Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Deuxième partie. Le secteur des Étangs à l’âge du Fer

Chapitre 1. Populations et territoires à l’âge du Fer

Populations and territories in the Iron Age

1 Poblationes y territorios en la Edad del Hierro

Résumé

L’étude des sources anciennes autorise un certain nombre d’hypothèses relatives au nom des populations qui occupaient la rive occidentale de l’étang de Berre à l’âge du Fer (les Avatici), mais aussi à celui de leur probable capitale : l’oppidum de Saint‑Blaise. L’exposé des débats toponomastiques est suivi d’une réflexion sur le territoire contrôlé par cette agglomération, à la lumière des textes médiévaux. L’entité juridique et territoriale mentionnée par les textes des xe et xie s. sous le nom de fiscus de Ugio pourrait constituer la relique d’un plus vaste territoire démembré par l’administration romaine lors de la création du port des Fossae Marianae et de la colonia Maritima Avaticorum.

Texte intégral

1.1 Les populations du secteur des Étangs à l’âge du Fer

1La confrontation des textes antiques et médiévaux, des données épigraphiques, archéologiques, topographiques et toponymiques permet de restituer les limites territoriales des populations implantées sur la rive occidentale de l’étang de Berre au moment de la conquête romaine (Barruol 1969 ; Rivet 1988). Mais avant d’entrer dans le détail du secteur qui nous intéresse, il faut prendre garde au fait que les interprétations proposées présupposent une répartition uniforme des peuplades, alors que leurs territoires étaient probablement très hétérogènes. On peut ainsi imaginer qu’une agglomération aussi importante que Saint‑Blaise était au centre d’un territoire plus vaste qu’un oppidum de rang plus modeste.

Les Avatici

2Le nom de la peuplade implantée dans le secteur de Saint‑Blaise à l’âge du Fer nous a été transmis par différents auteurs (Pline, N.H., III, 4, 34 ; Pomponius Mela, Chorogr., 2, 78 ; Ptolémée, Géogr., II, 10, 5) dont les textes se recoupent et se complètent sans se contredire. On peut le déduire de celui de leur chef‑lieu, connu au Haut‑Empire sous le nom de Maritima Avaticorum, que G. Barruol propose de traduire par la « marine des Avatiques » (Barruol 1969 : 195, note 2). Nos connaissances sur les Avatici se résument à peu de choses. Il s’agit d’une peuplade côtière, localisée entre le Rhône et Marseille, la mer et la Crau. Leur chef‑lieu est implanté au bord de la mer, d’après Ptolémée qui évoque même la « mer des Avatiques », et au bord d’un étang, selon Pomponius Mela. Pline donne le nom de cet étang : stagnum Mastromela. Il y a tout lieu de penser qu’il s’agit là de l’étang de Berre, également nommé Στοµαλίμνη par Strabon (Géogr., IV, 1, 8).

  • 1 A. Dauzat (1942 : 196 ; 1946 : 106, 135) rapproche le radical d’Avatici de celui d’Avarage, de Lavé (...)

3Si le centre politique des Avatici est bien à Martigues, comme l’étymologie de ce nom le laisse penser, on peut supposer que leur territoire s’étendait de part et d’autre du chenal de Caronte1. On ignore son étendue, dans la mesure où le nom des populations voisines est moins assuré. G. Barruol (1969 : 192‑193) propose de situer les Libicii (ou Libui/ Libii) à l’ouest, en Camargue. Libica est le nom attribué par Pline (N.H., III, 4, 33) aux deux des trois bouches du Rhône les plus occidentales, par opposition à la bouche orientale, nommée « Massaliotique ». Les Anatilii, qui sont mentionnés uniquement par Pline (N.H., III, 4, 33), habitaient la regio Anatiliorum située au nord de la Crau et au sud des Dexivates et des Cavares. La liste des oppida latina (N.H., III, 4, 36) signale en outre une ville du nom d’Anatilia, probablement leur chef‑lieu éponyme. Enfin, on peut déduire de la méthode descriptive de Pline (N.H., III, 4, 34) que les Tricores occupaient tout ou partie de la chaîne de la Nerthe (rursus a mari Tricorium et intus Tritollorum Vocontiorumque et Segovellaunorum), puisqu’ils sont logiquement installés à proximité de la mer, entre les Avatici et Marseille. La question est de savoir où se situait précisément la limite entre les territoires des Tricores et des Avatici. La situation de Maritima Avaticorum à proximité du chenal de Caronte conduit à placer cette limite quelque part au sud‑est dans la chaîne de la Nerthe.

