Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Première partie. Essai d’archéologie du paysage

Chapitre 2. Spécificité, contraintes et potentialités du milieu des Étangs

2 Spécifie features, constraints and potential of the pools environment

Especificidad, inconvenientes y potencialidades del medio de los Estanques

Résumé

La présentation du milieu s’appuie sur la définition de trois unités de paysage caractérisées sur les plans géologique, topographique, micro‑climatique et phytologique. L’accent est mis sur la très forte spécificité des étangs. Un inventaire des ressources du sous‑sol est dressé. Dans le paysage actuel sont recherchés les voies de communication et les repères géographiques évoqués par les auteurs antiques. Il apparaît que les Anciens avaient une perception aiguë de la mobilité des paysages littoraux.

Texte intégral

1Situé à mi‑chemin entre Marseille et le delta du Rhône, le secteur des Étangs de Saint‑Blaise correspond à un bourrelet de plateaux et de collines calcaires entrecoupés de dépressions humides. Délimité à l’est par l’étang de Berre, au sud‑est par la chaîne de la Nerthe, au sud‑ouest par la mer, à l’ouest et au nord par la Crau, il présente une très forte spécificité, dont on retrouve la marque dans les formes successives de l’occupation du sol.

2.1 Les unités de paysage du secteur des Étangs de Saint‑Blaise

2Trois unités de paysage peuvent être distinguées. Je les présenterai successivement en partant du nord et en descendant vers le sud (fig. 20).

FIG. 20 – Les unités paysagères du secteur des Étangs.

2.1.1 Le secteur des plateaux septentrionaux (Istres)

3La topographie de la zone située au nord de l’étang de l’Olivier consiste en une alternance de plateaux allongés et de vallons orientés selon un axe N‑N‑O/S‑S‑E. À l’est, le plateau de Barabant domine de ses 120 m de hauteur l’anse de Saint‑Chamas. La butte de Saint‑Michel s’en détache légèrement au sud. Ce plateau surplombe à l’ouest le long et étroit vallon de Sulauze, qui débouche sur l’étang de l’Olivier (fig. 21). Ce vallon est lui‑même dominé par l’éperon de Montméjean, qui s’avance au‑dessus de l’étang et atteint la cote 104 m ngf. Plus à l’ouest, le vallon de Saint‑Jean s’élargit au niveau de l’étang de l’Olivier, avec lequel il forme une longue et large dépression, dominée au sud par la colline du Castellan (40 m ngf). Enfin, la colline de Miouvin, qui culmine à 100 m ngf, constitue la limite orientale de la Crau.

FIG. 21 – Vue panoramique de la région d’Istres. La vue est prise depuis le site de Saint‑Michel (IS‑14), perché à 114 m NGF, en direction de l’ouest et du sud‑ouest. Au premier plan, le débouché du vallon de Sulauze sur l’étang de l’Olivier (A) ; le vallon est bordé à l’ouest par le plateau de Montméjean, qui culmine à 104,20 m NGF (B). À l’arrière‑plan, le plateau de Cansaou (109 m NGF) porte le village néolithique de Miouvin (IS‑13) (C). Au fond la plaine de la Crau (D). Au sud, l’oppidum du Castellan (IS‑21) forme un promontoire qui s’avance sur l’étang de l’Olivier (E).

2.1.2 Le secteur central des plateaux molassiques (Saint‑Mitre, Fos)

4L’orientation du relief est identique dans le secteur central des entablements molassiques de Saint‑Blaise, qui couvre la plus grande partie des communes de Saint‑Mitre et de Fos. Mais les vallons laissent ici la place à de vastes dépressions endoréiques dont le plancher est le plus souvent situé à une cote négative, qui atteint –14,50 m ngf dans l’étang de Lavalduc. L’altitude des plateaux décroît régulièrement vers l’ouest, passant de 142 m ngf sur le point culminant du plateau du Lèbre (Saint‑Mitre) à 31 m NGF au sommet de l’Hauture (Fos).

5On trouve d’abord à l’est le plateau du Lèbre, long de trois kilomètres et large d’un, qui domine l’étang de Berre et toute la zone des Étangs. Sur sa bordure ouest, le vallon de Massane, long de trois kilomètres, constitue le débouché naturel de l’ancien étang de Magrignane vers l’étang de Berre (fig. 22). Il s’élargit vers Massane où il forme une petite plaine très fertile. Vient ensuite le plateau de Saint‑Mitre, qui atteint 107 m d’altitude et se prolonge au sud par les buttes des Fourques (100 m ngf), du Collet‑Redon (111 m ngf) et des Colles (111m ngf). Cet ensemble domine la vaste dépression du Pourra, qui forme avec les étangs de Citis et de Rassuen un chapelet de cuvettes inondées d’une longueur de huit kilomètres. Le plateau de Castillon domine à plus de 65 m ngf les étangs du Pourra, de Citis, de Lavalduc et d’Engrenier, qu’il sépare deux à deux. Ces deux derniers étangs isolés par l’isthme de Plan d’Aren forment un vaste plan d’eau de plus de 300 ha situé en dessous du niveau de la mer et bordé à l’ouest par le plateau du Mazet, qui culmine à 45 m ngf au Collet de la Carbonnière. L’étang de l’Estomac, qui a plus d’un kilomètre de large, n’est quant à lui séparé de la mer que par l’étroit cordon sableux de la Marronède. Enfin, le rocher de Fos apparaît comme un ultime promontoire face à la Crau au nord, la Camargue à l’ouest et la mer au sud.

FIG. 22 – Vue panoramique de la région de Saint‑Mitre. La vue est prise en direction de l’ouest depuis le sommet du plateau du Lèbre (141 m ngf). Au premier plan, le vallon de Massane, qui draine la dépression de Magrignane (au sud) (A) vers l’étang de Berre (au nord) (B). Le vallon est dominé par le vaste entablement molassique de Saint‑Mitre (107 m ngf) (C) et par la butte du Collet‑Redon (SM‑49) (D), qui porte les traces d’une occupation du Néolithique final et du Bronze ancien. À l’arrière‑plan, le petit oppidum des Fourques (SM‑32) (E), occupé aux deux derniers siècles avant notre ère.

2.1.3 Le secteur des collines bégudiennes méridionales (Martigues, Port‑de‑Bouc)

6Contrairement au reste de la zone étudiée, le relief du secteur des collines bégudiennes méridionales est orienté selon un axe est‑ouest, imposé par les conditions géologiques de la chaîne de la Nerthe. Cette orientation se retrouve dans le chenal de Caronte, qui relie sur cinq kilomètres l’étang de Berre à la mer, et dans le massif collinaire qui borde sa rive nord sur une largeur d’un à deux kilomètres. Ce massif aux formes lourdes et rondes, dont la pente septentrionale est peu sensible –tandis qu’au sud elle s’incline très rapidement vers le chenal– culmine à 101 m ngf aux Rayettes (fig. 23). Il forme avec le chenal de Caronte la limite méridionale du secteur étudié, et isole l’Île de Martigues sur sa périphérie.

FIG. 23 – Vue panoramique de l’étang du Pourra, du bassin de Plan Fossan et des collines méridionales. La vue est prise depuis l’oppidum des Fourques (SM‑32) en direction de l’ouest et du sud‑ouest. Au premier plan, l’étang du Pourra, bordé à l’ouest par le plateau de Castillon (A). L’établissement préromain et augustéen des Ferrages (SM‑30) est implanté en contrebas de l’oppidum (B). Le site de versant des Vallons (SM‑25) a livré de l’amphore étrusque, marseillaise et italique ainsi que de la céramique modelée et campanienne A (C). Le petit site de Péricard (SM‑33) a révélé une occupation au Couronnien (D). Au sud, la vaste dépression marneuse de Plan Fossan est contrôlée par la villa de Péricard (SM‑34) (E).

2.2 Le cadre structural

7Ce paysage original et sans équivalent dans le sud de la France s’est construit à partir d’ensembles structuraux formés au Secondaire et au Tertiaire, et dont la modification superficielle s’est poursuivie jusqu’à nos jours (carte géologique IGN 1/50 000 Istres, La Crau, no XXX‑44‑45 ; Martigues‑Marseille, La Nerthe, no XXXI‑44‑45). Le matériel rocheux affleurant se réduit à quelques faciès peu différenciés, qui se caractérisent par des alternances de couches dures et de couches tendres très favorables à l’action de l’érosion et se rapportent à deux étages géologiques (fig. 24).

