Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Première partie. Essai d’archéologie du paysage

Chapitre 4. L’impact de l’homme sur le milieu

4 Human impact on the environment

4 El impacto del hombre sobre el medio

Résumé

La confrontation des données archéologiques et paléoenvironnementales met en lumière la complexité des rapports homme/ milieu. Aucune corrélation simple ne peut être établie entre peuplement et détritisme. Une première crise érosive intervient au Néolithique final et une seconde à l’époque moderne, dans des contextes de surcharge agro‑pastorale. Mais des périodes de forte pression démographique comme l’âge du Fer et l’époque romaine ne paraissent avoir eu qu’un impact érosif limité. Il faut donc faire appel à d’autres registres explicatifs, dans les domaines climatique et technologique.

Texte intégral

1À partir du Néolithique, l’homme devient par sa maîtrise de la biosphère un facteur d’érosion (Neboit 1983 : 14). Les formations meubles ont enregistré l’action des communautés agro‑pastorales successives dans l’espace, au même titre que les couches archéologiques. Leur lecture permet de déterminer la nature et le rythme de leur impact sur le milieu, d’en évaluer l’ampleur et de démêler le rôle respectif des facteurs bioclimatiques et démographiques dans l’évolution du paysage.

4.1 Les étapes de la transformation du milieu par l’homme

2La partie supérieure de la carotte du Pourra révèle deux phases majeures d’érosion des sols séparées par une période complexe caractérisée par une plus grande stabilité. L’âge du Fer et l’époque historique correspondent à une aggravation de l’intervention humaine sur le milieu, mais l’impact des premières grandes communautés agricoles néolithiques semble avoir déjà joué un rôle déterminant (fig. 38).

Fig. 38 – Évolution comparée de quelques indicateurs de l’activité érosive, de la végétation, de l’agriculture et de la charge humaine sur le milieu depuis le Néolithique. Les données paléoenvironnementales proviennent de l’étude pluridisciplinaire de la carotte du Pourra. Les données paléodémographiques sont pondérées par siècle.

4.1.1 La néolithisation du milieu des Étangs

3Les premiers défrichements néolithiques s’opèrent dans un milieu précocement stabilisé après les grands froids du Pléistocène supérieur, dans un secteur géographique bénéficiant de conditions climatiques particulièrement favorables (Provansal et al. 1993). Il en résulte assez rapidement des agressions encore localisées à l’encontre du sol fersiallitique qui s’était lentement élaboré sous couvert forestier lors du réchauffement climatique. Mais avant même les premières manifestations anthropiques apparaissent des signes d’instabilité dont les causes sont à rechercher dans une topographie accidentée et une lithostructure hétérogène, qui rendent le milieu très sensible aux fluctuations climatiques. Il semble donc que l’action de l’homme ne suffise pas à expliquer la dégradation du milieu : cette évolution latente commence probablement dès le Paléolithique supérieur ou dans le courant du Mésolithique.

4.1.1.1 L’effet des premiers défrichements

4Les premiers défrichements semblent avoir eu des effets limités sur l’évolution des versants, malgré une présence humaine confirmée au Néolithique cardial et chasséen. Le développement d’Abies au niveau 190 de la séquence sédimentaire du Pourra, généralement daté de 6500/6000 BP, s’accompagne d’une amplification des variations du rapport PA/T, qui exprime la proportion de pollens d’arbres. La courbe présente d’ailleurs au même niveau un premier minimum à 53 % suivi d’un maximum absolu à 78 % au niveau 170. Ce dernier coïncide avec un pic prononcé de Pinus corrélé à un effondrement brutal de Quercus pubescens, ces deux taxons connaissant ici leurs valeurs extrêmes. Toutefois, cette évolution n’engendre pas d’inversion du rapport PA/T, celui‑ci tendant même à croître pendant un certain temps, jusqu’au niveau 110. Il semble en revanche que la détérioration latente des paramètres minéralogiques, qui avait connu une pose entre 200 et 170, s’intensifie brusquement. On ne peut s’empêcher d’établir un lien entre le gonflement brutal de la pineraie, l’éclaircissement de la chênaie caducifoliée et la détérioration des formations pédologiques élaborées sous un couvert forestier jusqu’alors suffisamment protecteur. À partir du niveau 170, tous les paramètres granulométriques et minéralogiques s’inversent. Cette évolution s’accompagne d’un affinement des apports de versants au profit des limons fins et des argiles, tandis que la fraction des sables fins et des limons grossiers régresse très sensiblement.

5Malheureusement, le maillage de prélèvement imposé dans la moitié supérieure de la carotte par l’utilisation de la tarière n’autorise pas une approche suffisamment fine de cette évolution : entre l’apparition d’Abies au niveau 190 et celle de Fagus au niveau 130, environ deux millénaires se sont écoulés, ces deux termes marquant respectivement le début et l’acmé de la crise érosive. Une première série de conclusions peut néanmoins être avancée quant à la chronologie, aux modalités et à l’impact des défrichements. Le synchronisme avec le développement d’Abies permet de situer les plus anciennes manifestations anthropiques sur le milieu vers 6500/6000 BP. Or en Camargue, les premiers signes perceptibles de l’impact humain sur la végétation sont datés de 6450 BP (Triat‑Laval 1978 : 226). Les résultats obtenus dans ces deux secteurs voisins sont donc cohérents. Ils permettent d’attribuer les premiers défrichements conséquents aux populations chasséennes qui peuplent le secteur depuis au moins 5380 ± 110 BP, datation radiocarbonique du niveau III de Miouvin I (D’Anna et al. 1977 : 389). En ce qui concerne les modalités de ces défrichements, l’évolution du rapport PA/T souligne l’apparition d’une certaine instabilité de la forêt, qui témoigne à l’évidence de l’activité des premières communautés agricoles. Mais il faut attendre un stade avancé de la Protohistoire pour qu’un réel déséquilibre se manifeste. Bien au contraire, il semble même que la forêt tende à se renforcer après une période d’instabilité initiale. En fait, l’action des défricheurs chasséens s’exerce surtout sur la composition de la végétation arboréenne plus que sur son volume, en favorisant l’expression pollinique de la pineraie aux dépens de la chênaie caducifoliée. L’évolution anticoïncidente de ces deux taxons témoigne de l’effet sélectif des premiers défrichements. L’aspect accidenté de leurs courbes respectives traduit probablement les pulsations cycliques d’un agro‑système encore itinérant, Cette dernière hypothèse pourrait expliquer, par exemple, la remontée de Quercuspubescens et le trou de Pinus au niveau 150, ou encore l’anticoïncidence des courbes de Quercuspubescens et d’Artemisia, qui connaît durant cette période un net gonflement lié à l’extension des friches. Enfin, l’examen des paramètres sédimentologiques met en évidence une modification du fonctionnement des versants, qui livrent un matériel de plus en plus fin issu des horizons pédologiques et non plus de l’incision du substrat marneux bégudien.

4.1.1.2 Intensification des défrichements et crise d’érosion

6Le début du Subboréal, jalonné par l’apparition de Fagus au niveau 130, coïncide avec une première crise d’érosion que l’on peut situer au Néolithique final/Chalcolithique (4500/4000 BP). Celle‑ci se caractérise par une inversion brutale de tous les paramètres granulométriques et minéralogiques. Les dépôts observés à l’œil nu changent de faciès, passant de sables limoneux tachetés remaniant le substrat bégudien à des limons sableux gris sombres riches en charbons de bois. L’analyse granulométrique confirme l’accroissement sensible de la part des fractions fines – les limons fins surtout, dans un premier temps. Certes, on observe encore des récurrences sableuses, mais celles‑ci n’ont plus le caractère virulent des niveaux inférieurs. La présence de petits charbons de bois confirme l’origine anthropique de ce phénomène. On peut y voir l’effet d’une généralisation de la pratique des cultures sur brûlis au Néolithique final (Courtin 1974). Malgré la stabilité de la courbe exprimant le rapport PA/T, la composition de la forêt continue à subir une modification structurelle profonde, qui prend à partir du niveau 130 un caractère irréversible avec le déclin définitif de la chênaie pubescente et la disparition d’Ulmus. Cette évolution favorise très momentanément le gonflement de la pineraie, et durablement l’essor de la chênaie verte, l’apparition de certaines espèces comme Alnus, Fagus et les Éricacées, ou encore un léger regain de l’expression de Corylus. Or on connaît l’aptitude de Quercus ilex à résister aux incendies et celle d’Alnus à coloniser les sols dénudés ou cendreux. Le développement de ces espèces héliophiles est le signe d’un éclaircissement du couvert végétal, qui perd par là‑même de son efficacité protectrice sur les versants.

7Le décapage latent des sols laisse donc la place à une érosion plus brutale, qui se généralise à l’ensemble des versants. L’extension de l’agro‑système favorise l’action du ruissellement diffus sur les horizons pédologiques superficiels. En témoigne l’association systématique des fractions granulométriques les plus fines avec les taxons de plantes cultivées dans la carotte du Pourra. Mais comme pour la végétation, l’effet de l’humanisation du milieu n’est pas seulement quantitatif, il est aussi qualitatif, provoquant une modification de la texture des sédiments déposés dans les dépressions. Les minéraux argileux présents dans les sols sont par essence les plus altérés des phyllites : il est donc normal que les apports terrigènes issus de l’érosion aréolaire des versants fournissent une proportion accrue de minéraux altérés (Roux 1993). Ainsi s’observent dans la carotte l’effondrement des courbes exprimant le rapport smectite/illite et l’indice de cristallinité de la smectite et l’augmentation du taux de matière organique mise en mouvement.