La question des Caenicenses

4H. Rolland (1948 ; 1951 : 22‑26 ; 1956 : 7‑9) proposait de localiser l’ethnique Caenicenses qui figure dans la liste des oppida latina de Pline (N.H., III, 4, 36) sur la rive ouest de l’étang de Berre. L’agglomération de Saint‑Blaise, qui en aurait été le chef‑lieu, aurait porté le nom de

5Μαστραμέλλη/Mastrabala cité respectivement par Artémidore et Aviénus (Or. Mar., v. 701). En revanche, pour F. Benoit (1965 : 129), si les Avatici occupaient effectivement le secteur des Étangs, les Caenicenses devaient être implantés à l’extrémité de la chaîne de la Nerthe. G. Barruol (1969 : 22 et note 3 ; 142 ; 201, note 4) conteste ces interprétations qui considèrent l’ethnique Caenicenses comme celui d’un peuple, alors que selon lui le suffixe latin ‑ensisl‑enses implique celui d’une ville, désignant ainsi les habitants d’une hypothétique *Caenica (ou * Caenicum). J.‑L. Jouanaud a proposé d’y voir l’ancien nom de Maritima (Chausserie‑Laprée, Nin 1988 : 7). Mais P. Leveau (1974 : 294‑295) a montré que la suffixation en ‑enses, fréquente dans l’onomastique nord‑africaine antique, peut se rapporter à des communautés secondaires ou à des fractions de tribus.

  • 2 G. Barruol (1969 : 199 et notes 4‑5) approuve cette identification. L’équivalent grec Καινικήτα de (...)

6Les hypothèses avancées par H. Rolland (1951) et F. Benoit (1965 : 128 et notes 24‑25) reposent sur le rapprochement de l’ethique Kαινικήται et de l’hydronyme Καινός cité par Ptolémée (Géogr., II, 10, 5)2. Si cette interprétation approuvée par de nombreux auteurs est retenue, il faut en conclure effectivement que les Caenicenses peuplaient les rives du Kainos, qui est identifié avec le chenal de Caronte. Mais la localisation des Avatici étant une quasicertitude, il paraît audacieux d’envisager une seconde peuplade dans le même secteur, sauf si l’on imagine que la limite entre leurs territoires respectifs passait entre Martigues et Saint‑Blaise.

7Si l’on suit l’interprétation onomastique de G. Barruol (1969), les Caenicenses auraient appartenu à la tribu des Avatici, mais il faudrait imaginer, dans ce cas, que l’agglomération où ils habitaient –en l’occurrence Saint‑Blaise– était subordonnée à leur chef‑lieu, c’est‑à‑dire la future Maritima. Cela semble hautement improbable, à moins d’envisager un déplacement du centre politique de cette peuplade après la conquête romaine. Une telle hypothèse s’accorderait bien avec les données des prospections, qui font apparaître une extension de l’habitat dispersé dans la partie méridionale du secteur des Étangs dès l’époque augustéenne. Quoi qu’il en soit, la création éventuelle de la colonie latine est très nettement postérieure à l’abandon de Saint‑Blaise, et l’on ne peut envisager un lien de cause à effet entre les deux événements.

  • 3 Ainsi les monnaies présenteraient à lafois la mention de Mastramellé et des Kainiketai. G. Barruol (...)