FIG. 24 – Carte géologique simplifiée du secteur des Étangs.

2.2.1 Le Bégudien

8Le Bégudien –étage de la fin du Secondaire (C7a)– se développe très largement entre Port‑de‑Bouc, Saint‑Mitre et Martigues, c’est‑à‑dire au sud de la zone étudiée. Il est en grande partie recouvert par les étages transgressifs du Miocène au nord (Istres) et à l’ouest (Fos). Les terrains, d’une puissance de 400 m, sont constitués de marnes et d’argilites grises, rouges ou bariolées, qui alternent avec des bancs de poudingues dans la moitié sud (C7aP), des bancs de grès dans la moitié nord (C7aG). Ce sont ces poudingues qui donnent leur lourdeur aux formes du paysage nord‑martégal, et les grès leur plus grande cohésion aux marnes bégudiennes de Saint‑Mitre. L’imperméabilité de la formation en question empêche toute infiltration d’eau de mer dans les étangs. En revanche, ces terrains sont propices aux mouvements de masse et de solifluxion.

2.2.2 Le Miocène

9Le Miocène est partout représenté au nord et à l’ouest de Saint‑Mitre, où il repose en discordance sur le Bégudien. Le Burdigalien (mlb) constitue le sommet des buttes de Saint‑Mitre (le Lèbre, les Colles, les Tours Gros), de Port‑de‑Bouc (Mérindole), de Fos (l’Hauture) et du sud d’Istres (Rassuen, Pic Maurel). À Fos et à Port‑de‑Bouc, il repose directement sur le substrat bégudien. Il est composé d’un conglomérat calcaire biodétritique et d’argiles. Dans le secteur de Lavalduc, on trouve à la base deux mètres d’une biocalcirudite graveleuse passant localement à des niveaux plus conglomératiques composés de galets de quartzite et de grès (m1bC). Sur cette formation reposent quatre à cinq mètres de calcaire biodétritique qui constituent les falaises blanches qui dominent les étangs. Sa partie supérieure consiste en un banc de quatre mètres à Ostrea. Dans la zone de Saint‑Mitre, on observe une formation de marnes sableuses grises au sommet de laquelle s’intercalent de petits bancs de grès calcaire (m1bA). L’alternance de couches tendres et de couches dures mais friables dans la région de Saint‑Mitre est à l’origine d’un phénomène généralisé d’éboulements et de colluvionnement.

10Le Vindobonien correspond à un ensemble de formations rapportées habituellement à l’Helvétien et au Tortonien, qu’il est difficile de distinguer dans le secteur en question. Reposant directement sur les calcaires burdigaliens, les formations susceptibles de correspondre à l’Helvétien (m2a) constituent les deux plateaux allongés qui bordent les étangs de Lavalduc et d’Engrenier, et ceux qui dominent l’étang de Berre depuis le Ranquet jusqu’au niveau de l’étang de l’Olivier. Elles sont présentes sous la forme de dépôts résiduels au sommet du plateau allongé des Tours Gros et de la butte des Emplaniers à Saint‑Mitre. Au sud‑ouest d’Engrenier, elles étaient exploitées en carrières (Pont‑Gayet). Cet ensemble se compose d’une série de niveaux d’argiles calcaires bleues à débris coquilliers (argile calcaire d’Istres m2aA), de sables verts et de grès calcaires (dits « du Castellan » m2aS), enfin, d’un entablement de biocalcirudite (m2a1), dite « de Quinsanne » et « de l’Estagel » –noms de deux petites dépressions creusées par l’érosion dans cette plate‑forme de calcaire sableux à débris coquilliers et lits gravillonneux d’une dizaine de mètres d’épaisseur, La formation correspondant au Tortonien est présente uniquement au nord de l’étang de l’Olivier et dans la zone de Sulauze, où elle se développe sous la forme de vastes entablements percés de longs vallons. Elle est constituée de calcaires coquilliers et sableux à stratifications obliques (m2b) et de bancs de biocalcirudite (m2bS) d’une vingtaine de mètres d’épaisseur.

2.3 Les éléments du relief

11En regard des massifs montagneux qui bordent les autres rives de l’étang de Berre (chaînes des Alpilles, de la Fare, de l’Étoile et de la Nerthe), le secteur des Étangs de Saint‑Blaise présente un relief très modeste. Toutefois, son morcellement en petits bassins fermés d’altitude négative et la forte différenciation de la topographie, aux versants souvent abrupts, contribuent à donner l’impression d’un paysage diversifié et relativement accidenté. Trois composantes topographiques seront successivement examinées.

2.3.1 Plateaux et collines

12Deux types de reliefs étroitement conditionnés par la nature des affleurements géologiques peuvent être distingués au sein des zones de hauteur : le secteur des collines bégudiennes méridionales, qui se déroule entre Martigues et Port‑de‑Bouc, parallèlement au chenal de Caronte, et les entablements molassiques qui constituent les plateaux de Saint‑Mitre, de Fos et d’Istres. L’aspect visuel de ces deux unités physiques est très différent : aux formes lourdes et massives des collines méridionales s’oppose le découpage net et accidenté des plateaux. Le couvert végétal et les cultures y diffèrent sensiblement, les pinèdes et les garrigues de chêne kermès se développant davantage sur les plateaux calcaires, les terres marneuses étant aujourd’hui plus propices aux cultures (céréales, vigne, vergers).

13Les deux zones produisent des sols bruns calcimagnésiques assez minces (20 à 30 cm), moyennement fertiles, à faible réserve hydrique (moins de 60 mm) et à charge caillouteuse élevée. Ceux‑ci tolèrent uniquement les cultures rustiques telles que la vigne, l’olivier, l’amandier et sont utilisables pour le pacage. L’irrigation, le défonçage et l’épierrage autorisent les cultures maraîchères. La nature du substrat détermine surtout les possibilités de mise en valeur des versants. Dans le secteur des plateaux calcaires, les versants escarpés et encombrés d’éboulis provenant de l’effondrement des corniches sont peu propices à l’implantation humaine et au développement de l’agriculture. Ils produisent des sols d’érosion peu évolués, à réserve hydrique nulle. Naturellement voués à l’élevage ovin‑caprin, ils ont été mis en culture au xviiie s. grâce à l’aménagement de restanques. En revanche, les collines bégudiennes présentent des versants plus doux, mieux exposés (du fait d’une orientation générale est‑ouest), aux sols moins sensibles à l’érosion et susceptibles de mieux garder l’eau.

14Le secteur des plateaux molassiques et plus particulièrement les rives des étangs de Lavalduc et d’Engrenier doivent leur aspect chaotique aux énormes quantités de blocs de molasse accumulés en bas des versants, où ils constituent des platiers. Deux zones majeures d’éboulements open work sont visibles au pied de Saint‑Blaise, l’une au nord du site, l’autre au sud. Dans ce dernier secteur, le cubage des blocs est considérable, atteignant 1 000 m3 pour certains d’entre eux. C’est ce qui explique leur exploitation en carrière au iie s. av. J.‑C. Planchers et fronts de taille étant en position horizontale et verticale, il est certain que ces éboulements sont antérieurs à l’époque romaine. A contrario, le basculement des tombes rupestres creusées dans les grès miocènes au sommet du versant témoigne d’un recul de la corniche de l’ordre de deux à cinq mètres depuis la fin de l’Antiquité.

  • 1 L’effondrement des blocs de surplomb à la fin du Dryas II fossilise les niveaux magdaléniens ; ceux (...)

15M. Escalon de Fonton a attribué l’effondrement de ces blocs et en particulier celui des auvents des abris‑sous‑roche préhistoriques aux contrecoups des mouvements sismiques auvergnats, très actifs à l’Holocène. La fouille des sites épipaléolithiques de l’Abri Cornille (IS‑9) et de Mourre Poussiou (FO‑20) lui a permis de déterminer plusieurs phases d’effondrement au Dryas II récent, au début du Dryas III et au Boréal1. Selon P. Ambert (1973 : 215), un simple déchaussement des blocs peut être invoqué pour expliquer ces éboulements en masse favorisés par l’érosion différentielle de terrains lithologiquement très hétérogènes.