8La fluctuation humide du climat au Subboréal a pu ajouter ses effets à la déstabilisation des versants et contribuer à la paludification des zones basses, comme en témoignent les coupes d’Engrenier. Mais les données fournies par l’archéologie attestent clairement la densification du peuplement dans le secteur des Étangs au Néolithique final/Chalcolithique. Plusieurs stations importantes ont été mises en évidence sur les bas plateaux, mais en l’absence de fouilles, il est impossible de savoir si elles correspondent à des foyers de peuplement stables, comme c’est le cas à Miouvin (IS‑13), ou bien à des implantations temporaires liées à la pratique de l’essartage. De par leur localisation, ces sites témoignent de l’attirance particulière des agriculteurs pour les sols développés sur les plateaux calcaires et les zones bien drainées, particulièrement les rebords de plateaux et les bas de versants, aux terroirs complémentaires. Ces lieux privilégiés sont aussi les plus sensibles à l’action de l’érosion, dans un contexte bioclimatique défavorable. On peut rattacher la crise pédologique observée dans la carotte du Pourra à la période d’occupation du village de Miouvin datée entre 4570 ± 200 BP et 4025 ± 160 BP (Camps‑Fabrer et al. 1980 : 59). Sur ce site, les fouilles révèlent la lenteur des processus évolutifs engendrés par la néolithisation au cours du Chasséen. L’extension de l’habitat et la diffusion des pratiques agricoles semblent avoir lieu tardivement, au Néolithique final, précisément au cours de la période qui nous intéresse (D’Anna et al. 1977). On est donc sérieusement tenté d’interpréter la césure Atlantique/Subboréal en termes d’histoire de l’occupation du sol autant qu’en termes climatiques. Il est fort probable que les deux séries de facteurs ont combiné leurs effets. Cette hypothèse invite à élargir la réflexion d’E. Boserup (1974) sur les relations entre sociétés primitives et technologie à l’environnement. Selon cet auteur, c’est l’expansion démographique qui est facteur de progrès technologique et non l’inverse. L’augmentation de la population et éventuellement les progrès techniques qui l’accompagnent à la fin du Néolithique sont également les agents de la transformation du milieu.

4.1.2 L’âge du Fer et les premières agglomérations : l’alourdissement de la charge agricole

  • 1 Dans ce diagramme, les courbes de Juglans et d’Olea démarrent immédiatement après la phase initiale (...)

9L’alourdissement de la charge agricole sur le milieu s’accentue sensiblement à l’âge du Fer avec l’apparition et le développement des agglomérations et la mise en place simultanée d’un habitat dispersé densément réparti dans l’espace. Pour le palynologue, la limite Subboréal/ Subatlantique, qui coïncide avec le début de l’âge du Fer, se caractérise par l’extension généralisée des agro‑systèmes et l’artificialisation irréversible du couvert végétal (Triat‑Laval 1978). Le diagramme pollinique de Ponts‑Clapets à Fos montre la mise en place précoce d’un système de cultures fixes à l’âge du Fer dans le secteur qui nous intéresse. H. Triat‑Laval (1981 : 118) met cette évolution en rapport avec le développement de Saint‑Blaise1. L’émergence des agglomérations suppose effectivement une sédentarisation définitive des populations et la fixation des cultures au sein des terroirs. C’est donc probablement à cette époque qu’il convient de placer l’inversion du rapport PA/T observée au niveau 100 de la carotte du Pourra, la part des pollens d’arbres chutant brusquement de 70 à moins de 40 %, avant de se stabiliser définitivement sous la barre des 50 %. Cette mutation essentielle du paysage végétal s’accompagne d’un déclin irrémédiable de la chênaie pubescente, d’un effondrement brutal de la courbe de Pinus, d’une extension des garrigues, d’Alnus et de Betula, qui germent bien sur les cendres (Triat‑Laval 1978 : 266). Les pollens de plantes cultivées se multiplient. On note à ce niveau le démarrage d’une courbe continue de Cerealis et de Plantago, et l’essor impressionnant d’Artemisia. En revanche, Olea, qui apparaît après 2260 + 150 BP à Fos, est encore absent dans la carotte du Pourra, malgré les données des fouilles de Saint‑Blaise et de l’Île de Martigues attestant une oléiculture préromaine.

10L’étude menée par M. Thinon (1988) sur les charbons de bois découverts dans les niveaux protohistoriques de l’île de Martigues confirme l’état de la végétation ligneuse des environs, même s’il est certain que plusieurs espèces rencontrées sur le site –le Sapin, par exemple– ont une origine exogène. Les bois utilisés dans l’architecture domestique, en particulier, sont sujet à caution, car ils ont pu faire l’objet d’un commerce régional ou interrégional. Sur les 200 charbons identifiés dans les niveaux du ive s. av. J.‑C., le Pin d’Alep, le Chêne à feuillage caduc, l’Orme champêtre et le Frêne sont attestés. Au iie s., le Pin d’Alep est très largement prédominant. Les espèces reconnues dans les foyers domestiques ont quant à elles un intérêt paléoécologique certain, même si l’échantillonnage étudié reflète plus le choix effectué par les hommes en fonction de besoins déterminés que la nature exacte de l’environnement végétal. Sur 300 charbons analysés, on trouve une diversité plus grande d’espèces, mais le Pin d’Alep est encore nettement prépondérant. Sont également présents l’Orme, le Frêne, le Chêne vert, des arbustes divers, la Bruyère arborescente, l’Arbousier, le Genévrier et le Romarin. Les végétaux identifiés indiquent une flore très dégradée, proche de l’actuelle. Le paysage végétal de l’âge du Fer consistait essentiellement en pinèdes claires de Pins d’Alep et de plantes ligneuses basses impropres au pâturage. Selon M. Thinon, la présence de bruyère arborescente, aujourd’hui disparue de la région, pourrait attester, avec l’Arbousier et le Ciste, la persistance de sols évolués décarbonatés sur le substrat calcaire local : il s’agit en effet de végétaux caractéristiques du maquis des terrains non calcaires. Ces sols auraient été décapés par l’érosion à l’époque historique. Ces résultats s’accordent parfaitement avec le diagramme pollinique de l’étang du Pourra.

11Les observations de F. Magnin (1988) sur la malacofaune corroborent les données palynologiques et anthracologiques pour la période considérée. À Saint‑Blaise, la malacofaune des niveaux protohistoriques traduit un milieu très ouvert, constitué de formations végétales herbacées et ligneuses basses. Dans l’île de Martigues, la faune malacologique des niveaux de l’âge du Fer est quasiment identique à celle qui se développe de nos jours sur les rives de l’étang de Berre. Mais il faut prendre garde au fait que les escargots ne peuvent nous renseigner que sur l’environnement immédiat de ces sites, c’est‑à‑dire sur un milieu fortement artificialisé par l’habitat. Enfin, s’il n’existe aucune preuve d’une consommation des mollusques terrestres par les habitants de l’île de Martigues, l’augmentation du nombre des gastéropodes rencontrés dans les niveaux du IIe s. pourrait concorder avec les observations de P. Columeau et de F. Brien‑Poitevin relatives à l’intensification des prélèvements alimentaires sur le milieu de la part d’une population en forte croissance.

12La lecture du sommet des diagrammes polliniques s’avère extrêmement délicate, du fait d’une interférence toujours possible entre données climatiques et anthropiques. Elle impose de ce fait une prise en compte globale des modes d’occupation du sol et de ses incidences sur le milieu. Paradoxalement, aucune crise d’érosion ne semble correspondre à la période protohistorique dans la carotte du Pourra, malgré les atteintes récurrentes au couvert forestier et l’extension des friches dont témoignent les analyses polliniques, anthracologiques et malacologiques. Bien au contraire, on constate une inversion positive de tous les paramètres minéralogiques, avec la remontée du rapport smectite/illite et de l’indice de cristallinité de la smectite, ainsi que le retour à la normale du taux de matière organique. On pourrait évidemment voir là l’effet d’une agression directe de la roche‑mère succédant au décapage intégral des sols. Mais cette hypothèse est doublement infirmée par le maintien de sols évolués décarbonatés sur les substrats calcaires, tel que le laisse supposer l’anthracologie, et par l’affinement accru des dépôts, qui sont désormais constitués à plus de 80 % de limons fins et d’argiles. On préférera envisager une reprise d’incision par concentration des écoulements sur des versants dépourvus de cultures ou protégés soit naturellement, du fait de conditions climatiques plus favorables, soit artificiellement, par l’aménagement de terrasses.

13Faut‑il en conclure que l’impact écologique des premiers défrichements liés à l’expansion démographique de la fin du Néolithique a été plus dévastateur que l’extension de l’agro‑système dont témoignent tout à la fois le développement des agglomérations et la diffusion de l’habitat dispersé au premier âge du Fer ? Il y a là a priori une contradiction avec ce que l’on connaît de l’histoire de l’occupation du sol et de la végétation dans le secteur de Saint‑Blaise. En fait, il est nécessaire de bien distinguer l’évolution du couvert végétal et le fonctionnement des versants. L’inversion relativement tardive du rapport PA/T laisse supposer un décalage chronologique entre la première crise d’érosion néolithique et l’artificialisation définitive du couvert végétal. Il est difficile d’admettre que l’implantation de l’agglomération protohistorique de Saint‑Blaise se soit effectuée dans un milieu déjà défriché et humanisé par les populations précédentes, en particulier celles de l’âge du Bronze. Certes, c’est à cette dernière période plus qu’au Néolithique que l’on attribue en Grèce les effets les plus dommageables sur l’environnement, mais rien n’autorise à transposer un tel modèle à la région qui nous intéresse (Dufaure 1976 : 90). Il faut donc se résoudre à imaginer que les défrichements néolithiques ont eu localement un impact sur l’érosion des sols, mais que –du fait de leur caractère itinérant–, s’ils ont pu engendrer une modification structurelle du couvert forestier, ils n’en ont pas réduit le volume global.

