Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Annexe

Inventaire des sites

Texte intégral

1Les données présentées ici sont issues de l’inventaire détaillé dans Trément 1994.

2Les notices sont classées par ordre alphabétique des communes (Fos‑sur‑Mer, Istres, Martigues, Port‑de‑Bouc, Saint‑Mitre‑les‑Remparts, respectivement codées FO, IS, MA, PB et SM).

3La localisation des sites est donnée dans le système Lambert III. Les termes usuels sont abrégés (Z = altitude ; S = superficie ; n. d. = non déterminé ; fr. = fragment ; bo. = bord). Les typologies sont mentionnées par le nom de l’auteur suivi du numéro du type. Les plus couramment employées sont signalées par une abréviation (Goud= Goudineau ; Ritt. = Ritterling ; Drag. = Dragendorff ; Lamb. = Lamboglia ; Dr. = Dressel ; Pasc= Pascuat).

4Pour la céramique commune, nous renvoyons aux codes du Dicocer (ComOM = commune oxydante micacée ; ComEM = commune à engobe micacé).

FIG. 123 ‒ Carte de localisation des sites.

Fos‑sur‑Mer

FO‑1 – La Crotte

5Station préhistorique (Néolithique final)
Xa : 810,90 ; Xb : 811,10 ; Ya : 134,00 ; Yb : 134,20 ; : 14,30 m ngf ;
S : n. d.
Cadastre : 1987 Al nOS 8‑21

6Historique
Une occupation préhistorique est attestée par les ramassages de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. H. Rolland (1951 : 34, no 8) signale une station néolithique (et peut‑être chalcolithique) « à la bergerie de la Crotte, [...] à l’ouest des anciens Salins, autour de la ferme ». Aucune prospection systématique n’a été effectuée dans ce secteur (Trément 1994 : FO‑159).

7Mobilier
H. Rolland note : « Autour de la ferme, éclats et fragments de lames ».

FO‑2 – Lavalduc

8Site (vie s. av. n.è., iieier s. av. n.è., vevie s. de n.è.?)
Xa : 811,35 ; Xb : 811,92 ; Ya : 133,85 ; Yb : 134,45 ; Z : 0/10 m ngf ;
S : 23 000 m2
Cadastre : 1983 B1 nos 65, 117‑124, 739, 742, 799

9Historique
Site inédit découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : LAV‑03, NOR‑02). Vérification (Trément 1994 ; FO‑078).

10Structures
Vestiges de voies à ornières et de carrières (traces de prélèvement à l’escoude).

11Matériaux de construction
2 fr. de tegulae

12Inventaire du mobilier
L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.

13Céramique indigène (7 fr.) Fine gauloise (2 fr.) Commune grise (1 fr.) Amphore étrusque (9 fr.) Amphore marseillaise (2 fr.) Amphore italique (2 fr.) Amphore africaine (12 fr.) Amphore divers (1 fr.) Silex (1 éclat retouché) Basalte (2 fr. de meule)

FO‑3 – Boutillon

14Station préhistorique (Néolithique final)
Xa : 811,60 ; Xb : 811,80 ; Ya : 134,50 ; Yb : 134,70 ; Z : 5 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1987 A2 nos 2801‑2809, 2825‑ 2836

15Historique
H. de Gérin‑Ricard (1931 : 47) mentionne un site néolithique « près de la gare de La Valduc ». Il pense qu’il serait contemporain de celui de Rassuen (IS‑26). H. Rolland (1951 : 34, nos 2, 7) signale une station « près de la gare de Lavalduc » et « aux Salins, [...] sur les pentes ouest et nord‑ouest de la gare de Lavalduc ». Il pense que le site des Salins « se confond sans doute avec la station signalée à la gare par M.H. de Gérin‑Ricard ». Aucune prospection systématique n’a été effectuée dans ce secteur (Trément 1994 : FO‑160).

16Mobilier
H. Rolland note : « Silex, fragments de hache en serpentine ».

FO‑4 – Le Mazet

17Indice de site (VIe s. av. n.è., Ier s. av. n.è.– Ier 5. de n.è.)
Xa : 811,43 ; Xb : 811,65 ; Ya : 133,63 ; Yb : 133,80 ; Z : 15 m ngf ;
S : 50 000 m2
Cadastre : 1983 B1 nos 1000‑1003, 1006

18Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : NOR‑01). Vérification (Trément 1994 : FO‑077).

19Matériaux de construction
tegula

20Inventaire du mobilier
L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.

21Sigillée gauloise (3 fr.) Céramique indigène (6 fr.) Fine gauloise (2 fr.) Amphore étrusque (3 fr.) Amphore marseillaise (2 fr.) Amphore italique (20 fr.) Amphore africaine (2 fr.) Amphore divers (27 fr.) Dolium (3 fr.)

FO‑5 – Lavalduc

22Site ou épandage (Néolithique final, vie‑début ve s. av. n.è., iieiers. av. n.è., fin iers. av. n.è.‑iiie s. de n.è., Bas‑Empire, xivexve s.)
Xa : 811,75 ; Xb : 812,00 ; Ya : 133,25 ; Yb : 133,75 ; Z : ‑2/‑4 m ngf ;
S : 50 000 m2 ?
Cadastre : 1986 B1 nos 110, 130‑131

23Historique
Ramassages de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. H. Rolland (1951 : 34, nos 4‑5) signale une station néolithique (et peut‑être chalcolithique) à Lavalduc, « au nord de l’étang, sur les pentes sud et est de la cote 41 » (cote erronée). B. Bouloumié et J. Soyer (1990 ; 137‑140) écrivent : « En contrebas du site du Mazet, sur la rive même de l’étang, entre la voie ferrée et l’eau, nous avons trouvé de la céramique (site Lavalduc 2). Ce site a été immergé longtemps, et à plusieurs reprises. Actuellement, le niveau de l’étang baisse, ce qui nous a permis de le découvrir, mais une partie doit être encore sous l’eau ». Site prospecté par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : LAV‑01C/02). Prospection systématique en février 1988 (Trément 1994 : FO‑ 068).

24Matériaux de construction
Nombreuses tegulae

25Inventaire du mobilier
L’inventaire porte essentiellement sur le mobilier recueilli par N. Coye et J.‑P. Lagrue, auquel nous avons ajouté le produit très mince de notre propre ramassage.
Claire hellénistique (plusieurs fr.) Claire marseillaise (plusieurs fr.) Sigillée italique (3 fr.) Sigillée gauloise (6 fr. dont Drag. 27) Claire A (4 fr.) Africaine de cuisine (4 fr. dont Hayes 196, 197) Claire B (plusieurs fr.) Claire C (1 fr.) Claire D (plusieurs fr.) Céramique indigène (23 fr.) Fine gauloise (8 fr.) Commune claire (7 fr.) Commune engobée (3 fr.) Commune oxydante (30 fr.) Commune grise dite « de Vaison » (1 fr.) Commune grise (1 fr.) Céramique médiévale (2 fr. dont pisane) Amphore étrusque (7 fr.) Amphore marseillaise (1 fr. archaïque) Amphore italique (13 fr. dont Dr.1A) Amphore gauloise (5 fr.) Amphore hispanique augustéenne (1 fr.) Amphore africaine (15 fr.) Amphore divers (7 fr.) Dolium (5 fr.) Basalte (1 fr. de meule) Matériel lithique (4 éclats de silex, 1 tranchant d’herminette)

FO‑6 – Lavalduc

26Traces de fréquentation (Néolithique final, âge du Bronze ?, vie s. av. n.è.), établissement (Ier s. av. n.è.‑vie s. de n.è.), vestiges liés à l’exploitation des salines (Moyen Âge ou époque moderne)
X : 812,02 ; Y : 133,50 ; Z : –4 m ngf ; S : 2 000 m2
Cadastre : 1986 B1 no 110

27Historique
Site inédit signalé par L. Rivet. Double prospection avec ramassage systématique en mars 1988 (Coye, Lagrue 1988 : LAV‑01A/E ; Trément 1994 : F0‑041). Sondage en 1991 (F. Trément, L. Blazy).

28Structures
La lecture des structures observées est rendue extrêmement délicate par la superposition et l’imbrication du réseau des salines modernes, et par l’apport considérable de matériaux exogènes que leur aménagement a entraîné. Aucune datation ne saurait en être proposée. L’abondance du matériel antique recueilli en surface avait laissé penser dans un premier temps aux vestiges d’une villa à abside. Mais les techniques de construction utilisées et les données du sondage réalisé en 1991 nous incitent à y voir davantage des vestiges liés à l’exploitation des salines modernes.
Un plan en abside tourné vers le S/S‑E est partiellement visible (plan relevé par Coye, Lagrue 1988 : LAV‑01A/E). Sa longueur atteint 40 m et sa largeur 30 m. Les murs sont constitués d’un double parement de moellons sommairement équarris, apparemment liés à la terre. Leur épaisseur varie de 0,80 à 1 m. L’abside de 10 m d’ouverture et près de 9 m de profondeur vient prendre appui contre la face interne du mur méridional. Sa facture semble assez différente de celle des autres murs (épaisseur moindre, aspect moins résistant). En son centre, on observe une petite structure alvéolaire de forme rectangulaire, aux angles arrondis, symétrique par rapport à l’abside et au mur de façade. Un sondage a permis d’en dégager une partie.
Par ailleurs, on observe à une quinzaine de mètres à l’est de ces vestiges des affleurements de pierres de forme régulière, dont la nature nous échappe. On notera enfin la découverte d’un seuil monolithique à gorge aménagé dans un bloc de calcaire, à proximité immédiate de l’abside.

29Matériaux de construction
Tegulae, imbrices, briques

30Inventaire du mobilier
Le mobilier, auquel nous avons joint l’inventaire réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : LAV‑01A/E), se concentre autour de la structure absidiale.
Modelée protohistorique (1 fr. de l’âge du Bronze ?) Céramique à vernis rouge pompéienne (1 fr.) Sigillée gauloise (14 fr. dont Ritt.9 ?, Drag.18/31 ?, 27, 29, 33, 42) Paroi fine (1 fr.) Claire A (2 fr.) Claire B/luisante (5 fr. dont Lamb.2/37 ou 1/3) Africaine de cuisine (7 fr. dont Hayes 105/106, 196, 197) Late Roman C Ware (2 fr. var. Hayes 3F) Claire D (10 fr. dont Hayes 59, 81 ?) Sigillée tardive estampée (17 fr. dont Rigoir 12, 14, 22) Sigillée tardive estampée orangée (3 fr. dont Rigoir 4 ?) Céramique indigène (24 fr.) Fine gauloise (10 fr.) Commune oxydante siliceuse (12 fr. dont A1, B4 de ComOM) Commune oxydante (4 fr.) Commune grise (160 fr. dont A1, A2 ?, A3, A4, A6, B2 ?) Modelée grise tardive (11 fr.) Commune brune (6 fr.) Amphore étrusque (3 fr.) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore italique (3 fr.) Amphore gauloise (4 fr. dont G4) Amphore africaine (130 fr. dont Keay LXIC, III/XXXVI, VII) Amphore orientale (3 fr. dont LRA1) Amphore divers (13 fr.) Dolium (9 fr.) Verre (2 fr. dont Isings 109/111) Métal (1 coulée de plomb) Peson (1 peson en céramique) Basalte (3 fr. de meule) Matériel lithique (1 extrémité distale de lamelle à retouche inverse sur les deux bords, 5 éclats à traces conchoïdales, 6 éclats)

31Sondage
Un sondage réalisé à l’intérieur de la petite structure alvéolaire a permis de constater l’élévation importante des murs et de mettre en évidence plusieurs plages fossiles liées à une succession de hauts niveaux de l’étang de Lavalduc (stratigraphie décrite dans le texte). La présence des vestiges de deux poutres en bois inclinées vers l’extérieur de l’alvéole pourrait laisser penser à une installation destinée à élever l’eau sur les aires salantes au moyen d’une roue à aube dont l’alvéole aurait servi de logement. Des photographies du xixe s. montrent des machines de ce type. Des textes médiévaux en signalent également.

FO‑7 – Lavalduc

32Traces de fréquentation préhistoriques, traces d’occupation (iieier s. av. n.è.), établissement antique (vevie s. de n.è.)
X : 812,10 ; Y : 133,75 ; Z : –2/–3 m ngf ; S : 3 000 m2
Cadastre : 1986 B1 nos 108‑109

33Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1988 (Coye, Lagrue 1988 : LAV‑01B/D ; Trément 1994 : FO‑ 051).

34Matériaux de construction
Tegulae

35Inventaire du mobilier
Sigillée claire
 (1 fr.) Claire D (1 fr.) Claire marseillaise (2 fr.) Céramique indigène (19 fr.) Céramique fine gauloise (12 fr.) Commune grise (79 fr. dont A3, A7 ?) Modelée (2 fr.) Amphore marseillaise (2 fr.) Amphore italique (7 fr. dont Dr.1A) Amphore tarraconaise (1 fr. Dr.2‑4) Amphore bétique (3 fr. Dr.23) Amphore gauloise (5 fr.) Amphore africaine (101 fr. dont Keay LXII) Amphore divers (6 fr.) Dolium (1 fr.) Basalte (3 fr.) Pierre (1 fr. de mortier en pierre remployé dans une digue) Silex (1 éclat à traces conchoïdales)

FO‑8 – Le Mazet

36Établissement (viievie s. av. n.è., vie s. de n.è.)
Xa : 811,65 ; Xb : 811,82 ; Ya : 133,20 ; Yb : 133,46 ; Z : 20 m ngf ;
S : 20 m2
Cadastre : 1983 B1 no 54

37Historique
B. Bouloumié (1984 : 76) écrit : « Au lieu‑dit le Mazet, nous avons rencontré de très nombreux tessons du vie s. av. J.‑C. (beaucoup d’amphores), suffisamment en tout cas pour faire abandonner il y a peu un projet d’autoroute ». B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 137‑139) signalent « le site du Mazet, où nous avons trouvé une grande quantité de céramique, très variée. Ce site, très étendu, a été ravagé à plusieurs reprises par le passage de deux pipelines. D’après la céramique recueillie, l’habitat s’échelonnerait entre les vieve s. av. et le iiie s. ap. J.‑C. ». Site prospecté par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MAZ‑04). Vérification (Trément 1994 : FO‑124).

38Structures
Description des vestiges donnée par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MAZ‑04) : « Substruction de mur en forme de coude affleurant en surface, directement ancré sur le rocher. La maçonnerie est constituée d’un double parement de moellons plats mais non équarris montés sans mortier ». L’épaisseur du mur est de 0,40 m, la longueur du bras S‑E/N‑O de 2,20 m, celle du bras S‑O/N‑E de 2,00 m. Les auteurs mettent cette structure « en relation avec le contexte archéologique ambiant dominé par une forte concentration de matériel protohistorique ».

39Inventaire du mobilier
Inventaire réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Céramique indigène (23 fr.) Commune grise (3 fr. dont A4) Amphore étrusque (8 fr.) Amphore gréco‑marseillaise (1 fr.) Amphore marseillaise archaïque (1 fr.) Amphore italique (3 fr.) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore africaine (14 fr.) Amphore divers (1 fr.) Dolium (2 fr.) Basalte (4 fr. de meule)

FO‑9 – Lavalduc

40Traces d’occupation (Néolithique final, premier âge du Fer), établissement (ier s. av. n.è.‑iiie s. de n.è.), cimetière (haut Moyen Âge)
X : 811,95 ; Y : 133,17 ; Z : –5 m ngf ; S : 1 000 m2
Cadastre : 1986 B1 nos 110, 131‑133

41Historique
Dans les années 80, fouilles de L. Carenco et C. Massard. Prospection systématique en février 1988 (Coye, Lagrue 1988 : LAV‑01F ; Trément 1994 : FO‑048).

42Tombes
Le cimetière est composé de six tombes orientées approximativement N‑O/S‑E, creusées soit dans le substrat rocheux, soit dans des blocs d’effondrement de la corniche du Mazet. Parmi les cinq tombes rupestres, on compte trois tombes d’adultes (A, B et C) mesurant de 1,61 à 1,78 m et deux tombes d’enfants (D, E) de 0,90 et 0,95 m. Les tombes B et C avaient une paroi commune amorcée dans la roche et complétée d’un muret en pierres sèches. Une tombe est parallélépipédique (A), trois sont trapézoïdales (B, C, D). La tombe A possède un coussinet repose‑tête de 0,17 m de large aménagé à même le substrat. La tombe B est bordée à l’ouest d’une profonde ornière creusée dans la roche, qui semble avoir recoupé une troisième tombe. Les deux tombes d’enfants sont situées au sud des précédentes, l’une à proximité, l’autre isolée à plus d’une vingtaine de mètres. La tombe D est la seule tombe dont le petit côté le plus large soit situé au sud, ce qui signifie qu’elle est orientée au nord. La sixième tombe (F) se distingue par son aménagement en coffrage de dalles. Longue de 1,95 m, elle est constituée de huit grandes dalles verticales (trois de chaque côté et une à chaque extrémité) et dépourvue de dalles de fond. Les trois dalles de couverture à peu près carrées ont été retrouvées alentour.

43Matériaux de construction
Nombreux fr. de tegulae

44Inventaire du mobilier
Modelée protohistorique (8 fr.) Campanienne A (1 fr.) Sigillée italique (2 fr.) Sigillée gauloise (2 fr.) Claire A (5 fr. dont Hayes 3, 31) Africaine de cuisine (3 fr. dont Hayes 197) Céramique dite « de l’atelier de Marseille » (1 fr.) Commune claire (6 fr.) Commune engobée (2 fr.) Commune oxydante (4 fr.) Commune brune (1 fr.) Amphore étrusque (2 fr.) Amphore italique (1 fr.) Amphore marseillaise (2 fr.) Amphore gauloise (2 fr.) Amphore africaine (5 fr.) Amphore divers (3 fr.) Dolium (quelques fr.) Basalte (meule fragmentaire) Matériel lithique (1 tranchant de petite hache polie en roche verte)

FO‑10 – Le Mazet

45Site préhistorique (Néolithique final, Chalcolithique, Bronze final II et III), zone d’habitat protohistorique et antique en liaison avec le site FO‑14 (viieve s. av. n.è., iieier s. av. n.è., ier s. de n.è.?, ve s. de n.è.), ossuaire ? (non daté), cimetière ? (Antiquité)
Xa : 811,40 ; Xb : 811,88 ; Ya : 132,81 ; Yb : 133,20 ; Z : 20/30 m ngf ;
S : 83 000 m2
Cadastre : 1983 B1 nos 26‑29, 53‑54, 994‑ 995, 1010‑1011, 1014

46Historique
A. Saurel (1877 : 17) rapporte : « En 1857 donc, M. Rousseau, autant en qualité de membre de l’institut qu’en qualité de propriétaire du Mazet, fit des fouilles pour découvrir les mines de sel gemme qu’il croyait trouver un peu au‑dessus de Lavalduc, entre la pompe du Mazet et Château‑Vert. Le résultat fut vraiment inattendu. À une profondeur de deux ou trois mètres et dans les anfractuosités du rocher même, au lieu de sel gemme on découvrit une grande quantité d’ossements humains superposés. On ne rechercha pas d’où provenaient ces ossements ; on se contenta, vu leur abondance, d’en remplir plusieurs tombereaux d’abord et finalement de les jeter en tas sur les bords mêmes des excavations pratiquées pour les fouilles ». B. Bouloumié (1984 : 76) écrit : « Au lieu‑dit le Mazet, nous avons rencontré de très nombreux tessons du VIe s. av. J.‑C. (beaucoup d’amphores), suffisamment en tout cas pour faire abandonner il y a peu un projet d’autoroute ». En 1987, un abondant mobilier a été recueilli dans une tranchée par C. Massard, qui signale également une sépulture gallo‑romaine d’où proviendraient une lampe à huile et un balsamaire (x : 811,75 ; y : 132,90). N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MAZ‑01/05/06/07A/B) ont procédé à l’inventaire de ce mobilier et à de nouveaux ramassages. B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 137‑139) signalent « le site du Mazet, où nous avons trouvé une grande quantité de céramique, très variée. Ce site, très étendu, a été ravagé à plusieurs reprises par le passage de deux pipelines. D’après la céramique recueillie, l’habitat s’échelonnerait entre les vieve s. av. et le iiie s. ap. J.‑C. ». Au total, les auteurs mentionnent six points de découverte. Vérification (Trément 1994 : FO‑ 074).

47Inventaire du mobilier de la tranchée
L’étude et l’inventaire du mobilier recueilli par C. Massard (au point x : 811,76 ; y : 132,96 ; z : 25 m ngf) lors du creusement de la tranchée ARCO ont été réalisés par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MAZ‑07A).
Modelée Néolithique final (93 fr.) Modelée de type Fontbouisse (6 fr.) Modelée Bronze final II et III (42 fr. dont décors variés) Grise monochrome (2 fr.) Commune augustéenne (1 fr.) Pégau (1 fr.) Industrie osseuse (3 fr.) Matériel lithique (162 fr.) Élément de parure (1) Faune (21 fr.)

48Inventaire du mobilier de surface
Un abondant matériel a été recueilli de part et d’autre de la tranchée sur une superficie de 8 ha (Coye, Lagrue 1988 : MAZ‑01/05/07B). Les éléments antiques et ceux de l’âge du Fer proviennent probablement du site voisin FO‑14, situé à 250 m au sud.
Modelée Néolithique final (12 fr.) Modelée Bronze final II et III (9 fr.) Sigillée italique (1 fr.) Sigillée tardive estampée (2 fr.) Lampe (1 fr.) Céramique indigène (195 fr.) Fine gauloise (16 fr.) Commune grise dite « de Vaison » (1 fr.) Commune oxydante siliceuse (1 fr.) Amphore étrusque (13 fr. dont Py 3) Amphore marseillaise (30 fr. dont Py 1) Amphore italique (12 fr.) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore africaine (8 fr.) Amphore divers (16 fr.) Dolium (3 fr.) Basalte (5 fr.) Matériel lithique (41 fr.)

49Matériaux de construction
3 fr. de tegulae

FO‑11 – Le Mazet

50Carrière de meules ou de colonnes (non datée)
X : 810,90 ; Y : 132,75 ; Z : 17 m ngf ; S : 200 m2
Cadastre : 1983 B1 no 46

51Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : C‑03).

52Structures
Le rocher présente six traces d’extraction de blocs cylindriques accolées par trois. L’une des cavités contient encore la base d’un bloc non extrait (hauteur : 0,75 m ; diamètre : 0,50 m), circonscrit par une gorge de 5 à 8 cm de largeur (Trément 1994 : FO‑142).

FO‑12 – Le Mazet

53Sol d’habitat (Bronze final), occupation (vie s. av. n.è., ier s. av. n.è.‑iie s. de n.è., ve s. de n.è.)
Xa : 811,02 ; Xb : 811,90 ; Ya : 132,31 ; Yb : 132,80 ; Z : 15/20 m ngf ;
S : 120 000 m2
Cadastre : 1983 B1 nos 32‑39, 1958

54Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MAZ‑02A). En 1989, le projet d’aménagement par l’EPAREB de la deuxième tranche de la ZAC du Mazet, qui concernait une superficie d’environ soixante hectares, a donné lieu à une opération d’évaluation archéologique par tranchées de reconnaissance systématiques à la pelle mécanique (Trément 1994 : FO‑075).

55Structures
Les traces ténues d’un sol du Bronze final ont été observées en coupe dans l’une des tranchées creusées dans la parcelle no 39, à une profondeur de 1,20 m.
Au sommet du rocher de Roque Puech (parcelles nos 19 et 1958) est visible un abri aménagé dans la roche calcaire (paroi taillée et régularisée, niches). On observe également un mur fermant l’abri constitué de gros blocs maçonnés destiné à recevoir une porte dans sa partie sud. L’ensemble est orienté vers le couchant. On y accède par un escalier rupestre constitué d’entailles parallèles creusées dans la roche.

56Inventaire du mobilier de surface
L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MAZ‑02A) et complété en 1989 par F. Trément.
Sigillée gauloise (1 fr.) Africaine de cuisine (1 fr.) Claire marseillaise (8 fr.) Céramique indigène (23 fr.) Fine gauloise (4 fr.) Commune gallo‑romaine (quelques fr.) Commune grise (5 fr.) Amphore étrusque (9 fr.) Amphore marseillaise (3 fr.) Amphore italique (23 fr.) Amphore gauloise (20 fr.) Amphore africaine (36 fr.) Amphore tardive (1 fr.) Amphore divers (10 fr.) Silex (1 éclat) Dolium (7 fr.) Basalte (10 fr. de meule à trémie, 1 broyeur de meule à trémie intact : 113 x 90 x 62 mm, 700 g) Coquillages (nombreux fr.)

57Matériaux de construction
Tegulae (10 fr. dont 1 palet taillé avec amorce de double percement au centre) Marbre (1 fr. de 65 x 56 x 20 mm)

58Inventaire du mobilier de la tranchée
Modelée protohistorique (290 fr. dont 20 fr. d’un même vase) Sigillée italique (2 fr.) Sigillée gauloise (1 fr.) Paroi fine (1 fr.) Sigillée tardive estampée (4 fr.) Commune claire (5 fr.) Commune gallo‑romaine (5 fr.) Commune grise (1 fr.) Basalte (1 fr. de meule) Coquillages (nombreux fr.) Charbon (nombreux fr.) Ossements (nombreux fr.)

FO‑13 – L’Archevêque

59Site (Néolithique final, vie s. av. n.è., ier s. av. n.è./iieiiie s. de n.è.)
Xa : 811,64 ; Xb : 812,05 ; Ya : 132,28 ; Yb : 132,56 ; Z : 30/32,50 m ngf ;
S : 80 000 m2
Cadastre : 1983 B1 nos 145‑151, 869‑872, 940, 942, 969

60Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : BEA‑01). B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 140‑141) écrivent : « Au lieu‑dit "L’Archevêque", nous avons trouvé quelques tessons de céramique dans les fourrés et dans une parcelle abandonnée ». Vérification (Trément 1994 : FO‑ 079).

61Inventaire du mobilier
L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Claire hellénistique (quelques fr.) Sigillée gauloise (4 fr.) Fine gauloise (3 fr.) Céramique indigène (2 fr.) Commune grise dite « de Vaison » (1 fr.) Amphore étrusque (6 fr.) Amphore italique (4 fr.) Amphore gauloise (2 fr.) Amphore hispanique (1 fr.) Amphore africaine (3 fr.) Amphore divers (2 fr.) Verre (1 fr.) Basalte (2 fr. de meule) Matériel lithique (5 fr.)

FO‑14 – Le Mazet

62Occupation préhistorique (Néolithique final, Chalcolithique, âge du Bronze), établissement (viieier s. av. n.è.), traces d’occupation (ieriiie s. de n.è.), occupation (vevie s. de n.è.)
Xa : 811,75 ; Xb : 811,90 ; Ya : 132,45 ; Yb : 132,82 ; Z : 25 m ngf ;
S : 10 000 m2
Cadastre : 1983 B1 nos 23, 144, 943‑949, 964‑965, 969, 1012‑1013

63Historique
B. Bouloumié (1984 : 76) écrit : « Au lieu‑dit le Mazet, nous avons rencontré de très nombreux tessons du vie s. av. J.‑C. (beaucoup d’amphores), suffisamment en tout cas pour faire abandonner il y a peu un projet d’autoroute ». B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 137‑139) précisent que « d’après la céramique recueillie, l’habitat s’échelonnerait entre les vieve s. av. et le iiie s. ap. J.‑C. ». Au total, les auteurs mentionnent six points de découverte. Le rapport de prospection préliminaire aux travaux d’aménagement du polyréseau ARCO (Oggiano‑Bitar, Coye 1986 : no 15) signale à cet endroit de très nombreuses tegulae, des fragments de dolium, des fragments de sigillées claires A et B, des bords et fonds de poterie commune, un bord de commune grise, un fragment de marbre, des silex retouchés et un nucléus à lamelles. La surveillance des travaux de creusement en 1987 a permis à J.‑P. Lagrue d’observer un niveau de tegulae en coupe et de recueillir dans la tranchée un matériel abondant et homogène caractéristique du premier et du second âge du Fer (Coye, Lagrue 1988 : MAZ‑ 08A/B/C, 09). Prospection complémentaire (Trément 1994 : FO‑043).

64Structures
Mur arasé de direction nord‑sud à deux parements formés de moellons de petite taille et remplissage interne, large de 0,63 m et apparent sur 5 m de longueur. Lors de la surveillance des travaux de creusement de la tranchée du polyréseau ARCO, J.‑P. Lagrue a pu observer dans la coupe un niveau de tegulae sur une quinzaine de mètres de long, à moins d’un mètre de profondeur (x : 811,85 ; y : 132,70).
Cavité semi‑cylindrique de 2 m de diamètre, taillée contre la paroi du rocher (silo, fosse, mortier, fouloir ?) (x : 811,80 ; y : 132,68).
Pierre de grand appareil utilisée en remploi dans une restanque moderne (x : 811,84 ; y : 132,60).

65Inventaire du mobilier de la tranchée
L’étude et l’inventaire du mobilier recueilli lors du creusement de la tranchée ARCO (x : 811,85 ; y : 132,70) ont été réalisés par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MAZ‑08A).
Céramique grise phocéenne (2 fr.) Claire A (1 fr.) Claire B (2 fr.) Sigillée tardive estampée (21 fr. dont Rigoir 15a, 15b) Céramique indigène à pâte beige (9 fr.) Céramique indigène à pâte noire (28 fr.) Claire marseillaise (38 fr. dont 5 bo. de mortier datés des vieve s. av. n.è., 1 pied annulaire d’olpè daté de 525‑450 av. n.è., 1 fr. d’olpè à 3 redentures du ve s. av. n.è., 1 anse de coupe à petit ressaut d’imitation attique de la fin du ve s. av. n.è., 1 bo. d’olpè à marli des iveiiie s. av. n.è.) Amphore marseillaise (51 fr. dont Py 1, 3, 8 ; 1 lèvre d’imitation italique) Amphore gauloise (8 fr. dont G4) Amphore africaine (2 fr.) Dolium (1 fr.) Basalte (1 meule dormante entière à va‑et‑vient) Métal (1 clou en fer) Faune (2 fr. d’os indéterminés) Matériel lithique (1 fr. mésial de lamelle, 1 éclat retouché, 5 éclats, 1 nucléus)

66Inventaire du mobilier de surface
Une partie du matériel recueilli en surface provient du remblai d’une citerne située à proximité immédiate du site. L’étude et l’inventaire du mobilier ont été réalisés par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MAZ‑08B/C/09).
Céramique préhistorique (17 fr. dont 1 languette) Céramique grise archaïque (plusieurs fr.) Campanienne B (2 fr. dont Lamb.5) Céramique à vernis rouge pompéienne (1 fr. de forme 9) Sigillée gauloise (5 fr. dont Drag.18/31, 29/37) Claire A (4 fr. dont Hayes 23B) Africaine de cuisine (2 fr.) Claire B (3 fr. dont Lamb.8) Claire C (2 fr.) Céramique indigène (125 fr.) Claire marseillaise (3 fr.) Céramique dite « de l’atelier de Marseille » (1 fr.) Céramique dite « de tradition celtique » (1 fr.) Fine gauloise (20 fr.) Commune oxydante siliceuse (4fr.) Commune grise dite « de Vaison » (1 fr.) Commune grise kaolinitique (7 fr.) Commune gallo‑romaine (2 fr.) Amphore étrusque (6 fr. dont Py 3, 4) Amphore ionienne archaïque (2 fr.) Amphore marseillaise (8 fr. dont Py 1, Bertucchi 1) Amphore italique (16 fr. dont Dr.2‑4) Amphore gauloise (28 fr. dont G4) Amphore hispanique (1 fr.) Amphore tarraconaise (2 fr.) Amphore bétique (1 fr.) Amphore africaine (22 fr.) Amphore orientale (1 fr. LRA1) Amphore divers (14 fr.) Dolium (11 fr.) Basalte (2 fr. de meule) Faune (1 dent de bœuf, 2 fr. d’os long, 1 fr. d’os long brûlé) Matériel lithique (1 burin d’angle sur éclat, 1 fr. proximal d’éclat lamellaire, 1 fr. distal de lame, 1 fr. distal de lamelle à retouche discontinue alternante, 1 éclat cortical denticulé, 1 éclat cortical, 3 éclats retouchés, 28 éclats dont 2 brûlés, 1 nucléus‑percuteur)

FO‑15 – L’Archevêque

67Site (ier s. av. n.è.‑iie s. de n.è.)
Xa : 811,22 ; Xb : 811,30 ; Ya : 131,93 ; Yb : 132,28 ; Z : 15/25 m ngf ;
S : 35 000 m2
Cadastre : 1983 B1 no 1958

68Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MAZ‑03). B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 137‑141) écrivent : « Au lieu‑dit "L’Archevêque", nous avons trouvé quelques tessons de céramique dans les fourrés et dans une parcelle abandonnée ». En 1989, le projet d’aménagement par l’EPAREB de la deuxième tranche de la ZAC du Mazet, qui concernait une superficie d’environ soixante hectares, a donné lieu à une opération d’évaluation archéologique par tranchées de reconnaissance systématiques à la pelle mécanique (Trément 1994 : FO‑076).