2.3.2 Les dépressions

16Les dépressions fermées ou semi‑fermées conditionnent la très forte unité géographique de la région. Elles présentent un certain nombre de caractéristiques communes (Ambert 1973 : 188‑194).

17Leur organisation en chapelets méridiens. Les cuvettes s’organisent en chapelets parallèles d’orientation N‑N‑O/ S‑S‑E : l’étang de l’Estomac, qui résulte visiblement de la coalescence de deux dépressions séparées à l’origine ; les étangs d’Engrenier, Lavalduc et Fanfarigoule ; ceux de Pourra, Citis et Rassuen ; ceux de Magrignane, de l’Olivier et de Lobre ; enfin les étangs de Quinsanne et de l’Estagel.

18Leurs dimensions kilométriques. Ces dépressions occupent généralement de vastes superficies : l’étang de Lavalduc atteint 230 ha, l’Olivier et l’Estomac 220 ha, le Pourra 140 ha, Engrenier et Citis, enfin, excèdent légèrement 100 ha. Les chapelets s’étendent sur plusieurs kilomètres de long.

19Leur morphologie dissymétrique. Les versants est et ouest sont abrupts, parfois même couronnés de corniches. Les versants nord et sud sont beaucoup plus doux, car feutrés par un tapis de colluvions, les versants sud étant la plupart du temps encore moins inclinés que les versants nord (Citis, l’Olivier, Quinsanne). Rappelons que toutes les dépressions ne sont pas complètement fermées. Ainsi le trop‑plein des petits étangs perchés de l’Estagel, de Quinsanne (Istres) et de Magrignane (Saint‑Mitre) se déverse‑t‑il dans l’étang de Berre. Par ailleurs, l’étang de l’Estomac communiquait directement avec la mer avant l’aménagement du canal d’Arles à Bouc.

20Leur altitude négative. Le plan d’eau et a fortiori le plancher des dépressions les plus importantes est systématiquement situé en dessous du niveau de la mer. Le surcreusement des cuvettes ne peut donc s’expliquer par la théorie de l’érosion linéaire en période de régression marine. Le fond de l’étang de Lavalduc se trouve ainsi à –14,50 m ngf, tandis que son plan d’eau est actuellement stabilisé vers –13,75 m ngf. Le fond de l’étang d’Engrenier est situé à –11,80 m et son plan d’eau à –8,30 m.

  • 2 Denizot 1959 : 24-26. Des carottages réalisés au nord-est de cet étang ont mis en évidence l’effet (...)

21● L’étanchéité de leur plancher. Le fond des cuvettes est constitué de terrains argilo‑gréseux dont l’imperméabilité a pu être vérifiée à l’occasion de l’assèchement par pompage de l’étang de Lavalduc, dans les années 60 ; en effet, aucune infiltration d’eau marine n’a été décelée lors de l’abaissement artificiel du plan d’eau jusqu’à la cote –12 m ngf. Par ailleurs, l’idée d’une communication naturelle de l’étang d’Engrenier avec la mer dans l’Antiquité est exclue, dans la mesure où le point le plus bas du seuil géologique qui les sépare est situé à la cote +6 m ngf. L’étang de l’Estomac fait exception, le cordon littoral de la Marronède étant de formation récente2.

22La variabilité de leur régime hydrologique. Le régime hydrologique des cuvettes est étroitement dépendant du rapport entre pluviosité et évaporation. Cette dernière est particulièrement intense dans une zone où l’action desséchante du mistral combine ses effets avec ceux de la chaleur. Le régime hydrologique de l’étang de Lavalduc est également lié au trop‑plein d’Engrenier et à la source de la Fanfarigoule, qui est alimentée par la nappe phréatique de la Crau. Les deux étangs, comme celui de l’Estomac, ont pu bénéficier exceptionnellement de l’apport d’eau de mer –les « salivades »–, comme celle qui, en 1821, lors d’une violente tempête, les submergea entièrement (Capeau 1831).

23Leur salinité. Selon P. Ambert (1973 : 209‑210), la salinité des cuvettes est antérieure à l’intervention de l’homme sur le milieu. Le plus ancien texte mentionnant les salines d’Ugiu date de 739 (Marion s.d. : 42). Un texte médiéval nous apprend que le sel se forme dans les étangs sin artificio hominis, et l’on sait par ailleurs que l’étang de l’Olivier était exploité pour son sel bien avant le percement du canal souterrain qui le relia à l’étang de Berre en 1667. Le fond des étangs du Pourra et de Magrignane révèle également des traces d’efflorescences salines lors des dessèchements saisonniers. Enfin, on peut se demander si Strabon ne fait pas précisément allusion aux étangs lorsqu’il écrit, dans un passage consacré à la Crau : « Au milieu de cette plaine, on trouve de l’eau, des sources salées et du sel » (Géogr., IV, 1, 7).

2.3.3 Un littoral diversifié et mobile

24La proximité de l’étang de Berre et de la mer, qui ceinturent la zone de Saint‑Blaise à l’est et au sud, constitue une donnée essentielle du paysage. Le littoral se divise en trois unités bien distinctes, qui reproduisent le contraste géologique et topographique du secteur étudié. Sur toute la façade orientale, des pentes abruptes plongent brusquement dans l’étang de Berre. Les falaises bégudiennes sont particulièrement escarpées au lieu‑dit les Patorgues, à l’est de Massane. Il n’y a pas de transition entre les plateaux et le plan d’eau, si ce n’est au débouché de quelques vallons, à Monteau, à Tholon, à Figuerolles et surtout à Massane, à Varage et à Mauvegeane. Des cours d’eau temporaires entaillés dans le substrat rocheux y alimentent de petites formations littorales. Sur la façade maritime, la presqu’île de Port‑de‑Bouc, la Pointe Baumasse et la Pointe Saint‑Gervais sont constituées d’affleurements rocheux burdigaliens qui s’avancent dans la mer et forment des promontoires, abris côtiers naturels contre les courants marins les plus violents, qui arrivent du sud‑est. Le cordon littoral de la Marronède vient s’appuyer sur ces affleurements miocènes. Il forme une longue et basse façade linéaire, orientée O‑N‑O/E‑S‑E, qui isole de la mer l’étang de l’Estomac.

25Les variations du niveau de la mer, l’action contraire de l’érosion littorale et des atterrissements rhodaniens, des phénomènes de néotectonique ont contribué à modifier, dans des proportions considérables, l’aspect général de la ligne de rivage au cours des derniers millénaires. En 1976, l’exploration sous‑marine de l’anse Saint‑Gervais a confirmé l’existence d’importants vestiges d’époque romaine à une profondeur de quatre à cinq mètres. Cette découverte, qui remonte en fait à la fin du xviiie s., implique un affaissement minimum de quatre à cinq mètres du littoral à cet endroit. Si l’on considère le moment de l’abandon du site à la fin du Bas‑Empire, et celui de la fondation de l’abbaye de Saint‑Gervais à la fin du haut Moyen Âge, il faut nécessairement conclure, comme le fait G. Denizot (1959 : 31‑34), que la submersion de cette partie du rivage s’est produite entre le ve et le xe s., soit à la vitesse d’un centimètre par an en moyenne. F. Benoit voyait dans cet effondrement localisé dans l’espace et dans le temps la conséquence d’un tassement du delta du Rhône (Liou, Monguilan 1977 : 65). G. Denizot (1959) l’a expliqué par un détachement et un glissement du substratum local. E. Bonifay (1967) conclut à l’effet d’un rejeu très récent des failles qui délimitent le delta du Rhône à l’est. Aujourd’hui, l’explication néotectonique, sans être négligée, est minorée au profit de processus de tassement par soutirage liés au recul du trait de côte (Vella et al. à paraître).