14À l’inverse, l’extension et la stabilisation de l’agro‑système autour des agglomérations protohistoriques ont eu pour conséquence directe l’effondrement brutal du rapport PA/T dans la carotte du Pourra qui, rappelons‑le, a été prélevée à moins de deux kilomètres du site de Saint‑Blaise. On peut admettre que les effets d’un climat moins humide –qui aboutirait à l’époque romaine à l’assèchement partiel des étangs– ont pu contribuer à gommer l’alourdissement de la charge agricole à l’âge du Fer. L’amorce d’un déclin des Chénopodiacées à partir du niveau 90 pourrait en effet résulter d’un abaissement du plan d’eau. Enfin, les agriculteurs protohistoriques ont pu préserver les versants en limitant l’agro‑système aux plateaux calcaires, aux sols légers et plus facilement cultivables. Les versants auraient été couverts d’une garrigue suffisamment dense pour bloquer l’activité érosive, ou bien protégés par des aménagements spécifiques, malheureusement difficiles à identifier, La localisation préférentielle de l’habitat protohistorique sur les entablements molassiques s’accorderait bien avec cette hypothèse. En outre, la Crau toute proche offrait un potentiel pâturable complémentaire, susceptible de limiter la surcharge pastorale.

15Les remarques précédentes conduisent à s’interroger sur le déséquilibre entre populations et ressources observé dans l’Île de Martigues à la fin de l’âge du Fer (Chausserie‑Laprée, Nin 1988). Cette « crise » n’a pas été enregistrée dans les séquences sédimentaires de l’étang du Pourra, qui draine les écoulements d’un bassin‑versant voisin mais bien distinct de celui de Martigues. On soulignera également la divergence des évolutions observées à Saint‑Blaise et dans l’île de Martigues du point de vue du ravitaillement en viande et en coquillages (Brien‑Poitevin 1993 : 285‑293 ; Columeau 1993 : 306‑309). Rien ne rappelle en effet à Saint‑Blaise le déséquilibre dont témoignent à Martigues le rôle croissant de la chasse, la diversification et l’intensification de la récolte des mollusques (voire la consommation accidentelle de gastéropodes) ainsi que le développement de la culture de l’orge. Au contraire, P. Columeau y a souligné le rôle marginal de la chasse et l’équilibre remarquable de l’élevage au iie s. av. J.‑C. Une explication possible est que l’on serait là en présence de territoires différents : elle serait politique et historique plus que paléoenvironnementale.

4.1.3 La romanisation du paysage des Étangs

16La conquête romaine n’introduit pas de rupture particulière dans l’évolution du paysage, qui est directement hérité de la période précédente, Le rapport PA/T se maintient sous la barre des 50 %, tandis que l’on observe le déclin progressif de la chênaie caducifoliée, de la corylaie puis de la hêtraie. La chênaie verte subit elle‑même un léger recul, peut‑être victime à son tour d’une extension de l’agro‑système à des zones jusqu’alors vouées aux garrigues (les versants ?). En revanche, la pineraie connaît un gonflement régulier à partir du niveau 100. En ce qui concerne les herbacées, le fait le plus marquant est l’impressionnant double pic d’Artemisia, qui culmine à plus de 40 % et conditionne ainsi à lui seul le basculement du rapport PA/T. Cette période coïncide avec un retour de tous les paramètres minéralogiques à la situation qui prévalait avant l’intervention de l’homme sur le milieu. L’absence de dépôts antiques sur les versants confirme l’idée d’un milieu stable et protégé. Pourtant, paradoxalement, le secteur des Étangs n’a jamais été aussi déboisé.

17L’importance du peuplement protohistorique dans la région de Saint‑Blaise a probablement atténué considérablement les effets de la romanisation sur le paysage. Mais il convient de prendre en compte également l’influence du climat et d’envisager l’hypothèse d’un aménagement des versants. En effet, si le développement de l’économie domaniale implique la mise en culture préférentielle des zones basses insensibles à l’action de l’érosion et mieux drainées du fait du bas niveau des plans d’eau, la densité remarquable du petit habitat rural dispersé indique que l’ensemble des plateaux et des versants était aussi cultivé. Malgré toutes les incertitudes qui pèsent sur la localisation et l’importance exactes du port antique de Fos et de la colonie latine de Maritima Avaticorum, le développement de ces agglomérations laisse supposer un accroissement des besoins et un alourdissement de la charge humaine sur l’environnement à l’époque augustéenne. Un bilan hydrologique déficitaire, lié à une faible pluviométrie, a pu contribuer à renforcer l’équilibre des versants. Mais il est probable que des mesures conservatoires ont été prises par les agriculteurs gallo‑romains, avec l’aménagement de murettes et de terrasses destinées à stabiliser les pentes et à favoriser le développement des sols, Enfin, l’éloignement des troupeaux dans la Crau a pu jouer un rôle décisif dans le freinage de l’activité érosive.

4.1.4 Complexité de l’évolution post‑romaine

18Au cours de la période qui couvre le Moyen Âge et l’époque moderne, le dépôt de colluvions limoneuses grises sur les versants trahit la reprise d’une intense activité morphogénique. Cet ensemble est scellé par des murs de restanques modernes qui constituent un précieux terminus ante quem. On peut en rechercher l’origine dans l’alourdissement massif de la charge agricole au cours de notre ère. L’analyse sédimentologique de la carotte du Pourra fait apparaître une nouvelle crise d’érosion, caractérisée par une dégradation de tous les paramètres minéralogiques, un gonflement des taux de matière organique et de chlorite et un affinement granulométrique des apports de versants jusqu’alors inégalé. C’est là le signe indiscutable d’un décapage des horizons humiques par l’érosion aréolaire. On peut supposer que le matériel pédologique provient de sols qui jusqu’ici avaient été épargnés par l’érosion ou s’étaient développés dans des milieux artificiellement protégés, derrière des murettes de culture par exemple.

19L’évolution de la végétation s’inscrit dans la logique de la période précédente, avec la disparition de la chênaie caducifoliée et de la hêtraie au niveau 35, puis de la corylaie et enfin de la chênaie verte. L’Aulne se raréfie, tandis qu’Olea connaît un essor rapide, mais tardif, à partir du niveau 55, suivi d’une apparition timide de Juglans au niveau 30. L’évolution des herbacées confirme l’extension des cultures, comme en témoignent les courbes continues de Cerealis, Plantago, Poaceae et Centaurea, dont le développement accompagne la culture de l’Olivier. Dans le même temps, l’essor des Chénopodiacées atteste la remise en eau de l’étang du Pourra.

20L’apparition et le développement d’Olea ne sauraient constituer un argument chronologique satisfaisant pour dater le point de départ de cette nouvelle phase érosive. Cet événement est en effet postérieur à 2260 ± 150 BP à Fos, daté de 1770 ± 310 BP dans le site du Vallat‑Neuf, postérieur à 1070 ± 70 BP dans la carotte C2 de l’étang de Berre, daté de 1204 ± 293 BP dans la carotte C3 et de 1300 ± 60 BP dans l’étang de Mauguio (Leveau et al. 1991 ; 1993a : 379). Trois périodes ont pu favoriser une telle évolution.

  • La fin de l’Antiquité, qui est caractérisée par une densité remarquable du peuplement autour de Saint‑Blaise. L’hypothèse d’un déséquilibre entre populations et ressources aux Ve et VIe s. pourrait être envisagée sur la base des sondages réalisés dans le dépotoir de l’établissement des Clapières (SM‑45), dont l’étude conchyliologique sera présentée plus loin. On pourrait également invoquer le passage d’une gestion conservatrice des sols et des versants à des pratiques moins économiques.

  • Le Moyen Âge, qui voit l’apparition des castra et l’extension corrélative des défrichements. Cette crise reflèterait l’incapacité d’un système à bas niveau technologique à faire face à la demande croissante des xie et xiie s. autrement que par une extension brutale des cultures dans l’espace. De fait, un carottage effectué au nord‑est de l’étang de l’Estomac a mis en évidence une crise d’érosion datée du xiie s. (com. pers. M. Provansal). On peut y voir la conséquence des défrichements entrepris à cette époque par la population du castrum de Fos, dont le territoire englobe le secteur en question (Lagrue 1988). Il est significatif que la carotte prélevée dans l’étang du Pourra – qui est situé hors de ce territoire – n’a pas enregistré cet événement.

  • L’époque moderne, enfin, qui connaît un maximum de peuplement rural jamais égalé dans l’histoire, et voit, à la charnière des xviiie et xixe s., l’extension systématique et rationnelle de l’agro‑système à l’ensemble des terroirs –en direction des étangs, avec de multiples tentatives de drainage,– et des versants, avec l’implantation d’un réseau sophistiqué de restanques. L’aménagement des versants a dû logiquement contribuer à stabiliser les pentes et à protéger les sols. Il pourrait être la conséquence d’une aggravation antérieure de l’érosion, que l’on pourrait situer aux premiers temps de l’époque moderne ou à la fin du Moyen Âge. Dès le xve s., en effet, la population se plaint que « les étangs emportent toute la terre qui serait bonne à cultiver » (Archives départementales des Bouches‑du‑Rhône, série C, liasse 126).