69Inventaire du mobilier
L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MAZ‑03) et complété en 1989 par F. Trément.
Campanienne A tardive (3 fr.) Sigillée gauloise (4 fr.) Claire africaine (1 fr.) Fine gauloise (1 fr.) Céramique indigène (2 fr.) Commune grise (2 fr.) Amphore italique (15 fr.) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore africaine (1 fr.)

FO‑16 – Beaume Loubière

70Épandage (Néolithique final ?, vie s. av. n.è., xivexve s. de n.è.), indice de site (iers. av. n.è./ieriie s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 811,96 ; Xb : 812,19 ; Ya : 131,76 ; Yb : 132,22 ; Z : 25/32,50 m ngf ;
S : 50 000 m2 ?
Cadastre : 1983 B1 nOS 190, 915, 918 ; 940‑ 942

71Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : BEA‑02/03, ERR‑03). Vérification (Trément 1994 : FO‑080).

72Structures
Un bloc de calcaire parallélépipédique à cupule peu profonde et de facture très fruste a été repéré sur la bordure du plateau (parcelle no 180).

73Matériaux de construction
1 fr. de tegula

74Inventaire du mobilier
L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Proto‑campanienne (1 fr.) Campanienne A (1 fr.) Sigillée italique (1 fr.) Sigillée gauloise (2 fr.) Sigillée claire (1 fr.) Africaine de cuisine (1 fr.) Fine gauloise (10 fr.) Céramique indigène (12 fr.) Commune grise médiévale (2 fr.) Commune d’imitation pisane (1 fr.) Amphore étrusque (1 fr.) Amphore marseillaise (3 fr.) Amphore italique (27 fr.) Amphore gauloise (24 fr.) Amphore africaine (24 fr.) Amphore orientale (1 fr.) Amphore divers (2 fr.) Dolium (4 fr.) Verre (1 fr.) Matériel lithique (4 fr.)

FO‑17 – Saint‑Blaise/Lavalduc

75Débarcadère ou entrepôt lié à l’oppidum de Saint‑Blaise ? (vieve s. av. n.è., iieier s. av. n.è., iiieive s. de n.è.?, vevie s. de n.è.), anciennes salines ? (Moyen Âge ?), traces d’occupation préhistorique (Néolithique final, âge du Bronze ?)
Xa : 813,75 ; Xb : 813,95 ; Ya : 131,75 ; Yb : 132,40 ;
Z : – 5/0 m ngf ; S : 50 000 m2
Cadastre : 1987 A3 nos 262, 298

76Historique
Selon une tradition locale ancienne et tenace, l’agglomération de Saint‑Blaise aurait possédé un port au bord de l’étang de Lavalduc, dans l’anse sableuse située en contrebas du site. Un procès‑verbal de 1551 évoque « un vieux port antique qui passait pour être celui des gens de Castelveyre » (Archives communales de Saint‑Mitre, DD1). Les auteurs de la Statistique (Villeneuve 1821 : 117 ; 1824 : 293‑295, 934‑935) ont largement contribué à répandre cette tradition : « Sur la pente ouest des collines de Saint‑Blaise sont les ruines d’une ville qui fut un port de mer, puisqu’on y trouve encore une portion de quai qui maintenant est à 11 m de hauteur au‑dessus de Lavalduc, ce qui ne fait que 2 m au‑dessus des plus basses eaux de la mer ». Les auteurs de la Statistique (Villeneuve 1824 : 294) signalent par ailleurs « quelques restes de quai avec des crampons de fer », ainsi que la découverte, en 1821, d’une petite statue en bronze figurant Diane armée de son carquois au dos et le croissant symbolique sur la tête. Mais à cette même époque, une carte figure les vestiges d’« anciens salins » dans l’anse en question, ce qui pourrait laisser penser à l’existence de salines médiévales, ou en tout cas antérieures à l’exploitation moderne et systématique du sel aux xviiie et xixe s. E. Bourguet (1934 : 383) conteste l’existence d’un port antique à Saint‑Blaise : « Je n’ai pu vérifier une tradition que quelques habitants du pays m’ont redite : ils auraient vu, il y a une cinquantaine d’années, assez loin au‑dessus du niveau actuel de l’étang, les restes d’une muraille régulière, de bel appareil, où étaient encore fixés les organeaux qui avaient servi à attacher les bateaux ». La Forma (1936 : no 292) indique : « Quais et réservoirs (?), au bord de l’étang de Lavalduc ». H. Rolland (1937 : 113) évoque la rive occidentale de l’étang de Lavalduc, « échancrée au pied de la falaise, pour former une crique avec plage propice à l’abordage des vaisseaux », concluant : « Protection, mouillage, aiguade, il y a là tout ce qui pouvait attirer le navigateur antique ». Mais il renonce rapidement à cette hypothèse et se montre franchement critique envers ses partisans lorsqu’il écrit : « Il ne faut tenir aucun compte des prétendus quais antiques de l’anse de Lavalduc que Toulouzan disait être visibles "avec leurs organeaux de fer". Ces quais sont en réalité de simples murs de soutènement, sans résistance suffisante ; si la mer avait occupé la dépression de Lavalduc, ils se seraient trouvés à 3 m au‑dessous du niveau des eaux. La hausse de l’étang, durant ces dernières années, a ruiné et détruit en presque totalité ces fameux quais, dont la construction n’a pu résister plus d’un an au clapotis des eaux d’un marais » (Rolland 1951 : 21). G. Denizot (1959 : 29‑30) confirme : « Un mur était depuis longtemps signalé comme étant un ancien quai, au bord de l’étang de Lavalduc : ç’aurait été le site de Maritima Avaticorum. Les éléments archéologiques m’en ont été fournis en 1937 par H. Rolland, et précisés depuis : ce mur s’aligne en travers de la pente comme le bord d’étang, il était en pierre sèche, adossé contre un limon à Hélices chargé de poteries. Celles‑ci, de haut en bas, remontent du ier au ive siècle avant notre ère. Or la fondation est à –5,5 sur l’argile rognacienne, et la crête à –3, bien en dessous de la mer : et il a été détruit ces années dernières, par le simple relèvement du niveau de l’étang. Ce mur est moderne, ce n’est qu’une planche de culture, et H. Rolland m’indique sa dépendance de la cabane du Capeau, du xvie siècle. Il ne saurait être ici question de quai ni d’ancien port ». H. Rolland (1963 : 81) remarque que le site de Saint‑Blaise est « suffisamment éloigné de la mer pour ne pas craindre la surprise d’un débarquement, mais facilement en liaison avec elle pour participer à l’activité maritime grâce au portage sur l’étang de La Valduc qui, avec ceux de Citis et du Pourra, baigne les pentes de ses falaises et renforcent sa position stratégique ». B. Bouloumié (1979 : 235) présente un projet d’étude relatif aux possibilités de communication entre les étangs de Lavalduc et d’Engrenier et la mer. Celui‑ci prévoit une prospection de la bordure des étangs, une étude géologique et un sondage dans l’étang de Lavalduc. Une exploration sous‑marine est réalisée en décembre 1977. B. Bouloumié (1984 : 78) soulève une nouvelle fois le problème du port de Saint‑Blaise et de la communication des étangs de Lavalduc et d’Engrenier avec la mer : « Nous avons toujours été frappés par l’abondance du matériel archéologique qu’on rencontre sur la rive de l’étang, et plus que tout autre, du matériel amphorique. Il suffit de se baisser pour ramasser de l’amphore étrusque. Le bucchero nero n’y est pas rare, et même la céramique étrusco‑corinthienne. Une véritable stratigraphie naturelle se lit sur les tranches entamées par le mouvement des eaux. Il y a quelques années, nous avons même tenté une expérience de ramassage systématique avec une vingtaine d’étudiants, et le résultat en a été que toutes les séries de céramiques recueillies sur l’oppidum se retrouvent au bord de l’étang, avec une très forte proportion d’amphores, surtout archaïques. Il semble donc bien qu’il y ait eu, en cet endroit, un ensemble de constructions (entrepôt ? débarcadère ?) où aboutissait le trafic commercial venu du golfe de Fos, par portage ou en barques, avant son acheminement sur l’oppidum ». En février 1988, nous avons procédé à un ramassage aléatoire sur le site en collaboration avec N. Coye et J.‑P. Lagrue (Trément 1994 : FO‑067). Les structures observées par B. Bouloumié ont été retrouvées sur le terrain. N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : PLA‑01) ont recueilli également du matériel sur le bord oriental de l’isthme de Plan d’Aren.

77Structures
B. Bouloumié (1984 : 78) donne une description assez complète des vestiges situés au bord de l’étang de Lavalduc : « Parmi les restes dont on peut encore contrôler la direction et la nature, nous avons relevé un mur en grand appareil, large de 1,40 m, formé de gros blocs bien équarris. Dans la masse du mur –qui ne subsiste plus qu’en soubassement– nous avons recueilli une anse hellénistique en place. Ce mur, qui barre la plage sur une longueur d’environ 40 à 50 m, se rencontre à angle droit avec un autre mur identique qui se dirige vers une construction en grand appareil taillé, adossé à la colline. Il nous semble que la cote de ce mur doit être approximativement –10/ –11 m, compte tenu du niveau du 22 mars 1984. Plus en arrière, nous avons retrouvé un mur en grand appareil hellénistique (blocs parallélépipédiques comparables à ceux de Saint‑Blaise V), visiblement en place, avec taille en chevrons, mais dont il est difficile de suivre la trace dans la végétation de marécage très envahissante. Ce mur devrait se situer plus ou moins à la cote –6. En avant de cette structure, et barrant à nouveau tout l’axe de la plage, on constate la présence, sous une rangée de pins qui en marque le tracé, d’un gros mur effondré, formé de gros blocs aujourd’hui éclatés, mais où, tout au long, se retrouve une rangée de gros blocs taillés, avec chevrons. Ce gros mur, en arrière duquel nous avons ramassé des céramiques variées, en particulier beaucoup d’amphores étrusques et massaliètes, se dirige droit vers la structure en grand appareil déjà mentionnée. La cote de ce mur devrait se placer, elle aussi, vers –6/–5 ». Tous ces vestiges ont pu être observés lors de la baisse importante du niveau de l’étang au printemps 1991. On a remarqué, en particulier, la présence à fleur d’eau de gros blocs taillés appartenant à des constructions de nature indéterminée. Rappelons enfin que plusieurs seuils monolithiques ont été observés par H. Rolland et B. Bouloumié.

78Inventaire du mobilier
Le matériel, trop abondant, n’a pas été ramassé de manière systématique. Il présente un aspect très roulé et érodé par l’action corrosive du sel de l’étang.
Modelée préhistorique (21 fr. Néolithique final) Modelée noire à gros dégraissant blanc de calcite (7 fr. âge du Bronze) Céramique étrusco‑corinthienne (quelques fr.) Bucchero nero (quelques fr.) Campanienne (1 fr.) Claire marseillaise (2 fr.) Fine gauloise (10 fr.) Sigillée italique (2 fr.) Claire A (1 fr.) Africaine de cuisine (1 fr. Hayes 196) Commune africaine (4 fr.) Sigillée tardive estampée (12 fr. dont Rigoir 1, 15/41 ?, 18) Céramique indigène (28 fr.) Commune claire (8 fr.) Commune oxydante (9 fr.) Commune grise (49 fr. dont A1, var. A7) Commune brune (1 fr.) Commune réductrice noire (1 fr.) Pégau (3 fr.) Céramique médiévale (1 fr. XIVe‑XVIe s.) Amphore étrusque (30 fr. dont Py 3, 4) Amphore marseillaise (24 fr. dont Py 1, 3) Amphore italique (19 fr. dont Dr.1A, 1C) Amphore bétique (2 fr.) Amphore gauloise (3 fr. dont G4) Amphore africaine (47 fr. dont Keay III, IIIA, IIIB, XXVC, XXVQ, XXXVB, LXII, LXIIA, LXXVIII) Amphore orientale (1 fr. LRA2) Amphore tardive (1 fr.) Amphore divers (16 fr.) Dolium (4 fr.) Basalte (1 fr. de meule) Scorie (1 dense) Silex (3 éclats)

FO‑18 – Le Carrelet

79Site (iieier s. av. n.è.)
Xa : 811,610 ; Xb : 811,735 ; Ya : 131,280 ; Yb : 131,370 ; Z : 15 m ngf ;
S : 7 500 m2
Cadastre : 1983 B3 nos 501‑503

80Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : CAR‑01). Non prospecté (Trément 1994 : FO‑144).

81Matériaux de construction
2 tegulae

82Inventaire du mobilier
Inventaire réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Céramique italique (1 fr.) Céramique indigène (5 fr.) Amphore italique (23 fr.) Amphore africaine (3 fr.)

FO‑19 – Le Carrelet

83Traces d’occupation (Néolithique, xiiexiiie s.?), établissement (vevie s. de n.è.)
Xa : 811,65 ; Xb : 811,77 ; Ya : 131,09 ; Yb : 131,12 ; Z : 15/20 m ngf ;
S : 10 000 m2
Cadastre : 1983 B3 no 509

84Toponymie
Carreles est attesté au bas Moyen Âge.

85Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : CARR‑02). Vérification (Trément 1994 : FO‑083).

86Matériaux de construction
4 fr. de tegulae

87Inventaire du mobilier
L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Sigillée italique (1 fr.) Commune grise (12 fr. dont A2, A3, A4, A5) Céramique médiévale (1 fr. xiie/xiiie s.?) Amphore africaine (140 fr.) Amphore orientale (1 fr. LRA2) Amphore divers (1 fr.) Dolium (4 fr.) Basalte (2 fr. de meule) Coquillage (1 fr.) Matériel lithique (5 fr.)

FO‑20 – Mourre Poussiou

88Série d’abris sous roche épipaléolithiques et mésolithiques (Valorguien, Montadien, Castelnovien), traces d’occupation (Néolithique final, vie s. av. n.è., iieier s. av. n.è., ve s. de n.è.)
Xa : 811,80 ; Xb : 811,95 ; Ya : 130,57 ; Yb : 131,07 ; Z : 0/35 m ngf ;
S : n. d.
Cadastre : 1983 B3 no 510

89Historique
Site découvert en 1960 par C. Michon, alors conservateur du musée d’Istres, lors des prospections systématiques qui accompagnèrent les fouilles de l’Abri Capeau (IS‑39). De 1971 à 1973, M. Escalon de Fonton prend la direction d’une fouille de sauvetage rendue nécessaire par la construction d’un château d’eau qui a endommagé une partie du site. Deuxième campagne de fouilles en 1977, à l’occasion de la construction d’un second château d’eau qui menace la stabilité de la butte témoin laissée lors de la campagne précédente. Dernière campagne de sauvetage en 1979, à la suite de pillages opérés par des fouilleurs clandestins. Prospections de B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 140), qui signalent la présence de matériel au sommet de la butte et sur les versants nord et nord‑est. Prospections de N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MOU‑01/02/05).

90Structures
Abri sous roche situé au pied rentrant d’une longue falaise de calcaire molassique d’axe nord‑sud, orienté plein ouest et dominant l’étang de l’Estomac. Les fouilles ont livré une très longue stratigraphie, qui atteint deux mètres d’épaisseur par endroit. Les travaux d’aménagement des châteaux d’eau ont entraîné la destruction des structures d’habitat. Bibliographie complète : Trément 1994 : FO‑035.

91Versant ouest
Mobilier recueilli par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : MOU‑01/02/05) sur l’ensemble du versant ouest, jusqu’en bordure de l’étang de l’Estomac, sur une superficie de 2 ha. Le matériel antique et médiéval provient de toute évidence du site FO‑19.
Fine gauloise (1 fr.) Commune grise (7 fr. dont A7) Céramique médiévale (3 fr. xiexiie s., 1 fr. xivexve s.) Amphore gauloise (3 fr.) Amphore africaine (12 fr.) Verre (1 fr.) Matériel lithique (1 grattoir sur éclat cortical brûlé, 1 troncature marginale oblique sur fr. distal de lamelle, 1 lamelle esquillée, 1 fr. de lamelle, 1 fr. distal de lame retouchée, 1 fr. proximal d’éclat laminaire, 3 éclats corticaux, 2 fr. proximaux d’éclats, 1 nucléus, 17 éclats)

92Matériaux de construction
4 tegulae

93Versant nord‑est
Mobilier recueilli par B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 140‑142) sur le sommet, le versant nord et nord‑est.
Modelée de l’âge du Fer (plusieurs fr.) Claire marseillaise (plusieurs fr.) Commune grise tardive (plusieurs fr.) Amphore étrusque (plusieurs fr.) Amphore marseillaise (plusieurs fr.) Amphore gréco‑italique (1 fr.) Amphore italique (1 fr.) Basalte (plusieurs fr. de meule) Matériel lithique (plusieurs éclats) Scorie (1) Matériaux de construction (4 tegulae)

FO‑21 – Les Errares

94Site (Néolithique, vie s. av. n.è., ier s. av. n.è.‑iie s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 812,545 ; Xb : 812,795 ; Ya : 131,335 ; Yb : 131,515 ; Z : 35 m ngf ;
S : 23 000 m2 ?
Cadastre : 1983 B1 no 204

95Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : ERR‑02). B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 140‑142) signalent : « Au lieu‑dit "Les Errares", la voie reparaît, et nous avons trouvé dans les broussailles beaucoup de céramique ». Vérification (Trément 1994 : FO‑081).

96Structures
On observe une tranchée large de 2,30 m creusée à l’escoude en lignes brisées dans le substrat calcaire. Sa profondeur totale ne peut être mesurée car elle est comblée de gravats, mais dépasse 0,85 m. Sa fonction reste inexpliquée.

97Matériaux de construction
2 fr. de tegulae

98Inventaire du mobilier
L’inventaire a été réalisé par J.‑P. Lagrue et N. Coye.
Campanienne A (2 fr.) Claire hellénistique (quelques fr.) Sigillée gauloise (2 fr. Drag.27, 37) Claire A (quelques fr.) Luisante (1 fr.) Sigillée tardive estampée (quelques fr.) Fine gauloise (4 fr.) Céramique indigène (7 fr.) Commune grise (1 fr.) Modelée (quelques fr.) Commune gallo‑romaine (quelques fr.) Amphore étrusque (4 fr.) Amphore marseillaise (7 fr.) Amphore italique (14 fr.) Amphore gauloise (11 fr.) Amphore africaine (24 fr.) Amphore divers (1 fr.) Dolium (1 fr.) Basalte (meule) Matériel lithique (2 fr.)

FO‑22 – Les Errares

99Cuves de décantation d’une huilerie (Antiquité)
X : 812,50 ; Y : 131,31 ; Z : 28 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1983 B1 no 921

100Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : ERR‑01). Vérification (Trément 1994 : FO‑143).

101Structures
Description dans le texte.

102Inventaire du mobilier
Matériel très pauvre et dispersé sur une dizaine d’hectares, donc sans signification (Trément 1994 : FO‑143). Inventaire réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue. Fine gauloise (1 fr.) Céramique indigène (3 fr.) Commune grise (1 fr. A4) Amphore italique (2 fr.) Amphore africaine (1 fr.)

FO‑23 – Antessane

103Site (iieier s. av. n.è., iieiiie s. de n.è.?)
Xa : 812,23 ; Xb : 812,54 ; Ya : 130,66 ; Yb : 131,20 ; Z : 0/35 m ngf ;
S : 45 000 m2
Cadastre : 1983 B3 nos 579‑581, 583, 587, 589‑591, 1114

104Toponymie
Antessane pourrait correspondre au dérivé en ‑anus du nom d’un propriétaire gallo‑romain.

105Historique
A.‑M. Vigoureux (1973 : no 22) signale à proximité de la source d’Antessane : « Le propriétaire de la maison neuve, au nord du vallon, à trouvé près de cette source plusieurs culs d’amphores et de nombreux fragments de céramique commune ». Prospection de N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : ANT‑01/02/03, MOU‑04). B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 140) écrivent : « Au lieu‑dit "Les Errares", la voie reparaît, et nous avons trouvé dans les broussailles beaucoup de céramique ». Vérification (Trément 1994 : FO‑082).

106Matériaux de construction
1 fr. de tegula

107Inventaire du mobilier
L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue. Le matériel provient des alentours du domaine de la Faisanderie. Claire A (1 fr.) Fine gauloise (10 fr.) Céramique indigène (1 fr.) Amphore gréco‑italique (2 fr.) Amphore italique (12 fr. dont Dr.1A) Amphore africaine (20 fr.) Amphore divers (12 fr.) Silex (1 éclat)

FO‑24 – Collet de Carbonnière

108Huilerie (Haut‑Empire, Antiquité tardive) Xa : 812,88 ; Ya : 131,07 ;
Z : 30 m ngf ; S : 150 m2
Cadastre : 1983 B2 no 320

109Historique
Site découvert par A.‑M. Vigoureux (1973 : 98‑102, no 22, croquis). Prospection de N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : COL‑01A). Relevé architectural en février 1993 (Trément 1994 : FO‑071).

110Structures
Description dans le texte.

FO‑25 – Plan d’Aren

111Établissement (Néolithique final, vie s. av. n.è., fin ier s. av. n.è.‑iie s. de n.è., vevie s. de n.è.)

112Xa : 813,45 ; Xb : 813,60 ; Ya : 131,15 ; Yb : 131,35 ; Y : –3/0 m ngf ;
S : 10 000 m2
Cadastre : 1983 B1 nos 336‑337

113Historique
Ramassages de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. H. Rolland (1951 : 34 n.9) signale une station néolithique (et peut‑être chalcolithique) « sur l’étang d’Engrenier à Vaugrenier, [...] près de l’usine du Plan d’Aren ». Découverte d’une base de colonne dans les années 60 par M. Borios (Port‑de‑Bouc). A.‑M. Vigoureux (1973 : no 8) précise : « une base de colonne a été trouvée au bord de l’eau et à moitié dans l’eau, au pied de l’usine en ruine à une époque où le Plan d’Aren était submergé par l’eau, comme le montre la carte d’État‑Major » (x : 813,55 ; y : 131,25 ; z : –3/0m ngf). Elle ajoute que la base de colonne « a été transportée à Port‑de‑Bouc et est placée dans une réserve en sous‑sol de la salle Gagarine ». Prospection systématique en février 1988 (Coye, Lagrue 1988 : PLA‑02 ; Trément 1994 : FO‑060).

114Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (3 fr.) Africaine de cuisine (1 fr.) Sigillée tardive estampée (2 fr. dont Rigoir 3) Fine gauloise (3 fr.) Commune grise (8 fr. dont A6) Commune oxydante siliceuse (1 fr.) Amphore étrusque (2 fr.) Amphore italique (2 fr.) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore africaine (36 fr.) Matériel lithique (silex, 1 fr. de hache polie)

FO‑26 – Collet de Carbonnière

115Épandage d’un site (Néolithique, vevie s. de n.è.)
Xa : 812,420 ; Xb : 812,790 ; Ya : 130,290 ; Yb : 130,665 ; Z : 0/30 m ngf ;
S : 50 000 m2
Cadastre : 1983 B2 nos 295‑297, 299‑303, 886

116Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : COL‑03).

117Inventaire du mobilier
Le matériel, recueilli sur un rebord de plateau et sur un versant, est rare, dispersé et disparate. Il provient certainement d’un site localisé sur le plateau (Trément 1994 : FO‑145). Inventaire réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Fine gauloise (1 fr.) Amphore africaine (6 fr.) Amphore orientale (1 fr. LRA1) Amphore divers (1 fr.) Matériel lithique (1 outil composite sur éclat, 1 éclat de silex esquillé, 1 éclat cortical, 1 éclat)

FO‑27 – Collet de Carbonnière

118Site (ier s. av. n.è.‑ve s. de n.è.)
Xa : 812,87 ; Xb : 812,95 ; Ya : 130,77 ; Yb : 130,95 ; Z : 30 m ngf ;
S : 18 000 m2
Cadastre : 1983 B2 nos 319‑320, 1334

119Historique
Site découvert par A.‑M. Vigoureux (1973 : no 22), qui y a récolté une grande quantité de céramique commune, essentiellement grise, dans un champ situé à 150 m au sud du pressoir antique FO‑24. A.‑M. Vigoureux a également recueilli un fragment de sigillée claire D sur le chemin qui mène du champ à l’huilerie. Prospection et ramassage de N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : COL‑01B/02). Site prospecté en avril 1988 (Trément 1994 : FO‑140).

120Matériaux de construction
tegula

121Inventaire du mobilier
Céramique indigène
 (2 fr.) Sigillée gauloise (plusieurs fr.) Claire D (1 fr.) Commune gallo‑romaine (plusieurs fr.) Commune grise (nombreux fr.) Amphore italique (1 fr.) Amphore gauloise (3 fr.) Amphore africaine (43 fr.)

FO‑28 – Pichotty

122Épandage d’un site localisé sur le plateau (Néolithique final, vie s. av. n.è., ier s. av. n.è./iieiiie s. de n.è., xivexve s. de n.è.)
Xa : 812,75 ; Xb : 812,80 ; Ya : 130,17 ; Yb : 130,35 ; Z : 20/25 m ngf ;
S : 10 000 m2
Cadastre : 1983 B2 nos290, 292, 885, 1080‑1081

123Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : PIC‑01/02/03). Vérification (Trément 1994 : FO‑122).

124Matériaux de construction
Plusieurs tegulae

125Inventaire du mobilier
Le matériel est dispersé et disparate. Inventaire réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Sigillée italique (1 fr. Goud.25b) Sigillée gauloise (1 fr.) Fine gauloise (2 fr.) Grise médiévale (plusieurs fr.) Glaçurée médiévale (1 fr.) Amphore étrusque (1 fr.) Amphore marseillaise (3 fr.) Amphore italique (11 fr.) Amphore gauloise (6 fr.) Amphore africaine (15 fr.) Amphore divers (4 fr.) Matériel lithique (1 éclat à retouche rasante biface, 1 éclat, 1 nucléus)

FO‑29 – Pichotty

126Site (Ier s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 812,99 ; Xb : 813,07 ; Ya : 129,80 ; Yb : 130,10 ; Z : 5/30 m ngf ;
S : 9 000 m2
Cadastre : 1983 B2 nos 330, 887, 1087‑ 1088

127Historique
La Forma (1936 : no 286) indique, reprenant les observations de H. de Gérin‑Ricard : « Au nord de l’Usine Pavin et à l’est de la carrière de chaux, poterie romaine et départ d’une voie à rail de pierre ». Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : COL‑04/05, PON‑02). Vérification (Trément 1994 : FO‑084).

128Structures
N. Coye et J.‑P. Lagrue notent la présence, sur le versant, d’un bloc de pierre parallélépipédique de 1,10 x 0,25 x 0,22 m remployé dans l’aménagement d’un abri vraisemblablement moderne. Une cavité rectangulaire de 0,96 x 0,15 m et 0,07 m de profondeur y était aménagée.

129Matériaux de construction
1 fr. de tegula

130Inventaire du mobilier
L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Sigillée gauloise (1 fr.) Fine gauloise (6 fr.) Commune grise (3 fr.) Amphore africaine (13 fr.) Amphore divers (1 fr.) Dolium (1 fr.) Coquillage (1 fr.)

FO‑30 – Pont‑Gayet

131Épandage d’un site localisé sur le rebord de plateau (Néolithique, ier s. de n.è., ivevie s. de n.è.)
Xa : 812,68 ; Xb : 812,75 ; Ya : 129,60 ; Yb : 130,10 ; Z : 0/35 m ngf ;
S : 10 000 m2
Cadastre : 1983 B2 nos 266, 285‑286, 288

132Historique
Le site correspond peut‑être à celui qui est ainsi décrit par H. de Gérin‑Ricard (1933 : 376) : « Sur le bord est (de l’étang de l’Estomac), face à la pointe qui est du côté de Fos, terrasses complantées d’amandiers élevées de trois à quatre mètres sur l’eau, trois cavités rondes en forme de mortiers, dont deux presque jumelles creusées dans la roche ; poterie dite samienne unie ou à relief ; poterie rouge de Carthage, estampée à palmettes et rouelles ; partie de vase en pierre ollaire ; éclats de silex ». Les auteurs de la Forma (1936 : no 287) reprennent cette description. B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 141‑142) signalent : « Aux lieux‑dits "Collet de Carbonnière" et "Pichotty", nous avons trouvé un peu de céramique ». Site prospecté par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : PON‑01). Vérification (Trément 1994 : FO‑126).

133Matériaux de construction
tegula

134Inventaire du mobilier
Inventaire réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Sigillée gauloise (plusieurs fr.) Claire D (Gérin‑Ricard) Céramique indigène (4 fr.) Fine gauloise (1 fr.) Commune gallo‑romaine (Bouloumié, Soyer) Commune grise (1 fr.) Céramique moderne (2 fr. dont 1 sgraffito) Amphore africaine (11 fr.) Amphore divers (Bouloumié, Soyer) Dolium (1 fr.) Pierre ollaire (Gérin‑Ricard) Matériel lithique (2 fr. distaux d’éclat laminaire retouché, éclats de silex)

FO‑31 – Pont‑Gayet

135Épandage d’un site néolithique localisé sur le plateau (Néolithique, Protohistoire)
Xa : 812,77 ; Xb : 812,78 ; Ya : 129,35 ; Yb : 129,50 ; Z : 7 m ngf ; S : n.d.
Cadastre : 1983 B2 no 259

136Historique
Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : PON‑03). Vérification (Trément 1994 : FO‑125).

137Inventaire du mobilier
Le matériel a été recueilli dans une coupe en bordure d’un chemin. L’absence de stratigraphie et l’hétérogénéïté du dépôt laissent penser qu’il provient d’un site localisé au sommet du versant. Inventaire réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Céramique marseillaise (1 fr.) Céramique indigène (7 fr.) Dolium (1 fr.) Matériel lithique (1 éclat à retouche directe sur le bord droit, 1 éclat lamellaire esquillé, 1 fr. distal d’éclat lamellaire, 2 fr. proximaux d’éclat laminaire, 1 fr. de plaquette de silex)

FO‑32 – Pont‑Gayet

138Carrière (Antiquité ?)
Xa : 812,90 ; Xb : 813,05 ; Ya : 129,40 ; Yb : 129,60 ; Z : 36,2 m ngf ;
S : 20 000 m2
Cadastre : 1983 B2 no 267

139Historique
A. Saurel (1865 : 45) écrit : « Au sud du plateau sont des vestiges de murailles qui semblent avoir été des retranchements. Ces vestiges sont très détériorés, alternativement visibles et enfouis ». Il précise qu’il a découvert « deux morceaux de pierre et de terre », ainsi qu’une pièce enterrée construite en mortier romain dont la longueur interne était de 3 m d’est en ouest. L’épaisseur des murs latéraux aurait atteint 1,45 m. L’ensemble, couvert du côté nord, se serait appuyé contre d’autres bâtiments enfouis sous des tas de pierres. D. Martin (1904a : 266) note que « sur le plateau du Gayet, se trouvent les restes d’un camp de Marius avec traces de roues de chars ». L. Serre (1908 : 150) observe « des travaux de défense, mais aucune trace de fortification ». La Forma (1936 : no 287) signale : « Sur le plateau de Gayet, camp de Marius ». Aucun vestige particulier n’a été observé depuis malgré les prospections systématiques dont ce secteur a fait l’objet, à l’exception d’une ancienne carrière et de voies à ornières (Trément 1994 : FO‑152).

140Carrière
On peut observer aujourd’hui à l’extrémité méridionale du plateau de Pont‑Gayet une importante carrière (2 ha minimum) en partie détruite du fait de l’exploitation de la colline par l’usine Lafarge. De nombreuses traces de taille à l’escoude sont visibles, ainsi que des encoches d’extraction au coin. Certains blocs prêts à être dégagés sont restés sur place, ce qui permet l’observation de modules de taille (Coye, Lagrue 1988 : I, C‑18 ; II, PON‑04). La carrière est liée à un important réseau de voies à ornières qui remonte au nord vers le plateau du Mazet.

141Mobilier
Quelques rares fragments de céramique antique ont été récoltés dans ce secteur de pinède et de garrigue denses.

FO‑33 – Engrenier

142Établissement (ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 813,08 ; Xb : 813,38 ; Ya : 129,57 ; Yb : 129,75 ; Z : –5/+30 m ngf ;
S : 10 000 m2
Cadastre : 1983 B2 nos 273, 276, 404

143Historique
La Forma (1936 : no 286) indique, à la suite de H. de Gérin‑Ricard : « Au nord de l’Usine Pavin et à l’est de la carrière de chaux, poterie romaine et départ d’une voie à rail de pierre ». Site découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : ENG‑01). Vérification (Trément 1994 : FO‑085).

