Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Conclusion

Conclusion

Conlusión

Résumé

L’agglomération protohistorique de Saint‑Blaise a marqué durablement l’organisation de l’espace, longtemps après son abandon. Cet héritage est certainement un signe des limites de la romanisation dans le midi de la Gaule.

Texte intégral

1En guise de conclusion, il convient de se demander dans quelle mesure les questions posées en introduction ont reçu des éléments de réponse. Le premier objectif était de définir les principales étapes de l’occupation du sol dans le secteur des Étangs de Saint‑Blaise et de replacer les établissements majeurs des différentes époques dans le paysage habité. Dès 1988, les prospections à maille large réalisées sur l’ensemble de la zone étudiée m’avaient permis d’en saisir les grandes phases. Ainsi le Néolithique final apparaissait‑il comme une période d’expansion du peuplement, tout comme le premier âge du Fer. Des éléments de continuité étaient mis en évidence à l’âge du Bronze. Le deuxième âge du Fer apparaissait en revanche beaucoup moins nettement, la masse considérable des amphores italiques étant d’abord interprétée comme le signe d’une continuité, voire d’une densification de l’habitat dispersé hérité du premier âge du Fer, sous l’effet du développement de l’agglomération de Saint‑Blaise. Force fut bien d’admettre, lors des prospections ultérieures, que la carte de répartition de ces artefacts se superposait exactement à celle de l’habitat augustéen. Il devenait du même coup très difficile de définir la nature de l’occupation du sol aux iie et ier s. av. J.‑C., faute d’indicateurs chronologiques suffisamment fiables. Lors de cette première étape, en revanche, les caractéristiques de l’habitat du Haut‑Empire et de la fin de l’Antiquité apparurent déjà très clairement, l’un des phénomènes les plus notoires résidant dans le volume considérable du mobilier daté des ve et vie s.

2Les prospections systématiques réalisées à partir de 1989 ont largement confirmé le schéma d’évolution précédent. Leur apport a été double : d’une part, elles ont permis de recueillir une masse d’artefacts très importante, dont la qualité autorisait une approche « céramologique » proche de celle qui est appliquée au mobilier de fouille ; d’autre part, l’exploration systématique d’unités de paysage homogènes allait donner une vision beaucoup plus exacte de la densité réelle du peuplement et de ses modalités, pour des périodes chronologiquement mieux définies. De fait, les résultats exposés ici présentent un degré de finesse rarement atteint sur des données de prospections, tant du point de vue chronologique que spatial. Certes, les conditions de révélation des sites et l’abondance remarquable du matériel archéologique dans ce secteur ont constitué des atouts décisifs, mais il faut insister sur l’intérêt de la méthode utilisée. Celle‑ci associe un ramassage « exhaustif » sur chaque gisement et une véritable étude céramologique portant sur l’intégralité du mobilier (céramiques fines, communes, amphores), offrant la possibilité de replacer précisément les implantations dans leur contexte chronologique, mais également d’appréhender leurs fonctions et leurs principales caractéristiques, et de les intégrer ainsi dans des réseaux.

3Cette méthode est essentiellement valable pour l’époque romaine, qui est la mieux représentée et autorise une véritable typologie fonctionnelle de l’habitat. Son apport est plus limité pour les périodes antérieures. En l’absence de fouilles de référence se pose alors le problème de la caractérisation du statut des sites repérés en prospection. Les classes typologiques définies sont purement descriptives et ne prétendent pas épuiser la réalité de l’habitat préhistorique ou protohistorique. Les seuls critères utilisables en l’absence d’indices de construction et d’activité sont la superficie des vestiges et la diversité du mobilier recueilli en surface. Il est souvent délicat d’en déduire une fonction précise et, dans le meilleur des cas, on peut tout au plus distinguer les lieux de résidence des lieux de stockage. À cette première série de limites s’ajoute le fait que la définition chronologique des sites est de plus en plus floue à mesure que l’on remonte dans le temps : ce problème devient particulièrement délicat lorsqu’il s’agit d’établir des cartes de l’occupation du sol à partir de découvertes qui ne sont pas forcément contemporaines. Il est certain, par exemple, que l’ampleur de l’occupation du sol est surévaluée au Néolithique final. À l’inverse, on se demandera quelle est la signification de quelques tessons de l’âge du Bronze sur une implantation chalcolithique, et s’il faut en conclure à une continuité de l’occupation. Toutes ces raisons m’ont invité à pondérer les quantités d’artefacts et de sites par la durée de chaque période : l’importance de l’occupation néolithique est ainsi considérablement nuancée, tandis que le premier âge du Fer, le Haut‑Empire et l’Antiquité tardive apparaissent comme des étapes essentielles dans le peuplement.

