Version classiqueVersion mobile

Archéologie d’un paysage

 | 
Frédéric Trément

Introduction

Introduction

Introducción

Résumé

Sont présentés le secteur des Étangs de Saint‑Blaise, la problématique et le contexte des recherches. L’auteur se propose d’exposer les résultats des travaux conduits de 1988 à 1993 dans le cadre de sa thèse de doctorat. L’objectif était de replacer une série de sites préhistoriques, protohistoriques et antiques majeurs –dont ceux de Saint‑Blaise et de Fos sont les plus connus– dans leur contexte archéologique et paléoenvironnemental. Ces recherches ont pris place dans une série d’actions thématiques programmées interdisciplinaires coordonnées par P. Leveau sur la région de l’étang de Berre.

À ma mère

Texte intégral

1Le présent ouvrage expose les résultats de six années de recherches conduites entre 1988 et 1993 dans le cadre d’une maîtrise, d’un diplôme d’études approfondies et d’une thèse de doctorat réalisés sous la direction du professeur Philippe Leveau (Trément 1988 ; 1989a ; 1994). Le secteur des Étangs de Saint‑Blaise, situé en marge de la Crau, du golfe de Fos et de l’étang de Berre, à mi‑chemin entre Arles et Marseille, recouvre cinq communes en tout ou partie : la totalité des communes de Saint‑Mitre‑les‑Remparts et de Port‑de‑Bouc ; la partie de la commune de Martigues située au nord du chenal de Caronte ; enfin, la partie orientale des communes de Fos‑sur‑Mer et d’Istres. Il est délimité à l’est par l’étang de Berre, au sud par le chenal de Caronte et le littoral du golfe de Fos, à l’ouest par la Crau (RN 568 et 569). L’espace ainsi défini a l’aspect d’un triangle dont les côtés ont respectivement 18, 10 et 14 km, soit une superficie totale de 10 500 ha. Sa spécificité tient à la présence de plusieurs dépressions fermées dont l’altitude négative et l’organisation en chapelets méridiens accentuent l’aspect contrasté et cloisonné du relief. Le même type de dépressions se retrouve ailleurs en basse Provence, mais elles n’ont ni l’ampleur, ni l’aspect « lacustre » de celles que l’on rencontre autour de Saint‑Blaise (fig. 1).

FIG. 1 – Vue aérienne verticale de la zone des Étangs de Saint‑Blaise en 1944. Au sud‑ouest est visible le golfe de Fos ; au nord‑est, l’étang de Berre ; au nord‑ouest, la bordure de la Crau. De l’ouest à l’est et du nord au sud apparaissent l’étang de l’Estomac, les étangs de Lavalduc et d’Eng renier, les étangs de Rassuen, de Citis et du Pourra. Au moment de la prise de vue, l’isthme de Plan d’Aren séparant les étangs de Lavalduc et d’Engrenier était submergé, ainsi que la bordure septentrionale et méridionale de ces étangs. Entre ces derniers et ceux de Citis et du Pourra, le plateau de Castillon porte, à son extrémité septentrionale, le site de Saint‑Blaise.

2À l’origine, mon but était de réaliser une carte archéologique de cette microrégion connue pour avoir été un foyer de peuplement très ancien. La stratigraphie des abris épipaléolithiques d’Istres et de Fos (Abri Cornille, Abri Capeau, Mourre Poussiou) et les fouilles de Miouvin témoignent en effet de l’apparition précoce des premières communautés de chasseurs‑cueilleurs puis d’agriculteurs dans cette zone, confirmant les observations réalisées non loin de là dans les fouilles de Châteauneuf‑les‑Martigues. Mais surtout, c’est le site de Saint‑Blaise, dont le nom est associé à celui des étangs, qui a attiré depuis le siècle dernier l’attention des érudits, des archéologues et des historiens. Les fouilles d’H. Rolland y ont révélé les vestiges de l’une des plus anciennes et des plus vastes agglomérations connues dans le sud de la Gaule à l’âge du Fer, éclairant des problèmes aussi variés que le commerce étrusque ou l’architecture défensive et domestique indigène. Dans les années 80, les fouilles remarquables de l’île de Martigues allaient donner une vision plus précise de l’évolution de l’habitat et du peuplement au deuxième âge du Fer. Mais l’enceinte hellénistique de Saint‑Blaise demeure encore aujourd’hui au centre des discussions des protohistoriens, qui ont voulu voir tour à tour dans ce site une colonie rhodienne, une place forte ou un grenier à blé marseillais, et plus récemment un oppidum indigène particulièrement dynamique et précocement acquis au modèle culturel méditerranéen, À ce titre, Saint‑Blaise est toujours au cœur des débats sur le territoire de Marseille et sur les relations entre Grecs et Indigènes. La colonisation romaine a également marqué profondément cette région, avec l’aménagement des Fosses Mariennes et le développement consécutif du port de Fos, qui passe pour avoir été l’un des plus importants de l’Empire et jouait vraisemblablement le rôle d’« avant‑port » d’Arles.