144Matériaux de construction
2 fr. de tegulae

145Inventaire du mobilier
Céramique indigène (4 fr.) Commune grise (12 fr.) Amphore italique (7 fr. dont Dr.1A) Amphore hispanique à saumure (1 fr. Dr.7/11) Amphore gauloise (3 fr.) Amphore africaine (86 fr. dont Keay LXIIM/XCII) Amphore orientale (2 fr. LRA1) Amphore divers (1 fr.) Dolium (1 fr.) Basalte (1 fr. de meule) Pierre cruciforme (calcaire coquillier local, le bras le plus long était à l’origine planté en terre) Silex (1 éclat)

FO‑34 – Engrenier

146Site (Néolithique final, Chalcolithique, Antiquité tardive)
Xa : 813,34 ; Xb : 813,42 ; Ya : 129,30 ; Yb : 129,45 ; Z : 5 m ngf ;
S : 6 600 m2
Cadastre : 1983 B2 nos 405‑406

147Historique
Au début du siècle, R. Maumet (s.d.) signale l’abondance des silex dans cette zone. Les ramassages d’H. Rolland (1951 : 34 n.10) confirment la richesse de ce secteur. Le site proprement dit a été découvert par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : ENG‑03/04). Vérification (Trément 1994 : FO‑086).

148Matériaux de construction
2 fr. de tegulae

149Inventaire du mobilier
Matériel préhistorique dégagé par l’installation d’un pylône EDF assez peu abondant, mais homogène et bien conservé. L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue.
Modelée préhistorique (18 fr.) Fine gauloise (2 fr.) Céramique indigène (2 fr.) Amphore africaine (11 fr.) Silex (13 éclats)

FO‑35 – Engrenier

150Vaste zone d’épandage liée aux sites PB‑7 et FO‑34, (Néolithique final, Chalcolithique, fin ier s. av. n.è.‑iie s. de n.è.), fosses (Antiquité)
Xa : 813,45 ; Xb : 814,05 ; Ya : 129,15 ; Yb : 129,60 ; Z : –5/0 m ngf ;
S : 240 000 m2
Cadastre : 1984 B2 nos 344‑386, 601, 624‑ 625, 849‑857, 877‑878, 899‑907

151Historique
Au début du siècle, R. Maumet (s.d.) signale l’abondance des silex dans cette zone. Les ramassages d’H. Rolland (1951 : 34 n.10) confirment la richesse de ce secteur. H. Oggiano‑Bitar et N. Coye (1986) notent : imbrices, fragments de dolia, quelques bords de sigillée sud‑gauloise, fragments de commune, éclats de silex parfois retouchés, un nucléus. En août 1987, B. Bouloumié a recueilli plusieurs fragments de bucchero nero. Lors du creusement de la tranchée du polyréseau ARCO, il a pu observer des fosses contenant de la céramique campanienne. Un relevé sommaire en a été dressé (Trément 1994 : FO‑064). N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988 : ENG‑02) ont recueilli du mobilier dans toute la dépression.

152Structures
Deux fosses de section quadrangulaire ont été recoupées par la tranchée ARCO. Espacées de 1,75 m, elles étaient recouvertes par 0,60 m de colluvions. La fosse occidentale mesurait 0,60 m de large et 0,80 m de hauteur. La fosse orientale était plus large (environ 1,30 m) pour une profondeur de 0,70 m. Ces fosses ne semblent pas s’être prolongées au sud de la tranchée. Elles ont été creusées dans une couche d’argile brun foncé hydromorphe à pseudomycélium, épaisse de 0,60 m. La couche inférieure d’argile jaune de décomposition du substratum bégudien a été elle aussi entaillée. B. Bouloumié affirme avoir recueilli de la céramique campanienne à l’intérieur de ces fosses. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’elles soient antiques. On peut y voir des drains destinés à assainir la bordure marécageuse de l’étang d’Engrenier. Ces vestiges sont à rapprocher de fosses tout à fait semblables repérées à 600 m au sud‑est dans la coupe d’un canal creusé en 1990, au quartier de la Mérindole, en bordure nord de la D50b.

153Inventaire du mobilier
L’inventaire a été réalisé par N. Coye et J.‑P. Lagrue. La faible quantité du matériel et sa dispersion sur une immense superficie (24 ha) indiquent un épandage.
Modelée préhistorique (1 fr. Néolithique final‑Chalcolithique) Sigillée gauloise (2 fr.) Sigillée claire (1 fr.) Fine gauloise (2 fr.) Céramique indigène (3 fr.) Amphore italique (9 fr. dont Dr.1) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore africaine (20 fr.) Dolium (3 fr.) Matériel lithique (1 nucléus, 1 fr. proximal d’éclat laminaire cortical, 3 éclats)

FO‑36 – Pont‑Gayet

154Citernes (époque moderne) Z : 3,73 m ngf ; S : 388 m2

155Historique
Des « citernes romaines » figurent sur la carte de Matheron (Villeneuve 1824 : 255, pl. X, 8). La première description des citernes dites « de Mari us » remonte à la citation par A. Saurel (1865 : 45 et pl. II) d’un manuscrit de Matheron daté du 25 mars 1824. L’auteur décrit deux citernes situées à 40 m du bord oriental de l’étang de l’Estomac. D’environ 30 x 6,50 m, profondes de 2 m, délimitées par des murs de 1,27 m d’épaisseur, elles étaient séparées par un mur épais de 0,50 m et communiquaient par une voûte de 1 m de large. Ces citernes étaient couvertes d’un placage de grandes dalles de calcaire revêtu de ciment. Leur fond, situé à la cote 3,73 m ngf, était muni de deux rigoles. La Forma (1936 : no 287) signale : « Plus au nord, au penchant sud de la colline Mariet (cote 50), deux citernes de Marius, revêtues de béton ». Ces vestiges paraissent correspondre à des constructions modernes (Trément 1994 : FO‑151).

FO‑37 – Fos

156Nécropole à inhumation (Bas‑Empire)

157Historique
E. Franck (1905a et b : 177) signale des tombeaux découverts dans un champ, sans préciser leur localisation. Le site est mentionné par H. de Gérin‑Ricard et G. Arnaud d’Agnel (1907 : 207, 232 note 1) sans plus de détail. Les auteurs évoquent la nécropole de Fos comme une découverte bien connue, ce qui pourrait laisser penser qu’il s’agit de celle de la Roquette (FO‑40), fouillée huit ans plus tôt. Mais la nature des sépultures et les conditions de découverte étant différentes, il semble que l’on soit en présence de deux nécropoles distinctes (Trément 1994 : FO‑015). Les auteurs de la Forma (1936 : no 288) citent E. Franck mais pas H. de Gérin‑Ricard et G. Arnaud d’Agnel.

158Vestiges
Nous reproduisons ici le commentaire de H. de Gérin‑Ricard et G. Arnaud d’Agnel (1907 : 207) : « Aucun (cimetière) n’égale en richesse ceux des Baux et de Fos. Ils ont, il est vrai, été découverts au hasard des défoncements agricoles et n’ont pas donné lieu à la moindre fouille scientifique. Aussi, devons‑nous nous borner à faire reconnaître leur emplacement et à indiquer que toutes les tombes que l’on rencontre, à une profondeur s’écartant peu de 0,10 à 0,60 m, sont faites au moyen de ces grandes tuiles plates à rebords (tegulae), dont on se servait aussi pour recouvrir les habitations [...]. Le corps reposait sur le côté interne de quatre de ces tuiles ajoutées bout à bout ; il était recouvert par deux rangs de tuiles se rejoignant en dos d’âne ayant la forme d’un V renversé. Pour empêcher que la terre ne pénètre dans ces tombes triangulaires, on disposait sur leurs joints des tuiles rondes ou faîtières (imbrices), d’autres fois des pierres plates. Accidentellement, nous avons aussi constaté l’emploi de briques massives, plus épaisses d’un côté que de l’autre et qui pour cette raison étaient normalement destinées à la construction de voûtes ». Plus loin, les auteurs ajoutent que « parmi les squelettes qui gisaient dans les tombes, certains avaient les pieds et la tête percés d’un clou ».

FO‑38 – L’Hauture

159Occupation du promontoire de l’Hauture (âge du Bronze, Haut‑Empire, Antiquité tardive, Moyen Âge), castrum (attesté en 923), vestiges du château et de l’église Saint‑Sauveur (fin xii‑début xiiie s.)
Xa : 811,150 ; Xb : 811,230 ; Ya : 129,850 ; Yb : 129,885 ; Z : 31 m ngf ; S : 12 000 m2
Cadastre : 1986 B1 nOS 4, 6

160Historique
Découverte en 1945 d’une hache à talon postérieure au Bronze II au pied de la tour du cimetière (Informations archéologiques de Gallia, VI, 1948 : 213). Prospections, étude architecturale et fouilles du château par J.‑P. Lagrue (1988 ; 1990 ; 1992 ; 1993).

Inventaire du mobilier

161L’ensemble du mobilier a été recueilli et étudié par J.‑P. Lagrue (Trément 1994 : FO‑038).
Sigillée gauloise (2 fr.) Claire A (1 fr.) Claire D (1 fr.) Céramique indigène (14 fr.) Commune grise tardive (quelques fr. recueillis par M.‑P. Jezégou) Commune tardo‑antique (3 fr.) Commune grise médiévale (58 fr. dont décor lissé en croix) Claire médiévale (16 fr.) Céramique pisane (2 fr.) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore africaine (7 fr.) Dolium (2 fr.) Silex (2 éclats)

FO‑39 – L’Hauture

162Fréquentation permanente de la butte de l’Hauture (vieve s. av. n.è., iieier s. av. n.è., ier s. de n.è., veviie s. de n.è., xiexve s. de n.è.), aire d’ensilage (antérieure au xie s.), nécropole rupestre (xiexiie s.)
Xa : 811,23 ; Xb : 811,25 ; Ya : 129,82 ; Yb : 129,88 ; Z : 25 m ngf ; S : 500 m2
Cadastre : 1986 B1 no 1

163Historique
Site découvert accidentellement en 1971. Fouilles des Amis du Vieux‑Fos. Surveillance de travaux de voirie (1991) puis fouilles de J.‑P. Lagrue en 1992 et 1993 (Trément 1994 : FO‑139).

164Structures
Le site s’étend sur le versant nord‑est du rocher de l’Hauture.
Nécropole : on dénombre une quarantaine de tombes rupestres orientées (à l’exception des tombes d’enfants), de formes et de dimensions variées, hexagonales ou anthropomorphes. L’une d’elles possédait un couvercle constitué de dalles juxtaposées, une autre un coussinet fait d’une pierre plate. Une sépulture est recoupée par un silo, ce qui laisse supposer l’antériorité de la nécropole. L’aspect anthropomorphe des tombes invite à leur attribuer une datation tardive (Lagrue 1994).
Aire d’ensilage : au sud et à l’est des tombes, une trentaine de silos de forme ovoïde ont été creusés dans la roche. Leur profondeur moyenne avoisine 1,50 m, leur diamètre d’ouverture varie entre 0,50 et 1,20 m. J.‑P. Lagrue (1994) propose de les dater des xiexiiie s. par analogie avec d’autres connus en Provence.

165Inventaire du mobilier
Matériel récupéré par C. Massard lors du décapage de surface du site. L’étude et l’inventaire en ont été assurés par N. Coye et J.‑P. Lagrue (HAU‑01 B).
Céramique de l’âge du Fer (3 fr. dont 1 du vie s. av. n.è. et i du iie s. av. n.è.) Céramique dite « des Alpilles » (1 fr.) Campanienne B (1 fr.) Claire marseillaise (3 fr.) Fine gauloise (2 fr.) Céramique italique (1 fr.) Claire augustéenne (1 fr.) Sigillée gauloise (2 fr.) Luisante (2 fr.) Sigillée tardive estampée (3 fr.) Commune grise tardive (7 fr. dont A5/6, B5) Grise médiévale (23 fr. XIe‑XIIe s.) Claire médiévale (13 fr. XIVe‑XVe s.) Amphore étrusque (1 fr. Py 3) Amphore italique (1 fr. Dr.1B) Amphore hispanique (1 fr. Pasc.1) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore africaine (1 pied à bourrelet réutilisé en polissoir) Verre (1 fond de verre à pied conique XIVe s.) Pierre ollaire (3 fr.) Pierre (1 caillou sculpté en forme d’œuf, 1 broyeur) Divers (1 fusaïole, 3 pesons taillés dans de la tuile, 2 clous) Ossements (nombreux vestiges anthropologiques)

FO‑40 – La Roquette

166Inscription funéraire (Haut‑Empire), nécropole (Antiquité tardive, haut Moyen Âge)
Xa : 811,40 ; Xb : 811,50 ; Ya : 129,30 ; Yb : 129,60 ; Z : 5/10 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1986 D nos 771‑772

167Historique
Des tombes rupestres étaient connues sur le plateau de La Roquette au début du xixe s. (Villeneuve 1824 : 924‑929). Une trentaine de nouvelles tombes sont découvertes en 1897, ainsi qu’une tablette de marbre blanc portant une inscription latine (Martin 1904b). En juin 1899, l’ouverture d’une carrière entraîne la destruction d’au moins 70 tombes regroupées en une vaste nécropole (Nicolas 1900 : 221‑225), à 200 m au sud du village de Fos (Serre 1908 : 151). E. Espérandieu (1929 : no 92) précise que l’inscription a été transportée « à Gap, chez M. David Martin ». La Forma (1936 : no 288) signale qu’elle est au musée de Gap. J.‑P. Lagrue (1988) a recueilli un fond de céramique commune grise médiévale de l’Uzège à l’emplacement du site (Trément 1994 : FO‑021).

168Nécropole
Les sépultures exhumées étaient aménagées dans le calcaire molassique du plateau de la Roquette, sans aucune orientation préférentielle. Selon H. Nicolas, la nécropole devait se prolonger vers le sud et être plus vaste. Beaucoup de squelettes étaient conservés. Les tombes étaient recouvertes d’une mince couche de terre. Leur forme et leurs dimensions étaient assez variées. Certaines étaient rectangulaires, avec quatre parois bien verticales ; d’autres possédaient un coussinet céphalique ; enfin, certaines étaient véritablement anthropomorphes. Leur profondeur variait de 0,10 à 0,50 m, mais la plupart oscillaient autour de 0,40 m.

169Inscription
La plaque est constituée de deux fragments de marbre blanc d’égale dimension. Elle est complète et mesure 403 x 207 mm. Son épaisseur varie entre 20 et 32 mm. Elle a en effet été maladroitement détachée à la scie de son support. Les lettres ont une hauteur de 20 mm en moyenne, et une largeur comprise entre 10 et 22 mm. À la fin de la première ligne, le S et le M sont séparés d’une palme inclinée. La troisième ligne est terminée par un cœur. L’irrégularité des marges, des lettres et de leurs intervalles, ainsi que les erreurs de graphie, dénotent une facture rapide. L’inscription est aujourd’hui conservée au musée de Gap.

170L.‑A. Constans (1921 : 196) affirme que « le nom, peu commun, d’Expentanius se rencontre à Arles et à Trinquetaille » (CIL, XII, nos447, 837, 5686).

171Mobilier
Selon H. Nicolas, le mobilier recueilli semble avoir été très pauvre.
Céramique (vase en terre cuite sans ornement, lampe à huile ornée de feuillages ; selon D. Martin, chaque tombe contenait une urne)
Monnaies (selon D. Martin, chaque sépulture a livré une monnaie ; H. Nicolas mentionne une monnaie représentant sur une face une tête couronnée avec une inscription et sur l’autre un sujet allégorique avec le nombre LXVI)
Clous en fer (toutes les tombes ont livré de nombreux clous en fer, longs d’une quinzaine de centimètres, de section arrondie et d’un diamètre d’environ un centimètre ; selon H. Nicolas, certains de ces clous étaient enfoncés dans les mains, les pieds et le crâne des squelettes) Verre (plusieurs objets et fr. de verre se trouvaient dans les tombes)

FO‑41 – Notre‑Dame‑de‑la‑Mer

172Cimetière (Bas‑Empire)
X : 811,20 ; Y : 129,20 ; Z : 4 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1986 BL nos 199, 248

173Historique
En 1824, des fouilles mettent au jour de nombreux sarcophages près de la chapelle Notre‑Dame (Villeneuve 1824 : 924‑ 929). D. Martin (1904a : 269‑270) signale que « tout autour d’une vieille chapelle, se montrent encore quelques sarcophages qui affleurent sur le sol et qui paraissent inviolés ».

174Tombes
H. Nicolas (1900 : 223‑224) précise que les tombes étaient recouvertes d’un couvercle en pierre et qu’elles s’apparentaient à celles des Alyscamps. On n’en connaît pas le nombre exact. Certaines sont encore visibles dans le jardin qui borde la chapelle (Trément 1994 : FO‑ 024).

175Mobilier
H. Nicolas insiste sur le fait que ces tombes ont livré un mobilier funéraire plus riche que celles de La Roquette (FO‑40) : « Elles contenaient de nombreuses monnaies, Faustines, Trajanes, etc. et de nombreux objets funéraires ».

FO‑42 – Fos

176Station portuaire des Fossae Marianae.
Bibliographie complète : Trément 1994 : FO‑004.

FO‑43 – Saint‑Gervais

177Cimetière paléochrétien (Antiquité tardive, haut Moyen Âge)
Xa : 811,00 ; Xb : 811,04 ; Ya : 128,85 ; Yb : 128,89 ; Z : 3 m ngf ;
S : plus de 3 000 m2
Cadastre : 1986 B0 no 26

178Toponymie
Saint‑Gervais : toponyme attesté dès le xe s. La dévotion aux saints milanais Gervais et Protais martyrisés sous Néron remonte à l’époque paléochrétienne.

179Historique
L. Blancard (1878 : 5‑19) observe l’abside d’une chapelle et de nombreux sarcophages. La Forma (1936 : no 288) signale des « sarcophages à acrotères » situés sur le promontoire de Saint‑Gervais et dans l’anse du même nom. F. Benoit (Informations archéologiques de Gallia, VI, 1948 : 213 ; VIII, 1950 : 123) mentionne une nécropole à tombes monolithiques semblables à celles des Alyscamps à Arles. Dans les années 60, R. Diot (s.d.) observe « à l’ouest de la plage, à proximité du nouveau casino, un couvercle de sarcophage à double pente semblable à ceux de la nécropole des Alyscamps à Arles. Un peu plus loin, face à l’ancien casino détruit sous l’occupation [...], parmi les blocs épais, débris de sarcophages monolithes, quelques pierres tombales, fragments d’architecture ». En 1977, le creusement d’une tranchée fait apparaître plusieurs sarcophages paléochrétiens. En 1984 a lieu une fouille de sauvetage à l’occasion de la construction de l’esplanade du port de plaisance (Bertucchi, Lemaire 1985 : 165 ; Informations archéologiques de Gallia, 44, 1986 : 409‑410). De nouveaux sarcophages auraient été détruits en 1988 lors de l’aménagement d’une tranchée d’adduction d’eau destinée à la Maison de la Mer (Trément 1994 : FO‑087).

180Structures
Seule la partie méridionale du site a été dégagée lors de la fouille de sauvetage réalisée en 1984. Les vestiges consistent en une série de 17 sépultures de nature diverse associées à des sections de murs d’orientation globale E‑O. La description des vestiges provient du rapport de G. Lemaire, qui en a dressé un plan.
Substructions : tombes et substructions sont enchevêtrées. L’ensemble des vestiges est structuré par un mur de blocage à parement de moellons d’axe E‑S‑E/O‑N‑O repéré sur au moins 10 m et large de 0,80 m. Plusieurs sarcophages se concentrent en bordure nord de ce mur. Un mur d’axe divergent bâti selon une technique identique se situe à moins de 2 m au sud‑est. Au sud, deux murs formant angle isolent un espace. Ils sont construits en pierre sans enduit. Deux sols bétonnés ont également été repérés près des murs.
Sépultures : les sépultures, orientées dans l’axe des murs, sont de deux types. Au nord, à une trentaine de mètres des substructions, il s’agit de tombes à couverture de tuiles, excepté l’une d’entre elles qui possède un couvercle de dalles. Aux environs immédiats des murs se trouvent des sarcophages monolithiques ou constitués de dalles posées sur chant. L’un d’entre eux, particulièrement soigné, est composé d’un assemblage de dalles de molasse juxtaposées, dont l’une est ornée d’une croix grecque. Un autre sarcophage, carré et de grande dimension (1,60 m de côté), est interprété comme un ossuaire. Les couvercles sont ornés de quatre ou six acrotères. Les tombes et les sarcophages ont été simplement dégagés sans être fouillés.

181Mobilier
Le mobilier recueilli en place est peu abondant et constitué de quelques fragments de céramique sigillée claire D, de sigillée tardive estampée et de céramique commune grise tardive.

182Interprétation
L’interprétation des substructions pose problème, dans la mesure où la nature et la chronologie exactes des murs n’ont pu être déterminées par la fouille. Il peut s’agir tout autant d’enclos funéraires que de bâtiments, la première hypothèse semblant toutefois la plus probable. L’alignement général des tombes et des substructions pourrait laisser penser en effet qu’elles sont contemporaines. Il faut noter cependant que l’un des murs recoupe un sarcophage. Enfin, le mur coudé méridional se distingue par sa facture et pourrait appartenir à un bâtiment (chapelle ? abbaye ?). Il faut rappeler l’intérêt majeur de ce secteur où une chapelle est signalée en 923, un ermitage puis une abbaye en 989. Cette zone s’inscrit en outre dans un ensemble de nécropoles connues à l’ouest dans l’anse Saint‑Gervais (FO‑42) et au nord à Notre‑Dame (FO‑41), La Roquette (FO‑40) et L’Hauture (FO‑39).

Istres

IS‑1 – Sulauze

183Indice de site (Antiquité ?)
Cadastre : 1990 D3

184Historique
La Forma (1936 : no 298) signale : « Poterie, tuiles » à Sulauze. Aucune prospection systématique n’a été effectuée dans ce secteur (Trément 1994 : IS‑155).

IS‑2 – Berlette

185Habitat perché (Néolithique final ?)
Xa : 813,60 ; Xb : 813,80 ; Ya : 142,24 ; Yb : 142,50 ; Z : 75/88 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1990 D2 nos 614‑615, 804, 872

186Historique
Site découvert par G. Amar (Trément 1994 : IS‑138).

187Mobilier
Le mobilier recueilli n’a pu être consulté.

IS‑3 – Sivier

188Cimetière rupestre (haut Moyen Âge)
X : 813,80 ; Y : 141,60 ; Z : 50 m ngf ; S : 200 m2
Cadastre : 1990 BV nOS 124‑125, 132

189Historique
Découverte inédite (Trément 1994 : IS‑092).

190Tombes
Cinq tombes rupestres aménagées dans de gros blocs calcaires sont visibles en bordure du chemin, dans l’épaisse végétation boisée qui dissimule probablement d’autres sépultures. On distingue deux groupes (A, B, C et D, E) séparés d’une vingtaine de mètres. Quatre tombes sont orientées S‑O/N‑E (A, B, D, E), une seule N‑S (C). On compte une tombe (B) de petit enfant (0,56 m), deux tombes (C, D) d’enfant (1 m et 0,95 m), une tombe (A) d’adulte (1,95 m) et une seconde tombe d’adulte (E) recoupée en biais par un front de taille et conservée sur seulement 0,62 m. Deux tombes ont une forme strictement parallélépipédique (A, E), une tombe parallélépipédique est arrondie à son extrémité sud (C), une autre tombe parallélépipédique est arrondie aux deux extrémités (B) et une tombe est ovale (D). Cette dernière est complètement basculée vers le sud par le travers. La tombe E est munie d’une rigole dans l’angle N‑O.

IS‑4 – Sivier

191Villa (fin du ier s. av. n.è.‑vie s. de n.è.)
Xa : 814,025 ; Xb : 814,340 ; Ya : 141,525 ; Yb : 141,680 ;
Z : 65/80 m ngf ; S : 25 000 m2
Cadastre : 1990 BV nos 153, 155‑156, D5 no 605

192Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en mai 1991 (Trément 1994 : IS‑120).

193Structures
Fouloir monolithique décrit dans le texte.

194Matériaux de construction
Tegulae (abondantes sur l’ensemble du site)
Briques de chauffage (9 fr. à stries entrecroisées) Enduit mural (1 fr. rouge) Mosaïque (1 tesselle blanche)

195Inventaire du mobilier
Campanienne A (1 fr.) Campanienne B (4 fr.) Sigillée italique (7 fr. dont Goud. 18, 27) Céramique italique (1 fr.) Céramique à vernis rouge pompéienne (1 fr.) Paroi fine (3 fr.) Sigillée gauloise (27 fr. dont Lœschcke 1A, Drag.18, 19, 27, 31, 33 ?) Claire A (23 fr. dont Hayes 14, 14B, 16/18, 23, 23A) Africaine de cuisine (15 fr. dont Hayes 185, 196, 197) Claire B (23 fr. dont Lamb.8, Desbat 68/69/70/71) Claire B/luisante (15 fr. dont Lamb. 14/26) Claire C (2 fr.) Claire D (9 fr.) Sigillée tardive estampée (9 fr. dont Rigoir 4, 24/25) Commune africaine (1 fr.) Commune claire (49 fr.) Commune engobée (12 fr.) Commune oxydante (24 fr.) Commune oxydante siliceuse (65 fr. dont A1 de ComOM, A4, B3 de ComEM) Commune grise (327 fr. dont A1 ?, A2, A3 ?, A4, A5, A6, A8 ?, B2, B3, B4, E, F ?, L1) Commune brune (41 fr.) Modelée (20 fr.) Pégau (2 fr. à décor à la roulette) Amphore italique (37 fr. dont Dr.1C) Amphore marseillaise (3 fr.) Amphore bétique (6 fr. dont Dr.19/20) Amphore gauloise (28 fr. dont G4, Dr.2‑4 ?, Pasc.1 ?) Amphore africaine (159 fr. dont Keay LXIIA) Amphore orientale (1 fr. LRA1) Amphore divers (21 fr.) Dolium (28 fr.) Verre (1 fr.) Pierre ollaire (4 fr.) Basalte (11 fr. de meule) Scorie (6 dont 1 de grande dimension) Silex (1 fr. à traces conchoïdales, 1 éclat)

IS‑5 – Sivier

196Atelier de fabrication d’amphores gauloises G4 et G5 (ieriiie s. de n.è., vie s. de n.è.)
Xa : 814,000 ; Xb : 814,225 ; Ya : 141,425 ; Yb : 141,575 ;
Z : 35/50 m ngf ; S : 6 000 m2
Cadastre : 1990 BV no 160

197Historique
Site découvert par G. Amar et A. Gouverneur, prospecté par F. Laubenheimer (1985 : 121‑123). F. Widemann (1981 : 273) a réalisé des analyses de pâte par activation neutronique sur une série d’échantillons, démontrant la provenance locale des amphores. Prospection systématique en février 1988 (Trément 1994 : IS‑032). Description du site dans le texte.

198Matériaux de construction
Tegulae (nombreux fr.) Imbrices (nombreux fr.) Briques de chauffage (2 fr. striés) Torchis (quelques fr.)

199Inventaire du mobilier
Sigillée italique (1 fr. Lœschcke 8Ab) Paroi fine (1 fr.) Sigillée gauloise (2 fr.) Claire A (4 fr. dont Hayes 23B) Claire B (1 fr.) Commune oxydante siliceuse (5 fr. dont A1 de ComOM) Commune grise dite « de Vaison » (1 fr.) Commune grise (2 fr. dont A4) Commune brune (1 fr.) Amphore italique (3 fr. dont Dr.1A ?) Amphore gauloise (57 fr. dont G4, G8, rebuts de cuisson) Amphore africaine (1 fr. Keay LV) Amphore divers (1 fr.) Dolium (6 fr.)

IS‑6 – Sivier

200Site de plein air (Chasséen ?)
X : 814,35 ; Y : 141,35 ; Z : 50 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1990 BV nOS 217, 219, 221

201Historique
Site découvert par G. Amar (Trément 1994 : IS‑148).

202Mobilier
Le mobilier recueilli n’a pu être consulté.

IS‑7 – Sulauze

203Abri sous roche (Épipaléolithique ?)
Xa : 814,68 ; Xb : 814,72 ; Ya : 141,75 ; Yb : 141,85 ; Z : 75 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1990 D5 no 605

204Historique
Site découvert par G. Amar (Trément 1994 : 15‑127).

205Structures
Abri sous roche orienté à l’est situé en regard de l’Abri Cornille (IS‑9), de l’autre côté du vallon de Sulauze.

206Mobilier
Le mobilier recueilli n’a pu être consulté. G. Amar signale de l’outillage lithique et de la faune.

IS‑8 – Sulauze

207Site de plein air (Chasséen ?)
X : 814,70 ; Y : 141,70 ; Z : 75 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1990 D5 no 605

208Historique
Site découvert par G. Amar (Trément 1994 : IS‑146).

209Mobilier
Le mobilier recueilli n’a pu être consulté.

IS‑9 – Abri Cornille

210Série d’abris sous roche épipaléolithiques et mésolithiques (Magdalénien final, Valorguien, Montadien, Castelnovien)
X : 815,00 ; Y : 141,65 ; Z : 100 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1990 E6 nos 740, 745

211Historique
L’Abri Cornille a été découvert en 1948 par des membres de l’association des Amis du Vieil‑Istres, qui en commencèrent la fouille dès 1950 sous la responsabilité de R. Beaucaire. En 1966, M. Escalon de Fonton prend la responsabilité d’une fouille de sauvetage méthodique devenue nécessaire à la suite de l’effondrement des surplombs de la corniche. En 1974, un projet d’autoroute entraîne la fouille de Cornille II, qui révèle l’étendue considérable du site. L’Abri Cornille a livré l’une des plus longues et des plus complètes stratigraphies d’Europe.

212Structures
L’Abri Cornille ne constitue en fait que l’une des nombreuses alvéoles situées au pied d’une falaise de calcaire molassique d’axe nord‑sud, longue de 800 m et orientée plein ouest, qui domine le vallon de Sulauze, au nord de l’étang de l’Olivier. L’abri Cornille II se situe à 70 m au nord de la fouille principale. Selon J. Courtin (1978 : 2‑5), les dimensions remarquables de cet habitat, qui s’étend sur plus de 300 m, lui permettaient d’accueillir « plusieurs dizaines d’occupants ». Bibliographie complète : Trément 1994 : IS‑022.

IS‑10 – Les Eyguines

213Cimetière rupestre (haut Moyen Âge)
X : 815,05 ; Y : 141,65 ; Z : 90 m ngf ; S : 1 000 m2
Cadastre : 1990 E6 no 745

214Historique
Site inédit découvert et relevé en février 1988 (Trément 1994 : IS‑129).

215Tombes
Au moins huit sépultures sont aménagées dans des blocs calcaires inclinés vers le nord. Plusieurs dalles épaisses et très sommairement retouchées laissent penser à la présence de tombes inviolées. L’épaisse végétation en dissimule certainement d’autres encore. Trois tombes sont orientées E‑O (A, B, E), trois N‑S (C, F, H) et deux N‑E/S‑O (D, G). Il semble que l’orientation dans le quart est/sud soit plus rigoureusement adoptée pour les tombes d’adultes que pour celles des enfants. La longueur des tombes est comprise entre 0,87 et 1,98 m. Trois tombes sont inférieures à 1,40 m (C, D, G), trois sont comprises entre 1,40 et 1,80 m (E, F, H) et deux dépassent 1,80 m (A, B). Une tombe est trapézoïdale légèrement arrondie au niveau de la tête (B), deux sont parallélépipédiques (A, H), une est parallélépipédique aux angles arrondis (E), deux sont parallélépipédiques plus ou moins arrondies aux extrémités (C, G), une est parallélépipédique élargie au niveau de la tête (F), une est fuselée et très arrondie au niveau de la tête, formant une encoche céphalique embryonnaire (D). Trois tombes présentent un plan incliné au niveau de la tête (A, B, E), deux une banquette céphalique (G, H) et une une rainure en arc de cercle creusée autour de la tête (F). Cinq couvercles constitués de dalles de molasse brute se trouvaient encore à proximité des tombes A, B, D et E.

216Inventaire du mobilier
Plusieurs fragments d’amphore africaine, de céramique commune grise et brune ont été recueillis sur le chemin, entre les tombes et dans la tombe B.

IS‑11 – Barabant

217Traces d’occupation (Néolithique ancien, final, ier s. de n.è.), habitat en abri sous roche (ive/vieviie s. de n.è.), cimetière rupestre (haut Moyen Âge)
X : 815,15 ; Y : 141,40 ; Z : 90/100 m ngf ; S : 1 000 m2
Cadastre : 1990 E6 nOS 718, 745

218Historique
Les tombes sont mentionnées sur les cartes IGN au 1 : 25 000 (« tombeaux anciens »). Prospection systématique et relevé en février 1988 (Trément 1994 : IS‑019).

