Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Première partie. Essai d’archéologie du paysage

Chapitre 1. L’acquisition des données

1 Data acquisition

1 La obtentión de los datos

Résumé

Les données archéologiques disponibles dans ce secteur ont été mobilisées à travers une recherche bibliographique exhaustive, complétée par un examen des sources archivistiques et iconographiques médiévales et modernes. Ce volet historiographique permet à l’auteur de montrer comment un certain nombre d’hypothèses de géographie historique encore communément admises sont dues à la fantaisie ou même aux falsifications de quelques érudits du xixe s. L’état des connaissances archéologiques est suivi d’un exposé des méthodes de prospection et de traitement des données mises en œuvre.

Texte intégral

1La prospection est aujourd’hui la base de toute recherche historique sur l’occupation du sol. Or, même résolument axée sur l’enquête de terrain, elle a pour préalable un inventaire et une étude minutieuse de toutes les formes de documents susceptibles d’apporter des informations complémentaires, tant du point de vue de l’archéologie que de l’évolution du paysage.

1.1 La recherche bibliographique

1.1.1 Archives et iconographie médiévales et modernes

2Pour des raisons de temps et de formation, je n’ai pu consulter les archives départementales et municipales qu’à travers les monographies communales qui ont utilisé ces documents, souvent précieux pour la connaissance de l’histoire de l’occupation du sol au Moyen Âge et à l’époque moderne. H. Rolland (1940 ; 1948) a regroupé une partie des textes médiévaux relatifs au village d’Ugium. Les actes du Cartulaire de l’abbaye de Saint‑Victor de Marseille constituent la principale source d’information pour le haut Moyen Âge. On peut y ajouter un diplôme royal de Chilpéric II (daté de 716), un formulaire de Marculf (732), le Testament d’Abbon (739), l’acte de donation des revenus de l’église Sanctus Vincentius Ugensis à l’évêque Drogon de Marseille (923), une donation de l’église de Viviers (950), le Diplôme de Conrad le Pacifique (965), la concession du prêtre Boson aux chanoines de Notre‑Dame d’Avignon (1067) ou encore le cartulaire arlésien de la maison Saint‑Thomas à Trinquetaille (xiie s.). Ces textes apportent un précieux éclairage sur l’économie locale, en particulier sur l’exploitation du sel. L’information archéologique potentielle ne doit cependant pas être négligée : un document de 1028 nous révèle par exemple l’existence d’arches au lieu‑dit Splata (Guérard 1857, VIII, no 165).

3Les limites territoriales sont connues par des documents médiévaux pour la plupart tardifs (Clouzot 1923 : V, XXV, LXII‑LXIV, LXXIII‑LXXV). La donation du territoire d’Istres par l’archevêque d’Arles à celui d’Aix, datée de 1054, signale l’existence des églises de Saint‑Verran et de Saint‑Pierre de Lavalduc, toutes deux situées au sud d’Istres (Albanès 1901, Diocèse d’Arles, no 389, coll. 164‑165). La seconde est connue mais on ignore tout en revanche de l’emplacement de la première. Par ailleurs, J.‑P. Lagrue (1988) a utilisé, dans le cadre d’une recherche sur le château de Fos, des cadastres médiévaux intéressant la mise en valeur du terroir, en particulier les livres terriers de 1379 et 1467. On peut aussi mentionner un texte du xve s. qui nous renseigne sur les méfaits de l’érosion et de la salinité des étangs sur les cultures (Archives départementales des Bouches‑du‑Rhône, série C, liasse no 126).

4À l’époque moderne, les archives municipales fournissent une masse croissante d’informations. À Saint‑Mitre, un procès‑verbal de bornement daté de 1551 signale « un vieux port antique qui passait pour être celui des gens de Castelveyre » (Archives communales de Saint‑Mitre, DD1). Ce document évoque également la présence d’une borne au fond de l’étang de Lavalduc, dont on apprend qu’il était alors « peu profond puisque le dénommé Rellet put la retrouver dans l’eau et la redresser. Une telle information est précieuse pour la reconstitution du niveau historique des étangs. Dans ce domaine, on doit beaucoup au viguier Capeau, dont l’Abrégé chronologique des documents relatifs aux étangs d’Engrenier et de La Valduc, publié en 1831, permet de restituer l’évolution des plans d’eau du xviie au début du xixe s., à travers les procès‑verbaux liés aux conflits suscités par l’utilisation de l’eau. L’apport des cartes anciennes a également été pris en considération, bien qu’aucune étude systématique, ni même un inventaire, n’en aient été faits. Une carte du xviie s. extraite de l’Album de Tassin souligne l’importance des étangs de manière caricaturale et figure le canal de Craponne (fig. 2). La Carte de Cassini représente les dépressions de Magrignane et de Rassuen comme de véritables plans d’eau et montre la galerie de vidange de l’étang de l’Olivier (fig. 3). À Saint‑Mitre sont visibles de nombreux moulins à vent, au quartier des Aires. Ils existaient encore au début du siècle.

FIG. 2 – Carte du XVIIe s. extraite de l’Album de Tassin. La  tour de Bouc est alors isolée sur une île. Le canal de Craponne est figuré et les principaux étangs peuvent être identifiés.

FIG. 3 – Extrait de la Carte de Cassini. On notera la largeur importante du chenal de Caronte et la présence des bourdigues à ses deux extrémités. L’étang de Magrignane apparaît comme un marécage. La rive nord‑ouest de l’étang de Lavalduc est densément occupée par un habitat lié aux salines. Le canal d’Arles à Bouc et les voies de la Crau sont également visibles.

1.1.2 Les travaux des érudits des xviiie et xixe s.

  • 1 Il s’agit en fait d’un ouvrage érigé au xvie s. sur le tracé projeté puis abandonné d’une branche d (...)

5Le secteur des Étangs de Saint‑Blaise a suscité dès le xviiie s. l’intérêt d’érudits tels que l’abbé d’Expilly, qui mentionne en 1770 les sites de Tholon (MA‑5) et des Arcades (PB‑8), et C.‑F. Achard (1787, II : 426), qui s’intéresse surtout aux inscriptions de Massane (SM‑5) et de l’église paroissiale de Saint‑Mitre (SM‑23). Au début du siècle suivant, l’ingénieur M. Gorsse (1803 : fol. 25) rapporte la découverte au quartier du Pont‑du‑Roi d’un cimetière gallo‑romain (PB‑13), lors des travaux de creusement du canal d’Arles à Bouc en 1803. Un an plus tard, P. Véran (1804, I : 129‑131) donne un plan précis des arcades (PB‑8) situées dans ce même secteur et interprétées tantôt comme un aqueduc, tantôt comme un viaduc1.

6Tout au long du xixe s., la curiosité des érudits provençaux est attirée par les deux sites de Saint‑Blaise et de Saint‑Gervais, sur lequel plane le charme mystérieux d’une ville engloutie. Avec la publication de la Statistique des Bouches‑du‑Rhône par le comte de Villeneuve (1824) apparaissent un certain nombre de mythes dus aux falsifications de N. Toulouzan et à l’imagination fantaisiste de Matheron. Ces légendes focalisent l’attention des érudits jusqu’au début du xxe s.

  • 2 Dans la Statistique des Bouches-du-Rhône (Villeneuve 1824 : 293), N. Toulouzan effectue la lecture (...)
  • 3 On a vu plus haut que cette tradition remonte à 1551 (Archives communales de Saint-Mitre, DD1).