26La physionomie du golfe de Fos connaît une évolution permanente, conditionnée par la proximité de l’embouchure du Rhône. Le débat soulevé à l’époque de Strabon à propos du nombre des bras du Rhône en est la meilleure illustration (Géogr., IV, 1, 8). Plutarque, de son côté, décrit les difficultés de navigation engendrées par l’alluvionnement du Rhône et évoque à cette occasion le golfe de Fos (Marius, VI, 15). Les modifications souvent très rapides du profil côtier ont marqué les esprits. La volumineuse documentation moderne et les recherches récentes ou en cours permettent de préciser l’évolution de l’embouchure du fleuve au cours des siècles précédents. Tandis qu’à l’ouest du delta le rivage tend à reculer depuis l’abandon du Bras de Fer –et cela malgré l’aménagement de la Digue de la Mer en 1855– des flèches sableuses successives se constituent à l’est (They de Brûle Tabac, They de l’Annibal, flèche de la Grâcieuse), refermant le golfe de Fos sur lui‑même.

27Les travaux de régulation du Rhône initiés au xixe s., l’aménagement hydroélectrique des bassins‑versants et surtout l’implantation du port autonome de Marseille dans les années 60 ont bouleversé les dynamiques littorales dans le golfe de Fos, provoquant en particulier un recul rapide du trait de côte. Il faut dire que la charge sédimentaire du Rhône est passée de 17 millions de tonnes par an au siècle dernier à 5,5 millions de tonnes en 1957 et à 2,2 millions de tonnes en 1977. Le comblement du golfe par sédimentation différée est tombé quant à lui de 5 cm/an en 1935 à 1 cm en 1970. La nature des courants a également été profondément modifiée par les aménagements portuaires (Roux, Vernier 1971). L’agressivité de l’érosion littorale (vagues courtes, houle) est encore accrue par un effet de marée barométrique provoqué par l’inversion des flux éoliens de nord‑ouest et de sud‑est. Les variations du niveau marin peuvent momentanément atteindre 0,50 m et menacer directement les implantations côtières. Enfin, les travaux de dragage ont modifié non seulement la dynamique sédimentaire, mais également la composition et la répartition des matériaux déposés : les vases sableuses et les sables vaseux tendent à recouvrir les vases pures. Par ailleurs, le fond du golfe a été utilisé pour l’épandage des matériaux issus du percement des darses, créant des dépôts artificiels de graviers et de galets de Crau. On imagine les conséquences de ces bouleversements sur la faune et la flore sous‑marines.

2.4 Climat et végétation

2.4.1 Le climat actuel

  • 3 Entre Istres et Martigues, la différence des minima de température hivernale est de l’ordre de 2 à  (...)

28Il n’est pas question de rappeler ici les propriétés du climat méditerranéen, mais de préciser les nuances propres au secteur étudié. Ses différentes caractéristiques pluviométriques et thermiques placent la station d’Istres à la limite de la zone subhumide et semi‑aride à hiver frais. À Martigues, la proximité de la mer élève sensiblement la moyenne des températures hivernales et adoucit la rigueur de l’été, contribuant ainsi à créer un véritable « microclimat »3. En revanche, canalisé par l’orientation méridienne du relief qui offre peu d’abris, le mistral est particulièrement véhément.

29Le secteur de Saint‑Blaise s’inscrit dans une nuance sèche du climat méditerranéen, qui le distingue nettement du reste de la basse Provence. Le diagramme ombrothermique d’Istres montre une répartition bimodale des précipitations, qui se concentrent en automne et au printemps. La saison sèche intermédiaire est particulièrement marquée, puisqu’elle s’étend de mai à août, sur quatre mois. Le total annuel des précipitations est le plus faible enregistré dans la région : il n’excède pas 529 mm, contre 603 mm à Marseille et 586 mm à Saint‑Martin‑de‑Crau, la limite du climat semi‑aride se situant à 500 mm.

30L’action du mistral est renforcée par la disposition méridienne de la topographie. Située dans l’axe de la vallée du Rhône et au sud de la plaine de Grau, la station d’Istres enregistre à la fois les vitesses maximales et le nombre de journées ventées le plus élevé de la région. La rose d’Istres montre une prédominance des vents de secteur nord à nord‑ouest. Ces vents continentaux accentuent la sécheresse déjà prononcée dans ce secteur. Leur action bénéfique contre les émanations morbifiques des étangs a été soulignée par les auteurs modernes. À l’inverse, les vents marins d’est et de sud‑est, chargés d’humidité, jouent un rôle modérateur. Le vent de sud‑est crée en revanche des courants dangereux pour la navigation dans le golfe de Fos.

31La température annuelle moyenne est de 14,3 oC sur la station d’Istres, contre 14,7 oC à Marseille et 14 oC à Saint‑Martin‑de‑Crau. La sécheresse estivale s’explique donc moins par des températures élevées que par le déficit des précipitations. L’action desséchante du mistral combine ses effets à une insolation très importante (2 700 heures/an). Il en résulte un bilan hydrique estival nettement déficitaire. Cette situation défavorable à l’agriculture locale –avant les grands travaux d’irrigation de Craponne et de Boisgelin, qui ont transfiguré l’aspect de la région bordière de la Crau– est également à l’origine de l’assèchement saisonnier des étangs. Le meilleur exemple en est fourni aujourd’hui par l’étang du Pourra, dont la nappe d’eau peu profonde en hiver s’assèche complètement durant l’été. Ce fonctionnement saisonnier également attesté dans l’étang de Lavalduc au début de l’époque moderne est particulièrement favorable à la déflation éolienne.

32La douceur relative du climat des Étangs a pu favoriser le développement de zones‑refuges pour la végétation lors des périodes froides. L’étude palynologique de la carotte du Pourra en témoigne sans équivoque (Laval et al. 1992). Il faut nuancer toutefois en rappelant d’une part la vigueur des vents dominants, qui constituent un frein à l’action adoucissante de la mer, et en soulignant d’autre part l’importance des contrastes entre versants exposés au soleil et versants ombragés et ventés. Ces contrastes varient d’ailleurs d’un moment à l’autre de la journée, compte tenu de la disposition méridienne des principaux éléments du relief. On comprend mieux dès lors l’implantation privilégiée des établissements gallo‑romains sur les bas de versants exposés au midi. On peut s’étonner en revanche de l’orientation plein nord des petits oppida du Collet Redon (SM‑49) et des Fourques (SM‑32).

2.4.2 La végétation actuelle

33La végétation actuelle s’organise de manière « concentrique » autour des étangs (fig. 25). En fonction du relief (et de l’éloignement des étangs), on peut distinguer schématiquement trois types de formations végétales (Iardino‑Lamazou, Meyer 1987 : 36 ; Bertucchi, Pelissier 1991 : 12). La formation haute occupe le sommet des plateaux calcaires : la strate arborée se compose essentiellement de pins d’Alep, la strate arborescente de genévriers de Phénicie et de chênes verts, rares et disséminés, la strate arbustive de chênes kermès. Une formation secondaire basse de garrigue à chênes kermès, romarins, thyms et ajoncs occupe le reste des plateaux et les versants. Cystes cotonneux et repousses de chênes kermès se développent dans les secteurs incendiés. Enfin, la troisième formation s’organise en auréoles concentriques autour des plans d’eau, depuis les plantes halophiles (chénopodiacées) où la salinité est le plus prononcée jusqu’aux tamaris, où elle l’est moins. L’extension du domaine des plantes halophiles est particulièrement importante sur les marges nord et sud des dépressions palustres, où s’étendent de vastes plans marécageux. Autour de l’étang de Citis, dont la salinité est aujourd’hui négligeable, prédomine une belle couverture herbeuse. Les canaux, les sources et les zones humides permanentes sont bordés de roselières et de peupliers.

FIG. 25 – Carte phytologique du secteur de Saint‑Blaise.

34Les cultures n’occupent plus de nos jours que les vallons secs et les dépressions artificiellement drainées, telles que l’ancien étang de Magrignane. Il s’agit essentiellement d’une viticulture, progressivement supplantée par la céréaliculture. Les cultures maraîchères ont de plus en plus de succès, tandis que l’olivier, qui fit la prospérité des habitants de Saint‑Mitre au xviiie s., a aujourd’hui quasiment disparu. Les vergers se développent sur les bas de pentes et les coteaux. Les versants mis en valeur au moyen des restanques aux xviiie et xixe s. ont été reconquis par la pinède. L’action de l’érosion y est particulièrement dévastatrice après les incendies : les anciennes murettes concentrent les écoulements et accélèrent le ravinement, provoquant l’affouillement et l’effondrement consécutif des surplombs de corniches. Quant aux plateaux, l’absence ou la minceur des sols y ont interdit toute possibilité d’agriculture à l’époque moderne.

