faire « quand on n’a pas les deux espèces sous les yeux » (Muus, Dahlström 1991 : 52), la différenciation sur des gravures paléolithiques est d’autant plus hasardeuse.

2 Il faut noter que toutes les autres figures de cette face seront gravées dans le sens opposé à celui de la lecture du phoque.

3 Un troisième fragment est à ajouter : il est gravé de traits verticaux qui correspondent aux membres postérieurs. En raison de sa très petite taille nous avons préféré ne pas l’étudier.

Table des illustrations

Légende FIG. 22 ‒ Arancou (AR 1) : pendeloque à bélière ; cerf et décor géométrique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 23 ‒ Arancou (AR 1) : montage de micrographies (corps du cerf).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 24 ‒ Arancou (AR 1) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins A. Roussot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 25 ‒ Arancou (AR 1) : micrographies du corps du cerf (1 à 5) et du décor géométrique (6). 1, vue rapprochée de la ligne dorsale ; on observe ici trois bourrelets décalés. 2, poitrail et membres antérieurs ; on remarque des traces de préparation sous‑jacente (longues stries horizontales). 3, ligne de ventre et fourreau pénien ; à droite du fourreau, les traces sont exécutées par à‑coups ; à gauche, le trait est plus linéaire. 4, détail des attaques de trait de la ligne du ventre. 5, le pelage est exécuté de haut en bas ; les accumulations de butées de fin de trait donnent le relief. 6, les impacts ponctiformes situés près de la perforation sont réalisés par à‑coups de droite à gauche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende FIG. 26 ‒ Arancou (AR 1) : micrographies du décor géométrique : 1, forme difficilement interprétable, réalisée de droite à gauche par des à‑coups secs, les BFT donnant le relief ; 2, à l’arrière du cerf, on voit bien les trois séries de tracés (alignés de haut en bas sur le cliché).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 27 ‒ Arancou (AR 2) : fragment de côte ; bison.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 28 ‒ Arancou (AR 2) : montage de micrographies (tête du bison).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende FIG. 29 ‒ Arancou (AR 2) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins A. Roussot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 30 ‒ Arancou (AR 2) : micrographies du bison. 1, état de conservation de surface de niveau 1. 2, l’oreille est exécutée de droite à gauche, les tracés inférieurs étant réalisés après ceux de la partie supérieure. 3, l’œil est ovalaire et construit par de petits tracés successifs, de droite à gauche. 4, traces d’outil (CB) repérables dans les gravures du chanfrein. 5, vue de l’épaule et des membres antérieurs. 6, détail du raccord entre le membre antérieur et le trait d’épaule ; cette liaison est exécutée avec cinq traits courts partant de la patte droite et remontant vers l’épaule.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende FIG. 31 ‒ Arancou (AR 2) : micrographies du bison. 1, le poitrail est réalisé avec des tracés courts et serrés ; ce sont les BFT qui accusent le relief. 2, la ligne de ventre est gravée de droite à gauche et est antérieure aux tracés du pelage, fortement marqués à cet endroit. 3, le pelage associe très étroitement des gravures fines et profondes ; sur ce cliché, on voit les incisions à l’intérieur du corps. 4, la partie supérieure du museau est formée par les BFT (environ six) des tracés du chanfrein ; l’ensemble inférieur est exécuté avec six passages de droite à gauche. 5, le schéma décompose les différents ensembles de traits.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende FIG. 32 ‒ Arancou (AR 3) : fragment de côte ; cervidé (biche), poissons et décor géométrique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 33 ‒ Arancou (AR 3) : localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 34 ‒ Arancou (AR 3) : montage de micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende FIG. 35 ‒ Arancou (AR 3) : micrographies des poissons (1 à 4) et des décors géométriques (5 et 6), 1, vue de la tête du poisson P 1, on remarque de nombreux broutages en fond de trait. 2, attaques de traits des tracés de la tête du poisson P 2 ; les broutages (indiqués par les flèches) sont lisibles dès l’amorce du trait. 3, les gravures de la queue du poisson P 1 sont moins appuyées que celles du reste de l’animal (hypothèse du dessin préparatoire). 4, le remplissage du corps du poisson P 3 est postérieur aux contours de l’animal (la flèche indiquant la superposition). 5, les ponctiformes sont réalisés par à‑coups secs de droite à gauche (les flèches indiquent le sens d’exécution). 6, les à‑coups provoquent des soulèvements de copeaux d’os plus ou moins importants suivant la puissance du geste (le copeau est indiqué par la flèche).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende FIG. 36 ‒ Arancou (AR 3) : micrographies du décor géométrique (1 et 2) et de la biche (4 à 6). 1, impact triangulaire sous le ventre de la biche ; la pointe de l’outil a légèrement pivoté pour obtenir une base plus large (de droite à gauche). 2, longs traits derrière le cervidé, gravés avec deux passages d’outil. 