Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Deuxième partie. Le secteur des Étangs à l’âge du Fer

Chapitre 3. La transition des ve, ive et iiie s. av. J.‑C

3 The transition of the 5th, 4,th and 3rd c. BC

3 La transición de los siglos V, IV y III a. C.

Résumé

La période qui s’étend du milieu du ve s. à la fin du iiie s. av. J.‑C. est très mal documentée par les fouilles de Saint‑Blaise et par les prospections. Les fouilles de l’île de Martigues montrent qu’il ne s’agit pas seulement d’un biais dû aux lacunes de nos connaissances céramologiques. Elles donnent en effet l’image d’une communauté prospère mais repliée sur elle‑même et étroitement dépendante des échanges avec Marseille. L’hypothèse qui voyait dans l’oppidum de Saint‑Blaise un comptoir ou un grenier massaliote est fragilisée par le caractère foncièrement indigène du mobilier.

Texte intégral

1Au bouleversement engendré par l’apparition des agglomérations succède, à partir du milieu du ve s., une longue période de repli des communautés indigènes sur elles‑mêmes. L’activité du site de Saint‑Blaise semble connaître un ralentissement durable, que l’on peut mettre en rapport avec la quasi‑disparition de l’habitat dispersé aux ive et iiie s. Les fouilles de l’Île de Martigues invitent cependant à nuancer toute interprétation hâtive dans le sens d’un recul du peuplement.

3.1 L’évolution des agglomérations : une image du peuplement du secteur des Étangs

2L’étude comparative des fouilles de Saint‑Blaise et de l’Île de Martigues souligne tout à la fois le recul de l’occupation du sol et la continuité du peuplement.

3.1.1 Le silence de Saint‑Blaise

3.1.1.1 Désertion ou semi‑abandon ?

3La période qui s’écoule entre l’incendie final de Saint‑Blaise III et la restructuration de Saint‑Blaise V est très mal connue. On a évoqué un vide archéologique, la couche IV se caractérisant par l’absence quasi totale de vestiges de construction durant plus de deux siècles. Les fouilleurs ont envisagé à titre d’explication un ralentissement de l’activité du site ou même un abandon pur et simple (Arcelin, Cayot 1984 : 56). Il faut en réalité nuancer cette affirmation à la lumière du sondage MN11 et de l’examen détaillé du mobilier des fouilles d’H. Rolland.

Caractérisation de la couche IV

4Les fouilles du secteur de la Maison des Jarres, les sondages A et Q8/9 se caractérisent par une lacune. Il en va de même dans la « ville haute », où le niveau III se superpose directement aux niveaux d’occupation « archaïques » (Rolland 1956 : 33‑35 et fig. 18‑20). Dans l’un de ses derniers articles de synthèse, H. Rolland (1964 : 11) décrivait « une couche de très faible épaisseur et peu distincte, où ont été recueillis quelques tessons qu’il est possible de dater du ive ou ve s. mais qui peuvent aussi s’être incorporés au sol en provenance des couches supérieure ou inférieure », témoignant par là‑même d’une grande incertitude quant à la nature et la chronologie de ce niveau intermédiaire. Huit ans auparavant, il rattachait pourtant à cette période une couche de « brasier » blanc de 0,06 m d’épaisseur repérée dans deux sondages de la « ville basse » sous le niveau V. Mais aucun vestige d’habitation n’y était associé (Rolland 1956 : 18). Cette couche était surmontée d’un niveau présentant des traces de carbonisation antérieures à la couche III. Malheureusement, aucune datation précise n’accompagne cette observation qui est peut‑être liée à un abandon partiel du site.

Continuité de l’occupation

  • 1 Ce sondage n’a jamais été publié. On en trouvera un bilan très bref dans Inf. archéo. Gallia, 30, 1 (...)
  • 2 Le rapport de fouille du sondage MN11 de 1979 cité par B. Bouloumié (1992 : 34, 40, fig. 11, 41) si (...)

5Quoi qu’il en soit, le site de Saint‑Blaise continue d’être occupé durant cette période, même si la maille de l’habitat est plus lâche, ou différemment répartie à l’intérieur de l’enceinte. En témoigne la fouille d’une case entreprise par C. Pradelle et P. Arcelin sous la direction d’H. Rolland en 1969, et reprise de 1977 à 19821. Sous les niveaux de la période hellénistique sont apparus les vestiges d’une case avec base de poteau central datée du milieu du ve s., ainsi qu’un dépotoir. Le sol 14 de la case A était jonché de briques crues provenant de l’effondrement des élévations. Au siècle suivant, la case présente une succession de trous de calage de poteaux qui confirme la continuité de son occupation2.

6La ténuité des vestiges d’occupation de Saint‑Blaise IV pourrait être en partie la conséquence de la restructuration de l’agglomération au iie s., les grands travaux de terrassement et l’aménagement de puissantes tranchées de fondation ayant éradiqué les niveaux sous‑jacents. En tout état de cause, il faut rappeler à la fois la faiblesse de la superficie fouillée et les conditions de son dégagement, qui limitent la portée des interprétations fondées sur un raisonnement a nibilo.

7Par ailleurs, le mobilier se rapportant à cette période est loin d’être négligeable. H. Rolland mentionne fréquemment dans ses rapports de fouilles la découverte de céramique attique. Il signale plus rarement de la céramique précampanienne. Le sondage Q8/9 montre la continuité de l’occupation au ve s. B. Bouloumié énumère la liste des principales catégories de céramiques, parmi lesquelles il note la présence de céramique attique à figures rouges et vernis noir, de céramique à pâte claire, de très nombreux fragments de céramique non tournée « rhodanienne » et d’amphore marseillaise. L’étude de la céramique attique issue des fouilles d’H. Rolland confirme la réalité de l’occupation du site aux ve et ive s. (Bouloumié 1992 : 70‑101). Sur un total de 228 individus datés, 71 peuvent être rapportés au vie s. (soit 31 %), 126 au ve s. (55,5 %) et 31 au ive s. (13,5 %). Le mobilier de la seconde moitié du ive s. est à peine moins représenté (avec 6 % du total) que celui de la première moitié (7,5 %). La rareté des produits d’importation laisse B. Bouloumié (1982a : 167‑168 ; 1982b : 91 ; 1984 : 50‑51) supposer, à la suite d’H. Rolland, une économie repliée sur elle‑même. L’essentiel des apports extérieurs est d’origine marseillaise ou transite par la colonie phocéenne, qui exerce désormais son monopole sur les échanges régionaux. Les fouilles de l’Île de Martigues conduisent aux mêmes constatations.