4.2 À l’origine du paysage actuel : les premières communautés agricoles préhistoriques

21Le Néolithique constitue une étape décisive dans l’évolution du milieu naturel. L’introduction en Provence, dès le sixième millénaire, des techniques de l’agriculture, de l’élevage et de la fabrication de la céramique entraîne le passage d’une économie de prédation à une économie de production, impliquant un bouleversement des rapports entre l’homme et l’environnement (fig. 39‑41). Dans le secteur étudié, les premières traces d’agriculture et de domestication apparaissent sur le site chasséen de Miouvin (IS‑13). Mais bien que certains signes d’évolution se soient déjà manifestés dans les techniques de construction et dans l’économie des populations castelnoviennes de l’Abri Cornille (IS‑9), il semble que les mutations engendrées par la néolithisation soient très progressives, et il faut attendre le Néolithique final pour que se constitue une véritable « paysannerie ».

FIG. 39 – Le secteur des Étangs au Mésolithique.

FIG. 40 – Le secteur des Étangs au Néolithique ancien et moyen.

FIG. 41 – Le secteur des Étangs au Néolithique final.

4.2.1 L’apport des prospections à la connaissance de l’occupation du sol au Néolithique

22Les prospections permettent de préciser la nature et le rythme des processus évolutifs engagés sur la rive occidentale de l’étang de Berre au Néolithique.

4.2.1.1 Mobilier, chronologie et représentativité

23Le mobilier antérieur à l’âge du Fer est essentiellement composé de fragments de céramique modelée et de silex taillés.

24On dénombre 2 050 fragments de céramique préhistorique, dont 173 bords, 63 éléments de préhension et 49 fragments de fond. 190 éléments ont été identifiés et datés, dont 143 bords. 61,6 % des indices datables se rapportent au Néolithique et 38,4 % à l’âge du Bronze. Les fragments informes sont difficilement identifiables à la seule vue de la pâte, souvent très érodée. Le rapprochement avec les éléments fournis par la fouille de Miouvin (IS‑13) et les sondages opérés sur les sites des Salins de Ferrières (MA‑8) et de l’Abion (MA‑7) laisse penser à une prédominance du matériel du Néolithique final/Chalcolithique. La céramique est souvent assez grossière, peu résistante, son dégraissant de calcite hétérogène et ses teintes variées vont du brun à l’orangé. Quant au matériel lithique, il se rapporte exclusivement au Néolithique, et dans la plupart des cas au Néolithique final/Chalcolithique. Il totalise 266 éléments, dont 192 éclats débités, 29 lamelles, 11 lames, 9 haches polies, 8 nucléus, ainsi que quelques grattoirs, burins, poinçons, perçoirs, percuteurs, pointes de flèche et denticulés.

25L’interprétation de ces données ne va pas sans poser de problèmes. D’un point de vue purement quantitatif, le matériel préhistorique est peu abondant. On s’interrogera, par exemple, sur la signification de silex isolés sur des sites occupés au cours de la Protohistoire ou de l’Antiquité : s’ils traduisent assurément une fréquentation, on ne peut en évaluer ni l’ampleur ni la durée. De même, il faudrait connaître la fonction exacte de la céramique et de l’outillage lithique dans un groupe humain donné à une époque donnée pour en saisir la représentativité. Les fouilles de Miouvin apportent quelques éléments de réponse : elles attestent une large utilisation du mobilier céramique au Néolithique final, qui contraste avec un usage apparemment plus restreint au Chasséen. En revanche, la sous‑représentation de l’âge du Bronze est due en grande partie à la méconnaissance des traceurs culturels.

4.2.1.2 Essai de classification des sites

26Cinq classes de sites ont été définies. Dans la classe A entrent les implantations dont l’ampleur a été révélée par la fouille. C’est le cas du village de Miouvin et des sites « palaffites » du chenal de Caronte. La classe B regroupe les sites de plein air caractérisés par une concentration importante de céramiques et de silex attestant une permanence de l’occupation à un endroit donné pendant une durée donnée et impliquant des activités de production et de stockage. La classe C rassemble des concentrations de matériel cohérent d’un point de vue chronologique mais dont la faible quantité ne saurait témoigner d’une permanence des activités : on pense à des stations temporaires, caractérisées par une prédominance de l’outillage (lithique) sur les éléments de stockage (céramique). La classe D réunit un ensemble de découvertes ponctuelles, le plus fréquemment de silex, hétérogènes sur le plan chronologique et dispersées dans l’espace, attestant la fréquentation d’un secteur, que cette présence humaine soit liée à des activités agro‑pastorales, de chasse, de pêche ou de simple passage. Enfin, la classe E regroupe des découvertes anciennes effectuées hors de tout contexte archéologique.

4.2.2 Les principales implantations

27Trois sites seulement sont fréquentés au Néolithique ancien, encore que de manière très sporadique (SM‑8/36, IS‑11). Sept au moins le sont au Néolithique moyen (SM‑8/34/36/49, IS‑6/8/13). Une soixantaine de sites et de points de découverte isolée peuvent être rapportés au Néolithique final/Chalcolithique. Sur ce total, 2 appartiennent à la classe A, 8 à la classe B, 26 à la classe C et 24 à la classe D.

4.2.2.1 Le site de Miouvin (IS‑13)

28L’occupation du plateau de Miouvin s’étend du Chasséen au Bronze final. Elle correspond à un type d’habitat radicalement nouveau, qui s’oppose par sa situation et son importance aux abris‑sous‑roche mésolithiques. C’est d’abord un habitat de plein air, situé au sommet d’un plateau qui surplombe l’étang de l’Olivier et la Crau. C’est ensuite un habitat groupé, dont la superficie –qui atteint plusieurs hectares– doit répondre à de nouveaux impératifs liés à la sédentarisation, à l’expansion démographique et au stockage de la production agricole.

29Il faut nuancer toutefois l’importance de cette évolution. Les traces d’occupation chasséenne se réduisent à un simple foyer circulaire, et la céramique est encore peu abondante (Inf. archéo. Gallia Préhistoire, 21, 1978 : 697 ; 29, 1986 : 480). Elle se compose essentiellement d’assiettes à fond rond, d’écuelles carénées, de vases cylindro‑sphériques, plus rarement hémisphériques ou sphériques. L’outillage est peu fréquent et très localisé. Quelques rares fusaïoles attestent la pratique du tissage. L’outillage lithique lié au développement des activités agricoles se compose principalement de fragments de lames et de lamelles, de grattoirs, de perçoirs et de pièces à troncature majoritairement taillés dans du silex blond. Une seule hache polie peut être rapportée à cette période. L’industrie osseuse est rare. L’étude de la faune révèle le développement d’un élevage mixte dominé par les ovicapridés et les bovidés, qui devancent les suidés (Courtin 1978 : 10). La chasse semble occuper un rôle très secondaire. En revanche, les restes de poissons et de mollusques montrent que la pêche et la récolte des coquillages jouent un rôle important dans l’approvisionnement (D’Anna et al. 1977 : 388‑389).

30Le Néolithique final correspond à une période de restructuration et d’extension, probablement consécutive à l’essor démographique amorcé au Chasséen (Inf. archéo. Gallia Préhistoire, 29, 1986 : 479‑480). Après une première phase d’habitat ouvert (entre 3500 et 2600 av. J.‑C.), commence une seconde phase (2600‑2100 av. J.‑C.) caractérisée par l’édification en deux temps d’une enceinte qui isole la bordure occidentale du plateau. Dans un premier temps, un mur à double parement de pierres est érigé. Cette enceinte est ensuite modifiée, renforcée par un mur mégalithique à double parement de grandes dalles orthostates. De forme globalement rectangulaire, elle délimite une vaste superficie. L’un des accès se faisait par le sud. À l’intérieur de la nouvelle enceinte, les fouilles ont dégagé une construction possédant des murs en torchis et une crapaudine, ainsi qu’un petit atelier de taille de silex. À l’extérieur, une série de huit trous de poteaux alignés selon un axe nord‑sud révèle l’existence d’une grande cabane de 13,50 m de long sur 3,50 m de large, adossée à la muraille, qui devait être couverte d’un toit à une seule pente. Cette cabane renfermait un foyer et possédait un dallage de galets et de blocs de molasse.

31Le mobilier, qui se rattache au groupe couronnien défini par M. Escalon de Fonton, se distingue nettement de celui de la période chasséenne. La céramique est plus grossière, moins résistante, très rarement décorée et ses teintes sont plus claires. Les formes simples prédominent, avec de nombreux petits bols hémisphériques, des vases globulaires et de grands vases cylindriques destinés au stockage des provisions. Selon J. Courtin (1976 : 261), la présence de grands récipients sur les sites du Néolithique final est liée au développement de l’agriculture céréalière. Le débitage concerne une plus grande variété de silex. L’outillage est caractérisé par une industrie lithique sur éclat et comprend surtout des lames et des lamelles provenant de faucilles. Il est, semble‑t‑il, plus abondant qu’au Chasséen. On signalera la présence de deux haches polies en roche verte de taille moyenne, de fragments de meules, de molettes, de poignards bifaces et de pointes de flèche. L’industrie osseuse reste peu développée. L’étude du mobilier et de la faune montre le développement de l’agriculture et de l’élevage mixte (ovicapridés, petit bœuf, porc) et souligne l’importance de la pêche (restes de poissons) et de la récolte des mollusques (moules, palourdes, huîtres) dans l’alimentation quotidienne. Le rôle des étangs dans le ravitaillement est ainsi confirmé, mais l’absence d’hameçons en os et de poids de filets interroge sur le type de pêche pratiqué.

32L’occupation du site au Chalcolithique est attestée par des tessons ornés de pastillages au repoussé disposés sur trois rangs. Comme à Saint‑Blaise (SM‑8) et au Mazet (FO‑10), ces productions reflètent l’influence du Chalcolithique languedocien, en particulier celle de la civilisation de Fontbouisse. Les quelques alênes de cuivre découvertes sur le site doivent être rapportées à cette période. Il faut voir là sans doute des produits d’importation campaniformes. L’enceinte néolithique fonctionne encore probablement à cette époque. Elle est même peut‑être renforcée au Bronze ancien.

