Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Troisième partie. Le secteur des Étangs de l’époque romaine au haut Moyen Age

Chapitre 4. La reprise du haut Moyen Âge (milieu ve‑début viie s. ap. J.‑G.)

4 Revival in the early Middle Ages (mid‑5th – early 7th c. AD)

4 La expansion de la Alta Edad Media (mediados del siglo V‑principios del siglo VII d. C.)

Résumé

À partir du milieu du ve s. s’observe une très nette densification du peuplement, qui se traduit à la fois par l’émergence ou la réoccupation d’agglomérations perchées et par la mise en place, par vagues successives, d’un habitat dispersé localisé préférentiellement sur la bordure des étangs, où il prend la forme de « hameaux étalés ». L’hypothèse d’un développement de l’exploitation du sel est émise à la lumière de textes d’époque mérovingienne et carolingienne. Fouilles et sondages témoignent de l’importance prise par les coquillages dans l’alimentation quotidienne, tant dans les agglomérations que dans la campagne environnante. Le développement de l’élevage expliquerait quant à lui l’occupation des collines calcaires septentrionales. La fréquence et la dispersion des petits cimetières rupestres confirment le maintien de cette organisation jusqu’à une date avancée du haut Moyen Âge (viie s. au moins). Au sud, les collines marneuses conquises à l’agriculture au Haut‑Empire paraissent désertées. Les anciens centres de pouvoir romains, tournés vers le commerce maritime, restent cependant occupés. Ils donneront naissance aux bourgades médiévales qui constituent l’assise de la géographie actuelle du peuplement.

Texte intégral

1La rive occidentale de l’étang de Berre connaît une évolution originale à la fin de l’Antiquité et au début du haut Moyen Âge, avec un nouvel essor de l’occupation du sol dont l’ampleur, toutes proportions gardées, rappelle celui du Haut‑Empire. Il semble qu’on assiste à un nouveau bouleversement de la hiérarchie de l’habitat, caractérisé par une double tendance au regroupement des populations sur les hauteurs et au maintien tardif d’un habitat dispersé ou « polynucléaire » sur l’ensemble du terroir (fig. 108).

FIG. 108 – Le secteur des Étangs aux Ve et VIe s. de n.è.

4.1 L’évolution de l’occupation du sol

4.1.1 L’intensfication de l’occupation du sol aux ve et vie s.

4.1.1.1 Les données archéologiques

2L’intensification de l’occupation du sol aux ve et vie s. peut être déduite d’une série d’observations dont la convergence est pour le moins significative.

  • Le nombre de sites occupés durant cette période est quasiment aussi élevé qu’au Haut‑Empire : on compte en effet 52 établissements contre 57 au ier s. (fig. 14). Le contraste avec la situation observée aux iiie et ive s. est particulièrement tranché : 25 sites au IIIe s. et moins d’une vingtaine au ive s. On assiste donc à un doublement, voire à un triplement du nombre des implantations.

  • La période considérée correspond également à une nouvelle vague de créations de sites, après celle de l’époque augustéenne. Suivant le mode de comptage adopté, entre 12 et 33 établissements apparaissent dans le courant de la seconde moitié du ve s., contre 21 à 43 au début du ier (fig. 66).

    • 1 Rappelons, pour comparaison, que le nombre moyen de bords par site n’excède pas 2,3 pour la sigillé (...)

    L’Antiquité tardive a également livré d’importantes quantités de mobilier. Avec 3 663 fragments, dont 505 bords, la céramique commune grise constitue la catégorie d’artefact la plus abondante en prospection, loin devant l’amphore italique (2 400 fragments). Elle représente 22 % du total du mobilier céramique recueilli, toutes catégories et périodes confondues (fig. 6‑8). Elle est attestée sur 61 établissements, avec une moyenne de 27 fragments et 3,5 bords par site. Ces valeurs demeurent très nettement supérieures à celles de toutes les autres catégories de vaisselle1. Quant à l’amphore africaine, elle est quasiment aussi bien représentée que l’amphore italique, avec 2 155 fragments, dont 82 lèvres (fig. 6‑9).

  • Cette période correspond aussi pour bon nombre d’établissements au point culminant de leur « profil chronologique » ou bien, pour la grande majorité, à une phase de « redémarrage », après le hiatus des iiie et ive s. La continuité avec le Haut‑Empire est très forte : sur 57 sites occupés aux ier et iie s., 41 le sont encore aux ve et vie s., soit 72 % ; à l’inverse, sur 52 sites occupés à la fin de l’Antiquité, près de 79 % sont apparus au Haut‑Empire (fig. 106).

  • Les implantations sur lesquelles la continuité joue aux ve et vie s. étaient généralement les plus importantes au Haut‑Empire. En outre, parmi les établissements nouveaux, certains ont une importance majeure, telle l’agglomération de Saint‑Michel (IS‑14).

  • Enfin, la présence d’au moins 25 lieux de sépulture ne fait que confirmer l’intensité du peuplement à la charnière de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge.

4.1.1.2 Comparaisons interrégionales et limites

  • 2 Un phénomène comparable s’observe en Andalousie occidentale au ive s., dans la région de Séville, o (...)

3L’évolution observée à partir du milieu du ve s. sur la rive occidentale de l’étang de Berre n’a, à ma connaissance, aucun équivalent dans le midi de la Gaule2 (Trément à paraître f).

  • 3 Les premiers résultats du programme de prospection mis en place sur le delta du Rhône par le servic (...)

4Dans la basse vallée de l’Arc, les modalités de l’occupation du sol à la fin de l’Antiquité sont mal connues, mais il semble que les zones basses et les piémonts soient désertés au profit d’établissements de hauteur comme Sainte‑Propice à Velaux ou l’ancien oppidum de Constantine à Lançon (Leveau, Provansal 1993b : 202). En Lunellois, 67 % des implantations sont abandonnées durant cette période. Les auteurs mettent cette évolution en rapport avec un possible regroupement de populations jusqu’alors dispersées en un centre unique : le village de Lunel‑Viel, qui se renforce à cette époque (Favory et al. 1994 : 218). En Vaunage, l’essentiel des abandons a eu lieu dès la période précédente, dans le courant des iiie et ive s. (Parodi et al. 1987). En Vaisonnais, 27,27 % des établissements occupés durant le Haut‑Empire perdurent jusqu’à la fin de l’Antiquité et 15,5 % jusqu’au haut Moyen Âge (Meffre 1994 : 123). Dans la vallée du Calavon, les prospections ont révélé une occupation tardive assez dense : en effet, 31 sites sont occupés aux ve et vie s., contre 95 au Haut‑Empire. Sur ces 31 sites, 21 étaient fréquentés antérieurement. D’une manière générale, il s’agit des établissements les plus importants (Bellet 1990 : 47). La même situation prévaut dans la chaîne de la Nerthe, secteur mitoyen de la zone de Saint‑Blaise : les villae y perdurent jusqu’au ive s. au moins, mais quatre d’entre elles sont encore occupées au ve s. et trois au siècle suivant. L’Antiquité tardive n’y donne lieu apparemment à aucune création de site majeur (Gateau 1993b : 156‑157 et fig. 5). Il est certain, enfin, qu’un habitat dispersé se maintient tardivement en Camargue (Rigoir 1960 : 15‑16 ; Martin 1995 ; Arnaud‑Fassetta, Landuré 1997)3.

5Il semble donc bien que, si le rythme des implantations nouvelles en milieu rural est assez homogène d’un secteur à l’autre durant le Haut‑Empire, il en aille très différemment du rythme de la « décrue » de cet habitat au Bas‑Empire, le secteur des Étangs présentant peut‑être un « cas‑limite » de continuité tardive. Il convient toutefois d’apporter des nuances au tableau qui vient d’être dressé. En effet, si l’occupation des établissements les plus importants est indéniable –c’est le cas, tout particulièrement, des agglomérations et des formes d’habitat « polynucléaires », mais aussi d’exploitations agricoles telles que celle de Sivier (IS‑4)– on ignore, faute de fouilles, la nature exacte des implantations plus modestes. Cette remarque est d’ailleurs généralisable à l’ensemble de la Gaule du Sud, où les fouilles d’établissements ruraux d’époque tardive sont encore peu fréquentes et rarement publiées.

6En Lunellois, on constate la persistance, en plaine, d’un petit habitat dispersé de dimension modeste. Mais il semble que bien souvent les réoccupations tardives correspondent à des installations temporaires de « squatters », sans rapport avec les implantations d’origine. C’est probablement le cas, par exemple, sur les sites de Valentoulin (PB‑6), de Saint‑Verran (IS‑33), du Ranquet (SM‑1) et surtout sur la villa de Péricard (SM‑34). Les fouilles de L. Rivet (1993) sur la villa de Saint‑Julien‑les‑Martigues apportent de précieux éléments de comparaison. L’état IVA y correspond à une réoccupation limitée au secteur thermal et à la galerie méridionale de la cour centrale, aux ive et ve s. Après un incendie, la galerie est réinvestie dans la seconde moitié du vie s. (état IVB). L’auteur des fouilles qualifie ces réoccupations d’« installations précaires », qu’il interprète comme une « unité domestique (cuisine, chambre, alcôves, appentis, circulations) de 220 m2 » associée « à des remises agricoles, à des boxes liés à la mise en valeur du terroir ». Il s’interroge sur la signification de ces réoccupations partielles en termes de rupture ou de continuité : « Les réaménagements du ive s., qui perdurent au ve s., constituent un phénomène que l’on peut à la fois associer à la permanence (c’est bien sur le même site et dans les mêmes murs que se poursuit l’exploitation du terroir) ou à la rupture (quelle place tient désormais l’économie de cette entreprise dans ses rapports avec l’extérieur ?) ».

7L’hétérogénéité, sur le long terme, des traceurs chronoculturels utilisés rend délicate toute évaluation du poids relatif de l’occupation du sol au Haut‑Empire et à la fin de l’Antiquité. En effet, le repérage, la datation et l’interprétation des établissements du Haut‑Empire sont essentiellement fondés sur l’examen de la vaisselle fine (fig. 12). À l’inverse, notre connaissance de l’Antiquité tardive doit beaucoup aux études de la Cathma sur les céramiques communes grises, qui constituent l’essentiel du vaisselier rural. Dans ces conditions, il est difficile d’estimer l’importance réelle de l’occupation d’un même site au cours du temps. À ces limites, il faut ajouter la sur‑représentation des niveaux archéologiques les plus récents dans les ramassages de surface, qui explique pour une part l’énorme quantité de céramiques communes grises et d’amphores africaines. Néanmoins, on peut admettre que la sur‑représentation des sites en prospection n’est pas aussi forte que celle des artefacts. Enfin, on est en droit de se demander si la « concentration » des phénomènes complexes observés durant cette période dans une fourchette de temps comprise entre le milieu du ve s. et le début du viie n’est pas le résultat, artificiel, d’un biais méthodologique induit par une connaissance encore insuffisante des céramiques grises de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. L’étude des lieux de sépulture montre pour sa part une plus grande dispersion chronologique, entre le ve et le xie s. Or le lien entre les cimetières et l’habitat est désormais établi. Du même coup, il faudrait peut‑être envisager un « étalement » des découvertes sur un laps de temps plus important, ce qui ne serait pas sans conséquence sur le plan démographique, dans le sens d’une densité de population moindre mais d’une plus forte continuité entre l’Antiquité et le Moyen Âge.

4.1.2 Chronologie de l’occupation du sol

4.1.2.1 Chronologie et rythme des implantations

8Les progrès accomplis ces dernières années dans la connaissance du mobilier de l’Antiquité tardive –en particulier les céramiques communes grises, les sigillées tardives estampées, les amphores africaines et orientales– permettent d’appréhender assez précisément l’évolution de l’occupation du sol au cours de la période considérée.

9L’examen des céramiques sigillées claires D et des amphores africaines montre la prépondérance très nette du matériel postérieur au milieu du ve s. Au sein des premières, les formes Hayes 87, 91 et 99 prédominent. Parmi les secondes, les types Keay LXI et surtout LXII sont largement majoritaires. La proportion des amphores africaines postérieures au milieu du ve s. est nettement supérieure à celle des amphores plus anciennes, que l’on se base sur le nombre de lèvres (73 %), le nombre de types (61 %) ou le nombre d’occurrences (71 %).

  • 4 Si l’on prend en compte le mobilier de l’agglomération de Saint‑Michel (IS‑14), on obtient 115 bord (...)

10L’intérêt chronologique des sigillées tardives estampées est assez limité. En revanche, l’étude comparée des céramiques communes grises recueillies en prospection avec celles des fouilles de Saint‑Blaise (Démians d’Archimbaud 1994) confirme l’essor de l’occupation du sol à partir du milieu du ve s., mais suggère également une densification de l’habitat dans le courant du siècle suivant (fig. 109). En effet, non seulement le nombre d’indicateurs caractéristiques du vie s. est plus important que celui des indicateurs du siècle précédent, mais les sites où ces formes ont été recueillies sont également plus nombreux : tandis que 16 sites ont livré des formes de la seconde moitié du ve s. (A1, A2 et A3), 30 ont donné des formes de la seconde moitié du vie s. (A4) et 12 des bords caractéristiques de la fin de ce siècle (A6). Si l’on considère les formes elles‑mêmes, on constate que le seul type A4 est mieux représenté, avec 41 bords, que les types A1, A2 et A3 réunis (33 bords)4. La forme tardive A6 est également fréquente (13 bords).

FIG. 109 – Faciès morphologique de la céramique commune grise tardive du secteur des Étangs.

11L’examen du rythme des créations de sites révèle trois paliers (fig. 66) : le principal, qui se situe dans la seconde moitié du ve s., correspond à la mise en place de l’habitat dispersé. Celle‑ci est complétée par l’apparition de cinq ou six nouveaux établissements au début du vie s., puis de neuf autres implantations vers le milieu de ce siècle. Force est bien de constater, dans ces conditions, la densification de l’occupation du sol dans le courant du vie s.