3, accrochage de l’outil dans la ligne du ventre. 4, le décor gravé est postérieur à la mise en forme du support ; les oreilles du cervidé entament le bord façonné. 5, alternances gestuelles dans la réalisation du poitrail, des membres antérieurs et de la ligne du ventre. 6, schéma de lecture de la micrographie no 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende FIG. 37 ‒ Arancou (AR 4) : fragment de côte ; cétacé et cerf.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 38 ‒ Aroncou (AR 4) : montage de micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende FIG. 39 ‒ Arancou (AFM) : localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende FIG. 40 ‒ Arancou (AR 4) : micrographies du cétacé (1 et 5) et du cerf (2 à 4 et 6). 1, état de conservation de surface de niveau 1. 2, vue de la tête du cerf. 3, la ganache du cerf est exécutée de droite à gauche avec trois passages d’outil. 4, stigmates de direction dans les tracés de la ganache (indiqués par des flèches). 5, les tracés verticaux sur la tête du cétacé sont postérieurs au contour. 6, le façonnage de l’objet est antérieur à la mise en place du décor ; le tracé du bois de cervidé entame le bord de la pendeloque.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende FIG. 41 ‒ Arancou (AR 4) : micrographies du cétacé (1, 2) et du cerf (3). 1, séquences gestuelles alternées entre la nageoire et la ligne du ventre. 2, schéma de lecture de la micrographie no 1 montrant que la gravure de la nageoire est intercalée entre deux versions de la ligne ventrale. 3, broutages en fond de trait (indiqué par des flèches).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende FIG. 42 ‒ Arancou (AR 5) : os d’oiseau ; oiseau (1) et têtes de chevaux (2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende FIG. 43 ‒ Arancou (AR 5) : montage de micrographies (têtes de chevaux en sens de lecture inversé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 44 ‒ Arancou (AR 5) : localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 45 ‒ Arancou (AR 5) : micrographies de la surface de l’os (1) et de l’oiseau (2 à 6). 1, état de conservation de surface de niveau 1. 2, vue de la tête triangulaire. 3. tracés à bords irréguliers (petites flèches), avec une butée de fin de trait qui soulève un copeau de matière (grande flèche). 4, broutages dans la gravure du cou. 5, codes‑barres de l’outil dans le trait supérieur de la tête. 6, accrochages de l’outil dans le trait du cou.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende FIG. 46 ‒ Arancou (AR 6) : fragment de diaphyse ; poisson et forme indéterminée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende FIG. 47 ‒ Arancou (AR 6) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins A. Roussot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 48 ‒ Arancou (AR 6) : montage de micrographies de la forme indéterminée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 49 ‒ Arancou (AR 6) : micrographies de la surface de l’os (1), du poisson (2) et de la forme indéterminée (3). 1, état de conservation de surface de niveau 1. 2, vue du dos du poisson. 3, détail du tracé de la tête ; l’incision présente des bords irréguliers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende FIG. 50 ‒ Arancou (AR 7) : fragment de lissoir ; animal indéterminé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende FIG. 51 ‒ Arancou (AR 7) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins A. Roussot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 52 ‒ Arancou (AR 7) : micrographies de la surface de l’os (1), et de la forme indéterminée (2, 3). 1, état de conservation de surface de niveau 1. 2, longs traits sous le ventre réalisés de droite à gauche avec deux ou trois passages (les flèches indiquent les ATT). 3, le membre postérieur est réalisé avant le ventre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende FIG. 53 ‒ Arancou (AR 8) : fragment de côte ; décor géométrique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 54 ‒ Arancou (AR 8) : localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende FIG. 55 ‒ Arancou (AR 8) : micrographies de la surface de l’os (1), et du décor géométrique (2 à 5). 1, état de conservation de surface de niveau 1. 2, vue d’ensemble du décor. 3, les tracés verticaux sont antérieurs aux séries horizontales. 4, les gravures horizontales ne sont pas des tracés continus, mais des juxtapositions de tirets. 5, vue rapprochée soulignant le type de tracé rencontré ; la flèche blanche souligne les deux bourrelets latéraux indiquant deux passages d’outils.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende FIG. 56 ‒ Enlène : fragment d’os de boviné ; la « sauterelle » et oiseaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende FIG. 57 ‒ Enlène : localisation des micrographies de la « sauterelle ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 58 ‒ Enlène : montage de micrographies (la « sauterelle » et l’oiseau).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende FIG. 59 ‒ Enlène : micrographies de la « sauterelle » (1, 2) et de l’oiseau (3 à 6). 1, tracés de la mandibule et de l’amorce de la ligne du ventre ; les gravures du ventre sont superposées à la tête. 2, l’œil est réalisé de haut en bas avec deux passages. 