Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Deuxième partie. Le secteur des Étangs à l’âge du Fer

Chapitre 2. Le secteur des Étangs au premier âge du Fer

(dernier quart viie‑premier quart ve s. av. J.‑C.)

The pools in the first Iron Age (last quarter 7th c. – first quarter 5th c. BC)

2 El sector de los Estanques en la Primera Edad del Hierro (último cuarto del siglo VII‑primer cuarto del siglo V a. C.)

Résumé

Les nombreuses concentrations d’amphores étrusques mises en évidence par les prospections dans un rayon de cinq kilomètres autour de Saint‑Blaise montrent que le développement de l’oppidum au vie s. av. J.‑C. s’est accompagné d’une mise en valeur méthodique des plateaux molassiques et des étangs. Les fouilles de Saint‑Blaise nous renseignent sur les activités agro‑pastorales et artisanales. Tous ces indices témoignent d’une maîtrise accrue de l’espace et du dynamisme économique d’une communauté indigène précocement ouverte aux échanges méditerranéens.

Texte intégral

1L’apparition et le développement des agglomérations dès la fin du viie s. et le début du vie témoignent d’une sédentarisation précoce d’une partie des communautés riveraines de l’étang de Berre. Cette évolution s’accompagne d’une maîtrise accrue de l’espace, qui est localement délimité par des enceintes et structuré par des trames urbaines embryonnaires. La construction des fortifications témoigne non seulement du souci de protéger les personnes et les biens accumulés (denrées agricoles, bétail), mais aussi d’un meilleur contrôle et d’une volonté d’appropriation de l’espace. Aux groupes humains semi‑nomades dont les activités agro‑pastorales sont encore très dépendantes du milieu succèdent en effet des communautés qui organisent leur environnement de manière concentrique et permanente, et secrètent de véritables agro‑systèmes : à la structuration du corps social et de l’espace bâti fait ainsi écho, progressivement, celle du paysage humanisé dont la communauté tire non seulement ses ressources quotidiennes, mais aussi des surplus commercialisables. Les prospections soulignent la densité de l’occupation du sol sur la rive occidentale de l’étang de Berre au premier âge du Fer, éclairant bien des questions posées par les fouilles de Saint‑Blaise : extension de son territoire vivrier, activités productives et comportements économiques de ses occupants.

2.1 Mobilier, chronologie et représentativité

2.1.1 Les indicateurs chronologiques

2Les types d’amphores et de céramiques rencontrés sur le terrain pour cette période sont relativement variés (fig. 45‑46). Aux amphores originaires du monde égéen, punique, ibéro‑punique et surtout étrusque s’ajoutent les productions marseillaises à la fin du vie s. et au ve s. En revanche, la diffusion des céramiques d’importation grecques et étrusques est très limitée sur les petits établissements ruraux. Les productions locales ou régionales présentent plusieurs cas de figure : la céramique grise monochrome est rarissime ; la céramique à pâte claire micacée d’origine marseillaise est assez bien représentée ; quant aux céramiques modelées indigènes, elles sont nettement plus abondantes mais posent des problèmes d’identification et de datation. L’hétérogénéité de ces différentes catégories de mobilier, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif, oblige à privilégier certains indicateurs, en fonction de leur fréquence et de leur intérêt chronologique. C’est tout particulièrement le cas des amphores étrusques, qui constituent notre principal indicateur chronologique pour le premier âge du Fer. Leur fréquence est liée à la proximité de l’agglomération de Saint‑Blaise, qui fait office de centre de redistribution vers l’arrière‑pays mais également au sein de son territoire de proximité.

FIG. 45 – Quantification des amphores du premier âge du Fer.

FIG. 46 – Quantification de la vaisselle du premier âge du Fer.

2.1.1.1 Les amphores

3Les amphores étrusques sont présentes sur 50 sites. Avec 383 fragments, dont 39 lèvres, et 72 individus, elles représentent 74 % du total des fragments d’amphores du premier âge du Fer, 80 % des lèvres et 83 % du nombre minimum d’individus. Quelques gisements ont livré des quantités relativement importantes, mais on remarque par ailleurs une forte dispersion du matériel. Sur les 39 lèvres recueillies, 24 se rapportent au type Py 3 et 10 au type Py 4. Le premier type, daté du vie s., se rencontre sur quinze sites et le second, daté du siècle suivant, sur cinq seulement. Quatre sites ont livré des lèvres caractéristiques des vie et ve s. à la fois : Saint‑Michel (IS‑14), le Mazet (FO‑14), les Vallons (SM‑25) et Saint‑Verran (IS‑33). Dans les fouilles de Saint‑Blaise, les amphores étrusques se rencontrent en association avec du bucchero nero et des céramiques gréco‑orientales dès la couche 38 du sondage Q8/9, datée de la fin du viie s. Elles constituent l’essentiel des documents importés jusqu’au niveau V (Bouloumié 1982a : 171). P. Arcelin (1986 : 83) estime que la proportion des amphores étrusques sur le total des amphores atteint 95,3 % vers 600‑570, 72,4 % entre 570 et 525 et 52 % aux environs de 500 (fig. 47). Leur raréfaction s’accentue au début du ve s. D’une manière générale, tant dans le sondage Q8/9 que dans le mobilier issu des fouilles d’H. Rolland, le type 3 prédomine très largement sur le type 4 plus récent.

FIG. 47 – Évolution de la composition du mobilier de Saint‑Blaise au VIe s. av. J.‑C. (d’après Arcelin 1986).

4Contrairement aux amphores étrusques, les amphores marseillaises constituent de très mauvais indicateurs chronologiques du fait de la longévité de leur production et de la rareté des formes recueillies en prospection. Les 333 fragments récoltés permettent d’isoler 59 individus répartis sur 57 sites. Sur neuf lèvres, huit se rapportent au premier âge du Fer : une lèvre gréco‑marseillaise ancienne, six lèvres de type Py 1, attesté vers 500, et une lèvre de type Py 3, diffusé entre 500 et 450 (Py 1978 : 5‑9). Sept sites au total ont livré avec certitude de l’amphore marseillaise du ve s. Les amphores marseillaises font leur apparition dans le niveau VI de Saint‑Blaise III et se développent dans le niveau V, d’où les productions étrusques ont quasiment disparu. Les fouilles de l’Île de Martigues révèlent le monopole absolu des amphores marseillaises au ve s. (Chausserie‑Laprée 1986 : 138).

5Les amphores grecques et puniques recueillies représentent seulement 5 % des fragments d’amphores du premier âge du Fer, 4,1 % des lèvres et 8 % des individus. Cela tient probablement pour une part à ma méconnaissance des pâtes et des formes, mais aussi assurément à la faible diffusion de ces amphores en regard des précédentes. Les fouilles de Saint‑Blaise confirment cette situation, puisque dans les niveaux qualifiés d’« archaïques », B. Bouloumié (1982a : 171) dénombre 1 298 fragments d’amphores étrusques pour 329 fragments d’amphores grecques seulement. Selon P. Arcelin (1986 : 83), la proportion d’amphores grecques n’excède pas 3,8 % du total des amphores vers 600‑570, et 2,5 % vers 570‑525.