2.5 Les ressources du sous‑sol

35Je terminerai cette présentation du milieu par un bref inventaire des ressources disponibles dans le sous‑sol.

2.5.1 Hydrogéologie

36L’eau est omniprésente dans le secteur de Saint‑Blaise. Les cuvettes étanches et situées sous le niveau de la mer sont le réceptacle obligé de tous les écoulements terrestres. Elles immobilisent une proportion importante du terroir, mais leur salinité interdit toute utilisation pour la consommation ou l’irrigation. De fait, les étangs font office depuis le Moyen Âge de bassins de concentration naturels pour l’exploitation du sel. Au xixe s., les étangs d’Engrenier, de Lavalduc et de Rassuen constituaient les maillons d’une chaîne indissociable au long de laquelle l’eau parvenait progressivement à saturation par le jeu d’un système de pompes et d’aqueducs (Balzano 1987). Les surfaces préparatoires, les « partènements », couvraient l’extrémité méridionale de l’étang de l’Estomac, l’isthme de Plan d’Aren, la rive nord de l’étang de Lavalduc et toute la surface des étangs de Citis et de Rassuen. L’eau proche du point de saturation aboutissait aux bassins de tête puis aux tables salantes, dotées d’un sol compact. La cristallisation s’opérait à la fin du mois d’août ou au début de septembre. Le sel était ensuite lavé et stocké en tas (les « camelles »), avant d’être expédié à partir du port du Ranquet.

37L’eau douce ne peut provenir que de sources ou de captages. Dans la partie méridionale du secteur considéré, les argiles bégudiennes sont très peu perméables (carte hydrogéologique de la France au 1/50 000 Istres‑Eyguières, 1969). De nombreux puits ont été creusés dans les niveaux d’altération superficielle ou dans les bancs conglomératiques affleurant en surface, mais, d’une manière générale, les débits demeurent faibles. En revanche, la molasse blanche calcaire burdigalienne présente une certaine perméabilité, du fait de nombreuses fissures. Elle alimente des sources pérennes aux débits assez réguliers (la Tourtoulane, Lavalduc, Valentoulin, la Fontaine du Loup). Les molasses helvétiennes et tortoniennes de la région d’Istres sont poreuses et fissurées, mais leur perméabilité réduite. On note quelques sources à faible débit à Sulauze et à Saint‑Jean. Les puits sont assez rares.

38La nappe phréatique de la Crau, qui sourd dans les étangs de Fanfarigoule et s’épanche de là dans celui de Lavalduc, constitue la réserve en eau douce de loin la plus importante. Piégée dans les cailloutis sur un substratum très peu perméable, cette nappe s’écoule vers la mer. Les prélèvements effectués dans le « couloir durancien » de Miramas assurent de nos jours l’essentiel de l’alimentation des centres urbains périphériques. Les « laurons » constituent des résurgences naturelles susceptibles d’avoir été utilisées dans l’Antiquité.

2.5.2 Ressources minérales et carrières

  • 4 On retrouve ces galets dans les aménagements des salines en Camargue.

39Sables et graviers de Crau font aujourd’hui l’objet d’une extraction industrielle. Les galets silicocalcaires sont utilisés comme tout‑venant et pour la fabrication du béton. Leur emploi massif est également attesté dans l’aménagement des « partènements » des salins de Lavalduc à l’époque moderne4. Ils ont pu, à l’occasion, servir de matériau de construction dans l’Antiquité, comme l’a montré la fouille d’un établissement gallo‑romain sur la bordure de l’étang d’Entressen (Badan et al. 1995a et b). Mais d’une manière générale, ce sont les entablements de molasse miocène qui ont le plus suscité l’intérêt des bâtisseurs antiques. La molasse burdigalienne présente en effet des caractéristiques identiques à celle du secteur de La Couronne. La biocalcarénite jaune vindobonienne est également facile à travailler. Les fronts de taille sont extrêmement fréquents sur les plateaux du Mazet et de Castillon, où ils sont presque systématiquement associés à des voies à rails. Le lien entre les points d’extraction du plateau de Castillon et la construction du rempart hellénistique de Saint‑Blaise est assuré (Bessac 1980). Plusieurs de ces carrières ont été datées par la présence d’un abondant mobilier essentiellement composé d’amphores italiques et gréco‑italiques (SM‑3, IS‑31). D’autres, d’où l’on extrayait des meules, sont assurément antiques ou médiévales (IS‑40, FO‑11).

40Les argiles calcaires d’Istres étaient encore récemment extraites pour la production de briques, dans des carrières ouvertes sur la bordure de l’étang de l’Olivier. On ne peut manquer de rapprocher cette activité de l’atelier de fabrication d’amphores de Sivier (IS‑5), lui aussi localisé dans ce secteur, et où la prospection a révélé une énorme fosse d’extraction d’argile. Enfin, les niveaux tourbeux du cordon de la Marronède et des bords de l’étang de l’Estomac ont été exploités au xixe s.

2.6 Repères géographiques, noms de lieux et voies de communication antiques

41La rive occidentale de l’étang de Berre a fait l’objet de diverses mentions de la part des auteurs anciens. Cela tient essentiellement à sa situation géographique privilégiée, qui la place à differentes époques au carrefour de grands itinéraires routiers, mais aussi maritimes et fluviaux, comme en témoignent à la fois l’Itinéraire maritime, la Table de Peutinger, la Cosmographie de l’Anonyme de Ravenne ou encore l’épisode historique des Fossae Marianae, qui a focalisé l’intérêt d’historiens et de géographes tels que Strabon, Pomponius Mela, Pline l’Ancien, Plutarque ou Ptolémée.

2.6.1 Les principaux repères géographiques

2.6.1.1 Les grandes unités physiques

42Quatre éléments géographiques structurent le paysage antique tel qu’il apparaît à travers les sources anciennes : l’embouchure du Rhône et la zone des étangs littoraux à l’ouest, la Crau au nord, l’étang de Berre à l’est et la mer au sud. Ces éléments semblent avoir marqué tout particulièrement les voyageurs, les géographes et les poètes anciens. Le delta du Rhône est l’objet d’une abondante et précoce littérature (Festus Aviénus, Or. Mar., v.678 ; Polybe, III, 41, 5 ; Strabon, Géogr., IV, 1, 8 ; Pline, N.H., III, 4, 33 ; Pomponius Mela, Chorogr., II, 5, 78 ; Ptolémée, Géogr., II, 10, 2 ; Plutarque, Marius, VI, 15 ; Solin, II, 53 ; Ammien Marcellin, Hist., XV, 11, 18). Milieu instable, perpétuellement mouvant et ambivalent, il est l’objet de craintes liées aux difficultés de navigation, à l’absence de repères et au risque permanent de l’ensablement. Mais c’est aussi, comme à l’époque moderne, un lieu où peut s’exprimer la maîtrise technique et hydraulique romaine, dont le canal de Marius est l’exemple le plus achevé.

43La Crau constitue le prolongement virtuel du delta : elle présente la même platitude, le même caractère excessif qui a suscité depuis longtemps l’étonnement des Anciens, à tel point qu’elle fait partie de leur mythologie (Eschyle, fragm. 76 ; Eustath., Ad Dionys. Perieg., 76 ; Aristote, De mirab. auscultat. ; Poséidonios ; Diodore, V, 25‑27 ; Strabon, Géogr., IV, 1, 7 ; Pline, N.H., III, 4, 33‑35 ; 5, 5 ; XXI, 21, 2 ; Mela, Chorogr., II, 5, 4 ; Solin, II, 4). Des recherches récentes y ont fait apparaître de très nombreuses bergeries romaines (Badan et al. 1995b).