8Un autre argument a été avancé en faveur d’une identification des Caenicenses avec les habitants de la région de Saint‑Blaise. Il repose sur la découverte, déjà ancienne, d’un monnayage d’argent indigène de la fin du iie s. imitant la drachme de Marseille et portant la légende grecque kainikhtωn (Deroc 1983 : 65‑66). Malheureusement, trois monnaies seulement sont connues à ce jour, et leur provenance est douteuse (Lagoy 1834 : 25 ; La Saussaye 1842 : 103‑107 et pl. XIII ; Desjardins 1878, II : 88 et note 7 ; Revue de Numismatique, 1887 : 230‑231 ; Clerc 1929, I : 379‑381 ; Rolland 1951 ; Barruol 1969 : pl. V, fig. 4a‑b ; Chabot 1977 : 20). Ces monnaies de 14 à 16 mm de diamètre portent au droit une tête juvénile et cornue de fleuve et au revers un lion et la légende de l’ethnique sur deux lignes. F. Benoit (1965 : 129) se demande si le fleuve en question ne serait pas précisément le Καινοϊΰ ποταμοΰ de Ptolémée. F. de Saulcy (1867 : 334) a voulu voir entre les pattes du lion un monogramme composé de toutes les lettres constituant le mot ΜΑΣΤΡΑΜΕΛΗ, mais F. Benoit y lit simplement les lettres grecques M, П, Y et P3. Quoi qu’il en soit, ces pièces appartiennent à une série de frappes d’excellente qualité qui rappellent beaucoup les monnaies aux titres ΓΛΑΝΙΚΩΝ et ΣΑΜΝΑΓΗΤΟΙ . On peut en déduire qu’il existait au IIe s. dans la région de l’étang de Berre une cité suffisamment puissante et proche de Marseille pour battre une monnaie de ce type. On pense évidemment à Saint‑Blaise. Les recherches conduites sur ce site montrent l’existence d’une agglomération indigène fortement acquise à la culture hellénique diffusée par Marseille. L’enceinte hellénistique et la trame organisée de l’habitat en sont les témoins les plus visibles, mais l’étude du mobilier usuel a également montré une évolution des pratiques alimentaires Arcelin 1991). Le site de Saint‑Blaise n’a d’ailleurs aucun équivalent en basse Provence occidentale, à l’exception de Glanum, qui émet précisément un monnayage comparable à celui des Caenicenses.

9Néanmoins, G. Barruol (1969 : 200‑201), suivi par F. Salviat (1977 : 113 et note 2) et G. Chouquer (1983 : 284‑ 287), a avancé un argument a priori défavorable à cette identification. Celui‑ci réside dans la mention des Caenicenses sur le cadastre A d’Orange, au sud‑est de l’intersection du kardo et du decumanus. L’adjudicataire des centuries SD XV CK VIII et SD VII CK... est en effet désigné sous le nom incomplet de CAENIC[...], restitué Caenica par A. Piganiol (1962 : 114, 119‑120) qui y voyait un nom féminin d’origine espagnole, mais qui correspond plus vraisemblablement à l’ethnique en question. Selon F. Salviat et G. Chouquer, la position du nom sur le cadastre invite à localiser les Caenicenses entre Ernaginum et Glanum. F. Salviat estime que le rapprochement étymologique effectué par F. Benoit avec le toponyme Kainos est une « pure hypothèse », et qu’il faut de toute manière placer cette peuplade dans les Alpilles. Si l’on accepte cette lecture du cadastre A, la région d’Eyguières s’accorderait mieux, néanmoins, avec l’énumération ordonnée de Pline que celle d’Ernaginum et de Glanum. À l’argument géographique s’ajoute un argument chronologique défavorable à la localisation des Caenicenses dans la région des Étangs : compte tenu de la datation du cadastre d’Orange, il faut admettre en effet que ce groupe constituait encore une entité politique (ou tout au moins juridique) dans le courant du ier s. Or l’on sait que Saint‑Blaise est abandonné au moment de la conquête romaine.

1.2 L’introuvable nom de Saint‑Blaise

Mastromela/Μαστραμέλλη/Mastrabala

  • 4 L’interprétation de cet adjectif pose problème. L’abandon du site en question est‑il mentionné dans (...)
  • 5 Ce terme est également employé par Ptolémée au sujet de Maritima, Marseille et Olbia. C’est ce même (...)
  • 6 Observons qu’à l’époque moderne et jusqu’au début de ce siècle, l’étang de Berre était nommé « mer (...)