2.1.1.2 La vaisselle

6La vaisselle totalise 524 fragments et 59 bords, soit respectivement 50 et 55 % du mobilier caractéristique de cette période. Les céramiques d’importation archaïques, abondantes dans les fouilles de Saint‑Blaise, sont rarissimes en prospection (1,9 % des fragments et 3,4 % des bords). Cela tient vraisemblablement à la très faible diffusion de ce type de vaisselle dans les établissements ruraux. Il s’agit là d’objets de qualité réservés à une partie seulement des habitants des agglomérations. Le seul fragment de céramique attique recueilli provient du site de La Pinède (IS‑34). B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 133, 138, 146‑147 et fig. 6) signalent un fragment de céramique à vernis noir au Mazet (FO‑14) et à Citis (SM‑2). Ils mentionnent en outre la découverte de nombreux fragments de céramique ionienne, pseudo‑ionienne et grise monochrome sur le petit oppidum de Castillon (PB‑1).

7B. Bouloumié (1984 : 74, 78) signale du bucchero nero et de la céramique étrusco‑corinthienne en contrebas de Saint‑Blaise, au bord de l’étang de Lavalduc (FO‑17). Par ailleurs, les sites de l’Abion (MA‑7) et des Salins de Ferrières (MA‑8) auraient également livré, outre de l’amphore étrusque, des fragments de bucchero nero, de céramique corinthienne et de céramique grise archaïque à couverte noire, attestant une continuité de l’occupation du Bronze final au premier âge du Fer (Bouloumié, Soyer 1990 : 121). On constate la même rareté des céramiques d’importation dans les fouilles de l’île de Martigues, à l’exception des productions marseillaises. L’étude d’un échantillon de mobilier recueilli dans un niveau de rue daté de la fin du ve s. montre que sur un total de 2 752 fragments, la part de la céramique attique n’excède pas 0,1 % (Chausserie‑Laprée 1986 : 138‑140).

8L’absence quasi totale de la céramique grise monochrome en prospection (0,8 % des fragments et 1,7 % des bords du premier âge du Fer) contraste avec sa fréquence sur les sites de Saint‑Blaise et du Castellan. Cette céramique connaît sa diffusion maximale durant les second et troisième quarts du vie s. Elle représente 44,9 % des céramiques fines de Saint‑Blaise entre 570 et 525. Elle est attestée dans l’île de Martigues au ve s. Au Castellan, c’est la catégorie de céramique la mieux représentée dans les divers sondages (Amar 1978). C. Arcelin‑Pradelle (1984 : 74‑81, 118‑122, 146, note) a même émis l’hypothèse d’ateliers de production locaux. L’aspect 3 se localise en effet sur la rive occidentale de l’étang de Berre, tandis que l’aspect 7 ne se rencontre qu’à Saint‑Blaise. Il semble par conséquent que seuls les habitants des agglomérations (et probablement une partie seulement d’entre eux) aient utilisé ce type de vaisselle.

9Les productions indigènes constituent en fait l’essentiel du vaisselier dans le petit habitat rural dispersé du premier âge du Fer, avec 86,8 % des fragments et 83 % des bords. Mais leur méconnaissance jointe au mauvais état de conservation des tessons et au manque de formes caractéristiques rendent cet indicateur peu opératoire d’un point de vue chronologique. Dans la plupart des cas, la céramique est datée par rapport à son contexte archéologique. Or l’association de la céramique non tournée et de l’amphore étrusque est quasi systématique.

2.1.2 Signification du mobilier et représentativité

  • 1 Si l’on totalise tous les types d’amphores du premier âge du Fer, on obtient 87 individus, soit 1,7 (...)

10Le matériel caractéristique du premier âge du Fer est relativement abondant, mais seule une partie peut en être véritablement exploitée. Les céramiques fines d’importation sont rares, et les productions indigènes posent des problèmes d’identification et de datation. Quant aux céramiques marseillaises, les formes identifiables sont trop peu nombreuses et le comptage des fragments informes impossible, du fait de la permanence des productions jusqu’à l’époque romaine. L’obligation de se fonder uniquement sur la distribution des fragments d’amphores étrusques a l’avantage de fournir une base de réflexion solide, mais incomplète, qui a pour conséquence certaine une sous‑représentation de l’occupation durant cette période. L’amphore étrusque, si elle représente 74 % des fragments d’amphores recueillis pour le premier âge du Fer, équivaut en effet à seulement 37 % du total du mobilier susceptible de se rapporter à cette période. De plus, le nombre de tessons recueillis sur chaque site est relativement réduit (7,7 en moyenne). Le calcul du nombre minimum d’individus permet de dénombrer 72 amphores, soit en moyenne 1,4 par site1. On peut s’interroger en outre sur la signification des petites concentrations de fragments d’amphores étrusques fréquemment repérées sur des sites occupés à l’époque romaine : si elles trahissent une fréquentation des secteurs en question, il est le plus souvent impossible d’en préciser la nature, l’ampleur et la durée en l’absence de fouilles. Leur cartographie donne forcément une vision « minimaliste » de l’occupation du sol.

11L’utilisation que faisaient les hommes des amphores n’est pas mieux définie sur les établissements les plus importants. La présence d’amphores étrusques n’atteste pas forcément une consommation de vin importé. Les conteneurs usagés, soit après la consommation du vin, soit après son transvasement dans d’autres formes de contenants pour leur transport terrestre (des outres par exemple), ont certainement été récupérés à Saint‑Blaise pour servir au stockage de l’eau ou d’autres produits, céréales et semences en particulier. La faible proportion des lèvres d’amphores marseillaises recueillies en prospection pourrait témoigner d’une récupération d’amphores déjà « recyclées » dans les agglomérations : en effet, la part des lèvres sur le nombre total de fragments atteint seulement 2,7 % pour les amphores marseillaises, contre 10,2 % pour les amphores étrusques. Cette différence pourrait trouver une explication dans les fouilles de l’île de Martigues, où l’on constate que les amphores marseillaises sont fréquemment tronquées au niveau du col pour servir de vases de réserve (Chausserie‑Laprée, Nin 1988 : 78). Évidemment, ces réutilisations successives ne sont pas sans conséquence pour la datation des implantations.

12La confrontation des données de prospections et de fouilles nous apporte des éclaircissements sur la diffusion de telle ou telle production dans l’environnement proche des agglomérations. Le contraste observé entre la richesse du mobilier exhumé à Saint‑Blaise et la forte homogénéité du matériel recueilli en prospection –composé à 93,4 % d’amphores et de céramique modelée indigène– relève assurément de différenciations sociales et fonctionnelles qu’il convient de prendre en compte dans l’analyse de l’habitat.

2.1.3 Essai de définition et de classification des sites

13Malgré les limites inhérentes à la prospection –mais aussi à l’état des connaissances sur le premier âge du Fer– un tableau approximatif de l’occupation du sol peut être dressé. Le secteur des Étangs de Saint‑Blaise présente des types d’implantations relativement variés dès cette époque. Il convient de considérer à la fois la dimension des sites, leur position topographique et la nature du matériel recueilli à leur surface, autant d’indices qui peuvent nous renseigner sur leur fonction et éventuellement sur leurs relations avec l’agglomération de Saint‑Blaise.