3Hormis ces établissements majeurs, dont l’existence est liée à des phénomènes aussi essentiels que l’apparition de l’agriculture et de l’élevage, l’émergence des agglomérations et le grand commerce méditerranéen, très peu de sites étaient connus sur la rive occidentale de l’étang de Berre. Il s’agissait pour l’essentiel de stations préhistoriques, de villae et de quelques établissements antiques. En 1988, j’ai entrepris une première estimation du potentiel archéologique de ce secteur en vérifiant systématiquement les données bibliographiques anciennes, les informations orales et en effectuant des prospections à mailles larges sur l’ensemble de la zone. J’ai recensé 87 sites lors de cette étape préliminaire. Au cours des années suivantes, j’ai procédé à une série de prospections systématiques dans des secteurs‑tests répartis sur l’ensemble de l’aire étudiée. Le nombre de sites inventoriés pour la période comprise entre la fin du Paléolithique et le haut Moyen Âge est passé à 167, témoignant d’une densité de peuplement remarquablement élevée (fig. 123). Toutes les périodes ont fourni leur contingent d’implantations, particulièrement le Néolithique final, le premier âge du Fer, le Haut‑Empire et la fin de l’Antiquité, mais également des époques moins bien connues, telles que l’âge du Bronze. L’image de l’occupation du sol s’en est trouvée radicalement modifiée, les établissements majeurs de Saint‑Blaise, de Martigues, du Castellan et de Fos n’apparaissant plus isolés au sein de terroirs et de territoires vides, mais intégrés dans des réseaux. La masse considérable du mobilier recueilli et son état de conservation offraient la possibilité d’expérimenter des méthodes d’analyse spatiale et de tenter une approche fine de la chronologie des sites, grâce à la mise au point d’une méthode de « calibrage chronologique » ; le but étant de caractériser l’évolution de l’occupation du sol indépendamment des cadres chronologiques conventionnels, et de mettre en évidence les éléments de sa spécificité.

4Très vite est apparue la nécessité d’appréhender l’évolution du milieu dans lequel s’inscrit l’habitat, et d’élargir le champ des préoccupations traditionnelles de l’archéologue (l’habitat, la culture matérielle) à l’ensemble du paysage. C’était à mes yeux le seul moyen de répondre aux interrogations de l’historien concernant, par exemple, les problèmes du sel et du port de Saint‑Blaise. Dans le même temps, les fouilles de l’île de Martigues montraient tout l’intérêt d’une approche pluridisciplinaire, dans un milieu aussi contraignant que celui des étangs, des marécages et des littoraux. Pour la première fois peut‑être, l’évolution d’une agglomération protohistorique était mise en relation étroite avec celle du milieu naturel, et en particulier avec les variations du niveau eustatique. C’était là un exemple remarquable, susceptible de servir de modèle pour la compréhension de nombreux sites côtiers, au premier rang desquels le port romain de Fos. Restait à adapter l’esprit de ces recherches au type d’approche spatiale mis en œuvre dans le secteur étudié, davantage tourné vers la prospection que vers la fouille, et à définir précisément les problèmes posés par les cartes de distribution de l’habitat. Ces dernières font clairement apparaître l’attrait des communautés successives pour les dépressions fermées, et cela tout particulièrement au Néolithique final et dans l’Antiquité tardive. Il fallait donc restituer l’évolution de ces cuvettes, en gardant toujours à l’esprit que celles‑ci ont pu faire l’objet de multiples utilisations, complémentaires ou exclusives, comme l’exploitation du sel, la pêche, la récolte des mollusques, la chasse au gibier d’eau, l’extraction de l’argile ou de la tourbe, la coupe des végétaux, l’élevage (en transhumance inverse par exemple) ou encore l’agriculture. Toutes ces utilisations sont attestées à des époques différentes, mais il était indispensable de définir précisément les raisons de l’attraction (ou éventuellement de la répulsion) exercée par les zones humides sur les hommes à un moment donné.