7La paternité de la légende du port de Saint‑Blaise et de la communication des étangs avec la mer revient à N. Toulouzan. D’une part, en assimilant le site de Saint‑Blaise à Maritima Avaticorum et en falsifiant à l’appui de cette thèse l’inscription de l’autel de Junon (SM‑23), celui‑ci en fait une ville romaine située à proximité immédiate de la mer2. Il faut attendre 1924 pour que cette hypothèse soit réfutée par R. de Cabrens (1925 : 12). Néanmoins, les cartes IGN au 1/25 000 portent encore de nos jours le nom de Maritima Avaticorum à l’emplacement de Saint‑Blaise. D’autre part, N. Toulouzan est le porte‑parole d’une ancienne tradition selon laquelle Saint‑Blaise aurait eu un port sur l’étang de Lavalduc3. La Statistique (Villeneuve 1824 : 294) mentionne « une portion de quai qui est maintenant à 11 m de hauteur au‑dessus de Lavalduc » (FO‑17). Enfin, le même N. Toulouzan est à l’origine de la légende d’une communication des étangs entre eux et avec la mer dans l’Antiquité. La carte qu’il publie dans la Statistique fait des étangs de Lavalduc, d’Engrenier et de l’Estomac un seul et unique bras de mer pénétrant profondément dans les terres, jusqu’au pied de Saint‑Blaise (fig. 4). Le golfe ainsi créé de toute pièce a été interprété par les érudits locaux comme le Stomalimné de Strabon. De même, sur cette carte, la dépression de Magrignane rejoint l’étang de Berre par les vallons de Massane et de Mauvegeane, tandis que les étangs du Pourra, de Citis et de Rassuen ne forment qu’un.

FIG. 4 – Extrait de la carte de N. Toulouzan (d’après Villeneuve 1824, pl. X, 9). Le site de Saint‑Blaise est identifié à Maritima Avaticorum, le chenal de Caronte au Kainos de Ptolémée et l’étang de Berre au stagnum Mastromela de Pline. Les vestiges du golfe de Fos sont rapportés à la fois aux Fossae Marianae et au Stomalimnè de Strabon. Les étangs sont mis en communication avec la mer.

8Le problème du séjour de Marius dans la région de Fos est, avec la question des Fosses Mariennes, au centre de tous les écrits de cette époque, Il a donné naissance, sous la plume de N. Toulouzan, de Matheron et d’A. Saurel, à tout un discours archéologique et historique sur les trop fameux camps de Marius. Saint‑Blaise aurait été fondé selon eux par le consul romain lui‑même ! La carte de Matheron place un camp de Marius au pied de l’Hauture, et un autre au Pont‑Gayet. Celle de N. Toulouzan reconstitue une géographie historique basée sur une interprétation abusive des racines toponymiques en mar‑ ou mer‑ (Maritima, Mérindole, Massane, Magrignane, Martigues), allant jusqu’à faire de « Mérindole » un dérivé du latin Marii dolium, c’est‑à‑dire la « citerne de Marius » (Villeneuve 1824 : 254‑255) ! Ces érudits ont en effet cru déceler dans la région tout un système d’alimentation des supposés camps en eau. A. Saurel (1865 : 33‑35) reprend par exemple la description très précise donnée par Matheron (dans Villeneuve 1824 : 255) de deux bassins communicants situés au Pont‑Gayet et prétendus romains. Ce dernier décrit également avec beaucoup de minutie un aqueduc qui aurait débouché du plateau de Castillon sur les Arcades. Enfin, il rapporte le souvenir de « tuyaux de pierre » que l’on aurait découverts lors de travaux sur la chaussée de la Marronède. Bien que combattue par E. Desjardins (1878, II : 328), la légende des camps de Marius perdure jusqu’au début du xxe s. chez des érudits locaux tels que D. Martin (1907 : 32) et L. Serre (1908 : 150). Elle oblitère toute découverte archéologique.

9Une troisième légende considérait les vestiges de la Pointe Baumasse (PB‑12) à Port‑de‑Bouc comme ceux d’une supposée ville antique de Stomalimné. N. Toulouzan, Matheron et A. Saurel signalent sur leurs cartes et dans leurs récits des « vestiges de maisons sous les eaux » (Saurel 1865 : 39‑43). Même si leur interprétation laisse une grande part à l’imagination, j’ai pu vérifier sur le terrain l’existence de ces ruines, et la relative exactitude des relevés qu’en a donnés A. Saurel.

10C’est qu’au‑delà du discours pseudo‑historique de la plupart des érudits de cette époque, on peut glaner au fil des pages toute une série d’informations d’ordre archéologique, dont l’intérêt est parfois précieux lorsqu’on peut les confronter à des observations de terrain. C’est le cas, on vient de le voir, des vestiges de la Pointe Baumasse (PB‑12), qui sont probablement ceux d’une villa maritima aujourd’hui en passe d’être détruite par l’érosion marine. Les auteurs de la Statistique ont également signalé les sites de Saint‑Blaise (SM‑8), de Saint‑Gervais (FO‑42), des Arcades (PB‑8), du Pont‑du‑Roi (PB‑13), de Courtine (SM‑56) et de Massane (SM‑5), mais leurs descriptions, trop générales et parfois fantaisistes, ne sont guère utilisables. En revanche, l’apport de la Statistique est appréciable pour tout ce qui a trait aux problèmes d’aménagement du milieu à l’époque moderne : étendue et nature des cultures, systèmes d’irrigation et de drainage, vidange des étangs, exploitation du sel.

11A. Saurel (1877) est le meilleur observateur de ce secteur dans la seconde moitié du xixe s. Certes, il reprend en partie les informations données par la Statistique, mais il a le mérite de se montrer plus critique à l’égard de ses sources. Il s’intéresse surtout à Saint‑Blaise et à ses environs immédiats, ainsi qu’aux vestiges de l’anse Saint‑Gervais. Il signale aussi « la découverte de tombes nombreuses qui a été faite à diverses reprises aux environs de la Mérindole » (PB‑10), au sud‑ouest des Arcades (PB‑9) et au Pont‑du‑Roi (PB‑13). I. Gilles (1887) évoque également l’histoire de la région, mais son témoignage est souvent peu crédible, car il se fie aveuglément aux traditions orales de l’époque. Il mentionne toutefois les oppida des Fourques (SM‑32) et de Castillon (PB‑1), qui seront redécouverts en prospection. Il est toujours très malaisé de faire la part des choses entre ce que ces érudits ont pu réellement observer sur le terrain, et ce qu’ils ont retenu, sans le vérifier, de légendes locales particulièrement vivaces dans cette région profondément marquée par la romanisation.

1.1.3 État de la recherche archéologique

1.1.3.1 Amateurs d’archéologie et associations archéologiques au xxes.

12Même si la tradition érudite persiste à l’aube du xxe s., elle prend une attitude beaucoup plus descriptive et active sur le terrain. À Fos, H. Nicolas (1900 : 221‑225), D. Martin (1904a et b ; 1907), E. Franck (1905a et b) et L. Serre (1907 ; 1908) nous renseignent sur l’invention de cimetières gallo‑romains et médiévaux à proximité de l’Hauture (FO‑40/41). À Port‑de‑Bouc, E. Franck signale la découverte, en 1901, de cinq sépultures à inhumation au Valentoulin (PB‑10). À Istres, R. Maumet (s.d.) prospecte dès 1900 le site néolithique de Miouvin (IS‑13). D. Martin (1904a et b), L. Serre (1907) et E. Davin (1933) reprennent avec plus de détails les descriptions données par I. Gilles (1884) des sites de Saint‑Michel (IS‑14) et du plateau de Barabant (IS‑12).