4Le second objectif était de proposer une restitution de l’évolution du paysage qui tienne compte à la fois des données bioclimatiques et anthropiques. L’apport de la carotte du Pourra a été sur ce point fondamental, puisque celle‑ci a permis d’appréhender l’histoire de la végétation et de l’érosion au cours des douze derniers millénaires, soit l’intégralité de la période holocène et une partie de l’interstade tardiglaciaire. Malheureusement, le manque de datations –dû à la nature détritique des dépôts– et la maille de prélèvement imposée par le matériel employé dans la moitié supérieure de la carotte donnent une image assez générale, qu’il serait nécessaire d’affiner par de nouveaux sondages et l’utilisation de méthodes de datation appropriées. Le problème réside dans la difficulté de raccorder précisément données paléoenvironnementales et données archéologiques, en l’absence de tout lien stratigraphique entre dépôts de cuvettes et habitat. L’intérêt de cette méthode est pourtant incontestable : le but étant d’appréhender l’impact de l’homme sur le milieu, il m’a semblé préférable d’analyser des séries sédimentaires déposées hors de tout contexte archéologique. Le caractère global de l’évolution ainsi enregistrée s’accorde mieux, en outre, avec celui des informations fournies par la prospection sur l’histoire de l’occupa tion du sol. Malgré tout, le morcellement de la zone d’étude en une série de cuvettes indépendantes constituant autant d’« ensembles clos » a permis de saisir des fonctionnements territoriaux (fig. 122).

FIG. 122 ‒ Enregistrement sédimentaire et limites territoriales anciennes. Ce document montre comment la carotte du Pourra (C1) a pu enregistrer l’impact des défrichements liés à l’agglomération de Saint‑Blaise et le drainage de cet étang par les propriétaires de la villa de Péricard. Ces événements n’ont pas été enregistrés dans la carotte prélevée dans l’étang de l’Estomac (C2), probablement situé hors du territoire vivrier de Saint‑Blaise et du domaine de la villa. À l’inverse, la crise d’érosion liée aux défrichements du territoire du castrum de Fos au XIIe s. a été enregistrée uniquement dans cette carotte, l’étang du Pourra étant situé hors de ce territoire.

5Cette approche générale a été complétée par l’étude de deux éléments particulièrement « sensibles » du paysage : les versants et les plans d’eau. L’analyse géomorphologique de l’évolution des versants a largement corroboré les données de la carotte du Pourra, en soulignant l’existence de trois phases détritiques majeures :
– la plus ancienne, antérieure à toute intervention humaine sur le milieu, a forcément une origine bioclimatique, la fragilité naturelle des substrats locaux et l’assèchement du climat au Mésolithique favorisant l’éclaircissement du couvert végétal et l’érosion ;
– la seconde peut être mise en rapport avec la colonisation progressive du milieu par les communautés agricoles néolithiques ; on peut y voir l’effet des défrichements itinérants et de la pratique de l’essartage, mais il est également nécessaire d’intégrer la variable climatique, dont la fluctuation humide subboréale est à l’origine d’un haut niveau des étangs ;
– enfin, la dernière crise érosive correspond au maximum moderne de population en milieu rural ; on peut la mettre en rapport avec la systématisation de la culture de l’olivier sur les versants au xviiie s.

6Il n’y a donc pas de corrélation simple entre pression agricole et érosion. Des périodes de peuplement dense telles que l’âge du Fer et l’époque romaine paraissent avoir eu un impact érosif modéré, tandis que l’action des premières communautés agricoles est à l’origine d’une crise morphogénique. On pourrait voir là la preuve du rôle prépondérant de la variable climatique, susceptible de modifier dans un sens ou dans l’autre le seuil de résistance du milieu à la charge humaine. Dans une telle hypothèse, les phases humides du Subboréal et du Petit Âge Glaciaire auraient favorisé l’expression sédimentologique des défrichements du Néolithique final et de l’époque moderne, contribuant également à élever les plans d’eau. Mais l’impact de l’âge du Fer et de l’époque romaine sur la végétation est indéniable, puisque c’est au cours de cette période que s’opère l’inversion des proportions de pollens d’arbres et d’herbacées. Il faut voir là la conséquence d’une extension généralisée des défrichements et d’une stabilisation des systèmes agricoles autour des agglomérations. L’impact de l’homme sur le milieu a pu par conséquent s’exercer en profondeur, en modifiant la composition structurelle du couvert végétal puis en en réduisant le volume global, sans prendre pour autant un caractère « catastrophique ». Dans le même sens, on ne peut établir de parallèle entre les deux crises d’érosion néolithique et moderne. La première a pu localement avoir des conséquences dévastatrices du fait d’une pratique mal maîtrisée de la culture sur brûlis, tandis que la seconde correspond à une mise en culture systématique des terroirs. Il s’avère donc nécessaire de prendre en compte les systèmes agricoles dans leur ensemble. Ce n’est pas tant le nombre des hommes qui compte que leur répartition dans l’espace. Ce n’est pas tant la densité du peuplement qui importe que le mode d’utilisation des sols. L’exemple de l’époque romaine est révélateur : le développement systématique de l’agro‑système à partir de la période augustéennne a bénéficié en effet d’une combinaison de facteurs bioclimatiques, technologiques et historiques favorables à l’extension des cultures dans les zones basses et à une stabilisation des versants.