5L’activité économique des communautés riveraines ne se résume pas toutefois à l’exploitation des étangs, et le milieu palustre ne détermine pas à lui seul les modalités de l’occupation du sol. Si la collecte des coquillages contribue pour une part importante à l’alimentation des occupants des agglomérations et des petits établissements ruraux antiques, si le sel a pu faire l’objet d’un commerce au Moyen Âge, l’activité primordiale des hommes est l’agriculture et l’élevage. La prospection révèle des indices matériels de ces activités, sous la forme d’installations de pressage et d’un atelier de fabrication d’amphores vinaires, mais l’organisation des terroirs, la répartition des cultures et des aires de pacage ne peuvent être appréhendées que d’une manière indirecte par l’archéologie. Mon regard ne pouvait manquer de se tourner vers les dépressions fermées, qui, en tant que réceptacles privilégiés de la sédimentation issue des petits bassins‑versants, constituaient vraisemblablement d’excellents enregistreurs de l’évolution du milieu. Il me semblait possible, grâce à la mise en œuvre de carottages, de restituer une histoire du paysage intégrant sur la longue durée les variables climatiques et historiques, de définir précisément l’évolution du couvert végétal et les variations verticales des plans d’eau, et enfin de corréler les rythmes de la pression agricole appréhendés par les prospections avec les grandes phases érosives enregistrées dans les cuvettes. Ainsi l’action de l’homme sur l’environnement serait‑elle perçue dans son ensemble, de manière réelle, et non à partir d’analyses ponctuelles effectuées en contexte archéologique, dans un milieu inévitablement artificialisé par l’habitat.

6Pareille approche ne pouvait se concevoir que dans la pluridisciplinarité. L’opportunité m’en fut offerte par la mise en place d’un projet collectif regroupant des chercheurs et des enseignants des universités d’Aix‑Marseille I, II et III sur un espace précis –les rives de l’étang de Berre– autour d’une problématique commune d’histoire du paysage. Ainsi, mes recherches se sont inscrites dans une série de trois actions thématiques programmées pilotées par P. Leveau, auxquelles collaborèrent des géographes morphologues et humanistes ainsi que des paléobotanistes.

7Dans le cadre de l’action thématique programmée du Piren (Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement naturel) « Histoire de l’environnement et des phénomènes naturels », un premier projet intitulé Mobilité des paysages et histoire de l’occupation du sol des rives de l’étang de Berre a été développé de 1986 à 1988. Un second projet, Systèmes agricoles et évolution du paysage depuis le Néolithique au nord‑est de l’étang de Berre, a été mené à son terme en 1990. En 1991 et 1992, un troisième projet a été conduit sur le thème Archéologie et histoire de l’occupation du sol sur les rives occidentale et méridionale de l’étang de Berre, dans le cadre de l’appel d’offre « Grands projets d’archéologie métropolitaine ». Il s’agissait de contribuer à une géographie historique prenant en compte, dans un cadre spatial bien délimité, à la fois l’histoire de l’homme, celle du milieu naturel et les mécanismes qui régissent les interactions entre sociétés humaines et géosystèmes. Les principaux résultats de ces recherches ont été publiés dans l’ouvrage Archéologie et environnement : De la Sainte‑Victoire aux Alpilles (Leveau, Provansal 1993a). Ces travaux correspondent à une tendance actuelle de la recherche historique qui assure une place accrue aux études spatiales et environnementales. Le GDR 954 piloté par J.‑L. Fiches sur le thème « Archéologie de l’espace rural méditerranéen dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge » (programme H11 du Conseil supérieur de la recherche archéologique) a ainsi fédéré des équipes microrégionales dispersées dans le sud de la France (Favory, Fiches 1994). Ces préoccupations rejoignent celles du ministère de la Culture, qui a en charge la réalisation de la carte archéologique nationale. J’ai personnellement bénéficié de l’aide du service régional de l’Archéologie de Provence‑Alpes‑Côte d’Azur pour mes prospections, mais aussi pour les analyses et les datations radiocarboniques qui ont été effectuées dans le cadre de programmes de « prospections‑inventaires ».