3, vue rapprochée du tracé des membres de l’oiseau 2. 4, détail de l’oiseau 2 ; les tirets sont postérieurs au trait du contour. 5, vue générale des membres isolés à droite. 6, détail des tirets de droite dans les membres isolés à droite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende FIG. 60 ‒ Enlène : micrographies de l’oiseau 3 (12) et des formes indéterminées (3 à 6). 1, détail du décor de la queue ; elle est antérieure aux deux formes indéterminées qui la suivent. 2, vue de l’ergot. 3, détail de la tête. 4, la forme de droite est antérieure à celle de gauche. 5, la « perforation » est exécutée de haut en bas et le « lien » est postérieur à l’ensemble. 6, détail de la « perforation » et du « lien ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende FIG. 61 ‒ Enlène : micrographies des oiseaux (1 à 5) et de la « sauterelle » (6). 1, détail du tracé du ventre de l’oiseau 5 ; on peut noter qu’un nombre minimum de six passages a été nécessaire pour obtenir une telle profondeur.2, détail de la ligne du ventre de l’oiseau 5, avec un accrochage.3, types de tracés rencontrés sur l’oiseau 3. 4, types de tracés rencontrés sur l’oiseau 2. 5, superposition du bec de l’oiseau 1 sur le dos de la « sauterelle ».6, aspect microscopique d’un trait de la tête de la « sauterelle » ; l’ensemble est très érodé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende FIG. 62 ‒ Fontarnaud : montage de micrographies (tête de cerf et formes indéterminées).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende FIG. 63 ‒ Fontarnaud : localisation des micrographies.
Crédits Dessins A. Roussot.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 64 ‒ Fontarnaud : micrographies du cerf (1 à 5) et de la surface de l’os (6). 1, vue de la base des andouillers, exécutés de droite à gauche. 2, on remarque trois butées de fin de trait (andouiller supérieur). 3, vue de l’oreille et de la forme indéterminée no 1. 4, traits courts présents le long du chanfrein, gravés de droite à gauche. 5, sorties d’outil du chanfrein. Les traits courts sont postérieurs. 6, traces de préparation préalable de la lame osseuse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende FIG. 65 ‒ Fontarnaud : micrographies du cerf (1), du décor géométrique (2) et des formes indéterminées (3 à 6). 1, détail de la partie inférieure du « bandeau » du cerf ; les tracés horizontaux sont postérieurs. 2, les signes triangulaires. 3, tête de la forme 1. 4, les attaques de trait dans le tracé gauche de la hampe (forme 1). 5, « bec » de la forme 3 ; il est postérieur au bandeau. 6, l’œil et les cils (forme 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende FIG. 66 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1362) : lissoir ; cheval et décor géométrique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 67 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1362) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins C. Fritz, d’après H. Breuil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 68 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1362) : micrographies du cheval (1, 2 et 4 à 6) et du décor géométrique (3). 1, vue du museau. 2, détail du naseau : il est réalisé de haut en bas et inversement. On compte entre trois et quatre passages d’outil. 3, vue des signes cruciformes. 4, postériorité de la crinière sur l’oreille. 5, les poils de la barbe sont postérieurs à la ganache. 6, trait de fond très érodé ; le détail des stigmates est difficilement lisible.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende FIG. 69 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1369) : a, fragment de lissoir ; b, tête de cheval.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 70 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1369) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins C. Fritz, d’après H. Breuil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 71 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1369) : micrographies du cheval 1. 1, vue de l’œil, 2, détail du naseau. Il est gravé de droite à gauche avec deux à trois passages d’outil. 3, superposition de la crinière du second cheval sur le premier. 4, détail des superpositions de tracé entre le museau du cheval 1 et la crinière du cheval 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende FIG. 72 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1722) : fragment de côte comportant trois animaux indéterminés (a), têtes de l’animal central (b) et de l’animal de droite (c).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende FIG. 73 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1722) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins C. Fritz, d’après H. Breuil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 74 ‒ Laugerie‑Basse (LB 1722) : micrographies de la surface de l’os (1), de l’animal central (2 à 5) et de la tête indéterminée de droite (6). 1, état de conservation de surface de niveau 3. 2, vue de l’œil ; il est réalisé de droite à gauche avec quatre passages d’outil. 3, vue du museau ; on voit très bien les butées de fin de trait du chanfrein (1) et celles qui viennent fermer l’ensemble (2). 