7De même, il n’existe pas de relation simple de cause à effet entre les variations verticales des plans d’eau et les modalités d’implantation de l’habitat. L’attrait considérable de la bordure des étangs au Néolithique final, à l’âge du Fer, à l’époque romaine et au Moyen Âge n’a pas une cause unique. Il est évident que les dépressions ne présentaient pas le même aspect au cours de ces différentes périodes. La confrontation des données historiques, archéologiques, géomorphologiques et palynologiques a permis de restituer l’évolution générale des étangs et de souligner le rôle déterminant des fluctuations climatiques dans les oscillations des plans d’eau jusqu’au début de l’époque moderne. L’ampleur de ces variations était d’autant plus importante que les cuvettes sont fermées, relativement profondes et situées sous le niveau de la mer. Ainsi, toute élévation même minime des plans d’eau provoque une extension considérable de la superficie inondée –compte tenu du profil très évasé des cuvettes dans le sens nord‑sud– et un engorgement hydrique peu propice aux implantations humaines. C’est la raison pour laquelle les communautés riveraines ont tenté d’intégrer les dépressions à l’agro‑système dans l’Antiquité et à l’époque moderne, avec un succès inégal. À l’inverse, la bordure pourtant fortement marécageuse des étangs a fait l’objet d’une intense fréquentation au Néolithique final : il faut penser, en accord avec les données des fouilles de Miouvin, que ceux‑ci constituaient alors un potentiel écologique de premier ordre. L’image d’un milieu palustre répulsif doit par conséquent être relativisée. Ce qui importe est l’utilisation qui est faite des plans d’eau et la place qu’ils occupent dans le système vivrier. Une donnée fondamentale du problème nous échappe malheureusement pour les périodes anciennes, en l’absence de méthode d’analyse appropriée : l’évolution de la salinité des étangs.

8Le dernier objectif visait à proposer une restitution des systèmes agricoles à l’âge du Fer et à l’époque romaine. Plusieurs séries de données ont été exploitées :
‒ les données paléoenvironnementales, susceptibles de nous renseigner sur la nature, l’extension et la localisation potentielles des cultures ;
‒ les « écofacts » recueillis dans les différentes fouilles, qui permettent de retracer les grandes lignes de la consommation de viande et de coquillages, et de restituer indirectement une histoire de l’élevage et de l’exploitation des étangs ;
‒ les installations liées à la transformation des produits agricoles, essentiellement le pressage des olives et le foulage du raisin (pressoirs, fouloirs, cuves de décantation, atelier de fabrication d’amphores), ainsi que la mouture (meules à grain) ;
‒ les conteneurs, dolia, amphores et autres récipients recueillis en prospection et en fouille, susceptibles de rendre compte, dans une certaine mesure, de la capacité de stockage et donc, indirectement, de production ;
‒ la carte des zones d’épandage de tessons liés aux façons culturales (fumures) ;
‒ enfin, surtout, la classification et la répartition de l’habitat.

9Le système agricole est précocement fondé dans ce secteur sur la classique triade méditerranéenne oléiculture‑viticulture‑céréaliculture, mais il est difficile d’évaluer le poids respectif des vergers d’oliviers, des vignes et des champs de blé dans le paysage, et de proposer un zonage. Tout au plus peut‑on constater, durant le Haut‑Empire, que les vestiges d’oléiculture et de viticulture se rencontrent uniquement dans la zone des plateaux molassiques, alors que les indices de céréaliculture sont omniprésents, tant sur les plateaux calcaires que dans les zones basses ou dans le secteur des collines bégudiennes méridionales.