  • 2 La classe A totalise 216 fragments d’amphore étrusque, soit en moyenne 27 fragments, 2,7 lèvres et  (...)
  • 3 La classe B totalise 123 fragments d’amphore étrusque, soit en moyenne 8,2 fragments, 0,9 lèvre et  (...)
  • 4 La classe C totalise 44 fragments d’amphore étrusque, soit en moyenne 1,8 fragment, 0,1 lèvre et 1  (...)

14J’ai défini trois classes de sites. La classe A regroupe les concentrations de céramiques et d’amphores dont l’importance et la diversité témoignent d’une occupation permanente en un lieu précis, pendant une durée déterminée, et d’une juxtaposition de fonctions domestiques, productives et de stockage. Les ramassages systématiques ont permis de dénombrer un minimum de deux amphores étrusques sur cette catégorie de sites, ce qui correspond parfois à plusieurs dizaines de fragments d’amphores2. Ils ont en outre livré de la céramique modelée indigène et de l’amphore marseillaise, et dans quelques cas des fragments d’amphores et de vaisselle grecques. Les structures d’habitation visibles en surface demeurent toutefois exceptionnelles. À la classe B correspondent de petites concentrations de mobilier homogène d’un point de vue chronologique mais trop rare et trop peu diversifié pour attester une permanence de l’occupation. On dénombre une seule amphore étrusque par site3. La présence exclusive des amphores et l’absence de vaisselle fine témoignent d’une prédominance des activités de production et de stockage sur la fonction domestique. La classe C, enfin, rassemble des découvertes isolées d’amphores étrusques, qui reflètent une fréquentation du milieu liée aux activités agro‑pastorales4.

2.2 Histoire de l’occupation du sol au premier âge du Fer

15L’évolution de l’occupation du sol au premier âge du Fer doit être replacée dans un contexte indigène en pleine mutation depuis la fin de l’âge du Bronze. Les archéologues n’hésitent plus à évoquer un véritable « essor démographique », dont l’une des conséquences est l’extension de l’agriculture sur de nouvelles terres (Lagrand 1986 : 129 ; Arcelin 1989 : 64). Sur la rive occidentale de l’étang de Berre, cette période se caractérise par la mise en place et la diffusion d’un habitat dispersé, localisé préférentiellement sur les bas plateaux. Les processus évolutifs engagés s’épanouissent véritablement au vie s., en relation étroite avec l’émergence et le développement des agglomérations –celle de Saint‑Blaise en particulier–, témoignant d’une maîtrise jusqu’alors inconnue des sociétés agricoles sur leur environnement (fig. 48).

FIG. 48 – Le secteur des Étangs au premier âge du Fer.

2.2.1 La transition Bronze final, premier âge du Fer

16La transition Bronze final/premier âge du Fer est bien représentée dans le secteur étudié, eu égard au faible nombre de sites de plein air connus en Provence pour cette période. Elle est placée sous le signe d’une certaine continuité. Le site de Saint‑Blaise était déjà fréquenté au Néolithique ancien, au Chalcolithique, au Bronze ancien, moyen et final. Les sites de l’Abion (MA‑7) et des Salins de Ferrières (MA‑8) perdurent jusqu’au premier âge du Fer : les prospections y ont fait apparaître des fragments d’amphores étrusques, obligeant à réduire la durée du hiatus qui sépare l’occupation de ces établissements et la première implantation humaine dans l’île de Martigues. À Saint‑Michel (IS‑14), les ramassages systématiques ont révélé un mobilier caractéristique du Bronze final IIIb et du début de l’âge du Fer, composé de jattes à bord oblique à décor géométrique de lignes brisées, de jattes à marli aminci sans décor à lissage très soigné et de fragments à décors géométriques incisés semblables à ceux des sites du chenal de Caronte. L’occupation du site au vie s. est attestée par la présence de fragments d’amphores étrusques.

17La transition Bronze final/premier âge du Fer pose un problème particulier dans le secteur du Mazet, où l’on observe un déplacement de l’activité du site FO‑10 vers le site voisin FO‑14, situé à 250 m au sud. Les deux sites ont livré les mêmes éléments de transition Bronze/Fer, qui rappellent ceux du site de l’Abion (Coye, Lagrue 1988, II, Maz‑07A). Mais tandis que l’occupation du premier semble très limitée au premier âge du Fer, celle du second se développe alors de manière importante.

18Les traits majeurs qui caractérisent l’habitat du premier âge du Fer –sa dispersion et la prédilection des hommes pour les bas plateaux– se mettent en place au Bronze final, même si d’un point de vue quantitatif la différence entre les deux périodes est considérable. Le premier âge du Fer est en effet marqué par une densification importante de l’habitat, à l’origine de laquelle il faut probablement voir une véritable expansion démographique, peut‑être amorcée dès le Bronze final.

2.2.2 L’occupation du sol au vie s.

19Les prospections réalisées autour de Saint‑Blaise ont révélé 50 sites ou simples points de découvertes isolées, dont 8 appartiennent à la classe A, 15 à la classe B et 27 à la classe C.

2.2.2.7 Les principaux établissements (classe A)

20Deux des huit sites de la classe A sont implantés sur des hauteurs et présentent un caractère défensif difficilement niable, d’autant que l’un au moins est fortifié. Les autres se localisent sur des versants ou sur de bas plateaux. Seul le site de Saint‑Blaise/Lavalduc (FO‑17) est installé en bordure d’un étang, mais il s’agit d’un cas particulier sur lequel je reviendrai en détail.

Les établissements de hauteur

L’oppidum de Castillon (PB‑1)

21Le petit oppidum de Castillon est situé sur le plateau qui sépare les étangs d’Engrenier et du Pourra, à deux kilomètres au sud de Saint‑Blaise. Il occupe l’extrémité septentrionale d’un éperon rocheux découpé dans un banc épais de calcarénite rousse et orienté plein nord. Implanté à la cote 55 m ngf, il surplombe au nord et à l’ouest les étangs de Lavalduc et d’Engrenier : la vue, très dégagée, porte à plusieurs kilomètres. Le caractère défensif du site est évident : il s’agit d’un éperon barré cerné à l’est, au nord et à l’ouest de falaises verticales d’une dizaine de mètres et fermé au sud par une enceinte transversale d’axe est‑ouest, qui isole un espace de quelques milliers de mètres carrés. Les vestiges de l’enceinte éboulée sont visibles sur une longueur de 60 m et une largeur de 2 à 3 m.