8Les différents projets énoncés ont été l’occasion de mettre en application sur le secteur des Étangs de Saint‑Blaise une recherche pluridisciplinaire associant une géomorphologue de l’institut de Géographie (M. Provansal), deux palynologues du laboratoire de Botanique historique et de Palynologie du Quaternaire (H. Laval et J. Médus) et un sédimentologue du laboratoire des Géosciences de l’environnement (C. Parron). L’étude d’un carottage réalisé dans l’étang du Pourra, qui a débouché sur une publication commune, a permis de lancer un dialogue sur le thème de l’« anthropisation » du milieu, cher aux spécialistes des sciences de la Terre et de la Vie (Laval et al. 1992). J’exposerai les résultats de cette collaboration dans une première partie, où je me propose de présenter successivement la méthode de travail utilisée (chap. 1), le cadre géographique de l’étude (chap. 2), l’évolution du paysage (chap. 3) et le rôle de l’homme dans sa formation (chap. 4). La réflexion sur l’impact des communautés agricoles permettra d’aborder les questions d’histoire de l’occupation du sol de manière diachronique, depuis l’apparition de l’agriculture dans la région jusqu’au début du Moyen Âge. L’âge du Fer et l’époque romaine seront traités en profondeur dans deux parties distinctes, en suivant un ordre chronologique et en confrontant constamment les données des prospections avec celles des fouilles.

Avertissement

9Cet ouvrage est extrait de la thèse de doctorat nouveau régime que j’ai soutenue le 19 octobre 1994 à l’université de Provence sous le titre : Histoire de l’occupation du sol et évolution des paysages dans le secteur des Étangs de Saint‑Blaise (Bouches‑du‑Rhône). Essai d’archéologie du paysage. Le jury, composé de Monsieur Christian Goudineau, professeur au Collège de France, président, Monsieur Philippe Leveau, professeur d’archéologie à l’université de Provence, directeur de thèse, Monsieur Jean‑Luc Fiches, directeur de recherche au CNRS, pré‑rapporteur, Monsieur Jean Vaquer, directeur de recherche au CNRS, pré‑rapporteur, Madame Mireille Provansal, professeur de géographie à l’université de Provence, Monsieur John Bintliff, professeur d’archéologie au département d’archéologie de l’université de Durham, a décerné à ce travail la mention « très honorable » et l’a gratifié de ses félicitations.

10L’inventaire des sites archéologiques du secteur étudié a fait l’objet d’une publication spécifique dans un volume de la Carte archéologique de la Gaule consacré à l’étang de Berre (Gateau et al. 1996).

Remerciements

11C’est avec une grande joie que j’exprime ici ma gratitude à toutes les personnes qui m’ont apporté leur aide dans l’accomplissement de ce long travail de terrain et de réflexion que constitue une thèse.

12Je tiens en premier lieu à témoigner ma plus vive reconnaissance à Philippe Leveau, professeur d’archéologie à l’université de Provence, pour avoir accepté de diriger mes recherches depuis la maîtrise, pour m’avoir apporté son soutien constant dans toutes mes entreprises, ses encouragements et ses conseils toujours très avisés.

13Je remercie également Mireille Provansal, professeur à l’institut de Géographie de l’université de Provence, à qui je dois d’avoir éclairé, par ses travaux et sa réflexion, bien des aspects de mes propres recherches.