3.1.1.2 Les explications avancées

8Plusieurs séries d’explications ont été avancées pour rendre compte du recul de l’activité de l’oppidum durant la période considérée. On peut en retenir quatre.

Une phase d’occupation indigène

9H. Rolland (1966 : 50) estime que Saint‑Blaise IV « correspond à une période d’occupation indigène recouvrant la période archaïque ». Par « indigène », il entend en fait une occupation d’origine « gauloise », à laquelle il rapporte les stèles dites « aniconiques » et les piliers à entailles céphaliformes remployés dans les constructions d’époque hellénistique. Il explique la rupture de Saint‑Blaise IV par un changement de population, suivant en cela les schémas historiques qui prévalent à son époque, selon lesquels les grands bouleversements culturels sont liés à des mouvements migratoires. Si le rôle des migrations celtiques est aujourd’hui minoré, voire même nié pour les régions les plus méridionales, nous verrons que le caractère foncièrement « indigène » de cette période tel qu’il est souligné par H. Rolland pourrait effectivement expliquer le « vide apparent » des ive et iiie s.

Le déclin du commerce étrusque

10B. Bouloumié (1984 : 87) voit dans le déclin de Saint‑Blaise la conséquence d’un recul du commerce maritime étrusque, qu’il impute à l’évolution des conditions politiques en Etrurie après la bataille d’Alalia. Les importations d’amphores marseillaises en Gaule auraient progressivement « court‑circuité » les réseaux commerciaux étrusques. En schématisant, Saint‑Blaise serait victime de la concurrence puis du monopole de Marseille en Gaule méridionale, et du détournement consécutif du trafic étrusque qui emprunte désormais la voie terrestre à partir de l’Italie du Nord. L’étude typologique des amphores étrusques de Saint‑Blaise montre l’effondrement des importations au début du ve s. : 1,25 % des bords et 1,46 % des fonds seulement s’apparentent au type Py 4, alors que le type 3A représente 19 % des fonds et le type 3B 56,9 %. En Languedoc oriental et dans le Var, la part des amphores étrusques de type Py 4 se maintient mieux face à la concurrence des produits marseillais durant tout le Ve s. (Arcelin et al. 1982 : 97 ; 119, note 289 ; Arcelin 1990 : 193 ; Nickels 1989 : 117 ; Py 1990). L’absence d’amphores étrusques à Martigues confirme bien que l’évolution observée dans le secteur des Étangs ne résulte pas d’un effet de « trompe‑l’œil » qui serait tout simplement dû au ralentissement de l’occupation de Saint‑Blaise. Il semble bien que l’on soit en présence d’un phénomène propre à la basse vallée du Rhône et que le comportement des marchands étrusques ait été différent dans les régions échappant à l’emprise économique directe de Marseille.

11Sur la plupart des sites provençaux, les amphores marseillaises, la vaisselle attique et la céramique grise monochrome supplantent les produits d’importation étrusques. Les amphores micacées sont le signe de la puissance agricole et commerciale ascendante de Marseille, qui tend à établir un monopole sur les échanges régionaux. Il semble toutefois qu’elles ne soient pas très abondantes à Saint‑Blaise (Bouloumié 1982a : 171‑173). Par ailleurs, B. Bouloumié (1984 : 88) a souligné l’absence de celliers contenant des amphores marseillaises, à la différence de ce que l’on observe pour les amphores étrusques et italiques. Il y voit la preuve que les habitants de Saint‑Blaise n’auraient pas redistribué ces amphores au profit de Marseille. Celles qui sont présentes sur le site résulteraient d’une consommation locale de vin marseillais. Les prospections confirment la rareté relative des amphores marseillaises, qui représentent seulement 59 individus contre 72 pour les amphores étrusques. Tout indique par conséquent un ralentissement important des échanges commerciaux à Saint‑Blaise à partir du milieu du ve s.

L’impérialisme massaliote

12Faut‑il voir dans cette évolution la conséquence d’un renforcement du contrôle de Marseille sur les territoires limitrophes de sa zone d’influence ? Les historiens s’accordent pour admettre l’idée d’une extension du territoire de la cité phocéenne à la rive sud de l’étang de Berre au cours des ive et iiie s. Les Marseillais n’ont‑ils pas été tentés, dans ces conditions, de contrôler la passe de Caronte ? La position clef du village de l’île de Martigues sur le seul point de franchissement possible du chenal en faisait un enjeu politique dans la maîtrise de la rive méridionale de l’étang de Berre. C’est la raison pour laquelle on a pu voir dans le niveau de destruction de la période 2, lié de toute évidence à un événement militaire, le résultat d’une intervention marseillaise destinée à établir ou à rétablir un contrôle (peut‑être momentanément perdu) sur ce verrou stratégique (Chausserie‑Laprée et al. 1984 : 31, fig. 94‑100 ; Chausserie‑Laprée 1986 : 140). La nature de l’armement recueilli irait dans ce sens (une trentaine de pointes de javelots du type d’Olympie). P. Arcelin (1992 : 325) met en rapport les traces de destructions observées à Martigues et au Mont‑Garou dans la première moitié du ive s. avec les conflits violents, connus par les textes, qui opposent Grecs et indigènes. On rappellera en outre que la « mort économique » de Saint‑Blaise suit une destruction et un incendie au moins partiels de l’agglomération de Saint‑Blaise III (Bouloumié 1982b : 72‑75).

13Le contraste observé dans l’évolution des agglomérations de part et d’autre du chenal de Caronte, avec d’un côté le déclin de Saint‑Blaise et de l’autre la stabilité remarquable des sites de l’île, de Saint‑Pierre et de l’Arquet, pourrait aller dans le sens d’une action différenciée des Marseillais en limite de leur zone d’influence, témoignant de jeux d’alliances, de protections et de rapports de force visant à consolider un glacis protecteur et à éliminer les menaces potentielles. P. Arcelin (1986 : 61, note 148 ; 1992 : 321) va jusqu’à envisager une stratégie de fragmentation des structures politiques indigènes favorisant le développement de petites communautés d’agriculteurs telles que celles de l’île de Martigues, de Notre‑Dame‑de‑Pitié ou de Teste‑Nègre, dont les agglomérations ont une superficie très réduite, inférieure à 0,5 ha, qui les apparente à des hameaux ou à de petits villages. La quasi‑désertion de Saint‑Blaise aurait pour parallèle celle du Baou de Saint‑Marcel, du Baou‑Roux et même peut‑être celle du Mont‑Garou et de La Courtine. Or il s’agit là des agglomérations les plus vastes au premier âge du Fer. Le fait que l’apparition et le développement du premier village de l’île de Martigues coïncident avec le déclin de Saint‑Blaise pourrait trouver une explication dans des transferts de population.