22Le site était connu au xixe s. (Masse 1859 : 233 ; Gilles 1887 : 491‑492 ; Martin 1907 : 32 ; Benoit 1936 : nos 168, 292). Mais personne n’avait signalé la présence de vestiges d’habitation. On observe pourtant à l’extrémité nord de l’éperon rocheux des substructions de cases de facture « archaïque », constituées de deux parements de dalles orthostates à blocage interne (fig. 49). La technique utilisée rappelle celle que l’on rencontre dans la couche VII de Saint‑Blaise, ainsi que dans l’état initial des constructions les plus anciennes de l’île de Martigues et de Saint‑Pierre (Chausserie‑Laprée, Nin 1987 : 56, 58, fig. 31 ; 1990 : 58‑59 ; Lagrand 1979). L’une des substructions consiste en un mur d’axe nord‑sud à double parement de dalles posées sur chant, d’une hauteur de 0,50 m maximum, et conservé sur quelques mètres de longueur. Un autre mur de même orientation inclut une dalle orthostate de 1 m de hauteur et plus de 1 m de long. Ce dernier mur, large de 0,60 à 0,80 m, recoupe perpendiculairement un troisième mur bâti selon une technique différente, à double parement de petits blocs sommairement appareillés et liés à l’argile. La découverte de fragments de torchis laisse supposer l’existence d’élévations en matériaux périssables. Un trou de poteau servait de support à une toiture légère.

FIG. 49 – Vestiges de dalles orthostates sur l’oppidum de Castillon (PB‑1).

23Bien que peu abondant, du fait d’un couvert végétal de garrigue et de pinède dense peu propice à la prospection, le mobilier présente une certaine diversité. Il se compose principalement d’amphore marseillaise archaïque, mais aussi de céramique ionienne à vernis noir et pâte grise, de céramique pseudo‑ionienne, de céramique grise monochrome, de céramique marseillaise et de céramique modelée indigène. L’amphore étrusque est plus rare. La présence en faible quantité d’amphore punique et corinthienne de type A permet de dater le début de l’occupation de la fin du viie s. Les indices les plus abondants, datés des vie et ve s., situent l’oppidum dans un contexte du premier âge du Fer. La nature du mobilier recueilli témoigne de relations privilégiées avec la toute proche agglomération de Saint‑Blaise. Quelques indices laissent supposer une possible continuité de l’occupation au ive s. Enfin, la présence de fragments d’amphore italique pose la question d’une fréquentation du site aux iie et ier s. av. J.‑C. Le calcul du nombre minimum d’amphores permet de dénombrer quatre individus, ce qui représente une valeur importante en comparaison des autres sites. On peut imaginer que la position éminemment stratégique du petit oppidum permettait à ses occupants de contrôler les deux seules voies d’accès possibles à Saint‑Blaise depuis la côte : la première, qui emprunte le plateau de Castillon, large d’à peine 100 m à ce niveau ; la seconde, qui suit la rive orientale des étangs d’Engrenier et de Lavalduc, et que le site surplombe directement. Mais on préférera y voir un lieu de stockage pour la production agricole, sur le modèle du « hameau‑grenier » de Coudouneu (Lançon). De fait, les vestiges de murs découverts immédiatement en contrebas et interprétés comme les reliques de terrasses de culture ont livré, comme on l’a vu plus haut, de l’amphore marseillaise.

Le site perché de Saint‑Michel (IS‑14)

24Le site de Saint‑Michel est implanté au sommet d’une butte très escarpée culminant à la cote 114 m ngf. Il est occupé au Néolithique final/Chalcolithique, à l’âge du Bronze, au premier âge du Fer et durant le haut Moyen Âge. On y remarque avec intérêt la présence d’éléments de transition du Bronze final IIIb attestant une continuité de l’occupation au viie s. Le matériel caractéristique du premier âge du Fer est réparti sur plus d’un hectare. Il se compose principalement d’amphores étrusques de type Py 3 et 4. On dénombre un minimum de trois amphores pour cette période. B. Bouloumié et J. Soyer (1990 : 135) signalent également quelques tessons de céramique non tournée et un fragment de céramique grise archaïque.

Les établissements de bas plateau

25Les autres établissements de la classe A se localisent dans le secteur des entablements molassiques de Saint‑Blaise. Trois d’entre eux sont implantés sur un bas plateau et deux sur un versant.

Le site des Patorgues (SM‑7)

26Le site des Patorgues se localise sur le versant occidental du plateau de Caderaou. Il domine, à la cote 50 m ngf, un bas plateau bordé au nord par l’étang de Berre et à l’ouest par le vallon de Massane. Aucune structure n’est visible en surface mais le matériel, répandu sur moins d’un hectare, atteste une occupation permanente. Il se compose d’amphores étrusques de type Py 3, d’amphores marseillaises, ioniennes, corinthiennes et rhodiennes. La vaisselle se résume à un fragment de céramique grise monochrome à pâte micacée et à quelques fragments modelés de fabrication indigène. Cet assemblage exceptionnellement diversifié permet de dater l’occupation du vie s. et du début du ve s. Le nombre minimum d’amphores s’élève à cinq.

Le site des Vallons (SM‑25)

27Le site des Vallons occupe le versant méridional de la butte des Tours Gros. Il domine à l’ouest l’étang du Pourra, à la cote 40 m ngf. La concentration et l’homogénéité du matériel recueilli sur une superficie de 2 000 m2 attestent l’existence d’un établissement. Les ramassages ont livré de l’amphore étrusque de type Py 3 et 4, de l’amphore marseillaise et quelques fragments de céramique modelée. Le nombre minimum d’amphores s’élève à trois.

Le site de La Pinède (IS‑34)

28Le site de La Pinède était déjà occupé au Néolithique final, et peut‑être à l’âge du Bronze. Le mobilier du premier âge du Fer s’y compose essentiellement d’amphores étrusques de type Py 3, représentant un nombre minimum de deux individus. On note aussi la présence de l’unique fragment de céramique attique recueilli en prospection. La superficie du gisement atteint deux hectares.

Le site de Saint‑Verran (IS‑33)

29Le site de Saint‑Verran est établi à la cote 17 m ngf sur le bas plateau qui sépare les étangs de Rassuen, de Citis et de Lavalduc, à 500 m environ à l’ouest du précédent. Le matériel, abondant et homogène, y a été récolté de part et d’autre du canal d’irrigation de Saint‑Mitre et de la tranchée de drainage des salins de Rassuen, sur une superficie de plus d’un hectare. Il se compose d’amphores étrusques de type Py 3 et Py 4, soit un nombre minimum de trois amphores. La céramique modelée est abondante. Le site est également occupé à l’époque romaine.

Le site du Mazet (FO‑14)

30Les ramassages de surface effectués sur le site du Mazet, qui était déjà fréquenté au Bronze final II et III, ont livré quelques fragments d’amphore étrusque de type Py 3 et 4, de l’amphore et de la vaisselle marseillaises, de la céramique modelée. Le mobilier exhumé lors du creusement d’une tranchée de gazoduc confirme l’existence d’un établissement important (Coye, Lagrue 1988, II, Maz‑08). Outre de l’amphore marseillaise de type Py 1 et 3, il comprenait de la céramique grise monochrome, de la céramique marseillaise de la fin du vie s. et/ou du ve, ainsi que des formes plus tardives, dont une anse de coupe à ressaut d’imitation attique de la fin du ve s. et un bord d’olpè à marli du ive ou du iiie s.