4.2.2.2 L’abri chalcolithique de Rassuen (IS‑26)

33L’abri de Rassuen pourrait correspondre selon J. Courtin (1978 : 18) à un ossuaire chalcolithique. A. Baux et Cazalis de Fondouce y ont exhumé vers 1880 une couche de cendres dont l’épaisseur atteignait 0,50 m et la longueur 15 m, qui contenait de nombreux ossements humains (Baux 1880 : 282). Ceux‑ci étaient accompagnés d’un abondant mobilier constitué d’objets en silex, en os, en céramique et en serpentine, de colliers formés de disques en coquilles percées d’un trou et d’oursins fossiles. Ce type de sépulture collective se rencontre assez fréquemment dès le troisième millénaire. Au sud de l’étang de Berre, on connaît l’ossuaire de la grotte de la Marane et la grotte des Abeilles à Châteauneuf, la grotte des Héritages à Carry‑le‑Rouet, l’hypogée de Sausset, le couloir de Saint‑Pierre‑les‑Martigues. Les hypogées des Alpilles relèvent des mêmes pratiques funéraires collectives.

34À Rassuen, l’ossuaire était juxtaposé à une zone d’habitation, comme l’attestent l’abondance et la nature du mobilier exhumé, ainsi qu’un petit atelier de potier dont l’implantation s’explique par la proximité d’une source pérenne et d’un étang. La céramique décrite par les fouilleurs correspond à celle que l’on rencontre habituellement à cette époque : il s’agit de poteries à cuisson réductrice, à gros dégraissant de calcite ou de quartzite, décorées de moulures, d’un cordon ou d’impressions digitées, et possédant des trous de suspension ou de petites anses. P. Castagnier (1893, I : 103‑106) rapporte la découverte d’un important outillage lithique composé de lames, de racloirs, de petites pointes en silex, évoquant même la possibilité d’une fabrication locale, qu’il déduit de l’abondance des déchets de taille. Il signale plusieurs haches en serpentine polie et des percuteurs. Enfin, l’outillage osseux était lui aussi très développé, avec en particulier des lames et des racloirs pour la préparation des peaux, et des alênes très fines pour coudre ces dernières. La nature de ce mobilier, qui associe des vases à fond rond, de l’outillage lithique et osseux et de nombreux éléments de parure, est caractéristique du Chalcolithique (Courtin 1976 : 265).

35La faune exhumée à Rassuen juxtapose des animaux domestiques (bœuf, mouton, chien), des animaux sauvages (cerf, sanglier, chat sauvage, rat), des poissons (daurade), des crustacés (crabe) ainsi qu’une abondante malacofaune d’origine marine ou palustre (hélices, moules, patelles, vénus, huîtres, cardiums, pectens, buccins). Elle confirme le développement de l’élevage et l’importance de la pêche, de la récolte des coquillages et de la chasse dans le ravitaillement. Enfin, la présence du cheval doit être notée.

4.2.2.3 Les autres implantations (classe B)

36Les huit sites de la classe B correspondent à des stations de plein air plus ou moins étendues. Leur superficie apparente va de quelques milliers de mètres carrés à un ou deux hectares.

Le site de Saint‑Blaise (SM‑8)

37Le site de Saint‑Blaise a livré quelques vestiges d’occupation du Néolithique ancien. Ces traces se limitent à des fragments de céramique et à des éclats de silex retouchés appartenant à la phase moyenne du Cardial provençal. Le niveau le plus ancien de Saint‑Blaise contenait également de menus fragments d’os, de charbon de bois et de corail brut, mais aucun aménagement du rocher n’a été observé (Rolland 1951 : 46 ; Bouloumié 1984 : 44). Seuls les sites de Mauvegeane (SM‑36) et de Barabant (IS‑11) ont livré des indices susceptibles d’être rapportés à cette période. Le peuplement cardial était par conséquent aussi clairsemé que celui de la période précédente autour de l’étang de Berre.

38L’occupation chalcolithique de Saint‑Blaise est mal connue. Parmi les tessons recueillis dans la couche VIII se trouvaient un fragment de vase hémisphérique orné de cannelures en guirlandes caractéristique de la civilisation font‑buxienne, ainsi que des tessons campaniformes du Groupe Provençal à motifs incisés et estampés. Selon J. Courtin (1978 : 14, 17, fig. 10), ces derniers se rattachent à la phase récente et finale de ce Groupe et se retrouvent sur les sites du Collet Redon (La Couronne), du Collet du Verdon (Saint‑Chamas) et de Château Viran (La Fare). Soulignant le caractère défensif des implantations campaniformes, l’auteur cite Saint‑Blaise en exemple.

Le site du Mazet (FO‑10)

39Lors du creusement d’une tranchée destinée à l’implantation d’un gazoduc sur le plateau du Mazet, en 1987, a été mis au jour un important lot de céramique et de silex dont l’étude a révélé deux phases d’occupation successives au Chalcolithique et au Bronze final II et III (Coye, Lagrue 1988, II, Maz‑07A). Le matériel chalcolithique –qui rassemblait plus de 70 % des fragments– se compose essentiellement de céramiques non décorées de type couronnien, mêlées d’éléments d’influence languedocienne de type Fontbouisse. L’outillage lithique, constitué d’armatures de flèches, de grattoirs sur éclats, de fragments de lamelles, de nucléus et de rognons de silex, indique une activité de débitage sur place. L’industrie osseuse est représentée par deux poinçons sur métapode d’ovicapridé et une pointe mousse sur métapode de petit bœuf. L’étude de la faune atteste la consommation du bœuf, des ovicapridés et du lapin. Les ramassages de surface ont permis de recueillir un matériel identique et abondant sur plusieurs hectares. On ne peut s’empêcher d’établir un rapprochement entre ce site et la découverte, réalisée en 1857 dans ce secteur, de nombreux squelettes entassés sur le modèle des sépultures collectives à une profondeur de 2 à 3 m2.

Le site du Collet Redon (SM‑49)

40Un abondant mobilier attribué au Néolithique final/Chalcolithique a été recueilli au nord, à l’ouest et dans une moindre mesure au sud de la butte du Collet Redon, sur un entablement rocheux de près de 500 m de long, sur une superficie de deux hectares (fig. 42). Très fragmenté et dispersé, il provient du sommet de cette butte qui culmine à la cote 111 m ngf et sur laquelle le matériel est totalement absent aujourd’hui du fait d’une intense érosion. Le site présente en outre des indices d’occupation datés plus largement du Chasséen au Bronze moyen, et du premier âge du Fer.

Le site de Péricard (SM‑33)

  • 2 « En 1857 donc, M. Rousseau, autant en qualité de membre de l’institut qu’en qualité de propriétair (...)

41Le site de Péricard est implanté sur la bordure occidentale d’un replat structural dominant l’étang du Pourra à la cote 25 m ngf. L’abondance, la concentration et l’homogénéité du matériel recueilli sur 5 000 m2 y attestent l’existence d’une petite station couronnienne.

Le site de Mauvegeane (SM‑36)

42Le site de Mauvegeane est établi au débouché du vallon du même nom sur celui de Massane, au pied du plateau de Caderaou, à la cote 50 m ngf (fig. 42). Orienté au sud et protégé du mistral, ce gisement dont la superficie n’excède pas 5 000 m2 a livré un matériel céramique et lithique particulièrement riche, homogène et bien conservé, attestant une occupation au Néolithique ancien, moyen et final.

Le site des Patorgues (SM‑6)

43La station des Patorgues est située non loin de là, au quartier de Massane, sur un entablement incliné vers le sud qui domine au nord l’étang de Berre du haut d’une falaise d’une trentaine de mètres. Le matériel, dispersé sur 1,5 ha, se compose de nombreux fragments de céramique chalcolithique, d’une hache non achevée extraite d’un galet percuté en roche verte, d’un galet travaillé utilisé comme poids de filet ou comme fusaïole et d’éclats de silex. Le site est également occupé au Bronze ancien, moyen et final.

Le site de Saint‑Michel (IS‑14)

44Le site de Saint‑Michel était connu pour son occupation à la fin de l’Antiquité. Un ramassage systématique réalisé en septembre 1989 après un incendie a mis en évidence l’occupation de cette butte très escarpée située à la cote 114 m ngf au Néolithique final, au Bronze final IIIb et au premier âge du Fer. Le matériel caractéristique du Néolithique final, réparti sur plus d’un hectare, représente 28 % du total des bords recueillis en prospection pour cette période. Un foyer mis au jour par des fouilleurs clandestins au bord de la corniche orientale a livré de nombreux fragments de céramique, des silex, des ossements animaux et un escargot marin.

FIG. 42 – Le vallon de Magrignane au Néolithique final.

Le site de La Pinède (IS‑34)

45Implanté au nord‑est de l’étang de Citis, sur un bas plateau, le site de La Pinède a révélé sur une superficie d’environ deux hectares un mobilier abondant, homogène et bien conservé attestant une occupation au Néolithique final, peut‑être à l’âge du Bronze et assurément au premier âge du Fer.

4.2.3 La gestion de l’espace au Néolithique final, Chalcolithique

4.2.3.1 L’homme et les étangs

  • 3 H. Laval met en rapport la péjoration climatique observée vers 5000 BP et le perchement de l’habita (...)