10Mastromela, Μαστραµέλλη, Mastrabala : trois noms de lieux à la consonance proche et à la racine commune, qui qualifient chez les auteurs anciens à la fois un étang et une agglomération. La plus ancienne mention de cette agglomération figure dans le poème d’Aviénus (Or. Mar., v. 701), qui évoque un oppidum Mastrabalae qualifié de priscus, c’est‑à‑dire « ancien » ou « oublié »4. Celui‑ci se localise entre la peuplade des Nearchi et Marseille, dans le pays des Salyens, au bord d’un étang du même nom ou sur une hauteur voisine. Du point de vue topographique, il y a tout lieu de croire que l’étang en question est celui de Berre, le stagnum Mastromela de Pline (N.H., III, 4, 34). Plusieurs identifications ont été proposées, à Martigues, à Istres, à Miramas, à Capdeuil et à Berre (Achard 1787, I : 613‑625 ; Villeneuve 1824 : 295‑296 ; Saulcy 1867, I : 96‑ 98 ; Desjardins 1876,1 : 193, note 4 ; Laugier 1876 : 571‑574 ; Gérin‑Ricard, Arnaud d’Agnel 1907 : 46, 300 ; Benoit 1936 : no 285 ; Denizot 1957 : 14, 48). G. Barruol (1969 : 197) ne se prononce pas, même s’il existe selon lui des présomptions en faveur de Saint‑Blaise. Il faut bien avouer que la tentation est grande de voir dans ce dernier site le toponyme signalé par les auteurs anciens, dans la mesure où les agglomérations importantes ne sont pas foison aux vie et ve s. av. J.‑C., date à laquelle est susceptible de remonter la documentation d’Aviénus. Cette remarque est d’autant plus valable qu’Artémidore qualifie Mastramellé de πόλις, terme qui dans l’esprit d’un Grec ne peut être attribué à n’importe quelle agglomération indigène5. Enfin, on peut penser que si l’étang en question a pris le nom de cette ville, celle‑ci avait forcément une ampleur et un rayonnement certains à l’échelle régionale6. C’était l’avis d’H. Rolland (1948 ; 1951 : 22‑26 ; 1956 : 7‑9), qui identifiait Mastromela/Mastramellè/Mastrabala avec Saint‑Blaise, suivi en cela par F. Benoit (1965 : 131). L’identification est à la fois topographique et chronologique : on peut supposer en effet que si Pline ne signale que l’étang du nom de Mastromela et si Ptolémée et Pomponius Mela l’ignorent, c’est parce qu’à l’époque d’Artémidore, l’agglomération était déjà abandonnée.

  • 7 Au xiiie s., le secteur est nommé Vallis de Ugio, ou La Vallduch dans sa forme vulgaire (1224), ret (...)

11Durant le haut Moyen Âge, le nom de l’agglomération est Ugium. Ce toponyme attesté dès le viiie s. a perduré à travers le nom de l’étang de Lavalduc (Marion s.d. : 42)7. H. Rolland (1940) pensait qu’il s’agissait probablement là d’une survivance du nom le plus ancien de l’oppidum, dans la mesure où son étymologie ne s’explique pas par les langues classiques. Un autre nom se serait substitué à celui‑ci durant l’occupation « massaliote ». G. Barruol (1969 : 197 et note 3) envisage à titre d’hypothèse un toponyme correspondant à l’ethnique Καινικήται. J. Jannoray (1950 : 82‑83) estime pour sa part que le nom d’Ugium est incompatible avec celui de Mastramellé. Selon lui, outre que ce dernier nom fait double emploi avec celui d’Ugium, la connexion géographique et toponymique entre l’agglomération d’Ugium et l’étang de Lavalduc (Vallis de Ugio) exclut la possibilité selon laquelle Saint‑Blaise pourrait avoir eu le même nom que l’étang de Berre, le stagnum Mastromela de Pline. H. Rolland (1956 : 8‑9) et F. Benoit (1965 : 125, note 157) jugent cette argumentation peu probante. En effet, le lien entre le site et l’étang, valable pour une époque précise du Moyen Âge, au cours de laquelle l’agglomération a perdu son rayonnement d’antan, ne peut être transposé à une période antérieure d’un millénaire.

Heraclea

  • 8 Selon l’auteur, c’est peut‑être là qu’il faudrait situer le temple d’Artémis d’Ephèse élevé par les (...)