Le site de Saint‑Blaise/Lavalduc (FO‑17)

31Le site de Saint‑Blaise/Lavalduc est implanté au pied de l’agglomération de Saint‑Blaise, au fond d’une anse sableuse formée par l’étang de Lavalduc. B. Bouloumié y a vu, sinon le port de Saint‑Blaise, tout au moins un point de rupture de charge pour les marchandises qui arrivaient de la côte par portage. Le matériel, trop abondant, n’a pas été ramassé de manière systématique. La fréquence de l’amphore étrusque et marseillaise est ici tout à fait remarquable. La céramique claire marseillaise, la céramique indigène, le bucchero nero et la céramique étrusco‑corinthienne sont également bien représentés. D’une manière générale, on peut dire que toutes les catégories de céramiques recueillies dans les fouilles de Saint‑Blaise se retrouvent ici, sur une superficie d’environ cinq hectares.

32L’origine de ce matériel est discutable. Plusieurs indices laissent penser qu’il provient du plateau :
– sa position topographique, au pied de l’escarpement rocheux de Saint‑Blaise ;
– la nature du versant très abrupt, qui favorise colluvionnements et glissements de pente ;
– la configuration de l’anse, susceptible d’avoir piégé le mobilier remanié par les flots sous l’effet des courants dominants de N‑N‑O ;
– la dispersion des artefacts sur une vaste superficie et uniquement en bordure de l’étang ;
– l’aspect du mobilier lui‑même, très roulé et érodé par l’action corrosive de l’eau salée.

33L’observation de stratigraphies inversées dans les coupes formées par les hauts niveaux récents de l’étang confirme le caractère exogène d’une partie des artefacts, d’autant que la matrice argilo‑limoneuse qui les emballe est identique au sédiment archéologique reconnu dans les fouilles de Saint‑Blaise, On peut supposer que le versant a été utilisé comme dépotoir par les occupants de l’agglomération à toutes les époques, puis par H. Rolland lui‑même, qui s’y est débarrassé de ses déblais de fouille.

34Il reste qu’un certain nombre de vestiges sont visibles au pied de Saint‑Blaise. B. Bouloumié (1984 : 78) décrit une série de murs en grand appareil barrant la plage sur une longueur d’environ 40 à 50 m, une construction en grand appareil adossée à la colline aux environs de la cote –10/–11 m ngf et un mur en grand appareil hellénistique situé vers la cote –6 m ngf. Ces structures, que j’ai pu observer lors de la baisse importante du niveau du plan d’eau au printemps 1991, sont difficilement datables en l’absence de fouilles. Il pourrait s’agir des vestiges d’anciennes salines, peut‑être médiévales, remployant des matériaux hellénistiques. Une carte du début du xixe s. figure en effet d’« anciens salins » à cet endroit précis (fig. 33). L’hypothèse d’un port aménagé en contrebas de Saint‑Blaise, déjà infirmée par les données paléoenvironnementales, n’en est que plus douteuse. En revanche, celle d’un point de rupture de charge pour les marchandises arrivées par portage depuis le golfe de Fos est tout à fait compatible avec un bas niveau des étangs.

2.2.2.2 Les petits sites (classes B et C)

35Les 15 sites de la classe B correspondent à des implantations limitées dans le temps et dans l’espace. Ils ont livré chacun moins de dix fragments d’amphore étrusque et le nombre minimum d’individus présents à leur surface est toujours inférieur à deux. Quant aux découvertes ponctuelles regroupées dans la classe C, elles se limitent à un ou deux tessons informes d’amphore étrusque, dont la cartographie m’a paru susceptible de révéler un certain nombre d’informations sur les modes d’occupation du sol. L’essentiel des sites des classes B et C est dispersé en plaine ou sur de bas plateaux. C’est le cas, on l’a vu, de cinq des huit sites de la classe A. C’est une règle générale pour l’ensemble des sites de la classe B. Tous se situent en effet en dessous de la courbe des 60 m NGF, dont six entre 25 et 50 m et sept entre 0 et 25 m ngf. Si l’on analyse plus en détail le choix des lieux d’implantation, trois cas de figure inégalement représentés se dégagent. Le cas le plus fréquent est l’implantation au sommet d’un plateau de basse altitude (neuf sites). Le deuxième cas de figure est la position à flanc de coteau ou sur un versant plus ou moins abrupt, toujours exposé au sud ou à l’ouest (quatre sites). Enfin, les sites de bas de versant ou de zone basse sont l’exception (deux cas).

2.2.3 L’organisation de l’espace

2.2.3.1 Distribution spaciale et organisation de l’habitat

36Plus qu’aux conditions topographiques elles‑mêmes, il semble que la localisation des sites obéisse à un principe de regroupement dans des zones de concentration préférentielles :
– le plateau du Mazet et la bordure nord‑ouest de l’étang de Lavalduc, située dans son prolongement ;
– le plateau situé au nord de l’étang de Citis ;
– le plateau de Castillon, au sud de Saint‑Blaise ;
– la zone de replats structuraux dominant l’étang du Pourra à l’est ;
– le vallon qui prolonge au nord la dépression de Magrignane.

37On retrouve là les trois types d’implantation topographique évoqués plus haut : trois zones de bas plateaux, une zone de coteau et une dépression. La cartographie des découvertes ponctuelles de la classe C ne fait que confirmer les observations précédentes, puisque la quasi‑totalité (22 sur 26) se retrouvent dans ces secteurs. Dans chacune de ces zones, la classification des découvertes fait apparaître une hiérarchie dans la distribution spatiale des sites, qui pourrait exprimer une hiérarchie fonctionnelle dans la mise en valeur des sols. Il semble en effet que la localisation des sites de la classe B soit déterminée par la proximité de ceux de la classe A. Il en va de même des découvertes ponctuelles de la classe C, qui sont très rarement isolées. On voit là tout l’intérêt de cartographier l’intégralité des artefacts recueillis en prospection. Les cartes obtenues font apparaître non seulement l’aire d’emprise des communautés agricoles sur le milieu, mais également l’organisation de l’agro‑système.

38La disposition géométrique des sites des différentes classes est particulièrement nette sur le plateau du Mazet, où le site FO‑14 correspond très certainement à une exploitation agricole. Deux sites de la classe B (FO‑10/12) se situent dans un rayon de moins de 400 m, deux autres dans un rayon d’un kilomètre (FO‑2/13). Enfin, une série de découvertes isolées parsèment le plateau au sud et au nord (FO‑16/21/28). Une seconde zone de concentration d’amphores étrusques peut être décelée au nord‑ouest de l’étang de Lavalduc (FO‑4/5/6/9), au pied de la falaise du Mazet et à une cote négative. On retrouve au nord de l’étang de Citis une géométrie très semblable de l’habitat, autour de deux établissements de la classe A (IS‑33/34) dont la proximité et la richesse en mobilier laissent penser à une vaste zone d’exploitation. Trois sites de la classe B (IS‑42/28 et SM‑1) et deux points de la classe C (IS‑32/35) se répartissent symétriquement selon un triangle couvrant toute la superficie de la zone délimitée par les étangs de Lavalduc, Citis, Rassuen et Berre, soit plus d’une centaine d’hectares. Un schéma identique se retrouve au nord de la dépression de Magrignane, où une concentration de découvertes ponctuelles a été repérée dans un rayon d’un kilomètre autour de l’implantation des Clapières (SM‑45), qui se distingue par la fréquence et la qualité du matériel amphorique d’origine étrusque (fig. 50). Enfin, au sud de Saint‑Blaise, la mise en culture du plateau de Castillon est attestée par une série de découvertes.