13Après la Seconde Guerre mondiale, les sociétés des amis du Vieux Saint‑Blaise, du Vieux‑Fos et du Vieil‑Istres sont fondées. Leur activité de prospection est très limitée. Les Amis du Vieil‑Istres réalisent des sondages sur l’oppidum du Castellan (IS‑21) de 1948 à 1970. Ils fouillent le site de Toti (IS‑23) en 1949. Ils opèrent également des fouilles de sauvetage à Saint‑Martin (IS‑24) en 1976, et secondent activement M. Escalon de Fonton dans les fouilles de l’Abri Cornille (IS‑9) et de l’Abri Capeau (IS‑39). Dans le même temps, l’activité des Amis du Vieux‑Fos est essentiellement tournée vers les fouilles sous‑marines de l’anse Saint‑Gervais. En 1972, les membres de l’association découvrent un nouveau cimetière rupestre au pied de l’Hauture (FO‑38). Dans les années 70, ils participent aux côtés de M. Escalon de Fonton à la fouille de sauvetage des abris de Mourre Poussiou (FO‑20).

1.1.3.2 Fouilles anciennes, fouilles programmées et fouilles de sauvetage

14La première fouille véritable remonte à 1880. Menée par A. Baux et G. de Fondouce, elle a porté sur les niveaux cendreux d’un abri‑sous‑roche chalcolithique situé en bordure de l’étang de Rassuen (IS‑26). Depuis, les fouilles préhistoriques ont été essentiellement le fait de M. Escalon de Fonton, qui a exploré l’Abri Cornille (IS‑9) de 1948 au début des années 70, l’Abri Capeau (IS‑39) dans le courant des années 60, ainsi que les abris de Mourre Poussiou (FO‑20), menacés dans les années 70 par la construction de châteaux d’eau. H. Camps‑Fabrer a pris à sa suite la direction de la fouille du site néolithique de Miouvin (IS‑13) en 1973.

15La fouille la plus longue et la plus importante a porté sur le site protohistorique et médiéval de Saint‑Blaise. Commencée en 1935 et conduite jusqu’en 1970 par H. Rolland, elle s’est poursuivie de 1974 à 1984 sous la direction de B. Bouloumié. De 1982 à 1988, G. Démians d’Archimbaud a exploré les niveaux du haut Moyen Âge. Parallèlement, des fouilles sous‑marines ont été menées depuis 1946 dans l’anse Saint‑Gervais, sous la reponsabilité de la Direction des recherches archéologiques sous‑marines depuis 1975. Plusieurs campagnes de sondages ont eu lieu depuis le navire‑laboratoire L’Archéonaute, en vue de l’aménagement d’un port de plaisance. Parallèlement, J.‑M. Gassend a conduit une série de sondages de repérage sur la plage du Cavaou, La troisième grande fouille est celle de l’île de Martigues, où deux villages protohistoriques superposés découverts en 1977 ont été fouillés par J. Chausserie‑Laprée.

16En 1980, J. Jouanaud a effectué une importante découverte sur la rive nord du chenal de Caronte : celle du site des Salins de Ferrières (MA‑8), suivie un an plus tard de celle de l’Abion (MA‑7), tous deux datés de la fin de l’âge du Bronze et du début de l’âge du Fer. Ces deux gisements ont fait l’objet de sondages (Legros 1982 ; 1985 ; Inf. archéo. Gallia Préh., 25, 1982 : 521‑523 ; 30, 1986 : 481). Ce rapide survol serait incomplet si l’on ne faisait pas mention des fouilles conduites par J.‑P. Lagrue sur le castrum de Fos (FO‑39) et ses environs (Lagrue 1993 ; 1994 ; Lagrue, Gateau 1995).

17La fouille programmée des Soires (SM‑13) est à ce jour la seule qui ait porté sur un établissement rural gallo‑romain dans le secteur de Saint‑Blaise (Trément 1995 ; 1997). Elle s’est déroulée sous ma responsabilité au cours de deux campagnes successives en 1990 et 1991. Des sondages ont également été effectués par mes soins sur les sites des Clapières (SM‑45), de Lavalduc (FO‑6) et de Saint‑Michel (IS‑14).

1.1.3.3 Les prospections antérieures

18Au tout début du siècle, R. Maumet (s.d.) a réalisé un inventaire des gisements préhistoriques. Pour l’époque romaine, la Forma Orbis Romani constitue un point de départ obligé (Benoit 1936, V : 50‑52, nos 163‑ 169 ; 93‑97, nos 286‑299). Elle fait état de 26 sites, qui pour la plupart ont fait l’objet de vérifications positives sur le terrain, voire de fouilles :
– sur la partie nord de la commune de Martigues, la Forma signale les deux sites de Tholon (MA‑5) et de Saint‑Macaire (MA‑2), auxquels il faut ajouter des découvertes isolées autour de l’île (MA‑9) ;
– sur la commune de Port‑de‑Bouc, elle totalise sept sites : la Pointe Baumasse (PB‑12), Pont‑du‑Roi (PB‑13), les Arcades (PB‑8/9), la Mérindole (PB‑10), le Valentoulin (PB‑6) et Castillon (PB‑1) ;
– sur la commune de Fos, cinq sites : Saint‑Gervais (FO‑ 42), la Roquette (FO‑40), Pont‑Gayet (FO‑32/36), Fanfarigoule (FO‑27) ;
– sur la commune de Saint‑Mitre, les deux sites de Saint‑Blaise (SM‑8) et de Courtine (SM‑56), la sépulture du village (SM‑24) et les deux inscriptions d’Antiochus (SM‑5) et de Junon (SM‑23) ;
– sur la commune d’Istres, six sites : le Castellan (IS‑21), Saint‑Michel (IS‑14), Daguin (1S‑37), Peiremalle (IS‑17), l’Estagel (IS‑18) et Sulauze (IS‑1).

19À l’occasion d’un travail de maîtrise dirigé par P.‑A. Février, A.‑M. Vigoureux (1973) a complété les données de la Forma pour les communes de Martigues, Saint‑Mitre, Port‑de‑Bouc et Fos. Elle a surtout réalisé un travail de repérage et de vérification, mais elle signale sept sites nouveaux pour l’époque romaine :
– sur la partie nord de la commune de Martigues, le site de Cantoperdrix (MA‑4) ;
– sur la commune de Saint‑Mitre, la villa de Péricard (SM‑34), la cuve‑sarcophage du Pourra (SM‑31) et un élément de pressoir au Lèbre (SM‑54) ;
– sur la commune de Port‑de‑Bouc, le site de la Mérindole (PB‑11) ;
– sur la commune de Fos enfin, le site de Plan‑d’Aren (FO‑25) et l’installation de pressage du Collet de Carbonnière (FO‑24).

20Des prospections ont également été conduites dans la région de Saint‑Blaise entre 1976 et 1983 par B. Bouloumié et J. Soyer (1990) dans le cadre d’une action thématique programmée « Temps ». Enfin, la carte archéologique de la commune de Fos réalisée par N. Coye et J.‑P. Lagrue (1988) pour le service régional de l’Archéologie est venue compléter l’inventaire de la zone étudiée avec 33 nouveaux sites.

1.2 La prospection : méthode et traitement des données

21La prospection constitue le second volet de la recherche documentaire. Il s’agit à la fois de vérifier les informations acquises lors de la phase précédente et de mettre en œuvre une méthode de reconnaissance systématique des sites.

1.2.1 La méthode de prospection utilisée

1.2.1.1 Superficies prospectées et calendrier

  • 4 Selon N. Dieudonné (1989 : 219), la vitesse moyenne de prospection est de l’ordre de dix hectares p (...)