219Habitat
Il s’agit d’une occupation sommaire en abri sous roche. Les tombes sont aménagées dans les blocs détachés de la corniche et basculés immédiatement en avant du surplomb. À quelques dizaines de mètres au nord sont visibles des rigoles de captage des eaux taillées dans le rebord de la corniche, qui forme un plan régulier (largeur : 0,10 m ; profondeur : 0,08 m). En contrebas, légèrement au sud, base de cuve monolithique de 2 x 1,05 m, aux parois épaisses de 0,20 à 0,30 m.

220Tombes
Six tombes rupestres au moins ont été repérées à proximité immédiate de l’habitat. Cinq sont aménagées dans de gros blocs calcaires détachés de la corniche. La sixième (A) est implantée à 1 m du bord de la corniche, à l’aplomb de l’abri. Quatre tombes sont orientées N‑O/S‑E (A, B, D, E), une E‑0 (F) et une N‑S (C). Cinq sont des tombes d’adultes (1,70 à 1,94 m) ; la dernière (F) est une tombe d’enfant (1,22 m). Deux tombes sont parallélépipédiques (A, B), deux sont trapézoïdales (C, F), une, parallélépipédique, se resserre fortement au niveau des jambes (D), la dernière, parallélépipédique, est arrondie au niveau des pieds (E). Deux tombes présentent un coussinet céphalique (B, D). Une est surcreusée au niveau de la tête et est équipée d’une rigole (F). Enfin, une seule tombe a conservé son couvercle (A).

221Matériaux de construction
Tegulae (quelques fr.) Torchis (1 fr.)

222Inventaire du mobilier
Le mobilier a été recueilli sur le rebord du plateau, à quelques mètres des tombes. Céramique préhistorique (16 fr. dont 1 languette à ensellement) Sigillée gauloise (1 fr. Drag.15/17) Luisante (3 fr. Lamb.14/26) Claire D (9 fr. dont Hayes 67, 77, 87C, 91A/B) Sigillée tardive estampée (7 fr. dont Rigoir 18 ?) Commune claire (10 fr.) Commune oxydante (13 fr.) Commune grise (26 fr. dont A2, E) Commune brune (16 fr.) Amphore italique (2 fr.) Amphore marseillaise (2 fr.) Amphore africaine (20 fr.) Amphore orientale (8 fr. dont LRA1, 2) Amphore divers (6 fr.) Coquillages (pectens) Silex (1 éclat à traces conchoïdales)

IS‑12 – Barabant

223Cimetière rupestre (haut Moyen Âge)
X : 815,35 ; Y : 141,30 ; Z : 110 m ngf ; S : 1 000 m2
Cadastre : 1990 E6 nOS 718, 745

224Historique
Les tombes sont signalées sur les cartes IGN au 1 : 25 000 et dans la Forma (1936 : no 297B) : « Tombes creusées dans le roc, sur le chemin du plateau Saint‑Étienne ». Elles font l’objet d’une brève mention dans la maîtrise de P. Kérourio (1976 : 25‑ 26). Relevé en février 1988 (Trément 1994 : IS‑128).

225Structures
Encoche rectangulaire (0,10 x 0,05 m) aménagée dans la section du banc molassique supérieur, destinée à fixer une poutre horizontalement.

226Tombes
Sept sépultures d’adultes aménagées dans l’affleurement calcaire sont bien distinctes, mais on devine à proximité deux ou trois autres tombes fortement détériorées par l’érosion, ainsi qu’une tombe inviolée encore recouverte de son couvercle. Trois tombes sont orientées E‑O (A, C, E), trois autres N‑O/S‑E (B, F, G) et une N‑E/S‑0 (D). Leur longueur est comprise entre 1,63 m et 1,98 m, mais cinq d’entre elles dépassent 1,80 m (B, D, E, F, G) et trois 1,90 m (B, F, G). La position du mort dans la tombe peut être déduite de la forme trapézoïdale des sépultures, qui regardent généralement vers l’est ou le sud‑est. Une tombe parallélépipédique est arrondie aux extrémités (A), une tombe parallélépipédique est resserrée au niveau des jambes (C), deux tombes sont légèrement trapézoïdales (D, G), trois sont trapézoïdales (B, E, F). Une fosse présente une bordure réservée pour la pose d’un couvercle (B).

IS‑13 – Miouvin

227Habitat groupé de plein air (Néolithique moyen, final, Chalcolithique, âge du Bronze).
Description dans le texte.
Bibliographie complète : Trément 1994 : IS‑029.

IS‑14 – Saint‑Michel

228Traces d’occupation (Néolithique final‑Chalcolithique, âge du Bronze, Bronze final IIIb, troisième quart vie‑début ve s. av. n.è.), agglomération (fin ive‑début viie s. de n.è.)
Xa : 815,30 ; Xb : 815,50 ; Ya : 140,50 ; Yb : 140,80 ; Z : 114 m ngf ; S : 15 000 m2
Cadastre : 1990 E6 nos 562‑563, 570

229Toponymie
Chapelle médiévale de Saint‑Michel.

230Historique
I. Gilles (1887 : 455‑456) signale dans la chapelle « quelques dalles du sol à gauche de l’autel qui portent encore des traces de décoration carolingienne ». La Forma (1936 : no 297B) mentionne une « citerne creusée dans le roc » et de la « poterie romaine ». B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 134‑135, carte 5 et fig. 3) ont recueilli « de la céramique et des coquilles de coques » autour de la chapelle. Ramassage systématique en janvier 1988 et septembre 1989 après un incendie (Trément 1994 : IS‑018). Personne n’avait précisé jusqu’alors la chronologie de l’occupation. Sondage dans la chapelle en août 1990.

231Structures
Chapelle Saint‑Michel : ce petit édifice moderne de 6 x 4 m environ, de plan très ramassé, paraît avoir été reconstruit au moins une fois.
Enclos : une muraille en pierre sèche barre l’éperon et en isole la pointe méridionale. De construction très sommaire en petits blocs irréguliers formant parement, ce mur a une largeur variable, comprise entre 0,60 et 1,30 m. Il n’est pas rectiligne et serpente beaucoup en s’appuyant au nord sur de très gros blocs calcaires naturels.
Carrière : à l’extrémité méridionale du plateau sont nettement visibles des traces d’extraction dans la roche calcaire, sur une longueur de 15 m environ pour 5 m de large.
Puits‑citernes : deux puits (ou citernes ?) sont visibles, l’un au milieu du plateau, l’autre au nord. Ils ont été taillés dans la roche et sont bordés de margelles monolithiques circulaires très massives, d’un diamètre de 1,30 à 1,50 m. Le puits central a une profondeur de 20 m environ. L’autre est comblé.
Autressubstructions : plusieurs substructions aménagées dans la roche sont dispersées sur le site, principalement dans sa partie sud (seuils, cavité semi‑sphérique, cavité conique, encoches rupestres).
Sarcophage : un sarcophage en molasse est visible à proximité de l’église Saint‑Étienne, sur le replat situé à mi‑pente du versant méridional.

232Matériaux de construction
Tegulae (assez rares) Torchis (1 fr. avec empreintes de végétaux)

233Inventaire du mobilier
Céramique préhistorique et protohistorique (657 fr. dont de nombreux fr. remontant au Chalcolithique et plusieurs autres à motifs géométriques datés du Bronze final IIIb et du début du premier âge du Fer) Grise archaïque (1 fr.) Claire B/luisante (2 fr.) Africaine de cuisine (3 fr. dont Hayes 196A) Commune africaine (5 fr.) Claire D (60 fr. dont Hayes 61 B ?, 80B ?, 81, 82, 87A, 87B/C, 91, 91D/92, 93 ?, 99, 100 ?, 101, 103B, 104A, 104B/C, 105) Sigillée tardive estampée (284 fr. dont Rigoir 1, 2, 3, 4, 6, 11, 12/38 ?, 14 ?, 18, 23, 26, 29, 30 ?, 32 ?, 63, nombreux décors) Glaçurée (13 fr.) Commune claire (25 fr.) Commune oxydante (28 fr.) Commune oxydante siliceuse (8 fr. dont A1 de ComOM) Commune grise siliceuse (8 fr.) Commune grise micacée (11 fr.) Commune grise tardive (2017 fr. dont A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7, A8, B1, B2, B3, B5, B7 ?, D1, D2, E1, E2, E3, E4, F, G, H, K, L1, N ?) Commune brune (89 fr. dont A1, A2, A4) Commune brune micacée (20 fr. dont A1) Commune brune à dégraissant calcaire (10 fr. dont A2/3) Céramique divers (2 fr.) Amphore étrusque (32 fr. dont Py 3, 4) Amphore italique (3 fr. dont Dr. 1) Amphore africaine (256 fr. dont Keay VII, LV, LXI, LXII) Amphore orientale (32 fr. dont LRA1, 2) Amphore divers (26 fr.) Pierre (1 petite hache polie en roche verte, 1 creuset en calcaire blanc ?) Silex (3 lamelles, 2 pointes, 1 poinçon, 4 résidus de taille, 16 éclats) Pierre ollaire (9 fr. de vase tourné) Basalte (29 fr. de meule) Scorie (1 scorie dense oxydée) Verre (6 fr.) Dolium (1 fr. en remploi dans un mur) Coquillages (pectens abondants, 1 escargot marin)

IS‑15 – Saint‑Étienne

234Cimetière rupestre (haut Moyen Âge)
X : 815,60 ; Y : 140,75 ; Z : 70 m ngf
Cadastre : 1990 E6 nos 504, 545

235Historique
Le premier groupe de tombes (inférieur) a été découvert en février 1988 (Trément 1994 : IS‑026), le second (supérieur) en septembre 1997.

236Tombes
Deux groupes de tombes rupestres sont visibles en bordure du chemin d’accès au plateau de Saint‑Michel. Les tombes sont aménagées dans des blocs de molasse éboulés sur le versant oriental de l’agglomération alto‑médiévale (IS‑14). Le groupe inférieur comprend quatre tombes, le groupe supérieur trois. Seul le premier a fait l’objet d’un relevé. Deux tombes (A, B) sont implantées côte à côte au sommet d’un bloc incliné vers l’est. Les deux autres tombes (C, D) sont situées en contrebas, sur deux blocs différents. L’une est orientée N‑O/S‑E (C), l’autre S‑N (D). Il s’agit de tombes d’adultes dont la longueur est comprise entre 1,69 et 1,88 m. Une tombe a une forme fuselée arrondie au niveau des pieds (A) ; deux encoches sont visibles sur son bord sud. Une autre tombe, quadrangulaire, est arrondie au niveau de la tête et resserrée au niveau des jambes (B). Une autre, également quadrangulaire, est fortement arrondie à la hauteur de la tête et présente à ce niveau une logette céphaliforme embryonnaire de 0,25 m de largeur et 0,03 m de hauteur (C). La dernière tombe, très régulière, est légèrement trapézoïdale (D) ; la tête est tournée vers le nord. Dans le groupe supérieur, l’une des tombes a conservé son imposant couvercle de molasse brute.

237Mobilier
Commune grise tardive

IS‑16 – Barabant

238Cimetière rupestre (haut Moyen Âge)
: 815,90 ; : 140,80 ; : 100 m ngf ; : 300 m2
Cadastre : 1990 E6 no 1286

239Historique
Site inédit découvert et relevé en février 1991 (Trément 1994 : IS‑137).

240Tombes
Quatre tombes rupestres aménagées dans de gros blocs calcaires sont visibles en bordure du chemin qui longe le rebord méridional du plateau de Barabant, dans l’épaisse végétation boisée qui dissimule probablement d’autres sépultures. Une tombe d’adulte (A) et une tombe de petit enfant (B) sont accolées sur un même bloc. Trois tombes sont orientées N‑O/S‑E (A, B, C) et une N‑S (D). Les deux tombes d’adulte mesurent 1,70 m (A) et 2,05 m (D), les deux tombes d’enfants 0,58 m (B) et 1,07 m (C). La tombe A présente une forme trapézoïdale. Étrangement, son côté est a été élargi et arrondi. Le fond de la tombe est assez fortement incliné vers l’ouest. La tombe B est parallélépipédique, mais ses extrémités sont arrondies. La tombe C présente une forme rigoureusement parallélépipédique. Une rigole est visible au nord, tandis qu’une bordure a été réservée dans la pierre au sud pour la pose du couvercle. Enfin, la tombe D présente une forme trapézoïdale. Un coussinet repose‑tête constitué d’une bande de 0,20 m de large et 0,15 m de haut a été réservé à l’extrémité sud. Le couvercle, déplacé, est constitué d’une énorme dalle brute de calcaire molassique. Une quatrième tombe, accolée à la précédente, est probablement dissimulée sous un amas de bloca il le et de végétation.

IS‑17 – Peiremalle

241Indice de site (Antiquité ?)

242Historique
La Forma (1936 : no 297A) signale au lieu dit Peiremalle : « Poterie italique et romaine ; tuiles, amphores ». Aucune prospection systématique n’a été effectuée dans ce secteur (Trément 1994 : IS‑153).

IS‑18 – L’Estagel

243Indice de site (Antiquité ?)

244Historique
La Forma (1936 : no 297A) signale : « Poterie italique et romaine ; tuiles, amphores [...] dans le vallon de Lestageou ». Aucune prospection systématique n’a été effectuée dans ce secteur (Trément 1994 : IS‑154).

IS‑19 – L’Aupière

245Rampe d’accès à une carrière littorale, embarcadère (Antiquité)
: 815,85 ; : 138,95 ; : 0/3 m ngf ; : 5 000 m2
Cadastre : 1990 CE no 35

246Historique
Site inédit découvert en février 1988 (Trément 1994 : IS‑036). B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 127‑128) ont relevé les vestiges d’ornières mais ne mentionnent pas la carrière immergée. Ils s’interrogent sur l’existence d’un « port » ou d’un « embarcadère ».

247Structures
Voie à ornières : visibles sur une cinquantaine de mètres, des ornières entaillent une rampe rocheuse large de 3,50 à 4 m environ qui longe le rivage. Régulièrement inclinée vers le nord, celle‑ci permettait de descendre progressivement de la cote 3,50 m ngf au niveau de l’étang.
Vestiges d’embarcadère : sur le bord de cette rampe, côté étang, aménagements rupestres liés à un ancien embarcadère (trois plots d’amarrage constitués de profondes et larges gorges circulaires ou triangulaires ; encoches rectangulaires de 0,30 à 0,50 m de long ; trous circulaires de 0,12 m de diamètre et plus de 0,15 m de profondeur).
Vestiges de carrière : la rampe permet d’accéder à une petite carrière visible sur une vingtaine de mètres de longueur, dont le plancher se situe aujourd’hui sous 0,20 à 0,30 m d’eau. Certains blocs taillés n’ont pas été extraits. Leur hauteur varie de 0,20 à 0,30 m.

IS‑20 – Saint‑Sulpice

248Église médiévale (fin xiexiie s. de n.è.), cimetière (Antiquité tardive/haut Moyen Âge)
: 814,20 ; : 138,65 ; : 0/5 m ngf ; : n. d.
Cadastre : 1990 CN no 5

249Historique
Sépultures découvertes en janvier 1974 par les Amis du Vieil‑Istres lors de travaux d’adduction d’eau. Fouille de sauvetage en janvier 1974. Étude architecturale de l’église et sondages archéologiques réalisés en 1977 par D. Foy en vue des travaux de restauration entrepris pour la remise en état du pavement intérieur (Trément 1994 : IS‑093).

250Sondages dans l’église
Le déblaiement de la nef a permis à D. Foy de repérer un ancien sol. Les remblais ont livré des tessons modernes, un fond de céramique médiévale verte et brune, des fragments d’enduit peint polychrome et deux monnaies. Un couvercle de sarcophage est apparu entre la nef et la chapelle gothique nord. Deux dalles ont été également exhumées, dont une de 152 x 64 x 19 cm. Trois sondages ont été effectués dans la nef. Le premier, dans l’angle sud‑ouest, est séparé en deux par un mur. Une partie a révélé un charnier, l’autre une inhumation contenant deux pièces de la fin du xiiie s. et un fragment de céramique médiévale verte et brune du xive s. Le deuxième sondage jouxte le précédent à 0,60 m. Il a permis de repérer l’élévation correspondant à la structure antérieure de l’église. On note en remploi un couvercle de sarcophage aux acrotères abîmés. Le sondage a également révélé une petite structure rectangulaire de 1,54 x 0,78 m et trois inhumations superposées, dont la plus basse reposait sur le substrat taillé en cuvette. Le troisième sondage jouxte le précédent à 0,25 m. Trois inhumations taillées dans la roche ont été observées. L’une des fosses passe sous les fondations d’un pilier. La première fosse était couverte de tegulae et bordée de dalles posées sur chant. Elle a livré un fragment de pégau. La deuxième tombe était bordée de dalles sur son seul côté ouest. Contrairement aux deux précédentes, la troisième tombe, bouleversée par la réutilisation du petit espace rectangulaire, n’a pas livré d’ossements. Selon D. Foy, il faut distinguer deux ou trois périodes d’inhumation. Les trois fosses taillées dans le safre seraient contemporaines du premier édifice, plus large que l’actuel. L’église actuelle aurait été transformée en lieu d’inhumation en cercueil à la fin du Moyen Âge. Quant au charnier découvert dans le remblai sous‑jacent au dallage, il est probablement moderne.

251Tombes
Huit tombes au moins constituées de coffrages de dalles calcaires ont été exhumées en 1974 à l’extérieur de l’église, au pied du chœur, sur le côté sud‑est de l’édifice. Elles étaient alignées parallèlement, orientées selon un axe E‑O et semblables à celles de Saint‑Martin (IS‑24). Elles ont été fouillées très sommairement par les Amis du Vieil‑Istres. Elles ne contenaient aucun mobilier. Il faut leur ajouter les deux couvercles de sarcophages à acrotères et les dalles de couverture de tombes remployés dans la maçonnerie de l’église. Tous ces indices attestent l’existence d’un cimetière de la fin de l’Antiquité ou du haut Moyen Âge, antérieur à l’église ou contemporain d’un édifice plus ancien.

IS‑21 – Le Castellan

252Oppidum (viie s. av. n.è.‑iers. de n.è.).
Bibliographie complète : Trément 1994 : IS‑002.

IS‑22 – Sainte‑Catherine

253Site (ieriie s. de n.è.)
X : 814,45 (?) ; Y : 138,65 (?) ; Z : 2 m ngf (?) ; S : n. d.
Cadastre : 1990 Cl no 1

254Historique
Site découvert par E. Aquaron (1949) en 1948 et fouillé par les Amis du Vieil‑Istres en 1949‑1950 (Informations archéologiques de Gallia, VIII, 1950 : 122‑123). Sa localisation pose problème (Trément 1994 : IS‑033).

255Structures
E. Aquaron (1949) signale l’existence de « villae gallo‑romaines » au pied de l’oppidum du Castellan (IS‑21). Il précise qu’il a pu observer « quatre appartements », des « fragments de fresques » représentant un jeu de filets, et à proximité, un seuil attenant à un bassin bétonné. Il date ces vestiges de la fin du ier s. de n.è. Il ne reste plus rien aujourd’hui de ces constructions. E. Aquaron signale à 40 m de l’entrée du tunnel de l’égout une pierre taillée en creux, probablement un seuil. À 3 m de là se trouvait un bassin en pierre endommagé. À quelques mètres en avant du tunnel, il observe un escalier monumental caractérisé par deux montants espacés de 7,50 m et qui se composent de pierres superposées faisant saillie hors de la terre de 0,90 m à 1,50 m, d’une largeur de 0,40 m et d’une hauteur moyenne de 0,30 à 0,50 m. Au niveau du haut des montants se trouvait une couche de débris de cuisine. E. Aquaron observe en coupe de l’autre côté de l’exutoire une couche de débris de cuisine qu’il dégage sur 1 ou 2 m. À côté se trouvait un bloc de 0,50 m de largeur et 0,30 m de hauteur. En 1950, une fouille est ouverte à l’entrée du tunnel. Elle s’étend sur une longueur de 22 m pour une largeur de 1,50 m. Sa profondeur est quasiment nulle car elle est adossée au flanc de l’oppidum. Un vase gallo‑romain à pâte noire lisse et à panse carénée est exhumé et reconstitué à moitié. Sont également mis au jour de nombreux fragments de lampes romaines, d’anses et de fonds d’amphores, de sigillée sud‑gauloise et de verrerie. Une seconde fouille de 25 x 1,25 m est ouverte.

256Matériaux de construction
Opus cæmenticium, peinture murale

257Inventaire du mobilier
Selon E. Aquaron, le mobilier suivant a été mis au jour « sur une longueur de 25 mètres environ, et sous une épaisseur de terre de 2 mètres ».
Paroi fine (motifs sablés, cloutés ou à pommes de pin) Sigillée gauloise (nombreux fr. lisses ou décorés comprenant surtout des formes Drag.37 tardives, mais également des tessons à décors géométriques provenant de Lezoux) Céramique indigène (vase caréné à pâte noire lisse, fr. de plats, de jarres) Amphore (nombreux fr.) Monnaie (bronze de Vespasien) Divers (figurine en terre cuite représentant un personnage barbu, fr. de lampes, dont un à motif érotique, divers objets de bronze, de fer et de verre)

IS‑23 – Toti

258Établissement (ve s. de n.è.), carrières, voies à ornières (non datées)
Xa : 815,150 ; Xb : 815,250 ; Ya : 137,500 ; Yb : 137,675 ; Z : 62 m ngf ;
S : 8 500 m2 Cadastre : 1990 CV no 25

259Historique
Site découvert en 1948 par des membres de l’association des Amis du Vieil‑Istres (Terras et al. 1949 : 18). En 1949, une autorisation de fouille est donnée à l’association par la Direction des Antiquités (Informations archéologiques de Gallia, VIII, 1950 : 122). Des prospections ont été réalisées sur le site en 1988 sans résultat (Trément 1994 : IS‑027). B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 127‑128) signalent les voies à ornières, les carrières et l’escalier rupestre.

260Structures
Vestiges d’habitat antique : les fouilleurs ont mis au jour sous 0,30 m de terre les substructions d’un édifice dont les murs en petit appareil régulier ont été dégagés sur 4 m de longueur. Ils ont également exhumé un sol recouvert d’une fine couche de ciment maigre renforcé dans les angles, ainsi qu’un seuil de porte monolithique. Le substrat a été atteint à 0,60 m.
Carrières et voies à ornières : plusieurs points d’extraction ont permis l’exploitation de la calcarénite rousse de la butte. Des tracés de voies à ornières ont également été repérés au pied du site, au nord en particulier.
Escalier rupestre : on notera au pied du site, côté nord, un escalier sommairement taillé dans le roc, large de 0,40 m et comprenant encore quatre marches, permettant d’accéder au rivage de l’étang de Berre.

261Matériaux de construction
Tegulae (assez abondantes) Marbre (1 grand morceau de marbre brut de 0,50 x 0,20 m)

262Inventaire du mobilier
Le mobilier provient essentiellement de sondages opérés vers la falaise occidentale.
Sigillée tardive estampée (grande quantité de vases et plats fragmentaires à décor de rouelles et palmettes) Céramique commune (abondante dans les sondages) Objets en céramique (1 peson de tisserand de forme pyramidale, 1 lampe à motifs géométriques) Monnaies (1 bronze d’Antonin le Pieux, 1 bronze indéterminé) Verre (1 pied de vase en verre brun clair) Pierre (1 pierre à affûter) Marbre (1 fr. de mortier à déversoir) Métal (1 lame de plomb épaisse et de grande dimension) Coquillages (pectens abondants)

IS‑24 – Saint‑Martin

263Établissement (ier s. av. n.è.‑ve s. de n.è.), édifice religieux (?), cimetière (haut Moyen Âge)
: 814,70 ; Y : 137,20 ; Z : 35 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1990 CW

264Toponymie
Le Diplôme de Conrad le Pacifique –daté de 965– mentionne les ecclesias Sancti Petri et Sancti Martini d’Istres.

265Historique
En 1947‑1948, le site est repéré par les Amis du Vieil‑Istres. En 1953 est réalisé un premier sondage. En décembre 1973, lors de l’aménagement de la voie d’accès au lycée d’enseignement technique, les vestiges d’un édifice et de plusieurs sépultures sont mis au jour puis détruits par les travaux. En août 1976, lors de l’installation d’une canalisation d’eau, de nouvelles découvertes donnent lieu à une fouille de sauvetage opérée par les Amis du Vieil‑Istres (Grenier, Reynier 1977).

266Structures
Ruines d’un édifice dans lequel les fouilleurs voient une chapelle « semblable à celle de Saint‑Michel » (IS‑14). La datation proposée, viiiexe s., n’est pas fondée archéologiquement (Trément 1994 : 15‑031).

267Sépultures
Une douzaine de tombes creusées dans le safre, entourées et couvertes de petites dalles calcaires, ne contenant qu’un seul individu reposé sur le dos, bras replié sur le thorax. Absence de mobilier funéraire. Pas d’orientation préférentielle des tombes.

268Matériaux de construction
Les fouilleurs mentionnent des « fragments de fresque »

269Inventaire du mobilier
Campanienne B (1 fr.) Sigillée gauloise (plusieurs fr. dont Drag.27, 33, 1 fr. d’assiette Drag.35 avec estampille PATRICIVS à l’intérieur) Sigillée marbrée (2 fr. dont Ritt.8, Drag.37) Claire africaine (plusieurs fr.) Sigillée tardive estampée (plusieurs fr. dont Rigoir 2, 9, 18, décors) Céramiques communes (plusieurs fr.) Amphore (2 fr.) Monnaie (bronze de Macrin) Verre (nombreux fr.) Basalte (fr. de meule) Coquillages (pectens abondants) Divers (fr. de lampes à huile « romaines » et « chrétiennes », fr. « de terre cuite jaunâtre avec moulure zoomorphe d’un côté, rosace de l’autre », objet de forme conique qui pourrait être une tuyère de soufflerie de forge)

IS‑25 – Saint‑Pierre‑de‑la‑Mer

270Site (iieve s. de n.è.)
Xa : 815,15 ; Xb : 815,20 ; Ya : 137,10 ; Yb : 137,20 ; Z : 20 m ngf ;
S : n. d.
Cadastre : 1990 CW, CX

271Historique
En 1822, découverte de monnaies de bronze aujourd’hui disparues (Villeneuve 1824 : 916 ; FOR 1936 : no 297). Le site a été détruit depuis (Trément 1994 : IS‑ 028).

272Structures
Substructions d’une habitation très dégradée, de facture assez fruste (mauvais matériaux), attenant à un bassin bétonné.

273Inventaire du mobilier
Sigillée tardive estampée (nombreux fr.) Lampe (IIIe s.) Monnaies (bronze d’Antonin le Pieux, grand bronze à légende grecque de Julia Domna, grand bronze à légende grecque de Septime Sévère, bronze de Constance)

IS‑26 – Rassuen

274Abri sous roche et ossuaire (Chalcolithique)
Xa : 813,70 ; Xb : 813,80 ; Ya : 135,70 ; Yb : 135,80 ; Z : 10/15 m ngf ;
S : n. d.
Cadastre : 1990 AB, AC, AD, AE

275Historique
Site fouillé en 1880 par A. Baux et C. de Fondouce (Castagnier 1893 : 103‑106). H. de Gérin‑Ricard (1931 : 47) signale que le mobilier exhumé est « passé en 1916 dans une collection bourguignone et notamment des boules ovoïdes d’argile blanche et fine comme du plâtre ». J. Courtin (1978 : 18) voit dans cet abri sous roche un ossuaire chalcolithique (Trément 1994 : IS‑012).

276Stratigraphie
Couche de cendres de 0,15 à 0,50 m d’épaisseur, visible sur une quinzaine de mètres de longueur, sous environ un mètre de terre végétale.

277Sépultures
Ces restes d’anciens foyers contenaient des ossements humains. Les corps étaient accompagnés d’instruments en silex et en os, de cailloux en serpentine, d’un oursin fossile et d’une variolite de la Durance.

278Foyer
Au‑dessus de l’un des corps se trouvaient de grosses pierres probablement utilisées comme foyer.

279Vestiges d’un atelier de potier
Mollettes en galets de Crau pour écraser l’argile, dalle de préparation imprégnée d’argile blanche, couche en forme de petit bassin contenant de l’argile bleue.

280Inventaire du mobilier
Céramique : de nombreux débris de poterie ont été découverts dans la couche de cendres. Plusieurs vases étaient décorés (moulures, cordons, lignes d’impressions digitées). Certains possédaient de petites anses avec, parfois, un trou de suspension.
Silex : lames, racloirs, petites pointes en silex, pointe de flèche. L’abondance des débris de silex a fait penser à un atelier de fabrication.
Instruments et objets en serpentine : plusieurs objets en serpentine (cailloux, pierre verte non taillée en forme de cœur, variolite de la Durance) entouraient les squelettes avec divers autres instruments en silex et en os, ainsi qu’un oursin fossile. Ils auraient eu une fonction rituelle. Les fouilleurs signalent également plusieurs haches en serpentine polie.
Autres instruments en pierre : percuteurs, galets de Crau utilisés comme pilons ou mollettes pour écraser l’argile.
Instruments en os : très nombreux instruments en os : lames, racloirs pour la préparation des peaux, alènes très fines.
Éléments de parure : l’un des squelettes avait un collier formé de disques en coquillages percés d’un trou ovale.
Faune : nombreux ossements animaux (cheval, bœuf, mouton, chien, cerf, sanglier, chat sauvage, rat). Coquillages (hélices, moules, patelles, vénus, huîtres, cardiums, pectens et buccins). Restes de poissons et crustacés (mâchoires de dorade, pince de crabe).

IS‑27 – La Fanfarlgoule

281Indice de site (Antiquité ?)
Cadastre : 1987 A2

282Historique
La Forma (1936 : no 291) signale : « Source au bord de la voie de Fos à Arles (?). Tuiles et poterie, à l’est de la route, autour de la ferme ». Aucune prospection systématique n’a été effectuée dans ce secteur (Trément 1994 : FO‑158).

IS‑28 – Moufette

283Établissement (vie s. av. n.è., ier s. av. n.è.– iiie s. de n.è., fin vevie s. de n.è.)
Xa : 814,100 ; Xb : 814,250 ; Ya : 135,125 ; Yb : 135,375 ;
Z : 15/17 m ngf ; S : 8 000 m2
Cadastre : 1990 AC nos 47, 55, 57, 61‑64

284Historique
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 128‑130) décrivent le réseau de voies à ornières passant à proximité du site. Les auteurs y ont ramassé « quelques tessons » et précisent que « le site est totalement supprimé par une vaste construction moderne ». Site prospecté en février 1991 (Trément 1994 : IS‑134).

285Matériaux de construction
Tegulae

286Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (19 fr. dont cordons, mamelon) Claire hellénistique (plusieurs fr.) Sigillée italique (1 fr.) Sigillée gauloise (4 fr. dont Drag.24/25, 27) Claire A (5 fr. dont Hayes 8, 23B) Africaine de cuisine (4 fr. dont Hayes 181, 196, 197) Claire B/Luisante (1 fr.) Commune claire (2 fr.) Commune gallo‑romaine (12 fr.) Commune grise (7 fr. dont B3B ?) Amphore étrusque (11 fr.) Amphore italique (20 fr.) Amphore marseillaise (7 fr.) Amphore bétique (3 fr. dont Dr.20) Amphore africaine (5 fr. dont Keay LV) Amphore orientale (1 fr. LRA2) Amphore divers (2 fr. dont 1 anse de Tibisi) Verre (2 fr.) Dolium (3 fr.) Basalte (4 fr. de meule) Scories (7 dont 1 dense)

IS‑29 – Le Vieux Moulin

287Station préhistorique (Néolithique, Chalcolithique)
X : 812,20 ; Y : 134,60 ; Z : 6,80 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1990 G2

288Historique
Une occupation préhistorique est attestée par les ramassages de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. H. Rolland (1951 : 34 et no 6) signale une station néolithique (et peut‑être chalcolithique) aux « Vieux Moulins, [...] sur les pentes autour des moulins et vers la ferme de Fanfarigoule ». Prospection systématique effectuée sans résultat en mai 1991 dans ce secteur (Trément 1994 : IS‑147).

289Mobilier
Le mobilier se compose selon H. Rolland de « lames, racloirs, etc. » et d’une « minuscule hache polie ».

