Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Troisième partie. Le secteur des Étangs de l’époque romaine au haut Moyen Age

Chapitre 1. Territoires et centres de pouvoir

1 Territories and centres of power

1 Territorios y centros de poder

Résumé

Fos, devenu grâce à Mari us un point de passage obligé pour le grand commerce rhodanien, fait office d’« avant-port » d’Arles dès le règne d’Auguste. Mais l’évocation par Ptolémée d’une Μαριτίµα πόλιΰ κολωνία permet d’envisager l’hypothèse du maintien, au début du ier s. ap. J.-C., d’une petite cité autonome enclavée entre les territoires d’Arles et de Marseille. Celle-ci correspondrait en tout ou partie à l’ancien territoire des Avatici.

Texte intégral

1La conquête de la Gaule du Sud est achevée vers 118, mais le processus de la romanisation ne commence véritablement qu’en 46, date de la déduction de la colonie romaine d’Arles. Théoriquement, la rive occidentale de l’étang de Berre fait alors partie intégrante du territoire de cette cité, après le démembrement du territoire de Marseille en 49. Fos, devenu grâce à Marius un point de passage obligé pour le grand commerce rhodanien, fait office d’« avant-port » d’Arles dès le règne d’Auguste. Cette situation, qui explique peut-être le déclin durable de Saint-Blaise, lui a valu d’être figuré sur la Table de Peutinger une vignette représentant un bâtiment semi-circulaire comparable à celle d’Ostie. C’est à ce moment précis –dans le dernier quart du ier s. av. J.-C. et dans le quart de siècle suivant– que le paysage des Étangs a dû acquérir les traits qu’il gardera pendant plus d’un siècle : la fréquence des petits établissements agricoles plus ou moins modestes y contraste avec la rareté des villae, cantonnées sur le rivage des étangs ou en bord de mer. Cette nouvelle configuration de l’habitat résulte pour partie de la réorganisation politique et administrative provinciale et locale.

1. 1 Le territoire d’Arles et la romanisation

Les limites de la méthode régressive

  • 1 M. Clerc (1929, Il : 249) explique ainsi l’étendue exceptionnelle de la commune d’Arles de nos jour (...)

2La méthode régressive est fondée sur le principe selon lequel les limites des diocèses médiévaux ont été calquées sur les limites administratives de l’Empire romain lors de l’institution des métropoles au début du Ve s. (Jullian 1908-1926, VIII : 302 ; Longnon 1882-1889 ; Griffe 1948 : 148-159 ; Barruol 1969 : 123-124). L’ancien diocèse d’Arles correspond globalement à la civitas Arelatensium de la Notitia. Constitué dès le milieu du IIIe s., il fait partie des huit évêchés de Narbonnaise orientale antérieurs à la paix constantinienne. Mais les lettres du pape Zosime nous apprennent que la cité d’Arles était beaucoup plus vaste au début du Ve s. que le diocèse médiéval. Le territoire d’Arles s’étendait entre Aix et Marseille, atteignait la mer vers Ceyreste, englobant ainsi les reliquats de celui de Marseille, dont la plus grande partie avait été confisquée par César au bénéfice d’Arles à la fin de la Guerre Civile1. Au XIIIe s., la limite orientale du diocèse d’Arles aboutissait encore légèrement à l’ouest de l’Estaque. C’est dire que le secteur de Saint-Blaise était entièrement englobé dans le territoire d’Arles antique. Mais il n’en a pas toujours été ainsi, si l’on en croit Ptolémée (Géogr., II, 10, 5), qui signale une Μαριτίμα πόλις Κολωνία, c’est-à-dire une colonie latine enclavée dans le territoire d’Arles. La méthode régressive a assurément contribué à donner l’impression d’une organisation précoce et définitive du système administratif provincial, alors que les grands ensembles territoriaux se sont probablement mis en place de manière progressive, à partir d’espaces politiques hétérogènes.

Les inscriptions

  • 2 Cette inscription peut être lue de la manière suivante : Dis Manibus / luliae M(arci) fil (iae) Ser (...)