4, détail du naseau ; il est marqué par deux tracés divergents, exécutés de haut en bas avec quatre passages d’outil. 5, superposition entre les tracés du cou et ceux de la mandibule ; le cou est postérieur. 6, vue du museau ; les gravures de la queue de l’animal central viennent entamer l’arrondi du museau de la tête de droite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende FIG. 75 ‒ Le Mas‑d’Azil (PP 1) : fragment de diaphyse ; bison.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 76 ‒ Le Mas‑d’Azil (PP 1) : a, localisation des micrographies ; b, hypothèse de lecture du bison.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 77 ‒ Le Mas‑d’Azil (PP 1) : micrographie. 1, vue de la corne ; elle est réalisée de droite à gauche. 2, les multiples passages de la ligne du ventre. 3, variété de traits observables, du V dissymétrique (1) au tracé à fond plat (2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende FIG. 78 ‒ Le Mas‑d’Azil (PP 2) : fragment d’omoplate ; animal indéterminé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 79 ‒ Le Mas‑d’Azil (PP 2) : montage de micrographies (animal indéterminé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Légende FIG. 80 ‒ Abri Morin (884717) : montage de micrographies (le cheval).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende FIG. 81 ‒ Abri Morin (884717) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins P. Laurent
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 82 ‒ Abri Morin (884717) : micrographies de la surface de l’os (1) et du cheval (2 à 5). 1, état de surface de conservation de niveau 3. 2, variété des gravures observables ; les bords sont réguliers et les sections à fond plat. 3, le tracé presque discontinu (flèche) traduit un manque de pression lors de l’exécution. 4, antériorité du poitrail sur les tracés ondulés. 5, fond de trait en U avec microstriures de l’outil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende FIG. 83 ‒ Abri Morin (884721) : a, montage de micrographies (tête de renne) ; b, localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
Légende FIG. 84 ‒ Abri Morin (884721) : micrographies du renne. 1, vue générale du membre antérieur et du fanon ; les tracés du fanon, puis de la ligne du ventre sont postérieurs à la patte. 2, pelage sur le fanon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 85 ‒ Abri Morin (884723) : a, montage de micrographies (bois de cerf et rainurage à l’extrémité gauche) ; b, localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Légende FIG. 86 ‒ Abri Morin (884723) : micrographies de la surface de l’os (1) et des palmes (2). 1, état de surface de conservation de niveau 2.2, différents bourrelets causés par le rainurage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende FIG. 87 ‒ Abri Morin (884747) : montage de micrographies (tête de l’aurochs).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 777k
Légende FIG. 88 ‒ Abri Morin (884747) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins P. Laurent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende FIG. 89 ‒ Abri Morin (884747) : micrographies de l’aurochs. 1, la ligne dorsale est postérieure à la corne droite. 2, le bout du museau n’est pas gravé dans la continuité du chanfrein ; il est réalisé en sens inverse, de droite à gauche. 3, vue générale du membre antérieur, du poitrail et de la ligne du ventre ; l’ordre d’exécution est le suivant : poitrail/patte/ligne de ventre. 4, détail de la corne gauche avec deux BFT (flèches). 5, la patte arrière est gravée sur la ligne de ventre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende FIG. 90 ‒ Abri Morin (884747) : micrographies des décors géométriques (1 à 4) et de l’aurochs (56). 1, les arcs de cercle sur le fût sont exécutés de droite à gauche avec quatre passages ; on discerne sur ce cliché quatre butées de fin de trait (flèches). 2, tracé linéaire sur les barbe lures, gravé de la pointe vers l’intérieur. 3, les coches sont des enlèvements de matière en copeau par à‑coups secs de droite à gauche. 4, les coches sont antérieures à l’aurochs. 5, broutage dans le tracé du poitrail de l’aurochs. 6, les gravures sont, dans l’ensemble, très érodées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende FIG. 91 ‒ Abri Morin (884748) : montage de micrographies (tête de l’aurochs).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 92 ‒ Abri Morin (884748) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins P. Laurent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 93 ‒ Abri Morin (884748) : micrographies de la surface de l’os (1) et de l’aurochs (2 à 6). 1, état de surface de conservation de niveau 3, 2, ensemble des poils et du toupet ; cette première série est antérieure à la corne. 3, trois bourrelets indiquant trois passages d’outil dans la corne gauche. 4, vue générale de la ligne de dos ; elle est réalisée de droite à gauche avec des passages multiples décalés. 5, gravures en V dissymétrique et à fond plat. 6, les superpositions de tracés montrent la seconde séquence de gravures où l’œil est antérieur au chanfrein.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende FIG. 94 ‒ Abri Morin (884749) : localisation des micrographies (bisons).