IS‑30 – Lavalduc

290Abri sous roche ? (Néolithique final, Chalcolithique), établissement (fin vieve s. av. n.è., fin ier s. av. n.è.‑vie s. de n.è.), tombes rupestres (haut Moyen Âge), carrière (Antiquité ?)
Xa : 812,35 ; Xb : 812,65 ; Ya : 134,30 ; Yb : 134,70 ; Z : –1/+ 13 m ngf ; S : 10 000 m2

291Cadastre : 1990 G2 nos 272‑276, 294, 303, 520

292Historique
Ramassages de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. H. Rolland (1951 : 34, nos 4‑5) signale une station néolithique (et peut‑être chalcolithique) à Lavalduc, « au nord de l’étang, sur les pentes sud et est de la cote 41 » (cote erronée). Site prospecté par G. Amar et les Amis du Vieil‑Istres qui y signalent une grotte épipaléolithique. Site découvert en prospection systématique en avril 1991 (Trément 1994 : IS‑095).

293Structures
Abri sous roche orienté au sud vers l’étang de Lavalduc. Une vasque ovale (0,66 x 0,54 m) avec écoulement taillée dans un bloc d’éboulement a été repérée sur le petit replat boisé qui domine le champ.

294Tombes
Deux tombes rupestres d’adultes ont été repérées sur le flanc est de la butte rocheuse. Elles ont été aménagées dans un gros bloc d’effondrement du banc molassique. Parallèles, espacées de 0,30 m et fortement inclinées vers l’est, du fait du basculement du rocher, elles sont orientées selon un axe N‑O/S‑E, imposé par la configuration du bloc. De dimensions comparables (1,88 m), ces deux tombes diffèrent par leur morphologie : l’une, au sud, présente une forme parallélépipédique (A) ; l’autre, au nord, est trapézoïdale (B).

295Carrière
Nombreux fronts de taille liés à une ancienne carrière au sommet de la butte.

296Matériaux de construction
tegulae

297Inventaire du mobilier
Le matériel est concentré sur le versant méridional de la butte.
Modelée préhistorique (18 fr.) Campanienne A (1 fr.) Campanienne B (1 fr.) Sigillée italique (6 fr. dont Goud.18) Céramique italique (1 fr.) Paroi fine (1 fr.) Sigillée gauloise (6 fr.) Claire A (2 fr.) Africaine de cuisine (5 fr. Hayes 196A, 197) Claire B (1 fr. Lamb.2) Luisante (3 fr.) Claire D (5 fr. dont Hayes 63) Sigillée tardive estampée (2 fr.) Commune claire (17 fr.) Commune engobée (3 fr. dont Lamb.9) Commune oxydante siliceuse (27 fr. dont A1, A2/3 de ComOM, A4 de ComEM) Commune grise (7 fr. dont A6) Commune brune (10 fr.) Commune réductrice (1 fr.) Pégau (2 fr.) Amphore étrusque (8 fr. dont Py 4) Amphore gréco‑italique de tradition rhodienne (1 fr. Dr.2/3/4) Amphore italique (57 fr. dont Dr.1A) Amphore marseillaise (4 fr.) Amphore tarraconaise (2 fr.) Amphore bétique (15 fr. dont Dr.7/11, 19/20, 20) Amphore gauloise (6 fr.) Amphore africaine (35 fr.) Amphore orientale (1 fr. LRA2) Amphore divers (1 fr.) Dolium (5 fr.) Verre (1 fr. Isings 111) Basalte (3 fr. de meule) Scorie (1 fr.) Silex (8 éclats)

IS‑31 – Rassuen

298Carrière (iie s. av. n.è.‑iiie s. de n.è.)
Xa : 812,975 ; Xb : 813,025 ; Ya : 134,700 ; Yb : 134,800 ; Z : 30/32 m ngf ;
S : 5 500 m2
Cadastre : 1990 G2 no 334

299Historique
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 130‑132) décrivent un réseau complexe de voies à ornières. Ils évoquent une « véritable gare de triage », avec des « voies de garage ». Ils supposent qu’« il s’agit peut‑être d’un réseau d’attente des charrettes apportant le sel à l’usine de Rassuen pour la fabrication de la soude ». Les auteurs mentionnent également des carrières, qui se situent au nord de celle qui est présentée ici. Ils signalent : « Près de l’usine, une anse d’amphore antique non identifiée. Autres fragments d’amphores non identifiées sur la voie à ornières vers Citis ». Site découvert en prospection systématique en mai 1991 (Trément 1994 : IS‑099).

300Structures
Nombreux fronts de taille. Deux trous de poteaux espacés de 2 m.

301Inventaire du mobilier
Commune claire (1 fr.) Modelée (4 fr.) Amphore italique (75 fr. dont Républicaine I, Dr.1A, 1C ?) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore Pascual 1 (1 fr.?) Amphore tarraconaise (1 fr.?) Amphore bétique (4 fr.?) Amphore gauloise (2 fr. dont Dr.2‑4 ?) Amphore africaine (13 fr.) Amphore tardive (1 fr. Bas‑Empire ?) Amphores divers (8 fr.) Dolium (1 fr.) Basalte (1 fr. de meule) Pierre (1 pointe tournée) Scorie (3 denses)

IS‑32 – Rassuen

302Site (vie s. av. n.è., iieier s. av. n.è./ier s. de n.è.)
Xa : 813,80 ; Xb : 813,90 ; Ya : 134,75 ; Yb : 134,85 ; Z : 15 m ngf ;
S : 5 000 m2
Cadastre : 1990 AB nos 16‑18, 42‑43

303Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1991 (Trément 1994 : IS‑094).

304Inventaire du mobilier
Commune oxydante (1 fr.) Commune brune (2 fr.) Modelée (3 fr.) Amphore étrusque (1 fr. Py 3) Amphore italique (12 fr. dont Dr.1A) Amphore tarraconaise (1 fr.) Amphore gauloise (1 fr.) Dolium (2 fr.) Basalte (1 fr. de meule)

IS‑33 – Saint‑Verran

305Établissement (vieve s. av. n.è., iervie s. de n.è.)
Xa : 814,075 ; Xb : 814,275 ; Ya : 134,550 ; Yb : 134,800 ; Z : 17 m ngf ;
S : 10 000 m2
Cadastre : 1990 G2 nos 386‑390, 400‑402, 409

306Toponymie
Dès 1054, la chapelle Saint‑Verran paraît avoir appartenu au territoire d’Istres (Albanès 1901, III, no 389, coll. 164‑165). L’emplacement de la chapelle aujourd’hui disparue est donné par un texte de 1551 (Archives communales de Saint‑Mitre, DD1). Un mémoire de l’abbé Couture, curé de Miramas vers 1783, précise : « Il ne reste de l’église qu’une muraille sur pied, le reste est renversé » (Bibliothèque d’Arles, ms. 107 : 106).

307Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1991 (Trément 1994 : IS‑133).

308Matériaux de construction
Tegulae (4 fr.) Briques de chauffage (4 fr.)

309Inventaire du mobilier
Sigillée italique (3 fr. dont Goud.32 ?) Paroi fine (2 fr.) Sigillée gauloise (20 fr. dont Drag.4/22/23, 11, 30, 37) Claire A (14 fr. dont Hayes 9, 14/16, 19/20/23, 23B) Africaine de cuisine (11 fr. dont Hayes 196A, 196B, 197) Claire B/Luisante (4 fr. dont Lamb.8, lampe) Claire C (1 fr.) Commune engobée (6 fr.) Commune claire (7 fr.) Commune oxydante siliceuse (18 fr.) Commune grise (3 fr.) Commune brune (7 fr.) Modelée (29 fr.) Amphore étrusque (43 fr. dont Py 3, 4) Amphore italique (22 fr. dont Dr.1C) Amphore marseillaise (16 fr.) Amphore gauloise (28 fr. dont G4, G5) Amphore romaine à huile (3 fr.) Amphore africaine (31 fr. dont Keay LVIIB) Amphore divers (21 fr.) Dolium (31 fr.) Coquillages (huîtres, pectens) Scories (10 dont 7 denses ; 2 scories denses de grande dimension)

IS‑34 – La Pinède

310Établissement (Néolithique final, âge du Bronze ?, vieve s. av. n.è., ieriie s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 814,375 ; Xb : 814,550 ; Ya : 134,650 ; Yb : 134,800 ;
Z : 25/30 m ngf ; S : 9 000 m2
Cadastre : 1990 DN nOS 25‑27, 29, 32

311Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1991 (Trément 1994 : IS‑135).

312Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (235 fr. dont mamelons, cordon) Céramique attique (1 fr.) Campanienne B (1 fr.) Paroi fine (1 fr.) Sigillée gauloise (9 fr. dont Drag.27, 37) Claire A (1 fr.) Claire B/Luisante (1 fr.) Sigillée tardive estampée (5 fr. dont Rigoir 1/2/3 ?, 4) Commune claire (7 fr.) Commune oxydante (3 fr.) Commune brune (2 fr.) Commune grise tardive (58 fr. dont A4, A5) Commune gallo‑romaine (2 fr.) Amphore étrusque (37 fr. dont Py 3) Amphore italique (2 fr.) Amphore tarraconaise (1 fr.) Amphore bétique (3 fr. dont Dr.20) Amphore gauloise (6 fr. dont G4) Amphore africaine (17 fr. dont Keay XXXVA) Amphore orientale (3 fr. dont LRA2) Amphore divers (7 fr.) Dolium (3 fr.) Basalte (7 fr. de meule) Métal (1 fr. de bronze en forme de bord de manche de cuillère décoré) Scories (15 dont 2 denses) Coquillages (huîtres, pectens) Matériel lithique (1 hache en pierre polie, 1 éclat conchoïdal, éclats de silex)

IS‑35 – La Pinède

313Site ou épandage (vie s. av. n.è., ieriie s. de n.è., ve s. de n.è.)
Xa : 814,90 ; Xb : 815,10 ; Ya : 134,65 ; Yb : 134,65 ; Z : 30 m ngf ; : 30 000 m2
Cadastre : 1990 DN nos 18‑23

314Historique
Site inédit découvert en prospection en février 1988 (Trément 1994 : IS‑057).

315Matériaux de construction
2 fr. de tegulae

316Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (1 fr.) Commune claire (1 fr.) Commune oxydante (1 fr.) Commune grise (1 fr.) Commune brune (2 fr.) Amphore étrusque (1 fr.) Amphore bétique (1 fr. Dr.19/20) Amphore africaine (3 fr. dont Keay XXVIII) Dolium (1 fr.) Scorie (1 dense)

IS‑36 – Lavalduc

317Sarcophages (Bas‑Empire)
X : 812,45 ; Y : 134,20 ; Z : – 2,5/+ 5 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1990 G2 nos 289, 292, 686‑687

318Historique
Découverte fortuite d’un sarcophage dans le virage de Lavalduc, lors de travaux agricoles, en août 1984. Le sarcophage est déposé dans le hangar des services techniques de la municipalité de Saint‑Mitre‑les‑Remparts (Trément 1994 : IS‑047). D’autres sarcophages auraient été découverts dans ce secteur. B. Bouloumié (1984 : 76) signale la découverte d’un sarcophage entier à la cote – 8 m ngf, qui est actuellement exposé dans le parc de l’Hauture à Fos‑sur‑Mer.

319Sarcophage
Cuve de sarcophage monolithique de 2,02 m de long, 0,71 m de large et 0,64 m de haut taillée dans du calcaire blanc. L’épaisseur des parois varie de 0,10 à 0,12 m. Le sarcophage se trouvait à 2 ou 3 m sous terre, soit à la cote –5/–6 m ngf approximativement. Il a été endommagé lors de son dégagement à la pelle mécanique. Son couvercle a disparu. Le squelette est conservé à l’intérieur.

IS‑37 – Daguin

320Cimetière rupestre (haut Moyen Âge)
X : 812,80 ; Y : 134,10 ; Z : – 2/– 3 m ngf ; S : 100 m2
Cadastre : 1990 G2 nos 442‑443

321Historique
Découvertes de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. Les auteurs de la Forma (1936 : no 296A) notent : « À Daguin, sur le versant sud de la colline, station néolithique et amphores romaines ; bloc avec cupule : doc. Maumet ». Site prospecté en février 1988 (Trément 1994 : IS‑039).

322Tombes
Sept tombes rupestres sont aménagées dans des blocs d’effondrement molassiques. Quatre tombes sont groupées à peu près parallèlement sur un même rocher (A, B, C, D). De dimensions importantes (1,76 à 1,90 m), elles sont à la fois inclinées et orientées vers l’est. Trois d’entre elles (A, B, D) ont une forme parallélépipédique régulière, légèrement resserrée au niveau des pieds ; les parois de la quatrième (C) sont parallèles, mais les extrémités arrondies. Une des tombes (A) présente deux encoches taillées à l’extérieur, au niveau de la tête. Dans une autre (B), les ossements étaient encore en place, sous les lambeaux d’un niveau de tuiles plates. Une cinquième tombe d’adulte (E) a été repérée à l’ouest de ce groupe, sur un bloc isolé dont la configuration a imposé son orientation N‑E/S‑O. Longue de 1,70 m, elle présente une forme ovale. Le centre de la nécropole est occupé par deux tombes d’enfants de 0,80 et 1,06 m de long et d’axe N‑E/S‑O. La plus petite (F) est ovale du côté de la tête, carrée au niveau des pieds. La plus grande (G), au sud, est resserrée aux pieds.

IS‑38 – Daguin

323Site (Néolithique final, ier s. av. n.è./iiieive s. de n.è.)
Xa : 813,00 ; Xb : 813,10 ; Ya : 134,20 ; Yb : 134,30 ; Z : 10 m ngf ; S : 3 000 m2
Cadastre : 1990 G2 no 324

324Historique
Ramassages de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. La Forma (1936 : no 296A) indique : « À Daguin, sur le versant sud de la colline, station néolithique et amphores romaines ; bloc avec cupule : doc. Maumet ». H. Rolland (1951 : 34 n.4‑5) signale des découvertes de silex néolithiques à Lavalduc. Site découvert en prospection systématique en mai 1991 (Trément 1994 : IS‑097).

325Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (10 fr. Néolithique final) Céramique italique (1 fr.) Sigillée gauloise (3 fr. dont Drag.33) Claire A (1 fr. Hayes 23A) Africaine de cuisine (3 fr. dont Hayes 185, 196A) Luisante (1 fr. Lamb.2) Commune claire (7 fr.) Commune oxydante (8 fr.) Commune brune (3 fr.) Amphore italique (5 fr. dont Dr.1) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore bétique (4 fr. dont Dr.20) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore africaine (17 fr.) Amphore divers (2 fr.) Basalte (3 fr. de meule) Matériel lithique (5 fr.)

IS‑39 – Abri Capeau

326Série d’abris sous roche épi paléolithiques, mésolithiques, chalcolithiques (Romanello‑Valorguien, Montadien, Chalcolithique)
X : 813,25 ; Y : 134,35 ; Z : 30 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1990 G2 no 325

327Historique
Site découvert par M. Michon et fouillé par les Amis du Vieil‑Istres dans les années 60 sous la direction de M. Escalon de Fonton.

328Structures
Série d’abris sous roche d’axe est‑ouest, alignés sur une centaine de mètres et orientés vers le sud. Les fouilles ont porté sur un abri ouvert au sud, particulièrement bien conservé sous un énorme bloc d’effondrement du surplomb. La stratigraphie, élémentaire, n’a révélé qu’une seule couche d’occupation en place. Bibliographie complète : Trément 1994 : IS‑066.

IS‑40 – Capeau

329Carrière (deuxième âge du Fer ?, Antiquité ?)
Xa : 813,250 ; Xb : 813,350 ; Ya : 134,325 ; Yb : 134,375 ;
Z : 35/38 m ngf ; S : 2 500 m2
Cadastre : 1990 G2 no 334

330Historique
Découvertes de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. La Forma (1936 : 296A) indique : « À Daguin, sur le versant sud de la colline, [...] bloc avec cupule : doc. Maumet ». Site découvert en prospection systématique en mai 1991 (Trément 1994 : IS‑098).

331Structures
Plusieurs fronts de taille, dont un module détaché. Trois négatifs d’extraction de colonnes. Peut‑être l’un de ces éléments correspond‑il au bloc à cupule signalé dans la Forma ?

IS‑41 – Vigne Gaste

332Épandage lié soit à un entrepôt d’amphores, soit à un dépotoir provenant peut‑être de l’agglomération de Saint‑Biaise (iieier s. av. n.è.)
Xa : 813,52 ; Xb : 814,00 ; Ya : 134,00 ; Yb : 134,70 ; Z : 12/19 m ngf ; S : 120 000 m2
Cadastre : 1990 G2 nos 339‑361, 410‑411

333Historique
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 131‑133) signalent des « fragments d’amphores non identifiées sur la voie à ornières vers Citis » et figurent un site sans plus de précision sur la carte de ce secteur. Zone prospectée en février 1991 (Trément 1994 : IS‑130).

334Inventaire du mobilier
Ramassage sélectif. L’abondance, la nature et la dispersion du matériel sur une très vaste superficie restent sans explication.
Amphore gréco‑italique et/ou italique (1 278 fr. dont 34 lèvres gréco‑italiques et/ou Dr.1A, 1 lèvre Dr.1 B, 16 lèvres Dr.1C, 1 lèvre Dr.2‑4, 4 lèvres indéterminées, 3 fr. de col, 19 attaches supérieures, 31 attaches inférieures, 66 fr. d’anses, 8 épaulements, 12 pointes massives, 11 pieds cylindriques)

IS‑42 – Vigne Gaste

335Établissement (vie s. av. n.è., ier s. av. n.è.– vie s. de n.è.)
Xa : 813,52 ; Xb : 813,75 ; Ya : 134,00 ; Yb : 134,20 ; Z : 15/16 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1990 G2 nOS 340‑350

336Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1991 (Trément 1994 : IS‑131).

337Matériaux de construction
Tegulae (quelques rares fr.) Torchis (4 fr.)

338Inventaire du mobilier
Céramique italique (5 fr.) Sigillée gauloise (3 fr. dont Drag.27, 29) Claire A (1 fr.) Claire D (3 fr. dont Hayes 77, 99) Commune claire (8 fr.) Commune oxydante (4 fr.) Commune grise (5 fr. dont A4, A6) Commune brune (3 fr.) Modelée (13 fr.) Amphore étrusque (3 fr.) Amphore marseillaise (6 fr.) Amphore italique (voir IS‑41) Amphore romaine à huile (1 fr. Lamb.2) Amphore tarraconaise (8 fr. dont Dr.2‑4) Amphore bétique (6 fr. dont Dr.20) Amphore à saumure hispanique (3 fr. Dr.7‑11) Amphore gauloise (5 fr.) Amphore africaine (52 fr. dont Keay VII, XI, XXV/XXXV, XXXVB, LVIB, LVIIB, LXI, LXII, pointe de petit spathéion très tardif à pâte rosée et couverte jaune) Amphore orientale (1 fr.) Amphore divers (8 fr.) Dolium (31 fr.) Basalte (6 fr. de meule) Scorie (6 dont 2 denses) Fusaïole (1 demi‑fusaïole en terre cuite)

IS‑43 – Capeau

339Indice de site (Néolithique final, iie s. av. n.è.‑iiie s. de n.è.)
Xa : 813,400 ; Xb : 813,500 ; Ya : 134,050 ; Yb : 134,125 ; Z : 12 m ngf ; S : 6 000 m2
Cadastre : 1990 G2 no 330

340Historique
Découvertes de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. La Forma (1936 : no 296A) indique : « À Daguin, sur le versant sud de la colline, station néolithique et amphores romaines ; bloc avec cupule : doc. Maumet ». Site découvert en prospection systématique en mai 1991 (Trément 1994 : IS‑096).

341Matériaux de construction
2 fr. de tegulae

342Inventaire du mobilier
Modelée (4 fr. dont Néolithique final) Céramique italique (2 fr.) Claire A (1 fr. Hayes 3B) Africaine de cuisine (1 fr. Hayes 196A) Commune claire (3 fr.) Commune oxydante (2 fr.) Commune grise (1 fr.) Commune brune (2 fr.) Amphore italique (19 fr. dont Dr.1A) Amphore bétique (1 fr.) Amphore gauloise (2 fr.) Amphore africaine (4 fr.) Amphore divers (1 fr.) Dolium (1 fr.) Matériel lithique (1 lamelle, 1 nucléus)

IS‑44 – Tour d’Aix

343Villa ou gros établissement (ier s. av. n.è.– vie s. de n.è.)
Xa : 813,90 ; Xb : 814,10 ; Ya : 134,00 ; Yb : 134,20 ; Z : 18/19 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1990 G2 nos 418, 422, 428‑429, 432, 434

344Historique
Les auteurs de la Statistique (Villeneuve 1824 : 916), repris par ceux de la Forma (1936 : no 296A), notent la découverte, à Saint‑Véran, de « deux monnaies d’Honorius ». B. Bouloumié (1980 : 9) écrit : « Au lieu‑dit Tour d’Aix, on a repéré des traces d’une antique installation d’époque romaine ». Plus loin : « Près de Saint‑Blaise, au bord de l’étang de Citis, de nombreux documents de céramiques permettent de supposer qu’il y avait là une de ces fermes romaines, au lieu‑dit Tour d’Aix » (Bouloumié 1980 : 56). B. Bouloumié (1984 : 74) précise ultérieurement : « Au nord de l’étang, au lieu‑dit Tour d’Aix, on trouve en quantité de la céramique d’époque romaine (tuiles, sigillées) et du haut Moyen Âge. Il semblerait qu’une villa ait été implantée à cet endroit (peut‑être une usine à saumure ?), malgré la nature marécageuse du sol et l’abondance insupportable des moustiques ». B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 131‑133) reprennent : « Au lieu‑dit "La Tour d’Aix”, nous avons trouvé une grande quantité de morceaux de céramique en divers endroits. Ce site semble étendu et important, grosse villa (?), hameau de plusieurs maisons (?) ». En contrebas, en bordure nord de l’étang de Citis, dans un secteur immergé, les auteurs notent : « Au nord du chemin (voie à ornières noyée par l’étang), tuiles, anse d’amphore, pierres provenant de constructions sans doute antiques ». Site prospecté en février 1991 (Trément 1994 : IS‑132).

345Matériaux de construction
Tegulae (abondantes) Enduit peint (1 fr. rouge) Torchis (1 fr.) Pierres (nombreuses)

346Inventaire du mobilier
Modelée (27 fr.) Campanienne A tardive (1 fr.) Campanienne B (1 fr.) Céramique italique (13 fr.) Céramique à vernis rouge pompéienne (1 fr.) Paroi fine (3 fr.) Sigillée gauloise (50 fr. dont Ritt.9, Drag.27, 30, 35/36, 37) Claire A (26 fr. dont Hayes 23, 23B) Africaine de cuisine (19 fr. dont Hayes 196A, 196B, 197) Claire B/Luisante (9 fr. dont Lamb.1/3, 2/37, 4/36, 8) Claire D (1 fr. Hayes 87B) Sigillée tardive estampée (plusieurs fr. selon B. Bouloumié et J. Soyer) Commune engobée (5 fr.) Commune claire (36 fr.) Commune oxydante siliceuse à gros dégraissant calcaire (43 fr. dont A3, B4 de ComOM, A1 B, A4 de ComEM) Commune oxydante (16 fr.) Commune brune siliceuse à gros dégraissant calcaire (22 fr. dont A1, A2, A3, A4 de ComOM, A4 de ComEM) Commune grise (59 fr. dont A4, A6, L1/2) Amphore marseillaise (6 fr.) Amphore italique (voir IS‑41) Amphore bétique (8 fr.) Amphore à saumure hispanique (3 fr. Dr.7‑11) Amphore léétanienne (1 fr.) Amphore tarraconaise (5 fr.) Amphore gauloise (47 fr. dont G4, G5) Amphore africaine (57 fr. dont Keay LV, LVII, LXIIA) Amphore orientale (3 fr. LRA1) Amphore divers (22 fr.) Dolium (102 fr.) Basalte (4 fr. de meule) Scories (13 dont 7 denses)

Martigues

MA‑1 – L’Escaillon

347Site (fin ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è., ve s. de n.è.?)
X : 819,15 ; Y : 129,55 ; Z : 55 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1983 BH no 74

348Historique
Prospection systématique en février 1988 (Trément 1994 : MA‑052).

349Matériaux de construction
Tegulae

350Inventaire du mobilier
Sigillée italique (3 fr.) Sigillée gauloise Claire A (fr.) Claire D (1 fr. Hayes 61 ?) Commune oxydante (1 fr.) Commune grise (1 fr.) Modelée (2 fr.) Amphore (1 fr.) Dolium (1 fr.) Scorie (1 fr.)

MA‑2 – Saint‑Macaire

351Établissement agricole (fin ier s. av. n.è.– début iie s. de n.è.)
X : 817,90 ; Y : 128,25 ; Z : 75 m ngf ; S : 4 000 m2
Cadastre : 1983 BL nos 127‑128

352Toponymie
La carte de Cassini signale une chapelle rurale dédiée à Saint‑Macaire.

353Historique
Le site est mentionné par la Forma (1973 : no 169). Prospection d’A.‑M. Vigoureux (1973 : no 2). Ramassage systématique en janvier 1988 (Trément 1994 : MA‑007).

354Matériaux de construction
Tegulae et imbrices (plusieurs centaines de fr. de grande taille) Enduit peint (quelques fr. rouges) Opus caementicium (quelques fr.)

355Inventaire du mobilier
Mobilier remarquable par sa qualité de conservation.
Sigillée italique (4 fr. dont Goud.25/37, 38) Céramique à vernis rouge pompéienne (1 fr.) Paroi fine (4 fr.) Sigillée gauloise (53 fr. dont Drag.18/31, 24/25, 27, 32 ?, 33, 35/36, 37, Ritt.8 ?, Herm.31 ?, estampille fragmentaire [... RI...] et [I...]) Claire A (14 fr. dont Hayes 8, 23A, 19/20/23) Africaine de cuisine (5 fr. dont Hayes 196A, 197) Commune claire (8 fr.) Commune oxydante (9 fr.) Commune brune (2 fr.) Commune noire peignée (10 fr.) Modelée réductrice (2 fr.) Amphore gréco‑italique de tradition rhodienne (1 fr. Dr.2/3/4) Amphore italique (3 fr. dont Dr.1B, 2‑4) Amphore tarraconaise (3 fr.) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore Pascual 1 (2 fr.) Amphore gauloise (7 fr. dont G4) Amphore divers (7 fr.) Dolium (nombreux fr.) Basalte (3 fr. de meule)

MA‑3 – Barboussade

356Établissement (fin ier s. av. n.è.‑iie s. de n.è.?)
X : 819,30 ; Y : 128,65 ; Z : 30 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1988 BC no 714

357Historique
Site découvert par C. Di Puma au début des années 80 avant sa destruction lors de l’aménagement du stade Julien‑Olive (Trément 1994 : MA‑046).

358Matériaux de construction
Nombreux fr. de tegulae

359Mobilier
Sigillée italique, gauloise, claire africaine, commune gallo‑romaine, grise.

MA‑4 – Cantoperdrix

360Établissement (fin ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è.)
X : 819,850 ; Y : 128,125 ; Z : 35 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1993 AY

361Historique
Le site, découvert par A.‑M. Vigoureux en mars 1973 (no 4), a été détruit depuis (Trément 1994 : MA‑040).

362Structures
A.‑M. Vigoureux signale « une suite de belles pierres taillées ».

363Inventaire du mobilier
Inventaire dressé par A.‑M. Vigoureux.
Sigillée italique (2 fr.) Commune oxydante (nombreux fr.) Commune grise (nombreux fr.) Matériel lithique (1 pointe de flèche en pierre grise polie)

MA‑5 – Tholon

364Villa ? Vicus ? (ier s. av. n.è./vevie s. de n.è.)
X : 820,50 ; Y : 128,25 ; Z : 6 m ngf ; S : 40 000 m2
Cadastre : 1983 Z4 nos 17‑18, 303‑308

365Toponymie
Une Ecclesia s. Trinitatis de Tullone est signalée en 1213. Ses fondations seraient encore visibles selon A.‑M. Vigoureux (1973 : no 3).

366Historique
La Forma (1936 : no 169A) signale au lieu‑dit Tholon, « à la source, à 1 500 m au nord de la route de Martigues, poterie sigillée, amphores, tuiles très abondantes ». En 1956, le Dr Beaucaire et Me Michon repèrent des murs en petit appareil à 0,80 m de profondeur (Informations archéologiques de Gallia, XIV, 1956 : 224). En 1964 a lieu une fouille de sauvetage sur une superficie globale de 4 ha (Informations archéologiques de Gallia, XXII, 1964 : 585‑586). Les sondages de reconnaissance réalisés en 1992 n’ont donné aucun résultat (Chausserie‑Laprée 1992 : 147). Site non prospecté (Trément 1994 : MA‑037).

367Structures
Murs en petit appareil, conservés sur une hauteur de 2 m, recouverts par endroit de stucs à décor floral bleu, rouge, noir et blanc.

368Mobilier
Campanienne, sigillée italique et gauloise, paroi fine, grand plat à cercles concentriques de sigillée claire D, lampes à bec d’enclume, as de Nîmes au crocodile.

MA‑6 – Campeu

369Site (fin ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è.)
X : 816,90 ; Y : 126,65 ; Z : 28 m ngf ; S : 1 000 m2
Cadastre : 1988 BV no 44

370Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en avril 1989 (Trément 1994 : MA‑089).

371Matériaux de construction
Tegulae (2 crochets) Sole de four (1 fr. peigné sur une face)

372Inventaire du mobilier
Céramique italique (1 fr.) Sigillée gauloise (2 fr.) Commune claire (1 fr.) Commune grise (1 fr.) Modelée (2 fr.) Amphore italique (1 fr Dr.1) Amphore bétique (1 fr. Dr.20) Amphore gauloise (1 fr.) Dolium (6 fr.) Vase ollaire (1 fr. tourné) Peson (1 fr. taillé dans une tégula)

MA‑7 – L’Abion

373Habitat palafitte (Bronze final IIIb, premier âge du Fer)
Xa : 818,35 ; Ya : 126,10 ; Z : 0 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1983 BW no 281

374Historique
Site découvert en 1981. Ramassages de surface et sous l’eau de T. Legros et J. Courtin (1988 ; 21‑22). Matériel étudié par T. Legros (1982 ; 1985) dans le cadre d’une maîtrise. B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 121) précisent que « les prospections attentives d’A. et M. Duino viennent de confirmer le rôle fondamental de la passe pour la pénétration des produits méditerranéens vers l’étang et l’intérieur de la Provence : le bucchero nero, l’amphore étrusque et la céramique grecque (corinthienne et grise à couverte noire) y sont associés ». Ramassage sélectif en février 1988 (Trément 1994 : MA‑034).

375Matériaux de construction
Pieux de pilotis en bois ?, fragments de torchis à clayonnage

376Inventaire du mobilier
Le matériel est concentré sur une centaine de mètres en bordure du rivage. Le site, en partie immergé au sud et détruit au nord par l’aménagement de la station d’épuration, est progressivement rongé par le sapement continu de la berge. Aucune structure en place n’a été repérée. Une seule couche d’occupation est apparue. Plusieurs pieux en bois exhumés sur le site pourraient appartenir à l’ensemble. C. Di Puma signale également la présence de matériel du Bronze final sur la rive sud du chenal de Caronte, en regard du site de l’Abion.
Céramique du Bronze final IIIb Très nombreux fragments de plats, couvercles, coupes, jattes, urnes décorés de cannelures, d’incisions en chevrons ou épis, de motifs géométriques noirs. Un rapide ramassage de surface nous a donné 120 fragments de céramique parfaitement conservée, dont 45 fragments de bords de formes assez variées et 15 fonds plats. Plusieurs types de pâte apparaissent : pâte d’un noir profond lustré, fine, à dégraissant blanc très fin ; pâte plus épaisse à dégraissant blanc calcaire ; pâte grossière, épaisse, de teinte grise ou brune tirant sur le rouge, à très gros dégraissant blanc calcaire et lissage externe. Plusieurs types de décor : fines rainures doubles incisées constituant des motifs géométriques (5 fr.) ; rainure double surmontée d’une ligne parallèle de pointillés (1 fr.) ; rangées de chevrons verticaux et rapprochés (3 fr.) ; impressions digitées sur panse (4 fr.) ou rebord (2 fr.) ; motif complexe à base de rainures doubles incisées formant des lignes brisées (1 fr.) Amphore étrusque Matériel lithique (chailles, éclats grossiers) Mobilier divers (poids de filets, fusaïoles, sole de four, herminettes en roche verte, meule en basalte, vestiges ligneux) Faune (porc, mouton, bovidé, cerf, sparidé)

MA‑8 – Salins de Ferrières

377Habitat palafitte (Bronze final IIIb, premier âge du Fer)
X : 819,40 ; Y : 126,25 ; Z : – 2/0 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1983 AN no 8‑11

378Historique
Site découvert en octobre 1980 par J.‑L. Jouanaud en bordure du chenal de Caronte. Un premier sondage dirigé par G. Sauzade montre que le site s’étend sous 1 à 2 m d’eau. De 1980 à 1982, ramassages systématiques de J. Courtin (1988 : 21‑22), T. Legros (1982 ; 1985) puis J. Échallier. B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 121) précisent que « les prospections attentives d’A. et M. Duino viennent de confirmer le rôle fondamental de la passe pour la pénétration des produits méditerranéens vers l’étang et l’intérieur de la Provence : le bucchero nero, l’amphore étrusque et la céramique grecque (corinthienne et grise à couverte noire) y sont associés ». La surveillance de la pose d’une canalisation dans le chenal de Caronte en septembre‑octobre 1992 n’a apporté aucun indice supplémentaire (Trément 1994 : MA‑023).