FIG. 50 – Le vallon de Magrignane au premier âge du Fer.

39Les établissements de la classe A pourraient correspondre à des exploitations agricoles (voir par exemple Dedet, Goury 1988). La faible diversité du mobilier collecté en surface, essentiellement composé de fragments d’amphores, jointe à la quasi‑absence de vaisselle fine, laissent penser à des implantations modestes. Si l’on suit le modèle concentrique développé par E.S. Higgs, C. Vita‑Finzi (1972) et M.R. Jarman (1972), les sites de la classe B correspondraient à des installations secondaires utilisées comme relais dans l’exploitation des terres et destinées au remisage de l’outillage agricole et au stockage des semences et des récoltes. On constate en effet que ces sites se localisent dans un rayon n’excédant pas un kilomètre autour des implantations principales. Enfin, je pense qu’il faut voir dans les découvertes ponctuelles de la classe C le résultat de pratiques culturales. Les plateaux aux sols légers à dominante sableuse et naturellement drainés étaient probablement le lieu de prédilection des agriculteurs de cette époque, compte tenu de l’outillage utilisé, du bas niveau technologique et des espèces cultivées.

40Il faut envisager aussi l’utilisation de milieux complémentaires. La densité apparente de l’occupation dans le secteur du Mazet et au nord‑ouest de l’étang de Lavalduc pourrait s’expliquer par la proximité de la Crau, qui n’a pu manquer d’être utilisée comme lieu de pâturage, au moins sur ses marges. Par ailleurs, les étangs et les marécages étaient susceptibles d’apporter un complément alimentaire non négligeable, avec le produit de la pêche, du ramassage des coquillages et de la chasse au gibier d’eau. La coupe des végétaux utilisés pour les litières, la confection du torchis ou la vannerie, la récolte du sel et l’extraction de l’argile viennent compléter le tableau des ressources disponibles dans les zones humides. Toutes ces activités potentielles peuvent être envisagées à la lumière des fouilles de Saint‑Blaise et de l’Île de Martigues. Mais toutes ne concernent pas forcément l’habitat dispersé. En effet, s’il y a lieu de penser que celui‑ci jouait un rôle important dans la mise en valeur agricole du territoire vivrier de Saint‑Blaise, il n’en va peut‑être pas de même pour d’autres activités, qui pouvaient être pratiquées directement à partir de l’agglomération. On pense tout particulièrement à l’élevage et à l’exploitation des étangs.

2.2.3.2 Habitat dispersé, habitat aggloméré et territoire vivrier

41La mise en place d’un habitat dispersé autour de Saint‑Blaise témoigne d’une nouvelle approche de l’espace par des communautés définitivement sédentarisées, qui exercent plus que jamais leur emprise sur l’environnement de manière rayonnante, à partir du pôle que constituent les agglomérations. En ce sens, il me semble que l’évolution de l’occupation du sol reflète fidèlement à partir du premier âge du Fer celle qui s’opère intra muros. Il ne s’agit pas ici d’aborder la question du territoire de Saint‑Blaise, la notion même de territoire n’étant pas clairement définie pour cette période. Des « villages » plus modestes, comme ceux du Castellan et de l’île de Martigues, dépendent‑ils de Saint‑Blaise (fig. 51) ? Il est difficile de répondre à cette question, d’autant plus que le village de l’île se développe au moment du déclin de Saint‑Blaise. Je me contenterai donc d’envisager la seule dimension économique du territoire, le territoire « exploité » ou « vivrier ».

FIG. 51 – Vue aérienne verticale de l’oppidum du Castellan (IS‑21) en 1944. L’éperon rocheux, qui s’avance tel une presqu’île sur l’étang de l’Olivier, jouxte la ville médiévale d’Istres, elle aussi implantée sur une butte molassique.

42La polarisation de l’habitat autour de Saint‑Blaise témoigne d’une organisation centrale et rationnelle dans la mise en valeur de l’espace. On a assurément là l’image de l’aire d’extension de l’agro‑système et indirectement de l’aire d’influence économique de l’oppidum sur son terroir. Plus l’on s’éloigne du centre, moins les concentrations de sites et d’artefacts sont importantes, à tel point que les zones périphériques du secteur des Étangs apparaissent complètement désertes avant la fin de La Tène. Le vallon de Magrignane fait exception : il s’agit là de terres nouvellement conquises sur des sols marneux bégudiens naturellement drainés. Les plateaux du Lèbre et de Caderaou, qui le bordent à l’est, sont dépourvus de toute trace d’occupation ou même de simple fréquentation. La zone de Plan Fossan est vide. Elle constitue peut‑être un espace‑limite entre les territoires des agglomérations de Saint‑Blaise et de l’île de Martigues. Au nord, le contact avec l’oppidum du Castellan n’apparaît pas, du fait de l’urbanisation qui laisse blanche la carte archéologique. Il semble toutefois que l’occupation du secteur de Sulauze, au nord de l’étang de l’Olivier, se limite au seul site de Saint‑Michel (IS‑14).

43Le dynamisme exceptionnel de Saint‑Blaise au premier âge du Fer a été assurément entretenu par une importante activité agricole. La mainmise de l’agglomération primitive sur le terroir des Étangs a dû passer par l’intermédiaire de ces petites exploitations rurales. Dans cette perspective se pose la question des modalités de la propriété des moyens de production. La désagrégation des principes communautaires des anciennes sociétés agricoles préhistoriques se serait faite, d’après ce que l’on peut en déduire de l’étude des agglomérations indigènes, au profit de structures sociales plus réduites, claniques ou familiales (Arcelin, Dedet 1985 : 26). La dispersion apparente des lieux de stockage au sein des trames urbaines irait dans ce sens. Il est fort probable qu’elle exprime également une véritable pression démographique dans ce secteur de basse Provence occidentale. En effet, les prospections conduites dans d’autres zones de l’arrière‑pays marseillais font apparaître une densification très modeste de l’habitat entre le Bronze final et le premier âge du Fer. C’est le cas, par exemple, dans la vallée du Calavon, dans la région d’Apt et dans le canton de Mormoiron (Bellet 1990 : 31‑33 ; Buisson‑Catil 1991). De même, les prospections réalisées sur le piémont méridional de la Sainte‑Victoire soulignent la prépondérance du deuxième âge du Fer (D’Anna et al. 1993 ; D’Anna, Mocci 1995). Il semble donc qu’au vie s. les comportements démographiques soient encore très différenciés d’une région à l’autre, et déterminés avant tout par les conditions socio‑économiques locales (Trément 1996a ; à paraître c). Le dynamisme de la région de Saint‑Blaise doit ainsi être replacé dans un mouvement d’expansion lié aux échanges précoces avec le monde méditerranéen.