L’épuisement des ressources naturelles

14D’autres hypothèses ont été avancées pour expliquer le semi‑abandon de Saint‑Blaise à partir du ve s., mais d’une manière générale, il est difficile de faire la part entre les causes structurelles liées à l’évolution des sociétés indigènes du midi de la Gaule et celles qui, plus localement, relèvent des vicissitudes de l’histoire de chaque microrégion. P. Arcelin (1986 : 57, note 117) se demande si la quasi‑désertion de l’agglomération à la fin du ve s. n’est pas la conséquence « d’un naturel mouvement de population lié aux capacités productives des terres ». Sur le modèle envisagé pour l’oppidum du Mont‑Garou, peut‑on imputer le recul apparent de l’occupation du sol à un épuisement des terres sous l’effet d’une exploitation excessive au siècle précédent ? On aurait là l’explication de l’évolution parfois divergente des agglomérations autour de l’étang de Berre aux ive et iiie s. Mais on a vu que les données paléoenvironnementales ne sont pas favorables à une telle interprétation, l’âge du Fer et l’époque romaine correspondant à une pause érosive durable.

3.1.2 L’apport des fouilles de l’île de Martigues

  • 3 Le village de l’île de Martigues occupe une place essentielle dans la compréhension de cette périod (...)

15La ténuité des indices fournis par les fouilles de Saint‑Blaise IV rend d’autant plus précieuses les informations recueillies dans l’île de Martigues, où l’occupation humaine est continue3. Celles‑ci attestent une diversification des activités agro‑pastorales et artisanales, impliquant une meilleure gestion de l’environnement. Toutefois, la quasi‑pérennisation de la trame urbaine mise en place au début du ve s., l’absence de renouvellement des techniques avant le iies. et le monopole des produits marseillais dans les échanges commerciaux obligent à nuancer l’image d’une communauté dynamique. Les dimensions réduites du site rappellent qu’il s’agit avant tout d’un modeste village d’agriculteurs.

3.1.2.1 Évolution du découpage interne de l’habitat

  • 4 Il ne s’agit probablement pas de cases d’habitation mais d’installations légères, simples abris, gr (...)

16L’intégrité de la trame urbaine mise en place au début du ve s. est préservée durant trois siècles dans ses grandes lignes : le tracé de l’enceinte, le réseau de circulation et la distribution des îlots qui en découle n’évoluent quasiment pas. Il en va différemment des cases d’habitation : si leur emplacement respectif ne connaît pas de véritable changement au cours de cette période, leur découpage interne subit de constantes transformations (Chausserie‑Laprée, Nin 1987 : 43‑49). Ces mutations concernent l’ensemble de l’habitat, selon des tendances générales, et non telle ou telle case prise isolément. Ainsi la période 2 (milieu ve‑première moitié ive s.) est‑elle marquée par une double tendance, qui voit la réduction de certaines cases de l’îlot A et le décloisonnement des habitations des îlots centraux (B et D). Au cours de la période 3 (milieu ive‑milieu iiie s.), cette double tendance est particulièrement nette, avec huit cas de cloisonnement et de division interne des cases et trois cas d’agrandissement par destruction d’un mur de refend ou percement d’une porte intérieure. Il en résulte une légère diminution de la surface moyenne habitable, qui va à l’encontre de l’évolution générale reconnue dans le Midi. Enfin, on assiste au cours de la période 4 (fin iiie‑début iie s.) à un renversement de tendance, avec le retour à une situation proche de celle de la période 2. On constate alors pour la première fois l’extension de l’habitat hors de l’enceinte, à l’ouest du village « primitif »4.

  • 5 À propos d’une éventuelle migration de la population de l’oppidum du Mont Garou vers celui de La Co (...)

17À l’origine de ces mutations, les fouilleurs envisagent un resserrement de la cellule familiale ou un regroupement de populations jusqu’alors dispersées, dans un contexte d’insécurité (Chausserie‑Laprée, Nin 1988 : 35). Cette dernière hypothèse s’accorderait bien avec les résultats des prospections, les ive et iiie s. étant caractérisés par la disparition quasi complète de l’habitat dispersé. Mais on est également en droit de se demander si une partie de la population de Saint‑Blaise n’a pas émigré vers les agglomérations voisines, et en premier lieu à Martigues5. Cette hypothèse expliquerait la nécessité d’utiliser plus rationnellement l’espace disponible dans l’Île. Un phénomène similaire s’observe à Saint‑Pierre‑les‑Martigues où, à la fin du ive s. et dans la première moitié du iiie, l’habitat subit aussi un redécoupage interne, la superficie des cases d’habitation, comprise entre 18 et 23 m2 au vie s., s’établissant désormais entre 6,60 et 10,80 m2 selon C. Lagrand (1979 : 84 ; 1986 : 129‑130). P. Arcelin (1992 : 321) distingue toutefois les cloisonnements observés à Saint‑Pierre de ceux qui le sont dans l’Île : les premiers traduisent selon lui un simple compartimentage de l’espace que l’on peut expliquer par une pression démographique ; les seconds s’accompagnent d’une complexification de l’habitat et d’une différenciation des espaces, qui sont délibérément mis en communication.

3.1.2.2 Permanence des techniques de construction

18L’examen des techniques de construction mises en œuvre dans l’habitat primitif de l’île fait apparaître une grande stabilité (Chausserie‑Laprée, Nin 1987 : 50‑83). Cette permanence pourrait être interprétée comme le signe d’un blocage des techniques, qui expliquerait en partie la pérennité de la trame urbaine, si quelques indices d’évolution ne se manifestaient dans les modifications incessantes du découpage interne de l’espace domestique et dans certains détails de construction. Sur ce dernier point, une observation fine montre une évolution dans la technique de construction des solins et dans le choix des matériaux. Cette évolution va dans le sens d’un moindre soin accordé à la construction des soubassements empierrés et à la préparation des liants. Parallèlement, on constate une diversification dans l’apport des matériaux, qui sont de plus en plus hétérogènes, voire grossiers. Cette détérioration apparente de certains aménagements n’affecte pas toutefois les principes mêmes de construction. En effet, la technique de l’élévation en adobes n’évolue pas au cours de cette période. De même, le soin accordé aux revêtements argileux et à certains détails de finition ne se dément jamais. On peut même se demander si la pratique qui consiste à « chemiser » d’anciennes élévations en terre crue n’est pas annonciatrice de celle du pisé, que l’on rencontre dans le second village. On voit là combien il est subjectif d’interpréter un changement technologique en terme de progrès ou de régression.