379Inventaire du mobilier
Le matériel est concentré sur une cinquantaine de mètres de long et une dizaine de mètres de large en bordure du rivage. Aucune structure en place n’a été repérée. Une seule couche d’occupation est apparue. Des pieux en bois exhumés sur le site pourraient appartenir à l’ensemble.
Céramique du Bronze final IIIb (nombreux fr. de plats, couvercles, coupes, jattes, urnes décorés de cannelures, d’incisions en chevrons ou épis, de motifs géométriques ; 1 anse du type Polada) Amphore étrusque Mobilier divers (poids de filet, fusaïoles, petite hache carrée en bronze, 2 meules en basalte) Faune (porc, mouton, bovidé, cerf, sparidé)

MA‑9 – Île de Martigues

380Villages protohistoriques (veier s. av. n.è.).
Description dans le texte.
Bibliographie complète : Trément 1994 : MA‑003.

MA‑10 – Ferrières

381Hache à bords droits (Bronze ancien‑moyen)

382Historique
J. Courtin (1978 : 21, 26‑28, fig. 17) signale cette hache dont la découverte est probablement ancienne. Il donne une description précise de l’objet, dont l’origine exacte n’est pas connue : il proviendrait du quartier de Ferrières. Il s’agit d’une hache de bronze à bords droits de 20 cm de long et 8 cm de large au côté du plus grand tranchant. Son épaisseur maximale atteint 1,9 cm. Ce type de hache est daté de la fin du Bronze ancien ou de la phase initiale du Bronze moyen. C’est l’un des rares objets métalliques connus en basse Provence pour cette époque. Il en existe un moulage au muséum de Marseille (Trément 1994 : MA‑065).

Port‑de‑Bouc

PB‑1 – Castillon

383Oppidum de type éperon barré (viieve s. av. n.è.), réoccupation ponctuelle (iieier s. av. n.è.)
X : 813,95 ; Y : 130,50 ; Z : 57 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1988 C4 nos 156, 653

384Toponymie
Castillon dérive de castellum.

385Historique
E. Masse (1859 : 233) écrit : « Au‑dessus du Pourra, mais en laissant un assez large intervalle entre l’extrémité septentrionale du camp et le bord des précipices, s’élève une muraille en pierres sèches non moins épaisse que celle de la Valentoulen, mais beaucoup mieux conservée ». I. Gilles (1887 : 491‑492) confirme : « Le Castillon est un petit castellum qui commence au‑dessus de la Valentoulen ; on y voit les vestiges d’une large muraille qui paraîtrait n’avoir garanti qu’un terrain aride dépourvu de végétation ». D. Martin (1907 : 32) identifie le site avec un camp de Marius. Les auteurs de la Forma (1936 : nos 168, 292) mentionnent ainsi le site : « Oppidum à la source de Valentoulin et sur la colline au nord entre les étangs d’Engrenier et de Pourra. Poteries très nombreuses. Amphores, tuiles ». Le site a été prospecté par B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 145‑147 ; Informations archéologiques de Gallia, XXXV, 1977 : 527). B. Bouloumié (1984 : 74) écrit : « À la cote 65, constituée par un petit éperon rocheux, nous avons découvert dans la broussaille des traces évidentes d’un petit oppidum avec mur de fortification en travers. Sur l’à‑pic qui domine le vallon, nous avons ramassé un magnifique fragment de coupe ionienne et de la céramique grise monochrome du vie s. av. J.‑C. ». Ramassage exhaustif en mars 1988 (Trément 1994 : PB‑044).

386Structures
Le site est décrit dans le texte.

387Matériaux de construction
Tegulae (2 éclats) Torchis (2 fr.)

388Inventaire du mobilier
Céramique ionienne (1 bo. de coupe ionienne à vernis noir, 1 bo. de grande coupe ionienne en pâte grise importée, 1 fr. d’anse de coupe pseudo‑ionienne) Céramique grise monochrome (2 fr. dont 1 bo. de coupe à décor ondé) Céramique hellénistique (plusieurs fr. dont 2 fo. de coupe) Céramique peinte hellénistique (1 bo. de coupe à pâte claire micacée et engobe brun) Céramique à vernis noir (plusieurs fr.) Céramique marseillaise (1 bo. de mortier) Modelée protohistorique (9 fr.) Amphore corinthienne (1 fr. d’anse de type A) Amphore étrusque (6 fr.) Amphore punique (1 lèvre) Amphore marseillaise (38 fr. dont 1 lèvre archaïque Py 1) Amphore italique (3 fr. dont Dr. 1) Amphore divers (6 fr.) Dolium (1 fr.)

PB‑2 – Castillon

389Station préhistorique (Néolithique)
Xa : 814,125 ; Xb : 814,350 ; Ya : 130,500 ; Yb : 130,700 ;
Z : 25/50 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1986 C4 nos 152‑155, 181‑182, 184

390Historique
H. Rolland (1951 : 35) écrit : « Sur le plateau de Castillon, autour de la ferme de ce nom, et sur les pentes montant d’Engrenier, en liaison avec la station de Valentoulin, existe un site où les silex sont très abondants, beaucoup appartiennent à l’industrie microlithique ». Les prospections, rendues difficiles par la densité du couvert végétal, n’ont donné aucun résultat dans ce secteur (Trément 1994 : PB‑165).

PB‑3 – Castillon

391Indice de site ? (ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è.?, Antiquité tardive ?)
Xa : 814,35 ; Ya : 130,30 ; Z : 65 m ngf ; S : 3 000 m2 ?
Cadastre : 1988 C4 nos 157, 541 ?, 653

392Toponymie
Castillon dérive de castellum.

393Historique
Site inédit découvert en mai 1988 (Trément 1994 : PB‑073).

394Structures
Il faut signaler un amoncellement linéaire de blocs de pierre formant une légère élévation et barrant au sud le petit éperon situé à la cote 65,2 m ngf. Mais les remaniements causés dans ce secteur par les travaux de l’OTAN rendent très délicate toute interprétation de ces vestiges éventuels.

395Inventaire du mobilier
Le mobilier est rare et peu significatif. Il a été intégralement ramassé dans le champ situé au pied et à l’ouest de la cote 65,2 m ngf.
Commune claire (1 fr.) Commune grise (1 fr.) Amphore italique (5 fr.) Amphore marseillaise (2 fr.) Amphore tarraconaise (1 fr.) Amphore africaine (1 fr.)

PB‑4 – Valentoulin

396Entrepôt ou dépotoir (iieier s. av. n.è., iveve s. de n.è.)
X : 814,40 ; Y : 129,80 ; Z : 50 m ngf ; S : 1 000 m2
Cadastre : 1988 C4 nOS 161, 653

397Historique
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 147) signalent : « Au Sud de la ferme de Castillon, un champ bouleversé par le passage d’un bulldozer a également fourni une ample moisson de tessons ». Un point figure à l’emplacement du site sur la carte 8. Site découvert en mars 1988 (Trément 1994 : PB‑070).

398Inventaire du mobilier
Amphore italique (10 fr. dont Dr.1A, 1C) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore africaine (6 fr. dont Keay XXII)

PB‑5 – Mas de L’Hôpital

399Établissement agricole (fin ier s. av. n.è.– vie s. de n.è.)
X : 815,90 ; Y : 129,75 ; Z : 5 m ngf ; S : 4 000 m2
Cadastre : 1981 C9 nOS 334, 353

400Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en juin 1989 (Trément 1994 : PB‑088).

401Matériaux de construction
Tegulae (abondantes) Marbre (1 fr. de placage blanc, 90 x 110 x 20 mm) Torchis (1 fr. portant en négatif la trace d’une latte en bois)

402Inventaire du mobilier
Sigillée italique (1 fr.) Sigillée gauloise (5 fr. dont Drag.24/25, 27) Claire A (5 fr. dont Hayes 14A) Africaine de cuisine (1 fr. Hayes 196) Luisante (2 fr. dont Lamb.2/37) Claire D (6 fr. dont Hayes 67, 87A/104A) Sigillée tardive estampée (18 fr. dont Rigoir 1/2/3, 3, 3/7, 4, 8, 18) Commune claire (1 fr.) Commune oxydante (3 fr.) Commune oxydante siliceuse (1 fr. A1 de ComOM) Commune grise (43 fr. dont A1, A4, B3, D1) Commune brune (2 fr.) Commune africaine (1 fr.) Modelée (7 fr.) Amphore italique (2 fr. dont Dr. 1) Amphore gauloise (3 fr. dont G4, G5) Amphore africaine (16 fr. dont Keay IIIA, XXV) Amphore divers (5 fr.) Dolium (3 fr.) Verre (1 fr. bord) Basalte (3 fr. de meule) Plomb (1 tuyau de canalisation très abîmé) Coquillages (nombreux fr.) Scorie (3 dont 2 denses) Silex (1 éclat)

PB‑6 – Valentoulin

403Occupation (Néolithique final), établissement (fin ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è., vie s. de n.è.), cimetière rupestre (haut Moyen Âge), habitat rupestre (non daté), carrière (non datée)
Xa : 814,20 ; Xb : 814,50 ; Ya : 129,30 ; Yb : 129,60 ; Z : 35/55 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1988 C3 nos 136,543‑547, 565, 640‑641, 947, 950, 955

404Historique
E. Masse (1859 : 233) mentionne indirectement le site en le comparant à celui de Castillon (PB‑1) : « Au‑dessus du Pourra, mais en laissant un assez large intervalle entre l’extrémité septentrionale du camp et le bord des précipices, s’élève une muraille en pierres sèches non moins épaisse que celle de la Valentoulen, mais beaucoup mieux conservée ». L’occupation préhistorique du site est attestée par les ramassages de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. D. Martin (1907 : 32) identifie le site avec un camp de Marius. La Forma (1936 : no 168) indique : « Oppidum à la source de Valentoulin [...]. Poteries très nombreuses. Amphores, tuiles ». MM. Uhler et Beaucaire affirment avoir découvert à proximité des tombes rupestres des silex et des poteries de l’âge du Bronze, ainsi qu’une monnaie massaliète (Vignolo 1949 : 10). H. Rolland (1951 : 34 n.10) signale des « silex abondants » sur « les pentes de la colline (du Valentoulin) et vers la Mérindole ». A.‑M. Vigoureux (1973 : no 24) fait allusion à ces vestiges à propos du site PB‑7 : « Par ailleurs, il faut signaler dans la falaise au‑dessus du site des habitations troglodytes ». Elle se demande : « Était‑ce un emplacement de repli ? ». H. Oggiano‑Bitar et N. Coye (1986) signalent dans un rapport de prospection la présence de trois enceintes concentriques au sommet du plateau. Celles‑ci consistaient selon eux en murs très larges, formés de gros blocs dont certains étaient taillés. Ils mentionnent également l’existence d’une tombe rupestre en contrebas des pylônes EDF. Ils concluent de l’étude du matériel recueilli en surface et de l’observation des vestiges à une double phase d’occupation préhistorique (peut‑être chasséenne ?) et antique. Prospection systématique en décembre 1987 (Trément 1994 : PB‑063).

405Structures
Le gros rocher aux flancs éboulés porte des traces d’aménagements divers : en particulier, une série d’encoches taillées dans sa paroi méridionale, et deux trous de poteaux semi‑cylindriques à son sommet, immédiatement au‑dessus des encoches (l’un des trous a un diamètre de 0,25 m).

406Tombes
À quelques mètres au sud‑est de cet habitat sont visibles sept tombes rupestres très bien conservées. Une huitième a été repérée au sud du plateau. Trois tombes sont aménagées parallèlement sur le même rocher (C, D, E). Une tombe est orientée E‑O (B), une N‑O/S‑E (A), quatre sont orientées S‑O/N‑E (C, D, E, F) et deux N‑S (G, H). Toutes sont des tombes d’adultes (1,65 à 1,97 m), à l’exception de la tombe B (1,30 m). Une tombe (D), remarquable par sa largeur exceptionnelle (0,82 m), est probablement double. Deux tombes (D, F) ont une forme parallélépipédique ; une tombe parallélépipédique (G) se resserre au niveau des jambes ; trois tombes (A, B, H) sont trapézoïdales ; une tombe trapézoïdale (E) est arrondie à la tête et surtout aux pieds ; une tombe quasiment hexagonale (C) est arrondie aux extrémités. Une tombe (G) dispose d’un coussinet céphalique à renflement central. Deux tombes sont munies d’un plan incliné céphalique (F, H). Deux tombes (A, C) présentent une rigole latérale, deux tombes (A, D) une encoche, peut‑être destinée à soulever le couvercle. Une tombe (F) possède une cavité de 7 cm de diamètre percée à droite de la tête et communicant avec l’extérieur du rocher.

407Traces d’extraction
La partie occidentale du plateau, qui domine la route de l’OTAN, porte de nombreuses traces d’extraction de pierre, ainsi que le versant. La falaise calcaire entière a été exploitée à une époque indéterminée. Notons que la tombe A a été recoupée par un front de taille au niveau des pieds.

408Matériaux de construction
Tegulae (très nombreux fr. remployés dans les murs de restanques) Imbrices (nombreux fr.) Brique (nombreux fr.) Enduit peint (4 fr. monochromes rouges) Marbre (1 fr. près de la tombe H) Opus caementicium (plusieurs fr.)

409Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (4 fr. dont Couronnien) Sigillée gauloise (4 fr.) Commune claire (3 fr.) Commune oxydante (2 fr.) Commune grise (2 fr. dont Dr.1C) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore gauloise (4 fr. dont Pasc.1 ou G9) Amphore divers (3 fr.) Dolium (nombreux fr.) Silex (4 éclats)

PB‑7 – Valentoulin

410Établissement (ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è., vevie s. de n.è.), restanque ou aménagement de berge (ieriiie s. de n.è.)
X : 814,25 ; Y : 129,10 ; Z : 8 m ngf ; S : 3 000 m2
Cadastre : 1988 C3, nos 658‑659, 872, 877‑ 878

411Historique
Site découvert par A.‑M. Vigoureux (1973 : no 24). Ramassage systématique en août 1987. Découverte en septembre 1987 de structures associées à du matériel antique dans la tranchée du polyréseau ARCO (Trément 1994 : PB‑009).

412Structures
Mur de facture très grossière orienté nord‑sud, dégagé sur 4 m de longueur et recouvert par 1,20 m de colluvions, constitué de blocs irréguliers d’une vingtaine de centimètres empilés sur une seule épaisseur (hauteur : 1,20 m ; largeur 0,30 à 0,50 m). Le mur suit les courbes de niveau. Il semble qu’il ait été creusé et comblé du côté est par les apports du vallon. Sa base englobait des fragments d’amphore et de sigillée gauloises.

413Matériaux de construction
Tegulae, imbrices

414Inventaire du mobilier
Sigillée italique (2 fr.) Sigillée gauloise (2 fr. dont Drag.27) Claire D (5 fr. dont Lamb.55) Sigillée tardive estampée (3 fr. dont Rigoir 6A) Commune engobée (1 fr.) Commune claire (10 fr.) Commune oxydante (8 fr.) Commune brune (1 fr.) Modelée réductrice (3 fr.) Amphore italique (8 fr. dont Dr.1 A, 1 B) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore gauloise (27 fr.) Pierre ollaire (1 fond de vase tourné)

PB‑8 – Les Arcades

415Ouvrage d’art (moderne ?)
X : 813,60 ; Y : 128,65 ; Z : 5 m ngf
Cadastre : 1983 B1 no 2306

416Toponymie
Pont du Roi, Pont‑Gayet, Les Arcades.

417Historique
Un acte du cartulaire de Saint‑Victor de Marseille (no 165) signale, dès 1028, dans la région de Fos, au lieu‑dit Splata, des « arches qui rejoignent les arches de Saint‑Geniès là où est le pont », c’est‑à‑dire Martigues. La carte de Cassini figure à l’emplacement de cet édifice le lieu‑dit Pont‑du‑Roi. L’abbé d’Expilly (1770 : 614) évoque un aqueduc romain. M. Achard (1787, I : 547‑548) écrit : « Il existe encore, à peu de distance de l’étang d’Engranier, 65 arches, restes d’un ancien aqueduc que la tradition du pays attribue à la reine Jeanne, mais qui paraît plus ancien, quoique quelques unes de ses arches se soient parfaitement conservées ». P. Véran (1804, I : 129‑131), qui défend l’hypothèse d’un viaduc médiéval, donné une description précise de l’édifice dans un manuscrit conservé à la bibliothèque d’Arles. Il affirme que sa longueur atteint 300 toises et que les arches ont 20 pieds de haut. Selon lui, « elles n’appartiennent pas à la plus haute antiquité ; elles n’ont pas la solidité des constructions romaines, ni le mortier, ni le ciment employés à cette époque. Les pierres sont brutes, sans escarrissage, et n’ont que 5 à 6 pieds en carré. Ce serait un pont du xiexiie siècle pour faciliter le passage dans un bas‑fond inondable ». P. Véran rapporte que, selon l’ingénieur Gorsse, le monument suivait une pente du N‑O au S‑E. Lors de la violente tempête de 1821, la Compagnie de Plan d’Aren en fait démolir près de 200 m pour opposer une digue à l’invasion des eaux de mer. Les auteurs de la Statistique (Villeneuve 1824 : 256, 303‑304, pl. X, 9) affirment que « les bases des piliers et quelques arcades toutes entières sont de construction romaine », comme l’attesterait selon eux la découverte, lors des démolitions de 1821, de « plusieurs médailles romaines dont deux étaient consulaires ». L’ensemble aurait été reconstruit par les seigneurs de Fos au Moyen Âge. A. Saurel (1865 : 28‑37, 46 ; 1877 : 28‑40) donne des précisions sur les 63 arcades encore visibles, qui appartiennent selon lui à un viaduc antique. Il s’interroge sur l’arrêt brutal du tablier à 80 m de la colline de la Mérindole. L.‑A. Constans (1921 : 168‑ 169) rattache ce supposé viaduc à la voie à ornières de Pichotty. Les auteurs de la Forma (1936 : no 167) ne tranchent pas entre les deux hypothèses –viaduc ou aqueduc. G. Denizot (1959 : 30‑31) suit l’opinion de H. de Gérin‑Ricard (1933 : 357) et de H. Rolland (1956) selon lesquels les arcades seraient sur le tracé d’une dérivation du canal de Craponne vers Martigues, qui aurait été projetée en 1568 mais n’aurait jamais abouti. La construction de certains ouvrages d’art aurait été entreprise, puis abandonnée, ce qui expliquerait l’étonnement d’A. Saurel devant l’inachèvement de l’ouvrage.

418Vestiges visibles en 1992
Seule une arcade est visible, accolée à une maison, au sud‑est du passage à niveau. La suite des arcades est incluse dans le corps de certaines maisons. Les piles, larges de 4 m et épaisses de 2, sont espacées de 6 m. Elles supportent des arcs de 3,95 m de hauteur et un tablier de 4 m de large. L’ensemble, de facture assez médiocre, est construit en petits blocs mal équarris et liés au mortier qui ne rappellent en rien les techniques romaines. La largeur de l’édifice laisse penser à un viaduc ou à un canal aérien plus qu’à un aqueduc antique (Trément 1994 : PB‑ 020).

PB‑9 – Les Arcades

419Sarcophages (Bas‑Empire)
Xa : 813,50 ; Xb : 813,60 ; Ya : 128,50 ; Yb : 128,60 ; Z : 5 m ngf ; S : n. d.

420Historique
A. Saurel (1865 : 326) signale la découverte, en 1814, de plusieurs sarcophages contenant chacun une monnaie à 100 m au sud‑ouest des Arcades. La Forma (1936 : no 167) mentionne « deux tombes de pierre, découvertes vers 1814, à 100 m au S‑O des arcades, dont une portée à Plan d’Aren ». Ces vestiges n’ont laissé aucune trace (Trément 1994 : PB‑149).

PB‑10 – Mérindole

421Sépultures à inhumation en coffrage de dalles plates posées sur chant, orientées est‑ouest (haut Moyen Âge)

422Historique
A. Saurel (1865 : 28) signale « la découverte de tombes nombreuses qui a été faite à diverses reprises aux environs de la Mérindole ». Il écrit plus loin (p. 48‑49) : « Le sieur Martin Combe, propriétaire du quartier des Arcades, qui m’accompagna un jour dans une de mes promenades archéologiques, m’assura avoir trouvé à plusieurs reprises un grand nombre de squelettes, entourés de pierres plates posées de champ et les pieds tournés vers l’Orient, la main gauche placée le long du corps, la droite posée sur la poitrine. Il n’a jamais remarqué qu’ils fussent accompagnés d’urnes ou de coupes ; au moindre contact les ossements tombèrent en poussière. Tous ces squelettes étaient au pied.de la Mérindole ». En 1901, E. Franck (1905b : 168‑169) fouille dans ce secteur cinq tombeaux dans lesquels il trouve des squelettes et un médaillon. On ne sait s’il s’agit du même cimetière. La Forma (1936 : no 167) mentionne une « nécropole à 800 m des Baux rouges ». Ces vestiges n’ont laissé aucune trace (Trément 1994 : PB‑150).

PB‑11 – Mérindole

423Établissement agricole (ieriie s. de n.è.)
X : 814,50 ; Y : 128,50 ; Z : 25/35 m ngf ; S : 2 500 m2
Cadastre : 1985 C2 nos 107‑109

424Toponymie
Cursorium de Merindollis (1269), nom probable d’une personne.

425Historique
Site découvert par A.‑M. Vigoureux (1973 : no 26). Ramassage systématique en janvier 1988 (Trément 1994 : PB‑010).

426Structures
Des sondages clandestins ont mis au jour un mur d’axe est‑ouest perpendiculaire au flanc occidental de la butte de Mérindole.

427Matériaux de construction
Tegulae (quelques fr.) Enduit peint (quelques fr. rouges)

428Inventaire du mobilier
Mobilier rare et mal conservé.
Sigillée italique (1 fr.) Sigillée gauloise (5 fr. dont Drag.18/31) Claire A (1 fr. Hayes 8) Commune claire (2 fr.) Commune engobée (2 fr.) Commune oxydante (3 fr.) Commune brune (1 fr.) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore divers (3 fr.) Dolium (2 fr.) Scorie (1 grosse scorie dense)

PB‑12 – Pointe Baumasse

429Villa et bassins de salaison (Haut‑Empire)
X : 813,47 ; Y : 127,50 ; Z : 0 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1983 A4, nos 785, 2900, 2902

430Toponymie
Le nom Baumasse est parfois associé aux citernes des villae.

431Historique
Le site est signalé par les auteurs de la Statistique (Villeneuve 1824 : 223‑224, 256, 303‑304, 928, pl. X, 9) qui y voient les vestiges de la ville de Stomalimnè mentionnée par Strabon (Géographie, IV, 1, 8). A. Saurel (1865 : 39‑44) transcrit les observations effectuées lors d’une visite en 1856. Il décrit des murs en petit appareil lié au mortier, parfois conservés sur 2 m de hauteur, dont certains sont enduits de ciment rouge et d’autres présentent un cordon de briques à 0,50 m au‑dessus du sol. Il insiste sur l’abondance des tegulae, de la poterie et des amphores, et signale la présence de marbre blanc, gris et vert. Il précise qu’aucune structure n’a été découverte lors du creusement des fondations d’une maison immédiatement à l’arrière du rivage, sur le site même, à l’exception de quelques monnaies et fragments de briques. Il signale enfin une monnaie d’or de Vespasien découverte dans la mer non loin de là. E. Franck (1905a et b) publie des relevés de ces vestiges. L.‑A. Constans (1921 : 168‑169) signale « des restes de constructions que la mer recouvre en partie » et, « en arrière, de grandes citernes ». Il identifie le site à Maritima Avaticorum. La Forma (1936 : no 167) indique : « vestiges importants de construction, en partie submergés : fondations de maisons ; stucs rouges. Poterie, marbres, monnaie d’or de Vespasien, découverte dans la mer, et « grand bronze », dans les champs et sur la plage ». A.‑M. Vigoureux (1973 : no 27) donne une description assez précise des vestiges, accompagnée de quelques photographies. Elle conclut à l’existence d’une « station portuaire » occupée du ier au iiie s. de n.è. Le site a été prospecté en février 1988 (Trément 1994 : PB‑016).

432Structures
A.‑M. Vigoureux (1973) écrit : « Le long de la plage N‑S, on peut suivre dans la dune littorale abrupte les restes d’un mur et de nombreuses tegulae. Du côté de la plage E‑O, les ruines sont plus abondantes et l’on voit encore en place des murs sur une hauteur de 1,50 m environ, tout le long de la plage et qui sont sapés régulièrement par la mer ». Ces derniers vestiges « s’ordonnent suivant une sorte de quadrillage et constituent une série de bassins en petit appareil régulier et soigné ». A.‑M. Vigoureux atteste aussi la présence de « grandes pierres taillées » éparpillées aux alentours et repérées également sous l’eau par des pêcheurs. De ces vestiges observés en 1973 et sérieusement dégradés depuis par l’érosion marine, subsiste essentiellement un grand mur d’axe est‑ouest parallèle au rivage et quasiment fondé au niveau de l’eau. Conservé sur 11,60 m de longueur et environ 1,50 m de hauteur, il est bâti en petit appareil régulier lié au mortier. Sa largeur est comprise entre 1,35 et 1,55 m. Deux sections de murs s’y rattachent à angle droit. L’une, large de 1,60 m, se dirige vers la mer au nord. L’autre se dirige vers le sud.

433Matériaux recueillis sur le site depuis le xixe s.
Fragments de marbre blanc, gris et vert, mortier romain, stucs rouges.

434Mobilier recueilli sur le site depuis le xixe s.
Tuiles, poteries roulées, poteries fines, urnes, médailles, petite statue de bronze, monnaies de Massalia, monnaies augustéennes, monnaie d’or de Vespasien, grand bronze, petites monnaies de bronze, sigillée sud‑gauloise, col d’œnochœ en terre noire, bijoux, aiguilles, objets en cuivre. Certains éléments proviennent peut‑être de l’épave de l’anse de l’Ourse, qui a livré un chargement d’époque républicaine (Beaucaire 1964 : 16‑25).

435Mobilier recueilli par A.‑M. Vigoureux (1973)
1 fr. de sigillée sud‑gauloise, 2 fr. de sigillée claire A, 1 fr. de sigillée indéterminé, commune grise, commune rouge à dégraissant, 1 fr. de stuc rouge, tegulae.

PB‑13 – Pont‑du‑Roi

436Cimetière à inhumation (fin du Haut‑Empire/Bas‑Empire)
Cadastre : 1983 A4

437Historique
Site découvert en 1803 lors du percement du canal d’Arles à Bouc, à 1 500 toises (3 km) de Fos et à 30 toises (60 m) du bord de mer, selon M. Gorsse (1803), ingénieur des Ponts‑et‑Chaussées.

438Structures
La nécropole s’étendait sur une centaine de mètres. Elle se composait d’une dizaine de tombeaux constitués de grandes tuiles plates ou de caisses en plomb (Trément 1994 : PB‑017).

439Inventaire du mobilier
Monnaies (1 monnaie d’Auguste, 1 monnaie de Trajan) Céramique (plusieurs lampes romaines)

Saint‑Mitre‑les‑Remparts

SM‑1 – Le Ranquet

440Villa ou gros établissement (vie s. av. n.è., fin ier s. av. n.è./vevie s. de n.è.)
Xa : 814,575 ; Xb : 814,725 ; Ya : 134,100 ; Yb : 134,300 ;
Z : 28/29 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1987 A5 nos 355‑356, 988‑991

441Historique
Les auteurs de la Forma (1936 : no 296) notent la présence de « poterie romaine » à Citis, ainsi qu’une « voie à rail de pierre ». B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 129) décrivent un carrefour de voies à ornières à proximité immédiate du site, en bordure est de la route. Site prospecté en février 1991 (Trément 1994 : SM‑136).

442Structures
Habitat : les vestiges d’un mur en petit appareil irrégulier très arasé sont visibles à la surface du site.
Voie à rail : visible sur plus d’un kilomètre, elle est en partie recouverte par la D52 qui en a repris le tracé et l’utilise comme fossé de drainage. Très bien conservée, elle est régulièrement taillée dans la molasse sur 0,50 à 0,70 m de profondeur. Au niveau du site SM‑1, elle se divise en deux branches et semble pourvue d’un tracé d’évitement.

443Matériaux de construction
Tegulae (quelques fr.) Enduit peint (4 fr. rouges) Briques de chauffage (220 fr. dont 31 striés)

444Inventaire du mobilier
Céramique dite « des Alpilles » (2 fr.?) Sigillée italique (3 fr. dont Goud.27) Paroi fine (5 fr.) Sigillée gauloise (154 fr. dont Ritt.5, 9, Drag.18/31, 24/25, 27, 30 ?, 33, 35/36, 37, estampille [PRIMVS F.]) Sigillée marbrée (2 fr.) Claire A (52 fr. dont Hayes 3, 5C, 8, 9, 14, 23, 23B) Africaine de cuisine (52 fr. dont Hayes 196A, 196B, 197) Claire B/Luisante (3 fr. dont Desbat 1) Claire D (1 fr.) Sigillée tardive estampée (2 fr.) Commune engobée (16 fr.) Commune claire (63 fr.) Commune oxydante calcaire (9 fr.) Commune oxydante siliceuse (124 fr. dont B4, C1/2 de ComOM, A4 de ComEM) Commune grise (21 fr.) Commune brune à dégraissant blanc calcaire (35 fr.) Modelée (43 fr.) Amphore étrusque (13 fr. dont Py 3) Amphore italique (16 fr.) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore bétique (12 fr. dont Dr.20) Amphore gauloise (11 fr. dont G4) Amphore africaine (37 fr. dont Keay III/IV/V, LXIC) Amphore divers (21 fr.) Dolium (51 fr.) Basalte (12 fr. de meule) Scories (19 dont 17 denses)

SM‑2 – Citis

445Indice de site (iieier s. av. n.è.)
Xa : 814,50 ; Xb : 814,58 ; Ya : 133,75 ; Yb : 133,85 ; Z : 28 m ngf ; S : 2 000 m2

446Historique
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 132‑133) signalent : « Sur la rive opposée de l’étang [de Citis], à Ranquet, un petit site de hauteur, sur un minuscule éperon couvert de pins, nous a donné quelques tessons. Très peu étendu, il semble plus ancien que celui de La Tour d’Aix ». Nos prospections, rendues difficiles par la densité du couvert végétal, n’ont donné aucun résultat dans ce secteur (Trément 1994 : SM‑166).

447Mobilier
Céramique peignée de l’âge du Fer, claire peinte hellénistique, céramique à vernis noir, commune tournée, amphore massaliète, amphore italique.

SM‑3 – Tour d’Aix

448Carrière (iie s. av. n.è.)
Xa : 813,70 ; Xb : 813,85 ; Ya : 133,25 ; Yb : 133,60 ; Z : 50/57 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1987 A4 no 338

449Historique
Site inédit découvert en février 1988 (Trément 1994 : SM‑030).

450Carrière
Le sommet de la butte de Tour d’Aix a été entièrement exploité par des fronts de taille antiques, sur une longueur d’au moins 400 m et sur toute la largeur de la butte (25 m environ). Certains blocs découpés en forme de parallélépipèdes n’ont pas été complètement extraits. La calcarénite blanche burdigalienne a très probablement servi à la construction du rempart hellénistique de Saint‑Blaise.

451Inventaire du mobilier
Amphore italique (47 fr. dont gréco‑italique, Dr.1) Amphore divers (3 fr.)

SM‑4 – Varage

452Établissement (fin ier s. av. n.è./iieiiie s. de n.è.)
Xa : 816,300 ; Xb : 816,325 ; Ya : 133,425 ; Yb : 133,475 ; Z : 15 m ngf ; S : 1 500 m2
Cadastre : 1987 B4 no 3551

453Toponymie
Gorgum de Varatgiis (Gallia Christiana Novissima, no 1779).

454Historique
Site inédit découvert en prospection en avril 1989 (Trément 1994 : SM‑091).

455Matériaux de construction
Enduit peint (50 fr. monochromes rouges très bien conservés, dont 1 de 19 cm)

456Inventaire du mobilier
Claire A (1 fr.) Africaine de cuisine (2 fr. dont Hayes 196) Commune claire (1 fr.) Amphore italique (2 fr. dont Dr.1B) Amphore tarraconaise (3 fr. Dr.2‑4 ?) Amphore gauloise (2 fr. dont G4) Amphore africaine (5 fr.) Dolium (7 fr.) Coquillages (nombreux fr.)