Crédits Dessins P. Laurent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 95 ‒ Abri Morin (884749) : a, relevé ; b, micrographies de la tête du bison C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende FIG. 96 ‒ Abri Morin (884749) : micrographies de la surface de l’os (1) et des bisons (2 à 6). 1, état de surface de conservation de niveau 2. 2, vue de l’oreille et de la corne du bison A ; l’oreille est postérieure au pelage du dos et à la corne. 3, vue du jeune bison B ; on observe à droite l’empennage de la « flèche ». 4, détail du museau du bison B ; il est réalisé par trois mouvements secs de droite à gauche, opérant ainsi la jonction entre les tracés du chanfrein et de la ganache. 5, vue du pelage, de la barbe et du membre antérieur du bison C. Les tracés de la patte sont nettement postérieurs au pelage. 6, pelage du museau du bison A ; il est exécuté de haut en bas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende FIG. 97 ‒ Abri Morin (884751) : localisation des micrographies.
Crédits Dessins P. Laurent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende FIG. 98 ‒ Abri Morin (884751) : montage de micrographies (tête du renne).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 99 ‒ Abri Morin (884751) : montage de micrographies (patte du renne).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 100 ‒ Abri Morin (884751) : micrographies de la surface de l’os (1) de la tête du renne 1 (2) et de la patte du renne 2 (à 6). 1, état de surface de conservation de niveau 2.2, pelage du bout du museau ; il est postérieur au tracé du contour.3, pelage sur la patte ; il est postérieur au tracé du contour.4, sortie d’outil non contrôlée.5, accrochages d’outil visibles dans une courbe.6, empreinte d’outil dans le tracé de la cuisse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende FIG. 101 ‒ Abri Morin (884767) : localisation des micrographies (renne).
Crédits Dessins P. Laurent
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 102 ‒ Abri Morin (884767) : montage de micrographies (tête de renne).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Légende FIG. 103 ‒ Abri Morin (884767) : micrographies du renne, 1, ligne de ventre avec trois BFT (flèches) ; les signes du ventre sont également lisibles. 2, saillie de l’épaule sur la ligne de dos. 3, vue de l’oreille et du bois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Légende FIG. 104 ‒ Abri Morin (884774) : localisation des micrographies (cheval).
Crédits Dessins P. Laurent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 105 ‒ Abri Morin (884774) ; micrographies de la surface de l’os (1) et du cheval (2 à 4). 1, état de surface de conservation de niveau 2. 2, gravure du chanfrein. 3, dans les gravures de la ganache, on observe deux BFT par tracé. 4, les tracés de la crinière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende FIG. 106 ‒ Abri Morin (884775) : localisation des micrographies (bovine).