22Avant de présenter la stratégie de prospection adoptée, il est nécessaire de donner quelques ordres de grandeur qui permettront de relativiser les résultats obtenus.
● La superficie globale du secteur étudié s’élève à 10 500 ha. ․ Sur ce total, les secteurs urbanisés représentent 2 815 ha et les plans d’eau 1 100 ha, soit 3 915 ha de terrain inaccessibles à la prospection.
● Sur les 6 585 ha prospectables, 2 250 ont été effectivement prospectés, soit 34 % (et 21 % de la superficie totale étudiée).
● Enfin, sur les 2 250 ha prospectés, 1 630 l’ont été selon une maille large et 620 de manière systématique, soit respectivement 72 % et 28 %. C’est dire que les prospections systématiques ont couvert 9,4 % de la superficie prospectable et 5,9 % de la superficie totale étudiée. Leur apport représente en revanche près des deux tiers du total des sites identifiés. Le rendement de la prospection systématique s’est avéré d’autant plus élevé que le temps passé sur le terrain a été relativement bref : quatre campagnes de huit jours pour cinq prospecteurs en moyenne, sur un total de six mois passés sur le terrain. La superficie couverte journalièrement par prospecteur était comprise entre trois et six hectares4. Les sites nouveaux sont apparus avec une singulière régularité, de l’ordre de deux par jour.

23Une double conclusion s’impose : d’une part, la densité élevée du peuplement par rapport aux autres secteurs riverains de l’étang de Berre, pourtant déjà intensément occupés ; et d’un point de vue méthodologique, la rentabilité remarquable de la prospection systématique.

1.2.1.2 Choix des méthodes et des zones prospectées : stratégies et échantillonnage

24La dualité de la technique de prospection adoptée reproduit celle du paysage étudié, constitué d’une alternance de dépressions humides, de vallons plus ou moins bien drainés et fréquemment cultivés, et de plateaux boisés ou couverts de garrigues (fig. 5). Partant sur la base d’une enquête bibliographique approfondie, j’ai commencé par prospecter tous les sites repérés avant 1987 en essayant de bien les circonscrire (Trément 1988). J’ai réalisé ensuite des prospections plus fines sur le pourtour des étangs et sur l’ensemble du plateau de Castillon. J’ai également prospecté les zones où les découvertes étaient demeurées rares ou même inexistantes jusqu’alors –le plateau du Lèbre à Saint‑Mitre et les collines de Sulauze au nord de l’étang de l’Olivier par exemple– en vue d’homogénéiser l’ensemble des résultats (Trément 1989a). Au total, 87 sites ont ainsi été identifiés pour la période comprise entre le Paléolithique supérieur et le début du Moyen Âge. D’une manière générale, les prospections à maille large ont concerné les zones collinaires, couvertes de garrigues et de pinèdes assez denses, où j’ai dû me contenter de parcourir le terrain à la recherche d’anomalies topographiques ou de structures susceptibles de trahir la présence de vestiges. La saison sèche s’est révélée plus favorable à l’observation, du fait de l’éclaircissement de la végétation. Une attention toute particulière a été portée aux vergers, aux vignes, aux secteurs débroussaillés dans le cadre de la prévention des incendies, aux chemins coupe‑feux, aux sentiers d’attente des chasseurs, aux couloirs de pylônes EDF et aux bandes de pipelines, qui constituent de véritables « transects » du secteur étudié.

FIG. 5 – Carte des zones prospectées, des fouilles et des sondages.

25Parallèlement, j’ai essayé de suivre les travaux de tranchées et de terrassements qui auraient pu endommager certains sites, ou en révéler de nouveaux. En 1987, à l’occasion de la surveillance de la tranchée du polyréseau d’hydrocarbures Arco, entre Fos et Martigues, plusieurs sites repérés en surface ont ainsi fait l’objet d’observations stratigraphiques. En 1989, une tranchée réalisée par le service des Eaux de la ville de Martigues est passée à quelques mètres seulement de la villa de Péricard (SM‑34), sans faire apparaître le moindre vestige. En revanche, elle a révélé plusieurs murs d’un établissement agricole dans le quartier des Soires (SM‑13). Enfin, l’extension d’une branche du réseau d’irrigation du canal du Midi dans la dépression de Plan Fossan et l’implantation d’une nouvelle tranche de lotissements sur le plateau du Mazet ont donné lieu durant l’été 1989 à des prospections systématiques suivies de sondages.

26J’ai procédé dans un deuxième temps à une série de prospections systématiques dans des secteurs‑tests :
– le vallon de Magrignane, situé à l’est du village de Saint‑Mitre, qui constitue le débouché naturel de l’étang du même nom vers l’étang de Berre : sur 112 ha prospectés en février 1990, 20 sites ont été identifiés ;
– le vallon qui s’étend à l’ouest de ce même village depuis l’établissement des Soires (SM‑13) jusqu’à la villa de Péricard (SM‑34) : sur 67 ha explorés en avril 1990, 14 sites ont été repérés ;
– la zone de bas plateaux située entre les étangs de Citis et de Rassuen, entre les lieux‑dits Tour d’Aix, Saint‑Verran, Mourette et Ranquet : les 110 ha prospectés en février
1991 ont livré 10 sites ;
– la zone contiguë située immédiatement à l’ouest, entre la rive septentrionale de l’étang de Lavalduc et l’étang de Rassuen : sur 140 ha parcourus, 9 sites ont été identifiés.

27Le nombre de sites connus dans ces quatre secteurs est ainsi passé de 8 à 53. Les prospections systématiques ont porté sur les zones cultivées, généralement situées en fond de vallons (champs de blé), sur les côteaux (vignes) et sur les bas plateaux (vergers). La période des labours s’étend du mois d’octobre au mois d’avril, mais c’est de février à avril que la visibilité en surface s’est avérée la meilleure, tout particulièrement après les pluies fines qui fixent la poussière et font ressortir la couleur des tessons. Dans ces secteurs‑tests, le taux de couverture est de l’ordre de 75 %. L’exiguïté des parcelles utilisées comme unités d’échantillonnage est le gage d’une excellente lisibilité, favorisant en particulier le repérage et la cartographie des artefacts isolés ou liés aux façons culturales.

1.2.1.3 Technique de ramassage

28Champs labourés, vergers et friches ont été ratissés par des petits groupes de cinq à six personnes espacées de cinq mètres. Dans les vignes, une rangée de pieds sur deux a été parcourue. Chaque parcelle prospectée, considérée comme une unité d’échantillonnage, s’est vue attribuer un coefficient de lisibilité compris entre 1 et 5, intégrant des paramètres topographiques, phytologiques et météorologiques : 1 pour une lisibilité optimale équivalant aux champs fraîchement labourés, aux vignes et aux vergers déchaussés, après une pluie ; 2 pour ces mêmes types de cultures, en période sèche et sans que la terre ait été retournée ; le même coefficient a été attribué aux secteurs récemment incendiés ; 3 pour les zones fraîchement débroussaillées, les plateaux dénudés, les clairières ; 4 pour les terrains en friche, les garrigues claires, les versants à faible pente et non boisés ; 5 pour les marges palustres, les prés, les pinèdes et les versants en pente forte.

29Quel que soit le type de prospection adopté –à maille large ou systématique– chaque site découvert a fait l’objet d’un ramassage « exhaustif » du mobilier superficiel, à l’exception des matériaux de construction (moellons et tuiles) qui ont été simplement dénombrés. L’avantage de cette méthode est double : d’une part, c’est le moyen le plus efficace pour obtenir des datations fines ; d’autre part, l’expérience a montré que certains artefacts non identifiés ou a priori sans signification lors du ramassage ont naturellement trouvé leur place, ultérieurement, dans une interprétation d’ensemble. C’est tout particulièrement le cas des scories, recueillies à l’origine uniquement par principe, et dont l’analyse physico‑chimique a révélé l’existence d’une petite métallurgie rurale.

1.2.2 Le traitement des données : une archéologie d’échelles

30La masse considérable de l’information recueillie par le biais des prospections (fig. 6‑9) m’a conduit à développer des outils d’analyse quantitative permettant d’approcher le plus finement possible le peuplement du point de vue démographique, chronologique et typologique.

FIG. 6 – Histogramme du total des fragments de céramiques recueillis en prospection.