3La répartition des inscriptions est également un moyen de préciser l’extension territoriale de la civitas à laquelle les tribus mentionnées se réfèrent. Dans le cas d’Arles, il s’agit de la tribu romaine Terentina. Le nombre d’inscriptions recensées dans le secteur de Saint-Blaise est très réduit : deux sur la commune de Saint-Mitre (SM-5/23) et six à Fos (FO-40/42), dont cinq proviennent de la nécropole repérée au fond du golfe. Une seule porte la mention de la tribu Terentina ; elle a été repêchée dans l’anse Saint-Gervais2. Les autres concernent des personnages de basse extraction ne possédant ni les trianomina ni la mention de leur cité d’origine.

1.2 Les nouveaux centres de pouvoir locaux

La question de la colonie latine de Maritima Avaticorum

  • 3 Pour A. Chastagnol (1990a : 8), Pline « désigne uniformément les cités, colonies ou non, qui ont ob (...)

4Maritima Avaticorum ne figure pas dans la liste alphabétique des oppida latina donnée par Pline (N.H., III, 4, 36), contrairement à Anatilia et Caenicenses. Cette lacune –volontaire– s’explique par le souci de l’auteur d’éviter une redondance : cette agglomération est qualifiée immédiatement auparavant d’oppidum, au même titre qu’Illiberis, Ruscino, Agde, Antibes, Cimiez et Digne. Maritima ferait donc partie des 37 colonies latines de Narbonnaise (Barruol 1969 : 21-22)3. Le catalogue des oppida latina englobe à la fois des chefs-lieux de civitates et des agglomérations secondaires. Selon G. Barruol, les premiers se distinguent par une dénomination spécifique : soit l’ethnique d’un toponyme indigène accompagné d’un nom de peuple, soit la mention du peuple dont ils étaient déjà le chef-lieu avant la conquête, juxtaposée à leur ancien nom indigène ou à un nouveau nom attribué lors de la romanisation. Maritima Avaticorum entre dans cette dernière catégorie. Ptolémée (Géogr., II, 10, 5), qui la qualifie de πόλις comme Marseille ou Olbia, lui attribue aussi le titre de Κολωνία, c’est-à-dire de colonie latine, qu’elle a peut-être conservé dans le courant du ier s. Cette dénomination s’applique chez cet auteur à la fois à des colonies romaines et latines. Elle est reprise dans la Cosmographie de l’Anonyme de Ravenne (IV, 28 ; VI, 3), où l’ethnique n’est pas mentionné (colonia Maritima). En revanche, on observe la situation inverse chez Pomponius Mela (Chorogr., II, 5, 78) où le terme de colonie n’apparaît pas, tandis que l’ethnique accompagne le nom romain (Maritima Avaticorum). Enfin, Maritima ne figure ni sur la Table de Peutinger, ni sur les Itinéraires d’Antonin.

5On peut penser, de manière rétrospective, que la ville romaine de Maritima s’est développée à l’emplacement du centre politique de la peuplade des Avatici, ou à proximité. Toutefois, sans exclure complètement l’hypothèse d’une colonie latine, C. Jullian (1908-1926, V : 133, note 6) estimait que le titre de colonie avait été attribué par erreur à Maritima par Ptolémée. Selon lui, κολωνία apparaît comme une addition dans la Cosmographie ravennate. C. Goudineau (1975) considère pour sa part Maritima comme une simple agglomération d’origine indigène dotée du jus Latii que César a distribué à de nombreuses villes de Transalpine. A. Chastagnol (1990b : 573, 582) y verrait volontiers une ancienne dépendance de Marseille devenue autonome qui, au même titre qu’Agde, Citharista et Olbia, aurait acquis un statut de cité pérégrine calqué sur le modèle marseillais. Malheureusement, le corpus épigraphique de Martigues, réduit à quatre inscriptions –bien que révélant une majorité de noms de pérégrins–, n’est pas un argument suffisant pour alimenter le débat.

6À la lumière des sources anciennes et des considérations précédentes, on peut proposer à titre d’hypothèse le schéma d’évolution suivant.

    • 4 Pour F. Benoit (1965 : 131), « la ville maritime aurait été construite après l’abandon de la forter (...)

    Si l’on suit la théorie de G. Barruol, l’agglomération romaine de Maritima aurait été le centre politique de la peuplade des Avarici avant la conquête. Mais dans ce cas se pose la question des rapports avec la puissante et prospère agglomération voisine de Saint-Biaise. À moins d’envisager un transfert de pouvoir au moment de la conquête, hypothèse qui s’accorderait bien avec les données relatives à l’occupation du sol4. L’individualisation du territoire des Avatici sous forme de colonie latine pose en outre la question des rapports entretenus par cette peuplade avec la puissance marseillaise avant l’intervention de Rome.