SM‑5 – Massane

457Stèle funéraire (ieriie s. de n.è.)

458Toponymie
Le toponyme Massane pourrait correspondre au dérivé en ‑anus du nom d’un propriétaire gallo‑romain. Mais il est plus vraisemblable qu’il tire son origine de l’aspect « malsain » de ce secteur palustre.

459Historique
M. Achard (1787, Il : 426) affirme que « l’on a trouvé en 1774 au quartier de Massane sur le bord de l’étang de Berre, une pierre qui paraît avoir eu 14 pouces de largeur ». La Statistique de Villeneuve (1824 : 934‑935) évoque « une colonne de marbre de 14 pouces de diamètre qu’on ne put arracher, à cause de l’eau qui empêcha de creuser profondément. Cette colonne a été brisée et on y lit sur un bloc un reste d’inscription... ». I. Gilles (1887 : 500) mentionne une « colonne de marbre blanc » dont un fragment aurait été enchâssé dans le mur d’une maison de Saint‑Mitre. Le CIL (XII, no 648) décrit une « columna marmorea fracta ». La Forma (1936 : no 295) mentionne I’« inscription funéraire d’Antiochus, découverte en 1774, portée à Saint‑Mitre ; aujourd’hui au musée de Marseille ». L’inscription est conservée au musée Borély (Trément 1994 : SM‑011).

460Inscription

SM‑6 – Les Patorgues

461Site (Néolithique final, Chalcolithique, Bronze ancien, moyen et final), traces de fréquentation (ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è.)
Xa : 817,85 ; Xb : 818,10 ; Ya : 133,40 ; Yb : 133,55 ; Z : 25/33 m ngf ; S : 15 000 m2
Cadastre : 1987 B8 no 2996

462Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1988 (Trément 1994 : SM‑049).

463Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (89 fr. dont 1 cordon de préhension digité chalcolithique, 1 cordon simple chalcolithique, 1 décor du Bronze ancien, 6 bords du Bronze moyen et final) Sigillée gauloise (1 fr. Drag.35/36 ?). Amphore italique (3 fr.) Amphore marseillaise (2 fr.) Matériel lithique (1 outil non achevé extrait d’un galet percuté en roche verte de 112 x 52 x 29 mm, 1 galet travaillé : contrepoids de filet ou fusaïole, 7 éclats de silex débités)

SM‑7 – Les Patorgues

464Établissement (vieve s. av. n.è.)
Xa : 818,15 ; Xb : 818,25 ; Ya : 133,05 ; Yb : 133,25 ; Z : 25/50 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1987 B8 nos 707‑710, 729‑730

465Historique
Site découvert par G. Senès et C. Di Puma en 1983. Prospecté sans résultat en février 1988 (Trément 1994 : SM‑050).

466Inventaire du mobilier
Le matériel inventorié provient des ramassages de G. Senès et C. Di Puma.
Modelée protohistorique (5 fr.) Céramique grise (1 fr.) Amphore étrusque (41 fr. dont Py 3) Amphore ionienne (19 fr.) Amphore rhodienne (1 fr.) Amphore corinthienne (1 fr.) Amphore marseillaise (15 fr.)

SM‑8 – Saint‑Blaise

467Agglomération (âge du Fer, Antiquité tardive. Moyen Âge), traces d’occupation (Néolithique, âge du Bronze).
Description dans le texte.
Bibliographie complète : Trément 1994 : SM‑001.

SM‑9 – La Tourtoulane

468Aménagement d’une source pérenne (iieier s. av. n.è., milieu vevie s. de n.è.)
X : 814,25 ; Y : 132,65 ; Z : 25 m ngf ; S : 500 m2
Cadastre : 1987 A3 nos 283‑284

469Historique
H. Rolland (1951 : 17‑18) signale l’une des quatre sources de Saint‑Blaise « sur le flanc de la falaise N‑E ; on y accède par un sentier en partie taillé dans le roc qui permet aux usagers de descendre jusqu’à l’eau en restant à l’abri des vues, grâce à une protection naturelle que complètent, dans les parties découvertes, des murs en pierres sèches. Un bassin creusé dans la roche, maçonné à une époque plus récente, recueille les eaux de cette source connue aujourd’hui sous le nom de Tourtoulane ; placée sous l’antique oppidum, elle évoque l’image de la fontaine Clepsydre aux flancs de l’Acropole d’Athènes ». B. Bouloumié (1984 : 11) écrit : « Une source était utilisée dans l’Antiquité sur le flanc est du site [de Saint‑Blaise], en contrebas de la première falaise, et on y accédait par un passage aménagé dans le rocher ». Site prospecté en février 1988 (Trément 1994 : SM‑053).

470Matériaux de construction
2 fr. de torchis dont 1 avec empreinte de végétaux

471Inventaire du mobilier
Claire D (2 fr. dont Hayes 64/81 ?) Céramique sigillée tardive estampée (1 fr.) Commune oxydante (1 fr.) Commune grise (1 fr.) Amphore italique (1 fr.) Amphore marseillaise (2 fr.) Amphore africaine (8 fr. dont Keay LXIIA) Dolium (nombreux fr.)

SM‑10 – Le Desté

472Épandage lié soit à un entrepôt d’amphores, soit à un dépotoir provenant peut‑être de l’agglomération de Saint‑Blaise (ve s. av. n.è., iieier s. av. n.è., iveve s. de n.è.)
Xa : 814,20 ; Xb : 814,60 ; Ya : 132,00 ; Yb : 132,50 ; Z : 60 m ngf ;
S : 100 000 m2
Cadastre : 1987 A3 nos 275, 278‑279, 1019

473Historique
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 146‑147) signalent un site « après Saint‑Blaise, entre la voie et la nécropole, au lieu‑dit Desté », et « entre Saint‑Blaise et la Bergerie ». Prospection systématique en mars 1988 (Trément 1994 : SM‑045).

474Structures
Nécropole paléochrétienne, vestiges d’extraction, réseau de voies à ornières.

475Inventaire du mobilier
Le matériel est essentiellement constitué de fragments d’amphores, la plupart italiques, abondants sur une superficie de 10 ha environ dans la zone de la nécropole.
Céramique marseillaise (2 fr.) Claire hellénistique (plusieurs fr.) Campanienne A (plusieurs fr.) Céramique italique (1 fr.) Céramique ampuritaine (plusieurs fr.) Sigillée tardive estampée grise (plusieurs fr.) Sigillée tardive estampée orangée (plusieurs fr.) Commune oxydante calcaire (3 fr.) Commune brune (2 fr.) Amphore étrusque (3 fr. dont Py 4) Amphore marseillaise (5 fr.) Amphore italique (92 fr. dont Dr.1A) Amphore romaine à huile (4 fr. dont Lamb.2) Amphore africaine (4 fr. dont Keay XXII, XXIII) Amphore divers (1 fr.) Dolium (1 fr.) Basalte (fr. de meule)

SM‑11 – Citis

476Établissement (fin ier s. av. n.è., iie/iveve s. de n.è.)
X : 814,75 ; Y : 132,45 ; Z : 0 m ngf ; S : 3 000 m2
Cadastre : 1987 A7 no 484

477Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1988 (Trément 1994 : SM‑058).

478Matériaux de construction
Tegulae

479Inventaire du mobilier
Sigillée italique (1 fr.) Africaine de cuisine (3 fr. Hayes 196A, 197) Claire C (3 fr.) Claire D (6 fr.) Claire B/Luisante (7 fr. dont Lamb.1/3) Sigillée africaine (1 fr. lampe) Commune oxydante (1 fr.) Commune oxydante siliceuse (4 fr. dont A1 de ComOM, A4 de ComEM) Modelée (1 fr.) Amphore italique (1 fr.) Amphore tripolitaine (1 fr. Keay IX/X/XI) Amphore africaine (5 fr.) Amphore divers (4 fr.) Dolium (2 fr.) Basalte/scorie (1 fr.)

SM‑12 – Tours Gros

480Indices de fréquentation (Néolithique final, Protohistoire, Antiquité)
X : 815,15 ; Y : 132,30 ; Z : 74 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1987 A2 nos 172‑173

481Historique
Site découvert par G. Senès dans les années 80. Prospecté sans résultat en février 1988 (Trément 1994 : SM‑059).

482Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (6 fr. dont cordon à impressions digitées) Commune oxydante (3 fr.) Céramique médiévale/ moderne (1 fr.) Amphore bétique (1 fr.) Amphore africaine (4 fr.) Amphore divers (2 fr.) Dolium (1 fr.) Silex (1 éclat) Parure (1 coquillage percé)

SM‑13 – Les Soires

483Établissement agricole (ieriiie s. de n.è.), réoccupation ponctuelle (ve s. de n.è.)
Xa : 815,48 ; Xb : 815,52 ; Ya : 132,30 ; Yb : 132,38 ; Z : 30 m ngf ;
S : 800 m2
Cadastre : 1987 A9 nos 580‑581

484Historique
Le site a été découvert en 1988 lors du creusement d’une tranchée destinée à la pose d’une conduite d’eau par le service des Eaux de la ville de Martigues. Il a fait l’objet d’une fouille programmée en 1990 et 1991, dont les résultats ont été publiés (Trément 1994 : SM‑090 ; 1995 ; 1996c ; 1997).

485Structures
L’établissement, dont la superficie excède 800 m2, est aménagé au bas du versant méridional de la butte des Emplaniers, regardant plein sud. Le plan s’organise autour d’une cour centrale partiellement couverte sur trois côtés. Les espaces dégagés sont de grande dimension : l’un d’entre eux atteint 15 x 8 m, soit 120 m2. Il s’agit probablement de bâtiments d’exploitation. Mais dans l’ensemble, la fonction des pièces nous échappe. Les murs sont construits selon deux techniques différentes : la plupart selon la technique « pierre et terre » à double parement de blocs irréguliers grossièrement équarris liés à l’argile ; les autres sont bâtis en petits blocs irréguliers noyés dans un épais mortier de chaux. L’épaisseur des murs varie de 0,50 à 0,80 m, avec une moyenne proche de 0,70 m. L’ensemble est aménagé soit sur la roche en place, soit sur un remblai bourré de céramiques et d’amphores dont la datation implique l’existence d’une phase d’occupation dès la première moitié du ier s. de n.è. La découverte d’un bloc d’assise de jumelles de pressoir de dimensions modestes (0,95 x 0,50 x 0,32 m) indique une activité viticole.

SM‑14 – Les Emplaniers

486Établissement (fin ier s. av. n.è.‑iie s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 815,875 ; Xb : 816,150 ; Ya : 132,150 ; Yb : 132,600 ; Z : 60 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1987 A8 nos 521‑523, 826‑828

487Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en mai 1991 (Trément 1994 : SM‑121).

488Inventaire du mobilier
Sigillée italique (2 fr. dont Goud.37) Céramique italique (3 fr.) Sigillée gauloise (14 fr. dont Drag.18/31, 24/25, 33, 35/36) Claire D (2 fr.) Sigillée tardive estampée orange (1 fr. Rigoir 1) Commune claire (8 fr.) Commune oxydante (1 fr.) Commune grise (4 fr. dont 81 ?) Commune brune (5 fr.) Modelée (2 fr.) Amphore italique (2 fr.) Amphore tarraconaise (2 fr. Dr.2‑4 ?) Amphore africaine (3 fr.) Amphore divers (3 fr.) Dolium (1 fr.) Basalte (1 fr. de meule) Scorie (2 scories denses dont 1 de grande dimension) Silex (1 éclat)

SM‑15 – Castillon

489Établissement (vie s. av. n.è., fin ier s. av. n.è.‑iie s. de n.è., vevie s. de n.è.)
X : 813,90 ; Y : 131,85 ; Z : 45 m ngf ; S : 4 000 m2
Cadastre : 1987 A3 nos 263, 716

490Toponymie
Castillon dérive de castellum.

491Historique
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 146‑147) signalent un site « entre Castelveyre et la dépression de Plan d’Aren ». Ils écrivent plus loin, à propos de la voie à ornières 7d : « Le chemin s’engage en direction du Nord‑Ouest vers une petite plaine intérieure qui fut habitée (abri sous roche avec mur) et cultivée, où nous avons trouvé de la céramique (site de Castelveyre 3), sans autres indices d’ancienneté ». Site découvert en prospection systématique en mars 1988 (Trément 1994 : SM‑054).

492Matériaux de construction
Tegulae

493Inventaire du mobilier
Modelée (23 fr. dont Néolithique final) Sigillée italique (1 fr.) Sigillée gauloise (14 fr. dont Drag.27, 29, 30, 33) Claire A (2 fr. dont Hayes 3) Africaine de cuisine (2 fr. Hayes 196, 197) Sigillée tardive estampée (2 fr.) Commune claire (4 fr.) Commune oxydante (2 fr.) Commune grise (4 fr. dont type E ?) Amphore étrusque (6 fr. dont Py 3) Amphore italique (11 fr. dont Dr.1) Amphore marseillaise (15 fr.) Amphore tarraconaise (1 fr. Dr.2/4) Amphore bétique (1 fr. Dr. 20) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore africaine (7 fr.) Amphore orientale (1 fr. LRA2) Amphore divers (6 fr.) Dolium (5 fr.) Coquillages (quelques uns) Basalte (7 fr. de meule) Silex (5 éclats dont 1 à traces conchoïdales ?)

SM‑16 – Castelveyre

494Site ou épandage (ier s. av. n.è./iieiiie s. de n.è.)
X : 814,35 ; Y : 131,70 ; Z : 50 m ngf ; S : 2 500 m2
Cadastre : 1987 A3 nos 269, 274

495Historique
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 146‑147) signalent un site à Castelveyre. Site prospecté en mars 1988 (Trément 1994 : SM‑056).

496Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (1 fr.) Commune oxydante (1 fr.) Amphore italique (3 fr.) Amphore bétique (1 fr.) Amphore africaine (1 fr.)

SM‑17 – Les Mourres

497Indice de site (iieier s. av. n.è./ieriie s. de n.è.)
Cadastre : 1987 A3 nos 234, 237

498Historique
La Forma (1936 : no 292) signale : « Aux Mourres, et sous le plateau de Castillon : tuiles, poteries ». B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 146‑147) mentionnent un site près de la « ferme des Pigeons ». Ramassage de surface en bordure d’un chemin en octobre 1992 (Trément 1994 : SM‑156).

499Inventaire du mobilier
Commune claire (1 fr.) Commune oxydante (1 fr.) Amphore italique (13 fr. dont Dr.1C) Amphore tarraconaise (1 fr.) Amphore bétique (1 fr.) Amphore africaine (1 fr.) Amphore divers (2 fr.) Basalte (1 fr. de meule)

SM‑18 – Castillon

500Indice de site (vieve s. av. n.è., iieier s. av. n.è., ieriie s. de n.è., ivevie s. de n.è.)
X : 813,80 ; Y : 131,25 ; Z : 50 m ngf ; S : 3 000 m2
Cadastre : 1987 A3 no 257

501Historique
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 146‑147) signalent un site à Castelveyre. Site découvert en prospection systématique en février 1988 (Trément 1994 : SM‑069).

502Matériaux de construction
Tegulae

503Inventaire du mobilier
Grise monochrome (1 fr.) Modelée (3 fr.) Luisante (1 fr.) Commune claire (1 fr.) Commune oxydante (2 fr.) Commune grise tardive (fr.) Amphore étrusque (2 fr.) Amphore italique (3 fr. dont Dr.1) Amphore marseillaise (3 fr.) Amphore bétique (4 fr.) Amphore africaine (4 fr. dont Keay LXI) Silex (1 rognon) Coquillages (coques, huîtres)

SM‑19 – Les Enconques

504Établissement (vie s. av. n.è., ier s. av. n.è.‑iie s. de n.è.)
X : 814,30 ; Y : 131,20 ; Z : 54 m ngf ; S : 3000 m2
Cadastre : 1987 A3 nos 241‑242

505Historique
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 146‑147) signalent un site à Castelveyre. Site prospecté en mars 1988 (Trément 1994 : SM‑055).

506Inventaire du mobilier
Campanienne A (1 fr.) Sigillée gauloise (12 fr. dont Drag.27, 33) Claire A (13 fr. dont Hayes 6B/C, 8, 23) Africaine de cuisine (2 fr. Hayes 197) Claire B/Luisante (1 fr.) Commune claire (1 fr.) Commune grise (7 fr.) Modelée (7 fr.) Amphore étrusque (2 fr.) Amphore italique (5 fr. dont Dr.1 B) Amphore marseillaise (2 fr.) Amphore gauloise (1 fr.) Amphore africaine (5 fr.) Amphore divers (4 fr.) Dolium (4 fr.) Basalte/scorie (2 fr.) Silex (1 éclat)

SM‑20 – Vaupiane

507Station préhistorique (Néolithique final), indice de site (vie s. av. n.è., iie s. av. n.è., ve s. de n.è.)
Xa : 814,60 ; Xb : 815,50 ; Ya : 131,40 ; Yb : 131,80 ; Z : 0/20 m ngf ;
S : n. d.
Cadastre : 1987 A3 nos 237‑239

508Historique
Une occupation préhistorique est attestée dans le secteur par les ramassages de R. Maumet (s.d.) au début du siècle. H. Rolland (1951 : 34) signale une station néolithique (et peut‑être chalcolithique) « à Valpiane sur le bord occidental du Pourra ». B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 147) mentionnent un site à Vaupiane, sans plus de précision. Selon eux, le matériel y est rare et ne comprend aucun indice d’habitat. Prospection effectuée sans résultat en octobre 1992 (Trément 1994 : SM‑157).

509Mobilier
Céramique non tournée de l’âge du Fer, sigillée tardive, amphore étrusque, amphore marseillaise, amphore italique, dolium, silex

SM‑21 – Les Soires

510Indice de site ou épandage (ier s. av. n.è.– iie s. de n.è.?, vevie s. de n.è.)
Xa : 815,60 ; Xb : 815,75 ; Ya : 131,90 ; Yb : 132,00 ; Z : 35 m ngf ;
S : 5 000 m2
Cadastre : 1987 A9 nos 591‑594

511Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en avril 1990 (Trément 1994 : SM‑163).

512Matériaux de construction
6 fr. de tegulae

513Inventaire du mobilier
Le matériel provient soit d’un colluvionnement de versant, soit d’un site enfoui sur place.
Sigillée gauloise (1 fr.) Commune oxydante siliceuse (2 fr.) Commune grise (1 fr.) Modelée (1 fr.) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore africaine (3 fr. dont Keay LXI) Verre (3 fr.)

SM‑22 – Les Vèles

514Établissement (Néolithique final/Chalcolithique, vie s. av. n.è., iieier s. av. n.è.‑ive s. de n.è.)
Xa : 816,080 ; Xb : 816,200 ; Ya : 131,675 ; Yb : 131,810 ; Z : 59 m ngf ; S : 8 000 m2 Cadastre : 1987 A1 nos 98, 104‑106

515Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en avril 1990 (Trément 1994 : SM‑102).

516Matériaux de construction
Tegulae

517Inventaire du mobilier
Céramique préhistorique (24 fr.) Campanienne A (1 fr.) Campanienne B (1 fr.) Sigillée italique (1 fr.) Sigillée gauloise (14 fr. dont Drag.18/31, 27, 35/36, 44) Claire A (1 fr. Hayes 9 ?) Africaine de cuisine (1 fr. Hayes 196) Claire B/luisante (4 fr. dont Lamb.1/3) Claire D (1 fr.) Commune grise (15 fr.) Amphore étrusque (2 fr.) Amphore italique (9 fr. dont Dr.1) Amphore marseillaise (6 fr.) Amphore tarraconaise (1 fr. Dr.2‑4) Amphore gauloise (2 fr. G4) Amphore africaine (2 fr.) Amphore divers (3 fr.) Dolium (5 fr.) Verre (6 fr.) Basalte (2 fr. de meule) Scorie (1 éclat) Silex (2 éclats)

SM‑23 – Église de Saint‑Mitre

518Autel dédié à Junon transformé en bénitier (Antiquité)

519Historique
M. Achard (1787, Il : 426) écrit : « Sur le piédestal du bénitier de la paroisse, on lit une inscription qui prouve que cette pierre a été un autel votif en l’honneur de la déesse Junon. Cette pierre fut trouvée dans les ruines du village de Châteauvieux, nommé en provençal Casteouveire, en latin Castrum vêtus ou Castrum veire ». La Statistique de Villeneuve (1824 : 294) reproduit un texte complètement erroné de Toulouzan : lunoni Verrius C. Verrii filius, curator Maritimae, sextumvir Augustalis Avaticorum. Le CIL (XII, no 653) présente ainsi l’inscription : « Basis marmorea. Saint‑Blaise. Servait depuis longtemps de support au bénitier de la paroisse de Saint‑Mitre ». Il propose de lire, à tort, (Ae) milia au lieu de (Aem) illia. E. Espérandieu (1929 : no 79) donne plus de précisions sur l’inscription : « Autel de marbre placé dans l’église. Haut., 1 m, 13 ; larg., 0 m, 45 ; ép., 0 m, 42. Lettres de 0 m, 035 ». Il ajoute : « L’autel, autrefois sans doute de forme rectangulaire, a été retaillé à huit pans pour former le support d’un bénitier. Il doit manquer, aux lignes 2 et 4, une seule lettre au commencement et de trois à cinq lettres à la fin. L.4 : peut‑être [T]illia Attica [d(e) s (uo) p (osuerunt) ou f (ecerunt)] ».

520Autel
Le socle et le bénitier de l’église ont été taillés d’une seule pièce dans l’autel antique renversé, si bien que l’inscription se trouve aujourd’hui à l’envers. Le socle en marbre mesure 1,13 m de haut, 0,54 m de large. Il a été retaillé en forme de colonne octogonale dont chaque face mesure 0,19 m (Trément 1994 : SM‑013).

521Inscription

SM‑24 – Saint‑Mitre

522Sépulture (Bas‑Empire ?)
Cadastre : 1987 D

523Historique
La Forma (1936 : no 293) signale : « Sépulture en tuiles et bracelet de bronze, découverts dans les travaux de voirie, en 1931 » (Trément 1994 : SM‑162).

SM‑25 – Les Vallons

524Établissement (vie‑premier quart ve s. av. n.è., iie s. av. n.è.)
Xa : 815,91 ; Xb : 815,96 ; Ya : 131,30 ; Yb : 131,36 ; Z : 40 m ngf ; S : 2 000 m2
Cadastre : 1987 A2 nos 749‑750

525Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en avril 1990 (Trément 1994 : SM‑101).

526Inventaire du mobilier
Campanienne A (13 fr. dont Lamb.28a‑b) Commune oxydante (1 fr.) Modelée (7 fr.) Amphore étrusque (17 fr. dont Py 3, 4) Amphore marseillaise (33 fr.) Amphore italique (3 fr.) Amphore divers (5 fr.) Verre (1 fr.) Silex (1 éclat)

SM‑26 – La Croix d’Aymard

527Indice de site ou épandage (Ier s. av. n.è.) Xa : 816,08 ; Xb : 816,16 ; Ya : 131,48 ; Yb : 131,56 ; Z : 30/35 m ngf ; S : 3 000 m2
Cadastre : 1987 A1 nOS 87‑92

528Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en avril 1990 (Trément 1994 : SM‑164).

529Inventaire du mobilier
Le matériel provient soit d’un colluvionnement de versant, soit d’un site enfoui sur place.
Commune grise (2 fr.) Modelée (2 fr.) Amphore italique (2 fr.) Amphore africaine (1 fr.) Amphore divers (1 bouchon) Verre (1 fr.) Scorie (1)

SM‑27 – Les Espérètes

530Traces d’occupation (Néolithique final), établissement (vie s. av. n.è., ier s. av. n.è.– ier s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 816,350 ; Xb : 816,460 ; Ya : 131,300 ; Yb : 131,425 ;
Z : 30/50 m ngf ; S : 8 000 m2Cadastre : 1987 A1 nos 32, 67‑68

531Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en avril 1990 (Trément 1994 : SM‑103).

532Matériaux de construction
Tegulae

533Inventaire du mobilier
Modelée (6 fr. dont Néolithique final) Sigillée gauloise (2 fr.) Claire D (1 fr.) Sigillée tardive estampée (2 fr.) Commune claire (3 fr.) Commune oxydante (2 fr.) Commune grise (7 fr. dont A4) Amphore étrusque (8 fr.) Amphore italique (13 fr. dont Dr.1A) Amphore marseillaise (2 fr.) Amphore gauloise (2 fr.?) Amphore africaine (70 fr.) Amphore orientale (1 fr.?) Amphore divers (24 fr.) Dolium (3 fr.) Bronze (agrafe ou mors de cheval) Scorie (1 ?) Matériel lithique (1 bloc percuté, 3 éclats de silex débités)

SM‑28 – Saint‑Michel

534Traces d’occupation (Néolithique final, vie s. av. n.è., ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è.), établissement (vevie s. de n.è.), habitat lié à la chapelle Saint‑Michel (xiexvie s. de n.è.).
Xa : 816,575 ; Xb : 816,725 ; Ya : 131,075 ; Yb : 131,275 ;
Z : 60/70 m ngf ; S : 13 000 m2
Cadastre : 1987 C1 nos 15‑18, 24, 26, 28‑ 29, 1316

535Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en avril 1990 (Trément 1994 : SM‑104).

536Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (2 fr.) Commune oxydante (14 fr.) Commune grise (117 fr.) Commune brune (1 fr.) Céramique médiévale (37 fr. dont productions rhodaniennes, verte et brune majolique) Céramique tardo‑médiévale (5 fr.) Modelée (13 fr.) Amphore étrusque (1 fr.) Amphore italique (2 fr.) Amphore bétique (1 fr.) Dolium (2 fr.) Verre (12 fr.) Métal (1 coulée de plomb) Scorie (1) Silex (1 fr. de lamelle, 12 éclats débités)

SM‑29 – Fourna

537Traces d’occupation (dernier quart vie‑début ve s. av. n.è., xivexve s. de n.è.), établissement (fin ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è., fin vevie s. de n.è.)
Xa : 816,900 ; Xb : 817,100 ; Ya : 131,125 ; Yb : 131,250 ; Z : 55 m ngf ;
S : 10 000 m2
Cadastre : 1987 C2 nos 1140, 1146, 1154, 1156

538Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en avril 1990 (Trément 1994 : SM‑106).

539Matériaux de construction
Tegulae (3 fr.) Marbre (1 fr. blanc, ép. : 19 mm)

540Inventaire du mobilier
Campanienne C (1 fr.) Sigillée gauloise (5 fr. dont Drag.15/17, 27) Commune claire (3 fr.) Commune oxydante (3 fr.) Commune grise (8 fr. dont F) Commune réductrice siliceuse (2 fr.) Modelée (9 fr.) Verte et brune majolique (1 fr.) Amphore étrusque (2 fr. dont Py 4) Amphore marseillaise (5 fr.) Amphore italique (12 fr.) Amphore bétique (1 fr. Dr.20) Amphore gauloise (2 fr.) Amphore africaine (8 fr. dont Keay LXIIA) Amphore divers (9 fr.) Dolium (1 fr.) Verre (7 fr.) Scorie (1) Silex (1 éclat)

SM‑30 – Les Ferrages

541Établissement (vie s. av. n.è., ier s. av. n.è.– ier s. de n.è.), traces d’occupation (vevie s. de n.è.)
Xa : 816,14 ; Xb ; 816,30 ; Ya : 130,85 ; Yb : 131,10 ; Z : 15 m ngf ;
S : 10 000 m2
Cadastre : 1987 A1 nOS 55‑62, 666

542Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en avril 1990 (Trément 1994 : SM‑105).

543Matériaux de construction
Tegulae

544Inventaire du mobilier
Campanienne A (1 fr.) Campanienne B (1 fr.) Sigillée italique (3 fr.) Sigillée gauloise (16 fr. dont Ritt.8) Modelée (9 fr.) Amphore étrusque (9 fr. dont Py 3) Amphore italique (119 fr. dont Dr. 1 A, 1 B, 2‑4) Amphore marseillaise (8 fr.) Amphore bétique (3 fr.) Amphore gauloise (7 fr.) Amphore africaine (5 fr.) Amphore orientale (1 fr.?) Amphore divers (7 fr.) Dolium (3 fr.) Verre (1 fr.) Coquillages (quelques pectens) Matériel lithique (1 éclat de silex blond conchoïdal)

SM‑31 – Le Pourra

545Cuve de sarcophage ? (Bas‑Empire ?) X : 816,225 ; Y : 130,775 ;
Z : 3 m ngf.
Cadastre : 1987 A2 nos 138‑140

546Historique
Site découvert par A.‑M. Vigoureux (1973 : no 15, croquis) : « Venant de Saint‑Mitre vers Fos par la D50, tourner à la première à droite vers Saint‑Blaise ; à 1 km environ on remarque à droite, dans un champ, un puits, et de l’autre côté de la route en contrebas, coule une source, près de laquelle se trouve l’auge "sarcophage" dont nous donnons une description ». La cuve mentionnée n’a pas été retrouvée en février 1988 (Trément 1994 : SM‑062).

547Structures
Cuve monolithique de 1,46 m de long, 0,66 m de large et 0,50 m de haut aménagée dans du calcaire. La largeur des parois est comprise entre 0,06 et 0,08 m.

SM‑32 – Les Fourques

548Oppidum (iie s. av. n.è.‑ier s. de n.è.)
Xa : 816,715 ; Xb : 816 ; 765 ; Ya : 130,775 ; Yb : 130,875 ;
Z : 100 m ngf ; S : 1 000 m2
Cadastre : 1987 C1 nos 46‑52, 75‑76, 87‑90

549Historique
I. Gilles (1887 : 491) décrit ainsi le site : « Le Coulet des Fourches, monticule isolé, situé au sud, à 7 ou 800 mètres de ce village [Saint‑Mitre] et à l’est de l’étang du Pourra. La superficie de son sommet est peu considérable, et les débris de murailles et de poteries celtiques, peu nombreux ; mais nous devons croire malgré cela, qu’il a été longtemps habité, si nous en jugeons par les profondes rainures des roues de chars qui sillonnent la roche, sur la cime ouest du cône ». Site prospecté par G. Senès dans les années 80. Ramassage systématique en février 1988 et avril 1990 (Trément 1994 : SM‑042).

550Structures
Le mamelon nord, le plus élevé et le plus vaste des deux, est fermé au sud par un mur de pierre sèche d’axe est‑ouest dont les éboulis sont encore nettement visibles sur une longueur de 20 m, une largeur de 3 m et une hauteur de 1 m.

551Inventaire du mobilier
L’intégralité du matériel est concentrée sur le mamelon nord.
Céramique protohistorique (101 fr.) Campanienne A (17 fr. dont Lamb.5/7, 8Bc, 28/31, 31) Campanienne B (6 fr. dont B5) Campanienne C (3 fr.) Céramique italique (11 fr.) Commune engobée (4 fr.) Commune claire (14 fr.) Commune oxydante (14 fr.) Commune grise (2 fr.) Commune brune (2 fr.) Commune réductrice (2 fr.) Amphore italique (99 fr. dont Dr.1A, 1 C) Amphore marseillaise tardive (2 fr. dont Bertucchi 6) Amphore gauloise (3 fr.) Dolium (13 fr.) Parure (1 huître percée utilisée comme pendentif) Basalte (1 éclat de meule) Silex (1 éclat ?)

SM‑33 – Péricard

552Site préhistorique (Néolithique final couronnien), épandage antique lié à la villa de Péricard (SM‑34)
Xa : 816,425 ; Xb : 816,510 ; Ya : 130,225 ; Yb : 130,350 ;
Z : 25/27 m ngf ; S : 3 600 m2
Cadastre : 1987 C8 no 737

553Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en avril 1990 (Trément 1994 : SM‑100).

554Inventaire du mobilier
Céramique couronnienne (65 fr. dont 2 bo., 1 cordon, 1 mamelon) Céramique fine romaine (2 fr.) Claire A (2 fr.) Commune oxydante (3 fr.) Amphore italique (1 fr.) Silex (3 éclats) Coquillages (pectens)

SM‑34 – Péricard

555Villa (ier s. av. n.è./vevie s. de n.è.), indices de fréquentation (Néolithique moyen, final)
Xa : 816,60 ; Xb : 816,70 ; Ya : 129,95 ; Yb : 130,10 ; Z : 25/28 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1987 C8 nos 737, 1322

556Historique
Site décrit par A.‑M. Vigoureux (1973 : no 12). Prospecté dans les années 80 par G. Senès. Ramassage systématique en février 1988 (Trément 1994 : SM‑006).

557Structures
Murs construits en petits moellons réguliers liés au mortier de chaux. Sol en béton de tuileau avec joint en quart‑de‑rond. Description dans le texte.