12F. Benoit (1965 : 97, 132) a proposé à titre d’hypothèse d’identifier l’Heraclea signalée par Pline (N. H, III, 3, 33) et Etienne de Byzance (Ethniques) avec Saint‑Blaise, alors que l’on place généralement cette ville sur la rive droite du Rhône8. Le second la qualifie de « ville de Celtique » (Ήράκλεια πόλις Κελτικη̃ς) tandis que le premier précise : Heracleam oppidum in ostio Rhodani fuisse, l’usage du passé impliquant qu’elle n’existait plus au ier s. D’après Strabon (Géogr., IV, 1, 5 et 8) et Ammien Marcellin (XV, 9, 7), les Marseillais firent d’Heraclea leur forteresse, ainsi que de Rhodanousia. La localisation à l’est du Rhône, le nom grec, le temps utilisé par Pline et la proximité des Fossae Marianae dans son énumération s’accorderaient bien avec l’hypothèse de F. Benoit. Il s’agirait là du toponyme hellénisé recherché par H. Rolland (1948 : 173), pour qui il paraît invraisemblable que l’agglomération de Saint‑Blaise –pourtant si remarquable avec son rempart hellénistique– n’ait pas été signalée par les géographes grecs et latins. De fait, ses ruines n’ont pu manquer d’attirer l’attention des voyageurs, si près du port des Fosses Maliennes et de la colonie de Maritima.

1.3 Le territoire de Saint‑Blaise à la lumière des textes médiévaux

13Au‑delà de la question toponomastique se pose le problème du territoire de l’agglomération préromaine de Saint‑Blaise. Plusieurs arguments justifient l’usage d’une méthode régressive pour restituer, même approximativement, les limites de ce territoire : d’une part, l’existence d’une volumineuse documentation archivistique remontant jusqu’à l’époque mérovingienne sur le site d’Ugium ; d’autre part, le fait que la réoccupation de l’oppidum de l’âge du Fer à la fin de l’Antiquité témoigne d’une continuité du phénomène « proto‑urbain » à cet endroit, et ce malgré la rupture de cinq siècles introduite par la romanisation ; enfin, la permanence d’un espace culturel fortement enraciné dans la tradition préromaine tout au long de cette période sur les plateaux molassiques qui correspondaient au territoire vivrier de l’agglomération protohistorique.

14La première mention d’Ugium est le fait du Testament d’Abbon, daté de 739, qui signale les salines d’Ugiu (Marion s.d. : 42). Selon P.‑A. Février (1964 : 83), un document remontant à l’époque mérovingienne aurait déjà mentionné des salines à cet endroit (texte cité par Régné 1914, I : 637, note 2). Le nom d’Ugium réapparaît dans une série de textes des ixe et xe s. Ainsi, un document daté du 27 mai 874 (Albanès 1901, Arles, acte no 214) fait état d’un différend entre Nivardus, prévôt de l’archevêque d’Arles Rostang, bénéficier de l’église paroissiale d’Ugium (Ugiensem ecclesiam), et Lupurselleus, prêtre de cette même église (presbyterium Ugiensem). L’église Sanctus Vincentius Ugensis est encore signalée dans un document daté du 13 juin 923 dans le Cartulaire de l’abbaye de Saint‑Victor (Guérard 1857, VIII, acte no 1). Le nom d’Ugium est également associé à celui de Sancto Vincentio dans une donation de l’église de Viviers datée de 950 (Charta Vetus). La localisation de cette agglomération ne fait aucun doute : une charte de l’Authentique du chapitre d’Arles (Bibliothèque d’Arles, fol. 65 v°) datée du 28 février 987 précise l’emplacement de deux vignes in comitatu Arelatense, in villa Ugio... inter dua loca ad ipsa turre. Cette tour ne peut manquer d’appartenir à la fortification de l’Antiquité tardive, qui en comprenait dix.