4.1.2.2 Ruptures et continuités

12Si l’on considère maintenant les séquences d’occupation des différents établissements, il convient de distinguer trois cas de figure (fig. 106) :
– les sites occupés de manière continue depuis l’époque augustéenne ou les premières décennies du ier s. ;
– les sites réoccupés après un possible abandon ou tout au moins un ralentissement de leur activité aux iiie et ive s. ;
– enfin, les implantations nouvelles.

1313 établissements sont occupés de manière permanente (ou quasi permanente) depuis l’époque augustéenne, ou tout au moins le début du ier s. On compte parmi eux les sites qui étaient les plus importants au Haut‑Empire : ainsi, les villae de Péricard (SM‑34) et de Sivier (IS‑4), les sites des Clapières (SM‑45), de Tour d’Aix (IS‑44), de Saint‑Verran (IS‑33), du Ranquet (SM‑1) et de Lavalduc (FO‑6). Entrent également dans cette catégorie les sites du Lèbre (SM‑52), du Mazet (FO‑14), de Lavalduc (IS‑30), de Vigne Gaste (IS‑42) et du Mas de l’Hôpital (PB‑5).

1428 établissements connaissent une réoccupation tardive plus ou moins importante, après une occupation au Haut‑Empire suivie d’une période de déclin apparent aux iiie et ive s. On peut considérer qu’il s’agit là davantage d’un ralentissement de leur activité que d’un véritable abandon, la nature des indicateurs chronologiques caractéristiques de cette période contribuant probablement pour une bonne part à sa sous‑représentation. Les plus importants sont les sites de Courtine (SM‑56), de Mauvegeane (SM‑35), des Soires (SM‑13), des Emplaniers (SM‑14), des Espérètes (SM‑27), des Ferrages (SM‑30), de Fourna (SM‑29), de Valentoulin (PB‑6/7), de Castillon (SM‑15), de Plan d’Aren (FO‑25), du Mazet (FO‑12), de Mourette (IS‑28), de Saint‑Martin (IS‑24), de Sivier (IS‑5) et de Barabant (IS‑11).

15Le troisième cas de figure concerne les implantations nouvelles qui se développent ex nihilo, soit 13 établissements au total. L’apparition des sites de Lavalduc (FO‑7) et de Valentoulin (PB‑4) peut être située dans le courant du ive s. Celle des sites des Clapières (SM‑41), de Magrignane (SM‑50), du Carrelet (FO‑19) dans le courant du ve s. L’agglomération de Saint‑Michel (IS‑14) se développe quant à elle à partir du milieu du ve s. Les sites du Mazet (FO‑8) et des Errares (FO‑22) seraient apparus plus tardivement. La réoccupation des abords de la source de la Tourtoulane (SM‑9) et de l’anse de Saint‑Blaise/Lavalduc (FO‑17) est directement liée à celle de l’agglomération de Saint‑Blaise, et l’on peut imaginer que le développement du petit établissement du Collet de Carbonnière (FO‑27) est lié à celui de l’installation de pressage située à proximité (FO‑24).

4.1.3 L’évolution de l’habitat aggloméré

16Malgré la persistance –voire la densification– de l’habitat dispersé jusqu’à une date très tardive, la fin de l’Antiquité se caractérise aussi par une tendance certaine au regroupement des communautés. L’activité du port de Fos semble se maintenir tardivement et l’île de Martigues est occupée jusqu’au vie s. L’ancienne agglomération protohistorique de Saint‑Blaise est réoccupée dans le courant du ve s., après une longue période d’abandon. Dans le même temps apparaissent les petites agglomérations de Saint‑Michel (IS‑14) et de Toti (IS‑23), dont l’émergence est à l’origine d’une dynamique nouvelle de l’occupation du sol dans le secteur d’Istres.

4.1.3.1 Le port de Fos

17L’occupation de l’anse Saint‑Gervais est attestée aux ve et vie s. par un matériel assez abondant et par l’invention d’un cancel de pierre orné de croix disposées en étoile (Beaucaire 1964 : 23). L’étude des amphores a permis à B. Liou et M. Sciallano (1989 : 159) d’y envisager « la persistance d’un grand commerce maritime dans l’Antiquité la plus tardive ». Cette hypothèse est corroborée par la découverte et la fouille de l’épave de Saint‑Gervais II, datée du début du viie s., et par le maintien d’un tonlieu au siècle suivant (Jezégou 1982 ; 1983 ; Ganshof 1938 ; 1960). Il faut également signaler le développement d’une importante nécropole sur la pointe rocheuse de Saint‑Gervais (FO‑43), où plusieurs sarcophages et de nombreuses tombes en coffrage de tuiles ont été exhumés à plusieurs reprises. Par ailleurs, le pied de l’Hauture (FO‑39) –déjà fréquenté sporadiquement entre le Bronze final et l’époque augustéenne– fait l’objet d’une réoccupation tardive. Les ramassages y ont révélé de la sigillée tardive estampée, de la céramique commune grise tardive (types A5/6), de l’amphore africaine, mais également de la céramique des xe, xie, xiie, xive et xve s. (Coye, Lagrue 1988, I : 26‑27 ; II, Hau‑01B). Il y a peut‑être là le signe d’un déplacement de l’occupation depuis l’anse Saint‑Gervais, où s’est développé précocement le port antique signalé par la Table de Peutinger, vers la butte rocheuse au sommet de laquelle s’implantera le castrum de Fos. Il est possible qu’une partie au moins de la population se soit concentrée à cet endroit dès la fin de l’Antiquité. La présence de plusieurs cimetières du Bas‑Empire et du haut Moyen Âge au pied de l’Hauture irait dans ce sens (FO‑38/40/41).

4.1.3.2 L’île de Martigues

18L’Île de Martigues est réoccupée au ve s., après une phase de recul de la terre ferme au cours des deux siècles précédents (Chausserie‑Laprée et al. 1984). Les fondations de deux bâtisses en dur y ont été exhumées. Il semble que l’île soit à nouveau en partie désertée dans le courant du vie s., mais les profonds remaniements de l’époque médiévale et moderne forcent à la prudence.

4.1.3.3 Saint‑Blaise

19L’agglomération de Saint‑Blaise est réoccupée dans le courant du ve s., après un abandon de plus de cinq siècles (Démians d’Archimbaud 1994). Sept ou huit phases d’occupation caractérisées par une série d’aménagements et de destructions successifs ont été décelées entre le ve et le viie s. L’Antiquité tardive voit la construction de plusieurs grands bâtiments, dont un à cour centrale, et deux autres séparés par une ruelle. Les murs, bâtis en blocs irréguliers jointoyés au mortier de chaux, sont appuyés sur ceux de l’agglomération hellénistique, dont ils reprennent approximativement la trame. C’est également le cas du rempart tardif qui, remployant abondamment les blocs taillés de l’enceinte hellénistique, en suit fidèlement le tracé. Large de 2 m et long de 400, il est toutefois flanqué de six tours rondes et quatre quadrangulaires. Quant à l’ancienne porte principale, elle est obstruée par l’édification de la basilique Saint‑Vincent, elle aussi datée du vie s. par une mosaïque polychrome. Au nord du site, une seconde église, Saint‑Pierre I, paraît contemporaine de la première. Au sud et à l’est du rempart, la nécropole rupestre s’étendait sur plusieurs hectares. D’une manière générale, l’ampleur de la superficie délimitée par la fortification (5,5 ha), la mise en place d’un habitat en dur présentant, par certains aspects, les formes d’une urbanisation élémentaire, la coexistence de deux lieux de culte, la présence, enfin, de l’une des plus vastes nécropoles connues en Provence pour cette époque –tous ces indices attestent l’importance de l’agglomération aux ve et vie s.

4.1.3.4 Les petites agglomérations d’Istres

20Deux pôles de regroupement de l’habitat émergent dans le courant du ve s. dans le secteur d’Istres, autour des agglomérations perchées de Saint‑Michel (IS‑14) et de Toti (IS‑23). Située au nord de l’étang de l’Olivier, sur une butte escarpée bordée de falaises et culminant à 114 m d’altitude, l’agglomération tardive de Saint‑Michel occupe une superficie d’environ 1,5 ha. Des ramassages intensifs y ont livré un mobilier particulièrement abondant, assez diversifié et chronologiquement très cohérent, attestant une occupation continue aux vevie s. et au début du viie. Plusieurs cimetières rupestres ont été repérés dans les environs et à quelques centaines de mètres au nord du plateau (IS‑ 10/11/12/15/16), ainsi qu’un établissement (IS‑11). Le site de Toti (IS‑23) occupe une position assez comparable, au sommet d’une petite butte escarpée dominant l’étang de Berre à la cote 62 m ngf. De superficie réduite (8 500 m2), il est au cœur d’un dispositif plus vaste associant l’habitat de Saint‑Martin et son cimetière (IS‑24), ainsi que le site de Saint‑Pierre (IS‑25). D’autres formes de regroupements plus modestes ont pu voir le jour à la fin de l’Antiquité, autour d’implantations jusqu’alors isolées ou d’établissements « polynucléaires ».

4.1.4 Espaces funéraires et formes de l’habitat

21L’étude des cimetières complète notre vision de l’occupation du sol à la charnière de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. La distribution des lieux de sépulture reproduit exactement l’opposition entre habitat aggloméré et habitat dispersé ou « polynucléaire », confirmant leur occupation jusqu’à une date très tardive (fig. 108).

4.1.4.1 Les nécropoles des agglomérations

22Le lien entre espaces funéraires et agglomérations est évident à Saint‑Blaise et à Fos (Rolland 1951 : 167‑171 et fig. 169‑171 ; Kérourio 1976 ; 1981). S’il est apparemment simple dans le premier cas, puisqu’une seule nécropole est connue (SM‑8), il n’en va pas de même dans le second, où plusieurs lieux de sépulture d’époques différentes ont été repérés depuis le siècle dernier. Il semble toutefois que l’on puisse distinguer à Fos deux grands ensembles : un premier groupe de nécropoles antiques, situé dans le secteur de Saint‑Gervais (FO‑43) ; un second groupe, médiéval, localisé plus au nord, autour du rocher de l’Hauture (FO‑39). Une zone intermédiaire apparaît clairement entre ces deux ensembles, dans le secteur de la Roquette (FO‑40), de Notre‑Dame‑de‑la‑Mer (FO‑41) et de la Cartonnerie, témoignant d’un déplacement progressif des espaces funéraires vers le nord. Cette évolution accompagne le basculement du centre de gravité de l’agglomération depuis l’anse Saint‑Gervais jusqu’au rocher de l’Hauture entre la fin de l’Antiquité et le Moyen Âge.

23Pour le Haut‑Empire, deux nécropoles ont été identifiées en mer, de part et d’autre de la pointe Saint‑Gervais. L’une, située à l’est, à l’emplacement du port de plaisance, a livré des stèles funéraires et des autels par trois ou quatre mètres de fond (Liou, Monguilan 1977 ; Lion 1987 ; Coye, Lagrue 1988, II, Ger‑01/02). L’autre, la mieux connue, gît à la même profondeur, à 400 m au large, du côté ouest. Les repérages de L. Monguilan (1977 : 362‑364) ont permis d’y repêcher une quinzaine de stèles, dont cinq portent des inscriptions datées des ier et iie s. La chronologie de l’une d’entre elles pourrait être abaissée au iiie s. Au total, 35 sépultures ont été repérées. Il semble qu’elles appartiennent à une vaste nécropole, régulièrement organisée selon deux axes perpendiculaires d’orientation nord‑sud et est‑ouest. À ces deux ensembles funéraires, il faut ajouter la découverte de l’inscription d’Expentanius Lucritianus, effectuée en 1897 lors du dégagement de la nécropole de la Roquette (Martin 1904b). L’invocation aux dieux mânes la situe au Haut‑Empire, et permet de supposer la continuité d’utilisation de ce lieu funéraire tout au long de l’Antiquité, jusqu’au Moyen Âge.

24L’Antiquité tardive s’inscrit dans le prolongement de la période précédente. La principale nécropole connue à ce jour se situe à l’emplacement de l’ancien casino, sur la pointe de Saint‑Gervais (Blancard 1878 ; Benoit 1936 : no 288 ; Inf. archéo. Gallia, 6, 1948 : 213 ; 8, 1950 : 123 ; 44, 1986 : 409‑410 ; Bertucchi, Lemaire 1985 ; Coye, Lagrue 1988, II, Ger‑02). Des sarcophages y ont été exhumés, en association avec des tombes en coffrage de tuiles et des structures maçonnées de nature incertaine. Il est probable qu’il y avait là un vaste cimetière, puisque d’autres sarcophages ont été repérés au sud, à l’emplacement du port de plaisance. Deux autres nécropoles sont attestées à cette époque : la nécropole de la Roquette, où plus de 70 tombes rupestres ont été exhumées au siècle dernier (Nicolas 1900 ; Martin 1904a et b) ; la nécropole de Notre‑Dame‑de‑la‑Mer, où des sarcophages ont livré des monnaies d’époque trajane, attestant peut‑être aussi à cet endroit une tradition funéraire ancienne (Nicolas 1900).

25Ces deux dernières nécropoles fonctionnent tardivement dans le Moyen Âge, comme l’attestent la présence de tombes rupestres anthropomorphes à la Roquette et la récente découverte de sépultures en coffrage et en pleine terre datées des xie et xiie s. en contrebas de la chapelle cimetériale de Notre‑Dame (Lagrue, Gateau 1995). À cette époque, une autre nécropole rupestre à tombes hexagonales et anthropomorphes apparaît au pied du castrum de Fos, achevant une évolution pluriséculaire qui a vu le transfert progressif de l’habitat des vivants et des morts du quartier de Saint‑Gervais vers celui de l’Hauture (Lagrue 1992 ; 1993). Selon J.‑P. Lagrue (1992 : 129), ce transfert a pu s’effectuer tardivement. En effet, la chapelle Saint‑Gervais est mentionnée en 923 aux côtés de l’église castrale de Saint‑Sauveur dans le Cartulaire de l’abbaye de Saint‑Victor. La nécropole exhumée sous le casino en 1984 a pu fonctionner jusqu’à une date tardive. La mutation de la chapelle Saint‑Gervais en abbaye par les seigneurs de Fos en 989 aurait mis fin aux inhumations dans ce secteur au profit de l’église de Saint‑Sauveur.