Crédits Dessins P. Laurent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 107 ‒ Abri Morin (884775) : micrographies de la surface de l’os (1) et du bovine (2 à 6). 1, état de surface de conservation de niveau 3. 2, exemple de traits rencontrés. 3, vue du museau. 4, chronologie des gravures sur le chanfrein ; les registres horizontaux sont postérieurs aux registres verticaux. 5, vue des membres antérieurs. 6, détail d’un des membres antérieurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende FIG. 108 ‒ Abri Morin (884775) : micrographies du boviné. 1, les gravures sont postérieures à la fracture du bord supérieur. 2, détail de la superposition entre le bord de la fracture et les gravures. 3, série de traces de la zone ventrale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 841k
Légende FIG. 109 ‒ La Vache (989‑107) : fragment de côte ; phoque et animal indéterminé (rongeur ?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 110 ‒ La Vache (989‑107) : localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende FIG. 111 ‒ La Vache (989‑107) : montage de micrographies (détail du phoque).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 112 ‒ La Vache (989‑107) : montage de micrographies (détail du rongeur).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 113 ‒ La Vache (989‑107) : micrographies du phoque (1, 2 et 6), du fanon de bison (3, 4) et de l’animal indéterminé (rongeur ?) (5). 1, jonction de la ligne cervico‑dorsale (1) et de la gorge (2) réalisée par un tiret courbe (3). 2, impact représentant l’implantation des vibrisses sur le museau. 3, fanon du bison au‑dessus du pelage du phoque : ligne transversale et tirets latéraux. 4, détail des tracés du fanon ; le trait du haut est postérieur. 5, l’illusion du relief de l’oreille est rendue par les BFT. 6, broutages lors d’une incision perpendiculaire aux fibres de l’os.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende FIG. 114 ‒ La Vache (989‑105) : fragment de lame d’os ; aurochs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 115 ‒ La Vache (989‑105) : localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 116 ‒ La Vache (989‑105) : micrographies de l’aurochs. 1, les signes sur la ligne de dos sont incisés de haut en bas. 2, saillie de l’os iliaque avec les incisions de pelage ; elles sont postérieures au contour. 3, détail des signes et des tirets du pelage ; ils sont postérieurs à la ligne dorsale (flèches). 4, détail des tirets du pelage. 5, détail des trois attaques de trait du signe intérieur. 6, traces de l’outil dans la ligne de dos.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende FIG. 117 ‒ La Vache (989‑105) : montage de micrographies (aurochs).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende FIG. 118 ‒ La Vache (CX14) : localisation des micrographies (saumon bécard).
Crédits Dessins G. Sauvet
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 119 ‒ La Vache (CX14) : micrographies du saumon. 1, vue de l’œil, 2, butée de fin de trait du tracé supérieur de l’œil. 3, les attaques de trait de la caroncule oculaire sont postérieures au contour interne. 4, on observe trois ATT dans la caroncule oculaire (flèches). 5, vue de la partie supérieure du museau.6, attaque de trait postérieure au contour du museau ; on distingue le code‑barres de l’outil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende FIG. 120 ‒ La Vache (CX14) : micrographies du saumon et du décor géométrique (4). 1, détail de la jonction entre la partie supérieure et le bécard ; l’arrondi du bout du nez est gravé après la partie inférieure. 2, dans le tracé qui forme la bouche, on observe des sections en V dissymétrique. 3, arrondi du museau avec un accrochage, puis léger pivotement qui abrase le bord interne du trait. 4, signe angulaire sous le ventre du saumon ; il est postérieur au contour de l’animal. 5, remplissage de la tête. 6, deux traits courts plus marqués (tête).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Légende FIG. 121 ‒ La Vache (CX14) : micrographies du décor géométrique. 1, vue des deux longs traits situés devant le saumon (détails sur les photos 2 et 3). 2, détail des deux attaques de trait de l’incision de gauche (flèches). 3, détail des deux attaques de trait de l’incision de droite (flèches).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 829k
Légende FIG. 122 ‒ La Vache (CCI X2) : localisation des micrographies (poissons, décor géométrique, formes indéterminées et tête de bouquetin).
Crédits Dessins G. Sauvet
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 123 ‒ La Vache (CCI X2) : micrographies des formes indéterminées A (1, 2), B (3 à 5) et E (6). 1, vue de la tête. 2, butée de fin de trait de la bouche. 3, vue de la tête. 4, tracé de l’arrondi de la tête ; on y compte trois à quatre passages d’outil. 5, détail de l’œil ; il est exécuté de haut en bas avec deux passages d’outil. 6, vue de la tête.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende FIG. 124 ‒ La Vache (CCI X2) : micrographies du bouquetin (1, 2), du décor géométrique (34), du poisson P 1 (5) et d’un bouquetin ? (6).1, tête en vue frontale ; les cornes, les oreilles et les deux tracés de la face sont bien lisibles. 2, détail des BFT de l’oreille droite ; on en compte trois (flèches). 3, vue des gravures obliques indéterminées. 4, détail ; les gravures sont exécutées de droite à gauche. 5, vue de la tête ; les tracés comportent de nombreux broutages. 6, peut‑être une seconde tête de bouquetin en vue frontale (cornes et oreilles).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende FIG. 125 ‒ La Vache (83374) : fragment de côte ; bouquetins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 126 ‒ La Vache (83374) : localisation des micrographies.