15Ainsi, aux xe et xie s., le lieu‑dit Ugium correspond tout à la fois à un vicus, à son chef‑lieu et à un étang qui n’est autre que celui de Lavalduc (Vallis de Ugio). Le fiscus de Ugio constitue alors une entité juridique et territoriale appartenant à l’archevêque d’Arles, qui s’étendait entre les territoires d’Istres et de Fos : breve de terris quas Manasses archiepiscopus in dominio suo tenait... fiscum de Ratis, et Ugio, et Arigno, et Granario (Albanès 1901, Arles, acte no 261). Il est possible d’en préciser les limites. Un texte de 1067 indique clairement qu’il englobe au sud une partie au moins de l’isthme de Plan d’Aren, qui sépare les étangs de Lavalduc et d’Engrenier : in valle Ugio, in loco qui vocatur Arignus est unus altometarius (Duprat s.d.). Au nord, le quartier de Saint‑Verran est assurément inclus dans le territoire d’Istres. En effet, la donation d’Istres à l’archevêque d’Aix, datée de 1054, est assortie d’une réserve concernant les églises de Saint‑Verran et de Saint‑Pierre‑de‑Lavalduc, qui demeurent sous la juridiction de l’archevêque d’Arles : Retinuit tamen R. archiepiscopus, du as ecclesias, in territorio de Istro Sancti Verani, Sancti Petri de Ugino (Albanès 1901, Arles, acte no 389). Le territoire d’Istres s’étend même jusqu’à la rive nord de l’étang de Lavalduc, comme l’indique clairement un acte de donation daté du mois de juin 1010 : in comitatu Aquense, in terminium de Castro Istri, in ipso castro vel in eius termino... dono unum vasum salinarium qui situs est in Ugio (Authentique du chapitre d’Arles, Bibliothèque d’Arles, fol.66 v°). En conséquence, le territoire d’Ugium se cantonne alors à la rive orientale de l’étang de Lavalduc et, au nord, il ne doit guère dépasser le quartier de Tour d’Aix. Ses limites sont plus difficiles à saisir à l’est et surtout au sud. À l’est, la limite avec le territoire de Saint‑Mitre est imprécise. L’acte de l’archevêque d’Arles Artaud de Magellan, daté de 1406, décrit ainsi les confins de Saint‑Mitre juste avant l’adjonction du territoire de Castelveyre : « Commençant de la gorge de Varages, allant par le chemin qui est entre le terroir d’Istres et de notre dit lieu Saint‑Mitre à l’étang de Lavalduc, où il y a un rocher sur lequel il y a une croix sculptée, et depuis ledit rocher allant à la terre du terroir de Fos, d’Istres et de Châteauvieux, venant au terme de l’étang de Tamarlet et d’autre part dudit étang allant aux terres de Tamarisse et de ladite ferme de Tamarisse, suivant la partie du terroir de Fos et de Saint‑Mitre venant à la Coste de Vileti et passant par l’aire de Hugon Vincent et venant à la Coste du Guérin et passant par l’étang de Magrignane et venant à notre vigne, et de là, allant sur le fossé appelé Vaber jusqu’à l’étang de Martigues » (Fabre 1986 : 80‑81).

16On peut en déduire que le domaine de Châteauvieux occupe alors une superficie relativement restreinte, peu ou prou limitée au plateau de Castillon. Le nom de Castelveyre apparaît au xie s. L’ecclesia Beate Marie de Castello Veteri est signalée dans un texte de 1153 (Albanès 1901, Arles, acte no 573). Il s’agit d’une appellation populaire, comme le montre un texte de 1231 : castrum quoddam nostrum quod vulgo castrum vetus appellant (Albanès 1901, Arles, acte no 972). Le nom d’Ugium est encore mentionné dans un rôle de taxe synodale de l’archevêque d’Arles rédigé vers 1220. Ce document décrit les limites du domaine en suivant un ordre géographique partant de Fos, remontant vers Istres, tournant vers l’est en direction de Saint‑Mitre et redescendant vers Martigues au sud. Il signale ainsi successivement les églises de Fos, l’église Sancta Maria de Boc (Bouc), Saint‑Vincent d’Ugium, Saint‑Pierre d’Ugium, Notre‑Dame‑de‑Castelveyre, l’ecclesia Sancti Mitri, l’ecclesia sancte Trinitatis de Tollone (Tholon) et enfin l’ecclesia Sancti Genesii de Ponte (Saint‑Geniès à Martigues). En 1410, le territoire déserté de Castelveyre est réuni sur la demande de ses habitants à celui de Saint‑Mitre. Les limites respectives des territoires d’Istres, de Saint‑Mitre et de Fos sont alors à peu de choses près identiques à celles des communes actuelles.