26Un raisonnement similaire pourrait être appliqué à Istres, où le développement de cimetières associés à des lieux de culte à Saint‑Martin (IS‑24) et à Saint‑Sulpice (IS‑20) témoigne de l’attraction nouvelle du castrum, dont la première mention, dans le Diplôme de Conrad le Pacifique au xe s., est associée à celle de Saint‑Martin. Le castrum aurait pris alors le relais de l’ancienne agglomération de Saint‑Michel (IS‑14), dont l’occupation, importante aux ve et vie s. (et peut‑être encore au viie), paraît singulièrement réduite aux xie et xiie s., malgré l’érection de deux édifices religieux à une date probablement tardive. Comme à Fos, on assisterait à un basculement du peuplement, du nord vers le sud de l’étang de l’Olivier.

4.1.4.2 Cimetières et habitat rural

  • 5 On peut énumérer quelques exemples : Saint‑Victor de Marseille, Sainte‑Croix de Montmajour, le Col (...)

27La dispersion des petits cimetières rupestres paraît reproduire –et peut‑être prolonger dans le temps– le modèle d’habitat dispersé antique. Les prospections ont fait apparaître des dizaines de tombes rupestres inédites, réunies en petits groupes de quelques unités seulement, principalement sur la rive nord de l’étang de Lavalduc et sur les plateaux situés au nord de l’étang de l’Olivier. Les tombes sont presque toujours aménagées dans des blocs d’effondrement de bancs molassiques (fig. 110‑111). Leur disposition, adaptée aux conditions géologiques et topographiques locales, en a facilité le repérage. Ce phénomène original témoigne de l’ampleur de l’occupation humaine à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge. Il ne semble pas en effet que ce mode d’inhumation soit aussi massivement représenté sur. les autres rives de l’étang de Berre, même si cette pratique funéraire est bien connue en Provence à cette époque5. Mais le lien entre ces lieux de sépulture et l’habitat rural n’est pas toujours évident : les petits cimetières rupestres (IS‑10/11/12/15/16) qui environnent l’agglomération de Saint‑Michel (IS‑14) lui sont‑ils liés, comme c’est le cas à Saint‑Blaise ? Ou bien reflètent‑ils l’existence d’un habitat dispersé périphérique ? Cette dernière hypothèse est préférable à la première, compte tenu de la dispersion des cimetières. Mais alors, où se trouvait la nécropole de la petite agglomération ?

FIG. 110 – Vue d’une tombe rupestre du cimetière de Saint‑Étienne (IS‑15).

FIG. 111 – Vue d’une tombe rupestre du cimetière de Saint‑Étienne (IS‑15) encore recouverte par son couvercle.

28Dans quelques cas, le lien entre lieux de sépulture et habitat dispersé peut être saisi de manière concrète. Sur la bordure orientale de l’étang de Magrignane, la tombe en coffrage de dalles et de tuiles exhumée en 1990 est assurément liée au site qui avoisine le tertre sur lequel elle est implantée (SM‑53), et dont l’occupation est attestée aux ve et vie s. au sein d’un habitat « polynucléaire ». Il en va de même au Mazet (FO‑10), où une inhumation en coffrage de tuiles a été repérée aux abords d’un établissement important (FO‑14), également occupé à la fin de l’Antiquité (Coye, Lagrue 1988, II, Maz‑06). En ce qui concerne les petits cimetières rupestres, des associations comparables ont été reconnues. Ainsi, deux tombes ont été découvertes au pied de la butte rocheuse qui domine l’établissement de Lavalduc (IS‑30), dont l’occupation est continue de l’époque augustéenne à la fin du vie s. Sept tombes sont implantées sur le site du Valentoulin (PB‑6), dont la prospection a permis de dater l’occupation de la seconde moitié du vie s. Sur le plateau de Barabant, plusieurs sépultures du même type sont associées à un établissement occupé du ive au vie s. au moins (IS‑10/11). Dans ce cas précis, le lien entre les tombes et l’habitat est particulièrement net, puisque celles‑ci ont été aménagées dans des blocs d’effondrement de la corniche éboulés immédiatement en avant d’un abri‑sous‑roche. Le mobilier, assez abondant, provient du rebord de la corniche, où une tombe a également été repérée. Sur les trois derniers sites mentionnés (PB‑6, IS‑11/30), divers aménagements rupestres ont été observés (encoches de poutres, trous de poteaux, fonds de cases, bassins, rigoles de captage des eaux, mortiers et pressoirs). Il semble que ce type d’aménagement ait été particulièrement affectionné à la fin de l’Antiquité et durant le haut Moyen Âge, comme le montrent par ailleurs les observations effectuées sur l’agglomération de Saint‑Michel (IS‑14).

29Sur la bordure nord‑ouest de l’étang de Lavalduc, le rapport entre lieux de sépulture et habitat apparaît plus complexe. Trois cimetières au moins ont été repérés à l’ouest (FO‑9), au nord (IS‑36) et à l’est (IS‑37) de la dépression, qu’ils délimitent. Ils comprennent des tombes rupestres (au nombre de douze), plusieurs sarcophages et une sépulture en coffrage de dalles, que l’on peut attribuer à la fin de l’Antiquité ou au premier haut Moyen Âge. Dans ce secteur, plusieurs établissements ont été reconnus pour cette période (FO‑5/6/7/9), dont le principal (FO‑6), implanté au centre de la dépression, est occupé de manière continue du début du ier s. à la fin du vie ou au début du viie. Il est possible que les lieux de sépulture en question aient délimité une exploitation domaniale ou les terres d’une petite communauté regroupée en hameau. Les découvertes de cimetières tardifs (PB‑6/9/10/13) effectuées au sud de l’étang d’Engrenier au xixe s. pourraient correspondre à une organisation du même type (Gorsse 1803, fol. 25 ; Saurel 1865 : 28, 48‑49, 326 ; Franck 1905b : 168‑169 ; Benoit 1936 : no 167).

4.2 Répartition et organisation de l’habitat rural

30Le schéma de l’occupation du sol aux ve et vie s. est proche en apparence de celui qui prévalait au Haut‑Empire : les mêmes secteurs sont occupés, à l’exception de la zone des collines méridionales qui a été désertée au IIe s. et des plateaux nord‑istréens qui font l’objet d’une mise en valeur. On constate cependant une tendance au regroupement des implantations dans des zones de concentration préférentielles : dans le vallon de Magrignane à Saint‑Mitre, autour de Saint‑Blaise, sur la rive nord de l’étang de Lavalduc, sur le plateau du Mazet, autour du rocher de l’Hauture à Fos, sur les plateaux des Bolles et de Saint‑Etienne à Istres. On peut évoquer un phénomène de « nucléarisation » de l’habitat autour des principaux foyers d’occupation de l’âge du Fer et du Haut‑Empire : oppidum de Saint‑Blaise, habitat perché de Saint‑Michel, habitat semi‑aggloméré de Magrignane et de Lavalduc. Héritières des oppida protohistoriques, les agglomérations perchées de Saint‑Blaise et de Saint‑Michel annoncent une mutation radicale de l’habitat, l’incastellamento, à laquelle elles ne survivront pas. Parallèlement, les formes d’habitat « polynucléaires », dans lesquelles il est possible de voir de véritables villages, tendent à prendre de plus en plus d’importance dans la gestion des étangs et des milieux humides. La tradition d’habitat dispersé héritée de l’époque augustéenne demeure néanmoins très vivace.

4.2.1 Le secteur des plateaux calcaires d’Istres

4.2.1.1 Le secteur de Sivier

31Le secteur des plateaux calcaires d’Istres était essentiellement occupé jusqu’alors par l’exploitation viticole de Sivier (IS‑4). Implantée dès l’époque augustéenne, celle‑ci fonctionne de manière continue jusqu’à la fin du vie s. La fabrication des amphores dans l’atelier situé en contrebas de la corniche (IS‑5) cesse probablement dans le courant du iiie s., bien que le site présente des indices de fréquentation sporadique jusqu’au vie s. En ce qui concerne la zone résidentielle, les ramassages ont montré la prédominance très nette du mobilier tardif : en effet, sur un total de 933 artefacts datables, 30,4 % se rapportent aux ier et iie s., 9,7 % aux iiie et ive s. et 59,8 % aux ve et vie s. (fig. 71). Il faut voir probablement là pour une part la conséquence d’une sur‑représentation des niveaux archéologiques les plus récents. Pourtant, le « profil chronologique » obtenu diffère nettement, par exemple, de celui de la villa de Péricard (SM‑34), où la fin de l’Antiquité est très peu représentée (fig. 67). La composition du mobilier reflète la prépondérance de la vaisselle commune (66,3 %) sur les amphores (27,9 %) et les céramiques fines (5,7 %), témoignant d’un déclin très net de ces dernières par rapport au Haut‑Empire. Enfin, on signalera un petit cimetière (IS‑3) composé de cinq tombes aménagées dans de gros blocs calcaires à 500 m à l’ouest, en bordure du chemin d’accès au plateau.

4.2.1.2 Le secteur de Saint‑Étienne et de Barabant

32La fin de l’Antiquité est surtout marquée dans le secteur de Saint‑Etienne et de Barabant par l’apparition et le développement de l’agglomération de Saint‑Michel (IS‑14), dans le courant du ve s., sur une petite butte particulièrement escarpée qui domine l’étang de l’Olivier et l’étang de Berre à la cote 114 m ngf (fig. 112). Un certain nombre de vestiges mal datés ont été repérés sur ce site déjà occupé au Chalcolithique, au Bronze final IIIb et au premier âge du Fer. Ceux d’une muraille isolant l’extrémité méridionale de l’éperon, tout d’abord. Cette « enceinte » de facture très sommaire en petits blocs irréguliers et de largeur très variable (entre 0,60 et 1,30 m) s’appuie au nord sur de gros blocs calcaires naturels. Elle court le long de la falaise à l’est, à l’ouest et au sud. L’économie des moyens est évidente dans cette construction qui se rapproche davantage de l’enclos à bestiaux que du rempart. Un bloc sculpté orné d’un motif floral et décoré au trépan y était remployé (fig. 113). Au sud, sur le rebord du plateau, sont visibles les traces d’une ancienne carrière. Au centre, et distants d’une centaine de mètres, deux puits (ou citernes ?) sont taillés dans la roche calcaire et bordés de margelles monolithiques circulaires très massives, d’un diamètre de 1,30 à 1,50 m. Avant les bouleversements occasionnés par la construction d’une tour de vigie et d’un chemin d’accès, d’autres aménagements avaient été observés à la faveur d’un incendie.

  • Un seuil d’une largeur de 3,50 m environ, réservé dans le substrat rocheux, était apparent au nord de la muraille. Une encoche de 0,40 x 0,15 m était taillée dans la roche sur le côté occidental. Une cavité semi‑sphérique très régulière pourrait avoir fait office de crapaudine. On pense à un portail.

  • Un autre seuil a été découvert dans la broussaille non loin de là. Ses dimensions réduites l’apparentent davantage à un seuil de maison.

  • À l’ouest de la chapelle moderne a été repérée une cavité conique très régulièrement taillée dans la roche (trou de poteau ?).

  • Immédiatement en contrebas du chemin d’accès au site, sur son flanc est, des encoches taillées dans la roche ont servi à fixer des chevrons entre la corniche et les gros blocs qui s’en sont détachés.

  • Enfin, on mentionnera un sarcophage à proximité de la chapelle Saint‑Étienne, située sur un replat du versant méridional, à mi‑pente.

FIG. 112 – Vue aérienne verticale de l’agglomération de Saint‑Michel (IS‑14). L’agglomération de la fin de l’Antiquité se localise au sommet de la butte de Saint‑Michel, qui culmine à la cote 114 m NGF et s’avance en avant d’un plateau sur lequel plusieurs cimetières rupestres ont été repérés. Elle surplombe à l’ouest le débouché du vallon de Sulauze sur l’étang de l’Olivier, au sud un bas plateau entrecoupé de petites dépressions fermées et à l’est l’étang de Berre.

FIG. 113 – Vue d’un bloc sculpté découvert en 1990 dans un mur de pierres sèches appuyé contre l’abside de la chapelle Saint‑Michel (IS‑14).

33Le mobilier présent en surface, trop abondant, a dû exceptionnellement être échantillonné. Le site de Saint‑Michel a fourni en effet à lui seul 21,5 % des artefacts recueillis dans l’ensemble du secteur étudié, soit 3 597 fragments de céramique et d’amphore. Il a livré 58,3 % de la sigillée tardive estampée (60,2 % des bords), 55 % de la céramique commune grise tardive (58,6 % des bords), 38,2 % de la sigillée claire D (37,2 % des bords), 42 % de l’amphore orientale (aucune lèvre) et 11,9 % de l’amphore africaine (18,3 % des lèvres). La céramique commune grise est très largement majoritaire (fig. 114). Les urnes de type A4 y prédominent nettement sur les autres formes, indiquant une occupation importante au VIe s. (fig. 109). La céramique sigillée claire D (Hayes 81, 82, 87, 91, 93, 99, 101, 103B, 104, 105), les amphores africaines (Keay LV, LXI/LXII) et orientales (LRA 1/2) sont également caractéristiques de cette période et du début du VIIe s. Les amphores représentent seulement 10,4 % du mobilier céramique et la vaisselle est largement dominée par les productions communes (86,1 % des fragments). On notera la découverte de nombreux débris de pierre ollaire et de meule en basalte, de scories de forge, d’un bloc de calcaire creusé d’une cupule qui pourrait avoir servi de creuset et de quelques tessons de verre, dont le type est daté du vie s. dans le dépotoir de Gardanne (Pelletier et al. 1991 : 332‑333, fig. 67, nos 5‑12, 23). Au registre des matériaux de construction, on soulignera la rareté des tuiles et la présence de restes de torchis. À Saint‑Blaise, l’abandon des techniques de construction en dur au profit de matériaux légers (à base de bois et de torchis) ne semble pas avoir eu lieu avant le début du viie s. (Démians d’Archimbaud 1994). On a là l’image d’une communauté au mode de vie relativement modeste. L’abondance des coquilles de pectens confirme l’importance des mollusques dans l’approvisionnement.