FIG. 7 – Histogramme du total des bords de céramiques recueillis en prospection.

FIG. 8 – Histogramme des occurrences des différentes catégories de céramiques recueillies en prospection.

FIG. 9 – Histogramme du nombre minimum d’amphores recueillies en prospection.

1.2.2.1 Approche paléodémographique

31En l’absence de données chiffrées antérieures au Moyen Âge, l’analyse paléodémographique du secteur concerné ne pouvait porter que sur des estimations relatives du peuplement basées sur les données archéologiques fournies par les prospections (Trément 1996a ; à paraître c). Il était donc nécessaire de définir des indicateurs qui soient à la fois susceptibles de rendre compte du niveau de peuplement de la région étudiée, d’être observables sur la longue durée et enfin d’être quantifiés. Ces indicateurs archéologiques, au nombre de cinq (nombre d’artefacts, nombre d’occurrences, nombre de sites, superficie habitée, territoire exploité), ont été complétés par les données paléoenvironnementales qui nous renseignent sur l’impact de l’homme et donc, indirectement, sur son poids démographique (Laval et al. 1992).

Traitement préliminaire des données

32Avant de présenter ces descripteurs, il me faut préciser que leur quantification sur la longue durée posait un certain nombre de problèmes. Tout d’abord, il fallait définir une échelle chronologique qui permette d’appréhender l’évolution globale du peuplement sur la longue durée, mais aussi les évolutions propres aux périodes les mieux connues –en particulier l’âge du Fer et l’époque romaine. J’ai donc pris le parti d’utiliser deux échelles de découpage différentes du temps (fig. 10‑11) : l’une, par grandes phases culturelles (Mésolithique, Néolithique, âge du Bronze, âge du Fer, époque romaine, Moyen Âge) ; l’autre, par subdivisions chronoculturelles (pour l’Antiquité, par exemple, j’ai distingué Haut‑Empire et Bas‑Empire). Le découpage large présente l’avantage d’intégrer un plus vaste éventail de données, parfois mal datées. Le second autorise une meilleure perception des cycles de peuplement à l’échelle séculaire.

FIG. 10 – Évolution des différents paramètres démographiques par phases culturelles (comparaison des valeurs absolues et des valeurs pondérées par siècle).

FIG. 11 – Évolution des différents paramètres démographiques par subdivisions chronoculturelles (comparaison des valeurs absolues et des valeurs pondérées par siècle).

33Ensuite, il fallait tenir compte de la durée inégale de ces différentes périodes et sous‑périodes : environ 5 000 ans pour le Mésolithique, 3500 ans pour le Néolithique, 1000 ans pour l’âge du Bronze, 700 ans pour l’âge du Fer, 500 ans pour l’époque romaine et à peu près autant pour le haut Moyen Âge. On admettra aisément que la précision obtenue dans la datation des sites prospectés est inversement proportionnelle à la durée de ces différentes périodes. En outre, plus la période envisagée est longue, plus la probabilité pour que deux sites (ou plus) soient contemporains est faible. D’un point de vue démographique, cette limite est fondamentale, puisque les cartes archéologiques superposent des séries de sites appartenant en réalité à des séquences chronologiques distinctes. Cette limite est d’autant plus contraignante que l’habitat est très mobile jusqu’à l’âge du Fer. Ces raisons m’ont amené à pondérer les données précédentes par la durée de chaque période considérée et à produire des valeurs moyennes par siècle.

Les indicateurs du peuplement

34Le nombre d’artefacts recueillis en prospection constitue un premier indicateur des activités humaines et donc du peuplement, même s’il est assuré qu’à certaines époques, une partie du mobilier domestique était constituée de matériaux périssables aujourd’hui disparus. Les prospections ont permis de recueillir 16 673 fragments de céramique, dont 15 896 ont pu être rattachés à une phase culturelle et 2 223 déterminés d’un point de vue typologique. La répartition de ces éléments dans le temps est extrêmement inégale. Près de 99 % des artefacts sont postérieurs au début de l’âge du Fer : 29 % se rapportent à l’âge du Fer, plus de 25 % à l’époque romaine et plus de 44 % au Moyen Âge. Si l’on considère uniquement les formes de céramique, le Néolithique et l’âge du Bronze sont mieux représentés avec respectivement 4 % et 3 % des bords, l’âge du Fer l’est nettement moins (13 %), l’époque romaine rassemble 41 % des bords et le Moyen Âge 39 %.

35Le nombre d’occurrences, c’est‑à‑dire la somme des points ayant livré des indices d’occupation ou de fréquentation humaine, permet de prendre en compte la dispersion des artefacts dans l’espace, ainsi que les faibles quantités ou même les artefacts isolés. Les effets de sur‑ et de sous‑représentation induits par les facteurs « post‑dépositionnels » (Zadora‑Rio 1986 : 12) et les conditions de lisibilité (érosion, sédimentation, densité du couvert végétal, pratiques aratoires) sont ainsi nuancés. Chaque point de découverte est comptabilisé autant de fois qu’il couvre de phases culturelles différentes, ce qui permet de prendre en considération sa durée d’occupation ou de fréquentation. Sur un total de 412 occurrences, 81 % sont postérieures au début de l’âge du Fer : 0,7 % se rapportent au Mésolithique, 14 % au Néolithique, 3,6 % à l’âge du Bronze, 24 % à l’âge du Fer, 28 % à l’Antiquité romaine et 29 % au Moyen Âge. On obtient là, pour les périodes protohistorique et historique, l’image, très voisine de la précédente, d’un gonflement important des activités humaines au cours de l’âge du Fer, suivi d’un tassement progressif durant l’époque romaine et le Moyen Âge. En revanche, le Néolithique se distingue au sein des périodes préhistoriques par une très grande dispersion des artefacts dans l’espace.

36Le nombre de sites occupés au cours de chaque période est le critère le plus fréquemment pris en considération dans les travaux portant sur les questions de peuplement. Dans le cas présent, j’ai pris le parti de comptabiliser chaque implantation autant de fois qu’elle couvre de phases culturelles différentes. Évidemment, seul l’habitat rural dispersé est concerné ; à partir de l’âge du Fer et à l’époque romaine, l’émergence des agglomérations et le développement du fait urbain constituent des facteurs démographiques essentiels. Plus de 85 % des 163 occupations de sites comptabilisées sont postérieures au début de l’âge du Fer, et se répartissent à peu près également entre l’âge du Fer (26 %), l’époque romaine (30 %) et le Moyen Âge (29 %). Le Néolithique et l’âge du Bronze totalisent respectivement 6,1 % et 6,7 % des occupations, tandis que le Mésolithique n’en représente que 1,8 %. Une fois de plus, l’image obtenue est celle d’un gonflement progressif du peuplement sur le long terme. Au sein de cette évolution très régulière, l’âge du Fer s’inscrit comme un palier quantitatif déterminant.

37Tout autant que le nombre des implantations, leur dimension constitue un précieux indicateur démographique. La superficie habitée a été calculée en additionnant les superficies de tous les sites contemporains. Ce descripteur pose néanmoins un certain nombre de problèmes. Tout d’abord, la superficie apparente d’un gisement est presque toujours exagérée par rapport à l’extension réelle des vestiges. On supposera donc que le rapport entre image de surface et structures enfouies est constant. D’autre part, la superficie d’un établissement peut varier dans le temps. Une étude fine de la distribution du matériel en surface permet dans certains cas de cartographier les phases successives de son extension (voir par exemple Trément et al. à paraître), mais le plus souvent, il faut se contenter de prendre en compte l’extension maximale des artefacts, toutes périodes confondues. Les résultats sont néanmoins dignes d’intérêt. L’évolution de la somme des superficies habitées reproduit assez fidèlement celle qui est obtenue à partir du nombre d’implantations. Trois seuils caractérisés par une augmentation significative peuvent être distingués : le Néolithique final (1,4 ha/siècle), le premier âge du Fer (5,3 ha/siècle) et le Haut‑Empire (14 ha/siècle). Le Bas‑Empire coïncide avec une régression de la superficie moyenne des sites occupés (6 ha/siècle), suivie d’une reprise au début du Moyen Âge (12 ha/siècle).