2.3 Le système vivrier au premier âge du Fer

44Le recours aux fouilles de Saint‑Blaise permet de répondre en partie aux interrogations suscitées par les prospections.

2.3.1 Les activités vivrières

2.3.1.1 L’agriculture

45Les vestiges d’activité agricole sont assez rares pour cette période sur le site de Saint‑Blaise. Cela tient avant tout aux conditions de fouille et à la faible superficie dégagée dans les niveaux de la période III. L’exiguïté des sondages, l’intérêt limité des fouilleurs pour les techniques de construction dans les années 50‑60 et la dispersion du mobilier exhumé expliquent l’état lacunaire de nos connaissances dans ce domaine. L’importance des activités agricoles à Saint‑Blaise au vie s. est donc attestée avant tout de manière indirecte par les prospections systématiques, qui nous donnent l’image d’un terroir précocement stabilisé et déjà très humanisé, alors que dans d’autres régions les populations conservent une certaine mobilité jusqu’à la fin du ve s., et même plus tardivement encore dans certains secteurs de l’arrière‑pays provençal. Par rapport au Bronze final, force est de constater l’extension des surfaces cultivées, l’intensification de la mise en valeur des terroirs et l’augmentation des capacités de production et de stockage.

46La nature des productions nous échappe en grande partie. Plusieurs meules plates en basalte ou en granit attestent dès la couche VII une céréaliculture (Bouloumié 1992 : 56). Ces meules sont assez fréquentes dans les habitations au cours de la période de Saint‑Blaise III, en accord avec ce que l’on sait par ailleurs de l’agriculture protohistorique. Les éléments de stockage apportent des indications supplémentaires. Le sondage MN11 a livré des silos aériens en terre crue (Inf. archéo. Gallia, 44, 1986 : 448). Les premiers vases à provision apparaissent précocement : huit bords de grands vases fermés à cordon de 0,35 à 0,45 m de diamètre sont attestés dans le niveau VI (Arcelin 1971 : 63‑64, 69 ; pl. 44, nos 10‑15 ; pl. 49, no 1 ; 79 et pl. 15). Ces vases spécialisés sont encore technologiquement et morphologiquement très proches des urnes traditionnelles. Ils ont pu servir au stockage des liquides, des grains ou du sel. Les urnes occupent quant à elles une place accrue dans le mobilier usuel des habitants de Saint‑Blaise : leur part passe de 37,7 à 47,5 % entre les niveaux VII et VI, tandis que leur volume triple. L’évolution de la composition du mobilier est donc directement influencée par les nouvelles données économiques, qui entraînent des besoins de stockage croissants. Selon H. Rolland, l’usage des dolia se répand dans le niveau V, mais ne devient vraiment courant qu’à l’époque hellénistique (Rolland 1951 : 258, fig. 163 ; 1956 : 56, fig. 39 ; Arcelin 1971 : 63, note 1). Enfin, on peut envisager, comme cela a été fait pour la période suivante au Pègue et à Martigues, une réutilisation des amphores étrusques comme vases de réserve. Le diamètre relativement important du col de ces amphores expliquerait l’absence de troncatures comparables à celles qui ont été observées sur les amphores marseillaises de l’Île de Martigues et de La Bourse.

2.3.1.2 L’élevage

47L’étude de P. Columeau sur la faune du sondage Q8/9 de Saint‑Blaise et des fouilles de l’Île de Martigues permet de restituer assez précisément l’évolution de l’élevage et de la consommation de viande des habitants du secteur des Étangs à l’âge du Fer (fig. 52). L’exiguïté du sondage stratigraphique réalisé à Saint‑Blaise par B. Bouloumié ne permet pas, toutefois, de se faire une idée exacte de la structure de l’élevage au début du premier âge du Fer. Trop peu nombreux, les restes ostéologiques attestent la présence du porc, des ovicapridés, du bœuf et, pour la faune sauvage qui est sous‑représentée, du lapin de garenne et peut‑être du sanglier. Les ovicapridés représentent 78,5 % du cheptel, mais le bœuf est l’espèce la plus consommée du fait de sa biomasse, à raison de 70,5 % du poids de viande, contre 24 % pour les chèvres et les moutons (Columeau 1985 : 44 ; 1991 : 34 ; 1993). L’âge d’abattage semble indiquer un élevage équilibré.

FIG. 52 – Évolution synthétique des principales composantes de la faune consommée dans le secteur des Étangs durant l’âge du Fer, l’Antiquité et le haut Moyen Age (d’après Columeau 1993 ; 1997). Pour le VIe et le IIe s. av. J.‑C., les données proviennent du sondage Q8/9 réalisé par B. Bouloumié (1982a) à Saint‑Blaise ; pour les Ve, IVe et IIIe s. av. J.‑C., des fouilles de J. Chausserie‑Laprée (1988) dans l’île de Martigues ; pour le IIe s. de n.è., de la fouille des Soires (Trément 1997) ; pour le Ve s. de n.è., de la fosse fouillée à Saint‑Blaise par A. Dumoulin et S. Grange (1982) ; pour les VIe et VIIe s, de n.è., des fouilles de G. Démians d’Archimbaud (1994) à Saint‑Blaise.

  • 5 Voir aussi Barruol 1969 : 193, note 5.

48Les éleveurs de la région des Étangs disposaient d’une réserve de pâturages illimitée dans la Crau, distante de quelques kilomètres seulement de Saint‑Blaise, à en croire Strabon (Géogr., IV, 1, 7) et Pline (N.H., XXI, 57). L’exploitation de cette vaste étendue herbeuse a été récemment démontrée pour l’époque romaine, avec la découverte d’un tissu très dense de bergeries (Badan et al. 1992 ; 1994 ; 1995a ; 1995b ; Congés 1993). Il ne devait pas en aller différemment à l’âge du Fer. L’idée d’une « stérilité archéologique de la Crau » considérée comme une « zone de répulsion » développée par F. Benoit (1965 : 116) doit de toute manière être sérieusement nuancée5. L’éloignement des troupeaux a pu contribuer au freinage de l’activité érosive à l’âge du Fer comme à l’époque romaine.

2.3.1.3 L’exploitation des étangs

49À côté des 42 ossements de vertébrés identifiés dans le sondage Q8/9, 106 mollusques ont été recensés pour la période considérée, dont 89 Helix. J’aurai l’occasion d’insister plus loin sur le rôle essentiel occupé par les étangs dans l’alimentation quotidienne de la population de Saint‑Blaise à l’âge du Fer. Leur importance est confirmée par la découverte de hameçons de cuivre à pointe barbelée, de pesons de filets en céramique et de pithoï dans les niveaux « archaïques ».