FIG. 114 – Quantification du mobilier recueilli sur le site de Saint‑Michel (IS‑14).

34Les prospections effectuées sur le plateau de Barabant, situé plus au nord, ont été rendues très difficiles du fait d’une végétation dense de pinède et de garrigue. Un seul site a été repéré, sur le rebord occidental du plateau (IS‑11). Après une occupation (ou tout au moins une fréquentation) durant le ier s., ce site est réoccupé précocement, dans le courant du ive s., jusqu’à la fin du vie au moins. Du mobilier tardif (céramique commune grise, brune et amphore africaine) a également été recueilli au nord du plateau (IS‑10). Il semble que tout l’escarpement rocheux ait été fréquenté, ce qui s’explique peut‑être par la présence de nombreux abris‑sous‑roche. Des rigoles de captage des eaux sont nettement visibles sur le rebord de la corniche. Elles ont été entaillées dans la roche aux endroits où celle‑ci présente des plans inclinés, formant de véritables gouttières.

35Par ailleurs, les prospections ont révélé l’existence de plusieurs cimetières rupestres –cinq au total– sur la bordure occidentale et méridionale du plateau, à moins d’un kilomètre de l’agglomération de Saint‑Michel. L’un d’eux est associé au site de Barabant (IS‑11). La question est de savoir si les autres sont également liés à des établissements isolés, ou bien à l’agglomération elle‑même. Dans le premier cas, les sites en question n’auraient pas été repérés et seraient matérialisés par ces petits cimetières dispersés, ce qui n’a rien d’improbable eu égard à la densité du couvert forestier. Quoi qu’il en soit, la densité des zones de sépultures reflète l’intensité du peuplement dans ce secteur, où le développement d’une petite agglomération semble avoir dynamisé l’occupation du sol. L’apparition de ce nouveau pôle d’habitat correspond à un déplacement de populations vers une zone demeurée jusqu’ici relativement délaissée. Ce phénomène témoigne de la recherche de nouveaux terroirs, peut‑être sous l’effet d’une pression agricole accrue dans le secteur central des plateaux molassiques.

4.2.1.3 Le secteur des Belles

36Un phénomène assez similaire est observé dans le secteur des Bolles, à l’est de l’actuel centre urbain d’Istres, en bordure de l’étang de Berre, où l’on constate un regroupement de plusieurs sites tardifs.

37Seul l’établissement de Saint‑Martin (IS‑24) était occupé au Haut‑Empire. Les sondages et les fouilles de sauvetage conduites dans de très mauvaises conditions matérielles y ont révélé des niveaux de l’Antiquité tardive contenant de la sigillée claire D, de la sigillée tardive estampée (Rigoir 2, 9, 18), des fragments de « lampes chrétiennes », du petit mobilier en verre et un objet de forme conique qui pourrait correspondre à une tuyère de soufflerie de forge (Inf. archéo. Gallia, 32, 1974 : 510 ; Grenier, Reynier 1977). Outre les ruines d’une chapelle dont les fouilleurs écrivent qu’elle est « semblable à celle de Saint‑Michel », et qu’ils proposent de dater des viiiexe s. sur la base d’un texte médiéval, les fouilles ont permis d’exhumer une douzaine de tombes creusées dans le safre. De fait, la chapelle Saint‑Martin est signalée en 965 en dehors du castrum d’Istres dans le Diplôme de Conrad le Pacifique. Le site a livré par ailleurs de la céramique campanienne B, de la sigillée sud‑gauloise, de la sigillée marbrée, des sigillées africaines, de la céramique commune, des lampes à huile, des débris d’amphores, de verre, de basalte, des déchets de cuisine (dont de nombreux coquillages) ainsi qu’un bronze de Macrin et des « fragments de fresque ». On aurait là par conséquent un exemple remarquable de continuité depuis la fin du ier s. av. J.‑C. jusqu’au haut Moyen Âge.

38Le site perché de Toti (IS‑23) constitue un deuxième foyer de peuplement dans ce secteur. Situé à 500 m au nord‑est de celui de Saint‑Martin (IS‑24) et à 400 m au nord de celui de Saint‑Pierre (IS‑25), il est implanté au sommet d’une butte escarpée qui domine l’étang de Berre à la cote 62 m ngf. Des sondages effectués en 1949 ont permis d’exhumer, sur quatre mètres de longueur, les substructions d’un édifice construit en petit appareil régulier, ainsi qu’un seuil monolithique et un sol recouvert d’une fine couche de ciment maigre, renforcé dans les angles (Terras et al. 1949 ; Inf. archéo. Gallia, 8, 1950 : 122). Les sondages et les ramassages de surface ont livré de nombreux fragments de vases et de plats en sigillée tardive estampée à décors de rouelles et de palmettes, de la vaisselle commune, un peson de tisserand, une « lampe chrétienne à motifs géométriques », un pied de vase en verre brun clair, une pierre à affûter, une grande lame de plomb, une plaque de marbre brut de 0,50 x 0,20 m, des tegulae et une quantité importante de coquillages marins (pectens). La superficie de cet établissement était vraisemblablement inférieure à un hectare. Des fronts de taille associés à des voies à ornières ont été repérés aux alentours, ainsi qu’un escalier aménagé dans la roche, au nord du site, qui permettait de descendre vers l’étang de Berre. Ses différentes caractéristiques –en particulier sa chronologie et sa situation topographique– apparentent cet établissement à celui de Saint‑Michel (IS‑14), dont il est distant de trois kilomètres seulement.

39Enfin, le site de Saint‑Pierre (IS‑25) a été découvert en 1822 au pied de la falaise des Heures Claires, à 400 m au sud, au bord de l’étang de Berre (Véran 1808 ; Villeneuve 1824 : 916 ; Benoit 1936 : no 297). Des substructions d’une habitation très dégradée étaient visibles, attenant à un bassin bétonné. Outre un trésor monétaire constitué de grands bronzes d’Antonin le Pieux, de Julia Domna, de Septime Sévère et de Constance, le site a livré de nombreux fragments de sigillée tardive estampée et une « lampe chrétienne », attestant une occupation au ve s.

40L’émergence de ces différents établissements contribue à renforcer l’impression d’un déplacement de populations vers le nord du secteur étudié à la fin de l’Antiquité, impression encore accentuée par l’abandon de la zone des collines bégudiennes méridionales. Ce basculement s’accompagne d’une concentration de l’habitat antérieure au phénomène de l’incastellamento médiéval. Les recherches conduites en Lunellois ont également souligné cette tendance au regroupement de l’habitat à l’aube du Moyen Âge (Favory et al. 1994 : 218).

4.2.2 Le secteur des plateaux molassiques de Saint‑Mitre et de Fos

41Dans le secteur des plateaux molassiques de Saint‑Mitre et de Fos, le schéma d’occupation du sol demeure très semblable à celui qui a été observé au Haut‑Empire. L’habitat dispersé y connaît un nouvel essor et s’y maintient fermement jusqu’à une date très tardive. Aucun secteur n’est délaissé. Parallèlement, on observe une tendance assez nette au regroupement d’unités jusqu’alors isolées.

4.2.2.1 Le plateau du Mazet

42L’occupation du plateau du Mazet se prolonge à la fin de l’Antiquité selon des modalités assez proches de celles du Haut‑Empire. Deux sites de cette époque ont été définitivement abandonnés : l’Archevêque (FO‑15) et Beaume Loubière (FO‑16), où quelques rares indices attestent tout au plus une fréquentation. La continuité joue sur les deux établissements du Mazet (FO‑12/14), et probablement sur l’huilerie du Collet de Carbonnière (FO‑24), dont le contrepoids de pressoir à treuil est transformé en contrepoids à vis. Un petit site apparaît immédiatement au sud (FO‑27), peut‑être en liaison avec cette transformation. De même, un site (FO‑21) se développe à proximité des cuves de décantation repérées dans le quartier des Errares (FO‑22), attestant peut‑être de leur caractère tardif. Sur ces différentes implantations, on constate la prépondérance absolue du matériel amphorique et l’absence quasi totale des céramiques fines. Ainsi, la part des amphores –essentiellement d’origine africaine, beaucoup plus rarement orientale– atteint respectivement 76,6 % et 88,1 % sur les deux établissements du Mazet (FO‑12/14), 95,6 % au Collet de Carbonnière (FO‑27) et 96 % aux Errares (FO‑21). La vocation agricole de ces établissements est confirmée par la présence systématique de fragments de dolium et de meule en basalte. En ce qui concerne les techniques de construction, on remarquera que tous ces sites ont livré des fragments de tegulae.

43De nouveaux établissements apparaissent sur le plateau. Le principal est celui du Carrelet (FO‑19), où d’importantes quantités de céramique commune grise tardive et d’amphore africaine ont été recueillies, ainsi que de l’amphore orientale (LRA 2) et une paroi de marmite à décor géométrique estampé à la molette datée des xiixiiie s. (Coye, Lagrue 1988, II, Carr‑02).

44La typologie des céramiques communes grises (A2/3/4/5) laisse supposer une occupation dans la seconde moitié du ve s. et tout au long du vie. La présence de céramique médiévale interroge sur une éventuelle continuité au Moyen Âge. La composition du mobilier révèle la part écrasante des amphores (92,2 %), la faible représentation des céramiques communes (7,8 %) et l’absence de vaisselle fine. Les environs immédiats ont également livré du matériel tardif et médiéval (FO‑20). Les ramassages effectués sur le versant ouest de la butte de Mourre Poussiou, jusqu’en bordure de l’étang de l’Estomac, ont fourni de la céramique commune grise tardive (A7), du pégau décoré à la roulette (xiexiie s.), ainsi qu’un fond de bol à glaçure verdâtre intérieure (xivexve s.) (Coye, Lagrue 1988, II, Mou‑01/02/05).

45La fin de l’Antiquité voit l’apparition d’un nouvel établissement en bordure sud‑ouest de l’étang d’Engrenier (FO‑33). La prépondérance des amphores (88 %) y révèle une activité principalement orientée vers le stockage (Coye, Lagrue 1988, II, Eng‑01). On signalera aussi la découverte, dans ce secteur, d’une pierre en forme de croix de facture grossière aménagée dans du calcaire coquillier local et destinée à être plantée en terre. On ignore sa fonction exacte. Marque‑t‑elle une limite de territoire – et dans ce cas est‑ce celui du castrum de Fos ? Ou bien s’agit‑il d’une borne de propriété ou encore d’une croix de sépulture ?

46D’une manière générale, la distribution des épandages de tessons liés aux façons culturales confirme l’extension de l’agro‑système à l’ensemble du plateau, comme c’était déjà le cas durant le Haut‑Empire. Toutefois, il semble que l’on puisse désormais distinguer deux pôles particulièrement attractifs pour l’habitat : le secteur qui s’étend entre les étangs de l’Estomac et d’Engrenier, où l’on a pu reconnaître quatre ou cinq établissements et deux installations de pressage et de décantation, ainsi qu’une série de zones d’épandages agricoles, qui se prolongent dans la dépression située au sud de l’étang d’Engrenier ; la partie septentrionale du plateau du Mazet et la bordure de l’étang de Lavalduc, qui constitue un intense foyer d’occupation humaine à la fin de l’Antiquité.

4.2.2.2 La rive nord de l’étang de Lavalduc

47En effet, on ne compte pas moins de quatre établissements et autant de cimetières sur la rive nord de l’étang de Lavalduc, où deux sites (FO‑6/9) seulement étaient occupés au Haut‑Empire. Contrairement au plateau du Mazet, ce secteur n’a pas été déserté aux iiie et ive s. L’établissement principal (FO‑6) est occupé de manière continue depuis l’époque augustéenne jusqu’à la fin du vie s. Mais son « profil chronologique » révèle la prépondérance très nette du matériel tardif, puisque près de 79 % du mobilier est daté des ve et vie s., contre 15 % seulement pour les deux premiers siècles de notre ère et 6,2 % pour les deux suivants (fig. 115).

FIG. 115 – Profil chronologique du site de Lavalduc (FO‑6).

48Ce mobilier, abondant, présente une grande diversité : céramique sigillée claire D (Hayes 59/81), sigillée tardive estampée grise et orangée (Rigoir 4, 12, 14, 22), Late Roman C Ware (Hayes 3F), céramique commune grise tardive (A1/2/3/4/6), commune brune, amphore africaine (Keay III, VII, XXXVI, LXI) et orientale (LRA 1), verre à tige (Isings 109/111). Sa structure reflète également une évolution fonctionnelle : alors que la part de la vaisselle fine était nettement majoritaire au Haut‑Empire (56,6 %), elle devient marginale à la fin de l’Antiquité (9,4 %) ; en revanche, la part des céramiques communes devient prépondérante (51,6 % contre 30,2 % auparavant), devant celle des amphores, qui atteint un niveau élevé (39 % contre 13,2 %). Par ailleurs, les ramassages ont livré des fragments de dolium et de meule en basalte, une scorie de forge, une coulée de plomb, des rejets de cuisson et un peson en céramique, qui attestent une certaine diversité des activités. Les fragments de tegulae, abondants, confirment l’existence de constructions en dur. On notera également la découverte d’un seuil monolithique à gorge aménagé dans un bloc de calcaire local.