38L’élargissement du champ d’étude des activités humaines à l’ensemble du territoire exploité est susceptible de fournir une image complémentaire du peuplement. Le territoire exploité a été défini arbitrairement comme l’aire d’extension globale des vestiges distants de moins de deux kilomètres, qu’il s’agisse d’établissements agricoles ou d’épandages de tessons liés aux façons culturales (des amendements, par exemple). Les superficies obtenues sont susceptibles de correspondre à des terres cultivées ou à des aires de prélèvement divers. L’évolution des superficies exploitées sur la longue durée suit fidèlement la tendance observée précédemment. Le Mésolithique se caractérise par un regroupement des communautés autour de quelques pôles d’habitat. L’espace contrôlé par les occupants de l’Abri Cornille, de Mourre Poussiou et de Capeau est estimé, arbitrairement, à 950 ha (19 ha/siècle), soit, pour chaque communauté, un rayon d’activité d’un kilomètre. Il est évident que ce territoire devait être beaucoup plus étendu, compte tenu du type d’activités pratiquées dans un contexte social faiblement sédentaire. Le Néolithique coïncide avec une densification du peuplement et une extension du territoire exploité. L’occupation du sol n’est plus organisée, comme à la période précédente, autour de quelques regroupements de populations ; elle se caractérise, à partir du Néolithique final, par une forte dispersion du peuplement (4259 ha, soit 607 ha/siècle). Au Bronze ancien et moyen, le territoire exploité (1600 ha, soit 228 ha/siècle) paraît se rétracter autour de quelques noyaux d’habitat éloignés les uns des autres. À l’âge du Fer, l’émergence des agglomérations de Saint‑Blaise, de l’île de Martigues et du Castellan est à l’origine d’une expansion et d’une stabilisation de l’agro‑système. L’aire de prélèvement peut être estimée à 3 750 ha (1250 ha/siècle). Cette valeur est inférieure à celle qui est proposée pour le Néolithique, mais elle correspond à un territoire géré de manière plus intensive et rationnelle. Le Haut‑Empire coïncide avec une extension considérable du territoire exploité, qui s’étend désormais quasiment à l’ensemble de la zone étudiée, soit un doublement de sa surface (6750 ha, soit 2 700 ha/siècle). Le Bas‑Empire correspond à la fois à un relâchement très net de la maille de l’habitat et à la désertion des zones marneuses méridionales conquises à l’époque augustéenne (3 600 ha, soit 1 400 ha/siècle). À partir du milieu du ve s., on assiste à une nouvelle phase de densification de l’habitat et d’expansion du territoire exploité, en direction du nord cette fois (4200 ha, soit 1700 ha/siècle).

39L’évaluation de l’impact de l’homme sur l’environnement constitue un indicateur supplémentaire de la charge démographique et des possibles déséquilibres entre populations et ressources. Les recherches pluridisciplinaires conduites dans la région de Saint‑Blaise ont mis en évidence l’existence de plusieurs phases d’instabilité du milieu, qu’il est possible de corréler avec l’évolution du peuplement (Laval et al. 1992 ; Trément 1993b ; 1994 ; à paraître b ; Provansal et al. 1993). Deux crises d’érosion majeures ont laissé leur marque dans le paysage actuel : la première peut être attribuée en partie à l’intensification des défrichements au Néolithique final ; la seconde, au maximum de population rurale des xviiie et xixe s. La longue période intermédiaire se caractérise par une pause érosive qui peut sembler paradoxale. En fait, l’action de l’homme s’exerce alors en profondeur sur le couvert végétal. Durant l’âge du Fer, la proportion de pollens d’arbres chute ainsi brusquement de 70 à 40 % dans les carottages. Le secteur des Étangs n’a jamais été aussi déboisé (Thinon 1988 ; Magnin 1988). Cette mutation radicale du paysage s’accompagne d’un déclin irrémédiable de la chênaie pubescente, d’un effondrement brutal de la courbe du Pin et d’une extension des garrigues. Dans le même temps, les pollens de plantes cultivées se multiplient. Il faut voir là la conséquence d’une extension des défrichements et d’une stabilisation des systèmes agricoles autour des agglomérations protohistoriques. Dans ces conditions, l’accalmie de l’activité érosive pourrait s’expliquer par des conditions climatiques plus favorables, mais également par les possibilités de mise en valeur des zones basses offertes par l’apport technologique romain. Des mesures de protection des versants et l’éloignement des troupeaux dans la Crau (Badan et al. 1995b) ont pu également contribuer à freiner l’érosion.

40La synthèse des descripteurs précédents donne une image cohérente de l’évolution quantitative du peuplement de la zone étudiée sur la longue durée. Pour résumer, deux phases principales peuvent être distinguées. La première couvre le Mésolithique, le Néolithique et l’âge du Bronze. Elle est caractérisée par un faible nombre d’artefacts, de sites et d’occurrences, par une superficie habitée réduite et un territoire exploité peu étendu. Le Néolithique final se distingue toutefois par un léger gonflement du nombre d’implantations et d’occurrences, ainsi que par une augmentation de la superficie exploitée, qui se traduisent par un impact érosif localement dévastateur. La seconde phase débute au premier âge du Fer. Elle se caractérise par un accroissement important, constant sur la longue durée mais irrégulier dans le détail, de tous les paramètres. Trois paliers peuvent être distingués : le premier âge du Fer, le Haut‑Empire et le haut Moyen Âge. En revanche, La Tène ancienne et le Bas‑Empire s’inscrivent en net retrait.

1.2.2.2 Calibrage chronologique « multiscalaire » des données de prospection

41La méthode précédente permet d’appréhender avec plus de précision les variations relatives du peuplement sur la longue durée, en réduisant l’effet d’accumulation de données non contemporaines impliqué par un découpage trop large du temps. Pour l’époque romaine, il est possible d’affiner cette approche générale : le mobilier recueilli en prospection est en effet à la fois beaucoup plus abondant et bien mieux daté que celui des autres périodes. Une expérience de quantification de l’habitat par tranches chronologiques de vingt ans a été tentée sur les données disponibles pour les six premiers siècles de notre ère, soit un échantillon de 10 379 fragments de céramique, dont 1 492 bords, provenant de 70 sites.

Objectif

42L’objectif est d’appréhender les phénomènes évolutifs propres au monde rural indépendamment des cadres chronologiques conventionnels –période républicaine, Haut‑Empire, Bas‑Empire– fondés sur une histoire politique et événementielle a priori éloignée des réalités microrégionales. La distorsion causée par l’insertion forcée des données de prospections dans la périodisation classique est en effet à l’origine d’un déplacement de la perception des ruptures et des continuités en limite de chaque période. Il en découle une uniformisation des schémas évolutifs et l’impossibilité de saisir des décalages et des spécificités régionales ou microrégionales. Par ailleurs, la durée inégale de ces périodes constitue un obstacle supplémentaire, dès lors qu’il s’agit de comparer les modèles d’occupation du sol d’une même région à des époques différentes. Les prospections systématiques réalisées sur le domaine de la villa de San Giovanni, en Basilicate, avaient déjà fait l’objet d’un traitement quantitatif par tranches de vingt ans (Roberto et al. 1985). Trois méthodes avaient été utilisées concurremment : la première prenait en compte, comme c’est généralement l’usage, les grandes catégories de céramiques fines pour déterminer la durée d’occupation maximale des sites ; la seconde ne retenait que les formes datables, afin de cerner au plus près leur chronologie ; enfin, la troisième, plus complexe, faisait appel à un traitement statistique basé sur le principe selon lequel une catégorie donnée de céramique atteint sa diffusion maximale au milieu de sa période de production. Les auteurs de cet article précurseur analysent l’intérêt et les limites de chacune de ces méthodes. Ils sous‑estiment toutefois, à mon avis, l’importance des fluctuations de la consommation de vaisselle fine sur la longue durée. Dans le secteur de Saint‑Blaise, l’étude des productions régionales montre que l’inversion du rapport céramiques fines/céramiques communes au IIIe s. est à l’origine d’une sous‑représentation du Bas‑Empire (fig. 12). Une prise en compte globale de toutes les catégories d’artefacts est donc indispensable pour restituer le plus objectivement possible le « poids » de chaque période (Trément 1996b ; à paraître d).