44L’étang de Berre (le stagnum Mastromela de Pline, nommé Mastromellé par Artémidore) est davantage perçu comme une source de bienfaits : petite mer intérieure dont les rives sont intensément occupées dès la plus haute Antiquité, il fait l’objet de l’admiration d’Aristote puis de Strabon, qui soulignent sa richesse en poissons et en coquillages. Relié à la mer par le chenal de Garonte (peut‑être le Kainos de Ptolémée ?), ce vaste plan d’eau est aussi un remarquable lieu de circulation et d’échanges. Dans cette perspective, l’implantation d’une agglomération sur l’Île de Martigues prend toute sa signification : situé à l’intersection de deux voies de communication maritime et terrestre, cet îlot constitue un double point de passage obligé entre la mer et l’étang d’une part, entre les deux rives du chenal de Garonte d’autre part. Même si les deux villages protohistoriques exhumés ces dernières années sont loin d’avoir l’importance et le rang de l’agglomération de Saint‑Blaise, ce secteur était destiné à une prospérité durable.

45Enfin, le golfe de Fos (la mer des Avatiques de Ptolémée) ouvre la région sur le restant du monde méditerranéen. Plus que Maritima, le port des Fossae Marianne fait entrer la rive occidentale de l’étang de Berre dans la sphère des échanges « internationaux ». Contrairement à la ville précédente, pourtant qualifiée de polis et de colonia par Ptolémée (Géogr., II, 10, 5), le port de Fos –et éventuellement l’agglomération qui a pu se développer autour– figurent sur tous les itinéraires antiques (Itinéraire d’Antonin, Itinéraire maritime, Cosmographie ravennate, Guida). La Table de Peutinger y place même une vignette comparable à celle du port d’Ostie.

2.6.1.2 La perception du milieu par les Anciens

46Tous les auteurs anciens soulignent l’importance occupée par le milieu aquatique dans le paysage, qu’il s’agisse du delta du Rhône, du golfe de Fos, de l’étang de Berre ou encore des étangs secondaires et des marais. Festus Aviénus évoque un oppidum très ancien situé au milieu des étangs (oppidum Mastrabalae priscum paludes, Or. Mar., v.701‑702), entre le Rhône et la chaîne de la Nerthe, et identifié par certains auteurs avec Saint‑Blaise. Pomponius Mela (Chorogr., II, 5, 78) nous apprend que Maritima est implantée près d’un étang (stagno), dans lequel il est possible de reconnaître aussi bien l’étang de Berre que le chenal de Caronte. On peut supposer à la lecture de Ptolémée (Géogr., II, 10, 5) qu’il s’agit de l’embouchure d’un fleuve nommé Kainos, même si le géographe ne le dit pas de manière explicite.

  • 5 Apollonios de Rhodes signale sept bras, Timée et Diodore cinq, Artémidore et Pline trois, Polybe de (...)

47Mais de toute évidence, c’est l’embouchure du Rhône qui focalise l’attention des auteurs. Le texte de Strabon (Géogr., IV, 1, 8), partiellement repris par Plutarque (Mardis, VI, 15), montre l’étonnement des Anciens face à un milieu mouvant, mobile et difficilement maîtrisable. Si Strabon perçoit très exactement son évolution immédiate et les mécanismes qui en sont la cause (l’alluvionnement du Rhône, l’envasement de l’embouchure, la formation d’une barre), il n’a pas conscience de l’évolution globale du milieu sur la longue durée. Ainsi attribue‑t‑il les différents dénombrements des bras du Rhône à des erreurs de localisation et/ou d’interprétation, alors qu’ils correspondent vraisemblablement à des états successifs du fleuve dans le delta5.

2.6.2 Les hydronymes

2.6.2.1 Stagnum mastromela et Στομαλίμνη

  • 6 Desjardins 1876, 1 : 193 ; 1878, II : 72 et 83 ; Gérin Ricard 1933 : 366 ; Denizot 1957 : 48-49 ; B (...)
  • 7 Pour ces auteurs, le relief signalé par Strabon entre le fleuve et l’étang correspondrait à la butt (...)

48La plupart des auteurs s’accordent pour reconnaître l’étang de Berre dans le stagnum Mastromela de Pline (N.H., III, 4, 34), le Μαστραμέλλη λίμνη d’Artémidore (apud Etienne de Byzance) et le Στοµαλίμνη de Strabon (Géogr., IV, 1, 8)6. G. de Manteyer (1906) et L.‑A. Constans (1921 : 196‑197) estiment néanmoins, à la suite d’E. Desjardins (1876, I : 205), que ce dernier correspond à l’étang de l’Estomac7. Selon eux, cet étang tire son étymologie de λίμνη (étang) et de στόµα (bouche), lecture acceptée par C. Rostaing (1950 : 311) qui y voit la survivance d’un toponyme hellénique signifiant « étang de la bouche ». F. Benoit (1965 : 128) conteste cette interprétation, qui s’accorde mal en outre avec les indications topographiques fournies par Strabon, et affirme que l’appellation de Στομαλίµνη est toponomastique : elle peut désigner en fait n’importe quel étang situé près de la bouche d’un fleuve et n’est donc pas propre à l’un d’entre eux en particulier.

49Στομαλίμνη désignerait l’étang de Berre dans l’esprit de Strabon, sans pour autant correspondre à un nom propre équivalant à celui de (stagnum) Mastromela/Μαστραμέλλη (λίμνη). Trois autres étangs du même nom sont cités par Strabon (XIII, 1, 28‑31 ; XIV, 2, 19) et Théocrite (IV, 23‑25), près de Sigée à l’embouchure du Scamandre, dans l’île de Cos et à Cotrone en Calabre. Il s’agit toujours d’étangs formés par les eaux de la mer, éventuellement dans une zone deltaïque. F. Benoit préfère voir dans le nom de l’Estomac un dérivé de στόµο latinisé. Selon lui, stoma comme ostia indiquent souvent l’entrée d’un port. L’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem (549, 10) mentionne d’ailleurs une mutatio [ad] Stomatas à l’embouchure de la Gironde. L’étang de l’Estomac aurait ainsi conservé le souvenir du port antique situé à l’embouchure des Fossae Marianae. L’auteur envisage même que cet étang qui communique naturellement avec la mer ait pu servir de « hâvre pour abriter les vaisseaux ». Il est en effet suffisamment profond (trois mètres en moyenne actuellement) pour recevoir des navires au mouillage à l’abri des courants dominants et, de fait, des amphores gréco‑italiques y ont été recueillies (Benoit 1952 : 288 ; Inf. archéo. Gallia, 12, 1954 : 41).

2.6.2.2 Le Καινός

50Ptolémée (Géogr., II, 10, 5) mentionne un hydronyme Καινός dont l’embouchure (Καινοΰ ποταμοΰ] έκβολαί) est située de toute évidence entre le Rhône et Marseille, et même plus précisément entre la « colonie » de Maritima et l’ancienne capitale phocéenne. E. Desjardins (1876, I : 172‑173, 194 ; II : 70‑71, 88) et C. Jullian (1908‑1926, II : 35, note 1), suivis par M. Clerc (1906 : 208 ; 1929, II : 380‑382), H. de Gérin‑Ricard et G. Arnaud d’Agnel (1907 : 11‑14), ont voulu y voir l’Arc ou la Touloubre, tandis que les auteurs de la Statistique des Bouches‑du‑Rhône (Villeneuve 1824 : 181 et Atlas pl. IX) hésitent entre cette dernière et le chenal de Caronte. Selon F. Benoit (1965 : 128 et notes 24‑25), ποταμός indique davantage un fleuve qu’une rivière. L’auteur argue en outre du fait que la description de Ptolémée concerne le littoral, et que le cours d’eau en question est mis sur le même plan que l’Argens et le Var. Le Kainos correspondrait par conséquent au chenal de Caronte, dont la largeur importante et l’embouchure sur le golfe de Fos justifieraient mieux l’appellation de Ptolémée. F. Benoit rappelle l’assimilation faite par les Anciens entre fleuves et goulets, le chenal de Caronte fonctionnant précisément comme un euripe. Ptolémée décrit d’ailleurs dans les mêmes termes le chenal par lequel le lac de Carthage communique avec la mer (Κατάδα ποταµοΰ έκβολαί) G. Barruol (1969 : 199, note 6) se demande toutefois si le Kainos n’aurait pas pu correspondre en fait aux Fosses Mariennes elles‑mêmes, le terme utilisé par Strabon (Géogr., IV, 1, 8) pour les décrire étant effectivement très proche (καιν διω̃ρυξ) Dans cette hypothèse, déjà avancée par M. Aurès (1873) au xixe s., les Fossae Marianae nommées par Ptolémée (Géogr., II, 10, 2) et figurant sur les différents itinéraires auraient désigné uniquement la ville et le port de Fos (le portus de l’Itinéraire maritime). Les Caenicenses auraient habité une ville proche de ce secteur. Mais il y a là une contradiction évidente avec le texte de Ptolémée, qui signale la « colonie » de Maritima avant l’embouchure du Kainos, qui doit être situé par conséquent entre Martigues et Marseille. Il est fort probable, en revanche, que l’échancrure rocheuse de l’actuel Port‑de‑Bouc ait servi de mouillage pour les navires qui attendaient les vents favorables au franchissement de la barre du Rhône. Le sarcophage découvert dans la passe à la hauteur du Fort Vauban atteste la circulation des navires antiques dans ce secteur (Benoit 1952 : 288 ; Inf. archéo. Gallia, 12, 1954 : 41).