49Deux nouvelles implantations apparaissent dans le courant du ve s., l’une immédiatement à l’ouest (FO‑5), l’autre à environ 300 m à l’est (FO‑7). Des épandages agricoles s’observent également dans l’ensemble de cette dépression aujourd’hui dominée par une végétation palustre pourtant difficilement prospectable, témoignant d’une intense mise en valeur. Il semble donc que l’établissement principal (FO‑6) ait secrété dans son proche voisinage une série de dépendances. Sur ces différents sites, la présence de fragments de dolium et de meule en basalte et surtout la prépondérance du matériel amphorique –qui représente 56 à 94 % du mobilier– confirment une activité principalement vouée au stockage de la production agricole. Ce mode d’organisation n’est pas sans rappeler celui qui s’est développé dès le Haut‑Empire dans la dépression de Magrignane et qui a été qualifié de « polynucléaire ». Il pourrait s’agir là d’un hameau agricole, étalé sur plus de 600 m et entouré d’une ceinture de petits cimetières comprenant chacun six ou sept tombes, localisés à l’ouest (FO‑9), au nord (IS‑36) et à l’est (IS‑37) de la dépression. Ces lieux de sépulture pourraient matérialiser les limites d’un domaine étendu à l’ensemble de la dépression, soit une cinquantaine d’hectares. L’exploitation de ces terres lourdes était favorisée par un bas niveau de l’étang, propice également à la production de sel.

50Les prospections ont révélé l’existence d’un autre établissement à environ un kilomètre au nord‑est du précédent (IS‑30). Situé au pied d’une petite éminence rocheuse et orienté plein sud, il domine légèrement la dépression palustre de Lavalduc. Comme le site FO‑6, il est occupé de manière continue depuis la fin du ier s. av. J.‑C. Le matériel, assez abondant, était réparti sur plus d’un hectare. Sa composition n’a quasiment pas évolué depuis le Haut‑Empire : elle révèle une nette prédominance des amphores (57,1 % du mobilier contre 52,9 % au Haut‑Empire) sur la céramique commune (27 % contre 31,4 %) et la vaisselle fine (15,9 % contre 17,7 %). C’est là le signe d’une fonction essentiellement agricole et d’une forte continuité de l’occupation. Débris de meule en basalte et scories de forge témoignent d’une activité complémentaire de transformation agricole et artisanale. En outre, deux tombes rupestres ont été repérées au pied de la butte, ainsi que des traces d’aménagement du rocher et plusieurs fronts de taille liés à une ancienne carrière.

4.2.2.3 Le secteur de Citis‑Rassuen

51La bordure septentrionale de l’étang de Citis constituait un intense foyer d’occupation au Haut‑Empire. Les principales implantations s’y sont maintenues aux iiie et ive s., particulièrement celles de Tour d’Aix (IS‑44) et de Saint‑Verran (IS‑33). Les deux siècles suivants se caractérisent par un retour à la situation précédente. Le vaste établissement qui s’était développé dès l’époque augustéenne dans le secteur de Tour d’Aix est occupé de manière continue jusqu’à la fin du vie s. Durant les iiie et ive s., seule la zone résidentielle (IS‑44) était restée habitée. Au ve s., le site localisé immédiatement à l’ouest (IS‑42) fonctionne à nouveau, tandis que la zone d’habitation principale prend encore de l’importance au siècle suivant. Il semble donc bien que soit perpétuée dans ce secteur la tradition d’un habitat regroupé en hameau, même si celui‑ci a perdu l’importance qu’il avait au Haut‑Empire.

52Le mobilier des deux premiers siècles de notre ère représente en effet 56,3 % du total des artefacts datables, celui des deux siècles suivants 16,5 % et celui des ve et vie s. 27,2 % seulement. Sa composition traduit en outre une évolution fonctionnelle entre le Haut et le Bas‑Empire : la part des céramiques communes et surtout des amphores connaît une inflation, atteignant chacune 49,6 %, tandis que celle de la vaisselle fine s’effondre de 39,2 % à 0,8 %. Cette tendance est encore accentuée sur l’établissement voisin (IS‑42), où la part des amphores atteint 82,8 %, celle des céramiques communes 12,5 % et celle de la vaisselle fine seulement 4,7 %. En revanche, le « profil chronologique » de ce dernier site révèle une légère prééminence du mobilier des ve et vie s. (52,9 %) sur celui du Haut‑Empire (43,8 %). Au registre des techniques de construction et des activités, on notera la présence de fragments de torchis, de dolium et de meule en basalte, ainsi que des scories de forge.

53L’établissement de Saint‑Verran (IS‑33), qui se trouve à moins de 700 m au nord, ne semble pas avoir conservé l’importance qu’il avait au Haut‑Empire, après son déclin dans la première moitié du iiie s.

54En effet, le mobilier des ve et vie s. n’y représente que 16,6 % du total des artefacts datables. Sa composition reflète en outre la même tendance que les implantations précédentes, la part des amphores passant de 38,1 à 75 %, tandis que celle des céramiques communes demeure stable (25 %). En revanche, la vaisselle fine disparaît, alors que sa part était prépondérante avec 39,6 %. Rappelons enfin que ce site a fourni de nombreux fragments de dolium et des scories de forge.

FIG. 116 ‒ Profil chronologique du site de La Pinède (IS‑34).

55Les trois implantations suivantes présentent un faciès différent, caractérisé par la prépondérance de la vaisselle commune sur les amphores.

56Sur le site de Mourette (IS‑28), la part des céramiques communes s’élève à 53,8 %, celle des amphores à 46,1 %, tandis que la vaisselle fine fait complètement défaut. Cette tendance est encore accentuée sur l’établissement voisin de La Pinède (IS‑34), situé à environ 500 m au sud‑est. La part des céramiques communes y est nettement plus conséquente (70,6 %), celle des amphores moins élevée (23,5 %), tandis que la vaisselle fine est à peine représentée (5,9 %). Les mêmes remarques valent pour le site de Ranquet (SM‑1), où la part des céramiques communes atteint 59,2 %, celle des amphores 37,7 % et celle de la vaisselle fine 3,1 %. Sur ces trois établissements, l’ampleur de l’occupation tardive est inégale en regard de celle du Haut‑Empire. Sur le premier, le mobilier daté du vie s. ne représente que 24,1 % du total des artefacts datables. Durant l’Antiquité tardive, ce site est occupé essentiellement au vie s., alors que le second l’est dès le milieu du ve. Sur ce dernier, le mobilier des ve et vie s. prédomine très largement (70,2 %) sur celui du Haut‑Empire (28,9 %) (fig. 116). Il présente même une certaine diversité : sigillée tardive estampée (Rigoir 1, 2, 3, 4), céramique commune grise tardive (A4/5), céramique commune brune, amphore africaine (Keay XXXV) et orientale (LRA 2). Enfin, l’activité du dernier établissement paraît avoir régulièrement décliné depuis le Haut‑Empire. Le mobilier des deux premiers siècles de notre ère y représente en effet 62,9 % du total des artefacts datables, celui des deux siècles suivants encore 23,1 % et celui des ve et vie s. 14 % seulement.

4.2.2.4 Le plateau de Castillon

57La réoccupation de l’agglomération de Saint‑Blaise à la fin de l’Antiquité coïncide avec une densification de l’habitat dans la partie septentrionale du plateau de Castillon. Tandis que le site de Castillon (SM‑15) continue à fonctionner, les anciennes implantations préromaines sont réoccupées, près de la source de la Tourtoulane (SM‑9), dans l’anse de Lavalduc (FO‑17) et sur le plateau du Desté (SM‑10), où se développe par ailleurs une vaste nécropole rupestre. En revanche, l’établissement de Citis (SM‑11), implanté en bordure méridionale de l’étang du meme nom, est déserté à la fin du ive s. ou au début du ve. Celui des Enconques (SM‑19), qui est quasiment abandonné aux iiie et ive s., ne semble pas se relever. La moitié sud du plateau de Castillon n’est pourtant pas délaissée, comme en témoignent les épandages de tessons liés aux façons culturales.

58Le site de Castillon (SM‑15) est réoccupé dans le courant du ve s., après une première implantation aux ier et iie s. de n.è. Il s’agit d’un petit établissement de 4 000 m2, localisé en bordure nord d’une dépression perchée. Le mobilier, assez abondant pour le Haut‑Empire (74,5 %), l’est beaucoup moins pour les ve et vie s. (25,5 %). Sa composition révèle la prépondérance de la fonction de stockage (57,1 % de fragments d’amphores). Le site a également livré des débris de dolium et de meule en basalte et quelques fragments de tegulae.

59Le site de la Tourtoulane (SM‑9) fonctionne à nouveau dans le courant du ve s. et au vie s., après une première période d’utilisation liée à l’occupation préromaine de Saint‑Blaise, dont il constituait l’une des principales sources d’approvisionnement en eau. Localisée au pied de l’escarpement rocheux qui borde l’agglomération au nord‑est, la source était accessible par un passage aménagé dans le rocher. La prépondérance des amphores (66,7 % du mobilier) et l’abondance des fragments de dolium y confirment une fonction essentiellement tournée vers le stockage, de toute évidence celui de l’eau. Les fragments de torchis recueillis alentour pourraient provenir de constructions légères en matériaux périssables.

60Autre établissement directement lié à l’agglomération de Saint‑Blaise, celui qui est implanté dans l’anse formée en contrebas du plateau de Castillon par l’étang de Lavalduc (FO‑17) et qui faisait peut‑être office de point de rupture de charge à l’âge du Fer. Ce site, réoccupé à la fin de l’Antiquité après un long abandon, a livré de nombreux fragments de céramiques et d’amphores, principalement africaines (Keay III, XXV, XXXV, LXII, LXXVIII) et orientales (LRA 2). On a observé aussi la présence de fragments de dolium, de meule en basalte et de scories de forge. L’origine du matériel recueilli n’est pas sans poser de problème : il est difficile de trancher entre l’hypothèse d’une implantation in situ et celle d’un remaniement de matériel issu du plateau de Saint‑Blaise.

61Un seul établissement a été reconnu dans le secteur de Valentoulin (PB‑4), situé au sud du plateau de Castillon. Occupé aux ive et ve s., il n’a livré que des fragments d’amphores africaines (Keay XXII) et semble correspondre à un simple lieu de stockage. Un petit cimetière rupestre a également été repéré plus au sud (PB‑6). Enfin, le site implanté au Haut‑Empire sur l’isthme de Plan d’Aren (FO‑25) connaît un développement certain à la fin de l’Antiquité. Le mobilier des ve et vie s. y est nettement mieux représenté (85,2 %) que celui du Haut‑Empire (11,1 %). Réparti sur plus d’un hectare, il se compose principalement d’amphores africaines (78,3 %). La céramique commune (17,4 %) et la vaisselle fine (4,3 %) y sont minoritaires. A.‑M. Vigoureux (1973 : no 8) signale la découverte d’une base de colonne au bord de l’eau dans ce secteur.

4.2.2.5 Les coteaux méridionaux de Saint‑Mitre

62Contrairement à l’évolution observée dans les secteurs précédents, la maille de l’habitat dispersé tend à s’éclaircir sur les coteaux qui bordent le plateau de Saint‑Mitre à l’ouest et au sud. Sur cinq établissements occupés au Haut‑Empire, trois seulement se maintiennent aux ve et vie s. : les Emplaniers (SM‑14), les Espérètes (SM‑27) et Fourna (SM‑29). En effet, le site des Ferrages (SM‑30) a été abandonné avant la fin du ier s. et celui des Soires (SM‑13) dans le courant du iiie, malgré une réoccupation très ponctuelle au ve s. Le vallon est néanmoins intensément cultivé jusqu’à une époque tardive, comme l’attestent les épandages agricoles observés sur une distance de deux kilomètres.

63L’établissement des Emplaniers (SM‑14) était déjà occupé au Ier s. et pendant une partie du iie. Il est réoccupé dans le courant du ve et au vie s., mais le mobilier caractéristique de cette période ne représente que 29,4 % du total. La vaisselle commune en constitue l’essentiel (60 %), alors que les céramiques fines et les amphores sont représentées à parts égales (20 %). On note aussi la présence de fragments de dolium, de basalte et de scories de forge.

64Comme le précédent, le site des Espérètes (SM‑27) est réoccupé aux ve et vie s., après une première implantation au ier s. Mais le parallèle s’arrête là. En effet, le matériel tardif, réparti sur environ 8 000 m2, est ici à la fois plus abondant et largement prédominant, puisqu’il représente 77,1 % du total des artefacts datables. La proportion des amphores est nettement majoritaire (87,6 %) devant les céramiques communes (8,6 %) et la vaisselle fine (3,7 %), reproduisant un schéma très fréquent sur les établissements ruraux de cette période. Enfin, les ramassages ont également livré des fragments de dolium, des scories et des tegulae.

65Le site de Fourna (SM‑29) se rapproche davantage de celui des Emplaniers, de par sa superficie importante (environ un hectare), son « profil chronologique » et la composition de son mobilier : le matériel tardif y est en effet minoritaire (29,6 %), la part des céramiques communes et des amphores parfaitement équilibrée (50 %), mais la vaisselle fine y fait complètement défaut. Le mobilier est toutefois nettement plus pauvre qu’aux Emplaniers, uniquement constitué de céramique commune grise et d’amphore africaine. Le verre est assez abondant, mais indatable, et l’on note enfin la présence de quelques scories, de fragments de dolium et de tegulae.

4.2.2.6 Le vallon de Magrignane

  • 6 L’habitat du Haut‑Empire se concentrait dans un espace de 1 km de long, dans le sens nord‑sud, et 5 (...)