FIG. 12 – Histogramme comparatif des quantités de sites et de bords de céramiques fines par tranches de 20 ans. Le graphique montre que la prise en compte des seules céramiques fines dans la détermination de la chronologie des sites conduit à oblitérer complètement l’occupation du sol à la fin de l’Antiquité.

Méthode

43J’ai élaboré un système de calibrage chronologique « multiscalaire » permettant de quantifier les sites et le mobilier en exploitant au mieux la valeur chronologique de chaque artefact ou de chaque séquence d’occupation.

Quantification des sites par tranches de vingt ans

44L’hétérogénéité des indicateurs recueillis en prospection –du point de vue de la quantité, de l’état de conservation, de la diversité des formes et de l’état des connaissances– a imposé le recours à trois niveaux de précision dans la définition des séquences d’occupation des sites (fig. 13) : les séquences attestées uniquement par des formes de céramiques caractéristiques ; celles qui le sont à partir des différentes catégories de vaisselle et d’amphores, qu’il s’agisse de bords ou de fragments informes ; enfin, les occupations « probables », qui incluent également les laps de temps inférieurs au demi‑siècle séparant deux séquences d’occupation datées, ainsi que les séquences attestées par du matériel mal daté ou trop fragmentaire, mais suffisamment caractéristique pour devoir être pris en considération. L’intérêt de cette méthode est d’intégrer toutes les informations d’ordre chronologique, quels que soient leur nature et leur degré de précision –vaisselle fine, céramique commune et amphores, bords et informes– et de rendre compte du nombre minimum, du nombre moyen et du nombre maximum de sites occupés à un moment donné (fig. 14).

FIG. 13 – Périodisation des sites gallo‑romains. Les séquences d’occupation des sites sont définies en exploitant au mieux la valeur chronologique propre à chaque artefact. On aboutit ainsi à une périodisation différentielle à trois niveaux de précision.

FIG. 14 – Quantification des sites gallo‑romains par tranches de 20 ans. Les histogrammes ont été obtenus à partir du tableau de la fig. 13.

Quantification différentielle du mobilier

45J’ai par ailleurs adopté un système permettant de quantifier le mobilier de l’ensemble du secteur étudié, d’une zone particulière ou d’un site en fonction de différentes échelles de découpage chronologique (tranches de 300, 200, 100, 50 et 20 ans) intégrant céramique fine, commune et amphores pour les plus larges d’entre elles et seulement les formes de vaisselle fine pour les plus serrées. Ce système présente l’avantage de donner une image globale de l’occupation d’un site ou d’un espace donné sur la longue durée, tout en offrant la possibilité d’affiner la chronologie des périodes pour lesquelles la vaisselle fine est suffisamment abondante, le Haut‑Empire principalement (fig. 15‑16).

FIG. 15 – Quantification différentielle du mobilier en nombre de fragments. Le document montre comment la prise en compte des céramiques communes et des amphores fait ressortir le poids de l’Antiquité tardive.

FIG. 16 – Quantification différentielle du mobilier en nombre de bords. Le dénombrement des bords de céramique fine, de céramique commune et d’amphore permet de rééquilibrer la représentation des périodes correspondant au Bas‑Empire et à la transition Antiquité tardive/haut Moyen Âge.

1.2.2.3 Typologie de l’habitat

46La typologie de l’habitat constitue un troisième outil d’analyse du peuplement. Pour les périodes préhistorique et protohistorique, elle a été essentiellement basée sur trois critères : situation topographique, superficie et diversité du matériel visible en surface. Pour l’époque romaine, l’abondance du mobilier recueilli autorise un traitement plus approfondi. La nécessité d’une approche comparative interrégionale m’a conduit à adopter les descripteurs archéologiques utilisés dans le cadre du programme européen Archaeomedes (Favory et al. 1988 ; Favory, Fiches 1994). J’ai tenu également à prendre en compte la quantité et la densité du mobilier présent à la surface de chaque site, afin de donner une idée précise de la nature de chaque gisement et de relativiser certaines impressions de « richesse » ou de « pauvreté » acquises sur le terrain lors du ramassage. J’insiste sur le fait que ces deux derniers descripteurs n’ont aucune valeur typologique mais résultent d’un souci purement taphonomique visant à poser de manière rigoureuse la question de la représentativité des données de prospection (fig. 17). L’examen des facteurs « post‑dépositionnels » et des conditions de lisibilité peut en effet permettre de pondérer les valeurs mesurées en surface et de trancher en faveur d’une interprétation « anthropique » (épandages liés aux façons culturales, site enfoui) ou « naturelle » (colluvionnement, remaniements divers).

FIG. 17 – Classement des sites gallo‑romains par superficie, quantité et densité de mobilier céramique.

47Les descripteurs retenus correspondent à différents niveaux d’analyse de l’habitat, depuis son aspect matériel jusqu’au statut de ses occupants, propriétaires ou exploitants. On distinguera deux catégories.

Descripteurs quantitatifs

48fig. 18

FIG. 18 – Distribution des sites gallo‑romains par classes quantitatives.

Descripteurs qualitatifs

49fig. 19

50Matériaux de construction :
Mat 0 : absence de matériaux de construction à l’exception du torchis
Mat 1 : tegulae + moellons
Mat 2 : mortier de chaux + béton de tuileau + enduit peint + éléments d’hypocaustes
Mat 3 : placages de marbre + tesselles de mosaïque + éléments architectoniques

51Activités :
Act 0 : absence d’indice
Act 1 : amphore + dolium
Act 2 : petit outillage + instruments agricoles + artisanaux (scories)
Act 3 : installations spécialisées (atelier, cellier, four, pressoir)

52Mode de vie :
Vie 1 : récipients seulement
Vie 2 : céramique commune + vaisselle fine
Vie 3 : petit mobilier (verre, métal) + monnaies
Vie 4 : trésor monétaire + objet d’art + sculpture + inscription + élément de luxe divers

FIG. 19 – Distribution des sites gallo‑romains par classes qualitatives.