10L’impression générale est celle d’une campagne hétérogène, dont les activités productives sont étroitement dépendantes des conditions naturelles. Les structures foncières telles que l’analyse de l’habitat permet de les restituer se surimposent très précisément aux principales unités de paysage déterminées par les conditions topographiques, pédologiques et hydrologiques : le secteur des plateaux molassiques et des étangs de Saint‑Mitre, Fos et Istres d’une part ; le secteur des collines marneuses méridionales de Martigues et Port‑de‑Bouc d’autre part, Tandis que le premier est occupé plus ou moins intensément depuis le Mésolithique, le second ne semble pas avoir été mis en valeur avant l’époque augustéenne. On ne peut s’empêcher de mettre en rapport le développement de l’économie domaniale dans ce dernier secteur avec celui de la colonie latine de Maritima, dont l’aristocratie acquise au style de vie romain aurait investi dans des domaines fonciers conquis sur ces terres à la fois proches et vides de toute occupation. Après une première phase de mise en valeur, qui couvre tout le ier s., ces exploitations paraissent se restructurer au début du siècle suivant, peut‑être en liaison avec la réorganisation administrative qui aboutit à l’intégration de cette enclave dans le territoire d’Arles. Localement, l’essor du port de Fos, distant d’une dizaine de kilomètres, a pu accélérer l’effet de la perte du statut de chef‑lieu de civitas. Cet événement est capital pour l’évolution ultérieure de l’habitat, puisque l’« avant‑port » d’Arles donne naissance à une implantation durable. S’il a assurément dynamisé l’économie locale, il ne semble pas toutefois qu’il ait généré un réseau d’exploitations domaniales comparable à celui de la région de Martigues. En revanche, l’analyse de l’habitat et la fouille de l’un des nombreux établissements agricoles ont montré très clairement le poids de l’héritage préromain dans le secteur qui correspond à l’ancien territoire vivrier de Saint‑Blaise, particulièrement dans le domaine des techniques de construction et des pratiques culinaires. L’étude des céramiques communes y témoigne de l’enracinement des techniques potières dans la tradition préromaine et de leur appartenance à un faciès « bas rhodanien » très ancien. Par ailleurs, on sait que la tradition d’un habitat dispersé et « polynucléaire » remonte au premier âge du Fer dans ce secteur. Les contraintes historiques imposées par les modes d’appropriation des sols antérieurs à la conquête ont donc déterminé en grande partie la physionomie de l’habitat du Haut‑Empire. La permanence d’un espace culturel hérité du territoire de Saint‑Blaise est même la caractéristique majeure du secteur des Étangs à l’époque romaine et durant le haut Moyen Âge.

11Je crois avoir démontré la possibilité d’écrire une histoire rurale qui –grâce à une prise en compte globale des données archéologiques, historiques et paléoenvironnementales– permet à la fois de saisir très finement l’évolution d’une microrégion et de faire ressortir les éléments de sa spécificité, à travers une confrontation permanente avec les données obtenues à une échelle plus large. Au‑delà des résultats, un certain nombre de leçons peuvent être tirées à l’issue de cette longue et vaste entreprise.

  • Sur l’interdisciplinarité tout d’abord, terme plus approprié à ce type de recherche que le mot pluridisciplinarité, car impliquant le croisement, l’échange dans la réciprocité, plutôt que la juxtaposition. L’intégration des acquis de chaque discipline suppose dans un premier temps une élaboration autonome des données, afin d’éviter les raisonnements circulaires autojustificateurs d’une archéologie trop impérialiste. En ce sens, il ne s’agit pas tant d’intégrer les méthodes que les résultats : c’est pourquoi l’archéologie du paysage doit demeurer une pratique, qu’il serait dangereux de vouloir ériger en discipline constituée.

  • ․ Sur la diachronie, ensuite, rendue nécessaire par la nature même de l’objet étudié : le paysage, qui évolue non seulement sous l’effet des contraintes anthropiques et historiques mais aussi au rythme du climat et des processus morphogéniques. Il me semble que le parti d’une analyse sur la très longue durée, comme le suggérait F. Braudel, est la meilleure solution dès lors que l’on se situe dans le champ de l’archéologie spatiale.

  • ․ Sur la notion d’échelles, enfin. Les processus en acte dans le paysage interviennent à des échelles spatiales et temporelles très diverses. L’une des difficultés de l’archéologie du paysage est de poser les problèmes à l’échelle la plus pertinente. C’est la raison qui m’a conduit à développer des outils quantitatifs permettant de saisir l’évolution de l’habitat à l’échelle des générations. En revanche, il serait dangereux de « forcer » l’information issue de séquences bioclimatiques dont le rythme échappe en grande partie au contrôle de l’homme, au risque de faire subir aux autres disciplines les excès d’un nouveau discours « historicisant » auquel l’archéologie elle‑même a su finalement échapper.

Table des illustrations

Légende FIG. 122 ‒ Enregistrement sédimentaire et limites territoriales anciennes. Ce document montre comment la carotte du Pourra (C1) a pu enregistrer l’impact des défrichements liés à l’agglomération de Saint‑Blaise et le drainage de cet étang par les propriétaires de la villa de Péricard. Ces événements n’ont pas été enregistrés dans la carotte prélevée dans l’étang de l’Estomac (C2), probablement situé hors du territoire vivrier de Saint‑Blaise et du domaine de la villa. À l’inverse, la crise d’érosion liée aux défrichements du territoire du castrum de Fos au XIIe s. a été enregistrée uniquement dans cette carotte, l’étang du Pourra étant situé hors de ce territoire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search