66Dès l’époque augustéenne, une forme d’habitat originale, qualifiée de « polynucléaire », s’est précocement mise en place dans le vallon de Magrignane, sur la bordure nord de l’étang aujourd’hui asséché (fig. 117). Malgré les vicissitudes des iiie et ive s., qui voient le regroupement de l’habitat autour du noyau principal (SM‑45), cette forme d’occupation du sol se prolonge et se développe au cours des deux siècles suivants, à tel point qu’aucun secteur sur la rive occidentale de l’étang de Berre n’est aussi densément occupé à la fin de l’Antiquité (fig. 118). Non seulement l’habitat se densifie, mais il gagne en extension dans le vallon. Quatre des cinq sites occupés durant le Haut‑Empire perdurent aux ve et vie s., après un probable ralentissement de leur activité au cours des deux siècles précédents. Seul un site cesse de fonctionner (SM‑42). En revanche, cinq nouveaux sites se développent dans le vallon, dont un à environ 500 m au nord (SM‑41) et un au sud (SM‑50). Au total, le nombre des implantations passe de cinq à neuf, et la superficie occupée de 50 à 75 ha6.

FIG. 117 – Vue aérienne verticale du vallon de Magrignane en 1944. On distingue très nettement l’étang drainé en 1791 et son exutoire vers l’étang de Berre. À l’ouest du vallon sont visibles les plateaux de Saint‑Mitre et des Colles. Entre ces deux derniers, on aperçoit l’oppidum des Fourques (SM‑32) et la butte du Collet‑Redon (SM‑49), qui domine l’étang. À l’est apparaissent, du nord au sud, le plateau de Caderaou, la butte du Collet‑Long et le plateau du Lèbre. Le vallon de Mauvegeane, orienté est‑ouest, sépare les deux plateaux.

FIG. 118 – Le vallon de Magrignane à la fin de l’Antiquité.

67Trois établissements se distinguent par leur importance : il s’agit des sites des Clapières (SM‑45), du Lèbre (SM‑52) et de Magrignane (SM‑48), qui présentent tous des indices d’occupation au Haut‑Empire mais connaissent leur plein développement aux ve et vie s. L’établissement des Clapières (SM‑45) est occupé de manière continue depuis l’époque augustéenne, mais on sait qu’il a également livré des témoins du premier âge du Fer. L’examen de son « profil chronologique « révèle que 58,4 % du matériel antique recueilli à sa surface se rapporte aux ve et vie s., contre 39 % aux deux premiers siècles de notre ère et 2,5 % seulement aux deux suivants (fig. 73). Des sondages effectués en 1988 et 1989 ont mis au jour un dépotoir de l’Antiquité tardive, mais aucune structure bâtie n’a été observée. Toutefois, les nombreux débris de tegulae et les fragments d’opus caementicium laissent supposer la proximité d’une construction en dur. Le mobilier recueilli en surface est à la fois abondant et diversifié : céramique sigillée claire D, sigillée tardive estampée, céramique commune grise tardive, communes brunes diverses, amphore africaine et orientale en constituent l’essentiel. Le petit mobilier en verre est bien représenté, avec, en particulier, deux fragments de verre à tige Isings 109/111, un fragment de verre à bord coupé et plusieurs bords divers. La composition du mobilier tardif est strictement identique à celle observée dans le dépotoir. Elle met en évidence une très nette prépondérance de la vaisselle commune (67,1 % en surface et 65,1 % dans les sondages) sur les céramiques fines (16,8 % et 16,1 %) et les amphores (16,1 % et 18,8 %). Par rapport au Haut‑Empire, on constate une chute de la part des céramiques fines au profit de la vaisselle commune et des amphores. À côté des fonctions domestiques, plusieurs activités sont attestées : la mouture du grain, par de nombreux fragments de meule en basalte, dont un disque dormant intact ; le stockage de la production agricole, par d’abondants fragments de dolium ; la fonderie, par des coulées de plomb ; et enfin la forge, par des scories.

68L’établissement du Lèbre (SM‑52) se situe à environ 450 m au sud, dans une position topographique similaire, au pied d’un petit éperon dominant le vallon de Magrignane à l’est. L’essentiel du matériel provient du bas du versant, où il était dispersé sur 6 000 m2, mais plusieurs fragments de céramiques, d’amphores et de tegulae ont également été recueillis au sommet de l’éperon. Deux seuils aménagés dans du calcaire local ont été découverts sur le versant. Il s’agit d’éléments monolithiques à rainure longitudinale, de facture très sommaire, semblables à celui qui a été observé sur l’établissement de Lavalduc (FO‑6). Leurs dimensions respectives sont de 0,85 x 0,62 m et 0,74 x 0,42 m. Par ailleurs, un gros bloc taillé parallélépipédique de 1 x 0,42 x 0,35 m a été retrouvé en remploi dans un mur de restanque, à proximité immédiate. Le mobilier, abondant et varié, est identique à celui du site précédent. Malgré la présence de témoins du Haut‑Empire, l’essentiel (87,7 %) se rapporte aux ve et vie s. Mais contrairement au site précédent, sa composition révèle la prépondérance des amphores (50,8 %) sur la céramique commune (34,7 %) et la vaisselle fine (14,4 %), présentant ainsi un faciès assez proche de celui du Haut‑Empire.

69Troisième site important du vallon, l’établissement de Magrignane (SM‑48) est implanté sur le versant opposé, au pied de la butte du Collet Redon, sur un replat dominant de quelques mètres la dépression marécageuse. Malgré des indices d’occupation au Haut‑Empire, le mobilier des ve et vie s. prédomine largement (77,2 %) (fig. 76). Dispersé sur un hectare, il est abondant et varié. Sa composition exprime la prépondérance des céramiques communes (58,5 %) sur les amphores (38,6 %) et la vaisselle fine (2,8 %). Par rapport au Haut‑Empire, on constate un déclin de la proportion des céramiques fines au profit des céramiques communes et des amphores. Comme sur les deux établissements précédents, les nombreux fragments de dolium, de meule en basalte et les scories témoignent d’activités diversifiées (stockage, mouture, forge) et les débris de tegulae laissent supposer une construction en dur.

70Six autres implantations complètent l’occupation du vallon aux ve et vie s. Leur superficie, comprise entre 1 500 et 6 000 m2, est inférieure à celle des gisements précédents. Elles ont livré des indices d’occupation du Haut‑Empire, à l’exception des sites SM‑50 et SM‑41, mais la proportion de matériel des ve et vie s. dépasse dans presque tous les cas 70 %. La composition du mobilier est marquée par la prépondérance de la vaisselle commune, dont la proportion varie entre 53 et 77 %. Les amphores occupent la seconde place (13 à 32 %), devant la vaisselle fine (5 à 22 %). Le site SM‑53 fait exception : les amphores y sont majoritaires (57,9 %) devant la vaisselle commune (26,3 %) et fine (15,8 %). D’une manière générale, la part des céramiques communes s’accroît par rapport au Haut‑Empire. En revanche, celle des amphores et de la vaisselle fine régresse. Cette évolution va à l’encontre de la tendance observée dans le reste du secteur des Étangs. Le stockage des produits agricoles demeure néanmoins l’une des activités de ces établissements, puisque quatre d’entre eux ont livré des fragments de dolium. En revanche, un seul a révélé des débris de meule. Trois sites ont fourni des scories de forge (SM‑46/50/51). La présence de quelques fragments de tegulae pourrait y attester des constructions en dur. On soulignera enfin la découverte d’une inhumation en coffrage de tuiles plates et de dalles sur une petite éminence dominant le site SM‑53.

71Tous ces indices témoignent très clairement de la vitalité –voire du renforcement– d’une organisation sociale communautaire déjà ancienne dans ce secteur. On est tenté d’évoquer un véritable « village ».

4.2.2.7 Le vallon de Mauvegeane

72L’établissement implanté dans le courant du iers. au débouché du vallon de Mauvegeane (SM‑35) sur celui de Massane connaît un développement important aux ve et vie s. : 80,8 % du mobilier recueilli sur une superficie totale de 6 000 m2 se rapporte à cette période (fig. 119).

FIG. 119 – Profil chronologique du site de Mauvegeane (SM‑35).

73La composition de ce mobilier abondant et diversifié révèle la prépondérance des céramiques communes (54,5 %) sur les amphores (43,3 %) et la vaisselle fine (2,1 %). Par rapport au Haut‑Empire, on constate un très fort déclin de la part des céramiques fines, une légère augmentation de celle des céramiques communes et une forte poussée de celle des amphores. La vocation agricole de cet établissement ne fait aucun doute. La présence de fragments de dolium confirme une activité de stockage, complétée par une activité de mouture (fragments de meule) et de forge (scories). Enfin, les débris de tegulae pourraient provenir d’une construction en dur. La localisation du site laisse supposer une mise en culture du fond du vallon.

4.2.3 Le secteur des collines bégudiennes de Martigues et de Port‑de‑Bouc

74Alors que la tendance observée dans les deux secteurs précédents est à la continuité, voire dans certains cas à la densification de l’occupation du sol, la zone des collines méridionales paraît relativement délaissée depuis le iiie s. Presque toutes les petites implantations qui s’étaient développées dans la mouvance des grands domaines ont disparu. Le sort des villae est lui‑même très mal connu. On ignore complètement si celles de Tholon (MA‑5) et de la Pointe Baumasse (PB‑12) sont encore occupées à la fin de l’Antiquité. On a vu toutefois qu’un chapelet de cimetières (PB‑6/9/10/13) pourrait témoigner de la persistance d’un domaine au sud de l’étang d’Engrenier jusqu’à une date tardive. En revanche, la dépression dans laquelle s’était développée l’exploitation domaniale de Tholon est complètement désertée.

75Le « profil chronologique » de la villa de Péricard (SM‑34) indique une continuité de l’occupation au ve s. (fig. 67). Le matériel tardif est constitué de céramique sigillée luisante (Lamboglia 1/3, 4/36, 14/26), de sigillée claire D (Hayes 87B/91), de sigillée tardive estampée, de céramique commune grise et brune et d’amphore africaine (Keay LXII). Sa composition reflète, comme au Haut‑Empire, la prédominance de la vaisselle fine (53,6 %) sur la céramique commune (23,2 %) et les amphores (23,2 %). Mais les indices postérieurs au milieu du ve s. sont très ténus. En effet, le mobilier caractéristique des ier et iie s. représente 81,6 % du total des artefacts recueillis sur le site, celui des iiie et ive s. 13,2 % et celui des ve et vie s. seulement 5,1 %. C’est dire, compte tenu de la sur‑représentation des niveaux les plus récents, que la villa du Haut‑Empire n’existe plus en tant que telle, et cela probablement depuis la fin du iiie s.

76En revanche, l’établissement voisin du Mas de l’Hôpital (PB‑5) prend de l’importance au ve s., au point de supplanter la villa de Péricard dans ce secteur. Occupé de manière continue depuis l’époque augustéenne, il est implanté en bordure méridionale de l’étang du Pourra, au fond de la dépression de Plan Fossan, à 750 m au sud‑ouest de la villa. Le matériel, dispersé sur 4 000 m2, se rapporte pour 22,8 % aux ier et iie s., pour 7,3 % aux iiie et ive s. et pour 69,9 % aux ve et vie s. (fig. 120). Le mobilier tardif est relativement riche : il est constitué de sigillée claire D (Hayes 67, 87A/104A), de sigillée tardive estampée (Rigoir 1,2, 3, 4, 8, 18 et B3/7), de céramique commune grise (A1/4, B3, D1) et brune, d’amphore africaine (Keay III). Sa composition traduit une nette prédominance des céramiques communes (52,3 %) sur la vaisselle fine (29,5 %) et les amphores (18,2 %). La prépondérance de la vaisselle (81,8 %) sur les conteneurs –qui demeurent marginaux, malgré la sur‑représentation dûe au mode de comptage adopté (nombre total de fragments)– permet de supposer que la fonction de cet établissement est avant tout résidentielle. La présence d’éléments de confort spécifiques (tuyauterie en plomb, placages de marbre blanc) pourrait s’expliquer, sinon par un transfert des fonctions dévolues jusqu’alors à la villa de Péricard, du moins par une récupération de matériaux sur cette dernière. Plusieurs indices attestent une activité agricole (débris de dolium et de meule en basalte) et artisanale (scories de forge). Enfin, les nombreux fragments de tegulae et de torchis témoignent de la juxtaposition de constructions en dur et en matériaux périssables.

FIG. 120 – Profil chronologique du site du Mas de l’Hôpital (PB‑5).

4.3 Habitat et système productif à la charnière de l’Antiquité et du Moyen Âge

77Il convient d’examiner maintenant en quoi l’évolution complexe de l’habitat s’accompagne d’une évolution dans l’organisation du système agricole hérité du Haut‑Empire, et plus généralement du système de production tout entier.

4.3.1 Habitat, épandages agricoles et agro‑système

78La distribution des établissements et des zones d’épandages de tessons liés aux façons culturales ne révèle pas de modification sensible dans l’extension de l’agro‑système par rapport au Haut‑Empire (fig. 108). On constate toutefois une désertion durable du secteur des collines méridionales. En revanche, les plateaux calcaires situés au nord de l’étang de l’Olivier font l’objet d’une intense mise en valeur, dans le cadre de l’exploitation de Sivier (IS‑4), mais surtout à la suite de l’implantation d’une importante communauté sur la butte de Saint‑Michel (IS‑14). L’extension de l’agro‑système dans cette direction, sur des terres jusqu’alors épargnées, est probablement la conséquence d’une pression humaine accrue dans le secteur central des plateaux molassiques.