19Un autre facteur d’évolution est observé dans l’aménagement des plaques‑foyers. Lors des deux premières périodes, 81 % des plaques à feu maçonnées ont un soubassement, contre 39 % seulement lors des deux dernières périodes (Chausserie‑Laprée, Nin 1990 : 76). Cette tendance à la simplification des aménagements s’oppose dans le même temps à la diversification des soubassements d’éléments de stockage. Par ailleurs, on constate au cours des périodes 3 et 4 la disparition progressive des plaques‑foyers qui encombraient les rues aux périodes anciennes. Les auteurs de la fouille évoquent une « modification profonde des gestes et pratiques quotidiennes, sans que l’on puisse pour autant conclure à une transformation du statut des espaces extérieurs » (Chausserie‑Laprée, Nin 1990 : 128).

3.1.2.3 Mobilier, échanges commerciaux et faciès culturels : l’image d’une communauté aux horizons limités

20L’examen du mobilier recueilli dans les fouilles de l’Île de Martigues confirme le ralentissement des échanges avec le monde méditerranéen aux ive et iiie s. L’importance croissante des productions locales dites « rhodaniennes » et la diversification de leur répertoire morphologique, le monopole des amphores et de la vaisselle tournée marseillaises, la part négligeable des importations extra‑régionales enfin, donnent l’image d’une communauté agricole relativement prospère, certes, mais étroitement dépendante (économiquement au moins) de Marseille, et de ce fait peu ouverte au commerce méditerranéen. Contrairement aux habitants de Saint‑Blaise au vie s., il est clair que les occupants de l’Île ne sont pas des commerçants, malgré une situation géographique plus favorable encore aux échanges maritimes et terrestres.

21Au ve s., le mobilier de l’île se compose en presque totalité de productions locales non tournées et d’importations marseillaises (Chausserie‑Laprée, Nin 1988 : 84‑89). L’étude du mobilier contenu dans un niveau de rue daté de la fin de ce siècle montre un équilibre entre céramiques tournées et non tournées (fig. 53). Sur un total de 2 752 fragments, les premières représentent en effet 51 % du mobilier, les secondes 49 % (Chausserie‑Laprée 1986 : 138). Les premières urnes « rhodaniennes », qui succèdent à des formes de tradition hallstattienne, apparaissent vers le milieu du ve s. et deviennent abondantes durant la période 2. On pense à une production locale à Martigues même ou à proximité (Chausserie‑Laprée, Nin 1988 : 85 ; Arcelin 1992 : 313). Malgré une perte progressive de qualité et une simplification des décors incisés, cette céramique essentiellement composée d’urnes peignées ou lissées perdure jusqu’à la fin du iiie s.

FIG. 53 – Évolution de la part de la vaisselle non tournée (en gris foncé) dans le mobilier des fouilles de Saint‑Blaise (VIe‑Ve et IIe s. av. J.‑C.) et de l’île de Martigues (IVe et IIIe s. av. J.‑C.).

22Dès la période 1 (début ve s.), les importations de vaisselle fine et d’amphores marseillaises occupent une place considérable dans la vie quotidienne des habitants de l’Île. La céramique tournée est alors presque exclusivement d’origine marseillaise, que ce soit les amphores ou la céramique à pâte claire, dont le répertoire reproduit des modèles grecs destinés à la table et plus précisément à la consommation du vin. Si l’on excepte les produits marseillais, la part des céramiques tournées d’importation est toujours inférieure à 1 % aux ve et ive s. La céramique grise monochrome, également présente dans les niveaux de cette époque, a probablement une origine locale (Arcelin‑Pradelle 1984 ; Arcelin 1986 : 54‑55, fig. 2).

23Les importations augmentent au cours de la période suivante. Mais à la fin de la période 2 (première moitié du ive s.), on constate une forte diminution des productions marseillaises dans la vaisselle et le matériel de stockage. Cette évolution suit celle du commerce marseillais (Arcelin et al. 1982 : 118, fig. 51, 125 ; Lagrand 1986 : 130‑131 ; Bats 1989 : 197‑199 ; Py 1990 : 182‑196 ; Arcelin 1990 : 196‑201 ; 1992 : 320). Les comptages réalisés sur un échantillon de 2 029 tessons issus d’un niveau de rue de la première moitié du ive s. (Chausserie‑Laprée 1986 : 140‑141) montrent en effet que la part des céramiques non tournées s’élève à 67 %. Cette tendance se maintient au cours de la période 3 (milieu ive‑milieu iiie s.), la part de la céramique non tournée atteignant alors 60 à 70 %. Les produits d’importation font même complètement défaut dans la deuxième moitié du ive s. Les premières céramiques italiques à vernis noir font leur apparition au début du iiie s., mais leur proportion n’excède jamais 5 %.

24L’évolution du mobilier de l’habitat de l’Île de Martigues reflète par conséquent la même stabilité et la même continuité que la trame urbaine et l’architecture domestique. C’est pourtant dans ce contexte que s’effectuent les transferts de technologie dont témoigne le développement particulièrement précoce de l’oléiculture et de la viticulture.

3.2 L’évolution de l’occupation du sol et des activités vivrières

25Les prospections ont révélé très peu d’indices d’occupation pour la période comprise entre la seconde moitié du ve s. et le début du iie, confirmant ainsi le silence des fouilles de Saint‑Blaise. Cette longue lacune pose un problème d’interprétation : est‑elle simplement le reflet de notre méconnaissance des traceurs chronologiques de cette période, ou bien correspond‑elle véritablement à un recul du peuplement ? Et dans ce cas, s’agit‑il d’un phénomène local ou d’un mouvement dont l’ampleur et la portée dépassent le cadre de la zone étudiée ?

3.2.1 La rétraction de l’habitat dispersé

26P. Arcelin (1989 : 66) envisage une forte raréfaction de l’habitat dispersé au ive s. Il met celle‑ci en relation avec un regroupement de l’habitat en hameaux et en bourgades. Ce serait là, selon lui, la conséquence d’une sédentarisation accrue et d’une organisation sociale plus poussée des populations indigènes. Les fouilles de l’Île de Martigues illustreraient clairement ce phénomène, dès le ves., et les prospections systématiques réalisées dans le secteur des Étangs confirmeraient la rétraction de l’habitat dispersé. En réalité, celle‑ci est avant tout consécutive au déclin de l’occupation de Saint‑Blaise. On constate en effet un lien étroit tout au long de l’âge du Fer entre l’évolution de l’habitat dispersé et celle de l’agglomération.