    • 5 J.-L. Jouanaud (1981 : 9) envisage une amélioration du statut de la cité de Maritima entre le ier e (...)

    Après la conquête, l’agglomération reçoit le droit latin et devient chef-lieu de la civitas formée à partir de l’ancienne tribu des Avatici. Elle est rebaptisée Maritima, mais son nom conserve selon un usage courant la mention de l’ethnique dont elle est issue. La question se pose de savoir quand a lieu l’accession au statut de cité latine (et éventuellement de colonie). On peut envisager deux périodes : à l’époque de César ou sous le règne d’Auguste. La première hypothèse paraît plus compatible avec ce que l’on sait de la constitution du territoire d’Arles sur les reliques de l’ancien territoire de Marseille, et plus largement de la politique de César en Transalpine. Ainsi, les territoires appartenant à Marseille et aux populations indigènes de la confédération salyenne n’auraient pas été partagés au départ entre les seules civitates d’Arles et d’Aix. L’hypothèse du maintien tardif d’une petite cité autonome enclavée entre les territoires d’Arles et de Marseille n’a rien d’improbable. Elle aurait pour parallèle le cas de Glanum, agglomération encore dotée au iie s. d’une res publica, gage (supposé) de son autonomie (Février et al. 1989 : 267)5.

  • Dans le courant du Haut-Empire –on peut penser à la réorganisation administrative de l’époque flavienne–, la civitas de Maritima est intégrée au territoire d’Arles. Dans cette perspective, il faut envisager que la formation de ce dernier a été progressive, car constituée sur un ensemble hétérogène. Les dimensions remarquablement importantes de la civitas Arelatensium résulteraient d’un processus historique et non de la seule volonté césarienne. Rien ne semble s’opposer à cette hypothèse. G. Barruol (1969 : 122) a montré que certaines civitates ont subi des redécoupages tardifs. A. Chastagnol (1990b : 585) établit un parallèle entre la cité de Martigues, qui est absorbée par Arles, et celle d’Agde, qui l’est par Béziers. On connaît également le cas des cités de Tarusco, d’Olbia, de Forum Voconii ou encore des Caenicenses, toutes intégrées à des civitates voisines plus puissantes.

  • La perte d’autonomie administrative d’une agglomération ne signifie pas forcément son déclin. Toutefois, dans le cas de Maritima, on remarque que celle-ci ne mérite pas d’être signalée sur la Table de Peutinger, bien que située à un endroit « stratégique », seul point de franchissement possible du chenal de Caronte sur la voie d’Arles à Marseille par la rive sud de l’étang de Berre. G. Barruol (1969 : 23) fait remarquer que certaines agglomérations secondaires, bien que dotées du jus Latii, ont pu disparaître assez rapidement, pour des raisons politiques, économiques ou religieuses. On connaît l’exemple de Ruscino, qui perd son statut de chef-lieu dans le courant du Haut-Empire, et dont les fouilles semblent attester l’abandon à la fin du ier s. (Gayraud 1981 : 234). À Martigues, l’essor du port de Fos, voisin de quelques kilomètres, a pu accélérer l’effet de la perte du statut de chef-lieu de civitas.

7L’hypothèse du maintien tardif d’un district préromain s’accorde bien avec les données des prospections. Celles-ci montrent sans ambiguïté l’ancienneté, l’intensité et la spécificité des modes d’occupation du sol liés au développement précoce des agglomérations protohistoriques. Mais il est impossible d’ignorer l’importance exceptionnelle du site de Saint-Blaise au sein de ce réseau d’oppida hérité du premier âge du Fer, et il s’avère nécessaire d’envisager un basculement du pouvoir local après l’abandon de Saint-Blaise au moment de la conquête. De fait, les prospections montrent bien que, malgré l’implantation de quelques exploitations domaniales de type villae dans la partie méridionale de la zone des Étangs, c’est dans le secteur central des plateaux calcaires anciennement mis en valeur par les occupants de Saint-Blaise que l’on observe les densités d’habitat de loin les plus importantes. Il semble bien que la dualité des formes de l’occupation du sol soit la conséquence d’un déplacement des nouveaux centres d’activité vers les établissements maritimes de Martigues et de Fos, privilégiés par l’administration romaine. La conquête précoce des terres basses et humides du secteur méridional dès l’époque augustéenne s’expliquerait ainsi par la création et le développement de la colonie de Maritima, et par la présence de notables possédant la citoyenneté romaine acquis au style de vie importé par les conquérants.