79Effectivement, celui‑ci fait l’objet d’une intense mise en culture, comme c’était déjà le cas au Haut‑Empire, à laquelle s’ajoute un intérêt accru pour les zones basses, vallons ou bordures d’étangs. Dans le vallon de Magrignane, l’habitat « polynucléaire » se densifie considérablement, avec le quasi‑doublement du nombre des implantations. Dans le même temps, l’espace cultivable passe de 50 à 75 ha. À Mauvegeane, le déplacement de l’habitat vers le fond du vallon (SM‑35) aboutit à une mise en valeur durable des zones basses. De même, l’établissement du Mas de l’Hôpital (PB‑ 5), qui prend le relais de la villa de Péricard (SM‑34) sur la bordure de l’étang du Pourra, est implanté dans un milieu aujourd’hui fortement marécageux et inhospitalier.

80Les rives de l’étang d’Engrenier attirent également de nouvelles implantations (FO‑25/33), tout comme l’étang de l’Estomac, au bord duquel s’implante un établissement important, au Carrelet (FO‑19). L’omniprésence des tessons de céramique commune grise et d’amphore africaine dans ces secteurs trahit une intense mise en valeur à la fin de l’Antiquité. Le déplacement progressif des nécropoles de l’antique agglomération fosséenne vers le rocher de l’Hauture (FO‑39/40/41) illustre peut‑être aussi l’importance accrue de l’étang dans la vie économique locale. Mais c’est assurément la rive septentrionale de l’étang de Lavalduc qui fournit le meilleur exemple de cette tendance. On y constate en effet une agglomération de nouveaux sites autour de l’implantation initiale (FO‑6). Comme dans le vallon de Magrignane, on est tenté d’évoquer une organisation « polynucléaire » de l’habitat. L’aménagement de petits cimetières en bordure de la dépression permet de restituer les limites d’un domaine cultivable d’une cinquantaine d’hectares au moins.

81Par rapport au Haut‑Empire, on ne constate pas de bouleversement radical dans le choix des terrains cultivés. Les sols bruns calcimagnésiques peu épais, à faible réserve hydrique et à forte charge caillouteuse qui se développent sur les plateaux molassiques et dans les vallons secs gardent la faveur du petit habitat dispersé. Les sols hydromorphes à gley d’origine palustre des zones basses et humides, qui se caractérisent par une profondeur, une teneur en eau et une fertilité plus élevées, intéressent davantage l’habitat « polynucléaire », dans le vallon de Magrignane, sur la rive nord‑ouest de l’étang de Lavalduc et peut‑être au Carrelet (FO‑19).

82L’attrait des zones basses peut trouver deux explications. On peut penser, tout d’abord, à un assainissement (naturel ou artificiel) des anciennes zones palustres. L’étude paléoenvironnementale indique un bas niveau des plans d’eau depuis le Haut‑Empire. L’hypothèse d’un maintien des réseaux de drainage aménagés au Ier s. dans des secteurs bien précis, tels que le vallon de Magrignane, la bordure nord‑ouest de l’étang de Lavalduc ou la marge méridionale des étangs d’Engrenier et du Pourra, n’a par ailleurs rien d’improbable. L’attraction des zones basses est aussi le résultat d’un développement des activités de prélèvement liées aux étangs, en particulier la récolte des coquillages et l’extraction du sel. On sait que les mollusques constituent une part importante de l’apport protéinique quotidien des populations riveraines à partir du ve s., tant au sein des agglomérations que du petit habitat rural. En outre, des salines sont mentionnées dès 739 dans l’étang de Lavalduc. Elles pourraient même remonter à l’époque mérovingienne selon P.‑A. Février (com. pers.).

83Ces deux modes d’utilisation des terroirs ne sont évidemment pas exclusifs l’un de l’autre. Leur juxtaposition témoigne de la profonde mutation du système agricole depuis le Haut‑Empire, avec le retour à une économie vivrière destinée à nourrir une population apparemment en expansion après l’accalmie des iiie et ive s.

4.3.2 Les activités vivrières

84S’interrogeant sur les causes de la réoccupation de l’oppidum de Saint‑Blaise, P.‑A. Février (1964 : 83) écrivait : « Voilà donc un site sur une hauteur occupé au IVe s. ou en tout cas certainement au ve. Pour quelles raisons ? Nous l’ignorons, faute de connaître encore le paysage de la région, ses ressources, et l’évolution de ce paysage et de ces ressources. L’importance des salines dans les étangs environnants explique‑t‑elle seule ce fait ? Doit‑on penser à une extension de la culture de l’olivier qui constituera au Moyen Âge une des richesses de la région ? L’enquête est trop peu avancée mais la question doit rester posée ». Il est possible aujourd’hui, à la lumière des prospections, des fouilles et des études paléoenvironnementales, d’apporter des éléments de réponse à ces interrogations. Il semble bien que l’économie locale ait été axée, comme le supposait P.‑A. Février, à la fois sur l’oléiculture et sur l’exploitation des étangs à la fin de l’Antiquité.

4.3.2.1 L’agriculture

L’oléiculture

85Le principal témoin d’une oléiculture à cette époque réside dans les vestiges de l’huilerie antique découverte au Collet de Carbonnière (FO‑24), en bordure du plateau qui domine à l’ouest l’isthme de Plan d’Aren. Le contexte céramologique (céramique grise tardive, sigillée claire D et amphore africaine) et la reconversion du contrepoids de treuil en contrepoids à vis laissent peu de doute sur la chronologie de cette installation, à laquelle il faut probablement adjoindre un petit pressoir à vis et la grosse structure maçonnée située à l’est du contrepoids, qui pourrait appartenir à un grand pressoir à vis (fig. 95‑101). De celle‑ci ne subsiste qu’une chambre dont les murs, grossièrement appareillés, atteignent 3,50 m de hauteur. La présence de plusieurs blocs de remploi dans cette construction laisse penser qu’une installation plus ancienne a été remise en état. Sur le plateau, la permanence d’un petit habitat dispersé très modeste étroitement lié à l’oléiculture depuis le Haut‑Empire pourrait constituer un signe supplémentaire de la continuité des pratiques agricoles dans ce secteur.

Viticulture et céréaliculture

86Si l’atelier de fabrication d’amphores de Sivier (IS‑5) atteste le développement d’une viticulture dans le secteur d’Istres au Haut‑Empire, aucun indice de ce genre n’est connu pour l’Antiquité tardive. Mais on sait que le vin de Marseille est encore largement diffuse à cette époque, et l’on peut supposer que les vignes occupaient, comme ce sera le cas au Moyen Âge, une place non négligeable dans le système agricole. En revanche, les indices d’une céréaliculture existent, sous la forme de nombreux fragments de meule en basalte recueillis sur des sites caractéristiques de l’Antiquité tardive (IS‑14, FO‑7/8/19/20). Ainsi, l’établissement des Clapières (SM‑45) a livré une meule rotative et de nombreux fragments de basalte, dont plusieurs sont issus du dépotoir tardif. Les ramassages effectués sur l’agglomération de Saint‑Michel (IS‑14) ont révélé une trentaine de débris de meule en basalte.

4.5.2.2 L’élevage et la consommation de viande

87À Saint‑Blaise, P. Columeau (1993 : 310‑311 et fig. 6) a étudié le contenu ostéologique d’une fosse de la fin de l’Antiquité fouillée par A. Dumoulin puis par s. Grange (1982). La liste des espèces consommées est assez diversifiée : mouton, chèvre, porc, bœuf, cheval, cerf, lapin de garenne, oiseaux (dont deux palmipèdes). Bien que les effectifs soient trop faibles pour autoriser une conclusion définitive, P. Columeau estime que la consommation de viande a fortement diminué par rapport à la période d’occupation antérieure. Le bœuf demeure l’espèce la plus consommée avec le porc, devant le cheval, le cerf et les ovicapridés (fig. 52). La chasse joue apparemment un rôle d’appoint non négligeable, puisqu’elle assure 12,1 % du ravitaillement en viande.

88L’étude du mobilier ostéologique des fouilles de G. Démians d’Archimbaud va dans le sens de l’évolution amorcée au cours du ve s. (Columeau 1993 : 311‑313, fig. 7). La liste des animaux domestiques attestés dans les dépotoirs est très complète pour le VIe s. Le bœuf représente près de 56 % de la viande consommée, le porc 19,8 % et les ovicapridés 16 %. On trouve encore le cheval, l’âne, le chien, la poule et une série d’animaux sauvages. Bovidés, suidés et ovicapridés sont majoritairement consommés adultes. Enfin, la chasse est alors une activité très marginale, et le cerf est absent des prises. Cette tendance se maintient au siècle suivant. L’âge d’abattage du bétail indique « une certaine aisance dans la maîtrise du cheptel », confirmée par la quasi‑disparition des activités cynégétiques.

89L’histoire de l’élevage et du ravitaillement en viande dans le secteur de Saint‑Blaise suit les grandes lignes de l’évolution constatée dans le sud‑est de la France. Les ovicapridés constituent l’essentiel du troupeau en nombre de têtes à l’âge du Fer comme dans l’Antiquité. Mais le ravitaillement est dominé par la consommation massive de viande de bœuf, animal de taille alors très modeste susceptible de fournir entre 110 et 180 kg de viande. Les ovicapridés arrivent au deuxième rang, la chèvre prenant en leur sein une place croissante. La consommation de porc augmente régulièrement au cours de l’Antiquité et au début du Moyen Âge, allant jusqu’à dépasser celle des ovicapridés aux ve et vie s.

4.3.2.3 L’exploitation des étangs

90Deux séries d’observations confirment l’intérêt porté par les hommes de cette époque au milieu palustre. D’une part, l’abondance des pectens et autres mollusques d’origine palustre sur la plupart des sites de la fin de l’Antiquité atteste le rôle primordial des étangs dans l’alimentation quotidienne des populations riveraines. D’autre part, on a vu que la carte archéologique des ve et vie s. fait apparaître une attirance très nette de l’habitat pour les bordures de marécages ou le rivage des étangs, en particulier ceux de Lavalduc, d’Engrenier et de l’Estomac. Or l’utilisation des étangs et des marécages à des fins vivrières suffit‑elle à expliquer cette situation, que l’on ne retrouve d’ailleurs à aucune autre époque, sinon au moment de l’essor des fabriques industrielles de soude, au début du xixe s.? Faut‑il envisager un assèchement complet des étangs favorisant leur mise en culture ? Ou au contraire un développement de l’exploitation du sel ?

91Les sondages de G. Démians d’Archimbaud sur le site de Saint‑Blaise ont montré l’importance considérable des coquillages dans l’alimentation quotidienne des habitants (Brien‑Poitevin 1993 : 288‑291). Environ 17 000 individus appartenant à 32 espèces ont été dénombrés sur une superficie inférieure à 100 m2. Depuis la fin de l’âge du Fer, la part des moules dans la consommation a très fortement diminué, tombant à 5,71 %. L’espèce la plus recherchée (ou la plus disponible ?) est désormais l’huître, attestée uniquement sous sa variante Ostrea lamellosa (43,41 %), devant le Pecten (33,14 %) et les coques (15,42 %). Les espèces consommées ne sont pas cultivables, comme c’était le cas de la moule à l’âge du Fer. On ignore en outre si elles proviennent des étangs voisins, de l’étang de Berre ou de la mer. Le choix des espèces comestibles semble avoir été beaucoup plus large à Saint‑Blaise que sur les petits établissements ruraux environnants, comme le montre la fouille du dépotoir des Clapières (SM‑45).

92La question du sel des étangs est également posée, et elle justifierait que l’on accordât plus d’attention, à la suite de B. Bouloumié, aux quelques lignes de la Vie de Saint Hilaire qui racontent comment l’archevêque d’Arles, au ve s., se rendait tous les dimanches sur ses « salines » pour exhorter ses ouvriers au travail (Benoit 1959 : 97 ; Bouloumié 1984 : 66). Celles‑ci se trouvaient sur le littoral, à 30 000 pas d’Arles, soit, avec un pied romain de 1,48 m, à 44 km. Les salines camarguaises étant distantes de 30 km seulement, il pourrait s’agir de la zone des Étangs de Saint‑Blaise, située à 45 km d’Arles, ou bien de celle d’Aigues Mortes. Le texte mentionne en outre des machines (auto‑mata) dont on ignore la fonction exacte, eu égard à la méconnaissance des techniques utilisées dans l’Antiquité pour extraire le sel. Le fait que l’archevêque se déplace en personne, le dimanche, sur le lieu de ces « salines » prouve leur importance économique. Pourtant, aucune donnée archéologique n’est venue jusqu’à présent étayer cette hypothèse que l’on pourrait mettre en rapport avec la réoccupation de l’agglomération de Saint‑Blaise au ve s., le regroupement de l’habitat sur la bordure des étangs et le bas niveau antique des plans d’eau, gage d’une salinité élevée. En revanche, la présence de salines dans l’étang de Lavalduc est certaine à partir du viiie s., et probable dès le viie s. Elles sont alors (ou encore ?) la propriété de l’archevêque d’Arles.

4.3.3 L’analyse conchyliologique du dépotoir des Clapières : une image de l’exploitation des étangs à la fin de l’Antiquité

93L’étude des coquillages provenant d’un dépotoir de l’habitat « polynucléaire » de Magrignane a été l’occasion d’approcher un type d’utilisation des étangs par l’homme à la fin de l’Antiquité. La détermination des espèces permet d’envisager la localisation des zones de ramassage, d’appréhender la structure de la consommation et les modes alimentaires, enfin, de préciser les caractéristiques du milieu.

4.3.3.1 La consommation de coquillages

  • 7 Qu’il me soit permis de présenter ici les résultats de l’étude que F. Brien‑Poitevin m’avait autori (...)