3.2.1.1 Les indicateurs chronologiques

27Les indicateurs chronologiques caractéristiques des ve, ive et iiie s. sont nettement moins abondants que ceux de la période précédente. Sur 39 lèvres d’amphores étrusques recueillies en prospection, six seulement se rapportent au type Py 4, daté du ve s. (fig. 54). Certes, l’hypothèse d’une rétraction de l’habitat dispersé ne peut cependant pas être sérieusement envisagée sur la base des seules amphores étrusques, dans la mesure où ces importations sont progressivement concurrencées puis supplantées par l’achat de vin marseillais. Or la quasi‑totalité des lèvres d’amphores marseillaises identifiées sont datées du ve s., et les types caractéristiques des ive et iiie s. sont complètement absents des ramassages.

28La céramique attique à vernis noir et la céramique claire hellénistique sont attestées en très faible quantité sur quelques sites. Les productions à pâte claire marseillaises sont mieux représentées, mais la rareté des formes et la longévité des productions posent des problèmes de datation. À Saint‑Blaise, elles apparaissent dès la fin du ve s. et perdurent jusqu’à l’abandon du site à la fin du iie s. Dans l’île de Martigues, elles constituent l’essentiel de la vaisselle tournée dès le ve s., mais leur proportion diminue au siècle suivant au bénéfice des productions indigènes. L’absence de tout contexte du premier âge du Fer sur les sites des Fourques (SM‑32), de Lavalduc (FO‑7) et de la Roque d’Odor (FO‑44) autorise à rattacher ces céramiques à la période de La Tène. Sur les autres sites, il est impossible de se prononcer.

FIG. 54 – Chronologie des amphores étrusques recueillies en prospection.

29L’établissement du Mazet (FO‑14) fait figure d’exception. Le mobilier recueilli à sa surface atteste une occupation continue tout au long de l’âge du Fer : amphore ionienne archaïque, amphore étrusque de type Py 3 et 4, amphore marseillaise de type Py 1, céramique grise phocéenne, céramique marseillaise micacée du ive s., céramique campanienne B, productions de l’atelier de Marseille, amphore italique. Le mobilier recueilli lors du creusement d’une tranchée de gazoduc confirme cette chronologie longue : bords de mortiers massaliètes, coupe d’imitation attique, olpè du ve s., olpè à marli daté des ive et iiie s., amphore marseillaise de type Py 3 et Py 8, productions indigènes à pâte beige et fin dégraissant minéral ou à pâte noire à décor peigné datées du iiie et/ou du début du iie s. (Coye, Lagrue 1988, II, Maz‑08). Ce site, déjà fréquenté au Néolithique final et à l’âge du Bronze, est également occupé durant le Haut‑Empire et l’Antiquité tardive, présentant un cas remarquable de continuité.

3.2.1.2 L’évolution de l’habitat dispersé

30D’un point de vue quantitatif, le mobilier caractéristique de cette période est négligeable –moins d’une centaine de fragments de céramique contre 1 042 pour le premier âge du Fer. D’un point de vue qualitatif, il présente une faible diversité. Les indicateurs les plus fiables sont constitués par les lèvres d’amphores étrusques (type Py 4) et marseillaises (types Py 1, 3 et 8). La céramique attique, très rare sur les établissements ruraux, est également un précieux indicateur. Les productions hellénistiques, marseillaises et a fortiori indigènes sont plus difficiles à dater en prospection. Seul le gisement du Mazet (FO‑14) a livré un lot de formes intéressantes, mais il faut préciser qu’il provient d’une tranchée creusée dans les niveaux d’occupation. D’un point de vue chronologique enfin, on peut constater que tous les sites qui ont livré des formes d’amphores marseillaises du ve s. ont également donné de l’amphore étrusque, ce qui laisse supposer une occupation plutôt ancienne. Une dizaine d’implantations seraient ainsi fréquentées au ve s. On remarquera qu’elles se concentrent pour la plupart dans deux secteurs précis : le plateau du Mazet –autour d’un noyau constitué par le site FO‑14– et les environs immédiats de Saint‑Blaise. Les autres se localisent au nord des étangs de Lavalduc et de Citis et sur le plateau de Castillon. On peut conclure à une faible dispersion de l’habitat à partir du ve s., et à l’absence de toute nouvelle implantation au cours de cette période et des deux siècles suivants. L’évolution de l’occupation du sol au ive s. apparaît encore moins clairement qu’au ve s. (fig. 55). Toutefois, il est à peu près assuré que l’oppidum de Castillon (PB‑1) et l’établissement du Mazet (FO‑14) sont fréquentés. C’est semble‑t‑il encore le cas de ce dernier au cours du iiie s.

FIG. 55 – Le secteur des Étangs aux IVe et IIIe s. av. J.‑C.

3.2.2 L’évolution des activités vivrières

3.2.2.1 La maîtrise de l’espace

31Les fouilles de l’Île de Martigues témoignent d’une certaine prospérité de l’économie locale, ainsi résumée par les fouilleurs : « Tant par l’architecture domestique que par le mobilier mis au jour, cet habitat apparaît, au moment de l’incendie [qui marque le terme de la période 2], comme une communauté de paysans et de pêcheurs liés à un territoire restreint. La densité de l’habitat et le caractère relativement modeste du matériel domestique ne semblent pas trahir cependant une situation de crise économique : on est frappé en particulier par l’abondance et la diversité des provisions de céréales stockées dans les dolia et silos en torchis (orge, blé, vesces, raisins), par la variété de l’alimentation animale (bœuf, mouton, porc, cheval, cerf, poissons et coquillages) » (Chausscrie‑Laprée, Nin 1988 : 33). L’implantation de l’habitat sur une île pose la question des terroirs cultivés. Le site est environné de zones basses, humides et même probablement marécageuses (à moins que le niveau marin antique légèrement régressif n’ait favorisé un meilleur drainage du chenal). De plus, les techniques agricoles de l’époque rendaient les versants des collines marneuses bégudiennes difficilement cultivables.

32Pour autant, la diversification constatée dans le choix des matériaux de construction utilisés témoigne d’un élargissement de l’emprise humaine sur le milieu, bien au‑delà des berges du chenal de Caronte. L’étude granulométrique des adobes de terre crue atteste l’exploitation de carrières de terre non seulement dans l’Île, mais également sur les deux rives du chenal et sur les versants voisins (Chausserie‑Laprée, Nin 1987 : 66‑69). De même, l’examen du rempart primitif montre que les matériaux employés proviennent en grande partie des grès et poudingues bégudiens de la rive droite du chenal (Chausserie‑Laprée et al. 1984 : 42). Toutefois, aucune implantation de l’âge du Fer n’a été repérée à plusieurs kilomètres à la ronde. On pourrait arguer du fait que ce secteur est devenu en grande partie inaccessible à la prospection au cours des dernières décennies, à la suite d’une urbanisation accélérée. Néanmoins, plusieurs sites ont été identifiés dans la zone des collines méridionales (MA‑1/2/3/4/5/6), et dans tous les cas leur occupation se limite au Haut‑Empire. Il semble qu’il en aille de même au sud du chenal de Caronte. Il faut certainement conclure à une concentration des activités productives au sein même du village de l’Île, hypothèse qui s’accorderait bien avec la densité des éléments de stockage observée dans les cases d’habitation.