46L’étude comparée des principaux sites du secteur des Étangs au Néolithique final/Chalcolithique fait apparaître un certain nombre de traits communs. L’une de ces caractéristiques est leur position topographique, au sommet de plateaux plus ou moins élevés. C’est là semble‑t‑il un phénomène fréquent en Provence à cette époque (Courtin 1976 : 261). Sur dix sites, trois se localisent au‑dessus de la courbe des 100 m ngf et cinq au‑dessus de celle des 50 m. Tous les autres, à l’exception du site de Rassuen qui présente un cas particulier, se trouvent à une altitude supérieure à 30 m ngf. Les sites de Saint‑Michel, du Collet Redon et de Miouvin sont implantés au sommet de buttes ou de plateaux escarpés, dont le caractère défensif ne peut être complètement nié. Les sites de Saint‑Blaise, du Mazet, des Patorgues et de Péricard sont installés en rebord de plateaux d’altitude plus modeste. Seul le site de Mauvegeane se localise en fond de vallon. Il faut probablement voir là davantage la conséquence d’un engorgement hydrique des zones basses –lié à l’élévation générale des plans d’eau au Subboréal et à la désorganisation corrélative des écoulements– que d’un souci de sécurité3. Le perchement du site de Miouvin, qui occupe une position de rebord de plateau, peut très bien s’expliquer par la mise en culture du vaste entablement calcaire de Cansaou, aux sols légers et naturellement drainés, dont la longueur excède un kilomètre et la superficie 25 ha. L’élevage pouvait être pratiqué sur les versants. Quant au caractère défensif de l’enceinte, il peut être discuté. Peut‑on véritablement parler d’un rempart ? La vocation agro‑pastorale du site n’évoque‑t‑elle pas davantage un enclos destiné au bétail ? Il est significatif que la principale construction mise au jour par les fouilles se trouve précisément à l’extérieur de l’enceinte.

47À l’inverse, sur les 24 sites de la classe C, 20 sont implantés en dessous de la courbe des 50 m ngf, 12 sous celle des 25 m et 6 sous le niveau de la mer. La plupart des sites de cette classe et des découvertes ponctuelles de la classe D se localisent sur le pourtour des étangs, témoignant de l’importance du milieu palustre dans l’activité des hommes néolithiques. Plusieurs zones de concentration d’artefacts peuvent être énumérées d’ouest en est :
– la bordure orientale de l’étang de l’Estomac ;
– le plateau du Mazet ;
– la dépression marécageuse qui prolonge au nord l’étang de Lavalduc, jusqu’à la hauteur des salins de Rassuen ;
– la dépression située au sud de l’étang d’Engrenier et le plateau du Valentoulin, où des traces d’aménagement du rocher (trous de poteaux, encoches rupestres) ont été observées (PB‑6) ;
– le plateau de Saint‑Blaise et de Castillon, ainsi que la bordure de l’étang du Pourra ;
– enfin, la dépression formée par l’ancien étang de Magrignane.

48D’une manière générale, la densité des sites diminue à mesure que l’on s’éloigne des étangs. L’attitude des populations néolithiques à l’égard des plans d’eau est donc ambivalente. En fait, la position des principales implantations de rebord de plateau au Néolithique final reflète probablement tout autant un souci de salubrité que la recherche d’une certaine proximité du milieu aquatique. Les habitants de Miouvin étaient à la fois à l’abri et très proches de l’étang de l’Olivier, dont ils tiraient une grande partie de leur subsistance : les fouilles y ont clairement montré le contraste entre l’importance de la pêche et de la collecte des mollusques et l’effacement du rôle de la chasse dans l’alimentation quotidienne (D’Anna et al. 1977 : 388‑389). Les occupants des Patorgues surplombaient l’étang de Berre du haut d’une falaise, ceux de Péricard dominaient l’étang du Pourra, ceux du Mazet l’étang de Lavalduc, ceux de Saint‑Blaise à la fois les étangs de Citis et de Lavalduc. L’intérêt des prospections est d’éclairer d’un jour nouveau ce type de localisation, qui permettait aux hommes de se protéger des effets néfastes des marécages tout en gardant la proximité nécessaire à l’exploitation des ressources variées offertes par la pêche, le ramassage des coquillages, la chasse au gibier d’eau, l’extraction de l’argile, la coupe des végétaux utilisés pour la confection des litières, la fabrication du torchis et la vannerie, ou encore la collecte du sel. Cette ambivalence est bien illustrée par une petite station implantée au sommet d’une éminence dominant légèrement la bordure méridionale de l’étang d’Engrenier (FO‑34) à la cote 5 m ngf. Même en envisageant un très haut niveau de l’étang, les occupants de ce site étaient à l’abri de l’eau tout en bénéficiant d’une position favorable à l’exploitation de ses ressources.

49Les recherches conduites dans différentes régions confirment l’attrait des « positions intermédiaires » au Néolithique final. Dans la vallée du Calavon (Vaucluse), par exemple, on constate que la grande majorité des sites de plein air –soit 33 sur 48– sont implantés sur des coteaux ; huit se situent en plaine, quatre en bordure d’un cours d’eau et trois seulement sont perchés (Bellet 1990 : 26). Cela n’exclut pas que de très grandes stations, comme celle des Fabrys, qui couvre plus de 20 ha, soient localisées au fond de zones humides (en l’occurrence le Plan de Bonnieux), à l’image du site de Mauvegeane (SM‑36). Dans la vallée du Rhône et dans la vallée de l’Isère, l’attirance des hommes néolithiques pour les terrasses alluviales relève a priori du même type de comportement.

4.2.3.2 L’homme et les champs

  • 4 Il s’agit de la théorie économique de l’école de Cambridge basée sur la définition d’une « aire de (...)

50Cette stratégie d’utilisation de terroirs complémentaires s’accorde assez bien avec le modèle concentrique de subsistance développé par E.S. Higgs, C. Vita‑Finzi (1972) et M.R. Jarman (1972), qui implique une distribution des aires d’approvisionnement et donc des parcours autour d’un point central –le site– en fonction d’un principe de minimisation des efforts4. Les besoins quotidiens (eau, alimentation végétale et carnée, fourrage, litières, bois de chauffage, d’outillage et de construction) nécessitant un approvisionnement à faible distance, l’habitat groupé des classes A et B se serait ainsi trouvé au centre de l’« aire d’emprise » de la communauté. Une première zone périphérique correspondant aux plateaux aurait été occupée par les champs cultivés. La quantité de main‑d’œuvre et de temps nécessaires aux travaux quotidiens (labours, semailles, récoltes) et les problèmes liés au stockage des semences et des récoltes imposaient en effet une certaine proximité de l’habitat. Les versants qui bordent les plateaux auraient été voués à l’élevage, à la chasse, à la cueillette et au ramassage du petit bois. La situation de l’habitat en rebord de plateau facilitait la garde et le déplacement des troupeaux. Enfin, la zone la plus lointaine, constituée par les étangs et les marécages, aurait apporté le complément indispensable en protéines et en matériaux de construction.

  • 5 L’augmentation de la taille et du nombre des herminettes et des haches en pierre polie entre le Cha (...)

51Ce modèle a le mérite d’expliquer la distribution des différents types d’implantations dans l’espace, en particulier la dispersion régulière des sites de classe A et B sur les plateaux. Il a l’inconvénient de « fixer » l’agro‑système néolithique dans une immobilité incompatible avec ce que l’on sait –ou du moins ce que l’on suppose– de la pratique des brûlis et de l’itinérance des cultures. La rareté de l’outillage lourd que l’on associe habituellement aux activités de défrichement laisse penser que les habitants de Miouvin pratiquaient l’essartage5. L’agriculture sur brûlis épuisant rapidement les sols, les champs devaient être régulièrement déplacés. Cette mobilité pose le problème de la relation spatiale du champ à l’habitat. Le modèle des cercles concentriques est certainement valable pour un site comme celui de Miouvin, dont la fouille atteste la permanence de l’occupation du Chasséen au Chalcolithique. Mais il est impossible de savoir si les sites de la classe B ont fonctionné simultanément, ou bien si au contraire ils se sont succédé dans le temps. La première hypothèse conduirait à envisager une densité de peuplement évidemment supérieure à la seconde, qui, plus dynamique, implique qu’un nombre réduit de communautés occupaient successivement l’espace, déplaçant périodiquement leur lieu d’habitation. La question est alors de savoir quels rapports ces communautés entretenaient avec l’agglomération de Miouvin. En ce qui concerne les sites de la classe C, il faut peut‑être y voir des stations temporaires (campements, cabanes, huttes, simples refuges) en relation avec les implantations principales. On a donc l’image, pour le Néolithique final, d’une organisation complexe de l’espace, que le modèle des cercles concentriques permet d’éclairer, mais en partie seulement.