Le port des Fossae Marianae

  • 6 L’idée d’un « avant-port » d’Arles implanté à Fos est sous-jacente chez C. Jullian (1908-1926, V : (...)

8Le port de Fos n’est mentionné par aucun des auteurs du Haut-Empire, l’expression Fossae Marianae désignant toujours chez eux le canal de Marius. Il figure en revanche dans les itinéraires antiques. L’Itinéraire maritime signale l’existence d’un portus à 12 milles de Dilis et à 16 milles du Gradus Massilitanorum, et la Table de Peutinger en confirme la présence par une vignette comparable à celle du port d’Ostie, à 33 milles de Calcaria et d’Arles. Il est probable, également, que c’est au port ou en tout cas à l’agglomération que font référence l’Anonyme de Ravenne (IV, 28 ; VI, 3) et Guido (80). E. Desjardins (1876, I : 201) en a conclu que le port était plus récent que le canal. Mais il faut verser au dossier le progrès des connaissances philologiques et archéologiques : d’une part, la chronologie de l’Itinéraire maritime et de la Table de Peutinger est moins tardive qu’on ne le supposait au xixe s. (Rougé 1987) ; d’autre part, les fouilles de l’anse Saint-Gervais (Liou, Sciallano 1989 : 153) ont montré l’intensité du trafic dès le ier s. av. J.-C. dans ce qui constitue peut-être l’« avant-port » d’Arles (fig. 62)6. On peut y voir la conséquence de la déduction de la colonie romaine et, plus largement, du développement des échanges commerciaux entre la Gaule intérieure et le reste de l’Empire.

FIG. 62 – Localisation des découvertes de la pointe Saint-Gervais à Fos (Coye, Lagrue 1988, I, fig. XXXII-XXXIII, d’après Liou, Monguilan 1977).

Notes

1 M. Clerc (1929, Il : 249) explique ainsi l’étendue exceptionnelle de la commune d’Arles de nos jours.

2 Cette inscription peut être lue de la manière suivante : Dis Manibus / luliae M(arci) fil (iae) Servatae, / C(aius) lulius C(aii) fil (ius) Ter (entina tribu) / Proculus coniugi / pientissimae et dulcissimae, / lulia C(aii) fil (ia) Procula [matri] / pientissimae et [d]u[lcissimae] / vivi posu (erunt). Les inscriptions de Fos n’étant pas publiées, le texte en a été communiqué par B. Liou à N. Coye et J.-P. Lagrue (1988, I : 36-37).

3 Pour A. Chastagnol (1990a : 8), Pline « désigne uniformément les cités, colonies ou non, qui ont obtenu le jus Latii sous le nom d’oppidum latinum ».

4 Pour F. Benoit (1965 : 131), « la ville maritime aurait été construite après l’abandon de la forteresse massaliète d’Ugium, à l’époque de l’occupation de la région entre 122, date de la fondation d’Aquae Sextiae et 104, de celle de Fos ». G. Barruol (1969 : 195, note 4) reprend cette idée à titre d’hypothèse.

5 J.-L. Jouanaud (1981 : 9) envisage une amélioration du statut de la cité de Maritima entre le ier et le iie s., l’oppidum latinum signalé par Pline devenant colonie chez Ptolémée. Mais c’est là oublier que la Géographie de Ptolémée reflète une situation ancienne, antérieure ou au plus tard contemporaine du règne d’Auguste.

6 L’idée d’un « avant-port » d’Arles implanté à Fos est sous-jacente chez C. Jullian (1908-1926, V : 132, note 1), qui établit un lien entre l’évolution politique et économique d’Arles à la fin de l’Antiquité et la mention persistante de Fos sur tous les itinéraires, indépendamment du destin des Fossae Marianae. L’hypothèse est développée dans l’article de M.-R. de La Blanchère sur fossa (Daremberg, Saglio 1963 : 1329).

Table des illustrations

Légende FIG. 62 – Localisation des découvertes de la pointe Saint-Gervais à Fos (Coye, Lagrue 1988, I, fig. XXXII-XXXIII, d’après Liou, Monguilan 1977).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search