Crédits Dessin S. Rougane et D. Buisson
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 127 ‒ La Vache (83374) : montage de micrographies (tête de bouquetin en vue frontale).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 128 ‒ La Vache (83374) : montage de micrographies (détail de la corne et de l’oreille d’un bouquetin en vue frontale).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 129 ‒ La Vache (83374) : micrographies des bouquetins en profil gauche (1 à 3) et en vue frontale (4 à 6).1, attaques du trait du chanfrein (1) sur les butées de fin de trait de la corne (2) ; les flèches indiquent le sens d’exécution.2, vue de l’oreille (1) et de la ligne cervico‑dorsale (2) ; l’oreille est antérieure.3, détail des BFT de la ligne cervico‑dorsale. 4, les taches du pelage. 5, détail des taches du pelage ; elles sont exécutées de droite à gauche par à‑coups secs (la flèche noire indique le sens d’exécution). 6, détail des deux BFT dans les oreilles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende FIG. 130 ‒ La Vache (83640 M48‑43) : fragment de lissoir ou de spatule ; décor géométrique et cervidé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 131 ‒ La Vache (83640 M48‑43) : localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 132 ‒ La Vache (83640 M48‑43) : montage de micrographies (corps du cerf).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 133 ‒ La Vache (83640 M48‑40) : micrographies du cerf (1 à 3, 6) et du décor géométrique (45). 1, détail du pli de l’aine ; il est exécuté de droite à gauche. 2, détail du tracé précédent ; on distingue deux bourrelets latéraux. 3, BFT de la ligne du ventre. 4, vue d’ensemble. 5, détail d’un trait large. 6, détail du tracé de la cuisse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende FIG. 134 ‒ La Vache (83642) : fragment de lame d’os ; animal indéterminé, a, museau ; b, corps.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 135 ‒ La Vache (83642) : localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 136 ‒ La Vache (83642) : micrographies de l’animal indéterminé. 1, détail du museau. 2, détail des tirets figurant le pelage ; ils sont exécutés de haut en bas avec deux passages. 3, la partie inférieure du museau est superposée à la partie supérieure. 4, schéma de lecture de la micrographie 3. 5, les tirets du pelage sont postérieurs à la ligne du ventre. 6, BFT en milieu de tracé dans la ligne du ventre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende FIG. 137 ‒ La Vache (86797) : fragment d’os d’oiseau ; décor géométrique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 138 ‒ La Vache (86797) : localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 139 ‒ La Vache (86797) : micrographies du décor géométrique. 1, vue de la ligne et des tirets orthogonaux. 2, les tirets sont postérieurs à la ligne. 3, détail d’un trait en V dissymétrique. 4, une BFT en milieu de tracé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende FIG. 140 ‒ La Vache (86803) : fragment d’os long ; bouquetin vu de face.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 141 ‒ La Vache (86803) : localisation des micrographies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 142 ‒ La Vache (86803) : montage de micrographies (détail de la tête de bouquetin en vue frontale).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 143 ‒ La Vache (86803) : montage de micrographies (signes en fuseau).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 144 ‒ La Vache (86803) : micrographies du décor géométrique (12) et de la tête de bouquetin en vue frontale (34). 1, intersection des tracés à l’extrémité droite du fuseau. 2, schéma de la micrographie 1 ; le trait formant la partie inférieure du fuseau est postérieur. 3, détail de la corne et de l’oreille. 4, schéma de la micrographie 3 ; la corne est postérieure à l’oreille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende FIG. 145 ‒ La Vache (83642 M41) : fragment de côte ; cheval.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 146 ‒ La Vache (83642 M41) : localisation des micrographies (cheval).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende FIG. 147 ‒ La Vache (83641 M41) : montage de microqraphies (tête de l’aurochs).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45425/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 757k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search