52Une « anomalie » nettement visible dans la distribution spatiale des sites néolithiques mérite d’être soulignée, car elle confirme à mes yeux les remarques qui viennent d’être faites : l’absence d’implantations ou même de simples découvertes d’artefacts isolés dans le secteur des collines méridionales me paraît en effet révélatrice de l’attirance exercée sur les hommes néolithiques non seulement par les étangs mais aussi par la nature du substrat géologique qui leur est associé. Ce vide archéologique ne saurait correspondre à un vide de la recherche puisque cette zone a fait l’objet de prospections systématiques. Il ne tient pas non plus à un effet de masquage dû au colluvionnement : en effet, le substrat est partout visible à très faible profondeur. L’érosion n’en est pas davantage responsable, en l’absence de pentes fortes et de sédiments suffisamment meubles. Bien au contraire, toutes les conditions géomorphologiques sont ici réunies pour favoriser une bonne lisibilité des sites. Ce secteur correspond à l’aire d’extension de l’affleurement de l’étage bégudien, qui produit des sols lourds argilo‑marneux dont l’engorgement hydrique implique la mise en œuvre de techniques de drainage inconnues avant l’époque romaine. Les prospections effectuées dans la vallée du Calavon ont souligné l’« allergie » des hommes néolithiques aux substrats argilo‑marneux. Les auteurs notent que les sites se localisent préférentiellement sur les substrats qui produisent des sols légers, en particulier les terrains sableux et la molasse miocène (Bellet 1990 : 25‑27). La même situation prévaut dans la moyenne vallée du Rhône (Beeching et al. 1988). De fait, les sites de Miouvin (IS‑13) et de Saint‑Michel (IS‑14) sont implantés sur le calcaire coquillier vindobonien de Sulauze, le site du Mazet (FO‑10) sur la calcarénite rousse vindobonienne, celui du Collet Redon (SM‑49) sur un entablement de calcarénite blanche burdigalienne superposé aux argilites et grès bégudiens. La fréquentation de la bordure marécageuse des étangs au Néolithique final n’est donc pas due à l’agriculture mais aux activités complémentaires auxquelles j’ai fait référence, ce qui va dans le sens d’une spécialisation des activités productives en fonction des types de terroirs.

4.2.3.3 L’exploitation des ressources minérales

53L’examen des silex recueillis en prospection pose la question d’une éventuelle exploitation des ressources minérales locales. L’origine des silex blonds qui prédominent nettement dans les niveaux chasséens de Miouvin (IS‑13) et sur le site de Mauvegeane (SM‑36) ne peut être définie avec certitude. Les fouilles conduites sur le premier site montrent l’élargissement de l’aire d’approvisionnement au Néolithique final : en effet, à côté des silex blonds qui deviennent minoritaires, on trouve surtout désormais des silex gris et bruns (Camps‑Fabrer et al. 1980 : 55). Ces derniers sont très nettement majoritaires dans le matériel recueilli en prospection. Ils pourraient provenir de la chaîne de la Nerthe, où l’on connaît l’existence de nombreux ateliers d’extraction. Ceux‑ci se caractérisent par l’abondance des déchets de taille et par la présence de lourds maillets à gorge en quartzite utilisés pour dégager les rognons de silex de leur matrice calcaire (Courtin 1976 : 265 ; 1978 : 18). En outre, la découverte, aux Patorgues (SM‑6), d’une hache non achevée en roche verte non loin d’un affleurement de galets de même nature laisse penser à une exploitation locale du poudingue bégudien. Un objet similaire a été recueilli sur le site du Collet Redon (SM‑49). Il n’est pas impossible que nombre de haches polies dont l’origine est attribuée à des galets de Crau proviennent en fait du substrat crétacé. La présence de lamelles d’obsidienne sarde sur le site de Miouvin témoigne quant à elle de l’existence, dès le Chasséen, d’échanges commerciaux et culturels à longue distance avec le monde méditerranéen.

4.2.4 L’évolution de l’occupation du sol à l’âge du Bronze

54La rareté des sites de l’âge du Bronze dans le secteur des Étangs contraste de manière saisissante avec la densité de l’occupation connue au Néolithique final. Le déséquilibre constaté tient pour une part à notre méconnaissance des céramiques de cette période, particulièrement celles du Bronze ancien et moyen, mais il correspond probablement aussi à un recul réel du peuplement. Quatre sites et deux découvertes isolées étaient connus : Saint‑Blaise (SM‑8), Miouvin (IS‑13), les Salins de Ferrières (MA‑8), l’Abion (MA‑7) et les deux haches inventées sur l’Hauture (FO‑38) et au quartier de Ferrières (MA‑10). L’apport des prospections s’est avéré fructueux, puisque sept nouveaux sites doivent leur être adjoints. Sur ce total de 13 sites, trois appartiennent à la classe A, six à la classe B, deux à la classe C et deux à la classe E.

4.2.4.1 Le Bronze ancien et moyen

55Les prospections confirment la réalité de l’occupation du secteur des Étangs au Bronze ancien et moyen, même si les indices sont souvent assez ténus et ne permettent pas de distinguer les deux périodes. Les traces d’occupation consistent en quelques éléments épars récoltés sur des sites chalcolithiques (fig. 43).

FIG. 43 – Le secteur des Étangs au Bronze ancien et moyen.

L’articulation Chalcolithique, Bronze ancien

56Au Bronze ancien et moyen, quatre sites seulement sont occupés ou fréquentés : Saint‑Blaise (SM‑8), Miouvin (IS‑13), le Collet Redon (SM‑49) et les Patorgues (SM‑6). Tous fonctionnaient déjà au Néolithique final/ Chalcolithique. La réoccupation des sites chalcolithiques par les hommes du Bronze ancien est un fait connu en Provence et en Languedoc (Courtin 1978 : 26). Mais plus que la continuité de l’occupation entre ces deux périodes, c’est la longévité des implantations en général qui mérite d’être soulignée. Le site de Saint‑Blaise est fréquenté depuis le Cardial, celui de Miouvin depuis le Chasséen. Tous deux fonctionnent jusqu’à une époque avancée de l’âge du Bronze. Le site du Collet Redon présente des traces d’occupation du Chasséen au Bronze moyen, puis au premier âge du Fer. Celui des Patorgues a livré des indices du Chalcolithique, du Bronze ancien, moyen et final. Enfin, le site du Mazet (FO‑10) est occupé au Chalcolithique puis au Bronze final II et III, avec une rupture apparente au Bronze ancien et moyen.

Mobilier, chronologie et représentativité

57La rareté des artefacts caractéristiques du Bronze ancien et moyen pose la question de l’importance du peuplement et de l’éventualité d’un recul de l’occupation humaine. On a vu que 38,4 % des fragments de céramiques préhistoriques datables et 43,4 % des bords se rapportent à l’âge du Bronze. En fait, 8,4 % seulement des indices concernent le Bronze ancien et moyen, contre 30 % pour le Bronze final. Si l’on ne tient compte que des bords, la part du Bronze ancien et moyen tombe à 3,5 % et celle du Bronze final atteint 39,9 %. Dans ce contexte, la découverte à Ferrières (MA‑10) d’une hache de bronze à bords droits caractéristique d’un Bronze ancien avancé ou plus probablement de la phase initiale du Bronze moyen est exceptionnelle (Courtin 1978 : 21, 26‑28, fig. 12, 17 no 1). C’est l’un des rares objets métalliques connus en basse Provence à cette époque.

58Aucun site n’a, semble‑t‑il, l’importance du Camp de Laure (Le Rove), même si l’étendue limitée des fouilles de Miouvin ne permet pas d’être trop affirmatif. Le Bronze ancien apparaît à Miouvin comme une période de transformation (Inf archéo. Gallia Préhistoire, 29, 1986 : 480). L’enceinte néolithique est renforcée en différents points. Quelques rares tessons décorés dans le style de ceux du Camp de Laure attestent une occupation réduite en regard de la période précédente. Le site de Saint‑Blaise a fourni quant à lui une grosse anse à bande verticale quadrillée identique à l’exemplaire du Camp de Laure, ainsi que des fragments de gobelets décorés de motifs barbelés (Courtin 1978 : 17, fig. 10 nos 4‑5, 26 ; Bouloumié 1984 : 44). La présence de décors de tradition campaniforme et d’anses ornées témoigne selon J. Courtin (1976 : 448) du rôle déterminant joué par le substrat de population local dans l’élaboration du Bronze ancien provençal. Plusieurs sondages ont révélé en outre des traces d’occupation au Bronze moyen.

59C’est le site du Collet Redon (SM‑49) qui a livré le plus d’indices de surface pour cette période : on notera en particulier quatre anses en ruban, une anse en ruban rivetée, quatre anses ad ascia, deux fragments de vase et un fond sur pied caractéristique. Le site des Patorgues (SM‑6) a également fourni quelques indices spécifiques.

Habitat, économie et environnement au Bronze ancien et moyen

60Trois de ces sites sont implantés en hauteur : Saint‑Blaise est situé entre les cotes 50 et 65 m ngf, Miouvin à la cote 95 et le Collet Redon à la cote 111. Par ailleurs, aucun site de zone basse n’est connu à cette époque, comme cela était le cas au Néolithique final. La prédilection des hommes du Bronze ancien pour les sites de hauteur témoigne peut‑être d’un climat d’insécurité, qu’illustrerait à Miouvin le renforcement de l’enceinte néolithique. Certains auteurs ont voulu voir dans la rareté des vestiges de cette période le signe d’une économie pastorale semi‑nomade (Courtin 1976 : 442). Les fouilles du Camp de Laure confirment cependant la sédentarité des populations et permettent d’éclairer certains aspects de la société et de l’économie locales (Courtin 1975). La présence d’un rempart techniquement élaboré témoigne d’un certain degré d’organisation politique et sociale. Les faucilles en silex, les haches en pierre polie et le matériel de broyage attestent une intense activité agricole. L’industrie du silex demeure florissante, perpétuant la tradition chalcolithique. Elle disparaît au Bronze moyen. Les ossements de petit bœuf, d’ovicapridé et de porc confirment l’existence d’un élevage mixte. La chasse et la pêche semblent constituer en revanche des activités secondaires. Le développement de l’agriculture et de l’élevage suffisait peut‑être alors aux besoins d’une population moins abondante que celle du Néolithique final. Cette situation expliquerait le rôle apparemment marginal des étangs dans la vie quotidienne des communautés de cette époque.

4.2.4.2 Le Bronze final

61Avec neuf sites occupés, le Bronze final est mieux représenté que le Bronze ancien et moyen (Fig. 44). On a vu que 30 % des indices préhistoriques datables et 39,9 % des bords s’y rapportent. Mais ces données quantitatives ne doivent pas oblitérer la complexité de l’évolution qui s’opère au cours de cette période.