558Matériaux de construction
Tegulae (très nombreuses) Opus caementicium (plusieurs fr.) Briques de chauffage (18 fr.) Tubuli (1 fr.) Enduit mural (45 fr. rouges) Marbre (1 fr. de marbre blanc, ép. : 18 mm) Éléments architectoniques (1 chapiteau de colonne, 1 fût de colonne cannelée, auges en pierre taillée ?)

559Inventaire du mobilier
Campanienne B (3 fr.) Céramique à vernis rouge pompéienne (1 fr.) Sigillée italique (8 fr. dont Goud.20/25, 23, 25, 32, 33 ?) Paroi fine (17 fr.) Sigillée gauloise (77 fr. dont marbrée, Ritt.5, Drag.15/17, 16, 18/31, 24/25, 27, 29, 33, 35/36, 37) Claire A (181 fr. dont Hayes 6, 8, 8B, 9, 14A, 14B, 17 A ?, 18, 23, 23 B, 31, 33) Africaine de cuisine (145 fr. dont Hayes 182, 185, 196A, 196B, 197) Claire C (44fr. dont Hayes 48A, 49, 50A) Claire D (12 fr. dont Hayes 58, 59, 87B, 91) Claire B (112 fr. dont Desbat 1, 2/3, 8/12, 12, 15, 16, 19, 26, 53, 66, 67, 67/73, 86) Luisante (22 fr. dont Lamb.1/3, 4/36, 14/26, 24/25) Sigillée tardive estampée (3 fr.) Commune engobée (26 fr.) Commune claire (21 fr.) Commune oxydante (8 fr.) Commune oxydante siliceuse (40 fr. dont types A1 et A2/3 de ComOM, A4 de ComEM) Rouge et noire globulaire (23 fr.) Commune grise (67 fr. dont Goud.2e) Commune brune (16 fr.) Commune réductrice (44 fr.) Commune réductrice peignée noire (2 fr.) Modelée réductrice micacée (3 fr.) Amphore italique (1 fr.?) Amphore marseillaise (1 fr.) Amphore bétique (4 fr. dont Dr.20) Amphore gauloise à pâte beige (5 fr. dont G4) Amphore africaine (17 fr. dont Keay LXII, LVA ?) Amphore divers (1 fr.) Dolium (nombreux fr.) Verre (8 fr.) Monnaie (1 bronze de Dioclétien) Scories (1 scorie dense) Basalte (2 meules) Matériel lithique (1 lamelle chasséenne, 1 éclat de silex Néolithique final)

SM‑35 – Mauvegeane

560Établissement (Néolithique final, ieriier s. de n.è., veviie s. de n.è.), traces d’occupation (xiexiie s. de n.è.)
Xa : 818,300 ; Xb : 818,425 ; Ya : 132,300 ; Yb : 132,415 ;
Z : 30/35 m ngf ; S : 6 000 m2
Cadastre : 1987 B8 nos 803‑804

561Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑117).

562Matériaux de construction
7 tegulae

563Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (20 fr.) Sigillée gauloise (5 fr. dont Drag.27 ?) Claire A (5 fr. dont Hayes 6B, 8 ?) Sigillée tardive estampée (3 fr.) Commune claire (4 fr.) Commune oxydante (8 fr.) Commune grise (71 fr. dont A2, A4, A6, D2) Commune brune (7 fr.) Pégau (1 fr. à décor à la roulette) Amphore hispanique à saumure (1 fr. Dr.7‑11) Amphore gauloise (3 fr.) Amphore africaine (62 fr. dont Keay LXIA, LXII) Amphore divers (4 fr.) Dolium (3 fr.) Verre (1 fr.) Pierre ollaire (3 fr.) Basalte (4 fr. de meule) Scorie (3 dont 2 denses) Coquillages (nombreux pectens et huîtres) Matériel lithique (1 percuteur, 2 grattoirs courts, 1 lame ou pointe en cours de taille, 2 éclats corticaux, 10 éclats de débitage de silex)

SM‑36 – Mauvegeane

564Établissement (Néolithique ancien, moyen, final, Chalcolithique), indice de site (iieiiie s. de n.è.)
Xa : 818,540 ; Xb : 818,625 ; Ya : 132,325 ; Yb : 132,385 ;
Z : 50/55 m ngf ; S : 3 500 m2
Cadastre : 1987 B8 nos 806‑807, 840

565Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑118).

566Matériaux de construction
tegula ?

567Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (174 fr. dont 11 bo., 5 mamelons, 2 languettes, 1 anse perforée) Sigillée gauloise (1 fr.) Claire A (1 fr. Hayes 8) Commune claire (1 fr.) Commune oxydante (1 fr.) Commune oxydante siliceuse (1 fr.) Commune brune (1 fr.) Amphore italique (1 fr.?) Amphore africaine (6 fr.) Coquillages (pectens, coques, huîtres...) Matériel lithique (1 pointe de flèche tranchante en trapèze, 1 lame encochée, 8 éclats de lamelle en silex blond, 1 burin, 1 fr. de lamelle retouché, 1 éclat de lame, 53 éclats débités)

SM‑37 – Mauvegeane

568Indices d’occupation (Néolithique final ?), établissement (fin ier s. av. n.è.‑iers. de n.è.)
Xa : 818,80 ; Xb : 818,90 ; Ya : 132,35 ; Yb : 132,47 ; Z : 75/90 m ngf ; S : 6 000 m2
Cadastre : 1987 B8 no 815

569Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑119).

570Matériaux de construction
Très nombreux fr. de tegulae

571Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (25 fr.) Céramique italique (9 fr.) Céramique à vernis rouge pompéienne (2 fr.) Sigillée italique (8 fr. dont Goud.15, 20/22, 26/28, 27) Paroi fine (7 fr.) Sigillée gauloise (39 fr. dont Ritt.8, Lœschcke 1B/3B, Drag.2/21, 16, 24/25, 29b, 33, 35/36, estampille [OF. MA...], c’est‑à‑dire OF. MAIO ou OF. MACCAR) Africaine de cuisine (1 fr. Hayes 196) Commune claire (10 fr.) Commune engobée (2 fr.) Commune oxydante siliceuse (5 fr.) Grise dite « de Vaison » (5 fr.) Commune brune (2 fr.) Amphore italique (8 fr.) Amphore marseillaise (6 fr.) Amphore gauloise (5 fr. dont G4) Amphore divers (6 fr.) Dolium (2 fr.) Verre (4 fr.) Basalte (1 fr. de meule) Coquillages (pectens, huîtres et coques abondants) Silex (2 éclats à traces conchoïdales ?)

SM‑38 – Loubière

572Indices d’occupation ou épandage (Préhistoire, Antiquité)
Xa : 818,98 ; Xb : 819,05 ; Ya : 132,15 ; Yb : 132,20 ; Z : 70/75 m ngf ; S : 2 500 m2
Cadastre : 1987 B8 no 837

573Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑161).

574Inventaire du mobilier
Le matériel provient soit d’un colluvionnement de versant, soit d’un site enfoui sur place.
Sigillée gauloise (1 fr.) Commune grise (3 fr.) Modelée (2 fr.) Matériel lithique (3 éclats de silex, 1 galet de serpentine)

SM‑39 – Le Lèbre

575Structure en hémicycle à dalles orthostates (non datée)
X : 818,65 ; Y : 132,00 ; Y : 130 m ngf ; S : 50 m2
Cadastre : 1987 C5 no 520

576Historique
Site découvert par C. Di Puma dans les années 80. Prospecté en mars 1988 (Trément 1994 : SM‑061).

577Structures
Structure semi‑circulaire ouverte au nord de 16,30 m de diamètre, constituée de dalles calcaires orthostates sommairement taillées et irrégulières apparentes sur une hauteur d’environ 0,70 m.

SM‑40 – Figuerolles

578Indice de site (iieier s. av. n.è.‑ier s. de n.è., vevie s. de n.è.?)
Xa : 819,70 ; Xb : 819,80 ; Ya : 131,70 ; Yb : 131,80 ; Z : 15/20 m ngf ; S : n. d.

579Historique
A. ‑M. Vigoureux (1973 : no 17) note à propos de la bergerie située au sud‑est de la bastide de Figuerolles : « La prospection a livré, outre de la céramique d’époque moderne, un intéressant rebord de céramique grise d’époque plus ancienne ». B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 143) confirment une fréquentation de ce secteur dans l’Antiquité : « À Figuerolles se détache, à droite de notre itinéraire, un petit chemin de terre et de pierrailles qui descend vers l’étang de Berre. Il est empierré, mais très raviné et creusé des ornières [...]. Jalonné de pierres dressées, et perdu dans la végétation, il encercle un site antique où nous avons trouvé beaucoup de céramique ». Le site en question se localise au nord de la bastide précédente. Nos prospections, rendues difficiles par la densité du couvert végétal, n’ont donné aucun résultat dans ce secteur. Quelques tessons isolés de céramique grise ont été recueillis dans le vallon et en bordure de l’étang de Berre (Trément 1994 : SM‑167).

580Structures
B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 143) notent « dans la falaise un niveau visible d’habitat ».

581Inventaire du mobilier
Mobilier recueilli par B. Bouloumié et J. Soyer au sommet de la butte, sur une superficie réduite.
Modelée protohistorique (fr. peignés de l’âge du Fer) Claire hellénistique (1 fr.) Claire marseillaise (3 fr.) Campanienne A tardive (1 fr.) Sigillée italique (plusieurs fr.) Commune gallo‑romaine (4 fr.) Commune grise tardive (plusieurs fr.) Amphore italique (plusieurs fr.) Amphore hispanique (plusieurs fr.) Dolium (plusieurs fr.) Revêtement de four (plusieurs fr.)

SM‑41 – Les Clapières

582Établissement (vevie s. de n.è.)
Xa : 817,800 ; Xb : 817,880 ; Ya : 131,560 ; Yb : 131,700 ;
Z : 30/40 m ngf ; S : 6 000 m2
Cadastre : 1987 B10 nOS 964‑968

583Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 après un incendie (Trément 1994 : SM‑115).

584Inventaire du mobilier
Claire D (1 fr.) Sigillée tardive estampée (3 fr.) Commune claire (3 fr.) Commune oxydante (5 fr.) Commune grise (40 fr. dont A4) Commune brune (2 fr.) Modelée (5 fr.) Amphore africaine (19 fr. dont Keay XXXVA) Amphore orientale (2 fr. LRA1) Amphore divers (4 fr.) Dolium (2fr.)

SM‑42 – Les Clapières

585Indices d’occupation (vie s. av. n.è.), établissement (fin ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è.)
Xa : 818,050 ; Xb : 818,170 ; Ya : 131,375 ; Yb : 131,650 ;
Z : 45/50 m ngf ; S : 7 000 m2
Cadastre : 1987 B9 nos 873‑874

586Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑114).

587Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (6 fr. dont Drag.29, 35/36, 37) Commune claire (4 fr.) Commune oxydante (2 fr.) Modelée (7 fr.) Amphore étrusque (1 fr.) Amphore marseillaise (6 fr.) Amphore italique (1 fr.) Amphore africaine (1 fr.) Amphore divers (6 fr.) Dolium (2 fr.) Verre (1 fr.) Silex (1 éclat)

SM‑43 – Les Roqualèdes

588Indice de site (vie s. av. n.è., iie s. av. n.è., ieriie s. de n.è.)
Xa : 817,625 ; Xb : 817,700 ; Ya : 131,250 ; Yb : 131,350 ;
Z : 70/75 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1987 B11 nos 1006‑1010

589Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑116).

590Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (1 fr.) Claire A (1 fr.) Commune grise (2 fr.) Commune réductrice (1 fr.) Modelée (1 fr.) Amphore étrusque (1 fr.) Amphore italique (1 fr. Dr.1A ?)

SM‑44 – Niveau

591Établissement (fin ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 818,010 ; Xb : 818,075 ; Ya : 131,165 ; Yb : 131,225 ;
Z : 40/45 m ngf ; S : 1 500 m2
Cadastre : 1987 C4 nos 413‑415

592Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑111).

593Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (1 fr.) Commune africaine (1 fr.) Sigillée tardive estampée (11 fr.) Commune claire (4 fr.) Commune oxydante (3 fr.) Commune grise (33 fr. dont A1, A3, A4) Commune brune (2 fr.) Modelée (2 fr.) Amphore italique (2 fr.) Amphore bétique (2 fr.) Amphore gauloise (1 fr. G4) Amphore africaine (7 fr. dont Keay LXIIA)

SM‑45 – Les Clapières

594Site protohistorique (vie s. av. n.è.), établissement agricole (ier s. av. n.è.‑début viie s. de n.è.), dépotoir (ve s. de n.è.– début vie s. de n.è.)
Xa : 818,215 ; Xb : 818,335 ; Ya : 131,250 ; Yb : 131,400 ;
Z : 50/55 m ngf ; S : 8 000 m2
Cadastre : 1987 C4 nos 361‑366

595Toponymie
Le toponyme Magrignane pourrait dériver du nom d’un propriétaire gallo‑romain.

596Historique
Site découvert par G. Senès en 1985. Ramassage systématique en janvier 1988. Sondages en 1988‑1989 dans le dépotoir tardo‑antique (Trément, Brien‑Poitevin 1989 ; Trément 1994 : SM‑005).

597Matériaux de construction
Tegulae, imbrices, opus caementicium, mortier de chaux englobant de nombreux éclats de tuiles et de coquillages

598Inventaire du mobilier de surface
Campanienne B (1 fr.) Paroi fine (5 fr.) Sigillée italique (3 fr.) Sigillée gauloise (45 fr. dont Drag.4/22/23, 18/31, 27, 35/36) Claire A (18 fr. dont Hayes 3, 14B, 23) Africaine de cuisine (8 fr. dont Hayes 184 ?, 196, 197) Claire B/luisante (5 fr. dont Lamb.8) Claire C (4 fr. dont Hayes 50A) Claire D (4 fr. dont Hayes 99, 103) Sigillée tardive estampée (46 fr. dont Rigoir 4 ?, 18, 21 ?) Commune engobée (1 fr.) Commune claire (45 fr.) Commune oxydante (25 fr. dont A1 de ComOM) Rouge et noire globulaire (17 fr.) Commune grise (156 fr. dont A1, A4, A6, B2, B3, D2, H, J ?) Commune brune (44 fr.) Modelée (17 fr.) Amphore étrusque (16 fr. dont Py 3) Amphore marseillaise (6 fr.) Amphore italique (4 fr. dont Dr.1A/B, 1C) Amphore tarraconaise (3 fr. dont Dr.2/4) Amphore bétique (2 fr.) Amphore gauloise (5 fr. dont G4, G6/7/9 ou Dr.2/4) Amphore africaine (43 fr.) Amphore orientale (5 fr. dont LRA1) Amphore divers (5 fr.) Monnaie (1 bronze d’Antonin le Pieux) Dolium (nombreux fr.) Verre (11 fr. dont Isings 109/111) Basalte (1 meule dormante, plusieurs fr.) Scories Coquillages (très abondants) Silex (1 éclat)

599Inventaire du mobilier des sondages
Sigillée gauloise (10 fr. dont Drag.15/17, 35/36) Claire A (27 fr. dont Hayes 9, 14A, 23B, 171) Africaine de cuisine (21 fr. dont Hayes 184 ?, 196, 197) Claire B/luisante (19 fr. dont Lamb.1/3 ?, 8, 14/26, Desbat 26 ?) Claire D (15 fr. dont Hayes 61/87/104A ?) Sigillée tardive estampée (138 fr. dont Rigoir 2, 3, 4, 6, 18, 21, 24, 23/49) Commune africaine (34 fr. dont types 2, 4/5/23 ?, 15 ?, 37 ?, 40 ?) Commune engobée (15 fr.) Commune claire (147 fr.) Commune oxydante (33 fr.) Commune oxydante micacée (33 fr.) Commune oxydante siliceuse (52 fr. dont type A1 de ComOM) Commune grise (438 fr. dont A1, A2, A3, A4, B1, B2, B3 ?, E1, E2, F, G, K) Commune brune (137 fr.) Commune brune pisolithique (14 fr.) Commune noire micacée à surface externe rousse (3 fr.) Gobelets brun orangé à couverte grise (10 fr.) Modelée (4 fr.) Amphore tarraconaise (3 fr.?) Amphore bétique (4 fr.?) Amphore gauloise (16 fr.) Amphore africaine (128 fr. dont Keay III, LV) Amphore orientale (105 fr. dont LRA1 avec marque peinte ocre) Amphore divers (9 fr.) Dolium (5 fr.) Verre (5 fr. dont 1 bo. de verre coupé, 1 pied conique Isings 109 ?) Plomb (2 coulées dont 1 de forme fuselée) Pierre (1 petit galet de roche verte de 29x21x14 mm) Basalte (1 gros fr. de meule rotative, 2 fr.) Silex (1 déchet de taille) Charbon (présence de petits charbons de bois en quantité limitée dans tous les sondages) Ossements (ossements animaux en assez faible quantité par rapport aux coquillages) Coquillages (très abondants dans tous les sondages, principalement des pectens et des huîtres)

SM‑46 – Niveau

600Établissement (Néolithique final, vie s. av. n.è., ier s. av. n.è./iieiiie s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 818,125 ; Xb : 818,210 ; Ya : 131,175 ; Yb : 131,275 ;
Z : 40/45 m ngf ; S : 5 000 m2
Cadastre : 1987 C4 nOS 402‑404

601Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑113).

602Matériaux de construction
Tegulae (3) Pierre (1 pierre taillée)

603Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (39 fr. dont cordon ou mamelon) Sigillée italique (1 fr. Goud.18) Paroi fine (1 fr.) Sigillée gauloise (18 fr. dont Drag.18/31, 24/25, 27, 33) Claire A (1 fr. Hayes 9) Luisante (3 fr.) Sigillée tardive estampée (3 fr.) Commune claire (12 fr.) Commune oxydante (3 fr.) Commune grise (12 fr.) Commune brune (5 fr.) Amphore étrusque (5 fr.) Amphore marseillaise (5 fr.) Amphore italique (12 fr.) Amphore tarraconaise (5 fr. dont Dr.2‑4) Amphore bétique (7 fr.) Amphore gauloise (6 fr. dont G4) Amphore africaine (9 fr. dont Keay LVA) Amphore divers (7 fr.) Dolium (6 fr.) Scorie (1)

SM‑47 – Niveau

604Indice de site (vie s. av. n.è., ier s. de n.è., ve s. de n.è.)
Xa : 818,150 ; Xb : 818,250 ; Ya : 131,025 ; Yb : 131,150 ;
Z : 45/50 m ngf ; S : 2 500 m2
Cadastre : 1987 C4 nos 395, 406‑408

605Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑112).

606Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (1 fr.) Paroi fine (1 fr.) Sigillée tardive estampée (1 fr.) Commune oxydante (2 fr.) Commune grise (1 fr.) Modelée (3 fr.) Amphore étrusque (2 fr.) Amphore africaine (1 fr.) Dolium (1 fr.)

SM‑48 – Magrignane

607Établissement (ieriie s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 818,12 ; Xb : 818,31 ; Ya : 130,79 ; Yb : 130,97 ;
Z : 50/65 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1987 C3 nos 290‑297

608Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 après un incendie (Trément 1994 : SM‑108).

609Matériaux de construction
tegulae

610Inventaire du mobilier
Sigillée italique (2 fr. dont Lœschcke 12) Sigillée gauloise (3 fr.) Claire A (2 fr Hayes 9, 23) Africaine de cuisine (3 fr. dont Hayes 196, 197) Claire B/luisante (4 fr.) Sigillée tardive estampée (4 fr. dont Rigoir 35) Sigillée tardive estampée orangée (1 fr.) Commune claire (5 fr.) Commune oxydante (8 fr.) Commune grise (97 fr. dont A2 ?, A4, A8 ?, B2, D1, J ?, L1) Commune brune (7 fr.) Modelée (6 fr.) Amphore italique (8 fr. dont Dr.1) Amphore marseillaise (1 fr.?) Amphore bétique (1 fr.?) Amphore gauloise (2 fr.) Amphore africaine (65 fr. dont LXIB/LXII) Amphore orientale (3 fr. LRA1) Amphore divers (6 fr.) Dolium (33 fr.) Verre (2 fr.) Pierre ollaire (2 fr. de vase tourné, diam. : 20 cm) Basalte (4 fr. de meule) Scorie (4) Silex (2 éclats débités)

SM‑49 – Collet‑Redon

611Habitat perché (Néolithique moyen‑final, Bronze ancien‑moyen, vieve s. av. n.è., ier s. de n.è.)
Xa : 817,80 ; Xb : 818,10 ; Ya : 130,70 ; Yb : 130,95 ; Z : 80/111 m ngf ; S : 20 000 m2
Cadastre : 1987 C3 nOS 300‑330

612Historique
Site découvert en 1985 par G. Senès. Ramassage systématique en janvier 1988 (Trément 1994 : SM‑014).

613Inventaire du mobilier
Très fragmenté et dispersé, le mobilier provient du sommet de la butte, où il fait totalement défaut, à l’exclusion d’un gros fragment de panse d’amphore étrusque. Céramique préhistorique (253 fr. dont plusieurs chasséens, 4 cordons et 5 mamelons chalcolithiques, 4 anses en ruban du Bronze ancien, 1 anse rivetée et 2 fr. carénés du Bronze ancien ou moyen, 4 anses ad ascia, 12 bords) Paroi fine (2 fr.) Commune claire (1 fr.) Commune grise kaolinitique (7 fr.) Commune brune (4 fr.) Amphore étrusque (1 fr.) Amphore ibéro‑punique (1 fr.) Amphore marseillaise (2 fr.) Métal (1 coulée de plomb) Basalte (1 meule à trémie presque entière, plusieurs gros fr. de meule) Scorie (6) Matériel lithique (1 demi‑fusaïole, 1 éclat de roche verte taillée en forme de hache inachevée, 15 éclats de silex débités)

SM‑50 – Magrignane

614Établissement (vevie s. de n.è.)
Xa : 818,130 ; Xb : 818,180 ; Ya : 130,600 ; Yb : 130,675 ;
Z : 55/65 m ngf ; S : 2 500 m2
Cadastre : 1987 C3 nOS 338‑339

615Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 après un incendie (Trément 1994 : SM‑107).

616Matériaux de construction
tegula

617Inventaire du mobilier
Modelée préhistorique (3 fr. Néolithique final) Sigillée tardive estampée (7 fr. dont Rigoir 24) Commune claire (1 fr.) Commune oxydante siliceuse (2 fr.) Commune grise (39 fr. dont A1, A2, F) Amphore italique (1 fr.?) Amphore gauloise (3 fr.?) Amphore africaine (22 fr.) Amphore divers (14 fr.) Scorie (1 grosse scorie dense) Silex (1 éclat ?)

SM‑51 – Magrignane

618Établissement (fin ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 818,325 ; Xb : 818,500 ; Ya : 130,700 ; Yb : 130,875 ; Z : 50 m ngf ; S : 5 000 m2
Cadastre : 1987 C4 nos 375‑376, 385, 388‑ 389

619Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑109).

620Matériaux de construction
tegulae

621Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (1 fr.) Claire D (2 fr. dont Hayes 99/103 ?) Commune oxydante (3 fr.) Commune grise (17 fr. dont A2, A4, D1) Amphore italique (3 fr. dont Dr.1) Amphore tarraconaise (1 fr. Dr.2‑4) Amphore africaine (3 fr. dont Keay IIIA) Amphore divers (1 fr.) Dolium (5 fr.) Basalte (1 gros fr. de meule) Scorie (1) Silex (1 éclat conchoïdal)

SM‑52 – Le Lèbre

622Indices d’occupation (vie s. av. n.è., iieiers. av. n.è.), établissement (ieriie s. de n.è., ve/vieviie s. de n.è.)
Xa : 818,40 ; Xb : 818,75 ; Ya : 130,75 ; Yb : 131,00 ; Z : 50/60 m ngf ; S : 6 000 m2
Cadastre : 1987 C5 nos 495, 1049, 1057

623Historique
Site découvert par A.‑M. Vigoureux (1973 : no 11/1), qui le décrit en ces termes : « Sur une petite avancée de la terrasse dans un bois de pins, la prospection au sol a fourni une grande abondance de céramique commune. Celle‑ci est malheureusement indatable dans l’état actuel de nos connaissances, mais assurément d’époque gallo‑romaine. Par ailleurs, un amoncellement de pierres témoigne d’un habitat effondré : on y trouve en effet de nombreuses tegulae ». Prospection systématique en janvier 1988 et février 1990 (Trément 1994 : SM‑025).

624Structures
Amoncellements de pierres : d’importants amoncellements de pierres mêlées de tegulae ceinturent le petit éperon qui domine de quelques mètres la zone de ramassage.
Seuils en pierre : deux seuils monolithiques à rainure longitudinale de facture très sommaire aménagés dans de la molasse calcaire ont été découverts sur le versant nord‑ouest du petit éperon (dimensions : 0,85 x 0,62 m et 0,74 x 0,42 m).
Bloc taillé en remploi : un gros bloc taillé parallélépipédique de 1 x 0,42 x 0,35 m a été retrouvé en remploi dans un mur de restanque sur le site même.

625Matériaux de construction
7 fr. de tegulae, nombreux fr. d’imbrices

626Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (2 fr. dont Drag.33) Africaine de cuisine (1 fr. Hayes 196) Claire D (7 fr. dont Hayes 64, 84, 87A) Sigillée tardive estampée (27 fr. dont Rigoir 18, 26 ?, 29) Commune claire (1 fr.) Commune oxydante siliceuse (8 fr. dont A1 de ComOM) Commune grise (74 fr. dont A2, A2A, A4, A6, B1, B3) Commune brune (8 fr.) Modelée (19 fr.) Amphore étrusque (1 fr.) Amphore italique (6 fr. dont Dr.1 ?) Amphore marseillaise (2 fr.) Amphore bétique (2 fr.) Amphore gauloise (10 fr.) Amphore africaine (117 fr. dont Keay XXVII, LVIB, LXII) Amphore orientale (3 fr. dont LRA1, 2) Amphore divers (7 fr.) Dolium (2 fr.) Pierre ollaire (2 fr.) Scories (4 dont 3 denses) Silex (2)

SM‑53 – Magrignane

627Traces d’occupation (Néolithique final ?, vie s. av. n.è.), établissement (fin ier s. av. n.è.‑ier s. de n.è., vevie s. de n.è.), sépulture (Bas‑Empire).
Xa : 818,550 ; Xb : 818,710 ; Ya : 130,725 ; Yb : 130,875 ; Z : 50/60 m ngf ; S : 6 000 m2
Cadastre : 1987 C4‑5 nos 377, 384, 481‑ 485, 1054

628Historique
Site inédit découvert en prospection systématique en février 1990 (Trément 1994 : SM‑110). Fouille d’une sépulture en mai 1990.

629Sépulture
À proximité du site, sur un talus dominant la dépression de Magrignane, tombe en coffrage de tegulae orientée est‑ouest. Squelette mal conservé, tête à l’ouest. Absence de mobilier à l’exception d’un escargot marin déposé près de la tête. Fond de la tombe constitué de deux grosses dalles calcaires.

630Inventaire du mobilier
Sigillée gauloise (5 fr. dont Ritt.1, Drag.27) Africaine de cuisine (1 fr. Hayes 196 tardif) Luisante (3 fr.) Commune claire (3 fr.) Commune oxydante (2 fr.) Commune grise (3 fr.) Commune brune (2 fr.) Modelée (4 fr.) Amphore étrusque (1 fr.) Amphore italique (2 fr.) Amphore tarraconaise (2 fr.) Amphore africaine (11 fr. dont Keay LXI/LXII) Amphore divers (1 fr.) Dolium (1 fr.) Coquillages (pectens) Silex (1 gros rejet de taille, 2 éclats débités)

SM‑54 – Le Lèbre

631Bloc d’assise de jumelles de pressoir (Antiquité)
X : 818,85 ; Y : 130,85 ; Z : 70 m ngf
Cadastre : 1987 C5 no 821

632Historique
Site découvert par A.‑M. Vigoureux (1973 : no 11/2, croquis) : « L’étang de Magrignane est flanqué à l’est par un long plateau (à relief tabulaire) allongé du nord au sud. Le versant qui surplombe l’étang descend en gradins et à la cote 60 forme une belle terrasse sur laquelle s’échelonnent du nord au sud trois sites ». Le site en question a été prospecté sans résultat en février 1990 (Trément 1994 : SM‑072).

633Structures
A.‑M. Vigoureux décrit un élément supposé de pressoir antique : « À la cote 70, on découvre les ruines d’une maison (bastidon), et près de celle‑ci une pierre taillée, qui pourrait être un élément d’un antique pressoir à huile. En effet la pierre est entaillée de deux cavités carrées où pouvaient venir se fixer les arbores, et évoque un pedicinus. On peut noter cependant que les cavités sont assez peu profondes (6,5 cm). Par ailleurs, on n’a pas retrouvé les autres éléments (contrepoids) aux alentours, qui seraient venus confirmer cette interprétation ». D’après le croquis d’A.‑M. Vigoureux, il s’agirait d’un bloc de calcaire parallélépipédique de 1,04 x 0,46 x 0,16 m dans lequel deux encoches de 0,26 x 0,22 m ont été aménagées. Sur la face antérieure du bloc, une cavité régulièrement taillée de 0,22 m de large et 0,06 m d’épaisseur servait à fixer l’ensemble sur un support.

SM‑55 – Magrignane

634Indice de site (Antiquité)
X : 818,85 ; Y : 130,55 ; Z : 55/60 m ngf ; S : n. d.
Cadastre : 1987 C5 nos 465‑468

635Historique
Site découvert par A.‑M. Vigoureux (1973 : no 11/3), qui décrit le secteur en ces termes : « L’étang de Magrignane est flanqué à l’est par un long plateau (à relief tabulaire) allongé du nord au sud. Le versant qui surplombe l’étang descend en gradins et à la cote 60 forme une belle terrasse sur laquelle s’échelonnent du nord au sud trois sites. La situation semble très favorable à l’implantation d’un habitat : adossé à une colline, surplombant une zone de terres alluviales (avec cependant quelques problèmes d’assèchement), situé sur une zone de passage naturel du nord au sud (de Massane à Martigues) ». Les coordonnées fournies par l’auteur ne correspondent pas au pointage du site sur sa carte (Trément 1994 : SM‑141).

636Mobilier
A.‑M. Vigoureux signale un « secteur où la densité de la céramique commune est importante ». Elle ajoute que « parmi d’abondants fragments, on note deux culs d’amphores et une anse. Le tout est mêlé à de la poterie beaucoup plus récente, mais qui indique la tradition d’un habitat à cet endroit ».

SM‑56 – Courtine

637Établissement agricole (fin ier s. av. n.è.– iie s. de n.è., vevie s. de n.è.)
Xa : 818,00 ; Xb : 818,20 ; Ya : 129,80 ; Yb : 129,90 ; Z : 55/75 m ngf ; S : 10 000 m2
Cadastre : 1987 C7 nos 665‑675

638Toponymie
Le toponyme Magrignane pourrait dériver du nom d’un propriétaire gallo‑romain. Les noms dérivés de la racine curtis (courtine) indiquent parfois le démembrement d’un grand domaine gallo‑romain à l’époque barbare (Grenier 1931, VI, 2 : 915).

639Historique
La Statistique (Villeneuve 1824 : 305, 934‑ 935) et l’Encyclopédie des Bouches‑du‑Rhône (Bergounhoux, Masson 1933 : 256) signalent plusieurs villae et établissements romains sur les rives de l’étang de Magrignane. La Forma (1936 : no 294) mentionne une villa à Courtine. A.‑M. Vigoureux (1973 : no 1) localise une villa sur le flanc sud de la colline des Colles. Ramassage systématique en janvier 1988 (Trément 1994 : SM‑008).

640Matériaux de construction
Tegulae, opus caementicium, enduit peint rouge et brun.

641Inventaire du mobilier
Sigillée italique (4 fr. dont Goud.27/33, 38) Paroi fine (2 fr.) Sigillée gauloise (24 fr. dont Ritt.5 ?, Drag.4/22/23, 24/25, 27, 33, 37, Herm.31 ?) Claire A (2 fr. dont Hayes 8) Africaine de cuisine (1 fr.) Claire D (2 fr. dont Hayes 87B) Claire B (1 fr.) Sigillée tardive estampée (3 fr. dont Rigoir 26) Lampe (1 fr.) Commune claire (9 fr.) Commune oxydante (7 fr.) Commune grise (19 fr. dont A1, A4, B1) Commune brune (5 fr.) Modelée oxydante (9 fr.) Amphore bétique (5 fr. dont Dr.20) Amphore gauloise (4 fr. dont G4) Amphore romaine à saumure (1 fr.) Amphore africaine (7 fr. dont Keay LXII) Amphore divers (8 fr.) Verre (2 fr. dont Isings 109/111) Dolium (nombreux fr.) Coquillages (pectens assez abondants) Basalte (1 fr. de meule) Sole de four (quelques fr.) Scories (2 scories denses) Silex (2 éclats débités)

Table des illustrations

Légende FIG. 123 ‒ Carte de localisation des sites.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search