94Le dépotoir se localise sur la bordure orientale de l’établissement des Clapières (SM‑45), noyau principal de l’habitat « polynucléaire ». Son étendue exacte n’est pas connue, mais des carottages ont montré qu’elle excède 100 m2. Une quinzaine de sondages de 0,80 x 0,60 m ont permis d’exhumer une importante quantité de coquillages mêlés à des fragments de céramiques et d’amphores datés de la fin du ve s. et de la première moitié du vie. Les conclusions de l’étude menée par F. Brien‑Poitevin sur les coquillages soulignent l’intérêt et la spécificité de ce site, déjà mise en évidence à plusieurs reprises7. Au total, 1 056 individus ont été identifiés, correspondant à douze espèces différentes (fig. 121). Mais 92 % d’entre eux appartiennent à deux espèces seulement : le peigne (Proteopecten glaber L.) et l’huître (Ostrea lamellosa Brocchi), le premier dominant largement (74,05 %) sur la seconde (17,99 %). La moule (Mytillus galloprovincialis Lamarck) arrive loin derrière (4,26 %) et l’aspect « roulé » des coquilles indique des mollusques déjà morts lors du ramassage. Toutes les autres espèces sont résiduelles, représentant moins de 4 % des individus.

FIG. 121 ‒ Composition de la faune conchyliologique du dépotoir des Clapières (SM‑45).

95La première conclusion qui s’impose est celle de la part massive des mollusques dans l’alimentation quotidienne des habitants. Les coquillages constituent, avec la céramique, la quasi‑totalité des déchets recueillis dans le dépotoir, où les ossements animaux et les reliefs de poissons sont extrêmement rares. Cette disproportion tient évidemment pour une part aux conditions de conservation, qui favorisent la représentation des coquillages. D’autre part, la totalité du dépotoir n’a pas été explorée. Enfin, les déchets ont pu être triés avant d’être jetés, comme cela a été montré pour une époque plus ancienne dans l’Île de Martigues (Brien‑Poitevin 1993 : 291‑292). On aurait affaire ici uniquement aux rejets imputrescibles, incompressibles et volumineux, dont les occupants se seraient débarrassés à la périphérie de l’établissement.

96La seconde conclusion tient au choix délibéré des deux espèces dominantes. Cette sélection ne résulte pas d’une contrainte écologique : les fouilles de Saint‑Blaise montrent qu’une grande diversité d’espèces est alors disponible. Elle témoigne d’un goût particulier pour ces deux variétés, qui prédominent largement sur tous les sites provençaux à cette époque, y compris à Saint‑Blaise. La spécificité de l’établissement des Clapières tient davantage à l’inversion du rapport huîtres/pétoncles. À Notre‑Dame-de‑Gardanne, par exemple, les huîtres représentent 62,6 % du total et les pétoncles 33 %. Des proportions comparables s’observent sur l’établissement de La Pousaraque à Gignac (Brien‑Poitevin 1993 : 288). L’originalité des techniques d’ouverture des pétoncles distingue également les occupants des Clapières. À la technique traditionnelle, qui consiste à couper l’ailette du coquillage (25 % des cas seulement) ou à l’entamer simplement avec une lame (9 %), est préférée ici la coupure de la valve en deux dans le sens vertical (60 %), plus rarement sur plusieurs plans (6,5 %) ou horizontalement (1 %). La technique d’ouverture des huîtres n’est pas connue, mais l’absence de traces de carbonatation permet d’affirmer que celles‑ci n’étaient pas chauffées comme c’était le cas dans l’île de Martigues au iie s. av. J.‑C. et plus généralement en Provence à l’époque romaine. L’abandon de cette technique à la fin de l’Antiquité est confirmé par les fouilles de Saint‑Blaise, de La Pousaraque et du Jardin du Théâtre de Verdure à Vitrolles.

97La comparaison des deux sites des Clapières et de Saint‑Blaise amène à une troisième série d’observations. Ceux‑ci présentent l’intérêt d’être voisins, contemporains, d’avoir livré un volume important de coquillages, étudiés par une seule et même personne, et enfin, paradoxalement, d’appartenir à des catégories d’habitat très différentes, puisque l’on a affaire d’un côté à un établissement rural et de l’autre à une agglomération. On a vu que la diversité des espèces consommées à Saint‑Blaise est plus grande qu’aux Clapières. Elle est même supérieure à celle de tous les sites provençaux étudiés. À la différence des Clapières, c’est l’huître qui prédomine, en accord avec ce qui est généralement observé à cette époque autour de l’étang de Berre, mais le rapport entre les huîtres et les pétoncles est ici plus équilibré. La taille des coquillages diffère aussi sensiblement : ceux des Clapières sont nettement plus petits qu’à Saint‑Blaise. Une lecture rapide de ces données inciterait à conclure à l’existence de différenciations sociologiques au niveau de la consommation des coquillages, ce dont témoignerait le très net contraste observé entre la pauvreté des espèces rencontrées sur les petits établissements ruraux et la plus grande diversité des coquillages consommés dans l’agglomération. Le même contraste se retrouverait dans la dimension moyenne des coquilles qui, dans le cas de l’établissement des Clapières, laissait espérer une faible teneur en chair. On objectera à une telle interprétation le fait que les moules et les autres espèces disponibles dans le tout proche étang de Berre n’ont pas été consommées par les occupants des Clapières, ce qui pourrait être le signe, d’après F. Brien‑Poitevin (1993 : 289), d’une alimentation équilibrant produits des étangs (et/ou de la mer) et autres sources de nourriture.

4.3.3.2 Faune conchyliologique et environnement

Les lieux de récolte

98Selon F. Brien‑Poitevin, 96 % des coquillages recueillis dans le dépotoir des Clapières se sont développés sur des fonds détritiques de faible profondeur, près de l’embouchure d’un fleuve côtier. C’est le cas des huîtres, des pétoncles et des moules. Les autres espèces, très minoritaires, proviennent de graviers et surtout de bords de plage. Le nombre réduit de moules et de coques, la faible épaisseur des coquilles de moules ainsi que l’aspect des coques (blanches et peu bombées) indiquent un taux de salinité assez bas. On peut par conséquent envisager une récolte dans l’étang de Berre, situé à moins de deux kilomètres, ou encore dans le petit étang voisin de Magrignane. À Saint‑Blaise, les associations de coquilles soudées permettent d’affirmer que dans 66 à 82 % des cas suivant les sondages, le biotope de récolte est caractérisé par des eaux peu profondes de type estuaire ou étang à fond vaseux. Beaucoup plus rares sont les espèces recueillies sur les rochers littoraux. F. Brien‑Poitevin en conclut que la zone de ramassage des coquillages est située dans les eaux peu profondes de l’étang de Lavalduc, où Ostrea lamellosa est attestée dans les cordons littoraux fossiles.

L’épuisement des bancs de coquillages

99Deux séries de faits pourraient témoigner d’une surexploitation des bancs de coquillages à la fin de l’Antiquité : d’une part, la diversification des espèces consommées à Saint‑Blaise qui, si l’on se réfère à la situation observée dans l’île de Martigues aux iiie et iie s. av. J.‑C., serait davantage l’indice d’un déséquilibre entre population et ressources qu’un signe de prospérité ; d’autre part, la dimension réduite des coquillages consommés par les occupants de l’établissement des Clapières. F. Brien‑Poitevin a constaté sur ce dernier site que la dimension moyenne des peignes et des huîtres est inférieure de près d’un centimètre à celle qui est normalement mesurée sur les autres sites régionaux : les peignes mesurent en moyenne 4,8 cm contre 5,2 à 5,6 cm à La Pousaraque ; les huîtres seulement 5,3 cm contre 6,5 cm ; la taille extrêmement réduite des moules (une dizaine d’exemplaires inférieurs à 3 cm, certains à 1 cm) est même souvent incompatible avec leur consommation.

  • 8 On comprend mal, toutefois, pourquoi les occupants des Clapières n’ont pas cherché à diversifier le (...)

100De plus, la taille des coquilles paraît diminuer de la base du sondage vers la surface, la dimension moyenne des peignes passant de 5,6 à 4,8 cm. On aurait là le signe tangible d’une raréfaction des bancs de coquillages adultes, l’intensification des prélèvements freinant la reproduction des huîtres et des peignes, au risque de compromettre leur survie. Un rapprochement avec la situation que l’on trouve dans l’île de Martigues à la fin du deuxième âge du Fer vient naturellement à l’esprit, bien que les causes de déséquilibre entre population et ressources soient probablement différentes. La densification de l’habitat dispersé dans le secteur des Étangs aux ve et vie s. prendrait dans cette perspective une double signification : elle témoignerait, d’une part, du maintien d’une population importante jusqu’à une époque tardive, hypothèse confirmée par la réoccupation de l’agglomération de Saint‑Blaise au ve s. et l’extension de l’agro‑système dans la région d’Istres ; le surpeuplement local expliquerait, d’autre part, la recherche d’une diversification des ressources et l’intensification de l’exploitation du milieu, ce que pourrait traduire l’attirance particulière de l’habitat « polynucléaire » pour le rivage des étangs8.

Notes

1 Rappelons, pour comparaison, que le nombre moyen de bords par site n’excède pas 2,3 pour la sigillée sud‑gauloise et 2,6 pour la sigillée claire A. En revanche, ce taux s’élève à 5 pour la céramique africaine de cuisine.

2 Un phénomène comparable s’observe en Andalousie occidentale au ive s., dans la région de Séville, où la densification de l’occupation des campagnes est surtout le fait de petits sites (Ruiz Delgado 1985).

3 Les premiers résultats du programme de prospection mis en place sur le delta du Rhône par le service régional de l’Archéologie de Provence‑Alpes‑Côte d’Azur soulignent l’abondance des sites de l’Antiquité tardive. Ceux‑ci sont massivement abandonnés dans le courant du haut Moyen Âge (Martin 1995 ; Arnaud‑Fassetta, Landuré 1997).

4 Si l’on prend en compte le mobilier de l’agglomération de Saint‑Michel (IS‑14), on obtient 115 bords A4, 111 bords A1, A2 et A3 réunis, et 27 bords A6.

5 On peut énumérer quelques exemples : Saint‑Victor de Marseille, Sainte‑Croix de Montmajour, le Col de la Vayède aux Baux, le domaine du Rousset près d’Aurons, le Puech du Vallon à Vernègues, le Val des Maures près de Rognes, Saint‑Romain de l’Aiguille près de Beaucaire, la région de Venasque, Saint‑Pantaléon près de Gordes, le Moulin Clos au pied du fort de Buoux, la nécropole du Colombier à Vaison, la vallée du Calavon.

6 L’habitat du Haut‑Empire se concentrait dans un espace de 1 km de long, dans le sens nord‑sud, et 500 m de large dans le sens est‑ouest. Il s’étend désormais sur 1,5 km de longueur.

7 Qu’il me soit permis de présenter ici les résultats de l’étude que F. Brien‑Poitevin m’avait autorisé à utiliser dans ma thèse. Un bref aperçu en avait été donné dans Trément, Brien‑Poitevin 1989.

8 On comprend mal, toutefois, pourquoi les occupants des Clapières n’ont pas cherché à diversifier leur consommation de coquillages en l’élargissant aux moules et surtout aux coques, comme ont pu le faire ceux de Saint‑Blaise. À moins d’envisager que le poids des modes alimentaires ait été plus contraignant dans un hameau occupé de longue date que dans une agglomération récente ? La question rejoint celle de l’inversion du rapport Mytillus/Ostrea entre l’âge du Fer et l’Antiquité tardive. Faut‑il y voir une conséquence de l’évolution des goûts, dans laquelle la romanisation n’est certainement pas pour rien ? Faut‑il l’expliquer par un changement dans la structure de la production, l’âge du Fer ayant connu une mytilliculture, alors qu’à la fin de l’Antiquité, les espèces dominantes ne sont pas cultivables ? Ou bien doit‑on y voir l’effet d’une modification du milieu ?

Table des illustrations

Légende FIG. 108 – Le secteur des Étangs aux Ve et VIe s. de n.è.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende FIG. 109 – Faciès morphologique de la céramique commune grise tardive du secteur des Étangs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 110 – Vue d’une tombe rupestre du cimetière de Saint‑Étienne (IS‑15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 111 – Vue d’une tombe rupestre du cimetière de Saint‑Étienne (IS‑15) encore recouverte par son couvercle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 112 – Vue aérienne verticale de l’agglomération de Saint‑Michel (IS‑14). L’agglomération de la fin de l’Antiquité se localise au sommet de la butte de Saint‑Michel, qui culmine à la cote 114 m NGF et s’avance en avant d’un plateau sur lequel plusieurs cimetières rupestres ont été repérés. Elle surplombe à l’ouest le débouché du vallon de Sulauze sur l’étang de l’Olivier, au sud un bas plateau entrecoupé de petites dépressions fermées et à l’est l’étang de Berre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende FIG. 113 – Vue d’un bloc sculpté découvert en 1990 dans un mur de pierres sèches appuyé contre l’abside de la chapelle Saint‑Michel (IS‑14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 114 – Quantification du mobilier recueilli sur le site de Saint‑Michel (IS‑14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 115 – Profil chronologique du site de Lavalduc (FO‑6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 116 ‒ Profil chronologique du site de La Pinède (IS‑34).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 117 – Vue aérienne verticale du vallon de Magrignane en 1944. On distingue très nettement l’étang drainé en 1791 et son exutoire vers l’étang de Berre. À l’ouest du vallon sont visibles les plateaux de Saint‑Mitre et des Colles. Entre ces deux derniers, on aperçoit l’oppidum des Fourques (SM‑32) et la butte du Collet‑Redon (SM‑49), qui domine l’étang. À l’est apparaissent, du nord au sud, le plateau de Caderaou, la butte du Collet‑Long et le plateau du Lèbre. Le vallon de Mauvegeane, orienté est‑ouest, sépare les deux plateaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende FIG. 118 – Le vallon de Magrignane à la fin de l’Antiquité.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende FIG. 119 – Profil chronologique du site de Mauvegeane (SM‑35).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 120 – Profil chronologique du site du Mas de l’Hôpital (PB‑5).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 121 ‒ Composition de la faune conchyliologique du dépotoir des Clapières (SM‑45).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45268/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search