FIG. 44 – Le secteur des Étangs au Bronze final.

L’évolution de l’habitat au Bronze final

62Le Bronze final s’inscrit en rupture par rapport à la période précédente : il voit l’abandon des établissements du Bronze ancien et moyen –à l’exception de Saint‑Blaise (SM‑8)– et une descente de l’habitat en bordure de milieu palustre, avec l’apparition de deux nouveaux sites : les Salins de Ferrières (MA‑8) et l’Abion (MA‑7). Le secteur du Mazet (FO‑10) est réoccupé après un hiatus au Bronze ancien et moyen. Le site de Saint‑Michel (IS‑14) présente également des traces très nettes d’occupation au Bronze final IIIb. En outre, la découverte en 1945 d’une hache à talon caractéristique du Bronze final II ou III au pied de la tour du cimetière de l’Hauture (FO‑38) pose la question d’une possible occupation du rocher de Fos à cette époque.

63Deux phases peuvent être distinguées dans l’évolution de l’habitat. Il semble que le début du Bronze final perpétue l’habitat hérité du Bronze ancien et moyen, lui‑même issu du Néolithique. C’est le cas à Miouvin, à Saint‑Blaise et aux Patorgues. Au Bronze final ont lieu la destruction de l’enceinte mégalithique de Miouvin et l’abandon définitif du site (Inf archéo. Gallia Préhistoire, 29, 1986 : 480). Les fouilles de Saint‑Blaise ont révélé plusieurs fragments de céramique de la fin du Bronze moyen et de la phase initiale du Bronze final, dont des productions de type italique avec anses ad ascia qui peuvent être attribuées à la civilisation de la Polada (Bouloumié 1984 : 44). Enfin, le site des Patorgues a livré quelques bords du début du Bronze final.

64La situation au Bronze final II n’apparaît pas clairement. Le Bronze final III correspond en tout cas à un état très différent, caractérisé par l’émergence de nouveaux sites, en particulier ceux du chenal de Caronte. La réoccupation du Mazet et l’occupation de l’Hauture pourraient se faire dès le Bronze final II, qui correspondrait ainsi à une période de mutation dans l’organisation de l’habitat, dont nous ne percevrions le terme qu’au Bronze final III. C. Lagrand (1976 : 455) considère que la densification de l’habitat au Bronze final II reflète une « nette expansion démographique ». En ce qui concerne le secteur de Saint‑Blaise, ce n’est pas tant le nombre des implantations qui change que les modalités de l’occupation du sol.

Le secteur du Mazet

65La cartographie des découvertes du Bronze final effectuées dans le secteur du Mazet fait apparaître une zone d’occupation relativement étendue, ordonnée autour de deux points (FO‑10/12). Après une première phase d’occupation au Chalcolithique, suivie d’un hiatus apparent au Bronze ancien et moyen, le site FO‑10 connaît une réoccupation au Bronze final II et III : 29,8 % des fragments de céramique datables recueillis dans la tranchée qui a recoupé ce site se rapportent en effet à cette période. Il semble que tout le secteur du Mazet ait été alors occupé. Dans l’une des tranchées de reconnaissance réalisées à environ 750 m à l’ouest à l’occasion de l’aménagement d’un lotissement, j’ai pu observer en coupe les traces ténues d’un sol daté du Bronze final à une profondeur de 1,20 m (FO‑12). Sur ce lambeau de sol reposait un vase à fond plat brisé sur place. Le reste du matériel se composait de fragments à décors d’incisions verticales, de débris de meules en basalte, de charbons de bois provenant d’un foyer, d’ossements animaux et de nombreux coquillages (principalement des coques, mais également des palourdes, des huîtres, des moules et des pectens). Enfin, le site FO‑14 a lui aussi livré des indices d’occupation de l’âge du Bronze.

Les établissements du chenal de Caronte

66Deux sites espacés d’un kilomètre apparaissent au Bronze final en bordure nord du chenal de Caronte, aux Salins de Ferrières (MA‑8) et à l’Abion (MA‑7). Ils rappellent les habitats palafittes à occupation temporaire ou saisonnière du littoral languedocien (étangs de Thau et de Mauguio)6. S’ils n’ont livré aucune structure en place –à l’exception peut‑être de pieux en bois et de madriers qui pourraient correspondre à des pilotis– les sondages ouverts sur les deux gisements ont fourni un abondant mobilier céramique, daté du Bronze final IIIb et constitué de plats, de jattes et d’urnes décorés d’impressions digitées, de cannelures et d’incisions géométriques en épis, chevrons ou lignes parallèles (Legros 1982 ; 1985 ; Courtin 1988). Les fouilleurs ont également mis au jour divers objets usuels : poids de filets, fusaïoles, meules en basalte, sole de four, herminettes en bronze. Des fragments de torchis à clayonnage attestent l’existence de constructions légères. L’étude du mobilier et de la faune montre le développement d’un système mixte agro‑pastoral. Les restes de mouton et de porc sont particulièrement abondants, ceux de bœuf et de cerf beaucoup moins fréquents. La rareté des restes de poissons et des coquillages n’a probablement aucune signification. En effet, l’existence de tels sites palustres est vraisemblablement liée à une activité de pêche – comme l’attestent les poids de filets découverts sur les deux sites. On peut également envisager l’hypothèse d’un système de transhumance inverse, sur le modèle développé en Languedoc (Py 1990).

4.3 Conclusion

67Les Étangs de Saint‑Blaise ont focalisé dès une époque reculée une intense fréquentation humaine, qui explique la précocité de l’impact des communautés agro‑pastorales sur l’environnement. Il semble en effet que le peuplement de l’âge du Fer s’effectue dans un milieu déjà très largement dégradé par les défrichements antérieurs. Mais on n’observe qu’un parallélisme relatif entre l’évolution connue de la charge agricole et celle du détritisme. En fait, il n’y a pas de relation de causalité univoque entre les phases d’extension de l’agro‑système et le déclenchement des crises d’érosion. La première véritable rupture d’équilibre intervient au Néolithique final, la seconde à l’époque moderne, mais des périodes de forte pression démographique comme l’âge du Fer et l’Antiquité ne paraissent avoir eu qu’un impact érosif limité. C’est qu’on est là en présence de phénomènes cumulatifs : l’effet des premiers défrichements a probablement été d’autant plus dommageable qu’il affectait un milieu encore vierge, mais néanmoins déjà fragilisé, de nouveaux équilibres se créant par la suite entre populations et ressources. La variable climatique a également joué un rôle déterminant en modifiant, dans un sens ou dans l’autre, le seuil de résistance du milieu. Ainsi les phases humides du Subboréal et du Petit Âge Glaciaire ont‑elles favorisé l’expression sédimentologique des défrichements chalcolithiques et modernes. En revanche, le développement de l’agro‑système gallo‑romain a bénéficié d’une combinaison de facteurs bioclimatiques (période sèche, comblement des dépressions) et technologiques (drainages, protection des versants) propice à une stabilisation durable des versants.

Notes

1 Dans ce diagramme, les courbes de Juglans et d’Olea démarrent immédiatement après la phase initiale des défrichements.

2 « En 1857 donc, M. Rousseau, autant en qualité de membre de l’institut qu’en qualité de propriétaire du Mazet, fit des fouilles pour découvrir les mines de sel gemme qu’il croyait trouver un peu au‑dessus de Lavalduc, entre la pompe du Mazet et Château‑Vert. Le résultat fut vraiment inattendu. À une profondeur de deux ou trois mètres et dans les anfractuosités du rocher même, au lieu de sel gemme on découvrit une grande quantité d’ossements humains superposés. On ne rechercha pas d’où provenaient ces ossements ; on se contenta, vu leur abondance, d’en remplir plusieurs tombereaux d’abord et finalement de les jeter en tas sur les bords mêmes des excavations pratiquées pour les fouilles. » (Saurel1877 : 17.)

3 H. Laval met en rapport la péjoration climatique observée vers 5000 BP et le perchement de l’habitat (Triat‑Laval 1978 : 266). D’une manière générale, l’auteur considère systématiquement le milieu palustre comme répulsif.

4 Il s’agit de la théorie économique de l’école de Cambridge basée sur la définition d’une « aire de captage », traduction de l’expression site catchment. Pour chaque site est dressé un tableau complet des ressources naturelles disponibles dans un rayon d’environ cinq kilomètres, défini, sur une base ethnographique, comme l’espace accessible en une heure de marche à partir du point central (Higgs, Vita‑Finzi 1972 ; Jarman 1972).

5 L’augmentation de la taille et du nombre des herminettes et des haches en pierre polie entre le Chasséen et le Néolithique final pourrait bien refléter l’extension progressive des défrichements à des zones de plus en plus vastes, mais aussi de plus en plus difficiles à éclaircir. On imagine que les populations néolithiques se sont attaquées d’abord à la végétation basse et arbustive avant d’étendre l’agro‑système aux dépens des arbres.

Table des illustrations

Légende Fig. 38 – Évolution comparée de quelques indicateurs de l’activité érosive, de la végétation, de l’agriculture et de la charge humaine sur le milieu depuis le Néolithique. Les données paléoenvironnementales proviennent de l’étude pluridisciplinaire de la carotte du Pourra. Les données paléodémographiques sont pondérées par siècle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 39 – Le secteur des Étangs au Mésolithique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 40 – Le secteur des Étangs au Néolithique ancien et moyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 41 – Le secteur des Étangs au Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende FIG. 42 – Le vallon de Magrignane au Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende FIG. 43 – Le secteur des Étangs au Bronze ancien et moyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 44 – Le secteur des Étangs au Bronze final.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45218/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search