17Il est donc certain qu’une entité juridique et territoriale s’est maintenue du viiie au début du xve s. à l’emplacement de l’agglomération qui investit, à la fin de l’Antiquité, les limites de l’ancien oppidum de l’âge du Fer. La question est de savoir quand et comment s’est constitué ce territoire enclavé au Moyen Âge entre ceux de Fos, d’Istres et de Saint‑Mitre, et placé dans un premier temps sous la juridiction de l’archevêque d’Arles puis sous la tutelle des seigneurs de Fos. La réponse réside dans l’histoire même de ces territoires. Celui de Fos s’est probablement constitué en liaison avec l’émergence du port romain des Fossae Marianae. Celui de Martigues est pour partie hérité de la colonie latine de Maritima Avaticorum, signalée par Ptolémée (Géogr., II, 10, 5) et Pomponius Mela (Chorogr., II, 5, 78). On ignore tout en revanche de la formation du territoire d’Istres, où deux agglomérations sont connues, l’une à l’âge du Fer : Y oppidum du Castellan (IS‑21), et l’autre à la fin de l’Antiquité : Saint‑Michel (IS‑14). Enfin, le territoire de Saint‑Mitre est probablement de constitution récente, la première mention du castrum Sancti Mitrii n’étant pas antérieure à l’extrême fin du xiie s. (Benoit 1925, II : 83). Par conséquent, on peut avancer l’hypothèse selon laquelle le territoire de Castelveyre tel qu’il est connu au xiiie s. serait le résultat du démantèlement progressif du territoire de l’ancien oppidum de Saint‑Blaise. Ce démantèlement se serait opéré au moment de la conquête au profit des nouveaux centres de pouvoir privilégiés par l’administration romaine : Fos et Martigues. Il se serait poursuivi au Moyen Âge au profit d’Istres, puis de Saint‑Mitre, qui finit par l’intégrer. Cette hypothèse s’accorde parfaitement avec les données des prospections archéologiques, qui témoignent de la persistance d’un espace culturel homogène dans le secteur des plateaux de Saint‑Blaise depuis le premier âge du Fer jusqu’à l’aube du Moyen Âge.

Notes

1 A. Dauzat (1942 : 196 ; 1946 : 106, 135) rapproche le radical d’Avatici de celui d’Avarage, de Lavéra et de l’Avéron, toponymes localisés de chaque côté du chenal de Caronte.

2 G. Barruol (1969 : 199 et notes 4‑5) approuve cette identification. L’équivalent grec Καινικήτα de l’ethnique Caenicenses est déduit de la légende grecque des monnaies au titre ΚΑΙΝΙΚΗΤΩΝ.

3 Ainsi les monnaies présenteraient à lafois la mention de Mastramellé et des Kainiketai. G. Barruol (1969 : 201 et note 5) se montre très réservé à l’égard de cette lecture.

4 L’interprétation de cet adjectif pose problème. L’abandon du site en question est‑il mentionné dans les sources utilisées par Aviénus (sources plus ou moins anciennes mais antérieures au début du iie s. av. J.‑C.) ou bien s’agit‑il d’une remarque introduite par l’auteur au ive s.? La première hypothèse paraît préférable à la seconde, dans la mesure où le nom de Mastrabala n’apparaît pas ailleurs.

5 Ce terme est également employé par Ptolémée au sujet de Maritima, Marseille et Olbia. C’est ce même mot qui désigne chez Diodore (XXXIV, 23) la ville dont on a voulu faire la capitale des Salyens.

6 Observons qu’à l’époque moderne et jusqu’au début de ce siècle, l’étang de Berre était nommé « mer des Martigues » ou « étang des Martigues ». Selon C. Rostaing (1950 : 216), dès le Xe s., Martigum, Marticum, Martègue désignent l’étang avant de qualifier la ville, qui n’est fondée qu’en 1226 dans l’île Saint‑Geniès.

7 Au xiiie s., le secteur est nommé Vallis de Ugio, ou La Vallduch dans sa forme vulgaire (1224), retranscrit de manière fantaisiste stagnum vallis Ducis en 1407, puis La Vauduch en provençal (1551). L’étang devient ensuite l’étang d’Uc, d’où le Val d’Uc, qui donnera Laval‑Duc au xviiie s.

8 Selon l’auteur, c’est peut‑être là qu’il faudrait situer le temple d’Artémis d’Ephèse élevé par les Marseillais à leur divinité poliade d’après Strabon. B. Bouloumié (1991 : 60) a repris récemment cette identification.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search