53Deux autres critères se sont révélés particulièrement discriminants dans l’analyse typologique de l’habitat antique : le rapport céramique fine/ céramique commune et le rapport vaisselle/amphores. La proportion des céramiques fines et des céramiques communes à la surface d’un site ou même dans une fouille ne me semblait avoir a priori aucune signification sociologique : dans l’Antiquité, l’usage de la vaisselle fine est en effet d’une grande banalité en milieu rural, a fortiori à proximité d’un port aussi important que celui des Fossae Marianne ; la fouille de l’établissement des Soires montre que la part des deux catégories de vaisselle s’équilibre à peu près sur un établissement agricole pourtant modeste. J’ai dû néanmoins me résoudre à constater que les variations importantes de ces deux critères d’un site à l’autre recoupaient exactement la typologie élaborée à partir des autres descripteurs (Trément 1993c ; 1994). En particulier, il est évident que la part des céramiques fines est nettement plus importante sur les villae que sur les autres types d’implantations, reflétant ainsi la prépondérance de la fonction résidentielle. Sur la villa de Péricard (SM‑34), par exemple, la vaisselle fine représente 70,6 % des fragments de céramique, contre 28 % pour la vaisselle commune et 1,3 % pour les amphores. Ce critère est plus délicat à exploiter pour les autres catégories d’établissements. Il apparaît toutefois que la part de la vaisselle commune prédomine dans les implantations qualifiées de « polynucléaires », confirmant la modestie des matériaux utilisés. La fouille des Soires (SM‑13) souligne la prépondérance des céramiques communes sur un site qui peut être interprété comme un établissement agricole de tradition indigène : leur part y varie, suivant les niveaux, entre 56,6 % et 69,8 % au cours des trois premiers siècles de notre ère (Trément 1996c). Quant à la proportion des fragments d’amphores, elle nous renseigne directement sur l’importance de la fonction de stockage dans un établissement donné. L’utilisation de ce descripteur est donc à même, dans la mesure où le mobilier est suffisamment abondant, de révéler l’organisation interne d’un site en permettant de dissocier les zones d’habitation et les zones de stockage. Pour autant, il est impératif de prendre en considération l’évolution du volume global de ces différentes catégories de mobilier entre le Haut‑Empire et la fin de l’Antiquité. En effet, sur l’ensemble des sites prospectés dans le secteur de Saint‑Blaise, la proportion de la céramique fine dans le vaisselier chute de 52 à 16 % entre les trois premiers siècles de notre ère et les trois suivants ; dans le même temps, la part de la vaisselle commune s’élève de 48 à 84 % ; enfin, celle des amphores dans le mobilier céramique global passe de 15 % à 31 %. Il est clair que la prise en compte de la vaisselle commune et des amphores est susceptible de modifier radicalement l’image de l’évolution de l’occupation du sol sur la longue durée. À l’échelle d’un site, l’évaluation du poids de chaque période peut également être complètement faussée si la globalité du mobilier n’est pas prise en compte.

54La combinaison des trois séries de méthodes précédentes s’est révélée extrêmement fructueuse. À l’échelle de l’espace étudié, elle permet de saisir avec une précision inégalée le rythme de l’occupation du sol entre l’époque augustéenne et le début du viie s. Des comparaisons interrégionales peuvent d’ores et déjà être tentées. À une échelle plus réduite, des décalages sont mis en évidence dans la mise en valeur des différentes unités de paysage. Enfin, à l’échelle du site, il est désormais possible de mettre en rapport chronologie et typologie de l’habitat. D’une manière générale, c’est toute la question du territoire qui s’en trouve éclairée. Il est évident toutefois que la précision apparente des résultats qui viennent d’être présentés dissimule de nombreux problèmes, à la fois méthodologiques et historiques. La rigueur formelle des histogrammes est une chose, leur interprétation en est une autre. Cette rigueur tient au choix d’une méthode quantitative, indispensable dès lors qu’il s’agit de traiter un volume d’informations aussi important que celui qui était à ma disposition. Les principes de cette démarche ont été précisément énoncés et plusieurs approches ont été testées, en fonction non seulement d’échelles de découpage chronologique différentes, mais également d’échelles de précision différenciées dans la détermination des séquences d’occupation des sites. La convergence saisissante des résultats suffit à démontrer la validité de la méthode. Il convient néanmoins d’insister sur une limite fondamentale, qui tient à la nature même du support de nos connaissances sur les périodes et les faits archéologiques considérés –les traceurs chronoculturels exploités (la céramique) ne reflétant qu’un pan de l’activité socio‑économique et de la vie quotidienne des habitants d’une région donnée.

Notes

1 Il s’agit en fait d’un ouvrage érigé au xvie s. sur le tracé projeté puis abandonné d’une branche du canal de Craponne.

2 Dans la Statistique des Bouches-du-Rhône (Villeneuve 1824 : 293), N. Toulouzan effectue la lecture suivante de l’inscription de l’autel de Junon qui se trouve dans l’église de Saint-Mitre, falsifiant littéralement le texte pourtant parfaitement lisible : Junoni Verrius C. Verrii filius, curator Maritimae, Sextumvir Augustalis Avaticorum. Par ailleurs, il lit dans la dédicace de la chapelle de Saint‑Blaise, datée de 1608, le mot grec Phoceïos.

3 On a vu plus haut que cette tradition remonte à 1551 (Archives communales de Saint-Mitre, DD1).

4 Selon N. Dieudonné (1989 : 219), la vitesse moyenne de prospection est de l’ordre de dix hectares par jour et par personne dans le cas d’un ramassage succinct et d’un espacement assez important des prospecteurs.

Table des illustrations

Légende FIG. 2 – Carte du XVIIe s. extraite de l’Album de Tassin. La  tour de Bouc est alors isolée sur une île. Le canal de Craponne est figuré et les principaux étangs peuvent être identifiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 3 – Extrait de la Carte de Cassini. On notera la largeur importante du chenal de Caronte et la présence des bourdigues à ses deux extrémités. L’étang de Magrignane apparaît comme un marécage. La rive nord‑ouest de l’étang de Lavalduc est densément occupée par un habitat lié aux salines. Le canal d’Arles à Bouc et les voies de la Crau sont également visibles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende FIG. 4 – Extrait de la carte de N. Toulouzan (d’après Villeneuve 1824, pl. X, 9). Le site de Saint‑Blaise est identifié à Maritima Avaticorum, le chenal de Caronte au Kainos de Ptolémée et l’étang de Berre au stagnum Mastromela de Pline. Les vestiges du golfe de Fos sont rapportés à la fois aux Fossae Marianae et au Stomalimnè de Strabon. Les étangs sont mis en communication avec la mer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 5 – Carte des zones prospectées, des fouilles et des sondages.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende FIG. 6 – Histogramme du total des fragments de céramiques recueillis en prospection.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 7 – Histogramme du total des bords de céramiques recueillis en prospection.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 8 – Histogramme des occurrences des différentes catégories de céramiques recueillies en prospection.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende FIG. 9 – Histogramme du nombre minimum d’amphores recueillies en prospection.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 10 – Évolution des différents paramètres démographiques par phases culturelles (comparaison des valeurs absolues et des valeurs pondérées par siècle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 11 – Évolution des différents paramètres démographiques par subdivisions chronoculturelles (comparaison des valeurs absolues et des valeurs pondérées par siècle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 12 – Histogramme comparatif des quantités de sites et de bords de céramiques fines par tranches de 20 ans. Le graphique montre que la prise en compte des seules céramiques fines dans la détermination de la chronologie des sites conduit à oblitérer complètement l’occupation du sol à la fin de l’Antiquité.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende FIG. 13 – Périodisation des sites gallo‑romains. Les séquences d’occupation des sites sont définies en exploitant au mieux la valeur chronologique propre à chaque artefact. On aboutit ainsi à une périodisation différentielle à trois niveaux de précision.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende FIG. 14 – Quantification des sites gallo‑romains par tranches de 20 ans. Les histogrammes ont été obtenus à partir du tableau de la fig. 13.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 15 – Quantification différentielle du mobilier en nombre de fragments. Le document montre comment la prise en compte des céramiques communes et des amphores fait ressortir le poids de l’Antiquité tardive.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 16 – Quantification différentielle du mobilier en nombre de bords. Le dénombrement des bords de céramique fine, de céramique commune et d’amphore permet de rééquilibrer la représentation des périodes correspondant au Bas‑Empire et à la transition Antiquité tardive/haut Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 17 – Classement des sites gallo‑romains par superficie, quantité et densité de mobilier céramique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 18 – Distribution des sites gallo‑romains par classes quantitatives.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 19 – Distribution des sites gallo‑romains par classes qualitatives.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45203/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search