33La case apparaît en effet comme un espace polyfonctionnel où se juxtaposent activités proprement domestiques, activités de transformation et de stockage. L’utilisation des toits‑terrasses pour le stockage des grands récipients est attestée, de même que celle des demi‑plans (Chausserie‑Laprée, Nin 1987 : 74‑76). La quantité de mobilier présent dans chaque case est considérable, et explique que les rues elles‑mêmes aient été encombrées par des amphores, des dolia et des plaques‑foyers protégées par des pare‑feux. La rue constituait une sorte d’annexe ou de prolongement de la maison.

3.2.2.2 Les productions agricoles

34Les fouilles de l’île de Martigues témoignent d’une évolution précoce des modes de production consécutive à la diffusion par Marseille de nouvelles techniques agricoles, en particulier l’oléiculture et la viticulture. L’analyse carpologique réalisée par P. Marinval (1988b) dans les niveaux de la couche d’incendie du village primitif, datés de la première moitié du ive s. av. J.‑C., nous renseigne sur l’alimentation végétale des habitants et sur certaines de leurs pratiques agricoles.

L’oléiculture

35L’invention de maies de pressage en remploi dans les niveaux de destruction du second quart ou du milieu du ive s. autorise à penser qu’une oléiculture s’était développée sur la rive occidentale de l’étang de Berre dès la fin du ve s. au moins (Chausserie‑Laprée, Nin 1988 : 33). Ce seraient là les plus anciens indices connus de cette culture dans le sud de la Gaule. Toutefois, l’oléiculture ne semble pas prendre son essor avant le ive s. (Leveau et al. 1991 : 89). On peut se demander si les transferts de technologie impliqués ont été ou non contrôlés par les Marseillais. Quoi qu’il en soit, leur précocité confirme les liens privilégiés entretenus avec ces derniers par les communautés locales. C’est même peut‑être là la conséquence d’un apport de population grecque dans ce secteur, au même titre que les maisons à abside de Saint‑Blaise au vie s. Sur ce dernier site, des maies de pressage étaient également remployées sur le sol 4a de la case B du sondage MN11, et une table à cupule et rigole pourrait avoir servi au pressage des olives dans la « ville haute » (Rolland 1956 : 44‑45, fig. 29 ; Inf. archéo. Gallia, 37, 1979 : 233 ; Bouloumié 1992 : 51, 56).

La viticulture

36L’existence d’une viticulture locale est attestée dans l’Île de Martigues par la découverte de pépins de raisin carbonisés. Il est difficile de savoir si ce raisin était destiné à la vinification, car il a pu être consommé à table, frais ou sec. De plus, les pépins peuvent donner de la farine ou de l’huile. Toutefois, la découverte de résidus de moût semble indiquer une production locale de vin, peut‑être développée à partir d’une variété de vigne sauvage (Marinval 1988a : 184‑188 ; 1988b : 93).

La céréaliculture

37Quinze meules à grain seulement ont été recensées sur l’ensemble du site de l’île de Martigues. Les fouilleurs en expliquent la rareté par la récupération systématique du matériel de broyage (Chausserie‑Laprée, Nin 1990 : 70). La fréquence des silos contenant des céréales carbonisées et la variété des espèces consommées confirment le rôle prépondérant de la céréaliculture dans le système agricole de l’époque. Quatre variétés de céréales ont été reconnues : le froment, l’amidonnier, l’orge et le millet. L’orge est l’espèce la mieux représentée. Outre ses nombreuses applications culinaires (pain, bouillies), elle pouvait servir à la fabrication de la cervoise et à l’alimentation du bétail. Selon P. Marinval, son développement pourrait constituer une réponse à la croissance de la population et des besoins nutritifs, par son rendement élevé, sa capacité à nourrir le bétail et son aptitude à pousser sur les sols pauvres, autorisant par là‑même la mise en valeur de terres marginales réservées jusqu’alors au pâturage.

38Les associations de plantes adventices et de semences permettent de déterminer la saisonnalité des semis. Dans l’île de Martigues, les réserves d’orge et d’ers contenaient de mauvaises herbes caractéristiques des semailles d’automne (aspérule des champs, coronille). Il n’y a là rien de très surprenant, l’exploitation des céréales d’hiver étant un usage traditionnellement adapté aux conditions climatiques des régions méditerranéennes.

Les autres cultures

39À côté des plantations arbustives et de la céréaliculture, l’étude carpologique de P. Marinval atteste la culture de la gesse et de l’ers. Les graines de l’ers sont riches en éléments nutritifs. Elles pouvaient servir de levain au pain fabriqué avec de la farine d’orge. Enfin, les fouilles de l’île ont livré le plus ancien témoignage d’une culture du lin, qui était destiné à la confection des vêtements et de l’huile.

3.2.2.3 Le stockage

40Dans l’île de Martigues –comme sur la plupart des oppida du midi de la Gaule– la place réservée au stockage des productions dans chaque case d’habitation est considérable. L’étude fine des éléments de réserve fait apparaître une nette évolution dans la nature des contenants et pose la question des volumes de stockage. D’une manière générale, on observe une augmentation du nombre des aménagements entre le ve s. et le début du iie s. (Chausserie‑Laprée, Nin 1990 : 113‑116). Mais le type des contenants évoluant lui aussi, il est difficile de conclure avec certitude à un accroissement de la capacité totale de stockage, et donc de la production. Aux ve et ive s. prédominent des silos aériens en matériaux périssables (torchis, terre crue) destinés essentiellement au stockage des céréales. D’un point de vue morphologique, ces contenants tendent progressivement à s’uniformiser : on passe de silos de formes assez variées (ronds ou quadrangulaires) à des formes majoritairement rondes au cours de la période 3, qui deviennent la règle générale à la période suivante. Cette évolution s’accompagne d’un accroissement de la capacité des récipients, qui est compensé par leur plus faible nombre à partir de la fin du ive s. À côté de ces éléments de réserve en terre et en torchis, on trouve alors de grandes jarres de 100 à 200 litres, de petites jarres de moins de 70 litres, ainsi que des amphores en remploi.