2.3.1.4 Les activités artisanales

50Une concentration importante de scories de fer associées à des traces d’argile vitrifiée a été repérée au pied du rempart primitif, sur la couche VII (secteur FG7/13 et F11/12, couche V112). On a voulu y voir les restes d’un atelier de fondeur. Dans la couche V, des vestiges de grils en terre cuite, de fours en coupole et une série de bassins en argile attestent peut‑être aussi une activité artisanale. L’une des cases de la « ville basse » a livré six bacs alignés. Chaque cuve est profonde en moyenne de 0,30 m, longue de 0,45 m et large de 0,25 à 0,33 m. Pour H. Rolland (1964 : 12 ; Inf. archéo. Gallia, 22, 1964 : 572), il s’agit là d’éléments appartenant à une cuisine collective. B. Bouloumié (1984 : 48‑49, fig. 1 et 3 ; 1992 : 53, fig. 15) y voit des bassins de salaison, qu’il associe aux grands grils et aux fours à coupole. Quelques fusaïoles attestent une activité de tissage (Arcelin 1971 : 65). Une seule provient du niveau VII, les autres sont issues de la couche VI. Enfin, des branches de corail rose évoquent une activité d’orfèvrerie.

2.3.2 Développement d’une économie d’échanges

51Les prospections systématiques témoignent d’une maîtrise précoce de l’environnement par une communauté définitivement sédentarisée. Si le rôle des apports culturels méditerranéens en matière de techniques de construction, de production et d’échanges est indéniable à Saint‑Blaise, les profondes mutations socio‑économiques dont l’agglomération de l’habitat est l’expression la plus significative doivent être replacées dans un contexte indigène d’expansion démographique et d’intensification de la mise en valeur des terroirs. En ce sens, il me semble que l’équation : commerce = urbanisation telle qu’elle a été posée à Saint‑Blaise, dans l’optique d’un comptoir commercial ou d’une place d’échanges, doit être reformulée à partir d’une troisième composante initiale, de la manière suivante : production = urbanisation = commerce. Le développement des activités agricoles, commerciales et artisanales au vie s. est lié à la fixation de l’habitat et de l’agro‑système. Il implique une modification des rapports sociaux de propriété, de production et d’échanges.

  • 6 Voir également Bats 1992 : 263‑265 et Arcelin 1986 : 47.
  • 7 P. Arcelin (1986 : 52) envisage « un troc de détail par cabotage » permettant aux marchands étrusqu (...)

52Le développement précoce –et dans des proportions considérables– des activités commerciales à Saint‑Blaise s’expliquerait par le dégagement de surplus de production résultant d’une productivité accrue. On a envisagé le sel des étangs comme possible contrepartie au commerce étrusque. Mais la production agricole a certainement joué un rôle primordial (Arcelin 1986 : 54). Les fouilleurs de l’oppidum du Mont‑Garou ont mis en rapport l’importation de vaisselle fine et surtout d’amphores vinaires avec l’augmentation du volume des produits locaux échangeables. Le développement des échanges commerciaux aurait stimulé la production agricole locale, favorisant l’extension de l’agro‑système (Arcelin et al. 1982 : 123‑126 et notes 316‑317). Les céréales constitueraient la base des contreparties indigènes au sein d’un circuit commercial contrôlé par Marseille, qui devait s’approvisionner en blé hors de son territoire (Strabon, Géogr., IV, 1, 5). On aurait là l’explication de l’existence de véritables greniers, tant au Mont‑Garou que sur l’oppidum du Montjcan à la Môle, au Pègue ou dans l’Île de Martigues au ve s. L’idée n’est pas nouvelle ; elle avait déjà été développée par M. Clavel‑Lévêque (1985 : 22‑24)6. Le rôle de Marseille dans ce trafic, loin de se limiter à la consommation de la production indigène, résiderait aussi dans sa redistribution par voie maritime. On pense à la Grèce et tout particulièrement à Athènes, dont on connaît les problèmes d’approvisionnement en blé (Bats 1992 : 268). La persistance des importations de céramique attique aux ve et ive s. à Saint‑Blaise pourrait trouver là un élément d’explication. Mais au vie s., l’agglomération indigène commerce essentiellement avec les Étrusques7.

53On en revient, paradoxalement, à l’hypothèse d’un « grenier à blé » formulée par H. Rolland, à cette différence que selon lui, l’agglomération était contrôlée par les Marseillais qui en tiraient leur approvisionnement. La mise en place de petites unités agricoles et le développement des échanges, loin de s’opposer, constituent des activités complémentaires et interdépendantes, qui témoignent du passage précoce d’une économie vivrière à des formes plus productives. L’édification d’une enceinte et la mise en place d’une trame urbaine embryonnaire, si elles reflètent l’existence d’une communauté organisée, traduisent aussi l’enrichissement durable de la population, ou tout au moins d’une partie de celle‑ci.

Notes

1 Si l’on totalise tous les types d’amphores du premier âge du Fer, on obtient 87 individus, soit 1,7 amphore par site en moyenne.

2 La classe A totalise 216 fragments d’amphore étrusque, soit en moyenne 27 fragments, 2,7 lèvres et 3 individus par site.

3 La classe B totalise 123 fragments d’amphore étrusque, soit en moyenne 8,2 fragments, 0,9 lèvre et 1,4 individu par site.

4 La classe C totalise 44 fragments d’amphore étrusque, soit en moyenne 1,8 fragment, 0,1 lèvre et 1 seul individu par site.

5 Voir aussi Barruol 1969 : 193, note 5.

6 Voir également Bats 1992 : 263‑265 et Arcelin 1986 : 47.

7 P. Arcelin (1986 : 52) envisage « un troc de détail par cabotage » permettant aux marchands étrusques d’échanger les matières premières indigènes (céréales, sel, salaisons...) contre le vin et les produits manufacturés grecs et étrusques.

Table des illustrations

Légende FIG. 45 – Quantification des amphores du premier âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 46 – Quantification de la vaisselle du premier âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 47 – Évolution de la composition du mobilier de Saint‑Blaise au VIe s. av. J.‑C. (d’après Arcelin 1986).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 48 – Le secteur des Étangs au premier âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45233/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende FIG. 49 – Vestiges de dalles orthostates sur l’oppidum de Castillon (PB‑1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45233/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 50 – Le vallon de Magrignane au premier âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45233/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende FIG. 51 – Vue aérienne verticale de l’oppidum du Castellan (IS‑21) en 1944. L’éperon rocheux, qui s’avance tel une presqu’île sur l’étang de l’Olivier, jouxte la ville médiévale d’Istres, elle aussi implantée sur une butte molassique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45233/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende FIG. 52 – Évolution synthétique des principales composantes de la faune consommée dans le secteur des Étangs durant l’âge du Fer, l’Antiquité et le haut Moyen Age (d’après Columeau 1993 ; 1997). Pour le VIe et le IIe s. av. J.‑C., les données proviennent du sondage Q8/9 réalisé par B. Bouloumié (1982a) à Saint‑Blaise ; pour les Ve, IVe et IIIe s. av. J.‑C., des fouilles de J. Chausserie‑Laprée (1988) dans l’île de Martigues ; pour le IIe s. de n.è., de la fouille des Soires (Trément 1997) ; pour le Ve s. de n.è., de la fosse fouillée à Saint‑Blaise par A. Dumoulin et S. Grange (1982) ; pour les VIe et VIIe s, de n.è., des fouilles de G. Démians d’Archimbaud (1994) à Saint‑Blaise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45233/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search