14Mes remerciements vont aussi à Hélène Laval et à Jacques Médus, professeurs à la faculté des sciences de Saint‑Jérôme à Marseille, qui ont pris part à mes recherches, m’ont accueilli et formé au laboratoire de Botanique historique et de Palynologie du Quaternaire. Et pour leur collaboration à l’étude de la carotte du Pourra, à C. Parron et J.‑P. Simonnet, du laboratoire des Géosciences de l’environnement.

15Ils vont à Françoise Brien‑Poitevin, dont je salue la mémoire, qui avait accepté d’entreprendre l’étude conchyliologique du dépotoir des Clapières à Saint‑Mitre et m’avait autorisé à en exploiter les résultats ; et à Philippe Columeau, pour l’étude de la faune de l’établissement gallo‑romain des Soires.

16Il m’est également agréable de remercier tous ceux qui, à un moment ou à un autre, ont permis, par leurs conseils et leur collaboration, l’aboutissement de ce travail : Georges Amar, André d’Anna, Patrice Arcelin, Rémi Balzano, Michel Bats, Laurent et Maria Blazy, Philippe Boissinot, Michel Bonifay, Maurice Borély, Bernard Bouloumié, Gabriel et Hélène Camps, Jean Chausserie‑Laprée, Marc Covo, Noël Coye, André Delgiovine, Gabrielle Démians d’Archimbaud, Charles Di Puma, Gilles Dorival, Gérard Fabre, Jean‑Luc Fiches, Louis‑François Gantes, Jacques Gascou, Fabienne Gateau, Antoinette Hesnard, Jean‑Philippe Lagrue, Bernard Liou, Frédéric Magnin, Michel Mangin, Florence Mocci, Jean‑Pierre Pelletier, Fabien Pérez et sa famille, Baraka Raissouni, Claude Raynaud, Jacqueline et Yves Rigoir, Michel Rival, Lucien Rivet, Nathalie Roncaglia, Charles Rostaing, Max Roux, Martine Sciallano, Gisèle Senès, André Tchernia, Danièle Terrer, Henry Tréziny, Lucie Vallauri et tous les étudiants qui ont participé aux stages de prospection systématique dans le cadre de l’UV « Techniques de l’archéologie antique » dirigée par Philippe Leveau.

17Le succès de ces recherches n’aurait pas été possible sans le concours des responsables de l’archéologie régionale, je pense tout particulièrement à Jean‑Paul Jacob, conservateur régional de l’Archéologie de Provence‑Alpes‑Côte d’Azur, à Guy Bertucchi et à Gaétan Congès.

18Ma gratitude va aussi aux directeurs du Centre CamiIle‑Jullian, Jean‑Paul Morel puis Antoine Hermary, et à l’ensemble du personnel du laboratoire, qui m’a chaleureusement accueilli durant plusieurs années comme étudiant, comme allocataire de recherche et comme chercheur associé.

19Une pensée émue ira à la mémoire de Paul‑Albert Février, avec qui j’ai découvert, à ma sortie des classes sévères du lycée Henri IV, combien l’archéologie et l’histoire peuvent s’enrichir mutuellement d’un dialogue qui ne devrait jamais tarir.

20Enfin, pour leur aide et leur soutien jamais mesurés, je remercie ma famille, Cécile Cornand, Nathalie Vaury et Gilles Gouiran.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Vue aérienne verticale de la zone des Étangs de Saint‑Blaise en 1944. Au sud‑ouest est visible le golfe de Fos ; au nord‑est, l’étang de Berre ; au nord‑ouest, la bordure de la Crau. De l’ouest à l’est et du nord au sud apparaissent l’étang de l’Estomac, les étangs de Lavalduc et d’Eng renier, les étangs de Rassuen, de Citis et du Pourra. Au moment de la prise de vue, l’isthme de Plan d’Aren séparant les étangs de Lavalduc et d’Engrenier était submergé, ainsi que la bordure septentrionale et méridionale de ces étangs. Entre ces derniers et ceux de Citis et du Pourra, le plateau de Castillon porte, à son extrémité septentrionale, le site de Saint‑Blaise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search