41En ce qui concerne les contenus, on sait que les vases en torchis étaient utilisés pour le stockage des céréales. Les fouilles de l’île de Martigues confirment sur ce point les observations effectuées au Pègue. Sur ce dernier site, les imitations d’amphores marseillaises fabriquées dès la fin du VIe s. étaient destinées au stockage des céréales et autres productions locales, au même titre que les dolia ou les jarres (Lagrand, Thalmann 1973 : 53, pl. XXX ; 87, pl. XXXIII ; Bertucchi 1992 : 72, fig. 25, no 6 ; 126‑127, fig. 64 ; 185 et note 317 ; 186 et note 319). Les fouilles de l’île montrent clairement la réutilisation systématique des amphores marseillaises puis italiques pour le stockage des grains, des saumures, des fruits secs et des liquides, en particulier l’eau. Au cours de la période 2, on trouve en moyenne trois amphores marseillaises par case d’habitation (Chausserie‑Laprée, Nin 1988 : 77‑78).

3.2.2.4 L’élevage

42Les fouilles de l’île de Martigues ont livré un mobilier ostéologique extrêmement abondant. Une étude préliminaire a porté sur un échantillon de 1 052 fragments, soit 10 % des vestiges osseux exhumés (Columeau 1993 : 302‑305, fig. 1‑2). Au ve s., l’apport protéinique de la chasse n’excède pas 4,5 % de la viande consommée. Les espèces sauvages terrestres sont représentées par un unique fragment d’os de cerf. Parmi les espèces domestiques, les ovicapridés sont les mieux représentés, avec 75 % du total des vestiges osseux et 70,3 % des individus, devant le porc et le bœuf. En poids de viande consommée, les bovidés fournissent plus de 50 % de l’apport protéinique. L’âge d’abattage des ovicapridés et des suidés reflète un élevage de boucherie.

43Il semble bien que le ive s. soit marqué par un changement profond dans les modes alimentaires, avec l’essor de la chasse, qui assure environ le quart de l’apport protéinique des habitants de l’île (fig. 52). Le cerf fournit à lui seul 23,6 % du poids de viande. L’apport des bovidés se limite au tiers de la viande consommée et celui des ovicapridés au cinquième. L’activité cynégétique compense de toute évidence le déclin du ravitaillement en viande de bœuf. On constate également le développement de la consommation de viande chevaline. Cette tendance se perpétue au iiie s. La chasse occupe alors une place accrue, à concurrence de 30 % du poids de viande consommée. La proportion des ovicapridés augmente également (27,6 % de l’apport protéinique). La consommation de viande de bœuf atteint son point le plus bas, régressant pour la première fois derrière celle des cervidés et des ovicapridés (24,7 %). La part du porc semble décliner légèrement (4,2 %), tandis que la consommation du cheval se développe à concurrence de 12,3 % du poids de viande. Tous ces indices confirment l’hypothèse d’une désorganisation durable de l’approvisionnement en viande de bœuf. Or celle‑ci constituait la base de l’alimentation carnée depuis le Bronze final.

44L’évolution est assez différente à Saint‑Blaise à la même époque, si l’on en croit les résultats de l’étude ostéologique de la fosse 28 ACDE : sur 166 individus isolés dans les couches 25, 26 et 27 de l’ensemble 6, 57,23 % sont des ovicapridés, 21,08 % des suidés et 10,24 % des bovidés (Columeau 1985 : 113‑114). La prédominance absolue des ovicapridés laisse peu de doute sur la composition du cheptel, même si en poids de viande, la part des bovidés atteint 41,09 % et celle des suidés 29,6 %, tandis que celle des ovicapridés tombe à 22,9 %. À la différence de ce qui est observé dans l’Île de Martigues, la chasse occupe ici une place très secondaire dans l’alimentation.

3.2.2.5 L’exploitation des étangs

45F. Brien‑Poitevin (1988 ; 1993) a pu disposer, comme P. Columeau pour la faune terrestre, d’une série conchyliologique continue du ve au iie s. av. J.‑C. Elle a montré que les coquillages occupaient une place primordiale dans l’alimentation carnée des occupants de l’île de Martigues durant cette période. Au total, 30 000 individus ont été recueillis dans les fouilles. Cardidae et Veneridae sont recherchées en bordure de l’île au début du ve s. Du milieu du ve au début du ive s., les moules constituent comme à Saint‑Blaise la très grande majorité des coquillages consommés, loin devant les huîtres et les peignes. Ces mollusques ont pu être récoltés en apnée légère. Au siècle suivant s’esquisse une diversification des espèces recherchées. L’apport de la pêche était également important dans ce secteur poissonneux où les eaux douces de l’étang de Berre se mêlent à celles de la mer. Parmi les restes de poissons marins identifiés, la daurade prédomine largement. Elle pouvait être pêchée aussi bien en mer que dans l’étang de Berre ou dans la passe de Caronte.

  • 6 Ainsi F. Benoit (1965 : 117) écrit‑il : « Nulle autre région de la côte étrusque ou ligure ne possé (...)

46À propos de Saint‑Blaise, B. Bouloumié (1984 : 65‑71 ; 1992 : 59) a repris l’idée selon laquelle Saint‑Blaise IV était un oppidum du sel contrôlé par Marseille. F. Benoit est à l’origine de cette hypothèse qui, il faut bien le reconnaître, ne repose sur aucun fondement archéologique6. Dans l’état actuel des connaissances, il s’agit tout au plus d’une projection de la situation connue au Moyen Âge sur une période pour laquelle nous ne disposons d’aucun document probant.

3.2.2.6 Les activités artisanales

  • 7 Pour P. Arcelin (1986 : 57, note 119), « ces fabrications qualifiées généralement de "rhodaniennes" (...)

47Si l’on excepte la transformation des produits agricoles (huile, vin, farine), la seule activité artisanale attestée dans les fouilles de l’île de Martigues est liée au développement d’une production locale de vases fermés non tournés d’excellente facture, qui sont commercialisés en Provence occidentale dans le courant du ve s. Ce groupe de productions qualifiées de « rhodaniennes » semble originaire de la rive ouest de l’étang de Berre7.

3.3 Conclusion

  • 8 On est loin de l’« active civilisation dé marché » soutenue par une « forte productivité » évoquée (...)