2.6.3 Les voies de communication anciennes

2.6.3.1 Les axes majeurs

51La confrontation des sources anciennes et des données géographiques permet de situer le secteur de Saint‑Blaise au carrefour de plusieurs axes de circulation maritimes, fluviaux et terrestres. On peut distinguer deux voies fluviales : le canal de Marius, qui s’inscrit dans le cadre du commerce rhodanien, dont il est destiné dès l’origine à faciliter le passage ; à l’échelle régionale, le chenal de Caronte, qui ouvre l’accès à l’étang de Berre, et de là vers l’intérieur des terres. On sait l’importance de cet étang dans les échanges régionaux au Moyen Âge et à l’époque moderne, et le rôle qu’il a joué dans l’essor de la ville de Martigues.

52Directement liée à ces deux voies fluviales, une route littorale permettait aux caboteurs de circuler entre les ports de Marseille et d’Arles. L’Itinéraire maritime nous apprend l’existence d’une série de relais côtiers jalonnant cette voie à Incaro, Dilis, Fossis Marianis et Ad Gradus. Les deux premières stations sont qualifiées de positio –c’est‑à‑dire de simple escale– ce qui les distingue des portus de Marseille et de Fos. De fait, l’exploration de l’anse Saint‑Gervais a confirmé la présence à Fos d’installations portuaires correspondant à la vignette caractéristique de la Table de Peutinger. En revanche, il semble que l’expression Ad Gradus désigne uniquement le lieu par lequel les bateaux pouvaient accéder à l’embouchure navigable du Rhône.

  • 8 Carte de la principale embouchure du Rhône levée en 1706 et dessinée par D’Anville, Dépôt des carte (...)

53Deux voies de communication terrestres reliaient le secteur de Saint‑Blaise aux grandes cités voisines : la voie aurélienne, qui passe au nord de l’étang de Berre et met directement en contact Aix, Marseille et Arles ; et, surtout, la voie de Marseille à Arles par la rive sud de l’étang, qui passe par Calcaria –station mal localisée– et Fossis Marianis d’après la Table de Peutinger et l’Itinéraire d’Antonin. C’est probablement à cette même route que renvoie la Cosmographie de l’Anonyme de Ravenne, qui énumère les stations de Solarium, Calcaria, Ad Vicesimum, colonia Maritima et Fossis Marianis entre Marsilia et Arelaton. Le tracé de cette seconde route n’a pu être repéré sur le terrain, compte tenu des bouleversements profonds qu’a subis ce secteur. Il ne semble pas, toutefois, que les érudits des xviiie et xixe s. en aient davantage observé les vestiges. Quoi qu’il en soit, cette voie devait suivre à peu près le tracé repris par la route moderne, tout au moins entre Port‑de‑Bouc et Fos. Entre Fos et Arles, on peut supposer que le tracé, direct, était peu ou prou celui de la grande carraire empruntée par les hommes et les troupeaux à l’époque moderne8.

2.6.3.2 Les voies secondaires et la question des voies à ornières

54La topographie, l’observation des cartes et cadastres modernes, l’examen du réseau de voies à ornières, la répartition et la hiérarchie de l’habitat, le simple bon sens enfin, permettent de se faire une idée du réseau des voies de circulation secondaires. L’orientation est‑ouest des deux grandes voies terrestres implique le développement précoce d’un réseau de routes orientées nord‑sud, destinées à en assurer le raccordement. Cette orientation générale s’accorde bien avec celle de la topographie de la zone étudiée. On peut supposer que des voies secondaires parcouraient les plateaux semés de nombreux établissements antiques. C’est le cas des voies à ornières, qui ont fait l’objet d’une cartographie. Trois ensembles principaux ont été repérés (fig. 26).

FIG. 26 – Voies à ornières et carrières dans le secteur des Étangs.

  • 9 Sur 48 tronçons repérés, 22 ont un écartement de 1-1,15 m, 6 de 0,80- 0,90 m, 1 de 0,70 m et 2 de 0 (...)

55Un premier ensemble, le mieux conservé, sillonne le plateau qui, du Pont Gayet au Mazet, sépare les étangs de Lavalduc‑Engrenier et de l’Estomac. On peut suivre le réseau de voies depuis l’usine Lafarge au sud jusqu’à la N 569 au nord, sur une longueur totale de cinq kilomètres. On observe par endroit des dédoublements de voies et des combinaisons complexes à trois ou quatre voies. Celles‑ci sont constituées de rigoles parallèles creusées intentionnellement dans la roche pour faciliter la circulation des charrois9. Ainsi, on peut vraiment parler de voies à rails, comme le faisait H. de Gérin‑Ricard (1932). L’écartement moyen des ornières est de 1,10 m, mais des combinaisons à trois rails ont dû permettre l’utilisation d’essieux de différents empattements (0,85 et 1,10 m). La largeur des encoches oscille entre 0,08 et 0,25 m, avec une moyenne de 0,16 m. Leur profondeur est très variable (0,13 à 0,30 m). À la hauteur de l’huilerie antique du Collet de Carbonnière (FO‑ 54), la roche a fait l’objet d’un traitement particulier (raies transversales) destiné à assurer l’adhérence des sabots des animaux de trait dans un raidillon. On peut également signaler l’existence de plusieurs voies de garage en épi. Le lien entre ces voies à ornières et les nombreuses carrières du plateau (surtout à Pichotty) est évident. Il reste à savoir quelle était leur destination. On peut penser à Fos ou encore à Saint‑Blaise.

56Le second ensemble est constitué par une voie unique, qui relie l’agglomération protohistorique de Saint‑Blaise à la mer par le plateau de Castillon. Cette voie visible sur près de deux kilomètres se subdivise en plusieurs branches à la hauteur du plateau du Desté. Les vestiges consistent surtout en ornières d’usure. H. Rolland distinguait deux voies, antiques selon lui. La première, dont l’écartement est de 1,70 m, s’interrompt brusquement à l’est de l’enceinte de Saint‑Blaise sur un front de carrière. Cela signifie selon lui qu’elle est antérieure à la construction du rempart hellénistique. La largeur des ornières y oscille entre 0,20 et 0,25 m. La deuxième voie, dont l’écartement est de 1,50 m, est parallèle à la précédente au niveau de la nécropole paléochrétienne. Une tombe rupestre la recoupe, donnant un terminus ante quem supplémentaire. Mais contrairement à la première, cette voie se prolonge sans interruption sur plus d’un kilomètre et demi vers le sud. Elle est bordée par endroit de pierres plantées qui en délimitent le tracé, repris d’ailleurs par le chemin actuel. Les rainures sont également beaucoup plus profondes, et taillées délibérément comme à Pichotty. Des courbes d’évitement permettaient aux véhicules de se croiser (Rolland 1951 : 31, fig. 5). Le rapport entre ces voies et les nombreuses carrières de pierre qui couvrent le plateau est là encore évident.