48Il est difficile de savoir si les différentes productions attestées dans les fouilles de Saint‑Blaise et de l’île de Martigues ont dépassé le cadre de la consommation locale. Constituent‑elles –comme c’était probablement le cas au vie s.– un élément du troc avec Marseille ? Dans l’île, la découverte d’un pécule composé de 85 oboles marseillaises en argent dans un niveau du ive s. atteste l’existence de processus financiers entre Grecs et indigènes et peut‑être le dégagement de surplus agricoles témoignant d’un certain dynamisme de la production (Chausserie‑Laprée, Nin 1988 : 82‑83 ; Arcelin 1986 : 57). Mais en ce qui concerne la viticulture, on comprendrait difficilement pourquoi les habitants auraient importé autant d’amphores à pâte micacée s’ils subvenaient à leurs propres besoins, et donc a fortiori s’ils étaient en mesure de dégager des surplus commercialisables. Si l’on excepte le pécule en question, la rareté du monnayage avant le iie s. et le monopole des importations marseillaises vont plutôt dans le sens d’une économie essentiellement fondée sur l’autosuffisance, et dont les éventuels surplus de production sont étroitement tributaires des débouchés offerts par le commerce avec Marseille. Cette dépendance contraignante serait à l’origine d’une réduction des échanges à l’est du Rhône, alors que les régions qui lui échappent, comme le Languedoc occidental et le Roussillon, connaissent sinon un dynamisme économique, du moins une stabilité de l’occupation du sol8. Certains auteurs ont voulu voir dans Saint‑Blaise soit un comptoir de redistribution, soit un entrepôt ou un grenier de Marseille, Mais la rareté des importations d’origine marseillaise et la prépondérance des productions non tournées –en particulier celle des urnes « rhodaniennes »– pèsent comme à Martigues en faveur d’un repliement de la communauté indigène sur elle‑même. Les réflexions d’H. Rolland sur le caractère foncièrement « indigène » de cette période ne manquent pas d’intérêt, bien qu’à l’hypothèse d’un changement de population il faille aujourd’hui préférer une explication d’ordre socio‑économique plus « continuiste ».

Notes

1 Ce sondage n’a jamais été publié. On en trouvera un bilan très bref dans Inf. archéo. Gallia, 30, 1972 : 528‑529 et fig. 26 ; 37, 1979 : 232‑233 ; 44, 1986 : 448‑449. On pourra aussi glaner quelques informations complémentaires dans Arcelin, Cayot 1984 : notes 8, 12, 52‑53, 74‑75, 78‑79.

2 Le rapport de fouille du sondage MN11 de 1979 cité par B. Bouloumié (1992 : 34, 40, fig. 11, 41) signale deux trous de poteau sur la surface 12 de la case A et un trou sur la surface 11 ; la surface 10 a livré deux bases en pierre et un trou de calage. Ces niveaux sont datés du iv6 s.

3 Le village de l’île de Martigues occupe une place essentielle dans la compréhension de cette période mal connue, avec les agglomérations d’Arles (Jardin d’Hiver), de Notre‑Dame de Pitié, de Teste Nègre et de La Courti ne. L’oppidum du Mont Garou, qui connaît pourtant une occupation précoce et surtout très longue, sur le modèle de Saint‑Blaise, subit comme celui‑ci un déclin du début du ive s. jusqu’au début du iie (Arcelin et al. 1982). Plus proche de Saint‑Blaise, l’établissement de Tamaris est abandonné vers la fin du troisième quart du vie s. Celui de Saint‑Pierre fait alors l’objet d’une destruction partielle. Celui de l’Arquet, après une première phase d’occupation au vie s., est à nouveau occupé dans la seconde moitié du ve s. Il est détruit et incendié vers la fin du ve s., réoccupé dans la seconde moitié du IVe s. avant d’être à nouveau détruit et abandonné à la fin du ive s. (Lagrand 1986 : 128‑129). Le Baou de Saint‑Marcel n’a livré aucun niveau d’occupation en place entre le ve s. et la seconde moitié du iie (Guichard, Rayssiguier 1986 : 105). Une évolution similaire s’observe dans la montagne Sainte‑Victoire (D’Anna, Mocci 1995).

4 Il ne s’agit probablement pas de cases d’habitation mais d’installations légères, simples abris, greniers ou remises (Chausserie‑Laprée, Nin 1987 : 49, 50 et fig. 20). Un parallèle peut être établi avec l’apparition d’un véritable « faubourg » au pied de l’oppidum de Saint‑Pierre au iiie s. (Arcelin 1989 : 66). La question d’un éventuel « faubourg » se pose également à Saint‑Blaise.

5 À propos d’une éventuelle migration de la population de l’oppidum du Mont Garou vers celui de La Courtine, voir Arcelin et al. 1982 : 126, note 324.

6 Ainsi F. Benoit (1965 : 117) écrit‑il : « Nulle autre région de la côte étrusque ou ligure ne possédait d’aussi riches salines ; et sans doute la fondation d’un des plus anciens comptoirs, Ugium (Saint‑Blaise), qui deviendra une citadelle des Marseillais, fut‑elle déterminée par sa situation exceptionnelle au milieu de marais salants, dont le niveau est plus bas que celui de la mer, Lavalduc, qui doit son nom au comptoir (Vallis de Ugio), Engrenier, Rassuen, Plan d’Aren, Pourra, Citis... ». Le raisonnement, approximatif, est dénué de toute argumentation archéologique et ne tient pas compte du contexte géologique (les étangs de Citis et du Pourra ne communiquent pas avec la mer). F. Benoit (1965 : 132, note 85) va plus loin encore en envisageant une possible exportation du sel vers Rhodes : « Au point de vue économique, la fonction "saunière" du site, proche de la mer et à l’écart des voies terrestres, satisferait pleinement la raison d’être de cette "échelle" qui aurait alimenté en sel Rhodes, dépourvue de salins ».

7 Pour P. Arcelin (1986 : 57, note 119), « ces fabrications qualifiées généralement de "rhodaniennes" devraient plutôt être celles de l’Ouest de l’étang de Berre ». Voir aussi Arcelin 1976 : 664, fig. 4, no 1 ; Chausserie‑Laprée et al. 1984 : 27, 30, no 66, 71, 73 ; Chausserie‑Laprée, Nin 1988 : 85.

8 On est loin de l’« active civilisation dé marché » soutenue par une « forte productivité » évoquée par P. Arcelin et B. Dedet (1985 : 29) à propos du Languedoc occidental et du Roussillon.

Table des illustrations

Légende FIG. 53 – Évolution de la part de la vaisselle non tournée (en gris foncé) dans le mobilier des fouilles de Saint‑Blaise (VIe‑Ve et IIe s. av. J.‑C.) et de l’île de Martigues (IVe et IIIe s. av. J.‑C.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 54 – Chronologie des amphores étrusques recueillies en prospection.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 55 – Le secteur des Étangs aux IVe et IIIe s. av. J.‑C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search