57Enfin, le troisième ensemble a été observé au nord‑est de l’étang de Citis, entre les quartiers du Ranquet et de Mourette. Il s’agit d’une véritable voie à rail, parfaitement taillée dans la roche et dégagée d’un côté sur 0,50 à 0,70 m de hauteur (fig. 27). Contrairement aux deux réseaux précédents, la voie du Ranquet n’est reliée en apparence à aucune carrière. Visible sur plus d’un kilomètre, elle est en partie recouverte par la route moderne qui en a repris le tracé et l’utilise comme fossé. La voie est pourvue d’un épi de garage à l’endroit où elle amorce une courbe vers le nord, à la hauteur de l’établissement antique du Ranquet (SM‑1). Notons que d’autres sections de voies ont été observées de manière isolée à Saint‑Verran (IS‑33), à l’ouest de l’étang de Rassuen (IS‑31), sur l’oppidum du Castellan (IS‑21), au nord du petit établissement de Toti (IS‑ 23) et à L’Aupière (IS‑19).

FIG. 27 – Vue d’un tronçon de la voie à rail du Ranquet (SM‑1). La photographie montre très clairement que la voie a été délibérément taillée dans la roche calcaire et ne peut être confondue avec une simple ornière.

58Ces découvertes permettent de reconstituer un réseau de circulation cohérent, que l’on s’accorde généralement à mettre en rapport avec les carrières de pierre antiques (Gérin‑Ricard 1932 : 149 ; Rolland 1951 : 30‑32 ; Bessac 1980 ; Bedon 1984 : 22 et 167). Certains auteurs ont mis toutefois ces voies en relation avec l’exploitation médiévale et moderne du sel (com. pers. R. Balzano), d’autres avec un réseau de routes protohistoriques reliant les principaux oppida du pourtour de l’étang de Berre (Rolland 1951 : 32 ; Bouloumié, Soyer 1990). À travers ces différentes interprétations –qui ne sont évidemment pas exclusives l’une de l’autre– c’est la question de la datation de ces voies qui est posée. La cartographie des carrières de pierre fait clairement apparaître leur lien avec ces voies, dont la technique d’aménagement spécifique (creusement soigné des rails, aiguillages, évitements, rampes) laisse penser au transport d’un matériau pondéreux et pourrait être celle des carriers eux‑mêmes. Au bord de l’étang de Berre, au lieu‑dit L’Aupière (IS‑19), une voie comportant de nombreuses ornières aboutit à une carrière partiellement immergée par la remontée du plan d’eau ; des plots d’amarrage creusés dans la roche attestent un embarcadère. Un indice chronologique indiscutable a été signalé : sur le plateau du Desté, qui s’étend au sud‑est de Saint‑Blaise, une branche de la voie principale a été recoupée par une tombe rupestre appartenant à la nécropole paléochrétienne. Elle est donc antérieure au Moyen Âge. Par conséquent, on est en droit de mettre cette voie en rapport avec l’exploitation des carrières ouvertes sur ce plateau pour la construction du rempart hellénistique au iie s. av. J.‑C. Mais on ne peut exclure une utilisation jusqu’à la fin de l’Antiquité et même au Moyen Âge. Le secteur de Saint‑Blaise s’inscrit même peut‑être dans la série des carrières littorales exploitées par Marseille. Le réseau de voies à ornières aurait ainsi permis de drainer les blocs d’extraction vers le port de Fos, à partir duquel ils auraient été acheminés par voie maritime, selon un modèle connu sur la côte entre Martigues et Marseille.

Notes

1 L’effondrement des blocs de surplomb à la fin du Dryas II fossilise les niveaux magdaléniens ; ceux du Dryas III les niveaux valorguiens, et ceux du Boréal les niveaux montadiens (Escalon de Fonton, Onoratini 1977 : 190 ; Escalon de Fonton, Lecourtois-Duc Goninaz 1984 : 70-72, fig. 5-9).

2 Denizot 1959 : 24-26. Des carottages réalisés au nord-est de cet étang ont mis en évidence l’effet de la remontée du niveau marin (com. pers. M. Provansal).

3 Entre Istres et Martigues, la différence des minima de température hivernale est de l’ordre de 2 à 3 oC.

4 On retrouve ces galets dans les aménagements des salines en Camargue.

5 Apollonios de Rhodes signale sept bras, Timée et Diodore cinq, Artémidore et Pline trois, Polybe deux. La mosaïque du port d’Arles au portique des corporations à Ostie et la Table de Peutinger en figurent trois, mais sur cette dernière le troisième bras résulte d’un dédoublement du bras occidental. Un débat similaire a lieu à la même époque à propos des bouches du Rhin.

6 Desjardins 1876, 1 : 193 ; 1878, II : 72 et 83 ; Gérin Ricard 1933 : 366 ; Denizot 1957 : 48-49 ; Benoit 1965 : 128-134 ; Barruol 1969 : 195, note 3. Les auteurs de la Statistique (Villeneuve 1824 : 184) signalent l’existence d’un îlot nommé Malestraou qui aurait conservé le souvenir du nom Mastromela au milieu du chenal de Caronte.

7 Pour ces auteurs, le relief signalé par Strabon entre le fleuve et l’étang correspondrait à la butte rocheuse de l’Hauture.

8 Carte de la principale embouchure du Rhône levée en 1706 et dessinée par D’Anville, Dépôt des cartes de la Bibliothèque impériale, reproduite dans Desjardins 1866 ; plan de Fos et de ses environs dressé par Matheron, dans Villeneuve 1824.

9 Sur 48 tronçons repérés, 22 ont un écartement de 1-1,15 m, 6 de 0,80- 0,90 m, 1 de 0,70 m et 2 de 0,40 m ; 17 n’ont pu être relevés (Coye, Lagrue 1988, 1 : 23). Les mesures ont été effectuées selon la méthode définie par Sillières (1983 : 18).

Table des illustrations

Légende FIG. 20 – Les unités paysagères du secteur des Étangs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende FIG. 21 – Vue panoramique de la région d’Istres. La vue est prise depuis le site de Saint‑Michel (IS‑14), perché à 114 m NGF, en direction de l’ouest et du sud‑ouest. Au premier plan, le débouché du vallon de Sulauze sur l’étang de l’Olivier (A) ; le vallon est bordé à l’ouest par le plateau de Montméjean, qui culmine à 104,20 m NGF (B). À l’arrière‑plan, le plateau de Cansaou (109 m NGF) porte le village néolithique de Miouvin (IS‑13) (C). Au fond la plaine de la Crau (D). Au sud, l’oppidum du Castellan (IS‑21) forme un promontoire qui s’avance sur l’étang de l’Olivier (E).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 22 – Vue panoramique de la région de Saint‑Mitre. La vue est prise en direction de l’ouest depuis le sommet du plateau du Lèbre (141 m ngf). Au premier plan, le vallon de Massane, qui draine la dépression de Magrignane (au sud) (A) vers l’étang de Berre (au nord) (B). Le vallon est dominé par le vaste entablement molassique de Saint‑Mitre (107 m ngf) (C) et par la butte du Collet‑Redon (SM‑49) (D), qui porte les traces d’une occupation du Néolithique final et du Bronze ancien. À l’arrière‑plan, le petit oppidum des Fourques (SM‑32) (E), occupé aux deux derniers siècles avant notre ère.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 23 – Vue panoramique de l’étang du Pourra, du bassin de Plan Fossan et des collines méridionales. La vue est prise depuis l’oppidum des Fourques (SM‑32) en direction de l’ouest et du sud‑ouest. Au premier plan, l’étang du Pourra, bordé à l’ouest par le plateau de Castillon (A). L’établissement préromain et augustéen des Ferrages (SM‑30) est implanté en contrebas de l’oppidum (B). Le site de versant des Vallons (SM‑25) a livré de l’amphore étrusque, marseillaise et italique ainsi que de la céramique modelée et campanienne A (C). Le petit site de Péricard (SM‑33) a révélé une occupation au Couronnien (D). Au sud, la vaste dépression marneuse de Plan Fossan est contrôlée par la villa de Péricard (SM‑34) (E).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 24 – Carte géologique simplifiée du secteur des Étangs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende FIG. 25 – Carte phytologique du secteur de Saint‑Blaise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45208/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 26 – Voies à ornières et carrières dans le secteur des Étangs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45208/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende FIG. 27 – Vue d’un tronçon de la voie à rail du Ranquet (SM‑1). La photographie montre très clairement que la voie a été délibérément taillée dans la roche calcaire et ne peut être confondue avec une simple ornière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45208/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search